Vous êtes sur la page 1sur 39

Remerciement

Mes vifs remerciements vont à toutes les personnes qui ont contribué à réaliser mon travail.

A ceux qui par leur aide, leur ouverture d’esprit, leur compétence, ont rendu mon séjour à l’atelier de CIM dans SAMIR agréable et rentable.

Mes vifs remerciements vont à :

  • Monsieur le directeur Général de CIM Mr. Ahmed EL ARJA qui ma accordé l’autorisation de passer mon stage au sein de son entreprise

pour

une durée de deux mois

  • Mon encadrant à CIM D’EQUIPEMMENT Mr. MABROUK MOHAMED qui m’a offert moyens et directives pour le bon déroulement de mon stage et la finalisation de mon projet et dont la gratitude est sans limite.

  • Egalement j’adresse mes remerciements et mes sincères respects à Mr. HASSIBI ABDANBI pour son grand soutien et pour m’avoir pris du temps pour m’expliquer le fonctionnement du service.

  • Mr IDRISSI ZINE ELABIDINE, Mr YOUNES MAZIRI, Mr Rachid, Mr Youssef et Mr MOULOUD pour leurs soutiens et tous les conseils qui nous ont accordé durant ce stage.

Mes remerciements vont également à Mr le Doyen de la Faculté des Sciences et Techniques de Fès, notre chef de filière Mr Lahbabi, mon encadrant Mr H. El MARKHI et tous mes enseignants qui ont veillé sur ma formation durant toutes les années passés à la FST.

1
1

Introduction

Le stage est la meilleure occasion pour connaître les capacités du stagiaire, son degré

d’efficacité, son sens de responsabilité et son esprit d’initiative.

Pour cette raison et Dans le cadre de ma formation Cycle Ingénieur d’Etat filière Systèmes Electroniques et Télécommunications à la FST : Faculté des Sciences et

Techniques, je suis tenu d’effectuer un stage de perfectionnement au terme de la 2ème année d’une période de 8 semaines.

Alors, j’ai choisi d’effectuer mon stage au sein de la société CIM d’équipement qui a

été choisi par la SAMIR pour renouveler toute la raffinerie en se basant sur les nouvelles technologies offertes par le système numérique de contrôle-commande ICS (Integrated Control System) pour assurer de meilleures performances en matière de sûreté, de sécurité, de qualité et du rendement. Et puisque je suis très intéressée par tous ce qui est automatisation des systèmes

industriels le fait d’Effectuer mon stage dans un milieu professionnel dédie à l’instrumentation, la régulation, la supervision, l’automatisme et la sécurité va être pour moi, non seulement, une nouvelle expérience professionnelle riche d’enseignement mais

aussi un enrichissement de mes connaissances dans le domaine de l’automatisme et l’automatique. En effet SAMIR a pensé d’améliorer la supervision de système de ramonage dans le but de communiquer toutes les informations de démarrage et d’arrêt de ramonage. Pour cela mon stage concerne la réalisation d’une supervision d’automate siemens avec Wincc flexible (projet ramonage chaudière).

Alors Mon rapport de stage s’articule à travers trois axes principaux, d’abord une présentation de la CIM d’équipement et la SAMIR, puis présentation de la chaudière et les principaux éléments de la chaudière D, et enfin je vais présenter l’application que j’ai réalisée.

2
2
SOMMAIRE
SOMMAIRE

Chapitre 1 : présentation des sociétés d’accueil

.......................

Error! Bookmark not defined.

I.

Présentation de CIM d’équipement

5

  • 1. Historique .................................................................................................................

5

  • 2. .............................................................................................................

Chiffres clés

5

  • 3. Organigramme de la société

6

  • 4. .................................................................................................................

Activités :

6

  • 5. Les clients potentiels au Maroc

8

  • 6. Présence actuelle et future :

9

  • 7. Compétences

9

II. Présentation de la SAMIR

11

 
  • 1. Aperçu historique

11

  • 2. Fiche signalétique

12

  • 3. Missions de la SAMIR

12

  • 4. Organigramme général de la SAMIR

14

  • 5. Structure à la SAMIR

15

  • 6. Service d’accueil

15

DDiirreeccttiioonn mmaaiinntteennaannccee

15

aa..

OOrrggaanniiggrraammmmee ddee llaa ddiirreeccttiioonn MMaaiinntteennaannccee

17

b.

Les activités de la SAMIR Mohammedia

7.

18

  • a. Principales opérations de traitement du pétrole brut

18

  • a. Produits de la SAMIR

19

Error! Bookmark not defined.

Chapitre 2 : Apprentissage

 
  • 1. Introduction

21

  • 2. Définition de la chaudière

21

 
  • 3. Les principaux éléments de la chaudière D

22

  • 4. Le Ramonage .................................................................................................................

26

 
  • a. Définition

26

  • b. les procédés de ramonage

27

Error! Bookmark not defined.

Chapitre 3 : Application

  • 1. Cahier de charge

30

 
  • 2. Manipulation des données

30

  • 3. Programme de ramonage

30

  • 4. Supervision d’automate siemens

30

Conclusion

................................................................................

Error! Bookmark not defined.

Bibliographie………………………………………………………………………………….38

Annexe……………………………………………………………………………………… 39

..

