Vous êtes sur la page 1sur 54

L'ETOILE-ABSINTHE

35ème e t 36ème TOURNÉES

B M. LAVAL ADULTE

2118131

SOCIETE DES AMIS D'ALFRED

JARRY

S O C I É T É DES AMIS D ' A L F R E D J A R R Y Siège Social rue du Château PENNE DU TARN CASTELNAU DE MON TMIRAL

L'Etoile ­ Absinthe

35

­

36

1987

1987 C o t i s a t i o n ordinaire : 120 F C o t i s a t i o n de soutien : 150 F à verser par c h è q u e bancaire o u postal ( C C P 2 8 3 6 31 L T o u l o u s e ) à l'ordre de la S t é des A . A J . et à adresser à : C l a u d e R a m e i l , 5 6 , rue C a r n o t - 9 2 3 0 0 Levallois

L a c o r r e s p o n d a n c e c o n c e r n a n t la revue p e u t parvenir à : M . Michel D E C A U D I N 6 0 , r u e de F é c a m p 7 5 0 1 2 - Paris

© 1 9 8 7 , S o c i é t é des A m i s d ' A l f r e d J a r r y .

T A B L E Un pneu de Jarry Sur Jarry et l'Héraldique par Frédéric Chambe

D E S

M A T I E R E S 2 6 18 28 31 39 47

Sur les bois qui ne sont pas de Jarry par Guy Bodson La lettre (sic) seule est littérature par Frédéric Chambe Alfred Jarry et Rabelais (suite) par François Caradec Notes et comptes rendus Jarry en Allemand (Bibliographie mise à jour) par Riewert Ehrich

UN PNEU DE JARRY

4

5 .

qui pourraient néanmoins apporter un peu (trop peu) de neuf dans le regard à poser sur ce vaste territoire. si cela n'a pas été fait. — et cela. Jarry connaissait-il le meuble et son appellation ? On ne trouve pas de «gouffre» dans la geste ubuesque. autel de Bacchus ! Plonge dans le gouffre. plus précisément dans le préambule intitulé «Dictionnaire des termes du blason». na pas été fait — que la gidouille du Maître des Phynances est (entre autres) de nature héraldique.Sur Jarry et l'Héraldique On ne trouvera pas ici une synthèse des problèmes de l'héraldique et de leur place dans l'œuvre d'Alfred Jarry. On commencera par noter. sous le nom de «gouffre».La gidouille d'Ubu.Elle figure en effet dans l'ouvrage bien connu de Rietstap. que l'auteur définit comme «tournant d'eau». trône de Silène ! Roule dans le gouffre. mais plutôt le relevé d'un petit nombre de données malheureusement disparates et la formulation d'un petit nombre d'hypothèses incertaines. autel de Diogène ! » (1) Il 6 . sauf erreur de notre part.. si ce n'est dans L'Art et la science. dans la bouche de Barbapoux : «Roule dans le gouffre. I.

secondaire. que ce «gouffre» -là ait quelque chose d'héraldique ! Le «gouffre» (in R i e s t a p .». dans Le Bain du roi. Bordure est de ceux-là. On sait que Jarry débaptisa plusieurs personnages de la geste potachique. ou du moins l'incompréhension de Charles Morin (3). non sans provoquer l'agacement. par bien des aspects.» (2) Mais cet «écu» suffit-il à marquer que Jarry connaissait le «gouffre» armoriai ? IL. après «Rampant d'argent et de sinople. voici une hypothèse concernant ce transfert. Mais pourquoi précisément le choix de Jarry se porte-t-il sur ce nom et sur cette figure héraldique ? Bien que le problème puisse sembler. qui pourra 7 . bien des notations héraldiques. la formule suivante : «Et couvert de son ventre ainsi que d'un écu / II va. à première vue.Le baptême de Bordure. On lit en effet. dont une semble pourtant bien concerner la gidouille..ne semblerait pas.. Dictionnaire héraldique des termes du blason) On trouve ailleurs.

M . p. Ainsi celui qui. de PArioste. (a) Rolando à Orlando (la traduction en italien. 59). dans GilBlas. 1150) Orle Pour que ce mécanisme de passage fonctionne.paraître «tirée par les cheveux». se mue en une sorte d'anti-héros. NDR) de noms empruntés au vocabulaire de 8 . qui en héraldique est une figure analogue. que Jarry ait pensé à des jeux de mots possibles sur ce nom «propre». p. et que nous livrons bien entendu pour ce qu'elle est. mais un chef quand même. (b) d'Orlando. par similitude phonétique. Caradec. aussi F. et que l'on admette conséquemment l'hypothèse des éditeurs d'Ubu (éd. peut-être. p . 1976. mi-phonétique. Orle est déjà le nom du sous-titre de L'Acte héraldique de César Antéchrist. A la recherche de Alfred Jarry. (cf. (c) Malheureusement. dont M . (4). Bordure ( i n Œuvres Complètes. c'est au moment où il bâtit César-Antéchrist (1895) «où tout est par blason». t o m e I. Complexe. Il est probable. (d) D'Orle on passe à Bordure. Elle se fonde sur la supposition que Jarry est passé de Rolando à Bordure par l'intermédiaire d'une chame associative. Arrivé note qu'on peut y voir «une variante de l'orle». est un capitaine de bandits. éd. plutôt le jouet de vents divers. Gallimard/Folio. ni tout à fait preux. Lire Jarry. On pense à VOrlando furioso. 40). ni tout à fait lâche. Arrivé. et dans l'œuvre de PArioste un preux héros. 1978) : «Selon toute vraisemblance. que Jarry baptise les Palotins (et Bordure. il faut bien sûr que Jarry ait opéré ce choix au moins en même temps que celui d'Orle pour l'Acte héraldique. Cf. on passe à Orle. mi-sémantique. par-dessus le marché.

une lumière trouble sur le supplice qu'Ubu fait subir à Bordure ? «Il se rue sur lui et le déchire. mais on serait tenté de répondre par la négative. noir).. Jarry utilise l'héraldique de manière particulière.» (8) Meurt-il du traitement ? Le lecteur n'en sait rien. s'il est indiscutable que Jarry. un peu comme les degrés voisins d'un même état. et non tel autre. n'est-on pas en droit de considérer Bordure comme un «anneau ouvert» du même ? (Voir aussi Ubu. M . Cela ne jetterait-il pas. p. 456). andouille ? (Il la déchire) M E R E U B U : Grâce.» (6). Mais.l'héraldique» (p. monsieur Ubu. H . Mais de toute évidence tous deux sont à considérer. (11). Soupçon que confirme la lecture à'Ubu roi : « TOUS : En avant ! Hurrah ! Jambedieu ! Attrapez le grand bougre !» (7). si l'on en croit la réaction de la Mère Ubu à ce même traitement : «Ça te va-t-il. par ailleurs. faut-il pour autant déplorer son manque de «rigueur» ? D'ailleurs le critique n'en manque-t-il pas à son tour dans le blasonnement de la figure de couverture des Minutes de sable mémorial ? En effet. use de termes impropres et blasonne de manière approximative ou erronée. Sainmont qu'il a «un style d'héraldiste amateur» (10). par voie (!) de conséquence un «petit bougre». (César-Antéchrist. ii. 3. sur le plan de leur symbolisme. Une pièce est dite «brochante» si la ou les figures qu'elle couvre en partie 9 . Orle serait. i l semble étrange de parler d'un «pairie de sable brochant sur deux fasces ondées abaissées de même» (de même signifiant : de la même couleur c'est-à-dire.«De vair à quatre hérauts porte-torches». 448).» (9) Allusion à certaine énormité du Maître des Phynances ? IIL. C'est ce qui fait écrire à J . dans un étroit (!) voisinage. c'est que Jarry tenait à imprimer tel caractère emblématique.. Arrivé précise d'ailleurs : «. S'il est vrai que le premier est «anneau fermé de vil sphincter» (5). éd. Notre hypothèse n'est-elle pas à même de conforter celle-ci ? Ce qui est très probable. bien souvent. à ses deux personnages d'Orle et de Bordure. on ne peut que regarder d'un œil assez soupçonneux le capitaine Bordure.

c'est-à-dire selon des règles qu'il veut être seul à se fixer. utilise l'hé10 . César-Antéchrist Quoi qu'il en soit.sont d'un autre «émail ou métal». et pourtant. outre ces détails. ce qui est plus intéressant. elle répond de toute évidence à ce blasonnement de la scène 3. Particularités de l'image : les «clochettes» de cette fourrure de vair ne portent pas comme de coutume les hachures horizontales signifiant l'«azur» (bleu) et. gravures et dessins d'Alfred Jarry (12) qui correspond au blasonnement cité en tête de ce paragraphe le montre bien : elle ne figure pas un blason au sens strict. La planche 44 des Peintures. Pour bien montrer que Jarry. L'Acte héraldique de montre un Jarry moins soucieux de respecter dans leur intégrité les règles d'un code donné que d'utiliser le vocabulaire et la syntaxe de celui-ci dans un but de création littéraire d'effets particuliers. elles sont disposées selon ce que Rietstap nomme «vair en pal» (c'est nous qui soulignons). « D e vair à quatre h é r a u t s porte-torches». fussentelles fort hétérodoxes. construite comme un blason et comportant des signes armoriaux.

