Vous êtes sur la page 1sur 11

15/5/2014

les frères musulmans et leur lien avec la franc-maçonnerie

LES FRÈRES MUSULMANS ET LEUR LIEN AVEC LA FRANC-MAÇONNERIE

ÉCRIT PAR ABOU-LEYNA EL-FIRANSSI LE 8 MARS 2013. PUBLIÉ DANS LES FRÈRES MUSULMANS

LE 8 MARS 2013. PUBLIÉ DANS LES FRÈRES MUSULMANS La confrérie des FM = frères musulmans

La confrérie des FM = frères musulmans malgré leur refus de toute ingérence politique étrangère en Égypte, sont un produit de la confrérie des FM = franc-maçons ou (Frères de lumière) Par : Dr. Ibn Soulayman

Dans la série « Mieuxconnaître les courants et les tendances islamiques des temps modernes», nous avons consacré un artic la confrérie d’origine égyptienne « al-Ikhwân al-muslimîn » (ou les Frères musulmans), plus particulièrement sur leur rapport insoupçonné avec les francs-maçons (ou frères de lumière) et de l’influence notoire que ces derniers ont eu sur eux.

La Franc-maçonnerie progressiste, ennemi juré de l’orthodoxie et du conservatisme religieux. Personne n’est sensé ignoré le travail impressionnant opéré par la société occulte des francs-maçons dans le monde musulma datant des premières expéditions Européennes.

Il suffit de lire pour cela les études faites à ce sujet.

1 L’objet de notre article n’est pas de traiter de l’origine très controversée des francs-maçons mais d’une de leurs activités qu consiste à se débarrasser du conservatisme de l’orthodoxie des religions révélées, considérées comme des fables et des superstitions allant à l’encontre de la raison humaine, afin disent-ils « de libérer les individus d’une mentalité arriérée et de les mener vers un progrès humain ».

Pour ce faire, ils incitent les adeptes de ces religions à procéder à des réformes du contenu religieux. Ce fait est bien réel mais nous intéresse en particulier c’est le rôle franc-maçonnique dans la création de mouvements réformistes dits « musulmans » a les éloigner le plus possible de l’islamoriginel, de l’islamorthodoxe qui représente, auxyeuxde ces gens si bienveillant, une entrave à la liberté de l’individu et un frein au progrès des rapports humains.

La mission maçonnique se veut mondiale, universelle en commençant par une réforme européenne notamment en France et en Angleterre.

15/5/2014

les frères musulmans et leur lien avec la franc-maçonnerie

religieuxet progresser ainsi vers un monde meilleur.

Bref, après avoir consacré quelques lignes à l’activité franc-maçonnique en Europe, nous prendrons, pour exemple de leur act en terre d’islam, le réformisme égyptien plus précisément la confrérie des « frères musulmans ».

1 Nous renvoyons le lecteur, entre-autres, au dernier numéro des « Cahiers de l’Orient » d’Antoine Sfeir, article intitulé « L’éq

et le croissant, enquête sur la franc-maçonnerie en terre d’Islam». ou bien à l’ouvrage plus détaillé et intitulé « Une France en

Méditerranée : Ecoles, langue et culture françaises, XIXe-XXe

» de Patrick Cabanel, etc.

3

La franc-maçonnerie en Europe avant leur arrivée chez les musulmans Dès le 16ème siècle les premières opérations notoires franc-maçonniques se font sentir particulièrement en Europe occidentale

1 En effet, ce sont des attaques acharnées contre le christianisme, qui sont menées sur plusieurs fronts.

On créera des brèches dans ce bloc chrétien en procédant à ce qui est appelé « des réformes ».

Voici qu’une multitude de branches dissidentes voient le jour avec à leur tête des personnalités comme Martin Luther, Jean C le Comte de Saint Simon etc.

2 Cette fracture va entrainer des guerres de religions aussi barbares les unes que les autres. L’affaiblissement du Christianism traduira par la déformation de ses dogmes et ses enseignements, en déviant ses fidèles, en les divisant en une multitude d’égl et de sectes.

Pour affaiblir davantage le christianisme, les Francs-maçons ont même créée, dans certains pays comme la France, une révolut (en 1789) afin écarter le religieuxdes affaires de l’état.

La fameuse devise de la république française est d’ailleurs la leur : « liberté, égalité, fraternité. » Ils ne se sont pas contenté d’exclure la religion du champ politique, ils s sont appliqués à propager également les théories athées qui furent érigées en systèmes de croyances, de vie et de gouvernement.

Dans cette stratégie de lutte antireligieuse, toujours au nomde la liberté de l’individu et du progrès, la franc-maçonnerie s’est aussi pour mission de substituer la morale religieuse par une morale dite « laïque et républicaine ».

