Vous êtes sur la page 1sur 59

Cahier

Cahier de Grammaire

de

Grammaire

Cahier de Grammaire

CAHIER DE GRAMMAIRE

Taula

Lecture de l’occitan

I

L’accent tonique

p. 3

 

II

Les voyelles

p. 4

III

Les diphtongues

p. 6

IV

Les consonnes

p. 7

V

Remarques

p. 8

Occitanie, histoire linguistique

 

p. 10

◊◊∞◊◊

GRAMMAIRE

L’article

 

I

L’article défini

p. 12

II

L’article indéfini

p. 13

III Les formes unes, unis, unas

 

p. 13

IV L’article partitif

p. 13

Noms, adjectifs

 
 

I La formation du féminin

 

p. 14

II Les collectifs

p. 16

Degrés de comparaison de l’adjectif

 
 

I

Comparatif

p. 17

 

1 Supériorité

p. 17

2 Infériorité

p. 17

3 Égalité

p. 17

 

II

Superlatif

p. 17

 

1 Absolu

p. 17

2 Relatif

p. 17

3 Superlatif

p. 17

 

III

Formes irrégulières

p. 18

Les possessifs

 
 

I

Formes faibles

p. 19

II

Formes fortes

p. 19

III

Remarques

p. 20

IV Autres constructions

 

p. 20

Les démonstratifs

 
 

I Formes de l’Adjectif

 

p. 21

II Formes du Pronom

p. 21

III Principes d’emploi

p. 21

IV

Aqueste

p. 21

V

Aiçò

p. 21

VI

Aquò

p. 22

VII

Çò

p. 22

1

 

VIII

Exclamatives

p. 22

Pronoms personnels

 

I Pronoms sujets ou compléments propositionnels

p. 23

II Pronoms-compléments sans préposition (COD-COI)

p. 23

III Tournures pronominales

p. 24

IV Traduction du français « on » (sujet indéfini)

p. 25

Le verbe

 

I Présent de l’indicatif

p. 26

II Conjugaison des verbes modèles et auxiliaires

p. 27

- 1 er groupe : parlar

p. 27

- 2 ème groupe : bastir

p. 28

- 3 ème groupe : batre

p. 29

-

Auxiliaire aver

p. 30

-

Auxiliaire èsser o èstre

p. 31

III Participe passé

p. 32

IV Verbes avec modification orthographique

p. 32

V Verbes à alternance vocalique

p. 33

VI Le subjonctif, concordance des temps

p. 34

VII L’impératif

p. 35

VIII Les verbes irréguliers

p. 36

IX Les temps composés

p. 39

Les pronoms relatifs

I

Formes

p. 41

 

II Emploi

p. 41

III « que », relatif universel

p. 41

IV

Idiomatismes

p. 42

V

Adjectifs relatifs

p. 42

Les conjonctions

 

I

De coordination

p. 43

II Quelques conjonctions de subordination

p. 43

III Quelques interjections

p. 44

Les prépositions

 

I Prépositions

p. 45

II Locutions prépositives

p. 47

Les pronoms interrogatifs et exclamatifs

 

I Pronoms interrogatifs invariables

p. 49

II Pronoms et adjectifs interrogatifs variables

p. 49

III Adverbes interrogatifs

p. 50

IV Exclamatifs

p. 51

Les indéfinis

p. 52

Les adverbes

 

I Adverbes (lieu, temps, manière, quantité)

p. 54

II Locutions adverbiales de manière

p. 55

Les numéraux

p. 56

manière, quantité) – p. 54 II Locutions adverbiales de manière – p. 55 Les numéraux p.

2

LECTURE DE LOCCITAN

I – L’accent tonique (l’accent tonic)

• Ne pas confondre cette notion avec celle d’accent graphique (petit signe placé dans l’écriture au- dessus d’une voyelle).

• La syllabe qui porte l’accent tonique est une syllabe qui est prononcée plus fortement que les autres

syllabes du mot. La voyelle de cette syllabe est dite alors tonique et atone dans le cas contraire. Dans les exemples, nous écrivons en caractères gras la voyelle tonique.

• Les mots simples possèdent une syllabe tonique.

• Les mots composés (y compris les adverbes en -ment) en comportent une par composante. Exemple :

clarament sont accentués en :

bèlament

lo pòrtaclau

clara/ment

bèla/ment

lo pòrta/clau

• Comme dans les autres langues latines du sud, l’accent tonique joue un grand rôle en occitan. Il est très important de le placer où il faut. Il faut, par exemple, distinguer :

 

veni

=

[beni]

(je viens)

et :

venir

=

[beni]

(venir)

• Nous donnerons plus loin les règles d’emploi des accents graphiques.

Retenir dès maintenant que :

1 Une voyelle qui porte un accent graphique porte aussi un accent tonique pòrti (je porte), brèci (je berce), parlarà (il parlera), espés (épais), amorós (amoureux), etc.

2 – En l’absence d’accent graphique

a) un mot terminé par une voyelle (ou par une voyelle suivie d’un S) porte l’accent tonique sur l’avant-

dernière syllabe. canta (il chante), disi (je dis), un ase (un âne), cantas (tu chantes), dises

ases (les ânes),

etc.

b) un mot terminé par une ou plusieurs consonnes porte son accent tonique sur la dernière syllabe. Comptent ici comme consonnes : -u = [w] et i = [y], deuxième élément de diphtongue. Voir ci-après au §

III.

(tu dis),

los

un ostal (une maison) los ostals (les maisons) lo ferrat (le seau) los ferrats (les seaux) cantatz (vous chantez)

la vertat (la vérité) un estiu (un été) Nicolau (Nicolas) jamai (jamais)

3

II Les voyelles (las vocalas)

A Il y a sept voyelles en occitan.

1)[a]

Noté a : manjar (manger), lo cap (la tête)

Noté à lorsqu’il est tonique en fin de mot (suivi, ou non, de s) : cantarà (il chantera), cantaràs (tu chanteras), Canadà.

2)

[] è ouvert, noté è. Toujours tonique : lo brèç (le berceau), lo pè (le pied), sèt (sept), la colèra (la colère).

3)[e]

e fermé, noté e : aver aquel ase negre (avoir cet âne noir).

Noté é lorsqu’il est tonique en fin de mot : a la mercé de (à la merci de), espés (épais), cortés (courtois), polonés (polonais).

4)[i]

noté i : dire, lo refugi, disi (je dis).

Noté í lorsqu’il est tonique en fin de mot : lo bistorí (bistouri), bastís (il bâtit), lo cledís (le treillis), lo pastís (pâté, gâteau, boisson), aicí (ici), aquí (ici, là), cossí (comment).

