Vous êtes sur la page 1sur 536
ALGÉRIE W E C 2 0 07
ALGÉRIE W E C 2 0 07
ALGÉRIE W E C 2 0 07

ALGÉRIE

W E C

2 0 07

ALGÉRIE W E C 2 0 07

© Décembre 2007 Schlumberger Édité par Schlumberger Produit par AJ TORRE & Associates, Inc., Houston, TX, États-Unis

Couverture, logo et en-têtes des vues d’ensemble conçus par Mohamed-Arslane LERARI, Professeur à l’Institut supérieur des beaux-arts, Alger, Algérie

Conception et mise en page intérieures par Diego SÁNCHEZ

Imprimé par Wetmore Printing Company, Houston

Tous droits réservés. Aucune partie de cette publication ne peut être reproduite, conservée dans un système d’archivage ou transmise sous quelque forme ou par quelque moyen que ce soit – électronique, mécanique, par photocopie, enregistrement ou autre – sans l’autorisation écrite préalable de l’éditeur.

Well Evaluation Conference Algérie 2007

La préparation de ce document commun à

Sonatrach et Schlumberger

a été gérée et coordonnée par

Smaine ZEROUG

Schlumberger

et

Noureddine BOUNOUA, Petroleum Engineering Rabih LOUNISSI, Exploration Sonatrach

Avec la contribution et l’assistance de Rabah ZEGHOUANI, Division Production, Sonatrach, et de Nasreddine

DJELLAS, Amont, Sonatrach ; de Khelil KARTOBI, Division Petroleum Engineering, Sonatrach ; et de Abdelkader

DELHOMME, d’Arnaud ETCHECOPAR, de Mohamed TCHAMBAZ, de Sherif ABADIR, de Philippe SIMON, et de

John FULLER, Schlumberger ; ainsi que de plus de 120 ingénieurs et scientifiques de Sonatrach, Schlumberger

et des sociétés internationales opérant en Algérie. Leurs noms sont mentionnés dans chaque chapitre.

Préface

A u cours de ces dernières décennies, Sonatrach et Schlumberger ont continuellement appliqué leurs savoir-faire respectifs à l’exploration et à la production d’hydrocarbures en Algérie. La Conférence sur l’évaluation des puits (« Well Evaluation Conference », WEC), organi-

sée périodiquement, reflète et mesure nos efforts conjoints, et cette troisième édition, que j’ai l’honneur et le privilège de présenter, est remarquable à plus d’un titre.

Depuis la deuxième WEC, tenue il y a une douzaine d’années, de nombreuses découvertes d’hydrocarbures et beaucoup de projets de déve- loppement ont été réalisés dans un esprit de partenariat fructueux. La dernière décennie a été marquée par deux évènements majeurs : l’in- troduction de la technologie des puits horizontaux et la découverte du champ de Berkine. Si la première a rendu possible un important redé- ploiement – notamment sur le champ de Hassi Messaoud –, la deuxième a permis un accroissement significatif de nos réserves. Schlumberger a été un partenaire remarquable, non seulement par l’introduction de la technologie nécessaire, mais également par la com- préhension de nos besoins et la contribution à nos succès.

Le travail qui constitue cette troisième édition de la WEC trouvera sa place parmi les documents de référence de Sonatrach. Il servira d’ou- til de qualité, non seulement pour l’industrie nationale et internationale des hydrocarbures, mais également pour la communauté scientifique. Cette édition est particulièrement riche et couvre un large domaine de l’activité amont. Les deux premiers chapitres reflètent la vigueur avec laquelle Sonatrach a déployé ses efforts dans l’exploration et le développement de ses gisements. Dans les chapitres qui suivent, les des- criptions des diverses technologies et de leurs applications sont éloquentes et servent d’indicateur à la fois de leur évolution et de leur mise en œuvre dans la caractérisation des réservoirs, le développement, la production et le HSE.

En plus de son contenu technique remarquable, cette WEC exprime sans aucun doute la profondeur de la relation entre nos entreprises. Mais déjà nos pensées se tournent vers la manière dont nous pouvons encore approfondir cette relation. En effet, l’avenir promet de présenter un environnement technique encore plus complexe, nécessitant une collaboration encore plus proche pour faire face aux défis du développe- ment de nos réservoirs gréseux de faible porosité et de la gestion de nos champs matures.

Ce document est l’œuvre de quelque 120 ingénieurs des deux entreprises qui ont collaboré pendant de nombreux mois pour apporter une valeur ajoutée à la quantité considérable de données rassemblées. Au nom de Sonatrach, je leur exprime ma gratitude pour leurs efforts et leur adresse mes félicitations pour leurs résultats.

efforts et leur adresse mes félicitations pour leurs résultats. Boumediène BELKACEM, Vice-Président Amont Sonatrach

Boumediène BELKACEM,

Vice-Président Amont

Sonatrach

Avant-propos

J e suis particulièrement heureux de rédiger cet avant-propos à l’ouvrage de la troisième Conférence sur l’évaluation des puits en Algérie, fruit d’une collaboration remarquable entre les ingénieurs et scientifiques de Sonatrach, de ses partenaires internationaux associés et de

Schlumberger. À ceux qui y ont contribué, j’adresse mes sincères remerciements.

Dans une ère d’opérations très dynamiques en Algérie, caractérisée par un accroissement marqué de l’exploration et de la production, le rôle de la technologie dans l’amélioration des performances et la réduction des risques, qui va de pair avec des normes exigeantes de HSE, ne saurait être suffisamment souligné. Toutefois, faire face à des défis complexes comme l’accroissement de la récupération à partir du champ géant de Hassi Messaoud ou le développement du gaz naturel à partir des réservoirs compacts (« tight sands ») fracturés dans la région sud- ouest nécessite plus que l’application d’une nouvelle technologie. Une coopération et un partage des connaissances soutenus sont néces- saires pour formuler les problèmes et identifier des techniques et technologies potentielles – à des fins d’essais et de mise en œuvre ou de développement commun – selon les exigences de l’environnement local. Je suis convaincu que l’achèvement de cet ouvrage établit un nou- vel esprit qui conduira à promouvoir davantage un partenariat déjà pérenne.

Depuis la première opération de diagraphie en Algérie, il y a plus de 50 ans, l’engagement de Schlumberger à contribuer, par une technologie de pointe, au succès de l’industrie algérienne des hydrocarbures est resté ferme. Un investissement tangible au cours de la décennie écou- lée pour promouvoir des professionnels algériens issus d’universités algériennes, qui se sont formés et ont travaillé dans des unités de Schlumberger dans le monde entier, souligne à présent cet engagement. Schlumberger, fière de ses relations avec Sonatrach et ses parte- naires internationaux, est impatiente de prendre part aux défis futurs et de les surmonter.

de prendre part aux défis futurs et de les surmonter. Satish PAI, Président – Europe, Afrique

Satish PAI, Président – Europe, Afrique et Caspienne Schlumberger Oilfield Services

Les trésors du Sahara

A u début du XX e siècle, alors que l’exploration du Sahara se poursuivait encore, deux découvertes allaient révéler les plus précieux de ses trésors : une civilisation datant de cinquante siècles avant les pyramides et le pétrole.

En 1927, un jeune géologue-explorateur du nom de Conrad Killian observe les caractéristiques stratigraphiques des magnifiques paysages qu’il traverse et note dans son carnet de terrain : « Schistes carburés ou bitumeux. Grands ensembles pétrolifères certains. Probables au Sahara. » Jetant les fondements de la géologie saharienne et pressentant l’existence du pétrole, il fut le premier à prononcer les noms célèbres d’Edjeleh et de Tiguentourine.

En 1933, au cours d’une reconnaissance militaire, le peloton méhariste (à dos de chameau) du capitaine Duprez s’engouffre dans l’oued Djerat, près d’Illizi (ancien Fort Polignac). Stupéfait, l’homme contemple des centaines d’images gravées sur les rochers : des chasseurs, des éléphants, des rhinocéros, des hippopotames et, plus loin, une girafe de 8 mètres de haut, la plus grande gravure rupestre au monde. Un monde perdu, un univers révélé. 1

Au cours de la préhistoire, il y a plus de 10 000 ans, à l’instar du Proche-Orient et du fameux Croissant fertile, le Sahara fut l’un des plus anciens foyers d’invention de la poterie, de la vannerie et de la domestication. Des acquis qui allaient jeter les bases de la civilisation moderne. À l’heure où il bénéficiait encore d’un climat humide et chaud, le Sahara d’avant le désert fut ainsi un centre fondateur, innovateur de la pen- sée et des techniques, rayonnant tant sur l’Afrique que sur la Méditerranée. Les gravures et les peintures rupestres, dont les images agré- mentent cet ouvrage, en sont assurément le plus majestueux des fleurons.

Dans le Sahara algérien, la plus grande galerie d’art rupestre au monde témoigne du haut degré de spiritualité que les Africains ont atteint, alors que l’Égypte n’existait pas encore. Dans les sanctuaires de pierre du tassili des Ajjer, classé au patrimoine mondial de l’Unesco, de superbes fresques révèlent les premiers dieux et les premiers mythes des Têtes Rondes, il y a près de 10 000 ans. C’est là que naquit l’art africain, support de maintes croyances et religions dans lesquelles puiseront les peuples d’Afrique. Sur les parois, les représentations de masques témoignent de la naissance de l’art de la négritude, à l’origine des arts premiers, lesquels, à leur tour, ont puissamment contribué au ressourcement de quelques écoles de peinture modernes, telles que le fauvisme ou le cubisme.

Vers 8 000 ans, peignant et gravant de riches troupeaux de bœufs, de chèvres et de moutons suggérant l’épanouissement de leur civilisation, les Bovidiens, éleveurs de bœufs, Noirs, Blancs et métis, baignent dans une culture très diversifiée où langues, croyances et pratiques socio- culturelles diverses se côtoient : elles témoignent de la vocation lointaine de l’Afrique du Nord à la « multiculturalité » et à la tolérance.

Avec l’avènement de l’Antiquité, les anciens Berbères que l’on appelait Libyens, du nom de l’Afrique antique, « Libya », déjà réputés pour leur adresse à la cavalerie et à la conduite des chars, maîtrisent le travail des métaux dès le début du I er millénaire avant J.-C. Dès lors, cette société guerrière et aristocratique fabrique ses propres armes. Sollicités sur les plus grands champs de bataille de la Méditerranée par des souverains tels que le roi des Perses ou celui de Carthage, ces guerriers firent trembler les pharaons Mineptah ou Ramsès III. Vers la fin du II e millénaire avant J.-C., après une longue gestation à partir des motifs géométriques de l’art berbère, l’élaboration d’une graphie autochtone va donner naissance au « libyque », l’une des plus anciennes écritures au monde, l’ancêtre des tifinaghs touaregs actuels.

Si, généreux, le Sahara a bien voulu offrir aux hommes ce qu’il avait de plus précieux, une civilisation à travers son passé et le pétrole pour l’avenir, c’est qu’assurément ces deux trésors doivent se rehausser l’un l’autre. Choisir d’illustrer le présent ouvrage par des images du patri- moine saharien, c’est donner à le découvrir et à l’apprécier partout dans le monde. C’est garantir que l’exploitation de l’or noir du Sahara peut se faire dans le respect de son histoire et de son fragile patrimoine. C’est, aussi, espérer que la sauvegarde du passé pourra bénéficier du soutien du futur.

Malika HACHID,

Préhistorienne ; Chef du Projet franco-algérien de datations directes de l’art rupestre saharien, Ancienne Directrice du parc national du Tassili, Membre fondateur et ex-Vice-Présidente de la Fondation Sonatrach Tassili

1. Conrad Killian et le capitaine Duprez étaient guidés par des Touareg restés anonymes dont il convient de rappeler la contribution.

Table des matières

1. La géologie pétrolière de l’Algérie

2. Gisements d’hydrocarbures

3. Définition et évaluation des réservoirs

4. Développement des réservoirs

5. Optimisation de la production

6. L’hygiène, la sécurité et l’environnement

7. Vers l’avenir – des partenariats pour relever les défis

8. À propos des auteurs et contributeurs

NOTE : Pour référencer des articles dans cet ouvrage, veuillez utiliser :

« Titre de l'article », in Sonatrach – Schlumberger Well Evaluation Conference – Algérie 2007, p. #.## – #.##, (Édité par Schlumberger, 2007).

Exemple :

« Imagerie des puits », in Sonatrach – Schlumberger Well Evaluation Conference - Algérie 2007, p. 3.30 – 3.67, (Édité par Schlumberger, 2007).

La Dame noire du site de Séfar (tassili des Ajjer) est une œuvre emblématique de

La Dame noire du site de Séfar (tassili des Ajjer) est une œuvre emblématique de la période dite des « Têtes Rondes ». D’une grande qualité esthétique et d’une forte charge sym- bolique et religieuse, elle représente une femme noire dont les yeux sont rituellement masqués par un bandeau blanc (h : 95 cm). Cette période, la plus ancienne des peintures rupestres du Sahara, remonte à, environ, 10 OOO ans.

1. La géologie pétrolière de l’Algérie

Préambule

2

Généralités

2

Bassins de la province orientale

6

Môle d’Amguid-Messaoud

11

Bassin de Berkine

16

Bassin de l‘Oued Mya

23

Bassin d’Illizi

29

Bassins de la province occidentale

38

Bassin de l’Ahnet Gourara

39

Bassin de Gourara Nord

45

Bassin de Béchar et ses marges

48

Bassin de Reggane

53

Bassin de Tindouf

58

Bassin de Taoudenni

62

Bassin de Sbâa

68

Bassins du nord de l’Algérie

74

Bassin Offshore

78

Bassin du Chelif

81

Bassin de Hodna

84

Bassins : Atlas / Sud-Est Constantinois / Chott El Melrhir

87

WEC Algérie 2007 / La géologie pétrolière de l’Algérie

WEC Algérie 2007 / La géologie pétrolière de l’Algérie Préambule D ans le cadre de la

Préambule

D ans le cadre de la WEC Algérie 2007, le chapitre « Géologie pétrolière »

est conçu comme une revue des connaissances sur la géologie pétro-

lière de l’Algérie. L’objectif de ce travail est de permettre au

lecteur d’avoir une vision générale – avec néanmoins certains détails – sur la

géologie du pays.

Les connaissances accumulées sur la géologie ont connu un saut qualitatif ces dernières années grâce aux très nombreux travaux entrepris dans le domaine de l’activité pétrolière par Sonatrach et ses partenaires. Ces avancées ont per- mis au domaine minier algérien d’enregistrer des résultats retentissants en termes de découvertes et de mise en évidence de nouveaux plays et d’un important potentiel en hydrocarbures, dans des zones longtemps ignorées ou dont l’importance avait été minimisée.

Généralités

Le territoire algérien s’étend sur 2 381 741 km 2 , ce qui en fait le deuxième plus grand pays d’Afrique et du monde arabe après le Soudan. Les limites natu- relles de l’Algérie sont la mer Méditerranée au nord avec 1 200 km de côtes, le Maroc à l’ouest, la Mauritanie et le Sahara occidental au sud-ouest, le Mali et le Niger au sud, et enfin la Tunisie et la Libye à l’est.