raldique à ses propres fins.. grâce à quelques éléments du code. Pléiade. «sphère» pour «boule». «fasce de carnation». il suffira de signaler qu'il y a de fortes chances pour que tout le jeu sur le mot «cloches» de l'acte II soit induit par la définition que Rietstap donne de la fourrure de vair : «composée de quatre rangs de clochettes alternativement d'argent et d'azur». en second d'une pile de sinople. L'«héraldiste amateur» accumule approximations et erreurs : «couché» pour «coupé». de ce même point de vue. La gravure en question est donc «comme» un blason sans en être un tout à fait. le terme existe bien dans Rietstap. obligatoires sur les «boules». en tiers de six cotices ensemble d'azur. H . Sainmont (14) et M . la critique porte à faux.» (13) Ce blasonnement. ces deux bois résument d'ailleurs. sans les ombres. Mis en correspondance. Mais.. profondément erroné du point de vue des héraldistes. toute une rêverie. par J . à leur manière. à notre avis. Jarry nourrit ici.. On n'a plus à invoquer quelque rigueur héraldique : les personnages sont à la fois réels et emblématiques : ils n'existent tout à fait ni dans le monde réel. De même faut-il tenir celui-ci pour la description d'un autre bois de l'écrivain : celui qui figure p. Y a-til quelque chose de meilleur pour définir un lieu imaginaire ? Un exemple : IV. a été commenté.«— couché d'argent et de sable : d'argent à une fasce de carnation et une sphère de sable. l'action de l'Acte héraldique : une sorte de passage 11 . une dramaturgie. dans des formules comme «chevron couché». — et de sable à trois sphères d'argent chargées : en premier d'un giron de gueules. Torches et cloches jouent un rôle dans les symboles et les jeux de scène de tout l'Acte héraldique. Notons quand même que si «couché» en est une. on ne peut que suivre et admettre le relevé des «erreurs». Excepté le dessin que donne Sainmont (16). 180 des Œuvres complètes (Gallimard. ni dans le monde des emblèmes. une succession d'images. repris erronément par Arrivé (17). Arrivé (15). Et il y a bien des chances aussi pour que l'image des «torches-tulipes» soit induite par la figuration du vair en héraldique. tome I).

cette hypothèse. ce sont les hachures. p . e t n o t e i b i d . 1102). — la présence dans le bas. Giron. plus connu sous le nom de «monde réel». des trois Palotins. Pile. Pairie. selon nous. «argent» et «sable» . p . I.. (O. Les «six coti12 . très nettes.. — les quatres sphères d'Ubu et des trois Palotins. Cotice se substituent à Chef. qu'on pourra héraldiquement dire «accostés». les éléments semblent assez nombreux pour confirmer cette identification : — la partition («coupé») en blanc et en noir. —le «fulgurant météore» (19) d'Ubu. Trescheur. — mais surtout ce qui confirme avec éclat. Sans méconnaître le caractère approximatif de la description (que signifie le N à l'envers ? peut-on voir une «fasce» dans la «fulguration» qui suit «l'être cornu spiraloide et macro- L a g r a v u r e des Minutes. glosse» ? (18). sur les vêtement des trois Palotins. Le «giron de gueules» répond du personnage de gauche (dextre du blason) avec ses hachures verticales. 1 8 0 .C. et Ubu (fasce de carnation et sphère portant gidouille de sable) à César-Antéchrist.du monde emblématique à une espèce de monde «asymbolique».

l'héraldique et le «terrestre». forcément hermétique à Charles Morin : ce jeu n'aurait pu s'instaurer.ces ensemble d'azur». Arrivé. VActe héraldique précède l'Acte terrestre. 13 .. donné au départ comme seul réel et devenant emblématique (Chef. les Palotins. il faut mettre l'inversion des hachures diagonales (qui donnent ici le «pourpre») sur le compte de la «maladresse du graveur» (voir p. Cotice. L'Acte héraldique est un «acte de passage» plus qu'un passage à l'acte. Quant à la «pile de sinople». avec ses hachures horizontales (les six bandes horizontales de Cotice ne figurent pas la pièce héraldique correspondante (toujours en diagonale) mais l'horizontalité des hachures de l'«azur»). en qui il serait aussi vain de chercher un «spécialiste» que de déplorer un «amateur». la pile. : Giron. p. par la grâce du Nom. tantôt «sphère». Trescheur. dans César-Antéchrist. tout comme. C'est aux codes établis à se plier à la volonté de l'artiste. Pairie. 981 des Œuvres complètes. qui n'avait pas d'être auparavant. et Ubu. tantôt réel. tantôt personnages. mais au nom «propre» des trois personnages. On s'aperçoit que les termes du blason ne renvoient pas à des pièces héraldiques (le giron. ils éclatent. ce faisant. et la note de M . non l'inverse : que. on le comprend. et par avance débarrassé de tout puisqu'il n'a pas qu'une tâche : se dire lui-même. accèdent à un être symbolique : ils «disent» Ubu). est le pivot entre les mondes. C'est là sans doute le génie de Jarry. d'un monde héraldique. C'est donc bel et bien Jarry qui est le «père» du père Ubu. Le Nom à la fois nom commun et Nom Propre. par le biais de la vitrification. vers le monde «réel». Jarry mêle donc allègrement signes et niveaux de signification : les Palotins. les cotices). 1268). correspondant au personnage du centre. rien de plus volontaire de la part de Jarry. Pile. et mieux. passent d'une «signification» à l'autre par la grâce du mot. On est bien bel et pris dans une œuvre auto-référentielle. s'il avait conservé les noms propres espagnols de la geste potachique. . du personnage de droite.

en héraldique. qu'autorise l'héraldique. s'inscrit en faux... voulens en leur divises signifier «espoir». des «pennes» d'oiseaulx pour «poines». On lit. les meilleures.) et que c'est le faux visage qui est le vrai puisqu'il est le personnel».) l'âme est un tic. ou prunier sauvage. «En pareilles ténèbres sont comprins ces glorieux de court et de transporteurs de noms. c'est la même chose) entre le réel et l'emblématique : « (. figure sur le blason des Créqui . font portraire une «Sphère». et juge précisément que ce sont les armes parlantes les meilleures (comprend-il Rabelais dans ceux qui ont protesté ?). sorte d'arbre à sept branches. Pour lui l'héraldique est le moyen privilégié par lequel la réalité 14 . s'opposant pour une fois à un de ses grands inspirateurs. ou tel aède qu'il signa. dans . en ce qu'elles provoquent une indétermination (une fusion. après la restitution des bonnes lettres. tant fades.. tant rusticques et barbares. (20) Pourquoi les meilleures ? Les armes parlantes sont.-Les «armesparlantes». quoiqu'on ait protesté. quant à lui.Du Mimétisme inverse chez les personnages d'Henri de Régnier : « (. que l'on doibvroit attacher une queue de renard au collet et faire un masque d'une bouze de vache à un chascun d'iceulx qui en voudrait dorénavant user en France. l'épithète : de là naquirent les premières «armes parlantes». c'est qu'elles répondent à ce qu'il attend.. (article cité).). tour à tour propre ou commun. Rabelais tenait. Jarry tient à cette double nature du nom. lesquelz. des armes dont le meuble principal rappelle phonétiquement le nom de la famille : «le créquier». furent profonds psychologues en n'oubliant jamais... enfin — ceci pour les lecteurs d'Ubu — les Montdragon portent «de gueules au dragon d'or monstrueux. Homère. après un nom.» (21) Mais si Jarry.V. (. celui des Bouesseàu porte «trois boisseaux d'azur» . par exemple. en piètre estime les partisans de cette sorte de blasonnement. à face humaine. ayant la barbe composée de serpents». que sont homonymies tant ineptes.

Arrivé (O.L e dessin p r o p o s é p a r J . 15 . L e dessin p r é c é d e n t . / .H . page p o u r le b l a s o n n e m e n t de l a s c è n e I X de l'Acte et sa l e c t u r e c o r r i g é e .C. . p . 59) héraldique. 1134). S a i n m o n t ( C C P 5-6. repris par M .

sont de beaux exemples d'héraldique prise comme «solution imaginaire». la bordure. Frédéric Chambe 16 . l'orle. L'écu du ventre ubuesque. inassimilable. indissoluble. les noms des Palotins. et d'autres.peut se fondre dans son expression : il n'y a plus qu'un seul plan.

