Mes notes de mathématique

Laurent Claessens
25 janvier 2014
http://student.ulb.ac.be/~lclaesse/mes_notes-2014.pdf

Une version disponible dans la bibliothèque de l’agrégation à Paris, est à l’adresse
http://student.ulb.ac.be/~lclaesse/mes_notes-2012.pdf

Copyright (c) 2011-2014 Laurent Claessens, Carlotta Donadello
Permission is granted to copy, distribute and/or modify this document under the terms of the GNU
Free Documentation License, Version 1.3 or any later version published by the Free Software
Foundation; with no Invariant Sections, no Front-Cover Texts, and no Back-Cover Texts. A copy of
the license is included in the chapter entitled “GNU Free Documentation License”.
A
L TEX source files are available at
https://www.gitorious.org/mes-notes-de-math-matique
Vous avez le droit de copier, distribuer et modifier ce document pourvu que vous suiviez les règles de
A
la GNU Free Documentation License. Vous trouverez les sources L TEX à l’adresse
https://www.gitorious.org/mes-notes-de-math-matique
ISBN : Y-Y-YYYYYYY-Y-Y

Copyright (c) 2011-2014 Laurent Claessens, Carlotta Donadello
Permission is granted to copy, distribute and/or modify this document under the terms of the GNU
Free Documentation License, Version 1.3 or any later version published by the Free Software
Foundation; with no Invariant Sections, no Front-Cover Texts, and no Back-Cover Texts. A copy of
the license is included in the chapter entitled “GNU Free Documentation License”.
A
L TEX source files are available at
https://www.gitorious.org/mes-notes-de-math-matique
Vous avez le droit de copier, distribuer et modifier ce document pourvu que vous suiviez les règles de
A
la GNU Free Documentation License. Vous trouverez les sources L TEX à l’adresse
https://www.gitorious.org/mes-notes-de-math-matique
ISBN : Y-Y-YYYYYYY-Y-Y

Table des matières
Index

18

0 Introduction en français
0.1 Auteurs, contributeurs, sources et remerciements . . . . . .
0.2 Les questions pour lesquelles je n’ai pas (encore) de réponse
0.2.1 Mes questions d’analyse. . . . . . . . . . . . . . . . .
0.2.2 Mes questions d’algèbre, géométrie. . . . . . . . . . .
0.2.3 Mes questions de probabilité et statistiques. . . . . .
0.2.4 Mes questions de modélisation . . . . . . . . . . . .
0.3 Comment m’aider à rendre ces notes plus utiles ? . . . . . .
1 Théorie des groupes
1.1 Lemme de Zorn . . . . . . . . . . . . . . . . .
1.2 Complémentaire . . . . . . . . . . . . . . . .
1.3 Relations d’équivalence . . . . . . . . . . . . .
1.4 Groupes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
1.4.1 Sous groupe normal . . . . . . . . . .
1.4.2 Groupe dérivé . . . . . . . . . . . . . .
1.5 Théorèmes d’isomorphismes . . . . . . . . . .
1.6 Le groupe et anneau des entiers . . . . . . . .
1.6.1 Division euclidienne . . . . . . . . . .
1.6.2 PGCD, PPCM et Bézout . . . . . . .
1.6.3 Calcul effectif du PGCD et de Bézout
1.6.4 Quotients . . . . . . . . . . . . . . . .
1.7 Indice d’un sous-groupe et ordre des éléments
1.7.1 Suite de composition . . . . . . . . . .
1.8 Action de groupes . . . . . . . . . . . . . . .
1.9 Le groupe symétrique . . . . . . . . . . . . .
1.10 Théorèmes de Sylow . . . . . . . . . . . . . .
1.11 Produits semi-directs . . . . . . . . . . . . . .
1.12 Isométriques du cube . . . . . . . . . . . . . .
1.13 Un peu de classification . . . . . . . . . . . .
1.13.1 Automorphismes du groupe Z{nZ . .
1.13.2 Groupes abéliens finis . . . . . . . . .
1.13.3 Groupes d’ordre pq . . . . . . . . . . .
1.14 Fonction indicatrice d’Euler . . . . . . . . . .
1.14.1 Introduction par les nombres . . . . .
1.14.2 Introduction par les racines de l’unité
1.14.3 Décomposition en nombres premiers .
1.14.4 Groupe monogène . . . . . . . . . . .
1.15 Groupe de torsion . . . . . . . . . . . . . . .
1.16 Famille presque nulle . . . . . . . . . . . . . .

3

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.

35
35
36
37
38
39
39
39

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

40
40
40
40
41
41
42
43
44
45
45
47
49
50
52
55
59
64
69
70
72
72
73
76
79
79
80
81
83
84
84

4

TABLE DES MATIÈRES
2 Anneaux
2.1 Généralités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
2.1.1 Binôme de Newton et morphisme de Frobenius
2.1.2 Idéaux dans les anneaux . . . . . . . . . . . . .
2.1.3 Caractéristique . . . . . . . . . . . . . . . . . .
2.2 Modules . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
2.3 Anneau intègre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
2.3.1 PGCD et PPCM . . . . . . . . . . . . . . . . .
2.3.2 Contenu d’un polynôme . . . . . . . . . . . . .
2.4 Anneau factoriel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
2.5 Anneau principal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
2.5.1 Bézout . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
2.5.2 Anneau noetherien . . . . . . . . . . . . . . . .
2.6 Anneau euclidien . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
2.6.1 Équations diophantiennes . . . . . . . . . . . .
2.6.2 Lignes et colonnes de matrices . . . . . . . . .
2.6.3 Algorithme des facteurs invariants . . . . . . .
2.7 Anneaux des polynômes . . . . . . . . . . . . . . . . .
2.7.1 Irréductibilité . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
2.7.2 Division euclidienne . . . . . . . . . . . . . . .
2.7.3 Bézout . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
2.7.4 Idéaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
2.7.5 Racines de polynômes . . . . . . . . . . . . . .

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

85
85
86
87
88
89
90
92
93
93
94
95
96
97
98
99
101
102
103
104
105
106
106

3 Corps
3.1 Généralités . . . . . . . . . . . . . . . . . .
3.1.1 Corps des fractions . . . . . . . . . .
3.1.2 Corps premier . . . . . . . . . . . .
3.1.3 Petit théorème de Fermat . . . . . .
3.1.4 Résultats chinois . . . . . . . . . . .
3.1.5 Chiffrage RSA . . . . . . . . . . . .
3.1.6 Anneaux principaux et polynômes .
3.2 Corps de rupture, corps de décomposition .
3.2.1 Polynôme minimal . . . . . . . . . .
3.2.2 Corps de rupture . . . . . . . . . . .
3.2.3 Corps de décomposition . . . . . . .
3.3 Corps finis . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
3.3.1 Existence, unicité . . . . . . . . . . .
3.3.2 Symboles de Legendre et carrés . . .
3.3.3 Théorème de Chevalley-Warning . .
3.3.4 Théorème de l’élément primitif . . .
3.3.5 Théorème de l’élément primitif . . .
3.3.6 Construction de Fq . . . . . . . . . .
3.3.7 Exemple : étude de F16 . . . . . . .
3.3.8 Polynômes irréductibles sur Fq . . .
3.3.9 Matrices . . . . . . . . . . . . . . . .
3.4 Extensions de corps . . . . . . . . . . . . .
3.4.1 Clôture algébrique . . . . . . . . . .
3.4.2 Extensions séparables . . . . . . . .
3.4.3 Idéal maximum . . . . . . . . . . . .
3.5 Minuscule morceau sur la théorie de Galois
3.6 Mini introduction aux nombres p-adiques .
3.6.1 La flèche d’Achille . . . . . . . . . .
3.6.2 La tortue et Achille . . . . . . . . .

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

109
109
110
110
112
113
115
117
118
118
120
121
122
122
124
130
132
133
137
139
141
143
144
144
144
148
149
150
150
150

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

5

TABLE DES MATIÈRES
3.6.3

Dans les nombres p-adiques, c’est vrai . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 151

4 Topologie réelle
4.1 Un peu de topologie sur R . . . . . . . . . .
4.1.1 Suites numériques . . . . . . . . . .
4.1.2 Critère de Cauchy . . . . . . . . . .
4.1.3 Maximum, supremum et compagnie
4.1.4 Intervalles et connexité . . . . . . .
4.1.5 Connexité et intervalles . . . . . . .
4.2 Ensembles nulle part denses . . . . . . . . .
4.3 Topologie dans Rn . . . . . . . . . . . . . .
4.3.1 Ouverts et fermés . . . . . . . . . . .
4.3.2 Intérieur, adhérence et frontière . . .
4.4 Point d’accumulation, point isolé . . . . . .
4.5 Limites de suites . . . . . . . . . . . . . . .
4.5.1 Bornés et compacts . . . . . . . . .
4.5.2 Connexité . . . . . . . . . . . . . . .
4.6 Uniforme continuité . . . . . . . . . . . . .

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

5 Topologie générale
5.1 Topologie en général . . . . . . . . . . . . . . . . .
5.1.1 Suite et convergence . . . . . . . . . . . . .
5.2 Séparabilité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
5.3 Fonctions continues . . . . . . . . . . . . . . . . . .
5.4 Topologie induite . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
5.5 Compacité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
5.6 Connexité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
5.6.1 Connexité de quelque groupes . . . . . . . .
5.7 Action de groupe et connexité . . . . . . . . . . . .
5.8 Espaces métriques . . . . . . . . . . . . . . . . . .
5.8.1 Fonctions continues . . . . . . . . . . . . .
5.8.2 Compacité . . . . . . . . . . . . . . . . . .
5.8.3 Ensembles enchaînés . . . . . . . . . . . . .
5.8.4 Produit dénombrables d’espaces métriques .
5.9 Espaces métrisables . . . . . . . . . . . . . . . . .
5.10 Topologie des semi-normes . . . . . . . . . . . . . .
5.10.1 Espace dual . . . . . . . . . . . . . . . . . .
5.10.2 Espace C k pR, E 1 q . . . . . . . . . . . . . . .
5.11 Espaces de Baire . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

153
153
153
154
154
158
159
160
161
161
161
163
163
164
164
165

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

166
166
167
167
168
168
169
170
171
171
173
175
176
181
182
182
183
185
186
187

6 Espaces affines
6.1 Repères affines . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
6.2 Classification affine des conique . . . . . . . . . . . .
6.3 Applications affines . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
6.4 Isomorphismes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
6.5 Sous espaces affines . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
6.6 Barycentre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
6.6.1 Enveloppe convexe . . . . . . . . . . . . . . .
6.7 Repères, coordonnées cartésiennes et barycentriques
6.7.1 Équation de droite . . . . . . . . . . . . . . .

.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.

188
188
189
191
192
192
194
196
197
199

6

TABLE DES MATIÈRES
7 Espaces vectoriels normés
7.1 Normes et distances . . . . . . . . . . . . . . . . . .
7.2 Produit scalaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
7.3 Produit vectoriel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
7.4 Boules et sphères . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
7.5 Topologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
7.5.1 Ouverts, fermés, intérieur et adhérence . . . .
7.5.2 Point isolé, point d’accumulation . . . . . . .
7.6 Convergence de suites . . . . . . . . . . . . . . . . .
7.6.1 Critère de Cauchy . . . . . . . . . . . . . . .
7.7 Fonctions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
7.8 Produit d’espaces vectoriels normés . . . . . . . . . .
7.8.1 Norme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
7.8.2 Suites . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
7.9 Équivalence des normes . . . . . . . . . . . . . . . .
7.9.1 En dimension finie . . . . . . . . . . . . . . .
7.9.2 Contre-exemple en dimension infinie . . . . .
7.10 Norme opérateur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
7.10.1 Normes de matrices et d’applications linéaires

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

8 Espaces vectoriels, matrices
8.1 Parties libres, génératrices, bases et dimension . . . . . . . . .
8.2 Dualité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
8.2.1 Orthogonal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
8.2.2 Transposée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
8.2.3 Polynômes de Lagrange . . . . . . . . . . . . . . . . .
8.2.4 Dual de Mpn, Kq . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
8.3 Déterminants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
8.3.1 Déterminant de Vandermonde . . . . . . . . . . . . . .
8.3.2 Déterminant de Gram . . . . . . . . . . . . . . . . . .
8.3.3 Déterminant de Cauchy . . . . . . . . . . . . . . . . .
8.3.4 Matrice de Sylvester . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
8.3.5 Théorème de Kronecker . . . . . . . . . . . . . . . . .
8.4 Intégration de fractions rationnelles . . . . . . . . . . . . . . .
8.5 Applications linéaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
8.5.1 Définition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
8.5.2 Décomposition de Bruhat . . . . . . . . . . . . . . . .
8.6 Espaces de polynômes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
8.6.1 Polynômes symétriques, alternés ou semi-symétriques
8.6.2 Polynôme symétrique élémentaire . . . . . . . . . . . .
8.6.3 Relations coefficients racines . . . . . . . . . . . . . .
8.7 Polynômes cyclotomiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
8.7.1 Définitions et propriétés . . . . . . . . . . . . . . . . .
8.7.2 Nombres premiers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
8.7.3 Le jeu de la roulette . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
8.7.4 L’affaire du collier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
8.7.5 Théorème de Wedderburn . . . . . . . . . . . . . . . .
8.8 Applications multilinéaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
8.9 Endomorphismes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
8.9.1 Polynôme caractéristique . . . . . . . . . . . . . . . .
8.9.2 Matrices semblables . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
8.9.3 Polynômes d’endomorphismes . . . . . . . . . . . . . .
8.9.4 Polynôme minimal ponctuel . . . . . . . . . . . . . . .
8.9.5 Endomorphismes nilpotents . . . . . . . . . . . . . . .

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

200
200
203
206
207
208
208
215
216
217
217
220
220
221
222
222
223
224
225

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

230
230
233
233
234
236
236
238
241
242
242
242
245
246
252
252
253
255
257
259
261
262
262
265
267
267
268
269
271
271
273
273
275
279

7

TABLE DES MATIÈRES
8.10 Diagonalisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
8.10.1 Endomorphismes diagonalisables . . . . . . . . .
8.10.2 Un peu de structure dans Zris . . . . . . . . . .
8.10.3 Théorème de Burnside . . . . . . . . . . . . . . .
8.10.4 Diagonalisation : cas complexe . . . . . . . . . .
8.10.5 Diagonalisation : cas réel . . . . . . . . . . . . .
8.11 Espaces de matrices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
8.11.1 Connexité par arcs . . . . . . . . . . . . . . . . .
8.11.2 Densité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
8.11.3 Racine carré d’une matrice hermitienne positive
8.11.4 Racine carré d’une matrice symétrique positive .
8.11.5 Décomposition polaires : cas réel . . . . . . . . .
8.11.6 Enveloppe convexe du groupe orthogonal . . . .
8.12 Sous espaces caractéristiques . . . . . . . . . . . . . . .
8.12.1 Valeurs singulières . . . . . . . . . . . . . . . . .
8.13 Matrice compagnon et endomorphismes cycliques . . . .
8.13.1 Matrice compagnon . . . . . . . . . . . . . . . .
8.13.2 Réduction de Frobenius . . . . . . . . . . . . . .
8.13.3 Forme normale de Jordan . . . . . . . . . . . . .
8.14 Exponentielle de matrice . . . . . . . . . . . . . . . . . .
8.15 Mini introduction au produit tensoriel . . . . . . . . . .
8.15.1 Définitions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
8.16 Espaces hermitiens . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
8.17 Formes bilinéaires et quadratiques . . . . . . . . . . . .
8.17.1 Isométries d’espaces euclidiens . . . . . . . . . .
8.17.2 Théorème de Sylvester . . . . . . . . . . . . . . .
8.18 Sous-groupes du groupe linéaire . . . . . . . . . . . . . .
8.19 Isométries de l’espace euclidien . . . . . . . . . . . . . .
8.19.1 Produit semi-direct . . . . . . . . . . . . . . . . .
8.19.2 Groupe diédral . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
9 Représentations de groupes
9.1 Représentations et caractères . . . . . . . . . . . . .
9.1.1 Crochet de dualité et transformée de Fourier
9.1.2 Groupes non abéliens . . . . . . . . . . . . .
9.1.3 Représentations linéaires des groupes finis . .
9.1.4 Module . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
9.1.5 Structure hermitienne . . . . . . . . . . . . .
9.1.6 Caractères . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
9.2 Équivalence de représentations et caractères . . . . .
9.2.1 Représentation régulière . . . . . . . . . . . .
9.2.2 Caractères et représentations : suite et fin . .
9.3 Représentation produit tensoriel . . . . . . . . . . .
9.4 Exemple sur le groupe symétrique . . . . . . . . . .
9.5 Table des caractères du groupe symétrique S4 . . . .
9.6 Table de caractères du groupe diédral . . . . . . . .
9.6.1 Représentations de dimension un . . . . . . .
9.6.2 Représentations de dimension deux . . . . . .
9.6.3 Le compte pour n pair . . . . . . . . . . . . .
9.6.4 Le compte pour n impair . . . . . . . . . . .

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

280
280
284
287
288
289
291
291
291
292
293
293
295
300
303
303
303
304
307
308
314
314
314
315
315
317
317
320
321
322

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

328
328
330
331
331
332
334
335
335
337
339
341
342
342
344
344
345
346
347

8

TABLE DES MATIÈRES
10 Espaces projectifs
10.1 Sous espaces projectifs . . . . . . . . . . . . . .
10.2 Espace projectifs comme «complétés» d’espaces
10.3 Théorème de Pappus . . . . . . . . . . . . . . .
10.4 Homographies . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
10.4.1 Homographies . . . . . . . . . . . . . . .
10.4.2 Le groupe projectif . . . . . . . . . . . .
10.5 Coordonnées homogènes . . . . . . . . . . . . .
10.5.1 Dualité . . . . . . . . . . . . . . . . . .
10.5.2 Polynômes . . . . . . . . . . . . . . . .
10.5.3 Repères projectifs . . . . . . . . . . . .
10.5.4 Birapport . . . . . . . . . . . . . . . . .
10.6 Sphère de Riemann . . . . . . . . . . . . . . . .
10.6.1 Action du groupe modulaire . . . . . . .

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

348
348
350
352
353
353
354
355
355
356
358
359
360
361

. . . . . . . . . .
. . . . . . . . . .
. . . . . . . . . .
. . . . . . . . . .
. . . . . . . . . .
. . . . . . . . . .
. . . . . . . . . .
. . . . . . . . . .
. . . . . . . . . .
. . . . . . . . . .
. . . . . . . . . .
. . . . . . . . . .
. . . . . . . . . .
. . . . . . . . . .
. . . . . . . . . .
. . . . . . . . . .
. . . . . . . . . .
. . . . . . . . . .
. . . . . . . . . .
. . . . . . . . . .
. . . . . . . . . .
. . . . . . . . . .
. . . . . . . . . .
. . . . . . . . . .
topologie induite
. . . . . . . . . .
. . . . . . . . . .
. . . . . . . . . .
. . . . . . . . . .
. . . . . . . . . .
. . . . . . . . . .
. . . . . . . . . .
. . . . . . . . . .
. . . . . . . . . .
. . . . . . . . . .
. . . . . . . . . .
. . . . . . . . . .
. . . . . . . . . .

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

366
366
366
366
368
370
370
370
372
372
377
377
378
379
383
383
384
385
387
388
388
390
390
392
392
394
395
396
396
400
400
401
402
403
405
408
408
408
409

. . . .
affines
. . . .
. . . .
. . . .
. . . .
. . . .
. . . .
. . . .
. . . .
. . . .
. . . .
. . . .

11 Fonctions, théorie de la mesure et intégration
11.1 Suites et séries de nombres . . . . . . . . . . . . .
11.1.1 Moyenne de Cesaro . . . . . . . . . . . . . .
11.1.2 Rappels et définitions . . . . . . . . . . . .
11.1.3 Critères de convergence absolue . . . . . . .
11.1.4 Critères de convergence simple . . . . . . .
11.2 Limite de fonction . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.2.1 Définition . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.2.2 Propriétés de base . . . . . . . . . . . . . .
11.2.3 Limites de fonctions . . . . . . . . . . . . .
11.2.4 Règles simples de calcul . . . . . . . . . . .
11.2.5 Règle de l’étau . . . . . . . . . . . . . . . .
11.2.6 Méthode des chemins . . . . . . . . . . . .
11.2.7 Méthode des coordonnées polaires . . . . .
11.2.8 Méthode du développement asymptotique .
11.3 Continuité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.4 Continuité et dérivabilité . . . . . . . . . . . . . . .
11.5 Espace des fonctions continues . . . . . . . . . . .
11.6 Limites à plusieurs variables . . . . . . . . . . . . .
11.7 Fonction sur des compacts . . . . . . . . . . . . . .
11.8 Uniforme continuité . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.9 Continuité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.9.1 Approche analytique . . . . . . . . . . . . .
11.9.2 La fonction la moins continue du monde . .
11.9.3 Approche topologique . . . . . . . . . . . .
11.9.4 Continuité de la racine carré, invitation à la
11.9.5 Limites en des nombres . . . . . . . . . . .
11.10Limite et continuité . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.10.1 Limites quand tout va bien . . . . . . . . .
11.10.2 Discussion avec mon ordinateur . . . . . . .
11.10.3 Limites et prolongement . . . . . . . . . . .
11.11Calcul de limites . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.12Compacité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.13Dérivation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.14Dérivation et croissance . . . . . . . . . . . . . . .
11.15Différentiabilité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.15.1 Le pourquoi et le comment de la dérivée . .
11.15.2 Dérivée partielle et directionnelles . . . . .
11.15.3 Différentielle . . . . . . . . . . . . . . . . .

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

9

TABLE DES MATIÈRES
11.15.4 Règles de calculs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.15.5 Gradient et recherche du plan tangent . . . . . . . . .
11.15.6 Différentielle comme élément de l’espace dual . . . . .
11.15.7 Prouver qu’un fonction n’est pas différentiable . . . .
11.15.8 Calcul de différentielles . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.15.9 Notes idéologiques quant au concept de plan tangent .
11.16Jacobienne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.16.1 Rappels et définitions . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.17Fonctions à valeurs dans Rn . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.18Graphes de fonctions de plusieurs variables . . . . . . . . . .
11.19Dérivée suivant un vecteur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.20Différentielles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.21Propriétés des différentielles . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.21.1 Linéarité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.21.2 Produit . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.21.3 Composition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.21.4 Différentielle et dérivées partielles . . . . . . . . . . .
11.22Plan tangent . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.23Fonctions de classe C 1 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.24Dérivée directionnelle de fonctions composées . . . . . . . . .
11.25Théorèmes des accroissements finis . . . . . . . . . . . . . . .
11.26Fonctions Lipschitziennes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.27Différentielles d’ordre supérieur . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.27.1 Identification des espaces d’applications multilinéaires
11.27.2 Fonctions différentiables plusieurs fois . . . . . . . . .
11.28Développement asymptotique, théorème de Taylor . . . . . .
11.28.1 Fonctions «petit o» . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.28.2 Formule et reste . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.28.3 Reste intégral . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.28.4 Exemple : un calcul heuristique de limite . . . . . . .
11.29Définitions, quelque exemples remarquables . . . . . . . . . .
11.30Longueur d’arc . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.31Abscisse curviligne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.32Élément de longueur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.32.1 Élément de longueur : cartésiennes . . . . . . . . . . .
11.32.2 Élément de longueur : polaires (1) . . . . . . . . . . .
11.32.3 Élément de longueur : polaires (2) . . . . . . . . . . .
11.32.4 Approximation de la longueur par des cordes . . . . .
11.33Arc géométrique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.33.1 Abscisse curviligne et paramétrisation normale . . . .
11.33.2 Tangente à une courbe paramétrée . . . . . . . . . . .
11.34Repère de Frenet . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.34.1 Torsion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.35Hors des coordonnées normales . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.36Tracer des courbes paramétriques dans R2 . . . . . . . . . . .
11.37Fonctions convexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.38Théorie de la mesure . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.38.1 Espaces mesurables et mesurés . . . . . . . . . . . . .
11.38.2 Théorème de récurrence . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.38.3 Mesure produit . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.38.4 Intégrale par rapport à une mesure . . . . . . . . . . .
11.38.5 Mesure dominée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.38.6 Changement de variables dans une intégrale . . . . . .

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

410
411
412
412
416
416
417
417
418
418
421
424
428
428
428
430
432
433
433
435
437
437
438
438
439
441
442
443
443
443
444
444
447
450
450
450
450
453
454
455
460
462
464
465
467
468
470
470
472
472
473
475
476

10

TABLE DES MATIÈRES
11.38.7 Théorème de Fubini-Tonelli et de Fubini . . . . . . .
11.39Forme différentielle et intégrale sur un chemin . . . . . . . .
11.39.1 Forme différentielle . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.39.2 Intégration d’une forme différentielle sur un chemin
11.39.3 Interprétation physique : travail . . . . . . . . . . . .
11.40Intégrale sur une variété . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.40.1 Mesure sur une carte . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.40.2 Intégrale sur une carte . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.40.3 Exemples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.40.4 Orientation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.40.5 Formes différentielles . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.40.6 Intégrale d’une fonction sur une variété . . . . . . .
11.41Intégrales curvilignes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.41.1 Chemins de classe C 1 . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.41.2 Intégrer une fonction . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.41.3 Intégrer un champ de vecteurs . . . . . . . . . . . .
11.41.4 Intégrer une forme différentielle sur un chemin . . .
11.41.5 Lien entre forme différentielle et champ vectoriel . .
11.41.6 Intégrer un champs de vecteurs sur un bord en 2D .
11.41.7 Intégrer une forme différentielle sur un bord en 2D .
11.41.8 Intégrer une forme différentielle sur un bord en 3D .
11.41.9 Intégrer d’un champ de vecteurs sur un bord en 3D
11.41.10
Dérivées croisées et forme différentielle exacte . . . .
11.42Intégrales de surface . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.42.1 Intégrale d’une fonction . . . . . . . . . . . . . . . .
11.42.2 Intégrale d’un champ de vecteurs . . . . . . . . . . .
11.43Divergence, Green, Stokes . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.43.1 Intégrales curviligne . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.43.2 Théorème de la divergence . . . . . . . . . . . . . .
11.43.3 Formule de Green . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.43.4 Formule de Stokes . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.44Suites de fonctions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.44.1 Convergence uniforme . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.44.2 Permuter avec une intégrale . . . . . . . . . . . . . .
11.44.3 Permuter avec les dérivées partielles . . . . . . . . .
11.44.4 Convergence de suites de fonctions . . . . . . . . . .
11.44.5 Convergence monotone . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.44.6 Convergence dominée de Lebesgue . . . . . . . . . .
11.45Séries de fonctions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.45.1 Théorème de Stone-Weierstrass . . . . . . . . . . . .
11.45.2 Théorème taubérien de Hardi-Littlewood . . . . . .
11.45.3 Théorème de Müntz . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.46Séries entières . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.46.1 Propriétés de la somme . . . . . . . . . . . . . . . .
11.46.2 Dérivation, intégration . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.46.3 Série génératrice d’une suite . . . . . . . . . . . . . .
11.46.4 Développement en série et Taylor . . . . . . . . . . .
11.46.5 Resommer une série . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.46.6 Séries entières de matrices . . . . . . . . . . . . . . .
11.46.7 Exponentielle et logarithme de matrice . . . . . . . .
11.47Lemme de Borel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.47.1 Fonctions plateaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.47.2 Le lemme de Borel . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

476
480
482
483
484
485
485
486
487
488
489
491
491
491
491
492
492
493
493
493
494
494
494
496
496
496
497
497
497
498
500
501
501
503
504
504
504
507
508
512
515
519
521
524
527
528
528
530
535
538
539
539
540

11

TABLE DES MATIÈRES
11.48Intégrales convergeant uniformément . . . . . . . . . .
11.48.1 Définition et propriété . . . . . . . . . . . . . .
11.48.2 Critères de convergence uniforme . . . . . . . .
11.49Fonctions définies par une intégrale . . . . . . . . . . .
11.49.1 Continuité sous l’intégrale . . . . . . . . . . . .
11.49.2 Dérivabilité sous l’intégrale . . . . . . . . . . .
11.49.3 Absolue continuité . . . . . . . . . . . . . . . .
11.49.4 Différentiabilité sous l’intégrale . . . . . . . . .
11.50Formes différentielles exactes et fermées . . . . . . . .
11.50.1 Formes différentielles exactes et fermées . . . .
11.51Théorème d’Abel angulaire . . . . . . . . . . . . . . .
11.52Mesure de Lebesgue . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.53Fonctions en escalier . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.53.1 Pavés et subdivisions . . . . . . . . . . . . . . .
11.53.2 Intégrale d’une fonction en escalier . . . . . . .
11.53.3 Intégrales partielles . . . . . . . . . . . . . . . .
11.53.4 Réduction d’une intégrale multiple . . . . . . .
11.53.5 Propriétés de l’intégrale . . . . . . . . . . . . .
11.54Intégrales multiples, cas général . . . . . . . . . . . . .
11.54.1 Réduction d’une intégrale multiple . . . . . . .
11.54.2 Intégrales sur des parties de R2 . . . . . . . .
11.54.3 Intégrales sur des parties de R3 . . . . . . . . .
11.55Coordonnées polaires, cylindriques et sphériques . . .
11.55.1 Coordonnées polaires . . . . . . . . . . . . . . .
11.55.2 Coordonnées cylindriques . . . . . . . . . . . .
11.55.3 Coordonnées sphériques . . . . . . . . . . . . .
11.56Changement de variables . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.56.1 Récapitulatif . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.56.2 Changement de variables . . . . . . . . . . . .
11.57Intégrales de fonctions et domaines non bornées . . . .
11.57.1 Fonctions et ensembles non bornés . . . . . . .
11.57.2 Passage à la limite sous le signe intégral . . . .
11.57.3 Théorème de Fubini et changement de variables
11.57.4 Intégrale en dimension un . . . . . . . . . . . .
11.57.5 Intégrales convergentes . . . . . . . . . . . . . .
12 Analyse plus générale, ou pas
12.1 Convolution . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
12.2 Théorème du point fixe de Picard . . . . . . . . . . .
12.2.1 Théorème de Cauchy-Lipschitz . . . . . . . .
12.2.2 Équation de Fredholm . . . . . . . . . . . . .
12.3 Théorème d’inversion locale de la fonction implicite .
12.3.1 Mise en situation . . . . . . . . . . . . . . . .
12.3.2 Définitions et rappels . . . . . . . . . . . . .
12.3.3 Théorème d’inversion locale . . . . . . . . . .
12.3.4 Théorème de la fonction implicite . . . . . . .
12.3.5 Exemple . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
12.3.6 Théorème de Von Neumann . . . . . . . . . .
12.4 Les nombres complexes . . . . . . . . . . . . . . . .
12.4.1 Définitions de base . . . . . . . . . . . . . . .
12.4.2 Forme polaire ou trigonométrique . . . . . . .
12.5 Maximisation sans contraintes . . . . . . . . . . . . .
12.5.1 Maximisation à une variable . . . . . . . . . .
12.5.2 Quelque mots à propos de matrices . . . . . .

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

542
542
543
543
543
545
546
548
550
552
553
556
557
557
560
561
561
563
563
564
565
568
571
571
571
571
572
575
575
577
577
577
578
578
579

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

580
580
581
583
586
586
586
587
588
589
590
591
593
593
594
594
594
595

12

TABLE DES MATIÈRES
12.5.3 Les théorèmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
12.5.4 Extrema liés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
12.6 Formes quadratiques, signature, et lemme de Morse . . . . . .
12.6.1 Lemme de Morse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
12.7 Variétés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
12.7.1 Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
12.7.2 Définition et propriétés . . . . . . . . . . . . . . . . .
12.7.3 Espace tangent . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
12.8 Théorèmes de Brouwer et Schauder . . . . . . . . . . . . . . .
12.8.1 Brouwer . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
12.8.2 Théorème de Schauder et équations différentielles . . .
12.9 Théorème de Markov-Kakutani et mesure de Haar . . . . . .
12.10Méthode de Newton . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
12.10.1 Points fixes attractifs et répulsifs . . . . . . . . . . . .
12.10.2 Méthode de Newton . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
12.11Prolongement de fonctions et complétion d’espaces métriques
12.12Un petit extra . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
12.13Le coup du compact . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
12.14Vitesses de xα , de l’exponentielle et du logarithme . . . . . .
12.15Remarque : Abel et sinpxtq . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
12.16Que faire avec f pzqdz “ gptqdt ? . . . . . . . . . . . . . . . . .
12.17Trucs et astuces de calculs d’intégrales . . . . . . . . . . . . .
12.17.1 Sinus cardinal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
13 Espaces de Hilbert
13.1 Sommes de familles infinies . . . . . . . . .
13.1.1 Convergence commutative . . . . . .
13.2 Espaces de Hilbert . . . . . . . . . . . . . .
13.3 Théorème de la projection . . . . . . . . . .
13.4 Systèmes orthogonaux et bases . . . . . . .
13.4.1 Orthogonalité . . . . . . . . . . . . .
13.4.2 Dual . . . . . . . . . . . . . . . . . .
13.4.3 Séparabilité . . . . . . . . . . . . . .
13.4.4 Bases d’espaces de Hilbert . . . . . .
13.4.5 Digression sur les normes opérateurs
13.5 Théorème de Kochen-Specker . . . . . . . .

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

14 Analyse fonctionnelle
14.1 Théorème d’Ascoli . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
14.2 Théorème de Banach-Steinhaus . . . . . . . . . . . . . . . .
14.3 Espaces Lp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
14.3.1 Inégalité de Hölder et de Minkowski . . . . . . . . .
14.3.2 Complétude . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
14.3.3 Théorème de représentation de Riesz . . . . . . . . .
14.3.4 Densité des fonctions infiniment dérivables à support
14.3.5 Approximation de l’unité . . . . . . . . . . . . . . .
14.3.6 Densité des polynôme trigonométrique . . . . . . . .
14.4 L’espace L2 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
14.5 Espaces de Sobolev . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
14.6 Théorèmes de Hahn-Banach . . . . . . . . . . . . . . . . . .

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

595
596
598
602
604
604
604
605
606
606
608
610
611
611
611
613
619
620
621
621
621
622
624

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

625
625
625
628
629
632
632
634
635
639
642
643

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

646
646
647
649
651
652
656
657
659
661
662
663
671

. . . . . .
. . . . . .
. . . . . .
. . . . . .
. . . . . .
. . . . . .
compact .
. . . . . .
. . . . . .
. . . . . .
. . . . . .
. . . . . .

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

13

TABLE DES MATIÈRES
15 Analyse complexe
15.1 Fonctions holomorphes . . . . . . . . . . . . . .
15.1.1 Dérivabilité au sens complexe . . . . . .
15.1.2 Différentielle . . . . . . . . . . . . . . .
15.1.3 Équations de Cauchy-Riemann . . . . .
15.1.4 Intégrales sur des chemins fermés . . . .
15.1.5 Lacets, indice et homotopie . . . . . . .
15.1.6 Théorème de Cauchy . . . . . . . . . . .
15.1.7 Analycité . . . . . . . . . . . . . . . . .
15.1.8 Théorème de Brouwer en dimension 2 .
15.1.9 Principe des zéros isolés . . . . . . . . .
15.1.10 Prolongement de fonctions holomorphes
15.1.11 Théorème de Runge . . . . . . . . . . .
15.2 Intégrales de fonctions holomorphes . . . . . .
15.3 Conditions équivalentes à l’holomorphie . . . .
15.4 Singularités, pôles et méromorphe . . . . . . .
15.5 Fonctions d’Euler . . . . . . . . . . . . . . . . .
15.5.1 Euler et factorielle . . . . . . . . . . . .
15.6 Partition d’un entier en parts fixées . . . . . . .
15.7 Exponentielle complexe . . . . . . . . . . . . .
15.7.1 Intégrale de Fresnel . . . . . . . . . . .
15.8 Théorème de Weierstrass . . . . . . . . . . . . .
15.9 Théorème de Montel . . . . . . . . . . . . . . .
15.10Espaces de Bergman . . . . . . . . . . . . . . .

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

674
674
674
674
676
677
679
680
681
682
683
684
685
687
691
692
693
696
696
699
701
703
704
706

16 Séries de Fourier
16.1 Densité des polynômes trigonométriques . . . . . . . . . . . .
16.1.1 Convergence pour les fonctions continues (Weierstrass)
16.1.2 Convergence pour les fonctions continues (Fejér) . . .
16.1.3 Densité dans Lp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
16.2 Fonctions de Dirichlet . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
16.3 L’espace L2 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
16.4 Coefficients et série de Fourier . . . . . . . . . . . . . . . . . .
16.4.1 Le contre-exemple que nous attendions tous . . . . . .
16.4.2 Inégalité isopérimétrique . . . . . . . . . . . . . . . . .
16.4.3 Suite équirépartie, critère de Weyl . . . . . . . . . . .
16.4.4 À propos des coefficients . . . . . . . . . . . . . . . . .

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

710
710
710
711
714
714
715
715
718
720
722
724

17 Transformée de Fourier
17.1 Espace de Schwartz . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
17.1.1 Produit de convolution . . . . . . . . . . . . . . .
17.1.2 Topologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
17.1.3 Transformée de Fourier d’une fonction Schwartz
17.2 Formule sommatoire de Poisson . . . . . . . . . . . . . .

.
.
.
.
.

.
.
.
.
.

.
.
.
.
.

.
.
.
.
.

.
.
.
.
.

.
.
.
.
.

.
.
.
.
.

.
.
.
.
.

.
.
.
.
.

.
.
.
.
.

.
.
.
.
.

.
.
.
.
.

.
.
.
.
.

.
.
.
.
.

.
.
.
.
.

.
.
.
.
.

.
.
.
.
.

726
726
727
727
730
733

18 Distributions
18.1 Topologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
18.2 Espaces duaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
18.2.1 Dérivée de distribution . . . . . . . . . . . . . . . .
18.3 Distributions tempérées . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
18.3.1 Topologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
18.3.2 Distributions associées à des fonctions . . . . . . .
18.3.3 Multiplication d’une distribution par une fonction
18.3.4 Composition avec une fonction . . . . . . . . . . .

.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.

736
736
739
740
740
742
742
742
742

14

TABLE DES MATIÈRES
18.3.5 Transformée de Fourier d’une distribution tempérée
18.3.6 Convolution d’une distribution par une fonction . .
18.3.7 Peigne de Dirac . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
18.4 L’espace C 8 pR, D 1 pRd qq . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
18.4.1 Dérivation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
18.5 L’espace C 8 pR, S 1 pRd qq . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
18.5.1 Propriétés générales . . . . . . . . . . . . . . . . . .
18.5.2 Dérivation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.

19 Équations différentielles
19.1 Équations linéaires du premier ordre . . . . . . . . . . . . . . . .
19.1.1 Pourquoi la variation des constantes fonctionne toujours ?
19.2 Équations à variables séparées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
19.2.1 La méthode rapide . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
19.2.2 La méthode plus propre . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
19.2.3 Les théorèmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
19.3 Équations linéaires d’ordre supérieur . . . . . . . . . . . . . . . .
19.3.1 Équations et systèmes linéaire à coefficients constants . .
19.3.2 Si les coefficients ne sont pas constants ? . . . . . . . . . .
19.4 Système d’équations linéaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
19.4.1 La magie de l’exponentielle. . . . . . . . . . . . . . . . . .
19.4.2 . . . mais la difficulté . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
19.4.3 La recette . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
19.4.4 Système d’équations linéaires avec matrice constante . . .
19.4.5 Système d’équations linéaires avec matrice non constante
19.5 Réduction de l’ordre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
19.6 Équation du second ordre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
19.6.1 Wronskien . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
19.6.2 Avec second membre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
19.6.3 Équation y 2 ` qptqy “ 0 . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
19.6.4 Équation de Hill . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
19.7 Différents types d’équations différentielles . . . . . . . . . . . . .
19.7.1 Équation homogène . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
19.7.2 Équation de Bernoulli . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
19.7.3 Équation de Riccati . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
19.7.4 Équation différentielle exacte . . . . . . . . . . . . . . . .
19.8 Distributions pour les équations différentielles . . . . . . . . . . .
19.8.1 Équation de Schrödinger . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
19.9 Nombres de Bell . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
20 Analyse numérique
20.1 Conditionnement et stabilité . . . . . . . . . . . . . . . .
20.1.1 Comment choisir et penser le K ? . . . . . . . . . .
20.2 Algorithmes, stabilité, convergence et conditionnement . .
20.2.1 Méthode de Newton pour trouver une racine d’une
20.2.2 Résoudre un système linéaire . . . . . . . . . . . .
20.2.3 Définitions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
20.3 Représentations numériques, erreurs . . . . . . . . . . . .
21 Variables aléatoires et théorie des probabilités
21.1 Espace de probabilité . . . . . . . . . . . . . . .
21.2 Variables aléatoires . . . . . . . . . . . . . . . .
21.2.1 Indépendance . . . . . . . . . . . . . . .
21.2.2 Lois conjointes et indépendance . . . . .

.
.
.
.

.
.
.
.

.
.
.
.

.
.
.
.

.
.
.
.

.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.

743
743
744
745
747
747
748
750

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

753
754
755
756
756
757
757
759
759
759
760
760
760
761
761
762
762
763
763
764
764
766
769
769
769
769
770
771
771
774

. . . . .
. . . . .
. . . . .
fonction
. . . . .
. . . . .
. . . . .

.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.

777
777
778
779
779
780
780
781

.
.
.
.

782
782
783
783
785

.
.
.
.

.
.
.
.

.
.
.
.

.
.
.
.

.
.
.
.

.
.
.
.

.
.
.
.

.
.
.
.

.
.
.
.

.
.
.
.

.
.
.
.

.
.
.
.

.
.
.
.

.
.
.
.

.
.
.
.

15

TABLE DES MATIÈRES
21.2.3 Somme et produit de variables aléatoires indépendantes . .
21.2.4 Espérance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
21.2.5 Variance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
21.2.6 Covariance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
21.2.7 Probabilité conditionnelle, première . . . . . . . . . . . . .
21.2.8 Espérance conditionnelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
21.2.9 Probabilité conditionnelle, seconde . . . . . . . . . . . . . .
21.2.10 Résumé des choses conditionnelles . . . . . . . . . . . . . .
21.2.11 Inégalité de Jensen . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
21.2.12 Fonction de répartition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
21.2.13 Fonction caractéristique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
21.2.14 Fonction génératrice des moments, transformée de Laplace
21.2.15 Loi d’une variable aléatoire . . . . . . . . . . . . . . . . . .
21.2.16 Changement de variables . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
21.3 Événements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
21.4 Convergence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
21.5 Loi des grands nombres, théorème central limite . . . . . . . . . .
21.5.1 Loi des grands nombres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
21.5.2 Théorème central limite . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
21.5.3 Marche aléatoire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
21.6 Les lois usuelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
21.6.1 Loi de Bernoulli . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
21.6.2 Loi binomiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
21.6.3 Loi multinomiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
21.6.4 Loi géométrique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
21.6.5 Loi de Poisson . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
21.6.6 Loi exponentielle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
21.6.7 Approximation de la binomiale par une Poisson . . . . . . .
21.6.8 Loi de Poisson et loi exponentielle . . . . . . . . . . . . . .
21.6.9 Loi normale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
21.6.10 Vecteurs gaussiens . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
21.6.11 Variable aléatoire de Rademacher . . . . . . . . . . . . . . .
21.6.12 Loi de Student . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
21.6.13 Indépendance, covariance et variance de somme . . . . . . .
21.7 Estimation des grands écarts . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
21.8 Simulations de réalisations de variables aléatoires . . . . . . . . . .
21.8.1 Générateur uniforme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
21.8.2 Simulation par inversion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
21.8.3 Algorithme de Box-Muller . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
21.8.4 Méthode du rejet . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
21.8.5 Simuler une loi géométrique à l’ordinateur . . . . . . . . . .
21.8.6 Simuler une loi exponentielle à l’ordinateur . . . . . . . . .
21.8.7 Simuler une loi de Poisson à l’ordinateur . . . . . . . . . . .
21.9 Sage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
21.9.1 Loi exponentielle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
21.9.2 Inverser des lois . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
21.10Monte-Carlo . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
21.10.1 Intervalle de confiance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
21.11Résultats qui se démontrent avec des variables aléatoires . . . . . .
21.11.1 Nombres normaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
21.11.2 Théorème de Bernstein . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

786
788
789
789
790
791
797
799
799
800
800
801
802
803
804
804
809
809
811
814
814
814
815
816
816
816
817
819
820
821
823
827
829
829
830
833
833
834
835
836
837
838
838
838
838
839
839
840
842
842
844

16

TABLE DES MATIÈRES
22 Statistiques
22.1 Notations et hypothèses . . . . . . . . . . . . .
22.2 Modèle statistique . . . . . . . . . . . . . . . .
22.3 Modèles d’échantillonnages . . . . . . . . . . .
22.4 Estimation ponctuelle . . . . . . . . . . . . . .
22.5 Statistiques et estimateurs . . . . . . . . . . . .
22.5.1 Méthode des moments . . . . . . . . . .
22.5.2 Méthode de substitution . . . . . . . . .
22.5.3 Méthode du maximum de vraisemblance
22.5.4 Estimation d’une fonction de répartition
22.6 Qualité des estimateurs . . . . . . . . . . . . .
22.6.1 Espérance et variance d’un estimateur .
22.7 Estimation par intervalle de confiance . . . . .
22.7.1 Région de confiance . . . . . . . . . . .
22.7.2 Fonction pivotale . . . . . . . . . . . . .
22.7.3 Sondage de proportion . . . . . . . . . .
22.8 Estimer une densité lorsqu’on ne sait rien . . .
22.8.1 Distance entre des mesures . . . . . . .
22.8.2 Estimateur par fenêtres glissantes . . . .
22.9 Test d’hypothèses, prise de décision . . . . . . .
22.9.1 Exemple : qualité des pièces d’usine . .
22.9.2 Exemple : la résistance d’un fil . . . . .
22.9.3 Vocabulaire et théorie . . . . . . . . . .
22.9.4 Risque de première et seconde espèce . .
22.9.5 Modèle paramétrique de loi gaussienne .
22.10Tests paramétriques . . . . . . . . . . . . . . .
22.11Tests d’adéquation . . . . . . . . . . . . . . . .

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

848
848
848
851
854
855
856
857
857
859
860
863
864
867
867
870
871
871
872
874
874
875
875
876
877
878
880

23 Chaînes de Markov à temps discret
23.1 Généralités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
23.2 Chaînes de Markov sur un ensemble fini . . . .
23.3 Marche aléatoire sur Z . . . . . . . . . . . . . .
23.3.1 Chaînes de Markov homogènes . . . . .
23.3.2 Graphe de transition . . . . . . . . . . .
23.3.3 Chaîne de Markov définie par récurrence
23.4 Classification des états . . . . . . . . . . . . . .
23.4.1 Chaînes irréductibles . . . . . . . . . . .
23.4.2 Nombre de visites . . . . . . . . . . . .
23.5 Mesure invariante . . . . . . . . . . . . . . . . .
23.6 Convergence vers l’équilibre . . . . . . . . . . .
23.7 Processus de Galton-Watson . . . . . . . . . . .

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

884
884
885
887
889
890
890
892
895
896
900
902
905

.
.
.
.
.
.
.

909
909
912
914
916
917
920
922

24 Martingales
24.1 Convergence de martingales . . . . . . . .
24.2 Temps d’arrêt et martingale terminée . .
24.3 Décomposition de martingales . . . . . . .
24.4 Problème de la ruine du joueur . . . . . .
24.4.1 Le cas où la pièce est truquée . . .
24.4.2 Le cas où la pièce est non truquée
24.4.3 Un petit complément . . . . . . . .

.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.

17

TABLE DES MATIÈRES
25 Processus de Poisson
25.1 Processus de Poisson . . . . . . . . . .
25.2 Quelque trucs sur la simulation . . . .
25.2.1 Le théorème central limite pour
25.2.2 Feuille 5 . . . . . . . . . . . . .
25.2.3 Feuille 6 . . . . . . . . . . . . .
25.2.4 Feuille 7 . . . . . . . . . . . . .
25.2.5 Simuler des lois conditionnelles

. . . . .
. . . . .
Markov
. . . . .
. . . . .
. . . . .
. . . . .

.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.

923
923
926
927
927
927
928
928

26 Utilisation dans les autres sciences
929
26.1 Démystification du MRUA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 929
26.1.1 Preuve de la formule . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 929
26.1.2 Interprétation graphique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 930
27 Développements possibles
931
27.1 Algèbre et géométrie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 931
27.2 Analyse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 936
27.3 Anciennes leçons . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 940
A GNU Free Documentation License

942

Bibliographie

949

Liste des notations

959

Index
p-Sylow, 64
p-groupe, 64
écart-type, 789
échantillon, 849, 851
élément
de torsion, 84
primitif, 119
élément de surface, 486
élémentaire
polynôme symétrique, 259
éléments
associés dans un anneau, 93
équation
de Riccati, 769
des classes, 57
des orbites, 57
différentielle
étude qualitative, 767
Hill, 766
homogène, 769
linéaire, 754
ordinaire d’ordre 1, 753
système, 767
variables séparées, 756
diophantienne, 98
Fredholm, 586
générale de degré n, 150
orbite-stabilisateur, 56
équi-intégrable, 913
équicontinuité, 646
équivalence
classe de fonctions, 649
de représentations, 335
de suites, 217
homotopie, 679
suite de composition, 54
état
apériodique, 903
récurrent, 893
récurrent positif, 893
transitoire, 893
étranger
dans leur ensemble, 105
étrangers

polynômes, 105
événement, 782
abélianisé, 42
Abel
angulaire, 553
convergence radiale, 526
abscisse
curviligne, 455
absolument continue, 546
absorbant, 892
accumulation
dans R, 163
dans espace vectoriel normé, 215
action
adjointe, 55
de groupe
Wedderburn, 268
domaine fondamental, 57
fidèle, 55
libre, 58
transitive, 58
action de groupe, 257
sur des matrices, 602
adhérence, 162, 211
affine
application, 191
espace, 188
sous-espace, 192
affine (application), 253
aire, 567
algébrique
extension, 118
nombre, 121
par rapport à une extension de corps, 148
algébriquement
indépendant, 149
algèbre
polynômes, 103
algèbre engendrée, 280
algorithme, 780
consistant, 780
convergent, 781
facteurs invariants, 101
18

19

INDEX
fortement consistant, 780
stable, 781
alterné
groupe, 61
polynôme, 257
alternée
forme linéaire, 238
analytique
au sens complexe, 681
Anneau
Z{nZ
polynôme cyclotomique, 263
anneau, 85
Z{nZ, 76, 115, 123, 266
à division, 109
de séries formelles, 774
euclidien
facteurs invariants, 101
factoriel, 94
intègre, 90
noetherien, 96
principal, 96, 276, 285
utilisation, 286
quotient par un idéal, 87
anneaux
de séries formelles
utilisation, 696
apériodique
état d’une chaîne de Markov, 903
chaîne de Markov, 904
application
définie positive, 595
de classe C k , 439
différentiable, 425, 426, 437, 439, 588, 602
extrema lié, 597
en escalier, 559
linéaire
théorème de Banach-Steinhaus, 647
ouverte, 221
semi-définie positive, 595
tangente, 425
approximation
de fonctions
par des polynômes, 845
de l’unité, 659
par polynômes, 517
polynômiale, 685
arc
géométriques, 455
paramétré, 444
associé, 93
associée
subdivision, 559

asymptotiquement pivotale, 867
attractif
point fixe, 611
Bézout
anneau principal, 96
calcul effectif, 48
nombres entiers, 45
polynômes, 105
Baire
espace, 187
théorème, 160, 187
Banach
espace, 628
barycentre, 194
enveloppe convexe, 296
et convexité, 196
base, 230
canonique de Rm , 230
d’un module, 90
duale, 412, 482
espace préhilbertien, 639
hilbertienne
utilisation, 721
Bergman (espace), 706
Bernoulli, 815
somme, 831
Berry-Esséen (borne), 813
Bessel
inégalité, 637
biais
d’estimateur, 860
bien
conditionné, 777
enchaîné, 181
bilinéaire, 270
binormale, 463
birégulier
point sur une courbe, 453
birapport, 359
borélienne, 470
boréliens, 470
bord, 162
borné, 164
partie de V , 207
temps d’arrêt, 912
bornée, 158
différentielle, 433
partie de Rm , 388
suite, 153
boule
avec semi-normes, 184
fermée, 161, 174, 207
ouverte, 161, 174, 207

710 coefficients de Fourier. 350 complétude. 689. 885 homogène. 169 relatif. 232 coefficient de Fourier. 328 de S4 . 267 commutateur dans un groupe. 170 . 242 formule. 335 abélien. 777 relatif asymptotique. 904 convergence. 176. 559 centrale (application). 88 polynôme. 85 centre d’un anneau. 181. 444 dans Rm . 335 cardioïde. 455 Chasles. 188 caractéristique d’un anneau. 652 espaces Lp .20 INDEX Bruhat (décomposition). 118 connexe par arc. 124 catégorie ensemble de première. 85 d’un groupe. 366 chaîne. 42 compacité. 501 déterminant. 188 Chemin classe C 2 . 620 compact. 154 théorème. 418 codimension. 628 Cayley théorème. 781 conjugués éléments d’une extension. 181 de Markov. 884 irréductible. 502 utilisation théorème de Montel. 317 théorème de Dini. 160 Cauchy critère uniforme. 885 changement de variable. 884 apériodique. 444 clôture algébrique. 169. 646 suite exhaustive. 41. 41 Cesaro moyenn. 90 complet. 216 opérateur. 524 suite. 615. 491 chemin. 335 centralisateur. 617 complétion projective. 491 dans Rp . 899 régulière. 904 finie. 704 Compact le coup du. 402 arc paramétré. 41 caractère. 342 groupe diédral. 703 sous-groupes du groupe linéaire. 676 Cauchy-Schwarz. 653 complète famille de projecteurs. 890 récurrente positive. 86 colinéarité. 680 produit. 203. 167 composition suite de. 209. 348 combinatoire. 179. 164 connexité. 41 espace affine. 181 définition. 58 canonique base. 253 Burnisde formule. 40 complété d’un espace métrique. 452 carré dans un corps fini. 60 classe C 1 . 344 irréductible. 715 coefficients binomiaux. 617. 271 sous-groupe. 64 cellule d’un pavage. 180 complémentaire. 52 conditionnement absolu. 121 classe conjugaison dans S4 . 64 Cauchy-Riemann. 646 quasi. 230 décomposition.

388 continuité. 299 convolution. 355 corps. 504 en probabilité. 110 courbe étude métrique. 682 Conservative. 217. 685 théorème des valeurs intermédiaires. 383 fonction sur espace vectoriel normé. 268 premier. 367. 110 des fractions rationnelles utilisation. 123. 167 en loi. 542 série de fonctions. 502 convergent estimateur. 373 fonction définie par une intégrale. 171 et intervalles. 599 théorème de Runge. 543 série de fonctions. 508 presque sûrement. 463 covariance. 218 forme différentielle. 179 prolongement analytique. 787. 163 suite numérique. 120 polynôme cyclotomique. 196 enveloppe de Opnq.21 INDEX de groupes connus. 517. 684 indice d’une courbe. 167 de martingales. 175 fonction entre espaces topologiques. 395 uniformément. 907 point. 216 de fonction. 805 en norme. 390 fonction entre espaces métriques. 501 intégrale. 121 de rupture. 304 groupe. 182 sur un intervalle. 217 série alternée. 168 fonction réelle. 619 signature d’une forme quadratique. 877 cyclique endomorphisme. 198 cartésiennes dans un espace affine. 672 convexité barycentre. 543 séquentielle. 508 suite de fonctions. 239 par arc fonction différentiable. 390 contraction. 484 consistance estimateur. 789 critère Abel. 720 efficacité. 625 dans un espace vectoriel normé. 696 extension. 907 coordonnées barycentriques. 522 Abel pour intégrales. 153. 457 . 733. 581 convergence absolue. 109 de décomposition. 804 normale. 504 théorème de Dini. 595 point d’un arc. 481 sur espace métrique. 875 valeur. 721 de Jordan. 913 de suite. 453 région. 831 suite dans Rm . 804 rapidité. 722 Abel angulaire. Rq. 159 fonction holomorphe. 508 commutative. 263 des fractions. 419 courbure. 145. 612. 735. 82. 198 dans un espace affine. 44 matrice. 128. 856 contenu. 304 cycloïde coordonnées normales. 856 convexe fonction. 131 Wedderburn. 509 critique Galton-Watson. 437 points d’accumulation. 370 Weierstrass. 876 courbe de niveau. 553 uniforme. 543 Cauchy uniforme. 679 le groupe GL` pn. 468 localement. 501 de Cauchy. 188 homogène. 93 continue. 260 fini. 393 utilisation Brouwer.

203 entre deux mesures de probabilités. 662 points extrémaux dans L. 523 distance. 201 distance (d’une norme). 425 dilatation (matrice). 1s. 173. 290 simultanée. 238 Gram. 301 spectrale. 298 prolongement. 160 22 densité. 267 partitions de t1. 519 résultant. 288 cas réel. 520 de Cauchy. 42 dérivée au sens de distributions. 740 fonction à valeurs dans E 1 . 192 direction. 676 Taylor. 242 forme linéaire alternée. 741 tempérée. 739 équation de Schrödinger. 409 deux fois. nu. 187 partielle. 238 Cauchy. 310 polaire. . 253 canonique. 460 sous-espace affine. 282 diamètre. 786 d’une variables aléatoire. 241 développable en série entière. 247 Vandermonde. 388 difféomorphisme. 711 théorème (sur les nombres premiers). 657 des polynômes 0 dans Cc r0. 90 de zéro à droite. 90 . 301 dénombrement. 469 de DpRn q dans L1 pRn q. 668 déterminant. 421 distributionnelle. 774 dérivé groupe. 771 de Dirac. 201 distingué. 664 dans Sobolev H 1 pIq. 309 Jordan et exponentielle de matrice. 421 dérivabilité fonction définie par une intégrale. 711 théorème. 783 dans un espace de fonction critère de Weyl. 438 sur un ouvert. 728 8 de Cc pRd q dans Lp pRd q. . 294 primaire. 266 disque de convergence. 664 directionnelle. 575 de classe C k . 192 Dirichlet noyau. 301 sous-espaces caractéristiques. 427 différentielle. 528 développement limité fonction holomorphe. 722 de Q dans R utilisation. 753 dérivation au sens des distribution Sobolev. 602 degré d’une racine. 121 Dunford. 328 extension de corps. 100 dimension sous espace affine. 41 distribution. 845 des polynômes trigonométriques dans Lp pS 1 q. 267 diagonalisable. 615 densité d’une mesure. 174. 435. 439 différentiabilité. 421. . 243. . 302 application. 41 corps. 871 point et ensemble. 311 diagonalisation cas complexe. 740 diviseur de zéro. 242. 118 dense nulle part. 452 décomposition Bruhat. 106 d’une représentation. 311 exponentielle de matrice.INDEX longueur. 540 dérivable au sens complexe. 617 conjointe. 437 différentiable. 471 diédral. 545 lemme de Borel. 273 exponentielle. 674 fonction.

348 dual. 118 de corps. 187 de Bergman. 238. 222 relation. 283 d’un groupe. 748 de Baire. 104 domaine fondamental d’une action. 475 droite projective. Y q. 738 S pΩq.23 INDEX division euclidienne. 296 estimateur. 233 Dunford décomposition. 831 Euclide algorithme étendu. 260 finie. 706 de fonctions Lp . 57 dominé modèle statistique. 605 topologique. 797 espace L2 Sobolev. 302 préservant une forme quadratique. 854 dominée convergence (Lebesgue). 302. 119 extrémal point dans un convexe. 855 biais. 628 complet. 796 événement. 283. 858 estimation des grands écarts. 302 effectif empirique. 132 simple. 335 enveloppe convexe. 860 maximum de vraisemblance. 116 exposant. 454 norme. 860 consistant. 592 rapide. 180 exponentielle complexe. 782 de Schwartz. 40 erreur relative. 296 équivalence arcs paramétrés. 182 vectoriel dimension. 767 Dunford. 232. 294 diagonalisable. 311. 880 efficacité courbe. 791. 170 métrisable. 97 Euler indicatrice. 237 topologique. 726 de Sobolev. 668 de Hilbert espace de Sobolev H 1 . 664 métrique. 173 mesuré. 79 exact intervalle de confiance. 634 de Mpn. 617 CpX. 302 diagonalisation. 583 DpKq. 308. 73. 507 mesure. 298 . 188 canonique. 292. 233. 767 entrelacement. Kq. 876 endomorphisme cyclique. 42 extension algébrique. 668 Lp . 348 tangent. 45. 538 utilisation. 310. 798 variable aléatoire. 864 excès intervalle de confiance. 864 exhaustive (suite de compacts). 118. 650 affine. 856 convergent. 781 espérance. 47 euclidien anneau. 290 nilpotent Dunford. 856 de fonction de répartition. 188 Banach. 788 conditionnelle.norme uniforme. 320 sous-espace stable. 668 de probabilité. 797 événements. 699 de matrice. 470 projectif. 304 décomposition polaire. 653 Sobolev H 1 .

547. 800 réduction. 586 Γ d’Euler. Fredholm 703 équation. 680 noyau. 247 inégalité de Jensen. 175 sommatoire de Poisson. 674. 90 domaine d’une action. 711 Hadamard. 578 Γ d’Euler. 733 flux série d’un champ de vecteur. 601. 304 différentiable. 692 dans Rn . 44. 230 simple. 540. 800 rationnelle convexe. 110 définie par une intégrale. 595 Frobenius en escalier intégrable. 595 lié. 166. 217 filtration. 162. 599. 909 Taylor fine reste intégral. 657 fréquence à décroissance rapide. 550. 770 groupe orthogonal. 523 fermé. 94 alternée. 506 d’expulsion (produit vectoriel). 818 formules. 701 de Möbius. 693 générateur. 703 Fubini théorème de Montel. 602 intégrant. 89 génératrice. 480 avec des groupes. 162. 142 fermeture. 560 morphisme. 602 24 . 492 exacte. 468. 596 extremum. 721 fonction transformée Γ d’Euler. 207 Fejér de Cauchy. 469 intégration. 55 Stirling. 211 probabilité totales. 317. 497 utilisation. 552 linéaire différentielle. 209 inversion Möbius. 726 empirique. 552 fermée. 445 utilisation. 481. 550. 443 subdivision. 214 holomorphe. 55 Fourier. 356 formule famille Bayes. 320 factoriel forme linéaire anneau. 704 théorème méromorphe. 322. 896 caractéristique. 790 séquentielle. 791 sommable. 315 différentielle.INDEX non dégénérée. 597 local relatif. 58 Fatou. 626 Burnside. 141 Frobénius de répartition. 548. 801 frontière. 464 de classe C 1 . 473 génératrice fondamental partir d’un module. 562 fraction d’une variable aléatoire. 57 géométrie forme. 361 bilinéaire extrema. 612 fixateur. 693 groupe abélien fini. 330 étagée. 714 intégrale. 799 fractions (corps). 880. 434 Fresnel de Dirichlet. 693 Frenet utilisation. 238 faisceau de droites. 543. 597 facteur quadratique. 733 fidèle (action).

875 simple. 875 idéal bilatère. 601 action. 167 homogène chaîne de Markov. 62. 845 isopérimétrique. 238 sépare au sens strict. 628 de Khintchine. 322 générateurs (utilisation). 94 identifiable. 353. 628 holomorphe. 242 graphe de transition (chaîne de Markov). 523 Hardy-Littlewood (théorème). 907 sur-critique. 322 projectif. 238 sous-groupes compacts. 123. 361 isométries du cube. 827 de la moyenne. 239 du groupe alterné. 354 quotient. 94 à gauche. 70 fini. 721 Galton-Watson sous-critique. 61 dérivé. 167 Heine (théorème). 64 GLpn. 267. 322 alterné. 315 inégalité Bessel. 94 maximum. 59 action sur un triangle. 87 dans un anneau. 361 orthogonal d’une forme quadratique. 875 multiple. 672 hypothèse alternative. 62 diédral. 322 et géométrie. 344 en géométrie. 361 permutation. 66. 344 caractères de S4 . 788. 148 principal à droite. 267. 361 utilisation. 419 groupe p-groupe. 267. 320 agissant sur un ensemble diédral. Kq. Kq.25 INDEX avec nombres complexes. 238. Kq. 875 composite. 84 diédral. 268 linéaire. 361 hyperplan de Mpn. 76. 672 séparer au sens large. 52 symétrique. 721 Jensen. 317 modulaire. 332 Hadamard formule. 115. 115. 299 hyperplan. 111 somme de. 125 Grönwall (lemme). 875 nulle. 361 géométrique avec des nombres complexes. 149 de permutation. 63 du groupe symétrique. 322 générateurs (preuve). 267 de torsion. 253. 115. 637 Cauchy-Schwarz. 854 identité polarisation. 314 hessienne. 437 Hölder. 517 Hausdorff. 87 maximal. 203. 268 alterné. 907 Gauss lemme polynômes. 884 homographie. Rq. 257 diédral. 61 de Galois. 389 hermitien produit scalaire. 253 décomposition polaire. 674 homéomorphisme. 42 de GLpn. 322 Wedderburn. 294 enveloppe convexe de Ωpnq. 427 Gram (déterminant). 238. 320 partie génératrice. 239 de SLpn. 441 Hilbert. 753 gradient. 890 fonction. 342 de permutations. 799 . 651 utilisation. 322.

783 utilisation. 93 module. 720 réduction. 201 indécomposable module. 274 Fatou. 900 inverse généralisé. 679 Lagrange multiplicateur. 652 triangulaire. 548 involution. 809 Minkowski. 167 espace affine. 208 intègre anneau. 173. 159 intervalle de confiance asymptotique. 785 événements. 307 Jordan-Hölder. 305 invariante mesure pour une chaîne de Markov. 701 intégration fraction rationnelle. 161 d’un ensemble. 491 d’une forme différentielle. 483 fonction en escalier. 103 représentation. 59 inversion de limite. 90 intervalle. 597 Laplace transformée. 192 isotrope totalement. 90 indépendance. 230 lacet. 543. 124 Leibnitz. 487 d’une fonction sur une variété. 40 des noyaux. 333 isobarycentre. 317 isotrope (vecteur). 317 jacobien. 848 infimum.26 INDEX Markov. 40 induite topologie. 587 Jordan chemin. 215 isométrie de forme quadratique. 597 polynôme. 890 dans un anneau. 843. 506 Gauss dans un anneau principal. 236 lagrangien. 70 isomorphisme d’espaces topologiques. 50 d’une courbe dans C. 93 de Morse. 315 de l’espace euclidien R2 . 808 de Gauss contenu de polynôme. 54 de Slutsky. 79 indice. 602 de Schreider. 197 algébrique. 916 affine. 579 d’une fonction sur une carte. 52 Kronecker. 834 inversion dans le groupe symétrique. 96 . 572 matrice. 540 de Borel-Cantelli. 247 intérieur. 208 point. 322 espace euclidien isométries du cube. 404 lemme Borel. 156 intégrable fonction non en escalier. 194 isolé élément de R. 869 invariant de similitude. 560 Fresnel. 149 sous tribus. 722 convergente. 282 irréductible chaîne de Markov. 211 inférence statistique. 587 jacobienne. 163 point dans un espace vectoriel normé. 801 Legendre symbole. 577 intégrale calcul. 679 inductif. 566 fonction positive. 498 courbe. 783 variables aléatoires. 806 de Zorn. 784 indicatrice d’Euler. 90 polynôme.

111 pour des entiers. 558 longueur d’arc. 517. 581 localement. 292 semblables. 470 σ-finie. 49 Grönwall. 583 Lipschitzienne. 455 d’un arc paramétré compact. 556 probabilité. 100 de similitude. 601 stochastique. 450 arc géométrique. 785 d’une variable aléatoire. 785 Schur complexe. 774 permutation utilisation. 703. 486 de comptage. 801 suite. 885 symétrique. 437 logarithme de matrice. 230 partie d’un module. 480 de Haar. 128 sans mémoire. 782 produit. 253. 163 suite numérique. 58 partie. 831 conjointe. 610 de Radon. 304 de dilatation. 470 Lebesgue. 288 Schur réel. 361 équivalence. 703 espace vectoriel normé. 218 de fonctions holomorphes. 230 action. 100 hermitienne racine carré. 594 local. 594 mesurable application. 829 longueur élément de. 289 libre.27 INDEX polynômes. 612 maigre (ensemble). 902 processus de Poisson. 303 cyclique. 292 semblable. 831. 650. 924 utilisation. 567 dans une carte. 816 des grands nombres forte. 753 regroupement. 320 compagnon. 810 pour les chaînes de Markov. 252 Lipschitz. 809. 782 linéaire (application). 154. 470 dans R2 . 167. 782 inversion. 471 fonction. 292 jacobienne. 157 global. 785 normale vecteur gaussien. 236 maximal idéal. 218 fonction. 843 marginale. 674 de Sylvester. 601 réelle. 447 méthode des chemins. 802 de Poisson. 370 fonction de plusieurs variables. 427 racine carré. 829 binomiale comportement asymptotique. 236 dans le groupe linéaire. 153 supérieure. 242 de transition. 539 loi χ2 . 689 externe. 472 minimal . 154. 445 d’une arrête. 100 de permutation. 910 matrice. 909 bornée dans L2 pΩq. 372 inférieure. 378 Newton. 851 réciprocité quadratique. 155 Markov inégalité. 557 mesure. 599 matrices similitude. 849 parente d’un échantillon. 823 parente. 94 maximum. 884 de transvection. 854 martingale. 317. 90 limite. 160 majorant. 848. 216 suite dans Rm . 818 Student.

45 théorème des deux carrés. 103 monogène. 615 indécomposable. 155 modèle échantillonnage. 849 statistique. 119 monotonie. 40 orientable variété. 202 noyau Dirichlet. 162. 90 sur un anneau. 455 repère affine. 467 ouvert. 488 orientation. 456 nombre. 209 dans Rn . 89 niveau de confiance. 76. 106 géométrique. 158. 161 dans un espace métrique. 44 extension de corps. 90 irréductible. 224 équivalence. 266. 72. 361 module de continuité. 94 total. 842 premier. 89 moment. 205 matricielle. 272 nabla. 632 famille de projecteurs. 133 sur un anneau factoriel. 42 d’un groupe. 801 monôme. 41 norme. 271 minimum. 226 opérateur. 226 supremum. 285 dans leur ensemble. 272 d’une racine. 226 subordonnée. 115. 205 système. 225 définition.28 INDEX polynôme d’endomorphisme. 385 osculateur (cercle). 89 moyenne de Cesaro. 597 multiplicité algébrique d’une valeur propre. 366 empirique. 41 normal extérieur vecteur. 848 modulaire (groupe). 224. 157 minorant. 123. 864 nombre complexe norme 1. 90 simple. 222 d’application linéaire. 166. 233 orthonormé. 644 ordre élément. 711 Fejér. 229 opérateurs compatibles. 711 nulle part dense. 636 oscillation d’une fonction. 86 Frobenius. 200 euclidienne. 202 dans Rm . 42 d’un polynôme. 804 empirique d’un échantillon. 497 normale loi réduite. 851 quadratique. 174 . 160 observation. 842 sous-groupe. 822 principale. 90 sous-espace. 612 nilpotent. 488 origine abscisse curviligne. 205. 851 paramétrique. 286 nombre premier polynôme cyclotomique. 411 Newton méthode. 788 fonction génératrice. 782 opérateur linéaire borné. 45 deux nombres entre eux. 849. 198 orthogonal. 82. 268 normal. 463 normalisateur. 789 multiplicateur de Lagrange. 765 morphisme d’anneaux. 385 d’une fonction en un point. 263 normé espace vectoriel. 201 normal arc paramétré.

556. 236 minimal d’un élément d’une extension. 96 deux polynômes entre eux. 490 pavé. 696 de l’unité. 907 attractif. 94 principe prolongement analytique. 261 trigonométrique. 606 Picard. 315 polynôme à plusieurs indéterminées. 619 zéros isolés. 273 caractéristique. 558 Pearson theoreme. 48 pivotale. 86 calcul effectif. 92 polynômes. 733 processus. 271 ponctuel. 105 pgcd. 257 annulateur. 104. 683 probabilité conditionnelle. 93 racines. 103 séparable. 292 décomposition de Dunford. 275 relativement à un point. 84 presque partout. 880 peigne de Dirac. 581 Schauder. 105 idéal. 302 de Bernstein. 110 premier temps d’atteinte. 790 . 616 Poincaré (demi-plan). 844 irréductible. 194 point critique définition. 245. 100 petit théorème de Fermat. 257 symétrique. 744 permutation dérivée et limite. 112 PGCD dans un anneau intègre. 611 Brouwer. 144 scindé.29 INDEX parallèle sous-espaces affines. 661 portée mesure. 455 Parseval. 263 propriétés. 260 séparable. 639 plongement. 257. 133 racine. 259. 110 deux éléments d’un anneau principal. 119 polynôme. 92 préhilbertien. 124 élément d’une extension de corps. 608 Poisson formule sommatoire. 133 primitif (au sens du contenu). 275 primitif. 475 potentiel. 142 Lagrange. 348 Plancherel. 455 paramétrisation normale. 504 matrice. 639 partie totale. 262 d’endomorphisme. 136 principal anneau. 635 partie génératrice. 245 alterné. 144 sur Fq . 44 partition d’un entier en parts fixées. 923 polarisation (identité). 271 contenu. 495 PPCM dans un anneau intègre. 604 point fixe. 471 primitif élément d’un corps. 628 premier corps. 892 premier type région solide. 361 point pondéré. 95 sous corps. 93 cyclotomique. 867 plan projectif. 262 irréductibilité. 118 d’un endomorphisme. 94 idéal. 192 paramétrages admissible. 260 élémentaire. 568 presque nulle. 131. 104 semi-symétrique. 131. 557 pavable.

445 subdivision d’un pavé. 580 et Fourier. 220 de Cauchy. 876 région de confiance exact. 136 racine de l’unité. 463 de torsion. 322 primitive. 475 raffinement. 206 produit remarquable. 876 de rejet. 227 recouvrement. 446 arc géométrique. 686 projecteur dans un module. 76 récurrent état. 453 régulier à droite. 302 Frobénius. 307 réflexif. 875 . 314 sur Mpn. 238. 540 méromorphe de la fonction Γ. 204 en général. 761 résultant. 85 répulsif point fixe. 615 lemme de Borel. 464 spectral. 914 Galton-Watson. 455 rejet région dans une prise de décision. 559 rang. 348 repère. 597 utilisation. 818 produit d’espaces vectoriels normés. 348 projection orthogonale. 615 propriété d’intersection non vide. 876 quasi-compact. 453 chemin. 905 Poisson. 292 carré de matrice hermitienne positive. 69 tensoriel de représentations. 203 hermitien. 350 droite. 236 diagonalisation. 893 réduction d’endomorphisme. 290 différentielle. 104 dans une suite de composition. 350 espace. 283. 263. 402 rectifiable. 358 sous-espace. 923 sans mémoire. 605 classe d’équivalence. 611 résolvante. 292 de l’unité. 524 de convolution. 90 projectif complétion. 914 croissant prévisible. 169 puissance d’un test. Rq. 656 région critique. 619 utilisation. 243 utilisation. 909 arrêté. 472 positif. 232. 206 scalaire. 498 point d’un arc. 404 racine carré de matrice hermitienne. 361 Radon-Nikodym. 52 de groupe. 893 nul. 354 hyperplan. 401 dans H 1 pIq. 341 vectoriel. 348. 169 quaternion. 348 groupe. 80 primitive. 148 quotient. 349 plan. 227 semi-direct. 668 par densité. 867 régulier arc. 309 rayon spectral. 693 par continuité. 634 rayon de convergence.30 INDEX processus adapté à une filtration. 630 prolongement analytique. 522 de courbure. 266. 45. 728 mixte. 893 point d’un système dynamique. 304 Jordan. 245. 52 de groupes. 317. 705 de fonctions. 247 Règle de Leibnitz.

104 risque première espèce. 273 semi-norme. 635 élément d’une extension. 696 géométrique. 624 solfège. 87 sous arc. 463 projectif. 367 de Fourier. 860 rupture corps. 366 supérieure. 716. 198 cartésien espace affine. 563 partielle. 300 sous-groupe caractéristique. 358 Représentation virgule flottante normalisée. 194 semblables matrices. 733 utilisation. 367 harmonique. 696. 367 Taylor. 781 représentation. 183 semi-simple endomorphisme. 771 Schur (théorème). 193 groupe distingué. 646 repère affine. 521 divergence. 422 de graphe. 332 somme partielles Abel angulaire. 553 sous anneau. 801 fonctions. 335 section. 331 de groupe fini caractères de S4 . 553 fonctions holomorphes. 146 polynôme irréductible. 517. 692 effaçable.31 INDEX relations coefficient-racines. 681 processus de Markov. 333 produit tensoriel. 146 espace topologique. 257 signature d’une permutation. 721 de puissance. 337 virgule fixe. 366 convergence. 59 similitude. 119 fonction. 522. 302 semi-symétrique polynôme. 62 . 261 de Chasles. 733. 529 Schrödinger. 876 risque quadratique. 774 somme. 167 extension de corps. 76 module. 188 de Frenet. 513 série. 674 simple extension de corps. 144 sépare les points. 167 espace topologique. 733 génératrice d’une suite. 473 module. 774 Abel angulaire. 90 sous-espace caractéristique. 876 seconde espèce. 41 distingué dans le groupe alterné. 144 polynôme non constant. 423 dans un espace affine. 80 somme inférieure. 419 segment dans Rp . 367 entière. 528 utilisation. 328 groupe diédral. 907 utilisation. 82. 444 sousespace affine engendré par une partie. 45. 367 nombres. 344 irréductible. 167 séparable. 692 pôle. 692 sinus cardinal. 341 régulière gauche. 342 fidèle. 781 reste. 90 singularité. 517 numérique. 120 séparé. 188 relativement compact. 563 somme directe (de représentations).

97 stationnaire chaîne de Markov. 257 symbole de Legendre. 156 sur-martingale. 95 Cochran. 584 Cayley-Hamilton. 782 Brouwer. 912 temps de retour. 368 définie par itération. 445 suite. 167. 286 version faible. 84 supremum. 703 de Jordan-Hölder. 160 Banach-Steinhaus. 647 Bézout polynômes. 52. 507 monotone. 133. 925 Chevalley-Warning. 722 critère de Weyl. 105 utilisation. 242 symétrique polynôme. 296 Cauchy. 877 théorème élément primitif. 605 taubérien. 636 trigonométrique. 124 système fondamental. 114 anneau des polynômes. 441 série entière. 848 structure d’anneau canonique. 868 subdivision. 901 statistique. 360 stable. 76 sous-martingale. 559 d’un intervalle. 913 . 913 test. 777 stathme sur Zris. 612 de Cauchy. 829. 877 unilatéral. 650 théorème de Montel. 515 Taylor. 636. 52 de fonctions. 52 exacte. 460 tangente à un chemin. 704 de fonctions intégrables. 187 de représentation de Riesz. 648 Beppo-Levi. 69 suite numérique. 85 Student. 909 sous-suite. 287 Carathéodory. 146 accroissements finis dérivée directionnelle. 504 d’Alembert-Gauss. 855 statistiques descriptives. 853 Cochrane. 284 stathme euclidien. 243 Baire. 892 terminée martingale. 647 avec semi-normes. 64 Sylvester (matrice). 437 Ascoli. 176 Borel-Cantelli. 153 support. 759 orthonormé. 722 arithméticogéométrique. 423 dans R. 661 tangente. 853 convergence dominée de Lebesgue. 407 forme générale. 543. 278 central limite. 103 anneau principal. 388 sphère. 609 Cauchy-Lipschitz. 154. 103 décomposition des noyaux et exponentielle de matrice. 560 distribution. 266 Doob.32 INDEX normal. 811 processus de Poisson. 740 famille d’éléments. 909 Sylow p-Sylow. 131 chinois. 132. 154. 285 Dini. 559 associée à une fonction. 682 Burnside. 504 Bolzano-Weierstrass. 502 Dirichlet. 711 forme faible. 607 dimension 2. 309 de Baire. 876 bilatéral. 634 des deux carrés. 217 de composition. 64 Cauchy-Arzela. 84 équirépartie. 529 temps d’arrêt. 207 de Riemann.

227 unicité pour la propriété de trace. 184 faible. 800 continuité. 689 de Fourier. 729 groupe abélien fini. 588 utilisation. 692 Rothstein-Trager. 784 produit. 166. 288 Stone-Weierstrass. 185. 237 transcendant. 44 isomorphisme de Banach. 43 troisième. 801 transformation Fourier. 608 Schur. 671 Hardy-Littlewood. 597 Fejér. 515 taubérien faible. 100 transversale. 682 projection cas vectoriel. 589 Fubini dans Rn . 317 taubérien. 111 Glivenko-Cantelli. 515 Sylvester. 279 produit scalaire sur Mpn. 389 incidence. 245 Lagrange. 513. 517 Heine. 629 prolongement de Riemann. 470 engendrée par un événement. 704 Pappus affine. 225 forte. 635 trace dual de Mpn. 860 Hahn-Banach. 739 et semi-normes. 237 endomorphisme. 349 inversion locale.33 INDEX du rang. 224 induite. 880 petit de Fermat. 43 second. 610 Montel. 630 partie fermée convexe. 84 totale. 268 topologie. 893 transition probabilité. 555 transfert. 736 sur DpKq . 393 Von Neumann. 477 Gauss polynômes. 211 ˚-faible. Kq. 646 Jordan. 232 extrema lié. 301 matrices normales. 158 sur DpΩq . 592 Wedderburn. 884 transitive. 597. 803 Tykhonov. 185 usuelle sur Rn . 736 sur dual topologique. 247 Runge. 168 métrique. 58 transitoire état. 50 Markov-Takutani. 578 espace mesuré. 581 point fixe Brouwer. 234 transvection (matrice). 353 Pearson. 602 isomorphisme premier. 472 type . 784 par une variable aléatoire. 720 Kronecker. 148 par rapport à une extension de corps. 335 spectral. 736 sur C 8 pΩq . 712 fonction implicite. 352 projectif. 330 Fourier distribution tempérée. 279 matrice. 685 Schauder. 211 topologique somme directe. 148 transformée de Cauchy. 743 Laplace. 893 transposée. 733 transient état. Rq. 112 Picard. 170 valeurs intermédiaires. 632 torsion. 57 tribu. 477 Fubini-Tonelli. 464 d’un groupe.

231 unipotent. 303 valeur absolue p-adique. 845 binomiale utilisation. 827 intégrable. 823 variation des constantes. 916 centrée. 148 espace vectoriel. 570 région bornée dans R3 . 823 unitaire normal.INDEX fini en algèbre. 463 valeur principale (distribution). 597 variété orientée. 103 p-adique. 852 vecteur gaussien. 488 variable de décision. 567 vraisemblance. 877 variable aléatoire. 759 vecteur cyclique. 763 34 . 241 variété. 304 gaussien. 857 Wronskien. 89 unitaire normale principale. 151 Vandermonde (déterminant). 783 Bernoulli marche aléatoire. 887 utilisation. 788 suite de variables aléatoire de Bernoulli. 783 absolument continue. 755. 852 empirique corrigée. 211 volume d’une région solide. 905 variance. 789. 741 singulière. 461 voisinage. 158. 463 unitaire tangent. 916 de Rademacher. 151 valuation. 788 de Bernoulli utilisation. 789 empirique.

(Université de Franche-Comté 2010-2012) (2) Mihai Bostan nous a donné ses notes manuscrites de son cours présentiel de géométrie analytique 2009-2010.Chapitre 0 Introduction en français 0. (7) Les étudiants de géométrie analytique en CTU 2010-2011 ont détectés d’innombrables coquilles. (8) Tous les contributeurs du wikipédia francophone (et aussi un peu l’anglophone) doivent être remerciés. Les agrégatifs de l’année 2011-2012 pour leurs plans et leurs développements.les-mathematiques.net m’ont bien aidé pour la section sur les déterminants 8. . Jonathan Di Cosmo pour certaines corrections de MAT1151. (6) Plein de monde pour diverses contributions à des énoncés d’exercices. (11) Le forum usenet de math. courbes. (9) Le site http://www. et souvent plusieurs pages connexes. J’en ai pompé des quantités astronomiques . 35 . . ). Il n’y a à peu près pas un résultat important de ces notes dont je n’aie pas lu la page Wikipédia. exercices sur les normes de matrices et correction de coquilles. (5) Mustapha Mokhtar-Kharroubi pour la matière et la structure du cours de outils mathématiques. intégrales. Les étudiants du cours présentiel de géométrie analytique 2011-2012 ont signalé un certain nombre d’incorrections dans les exercices et les corrigés.net m’a donné les preuves de nombreux résultats. Des dizaines d’entre eux et entre elles ont des sites dédiés à l’agrégation. Merci à toutes et à tous d’avoir codé et publié. (3) Arnaud Girand pour avoir mis des tonnes de développements bien faits en ligne. Pierre Bieliavsky pour les énoncés d’analyse numérique (MAT1151 à Louvain la Neuve 2009-2010). Ils sont cités en bibliographie aux endroits où ils sont utilisés. (10) Des centaines de profs qui ont mis leurs polys sur internet. François Lemeux. alterné. en particulier pour la construction des corps fini dans la fil «Vérifier qu’un polynôme est primitif» initié le 20 décembre 2011. sources et remerciements (1) Carlotta Donadello pour la partie géométrie analytique : topologie dans Rn . limites. (presque) Toute la structure du cours de gémétrie analytique lui est due (qui est maintenant fondue un peu partout dans les chapitres d’analyse). déterminant et caractéristique» sur lesmathematiques. Une bonne vingtaine de résultats un peu partout dans ces notes viennent de lui. mais ce n’est absolument pas exhaustif. Martin Meyer et Mustapha Mokhtar-Kharroubi pour certains exercices de outils mathématiques (surtout ceux des DS et examens). des articles utilisés sont cités à divers endroits du texte. Encore plus merci à celles et ceux qui ont pris la peine de préciser une licence et merci spécial pour les licences libres (quant à ceux A dont la licence libre couvre également le code L TEX publié . (12) Les intervenants du fil «Antisymétrisation. 2003-2004) qui leur reviennent.1 Auteurs.3 (bien qu’ils ne le savent pas). (4) Nicolas Richard et Ivik Swan pour les parties des exercices et rappels de calcul différentiel et intégral (Université libre de Bruxelles. contributeurs.

html 4. par défaut. Dans cette optique. .ulb. merci de vous faire connaître. «lemme» ou «proposition» une ou plusieurs références vers les sources de la preuve que je donne.pdf . c’est cela qui fait vivre un livre. je crois que la bibliographie est éloquente à ce sujet. et c’est légalement parfaitement clair : vous ne pouvez rien n’en faire. des blogs. Si vous avez un avis ou une réponse à un des points. En respectant les termes de la licence. La longueur J’ai décidé de ne pas me soucier de la taille du fichier. Merci de me signaler toute faute ou remarque : le relecteur c’est toi. diffusez . . de voir du copier-coller vers un autre document. Si vous passez l’agrégation en 2014. il ne m’a pas semblé intéressant de produire une division artificielle entre l’analyse. Le photocopiage ne tuera pas ce livre. Tous le résultats d’une branche peuvent (et sont) être utilisés dans toutes les autres branches. une version de ce document sera affublée d’un ISBN. 3. parfois aussi des liens hypertexte vers des sites. Aucune garantie. Je me doute bien que la majorité des professeurs qui mettent leurs notes en ligne ne seront pas fâchés de les voir utilisées. etc. vérifiez si une nouvelle version ne serait pas disponible. Voici une petite liste de questions que je me pose ou de choses écrites dont je ne suis pas certain. Cette dernière phrase doit être comprise comme un appel à ne pas utiliser Moodle et autres iCampus pour diffuser vos cours de math. Sans toute cette «communauté». Pourquoi ? Parce qu’en avoir un est le sésame qui permet d’entrer dans la bibliothèque de l’agrégation 3 . 2. mais il restera en un bloc. Quatre exemplaires de la version 2012 4 sont disponibles dans la bibliothèque de l’agrégation à Paris. Tous ces gens ont fait du bon boulot. sous quelles conditions.ac. Ce sont parfois des liens vers la bibliographie . Ici pas de problèmes : la licence vous dit tout ce que vous pouvez faire et pas faire. la loi dit que l’auteur conserve tous ses droits. La licence Ce document est publié sous une licence libre. http://student. Il n’empèche que. L’ISBN Une fois par an. De plus vous ne savez pas si l’auteur accepterait de voir le pdf sur votre site.be/~lclaesse/mes_notes-2012. modifier et redistribuer. 0.org/Pratique/bibliotheque. . 1. bref un document laissé sans licence c’est moralement pas clair . Ce cours se distingue des autres sur trois points. vous avez à la fois la sécurité juridique et l’assurance morale de ne pas abuser. À moins d’oubli de ma part 2 . Par exemple pour les théorèmes pour lesquels je n’ai pas lu ni a fortiori écrit de preuves. je me suis évertué à ne créer que des références «vers le haut». http://agreg. il n’y a aucun endroit du texte qui dépend d’un lemme démontré plus bas. J’ai souvent donné entre parenthèse à côté des mots «théorème». INTRODUCTION EN FRANÇAIS 36 (13) Plouf qui m’a signalé une coquille dans le fil la-selection-scientifique-de-la-semaine-numero-106. Originalité Ces notes ne sont pas originales par leur contenu : ce sont toutes des choses qu’on trouve facilement sur internet . photocopiez. Elle vous donne explicitement le droit de copier. ou en tout cas pas comme moyen exclusif. Il fera cinq mille pages si il le faut. la géométrie ou l’algèbre.2 Les questions pour lesquelles je n’ai pas (encore) de réponse Ces notes ne sont pas relues de façon systématique.CHAPITRE 0. Téléchargez. Le fait qu’un théorème B soit plus bas qu’un théorème A signifie qu’on peut démontrer A sans savoir B. l’internet serait mort 1 . Étant donné qu’il n’existe qu’une seule mathématique. imprimez.

Le fait qu’il s’applique bien à DpKq.35 qui donne la densité des polynômes trigonométriques dans Lp pS 1 q – qui est le point de départ de la théorie de Fourier sur L2 . ` ˘ (b) La proposition 12. et dans le théorème 14. moi j’argumente dans la sous-section 19. (7) Pour l’équation différentielle de Hill : y 2 ` qy “ 0 avec q de classe C 1 . alors il faut un peu faire attention aux notations que j’utilise dans toute la partie sur les approximations de l’unité. }.399 qui donne la dérivée sous l’intégrale est de moi. est-ce qu’on a limnÑ8 I un “ I u ? Voir le problème 5.13 qui donne la complétude de CpX.2) Rd Rd Sylvie Benzoni précise que «ceci demanderai quelque justification».39 qui dit qu’on doit avoir un théorème de complétion de partie orthonormale en une base orthonormale pour un espace de Hilbert ? C’est vrai ? (2) À propos de formule sommatoire de Poisson. Comment est-ce qu’on justifie le passage ż ż ´ ¯ ` ˘ T y ÞÑ ϕpxqψpx ´ yq dx “ T y ÞÑ ϕpxqψpx ´ yqdx . 2πs “ Lp s0. Où trouver lesdites justifications ? Il s’agit de permuter une distribution et une intégrale.2. (5) Toujours à propos du théorème de récurrence de Poincaré. on parle de la proposition 18. Je serais content de retrouver cela. ` ˘ ` ˘ ` ˘ (9) Est-ce que Lp S 1 “ Lp r0.37 CHAPITRE 0.397 parle d’inverser une intégrale et une dérivée au sens des distributions pour şx prouver que la dérivée de 0 gptqdt par rapport à x est g. l’application φ doit être mesurable ? Répondre à la question posée sur la page de discussion de l’article sur wikipédia.}8 lorsque X est compact et Y métrique complet. Rendre cela rigoureux.4 que les solutions sont C 3 . Vérifier si c’est correct. (0. 2πr rf s ÞÑ la classe def pxq “ 0 si x “ 0 ou x “ 2π. 2πs Ñ Lp s0.19 est bien fait ? En particulier la formule (17. est-ce que l’exemple 17.21 à sa page 10. Y q. il me semble qu’il y a un énoncé qui insiste sur la compacité de l’espace des phase et une démonstration utilisant la propriété de sous-recouvrement fini.81) est-elle correcte et bien justifiée ? (3) L’exemple 11. (8) Est-ce qu’on peut permuter la limite et l’intégrale dans L2 pIq avec I “ s0. (4) À propos du théorème de récurrence de Poincaré 11. 1r ? Si pun q est une ş ş suite convergente dans L2 vers u. .6. . mais . En tout cas je vois bien une bijection : ` ˘ ` ˘ ψ : Lp r0. . (1) Que penser de la remarque 13. 2πr ? J’imagine que oui parce qu’un point de plus ou de moins ne change rien dans Lp . INTRODUCTION EN FRANÇAIS 0. (12) En ce qui concerne les questions «fines» de topologie concernant l’espace DpKq des fonctions C 8 à support dans le compact K. (c) Le théorème 14.10 de Banach-Steinhaus avec les semi-normes. il faut voir si les énoncés. (10) Le lemme 11. les preuves et l’enchaînement des théorèmes et propositions (a) Proposition 18. (ce serait sans doute mettable dans la leçon sur l’utilisation de la compacité) (6) La démonstration de la proposition 11.1) f pxq si x P s0. 2πr # (0. il ne dit que C 2 .250.4 pour dire que DpKq est métrique et complet (et donc de Baire). Est-ce que la preuve est correcte et lisible ? (11) Dans [2]. Si ces espaces ne sont pas égaux. Dans le document [1].253 dit que toute fonction mesurable est limite croissantes de fonctions étagées mesurables.1 Mes questions d’analyse. Il n’y a pas contradiction.

16). (11) L’inversibilité de la somme de Gauss (proposition 3. géométrie. proposition 3.16. (14) L’énoncé et la démonstration d’une des multiples version du théorème de l’élément primitif.28 à propos de convexe et de barycentre est-elle correcte ? Ce passage de l’espace affine à l’espace vectoriel sous-jacent me paraît un peu facile.103. Quid des modules irréductibles ? C’est pas un peu dingue de ne pas utiliser le mot «irréductible» pour désigner les mêmes choses dans le cas des modules et celui des représentations ? (4) Rendre rigoureuse la remarque (8.161) me semble être un petit bricolage. (5) Soit L une extension algébrique de corps de K et a P L. ? (1) La «décomposition en facteurs premiers» dans Zri 2s que je donne dans l’exemple 2. il manque peut-être quelque fermetures sur les boules. INTRODUCTION EN FRANÇAIS (d) L’utilisation de cette version du théorème de Banach-Steinhaus dans la proposition 18.75 et le fait que cela s’applique bien à DpKq.2. (16) Où trouver une preuve de la proposition 13.26 ? Peut-être dans la notion de déterminant parce qu’en caractéristique 2.47 qui montre que X p ´ X ` 1 est irréductible sur Fp . Est-ce exact ? (8) Est-ce que parler de sous-groupe «normal» au lieu de «distingué» est un anglicisme ? (9) Est-ce que l’énoncé et la démonstration de la proposition 3.63 avec cette histoire d’ensemble tξk tel que q P Nu fini est compréhensible ? (3) Les représentations irréductibles sont les modules indécomposables. 0.62). (e) L’équivalence entre les deux topologies de la proposition 5.15.83.67) et la preuve qu’elles sont continues.57) est-elle bien démontrée ? (12) Des commentaires sur l’exemple 3.24 sur le supplémentaire topologique ? (17) La partie «unicité» du théorème de Cauchy-Lipschitz 12. Cette proposition est utilisée dans la démonstration de l’irréductibilité des polynômes cyclotomiques (proposition 8. .13 qui traite de sommes dénombrables. Est-ce que le polynôme minimal de a dans KrXs est l’unique polynôme irréductible unitaire P P KrXs tel que P paq “ 0 ? D’ailleurs. est-ce qu’un tel polynôme existe ? est unique ? J’utilise cela dans la proposition 3.65 est-elle correcte ? En particulier le lemme 2. (6) La partie initiation de récurrence (r “ 2) de la preuve de la proposition 6. En particulier l’utilisation de la famille de fonctionnelles (18.38 CHAPITRE 0. (13) Les idéaux de A{I sont en bijection avec les idéaux de A contenant I.89 à propos de PGCD de polynômes est-il correct ? J’imagine que le polynôme pgcdpP. l’antisymétrie d’une forme linéaire n’implique le fait qu’elle soit alternée. alors µa µb divise P (si µa ‰ µb ). (f) Et enfin l’utilisation de tout ça pour donner l’unique solution de l’équation de Schrödinger du théorème 19.2 Mes questions d’algèbre.144) qui dit que les matrices ont le polynôme minimal est égal au polynôme caractéristique sont denses dans les matrices.28).128).9 mérite plus de détails. (14) Préciser l’énoncé et donner une démonstration de la proposition 13.28. (10) À quoi sert l’hypothèse «autre que F2 » dans le lemme 8. Est-ce que l’énoncé de ce théorème est déjà correct ? (g) En particulier la fonction (19. (18) L’inversion entre la somme et l’intégrale de l’équation (15. (13) Dans la démonstration du théorème de Baire (4. Justification de l’équation (2.66 ? q (2) Est-ce que la fin de la démonstration 8. (15) La justification que fn est borélienne dans la proposition 17.37 sont corrects ? Si a et b sont des racines de P . (7) Le lemme 2. P U ` Rq ne dépend pas de U .

(4) Mettre vos propres notes sous licence FDL pour me permettre de les copier ou de les inclure. (4) À partir du moment où les ordinateurs sont là.3) Cela permettrait de ne pas utiliser la proposition 21. dans [3]. (3) Répondre aux questions ci-dessus. l’équation (21.3 Comment m’aider à rendre ces notes plus utiles ? Voici quelque pistes.66) vient avec une lim sup et non une limite normale. 0.202b) arrive avec une inégalité.14 est correctement énoncé ? En particulier la seconde condition. Pourquoi ? (3) Est-ce qu’une partie compacte d’un espace mesuré est toujours mesurable et de mesure finie ? Est-ce que la question a un sens ? Quelle est la topologie associée à une mesure ? Les ouverts seraient une base des mesurables en un certain sens ? (par analogie aux ouverts qui sont la base des boréliens dans Rn ) Dans cette optique. Dans [1].76).2. (0. (7) Est-ce que si X et Y sont des variables aléatoires indépendantes on a EpXY |Aq “ EpX|AqEpY |Aq.3 39 Mes questions de probabilité et statistiques. (6) À propos du problème de la ruine du joueur. est-ce que le mot «transient» est un anglicisme pour «transitoire» ? 0.2.343 du théorème de Stone-Weierstrass.34 pour prouver l’équation (24. Si le théorème central limite a perdu sa fonction calculatoire. ` ˘ (1) Si X est une variable aléatoire et A un événement. Je ne comprends pas pourquoi. . on pourrait sans doute affaiblir l’hypothèse «de mesure finie» de l’énoncé du corollaire 11. est-ce qu’il est vrai que E P pA|Xq “ P pAq ? Démonstration ? (2) À propos de convergence en loi et en probabilité vers une constante.4 Mes questions de modélisation (1) Pour un état d’une chaîne de Markov. l’équation (24. on peut calculer facilement des intervalles exacts au lieu de calculer des intervalles approximatifs à l’aide du théorème central limite (et de Slutsky). (6) Écrire au jury d’agrégation pour dire que ces notes vous plaisent et que vous voudriez les avoir pour l’oral. INTRODUCTION EN FRANÇAIS 0.CHAPITRE 0. (1) M’écrire pour me signaler toutes les fautes. (5) Mettre une copie de (ou un lien vers) ces notes sur votre site. quel est encore son intérêt aujourd’hui ? (5) Est-ce que le théorème d’arrêt de Doob 24. (2) M’envoyer une liste de théorèmes et de résultats que tout candidat à l’agrégation devrait connaître.

40 .3.2 Complémentaire Soit E. y P E alors nous avons soit x ă y soit y ă x. 1.1) Lemme 1. (2) ApA X Bq “ AA Y AB.3 Relations d’équivalence Définition 1. Un ensemble est totalement ordonné si deux éléments sont toujours comparables : si x. (1. un ensemble et A.1 Lemme de Zorn Définition 1. Y sont des parties de E. Nous désignons par AA désigne le complémentaire de l’ensemble A dans E. Un ensemble est inductif si tout sous-ensemble ordonné admet un majorant. alors nous n’avons pas automatiquement soit X Ă Y ou Y Ă X. Si E est un ensemble. Quelque propriétés à propos des complémentaires.1. Si E est un ensemble et si A et B sont des sousensembles de E. c’est à dire qu’il appartienne à l’ensemble.4. Lemme 1. Tout ensemble ordonné inductif non vide admet un maximum. en d’autres termes. Le point intéressant de ce lemme est que le majorant soit un maximum. nous avons (1) AAA “ A.Chapitre 1 Théorie des groupes 1. EzpEzAq “ A. (4) AzB “ A X AB.2 (Lemme de Zorn). une relation d’équivalence sur E est une relation „ telle qui est à la fois réflexive x „ x pour tout x P E. 1. mais pas un ordre total parce que si X. (3) ApA Y Bq “ AA X AB. Si E est un ensemble. l’inclusion est un ordre sur l’ensemble des partie de E. symétrique x „ y si et seulement si y „ x . Il s’agit de l’ensemble des points de E qui ne font pas partie de A : AA “ EzA “ tx P E tel que x R Au. une partie de E (c’est à dire un sous-ensemble de E).

alors P a le même nombre de côtés que R (P „ R). (2) gN g ´1 “ N pour tout g P G. Un sous-groupe N de G est normal ou distingué si pour tout g P G et pour tout n P N . Nous définissons une relation d’équivalence sur E par x „ y ô f pxq “ f pyq.4. (4) N est une union de classes de conjugaison de G. Soit N un sous-groupe de G. THÉORIE DES GROUPES transitive si x „ y et y „ z.2) Nous notons par π : E Ñ E{ „ la projection canonique.7) Définition 1. Soit G un groupe. la relation «a le même nombre de côté» est une relation d’équivalence. son normalisateur est NG pHq “ tg P G tel que gH “ Hgu. Elle n’est pas surjective tant que f ne l’est pas. 1. (1.41 CHAPITRE 1. La décomposition canonique de f est f “ g ˝ π.5) Si H est un sous-groupe. alors x „ z. Lorsque N est normal dans G il est parfois noté N ¡ G. — si P a le même nombre de côtés que Q (P „ Q). sur l’ensemble de tous les polygones du plan. (5) N est normal. Par exemple.3) est bien définie et injective. .6.7.5.1 Sous groupe normal Proposition 1. gng ´1 P N . (1.4) 1. (1. L’application g : E{ „ Ñ F rxs ÞÑ f pxq (1. — si P a le même nombre de côtés que Q (P „ Q) et que Q a le même nombre de côtés que R (Q „ R). Plus précisément. Un sous-groupe H de G est un sous-groupe caractéristique si αpHq “ H pour tout α P AutpGq. Autrement dit lorsque gN g ´1 Ă N . Cela est une relation d’équivalence : — un polygone P a toujours le même nombre de côtés que lui-même : P „ P . nous disons que P „ Q si et seulement si P et Q ont le même nombre de côté. Le centralisateur de H Ă G est ZG pHq “ tg P G tel que hg “ gh @h P hu (1.4 Groupes Nous allons suivre dans un premier temps [4]. Les propriétés suivantes sont équivalentes : (1) gN g ´1 Ď N pour tout g P G. (1. Soit f une application entre deux ensembles E et F .6) Le centre du groupe G est l’ensemble ZG “ tz P G tel que gz “ zg@g P Gu. Définition 1. alors Q a le même nombre de côtés que P (Q „ P ) . (3) gN “ N g pour tout g P G. si P et Q sont deux polygones.

et il existe une unique application f : G{DpGq Ñ A ¯ ˝ π où π : G Ñ G{DpGq est la projection canonique. alors l’exposant du groupe est le plus petit commun multiple des ordres des éléments. Si l’ordre de tous les éléments acceptent un majorant commun.8. Nous verrons que le corollaire 1. h P G. Du coup f passe au quotient de G par DpGq. l’ordre est la cardinalité de G et est noté |G|.102 nous donnera un bon paquet d’exemples de groupes d’exposant fini dans GLpn. ` ˘ Si f : G Ñ A est un homomorphisme entre le groupe G et un groupe abélien A. telle que f “ f . Si il n’existe pas. Lemme 1. Nous définissons g n par (1) g 0 “ e et g n “ gg n´1 si n est positif. Le groupe dérivé est un sous-groupe caractéristique. 1. Définition 1. (2) si n ă 0. Le groupe quotient G{DpGq est abélien.4. hs “ αpgq. Le groupe dérivé de G est le sous-groupe note DpGq ou rG. (1. (1.10 ([5]).34 au théorème de Lagrange dira que l’ordre d’un élément divise l’ordre du groupe. et est en particulier un sous-groupe normal. Proposition 1. L’ordre d’un élément g de G est le naturel mintn P N tel que g n “ eu. nous notons rg.2 Groupe dérivé Si G est un groupe et si g. nous disons que l’exposant du groupe est infini. Si α P AutpGq. En particulier pour un groupe fini. αphq . h P G nous avons ´1 g ´1 hg P DpGq et donc h rgsrhs “ rghs “ rghh´1 g ´1 hgs “ rhgs “ rhsrgs. Le théorème de Burnside 8. Définition 1.9) En particulier le sous-groupe DpGq est normal dans G. nous savons que pour tout g. Si H et K sont normaux dans le groupe G et si H X K “ teu alors HK » H ˆ K.8) Si le minimum n’existe pas.11. Démonstration. l’exposant est le ppcm des ordres des éléments du groupe. nous disons que l’ordre de g est infini.10) Le groupe quotient G{DpGq est appelé l’abélianisé de G et est parfois noté Gab . L’exposant du groupe G est le plus petit entier non nul n tel que g n “ e pour tout g P G. En ce qui concerne le fait que G{DpGq soit abélien.9.12. THÉORIE DES GROUPES Définition 1.42 CHAPITRE 1. alors ` ˘ “ ‰ α rg. Si G est un groupe. Cq. Soit g P G et n P Z. hs “ ghg ´1 h´1 le commutateur de g et h. (1. nous posons g n “ pg ´1 q´n . alors f DpGq “ ¯ t0u. Gs engendré par les commutateurs.

Alors (1) N H “ HN est un sous-groupe (2) Le groupe N est normal dans N H. (1. Le noyau de f est Ker f “ H X N . l’isomorphisme est donné par ϕrgs “ θpgq.12) N H XN (5) L’isomorphisme du point (4) est encore valable si N n’est pas normal mais si seulement H normalise N . Le premier théorème d’isomorphisme implique alors que H{ Ker f » Image f . (1.15) L’application f est surjective parce que l’élément hnN P HN {N est l’image de h. En effet si a P H X N . (4) nous avons l’isomorphisme HN H » . alors l’ensemble G{N a une structure de groupe et la projection canonique π : G Ñ G{N est un homomorphisme surjectif de noyau N . Théorème 1. Soient H et N deux sous-groupes de G et supposons que N soit normal. nous avons N H “ HN . Alors (1) Ker θ est normal dans G.14) Nous considérons ensuite l’application composée f : H Ñ HN {N h ÞÑ hN. D’autre part si h P H vérifie h P Ker f . (2) Image θ est un sous-groupe de H (3) nous avons un isomorphisme naturel G{ Ker θ » Image θ (1. (1. Théorème 1. Démonstration.13 (premier théorème d’isomorphisme).16) .11) Démonstration.13) (1. Par conséquent H X N Ă Ker f .14 (Deuxième théorème d’isomorphisme). Soit le morphisme injectif j : H Ñ HN h ÞÑ h et la surjection canonique σ : HN Ñ HN {N (1. c’est à dire si hN h´1 P N pour tout h P H. nous avons f paq “ σpaq P K. étant donné que hnN “ hN . (1) (2) (3) Si rgs représente la classe de g dans G{ Ker θ. alors f phq “ hN “ N . ce qui est uniquement possible si h P N . c’est à dire H{N X H » HN {N.5 Théorèmes d’isomorphismes Si G est un groupe et si N est un sous-groupe normal. (3) Le groupe N X H est normal dans H. Soit θ : G Ñ H un homomorphisme de groupe.43 CHAPITRE 1. THÉORIE DES GROUPES 1. (1) (2) (3) (4) Il faut d’abord remarquer que H et N étant des groupes et le produit N H étant un groupe.

il existe q P Z et r P Nn´1 tels que x “ nq ` r.6 Le groupe et anneau des entiers Certes Z est un groupe pour l’addition. (1. nous considérons g P G. Démonstration. Exemple 1. Soit H ‰ t0u un sous-groupe de Z.18.17 Soit G le groupe des rotations d’angle 2kπ{10.15 (Troisième théorème d’isomorphisme). (1.19) C’est surjectif et le noyau est N {M parce que ϕpgM q “ N uniquement si g P N . C’est le plus petit (pour l’inclusion) groupe de G contenant A. Problèmes et choses à faire 1. π. Un groupe fini et monogène est dit cyclique. un groupe et A une partie de G. L’ensemble H X N˚ contient un élément minimum que nous notons n. Nous pouvons appliquer le premier théorème d’isomorphisme à ϕ en écrivant pG{M q{ Ker ϕ » Image ϕ. Justification par la division euclidienne à venir. (1. .3π{2 et l’identité. Si grpAq “ G. Nous notons grpAq l’intersection de tous les sous-groupes de G contenant A. Afin de montrer que N {M est normal dans G{M .18) loomoon gng o o “M PN Pour prouver l’isomorphisme nous considérons le morphisme ϕ : G{M Ñ G{N gM ÞÑ gN. Un groupe est monogène si il a une partie génératrice réduite à un seul élément. La rotation d’angle 2π{10 par contre est génératrice. Proposition 1. (1. Si x P H. Soient N et M deux sous-groupes normaux de G avec M Ă N . nM P N {M et nous calculons ´1 gnM g ´1 “ gng ´1 gM g ´1 “ lo mo n M P N {M. mais c’est également un anneau parce que nous avons les deux opérations d’addition et de multiplication. Définition 1. alors nous disons que A est une partie génératrice le groupe G.20) pG{M q{pN {M q » G{N.16.17) Démonstration. La rotation d’angle π{2 n’est pas génératrice parce qu’elle n’engendre que π{2. (1. THÉORIE DES GROUPES Théorème 1. Alors N {M est normal dans G{M et pG{M q{pN {M q » G{N. Nous devons prouver que H Ă nZ. Soit G. Nous n’allons pas nous priver de cette belle structure juste parce que le titre du chapitre est «groupes».44 CHAPITRE 1. Une partie H du groupe Z est un sous-groupe si et seulement si il existe n P N tel que H “ nZ. Nous avons certainement nZ Ă H parce que H est un groupe (donc n ` n et ´n sont dans H dès que n est dans H).21) c’est à dire 1. Un élément a P G est un générateur de G si tous les éléments de G s’écrivent sous la forme an pour un certain n P Z.

20 (Division euclidienne). v P Zu X N˚ .25) C’est à dire l’ensemble des nombres strictement positifs pouvant s’écrire sous la forme au ` bv. b P Z˚ sont premiers entre eux si et seulement si il existe u. bq “ 1 et nous considérons l’ensemble E “ tau ` bv tel que u. qqZ pZ ` q Z “ pgcdpp.1 Division euclidienne Théorème 1. Il existe un unique couple pq. Le nombre q est le quotient et r est le reste de la division de a par b. théorème 2.24) Démonstration. Par conséquent r “ 0 et x “ nq P nZ. 4 et 7 ne sont pas premiers deux à deux (à cause de 2 et 4).19. Par conséquent n “ m. Deux entiers non nuls a. (1. (1. v P Z tels que au ` bv “ 1 (1.2 PGCD.36. (1. qq et pgcdpp. donc r P H parce que x est également dans H. et donc divise au ` bv. 1. bq ÞÑ pa. Voir également le théorème de Bézout pour les polynômes. Lemme 1. rq P Z ˆ N tel que a “ bq ` r (1.20 est la division euclidienne. Nous en déduisons que d divise 1 et est par conséquent égal à 1. Soient p. Par conséquent il existe des entiers ppcmpp.86.6. Si pgcdpp.57 et les définitions de PGCD et PPCM dans un anneau intègre à la définition 2.23b) Définition 1.21. Les ensembles pZ X q Z et pZ ` q Z sont des sous-groupes de Z. nous disons que p et q sont premiers entre eux. Nous supposons maintenant que pgcdpa. PPCM et Bézout Pour des versions plus générales. Soient G et H deux groupes monogènes de même ordre.22) avec 0 ď r ă b. nous avons Bézout dans un anneau principal au théorème 2. Il existe un isomorphisme de G sur H qui envoie g sur h. THÉORIE DES GROUPES Nous savons déjà que nq P H. Cet ensemble est non vide parce qu’il contient par exemple soit a soit ´a. qq “ 1. Les nombres 2. q P Z˚ .22 (Théorème de Bézout[6]).6.45 CHAPITRE 1. bq et des nombres u. Mais nous avions décidé que n serait le plus petit naturel de H X N˚ . Soient a P Z et b P N˚ . rq donnée par le théorème 1. qq tels que pZ X q Z “ ppcmpp. 1. Le PGCD d divise à la fois a et b. nous disons qu’ils sont premiers dans leur ensemble si 1 est le PGCD de tous les ai ensemble. Soit m le plus petit élément de E et écrivons m “ au1 ` bv1 .23a) (1. En effet si nZ “ mZ nous avons que n divise m (parce que m P mZ Ă nZ) et que m divise n parce que n P mZ. Soient g un générateur de G et h. un générateur de H. L’opération pa. Théorème 1. mais ils sont premiers dans leur ensemble parce qu’il n’y a pas de diviseurs communs à tout le monde. v tels que au ` bv “ 1. alors le nombre n tel que H “ nZ est unique.26) . Si nous avons un ensemble d’entiers ai . Notons que si un sous-groupe H de Z est donné. qqZ. Soit d “ pgcdpa.