Sur le plan morphologique (fig. 1.1), quatre domaines se distinguent du nord au sud :

Généralités

Généralités Espagne Mer Méditerranée Atlas tellien Bassin de Hodna Océan Atlantique Bassin Bassin de Chelif

Espagne

Mer

Méditerranée

Généralités Espagne Mer Méditerranée Atlas tellien Bassin de Hodna Océan Atlantique Bassin Bassin de Chelif

Atlas tellien

Bassin de Hodna

Océan

Atlantique

Bassin

Bassin de Chelif Constantinois Sillon de Melrhir Tunisie Voûte Voûte Ensellement de de Gisement de
Bassin de Chelif
Constantinois
Sillon de Melrhir
Tunisie
Voûte Voûte
Ensellement
de de
Gisement de gaz d’Hassi R’mel
de Touggourt
Tilrhemt Tilrhemt
Gisement d’huile
Dorsale
d’Hassi Messaoud
Ensellement
d’Hassi
de Djofra
Messaoud
Voûte
Voûte d’Allal
Bassin
Voûte
d’Oued Namous
d’Oued Mya
Bassin
d’Tamzaia
de Béchar
Bassin
Ensellement de
Voûte
de Berkine
Bassin de Gourara
Libye
Beni Abbes
de Méharez
Dorsale d’Ougarata
Môle
Eperon
d’Azzene
d’Idjerane
Ensellement
de Bou Bernous
Synclinal
Bassin de Mouydir
Ensellement de Djoua
Bassin
d’Illizi
de Sbâa
Eperon
d’Amguid
Hauts
Plateaux
Atlas saharien
Sillon de Benoud

Bassin de Reggane

Ensellement

d’Azzel Matti

de Benoud Bassin de Reggane Ensellement d’Azzel Matti Bassin deTaoudeni Bassin d’Ahnet Massif du Hoggar Bassin

Bassin deTaoudeni

Bassin

d’Ahnet

Massif du Hoggar

Bassin

de Tamesna

Bassin de

Tafassasset

Niger

Maroc

Bassin de Tindouf

Massif des Eglab

Mauritanie

Mali

Gisement d’huile Gisement de gaz 0 100 km
Gisement d’huile
Gisement de gaz
0 100 km

36°00’

34°00’

32°00’

30°00’

28°00’

26°00’

24°00’

22°00’

20°00’

-08°00’

-06°00’

-04°00’

-02°00’

00°00’

02°00’

04°00’

06°00’

08°00’

10°00’

12°00’

Figure 1.1 : Carte des bassins sédimentaires de l’Algérie.

WEC Algérie 2007 / La géologie pétrolière de l’Algérie

l’Atlas tellien, ensemble de reliefs escarpés et de plaines littorales dont les plus riches sont la Mitidja au centre, le Chelif à l’ouest et le Seybouse à l’est ; l’Atlas saharien, longue suite de reliefs orientés NE- SO s’étendant de la frontière marocaine à celle de la Tunisie ;

Horizons objectifs

Indices Sels Anhydrites Calcaire Argiles Grès Socle Production Mésozoïque Tert.Paléozoïque Camb.
Indices
Sels
Anhydrites
Calcaire
Argiles
Grès
Socle
Production
Mésozoïque Tert.Paléozoïque
Camb.
TriasCarbonifèreDévonienSilurienOrdovicien
CrétacéJurassique

Figure 1.2 : Colonne géologique générale de lAlgérie.

le Sahara, siège de l’essentiel des ressources en hydrocarbures, désert formé de grandes étendues de dunes (Ergs oriental et occidental), de plaines caillouteuses (regs), et parsemé d’oasis où les agglomérations sont de plus en plus importantes ;

les massifs des Eglab au sud-ouest et du Hoggar au sud.

Sur le plan structural, l’Algérie est subdivisée en deux unités tectoniques majeures séparées par la faille sud atlasique :

au nord, un domaine alpin marqué par des chaînes de montagnes d’âge ter- tiaire résultant de l’orogenèse alpine ;

au sud, la plate-forme saharienne, domaine relativement plus stable consti- tué d’un socle précambrien sur lequel se sont déposées d’épaisses séries sédimentaires dans des bassins structurés essentiellement durant le Paléozoïque (fig. 1.2).

D’un point de vue pétrolier, le domaine minier algérien est subdivisé en trois provinces : est, ouest et nord (fig. 1.3).

La province est englobe les bassins d’Illizi, Berkine, Oued Mya et le môle Amguid-Messaoud. C’est au sein de cette province, où se trouvent les gise- ments géants de Hassi Messaoud (huile) et Hassi R’mel (gaz), que l’essentiel des découvertes d’huile et de gaz ont été réalisées jusqu’à aujourd’hui.

L’intense activité d’exploration menée dans cette région depuis plus d’une dizaine d’années a permis
L’intense activité d’exploration menée dans cette région depuis plus d’une
dizaine d’années a permis d’introduire de nouvelles techniques d’exploration,
notamment celles relatives à l’acquisition, le traitement et le retraitement
des données de sismique et de forage. Ces techniques sont à l’origine de la
Alger
Gisement de gaz
Gisement d’huile
Massif des Eglab
Massif de Hoggar

Figure 1.3 : Carte du domaine minier et des gisements d’hydrocarbures.

compréhension et de la précision de beaucoup d’aspects (géochimie, modèles sédimentologiques, rôle des failles, cartographie de niveaux sous le sel) qui ont aidé à faire du bassin de Berkine, par exemple, le siège de très nom- breuses découvertes, surtout dans le Trias mais aussi dans les niveaux infé- rieurs du Carbonifère et du Dévonien. Ceci a permis de qualifier ce bassin comme étant l’un des plus riches au monde.

Les travaux intensifs réalisés sur le pourtour de Hassi Messaoud ont mis en évidence non seulement un potentiel en huile plus important que celui reconnu par les travaux antérieurs, et ce après la définition de contacts huile/eau plus profonds (OL-2) que celui rencontré sur le gisement géant de Hassi Messaoud dans le réservoir cambrien, mais aussi d’autres gisements d’huile importants dans ce même Cambrien et dans l’Ordovicien, à l’image du gisement de Hassi Terfa.

Cette intense activité d’exploration a permis – à la faveur de nouvelles idées et nouveaux concepts (objectifs profonds, « tight reservoirs », réservoirs à basse résistivité, objectifs liés aux pièges subtils) – d’approcher avec plus de certitude le potentiel pétrolier de ces régions. Les récents travaux d’exploration ont abouti à d’excellents résultats qui confirment l’intérêt pétrolier associé à ces nouveaux concepts, justifiant ainsi le maintien de l’effort d’investigation dans ces domaines.

La province ouest englobe les bassins de l’Ahnet, Timimoun, Béchar-Oued Namous, Reggane, Tindouf, Taoudeni et Sbâa. Cette province, essentielle- ment à gaz sec, suscite beaucoup l’intérêt des compagnies pétrolières. C’est

Mer Méditerranée Tunisie Maroc
Mer
Méditerranée
Tunisie
Maroc

10º

37º

35º

33º

31º

29º

27º

25º

Quaternaire Jurassique Ordovicien Miocène Trias Cambro-Ordovicien Oligocène Permien Cambrien Eocène
Quaternaire
Jurassique
Ordovicien
Miocène
Trias
Cambro-Ordovicien
Oligocène
Permien
Cambrien
Eocène
Carbonifère
Socle
Paléocène
Dévonien
Volcanisme
0
100 km
Crétacé
Silurien

Figure 1.4 : Carte géologique du nord de l’Algérie, et écorché pré-Mésozoïque de la plate-forme

saharienne.

Généralités

à la suite des résultats très positifs enregistrés par Sonatrach sur l’ensemble de la province ces dernières années que cette dernière connaît une activité d’explora- tion de plus en plus intense. Plusieurs gisements décou- verts par Sonatrach sont en phase avancée de délinéa- tion, mettant en évidence l’opportunité de procéder à leur développement et, plus tard, à leur production.

Le potentiel en gaz des pièges aussi bien conventionnels que non conventionnels, notamment les objectifs asso- ciés aux pièges subtils, les « tight reservoirs » et les « basin-centered gas accumulations » (BCGAs), confère à cette région du domaine minier algérien une place de premier ordre en termes de prospectivité.

Les travaux pétroliers relatifs aux infrastructures de sur- face, de canalisation et de transport en cours dans cette région d’Algérie contribuent à la valoriser davantage, si bien qu’elle constituera dans le futur proche un autre pôle gazier de premier ordre.

Par ailleurs, l’intérêt s’est focalisé aussi ces derniers temps sur le Taoudenni, le plus grand bassin d’Afrique de l’Ouest, dont l’extension NE se trouve en territoire algérien. Les premiers travaux de prospection et de fora- ge y ont mis en évidence l’existence d’une roche mère dans les séries précambriennes et d’indices, qualifiés d’excellents, dans le Précambrien traversé par certains forages. Des travaux supplémentaires sont prévus pour estimer avec plus de précision le potentiel pétrolier de ce vaste bassin.

La province du nord de l’Algérie englobe les bassins du Sud-Est Constantinois–Melrhir, du Hodna, du Chelif, de l’offshore et de l’Atlas saharien. C’est au sein de cette pro- vince qu’ont commencé les premiers travaux d’exploration dès 1890, dans le bassin du Chelif. C’est aussi dans cette province qu’a été mise en évidence en 1948 la première découverte commerciale d’huile réalisée à Oued Gueterini.

À cause de son extrême complexité géologique (fig. 1.4), cette province n’a pas connu d’activité d’exploration à l’image des autres provinces pétrolières du pays. Néanmoins, les travaux réalisés jusqu’à ce jour ont permis

la mise en évidence de gisements d’huile, montrant ainsi

un potentiel pétrolier certain dans le nord de l’Algérie. Ce

potentiel est rehaussé par les excellentes perspectives de l’offshore algérien (93 500 km 2 ) qui, après des études pré- liminaires, a montré l’intérêt pétrolier certain de ce domai- ne qui connaîtra certainement dans un avenir proche une intense activité d’exploration pétrolière.

WEC Algérie 2007 / La géologie pétrolière de l’Algérie

Bassins de la province orientale

L’ensemble des bassins d’Illizi, Oued Mya, Berkine et Amguid-Hassi Messaoud constitue un vaste domaine de près de 493 632 km 2 (fig. 1.1 et 1.2). Les res- sources piégées dans les différents bassins sédimentaires, tout au long de leur histoire géologique, sont loin d’avoir été toutes explorées et découvertes. Les bassins de Hassi Messaoud, Illizi et Oued Mya sont essentiellement paléo- zoïques. Quant au bassin de Berkine, son histoire géologique est plus com- plexe puisqu’il a été moins soumis à l’érosion hercynienne que les secteurs qui l’entourent et plus subsident au Mésozoïque. La quasi-totalité des réserves découvertes à ce jour se situe dans la partie est du Sahara, où les plus grands gisements en huile et gaz sont situés à Hassi Messaoud et Hassi R’mel.

Le bassin de l’Oued Mya est limité à l’ouest par la dorsale d’Idjerane-M’zab et à l’est par la dorsale Amguid-El Biod, qui limite aussi au sud le dôme de Hassi Messaoud. Les bassins de l‘Oued Mya et le môle d’Amguid-Hassi Messaoud, qui sont comblés par une puissante série sédimentaire paléo- zoïque et méso-cénozoïque, recèlent d’importants gisements d’hydrocarbures mis en évidence dans le Cambrien, l’Ordovicien et le Trias. 1

Les bassins d’Illizi et de Berkine sont bordés à l’ouest par la dorsale d’Amguid et à l’est par le môle de Tihemboka. Ils s’appuient au sud sur le bouclier Touareg. Plusieurs découvertes ont été mises en évidence dans ces deux bas- sins (Sonatrach et en partenariat). La majorité des anticlinaux explorés est concentrée dans les parties centrale et méridionale de la dorsale Amguid. Au niveau de certains hauts structuraux, les réservoirs érodés du Paléozoïque sont en contact direct avec les réservoirs triasiques, créant de ce fait un che- min de migration et d’alimentation en hydrocarbures. Pour la dorsale Amguid- Hassi Messaoud, les principales découvertes à mettre en exergue sont celles réalisées récemment sur le pourtour de Hassi Messaoud dans les réservoirs cambrien et ordovicien.

Stratigraphie

Dans la partie septentrionale de la plate-forme (Oued Mya), la série sédimen- taire type dont l’épaisseur peut atteindre 6 000 mètres (fig. 1.5), présente des dépôts paléozoïques souvent érodés jusqu’à l’Ordovicien et le Cambrien. Le Mésozoïque, discordant sur le Paléozoïque, est présent du Trias au Crétacé. Le Cénozoïque est représenté par une mince série détritique du Mio-Pliocène. Les séries sédimentaires caractéristiques des bassins d’Illizi et de Berkine, dont l’épaisseur augmente du sud vers le nord de 2 500 à plus de 6 000 mètres, présentent une série paléozoïque complète discordante sur le Précambrien, suivie de nouveau en discordance (hercynienne) par une série mésozoïque aussi complète, puis un Mio-Pliocène peu épais. Les formations mésozoïques affleurent au centre du bassin d’Illizi où elles sont en partie détritiques à la base. En ce qui concerne Berkine, les dépôts du Mésozoïque sont surtout caractérisés par une série argilo-détritique et évaporitique sur l’ensemble du bassin.

Bassins de la province orientale – Généralités

Epaisseurs Roches Roches Roches Lithologie Discordances (mètres) mères couvertures réservoirs Mio-pliocène
Epaisseurs
Roches
Roches
Roches
Lithologie
Discordances
(mètres)
mères
couvertures
réservoirs
Mio-pliocène
150
Tertiaire
Eocène
0-150
Pyrénéenne
Carbonaté
100
Anhydritique
220
Salifère
120
Turonien
80
Cénomanien
120
Albien
300
Aptien
25
Autrichienne
Barrémien
280
Néocomien
200
Malm
220
Dogger
250
Anhydritique
200
Salifère
50
HB
30
S1 + S2
450
S3
Argileux
80
S4
0-100
Argileux
0-20
T2 + T1
0-120
RDC-1/
Roches éruptives
0-180
Berkaoui-Benkahla
Série inférieure
0-50
BKHE-1
Hercynienne
Grès d’Ouargla
50
HGA-1,2/RDC-4/
Quartzites Hamra
75
Onj-76
HTF-1, HTF-2, HTFN-1
Grès d’El Atchane
20
HDZ-2
Argiles d’El Gassi
85
Zone des alternances
25
Ri
50
Hassi Messaoud/Baguel
Mesdar
R1
El Agreb-El Gassi
Ra
120
HGA-1,3/OL-2
R2
300
R3
Panafricaine
Socle
Argiles
Grès
Sels
Roches couvertures
Anhydrites
Carbonates
Roches éruptives
Roche mère principale
Roches mères possibles
Réservoirs principaux
Réservoirs secondaires
Huile
CrétacéJurassiqueTriasOrdovicienCambrien
Lias
Sénonien
500
200
0-300
810
440
Couverture régionale

Figure 1.5 : Coupe lithostratigraphique type des bassins de l‘Oued Mya et Amguid.

WEC Algérie 2007 / La géologie pétrolière de l’Algérie

Aspect structural

L’histoire géologique de la plate-forme saharienne est très ancienne. Son évolution est influencée par la présence de boucliers parfois très vieux, comme le bouclier Reguibat, qui a acquis sa stabilité entre 1 800 et 2 000 MA, et de boucliers plus jeunes comme le bouclier Touareg résultant de la phase panafricaine, qui date d’environ 500 MA.

Le trait structural majeur est la présence de grandes failles sub-méridiennes verticales, soulignées par de puissantes bandes de mylonites. Ces accidents sub-méri- diens sont décalés par un réseau de failles conjuguées. Les accidents du socle d’orientation N-S, NE-SO et NO- SE sont au moins d’âge panafricain tardif. Ce réseau de fracturation jouera ultérieurement un rôle important sur la structuration et la sédimentation de la plate-forme saharienne (fig. 1.6).

Plusieurs phases tectoniques ont modelé la plate-forme saharienne, à savoir :

la distension cambro-ordovicienne

la compression taconique

la compression calédonienne

les différents événements tectono-sédimentaires du Dévonien

les mouvements hercyniens

les événements méso-cénozoïques (phases Autri- chienne et Alpine).

Distension du Cambro-Ordovicien et mise en place de la couverture sédimentaire

La phase orogénique panafricaine, qui prend fin au cours du Cambrien, est sui- vie d'une période d'érosion importante qui nivelle les structures et reliefs antérieurs. Il se forme une vaste pédiplaine appelée infra-tassilienne. 2

Par la suite, l’environnement paléogéographique cambro-ordovicien est influencé par une instabilité tectonique qui se matérialise par des variations d'épaisseur et de faciès de part et d'autre des accidents sub-méridiens, dont l'exemple le plus remarquable est celui du môle de Foum Belrem.