5) [ü] u du français. Noté u : natural, chucar (sucer), la luna, la vertut (la vertu). Noté ú lorsqu’il est tonique en fin de mot : un individú, un autobús.

6)

[ò] o ouvert (il n’y a pas de o fermé en occitan). Noté ò. Toujours tonique : pòrti (je porte), lo jòc (le jeu), un esclòp (un sabot), aquò (cela), zerò.

7)[u] ou du français (où deux lettres notent une seule voyelle dans la prononciation). Noté o : un ostal, Nicolau, lo coire (le cuivre), lo caraco (gitan). Noté ó lorsqu’il est tonique en fin de mot : amorós (amoureux), sedós (soyeux).

B Le a final

Sans accent graphique, c’est une voyelle atone faiblement prononcée [ò] par la C’est souvent la marque du féminin.

Exemple :

majorité des Occitans.

la vaca (la vache), bèla (belle), polida (jolie), la luna (la lune), amorosa (amoureuse), canta (il chante), parla (il parle).

Même prononciation pour le a final suivi de s au pluriel et à la 2 e personne du polidas, lunas, amorosas, cantas, parlas.

singulier : vacas, bèlas,

Dans les mots d’une seule syllabe (la, ma, ta, sa), le a final garde sa

prononciation de a.

C Le groupe -iá se prononce [yò]

(Localement, on trouve aussi [ye] et [y]). On le rencontre surtout dans la

conjugaison

(conditionnel présent, imparfait de certains verbes), mais aussi

dans quelques noms.

Exemple :

cantar(il chanterait), ven(il venait), vendr(il viendrait), la malaut(la

maladie).

Noter les groupes : -iái [yòy] -iás [yòs] -ián [yòn].

4

Exemple :

veniái (je venais), veniás (tu venais), venián (ils venaient), las malautiás.

D Résumé

[a] a (et à)

e (et : é)

i (et í)

[i]

è [] [ò] [e] [ü] u (et : ú)
è []
[ò]
[e]
[ü]
u (et : ú)

E Attention

ò (et : á, a final atone)

n’existe pas

[u]

o (et : ó), « ou » du français

Bien marquer la différence entre « e » fermé [é] et « è » ouvert [].

1 Ne pas se laisser influencer par le français. Surtout celui d’Occitanie qui ignore « e » dans certaines positions et « è »

ouvert dans d’autres) :

negre

[negre]

pas [ngre]

(noir)

venta

[bento]

pas [bnto]

(il vente)

la pera

[pero]

pas [pro]

(la poire)

lo solelh

[sulel]

pas [sul]

(le soleil)

la tela

[telo]

pas [tlo]

(la toile)

lo bren

[bren]

pas [brn]

(le son ou la sciure)

mais :

lo pè

[p]

pas [pe]

(le pied)

lo sabatièr

[sabaty]

pas [sabatye]

(le cordonnier)

l’acièr

[asy]

pas [asye]

(l’acier)

5

2 Cette opposition est importante.

Elle permet de distinguer par exemple :

la set

(soif)

/

sèt

(sept)

lo pel

(poil)

/

la pèl

(peau)

veni

(je viens)

/

vèni !

(viens !)

ten [te]

(il tient)

/

tè !

(interjection)

lo pes

(poids)

/

los pès

(les pieds)

es

(il est)

/

ès

(tu es)

lo piquet

(piquet)

/

lo piquèt

(il le piqua)

lo bres

(l’appeau) /

lo brèç

(le berceau)

3 En particulier, bien distinguer en finale :

-el, -elh

/

-èl

-et

/

èt

és

/

ès

a)

aquel, lo solelh, lo parelh (paire)

avec [e]

lo tropèl (troupeau), lo capèl (chapeau), lo martèl (marteau), Marcèl

avec [].

b) grandet, polidet, solet,… (diminutifs)

lo boisset (lieu planté de buis), lo bruguet (cèpe), lo fenolhet (le fenouil d’eau),

lo sauset (le saule), la paret (la paroi), l’aret (le bélier) mais :

avec [e]

cantèt (il chanta), parlèt (il parla), diguèt (il dit)

avec []

c)

espés, cortés, anglés, francés, borgés,… (origine ou qualité)

avec [e]

l’acès = lo recès (l’abri), l’accès (l’accès), lo procès, lo succès,

[avec ]

III Les diphtongues (los diftongues)

Les semi-consonnes [w], [] et [y] ressemblent, en première approximation à l’oreille, respectivement aux voyelles [u] (« ou » du français), [ü] (« u » du français) et [i] mais elles forment une seule syllabe avec la voyelle qui leur est liée et jouent de ce fait le rôle d’une consonne dans le fonctionnement de la langue. Elles sont notées dans l’écriture au moyen de lettres qui sont habituellement des voyelles. On obtient ainsi :

1 u = [w] après voyelle :

au = [aw] òu = [òw] èu = [w] eu = [ew] iu = [iw]

agradiu (agréable), viure (vivre)

la taula (la table), autre nòu (neuf), dijòus (jeudi) grèu (grave), lèu (tôt, vite) lo teule (la tuile), beure (boire)

viu (vif, vivant), lo riu (le ruisseau),

2 o = [w] avant voyelle :

oa = [wa] oè = [w] oe = [we]

coar (couver) oèst (ouest) l’oelha (la brebis), la coeta (la petite queue)

3 u = [] avant voyelle :

6

Ce son se trouve en français dans : huit, huile, nuit,…

uè = []

uèi (aujourd’hui), uèit / uèch (huit), l’uèlh (l’œil), lo puèg (la hauteur, puy)

Ce « uè » est réduit à [w] dans certaines régions.

ui = [i]

uò = [o] est souvent prononcé [yò] lo buòu (le bœuf) : [bwòw] ou [byòw] l’uòu (l’œuf) : [wòw] ou [yòw]

lingüistica, instruire

4 i = [y] :

Ce son est souvent noté « ill » en français.

 

a)

après voyelle

ai

= [ay]

la maire (la mère), lo paire (le père), l’aiga

(l’eau), lo vailet (le valet), l’aigat (l’inondation)

èi

= [y]

la glèisa (l’église), l’èime (le bon sens)

ei

= [ey]

creire (croire), lo peis (le poisson)

òi = [oy] oi = [uy]

l’eiriç(le hérisson) còire (cuire) coire (cuivre), un oire (une outre),

poirir (pourir), noirir (nourrir)

b) avant voyelle

ia = [ya]

ia = [yò] en finale atone : càmbia (il change), Grècia,

lo viatge (le voyage), cambiar (changer)

= [y]

la glòria (la gloire), la gràcia (la grâce), la regalécia (la réglisse), la bèstia (bête) la fièira (la foire), vièlh (vieux), primièr (premier), l’escudièr (l’écuyer), lo boscassièr (le bûcheron)

lo piòt (le dindon), la piòta (la dinde), la viòla

ie

= [ye]

ieu (moi), lo fieral (le foirail), lo vielhum

io = [yu] iò = [yò]

(la vieillesse), la vielhariá (la vieillerie) lo violon, lo diccionari

(la viole, la vielle)

ii = [yi]

càmbii (je change), estúdii (j’étudie)

IV Les consonnes (las consonantas)

Nous ne dresserons pas un tableau complet des consonnes. Nous donnerons simplement les points essentiels.

