Vous êtes sur la page 1sur 21

 

rencontres littéraires internationales


SAINT-NAZAIRE/BASE SOUS-MARINE LIFE

n 7 o

t in g
e e e n re
mdonner un g
hoix
sé C
© Jo

© J.
Sas
sier
/ Gall
ima
rd
Se
DR

a
dre
tan
e San
ni lein
pari ade
Gas ©M
aolo
©P
r
rdie
/ Ve
ouls
ass
ie B
oph
©S
i
insk
rdz
l Mo
anie
©D

rd
ima
Gall
élie
©H
d
s Su
i Acte
insk ens
/
rdz utt
l Mo oN
run

2
anie
©D ©B

2
t
hard

-
een
es L
cqu

19 vem
© Ja

P
©O

ffre
t

no
e
Jau
line

r
aro
©C

Ren
ault

b 9
200
pe
hilip
©P

t
igo
eB
ierr
©P
t
ere
erg
nB
asto
©G

e
libr
trée
en
io
tud
&B S
et/B
ugill
Bea
ard
© Bern
alain mala

Copenhague / Madrid meet


maison des écrivains étrangers et des traducteurs de saint-nazaire
Dossier de presse // MEETING n°7

M.E.E.T. 
Maison des Ecrivains Etrangers et des Traducteurs 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

MEETING n°7 
Rencontres littéraires internationales 
 
 
 
Saint‐Nazaire – LIFE 
19 ‐ 22 novembre 2009 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Se donner un genre 
 

*** 
Copenhague et Madrid 

2
Dossier de presse // MEETING n°7

 
 
 
 
 
 
 
 
 
Sommaire 
 
Communiqué de presse            4 
Liste des auteurs invités            5 
Programme détaillé de MEETING          6 
Biographie des auteurs invités          8 
Les Prix littéraires            15 
Les publications              17 
Informations pratiques            20 
La Maison des Ecrivains Etrangers et des Traducteurs    21 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
M.E.E.T. (Maison des écrivains étrangers et des traducteurs) 
Président : Patrick Bonnet. Directeur littéraire : Patrick Deville 
1, boulevard René Coty, 44600 Saint‐Nazaire 
Tel : 02 40 66 63 20 – maisonecrivainsetrangers@wanadoo.fr 
 
Service de presse / partenariats média 
Faits&Gestes – Laurent Delarue  
10 rue des messageries, 75010 Paris 
Tel : 01 53 34 65 84 
laurent.delarue@faitsetgestes.com  
 
MEETING est soutenu par les villes de Saint‐Nazaire et de Nantes, la Communauté d’agglomération de la 
région nazairienne (Carène), le Conseil général de la Loire‐Atlantique, le Conseil régional des Pays‐de‐la‐
Loire, la Direction régionale des affaires culturelles (Drac), le Centre National du Livre. 
 
Partenaires média : Ouest‐France, L’Humanité, Télérama et Le Magazine Littéraire 

3
Dossier de presse // MEETING n°7

COMMUNIQUE DE PRESSE 
 
 
 
 
Ecrivains et traducteurs du monde  
ont rendez‐vous à Saint‐Nazaire 
 
 
 
La 7ème édition des rencontres littéraires internationales MEETING aura lieu du 19 au 22 novembre 
2009 à Saint‐Nazaire au LIFE (Lieu International des Formes Émergentes), dans l’ancienne base sous‐
marine.  Par  un  programme  exigeant  développé  grâce  au  réseau  international  de  la  M.E.E.T.  et  des 
rencontres  originales  donnant  la  parole  à  des  écrivains  français  ou  étrangers  et  des  traducteurs,  le 
rendez‐vous annuel MEETING s’impose comme un grand rendez‐vous littéraire de création en France.  
 
 
« Se donner un genre » 
Où en sommes‐nous, dans ce 21ème siècle déjà bien engagé, des « genres littéraires » ? Les distinctions 
du « roman », du « récit », du « poème », de la « nouvelle » sont‐elles encore valides ? Des glissements 
se sont‐ils opérés ? C’est autour de ce thème que les écrivains invités à Saint‐Nazaire seront amenés à se 
rencontrer. 
Poser  cette  question  aujourd’hui  en  France  n’a  de  sens  qu’en  y  associant  des  écrivains  étrangers.  La 
nomenclature des « genres littéraires » entretient un lien profond avec l’histoire de chaque littérature, 
et  la  « short‐story »  n’est  pas  exactement  le  « cuento »  comme  celui‐ci  n’est  pas  exactement  la 
« nouvelle ». Et que dire de ce genre majeur et si particulier de la « chronique » au Mexique ? 
 
Le programme de MEETING est complété par des lectures bilingues et des tables rondes qui feront se 
rencontrer les littératures de Copenhague et de Madrid grâce aux auteurs danois et espagnols rendant 
possible  la  confluence  de  leurs  univers  littéraires  pourtant  bien  éloignées  dans  l’espace.  Le  Prix  Laure 
Bataillon et le Prix Laure Bataillon Classique seront remis à leurs lauréats respectifs : Duong Thu Huong 
et Phuong Dang Tran pour Au zénith (ed. Sabine Wespieser) et Jean‐Raymond Fanlo pour la traduction 
des œuvres de Cervantès (Le Livre de Poche). 
 
Recueil, revue 
Enfin, MEETING sera l’occasion pour la M.E.E.T. de publier, comme chaque année, plusieurs ouvrages. 
En lien avec les rencontres, la revue meet (n°13) Copenhague – Madrid offrira un panorama de ces deux 
littératures contemporaines tandis qu’un recueil de textes regroupera les productions inédites d’auteurs 
présents sur le thème Se donner un genre. Je t’interpelle dans la nuit de Aslı Erdoğan et Ces Canards qui 
volaient contre le vent, Armand Gatti à Saint‐Nazaire complètent la liste de ces publications. 
 
 
www.meet.asso.fr 

4
Dossier de presse // MEETING n°7

LES ECRIVAINS INVITES 
 
 
 
John Burnside / Écosse  
 
Jacques Darras / France  
 
Aslı Erdoğan / Turquie  
 
Percival Everett / États‐Unis  
 
José Manuel Fajardo / Espagne  
 
Armand Gatti / France  
 
Jens Christian Grøndahl / Danemark  
 
Yvon Le Men / France  
 
Julio Llamazares / Espagne  
 
José Angel Mañas / Espagne  
 
Rosa Montero / Espagne  
 
Marius Daniel Popescu / Roumanie ‐ Suisse  
 
Jørn Riel / Danemark  
 
Juana Salabert / Espagne  
 
Pierres Senges / France  
 
Michel Séonnet / France  
 
Yuri Slezkine / États‐Unis  
 
Jan Sonnergaard / Danemark  
 
Jens Smærup Sørensen / Danemark  
 
Yoko Tawada / Allemagne ‐ Japon  
 
Duong Thu Huong / France ‐ Vietnam  
 
Jean‐Philippe Toussaint / France ‐ Belgique  
 

5
Dossier de presse // MEETING n°7

LE PROGRAMME 
 
 
 
Sauf mention spécifique, l’intégralité du programme se déroule dans le LIFE, Lieu international des 
Formes Emergentes, et l’entrée est libre. 
 