Plusieurs forages de la région de Hassi Messaoud et du bassin de l‘Oued Mya ont traversé des roches volcaniques intercalées dans des grès attribués au Cambrien (Ra et R2) et à l’Ordovicien. D'après le BEICIP-Sonatrach (1972), on est en présence de coulées plus ou moins basiques ou de fragments de spi- lites resédimentés en même temps que se déposent les grès de Hassi Messaoud.

Les mouvements hercyniens

Ils sont divisés en mouvements précoces et majeurs (Paléozoïque terminal).

Les mouvements hercyniens précoces ont en général une influence sur la sédi- mentation. Dans la région orientale (Illizi), on remarque aussi l’individualisa- tion de certaines structures appuyées sur des accidents orientés nord- ouest–sud-est.

A

NO

Atlas

tellien

Hauts

Plateaux

Bassin mésozoïque de l’Oued Mya

Atlas

saharien

Môle de

Tilrhemt

Môle

d’El Biod

Bassin de Berkine

Môle d’Hassi

Touareg

Môle

d’Ahara

Bassin d’Illizi

Massif du

Hoggar

A’

SE

Hassi Touareg Hassi R´mel Hassi Messaoud Gassi Touil 0 1 000 2 000 3 000
Hassi Touareg
Hassi R´mel
Hassi Messaoud
Gassi Touil
0
1 000
2 000
3 000
4 000
5 000
Méso-Cénozoïque
Mio-Pliocène
Carbonifère
Paléozoïque
Crétacé
Dévonien
Socle métamorphique
Jurassique
Silurien
Trias
Cambro-Ordovicien
0
200 km
Précambrien
Profondeur, m

Figure 1.6 : Coupe géologique régionale.

Bassins de la province orientale – Généralités

33°00’ Kef el Argoub N´goussa Takhoukht 32°00’ Hassi Messaoud Ben Kahla Berkaoui Baguel El Gassi
33°00’
Kef el Argoub
N´goussa
Takhoukht
32°00’
Hassi Messaoud
Ben Kahla
Berkaoui
Baguel
El Gassi
Mesdar
31°00’
El Agreb
Zotti
Gassi Touil
Toual
4°00’
5°00’
6°00’
7°00’
8°00’
Figure 1.7 : Écorché mésozoïque du champ de Hassi Messaoud et des zones environnantes.
Sillon de Keskes
l ’Oued
Bassin
de
Mya
Sillon de Hassi Brahim
Sillon de Dorbane
B assin
B erk i n e
d e

Les mouvements hercyniens majeurs ont par contre joué un rôle majeur dans la structuration des différents bassins de la plate-forme saharienne et dans la distribution des roches réservoirs. Le résultat est bien visible sur l’écorché pré-mésozoïque (fig. 1.7) de la région de Hassi Messaoud.

Structure actuelle

Le schéma actuel est le résultat de l’action – sur un substratum fracturé, plis- sé et érodé, et sur la couverture sédimentaire – de plusieurs phases tecto- niques qui peuvent être soit distensives, soit compressives. Celles-ci sont sou- vent en relation avec les mouvements relatifs des plaques lithosphériques issues de la désintégration de la Pangée à partir du Trias. Le réseau de fractu- ration de ces bassins est essentiellement nord-sud et nord-est–sud-ouest. 3

Roches mères

Le Silurien est le principal niveau roche mère dans les bassins de l‘Oued Mya et Amguid-Hassi Messaoud, grâce à un niveau basal d’argiles radioactives gris noir à noires très riche en matière organique. Quelques régions en sont dépourvues par suite de l’érosion hercynienne.

Ce niveau présente une excellente richesse au nord et à l’ouest du dôme de Hassi Messaoud (fig. 1.8a). Il est généralement moins épais à l’est et au nord qu’à l’ouest (Oued Mya) où il atteint 60 m en moyenne. Le Silurien est

33°

32°

31°

Silurien érodé
Silurien érodé

5°

6°

7°

8°

Figure 1.8a : Distribution du COT du Silurien autour de Hassi Messaoud.

WEC Algérie 2007 / La géologie pétrolière de l’Algérie

Tin Fouye 11,2 9,6 8,0 6,5 4,9 3,3 1,7 1,0 COT Figure 1.8b : Carte
Tin Fouye
11,2
9,6
8,0
6,5
4,9
3,3
1,7
1,0
COT
Figure 1.8b : Carte de distribution des valeurs de COT (Silurien du bassin d’Illizi).

et vers le sud. En dehors de la région de Bordj Omar Driss, où cette roche mère est en début de génération d’huile à maturation modérée, la matière orga- nique en question est en phase à condensat et gaz.

Deux périodes d’expulsion ont été mises en évidence, l’une précoce vers les régions nord-est et ouest de la plate-forme d’Illizi (Carbonifère-Jurassique et Crétacé), et une seconde tardive vers le nord-ouest et le sud (Crétacé supé- rieur à Tertiaire).

Le maximum d’épaisseur pour les argiles du Frasnien dans le bassin de Berkine a été enregistré dans la partie centrale (RKF-1, HAD-1, WT-1 et BKE-1). Elles sont complètement érodées en raison de l’érosion hercynienne à l’ouest. La richesse en matière organique augmente vers le nord-est. Les valeurs de COT varient de 4 à 6 % dans les régions de MLSE, EME-1, RKF-1, WT-1 et AKF-1 vers le nord. Le degré de concentration de la matière organique dépend en partie de l’environnement du dépôt (courants d’upwel- ling, milieu réducteur) et en partie du degré de maturation. Le Frasnien est en phase à gaz sec au centre du bassin (RMD-1, RKF-1).

Le Silurien radioactif est en phase à gaz sec (TR > 90 %) dans la majeure par- tie du bassin de Berkine. Cependant, il est en phase à huile dans la partie nord (ANR-1, BTR-1, ELB-1, SMR-1) et vers le môle d’Ahara Est.

D’une manière générale deux phases de génération d’hydrocarbures ont eu lieu :

une première, au Carbonifère, avec essentiellement de l’huile une seconde, post-hercynienne, caractérisée par une génération de gaz humide durant le Crétacé inférieur et de gaz sec durant le Crétacé supérieur et le Tertiaire.

en phase à huile dans la majeure partie du pourtour, à l’exception des régions ouest (HBA-1, BRD-4 et BK-1) où il serait à gaz (fig. 1.8b).

L’époque de génération d’huile daterait de la fin du Jurassique-début du Crétacé pour la région orientale (GEA, EAT), et essentiellement du Crétacé pour la région occidentale. Elle est cénomanienne (90 MA) pour la bordu- re proximale, et aptienne (110 MA) pour la bordure dista- le. Vers les parties centrales des bassins de Berkine et de l’Oued Mya, la maturation serait liée à l’enfouissement atteint à la fin du Paléozoïque, d’où une génération d’hui- le datant de la fin du Dévonien-début du Carbonifère. 4

Autour de Hassi Messaoud, le Silurien radioactif aurait généré 1 080 BBL (billions de barils) d’huile et 730 TCF (trillions de cubic feet) de gaz, et expulsé 850 BBL d’hui- le et 730 TCF de gaz. Avec un coefficient de piégeage moyen de 12 %, les quantités d’huile qui auraient été piégées seraient de 102 BBL. En tenant compte des réserves dont l’existence est prouvée (54 BBL), les quan- tités d’huile restant à découvrir dans la région seraient de l’ordre de 48 BBL d’huile, principalement dans les plays cambro-ordoviciens au nord-ouest de Berkine sui- vant l’axe structural REB-NZ, et au sud-est du flanc orien- tal du bassin de l‘Oued Mya ainsi que dans les plays tria- siques, particulièrement les régions nord et ouest du dôme de Hassi Messaoud (OEM, BKZ, BKH).

Les bassins d’Illizi et de Berkine présentent essentielle- ment deux roches mères, à savoir le Silurien et le Frasnien. Dans le bassin d’Illizi, le dépôt des argiles radioactives frasniennes est contrôlé par la paléo-topo- graphie existant au début du Frasnien. L’épaisseur maxi- male se trouve vers le nord-est du Tinhert et le sud-ouest de la plate-forme d’Illizi. Un amincissement des épais- seurs est à noter vers l’est (môle de Tihemboka). Le Frasnien possède une bonne richesse en matière orga- nique sur tout le bassin (2,4 à 10 % de COT). Les valeurs de COT (carbone organique total) initial excèdent les 7 % au nord du môle d’Ahara et vers la partie sud-occidenta- le du bassin d’Illizi.

Le Silurien radioactif s’épaissit vers l’est de Tinhert et vers le sud-ouest de la plate-forme, avec des épaisseurs allant de 50 à 85 m. Sur le môle de Tihemboka, les épais- seurs varient de 20 à 35 m. Le Silurien radioactif présen- te d’excellentes valeurs en COT initial (fig. 1.8b), les régions les plus riches (COT de 9 à 11 %) se localisant dans la région de Tin Fouyé, au centre de la plate-forme

Môle d’Amguid-Messaoud

Bassins de la province orientale – Môle d’Amguid-Messaoud

D’une superficie totale de 157 793 km 2 , le môle d’Amguid-Messaoud se distingue par différents éléments tectoniques délimitant un bassin où la colonne stratigraphique est plus ou moins complète.

Géologie

La région de Hassi Messaoud est localisée dans la partie centrale du Sahara algérien, connue pour ses puits productifs d’huile principalement dans les réservoirs cambriens. Plusieurs gisements ont été mis en évidence, à savoir El Agreb, Zotti, El Gassi, Rhourde El Baguel et Mesdar. Le champ super-géant de Hassi Messaoud est un dôme large de près de 1 600 km 2 .

Les dépôts cambriens qui sont représentés par des grès et des quartzites sont les mieux connus et constituent d’importants réservoirs (Cambrien Ri, Ra) (fig. 1.9).

Le réservoir ordovicien (quartzites de Hamra), érodé sous la discordance hercynienne et constituant l’auréole de Hassi Messaoud, est un play pétrolier d’un grand potentiel. Il a fait récemment l’objet de nouvelles découvertes, dont HGA, HTF et HDZ.

SO

12 km

13 km

12.5 km

14 km

35 km

20 km

NE

HGA-2

Md-36 Md-164

Md-1

Omp-35b

Oni-17 One-23

RDC-4 RDC-2

MOM-1

3 000 3 200 Ri ZA R2 Ra Ri Ri Ra Ri R2 Ra Ra
3
000
3
200
Ri
ZA
R2
Ra
Ri
Ri
Ra
Ri
R2
Ra
Ra
Ra
ZA
Argiles
3
400
Contact H/E
d’El Gassi
R2
R3
R3
R2
R3
3
600
Ordovicien
Jurassique
Argiles
Microconglomératiques
Ordovicien inférieur (quartzites de Hamra)
Trias
0
10 km
Cambrien
Silurien
Grès de Ouargla
Quartzites de Hamra
Figure 1.9 : Région du champ d’huile de Hassi Messaoud. Coupe transversale schématique.
Argiles d’El Gassi
Profondeur, m

WEC Algérie 2007 / La géologie pétrolière de l’Algérie

Système pétrolier

Play Cambro-Ordovicien

À l’instar des gisements de Hassi Messaoud et d’El Agreb-El Gassi productifs d’huile dans le réservoir cambrien, la majorité des structures forées ont révélé de nouvelles accumulations, mais relativement limitées (cas OL et HGA). Du point de vue superficie et fermeture, l’Ordovicien (quartzites de Hamra) a montré des colonnes imprégnées de plus de 100 m et des superficies dépas- sant les 500 km 2 (zone HTF-HDZ). Les tests ont donné des débits variant entre 6 et 14 m 3 /h d’huile. La configuration en forme d’auréole de ce réservoir lui (fig. 1.10) confère un grand intérêt.

Play Cambrien

Il est productif dans le gisement de Hassi Messaoud et tout autour, ainsi que dans les champs de Rhourde El Baguel, Mesdar, El Agreb, Zotti et El Gassi.

L’unité Ri forme la transition entre le faciès grossier de la zone Ra et le grès pélitique de la zone des alternances sus-jacente. Le passage de l’ensemble R2/Ra au Ri montre une variation évidente de faciès, les grès étant moyens à grossiers et bioturbés (skolithos).

Le sommet du réservoir Ri est un grès marin peu profond, transgressif. Il consiste en un grès propre bien classé, fin à moyen, avec une abondante bioturbation (skolithos). Son épaisseur est variable et il pourrait être discordant sur le réservoir Ra.

Description lithologique du Cambrien Ri/Ra

Une épaisse série de roches détritiques, constituée essentiellement par des grès, des quartzites et des conglomérats, est comprise entre le socle et l’Ordovicien. Le Cambrien y est représenté par une assise de sédiments gréseux divisée en deux membres, l’un inférieur et le second supérieur. L’épaisseur est de l’ordre de 150 mètres.

Le membre inférieur Ra (anisométrique) est représenté par des grès gris-blanc, fins à grossiers et par des conglo- mérats gris clair, ferrugineux par endroits, compacts et indurés. Le membre supérieur, appelé Ri (isométrique), est représenté par des grès gris-rosâtre de composition quartzitique à ciment siliceux. On note la présence de joints stylolitiques et de fissures.

Les réservoirs cambriens Ri et Ra apparaissent notable- ment différents. Les corps gréseux et les silts du réser-

Discordance hercynienne Wenlockien Argiles radioactives COT moy : 6-8 % Llandovérien (50 m) Dalle de
Discordance hercynienne
Wenlockien
Argiles radioactives
COT moy : 6-8 %
Llandovérien
(50 m)
Dalle de M’Kratta (25m)
Argiles
Ashgillien
microconglomératiques
(65 m)
Discordance taconique
Caradocien
Grès de l’Oued Saret
(60 m)
Llandeilien
Argiles d’Azzel(25 m)
Llanvirnien
Argiles de Ouargla
(50 m)
Quarztites de Hamra
(75 m)
HGA-1 : 500 bopd
HGA-2 : 2 000 bopd
HGA-4 : 1 450 bopd
Arénigien
Grès d’El Atchane (20 m)
Argiles d’El Gassi
(85 m)
Trémadocien
Zone des alternances (25 m)
Md-28 : 1 150 bopd
Unité Ri
(50 m)
Hassi Messaoud
El Agreb
Zotti
El Gassi
Rhourde El Baguel
Messdar
Unité Ra
(120 m)
HGA-1 : 2 000 bopd
HGA-3 : 1 750 bopd
3 800 bopd
OL-2 : 5 000 bopd
Unité R2
+
Unité R3
(300 m)
Roche mère principale
Roche mère possible
Réservoir principal
Réservoir secondaire
Grès
Argiles
Roches éruptives
OrdovicienCambrien
Silurien
supérieurinférieur
inférieur
Gisement d’huile

Figure 1.10 : Région du champ d’huile de Hassi Messaoud. Section dans le Paléozoïque.

voir Ra sont discontinus et de faible extension latérale, contrairement aux grès Ri qui montrent une meilleure continuité.

Réservoirs Ri/Ra

Les réservoirs Ri et Ra rencontrés à la périphérie ouest du gisement de Hassi Messaoud (OL et HGA) sont de même type que ceux connus sur le gisement. Il en ressort une grande variabilité des valeurs de porosité et de perméabilité en relation directe avec l’hétérogénéité des grès cambriens.

Les caractéristiques de chaque membre dépendent de leur lithologie, de l’argi- losité et de leur histoire diagénétique.

Des études de carottes ont montré que les parties sommitale et médiane du réservoir Ri sont généralement mauvaises. Quant au drain D5 correspondant

Bassins de la province orientale – Môle d’Amguid-Messaoud

à la partie basale, il est le plus prometteur avec des productions en hydrocar- bures très intéressantes dans la partie sud (HGA) et ouest (OL). Le Ra est par excellence le principal réservoir productif dans les gisements de Hassi Messaoud, El Gassi, Zotti et El Agreb (fig. 1.11).

Play Ordovicien

Sédimentologie

La discordance taconique sépare l’Ordovicien basal (Trémadoc) de l’Ordovicien sommital (Ashgill sup.) composé de formations fluvio-glaciaires et glacio- marines. Dans les parties ouest et est du dôme de Messaoud, la discordance taconique est matérialisée par une érosion due essentiellement à un rabotage glaciaire.