Depuis, tous les moyens sont bons pour parvenir à leur but : (médias, corruption, intimidation, pressions) pour encourager et légaliser ce qui est en principe interdit par la religion : sexualité libre, pornographie, homosexualité, etc.

Ils brandissent des slogans séduisant tels que l’émancipation, la liberté, l’égalité, la fraternité, etc.

1 On parle de la franc-maçonnerie non encore institutionnalisée, car elle fut institutionnalisée vers le début du XVIIIe siècle.

2 Claude Henri de Rouvroy de Saint-Simon qui, à la fin de sa vie, jette les bases d'une nouvelle « religion », qu'il appelle « Nou Christianisme », afin, dit-il, de lutter contre l'égoïsme et l'individualisme.

Reprenant les principes morauxdu christianisme, cette nouvelle religion, considérée plutôt comme un nouveau code moral, do être philanthropique et devenir le fondement spirituel de la société.

Les pays arabo-musulmans colonisés d’Orient et d’Afrique du nord attirent les saint-simoniens après 1832. Certains Saint- Simoniens partent pour l'Égypte afin d'y appliquer leurs idées et d'y réaliser un projet considérable qui leur permettrait de rentr France auréolés par un grand succès : ils lancent les travauxdu canal de Suez.

15/5/2014

les frères musulmans et leur lien avec la franc-maçonnerie

4

Sur le plan institutionnel, ses méthodes consistent soit à infiltrer, soit à influencer d’une manière ou d’une autre les instances

exécutives et législatives, soit à obtenir l’adhésion de chefs d’Etats, de rois et d’éminents responsables politiques pour orient lois et les décisions dans le sens de ses projets.

Satisfait du résultat obtenu en Europe, le moment est venu, pour eux, de porter leurs idées à travers le monde.

L’époque des colonisations va commencer notamment en terre d’islam.1 Après le christianisme, l’islam.

L’Égypte est certainement l’un des premiers pays à subir la présence notable de contingents maçonniques européens avec l’expédition de L’Empereur français Napoléon Bonaparte.

2 Vers le milieu du XIXe siècle, la révolution française qui s’exporte et l’épopée napoléonienne s’accompagnent, en Orient, de création de quelques loges…

D’après Patrick Cabanel, Il faudra attendre l’expansion coloniale du second empire pour voir les loges maçonniques européen fonder des ateliers en terres d’islam. Cette colonisation maçonnique, tient évidemment pour beaucoup au fait que les obédien européennes croient à la mission civilisatrice de la franc-maçonnerie ; porteuses d’une religion universelle3 et d’une vision du monde issue des lumières, elles entendent participer pleinement à l’aventure coloniale et faire bénéficier de leurs idées les peu nouvellement gagnés à la civilisation, en échange, autant que faire se peut, de substantiels avantages politiques et économiq

Les loges reprennent à leur compte les

1 L’un des produits majeurs résultant du travail de la franc-maçonnerie, en terre d’islam, est Mustapha Kémal Ataturk. Ce dern contribué à la chute de l’empire Ottoman avec d’autres réformateurs d’inspiration maçonnique comme l’iranien Jamal ed-Dîn e Afghanî, l’égyptien Muhammad Abdu, etc., et à l’éradication de la culture et de la pensée islamique en Turquie.

2 Voir Patrice Bret, L’expédition d’Égypte, une entreprise des lumières (1798-1801), publié par l’académie des sciences, 1999.

Si la franc-maçonnerie était déjà présente en Égypte, Ce n’est qu’en 1876 que La Grande Loge Egyptienne a été fondée et ce pendant le protectorat britannique. Notons que les loges maçonniques sont aussi présentes dans le reste des pays arabes (A du nord : Algérie, Tunisie, Maroc et au moyen Orient : Liban, Jordanie, Syrie, Irak, etc.).

Elles jouent, depuis le début des colonisations à nos jours, un rôle majeur dans l’évolution des sociétés arabo-musulmanes.

3 C’est en 1867 que le Grand Orient tranche en la faveur de l’existence de Dieu (le grand architecte de l’univers) et de l’existen l’âme. Mais dès l’écroulement du second empire, en 1870, les libres penseurs et les athées, puisant dans le bouillonnement idéologique de la commune, reprendront leur travail de sape et finiront par imposer, quelques années plus tard, la mise au ranc du « Grand architecte ». (Une France en Méditerranée p. 349)

3

Une France en Méditerranée, Patrick Cabanel, (p.340)

5

nouvelles postures de la France bourgeoise et impériale : la foi en la Civilisation et en la science, le culte du progrès, la croyan la suprématie de la raison.