1 v se prononce [b]

venir, lo vent, va (il va)

2 nh se prononce [ñ] (« gn » en français)

la vinha (la vigne), l’anhèl (l’agneau), manhac (mignon)

3 ch se prononce [č] (« tch » du français)

lo chòt (le hibou), chucar (sucer), la balòcha (la fête locale), chic (peu)

4 lh se prononce [ĩ]

7

Ce l mouillé ou palatal n’existe pas en français. C’est le « ll » de l’espagnol ou du catalan, « lh » du portugais, « gli » de l’italien. la filha (la fille), lhauçar (faire des éclairs), dalhar (faucher), la pelha (le chiffon), la palha (la paille) NB : distinguer lh = [ĩ] de [y] : la galha (la repousse), gaia (joyeuse)

5 r est roulé

a) Fortement (double)

- à l’initiale : lo rat, lo rei (le roi)

- après l et n : Enric (Henri), mòlre (mòler : moudre)

- écrit rr- entre deux voyelles : lo morre (la gueule), la barra (la barre)

b) Simple, une seule vibration dans les autres cas

l’arpa (la griffe), l’amora (la mure, le fruit), la jornada (la journée) NB : distinguer la careta (le masque) et la carreta (la charrette), la gara (la gare) et la garra (le jarret).

V Remarques

A

Distinguer les sons « ch » et « tch » du français

« tch » se note ch en occitan (voir IV/3). Pour noter le son « ch » (mots d’emprunt et prononciations locales de « s », on utilise sh : lo flash, lo shacò, la caisha (= caissa, caisse). L’ancienne langue notait souvent

IX pour « ish » : Foix, Saleix, Sireix.

B En finale, n et r sont le plus souvent muets mais se retrouvent dans

les

dérivés lo pan (le pain), lo panet (le petit pain), la man (la main), manejar (manier), lo camin (le chemin), caminar (cheminer), cantar (chanter), cantarà (il chantera), saber (savoir), saberut (savant).

C Dans les groupes suivants, la première consonne se prononce comme la

mn =

[nn]

seconde qui se trouve donc redoublée la femna [fenno]

bt

=

[tt]

dissabte [dissatte] (samedi)

ct

=

[tt]

lo tractor, l’acte, l’actor, lo rector (le recteur, le curé)

tm

=

[mm]

la setmana (la semaine)

tl

=

[ll]

l’espatla (l’épaule), l’atlàs

gn

=

[nn]

digne, sagnar (saigner)

gd

=

[dd]

agde, magdalena

Bien prononcer une consonne double. Distinguer sagnar [sanna] (saigner) de sanar [sana] (châtrer).

D bl et gl se prononcent [pl] et kl] entre deux voyelles

Un estable (étable), lo pòble (le peuple), un mòble (un meuble), la règla (la règle), una agla (un aigle).

E x et ses équivalents se prononcent [ts]

l’exemple, l’accion, lo diccionari, la percepcion

F

g final (qui donne j dans les dérivés) se prononce ch (« tch » du

français)

baug (fou)

>

bauja (folle)

lo gaug (la joie)

>

gaujós (joyeux)

lo puèg (la hauteur, puy)

>

pujar (monter)

G

le groupe latin -ct- a donné suivant les régions -it- prononcé [yt]

ou -ch-

prononcé comme « tch » du français (ou « ts »)

8

On trouve ainsi les doublets :

lo lièch

/

lo lièit

(le lit)

uèch

/

uèit

(huit)

la nuèch

/

la nuèit

(la nuit)

la trocha

/

la troita

(truite)

se cochar

/

se coitar

(se hâter)

fach

/

fait

(fait, p. passé de faire)

lo profièch

/

lo profièit

(le profit)

lo lach

/

lo (la) lait

(le lait)

Le groupe -it- se réduit à -t- après i, u ou consonne. D’où les formes :

la lucha

/

la luta

(la lutte)

la frucha

/

la fruta

(les fruits, la récolte)

dich

/

dit

(dit, p. passé de dire)

onchar

/

untar

(oindre, graisser)

la poncha

/

la punta

(la pointe)

la cencha

/

la cinta

(la ceinture)

à l’intérieur des mots (voir C) mais aussi au contact l’un de l’autre quand deux consonnes occlusives se trouvent à côté, la seconde se prononce double et la première ne s’entend plus. La femna pòt legir per dessús mon espatla lo jornal tot nòu qu’es pausat sus la taula. Pòt partir dissabte de la setmana que ven. mn = [nn] ; t l = [ll] ; s m = [mm] ; t n = [nn] ; s l = [ll] ; t p = [pp] ; bt = [tt] ; tm = [mm]

Se n’anirà capnuda e digna. pn = [nn] ; gn = [nn]

9

L’OCCITANIE

Pour comprendre l’histoire linguistique de l’Occitanie – et plus généralement de l’Europe occidentale – il faut se souvenir qu’elle a connu, dans l’Antiquité, une véritable révolution linguistique.

Un grand changement linguistique

Le fait politique majeur est la conquête romaine. Cette conquête imposa avec elle la langue de Rome, le latin. Les peuples conquis abandonnèrent, après un temps plus ou moins long, leurs langues respectives au profit de celle de l’Empire. Seuls les Basques ont conservé la leur jusqu’à nos jours. Les langues d’avant la conquête romaine (ibère, celte, aquitain lié au basque semble-t-il…, sans compter le grec de quelques colonies sur la côte méditerranéenne) sont mal connues. Les textes sont rares et courts, pas toujours déchiffrés. Ces langues sont mortes mais, avant de s’éteindre, elles ont apporté leur contribution au vocabulaire occitan. Les Pyrénées forment la zone de plus forte présence de ce lexique prélatin mais elles n’en ont pas l’exclusivité. Dans le domaine montagnard, les plantes, les animaux ou le relief ont souvent des noms appartenant à ce fonds ancien. Citons pêle-mêle quelques exemples, pyrénéens ou non : avajon (myrtille), abardal (rhododendron), gispet (herbe dure), isard ou sarri (chamois des Pyrénées), malh (rocher), pena (front de rocher), tuc ou suc (hauteur arrondie), tap (butte, talus), laganha (chassie), esquèr (gauche), etc. Les peuples venus après les Romains (Wisigoths, Francs, Arabes) n’ont guère apporté de changement. La présence des premiers est surtout visible dans les noms de lieux : noms en -ens issus du gothique -ingo, analogues aux noms en -ing, -ingen innombrables dans les pays de langue allemande. Tous ont laissé leur part de vocabulaire. Par exemple : estona (moment) vient du gothique stunda, frère de l’allemand Stunde (heure) ; ataüt (cercueil) vient de l’arabe tabut ; barda (bât) vient de l’arabe barda’a et a donné bien des dérivés :

bardon, synonyme d’asiron (ânon), bardòt (variété de mulet), bardonièr, bardinas, etc.