3
3
4
4
4
4
4
4

Comme mon projet a été effectuée en deux phase, la première s’est déroulé au sein de

la division technique de la société CIM d’équipement pour tous ce qui est études, et une

deuxième phase sur site au sein de la société Anonyme Marocaine de l’Industrie de

Raffinage (SAMIR), je vais donner tout d’abord une présentation de CIM Equipement et

ensuite une de La Samir.

  • I. Présentation de CIM d’équipement

    • 1. Historique

CIM D’EQUIPEMENT, PME Marocaine fondée en 1986, a acquis une maîtrise

certaine et reconnue dans les domaines aussi divers que l’énergie (Pétrole et gaz),

l’Industrie agro-alimentaire (Sucreries), l’industrie chimique, et la distribution et

production d’électricité.

Elle est devenue une référence nationale dans les domaines aussi variés que l’ingénierie

industrielle, Instrumentation, contrôle des procédés, automatisation, la régulation et

système de commande, capable d’assurer la réalisation des projets grâce à la confiance

renouvelée de ses clients.

Après une période de stabilisation et de consolidation sur le territoire national, elle

s’ouvre aujourd’hui sur l’Afrique (Sénégal, Congo, Cameroun, Algérie, ..

)

Et au Moyen-

Orient (Arabie-Saoudite) avec les mêmes principes et les mêmes valeurs qui ont fait sa

force au Maroc.

Aujourd’hui, avec un effectif variable de 200 à 250 personnes, CIM

D’EQUIPEMENT œuvre auprès de ses clients, sur site comme dans ses bureaux, dans le

plus grand respect des règles de sécurité, d’environnement et de développement durable.

Raison Sociale : CIM D’ÉQUIPEMENT

• Date de création : 1986

• Capital : 1.23 MUSD

• Chiffre d’affaires : 15 MUSD

• Nombre d’employés : 210

• Présence à l’international : 5 pays

5
5
  • 3. Organigramme de la société :

3. Organigramme de la société : Figure 1 : l’organigramme de CIM d’équipement. 4. Activités :Ingénierie  Etudes de base et de détail  Spécifications techniques : DCS/ESD/FGS  Spécifications de l’instrumentation  Réalisations des analyses fonctionnelles  Réalisations des cahiers des charges  Instrumentation et Automatismes Cette activité inclut :  Spécifications des instruments selon les normes et standards en vigueur  Installation, raccordement, étalonnage et tests des instruments  Etudes et spécifications des solutions d’automatisme  Analyses fonctionnelles et configuration 6 " id="pdf-obj-5-5" src="pdf-obj-5-5.jpg">

Figure 1 : l’organigramme de CIM d’équipement.

  • 4. Activités :

Etudes de base et de détail

Spécifications techniques : DCS/ESD/FGS

Spécifications de l’instrumentation

Réalisations des analyses fonctionnelles

Réalisations des cahiers des charges

Cette activité inclut :

Spécifications des instruments selon les normes et standards en vigueur

Installation, raccordement, étalonnage et tests des instruments

Etudes et spécifications des solutions d’automatisme

Analyses fonctionnelles et configuration

6
6

Etudes du choix de la commande avancée

Etudes technico économiques (Qualitatives, Quantitatives, Energie,

Sécurité)

Mise en place des solutions « Contrôle avancé »

Mise à disposition du personnel

Réalisation des audits techniques

Réalisation des cahiers des charges

Contrat de maintenance au choix

Assistance 7j/7 et 24h/24

Assistance technique

Assistance téléphonique

Maintenance corrective et préventive

Gestion des pièces de rechange

Réalisation et montage des armoires : système, interface et électrique

Montage des Instruments

Pose des chemins de câble et des boîtes de jonction

Réalisation des tranchés

Aménagement des salles de contrôle

Installation des réseaux de communication

Instrumentation et Régulation

Automatisme

Electricité

Informatique industrielle

Maintenance

7
7
  • 5. Les clients potentiels au Maroc

CIM d’équipement est le fournisseur exclusif, agrée par le groupe ONA

COSUMAR, en matière des systèmes numériques de contrôle commande

Groupe SUNABEL (3 Sucreries)

Groupe SURAC (3 Sucreries)

Groupe COSUMAR (2 Sucreries)

Groupe SUTA (1 Sucrerie)

Groupe SUCRAFOR (1 Sucrerie)

CIM d’équipement est devenue une référence en ingénierie sucrière à l’échelle

internationale

18 ans au service de SAMIR

  • - Participation à tous les projets

  • - Partenariat exemplaire

Groupe OCP

5. Les clients potentiels au Maroc CIM d’équipement est le fournisseur exclusif, agrée par le groupe

Figure 2 : Les clients potentiels de CIM d’équipement au Maroc.

8
8
  • 6. Présence actuelle et future :

    • CIM d’équipement est présente:

Au Sénégal depuis 2002

Au Congo depuis 2007

Au Cameron depuis 2008

  • CIM d’équipement prévoit une forte présence au niveau Afrique notamment:

 Au Nigeria 2009  En Algérie 2010  En Libye 2010
Au Nigeria 2009
En Algérie 2010
En Libye 2010

Figure 3 : Points de présence actuelle et future de CIM d’équipement.