. p . 1976. n • 5-6.I b i d . 187.A n t é c h r i s t » . . 9 5 E P .I d . 1972 et 1 9 7 6 .. (20) .. (14) . .J . p . p . L i b r a i r i e g é n é r a l e f r a n ç a i s e . 1102. n . Gallimard.C o l l è g e de ' P a t a p h y s i q u e é d i t e u r . l . .. 1150.. n .. 32. p .I d . l .. n . 1134. 40. 423. Lire Jarry. complètes. (15) . (10) . 1978.I d . n . (19) . 5 9 ..R a b e l a i s . (9) .I d . G a l l i m a r d .. p .. p . .I d . « P e t i t g u i d e i l l u s t r é p o u r l a visite de C é s a r . (8) .N O T E S (1) . 287. 22 c l i n a m e n 79 E P .. Œuvres 17 . 1955. du Collège de 'Pataphysique. complètes.A r t i c l e c i t é . Cahiers (11) . 383. 293.. . (12) . p . verte. . (5) . . n .. p . p.I d .I d . G a l l i m a r d . .La Chandelle (21) . A r r i v é . Complexe. 62.I d . I. (7) . . (18) . 293. (4) . F o l i o . . p . .I d . (16) . p. p.Ubu. éd. l .M . (6) . . (17) . . . 290.I d i d .I d .A r t i c l e c i t é . l .H . 1 9 6 9 . l . (13) . . . . 1 1 3 4 sq. 448. S a i n m o n t . 395. . P l é i a d e . coll. p . t. p . p . p . p .Œuvres (2) . (3) .

images d'Epinal. Jarry y met la main. Que la ténèbre soit : et il en fut ainsi. Ses primes proses glorifient les peintres. Car la gloire et l'image sont identiques. aussi «après qu'il n'y eût plus personne au monde». Jarry est devenu de plus en plus «lisible» pour nos contemporains. Elles sont le support de ses premières œuvres. si ce n'est de considérer la publication d'images par Jarry 18 .» (Cahier 10. les notions d'appropriation (1) et de détournement (2) ayant singulièrement fait leur chemin par rapport à ce qu'on appelait le plagiat : «le plagiat est nécessaire. Collège de 'Pataphysique). la bête imprévue Clinamen éjacule des Images. quel épinalisme historial. le progrès l'implique» (Isidore Ducasse). M . Que dire de mieux. L'Ymagier. travaux d'«amateurs». Mais Ubu ? N'est-ce point une image ? Et Messaline. Heidegger. comme disait M . Et tous les autres livres. Et dans Faustroll..Sur les bois qui ne sont pas de Jarry Ce siècle devra le reconnaître. Jarry en fut toujours à ses commencements. nous voulons parler de l'ymage et de cette curieuse occultation en ce qui concerne la production jarryque des débuts : «Et il honore les images à l'égal du réel. qui exigent une riche «illustration». le Perhindérion enjoignent toutes les iconodulies : estampes.

— F. L'Expojarrysition avait eu. nous pouvons affirmer que Perhindérion est une œuvre totale de Jarry au même titre que ses textes et devrait être reproduite dans la Pléiade. en son temps. par Albert Durer.comme un «bloc de détournement» dont en fait on peut difficilement retrancher quoi que ce soit ? Nous disons occultation. pour Perhindérion.Mars 1896 . Certes la reproduction ne peut pas être exceptionnelle. Sa participation avec Gourmont à l'Ymagier. Nous reprenons ici. dans le bas. 1 : Jésus présenté au Peuple. à droite. époque napoléonienne et moderne (chemin de fer). une vignette tirée de la Cosmographie de Sébastien Munster (1552) représentant un monstrueux poisson dévorant un enfant. le prix : Deux francs cinquante .— F. la description du Bulletin du bibliophile plus complet que le numéro 207 du Catalogue de l'Expojarrysition : I Fascicule I. ni facile. la 4e page de cette couverture porte au centre le blason impérial allemand du XVIe siècle : une aigle à deux têtes éployée. celui-ci étant presque à l'état de légende. Perhindérion. nous pourrions dire les occultations successives : la publication des dessins de Jarry occultant ce qui n'est pas de lui — mais choix délibéré — exemple : Jarry est l'inventeur d'Ubu comme l'on parlait de l'invention de la sainte croix. et. 2 : Les quatre flé19 . et. à gauche. facsimilé d'une planche de la Grande Passion. . format in-folio cavalier (415 x 300 mm). L'idéal serait donc le reprint de l'Ymagier et Perhindérion. mars 1896 : couverture en faux parchemin portant en haut à droite le titre xylographie. Impression rouge. mais la figuration de sainte Catherine et du texte qui s'y rapporte laisse penser qu'il n'y a que cela de Jarry. à gauche : N' 1. Fort de ces démonstrations. le mérite de sortir de l'ombre et des collections l'Ymagier et Perhindérion. base plastique de ce qu'il va réaliser en «bloc de détournement» pour Perhindérion : Pellerin étant le mémorial de la tradition : Moyen âge.

image d'Epinal signée de Georgin. — F. — F. — F.aux de l'Apocalypse. 3 : Saint Jean à la Porte Latine. au verso. conditions d'abonnement et. le texte de la complainte. dont celles des pp. César-Antéchrist. d'A. du même. 20 . 5. 11. — F. 9. Maître des Phynances. Ff. illustrées de huit vignettes sur bois. 1 et 4 de la couverture. image d'Epinal sur fond bleu.G. au-dessous. [F. — F. G. image d'Epinal signée F. double : L'heureuse bénédiction des familles et des maisons. un album en couleur. Jarry. Dans les annonces : Petits crayons des Gestes plus notoires de Monsieur Ubu. 6. illustré de deux vignettes sur bois et contenant ce texte d'Alfred Jarry : PREMIER SON DE L A MESSE (verso blanc) F. 7. 4 : Christ aux évangélistes. 10 : programme de Perhindérion. double : Passage du mont Saint-Bernard. image d'Epinal signée G. publicité pour le Mercure de France. le théâtre de YŒuvre. sur fond noir ou sur fond rose selon les exemplaires. double : Le Juif-errant. sur papier mauve : table. Georgin] avec. — F. rue des Beaux-Arts. 8-9 : quatre pages en fac-similé de la première édition en français (1552) de la Cosmographie universelle de Sébastien Munster. du même. [Georgin]. avec un exemple des gravures et le Centaure.

Bernard. image d'Epinal signée Georgin avec cette mention en marge : Image tirée spécialement pour le deuxième fascicule de Perhindérion. — F. 8. Capoferro (1629). dans d'autres exem­ plaires. avant la première exposition de M. avec. — F. mais avec une vi­ gnette différente : un lion à écailles et à carapace. (Selon la table. en bas à gauche de la p. — F. 2 : ce texte signé d'Al­ fred Jarry est imprimé avec le «caractère du Perhindérion» : CONSIDÉRATIONS POUR SERVIR A L'IN TELLIGEN CE DE L A PRÉCÉDEN TE IMAGE Au dessous. double : La Très­ sainte Vierge. — F. double. texte de Félix Fénéon avec cette indication : Extrait d'un article écrit en 1888. cette image est remplacée par l'Annonciation. Louis Anquetin à Paris. — F. image d'Emile Bernard. 4. signée de son emblème et datée de [1895]. Durer : le Jugement dernier. double : Le chemin de fer. 6. — F. 5 : D'art. 7: fac­simi­ lé d'une gravure sur cuivre extraite du Gran simulacro dell' arte e dell'uso délia scherma de R. 1. format in­folio cavalier. coloriée à la main sur papier blanc). selon 21 . image d'Epinal (même mention en marge). 1 : Sainte Catherine. juin 1896 : même couverture. № 2. image d'Emile Bernard qui. sur papier brun : La Sainte Famille. avec cette mention imprimée en bas à droite : Perhindérion. elle aussi. cette même mention en marge : Image tirée spécialement pour le deuxième fascicule de Perhindérion. fac­similé d'un bois de Christophe van Sichem d'après A . par Albert Durer. — F. 3.II Fascicule II. — F. sur papier brun : Le Christ en croix. également d'E. double. — Impression rouge.

le crapaud à plumes (ou écailles). 9. Il est à noter aussi que pas un des bois de Jarry n'est utilisé dans Perhindérion. Gallimard 1972 — ­ pour Les Minutes de sable mémorial et César­Antéchrist .la table. d'une part les deux livres sont très liés. D'autre part. nous ne voudrions pas accuser la maison d'édi­ tion de vouloir gagner quelques pages sur un texte et le compri­ 22 . sur papier mauve : table. le Livre d'art. ne peut que troubler le lecteur non spécialiste. l'évêque écrivant (25 x 18 mm) si prodigieu­ sement agrandi dans la Pléiade.. — F. serait «spéciale à l'édition de luxe». dans l'Y magier N° 2 et en couverture de Perhindérion № 2. au sommaire du Perhindérion № 1 sur une page mauve. les séparer ne serait­ce que pour introduire un texte supplémentaire­ chrono­logique (La Revanche de la nuit) —.. ici. «tirées à part et coloriées à la main par l'auteur». Ubu Roi «à paraître le 15 juin». «volume petit in­18 composé avec les caractères du Perhindérion» . qu'eût voulu adscrire Darwin aux témoignages de l'épanouissement du poisson en volatile. L'utilisation pour l'illustration de «premier son de la messe» du petit bois de César­Antéchrist repré­ sentant un pape tenant le Christ­Tau (48 x 36 mm) employé dans César­Antéchrist à l'acte terrestre. sauf «St Pierre humanité» en tant que publi­ cité. au verso. La «baleine» tirée de la Cos­ mographie de Sébastien Munster. publicité analogue à celle du fascicule I mais recommandant en plus la Revue Blanche. Il est à noter l'utilisation non fortuite des mêmes petits bois que dans César­Antéchrist. La double utilisation des bois est chose courante chez A . conditions d'abonnement précédées d'une publicité pour Ubu Roi. J .». bois utilisé dans César­ Antéchrist. triple : le crapaud ou le monstre (Bigorne) «Figure peut­ être du porc­épic. L'on ne comprend pas la disposition adoptée dans le tome I de la Pléiade. enseigne de Perhindérion et aussi pour le papier à lettres de la revue. Les minutes de sable mémorial et les images d'Emile Bernard. frontispice de l'acte terrestre. et en ce cas. du pangolin ou du tatou.