Une langue, un territoire

Les langues évoluent. Le latin, comme les autres, changea au fil des siècles. Trois facteurs contribuèrent à sa fragmentation sur le vaste territoire qui était devenu le sien : l’influence des langues parlées avant lui par les peuples conquis, celle des langues des conquérants venus après lui et enfin le fait que le latin fut introduit à des époques différentes par des voies diverses ; le latin des écoles n’était pas celui des légions ni celui des colons arrivant de diverses provinces. Un jour, il fallut se rendre à l’évidence : de nouvelles langues étaient nées qui n’étaient plus le latin. En particulier sur un territoire d’environ 190 000 km 2 (un tiers de la France actuelle ; la haute vallée de la Garonne, en Espagne ; douze vallées sur le versant Est des Alpes du Sud, en Italie) on parlait une langue qui, plus tard, au XIV e siècle, sera dite occitane.

La langue de toute une société

Cette langue est, bien sûr, celle de tout le monde sur ce territoire. Le latin continue de s’écrire dans les écoles mais l’occitan va lui aussi avoir les honneurs de l’écriture.

10

Les premiers écrits littéraires datent du X e et du XI e siècles ; mais c’est avec Guilhèm IX d’Aquitaine (1070-1127), le grand-père de la célèbre Aliénor, que va commencer la grande aventure du Trobar, qui fera de la langue occitane la reine de la poésie lyrique en Occident. Au siècle d’or, le douzième, succède le siècle de fer, le treizième, celui de la croisade contre les Albigeois. La poésie se fait récit épique, protestation contre la guerre et la conquête, jugement moral sur les hommes et l’époque, dans des textes qui n’ont rien perdu de leur actualité. Cette poésie mourra des bouleversements politiques et culturels occasionnés par la croisade. Paratge est mort et le Trobar avec lui. Langue littéraire, l’occitan est aussi langue administrative. Il nous reste des centaines de chartes, coutumes et autres écrits juridiques. La famille Foix-Béarn étendra même l’emploi de l’occitan administratif à des territoires de langue basque. Au moment où meurt la lyrique des troubadours, l’occitan émerge comme langue scientifique, Gaston II de Foix-Béarn, soucieux de l’éducation de son fils, le futur Gaston III dit Fébus, fera traduire en occitan une encyclopédie des sciences naturelles compilée au milieu du XIII e siècle, en latin par Bartélémy l’Anglais et surtout l’œuvre d’Albucasis, chirurgien arabe de Cordoue du XI e siècle. On traduira aussi une partie de l’œuvre de Henri de Mondonville, chirurgien des rois Philippe IV le Bel et Louis X le Hutin. Au XV e siècle, les savants, en quête d’argent pour éditer leurs livres, écrivent des œuvres en principe destinées aux marchands. Ils abandonnent le latin pour les langues « vulgaires » : italien, occitan, etc. Plusieurs traités de mathématiques verront ainsi le jour. Citons-en deux :

- le manuscrit de Pamiers, écrit dans cette ville vers 1430 par un anonyme. Il est le plus intéressant. On

y trouve, pour la première fois dans l’histoire, un nombre négatif accepté comme solution d’un problème.

Parvenu jusqu’à nos jours par un seul exemplaire manuscrit, il devrait être édité.

- le Compendion de l’Abaco du Niçois F. Pellos. Il sera en 1492 le premier livre imprimé en lenga nòstra, à Turin, grand centre de l’imprimerie naissante.

Un lent étouffement

La centralisation administrative des Valois, puis des Bourbons, chassera l’occitan du domaine administratif. La date officielle et symbolique la réalité est plus complexe – est l’édit de Villers-Cotterêts signé en 1539 par François I er . Le XVI e siècle connaîtra cependant une double première renaissance littéraire autour des deux pouvoirs politiques autonomes qui subsistent : celui des Foix-Béarn-Navarre, à Pau et en Gascogne et celui de la république de Calzaux, à Marseille. La réforme du concile de Trente favorisera les écrits religieux. Le pouvoir révolutionnaire jacobin reprendra à son compte la centralisation monarchique. Il l’aggravera d’un discours idéologique délirant qui l’amènera à décider la mort des langues de France autres que le français, et rebaptisées « patois » pour l’occasion. Cette politique portera ses fruits (de mort). Tout au long du XX e siècle, la langue parlée reculera, surtout après 1950. Parallèlement, se développe un mouvement de renaissance littéraire dont la figure de proue sera longtemps le poète Frédéric Mistral (1830-1914), prix Nobel de littérature en 1904. Il n’est pas possible de présenter, ici, même un simple survol de ce mouvement. Nous renvoyons aux ouvrages spécialisés et surtout aux œuvres des auteurs, Qu’il nous soit permis d’en citer un pour la période récente : Jean Boudou (1920-1975), un des grands auteurs du siècle. Au delà de la littérature, ce mouvement essaye aussi de promouvoir l’emploi de la langue dans tous les domaines et sa transmission aux jeunes générations à l’heure où la transmettre naturellement devient chose rare.

maines et sa transmission aux jeunes générations à l’heure où la transmettre naturellement devient chose rare.

11

G R A M M A I R E

I – L’article Défini

A /

LO dròlle

LA dròlla

LOS òmes

LAS femnas

L’ARTICLE

(Toulouse et environs : LE et LES au masculin)

B / article élidé devant une voyelle L’amic L’aiga

mais :

LOS amics

LAS aigas

C / article contracté

mais : LOS amics LAS aigas C / article contracté Devant les noms masculins commençant par

Devant les noms masculins commençant par une consonne, au singulier, et pour les noms masculins commençant par une consonne ou une voyelle au pluriel.

A

+

LO (s)

=

AL (s)

vau al prat.

 

DE

+

LO (s)

=

DEL (s)

l’ostal del molin.

PER

+

LO (s)

=

PEL (s) passi pels camins.

SUS

+

LO (s)

=

SUL (s)sul pont nòu de Tolosa.

