Vous êtes sur la page 1sur 9

L

e concept amérlcaln de kévolutlon dans les aííalres mllltalres (ko.o|ut|oo |o M|||ta|j
^||a||s, kMA) a émergé dans un contexte stratéglque marqué par une double révolutlon,
celle de l´lníormatlon et celle de la globallsatlon. Les Ltats-Unls dolvent réa|uster leur
stratégle à un nouvel envlronnement ou la duallté systeme amérlcaln/systeme monde se complexlíle
et lmpllque une relatlon plus lntlme entre le malntlen de l´hégémonle et la préservatlon des équlllbres
lnternes. Des lors, la kMA sort du débat strlctement techno-mllltalre pour ôtre pensée à la lumlere
des grands bouleversements soclaux que crée la double révolutlon. Les acteurs stratéglques se
multlpllent autant comme relals de la praxls hégémonlque (des Ltats-Unls et du systeme monde) que
comme menaces ou rlsques systémlques. Alnsl, les ílrmes transnatlonales, les CNC et les médlas
peuvent ôtre utlllsés dans la pro|ectlon de pulssance, alors que les acteurs « déllnquants » (maíleux,
terrorlstes, prollíérateurs, nettoyeurs ethnlques, etc.) constltuent des menaces « asymétrlques ».
la kMA comme /´inlegralion informalionne//e Jes mojens Je /a guerre
La kévolutlon de l´lníormatlon et la globallsatlon remettent en cause deux paradlgmes essentlels
sur lesquels reposalent la sécurlté des Ltats modernes alnsl que la pensée et la praxls stratéglques .
ll s´aglt de la sanctuarlsatlon natlonale et du panoptlsme, comprls comme l´exerclce du pouvolr
spatlalement organlsé pour assurer le contròle par la survelllance. Ln eííet, alors que la
transnatlonallsatlon et l´lnterconnexlon (des acteurs, des vulnérabllltés, des rlsques et coníllts) rendent
valne la sanctuarlsatlon natlonale, le panoptlsme a peu d´emprlse sur la vlrtuallté et l´ublqulté du
cyberespace, l´lnvlslblllté des nouveaux moyens de camouílage et de déceptlon ou encore la dlíílclle
dlscrlmlnatlon des adversalres dans les « zones grlses » (Clvlls ou mllltalres :, Cuerrlers ou crlmlnels :
Combattants ou non combattants : Croupe polltlques ou maílas :...).
Des lors, l´approche stratéglque de la ílxlté spatlo-temporelle du contròle de la vlolence est
relayée par une approche de la íluldlté, de l´ublqulté volre de la vlrtuallté spatlo-temporelle. La
domlnatlon totale et unllatérale (la « domlnance ») du domalne de l´lníormatlon devlent un en|eu
essentlel du malntlen de l´hégémonle. L´« lníodomlnance » devlent un métaparadlgme stratéglque
qul consacre le « temps réel » comme l´annulatlon de la proíondeur stratéglque spatlale de l´adversalre
(l´« asynchronle ») qul lndult la supérlorlté déclslonnelle. A un nlveau stratéglque global mllltalre,
géopolltlque et géoéconomlque l´lníodomlnance permet le contròle systémlque du s|aµ|og t|o
.o||o
1
. A un nlveau mllltalre, la domlnance lníormatlonnelle permet la kMA, à savolr l´lntégratlon
des opérateurs de la batallle et la rapldlté dans la prlse de déclslon et l´exécutlon des opératlons, mals
ta RévoIution dans Ics aííaircs miIitaircs
ct Ia « coursc aux capacités »
Saîda ßfDAR
Saída ßédar est chercheur au ClklLS, Lcole des Hautes Ltudes en Sclences Soclales, larls.
q ua tre • 2001
32
(R)ÉVOLUTION DANS LES AFFAIRES M ILITAIRES
aussl l´lntégratlon tous azlmuts lnterarmes, lnteragences, lnteralllés, la clvlllanlsatlon
2
, la synergle
lndustrlalo-mllltalre, en somme l´lntégratlon du « systeme des systemes »
3
. La kMA englobe trols
nlveaux .
º le technologlque . lntégratlon des nouvelles technologles de l´lníormatlon dans les systemes
d´armes exlstants et lntégratlon du C4lSk (commandement, contròle, communlcatlons, conµuto|
et renselgnement, survelllance, reconnalssance),
º le doctrlnal et l´opératlonnel . la technologle dolt ôtre expérlmentée pour donner lleu à de
nouvelles íormes de combat,
º l´organlsatlonnel . ll n´y a pas de kMA posslble sans changement lnstltutlonnel proíond (lntégratlon
lnterarmes, révolutlon entrepreneurlale de la gestlon du lentagone, lntégratlon clvllo-mllltalre).