é d i t i o n Fasquelle. .Page 2 4 5 .

Fasquelle : cent quatorze pages. (Avant-propos de Jean Saltas). et pourquoi ce saint devient-il laïque dans la Pléiade ? Il est étonnant que dans les «œuvres complètes» (3) qui donnent plus de détails graphiques que la Pléiade. alors que son programme est plus intéressant dans sa complexité . Il semblerait que les publications Fasquelle (1932) respectent la disposition des originaux : «Ces deux livres si précieux. Cette affirmation : «Nous n'avons reproduit que les illustrations qui comportaient un texte de Jarry» (Avant-propos). c'est que dans ce livre où la fusion est le rapport (graphisme-évocation-texte). résultat : quarante-neuf pages de moins obtenues par tassement du texte et des images. pour le début de LINTEAU où l'original serait plutôt dans la Pléiade. On doit noter la disparition dans la Pléiade de la combinatoire typographique : LES MINVTES DE SABLE M E M O R I A L P A R A L F R E D J A R R Y et ce qui visuellement donne SAR A J . la Pléiade : soixante-cinq pages. fait de Jarry la victime de sa propre signature.mer. certes la perception des possibilités d'interprétation ne peut être que relative : «Mais la 23 . sont réunis dans le présent volume et fidèlement reproduits d'après l'édition originale qui avait été publiée à très peu d'exemplaires». Une chose amusante : «Ce livre est dédié à saint Jean Damascène» né vient plus au bon emplacement. il n'y ait pas eu une reprise de la couverture puisque le rouge est employé dans le volume VIII. A condition de vérification sur l'original bien entendu. depuis longtemps épuisés. par exemple. Mais. Si nous insistons tant sur la répartition texte/image de César-Antéchrist. Propos que l'on peut tempérer. l'ordre est fondamental.

avec sa croix pa­ reille à une fenêtre tendant un drap mortuaire (il fait nuit. version grecque. Le Tau christophore le voici mentionné. avec le pouce de la main dextre. hors la bouche. de qui le signe sacré. par Maître Rabelais dans le Tiers livre — voici comment Nez de chèvre (naz de Cabre) procède pour se faire reconnaître : «Il faisait. Ce bois est celui reproduit dans l'Y magier № 1 (ancien bois des imprimeries troyennes 1 0 x 7 cm) : «Le Christ de Georgin. le T. Comme un serpent vers le coq monte un grand blé» (Y magier № 1). oubliée la transition du tombeau. Le symbolique caba­ liste d'Eliphas Lévi — s'il est bien vu par Jarry — nous donne belle quantité de Tau. c'est­à­dire le T et le X . et voici le T­Tau lettre majeure de tout César­Antéchrist présent par trois fois in­ verse dans la figure de saint Pierre humanité. et il semble qu'il faudrait revivre la vie de celui qui l'éprouve pour l'embrasser dans sa complexe origi­ nalité» . expose. Ces quelques réflexions nous mènent à la lettre. du grec. (Bergson. par fréquentes réitérations. celui de Georgin (page de gauche) avant la dédicace à saint Jean Damascène. que cette religion­là ne serait autre que la Gnose. L ' X omniprésent qui est aussi I. la figure de la lettre grecque Tau.XP. avec un art lumineux et plausible. i l y a des ciels de différentes heures).» Tout ceci à saint Jean Damascène — chysorrhoas — de Damas à qui est dédié César­Anté­ 24 . indéfinissable. l'instru­ ment de martyre dans les quatre petits bois. Essai sur l'entendement). mentionné dans LES CLOVS DV SEIGN EVR (Y magier N' 4). pa­ triarche gnostique. Jarry le signale à propos de l'Arbre gnostique : «Synèsius. sentiments ou idées qui les pénètrent : chacune d'elles est donc un état unique en son genre. était déjà gravé sur des crânes à l'époque néolithique». Il a pris de l'autre bras la lance foret de son sang et l'éponge pa­ reille à une coquille de pèlerin. descendu porte sa croix et revient vers le poteau de la flagellation.plupart des émotions sont grosses de mille sensations. Dans César­Antéchrist les X graphiques abondent : le bois de l'écartèlement par les chevaux de saint Hippolyte.

Fasquelle) a au moins deux T. en qui j ' a i mis toutes mes complaisances» (p. l'autre. 253) pour la croix de gauche. mais tout de même. c'est encore aujourd'hui mon fils bien-aimé. d'autre part le maître du Monde. d'une part le Christ. dont l'œuvre la plus importante est : La Source de la science. 254). et je n'ai point à me retourner pour montrer ma double face». philosophe et théologien. en qui j'ai mis mes complaisances» (p. les yeux fixés sur la spiritualité rayonnante du Christ. Le Christ a un geste bizarre puisque attaché par une seule main qui fait le signe X — alors que César fait le signe C —. semble fouiller dans une besace pour distribuer du grain à la foule ? (4).christ. Le lecteur aura compris. qui reçoivent uniment la bonne parole à la scène VIII. un simple Tau. DIEU L E PERE : «Ecoutez-le : comme il y a dix-huit siècles. et pour la droite : «Ecoutez-le : c'est lui mon fils bien-aimé. Guy BODSON 25 . L'un. César-Antéchrist couronné et manteau d'or sur une croix latine — donc dépassement spirituel —. un spectateur désigne du doigt le maître du Monde. D'ailleurs le public réagit en bloc. 245 éd. Jarry précise même : «Moi et le Christ nous sommes Janus. Le bois le plus étrange de César-Antéchrist (p.

S'en t e n i r au c a d r e d ' u n a r r a n g e m e n t p e r s o n n e l 26 . p a r l ' i n v e n t i o n . années 6 0 .. » ( V i l l e g l é .. bête comme la l ' e n s e m b l e de ces n o u v e a u x artistes. de temps. sociolo- g i q u e . de réalisations redoutables h a b i t u d e s . u n r a p p o r t s ' é t a b l i t t o u j o u r s . ils n ' e u r e n t . W. T o u s les é l é m e n t s .. d'origines aussi é t r a n g è r e s q u ' i l est p o s s i b l e . Urbi et Orbi.Il faut e n f i n i r avec t o u t e n o t i o n de p r o p r i é t é en cette m a t i è r e (la c u l ture). d ' i n t e r p o s e r q u o i q u e ce ne r é p é t e r a i j a m a i s assez q u e d é l a i s s e r le faire pas se laisser aller au j e u des p r é f é r e n c e s — le bon plaisir mais t r è s e x a c t e m e n t c h o i x (acte critique) v o u l o i r c h a n g e r d ' a t t i t u d e . peuvent faire l ' o b j e t de r a p p r o c h e m e n t s n o u v e a u x . oct. e t c . L e s d é c o u v e r t e s démontrent de l a p o é s i e m o d e r n e sur l a s t r u c t u r e a n a l o g i q u e de l'image q u ' e n t r e d e u x é l é m e n t s . des Nouveaux l'attention en sur u n objet t r a n s f o r m é que l'objet. L'intérêt de l'appropriation peut être phénoménologique. certains de c e u x q u i n o u s r e j o i g n i r e n t dans le Réalistes et q u i se m a n i f e s t è r e n t e n a t t i r a n t . les illustré. d'autres n é c e s s i t é s r e n d c a d u q u e s les Elles deviennent des obstacles. Mâcon. s'il est p o s s i b l e . m a i s i l f u t et restera au p r e m i e r c h e f d u d o m a i n e de l a surprise p o é t i q u e . 1986) (2) . p a r l'usage et p a r le s'affirmèrent motu proprio. n u l b e s o i n p o u r m a n i f e s t e r l e u r moi soit entre l ' o b j e t et l e u r s u b j e c t i v i t é .N O T E S (1) . N o u s d e v o n s passer o u t r e . œ u v r e d'art p a r ces divers a c c i d e n t s p l u s o u m o i n s h e u r e u x plastiquement. Je (. L e surgissement «géniales» précédentes. L ' e s t i m e p a r t i c u l i è r e du i m p l i q u e le refus de t o u t e é c h e l l e de v a l e u r entre l ' o b j e t c r é é et l ' o b j e t t r o u v é . n ° 3 2 . p o u r d é s i g n e r le p o u v o i r q u i p e r m e t à l ' h o m m e de s'aplui-même p r o p r i e r et de s'assimiler les r é s u l t a t s d ' u n e f f o r t q u ' i l n'a pas a c c o m p l i (Larousse «Dès groupe même. A r t i s t e s . déclarant qu'ils s ' a p p r o p r i a i e n t . c a p t è r e n t et m i - r e n t en v a l e u r des t r a n c h e s de vie. E d .L e f l a u b e r t i e n J u l e s de G a u l t i e r p r o p o s a i t au d é b u t d u s i è c l e le n é o l o gisme bovarryque. être vie. p r i s n ' i m p o r t e o ù . Sans p o u r c e l a s u b i r le m o n d e et. L a q u e s t i o n n'est pas de savoir si n o u s s o m m e s o u n o n p o r t é s à les aimer. les a y a n t s é l e c t i o n n é e s .) p o u r le ravir n'est est u n e v a n i t é —. ... 1909). devenait.