. Vu que m divise à la fois a et b nous avons m “ 1. La proposition suivante établit que si x est assez grand. donc r “ 0 par minimalité de m.31) où r et s sont donnés par le théorème de Bézout. alors x “ ppa ` bq ´ rk a ´ sk b (1.30b) C’est à dire que ppa ` bq est le multiple supérieur de a ` b le plus proche de a ` b. pxkqp ` pxlqq “ x. . Notons que l’application pZ ` q Z vers (1. D’abord 72 · 7 “ 504 et 100 · 5 “ 500. s˚ u. c’est à dire a “ mq ` r (1. THÉORIE DES GROUPES Écrivons la division euclidienne de a par m.34) . Maintenant si x ą p˚ pa ` bq. Nous avons donc 1004 “ 72 · 7 ` 100 · 5.28) c’est à dire que r P Za ` Zb en même temps que 0 ď r ă m.30a) (1.41 et ce qui suit. Nous avons alors ppa ` bq ´ ra ´ sb “ x (1. a ` b. Donc a est divisible par m.46 CHAPITRE 1. . Démonstration. Soit x P Z.29) Z n’est évidemment pas injective.105. Nous posons r˚ “ maxtri u. Proposition 1. (1. Soient a et b. Il existe N ą 0 tel que tout x ą N appartient à Démonstration. Du coup. Au passage nous y parlerons de solfège. De la même façon nous prouvons que b est divisible par m. s˚ “ maxtsi u. Pour cela nous considérons les nombres ri et si définis par ri a ` si b “ i (1. Nous avons pZ ` q Z “ Z. Elle sera utilisée pour démontrer que les états apériodiques d’une chaîne de Markov peuvent être atteins à tout moments (assez grand).25 Écrivons 1000 “ a · 7 ` b · 5 avec a.27) avec 0 ď r ă m. Corollaire 1. b P N. En remplaçant m par sa valeur (1. voir la définition 23. Soient p et q deux entiers premiers entre eux.23.33) où k “ x ´ ppa ` bq. a “ pau1 ` bv1 qq ` r et r “ ap1 ´ u1 qq ´ bv1 q. Exemple 1. N premiers entre eux.24.26). (1. et x P N. Il s’agit maintenant de savoir si nous pouvons être assuré d’avoir p ą r et q ą s dès que x est assez grand. (1. et p˚ “ maxtr˚ . .32) pour i “ 1. Le théorème de Bézout nous donne k et l tels que kp ` lq “ 1. premiers entre eux. Soit p positif tel que " pa ` pb ě x ppa ` bq ´ x ď a ` b. Soient a et b deux éléments de aN ` bN. alors il peut même être écrit comme une combinaison de p et q à coefficients positifs. Nous utiliserons le théorème de Bézout en parlant des racines de l’unité et des générateurs du groupe unitaire dans le lemme 1.

Bq et un couple de Bézout pu. et à ce moment nous avons pgcdpA. p premier p premiers (1.47 CHAPITRE 1. Lemme 1. les termes A{s et qB{s sont entiers. en continuant ainsi nous finissons sur zéro. Nous allons voir maintenant l’algorithme de Euclide étendu qui est capable. pour A et B donnés.νppqu (1.3 Calcul effectif du PGCD et de Bézout Source : [7]. pn q ‰ 1 si et seulement si m “ qp avec q ď pn´1 . deux entier disons positifs. 1. L’idée L’algorithme pour calculer pgcdpA. vq tel que uA ` vB “ pgcdpA. alors il divise qB ` r et donc A. Bq “ pgcdpB. alors dans l’équation A “ qB ` r . bq “ ź pmaxtµppq. Soient A et B. Démonstration. b P Z˚ . Si s divise A et B. Bq “ pgcdprn´1 . Ce calcul est indispensable si on veut implémenter RSA (3.27. Inversement. 1000 “ 75 · 7 ` 95 · 5. Bq. Bq. de calculer le pgcdpA.39) . si s divise r et B. rq “ pgcdpr. Alors pgcdpA. Remarque 1.36) alors pgcdpa. donc r{s s s s doit aussi être entier.35) pνppq . B P N et des nombres q et r tels que A “ qB `r avec r ă B.28. r1 q. bq “ ź pmintµppq.38a) (1. Cela se base sur le lemme suivant. Étant donné que les inégalités r ă B et r1 ă r sont strictes.νppqu (1. Soient A.38b) et donc pgcdpA. THÉORIE DES GROUPES Ensuite 4 “ 25 ´ 21 “ ´3 · 7 ` 5 · 5. Ce lemme est surtout intéressant lorsque A “ qB ` r est la division euclidienne de A par B. (1. Proposition 1.26.37a) ppcmpa.6. Bq consiste à écrire la division euclidienne de A par B puis celle de B par r : A “ qB ` r 1 B “q r`r răB 1 1 r ăr (1.37b) Cette proposition implique que m ď pn et pgcdpm. Bq “ pgcdpr. Au final. rn q “ rn .5). Il suffit de voir que les diviseurs communs de A et B sont diviseurs de r et que les diviseurs communs de r et B divisent A.1. soient a. Si ź a“ pµppq b “ ź 1 (1. c’est à dire rn´1 “ qn rn .

(1. Bq. (1. Nous supposons déjà connaître la liste complète des rk jusqu’à rn “ pgcdpA. rk`2 q “ pgcdpA. nous prenons rn .40b) Ensuite on écrit la division euclidienne A “ q1 B ` r2 .44a) La suite étant strictement décroissante.46a) “ 5 · 5 ` 0. Bq. le dernier non nul : rn`1 “ 0. On pose r0 “ A (1. ainsi que la liste complète des divisions euclidiennes rk “ qk`1 rk`1 ` rk`2 . Cela donne r2 et q1 en termes de r0 et r1 : r2 “ r0 ´ q1 r1 . rk`1 q “ pgcdprk`1 .43) r1 “ B rk “ qk`1 rk`1 ` rr`2 où la troisième ligne est la définition de rk`2 et de qk`1 en fonction de rk et rk`1 .27 et le principe de l’algorithme d’Euclide nous donne t pgcdprk . Bq “ pgcdprn . sachant r2 nous pouvons continuer : (1.42) r1 “ q2 r2 ` r3 donne q2 et r3 “ r1 ´ q2 r2 . THÉORIE DES GROUPES Pour le PGCD Écrivons cela en détail (parce que Bézout. (1. Elle va être construite à l’envers. (1. Dans ce cas la dernière équation sera rn´1 “ qn rn (1. ça va être le même chose en cinq fois plus compliqué). Tout cela pour poser la suite r0 “ A (1. La première équation de type Bézout à résoudre est rn “ un rn ` vn rn´1 . rn´1 q “ rn .0 ď rk`1 ă rk .29 Calculons le PGCD de 18 et 231. (1. Donc le PGCD est 3. Exemple 1. On continue avec r2 “ q3 r3 ` r4 . c’est à dire r0 “ q1 r1 ` r2 .46b) <++> Bézout La difficulté est de construire la suite qui donne Bézout. Pour cela nous écrivons les divisions euclidiennes en chaîne : 231 “ 18 · 12 ` 15 18 “ 1 · 15 ` 315 (1.47) Nous voulons trouver les couples puk .45) avec pgcdpA. La suite prk q ainsi construite est strictement décroissante et à chaque étape le lemme 1.40a) r1 “ B.41) Ensuite. (1. (1.48) Notons que c’est à chaque fois rn que nous construisons. vk q de telle façon à avoir à chaque étape rn “ uk rk ` vk rk´1 .48 CHAPITRE 1.49) .

alors x1 “ x0 ` kn. Soit n P N. Par conséquent Z{nZ “ µpZq “ µpNn´1 q. (1. b. Vu que a est premier avec c. Si n ‰ 0. (1. Bq “ u1 B ` v1 A.CHAPITRE 1. ` ˘ Par conséquent Z{nZ “ gr µp1q parce que tout groupe contenant µp1q contient tous les multiples de µp1q. (1. Si µpx0 q “ µpx1 q.20 donne l’existence de q et r avec 0 ď r ă n et q ě 0 tels que x0 “ nq ` r. Si a P Z. nous égalisons les deux expressions pour rn : rn “ uk rk ` vk rk´1 “ uk´1 rk´1 ` vk´1 rk´2 (1. Démonstration. La différence entre les deux est subtile mais peut de temps en temps valoir son pesant d’or.55) Nous avons rx0 s “ rrs “ µprq parce que x0 ´ r est un multiple de n.22) nous donne donc s. alors a divise b. La dernière équation. " (1. . pgcdpA. alors x1 ą n ´ 1. Le groupe Z{nZ est monogène. Il est donc cyclique. Si a est premier avec c. Soient a.50) dans laquelle nous substituons rk´2 “ qk´1 rk´1 ` rk et nous égalisons les coefficients de rk et rk´1 : uk rk ` vk rk´1 “ uk´1 rk´1 ` vk´1 pqk´1 rk´1 ` rk q. Montrons qu’elle est également injective. d’ordre n et monogène parce que Z{nZ “ grpµp1qq. c’est à dire n. alors µpaq “ aµp1q. nous avons sab ` tbc “ b. Nous avons donc rx0 s P µpNn´1 q. 1. alors k ą 0 et si x0 P Nn´1 . le groupe Z{nZ est cyclique d’ordre n.52a) uk´1 “ vk ´ vk´1 qk´1 . On pose vn “ 0 et un “ 1 et c’est bon. Le groupe Z{nZ est donc fini. celle avec k “ 1. Lemme 1. on peut calculer uk´1 et vk´1 . nous avons pgcdpa.56) La restriction µ : Nn´1 Ñ Z{nZ est donc surjective. En multipliant par b. Nous considérons la surjection canonique µ : Z Ñ Z{nZ.30 (lemme de Gauss). Mais les deux termes du membre de gauche sont multiples de a parce que a divise bc.51) cela donne vk´1 “ uk (1. Démonstration. le plus petit naturel représentant x.52b) Dès que uk et vk ainsi que qk´1 sont connus. Proposition 1.4 Quotients Nous écrivons a “ b mod p essentiellement si il existe k P Z tel que b ` kp “ a. c P Z tels que a divise bc. Pour la récurrence. THÉORIE DES GROUPES 49 sachant que rn´1 “ qn rn . t P Z tels que sa ` tc “ 1.54) Nous avons ainsi résolu Bézout.6. Soit x P Z{nZ et considérons x0 .53) (1. Nous notons x “ rx0 s. Par conséquent b est somme de deux multiples de a et donc est multiple de a. Si nous supposons que x1 ą x0 . est rn “ u1 r1 ` v1 r0 . cq “ 1 et Bézout (1. Plus généralement nous notons rasp “ ta ` kp|k P Zu et l’écriture «a “ n mod p» peut tout autant signifier a “ rbsp que a P rbsp . c’est à dire (1. Le théorème de la division euclidienne 1. et par conséquent contient µpZq “ Z{nZ. L’ordre de Z{nZ est donc le même que le cardinal de Nn´1 .31.

le cardinal de G est le produit de la taille des classes par le nombre de classes : |G| “ |H| · nombre de classes.20 il existe a. En remarquant que q d P r1sqd ´1 nous avons q n “ pq d qa q b P r1sqd ´1 q b “ rq b sqd ´1 . Le théorème de Lagrange dira en particulier que l’indice est toujours un nombre entier. Les classes à gauche formant une partition de G. donc pour que q d ´ 1 divise b ´ 1. En effet pour chaque g P G nous avons la bijection ϕ : H Ñ gH h ÞÑ gh. Théorème 1. (1. alors an P rz n sk et ensuite le fait que r1sk x “ rxsk .58) Par conséquent le nombre q n est à la fois dans rq b sqd ´1 et dans r1sqd ´1 . q Mais dire b “ 0 revient à dire que d n. ce qu’il fallait démontrer. Nous commençons par montrer que les classes de H ont toutes les même nombre d’éléments que H. . — l’indice de H dans G. THÉORIE DES GROUPES Lemme 1.62) En particulier nous voyons que |H| divise |G|. La dernière formule exprime simplement que G{H est par définition le nombre de classes de H à gauche (ou à droite) dans G. b P Z tels que n “ ad ` b avec 0 ď b ă d. un sous-groupe. Soient n. La surjectivité est par définition de la classe. Soit H un sous-groupe du groupe fini G.31). (1.50 CHAPITRE 1.60) Démonstration. Soit q P N avec q ě 2.7 Indice d’un sous-groupe et ordre des éléments Soit G un groupe fini et H. (1. (1. Alors (1) L’ordre de H divise l’ordre de G. Par la divisions euclidienne 1.61) L’injectivité de ϕ est le fait que gh “ gh1 implique h “ h1 . il faut que q b ´ 1 soit zéro. L’indice de H dans G est le nombre |G|{|H|. C’est à ne pas confondre avec le degré d’une extension de corps (définition 3. D’autre part l’hypothèse q d ´ 1 q n ´ 1 implique q n P r1sqd ´1 . nous avons que q b ´ 1 ă q d ´ 1 . En particulier si H est distingué dans G nous avons |G{H| “ |G| . souvent noté |G : H|. d P N tels que q d ´ 1 q n ´ 1. |H| (1. — le nombre de classes de H à droite.57) Pour cela nous avons utilisé d’abord le fait que si a P rzsk .32 ([1]). Démonstration. 1. Cela implique que r1sqd ´1 “ rq b sqd ´1 . Étant donné que b ă d et que q ě 2. Alors d n.33 (Théorème de Lagrange). (1. c’est à dire b “ 0. (2) Les trois nombres suivants sont égaux : — le nombre de classes de H à gauche.59) ou encore que q b P r1sqd ´1 ou encore que q d ´ 1 q b ´ 1.

L’ensemble des ordres d’un groupe commutatif est stable par PPCM. Le lemme suivant indique que sous hypothèse de commutativité. l’ordre de H divise |G|.64) que nous élevons à la puissance r2 où r2 est définit en posant r “ r1 r2 : ars1 brs1 “ 1.34.66b) i“1 où tpi ui“1. sq. si x P G est d’ordre r et si y P G est d’ordre s. Étant donné que pabqrs “ ars brs “ 1. sq “ r1 s1 et r1 et s1 sont premiers entre eux. Maintenant nous utilisons le fait que G soit commutatif et le lemme 1. (1.63) Par le théorème de Lagrange. b P G tels que ab “ ba d’ordres respectivement r et s. (1.65) Et comme ars1 “ 1. Vu qu’on a aussi s1 s.66a) pβi i (1. Alors l’élément ab est d’ordre rs. sq. nous avons en fait s s1 .35 ([8]). THÉORIE DES GROUPES Corollaire 1.67a) pβi .36. Donc s rs1 . l’ordre de ab s’écrit sous la forme r1 s1 avec r1 r et s1 s. mais l’ordre de H est le plus petit k tel que g k “ e.. Soit G un groupe et a. l’ordre d’un élément est une notion multiplicative. l’ordre de ab divise rs.35 pour 1 1 conclure que l’ordre de xr{r y s{s est r1 s1 “ m. nous avons s “ s1 . Autrement dit. et finalement l’ordre de ab est r1 s1 “ rs. L’ordre d’un élément d’un groupe fini divise l’ordre du groupe. alors il existe un élément d’ordre ppcmpr. nous considérons les décompositions en facteurs premiers de r et s : r“ s“ k ź i“1 k ź p αi i (1. (1. i (1.k est l’ensemble des nombres premiers arrivant dans les décompositions de r et de s. Par le lemme de Gauss (1. Soit m “ ppcmpr. Démonstration. nous concluons que brs1 “ 1.51 CHAPITRE 1. Lemme 1. Soit G un groupe fini et considérons le sous-groupe H “ tg k tel que k P Nu. Nous avons ar1 s1 br1 s1 “ pabqr1 s1 “ 1. En particulier dans un groupe d’ordre n tous les éléments vérifient q n “ e. Afin d’écrire m sous une forme pratique. . Si nous posons 1 r “ k ź p αi i (1. c’est à dire l’ordre de g. L’élément xr{r est d’ordre r1 et l’élément 1 y s{s est d’ordre s1 . Et vu que r et s sont premiers entre eux. Lemme 1.67b) i“1 α1 ąβi s1 “ k ź i“1 ai ďβi 1 alors ppcmpr. Le même type d’argument donne r “ r1 . Démonstration. deux nombres premiers entre eux.30).. Démonstration.

Ď G1 Ď G0 “ G (1.41 (du papillon[11]). Une suite de Jordan-Hölder est une suite de composition dont tous les quotients sont simples. Alors H est l’unique sous-groupe de G à être d’ordre n. Si a. de telle façon à ce que si ras P G{H. . le groupe G{H est d’ordre m.71) . nous renvoyons au fameux «preuve très similaire dans les autres cas» pour plus de justifications. b P Z tels que (Bézout. Alors (1) A1 pA X B 1 q est normal dans A1 pA X Bq (2) pA1 X BqB 1 est normal dans pA X BqB 1 (3) Nous avons les isomorphismes de groupes A1 pA X Bq pA X BqB 1 B 1 pA X Bq » » 1 1 .. Notons que cette proposition ne dit pas qu’il existe un sous-groupe d’ordre n et d’indice m. (1. Une suite de composition pour G est une suite finie de sous-groupes pGi qi“0. Démonstration.52 CHAPITRE 1. ce qui signifie ram s “ res. Lemme 1. Si h P H 1 alors hn “ 1 et hm P H (lemme 1. Ce que nous venons de prouver est que H 1 Ă H et donc que H “ H 1 parce que |H 1 | “ |H| “ |G|{m. il existe a. Définition 1. Soit G un groupe et des sous-groupes A et B.. Soit A1 normal dans A et B 1 normal dans B. Soit G un groupe. Un sous-groupe d’indice 2 est un sous-groupe normal. Soit H 1 un sous-groupe d’ordre n. 12]. Soit un groupe fini G et H.7.n telle que teu “ Gn Ď Gn´1 Ď . b P A1 et x..39 ([10]).22) am ` bn “ 1. un sous-groupe normal d’indice m de G. Les groupes Gi {Gi`1 sont les quotients de la suite de composition. Soit H. Par définition de l’indice. A1 pA X B 1 q pA1 X BqB 1 B pA X Bq (1. ou encore am P H.38). L’objet de nos prochaines pérégrinations mathématiques est de montrer que tout groupe fini admet une suite de Jordan-Hölder (théorème 1. théorème 1.37 ([9]).69) et telle que Gi`1 est normal 1 dans Gi . nous avons h P H. Alors pour tout a P G nous avons am P H. y P A X B 1 . axby “ xx´1 axbx´1 xy 1. En tenant compte du fait que an “ 1 et hm P H. un sous-groupe normal d’ordre n et d’indice m avec m et n premiers entre eux. THÉORIE DES GROUPES Lemme 1. Il dit juste que si il y en a un et si il est normal. Lemme 1. Nous rappelons au cas où que «normal» signifie «distingué». alors il n’y en a pas d’autres. Nous n’allons pas démontrer chacun des points ..68) Du coup h “ h1 “ phm qa phn qb . Proposition 1. 1. .70) Démonstration.45).38 ([10]). Démonstration.40. (1. Étant donné que m et n sont premiers entre eux.1 Suite de composition Sources : [11. nous avons rasm “ res. Commençons par montrer que A1 pA X B 1 q est un groupe.

78) et donc l’égalité (1. Nous avons donc pA X Bq X A1 pA X B 1 q “ B X A1 pA X Bq Ă pA1 X BqpA X B 1 q.79) Étant donné que les hypothèses sur A et B sont symétriques. (1. étant donné que A1 pA X B 1 q Ă A nous avons A X B X A1 pA X Bq “ B X A1 pA X Bq.15(5)).75) Pour simplifier un peu cette expression nous prouvons d’abord que pA X Bq X A1 pA X B 1 q “ pA1 X BqpA X B 1 q.73b) “ f ´1 b´1 acxf “f ´1 ´1 b ´1 acf f xf loomoon (1.76).73c) “yPAXB 1 “ f ´1 b´1 acf y looooomooooon (1. alors ´1 bx “ x lo mo n P pA X BqB 1 . (1. donc A1 pA X B 1 qpA X Bq “ A1 pA X Bq. THÉORIE DES GROUPES En utilisant la normalité. Soient a. looomooon PA1 Nous montrons maintenant que A1 pA X B 1 q est normal dans A1 pA X Bq. Si b P B 1 et x P A X B. b P A1 . Pour prouver l’isomorphisme pA X BqB 1 A1 pA X Bq “ .77) Un élément de B X A1 pA X Bq est un élément de B qui s’écrit sous la forme s “ ax avec a P A1 et x P A X B 1 . A1 pA X B 1 q pA1 X BqpA X B 1 q (1. A1 pA X B 1 q A X B X A1 pA X B 1 q (1. Faisons le premier et laissons le second au lecteur. Il reste donc AXB A1 pA X Bq “ . x´1 ax P A1 . L’ensemble A1 pA X B 1 q est également stable pour l’inverse parce que (1. Que nous appliquons à H “ AXB et N “ A1 pA X B 1 q.80) Nous devons encore justifier B 1 pA X Bq “ pA X BqB 1 et B 1 pA1 X Bq “ pA1 X BqB 1 .73d) PA1 P A1 pA X B 1 q.73e) (1.75) nous remarquons que A X B 1 est un sous-ensemble de AAB 1 . Toujours dans l’idée de simplifier (1. Pour l’autre sens. Nous avons alors a “ sx´1 avec s P B et x´1 P B 1 .81) .74) nous allons utiliser le deuxième théorème d’isomorphisme (1. La vérification que H normalise N est usuelle. A1 pA X B 1 q pA1 X BqB 1 (1.53 CHAPITRE 1. Nous en sommes à B 1 pA X Bq A1 pA X Bq “ 1 . Nous commençons par écrire A1 pA X B 1 qpA X Bq AXB » . (1.76) L’inclusion Ą est facile. Alors pbf q´1 paxqpbf q “ pbf q´1 pa lo mo n xf q xbx´1 o o (1. xo bx o PB 1 (1. Par conséquent a P B et donc a P A1 X B. B 1 pA1 X Bq A pA X B 1 q (1.72) x´1 a´1 “ x´1 a´1 x x´1 . x P A X B 1 et f P A X B. le membre de droite peut aussi s’écrire en inversant A et B.73a) “cPA1 (1. donc xx´1 axbx´1 P A1 et donc le tout est dans A1 pA X B 1 q.

Le membre de droite de (1. Démonstration.43 (Schreider).85a) teu “ Hm Ď .87) est un des quotients du raffinement de pHj q.41 s’applique. alors l’ordre de G est le produit des ordres de ses quotients. Ď Gi`1 pGi X H0 q “ Gi . . les quotients du raffinement de pGi q sont de la forme Gi`1 pGi X Hk q Hk`1 pHk X Gi q » Gi`1 pGi X Hk`1 q Hk`1 pHk X Gi`1 q (1. . D’abord elles ont la même longueur mn parce que chacun des m éléments de la suite pGi q a été remplacé par n éléments et inversement. Ď G1 Ď G0 “ G (1.87) en vertu du lemme du papillon (1. . Par ailleurs. Démonstration. Soient Σ1 et Σ2 . . le théorème de Lagrange (1.42. .82) et il suffit d’écrire |G| de façon télescopique : |Gi | |Gi`1 | 0ďiďn´1 ź |G| “ (1. Étant donné que Gi`1 est toujours normal dans Gi . deux suites de composition strictement décroissantes du groupe G. Par hypothèse. Soient Σ2 et Σ2 . Alors elles admettent des raffinements équivalents strictement décroissants. Lemme 1.33) s’applique et nous avons à chaque pas de la suite de composition nous avons | Gi |Gi | |“ Gi`1 |Gi`1 | (1. THÉORIE DES GROUPES Proposition 1. Étant donné que ce sont des suites de composition équivalentes. Σ1 et Σ2 n’ont pas de répétitions. Nous devons maintenant prouver que les deux raffinements ainsi construits sont des suites de composition équivalentes. c’est à dire le même nombre de répétitions. elles ont le même nombre de quotients réduits à teu.84) Proposition 1. Soient les suites de composition teu “ Gm Ď .83) Nous disons que les deux suites de composition pGi q0ďiďr et pGj q0ďjďs sont équivalentes si r “ s et si il existe une permutation σ P Sr´1 telle que Hσpiq Gi » . Si G est un groupe fini et que pGi q est une suite de composition pour G.41). Deux suites de composition d’un même groupe admettent des raffinements équivalents. Gi`1 Hσpiq`1 (1.44 (Schreider strictement décroissant). . Les suites Σ1 et Σ1 obtenues en retirant les répétitions de Σ2 et Σ2 sont des raffinements équivalents 1 2 1 2 de Σ1 et Σ2 et strictement décroissants. Nous avons donc bien défini un raffinement. Ď H1 Ď H0 “ G (1. Démonstration. le lemme 1. Le groupe Gi`1 pGi X Hk q est normal dans Gi`1 pGi X Hk´1 q parce que Gi`1 étant normal dans Gi et Hk dans Hk´1 .85b) Nous raffinons la suite pGi q en remplaçant Gi`1 Ď Gi par Gi`1 “ Gi`1 pGi X Hn q Ă Gi`1 pGi X Hn´1 q Ď . des raffinements 1 2 équivalents donnés par le lemme de Schreider. .86) et de même pour pHj q.54 CHAPITRE 1. chacun de n éléments de la suite pHj q a été remplacé par m éléments. (1.

L’action de G sur E est fidèle si l’identité est le seul élément de G à fixer tous les points de E. D’abord x „g y ô xh “ y (1. Nous ne prouvons que le second point. (1. alors pG{Hqg et pG{Hqd ont même cardinal qui vaut l’indice de H dans G. Démonstration. nous notons aussi Fixpgq le fixateur de g : Fixpgq “ tx P E tel que g · x “ xu. (1. nous procédons en plusieurs étapes simples. Le fait que f soit surjective est évident. ce qui signifie que x „g y.91) pour un certain h P H. Nous avons une relation d’équivalence à gauche et une à droite. nous notons G · x l’orbite de x P E sous l’action de G. Pour l’injectivité. une suite de Jordan-Hölder n’a pas de raffinement strictement décroissant (à part elle-même) parce que Gi`1 est normal maximum dans Gi . (1. celle à droite est g · h “ hg ´1 . D’où le résultat. L’application f : pG{Hqg Ñ pG{Hqd rxsg ÞÑ rx´1 sd (1. Nous avons Σ1 „ Σ1 . Tout groupe fini admet une suite de Jordan-Hölder. 1 2 1. Il existe aussi l’action adjointe définie par g · h “ ghg ´1 . Démonstration.46. L’ensemble pG{Hqg est fini si et seulement si l’ensemble pG{Hqd est fini. THÉORIE DES GROUPES Théorème 1. soit f prxsg q “ f prysh q. nous noterons pG{Hqg pour les classes à gauche et pG{Hqd pour les classes à droite.89) Définition 1. L’action à gauche est g · h “ gh . 1 2 Σ1 “ Σ1 et Σ1 “ Σ2 . nous notons G{H le quotient de G par la relation g „ gh pour tout h P H.90) x „d y ô hx “ y (1. . Lorsque la distinction est importante. c’est à dire si gx “ x @x P E ñ g “ e. Par définition.47. Si Σ1 et Σ2 sont des suites de Jordan-Hölder nous pouvons considérer les raffinements équivalents strictement décroissants Σ1 et Σ1 du lemme de 1 2 Schreider 1.93) Alors x´1 „d y ´1 .55 CHAPITRE 1. Le groupe G agit toujours sur lui même à gauche et à droite. ou encore que xh´1 “ y. c’est à dire que x´1 „d y ´1 et f est bien définie. Nous notons Gx ou Stabpxq le stabilisateur de x : Gx “ Stabpxq “ tg P G tel que g · x “ xu. Ensuite pour un certain h P H.92) est une bijection bien définie.45 (Jordan-Hölder). Un exemple d’action fidèle tout à fait non trivial sera donné avec l’action du groupe modulaire sur le plan de Poincaré dans le théorème 10.88) Pour g P G.33. Si il en est ainsi. Le lemme suivant est une généralisation du théorème de Lagrange 1.33.8 Action de groupes Si G agit sur un ensemble E. Pour l’énoncé à propos de l’indice. ce qui implique l’existence de h P H tel que hx´1 “ y ´1 . Lemme 1. Si H est un sous-groupe de G.44. En effet si x „g y. nous avons h P H tel que y ´1 h “ x´1 . mais par ce que nous venons de dire à propos de la maximalité. Deux suites de Jordan-Hölder sont équivalentes.

48 (Orbite-stabilisateur[9]). . |H| (1.99) C’est la formule (1. Cette application est une bijection et par conséquent G · x est équipotent à G{Gx . et nous avons bien cardinal de pG{Hqg “ |G| “ |G : H|.101) yPOx Les ensemble Ay divisent donc G en |Ox | paquets de | Stabpxq| éléments. Soit G un groupe agissant sur un ensemble E et x P E. (1.48 dans le cas de l’action adjointe de G sur lui-même. (2) Toutes les classes ont le même nombre d’éléments par la bijection f : rxsg Ñ rysg xh ÞÑ yh. Alors CardpCg q “ |G : Zg | (1.94) (3) Le nombre d’éléments dans une classe est égal à |H| par la bijection g : rxsg Ñ H xh ÞÑ h. (2) L’orbite de Gx est finie si et seulement si Gx est d’indice fini dans G.100) Cette application est bien définie parce que si a · x “ b · x. Soit Cg la classe de conjugaison de l’élément g du groupe fini G.98) qui est nommée formule des classes sur wikipédia.99). Cela est une application directe de la proposition 1. par conséquent |Ay | “ | Stabpxq| pour tout y P Ox . (1. THÉORIE DES GROUPES (1) Les classes (les éléments de pG{Hqg ) formes une partition de G. D’où la formule (1. (1.95) (1. (1) Les ensembles G · x et G{Gx sont équipotents. Dans ce cas nous avons CardpG · xq “ |G : Gx |.56 CHAPITRE 1. Corollaire 1. (1. L’ensemble Ay est une classe à gauche de Stabpxq.98) Une autre façon d’écrire la même formule : |G| “ | Stabpxq||Ox |.96) (1. (1. Démonstration.49. (2) Soit y P Ox et Ay “ tg P G tel que g · x “ yu. Les Ay pour différents y sont disjoints et nous avons de plus ď Ay “ G.102) Démonstration. et par conséquent ras “ rbs.97) Proposition 1. alors il existe h P Gx tel que b “ ah. (1) Soit l’application ψ : G · x Ñ G{Gx a · x ÞÑ ras. Par conséquent |G| “ |H| · nombre de classes “ |H| · cardinal de pG{Hqg .

Un domaine fondamental ou une transversale est une partie de E contenant un et un seul élément de chaque orbite.57 CHAPITRE 1. Démonstration. .103) E“ gPG union disjointe. un groupe fini opérant sur un ensemble E.53 (Équation des classes[13]). Soit G un groupe agissant sur l’ensemble E. Proposition 1. Soit G. . l’union est disjointe. Les classes ne contenant que un seul élément sont celles des éléments de ZpGq. Alors (1) la relation „ est une relation d’équivalence. THÉORIE DES GROUPES Lemme 1. c’est à dire que si g ‰ g 1 . Cl la liste de ses classes de conjugaison contenant plus de un éléments.104) devient immédiatement (1. Autrement dit. ř (2) CardpEq “ i CardpOi q.106) où nous avons utilisé le fait que |G| “ | StabG pxq||Ox |. On définit x „ x1 si et seulement si il existe g P G tel que g · x “ x1 . . Si E 2 est un ensemble contenant exactement un élément de chaque orbite dans Ez StabG pEq. Étant donné que les classes de conjugaison sont disjointes. En séparant la somme entre les orbites à un élément et les autres. Soit G un groupe agissant sur l’ensemble E et O1 . En ce qui concerne les autres orbites. les images des éléments d’un domaine fondamental forment une partition de l’ensemble : ğ f pF q. un groupe et C1 . | StabG pxq| (1. .. alors |E| “ | StabG pEq| mod p. Soit G un groupe agissant sur l’ensemble E.54 (Équation des classes). . Corollaire 1.50.52. Alors Ť (1) E “ i O1 . Si G est un p-groupe alors si x P E 2 . Corollaire 1. le cardinal de G est bien la somme des cardinaux de ses classes. CardpCgi q “ |G : Zgi | par le théorème orbite-stabilisateur (proposition 1. StabG pxq est un sous-groupe propre de G et donc | StabG pxq| est un diviseur propre de |G|.107) si gi P Ci .48).105) ř Démonstration.51.51 (Équation des orbites). (1. Soit G.104) Si de plus G est un p-groupe. |G| “ CardpStabG pEqq ` ÿ xPE 2 |G| | StabG pxq| (1. alors gpF q X g 1 pF q “ H. . Du coup la fraction |G|{| StabG pxq| est une puissance non nulle de p et l’équation (1. Par le corollaire 1. Ok la liste des orbites (distinctes). . Définition 1. (1. nous avons |G| “ xPE 1 |Ox | où E 1 est une transversale. (2) la classe rxs est l’orbite Ox de x sous G. alors |G| “ | StabG pEq| ` ÿ xPE 2 |G| .105). Alors ` ˘ ÿ ` ˘ ÿ CardpGq “ Card ZpGq ` |G : Zgi | “ Card ZpGq ` i i CardpGq ` ˘ Card Stabpgi q (1. .

(1. Pour obtenir (1.57.59. Définition 1. D’abord ÿ Cardtg P g tel que gx “ xu CardpAq “ (1.112) gPG Proposition 1.99). Nous considérons l’ensemble A “ tpg.110c) ωPΩ xPω ÿ “ xPω |G| Cardpωq (1. THÉORIE DES GROUPES Théorème 1. alors G est abélien. Nous disons que l’action est transitive si elle possède une seule orbite. Soit G un groupe et H.110d) (1. alors Hd peut être décrit des façons suivantes : Hd “ tx P G tel que xd “ eu “ tx P G tel que Dy P G tel que y n{d “ xu “ xan{d y. Si a est un générateur de G.110a) xPE ÿ “ CardpStabpxqq (1. un sous-groupe du centre de G.58 Si E est un espace vectoriel alors pE.55 (Formule de Burnside). (1) H est normal dans G. (3) Si G est fini de centre Z. alors ` ˘ 1 ÿ Card Fixpgq . alors |G : H| n’est pas premier.110e) “ |G|. (2) Si G{H est monogène. (1) Tout sous-groupe de G est cyclique. L’autre façon de calculer CardpAq est de regrouper ainsi : ÿ ÿ CardpAq “ Cardtx P E tel que gx “ xu “ CardpFixpgqq. .111) gPG gPG En égalisant les deux expressions de CardpAq nous trouvons ÿ |G| CardpΩq “ CardpFixpgqq.56.113) Exemple 1. L’inverse de x est ´x. il existe un unique sous-groupe Hd de G d’ordre d. Si G est un groupe fini agissant sur l’ensemble fini E et si Ω est l’ensemble des orbites. xq P G ˆ E tel que gx “ xu. (2) Pour chaque diviseur d de n.110d) nous avons utilisé l’équation des classes (1. Soit G un groupe agissant sur un ensemble E.110b) xPE ÿ ÿ “ CardpStabpxqq (1. Théorème 1.58 CHAPITRE 1.108) CardpΩq “ |G| gPG Démonstration. et nous en calculons le cardinal de deux façons. (1. Soit G un groupe cyclique d’ordre n. (1. `q est un groupe commutatif. (1.109) (1. L’action est libre si g · x “ g 1 · x implique g “ g 1 .

nu. si σ 1 “ c1 . . . ik q P Sn . Autrement dit. Alors ` ˘ csc´1 “ spi1 q.60 ([9]). la permutation τ1 . Lemme 1. . . . deux permutations σ et σ 1 sont conjuguées si et seulement 1 si le nombre ki de cycles de longueur i dans σ est le même que le nombre ki de cycles de longueur i 1. etc. . . L’entier psq “ p´1qNs (1. . Notons encore que les cycles τ ci τ ´1 restent à support disjoints. C’est donc l’ensemble des bijections t1. alors τ cτ ´1 “ ` τ pa1 q. spik q . .9 59 Le groupe symétrique Une source intéressante d’informations est [14]. . cm la décomposition de σ en cycles de supports disjoints. . . . Un élément du groupe symétrique Sn peut être décomposé en produit de cycles de support disjoints de la façon suivante. . nu Ñ t1. Étant donné que ce groupe agit par définition sur un ensemble à 3 éléments.62 Voyons les classes de conjugaison de S3 . aucun élément de S3 ne possède un un cycle de plus de 3 éléments. σ1. . . . . . Les ci sont des cycles de supports disjoints. c1 est une décomposition de σ 1 en cycles disjoints tels que la m 1 longueur de ci est la même que la longueur de c1 . Donc tous les éléments de la classe de conjugaison de σ sont des permutations de même structure de σ. alors σ 1 “ τ στ ´1 “ pτ c1 τ ´1 q . Une classe de conjugaison dans Sn est formée des permutations ayant une décomposition en cycle disjoints de même structure. τ pak q . un cycle de longueur k et s P Sn . La première est celle contenant seulement l’identité. Proposition 1. Ce sera le cycle p1. . et puis le suivant. . . . nu à ne pas être dans ce cycle.61 (Classes de conjugaison et structure en cycles[15]). Nous disons qu’un élément s P Sn inverse les nombres i ă j si spiq ą spjq. i Exemple 1. Le groupe symétrique Sn est le groupe des permutations de l’ensemble t1. . . La structure d’une telle décomposition est la donnée des nombres ki donnant le nombre de cycles de longueur i.117) mais τ ci τ ´1 est ˘un cycle de même longueur que c parce que si σ “ pa1 .CHAPITRE 1. D’abord écrire le cycle qui correspond à l’orbite de 1. En résumé il y a trois classes de conjugaison dans S3 . pτ cm τ ´1 q. .114) est la signature de s. Soit σ “ c1 . (1. (1. . Aucun élément de S3 n’a une décomposition en cycles disjoints contenant deux cycles de deux ou un cycle de deux et un de trois. Soit c “ pi1 .115) avec σ k`1 1 “ 1. Ensuite nous recommençons avec le plus petit élément de t1. THÉORIE DES GROUPES 1. . . . La seconde est celle contenant les cycles de longueur deux et la troisième contient les cycles de longueur 3. Vu que les supports sont disjoints. σ k 1q (1. . . ak q. τm conjugue σ et σ 1 . Réciproquement. . . . . . .116) Tous les cycles de longueur k sont conjugués entre eux. . Si τ est une permutation. . alors il suffit de prendre des permutations τi telles i que τi ci τi´1 “ c1 . dans σ Démonstration. σ 2 1. . jq avec i ă j tels que spiq ą spjq). . . nu. Soit Ns le nombre d’inversions que s P Sn possède (c’est le nombre de couples pi. Il y a donc seulement des cycles de longueur deux ou trois (à part les triviaux). . .

p2. Cette classe de conjugaison contient donc 6 éléments. (1. N3 et N4 le nombre de couples dans chacun des quatre groupes : ` ˘ ` ˘ ` ˘ ` ˘ pi.61). Pour le second il y a 3 possibilités. Le premier est arbitraire (parce que c’est cyclique). 2. p1. THÉORIE DES GROUPES Ce sont donc C1 “ tIdu (1.119) . t P Sn . (1) L’application : Sn Ñ t1. Afin de montrer que ` pstq “ psq ptq. du type pa. (5) Les doubles permutations. Tout élément de Sn peut être écrit sous la forme d’un produit fini de transpositions.64 ([5]). Par conséquent nous avons psq ptq!p´1qN2 `N3 p´1qN3 `N4 “ p´1qN2 `N4 “ p´1qNst “ pstq. (2) Si s “ t1 ¨ ¨ ¨ tk est le produit de k transpositions. jq tels ˘ ` ˘ que i ‰ j en 4 groupes suivant que tpiq ż tpjq et s tpiq ż s tpjq . Proposition 1. le quatrième est alors automatique. Nous notons N1 . Par exemple p1. 3qu. 3qp1. Il y a 6 éléments dans cette classe parce qu’un élément est fixé par le choix de deux nombres parmi 4 dans la première des deux permutations.63 Les classes de conjugaison de S4 . 3q “ p1.65.118a) C2 “ tp1. Pour savoir quel est leur nombre nous commençons par remarquer qu’il y a 4 façons de prendre 3 nombres parmi 4 et ensuite 2 façons de les arranger. 2q. 2. N2 . Les éléments qui participent à Ns sont N st ˘ ceux où tpiq et tpjq sont dans l’ordre inverse de s tpiq et s tpjjq (parce que t est une bijection).60 CHAPITRE 1. Le groupe symétrique S4 possède dont les classes de conjugaison suivantes. 3qu (1. (3) Les 3-cycles. p2. Soit s. 3q. 1u. nous divisons les couples pi. et deux possibilités pour le troisième . dq. Soit Sn le groupe symétrique. (1) Le cycle vide qui représente la classe constituée de l’identité seule. Nous savons que les classes de conjugaison dans S4 sont caractérisées par la structure des décompositions en cycles (proposition 1. bq qui sont au nombre de 6. (2) Les permutations de type pa. ´1u est l’unique homomorphisme surjectif de Sn sur t´1.66 ([9]).118c) Exemple 1. Il y a donc 8 éléments dans cette classe de conjugaison. Un k-cycle est une permutation impaire si k est pair et paire si k est impair. 1.118b) C3 “ tp1. (4) Les 4-cycles. <++> Lemme 1. Démonstration. bqpc. Donc Ns “ N2 ` N3 . alors psq “ p´1qk . 2q. (1. Cette décomposition n’est pas à confondre avec celle en cycles de support disjoints. 3q. Proposition 1. jq s tpiq ă s tpjq s tpiq ą s tpjq tpiq ă tpjq N1 N2 tpiq ą tpjq N3 N4 Nous avons immédiatement Nt “ N3 ` N4 et N` “ ˘ 2 ``N4 .

122) Le groupe An des permutations paires est la groupe alterné.37. L’enchaînement (1. Soit t.68. Soit n ě 3. .69. le groupe engendré par les ci . 2. la transposition pi. (1. . Par le premier théorème d’isomorphisme. le nombre de transpositions dans rg. (1. . THÉORIE DES GROUPES Nous avons prouvé que est un homomorphisme. i ` 1. Soit un homomorphisme surjectif ϕ : Sn Ñ t´1. hs est pair. Pour cela il faut montrer que ptq “ ´1 dès que t est une transposition.120) ptij q “ pcq ptj´1. Nous prouvons maintenant l’unicité. Soit H. Étant donné que α ˝ α est un homomorphisme surjectif sur t´1. (1.125) de telle sorte que pci q “ 1. n engendrent le groupe alterné An . 1u nous avons α ˝ α “ . Les 3-cycles ci “ p1. . . Proposition 1. .65. j ´ 1q alors le lemme 1. . il existe un isomorphisme f : Sn { ker Ñ Imagep q. Proposition 1. 2. Démonstration. . 1u et nous avons ϕ ˝ θ “ par la proposition 1.121) La signature étant un homomorphisme.j q “ 1. Soit H un sous-groupe d’indice 2 dans Sn . Quel que soit le nombre de transpositions dans g et h.67. 1u nous devons trouver un élément t P Sn tel que ptq “ ´1. iq “ p1. Ce dernier ayant 2 éléments. Si nous notons ϕ le morphisme canonique ϕ : Sn Ñ Sn {H : Sn ϕ / Sn {H θ / t´1. H est distingué et nous pouvons considérer le groupe Sn {H. Soit α P AutpSn q. .123) En égalisant le nombre d’éléments nous avons |Sn : ker | “ |Sn : An | “ 2. .124) La composition ϕ ˝ θ est alors un homomorphisme surjectif de Sn sur t´1. Avant de montrer l’unicité. Nous utilisons ici le fait que tous les éléments de Sn sont des produits de transpositions. iq. Démonstration.60 dit que tij “ ctj´1.61 CHAPITRE 1. 1u et t.60). (1. il est isomorphe à t´1. (1. Soit θ l’isomorphisme. tk alors psq “ p´1qk . Nous passons maintenant à la partir unicité de la proposition. 2qp2. D’abord nous avons ci “ p1. . 2q est le seul à être inversé par t et nous avons ptq “ ´1. proposition 1. Pour montrer que est surjectif sur t´1. . tk .66.124) nous montre que H “ kerpθ ˝ ϕq “ kerp q “ An . iq avec i “ 3. . 2. Par conséquent nous avons H Ă An . Tout élément de DpSn q s’écrit sous la forme ghg ´1 h´1 . jq et c “ pi. Si t est la transposition 1 Ø 2 alors le couple p1. et donc αpAn q “ An . C’est le seul sous-groupe d’indice 2 dans Sn . Le groupe dérivé du groupe symétrique est le groupe alterné : DpSn q “ An . ϕpt1 q “ ϕptq “ ´1.j q pcq´1 “ ptj´1.j c´1 . Dans ce cas. Le groupe alterné est un sous-groupe caractéristique de Sn d’indice 2. Démonstration. ϕpsq “ p´1qk “ psq. une transposition telle que ϕptq “ ´1 (qui existe parce que sinon ϕ ne serait pas surjectif 2 ). 1u. (1. Nos montrons par récurrence que An Ă H. et si s “ t1 . Si t1 est une autre transposition. Par le lemme 1. 1u. nous montrons que si s “ t1 . Lemme 1. il existe s P Sn tel que t1 “ sts´1 (lemme 1.

σpjq. Proposition 1. Si i “ σpjq.70. la preuve est terminée. Les seules possibilités d’égalités sont i “ σpjq. En effet si N contient un 3-cycle. k. Notons que i. Soit N . Nous considérons la permutation α “ pijkq. . m. . THÉORIE DES GROUPES Pour n “ 3 il suffit de vérifier que A3 “ tId. σpjq “ k et m “ k (et les combinaisons. soit un 3-cycle . j2 . appartenant à An´1 . mais nous allons en construire un. . . j3 u et poser τ “ pstq.60 et le fait que α´1 “ pikjq nous avons θ “ pijkqpjσpjqmq. . j. 3 et prouvons le pour An . . i2 . . .65) et est donc dans An . Nous choisissons ensuite k P t1. . . .64 et 1.129) θ “ pimkq (1. Le groupe alterné An est simple pour n ě 5. Donc les 3-cycles sont conjugués dans Sn . i3 q et ϕ “ pj1 . Souvenons nous que j ‰ σpjq parce que i est dans le support de σ . Nous avons immédiatement que α P Sn et que ασα´1 “ ϕ. De plus en utilisant le lemme 1. Par l’hypothèse de récurrence. nous pouvons prendre s et t. . Soit s P An . Si spnq “ k alors nous considérons l’élément c2 ck s. soit un 2 ˆ 2-cycle suivant les valeurs de σpjq et m. m et k sont bien trois éléments différents. Il reste à prouver qu’ils le sont dans An . Étant donné que N est normal l’élément θ “ α´1 σασ ´1 (1. Si i. n ´ 1u. . Si α est une permutation paire. j. Vu que n ě 5. Les supports de τ et ϕ étant disjoints. j. alors qui est un 3-cycle. . le fait qu’il soit normal implique (par conjugaison) qu’il les contienne tous et donc qu’il contient une partie génératrice de An . nuztj1 . alors s se décompose de la même manière que sa restriction s1 à t1. l’élément τ α est pair (lemme et proposition 1. ces derniers commutent et nous avons pτ αqσpτ σq´1 “ τ pασσ ´1 qτ ´1 “ ϕ. n ´ 1) en vertu du point précédent. Si α est impaire. Nous prenons i dans le support de σ et j “ σpiq. . un sous-groupe normal de An non réduit à l’identité. c3 . j3 q. σpjq et m sont cinq nombres différents.69) et que tous les 3-cycles sont conjugués dans An (proposition 1. tous les 3-cycles de An sont conjugués. . . (1. Nous considérons une bijection α de t1. Lorsque n ě 5. nuzti. Démonstration.128) Cela n’est pas spécialement un 3-cycle.126) Donc σ et ϕ sont conjugués par τ α qui est dans An . . se décompose en produit des c3 . Étant donné que les 3-cycles engendrent An (proposition 1. cn´1 et de leurs inverses.71 ([5]). il suffit de montrer que N contient un 3-cycle. Cet élément envoie n sur n et peut donc être n décomposé avec les ci (i “ 1. . Vu que la signature est un homomorphisme et que τ et α sont impairs. alors nous devons un peu la modifier. .70). kq (1. . σ ´1 piqu et m “ σpkq. i ‰ m parce que k ‰ σ ´1 piq. mais toutes ne sont pas possibles). j2 . alors θ “ pi. Théorème 1. des éléments distincts dans t1. Supposons avoir obtenu le résultat pour An´1 . . Soient les 3-cycles σ “ pi1 .62 CHAPITRE 1. nu telle que αpis q “ js . cette restriction. Nous allons déterminer que θ est soit un 5-cycle. Si spnq “ n. . . c2 u. la classe de conjugaison d’un 3-cycle est l’ensemble des 3-cycles.127) est dans N .130) est un 5-cycle. Démonstration. . (1. Autrement dit. m ‰ i parce que k ‰ σ ´1 piq . Soit donc σ P N différent de l’identité.

en agissant sur lui-même. .132) qui est encore un 3-cycle. la preuve est terminée. looooooomooooooon (1. Nous en déduisons immédiatement que si n ě 5. alors qui est un autre 3-cycle. . Cela montre que l’image est bien dans le groupe symétrique. Nous considérons ϕ. (1.136) Dans tous les cas nous avons trouvé un 3-cycle dans N et nous avons par conséquent N “ An . alors l’élément suivant est dans N : pabcq´1 θpabcqθ´1 “ pacbqpabcdeqpabcqpaedcbq “ pacdq. .137) où fg phq “ gh. Bref nous avons montré que θ est soit un 3-cycle. alors θ “ pijkq (1.72. . alors θ “ pikmq (1. Démonstration. Si θ est un 3-cycle. b. Étant donné que ϕpghq “ ghx “ gpth xq “ tg ˝ th pxq.138) l’application ϕ est un morphisme de groupes. nuzta. alors on considère e P t1. Si m “ k. (1. De la même manière.134) qui est un 3-cycle. en particulier pour x “ e nous trouvons g “ h. soit un 5-cycle. (1. .135) PN Si θ est le 5-cycle pabcdeq. ce qui fait que An ne contient pas de sous-groupes normaux non triviaux. Si θ “ pabqpcdq. c. THÉORIE DES GROUPES Si σpjq “ k. Il est injectif parce que si gx “ hx pour tout x. ϕpgqx “ ϕpgqy implique x “ y. nous avons C’est a priori un 2 ˆ 2-cycle. comme une partie du groupe symétrique. L’ensemble Imagepϕq est donc un sous-groupe de SpGq. soit un 2 ˆ 2-cycle. Et si k “ σpjq. et ϕ est un isomorphisme vers ce groupe. la translation à gauche : ϕ : G Ñ SpGq g ÞÑ tg (1. le groupe dérivé de An est An parce que An ne contient pas d’autres sous-groupes non triviaux. Mais si de plus i “ σpjq.63 CHAPITRE 1.131) θ “ pikqpjσpjqq.133) θ “ pikjq (1. Le groupe alterné An est donc simple. Le théorème suivant montre que tout groupe peut être vu. du et nous avons pabeq´1 θpabeq θ´1 “ paebqpabqpcdqpabeqpanqpcdq “ pabeq P N. Théorème 1. Un groupe G est isomorphe à un sous-groupe de son groupe symétrique SpGq.

Alors (1) G contient un élément d’ordre p. Soit le corps fini Fp “ Z{pZ (p premier). L’action à gauche de G sur lui-même ϕ : G Ñ Sn ϕpxqg ÞÑ xg (1.64 CHAPITRE 1. Alors le groupe symétrique Sn se plonge dans GLn pFp q. Lemme 1. Soit T le sous-ensemble de GLn pFp q formé des matrices triangulaires supérieures de rang n et dont les éléments diagonaux sont 1. Si G est un groupe d’ordre n alors il est isomorphe à un sous-groupe du groupe symétrique Sn . Notons que si p est un nombre premier. Alors P Q est un p-sous-groupe de G.79.10 Théorèmes de Sylow Lemme 1.139) Attention : dans ce lemme. Alors CardpHKq “ |H| · |K| . k P H ˆ K. Soit p un diviseur premier de n. Fp q. Définition 1. Nous avons le morphisme injectif ϕ : Sn Ñ GLpn. c’est à dire si nous avions hkh´1 P K ă. alors G peut être vu comme un sous-groupe de GLpn.76. Nous supposons que Q normalise P . alors p ne divise pas le nombre |G : S| “ |G|{|S|.78.74 (Théorème de Cauchy). nous trouvons que si p est un diviseur premier de |G|. |H X K| (1.76. Démonstration. Soit p un nombre premier. Soit G un groupe fini et p. (2) Si G est un p-groupe. Soit tei u la base canonique de Fp . Proposition 1. Alors T est un p-Sylow de GLn pFp q. Soient H et K des sous-groupes finis de G. Fq donné par ϕpσqei “ eσpiq . il existe un élément central d’ordre p dans G. Une preuve du premier point est sur wikipedia. alors tout groupe d’ordre pm est un p-groupe.75 et 1. Un p-groupe est un groupe dont tous les éléments sont d’ordre pm pour un certain m (dépendant de l’élément). Cela donne un morphisme injectif parce que si ϕpxq “ ϕpyq nous avons xg “ yg pour tout g et en particulier pour g “ e nous trouvons x “ y.80. Si S est un p-Sylow. . THÉORIE DES GROUPES 1. un diviseur premier de |G|. Démonstration. Soit G un groupe fini et p un nombre premier divisant |G|. l’ensemble HK n’est pas spécialement un groupe. Soit G un groupe fini et P . Remarque 1. Lemme 1.140) est une permutation des éléments de G.75 (Théorème de Cayley). En mettant bout à bout les lemmes 1. Théorème 1. @h. Un p-Sylow dans G est un p-sous-groupe d’ordre pn où pn est la plus grande puissance de p divisant |G|. Lemme 1.77. Ce serait le cas si H normaliserait K.73. Q des p-sous-groupes.

Nous venons de prouver que p est le seul nombre premier qui divise |G|.82. ppn ´ pn´1 q (1.144a) “ th P H tel que a´1 ha P Su ´1 “ aSa X H. En effet. L’ordre de G est par conséquent une puissance de p. donc r divise |G| (par le théorème 1. Nous notons n “ pm · r où p ne divise pas r. En tout p nous avons alors npn´1q |T | “ p 2 . un groupe fini de cardinal |G| “ n et p. Nous commençons par étudier le cardinal de GLn pFp q. . Par le théorème de Cauchy (1. Nous avons donc ` ˘ Card GLpn. THÉORIE DES GROUPES Démonstration. Proposition 1. le stabilisateur de ras dans G{S est ` ˘ Stab ras “ th P H tel que rhas “ rasu (1. Supposons que G est un p-groupe. etc. un diviseur premier de n. Pour la première colonne. |aSa´1 X H| (1.99)) nous dit que ` ˘ |H| “ Card Oras . Démonstration. En ce qui concerne le cardinal de T . Soit H un sous-groupe de G et S.141a) “ p · p2 ¨ ¨ ¨ pn´1 ppn ´ 1qppn´1 ´ 1q .142) et T est un p-Sylow de GLn pFp q. Il y a donc pn ´ 1 possibilités. nous notons r l’ordre de G. Nous considérons l’ensemble G{S sur lequel H agit. Donc q “ pn et q “ p parce que q est premier. Lemme 1. Alors il existe g P G tel que gSg ´1 X H (1. il faut éviter toutes les combinaisons linéaires des pk ´ 1q premières colonnes.141c) m où m est un entier qui ne divise pas p. La formule des orbites (équation (1. Un groupe fini G est un p-groupe si et seulement l’ordre de G est pn pour un certain n.144b) (1. Si a P G. dans ce cas le groupe Stabprasq est un p-Sylow de H parce que |H : aSa´1 X H| ne divise pas p. pp ´ 1q “p npn´1q 2 (1. Soit p un nombre premier. . Fp q “ ppn ´ 1qppn ´ pq . un p-Sylow de G. Pour la k-ième colonne. Étant n donné que G est un p-groupe. Nous supposons que |G| “ pn pour un certain entier n ě 0. le groupe G contient un élément d’ordre q.145) soit premier avec p. il faut ne pas être multiple de la première.144c) Nous cherchons a P G tel que l’entier CardpHq ` ˘ Card aSa´1 X H (1. (1. (1. Démonstration. la seule contrainte à vérifier est qu’elle ne soit pas nulle. pour la seconde pn´2 . Nous nous intéressons maintenant à l’implication inverse. Le nombre r est alors une puissance de p. Soit q un nombre premier divisant |G|.146) . Pour la seconde. Soit g P G . Soit G. Il y a donc pn ´ p possibilités (parce qu’il y a p multiples possibles de la premières colonne). Il y a pk´1 telles combinaisons et donc pn ´ pk´1 possibilités pour la k-ième colonne.143) soit un p-Sylow de H. Le sous-groupe grpgq est d’ordre r.81.74). soit g un tel élément.65 CHAPITRE 1. le calcul est plus simple : pour la première ligne nous avons n´1 choix (parce qu’il y a un 1 qui est imposé sur la diagonale). .141b) (1.33 de Lagrange). g p “ g q “ e pour un certain n. .

82. Donc H est un p-Sylow inclus dans le p-Sylow aSa´1 . Étant donné que G{S est une réunion disjointe de ses orbites.80. . (2) Soit H un p-sous-groupe de G et S. nous aurions p CardpG{Sq “ |G| |S| (1. t´1 s´1 P T. (3) Soit H un p-Sylow.153) . donc H “ aSa´1 . sr tr tt´1 s´1 . (3) Les p-Sylow de G sont conjugués. THÉORIE DES GROUPES Supposons que toutes les orbites aient un cardinal divisible par p. un diviseur premier de |G|. c’est à dire que T est un p-Sylow de G tel que sT s´1 “ T (1.77 que G est un sous-groupe de GLn pFp q et que ce dernier a un p-Sylow par la proposition 1. Théorème 1. . . Soit S un p-Sylow et considérons l’ensemble ES “ tT P E tel que s · T “ T @s P Su. et il existe un a P G tel que (1. Montrons que T est normal dans N . Nous voudrions montrer que S est le seul élément de ES . Soit G un groupe fini et p.149) où l’action est celle par conjugaison. Alors (1) G possède des p-Sylow. Démonstration. Si t P T . Montrons maintenant que np est congru à un modulo p. (2) Tout p-sous-groupe de G est contenu dans un p-Sylow. ce qui signifie que H est inclus à un p-Sylow.147) alors que S étant un p-Sylow. Par le lemme 1. Nous venons de voir que si S est un p-Sylow quelconque. un p-Sylow de G (qui existe par le point précédent). Soit E l’ensemble des p-Sylow de G.83 (Théorème de Sylow).150) Nous voulons obtenir |ES | “ 1. Par conséquent. H “ aSa´1 X H (1.66 CHAPITRE 1. (4) Si np est le nombre de p-Sylow de G. nous avons gtg ´1 “ s1 t1 .145) soit vérifiée. L’ensemble E est la réunion des orbites sous S et chacune de ces orbites a un cardinal qui divise |S| “ pm .152) avec si P S et ti P T . r r r 1 (1. Soit N le groupe engendré par S et T . (1. . en utilisant le fait que T est un groupe et le fait que S le normalise. Par conséquent G possède un p-Sylow par le lemme 1. Toutes les orbites n’ont donc pas un cardinal divisible par p.148) et H Ă aSa´1 . Le groupe G agit sur E par conjugaison. p ne peut pas diviser |G|{|S|. C’est l’ensemble des points fixes de E sous l’action de S. alors H est inclus au p-Sylow aSa´1 pour un certain a P G. Par conséquent |OT | vaut 1 lorsque T P ES et est un multiple de p sinon.151) pour tout s P S. (4) Le fait que np divise n est parce que tous les p-Sylow ont le même nombre d’éléments (ils sont conjugués) et sont deux à deux disjoints. Donc ils forment une partition de G et |G| “ np |S| si S est un p-Sylow quelconque. alors np divise |G| et np ” 1 mod p. Évidemment S P ES parce que si s P S alors sSs´1 “ S. Soit T P ES .82 il existe a P G tel que aSa´1 X H soit un p-Sylow de H. Mais H est un p-groupe et un p-Sylow dans un p-groupe est automatiquement le groupe entier. Nous avons donc |E| ” |ES | mod p. Un élément g dans N s’écrit g “ s1 t1 ¨ ¨ ¨ sr tr (1. (1) Nous savons de la remarque 1. (1.

de telle sorte que b P G. Donc tout élément est générateur. c’est à dire q “ pn . Soit aussi un élément b d’ordre 5 dans A6 .87. le groupe H engendré par g est d’ordre p. un groupe fini et p. THÉORIE DES GROUPES 67 Donc T est un sous-groupe normal de N . Mais G étant normal dans A6 .86 nous dit alors que le nombre d’éléments d’ordre p dans G est p ´ 1. alors que nous avons supposé que H et K étaient distincts. soit |H X K| “ |H|. et a. Donc gSg ´1 est encore un p-Sylow. il faut et suffit que gsq “ g. Mais S et T sont conjugués dans N (parce que ils sont des p-Sylow de N ). 3. L’ensemble H X K est un sous-groupe de H. l’ordre de A6 (qui est 2 6!) ne possède également que 5 à la puissance 1 dans sa décomposition. Le nombre de sous-groupes d’ordre p est n “ 1 (et c’est G luimême). un élément d’ordre 5 dans G (qui existe parce que 5 divise 60). Démonstration. En vertu du théorème de Sylow 1. donc il existe un élément a P N tel que aT a´1 “ S. Démonstration. Démonstration. Par conséquent nous avons npp ´ 1q éléments d’ordre p dans G. (1. Si g est un élément d’ordre p dans G. Dans le second cas nous aurions H “ K.85 nous assure qu’ils sont disjoints. Corollaire 1. En effet.CHAPITRE 1.154) Ceci achève la démonstration des théorèmes de Sylow. 2. les 5-Sylow grpaq et grpbq sont conjugués et il existe τ P A6 tel que b “ τ aτ ´1 . 4. l’élément τ aτ ´1 est encore dans G. Proposition 1.86.85 et 1. Soit p l’ordre de G. 3. Du coup G doit contenir tous les éléments d’ordre 5 de A6 . Soit G normal dans A6 .155) Pour avoir gsq g ´1 “ e. 6u puis permuter les autres de façon à n’avoir qu’un seul cycle. Proposition 1. Si H et K sont des groupes distincts d’ordre p. D’autre part. 5 un nombre premier et est la plus grande puissance de 5 dans la décomposition de 1 60 . l’ensemble gSg ´1 est encore un p-groupe. Par conséquent soit |H X K| “ 1. 2. Alors le nombre d’éléments d’ordre p dans G vaut npp ´ 1q.83(3). Les deux résultats 1. Le groupe A6 n’accepte pas de sous-groupes normaux d’ordre 60. La proposition 1. alors H X K “ teu. alors sq “ e. Un cycle correspond à écrire les nombres 1. un nombre premier. Soit G. Démonstration. Lemme 1. 5 dans un certain . Réciproquement si H est un groupe d’ordre p. alors nous avons pgsg ´1 qq “ gsq g ´1 “ e. donc grpaq est un 5-Sylow dans G. Mais étant donné que T est normal. 5. Les éléments d’ordre 5 de A6 doivent fixer un des points de t1. Soit G un groupe fini et n le nombre de sous-groupes d’ordre p dans G. Un groupe d’ordre premier est cyclique. Par conséquent son ordre divise celui de H qui est un nombre premier. Lemme 1. Si S est un p-Sylow dans le groupe G alors pour tout g P G. Chacun de ces ensembles possède p ´ 1 éléments et le lemme 1. S “ aT a´1 “ T. (1. Si les éléments de S sont d’ordre pn .85.84.88. 4. tous les éléments de Hzteu sont d’ordre p (parce que l’ordre d’un élément divise l’ordre du groupe). Donc l’ensemble des éléments d’ordre p dans G est la réunion des ensembles Hzteu où H parcours les sous-groupes d’ordre p dans G.86 proviennent de la wikiversité. Les groupes grpaq et grpbq sont deux 5-Sylow dans A6 . Démonstration.

nous avons G “ DpGq Ă DpS6 q “ A6 parce que le groupe dérivé du groupe symétrique est le groupe alterné (lemme 1. Étant donné que G Ă S6 . ce qui prouve que gkg ´1 P ker θ. alors pour tout g P G nous aurions g 2 “ e parce que θpg 2 q P A6 . 4. 2.156) Cela donne donc un morphisme θ : G Ñ S6 . Par ailleurs le groupe dérivé de G est un sous-groupe normal (et non réduit à l’identité parce que G est non commutatif). Ce faisant. Les deux seules possibilités sont n5 “ 1 et n5 “ 6. 3. et par conséquent le nombre d’éléments d’ordre 5 dans A6 est 6 · 4! “ 144. Nous en déduisons que ker θ “ teu. Démonstration. Tout groupe simple d’ordre 60 est isomorphe au groupe alterné A5 . si n5 “ 1 alors le 5-Sylow serait un sous-groupe invariant à l’intérieur de G. 5u est donc de 4!. Étant donné que tous les p-Sylow sont conjugués. Au final gkg ´1 · S “ S. Étant donné que k P ker θ nous avons utilisé kT k ´1 “ aT . c’est à dire rσs “ thσ tel que h P Hu. 5. Une autre preuve de ce résultat peut être trouvée sur la wikiversité. |G| 60 (1.89 ([16]). Proposition 1. Nous en déduisons que θpGq Ă A6 .157c) “S (1. 3q. Le théorème de Sylow 1. Déterminons pour commencer le nombre n5 de 5-Sylow dans G. Nous avons la décomposition en nombres premiers 60 “ 22 · 3 · 5. par exemple p3. THÉORIE DES GROUPES ordre. Nous nommons H “ θpGq et nous considérons l’ensemble X “ A6 {H où les classes sont prises à gauche. 4. le groupe G agit transitivement sur l’ensemble des 5-Sylow par l’action adjointe : g · S “ gSg ´1 . Le nombre de cycles sur t1. (1. soit est soit réduit à teu soit il vaut G. (1. 2. La seconde possibilité est exclue parce qu’elle reviendrait à dire que G agit trivialement. 1.158) (1. contradiction. ce qui est impossible vu que G est simple.68). que θ est injective et que G est isomorphe à un sous-groupe de S6 . 4q est la même chose que p5. (1.157d) où T est le Sylow T “ g ´1 Sg. En effet si k P ker θ et si g P G nous avons pgkg ´1 q · S “ gkg ´1 Ggk ´1 g ´1 “ gkT k ´1 ´1 g (1. Donc n5 “ 6. L’ensemble θ´1 pA6 q est distingué dans G.157b) “ gT g ´1 (1.159) Nous en déduisons que θ´1 pA6 q est soit G entier soit réduit à teu. ce qui n’est pas correct étant donné qu’il agit transitivement. CardpXq “ |A6 | 360 “ “ 6. Si θ´1 pA6 q “ teu.157a) (1.160) Évidemment A6 agit sur X de façon naturelle. Au niveau de la cardinalité. L’ordre de G étant 60.68 CHAPITRE 1. Par le point (3) du théorème de Sylow. 1. Donc DpGq “ G. Le groupe G doit contenir au moins 144 éléments alors que par hypothèse il en contient 60 . En effet si σ P A6 et si g P G nous avons ` ˘ θ gθ´1 pσqg ´1 “ θpgqσθpgq´1 P A6 . Le noyau de θ est un sous-groupe normal. le premier n’a pas d’importance parce qu’on considère la permutation cyclique.161) . Étant donné que ker θ est normal dans G.83(4) nous renseigne que n5 doit diviser 60 et doit être égal à 1 mod 5. il n’est pas possible que tous ses éléments soient d’ordre 2. 2.

1. et donc G “ N H. THÉORIE DES GROUPES Le groupe A6 agit sur X qui a 6 éléments. ˜ ˜ (1) N est normal dans G. Le produit semi-direct de N et H relativement à φ. ˜ ˜ ˜ ˜ (2) N X H “ teu.162) où pour chaque i. Nous étudions maintenant ϕpHq agissant sur X. . Du coup nous avons e “ spgh´1 q.164) Attention à l’ordre quelque peu contre intuitif. h1 q “ pnφh pn1 q. il n’y a pas d’éléments de H dans kerpsq. L’application s étant un isomorphismes depuis H. La dernière est l’application B Ñ 1 qui à tous les éléments de B fait correspondre 1.166) ˜ où σ est l’action adjointe 3 de H sur ipN q. c’est à dire ´1 P kerpsq “ N . ˜ Démonstration. nous pouvons identifier ϕpHq au sous-groupe de A6 agissant sur t1. l’application f est injective. ˜ ˜˜ gh 3. alors ˜ G » ipN q ˆσ H (1. hh1 q. À la renumérotation près. Soient N et H deux groupes et un morphisme de groupes φ : H Ñ AutpN q.. Étant donné que H était isomorphe à G. Nous avons donc bien la décomposition g “ pgh´1 qh. Théorème 1. . Définition 1. Très souvent nous sommes confrontés à des suites exactes de la forme 1 /A f /G g /B /1 (1. les application fi et fi`1 vérifient kerpfi`1 q “ Imagepfi q.163) où G. En effet étant donné que la suite est exacte nous avons N “ kerpsq. L’image de g étant le noyau de la dernière flèche (c’est à dire B en entier). Encore une fois. A et B sont des groupes. Soit une suite exacte de groupes 1 /N i /G s /H /1 (1. Un élément x P A6 fixe la classe de l’unité res si et seulement si x P H et par conséquent ϕpHq est la fixateur de res dans X. hq · pn1 . ˜˜ ˜ (3) G “ N H. noté N ˆφ H est l’ensemble N ˆ H muni de la loi (que l’on vérifiera être de groupe) pn. c’est à dire H qui agit sur N et non le contraire. la simplicité de A6 montre que ϕpA6 q “ A6 . .11 Produits semi-directs Une suite exacte est une suite d’applications comme suit : ¨¨¨ fi / Ai fi`1 / Ai`1 fi`2 / . Nous posons N “ ipN q et nous allons subdiviser la preuve en petits pas. (1. nous concluons que G est isomorphe à A6 . 6u et fixant 6. l’application g est surjective. Le noyau de f étant l’image de la première flèche (c’est à dire t1u). (1.69 CHAPITRE 1.. Nous avons donc une application ϕ : A6 Ñ A6 . 1 est l’identité. Nous avons alors ϕpHq “ S5 X A6 “ A5 . Lorsque les ensembles Ai sont des groupes. La première flèche est l’application t1u Ñ A qui à 1 fait correspondre 1. c’est bien φ : H Ñ AutpN q. Nous considérons g P G et h P H tel que spgq “ sphq.91 ([17]). Lorsque nous notons N ˆφ H. . alors nous demandons de plus que les fi soient de homomorphismes. Nous venons de prouver que ϕ fournit un isomorphisme entre A5 et H. Le théorème suivant permet de reconnaître des produits semi-directs lorsqu’on en voit un. .90. Le noyau d’un morphisme est toujours un sous-groupe normal. Le fait que H agisse sur ipN q fait partie du théorème. L’existence d’un tel h est ˜ assurée par le fait que s est surjective depuis H.165) ˜ Si il existe un sous-groupe H de G à partir duquel s est un isomorphisme.

Ou encore que H agit sur N par automorphismes internes. C’est une conséquence des points (3) et (4).167) nh ÞÑ pn.92. rECs. H des sous-groupes de G tels que (1) H normalise N (c’est à dire que hnh´1 P N pour tout h P H et n P N 4 ). Nous notons aussi G` le sous-groupes de G constitué des éléments de déterminant positif. rF Ds. . c’est H qui agit sur N par σ. hq · pn1 . D4 u (1. et N.169c) 1 “ pn. Soit G un groupe. c’est à dire les segments rAGs.169d) “ φpnhqφpn h q.70 CHAPITRE 1. c’est à dire σx pyq “ xyx´1 . Mais étant donné que H X N “ teu. hq · pn . h q (1.171) l’ensemble des grandes diagonales. mais l’hypothèse N H “ G est équivalente à HN “ G (passer à l’inverse pour s’en assurer). alors φ est un isomorphisme. . ce 1 h´1 P N . Donc 4. Insistons encore un peu sur la notation : dans N ˆσ H. Si g. . (1. hq est une bijection. hh q (1.169b) . g 1 P G s’écrivent (de façon unique par le point (5)) g “ nh et g 1 “ n1 h1 alors (1. et rBHs. Dans les hypothèses.12 Isométriques du cube Les isométries du cube proviennent de [1].170) est un isomorphisme de groupes.169e) 1 ´1 “ pnhn h 1 1 1 1 Corollaire 1. (3) HN “ G. . hh1 q (1.168) où σ est l’action adjointe du groupe sur lui-même. THÉORIE DES GROUPES ˜ ˜ (4) L’écriture g “ nh avec n P N et h P H est unique. alors n “ n1 h1 h´1 . . l’ordre entre N et H est important lorsqu’on dit que c’est N qui agit sur H . ˜ ˜ (6) Si sur N ˆ H nous mettons le produit pn. Nous savons que G préserve les longueurs et que ces segments sont les plus longs possibles à l’intérieur du cube. Nous notons D “ tD1 . Si nh “ n1 h1 . hq ÞÑ nh (1. nous aurions h “ h1 et ˜ ˜ ˜ qui signifierait que h 1. le groupe des isométries de R3 préservant ce cube. 1. (2) H X N “ teu. immédiatement après n “ n (5) L’application ˜ ˜ φ: G Ñ N ˆ H (1.169a) φpnhn1 h1 q “ φpn loomoon hh1 q hn1 h´1 ` ˜ PN 1 ´1 “ φ pnhn h qphh1 q ˘ (1. h1 q “ pnσh n1 . Alors l’application ψ : N ˆσ H Ñ G pn. Nous considérons le cube centré en l’origine de R3 et G.

Il est facile de voir que cette symétrie permute rAGs avec rECs. Et vu que s0 est de déterminant ´1.179) Il est maintenant du meilleur goût de pouvoir identifier géométriquement ces éléments. f pBq P tB. Quitte à renommer les sommets du cube nous supposons que la diagonale rAGs est retournée : f pAq “ G et f pGq “ A. et nous concluons que f pBq “ H. L’application ϕ: G Ñ G` tId. (1. Les éléments de Z{2Z “ tId. — kerpρq X G` “ tIdu. Vu que G` » S4 et kerpρq » Z{2Z nous pouvons écrire de façon plus brillante que G » S4 ˆσ Z{2Z.178) Mais étant donné que la conjugaison par s0 est triviale.71 CHAPITRE 1. donc les problèmes de commutativité ne se posent pas. Gq. Le groupe G contient la symétrie axiale passant par le milieu M de rAEs et le milieu N de CG. s0 u # g rgs ÞÑ g ˝ s0 si detpgq ą 0 sinon (1. Cu.177) Nous allons maintenant utiliser le corollaire 1. Et enfin nous pouvons écrire G` » S4 . (1. le produit semi-direct est un produit direct : G » S4 ˆ Z{2Z. (1. Dans S4 nous avons les classes de conjugaison des éléments Id. nous voyons que f retourne toutes les diagonales. En effet. mais étant ` ˘ donné que f est une isométrie. s0 u. . En raisonnant de même. D’autre part kerpρq est normal dans G parce que en tant que matrice. une classe contient toujours exactement un élément de déterminant 1 et un de déterminant ´1. Donc la diagonale rBHs est retournée sous l’effet de f . (1. il n’y en a donc qu’un seul et c’est la symétrie centrale : kerpρq “ tId.174) Le premier théorème d’isomorphisme 1. alors f pDi q “ Di pour tout i. p1234q et p12qp34q déterminées durant l’exemple 1. mais au moins pour une des diagonales les sommets sont inversés. Regardons où peut partir B sous l’effet de f . s0 “ ´1. parce qu’en termes de vecteurs directeurs. f ˝ s0 u.13 nous permet d’écrire le quotient de groupes : G » S4 . p123q. (1. tId. THÉORIE DES GROUPES G agit sur D parce qu’il ne peut transformer une grande diagonale qu’en une autre grande diagonale.176) est un isomorphisme de groupes. f pGq “ dpB.175) Une classe d’équivalence modulo kerpρq dans G est donc toujours de la forme tf. ON “ ´1 OF “ (1. d f pBq.63. ¨ ˛ ¨ ˛ 1 1 ÝÑ ˝ ‚ Ý Ý Ý Ñ ˝ ‚ 1 . p12q. Étant donné que f préserve les diagonales. s0 u (1. — kerpρqG` “ G parce que les classes d’équivalence de G modulo kerpρq sont composées de tf.172) Nous montrons ce que morphisme est surjectif en montrant qu’il contient les transpositions. Les conditions sont remplies : — kerpρq normalise G` parce que kerpρq ne contient que ˘1.173) 0 ´1 Étudions à présent le noyau kerpρq. aussi incroyable que cela paraisse en regardant le dessin. Si f P kerpρq n’est pas l’identité. De plus elle laisse rF Ds inchangée.92 pour montrer que G “ G` ˆσ kerpρq. s0 u ne font pas de mystères. nous avons F D K M N . Donc les éléments non triviaux de kerpρq retournent toutes les diagonales . Nous avons donc un morphisme de groupes ρ : G Ñ S4 . f ˝ s0 u.

93. · Ñ Aut Z{nZ. Soit f un auto- f prrsq “ f prr1sq “ rf pr1sq “ rrsf pr1sq. L’application ` ˘ ` ˘ σ : pZ{nZq˚ . En fait c’est p13qp24q. Il y en a 6 comme ça (3 paires de faces puis pour chaque il y a π{2 et ´π{2). (4) L’élément p12qp34q est le carré de la précédente 5 . ` (1.183) mais il faut bien garder à l’esprit qu’à gauche on considère le groupe additif et à droite celui multiplicatif. Nous avons déjà vu que c’était une symétrie axiale passant par les milieux de deux côtés opposés.180) B Ñ D Ñ E Ñ B. le carré de la précédente.13. Démonstration. c’est à dire les rotations d’angle π autour des mêmes axes. 3 Notons à ce propos que la différence entre p234q et p243q est que la première fait une rotation d’angle 2π{3 tandis que la seconde fait une rotation d’angle ´2π{3. Théorème 1. Il ne peut donc pas y avoir d’équivoque. `q .181) y ÞÑ xy.1 Automorphismes du groupe Z{nZ Notons que Z{nZ “ Z{nZ “ Fn est un groupe pour l’addition tandis que pZ{nZq˚ est un groupe pour la multiplication. THÉORIE DES GROUPES (1) L’élément p12q consiste à permuter deux diagonales et laisser les autres en place. Avec cette définition.13 Un peu de classification Définition 1. Un nombre premier est un naturel acceptant exactement deux diviseurs distincts.94 (Wikiversité). 5. L’énoncé de ce théorème s’écrit souvent rapidement par AutpZ{nZq “ pZ{nZq˚ . Cela fait 3 éléments d’ordre 2. Nous notons rxs la classe de x dans Z{nZ. Cela fait 6 axes d’ordre 2. (1.72 CHAPITRE 1. Cela sont 8 rotations d’ordre 3. et ça tombe bien 6 est justement la taille de la classe de conjugaison de p1234q dans S4 .184) . C’est donc la symétrie axiale le long de la diagonale fixée. 1.182) ainsi définie est un isomorphisme de groupes. C’est une rotation est d’angle 2π . 1 n’est pas premier et 2 est premier. 0 n’est pas premier. pour tout r P Z nous avons Z{nZ “ r1s. C’est donc la rotation d’angle π{2 ou ´π{2 autour de l’axe passant par les milieux de deux faces opposées. 1. (2) L’élément p123q fixe une des diagonales. (3) L’élément p1234q ne maintient aucune des diagonales et est d’ordre 4. Par exemple la symétrie d’axe pAGq fait bouger le point B de la façon suivante : (1. mais c’est la même classe de conjugaison. Pour chaque x P pZ{nZq˚ nous considérons l’application σx : Z{nZ Ñ Z{nZ (1. (1. Nous avons morphisme de pZ{nZ.

Démonstration. THÉORIE DES GROUPES En particulier.187) Corollaire 1. (1. Cela ne change évidemment rien à la validité de l’énoncé et de la preuve. Les élément ras et r1s étant tous deux des générateurs de pZ{nZ.185) f ÞÑ f pr1sq est un isomorphisme.13. vu que f est surjective. En ce qui concerne l’injectivité. `q tels que f1 pr1sq “ f2 pr1sq.95. (1.188) est un sous-groupe d’ordre p. Cela prouve la surjectivité de σ. · . Enfin nous prouvons que σ est un morphisme. Théorème 1.188) est contenu q dans S.38 nous enseigne que le groupe donné en (1. le nombre q possède 6. `q. soit S un sous-groupe d’ordre p. · ă `` ą (1. Il est donc d’indice pq ´ 1q{p dans F˚ et le lemme 1. Il est donc égal à S parce qu’il a l’ordre de S. Nous avons ` ˘ ` ˘ f gpr1sq “ f gpr1sqr1js “ gpr1sqf pr1sq “ σpf qσpgq. nous notons q son ordre. l’exposant joue un rôle important du fait qu’il existe un élément dont l’ordre est l’exposant. Soit ras P pZ{nZq˚ . Dans le cas des groupes abéliens finis. 1.19. Nous montrons par l’absurde que l’ordre de tous les éléments de G divise m.97 (Exposant dans un groupe abélien fini). c’est à dire que nous avons montré que f pr1sq est inversible dans pZ{nZq˚ . c’est à dire que σpf ˝ gq “ σpf qσpgq.73 CHAPITRE 1. Soit donc y P G.186a) Ce dernier résultat s’étend aux groupes cycliques. Donc f1 “ f2 . En ce qui concerne l’unicité. Les automorphismes f1 et f2 prennent la même valeur sur un générateur et donc sur tout le groupe. Proposition 1. Cela est le théorème suivant. considérons f1 et f2 sont de automorphismes de pZ{nZ.2 Groupes abéliens finis Source : [13]. Un groupe abélien fini contient un élément dont l’ordre est l’exposant du groupe. Nous montrons à présent que 6 ` ˘ σ : AutppZ{nZ. il existe un automorphisme de Z{nZ qui envoie r1s sur ras par le lemme 1. Vu que q ne divise pas m. Pour `un tel r nous avons ˘ r1s “ rrsf pr1sq. Le σ donné ici est l’inverse de celui donné dans l’énoncé. alors AutpGq “ pZ{nZq˚ . Si G est un groupe cyclique d’ordre n. un élément d’ordre maximum m. Démonstration. Soit G un groupe abélien fini et x P G. `qq Ñ pZ{nZq˚ . Le fait que S soit normal est dû au fait que F˚ q est abélien. il existe un r tel que f prrsq “ r1s. Si p divise q ´ 1 alors AutpFq q possède un unique sous-groupe d’ordre p. Si a est un générateur de F˚ alors le groupe q ´ q´1 ¯ gr a p (1. un élément dont l’ordre ne divise pas m . Nous commençons par la surjectivité.96. Nous rappelons que l’exposant d’un groupe fini est le ppcm des ordres de ses éléments. .

un élément d’ordre maximum. (1. Alors (1) Il existe un morphisme ϕ : G Ñ grpxq tel que ϕpxq “ x. Nous allons prouver la première partie par récurrence sur l’ordre du groupe. hq. l’élément xp est d’ordre 1 m1 . Nous allons construire le morphisme ϕ en considérant le diagramme ˆ kerppq   / Z{bZ ˆ H ϕ ˜  grpxq x p / grpy. hzs “ ϕ rk. m “ pα m1 (1. Hq » . hs . d’ordre b. hs est la classe de pk. Soit H un sous-groupe propre de G contenant x et tel que le problème soit déjà résolu pour H : il existe un morphisme ϕ : H Ñ grpxq tel que ϕpxq “ x.74 CHAPITRE 1.193) ker p ¯ ¯ Si rk. Soit G un groupe abélien fini et x P G. Vu que p est surjective. Étant donné que pβ et m1 sont premiers entre α q1 eux. hq modulo kerppq alors nous voudrions définir ϕ par ˆ ` ˘ ϕ rk. il faut que si p¯. zq “ e. D’où une contradiction avec le fait que x était d’ordre maximal. Nous notons a l’ordre de x qui est également l’exposant du groupe G.189a) β 1 (1. zq P ker p. L’élément x étant d’ordre m.190) (1. les théorèmes d’isomorphismes nous disent que Z{bZ ˆ H grpy. ˆ ¯ ˜ ¯ Pour que cela soit bien définit. Proposition 1. Si G “ grpxq.195) c’est à dire que ϕp¯.192) ϕ ˆ que l’on voudra être commutatif.194) (1. Hq ¯ pk.194) n’est bonne que si et seulement si ˜r kerppq Ă kerpϕq. Soit y P GzH. (1. l’élément xp y est d’ordre pα m1 ą m. hs “ ϕpk. ˆ ¯r ˆ ¯ (1. yq Ñ grpxq telle que ϕpxq “ x. De la même manière.98. hq ÞÑ y k h. Autrement dit. Hq (1. Nous allons trouver un morphisme ϕ : grpH. et p: Z{bZ ˆ H Ñ grpy.189b) q“p q α où m1 et q 1 ne contiennent plus le facteur p. ˆ ˆ Pour cela nous commençons par construire les applications suivantes : ϕ: ˜ Z{bZ ˆ H Ñ grpxq ¯ pk. ˜ (1. L’application p est bien définie parce que k est ˜ pris dans Z{bZ et que b est l’ordre de y. il faut que a divise bl. (2) Il existe un sous-groupe K de G tel que G “ grpxq ‘ K.191) ¯ Pour que ϕ soit bien définie. Du coup la définition (1. l’élément y q est d’ordre pβ . Par conséquent l’ordre de tous les éléments de G divise celui de x qui est alors le ppcm des ordres de tous les éléments de G. THÉORIE DES GROUPES au moins un facteur premier plus de fois que m : soit p premier tel que la décomposition de q contienne pβ et celle de m contienne pα avec β ą α. alors c’est évident. r ` ˘ ` ˘ ϕ rk¯. hq ÞÑ xkl ϕphq où l est encore à déterminer. c’est à dire l’exposant de G.196) . Démonstration.

Déterminons d’abord le noyau de p. D’abord gϕpgq´1 est dans le noyau de ϕ parce que ϕpgq´1 étant dans grpxq. (1. De plus la liste pd1 . y mβ q tel que m P Zu. Nous devons donc fixer l de telle sorte que ϕpβ. ` ˘ ϕ gϕpgq´1 “ ϕpgqϕpgq´1 “ e. ‘ Z{dr Z avec d1 ě 1 et di divise di`1 pour tout i “ 1. r ´ 1.204) . y ´β q “ e. . hq “ e si et seulement si y h “ e.200) est un isomorphisme. nous nous rappelons que a est l’exposant de G (parce que x est d’ordre b maximum) et que par conséquent b divise a. Étant ˜ donné que ϕ prend ses valeurs dans grpxq. eq alors ϕpgq “ e et gϕpgq´1 “ e. Nous devons maintenant vérifier que ce choix est légitime. (1. Nous considérons un morphisme ϕ : G Ñ grpxq tel que ϕpxq “ x. .99. y ´β q.198) Par conséquent nous choisissons l “ ´α{β. ce qui implique g “ e. Donc α{β est entier. c’est à dire que a divise bl et que α{β est un entier. (1. (1.199) Par conséquent a divise bα “ ´bl. en utilisant cet α. Nous aurons ppk.13) appliqué à ϕ nous avons |G| “ | grpxq| · | kerpϕq|. En particulier h “ y ´k P grpyq X H “ grpy β q.201) L’application ψ est un morphisme parce que.202b) (1. et ϕ étant un morphisme. gϕpgq´1 (1. La première partie nous en assure l’existence. . .CHAPITRE 1. alors k “ ´mβ et nous avons kerppq “ tp´mβ. ˜ (1. (1.203) Théorème 1. β Pour voir que l est entier. . g1 ϕpg1 q´1 g2 ϕpg2 q´1 “ ψpg1 qψpg2 q. . (1. Tout groupe abélien fini (non trivial) se décompose en G » Z{d1 Z ‘ . Enfin ψ est surjective parce qu’elle est injective et que les ensembles de départ et d’arrivée ont même cardinal. nous écrivons ϕpβ. . dr q vérifiant ces propriétés est unique. . Mais a divise α β .202c) L’application ψ est injective parce que si ψpgq “ pe. . En effet par le premier théorème d’isomorphisme (théorème 1. ` ˘ ψpg1 g2 q “ ϕpg1 g2 q. Nous passons maintenant à la seconde partie de la preuve. . en utilisant le fait que G est abélien. Si h “ py β qm “ y mβ . Pour cela nous considérons un nombre β divisant b tel que ¯ grpyq X H “ grpy β q. Étant donné que y est d’ordre b.202a) (1. g1 g2 ϕpg1 g2 q´1 ` ˘ “ ϕpg1 qϕpg2 q. il existe un entier α tel que ϕpy ´β q “ xα . Nous montrons que ψ : G Ñ grpxq ‘ kerpϕq ` ˘ g ÞÑ ϕpgq.197) En plus court : kerppq “ grpβ. y ´β q “ xβl ϕpy ´β q “ xβl`α . THÉORIE DES GROUPES 75 Nous pouvons obtenir cela en choisissant bien l. e “ ϕpy b q “ ϕpy ´βb{β q “ ϕpy ´β qb{β “ xbβ{α .

Montrons que G ne possède qu’un seul q-Sylow.33) |H X K| divise à la fois p et q. alors soit G est abélien et est le groupe cyclique G » abélien et G » Z{q Z ˆϕ Z{pZ Z{pqZ. Si K1 “ t1u on s’arrête et on garde G “ Fn1 . Si nq est le nombre de q-Sylow dans G alors nq divise |G| et nq “ 1 mod q.208) et nq divise |G| “ pq.13. pour la même raison. Soient H. (1. Notons H cet unique q-Sylow de G. (1. Théorème 1. Notons que cet unique q-Sylow est un sous-groupe normal dans G qui n’est égal ni à t1u ni à tGu parce que 1 ă p “ |H| ă pq “ |G|. En particulier si p et q sont premiers entre eux. Donc dr “ sq . Étant donné que H est normal.76 CHAPITRE 1. Avoir nq “ p n’est pas possible parce que nq “ 1 mod q et p ă q. ‘ Fdr “ Fs1 ‘ . (1. Si q ‰ 1 mod p alors G est cyclique et plus précisément G » Z{pq Z. . kq ÞÑ hk 7. le produit est direct.3 Groupes d’ordre pq Soit G un groupe d’ordre pq où p et q sont des nombres premiers distincts. alors ils sont isomorphes. . Les complémentaires étant égaux nous avons Fd1 ‘ . Nous en déduisons que |H X K| “ 1 et donc que H X K “ teu. ce qui entraine que (théorème de Lagrange 1. . Le cas p “ q sera traité par la proposition 1. Soit x1 un élément d’ordre maximal dans G. Soit G “ Fd1 ‘ . Soit n1 son ordre et H1 “ grpx1 q “ Fn1 . (1.210) où ϕp¯q est d’ordre p dans AutpZ{q Zq. L’ensemble H X H est un sous-groupe à la fois de H et de K.83). Démonstration. Donc nq “ 1 et H est normal dans G. . c’est à dire que si Z{q Z ˆϕ Z{pZ et Z{q Z ˆϕ1 Z{pZ sont d’ordre pq. Donc nq vaut p. q ou 1. il existe un supplémentaire K1 tel que G “ Fn1 ‘ K1 .206) L’exposant de G est dr et sq . Sinon on continue de la sorte en prenant x2 d’ordre maximal dans K1 etc.210) sont isomorphes entre eux.207) En continuant nous trouvons r “ q et di “ si .98(2).103. Avoir nq “ q n’est pas possible non plus. (1. ‘ Fsq´1 . un p-Sylow de G. 1. un q-Sylow et K. l’ensemble HK est un sous-groupe de G. ‘ Fsq . . 1 De plus tous les produits semi-directs non triviaux de la forme (1. Soit G un groupe d’ordre pq où q ą p sont des nombres premiers distincts 7 . Donc nq “ 1.100. Ils existent parce que p et q sont des diviseurs premiers de |G| (théorème de Sylow 1. .209) Par conséquent G n’est pas simple. ‘ Fdr´1 “ Fs1 ‘ . THÉORIE DES GROUPES Démonstration. Ensuite nq “ q est exclu par la condition nq “ 1 mod q . la possibilité nq “ p est également impossible parce que p “ 1 mod q est impossible avec p ă q. par les théorèmes de Sylow nous avons nq “ 1 mod q (1.205) D’après la proposition 1. Nous supposons que p ă q. soit G n’est pas (1. p ou q. De plus l’application ψ : H ˆ K Ñ HK ph. Si q “ 1 mod p. Donc d’abord nq vaut 1. Nous devons maintenant prouver l’unicité de cette décomposition. . . Soit nq le nombre de q-Sylow .211) .

c’est à dire q R r1sp . k1 q.217b) (1. Vu que ϕ : Z{pZ Ñ AutpZ{q Zq est un morphisme. Par conséquent.96 nous indique que AutpZ{q Zq possède un unique sous-groupe d’ordre p que nous notons Γ . nous savons que H “ Z{q Z et K “ Z{pZ et que ϕ : Z{pZ Ñ AutpZ{q Zq est un morphisme. c’est à dire que Γ “ Imagepϕq.212) Par conséquent |pq| “ |H ˆ K| “ |HK|. αpkqq où α “ ϕ1´1 ˝ ϕ est un isomorphisme de groupes. Étant donné que AutpZ{q Zq ne possède qu’un seul sous-groupe d’ordre p. 1 Nous nous attaquons maintenant à l’unicité. 8.217c) (1. Soit G un groupe fini d’ordre pq où p et q sont deux nombres premiers distincts vérifiant " p ‰ 1 mod q q‰1 Alors G est cyclique. abélien et mod p. Nous ne devons vérifier seulement l’injectivité. αpk2 qq ` ˘ “ h1 ϕ1 pαpk1 qqh2 mαpk1 k2 q ` ˘ “ f h1 ϕpk1 qh2 . Supposons q ‰ 1 mod p.213) où ϕ est l’action adjointe.218a) (1. (1. Par exemple 7 “ 1 mod 3. Γ est généré par ϕp¯q qui est alors un élément d’ordre p. Nous montrons que f: Z{qZ ˆϕ Z{pZ Ñ Z{qZ ˆϕ1 Z{pZ ph. Ce que nous savons est que ϕpZ{pZq est un sous-groupe de AutpZ{q Zq. alors l’action est triviale et le produit est direct. Nous devons déterminer les possibilités pour ϕ. et HK “ G. k2 q . Nous supposons que |ϕpZ{pZq| “ p. Supposons que hk “ h1 k 1 . Dans ce cas np “ q est impossible parce que np P r1sp . Si c’est 1. Donc np “ 1 et K est également normal dans G. Par conséquent (1. ph2 . Cette fois np “ 1 et np “ q sont tous deux possibles.214) Supposons à présent 8 que q “ 1 mod p. THÉORIE DES GROUPES est un bijection. Comme précédemment.77 CHAPITRE 1. Alors e “ h´1 h1 k 1 k ´1 . Nous devons maintenant identifier cette action. nous avons |Z{pZ| |ϕpZ{pZq| “ . Le corollaire 1. kq ÞÑ ph.219) . (1.92 nous indique que G “ H ˆ ϕK (1. comme annoncé. nous savons que Imagepϕq “ Imagepϕ1 q “ Γ.218b) (1. En d’autres termes. np vaut 1. Soient ϕ et ϕ1 deux morphismes non triviaux Z{pZ Ñ AutpZ{q Zq.213) est en réalité un produit direct (ϕ est triviale) et nous avons G “ Z{q Z ˆ Z{pZ “ Z{pq Z. Donc np est 1 ou q.216) (1.217a) (1. (1.217d) Z{qZ ˆϕ Z{pZ » Z{qZ ˆϕ1 Z{pZ. αpk1 q ph2 .13. Du coupe le produit semi-direct (1. Nous pouvons donc parler de ϕ1´1 en tant qu’application de Z{pZ dans Γ. Proposition 1. |ϕpZ{pZq| est égal à 1 ou p.215) | ker ϕ| ce qui signifie que |ϕpZ{pZq| divise |Z{pZ| “ p. Le calcul est immédiat : ` ˘ f ph1 . Par le premier théorème d’isomorphisme 1. Le corollaire 1. G » Z{pZ ˆ Z{q Z.101 ([5]). Soit np le nombre de p-Sylow de G. k1 k2 ` ˘ “ f ph1 . k1 qf ph2 mk2 q “ h1 . et donc h´1 h1 “ pk 1 k ´1 q´1 P H X K “ teu. (1. Note : il existe des nombres premiers p et q tels que q “ 1 mod p. p ou q et la possibilité np “ p est exclue.

Soit m ą 0 tel que pxyqm “ e. Par conséquent np divise q et donc np vaut 1 ou q. et donc x doit être central. un générateur de T . le centre Z n’est pas trivial . Le centre d’un p-groupe non trivial est non trivial. donc pxyx´1 qy ´1 P T ´1 xpyx qy ´1 q P S. nous avons |S| “ p.53) pour dire que |G| “ |ZG | mod p. ce qui nous amène à dire que |ST | “ |S||T |. Les points fixes de cette action sont les éléments du centre : ZG “ tz P G tel que σx pzq “ z@x P Gu “ StabG pGq. p ou p2 . Par conséquent S est un groupe cyclique d’ordre p et nous considérons x. qq “ pq divise m. De la même façon soit y. et de la même façon nous obtenons nq “ 1. S et T sont normaux. Le groupe S étant cyclique d’ordre p nous avons S “ Z{pZ et pour T . un de ses générateurs. Démonstration. Étant donné que S est d’ordre pn pour un certain n et que l’ordre de S doit diviser celui de G. Mais |ZG | n’est pas vide parce qu’il contient l’identité. Par le théorème de Sylow 1. Alors le stabilisateur de x pour l’action adjointe contient au moins Z et x. Au final nous avons |ST | “ |S||T | “ pq “ |G|. ce qui est une contradiction. par conséquent ppcmpp.220a) (1. nous avons la même chose : T “ Z{q Z. THÉORIE DES GROUPES Démonstration. le lemme 1. np divise pq et np “ 1 mod p. Nous savons déjà que |S X T | “ 1. Les nombres p y et q divisent donc tous deux m . Si p est un nombre premier. Soient np et nq les nombres de p-Sylow et q-Sylow. Par ailleurs. Donc |ZG | est au moins d’ordre p. Nous concluons que G » Z{pZ ˆ Z{q Z. Soit G un p-groupe non trivial. ce qui montre que xy “ yx.10 nous dit que G » S ˆ T . Le second point empêche np de diviser p. t1 P t et si st “ s1 t1 . Donc np “ 1. alors t “ s´1 s1 t1 . s1 P S et t. En nous rappelant du fait que S X T “ teu et que S et T sont normaux. Pour la suite nous allons d’abord prouver que G “ ST puis que G » S ˆ T . Pour ce m nous avons xm “ y ´m et ´m “ xm . Nous savons que S X T est un sous-groupe à la fois de S et de T .102. il est alors d’ordre p ou p2 . (1. Si |G| “ p. (1. Soient S l’unique p-Sylow et T . . Nous considérons l’action adjointe G sur lui-même.102 (Théorème de Burnside[13]). ce qui signifie que xm et y m appartiennent à S cat T et donc xm “ y m “ e. De la même façon. (1.103. Nous en concluons que xy est d’ordre pq (il ne peut pas être plus) et qu’il est alors générateur. G est cyclique et donc abélien. alors le théorème de Cauchy 1. ce qui voudrait dire que s´1 s1 P T et donc que s´1 s1 “ e.223) Nous utilisons l’équation aux classes (1. Proposition 1.221) Par conséquent G “ ST . Étant donné que StabG pxq est un sous-groupe. alors les choses se compliquent (un peu). de telle façon que |S X T | divise à la fois |S| “ p et |T | “ q. Supposons qu’il soit d’ordre p et prenons x P GzZ. D’après le théorème de Burnside 1. tout groupe d’ordre p ou p2 est abélien. En effet si s. c’est à dire que | StabG pxq| ě p ` 1. Nous montrons maintenant que x et y commutent. il doit être p2 (parce que plus grand que p).74 nous donne l’existence d’un élément d’ordre p.83.78 CHAPITRE 1. Nous avons donc |S X T | “ 1 et donc S X T se réduit au neutre. (1. l’unique q-Sylow. Démonstration. Pour les mêmes raisons que celles exposée plus haut.222) Théorème 1. En l’occurrence. puis que xy engendre G.220b) donc xyx´1 y ´1 “ e. Rappel : un groupe d’ordre p ou p2 est automatiquement un p-groupe. |T | “ q. La possibilité np “ q est exclue par l’hypothèse q ‰ 1 mod p. son ordre est automatiquement 1. Cet élément est alors automatiquement générateur. Si par contre G est d’ordre p2 . Montrons que xy engendre G. ce sont deux sous-groupes normaux dans G.

premiers avec n.104.229) d n où l’union est disjointe. . .107.226d) P7 “ t1. 3u (1. . Pour tout entier n. 5.79 CHAPITRE 1. .227) ϕpdq d n où la somme s’étend à tous les diviseurs de n. a ÞÑ n a est une bijection entre ∆pdq et d d Φn pdq.230) d n d n . 6u (1. . 2.14 Fonction indicatrice d’Euler 1. THÉORIE DES GROUPES 1. nq “ 1u.225) est l’indicatrice d’Euler. Pour chaque diviseur d de n nous considérons l’ensemble Φn pdq “ tn P N tel que pgcdpn. alors ϕppq “ p ´ 1. (1. .228) Étant donné que tous les entiers entre 0 et n ont un pgcd avec n qui est automatiquement un quotient de n nous avons ď t0. 2u (1. Une autre preuve sera donné à l’occasion du lemme 1. nq “ n u. 7u (1.224) C’est l’ensemble des entiers inférieurs à n.14. 3. alors pgcdpka. d (1. nu tel que pgcdpx. Par ailleurs nous savons que si pgcdpa. . kbq “ k.226e) P8 “ t1. 4. 3. . 5. . . nu “ Φn pdq (1. (1. bq “ 1.226c) P4 “ t1. La fonction ϕ donnée par ϕpnq “ CardpPn q (1.226a) P2 “ t1u (1.226g) Si p est un nombre premier. Proposition 1. .1 Introduction par les nombres Pour n P N` nous introduisons l’ensemble Pn “ tx P t1. Démonstration. .226f) (1. alors n · n appartient à Φn pdq. Donc si n P ∆pdq. En d’autres termes. nous avons la formule n“ ÿ (1. Nous avons par exemple P1 “ t1u (1.226b) P3 “ t1. Nous avons donc CardpΦn pdqq “ Cardp∆pdqq “ ϕpdq et finalement ÿ ÿ Cardt1. nu “ CardpΦn pdqq “ ϕpdq.

Pour l’implication inverse. . Exemple 1.236) et l’union est disjointe. Les générateurs de Un sont les racines primitives 10 de l’unité dans C. . pgcdpk. Le lemme suivant donne les autres générateurs.106 Une conséquence tout à fait extraordinaire de ce lemme est que 7 est générateur de Z{12Z (parce que pgcdp7. et il est facile de voir qu’il y en a effectivement n distinctes données par les éléments du groupe multiplicatif Un “ tξ k tel que k “ 0.231) avec ξ “ e2iπ{n . Nous avons aussi la formule ÿ n“ ϕpdq.234) où ϕ est la fonction d’Euler définie par (1. Lemme 1. Le nombre ξ a est un générateur de Un si et seulement si pgcdpa. (1.233) Par définition nous avons Cardp∆n q “ ϕpnq (1.74.232) ce qui signifie que ξ est dans le groupe engendré par ξ a . Nous nommons ∆n leur ensemble : ∆n “ te2kiπ{n tel que 0 ď k ď n ´ 1. nous utilisons Bézout dans le sens inverse. nq “ 1.235a) ∆2 “ te u (1.22 nous fournit des entiers u et v tels que ua ` vn “ 1. Alors il existe u tel que pξ a qu “ ξ. nq “ 1. nous retrouvons toutes les racines de l’unité.80 CHAPITRE 1. donc ξ au´1 “ 1. e3πi{2 u. (1. n ´ 1u (1.105. Cette dernière égalité implique que pgcdpa. 10. voir aussi la définition 3. parce qu’en prenant les puissances successives de l’une d’entre elles. Même ceux qui ignorent le théorème de Bézout. et une gamme en fait 12. une quinte fait 7 demi-tons. Nous avons par exemple ∆1 “ t1u (1. 12q “ 1). Si pgcdpa. et par conséquent tout Un est engendré. nq “ 1 alors le théorème de Bézout 1. Le cycle des quintes est donc générateur de la gamme[18].237) d n d n 9. Lemme 1. Démonstration. Nous avons Un “ ď ∆d (1. Il est en particulier isomorphe à Z{nZ. Alors nous avons e2iπ{n “ e2pua`vnqiπ{n “ pe2aiπ{n qu . (1.225). THÉORIE DES GROUPES 1.235c) πi Notons que 1 P ∆d seulement avec d “ 1. (1. c’est à dire qu’il existe v tel que au ´ 1 “ vn. Cela est un fait connu des pianistes 9 depuis des siècles. . Nous voyons que Un est un groupe cyclique d’ordre n généré par ξ.235b) ∆4 “ teπi{2 .107. Dans C nous avons au maximum n telles racines. Soit ξ a un générateur de Un . nq “ 1u.14. Or en solfège. . .2 Introduction par les racines de l’unité Une racine nième de l’unité est une racine du polynôme X n ´ 1.

Par conséquent le cardinal de Ppn est ϕppn q “ pn ´ pn´1 . alors le théorème 1.100 nous donne l’isomorphisme de groupe pZ{pq Z. d (1. Nous avons gr r1sn “ Z{nZ. . En particulier Z{nZ est un groupe contenant ϕpnq générateurs. alors ϕppqq “ ϕppqϕpqq. pgcdpk. L’union des ∆d sera donc disjointe.14.109. (1. Par ailleurs le nombre de générateurs de Z{pq Z est ϕppqq.110. . .242) Un élément px.236). (1. Il y a évidemment pn´1 tels nombres. L’élément rxsn est un générateur de Z{nZ si et seulement si x P Pn .239) k L’égalité (1. ` ˘ Démonstration. n ´ 1u. alors ϕppn q “ pn ´ pn´1 . Par la proposition 1. Si p est premier. d’où l’égalité. le groupe Un est donné par Un “ t k tel que k “ 0. Proposition 1.240) Cela signifie entre autres que xZ ` nZ “ Z. (1.241) Démonstration. Nous savons que si p et q sont premiers entre eux. . . Nous allons voir maintenant que la somme des inverses des nombres premiers diverge. c’est à dire que pgcdpx. p ´ 1u sont premiers avec p. Il y a donc plus de nombres premiers que de carrés. il y a assez bien de nombres premiers.238) c’est à dire l’ensemble des fractions irréductibles dont le dénominateur est d. Propriétés Lemme 1.236) revient maintenant à dire que toute fraction de la forme n s’écrit de façon irréductible avec un dénominateur qui divise n. De plus si p et q sont premiers entre eux. `q. L’élément rxsn sera générateur si et seulement si il génère r1sn . .108. nous avons ϕppq “ p ´ 1 parce que tous les entiers de t1. ϕppqq “ pp ´ 1qpq ´ 1q. Cette dernière égalité étant une égalité de classes dans Z{nZ. Corollaire 1. . Toujours à l’application x ÞÑ e2iπx près. À l’application x ÞÑ e2iπx près. pn u qui ont un pgcd différent de 1 avec pn sont des nombres qui s’écrivent sous la forme qp avec q ď pn´1 . à droite nous avons la somme des cardinaux. . La relation (1. `q » pZ{pZ.237) consiste à prendre le cardinal des deux côtés de (1. il y a ϕppqϕpqq tels éléments. L’indicatrice d’Euler est multiplicative : si p est premier avec q. 1. .3 Décomposition en nombres premiers Dans N. Soit n P N˚ et le groupe (additif) Z{nZ. Si p est un nombre premier. . Les éléments de t1. `q ˆ pZ{q Z. elle sera vraie si et seulement si il existe q tel que px ` qn “ 1. yq est générateur du produit si et seulement si x est générateur de Z{pZ et y est générateur de Z{q Z. . la somme des inverses des carrés converge. c’est à dire si il existe p tel que prxsn “ r1sn . dq “ 1u. THÉORIE DES GROUPES 81 Démonstration.CHAPITRE 1. nous pouvons considérer ∆d “ t k tel que k “ 0. Démonstration. n (1. . . d ´ 1. . Nous avons CardpUn q “ n et l’union étant disjointe. nq “ 1 et que x P Pn . . Pour comparaison. .109. .

251) (1. Mais k1 et k2 n’ont pas de facteurs premiers en commun. En ce qui concerne l’existence.250) pq. k2 définis par m1 “ dk1 .243a) qj j“1 s ź ¸ s ź q qj . ř Soit P .244) 2 2 n “ q1 d2 k1 “ q2 d2 k2 . nous décomposons n en facteurs premiers et nous séparons les puissances paires des puissances impaires : n“ r ź p2αi p i“1 ˜ r ź “ s ź 2βj `1 (1. Dans ce cas. Nous supposons n ě 2. Si m2 “ lm1 alors l’équation (1. mq P Kx u. Étant donné que (1. p pďx (1. k2 q “ 1. (1.111 nous avons aussi tn ď xu “ tqm2 tel que pq. Théorème 1. Par construction.247) Px “ tp P P tel que p ď xu. c’est évident. mq.245) ce qui signifie l “ 1 et donc m1 “ m2 .112. pgcdpk1 . Nous posons Sx “ tq ď x avec q sans facteurs carrésu et Si (1. Alors la somme pPP 1 p diverge et plus précisément. 2 2 2 2 nous avons q1 k1 “ q2 k2 et donc k1 divise q2 k2 . (1. Démonstration. mq tels que q n’a pas de facteurs carrés et qm2 ď xu.82 CHAPITRE 1. m2 q et k1 . Supposons que n “ q1 m2 “ q2 m2 avec q1 et q2 sans facteurs carrés (dans 1 2 leur décomposition en facteurs premiers). l’ensemble des nombres premiers. d “ m1 et m1 divise m2 .111. THÉORIE DES GROUPES Lemme 1. (1.243b) 2βj q m2 Nous passons à l’unicité. ce qui n’est possible que si k “ 1 (parce que k 2 n’a que des facteurs premiers alors donc k1 2 1 1 que q2 n’en a pas). Pour n “ 1. m2 qPS q mě1 m2 x looomooon “C (1. ÿ 1 ě lnplnpxqq ´ lnp2q. Tout cela pour décomposer la somme ÿ ÿ 1 “ n qPS nďx x ÿ mď ? x{q ÿ 1 ÿ 1 1 ď . i“1 j“1 j“1 on looooooooooomooooooooooon lo mo o p2αi i (1. Un entier n ě 1 se décompose de façon unique en produit de la forme n “ qm2 où q est un entier sans facteurs carrés et m. 2 divise q . m2 “ dk2 .244) se réduit à n “ q1 m2 “ q2 l2 m2 et donc 1 1 q1 “ q2 l 2 . x{q Par définition et par le lemme 1.248) Kx “ tpq.249) alors nous avons Kx “ ď ď qPSx mď ? (1.252) . Soit d “ pgcdpm1 .246) pPP Démonstration. un entier.

p p..83 CHAPITRE 1..253b) x ě1` păq x x x păqăr x x pqďx pqrďx Les sommes sont finies. p p..253a) ÿ 1 ÿ 1 ÿ 1 ` ` ` .254) : ÿ 1 ÿ1 ďC ď C ď exp lnpxq ď n q ně qPS ˜ x En passant au logarithme. . ÿ 1 p pPP ¸ . 1.257) x Ceci montre la divergence de la série de droite.258c) (1.256) x ÿ 1 ` ˘ . Ce théorème prend une nouvelle force en considérant le théorème de Müntz 11. Les sommes s’étendent sur toutes les façons de prendre des produits de nombres premiers distincts de telle sorte de conserver un produit plus petit que x .rPP pqr pPP (1.258d) Donc C ď 2. Un groupe monogène est abélien.14. Pour cela nous écrivons N ÿ 1 ÿ 1 ď1` 2 n npn ´ 1q n“1 n“2 ˙ N ÿˆ 1 1 ´ “1` n´1 n n“2 “1`1´ 1 N ď 2. 1s muni de la norme uniforme ou }. Z.258b) (1. (2) un groupe monogène fini est isomorphe à Z{nZ pour un certain n. (1.113. Nous cherchons maintenant une borne pour C. Plus précisément. c’est à dire que les sommes se résument en une somme sur les éléments de Sx : ˜ ¸ ˙ ÿ 1 ÿ 1 źˆ 1 exp 1` ě ě . THÉORIE DES GROUPES Nous avons aussi źˆ pPPx 1 1` p ˙ “1` ÿ 1 ÿ 1 ÿ 1 ` ` ` .252) et (1.. ln lnpxq ď lnpCq ` p pPP (1.}2 . Nous prolongeons maintenant les inégalités ÿ 1 ÿ ż n`1 dt ď (1.254) p p q pPP qPS pPP x x x La première inégalité est simplement le fait que 1 ` u ď eu si u ě 0. (1.4 Groupe monogène Théorème 1. (1.q.348 qui dit qu’alors l’ensemble Spantxp tel que p est premieru est dense dans les fonctions continues sur r0.255) lnpxq ď t n něx nďx n avec les inégalités (1.q.rPP pqr pPP (1.qPP pq p.qPP pq p.258a) (1. (1) un groupe monogène infini est isomorphe à Un groupe monogène d’ordre n possède ϕpnq générateurs.

alors f est une bijection et donc un isomorphisme Z » G.259) p ÞÑ ap . alors f n’est pas injective et a un noyau ker f . La torsion de G est l’ensemble de ses éléments de torsion. Nous considérons un générateur a de G (qui existe parce que G est monogène) et le morphisme surjectif f: ZÑG (1. ce qui rendrait G cyclique et par conséquent non infini. Exemple 1. (1. Nous disons que F est une suite si I “ N. Étant donné que ker f est un sous-groupe de G.260) Dans ce cas. `q un groupe abélien et F “ tgi uiPI une famille d’éléments de G indicés par un ensemble I.15 Groupe de torsion Soit G un groupe. il existe un (unique) n tel que ker f “ nZ et le premier théorème d’isomorphisme (théorème 1. Nous concluons que si G est infini. . 1 1 Si G est infini. g 1 “ an implique gg 1 “ q n`n “ g 1 g. Un élément g P G est un élément de torsion si il est d’ordre fini. THÉORIE DES GROUPES 1 1 Démonstration. alors qrxs “ rps “ r0s. Si G est fini.13) nous indique que Z{ ker f “ Z{nZ “ Image f “ G. alors an´n “ e. Le support de F est l’ensemble ti P I tel que gi ‰ 0u.114 Le groupe additif 1.84 CHAPITRE 1. 1. le fait qu’un groupe monogène d’ordre n possède ϕpnq générateurs est le contenu de la proposition 1. Le groupe est abélien parce que g “ an . La famille est dite presque nulle si le support est fini.109. Famille presque nulle Soit pG.16 Q{Z est un groupe de torsion parce que si rxs “ rp{qs. alors f est injective parce que si an “ an . Nous disons qu’un groupe est un groupe de torsion si tous ses éléments sont de torsion.