 

Jeudi 19 novembre  
 
18h30 / Présentation de Meeting #7 par Patrick Deville  
 
Table ronde : La littérature danoise contemporaine  
Avec Jens Christian Grøndhal, Jørn Riel, Jens Smærup Sørensen et Karl Ejby Poulsen  
Animée par Pascal Jourdana / Interprète, Lucie Lavergne  
Médiathèque Etienne Caux  
 
Présentation de la revue bilingue meet n°13 Madrid / Copenhague  
Médiathèque Etienne Caux  
 
20h30 / Projection : Ordet (La Parole) de Carl Theodor Dreyer  
Film danois, 1955 (2h03)  
Avec : Henrik Malberg (Morten Borgen), Emil Hass Christiansen (Mikkel), Birgitte Federspiel (Inger), 
Preben Lerdoff Rye (Johannes)  
Dans le Jutland occidental, en 193o, dans un village du Jutland, des discordes religieuses surviennent 
entre deux familles lorsqu’il est question d’unir par le mariage deux de leurs enfants.  
Cinéville / tarification Cinéville 
 
 

Vendredi 20 novembre 
 
15h00 / Table ronde : La littérature espagnole contemporaine  
Avec Juana Salabert, José Angel Mañas, Rosa Montero et Julio Llamazares  
Animée par José Manuel Fajardo / Interprète, Françoise Garnier  
 
16h45 / Lectures bilingues  
Juana Salabert, Jacques Darras et Jens Smærup Sørensen  
Version française lue par Sophie Merceron et Yves Arcaix  
Radôme — Toit de la Base sous‐marine 
 
18h30 / Table ronde : Se donner un genre  
Avec Percival Everett, Yuri Slezkine et Jan Sonnergaard  
Animée par Pascal Jourdana / Interprète, Lucie Lavergne  
 
21h30 / Présentation du livre Ces canards qui volaient contre le vent et débat public  
Avec Armand Gatti, Marc Kravetz et Michel Séonnet  
Animée par Thierry Guichard  

6
Dossier de presse // MEETING n°7

Samedi 21 novembre 
 
11h00 / Table ronde : Se donner un genre  
Avec Aslı Erdoğan, Juana Salabert et John Burnside 
En partenariat avec Le Magazine Littéraire 
Animé par Hervé Aubron / Interprète, Lucie Lavergne et Françoise Garnier  
 
14h30 / Table ronde : Les éditeurs et les genres littéraires  
Avec Sabine Wespieser, Olivier Rubinstein et Paul Otchakovsky‐Laurens  
Animée par Pascal Jordana  
 
16h30 / Café Littéraire : Les genres de Marius Daniel Popescu  
Animé par Sylvie Gouttebaron  
 
17h30 / Table ronde : Se donner un genre  
Avec Yvon Le Men, Julio Llamazares et Jacques Darras  
Animé par Bernard Martin /Interprète, Françoise Garnier 
 
19h30 / Lancement public du site de Jean‐Philippe Toussaint www.jptoussaint.com 
Les genres de Jean‐Philippe Toussaint avec Sylvain Bourmeau et Patrick Soquet 
 
21h00 / Les Prix Littéraires  
Remise du prix Laure‐Bataillon de la meilleure œuvre traduite en français dans l’année à Duong Thu 
Huong et Phuong Dang Tran pour le livre Au zénith, aux éditions Sabine Wespieser.  
Remise du prix Laure‐Bataillon classique à Jean‐Raymond Fanlo pour la traduction des œuvres de 
Cervantès aux éditions Livre de Poche.  
Autour de Cervantès avec José Angel Mañas et José Manuel Fajardo 
Lectures bilingues, version française lue par Sophie Merceron et Yves Arcaix  
Animé par Thierry Guichard  
Prix remis par les villes de Nantes et Saint‐Nazaire  
Cocktail en l’honneur des lauréats et des écrivains invités  
 
 

Dimanche 22 novembre 
 
11h00 / Table ronde : Se donner un genre  
Avec Pierre Senges, Yoko Tawada et Rosa Montero  
Animée par Thierry Guichard / Interprète, Lucie Lavergne et Françoise Garnier  
 
14h30 / Table ronde : Les critiques et les genres littéraires  
Avec Alain Nicolas, Thierry Guichard et Norbert Czarny et Hervé Aubron 
Animée par Bernard Martin  
 
16h30 / Table ronde : Se donner un genre  
Avec Jørn Riel et Jean‐Philippe Toussaint 
Animée par Alain Nicolas  

7
Dossier de presse // MEETING n°7

LES AUTEURS INVITES 
 
 
 

John Burnside  
John Burnside est né en 1955 dans le Fife, en Écosse, où il vit actuellement. Il a étudié au Collège des 
Arts et Technologies de Cambridge. Ancien écrivain de la Résidence de l’Université Dundee, il enseigne 
aujourd’hui à l’université de St Andrews. Son premier recueil de poésie, The Hoop, est publié en 1998, et 
lui vaut de nombreuses récompenses. Il est aussi l’auteur d’un recueil de nouvelles, Burning Elvis (2ooo), 
et  de  plusieurs  romans,  tels  que  The  Dumb  House  (1997),  The  Mercy  Boys  (1999),  The  Locust  Room 
(2oo1) et Living Nowhere (2oo3). Il a été invité à la Maison des Écrivains Étrangers et des Traducteurs en 
2oo5.  
Bibliographie sélective : La Maison muette, Métailié, 2oo3 / Une vie nulle part, Métailié, 2oo5 / Sacred, 
Gwenn Ha Du, Salt, in Loire & Océan, meet, 2oo6 / Cambridge/75, in Avoir Vingt Ans, meet, 2oo7 / Les 
Empreintes du diable, Métailié, 2oo8 / Un mensonge sur mon père, Métailié, 2oo9 / Chasse nocturne, 
meet, 2oo9 / À propos du genre, in Se donner un genre, meet, 2oo9 
 
 

Jacques Darras  
Jacques  Darras  est  né  en  1939  dans  le  Ponthieu  près  de  la  Manche.  Il  a  enseigné  la  poésie  anglo‐
américaine à l’Université de Picardie. Il a créé à Amiens en 1978 la revue in’hui. Il a co‐fondé le mensuel 
national de poésie Aujourd’hui Poème. Il compose depuis 1988 un long poème en plusieurs chants, La 
Maye.  Il  a  traduit  Walt  Whitman,  Samuel  Taylor  Coleridge,  Ted  Hughes,  Malcolm  Lowry,  Ezra  Pound, 
William  Carlos  Williams.  Il  a  reçu  le  Prix  Apollinaire  en  2oo4  et  le  Grand  Prix  de  Poésie  de  l’Académie 
Française  pour  l’ensemble  de  son  œuvre,  en  2oo6.  Il  a  participé  au  colloque  Lowry  en  juin  2oo9  à 
Fontevraud. 
Bibliographie sélective : La Maye (poème en plusieurs chants) : Chant I : La Maye (In’hui, 1988) ; Chant II 
: Le petit affluent de la Maye (Trois Cailloux, 1993) ; Chant III : Van Eyck et les rivières, dont la Maye (Le 
Cri, 1996) ; Chant IV : L’embouchure de la Maye dans les Vagues de la Manche (Le Cri, 2ooo) ; Chant V : 
Vous n’avez pas le vertige ? (Gallimard, 2oo4) ; Chant VI : Tout à coup je ne suis plus seul. Roman chanté 
compté (Gallimard, 2oo6) ; Chant VII : La Maye réfléchit (Le Cri, 2oo9) / Le Génie du Nord, Grasset, 1988 
/ La Mer hors d’elle‐même, Hatier, 1993 / La Picardie : Verdeur dans l’âme, Autrement, 1993 / Moi 
j’aime la Belgique !, Gallimard, 2oo1 / Qui parle l’européen ?, Le Cri, Bruxelles, 2oo1 / Nous sommes tous 
des romantiques allemands, Calmann‐Lévy, 2oo2 / Allen Ginsberg : La voix, le souffle, Jean‐Michel Place, 
2oo2 / Andrea Doria avec un chat à Gênes, Lanore, 2oo3 / Vous n'avez pas le vertige ?, Gallimard , 2oo4 
/ Nous ne sommes pas faits pour la mort, Stock, 2oo6 / Les Îles gardent l’horizon, Her mann, 2oo7 / 
Qu’est‐ce qu’un « roman compté » ?, in Se donner un genre, meet, 2oo9  
 