Il v a d e s o i q u e l ' o n p e u t n o n s e u l e m e n t c o r r i g e r u n e œ u v r e o u i n t é ­ grer divers f r a g m e n t s d'oeuvres p é r i m é e s dans u n e n o u v e l l e . m a i s e n c o r e changer le sens de ces f r a g m e n t s et t r u q u e r de t o u t e s les m a n i è r e s q u e l ' o n j u g e r a b o n n e s ce q u e les i m b é c i l e s s'obstinent à n o m m e r des c i t a t i o n s . 3 et 4 — d a n s l e q u e l Madelein e per figuras et l a figure de Eva n gelistarum n otabilis s i è c l e ) ..des m o t s n e r e l è v e q u e de l a c o n v e n t i o n . 2. C h r i s t serait r a l l i é p a r les m o i n e s et l ' E m p e r e u r c r u c i f i é 27 . complètes (sic). m a i 1 9 5 6 ) . P a r c o n t r e ..» nement. d é ­ passent leurs é l é m e n t s p r i m i t i f s p o u r d o n n e r u n e o r g a n i s a t i o n s y n t h é t i q u e d'une e f f i c a c i t é s u p é r i e u r e .­ D ' a i l l e u r s l a d e s c r i p t i o n s e l o n le Cahier N" 10 du Collège ( № 195 d e l'Yma­ — Le l ' e x p o s i t i o n ) d o n n e c e c i : « L ' é t o n n a n t p a y s a g e des d e u x c r o i x q u e gier explique dubitativement comme une caricature huguenote ???».) O n sait q u e L a u t r é a m o n t s'est a v a n c é si l o i n dans cette v o i e q u ' i l se t r o u v e e n c o r e p a r t i e l l e m e n t i n c o m p r i s p a r ses a d m i r a t e u r s les p l u s affi­ chés. rion. W o l m a n . d o n t v o i c i a u j o u r d ' h u i Jésus prése n té au peuple. ne p a r l o n s p a s d u n ° 5 absent des Œuvres A u c u n e des d e u x é d i t i o n s de Jésus prése n té au peuple. ne juge n é c e s s a i r e de m e t t r e l ' i l l u s t r a t i o n annoncée par Jarry : «P lanche à planche Gran de Perhi n dé­ n o u s d o n n e r o n s t o u t e l ' œ u v r e d ' A l b e r t D u r e r . L ' i n t e r f é r e n c e de d e u x m o n d e s s e n t i m e n t a u x . Mode L e s L è v r e s N u e s . (. ( G u y ­ E m e s t D e b o r d et G i l J . o n t l a s u p é r i o r i t é sur l a P l é ­ du moins quant à la d'emploi du détour­ (3).» A. T o u t p e u t servir. complètes. n o u s avons l a r e p r o d u c t i o n p o u r Dame des Sept Douleurs et de Sain te Gertrude d'Alain le n ° 4 de Notre J a n s . tant c r i t i q u é e s .J. dans l a Pl é i a d e . (4).. n ° 1. N * 8. l a m i s e e n p r é s e n c e de d e u x e x p r e s s i o n s i n d é p e n d a n t e s .­ L e s Œuvres iade de n o u s e n d o n n e r u n p e u p l u s sur l'Ymagier r e p r o d u c t i o n de l a p r e m i è r e page des n u m é r o s n o u s t r o u v o n s le b o i s d e G a u g u i n Sain te l ' A n t é c h r i s t t i r é e de l'Ars memorian di (XVe Marie 1. et s i n g u l i è r e m e n t l a Passion.

» (6). ce que pourrait signifier PINTONCE. si l'on ose écrire. variante ludique.. Quant à ce qu'il faut lire sur le voiturin. y compris pour les implications «éthylitaires». Peut-être pourrait-ce être une variante phonétique de PINTANCE. Ne vaudrait-il pas mieux penser que. on ne voit pas très bien. variante potachique ? Ce ne serait pas le seul exemple chez Jarry : «Ji vous mets. sauf lumières à venir. sert simultanément de première «jambe» à l'«N» ? Objection : toutes les autres lettres de l'inscription sont majuscules (encore que : doit-on mettre un point à l'«I». Dont acte.» (7). merci à Guy Bodson de dissiper le flou de la description de l'affiche pour la représentation d'Ubu Roi (2). «Ji 28 . si l'on admet le vraisemblable PINTANCE. éventuellement.. pourquoi pas ? Essayons.... quand ils sont majuscules ?). etc. un accent à l'«A».. de la symétrie et de la reproduction (5). Mais lire PINTONCE. «Ji tou tue.» (1). s'ajoutant ainsi peut-être aux autres variations jarryques sur les thèmes du double et du reflet (4). l'élément graphique qui sert de barre d'adossement à l'«a». parue précédemment (3) : Voiturins et Palotins vont en effet de paire.La lettre (sic) seule est littérature A propos d'«A propos du voiturin.. donc.

à preuve le sens qu'il donne sans doute au mot «scrupules» dans le Linteau des Minutes de sable mémorial (13) : «Petit poids de vingt-quatre grains» (14). qui valait 0. qui ne dispense pas de l'exactitude. la lecture.Ion mets. représentant la seizième partie de la livre et valant 30. des mots «PINTE» («Ancienne mesure française de capacité pour les liquides. puisque cela seul nous reste. si l'on admet l'explication.594 g. Qu'est-ce qui est vrai ? Qu'est-ce qui convainc ? Vérité et conviction mis dans le même sac.93 litre à Paris» (11)) et «ONCE» («En France. dénuée d'ambition. Serait-ce. anc.. le composé. néologique à son tour. je l'avoue bien volontiers. Dans cette perspective.» (12)) ? On retrouverait alors le fait que Jarry semblait s'y connaître en mesures anciennes. Dans le cas présent. doit être faite avec un regard non préconçu.» (8) en sont des illustrations qui marquent la geste ubuesque.. qu'on veuille bien me considérer la précédente notule (15) et la missive présente que comme une invitation. à l'exégèse. ce serait donc la «forme néologique» d'un éventuel néologisme (10). ne faudrait-il pas se dire qu'avec Jarry. mesure de masse. Michel Arrivé explique le fait par l'expression «forme néologique» (9). Frédéric CHAMBE 29 . comme le dit Thiéri Foule (16). à priori inexhaustible. autrement.

.N O T E S (1) . p . complètes I. (6) . PATAPH.A l f r e d J a r r y . p . 3 7 7 .» : Jarry écrivain. (16) . I. «Cf. 3 7 . . 1 1 6 6 .L ' E t o i l e .. et p a s s i m . (11) . 1 1 5 9 . 3 7 8 . 2 9 0 . 3 3 . n o t e de M i c h e l A r r i v é .i b i d . . 9 2 3 . .. n o t e 3. p p . .i b i d . (4) . (9) . .. 9 14. p p . (7) . .L'Etoile-Absinthe.i d .A l f r e d J a r r y . p .L i t t r é . n o t e 3.A l f r e d J a r r y . (10) . 3 9 . . . p . 3 7 4 .i b i d . (13) . Œuvres (14) .. p .A b s i n t h e .T h i é r i F o u l e . .3 9 . complètes. ..i b i d . n o t e 2 de l a page 3 7 4 .i b i d . 1986.i d .Petit Larousse (12) . (2) -. p p . 29 et 3 0 è m e s t o u r n é e s . 9 4 6 . et p . .. . i n Europe n" 623-624. .. Œuvres (3) . (8) .p . Illustré.1 1 6 7 . 1 7 3 . . 30 . p p . Œuvres (5) . . complètes I. (15) . 31 et 3 2 è m e s t o u r n é e s .

U . pataphysicien.César-Antéchrist (et textes joints). GOD .Textes critiques. TC . LAL . 1979 Références Les citations des œuvres publiées dans le Tome I des Oeuvres complètes (Gallimard/Pléiade.Gestes et opinions du docteur Faustroll.Les Jours et les nuits. Y . MSM . P .Pérhindérion.Les Minutes de sable mémorial. 31 . RN . CA . 0 . 1972 et 1976) sont suivies de la pagination dans ce volume.L'Ymagier. JN .Petit complément à Alfred Jarry et Rabelais par François Caradec in L'Etoile Absinthe 1ère et 2ème Tournée.Ontogénie.La Revanche de la nuit.Les œuvres rattachées au "cycle Ubu".L'Autre Alceste.