L’unité allant du Trémadoc au Caradoc, c’est-à-dire tout l’Ordovicien Inférieur, comprend deux cycles transgressifs-régressifs :

un cycle Trémadoc-Arénig inférieur : formations déposées en milieu marin peu profond à fluviatile ;

un cycle Arénig moyen-Caradoc, tronqué par endroits par la discordance taconique, comprenant les quartzites de Hamra, les grès de Ouargla, les argiles marines d’Azzel et les grès deltaïques à littoraux de l‘Oued Saret.

Lithologie

Cette formation est souvent décrite comme massive et compacte, d’une épais- seur moyenne de 90 m et constituée de grès blanc à gris-blanc, fin à moyen, localement grossier, silico-quartzitique à quartzitique, compact, dur avec des passées d’argile noire, silteuse et feuilletée.

L’analyse des lithofaciès des niveaux carottés dans les quartzites de Hamra a montré l’existence de différents lithofaciès :

grès très fin à fin quartzitique à litage horizontal

grès très fin à fin quartzitique à litage oblique

grès très fin à fin quartzitique bioturbé

grès très fin à fin quartzitique à litage entrecroisé, granoclassé (exclusive- ment à HGA)

grès très fin à fin à copeaux d’argile, à galets d’argile et films argileux

grès très fin à fin quartzitique.

L’existence d’un ichnofaciès lié à la présence de skolithos, qui sont parfois abondants à très abondants, est caractéristique d’un environnement marin de type avant-côte supérieure.

Réservoir quartzites de Hamra

Dans le réservoir ordovicien, la section la plus importante est formée par les quartzites de Hamra, avec de nombreuses productions d’huile prouvées tout autour du gisement de Hassi Messaoud.

Les quartzites de Hamra se présentent sous la forme de grès massifs, propres et bien développés, avec une porosité allant de 2 à 10 % et des perméabilités variant de 0,1 à 100 mD (fig. 1.12).

350 50 300 40 250 30 200 150 20 100 10 50 0 0 3
350
50
300
40
250
30
200
150
20
100
10
50
0
0
3 200
3 300
3 400
3 500
3 600
Perméabilité, mD
Porosité, %

Profondeur, m

Perméabilité

Porosité

Figure 1.11 : Caractéristiques pétrophysiques du réservoir Cambrien.

35 50 30 40 25 30 20 15 20 10 10 5 0 0 3
35
50
30
40
25
30
20
15
20
10
10
5
0
0
3 300
3 350
3 400
3 450
3 500
Perméabilité, mD
Porosité, %

Profondeur, m

PerméabilitéPorosité

PorositéPerméabilité

Figure 1.12 : Caractéristiques pétrophysiques du réservoir quartzites de

Hamra.

Cependant, les qualités réservoir sont variables en raison des effets diagénétiques, de la position de ces quartzites par rapport à la discordance hercynienne et aussi de la présence ou non des fractures qui augmentent de façon significative les valeurs de perméabilité. L’Ordovicien pro- duit à partir de zones où les propriétés pétrophysiques

WEC Algérie 2007 / La géologie pétrolière de l’Algérie

s’améliorent grâce à la fracturation. Son intensité est liée directement à :

la densité de la formation

l’épaisseur de la formation

la proximité du réseau de faille régional.

Certains éléments, par exemple radioactifs, peuvent se concentrer dans le réseau de fracturation. L’analyse des données des diagraphies dans le champ de Hassi Terfa a permis d’observer des concentrations en éléments radio- actifs (Th, K et U) et nous laisse supposer une relation entre ces éléments et la fracturation. 5

Play Trias

La caractérisation pétrographique et pétrophysique du réservoir triasique est l’un des soucis majeurs. En effet, aux problèmes de discontinuité latérale des corps gré- seux, il y a lieu de rajouter les problèmes de compaction en relation directe avec les phénomènes de diagenèse, ainsi que d’autres facteurs tels que la dissolution et l’al- tération des minéraux.

NO Type Rhourde El Baguel SE 500 1 000 1 500 2 000 2 500
NO
Type Rhourde El Baguel
SE
500
1
000
1
500
2
000
2
500
3
000
3
500
Crétacé
Ordovicien
Jurassique
Cambrien Ri/Ra/R2
Trias salifère et anhydritique
R3
Trias argileux et volcanique
Huile
0
2 km
Profondeur, m

Figure 1.13a : Schéma caractérisant les différents types de pièges.

: Schéma caractérisant les différents types de pièges. Bétyles in situ de Tan Khadidja. Datant de

Bétyles in situ de Tan Khadidja. Datant de la fin du Néolithique et des débuts de la Protohistoire (second millénaire avant J.-C.), ces pierres dressées ayant une fonction cultuelle

sont censées représenter des êtres humains et pourraient indiquer un culte des ancêtres.

Bassins de la province orientale – Môle d’Amguid-Messaoud

NO Type El Gassi SE AR-3 GS-3 GS-5 GS-1 2 500 Lias Trias 3 000
NO
Type El Gassi
SE
AR-3
GS-3 GS-5 GS-1
2
500
Lias
Trias
3
000
Contact H/E -3 090 m
Ri
Ra
Trias argileux
Ordovicien
Zone des alternances
R2
3
500
R3
Huile
0
2 km
Profondeur, m

Figure 1.13b : Schéma caractérisant les différents types de pièges.

Sédimentologie

Les séries continentales du Trias moyen sont les premières à se déposer sur la discordance hercynienne. Les dépôts du Trias se concentrent dans des dépres- sions orientées nord-est/sud-ouest.

La série sédimentaire est caractérisée par une importante formation évaporitique qui s’étale du Trias terminal au Dogger, et par des dépôts volcano-détritiques et lagu- naires. Le bassin triasique occupe une très vaste dépression (plus de 200 000 km 2 ) dont le remplissage a donné naissance à une très grande variété de faciès, en fonction de leur lieu de sédimentation et de leur éloignement par rapport aux dif- férentes sources d’apport. En général, les dépôts sont franchement continentaux

(fluviatiles) à la base de la série et deviennent de plus en plus fins et évaporitiques vers le sommet. 6

Types de pièges

L’essentiel de l’exploration est concentré sur les pièges structuraux et mixtes, et une attention toute particulière est portée aux pièges stratigraphiques (lentilles gré- seuses du Trias).

Il s’agit de plis anticlinaux formés lors des différentes phases tectoniques, anticlinaux créés à la faveur d’une tectonique cassante ou limités sur leurs flancs par de grands accidents qui font partie du système très complexe de la dorsale Amguid-Hassi Messaoud (figs. 1.13a et 1.13b).

Un autre type de pièges peut être constitué par les corps gréseux fermés par biseautage latéral (fig. 1.13c).

Roches couvertures

Le môle d’Amguid-Messaoud comprend plusieurs niveaux de roches couvertures qui varient en âge et en faciès.

Les argiles d’El Gassi assurent la couverture des réservoirs cambriens et sont réparties sur toute la plate-forme saha- rienne. L’étanchéité du réservoir quartzites de Hamra dans l’Ordovicien est assurée par les argiles d’Azzel.

Les couvertures les plus étanches sont constituées par les dépôts argilo-évaporitiques du Trias et du Lias.

Oued Mya

Hassi Messaoud

Berkine

RDC-2 BST-1 FM-2 REH-1 50 m 0
RDC-2
BST-1
FM-2
REH-1
50 m
0

Figure 1.13c : Pièges stratigraphiques.

WEC Algérie 2007 / La géologie pétrolière de l’Algérie

Bassin de Berkine

Le bassin de Berkine, intracratonique, se situe dans la partie nord-est de la plate-forme saharienne. D’une superficie globale de 102 395 km 2 , il est l´un des plus importants bassins producteurs d’hydrocarbures (fig. 1.14). Il est essentiellement subdivisé en trois zones pétrolières.

Dépression sud-est–triasique

Elle se superpose pratiquement à l’actuel sillon salifère de Dorbane et à ses extensions vers le sud-ouest. Cette région constitue la zone tampon entre le môle d’Amguid- Hassi Messaoud à l’ouest et le bassin de Berkine à l’est. Elle est caractérisée par les développements des réservoirs du Paléozoïque et du TAGI-TAGS auxquels sont associés les principaux gisements et découvertes connus : Rhourde En Nouss, Gassi Touil, Gassi El Adem, Hassi Chergui, Brides, Rhourde Adra, Rhourde Chouf. Ces découvertes d’huile, de gaz et condensat sont associées principalement aux réservoirs triasiques et quartzites de Hamra, et à des structures de grande amplitude délimitées généralement par des systèmes de failles inverses à grands rejets.

Dépression de Dahar

Il s’agit d’un vaste monoclinal mésozoïque à pendage NE se superposant au haut structural de Dahar, lequel constitue le prolongement vers l’ouest de l’arche de la Djeffara tunisienne. Il est limité au nord par le sillon de Melrhir et constitue les bordures nord du bassin de Berkine. C’est un axe faiblement exploré en raison des développements limités des réservoirs triasiques, ordoviciens, et surtout en raison des risques liés à la maturation et aux limites d’extension de la roche mère silurienne. Cette zone est caractérisée par une érosion hercynienne et taconique importante, ainsi que par des développements d’axes structuraux NE-SO. La série triasique se superpose aux séries anciennes du Silurien au Cambro-Ordovicien.

Dépression de Berkine

La région est topographiquement caractérisée par une épaisse couverture dunaire de l’Erg oriental. Il s’agit d’une vaste dépression paléozoïque où le socle se

situerait à plus de 6 000 mètres de profondeur. Sa partie centrale reste peu affectée par l’érosion hercynienne où la série terminale du Carbonifère est préservée. Sur les remontées structurales vers les bords du bassin, les séries paléozoïques sont successivement affectées par les érosions hercyniennes. Les pourtours du bassin stricto sensu sont caractérisés par les dévelop- pements du Siluro-Dévonien sous le Mésozoïque.

Le bassin est limité à l’ouest par les axes structuraux de Rhourde Nouss et au sud par le vieux môle d’Ahara-El Ouar, d’orientation est-ouest, qui le sépare du bassin d’Illizi.

En raison de l’importante subsidence qui l’a affecté au cours de son évolution, le bassin de Berkine montre la série sédimentaire la plus complète (plus de 6 000 m), avec trois cycles sédimentaires : paléozoïque, mésozoïque et céno- zoïque (fig. 1.15).

Système pétrolier

Roches mères

Les deux roches mères principales reconnues sur l’ensemble du bassin correspondent au développement de séries argileuses noires, riches en matière organique, d’origine marine, marquant le début de la période de transgression lors du Silurien et du Frasnien. Leur extension dans le bassin de Berkine dépend du degré d’érosion durant la phase hercynienne. La roche mère silurienne, d’extension régionale, constitue le principal générateur

Sillon de Melrhir Bassin Triassique Tunisie Dépression Du Dahar Haut du Dahar Hassi Messoud Dorsale
Sillon de Melrhir
Bassin Triassique
Tunisie
Dépression
Du Dahar
Haut du Dahar
Hassi Messoud
Dorsale d’Hassi
Messaoud
Bassin
Oued Mya
de Berkine
Sillon
de Dorbane
Dépression
de Berkine
El Agreb
Ghadames
Dépression
triasique
Haut d’Ahara
Libye

Figure 1.14 : Éléments structuraux du bassin de Berkine.

Bassins de la province orientale – Bassin de Berkine

Âge

Tertiaire

Crétacé

supérieur

inférieur

 

supérieur

Jurassique

moyen

inférieur

Trias

supérieur

moyen

inférieur

Permien

supérieur

inférieur

 

supérieur

Carbonifère

inférieur

 

supérieur

Dévonien

moyen

inférieur

Silurien

supérieur

moyen

inférieur

 

supérieur

Ordovicien

moyen

inférieur

Cambrien

 

Précambrien

Evénements Lithologie Formation tectoniques Alpine (Pyrénéen Non conf.) Autrichien Non conf. Horizon ‘B’
Evénements
Lithologie
Formation
tectoniques
Alpine
(Pyrénéen
Non conf.)
Autrichien
Non conf.
Horizon ‘B’
S1-S2
S3
Argileux
S4
Tags
Carbonate
Tagi
Hercynien
F
Non conf.
E
D
C
B
A
F2
Frasnien
F3
Non conf.
F4-F5
F6
B2
Calédonien
B1
Non conf.
A2
A1
M2
M1
Argiles
Argil. Microgl.
Taconien
Non conf.
Grès O. Saret
Argil. d’Azzel
Grès de Ouargla-Quartzites
de Hamra Grès d’El Atchane
Argiles d’El Gassi
Zone d’alternance
Ri
Panafricain
Ra
R2
Non conf.
Dépression
cont.
continentale intérieureRift Dépression continentale intérieure. CompressionRiftDépression
intérieure+
fracturation

Figure 1.15 : Colonne stratigraphique du bassin de Berkine.

Environnement

SR

RR

Couverture

Gisements

de dépôt

Marin-

limité-lagunaire

alternés ouverts

Fluvio-lacustre

continental

Laguno-marin

limité

Lagunaire

continental

Ourhoud Berkine Bir Rebaa W. RH. el Khrouf El Merk El Borma Menzel Lejmat

Fluvio-lacustre

marin-continental

peu profond

 

Rh. El Khrouf Berkine E. Bir Rebaa N. Menzel Lejmat

Continental marin

Bir Berkine

peu profond

El Merk est

Marin peu

profond limité

 

Semhari

Ain romana

Fluvial/glacial

brides

H. Messaoud Rh. El Baguel

WEC Algérie 2007 / La géologie pétrolière de l’Algérie

d’hydrocarbures dans la région (fig. 1.16). La roche mère frasnienne a une extension plus limitée et se localise dans la partie centrale du bassin.

Les principaux réservoirs du bassin sont ceux du Trias, du Carbonifère, du Dévonien inférieur, de l’Ordovicien et du Cambrien (Tableau 1.1).

Réservoirs

TAGS (Trias Argilo-Gréseux Supérieur)

Le TAGS est présent dans la dépression SE triasique, au sud-ouest du bassin. Il correspond à un épisode gréseux terminal du Trias post-rift. D’une épaisseur moyenne de 100 à 150 m, il est constitué de séquences de chenaux flu- viatiles et deltaïques caractérisées principalement par un grain moyen à grossier dénotant la proximité des sources d’apport. Cette série se termine en biseau vers le sud-est sur le haut de Maouar et disparaît à l’ouest contre la faille de Ramade et le môle d’El Biod. Vers le nord, elle devient progressivement argileuse puis salifère (équivalent du S4). Le TAGS, excellent réservoir, constitue le principal objectif pétrolier dans la région de Rhourde En Nouss - Rhourde Chouff - Hassi Chergui Gassi Touil - Rhourde Adra - Brides.

Trias carbonaté-Trias intermédiaire

L’épisode de formation du rift Trias carbonaté-Trias intermédiaire est caractérisé par des faciès argileux, généralement dolomitiques, et de séquences gréseuses du Trias intermédiaire bien développées dans la dépression SE triasique. Ses épaisseurs sont variables, influencées par les rejeux en distension des failles majeures. Du point de vue potentiel réservoir, il présente peu d’intérêt. Les principaux résultats pétroliers sont obtenus dans la région de Rhourde En Nouss et Hassi Chergui. Dans le bassin de Berkine, des passages gréseux d’extension réduite ont produit des huiles (SFSW - SF - BRSE).

TAGI (Trias Argilo-Gréseux Inférieur)

Le TAGI constitue la série basale du Mésozoïque. Il est caractérisé par des dépôts de type fluviatile se dévelop- pant sur l’ensemble du bassin.