C´est l´eííet synerglque de ces trols nlveaux qul créera la kMA, d´lcl l´horlzon 2025 selon les
prévlslons du lentagone. La révolutlon mllltalre conslste en ce que l´apport des technologles de
l´lníormatlon permet la mlse en réseau et l´lntégratlon de tous les systemes (armes, senseurs,
commandement et contròle, et au-delà le systeme des systemes). Cn parle également de révolutlon
dans le combat, |o.o|ut|oo |o .a||a|o, dans la mesure ou l´lntégratlon lníormatlonnelle lmpllque un
changement d´équlllbre entre l´attaque et la déíense, le íeu et la manouvre, l´espace et le temps.
Ln eííet, dans la loglque kMA, celul qul possede la supérlorlté lníormatlonnelle a un avantage à
l´attaque, grâce à l´lntégratlon en réseaux sooso|-to-s|ooto| (du senseur au combattant), ll peut
dlsperser ses íorces aglles et légeres tout en concentrant les íeux sur les clbles ennemles senslbles
(centres de gravlté), de môme ll peut aglr plus rapldement que l´adversalre et lul dénler alnsl toute
lnltlatlve sur le champ de batallle. L´lntégratlon lníormatlonnelle de type kMA devralt permettre
l´ublqulté, la s|tuat|ooa| a.a|oooss (la « connalssance sltuatlonnelle ») sur le champ de batallle, la
vltesse, la synchronlsatlon nécessalres à la neutrallsatlon raplde des crlses et coníllts nommée
« précluslon ». La précluslon, rendue posslble par la numérlsatlon des íorces armées et l´organlsatlon
du combat en réseaux lníormatlonnels (oot.o|| coot||c .a||a|o) synerglques et lntégrés, s´élabore
autour du parametre de la compresslon du temps.
La transíormatlon pour le íutur selon le modele kMA dolt íalre íace à des obstacles
organlsatlonnels (rétlcences des armées à la réíorme radlcale, íalblesse de l´lntégratlon lnterarmées),
polltlques (en|eux économlques locaux et électoraux) et lndustrlels (lntérôts à sauvegarder la productlon
de masse des systemes tradltlonnels)
4
. Llle dolt surtout ôtre repensée dans le contexte de la globallsatlon
et rompre avec le schéma coníllctuel lnterétatlque lssu de la guerre írolde
5
.
la g/oba/isalion, /´asjmelrie el /a µro/iferalion Jes caµaciles securilaires
LA kMA A L´LlkLUVL DLS « ZCNLS CklSLS » DL LA CLCßALlSA1lCN
La globallsatlon éclate le champ stratéglque hors du cadre lnterétatlque. Llle n´est pas un
slmple íalt géoéconomlque mondlallsatlon de l´économle llbérale c´est un bouleversement soclal
lndult par l´extenslon du systeme capltallste à de plus en plus de spheres soclales par la marchandlsatlon
crolssante des servlces, de la sclence et de la culture, et d´autre part le développement de centres de
pouvolr soclo-spatlaux non étatlques et non terrltorlaux, émanclpés de la tutelle des |urldlctlons
polltlques dlííérenclées.
q ua tre • 2001
33
La RM A et la « course a ux ca p a cités »
La globallsatlon, en créant ou aggravant les coníllts des « zones grlses » (eííacement des
írontleres systémlques entre le publlc et le prlvé, l´lnterne et l´externe, le clvll et le mllltalre, la guerre
et le crlme, etc.), a aííalbll les Ltats les plus démunls alnsl que les systemes de sécurlté collectlve. La
prédatlon maíleuse, la corruptlon masslve, la décomposltlon soclale de certalns Ltats, et l´extenslon
de la précarlté et de la pauvreté sont désormals le terreau des
coníllts non plus seulement contenus à la pérlphérle mals
transnatlonallsés et globallsés. La globallsatlon, alllée à la
dlííuslon des technologles de l´lníormatlon, donne aux
adversalres systémlques (des lntérôts amérlcalns et/ou du systeme
monde) des capacltés asymétrlques pour contrecarrer la
supérlorlté technologlque de type kMA. Comme l´a exprlmé
Steven Metz, un des íondateurs du concept amérlcaln de la kMA, les strateges du lentagone se sont
rendu compte que . « dans la mesure ou la dlstrlbutlon globale du pouvolr étalt asymétrlque, ll
s´ensulvalt que les stratégles asymétrlques seralent l´évolutlon loglque »
6
.