". car il fait très bonne abstersion de la matière fécale. qui ne cherchent pas toujours la citation." "Le cul de jatte palmé se haussa sur les talons postiches de sa jatte. "CESAR-ANTECHRIST : Qui êtes-vous. Pant.Messaline. aigles par les sommets glacés des monts.Autres citations : M . cameleopards par les déserts.". 806 : "En Apollo. ni même l'esprit du texte originel.. disait Lucullus. titre. ni à soutenir en toute circonstance les sources rabelaisiennes de Jarry . Rabelais est cité d'après son édition dans la Pléiade (Gallimard). R. ce me semble. à l'évidence inexhaustible. Cf. dans cette vallée où 32 . mais qui. ou la même que celle de Rabelais). 1948. Fasquelle. ni à épuiser le sujet. quand festoyer voulait ses amis singulièrement. 1977.. grâce à sa profonde connaissance de l'œuvre. en tout état de cause. " E n Atropos chez Lucullus" (M. ce qu'ilz appellent tygres).. Caradec. Oiseau. Cf. Jarry. afriquanes. est évidemment celle de savoir si la source de Jarry est Rabelais lui-même.. La question qui peut se poser. 569 : "Je ne sçay quel plaisir avez prins voyans les lions et afriquanes (ainsi nommiez-vous.Pantagruel. lyons. II 7.. peut-être simplement à conduire à une constatation : plutôt que dans des références précises à Rabelais. y eut recours dans des sortes de réminiscences. Le Terrain vague. 46 : "Le meilleur de tous est cellui de poil. imprègnent son écriture. R. R. largement fondateur de celui-ci." (GOD 706). et offrit courtoisement à l'évêque un abstersif block-notescarré. 166). . prendre ès lacs comme connils et oyseaux en plaines. cf. p.. (Cette contribution ne vise ni à corriger l'article de F." (Ont.". 153).

R. et " . et Iuy-mesmes se bressoit en dodelinant de la teste. 38 : ". 355 . Aries. aux heurts.559. Taurus. (MSM 179). H . "Des mailles d'aubergeon... contemplatif. 33 .il ne doit point y avoir d'animants ?" (CA 328). (où il ne signifie pas seulement animal. Cf. R. "Tout vêtu de drap d'or frisé. 213 et TC 1006). alleoit veoir prendre quelque connu aux filletz". (la réflexion du P . il trône". . . et passim (orthographe : "bezicles"). 279 : " M a seule braguette espoussetera tous les hommes et sainct Balletrou. sur les bêtes à cornes du zodiaque se rapproche de celle de Her Trippa promettant le cocuage à Panurge). "Capricorne" et aultres". "et la nuit enfermée dans les cages à perroquets des côtes barytone.. 26 : " . comme dit par l'annotateur. (GOD 689). alternés de rubis balais et de diamants noirs. R." (MSM 207). aussi : M S M 195.. Cf.. Cf. décrottera toutes les femmes". 643. tissaient sa chasuble". R. vouloyt que maille à maille en feist les haubergeons". R. connus (voir afriquanes). la grande armoire de chêne dont le vantail. R. animant né à domination pacifique sur toutes bestes" (355)). "Taurus".. 417 : "car je trouve la septiesme maison en aspectz tous malings et en batterie de tous signes portans cornes. 68 (entre autres) : "Ainsi marmotant de la bouche et dodelinant de la teste. en monichordisant des doigts et barytonant du cul". . Besicles d'or armant son nez bourbon.. mais hommes : ". . R. Le trou de balle (JN 776) Cf. 8.. (JN 747). comme "Aries". barytonait". qui dedans y repose. Cf.. Caper (U 478-9) Cf. (cf.

"Figure peut-être du porc-épic. (... ilz en estoient chargez comme un crapaud de plumes. chen . drap d'or frisé (voir à "besicles") Cf. Latente Obscure nous quitte. 57 : "Ehen. R.. Cf. ehen.. 971).) hen. (harangue de Maistre Janotus de Bragmardo). OC I. Cf.. Cf. R. 216 : " A u regard des lettres de humanité et congnoissance des antiquitetz et histoire. Cf. 971). (M. p.. "Le cobra-capello (ici cette bête) qui serpente avec ses anneaux ou marche sur le sol ainsi qu'un homme.) et on va m'apporter ma grande capeline" (U.. 321.. mna dies.)". vole au zodiaque qu'écorchèrent les pattes de Vécrevisse décumane". Fasquelle. donna à Homenaz neuf pièce de drap d'or frizé sur frize (. R. 533 (orthographié "cappeline". "(.. hen ! Mna dies.)" (Y... Cf. R... (Y. du pangolin ou du tatou.)"..) brr. hatsch." (GOD 707)..... 368). 689 : Pantagruel.. (. hen. Arrivé. 1267. Monsieur. 1948). " M E R E U B U : Comment ! Après avoir été roi d'Aragon vous vous contentez de mener aux revues une cinquantaine à'estafiers armés de 34 . (.. R. (551).Capeline : "(.. le crapaud à plumes (ou écailles). qu'eût voulu adscrire Darwin aux témoignages de l'épanouissement du poisson en volatile..) un escadron de petitz diableteaulx de cœur". R.. par libéralité et recongnoissance du sacre portraict papal. au sens de casque de piéton. (c'est Pantagruel qui parle des "folz" qui ont "moins estudié que [sa] mulle"). sans visière). cite la "Briefve déclaration"). Messieurs"... 662 : "(. (S'agit-il d'une simple réminiscence approximative ?). diableteaulx (dans Pantagruel. et vobis.. 627 : "Peschoit en l'air et y prenaoit escrevisses décumanes".

la variante Hanap et Distingué. Cf. une des filles promptement luy présenta un grant hanat plein de vin extravaguant". "Voici le vol griffu des hippocampes au lieu des cornes d'Ammon". qui sont tous deux fils de l'évêque marin Mensonger. comme un gyrin gigantesque dont on aurait ôté la moitié gauche du cerveau". . "(. Cf. 278).. R. 677 : " A ces mots. 572). selon l'annotateur). Vestaffier de Sainct Martin". 375 : "(. R. homards : "(. 353). Cf. comme est la corne de Juppiter Hammonien". (. 1230). 817 (entre autres) : "Pareillement la resaluèrent en tour entier gyrans à gauche exceptée la Royne". 605 : " . 999). sq. approximative : car "extravagant" signifie "débordant". R. 29 : "(. (P. R...coupe-choux. (GOD 699). (CA. (GOD 698). (LAL 916)...) une corne de bélier. . (là encore.) c'étaient des pluripèdes velus et d'une malpropreté repoussante".. OC I. en même temps qu'il renvoie aux "Décrétales"). (Cf. peut-être. R. R. 35 . aussi la "rane gyrine".. (CA...)" (U.. Extravagant (GOD 697.) la barque tourne dextrorsum. R. Cf. réminiscence.) entre lesquels estoient en œuvre gros jaspes verds".) : frère de Distingué (cf. Cf. et : "Et la tête et la chevelure ont roulé parmi la ville déclive et les arbres vers le moulin de la roue. et qui boivent "comme l'acide sulfurique anhydre". p. (le diable. Cf. 729 : " I l m'a icy deschicqueté la peau en barbe d'escrevisse" (apparemment aussi velue que son cousin marin). pour qu'il ait giration nouvelle". 273). "Saint Pierre tiare aux ceps de ses clefs dans le pilori de jaspe triangulaire de trois Christs renversés".

murrhins (Messaline. 27 : "Pour son pourpoinct furent levées huyt cens treize aulnes de satin blanc.) de ses flancs jaillirent soudain deux roses ailes dephoenicoptère". (MSM 212)..) grosse et félonne bataille entre les Arismapiens et les Nephelibates". et pour les agueillettes quinze cens neuf peaulx et demye de chiens". 652 : "Et estoit le pennaige rouge cramoisy. tirant à demy son grand malchus de la guaine. "(. 423. 339)...)". 169.. qui en Languedoth est appelé flammant".. elle ma capeline est en peau de mouton avec une agrafe et des brides en peau de chien". et demandoit la cause de ce". (U. comme est d'un phoenicoptère. (MSM 219). p. R. Cf. (l'annotateur précise que la peau de chien servait ordinairement pour la fabrication de ces cordons).. R. R. (épisode des paroles gelées : intéressant de noter que le contexte guerrier se retrouve chez Jarry). pour en insuffler des hamacs. 187 : "(." L a volute/Du cou du hibou/Blute/L'essaim/Du van des étincelles/Des yeux nyctalopes des ses ailes/Lourd et si bruissant de malchus d'assassins". 1. Cf. "(... OC I. 692 : "(. 74). (U.)" (M.. "Les pairs étaient douzaine : il est sans parangon". Le Bain 36 .) simulant les ombres nettes de combats dans le ciel de quadrupèdes néphélibates.. R. et par exemple 29. Cf. "N'eût-on pas mieux fait d'agrandir.. Cf. (.... passim.. les gorges des Onocrotales ?" {Visions actuelles et futures. R. " P E R E UBU : Madame ma femelle.) comme d'un homme furieux. 369). 876 : "L'escoulement et laps de la fontaine estoit par troys tubules et canaulx faictz de murhine (. Cf. R.6). Cf.