2) ty P A tel que xy “ yx@x P Au. Définition 2. Donc certains utilisent le mot «corps» pour dire «corps commutatif» et parlent alors d’anneau à division pour parler de corps non commutatifs. Si a est un élément nilpotent de l’anneau A.1b) Cela est la structure canonique d’anneau sur FunpX.3) Un élément a P A est régulier à droite ba “ 0 implique b “ 0. alors il est diviseur de zéro. Si a est nilpotent non nul. · q avec les conditions (1) pA. Aq. Si a et b commutent. nous avons la formule ar`1 ´ br`1 “ pa ´ bqp r ÿ ar´k bk q. Cet ensemble devient un anneau avec les définitions pf ` gqpxq “ f pxq ` gpxq (2. Un corps est en anglais «field».3. Nous notons 0 le neutre.1a) pf gqpxq “ f pxqgpxq. Aq l’ensemble des applications X Ñ A. Un anneau est ce qu’on appelle «ring» en anglais. Il est régulier à gauche si ab “ 0 implique b “ 0. `q est un groupe abélien.1 Généralités Source : [19].Chapitre 2 Anneaux 2.1. Soit X un ensemble et A un anneau. Nous considérons FunpX. alors 1 ´ a est inversible. De plus le mot «field» comprend la commutativité. Lemme 2.2. (2) La multiplication est associative et nous notons 1 le neutre (3) La multiplication est distributive par rapport à l’addition. `. le centre de A est (2. (2. Le centralisateur de x P A dans A est l’ensemble ty P A tel que xy “ yxu. 85 . Nous notons A˚ “ Azt0u. (2. Un anneau est un triple pA. (2. Remarque 2. L’ensemble U pAq des éléments inversibles de A est un groupe pour la multiplication.4) k“0 Proposition 2.4.

b P A.7. . nous trouvons px ` yqn`1 “ xn`1 ` y n`1 ` n ÿ „ˆn˙ ˆ n ˙ ` xn´k`1 y k .5. un morphisme est une application f : A Ñ B telle que pour tout x. Soit n le minimum tel que an “ 0. .8) La seconde grande somme peut être transformée en posant i “ k ` 1 : n´1 ˆ ÿ k“0 ˙ ˙ n ˆ n n´k k`1 ÿ n x y “ xn´pi´1q y i´1`1 .7) n où sont les coefficients binomiaux.10) . k i´1 i“1 (2. nous avons f p0q “ 0 et f pxq´1 “ f px´1 q. ` an´1 q “ p1 ` a ` . Nous avons px ` yq n`1 n ÿ ˆn˙ “ px ` yq · xn´k y k k k“0 n n ÿ ˆn˙ ÿ ˆn˙ n´k`1 k “ x y ` xn´k y k`1 k k k“0 k“0 n ˆ ˙ n´1 ˆ ˙ ÿ n ÿ n n`1 n´k`1 k “x ` x y ` xn´k y k`1 ` y n`1 . (2. nous avons n ÿ ˆn˙ px ` yq “ xn´k y k k k“0 (2. 2. y P R et n P N.6) ˆ ˙ n n! “ k k!pn ´ kq! (2. Supposons que la formule (2. Pour tout x. . . ` an´1 qp1 ´ aq. ` an´1 est donc un inverse de p1 ´ aq.8). La preuve se fait par récurrence.4) nous avons 1 “ 1 ´ an “ p1 ´ aqp1 ` a ` . La preuve qui suit provient de wikipédia. k k´1 k“1 (2. Soit A un anneau et a. En vertu de la formule (2. y P A nous ayons (1) f px ` yq “ f pxq ` f pyq (2) f pxyq “ f pxqf pyq (3) f p1q “ 1 Si f est un morphisme.1 Binôme de Newton et morphisme de Frobenius Proposition 2.86 CHAPITRE 2.5) La somme 1 ` a ` . ANNEAUX Démonstration. .9) dans lequel nous pouvons immédiatement renommer i par k. et prouvons la pour n ` 1. Définition 2. Définition 2.6. Démonstration. . La vérification pour n “ 0 et n “ 1 sont faciles.6) soit vraie pour n. k k k“1 k“0 (2. En remplaçant dans la dernière expression de (2. Nous disons que d est un pgcd de a et b si tout diviseur commun de a et b divise d.1. Si A et B sont des anneaux.

2.1.13) A{ „“ A{I est un anneau appelé anneau quotient.8. Exemple 2.18.2 Idéaux dans les anneaux Définition 2. ANNEAUX La thèse découle maintenant de la formule ˆ ˙ ˆ ˙ ˆ ˙ n n n`1 ` “ k k´1 k (2. Un sous ensemble B Ă A d’un anneau est un sous anneau si (1) 1 P B (2) B est un sous-groupe pour l’addition (3) B est stable pour la multiplication. Soient A et B des anneaux et un homomorphisme f : A Ñ B. un anneau.9.8. Lorsqu’un ensemble est idéal à gauche et à droite. Soit A.87 CHAPITRE 2. k!pn ´ kq! pk ´ 1qpn ´ k ` 1q! k!pn ´ k ` 1q! k!pn ´ k ` 1q! (2. Un idéal qui contient l’identité est l’anneau complet.12) par simple mise au même dénominateur. Un sous ensemble I Ă A est un idéal à gauche si (1) I est un sous-groupe pour l’addition (2) si aI Ă I pour tout A P A. nous parlons d’idéal bilatère. nous disons que c’est un idéal bilatère. A φ  A{ ker f 1.10 L’ensemble 2Z est un idéal de Z. Nous considérons l’injection canonique j : f pAq Ñ B et la surjection canonique φ : A Ñ A{ ker f . Nous considérons la relation d’équivalence x „ y si et seulement si x ´ y P I.11) qui est vraie parce que n! n! n!pn ´ k ` 1q ` n!k n!pn ` 1q ` “ “ .14) ˜ tel que f “ j ˝ f ˝ φ.15) . Tous les idéaux de Z sont de la forme nZ. Dans ce cas. f /B  ˜ f j / f pAq Ă B (2. Remarque 2. La surjection A Ñ A{I est un morphisme.11. En effet en vertu de la proposition 1. Définition 2. I un idéal bilatère 1 de A. les seuls sous-groupes de Z (en tant que groupe additif) sont les nZ. Lorsque nous parlons d’idéal sans précisions. Proposition 2. Un idéal n’est pas toujours un anneau parce que l’identité pourrait manquer. Alors il existe un unique isomorphisme ˜ f : A{ ker f Ñ f pAq (2. le quotient (2.

Lemme 2. r0s P K et par conséquent I Ă φ´1 pKq.16) Démonstration.14. 2.18) Z tels que px ` qn “ 1. Soit maintenant K. Étant donné qu’un idéal doit contenir 0 (parce qu’un idéal est un groupe pour l’addition). un idéal de A et φ : A Ñ A{I la surjection canonique. Cela prouve que φpPn q Ă U pZ{nZq. En effet. L’isomorphisme est donné par l’application n1A ÞÑ φpnq si φ est la projection canonique Z Ñ Zp . x ` ˘ où Pn est l’ensemble décrit par l’équation (1. Lemme 2. Soit 0 ď x ď n tel que pgcdpx. Le noyau de µ étant un sous-groupe de Z. Z Ñ Z{nZ. Si p est la caractéristique de l’anneau A. Démonstration.3 Caractéristique L’application µ: ZÑA n ÞÑ n · 1A (2. ˜˜ 1 (2. Si A est de caractéristique nulle. Nous noterons a “ φpaq. la surjection canonique. ce qui prouve que pgcdpx. À propos de diagonalisation en caractéristique 2. px “ ˜. Soit n ě 2 un entier et φ : Z sont les nZ. Les quotients de Z sont Z{nZ Démonstration. Corollaire 2.17. voir l’exemple 8. alors A est infini.21) Démonstration. Si I Ă J et si J est un idéal de A. Par exemple la caractéristique que Q est zéro parce qu’aucun multiple de l’unité n’est nul. Nous avons déjà vu que les seuls idéaux de Proposition 2. Soit J “ φ´1 pKq. Les idéaux de A{I sont les φpJq où J est un idéal de A contenant I.1.13. q P En passant aux classes. Il existe donc p.15. La caractéristique d’un anneau fini divise son cardinal. . nq “ 1. Ce p est la caractéristique de A. (2. Soit x et y inverses l’un de l’autre : xy “ ˜.101. alors φpJq est un idéal dans A{I. Il existe ˜ ˜ ˜˜ 1 donc q P Z tel que xy ´ qn “ 1.224). De plus cette relation est bijective : tidéaux de A contenant Iu » tidéaux de R{Iu. Démonstration.12. ANNEAUX Proposition 2. (2.17) φpiqφpjq “ φpijq P φpJq. En effet un élément de φpJq est de la forme φpjq et un élément de A{I est de la forme φpiq. ˜ ˜ Nous prouvons maintenant l’inclusion inverse. alors nous avons l’isomorphisme d’anneaux Z1A » Z{pZ. (2.19) donc p est l’inverse de x. En particulier. il existe un et un seul p P Z tel que ker µ “ pZ. Card U pZ{nZq “ ϕpnq.88 CHAPITRE 2. ker µ “ 0 implique que n1A ‰ m1A et par conséquent A est infini. nq “ 1u. un idéal dans A{I.16. Alors ˜ U pZ{nZq “ φpPn q “ t˜ tel que 0 ď x ď n tel que pgcdpx. Soit I.20) est un morphisme d’anneaux. Proposition 2. Leur produit vaut (2. nq “ 1.

7 et le fait que les coefficients binomiaux non extrêmes sont divisibles par p et donc nuls. Alors σpxq “ xp est un automorphisme de l’anneau A. . . Nous utilisons la formule du binôme de la proposition 2. b P A. `q est un groupe commutatif.26) est un automorphisme d’anneau unitaire.22) Chaque orbite de cette action est de la forme Oa “ ta ` n1A tel que n “ 0. nous disons que E est un module à gauche sur A si nous avons une application A ˆ M Ñ M notée a · x telle que (1) α · px ` yq “ a · x ` a · y (distributivité de · par rapport à l’addition dans M ) (2) pa ` bq · x “ a · x ` b · x (distributivité de · par rapport à l’addition dans A). . L’ensemble typique de caractéristique p est Soit à factoriser X p ´ 1 dans (2. Soit A un anneau commutatif de caractéristique première p. Proposition 2.19.23) A.24) Définition 2. Grâce au morphisme de Frobenius. Il est dit unipotent si a ´ 1 est nilpotent.89 CHAPITRE 2.21. Remarque : la loi ` du membre de gauche est celle de l’anneau A et la loi ` du membre de droite est celle du groupe M (3) pabq · x “ a · pb · x) (4) 1 · x “ x . Un élément a d’un anneau est dit nilpotent si ar “ 0 pour un certain r. nous avons immédiatement X p ´ 1 “ pX ´ 1qp . (2. c’est à dire si pa ´ 1qr “ 0 pour un certain r. p ´ 1u où p est la caractéristique de A. le groupe Z agit sur A par n · a “ a ` n1A .18 Fp . 2.20. Si A est un anneau.2 Modules Si A est un anneau et si pE. Nous avons la formule pa ` bqp “ ap ` bp (2. Exemple 2. ANNEAUX Démonstration. Proposition 2. Les orbites ont p éléments et forment une partition de cardinal de A est un multiple de p. Démonstration. donc le Fp “ Z{pZ. L’application FrobA : AÑA x ÞÑ xp (2. Soit A un anneau commutatif unitaire de caractéristique p. (2. Nous utiliserons aussi les itérés du morphisme k de Frobenius : Frobk : x ÞÑ xp . . Nous le nommons le morphisme de Frobenius.25) pour tout a.

pn q est une famille orthogonale de projecteurs dans un module E tel que i“1 pi “ Id. Définition 2.28) forment une famille orthogonale de projecteurs et p1 ` . Les applications pi définies par pi px1 ` xn q “ xi (2. Définition 2.25 Un anneau A est lui-même un A-module et ses sous-modules sont les idéaux. nous disons que la partie x est une base. Un module est simple ou irréductible si il n’a pas d’autre sous-modules que t0u et lui-même. Soit E un module sur un anneau commutatif A. řn Inversement. . Il est cependant indécomposable parce que taXu est le seul sous-module non trivial. . À l’instar des espaces vectoriels. ANNEAUX Soit E un A-module et x “ pxi qiPI une famille d’éléments de E. . . génératrice et de bases : (1) Si µx est surjective. En effet si F est un sous-module de E contenant aX ` b avec b ‰ 0. . (3) Si µx est bijective. . Nous considérons l’application µx : ApIq Ñ E ÿ (2.23. Un projecteur est une application linéaire p : E Ñ E telle que p2 “ p. 2. Le module E n’est donc pas simple. ‘ En . La famille est complète ř si iPI pi “ 1. C’est le CrXs-module des polynômes de la forme aX `b avec a. L’ensemble des polynômes de la forme aX est un sous-module.22. `q est un sous-groupe de pE. si pp1 . paramétrée par l’ensemble I. Soient des sous modules E1 . `q et si a · x P F pour tout x P F et pour tout a P A. ` pn “ Id. alors n à E“ pi pEq. Une famille ppi qiPI sur E est orthogonale si pi ˝ pj “ 0 pour tout i ‰ j. Exemple 2.26 Soit E “ CrXs{pX 2 q vu comme CrXs-module.29) i“1 Un sous-ensemble F Ă E est un sous-module si pF. . pai qiPI ÞÑ iPI Ici ApIq désigne l’ensemble de toutes les applications I Ñ A de support fini. Exemple 2.24. Un module est indécomposable si il ne peut pas être écrit comme somme directe de sous-modules. alors F contient XpaX ` bq “ bX et donc contient tout E.90 CHAPITRE 2. (2) Si µx est injective. nous disons que la partie x est libre. L’inverse n’est pas vrai comme le montre l’exemple suivant. . Un module simple est a fortiori indécomposable.3 Anneau intègre Un élément a ‰ 0 est un diviseur de zéro à gauche si il existe x ‰ 0 tel que xa “ 0. . nous disons que x est une partie génératrice.27) ai xi . . (2. Un anneau est intègre si il est non nul et ne possède pas de diviseurs de zéro. . L’élément a est un diviseur de zéro à droite si il existe b tel que ab “ 0. les modules ont une notion de partie libre. Théorème 2. . . b P C. En du module E tels que E “ E1 ‘ .

Exemple 2. Corollaire 2. Si n n’est pas premier. q P N˚ tels que pq “ n. bp1 ´ yxq “ 0.27 L’ensemble Z avec les opérations usuelles est un anneau intègre.30). b et b a. Exemple 2. Exemple 2. Démonstration. ˜˜ ˜ ˜ Lemme 2. (2. ANNEAUX Autrement dit. alors Z1A est intègre (a fortiori). et Zp est intègre parce qu’il est isomorphe à Z1A . En effet les matrices n ˆ n inversibles sur F3 forment un corps qui n’est pas de cardinal trois alors que la caractéristique est 3 : ˆ ˙ ˆ ˙ ˆ ˙ 1 1 1 ` ` “ 0.91 CHAPITRE 2. alors l’égalité x “ ´x n’implique pas x “ 0. alors il existe un inversible u P A Démonstration.31. c’est que y et x sont inversibles et inverses l’un de l’autre.30. Donc Z{nZ est intègre. y P A. Mais nous savons que Zp est intègre si et seulement si p est premier (proposition 2.33 Si K est un corps de caractéristique 2. Les hypothèses à propos de la divisibilité nous indiquent que a “ xb et b “ ya pour certains x. L’anneau Z{nZ est intègre si et seulement si n est premier. un anneau intègre est un anneau qui possède la propriété du produit nul : si ab “ 0. Si n est premier. Du coup. Voir le lemme 8.30) 1 1 1 Exemple 2.31) Étant donné que A est intègre. tous les éléments de Z{nZ sont inversibles parce que tous les éléments rentrent dans φpPn q. Exemple 2. Dans ce cas au niveau des classes nous avons pq “ 0 avec p ‰ 0 ‰ q . Cela se répercute sur un certain nombre de résultats. Si au contraire yx “ 1. Lemme 2. ce qui montre que Z{nZ a des diviseurs de zéro et n’est pas intègre. Si A est un anneau intègre et si a.34.28 L’anneau Z{6Z n’est pas intègre parce que 3 · 2 “ 0 alors que ni 3 ni 2 ne sont nuls. Si b “ 0 nous avons immédiatement a “ 0 et le lemme est prouvé. alors soit a soit b est nul. b P A sont tels que a tel que a “ ub. .32 Il existe des corps dont la caractéristique n’est pas égale au cardinal (contrairement à ce que laisserait penser l’exemple des Z{pZ). En caractéristique deux.22.73 que si A est intègre. La caractéristique d’un anneau intègre est zéro ou un nombre premier. une forme antisymétrique n’est pas toujours alternée. Si A est intègre. alors l’anneau des polynômes sur A est intègre. vu que 2x “ 0 est vérifiée pour tout x. il existe p. Démonstration.29 Nous verrons au théorème 2. cela montre que b “ 0 ou 1´yx “ 0. (2.

Définition 2. 2. il y a donc en réalité peu d’ambiguïté à parler du PGCD ou du PPCM d’un ensemble. Dans un anneau intègre. 2. Si δ est un PGCD de S. alors l’ensemble des PPCM de S est la classe d’association de µ. la relation de divisibilité s’exprime en termes d’idéaux par a b ô pbq Ă paq. Si S est une partie de A.3. alors d divise δ et donc δ “ ad et uδ “ aud. Soit δ un PGCD de S et u un inversible dans A.92 CHAPITRE 2. gardant en tête qu’en réalité toute sa classe d’association est PGCD. Si x P S nous avons δ x et donc x “ aδ.32) Donc la divisibilité devient en réalité une relation d’ordre dont nous pouvons chercher un maximum et un minimum. Pour les polynômes. et symétriquement nous trouvons δ δ 1 . Par conséquent (lemme 2. Les inversibles dans Z étant seulement ˘1. nous notons a S pour exprimer que a x pour tout x P S.38. Notons qu’il n’y a en général pas unicité du PGCD ou du PPCM d’un ensemble. Lemme 2. Dans l’autre sens nous devons prouver que si δ 1 est une autre PGCD de S. Il me semble qu’à ce niveau il y a une faute de frappe dans [20]. Si δ est un PGCD de S. toujours par abus que δ “ pgcdpSq. Dans les cas pratiques.35 Si A est un anneau intègre. ANNEAUX Exemple 2. Le théorème de Bézout aura lieu dans les anneaux principaux. m. Remarque 2. Le même type de raisonnement tient pour le PPCM.57. nous pouvons obtenir l’unicité du PGCD et du PPCM en imposant qu’ils soient positifs. En effet si P et Q sont deux polynômes non nuls. Nous disons que µ P A est un PPCM de S si (1) S (2) si S µ. La classe d’association d’un élément n’est pas toujours très grande.37.36.34). Soit A un anneau intègre et S Ă A. Nous noterons aussi. ce qui signifie que d divise uδ. Soit A. un anneau intègre et S Ă A. nous obtenons l’unicité en demandant que le PGCD soit unitaire. nous dirons par abus de langage que δ est le PGCD de S. si d divise x pour tout x P S. il existe un inversible u tel que δ “ uδ 1 . Vu que δ 1 divise x pour tout x P S. . corollaire 2. alors µ m. alors il existe un inversible u P A tel que δ 1 “ uδ. De la même manière. De la même façon si µ est un PPCM de S. l’anneau ArXs des polynômes sur A est également intègre.1 PGCD et PPCM Source : [20]. Démonstration. alors l’ensemble des PGCD de S est la classe d’association de δ. nous avons δ 1 δ. alors le coefficient du terme de plus haut degré de P Q est donné par le produit des coefficients de plus haut degré de P et Q qui est non nul parce que A est intègre. Nous disons que δ P A est un PGCD de S si (1) δ S (2) si d S alors 2 d δ. Par conséquent x “ au´1 uδ et donc uδ divise x. (2.

Soit A un anneau commutatif intègre.41.4 (2.3. nous considérons un nombre premier p divisant cpP Qq. (2. Cas général Si P et Q sont maintenant des polynômes sans conditions particulières dans ZrXs. ř Le contenu du polynôme P “ i ai X i P KrXs cpP q “ pgcdpai q.42. (2. alors que nous étions partis en disant que p divisait tous les coefficients de P Q. le nombre p ne peut pas diviser tous leurs coefficients. . Q P ZrXs. 2.39. mais si a “ xy. Dans ce cas si cpP Qq ‰ 1. (2. Lemme 2.36) Étant donné que P 1 Q1 “ 1 P Q. Donc p ne divise ni ai0 ni bj0 . alors soit x soit y est inversible.35) i`j“i0 `j0 iăi0 ou jăj0 Par définition p divise soit ai soit bj pour chacun des termes de la grande somme. p a1 . On dit que les éléments a et b d’un anneau sont associés si il existe un élément u inversible dans tel que a “ ub. Un élément a P A est irréductible si a n’est pas inversible. nous posons P “ ř i ai X i et Q “ ř j bj Y j. Nous notons U pAq l’ensemble des éléments inversibles de A. Soient P. Afin de fixer les notations. ANNEAUX 2. . il ne divise pas le coefficient de X i0 `j0 dans P Q. Vu que le contenu de P et de Q sont 1.37) (2.38) Anneau factoriel Définition 2. Vu que p ne divise pas ai0 bj0 . Nous concluons donc que cpP Qq “ 1. cpP qcpQq nous avons cpP Qq “ cpP qcpQqcpP1 Q1 q “ cpP qcpQq. Alors cpP Qq “ cpP qcpQq. nous Q P considérons P1 “ cpP q et Q1 “ cpQq . Nous nous demandons alors avec malice quel est le coefficient de X i0 `j0 dans P Q. . La réponse est : ÿ ai0 bj0 ` ai bj .34) et similaire pour jO .40 (de Gauss[1. Autrement dit : p a0 . . A Définition 2. 21]).93 CHAPITRE 2.33) Une polynôme est dit primitif si cpP q “ 1. Démonstration. p ai0 ´1 . . Pour les polynômes primitifs Nous commençons par supposer que cpP q “ cpQq “ 1. en utilisant la première partie : cpP1 Q1 q “ 1. p ffl ai0 (2.2 Contenu d’un polynôme Définition 2. ces deux polynômes sont primitifs et nous avons alors. Nous définissons i0 de façon à ce que ai0 soit le premier à ne pas être divisible par p et j0 de telle façon à ce que bj0 soit le premier à ne pas être divisible par p.

b P Z.61) et nous utilisons la proposition 2.i u pk (2.i u pk (2. Souvent pour prouver qu’un anneau est principal. . qm est une autre décomposition de a en irréductibles. Soit une famille tan u d’éléments de A qui se décomposent en irréductibles comme ź αk. Un idéal I dans l’anneau A est maximal si les seuls idéaux de A contenants I sont I et A. Définition 2. ? 2. Il est principal à droite si il existe a P I tel que I “ aA. Un corps n’a pas d’éléments irréductibles parce qu’à part zéro tous les éléments sont inversibles alors que 0 n’est certainement pas irréductible vu que 0 “ 0 · 0.5 (2. . Si p est premier et p “ ab avec a. En effet les seuls inversibles de sont ˘1. En termes d’idéaux. .47 ? L’anneau Zri 3s n’est pas factoriel parce que ? ? 4 “ 2 · 2 “ p1 ` i 3qp1 ´ i 3q donnent deux décompositions distinctes de 4 en irréductibles. 2. pk où les pi sont irréductibles. (3) Si a “ q1 . k Un anneau factoriel a une relation de préordre partiel donnée par a ă b si a divise b.63 qui dit qu’un anneau euclidien est principal. alors m “ k et il existe une permutation σ P Sk telle que pi et qσpiq soient associés. Un anneau commutatif unitaire (1) L’anneau Z A est factoriel si il vérifie les propriétés suivantes. . k Proposition 2. Définition 2. nous prouvons qu’il est euclidien (définition 2. alors nous avons soit a “ ˘1 soit b “ ˘1.42) Nous allons voir dans l’exemple Anneau principal Nous parlons de l’idéal des polynôme annulateurs dans le théorème 2. .64 que Zri 2s est factoriel parce qu’il sera euclidien. Un idéal I dans A est principal à gauche si il existe a P I tel que I “ Aa.39) k Nous définissons pgcdtan u “ ź mini tαk.40) .48. (2) Si a P A est non nul et non inversible alors il admet une décomposition a “ p1 .44 Les éléments irréductibles de l’anneau Z sont les nombres premiers.46. Un anneau factoriel permet de définir le pgcd et le ppcm de nombres. Nous définissons aussi ppcmtai u “ ź maxi tαk. ANNEAUX Remarque 2. Exemple 2.43.91.41) . cela donne l’ordre inverse de celui de l’inclusion : a ă b si et seulement si pbq Ă paq. Un anneau commutatif intègre est principal si tous ses idéaux sont principaux. A est intègre (pas de diviseurs de zéro). Nous disons qu’il est principal si il est principal à gauche et à droite. L’élément pgcdtan u est l’unique diviseur commun des ai à être un multiple des autres.45. Exemple 2.i ai “ pk . (2.94 CHAPITRE 2.

Proposition 2.46) xPS . Soit A un anneau principal qui n’est pas un corps. Pour un idéal I Ă A. Un idéal I dans A est premier si et seulement si I est strictement inclus dans a. Par ailleurs si d x pour tout x P S. Exemple 2.12 des quotients d’idéaux de Z par pnq. on peut considérer l’idéal J “ 2Z qui contient 4Z. Vu que l’anneau A est principal. Nous disons qu’un idéal I dans intègre.5. (3) il existe p irréductible dans Ici. Si A est un anneau principal et si p et q sont premiers entre eux dans d’anneaux A{pqA » A{pA ˆ A{qA.95 CHAPITRE 2.1 A. tous ses idéaux sont principaux et donc engendrés par un seul élément.56 ([20]). Pour tout x P S.54 Les anneaux Z{nZ sont principaux.53 L’anneau Z est principal parce que ses seuls idéaux sont les nZ qui sont principaux : nZ est engendré par n.49.50.43) Bézout Théorème 2. Si A est un anneau principal et si p est irréductible. Donc Z{2Z est un idéal de Z{4Z. En effet les idéaux de Z{nZ seraient par la proposition 2. c’est à dire pA.44) Démonstration. ppq est l’idéal dans A tel que I “ ppq.45b) sPS PGCD Montrons ce que δ est un PGCD de S.51. En particulier il existe δ.45a) sPS č pµq “ psq (2. A est premier si A est un anneau commutatif intègre et si A{I est Proposition 2. nous avons pxq Ă pδq. De plus ÿ č δ “ pgcdpSq ô pδq “ psqµ “ ppcmpSq ô pµq “ psq sPS sPS (2. Exemple 2. ANNEAUX Définition 2. et donc δ x. Toute partie S d’un anneau principal admet un PGCD et un PPCM.55. Proposition 2. 2. alors A et si pour tout A{p est un corps. Donc les idéaux de Z{nZ sont les anneaux pZ{mZ avec m divisant n. (2) I est un idéal premier non nul . alors on a l’isomorphisme (2. A engendré par p. nous avons pxq Ă pdq et donc ÿ pxq Ă pdq. Par exemple si I “ 4Z.52. les conditions suivantes sont équivalentes : (1) I est un idéal maximum . (2. µ P A tels que ÿ pδq “ psq (2. Théorème 2. b P A tels que ab P I nous avons a P I ou b P I.

(2.47) À la place de 1 on aurait pu écrire n’importe quel inversible. En multipliant par b. alors 1 P paq ` pbq. bq l’ensemble de PGCD de a et b.58 (lemme de Gauss). Tout anneau principal est noetherien. La suite est par conséquent stationnaire.48) x“a.2 A “ N˚ . et une généralisation directe au théorème de Gauss. ANNEAUX puis pδq Ă pdq et finalement d δ. Par conséquent pour tout n ě N nous avons JN “ Jn “ J. Un cas usuel d’utilisation est le cas de 2. bq “ pxq “ paq ` pbq. Pour cette preuve. (2. Si a et b sont premiers entre eux. finalement µ m. Soit A un anneau principal. c’est à dire la classe d’association d’un PGCD.59. Vu que a est premier avec c. D’autre part si x pmq Ă pxq et donc pmq Ă pµq.57 (Théorème de Bézout[20]).22) nous donne donc s. alors a divise b. nous avons pgcdpa. Par conséquent b est somme de deux multiples de a et donc est multiple de a. t P A tels que sa ` tc “ 1.14.b À l’inverse. p1q “ paq ` pbq et donc 1 P pgcdpa. . Deux éléments a. La seconde est la croissance des idéaux et la troisième est le fait que J est une union. Corollaire 2. Lemme 2. alors ÿ 1 P pgcdpa. PPCM Si x P S nous avons pµq Ă pxq et donc x µ. Montrer que tout anneau principal est noetherien est le premier pas pour montrer que tout anneau principal est factoriel. (2. Si a est premier avec c. Soit A un anneau principal et a. sab ` tbc “ b. nous allons écrire pgcdpa. m pour tout x P S. bq. (2. Soit pJn q une suite croissante d’idéaux et J la réunion. Étant donné que l’idéal est principal nous pouvons prendre a P J tel que J “ paq. alors Nous disons que deux éléments d’un anneau principal sont premiers entre eux si leur PGCD est 1. Démonstration.50) La première inclusion est le fait que J “ paq et a P JN . Lemme 2. L’ensemble J est encore un idéal parce que les Ji sont emboités. c P A tels que a divise bc.49) Mais les deux termes du membre de gauche sont multiples de a parce que a divise bc. théorème 3. Démonstration.96 CHAPITRE 2. Le lemme de Gauss est une application immédiate de Bézout.5. Anneau noetherien Un anneau est dit noetherien si toute suite croissante d’idéaux est stationnaire (à partir d’un certain rang). cq “ 1 et Bézout (1. b P A sont premiers entre eux si et seulement si il existe un couple u.15). Il existe N tel que a P JN . Démonstration. mais vu que paq ` pbq est un idéal principal. Alors pour tout n ě N nous avons J Ă JN Ă Jn Ă J. si nous avons ua ` vb “ 1. Il y aura aussi un lemme de Gauss à propos de polynômes (lemme 3. v P A tel que ua ` vb “ 1. b.

52) a “ bq ` r où q est l’entier le plus proche inférieur à a{b (on veut que le reste soit positif) et r “ a ´ bq. Exemple 2. il existe q. Soit A un anneau intègre. Pour cela nous démontrons que ? N : Zri 2s Ñ N ? a ` bi 2 ÞÑ a2 ` 2b2 (2. Nous cherchons q et r tels que la division euclidienne s’écrive z “ qt ` r. Nous avons donc a r ´ b “ a ´ bpq ` 1q ă a ´ b “ 0. r P A tel que (2. Un anneau est euclidien si il accepte un stathme euclidien. (2.56) (2. Par construction. (2. Si r ‰ 0. Donc r “ 0 et x “ aq. Démonstration. ce qui signifie que I est principal.55) t Nous désignons par α ` 1 et β ` posons alors naturellement 2 les entiers les plus proches de α et b. ? ? Soient z “ a ` bi 2. alors r contredirait la minimalité de αpaq. ANNEAUX Théorème 2.63 (Wikipédia).61 (Wikipédia). Nous considérons un idéal I non nul de A. t “ a1 ` b1 i 2. il existe q.62 Le stathme de N pour la division euclidienne usuelle est αpnq “ n. β P Q tels que ? z “ α ` βi 2. (2. b P N nous écrivons (2. b P Azt0u.57) . La contrainte est que le degré du reste soit plus petit que le degré du dividende. b P Azt0u. Un anneau euclidien est principal. Nous avons |α|. Si a. (2) Pour tout a.53) b ce qui montre que r ă b. Proposition 2. Étant donné que x.64 ? Prouvons que Zri 2s est une anneau euclidien. Exemple 2.51) a “ bq ` r et αprq ă αpbq. Soit A un anneau principal et α un stathme sur A. Nous devons montrer que I est généré par un élément. Le stathme est la fonction qui donne le «degré» à utiliser dans la division euclidienne.54) est un stathme euclidien. a P I. Un stathme euclidien sur A est une application α : Azt0u Ñ N tel que (1) @a. αpbq ď αpabq. En l’occurrence nous allons montrer que l’élément a P Izt0u qui minimise αpaq va générer.6 Anneau euclidien Définition 2. Soient α. r P I. |β| ď 1 . Tout anneau principal est factoriel. Soit x P I. r P A tels que a “ aq ` r avec r “ 0 ou αprq ă αpaq.60 ([22]).97 CHAPITRE 2. Nous 2 q “ pα ` et nous calculons r “ z ´ qt : 2b1 2 ´ a1 1 ? 1q ` pβ ` 2 qi 2 ? ` ˘ ` i 2 1 b1 ´ a1 2 . 2.

En ce qui concerne la seconde propriété du stathme. ? Notons en particulier que Zri 2s est factoriel et principal. pαn . D’après l’exemple 2. Le lemme suivant fait en pratique partie de l’exemple 2.61) n’a pas de solutions.59) et tant que t ‰ 0 nous avons bien N pztq ą N pzq. un petit calcul montre que N pztq “ pa2 ` 2b2 qpa12 ` 2b12 q. Soit tpi u une sélection de un élément irréductible parmi chaque ? paire. En effet si nous prenons l’équation modulo 3 nous obtenons x2 Or dans mod 3 “ 8 mod 3 “ 2 mod 3. (2. Les éléments inversibles de Zri 2s sont ˘1.1 Équations diophantiennes Exemple 2. donc deux éléments a et b sont associés (définition 2.68 Résolvons l’équation diophantienne x2 ` 2 “ y 3 .60c) ? où les pi sont les irréductibles de Zri 2s «modulo ˘1» au sens où la liste des irréductibles est tpi u Y t´pi u (union disjointe). . 12 “ 1 ‰ 2 et 22 “ 4 “ 1 ‰ 2. ? De plus si p est irréductible. (2. .58) D’autre part N ptq “ a12 ` 2b12 . αi et βi ne peuvent pas être non nuls en même temps alors que leur somme doit faire 3σi . pn (2. Étant donné que ˘1 sont également deux cubes. Si a et b sont deux éléments premiers entre eux de ? (dans Zri 2s).98 CHAPITRE 2.67 L’équation diophantienne x2 “ 3y 2 ` 8 (2.60a) ˘pα1 . Nous avons donc pour chaque i soit αi “ 3σi soit β “ 3σi (et bien entendu si σi “ 0 alors αi “ βi “ 0). 2.65 nous pouvons écrire y “ ˘pσ1 . Les éléments irréductibles de Zri 2s arrivent donc par pairs d’éléments associés. Merci à Marvoir pour m’avoir souligné le manque. mais nous l’isolons pour plus de clarté 3 .6. . aucun élément ne vérifie x2 “ 2 : 02 “ 0 ‰ 2. ? Notons que nous avons utilisé de façon capitale le fait que Zri 2s était factoriel. . ? Zri 2s tels que ab “ y3 alors a et b sont des cubes Démonstration. . 3. a et b sont bien des cubes.68.41) si et seulement si a “ ˘b. et nous avons donc bien N prq ă N ptq. .65 ? ? Décomposition en facteurs irréductibles dans Zri 2s. (2. Tout élément x de Zri 2s peut alors être écrit x “ ˘pα1 . pσn n 1 (2.63) . 4 2 (2. . Exemple 2.60b) a“ b“ (2. ANNEAUX Nous trouvons N prq “ a12 2 1 ` 4b12 2 2 ` 2a12 2 1 ` 2b12 2 2 3 3 ď a12 ` b12 .66. Lemme 2. . Ce fait va être pratique pour n 1 comparer des décomposition en facteurs irréductibles d’éléments. Étant donné que a et b sont premiers entre eux. Exemple 2.62) Z{3Z. alors ´p est irréductible. pαn n 1 β1 βn ˘p1 .

Donc d divise à la fois ? 2x et 2i 2. de est 2 ` 2 “ px ` i 2qpx ´ i 2q. Nous pouvons écrire l’équation sous la forme? x ? ? L’élément i 2 est irréductible parce que N pi 2q “ 2. | ---------------------------------------------------------------------sage: var(’a.8. En conclusion les possibilités sont ? px. ils doivent ? être séparément des cubes (lemme 2.67) . and license() for information.b’) (a.6.66). ce qui n’est possible que si N ppq ou ? pqq égal à 1. c’est à dire a “ ˘1. Nous devons donc résoudre séparément x ˘ i 2 “ y 3 . Le seconde équation montre que b doit être inversible : bp3a2 ´ 2b2 q “ 1. 3q. Pour b “ ´1 l’équation devient 3a2 ´ 2 “ ´1. N ? Nous prouvons maintenant que les éléments x ` i 2 et x ´ i 2 sont premiers entre eux.66a) ? px. ANNEAUX Une première remarque est que x doit être impair. 1 ` i 2q (2. 3q et p´5. nous devons avoir y 3 pair. ? ? ? ? Étant donné que i 2 est irréductible et que 2i 2 “ p´i 2q3 . impossible. donc y 3 “ 8l. ´1 ` i 2q (2.99 CHAPITRE 2. mais nous avons déjà précisé que x ne pouvait pas être pair.expand() 3*I*sqrt(2)*a^2*b .65b) 2 3 où. Il y a donc les possibilités b “ ˘1. Release Date: 2012-01-20 | | Type notebook() for the GUI.66c) ? Le travail avec x ´ i 2 donne les mêmes résultats. L’équation devient 4k 2 ` 2 “ 8l3 . En effet si x “ 2k. Les deux solutions de l’équation x2 ` 2 “ y 3 sont alors p5. Le membre de gauche est impair tandis que celui ? droite ? pair. alors nous aurions N ppqN pqq “ 2. Pour b “ 1 l’équation devient 3a2 ´ 2 “ 1. il suffit de calculer z3 : ---------------------------------------------------------------------| Sage Version 4. c’est à dire 2k 2 ` 1 “ 4l3 .6*a*b^2 ? En identifiant cela à x ` i 2 nous trouvons le système " x “ a3 ´ 6ab2 (2. Vu que les nombres x˘i 2 sont premiers entre eux et que leur produit doit être un cube. alors il divise aussi la somme et la différence.64) x “ pi 2qβ q ? pour un certain q P Zri 2s. Autrement dit pEij qkl “ δik δjl . ? ? Cherchons les x et y entiers tels que x ` i 2 “ y 3 .65a) 1 “ 3a b ´ 2b (2. Si nous posons z “ a ` bi 2. les diviseurs de 2i 2 sont les ? ? α puissances de p´i 2q. Du coup nous devrions avoir d “ pi 2q et donc ? (2. Supposons que d soit un diviseur commun . Impossible. nous le rappelons. zq “ p´5. a et b sont des entiers. Si nous avions i 2 “ pq.2*I*sqrt(2)*b^3 + a^3 . b) sage: z=a+I*sqrt(2)*b sage: (z**3). ? donc β “ 0 et nous avons d “ 1. Mais si un cube pair est divisible par 8. Dans ce cas nous avons N pxq “ 2β N pqq. 2. (2. x. zq “ p5.66b) (2.2 Lignes et colonnes de matrices Nous nommons Eij la matrice remplie de zéros sauf à la case ij qui vaut 1.

Si σ est une permutation (un élément du groupe symétrique Sn ) alors la matrice de permutations associée est la matrice d’entrées pPσ qij “ δiσpjq .70) Lemme 2.72) La matrice ATij pλq est la substitution La matrice APσ est la matrice A dans laquelle nous avons permuté les colonnes avec σ. (2.68) avec i ‰ j.73c) C’est donc la matrice pleine de zéros. En ce qui concerne l’autre assertion sur les transvections. La matrice Tij pλqA “ p1 ` λEij qA est la matrice A à qui on a effectué la substitution Li Ñ Li ` λLj .69) Ici le pλ ´ 1q sert à avoir λ et non 1 ` λ. La matrice Pσ A est la matrice A dans laquelle nous avons permuté les lignes avec σ ´1 . (2. Une matrice de dilatation est une matrice de la forme Di pλq “ Id `pλ ´ 1qEii .77) . nous avons pAPσ qkl “ Akσplq et pPσ Aqkl “ ÿ m δkσpmq Aml “ ÿ m δσ´1 pkqm Aml “ Aσ´1 pkql . (2. Démonstration. (2. Donc effectivement la matrice A ` λEij A (2.70. (2. C’est donc une matrice qui dilate d’un facteur λ la direction i tout en laissant le reste inchangé.76) (2. Une matrice de transvection est une matrice de la forme Tij pλq “ Id `λEij (2. le calcul est le même et nous obtenons pAEij q “ Aki δjl . Calculons la composante kl de la matrice Eij A : ÿ pEij Aqkl “ pEij qk mAml (2.73a) m ÿ “ δik δjm Aml (2.100 CHAPITRE 2.71) Cj Ñ Cj ` λCi . ANNEAUX Définition 2. (2. sauf la ligne i qui est donnée par la ligne j de A.74) est la matrice A à laquelle on a substitué la ligne i par la ligne i plus λ fois la ligne j.69.73b) m “ δik Ajl . (2.75) Pour les matrices de permutations.

.83) U “˚ . Aq tels que nous ayons ¨ ˛ d1 ˚ ‹ . Aq. ‚ . on diminue toujours le stathme de u11 . Soit pA.. Vu que le but est de ne laisser que des zéros dans la première colonne. Notons que ce faisant nous ne changeons plus la première colonne. . ce qui aura pour effet de strictement diminuer le stathme de u11 parce qu’on va mettre en u11 le nombre ri dont le stathme est strictement plus petit que celui de u11 . si le reste n’est pas zéro nous ne sommes pas content 4 . ‹ . nous prenons l’élément pi0 . ‹ ˝ . Si il est zéro. . (2. Une fois la première colonne ramenée à la forme ¨ ˛ u11 ˚ 0 ‹ ˚ ‹ C1 “ ˚ . .78) ‹Q ˝ ‚ ds 0 0 avec di di`1 pour tout i. δq un anneau euclidien muni de son stathme et U P Mpn.101 CHAPITRE 2. .80) Li Ñ Li ´ qL1 . (2. Alors il existe d1 . Démonstration. Q P GLpn. j0 q dont le stathme est le plus petit et nous l’amenons en p1. U “P˚ (2. En faisant ce jeu de division euclidienne puis échange. (2. m. on a la réponse.79) Ensuite nous traitons la première colonne jusqu’à amener des zéros partout en dessous de u11 de la façon suivante : pour chaque ligne successivement nous calculons la division euclidienne ui1 “ qu11 ` ri . ‚ .6. Nous nommons toujours par la même lettre U la matrice originale et la modifiée. . Aq.82) ˝ . ds P A˚ et des matrices P P GLpm.3 Algorithme des facteurs invariants Proposition 2. .81) et nous faisons c’est à dire que nous enlevons le maximum possible et il reste seulement ri en ui1 . Dans ce cas nous permutons L1 Ø Li . donc ça fini par s’arrêter. nous passons à la ligne suivante 5. En fin de compte nous trouvons une matrice 5 ¨ ˛ u11 0 . A 0 4. 0 ˚ 0 ‹ ˚ ‹ (2. D’abord si U “ 0 c’est bon. 0‹ ˚ . c’est à dire qu’à un certain moment la division euclidienne de ui1 par u11 va donner un reste zéro et nous serons content. 0 nous faisons tout le même jeu avec la première ligne en faisant maintenant des sommes divisions et permutations de colonnes. comme il est d’usage en informatique. 1q par les permutations C1 Ø Cj0 L1 Ø Li0 (2. ANNEAUX 2.71 (Algorithme des facteurs invariants[1]). Nous allons donner la preuve plus ou moins sous forme d’algorithme. Sinon.

En effet u11 divisant tous les éléments de A. mais ne change pas u11 . Or tout l’algorithme ne consiste qu’à prendre des combinaisons d’éléments. ce qui donnera lieu à une division euclidienne et un échange L1 Ø Li . Une fois que cela est fait. ‚ . L’unité est e0 “ p1. . Nous finissons donc bien sur une matrice comme annoncée.86) avec u11 qui divise tous les éléments de A.87) 0 B Sous cette forme nous avons u11 u22 et u11 divise tous les éléments de B. Si u11 ne divise toujours pas tous les éléments de A. Nous avons maintenant ¨ ˛ u11 0‚ u22 U “˝ . Cela est un A-module libre de base (définition 2. ˝ . (2.86) ‹. (2. A 0 saut que cette fois le stathme de u11 est strictement plus petit que la fois précédente. Cependant lorsque nous allons nous attaquer à la ligne i.84) Cela nous détruit un peu la première colonne. nous avons seulement multiplié par des matrices inversibles (lemme 2. alors nous faisons C1 Ñ C1 ´ Cj . Encore une fois nous allons travailler jusqu’à avoir la matrice sous la forme ¨ ˛ u11 0 .88) (2. (2. 0 ˚ 0 ‹ ˚ ‹ U “˚ . .22) pen qk “ δnk . .89) p`q“n Cela est bien un élément de P parce qu’il existe N P N tel que an “ bn “ 0 pour tout n ě N . disons aij . . 2. il faut continuer en recommençant tout sur la matrice A. u11 ne divisera pas uij . De plus n’ayant effectué que des combinaisons de lignes. Nous avons maintnant ¨ ˛ u11 0 .7 Anneaux des polynômes Soit A un anneau commutatif. le module P devient une A-algèbre commutative unitaire. . Si pan qnPN et pbn qnPN sont des éléments de P.85) ‹ uij A ˚ ‹ ˝ ˚ ‚ 0 Et nous refaisons tout le jeu depuis le début. . 0. (2. ANNEAUX Si l’élément u11 ne divise pas un des éléments de A.q.102 CHAPITRE 2.70). Avec la somme et le produit par un scalaire. (2. . il divise toutes les combinaisons de ces éléments. nous définissons le produit ab par ÿ pabqn “ ap bq . En fin de compte nous finissons par avoir une matrice de la forme (2.90) . ce sont les suites pan qnPN telles que il existe N tel que ai “ 0 pour tout i ą N . Cet échange mettre ri à la place de u11 et donc diminuera encore strictement le stathme. Nous considérons P l’ensemble des suites presque nulles d’éléments de A. nous recommençons encore et encore. 0 ˚ 0 ‹ ˚ ‹ ˚ ˚ ‹ ˚ ‹ U “˚ (2.

L’anneau A est intègre si et seulement si ArXs est intègre. ř La valuation de P du polynôme P “ n an X n . Les éléments de la forme λX k avec λ P A et k P N sont des monômes. l’ensemble P est l’algèbre des polynômes en une indéterminée à coefficients dans A. En tant que A-algèbre.76.55. Si A n’est pas intègre. est valpP q “ mintn tel que an ‰ 0u. . alors nous avons l’isomorphisme KrXs{pP. Démonstration. Enfin pour qu’ils soient inversibles.94) Irréductibilité Théorème 2. Démonstration.77 (Théorème chinois). (2. les inversibles de ArXs sont les éléments de U pAq.7. (2.91) Cela est un sous module libre. Remarque 2. A est intègre parce qu’il peut être vu comme sous anneau. soit αβ “ 0. Si A est intègre. Proposition 2.78 (d’Alembert-Gauss). Si P “ 0. L’anneau ArXs est donc intègre. Q P A. Mais l’anneau A étant intègre. Corollaire 2. Théorème 2. nous avons degpP Qq “ degpP q ` degpQq (2. 2.93) Nous avons valpP q ď degpP q et valpP q “ degpP q si et seulement si P est un monôme. alors nous avons ek “ X k et nous notons ArXs l’anneau P exprimé avec X.75. Nous allons aussi considérer An rXs “ tP P ArXs tel que degpP q ď nu. Si P et Q sont deux polynômes premiers entre eux. alors pαXqpβxq “ 0 et le degré du produit n’est pas la somme des degrés. et que nous prenons la convention X 0 “ 1. ils doivent être dans U pAq.92) et le produit ne peut pas être nul. Par conséquent ils doivent être de degrés zéro et il faut que P. Un polynôme est irréductible lorsqu’il ne peut pas être écrit sous la forme de produits de polynômes de degré supérieurs à 1. Si ArXs est intègre. Définition 2.1 (2. nous convenons que valp0q “ 8 et degp0q “ ´8.73. ANNEAUX Définition 2. Tout polynôme non constant à coefficients complexes possède au moins une racine complexe. il faut un P tel que P Q “ 1. Pour que Q soit inversible. les degrés s’additionnent. Qq » KrXs{pP q ˆ KrXs{pQq. KrXs du théorème chinois 2. L’anneau KrXs des polynômes sur un corps commutatif Le théorème suivant est une particularisation à K est factoriel. notée valpP q. Théorème 2.103 CHAPITRE 2.79.74.72. Soient P et Q des éléments non nuls de ArXs. Si nous posons que X “ e1 . Vu que l’anneau A est intègre.

Donc tout polynôme de degré 3 ou plus est réductible. Par contre. Un polynôme non constant P P ArXs est irréductible (sur A) si et seulement si il est irréductible et primitif sur FracpAqrXs. un polynôme primitif est un polynôme dont le pgcd des coefficients est 1. Notons qu’ici nous considérons des polynômes dont les coefficients sont dans un anneau et non dans un corps comme nous en avons l’habitude. Un polynôme irréductible à coefficients réels est soit de degré un soit de degré 2 avec un discriminant négatif. Par exemple le polynôme P “ X 4 ` 3X 2 ` 2 est réductible sur Z en P “ pX 2 ` 1qpX 2 ` 2q. Le polynôme Q est le quotient et R est le reste de la division euclidienne de A par B. Par conséquent le produit X 2 ´ pα ` αqX ` αα ¯ ¯ (2. Ce dernier est un polynôme à coefficients réels de degré 2. mais n’a pas de racines dans (2. Proposition 2. 2. ANNEAUX Exemple 2. Alors le théorème de d’Alembert-Gauss (théorème 2.7. Corollaire 2. Théorème 2.80 Si un polynôme P P ZrXs n’a que des racines complexes.96) implique a “ b “ 0. ça ne l’empêche pas d’être réductible sur Z. Démonstration.68. A est un anneau euclidien et .83.95) Z. il faut sortir de Z.98) avec degpRq ă degpBq. Il est facile de montrer que le conjugué complexe α est également racine. Nous disons que P P KrXszK est scindé sur K si il est produit dans KrXs de polynômes de degré Théorème 2. l’anneau des polynômes à coefficients dans principal. Soit A un anneau factoriel et FracpAq son corps des fractions.2 Division euclidienne Le théorème suivant établit la division euclidienne dans ArXs du polynôme A par B. Si A est un anneau intègre. Dans cet énoncé. Soit B ‰ 0 dans ArXs de coefficient dominant inversible dans Q.78) implique l’existence d’une racine α. il est vrai que si on veut réduire plus. 1. La réductibilité ne signifie pas qu’on peut mettre des racines en évidence. il existe (2. Par conséquent les polynômes pX ´αq et pX ´ αq divisent ¯ ¯ P.84.104 CHAPITRE 2. R P ArXs tels que A “ BQ ` R A.81.82 (Conséquence du lemme de Gauss). Voir la remarque 3. Soit un polynôme P à coefficients réels de degré plus grand que 1. Les polynômes Q et R sont déterminés de façon univoque par cette condition. Pour tout A P ArXs. Ces deux polynômes sont premiers entre eux parce que apX ´ αq ` bpX ´ αq “ 0 ¯ (2.97) divise également P .

99) Deux polynômes P et Q ne sont donc pas premiers entre eux si il existe des polynômes x et y tels que l’identité de Bézout soit vérifiée : xP ` yQ “ 0. . . Alors les polynômes ź Qi “ Pj (2.87. Lemme 2.101) j‰i sont étrangers entre eux 6 . Pn dans KrXs sont étrangers entre eux si et seulement si il existe des polynômes Q1 . voir sous-section 8. (2.27.61). Le théorème 2. Soit K un corps commutatif et A Ă K un sous anneau de unitaire tel que φQ P ArXs. Lemme 2.88. (1) Soit P.7. QRq “ pgcdpP.3 Bézout Théorème 2. Les polynômes P et Q sont premiers entre eux si les seuls diviseurs communs de P et Q sont les inversibles. .103) ... Soient pPi qi“1. alors φ P ArXs.n P KrXs des polynômes étrangers deux à deux.3. Rq (2. Lemme 2.85. Deux polynômes P et Q sont dits étrangers entre eux si 1 est un pgcd de P et Q. ANNEAUX Démonstration. . Q. Est-ce que ce lemme 2. 2. Qn P KrXs tels que P1 Q1 ` . Alors pgcdpP. nous avons pgcdpP. ce qui fait que l’anneau des polynômes est un anneau euclidien et en particulier un anneau principal par la proposition 2.89. Qq pgcdpP.63.102) (2) En analogie avec le lemme 1. (2.86 (Bézout).. . ` Pn Qn “ 1. Soit φ P KrXs.100) cette dernière pourra être écrite en termes de la matrice de Sylvester. (2.4. 6. Rq. P Q ` Rq “ pgcdpP.. Définition 2.89 est correct ? J’aimerais en voir une preuve. K. Si il existe Q P ArXs Une preuve peut être trouvée dans la page des lemmes pour le théorème de Wedderburn sur les-mathematiques. Et non juste deux à deux. . . . . Les polynômes P1 . R P KrXs des polynômes tels que P soit premier avec Q. Un ensemble de polynômes pPi qiPI est étranger dans leur ensemble si 1 est un pgcd des Pi .105 CHAPITRE 2.83 montre que le degré est un stathme euclidien (définition 2.net. Problèmes et choses à faire 2. . Quelque propriétés du PGCD dans les polynômes.

Corollaire 2.89). 2. L’anneau KrXs est commutatif et intègre (pas de diviseurs de zéro). ANNEAUX 2. En d’autre termes. il existe un unique polynôme unitaire µ tel que I “ pµq. Nous allons démontrer qu’en réalité pP q “ I. Par conséquent tout polynôme annulateur de a est divisé par µa . Soit A P I. l’un divise l’autre et l’autre divise l’un. Démonstration. Ici K est un corps et donc l’hypothèse d’inversibilité est automatiquement vérifiée.105) Le fait que cela soit un idéal est simplement dû à la définition du produit : pP Qqpaq “ P paqQpaq. Étant donné que R “ A ´ P Q nous avons R P I et par conséquent R “ 0 parce que P a été choisit de degré minimum dans I. Nous voyons que n’importe quel polynôme de degré minimum dans un idéal génère l’idéal. le polynôme minimal d’un élément divise tout polynôme annulateur. une racine de P . le polynôme minimal µa de a est dans I et qui plus est le génère : I “ pµa q. Démonstration. Nous devons encore montrer que tous les idéaux sont principaux.92.91 que nous verrons plus bas est que tout polynôme annulateur d’un endomorphisme est divisé par le polynôme minimal (proposition 8.104) Lemme 2.90. Si pP q Ă pQq.7. (1) L’anneau (3) De plus si I ‰ t0u. Nous avons donc A “ P Q et I Ă pP q. alors pP q “ I.7. (2. Alors le polynôme minimal de a dans KrXs divise P .5 Racines de polynômes Soit A un anneau et P P ArXs un polynôme et α P A. Nous avons (1) pP q Ă pQq si et seulement si Q divise P . Le degré ou la multiplicité de α par rapport à P est l’entier h tel que P est divisible par pX ´ αqh mais pas divisible par pX ´ αqh`1 . KrXs est principal. Nous supposons donc I non nul. (2) Si I est un idéal dans KrXs et si P est de degré minimal. il existe Q et R dans KrXs tels que A “ P Q ` R avec degpRq ă degpP q. Si les idéaux de P et de Q sont identiques. Nous considérons l’idéal I “ tQ P KrXs tel que Qpaq “ 0u. Par le théorème 2. (2) pP q “ pQq si et seulement si P et Q sont multiples (non nuls) l’un de l’autre.91. Soit P P KrXs et a P K.4 Idéaux Soit P P KrXs un polynôme. Soit P de degré minimum parmi les éléments de I. Si I “ t0u. Une importante conséquence du théorème 2. Nous noterons θα pP q l’ordre de α par rapport à P . Nous notons pP q l’idéal engendré par P : pP q “ tP R tel que R P KrXsu. (2. Par le théorème 2. 7. . Démonstration. Évidemment pP q Ă I. le résultat est évident.91. L’existence d’un polynôme unitaire qui génère I est obtenu en choisissant U “ P {an où an est le coefficient du terme de plus haut degré. Théorème 2. en particulier P P pQq et il existe R P KrXs tel que P “ QR.83 de la division euclidienne 7 . Ils sont donc multiples l’un de l’autre. ce qui signifie que Q divise P .106 CHAPITRE 2. Soit K un corps commutatif.

Nous devons encore vérifier que l’ordre de αp est kp par rapport à R. ¯ ¯ Démonstration. alors θα pP ` Qq “ mintθα pP q. Soient P et Q des polynômes non nuls de ArXs et α P A d’ordre p pour P et d’ordre q pour Q. Nous considérons P le polynôme réduit modulo p. . . . (2.94. . Si p “ 1. i“1 De plus la sommes des ordres des racines de P est au plus degpP q. . θα pQqu (3) θα pP Qq ě θαpP q ` θα pQq . pX ´ α1 qk1 . Q P ZrXs.82) nous dit alors que P est irréductible sur ZrXs. donc Q k et R “ eX n´k et en particulier Qp0q “ Rp0q “ 0. L’élément α P A est d’ordre h par rapport à si et seulement si il existe Q P ArXs tel que P pX ´ αqh Q avec Qpαq ‰ 0. . Démonstration. Nous supposons avoir un nombre premier p tel que (1) p divise tous les a0 . Donc Q “ dX à dire que Qp0q et Rp0q sont divisibles par p. Nous considérons donc pas p ´ 1 premières racines α1 . . . kp . . . nous avons P “ cX n . αp P racines deux à deux distinctes d’ordres k1 . ś (2) P “ Q p pX ´ αi q . Alors le lemme de Gauss (2.106) P “ looooooooooooooooooomooooooooooooooooooon R. R P QrXs. ¯¯ ¯ ¯ ¯ Nous avons aussi. alors il existe Q P ArXs tel que A sont des (1) Qpαi q ‰ 0 . Par conséquent. Proposition 2. Cela impliquerait que a0 “ Qp0qRp0q soit divisible par p2 . . c’est à dire P P Fp rXs. . Donc P est irréductible. . (3) p2 ne divise pas a0 . Il est donc irréductible et primitif sur QrXs et une conséquence du lemme de Gauss (2. p ´ 1 et (2.95. c’est ¯ ¯ ¯ ¯ ¯ et R doivent également l’être.94 afin de dire que le degré de αp pour P “ SR est kp .96 (Critère d’Eisenstein). Par conséquent (2. Rpαp q “ 0. sinon Rpαi q serait nul. . .58) impose P.108) i“1 De plus T pαi q ‰ 0. Or P est un monôme. Alors (1) θα pP ` Qq ě lntθα pP q. . pX ´ αp´1 qkp´1 S Par hypothèse P pαp q “ Spαp qRpαp q “ 0. Étant donné ¯ que par hypothèse tous les coefficients sont multiples de p sauf an .93. Nous supposons que p ě 2 et nous effectuons une récurrence sur P . ANNEAUX Proposition 2. . Si de plus P est primitif au sens du pgcd alors P est irréductible dans ZrXs. Supposons par l’absurde que P “ QR avec Q. (2) p ne divise pas an . Pour cela nous utilisons le point (4) du lemme 2.107 CHAPITRE 2. Lemme 2. L’anneau A étant intègre. Supposons de surcroît que P est primitif au sens du pgcd. . alors le résultat est la proposition 2. an´1 . . ce qui est exclu par les hypothèses. ř Soit le polynôme P pXq “ n an X n dans k“0 ZrXs. . au niveau des réductions modulo p que QR “ P . Théorème 2. . Si α1 . αp´1 et un polynôme R P ArXs tel que Rpαi q ‰ 0 pour i “ 1. Spαp q ‰ 0 parce que αi ‰ αp pour i ‰ p. .93. Soit A un anneau intègre et P P ArXszt0u.107) R “ pX ´ αp qkp T avec T pαp q ‰ 0 et enfin P “ p ź pX ´ αi qT. θα pQqu (2) si θα pP q ‰ θα pQq. (4) si A est intègre alors θα pP Qq “ θα pP q ` θα pQq . . un polynôme de degré n. Alors P est irréductible dans QrXs.

CHAPITRE 2. ANNEAUX

108

Exemple 2.97
Soit le polynôme P pXq “ 3X 4 ` 15X 2 ` 10. Pour faire fonctionner le critère d’Eisenstein il nous faut
un nombre premier p divisant 15 et 10, mais pas 3 et dont le carré ne divise pas 10. C’est vite vu que
p “ 5 fait l’affaire. Le polynôme P est donc irréductible sur QrXs.

Chapitre 3

Corps
3.1

Généralités

Définition 3.1.
Un corps est un anneau non nul dans lequel tout élément non nul est inversible.
Remarque 3.2.
Nous trouvons parfois le terme anneau à division. Cela provient du fait que dans beaucoup de cas
on considère uniquement des corps commutatifs ; donc on voudrait une façon de parler d’un anneau
dont tous les éléments non nuls sont inversibles. Dans ce cadre on dit :
— Un anneau à division est un anneau dont tous les éléments non nuls sont inversibles,
— Un corps est un anneau à division commutatif.
Pour prendre un exemple de cette différence, le théorème de Wedderburn 8.67 est énoncé ici sous les
termes «Tout corps fini est commutatif». Sous-entendu : la commutativité ne fait pas partie de la
définition d’un corps. Par contre dans [1] il est énoncé sous les termes «Tout anneau à division fini
est un corps». Chez lui, un corps est toujours commutatif et un anneau à division est ce que nous
appelons ici un corps.
Dans tous les cas, un corps dans lequel l’élément nul est inversible est appelé un mensonge, comme
le prouve le lemme suivant.
Lemme 3.3.
En tant que anneau, un corps n’a pas de diviseurs zéro.
Démonstration. En effet si a est un diviseur de zéro, alors ax “ 0 pour un certain x ‰ 0. Si a était
inversible, nous aurions x “ a´1 ax “ 0, ce qui est impossible.
Par le lemme 2.31, un anneau sans diviseur de zéro est de caractéristique zéro ou première. Le fait
d’être intègre pour un anneau n’assure cependant pas le fait d’être un corps. Nous avons cependant
ce résultat pour les anneaux finis.
Proposition 3.4.
Un anneau fini intègre est un corps.
Démonstration. Soit A un tel anneau. Soit a ‰ 0. Les applications
la : x Ñ ax

(3.1a)

ra : x Ñ xa

(3.1b)

sont injectives. En tant que applications injectives entre ensembles finis, elles sont surjectives. Il existe
donc b et c tels que 1 “ ba “ ac. Il se fait que b et c sont égaux parce que
b “ bpacq “ pbaqc “ c.
Par conséquent b est un inverse de a.
109

(3.2)

110

CHAPITRE 3. CORPS
Proposition 3.5.
Soit n P N˚ . Les conditions suivantes sont équivalentes :
(1) n est premier.

Z{nZ est un anneau intègre.
(3) Z{nZ est un corps.
(2)

Démonstration. L’équivalence entre les deux premiers points est le contenu du corollaire 2.30. Le fait
que Z{nZ soit un corps lorsque Z{nZ est intègre est la proposition 3.4. Le fait que Z{nZ soit intègre
lorsque Z{nZ est un corps est une propriété générale des corps : ce sont en particulier des anneaux
intègres (lemme 3.3).
Proposition 3.6.
Si A est un anneau, nous avons les équivalences
(1) A est un corps.
(2) A est non nul et ses seuls idéaux à gauche sont t0u et A.
(3) A est non nul et ses seuls idéaux à droite sont t0u et A.
Proposition 3.7.
Soit A, un anneau commutatif non nul et I, un idéal dans A. L’ensemble I est un idéal maximum de
A si et seulement si A{I est un corps.
Démonstration. Par la proposition 3.6, le fait pour A{I d’être un corps signifie qu’il n’a pas d’idéaux
non triviaux. Si φ est la projection canonique A ÞÑ A{I, nous savons que les idéaux de A{I sont les
φpJq où J est un idéal de A contenant I (proposition 2.12). Si I est un idéal maximum de A, un tel
J n’existe pas. Inversement si A{I n’a pas d’autres idéaux que A{I et φp0q, c’est que I est un idéal
maximum.

3.1.1

Corps des fractions

Théorème 3.8.
Soit A un anneau commutatif intègre. Il existe un corps commutatif K et un morphisme injectif
(d’anneaux) : A Ñ K tels que pour tout λ P K, il existe pa, bq P A ˆ A˚ tels que
`
˘´1
λ “ paq pbq
De plus si pK1 , 1 q est un autre couple qui vérifie la propriété, les corps

(3.3)

K et K1 sont isomorphes.

Le corps K associé à l’anneau A est le corps des fractions de A, et sera noté FracpAq.
`
˘´1
Notons que l’application A ˆ A˚ Ñ K donnée par pa, bq ÞÑ paq pbq
envoie pxa, xbq sur le
même que pa, bq.
L’ensemble Q est le corps des fractions de Z.

3.1.2

Corps premier

Définition 3.9.
Un corps est premier si il est son seul sous corps. Le sous corps premier d’un corps est l’intersection de tous ses sous corps.
Lemme 3.10.
Un corps premier est commutatif
Démonstration. Le centre d’un corps est certainement un sous corps. Par conséquent un corps premier
doit être contenu dans son propre centre, c’est à dire être commutatif.

111

CHAPITRE 3. CORPS

Soit p un nombre premier. Nous notons Fp “ Zp “ Z{pZ. Nous verrons plus loin (section 3.3)
comment nous pouvons définir Fpn lorsque p est premier.
Nous avons par exemple
F2 “ Z{2Z “ t0, 1u
(3.4)
avec la loi 2 “ 0.
Notons que Fp est un corps possédant p éléments. L’ensemble
Lemme 3.11.
Les corps Q et

F˚ est un groupe d’ordre p ´ 1.
p

Fp (avec p premier) sont premiers.

Démonstration. Tout sous corps de Q doit contenir 1, et par conséquent Z. Devant également contenir
tous les inverses, il contient Q.
Tout sous corps de Fp doit contenir 1 et donc Fp en entier. Par ailleurs nous savons de la proposition
3.5 que Fp est un corps lorsque p est premier.
Proposition 3.12.
Soit K un corps de caractéristique p et
alors P “ Fp .

P son sous corps premier. Si p “ 0 alors P “ Q. Si p ą 0,

Démonstration. Notons d’abord que la caractéristique d’un corps est toujours un nombre premier
parce qu’un corps est en particulier un anneau intègre (proposition 2.31).
Étant donné que 1 est dans tout sous corps, nous devons avoir Z1 Ď P. Si p “ 0, alors Z1 » Z, et
nous avons
Z1A Ă P Ă K.
(3.5)
Pour chaque pn, mq P Z1A ˆ pZ1A q˚ l’élément nm´1 P K est dans P parce que P est un corps. Nous
en déduisons que le corps des fractions de Z est contenu dans P par conséquent P “ Q (théorème
3.8).
Si par contre la caractéristique de K est p ‰ 0, nous avons Z1A » Z{pZ “ Fp par le lemme 2.16.
L’ensemble Fp étant un corps, c’est le corps premier de K.
Proposition 3.13.
Soit K un corps et P sont sous corps premier. Si σ P AutpKq alors σ|P “ Id, c’est à dire que
(3.6)

σpxq “ x
pour tout x P P.
Théorème 3.14 (Théorème de Gauss).
Soient P, Q, R P KrXs tels que P soit premier avec Q et divise QR. Alors P divise R.

Démonstration. Étant donné que P est premier avec Q, le théorème de Bézout 1 nous donne U, V P
KrXs tels que P U ` QV “ 1. De plus il existe un polynôme S tel que P S “ QR. En multipliant
l’identité de Bézout par R, nous obtenons
R “ P U R ` QV R “ P U R ` V P S “ P pU R ` V Sq,

(3.7)

ce qui signifie que P divise R.
Le lemme suivant est une généralisation du lemme de Gauss dans

Z (lemme 2.58).

Lemme 3.15 (Lemme de Gauss[23]).
Soient les polynômes unitaires P, Q P QrXs. Si P Q P ZrXs, alors P et Q sont tous deux dans
1. théorème 2.86.

ZrXs.

112

CHAPITRE 3. CORPS

Démonstration. Soit a ą 0 le plus petit entier tel que aP P ZrXs (c’est le PPCM des dénominateurs)
et de la même façon b ą 0 le plus petit entier tel que bQ P ZrXs. On pose P1 “ aP et Q1 “ bQ.
Si ab “ 1, alors a “ b “ 1 et nous avons tout de suite P, Q P ZrXs. Nous supposons donc ab ą 1
et nous considérons p, un diviseur premier de ab. Ensuite nous considérons la projection
πp :

ZrXs Ñ pZ{pZqrXs.

(3.8)

Par définition abP Q “ P1 Q1 P ZrXs ; en prenant la projection,
πp pP1 qπp pQ1 q “ πp pP1 Q1 q “ πP pabqπp pP Qq “ 0

(3.9)

parce que πp pabq “ 0. Étant donné que pZ{pZqrXs est intègre (exemple 2.35), nous avons soit πp pP1 q “
0 soit πp pQ1 q “ 0. Supposons pour fixer les idées que πp pP1 q “ 0. Alors P1 “ pP2 pour un certain
P2 P ZrXs. Par ailleurs P est unitaire et P1 “ aP , donc le coefficient de plus haut degré de P1 est a,
et nous concluons que p divise a.
Mettons a “ pa1 . Dans ce cas, pa1 P “ P1 “ pP2 , et donc a1 P “ P2 P ZrXs. Cela contredit la
minimalité de a.

3.1.3

Petit théorème de Fermat

Théorème 3.16 (Petit théorème de Fermat).
Soit p un nombre premier. Si x P Fp alors xp “ x. Si x P pFp q˚ , alors xp´1 “ 1.
En particulier si x P F˚ alors x´1 “ xp´2 .
p
Démonstration. Étant donné que Fp est un corps commutatif et que p est premier, la proposition 2.20
nous indique que σpxq “ xp est un automorphisme. La proposition 3.13 nous indique alors que
(3.10)

ap “ a.
Si a est inversible alors ap´1 “ ap a´1 “ 1.

Remarque 3.17.
Une autre façon d’énoncer le petit théorème de Fermat 3.16 est que si p est premier et si a est premier
avec a, alors ap´1 P r1sp . Le nombre a n’est pas premier avec p uniquement lorsque a est multiple de
p. Dans ce cas c’est a “ 0 dans Fp et donc ap´1“0 .
Exemple 3.18
Soit K “ F˚ . Le nombre 29 étant premier,
29
29. Nous avons donc

K est un corps premier. C’est le corps des entier modulo

´ 142 “ ´113 “ ´84 “ ´55 “ ´26 “ 3 “ 32 “ 61 “ 90 “ 119.

(3.11)

Le petit théorème de Fermat nous permet aussi de calculer des exposants et des inverses. Nous avons
x´a “ pxa q27 “ x27a .

(3.12)

Le nombre 27a peut être grand par rapport à 29. Étant donné que 1 “ x28 nous avons
x´a “ x27a
Dans les exposants nous calculons modulo 28.

mod 28

.

(3.13)

113

CHAPITRE 3. CORPS

3.1.4

Résultats chinois

Nous allons maintenant parler du système d’équations
"
x “ a1 mod p

(3.14a)

mod q

(3.14b)

x “ a2

avec a1 , a2 donnés dans Z et p, q des entiers premiers entre eux. Le lemme chinois nous donne la
liste des solutions ainsi qu’une manière de les construire. Le théorème chinois en sera une espèce de
corollaire qui établira l’isomorphisme d’anneaux Z{pq Z » Z{pZ ˆ Z{q Z. Voir les-mathematiques.net.
Lemme 3.19 (Lemme chinois [24]).
Soient n1 , n2 deux entiers premiers entre eux. Soient a1 , a2 P Z. Les solutions du système
"
x “ a1 mod n1
x “ a2

mod n2

(3.15a)
(3.15b)

pour x P Z{n1 n2 Z sont données de la façon suivante. Soient u1 , u2 deux entiers qui satisfont la relation
de Bézout 2
u1 n1 ` u2 n2 “ 1,
(3.16)
et

`
˘
a “ a1 u2 n2 ` a2 u1 n1

mod pn1 q.

(3.17)

Alors x “ a mod pn1 n2 q.
Démonstration. Vérifions que le x donné par x “ a mod pn1 n2 q est bien une solution. D’abord
a mod n2 “ a1 u2 n2

mod n1

“ a1 p1 ´ u1 n1 q mod n1
“ a1

mod n1

(3.18a)
(3.18b)
(3.18c)

où nous avons utilisé l’identité de Bézout (3.16). La vérification de a mod n2 “ a2 mod n2 est la
même.
Soit maintenant x P Z{n1 n2 Z une solution du système (3.15) et a donné par la formule (3.17).
Alors
´
¯
px ´ aq mod n1 “ a1 ´ pa1 n2 u2 ` a2 u1 n1 q
mod n1
(3.19a)
“ a1 ´ a1 u2 n2

mod n1

“ 0,

(3.19b)
(3.19c)

donc px ´ aq mod n1 “ 0, ce qui signifie que x ´ a est divisible par n1 . De la même façon, px ´ aq
mod n2 “ 0 et x ´ a est divisible par n2 . Nous savons maintenant que x ´ a est divisible par n1 et n2 .
Étant donné que n1 et n2 sont premiers entre eux, nous en déduisons que x ´ a est divisible par n1 n2 ,
ou encore que x “ a mod n1 n2 .
Théorème 3.20 (Théorème chinois).
Soient p, q deux naturels premiers entre eux. Si p, q ě 2 alors l’application
φ:

Z{pqZ Ñ Z{pZ ˆ Z{qZ
`
˘
rxspq ÞÑ rxsp , rxsq

est un isomorphisme d’anneaux.
2. voir le théorème 1.22

(3.20)

114

CHAPITRE 3. CORPS

Démonstration. Nous devons prouver que l’application φ respecte la somme, le produit et qu’elle est
bijective. En ce qui concerne la somme,
`
˘
φprqspq ` ryspq q “ φ px ` yq mod pq
(3.21a)
`
˘
“ rx ` ysp , rx ` ysq
(3.21b)
`
˘
“ rxsp ` rysp , rxsq ` rysq
(3.21c)
`
˘ `
˘
“ rxsp , rxsq ` rysp , rysq
(3.21d)
“ φpxq ` φpyq.

(3.21e)

En ce qui concerne le produit, c’est le même jeu : nous obtenons
`
˘
φ rxyspq “ φprxspq sqφpryspq q

(3.22)

en utilisant le fait que rxysp “ rxsp rysp .
Montrons maintenant que φ est surjective. Soient y1 , y2 P Z et x P Z. Demander
`
˘
φprxspq q “ ry1 sp , ry2 sq

(3.23)

revient à demander que rxsp “ ry1 sp et rxsq “ ry2 sq , c’est à dire que x résolve le système
"
x “ y1 mod p
x “ y2

mod q.

(3.24a)
(3.24b)

Le lemme chinois 3.19 nous assure qu’une solution existe.
En ce qui concerne l’injectivité, nous supposons que x et y soient deux entiers tels que
φprxspq q “ φpryspq q.

(3.25)

Nous en déduisons le système
x

mod p “ y

mod p

(3.26a)

x

"

mod q “ y

mod q

(3.26b)

c’est à dire qu’il existe des entiers k et l tels que x “ y ` kp et x “ y ` lq ou encore tels que
kp ` lq “ 0.

(3.27)

Étant donné que p et q sont premiers entre eux, la seule possibilité est k “ l “ 0, c’est à dire x “ y.
Théorème 3.21 (Théorème chinois).
Soit A un anneau commutatif, n ě 2, des éléments x1 , . . . , xn dans A et des idéaux I1 , . . . , In tels que
Ii ` Ij “ A pour tout i ‰ j.
Alors il existe un x P A tel que x ´ xi P Ii pour tout 1 ď i ď n.
ś
Démonstration. Pour i P t1, . . . , nu nous notons Ji le produit Ji “ k‰i Ik . Étant donné que chaque
Ii est un idéal, nous avons Ik P Ji lorsque i ‰ k.
Soit i fixé, et considérons j ‰ i. Nous pouvons trouver aj P Ii et bj P Ij tel que aj ` bj “ 1. Nous
avons alors
ź
1“
paj ` bj q.
(3.28)
j‰i

Par ailleurs Ii ` Ji “ A parce que Ji contient Ik avec k ‰ i et Ii ` Ik “ A. Nous pouvons donc prendre
αi P Ii et βi P Ji tels que
ź
paj ` bj q “ αi ` βi .
(3.29)
j‰i

Nous considérons alors l’élément x “ β1 x1 ` . . . ` βn xn et nous avons
x ´ x1 “ pβ1 ´ 1qx1 ` β2 x2 ` . . . ` βn xn
“ ´α1 x1 ` β2 x2 ` . . . ` βn xn

(3.30a)
(3.30b)

Mais α1 P I1 et tous les autres termes sont dans les Ji avec i ‰ 1. Par conséquent le tout est dans I1 .
Ici nous utilisons par exemple le fait que β2 P J2 Ă I1 parce que les éléments de J2 sont des produits
d’éléments dont un facteur est dans I1 .

115

CHAPITRE 3. CORPS

Remarque 3.22.
Ce théorème chinois est bien une généralisation du lemme chinois 3.19. En effet, l’élément x dont il
est question est solution du problème x “ xi mod Ii . L’hypothèse Ii ` Ij “ A n’est pas nouvelle non
plus étant donné que si p et q sont des entiers premiers entre eux nous avons pZ ` q Z “ Z par le
corollaire 1.23.

3.1.5

Chiffrage RSA

Ce passage sur RSA provient en bonne partie de la la page Wikipédia.
Alice veut envoyer un message à Bob. L’idée est que Bob va donner à Alice une clef publique qui
va permettre de chiffrer le message tandis que Bob va garder pour lui une clef privée qui permet de
déchiffrer.
Mise en place par Bob
Bob se crée une paire de clef publique, clef privée de la façon suivante.
(1) Bob choisit deux nombres premiers distincts p, q.
(2) Il calcule n “ pq .
(3) Par le corollaire 1.110, l’indicatrice d’Euler ϕpnq “ pp ´ 1qpq ´ 1q est facile à calculer pour Bob.
(4) Bob choisit e P N premier avec ϕpnq, puis d tel que ed P r1sϕpnq .
Maintenant la paire est : clef publique pn, eq et clef privée pn, dq 3 .
Bob envoie la paire pn, eq à Alice.
Remarque 3.23.
Ici nous ne supposons pas que la communication soit sure. Une tierce personne peut intercepter le
message. D’ailleurs en principe les gens publient leurs clef publique sur leurs sites, voire sur des sites
dédiés. Le problème de l’identification reste à résoudre à l’ancienne.
Chiffrement
Nous chiffrons en utilisant la clef publique pn, eq. D’abord Alice se débrouille pour transformer son
message en un nombre plus petit que n. Soit M ce message. Alice code M en
C “ Me

mod n.

(3.31)

Tout le truc est que nous allons voir que l’application x ÞÑ xe est une bijection de Fn et que l’inverse
est facile à calculer par Bob et difficile pour les autres. Alice envoie C à Bob. Encore une fois, nous
ne supposons pas que cette communication soit privée. Le nombre C peut être intercepté.
Déchiffrage
Nous allons montrer que M “ C d mod n, et donc que Bob, connaissant pn, dq, peut déchiffrer.
D’abord
C d “ pM e qd “ M ed ,
(3.32)
mais nous savons qu’il existe k tel que
ed “ 1 ` kϕpnq “ 1 ` kpp ´ 1qpq ´ 1q.

(3.33)

L’étape astucieuse est de remarquer que
M 1`kpp´1qpq´1q P rM sp X rM sq .
Pour montrer cela nous utilisons le petit théorème de Fermat 3.16 et la remarque 3.17.
— Si M est premier avec p, alors M p´1 P r1sp .
3. Le fait que e soit public et d soit privé est une convention. e comme encryption et d comme decryption.

(3.34)

116

CHAPITRE 3. CORPS

— Si M n’est pas premier avec p, alors M est multiple de p et on sait que M p´1 P r0sp “ rM sp .
Dans les deux cas nous avons (3.34). Le nombre M 1`kϕpnq ´ M est donc à la fois multiple de p et de
q.
Le lemme chinois 3.19 nous dit immédiatement 4 qu’alors
M 1`kϕpnq ´ M

(3.35)

C d “ M ed P rM sn .

(3.36)

est un multiple de pq “ n, c’est à dire que

Si on ne croit pas au lemme chinois, on peut utiliser le lemme de Gauss. Posons
M 1`kϕpnq ´ M “ ap “ bq.

(3.37)

Dans ce cas p divise bq, mais q est premier avec p, donc le lemme de Gauss 2.58 nous enseigne 5 que
p divise b.
Une imprudence à ne pas commettre
Nous avons pris deux cas selon que M soit ou non premier avec p. Une question qui arrive est la
suivante : est-ce que c’est une bonne idée d’envoyer un message qui ne soit pas premier avec p ?
Si nous savons que M n’est pas premier avec p, alors nous avons M e “ le pe et n “ pq qui sont
publics. Donc un calcul de PGCD permettrait de trouver p.
Il faut cependant savoir que
— La probabilité que ça arrive est infime : vu que M est entre 0 et n “ pq, les multiples de p
possibles sont p, 2p, ¨ ¨ ¨ pq. Il y a dont une chance sur p que cela arrive. Typiquement avec des
p de l’ordre de 10120 , on peut utiliser RSA chaque milliseconde sur chaque atome de l’univers
depuis le début des temps que ça ne se serait presque certainement pas encore produit.
— De toutes façons Alice ne sait pas vérifier si son message est premier avec p parce qu’elle ne
connaît pas p.
— En conclusion la partie de la preuve qui montre que M 1`ϕpnq P rM sp X rM sq dans le cas M non
premier avec p est, à toutes fins pratiques, inutile parce que ce cas de figure ne se présentera
jamais dans toutes l’histoire de l’univers, même pas avec une civilisation intelligente autour de
chaque étoile.
Problèmes calculatoires
Pour implémenter RSA, il faut pouvoir faire (au moins) trois choses :
(1) Trouver de grands nombres premiers.
(2) Trouver des couples de Bézout.
(3) Calculer M e lorsque e est très grand.
En ce qui concerne le problème de trouver des nombres premiers, c’est compliqué, mais il faut savoir
qu’il y en a plein. À 120 chiffres, il y a environ autant de nombres premiers que d’atomes dans 1020
fois l’univers connu. Cela rend impossible toute tentative de factoriser un grand nombre en essayant
toutes les possibilités. Même pas en science-fiction 6 .
Trouver des nombres u et v tels que Au ` Bv “ pgcdpA, Bq est un problème expliqué en 1.6.3.
En ce qui concerne le calcul de M e lorsque e est grand, il n’est évidemment pas pensable de
faire M · M · . . . M avec e facteurs. Un truc pour calculer en moins d’étapes est l’exponentiation
rapide. Si e “ 2k est pair, nous calculons
M e “ pM k q2 ;

(3.38)

4. C’est ici qu’il est important que p ne soit pas égal à q. Si p “ q, alors le lemme chinois ne fonctionne pas.
5. Ici aussi, si p “ q, ça ne marche pas.
6. Cela donne une idée des connaissances en math des klingons, dont le docteur Spock parvient à craquer le code
mentalement en deux heures.

117

CHAPITRE 3. CORPS
si e “ 2k ` 1 alors nous calculons

(3.39)

M e “ M pM k q2 .

Le calcul prend alors seulement environ log2 peq étapes. Pour donner une idée,
log2 p10120 q » 400.

(3.40)

Très raisonnable, mais un ordinateur reste indispensable.
La solidité de RSA
La solidité de la méthode repose sur deux conjectures (non démontrées ! !) :
— Pour déchiffrer il faut connaitre p et q.
— La difficulté de trouver p et q en partant de n “ pq est exponentielle en n.
Dans la méthode de déchiffrage proposée ici, p et q sont utilisés pour calculer d qui est solution de
ed “ r1sϕpnq . La seule formule connue pour calculer ϕpnq est ϕpnq “ pp ´ 1qpq ´ 1q. Si on trouve plus
simple, alors RSA peut être craqué.
Note non mathématique pour doucher l’enthousiasme
Il est souvent dit que différents systèmes de chiffrement peuvent aider à avoir des discussions «discrètes» dans les régimes totalitaires. La technologie au service de la démocratie, voila qui enthousiasme
la jeunesse. La réalité est qu’il est souvent possible de craquer un système de chiffrement arbitrairement
complexe, même sans connaitre le petit théorème de Fermat . . .

http://xkcd.com/538/. Ce dessin est publié sous licence Creative Commons
Attribution-NonCommercial 2.5 License.
. . . tout dépends du contexte.

3.1.6

Anneaux principaux et polynômes

Nous supposons que K est une corps commutatif, et nous étudions l’anneau KrXs. Étant donné
que K est commutatif pour tout polynôme que l’idéal engendré par P est pP q “ KrXsP , voir la
notation (2.104).
Remarque 3.24.
Un polynôme est irréductible dans KrXs au sens de la définition 2.42 si et seulement si il est irréductible
au sens de la définition 2.79 parce que seules les constantes (non nulles) sont inversibles dans KrXs.
Corollaire 3.25.
Si K est un corps et si P est un polynôme irréductible de degré n, alors l’ensemble
un corps. De plus L est un espace vectoriel de dimension n.

L “ KrXs{pP q est

118

CHAPITRE 3. CORPS

Démonstration. En effet KrXs est un anneau principal par le théorème 2.91, par conséquent la proposition 2.52 déduit que KrXs{pP q est un corps.
Une base de L est donnée par les projections de 1, X, X 2 , . . . , X n .

3.2

Corps de rupture, corps de décomposition

Lemme 3.26.
Soit L un corps fini et

K un sous corps de K. Alors il existe s P N tel que
CardpKq “ CardpLqn .

(3.41)

Démonstration. Le corps L est un K-espace vectoriel de dimension finie. Si s est la dimension alors
nous avons la formule (3.41) parce que chaque élément de L est un s-uple d’éléments de K.
Définition 3.27.
Soit K un corps commutatif. Une extension de K est un corps L muni d’un morphisme i : L Ñ K.
Nous identifions le plus souvent K avec ipKq Ă L.
Une extension est algébrique de K est une extension dont tous les éléments sont racines de
polynômes dans KrXs.
Notons que R n’est pas une extension algébrique de Q. En effet il existe seulement une infinité
dénombrable de polynômes dans QrXs et donc une infinité dénombrable de racines de tels polynômes.
Toute extension algébrique de Q est donc dénombrable.

3.2.1
Soit

Polynôme minimal

L une extension de K et a P L. Nous considérons l’idéal
Ia “ tP P KrXs tel que P paq “ 0u.

(3.42)

Étant donné que KrXs est principal, cet idéal est principal et donc accepte un générateur unitaire.
Nous nommons ce dernier polynôme minimal de a sur K.
Exemple 3.28
Le polynôme minimal dépends du corps sur lequel on le considère. Par exemple le nombre imaginaire
pur i accepte X ´ i comme polynôme minimal sur C et X 2 ` 1 sur QrXs.
Deux éléments α et β dans L sont dit conjugués si ils ont même polynôme minimal. Par exemple
i et ´i sont conjugués dans C vu comme extension de Q.
Lemme 3.29 ([25]).
Un nombre complexe algébrique dont tous les conjugués sont de module 1 est une racine de l’unité.
Lemme 3.30.
Si L est une extension de

K, alors L est un espace vectoriel sur K.

Démonstration. Notons que L est un espace vectoriel sur K parce que si λ P K et x P L nous pouvons
considérer la multiplication scalaire
λ · x “ ipλqx
(3.43)
où la multiplication du membre de droite est celle du corps

L.

Définition 3.31.
Le degré de L est la dimension de cet espace vectoriel. Il est noté rL :
infini.
Exemple 3.32
L’ensemble C est une extension de

R et son degré est rC : Rs “ 2.

Ks ; notons qu’il peut être

119

CHAPITRE 3. CORPS
Proposition 3.33 ([26]).
Si L est une extension du corps

K et si M est une extension de L, alors les degrés se multiplient :
rM : LsrL : Ks “ rM; Ks.

(3.44)

Démonstration. Soit tli u une base de L sur K et tmj u une base de M sur L. Un élément de M se note
ÿ
bj mj
(3.45)
j

pour des bj P L. Chacun de ces bj s’écrit comme une combinaison des li :
ÿ
ÿ
bj mj “ paji li qmj ,
j

donc nous voyons que les éléments li mj de

(3.46)

ij

M sont une base de M sur K.

Définition 3.34.
Soit L une extension de K et A Ă L. Nous notons KpAq le plus petit sous corps de L qui contient K
et A. Nous notons KrAs le plus petit sous anneau de L qui contienne K et A.
Nous disons que l’extension L de K est monogène ou simple si il existe θ P L tel que L “ Kpθq.
Un tel élément θ est dit élément primitif de L. Il n’est pas nécessairement unique.
Exemple 3.35
Si nous prenons F5 et que nous l’étendons par i, nous obtenons le corps K “ F5 piq. Nous savons que
tous les éléments a P F5 sont racines de X 5 ´ X. Mais étant donné que i5 “ i, nous avons aussi x5 “ x
pour tout x P F5 piq. Pour le prouver, utiliser le morphisme de Frobenius. Le polynôme X 5 ´ X est
donc le polynôme nul dans K.
Ceci est un cas très particulier parce que nous avons étendus Fp par un élément α tel que αp “ α.
En général sur Fp pαq, le polynôme X p ´ X n’est pas identiquement nul, et possède donc au maximum
p racines. Pour x P Fp pαq, nous avons xp “ x si et seulement si x P Fp .
Lemme 3.36.
Soit P P KrXs un polynôme unitaire irréductible de degré n. Il existe une extension
telle que L “ Kpaq et P est le polynôme minimal de a dans L.
Démonstration. Nous prenons L “ KrXs{pP q où pP q est l’idéal dans
corps par le corollaire 3.25. Nous identifions K avec φpKq où
φ:

KrXs Ñ L

L de K et a P L

KrXs généré par P . Cela est un
(3.47)

est la projection canonique. Nous considérons également a “ φpXq.
`
˘
Nous avons alors P paq “ 0 dans L. En effet P paq “ P φpXq est à voir comme l’application du
polynôme P au polynôme X, le résultat étant encore un élément de L. En l’occurrence le résultat est
P qui vaut 0 dans L.
Le polynôme P étant unitaire et irréductible, il est minimum dans L.
Nous devons encore montrer que L “ Kpaq. Le fait que ř paq Ă L est une tautologie parce qu’on
K
calcule Kpaq dansř . Pour l’inclusion inverse soit QpXq “ i Qi X i dans KrXs. Dans L nous avons
L
évidemment Q “ i Qi ai .
Proposition 3.37.
Soit K, un corps et P P KrXs un polynôme. Soient a et b, deux racines de P dans (éventuellement)
une extension L de K. Si µa et µb sont les polynômes minimaux de a et b (dans KrXs) et si µa ‰ µb ,
alors µa µb divise P dans KrXs.

120

CHAPITRE 3. CORPS
Démonstration. Nous considérons les idéaux
Ia “ tQ P KrXs tel que Qpaq “ 0u; Ib “ tQ P KrXs tel que Qpbq “ 0u;

(3.48a)

même si Qpaq est calculé dans L, ce sont des idéaux de KrXs. Le polynôme µa est par définition le
générateur unitaire de Ia , et vu que a est une racine de P , nous avons P P Ia et il existe un polynôme
Q P KrXs tel que
P “ µa Q.
(3.49)
Montrons que µa pbq ‰ 0. En effet supposons que µa pbq “ 0. Nous avons alors µa P Ib et il existe
R P KrXs tel que µa “ µb R. Étant donné que µb divise µa et que µb ‰ µa , nous ne pouvons pas avoir
µb paq “ 0 parce que µb divise µa et que µa est minimal. Du coup nous devons avoir Rpaq “ 0, ce qui
contredirait la minimalité de µa .
Étant donné que µa pbq ‰ 0, l’évaluation de (3.49) en b montre que Qpbq “ 0, de telle sorte que
Q P Ib et il existe une polynôme S tel que Q “ µb S, c’est à dire tel que P “ µa µb S, ce qui signifie que
µa µb divise P .
Exemple 3.38
?
Soit P “ pX 2 ` 1qpX 2 ` 2q dans RrXs. Dans C nous avons les racines a “ i et b “ 2i dont les
polynômes minimaux sont µa “ X 2 ` 1 et µ2 “ X 2 ` 2. Nous avons effectivement µa µb divise P dans
RrXs.
Si par contre nous considérions les racines a “ i et b “ ´i, nous aurions µa “ µn “ X 2 ` 1, et les
polynôme µ2 ne divise pas P .
a
Proposition 3.39.
Si L est une extension de K et si α P L est un élément algébrique sur
espace vectoriel sur K est donnée par
t1, α, α2 , . . . , αn´1 u
où n est le degré du polynôme minimal de α sur

3.2.2

K, alors une base de L comme
(3.50)

K.

Corps de rupture

Définition 3.40.
Soit P P KrXs un polynôme irréductible. Une extension
il existe a P L tel que P paq “ 0 et L “ Kpaq.

L de K est un corps de rupture pour P si

Exemple 3.41
?
?
Soit K “ Q et P pXq “ X 2 ´ 2. On pose a “ 2 et L “ Qp 2q Ă R. De cette façon P est scindé :
?
?
P “ pX ´ 2qpX ` 2q.
(3.51)
?
Le corps Qp 2q est donc un corps de rupture pour P .
Exemple 3.42
Dans l’exemple 3.41, le polynôme P était scindé dans son corps de rupture. Il n’en est pas toujours
ainsi. Prenons
P pXq “ X 3 ´ 2
(3.52)
?
?
et a “ 3 2. Nous avons, certes, P paq “ 0 dans Qp 3 2q, mais P n’est pas scindé parce qu’il y a deux
racines complexes.
Exemple 3.43
Nous considérons le corps

Z{pZ où p est un nombre premier. Si s P Z{pZ n’est pas un carré, alors

121

CHAPITRE 3. CORPS

le polynôme P “ X 2 ` s est irréductible et un corps de rupture de P sur Z{pZ est donné par
?
pZ{pZqrXs{pX 2 ` sq, c’est à dire l’ensemble des polynômes de degrés 1 en s. Le cardinal en est p2 .

3.2.3

Corps de décomposition

Définition 3.44.
Soit K un corps commutatif et F “ pPi qiPI une famille d’éléments non constants de
de décomposition de F est une extension L de K telle que
(1) les Pi sont scindés sur L,
Ť
(2) L “ KpRq où R “ iPI tx P L tel que Pi pxq “ 0u.
C’est à dire que L étends K par toutes les racines de tous les polynômes de F .

KrXs. Un corps

L’unicité est due à la proposition suivante.
Proposition 3.45.
Soit K un corps et P P KrXs. Soient L et
isomorphisme f : L Ñ F tel que f |K “ Id.

F deux corps de décomposition de P . Alors il existe un

Nous pouvons donc parler du corps de décomposition d’un polynôme.
Soit K, un corps et L, une extension de K. Un élément a P L est algébrique sur
polynôme P P KrXs tel que P paq “ 0.
Une clôture algébrique du corps K est une extension algébriquement close de
éléments sont algébriques sur K.

K si il existe un
K dont tous les

Remarque 3.46.
L’ensemble C n’est pas une clôture algébrique de Q parce qu’il existe des éléments de
pas des racines de polynômes à coefficients rationnels.

C qui ne sont

L’existence d’une clôture algébrique pour tout corps est le théorème de Steinitz.
Exemple 3.47
Soit p un nombre premier. Montrons que le polynôme
QpXq “ X p ´ X ` 1

(3.53)

est irréductible dans Fp .
Nous supposons qu’il n’est pas irréductible, c’est à dire que
QpXq “ RpXqSpXq

(3.54)

avec R et S, des polynômes de degrés ě 1 dans Fp rXs
¯
¯
Soit Fp une clôture algébrique de Fp et α P Fp tel que Rpαq “ 0. Pour tout a P Fp , nous avons
Qpα ` aq “ pα ` aqp ´ pα ` aq ` 1

(3.55a)

“α `a ´α´a`1

(3.55b)

“α ´α`1

(3.55c)

“ Qpαq

(3.55d)

“0

(3.55e)

p

p

p

où nous avons utilisé le fait que ap “ a et que α était une racine de Q. Ce que nous venons de prouver
¯
est que l’ensemble des racines de Q dans Fp est donné par tα ` a tel que a P Fp u.
Les polynômes R et S sont donc formés de produits de termes X ´ pα ` aq avec a P Fp . L’un des
deux –disons R pour fixer les idées– doit bien en avoir plus que 1. Nous avons alors
RpXq “

k
ź`
i“1

˘
X ´ pα ` ai q

(3.56)

122

CHAPITRE 3. CORPS
où les ai sont les éléments de

Fp . En développant un peu,

RpXq “ X k ´

k
ÿ

pα ` ak´1 q ` termes de degré plus bas en X.
i

(3.57)

i“1

ř
Le coefficient devant X k´1 n’est autre que kα ` i ai . Étant donné que k ‰ 0 et que R P Fp rXs, nous
devons avoir α P Fp . Par conséquent nous avons αp “ α et une contradiction :
Qpαq “ αp ´ α ` 1 “ 1 ‰ 0.
Le polynôme X p ´ X ` 1 est donc irréductible sur

3.3

(3.58)

Fp .

Corps finis

3.3.1

Existence, unicité

Nous avons déjà défini le corps fini Fp lorsque p est un nombre premier dans la section 3.1.2. Le
théorème suivant sert à définir Fpn lorsque p est premier.
Théorème 3.48.
Soit p un nombre premier, soit n P N˚ et q “ pn . Alors il existe un unique corps
corps est le corps de décomposition du polynôme X q ´ X sur Fp .

K de cardinal q. Ce

Démonstration. Montrons l’unicité. Soit K un corps fini de cardinal q “ pn . Le groupe multiplicatif
K˚ est de cardinal q ´ 1, et par le corollaire 1.34 tous les éléments de K˚ vérifient gq´1 “ e, c’est à
dire que dans KrXs, les éléments de K˚ sont des racines du polynôme
X q´1 ´ 1

(3.59)

Par conséquent K est un corps de décomposition pour le polynôme QpXq “ X q ´ X “ XpX q´1 ´ 1q
parce que QpXq “ 0 dans K. Il est unique par la proposition 3.45.
Montrons maintenant que le corps de décomposition de P “ X q ´X sur Fp est un corps de cardinal
q. Pour ce faire nous considérons K ce corps de décomposition et E, l’ensemble des racines de P dans
K. Nous allons montrer que E “ K et que E est un corps contenant q éléments.
Montrons que E est un corps. Pour α, β P E nous avons
pαβqq “ αq β q “ αβ
parce que αq “ α. Le produit αβ est donc encore dans

E. Pour la somme,

´
¯pn´1
n
n´1
n
n
pα ` βqq “ pα ` βqp “ pα ` βqp
“ pαp ` β p qp
“ . . . “ αp ` β p “ α ` β.
En ce qui concerne l’inverse,

(3.60)

pα´1 qq “ pαq q´1 “ α´1 .

(3.61)
(3.62)

Donc E est un corps. Évidemment E est un corps de décomposition de P au sens où E est une
extension de Fp sur lequel P est scindé (parce qu’il est scindé sur K et E est le sous corps de K
contenant les racines de P ) et tel que E “ Fp ptαi uq où les αi sont les racines de P . Notons que
Fp Ă E parce que dans Fp on a xq “ x.
Par unicité, nous avons K “ E. Nous devons montrer que P possède exactement q racines distinctes, afin d’avoir CardpEq “ q. Pour cela remarquons que
P 1 pXq “ qX q´1 ´ 1 “ ´1

(3.63)

dans Fp . En effet P P Fp et q “ 0 dans Fp . Par conséquent P 1 ne s’annule pas et P n’a pas de racines
doubles. Toutes les racines étant simples, il y en a exactement q.

123

CHAPITRE 3. CORPS

Le théorème 3.48 ne permet pas de construire le corps à q “ pn éléments. Nous allons maintenant
voir un certain nombre de résultats donnant des façons de construire. Ces résultats proviennent de
[27–29] et de wikipedia
Proposition 3.49 ([29]).
Soit K un corps fini. Alors le groupe multiplicatif

K˚ est cyclique.

Démonstration. Soit K un corps ayant q éléments. Le groupe K˚ en a q ´ 1, de telle façon à ce que
l’ordre des éléments de K˚ soient des diviseurs de q ´ 1 ; c’est le corollaire 1.34. Soit d un diviseur de
q ´ 1 et
˚
Hd “ tx d’ordre d dans

K˚ u

Hd “ tracines de X ´ 1 dans
d

(3.64a)

Ku.

(3.64b)

˚
Ici le polynôme X d ´ 1 est vu dans KrXs. Notons que nous avons automatiquement Hd Ă Hd , mais
l’inclusion inverse n’est pas assurée parce que les éléments d’ordre d{2 par exemple sont aussi dans
˚
˚
Hd . Supposons Hd ‰ H et considérons a P Hd . Alors l’application

φ:

Z{dZ Ñ Hd
n ÞÑ an

(3.65)

˚
est un isomorphisme d’anneaux. En effet étant donné que a P Hd Ă Hd , l’ensemble Hd contient le
groupe cyclique engendré par a. Ce dernier contient, par construction, d éléments. Mais CardpHd q ď d
parce que Hd est l’ensemble des racines d’un polynôme de degré d. Par conséquent CardpHd q “ d et
l’ensemble Hd est bien engendré par a et φ est bien un isomorphisme. Par conséquent tous les éléments
˚
de Hd sont des générateurs de Hd .
Inversement soit x un générateur de Hd . L’ordre de Hd étant d, l’ordre de x doit être un diviseur
de d. Supposons donc que x soit d’ordre d{k. Dans ce cas nous devrions avoir CardpHd q “ d{k, ce qui
contredit l’isomorphisme φ.
˚
En conclusion, Hd est l’ensemble des générateurs du groupe Hd . Le nombre de générateurs de
Z{dZ étant ϕpdq par la proposition 1.109, et Hd étant isomorphe à Z{dZ nous avons
˚
CardpHd q “ ϕpdq.

(3.66)

˚
Par conséquent si Hd n’est pas vide, son cardinal est ϕpdq. Nous avons

q ´ 1 “ CardpK˚ q
` ď
˘
˚
“ Card
Hd

(3.67a)
(3.67b)

d q´1

ÿ

˚
CardpHd q

(3.67c)

ϕpdq

(3.67d)

d q´1

ÿ
ď
d q´1

“q´1

(3.67e)

˚
où nous avons utilisé le lemme 1.107. Par conséquent pour tout d divisant q ´1 nous avons CardpHd q “
˚ parce que K˚
ϕpdq et il y a au moins un élément d’ordre q ´ 1 dans K. Cet élément engendre K
contient exactement q ´ 1 éléments. Par conséquent K est cyclique.

Corollaire 3.50.
Si p est un nombre premier, alors

pZ{pZq˚ » Z{pp ´ 1qZ.

(3.68)

L’isomorphisme est un isomorphisme de groupe (abéliens). À gauche multiplicatif et à droite additif.

124

CHAPITRE 3. CORPS

Démonstration. La proposition 3.49 nous enseigne que le le groupe multiplicatif d’un corps fini est
cyclique et donc isomorphe à un certain Z{nZ. Donc pZ{pZq˚ est un groupe cyclique d’ordre p, et
donc isomorphe à Z{nZ avec n “ p ´ 1.
Lorsque

K est un corps les éléments du groupe K˚ sont les éléments primitifs de K.

Proposition 3.51.
Soit K un corps contenant q éléments. Alors
(1) xq “ x pour tout x P K,
ś
(2) X q ´ X “ aPK pX ´ aq.

Démonstration. Le groupe K˚ ayant q ´ 1 éléments, ses éléments vérifient aq´1 “ 1 par le corollaire
1.34 et par conséquent aq “ aaq´1 “ a.
Soit a P K. Étant donné que aq ´ a “ 0, le polynôme pX ´ aq divise X q ´ X dans KrXs. Par
conséquent
ź
pX ´ aq
(3.69)
aPK

ś
divise également
´ X. Les polynômes
´ X et aPK pX ´ aq étant deux polynômes unitaires de
même degré, le fait que l’un divise l’autre montre qu’ils sont égaux.
Xq

Xq

Exemple 3.52
? ?
Soit K “ Q ? L “ Qp 2, 3q. Afin de montrer que
et
?
montrer que 2 et 3 sont des polynômes en α.

L “ Qpαq avec α “

Théorème 3.53 ([8]).
Soit K un corps (pas spécialement fini). Tout sous-groupe fini de

?

2`

?
3 nous devons

K˚ est cyclique.

Démonstration. Soit G un sous-groupe fini de K˚ et ω son exposant (qui est le PPCM des ordres
des éléments de G). Étant donné que |G| est divisé par tous les ordres, il est divisé par le PPCM des
ordres. Bref, nous avons
xω “ 1
(3.70)
pour tout x P G. Mais ce polynôme possède au plus ω racines dans K. Du coup |G| ď ω. Et comme
on avait déjà vu que ω |G|, on a ω “ |G|. Il suffit plus que trouver un élément d’ordre effectivement
ω. Cela est fait par le lemme 1.36.

3.3.2

Symboles de Legendre et carrés

Source : [30].
Nous disons que a P Fp est un carré si il existe b P Fp tel que a “ b2 .
Définition 3.54.
Soit n P N et p ą 2 un nombre premier. Le symbole de Legendre par
$
si p divise n
ˆ ˙ ’0
&
n
“ 1
si n est un carré dans Fp

p
%
´1 sinon.
Note que ´1 peut être un carré, et pas que dans
donc ´1 est un carré.

(3.71)

C. Par exemple dans F5 nous avons 4 “ ´1 et

Proposition 3.55.
Soit un nombre premier p ą 2. Le corps F˚ contient autant de carrés que de non carrés. De plus pour
p
tout n P N nous avons
ˆ ˙
n
“ npp´1q{2 mod p.
(3.72)
p

125

CHAPITRE 3. CORPS
Démonstration. Nous considérons l’application
ψ:

F˚ Ñ F˚
p
p

(3.73)

x ÞÑ x2 .

C’est un morphisme de groupes multiplicatifs et ker ψ “ t´1, 1u. Étant donné que p ą 2, nous avons
alors
Cardpker ψq “ 2
(3.74)
parce que 1 ‰ ´1. Évidemment l’ensemble des carrés dans
d’isomorphisme 1.13(3) nous permet alors de conclure que
CardpImagepψqq “

F˚ est l’image de ψ. Le premier théorème
p

CardpF˚ q
p
.
2

Ceci prouve la première assertion.
Par le petit théorème de Fermat (théorème 3.16), nous avons xp´1 “ 1 pour tout x P
pp ´ 1q éléments de F˚ sont donc tous racines d’un des deux polynômes
p
X pp´1q{2 “ ˘1.

(3.75)

F˚ . Les
p
(3.76)

Mais chacun des deux ne peut avoir, au maximum, que pp ´ 1q{2 solutions. Ils ont donc chacun
exactement pp ´ 1q{2 racines.
Nous pouvons maintenant prouver la formule (3.72). D’abord si n “ 0, elle est évidente. Si n est
un carré dans Fp , nous posons n “ x2 et nous avons
ˆ ˙
n
npp´1q{2 “ np´1 “ 1 “
.
(3.77)
p
Si n n’est pas un carré, c’est que n n’est pas une racine de X pp´1q{2 “ 1. Le nombre n est alors une
racine de X pp´1q{2 “ ´1. Nous avons alors
ˆ ˙
n
pp´1q{2
n
“ ´1 “
.
(3.78)
p

Corollaire 3.56.
Si a, b P N et si p ą 2 est un nombre premier, alors
ˆ ˙ ˆ ˙ˆ ˙
ab
a
b

.
p
p
p
Démonstration. Par la formule (3.72),
ˆ ˙
ˆ ˙ˆ ˙
ab
b
a
pp´1q{2
pp´1q{2 pp´1q{2
“ pabq
“a
b

.
p
p
p

Soit un nombre premier q ą 2 et

(3.79)

(3.80)

A, un anneau de caractéristique p. Si α P A vérifie
1 ` α ` . . . ` αq´1 “ 0,

(3.81)

nous définissons la somme de Gauss par
q´1 ˆ ˙
ÿ ˆi˙
ÿ x
i
τ“
α “
αi .
q
q
x“1
xPF
q

Notons que la somme de Gauss dépend de q et du α choisis.

(3.82)

126

CHAPITRE 3. CORPS
Proposition 3.57.
Les sommes de gauss vérifient les propriétés suivantes.
´ ¯
´ ¯
(1) τ 2 “ ´1 q. Nous allons noter pqq “ ´1 .
q
q
(2) Si

A est de caractéristique p ě 3 et si p ‰ q alors
ˆ ˙
p
τ.
τ “
q
p

(3) Si

(3.83)

A est de caractéristique p et si q est premier avec p, alors τ est inversible dans A.

Démonstration. D’abord nous notons que
αq ´ 1 “ pα ´ 1qp1 ` α ` . . . ` αq´1 q “ 0

(3.84)

par définition de α. Nous calculons
ÿ ˆx˙ ˆy ˙
pqqτ “ pqq
αx`y
q
q
x,yPFq
ÿ ˆ ´xy ˙
αx`y .

q
x,yPFq
ÿ ÿ ˆ ´pz ´ yqy ˙

αz
q
zPFq yPFq
ÿ

sz αz
2

zPFq

Justifications :
— Pour obtenir (3.85b) nous avons utilisé le corollaire 3.56.
— (3.85c) est un changement de variable z “ x ` y dans la somme sur x.
— Pour (3.85d) nous avons posé
ÿ ˆ ´pz ´ yqy ˙
sz “
.
q
yPF

(3.85a)
(3.85b)
(3.85c)
(3.85d)

(3.86)

q

Nous avons

ÿ ˆ y2 ˙
s0 “
.
q
yPF

(3.87)

q

Dans cette somme, tous les termes sont 1 sauf celui avec y “ 0 qui vaut zéro. Nous avons donc
s0 “ q ´ 1. Voyons maintenant sy avec y ‰ 0. L’application

F˚ Ñ Fq zt1u
q
k ÞÑ 1 ´ zy ´1

(3.88)

étant une bijection nous pouvons effectuer le changement de variables t “ y ´1 z ´ 1 pour la somme sur

91) zPFq où # q´1 sz “ ´1 Cela donne F˚ (proposition 3. q q xPF (3.89d) “0 (3.89c) (3.93) τ 2 “ pqqq. En résumé nous avons q pqqτ 2 “ pq ´ 1q ´ pα ` . q (3.89a) (3.89b) (3.90) si z “ 0 sinon. ¨ ˛p ÿ ˆx˙ ÿ ˆ x ˙p p x‚ ˝ τ “ α “ αpx . ` αq´1 q “ q looooooooomooooooooon (3. Vu que A est de caractéristique p en utilisant le fait que le morphisme de Frobenius est un morphisme. (3. Donc pqqτ 2 “ q. q q xPF (3.98) p Nous trouvons alors que p . q q Du coup nous avons (3. . et étant donné que pqq “ ˘1 nous concluons (3.127 CHAPITRE 3. CORPS y en notant y ´1 l’inverse de y dans F˚ .96) p Mais p étant inversible dans px au lieu de x : Fq .94) q q xPF xPF q Étant donné que ´ ¯ x q q “ ˘1 et que p est impair. . nous trouvons alors q ÿ ˆ y 2 py ´1 z ´ 1q ˙ ÿ ˆ ypz ´ yq ˙ “ q q yPFq yPFq ÿ ˆ y ´1 z ´ 1 ˙ “ q yPFq ÿ ˆt˙ “ q tPFq zt1u ÿ ˆy ˙ ˆ1˙ “ ´ q 1 tPFq loooomoooon (3. l’application x ÞÑ px est une bijection et nous pouvons sommer sur ˆ ˙ ÿ ˆx˙ p p τ “ αx “ τ.89e) “ ´1 parce qu’il y a autant de carrés que de non carrés dans pqqτ 2 “ ÿ sz αz (3.92) “´1 où nous avons utilisé l’hypothèse sur α. nous avons ˆ ˙p ˆ ˙ x x “ .97) ˆ ˙ p τ “ τ.55). (3.95) ˆ ˙ ÿ ˆ xp ˙ p p τ “ αpx . Nous prouvons maintenant la seconde partie.