1

La forte as iration des arabes en

articulier des é

tiens au

ro rès a favorisé une floraison de lo es ma onni ues

ui

15/5/2014

les frères musulmans et leur lien avec la franc-maçonnerie

2 Ces francs-maçons, dont l’arrière boutique reste obscure pour les indigènes, affichent en apparence « des objectifs humanit visant à cultiver l’amour entre les hommes, à la recherche de la paix, du bien et du progrès de l’humanité.

Cet idéal philanthropique lui a permis d’étendre son influence partout dans le monde et de gagner la sympathie d’un nombre considérable de hautes personnalités en occident comme en Orient. »

Les sujets clés, dira Antoine Sfeir, sont l’éducation, la réforme de l’état et, parfois un grand thème de société tel que la femme, l’interruption volontaire de grossesse, la contraception, le planning familial, etc.

3 C’est Probablement sous le règne d’IbrahimPacha que les premiers maçons ont commencé l’initiation des cadres égyptiens idées franc-maçonniques.

L’initiation continuera avec l’équipe de Ferdinand de Lesseps et ses successeurs puis avec la présence des Anglais.

Pour atteindre efficacement leur objectif, les francs-maçons vont initier les gens appartenant à des professions libérales comm médecine, la magistrature, l’enseignement, etc.

L’initiation maçonnique est en marche en terre d’islam. Mais ce qui importe le plus les francs-maçons, c’est la très ancienne université religieuse d’al-Azhar qui semble avoir une grande influence sur le monde musulman, une sorte de Vatican islamique

C’est sur celle-ci qu’il faut se concentrer afin de lui porter le coup fatal et ainsi ébranler l’orthodoxie islamique. Les francs-maç passent par les hommes politiques initiés afin de convaincre voire de contraindre les hauts dignitaires musulmans à les rejoind dans leur initiation.

1 Une France en Méditerranée, Patrick Cabanel, (p.347)

2 Le progrès chez les francs-maçons ne concerne pas la technologie mais les mentalités avec leurs croyances et leurs supersti

C’est un progrès qui serait une évolution ou un changement des mentalités prisonnières des croyances du passé.

3

« Cahiers de l’Orient » d’Antoine Sfeir, article intitulé « L’équerre et le croissant, enquête sur la franc-maçonnerie en terre d’

»

6

Voilà qu’apparaît, auxportes d’al-Azhâr, le grand initié Jamal ad-Din al-Afghânî1 qui va, à son tour, initier le fameuxMohamed

Abdou.2 Ce dernier finira, après quelques pérégrinations, recteur d’al-Azhar.3 Afin de ne pas brusquer et fâcher les

1, En réalité, Jamāl ad-Dīn al-Afghānī était d'origine iranienne et qu'il est devenu Afghan par la suite, ce n'était donc pas un vr Afghan.

Mais il a voulu créer la confusion chez les gens de sorte que l'on ne sache pas qu'il était iranien, parce qu'il savait que le mond sunnite n’apprécie guère les Rāfida (Branches extrémiste chiite). On se méfiait beaucoup de lui.

Il aurait vécu, des années, dans plusieurs pays non musulmans comme la Russie, la France et l’Angleterre.

En 1878, Jamel ed-Din el-Afghânî,est élu président de l’ordre de l’Eastern Star, Il soutiendra, qu’à un moment donné, il s’est sé de la franc-maçonnerie ou plutôt d’une des loges de la franc-maçonnerie.

Même si c’est le cas, ses idées restent très imprégnées par la pensée maçonnique. Voir à ce propos l’ouvrage du traditionalist yéménite Chaykh Mouqbil, intitulé « Qam’ ul-Mu’ānid Wa Zajr ul-Hāqid il-Hāsid »

15/5/2014

thèse d’une origine persane.

les frères musulmans et leur lien avec la franc-maçonnerie

Dans cet article, on trouve un passage qui dit : « Le premier des réformistes est un personnage complexe et en grande partie mystérieux.

Jamal Eddin El-Afghani est probablement d’origine persane ; né en 1839, il milite d’abord en Perse, puis en Inde et en Afghani contre les ingérences européennes. A son époque, être persan s’assimile à être chiite, ce qui est mal vu dans l’empire ottoman c’est pourquoi il se fait passer pour afghan quand il arrive en Turquie.

Cependant, il reste marqué par le chiisme dans lequel il a baigné. »

Dans son exposé sur la relation des États-Unis avec les Frères musulmans, Robert Dreyffus décrit Jamal ed-Din al-Afghani co étant athée. Voici ce que dit l’auteur de l’exposé rapporté par Henriette Hanke Güttinger : « Musulman croyant en apparence, Afghani était en réalité athée et, membre franc-maçon de la Loge écossaise.