 

Aslı Erdoğan 
Aslı Erdoğan est née en 1967 à Istanbul. Après des études de physique, elle part travailler à Rio et depuis 
elle voyage régulièrement à travers le monde. Elle a publié des nouvelles, des poèmes et des romans.  
Elle a été invitée à la Maison des Écrivains Étrangers et des Traducteurs en 2oo5.  
Elle est invitée à MEETING dans le cadre de la Saison de la Turquie en France (juillet 2009 – mars 2010) 

8
Dossier de presse // MEETING n°7

Bibliographie sélective : La Ville dont la cape est rouge, Actes Sud, 2oo3 / Ali et Conversation avec le 
spectre d’un ermite, Revue meet n°8, Pékin/Istanbul, 2oo4 / Le bruit des autres, in Les bonheurs de 
Babel, meet, 2oo4 / Le Mandarin miraculeux, Actes Sud, 2oo6 / Les Oiseaux de bois, Actes Sud, 2oo9 / Je 
t’interpelle dans la nuit, meet, 2oo9 
 
 

Percival Everett 
Percival Everett est né en 1956 à Fort Gordon (Géorgie), mais a grandi à Columbia où son père a ouvert 
un  cabinet  dentaire.  En  1977,  il  sort  avec  une  licence  de  philosophie  de  l’Université  de  Miami.  À 
l’Université  de  Brown,  il  obtient  un  Master  d’écriture  en  1982,  il  écrit  le  premier  de  ses  nombreux 
romans  :  Suder  (1983).  Sa  carrière  universitaire  le  mène  ensuite  aux  quatre  coins  du  pays  :  dans  le 
Kentucky, de 1985 à 1989, où, invité à s’exprimer devant le Parlement de Caroline du Sud, il défraie la 
chronique  en  s’interrompant  au  beau  milieu  de  sa  conférence  pour  protester  contre  la  présence  du 
drapeau confédéré dans l’hémicycle ; dans l’Indiana, à Notre‐Dame, de 1989 à 1992 et, depuis 1992, à 
Los Angeles où il est le directeur du département de littérature à l’Université de Californie du Sud. Il est 
marié à la romancière et mémorialiste Danzy Senna dont il a deux enfants. Ses livres se succèdent, en 
moyenne,  au  rythme  soutenu  d’un  tout  les  dix‐huit  mois.  C’est  avec  Glyph  [Glyphe]  (1999)  et  Erasure 
[Effacement] (2oo1) qu’il connaît la notoriété. Son dernier roman en date I’m Not Sidney Poitier est paru 
cette année, en 2oo9, outre‐Atlantique.  
Il est invité à MEETING dans le cadre des Belles Étrangères 2oo9 consacrées aux Etats‐Unis. 
Bibliographie sélective : Effacement, Actes Sud, 2oo4 / Désert américain, Actes Sud, 2oo6 / Blessés, 
Actes Sud 2oo7 / Glyphe, Actes Sud, 2oo8  
 
 

José Manuel Fajardo  
José  Manuel  Fajardo  est  né  en  1957  en  Espagne,  il  vit  à  Paris.  Écrivain  et  journaliste,  il  a  cosigné 
plusieurs rubriques avec Luis Sepúlveda dans la presse espagnole. Il a été le conseiller littéraire espagnol 
de la Revue meet n°13, Copenhague/Madrid.  
Bibliographie sélective : Lettre du bout du monde, Flammarion, 1998 / Les Imposteurs, Métailié, 2ooo / 
Hôtel Puerto, Images en manœuvres, 2oo1 (collectif) / Les démons à ma porte, Métailié, 2oo2 (Prix 
Charles Brisset 2oo2) / Lettre au lecteur idéal, in Lecteur idéal, meet, 2oo3 / Drinks & tobacco, in Queen 
Mary 2 & Saint‐Nazaire, meet, 2oo3 / L’eau à la bouche, Métailié, 2oo6 / Dernières nouvelles de Noela 
Duarte, Moisson Rouge, 2oo9 (collectif) 
 
 

Armand Gatti  
Armand  Gatti  est  un  dramaturge,  poète,  scénariste  et  réalisateur  français  né  en  1924  à  Monaco. 
Journaliste après avoir connu la Résistance et la déportation, il reçoit en 1954 le prix Albert‐Londres. Il 
débute par le cinéma et réalise quatre films politiquement engagés. Mais il consacre l’essentiel de son 
activité, à partir de 1958, au théâtre. En 1959, Jean Vilar le découvre et monte sa deuxième pièce, Le 
Crapaud‐Buffle. Entre 197o et 1974, la plupart de ses autres pièces seront créées à Paris. À la suite de 
l’interdiction  d’une  de  ses  pièces  en  1968,  La  Passion  du  Général  Franco,  il  part  à  l’étranger  (Kassel, 
Bruxelles, Milan, Berlin…) où il monte plusieurs de ses pièces. En 1976 et 1979, il réalise des séries vidéo 
et  de  1979  à  1999,  il  entreprend  l’écriture  d’un  long  poème  biographique  (plus  de  4  ooo  pages),  La 
Parole errante. Parallèlement il travaille dans le cadre d’expériences théâtrales avec ceux qu’il nomme 
ses « loulous », chômeurs, toxicomanes, délinquants, prisonniers (Les Combats du jour et de la nuit à la 
maison d’arrêt de Fleury‐Mérogis, 1989). De 1995 à 2oo8, il écrit une série de quatorze pièces intitulée 

9
Dossier de presse // MEETING n°7

La Traversée des langages. Il publie également de nombreux poèmes.  
Bibliographie sélective : L’Enfant‐rat, Verdier, 1991 / Notre tranchée de chaque jour, Verdier, 1991 / 
Œuvres théâtrales, Verdier, 1991 / Gatti à Marseille, Verdier, 1993 / La Part en trop, Verdier, 1997 / La 
Parole errante, Verdier, 1999 / Le Couteau‐toast d’Évariste Galois, Verdier, 2oo6 / Les Arbres de Ville‐
Évrard, Verdier, 2oo9 / Le Poisson noir / Un Homme seul, Verdier, 2oo9  
 
 

Jens Christian Grøndhal  
Jens Christian Grøndhal est né à Copenhague en 1959. Il est un auteur très connu dans son pays et ses 
livres sont traduits dans de nombreuses langues.  
Bibliographie sélective : Été indien, Le Serpent à plumes, 1996 / Silence en octobre, Gallimard, 1999 / 
Bruits du cœur, Gallimard, 2oo2 / Folio, 2oo4 / Virginia, Gallimard, 2oo4 / Sous un autre jour, Gallimard, 
2oo5 / Piazza Bucarest, Gallimard, 2oo7 / Les mains rouges, Gallimard, 2oo9 / Le « moi » traduit, in Se 
donner un genre, meet, 2oo9  
 
 