(3. nous avons τ 2 “ ˘q. q ´1 q ¯ : (3.128 CHAPITRE 3. Alors ˆ ˙ ˆ ˙ pp´1qpq´1q p q 4 “ p´1q .99) Cela montre que b est un inverse de q modulo p.58 (Loi de réciprocité quadratique). (3. q p (3.103) q et en utilisant la formule (3.105) q lo mo n op o τ p´1 Vu que τ est inversible. c’est à dire que φq pαq “ 0 dans A.104) En réalité sur cette dernière ligne. CORPS Étant donné la formule du τ 2 que nous venons de démontrer. Nous savons (proposition 3.106) ´ ˆ ˙ ˆ ˙ q´1 ˆ ˙ p ´1 2 q “ . Donc τ 2 est inversible. Les nombres p et q étant premiers entre eux. (3. nous ne devrions pas préciser le « mod p» parce que. q ě 3. et nous pouvons considérer la somme de Gauss ÿ ˆi˙ τ“ αi . ce sont des éléments de Fp . En utilisant cela ainsi que (3.100) Démonstration.72) nous trouvons ˆ 2˙ τ “ pτ 2 qpp´1q{2 p mod p “ τ p´1 mod p (3.72) sur le membre de gauche avec n “ τ 2 “ (3.57) que ˆ ˙ ´1 2 τ “ . .108) .102) q iPF q Notons que cela est un élément de A et plus précisément une (classe de) polynôme de degré zéro dans A. (3. et il en découle que τ lui-même est inversible. la relation de Bézout (théorème 1. Soient deux nombres premiers distincts p. Soit φq le polynôme A ` X ` . comme mentionné plus haut. q q p ´ ¯ Toujours avec la même formule nous pouvons substituer ´1 par p´1qpq´1q{2 et obtenir q ˆ ˙ pq´1q pp´1q p 2 “ p´1q 2 .107) (3. ` X q´1 et l’anneau A “ Fp rXs{pφq q.22) nous donne a et b tels que ap ` ba “ 1. Théorème 3. nous écrivons ˆ τ2 p ˙ ˆ ˙ p “ q Nous utilisons maintenant la formule (3. Nous nommons α “ X{pφq q. Donc les coefficients de α doivent être compris comme des éléments de Fp .101) Cela est un anneau de caractéristique p parce que son unité est le polynôme constant 1.83) nous avons ˆ 2˙ ˆ ˙ τ p p τ “τ “ τ (3. .

p Démonstration.55.110) p Au final. Autrement dit. voir la proposition 3.116d) . 1u. α2 . ´α. (3. c’est à dire que le groupe des carrés est d’indice 2. ´ ¯ Si p est un nombre premier p ě 3. p Or F˚ ne possède qu’un seul sous-groupe d’indice 2. Soit le polynôme et α. le sous-groupe kerpαq est l’unique sous-groupe d’indice 2 dans F˚ . Par p conséquent S contient le groupe des puissances paires de a. . un p générateur de F˚ (qui est cyclique par la proposition 3. Autrement dit.38.109) le groupe F˚ { kerpαq ne contient que deux éléments : r1s et r´1s. 1u un p p morphisme surjectif (c’est à dire non trivial). Nous avons donc. p Bref. ´1. α3 . Nous devons donc vérifier si une des possibilités α2 “ α (3. Le groupe S ne peut rien contenir de plus parce qu’il est d’indice 2 et que l’ordre de F˚ est pair. . 1.116b) ´α “ α (3.49). X 4 ` 1 P Fp rXs (3.114) parce que α2 étant ´1. kerpαq est d’indice 2 p dans F˚ .60.112) (3. nous étudions pour quels p. p (3.116a) α3 “ α (3. Mais la proposition 3. une racine dans une fermeture de si p P r1s8 ou p P r7s8 sinon. pour y P F˚ . Le fait que le symbole de Legendre soit non trivial est simplement le fait qu’il y ait des carrés et des non carrés dans F˚ .59. l’élément θ est vraiment dans Fp et non seulement dans l’extension Fp pαq. Proposition 3. alors le cas p “ k est à traiter à part. il faut distinguer deux cas : αp “ α et αp ‰ α. soit α : F˚ Ñ t´1. nous avons pα2 q´1 “ ´α2 . ´α2 . Étant donné que F˚ “ kerpαq Y ´ kerpαq. α. p # αpyq “ 1 ´1 si y est un carré sinon.35. Dire que 2 est un carré modulo p revient à dire que θ est dans ´ ¯ Fp . ´α3 . (3.129 CHAPITRE 3.111) Cela est bien la définition des symboles de Legendre.116c) 3 ´α “ α (3. CORPS Lemme 3. (3. . Pour l’unicité. La liste des puissances de α est : 1.115) Nous avons donc automatiquement α9k “ α. alors le symbole de Legendre x ÞÑ x est l’unique morphisme non p trivial de F˚ dans t´1. p 2 par l’unicité. Bref. C’est à dire que pour calculer 2 le symbole de Legendre p . Pour p premier nous avons ˆ ˙ # 1 2 “ p ´1 Démonstration. si αk “ α pour un certain nombre premier k. Nous posons θ “ α ` α´1 et nous calculons θ2 “ pα ` α´1 qpα ` α´1 q “ α2 ` 2 ` pα2 q´1 “ α2 ` 2 ´ α2 “ 2 (3. kerpαq “ pF˚ q2 .55 p nous indique que |pF˚ q2 | “ p´1 . α. En effet soit S un tel sous-groupe et a.113) Fp . En tenant compte de l’exemple 3. θ2 “ 2. mais p “ 9k est exclu parce que p est premier. alors a2 P S par le lemme 1.

l’application ϕ : K˚ Ñ K˚ (3. p est automatiquement dans un des ensembles r1s8 .3 Théorème de Chevalley-Warning Lemme 3. Dans tous les cas α8k “ 1. Si p “ 1 ` 8k.61.3.118) Fp . Soit K un corps de caractéristique p et de cardinal q. D’abord nous avons. r3s8 . Par conséquent Sm mod p “ 0 parce que la caractéristique d’un corps divise son ordre (proposition 2.17). alors pour tout x ‰ 0 nous avons xm “ xkpq´1q “ 1 (3. est une bijection 7 . θp “ pα ` α´1 qp “ αp ` α´p . Nous avons donc certainement αp ‰ α et compte tenu de l’exemple 3. Il est aisément vérifiable. Si q ´ 1 divise m. si z “ al et si y “ ak . xPK Alors nous avons Sm # ´1 mod p “ 0 si m ě 1 et m divisible par q ´ 1 sinon. .35. alors x0 “ 1 et Sm “ q. Un nombre premier étant impair (sauf p “ 2 qui peut être traité à part). ya “ yb implique a “ b. Nous prenons maintenant m ě 1 et nous voyons séparément les cas où q ´ 1 divise m ou non. que ces possibilités sont toutes incompatibles avec α4 “ ´1. Nous n’utilisons seulement le fait que y m ‰ 1 et y ‰ 0. Si cela était égal à α ` α´1 . l’équation xp “ x caractérise les éléments de Fp dans Fp pαq. si a est un générateur. En ce qui concerne la surjectivité. Nous avons réduit notre problème à déterminer pour quels p nous avons θp “ θ.130 CHAPITRE 3. 3. Les vérifications pour p P r5s8 et p P r7s8 sont du même style. Nous avons quatre petites vérifications à faire. Pour m P N nous définissons ÿ Sm “ xm . (3. Notons que nous n’avons pas réellement besoin que y soit un générateur. si y vérifiait ym “ 1 alors cela signifierait que l’ordre de K˚ est un diviseur de m. (3.121) Démonstration.119) et donc α2 “ 1. (3. alors θp “ α3 ` α´3 . En ce qui concerne l’injectivité.16). ce qui n’est pas le cas ici parce que l’ordre de K˚ est q ´ 1. donc 2 est un carré dans aurions (3. Pour un tel y. par le morphisme de Frobenius. (3. (3.122) parce que K˚ est cyclique et xq´1 “ 1 par le petit théorème de Fermat (théorème 3. CORPS est possible. au cas par cas.120) (3. alors z “ ϕpal´k q.123) xPK xPK˚ Si le nombre m ě 1 n’est pas divisible par q ´ 1 alors nous prenons un générateur y du groupe K Un tel élément vérifie ym ‰ 1. r5s8 ou r7s8 . alors nous α6 ` 1 “ α4 ` α2 .125) 7. Par conséquent nous avons ÿ ÿ xm “ 1 “ q ´ 1. Si m “ 0.124) x ÞÑ yx ˚. ce qui est impossible. En effet. L’équation X 2 “ 2 a exactement deux solutions qui sont ˘θ. alors θp “ α1`8k ` pα´1 q1`8k “ α ` α´1 “ θ. Si p P r3s8 . Nous avons donc 2 P F2 si et p seulement si θ P Fp si et seulement si θp “ θ.117) Nous pouvons maintenant conclure facilement.

pyxqm “ y m xn “ Sm “ xPK xPK ˚ xPK ˚ (3. . Smn . Nous considérons l’ensemble des zéros communs à tous les polynômes : i“1 V “ tx P Kn tel que P1 pxq “ . Soit K un corps fini de cardinal q et de caractéristique p. xmn n 1 PK n ˜ ÿ “ cm ¸ ÿ xm1 1 . . (3. (3. . (3. il est donc automatiquement modulo la caractéristique de K. . Nous considérons le polynôme r ź p1 ´ Piq´1 q. nous trouvons que degpP q “ r ÿ pq ´ 1q degpPi q ă npq ´ 1q. Xn s. .131 CHAPITRE 3. .126) ˚ Étant donné que y m ‰ 1. Pr des éléments de KrX1 . la seule solution est Sm “ 0. Démonstration.131) xPKn Nous avons immédiatement ż P “ ÿ P pxq “ xPKn ÿ 1 “ CardpV q mod p.129) La première ligne est facile : étant donné que tous les Pi pxq sont nuls pour x P V . . . . “ m (3. Nous avons ż ÿÿ P “ cm xm1 . . . Théorème 3.128) i“1 Montrons que # P pxq “ 1 0 si x P V sinon. (3.62 (Chevalley-Warning). nous avons P pxq “ 1. . . . . Xn s ř tels que r degpPi q ă n. Mais dans ce cas (toujours la cyclicité de K˚ ) nous avons Pi pxqq´1 “ 1 et donc le produit est nul. nous définissons ż ÿ Q“ Qpxq.127) Alors CardpV q “ 0 mod p. (3.134b) (3. ÿ ÿ ÿ xm “ y m Sm .132) xPV Nous insistons sur le «modulo p» parce que dans la formule P pxq “ 1. xmn n m xPKn ÿ cm Sm1 . ş Il nous reste à prouver que P “ 0.130) i“1 Pour un polynôme Q P KrX1 . . Si x n’est pas dans V .134c) . CORPS Nous pouvons maintenant faire le calcul. .133) m où la somme s’étend sur les m P Nn tels que cm ‰ 0.134a) m (3. Soient P1 . Pour cela nous décomposons ÿ m m P “ cm X1 1 . Xn n (3. le membre de droite est le 1 de K . En utilisant l’hypothèse sur le degré des Pi . “ Pr pxq “ 0u. . . . . P “ (3. . alors nous avons un i tel que Pi pxq P K˚ .

Nous devons donc avoir. . Si K est un corps quelconque alors toute extension séparable finie est simple. 0q. Nous reprenons les notations du théorème 3. 0. Étant donné que les Pi n’ont pas de termes constants. . uq “ p0. Soit K un corps. Smn mPNn ont un facteur nul. uq “ x ` y ´ 3t.135) i“1 En particulier pour tout m P Nn .63. Une extension sur K. i“1 alors ils ont un zéro commun non trivial. Par conséquent nous devons avoir CardpV q ą p. toute extension finie de K est simple 8 . Donc tous les termes de la somme ÿ (3. (3. Si α est un générateur de L alors L “ Kpαq et l’extension est donc simple. uq “ xy ` x ` ux (3. il existe i tel que mi ă q ´ 1. .4 Théorème de l’élément primitif Définition 3. 8. des autres racines que la racine triviale px. Dans ce cas nous savons par la proposition 3.49 que le groupe K˚ est cyclique. y.63.65. y. (3. Si les Pi n’ont pas de termes constants. 3. t. Nous ne donnons la preuve que dans le cas où K est fini. en vertu du corollaire 3. Par conséquent L˚ est un groupe cyclique. 0.137b) La somme de leurs degrés est 3 et ce sont des polynômes à 4 variables. Exemple 3. 0 P V .66 (de l’élément primitif). mais CardpV q “ 0 mod p.132 CHAPITRE 3. CORPS ř Le terme de plus haut degré dans la décomposition (3. Si K est un corps fini.34.64 Nous considérons les polynômes P1 px.137a) P2 px. ř Soit Pi des polynômes à n variables avec r degpPi q ă n. nous avons pour tous les m entrant dans la somme que n ÿ mi ă npq ´ 1q.133) est celui du m tel que i mi est le plus grand. t.3. Une preuve de l’assertion dans le cas où K est infini peut être trouvée sur wikipédia. L de K est dite finie si L est un espace vectoriel de dimension finie Notez que la définition d’extension finie ne suppose ni que sembles. Le corollaire nous donne aussi une borne inférieure nombre de racines à chercher : plus que la caractéristique du corps sur lequel nous travaillons. Démonstration.62. Définition 3. y. Si de plus L est une extension finie alors L est fini en tant qu’ensemble. et dans ce cas Smi “ 0. Corollaire 3. Démonstration. Nous pouvons dire cela sans avoir la moindre idée de la façon dont on pourrait résoudre le système P1 “ P2 “ 0. K ni que L soient finis en tant qu’en- Théorème 3. t. mais étant donné que nous savons que ce degré est plus petit que npq ´ 1q.136) cm Sm1 .

. Démonstration.68. un nombre premier et P un polynôme unitaire irréductible de degré n dans disons que P est primitif si les racines de P sont d’ordre pn ´ 1 dans Fp rXs{P .70. Soit p un nombre premier. n Lemme 3.5 Théorème de l’élément primitif Nous serions donc intéressé à construire Fq comme quotient de Fp rXs par un polynôme primitif. Fp rXs.133 CHAPITRE 3. Soit K un corps à q éléments. n P N et q “ pn . Soit P un polynôme irréductible de degré n sur Fp rXs.67. Cette proposition est encore vraie avec α. CORPS Définition 3. il est souvent dit qu’un polynôme P P ArXs est primitif si le pgcd de ses coefficients est 1.71. k ´ 1u. Alors (1) Il existe α P K tel que K “ Fp rαs. (1) P est primitif. L’ordre de P est mintk tel que P X k ´ 1u. C’est pas exemple le cas pour le théorème 2. alors pα ` βqp “ αp ` β p . . β P Fpn et pα ` βqp . Notons au passage que dans un corps. (3. L’ordre d’un polynôme P vérifie les propriétés suivantes : (1) L’ordre de P est l’ordre multiplicatif de ses racines (2) L’ordre de P divise pn ´ 1. .82. Cette notion de primitivité n’est apparemment pas reliée à celle de la définition 3. Proposition 3. 3. Nous Remarque 3.140) soit un isomorphisme de corps. Si A est un anneau factoriel. Soit p un nombre premier et P un polynôme irréductible unitaire de degré n. . . Théorème 3. Alors nous avons les propriétés suivantes. Le théorème suivant donne une description abstraite de Fq qui va nous servir de point de départ pour la construction.138) Soit p. cette notions de primitivité n’a donc pas d’intérêt dans notre cadre. Lorsque nous utiliserons la notion de polynôme primitif au sens du pgcd. (2) Il existe une polynôme irréductible P P Fp rXs de degré n tel que φ: Fp rXs{pP q Ñ K ¯ X ÞÑ α (3. Si α P Fq est une racine d’ordre k de P (de degré n) alors les racines de X k ´ 1 sont tαi tel que i “ 0. Soit α et P choisis pour avoir les propriétés citées plus haut. tous les polynômes non nuls et unitaires sont primitifs au sens du pgcd des coefficients . Si α.69. La preuve est exactement la preuve classique : ÿ ˆk ˙ p pα ` βq “ αk β p´k p k où les coefficients binomiaux sont dans (3.72 (Théorème de l’élément primitif).67 qui sera celle que nous retiendrons pour la suite. β P Fp rXs{P .3.139) Fp et donc nuls pour les k différents de p et de 0. nous le mentionnerons explicitement. Lemme 3.

. . . CORPS (2) P est scindé dans K. α ´1 . .49. Montrons que l’application φ: Fp rXs{pP q Ñ K (3. Si P était réductible dans Fp . αp (4) Le polynôme P divise Démonstration. Soient α P K tel que K “ Fp rαs ¯ et P P Fp rXs un polynôme irréductible de degré n tel que α ÞÑ X soit un isomorphisme entre K et Fp rXs{pP q. . α.146) est libre. il est cyclique par la proposition 3. L’espace K est donc un Fp -espace vectoriel de dimension .144) parce que K est généré par les puissances de α alors que les puissances de α plus hautes que ´ 1 peuvent être générées par 1. . (3) L’ensemble des racines de P est tα. ` a0 “ 0. α. . La surjectivité de φ provient du fait que α génère K. . l’élément α P K serait une racine d’un des facteurs. α.143) Fp rXs de degré tel que P pαq “ 0. (3. αn´1 u étant libre sur Fp .142) K est une espace vectoriel sur Fp . . il existe un polynôme unitaire P P donné que α est générateur de K.149) k“0 Mais l’ensemble t1. (3. . α ´1 u (3. .134 CHAPITRE 3. Q2 P Fp rXs{pP q s’écrivent Q1 “ Q2 “ n´1 ÿ k“0 n´1 ÿ ¯ ak X k (3. (3. ¯ Le polynôme P est primitif parce que α est d’ordre pn dans K alors que X ÞÑ α est un isomor¯ est d’ordre pn dans Fp rXs{P .141) le plus grand entier tel que l’ensemble t1. Par conséquent X . . . Si α un générateur de K “ Fp rαs. ´ X dans K étant fini. . 1u (3. De façon équivalente. c’est à dire qu’il serait racine d’un polynôme de degré inférieur à n. Montrons que P est irréductible dans Fp . phisme. . α. . . .148a) ¯ bk X k . (3. ¨ ¨ ¨ . Il existe des ai P Fp tels que α `a ´1 α ´1 ` . cela implique ak “ bk . par conséquent CardpKq “ pn “ q (3.147) ¯ X ÞÑ α est un isomorphisme. deux éléments Q1 .148b) k“0 Dans ce cas si φpQ1 q “ φpQ2 q alors φpQ1 q “ n´1 ÿ k“0 ak αk “ φpQ2 q “ n´1 ÿ bk αk . α soit libre. Nous passons maintenant à la seconde partie de la démonstration. Pour rappel ´1 uĂK (3. Étant K “ Spant1. Fp rXs. Pour l’injectivité. Le corps K˚ alors Soit Xq n´1 u. . . . . ce qui contredirait le fait que tα ´1 .145) et “ n. αp .

αp . Par conséquent ˜ ¸p ÿ ÿ P pX p q “ pak X k qp “ “ P pXqp .158d) “ β. αp n´1 (3.156) n sont donc distinctes (αp “ αq “ 1) et sont toutes des racines de P . Corollaire 3. Nous savons déjà que α est une racine de P . αp .135 CHAPITRE 3. Le polynôme P est alors scindé dans KrXs. il s’écrit β “ αk pour n un certain k. . .151) ak X k k“0 avec ak P Fp . Soit β une racine de P .152) nous trouvons ÿ ` ˘ ÿ ¯ ¯ 0 “ φ P pXq “ ak φpX k q “ ak αk .158e) Cela signifie que β q “ β et donc que β est racine de X q ´ X. alors β p est également une racine de P . αp . Nous concluons que l’ensemble 2 tα. Étant donné que αq´1 “ e “ αp ´1 . CORPS Nous commençons par prouver que l’ensemble 2 tα. . . Le dernier point du théorème est de montrer que P divise X q ´ X. Le corps fini à q “ pn éléments est de caractéristique p. . Nous devons montrer qu’il en est de même pour les autres puissances dans l’ensemble (3. c’est à dire que α est d’ordre q ´ 1. (3.154) k k k est un automorphisme de Fp par la proposition 2.150). et que α est également générateur de K.157) est l’ensemble des racines distinctes de P dans K. .150) u est l’ensemble des racines distinctes de P . . αp n´1 u (3.155) ak X k alors que nous savons que x ÞÑ xp k k Nous avons montré que si β est une racine de P . . D’abord α est une racine de P . n β q “ pαp qk ` n ˘k “ αp ´1 α ` ˘k “ αq´1 α (3. En effet ÿ ¯ ¯ P pXq “ ak X k “ 0 (3. Pour cela nous allons montrer que toutes les racines de P sont des racines de X q ´ X. αp . Étant donné que P est de degré n il ne peut pas y avoir d’autres racines.158c) “ αk (3. Pour cela nous posons n ÿ P pXq “ (3. . .158a) (3.152) k parce que cette somme est calculée dans Fp rXs{pP q. Étant donné que pour tout x dans Fp nous avons xp “ x. En appliquant l’isomorphisme φ à l’égalité (3.73. . (3.21.153) k k Donc α est bien une racine de P dans Fp rXs. nous avons aussi ÿ ÿ p ÿ P pX p q “ ak pX p qk “ ak pX p qk “ pak X k qp (3. αp .158b) (3. . αp . . (3. αp (3. Les puissances 2 n´1 α.

αp . Le noyau de cette application est ker µ “ dans Fp . Soit P . alors ils sont isomorphes. Un élément α P Fp rXs{pP q est une racine primitive si les puissances de α parcourent tout le groupe multiplicatif pFp rXs{P q˚ . nous allons démontrer la proposition suivante. Montrons que α est une puissance de β. un polynôme de degré n. ÿ `ÿ ˘p P pαp q “ pak αk qp “ ak αk “ 0 (3.34 indique que αp “ α. Soit a un élément primitif de K et P son polynôme minimal. Nous savons que K » Fp rXs{P par le théorème de l’élément primitif 3. un entier. αp ´1 sont distincts dans Fp rXs{P . . k Soit β “ αp une racine de P .140). un des éléments de L annule P . Soit b P L tel que P pbq “ 0. Démonstration. un nombre premier.163) . Soient P et Q deux polynômes irréductibles de degré n dans Fp rXs{Q sont isomorphes en tant que corps. Lemme 3.76. Par hypothèse α est une racine pri2 n mitive . Fp rXs divise Fp rXs.51. . Soit Q le polynôme minimal de b.78.136 CHAPITRE 3.161) ap k Par suite toutes les puissances de α sont des puissances de β.75.72. Zp parce que p1q “ 0. les coefficients étant à comprendre Définition 3. Si K et L sont deux corps à q “ pn éléments. Par définition nous avons que Q divise P . Proposition 3. Étant donné que P divise X q ´ X. L’élément a est en particulier une racine de X q ´ X.162) par la proposition 3. ce qui implique que β est générateur du groupe cyclique pFp rXs{P q˚ . Soit 1q la classe du polynôme 1 modulo P . Lemme 3. Soit p un nombre premier et P . Soit p un nombre premier et n. un polynôme de degré n et p. Soit α P Fp rXs{P une racine primitive de P .160) k k où nous avons utilisé le fait que “ ak étant donné que ak P Fp . CORPS Démonstration. En particulier nous avons Fp rXs{P » Fp rXs{Q » K. Étant donné que pFp rXs{P q˚ n est un groupe à pn ´ 1 éléments. Nous avons aussi ź Xq ´ X “ pX ´ bq bPL (3. Ces éléments constituent donc toutes les racines de P .74. Nous considérons le corps fini K à q éléments sous la forme K “ Fp rXs{P comme indiqué par l’équation (3. . nous considérons le morphisme µ : Z Ñ Fq (3.159) n ÞÑ n1q . (3. L’élément αp est également une racine ř parce que si P “ k ak X k .77. mais P étant irréductible et unitaire nous avons immédiatement P “ Q. . Démonstration. Si α P Fp rXs{P est une racine primitive de P alors les autres racines de P sont également primitives. En particulier avec r “ pn´k nous avons k n β r “ αrp “ αp “ α. Théorème 3. le corollaire 1.76. Alors les quotients Fp rXs{P et En guise de démonstration de ce théorème. Un polynôme de degré d irréductible dans n X p ´ X si et seulement si d divise n. (3. Par ailleurs P divise X q ´ X par le lemme 3. cela implique que les éléments α. αp .

(1) En vertu du corollaire 3. La version du faignant Nous pouvons construire le corps à pn éléments en prenant le quotient de quel polynôme irréductible de degré n.25.80 Construisons F4 .6 Construction de Fq Soit p un nombre premier et n P N. Donc F4 “ F2 rXs{pX 2 ` X ` 1q. Nous savons déjà que ce corps est unique (théorème 3. Ce n’est pas juste qu’il y a des racines dans l’un et pas dans l’autre.164) ¯ X ÞÑ b ¯ qui se prolonge en RpXq ÞÑ Rpbq pour tout R P Fp rXs. Par exemple le polynôme X 1 ` 1 accepte x “ 1 comme racine dans F2 tandis qu’il a pour racines ˘i dans C. et en particulier il n’est pas toujours vrai que X est généraq teur. CORPS Fp rXs{Q » L par l’application Nous montrons maintenant que φ: Fp rXs{Q Ñ L (3.79. ¯ (2) α “ X est une racine de P dans (3) K “ Fp rαs. Démonstration. Proposition 3.137 CHAPITRE 3. Le résultat est le suivant. Nous souhaitons construire un corps à q “ pn éléments. les éléments de K sont des polynômes en X. (3) En tant que quotient de ¯ Fp rXs. Soit P une polynôme unitaire irréductible dans (1) K est un corps à q éléments. . ¯ (2) Nous avons P pXq “ 0 par construction de K “ Fp rXs{pP q. K est un corps.82 Cherchons à construire F16 comme quotient de F2 par un polynôme de degré 4. Exemple 3.3. les racines peuvent donc complètement changer. La version plus élaborée Construire Fq comme quotient de Fp rXs par un polynôme irréductible quelconque ne donne pas ¯ d’informations sur les générateurs de F˚ . En changeant de corps. Le corps F2 n’est pas un sous-corps de C parce que leurs caractéristiques ne sont pas les mêmes. 3.165) pour un certain polynôme irréductible P P Fp rXs. Alors K. Il est aussi un espace vectoriel de dimension n sur Fp . Une conséquence est que les racines de polynômes peuvent être très différentes.48) et que nous le notons Fq . Nous posons K “ Fp rXs{pP q. Elle est injective parce que Rpbq “ 0 ne peut pas avoir lieu avec R P Fp rXs{Q parce que Q est le polynôme minimal de b. Exemple 3.72 nous incite à l’écrire sous la forme Fq “ Fp rXs{pP q (3. Cette application est bien définie parce que Qpbq “ 0. La surjectivité vient alors du fait que les deux corps ont le même nombre d’éléments.81. Remarque 3. Le théorème 3. et contient donc pn “ q éléments. Le polynôme X 2 ` X ` 1 est irréductible dans F2 parce qu’il n’a pas de racines (c’est vite vu : dans F2 il n’y a que deux candidats). Fp rXs par n’importe Fp rXs.

168k) X3 ` X2 ` X ` 1 (3.factor() (x + 1) * (x^2 + x + 1) * (x^4 + x + 1) * (x^4 + x^3 + 1) * (x^4 + x^3 + x^2 + x + 1) Les polynômes candidats a avoir des racines génératrices sont donc au nombre de 3 : P1 “ X 4 ` X ` 1 (3. 4 3 2 (3.167b) X (3. En effet nous avons X 4 “ X 3 `X 2 `X `1 et par conséquent les puissances successives de X sont X (3.167a) X2 (3.168h) X `X (3. Le polynôme P1 “ X 4 ` X ` 1 par contre est primitif parce que les puissances de X dans F2 rXs{P1 sont X (3.168o) Cela fait 15 puissances distinctes. Release Date: 2011-08-11 | | Type notebook() for the GUI.166a) P2 “ X ` X ` 1 4 (3.168a) X2 (3.168l) 2 X `X `X 2 1`X `X 2 (3.168g) 2 X `1 (3.168b) 3 (3. (3. Nous verrons plus loin comment alléger un peu la vérification de la primitivité de P1 .166c) ¯ Dans le quotient F2 rXs{P3 . and license() for information.168d) X2 ` X (3.168n) 1 (3. l’élément X n’est pas générateur.168i) X ` 1 ` X2 (3. ce qui prouve que P1 est primitif.1.138 CHAPITRE 3.168e) X 3 X `X 2 (3.167d) (3.168f) X `1`X 3 (3.168j) 3 3 (3. | ---------------------------------------------------------------------sage: x=polygen(GF(2)) sage: -x-1 x + 1 sage: Q=x**15-1 sage: Q.166b) 3 P3 “ X ` X ` X ` X ` 1.167e) La classe de X dans F2 rXs{P3 n’est donc pas génératrice du groupe pF2 rXs{P3 q˚ . .168m) 1`X 3 (3.7.167c) 3 X “X `X `X `1 4 3 2 1. CORPS ---------------------------------------------------------------------| Sage Version 4.168c) X `1 (3.

Par exemple X 4 ` X 3 ` X 2 ` X ` 1. (5) La famille t1. ils forment tout l’ensemble Fq . (3.171) Dans ce calcul nous avons abondamment utilisé le fait que ´1 “ 1.83.170) ˚ doit être un ¯ est primitif. . ce qui implique que P est de degré au moins égal à celui de P . 3. ω 4 et ω 8 . Alors n´1 (1) Les racines de P sont tα. . . Démonstration.51 un polynôme irréductible de degré n divise le polynôme X p ´ X. α2 . . ˜ ˜ (2) Soit P un polynôme annulateur de α. . α. . . (3. ω 2 . La plupart des assertions sont des corollaires ou des paraphrases de résultats contenus dans les propositions précédentes. . (4) P divise X q ´ X dans K. Les polynômes primitifs par contre doivent être trouvés parmi les diviseurs irréductibles de X 15 ´1. Fq “ t0. (3. (6) En tant qu’ensemble. Nous posons ω “ X P F2 rXs{P . . Montrons que l’ordre de ω n’est pas 5 non plus : ω 5 “ ω 4 ω “ pω 3 ` 1qω “ ω 4 ` ω “ ω 3 ` ω ` 1 ‰ 1. q ´ 1. αn´1 u est une base de K en tant qu’espace vectoriel sur Fp . À partir de maintenant nous posons K “ F2 rXs{P . L’ordre de ω dans le groupe pF2 rXs{P q diviseur de 15 et donc seulement 1. . 5 ou 15. plus généralement un polynôme contenant un nombre impair de termes non nuls dont le terme indépendant. . α.172) Ici nous avons implicitement utilisé le lemme 3. . . (3) P est scindé dans K. α. 3. (1) L’assertion à propos des racines de P est contenue dans le lemme 3. (6) Si αl “ αk avec k ă l et k. . Nous considérons K “ Fp rXs{P et ¯ α “ X P K. Soit P un polynôme irréductible unitaire primitif dans Fp rXs.75.139 CHAPITRE 3. . Cet ensemble est donc libre. . Par ailleurs un ensemble libre de n éléments dans un espace vectoriel de dimension n est générateur. . n (4) D’après le lemme 3. (3) Possédant n racines distinctes dans K. Des polynôme irréductibles de degré 4 dans F2 rXs ne sont pas très difficiles à trouver. Par conséquent toutes les racines de P sont racine de P ˜ ˜ racines de P . le polynôme P est scindé. Une autre façon de montrer ce point est de remarquer que le polynôme P est scindé et que toutes ses racines sont également racines de X q ´ X. En effet si β est une racine de P . αp u et αq “ α. . Nous considérons donc p “ 2 et n “ 4. α. Montrons que P “ X4 ` X3 ` 1 (3. D’autre part le groupe pFp rXs{P q˚ est cyclique d’ordre q ´ 1. . α3 . CORPS Proposition 3. .7 Exemple : étude de F16 Dans cette sous section nous voulons construire F16 . ce qui contredirait la primitivité de P .169) et les αk sont distincts pour k “ 1. . αq´1 u. αp . . Le fait que l’ordre ne soit ni 1 ni 3 est trivial parce que le degré de P est 4. Par conséquent le corollaire 1. (2) P est le polynôme minimal de α. . α2 . D’autre part P ne peut pas avoir plus de 4 racines. (5) Une combinaison linéaire nulle entre les éléments de t1. Les racines de P sont ω.34 indique que αq´1 “ 1 et donc αq “ α. . Les éléments 0. αn´1 u serait un polynôme annulateur de degré n ´ 1 de α.3. α2 . Nous voyons que si β est racine de P alors β p est également ˜ en utilisant les techniques habituelles. αq´1 étant distincts et au nombre de q. alors β 2 est une racine en vertu de P pβ 2 q “ pβ 2 q4 ` pβ 2 q3 ` 1 “ pβ 4 q2 ` pβ 3 q2 ` 12 “ pβ 4 ` β 3 ` 1q2 “ 0. .70. l ď q alors nous avons αr “ 1 avec r “ l ´ k ă q.

γ 8 u est une base de F16 sur F2 telle que le produit de deux éléments de Bγ est soit un élement de Bγ soit 1. ω 3 u est une base. 9. Nous cherchons x sous la forme x “ ω k . En effet cet ensemble est libre (sinon ω aurait un polynôme annulateur de degré 3) et générateur parce que l’espace engendré par 4 vecteurs indépendants sur F2 contient 24 “ 16 éléments.174d) Les quatre vecteurs fj forment donc bien un base parce qu’ils sont générateurs d’un espace de dimension 4. Nous savons que t1. ω 2 . Exemple 3. f2 “ ω 2 .177) (2) Nous cherchons γ sous la forme γ “ ω k .84. 12 & k“ 1 ’ % 2 (3. Il n’y a des solutions uniquement si l=0 si l=5 si l=10 (3.173c) 2 f4 “ ω ` ω ` ω. γ 4 . γ 2 .174b) f2 “ e2 (3. CORPS Proposition 3.173a) f1 “ ω f2 “ ω (3. 10 et elles sont : $ ’3.140 CHAPITRE 3. Parmi les nombreuses contraintes liées à l’énoncé nous devons avoir γ 5 “ 1. L’équation à résoudre pour k est (3. Nous posons e0 “ 1.173d) Ensuite nous montrons que les vecteurs ei peuvent être construits comme combinaisons linéaires des vecteurs fj : f1 ` f2 ` f3 ` f4 “ e0 (3.176) solutions. Cette équation revient à 5k “ l mod 15. Reste à explorer γ 5 “ 1. Si a ‰ 0 alors a est une puissance de ω . Si l n’est pas un multiple de 5. alors x “ 0 est la seule solution.85 (1) Résoudre dans a. (3. C’est parti ! (1) Si a “ 0. γ.174c) f1 ` f2 ` f4 “ e3 .174a) f1 “ e1 (3. γ 4 . nous posons a “ ω l . En utilisant le calcul modulo ω 4 ` ω 3 ` 1 “ 0 et 2 “ 0 nous trouvons (3. γ 5 ne sont pas bonnes parce qu’elles impliqueraient que Bγ n’est pas une base. 5. γ 4 . ω.173b) 2 f3 “ ω 3 ` 1 3 (3. e1 “ ω. γ 2 . (3. 6. (3. Démonstration. L’ensemble tω. f4 “ ω 8 . e3 “ ω 3 et f1 “ ω. alors il n’y a pas de pour l “ 0. F16 l’équation x5 “ a en discutant éventuellement en fonction de la valeur de (2) Montrer qu’il existe quatre éléments γ P F16 tels que pour chacun d’eux l’ensemble Bγ “ tγ. γ 2 . ω 8 u est une base de F16 sur F2 .178) Les possibilités γ 5 “ γ. γ 8 . e2 “ ω 2 . . f3 “ ω 4 . ω 4 . ω 2 .175) ω 5k “ ω l où l est donné.

ω 6 . ω 6 . & µpnq “ 1 si n est le produit d’un nombre pair de nombres premiers distincts. (3. ω 9 u où nous avons utilisé le fait que ω k “ ω k trouvons mod 15 .186) d n Alors f pnq “ ÿ d n où µ est la fonction de Möbius pour tout n ě 1. ω 12 .187) .86. ω 24 u “ tω 3 . Si m et n sont strictement positifs et premiers entre eux. µ ´n¯ d gpdq (3. ω 12 . ω 3 . 1u définie par $ ’0 si n est divisible par un carré différent de 1.181a) ω “ω `ω `ω`1 (3.8 Polynômes irréductibles sur Fq Définition 3. ’ % ´1 si n est le produit d’un nombre impair de nombres premiers distincts. (3. alors µpmnq “ µpmqµpnq. ω 9 . ÿ gpnq “ f pdq. ω 6 .183) Proposition 3. (3. Soient f. 3.180) En utilisant le fait que ω 4 “ ω 3 ` 1 nous ω5 “ ω3 ` ω ` 1 (3. Les possibilités γ “ ω 6 . Avec γ “ ω 3 nous trouvons Bγ “ tω 3 . (3.181d) 6 3 9 2 2 L’ensemble Bγ est alors formé des éléments (3. ω 12 produisent les mêmes ensemble Bγ . La fonction de Möbius est la fonction µ : N˚ Ñ t´1.88 (Formule d’inversion de Möbius[31]). ω 9 .182b) f3 “ ω ` 1 (3. De plus nous avons # ÿ µpdq “ d n 1 0 si n “ 1 si n ą 1 Proposition 3. 0. CORPS Étant donné le premier point nous restons avec les possibilités γ “ 1.3.179) Évidemment γ “ 1 ne produit pas une base.87 ([31]).181b) ω “ω `1 (3. ω 12 . g : N Ñ C telles que pour tout n ě 1.184) (3.182c) f4 “ ω 2 ` 1. (3.182a) f1 “ ω 3 f2 “ ω ` ω ` ω ` 1 (3. (3.141 CHAPITRE 3.185) (3.181c) ω 12 “ ω ` 1.182d) 3 2 Il est assez simple de vérifier que cela est une base en remarquant que f1 ` f2 ` f2 ` f4 “ 1.

33) : rFqn : KsrK : Fq s “ rFqn : Fq s “ n. L de K. n Étant donné que tous les éléments de Apd. . qq. qq “ 1 ÿ ´n¯ d µ q nd n d (3. (1) Soit un diviseur d de n et P P Apd.86. Montrons que P divise X q ´ X. Si P est irréductible. Ce dernier point est la proposition 3. d Nous sommes donc dans la situation où P et X q ´ X ont une racine commune dans l’extension n Fq rXs{pP q. Nous considérons la corps K “ Fq rXs{pP q.192) d n P PApd.78.193) 9. Vu que P est irréductible.188) d n pPApd. Théorème de Bézout. Soit donc P un facteur irréductible de X q ´ X de degré d ě 1. qq „nÑ8 qn . qq. il existe a. Cette dernière égalité est encore valable dans L et donc rend impossible l’existence d’une racine commune. Nous notons aussi Ipn. Si P ne divise pas Q. il n’y a que P . n (3.189) où µ est la fonction de Möbius (définition 3. Alors : n (1) Le polynôme X q ´ X se décompose en irréductibles de la façon suivante : ź ź n Xq ´ X “ P. ` l’ensemble des polynômes ˘ unitaires irréductibles de degré n sur Fq . b P K Ă L tels que 9 aP ` bQ “ 1. alors P et Q sont premiers entre eux parce que dans la décomposition en irréductibles de Q.142 CHAPITRE 3. Démonstration. Nous en déduisons que α est aussi une racine de X q ´ X. Q P KrXs ayant une racine commune dans une extension alors P Q. 32]). Nous posons encore K “ Fq rXs{pP q et nous utilisons la propriété de multiplication sur les degrés (proposition 3.89 ([32]). Ce corps possède donc q d éléments et est isomorphe à Fqd par la proposition 3. Apn.191) n donc par récurrence.190) n Démonstration.89 nous indique que P divise X q ´ X. Par construction dans K. et α est racine de X q ´X. il n’y a pas de P tandis que dans celle de P . qq “ Card Apn. n ě 1 et r P N˚ . Soit p un nombre premier. qq . Nous en déduisons que P divise X q ´ X. n n le lemme 3. “ αq (3.86). qq avec d n. Soient P. Cet élément est d également une racine de X q ´ X parce que tout élément de Fqd est une racine de ce polynôme. En effet en utilisant le d fait que αq “ α. CORPS Lemme 3. Nous notons q “ pr .51. Proposition 3. leur produit n divise encore X q ´ X : ź ź n P X q ´ X. qui est une extension de degré degpP q de Fq parce qu’il s’agit des polynômes de degré au maximum degpP q a coefficients dans Fq . (3. on a encore αq “ α. nous avons n αq “ αq kd “ αq d q pk´1qd n ´ d ¯qpk´1qd pk´1qd “ αq .qq n Nous devons à présent montrer que tous les facteurs irréductibles de X q ´ X sont dans un n Apd. (3. 2. (3. l’élément α “ rXs (la classe de X dans le quotient par P ) est une racine de P .qq (2) Le nombre d’irréductibles est donné par Ipn. Par conséquent. qq divisent X q ´X et sont irréductibles. (3) Nous avons l’équivalence de suite Ipn.90 ([1.

il n’a donc qu’une n fois chacun des P P Apd.9 (3. 10. Donc nous avons bien l’équivalence de suite pour n Ñ 8 : q n ` rn qn „nÑ8 .199) (3. Nous avons |GLpn. qq “ dIpd. (3. Nous écrivons alors ÿ ´n¯ qd. ´ n ¯ ¯ r ` qn 1 ÿ ´n¯ d 1´ n Ipn. n Étant donné que X q ´ X n’a que des racines simples sur Fqn (à nouveau la proposition 3. il n’a pas de facteurs carrés . Fp q et l’ensemble des bases de Fn . qui vaut degpP q est un diviseur de n. Fp q| “ ppn ´ 1qppn ´ pq . . sont tous plus petit ou égal à n{2 et qu’en valeur absolue. Pour le second nous avons le choix entre pn ´ p p éléments. CORPS donc rK : Fq s. le plus haut degré en n est q n parce que rn est en q tn{2u . tn{2u ÿ |rn | ď d“1 qd “ q ´ q tn{2u q tn{2 ´ 1 q tn{2u`1 “q ď .197) (3. nd n d ce qu’il fallait. qq. .201) Matrices Proposition 3.51). qq. Pour le premier vecteur de base nous p avons le choix entre les pn ´ 1 éléments non nuls de Fn . Nous devons donc seulement compter le nombre de bases. (2) Nous passons au degré dans l’expression que nous venons de démontrer : ÿ ` ˘ ÿ qn “ d Card Apd. Dans [1].194) d n P PApd. 1´q q´1 q´1 D’autre part en reprenant la formule déjà prouvée. Autrement dit. outre n lui-même.200) Au numérateur. (3.196) f pnq “ µ d d n ou encore Ipn. nous avons égalité.88) pour les fonctions gpnq “ q n et f pnq “ dIpn. (3. . Par construction il existe une bijection entre GLpn.195) d n d n Nous pouvons utiliser la formule d’inversion de Möbius (proposition 3. et ainsi de suite. tous les facteurs irréductibles de X q ´X avec ś n sont dans le produit d n P PApd. qq “ 1 ÿ ´n¯ d µ q . (3.202) Démonstration.91. µ nd n d n n n (3. (3. qq “ q “ rn ` µ qn “ .198) mais sachant que les diviseurs de n. qq ś d n. la fonction de Möbius est toujours plus petite ou égale à 10 1. dans sa décomposition en irréductibles sur Fq .qq Ayant déjà obtenu la divisibilité inverse et les polynômes étant unitaires.qq P et donc X q ´ X divise ce gros produit : ź ź n Xq ´ X P. (3) Nous posons rn “ ÿ d n dăn µ ´n¯ d qd. ppn ´ pn´1 q. n n 3. ma dernière inégalité arrive comme une égalité.143 CHAPITRE 3.3.

alors L est Les deux parties de ce théorème utilisent l’axiome du choix. pX ´ ψpαn qq.4. Par définition de Ω. ce polynôme A a une racine dans Ω qui est alors une racine commune à P et Q dans Ω.2 Extensions séparables Source : [33]. Définition 3. alors P a aussi ses racines distinctes dans L. Donc les racines de P dans (3. De plus si K-isomorphe à un sous corps de Ω. . Un polynôme irréductible P P KrXs est séparable sur K si dans un corps de décomposition.96 Un polynôme peut être séparable sur un corps.144 CHAPITRE 3.92. Une des choses intéressantes avec les extensions séparables c’est qu’elles vérifient le théorème de l’élément primitif (3. D’autre part dans L le polynôme P s’écrit P “ apX ´ α1 q . Exemple 3. pX ´ αn q (3. Notons que dans ce qui va suivre nous allons parler de KrXs. Soit A un polynôme non inversible divisant P et Q. L est une extension de K. Q P KrXs ne sont pas premiers entre eux si et seulement si ils ont une racine commune dans la clôture algébrique Ω de K.105). Soit donc ψ : L Ñ L1 un isomorphisme laissant invariant les éléments de K. K. nous avons ψpP q “ P . Soit P irréductible dans KrXs ayant des racines distinctes dans le corps de décomposition est un autre corps de décomposition pour P . . Les polynômes P. étant donné que P est à coefficients dans K.203) avec a P K et αi P L. Si L1 Démonstration. Pr .45 qui donne l’unicité du corps de décomposition à K-isomorphisme près. D’une part. Tout corps K possède une clôture algébrique Ω. . si α est une racine commune de P et Q. Nous considérons le polynôme P “ Xp ´ T p L “ Fp pT q et (3. mais non séparable sur un autre. Nous avons donc P “ ψpP q “ apX ´ ψpα1 qq . Cela ne s’applique donc pas à ZrXs par exemple. ses racines sont distinctes. L’ingrédient est la proposition 3. alors le polynôme X ´ α divise P et Q et donc P et Q ne sont pas premiers entre eux. 3. Soit K un corps.95. nous disons qu’il est séparable si tous les Pi le sont.1 Extensions de corps Clôture algébrique Théorème 3. l’ensemble des polynômes sur un corps.93. Notons en particulier que si Ω1 est une autre clôture algébrique de corps l’un de l’autre et sont donc K-isomorphes.94.4 3. .4. alors Ω et Ω1 sont des sous Lemme 3.205) . . La proposition suivante donne un sens à la définition de polynôme irréductible séparable. Proposition 3. Soit K “ Fp pT p q. . L. Pour le sens inverse.204) L1 sont les éléments ψpαi q qui sont distincts. Si P est un polynôme non constant dont la décomposition en irréductibles est P “ P1 . CORPS 3. Démonstration.

l’élément a est une racine commune de . il a pour facteurs irréductible le polynôme X 2 ` 1 dont les racines sont ˘i dans l’extension Qpiq.98 Le polynôme pX 2 ` 1q2 est séparable dans QrXs. alors ψpaq est une racine multiple de P dans E1 parce que ` ˘ ` ˘ P ψpaq “ ψ P paq . Nous pouvons voir P P LrXs. C’est à dire qu’il existe une extension de K (2) P a une racine multiple dans tout corps de décomposition . Par contre si nous regardons P dans LrXs alors P n’est plus irréductible parce que ses facteurs irréductibles sont pX ´T q. En effet. alors nous considérons une racine a de D dans L (une extension de K). Q parce que ses facteurs irréductibles dans QrXs sont X ´ 1 Exemple 3. (3. Par le morphisme de Frobenius nous avons (3. (1)ñ(2) Soit a. D’après le théorème de Bézout il existe A. une racine multiple de P dans une extension L de K.206) P “ pX ´ T qp dans LrXs. (3. pour savoir si il est séparable. la racine T est multiple. B P KrXs tels que AP ` BP 1 “ D. alors c’est aussi une racine de (4)ñ(1) Si le degré de D est plus grand ou égal à 1.207) (1)ñ(3) Soit L un corps de décomposition de P sur K et a P L. En dérivant. CORPS dans KrXs. Si a P E est une racine multiple de P . Vu que E et E1 sont deux corps de décomposition de P nous avons un isomorphisme ψ : E Ñ E1 .208) et donc a est également une racine de P 1 . Exemple 3. Le polynôme P est irréductible sur KrXs parce que ses diviseurs sont de la forme pX ´T qk qui contiennent T k qui n’est pas dans K (sauf si k “ n ou k “ 0). on le regarde dans un corps de décomposition. (1) P a une racine multiple dans une extension de dans laquelle P a une racine multiple. et E. et construire une corps de décomposition E1 qui est une extension de L. (3. un corps de décomposition de P . (3)ñ(4) Soit D un pgcd de P et P 1 . une racine multiple de P .97 Le polynôme pX ´ 1q3 est séparable sur qui ont des racines simples. Soit P P KrXs un polynôme non constant. Étant donné que D divise P et P 1 . (3) P et P 1 ont une racine commune dans une extension de K. Or chacun des facteurs irréductibles étant X ´ T . P 1 “ 2pX ´ aqQ ` pX ´ aq2 Q1 .145 CHAPITRE 3. Proposition 3. Les propriétés suivantes sont équivalentes. Démonstration. Notons bien le raisonnement : P étant irréductible. Ce polynôme n’est pas séparable sur K parce que dans le corps de décomposition L. (4) le degré de pgcdpP.209) L. N’étant pas irréductible. nous regardons les racines de ses facteurs irréductibles. les racines sont simples. Si a est une racine commune de P et P 1 dans une extension D et donc degpDq ě 1.99 ([33]). On a alors P “ pX ´ aq2 Q avec Q P LrXs. P 1 q est ě 1. Alors nous voulons prouver que P ait une racine multiple dans E. K.

. La dernière phrase est une conséquence du corollaire 3. Les conditions suivantes sont équivalentes : (1) toutes les extensions algébriques de K sont séparables . Toute extension de corps séparable finie admet un élément primitif. Par hypothèse. . αn q admet un élément primitif. (2) tout polynôme irréductible de KrXs est séparable. alors L “ Kpα1 . αn des éléments algébriques séparables sur K . .146 CHAPITRE 3. Corollaire 3. . alors tout polynôme de KrXs est séparable. soient α1 . Démonstration. Il suffit de montrer que les irréductibles sont séparables. KrXs est Proposition 3. alors pgcdpP. Notons que si P est irréductible.101.104 Une des conséquences les plus intéressantes de la proposition 3. Par conséquent a est une racine multiple de P dans K. Donc a est séparable et L est une extension séparable. L est séparables.103 est que toutes les extensions algébriques de Q sont séparables. Le terme de plus haut degré de P 1 est alors dX d´1 qui est non nul parce que d ‰ 0 en caractéristique nulle. Définition 3. Dans l’autre sens. Soit K un corps. Donc P 1 ‰ 0 et donc P est séparable par la proposition 3. Démonstration. Soit D “ pgcdpP. (2) L’extension L est séparable si tous ses éléments sont séparables. Donc P est séparable sur K. Soit P P KrXs irréductible. Dans l’autre sens. Soit P un polynôme irréductible dans KrXs. Démonstration. . Soit L une extension algébrique de K.210) et P 1 “ Q ` pX ´ aqQ1 .100. donc les polynômes minimaux µa et µb sont séparables dans KrXs. .99. Si K est de caractéristique nulle. il est le seul à se diviser lui-même et donc µa “ µb “ P . . Exemple 3. Cela prouve immédiatement que P 1 ‰ 0. Le polynôme P est séparable si et seulement si P 1 ‰ 0. Théorème 3. Nous avons donc P “ λD avec λ P K et donc degpP q ě 1. (3. .103. En particulier les extensions algébriques des corps de caractéristique nulle sont toutes séparables. CORPS P et P 1 . Vu que P paq “ 0 nous avons P “ pX ´ aqQ.105 (Théorème de l’élément primitif[8]). P 1 q et nous voudrions prouver que degpDq ě 1 si et seulement si P 1 “ 0. Étant donné que P est irréductible.101. . Mais alors P 1 paq “ Qpaq et donc Qpaq “ 0 et donc a est une racine double de P .102. soit a P L et le polynôme minimal µa P KrXs. Soit P un polynôme irréductible et unitaire de degré d. soit L une extension algébrique de K. Nous montrons maintenant que a est alors une racine multiple de P . si P est irréductible. (1) On dit que l’élément a P L est séparable sur K si son polynôme minimal dans séparable sur K. P 1 q “ P est donc deg1 pDq ě 1. Soient a et b des racines de P dans un corps de décomposition L. il est associé à D parce qu’il n’a pas d’autres diviseurs que lui-même (à part 1). Par définition il est irréductible et donc séparable (par hypothèse). Proposition 3. Plus explicitement. Si P 1 “ 0. cette proposition donne des conditions pour que P ne soit pas séparable.

. Il suffit d’examiner le cas n “ 2 . . Donc dans E les racines de P sont distinctes parce que P est irréductible (et idem pour Q).215) Notons que cela est de toutes façons dans L et qu’étant donné que β1 ‰ βk . les polynômes P et Q sont séparables. . D’une part. . αn´1 q “ Kpθq. αn q “ Kpθ. . s . .213) (3. . . βs de P dans (3. Du coup nous avons L “ Kpαq et le théorème est démontré. jq P 1. (3. αn q “ Kpα1 . . . Si θ est un générateur de L˚ . Kpθq.211) et donc si Kpα1 .219) et donc β P Kpθq. alors (3. r ˆ 2. . Soit dans KpθqrT s les polynômes QpT q et SpT q “ P pθ ´ cT q. en effet pour n “ 1 c’est trivial et si n ą 2.212) et nous sommes réduit au cas n “ 2 par récurrence. La solution (3. . D’autre part. Vu que P et Q sont polynômes minimaux d’éléments qui sont par hypothèse séparables. cette solution a un sens (ici on utilise l’hypothèse de séparabilité). . Soient les racines α1 “ α. Passons au cas où K est infini. Étant donné que K est infini nous pouvons donc trouver un c P K qui ne résout aucune des équations (3. αn´1 qpαn q. . αr β1 “ β. Nous avons L Ă E. Enfin si k ě 2. Donc L˚ est cyclique par le théorème 3. . une racine de R doit être une racine de Q. . Montrons que β “ Kpθq. et donc être un des βi . αn q (3. De plus α “ θ ´ cβ est alors immédiatement dans Kpθq.216) Nous posons θ “ α `cβ et nous prétendons que L “ Kpθq.217) ` ˘ Spβk q “ P α1 ` cpβ ´ βk q ‰ 0 (3. (3.215) peut être dans L et non dans K. À partir du moment où α et β sont dans 11. un corps de décomposition de P Q. α2 . nous avons Kpα1 . Pour chaque pi. . .218) parce que α1 ` cpβ ` βk q n’est aucun des αi . alors L est également fini. . soit P le polynôme minimal de α sur K et Q celui de β. Nous concluons que β est l’unique racine de R et donc que R “ X ´ β P KpθqrT s. l’équation αi ` xβk “ α1 ` xβ1 pour x P K a au plus 11 une solution donnée le cas échéant par x “ pαi ´ α1 qpβ1 ´ βk q´1 (3. . . Nous nommons R le PGCD de ces deux polynômes. (3. . Si s “ 1 alors Q “ X ´ β et donc β P K (parce que Q P KrXs). Si le corps K est fini.147 CHAPITRE 3. CORPS Démonstration. . le choix de c fait que β est une racine de R parce que Spβq “ P pα ` cβ ´ cβq “ P pαq “ 0. βq .215) : αi ` cβk ‰ α1 ` cβ1 . nous avons obtenu L “ Kpα. alors L “ Kpθq. L’équation peut donc très bien ne pas avoir de solutions x P K.53. . β2 . .214) E et les racines de Q dans E. alors Kpα1 . Nous nommons E. Nous supposons donc maintenant que s ě 2. Soit donc L “ Kpα. Ici r et s sont les degrés de P et Q. βq “ Kpθq.

. . Xn s par un idéal (pour un certain A est maximal si et seulement si le quotient A{I est un corps. 3q “ 6. Si K est un corps algébriquement clos. Ce dernier groupe n’est pas cyclique alors qu’il est un groupe fini dans K˚ . .105. an q “ R. . Nous commençons par montrer que J “ pX1 ´ a1 . Xn s sont de la forme pX1 ´ a1 . ˘i.224) . Un nombre (dans C) est transcendant si il n’est racine d’aucun polynôme non nul à coefficients entiers. (3.223) à pa1 . alors c’est une extension algébrique finie de K. Xn ´ an q (3.148 CHAPITRE 3. Une K-algèbre est de type fini si elle est le quotient de n).222) Soit P P kerpφq . . Plus généralement si L est un extension du corps K alors si t P L est une racine d’un polynôme dans KrXs nous disons que t est algébrique sur K . . . un idéal I d’un anneau commutatif KrX1 . . . Soit K un corps et B. Pourtant S3 n’est pas cyclique. une K-algèbre de type fini. sinon nous disons que t est transcendant sur K. Théorème 3.107 Il est aussi possible pour un groupe fini d’avoir ωpGq “ |G| sans pour autant que G soit cyclique.110. nous écrivons la division euclidienne de P par X ´ a1 puis celle du reste par X ´ a2 et ainsi de suite : P “ pX ´ a1 qQ1 ` .108. (3. . . . . . . ˘j. .223) où R doit être une constante parce que le premier reste est de degré zéro en X1 . Si B est un corps. Théorème 3. Xn ´ an q où les ai sont des éléments de (3. . . .111 (wikipédia). Remarque 3. Définition 3. le second est de degré zéro en X1 et X2 . 3.112 ([34]). an q et en nous rappelant que P P kerpφq nous obtenons 0 “ P pa1 .109. . Xn s Ñ K P ÞÑ P pa1 .105 ne tient pas pour les corps non commutatifs. . Exemple 3. Par exemple si nous considérons pour K le corps des quaternions et comme G le groupe à 8 éléments t˘1. . .220) K. . Afin d’identifier cette constante. . Il est prouvé dans [8] que C est algébriquement clos à partir du théorème de l’élément primitif 3. . an q. CORPS Exemple 3.4. ` pXn ´ an qQn ` R (3. les idéaux maximaux de KrX1 . Pour cela nous considérons le morphisme surjectif d’anneaux φ: KrX1 . ˘ku.113 ([34]). . etc. mais c’est encore un petit peu de travail. . .3 Idéal maximum Définition 3. Démonstration. . . Théorème 3. . .106 Le théorème de l’élément primitif 3. Par exemple pour G “ S3 . nous avons |S3 | “ 6 alors que les éléments de S3 sont soit d’ordre 2 soit d’ordre 3 et ωpGq “ ppcmp2. .221) est un idéal maximum. nous appliquons l’égalité (3.

. sinon le monôme Xi ne se projetterait pas sur un élément dans K dans le quotient. . . . Cela prouve que J est contenu dans I .229) c’est à dire que pa1 . . Mais K étant algébriquement clos. Xn s (3. . . . .111. Si nous notons V pIq “ tx P Kn tel que P px1 . Supposons que I ‰ KrX1 .. . (3. .. Nous avons donc kerpφq Ă J. . bn d’une extension de K sont algébriquement indépendants si ils ne satisfont à aucune relation du type ÿ αi1 . il est sa propre et unique extension algébrique . . Soit K. Le quotient KrX1 . (3. il existe ai P K tel que Xi ´ ai P I. .226) I est une K-algèbre de type fini (définition). . . . xn q “ 0u (3.115. an ). Nous savons déjà par le théorème 3. . . . Xn ´ an q. . . . Nous montrons maintenant l’implication inverse.116. (3. . C’est donc une extension algébrique finie de K par le théorème 3.227) Donc pour tout 1 ď i ď n. . . . Soit K un corps algébriquement clos et I. . ` pXn ´ an qQn . . . c’est à dire P P J. . . Par ailleurs J Ă kerpφq est évident. Corollaire 3. .113 que K est de la forme K “ pX1 ´ a1 . Des éléments b1 . an q P V pIq et donc que V pIq ‰ 0. . . . Xn s J “ K. . . par maximalité nous avons donc I “ J.230) n 1 avec αi1 . bin “ 0 (3. . . Définition 3. . . un idéal de KrX1 .. . . . un corps. . donc si P P I nous avons P pa1 .114.225) Donc J est un idéal maximal parce que tout polynôme n’étant pas dans J doit avoir un terme indépendant non nul et donc être dans K vis à vis du quotient KrX1 . . CORPS donc R “ 0 et P “ pX1 ´ a1 qQ1 ` . . Un élément de I est dans K. . Vu que J est le noyau de l’application KrX1 .228) l’ensemble des racines communes à tous les éléments de I. . . . . Xn s{J. Nous supposons que I est un idéal maximum et nous montrons qu’il doit être égal à J (pour un certain choix de a1 . . on a V pIq “ H si et seulement si I “ KrX1 . . De plus c’est un corps par le théorème 3. Xn s.in P K. Xn s et que K est un idéal maximum contenu dans I. . Xn s. Xn s I “ K. nous avons KrX1 . . . donc J “ kerpφq.112. Xn s Ñ K.149 CHAPITRE 3. . Le sens difficile est l’autre sens. . nous en déduisons que KrX1 . Le groupe de Galois d’un polynôme sur K est le groupe de Galois de son corps de décomposition sur K. Définition 3. Démonstration. .in bi1 . Si I “ KrX1 . .. 3.5 Minuscule morceau sur la théorie de Galois Vous trouverez des détails et des preuves à propos de la théorie de Galois dans [35]. . Le groupe de Galois d’une extension L de K est le groupe des automorphismes de L laissant K invariant. an q “ 0. Xn s en particulier 1 P I et nous avons évidemment V pIq “ H. . .

Corollaire 3.5m “ temps “ Reste 2.6 3. . On le note : temps “ 5s ` . passons à un truc plus marrant. et si l’on est confiant en le genre de raisonnements faits à la section 3. L’équation générale de degré n est résoluble par radicaux si et seulement si n ě 5. On le note : 10 10 s ` s` 2 4 10 8 m. part avec 1m d’avance sur une tortue qui avance à 1 m{h. En 2. .118. soit 2. 3. mais c’est 10 10 10 s ` s ` s` 2 4 8 En continuant ainsi à regarder la flèche qui parcours des demi-trajets puis des demi de demi-trajets et encore des demi de demi de demi-trajets. Achille ne sera déjà plus là : il sera à 100m.1. 2 4 8 16 temps “ On doit donc croire que la somme jusqu’à l’infini des inverse des puissances de deux vaut 1 : 8 ÿ 1 “ 1. eh bien.6.231) est l’équation générale de degré n si les coefficients ai sont algébriquement indépendants sur K. .2 La tortue et Achille Maintenant qu’on est convaincu que des sommes infinies peuvent représenter des nombres tout à fait normaux. Achille. . . elle aura parcouru la moitié de son chemin. elle aura fait la moitié de ce chemin chemin. . Disons que la flèche avance à une vitesse constante de 1 m{s. Reste 5 m à faire. Si la tortue tient bon pendant un temps infini.1 Mini introduction aux nombres p-adiques La flèche d’Achille C’est un grand classique que je donne ici juste comme introduction pour montrer que des série infinies peuvent donner des nombres finis de manière tout à fait intuitive.6.5m à faire. . En 5 s.117. qui marche peinard à 10 m{h. . et en sachant que le temps total est 10s. Il est clair que la flèche mettra 10 s pour toucher l’arbre. 3. est parcouru en 10 8 s. ` a1 x ` a0 “ 0 (3. La moitié de ce trajet. 2n n“1 Cela peut être démontré à la loyale. Achille tire une flèche vers un arbre situé à 10 m de lui. Théorème 3. soit la dernière fois ! 10 4 m.5 s. Le groupe de Galois d’un polynôme de degré n est isomorphe au groupe symétrique Sn . et le temps que la tortue mettra pour arriver à ce point. “ 10. on trouve : ˆ ˙ 1 1 1 1 10 ` ` ` ` . elle rattrapera Achille dans 1m ` 10m ` 100m ` 1000m ` .150 CHAPITRE 3. Le temps que la tortue arrive au point de départ d’Achille. on le note encore. Achille aura parcouru 10m. CORPS Nous disons que l’équation xn ` an´1 xn´1 ` . .6.

232b) xtortue ptq “ t. (3. Étant donné que a “ 5 · 2 nous avons v5 p10q “ 1 et ˆ ˙ 1 v5 “ v5 p1q ´ v5 p9q “ 0. . La tortue rejoints Achille au temps t tel que xAchilleptq “ xtortue ptq. CORPS Autant dire que ça ne risque pas d’arriver.6. Un mini calcul donne t “ ´1{9.236) Lemme 3. un nombre premier.240) Par conséquent d5 N `ÿ k“0 10k . En effet.239) 1˘ 10N `1 “| |p “ p´pN `1q . dp q est un espace métrique. . .151 CHAPITRE 3. Ai-je besoin de donner la solution ? Dans les nombres p-adiques. L’espace pQ.235) Nous posons |0|p “ 0. Peut-on en déduire une égalité mathématique du style de 1 1 ` 10 ` 100 ` 1000 ` . c’est vrai Nous nous proposons d’apprendre sur les nombres p-adiques juste ce qu’il faut pour montrer que l’égalité 8 ÿ 1 (3. c’est une situation logique. On la note vp paq.233) 10k “ ´ 9 k“0 est vraie dans les nombres 5-adiques. 9 9 (3. c’est quand on cherche à voir ce que peut bien être la valeur d’un hypothétique x “ 1 ` 10 ` 100 ` 1000 ` .119. ´ . Soit a P N et p.232a) (3. logiquement on devrait avoir x 1 “ ` 1 ` 10 ` 100 ` . Pour un rationnel on définit ´a¯ vp “ vp paq ´ vp pbq (3.. (3. .237) 9 Nous avons N ÿ 10k ` k“0 mais ˆ vp 10N `1 9 1 10N `1 “ 9 9 (3. La valuation p-adique de a est l’exposant de p dans la décomposition de a en nombres premiers. Tout ce qu’il faut est sur wikipedia. De là nous considérons la distance dp px. . “ ´ ??? 9 Là où les choses deviennent jolies.3 x 10 “x` 1 10 . . (3. yq “ |x ´ y|p .238) ˙ “ v5 p10N `1 q ´ v5 p9q “ N ` 1. mettons en équations : " xAchile ptq “ 1 ` 10t (3. Physiquement. 10 Reste à résoudre l’équation du premier degré : 3. Et pourtant. Nous considérons maintenant p “ 5.234) b La valeur absolue p-adique de r P Q est |r|p “ p´vp prq . 10 10 1 “ ` x. (3.

9 k“0 8 ÿ (3.242) .241) (3. CORPS En passant à la limite.152 CHAPITRE 3. ´ 1˘ “ 0. lim d5 N Ñ8 ce qui signifie que N `ÿ k“0 10k . 9 1 10k “ ´ .

153 .2 Quelque suites usuelles. Lemme 4. Définition 4. Presque tous les résultats se R Une construction des réels via les coupures de Dedekind est donnée dans [36]. il faut savoir quelque propriétés des réels parce que nous allons étudier la fonction distance qui est une fonction continue à valeurs dans les réels. De la même manière.1 (Limite d’une suite numérique).Chapitre 4 Topologie réelle Dans ce chapitre nous allons parler de topologie sur généralisent aux espaces vectoriels normés sur R. Une suite décroissante bornée inférieurement est convergente.1 Un peu de topologie sur R puis sur Rn .1 Suites numériques Une suite numérique est une application x : L’élément numéro k de la suite sera noté xk . tel que (4. DN P N tel que @n ě N. Afin de pouvoir étudier la topologie des espaces métriques. Nous dirons aussi souvent que la suite converge vers le nombre . le nombre est nommé limite de la suite pxn q. N Ñ R. la suite est bornée inférieurement si il existe un m tel que xn ě m pour tout n. ` εs contient tous les termes xn au-delà de N . Une suite croissante et bornée supérieurement converge.1) Dans ce cas. 1 (1) La suite xn “ n converge vers 0.1) est de dire que pour tout ε positif. 4. Une telle application sera notée pxn q. 4.3. Une suite est dite contenue dans un ensemble A si xn P A pour tout n. Nous disons que la suite pxn q est une suite convergente si il existe un réel @ε ą 0. il existe un rang N P R tel que l’intervalle r ´ ε. |xn ´ | ă ε. Il est à noter que le rang N dont il est question dans la définition de suite convergente dépend de ε. Le lemme suivant est souvent utilisé pour prouver qu’une suite est convergente.1. Exemple 4. Une suite est bornée supérieurement si il existe un M tel que xn ď M pour tout n. (2) La suite xn “ p´1qn ne converge pas. Une façon équivalente d’exprimer le critère (4.

Même si l’énoncé semble très raisonnable. Toute suite de Cauchy est évidemment bornée et donc continue dans un compact. Définition 4. n ą N implique Attention : cette définition demande une norme. R est de Cauchy si pour tout ą 0. alors évident s ` 1. et mieux : à chaque fois que je prends deux éléments différents dans R. Théorème 4. il existe des éléments de A qui sont plus grand que s ´ . @x ă s. — 10{10 majore les notes qu’on peut obtenir à un devoir. Dès qu’un ensemble a un majorant. Lorsque A est un sous-ensemble de R. — L’intervalle fermé r4. Exemple 4. — l’intervalle ouvert s4. 8r n’a pas de majorants.2 Critère de Cauchy Définition 4. 1s.1. 1s. 8r admet également 8 et 130 comme majorants. La définition est la suivante. En d’autres terme.8.6.154 CHAPITRE 4. on dit que s est un majorant de A si s est plus grand que tous les éléments de A. Une définition de suite de Cauchy valable dans tout espace vectoriel topologique est donnée à la définition 5. il en a plein. s ě x. supremum et compagnie Ce n’est un secret pour personne que R est un ensemble ordonné : il y a des éléments plus grands que d’autres. 1 est un majorant de r0. Si je regarde l’intervalle I “ r0. Une suite pxn q dans |xn ´ xm | ă . la démonstration n’est pas simple parce que c’est la complétude de R qui est en jeu. TOPOLOGIE RÉELLE 4. Je me permet d’insister sur le fait que l’inégalité n’est pas stricte.7 Une petite galerie d’exemples de majorants.4. 8s admet entre autres 8 et 130 comme majorants. En d’autres termes. ça veut dire que le moindre pas vers la gauche que l’on fait à partir de s (c’est à dire le moindre ). ou tout au moins.5. je peux même dire que 10 est plus grand que tous les éléments de I. Quand s est un supremum de A. Définition 4. il y en a un des deux qui est plus grand que l’autre. Si s majore l’ensemble A. s est un supremum de A si tout nombre plus petit que s ne majore pas A. Il n’y a pas d’ex æquo dans R. il existe N P N tel que m. Une suite dans R est convergente si et seulement si elle est de Cauchy. s ` 4. — 7 n’est pas un majorant de r1.3 Maximum. Nous disons que 10 est un majorant de r0. 1s. Nous disons que M est un maximum de A si M est un supremum et M P A. — l’intervalle r4. 5sYs8. s ` π 2 majorent également A. Ainsi.6. 4. et on tombe dans A.1. . Dy P A tel que y ą x. Le supremum d’un ensemble est le plus petit majorant. 32s. si @x P A. ou encore.

majorant et maximum de l’intervalle fermé r0. nous pouvons supposer que x ă y. TOPOLOGIE RÉELLE . Jusqu’à présent nous avons toujours dit un supremum. m ď a. 10s. Cela contredit le fait que x soit supremum. le maximum de l’ensemble A est noté max A. 10s. par définition du fait que y est un supremum. Étant donné que x ‰ y. il n’en accepte un seul. alors il s’effondre (on sort de l’ensemble des charges acceptables). . — Le nombre 136 est un majorant.2) Un minorant de A est un nombre m tel que @a P A. ces différents cas s’écrivent ainsi : 10 “ maxr0. Sur ce pont-ci. Proposition 4. il ne peut pas y avoir deux maxima différents vu qu’il ne peut pas y avoir deux suprema différents. c’est à dire si @a P A. le camion s’effondre ? Ou bien est-ce que cela signifie qu’à 2. Nous disons qu’un nombre M est un majorant de A si M est plus grand ou égal que tous les éléments de A.3) . mais pas un maximum de l’intervalle ouvert s0. alors il n’a qu’un seul supremum . . mais ni un maximum ni un supremum de l’intervalle r0. Lorsque vous lisez que la charge maximale d’un camion est de 2. mais qui si un oiseau se pose dessus. — Le nombre 10 est un majorant et un supremum. Si A est un sous-ensemble de R admettant un supremum. il tient encore le coup. il s’effondre.10 Si on dit que un pont s’effondre à partir d’une charge de 10 tonnes. En conclusion. Exemple 4.5 t. À partir de maintenant nous pouvons dire le supremum. alors 10 tonnes est un maximum de la charge acceptable.12. Exemple 4. Supposons que x et y soient tous les deux suprema différents de A. Le minimum et l’infimum sont notés min A et inf A. il ne peut pas y avoir deux suprema différents pour un même ensemble. (4. mais que toute charge inférieure est valable ? C’est à cette rude question que nous allons nous attaquer maintenant. 10r.155 CHAPITRE 4.11 Si on dit qu’un pont résiste jusqu’à 10 tonnes. est-ce que cela veut dire que vous pouvez y mettre 2. le supremum est noté sup A. En utilisant les notations concises. Démonstration.13. 999999 tonnes dessus. M ě a. et le maximum est égal au supremum. Soit une partie A de R. Étant donné qu’un maximum est un supremum. et si il accepte un maximum. Maintenant il est important de se rendre compte d’une chose : un ensemble ne peut avoir qu’un seul maximum et supremum. 10r Exemple 4.9 Exemples de différence entre majorant. — Le nombre 10 est un supremum. Commençons par l’affirmation concernant le supremum. on peut ajouter le dernier gramme.5 t le camion s’écroule.5 t. mais si on ajoute un gramme. Définition 4. et quelque exemples En matières de notations. et donc. le moindre truc qu’on ajoute. (4. 10s 10 “ supr0. La preuve de cela est assez simple. Mais à partir de là. supremum et maximum. alors 10 tonnes est un supremum des charges que le pont peut supporter : si on met 9. il existe un élément de A qui est plus grand que x. 10s “ supr0.

une partie de R. Le supremum de A est le plus petit des majorants. x1 est un minorant de A. Par convention. Lemme 4. Supposons que nous soyons dans le premier cas (le second se traite de façon similaire). Alors nous . est le plus grand de ses minorants. et donc ne peut pas être un infimum. Nous notons sup A le supremum de A. Pour votre culture générale. et que toute partie minorée accepte un infimum. (2) pour tout ε. c’est à dire le (1) M ě x pour tout x P A. m2 ne peut pas minorer A.15.16. si la partie n’est pas bornée vers le haut.5) Nous allons montrer que an et pbn q sont des suites convergentes de même limite et que cette limite est l’infimum de A. Supposons que m1 et m2 soient deux nombres qui vérifient les propriétés de l’infimum de A. tout sous-ensemble de le haut possède un supremum. Démonstration.16. suivant les contextes.14. Soit A une partie de R. Le premier montre que si A possède un infimum. # xn`1 si xn`1 minore A “ bn sinon. c’est à dire qu’il existe un élément x P A tel que x ą M ´ ε. Pour cela nous allons construire trois suites en même temps de la façon suivante. noté inf A. De la même façon. D’abord nous choisissons un point x0 de A et un point x1 qui minore A (qui existe par hypothèse) : x0 est un élément de A. xn`1 “ an`1 bn`1 (4. il y a deux possibilités. # 2 an si xn`1 minore A “ xn`1 sinon. étant donné que m1 est un infimum. Dans ce cas. nous dirons que son supremum n’existe pas. La définition est justifiée par le lemme 4. Proposition 4.4) b0 “ x1 b1 “ x1 . TOPOLOGIE RÉELLE Définition 4. Soit A. Tout sous-ensemble de R borné vers le bas possède un infimum . Soit A une partie majorée de nombre M tel que 156 R. Alors m1 “ m2 . le nombre M ´ ε n’est pas un majorant de a. ou bien qu’il est égal à `8. Si 1 ‰ m2 . Ensuite. Soit an “ an´1 et bn “ xn . l’infimum de A. a0 “ x0 (4.15 et la proposition 4. alors il est unique. nous faisons la récurrence suivante : an ` bn . Soit n P N . Nous allons trouver son infimum en suivant une méthode de dichotomie. soit an “ xn et bn “ bn´1 . Démonstration. sachez toutefois que 8 R R.CHAPITRE 4. R borné vers La preuve qui suit est proche de celle donnée par Wikipédia dans l’article Least uppert bound principle. nous pouvons supposer m2 ą m1 . tandis que le second montre que toute partie majorée de R accepter un supremum.

Le plus grand d’entre eux est 1 parce que tous les nombres de la 3 1 forme n avec n ě 1 sont plus petits ou égaux à 1. Définition 4.CHAPITRE 4. nous l’appelons maximum. Il existe évidement de nombreux exemples plus vicieux. le nombre ` ne peut pas minorer A. Le nombre 53 est un majorant. Prouvons que zéro est l’infimum de E.6) 1 “ |an´1 ´ bn´1 |. L’exemple suivant est une source classique d’erreurs en ce qui concerne l’infimum. Nous montrons maintenant que la suite pan q est de Cauchy. L’ensemble E possède donc un élément plus petit que 0 ` ε. πr. D’autre part. (1) A “ r1. . Tous les nombres plus petits ou égaux à 1 sont minorants.7) ˇ ˇ 2n 2 Il en est de même pour la suite pbn q. 1 est infimum et minimum. donc il existe an entre et ` . le maximum et le supremum. Bien entendu. et zéro est bien l’infimum. (2) B “ s3. mais n’est pas le maximum (parce que π R B). L’ensemble B n’a pas de maximum. pour tout . En effet. 2 . Exemple 4.20 n Les premiers points de l’ensemble F “ t p´1q tel que n P N0 u sont représentés à la figure 4. il existe un 1 n tel que n est plus petit que ε. donc ` ne minore pas non plus A. Exemple 4. 2 ce qui prouve que |an ´ bn | Ñ 0.19 1 Prenons E “ t n tel que n P N0 u.2. De la même façon si l’infimum d’un ensemble appartient à l’ensemble. (4. nous savons que pour tout ε ą 0.1). Le nombre minore A. ces notions sont simples : les bornes de l’intervalle sont les supremum et infimum. 2s.18 Pour les intervalles. nous disons que c’est le minimum. tous les éléments de E sont strictement positifs.1. et ce sont des minima et maxima si l’intervalle est fermé. Bien n que (comme nous le verrons plus tard) la limite de la suite xn “ p´1qn {n soit zéro. 1 L’ensemble E n’a par contre pas de minimum parce que tout élément de E s’écrit n pour un certain 1 n et est plus grand que n`1 qui est également dans E. Si le supremum d’un ensemble appartient à l’ensemble. TOPOLOGIE RÉELLE avons |an ´ bn | “ |an´1 ´ xn | ˇ ˇ ˇ ˇ ˇan´1 ´ an´1 ` bn´1 ˇ “ˇ ˇ 2 157 (4.5) qui convergent vers la même limite. dont les premiers points sont indiqués sur la figure 4. Le nombre π est le supremum et est un majorant. Il sera à relire après avoir vu la définition de limite (définition 4. Le nombre 2 est un majorant. La preuve que toute partie majorée possède un supremum se fait de la même façon. Cet ensemble 1 est constitué des nombres 1. est la limite de la suite décroissante pan q. D’abord. En effet nous avons # 0 1 |an ´ an´1 | “ ˇ an ´bn ˇ ď . Ensuite. . En effet si a P A est plus petit que . Exemple 4.17. Mais an ne minore pas A. donc zéro est certainement un minorant de E. Nous avons prouvé que toute partie minorée de R possède un infimum. Le nombre 1 est donc maximum de E. il n’est pas correct . ´1000 est un minorant. 1 . Ce sont deux suites de Cauchy (donc convergentes par le théorème 4. Soit cette limite. . les éléments bn tels que |bn ´ | ă |a´ | ne peuvent pas minorer A.

minimum et compagnie. au contraire. on aurait un voisinage B “ Bps.CHAPITRE 4. ce qui contredit le fait que s soit un supremum de O. 4. Nous reviendrons avec cet exemple dans la suite. Le point s ` r{2 est alors à la fois dans O et plus grand que s.2 – Les quelque premiers points du type p´1qn {n. nous disons qu’un voisinage de x est n’importe quel sous-ensemble de E qui contient une boule ouverte centrée en x. nous disons que l’ensemble vide est ouvert. TOPOLOGIE RÉELLE 158 Figure 4. un ensemble ouvert et s. Soit O. Pour l’instant.1 – Les premiers points du type xn “ 1{n. Le dessin. montre bien que ´1 est le minium (aucun point est plus bas que ´1). Figure 4.1. 1. de dire que zéro est l’infimum de l’ensemble F . . je te laisse te convaincre que l’on peut dire boule ouverte ou fermée au choix sans changer la définition.21. Nous disons qu’un ensemble est ouvert si il contient un voisinage de chacun de ses points. son supremum. Le supremum d’un ensemble ouvert n’est pas dans l’ensemble (et n’est donc pas un maximum). Démonstration. Lemme 4. rq de s contenu dans O. Si s était dans O. Nous allons dire qu’une partie A d’un espace métrique est bornée si il existe une boule 1 qui contient A. ayez bien en tête que zéro n’est rien de spécial pour l’ensemble F en ce qui concerne les notions de maximum. L’ensemble des boules ouvertes d’un espace métrique forment la topologie de l’espace.4 Intervalles et connexité Lorsque x P E. Par convention. À titre d’exercice. tandis que le maximum est 1{2.22. Définition 4.

Dans tous les cas. R. Si A n’a pas de minorant. nous avons suppA X Bq ď sup A ď suppA Y Bq. nous allons prouver que si un ensemble n’est pas un intervalle. s ´ 8. 4. Comme le but est de prouver que A n’est pas connexe. Prouver que. Proposition 4. . et ensuite nous démontrons que tout intervalle est connexe. Cela prouve que A n’est pas connexe. br. 8r. nous remplaçons la définition de O1 par s ´ 8. Pour cela nous avons besoin d’une Définition 4. un minorant de A. En effet. pa ď x ď bq ñ x P I. une partie de R qui n’est pas un intervalle. Démonstration. la partie I de R est un intervalle si @a.24. un majorant de A et m. O1 YO2 contient tous les nombres entre un minorant de A et un majorant sauf x0 . Cette définition englobe tous les exemples connus d’intervalles ouverts. il faut couper A en deux ouverts disjoints. Donc aucun point au-delà de 2 n’est dans l’intersection. b P A et un x0 entre a et b qui n’est pas dans A. TOPOLOGIE RÉELLE Par le même genre de raisonnements. En formule.159 CHAPITRE 4. as. 2 ` r. i Tous les ensembles Oi contiennent le point 2 qui est donc dans l’intersection. ce sont deux ensembles ouverts dont l’union recouvre tout A.23. alors il n’est pas connexe. Il existe donc a. alors c’est un intervalle . L’intersection d’une infinité d’ouverts n’est pas spécialement un ouvert comme le montre l’exemple suivant : 1 Oi “s1. Remarque 4. L’élément x0 qui n’est pas dans A est le bon candidat pour effectuer cette coupure. fermés avec ou sans infini : ra. b P I. .1. alors il ne peut pas être connexe. Prenons A. quels que soient les ensembles A et B dans R. x0 r O2 “sx0 . et si A n’a pas de majorant.26. Une partie de R est connexe si et seulement si c’est un intervalle. Pour remettre les choses à l’endroit. i“1 Proposition 4. prenons un ensemble connexe. Mais quel que soit le ą 0 que l’on choisisse. et demandons-nous si il peut être autre chose qu’un intervalle ? La réponse est non parce que si il était autre chose. .5 Connexité et intervalles Nous allons déterminer tous les sous-ensembles connexes de définition précise de ce que l’on appelle un intervalle dans R. ra. M r. Prenons M . .76) est la suivante. D’abord nous démontrons que si un sous-ensemble de R est connexe. on montre que l’union et l’intersection de deux ouverts sont encore des ouverts.25. ce qui prouve que 2 ne possède pas de voisinages contenus dans X8 Oi . Un intervalle est une partie de R telle que tout élément compris entre deux éléments de la partie soit dedans. La preuve est en deux partie. x0 r. nous remplaçons la définition de O2 par sx0 . le point 2 ` n’est pas dans Op1{ q`1 . mais on sait que x0 n’est pas dans A. Jusqu’à présent nous avons prouvé que si un ensemble n’est pas un intervalle. il ne serait pas connexe. bs. et définissons O1 “sm. Une des nombreuses propositions qui vont servir à prouver le théorème des valeurs intermédiaires (théorème numéro 11. Afin de prouver qu’un ensemble connexe est toujours un intervalle.

Pour fixer les idées. par construction. mais comme a P A. Nous allons montrer qu’un tel x0 ne peut pas être dans A. Nous allons trouver un élément dans Bpa. on a aussi que x0 ď b (ici. Nous allons donc prendre une partie A de R. Théorème 4.22. Maintenant. le point x0 n’est pas dans l’ensemble par le lemme 4. Voir aussi la section 5. Une réunion dénombrable d’ensembles nulle part denses est d’intérieur vide. Par récurrence nous construisons une suite d’éléments xn et de rayons rn ă {2n tels que 2. Nous voila déjà débarrassé des deuxièmes et troisièmes possibilités. on suppose que a ă b.160 CHAPITRE 4. r1 q X A1 “ H. Nous avons deux ouverts disjoints O1 et O2 tels que A Ă O1 Y O2 . mais je crois que ça se généralise sans trop de peine aux espaces en tout cas métriques. et x0 R A. D’abord.8) Ensuite nous choisissons x2 P Bpx1 .27. Notons que Bpx2 . Cela finit de prouver que A n’est pas un intervalle. mais ce n’est pas important). Nous commençons par choisir x1 P Bpa. remarquons que sup A ď sup O parce que A est une intersection de O avec quelque chose. Si la première possibilité est vraie. r2 q Ă Bpx1 . Ce point x0 “ sup A est donc hors de A. r2 qXA2 “ H. on a obligatoirement que x0 ě a. l’inégalité est même stricte. Pour cela. Un point de O2 est donc toujours strictement plus grand que le supremum de O1 . r2 q X A1 “ H aussi.2 Ensembles nulle part denses Nous allons nous limiter au cas de R. le jeu est de montrer qu’il existe une point x0 entre a et b qui ne soit pas dans A (cela montrerait que A n’est pas un intervalle). Un ensemble est dit nulle part dense si il n’est dense dans aucun intervalle. Donc a ď x0 ď b avec a. Démonstration. ce qui n’est pas possible vu que x0 est le supremum de A et donc le plus petit majorant. ce qu’on vient de montrer être impossible. . 4. r1 q et r2 ă {4 tel que Bpx2 . sinon b serait un majorant de A plus petit que x0 . Maintenant. Mais par construction. Oui. Nous avons donc — soit x0 n’est pas dans O1 . C’est l’intersection entre l’ouvert O1 et l’ouvert tx tel que x ă bu. Oui mais si x0 “ b. Définition 4. Étant donné que l’ensemble A “ tx P O1 tel que x ă bu est ouvert 2 . alors x0 “ b. Soit a P S et ą 0. Prenons a P A1 et b P A2 . remarque que si x0 ď b. alors x0 n’est pas dans A parce qu’on a aussi prouvé que x0 R O2 . q et r1 ă 2 tel que Bpx1 . Ensuite. (4.28 (Baire[37]). q qui n’est pas dans S. c’est que x0 P O2 . supposer qu’elle n’est pas connexe et puis prouver qu’elle n’est alors pas un intervalle. b P A. — soit les deux en même temps. Un ensemble dans R est de première catégorie ou maigre si il est une union dénombrable d’ensembles nulle part dense (c’est à dire d’ensembles denses sur aucun intervalle). il n’est pas possible que x0 soit dans O2 parce que tout élément de O2 possède un voisinage contenu dans O2 . r1 q et Bpx2 . — soit x0 ď b. Or n’être ni dans O1 ni dans O2 implique de ne pas être dans A. Nous allons prouver que c’est le cas du point x0 “ suptx P O1 tel que x ă bu. TOPOLOGIE RÉELLE Prouvons à présent que tout intervalle est connexe.11 sur les espaces de Baire. nous refaisons le coup de la contraposée.

pq ` dpp. rq.1 Ouverts et fermés Définition 4. dpx. 4. La boule ouverte de centre x0 P Rn et de rayon r P R` est définie par Bpx0 . rn q Ă Bpxn´1 .3. adhérence et frontière Définition 4.29. rq.CHAPITRE 4. xq .31.29. nous prenons un point p P Bpx. rr´1 q.) 4. rq “ tx P Rn tel que }x ´ x0 } ď ru. 4. il n’y a pas d’inclusion canonique de R dans R2 (les ouverts du second ne sont même pas des sous-ensembles du premier) et. Cette définition est évidemment à mettre en rapport avec le théorème 5.11) Intérieur. nous avons dpp. q Ă A. Le lemme suivant justifie le vocabulaire des définitions 4.9) tandis que la boule fermée de centre x0 et de rayon r est ¯ Bpx0 . nous travaillons dans l’espace Rn pour un certain naturel n. pq ` r ´ dpp.3 Topologie dans Rn Dans cette section. etc. elle converge 3 donc vers un point qui en particulier appartient à Bpa. xq est ` contenue dans Bpx. (4. En effet. et nous allons montrer qu’il existe une boule autour de p qui est contenue dans Bpx. rn q X Aj “ H pour tout j ď n. Démonstration. r ´ dpp. xq ă r. dans R2 c’est un disque.3.3. qui sont la base de la topologie générale. rq. Pour tout x P Rn et tout r ą 0 la boule Bpx. Notons que ces définitions n’ont de sens que relativement à l’espace ambiant. rq Ă A. rq “ tx P Rn tel que }x ´ x0 } ă ru. rq est ouverte. ` ˘ Étant donné que p P Bpx. xq “ r. nous prenons p1 P B p. aussi un ouvert de R ne sera en général pas un ouvert de R2 : d’une part. rq. (2) Bpxn . Une partie est donc ouverte lorsqu’elle contient une boule autour de chacun de ses éléments.30. Afin de prouver que la boule est ouverte. 3. et nous essayons de prouver que p1 P Bpx. Cette suite étant de Cauchy (parce que contenue dans des intervalles emboités de rayon décroissant vers zéro).5 . r ´ dpp. les définitions se basent sur la notion de boule de Rn qui dépend évidemment de la valeur de n (une boule dans R est un intervalle. Par le théorème 4.32.10) la différence est que l’inégalité dans la première est stricte. Prouvons˘que la boule B p. Définition 4. p1 q ď dpx. d’autre part. Mais la limite n’est dans aucun des An et donc pas dans S. de sorte qu’on a précisément def x P int A ðñ D ą 0 tel que Bpx.2 (4. Pour cela. rq. Nous y définissons la notion d’ouvert et de fermé. Une partie A de Rn est ouverte si pour tout a P A il existe r ą 0 tel que Bpa. Lemme 4. p1 q ď dpx. (4. Le point x est intérieur à A si il existe une boule autour de x complètement ˚ contenue dans A. L’ensemble des points intérieurs à A est noté int A ou A. q. Soit A Ă Rn et x P Rn . en utilisant l’inégalité triangulaire. TOPOLOGIE RÉELLE 161 (1) Bpxn .

13) où pxn qk dénote la k-ième composante de pxn q. adhérence.38. 1q dans devons calculer séparément les limites R2 . Dans ce cas nous avons ´ ¯ lim xn “ limpxn q1 . Exemple 4. Nous avons également les liens suivants entre intérieur.39 `1 ˘ 1 La suite xn “ n . . Proposition 4. limpxn q2 . n lim (4. (4) adh A est le plus petit fermé contenant A. Proposition 4. q. en utilisant la proposition 4.12) int A Ď A Ď adh A Définition 4. (3) la boule ouverte Bpx. q X A ‰ H Proposition 4. ouvert. nous avons (4. La frontière ou le bord de A est défini par BA “ adh Az int A. 1 ´ n converge vers p0.14) Exemple 4. L’ensemble A est un ouvert si A “ int A.33. Pour ą 0. Le point x est dans l’adhérence de A si toute boule autour de x intersecte A. .37. ¯ (1) l’adhérence de Bpx. On vérifiera que les notations et les dénominations sont cohérentes en prouvant la proposition suivante. Si A Ă Rn et Ac “ Rn zA. n n’est pas convergente dans R2 .36. ¯ (2) l’intérieur de Bpx. Une suite pxn q dans Rm est convergente dans Rm si et seulement si les suites de chaque composantes sont convergentes dans R. . . q est Bpx. (3) int A est le plus grand ouvert contenu dans A. q. et on a donc de manière plus précise def x P adh A ðñ @ ą 0. la suite xn “ p´1qn . q est Bpx.38. q est un ouvert. limpxn qm (4. .40 ` ˘ 1 Étant donné que la suite p´1qn n’est pas convergente. nous avons (1) pint Aqc “ adhpAc q et padh Aqc “ intpAc q. q est un fermé. ¯ (4) la boule fermée Bpx. L’ensemble de ces points ¯ est noté adh A ou A. (2) A est ouvert si et seulement si Ac est fermé. En effet. TOPOLOGIE RÉELLE Définition 4. Pour A Ă Rn .35. et c’est un fermé si A “ adh A.162 CHAPITRE 4. nous 1 “0 n ` 1˘ lim 1 ´ “ 1.34. Bpx. fermé et passage au complémentaire (noté c ) : Proposition 4.

il faut être dans D. Un point a P R est un point d’accumulation de D si pour tout ε ą 0. 1s Y r2. (4. Cela prouve que } ´ 1 } “ 0. le point a n’est pas tout seul dans D. si et 1 sont deux limites de la suite pxn q. Exemple 4. Nous n’écrivons pas «limnÑ8 xn » parce que. Tous les points de cet ensemble sont des points isolés (vérifier !).5 Limites de suites Définition 4. 3s. Aucun point de D n’est point d’accumulation.1.19) }xn ´ 1 } ă N 1. la limite est toujours lorsque n tend vers l’infini. Notez que les points 1 et 2 sont des points d’accumulation de D qui ne font pas partie de D. point isolé Soit D Ă R. Démonstration. Soit ε ą 0. Ceci est une différence importante avec les limites de fonctions. alors “ 1 . Il ne peut pas y avoir deux nombres différents qui satisfont à la condition (4. Un point a P D est isolé dans D (relativement à R) si il existe ε ą 0 tel que (4. 3s.163 CHAPITRE 4. Exemple 4. Dans ce cas.45 (Unicité de la limite). Remarque 4. En d’autres termes.17). et N 1 ą 0 tel que (4. Il est possible d’être un point d’accumulation de D sans être dans D. ´ ¯ ra ´ ε. }xn ´ } ă ε. Cet ensemble n’a pas de points isolés. quel que soit l’intervalle autour de a que l’on considère. mais pour être un point isolé dans D.17) est la limite de la suite pxn q et nous écrivons lim xn “ ou plus Notez aussi la similarité avec la définition 4. (4.4 Point d’accumulation. DN P N tel que @n ě N.20) .16) Autrement dit. lorsqu’on parle de suites. Alors N1 de telle façon à ce que xn } ´ 1 } “ } ´ xn ` xn ´ 1 } ď } ´ xn } ` }xn ´ 1 } ă 2ε. nous disons que simplement xn Ñ . Il n’y a aucun intérêt à chercher par exemple limnÑ4 xn parce que cela vaudrait x4 et rien d’autre. et l’ensemble de ses points d’accumulation est r0.42 1 Soit D “ t n unPN . Cependant 0 est un point d’accumulation. [38] 4. Une suite de points pxn q dans Rm est dite convergente si il existe un élément P Rm tel que @ε ą 0. pour tout n ą Maintenant.43 (Limite d’une suite dans Rm ). Nous considérons N tel que (4. 1rYs2. TOPOLOGIE RÉELLE 4.15) ra ´ ε.18) }xn ´ } ă ε pour tout n ě N . nous prenons n plus grand que N et vérifie les deux inéquations en même temps.41 Prenons D “ r0. il existe un intervalle autour de a dans lequel a est le seul élément de D. Autrement dit. (4. Lemme 4.44. a ` εs X D “ tau. a ` εsztau X D ‰ H.

.46. Une partie de Rn est compacte si et seulement si elle est fermée et bornée. Proposition 4. la suite réelle des premières composantes des éléments de pxn q : pour chaque n P N. c’est-à-dire une application continue γ : r0.48.47. Théorème 4.5. Lorsque nous avons effectué cette procédure m fois. on demande que l’application soit continue. le nombre an est la première composante de xn . nous en extrayons. on demande C 8 . 1s Ñ Rn tel que γp0q “ x et γp1q “ y avec γptq P A pour tout t P r0. Attention : ici quand on dit chemin.49. une sous-suite convergente. c’est à dire que nous avons un I2 Ă I1 tel que bI2 est convergent. Notons que aI2 est une sous-suite de la (sous) suite convergente xI1 . Proposition 4. c’est à dire la suite de départ dont on a enlevé tous les éléments qu’il faut pour qu’elle converge en ce qui concerne la première composante. alors la suite de départ est croissante à partir du dernier point maximal. il existe un chemin 4 contenu dans A les reliant. nous construisons une sous-sous-sous-suite xI3 telle que la suite des troisième composantes est convergente.2 Connexité Définition 4. Soit pxn q une suite contenue dans la partie bornée A Ă R. et donc convergente parce que contenue dans un borné (lemme 4. 1s. de la même façon que précédemment. alors la suite des éléments maximaux est décroissante. Toute suite réelle contenue dans un compact admet une sous-suite convergente. Dans de nombreux cours de géométrie différentielle. Démonstration. Soit aI1 une sous-suite convergente de pan q.21) La suite pan q est donc une suite réelle bornée et donc contient une sous-suite convergente. Si nous n’avons qu’un nombre fini de points maximaux. Ce théorème sera démontré dans un espace topologique général par le théorème 5. Considérons pan q. Toute réunion finie d’ensembles bornés est un ensemble borné. la suite xIm est une 4. Nous disons qu’un élément xk de la suite est maximal si il est plus grand ou égal que tous les suivants : xk ě xk1 dès que k 1 ě k. Démonstration. Dans les deux cas nous avons trouvé une sous-suite des xn qui est monotone (décroissante ou croissante selon le cas). 4. Nous donnons ici une preuve plus directe valable dans un espace vectoriel normé. (4. Un sous ensemble A Ă Rn est borné si il existe une boule de Rn contenant A. Si la suite a un nombre infini d’éléments maximaux.3). La croissance de la fonction racine carré donne |an | ď }xn } ď M.51 (Théorème de Bolzano-Weierstrass). En continuant ainsi. et donc aI2 est encore convergente. Si nous considérons la suite bI1 des secondes composantes de xI1 . Toute partie d’un ensemble borné est un ensemble borné.50. Toute suite contenue dans un compact de Rm admet une sous-suite convergente.164 CHAPITRE 4. Étant donné que la suite pxn q est bornée.5. il existe un M tel que }xn } ă M . Il faut s’adapter au contexte. TOPOLOGIE RÉELLE 4. y P A. Théorème 4.50. Soit pxn q une suite contenue dans une partie bornée de Rm .1 Bornés et compacts Définition 4. Le sous ensemble A Ă Rn est connexe par arcs si pour tout x. Nous considérons maintenant xI1 .

52.38. et les ˆ sont ceux que nous «jetons».. Proposition 4. TOPOLOGIE RÉELLE suite dont toutes les composantes convergent. Soit f : A Ă Rn Ñ B Ă Rm une bijection continue..6 Uniforme continuité Proposition 4. Soient I un intervalle dans R et f : I Ñ R une fonction continue strictement monotone. ‚ ‚ ..165 CHAPITRE 4..53. Si A est compact.. .. xN . xN x I1 x I2 . Le tableau suivant donne un petit schéma de la façon dont nous procédons. (4. . Alors la fonction réciproque f ´1 : f pIq Ñ R est continue sur l’intervalle f pIq. Les ‚ sont les éléments de la suite que nous gardons. ‚ ‚ ‚ ‚ ‚ ‚ ‚ ‚ ‚ ˆ ‚ ˆ ˆ ˆ ˆ ‚ ˆ ˆ ‚ ‚ ‚ ‚ ‚ . et donc est une suite convergente par la proposition 4.. est la suite de départ. .. ‚ ˆ . 4. ‚ ˆ ˆ x Im ˆ ˆ ˆ ˆ ‚ ˆ ˆ ˆ ‚ ˆ .22) La première ligne. alors f ´1 : B Ñ A est continue.

Démonstration.2) est une union d’ouverts et est donc un ouvert.1) iPI L’union de droite est un ouvert (union d’ouvert). xPA Ox Ă A parce que chacun des Ox est compris dans A. un ouvert autour de x. L’union du membre de droite de (5. un ensemble et T . qui est inclus à A.1. Donc fermé.2. Lemme 5.3. 166 . il existe un ouvert autour de x contenu dans A.1 Topologie en général Définition 5. Nous avons que ď A“ Ox . Théorème 5. Ť Une utilisation typique de ce théorème est faite dans le lemme 4.Chapitre 5 Topologie générale 5. Démonstration. Une partie A de E est ouverte si et seulement si pour tout x P A. une partie de l’ensemble de ses parties qui vérifie les propriétés suivantes (1) les ensembles H et E sont dans T . nous considérons l’ensemble Ox Ă A.31. (5. nous avons ˜ ¸c č Fi “ YiPI Fic . Une intersection quelconque de fermés est fermée. et les éléments de T sont appelés des ouverts. (2) Une union quelconque d’éléments de T est dans T . (5. et donc le terme de gauche est le complémentaire d’un ouvert. Le sens direct est évident : A lui-même est un ouvert autour de x P A. par construction. Ac est ouvert. pour chaque x P A. Soit tFi uiPI est un ensemble de fermés . Soit E.2) xPA En effet A Ă xPA Ox parce que tous les éléments de A sont dans un des Ox . Nous disons que un sous ensemble A de E est fermé si son complémentaire. (3) Une intersection finie d’éléments de T est dans T . nous avons une caractérisation très importante des ouverts. Cela prouve que A est un ouvert. D’autre Ť part. Un tel choix T de sous-ensembles de E est une topologie sur E. Pour le sens inverse. Dans un espace topologique.

Si il y a unicité de l’élément vers lequel une fonction peut converger. Notons que si E n’est pas séparé. Ni aujourd’hui ni jamais. δq Ă A. Dès que nous avons une topologie nous avons une notion de convergence.2 Séparabilité Définition 5. Un espace topologique est séparé ou Hausdorff si deux points distincts possèdent des voisinages disjoints. Sa présence ici mot pour mot justifie que. nous disons que l’espace est séparé ou Hausdorff.1. Définition 5.12.6 (Suite de Cauchy[39]). De même une application f : R Ñ E converge vers ˘y P E pour t Ñ t0 si pour tout ouvert A ` contenant y (dans E) il existe un δ ą 0 tel que f Bpt0 .7 (Espace complet). Cet exemple provient de Wikipédia[40]. À ne pas confondre avec : Définition 5. Une suite pxn q d’éléments de E converge vers l’élément y de E si pour tout ouvert O contenant y.1 167 Suite et convergence Définition 5.CHAPITRE 5.78 nous dira que l’unicité sera de mise dans le cas des espaces duaux pour la topologie ˚-faible. (5. Nous pouvons par exemple 1 considérer la droite réelle munie de sa topologie usuelle et y ajouter un point 01 (qui clone le réel 0) dont les voisinages sont les voisinages de 0 dans lesquels nous remplaçons 0 par 01 .10. il n’y aura pas de versions non libres de ce livre. l ě N . pour des raisons de licence. 5. Une suite pxk q dans E est une suite de Cauchy si pour tout voisinage U de 0 il existe N P N tel que xk ´ xl P U pour tout k. Un espace topologique est séparable si il possède une partie dénombrable dense.5 (Convergence de suite et de fonctions). Rn . il y a moyen de converger vers plusieurs points distincts si l’espace n’est pas super cool. non. Définition 5.9 Oui. Nous disons qu’un sous ensemble A d’un espace topologique est complet si toute suite de Cauchy d’éléments de A converge vers un élément de A.8 (limite). Cette définition est exactement celle donnée pour la convergence de suites dans nous avons remplacé le mot « boule » par « ouvert ». Soit E un espace vectoriel topologique. Définition 5. Si deux points distincts ont toujours deux voisinages distincts. cette définition n’a pas d’intérêt. Un homéomorphisme est une application bijective continue entre deux espaces topologiques dont la réciproque est continue.11. à part que Définition 5. il existe un K tel que k ą K implique xk P O. Dans cet espace. la suite p1{nq converge à la fois vers 0 et 01 . . Deux espaces topologiques homéomorphes sont dits isomorphes. alors nous disons que cet élément est la limite de f et nous notons lim f ptq “ y. TOPOLOGIE GÉNÉRALE 5. 1. Définition 5. Exemple 5.3) tÑt0 La proposition 5.4.

Si X et Y sont des espaces topologiques. La proposition 5. Vu que a P B. ˜ ¯ ˜ Pour l’inclusion inverse. Exemple 5. Si xn ÝÑ x.15. . toutes les boules ouvertes Bpx. parce que B ¯ Soit donc O est une fermeture dans l’espace topologique A. un ouvert de X contenant a . 1s. Donc O intersecte B. l’ensemble f ´1 pOq est ouvert dans X. Il faut donc seulement montrer que a P B. (5. mais des choses se passent quand ˜ même. alors la fermeture de B dans A sera B “ r 1 . soit a P B. 1s comme on l’aurait dans R. Donc pour la topologie de r0. 1s ? Par définition c’est Bp1. Cela signifie que tout ouvert (de X) contenant a intersecte B. Par définition a P A.5) Oui. TOPOLOGIE GÉNÉRALE 5. Alors A X O est un ouvert autour de x dans A et il existe N P N tel que si n ě N . Soit X un espace topologique et A Ă X. Un ouvert de A est un ensemble de la forme A X O où O est un ouvert de X. 1r. δq avec x P r0. Il est vrai que B sera ouvert dans A si et seulement si il est ouvert dans X. ¯ Démonstration. 1s. C’est d’ailleurs un des ouverts de la topologie induite de R sur r0.3 Fonctions continues La définition suivante est la définition de la continuité dans tous les cas.18. q “ tx P r0. Prenons X “ R et A “ s0.17 Quid de la boule ouverte Bp1. Soit O un ouvert autour de x dans X. Définition 5.168 CHAPITRE 5. Lemme 5. alors xn P A X O Ă O. et montrons que a P B X A. cela est ouvert dans r0.4 Topologie induite Définition 5. un ouvert de A autour de a est un ensemble de la forme O X A où O ¯ est un ouvert de X. 1s sont incluses à r0. Lemme 5. 5. A X Soit A Ă X muni de la topologie induite de X et pxn q une suite dans A. Si B “ s 1 . Si a P B X A. 1s. 1r et 2 2 1 non r 2 . on pourrait croire que la topologie induite n’a rien de spécial. 1r. par hypothèse O X A intersecte B (parce que tout ouvert de A contenant a intersecte B). Démonstration. 1s. une application f : X Ñ Y est continue si pour tout ouvert O dans Y . ˜ Si B Ă A alors la fermeture de B pour la topologie de A (induite de X) que nous noterons B est ˜ ¯ B “BXA (5. R vers un fermé de R donne des boules un peu spéciales comme Exemple 5.43 donnera des détails sur ce qu’il se passe lorsque l’espace est métrique.4) ¯ où B est la fermeture de B pour la topologie de X. alors xn ÝÑ x. l’ensemble O intersecte B et donc pO X Aq X B ‰ H. Prendre la topologie induite de le montre l’exemple suivant.16 Si A est un ouvert de X. 1s. ¯ ou encore que a P B. L’ensemble A devient un espace topologique en lui-même par la topologie induite de X. q dans le compact r0.14.13. 1s tel que |x ´ 1| ă u “ s1 ´ . Donc a est bien dans l’adhérence de B au sens de la topologie de A.

Pour ce même choix A. TOPOLOGIE GÉNÉRALE 5. L’image d’un compact par une fonction continue est un compact Démonstration. et regardons f pKq .20.23. Pour ces sources. f ´1 pOn qu tels que KĎ n ď i“1 2. Définition 5. Ş alors l’intersection complète est non vide : K iPI Fi ‰ H. nous avons aussi KĎ ď f ´1 pOq. (5. (5. et évidemment.6) iPA pour un certain sous-ensemble fini A de I. nous avons alors aussi č K Fi “ H. alors f pxq est dans un des ouverts de Ω. disons f pxq P O0 . un recouvrement de f pKq par des ouverts. Ş Prouvons (1) ñ (2). et donc on peut en choisir un sous-recouvrement fini. Les f ´1 pOq recouvrent le compact K.169 CHAPITRE 5. un ensemble compact. en particulier.10) .12. Les propriétés (3) et (2) sont équivalentes par contraposition. . . f ´1 pOi q. Une famille A de parties de X a la propriété d’intersection finie non vide si tout sous-ensemble fini de A a une intersection non vide. Les propriétés suivantes sont équivalentes : (1) K est compact.7) iPA L’implication (2) ñ (1) est la même histoire. Une partie A d’un espace topologique est compacte si il vérifie la propriété de Borel-Lebesgue : pour tout recouvrement de A par des ouverts (c’est-à-dire une collection d’ouverts dont la réunion contient A) on peut tirer un recouvrement fini. Nous avons que ď f pKq Ď O.8) OPΩ Par construction.5 Compacité Définition 5. Soit tFi uiPI une famille de fermés tels que K iPI Fi “ H. Les complémentaires Oi de Fi dans X recouvrent K et donc on peut en extraire un sous-recouvrement fini : ď KĂ Oi (5. Remarque 5. (5. Démonstration. . Théorème 5. (2) Si tFi u est une famille de fermés telle que K Ş A de I tel que K iPA Fi “ H. De plus le point (4) est une simple reformulation en français de la propriété (3). Soit X un espace topologique et K Ă X. nous considérons Ω. (4) Toute famille ayant la propriété d’intersection finie non vide a une intersection non vide. c’est à dire un choix de tf ´1 pO1 q. Proposition 5. un espace qui ne vérifie que la propriété de Borel-Lebesgue est alors dit quasi-compact. si x P K. Définition 5. x P f ´1 pOq. Certaines sources (dont wikipédia) disent que pour être compact il faut aussi être séparé 2 . (5. Ş iPI Fi “ H.22. alors il existe un sous-ensemble fini Ş (3) Si tFi uiPI est une famille de fermés telle que K iPA Fi ‰ H pour tout choix de A fini dans I. Soit K Ă X.21.9) OPΩ en effet.19. .

Théorème 5. 5. nous disons que E devient un espace topologique.76. De plus ces deux ensembles recouvrent E. (5. Exemple 5. Proposition 5. Lorsque E est un espace topologique. Par l’absurde nous considérons A et B.13) . alors A “ H ou A “ X. Soit X un espace topologique.28 L’application f : s0. (2) Si X “ A \ B avec A et B fermés dans X.64.25. Proposition 5. Une autre façon d’exprimer la condition (5. alors on dit qu’il est connexe. Dès que l’on a identifié les sous-ensemble ouverts de E. Étant donné que f est continue.12) et tels que A X O1 ‰ H.26. nous avons que f pKq Ď n ď Oi . L’image d’un ensemble connexe par une fonction continue est connexe. nous pouvons définir les boules ouvertes. les voisinages et les sous-ensembles ouverts. et E une partie connexe de X. Démonstration. Nous allons maintenant un pas plus loin. alors f pxq P A X B. Nous concluons que f pEq est connexe. les ensembles f ´1 pAq et f ´1 pBq sont ouverts dans X. (4) Toute application continue X Ñ Z est constante. Une application de ce théorème sera le théorème de valeurs intermédiaires 11.12) est de dire que A n’est pas connexe quand il est contenu dans la réunion de deux ouverts disjoints qui intersectent tous les deux A. 2πr Ñ S 1 ˆ ˙ cospxq x ÞÑ sinpxq (5.24 (Tykhonov). dans le théorème 5. Si un sous-ensemble n’est pas non-connexe. Définition 5. nous disons qu’un sous-ensemble A est non connexe quand on peut trouver des ouverts O1 et O2 disjoints tels que A “ pA X O1 q Y pA X O2 q. alors A “ H ou B “ H. Si x est un élément de f ´1 pAq X f ´1 pBq.6 Connexité Dès qu’un ensemble est muni d’une métrique. Nous n’allons donner la preuve que dans le cas d’un produit dénombrable.27. Les conditions suivantes sont équivalentes. ce qui est impossible parce que nous avons supposé que A et B étaient disjoints. (1) L’espace X est connexe. (5. deux ouverts de Y disjoints recouvrant f pEq. Soit f : X Ñ Y une application continue entre deux espaces topologiques.170 CHAPITRE 5. Par conséquent f ´1 pAq et f ´1 pBq sont deux ouverts disjoints recouvrant E. Nous devons montrer que f pEq est connexe dans Y .11) i“1 ce qui prouve la compacité de f pKq. Un produit quelconque d’espaces métriques non vides est compact si et seulement si chacun de ses facteurs est compact. et A X O2 ‰ H. TOPOLOGIE GÉNÉRALE Dans ce cas. (3) Si A Ă X avec A ouvert et fermé en même temps. Contradiction avec la connexité de E.

32. . (1) Soient tCi uiPI un ensemble de connexes et un point p dans l’intersection : Ş p P iPI Ci . Alors nous considérons A et B. . (b) Cj X A ‰ H parce que p est dans l’intersection. Supposons que l’union ne soit pas connexe. 5.171 CHAPITRE 5.26). (1) Le groupe GLpn.14) qui est connexe. Mais par définition. Rq et GL´ pn. . ¯ Si A Ă X est connexe et si A Ă B Ă A.31. 2πr est connexe (proposition 4. Nous avons quelque résultats de connexité de groupes. f ´1 pEq “ Rzt0u qui n’est pas connexe. Il existe un j P I tel que x P Cj . Proposition 5. Ť Supposons pour fixer les idées que p P A et prenons x P B X iPI Ci . ensuite pA1 Y A2 q Y A3 est connexe parce que les connexes A1 X A2 et A3 ont un point d’intersection par hypothèse. Nous posons E “ f que f est bijective nous avons E “ R2 ztz0 u. Rq le sont. (4) Les groupes SUpnq et SOpnq sont connexes. . nous en concluons que le cercle privé d’un point est connexe. (2) Pour la seconde partie nous procédons de proche en proche. Exemple 5. (3) Le groupe Opnq n’est pas connexe. ` Rzt0u et z0 “ f p0q. Cq est connexe. Rq n’est pas connexe. An sont des connexes de X avec Ai X Ai`1 ‰ H. Soit f : R Ñ R2 un homéomorphisme.29 Les espaces topologiques R et R2 ne sont pas homéomorphes. Cela contredit le fait que Cj soit connexe. Avec tout cela nous avons (a) Cj Ă A Y B. (c) Cj X B ‰ H parce que x est dans cette intersection. . n“1 Démonstration. mais les groupes GL` pn.6. et ainsi de suite. Vu ˘ (5. Démonstration. Ť (2) Si A1 . (2) Le groupe GLpn. 5. la proposition 5. Proposition 5. D’abord A1 Y A2 est connexe par la première partie. TOPOLOGIE GÉNÉRALE est un homéomorphisme. Vu que E est connexe et que f ´1 est continue. Stabilité de la connexité par union. alors B est connexe.7 Action de groupe et connexité Sources : [41] et wikipédia.30.1 Connexité de quelque groupes Proposition 5. deux ouverts disjoints recouvrant tous les Ci et ayant chacun une intersection non vide avec l’union.27 nous dit que f ´1 pEq est connexe. alors l’union n Ai est connexe. Vu que s0. (1) Une union quelconque ce connexes ayant une intersection non vide est connexe.

.18b) où Ga est le fixateur de a dans G.34. ˝. Pour montrer le second point.. mais étant donné que H est connexe. alors G est connexe. ‹ . ‚ . . Notons que nous en avons besoin pour prouver que la sphère S n´1 est connexe. l’ensemble gH est également connexe. la fonction f doit être constante. de telle façon à ce que la fonction continue f soit constante sur gH. Le fixateur de e1 est évidemment isomorphe à SOpn ´ 1q parce qu’il est constitué des matrices de la forme ¨ ˛ 1 0 . En effet si h P H nous aurions f prghsq “ f pghq. a1. 1u une fonction continue. 0 ˚0 a11 . Soit f : G Ñ t0. Nous en déduisons que f est ˜ deux éléments du groupe.16) ˜ D’abord nous montrons qu’elle est bien définie. 0 an´1. Considérons l’application ˜ f : G{H Ñ t0. (5.1 .n´1 ‹ ˚ ‹ (5. an´1. Nous avons donc f pghq “ f pgq.. . ˜ Étant donné que G{H est également connexe.15) est un homéomorphisme. par définition. nous avons f pg1 q “ f constante et que G est connexe. .19) ˚. le groupe Opnq a deux composantes connexes. Démonstration.35. Soit G un groupe topologique localement compact et dénombrable à l’infini 3 agissant continument et transitivement sur un espace topologique localement compact E. . 1u rgs ÞÑ f pgq.n´1 où paij q P SOpn ´ 1q. de façon transitive sur la sphère S n´1 . La seconde assertion découle de la première parce que les matrices de déterminant 1 et celles de déterminant ´1 ne peuvent pas être reliées par un chemin continu tandis que l’application ¨ ˛ ´1 1 ‚M M ÞÑ ˝ (5. . . Nous acceptons le résultat pour G “ SOp2q. Si G et H sont des groupes topologiques tels que G{H et H sont connexes.33. Lemme 5.20) . . Alors l’application ϕ : G{Gx Ñ E rgs ÞÑ g · x (5. nous avons G · a “ S n´1 Ga » SOpn ´ 1q (5. Le groupe SOpnq est connexe. Si g1 et g2 sont ˜prg1 sq “ f prg2 sq “ f pg2 q. TOPOLOGIE GÉNÉRALE Théorème 5. . Cela signifie qu’il est une réunion dénombrable de compacts (5. Soit a P S n´1 . . la base canonique de Rn et M P G telle que M a “ e1 .17) 1 est un homéomorphisme entre les matrices de déterminant 1 et celles de déterminants ´1. Théorème 5. Démonstration. L’application α : Ge1 Ñ Ga A ÞÑ M ´1 AM 3. Montrons donc que G “ SOpnq est connexe par arcs pour n ě 2 en procédant par récurrence sur la dimension. Le groupe SOpnq agit.172 CHAPITRE 5. nous considérons tei u. .18a) (5..