Le TAGI présente deux séquences principales :

Le TAGI inférieur, ou série de comblement, dont les extensions et épaisseurs sont régies par la paléotopo- graphie post-hercynienne. Le TAGI moyen à supérieur où domine une « chena- lisation » de type méandriforme à anastomosé. Les séquences terminales du TAGI supérieur dans les par-

444 424 6 3,55*10 442 443 1 432 BRT-1 KA-1BIS 0,9 ANR-1 401 6 3,5*10
444
424
6
3,55*10
442
443
1
432
BRT-1
KA-1BIS
0,9
ANR-1
401
6
3,5*10
REL-1 GEF-1
HTB-2
403
0,7
407
441
6
REN-1
0,5
3,45*10
236
402
0,3
215
NZN-1
GEAN-1
6
3,4*10
404
406
GEA-1
0,1
NZE-1
0
BRD-4
405
208
209
TG-3
237
COT
6
3,35*10
HSN-1
GT-3
440
214
212
211
210
246
213
RHA-1
6
3,3*10
DKL-1
RNNE-2
RNSA-3
243
235
ARG-1 AZS-1
RNSW-1
OU-101
RA-4
DRA-1
221
TZM-1
6
SOH-1
3,25*10
MKS-1
TTD-1
SED-1
RMN-1
ELA-1
REO-1
222
ZM-1
ET-101
THD-1bis

Figure 1.16 : Carte de maturité du Silurien.

ties centrale et NE du bassin de Berkine sont marquées par le début d’une période transgressive marine de la base du Trias carbonaté.

Carbonifère

D’âge strunien à viséen, les réservoirs du Carbonifère se présentent sous la

forme d’intervalles gréseux compris dans des séquences argilo-gréseuses liées

à un environnement de dépôt marin peu profond.

Le Carbonifère basal présente une extension restreinte dans la partie centrale et

les bordures occidentales du bassin de Berkine. Les allures des faciès gréseux de type proximal dénotent le rôle prépondérant des reliefs anciens d’Amguid- Messaoud et du Dahar ayant servi de sources d’apport majeur. Les réservoirs du Strunien et du Carbonifère présentent des épaisseurs moyennes de l’ordre de 20

à 50 m et ont d’excellentes caractéristiques pétrophysiques. Ces grès sont pro-

ductifs de gaz à condensat et d’huile à Menzel Lejmat (MLN) et d’huile à Rhourde

El Khrouf (RKF).

Dévonien inférieur

Les réservoirs du Dévonien inférieur sont représentés par deux séquences

essentielles du Gedinnien, où prédomine une série de grès massifs de type flu- viatile (post-calédonien) d’une épaisseur moyenne de l’ordre de 200 m, et du Siegénien transgressif qui présente des passages gréseux, correspondant à des réservoirs de type cordon littoral et deltaïque. La répartition des faciès du Dévonien inférieur est aussi marquée par les influences des reliefs majeurs d’Amguid-Messaoud et des provenances détritiques du SE vers le bassin de Berkine. Ces grès à bonnes caractéristiques pétrophysiques sont reconnus à gaz

à condensat et huile légère dans la zone de MLSE et MLE.

Roche mère du bassin de Berkine

Épaisseur moyenne

COT

Les argiles radioactives du Silurien

30–40 m

3,5–17 %

Les argiles radioactives du Frasnien

10–30 m

2,5–6,6 %

Tableau 1.1 : Les principaux réservoirs du bassin de Berkine.

Bassins de la province orientale – Bassin de Berkine

Ordovicien

Les quartzites de Hamra et les grès de Ouargla constituent les deux principaux réservoirs de l’Ordovicien. Ils sont essentiellement reconnus à ce jour comme potentiels dans la zone de la dépression SE triasique (gaz et huile à Hamra et Rhourde Nouss, huile à Nezla) et dans la dépression de Dahar (huile sur le gise- ment de Semhari) sur les extensions des axes structuraux de Rhourde El Baguel. Ces réservoirs, d’une épaisseur moyenne de 250 m, évoluent progressivement depuis la dépression SE triasique en se biseautant en direction du nord-est vers la région de Touggourt-Semhari. Les productions dans ce type de réservoirs quartzitiques sont essentiellement liées à l’existence de fracturation.

Cambrien

Les réservoirs du Cambrien sont représentés par trois unités R1 (Ri, Ra), R2, R3. Les meilleurs réservoirs sont rencontrés au niveau des grès du Ri et du Ra, qui sont généralement quartzitiques. Les grès du Cambrien sont productifs d’huile à Rhourde El Baguel, Ain Romana et Damrane. Les réservoirs cambro-ordoviciens reconnus à ce jour se situent sur les bordures nord et ouest du bassin de Berkine.

Couvertures

L’étanchéité des réservoirs triasiques est assurée par les argiles du Trias carbo- naté-Trias intermédiaire et les évaporites du Trias-Lias. Les rejets des failles assurent dans la plupart des pièges une étanchéité latérale.

Dans le Carbonifère et le Dévonien, les couvertures sont représentées par les argiles intraformationnelles. Sur les bordures de bassin, les passages du TAGI basal de mau- vaises caractéristiques représentent localement une cou- verture verticale associée au Trias carbonaté.

La couverture des réservoirs de l’Ordovicien et du Cambrien est assurée respectivement par des argiles du Silurien et de l’intra-Ordovicien.

Dans le Cambrien, la couverture est assurée par les argiles d’El Gassi. Latéralement, les rejets verticaux des failles associées aux axes structuraux assurent les ferme- tures latérales.

Pièges

Les pièges sont de deux types : structuraux et stratigra- phiques (fig. 1.17). Les pièges structuraux sont des pièges liés aux phases compressives hercynienne et autrichienne. Dans les anticlinaux simples, l’exemple le plus marquant est la structure de RKF, structure polyphasée non faillée.

NO BRW-1 MLSE-1 AKF-1 SE Aptien Crétacé Évaporites jurassiques TAGI Discordance hercynienne Carbonifère
NO
BRW-1
MLSE-1
AKF-1
SE
Aptien
Crétacé
Évaporites jurassiques
TAGI
Discordance
hercynienne
Carbonifère
Crétacé
Trias carbonaté
F1
Ordovicien
Évaporites jurassiques
Grès TAGI
F2
Cambrien
S3+S4
Carbonifère
F3+4
Roche mère frasnienne (mature)
U. Silurien sst
Roche mère Tannerzuft/M. Yaha
Figure 1.17 : Pièges et migration dans le bassin de Berkine.

WEC Algérie 2007 / La géologie pétrolière de l’Algérie

444 445 42% 443b 32° Keskessa Silurien radio Hassi Messaoud 432 Rhourde el Baguel 439
444
445 42%
443b
32°
Keskessa
Silurien radio
Hassi Messaoud
432
Rhourde el Baguel
439 Mesdar
402a
402b
Nezla
Brides
215
404a
406b
406a
Hassi Touareg
237
Hassi Chergui
Toual
33°
211
210
246
212
235
Hamra
TAGI
Silurien radioactif

F6Frasnien radioactif Carbonifère

Frasnien radioactifF6 Carbonifère

CarbonifèreF6 Frasnien radioactif

Figure 1.18 : Bassin de Berkine. Limites d’extension des réservoirs et des roches mères.

Les anticlinaux faillés sont des structures contre faille du type d’Ourhoud et Rhourde Nouss. Les pièges stratigra- phiques sont des biseaux sous discordance, contre faille, ou des lentilles gréseuses associées aux extensions des faciès du Trias et du Carbonifère. Ces pièges sont princi- palement mésozoïques (Trias) et localement paléozoïques (Dévonien inférieur et Carbonifère).

Les pièges sous discordance se trouvent dans la partie nord-ouest du bassin où le Dévonien inférieur est biseau- té sous les roches éruptives ou sous le Trias. Les lentilles gréseuses du Trias carbonaté peuvent former des pièges stratigraphiques locaux si elles se trouvent sur le chemin de migration des hydrocarbures.

Les plays dans le bassin de Berkine sont au nombre de quatre plays : Trias, Carbonifère, Siluro-Dévonien et Cambro-Ordovicien (fig. 1.18).

Play Trias

Il y a trois réservoirs dans le play Trias (fig. 1.19) :

grès du Trias Argilo-Gréseux Supérieur (TAGS), productif d’huile dans le gisement EMK ;

grès du Trias carbonaté, productif d’huile à Rhourde En Nouss et Hassi Chergui ;

grès du Trias Argilo-Gréseux Inférieur (TAGI), productif d’huile dans les gisements d’El Borma, Zemlet En Nouss, Keskessa, BRW, ROM, EME, HBN, HBNS, BKE, etc. et productif d’huile et de gaz dans les gisements RDB, RERN (Tableau 1.2).

Heure Δt 140,0 (μs/pied) 40,0 Résultats GR 0,0 (gAPI) 150,0 3 364,0 m 100,0 %
Heure
Δt
140,0
(μs/pied)
40,0
Résultats
GR
0,0
(gAPI)
150,0
3
364,0 m
100,0 %
3
373,0 m
3
400
3
407,0 m
100,0 %
3
425,0 m
100.0
%
3
443,0 m
3
450
3
500
3
550
3
600
3
650
3
672,0 m
100.0
%
3
690,0 m
TRIAS
LIAS
Systèm
B2
TINT 1 TACAGIT
TINT
TAGS
LIAS ARG.
Étage
Profondeurs
TAGS, TAGI, B1, M1): HC D’APRES DIAGRAPHIES

Figure 1.19 : Résultats pétroliers dans le Trias.

Roche mère

Silurien radioactif et Frasnien

Roche couverture

Argiles et évaporites Intra-Trias et Trias-Lias

Piège

De type structural, associé à des failles (structures anticlinales à fermeture contre faille), engendrant une juxtaposition des réservoirs avec les formations argileuses Trias–Lias

Tableau 1.2 : Roche mère, roche couverture et type de piège dans le Trias.

Roche mère

Argiles du Silurien radioactifet du Frasnien

Roche couverture

Argiles Intra-Carbonifères

Piège

Structural

Tableau 1.3 : Roche mère, roche couverture, et type de pièges dans le Carbonifère.

Bassins de la province orientale – Bassin de Berkine

Δt 140,0 (μs/pied) 40,0 Carottes Tests GR 0,0 (gAPI) 150,0 Lias Arg. 3 160 Tags
Δt
140,0
(μs/pied) 40,0
Carottes
Tests
GR
0,0
(gAPI)
150,0
Lias Arg.
3
160
Tags
3
200
100,0 %
100,0 %
3
240
3
280
Tint. II
3
320
T Arg. moy
3
360
3
400
Tint. I
3
440
Tagi
3
480
100,0 %
3
520
100,0 %
100,0 %
3
560
DH
100,0 %
100,0 %
3
600
3
640
100,0 %
DC
3
680
3
720
3
760
TF4.N.REUSSI
TC6.E.SALEE(290G/L)
3
800
TF3.N.REUSSI
TF5.e.SALEE(31,5g/L)
TCEE.SALEE+Tr. H(300G/L)
TF2.N.REUSSI
3
840
3
880
0,100,0 %
0,100,0 %
3
920
Profondeurs
Gedinnien
Couvertures

Figure 1.20 : Résultats pétroliers dans le puits REH-2 (Dévonien inférieur et Trias).

Roche mère

Argiles du Silurien

Roche couverture

Argiles de l’intra-Dévonien

Piège

Le piégeage des hydrocarbures dans les réservoirs dévoniens est de type mixte, structural et stratigraphique. Les rejets verticaux des failles associées aux axes structuraux assurent les fermetures latérales

Tableau 1.4 : Roche mère, roche couverture, et type de pièges dans le Siluro-Dévonien.

Play Carbonifère

Le réservoir du Carbonifère se présente sous la forme d’intervalles gréseux compris dans des séquences argilo- gréseuses liées à un environnement de dépôt marin peu

profond (Strunien). Les formations du Tournaisien-Viséen

sont fluvio-deltaïques. Les grès du Viséen sont productifs

de gaz et de condensat à ORD-1. Les grès du Tournaisien

sont productifs de gaz et condensat à Menzel Lejmat. Le réservoir présente des porosités de l’ordre de 20 % et une

perméabilité de 86 mD à 600 mD (MLN-4). Le réservoir

eifélien, rarement développé dans le bassin de Berkine, se manifeste par une séquence présente localement dans la

région d’El Merk et produit du gaz sec à EME-1 (Tableau 1.3).

Play Siluro-Dévonien

Réservoirs :

Les réservoirs du Dévonien inférieur sont reconnus à gaz sur MLSE-1,3 et MLE. Les grès du Dévonien inférieur sont d’origine fluviatile.

Les réservoirs du Silurien argilo-gréseux (unités M, A et B) sont productifs d’huile et de gaz à Rhourde En Nouss

et Rhourde Adra.

Les grès de l’Emsien-Siegenien sont productifs à BBK, BRW, ROM et ZEA.
Les grès du Gedinnien (Tadrart) sont des grès massifs de

type continental. Des quantités appréciables d’hydrocar- bures ont été mises en évidence à BRN, BRSW, ZEK

(fig. 1.20).

Strunien : ce réservoir est productif dans les bordures

ouest et centrales de Berkine à EME, EMK, EMN (Tableau 1.4).

WEC Algérie 2007 / La géologie pétrolière de l’Algérie

Play Cambro-Ordovicien

Les quartzites de Hamra constituent un réservoir homogène massif, compact, fissuré, à très faible porosité matricielle, qui est de l’ordre de 4 à 5 %. La fissuration est importan- te et joue un rôle en favorisant la perméabilité qui est de 50 à 100 mD dans la structure de Hassi Larroque. Plusieurs découvertes ont été faites dans ces réservoirs, à Brides (gaz), Nezla, Meksem, Rhourde Adra Sud et Gassi El Adem (gaz et huile) (fig. 1.21).

Les grès quartzitiques du Cambrien ont généralement des

caractéristiques pétrophysiques médiocres. Les valeurs de porosités sur carottes sont faibles (5,0 à 6,0 %), et les per- méabilités varient de 0,01 à 0,16 mD. Le système de frac- turation est conditionné par la tectonique de transpres- sion et joue un rôle prépondérant sur l'intérêt pétrolier.

La diagenèse très poussée, provoquée par la compaction, et la pression de dissolution, a souvent abouti à la quart- zification des sédiments. Les principaux résultats pétro- liers positifs ont été rencontrés à Damrane (gisement à huile). Les autres forages qui ont rencontré le Cambrien se sont révélés aquifères ou secs (Tableau 1.5).

Résultats et perspectives

Le bassin de Berkine est l’un des plus importants bassins producteurs d’hydrocarbures.

L’effort d’exploration dans ce bassin a connu un grand essor. L’activité sismique et forage a été intense. De 1986 à 2004 : environ 43 097 km de sismique 2D ont été acquis. De 1995 à 2004 : environ 8 119 km 2 de sismique 3D ont été acquis. De 1985 à 2004 : environ 215 forages ont été réalisés.

Il est certain que le potentiel en hydrocarbures en dehors des zones de développement et de production en cours reste important.

Heure Δt 140,0 (μs/pied) 40,0 Résultats GR 0,0 (gAPI) 150,0 om 4 710,0 m 100,0
Heure
Δt
140,0
(μs/pied)
40,0
Résultats
GR
0,0
(gAPI)
150,0
om
4
710,0 m
100,0 %
4
728,0 m
4
750
100,0 %
4
746,0 m
100,0 %
4
760,0 m
4
795,0 m
4
800
100,0 %
4
798,0 m
4
850
4
900
100,0 %
4
950
5
000
5
045,5 m
100,0 %
5
050
5
043,3 m
5
100
Ordovicien
Systèm
AzzelQH
GO
SaretA.
A micro.G.O.
Étage
Profondeurs
TC-1: 271 000 m3/j

Figure 1.21 : Résultats pétroliers dans l’Ordovicien.

Roche mère

Silurien radioactif

Roche couverture

Argiles d’El Gassi, couverture du Cambrien ; Argiles d’Azzel, couverture de l’Ordovicien

Piège

Le piégeage des hydrocarbures dans les réservoirs cambro-ordoviciens est de type mixte, structural et stratigraphique

Tableau 1.5 : Roche mère, roche couverture, et type de pièges dans le Cambro-Ordovicien.

