Vous êtes sur la page 1sur 81

PGC Procédés Généraux de Construction

Chapitre I

TERRASSEMENT GENERAUX

DEFINITION

Les terrassements correspondent à la première phase de travaux en vue de l'édification d'un ouvrage. Ils regroupent tous les ouvrages et travaux destinés à modifier provisoirement ou définitivement les formes d‟un terrain. Les ouvrages de terrassement regroupent principalement l'exécution des travaux suivants :

-Les fouilles -Les déblais, les remblais -Les tranchées, le talutage, etc

I- LES ETUDES PREALABLES :

Ces réflexions peuvent être adaptées et généralisées à tout type de chantier : gros œuvre par exemple. Une visite du site et de ses abords est souvent indispensable pour mieux appréhender les

caractéristiques du chantier. Elle favorise l‟approche du dossier et facilite la rédaction des

documents qui serviront à la bonne marche du chantier. Elles s‟appuient sur un Dossier de Consultation des Entreprises (DCE) qui peut comprendre entre autres :

- des pièces écrites dont le rapport d‟études des sols permettant de connaître des caractéristiques des terrains qui seront rencontrés lors des travaux :

la stratigraphie des couches de terrain, les caractéristiques mécaniques et physiques, la présence d‟eau les pentes possibles des talus, le drainage, la possibilité d‟utiliser des déblais pour un remblaiement ultérieur. Pour les décrire, une distinction entre marché privé et marché public est nécessaire :

  • Le cahier des Clause Administratives Générales (CCAG) ou le cahier des Clauses

Techniques Générales (CCTG) est applicable aux marchés publics (travaux effectués dans un but d‟intérêt général, sous le contrôle d‟une personne publique : mairie, école….), sans être toujours joint à chaque marché particulier. Ils sont toutefois cités et doivent être respectés sauf si des documents particuliers (acte

d‟engagement, CCAP, CCTP) viennent préciser des clauses particulières au marché étudié.

Pour le lecteur qui ne serait pas familiarisé avec cette terminologie, voici brièvement expliqué le contenu ou l‟utilisation de ces différents documents :

  • L‟acte d‟engagement concerne l‟entreprise qui s‟y engage à effectuer les prestations

demandées pour un certain prix dans un délai donné.

  • Le CCAG est un recueil de clauses courantes (administratives, juridiques ou financières) relatives à l‟exécution d‟un marché public. Les parties d‟un contrat peuvent y

déroger mais il permet d‟alléger la rédaction des contrats.

  • Le CCAP définit les conditions particulières de réalisation du projet du point de vue administratif et financier : nature du marché et des travaux, quantités, mois de référence

1

2010/2011

Boulbaba Koubaa

PGC Procédés Généraux de Construction

retenu pour l‟établissement des prix, modalités choisies pour actualiser ou réviser les prix,

pour le règlement définitif des travaux ou les pénalités pour retard (par rapport au délai

attribué)…

  • Le CCTP (anciennement dénommé devis descriptif) définit l‟opération étudiée :

matériaux à utiliser, localisation des ouvrages, limites de prestation entre corps d‟état, hypothèses de calcul (exemple pour l‟étaiement d‟un coffrage), techniques d‟exécution

envisagées : phases, mode de réalisation d‟un soutènement provisoire lors de la réalisation d‟une fouille ou encore, solution technologique retenue pour réaliser les planchers pour un bâtiment. -des plans (plan masse, coupes dans le cas des ouvrages de bâtiments, des profils dans des ouvrages de travaux publics), faisant notamment apparaître les pentes des talus. A partir de ces informations, le responsable des études détermine les volumes de production

à atteindre, donc le matériel nécessaire, compte tenu des délais accordés, pour aboutir à une

soumission, lors de la remise de l‟offre, au meilleur coût.

Documents à établir :

Relevé des obstacles ou particularités liées aux mitoyennetés éventuelles (position, nature), à la végétation à conserver, aux canalisations enterrées.

Phases de démolition :

Nature, qualité, volume des terres à déplacer : ces indications sont reportées sur des plans de mouvements de terre (éventuellement associés à des notes de calcul des

soutènements ou de reprises en sous-œuvre à mettre en place en raison des mitoyennetés :

zones d‟emprunt, de dépôt ou d‟évacuation des terres, décharges.

Conditions climatiques locales : les intempéries (alternances pluie temps sec, périodes de gel dégel) transforment de façon importante le comportement des sols qui peuvent devenir impraticables aux machines.

  • - Eté : temps sec et chaud, pluies rares. Les terrains argileux sont difficiles à travailler, par exemples.

  • - Hiver : temps humide, température basse, gel. Les travaux s‟en trouvent perturbés, quelle que soit la nature du terrain. Choix des matériels employés (bien souvent, on utilisera en priorité celui disponible dans l‟entreprise !) : études des temps de cycles des engins en relation avec la production horaire (ou journalière) imposée par les délais.

Accès et circulations sur le chantier pour :

  • - des matériels généralement lourds,

  • - les ravitaillements en fluides (fioul),

  • - le personnel. Etudes de prix : par sous détail de prix

Prévision de la main d’œuvre

Planigramme général des travaux

Installation de chantier : lors de l‟exécution, on vérifiera que les hypothèses retenues et les conditions réelles permettent de tenir les délais prévus avec un coût de revient acceptables. Des adaptations, au fur et à mesure de l‟apparition de problèmes, seront indispensables pour aboutir à un bilan de chantier positif.

2

2010/2011

Boulbaba Koubaa

PGC Procédés Généraux de Construction

II- LES OPERATIONS DE DEMOLITIONS :

  • 1- RECONNAISSANCE DE L EXISTANT :

Avant tout engagement de travaux, une analyse préalable est indispensable, qui concernera

l‟ouvrage lui-même mais aussi ses mitoyens, pour définir leur typologie et constater leur état de conservation. Pour cela, il faut connaître (ou savoir reconnaître) la technologie de construction des ouvrages anciens. Les opérations à mener sont les suivants :

Identifier les éléments principaux contribuant à la stabilité de l‟ouvrage Les cages d‟escalier, qui forment souvent des éléments de contreventement dans les

structures anciennes, doivent être conservées le plus longtemps possible. Elles facilitent en

plus les déplacements des ouvriers. Un plancher ne doit être abattu, en général, qu‟après démolition des refends qu‟il porte. Rappelons que les deux rôles mécaniques assurés par les planchers sont :

-

le report des charges sur les ouvrages verticaux sous-jacents (poteaux, murs),

-

le raidissement et l‟indéformabilité de la structure d‟ensemble (butée, chaînage) et notamment, l‟anti-flambement des parois verticales porteuses.

Analyser la nature des mitoyens, leur résistance et les conséquences de la démolition sur leur stabilité en phase provisoire et définitive.

Des saignées sépareront les ouvrages mitoyens des planchers et des murs de l‟ouvrage à démolir, avant qu‟on procède à l‟effondrement quels que soient le moyen et les matériels retenus. Repérer :

-

les réseaux : eau, assainissement, électricité, gaz…. ;

-

les cuves à hydrocarbures. Leur présence interdit en général l‟emploi de procédés à

flamme nue comme le chalumeau ou la lance thermique.

PHASAGE DES TRAVAUX

A partir de cette reconnaissance et en tenant compte bien sûr des conditions du marché (délais, prix), les modes opératoires des différentes phases de démolition peuvent être élaborés. Il est souhaitable que chaque phase soit bien délimitée (dans l‟espace et dans le temps) pour

qu‟un suivi efficace puisse être mis en place, de façon à veiller à la sécurité des exécutants

et au bon déroulement du chantier. L‟exécution des travaux se déroule alors de la manière suivante :

- enlèvement des cloisonnements légers, des équipements techniques…., - démolition du gros œuvre, pour un étage donné, à partir du haut, en commençant par les murs pour finir par les planchers. On commence bien évidemment sous les combles, et on descend progressivement vers le sous-sol.

  • 2- PROCEDES DEXECUTION LES PLUS COURANTS

Le dérasement (démolition de la partie supérieure d‟un mur), l‟effondrement ou l‟éboulement concernent essentiellement les constructions anciennes (à ossature bois ou

métallique), en maçonnerie de petits éléments, de quelques niveaux.

3

2010/2011

Boulbaba Koubaa

PGC Procédés Généraux de Construction

La dislocation ou la fragmentation, l‟abattage d‟éléments horizontaux ou verticaux sont utilisés pour les constructions récentes, en béton armé, qui sont plus massives. Le démontage est plutôt réservé aux constructions métalliques, aux charpentes notamment.

Le découpage est recommandé, par exemple, dans le cas de création d‟ouvertures dans une ossature en béton armé, pour le démontage d‟une charpente ou d‟une ossature

métallique ancienne. L‟utilisation d‟un chalumeau est interdite en présence de cuves ayant contenu des hydrocarbures.

  • 3- MATERIEL EMPLOYE

Quelle que soit la technique choisie, on utilise des outils portatifs et des moyens mécaniques portés par des engins, qui sont détaillés. Des moyens plus exceptionnels comme les explosifs sont parfois employés : leur emploi ne doit pas ébranler le terrain ou les maçonneries voisines et ne doit pas disloquer le terrain au- dessous du niveau prévu. Dans tous les cas, la finition de la fouille (fond et parois) doit être achevée par des moyens traditionnels.

Réservé aux grosses opérations (des immeubles entiers en béton armé, des massifs…) et à un personnel spécifiquement formé, cette technique n‟est pas développée ici.

  • 4- OUTILS PORTATIFS

Les plus courants sont la pioche, la masse, le marteau-piqueur frappant le béton à de grandes cadences (outil bruyant qui nécessite par ailleurs un compresseur pour obtenir de

l‟air comprimé).

Les outils de forage permettent de découper en éléments transportables : ponctuels, les

trous circulaires facilitent la mise en place d‟explosifs ou d‟éclateurs ; jointifs, ils permettent de réaliser un contour de découpe.

Les outils de sciage (scies diamantées) réalisent des saignées nettes.

La lance thermique, en permettant d‟obtenir une source de chaleur très intense sur une petite surface, détruit les matériaux. Le forage est rapide, peur bruyant, sans vibrations, mais

dégage des étincelles et des fumées. Ce procédé est utilisé, par exemple, pour réaliser des signées qui affaiblissent ou délimitent la zone à abattre dans un mur en béton armé.

  • 5- OUTILS « MECANIQUES »

Le godet d‟un bouteur ou d‟une pelle mécanique, pour de petites constructions peu élevées, permet de procéder à un abattage par poussée.

Un câble permet l‟abattage par traction d‟éléments verticaux entourés en partie supérieure. Ce procédé est très utilisé pour les murs maçonnés. L‟élément de traction peut aussi être un engin mécanique (pelle, bouteur, chargeuse) qui agit avec son godet pour provoquer l‟éboulement de toute ou partie de la construction. Un boulet (10à20kn) suspendu par un câble au bras d‟une grue mobile (sur chenilles pour être plus stable)est animé d‟un mouvement pendulaire ou tombe sous son poids : ce procédé simple, économique, mais qui produit beaucoup de poussière, est réservé aux grandes

opérations, comme par exemple la démolition d‟une usine. Il permet de disloquer le béton

armé mais il reste souvent à couper les armatures au chalumeau.

4

2010/2011

Boulbaba Koubaa

PGC Procédés Généraux de Construction

Un Brise-roche Hydraulique (BRH), monté sur le bras d‟une pelle hydraulique, frappe le

béton à grandes cadences : le BRH est bruyant mais très puissant. Il est utile pour des travaux

importants, en permettant de disloquer et de fragmenter des morceaux compacts d‟une

construction.

PGC Procédés Généraux de Construction Un Brise-roche Hydraulique (BRH), monté sur le bras d‟une pelle hydraulique,

Pelle hydraulique équipée de marteau piqueur

Les éclateurs comportent un cylindre, composé par exemple de deux demicoquilles, qui peuvent grossir à l‟aide de vérins. Ils agissent par expansion après avoir été introduits dans un trou forcé à l‟avance. Ce procédé, économique et peu bruyant, est assez long à mettre en œuvre. Il est utilisé pour des démolitions ponctuelles.

7-RISQUES ET MESURES DE PREVENTION

Démolir et /ou modifier une structure, en créant des ouvertures dans les murs porteurs, des trémies dans les planchers, des saignées au droit des mitoyens, modifie, provisoirement ou définitivement, le cheminement des charges.

Pour éviter des effondrements inopinés, il faut assurer la stabilité de l‟ouvrage durant les

phases de démolition en :

-étrésillonnant des ouvertures -contreventant les mitoyens -étayant provisoirement, en cas de dépose partielle d‟un plancher, par exemple. Les risques concernent :

-le personnel du chantier, -les voisins et les usagers des voies publiques mitoyennes :

Les chutes de matériaux sur des emplacements accessibles au public en bordure du chantier

nécessitent des mesures de protection. Le port du casque et des chaussures de sécurité est indispensable pour toute personne

pénétrant dans l‟enceinte du chantier. Projection de matériaux : ne pas travailler à proximité d‟une trémie d‟évacuation pendant qu‟on nettoie des planchers dans les étages supérieurs.