Yvon Le Men  
Yvon Le Men est né en 1953. Depuis son premier livre Vie (1974), écrire et dire sont les seuls métiers 
d’Yvon le Men. Il est l’auteur d’une importante œuvre poétique, de récits et des romans. À Lannion où il 
vit, il organise depuis 1992 des rencontres intitulées Il fait un temps de poème. « Étonnant voyageur », il 
travaille  au  festival  du  même  nom,  il  se  fait  passeur  des  poètes  et  des  écrivains.  En  1997,  il  y  crée  un 
espace poésie. De 2oo6 à 2oo8, il a publié une chronique hebdomadaire dans le journal Ouest‐France : « 
Le tour du monde en 8o poèmes ». Ses textes, livres ou anthologies, sont traduits dans une douzaine de 
langues. Par ailleurs, depuis plusieurs années, il travaille dans les écoles.  
Bibliographie sélective : L’échappée blanche, Rougerie, 1991 / Le petit tailleur de short, Flammarion, 
1996 / La patience des pierres, Rougerie, 1995 / La clé de la chapelle est au café d’en face, Flammarion, 
1997 / L’écho de la lumière, Rougerie, 1997 / On est sérieux quand on a dix‐sept ans, Flammarion, 1999 
/ Le jardin des tempêtes, Flammarion, 2ooo / Le loup et la lune, Rougerie, 2oo1 / Elle était une fois, 
Flammarion, 2oo3 / Un carré d’aube, Rougerie, 2oo4 / Presqu’une île, éditions Ouest‐France, 2oo4 / 
Besoin de poème : lettre à mon père, Seuil, 2oo6 / Toute vie finit dans la nuit, Parole et Silence, 2oo7 
avec Claude Vigée / Chambres d’écho, Rougerie, 2oo8 / Vingt ans – Poèmes 1971 ‐ 1976, La Passe du 
Vent, 2oo9 / Si tu me quittes, je m’en vais, Flammarion, 2oo9 / Vous êtes dans le poème ?, in Se donner 
un genre, meet, 2oo9  
 
 

Julio Llamazares  
Julio Llamazares est né en 1955 dans un petit village, Vegamián. Or il se trouve – fait singulier s’il n’est 
pas  exceptionnel  en  Espagne  –  que  ce  village  a  aujourd’hui  disparu  sous  les  eaux  d’un  barrage.  Il 
abandonne très vite la profession d’avocat pour le journalisme et vit actuellement à Madrid. Auteur de 
deux recueils de poésie et de plusieurs livres de reportage.  
Bibliographie sélective : Lune de loups, Verdier, 1988, (poche2009) / La Pluie jaune, Verdier, 1990 / La 
Rivière de l’oubli, Verdier, 1992 / La Lenteur des bœufs Mémoire de la neige, Fédérop, 1995 / Scènes de 
cinéma muet, Verdier 1997  

10
Dossier de presse // MEETING n°7

José Angel Mañas  
José  Angel  Mañas  est  né  en  1971  à  Madrid  où  il  vit  actuellement.  Il  a  fait  des  études  d’Histoire 
contemporaine  à  l’Université  de  Madrid,  mais  également  dans  le  Sussex  en  Angleterre  et  en  France  à 
Grenoble. Il a écrit plusieurs romans dont deux ont été adaptés au cinéma en Espagne et un en France 
par  Patrick  Bouchitey,  Je  suis  un  écrivain  frustré  (Métailié,  1998)  sous  le  titre  Imposture  en  2oo5.  En 
1994,  il  est  finaliste  du  Prix  Nadal  pour  son  premier  roman  Historias  del  Kronen  qui  a  été  traduit  en 
plusieurs langues et adapté au cinéma.  
Bibliographie sélective : Je suis un écrivain frustré, Métailié, 1998 / La Ville disjonctée, Métailié, 2oo3 / 
L’affaire Karen, Métailié, 2oo8 / À propos de genre, concepts et romans, in Se donner un genre, meet, 
2oo9  
 
 

Rosa Montero  
Rosa Montero est née à Madrid et a étudié la psychologie et le journalisme. Elle travaille depuis 1976 au 
journal  El  País,  dont  elle  a  dirigé  le  supplément  hebdomadaire  avant  d’y  tenir  une  chronique.  Elle  a 
remporté  différents  prix  littéraires  et  publié  de  nombreux  romans,  des  essais  et  des  biographies.  Ses 
livres,  en  particulier  La  Folle  du  logis,  sont  des  best‐sellers.  La  Fille  du  cannibale  a  reçu  en  Espagne  le 
prestigieux Prix Primavera en 1997. 
Bibliographie sélective : Le Territoire des Barbares, Métailié, 2oo2 ; Suite, 2oo4 / La Folle du logis, 
Métailié, 2oo4 / La Fille du cannibale, Métailié, 2oo6 / Le Roi transparent, Métailié, 2oo8 / Du genre 
traditionnel au bric‐à‐brac, in Se donner un genre, meet, 2oo9  
 
 

Marius Daniel Popescu  
Marius Daniel Popescu est né en 1963, en Roumanie. Il est établi à Lausanne depuis 199o, où il gagne sa 
vie en qualité de chauffeur de bus. S’il est avant tout connu pour son œuvre poétique, il s’est affirmé au 
cours des dernières années comme un redoutable prosateur. Proche du quotidien par sa poésie, dans 
une veine rappelant par fois le lyrisme urbain d’un Raymond Carver ou d’un Charles Bukowski, il a lancé 
dès 2oo4 un journal littéraire : Le Persil. Il écrit aujourd’hui directement en français. Dans La Symphonie 
du loup (José Corti, 2oo7), il exhume ses souvenirs d’enfance à une époque où la Roumanie était encore 
en proie à la dictature et aux brûlures de l’Histoire.  
Bibliographie sélective : La Symphonie du loup, Corti, 2oo7 / La baleine qui mange de la luzerne 
industrielle, in Se donner un genre, meet, 2oo9 
 
 

Jørn Riel  
Jørn Riel est né au Danemark en 1931. Parti avec l’expédition de Lauge Koch en 1950, il a vécu seize ans 
au Groenland, notamment sur une base d’étude de l’île d’Ella. De ce séjour, il tirera le versant arctique 
de son œuvre littéraire, dont la dizaine de volumes des Racontars arctiques, ou la trilogie Le Chant pour 
celui qui désire vivre. Dans ces romans, dédiés à son ami Paul‐Émile Victor, il s’attache à raconter la vie 
des populations du Groenland. Il vit aujourd’hui en Malaisie. 
Bibliographie sélective : Un safari arctique et autres racontars, Gaïa, 1994 et 1o/18, 1999 / La Passion 
secrète de fjordur, Gaïa, 1994 et 1o/18, 1998 / La Maison de mes pères (3 tomes), Gaïa, 1995 et 1o/18, 
2ooo / Le Jour avant le lendemain, Gaïa, 1998 et 1o/18, 2oo3 / Un curé d’enfer, Gaïa, 1998 et 1o/18, 
1999 / Le Voyage à Nanga, 1o/18, 1999 / La Vierge froide et autres racontars, 1o/18, 1999 et Gaïa, 2oo5 
/ La Maison des célibataires, Gaïa, 1999 / Un gros bobard et autres racontars, Gaïa, 1999 et 1o/18, 2oo2 
/ La Faille, Gaïa, 2ooo et 1o/18, 2oo4 / Le Canon de Lasselille et autres racontars, Gaïa, 2oo1 et 1o/18, 
11
Dossier de presse // MEETING n°7

2oo5 / Le Chant pour celui qui désire vivre (3 tomes), 1o/18, 2oo1 / Le Garçon qui voulait devenir un être 
humain (3 tomes), Gaïa, 2oo2 / Ballades de Haldur et autres racontars, Gaïa, 2oo4 / Le Roi Oscar, Gaïa, 
2oo4 / Une épopée littéraire, Gaïa, 2oo6  
 
 

Juana Salabert  
Juana Salabert est née en 1962 à Paris. Elle a grandi en France au sein d’une communauté d’exilés qui 
ont  fui  la  dictature  franquiste.  Cependant,  elle  a  toujours  écrit  en  espagnol.  Depuis  son  premier  livre, 
Varadero  (1996),  elle  enchaîne  les  succès  critiques.  Le  Vélodrome  d’hiver  (Buchet‐Chastel,  2oo7)  a  été 
couronné par le prestigieux prix Biblioteca Breve en Espagne en 2oo1. Elle vit à Barcelone.  
Bibliographie sélective : Avenir, Souvenir, Rivages, 1999 / Le Vélodrome d’hiver, Buchet/Chastel, 2oo7 / 
Je suis roman, Revue meet no13, in Se donner un genre, meet, 2oo9 
 