  • 7. Compétences

L’équipe CIM d’équipement comprend, dans son effectif, du personnel qui a

confirmé dans plusieurs réalisations dans le cadre de grands projets. Sa maîtrise au

niveau de la conception, la représentation et l’intégration de tous types de procédés lui

permet d’avoir des compétences au niveau de :

9
9

Matériels

CIM D’ÉQUIPEMENT est dotée d’un parc matériel varie selon les besoins

du client, tel que le Systèmes Numérique de Contrôle Commande (SNCC), systèmes de

sécurité, instrumentation, et produit de test & mesure.

Projet

Au niveau des projets, CIM D’ÉQUIPEMENT est connue par la prise en charge

des projets dés la phase des études jusqu’au démarrage et la Mise en service :

  • - Ingénierie des systèmes (DCS/ESD/FGS et intégration des sous systèmes).

  • - Analyse fonctionnelle.

  • - Construction et Installation.

  • - ITP (Inspection Test Plan).

  • - FAT (Factory Acceptance Tests) et SAT (Site Acceptance Test).

  • - Démarrage et Mise en service.

  • - Formation et maintenance.

Construction et Installation

L’équipe

de

CIM

D’ÉQUIPEMENT

est

capable

aussi

de construire des

armoires système et interface, montage des boites de jonction ainsi que l’installation des

postes de supervision et des réseaux de communication.

Formation

Le centre de formation travaille en collaboration avec IRA France pour développer

toutes les formations spécifiques tel que la création d’un centre de Formation IRA

Afrique opérationnel dès juin 2009 en partenariat avec IRA France (Institut de

Régulation et d’Automation).

Service après vente

Toute une équipe de spécialistes est présenté pour répondre aux besoins de

nos

clients

au

niveau

d’assistance

technique,

préventive et la gestion des Pièces de rechange.

la

maintenance

corrective

et

10
10

II.

Présentation de la SAMIR

  • 1. Aperçu historique

II. Présentation de la SAMIR 1. Aperçu historique Après l'indépendance et dans l'obligation d'assurer ses besoins

Après l'indépendance et dans l'obligation d'assurer ses besoins en énergie, l'état

marocain a décidé d'exploiter le domaine du raffinage du pétrole. Cette légitime volonté a

conduit en 1959 à l'application d'une convention d'association paritaire avec le groupe

Italien des hydrocarbures «Centre Nazionale Idrocarbur» représenté par sa filiale ANIC,

pour la création d'une raffinerie de pétrole. La société a pris le nom de : Société Anonyme

Marocaine Italienne de Raffinage SAMIR.

Après différents stades de croissance, au service de l'économie nationale, la SAMIR a

connu sa prise en main totale par des responsables nationaux en marocanisant son capital

en 1974. Elle est connue par sa nouvelle appellation "Société Anonyme Marocaine de

l'Industrie de Raffinage".

Depuis la marocanisation de son capital, la SAMIR tend à constituer un support de

développement pour l'économie du pays grâce à une diversification de ses activités et une

recherche croissante de nouvelles productions ce qui a conduit en 1975, à la construction

d'une nouvelle raffinerie d'une capacité de 4.500.000 tonnes/an et en 1984, à la mise en

place d'un nouveau complexe des huiles lubrifiantes. Aujourd’hui, la capacité de

production de la SAMIR est de 7.750.000 tonnes/an.

Afin de répondre aux exigences du développement technologique et de la compétitivité

à l’horizon de la libéralisation des marchés internationaux, l’Etat a jugé nécessaire la

privatisation de la SAMIR en 1997. En effet en 1998, le groupe CORRAL rachète la part

encore détenue par l'état soit 6, 77 %. En 1999, le capital de la SAMIR a augmenté par la

fusion /absorption de la SCP

« La Société Chérifienne de Pétrole », il est devenu de 1 189 966 500 DH divisé en

11 899 665 actions de 100 DH. Actuellement le Groupe CORRAL est devenu son principal

actionnaire en détenant 67,27 % de son capital social. Ce groupe est une société de droit

11
11

suédois à capitaux saoudiens, elle-même filiale du groupe MIDROC appartenant à Sheikh

Mohammed Hussein Al Amoudi.

  • 2. Fiche signalétique

Dénomination

 

SAMIR

(Société Anonyme Marocaine de l’Industrie du Raffinage)

Forme juridique

 

société anonyme

 

Capital

 

1.189.966.500 DHs

 

Date de constitution

 

er janvier 1959

1

 

Identification fiscale

 

03100228

 

PATENTE

 

39404860

 

Adresse

Route coutière, BP89&101 Mohammedia

Tél. 05.23.32.42.01

 

Fax. 05.23.31.69.56

Date de création

 

1959

Logo

 
Logo
 

Capacité de Raffinage

 

7,75 millions tonnes

 

Capacité de Stockage

1 million de m³ de pétrole brut

Capacité de production

 

6.500.000 t/ AN

 

Certifications

Certification ISO 9001 V 2000

Certification ISO 14001 V 2004

 

Certification ISO 17025

C.N.S.S

 

1417395

Activité principale

Raffinage du pétrole

&

Exploration pétrolière

Produits fabriqués

Propane, butane, pétrole, lampant, les essences, kérosène, fuel,

oïl, Virgin naphta, huiles industrielles, bitumes et paraffines.