Effondrement non contrôlé de toute ou partie de la construction : le risque est limité en évitant l‟accumulation des gravats sur un plancher, en nettoyant régulièrement les

zones de travail. Durant un effondrement partiel de la construction délibérément provoqué,

5

2010/2011

Boulbaba Koubaa

PGC Procédés Généraux de Construction

il faut momentanément interdire l‟accès des lieux dans les parties restantes. Ainsi, il est interdit d‟installer des cantonnements de chantier dans un bâtiment en cours de démolition ! Ils doivent au contraire s‟en trouver éloignés.

Chute de hauteur d’un membre du personnel et/ou de matériaux :

  • - préférer les procédés ne demandant pas la présence en hauteur d‟ouvriers. A défaut on prévoira :

  • - Eviter les postes de travail superposés.

  • - Protéger, baliser les zones de circulation et de stockage.

PGC Procédés Généraux de Construction il faut momentanément interdire l‟accès des lieux dans les parties restantes.
  • - Les trémies doivent être protégées. Chaque plancher doit être ceinturé par des garde-corps dès que les murs extérieurs ont été abattus.

8- IMPLANTATIONS DES OUVRAGES

Une fois réalisées les opérations de démolition, l‟abattage, l‟arrachage des souches (communément appelé dessouchage) et l‟évacuation de la végétation située dans l‟emprise de la construction (hormis celle dont il est précisé dans les pièces du marché qu‟elle doit être protégée), puis le décapage de la terre végétale (sur environ 20 à 30 cm d‟épaisseur sur l‟emprise de la fouille) et sa mise en dépôt, il faut procéder à l‟implantation des fouilles.

6

2010/2011

Boulbaba Koubaa

PGC Procédés Généraux de Construction

III- LES FOUILLES : TERMINOLOGIE, PENTE DES TALUS

1-TALUS

La profondeur d’une fouille (appelée aussi dénivelée d) est mesurée à partir du niveau du sol tel qu‟il est livré pour l‟exécution des fouilles, c'est-à-dire le terrain naturel (noté TN) ou bien encore, le niveau résultant de terrassements généraux, réalisés au préalable. Les talus sont les surfaces réglées et inclinées limitant latéralement un déblai ou un remblai. L‟inclinaison est définie par le rapport sans dimension (t/d) de la longueur de la trace

horizontale (t) de la ligne de plus grande pente à la valeur de la dénivelée (d) mesurée entre

les extrémités de cette ligne. Ils doivent :

-être stables par tous les temps : prévoir un film plastique type polyéthylène (souvent

dénommé « polyane ») pour les grandes pentes permettant de limiter les coulées de boues en fond de fouille lors d‟orage violents.(Fig2) -se rapprocher le plus possible de la pente dite du « talus naturel », tout en étant souvent un peu plus raide en phase provisoire que dans le cas d‟un talus définitif : le talus est exposé de façon limitée aux intempéries dans le cas d‟une fouille de chantier. La nature du sol, sa cohésion, sa granulométrie et la présence ou non d‟eau sont des paramètres importants pour déterminer cette pente et plus généralement la stabilité d‟une

fouille. Si la fouille est étroite et profonde (Fig3), les parois latérales doivent être blindées.

PGC Procédés Généraux de Construction III- LES FOUILLES : TERMINOLOGIE, PENTE DES TALUS 1-TALUS La profondeur

7

2010/2011

Boulbaba Koubaa

PGC Procédés Généraux de Construction

PGC Procédés Généraux de Construction Remarque - les déblais (sol naturel en place) et les remblais
PGC Procédés Généraux de Construction Remarque - les déblais (sol naturel en place) et les remblais

Remarque

  • - les déblais (sol naturel en place) et les remblais (sol remanié et compacté) n‟ont pas nécessairement la même pente.

  • - Les talus peuvent être réalisés par palier, en étant interrompus par des banquettes d‟au moins 1m de large, pour briser le ruissellement de l‟eau et permettre la circulation à des étages intermédiaires.

  • - La tête du talus est protégée par une bande libre de 1à 2m de large, sur laquelle on ne prévoira pas de surcharges, circulations… ..

2-CONDITIONS ATMOSPHERIQUES

Quand on se trouve en présence d‟un terrain sensible à l‟eau, marnes, schistes, argiles…), la finition d‟un fond de fouille (noté FF) doit intervenir peu de temps savant l‟exécution

8

2010/2011

Boulbaba Koubaa

PGC Procédés Généraux de Construction

des soutènements ou des fondations. Il faut couler, au moins, le béton de propreté dans les heures qui suivent la découverte du terrain, sous peine de voir les sols se détremper sous l‟action de la pluie, éventuellement gonfler, se soulever dans certains cas.

3- MOYENS EMPLOYES

L‟excavation est réalisée par les engins de production, qui chargent les engins de transport. Des engins d‟assistance assurent la finition de la fouille ou la mise en place des remblais.

4-EXTRACTION DU SOL

La nature du terrain à extraire détermine :

  • L‟excavation par couches successives, en augmentant l‟évaporation superficielle, favorise l‟extraction de sols humides : elle consiste à terrasser une fouille ou une emprise par enlèvements successifs de petites couches de terrain sur toute l‟emprise.

  • L‟extraction frontale limite le détrempage des sols en périodes de pluies : il s‟agit de terrasser une fouille ou une emprise sur toute la hauteur, en allant, dès le début, au fond de la fouille. La zone de terrain, exposée aux intempéries, en fond de fouille, est donc limitée.

-le choix des engins de production, -le rendement de la production, (Fig4) -la pente des talus.

5-UTILISATION DES DEBLAIS POUR UN REMBLAIEMENT

La facilité de pénétration des outils dans un sol est, pour un entrepreneur spécialisé dans les

terrassements, la caractéristique principale à connaître lorsqu‟il s‟agit d‟exécuter des

terrassements. Cette caractéristique est bien entendu insuffisante ensuite, pour déterminer

l‟utilisation ultérieure, en remblais, des matériaux extraits.

Il convient de procéder à des études plus fines, notamment en s‟appuyant sur des guides technique établi intitulé Réalisation des remblais et des couches de forme

PGC Procédés Généraux de Construction des soutènements ou des fondations. Il faut couler, au moins, le

9

PGC Procédés Généraux de Construction des soutènements ou des fondations. Il faut couler, au moins, le

2010/2011

Boulbaba Koubaa

PGC Procédés Généraux de Construction

6- PRESCRIPTIONS PARTICULIERES CONCERNANT LES TOLERANCES

D’EXECUTION

6-1- Dans les terrains non rocheux (Fig 5) :

Tolérance de niveau : 5 cm. Tolérance d’implantation (écarts par excès seulement) :

* 10cm pour les fouilles en tranchée, en puits et en excavation superficielle, * 5cm pour les fouilles en rigole. L’excavation avec des engins mécaniques doit s‟arrêter par défaut, plus haut que la cote de fond prévue et à l‟intérieur du tracé définitif des parois latérales, pour éviter

l‟ameublissement du fond et des parois par les griffes de l‟engin. La finition du fond de

fouille est faite manuellement.

Fig 5 :

PGC Procédés Généraux de Construction 6- PRESCRIPTIONS PARTICULIERES CONCERNANT LES TOLERANCES D’EXECUTION 6-1- Dans les terrains
PGC Procédés Généraux de Construction 6- PRESCRIPTIONS PARTICULIERES CONCERNANT LES TOLERANCES D’EXECUTION 6-1- Dans les terrains

6-2- Dans les terrains rocheux Les parois doivent être purgées des blocs dont la résistance est douteuse. Tolérances :

  • - Aucune saillie n‟est autorisée par rapport aux niveaux prescrits sous les fondations, mais des sur profondeurs locales de 10 cm sont autorisées dans le cas des roches.

  • - Des sur profondeurs de 20 cm sont autorisées sous réserve d‟être soigneusement comblées (éclats de pierre, sable) et damées pour reconstituer un sol plan au niveau fixé.

10

2010/2011

Boulbaba Koubaa

PGC Procédés Généraux de Construction

IV- ETAIEMENTS ET BLINDAGES : BLINDAGE MANUEL DES FOUILLES EN TRANCHEE

  • 1. GENERALITES

Les fouilles pour bâtiments, en site urbain, nécessitent souvent des soutènements, provisoires ou définitifs, pour réduire l‟emprise des talus, ou bien, en raison de mitoyennetés.

A l‟arrière de ces ouvrages, les terrains retenus ou les bâtiments mitoyens exercent une

poussée sur l‟écran réalisé : Pour réaliser l‟excavation en toute sécurité, il faut terrasser sans décomprimer le sol derrière l‟écran. Il est parfois possible de creuser une tranchée verticalement jusqu‟à sa profondeur finale,

uniquement grâce à la cohésion à court terme du terrain, notée Cu. Cu représente la

capacité d‟un sol à s‟opposer aux efforts de cisaillement, c'est-à-dire au glissement relatif d‟une couche de terrain par rapport à une autre. Elle est essentiellement due à la présence d‟eau dans le sol qui induit des forces de cohésion entre les grains du squelette. Ces actions sont d‟autant plus importantes que la taille des particules du sol est petite : les argiles sont cohérentes tandis que le sable est pulvérulent. La cohésion Cu varie, dans le

temps, en fonction des apports et possibilités de circulation de l‟eau dans le sol, qui

influent sur la teneur en eau du sol. Il faut donc blinder, étrésillonner ou étayer la fouille si les parois sont quasi verticales.

  • 2. SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES COURANTES

Cet ouvrage se limite aux solutions suivantes :

-le blindage manuel des fouilles en tranchées. Les blindages, à l‟aide de cages

métalliques, mis en place à l‟aide d‟engins type pelle hydraulique, ne sont pas abordés.

-le voile contre terre ou voile masque, -la paroi berlinoise, -la tranchée blindée à l‟avancement, -la reprise en sous-œuvre.

  • 3. BLINDAGE MANUEL DES FOUILLES EN TRANCHEE PAR ENFILAGE

DE PLANCHES VERTICALES 3-1. Amorce de la fouille et soutènement des bords proches du Terrain Naturel (TN) La tranchée est creusée sur une profondeur d‟environ 30à50cm. Un premier cadre horizontal est mis en place au sommet de la fouille (Fig 6). L‟excavation est poursuivie à l‟abri d‟un rideau de planches(e=40mm mini, longueur =2m) que l‟on enfonce au fur et à mesure que l‟on creuse. Légèrement inclinées, ces planches s‟appuient, en partie supérieure sur le cadre, et sont maintenues à leur base

dans le terrain par une fiche d‟environ 15 cm, qui forme butée. Un faux cadre permet de

maintenir les planches à mi-hauteur des cadres (Fig7).

11

2010/2011

Boulbaba Koubaa

PGC Procédés Généraux de Construction

PGC Procédés Généraux de Construction 3- 2. Progression de l’excavation Une fois les planches complète ment

3-2. Progression de l’excavation

PGC Procédés Généraux de Construction 3- 2. Progression de l’excavation Une fois les planches complète ment

Une fois les planches complètement enfoncées, un deuxième cadre est posé à l‟aplomb du premier. Des cales et des coins, disposés entre la longrine de ce deuxième cadre et le rideau de planches, permettent de reprendre le creusement, en conservant le même principe. Ainsi, les parois excavées ne sont jamais découvertes et des profondeurs importantes peuvent être atteintes, même dans un sol sans cohésion, sans aucune décompression du terrain. Ce procédé exige une main-d‟œuvre qualifiée, habituée à ce type de réalisation. (Fig8,9 et 10).

12

2010/2011

Boulbaba Koubaa

PGC Procédés Généraux de Construction

PGC Procédés Généraux de Construction 4. VOILE CONTRE TERRE OU VOILE MASQUE 4-1. Réalisation par puits
PGC Procédés Généraux de Construction 4. VOILE CONTRE TERRE OU VOILE MASQUE 4-1. Réalisation par puits
PGC Procédés Généraux de Construction 4. VOILE CONTRE TERRE OU VOILE MASQUE 4-1. Réalisation par puits
  • 4. VOILE CONTRE TERRE OU VOILE MASQUE

4-1. Réalisation par puits alternés avant exécution du terrassement en grande masse (trois niveaux maximum)

Des puits, blindés au fur et à mesure de la descente, sont ouverts à la limite de l‟ouvrage

à réaliser, en commençant de préférence par les puits situés dans les angles du bâtiment existant et en alternant (Fig11.a), pour s‟assurer un fonctionnement mécanique provisoire en voûte de décharge. (Fig12) La paroi est bétonnée, par passe d‟environ 2.50m de hauteur, soit en descendant, soit en remontant après avoir atteint le niveau désiré (Fig12). En descendant, on peut couler

13

2010/2011

Boulbaba Koubaa

PGC Procédés Généraux de Construction

directement contre la terre si la surface bétonnée faible. En remontant, le blindage est abandonné au fond du coffrage. Des armatures en attente, permettant la liaison avec la zone adjacente (continuité mécanique de la paroi), sont disposées sur le pourtour de la partie coulée :

-soit repliées dans la partie bétonnée, pour être ensuite dépliées, -soit fichées en terre et dégagées par la suite en retirant le terrain. La totalité de la paroi étant réalisée, on peut faire intervenir les engins de terrassement pour excaver la fouille. Attention, les parois réalisées devront être maintenues par des butons, tant que la structure de l‟ouvrage définitif ne sera pas apte à reprendre les efforts de poussée.