Bassins de la province orientale – Bassin de l‘Oued Mya

Biskra Ain Naga GZ1 3 800 Djelfa GZ2 GK1 GO2 GO1 OZ1 OB1 GZ3 3
Biskra
Ain Naga
GZ1
3
800
Djelfa
GZ2
GK1
GO2
GO1
OZ1
OB1
GZ3
3
750
GK2
OK1
OZ2
NZ1
Laghouat
3
700
LZ1
Bordjnili
El Oued
Garet Chouf
Boukhezzana
LNZ1
Meskar
Ouarsenis Nord
Oulouga
Hassi R’mel
Ouarsenis
3
650
Guellala NE
GR1
Oued Noumer
Bousbaa
GR2
Moukhag El Kebach
El Haicha
N’goussa
GPDF
Dj Bissa
Djorf
Zelfana
Mellala
Bir Seba
Hassi
Zidane Lakhdar
Belektaief
3
600
R’mel Sud
LR1
Ait Kheir
LNZ1
Draa Temra
Kef El Argoub
H El Beida
H El Mokta
Bab
Hattaba
Rhourde Chegga
Haoud El Hamra
Hassi Messaoud
Rhourde El Baguel
OD1
3
550
O. Merabia
Ouargia
NH2
Haoud
NH1
Berkaoui
Ben-Kahla Est
OH1
OD2
Ben-Kahla
OZ2
GR1
OZ1
3
500
GR2
GM1
LR1
OH2
300
350
400
450
500
550
600
650
700
750
800
850
900
950
Enrico Matiei
(Gem)

WEC Algérie 2007 / La géologie pétrolière de l’Algérie

Le bassin est limité par le haut structural Djemaa- Touggourt au nord, le bassin du Mouydir au sud, le haut structural d’Amguid-Messaoud à l’est, et la voûte d’Allal à l’ouest. Les principaux éléments structuraux sont de direction N-S et NE-SO (fig. 1.24). Le schéma structural actuel du bassin est le résultat de plusieurs phases tectoniques dont les plus importantes sont la panafri- caine, l’hercynienne, l’extension Trias-Crétacé, l’autri- chienne et la phase majeure alpine.

Les argiles à graptolites du Silurien radioactif constituent la roche mère principale du bassin. Elles ont, quand elles ne sont pas affectées par l’érosion hercynienne, une épaisseur moyenne de 50 m et des teneurs en carbone organique total initial d’une valeur moyenne de 11 %. Cette excellente roche mère est en phase à huile depuis le Crétacé supérieur. Elle atteint la phase à gaz dans certaines zones très enfouies (Benoud). Trois principales « Kitchen Areas » sont reconnues dans le bassin : les sillons de Benoud et Melrhir, et l’axe de la dépression Oued Mya. Les argiles d’El Gassi et les argiles d’Azzel de l’Ordovicien constituent des roches mères secondaires.

Les principaux réservoirs dans le bassin sont constitués par les grès fluviatiles du Trias qui incluent :

l’unité série inférieure (centre du bassin et sud de Hassi R’mel),

l’unité T1 (nord de la partie centrale du bassin et région de Hassi R’mel),

l’unité T2 (région de Hassi R’mel).

Les grès quartzitiques de l’unité quartzites de Hamra (Ordovicien) considérés comme objectif principal depuis la récente découverte d’huile dans la structure de Berkaoui (puits BKP).

Les réservoirs secondaires sont :

les grès du Dévonien inférieur, les grès quartzitiques de l’Ordovicien (dalle de M’Kratta, grès de l‘Oued Saret, grès de Ouargla, grès d’El Atchane) et les grès du Cambrien ;

les grès et carbonates du Moscovien au NO du bassin et les carbonates du Jurassique au NE.

La couverture régionale des réservoirs triasiques est constituée par les évaporites du Trias (salifère S4) et du Lias (niveaux S3 à S1). Pour les réservoirs paléozoïques, la couverture est assurée par les séries argileuses intercalées.

S Bassin de l’Oued Mya Bloc d’El M’Zaid Ensellement de Touggourt Bloc de Guerara N
S Bassin de l’Oued Mya
Bloc d’El M’Zaid
Ensellement de Touggourt
Bloc de Guerara
N
B
B’
NO S E S illon de Benoud Voûte de Tilrhemt Bassin de l’Oued Mya A
NO
S E
S
illon de Benoud
Voûte de Tilrhemt
Bassin de l’Oued Mya
A
A’
Crétacé Jurassique B Trias A S ilurien et Dévonien Ensellement de Touggourt Bassin de l’Oued
Crétacé
Jurassique
B
Trias
A
S
ilurien et Dévonien
Ensellement de Touggourt
Bassin de l’Oued Mya
Dévonien
Hassi Messaoud Ridge
Ordovicien
Cambrien
A’
B’
S illon de Benoud
Voûte de Tilrhemt
Figure 1.24 : Coupes géologiques N-S et NO-SE dans le bassin de l‘Oued Mya.

Le piégeage dans le bassin est de type structural, mixte ou purement stratigraphique. L’alimentation des réservoirs se fait verticalement à l’aide des failles et/ou latéralement le long des drains constitués par les niveaux réservoirs.

Système pétrolier

Play Trias

Dans le bassin de l‘Oued Mya, le Trias argilo-gréseux correspond à un ensemble détritique azoïque, recouvert par les dépôts évaporitiques du Trias salifère S4, et qui repose en discordance angulaire sur des formations d’âge variable du Cambrien au Dévonien inférieur. Le Trias est délimité à la base par la discordance hercynienne et au sommet par la base du repère dolomitique 2 D2 d’âge hettangien et d’extension régionale. Les datations palynologiques permettent d’évaluer l’âge des dépôts triasiques du Carnien inférieur au Rhétien.

Dans le bassin de l‘Oued Mya, le Trias est subdivisé en six unités lithologiques qui sont, de bas en haut : la série inférieure, les roches éruptives, le niveau T1 (membres C et B), le niveau T2 (membre A), l’argileux inférieur et le salifère S4. La topographie de la surface de la discordance hercynienne et le régime

Bassins de la province orientale – Bassin de l‘Oued Mya

tectonique en extension durant l’activité du rift triasique sont les facteurs majeurs contrôlant la distribution des sédiments triasiques. Ces derniers se sont déposés en climat semi-aride à aride sur une large surface, sous forme de dépôts de remplissage de vallées fluviatiles. Les niveaux série inférieure, T1 « B & C » et T2 « A » constituent les principaux réservoirs dans le bassin.

La roche mère principale pour les réservoirs triasiques du bassin de l‘Oued Mya est constituée par les argiles radioactives du Silurien. Les argiles de l’Ordovicien (argiles d’El Gassi et argiles d’Azzel) constituent des roches mères secondaires. L’alimentation des réservoirs en hydrocarbures se fait par migration verticale le long des failles et/ou par migration latérale le long des drains perméables.

ZDEN SWE 1,85 (m 3 /m 3 ) 2,85 GR M2R2 CNC 0 (gAPI) 150
ZDEN
SWE
1,85
(m
3 /m 3 )
2,85
GR
M2R2
CNC
0
(gAPI)
150
0,2
(ohm.m)
2 000
45
-15
GR
M2RX’
Δt
1:500
150
(gAPI)
300
0,2
(ohm.m)
2 000
140
(µs/pied)
40
m
3
500
3
520
3
540
3
560
3
580
3
600
Profondeurs
Eau déplacée Hydrocarbures Eau déplacée déplacés Hydrocarbures Eau déplacés Huile Eau Roche ignée Huile
Eau déplacée
Hydrocarbures
Eau déplacée
déplacés
Hydrocarbures
Eau
déplacés
Huile
Eau
Roche ignée
Huile
Quartz
Analyse
des fluides
Eau liée
ELAN
Illite
0,5
(V/V)
0
Zone
Chlorite
productrice
Zone
SW
nette
productrice
1
(m 3 /m 3 )
0
0 (
)
10
nette
SWE_6846_0_4
Igp_Area_41_
0 (
)
10

Figure 1.25 : ELAN : réservoir série inférieure (Trias, bassin de l‘Oued Mya).

Réservoirs

Série inférieure

Elle représente le terme de base du Trias et constitue le réservoir principal dans la partie centrale de la dépression (bloc 438). Elle est représentée par une alternance d’argi- le silteuse brune à verte et de grès blancs, brun-rouge à verdâtres, fins à grossiers et conglomératiques. Dans les zones les plus proches des sources d’apport, le matériel détritique est plus grossier et à conglomérats abondants (zones de Benkahla, Haoud Berkaoui, Garet Echouf, Guellala), avec de minces bancs d’argile intercalés. Ils se sont déposés dans un environnement fluviatile à réseau en tresse, provenant des môles de Hassi Messaoud et de Tilrhemt-Hassi R’mel et évoluent vers le nord vers des dépôts de type méandriforme, avec une influence marine qui se fait sentir par des niveaux de plus en plus carbona- tés. L’épaisseur totale de la série inférieure est en moyen- ne de 50 à 70 m (variant de 0 m à plus de 90 m).

La qualité réservoir de cette unité est largement contrôlée par les faciès sédimentaires et leurs carac- téristiques texturales. La taille des grains et les taux de

ciments et liants sont les facteurs principaux contrôlant la perméabilité. Les grès de la série inférieure ont subi les effets d’une activité diagénétique intense au nord du

bassin. La pression-dissolution et la formation de quartz

de nourrissage y sont communes. Les ciments anhydri-

tiques, carbonatés et salifères sont aussi présents.

Les porosités moyennes de la série inférieure sont de 9 à 12 % et les perméabilités peuvent dépasser les valeurs de 100 mD (fig. 1.25).

Niveaux T1 et T2

Ces niveaux sont représentés par des grès brun-rouge, fins à grossiers, et des argiles brun-rouge silteuses et

légèrement dolomitiques. Leur sédimentation, tout comme celle de la série inférieure, est caractérisée par une augmentation de la subsidence et des épaisseurs vers le NE. Elle est contrôlée par le nouveau relief créé

par la mise en place de dépôts éruptifs et les rejeux tectoniques liés à l’activité du rift triasique. Les unités T1 et T2 ont été déposées dans un environnement continental fluviatile, passant progressivement vers le

NE à une sédimentation fluvio-deltaïque. Les corré- lations diagraphiques montrent une superposition de plusieurs séquences correspondant à des dépôts de chenaux ou point bars. Les grès sont gris et rouges,

micacés, grossiers à la base ou avec des galets d’argile.

WEC Algérie 2007 / La géologie pétrolière de l’Algérie

Les séquences sont séparées par des bancs d’argile, brun-rouge ou gris-vert, de plaine d’inondation avec présence de paléosols. L’épaisseur totale des unités T1- T2 est en moyenne de l’ordre de 100 m et augmente vers le nord, où elle peut dépasser les 200 m.

Les porosités moyennes des réservoirs T1 et T2 sont de 15 à 20 % et les perméabilités moyennes sont supé- rieures à 200 mD (Tableau 1.6).

Play Ordovicien

L’Ordovicien, productif d’huile dans plusieurs puits du bloc 438, débute par des dépôts évoluant du type continental à marin, marquant le début d’une trans- gression marine qui se termine par une période glaciaire. Il est subdivisé en huit formations qui sont de bas en haut :

argiles d’El Gassi

grès d’El Atchane

quartzites de Hamra

grès de Ouargla

argiles d’Azzel

grès de l‘Oued Saret

argiles micro-conglomératiques

dalle de M’Kratta.

Roche mère

Argiles du Silurien radioactif (principale) ; argiles d’El Gassi et argiles d’Azzel (secondaire)

Roche couverture

Assurée à l’échelle régionale par l’épaisse série évaporitique du salifère S4 du Trias et les niveaux S3 à S1 du Lias. Les argiles intercalées entre les réservoirs triasiques peuvent constituer des couvertures à l’échelle locale. Les roches éruptives, quand elles sont assez épaisses et non fracturées, constituent une bonne couverture locale pour le réservoir série inférieure

Piège

De type structural (structures de faible amplitude), mixte (cas de la structure de Benkahla) ou purement stratigraphique (biseau et point bar des réservoirs de la série inférieure et du T1)

Tableau 1.6 : Roche mère, roche couverture, et type de pièges dans le Trias.

Roche mère

Argiles du Silurien radioactif (principale) ; argiles d’El Gassi et argiles d’Azzel (secondaire)

Roche couverture

Séries argileuses d’âge ordovicien intercalées entre ces réservoirs, les argiles du Silurien radioactif et du Dévonien quand elles ne sont pas érodées, argiles et roches éruptives du Trias

Piège

Structures anticlinales ; pièges de type mixte, à composante lithologique

Tableau 1.7 : Roche mère, roche couverture, et type de pièges dans l’Ordovicien.

Roche mère

Argiles du Silurien radioactif

Roche couverture

Séries argileuses sus-jacentes du Dévonien inférieur et/ou argiles et roches éruptives du Trias

Piège

De type mixte et structural

Tableau 1.8 : Roche mère, roche couverture, et type de pièges dans le Dévonien.

Tableau 1.8 : Roche mère, roche couverture, et type de pièges dans le Dévonien. Tin Amali

Tin Amali (tassili des Ajjer).

Profondeurs

Bassins de la province orientale – Bassin de l‘Oued Mya

L’alimentation des réservoirs ordoviciens se fait par migration latérale le long des drains et/ou verticale le long des failles.

Réservoirs

Les formations des grès d’El Atchane, des quartzites de Hamra, des grès de Ouargla, des grès de l‘Oued Saret, et la dalle de M’Kratta présentent des

1:800

m

 

Eau déplacée

 
 

Quartz

 

Hydrocarbures

déplacés

 

Eau liée

 

Eau

 

Illite

 

HCAL

 

NETP

     
 

SW

 

Huile

 

Chlorite

4

(pouces) 14

7( ) 0

     

ELAN Analyse

des fluides

 

Analyse

volumétrique

 
 

GR

Perforations

 

SW

0

(gAPI)

150

1

3

(m /m

3

)

0

0,5

(v/v)

0

1

(v/v)

0

3 840 3 860 3 880 Production d’huile 3 900 3 920 3 940 3
3
840
3
860
3
880
Production
d’huile
3
900
3
920
3
940
3
960
Figure 1.26 : ELAN du réservoir quartzites de Hamra.
Quartzites de HamraEl
Atchane
Ordovicien

niveaux réservoirs, constitués par des grès et des grès quartzitiques déposés en milieu marin côtier (fluviatile ou marin périglaciaire pour la dalle de M’Kratta). Ils sont considérés comme objectifs pétroliers secondaires dans le bassin. Le réservoir de la dalle de M’Kratta a produit de l’huile dans certains puits au NE du bloc 438 (puits MEK-2). Plusieurs forages réalisés depuis l’année 2002 dans la région de Berkaoui ont mis en évidence d’impor- tantes accumulations d’huile dans le réservoir des quart- zites de Hamra, désormais considéré comme objectif pétrolier principal dans la région.

Les réservoirs ordoviciens sont compacts (porosité moyenne de 7 % et perméabilités < 10 mD). Leur produc- tivité dépend du développement des fissures et fractures

ouvertes (fig. 1.26), (Tableau 1.7).

Play Dévonien

Il est fortement affecté par l’érosion hercynienne et seul

un ensemble argilo-gréseux du Dévonien inférieur est

épargné par cette érosion dans l’axe de la dépression de

l‘Oued Mya (Gedinnien-Siegénien) et à l’ouest de Hassi

R’mel (Gedinnien à Emsien dans le sillon de Benoud). Des

productions d’huile ont été enregistrées dans plusieurs

puits au centre du bassin (bloc 438) et à l’ouest du champ

de Hassi R’mel (structure de Belktaief). Les niveaux

réservoirs sont représentés par des barres gréseuses

régressives du type shelf marin peu profond intercalées

dans des séries argileuses. Les grès sont constitués par

des grains fins à moyens, gris-blanc, silico-argileux et

micacés. Les valeurs de porosité peuvent dépasser les 25 %, tandis que les perméabilités restent relativement

faibles (< 100 mD).

Dans le bassin de l‘Oued Mya, les niveaux gréseux du

réservoir dévonien ont la particularité de présenter de

faibles résistivités, même s’ils sont saturés en

hydrocarbures. Aussi, la porosité primaire semble être

préservée par les auréoles de chlorite ferrugineuse (Tableau 1.8).

Play Cambrien

Le Cambrien est constitué par un ensemble gréso-

conglomératique, souvent azoïque et déposé en milieu

continental fluviatile. Il est subdivisé en plusieurs termes

lithologiques qui sont de bas en haut : R3, R2, R1 (Ra-Ri)

et zone des alternances. Le niveau Ra est le principal

réservoir dans le champ de Hassi Messaoud où il est

productif d’huile.