Effectif

 

Près de 1200 personnes

Superficie

 

Environ 200 Hectares

Site web

 

http://www.samir.ma/

  • 3. Missions de la SAMIR

SAMIR aspire à devenir la meilleure raffinerie en Afrique du nord en termes de :

Qualité des produits

Qualité du service client

Gestion professionnelle

Performances sécurité

12
12

Ainsi les missions de la SAMIR sont :

Mission économique :

  • Assurer l’approvisionnement durable et fiable du pays en produits pétroliers.

  • Mettre en œuvre les programmes d’investissements nécessaires pour le développement de l’industrie de raffinage et de la logistique d’approvisionnement, en conformité avec les principes du développement durable.

Mission sociale :

  • Procurer des emplois, dispense des formations, œuvre au bien-être de ses salariés

  • Apporter de son soutien à des actions humanitaires, sportives et culturelles.

Mission environnementale :

  • Veiller à ce que ses procédés et ses produits aient le minimum d'impact négatif sur le milieu naturel.

  • Intégrer la dimension environnementale parmi les critères qui guident ses choix en matière d'investissement.

13
13
  • 4. Organigramme général de la SAMIR

Grands Projets Projet Upgrade & & Finance DGA Administration DGA Ventes, et Distribution Approvisionnement Directeur général
Grands Projets
Projet Upgrade &
& Finance
DGA Administration
DGA Ventes,
et Distribution
Approvisionnement
Directeur général
DGA Raffinage
Stratégie & Coordination et Achats & Contrats Secrétariat du Conseil Ingénierie & Sécurité & Hygiène Intégration
Stratégie &
Coordination et
Achats & Contrats
Secrétariat du Conseil
Ingénierie &
Sécurité & Hygiène
Intégration Upgrade
Trading Business, Analysis & Services Techniques Marketing & Ventes Production Maintenance Distribution Planning & Raffinerie SK
Trading
Business, Analysis &
Services Techniques
Marketing & Ventes
Production
Maintenance
Distribution
Planning &
Raffinerie SK

Figure 4 :L’organigramme général de la SAMIR.

Finance Comptabilité &
Finance
Comptabilité &

Ressources Humaines

Système d'information 14
Système
d'information
14
4. Organigramme général de la SAMIR Grands Projets Projet Upgrade & & Finance DGA Administration DGA
  • 5. Structure à la SAMIR

La SAMIR domine complètement le secteur du raffinage au Maroc. C’est

pourquoi, et dans le but d’une bonne coordination du travail, l’entreprise a opté pour une

structure fonctionnelle. En effet, la répartition des responsabilités y est très importante afin

de respecter les compétences spécifiques relatives au flux interne.

Ceci a engendré une division très importante du travail, ainsi, chaque employé à une

tâche bien définie qu’il respecte scrupuleusement.

En outre, la formalisation est assez importante et a pour conséquence évidente une

lenteur de circulation de l’information.

Par ailleurs, la hiérarchie est bien respectée à la SAMIR. Chaque employé ne travaille

qu’en relation avec son supérieur direct et la coordination est assurée par la direction qui

de ce fait, a une vue sur l’ensemble des activités.

  • 6. Service d’accueil

aa..

DDiirreeccttiioonn mmaaiinntteennaannccee

Le rôle principal d'un service maintenance est de maintenir les capacités

opérationnelles des moyens de production, ainsi que leur valeur patrimoniale. Les

capacités opérationnelles sont nécessaires pour servir une commande lorsque le client

l'exige, et non quand l'entreprise pourra la servir. La valeur patrimoniale peut s'envisager

comme l'allongement de la durée de vie utile des machines et équipements, ce qui repousse

ou annule la nécessité d'un nouvel investissement, ou en facilite la revente.

Formulé ainsi, il apparait évident que ce rôle ne peut s'envisager que de manière

dynamique et proactive.

  • Si l'on attend une panne pour réagir, la capacité opérationnelle n'est plus maintenue.

  • Si l'on attend une dégradation pour réagir, la valeur patrimoniale est déjà amoindrie.

Il existe 2 façons complémentaires d'organiser les actions de maintenance :

La maintenance corrective : qui consiste à intervenir sur un équipement une fois que

celui-ci est défaillant. Elle se subdivise en :

  • Maintenance palliative : dépannage (provisoire) de l'équipement, permettant à celui-ci d'assurer tout ou partie d'une fonction requise ; elle doit toutefois être suivie d'une action curative dans les plus brefs délais.

15
15

La maintenance préventive : qui consiste à intervenir sur un équipement avant que

celui-ci ne soit défaillant, afin de tenter de prévenir la panne. On interviendra de

manière préventive soit pour des raisons de sûreté de fonctionnement (les

conséquences d'une défaillance sont inacceptables), soit pour des raisons économiques

(cela revient moins cher) ou parfois pratiques (l'équipement n'est disponible pour la

maintenance qu'à certains moments précis). La maintenance préventive se subdivise à

son tour en :

  • Maintenance systématique : désigne des opérations effectuées systématiquement, soit selon un calendrier (à périodicité temporelle fixe), soit selon une périodicité d'usage (heures de fonctionnement, nombre d'unités produites, nombre de mouvements effectués, etc.) ;

  • Maintenance conditionnelle : réalisée à la suite de relevés, de mesures, de contrôles révélateurs de l'état de dégradation de l'équipement.