PGC Procédés Généraux de Construction directement contre la terre si la surface bétonnée faible. En remontant,

14

2010/2011

Boulbaba Koubaa

PGC Procédés Généraux de Construction

4-2.Réalisation par talus / banquette après exécution d’un terrassement en grande masse (deux niveaux maximum)

Une banquette talutée est réservée en avant de mur à reprendre (fig 13). De proche en

proche, une tranchée blindée de faible largeur est alors réalisée, dans le talus, pour

pouvoir couler un tronçon du mur contre terre (qui peut être réalisé en montant ou en

descendant). On peut commencer l‟infrastructure dans la zone centrale de l‟emprise.

Lorsqu‟une passe est ouverte, on utilise les parties d‟infrastructure déjà réalisées pour

reprendre les efforts de poussée du voile extérieur.

PGC Procédés Généraux de Construction 4- 2.Réalisation par talus / banquette après exécution d’un terrassement en
  • 6- TRANCHEE BLINDEE

Réalisé à l‟intérieur d‟une tranchée blindée, le mur est banché ( Fig16) au fur et à mesure de l‟avancement de la tranchée.

Généralement, on utilise des éléments modulaires manu portables de petites dimensions pour coffrer le voile (F16a à d).

Cette technique permet de terrasser sur des profondeurs relativement limitées (sauf si on

prévoit le maintien des voiles par des tirants d‟ancrages).

Très délicates à réaliser, l‟exécution de ces tranchées est le plus souvent réservée à des

entreprises spécialisées.

15

2010/2011

Boulbaba Koubaa

PGC Procédés Généraux de Construction

PGC Procédés Généraux de Construction 7-REPRISE EN SOUS- ŒUVRE Elle consiste à réaliser sous le mur

7-REPRISE EN SOUS-ŒUVRE Elle consiste à réaliser sous le mur existant, en mitoyenneté, de nouvelles fondations,

ayant le même niveau d‟assise que le futur ouvrage. (Fig17) Selon la profondeur, le type de sol et l‟emprise du chantier, on adopte l‟une des

méthodes évoquées précédemment à l‟exception de la paroi berlinoise. A l‟origine, une reprise en sous-œuvre était réalisée en maçonnerie de moellons. Le béton armé coulé en place est de plus en plus employé.

Reprise en maçonnerie

On procède en remontant à partir du fond de l‟excavation. Le blindage est abandonné

dans le sol, contre la paroi. Un mortier est maté en tête entre le nouveau mur et

l‟ancienne fondation, pour éviter tout tassement de cette dernière, qui entraînerait des

fissurations dans l‟ouvrage existant. Il faut prévoir un harpage ou un chaînage pour

assurer la liaison avec la future tranche de la reprise.

Reprise en béton armé

Le coffrage est aménagé en partie supérieure. Une ouverture inclinée (appelée goulotte) permet de venir couler le béton ente la paroi et le coffrage. Le mur est donc réalisé en descendant. Des armatures en attentes sont prévues pour rétablir la continuité avec les tronçons adjacents.

16

2010/2011

Boulbaba Koubaa

PGC Procédés Généraux de Construction

PGC Procédés Généraux de Construction V- LES FOUILLES : VENUES D’EAU 1. GENEALITES Les constructions présentant

V- LES FOUILLES : VENUES D’EAU

1.

GENEALITES

Les constructions présentant plusieurs niveaux de sous-sols ont souvent leurs fondations,

voire des niveaux de l‟infrastructure, situées dans des terrains aquifères. La fouille devra donc être mise hors d‟eau pour permettre une réalisation correcte, avec les moyens usuels,

de ces ouvrages. Cette opération peut être réalisée de plusieurs façons, la méthode adoptée dépendant de la

nature du terrain et de la quantité d‟eau à évacuer.

2. VENUE D’EAU UNIQUEMENT ACCIDENTELLE, DUE AUX INTEMPERIES (pas de nappe phréatique)

On réalise un simple drainage par des rigoles en fond de fouille qui convergent vers un puisard (Fig18). L‟eau s‟évacue par gravité dans les vides du sol. Des rigoles en crête de fouille recueillent les eaux de ruissellement extérieures et les évacuent suffisamment loin de la fouille.

17

2010/2011

Boulbaba Koubaa

PGC Procédés Généraux de Construction

PGC Procédés Généraux de Construction 3. FOND DE FOUILLE SOUS LE NIVEAU DE LA NAPPE PHREATIQUE
  • 3. FOND DE FOUILLE SOUS LE NIVEAU DE LA NAPPE PHREATIQUE

Il faut donc continuellement évacuer l‟eau en provenance de la nappe, en réalisant un

rabattement de nappe.

3-1. Assèchement de la fouille à l’aide d’un fossé L‟eau, recueillie dans un fossé en de fouille, est collectée dans un puisard, surcreursé de 0.5

à 1m, puis évacuée par pompage (Fig 19).

PGC Procédés Généraux de Construction 3. FOND DE FOUILLE SOUS LE NIVEAU DE LA NAPPE PHREATIQUE

Cette méthode simple est utilisée pour des fouilles de faibles profondeurs (3 à 4m). En effet,

les parois étant saturées d‟eau, les caractéristiques du sol s‟en trouvent affectées.

Il faut donc que la pente des talus soit plus faible que si le terrain était sec. Le fond de fouille constamment humide gêne le travail du personnel.

3-2. Rabattement de nappe Il s‟effectue par pompage, à l‟intérieur d‟éléments filtrants (Fig 20). Les pointes (technologie et dimensionnement) sont abordées.

18

2010/2011

Boulbaba Koubaa

PGC Procédés Généraux de Construction

Avantages

-

Stabilité du fond de fouille et des talus.

-

Pente plus importante qu‟en terrain sec.

-

Fond de fouille sec, sans entraînement de matériaux.

o

Domaine d’emploi

-

La perméabilité horizontale kh (1) du sol est comprise entre 10 -2 et 10 -6 m/s.

-

Le terrain est faiblement hétérogène.

-

Le rabattement est inférieur à 30m.

La hauteur d‟eau résiduelle au –dessus du substratum étanche, après rabattement, est supérieure à une valeur comprise entre ¼ et 1/6 de la hauteur d‟eau avant rabattement.

-

-

Débit global jusqu‟à 3m 3 /s.

PGC Procédés Généraux de Construction  Avantages - Stabilité du fond de fouille et des talus.

3-2. Rabattement de nappe (suite) 3-2.1. Réseau de pointes filtrantes (50 à 80mm) ( Fig 21a à c) :

Mise en œuvre Elles sont enfoncées dans le sol par lançage, c'est-à-dire par injection d‟eau sous pression sortant à la base de la pointe munie d‟un clapet. La pointe pénètre au fur et à mesure de l‟évacuation et de l‟extraction du terrain par le courant d‟eau. Les pointes sont reliées entre elles par un collecteur relié à une pompe sous vide. L‟eau est

aspirée en bas du tube, dans une partie crépinée ( sur environ 1m à partir de la base du tube), ce qui a pour effet de fermer le clapet. Elle chemine ensuite dans la pointe.

La hauteur d‟aspiration est d‟environ 8m et on peut alors espérer un rabattement de 6.50m. Si

la hauteur à rabattre est supérieure, il faut implanter les pointes sur plusieurs étages. Le débit unitaire est de l‟ordre de 0.15 l/s pour une pointe.

19

2010/2011

Boulbaba Koubaa

PGC Procédés Généraux de Construction

PGC Procédés Généraux de Construction  Pré dimensionnement rapide d’un réseau de pointe ( Fig 22)

Pré dimensionnement rapide d’un réseau de pointe ( Fig 22) Utilisation préconisée Pour des sols perméables (graviers, sables grossier), le nombre de pointes devient très vite important. On utilise donc ce procédé pour des sols de perméabilité moyenne à faible dans lesquels le lançage est possible : sables fins ou limons sableux, ayant un coefficient de perméabilité compris entre 10 -4 et 10 -6 m/s.

PGC Procédés Généraux de Construction  Pré dimensionnement rapide d’un réseau de pointe ( Fig 22)

3-2.2. Puits filtrants

Mise en œuvre Une crépine et un outil de pompage sont descendus dans un puits foré au préalable (400 à 600mm). Entre le tube crépiné (150 à 350 mm) et le forage, un massif filtrant (gravier) est

constitué. Les puits sont espacés de quelques mètres jusqu‟à une cinquantaine de mètres et leur profondeur varie entre 10 et 50 m. les pompes, généralement immergées au-delà de 6m d‟aspiration, évacuent 1.5 à 110L/s (débit d‟exhaure : 5 à 400m 3 /h)

20

2010/2011

Boulbaba Koubaa

PGC Procédés Généraux de Construction

Utilisation préconisée

Cette méthode est utilisée quand on a de grands débits à évacuer, pour des sols de forte

perméabilité (kh compris entre 10 -2 et 10 -4 m/s) : graviers, sables… Le pompage est interrompu dès que la construction est suffisamment avancée pour équilibre les poussées dues à l‟eau.

3-2.3. Remarques Si les solutions précédentes sont inadaptées, il faut isoler la fouille en créant une barrière étanche par injection du fond de fouille et réalisation de parois latérales étanches (parois moulées….) détaillées dans le Précis de bâtiment, Les couches de faible perméabilité jouent le rôle de couches étanches vis-à-vis des autres (rapport des perméabilités supérieur ou égal à 10).

Ainsi, lorsqu‟un horizon de graviers (10 -3 < k h <10 -4 m/s), on considéra le toit du sable comme le fond étanche :

-Si le fond de fouille se trouve dans le sable fin, il faut prévoir un rabattement

complémentaire et indépendant. De plus, cette couche ne sera atteinte qu‟à l‟abri d‟un écran étanche. - Dans le cas contraire, il suffit de rabattre la nappe dans les graviers pour tout assécher (l‟alimentation se fait par la couche la plus perméable)( Fig 21b).

PGC Procédés Généraux de Construction  Utilisation préconisée Cette méthode est utilisée quand on a de

21

2010/2011

Boulbaba Koubaa

PGC Procédés Généraux de Construction

VI- REMBLAIS ET COUCHES DE FORME (INFRASTRUCTURE ROUTIERE) : CLASSIFICATION DES SOLS

1.

GENERALITES

Pour établir un projet de terrassement, il faut :

-connaître les matériaux concernés, -disposer des classifications adaptées, -connaître les conditions de réemplois en remblais des sols déplacés, -prendre en compte les conditions climatiques locales, -définir les procédures (matériels et techniques) de compactage. Les paramètres à retenir sont :

-la granularité caractérisée par la dimension D max des plus gros éléments (conditionnant les matériels de mise en œuvre, les possibilités de traitements et d‟amélioration), le pourcentage de tamisat à 2mm (passage d‟une tendance sableuse à une tendance graveleuse). - l‟argilosité (pourcentage de tamisat à 80µm définissant la sensibilité à l‟eau) caractérisée par :

  • L‟indice de plasticité Ip: limites d‟Atterberg

  • La valeur de bleu de méthylène VBS Le comportement mécanique notamment caractérisé par :

  • Le coefficient de Los Angels (LA)

  • Le micro-Deval en présence d‟eau (MDE)

  • Le coefficient de friabilité des sables (FS) : Ces essaies sont détaillés lors de la présentation des caractéristiques mécaniques des granulats naturels pour le béton hydraulique.

  • - l‟état hydrique caractéristique par :

    • la position de la teneur en eau naturelle (Wn) par rapport à l‟optimum Proctor (Wopn) (NF P94-093),

    • l‟indice de consistance Ic (NF P 94-051) : limites d‟Atterberg,

    • l‟indice de portance immédiat IPI (indice CBR immédiat )

22

2010/2011

Boulbaba Koubaa

PGC Procédés Généraux de Construction

Chapitre II

LES FONDATIONS

  • I Principes et fonctions

Les fondations sont les bases de l'ouvrage; c'est donc la partie la plus importante de la construction. On doit apporter le plus grand soin à la préparation des fondations afin de ne pas nous exposer à de graves désordres dont la réparation est souvent difficile et toujours coûteuse. Les fondations mettent en contact le bâtiment avec le terrain d'assise, et doivent reporter sur le « bon sol » les charges et assurer la stabilité et la sécurité de la construction sans tassement, ni glissement, ni affouillement préjudiciable.