33 nous montre alors que.34. zq ` dpz. yq ď dpx.173 CHAPITRE 5.. . yq “ dpy. Si E est un ensemble. Proposition 5. (5. Par ailleurs si M est une matrice de Gpnq telle que M a “ e1 . Le lemme 5.n´1 où paij q P Gpn ´ 1q. en tant qu’espaces topologiques. nous avons l’homéomorphisme α : Ge1 Ñ Ga A ÞÑ M ´1 AM. .37. y P E. . Une bijection continue entre un espace compact et un espace séparé est un homéomorphisme. le groupe Gpnq est connexe par le lemme 5. . xq (4) dpx. . .36). (5. zy “ |zk |2 “ 1u. Lemme 5. ‹ . (5. .21) L’hypothèse de récurrence montre que Ga “ SOpn ´ 1q est connexe tandis que nous savons que S n´1 est connexe. une distance sur E est une application d : E ˆ E Ñ x. 5. (5.36. . yq ě 0 (2) dpx. 0 an´1.23b) La seconde ligne est un isomorphisme de groupe et un homéomorphisme.1 . Il est donné de la façon suivante. G{Ga “ S n´1 . yq.34 conclut que G “ SOpnq est connexe. 0 ˚0 a11 . Démonstration. (3) dpx.8 Espaces métriques Définition 5. Soit a P S n´1 . .24) ˚. ‚ . La dernière condition est l’inégalité triangulaire. ˝. Ce groupe opère transitivement sur la sphère complexe ÿ n´1 SC “ tz P Cn tel que xz. Nous avons une bijection continue entre k n´1 et S n´1 et donc un homéomorphisme (lemme 5.. Le théorème 5. Par composition nous avons Ga » Gpn ´ 1q et un homéomorphisme n´1 Gpnq{Ga “ SC .22) k 2 Cet ensemble est le même que S 2n´1 parce que |zk | “ x2 ` yk . yq “ 0 si et seulement si x “ y. . Les groupes Upnq et SUpnq sont connexes. D’abord le fixateur de e1 dans Gpnq est donné par les matrices de la forme ¨ ˛ 1 0 .26) n´1 Le groupe Ga et l’ensemble SC étant connexes. TOPOLOGIE GÉNÉRALE est un isomorphisme entre Ga et SOpn´1q.38.25) Encore une fois. dq d’un ensemble et d’une métrique est un espace métrique. a1. Soit Gpnq le groupe SUpnq ou Upnq. (5.36.. . Le couple pE. an´1. cela est un homéomorphisme par le lemme 5.23a) (5. .n´1 ‹ ˚ ‹ (5. nous avons S C C n´1 G · a “ SC Ga » Gpn ´ 1q. R telle que pour tout (1) dpx.

yq ě 0.41 Le premier exemple d’espace métrique que nous connaissons est deux nombres : dpx. Et. Prenons y P Bpx. La différence est que dans la première l’inégalité est stricte. il l’est parce que dpx. Exemple 5. rq “ ty P E tel que dpx. rq. yq “ dpy. miracle. R muni de la distance usuelle ente (5. yq ă ru (5. Nous avons donc bien dpx. nous définissons une topologie en disant que les boules Bpx. il existe une boule ouverte centrée en x et contenue dans O. Démonstration. rq. yq ` dpy. zq ` ˘ ă dpx. y. La boule fermée centrée en x et de rayon r ą 0 est définie par ¯ Bpx.27) sont ouvertes. Pour prouver que Bpy.30 : Définition 5. yq ` r ´ dpx. Théorème 5.174 CHAPITRE 5. tandis que la seconde est stricte. zq que nous voudrions être plus petit que r.39. yq inégalité triangulaire ` ˘ z P B y. r ´ dpx. Une boule ouverte contient une boule ouverte autour de chacun de ses points. et prouvons que la boule Bpy. yq “ 0 ssi x “ y. yq ą 0 parce que y est dans la boule ouverté centrée en x et de rayon r. La propriété suivante donne une caractérisation importante de la continuité dans le cas des espaces métriques. Définition 5. Remarquez que la première inégalité n’est pas stricte. Dès que l’ensemble E est muni d’une distance.40. Première chose : r ´ dpx. r ´ dpx. yq ` dpy. yq et testons dpx. zq ă r (strictement) comme le demandé pour que z soit dans la boule ouverte de centre x et de rayon r. nous définissons la notion de boule ouverte sur l’ensemble E centrée au point x et de rayon r ą 0 comme Bpx. ` ˘ Soit donc z P B y. z P E. . yqq Ă Bpx. Exercice 1Que penser de la formule dpx. Si E est un ensemble quelconque. r ´ dpx. yq “ |y ´ x|. yq “ y ´ x pour définir une distance sur R ? À partir de là. prenons un point dans le premier ensemble et montrons qu’il est dans le second ensemble. zq ď dpx. Une partie O de E est alors ouverte si pour tout point x de O. TOPOLOGIE GÉNÉRALE La définition suivante donne une topologie sur les espaces métriques en partant des boules et en reprenant mot à mot la définition 4. yqq est contenue dans Bpx. Inégalité triangulaire dpx. rq “ ty P R tel que dpx.28) Je me permets de faire remarquer la valeur absolue. zq ď dpx. yq ď ru. nous disons qu’une distance sur E est une fonction d : E ˆE Ñ R` telle que Symétrie dpx. zq pour tout x. r ´ dpx. yq “ r. rq “ ty P R tel que dpx.42. Insistons sur le fait que dans tous les cas. nous devons avoir dpx. xq. rq. Séparation dpx. yq ă ru. Un ensemble muni d’une loi de distance s’appelle un espace métrique.

L’ensemble F est fermé si et seulement si toute suite contenue dans F et convergeant dans X converge vers un élément de F . δq telle que f pV q Ă W .45 (Caractérisation séquentielle d’un fermé). Démonstration. Y O ` ` si dpa. à ne pas confondre avec le théorème 5. Une isométrie entre deux espaces métriques est continue.3. δ . une application isométrique et ˘ un ouvert de Y . deux espaces métriques et une fonction f : E Ñ F . De plus. Alors il existe x P XzF pour 1 lequel tout voisinage intersecte F . il en contient un autour de a : V 1 “ Bpa.175 CHAPITRE 5. δq Ă B f paq. k q. δq Ă V . ` ˘ Montrons (2) ñ (3). Dδ ą 0 tel que f Bpa. Ă W . Soit X un espace métrique et F Ă X. A fortiori nous avons f pV 1 q Ă W . δq telle que f pV 1 q Ă B f paq. Cela est la définition 5. ouverts et voisinages[42]). Soient f : X Ñ ˘ . nous avons lim f pxn q “ f paq. il existe une boule V 1 “ Bpa. . Soit pE.43 (Continuité.44 (Caractérisation séquentielle de la continuité). L’équivalence (3) ô (4) est une simple paraphrase. alors d f paq. Si W 1 “ B f paq. Soit a P f ´1 pOq . . Proposition 5. la queue 4. ` ˘ (3) Pour toute boule W 1 “ B f paq. La proposition 5. Dans l’autre sens maintenant.8. nous obtenons une suite pxn q de Cauchy et qui est par conséquent convergente vu que l’espace est par hypothèse complet. Démonstration. Si F est fermé alors XzF est ouvert. (2) Pour tout voisinage ouvert W de f paq. Proposition 5. Si W est un ouvert autour de f paq. dq un espace métrique. f pbq ă r et donc b P f ´1 Bpf paq.42). L’ensemble V contenant une boule autour de chacun de ses points 4 . nous avons un voisinage V de a tel que f pV q Ă W .47 (Théorème des fermés emboîtés[43]). Supposons que XzF ne soit pas ouvert. ce qui prouve que f ´1 pOq est ouvert. Une fonction f : X Ñ Y est continue en a P X si et seulement si pour toute suite pxn q dans Xztau convergente vers a. alors la suite ne peut pas entrer dans A et ne peut donc pas converger vers x. TOPOLOGIE GÉNÉRALE 5. Théorème 5. Ă W . Si nous choisissons des points xn P Fn . L’équivalence (1) ô (2) est la définition 5. Les espaces métriques ont une propriété importante que la fermeture séquentielle est équivalente à la fermeture. nous construisons une suite contenue dans F qui converge vers x. bq ă r. Condition suffisante Soit tFn unPN une telle suite de fermés emboités. Il est complet si et seulement si toute suite décroissante de fermés non vides dont le diamètre tend vers zéro a une intersection qui se réduit à un seul point.1 Fonctions continues Proposition 5. . ` Montrons (3) ñ (2). Démonstration. Si A est un ouvert autour de x contenu dans XzF (existence par le théorème 5. Soit une suite xn ÝÑ x contenue dans F . En prenant xk P Bpx.13. il existe un voisinage ouvert V de a tel que f pV q Ă W . pour chaque N ě n. Soient E et F . Il existe donc une boule V 1 “ Bpa. Donc autour de chaque point de f ´1 pOq nous pouvons trouver une boule ouverte contenue dans f ´1 pOq. Proposition 5. il contient une boule autour de f paq : ˘ ` ˘ B f paq.46. Nous avons équivalence entre (1) f est continue en a.39 des ouverts dans un espace métrique. rq .74 nous montrera que ces équivalences tiennent encore lorsque l’espace a une topologie de semi-normes. Soient X et Y des espaces métriques. X Démonstration. ` ˘ ` ˘ (4) @ ą 0.

Donc l’intersection est réduite a un point.29) Le fait que la suite soit de Cauchy implique que diampFn q Ñ 0. Ensuite si nous en avons N termes. Démonstration. Contradiction. aq ď diam Fn Ñ 0. Soit X un espace métrique compact et pxn q une suite dans X.51. Nous construisons par récurrence une suite ne possédant pas de sous-suites convergente. Donc la limite de pxn q est dans nPN Fn .31) Compacité Lemme 5. nous avons alors č Fn “ tau. nous savons que les boules de rayon et centrées en les points txi ui“1. donc tous les xn suivants sont dans le Vi qui contient x. Une version dédiée à Rn sera démontrée dans le théorème 4. Nous considérons les ensembles Fn “ txi tel que i ě nu. Par l’absurde. q. . lesquels sont arbitrairement petits par hypothèse..176 CHAPITRE 5. (5.N ne recouvrent pas X. il suffit de remarquer que dpxn . et donc la proposition 5. q Ă Vi pour un certain i. (5. Soit pX.49 ([44]). Le premier terme.30) nPN Pour s’assurer que a est bien la limite de pxn q. Par hypothèse. Nous considérons la suite de fermés emboités Xn “ txk tel que k ą nu. q recouvrent X. Un espace métrique est compact si et seulement si toute suite admet une sous-suite qui converge à l’intérieur de l’espace. Lemme 5. Pour n assez grand ( n ă ) nous avons xn P Bpx. il existe un xn P X tel que la boule 1 Bpxn . Si tVi u est un recouvrement par des ouverts de X. nous ayons Bpx.2 (5. Démonstration. 5. Démonstration. Condition nécessaire Soit une suite de Cauchy pxn q.48 (de Lebesgue[44]).50 (Bolzano-Weierstrass[44]). nous supposons que pour tout n. Pour tout il existe un ensemble fini txi uiPI tel que les boules Bpxi . dq un espace métrique tel que toute suite ait une sous-suite convergente à l’intérieur de l’espace. Une telle suite ne peut pas contenir de sous-suite convergente. Il n’existe pas d’ensemble finis autour des points duquel les boules de taille recouvrent X. x0 est pris arbitrairement dans X.. ą 0. Soit pX. alors il existe tel que pour tout x P X.. n q n’est contenue dans aucun des Vi . Ce des xn nous extrayons une sous-suite convergente 1 (que nous nommons encore pxn q) et nous posons xn Ñ x.22 nous dit qu’ils ont une intersection non vide.32) Ce sont des fermés ayant la propriété d’intersection finie non vide. Un élément de cette intersection est automatiquement un point d’accumulation de la suite. Soit par l’absurde un ą 0 contredisant le lemme. Ş De plus cette intersection a diamètre nul parce que le diamètre de nPN Fn est majoré par tous les diamètres des Fn . (5.. Théorème 5.8. TOPOLOGIE GÉNÉRALE de suite pxn qněN est contenue dans FN et donc converge vers un élément de FN (parce que ce Ş dernier est fermé). Ainsi nous avons une suite pxn q dont tous les termes sont à distance plus grande que les uns des autres. dq un espace métrique tel que toute suite possède une sous-suite convergente. Donc nous prenons xN `1 hors de l’union de ces boules.

pour chaque n P N. n (5. Afin de prouver que f atteint sa borne. et nous considérons tVi uiPI . (5. Théorème 5. nous allons noter pxn q la sous-suite convergente. la limite est dans F . Par le lemme 5. Une fonction continue à valeurs réelles définie sur un compact est bornée et atteint ses bornes.49. nous avons que f prend en x la valeur f pxq “ lim f pxn q.44. la suite pxn q est une suite dans K qui est compact. alors F est compact. nous considérons un tel que pour tout x. Soit pxn q une suite dans F . Par le lemme 5.50. nÑ8 (5. ce qui prouve que f atteint sa borne M au point x P K. et donc nous pouvons en extraire une sous-suite convergente à l’intérieur de K par le théorème de Bolzano-Weierstrass5. il existe un i P I avec Bpx. nous pouvons y trouver des nombres aussi grands que nous voulons. Nous allons maintenant construire une suite pxn q de deux façons différentes suivant que M “ 8 ou non. nous considérons les inégalités M´ 1 ă f pxn q ď M. q est contenue dans un des ouverts Vi . si nous avions été dans le cas où M “ 8. (1) Si M “ 8. Étant donné que pyn q est une suite convergente contenue dans F et étant donné que F est fermé.50 a l’importante conséquence suivante.50.51 (Weierstrass).37) et donc f pxq “ M . il existe un y P A tel que y ą M ´ ε. 1 nous choisissons donc xn P K tel que f pxn q ą M ´ n . un recouvrement de X par des ouverts. Nous sélectionnons donc parmi les Vi le nombre fini qu’il faut pour recouvrir les Bpyi . un xn P K tel que f pxn q ą n. Le théorème de Bolzano–Weierstrass 5. Nous avons donc xn Ñ x P K. chacune de ces boules Bpyi . Nous en concluons que M ă 8. (2) Si M ă 8. (5. ces inégalités deviennent M ď f pxq ď M. Par construction. Soit K une partie compacte et f : K Ñ R une fonction continue.36) En passant à la limite n Ñ 8. q recouvrent X. par la compacité de K nous pouvons considérer une sous suite pyn q qui converge dans K (proposition 5.35) Donc f pxq ă 8. Afin d’alléger la notation. c’est à dire que M P A. nous considérons un ensemble fini tyi uiPA tel que le boules Bpyi . la suite xn aurait été choisie pour avoir f pxn q ą n et donc il n’aurait pas été possible d’avoir limnÑ8 f pxn q ă 8.34) Par la proposition 5. Évidement.33) Nous considérons le supremum M “ sup A “ supxPK f pxq avec la convention comme quoi si A n’est pas borné supérieurement.50). Nous désignons par A l’ensemble des valeurs prises par f sur K : A “ f pKq “ tf pxq tel que x P Ku. Si K est compact et si F est fermé dans K. . Nous allons utiliser la caractérisation de la compacité en termes de suites donnée par le théorème de Bolzano-Weierstrass 5.14). q et donc pour recouvrir X. (5. ce qui prouve que pxn q possède une sous suite convergente dans F et par conséquent que F est compact. Démonstration. Quel que soit le cas dans lequel nous sommes. nous savons que pour tout ε. Cela est certainement possible parce que si A n’est pas borné. nous choisissons. q Ă Vi . TOPOLOGIE GÉNÉRALE Nous passons à l’autre sens. nous posons M “ 8 (voir définition 4.48. Lemme 5. Démonstration.177 CHAPITRE 5.52. et donc que f est bornée sur K. Nous supposons que toute suite dans X contient une sous-suite convergente. Pour chaque n.

alors on aurait une suite pxn q dans F qui convergerait vers x0 . Si K est un compact et F un fermé disjoint de K. ce qui contredirait l’hypothèse que F et K sont disjoints. Ce la signifie que pour tout n. elle possède une sous suite pyn “ xσ1 pnq q convergente dont la limite est dans A1 par le théorème de Bolzano-Weierstrass 5. une queue de cette suite est une sous suite de xσ1 .σk pnq et par conséquent cette suite converge dans Ak . ce qui contredit le fait que la suite pyn q converge.55 appliqué au fermé txu et au compact f pKq donne un r ą 0 tel que ` ˘ d x.. La suite étant contenue dans A1 .51. F q (5. F q ą 0. F q “ 0. alors dpK. Démonstration. TOPOLOGIE GÉNÉRALE Lemme 5.53.38) est non vide. Le lemme 5. Démonstration. Proposition 5. Nous considérons enfin la suite yn “ xσ1 . dpyn . nous avons dpyn . Vu que f est une isométrie.43) Soit la suite un “ f n pxq . Cette propriété est fausse pour les ouverts.56 ([44]). Le fait que f soit injective est obligatoire (sinon il y a des images dont la distance est nulle). Une queue de la suite yn est dans A2 et nous considérons donc une sous suite convergente dans A2 donnée par zn “ yσ2 pnq “ xσ1 σ2 pnq . yn`1 q ą r. Remarque 5. (5. Une isométrie d’un espace métrique compact sur lui-même est une bijection. Par exemple 1 s0. .178 CHAPITRE 5.39) En continuant ainsi nous construisons une suite convergente dans Ak . Soit pxn q une suite dans K telle que xn P An .44) pour un certain m ď n ` 1.. Si dpx0 .42) est une fonction continue sur K. Le fonction KÑR x ÞÑ dpx. Alors č An C“ nPN (5.41) Lemme 5.40) Pour tout k. Démonstration.54. Soit x P X hors de f pXq.. Soit x0 P K un point de K qui réalise ce minimum.55. n ną1 č (5. Il faut montrer que f est surjective. et donc atteint son minimum par le théorème de Weierstrass 5..52). ym q ą r (5. (5. mais F étant fermé cela signifierait que x0 serait dans F . yn`1 q “ dpx. et A1 étant compact (lemme 5. f pKq ą r. c’est une suite dans K et possède donc une sous-suite convergente (BolzanoWeierstrass5. Soit X un espace métrique compact et f : X Ñ X une isométrie.50) que l’on nomme pyn q. La limite de cette suite est donc dans l’intersection demandée.50. Soit An une suite décroissante de fermés dans un compact K.σn pnq . (5. r “ H.

(5. Γ est compact Nous notons Ap “ tun tel que n ě pu et nous avons č Γ“ Ap pPN (5.49) qui est fermé en tant que complémentaire d’ouvert. Sous-suites de pun q L’hypothèse sur la suite pun q nous indique qu’il existe un N0 tel que @n ě N0 . il existe m ą n tel que xm P Bpx. L’idée est maintenant de montrer que K contient un point d’accumulation de pun q.2). un2 q ă α . un`1 q ă α . dq un espace métrique compact et pun q une suite de X telle que lim dpun . ce qui est impossible.47b) et nous avons évidemment Γ “ A Y B. et donc compact. q. Décomposition en trois morceaux Vu que A et B sont des compacts disjoints. Γ X S est compact parce que fermé dans un compact. cela donnerait une intersection entre O et S. Recouvrement par deux compacts Supposons que Γ ne soit 5 pas connexe. et donc tel que x P Bpxm . dpun .179 CHAPITRE 5. Au final la limite est dans S X Γ.50) Soit N ą N0 et x0 P A. Γ est fermé (lemme 5. nous avons K X Γ “ H. Étant donné que x0 est point d’accumulation de la suite. Même chose dans B : nous prenons y0 P B et un naturel 3 n2 ą n1 tel que dpy0 .46) parce que si x P Γ. TOPOLOGIE GÉNÉRALE Proposition 5. un1 q ă α . Nous pouvons alors considérer S et O. Enfin nous notons K “ XzpA1 Y B 1 q (5. Γ est compact (lemme 5. Soit pX. est-ce qu’il faut vraiment un subjonctif ici ? . Cependant S n’intersecte ¯ X O. Nous notons Γ l’ensemble des points d’accumulation de la suite. Nous avons un1 P A1 et un2 P B 1 . nous avons dpA. Même chose pour B 1 .45) Alors l’ensemble des points d’accumulation de pun q est connexe. alors tout voisinage de x intersecterait S. Bq “ α ą 0 pour un certain α par le lemme 5. ce qui prouve son caractère fermé.57. Aq ă (5. A1 est ouvert (définition de 3 la topologie). En effet si x P S de x étant inclus dans O parce que O est ouvert . mais elle est certainement dans S.52). Montrons que A est fermé (B le sera aussi par le même raisonnement). nÑ8 (5. En tant que fermé dans un compact.48b) Ť Nous avons A1 “ xPA Bpx. α q et donc en tant qu’union d’ouverts. Nous posons alors A“SXΓ (5. q X Ap est non vide. mais il y a des voisinages pas O. En tant qu’intersection de fermés. 3 5. il existe n1 ą N tel que dpx0 . un`1 q “ 0. Comme d’habitude. Donc pour tout et pour tout p. Donc la limite n’est pas dans O et donc elle est dans S. Démonstration.55. Étant donné que A Ă A1 et B Ă B 1 . alors pour tout n.47a) B “ O X Γ. Alors la limite est dans ¯ ¯ ¯ Γ “ Γ et donc elle est donc O ou S. Bq ă u 3 A1 “ tx P X tel que dpx.48a) (5. Nous notons α u 3 α B 1 “ tx P X tel que dpx. Soit une suite d’éléments de S X Γ convergent dans X. 3 (5. l’intersection Bpx. deux ouverts disjoints recouvrant Γ et intersectant tout deux Γ. q.

Cela nous donne une sous-suite de pxn q composée d’éléments tous à une distance de x supérieure à . Une telle suite de compacts vérifie alors (1) Il existe δn tel que pour tout z P Kn . Bref. la suite pvn q admet un point d’accumulation dans K. En tant que suite dans le compact K.50) est important. nous avons donc bien Kn Ă Ω. mais n0 n’est pas n2 lui-même parce que dpA1 . Soi Ω un ouvert dans un espace métrique E. Notons qu’ici 3 le strict dans la condition (5. Bpz. il existe n ą N avec dpxn .51) Pour la dernière inégalité nous avons utilisé le fait que un0 ´1 n’est pas dans A1 .59. Il existe une suite pKn q de compacts tels que (1) Kn Ă Ω Ť (2) 8 Kn “ Ω n“0 (3) Kn Ă IntpKn`1 q.180 CHAPITRE 5. Vérifions que ces ensembles vérifient tout ce qu’il faut. nous avons montré que un0 n’est pas dans B 1 (dans la définition de ce dernier nous avons bien une inégalité stricte). Alors la suite entière converge vers x. il existe un n0 ě N tel que un0 P K. mais c’est impossible par construction. c’est une suite dans un compact qui admet donc une sous-suite convergente (et une telle sous-suite est une sous-suite de pxn q) dont la limite devrait être x. Ce point est également point d’accumulation de la suite pun q complète. dpui . Nous considérons les ensembles Vn “ tz P E tel que |z|u Y 1 Bpa. Nous la nommons pyn q . n2 ą N0 et donc pour tous les i entre n1 et n2 (compris). (2) Tout compact de Ω est inclus à IntpKn q pour un certain n. Cela existe parce que un2 P B 1 et B 1 X A1 “ H. Nous avons montré jusqu’à présent que pour tout N ě N0 . ui`1 q ă α . q. (1) Si a R Ω alors a est dans tous les Vn et donc dans aucun des Kn . nous avons un0 P K. Lemme 5. xq ą . Bq ´ dpun0 ´1 . Une suite de compacts telle que décrite dans ce lemme est une suite exhaustive de compacts pour Ω. . ce qui donne un point d’accumulation de pun q dans K et donc une contradiction. Vu que par définition un0 n’est pas non plus dans A1 . Alors il existe un tel que pour tout N ą 0. Nous concluons que Γ est connexe.58. Aq ´ dpun0 ´1 . nous avons dpun0 . n aRΩ ď (5. Démonstration. B 1 q ě α alors que nous considérons 3 n0 . TOPOLOGIE GÉNÉRALE Soit n0 le plus petit naturel supérieur à n1 tel que un0 R A1 . δn q Ă Kn`1 . Nous allons maintenant montrer que un0 est dans K. C’est fait pour : il est loin en même temps de A1 et de B 1 . Supposons que ce ne soit pas le cas. Bq ě dpun0 ´1 . Bq ´ dpun0 ´1 . Si pxn q est une suite dans un compact telle que toute sous-suite convergente ait le même point x comme limite. Proposition 5. Cela nous construit donc une sous-suite pvn q de pun q contenue dans K. un0 q ě dpA. un0 q α α ěα´ ´ 3 3 α “ . Démonstration. n1 . Nous avons donc N0 ă n1 ă n0 ă n2 . En utilisant l’inégalité triangulaire à l’envers. Encore une petite conséquence sans ambition du théorème de Bolzano-Weierstrass.52) et nous définissons Kn “ AVn . 3 (5.

AΩq ě que 1 1 ăδă n`1 n 1 n. (5. Vu que Ω est l’union des IntpKn q. Vu que Kn Ă IntpKn`1 q.54) n“0 L’inclusion dans l’autre sens est facile. il suffit de prendre le plus grand (disons Km ) et nous avons K Ă IntpKm q. un “ b et pour tout 0 ď i ď n ´ 1 nous avons dpun . Les Kn étant croissants. δq Ă Kn`1 . Proposition 5. alors dpz. c’est une fonction (continue sur le compact Kn ) prenant des valeurs strictement positives. En effet ils sont bornés parce que Kn Ă Bp0. n2 q Ă Ω.56) Ensembles enchaînés Soit px. Du coup si nous prenons δ tel (5. Alors z P Kn avec n ą maxpn1 . (4) Enfin. b P A. Soit K compact dans Ω. .3 (5. Notons qu’avec la suite de Kn telle que construite. Un espace connexe est bien enchaîné.62. dq est connexe. Ť (2) D’abord nous avons Ω “ 8 IntpKn q. δn q Ă Kn`1 pour tout z P Kn . (1) Nous pouvons considérer la fonction Kn Ñ R donnée par z ÞÑ dpz. les Kn sont tous compacts. AKn`1 q.61. . qui sont indépendantes de la façon dont nous avons construit les Kn vérifiant les conditions.8. Définition 5. En effet nous avons n“0 Ω“ 8 ď Kn Ă n“0 8 ď IntpKn`1 q Ă n“0 8 ď IntpKn q. Elle a donc un minimum strictement positif.60. La fermeture d’un ensemble bien enchaîné dans un espace métrique compact pX. . Nous passons maintenant aux propriétés. n2 q. nous avons KĂ 8 ď IntpKn q. Une -chaîne joignant les points a et b de X est une suite finie pu0 . Proposition 5. un`1 q ď . TOPOLOGIE GÉNÉRALE 1 (2) Si z P Ω alors nous prenons n1 ą |z| puis n2 tel que Bpz.55) n“0 Cela donne à K un recouvrement par des ouverts dont nous pouvons extraire un sous-recouvrement fini par compacité. du recouvrement fini. Une partie A de X est bien enchaînée si pour tout ą 0 et pour tout a. Les rationnels dans R sont bien enchaînés. un q dans X telle que u0 “ a. (5. dq un espace métrique. il existe une -chaîne joignant a et b dans A. (3) Une chose à comprendre est que si z P Kn . .181 CHAPITRE 5. Si δn est plus petit que ce minimum nous avons Bpz.53) alors Bpz. le dernier point est réglé en prenant 1 1 ă δn ă . nq et ensuite Kn est fermé en tant que complémentaire d’un ouvert (Vn est ouvert en tant qu’union d’ouverts). n`1 n 5. .

5. Une fonction continue est séquentiellement continue. Sur l’ensemble produit E “ 8 Ei nous définissons la méi“1 trique 8 ÿ 1 dpx. Soit f : E Ñ Y une application séquentiellement continue. Définition 5. Note : ce résultat est encore valable pour un produit quelconque. deux espaces métriques. puk q dans A de la façon suivante. Démonstration. (5. .24.b .9 Espaces métrisables Définition 5. 5. Un produit dénombrable d’espaces métriques non vides est compact si et seulement si chacun de ses facteurs est compact. dq devient un espace métrique. TOPOLOGIE GÉNÉRALE ¯ Démonstration.x “ A. ś Soient pEn .67. Ici l’ensemble In est fini. dn q des espaces métriques. Soit E et Y . un espace métrique compact est connexe si et seulement si il est bien enchaîné. La suite ainsi construite est une suite dans A admettant a et b comme points d’accumulation ¯ (les autres points d’accumulation sont également dans A) et telle que limkÑ8 dpuk .65. La pnq suite puk q est simplement construite en mettant bout à bout les éléments vi .57 nous dit que l’ensemble des points d’accumulation de puk q est connexe dans X. yi q (5. 1q.31.182 CHAPITRE 5. ¯ Si nous fixons a P A. Cela n’est cependant pas vrai pour n’importe quel espace topologique. b P A. alors nous avons ď ¯ Ca.8. Dans les espaces métriques la réciproque est également vraie 6 et la continuité est équivalente à la continuité séquentielle. uk`1 q “ 0. Si X est un espace topologique. Nous le notons Ca.57) ¯ xPA Vu que le membre de gauche est une union de connexes. Proposition 5. c’est le théorème de Tykhonov 5. Pour chaque n ą 0 nous prenons a n n Ensuite nous considérons une 1 n -chaîne pnq tvi uiPIn dans A entre a1 et b1 .4 Produit dénombrables d’espaces métriques Définition 5. Nous construisons une suite 1 P Bpa.58) 2i n i“1 où d1 “ minpdi . 1 q X A et b1 P Bpb. Par conséquent la proposition 5. ´1 pOq et la caractérisation séquentielle 7 de la fermeture conclura que Nous allons montrer que x P Af 6. Proposition 5. yq “ d1 pxi .66.63. c’est un connexe par la proposition 5.44. Un espace topologique est métrisable si il est homéomorphe à un espace métrique. i On peut montrer que ce d est bien une distance et que pE. et soient a. Proposition 5. 7. nous allons voir que le complémentaire de f ´1 pOq est fermé E dans E. Soit O un ouvert de Y . Alors f est continue. 1 q X A.45.64. En particulier. Soit A Ă X un ensemble bien enchaîné. une fonction f : X Ñ R est séquentiellement continue si pour toute suite convergente xn Ñ x dans X nous avons f pxn q Ñ f pxq dans R. Pour cela nous considérons une suite convergente xk ÝÑ x avec xk P Af ´1 pOq pour tout k. Théorème 5.

Si X est un espace topologique dont la topologie est donnée par une famille dénombrable de seminormes.63) |ppx ` hq ´ ppxq| ď pphq (5. (5. Par conséquent f pxq P AO et x P Af ´1 pOq.69. mais O est ouvert et f pxk q ÝÑ f pxq parce que f est séquentiellement continue. Nous avons d’une part ppx`hq ď ppxq`pphq et d’autre part ppxq ď ppx`hq`pp´hq “ ppx ` hq ` pphq. (5. donc φ´1 pak q ÝÑ φ´1 paq. Si E est un espace vectoriel. (5. (2) ppλxq “ |λ|ppxq (3) ppx ` yq ď ppxq ` ppyq.62) Démonstration.70. Nous construisons alors une topologie sur E de la façon suivante. De plus f est séquentiellement E continue. alors ` ˘ ˜ f pak q “ f φ´1 pak q . Lemme 5. Y Pour tout k. Proposition 5. ´ pphq ď ppx ` hq ´ ppxq ď pphq (5.59) ˜ L’application φ´1 est continue et donc séquentiellement continue. Une fonction séquentiellement continue sur un espace métrisable et à valeurs dans un espace métrique est continue. alors il est métrisable. Soit une famille ppi qiPI de semi-normes sur E. En effet si ak ÝÑ a. ce qui signifie que φ´1 pak q est une suite convergente dans X et donc ` ˘ ` ˘ ˜ ˜ lim f pak q “ lim f φ´1 pak q “ f φ´1 paq “ f paq.67. Nous considérons l’application f “ f ˝ φ´1 . elle est continue par la proposition 5. Si p est une semi-norme nous avons |ppxq ´ ppyq| ď ppx ´ yq.183 CHAPITRE 5. Nous supposons ˜ que f : X Ñ Y est séquentiellement continue. 5. Proposition 5. Démonstration. L’application ˜ f “ f ˝ φ est donc continue en tant que composée d’applications continues.60) X mais φ´1 est séquentiellement continue.71 ([45]). nous avons f pxk q P AO. une semi-norme sur E est une application p : E Ñ R telle que (1) ppxq ě 0.10 Topologie des semi-normes Définition 5. .61) kÑ8 kÑ8 ˜ ˜ L’application f est donc séquentiellement continue. Mais étant donné que f est définie sur un espace métrique (E) et à valeurs dans un métrique. (5. TOPOLOGIE GÉNÉRALE Af ´1 pOq est fermé. dq. c’est à dire ˜ f: E ÑY ` ˘ a ÞÑ f φ´1 paq . Soit E un espace métrique et un homéomorphisme φ : X Ñ pE. En isolant ppx ` hq ´ ppxq dans chacune ce des deux inégalités.64) ou encore qui donne le résultat demandé en posant h “ y ´ x.68.

5. Pour tout i P I. ą 0 tel que (5.65) La topologie sur E donnée par la famille de semi-norme est définie en disant que O Ă E est ouvert si et seulement si chaque point de O est dans une boule contenue dans O.66) Démonstration. h dans E nous avons dpx ` h. Nous avons alors un δ ą 0 tel que ` ˘ ` ˘ f Bpt0 . Soit une application f : R Ñ pE. Soit i P I et ą 0 et considérons la boule Bi f pt0 q.74. Nous avons équivalence entre (1) la fonction f est continue en t0 P R. Il existe donc un ouvert V autour de t0 tel que f pV q Ă Bi f pt0 q. (5. (5.` . (5. k (5. L’équivalence (1) ô (2) est la définition 5. Si O est un ouvert. R) tel que (5. Dans le cas de E “ DpKq. 47]). y ` hq “ sup min kě1 ( 1 . En prenant N “ maxtNj tel que j P Ju. y. donc il faudra poser dpϕ1 . En particulier pour tout j et pour tout ą 0. .72 (Topologie et semi-normes[46. yq “ sup min . δq Ă Bi f pt0 q. Soit W un ouvert autour de f pt0 q. rq “ ty P E tel que pj py ´ xq ă r @j P Ju. rq.73. il existe un N tel que si n ě N . (5. il existe un Ni tel que n ě Ni implique pi px´xn q ď .70) k kě1 Notons que cette écart est invariant par translation au sens où pour tout x. Il existe un i P I et ˘ Bi f pt0 q.67) Démonstration. δq Ă Bi f pt0 q. la première semi-norme est numérotée à zéro. 9. rq pour un certain ensemble fini J Ă I. il doit contenir une boule du type BJ px. . (2) si W est un voisinage ouvert de f pt0 q il existe un voisinage ouvert V de t0 (dans f pV q Ă W .13. La proposition suivante est un vulgaire plagiat de la proposition 5. Voyons l’implication inverse.43. . alors xn P O. Définition 5. δq Ă f pV q Ă Bi f pt0 q. pk px ´ yq . pk px ´ yq “ dpx. Une suite pxn q dans E converge vers x au sens de la topologie des semi-normes si et seulement si pour tout i P I. En particulier V contient une boule Bpt0 . Proposition 5. Si la suite pxn q converge 8 vers x. q. alors pour tout ouvert O autour de x. Soit ą 0. il doit exister un n ě Nj tel que xn P Bj px. δq et nous avons ` ˘ ` ˘ f Bpt0 .68) `Prouvons (3) ñ (2). ` ˘ Prouvons (2) ñ (3).69) Lorsqu’on a un espace E muni d’une quantité dénombrable de semi-normes tpk ukPI nous définissons l’écart 9 ( 1 dpx. qui est un ouvert de ˘ E contenant f pt0 q.71) 8. .184 CHAPITRE 5. Ă W. TOPOLOGIE GÉNÉRALE Définition 5. pi qiPI . nous avons pj px ´ xn q ď pour tout j et donc xn P BJ px. pi px ´ xn q Ñ 0. (3) pour tout i P I et ą 0 il existe δ ą 0 tel que ` ˘ ` ˘ f Bpt0 . Proposition 5. Ă W . yq. Pour tout J fini dans I nous définissons les boules ouvertes BJ px. ϕ2 q avec pk´1 au lieu de pk .

il contient une d-boule autour de chacun de ses points. Soit x P Bk pa. La topologie donnée par les boules Bpa.77. En disant «la même» nous entendons le fait que les ouverts sont les mêmes : A est ouvert pour une des deux topologies si et seulement si il est ouvert pour l’autre. . ď k et x. Pour cela prenons y P Bpx. En effet soient k P N. yq (5. pk px ´ yqu k ď dpx.74b) ď . Soit F . TOPOLOGIE GÉNÉRALE Proposition 5. Soit une suite ˚ F pTn q dans LpE. celle qui sera choisie pour les espaces de distributions. Proposition 5. pk px ´ aq ă ru k (5. Si E est un espace métrique.74c) Montrons à présent que O est d-ouverte.77) C’est une famille de semi-normes indicées par les éléments de E. (5. q est inclue à Bk pa.74a) |pk pyq ´ pk pxq| ď pk px ´ yq 1 “ mint . (5. rq et montrons que si est suffisamment petit. Si a P O. Pour cette démonstration nous allons préfixer par d les notions topologiques issues des boules (5.73). Inversement nous supposons que O est un P -ouvert. (5. Démonstration. F q est la topologie ˚-faible qui est la topologie des semi-normes pv pT q “ }T pvq}F .75 ([45]). une d-boule est une intersection finie de P -ouverts et donc est un P -ouvert par définition. q . la d-boule Bpx. F q. 2 Espace dual Définition 5.74d) (5.73) 1 kď k Si O est un d-ouvert. 10. dans l’idée. il existe k et r tels que Bk pa. rq “ Bk pa. nous avons ˇ ˇ ˇpk pa ´ xq ´ pk pa ´ yqˇ ď dpx. D’abord nous avons č Bpa.10. etc. Commençons par prouver que les semi-normes 1 pk sont d-continues.1 ă (5. La proposition suivante indique qu’elle est un peu la topologie de la convergence ponctuelle. y P E tels que dpx. Une topologie possible 10 sur l’espace des applications linéaires LpE. Soit E un espace muni de la topologie des semi-normes tpi uiPI et F un espace métrique. voir la définition 18. c’est cette topologie qui sera considérée sur son dual topologique E 1 des applications continues E Ñ R. rq.185 CHAPITRE 5.75) Par conséquent le nombre pk pa ´ yq est dans l’intervalle pk pa ´ xq ˘ et il suffit de prendre 5. Or d’après la formule (5.76) r´pk pa´xq . rq “ tx P E tel que @ k ď 1 . d-ouvert.76. rq.7. (5. yq ď .72) et par P celle des semi-normes : P -continue. rq Ă O. Donc O contient un P -ouvert autour de tous ses points et est donc P -ouvert. Nous avons Tn ÝÑ T si et seulement si Tn pvq ÝÑ T pvq pour tout v P E. C’est. un espace métrique et E un espace topologique vectoriel.72) est la même que celle «usuelle» donnée par les semi-normes. nous avons (5. yq ď . F q et T P LpE.

q.83) C’est à dire que si |t ´ t0 | ď δ nous avons ˇ ˇ ˇut pxq ´ ut pxqˇ ă . (5. E 1 q Nous revenons à nos histoires de limites de la définition 5.78 (Unicité de la limite dans un dual topologique).80) R nous devons alors avoir T pxq “ T 1 pxq pour tout x. c’est à dire R Ñ E 1 .δq Ă Bi put0 . pour tout x P E. (5. Le théorème de limite et continuité dans R nous donne immédiatement la limite (5. Soit O un ouvert de E 1 contenant ut0 . la limite (dans R) : lim ut pxq “ T pxq. nous avons par le même raisonnement que lim ut pxq “ T 1 pxq. il existe δ ą 0 tel que uBpt0 . Proposition 5. 5. (2) pour tout x P E nous avons la limite dans R lim ut pxq “ ut0 pxq.74 la continuité de u donne un δ ą 0 tel uBpt0 . Étant donné que u est continue. Proposition 5.81). Il y a unicité de l’élément de E 1 vers lequel une fonction u : R Ñ E 1 peut converger. Par la proposition 5.10.81) lim ut “ tt0 .78b) Espace C k pR.78a) Tn ÝÑ T pv pTn ´ T q Ñ 0 @v P E proposition 5.84) ce qui signifie bien que la fonction t ÞÑ ut pxq est continue en tant que fonction R Ñ R. (5. Cela est le point (1). Soit E un espace métrique et E 1 son dual topologique muni de sa topologie de la définition 5.78c) E (5. La boule Bx pT.78d) Tn pvq ÝÑ T pvq. TOPOLOGIE GÉNÉRALE Démonstration. Soit ą 0 et x P E.82) yÑt0 (3) nous avons la limite dans E 1 tÑt0 Démonstration. Démonstration.δq Ă Bx put0 . (5.79. 0 (5. Nous avons donc. Étant donné que u converge vers T il existe δ ą 0 tel que ut P Bx pT. Soit une fonction continue u : (5.76.186 CHAPITRE 5. Nous avons équivalence entre les lignes suivantes : ˚ (5. q de E 1 subordonnée à la norme px et centrée en T est un ouvert de E 1 . Nous passons à la preuve du point (3).73 }Tn pvq ´ T pvq}E Ñ 0 @v P E (5. Soit T un élément vers lequel ut converge lorsque t Ñ t0 . tÑt0 Par unicité de la limite dans T “ T 1.2 (5. Soient x P E et que ą 0. (5. Si T 1 est un autre élément vers lequel ut converge.5.85) . q Ă O. q dès que |t ´ t0 | ď δ. Il existe donc un i P I et ą 0 tel que Bi put0 . q Ă O. Alors (1) pour tout x P E la fonction t ÞÑ ut pxq est continue.79) tÑt0 Cela prouve que la convergence de u vers T implique l’existence pour tout x de la limite de ut pxq dans R.

Continuant ainsi nous construisons une suite de fermés emboités Bn telle que č Un X V (5.80. L’intersection est un ouvert qui contient alors une boule fermée B1 de rayon strictement positif.187 CHAPITRE 5.82 (Théorème de Baire[48]). Pour dire cela nous avons utilisé la définition 5. Démonstration. Par le théorème 5. Espaces topologiques localement compact Espaces métriques complets Soit pE. E 1 q et C 8 pR. .81. cette intersection est non vide. Les espaces suivants sont de Baire : (1) les espaces topologiques localement compacts. TOPOLOGIE GÉNÉRALE Cela signifie bien que |t ´ t0 | ď δ ñ ut P O. dq un espace métrique complet. E 1 q.8. Vu que V est ouvert dans un espace métrique. Une des principales utilisation que nous ferons de ces espaces seront les espaces de fonctions à valeurs dans le distributions tempérées dont nous parlerons dans la section 18.86) c’est à dire que nous avons la limite limtÑt0 ut “ ut0 dans E 1 .11 Espaces de Baire Définition 5.8 de la limite et le résultat d’unicité 5.8. Si nous avons une application u : R Ñ E 1 nous considérons sa dérivée donnée par la limite u1 0 “ lim t tÑt0 ut ´ ut0 . 5. Cela nous permet de définir les espaces C k pR.88) nPN contient l’intersection des Bn . La fonction u1 : R Ñ E 1 ainsi définie peut être continue ou non. t ´ t0 (5. Théorème 5. il contient une boule ouverte et donc une boule fermée B0 de rayon strictement positif. Le but est de prouver que l’ensemble nPN Un intersecte V .87) Cela est un nouvel élément de E 1 (pour peu que la limite existe). (3) tout ouvert d’un espace de Baire. L’ensemble U1 est dense et intersecte donc un ouvert contenu dans B0 . Soient V un ouvert quelŞ conque de E et Un une suite d’ouverts denses. Un espace de Baire est un espace topologique dans lequel toute intersection dénombrable d’ouverts denses est dense.4. (5.47 des fermés emboités (que nous utilisons parce que E est métrique et complet). Définition 5. Ouvert d’un espace de Baire Une des application du théorème de Baire est le théorème de Banach-Steinhaus 14. (2) les espaces métriques complets (donc ceux de Banach en particulier).

C P E nous avons les égalités suivantes dans E : (1) AB ` BC “ AC (relations de Chasles). . 6. . un espace vectoriel. `q agit à droite transitivement et librement.Chapitre 6 Espaces affines Ce chapitre provient principalement de [9]. 188 ř i xi e i dans le repère pA.58. Si A. xn q ÞÑ A ` ÿ xi e i . Un espace affine modelé sur E est un ensemble E sur lequel le groupe 1 pE. . En particulier nous notons En pKq l’espace affine canonique de Kn vu comme espace vectoriel sur K. M P E. Définition 6. .1) . .3. Soit E. Définition 6. Lorsque nous écrivons «M ` x». Soient N. ei q. (6. (3) AB “ ´AB. le groupe pE. Si E est un espace vectoriel. Un tel repère donne une bijection φ: Kn Ñ E px1 . le symbole plus n’est pas une loi de composition interne de E.2. . Remarque 6. Utilisant cette action nous construisons l’espace affine canonique de E. i Ces nombres xi sont les coordonnées du point A ` 1. `q agit sur E par l’action ty pxq “ y ` x. (2) AA “ 0. . Par liberté et transitivité de l’action.4. il existe un unique x P E tel que M `x “ N . e1 . en q où A est un point de E et tei u est une base de E est un repère cartésien de E. . ÝÑ Ý Ce vecteur x sera noté M N .1 Repères affines Soit E un K-espace vectoriel de dimension n et E un espace affine construit sur E. Si M P E et si x P E nous notons M ` x au lieu de x · M le résultat de l’action de x sur M . Un multiplet pA. l’action peut être vue indifféremment à gauche ou à droite. Étant donné que E est un groupe commutatif. mais une action. Proposition 6.1. Voir exemple 1. B.

ei q et pA1 . yq “ 0 avec f px.2) nous trouvons ÿ ÿ ÿ xk ek “ ak ek ` ajk x1 ek . c’est à dire ÿ A1 “ A ` ai ei . A1 (6. yq “ ax2 ` 2bxy ` cy 2 ` 2dx ` 2ey ` f (6. La signature de la quadratique qpx.3) dans (6. Pour cela nous choisissons le repère centré en I. ei q. Nous voudrions trouver les xi en termes des x1 . (6. ESPACES AFFINES Soient pA.2) i i i Nous considérons les coordonnées pai q de i dans le repère pA. ei q. Nous cherchons maintenant à savoir si un point I “ px0 .9) Dans le troisième cas.189 CHAPITRE 6. Soit paij q la matrice de i changement de base entre tei u et te1 u dans E. x ˜ x y (6.10a) y “ y0 ` y . y q ` p2ax0 ` 2by0 ` 2dq˜ ` p2bx0 ` 2cy0 ` 2eq˜ “ 0.4) jk ÿ ajk x1 . i i Pour cela nous considérons un point M dans E et nous l’écrivons dans les deux bases. (6. yq “ ax2 ` 2bx ` cy 2 (6.10b) Un peu de calcul montre qu’alors la conique s’écrit f px0 .8a) y “ γx ` δy ˜ (6.12b) . yq “ 0. la matrice de q est de rang 1. Cela fournit l’égalité ÿ ÿ A ` xi ei “ A1 ` x1 e1 . yq “ x2 ´ y 2 ˜ ˜ ’ % 2 x ˜ genre ellipse genre hyperbole genre parabole. c’est à dire si ˜ ˜ " ax0 ` by0 ` d “ 0 (6. e1 q deux repères cartésiens pour l’espace affine E. c’est à dire que nous posons " x “ x0 ` x ˜ (6.7) ne dépend pas de la base choisie et un changement de variables " x “ αx ` βy ˜ (6. y0 q ` qp˜.8b) peut nous amener dans trois cas : $ ’x2 ` y 2 ˜ &˜ qpx.5) j 6. j (6. ˜ (6.6) dans le repère R “ pA.2 Classification affine des conique Soit une conique f px.11) Le point I sera un centre de symétrique si les termes linéaires en x et y s’annulent. (6. j k k et par conséquent xk “ ak ` (6.3) i En substituant e1 “ i ř k ajk ek et (6. y0 q est un centre de symétrie de f px.12a) bx0 ` cy0 ` e “ 0.

(6. yq “ x2 ` 2xy ´ y 2 ´ 6x ` 2y ´ 1 “ 0 (6. Le système à résoudre est ˜ ˜ " x0 ` y0 ´ 3 “ 0 (6.23a) “ ´e1 ` e2 .17) avec I “ A ` x0 e1 ` y0 e2 où A est l’origine du repère dans lequel l’équation (6. sinon la conique de départ serait déjà centrée. x ˜ c’est à dire (6. les vecteurs de bases se transforment avec la matrice inverse des coefficients. le système possède une unique solution et la conique aura alors un unique centre de symétrie.15) Q“ 1 ´1 ? Son polynôme caractéristique est λ2 ´ 2 sont les racines sont ˘ 2.13) Si ce dernier est différent de zéro. Le déterminant du système (6.21b) X 2 ´ Y 2 ´ 1 “ 0. 0q. (6. yq “ x2 ` 2xy ´ y 2 dont la matrice symétrique est ˙ ˆ 1 1 . et dans le second cas de deux droites parallèles.5 Soit f px. il y a soit pas de centre de symétrie.19) Maintenant la nous avons une quadrique centrée nous voulons la mettre sous une forme plus canonique : ˆ ˙2 1 ? p˜ ` y q ´ y 2 ´ 1 “ 0. ˜ et nous trouvons l’hyperbole (6. eq ‰ p0.20) 2 Nous posons donc $ 1 & X “ ? p˜ ` y q x ˜ 2 % Y “ y. (6. Nous commençons par étudier la signature de qpx. y0 q “ p1. La signature est donc p1.18) x2 ` 2˜y ´ y 2 “ 0. (6.16b) dont l’unique solution est px0 . y “ y ` y0 .14) était donnée. y q “ 0. y0 q.22) Cela revient à faire le changement de base # 2e1 (6.21a) Pour rappel. tei uq.24) Y y ˜ 0 1 . Si le déterminant du système est nul. Nous cherchons le centre en posant x “ x ` x0 . soit une infinité. (6.16a) x0 ´ y0 ` 1 “ 0.190 CHAPITRE 6. c’est à dire le repère R1 “ pI. ESPACES AFFINES Nous supposons que pd. ´1q et nous sommes en présence d’une conique de genre hyperbole. tei uq (6. x ˜ ˜ (6. Exemple 6. y0 q ` qp˜. Dans le premier cas nous sommes en présence d’une parabole. (6.23b) e1 “ 1 e1 2 ? (6. Étant donné que ? ˙ˆ ˙ ˆ ˙ ˆ ? X x ˜ 1{ 2 1{ 2 “ . Par construction dans ce repère nous avons la conique f px0 . Nous considérons le repère centré en px0 .14) donnée dans le repère affine R “ pA.12) est δ “ ac ´ b2 . 2q. ˜ x˜ ˜ (6.

26) pour tout M P E est équivalente à demander f ˝ tx “ tupxq ˝ f (6.26) est unique. (1) Une application linéaire vérifiant la condition (6. Une application f : E Ñ E 1 est dite affine si il existe une application linéaire u : E Ñ E 1 telle que pour tout M P E on ait f pM ` xq “ f pM q ` upxq.6.10. La fonction linéaire uf qui vérifie f pM ` xq “ f pM q ` uf pxq ne dépend pas du point M .3 Applications affines Définition 6. (6.27) pour tout x P E.191 CHAPITRE 6. (3) L’application uf est surjective si et seulement si f est surjective. Soient E et E 1 deux espaces affines sur les espaces vectoriels E et E 1 (sur le même corps K). “ e2 e1 0 1 2 (6. Si E et E 1 ont même dimension finie. Proposition 6.9.31) . (6. 6. Proposition 6. ESPACES AFFINES nous avons ? ˙´1 ˆ ˙ ˆ 1˙ ˆ ? e1 e1 1{ 2 1{ 2 . La condition (6.29) f pN ` yq “ f pM ` aq ` vpyq “ f pM q ` upaq ` vpyq.8. alors en plus f est injective si et seulement si f est surjective.25) C’est de là que provient le changement (6.23). Si f : E Ñ E 1 et g : E Ñ E 2 sont des applications affines. Nous la noterons uf .28a) f pN ` yq “ f pN q ` vpyq.26) Remarque 6. alors g ˝f : E Ñ E 2 est affine et ug˝f “ ug ˝uf . Si M P E et x P E nous avons ` ˘ pg ˝ f qpM ` xq “ g f pM q ` uf pxq ` ˘ ` ˘ “ f f pM q ` ug uf pxq “ pg ˝ f qpM q ` pug ˝ uf qpxq. (6. (6. (2) L’application uf est injective si et seulement si f est injective. Remarque 6.28b) En effet si N “ M ` a nous avons d’une part que f pN ` yq “ f pM ` y ` aq “ f pM q ` upy ` aq. Démonstration.7. En effet si f pM ` xq “ f pM q ` upxq (6. (6.30) et d’autre part Par conséquent u “ v. Soit f une application affine.

Une application affine bijective est un isomorphisme. tei uq de l’espace affine E alors l’application ϕ: Kn Ñ E px1 . ‚.12.35) . te1 uq.5 Sous espaces affines Définition 6. Un isomorphisme entre les espaces affines E E 1 est une application affine f : E Ñ E 1 inversible dont l’inverse est affine. 6. . B P Fu (6.14. Une application f : E Ñ E 1 est affine si et seulement si il existe une i matrice a P Mp. Soit E un espace affine sur l’espace vectoriel E. (6.32) est écrite en utilisant un abus de notation entre le vecteur x P qui est représenté par x dans le repère pA. nous disons que F est parallèle à G si F Ă G. Démonstration. Si A P F. 6. Si nous considérons le repère R “ pA.11. Soit F la direction de F et A P F.4 Kp et le point de E Isomorphismes Définition 6.192 CHAPITRE 6.15. . Alors il existe une application affine f : E Ñ Kn´k telle que F “ f ´1 p0q. Proposition 6. ‹ xi ei ÞÑ ˝ . Proposition 6. . . Nous considérons maintenant le repère cartésien pA. Dans ce cas nous disons que F est la direction de F. Si f est un isomorphisme d’espaces affines. Si F et G sont des sous-espaces affines de E de directions F et G. . Un sous-espace affine de E est une orbite de l’action d’un sous-espace vectoriel de E. alors uf ´1 “ puf q´1 . La dimension de F est la dimension de sa direction. Démonstration.34) est un sous-espace vectoriel de E. Nous considérons une base tei u adaptée à F au sens te1 .17. i“1 xn (6. A` .16. ek u est une base de F . Soit F un sous-espace affine de dimension k dans l’espace affine E de dimension n. tei uq avec A P F et nous construisons l’application affine f : E Ñ Kn´k ¨ ˛ xk`1 n ÿ ˚ . ESPACES AFFINES Théorème 6. alors l’orbite de A sous F est F. xn q ÞÑ A ` ÿ xi e i (6. Soient E et E 1 deux espaces affines de dimensions finies p et q sur K. . . . il sera un sous-espace affine de E si et seulement si l’ensemble F “ tAB tel que A. tei uq et R1 “ pO1 . Proposition 6.q pKq et b P Kq tels que f pxq “ b ` ax. Un espace affine de dimension finie n sur un corps K est isomorphe à l’espace affine canonique En pKq. Soient les repères cartésiens R “ pO.32) Remarque 6.33) i est un isomorphisme. tei uq. Si F est un sous ensemble de E. L’équation (6.13.

Étant donné que f est affine nous avons ÿ ` ˘ `ÿ ˘ f A ` xi ei “ f pAq ` uf xi e i . noté F. Nous prouvons la proposition pour n “ 3. Nous considérons le repère pA. t2 1´c (6.18 est le sous-espace affine engendré par la partie σ. . Pour tout a “ pa1 . 1s. alors la direction de F est le sous-espace vectoriel ÝÑ Ý F “ SpantAM tel que M P σu. Le rang de puf q´1 est le dimension du noyau de uf . . (6. Soit A un ensemble convexe dans un espace vectoriel et v1 . Soit E un espace affine de dimension n sur K. (6. . ` an “ 1 et ai P r0. . (6. . Soit σ une partie de l’espace affine E.42b) Étant donné que c P r0. Proposition 6. Proposition 6.40) telle que a1 ` . Alors toute combinaison a1 v1 ` . .20. (6. ar q P Kr . soit f : E Ñ Kr une fonction affine. (6. 1s tels que ` ˘ t2 t1 v1 ` p1 ´ t1 qv2 ` p1 ´ t2 qv3 “ av1 ` bv2 ` cv3 .42a) t1 “ a{t2 . l’ensemble f ´1 paq est un sous-espace affine de dimension dim kerpuf q.18 ([9]).38) i Nous avons donc ` ˘ f ´1 paq “ A ` puf q´1 a ´ f pAq . ` an vn (6. tei uq de E. (1) L’intersection de tous les sous-espaces affines contenant σ est un sous-espace affine. .36) Le sous-espace affine donné par la proposition 6. Démonstration. En ce qui concerne t1 nous avons t1 “ a 1´c ď “ 1. ESPACES AFFINES Par construction nous avons f pM q “ 0 si et seulement si M P F. . 1s nous avons t2 P r0. .37) i i ` ˘ ř Nous avons donc f A ` i xi ei “ a lorsque ÿ uf p xi ei q “ a ´ f pAq. . . (2) Si A P σ. Proposition 6. Démonstration. Nous devons trouver des nombres t1 . . 1s appartient à A.14).41) La réponse est immédiatement donnée par t2 a “ 1 ´ c (6.39) dont la dimension est le rang de puf q´1 “ uf ´1 (proposition 6.19.43) .193 CHAPITRE 6. t2 P r0. vn des éléments de A. (6.

i“1 Le point G donné par le lemme 6. Si i λi ‰ 0. Nous voudrions montrer que l’ensemble Ý Ý Ñ F “ tAB tel que A. ` ř ˘Ý Ñ ř ÝÑ Ý (3) Il existe A P E tel que i λi AG “ i λi AAi . (6.45) i ÝÝÝ ÝÝÑ ÝÑ Ý Vu que B et Ai sont dans F. .21 ([49]).22 ([49]).194 CHAPITRE 6. Le théorème suivant donné quelque caractérisations équivalentes du barycentre. Soit F une sous-espace affine de direction F et A1 . λi qui“1. Pour ce faire nous faisons appel à la caractérisation (4) du théorème 6. le segment rABs est l’ensemble des barycentres de A et B pondérés par des poids positifs (ouvert ou fermé suivant que l’on accepte que l’un ou l’autre des poids soit nul).. . Une partie F des E est un sous-espace affine si et seulement si elle est stable par barycentrisation. ř Notons que l’on peut toujours supposer que i λi “ 1 parce que le barycentre ne change pas lorsque tous les λi sont multipliés par un même nombre. Considérons AX ` AY qui est un élément de E . K-espace vectoriel E. donc Ý Ý Ñ Ý Ý Ñ ÝÑ Ý Ý Ý Ñ ÝÑ Ý AV “ AV ` V X ` AV ` V Y . . le point G est à son tour dans F. ESPACES AFFINES 6. λi qui“1.49) . 1q. ř Soit une famille de points pondérés tpAi . Un couple pA. Autrement dit.. ÝÑ ÿ Ý Ñ Ý Ý BG “ λi BAi . Démonstration.r une famille de points pondérés. ` ř ˘ÝÑ ř Ý Ñ Ý Ý (4) Pour tout B P E. Mais comme B P F. An des points de F. nous avons i λi BG “ i λi BAi . Lorsque tous les λi sont égaux. Nous commençons par prouver que les vecteurs de la forme ÝÑ Ý ÝÑ Ý Ý Ñ AX (X P F) forment un espace vectoriel. ř ÝÑ Ý (2) Pour tout α P R˚ .24. Théorème 6. B P Fu (6. Soit A P F.22 : pour tout B P F.. l’isobarycentre des points Ai est le barycentre des points pondérés pAi . Si A. Les conditions suivantes sur le point G P E sont équivalentes. il existe donc V P E tel que Ý Ý Ñ ÝÑ Ý Ý Ñ AV “ AX ` AY . Proposition 6.21 est le barycentre des points pondérés pAi . Définition 6. (6. λi q. nous supposons que F est stable par barycentrisme. (6. Nous devons voir que le barycentre des points Ai pondérés de n’importe quelles masses appartient à F.46) est un sous-espace vectoriel.44) λi GAi “ 0.6 Barycentre Soit E un espace affine sur le point pondéré. Réciproquement. alors il existe un unique G P E tel que r ÿ ÝÑ Ý (6. (6..r .47) Par les relations de Chasles. λq avec A P E et λ P K est un Lemme 6. (1) Le point G est barycentre de la famille... Soient tpAi . i pαλi qGAi “ 0. nous avons BAi P F et donc BG P F . B P E. . nous parlons d’isobarycentre.48) ÝÑ Ý Ý Ý Ñ ÝÑ Ý 0“VX ´VA`VY.23.

(6. Inversement si X est dans F. Y P F et ÝÑ ÝÑ Ý Ý prouver que AX ` BY P F .36). Afin de montrer que (6. Ý Ñ ÿ `Ý Ñ Ý Ñ˘ Ý Ý Ý A0 X “ λi A0 X ` XAi . A.52e) Proposition 6.. (6. Démonstration. Soient A0 . Le sous-espace affine engendré par les Ai est au plus de dimension r. .55) i ÝÝ ÝÑ et en utilisant la relation de Chasles sur chacun des A0 Ai . (6. La direction de l’espace engendré AfftAi u est l’espace ÝÝ ÝÑ SpantA0 Aii“1.51) et que W est un barycentre.53) i“1 ÝÝ ÝÑ Notons que les vecteurs A0 Ai sont dans la direction du sous-espace affine engendré par les Ai par (6.. . B.56) i De là nous concluons que ` 1´ ÿ i ˘Ý Ñ ÿ Ý Ñ Ý Ý λi A0 X ` λi Ai X “ 0. et donc que V P F. Démonstration.57) i ce qui signifie précisément que X est un barycentre des Ai . . . Soient r`1 point A0 . Soit G le barycentre associé aux poids λi ..195 CHAPITRE 6. nous devons considérer A.52c) Ý Ý Ñ ÝÑ Ý “ AV ` AW W est donné par µ “ ´1.25 ([49]). alors ÝÑ Ý ÝÑ Ý ÝÑ Ý Ñ Ý Ý AW “ µAX “ µpAW ` W Xq. Du coup Ý Ñ ÿ ÝÝ Ý ÝÑ A0 X “ λ i A0 Ai . Y .r u qui est engendré par r vecteurs et donc est au plus de dimension r.46) est bien un espace vectoriel. Proposition 6. . (6. ESPACES AFFINES ce qui prouve que V est un barycentre de X. L’ensemble des barycentres de ces points (avec des masses de somme 1) est le sous-espace affine engendré par les Ai que nous nommons F.54) i parce que ř ÝÝ ÝÑ i λ i A0 Ai est un élément général de la direction de F. (6.50) ce qui signifie que ÝÑ Ý ÝÑ Ý p1 ´ µqAW ` µXW “ 0 (6. . .58) . (6. .52d) ÝÑ Ý1 “ AV . De la même manière si W P E ÝÑ Ý ÝÑ Ý est défini par AW “ µAX. Donc G est bien dans F. X. (6. Nous avons r ÿ ÝÝ ÝÑ Ý ÝÑ G “ A0 ` A0 G “ A0 ` λ i A0 Ai .52b) Ý Ý Ñ Ý Ý Ñ “ AV ´ AB (6. on a ÿ ÝÝ ÝÑ X “ A0 ` λ i A0 Ai (6.26.. Ar des points de E. Ar dans E.52a) Ý Ý Ñ Ý Ý Ñ “ AV ` BA V est celui donné plus haut (6. Nous avons ÝÑ ÝÑ ÝÑ Ý Ý Ý Ý Ý Ñ Ý Ñ AX ` BY “ AX ` BA ` AY (6. (6.

Y Jr ..6. .196 CHAPITRE 6. (6. par . Proposition 6. Nous supposons donc que λi ‰ 0 pour tout i. 2. i P Jk u. (6.n est le barycentre de la famille tpai . .. an P E et λ0 ..59e) iPI Donc b est bien barycentre des ai avec les poids λi . a2 s parce que c’est une combinaison à coefficients positifs de somme 1. en déballant (6. . .1 Enveloppe convexe Proposition 6. . nous trouvons λ1 pa1 ´ bq ` λ2 pa2 ´ bq “ 0 (6. Dans ce cas le théorème d’associativité des barycentres 6. Démonstration. donc par définition 0“ r ÿ Ý Ñ µk bbk (6.. Nous supposons que µk “ iPJk λi ‰ 0 pour tout k. 6.63) de masse totale non nulle . 1. Nous nommons b le barycentre des bk pondérés par les µk . . et en vous laissant deviner ce que va désigner Ar´1 . ..27 (Associativité des barycentres[50]).28 ([51]). . λi qui“1.. .59c) r Ý Ý Ñ ÿ ÿ ÝÑ λi ai bk λi bai ` k“0 iPJk k“0 iPJk loooomoooon (6. En d’autre termes.r dont tous les poids sont positifs (et non tous nuls). D’abord pour r “ 2. λr q. ce qui est noté ab n’est rien d’autre que b ´ a . Si une des masses est nulle (disons λr ). qui sont deux points de C par hypothèse de récurrence. .59d) “ k“0 iPJk r ÿ ÿ “ “0 ÿ “ Ý Ñ λi bai .60). Alors le barycentre est aussi dans C. Soient des points a0 ... . .27 dit que le barycentre de Ar est le barycentre entre le barycentre de Ar´1 et par .60) Ñ Ý Par définition. Nous passons maintenant à la vraie récurrence avec un ensemble de points pondérés b“ Ar “ tpa1 . nu et une partition I “ J0 Y . λ2 q est le point b tel que Ý Ñ Ý Ñ λ1 ba1 ` λ2 ba2 “ 0. ESPACES AFFINES En deux mots. Démonstration. . on ne peut rien faire. λi quiPI . λ1 q. Soit I “ t0. µk quk“1. mais contre ce genre d’idées. alors le barycentre de Ar est le même que celui de Ar´1 et l’hypothèse de récurrence nous enseigne que ledit barycentre est dans C.62) λ1 ` λ2 λ1 ` λ2 qui est bien un point du segment ra1 . . la proposition suivante signifie que le barycentre des barycentres est le barycentre. λm ř ř des nombres tels que i λi ‰ 0. Sauf si on prend tous les poids nuls . λ1 q. pa2 . . . (6.61) et donc λ1 λ2 a1 ` a2 . Alors le barycentre de la famille tpbk . λi q. Soit C un convexe dans l’espace affine E et une famille de points pondérés tpai .59b) Ý Ñ ÝÑ Ý λi pbai ` ai bk q (6. et enfin nous nommons bk le barycentre de la famille tpai . . un convexe est stable par barycentrage à poids positifs 2 . λr qu (6. Nous prouvons par récurrence. Le barycentre des points pondérés pa1 .59a) k“0 ÿÿ “ Ý Ñ λi bbk k iPJk r ÿ ÿ (6. . .

. . le point Ai n’est pas dans AfftA0 . (6. . . . alors le barycentre des couples pxi . .67) j“0 Cela est le barycentre de la famille tpai . λn et µ0 . .31 ([49]). Proposition 6. . .68) i 6. .29. .64) i i Donc quitte à diviser tous les λi par la somme. Ai . Par la proposition 6. En développant. alors nous aurions ConvpAq Ă B parce que l’enveloppe convexe est l’intersection des convexes contenant A. . . . . . . µm tels que a“ ÿ n ÿ λi ai i b“ ÿ i“1 n ÿ µj bj j λi “ 1 (6. .66a) µj “ 1 (6. (1) Les Ai sont affinement indépendants. µj qu. . . Ar P E sont affinement indépendants si le sous-espace affine engendré est de dimension r. . . . ESPACES AFFINES Si E est un ř espace vectoriel et siř i P E et λi P R.28.7 j Repères. A contrario. . . . coordonnées cartésiennes et barycentriques Définition 6. . si nous prouvons que B était convexe. Démonstration. les vecteurs Ak Ai (k ‰ i) sont linéairement indépendants. pbj . Ar`1 u. p“ n ÿ m ÿ ptλi qai ` i“0 p1 ´ tqµj bj . . . Ar dans E. (6. Soient a. λi q est le x Ý i . . . (6. c’est à dire Ñ point g tel que i λi gx i λi pxi ´ gq “ 0 ou encore ÿ ÿ λi xi “ λi g.66b) j“1 Un point du segment ra. an et b0 . Ar u. . .30. . Pour r ` 1 points A0 . bs est de la forme p “ ta ` p1 ´ tqb avec t P r0. (3) Les points A0 . Soit E. . . ces barycentres sont dans l’enveloppe convexe et donc B Ă ConvpAq. L’enveloppe convexe ConvpAq est l’ensemble des barycentres de familles finies de points affublés de masses positives. . . . ÝÝ ÝÑ (5) Pour tout i P t1. ru. . . bm dans A ainsi que les nombres strictement positifs λ0 . . b P B. parce que la somme des coefficients est bien 1 : ÿ ÿ ptλi q ` p1 ´ tqµj “ t ` p1 ´ tq “ 1. les propriétés suivantes sont équivalentes. . . c’est à dire que l’on a a0 . . ÝÝ ÝÑ (4) Il existe i tel que les vecteurs Ak Ai (k P i) sont linéairement indépendants. ˆ (2) Pour tout i “ 0. C’est pourquoi lorsque nous parlerons de barycentre dans un espace vectoriel sans contexte affin. . Ar´1 sont affinement indépendants et Ar R AfftA0 . On dit que les points A0 . (6. .197 CHAPITRE 6.65) g“ i Proposition 6. un espace vectoriel et A Ă E. λi q. r. . . ř nous allons toujours supposer i λi “ 0 et avoir le barycentre ÿ λ i xi . Nous notons B l’ensemble des dits barycentres. 1s. nous pouvons supposer que la somme des poids est 1.

. 0q. . Démonstration. . il n’empêche que ces points ne sont pas affinement indépendants parce que la direction est de dimension 2 au lieu de 3. nous l’avons limitée à 1. Si tA0 . . nous savons que les sousespace affine sont exactement les ensembles de barycentres (proposition 6. .198 CHAPITRE 6. . Nous avons vu plus haut (définition 6. Ai . alors les barycentres de ces points est encore dans le sous-espace affine. et c’est bien cet arbitraire qui nous amènera à considérer les coordonnées barycentriques au lieu des coordonnées cartésiennes. ESPACES AFFINES ˆ Notons à propos de la condition (3) que l’existence d’un i tel que Ai R AfftA0 . Soit E un espace affine de dimension n et F un sous-espace affine de dimension. Ar u 2 nous considérons les 4 points A “ n’implique pas l’indépendance des r ` 1 points.33 ([49]).31) et donc λi “ µi pour i “ 1. Un repère affine de F est la donnée de k ` 1 points affinement indépendants de F. nous écrivons la caractérisation (4) du théorème 6. nous avons donc des nombres λi tels que n ÝÑ ÝÝ ÝÑ ÿ ÝÝ (6. le point M P E se retrouve par la formule M “ A0 ` n ÿ ÝÝ ÝÑ λ i A0 Ai . . . Ar q de F. . . (6.22 avec B “ A0 : r ÝÝ ÝÑ ÿ ÝÝ ÝÑ A0 M “ λ i A0 Ai (6.70) A0 M “ λ i A0 Ai .25). . (6. . Ar q était un repère de F. mais comme A0 A0 “ 0. Si M s’écrit comme barycentre de deux façons différentes. . c’est à dire que si on a des points dans un sous-espace affine.32. . . . . . . Tout point ř M P F s’écrit de façon unique comme barycentre des Ai affectés de poids λi tels que r λi “ 1. nous aurions r r ÝÝ ÝÑ ÿ ÝÝ ÝÑ ÿ ÝÝ ÝÑ A0 M “ λ i A0 Ai “ µ i A0 Ai i“1 (6. par définition nous avons ÝÝ ÝÑ M “ A0 ` A0 M . La condition de somme des points égale à 1 impose alors immédiatement λ0 “ µ0 . Proposition 6. En ce qui concerne l’existence de l’écriture de M comme barycentre. Si M est barycentre des Ai avec poids λi . . le point A0 est l’origine. . . Ar forment un repère. . A2 “ p2.69) ÝÝ ÝÑ Mais nous savons que les vecteurs A0 Ai forment une base de E. . . . An u est un repère affine. r. . . . Évidemment le point A3 n’est pas dans l’espace engendré par les trois autres . Soit M P E . . 1q. . . . . . En effet dans R 0 p0.32) que l’affine indépendance des points Ai assurait que pA0 . An u d’origine A0 . i“0 Les nombres λi ainsi définis sont les coordonnées barycentriques de M dans le repère pA0 . 0q. Ar u.72) i“1 ÝÝ ÝÑ où la somme à droite s’étend a priori de 0 à r.71) i“1 Les coordonnées barycentriques sont données par la proposition suivante. Soient A0 . À partir de ces coordonnées. . . . Étant donné que les points A0 .73) i“1 ř ř ÝÝ ÝÑ avec i λi “ i µi “ 1. C’est un choix complètement arbitraire . . les vecteurs A0 Ai sont linéairement indépendants (point (5) de la proposition 6. 0q et A3 “ p0. . i“1 Les nombres λi ainsi construits sont les coordonnées cartésiennes du point M dans le repère tA0 . . A1 “ p1. Définition 6. L’unicité est comme suit. Ar des points affinement indépendants dans E et F “ AfftA0 .

76) (6.78a) ’x`y`z “1 & ax ` by ` cz “ 0 (6. qui est incompatible avec x ` y ` z “ 1. zq vérifient ax ` by ` cz “ 0. 1{3 6. cq est l’ensemble des points dont les coordonnées barycentriques (normalisées) px. Le point cherché est donc le point . B. q n’existe pas parce que ce serait x ` y ` z “ 0.74) Ý Ý Ñ Ý Ñ et la direction correspondante est l’espace vectoriel donné par αAB ` β AC qui est de dimension deux. 1 q ? D’abord nous 3 2 vérifions que 1 1 1 ` ` “ 1. ´1q dans R2 . y´1 3 y´2 2 y`1 (6. Une droite est donnée par trois nombres : D “ Dpa.199 CHAPITRE 6. 2q et C “ p0. b. 1. 1q.78b) ’ 1 % 1 1 ax`by`cz “0 (6.35 1 Dans le repère pA. B “ p´1. La droite Dp1. a1 b1 c1 Elles seront parallèles ou confondues si et seulement si d “ 0. b1 . C’est un espace de dimension un parce qu’il y a aussi la condition x ` y ` z “ 1. c1 q s’intersectent selon les solutions du système $ (6. (6.79) . (6. 6 3 2 c’est à dire 1 6 ˆ ˙ ˙ ˙ ˆ ˆ 1 x`1 1 x´3 x ` ` “ 0. Exemple 6. 1.7. Donc l’espace affine engendré par A. Nous allons montrer qu’il forment un repère affine de R2 .78c) Donc deux droites affines ont un unique point d’intersection si et seulement si 1 1 1 d “ a b c ‰ 0. ESPACES AFFINES Exemple 6. B et C est de dimension 2. Les droites Dpa. L’espace engendré par ces trois points est l’espace des Ý Ý Ñ Ý Ñ A ` αAB ` β AC. b. quel est le point de coordonnées barycentriques p 6 . Cq. cq et Dpa1 . (6. 1 . y.1 Équation de droite Soit E un espace affine de dimension trois muni d’un repère barycentrique.77) ˆ ˙ 1{6 Nous trouvons immédiatement x “ 1{6 et y “ 1{3.34 Soient les points A “ p3.75) 6 3 2 Ensuite nous cherchons X P R2 tel que 1 ÝÑ 1 ÝÑ 1 ÝÑ Ý Ý Ý AX ` BX ` CX “ 0.

et N pxq “ 0 implique x “ 0V . alors f pxq et f paq ne seront éloigné au plus d’une distance ε. dans R. nous sert donc à mesurer des distances entre les nombres. il existe un δ tel que si a et x sont au plus à la distance δ l’un de l’autre. En fait nous disons que la fonction f : R Ñ R est continue au point a lorsque pour tout ε. y P R et λ P R. est-elle mathématiquement correcte ? Peut-elle jouer le rôle de la valeur absolue dans R2 ? Est-elle la seule définitions possibles de «taille» et distance en R2 ? 7.1 Normes et distances Nous voulons formaliser les notions de «taille» et de distance dans Rn . ay q. la définition de la continuité signifie que pour tout ε. et plus généralement dans un espace vectoriel V de dimension finie.Chapitre 7 Espaces vectoriels normés La valeur absolue est essentielle pour introduire les notions de limite et de continuité pour les fonctions d’une variable. Cette définition a l’air raisonnable . avec n ą 1. Cela peut être calculée à l’aide du théorème de Pythagore : a taille de pa. La notion de «taille» doit satisfaire propriétés analogues à celles de la valeur absolue. (7. Soit V un espace vectoriel réel. Définition 7. 200 .1) La quantité |x ´ a| donne la «distance» entre x et a . (3) |x ` y| ď |x| ` |y| pour tout x. Les principales propriétés de la valeur absolue sont : (1) |x| “ 0 implique x “ 0. (2) N pλxq “ |λ|N pxq pour tout λ P R et x P V . Une norme est une application N : V Ñ R` vérifiant les axiomes (1) N p0V q “ 0. Pour cela nous nous inspirons des propriétés de la valeur absolue. nous devons trouver un moyen de définir les notion de «taille» d’un vecteur et de distance entre deux points de Rn . (2) |λx| “ |λ||x|. pbx . (7.2) Nous pouvons introduire une la notion de distance entre les éléments de R2 de façon similaire : ` ˘ b (7. La premier notion de «taille» pour un vecteur de R2 que nous vient à l’esprit est la longueur du segment entre l’origine et l’extrémité libre du vecteur. il existe un δ tel que |x ´ a| ď δ ñ |f pxq ´ f paq| ď ε.1. La valeur absolue. Afin de donner une notion de limite pour les fonctions de plusieurs variables. bq “ a2 ` b2 . by q “ pax ´ bx q2 ` pay ´ by q2 .3) d pax .

nous disons que la distance entre A et x est le nombre dpx. 0V désigne l’élément zéro de l’espace V .8) Afin de suivre une notation proche de celle de la valeur absolue. Cette proposition signifie aussi que ´ N px ´ yq ď N pxq ´ N pyq ď N px ´ yq. en utilisant (7. (7. pq. à partir de maintenant. Citons en quelque unes. En prenant λ “ ´1 dans la propriété (2). Il est possible de définir de nombreuses normes sur Rn . (7. et on écrit pV. Définition 7.201 CHAPITRE 7.1. nous avons retrouvé l’inégalité annoncée. ESPACES VECTORIELS NORMÉS (3) N px`yq ď N pxq`N pyq pour tout x. en utilisant le point (3) de la définition 7. Les distances entre x et les autres points de A sont plus grandes que dpx.4) pour tout x. Dans ce cas. (7. (7. (7. N pxq “ N px ´ y ` yq ď N px ´ yq ` N pyq.5a) N pyq “ N py ´ x ` xq ď N py ´ xq ` N pxq. nous trouvons immédiatement que N p´xq “ N pxq. Démonstration. bq “ }a ´ b}. y P V . Toute norme N sur l’espace vectoriel V vérifie l’inégalité ˇ ˇ ˇN pxq ´ N pyqˇ ď N px ´ yq (7.3. }.6) Si par contre N pxq ď N pyq.1 – La distance entre x et A est donnée par la distance entre x et p.7) Dans les deux cas.5b) et nous trouvons ˇ ˇ ˇN pxq ´ N pyqˇ “ N pyq ´ N pxq ď N py ´ xq ` N pxq ´ N pxq “ N py ´ xq. aq. La distance induite par la norme entre les points a et b de V est le nombre dpa. .5a). Proposition 7. Aq “ inf dpx.5b) Supposons d’abord que N pxq ě N pyq. Un espace vectoriel V muni d’une norme est une espace vectoriel normé. Ici et dans la suite.}q. Nous avons. Si A est une partie de V et si x P V . ˇ ˇ ˇN pxq ´ N pyqˇ “ N pxq ´ N pyq ď N px ´ yq ` N pyq ´ N pyq “ N px ´ yq. alors nous utilisons (7. aPA (7. la norme d’un vecteur v sera notée }v} au lieu de N pvq. Cette propriété est appelée inégalité triangulaire. y P V .9) Figure 7.2.

}Lp : Rn Ñ R` sont bien des normes.2 – La norme euclidienne induit la distance euclidienne. D’où son nom. Les distances que nous avons vues jusqu’à présent sont des distances définies à partir d’une norme. By q deux éléments de R2 . la distance entre les points A et B est donnée par |AB|2 “ |AC|2 ` |CB|2 “ |Ax ´ Bx |2 ` |Ay ´ By |2 . xn q P Rn . (7.4. (7.}2 : }A ´ B}2 ď }A ´ C}2 ` }C ´ B}2 .15) En notant u “ A ´ C et v “ C ´ B. (7. .14) Remarque 7.13) b |AB| “ |Ax ´ Bx |2 ` |Ay ´ By |2 “ }A ´ B}2 . i“1 La norme L2 est la norme euclidienne. Nous définissons également la norme supremum par }x}8 “ sup |xi |. .11) ¯1{2 |xi | . Parmi ces normes. (7. celles qui seront le plus souvent utilisées dans ces notes sont n ÿ }x}L1 “ |xi |. Soient A “ pAx . (7. Si A. Ne pas confondre «distance» et «norme». En effet.15) devient exactement la propriété de définition de la norme : }u ` v}2 ď }u}2 ` }v}2 . Figure 7. l’équation (7. i“1 n ´ÿ }x}L2 “ 2 (7.2. Ay q et B “ pBx . (7. . Le point C est construit aux coordonnées pAx . sur la figure 7.16) Ceci explique pourquoi cette propriété des norme est appelée «inégalité triangulaire».10) i“1 pour tout x “ px1 . By q. En effet l’inégalité triangulaire s’exprime de la façon suivante en terme de la norme }. La définition suivante donne une notion générale de distance sur un espace vectoriel V . La distance 1 euclidienne entre A et B est donnée par }A ´ B}2 .1).12) 1ďiďn Nous admettons sans démonstration que les fonctions }. B et C sont trois points dans le plan R2 . . alors l’inégalité triangulaire |AB| ď |AC| ` |CB| est précisément la propriété (3) de la norme (définition 7. 1. par conséquent. . ESPACES VECTORIELS NORMÉS Les normes }.}Lp (p P N) sont définies de la façon suivante : n ´ÿ }x}Lp “ |xi |p ¯1{p .202 CHAPITRE 7.

2 Produit scalaire Définition 7.6. yq “ 0 si et seulement si x “ y . yq est la distance entre x et y. Si X et Y sont des vecteurs. théorème 7.22) ce qui implique X ` t0 Y “ 0 et donc que X et Y sont liés.5. (7. (7. xq pour tout x. alors |X · Y | ď }X}}Y }. Proposition 7. (7. 7. y. (2) dpx.7. Nous considérons le polynôme P ptq “ }X ` tY }2 “ pX ` tY q · pX ` tY q “ X · X ` tX · Y ` tY · X ` t2 Y · Y. Soit V un espace vectoriel.17) Nous avons une égalité si et seulement si X et Y sont multiples l’un de l’autre.18) En ordonnant les termes selon les puissance de t. 2. si nous avons X · Y “ }X}}Y }. Un produit scalaire sur un espace vectoriel E est une forme bilinéaire symétrique définie positive. zq ` dpz. nous allons travailler en passant au carré afin d’éviter les racines carrés dans le second membre. Étant donné que les deux membres de l’inéquation sont positifs. (7. Le nombre dpx. yq ď dpx.21) En ce qui concerne le cas d’égalité. (7. Si x. yq “ dpy. ESPACES VECTORIELS NORMÉS Définition 7. (3) dpx. Toute distance définit une norme en posant }v} “ dpv. (7. Nous avons donc ∆ “ 4pX · Y q2 ´ 4}X}2 }Y }2 ď 0. alors le discriminant ∆ ci-dessus est nul et le polynôme P admet une racine double t0 . y ÞÑ x · y est un produit scalaire.7 (Inégalité de Cauchy-Schwarz). alors N pxq “ x · x est une norme vérifiant l’identité du parallélogramme : }x ´ y}2 ` }x ` y}2 “ 2}x}2 ` 2}y}2 . Le fameux b2 ´ 4ac.8. P ptq “ }Y }2 t2 ` 2pX · Y qt ` }X}2 . Théorème 7. Une distance sur V est une application d : V ˆ V Ñ R telle que (1) dpx. Par conséquent le discriminant 2 doit être négatif.203 CHAPITRE 7. y P V . Démonstration. Pour cette valeur nous avons P pt0 q “ |X ` t0 Y | “ 0. z P V . (7. . yq pour tout x. y P V .19) Cela est un polynôme du second degré en t.23) Démonstration. 0q. (4) dpx. La dernière condition est l’inégalité triangulaire.20) ce qui donne immédiatement pX · Y q2 ď }X}2 }Y 2 }. yq ě 0 pour tout x. Le fait que ce soit une norme découle entre autre de l’inégalité de Cauchy-Schwartz.

deux vecteurs de Rm . ř Si nous notons vi les composantes du vecteur v. y P V satisfont à }x ` y} “ }x} ` }y}. Effectuer la somme revient donc à remplacer tous les k par des i : xei . D’autre part en écrivant la norme en terme de produit scalaire. mais si λ “ ´1 alors xx. Définition 7. ce qui est le contraire de ce qu’on a prétendu plus haut. nous allons donc croire que λ “ 1. .25) Lemme 7. Dans ce cas l’hypothèse signifie que }x ` y}2 “ 4. yy. . En utilisant la formule de définition et le fait que pei qk “ δik . }x ` y}2 “ }x}2 ` }y}2 ` 2xx. nous avons xei .26) ce qui nous mène à affirmer que xx. Le produit scalaire permet de donner une norme via la formule suivante : }x}2 “ x · x. yy “ 1 “ }x}}y}.10.28) k“1 Nous pouvons effectuer la somme sur k en remarquant qu’à cause du δik . Démonstration. ej y “ m ÿ δik δjk . (7. Théorème 7. seul le terme avec k “ i n’est pas nul.7. Si x. (7. nous supposons que }x} “ }y} “ 1. ESPACES VECTORIELS NORMÉS La seconde assertion est seulement un calcul : }x ´ y}2 ` }x ` y}2 “ px ´ yq · px ´ yq ` px ` yq · px ` yq “ x·x ´ x·y ´ y·x ` y·y ` x·x ` x·y ` y·x ` y·y (7. yy “ ´1. (7. ej y “ δii δji “ δji .29) Une des propriétés intéressantes du produit scalaire est qu’il permet de décomposer un vecteur dans une base.24) “ 2x · x ` 2y · y “ 2}x}2 ` 2}y}2 . ej y. comme nous le montre la proposition suivante. .27) k“1 Calculons par exemple le produit scalaire de deux vecteurs de la base canonique : xei . Étant donné que }x} “ }y} “ 1 nous avons obligatoirement λ “ ˘1. Dans le cas de V “ Rm nous avons un produit scalaire canonique. vy “ m ÿ uk vk “ u1 v1 ` u2 v2 ` . alors nous avons i“1 vj “ xv. ce qui nous donne un λ tel que x “ λy. Le produit scalaire de u et v.204 CHAPITRE 7.11. (7. ej y. Soient u et v. Proposition 7. Soit V un espace vectoriel muni d’un produit scalaire et de la norme associée.9 ([1]). Nous sommes donc dans le cas d’égalité de l’inégalité de Cauchy-Schwarz 3 . vy ou u · v est le réel xu. Par soucis de cohérence. alors il existe λ ě 0 tel que x “ λy. (7. ` um vn . 3. c’est à dire si v “ m vi ei . noté xu. Quitte à raisonner avec x{}x} et y{}y}.

Lemme 7. ej y “ i“1 m ÿ vi xei . Définition 7. ESPACES VECTORIELS NORMÉS Démonstration. Pour tout u P Rm . Nous dirons que deux vecteurs sont orthogonaux lorsque leur produit scalaire est nul.205 CHAPITRE 7.14. ` u2 . tous les termes sont nuls sauf celui où i “ j . ej y “ i“1 m ÿ vi δij (7.31) Le produit scalaire ne dépend en réalité pas de la base orthogonale choisie.32) i i i où ui sont les composantes de u dans la base tei u et u1 sont celles dans la base tfi u.33) “δjk ÿ “ δjk uj vk jk ÿ “ uj vk . . v · ej “ m ÿ xvi ei .12.30) i“1 En effectuant la somme sur i dans le membre de droite de l’équation (7. il existe une matrice A orthogonale (AAt “ 1) telle que u1 “ j Aij uj et idem pour v. il reste donc v · ej “ vj . . c’est à dire que les vecteurs de la base canonique sont orthogonaux deux à deux et qu’ils ont tout 1 comme norme. La norme euclidienne d’un élément de ? Rm est définie par }u} “ u · u. i Nous avons alors ˜ ¸˜ ¸ ÿ ÿ ÿ ÿ 1 1 Aij uj Aik vk ui vj “ i j i ÿ “ k Aij Aik uj vk ijk ÿÿ “ jk pAt qji Aik uj vk i loooooomoooooon (7. Si tei u est la base canonique.13.30). i Démonstration. Nous écrivons que u K v lorsque xu. La preuve demande un peu d’algèbre linéaire. Cette définition est motivée par le fait que le produit scalaire u · u donne exactement la norme usuelle donnée par le théorème de Pythagore : u·u “ m ÿ i“1 ui ui “ m ÿ u2 “ u2 ` u2 ` . (7. alors si u et v sont deux vecteurs de Rm . vy “ 0. . il existe un ξ P Rm tel que }u} “ ξ · u et }ξ} “ 1. Lemme 7. k Cette proposition nous permet de réellement parler du produit scalaire entre deux vecteurs de façon intrinsèque sans nous soucier de la base dans laquelle nous regardons les vecteurs.34) i“1 Le fait que ei · ej “ δij signifie que la base canonique est orthonormée. Étant donné que tfi u est une base ř orthonormale. nous avons ÿ ÿ 1 ui vj “ u1 vj (7. i 1 2 m (7. et si tfi u est une autre base orthonormale.

deux vecteurs de R3 . Les principales sont résumées dans la proposition suivante.3 Produit vectoriel Définition 7. Proposition 7.35) }u} }u} 7. Ensuite u·u }u}2 ξ·u “ “ “ }u}. dt .37) w1 w2 w3 Pourquoi nous ne considérons pas la combinaison pu · vq ˆ w ? Proposition 7. ESPACES VECTORIELS NORMÉS Démonstration. le produit scalaire et vectoriel vérifient une règle de Leibnitz. il n’y a pas de généralisation simple aux espaces Nous n’allons pas nous attarder sur les nombreuses propriétés du produit vectoriel. (1) Les applications produit scalaire et vectoriel sont bilinéaires. c’est à dire u ˆ v “ ´v ˆ u. vectoriel et mixte sont multilinéaires.206 CHAPITRE 7. nous avons les propriétés suivantes. En pratique. βq “ p0. e2 et e3 sont les vecteurs de la base canonique de R La notion de produit vectoriel est propre à m. (4) Pour tout u et v dans R3 . (7. R3 . et si u et u sont dans C 1 pI. (3) Nous avons u ˆ v “ 0 si et seulement si u et v sont colinéaires. R3 q.39) ˘ ` ˘ ` ˘ d` uptq ˆ vptq “ u1 ptq ˆ vptq ` uptq ˆ v 1 ptq . (7. Si u et v sont des vecteurs de R3 . Soit I un intervalle de R. alors le vecteur u ˆ v est l’unique vecteur qui est perpendiculaire à u et v en même temps. alors ˘ ` ˘ ` ˘ d` uptq · vptq “ u1 ptq · vptq ` uptq · v 1 ptq dt (7. Vérifions que le vecteur ξ “ u{}u} ait les propriétés requises. Le produit vectoriel de u et v est le vecteur u ˆ v défini par e1 e2 e3 u ˆ v “ u1 u2 u3 v1 v2 v3 (7. À l’aide du produit vectoriel et du produit scalaire. u ˆ v forment une base dextrogyre. Les applications produit scalaire.38) (5) Par rapport à la dérivation. D’abord }ξ} “ 1 parce que u · u “ }u}2 . Le produit mixte est trilinéaire. nous avons xu. Soient u et v. alors le produit vectoriel permet de compléter une base de R3 . nous construisons le produit mixte de trois vecteurs de R3 par la formule u1 u2 u3 pu ˆ vq · w “ v1 v2 v3 . c’est à dire si et seulement si l’équation αu ` βv “ 0 a une solution différente de la solution triviale pα. de norme égal à la surface du parallélogramme construit sur u et v et tel que les vecteurs u. si u et v sont déjà linéairement indépendants. v. (2) Le produit vectoriel est antisymétrique. Spécifiquement.17. 0q. vy2 ` }u ˆ v}2 “ }u}2 }v}2 (7. R3 . La chose importante à retenir est que le produit vectoriel permet de construire un vecteur simultanément perpendiculaire à deux vecteurs donnés. Le vecteur u ˆ v est donc linéairement indépendant de u et v.36) “ pu2 v3 ´ u3 v2 qe1 ` pu3 v1 ´ u1 v3 qe2 ` pu1 v2 ´ u2 v1 qe3 où les vecteurs e1 .15.16.

}2 et }.43) (7.}1 .}2 . (7. a P V et r ą 0.18. la situation est plus riche parce que nous avons plus de normes. (3) la sphère Spa. rq “ Bpa. }. Pour la norme }. sont souvent utiles en analyse vectorielle : pu ˆ vq · w “ u · pv ˆ wq pu ˆ vq ˆ w “ ´pv · wqu ` pu · wqv (7. rq “ sa ´ r. rq.}1 . qui mêlent le produit scalaire et le produit vectoriel. Nous allons abondamment nous servir des ensembles suivants : (1) la boule ouverte Bpa. Elles sont dessinées sur la figure 7.}8 .19.20 Dans R. 0q P R2 et de rayon r pour les normes }. ¯ (2) la boule fermée Bpa. ESPACES VECTORIELS NORMÉS 207 Les deux formules suivantes. D’abord.4 Boules et sphères Définition 7. v et w dans R3 .44) et pour la norme supremum. (7. Nous avons ¯ Bpa.CHAPITRE 7. a ` rr. Spa.42) Bpa.}q. ¯ (7. a ` ru. Nous les admettons sans démonstration. }. Les différences entre ces trois ensembles sont très importantes. la boule fermée serait «avec la peau» tandis que la sphère serait seulement la peau. les boules sont les intervalles ouverts et fermés tandis que la sphère est donnée par les points extrêmes des intervalles : Bpa. Soit pV. rq “ ra ´ r. la sphère de rayon r est donnée par l’équation |x| ` |y| “ r. a ` bs. La seconde formule est parfois appelée formule d’expulsion.41) Définition 7. rq “ ta ´ r. Essayons de voir les sphères de centre p0. |y|u “ r. la boule ouverte serait la pomme «sans la peau». Rq. un espace vectoriel normé. Exemple 7. Une partie est donc bornée si elle est contenue dans une boule de rayon fini.45) . Une partie A de V est dite bornée si il existe un réel R tel que A Ă Bp0V . rq Y Spa.21 Si nous considérons R2 . Exemple 7. 7. l’équation de la sphère de rayon r est a x2 ` y 2 “ r. les boules sont pleines tandis que la sphère est creuse.40) pour tout vecteurs u.3 (7. En comparant à une pomme. rq “ tx P V tel que }x ´ a} ď ru . Pour la norme }. rq “ tx P V tel que }x ´ a} “ ru. rq “ tx P V tel que }x ´ a} ă ru . la sphère de rayon r a pour équation maxt|x|.

c’est à dire x P Spa. intérieur et adhérence Définition 7.5. Plus précisément. Proposition 7. P q soit plus petit que δ. nous considérons le point P “x` v N (7. fermés. xq ă δ.208 CHAPITRE 7.5 7. Nous notons IntpAq l’intérieur de A. rq.}q un espace vectoriel normé et A.}2 norme }. Soient V un espace vectoriel normé.3 – Les sphères de rayon 1 pour les trois normes classiques. Cela est toujours possible parce que }v} dpP. Soit une boule de rayon δ autour de x. xq “ }P ´ x} “ (7. Le but est de trouver un point P tel que dpP. 7. aq ą r et un point Q tel que dpQ. P q ą dpa. xq : v dpa. mais juste «un peu plus loin» (voir figure 7.47) N peut être rendu aussi petit que l’on veut par un choix approprié de N . xq ă δ. Un point a est dit intérieur à A si il existe une boule ouverte centrée en a et contenue dans A. a dans V et x tel que dpa.48) ` ˘ 1 “ } 1 ` pa ´ xq } N ą }a ´ x} “ dpa. aq ă r. xq.4 – Le point P est un peu plus loin que x. nous prenons P sur la même droite que x (en partant de a). Dans ce cas. xq “ r.4).23. Figure 7. Nous laissons en exercice le soin de trouver un point Q tel que dpQ.1 Topologie Ouverts. toute boule centrée en x contient un point P tel que dpP. une partie de V .22. . On appelle l’intérieur de A l’ensemble des points qui sont intérieurs à A.}8 Figure 7. Pour cela. ESPACES VECTORIELS NORMÉS (a) La sphère unité pour la (b) La sphère unité pour la (c) La sphère unité pour la norme }. Soit pV.}1 norme }. Démonstration. Montrons maintenant que dpa. aq ą r et dpP. }. en suivant la même droite. P q “ }a ´ x ´ } N x a “ }a ´ x ` ´ } N N (7. aq ă r et dpQ.46) où v “ x ´ a et N est suffisamment grand pour que dpx.

8r. 1r. nous savons déjà que Int r0. 1r. nous avons dpa. 3r “ s2. }. Exemple 7. rq. Cela prouve que a est dans l’intérieur de r0. Définition 7. Conseil : faire un dessin. Notez que la sphère est un exemple d’ensemble non vide mais d’intérieur vide. La partie A est donc ouverte si A Ă IntpAq. aq est incluse à Bpa.1´au est contenue 2 dans s0. Définition 7. rq qui ne sont pas dans Bpa.25 Les intérieurs des boules et sphères sont importantes à savoir. 1rq. ` ˘ (3) Int s2. Remarque : un ensemble A est ouvert si et seulement si IntpAq “ A.26. Par convention. Si a P s0. Si x P Spa. ` ˘ ` ˘ (1) Int Bpa. Si x P Bpa. rq est certainement dans l’intérieur ¯ de la boule fermée. Dans ce cas. rq. 1r (voir figure 7. rq “ H. 1r Ă Intpr0.24 Trouver l’intérieur d’un intervalle dans R consiste à «ouvrir là où c’est fermé». ` ˘ (1) Int r0.5). 3r. Figure 7. r ´ dpx. la boule de centre a et de rayon minta. et donc x est dans l’intérieur de Bpa. ` ˘ Prouvons maintenant que Int r0.22. nous disons que l’ensemble vide H est ouvert. alors a est strictement supérieur à 0 et strictement inférieur à 1. Une partie A de l’espace vectoriel normé pV. rq contient le point ´r{2 qui n’est pas dans r0.5 – Trouver le rayon d’une boule autour de a. 8r “ s0. Une partie est dite fermée si son complémentaire est ouvert. 1r. Une partie A de l’espace vectoriel normé V est dite compacte si elle est fermée et bornée. rq Ă A pour un certain r et en particulier a P A. 1r. xq ă r. Alors la boule B x. rq. la boule Bpa. 1r. nous avons Bpa. rq ne sont pas dans l’intérieur. . La partie A est donc fermée si V zA est ouverte. ` ˘ (3) Int Spa. C’est le cas parce que toute boule du type Bp0. 1r` Ă s0. 1r “ s0. Nous devons donc seulement montrer que 0 n’est pas dans l’intérieur de r0. Le résultat découle alors de la proposition 7. ESPACES VECTORIELS NORMÉS 209 Notons que IntpAq Ă A parce que si a P IntpAq.27. Une boule qui serait centrée en a avec un rayon strictement plus petit à la fois de a et de 1 ´ a est entièrement contenue dans le segment s0. rq “ Bpa. Exemple 7. Il reste à montrer que les points de Bpa.}q est dite ouverte si chacun de ses points est intérieur. rq. 1r Ă r0. rq. Par le point précédent. ` ˘ ¯ (2) Int Bpa. ´ ¯ (2) Int r0. 1r. rq. 1r. Prouvons d’abord que s0. Vu que l’intérieur d’un ensemble est inclus à ˘ l’ensemble. 1r. toute boule centrée en a contient des points qui ne sont pas à distance r de a. Ces points sont ceux dont la distance à a est égale à r. rq “ Bpa.CHAPITRE 7.

pour chacun de ces ouverts. Cela implique que V luimême est fermé (parce que son complémentaire est le vide). — r3. rn u est strictement positif. Étant donné que a P O. (1) Nous avons déjà dit que. . Exemple 7. De plus. il existe i P I tel que a P Oi (c’est à dire que a est au moins dans un des Oi ). Chacun des rk est strictement positif. rk q Ă k“1 n č Ok “ O. (1) L’ensemble V lui-même et le vide sont à la fois fermées et ouvertes. rq Ă n č Bpa. Soit V un espace vectoriel normé. ESPACES VECTORIELS NORMÉS Nous verrons tout au long de ce cours que les ensembles compacts.. par conséquent Bpa. Rn . Par hypothèse l’ensemble Oi est ouvert et donc tous ses points (en particulier a) sont intérieurs . alors il existe une boule autour de a contenue dans O parce que a doit être dans l’intérieur de O. V est ouvert parce que toutes les boules sont inclues à V . N. rq Ă Oi Ă O. 6r n’est ni ouvert ni fermé .28 En ce qui concerne les intervalles de R. nous pouvons trouver.nu . — r5. 2r est ouvert .49) Oi .. (4) Nous acceptons ce point sans démonstration. Démonstration. (3) Toute intersection finie d’ouverts est ouverte. R. k“1 Vu que a appartient à chaque ouvert Ok . L’ingrédient principal de cette démonstration est que si a est un point d’un ouvert O. 4s est fermé .51) k“1 c’est à dire que la boule de rayon r est une boule centrée en a contenue dans O. (7. r1 q lorsque r ď r1 ). 4. et les fonctions définies sur ces ensembles ont de nombreuses propriétés agraables. une boule Bpa. rq centrée en a telle que Bpa. (3) Soit une famille finie d’ouverts pOk qkPt1. donc le nombre r “ mintr1 . c’est à dire qu’il peut être ou n’importe quel autre ensemble. rq est inclue dans toutes les autres (parce que Bpa. (4) Le vide et V sont les seules parties de V à être à la fois fermées et ouvertes. Proposition 7.29. . et l’union O“ ď (7. et nous n’en avons qu’un nombre fini. il existe donc une boule Bpa. fini ou infini. iPI Soit maintenant a P O.. ce qui fait que a est intérieur à O. — s1. . l’ensemble vide est ouvert. rk q contenue dans Ok . rq Ă Bpa. Le vide est alors fermé (parce que son complémentaire est V ). et a P O où O“ n č (7. Les intervalles fermés de R sont toujours compacts.. La boule Bpa. Nous devons prouver qu’il existe une boule centrée en a entièrement contenue dans O. .210 CHAPITRE 7. par définition. L’ensemble I avec lequel nous «numérotons» les ouverts Oi est quelconque. (2) Toute union d’ouverts est ouverte.50) Ok . (2) Soit une famille pOi qiPI d’ouverts 4 .

Définition 7.52) 1 1 Chacun des ensembles s´ n . Encore une fois.54) ¯ ¯ Nous notons A l’ensemble des points adhérents à a et nous disons que A est l’adhérence de A. Bpa. de fermés. Lorsque nous parlons de boules.16 la preuve du fait que tout ensemble borné de infimum et un supremum. de voisinages ou d’autres notions topologiques (y compris de convergence. — r0. 1 ´ s “ s´1. 3r . Exemple 7. n r est ouvert. La topologie dont nous parlons ici est dite induite par la norme }. l’hypothèse de finitude de l’intersection est indispensable comme le montre l’exemple suivant : 8 ď 1 1 r´1 ` . 5rzt3u. . 10s . Un voisinage de a dans V est un ensemble contenant un ouvert contenant a. mais le singleton t0u est fermé (pourquoi ?). Les ensembles suivants ne sont pas des voisinages de 3 dans — s1. L’ensemble des ouverts de V est la topologie de V . — r0. R: Proposition 7. Un point a P V est dit adhérent à A dans V si pour tout ε ą 0. — R. Il est faux de croire que cela se généralise aux intersections infinies.31 Les ensemble suivants sont des voisinages de 3 dans R : — s1. Dans le cas de V “ Rn .53) n n n“1 Chacun des intervalles dont on prend l’union est fermé tandis que l’union est ouverte. r “ t0u. R possède un Définition 7. Dans un espace vectoriel normé.32. εq X A ‰ H. nous sous-entendons toujours la topologie de la norme euclidienne. n n i“1 8 č (7. semble A ¯ Un point peut être adhérent à A sans faire partie de A. mais certaines sont plus fameuses que d’autres. comme le montre l’exemple suivant : 1 1 s´ . (7. Exemple 7.211 CHAPITRE 7. Soit A. ESPACES VECTORIELS NORMÉS La proposition dit que toute intersection finie d’ouvert est ouverte. (1) toute intersection de fermés est fermée .33. Nous reportons à la proposition 4. voir plus bas) dans Rn . une partie de l’espace vectoriel normé V .34 ¯ La terminologie «fermeture» de A pour désigner A provient de deux origines. 3s . 5r . Il existe de nombreuses topologies sur un espace vectoriel donné. — s1. et nous avons toujours A Ă A. (7. L’en¯ sera aussi souvent nommé fermeture de l’ensemble A.} de V (parce que cette norme définit la notion de boule et qu’à son tour la notion de boule définit la notion d’ouverts). 1r. (2) toute union finie de fermés est fermée. la topologie usuelle est celle induite par la norme euclidienne.30.

il existe un a P A tel que a ą M ´ ε. En utilisant les notations du complémentaire (appendice 1. pour tout ε. Aq “ 0. Proposition 7. Les trois conditions suivantes sont équivalentes : ¯ (1) a P A . Exemple 7. εq. les deux points de la proposition se récrivent ¯ (1) AA “ IntpAAq. Proposition 7.36 Il ne faut pas conclure de l’exemple précédent qu’un point limite ou adhérent est automatiquement un minimum ou un maximum. (1) r0. comme on en a parlé dans l’exemple 7.39. Exemple 7. (2) s3. et en particulier que pour tout rayon ε. εq X A ‰ H.38 Au niveau des intervalles dans R. trouver A revient à fermer les extrémités qui sont ouvertes.CHAPITRE 7. Notez que dans cette proposition.37. (2) V z IntpAq “ V zA. nous ne supposons pas que a soit dans A. mais pas un infimum ni un maximum.35 Dans R. Supposons qu’il existe a P B tel que a R B. ESPACES VECTORIELS NORMÉS 212 ¯ (1) L’ensemble A est le plus petit fermé contenant A. Pour toute partie A d’un espace vectoriel normé nous avons ¯ (1) V zA “ IntpV zAq. Exemple 7. (2) il existe une suite d’éléments xn dans A qui converge vers a .2). tandis que M ą a. Cela prouve que AB n’est pas ouvert. nous avons BpM. Alors il n’y a pas d’ouverts autour de a qui soit contenu dans AB. 8s “ r3. Cela est une contradiction qui montre que tout point de B doit appartenir à B lorsque B est fermé. prendre l’adhérence consiste à «fermer là où c’est ouvert». Le même raisonnement montre que l’infimum est également dans l’adhérence de A. ¯ Démonstration. A. En effet si M est le supremum de A Ă R.28. Nous acceptons cela sans preuve. le nombre zéro est un point adhérent et une limite.40. Attention cependant à ne pas fermer l’intervalle en l’infini. 2r “ r0. Soit V un espace vectoriel normé et a P V . En effet. alors A ¯ (2) Pour les intervalles dans R. 8r. (3) dpa. . l’infimum et le supremum d’un ensemble sont des points adhérents. si nous regardons l’ensemble formé par les points de la suite xn “ p´1qn {n. Cela fait que a P BpM. Cela signifie que si B est un fermé qui contient ¯ Ă A. alors B “ B. et par conséquent que B n’est pas ¯ fermé. ¯ Si B est une partie fermée de V . 2s. Lemme 7.

εq n’intersecte pas A est équivalent à dire que Bpa. en tant ¯ que complément d’un fermé. ¯ Ă A Y B. rq est inclue aux deux boules citées et donc n’intersecte ni A ni B. nous appliquons la première au complémentaire de A : ApAAq “ IntpAAAq. ¯ ¯ (1) Pour les inclusions.59) En égalisant le membre de droite de (7. Démonstration. Supposons par l’absurde que a ne ¯ ¯ soit ni dans A ni dans B. ¯ ¯ (2) Pour les unions.CHAPITRE 7.55) ce qu’il fallait démontrer. En effet. Or cela est exactement la définition du fait que a est à ¯ l’intérieur de V zA. il existe une boule autour de a contenue dans A. Donc a R A Y B. d’où la contradiction. ¯ l’ensemble AA est fermé. ce qui fait que a est dans l’intérieur de B. (3) Si nous appliquons le second point à AA et AB. IntpAq X IntpBq “ IntpA X Bq et IntpAq Y IntpBq Ă IntpA Y Bq. (1) Si a est dans l’intérieur de A. Ces deux ensembles ne sont pas égaux.60) . Cette boule est alors contenue dans B et donc est une boule autour de a contenue dans B. En prenant le complémentaire des deux membres nous trouvons successivement AApAAq “ A IntpAAAq. ce qui prouve que a est dans l’adhérence de B. (7. Le fait que la boule Bpa. tandis que.57) En utilisant les propriétés du lemme 1. Si maintenant a est dans l’adhérence de A. Bpa. Pouvez-vous trouver des exemples d’ensembles A tels que AA “ AA ? Proposition 7. ε1 q X A “ H. Nous avons donc montré que a P V zA si et seulement si a P IntpV zAq. εq n’intersecte pas A. (3) Pour les intersections. si A Ă B.58) tandis que le membre de droite devient ´ ¯ AA Y AB “ A IntpAq Y A IntpAq “ A IntpAq X IntpBq .59) et en passant au complémentaire nous trouvons IntpA X Bq “ IntpAq X IntpBq.41. AA “ A IntpAq. alors IntpAq Ă IntpBq et A Ă B. soit a P A Y B et montrons que a P A Y B. ¯ (2) Nous avons A Ă A Y B et donc. A Y B “ A Y B et A X B Ă A X B. A Ă A Y B. (7. Soient A et B deux parties de l’espace vectoriel normé V . nous trouvons AA Y AB “ AA Y AB. (7. Pour prouver la seconde affirmation. Nous avons a P V zA si et seulement si a R A. en tant que fermeture. l’ensemble AA est certainement ouvert.58) avec celui de (7. Il existe donc des rayon ε1 et ε2 tels que Bpa.3. ¯ ¯ ¯ Démonstration. (7. En prenant l’union. De la même manière. ε2 u. (7. Or ne pas être dans A signifie qu’il existe un rayon ε tel que la boule Bpa. ESPACES VECTORIELS NORMÉS 213 (2) A IntpAq “ AA.56) En prenant r “ mintε1 . ε2 q X B “ H. en utilisant le premier point. ¯ Attention à ne pas confondre AA et AA. ¯ ¯ B ¯ ¯ Réciproquement. Cela prouve la première affirmation. le membre de gauche devient AA Y AB “ ApA X Bq “ A IntpA X Bq. (7. toute boule centrée en a contient un élément de A et donc un élément de B. la boule Bpa. A Y B Ă A Y B. εq Ă V zA.

(7. En effet ` ˘ Bra. bu.45.44. La frontière de A peut également s’exprimer des façons suivantes : ¯ ¯ BA “ A X A IntpAq “ A X AA.42.3. Exemple 7. rq.67) Cela est un boulot pour la proposition 7. 1s et B “ s1. La frontière de A se note BA. Dans certains textes. br“ ra. Proposition 7. elle est prise comme définition de la frontière. rq X AA ‰ H. pour tout rayon r. Si x P Spa. La frontière d’un sous-ensemble A de l’espace vectoriel normé V est l’ensemble des points a P V tels que Bpa.22.65) ¯ B Q “ Qz IntpQq “ RzH “ R.46 Dans R. Remarque 7. Toujours dans (7.44 est celle qu’en pratique nous utilisons le plus souvent.64) R nous avons ¯ B R “ Rz IntpRq “ RzR “ H. Lemme 7. De la même façon.63) ¯ Démonstration. nous avons (7. Le fait pour un point a de V d’appartenir à A signifie que toute boule centrée en a intersecte A. (7.43. ¯ ¯ Nous avons prouvé que A X B Ă A X B. (7. br “ ra. La dernière affirmation provient du fait que IntpAq Ă IntpA Y Bq et de la propriété équivalente pour B. En partant de BA “ Az IntpAq. le fait de ne pas appartenir à IntpAq signifie que toute boule centrée en a intersecte AA. rq “ Spa. c’est à dire des points dans . brz Int ra.40. La description de la frontière donnée par la proposition 7. (7. xq. rq alors tout boule autour de x contient des points à distance strictement plus grande et plus petite que dpa. (7. la première égalité est une application de la propriété (4) du lemme 1. comme dans l’exemple suivant.66) ¯ BBpa. ESPACES VECTORIELS NORMÉS 214 comme annoncé. et Exemple 7. La frontière d’une partie A d’un espace vectoriel normé V s’exprime sous la forme ¯ BA “ Az IntpAq. la frontière d’un intervalle est la paire constituée des points extrêmes. bszsa. La seconde égalité est alors la proposition 7.62) ¯ Démonstration. Définition 7. toute boule autour de a contient des points de A et des points de AA. Il arrive que l’inclusion soit stricte.CHAPITRE 7. rq X A ‰ H. rq “ B Bpa. En d’autres termes. Par ¯ ¯ contre nous avons A X B “ t1u. nous avons A X B “ H et donc A X B “ H.47 Dans Rn .61) Bpa. 2s. br “ ta. Si nous prenons A “ r0.