JOS

+

LO (s)

=

JOL (s) jol pont de Mirabèl.

Nota bene : au pluriel, le L des articles contractés ne se prononce pas :

ALS cambiòts

PELS prats

DELS castèls

[as]

[pes]

[des]

D / l’article défini s’emploie généralement devant un nom de famille ou un prénom arriba lo Joan. lo Mercadièr es pas piòt.

Nota bene : les formes EN et NA employées jadis devant les noms propres jouaient le rôle d’articles.

lo rei En Pèire. Na Lombarda.

E / l’article défini s’omet :

- devant un nom de rivière me passegi ran de Garòna

l’òme mai urós

Pascas van arribar

vendràs per Nadal

estimi tant Òlt coma Tarn

- dans les superlatifs

- devant les noms de fêtes vendémias son acabadas

F / Lo, la, los, las, sont aussi pronoms démonstratifs dans :

aquel ostal es lo de mon vesin. lo d’a costat es de ma maire. vòli de pomas, de las bonas.

(celui de…) (celui de…) (de celles qui sont bonnes.)

12

II – L’article Indéfini

A / au singulier UN au masculin

un òme

un pan

UNA au féminin

una femna

una còca

B / au pluriel On emploie DE, élidé en D’ devant voyelle, aux deux genres :

vesi d’òmes e de femnas crompi de pans e de còcas

III Les Formes Unes, Unis au Masculin / Unas Au Féminin ne sont pas le pluriel de un, una. Voici la façon

de les employer.

A / pour des objets qui vont par paire ou composés de deux parties symétriques :

unes esclòps, unes uèlhs, unas sabatas, unas grolas, etc. unes cisèus, unas lunetas, unas cauças, unas bragas, etc.

B / utilisées comme pronom, souvent avec d’, elles traduisent « certains » :

d’unes vòlon partir. (certains veulent partir)

C / devant un nombre, elles expriment l’imprécision :

unas tres cents personas son aquí. (quelques trois cents…)

D / Seuls ils expriment une petite quantité imprécise :

unes òmes, unas femnas (quelques hommes, quelques femmes)

IV – L’article Partitif se construit avec « de » seul

crompi de pan e de salsissa (j’achète du pain et de la saucisse)

Nota bene :

1 – pour le partitif et l’indéfini pluriel, le nord de l’Occitanie emploie de + article défini. crompi daus pans e de las pomas. vòli dau pan e de l’aiga.

2 en pays de Foix et de Gascogne de est omis. crompi pans e pomas. vòli pan e aiga.

On rétablit l’article défini lorsque le nom est déterminé (en particulier après le de partitif) :

Manjarem del pan qu’as crompat e beurem del bon vin del país. Dempuèi las vendémias de l’an passat. Camarga es entre lo Grand-Ròse e lo Petit-Ròse. Lo Viaur de Joan Bodon es un riu fantastic.

un, una, unes, unas s’emploient seuls sans substantif, quand on devine le sens :

Ne vau fumar una (cigareta). Ne ditz unas (asenadas, colhonadas). Ne canti una (cançon).

quand on devine le sens : Ne vau fumar una (cigareta). Ne ditz unas (asenadas, colhonadas).

13

NOMS ET ADJECTIFS

I La Formation du Féminin

A / La plupart des substantifs et adjectifs ajoutent un A à la forme masculine. un filh fòrt, una filha fòrta. un ròc sec, una ròca seca. un molin fresc, una molina fresca.

B / La consonne finale sourde (C, G, P, T, S) se sonorise souvent à l’écriture (en G, J, B, D) et à la prononciation

(S doux). un lop pesuc, una loba pesuga. lo pagés cortés, la pagesa cortesa. un amic polit, una amiga polida. miègjorn e mièg, una ora e mièja.

C / Les substantifs et adjectifs terminés par une diphtongue en U peuvent changer ce U en V. l’esclau viu, l’esclava viva. lo romieu suau, la romieva suava.

D / La plupart des adjectifs et substantifs en E changent ce E final en A. lo mèstre alègre, la mèstra alègra. lo pastre rude, la pastra ruda.

E / Suffixes spéciaux pour autres substantifs et adjectifs :

-dor

-doira

un dròlle maridador, una dròlla maridadoira.

-ador

-airitz

to trobador, la trobairitz.

-tor

-tritz

lo motor, la motritz.

-e

-essa

lo prince, la princessa. Pastres, pastressas.

F / Remarques pour autres féminins des substantifs

a) Certains noms d’animaux ont un genre unique :

lo rossinhòl (mascle o feme), la sèrp (mascle o feme).

b) Les noms de personnes à genre unique changent l’article :

lo torista, la torista

c) Certains substantifs ont un radical différent au masculin et au féminin :

l’òme, la femna l’ase, la sauma lo paire, la maire lo fraire, la sòrre

G / Remarques

a) Les consonnes sourdes finales ne se sonorisent pas toujours

lo ròc la ròca

Les diminutifs en et ou en òt :

rauc

rauca

sec

seca

grandet / grandeta lo piòt / la piòta lo cep (cep) / la cepa (la souche)

pauròt / pauròta lo rat / la rata

lo fais / la faissa

gras / grassa

gròs / gròssa

las / lassa

lo tap (le bouchon) / la tapa (le tampon pour boucher)

b) Les adjectifs en èu ont un féminin en èa :

contemporanèu contemporanèa

gallinacèu

europèu

europèa

gallinacèa

14

H / Parfois un masculin et un féminin identiques ont deux sens différents :

sòm (sommeil)

la sòm (l’envie de dormir), ai sòm (j’ai envie de dormir)

lo sòm (le somme) synonyme : la dormida ;

et :

lo gaug (la joie) possède un homonyme : lo gaug (le souci = la fleur), qui est, en fait, un mot différent.

I / Les mots français et occitans analogues peuvent avoir des genres différents

a) mots masculins en occitan, féminins en français

un afar

une affaire

lo cremalh

la crémaillère

un armari

une armoire

lo culhièr

la cuillère

lo dèime, lo dèume

la dîme

un irange

une orange

lo deute

la dette

lo limit

la limite

un enclutge

une enclume

lo metòde

la méthode

un epitafi

une épitaphe

un escaire

une équerre

un oire

une outre

un estable

une étable

un òli

une huile

un estudi

une étude

un òrdi

une orge

lo fólzer

la foudre

un parelh

une paire

lo glaç

la glace

lo relòtge

l’horloge

un idilli

une idylle

lo rem

la rame

un imatge

une image

lo teule

la tuile

lo gaug

la joie

b)

mots féminins en occitan, masculins en français

 

una agla

un aigle

la mentida

le mensonge

una chifra

un chiffre

la messorga le mensonge

la clastra

le cloître

una ongla

un ongle

la diocèsi

le diocèse

la sal

le sel

una edat

un âge

la sèrp

le serpent

una èdra

le lierre

la sòrt

le sort

la fenial

le fenil

la tarifa

le tarif

la ginèsta

le genêt

la val

le val

la lèbre

le lièvre

Un platane se dit una platana ou un platanièr. Un pylône se dit una pilòna ou un pilòn

J / Le passage d’un mot au féminin change parfois le sens

a) Le féminin est souvent augmentatif.