LL lAkADlCML DL L´AS¥ML1klL kLS1kUC1UkL LA kMA
L´émergence du paradlgme de l´asymétrle dans le débat stratéglque amérlcaln est due au
constat de l´exlstence des posslbllltés, technlques, doctrlnales et éthlco-polltlques, de contourner
volre d´annuler les eííets de pulssance de la kMA. Ln eííet, la dlssémlnatlon des technologles
(notamment C3D2 (Co.o|, Coocoa|noot, Canou||ago, Doo|a| aoo Docoµt|oo
7
), nucléalres, chlmlques,
blologlques et lníormatlonnelles) permet les stratégles asymétrlques de dénl d´acces (accoss-ooo|a|)
et de contournement.
L´asymétrle n´est pas un concept spéclílquement amérlcaln, c´est un réíérent soclal qul permet
l´évaluatlon des rapports de íorces soclaux, y comprls mllltalres. Ln terme de lutte soclale, on peut
établlr que la dlssymétrle et l´asymétrle constltuent deux moments des rapports de íorce. La dlssymétrle
est le moment de la domlnatlon, du malntlen de l´lnégallté domlné/domlnant par la coercltlon.
L´asymétrle est le moment de l´hégémonle, du malntlen de l´lnégallté domlné/domlnant par le
consensus soclal ou le domlné est amené à llmlter sa lutte à sa survle, sa reproductlon et l´amélloratlon
de son statut (syndlcallsme, partlclpatlon polltlque et cltoyenne, etc.). Sl le domlné se met à lutter
pour le pouvolr, et non plus pour sa survle/amélloratlon, c´est la révolutlon. Le domlné brlse le
consensus et recourt à ses avantages comparatlís par rapport aux élltes domlnantes et à l´apparell
d´Ltat qu´elles contròlent . le nombre et l´extenslon soclo-spatlale (les maquls, la guérllla urbalne,
etc.), le g|o|a| |oac| transnatlonal et trans|urldlctlonnel ldéologlque, ethnlque/culturel ou rellgleux.
Le contròle soclal de l´asymétrle, l´évltement de son renversement lnsurrectlonnel, est donc prlmordlal
au malntlen de l´hégémonle.
Dans le domalne de la stratégle mllltalre, dlssymétrle et asymétrle renvolent à deux des trols
nlveaux des rapports de íorces mllltalres . la symétrle est le combat à armes égales, la dlssymétrle est
le recours à la supérlorlté quantltatlve et/ou qualltatlve, et l´asymétrle est la recherche de l´avantage
en exploltant les íalblesses et vulnérabllltés de l´adversalre tout en évltant ses polnts íorts. L´asymétrle
peut ôtre des eííets tactlques lnnovants ayant des eííets stratéglques déclslís (comme la |||otz|||og),
l´exploltatlon de l´envlronnement géophyslque et soclal à son avantage (stratégle de dlssémlnatlon,
repll et terre brúlée du général Koutouzov íace à la stratégle de masslílcatlon de ßonaparte), ou
encore l´évltement du combat, notamment par la menace du recours à des armes de destructlon
masslve (dlssuaslon nucléalre). A un nlveau polltlco-mllltalre, l´asymétrle dépasse le mllltalre pour
englober l´ldéologlque, le polltlco-éthlque et le culturel, comme dans les guerres de llbératlon
la g/oba/isalion, a//iee à /a Jiffusion
Jes lechno/ogies Je /´informalion, Jonne
auv aJversaires sjslemiques (Jes inleréls
americains el/ou Ju sjslème monJe) Jes
caµaciles asjmelriques µour conlrecarrer
/a suµeriorile lechno/ogique Je ljµe kMA.
q ua tre • 2001
34
(R)ÉVOLUTION DANS LES AFFAIRES M ILITAIRES
natlonale, les guérlllas, et tous coníllts caractérlsés par la protractlon et la partlclpatlon populalre
élargle. C´est le syndrome de la guerre non gagnable, uo.|ooa||o .a| (une armée íace à la
moblllsatlon de toutes les ressources humalnes d´une soclété, chaque segment soclal organlsant son
actlon en íonctlon de l´eííort commun). Les Ltats-Unls ont une expérlence du nlveau polltlco-
mllltalre de l´asymétrle lnsurrectlonnelle, des « petltes guerres » proto-colonlales aux opératlons de
palx actuelles en passant par le Vlet Nam, qul leur a permls de codlíler une doctrlne du coníllt de
basse lntenslté ou des opératlons autres que la guerre, (|o. |otoos|tj coo|||ct o| oµo|at|oos ot|o|
t|ao .a|) qul devlent, elle-môme, un parametre central de la stratégle antl-asymétrlque du contròle
soclal global, à la pérlphérle comme au centre.