Exemple 7. De la même manière toute boule autour de x contient des points hors de Bpa.51. tandis que les points S et Q sont des points d’accumulation. xq ď r. (3) Certains points d’accumulation ne font pas partie de l’ensemble. rq. rq font partie de BBpa. yq tel que x2 ` y 2 ă 1u Y tp1. donc B A “ H. xq ´ ă r. ESPACES VECTORIELS NORMÉS Bpa. rq. xq “ r.70) Comme on peut le voir sur la figure 7. 1r. 1q est un point isolé de D parce qu’on peut tracer une boule autour de P sans inclure d’autres points de D que P lui-même.48. (4) Les points de la frontière sont soit d’accumulation soit isolés. rq signifie que pour tout . Vu que toute boule autour de x contient des points intérieurs à Bpa. xq ` ą r ou encore que dpa.215 CHAPITRE 7. Le point S. εqztau X D ‰ H. Remarque 7. Le point P est un point isolé de D. 0q est un point d’accumulation de D parce que toute boule autour de Q contient des points de D. (1) Les points intérieurs sont tous des points d’accumulation. Remarque 7. ¯ avons BA “ t0u et A 7.69) Figure 7. dpa. point d’accumulation Définition 7. (7. c’est à dire que dpa.2 Rn . rq . En effet si A “ Rzt0u nous Point isolé. soit x P BBpa. ¯ Il serait toutefois faux de croire que BA “ B A pour toute partie A de ¯ “ R. 1qu.6 – L’ensemble décrit par l’équation (7. Notez cependant que le point Q lui-même n’est pas dans D parce que l’inégalité qui définit D est stricte. une partie de V .70). c’est à dire ¯ que Spa. Le point Q “ p´1. rq Ă BBpa. rq. pour tout ą 0. (2) Un point a P V est un point d’accumulation de D si pour tout ε ą 0. (2) Les points isolés ne sont jamais intérieurs. dpa. ´ ¯ Bpa. (1) Un point a P D est dit isolé dans D relativement à V si il existe un ε ą 0 tel que Bpa. Cela prouve que les points de Spa. À propos de la position des points d’accumulation et des points isolés. xq ě r.6. Les deux ensemble implique que dpa. et idem pour Bpa. est un point d’accumulation : toute boule autour de S intersecte D. Par exemple le point 1 est un point d’accumulation de E “ s0. rq.68) (7.49.5. Pour prouver l’inclusion inverse. le point P “ p1. Soit D. εq X D “ tau. rq et hors de Bpa.50 Considérons la partie suivante de R2 : D “ tpx. . étant un point intérieur. rq. (7.

Si a P A. .36 que zéro était un point adhérent à l’ensemble F “ tp´1qn {n tel que n P N0 u.56. Démonstration. un point isolé dans A est dans l’adhérence de A. cette notion est généralisée par la distance associée à la norme (définition 7. mais n’est pas un point d’accumulation de A. L’ensemble des points d’accumulation d’un ensemble n’est pas exactement son adhérence.57. il n’y en a donc aucun tel que dpxn .54. Si nous nommons xn ce point. et pour tout n.216 CHAPITRE 7. on peut trouver un nombre rationnel.71) Le concept fondamental de cette définition est la notion de valeur absolue qui permet de donner la «distance» entre deux réels. 5. Soit a un point de l’adhérence d’une partie A de V . 6. ESPACES VECTORIELS NORMÉS Exemple 7.3). Soit une suite pxn q dans un espace vectoriel normé V . Corollaire 7. Dans un espace vectoriel normé quelconque. Dans ce cas. ce corollaire signifie que la fermeture A est composé de A plus de toutes les limites de toutes les suites contenues dans A. ¯ En termes savants. ¯ Soit pxn q une suite convergente contenue dans un ensemble A Ă V . et une suite pxn q dont la limite se ¯ trouve hors de A. Alors la limite xn appartient à A. alors dp . rq X A “ H.52 Tous les points de R sont des points d’accumulation de réel. 1 alors a est dans BA. Q parce que dans toute boule autour d’un Remarque 7. Démonstration. (7. il existe un r ą 0 tel que 6 Bp . il existe un point de A dans la boule Bpa. Dans ce cas.6 Convergence de suites Nous disons qu’une suite réelle pxn q converge 5 vers lorsque pour tout ε. Définition 7. Nous avons déjà mentionné dans l’exemple 7. Supposons que nous ayons une partie A de V . n q. Une autre manière de dire la même chose : si ¯ R A.1 pour plus de détail. Voir la définition 4. En effet. (7. alors nous pouvons prendre la suite constante xn “ a. Nous pouvons donc facilement définir le concept de convergence d’une suite dans un espace vectoriel normé. Une partie à la fois bornée et fermée d’un espace vectoriel normé est dite compacte. Aq ą 0. DN P N tel que n ě N ñ }xn ´ l} ă ε.55. la suite ainsi construite est une suite contenue dans A et qui converge vers a (ce dernier point est laissé à la sagacité du lecteur ou de la lectrice). Lemme 7. Nous disons qu’elle est convergente si il existe un élément P V tel que @ε ą 0. Si tous les éléments xn de la suite sont dans A. il existe un M tel que n ą N ñ |xn ´ | ď ε. Nous savons maintenant que 0 étant la limite de la suite. 7. il est automatiquement adhérent à l’ensemble des éléments de la suite. q “ }xn ´ } ă r. Définition 7. Alors il existe une suite d’éléments dans A qui converge vers a. Cela contredit la notion de convergence xn Ñ . Si a n’est pas dans A.53.72) est appelé la limite de la suite pxn q.

75) k“n`1 Par hypothèse. Ici comme dans tout ce chapitre nous considérons un espace vectoriel normé de dimension finie .58.}V q et pW. il existe N tel que si n. }.59 pour caractériser ř les suites convergentes. m ě N alors }an ´ am } ď . Une suite est convergence si et seulement si elle est de Cauchy.74) Définition 7. Démonstration. Lemme 7. ESPACES VECTORIELS NORMÉS 7. il est donc complet et nous pouvons utiliser le critère de Cauchy 7. }sn ´ sm } “ } m ÿ k“n`1 ak } ď m ÿ }ak }.59 (Critère de Cauchy).11. Lemme 7.62 (formule de Stirling[52]). Si une série converge absolument.60. ce qui signifie que la suite des sommes partielles de la ř ř série k }ak } est de Cauchy et qu’il existe donc un N tel que si m. un “ vn αpnq (2) αpnq Ñ 1. Si les suites pun q et pvn q sont équivalentes et si pvn q admet une limite l différente de 1. nous écrivons .}W q deux espaces vectoriels normés.6. Une suite pak q dans l’espace vectoriel normé V est de Cauchy si pour tout . ř Nous disons que la série 8 an dans l’espace vectoriel normé V converge absolument si la série n“0 ř8 }an } converge dans R. alors elle converge. Théorème 7. alors les suites pln un q et pln vn q sont équivalentes. Il est maintenant facile de définir les notions de limites et de continuité pour de telles fonctions en copiant les définitions données pour les fonctions de R dans R en changeant simplement les valeurs absolues par les normes sur V et W . n“0 Lemme 7. En nous inspirant de la définition 11. (7.1 Critère de Cauchy Définition 7. Nous avons l’équivalence de suites n! „ ´ n ¯n ? e 2πn. Nous notons sn la ne somme partielle de k ak . }. (7. en supposant que m ą n.217 CHAPITRE 7. Nous allons montrer que c’est une suite de Cauchy et qu’elle converge donc .64. la parenthèse tend vers 1.61. Définition 7. Démonstration.7 Fonctions Soient pV.63.73) et comme αpnq Ñ 1. Cela ř prouve que psn q est de Cauchy et donc que k ak converge. et une fonction f de V dans W . n ą N alors m k“n`1 }ak } ď . En effet si un “ vn αpnq alors ` ˘˙ ln αpnq lnpun q “ lnpvn q ` ln αpnq “ lnpvn q 1 ` . lnpvn q ˆ ` ˘ (7. la série converge absolument. 7. Nous disons que deux suites pun q et pvn q sont équivalentes si il existe une fonction α : que N Ñ R telle (1) pour tout n à partir d’un certain rang.

218 CHAPITRE 7. Soient V et W deux espaces vectoriels normés. r Ă O. Pour cela. Nous devons trouver δ tel que 0 ă }x ´ a}V ă δ implique }f paq ´ f pxq}W ă ε. Soit f : V Ñ W une fonction de domaine Dompf q Ă V et soit a un point d’accumulation de Dompf q. a P f ´1 pOq.78) Nous avons ajouté l’indice W pour nous rappeler que c’est une boule dans W . Une fonction f : D Ă V Ñ W entre deux espaces vectoriels normés V et W est dite continue au ¯ point a P D si f pxq admet une limite pour x tendant vers a et si limxÑa f pxq “ f paq.79) ` ˘ Par définition de l’image inverse. 8r. alors f paq P BW f pxq. Étant donné que O est ouvert dans W . Le fait que nous limitions la formule (7. il existe un δ ą 0 tel que pour tout x P Dompf q. et nous disons que (7.77) lim x2 ´ 4 “ 0. Nous avons a (7. ε . ` ˘ }x ´ a}V ă δ ñ a P BV px.68. 0 ă }x ´ a}V ă δ ñ }f pxq ´ }W ă ε. Dans ce cas. Nous notons y “ f pxq P O. Supposons d’abord que f est continue. Soit δ le rayon de cette boule : ` ˘ BV x.76) est la limite de f lorsque x tend Remarque 7.80) Ceci conclut la preuve. de domaine |x| ě 2. et prouvons que f ´1 pOq est ouvert. Mais la continuité de f › › implique qu’il existe un rayon δ tel que }x ´ a}V ă δ implique ›f pxq ´ f paq›W ă r. il existe une boule contenue dans f ´1 pOq. ε ñ }f paq ´ f pxq}W ă ε.66. δq Ă O. Vous verrez plus tard que ceci provient de la topologie induite de R sur l’ensemble r2. δq. r Ă O. l’ensemble f ´1 pOq est ouvert. δq ñ f paq P O “ BW f pxq. il existe un rayon r tel que ` ˘ BW f pxq. Nous allons montrer qu’alors f est continue. (7. nous savons que si a P BV px.76) aux x dans le domaine de f n’est pas anodin. nous avons aussi g BV px. Étant donné que f pxq P O. Dans ce cas. ` ˘ Considérons la boule ouverte O “ BW f pxq. En récapitulant. et son image inverse f ´1 pOq qui est également ouverte par hypothèse. l’ensemble f ´1 pOq est ouvert dans V . . Les points x ă 2 sont hors du domaine de f et ne comptent dons pas dans l’appréciation de l’existence de la limite. Soit O un ouvert de W . (7. Considérons ? la fonction f pxq “ x2 ´ 4. ESPACES VECTORIELS NORMÉS Définition 7. Définition 7. nous écrivons limxÑa f pxq “ vers a. xÑ2 Nous ne pouvons pas dire que cette limite n’existe pas en justifiant que la limite à gauche n’existe pas.65. nous avons évidemment x P f ´1 pOq et donc il existe une boule centrée en x et contenue dans f ´1 pOq. ce qui prouve que f ´1 pOq est ouvert. Une fonction f de V vers W est continue si et seulement si pour tout ouvert O dans W . δq Ă f ´1 pOq. Supposons maintenant que pour tout ouvert O de W . Ayant choisit un ` ˘ tel δ. Une caractérisation très importante des fonctions continues est que l’image inverse d’un ouvert par une fonction continue est ouverte. Démonstration.67. nous allons prouver qu’autour de chaque point x de f ´1 pOq. Théorème 7. Nous avons donc montré que BV px. δ Ă f ´1 pOq. (7. Soit x P V et ε ą 0. Nous disons que f admet une limite en a si il existe un élément P W tel que pour tout ε ą 0.

51). Démonstration. f pKq est borné Si f pKq n’est pas borné.71 montre que f pKq est compact et donc borné. Par conséquent nous avons n f paq “ lim f px1 q “ lim yn . ESPACES VECTORIELS NORMÉS Remarque 7. une partie compacte de V .69. ce qui n’est pas possible au vu de la condition (7.219 CHAPITRE 7. le vecteur yn appartient à f pKq et donc il existe un xn P K tel que f pxn q “ yn . alors la limite est également contenue dans f pKq. et f : K Ñ W . et a sa limite : limpx1 q “ a P K.72. Disons limpx1 q “ a P K. Une fonction f : K Ñ R où K est une partie compacte d’un espace vectoriel normé est toujours bornée. Alors l’image f pKq est compacte dans W . .83) La suite f px1 q est alors une suite bornée.82) Mais par ailleurs. Cette propriété des fonctions continues est tellement importante qu’elle est souvent prise comme définition de la continuité. Pour chaque n P N. Soit K Ă V une partie compacte (fermée et bornée) d’un espace vectoriel normé v.70. La suite pxn q ainsi construite est une suite dans le fermé K et possède donc une sous-suite convergente (proposition 4. n (7. nous avons une sous-suite px1 q n qui converge dans K. et atteint ses bornes.82) n imposée à la suite de départ pxn q. Le fait que la limite soit n n dans K provient du fait que K est fermé. Nous allons prouver que f pKq est fermée et bornée. La preuve qui sera donné à ce moment peut être recopiée (presque) mot à mot en remplaçant Rm par V . Corollaire 7. Démonstration. Ce résultat sera prouvé dans le théorème 5. nous pouvons trouver une suite pxn q dans K telle que }f pxn q}W ą n (7. f pKq est fermé Nous allons prouver que si pyn q est une suite convergente contenue dans f pKq. une fonction continue.71. Le théorème exact est le suivant. et n nous avons lim f px1 q “ a parce que f est continue. Théorème 7. Dans ce cas. et donc n |f paq| “ lim |f px1 q|. n Par la continuité de f nous avons alors f paq “ lim f px1 q. Nous n’allons donc pas donner de démonstration de ce théorème ici. Cela est une sous-suite de la suite pyn q. En effet. Soit K.51 dans le cas particulier de V “ Rn . l’ensemble K étant compact (et donc fermé). C’est à dire qu’il existe x0 P K tel que f px0 q “ inftf pxq tel que x P Ku ainsi que x1 tel que f px1 q “ suptf pxq tel que x P Ku. Nous pouvons considérer la suite f px1 q dans W . Si f : K Ă V Ñ R est une fonction continue. Nous allons par contre donner la preuve d’un résultat un peu plus général. la proposition 7. n (7. Proposition 7. Un résultat important dans la théorie des fonctions sur les espaces vectoriels normés est qu’une fonction continue sur un compact est bornée et atteint ses bornes. nous aurons que l’adhérence de f pKq est contenue dans f pKq et donc que f pKq est fermé. alors f est bornée.81) Cela prouve que la limite de pyn q est dans f pKq et par conséquent que f pKq est fermé. Ce résultat sera (dans d’autres cours) énormément utilisé pour trouver des maxima et minima de fonctions. Notons px1 q cette sous-suite convergente. Soient V et W deux espaces vectoriels normés.

(7. Les applications de projection de l’espace produit V ˆ W vers les espaces «facteurs». wq}V ˆW . bw2 q “ pav1 ` bv2 .87) “ }pv1 . }w1 ` w2 }W u ď ď maxt}v1 }V ` }v2 }V . w2 q sont dans V ˆ W et a. wq}V ˆW “ maxt}v}V . Par exemple. L’opération } · }V ˆW : V ˆ W Ñ R est une norme.86) Lemme 7. 0w q “ 0V ˆW . w2 q}V ˆW “ maxt}v1 ` v2 }V . Cela implique pv.88) (7. On appelle espace produit de V et W le produit cartésien V ˆ W V ˆ W “ tpv. On remarque tout de suite que la norme } · }8 sur R2 est la norme de l’espace produit R ˆ R.73. wq ÞÑ v et projW : V ˆ W Ñ W pv. wq}V ˆW } projW pv. w1 q ` bpv2 . w2 q}V ˆW . (7. b sont des scalaires. V W sont notées projV et projW et sont définies par projV : V ˆ W Ñ V pv. w1 q. }w1 }W u ` maxt}v2 }V .90) La topologie de l’espace produit est induite par les topologies des espaces «facteurs». aw1 q ` pbv2 . wq dans V ˆW . On doit vérifier les trois conditions de la définition 7. }w1 }W ` }w2 }W u ď ď maxt}v1 }V . si pv1 .8 7.2 “ maxt}px1 . x3 . aw1 ` bw2 q.8. la norme }apv. Ce choix de topologie donne deux propriétés utiles de l’espace produit . }w}W u “ 0. On peut factoriser }av}V “ |a|}v}V et }aw}W “ |a|}w}W et donc }apv. wq “ p0v . wq ÞÑ w.84) muni de la norme } · }V ˆW }pv.CHAPITRE 7. (7. w1 q et pv2 . x2 q}8 . wq}V ˆW est donnée par maxt}av}V . wq}V ˆW “ |a| maxt}v}V . w P W u. wq}V ˆW . (7.1. w1 q}V ˆW ` }pv2 . Démonstration. — Soit pv. (7. }px3 . — Pour tout a dans R et pv. wq dans V ˆ W tel que }pv. ESPACES VECTORIELS NORMÉS 7. }pv1 . La construction est faite en deux passages : d’abord nous disons que une partie A ˆ B de V ˆ W est ouverte si A et B sont des parties ouvertes de V et de W respectivement. wq}W ď }pv. w1 q ` pv2 . C’est à dire.1 220 Produit d’espaces vectoriels normés Norme Soient V et W deux espaces vectoriels normés. Alors }v}V “ 0 et }w}W “ 0. x2 . — Soient pv1 .85) Il est presque immédiat de vérifier que le produit cartésien V ˆ W est un espace vectoriel pour les opération de somme et multiplication par les scalaires définies composante par composante. }w}W u. }w}W u “ |a|}pv. wq}V ď }pv. }aw}W u. x4 q}2 u. wq}V ˆW “ maxt}v}V . w2 q dans V ˆ W . Ensuite nous définissons que une partie quelconque de V ˆ W est ouverte si elle est une intersection finie ou une réunion de parties ouvertes de V ˆ W de la forme A ˆ B.89) Les inégalités suivantes sont évidentes } projV pv. wq | v P V. w2 q “ pav1 . En outre cette définition nous permet de trouver plusieurs nouvelles normes dans les espaces Rp . si nous écrivons R4 comme R2 ˆ R2 on peut munir R4 de la norme produit }px1 . }w2 }W u “ (7. alors apv1 . pv2 . donc v “ 0V et w “ 0W . x4 q}8.

92) Nous laissons en exercice le soin d’adapter ces calculs pour montrer que projW est également une projection. wn q converge vers pv.8. wn q. N2 u nous avons les deux inégalités simultanément. En particulier. il ressort que pvn q Ñ v. et ` ˘ ` ˘ projV λpv. il existe un N P implique ( max }vn ´ v}V .74 Si V et W sont deux espaces vectoriels. et donc ( max }vn ´ v}V . (2) Pour toute partir A de V et B de W . (7.91) “ v ` v1 1 1 “ projV pv. wq. wn q avec vn P V et wn P W . (7. wq ` projV pv . Si nous posons N “ maxtN1 . ESPACES VECTORIELS NORMÉS (1) Les projections sont des applications ouvertes. wn q la suite dans V ˆ W dont l’élément numéro n est le couple pvn . wq ` pv 1 . Lemme 7. . }wn ´ w}W . nous avons pour tout ε un N1 tel que }vn ´ v}V ď ε pour tout n ą N1 et un N2 tel que }wn ´ w}W ď ε pour tout n ą N2 . En vertu de la définition de la norme dans V ˆ W nous avons › › ( › › “ max }vn ´ v}V . wq› V ˆW Soit ε ą 0.8. wn q converge vers pv. la convergence d’une suite est équivalente à la convergence des composantes. Alors. Pour le sens direct.94) et donc en particulier les deux inéquations }vn ´ v} ă ε (7. nous avons le lemme suivant. wq “ v. pw ` w1 q (7. Ce que nous avons dit jusqu’ici est valable pour tout produit d’un nombre fini d’espaces vectoriels normés.95a) }wn ´ w} ă ε. λwq “ λv “ λ projV pv.95b) De la première.96) ce qui signifie que la suite pvn . La notions de convergence de suite découle de la définition de la norme via la définition usuelle 7. Exemple 7. nous avons IntpA ˆ Bq “ Int A ˆ Int B. ` ˘ ` ˘ projV pv. Voir le lemme 7.75. Les projections projV et projW . w1 q “ projV pv ` v 1 q. définies dans la section 7. (7. et de la seconde que pwn q Ñ w. Il se fait que dans le cas des produits d’espaces. pour tout m ą 0 l’espace Rm peut être considéré comme le produit de m copies de R. wq “ projV pλv. wq lorsque n devient grand. La suite pvn .221 CHAPITRE 7. 7. N tel que n ą N (7. Pour le sens inverse. (7. wn q ´ pv. En effet. Par définition de la convergence de la suite pvn . Démonstration. wn q ´ pv. }wn ´ w}W ă ε. }wn ´ w}W ă ε. Une propriété moins facile a prouver est que pour toute partie A de V et B de W nous avons ¯ ¯ A ˆ B “ A ˆ B.54. wq dans V ˆ W . sont des applications linéaires. w q. Plus précisément. Cela veut dire que l’image par projV (respectivement projW ) de toute partie ouverte de V ˆW est une partie ouverte de V (respectivement W ). nous pouvons considérer le produit E “ V ˆW . nous devons étudier le comportement de la norme de pvn . wq dans V ˆ W si et seulement les suites pvn q et pwn q convergent séparément vers v et w respectivement dans V et W . Nous noterons pvn .2 Suites Nous allons maintenant parler de suites dans V ˆ W .75. la projection projV : V ˆ W Ñ V est donnée par projV pv.93) ›pvn .

Définition 7. Cette remarque est valables pour tous les espaces Rm . 5r.}L1 „ }.}8 et }. yq} “ x2 ` y 2 . ? }x}8 ď }x}2 ď n}x}8 . La démonstration risque d’être longue . Cependant elles ne sont pas complètement indépendante au sens où l’on sent bien que si un vecteur sera grand pour une norme. les normes }.}L2 et }. Deux normes N1 et N2 sur k1 et k2 tels que Rm sont équivalentes si il existe deux nombres réels strictement positifs k1 N1 pxq ď N2 pxq ď k2 N1 pxq. les fermetures de produits sont quand même les produits de fermetures. Il est possible de démontrer que cette notion est une relation d’équivalence (définition 1. Dans ce cas nous écrivons que N1 „ N2 .99) Rm . 7.1 En dimension finie Dans Rn . À partir de ces données.76. Soit A Ă Rm et B Ă Rm . il sera également grand pour les autres normes .}8 ne sont pas égales. nous ne considérons jamais la norme par défaut (7.85) est une norme par défaut. Il se fait que. Proposition 7. nous définissons les boules. Proposition 7. C’est la norme qu’on met quand on ne sait pas quoi mettre.9 Équivalence des normes Au premier coup d’œil.78.}L2 .97) et non la norme «par défaut» de R2 “ R ˆ R qui serait }px. nous ne savons pas comment calculer par exemple la fermeture du produit d’intervalle s0.}L1 „ }. (7.100b) (7. }.}L2 „ }.76. (7. }. les normes «vont dans le même sens».98) Les théorèmes que nous avons donc démontré à propos de V ˆ W ne sont donc pas immédiatement applicables au cas de R2 . etc.4) sur l’ensemble des normes existantes sur Rm . 7. et nous le munissons de n’importe quelle norme (rien que dans Rm nous en avons défini une infinité par l’équation (7. Il faut remarquer que la norme (7. Nous prenons en effet n’importe quel espace vectoriel V de dimension finie. Or il y a au moins un cas d’espace produit dans lequel on sait très bien quelle norme prendre : les espaces Rm .}L1 .10)). l’adhérence. Alors dans ¯ ¯ Rm`n nous avons A ˆ B “ A ˆ B. Cette notion est précisée par le concept de norme équivalente.100c) .CHAPITRE 7. nous ne la faisons pas ici. Étant donné la remarque 7. dans Rm . Plus précisément nous avons les inégalités ? }x}2 ď }x}1 ď n}x}2 . ESPACES VECTORIELS NORMÉS 222 Remarque 7. yq} “ maxt|x|.}8 . les notions dont nous parlons dans ce chapitre ont l’air très générales. Nous avons les équivalences de normes }. (7.79. À moins de mention contraire explicite. pour tout x dans (7.77.100a) }x}8 ď }x}1 ď n}x}8 . |y|u. (7. 1. La norme qu’on met sur R2 est a }px. la topologie. r ˆ r4.85) sur un espace Rm .9.

ESPACES VECTORIELS NORMÉS Démonstration. Nous voyons ici sur l’exemple de l’espace des polynômes que le théorème 7.}1 .80 n’est plus valable si on enlève l’hypothèse de dimension finie.}2 q. ‚. 1{n Nous trouvons 1ÿ |xi | ď n i et par conséquent |xn | c 1 b· n ÿ |xi | ď ? dÿ |xi |2 . proposition 12. nous voyons que nous devons vérifier l’inégalité ` ˘2 |x1 |2 ` . En réalité.105) i parce que maxi |xi | est évidemment un des termes de la somme.7) sur les vecteurs ¨ ˛ ¨ ˛ 1{n |x1 | ˚ . 1s. 1sq “ tp : r0. ‹ ˚ .100c). 1s Ñ R | p : x ÞÑ a0 ` a1 x ` a2 x2 ` . et en réalité assez difficile à prouver : Théorème 7. nous avons remplacé tous les termes |xk | par le maximum. En mettant au carré la première inégalité (7. . w “ ˝ . (7. ` |xn |2 ď |x1 | ` . La seconde inégalité (7. ` |xn | (7. nous avons le résultat suivant. les choses ne sons plus aussi simples. . très étonnant à première vue. qq est ouvert dans l’ensemble des formes quadratiques. .101) qui est vraie parce que le membre de droite est égal au carré de chaque terme plus les double produits.100c) se démontre en remarquant que si a et b sont positifs. . @i P Nu.}2 q. ‹ v “ ˝ . a ď a2 ` b.106) |xk |2 ď max |xi |2 k k i Pour obtenir cette inégalité.104) i ? La première inégalité (7. (7. }. plus généralement. . Soit V un espace vectoriel de dimension finie et }. .223 CHAPITRE 7. . . ai P R.}Lp et }. On considère l’ensemble des fonctions polynômiales à coefficients réels sur l’intervalle r0.}1 q Ñ pV.103) i n}x}2 . }.}2 deux normes sur V . PR pr0. De plus les ouverts sont les mêmes : une partie de V est ouverte dans pV. Pour la seconde inégalité (7. toutes les normes (pas seulement les normes Lp que nous avons définies sur Rm ) sont équivalentes. nous avons a max |xi | ď |x1 |2 ` . (7. }. En appliquant cela à a “ maxi |xi |. ` |xn |2 (7.80 ([53]).}8 sont équivalentes et. Plus généralement il est utilisé à chaque fois que l’on fait de la topologie sur les espaces de matrices 2 en identifiant Mpn. Ce théorème sera utilisé pour montrer que l’ensemble des formes quadratiques non dégénérées de signature pp. }. Corollaire 7. . nous avons ¸1{2 ˜ dÿ ÿ ? “ n}x}8 .102) .100a). .9. Sur un espace vectoriel de dimension finie. (7.81. toutes les normes }. Alors l’identité Id : V Ñ V est un isomorphisme d’espace topologique pV.107) . }. pour se rassurer en se disant que ce qu’on fait ne dépend pas de la norme choisie. 7.100a) provient de l’inégalité de Cauchy-Schwarz (théorème 7. ‚.}1 q si et seulement si elle est ouverte dans pV. (7.2 Contre-exemple en dimension infinie Lorsque nous considérons des espaces vectoriels de dimension infinie.36. Rq à Rn .

Définition 7. m}pk }8 ď }pk }2 . }p}1 “ 0 2 |ppxq| dx }p}2 “ (7. Une norme sur E est une application }. est un espace vectoriel. ESPACES VECTORIELS NORMÉS Cet ensemble. uniformément pour tout k dans 7. La proposition suivante est valable également en dimension infinie. (3) }v ` w} ď }v} ` }w} pour tout v.224 CHAPITRE 7. ni à } · }2 . k`1 0 ˆż 1 ˙1{2 c 2k }pk }2 “ x dx “ 0 (7.10 (7. (2) }λv} “ |λ| · }v}. ż1 }pk }1 “ xk dx “ 1 . donc les normes ne sont pas équivalentes parce que il n’existe pas un nombre positif m tel que m}pk }8 ď }pk }1 . muni des opérations usuelles de somme entre polynômes et multiplications par les scalaires. Soit A une application linéaire entre espaces vectoriels réels normés. Norme opérateur Soit E un espace vectoriel (pas spécialement de dimension finie).82. }p}1 “ (7. }pk }2 tendent vers zéro. C’est elle qui montre que le produit scalaire est continu dans un espace de Hilbert par exemple.1s ż1 |ppxq| dx. Soit pk pxq “ xk .112) |x|“1 où dans le membre de droite. (7. 0 mais la norme } · }8 n’est équivalente ni à } · }1 . xPr0.109) ˙1{2 ˆż 1 ď }p}8 . On l’écrit aussi souvent }A}8 parce que cette norme donne lieu à la topologie forte sur l’espace des opérateurs. 2k ` 1 Pour k Ñ 8 les normes }pk }1 . . Sur PpRq on définit les normes suivantes }p}8 “ sup tppxqu.} : E Ñ R telle que (1) }v} “ 0 seulement si A “ 0.110) 1 . alors que la norme }pk }8 est constante. Alors }pk }8 “ 1. On définit sa norme opérateur comme le nombre |A|op :“ sup t|αpxq|u.108) 0 ˙1{2 ˆż 1 2 |ppxq| dx }p}2 “ . w P E et pour tout λ P R. la norme est celle choisie sur E. 0 Les inégalités suivantes sont immédiates ż1 |ppxq| dx ď }p}8 .111) N.

Par conséquent la fonction x ÞÑ }T pxq}Rn }x}Rm (7.1) sur LpRm .115) i“1 est vraie pour la topologie faible. Rn q afin d’obtenir un espace vectoriel normé. ESPACES VECTORIELS NORMÉS Proposition 7. Cela même si la condition Ai x Ñ Ax. est métrique vu qu’elle est écrite dans E.5 que dans le cas des projections sur un espaces de Hilbert. elle.10.72 et du fait que l’ensemble t}x} ď 1u est compact. W q lorsque V et W sont deux espaces vectoriels. En particulier si xn est une suite qui converge vers x alors 0 ď }T pxn q ´ T pxq} ď tT u}x ´ xn } Ñ 0 (7. La proposition suivante donne une norme (au sens de la définition 7.225 CHAPITRE 7. }V }V (7. Soient V et W deux espaces vectoriels et T : V Ñ W une application linéaire bornée. Rm q et si λ est un réel. Le nombre }T pxq}Rn “ sup }T pxq}Rn xPRm }x}Rm }x}Rm ď1 }T }L “ sup est bien défini et défini une norme sur l’espace vectoriel des applications linéaires (7. Rn q d’une structure d’espace vectoriel sur R en définissant la somme et le produit par un scalaire de la façon suivante. Le nombre |T |L est la norme de T . Nous verrons à la sous-section 13. Le fait que la norme d’une application linéaire est toujours finie est une conséquence du corollaire 7. y P V nous avons (7. De la même manière. Le supremum est donc un nombre réel fini. Nous vérifions que l’application }. Nous définissons exactement de la même manière la structure d’espace vectoriel sur LpV.113) }T pxq ´ T pyq} “ }T px ´ yq} ď }T }}x ´ y}.84.4. W q nous définissons T }L “ sup vPV }T pvq}W . Il existe aussi par exemple la topologie faible donnée par la notion de convergence Ai Ñ A si et seulement si Ai x Ñ Ax pour tout x P E. et que dans le cas où E est de dimension infinie. Pour tout x.83. 7. La topologie forte n’est pas la seule possible.117) Démonstration. (2) pλT qpxq “ λT pxq pour tout x in Rm .116) Rm Ñ Rn . Démonstration. Rn q dans R ainsi définie est effectivement une norme.118) est une fonction continue et est donc bornée sur le compact donné par la condition }x} ď 1. Proposition 7. . elle est réellement différente de la topologie forte.Il faut noter que la topologie faible n’est pas une topologie métrique. l’égalité 8 ÿ projui “ Id (7.} de LpRm .1 Normes de matrices et d’applications linéaires De bonnes choses peuvent être lues dans [54]. nous définissons les éléments T ` U et λT par (1) pT ` U qpxq “ T pxq ` U pxq . Nous pouvons munir LpRm .114) et T est continue. mais pas pour la topologie forte. Alors elle est continue. Si T et U sont des élément de LpRm . si T P LpV.

prenons un élément de A. Rn . (7.86. Proposition 7. C’est à dire que nous prenons x P Rn et nous considérons le nombre }Ax}p {}x}p . Cette norme peut aussi être écrite sous la forme }A}p “ sup }Ax}p . Mutatis mutandis la même preuve tient pour LpV.121) }x}p “1 Démonstration. Définition 7.87 Pour chaque norme sur Rn . Nous allons montrer que les ensembles sur lesquels ont prend le supremum sont en réalité les mêmes : " * }Ax}p “ t}Ax}p tel que }x}p “ 1u . nous définissons }A} par }Ax} }x}‰0 }x} }A} “ sup Mn pRq. ESPACES VECTORIELS NORMÉS (1) }T }L “ 0 signifie que }T pxq}Rn “ 0 pour tout x dans Rm . voir par exemple 11. Rn q on a }T1 ` T2 }L “ ď sup }T1 pxq ` T2 pxq}Rn ď sup }T1 pxq}Rn ` }x}Rm ď1 }x}Rm ď1 sup }x}Rm ď1 }T2 pxq}Rn “ }T1 }L ` }T2 }L . (3) Pour tous T1 et T2 dans LpRm .122) }x}p x‰0 looooooooooooooomooooooooooooooon looooooomooooooon B A Attention : ce sont des sous-ensembles de réels .85. mais }Ay}p “ }Ax}p . }AB} ď }A}}B}. Une norme matricielle est une norme sur Mpn.6.}p sur Cette norme est la norme subordonnée à celle sur Rn . et prouvons qu’il est dans B. appelée (7. Comme } · }Rn est une norme on conclut que T pxq “ 0n pour tout x dans Rm . Pour tout norme matricielle. }x}p (7. pas de sous-ensembles de MpRq ou des sous-ensembles de Rn .46.226 CHAPITRE 7. cela donne lieu à toutes les normes }A}p qui correspondent aux normes }. L’intérêt d’une norme matricielle est entre autres de mieux se comporter pour les séries. nous pouvons définir une norme correspondante sur norme opérateur. le rayon spectral d’une matrice sur C est toujours plus petit que sa norme.119) La norme opérateur est une norme matricielle.}.120) En particulier.123) . Exemple 7. Le vecteur y “ x{}x} est un vecteur de norme 1. W q. (2) Pour tout a dans R et tout T dans LpRm . Si }. Lemme 7. (7. Pour la première inclusion. donc T est l’application nulle.} est une norme sur Rn . (7.88. Rn q on a }aT }L “ sup }x}Rm ď1 }aT pxq}Rn “ |a| sup }x}Rm ď1 }T pxq}Rn “ |a|}T }L . donc la norme de Ay est un élément de B. Cq telle que pour toute matrice A et B. C’est à dire que nous avons toujours ρpAq ď }A} pour toute norme matricielle }.

Il n’est cependant pas vrai que }A}n`1 tende vers zéro. Si A est nilpotente. Il faut vérifier la définition 7. (7. 7. Ou en fait n’importe quelle norme matricielle. Nous commençons par prouver que ř sommes partielles forment une suite de Cauchy. Proposition 7.124) i où les λi sont les valeurs propres de A. (7. noté ρpAq. Si }A} ă 1. La dernière somme est une différence des sommes partielles de la série géométrique de raison }A} ă 1 . les de telle sorte que la série donnée converge. L’inclusion B Ă A est immédiate.126) k“n`1 La dernière inégalité est le fait d’avoir choisit une norme matricielle.227 CHAPITRE 7. ESPACES VECTORIELS NORMÉS Nous avons donc A Ă B. Démonstration. est défini de la manière suivante : ρpAq “ max |λi | (7. La fonction f: Mpn. (7.91.125) k“0 Le résultat tient aussi si A est nilpotente. La norme 2 d’une matrice peut se calculer de la manière suivante : a }A}2 “ ρpAt Aq Proposition 7. Rq ˆ Mpn.90. alors lim N Ñ8 N ÿ Ak “ p1 ´ Aq´1 . d’où la convergence. il tombe sous le sens que }An`1 } Ñ 0. Par conséquence la suite sn est de Cauchy dans Mpn. nous avons k“0 }sm ´ sn } “ } m ÿ Ak } ď k“n`1 m ÿ }Ak } ď k“n`1 ÿ }A}k . Théorème 7.127) k“0 n ÿ Ak p1 ´ Aq} “ }An`1 } ď }A}n`1 Ñ 0. Démonstration. Définition 7. Rq.129) (7. Rq Ñ R pX. mais il ne faut pas faire la dernière majoration. la convergence de 8 Ak ne pose pas de problèmes parce que la somme est k“0 finie. Nous considérons la norme opérateur 7 .89. Montrons à présent que la somme est l’inverse de 1 ´ A : n ÿ Ak p1 ´ Aq “ k“0 Par conséquent }1 ´ n ÿ pAk ´ Ak`1 q “ 1 ´ An`1 . Y q ÞÑ TrpX t Y q est un produit scalaire sur Mpn. — La bilinéairité est la linéarité de la trace. (7. (7.130) .92. Cq qui est complet. Le fait que cette somme soit p1 ´ Aq´1 s’obtient de la même façon.128) k“0 ř Si A est nilpotente. Si sn “ n Ak et si m ą n.6. même si sa norme n’est pas majorée par 1. Le rayon spectral d’une matrice carrée A.

Xq “ TrpX t Xq ě 0.94 Considérons la rotation Tα d’angle α dans R2 .134) }v} xPRm }x} d’où le résultat. De plus si TrpX t Xq “ 0. Elle est donnée par l’équation matricielle ˙ ˙ˆ ˙ ˆ ˆ ˙ ˆ cospαqx ` sinpαqy x cos α sin α x “ “ Tα ´ sinpαqx ` cospαqy y ´ sin α cos α y (7. un point λ dans alors R et Tλ l’application linéaire définie par Tλ pxq “ λx. En ce qui concerne la norme de Tα nous avons }Tα pxq} }x} }Tα } “ sup “ sup “ 1. Lemme 7. La norme de Tλ est }Tλ }L “ sup }x}Rm ď1 }λx}Rn “ |λ|.96. donc diagonalisable avec des nombres positifs sur la diagonale.132) }x} xPR2 xPR2 }x} Toutes les rotations dans le plan ont donc une norme 1. . Exemple 7. La même preuve tient pour toutes les rotations en dimension quelconque. Démonstration. ce qui signifie que X “ 0. alors X t X “ 0 (pour la même raison de diagonalisation). Une inégalité que nous utiliserons quelque fois dans la suite. y compris dans la proposition qui suit.95 Soit m “ n. Alors }Av}n ď }A}L }v}m .133) pour tout v P Rm . ESPACES VECTORIELS NORMÉS — La symétrie de f est le fait que TrpAt q “ TrpAq. La trace étant un invariant de similitude. un point b dans Rm et Tb l’application linéaire définie par Tb pxq “ b · x (petit exercice : vérifiez qu’il s’agit vraiment d’une application linéaire). (7. — L’application f est définie positive parce que si X P M. › › › b › › }b · x}Rn ě ›b · › }b}Rn › Rn “ }b}Rn . (7. Exemple 7. La norme de Tb satisfait les inégalités suivantes }Tb }L “ sup }x}Rm ď1 }Tb }L “ }b · x}Rn ď sup }x}Rm ď1 sup }x}Rm ď1 }b}Rn }x · x}Rn ď }b}Rn . }Av} }Ax} }A}LpRm . Mais alors }Xu} “ 0 pour tout u P E. donc }Tb }L “ }b}Rn .131) Étant donné que cela est une rotation. alors X t X est symétrique définie positive. c’est une isométrie : }Tα x} “ }x}. Étant donné que le supremum d’un ensemble est plus grand ou égal à tous les éléments qui le compose.Rn q “ sup ě .93 Soit m “ n. Soit T une application linéaire de Rm vers Rn . Notez que Tλ n’est rien d’autre que l’homothétie de rapport λ dans Rm . (7. nous avons f pX. Exemple 7.228 CHAPITRE 7.

y dans Rm et a. (7. D’une part nous avons Pn Ñ 0 dans E parce xn que Pn pxq “ n avec x P r0. Exemple 7. . T2 ˝ T1 pax ` byq “ T2 pT1 pax ` byqq “ T2 paT1 pxq ` bT1 pyqq “ “ aT2 pT1 pxqq ` bT2 pT1 pyqq “ aT2 ˝ T1 pxq ` bT2 ˝ T1 pyq. ϕpP q “ P 1 n’est pas continue. Nous pouvons toujours majorer }T phq}n par }T }LpRm . 1s muni de la norme uniforme. 8.100 ([56]). Alors l’application composée T2 ˝T1 est dans LpRm . m }x}Rm }x}Rm xPR xPR }T2 ˝ T1 }L “ sup m Proposition 7. Toute application linéaire T de Rm dans Rn est continue. Démonstration. Alors u est bornée 8 si et seulement si elle est continue. Rp q : soient x.99(Application linéaire non continue[55]) En dimension infinie. Rn q et T2 dans LpRn . Rp q et sa norme satisfait }T2 ˝ T1 }L ď }T1 }L }T2 }L . Soit T1 dans LpRm . — T2 ˝ T1 est dans LpRm . Nous n’avons donc pas limnÑ8 ϕpPn q “ ϕplimnÑ8 Pn q et l’application ϕ n’est pas continue en 0. — On veut une estimation de la norme de T2 ˝ T1 : }T2 }L }pT1 pxqq}Rp }T2 pT1 pxqq}Rp ď sup “ }T1 }L }T2 }L . parce que T px ` hq “ T pxq ` T phq. hÑ0m Cela revient à prouver que limhÑ0m T phq “ 0. Mais en même temps nous avons ϕpPn q “ X n´1 et donc }ϕpPn q} “ 1. Soit E l’espace des polynômes à coefficients réels sur r0.98.229 CHAPITRE 7. 1 Pour la voir nous considérons la suite Pn “ n X n .135) Démonstration. Au sens où }u} ă 8 pour la norme opérateur. Rp q . alors l’opérateur linéaire donné par upek q “ kek n’est pas borné et donc pas continu. et u : E Ñ F une application linéaire.97. Proposition 7. Nous avons cependant le résultat suivant.96). Si tek ukPN est une base d’un espace vectoriel normé formée de vecteurs de norme 1. }T }L est fini. Quand h s’approche de 0m sa norme }h}m tend vers 0. ce que nous permet de conclure parce que nous savons que de toutes façons. une application linéaire n’est pas toujours continue. b dans R . Soient E et F des espaces vectoriels normés. Nous devons vérifier l’égalité lim T px ` hq “ T pxq. Elle n’est donc continue nulle part par linéarité. ESPACES VECTORIELS NORMÉS Proposition 7. 1s. L’application de dérivation ϕ : E Ñ E. Cette proposition permet de trouver d’autres exemples d’opérateurs linéaires non continus. Soit x un point dans Rm .Rn q }h}Rm (lemme 7.

matrices 8. @i “ 1. .1 Parties libres. ` an un “ 0 implique ai “ 0 pour tout i. . On peut démontrer que le cardinal de toute base de Rm est m. Rm il existe un ensemble de coefficients i“1 Il existe une infinité de bases de Rm . c’est à dire q ÿ Rm est une base de Rm s’il satisfait les conditions suivantes ai vi “ 0m ô ai “ 0. bases et dimension Définition 8. La base de Rm qu’on dit canonique (c. .‹ ˚0‹ ˚ ‹ ej “ ˚1‹ Ð j-ème . . . . em u. Cela s’écrit pei qj “ δij où δ est le symbole de Kronecker défini par # 1 si i “ j δij “ (8. Une partie infinie est libre si toute ses parties finies le sont. q. . 230 (8. . Un sous-ensemble B “ tv1 .‚ . . k“1 Définition 8.‹ ˚. .‹ ˚. i“1 — B est générateur. celle qu’on utilise tout le temps) est B “ te1 . i “ 1. . .‹ ˝.1) 0 si i ‰ j. . ř Les éléments de la base canonique de Rm peuvent donc être écrits ei “ m δik ek . 0 La composante numéro j de ei est 1 si i “ j et 0 si i ‰ j. ˚ ‹ ˚0‹ ˚ ‹ ˚.à.Chapitre 8 Espaces vectoriels. . c’est à dire que pour tout x dans tai P R. une partie finie pui q1ďiďn de E est libre si l’égalité a1 u1 ` . .d. .1.2. nu tel que q ÿ ai vi “ x. Si E est un espace vectoriel. génératrices. vq u de — B est libre. où le vecteur ej est ¨ ˛ 0 ˚. . .2) . c’est à dire que toute base de Rm possède exactement m éléments.

n ÿ k “ λi. Pour n “ 1.k ´ λi. Cette partie est donc liée.k ek ´ λi. les parties de k ` 1 éléments sont liées. . la partie B Y txu est liée.n ‰ 0 et que parmi les αi au moins un est non nul. ek (8. (8. et montrons que toute partie V “ tv1 . . . Alors B est une base. nous avons au moins un des produits αi λn`1. Donc la famille tw1 . Par conséquent (8. . elle est donc liée par l’hypothèse de récurrence.7) i“1 i“1 i“1 Vu que λn`1. Lemme 8. (8. Cela prouve le résultat dans le cas de la dimension 1.231 CHAPITRE 8.n ÿ λn`1. aucune partie infinie n’est libre) parce que cela fera une différence entre une base algébrique et une base hilbertienne par exemple.k ek ‰ 0. en´1 u . Supposons maintenant que le résultat soit vrai pour k ă n. vn`1 u contenant n ` 1 éléments est liée.6a) k n´1 ` ÿ ˘ λn`1.n qui est non nul. Nous les supposons également tous non nuls. . . c’est à dire que pour tout espace vectoriel contenant une partie génératrice de cardinal k ă n. .5) En calculant un peu. MATRICES La définition de liberté dans le cas des parties infinies a son importance lorsqu’on parle d’espaces vectoriels de dimension infinies (en dimension finie. Si E a une famille génératrice de cardinal n. v2 P E nous avons v1 “ λ1 e. nous avons E “ xey et donc si v1 . αn P K non tous nuls tels que ˜ ¸ n n n ÿ ÿ ÿ 0“ α i wi “ αi λn`1. Soit maintenant un espace vectoriel muni d’une partie génératrice G “ te1 .3. Nous procédons par récurrence sur n – qui n’est pas exactement la dimension d’un espace vectoriel fixé.k ek (8.n λn`1. v2 “ λ2 e et donc λ2 v1 ´ λ1 v1 “ 0. . . être contenue dans G et de plus avoir la propriété que @x P GzB.6b) k“1 parce que les termes en en se sont simplifiés. Soit B une partie maximale parmi les parties libres L1 telles que L Ă L1 Ă G.n ‰ 0.n vi ´ λi. Étant donné que tei u est génératrice nous pouvons définir les nombres λij par n ÿ vi “ (8. vn`1 u. . Il existe donc des nombres α1 . (8. Lemme 8. . .n vi ´ αi λi. . Nous verrons dans les résultats qui suivent que cette définition est en réalité inutile parce qu’une espace vectoriel sera de type fini si et seulement si il est de dimension finie.3) λij ej k“1 Vu que vn`1 “ n ÿ λn`1.7) est une combinaison linéaire nulle non triviale des vecteurs de tv1 . wn u est une famille de n vecteurs dans l’espace vectoriel Spante1 . Qu’entend-t-on par «maximale» ? La partie B doit être libre. Soit L une partie libre et G une partie génératrice.4) k“1 quitte à changer la numérotation des ei nous pouvons supposer que λn`1. . alors toute famille de n ` 1 éléments est liée. contenir L. . . Démonstration.n vn`1 . .n vn`1 . wi “ λn`1.n λi. . Un espace vectoriel est de type fini si il contient une partie génératrice finie. .4. . ESPACES VECTORIELS. Dans nos notations nous supposons que les ei sont des vecteurs distincts et les vi également. . . . Nous considérons les vecteurs wi “ λn`1. . . en u de n éléments.

10) Le théorème suivant est valable également en dimension infinie . deux bases.9) Donc tous les éléments de GzB sont des combinaisons linéaires des éléments de B. Démonstration. Vu que E est de type fini. (1) Si L est une partie libre et si G est une partie génératrice contenant L. soient B et B 1 . G étant génératrice. En particulier B est génératrice et B 1 est libre. alors il existe une base B telle que L Ă B Ă G.7 (Théorème du rang). .11) . . . Dans ce cas le résultat est évident. Alors le rang de f est égal à la codimension du noyau. D’abord si G est une base. et par conséquent. bl u est libre parce qu’on l’a prise parmi les libres. La partie B “ tb1 .6. Montrons que B est génératrice.CHAPITRE 8. λx non tous nuls tels que l ÿ λi bi ` λx x “ 0. B Y txu est liée. MATRICES 232 Démonstration. Soit F un sous-espace vectoriel de l’espace vectoriel E. . Soit L. Théorème 8. donc le lemme 8. Autrement dit : de toute partie génératrice nous pouvons extraire une base. c’est à dire qu’il existe des nombres λi . Soit x P GzB . . Théorème 8.3. Soit E un espace vectoriel de type fini sur le corps K. La codimension de F dans E est codimE pF q “ dimpE{F q. . une partie libre contenue dans G (ça existe : par exemple L “ H).5. La partie B maximalement libre contenue dans G et contenant L est une base par le lemme 8. le point (1) implique que toute partie libre peut être étendue en une base. Alors nous pouvons la compléter en utilisant des éléments ei . par hypothèse de maximalité. (8.3 indique que CardpB 1 q ď CardpBq. ce sera une des rares incursions en dimension infinie de ce chapitre. . ce qui est impossible parce que B est libre. Le théorème suivant est essentiellement une reformulation du théorème 8.8) i“1 Si λx “ 0 alors un de λi doit être non nul et l’équation (8.5.8) devient une combinaison linéaire nulle non triviale des bi . Donc une partie libre est de cardinal au plus n par le lemme 8. Donc λx ‰ 0 et x“ l 1 ÿ λi bi . c’est à dire rgpf q ` dim ker f “ dim E. Par symétrie on a l’inégalité inverse. Notons que puisque E lui-même est générateur. En ce qui concerne la seconde partie du théorème. Soient E et F deux espaces vectoriels (de dimensions finies ou non) et soit f : E Ñ F une application linéaire. tous les éléments de E sont combinaisons linéaires d’éléments de B. (8. Théorème 8. (1) Il existe J Ă I tel que tei uiPJ est une base. λx i“1 (8. alors toutes les parties de G sont libres et le maximum est B “ G. (2) Soit tf1 . Soit E un espace vectoriel de dimension finie et tei uiPI une partie génératrice de E. . Donc CardpBq “ CardpB 1 q.4. Nous supposons donc que G est liée. C’est à dire qu’il existe J Ă I tel que tfk u Y tei uiPJ soit une base. il admet une partie génératrice G de cardinal fini n. (2) Toutes les bases sont finies et ont même cardinal. fl u une partie libre. (8. ESPACES VECTORIELS.

(8. ESPACES VECTORIELS.13) f pxq “ tPT Ensuite le vecteur x “ base pus q : ř t xt vt est dans le noyau de f .8 ([57]). (8. En effet. Démonstration.15) En ce qui concerne la liberté nous écrivons ÿ ÿ xt vt ` xs us “ 0. Nous définissons les nombres xt par la décomposition de f pxq dans la base f pvt q : ÿ xt f pvt q. par conséquent nous le décomposons dans la x´ ÿ xt vt “ P Sxs us . Nous restons avec xs “ 0. ` ˘ Soit x P E. 8. F K “ ty P E tel que @x P F.r .14) s t Par conséquent ÿ ÿ ÿ xt vt . αpxq “ 0u. Soit E. 8.. et F une sous-espace de E. L’orthogonal de F est la partie F K Ă E ˚ donnée par F K “ tα P E ˚ tel que @x P F. (8. Si E est un espace vectoriel. Nous devons montrer que (8.19) .. des sous-espaces vectoriels propres de E Ť tels que r Fi “ E. Le dual topologique est l’ensemble des formes linéaires continues.2. théorème 13.18) Cette définition d’orthogonal via le dual n’est pas du pur snobisme. MATRICES Dans le cas de dimension infinie afin d’éviter les problèmes d’arithmétique avec l’infini nous énon` ˘ çons le théorème en disant que si pus qsPS est une base de ker f et si f pvt q tPT est une base de Imagepf q alors pus qsPs Y pvt qtPT est une base de E.9. un espace vectoriel sur un corps infini et pFk qk“1.17) t et donc que les xt doivent être nuls.30. l’union finie de sous-espaces propres ne peut être égal à l’espace complet.. (8.12) pus qsPS Y pvt qtPT est libre et générateur..233 CHAPITRE 8. ř s xs us “ 0 qui à son tour implique que Un exemple d’utilisation de ce théorème en dimension infinie sera donné dans le cadre du théorème de Fréchet-Riesz. (8. i“1 Autrement dit. y · x “ 0u. le dual de E est l’ensemble des formes linéaires sur E.16) x“ xs us ` s s t En appliquant f nous trouvons que t ÿ xt f pvt q “ 0 (8. (8. En dimension infinies. ces deux notions ne coïncident pas. Alors E “ Fk pour un certain k. Proposition 8.2 Dualité Définition 8. un espace vectoriel.1 Orthogonal Soit E. la définition «usuelle» qui ne parle pas de dual.

e˚ u est une n n 1 p`1 base de F K . . .25) et (8. ESPACES VECTORIELS. Si A est la matrice ˚ de f dans ces bases. p`k ř Enfin F K Ă Spante˚ .11. . mais nous savons que si p`1 n k řn k“1 ω P F K . Soit te1 . Du coup on impose que B soit dans un dual et on prend une notation précise pour dire qu’on remonte au pré-dual et non qu’on va au dual du dual. . Ensuite ce sont des éléments de F perp parce que si i ď p et si k ě 1 nous avons e˚ pe˚ q “ 0 . Par définition de la matrice d’une application linéaire dans une base. Alors nous prouvons que te˚ .25) k ÿ pAt qik xk . nous avons ÿ ÿ ÿ ÿ ˚ ˚ f t pgi qx “ xk gi Akl gl “ xk Akl δil “ xk Aki “ pAt qik xk .5. ÿ ˚ f t pgi q “ pf t qij e˚ j. . alors At est la matrice de f t dans les bases te˚ u et tgi u de E ˚ et F ˚ . e˚ P F K . MATRICES demande la donnée d’un produit scalaire. (8. e˚ u la base duale. on note B o son orthogonal : B o “ tx P E tel que ωpxq “ 0 @ω P Bu. (8. l Du coup. e˚ u parce que si ω “ n ωk e˚ . donc p`k i oui. Déjà c’est une partie libre en tant que partie d’une base.23) j et f pek q “ ÿ (8. Soit E un espace vectoriel.26) donnent le même résultat prouve le lemme. (8. ÿ k ˚ pAt qik gk x “ kl ÿ kl k ˚ pAt qik gk xl el “ (8. en u de E par le théorème 8.18) est intrinsèque : elle ne dépend que de la structure d’espace vectoriel. Si B Ă E ˚ . . Évidemment dans le cas de Rn munie du produit scalaire usuel et de l’identification usuelle entre Rn et pRn q˚ via une base.26) .22) pour tout ω P F ˚ et x P E. k kl D’autre part. ep u une base de F que nous complétons en une base te1 . (8. les deux notions d’orthogonal coïncident. Soit te˚ .21) Démonstration. alors ωpei q “ 0 pour i ď p. . Nous allons montrer que les formes f t pgi q et k pAt qik gk sont égales en les appliquant à un vecteur. (8. et F un sous-espace vectoriel.24) Aklgl .10. . Proposition 8. la transposée est l’application f t : F ˚ Ñ E ˚ donnée par ` ˘ f t pωqpxq “ ω f pxq . k Le fait que (8. Alors nous avons dim F ` dim F K “ dim E. . . k 8. . si x “ ř xk ek . Lemme 8.2 Transposée Si f : E Ñ F est une application linéaire entre deux espaces vectoriels. alors ωpei q “ ωi . . .234 CHAPITRE 8. i ř ˚ ˚ Démonstration. . . Soit E muni de la base tei u et F muni de la base tgi u et une application f : E Ñ F .2. . Donc ω “ i“p`1 ωk e˚ .20) Notons qu’on le note B o et non B K parce qu’on veut un peu s’abstraire du fait que pE ˚ q˚ “ E. La définition (8.

12 (Gilles Dubois). ˚ Nous prouvons maintenant que rgpf t q ě n´p en montrant que les formes tgi ui“1. Si f : E Ñ F est une application linéaire. Nous avons ` ˘ dim Imagepf t q “ rgpf t q (8. on sait que si A Ă B et si dim A “ dim B. .. nous n’allons pas démontrer l’inclusion inverse.12 (8. .36b) théorème 8. . Étant donné que les vecteurs g1 . . ce qui est impossible par construction de la base tei ui“1. Proposition 8. . (8. p.l “ δi. . . Lemme 8.. Nous prouvons cependant ce résultat de façon plus intrinsèque. .32) ˚ ˚ Donc f t pgi q “ e˚ . .. vu que pf t qt “ f . . mais plutôt prouver que les dimensions sont égales. . . . .36a) “ rgpf q “ dimpEq ´ dim kerpf q ` ˘ “ dim pker f qK lemme 8. nous trouvons ` ˘ rg pf t qt ě rgpf t q (8. Si z P kerpf q.. . .33) En appliquant le même raisonnement à f t au lieu de f . en u de E. looooooomooooooonu loooooomoooooon gn´p`1 . n ´ p. .. (8. alors A “ B. Si f est une application linéaire entre les espaces vectoriels E et F . . gn´p . . Si n´p ÿ ak f pep`k q “ 0. (8.13 ([58]). si k “ p ` l alors ˚ ˚ ˚ f t pgi qek “ gi pf ek`l q “ gi pgl q “ δi. nous obtenons rgpf q “ rgpf t q. .n . Pour prouver qu’il y a égalité.30) tg1 . gn´p sont libres.n´p est libre (et ˚ donc l’espace image de f f est au moins de dimension n´p).. Pour cela nous prouvons que f t pgi q “ e˚ . ce qui signifierait que k ak ep`k se trouve dans le noyau de f .. C’est à dire que les gi sont les images des vecteurs qui ne sont pas dans le noyau de f . (8. c’est à dire ω “ α ˝ f pour un certain élément α P F ˚ . . Soit te1 .k´p “ δk.35) Démonstration. . c’est à dire que ω P pker f qK . (8. Nous considérons maintenant les vecteurs (8. .235 CHAPITRE 8.. Nous commençons par prouver que Imagepf t q Ă pker f qK .7 (8. (8. . . Après.28) gi “ f pep`i q pour i “ 1. MATRICES En corollaire.10. (8. alors f ek “ 0 et donc gi pf ek q “ 0 . alors rgpf q “ rgpf t q. Cela prouve que les formes f t pgi q sont libres et donc que i`p rgpf t q ě n ´ p “ rgpf q. ESPACES VECTORIELS.34) et donc. . Pour cela nous prenons ω P Imagepf t q. alors nous avons Imagepf t q “ kerpf qK . ep u une base de kerpf q que l’on complète en une base te1 . Soient donc l’application f : E Ñ F et sa transposée f t : F ˚ Ñ E ˚ . . alors ωpzq “ pα˝f qpzq “ 0. i`p En effet ˚ ˚ f t pgi qek “ gi pf ek q. nous les complétons en une base (8. gr images complétion de F .36c) proposition 8. les rangs de f et de f t sont égaux parce que le rang est donné par la plus grande matrice carré de déterminant non nul.36d) . Prouvons qu’ils forment une famille libre.27) Démonstration.31) ˚ Si k “ 1. . Nous posons dim kerpf q “ p et donc rgpf q “ n ´ p.i`p .29) k“1 `ř ˘ ř alors f k ak ep`k “ 0.

. tous les termes valent 1. Les polynômes de Lagrange sont les polynômes de la base (pré)duale de la base tfi u. Kq Définition 8.40) Si j ‰ i alors un des termes est nul. MATRICES 8. Nous considérons les formes linéaires associées fi P E ˚ . ce qui fait que P pai q “ 0 pour tout i “ 0. Deux matrices sont semblables si il existe une matrice P P GLpn.42) ‰ 0 sinon. Nous considérons la matrice inversible P telle que P ei “ fi . n. Q P GLpn. . a ´ ak k‰i i (8.14. Kq telles que A “ P BQ´1 . Nous avons fj pPi q “ Pi paj q “ ź aj ´ ak . . Q P GLpn.38) pour que la proposition 8.236 CHAPITRE 8. fi pP q “ P pai q.10 conclue.4 Dual de Mpn. Kq telle que A “ P BP ´1 . .37) Lemme 8. alors fi pP q “ 0 pour tout i. puis tfi u une base telle que Afi “ 0 dès que i ą r. Une matrice de rang r dans Mpn. Un polynôme de degré au plus n qui s’annule en n ` 1 points est automatiquement le polynôme nul. il existe P. Kq est équivalente à la matrice par blocs 1r 0 ˆ Jr “ 0 ˙ . . La matrice AP se présente donc sous la forme ˆ M AP “ ˚ 0 0 ˙ (8. Si au contraire i “ j. . Elle vérifie # 0 si i ą r AP ei “ Afi “ (8. Nous prouvons que l’orthogonal est réduit au nul : Spantf0 . ESPACES VECTORIELS. Les polynômes de Lagrange sont donnés par Pi “ ź X ´ ak .16. Kq de rang r. 0 (8.43) . (8. Démonstration. .3 Polynômes de Lagrange Soit E “ Rn rXs l’ensemble des polynômes à coefficients réels de degré au plus n. Si P P Spantfi uK . Lemme 8. 8. an . Kq si il existe P. . Proposition 8. Kq telles que QAP “ Jr . Soient les n ` 1 réels distincts a0 .2. Il suffit de vérifier que fj pPi q “ δij . Ces formes forment une base de E ˚ .2. Nous devons prouver que pour toute matrice A P Mpn. Soit tei u la base canonique de Kn .39) Démonstration. a ´ ak k‰i i (8.17.41) Démonstration. fn uK “ t0u (8.15. . . . . Deux matrices A et B sont équivalentes dans Mpn.

237

CHAPITRE 8. ESPACES VECTORIELS, MATRICES

où M est une matrice r ˆ r. Nous considérons maintenant une base tgi ui“1,...,n dont les r premiers
éléments sont les r premières colonnes de AP et une matrice inversible Q telle que Qgi “ ei . Alors
#
ei si i ă r
QAP ei “
.
(8.44)
0 sinon.
Cela signifie que QAP est la matrice Jr .
Proposition 8.18 ([1]).
soit K, un corps. Les formes linéaires sur
fA :

Mpn, Kq sont les applications de la forme
Mn pKq Ñ K

(8.45)

M ÞÑ TrpAM q.
Ce lemme signifie que toutes les matrices de même rang sont équivalentes.
Démonstration. Nous considérons l’application
f:

Mpn, Kq Ñ Mpn, Kq1

(8.46)

A ÞÑ fA

et nous voulons prouver que c’est une bijection. Étant donné que nous sommes en dimension finie,
nous avons égalité des dimensions de Mn pKq et Mn pKq1 , et il suffit de prouver que f est injective.
Soit donc A telle que fA “ 0. Nous l’appliquons à la matrice pEij qkl “ δik δjl :
ÿ
ÿ
0 “ fA pEij q “ pAEij qkk “
Akl δil δjk “ Aij .
(8.47)
k

kl

Donc A “ 0.
Corollaire 8.19 ([1]).
Soit K un corps et φ P Mpn, Kq˚ telle que pour tout X, Y P Mpn, Kq on ait
(8.48)

φpXY q “ φpY Xq.
Alors il existe λ P K tel que φ “ λ Tr.
Démonstration. La proposition 8.18 nous donne une matrice A P
thèse nous dit que fA pXY q “ fA pY Xq, c’est à dire

Mpn, Kq telle que φ “ fA . L’hypo-

TrpAXY q “ TrpAY Xq
pour toute matrices X, Y P
TrpXAY q, ce qui signifie que

(8.49)

Mpn, Kq. L’invariance cyclique de la trace nous dit que TrpAXY q “
`
˘
Tr pAX ´ XAqY “ 0

(8.50)

ou encore que fAX´XA “ 0 pour tout X. La fonction f étant injective nous en déduisons que la
matrice A doit satisfaire
AX “ XA
(8.51)
pour tout X P M. En particulier en prenant la fameuse matrice Eij et en calculant un peu,
Ali δjm “ δil Ajm

(8.52)

pour tout i, j, l, m. Cela implique que All “ Amm pour tout l et m et que Ajm “ 0 dès que j ‰ m. Il
existe donc λ P K tel que A “ λ1. En fin de compte,
φpXq “ fλ1 pXq “ λ TrpXq.

(8.53)

238

CHAPITRE 8. ESPACES VECTORIELS, MATRICES
Corollaire 8.20 ([1]).
Soit K un corps. Tout hyperplan de

Mpn, Kq coupe GLpn, Kq.

Démonstration. Soit H un hyperplan de M. Il existe une forme linéaire φ sur Mpn, Kq telle que
H “ kerpφq. Encore une fois la proposition 8.18 nous donne A P M telle que φ “ fA ; nous notons r le
rang de A. Par le lemme 8.17 nous avons A “ P Jr Q avec P, Q P GLpn, Kq et
˙
ˆ
1r 0
.
(8.54)
Jr “
0 0
Pour tout X P M nous avons
φpXq “ TrpAXq “ TrpP Jr QXq “ TrpJr QXP q.

(8.55)

Ce que nous cherchons est X P GLpn, Kq telle que φpXq “ 0. Nous commençons par trouver Y P
GLpn, Kq telle que TrpJr Y q “ 0. Celle-là est facile : c’est
˙
ˆ
0
1
.
(8.56)
Y “
1n´1 0
Les éléments diagonaux de Jr Y sont tous nuls. Par conséquent en posant X “ Q´1 Y P ´1 nous avons
notre matrice inversible dans le noyau de φ.

8.3

Déterminants

Définition 8.21.
Soit E, un K-espace vectoriel. Une forme linéaire alternée sur E est une application linéaire f : E Ñ
K telle que f pv1 , . . . , vk q “ 0 dès que vi “ vj pour certains i ‰ j.
Lemme 8.22.
Une forme linéaire alternée est antisymétrique. Si
forme antisymétrique est alternée.

K est de caractéristique différente de 2, alors une

Démonstration. Soit f une forme alternée ; quitte à fixer toutes les autres variables, nous pouvons
travailler avec une 2-forme et simplement montrer que f px, yq “ ´f py, xq. Pour ce faire nous écrivons
0 “ f px ` y, x ` yq “ f px, xq ` f px, yq ` f py, xq ` f py, yq “ f px, yq ` f py, xq.

(8.57)

Pour la réciproque, si f est antisymétrique, alors f px, xq “ ´f px, xq. Cela montre que f px, xq “ 0
lorsque K est de caractéristique différente de deux.
Proposition 8.23 ([59]).
Soit E, un K-espace vectoriel de dimension n, où la caractéristique de
n-formes multilinéaires alternées sur E est de K-dimension 1.

K n’est pas deux. L’espace des

Démonstration. Soit tei u, une base de E et f : E Ñ K une n-forme linéaire alternée, puis pv1 , . . . , vn q
des vecteurs de E. Nous pouvons les écrire dans la base
vj “

n
ÿ

(8.58)

αij ei

i“1

et alors exprimer f par
f pv1 , . . . , vn q “ f

n
` ÿ
i1 “1

ÿ

i,j

α1i1 ei1 , . . . ,

n
ÿ

αnin ein

˘

(8.59a)

in “1

α1i1 . . . αnin f pei1 , . . . , ein q.

(8.59b)

239

CHAPITRE 8. ESPACES VECTORIELS, MATRICES

Étant donné que f est alternée, les seuls termes de la somme sont ceux dont les ik sont tous différents, c’est à dire ceux où ti1 , . . . , in u “ t1, . . . , nu. Il y a donc un terme par élément du groupe des
permutations Sn et
ÿ
ασp1q1 . . . ασpnqn f peσp1q , . . . , eσpnq q.
(8.60)
f pv1 , . . . , vn q “
σPSn

En utilisant encore une fois le fait que la forme f soit alternée, f “ f pe1 , . . . , en qΠ où
ÿ
pσqασp1q1 . . . ασpnqn .
Πpv1 , . . . , vn q “

(8.61)

σPSn

Pour rappel, la donnée des vi est dans les nombres αij .
L’espace des n-formes alternées est donc au plus de dimension 1. Pour montrer qu’il est exactement
de dimension 1, il faut et suffit de prouver que Π est alternée. Par le lemme 8.22, il suffit de prouver
que cette forme est antisymétrique 1 .
Soient donc v1 , . . . , vn tels que vi “ vj . En posant τ “ p1iq et τ 1 “ p2jq et en sommant sur στ τ 1 au
lieu de σ, nous pouvons supposer que i “ 1 et j “ 2. Montrons que Πpv, v, v3 , . . . , vn q “ 0 en tenant
compte que αi1 “ αi2 :
ÿ
pσqασp1q1 ασp2q2 ασp3q3 . . . ασpnqn
(8.62a)
Πpv, v, v3 , . . . , vn q “
σPSn

ÿ

pστ qαστ p1q1 αστ p2q2 αστ p3q3 . . . αστ pnqn

où τ “ p12q

(8.62b)

σPSn

ÿ
“´

pσqασp1q1 ασp2q2 ασp3q3 . . . ασpnqn

(8.62c)

σPSn

“ ´Πpv, v, v3 , . . . , vn q.

(8.62d)

Proposition 8.24 ([14]).
Soit n ě 3 et K un corps de caractéristique différente de 2. Alors
(1) le groupe dérivé de DpGLpn, Kqq est SLpn, Kq ;
(2) le groupe dérivé de SLpn, Kq est SLpn, Kq.
La preuve utilise le fait que les transvections engendrent SLpn, Kq et que les transvections avec les
dilatations engendrent GLpn, Kq.
Proposition 8.25.
Le groupe GL` pn, Rq des matrices inversibles de déterminant 1 est connexe.
Lemme 8.26.
Soit K un corps fini autre que F2 2 , soit un groupe abélien M et un morphisme ϕ : GLpn, Kq Ñ M .
Alors il existe un unique morphisme δ : K˚ Ñ M tel que ϕ “ δ ˝ det.
`
˘
Démonstration. D’abord le groupe dérivé de GLpn, Kq est SLpn, Kq parce que les éléments de D GLpn, Kq
sont de la forme ghg ´1 h´1 dont le déterminant est 1.
De plus le groupe SLpn, Kq est normal dans GLpn, Kq. Par conséquent GLpn, Kq{ SLpn, Kq est un
groupe et nous pouvons définir l’application relevée
ϕ:
˜

GLpn, Kq
ÑM
SLpn, Kq

vérifiant ϕ “ ϕ ˝ π où π est la projection.
˜
1. C’est ici que joue l’hypothèse sur la caractéristique de K.
2. Je ne comprends pas très bien à quel moment joue cette hypothèse.

(8.63)

240

CHAPITRE 8. ESPACES VECTORIELS, MATRICES
Nous pouvons faire la même chose avec l’application
det : GLpn, Kq Ñ K˚

(8.64)

qui est un morphisme de groupes dont le noyau est SLpn, Kq. Cela nous donne une application
˜ GLpn, Kq Ñ K˚
det :
SLpn, Kq

(8.65)

˜
˜
telle que det “ det ˝ π. Cette application det est un isomorphisme. En effet elle est surjective parce
que le déterminant l’est et elle est injective parce que son noyau est précisément ce par quoi on prend
˜
le quotient. Par conséquent det possède un inverse et nous pouvons écrire
´1
˜
ϕ “ ϕ ˝ det ˝ det ˝ π.
˜ ˜

(8.66)

´1
˜
État donné que det ˝ π “ det, nous avons alors ϕ “ δ ˝ det avec δ “ ϕ ˝ det . Ceci conclut la partie
˜ ˜
existence de la preuve.
En ce qui concerne l’unicité, nous considérons δ 1 : K˚ Ñ M telle que ϕ “ δ 1 ˝ det. Pour tout
u P GLpn, Kq nous avons δ 1 pdetpuqq “ ϕpuq “ δpdetpuqq. L’application det étant surjective depuis
GLpn, Kq vers K˚ , nous avons δ 1 “ δ.

Théorème 8.27.
Soit p ě 3 un nombre premier et V , un
nous avons

Fp -espace vectoriel de dimension finie n. Pour tout u P GLpV q
ˆ
puq “

Ici

detpuq
p

˙
(8.67)

.

est la signature de u vue comme une permutation des éléments de

Fp .

Démonstration. Commençons par prouver que
: GLpV q Ñ t´1, 1u.

(8.68)

est un morphisme. Si nous notons u P SpV q l’élément du groupe symétrique correspondant à la matrice
¯
u P GLpV q, alors nous avons uv “ u ˝ v , et la signature étant un homomorphisme (proposition 1.66),
¯ ¯
puvq “ p¯ ˝ v q “ p¯q p¯q.
u ¯
u v

(8.69)

Par ailleurs t´1, 1u est abélien, donc le lemme 8.26 s’applique et nous pouvons considérer un morphisme δ : F˚ Ñ t´1, 1u tel que “ δ ˝ det.
p
Nous allons utiliser le lemme 3.59 pour montrer que δ est le symbole de Legendre. Pour cela il nous
faudrait trouver un x P F˚ tel que δpxq “ ´1. Étant donné que det est surjective, nous cherchons ce
p
x sous la forme x “ detpuq. Par conséquent nous aurions
δpxq “ pδ ˝ detqpuq “ puq,

(8.70)

et notre problème revient à trouver une matrice u P GLpV q dont la permutation associée soit de
signature ´1.
Soit n “ dim V ; en conséquence de la proposition 3.79(3), l’espace Eq “ Fpn est un Fp -espace
vectoriel de dimension n et est donc isomorphe en tant qu’espace vectoriel à V . Étant donné que Fq
est un corps fini, nous savons que F˚ est un groupe cyclique à q ´ 1 éléments. Soit y, un générateur
q
de F˚ et l’application
q
β : Fq Ñ Fq
(8.71)
x ÞÑ yx.
Cela est manifestement Fp -linéaire (ici y et x sont des classes de polynômes et
coefficients). L’application β fixe zéro et à part zéro, agit comme le cycle
p1, y, y 2 , . . . , y q´2 q.

Fp est le corps des
(8.72)

Nous savons qu’un cycle de longueur n est de signature p´1qn`1 . Ici le cycle est de longueur q ´ 1 qui
est pair (parce que p ě 3) et par conséquent, l’application β est de signature ´1.

241

CHAPITRE 8. ESPACES VECTORIELS, MATRICES

8.3.1

Déterminant de Vandermonde

Proposition 8.28 ([23]).
Le déterminant de Vandermonde est le polynôme en n variables donné par
¨
˛
1
1
...
1
˚ T1
ź
T2
...
Tn ‹
˚

V pT1 , . . . , Tn q “ det ˚ .
pTj ´ Ti q.
. ‹“
..
..
. ‚
˝ .
.
.
.
.
1ďiăjďn
n´1
n´1
n´1
T1
T2
. . . Tn

(8.73)

Notez que l’inégalité du milieu est stricte (sinon d’ailleurs l’expression serait nulle).
Le déterminant de Vandermonde est entre autres utilisé pour prouver que Trpup q “ 0 pour tout p
si et seulement si u est nilpotente (lemme 8.94).
Démonstration. Nous considérons le polynôme
f pXq “ V pT1 , . . . , Tn´1 , Xq P

`

KrT1 , . . . , Tn´1 s rXs.
˘

(8.74)

C’est un polynôme de degré au plus n ´ 1 en X et il s’annule aux points T1 , . . . , Tn´1 . Par conséquent
il existe α P KrT1 , . . . , Tn´1 s tel que
(8.75)

f “ αpX ´ Tn´1 q . . . pX ´ T1 q.
Nous trouvons α en écrivant f p0q. D’une part la formule (8.75) nous donne

(8.76)

f p0q “ αp´1qn´1 T1 . . . Tn´1 .
D’autre par la définition donne
¨

1
T1
.
.
.

1

¨¨¨

˛
1
0‹

.‹
.‚
.

˚
Tn´1
˚
f p0q “ det ˚
.
.
˝
.
n´1
n´1
T1
¨ ¨ ¨ Tn´1 0
¨
˛
T1
. . . Tn´1
˚ .
. ‹
..
. ‚
“ p´1qn´1 det ˝ .
.
.
.
n´1
n´1
T1
. . . Tn´1
¨
1
¨¨¨
˚ .
n´1
..
“ p´1q
T1 . . . Tn´1 det ˝ .
.
.
n´1
T1

¨¨¨

(8.77a)

(8.77b)
˛
1
. ‹
. ‚
.

(8.77c)

n´1
Tn´1

“ p´1qn´1 T1 . . . Tn´1 V pT1 , . . . , Tn´1 q
En égalisant avec (8.76), nous trouvons α “ V pT1 , . . . , Tn´1 q, et donc
ź
f “ V pT1 , . . . , Tn´1 q
pX ´ Tj q

(8.77d)

(8.78)

jďn´1

Enfin, une récurrence montre que
(8.79a)

V pT1 , . . . , Tn q “ f pTn q
ź

“ V pT1 , . . . , Tn´1 q

pTn ´ Tj q

(8.79b)

jďn´1

ź ź

pTk ´ Tj q

(8.79c)

kďn jďk´1

ź

pTi ´ Tj q.

1ďjăkďn

(8.79d)

242

CHAPITRE 8. ESPACES VECTORIELS, MATRICES

8.3.2

Déterminant de Gram

Si x1 , . . . , xr sont des vecteurs d’un espace vectoriel, alors le déterminant de Gram est le déterminant
`
˘
Gpx1 , . . . , xr q “ det xxi , xj y .
(8.80)
Notons que la matrice est une matrice symétrique.
Proposition 8.29.
Si F est un sous-espace vectoriel de base tx1 , . . . , xn u et si x est un vecteur, alors le déterminant de
Gram est un moyen de calculer la distance entre x et F par
dpx, F q2 “

8.3.3

Gpx, x1 , . . . , xn q
.
Gpx1 , . . . , xn q

(8.81)

Déterminant de Cauchy

Soient des nombres ai et bi (i “ 1, . . . , n) tels que ai ` bj ‰ 0 pour tout couple pi, jq. Le déterminant de Cauchy est
˙
ˆ
1
.
(8.82)
Dn “ det
ai ` bj
Proposition 8.30 ([60]).
Le déterminant de Cauchy est donné par la formule
ś
ś
iăj pbj ´ bi q
iăj paj ´ ai q
ś
Dn “
.
ij pai ` bj q

8.3.4

(8.83)

Matrice de Sylvester

La définition est pompée de wikipédia. Soient P et Q deux polynômes non nuls, de degrés respectifs
m et n :
P pxq “ p0 ` p1 x ` . . . ` pn xn
m

Qpxq “ q0 ` q1 x ` . . . ` qm x .

(8.84a)
(8.84b)

La matrice de Sylvester associée à P et Q est la matrice carrée m ` n ˆ m ` n définie ainsi :
(1) la première ligne est formée des coefficients de P , suivis de 0 :
`
˘
pn pn´1 ¨ ¨ ¨ p1 p0 0 ¨ ¨ ¨ 0 ;

(8.85)

(2) la seconde ligne s’obtient à partir de la première par permutation circulaire vers la droite ;
(3) les pm ´ 2q lignes suivantes s’obtiennent en répétant la même opération ;
(4) la ligne pm ` 1q est formée des coefficients de Q, suivis de 0 :
`
˘
qm qm´1 ¨ ¨ ¨ q1 q0 0 ¨ ¨ ¨ 0 ;

(8.86)

(5) les pm ´ 1q lignes suivantes sont formées par des permutations circulaires.
Ainsi dans le cas n “ 4 et m “ 3, la matrice obtenue est
¨
p4 p3 p2 p1 p0
˚ 0 p4 p3 p2 p1
˚
˚ 0 0 p4 p3 p2
˚
Sp,q “ ˚q3 q2 q1 q0 0
˚
˚ 0 q3 q2 q1 q0
˚
˝ 0 0 q3 q2 q1
0 0 0 q3 q2

˛
0 0
p0 0 ‹

p1 p0 ‹

0 0 ‹.

0 0‹

q0 0 ‚
q1 q0

(8.87)

243

CHAPITRE 8. ESPACES VECTORIELS, MATRICES

Le déterminant de la matrice de Sylvester associée à P et Q est appelé le résultant de P et Q et noté
respP, Qq.
Attention : si P est de degré n et Q de degré m, il y a m lignes pour P et n pour Q dans le
déterminant du résultant (et non le contraire).
Lemme 8.31 ([61]).
Si P et Q sont deux polynômes de degrés n et m à coefficients dans l’anneau

A, alors pour tout λ P A,

respλP, Qq “ λm respP, Qq

(8.88a)

respP, λQq “ λ respP, Qq.

(8.88b)

n

Démonstration. Cela est simplement un comptage de nombre de lignes. Il y a m lignes contenant
les coefficients de P ; donc prendre λP revient à multiplier m lignes dans un déterminant et donc le
multiplier par λm .
L’équation de Bézout (2.100) peut être traitée avec une matrice de Sylvester. Soient P et Q, deux
polynômes donnés et à résoudre l’équation
xP ` yQ “ 0

(8.89)

par rapport aux polynômes inconnus x et y dont les degrés sont degpxq ă degpQq et degpyq ă degpP q.
Si nous notons x et y la liste des coefficients de x et y (dans l’ordre décroissant de degré), nous pouvons
˜ ˜
récrire l’équation (8.89) sous la forme
ˆ ˙
x
˜
t
SP Q
“ 0.
(8.90)
y
˜
Pour s’en convaincre,
¨
p4
˚p3
˚
˚p2
˚
˚p1
˚
˚p0
˚
˝0
0

écrivons pour les polynômes de l’exemple (8.87) :
˛¨ ˛ ¨
˛
0 0 q3 0 0 0
x2
x 2 p 4 ` y 2 q3
p4 0 q2 q3 0 0 ‹ ˚x1 ‹ ˚p x ` p x ` q y ` q y ‹
‹˚ ‹ ˚ 3 2
4 1
2 3
3 2‹
p3 p4 q1 q2 q3 0 ‹ ˚x0 ‹ ˚

‹˚ ‹ ˚

p2 p3 q0 q1 q2 q3 ‹ ˚ y3 ‹ “ ˚

‹˚ ‹ ˚

‹ ˚ y2 ‹ ˚
p1 p2 0 q0 q1 q2 ‹ ˚ ‹

.
.
˝

.
p0 p1 0 0 q0 q1 ‚˝ y1 ‚
0 p0 0 0 0 q0
y0

(8.91)

Nous voyons que sur la ligne numéro k (en partant du bas et en numérotant de à partir de zéro) nous
avons les produits pi xj et qi yj avec i ` j “ k. La colonne de droite représente donc bien les coefficients
du polynôme xP ` yQ.
Proposition 8.32.
Le résultant de deux polynômes est non nul si et seulement si les deux polynômes sont premiers entre
eux.
Un polynôme P a une racine double en a si et seulement si P et P 1 ont a comme racine commune,
ce qui revient à dire que P et P 1 ne sont pas premiers entre eux.
Une application importante de ces résultats sera le théorème de Rothstein-Trager 8.36 sur l’intégration de fractions rationnelles.
Exemple 8.33
Si nous prenons P “ aX 2 ` bX ` c et P 1 “ 2aX ` b alors la taille de la matrice de Sylvester sera
2 ` 1 “ 3 et
¨
˛
a b c
SP,P 1 “ ˝2a b 0‚.
(8.92)
0 2a b
Le résultant est alors

respP, P 1 q “ ´apb2 ´ 4acq.

(8.93)

244

CHAPITRE 8. ESPACES VECTORIELS, MATRICES

Donc un polynôme du second degré a une racine double si et seulement si b2 ´ 4ac “ 0. Cela est un
résultat connu depuis longtemps mais qui fait toujours plaisir à revoir.
La matrice de Sylvester permet aussi de récrire l’équation de Bézout pour les polynômes ; voir le
théorème 2.86 et la discussion qui s’ensuit.
Une proposition importante du résultant est qu’il peut s’exprimer à l’aide des racines des polynômes.
Proposition 8.34.
Si
P pXq “ ap
QpXq “ bq

p
ź
pX ´ αi q

(8.94a)

i“1
q
ź

(8.94b)

pX ´ βi q

j“1

alors nous avons les expressions suivantes pour le résultant :
respP, Qq “ aq bp
p q

p
q
źź

pβj ´ αi q “ bp
q

i“1 j“1

q
ź

P pβj q “ p´1qpq aq
p

j“1

p
ź

Qpαi q.

(8.95)

i“1

Démonstration. Si P et Q ne sont pas premiers entre eux, d’une part la proposition 8.32 nous dit que
respP, Qq “ 0 et d’autre part, P et Q ont un facteur irréductible en commun, ce qui signifie que nous
devons avoir un des X ´ αi égal à un des X ´ βj . Autrement dit, nous avons αi “ βj pour un couple
pi, jq. Par conséquent tous les membres de l’équation (8.95) sont nuls.
Nous supposons donc que P et Q sont premiers entre eux. Nous commençons par supposer que les
polynômes P et Q sont unitaires, c’est à dire que ap “ bq “ 1. Nous considérons alors l’anneau

A “ Zrα1 , . . . , αp , β1 , . . . , βq s.

(8.96)

Dans cet anneau, l’élément βj ´ αi est irréductible (tout comme X ´ Y est irréductible dans ZrX, Y s).
Le résultant R “ respP, Qq est un élément de A parce que tous leurs coefficients peuvent être exprimés
à l’aide des αi et des βj . Dans A, l’élément βj ´ αi divise R. En effet lorsque βj “ αi , le déterminant
définissant le résultant est nul, ce qui signifie que βj ´ αi est un facteur irréductible de R.
Par conséquent il existe un polynôme T P A tel que
R “ λpα1 , . . . , βq q

p
r
źź

(8.97)

pβj ´ αi q.

i“1 j“1

Comptons les degrés. Pour donner une idée de ce calcul de degré, voici comment se présente, au niveau
des dimensions, le déterminant :
p`1

o

ap

o q´1 /
/

ap´1

a0

0

(8.98)
0
O
q

0
o

0

ap

a1

p`q

a0 

/

si les ai sont les coefficients de P . Mais chacun des ai est de degré 1 en les αi , donc le déterminant
dans son ensemble est de degré q en les αi , parce que R contient q lignes telles que (8.98). Le même
ś śr
raisonnement montre que R est de degré p en les βj . Par ailleurs le polynôme p
i“1
j“1 pβj ´ αi q est

245

CHAPITRE 8. ESPACES VECTORIELS, MATRICES

de degré p en les βj et q en les αi . Nous en déduisons que T doit être un polynôme ne dépendant pas
de αi ou de βj .
Nous pouvons donc calculer la valeur de T en choisissant un cas particulier. Avec P pXq “ X p et
QpXq “ X q ` 1, il est vite vu que RpP, Qq “ 1 et donc que T “ 1.
Si les polynômes P et Q ne sont pas unitaires, le lemme 8.31 nous permet de conclure.

8.3.5

Théorème de Kronecker

Nous considérons Kn l’ensemble des polynômes de

ZrXs

(1) unitaires de degré n,
(2) dont les racines dans

C sont de modules plus petits ou égaux à 1,

(3) et qui ne sont pas divisés par X.
Un tel polynôme s’écrit sous la forme
P “ Xn `

n´1
ÿ

ak X k .

(8.99)

k“0

Théorème 8.35 (Kronecker[1]).
Les racines des éléments de Kn sont des racines de l’unité.
Démonstration. Vu que C est algébriquement clos nous pouvons considérer les racines α1 , . . . , αn de
P dans C. Nous les considérons avec leurs multiplicités.
ř
Soit R “ X n ` n´1 bk X k un élément de Kn dont nous notons β1 , . . . , βn les racines dans C. Les
k“0
relations coefficients-racines stipulent que
n´k
ź

ÿ

bk “

βij .

(8.100)

1ďi1 ă...ăin´k ďn j“1

En prenant le module et en se souvenant que |βl | ď 1 pour tout l, nous trouvons que
ˆ
˙
n
|bk | ď
.
n´k

(8.101)

Mais comme bk P Z, nous avons
ˆ

bk P
qui est de cardinal

`

n
n´k

˘

˙ ˆ
˙
ˆ
˙
(
n
n
n
´

` 1, . . . , 0, ¨ ¨ ¨ ,
n´k
n´k
n´k

(8.102)

` 1. Nous avons donc
CardpKn q ď

n´1 `
ź
k“0

ˆ

˙
˘
n
1`
ă 8.
n´k

(8.103)

La conclusion jusqu’ici est que Kn est un ensemble fini.
Pour chaque k P N˚ nous considérons les polynômes
Pk “

n
ź
k
pX ´ αi q

(8.104a)

i“1

Qk “ X k ´ Y P ZrX, Y s,

(8.104b)

246

CHAPITRE 8. ESPACES VECTORIELS, MATRICES
et puis nous considérons le résultant Rk “ resX pP, Qk q P ZrY s :
¨
1 an´1 ¨ ¨ ¨ a0
0
¨¨¨
0
0
˚0
1
an´1 ¨ ¨ ¨ a0
0
¨¨¨
0
˚
˚.
..
..
..
..
˚.
.
.
.
.
˚.
˚0 ¨ ¨ ¨
0
1 an´1 ¨ ¨ ¨
a0
0
˚
˚0 ¨ ¨ ¨
0
0
1
an´1 ¨ ¨ ¨
a0
˚
˚0 ¨ ¨ ¨
0
0
0
1
an´1 ¨ ¨ ¨
Rk “ resX pP, Qk q “ ˚
˚
˚
˚1
0
...
0 ´Y
0
...
0
˚
˚0
1
0
...
0
´Y
0
...
˚
˚
..
..
..
˚
.
.
.
˚
˝0 ¨ ¨ ¨
0
1
0
¨¨¨
0
´Y
0
0
¨¨¨
0
1
0
¨¨¨
0

˛
0
0 ‹




0 ‹

0 ‹

a0 ‹



0 ‹

0 ‹




0 ‚

(8.105)

´Y

Cela est un polynôme en Y dont le terme de plus haut degré est p´1qn Y n . Les petites formules de la
proposition 8.34 nous permettent d’exprimer Rk pY q en termes des racines de P :
Rk pY q “

n
ź

Qk pαi q “

i“1

n
n
ź
ź
k
k
pαi ´ Y q “ p´1qn pY ´ αi q “ p´1qn Pk pY q.
i“1

(8.106)

i“1

Vu que P P Kn nous savons que les αi ne sont pas tous nuls ; donc Pk P Kn . Cependant nous avons vu
que Kn est un ensemble fini ; donc parmi les Pk , il y a des doublons (et pas un peu) 3 . Nous regardons
même l’ensemble des P2n dans lequel nous pouvons en trouver deux les mêmes. Soit l ą k tels que
k
P2k “ P2l . Si α est racine de P2k , alors il est de la forme α “ β 2 pour une certaine racines β de P .
Par conséquent
l k
l´k
α2 {2 “ α2
(8.107)
est racine de P2l . Notons que dans cette expression il n’y a pas de problèmes de définition d’exposant
fractionnaire dans C parce que l ą k. Vu que (8.107) est racine de P2l , il est aussi racine de P2k . Donc
`

l´k

α2

˘2l´k

2pl´kq

“ α2

(8.108)
npl´kq

est racine de P2l et donc de P2k . Au final nous savons que tous les nombres de la forme α2
sont
racines de P2k . Mais comme P2k a un nombre fini de racines, nous pouvons en trouver deux égales. Si
nous avons
npl´kq
mpl´kq
α2
“ α2
(8.109)
pour certains entiers m ą n, alors

npl´kq ´2mpl´kq

α2

“ 1,

(8.110)

ce qui prouver que α est une racine de l’unité. Nous avons donc prouvé que toutes les racines de P2k
sont des racines de l’unité et donc que les racines de P sont racines de l’unité.

8.4

Intégration de fractions rationnelles

Mes sources pour parler d’intégration de fractions rationnelles : [1, 62–64].
Théorème 8.36 (Rothstein-Trager[62]).
Soient P, Q P QrXs premiers entre eux avec pgcdpP, Qq “ 1 et degpP q ă degpQq. Nous supposons que
3. Ici dans [1], il déduit qu’on a un k tel que Pk “ P1 “ P . Mois je vois pourquoi on a un k et un l tels que Pk “ Pl ,
mais pourquoi on peut en trouver un spécialement égal au premier ? Une réponse à cette question permettrait de solidement
réduire la lourdeur de la suite de la preuve.

247

CHAPITRE 8. ESPACES VECTORIELS, MATRICES

Q est unitaire et sans facteurs carrés. Supposons que nous puissions écrire, dans un extension K de
Q la primitive de P {Q de la façon suivante :
ż
n
ÿ
P

ci lnpPi q
(8.111)
Q i“1
où les ci sont des constantes non nulles et deux à deux distinctes et où les Pi sont des polynômes
unitaires non constants sans facteurs carrés et premiers deux à deux entre eux dans KrXs.
Alors les ci sont les racines distinctes du polynôme
RpY q “ resX pP ´ Y Q1 , Qq P KrY s

(8.112)

Pi “ pgcdpP ´ ci Q1 , Qq.

(8.113)

et

Démonstration. Nous posons
Ui “

ź

(8.114)

Pj .

j‰i

Question de division Ensuite nous dérivons formellement l’équation (8.111) et nous multiplions les
ś
deux côtés du résultat par n Pj :
j“1
P

n
ź
j“1

Pj “ Q

n
ÿ

ci

i“1

n
n
ÿ
P 1i ź
Pj “ Q
ci Pi1 Ui .
Pi j“1
i“1

Une première chose que nous en tirons est que Q divise le produit P
étant premiers entre eux,
n
ź
Q
Pj

(8.115)
śn

j“1 Pj

; mais P et Q
(8.116)

j“1

par le théorème de Gauss 3.14.
ř
Une seconde chose que nous tirons de (8.115) est que Pj divise Q n ci Pi1 Ui . De cette somme,
i“1
à cause du Ui qui est divisé par Pj pour tout i sauf i “ j, le polynôme Pj divise tous les termes
sauf peut-être un. Donc il les divise tous et en particulier
1
Qcj PJ Uj

Pj

(8.117)

En nous souvenant que les Pk sont premiers entre eux, Pj ne divise pas Uj . De plus Pj étant
sans facteurs carrés, les polynômes Pj et Pj1 sont premiers entre eux. Il ne reste que Q. Nous
en déduisons que
Pj Q
(8.118)
pour tout 1 ď j ď n. Et vu que les Pi sont premiers entre eux, le fait que chacun divise Q
implique que leur produit divise Q, c’est à dire
n
ź

Pj

Q.

(8.119)

j“1

Or nous avions déjà prouvé la division contraire. Du fait que les deux polynômes sont unitaires
nous en déduisons qu’ils sont en réalité égaux :
Q“

n
ź

Pj .

(8.120)

j“1

Nous pouvons simplifier les deux membres de (8.115) par cela :
P “

n
ÿ
i“1

ci Pi1 Ui .

(8.121)

248

CHAPITRE 8. ESPACES VECTORIELS, MATRICES
Encore un peu de division En dérivant (8.120) nous trouvons
n
ÿ

Q1 “

(8.122)

Pj1 Uj ,

j“1

et en écrivant P sous sa forme (8.121),
P ´ ci Q1 “

n
ÿ

cj Pj1 Uj ´

j“1

n
ÿ

ci Pj1 Uj “

j“1

n
ÿ

pcj ´ ci qPj1 Uj .

(8.123)

j“1

Le terme i “ j de la somme est nul ; en ce qui concerne les autres termes, ils sont divisés par
Pi parce que Pi Uj . Donc Pi divise tous les termes de la somme et nous avons
Pi

(8.124)

P ´ ci Q1 .

Un pgcd pour continuer Nous montrons à présent que Pi “ pgcdpP ´ ci Q1 , Qq. Pour cela nous
utilisons la multiplicativité du PGCD lorsque les facteurs sont premiers entre eux :
pgcdpP ´ ci Q1 , Qq “ pgcdpP ´ ci Q1 ,

n
ź

Pj q “

j“1

n
ź

pgcdpP ´ ci Q1 , Pj q.

(8.125)

j“1

Nous remplaçons P ´ ci Q1 par son expression (8.123) et nous écrivons un des facteurs du
produit :
n
ÿ
1
pgcdpP ´ ci Q1 , Pj q “ pgcdp pck ´ ci qPk Uk , Pj q
(8.126)
k“1

Le polynôme Pj divise tous les Uk sauf celui avec k “ j. Donc le lemme 2.89 nous permet de
dire
#
`
˘
1
si i ‰ j
pgcdpP ´ ci Q1 , Pj q “ pgcd pcj ´ ci qPj1 Uj , Pj “
(8.127)
Pj si i “ j.
La seconde ligne provient du fait que nous ayons déjà montré que Pj
compte,
pgcdpP ´ ci Q1 , Qq “ Pi .

P ´ cj Q1 . En fin de
(8.128)

Une histoire de résultant Les nombres ci sont tels que les polynômes P ´ ci Q1 et Q ne sont pas
premiers entre eux. Vu que les Pi sont non nuls, la proposition 8.32 nous dit que le résultant
resX pP ´ ci Q1 , Qq “ 0.

(8.129)

Donc les ci sont des racines du polynôme (en Y )
RpY q “ resX pP ´ Y Q1 , Qq.

(8.130)

Nous n’avons pas prouvé qu’ils étaient toutes les racines 4 .
Toutes les racines Nous allons maintenant montrer que les ci étaient toutes les racines imaginables
du polynôme (8.130) dans toutes les extensions de Q. Soit donc c une racine de R dans une
ˆ
extension K de K qui ne soit pas parmi les ci de la formule (8.111). Étant donné que c est racine
du résultat, les polynômes P ´ cQ1 et Q ont un PGCD non trivial, c’est à dire non constant.
Donc
ˆ
pgcdpP ´ cQ1 , Qq “ s P KrXs
(8.131)
est un polynôme non constant. Si T un facteur irréductible de S, alors T divise P ´ cQ1 et
ś
Q, mais Q “ n Pi avec les Pi premiers entre eux. Donc T ne peut diviser que l’un (et
i“1
4. De plus, nous n’avons pas de garanties que ces racines soient dans
n’y sont pas.

Q, et en fait il y a des cas dans lesquels les ci

249

CHAPITRE 8. ESPACES VECTORIELS, MATRICES

exactement un) d’entre eux 5 . Soit Pi0 celui qui est divisé par T . La relation (8.123) dans ce
contexte donne :
n
ÿ
P ´ cQ1 “
pcj ´ cqPj1 Uj
(8.132)
j“1

Le polynôme T divise tous les Uj avec j ‰ i0 , mais comme en plus il divise P ´ cQ1 , il divise
aussi le dernier terme de la somme :
T

pci0 ´ cqPi10 Ui0 .

(8.133)

Le polynôme T ne divisant pas Ui0 et pci0 ´ cq étant non nul, nous concluons que T divise Pi10 .
Mais cela n’est pas possible parce que nous avons supposé que Pi0 était sans facteur carré, ce
qui voulait entre autres dire que Pi0 et Pi10 n’ont pas de facteurs communs.
Ce théorème suggère la méthode suivante pour trouver la primitive de la fraction rationnelle P {Q
(si elle vérifie les hypothèses)
(1) Écrire le résultant Rpyq “ resX pP ´ yQ1 , Qq et en trouver les racines tci ui“1,...,n .
(2) Calculer les Pp “ pgcdpP ´ ci Q1 , Qq.
(3) Écrire la réponse :
ż
n
ÿ
P

ci lnpPi q.
(8.134)
Q i“1
Notons que le polynôme RpY q est de degré degpQq (pour le voir, faire un peu de comptage de lignes
et colonnes dans la matrice de Sylvester), donc il n’est a priori pas pire à factoriser que Q lui-même 6 .
Mais il se peut que nous ayons de la chance et que R soit plus facile que Q.
À part qu’on a peut-être plus de chance avec R qu’avec Q, l’avantage de la méthode est qu’elle
permet d’éviter de passer par des extensions de Q non nécessaires 7 .
Exemple 8.37
Cet exemple provient de [62]. Prenons la fraction rationnelle x2x . L’intégration via les fraction simples
´3
est :
ż
ż
ż
?
?
x
1
1
1
1
1
1
1
? `
? “ lnpx ´ 3q ` lnpx ` 3q “ lnpx2 ´ 3q. (8.135)
dx “
2´3
x
2 x´ 3 2 x` 3
2
2
2
?
Nous voyons que dans la réponse, il n’y a pas de racines. Passer par l’extension Qr 3s est par conséquent peut-être un effort inutile. Voyons comment les choses se mettent avec la méthode RothsteinTrager.
D’abord
RpY q “ resX pX ´ 2Y X, X 2 ´ 3q
`
˘
“ resX p1 ´ 2Y qX, X 2 ´ 3
¨
˛
1 ´ 2Y
0
0
1 ´ 2Y
0‚
“ det ˝ 0
1
0
´3
`
˘
“ p1 ´ 2Y q ´ 3p1 ´ 2Y q
“ ´3p1 ´ 2Y q2 ,

(8.136a)
(8.136b)
(8.136c)
(8.136d)
(8.136e)

dont les solutions sont faciles : il n’y a que la racine double y “ 1 . La somme (8.111) sera donc réduite
2
à un seul terme avec c1 “ 1 . Nous calculons P1 :
2
1
P1 “ pgcdpX ´ 2X, X 2 ´ 3q “ pgcdp0, X 2 ´ 3q “ X 2 ´ 3,
2

(8.137)

5. On ne peut pas diviser deux trucs qui sont premiers entre eux ; c’est une question de cohérence, madame !
6. C’est de la factorisation de Q qu’on a besoin pour utiliser la méthode de décomposition en fractions simples.
7. J’imagine que pour un ordinateur, c’est plus facile d’éviter les extensions.

CHAPITRE 8. ESPACES VECTORIELS, MATRICES
et par conséquent

ż

1
X
“ lnpX 2 ´ 3q.
´3
2

X2

À aucun moment nous ne sommes sortis de

250

(8.138)

Q.

Comme vu sur cet exemple, l’intérêt du théorème de Rothstein-Trager est de permettre, lorsqu’on
a de la chance, d’en profiter, et non de nous en rendre compte à la fin en remarquant bêtement que la
réponse pouvait s’écrire dans QrXs.
Remarque 8.38.
Afin d’utiliser cette méthode, il faut s’assurer que Q soit sans facteurs carrés. Si nous devons intégrer
P
un Q quelconque, nous devons commencer par écrire
Q “ Q1 Q2 Q3 . . . Qr ,
2 3
r

(8.139)

P
et ensuite il y a moyen de ramener l’intégrale de P {Q à des intégrales de Q1 ...Qr . Cela ne demande pas
de factoriser complètement Q, mais seulement de trouver ses facteurs irréductibles Qi dans QrXs.
Dans l’exemple donné plus haut, Q “ X 2 ´ 3 a des facteurs irréductibles autres que Q lui-même
dans RrXs, mais nous n’en avons pas besoin.

Voici une exemple provenant de [64] où nous évitons de passer par les complexes.
Exemple 8.39
D’abord le calcul en décomposant complètement en fractions simples :
˙
ż
ż ˆ
1
1
1{2
1{2
1
1
1

´
´
“ lnpxq ´ lnpx ´ iq ´ lnpx ` iq “ lnpxq ´ lnpx2 ` 1q. (8.140)
3`x
x
x x´i x`i
2
2
2
Ici encore nous passons par l’extension Qris alors que la réponse ne contient que des polynômes dans
QrXs. En ce qui concerne la méthode de Rothstein-Trager, nous commençons par calculer le résultat
(qui est tout de même un peu de calcul) :
`
˘
P pyq “ resX ´ 3yX 2 ´ y ` 1, X 3 ´ X
˛
¨
´3y
0
1´y
0
0
˚ 0
´3y
0
1´y
0 ‹

˚
˚ 0
0
´3y
0
1 ´ y‹
“ det ˚

˝ 1
0
1
0
0 ‚
0
1
0
1
0
“ ´py ´ 1q2 p2y ` 1q2

(8.141a)

(8.141b)

(8.141c)

---------------------------------------------------------------------| Sage Version 5.7, Release Date: 2013-02-19
|
| Type "notebook()" for the browser-based notebook interface.
|
| Type "help()" for help.
|
---------------------------------------------------------------------sage: y=var(’y’)
sage: R=matrix(5,5,[-3*y,0,1-y,0,0,0,-3*y,0,1-y,0,0,0,-3*y,0,1-y,1,0,1,0,0,0,1,0,1,0])
sage: R.determinant().factor()
-(y - 1)*(2*y + 1)^2
Les solutions sont c1 “ 1 et c2 “ ´ 1 . Nous pouvons alors calculer les Pi :
2
P1 “ pgcdp´3X 2 , X 3 ` Xq “ X
et

(8.142)

3
3
P2 “ pgcdp X 2 ` , X 3 ` Xq “ X 2 ` 1,
2
2

(8.143)

CHAPITRE 8. ESPACES VECTORIELS, MATRICES
et finalement

ż

1
1
“ lnpXq ´ lnpX 2 ` 1q.
X3 ` X
2

251

(8.144)

Notons qu’il n’y a pas de miracles : lorsque la réponse contient des racines, nous ne pouvons pas
couper à passer par des extensions et factoriser un peu à la dure.
Exemple 8.40
Cet exemple provient de [64]. Nous voulons calculer
ż
1
.
2`1
X
Nous posons donc P “ 1 et Q “ X 2 ` 1. Le résultant à calculer est
˛
¨
´2y
1
0
´2y 1‚ “ 4y 2 ` 1.
P pyq “ resX p´2yX ` 1, X 2 ` 1q “ det ˝ 0
1
0
1

(8.145)

(8.146a)

i
i
Les racines de cela sont complexes et il n’y a donc pas d’échappatoires : c1 “ 2 , c2 “ ´ 2 . Ensuite,
2 ` 1 “ pX ` iqpX ´ iq “ ip´iX ` 1qpX ´ 1q nous avons
étant donné que X

P1 “ pgcdp´iX ` 1, X 2 ` 1q “ X ` i.

(8.147)

Notons que de façon naturelle , nous aurions écrit P1 “ 1 ´ iX, mais par convention nous considérons
le PGCD unitaire. Cela ne change rien à la réponse parce que changer Pi en kPi ne fait que rajouter
une constante lnpkq à la primitive trouvée.
De la même façon,
P2 “ pgcdp1 ` iX, X 2 ` 1q “ X ´ i.
(8.148)
Au final nous écrivons

ż

i
i
1
“ lnpX ` iq ´ lnpX ´ iq.
`1
2
2

X2

(8.149)

Remarque 8.41.
Tout cela est si nous voulons absolument écrire la primitive avec des logarithmes de polynômes. Pour
celui de l’exemple 8.40, nous avons trouvé
ż
1
i
i
“ lnpX ` iq ´ lnpX ´ iq.
(8.150)
2`1
X
2
2
Mais
sage: f(x)=1/(x**2+1)
sage: f.integrate(x)
x |--> arctan(x)
Si nous acceptons de passer aux fonctions trigonométriques (inverses), la primitive prend un tour très
différent et bien réel. Ces deux visions de l’univers sont bien entendu 8 compatibles. En effet, afin de
tomber juste, nous allons prendre la primitive
i
i
(8.151)
f pxq “ lnpix ´ 1q ´ lnpix ` 1q
2
2
au lieu de (8.150). Il s’agit seulement de multiplier l’intérieur des logarithmes, ce qui ne donne qu’une
constante? différence. Ensuite nous passons à la forme trigonométrique des nombres complexes :
de
?
ix ´ 1 “ x2 ` 1ei arctanp´xq et ix ` 1 “ x2 ` 1ei arctanpxq . Avec un peu de calcul,
¯

f pxq “ ´ arctanp´xq ´ arctanpxq “ arctanpxq.
(8.152)
2
8. Si on croit que la mathématique est cohérente.

252

CHAPITRE 8. ESPACES VECTORIELS, MATRICES

8.5
8.5.1

Applications linéaires
Définition

Définition 8.42.
Une application T : Rm Ñ Rn est dite linéaire si
— T px ` yq “ T pxq ` T pyq pour tout x et y dans Rm ,
— T pλxq “ λT pxq pour tout λ dans Rm et λ dans R.
Si V et W sont deux espaces vectoriels réels, nous définissons de la même manière une application
linéaire de V dans W comme étant une application T : V Ñ W telle que T pv1 ` v2 q “ T pv1 q ` T pv2 q
et T pλvq “ λT pvq pour tout v, v1 , v2 dans V et pour tout réel λ.
L’ensemble des applications linéaires de Rm vers Rn est noté LpRm , Rn q, et plus généralement
nous notons LpV, W q l’ensemble des applications linéaires de V dans W .
Exemple 8.43
Soit m “ n “ 1. Pour tout b dans R la fonction Tb pxq “ bx est une application linéaire de R dans R.
En effet,
— Tb px ` yq “ bpx ` yq “ bx ` by “ Tb pxq ` Tb pyq,
— Tb paxq “ bpaxq “ abx “ aTb pxq.
De la même façon on peut montrer que la fonction Tλ définie par Tλ pxq “ bx est un application linéaire
de Rm dans Rm pour tout λ dans R et m dans N.
Exemple 8.44
Soit m “ n. On fixe λ dans R et v dans Rm . L’application Uλ de
λx ` v n’est pas une application linéaire, parce que

Rm dans Rm définie par Uλ pxq “

Uλ paxq “ λpaxq ` v ‰ λpbx ` vq “ aUλ pxq.

Exemple 8.45
Soit A une matrice fixée de Mnˆm . La fonction TA : Rm Ñ
application linéaire. En effet,
— TA px ` yq “ Apx ` yq “ Ax ` Ay “ TA pxq ` TA pyq,
— TA paxq “ Apaxq “ apAxq “ aTA pxq.

On peut observer que, si on identifie M1ˆ1 et
particulier.

Rn définie par TA pxq “ Ax est une

R, on obtient le premier exemple comme cas

Proposition 8.46.
Toute application linéaire T de Rm dans Rn s’écrit de manière unique par rapport aux bases canoniques
de Rm et Rn sous la forme
T pxq “ Ax,
avec A dans Mnˆm .
Démonstration. Soit x un vecteur dans
est une application linéaire on a

Rm . On peut écrire x sous la forme x “
T pxq “

m
ÿ

řm

i“1 xi ei .

Comme T

xi T pei q.

i“1

Les images de la base de

Rm , T pej q, j “ 1, . . . , m, sont des éléments de Rn , donc on peut les écrire

253

CHAPITRE 8. ESPACES VECTORIELS, MATRICES
sous la forme de vecteurs

¨

˛
a1i
˚ . ‹
T pei q “ ˝ . ‚.
.
ani

On obtient alors
¨

T pxq “

m
ÿ
i“1

xi T pei q “

m
ÿ
i“1

˛ ¨
˛¨ ˛
a1i
a11 . . . a1m
x1
˚ . ‹ ˚ . .. . ‹ ˚ . ‹
xi ˝ . ‚ “ ˝ . . . ‚˝ . ‚ “ Ax.
.
. .
.
ani

an1 . . . anm

xm

Définition 8.47.
Une application S : Rm Ñ Rn est dite affine si elle est la somme d’une application linéaire et
d’une application constante. Autrement dit, S est affine s’il existe T : Rm Ñ Rn , linéaire, telle que
Spxq ´ T pxq soit un vecteur constant dans Rn .
Exemple 8.48
Les exemples les plus courants d’applications affines sont les droites et les plans ne passant pas par
l’origine.
Les droites Une droite dans R2 (ou R3 ) qui ne passe pas par l’origine est le graphe d’une fonction
de la forme spxq “ ax ` b (ou sptq “ ux ` v, avec u et v dans R2 ). On reconnait ici la fonction
de l’exemple 8.44.
Les plans De la même façon nous savons que tout plan qui ne passe pas par l’origine dans
graphe d’une application affine, P px, yq “ pa, bqT · px, yqT ` pc, dqT .