1- Reportez les charges au « bon sol »

Dans ce but, les charges à reporter doivent être estimées. Elles comprennent:

Le poids propre du bâtiment :

· Murs · Planchers et revêtements · Cloisons · Charpente et couverture Les surcharges admises pour le type de construction :

Personnel Mobilier Matériels divers ...

Condition à vérifiée : (Poids des charges + surcharges)/ Surface d'appui au sol est inférieur à la résistance admissible du sol (σ s ).

2- Assurez la stabilité :

Le terrain ne doit pas se tasser sous les massifs de fondation. En pratique, les tassements doivent rester inférieurs à 20 mm, et, surtout, être uniformément répartis. Des tassements non uniformes sont dits « différentiels ». Ils peuvent se produire pour un ouvrage:

· reposant sur des sols de natures différentes · Chargé dissymétriquement · reposant sur un remblai d'épaisseur variable

L‟ouvrage ne doit pas se déplacer sous "action de poussées de terrain ou sous l'effet de glissements éventuels (cas de terrains en pente ou couche de terrains inclinés).

Enfin l'ouvrage ne doit pas être soulevé par la poussée de la nappe phréatique. En conséquence vous devez: , - apprécier, par une reconnaissance de sol les contraintes admissibles aux différentes profondeurs.

23

2010/2011

Boulbaba Koubaa

PGC Procédés Généraux de Construction

- évaluer ensuite les charges et surcharges à transmettre. Le choix du type de fondations et la détermination de leurs dimensions seront alors possibles.

Les critères du choix seront fonction :

  • a) de la qualité du terrain

  • b) de la valeur des charges et surcharges

  • c) du type de bâtiment

  • d) du prix

PGC Procédés Généraux de Construction - évaluer ensuite les charges et surcharges à transmettre. Le choix
  • a) sols de natures différentes

Types de fondations:

b) charges différentes

Plusieurs cas peuvent se présenter auxquels devra être adapté le type de fondations. - Bon sol (1) à faible profondeur ou charges et surcharges faibles. Les fondations seront réalisées par des semelles en gros béton coulé dans des rigoles Elles sont dites « superficielles ».

PGC Procédés Généraux de Construction - évaluer ensuite les charges et surcharges à transmettre. Le choix

Dans le cas de charges plus fortes conduisant à des dimensions plus élevées, les semelles seront alors exécutées en béton armé. Sous les murs, ces fondations sont dites filantes et sous poteaux, on les désigne sous le nom de fondations isolées.

24

2010/2011

Boulbaba Koubaa

PGC Procédés Généraux de Construction

PGC Procédés Généraux de Construction - Le sol présente à faible profondeur une résistance faible au

- Le sol présente à faible profondeur une résistance faible au regard des charges qui lui sont appliquées. On peut adopter le principe d'un radier général répartissant les charges sur totalité de la surface de la construction.

PGC Procédés Généraux de Construction - Le sol présente à faible profondeur une résistance faible au

Fondation sur radier général

Cette solution peut être également préconisée dans le cas des venues d‟eau, surtout si celles-ci sont permanentes. Le radier devra donc aussi résister à la pression et assurer l'étanchéité.

Le bon sol se trouve à plus grande profondeur. Vous aurez recours à des fondations dites « profondes », par puits ou pieux.

PGC Procédés Généraux de Construction - Le sol présente à faible profondeur une résistance faible au

Fondation sur pieux ou sur puits

25

2010/2011

Boulbaba Koubaa

PGC Procédés Généraux de Construction

D'une manière générale, il faut penser que les fondations peuvent être en contact avec des eaux agressives: soit séléniteuses (présence de gypse), soit eaux polluées présentes ou à venir. Pour se prémunir contre les risques de détérioration des ouvrages enterrés en béton, il est vivement recommandé de prévoir leur exécution en utilisant du ciment de Clinker (HRS) en remplacement du ciment Portland Artificiel.

Fondations superficielles

Ces fondations sont proches du sol naturel et se trouvent placées directement la structure porteuse (murs ou poteaux).

Fondations sur semelles filantes ou isolées.

Toute structure doit être fondée. L'importance des fondations dépend de deux paramètres :

nature du sol, charges à transmettre. Parmi ce type de fondation on distingue: les fondations par rigole et les fondations par semelle de répartition.

  • a) Fondations par rigole.

Ce sont des fondations filantes dans un bon sol d'assise sous de faibles charges (maison individuelle). Creusez le sol, à l'aplomb du mur; utilisez si possible un engin mécanique qui réalise une tranchée de la largeur d'un godet de pelle

Le débord d'une semelle ou empattement par rapport au mur qui la surmonte sera au moins de 5 cm

PGC Procédés Généraux de Construction D'une manière générale, il faut penser que les fondations peuvent être

Avec A cm ≥ a cm+2x5cm

Mais la largeur A devra aussi vérifier la condition suivante:

P est la charge amenée par une tranche de 1,00 m de mur et si on désigne par σ s la contrainte du sol, on a:

σ s = P/100xA

 

26

2010/2011

Boulbaba Koubaa

PGC Procédés Généraux de Construction

Cette fondation massive n'a, théoriquement, pas besoin d'être armée et peu donc être exécutée en gros béton dosé à 250 kg de ciment par m3 de bétons. Remplissez directement la rigole de béton coulé assez sec que l'on pilonne par couches successives de 0,20 m environ. Toutefois ces fondations formant une véritable ceinture périphérique de la construction, il est conseillé d'y placer une armature dite de chaînage en utilisant un béton doser à 300 kg de ciment au m3 pour assurer une protection efficace des armatures dans le temps.

Avant de placer l'armature dans la rigole, il est très souhaitable d'exécuter un béton de propreté. Le béton de propreté d'une épaisseur de 5 à 10 cm va constituer un fond de fouille propre sur lequel en place les armatures avant de déverser le béton de la semelle.

Cas particulier d'un terrain rocheux Enlevez les parties superficielles de roche qui s'effritent; assurez-vous bien qu‟il n‟y ait pas de fissures dans celles-ci, sinon obstruez-les au mortier de ciment.

Ancrer la fondation portions horizontales.

de

10

cm

au moins dans la bonne roche; effectuer le décapage par

b) Fondations par semelles de répartition

Lorsque les charges sur le mur sont plus importantes les semelles deviennent plus larges, exécutez-les obligatoirement en béton armé. Ce matériau permet des hauteurs de semelles moindres, toutefois celles-ci doivent- être telles

que l'épanouissement des efforts du mur dans la masse de la fondation se fasse aisément On , doit avoir:

H cm≥

(A - a)

4

+ 5 cm

En admet que les réactions du sol sont uniformément réparties sous la semelle.

c) Fondations isolées ou semelles isolées

Elles se situent sous des piliers ou des poteaux. Les charges sont concentrées et souvent importantes Semelle excentrée sous poteau Dans ce cas, la charge est concentrée, donc souvent forte. Si la charge est modérée, agisser sur la forme du poteau situé du poteau sur la semelle comme l‟indique la figure ci-dessus

PGC Procédés Généraux de Construction Cette fondation massive n'a, théoriquement, pas besoin d'être armée et peu

27

2010/2011

Boulbaba Koubaa

PGC Procédés Généraux de Construction

Si la charge est forte l„équilibre est plus difficile à réaliser. Il faut trouver le moyen de recentrer la charge sur la semelle, on y parvient par l‟intermédiaire d‟une poutre que l‟on nomme longrine de redressement

PGC Procédés Généraux de Construction Si la charge est forte l „équilibre est plus difficile à

Pratiquement on intègre la longrine dans l‟épaisseur de la semelle de rive. Solution plus économique : décalez systématiquement tous les poteaux de rive vers l‟intérieur de la construction.

e) longrines

On appelle longrines les poutres situées au droit des fondations. Habituellement leur rôle est

d‟assurer les liaisons entre semelles, surtout nécessaires sur sol médiocre. Les longrines

reposent directement sur le sol de fondation. Lorsque l‟on a un dallage, celui-ci peut éventuellement servir de liaison entre semelles, dans ce cas, il est obligatoirement armé.

Fondations sur radier

Principe

Lorsque le terrain de fondation est médiocre les semelles deviennent très importantes et dans certains cas arrivent même à se chevaucher. On préfère alors réaliser une fondation unique qui embrasse toute la surface de la construction et que l‟on appelle radier :

PGC Procédés Généraux de Construction Si la charge est forte l „équilibre est plus difficile à

Le choix du radier se justifie donc :

- pour un terrain médiocre de grande épaisseur lorsque l‟on veut éviter l‟appui sur le bon sol en profondeur, mais à condition que le terrain soit homogène, qu‟il soit in affouillable, qu‟il soit d‟épaisseur constante.

Les deux premières conditions sont impératives :

28

2010/2011

Boulbaba Koubaa

PGC Procédés Généraux de Construction

le terrain doit être homogène, cela veut dire que le terrain sur toute sa surface et surtout sa hauteur est de même nature et que ses propriétés mécaniques sont identiques, en particulier, il faudra extraire du sol toutes les anciennes fondations.

Le terrain doit être inaffouillable : souvent le terrain médiocre est constitué d‟anciens

remblais mis en place pour réaliser une plateforme horizontale dans un terrain en pente ou pour combler une cavité importante le terrain doit être d'épaisseur constante, cette condition est très souhaitable Le tassement d'un remblai, par exemple, est très long, il peut se faire sur un période de 15 à 30 ans. Notons qu'il est indépendant des surcharges et charges appliquées sur le terrain, autrement dit que celui-ci soit construit ou non, le tassement existe.

L‟important pour le constructeur est que ce tassement soit le même d'un bout à l‟autre de la construction. Cela est le cas pour un terrain homogène médiocre et d‟épaisseur constante. Soulignons qu'une construction fondée sur remblai va subir deux types de tassement: d'une part le tassement propre du remblai, d‟autre part le tassement dû au poids de la construction. Une couche de remblais non uniforme peut causé un tassement différentielle. Le même phénomène peut se produire sur un remblai d'épaisseur constante pour une construction chargée dissymétriquement. Dans ce cas le tassement différentiel est dû à une différence de poids importante entre deux points d'un bâtiment. La solution consiste à couper le bâtiment sur toute sa hauteur par un joint de rupture pour créer deux bâtiments indépendants.

PGC Procédés Généraux de Construction  le terrain doit être homogène, cela veut dire que le
PGC Procédés Généraux de Construction  le terrain doit être homogène, cela veut dire que le

29

2010/2011

Boulbaba Koubaa

PGC Procédés Généraux de Construction

Radiers généraux en béton armé

Le radier peut être assimilé à un plancher courant de bâtiment, mais c'est un plancher très chargé qui reçoit l'ensemble du poids de la construction et qui travaille à l'envers. Les charges appliquées (qui sont les réactions du sol) sont dirigées du bas vers le haut. Les dispositions structurales d'un plancher courant se retrouvent : dalles, murs, poutres, poteaux. On distingue:

Le radier plat que l'on trouve sous une structure porteuse par mur continu. On remarque sa disposition simple, c'est une dalle d‟épaisseur constante reposant sur le sol par l'intermédiaire du béton de propreté. Les armatures principales sont placées en haut.

Pour le radier sous structure par points d'appui isolés: Il faut alors raidir la dalle du radier par des poutres situées au droit des files de poteau.

PGC Procédés Généraux de Construction Radiers généraux en béton armé Le radier peut être assimilé à

Fondations profondes

Lorsque la qualité du terrain à faible profondeur ne permet pas de fonder la construction sans risque de désordres, il faut chercher à reporter les charges sur les couches inférieures plus résistantes, par l'intermédiaire de points d'appui séparés. Deux solutions s'offrent aux constructeurs:

  • - puits

  • - pieux

(Regroupées sous le nom de « fondations profondes »). Ce type de fondations doit être réalisé

par des entreprises spécialisées après étude précise par un Ingénieur Conseil.

Fondations sur puits

  • - Principe: Descendre la charge au bon sol par une colonne

  • - Réalisation: Exécutez le terrassement à la main ou mécaniquement on blindant si nécessaire.

Effectuez le bétonnage à l'aide d'une goulotte pour éviter:

a) la ségrégation que pourrait provoquer une hauteur de chute trop grande. b) le mélange des terres des parois au béton qui conduisent à une baisse de résistance du puits. Employez un béton de cailloux assez sec au dosage de 250 kg environ de CPA

30

2010/2011

Boulbaba Koubaa

PGC Procédés Généraux de Construction

Si vous vous trouvez en présence d'eaux agressives, employez du ciment de type HRS.

Le pilonnage par couches ou la vibration sont recommandés dans la mesure où l‟inconvénient

ci-dessus (décollements de la terre des parois) peut être évité. - liaisonnement : Les puits, généralement espacés de 6 à 8 m et résistant mal aux efforts

horizontaux, doivent être liaisonnés par des poutres, longrines ou voiles en béton armé dont le rôle peut être également de transporter les charges apportées par la structure (fig. II. 55).