La religion n’était pour lui qu’un simple outil dans la poursuite de ses intérêts politiques. » in : Comment les Etats-Unis ont contribué à renforcer l’islamfondamentaliste, Henriette Hanke Güttinger

2 L’ouvrage de Muhammad Abdu « Risâlat al-wâridât » témoigne de son penchant pour le mysticisme qu’il puise dans le sou

Il avait une conception de Dieu semblable à celle du soufi Ibn Arabi. Le traditionaliste Yéménite Cheikh Mouqbil Ibn Hādī Al- Wādi’ī a évoqué le cas de Jamal ad-Dîn al-Afghanî, de Muhammad Abdu et de Rashid Ridâ dans son ouvrage intitulé « Qam’ Mu’ānid Wa Zajr ul-Hāqid il-Hāsid » Il dit de Muhammad ‘Abdu que c’est un rationaliste initié à la franc-maçonnerie comme s maitre Jamel ed-Dîn al-Afghânî et son disciple Rachid Rida. D’après le traditionaliste Yéménite, Muhammad Abdu était connu son abandon de la prière quotidienne, tel qu’an-Nabahānī l'a mentionné dans ses vers, et il a dit [de lui] :

Il (Muhammad ‘Abdu) s'est certes rendu a Paris un certain nombre de fois et ne s'est pas rendu une seule fois à La Mecque po pèlerinage (hadj ou Omra).

Pour terminer, le cheikh Yéménite affirme que Jamal ad-Dīn el-Afghānī et Muhammad ‘Abdu étaient des agents qui ont partici renversement de l'état Ottoman, [or] malgré ce qu’on en pense (fléau, calamité), c'était [quand même] un état musulman. Ce fait corroboré par l’enquête menée par Robert Dreyfuss qui dit :

« Lorsque des nationalistes de l’armée égyptienne s’insurgèrent contre la domination britannique, Abdu se rangea du côté britannique.

C’est ce qui aurait rendu le fondamentalisme musulman si précieuxauxBritanniques et, plus tard, auxAméricains. » Comment États-Unis ont contribué à renforcer l’islamfondamentaliste par Henriette Hanke Güttinger

3 D’après C. Naudin : « Malgré le soutien des autorités britanniques, Muhammad Abdû échoue à réformer al-Azhâr. » Histoire l’islam, Le réformisme salafiste.

7

dignitaires orthodoxes, on parlera avec une grande subtilité de progrès tout en se référant auxancêtres pieux.

1

Au fur et à mesure que l’initiation progresse dans la société arabe et en particulier en Égypte, les francs-maçons préparent la

déconstruction de l’orthodoxie musulmane.

On usera des mêmes procédés utilisés contre le catholicisme en Europe occidentale, dont la création de mouvement réformate comparables auxprotestants chrétiens.

15/5/2014

les frères musulmans et leur lien avec la franc-maçonnerie

Les « frères maçons » créerons les « Ikhwan al-mouslimine »

2 avec à leur tête un certain al-Hassan al-Banna3. En effet, dans ses mémoires, l'instituteur égyptien, membre d’une confrérie s et évoluant dans une société égyptienne imprégnée par les idées progressistes répandues par la grande loge maçonnique égyptienne, raconte que sixouvriers de la compagnie de Suez4 (d’obédience maçonnique, saint-simonienne) l’auraient pouss créer son mouvement en réaction au pouvoir politique des étrangers européens.

5

1

On est salafî lorsqu’on prétend se référer auxpremiers musulmans (les salaf). Le terme salafî serait un équivalent de «

traditionalisme » qui se dit, en arabe, Ahl al-hadith. Les traditionalistes musulmans donnent la préséance auxtextes avant la ra

Ce n’est en tout cas pas le cas de Jamal ad-Dîn al-Afghânî et de Muhammad Abdû qui comme le montrent leur propos très explicites, ils sont rationalistes, donnant la préséance à la raison sur les textes.

2 Ikhwân al-mouslimine signifie « frères musulmans ».

Il semble que le mot frères « ikhwân », au pluriel, soit l’idée des francs-maçons, membres de la compagnie de Suez car c’est également le nompar lequel ils se désignent (frères franc-maçons ou frères de lumière).

La fraternité est un principe fondamental dans le milieu maçonnique. Le mot « frère » est toujours placé avant le nomde la personne désignée (exemple : frère charles).

On retrouve une utilisation semblable chez les Frères musulmans (exemple : frère hassan).