 

Pierre Senges  
Pierre  Senges  est  né  en  1968.  Il  est  l’auteur,  aux  éditions  Verticales,  de  trois  romans,  Veuves  au 
maquillage  (2ooo,  Prix  Rhône‐Alpes),  Ruines‐de‐Rome  (2oo2,  Prix  du  deuxième  roman  2oo3),  La 
réfutation  majeure  (2oo4)  et  d’un  récit,  Essais  fragiles  d’aplomb  (coll.  «  Minimales  »,  2oo2)  et  d’une 
remarquable somme sur Lichtenberg, Fragments de Lichtenberg (2oo8). Il a également publié, avec les 
dessins de Killoffer, Géométrie dans la poussière (2oo4) et en collaboration avec Nicolas de Crécy, Les 
Carnets  de  Gordon  McGuffin  (Futuropolis,  2oo9).  Il  est  l’auteur  pour  France  Culture  de  nombreuses 
fictions radiophoniques.  
Bibliographie sélective : Veuves au maquillage, Verticales, 2ooo (Prix Rhône‐Alpes) / Essais fragiles 
d’aplomb, Verticales, 2oo2 / Ruines‐de‐Rome, Verticales, 2oo2 (Prix du deuxième roman 2oo3) / La 
réfutation majeure : version française, d’après Réfutatio major, attribué à Antonio de Guevara (148o‐
1548), Verticales, 2oo4 / Géométrie dans la poussière, avec les dessins de Patrice Killoffer, Verticales, 
2oo4 / L’idiot et les hommes de paroles, Bayard, 2oo5 / Sort l’assassin, entre le spectre, Verticales, 2oo6 
/ Fragments de Lichtenberg, Verticales, 2oo8 / Les carnets de Gordon McGuffin, avec les dessins de 
Nicolas de Crécy, Futuropolis, 2oo9 / Genre, espèce, in Se donner un genre, meet, 2oo9  
 
 

Michel Séonnet  
Michel Séonnet est né à Nice en 1953. Dès 1975 il rejoint la « La Tribu » d’Armand Gatti avec laquelle il 
participe à plusieurs expériences (Ris‐Orangis, Saint‐Nazaire, Derry, Toulouse…). En 1985 il réalise avec 
Stéphane Gatti l’exposition Cinquante ans de théâtre vus par les trois chats d’Armand Gatti. Il a préfacé 
de  nombreux  textes  de  Gatti  dont,  en  1991,  l’édition  des  Œuvres  théâtrales  (Verdier).  Il  a  publié 
plusieurs  romans,  des  récits  et  des  albums  jeunesse.  Il  a  mené  de  son  côté  de  nombreuses  actions 
publiques  d’écriture  et  de  création  avec  les  habitants  de  différentes  villes  ainsi  qu’avec  avec  des 
personnes en grande difficulté, S.D.F., handicapés, résidents de foyers… 
Bibliographie sélective : Que dirai‐je aux enfants de la nuit ?, Verdier, 1994 / La tour sarrasine, Verdier, 
1996 / La Chambre obscure, Gallimard, 2ooo / Sans autre guide ni lumière, Gallimard, 2oo2 / Le pas de 
l’âne, Gallimard, 2oo5 / Petit livre d’heures à l’usage de ma sœur, L’Amourier, 2oo6 / La marque du 
père, Gallimard, 2oo7 / Les naufragés, L’Aube, 2oo9 / Ces Canards qui volaient contre le vent, meet, 
2oo9  
 
 

12
Dossier de presse // MEETING n°7

Yuri Slezkine 
Yuri Slezkine est né en 1956 à Moscou dans une famille de l’intelligentsia russe. Il y apprend l’anglais en 
écoutant la BBC et en lisant Dickens. Il fait des études de lettres et obtient son Master en 1978. Il fait un 
premier séjour d’un an à l’étranger comme traducteur de l’anglais et du portugais, dans le port de Beira, 
au Mozambique. De retour à Moscou, il travaille dans l’édition. Un an plus tard, il enseigne l’anglais à 
Lisbonne. À partir de 1983, il enseigne le russe à l’Université d’Austin au Texas, cosignant un manuel : 
Speak  Russian  !  (199o),  en  même  temps  qu’il  travaille  à  son  doctorat  d’histoire.  En  1992,  il  rejoint 
l’Université de Berkeley en Californie où il est toujours professeur.  
Ses recherches ont d’abord porté sur les peuples autochtones de la toundra arctique dans leur relation 
avec la Russie, dont les incursions ont commencé au XIe siècle : Arctic Mirrors (1994). Son projet suivant 
devait  être  un  portrait  de  l’élite  dirigeante  de  l’Union  Soviétique  dans  les  années  3o  :  à  partir  de  la 
description  d’un  immeuble  de  Moscou  où  vivaient  nombre  de  ses  membres  et,  remontant  l’histoire 
passée de ses habitants, Slezkine a découvert que de nombreux juifs l’avaient habité. Le Siècle juif, paru 
en  2oo4  (Princeton  U.P.)  avec  un  grand  retentissement,  est  né  de  ce  projet  et  de  cette  recherche.  En 
avril 2oo8, Yuri Slezkine a été élu à la prestigieuse Académie des Arts et des Sciences Américaine.  
Il est invité à MEETING dans le cadre des Belles Étrangères 2oo9 consacrées aux Etats‐Unis. 
Bibliographie sélective : Le Siècle juif, La Découverte, 2oo9  
 
 

Jan Sonnergaard  
Jan Sonnergaard est né en 1963. Romancier et nouvelliste, il est l’auteur notamment d’une trilogie de 
nouvelles : Radiateur (1997), premier tome d’une trilogie qui, dans un style socialo‐surréaliste, décrit la 
société danoise de bas en haut. Radiateur connut un grand succès dès sa parution – le titre fut utilisé 
pour décrire l’écriture particulière de Sonnergaard : la prose‐radiateur (directe, crue, imagée, avec le ter 
me  d’un  critique  :  no‐more‐bull‐shit‐realism).  Il  a  été  invité  à  la  Maison  des  Écrivains  Étrangers  et  des 
Traducteurs en 2oo7.  
Bibliographie sélective : C’est dur d’être bailli quand votre femme est préfet, Revue meet n°13 
Copenhague/Madrid, 2oo9 
 
 

Jens Smærup Sørensen  
Jens Smærup Sørensen est né en 1946. Auteur de nombreux romans, recueils de nouvelles et de pièces 
de théâtre, il est membre de l’Académie danoise depuis 1995. Il jette un regard ironique, satirique mais 
aussi  tendrement  amoureux  sur  la  société  danoise  et  la  vie  que  vivent  les  Danois.  Le  changement  de 
mentalités moderne a trouvé en lui un observateur à la fois vigilant et averti, avec une vision claire de 
tout ce qui est frelaté et mensonger dans nos vies quotidiennes. Il a été invité à la Maison des Écrivains 
Étrangers et des Traducteurs.  
Bibliographie sélective : Le destin d’un musicien, Arcane 17, 1987 / L’enfant recherché, meet, 2oo1 / Le 
petit saut, in Se donner un genre, meet, 2oo9 