Fondations sur pieux

PGC Procédés Généraux de Construction Si vous vous trouvez en présence d'eaux agressives, employez du ciment

31

2010/2011

Boulbaba Koubaa

PGC Procédés Généraux de Construction

  • - Principe: Le pieu reporte sur le terrain l'effort qui lui est appliqué:

  • - par effet de pointe (en principe sur le bon sol)

  • - et par frottement latéral sur les couches intermédiaires

PGC Procédés Généraux de Construction - Principe: Le pieu reporte sur le terrain l'effort qui lui

On distingue principalement deux techniques de mise en œuvre:

a) les pieux battus

Les pieux battus sont préfabriqués en béton armé et enfoncés ensuite dans le sol par battage

jusqu‟au refus. Cette technique nécessite l‟emploi d‟un engin appelé sonnette et portons un

mouton (partie mobile venant frapper le pieu)

b) les pieux moulés dans le sol (pieux forés).

au moyen d'un tube métallique descendu à un niveaux de 6 à 10 m d'appui par forage.

sans tubage, au moyen d'une simple tarière ou grâce aux boues bentonite (dans le cas de chantiers importants)

sans tubage au moyen d'un cône métallique vibro foncé

Les pieux moulés dans le sol peuvent être ferraillés, mais la présence d'armatures limite la possibilité de compactage du béton.

Avantages et inconvénients des pieux battus et des pieux moulés

Pieux battus :

  • - les efforts de battage éliminent toute incertitude sur la qualité de la réalisation

  • - la force portante peut être connue par le contrôle du battage

32

2010/2011

Boulbaba Koubaa

PGC Procédés Généraux de Construction

  • - le risque de tassements sous charge est faible (frottement mobilisé lors du battage)

  • - leurs parois lisses limitent le frottement négatif

  • - emploi aisé en présence d'eau

  • - il peut être difficile de prévoir leur longueur exacte

  • - la présence locale d'un élément dur (rocher) peut provoquer une cassure

  • - le battage provoque des vibrations susceptibles d'affecter les bâtiments voisins.

Pieux moulés dans le sol:

  • - leur longueur peut être déterminée exactement et il est aisé d‟atteindre de grandes profondeurs

  • - leur mise en œuvre n'apporte pas de vibrations aux ouvrages voisins

  • - la réalisation de pieux de diamètre important est possible.

  • - Très sensibles au frottement négatif (remblais non consolidés en particulier), un chemisage perdu peut être nécessaire, grevant fortement le prix. Il existe beaucoup de variantes aux méthodes exposées ci-dessus, mais elles sont souvent brevetées et nécessitent un matériel spécialisé.

Liaisonne ment des pieux

Plus sensibles encore que les puits aux efforts horizontaux, les pieux isolés doivent être

coiffés d‟une semelle et liaisonnés entre eux par l‟intermédiaire d‟une longrine.

Les groupes de pieux doivent être reliés par une semelle qui assure la transmission des efforts.

Les efforts dans les pieux doivent toujours être axiaux.

Méthodologie et moyens d’exécution des travaux

Implantation des pieux

L‟implantation des pieux est réalisée par une station total (distancimétre), en mesure de donner des coordonnées en trois dimensions (X, Y, Z) en tout point du projet. Les implantations sont réalisées à partir d‟un canevas de base établi à partir de 3 points fixes de coordonnées connues et un quatrième point origine dont l‟altitude est prédéfinie.

1.1 Forage

  • 1.1.1 Mise en place de la gaine

Les gaines utilisées sont des tubes métalliques de longueur variable dont le diamètre intérieur est supérieur de 10 cm au diamètre nominal du pieu considéré.

Elles sont mises en place par vibrofonçage jusqu‟à une profondeur de 6 à 10m leur implantation est centrée sur celle du pieu ; la verticalité de la gaine est suivi tout au long de son enfoncement. La gaine permet le soutènement des parois à la traversée des remblais superficiels et de la vase molle jusqu‟à la profondeur de – 19.50 m environ. La bentonite (boue de forage) assure la tenue des parois au delà de la gaine, la bentonite est

mélangée à l‟eau à la dose de 50 Kg au mètre cube

Les caractéristiques de la bentonite demandé à être suivi à sa mise en œuvre, après forage et avant bétonnage.

Les valeurs requis sont :

Bentonite neuve

  • - PH 7 à 9 ,5

  • - Densité : 1,01 D 1,05

33

2010/2011

Boulbaba Koubaa

PGC Procédés Généraux de Construction

  • - Viscosité : Viscosité Marsh > 35 s

  • - Teneur en sable nulle

-

Filtrat <

30 cm 3

  • - Epaisseur du cake < 3 mm

Bentonite avant bétonnage

La teneur en sable dans la bentonite avant bétonnage nous renseigne de la qualité du curage du fond du pieu

  • - Densité < 1,20

  • - Viscosité

35 s

90 s

Teneur en sable

  • - 5 %

Des valeurs supérieures peuvent être tolérées sur justification vis à vis de la décantation.

  • 1.1.2 Etapes de forage

Le forage est l‟opération la plus importante dans l‟exécution du pieu parce qu‟elle conditionne en grande partie la réussite de l‟exécution du pieu et qu‟elle peut se heurter à des difficultés imprévisible tant d‟ordre géotechnique (nature et profondeur des terrains traversés) que d‟ordre matériel (aptitude et fiabilité des moyens de forage mis en œuvre)

Forage à l’intérieur de la gaine

Le forage à l‟intérieur de la gaine se fait à la tarière et à sec étant donné que la gaine empêche les arrivée d‟eau et cette outil permet un avancement rapide et sans pollution des environs (contrairement au forage sous bentonite) ce type d‟excavation se prolonge jusqu‟à deux à trois mètre au dessus de la base inférieure de la gaine.

Forage sous bentonite

A l‟approche de la base inférieure de la gaine on remplit la gaine de bentonite on change d‟outil de forage ( bucket) et continue le forage on rajoutant au fur et à mesure de l‟avancement du forage la boue de bentonite

A la fin du forage on procède au nettoyage du fond du pieu avec une bucket à fond tournant voir à la soupape si c‟est nécessaire, afin de régulariser le fond, permettre un bon contact sol béton en pointe et éliminer la totalité des déblais du fond du pieu .

Après mise en place de la cage d‟armatures nous procédons au recyclage de la boue afin d‟élimination les sédiments fin en suspension ou en dépôt au fond du forage

On cas d‟impossibilité de traversée de couche dure intermédiaire on procède au trépannage afin de percer le banc en question suite à quoi on reprend le forage au

moyen des outils habituels jusqu‟à l‟horizon prévu pour l‟ancrage du pieu.

  • 1.1.3 Equipement des pieux

Les pieux peuvent êtres ferraillés sur toute leur longueur et sont

équipés

systématiquement par des tubes métalliques destinés à l‟auscultation sonique.

34

2010/2011

Boulbaba Koubaa

PGC Procédés Généraux de Construction

Le ferraillage des pieux

Cette étape intervient suite au forage et consiste à mise en place du ferraillage qui est descendu dans le forage par élément de 12 m reliés entre recouvrement sur une hauteur de 60 fois le diamètre des armatures longitudinales soit 1,50 m et des ligatures en fil de fer. Le ferraillage est caractérisé par un frettage par des spires au droit des recouvrements et la zone critique à la base des semelles.

Tubes d’auscultations

Conformément au DTU 13.2 les pieux sont équipés de trois tubes métalliques deux 50/

  • 60 et un 102/114, pour les pieux de diamètres 800 les trois peuvent êtres 50/60 cette

disposition a été engendrée par les difficultés de bétonnage de profondeurs importante

  • 60 à 61 m et particulièrement du suivi de la montée de la colonne bétonnée.

1.2 Matériel principal d’exécution

  • 1.2.1 Matériels de forage 3 foreuses type „Soilmec‟ R12, R518 et R 312et divers outils de forage (tarières, buckets etc…)

PGC Procédés Généraux de Construction  Le ferraillage des pieux Cette étape intervient suite au forage

Foreuse R 518 en cours de forage d‟un pieu

  • 1.2.2 Matériels traitement et alimentation en boue de forage

    • - 2 malaxeurs de bentonite

    • - 2 déssableurs

    • - 3 pompes à boue (domine)

    • - 2 pompes (varisco)

35

2010/2011

Boulbaba Koubaa

PGC Procédés Généraux de Construction

  • - une batterie de cuves de stockage

  • - un lot de tubes (boer) pour l‟alimentation et la récupération de la boue

PGC Procédés Généraux de Construction - une batterie de cuves de stockage - un lot de
  • - un lot de contrôle de la qualité de la boue ( balance barroïde, cône de marsh, élutriométre etc …)

PGC Procédés Généraux de Construction - une batterie de cuves de stockage - un lot de
  • 1.2.3 Matériels pour mise en place gaine 2 vibrofonceur hydraulique type PTC avec leur pince

36

2010/2011

Boulbaba Koubaa

PGC Procédés Généraux de Construction

PGC Procédés Généraux de Construction Arrachage d‟une après bétonnage du pieu 1.2.4 Matériels de manutention 2

Arrachage d‟une après bétonnage du pieu

  • 1.2.4 Matériels de manutention 2 grues sur chenilles :

    • - Une grue “link belt 108 HD”

    • - Une grue “liebeherr”

37

2010/2011

Boulbaba Koubaa

PGC Procédés Généraux de Construction

PGC Procédés Généraux de Construction la grue liebherr pendant la mise en place du tube plongeur

la grue liebherr pendant la mise en place du tube plongeur pour bétonnage

  • 2. Contrôle qualité

Le contrôle de l‟exécution concerne la vérification de la conformité des différente phase

de l‟exécution des pieux (forage, niveau d‟ancrage, ferraillage et coulage) et des différents matériaux la constituant ( acier et béton) Les documents de référence sont les suivants :

Le DTU 13.2

CCTG, Fascicule 62 Titre V, règles de calcul des fondations des ouvrages de génie

civil décembre 1993 Les pieux forés recueil des règles de l‟art – décembre 1978

NFP 94-160-1, Auscultation d‟un élément de fondation, partie I – Méthode par transparence.

38

2010/2011

Boulbaba Koubaa

PGC Procédés Généraux de Construction

Chapitre III FABRICATION ET MISE EN ŒUVRE DU BETON

Pour tout chantier, et quelques soit la composition de béton retenue, il sera nécessaire d'approvisionner, de stocker de doser et de malaxer les constituants du béton selon des méthodes précises à l'aide d‟« outils » de fabrication (bétonnières pour les petits chantiers, centrales de chantier, centrales de BPE). Excepté les chantiers où l'emploi du BPE s‟impose (faible quantité de béton, manque de place), c'est l'analyse du coût de revient, entre la fabrication foraine et le BPE qui déterminera la solution retenue. 1. STOCKAGE DES CONSTITUANTS Il doit être adapté aux besoins du chantier, en évitant aussi bien les ruptures de stock que les sur stockages. 1-1. Le ciment Petits chantiers Conditionné en sacs (NF P 15-300), le ciment doit être stocké sur des palettes disposées sur un sol. plat et sec. Les sacs seront protégés de la pluie, des remontées d'humidité du sol, des projections de boue et de tout choc mécanique susceptible de les déchirer. Si plusieurs types de ciment: sont nécessaires, leur stockage sera séparé pour éviter erreurs et mélange. Grands chantiers Livré en vrac par camion-citerne, le ciment est déchargé pneumatiquement et stocké dans des silos (NF P 11-301) verticaux de forme cylindrique (section circulaire ou polygonale) d'une capacité supérieure à 30 t (fig. 1) :

39

2010/2011

Boulbaba Koubaa

PGC Procédés Généraux de Construction

PGC Procédés Généraux de Construction - le corps en construction soudée, pour les petites et moyennes

- le corps en construction soudée, pour les petites et moyennes installations, doit respectes le gabarit routier. Une peinture intérieure facilitera la vidange en diminuant les frottements,

40

2010/2011

Boulbaba Koubaa

PGC Procédés Généraux de Construction

  • - la partie supérieure comporte une cheminée (évent de décompression) équipée en général

d'un dépoussiéreur, un trou d'homme avec fermeture étanche, un garde-corps, l'arrivée de la tubulure de chargement (avec raccord type pompier) et des anneaux de levage.

  • - le cône (parfois dissymétrique « cône déjeté» limitant la formation de voûtes) comporte en

partie inférieure le dispositif de fermeture (diamètre d‟ouverture mini. recommandé = 40 cm),

  • - le piétement en tubes et profilés en acier,

  • - les équipements complémentaires; dispositifs anti-voûte (a) et détecteurs de niveaux (b).

1-2. Les granulats Il faut éviter tout mélange entre des granulats de natures, d'origines ou de classes granulaires différentes. Une aire, en général bétonnée et légèrement inclinée (écoulement des eaux), sera aménagée comprenant parfois, surtout pour les périodes froides, des canalisations de distribution de vapeur, pour assurer, réchauffage des granulats.

1-3. Les adjuvants Ils sont stockés dans des bidons ou containers fermés bien identifiés. Les précautions concernant le stockage par temps froid, ainsi que les dates limites d'emploi doivent être scrupuleusement respectées.