Dans le bassin de l‘Oued Mya, peu de puits ont atteint les niveaux cambriens. Les réservoirs Ri et Ra y sont

WEC Algérie 2007 / La géologie pétrolière de l’Algérie

considérés comme objectifs pétroliers secondaires et sont constitués par des grès quartzitiques, dont la qualité réservoir est tributaire de la diagenèse et du développement de la fracturation. Ils ont présenté de bons indices d’huile dans la région de Hassi R’mel (Tableau 1.9).

Play Carbonifère (Moscovien)

Au nord-ouest du champ de Hassi R’mel (zone de Bordj Nili), le Moscovien constitue un play pétrolier. Il est représenté par un ensemble argilo-gréseux sur lequel repose un ensemble carbonaté. Son épaisseur totale varie entre 0 et 80 m. Un puits NL-2, réalisé en 1959, a enregistré lors des tests une production d’huile dans l’ensemble gréseux.

Le réservoir moscovien est constitué par des grès fins à moyens, assez bien classés, intercalés avec des silts et argiles noires et verdâtres. L’épaisseur totale de ce réservoir varie de 5 à 15 m. Il présente des qualités réservoir très variables dues aux variations de faciès. Au niveau du puits NL-2, les porosités atteignent des valeurs de 19 % et les perméabilités des valeurs de 850 mD.

Les données sismiques et lithologiques sur l’ensemble carbonaté suggèrent la possibilité de développement de formes récifales au nord de la zone de Bordj Nili (fig. 1.27), (Tableau 1.10).

Play Jurassique

Les niveaux carbonatés du Jurassique (Malm et Dogger) ont présenté d’intéressants indices d’huile au nord du bassin de l‘Oued Mya (région de Djemaa-Touggourt et sillon de Melrhir), où ils constituent un play pétrolier. La formation jurassique renferme plusieurs niveaux réservoirs gréseux et carbonatés, ayant présenté de bonnes à très bonnes qualités réservoir et des indices d’huile encoura- geants dans certains puits du bassin (Tableau 1.11).

3° 00’ 3° 30’ 3 750 409 33° 30’ 3 700 408 420 4° 50’
3° 00’
3° 30’
3
750
409
33° 30’
3
700
408
420
4° 50’
3° 00’
Hassi R’mel
Barrière récifale
Zone intertidale
0
10 km
Zone subtidale

Figure 1.27 : Paléographie du dépôt moscovien (Carbonifère, région Bordj Nili).

Roche mère Argiles du Silurien radioactif (principale) ; Ordovicien (secondaire), quand les rejets de failles
Roche mère
Argiles du Silurien radioactif (principale) ; Ordovicien (secondaire), quand les
rejets de failles le permettent
Roche couverture
Argiles du Paléozoïque (zone des alternances à Dévonien) et niveaux argileux,
éruptifs et évaporitiques du Trias au Lias quand ils affleurent sous la
discordance hercynienne
Piège
Essentiellement de type structural et mixte
Tableau 1.9 : Roche mère, roche couverture, et type de pièges dans le Cambrien.
Roche mère
Argiles radioactives du Silurien (principale), qui sont en phase de maturation
à gaz dans le sillon de Benoud ; argiles et carbonates du Jurassique et argiles
de l’Ordovicien (secondaire)
Roche couverture
Argiles et carbonates du Carbonifère et argiles et évaporites du Trias et du
Lias
Piège
Stratigraphique, lié au caractère lenticulaire des corps gréseux, et récifal pour
les niveaux carbonatés

Tableau 1.10 : Roche mère, roche couverture, et type de pièges dans le Carbonifère (Moscovien).

Roche mère

Niveaux argileux et carbonatés du Jurassique, riches en matière organique et en phase à huile, dans le sillon de Melrhir

Roche couverture

Formations argileuses et niveaux carbonatés compacts, intercalés entre les niveaux réservoir

Piège

De type structural, mixte ou purement stratigraphique

Tableau 1.11 : Roche mère, roche couverture, et type de pièges dans le Jurassique.

Résultats et perspectives

L’effort d’exploration dans le bassin de l‘Oued Mya a connu un nouvel essor ces cinq dernières années et a été couronné par plusieurs découvertes d’huile. En effet, un intérêt particulier a été porté sur la possibilité d’extension des gisements triasiques, notamment Berkaoui et Benkahla et sur le développement du réseau de fractures ouvertes dans les objectifs profonds (quartzites de Hamra : Ordovicien). Ainsi plusieurs découvertes récentes ont été réalisées dans le bassin :

un gisement d’huile, Benkahla Est, a été découvert dans le réservoir série inférieure (Trias) à l’est du gisement Benkahla (puits BKHE-1, 1999) ;

une découverte d’huile dans le réservoir quartzites de Hamra de l’Ordovicien, au niveau de la région Berkaoui (puits BKP-1, 2002) ;

une découverte d’huile dans les réservoirs triasiques T1 et série inférieure à l’ouest du gisement de Berkaoui (puits BKO-1 à 3, réalisés entre 2001 et 2005) ;

deux découvertes d’huile, entre les gisements de Berkaoui et Benkahla et au nord de Berkaoui, dans le réservoir série inférieure (puits BKRE-1, 2005) et le réservoir quartzites de Hamra (puits NHN-1, 2005).

Les modélisations et bilans géochimiques dans le bassin de l‘Oued Mya montrent qu’un volume très important d’hydrocarbures (environ 3 à 4 fois le total découvert

à ce jour) reste à découvrir dans différents types de pièges (structuraux, mixtes, stratigraphiques, extension de gisements et objectifs profonds).

Bassin d’Illizi

Le bassin d’Illizi (fig. 1.28), d’une superficie de 108 424 km 2 , est le siège d’un effort d’exploration assez important qui a débuté en 1956 avec la découverte d’Edjeleh. Depuis, pas moins de 413 puits d’exploration et 281 d’appréciation ont été forés, avec un taux de succès de 23 %. 7

On dénombre 54 découvertes d’huile et 44 découvertes de gaz (qui ont donné lieu à des gisements) telles que celles de Tin Fouyé, Zarzaïtine, Edjeleh, Alrar, Ohanet et Stah.

Au cours de son histoire, le bassin d’Illizi a été, pour l’essentiel, un bassin marin peu profond situé près d’une marge continentale soumise à une pério- de d’érosion intense qui a permis l’installation d’une importante colonne sédimentaire paléozoïque (fig. 1.29a et 1.29b). 8

Bassins de la province orientale – Bassin d’Illizi

Mésoz o Domaine ï du Tags q RN Trend Rhourd Amguid El Biod HR u
Mésoz
o
Domaine
ï
du Tags
q
RN
Trend Rhourd
Amguid El Biod
HR
u
OH
Maouar
TFT
ALR
e ZR
TG
Bassin d`Illizi
Tassilis des Ajjers
Hoggar
u
d
e
it
im
L

Gisement de gaz

ALR - AlrarGisement de gaz Frasnien Silurien ZR - Zarzaïtine 0 100 km

FrasnienGisement de gaz ALR - Alrar Silurien ZR - Zarzaïtine 0 100 km

SilurienGisement de gaz ALR - Alrar Frasnien ZR - Zarzaïtine 0 100 km

ZR - Zarzaïtine

0 100 km

Gisement d`huileBiseau des roches mères sous Mésozoïque et affleurements GT - Gassi Touil HR - Hamra

Biseau des roches mères sous Mésozoïque et affleurements

GT - Gassi Touil HR - Hamra OH - Ohanet RN - Rhourde Nouss TFT - Tin Fouyé Tabankort TG - Tiguentourine

et affleurements GT - Gassi Touil HR - Hamra OH - Ohanet RN - Rhourde Nouss

Figure 1.28 : Contexte régional du bassin d’Illizi.

Lib y e Expulsion HC 30º Roches Silurien Dévonien Carbonif Âge Faciès mères Cén. Argilo-gréseux
Lib y e
Expulsion HC
30º
Roches
Silurien
Dévonien
Carbonif
Âge
Faciès
mères
Cén.
Argilo-gréseux
Calcaires
29º
Argiles gypseuses
Dolomitique
Argilo-gréseux
Argiles dolomitiques
28º
Argiles anhydritiques
Grès - Argiles
Discordance hercynienne
Calcaires
27º
Argiles - Calcaires
Grès - Argiles
0
2 km
Argiles
F2
10º
Grès - Argiles
F3
Grès - Argiles
F4
F5
Dévonien moyen
Dévonien inférieur
Silurien Argilo-Gréseux
Grès - Argiles
Silurien Argileux
Discordance calédonienne
Ordovicien
F6
Grès - Argiles
Cambro-Ordovicien
Discordance supérieure
Argiles
Tiguentourine
Westphalien “F”
Grès
IV-2/3
Wesph-Namurien “E” Namurien “D”
Discordance taconique
Viséen “C”
III-3
Grès quartzitiques-
Viséen “B”
Argiles
II+III-2
Tournaisien “A”
Socle
Cristallin Métamorphique
Précambrien
Dévonien supérieur
MésozoïquePaléozoïque
Cambro-Ordovicien
JurassiqueSilurien
TriasCarbonifèreDévonien
Crétacé
supérieurinférieursupérieurinférieur
moyenmoyen
supérieur
inférieurinférieur
supérieur
Réservoirs
Roches
couvertures
Huile
Huile-Gaz
Gaz
Huile
Huile-Gaz
Gaz
Huile
Huile-Gaz
Gaz

Figure 1.29 : a) Coupe lithostratigraphique et b) Ecorché de la surface pré-mésozoïque.

WEC Algérie 2007 / La géologie pétrolière de l’Algérie

S

N

3 000 Tassili des Ajjers Plateau de Tadjentourt Plateau du Tinrhert Grand Erg oriental 2
3
000
Tassili des Ajjers
Plateau de Tadjentourt
Plateau du Tinrhert
Grand Erg oriental
2
000
TXH-2
TXF-2
WHB-1
IRLW-1
TE-101
AH-101
Pf=1 053 m
OU-101
HAD-1
RE-1
BTR-1
BRT-1
Pf=2 626 m
Pf=2 610 m
Pf=2 924 m
Pf=1 560 m
Pf=2 947 m
Pf=4 079 m
Pf=4 102 m
Pf=4 126 m
Pf=3 477 m
Pf=3 600 m
1
000
0
-1 000
Position de la coupe
-2 000
Tunisie
32°
BHT-1
BHR-1
Bassin d´IIlizi
-3 000
RE-1
31°
Môle d´Ahara
HAD-1
30°
Libye
-4 000
OU-101
29°
AH-101
TE-101
-5 000
28°
IRLW-1
WHB-1
TXF-2
27°
TXH-2
-6 000
26°
Bassin de Berkine
25°
10°
0
110
220
330
440
550
660
770
Distance, km
Dunes
Néocomien
Viséen supérieur
Eocène
Malm
Viséen inférieur
Sénonien
Dogger
Tournaisien
Turonien
Lias
Dévonien supérieur
Cénonien-Turonien
Trias
Dévonien moyen
Cénovanien
Westphalo-Namurien
Dévonien inférieur
Silurien Argilo-Gréseux
Silurien Argileux
Ordovicien (Unité I V )
Ordovicien (Unité III)
Cambrien
Socle
Albien
Namurien
Profondeur, m

Figure 1.30 : Coupe géologique sud/nord du bassin d’Illizi.

Ce bassin, de type polycyclique, possède une séquence mésozoïque séparée de la séquence paléozoïque par la discordance hercynienne qui comporte les plus impor- tants systèmes pétroliers de cette région (réservoirs cambro-ordoviciens et dévoniens) (fig. 1.30). 1

Système pétrolier

Play Cambro-Ordovicien

Réservoirs

L’Unité II

L’Unité II est d’âge cambrien, son épaisseur moyenne est de 250 m et elle est composée de dépôts fluvio-del- taïques. Cette unité est productive dans les gisements de l’hansaténe Ouest, Tiguentourine Est, Ouan Taredert et Dôme à collenias.

L’Unité III-2

Cette unité appartenant à l’Ordovicien est composée de grès quartzitiques fins à grossiers avec une épaisseur variant de 0 à 200 m. Ce réservoir produit par fractura- tion à Hassi Tabtab et Assekaifaf.

L’Unité IV

Elle correspond au complexe terminal de l’Ordovicien, son épaisseur varie de 10 à 350 m, elle est constituée de dépôts fluvio-glaciaires à périglaciaires (fig. 1.31).

SO

SE

Dépôts glaciaires de comblement de l’Ordovicien supérieur Deltas glaciaires Chenal rubané progradants Fm. In
Dépôts glaciaires de comblement
de l’Ordovicien supérieur
Deltas glaciaires
Chenal rubané
progradants
Fm. In Tahouil
Argiles
Pavage glaciaire
Ecoulement
microconglomératiques
inter-vallées
massique
verdâtres
100 m
Pavage glaciaire basal
Deltas glaciaires progradants
0
0 2 km

Figure 1.31 : Dépôts glaciaires de comblement de l’Ordovicien supérieur.

Bassins de la province orientale – Bassin d’Illizi

Roche mère

Silurien argileux

Roche couverture

Argiles intra-formationnelles et une puissante série argileuse silurienne qui présente une épaisseur de 200 à 500 m

Piège

De type structural, principalement des anticlinaux parfois faillés

Tableau 1.12 : Roche mère, roche couverture, et type de pièges dans le Cambro-Ordovicien.

Roche mère

Silurien argileux et Frasnien basal

Roche couverture

Niveaux argileux intra-formationnels et une importante série argileuse frasnienne

Piège

De type structural, principalement des anticlinaux parfois faillés

Tableau 1.13 : Roche mère, roche couverture, et type de pièges dans le Siluro-Dévonien (F6-F5-F4).

Les sous-unités IV-3 et IV-2 présentent des porosités de 5 à 15 % et sont produc- tives de gaz à Tin Fouyé Ouest, In Amenas, Tiguentourine, Zarzaïtine et Irlalène.

L’hydrodynamisme joue un rôle important : pour exemple, le gisement de Tin Fouyé où la distribution des fluides dans l’Ordovicien est contrôlée par un cou- rant hydrodynamique de l’aquifère (Tableau 1.12).

Play Siluro-Dévonien (F6-F5-F4)

Réservoirs

Réservoir F6

Ce méga-réservoir produit de l’huile et du gaz dans le bassin d’Illizi ; c’est un ensemble argilo-gréseux subdivisé de bas en haut en huit (08) unités : M1, M2, A, B1, B2, C1, C2 et C3. Cette série lithostratigraphique peut être scin- dée en deux, une série inférieure appartenant au Silurien supérieur (Ludlow) et une série supérieure d’âge Dévonien inférieur (Praguien). Les niveaux réservoirs sont composés de grès marins peu profonds (M1) et de grès fluvia- tiles (A, B1, C1, C2 et C3).

Il possède les valeurs de porosité et de perméabilité les plus élevées de la région : la porosité atteint 20 à 25 % et la perméabilité varie de 0,1 mD à quelques centaines de mD.

Le F6 est pratiquement présent sur l’ensemble du bassin à l’exception de la partie nord-occidentale où il est partiellement érodé. Les réservoirs du F6 produisent de l’huile à Tin Fouyé, Djoua Ouest, Ahara, Tinrhert, Gara Tisselit, Tin Mesnaguéne.

Réservoirs F5 et F4

Ces réservoirs font partie d’une série argilo-gréseuse d’âge Dévonien moyen qui s’est déposée dans un réseau fluviatile méandriforme. L’épaisseur de cette série est de 40 à 50 m avec de bonnes propriétés pétrophysiques.

Ces réservoirs sont productifs à Assekaifaf, El Adeb Larach et Taradert (Tableau 1.13).

WEC Algérie 2007 / La géologie pétrolière de l’Algérie

Play Dévonien Supérieur (F3-F2)

Réservoirs

Réservoir F3

Ce réservoir est constitué de barres tidales d’épaisseur de 0 à 30 m. Il pré- sente 10 à 15 % de porosité. Le F3 est productif à Alrar, Stah, Mereksene.