Les menaces asymétrlques contre les Ltats-Unls le plus couramment cltées dans les dlscours
oíílclels sont . le terrorlsme, la guerre de l´lníormatlon (spatlalo-cyber), le crlme organlsé
transnatlonallsé, la prollíératlon nucléalre, blologlque, chlmlque et ballstlque, le C3D2 et la
dlssémlnatlon technologlque. L´émergence de l´asymétrle dans le
champ stratéglque amérlcaln a aboutl au tout capacltalre et à la
multlpllcatlon des scénarlos selon tous les íuturs posslbles, de
l´Armageddon nucléalre au « learl Harbor » spatlalo-cybernétlque
en passant par la subverslon crlmlnalo-terrorlste. Cette multlpllcatlon
des menaces vlrtuelles et le rlsque de la « surprlse stratéglque »
contralndralent les Ltats-Unls à adopter la posture stratéglque d´un
Ltat vulnérable. La pulssance repose désormals autant sur les
capacltés de pro|ectlon raplde et de coercltlon que sur les capacltés
de renselgnement et de protectlon. La dlssuaslon par la menace
d´anéantlssement par l ´arme nucl éalre est rempl acée par une dlssuaslon capacltalre
multldlmenslonnelle nucléaro-conventlonnelle, oííenslve-déíenslve, lníormatlonnelle qul ne peut
mener qu´à une lnílatlon des moyens et à une nouvelle loglque de la course aux armements.
l´oµlion kMA anli-asjmelrie mène à /a « course auv caµaciles »
LLS NCUVLLLLS CAlACl1LS NUCLLAlkLS, AN1lMlSSlLLS L1 SlA1lALLS lLkML11LN1 LA DCMlNANCL S1kA1LClÇUL
Dans un premler temps, la révlslon de la doctrlne stratéglque de dlssuaslon nucléalre a mené
à une revue de la posture nucléalre (Nuc|oa| |ostu|o ko.|o., Nlk), en 1993-1994, qul préconlsalt
la sortle de la Mutua| ^ssu|oo Dost|uct|oo (MAD) au proílt d´une Mutua| ^ssu|oo Sa|otj (MAS) avec
la kussle. ll s´aglssalt notamment de la réductlon des armements, du malntlen de la sécurlté des
lnírastructures et systemes russes, et des mesures d´asslstance qul prévlennent la radlcallsatlon du
réglme en kussle (|oogo aga|ost t|o |o.o|sa| o| |o|o|n
8
). La réductlon des íorces dans le cadre de
S1Ak1 ll devalt condulre à la réductlon de 18 à 14 sous-marlns équlpés de 1rldent et au malntlen
des 500 lCßM Mlnuteman. Ln 2003, ll ne devalt rester que 3500 armes stratéglques nucléalres.
Cette révlslon de la posture nucléalre a mené à l´énoncé d´une doctrlne stratéglque qul
malntenalt le prlnclpe de l´utlllsatlon des íorces nucléalres à des ílns de dlssuaslon d´une attaque
nucléalre ou conventlonnelle ma|eure par un Ltat nucléalre . « Nous garderons assez de íorces
nucléalres pour dlssuader l´actlon contre nos lntérôts vltaux par des dlrlgeants hostlles qul ont acces
à des íorces nucléalres stratéglques, et pour les convalncre que la recherche d´un avantage nucléalre
seralt íutlle
9
 ».
la Jissuasion µar /a menace
J´aneanlissemenl µar /´arme nuc/eaire
esl remµ/acee µar une Jissuasion
caµacilaire mu/liJimensionne//e ÷
nuc/earo-convenlionne//e, offensive-
Jefensive, informalionne//e ÷ qui ne
µeul mener qu´à une inf/alion Jes
mojens el à une nouve//e /ogique Je /a
course auv armemenls.
q ua tre • 2001
35
La RM A et la « course a ux ca p a cités »
La doctrlne comprenalt le volet de la réductlon des armes nucléalres (armes stratéglques
rédultes de 59° entre 1988 et 1995 et de 79° d´lcl 2003, les armes tactlques de 90° entre 1988
et 1995, les bombardlers sont « hors d´alerte », les lCßM et SLßM « déclblés »
10
), et le volet de
la contre-prollíératlon des armes de destructlon masslve (Couoto|µ|o|||o|at|oo |o|t|at|.o, Cll) íondé
sur des « réponses » conventlonnelles à la menace ou l´usage de telles armes. La Dlrectlve
présldentlelle de novembre 1997, Nuc|oa| \oaµoos |nµ|ojnoot |o||cj Cu|oaoco (lDD/NSC 60),
reprend les termes de la Nlk et entérlne le nlveau de íorces prévu par les accords S1Ak1 lll, de
2000 à 2500 armes stratéglques
11
.