1-4. L'eau Lorsqu‟un stock tampon est prévu, il devra rester à l'abri des pollutions (matières organiques, n

2. DOSAGE DES CONSTITUANTS

Le ciment est acheminé du silo à la trémie de dosage, par des vis sans fin (qui assurent un

débit régulier) à l‟abri de l'humidité ambiante, ou, par transport pneumatique.

Le dosage pondéral (préférable au dosage en volume) est :

  • - mécanique: la trémie emplie de ciment, portée par un fléau déclenche l'arrêt de l'arrivée de ciment lorsque le poids requis est atteint,

    • - ou bien électronique : le fléau classique est remplacé par une jauge de déformation.

Les granulats sont repris par skip, dragline ou par bras raclant et acheminés jusqu'à la doseuse par bande, tapis ou directement par « bec verseur ». La teneur en eau des granulats doit être

41

2010/2011

Boulbaba Koubaa

PGC Procédés Généraux de Construction

mesurée de façon continue à l'aide de sondes (capacitives, par résistivité, à neutrons) moyennant un étalonnage. Le dosage en eau de gâchage sera effectué, par des compteurs volumétriques ou pompes doseuses, déduction faite de l'apport d'eau contenue dans les granulats. Le choix d'une bétonnière ou d'un malaxeur dépend de sa capacité de production, 'de son aptitude à malaxer différents types de mélanges (secs, plastiques, caverneux, pleins) pour donner des bétons réguliers adaptés aux besoins d'un chantier.

1. BÉTONNIÈRES

Le mélange des constituants est obtenu par simple rotation de la cuve autour d'un axe horizontal ou légèrement incliné. Des palettes solidaires de la cuve entraînent' les matériaux qui retombent par gravité. Bétonnières à axe incliné ou à cuve basculante Envisageables pour des gâchées n'excédant pas 500 litres et pour des bétons plastiques de qualité moyenne, leur axe peut avoir différentes inclinaisons selon l'opération en cours (rem- plissage, malaxage ou vidange). Le brassage des éléments s'améliore pour une faible

inclinaison de l'axe sur l'horizontal (sans excéder 25 à 30°). Le malaxage est facilité si l‟on

introduit le gros granulat en dernier. La vidange est obtenue en faisant basculer la cuve autour d"un axe horizontal.

PGC Procédés Généraux de Construction mesurée de façon continue à l'aide de sondes (capacitives, par résistivité,

Bétonnières à axe horizontal (cylindro-coniques) Pour des gâchées supérieures à 500 litres, le poids des matériaux rend impossible l'utilisation d'un tambour basculant. L'axe de rotation reste donc horizontal, ce qui augmente le volume de la cuve, comparativement aux précédentes, à production équivalente. Ces appareils, plus lourds, plus coûteux et plus robustes permettent un malaxage et sont de meilleure qualité. Ils

42

2010/2011

Boulbaba Koubaa

PGC Procédés Généraux de Construction

comportent, en général, deux ouvertures, l'une pour l'arrivée des matériaux, l'autre pour la vidange, obtenue par inversion du sens de rotation ou partais par basculement d'une goulotte. Le béton est en général de meilleure qualité qu'avec des bétonnières à axe incliné, mais:

-plus il est ferme, plus la vidange est longue et incomplète, - plus la durée de malaxage est longue, plus la queue de gâchée est riche en gravillons et pauvre en sable, - la queue de gâchée est toujours plus pauvre en eau, sauf pour des durées de malaxage très faibles (quelques secondes). Les bétonnières (à axe incliné ou horizontal) peuvent être équipées de dispositifs de chargement (chargeur relevable), de dosage en eau et de roulements pour leurs déplacements. Bétonnières portées:

Auto bétonnières (petites bétonnières portées montées sur châssis autotractés) : certaines disposent de leur propre système d'alimentation en constituants. Le béton peut être déchargé à son lieu d'utilisation (petits chantiers de VRD, équipement de chaussées, fondations de maison individuelle). 2. MALAXEURS Les palettes, animées de mouvements relatifs, assurent une homogénéité du mélange, supérieure à celle obtenue avec bétonnières, grâce au déplacement relatif des composants à l'intérieur du mélange et de la cuve (auge). La plupart des malaxeurs sont à axes verticaux (fig. 2) et les déplacements sont essentiellement horizontaux.

PGC Procédés Généraux de Construction comportent, en général, deux ouvertures, l'une pour l'arrivée des matériaux, l'autre

Dans les malaxeurs à axes horizontaux (fig. 3), le béton est soumis à des élévations, des chutes et des mouvements horizontaux) inverses dus aux formes des palettes hélicoïdales. Ces

appareils, équipés, de moteurs 2 à 3 fois plus puissant que les bétonnières (à volumes égaux

de béton malaxé), sont plus coûteux et consomment plus d‟énergie.

43

2010/2011

Boulbaba Koubaa

PGC Procédés Généraux de Construction

Ils sont intéressants pour des débits de béton importants, des productions variées et des productions de qualité (faible dispersion des résistances).

PGC Procédés Généraux de Construction Ils sont intéressants pour des débits de béton importants, des productions
  • 3. PARAMÈTRES DE MALAXAGE (fig. 4)

PGC Procédés Généraux de Construction Ils sont intéressants pour des débits de béton importants, des productions
  • 4. CHOIX DES ENGINS DE MALAXAGE (fig. 5)

Les centrales à béton mobiles compactes, au gabarit routier connaissent an essor important. Transportables, montées sur remorques, elles se mettent en place sans génie civil, tout en étant dotées d'automatismes et de pesages de haute précision. Équipées de bétonnières à axe horizontal ou de malaxeurs à axe vertical, elles ont des capacités de débit de 8 à 150 m3/h (voire 200 m 3 /h pour des centrales de BPE).

PGC Procédés Généraux de Construction Ils sont intéressants pour des débits de béton importants, des productions

44

2010/2011

Boulbaba Koubaa

PGC Procédés Généraux de Construction

5. CENTRALES DE CHANTIER « BÂTIMENT» (fig. 1) 5-1. Caractéristiques et fonctionnement Mise en service et repliement très rapides. Production horaire : 6 à 40 m3/h, sans intervention humaine après la mise en route journalière.

PGC Procédés Généraux de Construction 5 . CENTRALES DE CHANTIER « BÂTIMENT» (fig. 1) 5 -1.

45

2010/2011

Boulbaba Koubaa

PGC Procédés Généraux de Construction

PGC Procédés Généraux de Construction 46 2010/2011 Boulbaba Koubaa
PGC Procédés Généraux de Construction 46 2010/2011 Boulbaba Koubaa

46

2010/2011

Boulbaba Koubaa

PGC Procédés Généraux de Construction

L'opérateur affiche sur un tableau de programmation les quantités des différents constituants puis enclenche le fonctionnement automatique donnant le départ du cycle. Ces centrales peuvent également fonctionner en manuel. Les granulats, stockés en étoile (fig. 2) et chargés par bras raclant (1 à 5 selon les modèles et les fabricants), sont déversés directement dans une bétonnière auto chargeuse ou dans leur trémie de pesage pour être acheminés par un lapis d'alimentation dans la bétonnière. Le ciment stocké en silos (deux au maximum) est chargé, par l'intermédiaire d'une vis incorporée au silo, dans une trémie de pesage et acheminé par me vis à ciment vers la bétonnière.

PGC Procédés Généraux de Construction L'opérateur affiche sur un tableau de programmation les quantités des différents

Certaines centrales sont équipées de panier porte benne coulissant qui, en fin de course, déclenche l'inversion du sens de rotation de la cuve qui se vide alors dans la benne. Dans ce cas, le cycle, (dosage, transfert des granulats. malaxage et vidange) se répète automa- tiquement par la seule intervention du grutier qui dépose la benne. La centrale est assise sur une plate forme (fig. 3) (terminée huit jours avant l'installation) constituée par un radier en BA (épaisseur et constitution à déduire des charges et de la nature du sol).

47

2010/2011

Boulbaba Koubaa

PGC Procédés Généraux de Construction

PGC Procédés Généraux de Construction 5 -2. Critères de choix  Seuil de rentabilité de la

5-2. Critères de choix Seuil de rentabilité de la centrale à béton par rapport au BPE fonction de la quantité de béton (1 000 à 2 000 m 3 ), Rendement journalier,

Portée maximale de la grue: fixée avant le choix de la centrale, elle limite le volume par benne et par gâchée,

Prendre aussi en compte:

  • - la grande souplesse d'utilisation (pas de temps d'attente éventuels dans le cas du BPE),

  • - le temps de montage : 1 à 2 jours selon les modèles (en fonction du nombre de rayons

raclants et de silos),

  • - la mise en place du matériel

  • - les caractéristiques de l'installation électrique

6. CENTRALES DE CHANTIER DE TRAVAUX PUBLICS Les matériels sont plus puissants mais doivent rester malgré tout transportables au gabarit routier

Le stockage des granulats se fait :

  • - en étoile à compartiments séparés par des murs et alimentation par dragline (fig. 3),

48

2010/2011

Boulbaba Koubaa

PGC Procédés Généraux de Construction

- ou dans des trémies en ligne avec alimentation par chargeur à l'aide de rampes sur un ou deux côtés ou par tapis peseur (fig. 4). Les opérations sont gérées à partir d'une cabine de commande équipée d'un pupitre où, sur un tableau synoptique on visualise à chaque instant l'état de l'installation en fonction du déroulement des opérations. Les panneaux de commande sont répartis par fonction. La fabrication peut être assurée selon trois modes de fonctionnement: commande presse-bouton ou automatique, ou isolement des commandes et blocage de la séquence automatique en cours.

BPE

7- TRANSPORT DU BETON Au cours du transport, deux phénomènes peuvent survenir et compromettre la qualité de l'ouvrage à réaliser:

  • - la ségrégation du béton due aux secousses et vibration.

  • - le raidissement du béton qui est provoqué par le début de la prise Le béton doit aussi être protégé vis-à-vis des agents atmosphériques :

    • - le vent ou le soleil provoque une déshydratation en surface

    • - la pluie risque de délaver le béton frais.

La température a une incidence sur le temps de prise. Une augmentation de 10°C peut diviser le temps de prise par deux. Le délai de transport, temps entre la fabrication de la gâchée et la mise à disposition du béton sur le chantier, est de 1 h 30, pour une température inférieure ou égale à 20°C. Pour une

température de 10°C, il faut réduire ce temps par deux. Le béton doit avoir pris sa forme définitive au plus tard deux heures sa fabrication à la

centrale (t = 20°C). La mise en place dans les coffrages doit se faire dans les 30 minutes

suivant l‟arrivée du béton.

7 .1. TRANSPORT DU BETON DE LA CENTRALE DE BETON PRET A L’EMPLOI (BPE) AU CHANTIER

7-1.1 Camions bennes Ils sont utilisés pour transporter du béton ferme (ou béton sec, faible affaissement au cône

d'Abrams) sur une distance maximale de 30 km. Le béton est alors protégé des agents atmosphériques par une bâche.

49

2010/2011

Boulbaba Koubaa

PGC Procédés Généraux de Construction

7.1.2. Bétonnières portées où camions toupies Elles permettent le transport du béton sur une distance maximale de 50km. Elles se composent d'un châssis automoteur, d'une cuve tournant sur un axe légèrement incliné par rapport à l'horizontale (10à 15°), dispositif d'entraînement de cette cuve et d'une réserve d‟eau (0,4 à 1 m 3 ). La cuve est de forme cylindro-conique. Son volume est environ égal à 1.7 fois le volume de béton pour lequel elle est prévue.

PGC Procédés Généraux de Construction 7.1. 2. Bétonnières portées où camions toupies Elles permettent le transport

Dans la cuve, une pale ou une lame d'acier, formant vis, déplace le béton en translation quand la cuve est en rotation. Selon le sens de rotation, le béton est déplacé vers le fond de la cuve lige de la cuve et malaxage ou homogénéisation du vers la sortie (vidange de la cuve). La vitesse de rotation de la cuve est de 1 à 2 tours par minute pendant le transport (agitation) et de 10 tr/min en brassage (pour une ré homogénéisation). La capacité classique des camions toupies est de :

-6m 3 pour les plus courants, -9 à 12 m 3 avec la cuve placée sur remorque.