8.5.2

R3 est le

Décomposition de Bruhat

Théorème 8.49 (Décomposition de Bruhat).
Soit K un corps ; un élément M P GLpn, Rq s’écrit sous la forme
M “ T1 Pσ T2

(8.153)

où T1 et T2 sont des matrices triangulaires supérieures inversibles et où Pσ est une matrice de permutation σ P Sn . De plus il y a unicité de σ.
Démonstration. Afin de rendre les choses plus visuelles, nous nous permettons de donner des exemples
au fur et à mesure de la preuve. Nous prenons l’exemple de la matrice
¨
˛
1 3 4
˝2 5 6‚.
(8.154)
0 7 8
Existence Soit M P GLpn, Rq ; vu qu’elle est inversible, on a un indice i1 maximum tel que Mi1 ,1 ‰ 0.
Nous changeons toutes les lignes jusque là, c’est à dire que nous faisons, pour 1 ď i ă i1 ,
Li Ñ Li ´

Mi1
Li .
Mi 1 1 1

(8.155)

Nous avons donc obtenu une matrice dont la première colonne est nulle sauf la case numéro i1 .
L’opération (8.155) revient à considérer la multiplication par la matrice de transvection
ˆ
˙
Mi1
piq
T1 “ Tii1 ´
(8.156)
M i1 1

254

CHAPITRE 8. ESPACES VECTORIELS, MATRICES

pour tout i ă i1 . Pour rappel nous ne changeons que les lignes au-)dessus de la i1 . Du coup
piq
les matrices T1 sont triangulaires supérieures. Nous avons donc la nouvelle matrice M1 “
¯
´ś
piq
M pour laquelle toute la première colonne est nulle sauf un élément.
iăi1 T1
Dans le cas de l’exemple, le «pivot» sera la ligne
la matrice T1 “ T12 p´1{2q :
˛¨
¨
1 3
1 ´1{2 0
‚˝2 5
˝0
1
0
0 7
0
0
1

p2, 5, 6q et la matrice se transforme à l’aide de
˛
˛ ¨
0 1{2 1
4
6‚ “ ˝2 5 6‚.
0 7 8
8

(8.157)

Maintenant nous faisons de même avec les colonnes (en renommant M la matrice obtenue à
l’étape précédente) :
M i1 j
Cj Ñ Cj ´
C1 ,
(8.158)
M i1 1
M

i
qui revient à multiplier à droite par les matrices T1j p Mii11 q avec j ą 1. Encore une fois ce sont
1
des matrices triangulaires supérieures.
Dans l’exemple, pour traiter la seconde colonne, nous multiplions (8.157) à droite par la matrice
T12 p´5{2q :
¨
˛¨
˛ ¨
˛
0 1{2 1
1 ´5{2 0
0 1{2 1
˝2 5 6‚˝0
1
0‚ “ ˝2 0 6‚.
(8.159)
0 7 8
0
0
1
0 7 8

Appliquer encore la matrice T13 p´6{2q apporte la
¨
0 1{2
˝2 0
0 7

matrice
˛
1
0‚.
8

(8.160)

Enfin nous multiplions la matrice obtenue par M1 1 1 pour normaliser à 1 l’élément «pivot» que
i1
nous avions choisit. Dans notre exemple nous multiplions par 1{2 pour trouver
¨
˛
0 1{4 1{2
˝1 0
0 ‚.
(8.161)
0 7{2 4
La matrice obtenue jusqu’ici possède une ligne et une colonne de zéros avec un 1 à leur intersection, et elle est de la forme
M 1 “ T1 M T2
(8.162)
où T1 et T2 sont triangulaires supérieures et inversibles, produits de matrices de transvection
(et d’une matrice scalaire pour la normalisation).
Il reste à recommencer l’opération avec la seconde colonne (qui n’est pas toute nulle parce
que le déterminant est encore non nul) puis la suivante etc. Dans notre exemple de l’équation
(8.161), nous éliminerions le 1{4 et le 4 en utilisant le 7{2.
Encore une fois tout cela se fait à l’aide de matrice supérieures parce qu’à chaque étape, les
colonnes précédent le pivot sont déjà nulles (saut un 1) et ne doivent donc pas être touchées.
À la fin de ce processus, ce qui reste est une matrice T M T 1 qui ne contient plus que un seul 1
sur chaque ligne et chaque colonne, c’est à dire une matrice de permutation : Pσ “ T M T 1 et
donc
´1
M “ Tσ pT 1 q´1 .
(8.163)
1
Unicité Soient σ, σ P Sn tels que T1 Pσ T2 “ S1 Pτ S2 avec Ti et Si triangulaires supérieures et inver´1
´1
sibles. En posant T “ T2 S2 et S “ T1 S1 , nous avons

Pσ T “ SPτ

(8.164)

CHAPITRE 8. ESPACES VECTORIELS, MATRICES

255

où S et T sont des matrices triangulaires supérieures et inversibles. Par les calculs de la preuve
du lemme 2.70,
"
pPσ T qkl “ Tσ´1 pkql
(8.165a)
pSPτ qkl “ Skτ plq ,

(8.165b)

Tσ´1 pkql “ Skτ plq .

(8.166)

et donc
En écrivant cette équation avec k “ σpiq (nous rappelons que σ est bijective),
Til “ Sσpiqτ plq .

(8.167)

Nous savons que les termes diagonaux de T sont non nuls parce que T est triangulaire supérieure
et inversible (donc pas de colonnes entières nulles). Nous avons donc, en prenant i “ l “ k,
0 ‰ Tkk “ Sσpkqτ pkq .

(8.168)

La matrice étant triangulaire supérieure, cela implique
σpkq ď τ pkq.

(8.169)

De la même manière en écrivant (8.166) avec l “ τ ´1 piq,
Ski “ Tσ´1 pkqτ ´1 piq

(8.170)

σ ´1 pkq ď τ ´1 pkq.

(8.171)

et donc
En écrivant cela avec k “ σpjq, nous avons j ď τ ´1 σpjq et en appliquant enfin τ ,
τ pjq ď σpjq.

(8.172)

En comparant avec (8.169), nous avons σ “ τ .

8.6

Espaces de polynômes

Dans cette section nous abandonnons pour quelques minutes l’espace Rm et considérons plus
k
attentivement l’espace des fonctions polynômiales PR et de ses sous-espaces PR , pour k dans N0 .
Pour chaque k ą 0 donné nous définissons
k
PR “ tp : R Ñ R | p : x ÞÑ a0 ` a1 x ` a2 x2 ` . . . ` ak xk , ai P R, @i “ 0, . . . , ku.

(8.173)

Il est facile de se convaincre que la somme de deux polynômes de degré inférieur ou égal à k est encore
un polynôme de degré inférieur ou égal à k. En outre il est clair que la multiplication par un scalaire
k
ne peut pas augmenter le degré d’un polynôme. L’ensemble PR est donc un espace vectoriel muni des
opérations héritées de PR .
k
La base canonique de l’espace PR est donné par les monômes B “ tx ÞÑ xj | j “ 0, . . . , ku. Le fait
que cela soit une base est vraiment facile à démontrer et est un exercice très utile si vous ne l’avez pas
encore vu dans un cours précédent.
k
Nous allons maintenant étudier trois application linéaires de PR vers des autres espaces vectoriels
k
L’isomorphisme canonique φ : PR Ñ Rk`1 Nous définissons φ par les relations suivantes

φpxj q “ ej`1 ,

@j P t0, . . . , ku.

256

CHAPITRE 8. ESPACES VECTORIELS, MATRICES

k
Cela veut dire que pour tout p dans PR , avec ppxq “ a0 ` a1 x ` a2 x2 ` . . . ` ak xK , l’image de
p par φ est
¸
˜
k
k
ÿ
ÿ
j
aj x “
aj ej`1 .
φppq “ φ
j“0

j“0

Exemple 8.50
Soit k “ 5 on a

¨ ˛
´8
˚´7‹
˚ ‹
˚´4‹
2
3
5
φp´8 ´ 7x ´ 4x ` 4x ` 2x q “ ˚ ‹ .
˚4‹
˚ ‹
˝0‚

(8.174)

2

Cette application est clairement bijective et respecte les opérations d’espace vectoriel, donc
k
elle est un isomorphisme d’espaces vectoriels. L’existence d’un isomorphisme entre PR et Rk`1
est un cas particulier du théorème qui dit que pour chaque m dans N0 fixée, tous les espaces
vectoriels sur R de dimension m sont isomorphes à Rm . Vous connaissez peut être déjà ce
théorème depuis votre cours d’algèbre linéaire.
k´1
k
La dérivation d : PR Ñ PR L’application de dérivation d fait exactement ce qu’on s’attend d’elle

dpx0 q “ dp1q “ 0,

dpxj q “ jxj´1 ,

@j P t1, . . . , ku.

Cette application n’est pas injective, parce que l’image de p ne dépend pas de la valeur de a0 ,
donc si deux polynômes sont les mêmes à une constante près ils auront la même image par d.
Exemple 8.51
Soit k “ 3 on a

dp´8 ´ 12x ` 4x3 q “ ´12p1q ` 4p3x2 q “ ´12 ` 12x2 .

(8.175)

Noter que dp´30 ´ 12x ` 4x3 q “ dp´8 ´ 12x ` 4x3 q. Cela confirme, comme mentionné plus haut
que la dérivée n’est pas injective.
k`1
k
L’intégration I : PR Ñ PR Nous pouvons définir une application que est «à une constante prés»
l’application inverse de la dérivation
żx
Ippq “
pptq dt.
(8.176)
0

Il faut comprendre que dans l’intégral la variable t est simplement la variable d’intégration. La
«vraie» variable de la fonction image de p sera x !
Comme d’habitude nous écrivons explicitement l’action de I sur les éléments de la base canonique
żx
xj`1
j
Ipx q “
tk dt “
.
(8.177)
j`1
0
Exemple 8.52
Soit k “ 4 on a
Ip6 ` 2x ` x2 ` x4 q “ 6x ` x2 `

x3 x5
` .
3
5

(8.178)

Remarquez que, étant donné que dans la définition de I nous avons décidé d’intégrer entre zéro
k`1
k
et x, tous les polynômes dans PR qui sont l’image par I d’un polynôme de PR ont a0 “ 0.

CHAPITRE 8. ESPACES VECTORIELS, MATRICES

257

Cela veut dire que nous pouvons générer toute l’image de I en utilisant un sous-ensemble de
k`1
la base canonique de PR , en particulier B1 “ tx ÞÑ xj | j “ 1, . . . , ku Ă B nous suffira. Cela
n’est guère surprenant, parce que l’image par une application linéaire d’un espace vectoriel de
dimension finie ne peut pas être un espace de dimension supérieure.
Les applications de dérivation et intégration correspondent évidemment à des application linéaires
de PR dans lui-même.
L’espace de tous les polynômes étant de dimension infinie, il peut servir de contre exemple assez
simple. Dans la sous-section 7.9.2, nous verrons que toutes les normes ne sont pas équivalentes sur
l’espace des polynômes.

8.6.1

par

Polynômes symétriques, alternés ou semi-symétriques

[23].
Soit K un corps de caractéristique différente 9 de 2. Le groupe Sn agit sur l’anneau
`
˘
pσ · f qpT1 , . . . , Tn q “ f Tσp1q , . . . , Tσpnq .

KrT1 , . . . , Tn s
(8.179)

On peut vérifier que c’est un action.
Définition 8.53.
Un polynôme Q en n indéterminées est
(1) symétrique si Q “ σ · Q pour tout σ P Sn ;
(2) alterné si σ · Q “ pσqQ pour tout σ P Sn ;
(3) semi-symétrique si σ · Q “ Q pour tout σ P An
2
Le polynôme T1 ` T2 est symétrique ; le polynôme T1 ` T2 ne l’est pas.

Exemple 8.54
Le déterminant de Vandermonde (proposition 8.28) est alterné, semi-symétrique et non symétrique.
Le fait qu’il soit alterné est le fait qu’il soit un déterminant. Étant donné qu’il est alterné, il est semisymétrique parce que sur An , nous avons “ 1. Étant donné qu’il est alterné, il change de signe sous
l’action des éléments impairs de Sn et n’est donc pas symétrique.
Proposition 8.55.
Un polynôme semi-symétrique f P KrT1 , . . . , Tn s se décompose de façon unique en
f “P `VQ

(8.180)

où P et Q sont deux polynômes symétriques.
Démonstration. Nous commençons par prouver l’unicité en montrant que si f “ P V Q avec P et Q
symétrique, alors P et Q sont donnés par des formules explicites en termes de f .
Si σ1 et σ2 sont deux permutations impaires de t1, . . . , nu, alors σ1 · f “ σ2 · f parce que l’élément
´1
´1
σ2 σ1 est pair (proposition 1.66), de telle sorte que σ2 σ1 · f “ f . Nous posons donc g “ τ · f où τ
est une permutation impaire quelconque – par exemple une transposition.
Vu que V est alternée et que τ est une transposition nous avons
g “ τ · f “ P ´ V Q.

(8.181)

Donc f ` g “ 2P et f ´ g “ 2V Q. Cela donne P et Q en terme de f et g, et donc l’unicité.
Attention : cela ne donne pas un moyen de prouver l’existence parce que rien ne prouve pour
l’instant que f ´ g peut effectivement être écrit sous la forme V Q, c’est à dire que f ´ g soit divisible
par V . C’est cela que nous allons nous atteler à démontrer maintenant.
9. Le truc de la caractéristique deux est que a “ ´a n’implique pas a “ 0.

CHAPITRE 8. ESPACES VECTORIELS, MATRICES

258

Nous commençons par prouver que f ` g est symétrique et f ´ g alterné. Si σ est une transposition,
σ · pf ` gq “ σ · f ` στ · f “ g ` f

(8.182)

parce que στ est pair. De la même façon,
σ · pf ´ gq “ g ´ f “ pσqpf ´ gq.

(8.183)

Dans les deux cas nous concluons en utilisant le fait que toute permutation est un produit de transpositions (proposition 1.65) et que est un homomorphisme.
Soient maintenant deux entiers h ă k dans t1, . . . , nu et l’anneau
`
˘
ˆ
KrT1 , . . . , Tk , . . . , Tn s rTk s.
(8.184)
Cet anneau contient le polynôme Tk ´ Th où Tk est la variable et Th est un coefficient. Nous faisons la
division euclidienne de f ´g par Tk ´Th parce que nous avons dans l’idée de faire arriver le déterminant
de Vandermonde et donc le produit de toutes les différences Tk ´ Th :
f ´ g “ pTk ´ Th qq ` r

(8.185)

où degTk r ă 1, c’est à dire que r ne dépends pas de Tk . Nous revoyons maintenant l’égalité (8.185)
dans KrT1 , . . . , Tn s et nous y appliquons la transposition τkh . Nous savons que τkh pf ´ gq “ ´pf ´ gq
et τkh pTk ´ Th q “ ´pTk ´ Th q, et donc
´ pf ´ gq “ ´pTk ´ Th qτkh · q ` τkh · r

(8.186)

où τkh · r ne dépend pas de Th . Nous appliquons à (8.186) l’application
tα :

ˆ
KrT1 , . . . , Tn s Ñ KrT1 , . . . , Tk , . . . , Tn s

ˆ
αpP T1 , . . . , Tk , . . . , Tn q “ P pT1 , . . . , Th , . . . , Tn q.
`
˘
Cette application vérifie α τkh · r “ αprq et nous avons
´ αpf ´ gq “ αprq.

(8.187)

(8.188)

Puis en appliquant α à la relation f ´ g “ pTk ´ Th qq ` r, nous trouvons
αpf ´ gq “ αprq,

(8.189)

et par conséquent αprq “ 0. Ici nous utilisons l’hypothèse de caractéristique différente de deux. Dire
que αprq “ 0, c’est dire que r est divisible par Tk ´ Th , mais r étant de degré zéro en Tk , nous avons
r “ 0. Par conséquent Tk ´ Th divise f ´ g pour tout h ă k, et nous pouvons définir un polynôme Q
par
źź
f ´ g “ 2Q
pTk ´ Th q “ 2QpT1 , . . . , Tn qV pT1 , . . . , Tn q,
(8.190)
hăk kďn

où nous avons utilisé la formule du déterminant de Vandermonde de la proposition 8.28.
Étant donné que f ` g est un polynôme symétrique, nous allons aussi poser f ` g “ 2P avec P
symétrique.
Montrons à présent que Q est un polynôme symétrique. Soit σ P Sn ; vu que nous savons déjà que
f ´ g est alternée, nous avons
σ · pf ´ gq “ pσqpf ´ gq “ pσq2QV,

(8.191)

Mais en appliquant σ à l’équation (8.190),
σ · pf ´ gq “ 2pσ · V qpT1 , . . . , , Tn qpσ · QqpT1 , . . . , Tn q
“ 2 pσqV pT1 , . . . , Tn qpσ · QqpT1 , . . . , Tn q.

(8.192a)
(8.192b)

. z) sage: P=x**3+y**3+z**3 . Si Q est un polynôme symétrique en T1 . Étant donné que dans P le coefficient de x3 est un. . .197c) En particulier. il est obligatoire d’avoir un coefficient 1 3 devant σ1 . . . 2.195) sPFk i“1 où Fk est l’ensemble des fonctions strictement croissantes t1. MATRICES En égalisant avec (8.6. ku Ñ t1. . Tn .191) et en se souvenant que l’anneau nous simplifions par 2 pσqV pour obtenir KrT1 . . . ` Tn´1 Tn (8..y. . y. (8. Nous le calculons : ---------------------------------------------------------------------| Sage Version 4. Tn q. nu.194) f “ P ` V Q. . Tn q “ T1 T2 ` . . Tn . Tn q . . .198) Exemple 8.199b) ’ 2 % σ3 “ xyz. ESPACES VECTORIELS. ` T1 Tn ` T2 T3 ` .197a) σ2 pT1 . .56 ([65]). . .ăik ďn Par exemple σ1 pT1 . Une autre façon de décrire ces polynômes élémentaires est ÿ σk “ Xi1 . . . | ---------------------------------------------------------------------sage: var(’x. . . . .199a) ’ σ1 “ x ` y ` z & σ “ xy ` xz ` yz (8. alors il existe un et un seul polynôme P en n indéterminées tel que ` ˘ QpT1 . . . . . . (8. . . . (8. . . Tn q “ T1 ` T2 ` .. . . . σ2 px. . En faisant la somme. . Xik . . . and license() for information. Au final nous avons f ` q “ 2P et f ´ g “ 2V Q avec P et Q symétriques. Tn q “ T1 . . y. .2 Polynôme symétrique élémentaire Le kième polynôme symétrique élémentaire à n inconnues est le polynôme est k ÿ ź σk pT1 . les seules combinaisons des σi qui peuvent intervenir sont σ1 . . .73). Q “ σ · Q. Tn q “ P σ1 pT1 . (8. 8. . Théorème 8. . . . (8.z’) (x. . . . . σn pT1 . . σ1 σ2 et σ3 .259 CHAPITRE 8. . . Release Date: 2012-01-20 | | Type notebook() for the GUI. zq “ xy ` yz ` xz. . zq “ x3 ` y 3 ` z 3 en polynômes symétriques élémentaires.199c) 3 Étant donné que P est de degré 3. ` Tn (8. . 2. (8. .196) 1ďi1 ă.8. Tn q “ Tspiq (8. c’est à dire en $ (8.193) c’est à dire que Q est symétrique. ` T2 Tn ` . y. . .197b) σn pT1 .57 Nous voulons décomposer P px. . Tn s était intègre (théorème 2.

CHAPITRE 8. . par conséquent nous savons que le coefficient de σ3 sera ´6. Nous nommons θ1 .58 ([23]). . . Donc Pθ est de degré δ. .103 et de l’exemple 3. . . Tm s tel que ¯ (2) pour tout pz1 . θδ´1 u. .201) Mais par ailleurs la proposition 3. Lemme 8. .204) . on a P pz1 . . Ici nous notons θ “ θ1 et nous ne prétendons pas que θk P K. . .expand() 3*x^2*y + 3*x^2*z + 3*x*y^2 + 6*x*y*z + 3*x*z^2 + 3*y^2*z + 3*y*z^2 x^3 + 3*x^2*y + 3*x^2*z + 3*x*y^2 + 6*x*y*z + 3*x*z^2 + y^3 + 3*y^2*z + 3*y*z^2 + z^3 3 Dans la différence σ1 ´ P nous voyons que le terme en xyz est 6xyz . Démonstration. zm q “ 0. θn´1 u (8. . . . Il existe θ P K tel que K “ Qpθq.expand() 3*x^2*y + 3*x^2*z + 3*x*y^2 + 12*x*y*z + 3*x*z^2 + 3*y^2*z + 3*y*z^2 que nous identifions facilement avec 3σ1 σ2 . . Nous le P “ N m ÿÿ l“0 i“1 cil Til (8. .202) où n est le degré de Pθ . . θδ les racines de Pθ dans un corps de décomposition. θ. . . Il nous reste : sage: (S1**3+6*S3-P). et donc vérifie le théorème de l’élément primitif (3. . ESPACES VECTORIELS. . . Tm s.39 nous indique qu’une base est donnée par t1.200) ¯ Q et P P KrT1 . . . . K est une extension séparable de Q. . L’extension K étant de degré δ.expand() x^3 + 3*x^2*y + 3*x^2*z + 3*x*y^2 + 6*x*y*z + 3*x*z^2 + y^3 + 3*y^2*z + 3*y*z^2 + z^3 sage: (S1**3-P). Tm s dont il est question dans l’énoncé. Notons N le degré du polynôme P P décomposons alors en i KrT1 . Soit σk le morphisme canonique σk : Qpθq Ñ Qpθk q ÿ ÿ (8. . Alors il existe P P QrT1 . Soit K une extension de degré δ de ¯ (1) deg P “ δ degpP q (8. zm q P Cm tel que P pz1 . . zm q “ 0. . et θ étant un générateur.203) i qi θi ÞÑ qi θ k i Nous avons σ1 : K Ñ K qui est l’identité. . Notons que ces θi sont toutes des racines simples de Pθ . . Soit Pθ P QrXs le polynôme minimal de θ. θ.104. une base de K comme espace vectoriel sur Q est t1. . . . .105). Nous avons donc 3 P “ σ1 ´ 3σ1 σ2 ` 3σ3 . . MATRICES 260 sage: S1=x+y+z sage: S2=x*y+x*z+y*z sage: S3=x*y*z sage: (S1**3). (8. et Pθ ne serait pas irréductible sur Q. En vertu de la proposition 3. sinon nous aurions un facteur irréductible pX ´ θk q2 .

cq2 ´ 2σ2 pa.207) l1 `. . .60 Soit le polynôme P pxq “ x3 ` 2x2 ` 3x ` 4 (8. .. . (8. Le coefficient de Til dans P est ÿ cl pθ1 . cq “ σ1 pa.205) l“0 i“1 où cl P QrXsm . b. Il me semble qu’il manque la somme sur i dans [23]. c. . cq.210) et ses racines que nous nommons a. Mais les relations coefficients-racines (théorème 8. (8.CHAPITRE 8. cq “ a2 ` b2 ` c2 en polynômes symétriques élémentaires : Qpa. Nous voyons ci. P σk . Le polynôme P est celui que nous cherchions. . De plus P “ P σ1 divise P donc on a bien que si ¯ pzq “ 0. Tm s. r h s ( ) f o r s in S Q=[ s ∗∗2 f o r s in s o l s ] s=sum (Q) s . C’est donc le moment d’utiliser le théorème 8.. ¯ Donc P P QrT1 . θδ qi “ ¯ cl1 pθ1 qi . MATRICES avec cil P K. a b b a En effet un terme contenant θk θl provenant de cli pθk qclj pθl q a un terme correspondant θk θl provenant de clj pθk qcli pθl q.x ) s o l s =[ s .209) an Exemple 8. (8.59 (Relations coeffitients-racines). D’abord nous décomposons Qpa. . b. Qui plus est. . . (8.py 1 2 3 4 5 6 7 sage : sage : sage : sage : sage : sage : ´2 P( x)=x∗∗3+2∗x∗∗2+3∗x+4 S=s o l v e ( P( x)==0. comme un élément de P “ N m ÿÿ 261 Km et donc nous écrivons 10 cl pθqi Til (8.206) P σk “ l. . ¯ P pzq “ 0 alors P 8. b. cq “ 3.56 à propos des polynômes symétriques élémentaires ¯ qui nous dit que les coefficients de P sont en réalité des polynômes en ceux de Pθ qui sont dans Q. clδ pθδ qi . . ` a1 X ` a0 et ri ses n racines.6.208) ¯ ¯ parce que P est le produit de δ «copies» de P . donc a2 ` b2 ` c2 “ p´2q2 ´ 2 · 3 “ ´2. c’est un polynôme symétrique. cq “ ´2 et σ2 pa. .`lδ “l Ce dernier est un polynôme en les θk à coefficients dans Q. ESPACES VECTORIELS. . . b. Tm s.3 Relations coefficients racines Théorème 8. b. rn q “ p´1qk . Nous voudrions calculer a2 `b2 `c2 . . Nous pouvons choisir degpcl q ă δ parce que les puissances plus grandes de θ ne génèrent rien de nouveau. Par ailleurs nous avons que ¯ degpP q “ δ degpP q (8.i ¯ ¯ et P “ P P σ2 . . Nous posons aussi ÿ cl pθk qi Til P Qpθk qrT1 . . Alors nous avons pour chaque 1 ď k ď n la relation an´k σk pr1 . simplify_full () ] 10. b. . . . . . Soit le polynôme P “ an X n ` .211) Nous pouvons en avoir une vérification directe en calculant explicitement les racines (ce qui est possible pour le degré 3) : VAYVmNRpolynomeSym.. . b.59) nous donnent σ1 pa.

Xm ´ 1 (8. (8. (8. Le polynôme φn est un polynôme unitaire de degré ϕpnq. Alors ś ś ś (1) X n ´ 1 “ d n φd pXq “ d n zP∆d pX ´ zq. (2) φn P ZrXs.217) .213) voir 1. .14. si P est un polynôme de degré n et si ri sont ses racines. .212) zP∆n où ∆n “ te2ikπ{n tel que 0 ď k ď n ´ 1 tel que pgcdpk. . (8. Démonstration. nq “ 1u. Proposition 8. En suivant le même cheminement que dans l’exemple.7 8.215c) 2 2πi{3 Pour le dernier nous avons utilisé le fait que e6πi{3 “ 1 et e4πi{3`e “ ´1. (3) si m n alors T P ZrXs. il est facile de calculer Qpr1 .215b) φ3 pXq “ X ` X ` 1.1 Polynômes cyclotomiques Définitions et propriétés Le polynôme cyclotomique d’indice n est le polynôme ź pX ´ zq φn pXq “ (8. rn q pour n’importe quel polynôme symétrique Q 8.214b) ∆3 “ te2πi{3.212).2.216) Soit φn le n-ième polynôme cyclotomique. Nous ne devons que ś ś prouver la première.61. . Ť Nous connaissons l’union disjointe Un “ d n ∆d qui implique ź zPUn pX ´ zq “ ź ź pX ´ zq “ d n zP∆d alors que par définition de Un nous avons X n ´ 1 “ ź φd pXq.262 CHAPITRE 8.7. ESPACES VECTORIELS. d n ś zPUn pX ´ zq. Notons juste pour le plaisir que dans le produit d n zP∆d .215a) φ2 pXq “ X ` 1 (8. il y a bien ř n termes parce que Cardp∆d q “ ϕpdq et d n ϕpdq “ n. MATRICES Notez qu’il faut un peu chipoter pour isoler les solutions depuis la réponse de la fonction solve.214a) ∆2 “ t´1u (8. (4) si m n et si m ă n alors φn divise T dans ZrXs. Nous avons par exemple ∆1 “ t1u (8.e 4πi{3 (8. Soient 1 ď m ď n deux entiers et T pXq “ Xn ´ 1 P ZpXq. (1) La seconde égalité est seulement la définition (8.214c) u et les premiers polynômes cyclotomiques sont donnés par φ1 pXq “ X ´ 1 (8.

Dans ce cas ils seraient des facteurs irréductibles distincts de φn et il existerait un polynôme h tel que φn “ f gh.218) d n`1 d n`1 dďn loooooomoooooon PZrXs par récurrence Le lemme 2. X m ´ 1 qPQ (8.219) Nous avons alors Xn ´ 1 “ ź φd pXq “ d n ź φd pXq · φq pXq “ pX m ´ 1q · ź φq pXq.263 CHAPITRE 8. Ensuite ź ź X n`1 ´ 1 “ φd pXq “ φn`1 pXq · φd pXq (8. Dans le cas inverse. Nous avons vu Z comme sous anneau du corps C.221) φq P ZrXs. (3) Si m divise n alors les diviseurs de n sont l’union des diviseurs de m et des diviseurs de n qui ne divisent pas m. f et g ont des coefficients entiers.62 (Irréductibilité des polynômes cyclotomiques[66]). Nous avons f pξq “ gpξ l q “ 0. (8. h P QrXs parce que nous sommes justement en train de prouver que φn est irréductible dans QrXs. le lemme de Gauss 3. (8. Proposition 8. A priori. Quoi qu’il en soit. Nous démontrons cela par récurrence. Il y a un polynôme unitaire à coefficients entiers (lemme de Gauss forever) k tel que ψ “ fk (8. Soit donc ξ.225) .220) qPQ qPQ d m Nous avons donc ź ź Xn ´ 1 “ φq pXq P ZrXs.223) T pXq “ (4) Nous venons de montrer que T “ ź qPQ qPQztnu Par conséquent φn divise T dans ZrXs. donc f divise ψ en tant que polynôme minimal de ξ. φn P ZrXs. Nous allons montrer que f “ g et donc que f “ g “ φn . Démonstration. Vu que les racines de φn sont les racines primitives de l’unité.15 nous montre que h P ZrXs parce que φn . (8. Les polynômes cyclotomiques sont irréductibles sur Q. Pour rappel. Soient f et g. si ils sont distincts. φn est polynôme minimal des racines primitives de l’unité et est donc irréductible. la proposition 3. Soit Q “ tdiviseurs de n ne divisant pas mu. d’accord.37 s’applique et le produit des polynômes minimaux diviserait φn . D’abord φ1 pXq “ X ´ 1. nous devons montrer que toutes les racines primitives de l’unité ont même polynôme minimal (qui sera alors φn ) . en effet vu que ces polynômes divisent φn .222) Étant donné que m ă n nous avons n P Q et donc ź T “ φn · φq .88 conclut que φn`1 P ZrXs. Une autre racine primitive est de la forme ξ l où l est un nombre premier tel que pgcdpl. une telle racine primitive. MATRICES (2) Nous devons démontrer que les coefficients de φn sont dans Z alors qu’ils sont a priori dans C.224) Considérons le polynôme ψpXq “ gpX l q. nous savons déjà que pour tout n P N. les polynômes minimaux dans ZrXs de ξ et ξ l . (8. ESPACES VECTORIELS. Ce polynôme ψ est dans ZrXs et ψ est annulateur de ξ. (8. Supposons par l’absurde que f ‰ g. nq “ 1.

k ăd Donc gq fait partie de l’ensemble fini des polynômes dans en valeur absolue par ˆ ˙ d max . Alors P “ X ou P est un polynôme cyclotomique.56 nous donne alors des polynômes Gk.. Un facteur irréductible de f serait donc à la fois dans f et dans g et donc ¯ ¯ irréductible de f ¯ ¯ ¯ ¯¯ deux fois (au moins) dans φn parce que f g divise φn . . Nous allons montrer que les racines de P sont toutes des racines N -ièmes de l’unité (avec le même N pour toutes). . ...ăik ďd Nous introduisons aussi les polynômes ÿ Fk. Ils vérifient deux propriétés..q | ď 1ďi1 ă. Soient tξi ui“1. Xik qq (8. Vu que P P i“1 a0 “ 1 et donc |ξi | “ 1 pour tout i.. .235) .q “ Fr.1 pX1 . .d k (8. .ăik ďd qui sont des polynômes symétriques.q F1. ¯ ¯ (8. . (8. . et nous développons gq pXq “ X n ` C1..226) ¯ ¯ ¯ Par conséquent dire que f divise ψ revient à dire que f pXq divise g pXql .229) (8.q où Ck. . La première est que Cr.. .q pξ1 .. k“1. . nous savons que ¯¯ ¯ ¯ ¯ f g divise φn . Xn s tels que ` ˘ Fk.q pX1 . alors que ce n’est pas le cas.231) 1ďi1 ă.230) 1ďi1 ă. . . nous avons a0 ‰ 0 (sinon x “ 0 serait une racine). Dans un corps de décomposition de ce facteur.264 CHAPITRE 8. . . . Étant donné que P est irréductible et différent de X. En même temps.1 pX1 . φn aurait une racine double. . . .. . ESPACES VECTORIELS. .234) Zrqs dont tous les coefficients sont bornée (8.d les racines de P . En utilisant le morphisme de Frobenius (c’est ici que la projection sur Fl joue).q pX1 . En particulier tous facteur ¯ ¯ divise g . Xn q . . Contradiction. .. ξik qq . Xn q. et nous notons P “ i ai X i .q “ p´1qk ÿ pξi1 . . Nous concluons que f “ g. Soit P P ZrXs un polynôme unitaire irréductible non constant tel que toutes les racines dans C soient de module ď 1.232) et la seconde est que les polynômes Fr.63. |ξi | ď 1 et donc 0 ă |a0 | ď 1. Fk. . . Nous introduisons les polynômes gq pXq “ d ź` ZrXs nous avons donc (8.q X n´1 ` . f divise ψ.227) i“1 ś avec d ξi “ a0 . on a P “ d ź pX ´ ξi q (8. i“1 et en particulier g1 “ P .228) ˘ X ´ pξi qq .1 sont les polynômes symétriques élémentaires à un coefficients près. (8. . Xn q “ p´1qk pXi1 . .ăik ˆ ˙ d 1“ . .. ξn q. ř Démonstration.233) Nous savons que ÿ |Ck.q P ZrX1 . ` Cn. Théorème 8.. . MATRICES Nous considérons maintenant les projections sur Fl rXs : étant donné que φn “ f gh. nous avons aussi ¯ ψpXq “ g pX l q “ g pXql . . Xn q “ Gk.. . Le théorème 8. (8. .. . Par hypothèse. Nous supposons que X ‰ 0.

q . Notons que par définition 8. (2) p ne divise aucun de φd paq avec d n et d ‰ n. Mais étant donné que ź XN ´ 1 “ φd pXq. Nous avons X n ´ 1 “ Bφn .57). nous avons N ξk “ 1 (8. (8. (8. . Si nous prenons a P Z tel que U 1 “ aU et V 1 “ aV soient tous deux dans U 1 φn ` V 1 B “ a. alors P n’a pas de racines dans Q parce que ˘1 sont les seules racines de X N ´ 1 dans Q.2 Nombres premiers Lemme 8. pour chaque k. si il a ˘1 comme racines. .240) ZrXs. dans C et a fortiori dans Q. ESPACES VECTORIELS. (2) p ne divise aucun des ad ´ 1 pour d n. (8. De tels p et a vérifient automatiquement (1) p divise an ´ 1. Par conséquent P est un facteur irréductible de X N ´ 1 dans QrXs. Nous posons BpXq “ ź φd pXq. vu que C1. alors c’est que P “ X ` 1 ou P “ X ´ 1 et ce sont des polynômes cyclotomiques. Donc P est un polynôme cyclotomique.212. Montrons que le a et le p ainsi construis satisfont aux exigences. . nous pouvons choisir a de telle sorte que |φn paq| ě 2. À chacun de ces ensembles est associé une suite de polynômes gq et donc des coefficients Ck.q possibles (pour un choix ř q donné des tξi u) est fini.241) égalité dans ZrXs. MATRICES Il existe un certain nombre d’ensembles tξi u qui sont racines de polynômes vérifiant les conditions du théorème. Ici. en particulier.238) d N les polynômes cyclotomiques sont les seuls facteurs irréductibles de X N ´ 1. q1 et q2 dépendent de k et nous Nk notons Nk “ q1 ´ q2 . d ‰ n. V P QrXs tels que U φn ` V B “ 1. 8. Il existe un nombre premier p et un entier a tels que (1) p divise φn paq. Nd q.q “ i ξi . l’ensemble q tξk tel que q P Nu. alors nous avons (8. Mais P est irréductible dans ZrXs . .239) d n d‰n et nous commençons par montrer que φn est premier avec B. (8.7. .236) q q Par le principe des tiroirs.265 CHAPITRE 8. donc en particulier les polynômes φn et B sont scindés et dons premiers entre eux. Soit n ě 1.64 ([67]). Ce que nous avons vu est que l’ensemble de tous les coefficients Ck. Nous prenons alors un nombre premier p divisant φn paq. Démonstration. Par Bézout (corollaire 2. En posant N “ ppcmpN1 .237) pour tout k. les polynômes cyclotomiques sont scindés (dans C). donc B et φn n’ont pas de racines communes (même pas dans C) parce que ce serait une racine double de X n ´ 1. Quitte à prendre un multiple assez grand de a. il existe U. nous avons donc ξk “ 1. Si P n’a pas ˘1 parmi ses racines. il existe q1 et q2 tels que ξk1 “ ξk2 .

a donnés par le lemme 8. si p divise φn paq. 11. MATRICES Vu que X n ´ 1 “ Bφn . il ne divise aucun des φd paq avec d n et d ‰ n. Pour tout n ě 1. Nous avons donc montré que si d ‰ n divise n. il ne peux pas diviser Bpaq 11 . alors nous avons en même temps p rasn “ 1 p et (8. Nous supposons avoir a et p tels que p soit un nombre premier divisant φn paq et tels que p ne divise aucun des φd paq avec d n. nous avons ź φd1 . il divise automatiquement an ´ 1 et donc ran sp “ 1. d n d‰n Vu que p ne divise aucun des φd paq de ce dernier produit.249) Cela prouve que rasp est d’ordre exactement n. le produit est également non nul.243.243) Xd ´ 1 “ d1 d et cela est une partie du produit ź (8.66 (Forme faible du théorème de Dirichlet [23]). p Prenons d ‰ n divisant n.241) en a : (8. (8. Nous savons que ź ad ´ 1 “ φd1 paq. Le nombre p ne divisant pas a. nous avons rφd1 paqsp ‰ 0 Vu que (8. p (8.266 CHAPITRE 8. Nous passons maintenant à la seconde partie de la preuve. a fortiori.246) Z{pZ est intègre. Étant donné que p ne divise pas Bpaq. Théorème 8. Démonstration. (8. donc n divise p ´ 1 et nous écrivons p “ kn ` 1 avec k entier. p divise an ´ 1 et donc rasp a un ordre qui divise n dans pZ{pZq˚ parce que rasn “ r1sp .245) d1 d Par construction de a et p. Le fait de diviser φn paq entraine le fait de diviser an ´ 1 parce que φn est un des facteurs de X n ´ 1. Soit n ě 1 et les nombres p. Évaluons l’équation (8. c’est à dire “ź d1 ‰ φd1 paq p ‰ 0. et donc pas ad ´ 1. Oui. C’est pour pouvoir dire ça que l’on a choisit V 1 P ZrXs de telle sorte que V 1 paq soit dans Z . Si n ě 1. alors il existe un nombre premier dans r1sn . Soit maintenant d ‰ n divisant n . il ne divise pas le produit 8. ESPACES VECTORIELS.242) U 1 paqφn paq ` V 1 paqBpaq “ a. Lemme 8.64. mais divisant φn paq. Vu que p divise φn paq. c’est à dire un nombre premier de la forme 1 ` kn avec k P N˚ .244) φd .248) rasd ‰ 1. (8.247) d et donc rasa ‰ 1. ce qui signifie entre autres que a et p sont premiers entre eux. mais l’ordre de rasp doit diviser l’ordre du groupe Z{pZ qui est p ´ 1. il existe une infinité de nombres premiers dans r1sn .65. d ‰ n.

251) Cela est un nombre premier plus grand que tous les pi et de la forme 1`λn. MATRICES 267 Démonstration. Soit d’abord E l’ensemble des coloriages possibles sans contraintes .7. La formule de Burnside nous donne maintenant le nombre d’orbites : 1ÿ ϕpdqq n{d . . 2n gPG (8. Soit g. (8. Nous savons que –par définition– il y a ϕpdq telles racines primitives de l’unité. g divise la roulette en n{d secteurs.65 avec ce N . pr . Le nombre i est d’ordre 4. mais pas une roulette). pr . un élément d’ordre d dans G. (8. le travail est déjà fait. pr . .3 Le jeu de la roulette Source : [68].65 nous donne déjà l’existence de nombres premiers dans r1sn .7. c’est à dire qu’on a un nombre premier de la forme p “ 1 ` kN “ 1 ` knp1 . Cette fois non seulement les rotations donnent des colliers équivalents. Autrement dit. mais en outre les symétries axiales (il est possible de retourner un collier. alors les axes de symétries passent par un sommet par le milieu du côté opposé. 8.255) 12. Soit une roulette à n secteurs que nous voulons colorier en q couleurs. Les éléments d’ordre d sont les racines primitives 12 dièmes de l’unité. mais i4 “ 1 aussi. il y a q n{d possibilités. 8. Si g agit sur la roulette. . (8. Un élément de G est donné par un nombre complexe de la forme e2ikπ{n .250) Nous utilisons maintenant le lemme 8. Nous supposons qu’il y en ait seulement un nombre fini : p1 . . Cela fait qq pn´1q{2 “ q n`1 2 (8. Deux coloriages étant identiques si ils sont reliés par une rotation.4 L’affaire du collier Nous avons maintenant des perles de q couleurs différentes et nous voulons en faire un collier à n perles. . Il faut maintenant voir qu’il y en a une infinité. . Si g est une symétrie. Cela contredit l’exhaustivité de la liste p1 . pr . la réponse à notre problème est donné par le nombre d’orbites de l’action de G sur E qui sera donnée par la formule de Burnside 1. .108. Nous voulons savoir le nombre de possibilités à rotations près. Nous devons séparer le cas n impair du cas n pair. . chaque secteur a une orbite contenant d éléments. et nous notons N “ np1 . Le lemme 8. Le groupe agissant sur E est maintenant le groupe diédral Dn conservant un polygone a n sommets. Nous avons donc maintenant |G| “ 2n. .253) ` ˘ 1 ÿ Card Fixpgq . (8.254) Nous écrivons la formule de Burnside CardpΩq “ Si g est une rotation. Une racine non primitive 8ième de l’unité est par exemple i. . Le groupe Dn contient n symétries axiales. ESPACES VECTORIELS. ` ˘ Nous devons calculer Card Fixpgq pour tout g P G. Sur l’ensemble E. . le groupe cyclique G des rotations d’angle 2π{n agit.252) n d|n Cela est le nombre de coloriage possibles de la roulette à n secteurs avec q couleurs. Certes i8 “ 1. Il reste à déterminer le nombre d’éléments d’ordre d dans G. il y a naturellement q n possibilités. nous avons le choix de la couleur du sommet par lequel passe l’axe et le choix de la couleur des pn ´ 1q{2 paires de sommets. Bref il y a ϕpdq éléments d’ordre d dans G.CHAPITRE 8. Si n est impair. Un élément de E appartenant à Fixpgq doit colorier ces n{d secteurs de façon uniforme . . .

Nous considérons aussi Zx “ ta P K tel que ax “ xau. et Stabpxq son stabilisateur. Nous considérons maintenant l’action adjointe du groupe K˚ sur lui-même : ϕpkqx “ kxk ´1 .260) Le centre Z est un sous corps de Zx . nous pouvons choisir la couleur des deux perles par lesquelles passe l’axe ainsi que la couleur des pn ´ 2q{2 paires de perles.263) En mettant bout à bout nous avons et par conséquent n “ dpxqmpxq. Zx est un sous corps de (8. (8. ESPACES VECTORIELS. donc il existe mpxq tel que CardpKq “ CardpZx qmpxq . La formule de Burnside donne ˜ ¸ 1 ÿ n pn`2q{2 n n{2 CardpΩq “ ϕpdqq n{d ` q ` q .5 Théorème de Wedderburn Théorème 8.258) 2n d n 2 2 8. L’ordre de G est donc encore 2n. Nous supposons maintenant que K est non commutatif. En plus de symétries axiales passant par un sommet et le milieu du côté opposé. Dans ce cas Z ‰ K et nous avons n ě 2.67 (Théorème de Wedderburn[69]). Notons que cette fois G ne contient plus que n{2 symétries passant par un sommet et un côté.268 CHAPITRE 8.261) K. il y a les axes passant par deux sommets opposés.262) q n “ CardpZx qmpxq “ q dpxqmpxq .259) pour un certain n.7. Démonstration. donc il existe dpxq tel que CardpZx q “ q dpxq . Pour colorier un collier en tenant compte d’une telle symétrie. De la même manière. le choses se compliquent un tout petit peu. Ce dernier est un corps fini et un sous corps de K.257) Le groupe G contient n{2 tels axes.266) . 2n (8. (8. (8. Tout corps fini est commutatif. (8. Nous avons donc ¨ ˛ n`1 1 ˝ÿ n{d CardpΩq “ q ϕpdq ` nq 2 ‚. Cela fait en tout q2q n´2 2 “q n`2 2 . MATRICES possibilités. (8. Le point important à retenir est que dpxq divise n pour tout x P K. sauf que Stabpyq est dans K˚ alors que Zy est dans K. Soit K un corps fini et Z.256) d|n Si n est pair. (8. Si q “ CardpZq alors par le lemme 3. (8. Nous avons donc ` ˘ Card Stabpyq “ CardpZy q ´ 1 “ q dpyq ´ 1.264) Nous notons Ox l’orbite de x P K˚ pour cette action. le centre de K.26 nous avons CardpKq “ q n (8.265) parce que Zy et Stabpyq ont les mêmes définitions. Nous avons Zy “ Stabpyq Y t0u (8.

Étant donné que n ě 2 nous avons z0 ‰ 1. . . (8. X dpyi q ´ 1 i“1 (8. . .267) et il y en a q ´ 1. Le polynôme cyclotomique φn divise également X n ´ 1 et par conséquent φn divise F . . la distance entre z0 et q doit être strictement plus grande que q ´ 1 parce que q ´ 1 est le minimum de la distance entre le cercle trigonométrique et q. .270). . Nous utilisons l’équation des classes (1. ESPACES VECTORIELS. Oyr . 8. tzq´1 u (8. . zq´1 les éléments de Z avec z0 “ 0. (8.61 en remarquant que dpyi q ă n parce que sinon CardpZyi q “ CardpKq. CardpK˚ q “ q n ´ 1 et Card Stabpyi q “ q dpyi q ´ 1.271) X dpyi q ´ 1 dans ZrXs. contrairement aux apparences. Une application T : Rm1 ˆ . xk q dans . . et n’est atteint qu’en z “ 1. donc r ÿ qn ´ 1 q ´ 1 “ pq ´ 1q ` . les autres orbites. Évidemment q ‰ 1 parce que si q “ 1 alors CardpKq “ 1 et le théorème est trivial. q dpyi q ´ 1 i“1 n (8.272) En effet nous avons F pqq “ q ´ 1 par construction : comparer (8.68. Par ailleurs Qpqq est un entier (parce que Q P ZrXs et q P N) et Qpqq ‰ 0.270) Étant donné que dpyi q divise n. nous avons. ce qui signifierait que yi P Z.269) Nous considérons la fraction rationnelle F pXq “ pX n ´ 1q ´ r ÿ Xn ´ 1 . ce qui nous avions exclu. comme indiqué sur la figure 8. . Par conséquent le polynôme cyclotomique φn divise Xn ´ 1 (8. CardpStabpyi qq i“1 r ÿ (8. MATRICES 269 Nous avons CardpOx q “ 1 si et seulement si Ox “ txu si et seulement si Stabpxq “ K˚ si et seulement si z P Z ˚ . Ce sont les éléments qui auront une orbite réduite à un point. au moins un des termes doit l’être : il existe z0 P ∆n tel que |z0 ´ q| ď q ´ 1.269) avec (8. Nous pouvons exploiter un peu mieux la proposition 8.1. ˆ Rmk Ñ Rp est dite k-linéaire si pour tout X “ px1 .272) nous avons q ´ 1 ‰ 0. Mais d’autre part. parce qu’à droite de (8.273) Par définition du polynôme cyclotomique nous avons ź |φn pqq| “ |q ´ z|. (8.8 Applications multilinéaires Définition 8. Les orbites qui coupent Z ˚ sont tz1 u. Il existe donc Q P ZrXs tel que F “ Qφn . . En particulier en évaluant en q : F pqq “ Qpqqφn pqq “ q ´ 1. . . Nous avons ainsi obtenu une contradiction.268) ` ˘ mais CardpZ ˚ q “ q ´ 1. . Soient Oy1 . .61(3).CHAPITRE 8. Nous avons donc |Qpqq| ě 1 et donc |φn pqq| ď q ´ 1. .274) zP∆n Étant donné que ce produit doit être inférieur à q ´ 1. . que F P ZrXs par la proposition 8. et nous concluons que le corps K est commutatif. Soient z0 .107) : CardpK q “ CardpZ q ` ˚ ˚ CardpK˚ q . .

. . }x ˚ y ´ x0 ˚ y0 }p “ }px ´ x0 q ˚ y ´ x0 ˚ py ´ y0 q}p ď ď }px ´ x0 q ˚ y}p ` }x0 ˚ py ´ y0 q}p ď (8.ˆ Rmk dans Rp est noté LpRm1 ˆ. . (8. ESPACES VECTORIELS.71. . · . x2 . . @i P t1. . ku. . . . . Rp q. . xk q sont linéaires pour tout i dans t1. · q P LpRmk . . . ku. . .1 – Nous devons avoir |z0 ´ q| ą q ´ 1. xk q P LpRm1 . . On adopte la notation T px.CHAPITRE 8. . . . . Vous pouvez deviner ce que sont les applications trilinéaire ou quadrilinéaire. . Évidemment 0m ˚ 0n “ 0p . . Rp q des fonction k-linéaires et continues est donnée par le meilleur L possible. . . ˆ Rmk les applications xi ÞÑ T px1 . Rp q ou LpRm1 .j xi yj . . . c’est à dire T p · . . . . .277) Démonstration. . . i “ 1. L’application k-linéaire T : Rm1 ˆ . xk q}p ď L}x1 }m1 ¨ ¨ ¨ }xk }mk . . ku. . . R associée i. ˆ Rmk . Soit T continue en p0m . . tel que }T px1 .ˆ Rmk . xi . (8. Exemple 8. . Rp q. yq “ xT Ay “ ai. xk q P LpRm2 .j Définition 8. . L’application bilinéaire de Rm ˆ Rn dans à A est définie par ÿ TA px. Rp q. . . Rm1 ˆ . .275) T px1 .278). . Rmk . .277) soit satisfaite. . . xi .70. xi . uk q}p | }ui }mi ď 1. . . En particulier lorsque k “ 2. . . . . La norme sur l’espace LpRm1 ˆ .276) Proposition 8. . . . . . . . nous parlons d’applications bilinéaires. donc il existe δ ą 0 tel que si x est dans la boule de rayon δ centrée en 0m et y est dans la boule de rayon δ centrée en 0n alors }x ˚ y}p ď 1. y P Rn .ˆRmk . . . MATRICES 270 Figure 8. . plus précisément elle est définie par }T }LpRm1 ˆ. . T px1 . . yq “ x ˚ y Supposons que l’inégalité (8. @xi P Rmi . . (8. réel. . . xi . Rp q.278) ď L}x ´ x0 }m }y}n ` L}x0 }m }y ´ y0 }n .69 Soit A une matrice avec m lignes et n colonnes. . ˆ Rmk Ñ Rp est continue si et seulement s’il existe L ě 0.. 0n q. . . . xk´1 . L’ensemble des applications k-linéaires de Rm1 ˆ. . Pour simplifier l’exposition nous nous limitons au cas k “ 2. Si x Ñ x0 et y Ñ y0 on voit que T est continue en passant à la limite aux deux côtes de l’inégalité (8. @x P Rm .Rp q “ supt}T pu1 .

Rp qq.9.285) . Nous avons un morphisme d’algèbre ϕu : KrXs Ñ EndpEq P ÞÑ P puq. ωd : LpRm ˆ Rn . · q. Démonstration. ESPACES VECTORIELS.73. (8. ` ˘ (8. un corps commutatif. @x P Rm . ωd pT qpyq “ T p · . par ωg pT qpxq “ T px. Il possède donc un noyau. (8. Le polynôme minimal de u est le générateur unitaire de Iu . Si u est un endomorphisme Iu “ tP P KrXs tel que P puq “ 0u (8. Proposition 8. Nous le notons µu : µu puq “ 0.1 Endomorphismes Polynôme caractéristique Soit A un anneau commutatif et prolonge en une injection K. Lemme 8. (8.281) Si u P Mn pAq. L’injection canonique A Ñ ArXs se MpAq Ñ M ArXs .279) On remarque que δx{}x}m est dans la boule de rayon δ centrée en 0m et que δy{}y}n est dans la boule de rayon δ centrée en 0n .284) Cet endomorphisme ne peut pas être injectif parce que KrXs est de dimension infinie tandis que EndpEq est de dimension finie. δ2 }x}m }y}n ˆ (8.282) Ce faisons nous assimilons la matrice u et l’endomorphisme u : E Ñ E qu’elle définit. nous définissons le polynôme caractéristique de u : χu pXq “ detpX 1n ´ uq. LpRm . MATRICES Soient maintenant x dans Rm zt0m u et y dans Rn zt0n u ˙ ˆ ˙ }y}n δy }x}m δx ˚ “ x˚y “ δ }x}m δ }y}n ˙ ˆ ˙ ˆ }x}m }y}n δy δx “ ˚ .271 CHAPITRE 8. Rp q Ñ LpRm . δ2 Il faut prendre L “ 1{δ 2 . Rp q Ñ LpRn . LpRn .280) @y P Rn .283) n’est pas vide. On définit les fonctions ωg : LpRm ˆ Rn . (8. yq. c’est à dire qu’il existe P P KrXs tel que P pXq “ 0. Rp qq. Définition 8. 8.72.74. et Les fonctions ωg et ωd sont des isomorphismes qui préservent les normes.9 8. C’est le polynôme unitaire de plus petit degré qui annule u. On conclut }x}m }y}n x˚y ď .

75. Démonstration. KrXs. l’ordre de l’annulation est la multiplicité algébrique de la valeur propre λ de u. Théorème 8. À ne pas confondre avec la multiplicité géométrique qui sera la dimension de l’espace propre. Le nombre λ “ 1 est une racine double de ce polynôme.272 CHAPITRE 8. MATRICES Lemme 8. Une matrice triangulaire supérieure avec des 1 sur la diagonale n’est diagonalisable que si elle est diagonale (c’est à dire si elle est la matrice unité). Si λ P K est une racine de χu . et pourtant il n’y a qu’une seule dimension d’espace propre : ˆ ˙ˆ ˙ ˆ ˙ 1 0 x x “ (8. Démonstration. Soit vi P Vλi un choix de vecteurs propres de u. ce qui est équivalent à dire que detpu ´ λ1q est nul ou encore que λ est une racine du polynôme caractéristique de u. ` pλp ´ λ1 qvp “ 0.76.288) 1 1 y y ˆ 2.77 qui précise que le polynôme caractéristique a les mêmes racines dans K que le polynôme minimal. Les conditions suivantes sont équivalentes (1) λ P Specpuq (2) χu pλq “ 0 (3) µu pλq “ 0. . . La somme des Vλ est directe. (1) ô (2). . Alors (1) Le polynôme caractéristique divise pµu qn dans KrXs. . Soit u P EndpEq et λ P K. Lemme 8. (2) ô (3). . Cela est une application directe du théorème 8. Si la somme n’est pas directe. nous pouvons considérer une combinaison linéaire des vi qui soit nulle : v1 ` . entraine x “ 0. (8.77. Exemple 8. Le polynôme χu est unitaire et de degré n. Soit u un endomorphisme et Eλ puq ses espaces propres. Soit E un K-espace vectoriel de dimension finie n et un endomorphisme u P EndpEq.78 ˙ 1 0 Sur R nous considérons la matrice A “ qui a pour polynôme caractéristique le polynôme 1 1 χA “ pX ´ 1q2 . Dire que λ est dans le spectre de u signifie que l’opérateur u ´ λ1 n’est pas inversible. Lemme 8.287) Appliquons pA ´ λ1 1q à cette égalité : En appliquant encore successivement les opérateurs pA ´ λi 1q nous réduisons le nombre de termes jusqu’à obtenir vp “ 0. Ici la multiplicité algébrique est différente de la multiplicité géométrique.286) pλ2 ´ λ1 qv1 ` . ESPACES VECTORIELS.80. Théorème 8. (4) Le polynôme caractéristique est scindé si et seulement si le polynôme minimal est scindé.79. (8. (2) Les polynômes caractéristiques et minimaux ont mêmes facteurs irréductibles dans (3) Les polynômes caractéristiques et minimaux ont mêmes racines dans KrXs. ` vp “ 0.

Définition 8.290) B“ A“ 4 3 3 4 Nous avons χA “ x2 ´ 5x ´ 2 tandis que χB “ x2 ´ 5x ` 2 alors que le polynôme caractéristique est un invariant de similitude.81. 8.292) (8.289c) La permutation de lignes ou de colonnes ne sont pas de similitudes. Si A est une matrice triangulaire supérieure de taille n telle que Aii “ 1. En effet si A “ ϕu pP q et B “ ϕu pQq. l Par conséquent pP Qqpuq contient al bk´l uk .294) . Par ailleurs P puq ˝ Qpuq est donné par ˜ ¸ ÿ ÿ ÿ i j ai u bj u pxq “ ai bj ui`j pxq. Kq telle que B “ P ´1 AP . 8. alors A ` B “ ϕu pP ` Qq et λA “ pλP qpuq. Lemme 8.9. En particulier c’est un espace fermé. En effet si P est une matrice inversible.289a) (8. (8. Si P “ ř KrXs et si u est un endomorphisme d’un K-espace vectoriel E. un polynôme. Pour la diagonaliser. Le polynôme caractéristique est un invariant sous les similitudes. Nous considérons l’application ϕu : KrXs Ñ EndpEq P ÞÑ P puq. ESPACES VECTORIELS.291) L’image de ϕu est un sous-espace vectoriel.289b) (8.293) al bk´l .CHAPITRE 8. Deux matrices équivalentes en ce sens sont dites semblables.3 Polynômes d’endomorphismes Soit u P EndpEq où E est un K-espace vectoriel. ce qui est uniquement possible si A “ 1.82. alors le coefficient de X dans P Q est i ai X et Q “ ÿ (8.293). comme le montrent les exemples suivants : ˙ ˙ ˆ ˆ 2 1 1 2 . χP AP ´1 “ detpP AP ´1 ´ λXq ` ˘ “ det P ´1 pP AP ´1 ´ λXqP ´1 “ detpA ´ λXq. (8.2 Matrices semblables Sur l’ensemble Mn pKq des matrices n ˆ n à coefficients dans K nous introduisons la relation d’équivalence A „ B si et seulement si il existe une matrice P P GLpn. Nous disons que P est un polynôme annulateur de u si P puq “ 0 en tant que endomorphisme de E.9. i ř l j ij Le coefficient du terme en uk est bien le même que celui donné par (8. (8. Soit u un endomorphisme d’un K-espace vectoriel E et P . ř i j k j bj X . MATRICES 273 Démonstration. Une matrice est diagonalisable si elle est semblable à une matrice diagonale. pP Qqpuq “ P puq ˝ Qpuq. Kq telle que 1 “ P ´1 AP . alors detpA´ λ1q “ p1 ´ λqn . (8. ce qui signifie que SpecpAq “ t1u. il faudrait une matrice P P GLpn. Si P et Q sont des polynômes dans nous avons Démonstration.

Nous posons Qi “ ź Pi . un endomorphisme semi-simple dont la décomα α position du polynôme minimal µf en facteurs irréductibles sur KrXs est µf “ M1 1 ¨ ¨ ¨ Mr r . . ` ˘ pRi Qi qpuq ˝ pRj Qj qpuq “ Ri Qi Rj Qj puq “ Sij puq ˝ P puq “ 0 (8.300) où Sij est un polynôme.302) par conséquent ImagepRi Qi puqq Ă ker Pi puq. nous devons montrer que Ri Qi puqE “ ker Pi puq. ` Rn Qn “ 1. nous reprenons l’équation (8. (8. proposition 9. Si F est un sous-espace stable par f .86) donne l’existence de polynômes Ri tels que R1 Q1 ` .CHAPITRE 8. (8. Nous pouvons voir E comme un K-module et appliquer le théorème 2.303) ` ˘ Par conséquent x P Image Ri Qi puq . .295) De plus les projecteurs associés à cette décomposition sont des polynômes en u. .298) avec x P ker Pi puq.304) i“1 . (8.87 ces polynômes sont étrangers entre eux et le théorème de Bézout (théorème 2. alors r à F “ ker Miαi pf q X F (8. D’abord nous avons Pi Ri Qi puq “ pRi P qpuq “ Ri puq ˝ P puq “ 0.296) j‰i Par le lemme 2. Démonstration.298) i“1 ` ˘ et en particulier si nous posons Ei “ Image Pi Qi puq nous avons E“ n ÿ Ei .24. un K-espace vectoriel de dimension finie et f . Corollaire 8. (8. Nous supposons que P s’écrive comme le produit P “ P1 . . ESPACES VECTORIELS. (8. (8. Soit E. ‘ ker Pn puq. Pn de polynômes deux à deux étrangers.297) Si nous appliquons cette égalité à u et ensuite à x P E nous trouvons n ÿ pRi Qi qpuqpxq “ x.8. (8. Elle se réduit à pRi Qi qpuqx “ x. Soit P P KrXs un polynôme tel que P puq “ 0. MATRICES 274 Théorème 8. . Pour obtenir l’inclusion inverse. en utilisant le lemme 8. alors Qi Qj est multiple de P et nous avons. Soit u un endomorphisme du K-espace vectoriel E.83 (Décomposition des noyaux ou lemme des noyaux). (8.82. Les opérateurs Ri Qi puq ont l’identité comme somme et sont orthogonaux. Alors E “ ker P1 puq ‘ .84. . et nous avons donc la décomposition en somme directe : n à E“ Ri Qi puqE. Si i ‰ j. Ce lemme est utilisé pour prouver que toute représentation est décomposable en représentations irréductibles.299) i“1 Cette dernière somme n’est éventuellement pas une somme directe.301) i“1 Afin de terminer la preuve.

le membre de gauche est encore dans F et xi P Ei X F . Soient donc les points x1 .x . Pour chaque x P E nous considérons l’idéal If. donc le polynôme µf.305) Nous pouvons décomposer x P F en termes de cette somme : x “ x1 ` . un des termes de l’union doit être l’espace E entier. Toujours selon le lemme des noyaux.307) i“1 L’inclusion inverse est immédiate parce que Fi Ă F pour chaque i.x divise µf pour tous les x. C’est le théorème 2.91 qui nous assure l’existence d’un unique générateur unitaire dans If.x nous avons µf. . alors il est semi-simple.310) Étant donné que x P ker µf. xl tels que tµf.8. Nous en déduisons que l’ensemble tµf. Lemme 8.4 Polynôme minimal ponctuel Définition 8.xi annule f et est donc divisé par le polynôme minimal de f . donc le lemme des noyaux (8. Si le polynôme minimal d’un endomorphisme est irréductible. . Soit E.xl u.308) C’est l’ensemble des polynômes qui annulent f en x. . Vu que x P F .x pf qx “ 0. MATRICES 275 Démonstration. Les polynômes Miαi sont deux à deux étrangers et µf pf q “ 0.CHAPITRE 8. (8.x n’est pas réduit à t0u parce que le polynôme minimal de f fait partie de If. Nous avons donc r à F Ă Fi .306) avec xi P Ei . Nous savons que pour tout x P E. 8. Par conséquent ď E“ ker µf. . L’idéal If. ` xr (8. µf.xi divise et est divisé par µf . et en appliquant proji à (8. un espace vectoriel et f : E Ñ E un endomorphisme de E.309) est en réalité un ensemble fini.x est le polynôme minimal ponctuel de f en x. ‘ Er . .312) Le polynôme µf.9. (8.83) s’applique et E “ E1 ‘ . (8.xi pf q .85.x tel que x P Eu “ tµf. . les projections sur les espaces Ei sont des polynômes en f . (8. Il existe donc un xi tel que ` ˘ E “ ker µf. Soit f : E Ñ E un endomorphisme de l’espace vectoriel E.xi pf q . .x P If. ESPACES VECTORIELS.xi .311) 1ďiďl En vertu de la proposition 8. (8.x “ tP P KrXs tel que P pf qx “ 0u. Il sera noté µf. proji pxq “ xi .x .306).x1 . .86. Par conséquent µf “ µf. Par conséquent F est stable sous toutes ces projections proji : E Ñ Ei . Nous posons Ei “ ker Miαi pf q et Fi “ Ei X F .x . Ces définitions sont légitimées par les faits suivants. (8. Il existe un élément x P E tel que µf.x “ µf . .x et donc µf. Le générateur unitaire de If. . sinon µf ne serait pas un polynôme.87. . Nous avons donc montré que µf. µf P If.x tel que x P Eu (8. Démonstration.x . . Lemme 8. .

314) Cela est un idéal non réduit à t0u parce que le polynôme minimal de f par exemple est dans Iu1 . donc Apf qy P F . Sinon nous considérons u1 P EzF et Eu1 “ tP pf qu1 tel que P P KrXsu. Prenons maintenant y P F . Soit Pu1 un générateur unitaire de Iu1 .317) où chacun des Eui sont stables. ce procédé s’arrête à un certain moment et nous aurons E “ F ‘ Eu1 ‘ . Mr r où les Mi sont des polynômes irréductibles deux à deux distincts.88. un endomorphisme dont le polynôme minimal est irréductible et F .276 CHAPITRE 8. Étant donné que Pu1 est irréductible cela implique que Pu1 et P sont premiers entre eux (ils n’ont pas d’autre pgcd que 1). (8. loomoon looomooon “y (8. Si F “ E. Autrement dit. Mais vu que S est stable par f nous avons aussi que M N pf qx P S. Sinon nous reprenons le raisonnement avec Eu1 ‘ F en guise de F et en prenant u2 P EzpEu1 ‘ F q. ‘ Euk (8.315) Nous appliquons cette égalité à f et puis à u1 : u1 “ Apf q ˝ P pf qu1 `Bpf q ˝ Pu1 pu1 q “ Apf qy. Si cet espace est E alors nous arrêtons. Théorème 8. . un sousespace stable par f . Nous allons montrer que M N est un polynôme annulateur de f . MATRICES Démonstration. B P KrXs tels que AP ` BPu1 “ 1.318) qui est stable par f . . et qui possède donc un supplémentaire S également stable par f . il n’y a pas de problèmes. Soit i tel que αi ě 1 et N P KrXs tel que µf “ M 2 N où l’on a noté M “ Mi . Démonstration. . . Nous utilisons maintenant Bézout (théorème 2. Finalement M N pf qx P F X S “ t0u. . Nous avons maintenant que l’espace Eu1 ‘ F est stable sous f .316) “0 Mais y P F . Nous étudions l’espace F “ ker M pf q (8. Étant donné que F est le noyau de M pf q. Étant donné que E est de dimension finie. Étant donné que µf P Iu1 . (8. (8. ce la signifie que P R Iu1 . D’abord nous prenons x P S. (8.319) ce qui signifie que M N pf qx P F . Nous aurions donc u1 P F . Supposons que f soit semi-simple et que son polynôme minimal soit donné par µf “ α α M1 1 .86) qui nous donne A.320) parce que y P F “ ker M pf q. ce qui est impossible par choix. nous avons que Pu1 divise µf et donc Pu1 “ µf parce que µf est irréductible par hypothèse. ESPACES VECTORIELS. ` ˘ M pf q M N pf qx “ µf pf qx “ 0. Nous devons montrer que αi “ 1 pour tout i. Soit f . Un endomorphisme est semi-simple si et seulement si son polynôme minimal est produit de polynômes irréductibles distincts deux à deux. Nous avons ` ˘ M N pf q “ N pf q M pf qy “ 0 (8. Montrons que Eu1 X F “ t0u. M N pf q s’annule sur S. Soit y P Eu1 X F . Pour cela nous regardons l’idéal Iu1 “ tP P KrXs tel que P pf qu1 “ 0u. c’est à dire que Pu1 ne divise pas P . Par définition il existe P P KrXs tel que y “ P pf qu1 et si y ‰ 0.313) qui est un espace stable par f . Nous devons en trouver un supplémentaire stable.

325) Si f est un endomorphisme de l’espace vectoriel E et si x P E. Mi est le polynôme minimal. l’endomorphisme fi est semi-simple par le lemme 8.323) Étant donné que sur chaque Si nous avons f |Si “ fi . ‘ Er ` ˘ ` ˘ “ S1 ‘ pF X E1 q ‘ .y est un polynôme annulateur de f . Soit f . . . . Étant donné que µfi “ Mi . (8. Lemme 8. En utilisant les notations de la définition 8. Bien entendu. Proposition 8. Proposition 8.322) i“1 Les espaces Ei sont stables par f et étant donné que Mi est irréductible. l’espace S “ S1 ‘ . Démonstration.91.82. . Alors (8. un vecteur cyclique de f . Démonstration.84 nous avons F “ r à pF X Ei q. nous notons Ef. (8. L’ensemble I “ tQ P KrXs tel que Qpuq “ 0u est un idéal par le lemme 8. Soit F un sous-espace vectoriel stable par f . Nous concluons que µu divise tous les éléments de I. Soit f un endomorphisme cyclique d’un espace vectoriel E de dimension finie et y. alors le polynôme minimal µu divise P . MATRICES 277 Nous avons prouvé que M N pf q s’annule partout et donc que M N pf q est un polynôme annulateur de f . il possède un supplémentaire stable que nous notons Si : Ei “ Si ‘ pF X Ei q. Soit mf “ M1 .91 ([57]). Le vecteur y étant cyclique. ‘ Sr ‘ pF X Er q r r `à ˘ `à ˘ “ Si ‘ F X Ei i“1 (8.324a) (8.324b) (8. ‘ Sr est stable par f .82 nous avons ` ˘ ` ˘ µf. Mais Mi étant irréductible. . Dans ce cas µf divisera µf.y pf qx “ µf.324c) i“1 “ S ‘ F. tout élément de E s’écrit sous la forme x “ P pf qy où P est un polynôme (de degré égal à la dimension de E). (8.89.324d) ce qui montre que F a bien un supplémentaire stable par f et donc que f est semi-simple.y pf q y “ 0. nous devons démontrer que µf.85. L’espace F X Ei étant stable par l’endomorphisme semi-simple fi .326) . Le polynôme minimal de u est un élément de degré plus bas dans I et par conséquent I “ pµu q par le théorème 2. un endomorphisme de E et x P E. . En effet.321) et fi “ f |Ei . . Mr une décomposition du polynôme minimal de l’endomorphisme f en irréductibles distincts deux à deux.90.87.y pf q ˝ P pf q y “ P pf q ˝ µf.CHAPITRE 8. Nous notons Ei “ kerpMi pf qq (8. ESPACES VECTORIELS. donc µf. Du coup nous avons E “ E1 ‘ . Si P est un polynôme tel que P puq “ 0.x “ Spantf k pxq tel que k P Nu.f . ce qui montre que le minimal de fi divise Mi . il est le polynôme minimal de fi . Mi est annulateur de fi . ce qui contredit la minimalité de µf “ M 2 N . En utilisant le lemme 8. Par le lemme 8. Montrons que µf.y divise µf .y et le lemme sera démontré.y “ µf . (8. Alors le polynôme minimal de f en y est le polynôme minimal de f . µf P Iy. Nous passons au sens inverse. .

x pf qx “ µf. Nous prouvons par récurrence que f pf.x soit stable par f est classique.330) i“0 Étant donné que µf. Le point (4) est un une application du point (3).x pXq “ X pf.x est µf. Le fait que Ef.x ÿ ´ ai X k . (3) Le polynôme caractéristique de f |Ef.327) où µf. ESPACES VECTORIELS. (8.x . Théorème 8.x f |Ef.x . ` ˘ µf. (2) L’espace Ef.x .x pf qx “ µf.x q “ pf.x ´1 ÿ 0 “ f pf. (8.x ´ 1 annulant f |Ef.x `k ÿ pxq “ ai f i`k pxq. Nous montrons maintenant que µf. Sot Q. un polynôme non nul de degré pf. (4) Nous avons χ f |E f.x ´1 f pf.x pf qx “ 0 et que la somme du membre de droite est dans SpanpBq.x pf qx “ 0. Étant donné que µf.92 (Cayley-Hamlilton).x est de degré minimal dans If.x ´ 1u (8.331) i“0 nous trouvons pf. .333) En y appliquant f k et en profitant de la commutativité des polynômes sur les endomorphismes (proposition 8. (8. MATRICES (1) L’espace Ef.x est le polynôme minimal de f |Ef.332) i“0 alors que par hypothèse de récurrence le membre de droite est dans SpanpBq.x “ degpµf.x est le générateur unitaire de If.x est de dimension pf. (8. Autrement dit.x “ dim Ef. alors que nous avons montré que c’était un système libre.x est stable par f . nous avons f pf.x pf qf k pxq. En effet en appliquant f k à l’égalité pf.329) est libre.x est annulateur de f au point x.x et donc une base d’icelui. Le polynôme caractéristique est un polynôme annulateur. (8.x pxq ´ ai f i pxq (8.335) Montrons que µf. L’ensemble B est alors générateur de Ef.328) Démonstration. Nous concluons que µf.x annulant x. Les deux gros morceaux sont donc les points (2) et (3). En effet une combinaison nulle des vecteurs de B donnerait un polynôme en f de degré inférieur à pf. (8.x .334) de telle sorte que µf.278 CHAPITRE 8.82).x pxq P SpanpBq.x pf qx “ 0.x . Nous savons que µf. l’ensemble B “ tf k pxq tel que 0 ď k ď pf.x `k pxq P SpanpBq.x . Nous écrivons pf. Nous avons donc bien dimpEf.x q (8. En particulier Qpf qx “ 0.x ´1 µf. alors qu’une telle relation signifierait que B est un système lié. nous avons ` ˘ 0 “ f k µf.x .x est même minimal pour f |Ef.x .x “ 0.x pf q est nul sur B et donc est nul sur Ef.

k“1 et donc u´1 “ ´ n ÿ 1 ak f k´1 detpf q k“1 (8. La trace étant un invariant de similitude. Le polynôme de Cayley-Hamilton donne un moyen de calculer l’inverse d’un endomorphisme inversible pourvu que l’on sache son polynôme caractéristique. i“1 Une propriété importante est son invariance cyclique.337) parce que la proposition 8.5 Endomorphismes nilpotents La trace d’une matrice A P Mpn. alors TrpABq “ TrpBAq.x divise χf . MATRICES Démonstration. Pour cela nous nous fixons un x P E. nous pouvons donc définir la trace comme étant la trace de sa matrice dans une base quelconque.x pf qx “ 0 (8.x . le polynôme caractéristique de f |Ej. nous considérons l’espace Ef. Si la matrice est diagonalisable.9.336) et donc aussi ` ˘ χf pf qx “ Qx pf q χf.339) ak f k .91 nous indique que χf.279 CHAPITRE 8.338) ak X k . k“0 Nous aurons alors 0 “ χf pf q “ n ÿ (8. supposons que χf pXq “ n ÿ (8. En particulier. le polynôme caractéristique de f |Ef. la trace est un invariant de similitude parce que TrpABA´1 q “ TrpA´1 ABq “ TrpBq.340) ak f k´1 . Démonstration.94 ([23]). k“0 Nous appliquons f ´1 à cette dernière égalité en sachant que f ´1 p0q “ 0 : 0 “ a0 f ´1 n ÿ ` (8.343) i où nous avons simplement renommé les indices i Ø k.x . La trace est un invariant de similitude. .341) où nous avons utilisé le fait que a0 “ χf p0q “ detpf q. c’est à dire qu’il existe un polynôme Qx tel que χf “ Qx χf.x .93. L’endomorphisme u P EndpCn q est nilpotent si et seulement si Trpup q “ 0 pour tout p. Kq est la somme de ses éléments diagonaux : TrpAq “ n ÿ (8. alors la trace est la somme des valeurs propres. Étant donné que Ef. (8. En effet. 8. C’est un simple calcul : ÿ ÿ ÿ ÿ TrpABq “ Aik Bki “ Aki Bik “ Bik Aki “ pBAqii “ TrpBAq ik ik ik (8. Si A et B sont des matrices carré.x et χf.x . Nous devons prouver que χf pf qx “ 0 pour tout x P E. Lemme 8.342) Aii . ESPACES VECTORIELS.x est un polynôme annulateur de f |Ef. Lemme 8.x est stable par f .

D’autre part le polynôme caractéristique de up est le même que celui de u. r Cela sont les équations (8. Par l’équation (8. . r. . . . ` λr Xr “ 0 & . . λr pλi ´ λj q. nous voyons que le coefficient du terme X n´1 dans les polynôme caractéristique est 0 “ Trpup q “ α1 λp ` . Le polynôme caractéristique (8. .10 Diagonalisation Ici encore 8.95. . cela est dû au fait que si v est vecteur propre de i valeur propre λ. ‹ ‰ 0.348) 1ďiďjďr Étant donné que les λi sont distincts et non nuls. “ αr “ 0. ‘ pF X Er q.28) valant ź 0 “ λ1 . Supposons que u est nilpotent. La trace étant la somme des valeurs propres. . Si nous posons Ei “ ker Pini . .346b) (8.1 K est un corps commutatif.349) où les Pi sont des polynômes irréductibles unitaires distincts.345) r 1 Donc les nombres pα1 . alors up v “ λp v.345) écrites avec p “ 1. 8. Endomorphismes diagonalisables Lemme 8. ‚ ˝ . . . . Si α1 “ . . . λr´1 r 1 qui est un déterminant de Vandermonde (proposition 8.344). . Alors ses valeurs propres sont toutes nulles et celles de up le sont également. Il est vite vu que le coefficient de X n´1 dans χu est ´ Trpuq parce que le coefficient de X n´1 se calcule en prenant tous les X sauf une fois ´λi . . en remplaçant λi par λp . . . ` λr Xr “ 0. .347) (8. Si X est une partie d’une algèbre A. . . . . . Supposons maintenant que Trpup q “ 0 pour tout p. .350) 13.344) où les λi (i “ 1. . ` αr λp .346a) (8. pX ´ αr qαr . Pr r (8. . αr q était une solution triviale du système (8. . .346). ESPACES VECTORIELS.282) est χu “ p´1qn X α pX ´ λ1 qα1 . (8.346c) (8. nous avons alors tout de suite Trpup q “ 0.. alors les valeurs propres sont toutes nulles et la matrice est en réalité nulle dès le départ. (8. . 1 ˚ λ1 . Soit une décomposition du polynôme minimal n n µu “ P1 1 . (8. αr q est une solution non triviale 13 du système $ ’ α1 X1 ` . Le déterminant de ce système est ¨ ˛ 1 . Soit F un sous-espace stable par u. . .280 CHAPITRE 8.. . r) sont les valeurs propres non nulles distinctes de u. alors l’algèbre engendrée par X est l’intersection de toutes les sous-algèbres de A contenant X. . (8. ’ % r λ1 X1 ` . . .10. . . MATRICES Démonstration. nous avons une contradiction et nous devons conclure que pα1 . . Définition 8. λr det ˚ . . . . . λ 1 ‹ ˚ ‹ λ1 . alors F “ pF X E1 q ‘ .96. λr´1 . . .

. . (4) L’endomorphisme u est diagonalisable. Étant donné que le polynôme minimal est scindé à racines simples. Considérons H. (8. Le complément ainsi construit est invariant par u. alors ÿ F “ Eλ puq X F (8. fr u une base de F . . . (1) Il existe un polynôme P P KrXs non constant. (2) Le polynôme minimal µu est scindé sur K et toutes ses racines sont simples (3) Tout sous-espace de E possède un supplémentaire stable par u. . Soit F un supplémentaire de H stable par u . . soit F un sous-espace de E un tf1 . Par le théorème 8. (4)ñ(1). En effet si ei est un vecteur propre pour la valeur propre λi . (3)ñ(4). (8. et le polynôme minimal µu le divise parce que l’idéal des polynôme annulateurs est généré par µu par le théorème 2. le polynôme µx est scindé et ne possède que des racines simples. Cette base de F est une base de vecteurs propres de u. nous supposons donc que dim E “ n ě 2. . . En ce qui concerne la diagonalisabilité de u|F .354) j‰i par le lemme 8. tout endomorphisme est diagonalisable. En particulier la restriction de u à F . nous pouvons compléter la base de F par des éléments de la base tei u. un hyperplan qui contient les vecteurs e1 . ‘ kerpu ´ λr q. . Par le théorème 8. c’est à dire µu pXq “ pX ´ λ1 q . . Les propriétés suivantes sont équivalentes. u|F est diagonalisable. .96 sont maintenant les espaces propres. Soit E. Corollaire 8. . Démonstration.6 (qui généralise le théorème de la base incomplète). Soient λ1 . .355) λ où Eλ puq est l’espace propre de u pour la valeur propre λ. pX ´ λr q. MATRICES 281 Théorème 8. . Notons le µu pXq “ pX ´ λ1 q . .98. En dimension un. . . . . . un espace vectoriel de dimension n sur le corps commutatif K et u P EndpEq. il doit être vecteur propre de u. Si u est diagonalisable et si F est une sous-espace stable par u.91. il s’écrit sous forme de produits de monômes tous distincts.97. il est dans l’idéal des polynôme annulateurs de u. en u une base qui diagonalise u. Démonstration. Donc u est diagonalisable. ep de u. . (2)ñ(4). pX ´ λr q (8. (1)ñ(2). .351) où les λi sont des éléments distincts de K. et considérons le polynôme P pxq “ pX ´ λ1 q . .83) nous enseigne que E “ kerpu ´ λ1 q ‘ . Nous supposons maintenant que u est diagonalisable. Étant donné que P puq “ 0. Étant donné que µu puq “ 0. le théorème de décomposition des noyaux (théorème 8. .97. . notons que nous avons une base de F composée de vecteurs dans les espaces Eλ puq.CHAPITRE 8. ź P puqei “ pu ´ λj q ˝ pu ´ λi qei “ 0 (8. Nous procédons par récurrence sur le nombre de vecteurs propres connus de u.82. (4)ñ(3).356) Les espaces Ei du lemme 8. Supposons avoir déjà trouvé p vecteurs propres e1 . λr les valeurs propres deux à deux distinctes. Alors P puq “ 0. Soit te1 .353) (8. pX ´ λr q. par construction dim F “ 1 et si ep`1 P F . .352) Mais kerpu ´ λi q est l’espace propre Eλi puq. ep . . Par conséquent P puq s’annule sur une base. . ESPACES VECTORIELS. scindé sur K dont toutes les racines sont simples tel que P puq “ 0. .

Autrement dit uj Eλ puq Ă Eλ puq. E“ (8.361a) 0 1 ˆ ˙ ˆ ˙ 1 2 1 0 A1 “ “ . alors ils le sont simultanément. Par conséquent SpantEλi puqu est de dimension n est u est diagonalisable. Si Card Specpuq “ dimpEq alors u est diagonalisable. . Supposons que ui et uj commutent et soit x un vecteur propre de ui : ui x “ λx.102 (Burnside[23]). Par hypothèse de récurrence nous avons une base de Eλk pu0 q qui diagonalise tous les ui . ` ˘ Soit E un K-espace vectoriel et u P EndpEq. Nous effectuons une récurrence sur la dimension. Cependant si le corps est de caractéristique 2. Nous montrons que uj x P Eλ puq. Nous savons que les espaces propres correspondants sont en somme directe (lemme 8. (8. Tant que 1 ‰ ´1. . et nous pouvons considérer la famille d’opérateurs ´ ¯ ui |Eλ pu0 q . . Typiquement une symétrie orthogonale dans R3 . .101 Soit un espace vectoriel sur un corps K. Soit u0 un des ui et considérons ses valeurs propres deux à deux distinctes λ1 . MATRICES 282 Lemme 8. j P I alors tout sous-espace propre de ui est stable par uj . nous avons ui : Eλk pu0 q Ñ Eλk pu0 q. ` ˘ (1) Si i. nous avons ˆ ˙ 1 1 A“ (8. Exemple 8. Un sous-groupe de GLpn.361b) 0 1 0 1 Ce A est donc une involution mais n’est pas diagonalisable. Nous supposons également qu’aucun des ui n’est multiple de l’identité. (2) Si les ui sont diagonalisables.358) sinon u0 serait un multiple de l’identité. (8. (8. Le polynôme caractéristique d’une involution est X 2 ´ 1 “ pX ` 1qpX ´ 1q.100. ESPACES VECTORIELS.76). Démonstration. .97). Par exemple si le corps est de caractéristique 2. le résultat est évident. . Cq est fini si et seulement si il est d’exposant fini. Proposition 8.360) k iPI Ce sont tous des opérateurs qui commutent et qui agissent sur un espace de dimension plus petite. Pour chaque k nous avons Eλk pu0 q ‰ E. Théorème 8. . Nous avons ` ˘ ` ˘ ui uj pxq “ uj ui pxq “ λuj pxq. Démonstration. Par contre nous avons à Eλk pu0 q.CHAPITRE 8. Soient λ1 .359) k Par le point (1). Si dim E “ 1. Un opérateur involutif est un opérateur différent de l’identité dont le carré est l’identité.357) Par conséquent uj pxq est vecteur propre de ui de valeur propre λ. λn les valeurs propres distinctes de u. X 1 ´ 1 est donc scindé à racines simples et les involutions sont diagonalisables (8. Soit pui qiPI une famille d’endomorphismes qui commutent deux à deux. λr . .99. (8. . Montrons maintenant l’affirmation à propos des endomorphismes simultanément diagonalisables. alors X 2 ´ 1 “ pX ` 1q2 et l’involution n’est plus diagonalisable.

367) (8. MATRICES 283 Démonstration.365a) ` ˘ “ Tr BB ´1 pAB ´1 qp´1 (8. alors ` ˘ P AB ´1 ´ 1 P ´1 “ D ´ 1 qui est encore diagonale. Cq dont nous considérons l’algèbre engendrée (définition 8. . Soit C1 . Du coup AB ´1 est diagonalisable .368) Donc la trace de N k est nulle et le lemme 8.95) G. k p“0 (8.CHAPITRE 8. . TrpACr q . k ´1 TrpN k q “ k k ÿ ˆp˙ p´1qk´p n “ np1 ´ 1qk “ 0. ESPACES VECTORIELS.97 nous assure alors que ces éléments sont diagonalisables. Nous notons e l’exposant de G. Étant donné qu’elle est aussi diagonalisable. Cr une famille génératrice de G constituée d’éléments de G et la fonction τ : G Ñ Cr ` ˘ (8. nous avons TrpAM q “ TrpBM q (8. nous avons Imagepτ q “ tTrpAq tel que A P Gur . . Si G est fini. La fonction τ est donc injective. posons P AB ´1 P ´1 “ D. Nombre fini de valeurs Les éléments de G sont annulés par X e ´ 1 qui est un polynôme scindé à racines simples. Nous supposons maintenant que l’ordre de G est fini. et en tenant compte du fait que Tr pAB ´1 qp “ n.365c) En continuant nous obtenons ` ˘ Tr pAB ´1 qp “ Trp1q “ n. Par conséquent les traces des éléments de G ne peuvent prendre qu’un nombre fini de valeurs : toutes les sommes de n racines eièmes de l’unité.369) . (8. Cq. Par conséquent G est fini parce que τ est injective.363) pour tout M P G. (8. En particulier. elle est nulle. . (8. qui est un ensemble fini. Dons le polynôme minimal d’un élément de G est (a fortiori) scindé à racines simples et le théorème 8. Soit G un sous-groupe de GLpn. Notons par ailleurs N “ AB ´1 ´ 1. Du coup les valeur propres des matrices de G sont des racines eièmes de l’unité.365b) ` ˘ ´1 p´1 “ Tr pAB q .363) (8. Par ailleurs nous avons ` ˘ ` ˘ Tr pAB ´1 qp “ Tr AB ´1 pAB ´1 qp´1 (8. (8. Donc N est diagonalisable. tous les éléments de G sont des racines du polynôme X e ´ 1. l’ordre de ses éléments divise |G| (corollaire 1.34) au théorème de Lagrange et l’exposant est le PPCM qui est donc fini également.94 nous enseigne que N est alors nilpotente. k ÿ ˆp˙ N “ pAB ´ 1q “ p´1qk´p pAB ´1 qp k p“0 ` ˘ En prenant la trace.362) A ÞÑ TrpAC1 q.364) qui est diagonalisable parce que AB ´1 P G et donc est annulé par le polynôme X e ´ 1 qui est scindé à racines simples. . . . τ est injective Supposons que τ pAq “ τ pBq. Alors pour tout générateur Ci nous avons TrpACi q “ TrpBCi q et par linéarité de la trace. Mais vu que les Ci sont dans G.366) D’autre part. Générateurs Le groupe G est une partie de Mpn. . Nous en concluons que AB ´1 “ 1 et donc que A “ B.

62. Dans ce cas.375) Nous notons Σ “ ta2 ` b2 tel que a. Lemme 8. L’ensemble Σ est un sous-monoïde de N. . 8. L’anneau Fp rXs{pP q est intègre si et seulement Démonstration. (8. c’est à dire z “ ˘1 ou z “ ˘i.284 CHAPITRE 8. ESPACES VECTORIELS.371) t dans C. Supposons que P soit réductible dans Fp rXs. Soient t. (8. ˘iu. Q est diviseur de zéro dans Fp rXs{pP q parce que QR “ 0. t (8.104. il est principal (proposition 2. MATRICES Proposition 8. Soit p un nombre premier et P un élément de si P est irréductible dans Fp rXs. Dans l’exemple 2. Démonstration.10.103. Nous supposons maintenant que Fp rXs{pP q ne soit pas intègre : il existe des polynômes R.370) Zris. L’application Zris N: Zris Ñ N a ` bi ÞÑ a2 ` b2 est un stathme euclidien pour (8. alors il existe z 1 P Zris˚ tel 1 “ N pzz 1 q “ N pzqN pz 1 q.105. Déterminons les éléments inversibles de que zz 1 “ 1.106. Tous les facteurs irréductibles de A étant soit dans Q soit dans R. De plus z |r| “ |z ´ qt| “ |t|| ´ q| ă |t|. c’est à dire qu’il existe Q. Alors nous avons ? z |1 ` i| 2 | ´ q| ď “ ă 1. Les éléments inversibles de Zris sont t˘1. Étant donné que Zris est euclidien. ˘iu. t P Zriszt0u et z “ x ` iy (8. Nous avons donc Zris˚ “ t˘1. Nous considérons q “ a ` bi où a et b sont les entiers les plus proches de x et y.372) t 2 2 On pose r “ z ´ qt qui est bien un élément de Zris. Dans ce cas le polynôme QR est le produit de P par un polynôme : QR “ P A. Fp rXs.373) c’est à dire que |r|2 ă |t|2 et donc N prq ă N ptq. R P Fp rXs ¯ ¯¯ tels que P “ QR. ce qui signifie que P n’est pas irréductible. Lemme 8. Démonstration. Si il y a ex aequo.63).2 Un peu de structure dans Lemme 8. Dans ce cas nous aurions Zris. Si z P Zris˚ . nous prenions toujours l’inférieur parce que le stathme tenait compte de la positivité. Q P ¯¯ Fp rXs tels que QR “ 0. on prend au hasard 14 .374) ce qui est uniquement possible avec N pzq “ N pz 1 q “ 1. (8. b P Nu. 14. il est possible de modifier un peu Q et R pour obtenir QR “ P .

Soit p un nombre premier dans Σ. Nous avons alors p “ zz 1 avec ni z ni z 1 dans t˘1. parmi les 2 mod 4. puis nous allons voir quels sont les irréductibles de Zris. un nombre premier dans Σ. nous avons Zris{ppq “ pZrXs{ppqq{pX 2 ` 1q “ Fp rXs{pX 2 ` 1q. Si au contraire a est impair. D’abord en remarquant que si I et J sont deux idéaux. z 1 P Zris. nous avons a ‰ 0 et b ‰ 0. et donc p P Σ. MATRICES 285 Démonstration. En appliquant N nous avons p2 “ N ppq “ N pzqN pz 1 q. Nous savons que les éléments inversibles de Zris sont ˘1 et ˘i (lemme 8.107 (Théorème des deux carrés. alors nous avons p “ pa ` ibqpa ´ biq. r1s4 ou r2s4 . cela est uniquement possible avec N pzq “ N pz 1 q “ p (avoir N pzq “ 1 est impossible parce que cela dirait que z est inversible). mais étant donné que p est premier. si un nombre premier est dans r1s4 alors il est somme de deux carrés. Nous commençons par écrire le quotient Zris{ppq sous d’autres formes. ˘iu.63). Si z. Le lemme 8. alors a2 “ 4k 2 et a2 “ 0 mod 4. on a pA{Iq{J » pA{Jq{I. b P Zu. Remarque 8. il est principal (proposition 2. a2 ` b2 est automatiquement r0s4 . (8. il est dans r1s4 . Du coup p n’est pas inversible dans Zris. Dans l’autre sens. z 1 P Zris. a “ 2k ` 1 et a2 “ 4k 2 ` 1 ` 4k “ 1 mod 4.376) Donc nm est l’image de zz 1 par N . Le fait que ppq soit un idéal non premier implique que le quotient Zris{ppq est non intègre (c’est la définition d’un idéal premier). alors n P Σ si et seulement si il existe z P Zris tel que N pzq “ n. nous supposons que p est un nombre premier non irréductible dans Zris. (8. alors le produit mn est également dans Σ.108.378) Un peu de calcul dans C montre que pour tout z. N pzz 1 q “ N pzqN pz 1 q.379) Vu que p est premier. Si z “ a ` ib. Si N est le stathme euclidien sur Zris. Nous cherchons donc les nombres premiers pour lesquels le quotient Zris{ppq n’est pas intègre. n P Σ. Par conséquent. (8. Il reste à faire le contraire : démontrer que si un nombre premier p vaut 1 mod 4. Si p “ a2 ` b2 . Le théorème signifie que (à part 2).380) . ce qui prouve que nm P Σ. alors il est premier. La même chose est valable pour b.50 s’applique donc et p sera non irréductible si et seulement si l’idéal ppq sera non premier. (8. Il n’est pas dit que les nombres dans r1s4 sont premiers (9 “ 8 ` 1 ne l’est pas par exemple). en tenant compte du fait que Zris “ ZrXs{pX 2 ` 1q. si un nombre premier est somme de deux carrés. Évidemment les nombres de la forme 0 mod 4 ne sont pas premiers . ESPACES VECTORIELS. Le nombre p est donc non irréductible dans Zris. Soit p. (8.CHAPITRE 8. Il suffit de prouver que si m. version faible). Un nombre premier est somme de deux carrés si et seulement si p “ 2 ou p P r1s4 . Démonstration.105). la proposition 2. et inversement. Si a “ 2k. alors p “ N pzq “ a2 ` b2 . Nous savons déjà que Zris est un anneau principal et n’est pas un corps . Nous considérons l’anneau Zris “ ta ` bi tel que a. Nous avons démontré que les seuls premiers de la forme a2 ` b2 sont p “ 2 et les p “ 1 mod 4. mais il peut être écrit comme le produit de deux non inversibles. seul p “ 2 est premier (et vaut 12 ` 12 ). Théorème 8. nous allons d’abord montrer que p P Σ si et seulement si p n’est pas irréductible dans Zris.377) puis l’application N: Zris Ñ N a ` bi ÞÑ a2 ` b2 . L’anneau Zris étant euclidien.104 montre que Zris est un anneau euclidien parce que N est un stathme. du coup. Pour la suite. alors zz 1 P Zris et de plus N pzz 1 q “ N pzqN pz 1 q “ nm.

. — Les nombres premiers de r1s4 sont dans Σ. vu qu’il n’y a que zéro. Il est évident que les éléments de E0 sont pairs.106. Nous voulons montrer que tvp pnq tel que n P Σu Ă r2s2 . Soit p. nous avons utilisé et réutilisé le lemme 8. ś Au final le produit pPP pvp pnq est un produit d’un carré par un élément de Σ. nous avons ź pvp pnq P Σ. MATRICES Nous avons donc équivalence des propositions suivantes : pPΣ (8. .109 (Théorème des deux carrés[1]).388) .16). Théorème 8. Démonstration. Alors n P Σ si et seulement si pour tout p P P X r3s4 .381c) vient de la proposition 8. Du coup 1 “ p´1qpp´1q{2 . donc pp ´ 1q{2 P N et nous avons. — Il n’y a pas de nombres premiers dans r0s4 . . qui est pair.381f) Le point (8.381e) (8. Pour cette partie. Condition nécessaire. Maintenant nous utilisons le fait que p soit un premier impair (parce que le cas de p “ 2 est déjà complètement traité).381d) (8. (8.381b) (8. Condition suffisante.386) pPPXr3s4 est par hypothèse un produit de carrés (vp pnq est pair).387) Pour montrer cela nous allons procéder par récurrence sur les ensembles Ek “ tvp pnq tel que n P Σu X t0. (8.384) pPP où P est l’ensemble des nombres premiers. (8. Le produit (8. ce qui est encore un élément de Σ.382) Fp nous avons ypp´1q “ 1 par le petit théorème de Fermat (théorème 3. un nombre premier. P X r2s4 et P X r3s4 . ku.384) est évidemment un produit fini que nous pouvons alors regrouper en quatre parties : P X r0s4 . P X r1s4 . Soit n ě 2 un nombre dont nous notons ź n“ pvp pnq (8.385) pPPXr1s4 — Le seul nombre premier dans r2s4 est 2. et est donc un carré. pour le y de la dernière ligne. .286 CHAPITRE 8. (8. nous avons vp pnq P r0s2 (c’est à dire vp pnq est pair). Le produit d’éléments de Σ étant dans Σ.383) “ 0 mod 2 ou encore p “ 1 mod 4.381c) (8. (8. C’est un élément de Σ. — Le produit ź pvp pnq (8.103.381a) Fp rXs{pX 2 ` 1q n’est pas intègre X 2 ` 1 n’est pas irréductible dans Fp X 2 ` 1 admet une racine dans Fp ´1 P pF˚ q2 p ˚ 2 Dy P Fp tel que y “ ´1. ESPACES VECTORIELS. p´1qpp´1q{2 “ py 2 qpp´1q{2 “ y p´1 “ 1 parce que dans p doit vérifier c’est à dire p´1 2 (8.

Soit un élément de Ek`1 .3 Théorème de Burnside Lemme 8. Soit P . Le fait que nous ayons un polynôme annulateur de g scindé à racines simples implique que g est diagonalisable (théorème 8. Du coup p2 a2 ` b2 “ n. K.392) n Donc vp p p2 q est pair et du coup vp pnq doit également être pair. p2 p2 Mais par construction. MATRICES 287 Supposons que Ek Ă r0s2 .110. ˆ vp n p2 (8. 8. . il existe α P N˚ tel que g α “ e pour tout g P G. Un endomorphisme u : E Ñ E est nilpotent si et seulement si up est de trace nulle pour tout p entre 1 et dim E. Théorème 8. Si vp pnq “ 0 alors l’affaire est réglée . Nous avons alors p a et p b en même temps. Le fait qu’il soit à racines simples provient du lemme 8. λn Nous savons que λα “ 1 parce que g α “ 1. Par ailleurs P pgq “ 0. Nous devons par conséquent montrer qu’il existe un nombre fini de matrices de la forme ¨ ˛ λ1 ‹ ˚ .112. Étant donné que G est d’exposant fini. soit a ´ bi (et du coup en fait les deux). le lemme de Gauss 2. c’est à dire vp pnq ď k ` 1 avec n “ a2 ` b2 . alors il doit diviser soit a ` bi. sinon c’est que p divise n.110 parce que si aα “ 1. alors il n’est pas possible d’avoir αaα´1 “ 0. mais la preuve devient plus compliquée.CHAPITRE 8. Le polynôme P pXq “ X α ´ 1 est scindé à racines simples. la démonstration est facile. Dans le cas d’un groupe abélien. (8. .. un polynôme sur racine de P 1 . (8. Nous avons n p2 a12 ` p2 b12 “ “ a12 ` b12 P Σ. Mais dans Zris nous avons n “ a2 ` b2 “ pa ` biqpa ´ biq (8. Le fait que G soit abélien montre qu’il existe une base de Cn dans laquelle tous les éléments de G sont diagonaux. et montrons que Ek`1 Ă r0s2 . ESPACES VECTORIELS. C’est le théorème de Burnside. par conséquent chacun des λi est une racine de l’unité i dont il n’existe qu’un nombre fini. b1 P N. En effet tout polynôme sur C est scindé. Toute représentation d’un groupe d’exposant fini sur Cn a une image finie.390) Posons a “ pa1 et b “ pb1 avec a1 .97).10.58 nous dit que si p divise n.391) ˙ “ vp pnq ´ 2 ă k. (8.111.389) Vu que Zris est principal. Une racine de P est une racine simple si et seulement si elle n’est pas Lemme 8.393) ˝ ‚. Le résultat reste vrai si G n’est pas abélien.

v2 y. Alors les conditions suivantes sont équivalentes : 15. (1) le spectre est réel. . Nous pouvons utiliser un procédé de Gram-Schmidt pour construire une base orthonormée tv. Alors d’une part xAv1 . de valeur propre λ1 .4 Diagonalisation : cas complexe Nous considérons maintenant le cas de l’espace E “ sur C. yy “ n ÿ Cn comme espace vectoriel de dimension n xk yk ¯ (8. (8. Soit v un vecteur de valeur propre λ. . Lemme 8. en utilisant le fait que A est hermitien. Ay “ λxv. par conséquent la matrice Q´1 AQ est de la forme ˆ ˙ λ1 ˚ ´1 Q AQ “ (8.394) k“1 pour tout x. Lemme 8. nous pouvons toujours considérer un vecteur propre v1 de A. . y P C n. (8. 2) deux valeurs propres de A avec leurs vecteurs propres correspondants. Si A P Mpn.288 CHAPITRE 8. Théorème 8. u2 . . anti-hermitiennes et unitaires sont trigonables par une matrice unitaire.395) et d’autre part. (8. (2) deux vecteurs propres à des valeurs propres distinctes sont orthogonales 15 . A˚ vy “ xv. . .113. Cq une matrice de valeurs propres λ1 . Cq. Soient λi et vi (i “ 1.400) 0 A1 où ˚ représente une ligne quelconque et A1 est une matrice de Mpn´1. soit xv1 . et la matrice (unitaire) ¨ ˛ Ò Ò Ò Q “ ˝v u2 ¨ ¨ ¨ un ‚. Pour un opérateur hermitien.396) ¯ par conséquent λ “ λ parce que v ‰ 0. Avy “ λ}v}2 . Démonstration. λn (non spécialement distinctes). Nous avons d’une part xAv. Av2 y “ λ2 xv1 .10. . MATRICES 8. Étant donné que C est algébriquement clos. il existe une matrice unitaire U telle que U AU ´1 soit triangulaire supérieure. vy “ λ}v}2 . Démonstration.114 (Lemme de Schur complexe[70]).115 (Théorème spectral pour les matrices normales[71–73]). . (8. Cq. Il est muni d’une forme sesquilinéaire xx. Pour la forme (8. (8. ¯ xAv. Soit A P Mpn. vy “ xv. v2 y “ xv1 . En particulier les matrices hermitiennes.397) et d’autre part xAv1 . v2 y “ λ1 xv1 . qui peut être choisie de déterminant 1. . un u de Rn . ESPACES VECTORIELS.394). Nous pouvons donc répéter le processus sur A1 et obtenir une matrice triangulaire supérieure (nous utilisons le fait qu’un produit de matrices orthogonales est orthogonales). Par conséquent.399) Ó Ó Ó Nous avons Q´1 AQe1 “ Q´1 Av “ λQ´1 v “ λe1 . v2 y “ 0. soit λ1 “ λ2 . v2 y.398) Nous avons utilisé le fait que λ2 était réel.

. ˚0 ‹ . Dans l’autre sens. Soit donc α ` iβ une valeur propre (β ‰ 0) et u ` iv un vecteur propre correspondant où u et v sont des vecteurs réels. . nous procédons comme dans le cas complexe. . . Cela nous fournit le partie véritablement triangulaire avec les valeurs propres λ1 . ř řn 2 2 (3) n i. . Soit A P Mpn. ` |T1n |2 . Soit Q la matrice unitaire donnée par la décomposition de Schur (lemme 8. U AU ˚ “ D. . MATRICES (1) A est normale. Supposons donc que A n’a pas de valeurs propres réelles. (8. λr sur la diagonale. ˚ ‹ . Or une matrice triangulaire supérieure normale est diagonale. Au “ αu ´ βv (8. (8. . n. Nous allons nous contenter de prouver (1)ô(2). ‹ ˚ ‹ ˚0 0 λr ˆ ˚ ˙ ˚ ˚ ‹ ´1 QAQ “ ˚ ‹. .401) ce qui montre que T est également normale.402) k“1 Écrivons cela pour i “ 1 en tenant compte de |Tk1 |2 “ 0 pour k “ 2. .408b) . . .5 Diagonalisation : cas réel Lemme 8. Il existe une matrice orthogonale Q telle que Q´1 AQ soit de la forme ˛ ¨ λ1 ˚ ˚ ˚ ˚ . . Étant donné que A est normale nous avons QT T ˚ Q´1 “ QT ˚ T Q´1 . .j“1 |Aij | “ j“1 |λj | .404) D˚ D “ U A˚ AU ˚ .406) Le déterminant de A est le produit des déterminants des blocs diagonaux et les valeurs propres de A sont les λ1 . |T11 |2 “ |T11 |2 ` |T12 |2 ` . . a1 b1 ‹ ˚0 0 0 ˚ ‹ ˚ c1 d1 ˚ ˆ ˙‹ ˝ as bs ‚ 0 0 0 0 cs ds (8.116 (Lemme de Schur réel).405) et qui ce prouve que A est normale. λr et celles de ces blocs.407) et en égalisant les parties réelles et imaginaires. En effet nous avons Tij “ 0 lorsque i ą j et pT T ˚ qii “ pT ˚ T qii “ n ÿ |Tki |2 “ k“1 n ÿ |Tik |2 . (8. . (4) il existe une base orthonormale de vecteurs propres de A. (8. Démonstration. .403) ce qui implique que T11 est le seul non nul parmi les T1k .289 CHAPITRE 8.408a) Av “ αv ` βu. nous avons DD˚ “ U AA˚ U ˚ (8. . . Nous avons Au ` iAv “ Apu ` ivq “ pα ` iβqpu ` ivq “ αu ´ βv ` ipαv ` βvq. . ESPACES VECTORIELS.10. . En continuant de la sorte avec i “ 2. . Si la matrice A a des valeurs propres réelles. . Rq. Démonstration. (8. si A se diagonalise par une matrice unitaire. (8. . 8. . n nous trouvons que T est diagonale.. (2) A se diagonalise par une matrice unitaire.114) : A “ QT Q´1 .. .

En effet. “ ˝ .118. vy “ xv. vy et d’autre part xAv. . Remarque 8.412) ¨ ˛ λ1 a2 ` ˚ λ1 ab ` ˚ λ1 ac ` ˚ . . vu. alors en notant ˚ les quantités qui ne dépendent pas de a. nous pouvons trouver une base orthonormée tq1 . . Les matrices symétriques sont diagonalisables par une matrice orthogonale. Étant donné que u et v sont deux vecteurs réels non nuls et linéairement indépendants. Nous voyons donc que si nous changeons les signes de a.406) que les valeurs propres sont celles des blocs diagonaux. il est facile de voir en regardant (8. En ce qui concerne les valeurs propres. q3 . le résultat ne change pas.... . alors d’une part xAv. Étant donné que QAQ´1 et A ont même polynôme caractéristique. ce qui serait une valeur propre réelle alors que nous avions supposé avoir déjà épuisé toutes les valeurs propres réelles. . qn s. . q2 u de Spantu. e2 u est stable par Q´1 AQ. Rq alors elle est diagonalisable par une matrice de GL´ pn. Nous considérons à présent la matrice orthogonale dont les colonnes sont formées de ces vecteurs : Q “ rq1 q2 . Le spectre d’une matrice symétrique réelle est réel. . Nous pouvons étendre ces deux vecteurs en une base orthonormée tq1 . ESPACES VECTORIELS. Une matrice triangulaire supérieure symétrique est obligatoirement une matrice diagonale. Par conséquent λ “ λ. ce sont les valeurs propres de A.116 donne une matrice orthogonale qui trigonalise A. Rq en changeant le signe de la première ligne de P . ‚. Soit A une matrice réelle symétrique. Avy “ ¯ ¯ λxv. . b ou c. vy “ λxv. en effet nous avons Q´1 AQe1 “ Q´1 Aq1 “ Q´1 paq1 ` bq2 q “ ae1 ` be2 .. Notons que si A n’a pas de valeurs propres réelles. Et inversement. la matrice QAQ´1 est même triangulaire (il n’y a pas de blocs dans la forme (8. Si λ est une valeur propre complexe pour le vecteur propre complexe v. en effet si v “ λu nous aurions Au “ αu ´ βλu “ pα ´ βλqu. Le lemme de Schur réel 8. b et c en même temps. .CHAPITRE 8. si nous avons P t DP “ A..410) où C1 est une matrice réelle 2 ˆ pn ´ 1q quelconque et A1 est une matrice réelle pn ´ 2q ˆ pn ´ 2q. Nous pouvons en réalité nous arranger pour diagonaliser par une matrice de SOpnq. De plus u et v sont linéairement indépendants (sur R).117... qn u de Rn . vy. Démonstration. L’espace Spante1 . . . Une matrice symétrique est diagonalisable par une matrice orthogonale.. Nous pouvons appliquer une récurrence sur la dimension pour poursuivre. . . Prouvons que QAQ´1 est symétrique : pQAQ´1 qt “ pQ´1 qt At Qt “ QAt Q´1 “ QAQ´1 (8.409) La matrice Q´1 AQ est donc de la forme · ´1 ˝ · Q AQ “ ¨ˆ ˙ ˛ · C1 ‚ · 0 A1 (8. Théorème 8... ¨ ˛¨ ˛¨ ˛ ¨ ˛¨ ˛ a ˚ ˚ λ1 a b c a ˚ ˚ λ1 a λ 1 b λ 1 c ˝ b ˚ ˚‚˝ ‚˝˚ ˚ ˚‚ “ ˝ b ˚ ˚‚˝ ˚ λ2 ˚ ˚ ‚ c ˚ ˚ λ3 ˚ ˚ ˚ c ˚ ˚ ˚ ˚ ˚ (8. MATRICES 290 Sur ces relations nous voyons que ni u ni v ne sont nuls. Plus généralement si A est une matrice diagonalisable par une matrice P P GL` pn.406)).411) où nous avons utilisé le fait que Q était orthogonale (Q´1 “ Qt ) et que A était symétrique (At “ A). q2 . Les valeurs propres étant toutes réelles. (8. elle est automatiquement d’ordre pair parce que les valeurs propres complexes viennent par couple complexes conjuguées.

.119.2 Densité Proposition 8. 0 0 matrice de ˛ ˚ ‹ ´1 ˚ ‚Q .114. Rq avec Rn . Démonstration. Les matrices diagonalisables sont denses dans Mpn. l’ensemble des matrices normales est connexe.413) avec le vecteur x “ px1 .417) ‚Q . MATRICES 8. Démonstration. La matrice est diagonalisable si les éléments de la diagonales prq sont tous différents.121. 8.120.11 Espaces de matrices L’ensemble des matrices est un espace vectoriel. QAQ´1 “ ˚ (8. Cq... un chemin qui joint 1 à U dans Upnq. Théorème 8. D’après le lemme de Schur 8. Les matrices normales forment un espace connexe par arc. . Il est à présent facile de la joindre à l’identité. Cq est de la forme (8. une ¨ λ1 ˚ ˚ A “ Q ˝ 0 .1 Connexité par arcs Lemme 8.11. . Il suffit maintenant de considérer n suites p k qkPN convergentes vers zéro telles prq que pour chaque k les nombres λr ` k soient tous différents. Nous considérons U ptq. 0 ˚ 0 0 λn ` pnq k est alors diagonalisable pour tout k et nous avons limkÑ8 Ak “ A. où ai.414) ‹. Soit A. 1s joint QAQ´1 à l’identité. ESPACES VECTORIELS.11. 2 8. . Nous avons donc trouvé un chemin dans les matrices normales qui joint A à une matrice diagonale. . xn2 q P Rn . Soit A une matrice normale.j “ xpn´1qi`j . une matrice unitaire et Q une matrice unitaire qui diagonalise A. nous identifions une matrice A “ pai. x2 . Étant donné que les valeurs propres arrivent par paires complexes conjuguées. . et U une matrice unitaire qui diagonalise A. plus précisé2 (8. ˚ ‹ iθr ˝ ‚ e e´iθr Le chemin U ptq obtenu en remplaçant θi par tθi avec t P r0. Toutes les matrices normales étant connexes à l’identité. . ¨ iθ ˛ e 1 ˚ ‹ e´iθ1 ˚ ‹ ˚ ‹ . .1ďjďn Mpn.415) Aptq “ U ptq´1 AU ptq est normale.. λn Mpn. Démonstration. Les groupes Upnq et SUpnq sont connexes par arcs. Ak “ Q ˝ (8.291 CHAPITRE 8. La suite de matrices ¨ ˛ p1q λ1 ` k ˚ ˚ ˚ ‹ ´1 . Par conséquent Q´1 U ptqQ joint A à l’unité. Pour chaque t. Nous identifions ment.416) Les valeurs propres sont sur la diagonale. la matrice (8.j q1ďiďn.

Si A P Mpn.3 Racine carré d’une matrice hermitienne positive Proposition 8.424) ‚ “ R. Une des applications usuelles de cette proposition est la décomposition polaire. et est notée A. Démonstration. ? ? R “ P ˚ αP et R˚ “ P ˚ αP . D’autre part. P ˚ AP “ ˝ (8.419) converge vers eTrpAq tandis que la suite (8. Alors c’est encore une base de diagonalisation de QpAq. . Si A n’est pas diagonalisable. elle est positive parce que ses valeurs propres ? sont les αi qui sont positives. c’est à dire que ¨? ˛ α1 ˚ ‹ .115). R est un polynôme en A.420) bk “ detpeAk q converge vers detpeA q.421) ‚ .292 CHAPITRE 8.122. ? La matrice R ainsi définie est la racine carré de de A. (8. αn avec αi ą 0. Si on pose ¨? ˛ α1 . ESPACES VECTORIELS.11.422) alors R2 “ A parce que P ˚ P “ 1. MATRICES Proposition 8. ? αn ‹ ˚ ‚P . et ses valeurs propres sont réelles et positives (parce que A est positive). il existe une infinité de polynômes qui envoient n nombres donnés sur n nombres donnés. La suite ak “ eTrpAk q (8. QpAq “ P ˚ ˝ (8.. elle est diagonalisable par une unitaire (proposition 8.. Existence Étant donné que A est hermitienne. ? αn Donc oui.123. Hermitienne positive La matrice R est hermitienne parce que. alors ÿ ÿ ? k (8. alors il existe une unique matrice hermitienne positive R telle que A “ R2 . 8. (8.423) QpAqei “ p ak Ak qei “ p ak αi qei “ Qpαi qei “ αi ei .418) Démonstration. Si A P Mpn. Mais nous avons ak “ bk pour tout k . nous considérons une suite de matrices diagonalisables Ak dont la limite est A (proposition 8. Le résultat est un simple calcul pour les matrices diagonalisable. En effet si ř Q “ k ak X k . De plus R est un polynôme (de RrXs) en A. Soit tei u une base de diagonalisation de A : Aei “ αi ei .121). avec un peu de notation raccourcie. Cq est une matrice hermitienne positive. les limites sont donc égales.. ˚ R“P˝ . Polynôme Nous montrons maintenant que la matrice R est un polynôme en A. Cq alors eTrpAq “ detpeA q. Soit donc P une matrice unitaire telle que ¨ ˛ α1 ˚ ‹ . k k ? Les valeurs propres de QpAq sont donc αi . Nous savons maintenant que QpAq a la même base de diagonalisation de A (et donc la même matrice unitaire P qui diagonalise). Pour cela nous ? considérons un polynôme Q tel que Apαi q “ αi pour tout i. Notons que ce Q n’est pas du tout unique . .