13
Dossier de presse // MEETING n°7

Yoko Tawada  
Yoko Tawada est née en 1960 à Tokyo. Elle a étudié la littérature russe à l’université de Tokyo, puis la 
littérature  allemande  à  Hambourg  où  elle  s’est  installée  en  1982.  En  parallèle,  elle  a  rapidement 
commencé à publier ses textes, d’abord traduits du japonais, ensuite des œuvres entièrement écrites en 
allemand  :  roman,  proses  brèves,  théâtre,  poésie,  théorie  littéraire.  Elle  a  été  souvent  récompensée 
dans les deux langues. Au Japon, elle a reçu le prix des jeunes auteurs décerné par la revue Gunzô pour 
son  roman  Sans  talon,  en  1991,  puis  le  Prix  Akutagawa  en  1993  pour  Le  Mari  était  un  chien.  En 
Allemagne, elle a été distinguée par le prix d’encouragement aux jeunes auteurs de la ville de Hambourg 
en  199o  et,  en  1996,  par  le  Prix  Adalbert‐von‐Chamisso,  réservé  à  des  écrivains  d’origine  étrangère 
écrivant en allemand. Plus récemment, elle a reçu la médaille Goethe en 2oo5. Depuis 2oo6, elle vit à 
Berlin. Elle est invitée à la Maison des Écrivains Étrangers et des Traducteurs en 2oo9.  
Bibliographie sélective : Narrateur sans âmes, Verdier, 2oo1 / Opium pour Ovide : notes de chevet sur 22 
femmes, Verdier, 2oo2 / L’œil nu, Verdier, 2oo5 / Train de nuit avec suspects, Verdier, 2oo5 / Le Voyage 
à Bordeaux, Verdier, 2oo9 / Plume et renard, in Se donner un genre, meet, 2oo9  
 
 

Duong Thu Huong  
Duong Thu Huong est née en 1947 au Vietnam. À vingt ans, elle est envoyée au front pendant la guerre. 
De  retour  à  Hanoï  en  1977,  elle  devient  scénariste  pour  le  cinéma vietnamien. À partir de 198o, alors 
qu’une de ses pièces de théâtre est censurée, elle conteste violemment la censure. Avocate des Droits 
de l’Homme et des réformes démocratiques, elle n’a cessé de défendre vigoureusement, à travers ses 
livres, ses engagements, pour finir par être exclue du Parti en 199o, avant d’être arrêtée et emprisonnée 
sans procès le 14 avril 1991. Son arrestation provoqua un large mouvement de protestation en France et 
aux États‐Unis. Elle fut libérée en novembre 1991. En 1994, elle a été décorée Chevalier des Arts et des 
Lettres. De retour à Hanoï, elle y a vécu en résidence surveillée, ses livres sont désormais interdits de 
publication dans son pays, elle est un des écrivains les plus populaires et les plus discutés au Vietnam. 
Depuis 2oo6, elle vit en France et se consacre uniquement à l’écriture.  
Bibliographie sélective : Histoire d’amour racontée avant l’aube, Éditions de l’Aube, 1991 / Paradis 
aveugles, Éditions des Femmes, 1991 / Roman sans titre, Éditions des Femmes, 1992 / Au‐delà des 
illusions, Philippe Picquier, 1996 / Myosotis, Philippe Picquier, 1998 / Terre des oublis, Sabine 
Wespieser, 2oo6, (Grand Prix des Lectrices de Elle, 2oo7) / Itinéraire d’enfance, Sabine Wespieser, 2oo7 
/ Au‐delà des illusions, Paradis aveugles, Roman sans titre et Terre des oublis, Bouquins, 2oo8 (un 
volume) / Au Zénith, Sabine Wespieser, 2oo9 (Prix Laure‐Bataillon 2oo9)  
 
 

Jean Philippe Toussaint  
Jean‐Philippe Toussaint est né à Bruxelles en 1957. Il a reçu le Prix Médicis 2oo5 pour Fuir.  
Bibliographie sélective : La Salle de bain, Minuit, 1985 et « double » n° 32, 2oo5 / Monsieur, 1986 / 
L’Appareil‐photo, Minuit, 1989 et « double » n° 45, 2oo7 / La Réticence, Minuit, 1991 / La Télévision, 
Minuit, 1997 et « double » n° 19, 2oo2 / Autoportrait (à l’étranger), Minuit, 2ooo / Faire l’amour, 
Minuit, 2oo2 / Fuir, Minuit, 2oo5 / La Vérité sur Marie, Minuit, 2oo9  
 

14
Dossier de presse // MEETING n°7

3 PRIX LITTERAIRES 

Duong Thu Huong et Phuong Dang Tran 
lauréats du prix Laure‐Bataillon  
 
 
Le Prix Laure‐Bataillon de la meilleure œuvre traduite en français dans l’année a été attribué à Duong 
Thu Huong et Phuong Dang Tran pour Au zénith paru aux éditions Sabine Wespieser. 
 
Créé  en  1986  par  les  villes  portuaires  de  Nantes  et  de  Saint‐Nazaire,  ce  prix  récompense  la  meilleure 
œuvre de fiction traduite en français dans l’année. En hommage à Laure Bataillon, lauréate en 1988, son 
nom  a  été  donné  au  Prix  après  sa  disparition.  Le  Prix  Laure‐Bataillon  est  attribué  conjointement  à 
l’écrivain étranger et à son traducteur en langue française. Il est doté de 15 000 euros, remis pour moitié 
à l’auteur et pour moitié au traducteur.  
Le  jury  du  Prix  Laure‐Bataillon  est  constitué  d’écrivains,  de  traducteurs  et  de  critiques  littéraires : 
Marianne Alphant, Geneviève Brisac, Pascale Casanova, Patrick Deville, Pierre Lartigue, Gérard Meudal, 
Jean‐Baptiste  Para,  Marc  Petit,  Nicasio  Perera  San  Martín,  Jean  Rolin,  Antoine  Volodine,  Jean‐Didier 
Wagneur. 
 
A propos de Au zénith : 
Le président est réveillé par un cri déchirant au fond de la vallée : un jeune garçon pleure la mort de son 
père,  qui  vient  de  tomber  d'une  falaise.  Ce  cri  ramène  l'homme  âgé  et  solitaire  qu'il  est  devenu  à  ses 
propres interrogations : où est le fils qu'on lui a arraché encore enfant ? Pleurerait‐il la mort d'un père 
qu'il n'a pas connu ? Pourquoi, alors qu'il avait le pouvoir, le président a‐t‐il livré la femme qu'il aimait à 
ses  anciens  compagnons  de  combat ?  Comment  se  retrouve‐t‐il,  à  la  fin  de  sa  vie,  en  pleine  guerre 
contre  les  Américains,  sur  cette  montagne  isolée,  avec  pour  seuls  compagnons  des  soldats  qui  le 
surveillent et deux bonzesses de la pagode voisine ? Le roman est admirable par sa construction, par la 
puissance  d’évocation  de  la  nature,  des  paysages,  des  scènes  de  combat  dans  la  jungle,  par  la 
profondeur psychologique des personnages, qui tous semblent proches et familiers. L’écrivain, comme 
dans toute son  œuvre, fait également preuve d’une compassion qui la hisse au niveau des plus grands. 
Duong Thu Huong, héraut des idéaux bafoués que le président a portés jusqu’au bout, écrit là aussi un 
très grand roman politique. 
 
A propos de Phuong Dang Tran : 
Né en 1955 à Saigon, Phuong Dang Tran arrive en France en 1973 pour entamer des études supérieures. 
Devenu ingénieur, il dirige des projets informatiques dans plusieurs entreprises et dans l’administration. 
Phuong Dang Tran a commencé à traduire des œuvres vietnamiennes en 1997. 
 