A l‟heure actuelle, 95 % des centrales de béton prêt à l'emploi du type central de malaxage, le rôle du camion est réduit à celui du transport et accessoirement celui d‟homogénéisation du béton. La réserve d'eau est utilisée pour le nettoyage de la cuve. La réhomogénéisation (après transport ou incorporation de fluidifiant) est obtenue en augmentant la vitesse de rotation de la cuve (brassage) pendant 1 à 2 minutes. En sortie de la cuve, on évite toujours d‟utiliser les 50 premiers litres. Certaines bétonnières portées sont équipées d'accessoires facilitant la mise en œuvre sur le chantier:

50

2010/2011

Boulbaba Koubaa

PGC Procédés Généraux de Construction

  • - tube de 4 à 5 m pour mise en œuvre en contrebas de béton fluide

  • - tapis transporteur articulé en trois éléments, longueur développée 18 m maximum,

déchargement jusqu'à 10 m du camion sur une hauteur de 5 à 6 m, (attention au risque de

ségrégation en sortie de tapis),

  • - pompe à béton, avec ou sans flèche de distribution, distance de transport horizontal 200 m,

verticale 80 à 100 m. Recommandations

  • - Précautions à prendre contre les risques de ségrégation du béton :

* limiter la hauteur de chute du béton : hauteur < 3 m,

*utiliser un tuyau souple en sortie de benne: diamètre standard 200 mm, longueur 1,50 m et plus.

  • - Le béton utilisé dans les bennes à tuyau doit être fluide, l'affaissement minimum au cône sera de

* 5 à 6 cm pour des granulats roulés, * 7 à 8 cm pour des granulats concassés. * 14 à 18 pour les dallages industriels *18 à 22 pour les pieux

8. POMPES À BÉTON

Quand les grues sont saturées ou quand les accès par des bennes distributrices sont difficiles (travaux souterrains), on a recours au pompage du béton. Cette technique permet le transport et la distribution du béton sur de grandes distances et à des grandes hauteurs.

8-1. Principes On dispose d'une trémie dans laquelle est versé le béton, d'un système de pompage et de tuyaux d'acier jusqu'au lieu de bétonnage. Les pompes sont de deux types :

  • - Pompe à écrasement de tube flexible, - pompe à pistons Le pompage par tube flexible est assuré par l'écrasement d'un tuyau souple par des galets en caoutchouc, entraînés par une chaîne ou un rotor. Ce système est utilisé pour des pompages courts (longueur 50 m, dénivelé 10 m) et des débits de l'ordre de 15 m3/heure.

51

2010/2011

Boulbaba Koubaa

PGC Procédés Généraux de Construction

Les pompes à pistons sont constituées par deux pistons travaillant en opposition. Un cylindre refoule le béton dans les tubes alors que l'autre aspire le contenu de la trémie d'alimentation. Un système de distribution par tube orientable assure la continuité du pompage.

PGC Procédés Généraux de Construction  Les pompes à pistons sont constituées par deux pistons travaillant
PGC Procédés Généraux de Construction  Les pompes à pistons sont constituées par deux pistons travaillant

8-2. Matériel La pompe peut être fixe, utilisée à demeure sur le chantier, ou montée sur un camion .

L'installation de distribution est aussi fixe ou mobile grâce à une flèche de pompage.

PGC Procédés Généraux de Construction  Les pompes à pistons sont constituées par deux pistons travaillant

52

2010/2011

Boulbaba Koubaa

PGC Procédés Généraux de Construction

PGC Procédés Généraux de Construction 53 2010/2011 Boulbaba Koubaa
PGC Procédés Généraux de Construction 53 2010/2011 Boulbaba Koubaa
PGC Procédés Généraux de Construction 53 2010/2011 Boulbaba Koubaa

53

2010/2011

Boulbaba Koubaa

PGC Procédés Généraux de Construction

7-2.1. Système mobile

Sur certain camion- pompe, les tuyaux liés à un mât articulé permettent un bétonnage à des distances importantes (fig. 4). Pour d'autres chantiers, on utilise un mât, monté sur une colonne tubulaire ou encore sur un fût de grue (fig. 5).

PGC Procédés Généraux de Construction 7- 2.1. Système mobile Sur certain camion- pompe, les tuyaux liés
PGC Procédés Généraux de Construction 7- 2.1. Système mobile Sur certain camion- pompe, les tuyaux liés

7-2.2. Réseau fixe Les tubes utilisés pour réaliser le réseau de distribution sont en acier, d'épaisseur 4,5 à 10 mm selon la pression de pompage, de longueur 1, 2, 3 et 6 m. Les diamètres classiques sont 100, 125 et 150 mm. Leurs extrémités sont munis de collerettes mâle et femelle qui, à l'aide d'un collier, permettent un accouplement aisé et étanche. Des coudes à 90, 60, 45, 30 ou 15° servent aux changements de direction (rayon des coudes :

25 cm). Des aiguillages rendent possible la distribution en différents points. Les tubes doivent être rigidement liés au support sur lequel ils reposent. En fin de réseau, ou en extrémité de mât, le béton est mis en place dans les coffrages par un flexible spéciale.

54

2010/2011

Boulbaba Koubaa

PGC Procédés Généraux de Construction

Le bétonnage terminé, un soin important doit être pris pour le nettoyage de la pompe et du réseau. Un premier nettoyage est fait à l'eau, puis une boule de mousse est alors poussée, par de l'eau ou de l'air, dans les tubes. 8-3. Caractéristiques et dimensionnement d'une pompe Pour un constructeur donné, le choix dépend:

  • - du débit de béton en m 3 par heure,

  • - du diamètre des tuyaux de distribution,

  • - de la longueur des tuyaux et de la hauteur à franchir,

  • - de l'ouvrabilité du béton à mettre en œuvre.

Pour tenir compte de la perte de charge dans les angles, on compte chaque coude pour une longueur de tuyau supplémentaire: un angle de 10° correspond à 1 m de tube horizontal.

PGC Procédés Généraux de Construction Le bétonnage terminé, un soin important doit être pris pour le

9. MATÉRIEL DE VIBRATION

9-1. Vibration interne (pervibration) Elle s'effectue à l'aide d'une aiguille vibrante, constituée d'un cylindre métallique dans lequel tourne une masselotte excentrée. Cette masse est mise en rotation par l'intermédiaire d'un système:

  • - mécanique: un flexible transmet le mouvement d'un moteur (thermique ou électrique) à l'aiguille,

55

2010/2011

Boulbaba Koubaa

PGC Procédés Généraux de Construction

PGC Procédés Généraux de Construction - pneumatique: un tuyau amène l'air comprimé jusqu'à l'aiguille, - électrique:
PGC Procédés Généraux de Construction - pneumatique: un tuyau amène l'air comprimé jusqu'à l'aiguille, - électrique:
  • - pneumatique: un tuyau amène l'air comprimé jusqu'à l'aiguille,

PGC Procédés Généraux de Construction - pneumatique: un tuyau amène l'air comprimé jusqu'à l'aiguille, - électrique:
  • - électrique: un moteur électrique muni d'une masselotte est incorporé dans l'aiguille reliée par câble à une source de courant.

PGC Procédés Généraux de Construction - pneumatique: un tuyau amène l'air comprimé jusqu'à l'aiguille, - électrique:
PGC Procédés Généraux de Construction - pneumatique: un tuyau amène l'air comprimé jusqu'à l'aiguille, - électrique:

L‟aiguille vibrante étant plongée verticalement dans le béton frais, la vibration et le serrage du

béton concernent un cylindre de béton dont le rayon est appelé rayon d'action de l'aiguille. Il dépend du diamètre de l'aiguille. Le temps de vibration optimal correspond à la fin du dégagement des bulles et à l'apparition de la laitance en surface.

Recommandations:

  • - la distance entre les points de vibration est donnée.

  • - Eviter de vibrer près de la peau du coffrage.

56

2010/2011

Boulbaba Koubaa

PGC Procédés Généraux de Construction

  • - Ne pas vibrer les armatures.

  • - Munir les armatures de cales pour éviter leur déplacement pendant la vibration.

  • - Epaisseur des couches de béton de 40 à 50 cm.

  • - Faire pénétrer le vibreur de 10 cm dans la couche inférieure.

PGC Procédés Généraux de Construction - Ne pas vibrer les armatures. - Munir les armatures de

9-2. Vibration externe 9-2.1. Vibration du coffrage Ces vibreurs, fixés aux coffrages, sont utilisés :

- en préfabrication,

  • - sur le chantier pour des coffrages compliqués en complément de la vibration interne.

Ce type de vibreur est le plus souvent constitué d'un axe et d'une masselotte excentrée.

L'énergie de vibration est réglable:

  • - en agissant sur la vitesse de rotation, entre 1000 et 3000 tours par minute,

57

2010/2011

Boulbaba Koubaa

PGC Procédés Généraux de Construction

- en modifiant l'excentrement des masselottes.

PGC Procédés Généraux de Construction - en modifiant l'excentrement des masselottes. 9- 2.2. Vibration de surface
PGC Procédés Généraux de Construction - en modifiant l'excentrement des masselottes. 9- 2.2. Vibration de surface

9-2.2. Vibration de surface Ces règles vibrantes, constituées d'un ou deux profilés métalliques rigides équipés d'un vibreur thermique, électrique ou pneumatique, servent à compacter le béton sur une épaisseur de 10 à 20 cm. Ce matériel est utilisé pour les dalles (dallage, plancher, dalle de pont, etc.) réalisées en déplaçant la règle sur deux rails de niveau assurant la planéité. On obtient des surfaces régulières et assez bien finies.

PGC Procédés Généraux de Construction - en modifiant l'excentrement des masselottes. 9- 2.2. Vibration de surface
PGC Procédés Généraux de Construction - en modifiant l'excentrement des masselottes. 9- 2.2. Vibration de surface

9-3. Surfaçage et finition On surface les dalles à l'aide d'une talocheuse (lisseuse rotative, truelle mécanique). Son poids est compris entre 60 et 80 daN. Cet appareil, constitué d'une hélice à 3 ou 4 pales, est entraîné par un moteur thermique ou électrique (70 à 110 tr/min). L'appareil est mis en action quand le béton commence à faire prise. La laitance remonte et les pales referment les pores du béton. On obtient ainsi un excellent fini.

58

2010/2011

Boulbaba Koubaa

PGC Procédés Généraux de Construction

PGC Procédés Généraux de Construction 10. CURE DU BETON Dans le béton, une partie de l'eau
PGC Procédés Généraux de Construction 10. CURE DU BETON Dans le béton, une partie de l'eau
PGC Procédés Généraux de Construction 10. CURE DU BETON Dans le béton, une partie de l'eau

10. CURE DU BETON Dans le béton, une partie de l'eau est utilisée pour la réaction chimique, une autre partie est libre et va s'évaporer au cours du temps. Une déshydratation trop rapide des surfaces est néfaste. Les zones non coffrées doivent être traitées rapidement après bétonnage, au moment où le béton perd son eau de ressuage. Les zones coffrées sont protégées par le coffrage, sauf si le décoffrage est effectué rapidement (8 à 48 heures), ce qui correspond alors au cas des surfaces non coffrées.

10-1. Méthodes de cure 10-1.1. Cure par ré humidification Ce type de cure, à éviter en cas de gel, est réalisé par:

- arrosage du béton ou réalisation d'un brouillard dans une enceinte enveloppant l'ouvrage,

59

2010/2011

Boulbaba Koubaa

PGC Procédés Généraux de Construction

  • - mise en place de toiles perméables humidifiées en permanences.

10-1.2. Cure par protection imperméable Deux solutions se rencontrent sur les chantiers:

  • - l'ouvrage est habillé de bâches étanches,

  • - le béton est recouvert d'un produit de cure: un film est réalisé par projection sur l'ouvrage. 10-2. Durée de cure Elle est fonction de l'atmosphère ambiante, donc de la température, du vent, de

l'ensoleillement ainsi que du type de ciment mis en œuvre.

PGC Procédés Généraux de Construction - mise en place de toiles perméables humidifiées en permanences. 10-

60

2010/2011

Boulbaba Koubaa

PGC Procédés Généraux de Construction

Chapitre IV

1 GÉNÉRALITÉS

LE COFFRAGE

Le béton frais a l'aptitude d'épouser une forme appelée coffrage qui le moule lorsqu'il est

encore à l'état pâteux. Le coffrage est donc une structure provisoire, utile pour mouler le matériau plastique, en attendant sa prise puis son durcissement. Le terme moule est souvent réservé aux coffrages utilisés, à poste fixe, pour la préfabrication d'éléments en usine.

Les coffrages outils, utilisés sur les chantiers, ils sont à chaque utilisation mis en place, et ils doivent être stabilisés et réglés en position nécessitant des opérations de manutention de coffrage Puis, après exécution de l'élément souhaité, ils doit être déplacés (opérations de décoffrage et manutention), en suivant un avancement (cyclage) respectant des phases d'exécution (modes opératoires) intégrant des mesures de prévention adéquates pour obtenir l'ouvrage projeté. Parmi les coffrages outils, on distingue deux grandes familles:

  • - les coffrages standardisés permettant de réaliser des ouvrages de dimensions différentes, avec le même outil (banche, poteau dit « en aile de moulin»),

PGC Procédés Généraux de Construction Chapitre IV 1 GÉNÉRALITÉS LE COFFRAGE Le béton frais a l'aptitude

61

2010/2011

Boulbaba Koubaa

PGC Procédés Généraux de Construction

PGC Procédés Généraux de Construction - les coffrages ne pouvant servir que pour une (ou des)

- les coffrages ne pouvant servir que pour une (ou des) dimension(s) imposée(s) :

* poteau", ou, * les coffrages conçus pour réaliser une petite série de pièces identiques, notamment en préfabrication.