Cr, à partlr de 2000, la posltlon tradltlonnelle du recours au nucléalre contre les Ltats nucléalres
et le cholx du conventlonnel pour répondre à la menace et l´utlllsatlon des armes de destructlon
masslve est remlse en cause
12
. Stratéglquement, le nucléalre devlent un moyen de lutte contre les
lnstruments asymétrlques d´accoss ooo|a| telles les armes de destructlon masslve qul peuvent empôcher
la pro|ectlon de íorces. L´émergence du íacteur asymétrlque, llmltant les posslbllltés de l´attaque
stratéglque déclslve, renvole les Amérlcalns à l´optlon capacltalre totale . tous les moyens de l´Ltat
(lntégratlon bureaucratlque, lnteragences, clvllo-mllltalre, publlc-prlvé) et de la Natlon (promotlon
du ròle de la soclété clvlle dans la préventlon et la résolutlon des coníllts), les moyens et actlons
déíenslís et oííenslís, volre préemptlís mllltalres. Désormals la doctrlne oíílclelle établlt que la dlssuaslon
lnclut « les actlons dlplomatlques, économlques, lníormatlonnelles et mllltalres »
13
. Les optlons
mllltalres de dlssuaslon sont la capaclté de déplolement et d´emplol rapldes des íorces, le déplolement
en cas de crlse, et l´emplol llmlté et démonstratlí de la íorce pour « dlssuader l´aventurlsme »
14
.
L´arme nucléalre vlse à dlssuader une attaque nucléalre, chlmlque ou blologlque, mals également à
« se prémunlr d´une déíalte des íorces conventlonnelles amérlcalnes dans la déíense d´lntérôts
vltaux »
15
. La dlssuaslon s´étend à l´ensemble du spectre des coníllts mals également du champ
d´actlon soclale. Llle devlent « grlse ».
lace à l´asymétrle, les Ltats-Unls veulent malntenlr un seull nucléalre quantltatlí et qualltatlí. Du
polnt de vue quantltatlí, 2000 tôtes semble ôtre le chlííre « maglque », 1000 pourralt lnclter la
lrance et la Chlne et, à terme, les Ltats du seull et d´en dessous (|oguo) à attelndre le « nlveau des
Crands ». lar allleurs, ll íaut pouvolr assurer le clblage qul n´est plus kuss|a-coot|oo. Çualltatlvement,
la non-ratlílcatlon du 1ralté d´lnterdlctlon complete des essals se |ustlíle par la nécesslté de lutter
contre les moyens de C3D2 par la préclslon, la períoratlon et la mlnlaturlsatlon. Dans son dlscours
à la Nat|ooa| Do|ooso Lo|.o|s|tj sur la déíense antlmlsslle, en mal 2001, le présldent ßush a
annoncé .
« Nous pouvons changer et nous changerons la tallle, la composltlon et le caractere de nos
armes nucléalres de íaçon à reíléter la réallté post-guerre írolde. }e m´engage à attelndre une
dlssuaslon crédlble avec le nombre d´armes nucléalres le plus restrelnt compatlble avec nos besolns
de sécurlté natlonale, y comprls nos obllgatlons envers nos alllés
16
. »
L´antlmlsslle est également consldéré comme un moyen de contre-prollíératlon et de protectlon
mals aussl un moyen de lutte contre l´accos ooo|a| sur terre, sur mer (et sur le llttoral) et potentlellement
dans l´espace. Ln eííet, NMD est également un programme spatlal. Les lncertltudes et les non-dlts qul
l´entourent lalssent ouverte la posslblllté d´une expanslon du systeme vers un schéma « guerre des
étolles ». D´ores et dé|à, des programmes de véhlcules orbltaux et de systemes d´armes spatlaux
antlmlsslle et antlsatelllte íont l´ob|et de recherche et développement. La US Alr lorce prévolt les
premlers essals du systeme d´armes lasers basé dans l´espace (Sµaco |asoo |aso|, SßL) entre 2006 et
2012 (au sol puls dans l´espace)
17
. Les capacltés antlsatelllte des systemes antlmlsslle íont de NMD
un programme de sµacoµo.o| et d´lníodomlnance.
q ua tre • 2001
36
(R)ÉVOLUTION DANS LES AFFAIRES M ILITAIRES
LA MUL1llLlCA1lCN DLS CAlACl1LS CCNVLN1lCNNLLLLS CCMML CAkAN1lL DU « LlßkL ACCLS » DLS
lCkCLS L\lLDl1lCNNAlkLS
Dans le domalne conventlonnel, la kMA lmpllque l´expérlmentatlon, le développement et, à
terme, la productlon de nouvelles génératlons de systemes d´armes íondés sur les technologles de
l´lníormatlon, mals aussl la nanotechnologle et la blotechnologle. Dans une phase de transltlon, ll
s´aglt de malntenlr les plates-íormes tradltlonnelles (porte-avlons, avlon de combat avec pllote, char)
et les nlveaux de íorces qul vont avec (12 porte-avlons, 20 escadres aérlennes, 10 dlvlslons) tout
en expérlmentant et développant les systemes du íutur. Cr pour des ralsons budgétalres et
organlsatlonnelles, le malntlen des deux optlons (kMA vs |ogacj |o|cos) représente une gageure pour
l´Admlnlstratlon ßush. Le débat organlsatlonnel semble tellement vlí
18
, qu´on peut supposer qu´à
terme la solutlon conslstera en une augmentatlon consldérable du budget de la déíense.