Même si, avec le temps, son son emploi s’est élargi, le terme « frère » est en principe employé exclusivement pour les membres la confrérie. Ceuxqui n’ont pas adhéré n’étaient pas considérés comme des confrères. Pourtant, l’islamsous entend déjà la fraternité.

Alors pourquoi une autre fraternité dans une fraternité.

Une fraternité spécifique à une confrérie spécifique inventée et prétendant apporter la solution à la communauté islamique. La communauté islamique a t-elle eu besoin d’attendre 15 siècles, depuis sa création, pour voir surgir des individus appartenant société dont les croyances sont corrompus et polluée par des idées étrangères pour être sauvée ?

3 Al-Hassan al-banna, né le14 octobre 1906 - mort le 12 février 1949

4 La Compagnie universelle du canal maritime de Suez a été créée en 1858 par Ferdinand de Lesseps pour percer et exploiter le de Suez en Égypte. Cet ingénieur français dirigeait un groupe d’hommes d’obédience maçonnique et saint-simonienne. Antoi Sfeir :

« …le groupe de Ferdinand de Lesseps qui compte surtout des maçons constructeurs »

L’équerre et le croissant, enquête sur la franc-maçonnerie en terre d’Islam, Cahier de l’Orient, p.2

5

Hassan el-Banna, Après les Frères musulmans, Le Caire, Maison de la pensée islamique, 1996, p. 34-38

8

Dans la revue « World In Review » John Coleman précise que l'organisation des frères musulmans serait un ordre créé en secr par la franc-maçonnerie britannique avec l'aide de Thomas Edward Lawrence (Laurence d’Arabie), Bertrand Russell, St. John

15/5/2014

les frères musulmans et leur lien avec la franc-maçonnerie

Foundation, Forbes Global 2000, le Interreligious Peace Colloquium, le Tavistock Institute, ainsi que d'autres organisations qu rapprochent de la thématique du nouvel ordre mondial. »

1

D’après certaines archives, Hassan al-Banna reçoit de l’argent (500 livres) de la toute puissante "Compagnie du Canal" sous

contrôle des Britanniques [francs-maçons] depuis 1876.

Il reçoit aussi un permis pour construire une mosquée. Al-Banna se justifie d’abord en déclarant cet argent appartenant de dro peuple égyptien comme tous les biens de la Compagnie. Plus tard, il niera avoir touché cette aide financière.

2

D’autres parts, il reconnaît avoir été très influencé par ces prédécesseurs Jamal ad-Dîn al-Afghanî et Muhammad Abdu mufti Azhar connus tous les deuxpour avoir été de grands initiés des loges maçonniques françaises et anglaises et qui ont profondément marqués la pensée égyptienne de l’époque.3

1 John Coleman est un auteur de théories du complot britannique et ex-espion du MI6. (Extrait de Wikipédia).

2http://www.lemondedesreligions.fr/archives/2007/11/01/1906-1949-hassan-al-banna,9013903.php

3 Dans son article intitulé « Islamisme, réformisme et violence politique : comment interpréter l'histoire des Frères musulmans » Malika ZEGHAL cite Tarek Ramadan en disant : « il replace le fondateur [al-Hassan al-Banna] de la Confrérie [des frères musulmans] dans une lignée qui remonte auxpremiers réformateurs de la fin du XIXe siècle (al-Afghânî et Abdû) »

9

Les frères musulmans entre une ouverture à l’idéologie des francs-maçons et un refus de l’ingérence britannique :

Les Frères musulmans, sensibles auxidées progressistes1 de la confrérie des francs-maçons, ont plusieurs objectifs :

1. L’objectif premier, d’ordre idéologique, consiste en une réforme de la religion afin d’orienter la population vers un islamdit progressiste et moderne. » 2

Il est important de savoir que la réforme de la religion, engagée par les mouvements réformateurs contemporains d’inspiration maçonnique, ne concerne pas seulement la jurisprudence (fiqh).

Lorsqu’ils parlent de réforme religieuse, les frères musulmans citent l’ijtihâd qu’ils traduisent par « effort personnelle d’interprétation » et pour étayer leur thèse, ils font référence à des personnalités comme le traditionaliste Ibn Taymiya.

3 Seulement, l’ijtihâd, chez Ibn Taymiya et tous les anciens traditionalistes et conservateurs (Ahl al-hadith), concerne unique la jurisprudence (fiqh) alors que pour les frères musulmans et les réformistes d’influence maçonnique, de notre époque, cela concerne l’ensemble de la religion : le crédo (‘aqida) et la jurisprudence (fiqh).