. et j'ai pour lui un amour qu'il serait sacrilège de prostituer à une femme. R. sept ans et demi avant..du roi).)". (...) et : "(.. (.. Cf... avec deux grandes cartes du pays que lui avait données son guide en pur don . 155 : "(. R. Cf. (.) .. R. (Pantagruel excuse le juge Bridoye). car en lui je me remire en mon passé ...." (GOD 680) (voir aussi id. R. 483 : " E n cas que le voulussiez totalement de son office déposer. "Le docteur revint au son des cloches... dans l'œuvre de Jarry). je vous priray bien fort de me en faire un praesent et pur don"..) Panurge emmancha en un grand pal les cornes du chevreul.) tel te laisser après ma mort comme un mirouoir représentant la personne de moy ton père.)". 203-4 : "(. . (... (lettres de Gargantua à Pantagruel : Jarry avoue-t-il la nostalgie d'un père digne de ce nom ?).) attendu que en toy et par toy je demeure en mon image visible en ce monde. 697). Cf... (... Cf.)" (JN 768) et : "(. 37 ..)" ( L A L 914). 281 (entre autres) : "(.) toutes sortes d'oiseaux paragons : pal (passim. "Et puis il vit qu'il s'était peut-être trompé et contemplait sa propre image.

.

NOTES ET COMPTES RENDUS .

le passage superfétatoire à la discussion "psy". S'ajoute à ces reproches localisés le regret de voir Jarry trop souvent travaillé à la lumière peu neuve des mouvements giratoires et des exploits sportifs. juillet-septembre 1986) Le pire du numéro de R S H consacré à Jarry réunit. Heureusement. théâtralisé. Jarry n'est pas seulement un homme de lettres. Ces deux interventions interrogent cette multiplicité de niveaux et surtout leurs inter41 . Eruli sont à lire d'une seule traite. deux interventions sauvent la mise. Leurs articles se suivant. entre autres. Q u i en douterait : i l a gravé.Revue des Sciences Humaines : Alfred Jarry (n° 203. Et cela dans le lieu même de l'écriture. Finter et B. outre une critique de la critique jarry que due à Noël Arnaud. blasonné. non qu'elles se répètent mais les perspectives mises en appel approfondissent également la surface d'analyse. et la faconde du littérateur satisfait de lui-même. H . la négligence (où sont ces deux pages de la version inédite du Pantagruel ?). Encore fallait-il ne pas prendre ces données de fait ou comme adjointes (c'est-à-dire) soumises au "texte".

théâtrale). jugée injouable et impubliable. Finter. B . 42 . le Géant et le Bossu. Arrivé {Europe n° 623-624.sections.. excroissance qui pouvait en gêner le placement". Se fondant sur la réponse de Terrasse. Fac-similé de l'édition originale (Sansot. 83-84) ? Jarry y explique qu'il a "débarrassé" l'acte "d'une certaine. graphique. Eruli avance l'œuvre interférant à la matière (Appréhender Jarry. Travail encore embryonnaire dans ces deux articles dont les plus grands mérites sont de ne pas aplatir les problèmes au gré d'une sémiotique globalisante (l'hétérogène œuvre !) et de revendiquer Jarry dans la complexité d'une activité triple de la représentation (linguistique. P. cette publication l'augmente d'une scène inédite extrêmement intéressante : son caractère pornographique éclaire fortement la relation des deux héros. Michel Arrivé se demandait si le directeur de théâtre à qui Par la taille était proposé n'était pas bossu. Tandis que H . Philippe Piedvache Alfred Jarry : Par la taille. S. pp.. Résout-elle en outre l'énigme posée par la lettre de Jarry à Terrasse en date du 18 novembre 1900. 1986. Ainsi sont posées les prémices d'une large scénographie jarryque à laquelle il faudra un jour songer. pénètre les dégâts nés de cette confrontation dynamique (d'où l " ' i n actu" toujours présent) des systèmes d'impressions.B. publiée par M . 1906). c'est devoir toucher l'entaille des ciseaux et les rugosités de la presse). L"'excroissance" pourrait être cette scène. refusant une vision "fortuite" du blasonnage. Goudemare.

1987) Dans son article "Pataphysique et Psychanalyse" (Europe. Bazin. particulièrement intéressante pour l'amateur de Jarry. mars-avril 1981). S. "Rongé par l'alcool. on le sait. Tournier et al exige que l'on soit accommodé à leur style. Fechner. et l'émi43 .Ce qui est resté d'Alfred Jarry livré à l'Académie Goncourt et jeté aux kiosques On connaît ces volumes accompagnés de fascicules par lesquels TAcadémie Goncourt entend présenter son choix de "Grands Écrivains" aux foules. créateur de la "psychophysique" et explorateur de la quatrième dimension. Il montrait ainsi les correspondance nombreuses entre Jarry et Mises.C. L'accès au Panthéon de M M . Patio n° 8 (éditions de l'éclat. il multiplie provocations et extravagances". fait son éloge dans la Traumdeutung. dans " F i l i ger". En attendant d'autres recherches sur le sujet. S. Que connaissait exactement Jarry de Fechner ? L a réponse passe par une autre question. David suppose que c'est le cours de Bergson qui révéla Fechner à Jarry. Le 15 juin 1987. L a revue Patio publie en effet la traduction de plusieurs de ses œuvres. le deuxième des Quatre paradoxes de 1846. Jarry fut donc présenté en ces termes : "Lèvres maquillées et visage poudré. la conférence sur Ubu roi et Les Jours et les Nuits. T . pseudonyme de G . le lecteur français peut aujourd'hui avoir une connaissance plus précise du "docteur Mises". consacré à la quatrième dimension {Patio n° 1). David soulignait et commentait les allusions de Jarry au "swedenborgien docteur Mises".C. Signalons. plus générale. Freud. i l va j u s q u ' à boire dix litres par jour avec sa s œ u r " . quant à la place occupée par l'auteur allemand (1801-1887) dans le fin du siècle.

" L e banquet des Argonautes") et dans Feuillets d'automne.. F. La figure était prodigieuse : Jarry en escarpins. pages 278-279) viennent compléter ces souvenirs de Gide. : Et l'écrivain Jarry. désireux de paraître clown. : Vous avez tracé d'Alfred Jarry.A. C'est lui qui faisait sa caricature et qui voulait la faire. en gugusse de cirque. : Non seulement à ma pensée mais je le crois très exact.A. on peut dire. 1987. tout entier consacré à Fechner. car l'être était tellement étrange qu'on pouvait communiquer difficilement avec lui . un portrait assez curieux. j'étais plein de considération pour Jarry et nous nous marquions réciproquement l'un pour l'autre une sorte de sympathie.C. Est-ce une caricature ou pensez-vous que le portrait de Jarry corresponde à peu près à votre pensée sur lui ? A . Jarry se voulait comme je l'ai peint. J. Qui êtes-vous ? (éditions L a Manufacture.. fardé comme il n'est pas possible. avez-vous gardé une grande considération 44 . Je ne crois absolument pas avoir chargé sa figure. J. J'avais une certaine affection. ce portrait. je ne peux pas parler d'amitié. dans Les Faux-Monnayeurs. dans André Gide. le poète. Les Entretiens Gide-Amrouche diffusés du 10 novembre au 30 décembre 1949 sur la " C h a î n e nationale" et publiés par Eric Marty.nent swedenborgienne Anatomie comparée des Anges dans le n° 8. G . absolument un clown de cirque. Je me souviens l'avoir entendu faire une conférence où il arrivait déguisé. Jarry était un clown. Patrick Besnier André Gide et Jarry On connaît déjà le portrait de Jarry dans Les Faux-Monnayeurs (chapitre VIII. Je me souviens de telle conférence. Mais enfin. ni en avoir fait une caricature. avec une énorme cravate blanche.