D´ores et dé|à, l´admlnlstratlon ßush s´achemlne vers un programme de développement des
capacltés assez ambltleux. La prochalne revue stratéglque quadrlennale (Quao|ooo|a| Do|ooso ko.|o.),
présentée dans ses grandes llgnes par le secrétalre à la déíense Donald kumsíeld, entérlnera le
prlnclpe de la montée en pulssance capacltalre comme un moyen de dlssuader tout adversalre
potentlel de développer des capacltés sophlstlquées et de dénl d´acces. La « shoplng-llst » des
capacltés à développer est plutòt longue ce que kumsíeld nomme µo|t|o||os o| caµa||||t|os .
º les capacltés humalnes, sna|t .oaµoos |oqu||o sna|t so|o|o|s,
º l´expérlmentatlon, y comprls d´unltés mllltalres lnnovantes,
º le renselgnement, pour détecter les lntentlons, les capacltés et les attaques lmmlnentes,
º les capacltés spatlales, de renselgnement et observatlon, et de contròle et protectlon des systemes
spatlaux,
º la déíense antlmlsslle,
º les opératlons lníormatlonnelles,
º la gestlon pré-coníllctuelle pour évlter le coníllt et lníluer sur les cholx des décldeurs,
º l´attaque de préclslon dlscrlmlnante,
º des íorces lnterarmes rapldement déployables (kapld Deployable Standlng }olnt lorces) pour
prévenlr notamment le dénl d´acces,
º les systemes sans pllotes, y comprls les senseurs et véhlcules robotlques terre, alr, mer et spatlaux,
º les systemes de commandement, contròle, communlcatlons et de gestlon lníormatlonnelle,
º la moblllté stratéglque pour la pro|ectlon raplde,
º une base de recherche et développement pour assurer la supérlorlté et se garantlr des « surprlses
potentlelles » (eííets learl Harbor),
º une lnírastructure et une loglstlque modernlsées.
La dlssuaslon par la démonstratlon de íorces capacltalres tous azlmuts sans échelle polltlque de
la manlpulatlon des rlsques de guerre (o|ssuas|oo vs ooto||ooco ), s´lnscrlt dans l´évolutlon de la
pensée stratéglque amérlcalne du cadre de la blpolarlté (altérlté du compétlteur palr, cadre de la
q ua tre • 2001
37
La RM A et la « course a ux ca p a cités »
sécurlté collectlve et du systeme des alllances), à celul de la domlnance unllatérale. La íln de la
guerre írolde et la globallsatlon créent les condltlons d´un a|ustement stratéglque de la duallté
systeme amérlcaln/systeme monde qul garantlt le malntlen de l´hégémonle par le développement de
capacltés supérleures (techno-mllltaro-économlques) mals aussl par la dlssémlnatlon des normes
amérlcalnes (s|aµ|og t|o .o||o).
L´^kMS CCN!kC| CCNVLN1lCNNLL SCUMlS AU\ lMlLkA1llS DL L´L\lLDl1lCNNAlkL
L´adaptatlon du 1ralté sur les íorces armées conventlonnelles en Lurope (ClL) en novembre
1999 a été symptomatlque de la tendance amérlcalne à prlvllégler la préservatlon des capacltés de
pro|ectlon raplde au détrlment de la coo||oooco |u||o|og. Dans un contexte post-guerre du Kosovo
(et de guerre en 1chétchénle), la négoclatlon ílnale a aboutl à une réductlon des systemes d´armes
tradltlonnels (11 000 chars, pleces d´artlllerle et avlons de combat devant ôtre démantelés), mals au
malntlen des nlveaux llllmltés de déplolement par l´C1AN sur le terrltolre de ses nouveaux membres
d´héllcopteres d´attaque et d´avlons de combat, à des ílns de « ílexlblllté opératlonnelle dans les
déplolements temporalres ».