  • Maintenance prévisionnelle : réalisée à la suite d'une analyse de l'évolution de l'état de dégradation de l'équipement.

Comme chaque société La Samir a un service de maintenance qui mène un suivi des

unités de traitement du pétrole minimisant ainsi les pannes des machines pour avoir un

meilleur rendement .

16
16
  • b. OOrrggaanniiggrraammmmee ddee llaa ddiirreeccttiioonn MMaaiinntteennaannccee

La direction maintenance est organisée comme suit :

Division technique Sous-traitance Service Documentation Directeur général Services Méthode Service Gestion Service achat Magasin
Division technique
Sous-traitance
Service Documentation
Directeur général
Services Méthode
Service Gestion
Service achat
Magasin
Instrumentation ie Atelier Ajustage Electrique Division Ateliers Mécanique/Chaudronner
Instrumentation
ie
Atelier
Ajustage
Electrique
Division Ateliers
Mécanique/Chaudronner
Instrumentation ie Atelier Ajustage Electrique Division Ateliers Mécanique/Chaudronner

Figure 5 : Organigramme de la direction Maintenance

Atelier ajustage : son rôle essentiel est l’entretien des machines tournantes (Pompes,

turbines, compresseurs…).

Atelier mécanique et chaudronnerie : il s’intéresse à l’entretien des machines statiques

(Colonnes, Echangeurs, Turbines…).

Atelier électrique : il s’occupe de l’entretien de divers appareillage électrique (Poste de

distribution électrique, Transformateur, Moteur…).

17
17

Atelier instrumentation : dans cet atelier il y a l’entretien des appareils de régulation et de

control tels que : les Analyseurs, les Régulateurs, les Vannes Pneumatiques, Pressostat,

Thermostat, les Transmetteurs, les Soupapes de protection et les Positionneurs.

  • 7. Les activités de la SAMIR Mohammedia

    • a. Principales opérations de traitement du pétrole brut

La principale activité de la SAMIR est Le raffinage du pétrole qui désigne l'ensemble

des traitements et transformations visant à tirer du pétrole le maximum de produits à haute

valeur commerciale. Selon l'objectif visé, en général, ces procédés sont réunis dans une

raffinerie. La raffinerie est l'endroit où l'on traite le pétrole pour extraire les fractions

commercialisables.

Le pétrole, qui est un mélange de différents produits hydrocarbonés, pour être utilisable

dans les différentes branches de l'industrie et des moteurs à combustion, doit subir une

série de traitements divers (figure 6):

  • - Le préchauffage : Le brut aspiré des bacs de stockage est préchauffé à une température variant entre 240-260°C.

  • - Le dessalage : Cette opération permet de réduire la teneur en eau, sédiments et sels contenus dans le pétrole brut.

  • - Le chauffage : Le brut issu du train de préchauffage est chauffé davantage dans le four de charge pour atteindre la température de transfert de 365-370°C.

Atelier instrumentation : dans cet atelier il y a l’entretien des appareils de régulation et deraffinerie est l'endroit où l'on traite le pétrole pour extraire les fractions commercialisables. Le pétrole, qui est un mélange de différents produits hydrocarbonés, pour être utilisable dans les différentes branches de l'industrie et des moteurs à combustion, doit subir une série de traitements divers (figure 6): - Le préchauffage : Le brut aspiré des bacs de stockage est préchauffé à une température variant entre 240-260°C. - Le dessalage : Cette opération permet de réduire la teneur en eau, sédiments et sels contenus dans le pétrole brut. - Le chauffage : Le brut issu du train de préchauffage est chauffé davantage dans le four de charge pour atteindre la température de transfert de 365- 370°C. Figure 6 : Les principales opérations de traitement du pétrole brut 18 " id="pdf-obj-17-53" src="pdf-obj-17-53.jpg">

Figure 6 : Les principales opérations de traitement du pétrole brut

18
18
  • - La distillation atmosphérique : La distillation du pétrole brut est faite dans une unité de Topping. Le brut est fractionné en différentes composantes d'hydrocarbures dans une Colonne de distillation atmosphérique. Les composés légers montent tandis que les composés lourds descendent dans la colonne.

  • - Le soutirage des produits : Les produis soutirés sont, les essences + GPL, le naphta, le kérosène, le gasoil 1, le gasoil 2, le résidu atmosphérique. Les essences + le GPL sont par la suite séparés en GPL, essence légère et essence lourde.

    • a. Produits de la SAMIR

Les produits sont obtenus à partir du pétrole brut importé qui est un mélange complexe

d'hydrocarbures. Ses principales caractéristiques sont :

La distillation TBP (renseigne sur sa composition).

La densité.

La teneur en soufre.

La teneur en eau et sédiments.