Les dits « réformistes » en pays arabes en particulier en Égypte, ont procédé à un tri des textes (hadiths), considérés jusque là comme fondateurs du crédo islami ue un tri à la lumière de la seule raison humaine et tout ce ui contredit la raison autremen

15/5/2014

frères musulmans entre autres.

les frères musulmans et leur lien avec la franc-maçonnerie

D’après certaines sources dont le livre [cité précédemment] du traditionaliste Yéménite Chaykh Mouqbil : « Muhammad Abdu rationaliste confirmé, aurait déclaré un jour que : « Les hadith concernant l'Antéchrist (Ad-Dajjāl) sont simplement un symbol de la superstition. Il a également nié le levé du soleil

1 Le progressisme peut être soit : Une tendance politique favorable auxréformes sociales et économiques tendant vers un idé

soit une tendance religieuse favorable à des changements, au contraire des intégristes. Pour les Francs-maçons, le progrès pa

d’abord par une réforme de la religion qui s’accompagne par une réforme sociale et économique.

2 A l’instar des francs-maçons, les frères musulmans vont recruter des gens dans les professions libérales : avocats, médecins pharmaciens ou encore ingénieurs.

3 Pour les traditionalistes et conservateurs comme Ibn Taymiya, l’ijtihad consiste à chercher une réponse à une question de fi

sans sortir d’un certain cadre traditionnelle où l’authenticité des hadiths n’est pas établie par le seul moyen de la raison. Pour traditionalistes, la religion n’est pas entièrement rationnelle.

10

à l'ouest lorsque viendra la fin des temps.

Il a aussi nié les forts gémissements de la souche d'arbre mentionnés dans le hadith suivant : « Le Prophète () prononçait ses sermons en s'appuyant sur la souche d'arbre, mais par la suite une chaire fut construite dans ce but.

Quand il s'approcha alors de la souche, elle se mit à pleurer. L'événement est rapporté dans le recueil de Bukhāri. Il nie également le fait que la Lune se soit fendue. En somme, il nie les miracles, que l'on trouve dans les hadiths, parce qu’ils embarrassent sa vision purement rationnelle. Muhammad ‘Abdu a affirmé qu'il existait (originellement) d'autres êtres humains Adam, que l'humanité avaient plusieurs pères et que Adamn'était pas leur seul père.

Il y a également l'histoire des oiseauxet du Prophète Abraham. A ce propos, Muhammad ‘Abdu a déclaré que :

"C'étaient des [oiseaux] entraînés, Abrahamles a lâchés puis les a rappelés. " Donc, Abdu ne croit pas qu'Abrahamles a tués que son Seigneur (Allah) leur a redonné vie et qu'Abrāhamles a appelés ensuite à lui.

Concernant l'histoire de ‘Uzayr : « Comment Allah va-t-Il redonner la vie à celui-ci après sa mort ? dit-il. Allah le fit mourir et l’ maintenu ainsi durant cent ans. Puis Il le ressuscita. »

Dans son explication, Muhammad Abduh, rationaliste convaincu, a dit :

« Allah l'a [seulement] fait dormir mais il n’a pu le faire mourir car on vu parmi les faits divers, rapporté par les journaux, qu'un homme avait dormi pendant une période de quatre mois. » La pensée des réformateurs d’influence maçonnique, du monde arabe actuel, rejoint celle des anciens rationalistes Mu’tazilite

Ils appartiennent tous à l’école rationaliste.

1 C’est une école motivée généralement par des facteurs extérieurs à la communauté islamique traditionnelle.

15/5/2014

les mouvements réformateurs, de l’époque

les frères musulmans et leur lien avec la franc-maçonnerie

1 Les rationalistes musulmans des temps modernes, autrement dit la confrérie des Frères Musulmans ont trouvé dans les idée progressistes un moyen d’émancipation vis à vis que certaines pratiques religieuses jugées trop orthodoxes et conservatrices leur gout.

Un exemple parmi tant d’autres : la prière quotidienne en assemblée dans la mosquée qui était, depuis le début de l’islam, considérée comme obligatoire pour l’homme, elle ne l’est plus pour les adeptes de la confrérie qui ont déserté les mosquées.

Dans leur système très paradoxal car d’un côté ce système est dit « progressiste » et de l’autre côté il est érigé sur le modèle clérical et dogmatique d’un catholicisme romain. On prêche la fraternité mais il existe des échelons voire des grades. Ceuxqui instruits guident et les autres suivent aveuglément.

Lorsqu’une directive (qu’ils nomment fatwa) vient d’un supérieur, on l’applique immédiatement. Si par exemple, on leur signifi la prière en commun, dans la mosquée, n’est pas obligatoire, à partir de là, ceuxqui sont en bas de l’échelle désertent définitivement les mosquées.