La réductlon des armes conventlonnelles en Lurope releve d´un en|eu stratéglque et géopolltlque
tout aussl lmportant que du temps de l´aíírontement blpolalre. Ln eííet, les négoclatlons ont révélé
une opposltlon entre les Ltats-Unls et ses alllés européens, les premlers étant en íaveur d´un nlveau
de déplolement temporalre de deux dlvlslons lnslstant sur le íalt qu´un tel déplolement pourralt
lntervenlr sans mandat de l´CNU ou de l´CSCL aíln d´assurer les eííets de rapldlté nécessalre à la
préventlon et la dlssuaslon. Les Luropéens ont avancé l´argument que ce nlveau étalt trop élevé et
potentlellement déstablllsant, et que toute actlon de l´C1AN de sécurlté collectlve ou de malntlen de
la palx nécessltalt un mandat de l´CNU ou de l´CSCL. lar allleurs, les Luropéens ne redoutalent pas
seulement l´unllatérallsme amérlcaln, mals également que la notlon de ílexlblllté opératlonnelle
pulsse encourager les kusses à lntervenlr llbrement, et vlolemment, dans leur zone pérlphérlque,
notamment dans le Caucase du Nord. Les Luropéens se sont ílnalement allgnés sur la posltlon
amérlcalne, d´une part parce que les Amérlcalns ont d´abord négoclé en bllatéral avec la kussle pour
ensulte lmposer une déclslon « íalt accompll » et, d´autre part, parce que les accords tendalent à
mleux lntégrer les nouveaux membres dans le schéma de la sécurlté collectlve transatlantlque.
Cn volt comment le nouveau processus de contròle des armements devlent pour les Ltats-Unls
un moyen de dlííuslon de leurs normes et d´asslse de leur pulssance mllltalre et géopolltlque. L´a|ns
coot|o| partlclpe, alllé au crltere de l´lnteropérablllté (notamment la Do|ooso Caµa||||t|os |o|t|at|.o
19
),
à la codlílcatlon des nlveaux et des types de íorces suíílsants pour la pratlque expédltlonnalre Ltats-
Unls/C1AN, mals également du cadre polltlque de cette pratlque. Ln eííet, la ílexlblllté opératlonnelle
devlent la |ustlílcatlon du non recours au mandat CNU ou CSCL, la temporallté courte de l´lnterventlon
de type kM^ .a||a|o s´oppose lnévltablement à la temporallté longue de la négoclatlon polltlque.
Conc/usion
La kMA comme ílgure du nouveau combat moderne et reílet de la pulssance unllatérale la
domlnance amérlcalne, lmpllque une loglque capacltalre qul mene au surarmement. La course
aux armements ne se íalt plus dans le contexte de la blpolarlté de l´équlllbre des íorces qul lmpllqualt
l´exlstence « modératrlce » de la contre-mesure posslble du compétlteur palr. La nouvelle course
q ua tre • 2001
38
(R)ÉVOLUTION DANS LES AFFAIRES M ILITAIRES
capacltalre se íalt selon le schéma de tous les scénarlos posslbles et tous les íuturs posslbles et re|ette
les optlons classlques de l´a|ns coot|o| et du coo||oooco |u||o|og au nom de l´lrratlonallté et/ou de
l´asymétrle des adversalres potentlels. Le nucléalre n´est plus domestlqué par une loglque polltlco-
mllltalre de la dlssuaslon, ll est lnclut dans une doctrlne de l´emplol de la íorce (antl-accoss ooo|a|).
La pulssance conventlonnelle (non nucléalre) se développe en quallté par l´lntégratlon lníormatlonnelle,
la préclslon et la dlscrlmlnatlon, mals aussl en nature et en quantlté en lnvestlssant de nouveaux
espaces, l´espace orbltal et le cyberespace.
La course en solltalre à la surpulssance capacltalre des Ltats-Unls aura-t-elle des eííets dlssuaslís
ou va-t-elle entrainer des courses locallsées réglonalement ou dans des « nlches » technologlques.
La deuxleme tendance semble se desslner, poussée par les loglques systémlques lndustrlelles (nouveaux
marchés de l´antlmlsslle, de la .oaµoo|zat|oo de l´espace et de la sécurlsatlon lníormatlonnelle) et
géopolltlques (aíírontements lnterétatlques en Asle et au Moyen-Crlent).
Notes
1. S|aµ|og t|o .o||o est depuls 1997 la termlnologle oíílclelle qul déslgne la stratégle amérlcalne post-guerre írolde. ll
s´aglt de « íaçonner » le monde par l´harmonlsatlon des pratlques et des normes lnternatlonales sur le modele
amérlcaln - des standards, des réseaux économlques et lníormatlonnels, des systemes mllltalres - et de la dlííuslon
conséquente des vulnérabllltés du systeme amérlcaln à l´ensemble du systeme mondlal.
2. Clobalement la c|.|||ao|sat|oo renvole à la ko.o|ut|oo |o |us|ooss ^||a||s la réíorme de type entrepreneurlale de la
gestlon du lentagone par le recours aux acteurs et modeles prlvés, et à l´lntégratlon clvllo-mllltalre, qul évlte la
dupllcatlon des systemes lnírastructures et réseaux.