Les lauréats du prix Laure‐Bataillon depuis 1998 :  
1998  Sergio  Ramírez  et  Claude  Fell,  Le  bal  des  masques  (Rivages)  /  1999  W.G.  Sebald  et  Patrick 
Charbonneau, Les Émigrants (Actes Sud) / 2000 Mo Yan et Noël et Liliane Dutrait, Le pays de l'alcool (Le 
Seuil)  /  2001  Erri  De  Luca  et  Danièle  Valin,  Trois  chevaux  (Gallimard,  2001)  /  2002  Dereck  Walcott  et 
Claire  Malroux,  Une  autre  vie  (Gallimard,  2002)  /  2004  Vanghélis  Hadziyannidis  et  Michel  Volkovitch 
pour  Le  miel  des  anges  (Albin  Michel)  /  2005  Gamal  Ghitany  et  Khaled  Osman  pour  Le  livre  des 
illuminations (Le Seuil) / 2006 Russel Banks et Pierre Furlan pour American Darling (Actes Sud) / 2007 
Cynthia Ozick et Agnès Desarthe pour Les Papiers de Puttermesser (l’Olivier) / 2008 Vassili Golovanov et 
Hélène Châtelain pour Éloge des voyages insensés (Verdier) 
15
Dossier de presse // MEETING n°7

Jean‐Raymond Fanlo, 
lauréat du Prix Laure‐Bataillon classique 
 
 
 
Depuis 2003, le jury attribue également le Prix Laure‐Bataillon Classique qui récompense le traducteur 
d’une œuvre littéraire dont l’auteur est décédé. Cette année, ce prix est attribué à Jean‐Raymond Fanlo 
pour la traduction des œuvres de Cervantès aux éditions Livre de Poche. 
 
 
A  propos  du  livre  :  Avec  ses  Don  Quichotte  (1605  et  1615)  comme  avec  les  Nouvelles  exemplaires 
(1613),  Cervantès  porte  la  littérature  de  la  Renaissance  à  son  point  le  plus  haut  et  invente  la  fiction 
moderne. 
Cette  nouvelle  publication  en  Livre  de  Poche  d’octobre  2008  intègre  une  nouvelle  traduction  qui 
s'attache à la rigueur d'une véritable pensée du roman, aux jeux de style, à la modernité et aux surprises 
d'une prose vigoureuse et contrastée. 
 
 
A propos de Jean‐Raymond Fanlo : 
Agrégé  de  Lettres  et  professeur  des  Universités,  Jean‐Raymond  Fanlo  a  notamment  spécialisé  ses 
recherches en poétique de la fiction à la fin de la Renaissance, philologie, poésie et traduction. 
 
 
Les lauréats du prix Laure‐Bataillon classique : 
2003  Danièle  Robert,  traduction  (latin)  des  Écrits  érotiques  de  Ovide  (Actes  Sud)  /  2004  Bernard 
Hoepffner,  traduction  de  Pseudodoxia  Epidemica  de  Thomas  Browne  (José  Corti)  /  2005  Yvan  Mignot, 
traduction des Œuvres en prose et en vers de Daniil Harms (Verdier) / 2006 Bertrand Schefer, traduction 
du Zibaldone de Giacomo Léopardi (Allia) / 2007 Jean‐Paul Manganaro, traduction du Guépard de Tomas 
Di Lampedusa (Seuil) / 2008 Odile Begué, traduction de Une excursion au pays des Ranqueles de Lucio 
Victorio Mansilla (Bourgois) 
 
 

16
Dossier de presse // MEETING n°7

PUBLICATIONS 
 
 
 
Pour la M.E.E.T, les rencontres MEETING sont également l’occasion de publier des textes inédits sur les 
différentes thématiques abordées lors des Rencontres.  
 
 
 

Le recueil Se donner un genre 
 
 
Ce  recueil  annuel  bilingue  édité  par  la  Maison  des  Ecrivains  Etrangers  et  des  Traducteurs  naît  de  la 
thématique  même  des  rencontres.  Cette  année,  c’est  donc  sur  le  thème  Se  donner  un  genre  que  les 
auteurs ont écrit. 
 
Les textes du recueil :  
Norbert Czarny / Une gêne certaine à l’égard des genres  
John Burnside / À propos du genre  
Jacques Darras / Qu’est‐ce qu’un « roman chanté compté ? »  
Jens Christian Grøndhal / Le « moi » traduit  
Yvon Le Men / Vous êtes dans le poème ?  
José Angel Mañas / À propos de genres, concepts et romans  
Rosa Montero / Du genre traditionnel au bric‐à‐brac  
Marius Daniel Popescu / La baleine qui mange de la luzerne industrielle  
Juana Salabert / Je suis roman  
Jens Smærup Sørensen / Le petit saut  
Pierre Senges / Genre, espèce  
Yoko Tawada / Plume et renard  
 
 
Les précédentes éditions de ce recueil sont : 
2008 : L’Histoire ou la Géographie (quelle place ont ces deux‐là dans la vie et dans les livres des 
écrivains) 
2007 : Avoir vingt ans (en écho aux 20 ans de la M.E.E.T.) 
2006 :  Lectures  Lointaines  (lointaines  dans  le  temps  ou  dans  l’espace,  lectures  d’enfant  ou 
d’adolescent, lectures d’œuvres traduites et venues d’un autre monde) 
2005 : L’invention du livre (comment est‐ce qu’on s’y met, finalement ?) 
2004 : Les Bonheurs de Babel (du cosmopolitisme et du multilinguisme) 
2003 : Le Lecteur idéal (cet étrange compagnon qu’on invente pour relire ses propres textes en 
chantier) 
 
 

17
Dossier de presse // MEETING n°7

La revue meet 
 
 
Le  13ème  numéro  de  meet,  revue  littéraire  internationale  bilingue,  reprendra  la  thématique 
Copenhague  /  Madrid  et  mettra  ces  deux  villes  à  l’honneur  en  regroupant  des  textes  littéraires 
d’auteurs originaires du Danemark et d’Espagne. 
Chaque  sommaire  est  constitué  de  manière  à  présenter  à  la  fois  des  auteurs  consacrés,  connus  des 
lecteurs  français,  et  d’autres  traduits  pour  la  première  fois.  Tous  les  textes  publiés  par  la  revue 
paraissent en langue originale et sont accompagnés de leur traduction en langue française.  
Ce numéro 13 présente une série de quinze photographies de Jean‐Luc Bertini. 
 
Auteurs participant à ce 13ème numéro :  
 
Copenhague  
Jan Sonnergaard * / Ursula Ankjær Olsen / Jens Smærup Sørensen * / Jørgen Sonne / Katrine Marie 
Guldager / Susanne Jorn / Naja Marie Aidt / Peter Laugesen / Morten Søndergaard / Pia Tafdrup / 
Thomas Thøfner  
 
Madrid  
Rosa Montero * / José Carlos Somoza / Belén Gopegui / Cristina Fernández Cubas / Enrique Vila‐Matas / 
Ignacio Martínez de Pisón / Bernardo Atxaga / Manuel Rivas / Miquel de Palol / José Ovejero  
 
* Écrivains invités à meeting 
 
 
 

Aslı Erdoğan, Je t’interpelle dans la nuit 
 
 
Dans la continuité de son travail de publication des littératures du monde entier, la M.E.E.T. fait paraître 
dans la collection Les Bilingues ‐ meet dirigée par Patrick Deville cette nouvelle traduit du turc par Esin 
Soysal‐Dauvergne. 
 
Née  à  Istanbul  en  1967,  Asli  Erdogan  commence  à  travailler  au  Centre  européen  de  recherches 
nucléaires  avant  de  partir  s'installer  au  Brésil,  à  Rio  de  Janeiro,  où  elle  écrit  son  premier  roman.  De 
retour  à  Istanbul,  l'écrivain  et  journaliste  mène  des  recherches  en  sciences  sociales  et  collabore 
régulièrement pour la radio. Côté littérature, elle est l’auteur de plusieurs nouvelles, poèmes et romans 
dont La Ville dont la cape est rouge (Actes sud, 2003) et Le Mandarin miraculeux (Actes sud, 2006). 
 