Exemples :

lo cotèl = le couteau lo culhièr = la cuillère lo lençòl = le drap lo molin = le moulin lo ròc = le rocher lo sac = le sac lo topin = le pot de terre

b) Le féminin est parfois collectif

Exemples :

lo frut, lo fruch = le fruit lo ram = la branche

c) La nuance peut être autre

un òs = un os

un persèc = une pêche (dont le noyau est attaché à la chair) una persèga = une pêche (dont le noyau se détache seul) ce sont des variétés différentes de pêches.

lo teule = la tuile

la cotèla = le grand couteau de cuisine la culhièra = la cuillère à sauce la lençòla = le grand drap pour charrier de la paille, etc. la molina = le gros moulin (à eau) la ròca = le gros rocher la saca = le grand sac la topina = le grand pot de terre

la fruta, la frucha = les fruits (d’une récolte) la rama = la ramée ; le feuillage

l’òssa = l’ossature, la charpente osseuse

la teula = la brique

15

II - Les Collectifs

Des noms à sens collectif restent au singulier

lo bestial, lo bestiar lo mond

Et surtout les collectifs en am, -um = les (l’ensemble des…) ; et aussi en : -alha (souvent préjoratif) Exemples :

l’arbralha, l’arbram l’aucelum, l’auselum l’aucelalha, l’auselalha l’aujam = la polalha la cacibralha, la racalha lo coiram lo feram, lo ferum l’estelam, l’estelum lo fulham, lo fulhum lo fustam lo postam la ratalha lo ratum

les bêtes de la ferme, le bétail les gens, et aussi : le monde

les arbres les oiseaux les volatiles les oiseaux de la basse-cour, les volailles les gueux les cuivres les bêtes sauvages les étoiles les feuilles (d’un arbre) les poutres (d’une charpente) les planches, d’où aussi : le plancher, le lambris, la cloison en planches l’engeance des rats les rats

Dans ce cas, le verbe est souvent accordé suivant le sens (pluriel) et pas la forme grammaticale (singulier) :

lo mond díson que… = les gens disent que… lo mond que fan pas res = les gens qui ne font rien

Exemples de collectifs en alha nettement péjoratifs :

la curatalha = les curés

la toristalha = les touristes (la « touristaille »)

la gendarmalha = les gendarmes

: la curatalha = les curés la toristalha = les touristes (la « touristaille ») la

16

DEGRÉS DE COMPARAISON DE L’ADJECTIF

I Comparatif

1 / Supériorité

pus (ou mai)… que ou pus (ou mai)… que non pas Pèire es pus fòrt que Joan. Pèire es pus fòrt que non pas Joan.

2 / Infériorité

mens… que ou mens… que non pas Joan es mens fòrt que Pèire. Joan es mens fòrt que non pas Pèire.

3 / Égalité

tan… coma tant… coma tan = [ta] s’emploie devant consonne. tant = [tant] s’emploie devant voyelle. Bernat es tan fòrt coma Jòrdi. Bertrand es tant aimable coma Paul. Pas tan(t)… coma peut remplacer mens… que.

II Superlatif

1 / Absolu :

On met plan (fòrt, fòrça, tot plen) devant l’adjectif.

Joan es plan brave. un òme fòrt ric.

Pour marquer l’intensité, on dira :

una femna fòrça esberida. es tot plen aimabla.

Joan es mai que brave. un castèl subrebèl.

Joan es brave coma tot.

On peut aussi redoubler l’adjectif. aquel mainatge es polit polit : cet enfant est très joli. es dolent dolent : il est très méchant.

2 / Relatif :

Article défini + comparatif On peut mettre l’adjectif devant le nom. la pus valenta femna. sus la mai nauta montanha.

On peut le mettre aussi après le nom. Dans ce cas on ne répète pas l’article :

l’òme pus paure : l’homme le plus pauvre. la dròlla mai intelligenta : la fille la plus intelligente. l’ase mens cargat : l’âne le moins chargé.

3 / L’occitan n’hésite pas à mettre au superlatif des adjectifs de sens superlatif :

lo pus ainat de totes.

17

lo pus mendre bocin. la pus primièra. lo pus principal. çò pus principal.

III Formes Irrégulières

melhor

=

mai bon

lo melhor

=

lo mai bon

pièg

=

mens bon, pièger (masculin et féminin)

lo pièger

=

lo mens bon

mendre

=

mai pichon

lo mendre

=

lo mai pichon

et féminin) lo pièger = lo mens bon mendre = mai pichon lo mendre = lo

18

I Formes Faibles

LES POSSESSIFS

   

POSSÉDÉ

 

singulier

 

pluriel

POSSESSEUR

 

masculin

féminin

masculin

féminin

 

1 e personne

 

mon

ma

mos

mas

singulier

2 e personne

 

ton

ta

tos

tas

3 e personne

 

son

sa

sos

sas

 

1 e personne

 

nòstre

nòstra

nòstres

nòstras

pluriel

2 e personne

 

vòstre

vòstra

vòstres

vòstras

3 e personne

 

lor

 

lors

1 / au féminin singulier, devant voyelle on emploie :

 

mon, ton, son, au lieu de : ma, ta, sa

mon escòla, ton idèa, son ala

 

2 / Variantes : nòstris = nòstres ; vòstris = vòstres.

 

II Formes Fortes

 
 

POSSÉDÉ

 

singulier

 

pluriel

POSSESSEUR

 

masculin

féminin

masculin

féminin

 

1 e personne

 

mieu

miá

mieus

miás

singulier

2 e personne

 

tieu

tiá

tieus

tiás

3 e personne

 

sieu

siá

sieus

siás

 

1 e personne

 

nòstre

nòstra

nòstres

nòstras

pluriel

2 e personne

 

vòstre

vòstra

vòstres

vòstras

3 e personne

 

lor

 

lors

1 / Les formes faibles sont adjectifs :

mon ostal, ma vida

2 / Les formes fortes avec article sont adjectifs ou pronoms :

lo mieu gaton lo lor buòu pren lo tieu aquò’s lo sieu

la miá galina la lor vaca garda la tiá portaràn la lor

3 / On a aussi la construction : article + substantif + forme forte

l’ostal mieu

la lenga nòstra

4 / Après çò, on emploie la forme forte (sans article) :

çò mieu çò nòstre çò lor On dit aussi : çò de mieu, etc.

ce qui est à moi ce qui est à nous ce qui est à eux

5 / Variantes (nombreuses) :

mieu

miá

=

meu

mieuna

=

miu

meuna =

= Certains parlers remplacent parfois lor, lors par les formes du possesseur singulier : sieu, etc.