11

coloniale et postcoloniale, ont été influencés par la pensée rationaliste franc-maçonnique occidentale.

2. Un second objectif consiste en une révolte contre l’ingérence des pays européens notamment celle des Anglais dans les af politiques égyptiennes.1

Le scénario égyptien, de l’époque, ressemble étrangement à celui vécu, en Europe, par les réformateurs dits « protestants » qu connu le martyr face auxcatholiques.

Les représentants du protestantisme comme l’allemand Martin Luther et le suisse Jean Calvin sont des initiés de la franc- maçonnerie.

La différence c’est que les « Frères musulmans » ne combattent pas physiquement l’orthodoxie islamique majoritaire, mais le nationalisme arabe sous le régime de Nasser qui défie l’Occident.2 Pourtant, l’orthodoxie islamique, représentée essentielleme la mouvance salafiste traditionaliste (Ahl al-hadith), reproche auxFrères musulmans de s’éloigner de l’islamoriginel vers ce q appellent le modernisme et le progrès religieux.

Les rationalistes frères musulmans ont naïvement tenté de rallier, à leur cause et sous leur bannière, le reste de la communauté musulmane comme font les frères [francs] maçons en Europe et dans le monde en tentant de rallier, à leurs idées, toute l’huma malgré toutes les diversités parfois opposées. Les frères musulmans ont négligé le fait que les traditionalistes ont, de tout tem été les opposants et les ennemis des rationalistes. Aussi leur ont ils répondu : « que la vérité ne peut s’allier avec le faux»

Si l’on compare aujourd’hui l’islamdes pays fortement colonisés par la pensée maçonnique et l’islamdes pays très peu colon (pays de la péninsule arabique : Arabie Saoudite, une partie du Yémen, etc.3), on constate une nette différence au niveau de la religion. Les pays non initiés sont conservateur d’une religion

1 L’instrumentalisation des frères musulmans au bénéfice de certains pays étrangers ou de politiciens, est chose courante. Le occidentauxles ont utilisés pour combattre le nationalisme arabe de Nacer Jamal ed-Din ; par la suite, des hommes politiques égyptiens les ont utilisés pour accéder au pouvoir.

15/5/2014

les frères musulmans et leur lien avec la franc-maçonnerie

3, au Yémen dans et toute la péninsule arabique, dira Antoine Sfeir, la franc-maçonnerie es très faible et pratiquement inexistan sauf parmi les expatriés, qu’ils soient arabes ou étrangers. Voir : « L’équerre et le croissant, enquête sur la franc-maçonnerie e terre d’Islam» In : Cahier de l’Orient.

12

primitive et dogmatique tandis que les autres présentent une religion réformée progressiste, moins dogmatique, qui tend vers modèle religieuxeuropéen, lui aussi réformé un peu plus tôt. Un signe évident, dans la société musulmane, est le vêtement traditionnelle de l’homme et de la femme musulmane qui reste traditionnel et archaïque chez les non initiés et moderne à l’imag Européens chez les initiés. De même, la langue de communication, qui était jusque là la langue arabe, est progressivement remplacée par les langues des initiateurs. Ce sont là les symboles du progrès affichés par les initiés dans les pays colonisés.

Bref, aujourd’hui, les Frères musulmans continuent de prêcher un islamdit « moderne et progressiste » qui s’oppose avec l’is traditionaliste représenté majoritairement par le salafisme. C’est un peu la confrontation entre les protestants et les Catholique orthodoxes, et tous les traditionalistes chrétiens.1 Les frères musulmans se retrouvent, aujourd’hui, désemparés face à un problème inextricable. D’un côté, ils doivent montrer, successeurs de leurs initiateurs (francs-maçons), qu’ils maintiennent, tant bien que mal, leur aspiration au progrès par une réf de la religion islamique et de l’autre côté, ils tentent de faire face auxorthodoxes qui les accusent d’égarement et parfois même d’hérésies.2 Désemparé, ce mouvement rationaliste et réformateur de la religion islamique se retrouve dans une position assez inconfortable. Les frères musulmans ne sont qu’un échantillon représentatif de cette nouvelle pensée rationaliste et progressiste en milieu musulman.

L’époque d’aujourd’hui où le monde est dominé par la pensée matérialiste, le culte du progrès, la croyance en la suprématie d raison, embarrassera bon nombre d’esprits dits « musulmans ».

En effet, la pression est tellement forte que les musulmans demeurent et demeureront, sans cesse, tiraillés par deuxopposés :

côté par la religion islamique traditionaliste et de l’autre par la société matérialo-rationaliste. Ils n’osent pas trancher pour l’un pour l’autre de peur de perdre l’un des deuxopposés. Alors, ils sont prêts à faire un grand nombre de concessions, tant au ni des croyances qu’au niveau de l’éthique, pour vivre les deuxopposés.