Chaque année.G... pour de l'argent. Claude Pichois et Philippe Soupault. Paris).A. un dialogue du père Ubu et du professeur Achras. se proposent de défendre et d'illustrer la vie et l'œuvre de l'auteur des Chants de Maldoror et de Poésies. que je ne parviens pas à admirer. Présents et Futurs d'Isidore Ducasse». Lefrère (30 bis.-J. 75015. des études. qu'en pensez-vous ? les A . créés en 1987 sous le patronage de M M . Abonnement : 120 F ou 200 F (membre bienfaiteur). que je trouve une façon de chef-d'oeuvre. offrant des documents inédits ou peu connus. François Caradec. osons le dire. qui paraissent manifestement écrits pour. 45 . : Mais les poèmes qui figurent dans Les Minutes de Sable Mémorial. Cahiers Lautréamont Les CAHIERS LAUTREAMONT. J. G . Il y a certains de ses livres que trouve. ils ne me plaisent pas beaucoup. enjoignant un chèque libellé à l'ordre de l ' A A P P F I D . À vrai dire. : Je ne sais qu'en penser vraiment — et c'est une façon de me débarrasser de votre question. poèmes en vers. et qu'il a comme bâclés. président de 1'«Association des Amis Passés. Michel Décaudin. Hubert Juin (t). Messaline. l'association publie deux bulletins semestriels. Maurice Nadeau.pour ses écrits ? A. certaines scènes. Mais il y a dans un petit livre qui s'appelle Les Minutes de Sable Mémorial. Jean-José Marchand. : Considérable pour certains de ses écrits. Les personnes désireuses de s'abonner à cette revue peuvent écrire à M . des témoignages et des renseignements bibliographiques et critiques. J. avenue de Suffren. Mon opinion sur Jarry est extrêmement inégale. Un Surmâle.

rue d'Amsterdam. qui pourrait se mettre sur le même panneau et au même emplacement que le célèbre placard : le nouveau Détective. Nous regrettons seulement qu'il n'y ait pas.B. mais en plus grand. 99. G.Jarry jeté aux kiosques ! Tout adhérent de la SAAJ doit se faire un devoir d'acheter : Grands Ecrivains (choisis par l'Académie Goncourt) — Alfred Jarry — numéro 90 — 28 F (commandes écrites. 75008 PARIS) — car le caractère épiphanique de cet opuscule publicitaire ne peut échapper à personne. la même chose. 46 .

Eugen Heimle. v. pp. (Zweitausendeins Verlag) 1987. Renner) 1985. Frankfurt/M. Pataphysiker. v. u. Heribert Becker. Völker. : Der Übermann. id. Traductions : Alfred Jarry : Des Königs Bad (Le bain du roi)/Das Lied von der Enthirnung (La chanson du decervelage). herausgegeben v. id. Februar 1978. i d . Die absolute Liebe. Übers. Jarry : U b u . v. Frankfurt/M. Frankfurt/M. München (edition text & kritik) 1983. (Zweitausendeins Verlag) 1987. R. Dt. Dt. ( = L ' A m o u r en visites). id. (= tout Ubu). München (Verlag Klaus G . (Zweitausendeins Verlag) 1987. Frankfurt/M. : Tage und Nächte. Übers. Roman eines Deserteurs. : Die Liebe auf Besuch. id. : Messalina. Heinz Schwartinger. (Zweitausendeins Verlag) 1987. In : Litfass 9 (Berlin). v. Dt. id. Dt. Schneewolf.Jarry en Allemand (Bibliographie mise ä jour) I. E . Grete Osterwald. Frankfurt/M. Dt. Deutsch von Eugen Heimle. v. : Liebe auf Besuch. A . 47 . Heimle. 84-86. K . (Zweitausendeins Verlag) 1987. : Doktor Faustroll.

1986). S . München 1964. Rheinbach-Merzbach (cmz-Verlag) 1983. 48 .1985. A paraître. id. (= Sonderbeilage der Badischen Zeitung v. Winfried : Alfred Jarry : U b u roi.). (éd./15. H g . Engler. : Das avantgardistische Theater Frankreichs 1885-1930. Fischer. In : id.1. française en préparation). : Nachwort. pp. Berlin 1971. Hanne : U b u R o i . W . Il s'agit des six premiers volumes (de 14 à paraître) d'une édition complète de Jarry en allemand. Mindelheim 1985. München (Verlag W . Grimm. Manfred : Doktor Ubu und ich. München (Beck-Verlag) 1982. 14. v. In : Badische Zeitung v.Verschnitt : Schreisse. v.1984. Pataphysische Begegnungen. 22.2. B d .id. Fischer. II. Riewert : Individuation und Okkultismus im Roman werk Alfred Jarry. 42-74. Interpretationen.6. 24.) : Das moderne französische Drama. Frankfurt/M. 23. Ehrich. pp. Etudes et articles : Ebel. Manfred S. 49-69. Frank Heibert. Emmanuil : Päpstin Johanna.1986). (Trad. Fink) 1987 (= Thèse Freiburg/B. In : Kindlers Literatur Lexikon im dtv. pl 2 (Voir également la critique de cette représentation par R. (Zweitausendeins Verlag) 1987. Ehrich dans : Monitoires du Cymbalum Pataphysicum 3 (15 mars 1987 v. Dt. In : Badische Zeitung v. : Die Dragonerin. pl 9661 sq. In : Pabst. Martin : Kunst-Aussteiger und Vorläufer (Jarry Satie-Zyklus in Freiburg). : "König U b u " . Gedeon. 224-233 (Au sujet de la traduction de " L a Papesse Jeanne" par Jarry/Saltas). Freiburger Theater Journal : Milan Slâdek Compagnie : König U b u . Jürgen : Das Theater Alfred Jarrys : Die Zerstörung der theaterästhetischen Konventionen. p. 124 sq). Geier./24. In : Roidis. pp. M .

16. Alberto/Guadalupi. B d . Ilse : Pataphysik. pp. Kesting. 27.1979. In : Neue Zürcher Zeitung v. Ausstellung in Zürich : Alfred Jarry. 9. 10799 sq. v. 1980. W . Gianni : Von Atlantis bis Utopia. C ./1. Jarry. p. Georg : Le Surmâle. Heintz. 143 sq. p. Paluch. Kinder im avantgardistischen Theater Frankreichs. 131-135. Jarry : U b u roi. N r . pp. pp. B d . 10. pp. 85-92. Hans H . 3. In : Die Zeit. Roman eines Deserteurs. Pataphysicien. 5 (25. 191 sq. Henschen.1985). p. 46. Manguel. Marianne : e r . Bd. E i n Führer zu den imaginären Schauplätzen der Weltliteratur.1.. 24. de : Linda Klieger-Stillman : L a théâtralité dans l'œuvre d ' A . Pollack. 9135. Fautroll"). Freidhelm : Messaline. München 1974. 167-189. 3924 sq. In : Kindlers Literatur Lexikon im dtv. München 1974. N r . In : A . F r a n k f u r t / M . 2. München 1985. H g . Bd 21. Petra : Kürbis in Waffen.. Walter : Nachwort. 197 . Faustroll. Heimle. In : Die Zeit.1985). Ludwig : Kleine Konfession. B d . 139 . p. Jarry : Tage und Nächte. Harig. Stuttgart (reclams Fremdsprachentexte) 1986. B d .1987. In : A . Y o r k / S . 1. Hans : König Ubu der Harmlose. p. In : Kindlers Literatur Lexikon im dtv. In : Romanische Forschungen 1 (1982). 41 (4. : Gestes et opinions du Dr.1. In : Kindlers Literatur Lexikon im dtv. Jansen. 69. pp. Kipphoff. Paluch. Eugen : Nachwort.10.. 181 sq. München 1974. 41 sq. Kemp. In : Westdeutsche Allgemeine Zeitung v. (Description de quelques îles des "Gestes et opinions du Dr. pp. Symbolismus und Anarchismus bei 49 . Berlin-Wien 1984.id : "Kinder an die Macht".11.

id. Riewert Ehrich 50 . 290-308. Schneewolf. pp.3. révisée de sa thèse. Programmatisches und zwei Verstexte aus dem Französischen. Szeemann. 119-121. Rheinbach-Merzbach (cmz-Verlag) 1982. Thomas : Alfred Jarry. Freiburg/B. (1958). W . In : Lange. Wien-Köln-Graz 1984. In : Litfass 8 (Oktober 1977). 14. Heidelberg (Quelle & Meier) 1980. Harald : Alfred Jarry und die Nabis.Jarry.10. Renner. (= E d .3.) : Französische Literatur des 19. Kleines Handbuch der Pataphysik. Jarry : Die Liebe auf Besuch. : Phantasielösungen. D . I .X I V .1985.1984 . Klaus : Nachwort. pp.-15. Programmheft : Jarry-Satie-Zyklus (12. Jahrhunderts. (éd. Wien 1975). 1984. pp. In : Alfred Jarry. Rainer : Alfred Jarry.1984). pp. 3. 62-71. München 1983. Scheerer. Katalog zur Ausstellung im Kunsthaus Zürich — Graphisches Kabinett. Zürich 1984. In : A . B d .12.

Que le lecteur ne voie pas une coquille en couverture. cette Tournée 35-36 de l'Etoile-Absinthe est bien servie au titre de l'abonnement de 1987. . Les Tournées de 1988 sont en fabrication et nous aurons rattrapé notre retard pour la Saint-Sylvestre.

Nos publications sont en dépôt à la Librairie Alias. brochage : W. Théry à Reims (51) Dépôt légal Juillet 1988 .P. Penne du Tarn ­ Castelnau de Montmiral Mise en page. à son point de vente au T. (une heure avant les repré­ sentations et pendant toute leur durée) et à la Librairie Nizet. 3bis.N . 75005 Paris. place de la Sorbonne. 75014 Paris. L ' E T C T L E ­ A B S I N T H E ­ № 35­36 Rue du Château. 21. rue Boulard. impression.

Centres d'intérêt liés