Le schéma suivant montre la configuration de la Raffinerie permettant l'obtention des

différents produits de la société tout en partant du pétrole brut (figure 7):

- La distillation atmosphérique : La distillation du pétrole brut est faite dans une unité de

Figure 7 : Schéma illustratif de la configuration de la Raffinerie Samir de Mohammedia

19
19
Apprentissage 20

Apprentissage

20
20

1.

INTRODUCTION

Au niveau de la raffinerie la SAMIR, le fonctionnement des différentes unités

dépend étroitement de la production de la vapeur, qui sert en générale à :

Produire de l’énergie électrique par l’intermédiaire des turboalternateurs…

Production de l’énergie mécanique par entraînement des pompes, des

 

compresseurs, des turbines…

Mise sous vide de certaines enceintes.

Fournir de la chaleur à certains produits visqueux pour les rendre pompables.

Accélérer le mouvement de séparation des produits dans la colonne de

 

séparation. Ainsi que le barbotage dans les ballons pour élimination des

impuretés…

Pour pouvoir satisfaire ce besoin, la SAMIR a mis en œuvre deux centrales

thermiques (CTE1 et CTE2) :

La CTE1 se compose de 2 chaudières H4 et H5 de capacité 36 t/h chacune.

La CTE2 contient quatre chaudières (A, B, C et D) d’une capacité de 80t/h chacune avec 4

bruleurs .Mais la chaudière D a la même capacité mais le nombre de bruleurs est de 2.

En effet, avant d'avoir une vapeur sèche et à des conditions bien précises, l'eau passe par

plusieurs étapes de traitement. En suite, elle regagne sous une forme déminéralisée la

chaudière où se fait l'évaporation, afin d'obtenir une vapeur à 405°C et à 45bars.

Donc la chaudière s'avère d'une importance primordiale au sein d'une telle industrie.

2.

Définition de la chaudière

Une chaudière est une enceinte fermée d’une capacité métallique étanche est

résistante, son rôle primordial est de transformer l’eau traitée en vapeur sous l’action de la

chaleur fournie par la combustion a une pression et température bien déterminée.

La production de la vapeur se fait par un échange de l’énergie calorifique fournie par la

combustion et l’eau ce qui entraîne l’échauffement de cette dernière jusqu’à l’état vapeur.

La combustion : c’est le fait de chauffer l’eau à une température donnée, par le biais

de 4 brûleurs.

La vaporisation : la partie de l’eau chauffée est vaporisée, ensuite elle est remplacée

par de l’eau froide qui provient du ballon supérieur.

21
21

Pour produire de la vapeur, l’eau doit circuler à travers un ensemble d’équipements

comme l’économiseur, le réservoir, le vaporisateur, le surchauffeur…qui seront détaillés dans

ce qui suit.

  • 3. Les principaux éléments de la chaudière D

Pour comprendre le fonctionnement de la chaudière D, il faut connaître les

éléments qui la constituent. La figure ci-dessous résume les parties essentielles de la

chaudière (figure 8) :

Pour produire de la vapeur, l’eau doit circuler à travers un ensemble d’équipements comme l’économiseur, le

Figure 8: Les éléments principaux de la chaudière

  • Chambre de combustion (foyer):

C’est au niveau de la chambre de combustion que la flamme des brûleurs se

développe. Les murs latéraux et le plafond de cette chambre sont tapissés, dans lesquels

circule de l’eau à vaporiser. Ces tubes relient les collecteurs inférieurs et supérieurs et

mettent en liaison les ballons (figure 9).

22
22
Figure 9: Un foyer  Brûleurs : Figure 10 : Un brûleur Ils doivent engendrer la

Figure 9: Un foyer

  • Brûleurs :

Figure 9: Un foyer  Brûleurs : Figure 10 : Un brûleur Ils doivent engendrer la

Figure 10 : Un brûleur

Ils doivent engendrer la meilleure combustion possible et pour cela, il faut assurer un

mélange intime et homogène entre le carburant et l’air comburant au niveau du foyer, leur

conception diffère suivant le type de combustible utilisé (gaz, fuel,…) (figure 10).

  • Economiseur :

Dans le but d’augmenter la température de l’eau d’alimentation qui provient du dégazeur à

l’aide de la récupération d’une partie des calories restantes dans les gaz de combustion.

L’économiseur est un échangeur de chaleur à circulation d’eau inversée par rapport à

23
23

celle des gaz de combustion. L’échange de la chaleur se réalise par convection, il a pour but

l’augmentation du rendement thermique.

  • Réservoir (ballon supérieur) :

Il constitue une enceinte dans laquelle se trouvent réunit la phase liquide et la phase

vapeur de l’eau du générateur. De ce fait la température de l’eau est à la température de

saturation, correspondant à la pression qui règne dans cette enceinte. Il s’établit dans le

réservoir un plan d’eau dont le niveau est maintenu à une valeur constante. Au dessus de ce

plan, ce trouve la vapeur saturée ou humide qui, par l’intermédiaire de séparateurs et sécheurs

se dégage vers l’échangeur de surchauffe (figure 11).

celle des gaz de combustion. L’échange de la chaleur se réalise par convection, il a pour

Figure11: Un réservoir.