 

18
Dossier de presse // MEETING n°7

Ces Canards qui volaient contre le vent 
Armand Gatti à Saint‐Nazaire 
 
 
Cette  admirable  entreprise  artistique  que  fut  au  milieu  des  années  soixante‐dix  le  Canard  sauvage 
d’Armand Gatti, celui qui ne peut voler que contre le vent, fit converger vers Saint‐Nazaire, pendant des 
mois, les projecteurs de la presse nationale, et tout particulièrement ceux du jeune quotidien Libération 
sous  la  plume  attentive  de  Marc  Kravetz :  une  ville  de  gauche,  ouvrière,  lançait  la  première  une 
campagne  de  dénonciation  du  système  psychiatrique  soviétique  utilisé  à  des  fins  politiques  et 
répressives. 
 
Théâtre populaire, littérature, affiches, débats, à Saint‐Nazaire et dans tout le département de la Loire‐
Atlantique,  ce  grand  chambardement  allait  aboutir  de  manière  rocambolesque,  et  romanesque,  à  ces 
images de la Guerre froide : l’échange sur un aéroport suisse du dissident soviétique Vladimir Boukovski 
et  du  secrétaire  du  Parti  communiste  chilien  Luis  Corvalán.  Ce  dernier  gagnait  Moscou  et  le  premier 
arrivait à Saint‐Nazaire.  
 
Nous  sommes  nombreux  à  nous  souvenir  que  cette  expérience,  accueillie  par  la  MJPE,  n’est  pas 
étrangère à la création ultérieure, à Saint‐Nazaire, de projets culturels comme Les Escales ou la Maison 
des écrivains étrangers et des traducteurs, projets dont l’ambition, depuis une vingtaine d’années, est 
de conjuguer la curiosité internationale, l’exigence artistique et l’ouverture au plus grand nombre. 
Rappeler  trente  ans  après  d’où  vient  en  partie  cette  ville  si  singulière,  culturellement  mais  aussi 
politiquement, est une contribution à la réflexion sur son présent et son avenir. Dans cette collaboration 
entre la Meet et La Parole errante, la belle association activiste d’Armand Gatti à Montreuil, une chose 
est claire et nous anime : ce livre, qui est un livre d’Histoire, nous le réalisons en étant convaincus de son 
actualité,  convaincus  qu’il  présente  un  intérêt  pour  des  lecteurs  nés  longtemps  après  le  passage  du 
Canard sauvage. 
 
 
Les Auteurs : Michel Séonnet, Marc Kravetz, Gilles Durupt, Leonid Pliouchtch et Armand Gatti. 
 

19
Dossier de presse // MEETING n°7

INFORMATIONS PRATIQUES 
 
 
 
Entrée libre aux rencontres et tables rondes. 
 
 

Le lieu : le LIFE 
 
Le LiFE de Saint‐Nazaire, c’est d’abord un lieu physique. Logé dans le vaste espace de l’alvéole 14 de la 
Base sous‐marine, construite par l’armée allemande au cours de la Seconde Guerre mondiale. La Ville de 
Saint‐Nazaire a confié à l’architecte berlinois Finn Geipel le soin de requalifier ce bâtiment exceptionnel. 
Lieu promis à un ancrage à la fois local, régional et national, le LiFE soutient également un programme 
annuel  de  co‐productions  internationales  qui  lui  permet  de  rayonner  au‐delà  de  son  territoire 
d’inscription.  Différents  partenariats  européens  et  extra‐européens  sont  engagés,  qui  répondront  de 
cette  exigence  et  permettront  d’offrir  progressivement  aux  activités  du  LiFE  une  réception  élargie. 
Participant de cette dynamique, l’activité éditoriale et les politiques de médiation du LiFE contribuent à 
pérenniser l’implantation de ce nouveau lieu. 
Enfin,  la  singularité  du  LiFE  consiste  à  apporter  un  relais  et  une  contribution  significative  aux  attentes 
qui sont aujourd’hui celles des scènes émergentes, que ce soit en France ou à l’étranger. Le LiFE entend 
ainsi parier sur une puissance d’invention, une souplesse d’intervention et une rapidité de réaction qui 
permettent de mener à bien un travail synchrone avec la dynamique sans cesse mouvante des scènes 
actuelles  de  l’art.  Intégrant  la  littérature  à  son  projet,  c’est  naturellement  que  le  LIFE  accueille  cette 
année pour la première fois MEETING. 
 
LIFE ‐ Lieu international des Formes Emergentes 
2 rue du Parc à l'eau 44600 Saint‐Nazaire 
 
 

Médiathèque / Librairie 
 
Les  livres  des  auteurs  invités  de  MEETING  sont  à  la  disposition  du  public  à  la  Médiathèque  de  Saint‐
Nazaire un mois environ avant le début de MEETING.  
Pendant la durée des rencontres, la librairie La Voix au Chapitre propose à la vente et à la signature les 
livres des écrivains invités. 
 
 

20
Dossier de presse // MEETING n°7

LA M.E.E.T : 
PRESENTATION ET MISSIONS 
 
 
 
 
La Maison des Écrivains Étrangers et des Traducteurs de Saint‐Nazaire (M.E.E.T) accueille des écrivains 
et des traducteurs du monde entier. 
 
La M.E.E.T a plusieurs missions qui tendent toutes vers le même objectif : faire connaître au plus grand 
nombre les littératures de langue étrangère et la littérature française contemporaine. 
 
Toute l’année, elle invite en résidence un écrivain ou un traducteur à la fois. Elle lui alloue une bourse et 
met à sa disposition un grand appartement au dixième étage du Building, un immeuble au‐dessus des 
bassins du port de Saint‐Nazaire et des ateliers de constructions navales des Chantiers de l'Atlantique, à 
l'embouchure de la Loire. 
Le conseil littéraire qui sélectionne les résidents s’attache principalement à un souci de découverte et 
privilégie l’accueil d’écrivains encore peu, ou pas du tout, traduits en français.  
 
Les  membres  de  ce  conseil  sont  Marianne  Alphant,  Karl  Poulsen,  Françoise  Cartano,  Patrick  Bonnet, 
Werner  Wogerbauer,  Patrick  Deville,  Nicole  Zand,  Jean‐Pierre  Lefebvre,  Jean‐Baptiste  Para,  Alberto 
Manguel, Bernard Magnier. 
 
Chaque  année,  la  Maison  des  Ecrivains  Etrangers  et  des  Traducteurs  convie  une  vingtaine  d’auteurs 
venus  de  tous  horizons,  afin  qu’ils  se  rencontrent  et  rencontrent  leurs  lecteurs  lors  de  colloques 
littéraires,  tables  rondes  ou  lectures  publiques  dans  le  cadre  de  MEETING.  Saint‐Nazaire  est  ainsi 
devenue un véritable lieu d’accueil et de promotion des littératures étrangères. Créées en mai 2007, les 
Rencontres de Fontevraud sont le deuxième rendez‐vous annuel de la M.E.E.T. Chaque année un auteur 
consacré  dont  l’ampleur  de  l’oeuvre  est  déjà  considérable  est  mis  à  l’honneur  lors  de  ce  colloque 
littéraire européen. Les invités de ces rencontres dressent un état des lieux de l’oeuvre de l’auteur invité 
et  interrogent  la  place  de  la  spiritualité  dans  cette  production.  Après  Antonio  Tabucchi  lors  de  la 
première édition, c’est Malcolm Lowry qui a été au centre des discussions cette année à l’occasion du 
centenaire de sa naissance. 
 
La  M.E.E.T  organise  et  remet  3  prix  littéraires :  les  prix  Laure‐Bataillon  et  Laure‐Bataillon  classique 
chaque année et le prix de la jeune littérature latino‐américaine tous les deux ans (organisé dans une 
capitale latino‐américaine différente chaque fois). 
 
La M.E.E.T est également une maison d'édition. Elle publie chaque année plusieurs livres bilingues et la 
revue littéraire meet qui est axée sur le thème au centre des rencontres de MEETING (l’Histoire ou la 
Géographie pour cette édition). 
 
 

21

Vous aimerez peut-être aussi