3. Le « systeme des systemes » renvole à l´lntégratlon des systemes de C4lSk (commandement, contròle,
communlcatlons, conµuto| et renselgnement, survelllance, reconnalssance) et des sous-systemes qul condltlonnent
leur íonctlonnement . armements (k&D, productlon, acqulsltlon), mals aussl structures de íorces, loglstlque,
lnírastructures et íacteurs humalns (doctrlne, culture stratéglque, volre systemes polltlco-|urldlques).
4. lour une analyse plus détalllée des obstacles lnstltutlonnels et lndustrlels à la kMA volr Saída ßédar, 1999, « La
réíorme stratéglque amérlcalne . vers une kévolutlon mllltalre :, dans Saída ßédar, Maurlce konal, Dó||s asjnót||quos
ot µ|o¡oct|oo oo µu|ssaoco, Cahler d´études stratéglques, n
o
 25, ClklLS.
5. lour une analyse détalllée du débat kMA/globallsatlon, volr Saída ßédar, 2000, « La globallsatlon comme paradlgme
de la stratégle amérlcalne », dans Saída ßédar (dlr.), |a g|o|a||sat|oo . « oou.o||o ||oot|o|o · ou |oaoo|s||µ
anó||ca|o :, Cahler d´études stratéglque, n
o
 28, ClklLS, octobre.
6. Steven Metz et Douglas V. }ohnson ll, 2001, ^sjnnot|j aoo LS M|||ta|j St|atogj. Do||o|t|oo, |ac|g|ouoo, aoo
St|atog|c Coocoµts, US Army War College´s Strateglc Studles lnstltute, |anvler, p. 2
7. Le C3D2 renvole aux moyens de dlsslmulatlon d´actlvltés, de íacllltés et de capacltés . ll peut s´aglr de leurres, de
constructlon souterralne, mals aussl de satelllte d´alerte ou du recours à la ílbre optlque ou au cryptage.
8. ßruce Carey, 1994, LS ^ooµt|og No. Nuc|oa| \oaµoos |o||cj, USlA, 23 septembre, www.ías.org/news/usa/1994/
77054321-77059383.htm
9. Ltats-Unls d'Amérlque, 1995, ^ooua| Do|ooso koµo|t to t|o ||os|ooot aoo Coog|oss, 31 |anvler.
10. lbld.
11. Volr le résumé de la lDD/NSC 60 (classlílée) sur www.ías.org/lrp/oíídocs/pdd60.htm
12. Dans le rapport annuel du lentagone au Congres et au lrésldent de |anvler 2000, ll est énoncé . « Ln conséquence,
les Ltats-Unls dolvent malntenlr des íorces nucléalres stratéglques survlvables d´une quantlté et d´une dlverslté
suíílsantes alnsl que le déplolement d´armes nucléalres de théâtre dans la zone C1AN et la posslblllté de déployer
des mlsslles de crolslere à bord de sous-marlns pour dlssuader les dlrlgeants potentlellement hostlles qul ont un
acces aux armes nucléalres ». Le rapport de |anvler 2001 répete le môme paragraphe en changeant la íln « ... qul
ont un acces aux armes de destructlon masslve ». Wllllam S. Cohen, secrétalre à la déíense, 2000, ^ooua| koµo|t to
t|o ||os|ooot aoo Coog|oss, |anvler, p. 69, Wllllam S. Cohen, secrétalre à la déíense, 2001, ^ooua| koµo|t to t|o
||os|ooot aoo Coog|oss, |anvler, p. 89.
13. Wllllam S. Cohen, 2001, secrétalre à la déíense, ^ooua| koµo|t to t|o ||os|ooot aoo Coog|oss, |anvler, p. 8.
14. lbld.
15. lbld., p. 21.
16. kona||s |j t|o ||os|ooot to t|o Stuooots aoo |acu|tj at Nat|ooa| Do|ooso Lo|.o|s|tj, Washlngton D.C., 1
er
 mal
2001.
q ua tre • 2001
39
La RM A et la « course a ux ca p a cités »
17. Chrlstlan Lardler, 2001, « La guerre des étolles est relancée », ^|| ot Cosnos, n

1795, 11 mal.
18. Volr 1homas L. klcks, 2001, « kevlew lractures lentagon », \as||ogtoo |ost, 13 |ulllet.
19. La DCl est un pro|et de standardlsatlon et de multlnatlonallsatlon transatlantlque selon le modele kMA qul lmpllque
une reíonte des íorces européennes en terme de moblllté, de déployablllté, de manouvre et de írappe de préclslon.
A terme, ll s´aglt d´lntégrer l´ensemble des capacltés transatlantlques (systeme de systemes). armements (k&D,
productlon, acqulsltlon), structures de íorces, systemes de communlcatlon et lníormatlon, loglstlque, lnírastructures
et íacteurs humalns (doctrlne, culture stratéglque, normes polltlco-|urldlques).

Centres d'intérêt liés