PGC Procédés Généraux de Construction - les coffrages ne pouvant servir que pour une (ou des)

Les coffrages manuportables (5 à 10 daN/m 2 ), composés de petits panneaux (poids maximal d'environ 15 daN), susceptibles d'être manutentionnés à la main, en trouve sur le marché des panneaux type ILPA, DEKO…

62

2010/2011

Boulbaba Koubaa

PGC Procédés Généraux de Construction

63 2010/2011 Boulbaba Koubaa
63
2010/2011
Boulbaba Koubaa

PGC Procédés Généraux de Construction

Les coffrages traditionnels (madrier, bastaing, chevron, planche … ) sont mis en œuvre, in situ, par exemple pour réaliser un ouvrage complexe, pour lequel la réalisation d'un moule réutilisable est trop coûteuse. L'usage de coffrages perdus (pas de réemploi possible) est limité à des formes simples (coffrage par poteaux Ø ou, pour lesquelles la réalisation d'un moule réutilisable peut être trop coûteux.) Ils peuvent être collaborant : entrevous, prédalle….

2. PRINCIPAUX CONSTITUANTS Quelle que soit la nature du coffrage, on retrouve les mêmes constituants.

Une peau de coffrage détermine l'aspect final (forme et texture) de la pièce moulée

PGC Procédés Généraux de Construction  Les coffrages traditionnels (madrier, bastaing, chevron, planche … ) sont

Une ossature qui limite les déformations de la peau de coffrage, essentiellement dues à la poussée du béton frais pour les parois verticales, [au poids propre du béton frais, du coffrage et aux charges d'exploitation pour les parois horizontales]. Elle définit la surface à engendrer et transfère les efforts à une structure résistante, composée de raidisseurs, qui reportent les actions aux points d'appuis.

64

2010/2011

Boulbaba Koubaa

PGC Procédés Généraux de Construction

Des tiges d'entretoise, des béquilles de stabilité, des étaiements permettent le réglage en position des surfaces coffrantes.

Des éléments intégrés au coffrage ou indépendants permettent au personnel de travailler en toute sécurité.

PGC Procédés Généraux de Construction  Des tiges d'entretoise, des béquilles de stabilité, des étaiements permettent

3. SOLUTIONS USUELLES Coffrages verticaux ,

Coffrages particuliers (grimpants, glissants, tables, bacs acier, tunnel, coffrages gonflables,

coffrages d'escaliers ... )
coffrages d'escaliers
...
)

65

2010/2011

Boulbaba Koubaa

PGC Procédés Généraux de Construction

PGC Procédés Généraux de Construction 66 2010/2011 Boulbaba Koubaa
PGC Procédés Généraux de Construction 66 2010/2011 Boulbaba Koubaa

66

2010/2011

Boulbaba Koubaa

PGC Procédés Généraux de Construction

4. DIMENSIONS FINIES DE L'OUVRAGE

Par suite de l'imprécision des moyens d'exécution, aucun ouvrage ou élément d'ouvrage ne peut être réalisé à la dimension exacte. On assigne à cette dimension deux limites, l'une maximale et l‟autre minimale. La différence entre ces limites est appelée tolérance Deux familles de tolérances sont à prendre en compte:

  • - l‟une sur les dimensions et la position des ouvrages finis,

  • - l‟autre sur l‟état e surface des éléments en béton

67

2010/2011

Boulbaba Koubaa

PGC Procédés Généraux de Construction

Le fascicule n° 65 et la norme NF P 18-201 (DTU n° 21) donnent les tolérances suivantes pour tout ouvrage en béton armé ou précontraint:

- Tolérance sur toute dimension (fig1) mesurée entre:

* parements opposés, * arêtes ou intersection d'arêtes.

PGC Procédés Généraux de Construction Le fascicule n° 65 et la norme NF P 18-201 (DTU

68

2010/2011

Boulbaba Koubaa

PGC Procédés Généraux de Construction

  • - Défaut d'aplomb et d'horizontalité (fig. 2 et 3)

PGC Procédés Généraux de Construction - Défaut d'aplomb et d'horizontalité (fig. 2 et 3) - Tolérances

- Tolérances de rectitude d'une arête de longueur l :

* en élévation : max (l/20 et 1 cm), * en plan: max (l /10 et 1 cm). - Tolérances spécifiques à certains éléments :

* axes d'une trame: implantation à ± 1 cm,

* petites ouvrages (trémie, réservation,

etc..)

: implantation à ±2 cm (fig.4).

PGC Procédés Généraux de Construction - Défaut d'aplomb et d'horizontalité (fig. 2 et 3) - Tolérances

* parois à parements verticaux ayant le même plan axial (fig. 5):

e 1 < min de (e/15 et 3 cm), et e 2 < 2 cm.

69

2010/2011

Boulbaba Koubaa

PGC Procédés Généraux de Construction

PGC Procédés Généraux de Construction Le cumul des écarts sur la hauteur totale du mur doit

Le cumul des écarts sur la hauteur totale du mur doit être inférieur à 6 cm. * dallage :

horizontalité ou pente: tolérance en cm = 0,8 3 L avec L = longueur sur laquelle on effectue la mesure en m. épaisseur: moyenne des mesures> à 90 % de l'épaisseur prescrite; écart type < à 1,5 cm.

5. PAREMENT DES ÉLÉMENTS EN BÉTON (NF P 18-503) Les surfaces de béton des ouvrages du bâtiment ou des travaux publics, en béton, coulé en place ou préfabriqué utilisées dans le bâtiment ou les travaux publics présentent des caractéristiques différentes liées à :

- la planéité de la surface (lettre P), - la texture (lettre E) représentative du bullage de la surface, - la teinte du béton (lettre T). 5-1. Planéité (P)

Elle est définie par la flèche maximale : mesurée en déplaçant une règle de 2 m (fig. 1 a) et un réglet de 20 cm (fig. 1 b) en tous sens sur la surface considérée (fig. 2) :

f max = a b

70

2010/2011

Boulbaba Koubaa

PGC Procédés Généraux de Construction

PGC Procédés Généraux de Construction Il est ainsi défini cinq types de parement, de P (O)
PGC Procédés Généraux de Construction Il est ainsi défini cinq types de parement, de P (O)

Il est ainsi défini cinq types de parement, de P (O) à P (4), dont les caractéristiques sont données figure3.

71

2010/2011

Boulbaba Koubaa

PGC Procédés Généraux de Construction

PGC Procédés Généraux de Construction Pour les dalles, planchers et dallages, on utilise une autre classification

Pour les dalles, planchers et dallages, on utilise une autre classification donnée figures 4 et 5.

PGC Procédés Généraux de Construction Pour les dalles, planchers et dallages, on utilise une autre classification

72

2010/2011

Boulbaba Koubaa

PGC Procédés Généraux de Construction

PGC Procédés Généraux de Construction 5- 2. Texture, aspect (E) Elle prend en compte trois critères:

5-2. Texture, aspect (E) Elle prend en compte trois critères:

-le bullage moyen, - l'existence ou non de zones de bullage concentrées, - les défauts localisés, chacun des critères étant noté de 0 à 4. 5-3. Teinte (T)

Elle est appréciée par référence à une échelle de gris définissant sept niveaux.

5-4. Exemples de désignation - P (1), E (1-1-0), T (0) correspond au parement ordinaire du DTU n° 21 - P (3), E (3-2-2), T (3) correspond au parement fin du fascicule n° 65.

6. CONCEPTION D'UN COFFRAGE Objectif: respecter les formes, l'aspect et les dimensions, exigées dans les Plans d'Exécution

des Ouvrages (PEO : AFNOR DTU P 18-201) et les autres pièces du marché (Cahier des

Clauses Techniques Particulières

...

).

Un coffrage, pour être économique, doit être démontable, léger, simple, modulaire ...

L'aspect final du béton mis en œuvre dépend de nombreux paramètres parmi lesquels en trouve:

- l'interface peau-béton moulé: la peau de coffrage doit être propre, préservée de tout défaut (épaufrures, chocs, aspérités) et soigneusement huilée à chaque usage,

73

2010/2011

Boulbaba Koubaa

PGC Procédés Généraux de Construction

- l'étanchéité entre panneaux de coffrage ou aux contacts avec les parties déjà coulées : il faut éviter que des fuites de laitance, en permettant que la pâte de ciment s'échappe, laissent apparaître des granulats au moment du décoffrage ou créent une hétérogénéité d'aspect, - la rigidité du coffrage, vis-à-vis des actions mécaniques appliquées pour respecter les dimensions finies de l'ouvrage et les tolérances de planéité.

7. POUSSEE DU BETON FRAIS SUR LE COFFRAGE Les éléments de coffrage verticaux ou inclinés subissent, de la part du béton frais, une poussée perpendiculaire à la face coffrante. Les facteurs influençant la pression exercée sur le coffrage sont: - le poids volumique du béton:

γ en kN/m3,

  • - l'ouvrabilité mesurée au cône d'Abrams : A en cm,

  • - la hauteur de béton frais: h en m,

  • - la dimension minimale du coffrage: d en mm,

  • - la vitesse de remplissage ou vitesse de levée du béton: v en m/h. Nota: la pression n'est jamais supérieure à 150 kPa.

7. 1CALCUL DES PRESSIONS Trois phénomènes sont à prendre en compte. La poussée P à retenir est la plus faible des trois valeurs :

p = min de (p 1 P 2 , P 3 ). 7.1.1. Poussée hydrostatique P1 (fig. 1)

En considérant le béton frais comme un fluide, la répartition de la pression P1 est triangulaire.

Elle vaut:

P1 = γ x h avec γ = 25 kN/m 3 et P1 < 150 kPa

PGC Procédés Généraux de Construction - l'étanchéité entre panneaux de coffrage ou aux contacts avec les

74

2010/2011

Boulbaba Koubaa

PGC Procédés Généraux de Construction

  • 7.1.2. Effet de voûte P2 (fig. 2)

Entre les deux parois du coffrage, un effet de voûte peut se produire quand l'affaissement du béton A est inférieur à 7,5 cm et

Quand il n'y a pas de vibration externe. Cet effet est fonction de c; la plus petite dimension du coffrage d et de la vitesse de levée du béton v.

PGC Procédés Généraux de Construction 7.1. 2. Effet de voûte P2 (fig. 2) Entre les deux
  • 7.1.3. Effet de la prise du béton P3 (fig. 3)

Le durcissement progressif du béton provoque une poussée caractérisée par le paramètre P3. Les valeurs sont données pour une température du béton la plus défavorable (< 5 ° C).

PGC Procédés Généraux de Construction 7.1. 2. Effet de voûte P2 (fig. 2) Entre les deux

75

2010/2011

Boulbaba Koubaa

PGC Procédés Généraux de Construction

7.3.1 EXEMPLES D'UTILISATION Poussée sur une banche utilisée pour couler un voile de bâtiment d'épaisseur 16 cm, de hauteur 2,75 m, avec un béton d'affaissement au cône de 7,5 cm.

La vitesse de remplissage (bâtiment courant) est de l'ordre de 10 m/h.

  • - poussée hydrostatique p1 = 68,75 kPa,

  • - effet de voûte p2 = 61 kPa,

  • - effet de prise p3 = 150 kPa. On obtient alors la répartition de la poussée dessinée figure 4.

PGC Procédés Généraux de Construction 7.3.1 EXEMPLES D'UTILISATION Poussée sur une banche utilisée pour couler un

Poussée sur le coffrage d'un poteau de bâtiment 30 x 30 cm, de hauteur 3,5 m, avec un béton d'affaissement au cône de 7,5 cm. La vitesse de remplissage: 15 m/h.

  • - poussée hydrostatique p1 = 87,5 kPa,

  • - effet de voûte p2 = 90 kPa,

  • - effet de prise p3 = 150 kPa.

La répartition de la poussée est donnée par le dessin de la figure 5.

PGC Procédés Généraux de Construction 7.3.1 EXEMPLES D'UTILISATION Poussée sur une banche utilisée pour couler un

76

2010/2011

Boulbaba Koubaa

PGC Procédés Généraux de Construction

PGC Procédés Généraux de Construction 77 2010/2011 Boulbaba Koubaa

77

2010/2011

Boulbaba Koubaa

PGC Procédés Généraux de Construction

PGC Procédés Généraux de Construction 78 2010/2011 Boulbaba Koubaa

78

2010/2011

Boulbaba Koubaa

PGC Procédés Généraux de Construction

PGC Procédés Généraux de Construction 79 2010/2011 Boulbaba Koubaa

79

2010/2011

Boulbaba Koubaa

PGC Procédés Généraux de Construction

PGC Procédés Généraux de Construction 80 2010/2011 Boulbaba Koubaa

80

2010/2011

Boulbaba Koubaa

PGC Procédés Généraux de Construction

PGC Procédés Généraux de Construction 81 2010/2011 Boulbaba Koubaa

81

2010/2011

Boulbaba Koubaa