=

miuna

19

III

Remarques

1 / Placé après le nom (ou après çò) l’idée de lien est plus forte :

Un mainat sieu. La lenga nòstra. Çò nòstre. Aquel ostal es mieu.

Un enfant à lui.

2 / Le possessif est après dans les interpellations : Paire Nòstre,…

3 / Idiomatismes Lo paure mon òme. Lo paure ton oncle.

Feu mon mari. Feu ton oncle.

paure s’emploie pour parler d’une personne décédée : Lo paure Lassèrra èra l’amic de mon paire.

IV Autres Constructions

L’occitan évite souvent l’adjectif possessif en employant :

1 / l’article défini (s’il n’y a pas d’ambiguïté) Vau a l’ostal. Ai perduda la mòstra. (Me soi perduda la mòstra.) Lo filh s’es maridat.

Je vais chez moi. J’ai perdu ma montre. Mon fils s’est marié.

2

/ un pronom personnel

lo gos li es mòrt

=

son gos es mòrt

me lauri lo camp

=

lauri mon camp

2 / un pronom personnel lo gos li es mòrt = son gos es mòrt me

20

LES DÉMONSTRATIFS

I – Formes de l’Adjectif

1 er système

aiceste, aicestes, aicesta, aicestas aqueste, aquestes, aquesta, aquestas aquel, aqueles, aquela, aquelas

2 ème système

aquel… d’aicí

aquel… d’aquí

aquel… d’alai

II Formes du Pronom

1 er système

aiceste, aicestes, aicesta, aicestas aqueste, aquestes, aquesta, aquestas aquel, aqueles, aquela, aquelas

2 ème système

aquel… d’aicí

aquel… d’aquí

aquel… d’alai

III – Principes d’Emploi

Les emplois de aiceste, aqueste, aquel, de aicí, et de aiçò, aquò sont corrélatifs.

3 points de référence

aicí (ací) aquí, alai aiceste, aqueste e aquel aquel d’aicí, aquel d’aquí, aquel d’alai

2 points de référence aicí e alai ou bien aquí e alai aqueste e aquel aquel d’aicí e aquel d’aquí ou bien aquel d’aquí, aquel d’alai

Pas de point de référence aquí, aquel aquel d’aquí quand on ne précise pas. Toutefois, on dit aussi bien : aquel e aquel / aquel, aquel e aquel.

IV Aqueste

Cette forme s’emploie obligatoirement dans les expressions suivantes : aquesta annada, aqueste matin, d’aquesta ora, aqueste ser, aqueste còp. Il y a une opposition sous-entendue avec : aquela annada, aquel ser,…

V Aiçò

S’emploie comme aiceste, c’est-à-dire rarement, le plus souvent pour annoncer ce qui va suivre :

Escotatz aiçò (açò) !

21

VI Aquò

Ce pronom neutre s’emploie dans de nombreuses constructions :

aquò d’aicí, aquò d’aquí, aquò d’alai aquò foguèt lèu fach (/foguèt lèu fach) aquò’s… pr’aquò

(voir § 3)

VII Çò

S’emploie dans les incises :

çò diguèt, çò diguèt ela çò nòstre, çò melhor çò que disètz per çò que…

Avec une détermination :

VIII Exclamatives

L’adjectif peut se postposer dans les exclamatives. A ! lo brave òme aquel !

: VIII – Exclamative s L’adjectif peut se postposer dans les exclamatives. A ! lo brave

22

PRONOMS PERSONNELS

I Pronoms Sujets ou Compléments Prépositionnels

Personnes

Genre

Singulier

Pluriel

Préséance/Politesse

1 ère

masculin

ieu

nosautres

 

féminin

nosautras

nos

2 ème

masculin

 

vosautres

 

féminin

tu

vosautras

vos

3 ème

masculin

el

eles

 

féminin

ela

elas

Variantes :

ieu = jo ; nosautres = nosautris ; vosautres = vosautris ; eles = elis

Formes courtes :

nosaus = nosautres ou nosautras vosaus = vosautres ou vosautras

Rappelons que le pronom sujet n’est pas exprimé dans la phrase normale. On l’utilise :

a) pour préciser le genre à la 3 ème personne El plorava, mentre qu’ela risiá. (Il pleurait, pendant qu’elle riait.)

b) pour insister (la traduction française a deux pronoms) Ieu, me’n vau. (Moi, je m’en vais.)

En particulier lorsqu’il y a un parallèlisme entre plusieurs personnes, comme dans la chanson de carnaval :

Tu, te’n vas e ieu demòri. (toi, tu pars et moi je reste)

Les pronoms sont utilisés après une préposition :

Lo libre es per ieu. Passa jos ela.

Pensi a tu. fau coma eles. Se sarrava contra el.

Bien distinguer :

vos = une seule personne que l’on vouvoie vosautres, vosautras = plusieurs personnes

Me’n vau ambe tu.

Nos est rare. Exemple tiré d’un document historique :

Nos, Catarina, rèina de Navarra, avèm ordenat…

II Pronoms Compléments sans Préposition (COD-COI)

1 /

     

Pluriel ou

Personnes

Genre

Singulier

politesse

1 ère

me

nos

2 ème

te

vos

3 ème COD

masculin

lo

los

féminin

la

las

3 ème COI

les deux genres

li

lor

COD = complément d’objet direct COI = complément d’objet indirect

me, te, lo et la, s’élident en : m’, t’, l’, devant voyelle.

23

m’aima, t’aima, l’aimi (l’ = un òme o una femna).

2 / Le pronom neutre COD est : O

Le pronom présente de nombreuses variantes locales : zo, ac, va, etc.

Bien distinguer o, pronom neutre (= cela), de lo, pronom masculin. En français ils se traduisent tous les deux par le.

Lo vòli aquel libre.

(Je le veux, ce livre.)

lo = libre

(masculin)

O

sabi pas.

(Je ne le sais pas.)

o = cela

(neutre)

O

disi.

(Je le dis.)

o = cela

O

veses plan. (qu’ai rason)

 

Lo veses. (l’òme qu’es davant l’ostal)

(Tu le vois bien, que j’ai raison.) (Tu le vois, l’homme qui est devant la maison.)