  • Vaporisateur (Tubes écran) :

Ils assurent la fin de l’échauffement de l’eau (quand l’économiseur n’est pas

vaporisant) et la production de la vapeur. Les vaporisateurs sont généralement constitués par

les écrans soudés de la chaudière mais doivent parfois être complétés par des faisceaux,

notamment dans le cas des chaudières à faible pression.

24
24
  • Surchauffeurs :

Ils

reçoivent

extérieurement

les

gaz

venants

directement

de

la

chambre de

combustion. Ce sont les faisceaux tubulaires du générateur de vapeur qui sont soumis aux

températures les plus élevées.

La vapeur saturée venant

de

la

partie haute de

réservoir passe dans

les

tubes des

surchauffeurs, où sa température est élevée à pression constante (figure 12).

 Surchauffeurs : Ils reçoivent extérieurement les gaz venants directement de la chambre de combustion. Ce

Figure12 : Schéma de surchauffeur.

  • Désurchauffeur :

Ils sont destinés à refroidir et à moduler la température de la vapeur surchauffée ou

resurchauffée. Ils sont rarement tubulaires (immergés dans le réservoir) mais

généralement assimilables à des échangeurs par mélange puisqu’ils procèdent par

injection d’eau dans la vapeur (figure 13).

 Surchauffeurs : Ils reçoivent extérieurement les gaz venants directement de la chambre de combustion. Ce

Figure13: Schéma du désurchauffeur.

25
25
  • Resurchauffeur :

Ils ont un rôle identique à celui des surchauffeurs, à savoir élever la température de la

vapeur resurchauffée provenant de la turbine à un niveau bien déterminé.

  • 4. Le Ramonage a. Définition

Lors de l’utilisation de la chaudière d’une manière permanente on constate que les pertes

par chaleur sensible des fumées sont des pertes très importantes, alors c’est sur eux qu’on

doit agir afin d’améliorer les performances de cette chaudière.

Une augmentation de ces pertes peut provenir d’un excès d’air excessif qui peut être dû à:

Un mauvais réglage

Des problèmes d’entretien tels que des entrées d’air parasite, une mauvaise

pulvérisation du combustible ou une mauvaise distribution de l’air.

Elle peut également provenir d’un accroissement de la température de sortie des fumées dû

à :

Une diminution de l’excès d’air

Une chaudière encrassée : les dépôts internes (tartres) et externes (suies) limitent le

transfert de chaleur entre la vapeur et les fumées. Celles-ci doivent être plus chaudes

pour assurer les mêmes températures d’eau ou de vapeur.

Après une petite constatation sur l’état de la chaudière, et afin de minimiser les pertes, la

SAMIR a proposé d’installer des ramoneurs au niveau du foyer et l’économiseur pour

éliminer les tartres de dépôt, de suie (figure 15)… (Le foyer et l’économiseur sont les parties

de la chaudière les plus influencées par la saleté).

 Resurchauffeur : Ils ont un rôle identique à celui des surchauffeurs, à savoir élever la

Figure14 : Surchauffeur bien entretenu

 Resurchauffeur : Ils ont un rôle identique à celui des surchauffeurs, à savoir élever la

Figure 15: surchauffeur encrassé

26
26

b. les procédés de ramonage

Les procédés de ramonage varient selon les zones et les types de chaudière à nettoyer.

Plusieurs systèmes peuvent être utilisés :

La vapeur surchauffée

La brosse métallique

L’air comprimé

L’eau

Les vibrations

b. les procédés de ramonage Les procédés de ramonage varient selon les zones et les types

Figure16: Présentation d’un type de ramoneur

b. les procédés de ramonage Les procédés de ramonage varient selon les zones et les types

Figure17: Présentation de ramoneur rotatif

27
27
Figure18: disposition du ramoneur rotatif Pour notre chaudière, le système de ramonage adopté est le ramoneur

Figure18: disposition du ramoneur rotatif

Pour notre chaudière, le système de ramonage adopté est le ramoneur rotatif de la vapeur

(figure 17), pour ce type de ramonage, qui concerne uniquement les grandes chaudières de

vapeur (10T/h minimum), il faut utiliser une vapeur surchauffée pour éviter les problèmes de

corrosion dû à l’humidification des suies sulfureuses par l’eau condensée.

28
28
Application 29

Application

29
29
  • 1. CAHIER DE CHARGE

Dans le cadre d’amélioration de la supervision de système de ramonage de la

chaudière, SAMIR a pensé d’installer une communication entre l’automate de ramonage

(SIEMENS) et le système de la salle d’entretien afin de communiquer toutes les informations

de démarrage et d’arrêt de ramonage.

Pour mettre en place le système d’interfaçage, la tâche qui m’a été attribuée pendant

la période de stage consiste à la réalisation de supervision d’automates siemens avec WinCC

flexible (projet ramonage chaudière)

  • 2. Manipulation des données :

A fin d’assurer l’automatisation de ramonage, Il faut d’abord établir la base de données

des entées/sortie de notre système (voir annexe 1).

  • 3. Programme de ramonage :

Le programme élaboré est écrit avec les langages GRAFCET (voir annexe 2) et

LADDER (voir annexe 3).

  • 4. Supervision d’automate siemens :

La supervision est une technique industrielle de suivi et de pilotage informatique de

procédés de fabrication automatisés. La supervision concerne l'acquisition de données

(mesures, alarmes, retour d'état de fonctionnement) et des paramètres de commande des

processus généralement confiés à des automates programmables.