Réservoir F2

Intercalé sous forme de lentilles sableuses dans les dépôts du Dévonien supérieur, ce réservoir comporte des niveaux gréseux dont l’épaisseur est généralement inférieure à 5 m mais peut atteindre localement 15 à 20 m. Le F2 est productif à Ouan Diméta et Issaouane (Tableau 1.14).

Play Carbonifère

Réservoirs

Les niveaux réservoirs du Carbonifère sont constitués de lentilles gréseuses, productives à Edjeleh, Tiguentourine, Zarzaïtine et Hassi Tabtab. Ces niveaux réservoirs ne dépassent pas les 30 m, leurs propriétés pétrophysiques sont faibles à moyennes mais peuvent localement s’améliorer (Tableau 1.15).

Roche mère

Silurien argileux et Frasnien basal

Roche couverture

Formations argileuses du Dévonien moyen et du Dévonien supérieur, coiffées par une imposante série argileuse carbonifère

Piège

Généralement de type structural. Toutefois on a, dans le bassin d’Illizi, des biseaux d’érosion du Dévonien ; pièges stratigraphiques du F3 à Alrar

Tableau 1.14 : Roche mère, roche couverture, et type de pièges dans le Dévonien supérieur (F3-F2).

Roche mère

Silurien argileux et Frasnien basal

Roche couverture

Épaisse assise argileuse carbonifère

Piège

De type structural

Tableau 1.15 : Roche mère, roche couverture, et type de pièges dans le Carbonifère.

Play Trias Argilo-Gréseux Supérieur

Réservoirs

Dans le bassin d’Illizi, le seul réservoir triasique présent est le Trias Argileux Gréseux Supérieur (TAGS) qui correspond au salifère S4 du centre de Berkine. Cette formation a une aire d’extension très limitée qui se situe sur une frange étroite du nord-ouest du bassin et correspond à la limite entre les bassins de Berkine et d’Illizi.

La découverte d’El Ouar Sud-1 (EOS-1) avec un débit de 12 m 3 /h d’huile a révé- lé les potentialités pétrolières du TAGS, et ce malgré la proximité de sa limite d’extension.

Le TAGS possède une bonne porosité primaire, la granulométrie est grossière et l’argilosité assez faible. Ces bonnes qualités pétrophysiques sont prouvées par les résultats de tests : 12 m 3 /h d’huile à EOS-1, 7 m 3 /h d’eau salée à BTF-1

Bassins de la province orientale – Bassin d’Illizi

NO SE Eau salée Eau douce Môle de Maouar F6 eau douce Zarzataïne supérieur (250
NO
SE
Eau salée
Eau douce
Môle de Maouar
F6 eau douce
Zarzataïne supérieur
(250 g/l)
(<10 g/l)
Zarzataïne moyen
Zarzataïne inférieur
Silurien Argileux
C-Ord (200-300 g/l)
DH
Figure 1.32 : Modèle hydrodynamique au nord-ouest bassin d’Illizi).

et 10 m 3 /h d’eau salée à MDB-1. Les meilleures moyennes de porosités sont enregistrées à MDB-1, 13 %, et à EOS-1, 11 %, avec des moyennes de perméabilités respectives de 18 mD et de 10 mD (Tableau 1.16).

Roche mère

Silurien argileux et Frasnien basal

Roche couverture

Puissant ensemble argilo-salifère triasique et argileux liasique

Tableau 1.16 : Roche mère, roche couverture, et type de pièges dans le Trias argilo-gréseux supérieur.

Pièges

La découverte d’El Ouar Sud-1 (EOS-1) a mis en évidence l’intérêt des biseaux du TAGS au nord d’Illizi. La spécificité de la région d’Illizi est la présence d’accumulations d’hydrocarbures affectées par un hydrody- namisme actif. En effet après l’orogenèse hercynienne, la surrection du Hoggar a instauré un régime hydrodynamique par gravité sur l’ensemble du bassin. C’est au niveau du réservoir F6 que les phénomènes hydrody- namiques jouent un rôle important dans le piégeage des hydrocarbures.

Le gisement de Tin Fouyé dans le bassin d’Illizi est le meilleur exemple de gisement affecté par l’activité hydrodynamique (fig. 1.32). 9

Une autre spécificité de la région est la présence de dolérites qui, quoique peu répandues dans le bassin, ont un impact sur le piégeage des hydrocarbures. Ces roches magmatiques se localisent essentiellement dans la partie nord du bassin et sont inter-stratifiées dans les niveaux de l’Ordovicien, du Silurien et du Dévonien. C’est suite à l’intrusion des dolérites dans la série sédimentaire que certains pièges, comme ceux de Stah et Mereksen, se sont formés (fig. 1.33).

Par contre, dans de nombreux cas, la mise en place de ces dolérites s’est faite de façon extrusive au cours du du dépôt des sédiments.

SO

75 TST 4

 

STAH-3

STAH-22

STAH-2

STAH-1 bis

NE

Ligne sismique 75 TST 04

intrusions 19 0 s 24 17 106 107 108 109 110 111 112 113 114
intrusions
19
0 s
24
17 106
107
108
109
110
111
112
113
114
115
116
28 2 105
21 8
16
Lias
18
4 Discordance
14
5
hercynienne
1
2 130
15
1 s
2
140
23
12
28 2 145
24 F2
21
10
24
S = 40 km
Fras. UNC
1
2 115
A = 40 ms
Base A
2 s
Fpd = 128 m
Ordovicien
16
SO
2 100
Coupe X

Limite des

11

NE

STAH-19

STAH-17

Figure 1.33 : Intrusions doléritiques dans la région de Stah.

WEC Algérie 2007 / La géologie pétrolière de l’Algérie

NO SE DJW-1 EDY-1 IRLW-1 TRN-1 TG-2 HFO-1 HFA-1 TRT-1 TEL-1 Mur pic radioactif Argiles
NO
SE
DJW-1
EDY-1
IRLW-1
TRN-1
TG-2
HFO-1 HFA-1
TRT-1
TEL-1
Mur pic radioactif
Argiles du
Dévonien moyen
Discordance
frasnienne
Discordance
F4
calédonienne
B2
F5
B1
C3
A1
C2
C1
M2
M1
0
20 km
Argiles Siluriennes
Figure 1.34 : Coupe géologique NO-SE passant par le flanc ouest de l’arche de Tihemboka.

Résultats et perspectives

Dans le bassin d’Illizi, il est établi que les pièges structuraux identifiés qui n’ont pas encore été forés sont de petite dimension. Les évaluations montrent qu’un important volume d’huile et de gaz reste à découvrir (217 billions barils d’huile et 302 TCF de gaz). Ces hydrocarbures se trouvent dans des pièges hydrodynamiques ou stratigraphiques dans les réservoirs paléozoïques et triasiques.

L’état de nos connaissances actuelles nous permet de situer dans la partie est des pièges stratigraphiques qui sont généralement associés à la sédimentation siluro-dévonienne, à l’exemple des biseaux siluro-dévoniens, dans le secteur de Tihemboka (fig. 1.34).

Dans la partie nord-ouest, vers le môle d’Ahara, il a été identifié des zones de changement de faciès et des biseaux dans les formations silico-clastiques des unités cambro-ordoviciennes (fig. 1.35). 10

Voûte d’Ahara

cambro-ordoviciennes (fig. 1.35). 1 0 Voûte d’Ahara Flanc Sud Flanc Nord OTN-1 IA-101 ET-101 OU-101 III
cambro-ordoviciennes (fig. 1.35). 1 0 Voûte d’Ahara Flanc Sud Flanc Nord OTN-1 IA-101 ET-101 OU-101 III

Flanc Sud

Flanc Nord

OTN-1 IA-101 ET-101 OU-101 III Ashgillien à Llandovérien (Unité IV-4) Ashgillien (Unité IV-3) Ashgillien
OTN-1
IA-101
ET-101
OU-101
III
Ashgillien à Llandovérien (Unité IV-4)
Ashgillien (Unité IV-3)
Ashgillien (Unité IV-2)
Caradocien à Llanvirnien (Unité III-3)
Arénigien (Unité III-2)
Trémadocien (Unité III-1)
Cambrien (Unité II)
Figure 1.35 : Coupe géologique 1 N-S passant par le môle d’Ahara.
IV-3IV-2III-3
IV-4
Unité II
Unité IV

Bassins de la province orientale – Bassin d’Illizi

Voûte d’Ahara

la province orientale – Bassin d’Illizi Voûte d’Ahara Flanc Sud Flanc Nord WHB-1 WIB-1 WIH-2 EDY-1
Flanc Sud Flanc Nord WHB-1 WIB-1 WIH-2 EDY-1 TE-101 OT-101 OTN-1 IA-101 Ashgillien à Llandovérien
Flanc Sud
Flanc Nord
WHB-1
WIB-1
WIH-2
EDY-1
TE-101
OT-101
OTN-1
IA-101
Ashgillien à Llandovérien (Unité IV-4)
Ashgillien (Unité IV-3)
Ashgillien (Unité IV-2)
Caradocien à Llanvirnien (Unité III-3)
Arénigien (Unité III-2)
Trémadocien (Unité III-1)
Cambrien (Unité II)
Unité II
Unité III
Unité IV
IV-4III-2III-1
III-3

Figure 1.36 : Coupe géologique 2 N-S passant par le môle d’Ahara.

Tous ces nouveaux concepts que l’on pense appliquer pour relancer l’exploration dans le bassin d’Illizi se trouvent confortés par la récente et toute première découverte d’huile dans l‘Unité IV-1 :

TAKW-1 : 3,67 m 3 /h d’huile et 460 m 3 /h de gaz dans l’unité IV-1 de l’Ordovicien et 3,81 m 3 /h dans l’unité C (Dévonien inférieur F6). TAKE-1 : 1 524 m 3 /h de gaz et 1,04 m 3 /h de condensat dans l’unité IV-1 de l’Ordovicien.

O E WIA-1 NIA-1 ZR-1 Position des puits IFT-1 et 2 Nord In Amenas -
O
E
WIA-1
NIA-1
ZR-1
Position des puits IFT-1 et 2
Nord In Amenas - Horst Nord In Amenas - Alrar

Silurien Argileux

Unité IV

Unité III Unité II Socle
Unité III
Unité II
Socle

Figure 1.37 : Coupe géologique schématique passant par les puits WIA-1, NIA-1 et ZR-1.

Ces deux forages ont été réalisés dans le périmètre de Gara Tesselit ; ils ont prospecté un piège mixte à trois composantes : stratigraphique, structural et diagénétique. Deux forages sont prochainement prévus pour confirmer ce type de piège.

Le bassin recèle un futur potentiel en gaz notamment dans la zone du horst d’In Amenas et Alrar (fig. 1.36 et 1.37).

Personnage masqué de l’abri d’In Ouarenhat (tassili des Ajjer). Le masque, objet sacré, annonce les

Personnage masqué de l’abri d’In Ouarenhat (tassili des Ajjer). Le masque, objet sacré, annonce les masques africains des Arts premiers. En effet, la période des Têtes Rondes préfigure l’art de la Négritude et sa civilisation (h : 85 cm).

Bassins de la province occidentale

Bassin de l’Ahnet Gourara

39

Bassin de Gourara Nord

45

Bassin de Béchar et ses marges

48

Bassin de Reggane

53

Bassin de Tindouf

58

Bassin de Taoudenni

62

Bassin de Sbâa

68

WEC Algérie 2007 / La géologie pétrolière de l’Algérie

Bassins de la province occidentale

La région ouest de la plate-forme saharienne englobe sept bassins géologiques totalisant une superficie de plus de 650 000 km 2 , dont 195 710 km 2 sont actuellement exploités pour la recherche et 206 620 km 2 consacrés à la prospection. Il s’agit des bassins de l’Ahnet-Gourara, de Béchar, de Reggane, de Tindouf, de Taoudenni, de la cuvette de Sbâa et de Gourara Nord. Ces bassins sont séparés par des hauts structuraux (Azzel Mati, Djoua, Azzène, Ougarta et Bou Bernous) (voir fig. 1.1). La première découverte de gaz du Sahara a été réalisée dans le puits Djebel Berga-1, dans le bassin de l’Ahnet en 1953, foré sur la base d’une anomalie de surface. Depuis, plusieurs découvertes de gaz ont été réalisées, principalement dans le Cambro- Ordovicien et le Dévonien.

Plus connue comme une région à gaz, elle renferme cependant plusieurs gisements d’huile. Les premiers indices d’huile ont été rencontrés dans les bassins de Reggane et de Tindouf dès le début de l’exploration, dans les années 1950. Ce n’est qu’au début des années 1980 que la première découverte d’huile en quantité commerciale a été réalisée dans le bassin de Sbâa dans un niveau du Carbonifère, dénommé grès de Sbâa, et dans le Dévonien supérieur. L’huile a également été mise en évidence en quantité commerciale dans l’Ordovicien à la surprise des géologues, qui ont de tout temps considéré ce réservoir, souvent très enfoui, comme étant uniquement à gaz sec dans cette partie de la plate-forme saharienne. Suite à ce résultat, la recherche d’hydrocarbures liquides est devenue un élément non négligeable dans les programmes d’exploration de cette région. La présence de condensat associé au gaz dans de nombreux réservoirs, comme l’a montré l’une des dernières découvertes dans le nord de Gourara, ne fait que confirmer l’existence d’un potentiel en hydrocarbures liquides non négligeable dans la région Ouest.

Plus de 320 forages d’exploration et de délinéation ont été réalisés sur l’ensemble de la région, totalisant 60 découvertes dont 7 gisements de gaz. D’après les modélisations géochimiques, les volumes découverts à ce jour sont loin de représenter tous les volumes d’hydrocarbures probablement piégés. Aussi, l’introduction progressive, ces dernières années, de la sismique 3D en exploration vient-elle confirmer la volonté et le besoin de rechercher des types de piège non conventionnels de plus en plus complexes, tels que les chenaux et biseaux stratigraphiques, qui pourraient avoir renfermé de très grands volumes d’hydrocarbures.

Bassins de la province occidentale / Bassin de l’Ahnet Gourara

Bassin de l’Ahnet Gourara

Le bassin de l’Ahnet Gourara, situé dans la partie centre-occidentale du Sud algérien, couvre une superficie de 121 164 km 2 et constitue l’un des bassins sédimentaires de la plate-forme saharienne les plus prometteurs en gaz sec. 11

C’est dans cette partie de la plate-forme saharienne que le premier forage d’exploration Berga-1 a été réalisé. Depuis, plus de 50 000 km de sismique 2D, 1 660 km 2 de sismique 3D et 150 forages ont été réalisés. Cet effort consenti essentiellement par la Sonatrach a permis de mettre en évidence 45 accumu- lations de gaz sec de tailles très variées, de 1 à 250 BCM, avec un potentiel prouvé en gaz estimé à 760 BCM (~26 TCF), des réserves possibles de plus de 600 BCM (20 TCF) et des ressources qui s’élèvent à 1 500 BCM (~50 TCF). 11

Cadre géologique

Le bassin de l’Ahnet Gourara constitue l’un des bassins paléozoïques productifs de gaz qui longent le flanc nord du craton ouest-africain. Il préserve une épaisse série sédimentaire allant du Cambro-Ordovicien au Carbonifère, représentée essentiellement par des sédiments clastiques et partiellement carbonatés dans la partie basale du Silurien et dans le Dévonien moyen et supérieur (fig. 1.38). Les déformations dans cette région sont caractérisées par une série de plis liés à des inversions de failles

Courbe Gourara Djoua Ahnet schématique de l’onlap côtier Terre NNO SSE C30 325 Vis-Na C20
Courbe
Gourara
Djoua
Ahnet
schématique
de l’onlap
côtier
Terre
NNO
SSE
C30
325
Vis-Na
C20
345
4
C15
TM
urs
C10
RM
S-B
355
Strunien
D70
Famennien
365
Frasnien
D65
urs
375
TM
Givétien
3
380
Eifélien
D60
390
Emsien
D50
urs
400
Siegénien
D40
RM
S-B
390
D30
Gédinnien
D20
urs
D10
S-B
410
Pridoli