1 D’ailleurs, l’exemple, délibérément invoqué par les réformistes musulmans, est celui du protestantisme européen. Voir : Histo de l’islam, Le réformisme salafiste.

2 Lorsqu’on parle d’orthodoxie, on désigne par ce terme tous les courants traditionalistes qui font passer la raison après les te

13

Dans les années 1990, en Égypte, la confrérie s’affiche publiquement comme un mouvement respectueuxde la démocratie. Elle

publie trois manifestes importants :

• l’un plaidant en faveur de « l’indispensable démocratie » ; • l’autre portant sur les droits des minorités, notamment de « nos frères et compatriotes coptes » ; • le troisième concernant « le statut de la femme ».

Les fondateurs du nouveau parti des frères musulmans reprochent, auxdirigeants, leur manque de modernité et leurs concept archaïques. Ils proposent l’adoption d’« une vision moderniste fondée, certes, sur les acquis du passé, mais axée sur les défis XXIe siècle». En opposition avec leurs aînés, ils établissent un programme plutôt libéral, fondé sur le Coran mais reconnaissa évolutions de la société.

15/5/2014

les frères musulmans et leur lien avec la franc-maçonnerie

Ils sont en faveur d’un système gouvernemental à l’« occidentale » qui respecte toutes les libertés collectives et individuelles élections pluralistes, l’alternance politique et la primauté de la loi.

Pour conquérir le pouvoir, les Frères musulmans adoptent des méthodes souvent similaires à celles des Francs-maçons. Depu quelques années, ils ont appliqué une véritable métamorphose.

La plupart des membres de la confrérie ont fait un important travail au niveau de leur apparence vestimentaire et physique. Ha en costume à l'occidentale, ils sont soit complètement rasés, soit portent une barbe finement taillée. Ils sont pour beaucoup is des hautes écoles, parlent tous plusieurs langues étrangères et se présentent désormais en démocrates. D'après l’une des me de la confrérie, Makramal-Deiri, tous les candidats auxélections législatives du mouvement ont bénéficié d'une formation inte auxtechniques de communication, auxstratégies de persuasion et à l'art des négociations. Officiellement, le mouvement a abandonné tout projet d'État théocratique.

En conclusion, l’origine franc-maçonnique de la confrérie des Frères musulmans est bien réelle et irréfutable. L’histoire le conf et la confrérie ne le cache pas non plus. Ce qui maintient, jusqu’ici, une certaine confusion sur leur origine c’est certainement combat contre l’ingérence politique des pays européens, comme si les frères musulmans rejetaient tout des Européens même l idées progressistes des francs maçons. Bien sur que non ! Euxmême disent à propos des Européens : « nous prenons ce qui semblent être bon pour nous et nous rejetons ce qui ne l’est pas ». Même si on conteste l’origine directe franc-

14

maçonnerie de la confrérie, l’influence maçonnique sur les idées des Frères musulmans ne peut être niée.

En voulant réformer la société islamique avec les idées maçonniques, ils ont dépouillé la religion de sa partie spirituelle pour n s’adonner qu’à une politique différente de l’esprit islamique.

Cela se résulte en une aliénation de leur confrérie et celle de leurs adeptes.

Aujourd’hui, leur vision de la religion islamique continue d’inquiéter à la fois les traditionalistes et orthodoxes musulmans et l gouvernements.

Références bibliographiques

1. Cahiers de l’Orient, article intitulé « L’équerre et le croissant, enquête sur la franc-maçonnerie en terre d’Islam» Antoine Sfe

2. Une France en Méditerranée : Ecoles, langue et culture françaises, XIXe-XXe

3. Qam’ ul-Mu’ānid Wa Zajr ul-Hāqid il-Hāsid, Chaykh Mouqbil

4. Risâlat al-wâridât, Muhammad Abdu

5. Histoire de l’islam, Le réformisme salafiste. C. Naudin

6. « World In Review » John Coleman

7. Hassan el-Banna, Après les Frères musulmans, Le Caire, Maison de la pensée islamique, 1996

8. « Islamisme, réformisme et violence politique : comment interpréter l'histoire des Frères musulmans » Malika Zeghal

9. Comment les Etats-Unis ont contribué à renforcer l’islamfondamentaliste », Henriette Hanke Güttinger

de Patrick Cabanel

10. L’expédition d’Égypte, une entreprise des lumières (1798-1801), Patrice Bret, publié par l’académie des sciences, 1999