En informatique industrielle, la supervision des procédés peut être une application de

surveillance, de contrôle-commande évolué, de diagnostic.

Un logiciel de supervision fonctionne généralement sur un ordinateur en communication,

via un réseau local ou distant industriel, avec un ou plusieurs équipements : Automate

Programmable Industriel, ordinateur, carte spécialisée.

Un logiciel de supervision est composé d’un ensemble de pages (d’écrans), dont l’interface

opérateur est présentée très souvent sous la forme d’un synoptique.

Ce système assure aussi un rôle : de gestionnaire d’alarmes, d’événements déclenchés par

des dépassements de seuils (pour attirer l’attention de l’opérateur et d’enregistrement

d’historique de défauts) et de temps de fonctionnement

Dans le cadre de mon projet, il m’a été proposé d’utiliser le logiciel WINCC flexible vu sa

disponibilité à la société.

Avant de schématiser notre supervision il faut établir le tableau de variable pour réaliser

une liaison entre l’automate et les schémas de supervision (voir annexe 4).

30
30

Notre supervision est composée de trois pages :

Schéma générale de ramonage.

Paramétrages des données de ramonage.

Alarmes.

La page de supervision qui montre les différentes actions du ramonage

(figure 19) :

est la suivante

Notre supervision est composée de trois pages :  Schéma générale de ramonage.  Paramétrages des

Figure 19 : Le schéma général de ramonage.

A l’état initial on a la vanne d’admission de vapeur et son fin de course fermé, la vanne de

purge et son fin de course ouvertes et les ramoneurs sont en arrêt.

31
31

La page dont laquelle on peut modifier les paramètres des données de ramonage est la

suivante (figure 20):

La page dont laquelle on peut modifier les paramètres des données de ramonage est la suivante

Figure 20 : Paramétrages des données de ramonage.

Pour changer la valeur de pression, de température et le temps de purge on utilise les

fenêtres du transmetteur de pression, le transmetteur de température et le temps de purge.

Si l’un des moteurs ne marche pas il faut le dépasser pour ne pas bloquer le système,

C’est Pour cela on utilise les boutons skip M1, skip M2, jusqu’à skip M7 (figure 21).

La page dont laquelle on peut modifier les paramètres des données de ramonage est la suivante

Figure 21: Paramétrages des données de ramonage avec des skip activé.

32
32

Si on a une erreur le bouton Alarmes clignote en rouge pour attirer l’attention de

l’operateur (figure 22).

Si on a une erreur le bouton Alarmes clignote en rouge pour attirer l’ attention de

Figure 22 : Le schéma général de ramonage avec alarme activé.

Si en clic sur le bouton Alarmes on aura la page qui nous donne plus d’information sur

les erreurs détectés (figure 23) :

Si on a une erreur le bouton Alarmes clignote en rouge pour attirer l’ attention de

Figure 23 : La page des erreurs d’alarmes.

33
33

Dans cette page on trouve l’erreur, la date et heurs de l'erreur.

Par exemple si le degré de température n'est pas suffisant on aura une alarme: erreur de

pression (figure 24).

Dans cette page on trouve l’erreur, la date et heurs de l'erreur. Par exemple si le

Figure 24 : L’affichage d’erreur de pression.

Pour démarrer le ramonage on clic sur marche. Puis la vanne d’admission vapeur s’ouvre

(figure 25).

Dans cette page on trouve l’erreur, la date et heurs de l'erreur. Par exemple si le

Figure 3 : L’ouverture de la vanne d’admission.

34
34

Après

le temps

de

purge (5min), la vanne de

purge se

fermé

et

si

les conditions de

température et de pression sont vérifier le premier ramoneur marche (figure 26).

Après le temps de purge (5min), la vanne de purge se fermé et si les conditions

Figure 26 : Marche du premier moteur.

Le premier moteur tourne trois tours, puis le deuxième moteur marche (figure 27).

Après le temps de purge (5min), la vanne de purge se fermé et si les conditions

Figure 27 : Marche du deuxième moteur.

35
35

Même chose pour le troisième ,quatrième ,cinquième ,sixième et septième moteur, puis on

revient à l’état initial (figure 28).

Même chose pour le troisième ,quatrième ,cinquième ,sixième et septième moteur, puis on revient à l’état

Figure 28 :L’état initial du ramonage.

36
36

CONCLUSION

Ce stage au sein de CIM D’EQUIPEMENT était l’occasion pour moi

d’approfondir et de compléter mes connaissances acquises durant mes études. Mon

sujet, portant sur la supervision de ramonage de la chaudière, m’a permis de satisfaire

ma curiosité autant sur le plan théorique que sur le plan pratique.

Ce stage m’a permis également d’améliorer mes compétences dans les domaines :

  • Processus de raffinage du pétrole.

  • Programmation en langage Ladder et Grafcet.

  • Utilisation et mise en vu du logiciel STEP7.

  • Utilisation et mise en pratique du logiciel de supervision Wincc flexible.

  • Automatisation des processus industriel.

37
37

Bibliographie

38
38

Annexe

39
39