3 / Le pronom réfléchi est : se

Élidé en s’ devant voyelle : l’estiu s’acaba

4 / Les adverbes pronominaux

Les adverbes pronominaux sont ne et i = « en » et « y ».

Ne vòli.

(J’en veux.)

Ne parla

(Il en parle.)

I vau.

(J’y vais.)

I vòl tornar

(Il veut y revenir.)

Ne se change en en dans les groupes de pronoms après : l’ (= lo), los, las, nos, vos :

L’en tiri ; los en tiram ; las en tiram ; anatz-vos-en ; nos en anirem

Ne s’élide en n’ devant voyelle : n’aurai dos. Ne s’élide en’n après : me, te, se, ne. Me’n dona ; te’n dona ; te’n vas ; se’n va ; ne’n vòli (forme redoublée pour ne vòli).

III Tournures Pronominales

En voici un classement :

1 / Tournures où la tournure simple est impossible (se joue le rôle d’un préfixe du verbe) :

S’abstenir, s’estrementir (s’émouvoir), se prusir (éprouver une démangeaison), s’afanar (se hâter), se coitar (se dépêcher).

2 / Tournure réfléchie :

S’es logat per pastre. (Il s’est loué comme pâtre.)

3 / Tournure passive :

Los deutes se devon pagar = devon èstre pagats

4 / Tournure réciproque :

Jòrdi e Maria se parlan.

5 / Tournure impliquant la participation personnelle du sujet à l’action :

Se peut être supprimé sans grand changement de sens. Se demòran muts. (Ils restent muets.) Espèra-te un bocin que veiràs = espèra un bocin Beaucoup de verbes peuvent être construits avec une forme pronominale : s’ausir, se beure, se creire, se durmir, se manjar, se morir, se pensar, se plorar, se prusir, se rire, se voler, etc. Les formes pronominales sont fréquentes en occitan.

Exemples :

L’òme se plora tot solet, mentre que la vièlha se ritz. Ieu, me soi pensat : t’i cal anar. Te riràs plan. Lo paire se moriguèt l’an passat.

24

Es ora que t’aujas la vertat. (verbe ausir = entendre) Se beu un pinton. Se manja una lesca de pan ambe de cambajon. Se pren los dos panièrs de patanas. Me tiri lo capèl. Nos l’auriam portat totis dos.

IV Traduction du français « on » (Sujet Indéfini)

1 / òm inclut toujours celui qui parle et ne s’emploie que pour exprimer des généralités L’òm es jamai pro prudent. Çò qu’òm pòt pas far, òm o daissa. (formules presque proverbiales)

2 / Par la troisième personne du pluriel díson que la femna li es mòrta.

3 / Par une forme pronominale (accordée ou non) Se dison de messorgas. Se ditz de messorgas. Se veson las torres del castèl. Se vetz las torres del castèl. Alai se bastisson d’ostals.

4 / On peut avoir la deuxième personne du singulier ou du pluriel :

Dises una causa, puèi n’es una autra. (On dit une chose…). La copariatz ambe un cotèl. (On la couperait avec un couteau.) Ces constructions montrent l’intérêt porté par celui qui parle ou par son interlocuteur à l’action.

5 / On emploie aussi lo mond (= les gens) avec le verbe au pluriel :

Lo mond dison que (on dit que… ; les gens disent que…)

6 / Le français actuel emploie de plus en plus « on » pour remplacer « nous ». L’occitan ne le fait pas. Il emploie la première personne du pluriel. Vendrem deman = on viendra demain (= nous viendrons…)

Remarque :

Noter la nuance entre l’emploi de òm et ce dernier usage :

a) ce que l’on ne peut pas faire, on le laisse (généralité proverbiale) : çò qu’òm pòt pas far, òm o daissa.

b) ce qu’on (= nous) a fait hier, on le refera demain : çò que faguèrem ièr, o tornarem far deman.

o daissa. b) ce qu’on (= nous) a fait hier, on le refera demain : çò

25

I –Le Présent de L’indicatif

LE VERBE

• Les verbes sont classés en trois groupes :

Groupe I :

infinitif en AR

parlar (parler)

Groupe II :

infinitif en IR

bastir (bâtir), venir (venir)

Groupe III :

infinitif en RE ou en ER

batre (battre), saber (savoir)

Remarques Dans AR, -IR, -ER, le R final ne s’entend pas.

Les terminaisons :

-AR et –IR portent l’accent tonique.

parlar : [parla]

bastir = [basti]

venir = [veni]

-RE ne porte pas l’accent tonique. batre = [batre] -ER peut être tonique : saber = [sabe] ; ou être atone : nàisser = [nayse]

• Le groupe II présente deux modèles de conjugaison. Modèle II.A : avec ISSentre le radical et la terminaison au présent de l’indicatif. Modèle II.B : sans rien entre le radical et la terminaison au présent de l’indicatif.

Voici trois listes (incomplètes) de verbes en IR :

1 / Verbes suivant le modèle II.A

Bastir (bâtir)

escupir (cracher)

florir (fleurir)

Languir (s’ennuyer, languir) mentir (mentir)

patir (souffrir)

Porgir (offrir)

seguir (suivre)

torcir (tordre)

Vestir (habiller) et leurs dérivés.

2 / Verbes suivant le modèle II.B

Tenir (avoir, tenir)

3 / Verbes se conjugant, au choix, suivant l’un des modèles II.A ou II.B

venir (venir) et leurs dérivés.

ausir (entendre)

bulir (bouillir)

cubrir (couvrir)

culhir (cueillir)

durbir (ouvrir)

dormir (dormir)

fugir (fuir)

legir (lire)

lusir (luire)

morir (mourir)

ofrir (offrir)

partir (partager, partir)

prusir (démanger)

pudir (puer)

querir (chercher)

sentir (sentir) et leurs dérivés.

sofrir (souffrir)

sortir (sortir)

Certains verbes sont irréguliers. Ils appartiennent surtout au groupe III. Dans le groupe I citons : anar (aller), dar (donner), estar (demeurer, exister, tarder).

Les participes passés réguliers sont :

Groupe I :

en AT/ADA

parlat (masc.) parlada (fem.)

Groupe II :

en IT/IDA

bastit (masc.) bastida (fem.)

Groupe III :

en UT/UDA

batut, sabut (masc.) batuda, sabuda (fem.)

Dans le groupe II.B : tenir et venir ont un participe passé en UT/UDA : tengut, vengut (masc.) ; tenguda, venguda (fem).

Dans la conjugaison normale, il n’y a pas de pronom personnel sujet.

26

II Conjugaison des Verbes Modèles et Auxiliaires

 

I PARLAR

 

Mòdes impersonals

Temps simples

Temps compausats e subrecompausats