11. Soient DR “ P RP ˚ et DS “ P SP ˚ les formes diagonales de R et S dans une base de simultanée diagonalisation. 16. R a pour valeurs propres les λi . Étant donné que S et R commutent et sont diagonalisables. Le spectre de la racine carré est la racine carré du spectre de la matrice de départ.4 Racine carré d’une matrice symétrique positive Lemme 8. (8. Soit Eλ l’un d’eux de dimension d. Notons que nous n’avons démontré l’unicité qu’au sein des matrices symétriques.426b) ? de telle sorte que µ2 “ λ.125. Rq des matrices strictement définies positives. Les carrés des valeurs propres de R et S étant identiques (ce sont les valeurs propres de A) et les valeurs propres de R et S étant positives.426a) TF pei q “ λei . Une matrice symétrique semi (ou pas) définie positive admet une unique racine carré symétrique. Rq l’ensemble des matrices n ˆ n symétriques réelles définies positives et S `` pn. sont µi “ λ pour tout i i.5 Décomposition polaires : cas réel Nous nommons S ` pn. 8. . le groupe Opnq est fermé. Existence Soit T une matrice symétrique et Q une matrice ? orthogonale qui diagonalise 16 T : QT Q´1 “ ´1 DQ. En tant qu’image inverse d’un fermé par une application continue. . Théorème 8. (8. RF les restrictions de T et R à Eλ .11. Démonstration. En posant R “ Q ? R est symétrique. . MATRICES 293 Unicité Soit S une matrice hermitienne positive telle que R2 “ S 2 “ A. ESPACES VECTORIELS. D’abord S commute avec A parce que SA “ S 3 “ S 2 S “ AS. En ce qui concerne le spectre.124 ([74]).117. Unicité Soit R une matrice symétrique de T : R2 “ T . Ceci est une phrase pour que les titres se mettent bien. Rq est compact. En conclusion RF est univoquement déterminé par la donnée de T . Vu que cela est valable pour tous les espaces propres de T et que ces espaces propres engendrent tout E.98. Proposition 8. Rq le sous-ensemble de S ` pn. . il est vite vérifié que R2 “ T et que D avec D “ diagpλi q et λi ě 0. 2 et TF . nous avons donc en même temps 2 Rf pei q “ µ2 ei i (8. Par conséquent les espaces propres de T sont stables sous R. L’application TF est une homothétie et RF “ TF “ λ1. Du coup R et T commutent : RT “ R3 “ T R. l’opérateur R est déterminé de façon univoque par T . Le groupe orthogonal Opn. ils sont simultanément diagonalisables par le corollaire 8. Mais RF est encore une matrice symétrique définie positive. Mais les valeurs propres de RF sont positives.CHAPITRE 8. De plus il est borné parce que tous les coefficients d’une matrice orthogonale sont ď 1. 8.425) Donc S commute aussi avec QpAq “ R. donc nous pouvons considérer une base te1 . nous déduisons que DR “ DS et donc que R “ P ˚ DR P “ P ˚ DS P “ S. Nous avons Opnq “ f ´1 t1n u où f est l’application continue A ÞÑ At A. donc }A}8 pour tout A P Opnq. ed u de Eλ qui diagonalise RF avec les valeurs propres µi . ` ˘ Démonstration. .

Ceci prouve l’existence et l’unicité de la décomposition polaire d’une matrice inversible. Rq “ S ` pn. Maintenant avoir Q “ M S ´1 est obligatoire (unicité) et fonctionne : Qt Q “ pS ´1 qt M t M S ´1 “ S ´1 S 2 S ´1 “ 1. En ce qui concerne les matrices en général : g : Opn. et donc leurs limites sont égales 17 . Donc la limite est symétrique.431) donc Q ainsi défini est orthogonale. En effet si Sk est une suite de matrices symétriques convergeant dans Mpn. Rq convergente dans Mpn. Théorème 8. ϕpkq (8.427) dont la limite existe et vaut A. Rq y est inclus. Rq. le troisième facteur est également convergent : Sϕpkq Ñ S. MATRICES Lemme 8.127 (Décomposition polaire de matrices symétriques définies positives[74. (8.429) est un difféomorphisme. En ce qui concerne le spectre. Rq a une limite dans S ` pn. Rq ˆ S ` pn. Donc S est univoquement déterminé par M . Chacun étant strictement positif. La proposition 8. nous avons une sous-suite Qϕpkq convergente : Qϕpkq Ñ Q. De plus les mêmes conclusions tiennent si nous regardons pQ. Rq pQ. Rq. Rq Ñ GLpn. Rq est fermé et que S `` pn. Ici nous utilisons le critère de convergence composante par composante et le fait que nous ne sommes pas trop inquiétés par la norme que nous choisissons parce que toutes les normes sont équivalentes par le théorème 7. Démonstration. Rq vers la matrice A. Sq ÞÑ SQ (8. Sq ÞÑ SQ (8. nous avons Sϕpkq “ Qϕpkq Dϕpkq Q´1 . En ce qui concerne les matrices inversibles : f : Opn. La preuve qui suit ne démontre qu’un homéomorphisme dans le cas des matrices inversibles. 18. Démonstration. donc S doit être une racine carré symétrique de la matrice définie positive M M t . Donc A P S ` pn.125 nous dit que ça existe et que c’est unique. Rq Ñ Mpn. Sq ÞÑ QS au lieu de SQ. alors M M t “ SQQt S t “ S 2 .430) est une surjection mais pas une injection. donc il suffit de montrer que toute suite de S `` pn. En passant à la limite : A “ lim Sϕpkq “ QDQ´1 . Pour chaque k.126.294 CHAPITRE 8. les suites pSk qij et pSk qji des composantes ij et ji sont des suites égales. Vu que Opnq est compact 18 . kÑ8 (8.124. . ESPACES VECTORIELS. Étant donné que le membre de droite est le produit de trois facteurs dont deux sont convergents et dont le tout converge. Rq ˆ S `` pn. Rq pQ. La fermeture de l’ensemble des matrice symétriques strictement définies positives est l’ensemble des matrices définies positives : S `` pn. la limite est positive (mais pas spécialement strictement). 75]). Rq. nous diagonalisons : Sk “ Qk Dk Q´1 où les Dk sont des matrices k diagonales remplies de nombres strictement positifs.428) et donc le spectre de A est la limite de ceux des matrices Dϕpkq . 17. Lemme 8.80. Nous savons que S ` pn. Existence et unicité Si M “ SQ.

zq 19.433) Vu que la suite pMk q converge. nous avons G “ S et F “ Q. Donc Qk Ñ Q. Sk q la décomposition polaire de Mk et pQ. kÑ8 kÑ8 (8. En effet dans ce cas nous aurions lim f ´1 pMk q “ lim pQk . Sk q “ pQ. Soit une suite convergente Mk Ñ M dans GLpn. Rq parce que de plus M et F étant inversibles. G est inversible. x P E. rq est compacte. pas difficile. MATRICES 295 Homéomorphisme Le fait que f soit continue n’est pas un problème : c’est un produit de matrice. vers S : Sk Ñ S. 20. Théorème 8. (1) Les deux conditions suivantes sur y P E sont équivalentes : (a) }x ´ y} “ inft}x ´ z} tel que z P Cu. Sk converge également. la limite est symétrique et semi-définie positive 19 .432) ont bien lieu.435) où F P Opnq et G P S ` pn.124). Théorème 13. Rq X GLpn. (8.128 (Théorème de la projection).50) que nous nommons Qϕpkq Ñ F P Opnq. et C un sous ensemble fermé convexe de E. z ´ yy ď 0. (8.18 C’est ceci qui ne marche plus en dimension infinie. nous devons prouver que Qk Ñ Q et Sk Ñ S. ESPACES VECTORIELS. (2) Il existe un unique y P E.432) Étant donné que Opnq est compact (lemme 8. rq est compacte 22 et intersecte C.58. Nous devons vérifier que f ´1 est continue. l’ensemble C 1 “ C X Bpx. Nous commençons par prouver l’existence et l’unicité d’un élément dans C vérifiant la première condition. Donc la suite ellemême converge 20 vers Q.CHAPITRE 8. Démonstration. (b) pour tout z P C. Ensuite nous verrons l’équivalence.6 Enveloppe convexe du groupe orthogonal Le théorème suivant n’est pas indispensablissime parce qu’il est le même que le théorème de la projection sur les espaces de Hilbert 21 . k Sϕpkq Ñ G “ M F ´1 .434) Vu que chacune des matrices Sϕpkq est symétrique définie positive. La boule fermée Bpx. sa sous-suite converge vers la même limite : Mϕpkq Ñ M et vu que pour tout k nous avons Sk “ Mk Q´1 . Cependant la partie existence est plus simple en se limitant au cas de dimension finie. la fonction C1 Ñ R z ÞÑ dpx. Par unicité de la décomposition polaire de M (partie déjà démontrée). Du coup vu que Sk “ Mk Q´1 est un produit de suites k convergentes. (8. théorème 5.126 Proposition 5. 8. Nous avons prouvé que toute sous-suite convergente de Qk a Q pour limite. Tous les points qui minimisent la distance entre x et C sont dans C 1 . 21. la suite pQk q admet une sous-suite convergente (Bolzano-Weierstrass.11. Donc G P S ` pn. Au final l’application f ´1 est bien continue parce que les égalités (8. Sq “ f ´1 pM q. Soit E un espace vectoriel réel ou complexe de dimension finie. noté y “ projC pxq vérifiant ces conditions. 22. En ce qui concerne la sous-suite nous avons Mϕpkq “ Sϕpkq Qϕpkq Ñ GF “ M (8. Lemme 8. Si nous nommons pQk . Rexx ´ y. Existence Soit z0 P C et r “ }x ´ z0 }. Rq. Rq. Sq celle de M .436) . Vu que C est fermé.

tpz ´ P qy ď t2 }z ´ P }2 . alors x et y sont dans C et par conséquent le segment rx. notée ConvpAq est l’intersection de tous les convexes contenant A. Unicité Soient y1 et y2 . qui implique 2 Rexa. il est inclus à ConvpAq. 2 Rexx ´ P.438) Nous sommes dans un cas }a}2 ď |a ´ b|2 . on sait par la proposition 6.440) (1)bñ (1)a Soit un point P P C vérifiant Rexx ´ P. (8. L’enveloppe convexe de A. Alors en notant a “ x ´ P et b “ P ´ z. En effet soit C un convexe contenant A et x.442) ě }b}2 . et par conséquent. ys est inclus à C. nous notons P “ projC x. (8.441) pour tout z P C. Dans un espace affine de dimension n. Par convexité le point z “ ty `p1´tqP est dans C. Démonstration. MATRICES est continue sur un compact et donc a un minimum qu’elle atteint. Ce segment étant inclus à tout convexe contenant A. Soit x P ConvpAq . L’enveloppe convexe est un convexe. deux éléments de C minimisant la distance avec x. l’enveloppe convexe de A est l’ensemble des barycentres à coefficients positifs ou nuls de familles de n ` 1 points. z ´ P y ď 0 (8. by ď }b}2 . et nous allons faire une récurrence à l’envers en montrant qu’on peut aussi écrire x sous forme d’un barycentre de strictement moins de p points. }x ´ z}2 “ }x ´ P ` P ´ z}2 “ }a ` b}2 “ }a}2 ` }b}2 ` 2 Rexa.439) En divisant par t et en faisant t Ñ 0 nous trouvons l’inégalité demandée : 2 Rexx ´ P. ř .129.437) }y1 ´ y2 } “ ´4 › › › 2 Par conséquent y1 “ y2 .29 que x est barycentre de points de A avec des coefficients positifs : p ÿ x“ λ k xk (8.130 (Carathéodory[1]). Théorème 8. y P ConvpAq . Définition 8. (8. Nous supposons que p ą n ` 1 (sinon le théorème est réglé). z ´ P y (8. Un point P réalisant ce minimum prouve l’existence d’un point vérifiant la première condition. }x ´ P }2 ď }x ´ tz ´ p1 ´ tqP }2 “ }px ´ P q ´ tpz ´ P q}2 . (1)añ (1)b Soit z P C et t P s0. Dans notre cas. by “ }a}2 ` }b}2 ´ 2 Rexx ´ P. et soit d ce minimum. ESPACES VECTORIELS.296 CHAPITRE 8. z ´ P y ď 0. Nous avons par l’identité du parallélogramme (7. (8.23) que › › › y1 ` y2 ´ x ›2 2 › ` 2}y1 ´ x}2 ` 2}y2 ´ x}2 ď ´4d ` 2d ` 2d “ 0. 1r .443) k“1 avec k λk “ 1. ce qu’il fallait. Soit A une partie d’un espace vectoriel E.

alors µj “ 0 (2) Si αi ą 0 alors µi ě 0. En passant n ` 1 fois à une sous-suite. i“1 i“1 Avec tout ça.449) i“1 Et voila. MATRICES Étant donné que p ´ 1 ą n. ř De plus pour chaque ř nous avons n`1 pλk qi “ 1. . grâce à la convergence composante par composante. Plusieurs remarques. i λi “ 1. nous tombons sur une suite convergente vers λ P Λ. la somme étant une k i“1 application continue. nous avons ÿ iRJ µ i xi “ p ÿ µi xi “ x.444) αi x1 . i“2 i“2 Nous posons α1 “ ´ p ÿ αi xi “ R řp i“1 αi xi αi xi “ α1 x1 ` i“2 p ÿ “ 0 parce que αi x1 “ i“2 p ÿ αi x1 “ 0. (8. αp P ř tels que p αi pxi ´ x1 q “ 0. (1) Si j P J. Nous considérons aussi le nombres µi “ λi ` τ αi . 1s : k ÞÑ pλk qi (8. Nous allons montrer que toute suite dans ConvpAq admet une sous-suite convergente en écrivant un point de ConvpAq comme le théorème de Carathéodory 8. Si λk P Λ est une suite.p est liée et il existe donc α1 . . Pour cela nous considérons le simplexe # + n`1 ÿ Λ “ λ P Rn`1 tel que λk “ 1 et λk ě 0@k . Dans un espace affine de dimension finie. .450) k“1 Montrons en passant que Λ est compact. Corollaire 8.448) donc µi ě 0 quand même. ESPACES VECTORIELS. (8. c’est à dire telle que i“2 p ÿ řp i“2 α1 .447) αi et J l’ensemble de i pour lesquels ce minimum est atteint. Démonstration. donc il y en a au moins un négatif. mais si αi ă 0 alors λi ` τ αi ě λi ` p´ λi qαi “ 0m αi (8.451) est une suite qui possède une sous-suite convergente. (8. nous avons écrit x comme un barycentre à coefficients positifs de moins de p éléments parce que J n’est pas vide.131. ř ř (3) p µi “ 1. ..446) i“1 Les αi ne sont pas tous nuls. alors chacun des λk est un pn`1q-uple de nombres dans r0.443) sous la forme x“ p ÿ pλi ` tαi qxi . (8. . et ConvpAq son enveloppe convexe. Nous notons λi τ “ mint´ tel que αi ă 0u. mais leur somme est nulle.. (8. la famille tx ` i ´ x1 ui“2.130 nous le suggère. et en passant à la limite.. Soit A une partie compacte de l’espace vectoriel E..297 CHAPITRE 8. l’enveloppe convexe d’un compact est compacte. p ÿ Remarquons qu’alors αi xi “ α1 x1 ` i“1 p ÿ (8. toujours parce que p αi “ 0.445) i“1 Par conséquent ça ne coûte rien de récrire (8.

il existe Q P Opn.87. nous avons }U } “ }S} “ }S}. Rq.7) et donc il existe λ ě 0 tel que T x “ λU x. et elle est surjective par le théorème de Carathéodory. (8. La seule possibilité est d’avoir λ “ 1 et donc que U “ T parce que nous avons T x “ U x pour tout x de norme 1.28. (8. Nous passons donc à l’inclusion inverse : nous prouvons que les points extrémaux de B sont dans OpEq. 23. son image est contenue dans ConvpAq par la proposition 6. peut être que le nombre de points utiles pour décomposer les différents ak n’était pas borné . Pour tout x P E tel que }x} “ 1 nous avons ˘ 1` ˘ 1 1` 1 “ }x} “ }Ax} “ }T x ` U x} ď }T x} ` }U x} ď }T } ` |U | ď 1 2 2 2 (8. donc }T x} “ }U x} “ 1. Au final A n’est pas le milieu d’un segment dans B. Pour cela nous prenons U P BzOpEq et nous allons montrer que U n’est pas un point extrémal : nous allons l’écrire comme milieu d’un segment dans B.455) alors que nous savons que }T x}. Par la seconde partie du théorème de décomposition polaire 8. Nous diagonalisons S à l’aide de la matrice orthogonale P : S S “ P DP ´1 (8. Définition 8. En termes de normes. Notons que sans le théorème de Carathéodory. xq ÞÑ n`1 ÿ λk xk . un point x P C est un point extrémal si Cztxu est encore convexe. Théorème 8. Supposons maintenant que A n’est pas extrémal. Montrons pour commencer que les éléments de Opnq sont extrémaux dans B.133 ([1]). Rq tels que U “ QS. Soient donc T.456) avec D “ diagpλi q. Rq et S P ` pn. ConvpAq “ f pΛ ˆ An`1 q est donc l’image d’un compact par une application continue . D’abord si A P OpEq alors }A} “ 1 parce que }Ax} “ }x}. ESPACES VECTORIELS. }U x} ď 1. dans ce cas nous aurions du prendre une infinité de sous-suites et rien n’aurait été sûr.127.457) .23.453) nous donnent ˘ 1` }T x} ` }U x} “ 1 2 (8. Sur C est un ensemble convexe.452) k“1 C’est une application continue parce qu’elle est bilinéaire en dimension finie . Nous notons B la boule unité fermée de LpEq.298 CHAPITRE 8. Mais de plus les inégalité égalités (8.453) Toutes les inégalités sont en réalité des égalités. Bref. elle est donc compacte par le théorème 5. MATRICES Considérons l’application f : Λ ˆ An`1 Ñ ConvpAq pλ. Démonstration. c’est à dire qu’il est le milieu d’un segment joignant 1 deux points (distincts) de la boule unité de LpEq.454) mais alors nous sommes dans un cas d’égalité dans l’inégalité de Cauchy-Schwartz (théorème 7. En particulier nous avons }T x ` U x} “ }T x} ` }U x}. U P B tels que A “ 2 pT ` U q. Voir la définition donnée dans l’exemple 7. (8. L’ensemble des points extrémaux de la boule unité fermée de LpEq est le groupe orthogonal Opn.132. Soit E un espace euclidien de dimension n ě 1 et LpEq l’espace des opérateurs linéaires sur E sur lequel nous considérons la norme subordonnée 23 à celle sur E.

les valeurs propres de D sont positives ou nulles parce que S est ainsi). λ2 . En combinant avec (8. (8. prenons x P E et calculons : }QP Di P ´1 x} “ }Di P ´1 x} ď }P ´1 x} “ }x} (8. Remarquons que Opnq est compact par le lemme 8.128.462) s’écrit B · M ď B · P. Au final la norme de QP Di P est plus petite que 1 et donc U est bien le milieu d’un segment dans B.134 ([76]). 1s avec ´1 ď α ă β ď 1 et λ1 “ 2 pα ` βq. λn q. Rq.459b) Nous avons bien D1 ‰ D2 et D1 ` D2 “ D.461) parce que }Di } ď 1 et P ´1 est orthogonale. Maintenant nous devons prouver l’inclusion inverse. ˘ q et Conv Opn. le supremum des }Sx} sera le même que celui des }Dx} et donc }S} “ }D}.131 et donc fermée.127.459a) D2 “ diagpβ. Pour ce faire nous supposons avoir un élément ` ˘ A P Bz Conv Opnq et nous allons dériver une contradiction. Vu que Conv Opnq est un fermé convexe nous pouvons considérer la projection 24 sur ConvpAq relativement au produit scalaire choisis. Nous notons B la boule unité fermée de `Mpn. Rq l’enveloppe R convexe de Opn. (8. λn q (8. . donc }U } “ }S}. Nous considérons un produit scalaire pX. (8. . Donc B · Q “ B · A. ` ˘ pAq. au moins une des valeurs propres n’est pas 1.460) ´1 avec QP D1 P ´1 ‰ QP D2 .464) B · M ď B · P ă B · A.463). elle tient en particulier pour Q P Opnq. }U x} “ }QSx} “ }Sx} pour tout x. Reste à montrer que ce segment est dans B.465) tient pour tout M P ConvpOpnqq. pour écrire B “ QS avec Q P Opnq et S P S ` pn. Comme U R OpEq. Y q ÞÑ X · Y ` ˘ sur M. L’équation (8. supposons que ce soit λ1 . Nous posons alors D1 “ diagpα. . Étant donné que par définition }U } ď 1.462) pour tout M P Conv Opnq. .463) D’autre par vu que B ‰ 0 nous avons B · B ą 0. . . nous avons aussi }D} ď 1 et donc 0 ď λi ď 1 (pour rappel.465) Nous utilisons maintenant la décomposition polaire. Alors 1 nous avons α. Le théorème de projection : théorème 8. Pour ce faire. Vu que l’inégalité (8. De plus pour tout x nous avons }Sx} “ }P DP ´1 x} “ }DP ´1 x}. Par conséquent U“ ˘ 1` QP D1 P ´1 ` QP D2 P ´1 2 (8. (8. (8. ESPACES VECTORIELS.466) 24. Notons B “ A ´ P pour alléger les notations. En vertu du théorème de projection. .}2 sur Rn . théorème 8. c’est à dire B · pA ´ P q ą 0 et donc B · A ą B · P. Théorème 8.458) Étant donné que P ´1 est une bijection. La matrice U est donc le milieu d’un segment. λ2 . (8. . . et donc non extrémal.124 et que par conséquent ConvpOpnqq est compacte par le corollaire 8. Rq. MATRICES 299 En effet vu que Q est orthogonale. Vu que B est convexe nous avons Conv Opnq Ă B. ` ˘ Démonstration. β P r´1. L’enveloppe convexe de Opnq dans Mn pRq est la boule unité pour la norme induite de }.CHAPITRE 8. nous avons Nous notons P “ proj Conv Opnq pA ´ P q · pM ´ P q ď 0 (8.

135.469e) i “ TrpSq. En ce qui concerne l’invariance. ESPACES VECTORIELS. et donc nous avons une contradiction. Toute matrice sur C n’est pas diagonalisable.469a) (8. L’ensemble Fλ pf q est non vide si et seulement si λ est une valeur propre de f . remarquons que f commute avec f ´ λ1. n P Nu. Pour λ P K nous définissons Fλ pf q “ tv P E tel que pf ´ λ1qn v “ 0.472) 0 0 b . (8. Alors TrpSq ă TrpS t Qt Aq ÿ “ xS t Qt Aei . alors v P Fλ pf q. MATRICES Nous nous particularisons à présent au produit scalaire pX.467) devient TrpSq ă B · A “ TrpS t Qt Aq. Si x P Fλ pf q il existe n tel que pf ´ λ1qn x “ 0. D’abord B · Q “ TrpB t Qq “ TrpS t Qt Qq “ TrpS t q “ TrpSq.468) Nous choisissons une basse tei u diagonalisant S : Sei “ λi ei vérifiant automatiquement λi ą 0 parce que S est semi-définie positive.469f) Il faut noter que la première inégalité est stricte.469b) i ÿ “ xAei . Si Fλ pf q est non vide.469d) i ÿ ď i ÿ ď “1 λi A P B ñ }Aei } ď 1 (8.136. nous considérons v P Fλ pf q et n le plus petit entier non nul tel que pf ´ λqn v “ 0. QSei y (8. les valeurs propres jouent quand même un rôle important. Soit E un K-espace vectoriel et f P EndpEq. Remarque 8. (8. (8.300 CHAPITRE 8. (8.470) C’est l’ensemble de nilpotence de l’opérateur f ´ λ1 et c’est un sous-espace caractéristique de f .12 Sous espaces caractéristiques Sources : [77] et divers articles sur Wikipédia. Considérons en effet l’endomorphisme f donné par la matrice ¨ ˛ a α β ˝0 a γ ‚ (8. Y q ÞÑ TrpX t Y q de la proposition 7. Nous avons aussi ` ˘ pf ´ λ1qn f pxq “ f pf ´ λ1qn x “ 0. L’espace Fλ pf q est invariant sous f . Inversement si v est une valeur propre de f pour la valeur propre λ. Démonstration. Lorsqu’un opérateur n’est pas diagonalisable. (8.467) et ensuite l’inégalité (8.471) par conséquent f pxq P Fλ pf q. 8. Alors pf ´ λqn´1 v est un vecteur propre de f pour la valeur propre λ.92.469c) }Aei }|λi | lo mo } }Qei n o o (8. Lemme 8. ei y (8.

474) 0 0 b z az L’espace propre Ea pf q est réduit à une seule dimension générée par p1.475) ‚. (8.477) où la somme est sur les valeurs propres distinctes de f .478) en facteurs irréductibles. . ce v1 est encore dans Fλj pf q et par conséquent il existe w “ pf ´ λj qm v1 non nul tel que " pf ´ λi qw “ 0 (8. Nous devons montrer l’inclusion inverse.476) 0 0 0 b 0 0 0 de telle sorte que le vecteur p0.479) Les projecteurs sont des polynômes en f et forment un système orthogonal. β et γ sont des nombres complexes quelconques. . Alors E “ Fλ1 pf q ‘ . Théorème 8. (8. α ‰ 0. Soit P le polynôme caractéristique de f et une décomposition P “ pf ´ λ1 qα1 . Étant donné que pf ´ λi q commute avec pf ´ λj q. pf ´ λr qαr (8. Nous trouvons les vecteurs propres pour la valeur a en résolvant ¨ ˛¨ ˛ ¨ ˛ a α β x ax ˝0 a γ ‚˝y ‚ “ ˝ay ‚. ˝ b´a 1 Il n’y a donc pas trois vecteurs propres linéairement indépendants. L’inclusion kerpf ´ λi qαi Ă Fλi pf q (8. .481a) pf ´ λj qw “ 0. Si v P Fλi pf q X Fλj pf q. .301 CHAPITRE 8. et l’opérateur f n’est pas diagonalisable. Soit E espace vectoriel de dimension finie sur le corps algébriquement clos K et f P EndpEq. La le théorème de noyaux (8. ‘ Fλk pf q (8. 0q soit également dans l’espace caractéristique Fa pf q.473) χf pλq “ pa ´ λq2 pb ´ λq de telle façon à ce que les valeurs propres soient a et b. 1. décomposition primaire). ‘ kerpf ´ λr qαr . .481b) . Son polynôme caractéristique est (8.137 (Théorème spectral. Par contre nous pouvons voir que ¨ ˛ ¨ ˛¨ ˛ ¨ ˛ ¨ ˛ 0 a α β α aα 0 pf ´ α1q2 ˝1‚ “ ˝0 a γ ‚˝ 0 ‚´ ˝ 0 ‚ “ ˝0‚. alors il existe v1 “ pf ´ λi qn v ‰ 0 avec pf ´ λi qv1 “ 0. De la même façon l’espace propre correspondant à la valeur propre b est donné par ´ ¯˛ ¨ αγ 1 β ` b´a ‹ ˚ b´a γ (8. Il nous reste à prouver que kerpf ´ λi qαi “ Fλi pf q.83) nous avons E “ kerpf ´ λ1 qα1 ‘ . Démonstration. Dans cet exemple. . MATRICES où a ‰ b. 0q. Prouvons que la somme des Fλi pf q est directe. ESPACES VECTORIELS. Les projecteurs sur les espaces caractéristique forment un système complet et orthogonal. (8.480) est évidente. 0. la multiplicité algébrique de la racine a du polynôme caractéristique vaut 2 tandis que sa multiplicité géométrique vaut seulement 1. (8.

ESPACES VECTORIELS.482) i En tenant compte de l’inclusion (8. Si l’espace vectoriel est sur un corps algébriquement clos. il paraît qu’il faut remplacer «diagonalisable» par «semi-simple». ns “ 0.480) nous avons même ÿ ÿ Fλi pf q ď dim E.138. s1 s “ 0. Nous allons prouver que rs. Soit E un espace vectoriel sur le corps algébriquement clos E. (8. Cela impliquera que rs. nous en considérons la restriction f ´ s : Fλ pf q Ñ Fλ pf q. Le théorème spectral 8.487) Cet opérateur est égal à f ´ λ1 et est par conséquent nilpotent.137 nous indique que à E“ Fλi pf q. Commençons par prouver que s1 et n1 commutent avec u. (2) Les endomorphismes s et n sont des polynômes en u et commutent avec u. alors les endomorphismes semi-simples sont les endomorphismes diagonaux. Les espaces Fλi sont donc en somme directe et ÿ dim Fλi pf q ď dim E. n1 est nilpotent et rn1 . Définition 8. Démonstration. En multipliant u “ s1 ` n1 par s1 nous avons s1 u “ s12 ` s1 n1 “ s12 ` n1 s1 “ ps1 ` n1 qs1 “ us1 . Un endomorphisme d’un espace vectoriel est semi-simple si tout sous-espace stable par u possède un supplémentaire stable. MATRICES Ce w serait donc un vecteur propre simultané pour les valeurs propres λi et λj . Pour montrer que f ´ s est nilpotent. (1) Dans le cas où le corps n’est pas algébriquement clos.485) i Nous considérons l’endomorphisme s de E qui consiste à dilater d’un facteur λ l’espace caractéristique Fλ pf q : ÿ s“ λi pi (8.139 (Décomposition de Dunford).483) i i Par conséquent nous avons dim kerpf ´ λi qαi “ dim Fλi pf q et l’égalité des deux espaces. K et u P EndpEq un endomorphisme de (1) L’endomorphisme u se décompose de façon unique sous la forme u“s`n (8. Par conséquent f commute avec s. Si x P Fλ pf q. (8. alors nous avons sf pxq “ λf pxq parce que f pxq P Fλ pf q tandis que f spxq “ f pλxq “ λf pxq.302 CHAPITRE 8. f s “ 0 et n “ f ´ s est nilpotent. Soit u “ s1 ` n1 une autre décomposition qui satisfait aux conditions : s1 est diagonalisable.97 au cas où le polynôme minimum est seulement scindé. ce qui est impossible parce que les espaces propres sont linéairement indépendants. (8.488) . Problèmes et choses à faire 3. Théorème 8. Prouvons à présent l’unicité. Le théorème suivant généralise le théorème de diagonalisabilité 8. (8. ns “ 0. n est nilpotent et rs. dim kerpf ´ λi qαi ď dim E “ (8.484) où s est diagonalisable.486) i où pi : E Ñ Fλi puq est la projection de E sur Fλi puq.

. s1 et n1 commutent avec u. C. n1 s “ 0. 8. Un nombre réel σ est une valeur singulière de M si il existent des vecteurs unitaires u P Km .490b) Théorème 8. Corollaire 8. ‹ . Si s1 ` n1 “ s ` n est une autre décomposition. Nous avons alors immédiatement aussi s “ s1 . (8. n ÿ ˆk ˙ n pA ` Bq “ Ak B n´k .142. Les endomorphismes s et s1 sont alors deux endomorphismes diagonalisables qui commutent. . 0 an´2 ‚ .13 Matrice compagnon et endomorphismes cycliques 8. Par la proposition 8. . ‹ ˝. alors nous pouvons t prendre f “ B A´1 qui est une matrice inversible. Pour la vérification que ce f répond bien à la question.. ESPACES VECTORIELS. en effet si A et B sont deux opérateurs nilpotents. et par conséquent avec tous les polynômes en u. Si M “ ADB est la décomposition de M en valeurs singulières. Notons que pour obtenir ce résultat nous avons utilisé le fait que n1 et s1 commutent. au moins un parmi Ak ou B n´k est nul.1 Valeurs singulières Définition 8. Alors M se décompose en M “ ADB (8. . la matrice de l’opérateur s1 ´ s “ n ´ n1 est donc diagonale. Maintenant que n´n1 est diagonal et nilpotent.490a) (8. (8. . . La matrice compagnon de P est la matrice donnée par ¨ ˛ 0 ¨ ¨ ¨ ¨ ¨ ¨ 0 a0 ˚ ‹ . Il existe un isomorphisme f : Cn Ñ Cn tel que f M soit autoadjoint. ˚1 0 .492) . . ‹ CpP q “ ˚0 . . Ils commutent en particulier avec n et s. v P Kn tels que M v “ σu ˚ M u “ σv.489) n k“0 Si n est assez grand. il est nul et n “ n1 .CHAPITRE 8. . ne pas oublier que D est réelle. . ils sont simultanément diagonalisables.140. Démonstration. ‹ ˚ ˚. s1 s “ 0. a1 ‹ ˚ ‹ ˚ . (4) le nombre d’éléments non nuls sur la diagonale de D est le rang de M . . B P Upn ˆ nq sont deux matrices unitaires . Soit M P Mpn.491) où il existe deux matrices unitaires A P Upm ˆ mq. 8.13.12. mais pas leur propriétés de nilpotence et de diagonalisibilité. Mais n ´ n1 est également nilpotent. MATRICES 303 par conséquent ru. . Soit M P Mpm ˆ n. . 0 ¨ ¨ ¨ 0 1 an´1 . Kq où K “ R. . Nous faisons la même chose avec n1 pour trouver ru. ´ a1 X ´ a0 dans KrXs. . Soit M une matrice m ˆ n sur K (K est R ou C). même si M ne l’est pas.1 Matrice compagnon Soit le polynôme P “ X n ´ an´1 X n´1 ´ .141 (Décomposition en valeurs singulières). (8. Dans la base de simultanée diagonalisation. . Cq.100. (2) D est (pseudo)diagonale.. (3) les éléments diagonaux de D sont les valeurs singulières de M . B P Upn ˆ nq et une matrice (pseudo)diagonale D P Mpm ˆ nq tels que (1) A P Upm ˆ mq.

an´1 q si i “ n. Lemme 8. Démonstration. En effet. . nous avons ` ˘ ` ˘ P pf qx “ P pf q ˝ Qpf q y “ Qpf q ˝ P pf q y “ 0 (8.. alors le polynôme minimal de f est égal au polynôme minimal de f au point y : µf “ µf. L’ensemble des puissances de f appliquées à ˘ e1 . En fait les matrices dont le polynôme caractéristique est égale au polynôme minimal sont denses dans les matrices. ce qui prouvera que µpf q divise µf..91.y . MATRICES 304 si n ě 2 et par pa0 q si n “ 1. Les matrices compagnons ne sont pas les seules dont le polynôme caractéristique est égal au polynôme minimal. Lemme 8.143 ([78]).493) pa0 . et f P EndpEq.145 (Matrices. Étant donné que y est cyclique.13. Lemme 8.147. ils sont égaux. Si f : E Ñ E est un endomorphisme cyclique et si y est un vecteur cyclique de f .146. Remarque 8. un K-espace vectoriel où K est R ou C. Donc P divise χf et est de degré égal à celui de χf .y est un polynôme annulateur de f . Étant donné qu’ils sont tous deux unitaires.2 Réduction de Frobenius Théorème 8. En effet une matrice dont le polynôme minimal n’est pas égal au polynôme caractéristique a un polynôme caractéristique avec une racine double. En reprenant les notations du théorème 2. Alors il existe une suite de sous-espaces E1 . endomorphismes et vecteurs cycliques). Si f est l’endomorphisme associé à la matrice CpP q nous avons # ei`1 si i ă n f pei q “ (8. f i pe1 q i“1. (2) L’endomorphisme f est cyclique. Démonstration. . . En d’autres termes nous avons χCpP q “ P . i“1 . Prenons un polynôme P annulateur de f en y : P pf qy “ 0. Cet endomorphisme est conçu pour vérifier P pf qe1 “ 0. Une matrice est cyclique si elle est semblable à une matrice compagnon.y . La propriété P pf qe1 “ 0 nous indique que`le polynôme minimal ponctuel de f en e1 divise P .CHAPITRE 8. donc le polynôme minimal ponctuel en e1 est de degré n au minimum. . Définition 8. Nous montrons que P est alors un polynôme annulateur de f . Er stables par f tels que À (1) E “ r Ei . . (3) Le polynôme caractéristique de A est égal à son polynôme caractéristique.494) où nous avons utilisé le lemme 8. nous avons Ie1 “ pP q parce que P est de degré minimum dans Ie1 et χf P Ie1 .. en modifiant arbitrairement peu la matrice de séparer la racine double en deux racines distinctes. . .82. . . n ´ 1u est une base de E. tout élément de E s’écrit sous la forme x “ Qpf qy. Soit E.144. 8.148 (Réduction de Frobenius [79–81]).. Il est possible. Montrons que µf. . Un endomorphisme f : E Ñ E est cyclique si il existe un vecteur x P E tel que tf k pxq tel que k “ 1. ESPACES VECTORIELS. . Un vecteur ayant cette propriété est un vecteur cyclique pour f . Un polynôme sur un corps commutatif est le polynôme caractéristique de sa matrice compagnon. Si A est la matrice de l’endomorphisme f alors nous avons équivalence des propriétés suivantes : (1) La matrice A est cyclique. Nous notons f l’endomorphisme associé à CpP q.n´1 est libre. .

µr q divise µf . µr q “ µf . f d´1 pyqu.498) avec ` ˘ F “ tx P E tel que e˚ f k pxq “ 0@k P Nu. Cependant le polynôme minimal doit contenir une et une seule fois chacun des facteurs irréductibles du polynôme caractéristique. Corrigez moi si je me trompe. et chacun de ces facteurs sont dans les polynômes µi . (8.502) . . donc ppcmpµ1 . cette extension manque dans [79]. . (3) si µi est le polynôme minimal de fi alors µi`1 divise µi . . ` ak ek (8. .146).496) Nous notons ei “ f i´1 pyq. En effet un élément général de Krf s est g “ a1 Id `a2 f ` . donc µ1 “ µf . Du coup d z P F si et seulement si a1 “ . le degré du polynôme minimal de f et y P E tel que µf “ µf. La difficulté du théorème est de trouver un complément de Ey qui soit également stable sous f . Un élément de Ey s’écrit z “ a1 e1 ` . F est invariant sous f .. . . . (8.499) Par construction. . et la suite pµi qi“1. en u de E. Montrons pour commencer que Ey X F “ t0u. . Nous commençons par étendre 25 te1 . . .495b) χf “ i“1 où χf est le polynôme caractéristique de f et µf est le polynôme minimal. . d (8. . Mais par ailleurs µ1 “ ppcmpµ1 . Pour autant que j’aie compris. . alors nous aurions des ak tels que k ak ek “ 0 et avec lesquels `ÿ ˘ ak X k pf qy “ 0. “ ad “ 0. MATRICES (2) pour chaque Ei . . . mais ces derniers endomorphismes étant cycliques. . .86). . Nous montrons maintenant que dim F “ n ´ d.501) g ÞÑ e˚ ˝ g. µr q parce qu’on a supposé µi`1 µi . Une telle décomposition vérifie automatiquement µ1 “ µf et µ1 ¨ ¨ ¨ µr “ χf . Ensuite nous allons montrer que E “ Ey ‘ F (8. Étant donné que f décale les vecteurs de base. leurs polynôme caractéristiques sont égaux à leurs polynômes minimaux (lemme 8. ` ap f p´1 25.500) ` d´k ˘ avec k ď d. . Ensuite tous les µi doivent diviser le polynôme minimal. d Cette application est injective. f pyq. .r ne dépend que de f et non du choix de la décomposition du point (1). l’endomorphisme restreint fi “ f |Ei est cyclique . Soit d. Le plus petit espace stable sous f contenant y est Ey “ Spanty. Démonstration.y (voir lemme 8. c’est à dire que Ey X F “ t0u.. ESPACES VECTORIELS. Notons que les vecteurs donnés forment bien une base de Ey parce que si ř les ei n’était pas linéairement indépendants. . ed u en une base te1 . .497) k ce qui contredirait la minimalité de µf. alors r ź µi (8. . . .495a) µf “ µ 1 (8. D’abord le polynôme caractéristique de f devra être égal au produit des polynômes caractéristique des f |Ei . .495a). Cela prouve l’égalité (8.y .. (8. Pour cela nous considérons l’application T: KrF s Ñ E ˚ (8. . Par conséquent ppcmpµ1 . Les polynômes µi sont les invariants de similitude de l’endomorphisme f . .. nous avons e˚ f pzq “ ak . . Nous commençons par montrer que si une telle décomposition existe.305 CHAPITRE 8.

Soient deux suites F1 . Nous avons (8. . dim Pj pf qFi “ dim Pj pf qGi . alors nous avons en particulier 0 “ T pgqed ´p`1 “ e˚ pa1 ed´p`1 ` a2 ed´p`2 ` . alors par le lemme 8. . . les mêmes conditions pour la famille tGi u. d (8. D’abord.505) et (8. i“1 (2) f |Fi est cyclique. “ Pj pf q|Gs “ 0. . . (8.82. la matrice de f |Ei est semblable à la matrice de f |Gi . nous écrivons Pj pf q “ Pj pf q|G1 ‘ .506). . La situation étant j symétrique entre P et Q. . MATRICES 306 avec p ď d. Nous devons maintenant nous assurer que cette décomposition tombe bien pour les polynômes minimaux.506) Pour 1 ď i ď j ´ 1. Ceci achève la démonstration du théorème de réduction de Frobenius.504c) Par conséquent F K “ ImagepT q. . Fr et G1 . (3) µf |F i`1 divise µf |F .504a) (8.508) Par conséquent Pj P If |Gj et donc Pj divise Qj . donc Pj pf qFj`k “ 0. ‘ Pj pf q|Gs . En vertu du lemme 8. .503) Donc ap “ 0 et en appliquant maintenant T pgq à ed´p nous obtenons ap´1 “ 0. (8. Gs de sous-espaces stables par f et vérifiant À (1) E “ r Fi . . ESPACES VECTORIELS. nous montrons de même que Qj divise Pj et donc que Pj “ Qj . . . nous avons donc dim F “ n ´ d et il est établi que E “ Ey ‘ F . . 26.495). Nous regardons l’orthogonal de l’image : pImagepT qqK “ tx P E tel que T pgqx “ 0@g P Krf su ` ˘ “ tx P E tel que e˚ gpxq “ 0@g P Krf su d “ F. Vu que dim ImagepT q “ d. . Nous supposons que Pi “ Qi pour i ď 1 ď j ´ 1 et nous tentons de montrer que Pj “ Qj . En particulier. Étant donné que f |Fi est semblable à Ci et f |Gi est semblable à CQi . le polynôme P2 divise P1 . ‘ Pj pf q|Fj´1 . nous construisons un nouvel espace F 1 stable sous F et vérifiant µf |F 1 “ P2 . Au final nous trouvons que g “ 0 et donc que T est injective. etc. ‘ Pj pf q|Gj´1 ‘ Pj pf q|Gj ‘ . i et. Si P1 est le polynôme minimal de f |Ey j . i Nous allons montrer par récurrence que Pi “ Qi et dim Fi “ dim Gi . mais Pj`k pf qFj`k “ 0. (8. Étant attendu que F est stable par f . nous avons supposé Pi “ Qi . Mettons P2 . .507) En prenant les dimensions des images dans les égalités (8. .505) Pj pf q “ Pj pf q|F1 ‘ . En recommençant la construction sur F . En effet étant donné que Pj`k divise Pj . stable par f et tel que E “ Ey ‘ F . Étant donné que dim Krf s “ d et que T est injective. P1 “ Q1 parce qu’ils sont tous deux égaux à µf par les relations (8. . (8. ` ap ed q “ ap . nous trouvons que Pj pf q|Gj “ . Nous posons Pi “ µfFi et Qi “ µf |G . le polynôme minimal de f |F . dim ImagepT q “ d.CHAPITRE 8.147 nous avons P1 “ µf. Les espaces Gi n’ayant a priori aucun rapport avec les polynômes Pi . . Nous avons donc trouvé F .y “ µf parce que f |Ey est cyclique sur Ey . nous avons 26 Pj pf q “ Apf q ˝ Pj`k pf q. qui est générateur de If |G . .504b) (8. Il ne sera cependant pas garanti que Fi “ Gi . mutatis mutandis. Si T pgq “ 0. Nous passons maintenant à la partie unicité du théorème.

1 0 Ensuite le changement de base (qui est une similitude) pe1 . Dans ce cas la seule valeur propre est zéro et le polynôme caractéristique est X m pour un certain m. .‹ . (8. . MATRICES Sous forme matricielle. nous supposons que f a m valeurs propres distinctes et que son polynôme caractéristique est χf “ pX ´ λ1 ql1 . Par l’hypothèse de polynôme caractéristique scindé.. Il existe une base de E dans laquelle la matrice de f s’écrit sous la forme ˛ ¨ Jn1 pλ1 q ‹ ˚ . En l’occurrence pour f nous avons ¨ ˛ 0 0 ˚ . 27. . Supposons à présent que f ne soit pas nilpotente. . .. 1 λ En d’autres termes. . . f “˝ (8. Théorème 8. mais se contente d’en utiliser les matrices compagnon. ce théorème dit que toute matrice est semblable à une matrice de la forme bloc-diagonale ¨ ˛ Cµ 1 ˚ ‹ .512) ˚ . .3 Forme normale de Jordan Il existe une preuve directe de la réduction de Jordan ne nécessitant pas la réduction de Frobenius[71]. Si nous travaillons sur R.i “ 1. (8. . .143 que (la matrice de) f est semblable à sa matrice compagnon. même si les valeurs propres sont complexes. Démonstration.513) . Nous savons par le lemme 8. Soit E un espace vectoriel sur K. C’est pour cette hypothèse que K “ R n’est pas le bon cadre.150 (Réduction de Jordan).509) ‚ . ˝ .. . Nous allons donc nous contenter de donner la réduction de Jordan comme un cas particulier de Frobenius. et f P EndpEq un endomorphisme dont le polynôme caractéristique χf est scindé 28 . 28. pX ´ λm qlm . La réduite de Frobenius ne tente pas de résoudre ces polynômes. .149. . la réduite de Frobenius restera une matrice réelle. Cette dernière passe par les espaces caractéristiques 27 et est à mon avis plus compliquée que la démonstration de Frobenius elle-même. Aussi appelés «espaces propres généralisés». en q ÞÑ pen .. Nous commençons par le cas où f est nilpotente .‹ . .. 8. e1 q montre que CX m est semblable à un bloc de Jordan Jm p0q. La situation sera différente dans le cas de la forme normale de Jordan. En effet le procédé de Frobenius ne regarde absolument pas les valeurs propres. .511) ‹.307 CHAPITRE 8.510) M “˝ ‚ .13. Cµ r Remarque 8.‹ ˚1 . nous notons M sa matrice. Jn pλqii “ λ et Jn pλqi´1.‚ . . ˚ ‹ . ˝ ‚ . Jnk pλk q où les λi sont les valeurs propres de f (avec éventuelle répétitions) et Jn pλq représente le bloc n ˆ n ¨ ˛ λ 1 ˚ λ 1 ‹ ˚ ‹ ˚ ‹ λ Jn pλq “ ˚ (8.‹ m “ ˚ CX (8. ESPACES VECTORIELS. mais seulement les facteurs irréductibles du polynôme caractéristique..

il suffit de montrer que la série 8 ÿ ϕu pXqk (8. Proposition 8. (8. La limite n Ñ 8 est donc zéro par la convergence de l’exponentielle réelle.46. ESPACES VECTORIELS. mais nous avons les résultat marrant suivant. La convergence de la série pour toute matrice sera prouvée au passage dans la proposition 8. 8. En pratique. MATRICES 308 Le lemme des noyaux (théorème 8.14 Exponentielle de matrice L’exponentielle d’une matrice est la limite exppAq “ 1 ` A ` 8 ÿ Ak A2 A3 ` ` . Pour ce faire nous nous rappelons de la norme opérateur (7.CHAPITRE 8.7.152. La suite des sommes partielles de eA est donc de Cauchy. Cependant nous demandons que le polynôme caractéristique de f soit scindé sur K. la décomposition de Jordan n’est garantie que sur les corps algébriquement clos. Nous pouvons calculer la forme normale de Jordan pour une matrice complexe ou réelle. est disponible sur tout corps.151.516) Étant donné que c’est une limite. Démonstration. › › m m m › ÿ Ak › ÿ }Ak } ÿ }A}k › › ď . 2 3 k! k“1 (8. La série converge donc parce que nous sommes dans un espace vectoriel réel de dimension finie (EndpEq).152. alors exppuq est un polynôme en u 29 . Nan.87) et de la propriété fondamentale }Ak } ď }A}k .. “ . c’est à dire sur C. (8. Étant donné que l’image de ϕu est un fermé dans EndpEq. C’est pour cela que nous ne pouvons pas introduire l’exponentielle de matrice avant d’avoir introduit la norme des matrices. Si u est un endomorphisme. mais j’te jure : exp n’est pas un polynôme.. En ce qui concerne la continuité. il y a une question de convergence et donc de topologie. 29. La fonction exponentielle x ÞÑ ex n’est pas un polynôme en x. nous aurons évidemment besoin de théorie à propos de l’inversion de limites et de sommes. En utilisant la décomposition f |Fi “ pf ´ λi 1q|Fi ` λi 1Fi .515) nous voyons que f |Fi s’écrit comme un bloc de Jordan avec λi sur la diagonale. La suite des invariants de similitude sur laquelle repose Frobenius. En notant A “ ϕu pXq et en utilisant l’inégalité (7.518) › ›ď › k! › k“n k! k! k“n k“n ce qui est une morceau du développement de e}A} .135). Remarque 8. (8.514) Fi La restriction de f ´ λi 1 à Fi est par construction un endomorphisme nilpotent.83) nous enseigne que E“ m à i“1 kerpf ´ µi 1qli looooooomooooooon . mais exppuq est un polynôme de u. mais dans les deux cas nous devons nous attendre à obtenir une matrice complexe parce que les valeurs propres d’une matrice réelle peuvent être complexes. Nous en parlerons donc en 11. y compris R. elle. et donc peut s’écrire comme un bloc de Jordan avec des zéros sur la diagonale. .517) k! k“0 converge dans EndpEq pour qu’elle converge dans Imagepϕu q.

On a que la suite pAk xq tends vers zéro pour tout x si et seulement si ρpAq ă 1 où ρpAq est le rayon spectral de A . Soit une matrice A P Mpn.154.523) Le projecteur pi sur ker Pi est Ri Qi : p1 “ ´ApA ´ 2q “ projkerpu´1q2 p2 “ pA ´ 1q2 “ projkerpu´2q .521a) Q2 pXq “ pX ´ 1q . ESPACES VECTORIELS. nous aurons des polynômes P et Q tels que eu “ P puq et ev “ Qpvq .527) eA “ ´AepA ´ 2q ` e2 pA ´ 1q2 . En effet eA´1 p1 “ ř8 k“0 pA (8. Si u et v sont des endomorphismes.520) En suivant les notations de ce théorème nous avons P1 pXq “ pX ´ 1q2 . Pourquoi exppuq est-il un polynôme d’endomorphisme alors que exp n’est pas un polynôme ? Lorsque nous disons que la fonction x ÞÑ exppxq n’est pas un polynôme. Au final. Cq. nous avons eA p1 “ eeA´1 p1 “ ep1 ` epu ´ 1q1 “ ep1 “ ´AepA ´ 2q. c’est à dire à l’intérieur d’un espace de dimension infinie. nous sommes en train de repérer exppuq à l’intérieur de l’espace des matrices qui est de dimension finie.526) ´ 1qk ˝ p1 . Il n’est donc pas étonnant que l’on parvienne moins à faire la distinction.521b) Les polynômes Ri dont l’existence est assurée par le théorème de Bézout sont R1 pXq “ ´X R2 pXq “ 1. Nous reprenons l’exemple de [77]. (8. Nous avons évidemment eA “ eA p1 ` eA p2 . De la même façon nous avons eA p2 “ e2 eA´2 p2 “ e2 p2 “ e2 pA ´ 1q2 . En cela. (8.83 de décomposition des noyaux nous avons E “ kerpA ´ 1q2 ‘ kerpA ´ 2q. Au contraire lorsqu’on parle de exppuq et qu’on le compare aux endomorphismes P puq. Nous avons R1 Q1 ` R2 Q2 “ 1. nous sommes en train de localiser la fonction exp à l’intérieur de l’espace de toutes les fonctions R Ñ R.153. Soit A une matrice dont le polynôme minimum s’écrit P pXq “ pX ´ 1q2 pX ´ 2q.524) Passons maintenant au calcul de l’exponentielle.525) Étant donné que p1 est le projecteur sur le noyau de pA ´ 1q2 . Si par contre nous considérons exp en tant qu’application exp : EndpEq Ñ EndpEq. (8. mais nous n’aurons en général évidemment pas P “ Q. P2 pXq “ X ´ 2 et Q1 pXq “ X ´ 2 (8.528) Théorème 8.519) Par le théorème 8. (8. (8. MATRICES Remarque 8. 2 (8.522) (8.309 CHAPITRE 8. exp n’est pas un polynôme. (8. ce n’est pas un polynôme. (8.

nous donnerons au lemme 11. Nous avons alors }pD ` N qk } ď k ÿ ˆj ˙ j“0 k ρpDqk´j }N }j . ESPACES VECTORIELS.534) 2 m´1 . Une application de la décomposition de Jordan est l’existence d’un logarithme pour les matrices.533b) (8. En effet si A “ exppBq et si M est inversible alors ÿ 1 pM BM ´1 qk k! k ÿ 1 “ M B k M ´1 k! k exppM BM ´1 q “ “ M exppBqM ´1 . .530) χD`N pλq “ i Par similitude. Cq . Toute matrice inversible complexe est une exponentielle.531b) (8. Démonstration. il suffit de prendre comme x. Mais λk x ne tend vers zéro que si λ ă 1. Par ailleurs nous avons Ak “ P ´1 pD ` N qk P k ÿ ˆj ˙ ´1 “P Dj´k N j P k j“0 n´1 ˆ ˙ ÿ j “ P ´1 Dj´k N j P k j“0 (8. c’est le même polynôme caractéristique que celui de A et nous savons alors que la diagonale de D contient les valeurs propres de A. Pour l’autre sens nous utilisons la décomposition de Dunford (théorème 8. Proposition 8. N est nilpotente et rD. pour laquelle }D} “ ρpDq “ ρpAq. Dans le sens direct. nous allons donner une matrice B P Mpn. Nous supposons donc que A “ p1 ` N q avec N m “ 0. ` p´1qm N (8. En nous inspirant de (11. Nous pouvons donc nous contenter de trouver un logarithme pour les blocs de Jordan.531a) (8. .533c) Donc M AM ´1 “ exppM BM ´1 q.CHAPITRE 8. (8. Cq telle que A “ exppBq. MATRICES 310 Démonstration.532) Du coup si ρpDq ă 1 alors }pD ` N qk } Ñ 0 (et c’est même un si et seulement si). son polynôme caractéristique que ź Dii ´ λ.529) où D est diagonale. N s “ 0.531c) où nous avons utilité le fait que D et N commutent ainsi que N n´1 “ 0 parce que N est nilpotente. D’abord remarquons qu’il suffit de prouver le résultat pour une matrice par classe de similitude.533a) (8.155.917). ce logarithme sera réel. Nous utilisons la norme matricielle usuelle. Donc toute les valeurs propres de A doivent être plus petite que 1 et ρpAq ă 1. Dans le cas des matrices réelles m telles que }m ´ 1} ă 1. La proposition suivant va d’une certaine manière donner un logarithme pour les matrices inversibles complexes. Soit A P GLpn. Dans ce cas nous avons Ak x “ λk x.383 une formule pour le logarithme sous forme d’une série . (8. un vecteur propre de A.139) : il existe une matrice inversible P telle que A “ P ´1 pD ` N qP (8. (8. Étant donné que D ` N est triangulaire. nous posons t2 tm´1 m´1 Dptq “ tN ´ N 2 ` .

et nous en déduisons que eN est diagonalisable vu que les deux facteurs eA et e´S sont simultanément diagonalisables. Dans ce cas nous avons aussi pM ´1 AM qk “ M ´1 Ak M et donc ´1 M ´1 eA M “ eM AM “ eD qui est diagonale. ESPACES VECTORIELS. N s “ 0. . Nous posons Sptq “ eDptq (la somme est finie). et nous avons (8. ce qui est impossible parce que N est nilpotente. Rq a un polynôme caractéristique scindé. En effet si p1 ` tN qx “ 0.536) (8.541) où le membre de droite est un polynôme en N dont le terme de plus bas degré est de degré k. Démonstration. en passant au développement nous en déduisons que A et eS commutent. La matrice Dp1q donnée est donc bien un logarithme de Proposition 8. Si A P Mpn. Ce que dit l’équation (8. alors A est diagonalisable si et seulement si eA est diagonalisable.540) ˙k (8. MATRICES et nous allons prouver que eDp1q “ 1 ` N . ` . Donc eA et e´S sont simultanément diagonalisables par la proposition 8. ` 2 pr ´ 1q! (8.100. La partie difficile est donc le contraire. Les matrices A est S commutent . p1 ` tN qS 2 ptq “ 0.311 CHAPITRE 8. Si A est diagonalisable. cette somme ainsi que toutes celles qui viennent sont finies. Vu que S est diagonalisable. N est nilpotente. nous avons eN ´ 1 “ N ` Donc pe ´ 1q “ N k ˆ N2 N r´1 ` .. Si nous développons Sptq en puissances de t nous nous arrêtons au terme d’ordre 1 et nous avons Sptq “ Sp0q ` tS 1 p0q “ 1 ` tD1 p0q “ 1 ` tN. Donc peN ´ 1q est nilpotente et eN est unipotente. rS.537) La matrice p1 ` tN q est inversible parce que son noyau est réduit à t0u.81).. (8. Étant donné que A et S commutent. Qui est diagonalisable et comment ? Nous supposons que eA est diagonalisable et nous écrivons la décomposition de Dunford (théorème 8.535) S 1 ptq “ D1 ptqeDptq Afin d’obtenir une expression qui donne S 1 en termes de S. 1 ` N .139) : (8.. Il n’y a donc pas de problèmes de convergences dans cette preuve (si ce n’est les passages des équations (8. alors il existe une matrice inversible M telle que D “ M ´1 AM soit diagonale (c’est la définition 8. alors N x “ ´ 1 x. nous avons eN “ eA´S “ eA e´S .538) En t “ 1 nous trouvons Sp1q “ 1 ` N.533)). Nous avons besoin de prouver que N “ 0. nous multiplions par p1`tN q en remarquant que p1 ` tN qD1 ptq “ N nous avons p1 ` tN qS 1 ptq “ N Sptq. Unipotence Si r est le degré de nilpotence de N . eS l’est et par hypothèse eA est également diagonalisable.. (8. puis encore en passant au développement que eA et eS commutent.537) est t alors que S 2 ptq “ 0. Notons que N étant nilpotente.156 ([23]). En dérivant à nouveau.539) A“S`N où S est diagonalisable. 2 pr ´ 1q! N r´1 N2 N` ` .

542c) “ 0.544) est un polynôme annulateur de N . A“˝ (8. En effet nous savons que l’espace caractéristique Fλi est l’espace de nilpolence de A ´ λi 1.542a) k k“0 ˜ ¸ r ÿ ˆr ˙ “ M ´1 p´1qr´k peN qk M (8. donc M ´1 eN M “ 1. r ÿ ˆr ˙ ´1 N r pM e M ´ 1q “ p´1qr´k M ´1 peN qk M (8. ce qui donne immédiatement que eN “ 1. Nous nous plaçons dans une base des espaces caractéristiques de A..545) ‚ . Polynômes annulateurs En reprenant le développement (8. nous concluons que A “ S avec S diagonalisable. Cq est telle que ρpAq ă 1. Conclusion Vu que Dunford dit que A “ S ` N et que nous venons de prouver que N “ 0. C’est à dire que N “ 0. k k k“0 k“0 n (8. Nous en concluons que X est un polynôme annulateur de N . Dans notre cas.157 ([23]). ` “ 0.542d) La matrice M ´1 eN M est donc une matrice diagonale et unipotente .89 stipule que le polynôme minimal d’un endomorphisme divise tous les polynômes annulateurs. Si nous notons Ai la restriction de A à cet espace. Donc il est X r lui-même. alors la matrice diagonale M ´1 eN M est tout autant unipotente que eN elle-même..542b) k k“0 “ M ´1 peN ´ 1qr M (8. MATRICES 312 Si M est la matrice qui diagonalise eN . Nous avons donc An Ñ 0 si et seulement si pNi ` λi 1qn Ñ 0 pour tout i. Si A P Mpn. Du coup Ai “ λI 1 ` Ni et nous avons bien la décomposition (8. ESPACES VECTORIELS. c’est à dire que nous supposons que la matrice A a la forme ¨ ˛ λ1 1 ` N1 ˚ ‹ . Démonstration. Nous avons n r´1 ˆ ˙ ÿ ˆ n˙ ÿ n n´k k pλ1 ` N q “ λ N “ λn´k N k . En effet. alors An Ñ 0.. le polynôme QpXq “ X ` X2 X r´1 ` .545).. Nous avons donc X r Q.540) sachant que eN “ 1. λs 1 ` Ns où les λi sont les valeurs propres de A et les Ni sont nilpotentes. X r est un polynôme annulateur et donc le polynôme minimal de N est de la forme X k . Proposition 8. Mais Q est un polynôme contenant le monôme X donc X r ne peut diviser Q que si r “ 1. nous savons que N r´1 N2 ` . (8. la matrice Ni “ Ai ´ λi 1 est nilpotente. (8. La proposition 8. ` 2 pr ´ 1q! (8.546) .CHAPITRE 8. Soit donc N nilpotente et λ ă 1 (parce que nous savons que toutes les valeurs propres de A sont inférieures à un)..543) N` 2 pr ´ 1q! Dit en termes pompeux (mais non moins porteurs de sens).

553) et nous pouvons appliquer la proposition 7. . N. La suite pAk qkPZ est bornée si et seulement si A est diagonalisable et SpecpAq Ă S1 . alors Ak est la matrice diagonale avec les λk sur la diagonale. nous avons le développement r´1 ˆ ˙ ÿ n n N k λn´k . . (8. ‹ . MATRICES Nous voyons que le nombre de termes dans la somme ne dépend pas de n.. . (8. Nous voulons prouver que N “ 0 et que |λ| “ 1.548) ‚. nous donne deux possibilités : N q´1 λ´1 p λ´1 N 1 q .550) et effectuer Ak revient à décaler la diagonale de 1. (8. appliqué à λ´1 et N 1 . Nous avons donc deux possibilités : — |λ| ă 1 — |λ| “ 1 et N “ 0. nous supposons encore que ¨ ˛ λ1 1 ` N1 ˚ ‹ . alors le ` Le coefficient n λn´k tend vers zéro.554) k“1 Ceci pour dire que pλ1 ` “ 1` pour une autre matrice nilpotente N 1 . i En ce qui concerne l’autre sens.. .549) pλ1 ` N q “ k k“0 Une matrice nilpotente s’écrit dans une base sous la forme ˛ ¨ 0 1 ‹ ˚ 0 1 ˚ ‹ ‹ ˚ . Proposition 8. nous avons obligatoirement |λ| ď 1.. Nous avons λ1 ` N “ λp1 ` λ´1 N q. Le travail déjà fait. ‹ ˚ ˝ 0 1‚ 0 (8.547) k où P est un polynôme tend vers zéro lorsque n devient grand parce que c’est une cas polynôme fois exponentielle.90 à l’opérateur nilpotent ´λ´1 N pour avoir p1 ` λ´1 N q´1 “ 1 ` 8 ÿ p´λq´1 N k . λs 1 ` Ns et nous regardons un des blocs. Le terme ˆ ˙ n n´k λ ď P pnqλn´k (8. Donc la famille t1. En notant r l’ordre de nilpotence de N . A“˝ (8. Si |λ| “ 1 par contre ce coefficient tend vers l’infini et la seule façon k pour que (8. la puissance de N ne dépend pas non plus de n. . Soit A P GLpn. Nous commençons par regarder ce qu’implique le fait que pλ1 ` N qn reste borné pour n ą 0.313 CHAPITRE 8.551) est libre. Démonstration.552) reste borné est que N “ 0. . De plus pour chacun de termes.158. ESPACES VECTORIELS. Cq.552) k reste borné. N “˚ . Si A est diagonalisable avec les valeurs propres λi de norme 1 dans C. Par conséquent la suite pλ1 ` N qn restera bornée si et seulement si chacun des termes ˆ ˙ n N k λn´k (8. Cela reste borné pour toute valeur entière de k. Si |λ| ă 1. N r´1 u (8. Nous nous tournons maintenant sur la contrainte que pλ1 ` N qn doive rester borné pour n ă 0. ˘ premier terme étant λn 1.

. y P E et A. (8. (8.1 Définitions Soit E. Si E est un espace vectoriel sur C. uy ¯ (2) λxu. . Il ne reste donc que la possibilité |λ| “ 1 et N “ N 1 “ 0.. 8.559a) (8.16 (8. MATRICES 314 — |λ´1 | ă 1 — |λ´1 | “ 1 et N 1 “ 0. La possibilité |λ´1 | ă 1 est exclue parce qu’elle impliquerait |λ| ą 1 qui avait déjà été exclu. qui est un vecteur colonne et où il faut mettre la transposée. Nous avons pAx b Byqij “ pAxqi pByqj ÿ “ Aik xk Bjl yl (8.555) Si a et b sont des vecteurs de E. vy “ xλu.15 Mini introduction au produit tensoriel 8.559d) Espaces hermitiens Définition 8. uy “ 0 si et seulement si u “ 0.15. vy “ xu.160.558) Démonstration.556) Cette dernière équation nous incite à pousser un peu plus loin la définition de a b b et de simplement voir cela comme la matrice de composantes pa b bqij “ ai bj .159. Si α et β sont deux formes linéaires sur un espace vectoriel E. 8.557) Cette façon d’écrire a l’avantage de ne pas demander de se souvenir qui est une vecteur ligne. vq “ αpuqβpvq.559b) kl “ Aik px b yqkl Bjl ` ˘ “ Apx b yqB t ij . ESPACES VECTORIELS.559c) (8. (8. nous définissons α b β comme étant la 2-forme donnée par pα b βqpu. (8. Évidemment pa b bq est soit abt soit at b suivant que a et b soient ligne ou colonne. Calculons la composante ij de la matrice pAx b Byq. λvy (3) xu. Alors pAx b Byq “ Apx b yqB t .y : E ˆ E Ñ C est un produit scalaire hermitien si pour tout u.CHAPITRE 8. vq “ pa · uqpb · vq. Lemme 8. un espace vectoriel de dimension finie. v P E nous avons (1) xu. Soient x. vy “ xv. uy P R` et xu. nous disons qu’une application x. B deux opérateurs linéaires sur E vus comme matrices. ils sont vus comme des formes sur E via le produit scalaire et nous avons pa b bqpu.

17. (8.161. ce qui implique x ´ y “ 0. y P E. Exemple 8. La forme qpxq “ x2 ´ x2 prend des valeurs 1 2 positives et négatives.164. En nous plaçant dans une base de diagonalisation. Lemme 8. Nous allons cependant appeler isométrie pour la forme q une application bijective f : V Ñ V telle ` ˘ que qpx ´ yq “ q f pxq ´ f pyq . zq “ bpy. Réciproquement si la matrice de b est inversible. et le seul vecteur x tel que bkk xk “ 0 pour tout k est le vecteur nul. zq “ 0 (8. ek q “ xi pek qj “ bik xi “ bkk xk . la forme bilinéaire peut être retrouvée grâce aux identités de polarisation : bpx. A fortiori dpx.1 315 Isométries d’espaces euclidiens À une forme bilinéaire b nous associons la forme quadratique qpxq “ bpx. y P E . f pyq “ bpx. Démonstration. ESPACES VECTORIELS.CHAPITRE 8. ` ˘ (2) q f pxq ´ f pyq “ qpx ´ yq pour tout x.163 La forme quadratique qpxq “ x2 ` x2 donne la norme euclidienne. nous devons prouver que la forme est non-dégénérée si et seulement si les éléments diagonaux de la matrice sont tous non nuls.117). Lemme 8. yq “ x1 y1 ` x2 y2 . Si x et y sont tels que bpx. Étant donné une forme quadratique. En effet q peut ne pas être définie positive. Proposition 8. yq “ qpx ´ yq ne donne pas toujours une distance. qui est le produit scalaire usuel. Il ne faudrait pas déduire trop vite que la formule }x}2 “ qpxq donne une norme dès que q est non dégénérée. La forme bilinéaire b est non-dénénérée si et seulement si sa matrice associée est inversible. alors c’est une isométrie au sens usuel. La forme bilinéaire associée est 1 2 bpx. zq ´ bpy. Démonstration. zq en choisissant pour z le vecteur de base ek de composantes pek qj “ δkj : ÿ ÿ bpx. 2 (8. zq “ 0 pour tout z est x “ 0.162. yq “ ˘ 1` qpxq ` qpyq ´ qpx ´ yq . alors x “ y. MATRICES 8.17 Formes bilinéaires et quadratiques 8. yq pour tout x.561) pour tout z. . ce qui montre que la matrice de b n’est pas inversible.562) ij i Si b est dégénérée et si x est un vecteur non nul (disons que la composante xi est non nulle) de E tel que bpx. zq “ 0 pour tout z P E. Nous savons que la matrice associée est symétrique et qu’elle peut donc être diagonalisée (théorème 8. alors bii “ 0. xq. Écrivons bpx. Soit b une forme bilinéaire non dégénérée. Pour une application bijective f : E Ñ E telle que f p0q “ 0. zq “ 0 alors bpx ´ y. alors tous les bkk sont différents de zéro. les conditions suivantes sont équivalentes : ` ˘ (1) b f pxq. Dans les cas où q donne une distance. C’est immédiat du fait de la linéarité en le premier argument et de la non-dégénérescence : si bpx.560) Une forme bilinéaire est non dégénérée lorsque l’unique x P E tel que bpx. zq pour tout z.

164 que b f pxq. Maintenant nous savons que le groupe des isométries d’un espace quadratique pE. zq ` bpf pyq. f pxq ´ f pyq (8.565) ` ˘ qpx ´ yq “ q f pxq ´ f pyq pour tout x. f pf ´1 pzqq (8.560) : “ qpx ´ yq. alors f est linéaire . (8. ensuite en utilisant la distributivité de b.563a) ` ˘ ` ˘ ` ˘ “ q f pxq ´ 2b f pxq.566c) (8. ˘ ` ˘ ` ˘‰ ` ˘ 1“ ` b f pxq.566d) (8. qq est un sousgroupe de GLpEq. y P E. Si f p0q ‰ 0.564c) Théorème 8.567) Nous pouvons donc appliquer le premier point à g. z “ b f px ` yq.563b) “ qpxq ` qpyq ´ 2bpx. yq. en posant x “ y nous trouvons tout de suite qpf pxqq “ qpf q . ESPACES VECTORIELS. Alors (1) si f p0q “ 0. z “ b λf pxq. f pyq “ q f pxq ` q f pyq ´ q f px ´ yq 2 ‰ 1“ “ qpxq ` qpyq ´ qpx ´ yq 2 “ bpx.563d) ` ˘ Dans l’autre sens. Si f p0q “ 0. il est connu que ce sont les matrices orthogonales. MATRICES Démonstration. (8. f pyq ` q f pyq (8. alors nous posons gpxq “ f pxq ´ f p0q qui vérifie gp0q “ 0 et ` ˘ ` ˘ q gpxq ´ gpyq “ q f pxq ´ f p0q ´ f pyq ` f p0q “ qpx ´ yq. La rédaction la preuve a bénéficié d’un coup de main de la part de GaBuZoMeu. f pyq “ bpx. ` ˘ ` ˘ q f pxq ´ f pyq “ b f pxq ´ f pyq. (2) si f p0q ‰ 0 alors f est affine. Dans le sens direct.566b) “ bpx ` y. . utilisant un peut plus d’indices et un peu plus de mots comme «tenseurs». ` ˘ Démonstration.564a) (8. nous commençons par remarquer que l’hypothèse f p0q “ 0 donne qpxq “ q f pxq . f ´1 pzqq ` bpy. yq.563c) (8.316 CHAPITRE 8.564b) (8. z .165. Ensuite nous utilisons l’identité de polarisation (8. nous savons par le lemme 8. Dans le cas de la métrique euclidienne. f ´1 pzqq “ bpx. ` ` ˘ De la même façon on trouve b f pλxq.161. zq ` ˘ “ b f pxq ` f pyq. Soit f : E Ñ E une bijection telle que (8. peut être trouvée ici. z qui prouve que f pλxq “ λf pxq et donc que f est linéaire. étant donné que f est bijective nous pouvons considérer l’élément f ´1 pzq P E et calculer ` ˘ ` ˘ b f px ` yq. f ´1 “ bpf pxq.566a) (8.566e) donc f px ` yq “ f pxq ` f pyq par le lemme ˘ 8. yq (8. déduire que g est linéaire et donc que f est affine. Soit z P E . Une autre preuve. pzqq (8. Le fait que la preuve donnée soit tensorielle me fait penser que le résultat peut encore être généralisé.

Soit Q une forme quadratique réelle de signature pp. 8.569) 0 8.17. y P W . Avant de nous lancer dans la preuve. alors toute droite est intersection de deux plans non isotropes. Pour cela nous considérons x0 P K et la suite xk “ k 1 ÿ i v px0 q. un sous groupe compact de GLpV q tel que upKq Ă K (8. il faut lire le théorème de Cartan-Dieudonné dans [82]. C’est Bolzano-Weierstrass. une forme bilinéaire symétrique non dégénérée sur l’espace vectoriel E de dimension n sur K où K est un corps de caractéristique différente de 2. théorème 5. x est isotrope si et seulement si f px. alors il existe une matrice inversible P telle que ¨ ˛ ´1q 1p ‚. yq “ 0.568a) q “ Cardti tel que Qpei q ă 0u.50. ESPACES VECTORIELS. Pour en savoir plus sur le groupe des isométries.568b) Le rang de Q est p ` q. Un sous-espace W Ă E est totalement isotrope si pour tout x.18 Sous-groupes du groupe linéaire Lemme 8. Soit a P K la limite : lim xϕpnq “ a. Si A est la matrice de Q dans une base. Lemme 8. . parce que nous savons maintenant qu’elles sont des applications linéaires. Un vecteur est isotrope si il est perpendiculaire à lui-même . alors v a un point fixe dans K. Alors il existe a P K tel que upaq “ a pour tout u P G.166 ([82]). en d’autres termes. xq “ 0. nous avons f px. (8. Nous notons q la forme quadratique associée. Soit K un compact convexe de V et G. Soit V un espace vectoriel de dimension finie muni d’une norme euclidienne }.2 Théorème de Sylvester Théorème 8.571) Étant donné que K est convexe et stable par v. nous avons besoin d’un petit résultat. P t AP “ ˝ (8. Soit f .570) pour tout u P G. la suite pxk q est contenue dans K et accepte une sous-suite convergente 30 que nous allons noter xϕpnq avec ϕ : N Ñ N strictement croissante. MATRICES Nous pouvons maintenant avoir une discussion plus détaillée des groupes d’isométries de l’espace euclidien.167 (de Sylvester). qq.168 ([1]). (8. k ` 1 i“0 (8. Si n ě 3. Alors pour toute base orthonormée on a p “ Cardti tel que Qpei q ą 0u (8.572) nÑ8 30.}. Un pré-résultat Nous commençons par prouver que si v P LpV q vérifie vpKq Ă K. Démonstration.317 CHAPITRE 8.

(8.579) par le pré-résultat.573b) (8.573a) (8. (3) Pour tout λ P R et x P V . Supposons donc que uPG Fu “ H. y P V nous avons : νpx ` yq “ max }upxq ` upyq} ď max p}upxq} ` }upyq}q ď νpxq ` νpyq.23). Nous posons ν : V Ñ R` (8.576) x ÞÑ max }upxq}. “ xk ` k`1 “ 318 (8..574) c’est à dire le résultat que nous voulions dans un premier temps. alors l’égalité maxuPG }upxq} “ 0 nous enseigne que }upxq} “ 0 pour tout u P G et donc en particulier avec u “ Id nous trouvons x “ 0. Alors p č (8.575) nous voyons que les orbites de cette action sont compactes en tant qu’image par α du compact G (théorème 5.. donc en prenant la limite k Ñ 8 le second terme de (8. i“1 .. En prenant ces égalités en k “ ϕpnq et en prenant n Ñ 8.573c) tend vers zéro. (8..p les éléments qui réalisent ce recouvrement. νpλxq “ max }upλxq} “ max }λupxq} “ max |λ|}upxq} “ |λ|νpxq. ESPACES VECTORIELS. nous trouvons vpaq “ a.580) Fui “ H.1 : (1) Pour tout x. Nous devons prouver que uPG Fu ‰ HŞ parce qu’une intersection serait un point fixe de tous les éléments de G.577) (2) Si νpxq “ 0. Une norme sur V Nous passons maintenant à la preuve du lemme.578) De plus la fonction ν est constante sur les orbites de G. uPG (8. D’abord nous remarquons que le groupe G agit sur V par u · x “ upxq et de plus.573c) La norme }v k`1 px0 q ´ x0 } est bornée par le diamètre de K. aucun de ces ensembles n’est vide. uPG Cette définition a un sens parce que l’orbite tupxq tel que u P Gu est compacte dans V et donc l’ensemble des normes est compact dans R et admet un maximum. uPG uPG (8. (8. considérant la fonction continue α: G Ñ V u ÞÑ upxq. Ils sont de plus tous fermés par continuité Ş de u (le complémentaire est ouvert). MATRICES Tant que nous y sommes nous pouvons aussi calculer vpxk q : ˜ ¸ k 1 ÿ i vpxk q “ v v px0 q k ` 1 i“1 k 1 ÿ i`1 v px0 q k ` 1 i“0 ¯ 1 ´ k`1 v px0 q ´ x0 . Soient tui ui“1. Un point fixe Pour tout u P G nous posons Fu “ tx P K tel que upxq “ xu. De plus cela donne une norme sur V parce que nous vérifions les conditions de la définition 7. Alors les complémentaires des Fu forment un recouvrement ouvert de K et nous pouvons en extraire un sous-recouvrement fini par compacité.CHAPITRE 8.

585) i i En vertu du lemme 7. (8.583)) que l’expression de gauche est égale à celle de droite.581) Vu que K est convexe et stable sous chacun des ui .582a) p i“1 ď p 1ÿ ν pui paqq p i“1 (8. il existe des nombres positifs λi tels que u0 u1 paq “ λ2 u0 u2 paq “ . (8. Fui .586) Du fait que u0 est inversible nous avons aussi u1 paq “ λ2 u2 paq “ . .588) Nous récrivons maintenant l’équation vpaq “ a avec la définition de v : a “ vpaq “ p 1ÿ ui paq “ uj paq p i“1 pour n’importe quel j.587) Mais par constance de ν sur les orbites nous avons νpui paqq “ νpuj paqq pour tout i et j . . donc en réalité à gauche dans (8. nous trouvons que tous les λi doivent être égaux à 1. . MATRICES Nous considérons l’opérateur p 1ÿ v“ ui P LpV q. (8. Pour ce a.582d) “ νpaq où nous avons utilisé la constance de ν sur les orbites de G.584) i Mais nous venons de voir (équation (8.589) (8. ESPACES VECTORIELS. Nous avons en particulier ˜ p ¸ p ÿ ÿ ui paq “ ν ν pui paqq . nous avons ˜ p ¸ ` ˘ 1ÿ ν vpaq “ ν ui paq (8. . p i“1 (8.583) i“1 i“1 Notons u0 P G l’élément qui réalise le maximum de la définition de ν pour le vecteur ¸ ¸ ˜ ˜ ÿ ÿ ÿ ÿ ` ˘ ui paq “ }u0 ui paq } ď }u0 ui paq} ď ν ui paq . “ λp up paq. Donc les inégalités sont des égalités et en particulier la première inégalité devient l’égalité ÿ ÿ } u0 ui paq} “ }u0 ui paq}. nous avons aussi vpKq Ă K et donc il existe a P K tel que vpaq “ a. en appliquant ν à la série d’égalités (8.319 CHAPITRE 8. ν i i i ř i ui paq : (8.582c) (8. (8. Donc aP p č i“1 ce qui contredit notre hypothèse de départ.582b) “ p 1ÿ νpaq p i“1 (8. . (8.587). En particulier u1 paq “ u2 paq “ . Par ailleurs nous savons que vpaq “ a. (8. “ λp u0 up paq.590) . .582a) nous avons νpaq et toutes les inégalités sont des égalités.9. “ up paq.

M xy “ }M x}. Elle peut donc être diagonalisée 31 en diagpλ1 . Cette forme est définie positive parce que s l’est. nous considérons la forme quadratique associée : qpxq “ xt sx. xy “ 0. Fort de ce s bien particulier.165 que les isométries de cet espaces sont des applications linéaires. Nous avons G Ă Opqq parce que si u P G alors ` ˘ q ux “ puxqt sux “ xt lo mo n x “ qpxq. (2) Le groupe G est conjugué à un sous-groupe de Opn. ESPACES VECTORIELS. cela implique que x “ 0.591) et tant que nous y sommes à considérer. Rq. MATRICES 320 Proposition 8. Rq u ÞÑ ρu : s Ñ ut su. L’enveloppe convexe K “ ConvpHq est alors également compacte par ˘le théorème 8. Rq en tant qu’image du compact G par l’application continue M ÞÑ M t M .131.168. ρu pKq Ă K. Rq telle que at sa “ 1n . Rq. qui est un sous-groupe compact de GL Spn.19 Isométries de l’espace euclidien Nous considérons l’espace affine euclidien A “ En pRq modelé sur Rn avec sa métrique usuelle. Nous remarquons que ρu étant linéaire. Nous avons montré par le théorème 8. (8. Qui plus est cet ensemble est compact dans GLpn. . alors 0 “ xM x. Rq parce que ρu ρv “ ρvu P ρpGq. mais M étant inversible. et ensuite transformée en la matrice 1n par la matrice diagp1{ λi q. (8.595) ce qui prouve que a´1 ua est dans Opn. Rq. Rq.169 ([1. elle préserve les combinaisons convexes et donc pour tout u P G. Alors Rn telle que G Ă Opqq. Bref.594) o o “s Le premier point est prouvé. (1) Il existe une forme quadratique définie positive q sur Démonstration. Enfin nous ` considérons L “ ρpGq. Soit G un sous-groupe compact de GLpn. nous avons pa´1 uaqt pa´1 uaq “ pa´1 uaqt 1n pa´1 uaq “ at ut pat q´1 at saa´1 ua “ at ut sua “ at sa “ 1.592) Cet ensemble est constitué de matrices définies positives parce que si xM t M x. il existe s P K tel que ρu psq “ s pour tout u P G. .593) ut su “ s pour tout u P G. Avec ça. et donc que a´1 Ga Ă Opn. si u P G. 76. Rq. Par le lemme 8. Nous avons donc une matrice a P GLpn. (8. L est un sous-groupe compact de GLpn. Théorème 8. . Rq. Rq préservant le compact K de Spn. 83]).117 . . 8. ut su (8. Nous considérons le (pas tout à fait) morphisme de groupe ` ˘ ρ : G Ñ GL Spn. λn q ? avec λi ą 0. La matrice s est symétrique et définie positive.CHAPITRE 8. Ou encore : (8. nous considérons l’ensemble H “ tM t M tel que M P Gu Ă Spn. 31.

Λ1 qx “ pv.600) Plusieurs choses sont à vérifier : (1) Pour chaque Λ.2.605) Le membre de gauche fait immédiatement x ` ΛΛ1 v tandis que le membre de droite vaut ` ˘ ` ˘ φΛ ˝ φΛ1 pvqx “ φΛ pΛ1 vq x “ pΛΛ1 vqx “ x ` ΛΛ1 v. ` ˘ φΛ pvq ˝ φΛ pwqx “ φΛ pvq x ` Λw “ x ` Λw ` Λv. (8. Le groupe SOpnq agit naturellement sur (8.606) (3) La loi de groupe donnée par φ sur SOpnq ˆ Rn par la définition (1.602) et d’autre part. Λqx “ Λx ` v. Nous la testons donc sur un élément x P A.603) (2) L’application φ : SOpnq Ñ AutpRn q est un morphisme de groupe. ΛqpΛ1 x ` v 1 q (8.607) . ΛΛ1 q. Voir aussi la remarque 6. (8.601) en tant qu’égalité dans l’ensemble des isométries de A. ESPACES VECTORIELS.164) est bien la loi de groupe (8. Λ1 q “ pΛv 1 ` v. ΛΛ1 q “ pv ` Λv 1 . c’est à dire que pour tout v P Rn et x P A nous devons avoir ` ˘ φΛΛ1 pvqx “ φΛ ˝ φΛ1 pvqx. (8.597c) 1 1 1 1 Nous avons donc. L’utilisation de la définition (1. Le fait que φΛ soit une bijection n’est pas un problème. Rn est vu comme l’ensemble des applications v : A Ñ A. Nous pourrions alors présenter le groupe de isométries de A sous la forme du produit semi-direct Iso` pAq “ Rn ˆφ SOpnq. Directes au sens où nous ne considérons pas les retournements. D’une part φΛ pv ` wqx “ x ` Λpv ` mq. Λ1 q “ pv ` φΛ pv 1 q. vpxq “ x ` a.597a) “ ΛΛ x ` Λv ` v (8. pour tout v.598). 32. (8. (8.604) (8. Λ.597b) “ pΛv ` v. ΛΛ qx.321 CHAPITRE 8. (8. Λq P Rn ˆ SOpnq agit sur x P A par pv. Nous devons vérifier l’égalité φΛΛ1 “ φΛ ˝ φΛ1 dans AutpRn q. Nous devons vérifier que φΛ pv ` wq “ φΛ pvq ˝ φΛ pwq (8. un couple pv. Λq · pv 1 . (8. Λq · pv 1 .599) Il est à noter qu’ici. v 1 P Rn . (8. (8.598) Rn par φ : SOpnq Ñ AutpRn q Λ ÞÑ φΛ : v Ñ Λv.19. Λq · pv 1 . l’application φΛ est un automorphisme du groupe Rn (en tant qu’agissant sur A). ΛΛ1 q.598).596) La loi de composition est donnée par pv. MATRICES 8.164) donne pv. qui est bien la formule (8. Cela est encore un calcul immédiat. Λ1 P SOpnq la loi de groupe pv.1 Produit semi-direct Les isométries directes 32 de cet espace sont données d’une part par les rotations de SOpnq et d’autre part par les translations données par les vecteurs de Rn . Plus précisément.

alors s est d’ordre 2. (8. . Le groupe Dn contient un sous groupe cyclique d’ordre 2 et un sous groupe cyclique d’ordre n. . Rq. z (8. mais pas du tout A2 sur A3 . La conjugaison 2 2 complexe envoie évidemment A1 sur A1 . Le groupe diédral Dn est engendré par s et r.614) . .609) Donc f p0q est à l’intersection de tous les cercles de rayon 1 centrés en les e2ikπ{n . MATRICES 8.613a) spAk q “ An´k . En d’autres termes Dn Ă Op2.170 ([84]). f est soit une rotation soit une réflexion. 23 q et A3 “ p 1 . L’action des éléments s et r sur ces points est rpAk q “ Ak`1 (8. . n ´ 1u (8. . Nous avons psrq2 “ Id. que l’on note r. An “ A0 . alors ` ˘ z psrsrqz “ srse2iπ{n z “ sr e´2πi{n¯ “ s¯ “ z. Démonstration. Étant donné que c’est une isométrie de R2 avec un point fixe (le point 0).611) De la même façon.608) dans le groupe des isométries affines de C˚ .171 ([84]). Soit f P Dn . 0q. (8. . (8. (8.613b) Cette dernière est l’équation (8. Proposition 8.172 ([84]). Il peut être vu comme le stabilisateur de l’ensemble te2ikπ{n . la rotations d’angle 2π{n. ´ 23 q.610) Proposition 8. . (8. n ´ 1u. Démonstration. Par conséquent notre étude du groupe diédral ne doit prendre en compte que les isométries vectorielles de R2 . En effet pour ? ? n “ 3 par exemple les points fixes sont A1 “ p1. Notons que la conjugaison complexe ne fait pas spécialement partie du groupe Dn . alors f pe2ikπ{n q doit être l’un des e2ik π{n . . k “ 0. Par convention. Si z n “ 1.612) Proposition 8.322 CHAPITRE 8. ce qui montre que f p0qq0 (dès que n ě 3). e2ik π{n . 1 Si f P Dn . Démonstration. Dans ce cas f a deux points fixes : O et Ak et est donc la réflexion d’axe pOAk q. et vu que f conserve les longueurs dans C. De plus s est bien dans Dn parce que ` ˘ s e2kiπ{n “ e2pn´kqiπ{n . e2ikπ{n q “ d f p0q. ESPACES VECTORIELS. En effet s ˝ rn´2k pAk q “ spAk`n´2k q “ spAn´k q “ Ak . Supposons pour commencer que un des Ak est fixé par f . agit sur les racines de l’unité et engendre un le groupe d’ordre n des rotations d’angle 2kπ{n.19. Nous considérons les points A0 “ 1 et Ak “ e2kiπ{n avec k P t1. nous devons avoir ` ˘ 1 1 “ dp0. Dans ce cas. A2 “ p´ 1 . Si s est la réflexion d’axe R. nous avons f “ s ˝ rn´2k .2 Groupe diédral Définition et générateurs : vue géométrique Le groupe diédral Dn est le groupe des isométries de R2 laissant invariant un polygone régulier à n côtés. De plus tous les éléments de Dn s’écrivent sous la forme s ˝ rm .611).

.618) et |Dn | “ 2n. La liste des éléments de Dn est donc Dn “ t1. . . par contre ∆ passe par 0. f pAp q ă l. D’autre part. rn´1 . x “ dpAp . n (8.172 que tous les élément de Dn s’écrivent sous la forme rk ou srk . La liste des éléments de Dn est Dn “ t1.615) et donc f “ rm´k . r. . . nous raisonnons avec Ap`1 pour obtenir une contradiction. . . il ne faut considérer que k P t1. r. Nous savons par la proposition 8. Notre tâche est de montrer que ∆ coupe rAp . (8. ∆ “ δ et d Ap . n ´ 1u.619) 1 donc si k ‰ k 1 . et sont (pour des raisons de déterminant) tous différents des srk . Vu que f ` ˘ ` ˘ est la symétrie d’axe ∆. (1) Supposons que f soit une rotation. .617) Donc s ˝ rn´2p´1 est bien une réflexion qui envoie Ap sur Ap`1 . δ ă x. . Nous commençons par montrer que ∆ doit être la médiatrice d’un des côtés rAp . . Or cela est impossible parce que le polygone ne possède aucun sommet à distance plus courte que l de Ap . Montrons alors que n´2p´1 . Ap`1 s du polygone. Cette fois. ∆ sera automatiquement perpendiculaire parce que le triangle OAp Ap`1 est isocèle en O.323 CHAPITRE 8. r.620) . . Si x ă 2 . Nous passons à présent au cas où f ne fixe aucun des Ak . Les isométries srk sont toutes différentes entre elles pour essentiellement la même raison : srk pAp q “ spAp`k q “ An´p`k (8. nous avons aussi d f pAp q. s. Nommons l la longueur des côtés du polygone. donc f est bien la réflexion sur le bon axe. (2) Supposons à présent que f soit une réflexion d’axe ∆. Dans ce cas. D’abord c’est une réflexion parce que detpsrn´2p´1 q “ detpsq detprn´2p´1 q “ ´1 (8. cette droite passe par l’intérieur d’un des triangles OAp Ap`1 et intersecte donc le côté correspondant.173. alors δ ă 2 et donc d Ap . Démonstration. ∆q. alors l’angle de la rotation est 2pm ´ kqπ . . rn´1 sont tous différents. . . ` ˘ l δ par la définition de la distance. ESPACES VECTORIELS. Il faut montrer que c’est une réflexion qui envoie A sur A f “ s˝r p p`1 . Si f pAk q “ Am . rn´1 . Nous l en concluons que la seule possibilité est x “ 2 . l De la même manière si x ą 2 .. sr. s. . . Vu que ∆ passe par O et n’est aucune des droites pOAk q. Ap`1 s. . et donc f pAp q “ Ap`1 . Ensuite nous avons s ˝ rn´2p´1 pAp q “ spAp`n´2p´1 q “ spAn´p´1 q “ An´pn´p´1q “ Ap`1 . Les éléments 1. P q et δ “ dpAp . f pAp q “ 2δ. qui est de la forme demandée. Corollaire 8. Ap`1 s en son milieu. ∆ ne passe par aucun des points Ak . srn´1 u (8. . P “ ∆ X rAp . . .616) parce que detpsq “ ´1 alors que detprk q “ 1 parce que r est une rotation dans SOp2q. srk pAp q ‰ srk pAp q. MATRICES Donc O et Ak sont deux points fixes de l’isométrie f . srn´1 u et donc |Dn | “ 2n. . (8. . Vu que r est d’ordre n. sr. .

ce qui est correct parce que par construction de G nous avons abab “ e. Donc abab´1 ‰ e. D.625) .175 ([84]). Nous considérons un groupe G engendré par des éléments a et b tels que (1) a est d’ordre 2.621) c’est à dire srs´1 “ r´1 . Il est facile de vérifier que toutes les symétries axiales peuvent être écrites sous la forme ri s.CHAPITRE 8. De plus le groupe engendré par s agit sur le groupe engendré par r parce que psrs´1 qpA. MATRICES 324 Figure 8. (8. Bq “ pB.622) Générateurs : vue abstraite Nous allons montrer que Dn peut être décrit de façon abstraite en ne parlant que de ses générateurs. (3) abab “ e.173. (2) b est d’ordre n avec n ě 3. C.624) Démonstration. Exemple 8. Le groupe G n’est pas abélien. Nous savons que abab “ e. Cq “ spA. abk a o o o o aba b´k b´1 (8. Nous nommons les points comme sur la figure 8. D. Démonstration. Nous sommes alors dans le cadre du corollaire 1. B.2 – Le carré dont nous étudions le groupe diédral. ESPACES VECTORIELS. Aq.2. Nous allons prouver que ce groupe doit avoir la même liste d’éléments que celle du corollaire 8. Donc ab ‰ ba. A. donc abab´1 “ b´2 . Pour tout k entre 1 et n ´ 1 nous avons abk a “ b´k . Nous faisons la démonstration par récurrence.623) parce que a´1 “ a. C. C. Lemme 8. En manipulant un peu : e ‰ abab´1 “ pabqpba´1 q´1 “ pabqpbaq´1 (8. Ensuite nous supposons que le lemme tient pour k et nous regardons ce qu’il se passe avec k ` 1 : abk`1 ba “ abk ba “ lo mo n lo mo n “ b´k b´1 “ b´pk`1q . D.176 ([84]). nous devons avoir aba “ b´1 .92 et nous pouvons écrire que D4 “ grprq ˆσ grpsq. Dq “ srpB.174 Nous considérons le carré ABCD dans R2 et nous cherchons les isométries de R2 qui laissent le carré invariant. La symétrie d’axe vertical est nommée s et la rotation de 90 degrés est notée r. Proposition 8. (8. mais b´2 ‰ e parce que b est d’ordre n ą 2. (8. D’abord pour k “ 1.

(8.629) C’est évidemment bien défini et bijectif.180. mais c’est également un homomorphisme parce que si nous calculons ψ sur un produit. . . . b. amr bkr pour un certain r et avec pour tout i. (8. Donc non. Les groupes G et Dn sont isomorphes. . n ´ 1u (sauf kr qui peut être égal à zéro) et mi “ 1. . b. .. les éléments 1. abk ‰ e.178 ([84]).630) avec ` ˘ ` ˘ ψ ak1 bm1 ψ ak2 bm2 “ sk1 rm1 sk2 rm2 . . . . La liste des éléments de G est donnée par G “ t1.179. . abn´1 u. Corollaire 8. . . Nous utilisons l’application ψ : G Ñ Dn ak bm ÞÑ sk rm .631) ne se simplifie en sk rm . . a. . Nous devons encore voir qu’il n’y en a pas d’autres. Toutes les propriétés démontrées pour G sont vraies pour Dn . ab. . n´1u. (2) Le groupe Dn n’est pas abélien. Étant donné que a n’est pas une puissance de b.630) se simplifie en ak bm avec les même k et n que l’expression à droite dans (8.177. l’expression à l’intérieur du ψ dans (8. L’élément a n’est pas une puissance de b. . b. et abk ‰ bm . (8. . ESPACES VECTORIELS. En particulier. nous pouvons passer tous les a à gauche et tous les b à droite pour finir sous la forme x “ ak bm . Supposons le contraire : a “ bk . . nous devons comparer ` ˘ ψ ak1 bm1 ak2 bm2 (8. . sauf m1 qui peut être égal à zéro. MATRICES 325 Proposition 8. .628) où m et kr peuvent éventuellement être zéro. . ce qui est exclu par construction.627) Démonstration. En utilisant le lemme 8. a. Pour la même raison.626) ce qui signifierait que b est d’ordre 2. Donc x “ am bk1 abk2 a .631) Vu que Dn et G ont les mêmes propriétés qui permettent de permuter a et b ou s et r. . donc tout élément x P G s’écrit x “ am1 bk1 . ki P t1. alors a “ abp avec p ă n. . bn´1 sont distincts. . bn´1 . Démonstration. quitte à changer les valeurs des exposants. . Dans ce cas nous aurions e “ pabqpabq “ bk`1 bk`1 “ b2k`2 “ b2k b2 “ a2 b2 “ b2 . . De plus si k et m “ k `p sont deux éléments distincts de t1. nous avons abk ‰ abm parce que si abk “ abk`p . abn´1 sont tous différents. bn´1 . ¨ ¨ ¨ . a. . bkr´1 abkr (8. Démonstration. Par définition le groupe G est engendré par a et b.CHAPITRE 8. avec quelque redites : (1) Le groupe Dn peut être défini comme étant le groupe engendré par un élément s d’ordre 2 et un élément r d’ordre n ´ 1 assujettis à la relation srsr “ e. (8.176 sous la forme bki a “ ab´ki . . Théorème 8. ab. Proposition 8. Au final les éléments 1. ce qui est impossible. il n’existe pas d’autres éléments dans G que ceux déjà listés.

.. D’abord pour des raisons de déterminants 33 . . . Nous notons Cpxq la classe de conjugaison de x.632) Dn “ t1. Classes de conjugaison Pour les classes de conjugaison du groupe diédral nous suivons [85]. (8. . Nous avons 2 Cpsrq “ tsr2k´1 uk“1. (8.637) r´k donc Cpsq “ tsrn´2k . Nous commençons les vraies festivités Cprm q. . Cela n’arrive que si n est pair. . . D’abord si m ą n . .n´1 . (4) L’élément s ne peut pas être obtenu comme une puissance de r. (8. (5) La liste des éléments de Dn est (8.. Nous avons rk · s “ rk sr´k “ ssrk sr´k “ sr´k r´k “ srn´2k . D’abord rk · rm “ rm .641) 33. r.638) Ici aussi l’écriture n’est pas optimale : peut-être que pour certains k il y a des doublons. Cprm q “ trm . . Nous reportons l’écriture exacte à la discussion plus bas qui distinguera n pair de n impair. . sr Les relations que nous allons utiliser sont srk s “ r´k (8. (8. ESPACES VECTORIELS. Vous notez qu’ici nous utilisons un argument qui utilise la définition de Dn comme isométries de R2 .636) et 2 ´2kn´n`2k psrk q · s “ lo mo n r´k s´1 “ r´2k s “ rn´2k s “ srpn´1qpn´2kq “ srn srk s o o “ sr2k . (8.640) Avec k “ n .. alors Cprm q est la classe de C n´m avec 2 n ´ m ă n .. ensuite psrk q · rm “ srk rm r´k s´1 “ srm s´1 “ r´m .633b) La classe de conjugaison qui ne rate jamais est bien entendu Cp1q “ 1. rn´1 . l’élément sr n’est pas dans la classe Cpsq. sr. et y · x “ yxy ´1 . Si nous avions voulu à tout prix nous limiter à la définition «abstraite» en termes de générateurs. Nous en faisons donc à présent le calcul en gardant en tête le fait qu’il n’a de sens que si n est pair.326 CHAPITRE 8. sr2k uk“0. Ensuite si 2 2 m “ n alors rm “ r´m et la classe est un singleton. r´m u.. s. 2 Nous passons ensuite à Cpsq.. Donc (8. il aurait fallu trouver autre chose. .. . les classes des éléments de la forme rk et de la forme k ne se mélangent pas. n ´ 1u nous avons srk s “ r´k .633a) rs “ sr´1 “ srn´1 . D’abord s · psrq “ ssrs “ rs “ srn´1 . MATRICES (3) Pour tout k P t1. . (8.n´1 .634) (8.639) Ensuite psrk q · psrq “ srk srr´k s “ r´2k`1 s “ sr2k´1 . donc pas besoin de le recopier. (8. Notons juste que si n est pair..635) À ce niveau il faut faire deux remarques. cela rend s · psrq. srn´1 u (6) Le groupe diédral Dn est d’ordre 2n. Donc les classes que nous avons trouvées sont uniquement à lister avec m ă n .

2 Au total nous avons bien listé 2n éléments comme il se doit. ESPACES VECTORIELS.642c) (8.. rm´1 u Cpsq “ tsrk uk“0.. dans n`3 2 classes différentes.642b) (8. dans n 2 (8.643a) (8. nous avons les classes Cp1q “ t1u n pour 0 ă m ă 2 Cprm q “ trm ..643c) ..643b) (8. rm´1 u Cprn{2 q “ trn{2 u Cpsq “ tsr2k uk“0. n ´1 2 Cpsrq “ tsr2k`1 uk“0.327 CHAPITRE 8.. n ´1 2 1 élément n ´ 1 fois 2 éléments 2 1 élément n éléments 2 n éléments. (8. MATRICES Le compte pour n pair Si n est pair.... Le compte pour n impair Si n est impair... nous avons les classes 1 élément Cp1q “ t1u Cprm q “ trm .642e) ` 3 classes différentes.n´1 pour 0 ă m ă n´1 2 n´1 fois 2 éléments 2 n éléments Au total nous avons bien listé 2n éléments comme il se doit..642d) (8..642a) (8.

alors f pkq “ f p1qk .2 nous ayant raconté que le groupe Un des racines de l’unité était cyclique et d’ordre n.1 Représentations et caractères Une représentation est fidèle si elle est injective en tant que application G Ñ GLpV q. Pour cela nous nous rappelons de la sous-section 1. Le ϕ est injective parce que si f p1q “ gp1q alors f “ g du fait que f pkq “ f p1qk “ gp1qk “ gpkq. ˆ Nous en sommes à avoir prouvé que Z{nZ » Un . Ce ne sont pas chacun des ρpgq qui doivent être injectifs. ρq.1. Z{nZ. La dimension de V est le degré de la représentation pV. C˚ q. ˆ Z{nk Z. En effet si rks P ` ˘ f rks “ f p1qk et en particulier f p1qn “ f prnsq “ f p0q “ 1. C˚ q on a bien f p1qn “ 1. C˚ q Ñ C˚ f ÞÑ f p1q. Alors G est isomorphe à G. Cela nous amène à définir ´ ¯ ϕ : Hom pZ{nZ. pC˚ n · q Ñ Un (9.2) Notons que si f P HompZ. C˚ q est un caractère abélien. Le nom «abélien» vient du fait que le ˆ caractère prenne ses valeurs dans C˚ . C˚ q est un groupe pour la multiplication. Nous allons montrer que HompZ{nZq » Un “ tξ P C tel que ξ n “ 1u. Théorème 9. Remarquons que pour tout f P HompZ{nZ. Si G est un groupe.1) Pour cela nous avons l’isomorphisme ψ : HompZ. L’isomorphisme n’est pas canonique. (9. Il est donc bien isomorphe à Z{nZ. Il faudrait encore montrer que Un » Z{nZ.3) g ÞÑ f p1q. donc ψ est bien un isomorphisme. Étant donné la structure des groupes abéliens finis donnée par le théorème 1. ˆ Soit G un groupe abélien fini. (9. .5) 328 . (9. Démonstration. Passons au cas où G » Z{d1 Z ˆ Z{d2 Z ˆ . Un élément de HompG. nous commençons par nous concentrer sur G “ Z{nZ. Nous notons G “ HompG. . `q.Chapitre 9 Représentations de groupes 9. l’ensemble des homomorphismes HompG. C˚ q. alors (9.4) Donc f p1q P Un .14.99.

. (9. χ1 P k HompFdi . le neutre est e “ 0 et non e “ 1. gk q.7) à l’élément g “ p9. . . C˚ q. . . . . χ1 q 1 k (9. . (9. . . . Si χ. . . . fe pχq “ χpeq “ 1. Théorème 9. χk pgk qχ1 pg1 q . χk q “ χ. . Les groupes G et G sont isomorphes et un isomorphisme canonique est donné par α : g ÞÑ fg donné par fg pχq “ χpgq. Ś Nous devons encore montrer que α est un homomorphisme. . C˚ q Ñ HompG. . Ce χ est alors un caractère non trivial de G. . . ˆ ˆ Soit G un groupe abélien fini. trouver χ P G En vertu de ce que nous connaissons sur la structure des groupes abéliens finis (théorème 1. .12) ˆ ˆ D’autre part nous savon que G et G ont le même cardinal. . nous devons ˆ tel que χpgq ‰ 1. Il suffit donc de prouver l’injectivité de α pour être sûr de la bijectivité. (9. gk q ` ˘ αpχqαpχ1 q pg1 . . . . . . i L’application α est en plus surjective. C˚ q i“1 (9.CHAPITRE 9. alors i“1 αpχχ1 qpg1 . 1. . . . . C˚ q. .2. χ1 pgk q 1 k αpχqpg1 . . . (9. . . nous n’avons χprksq “ 0 que si rks “ rns “ r0s. gk qαpχ1 qpg1 .13) Si g “ pg1 . . (9. . REPRÉSENTATIONS DE GROUPES 329 Dans ce cas nous montrons que α: k ą HompZ{di Z. . D’abord fg est bien un caractère de G parce que fg pχχ1 q “ pχχ1 qpgq “ χpgqχ1 pgq “ fg pχqfg pχ1 q. Pour cela nous devons prouver que si g ‰ e alors fg ‰ fe . Ce χ est un isomorphisme entre G et Upnq .99). . . gi . . Passons au cas général : G » Z{n1 Z ˆ . . .9a) (9. (9. . . . . . .11) Le fait que α soit un homomorphisme de groupes est direct : fgg1 pχq “ χpgg 1 q “ χpgqχpg 1 q “ fg pχqfg1 pχq “ pfg fg1 qpχq. .8) et nous avons alors αpχ1 . gk q “ χi pgi q où χi est le caractère χi pr1sq “ e2πi{ni . .10) ˆ Démonstration. gk q est non nul dans G. . Nous ˆ savons que pour tout caractère χ P G.6) αpχ1 . . . 0q alors nous trouvons χi p1q “ χ1 p1q parce que χj p0q “ 1. alors nous définissons χi pgi q “ χp0. . χk qpg1 . En effet si χ P HompG.9c) (9. χk pgk q. alors il existe i tel que gi ‰ 0 et on prend χpg1 . Du coup i χi “ χ1 . .9d) Donc αpχχ1 q “ αpχqαpχ1 q. Ce α est injectif parce qu’en appliquant l’égalité αpχ1 . . nous commençons G “ Z{nZ et considérons le caractère donné par χpr1sq “ e2iπ{n . . . . . χk q “ αpχ1 . . . .14) . gk q “ pχ1 χ1 qpg1 q . . . . . pχk χ1 qpgk q 1 k “ “ “ χ1 pg1 q . . Donc pour tout g P Gzteu. 0q. gk q “ χ1 pg1 q .9b) (9. ˆ Z{nk Z (9. Pour rappel dans Z{nZ. .

Étant donné que les χpsq sont des nombres complexe de module 1. gy “ |G| sPG Lemme 9. χy “ 1. χi y “ 0.3. ˆ Card G “ CardpGq “ dimC CG .21) ˆ χPG À une fonction f : G Ñ C nous associons la transformée de Fourier ˆ ˆ f: GÑC χ ÞÑ xχ. ÿ f“ xχ. Les caractères forment donc un système libre orthonormé. f y. mais seulement le groupe unitaire Upnq où n est l’exposant 1 de G. χy “ χpgq. g sont des applications de G dans C. De plus l’espace engendré à la bonne dimension parce que le cardinal de l’ensemble des caractères est la dimension (complexe) de l’espace ˆ des fonction de G dans C parce que.17b) χps0 sqχ1 ps0 sq |G| sPG ÿ 1 “ χps0 qχ1 ps0 q χpsqχ1 psq. ÿ ai xχk . la parenthèse est non nulle (pour rappel χps0 q est un complexe de module 0 1) et par conséquent xχ. 1 ÿ xχ.. Démonstration.16) xf.11. (9.CHAPITRE 9. nous définissons le crochet de dualité entre G et G par ˆ x.17c) |G| sPG Donc nous avons trouvé ` ˘ xχ.22) . (9. (9. nous avons χpsqχpsq “ 1 et par conséquent xχ. χ1 y “ χpsqχ1 psq (9. en utilisant l’isomorphisme entre G et G.15) Notons que l’image de ce crochet n’est pas C˚ entier. Dans ce cas en effectuant un changement de variable s Ñ s0 s dans la sommation. alors il existe sP G tel que χps0 q ‰ χ1 ps0 q. ř Nous déduisons immédiatement que les caractères forment une famille libre parce que si i χi “ 0 (la somme est sur tous les caractères). Si par contre χ ‰ χ1 . Définition 1.18) Mais vu que χps0 q ‰ χps1 q. χ1 y 1 ´ χps0 qχ1 ps0 q “ 0. 1.19) i et donc ak “ 0. REPRÉSENTATIONS DE GROUPES 9. χ1 y “ 0. alors en prenant le produit scalaire avec χk . nous pouvons écrire. . f yχ.y : G ˆ G Ñ C˚ xg. (9.20) La première Du fait que les caractères forment une base orthonormée.1 330 Crochet de dualité et transformée de Fourier ˆ Si G est un groupe abélien. Les caractères de G forment une base orthonormée de CG pour ce produit scalaire. (9. (9. (9. (9.17a) |G| sPG 1 ÿ “ (9. pour toute application f : G Ñ C.1. Si f. alors on leur associe le produit scalaire 1 ÿ f psqgpsq.

alors f s’annule sur DpGq.4. un C-espace vectoriel de dimension finie.21. Proposition 9.2 Groupes non abéliens ˆ Nous avons vu que le groupe des caractères G contenait toute l’information sur un groupe abélien. Voire ρ tout court si l’espace vectoriel n’est pas ambigu. ça ne va pas suffire.24) Démonstration. C˚ (9. ρq cette représentation. soit f1 et f2 telles que ψpf1 q “ ψpf2 q. et nous allons introduire la notion de représentations. Alors nous obtenons ψpf q “ f en posant ¯ f pgq “ f rgs. Soit G un groupe (pas spécialement abélien). Ce qui fait fonctionner la preuve est le fait que si f : G Ñ C˚ est un homomorphisme.27) Pour l’injectivité de ψ. REPRÉSENTATIONS DE GROUPES Nous avons donc aussi une espèce de formule d’inversion ÿ ˆ f“ f pχqχ (9. Si dim V “ 1.1. dont les caractères seront un cas particulier de dimension un. alors GLpV q “ C˚ et les représentation sont les caractères abéliens.29) ˆ Il faut juste vérifier que le f ainsi défini est dans G.28) et donc f1 pgq “ f2 pgq. C˚ .3 Représentations linéaires des groupes finis Soit V . 9. il n’est donc pas tellement possible que G contienne beaucoup d’informations intéressantes sur G. (9. L’isomorphisme est ` ˘ ˆ ψ : G Ñ Hom G{DpGq. Nous notons pV. .30) ˆ alors que G{DpGq est abélien . Alors pour tout g P G nous avons ψpf1 qrgs “ ψpf2 qrgs (9. c’est à dire que f pg1 g2 q “ f pg1 qf pg2 q. (9.1. En effet. Nous avons ` ˘ ˆ G » Hom G{DpGq. ` ˘ ¯ ¯ Enfin ψ est surjective. (9.331 CHAPITRE 9. soit f P Hom G{DpGq. f pgklk ´1 l´1 q “ f pgq.25) ψpf qrgs “ f pgq. Malheureusement. (9. 9. (9. Cette proposition nous montre que { ˆ G “ G{DpGq.26) D’autre part ψ est un homomorphisme de groupe parce que ` ˘ ψpf1 f2 qrgs “ pf1 f2 qpgq “ f1 pgqf2 pgq “ ψpf1 qrgsψpf2 qrgs “ ψpf1 qψpf2 q rgs. Cette application est bien définie parce que si f est un homomorphisme. Une représentation linéaire de G dans V est un homomorphisme ρ : G Ñ EndpV q. C˚ .23) ˆ χPG qui n’est qu’une réécriture de 9. pour les groupes non abéliens.

3 q & 2 2? ’ 1 ’ ’ C “ p´ . Ici encore un abus est commis entre la représentation pρi . ρ1 q sont deux représentations du groupe G.5 Considérons le triangle équilatéral A. De la même façon nous avons pBACq ă `` ą (9. ρq et pV 1 .36) 0 ρ1 pgq Nous noterons souvent 2V pour la représentations pV.31d) (9. Vues dans la base tA.1. ρ ‘ ρ1 donné par ˆ ˙ ρpgq 0 1 pρ ‘ ρ qpgq “ P GLpV ‘ V 1 q. B. CqpA. C. ´ 3 q ’ ’ ’ 2 2 % Dans la base (pas orthonormée) tA. Cq Ñ ´1 1 ˆ ˙ 1 ´1 pB. Cq Ñ . REPRÉSENTATIONS DE GROUPES Exemple 9.37) i signifiera la représentation somme de ki termes de la représentation Wi .38) sPG avec le produit hérité de la bilinéarité : ÿÿ sPG tPG as bt st “ ÿÿ s t as bs´1 t t. Cq et de pA.35) <++> Si pV. B.33c) 0 ´1 La permutation pA.32) Le groupe symétrique S3 agit sur le triangle par permutation des sommets. Cq “ pA.33a) pA. Bq Ñ 1 0 ˙ ˆ ´1 0 (9. par exemple donné par les points $ ’A“1 ’ ? ’ ’ ’ ’ B “ p´ 1 .31c) (9. (9. C“ B“ A“ ´1 1 0 (9. Bq et on lui associe la matrice ˆ ˙ 0 ´1 pA.332 CHAPITRE 9. (9. Bq.31a) (9. ces trois points sont donnés par ˆ ˙ ˆ ˙ ˆ ˙ ´1 0 1 . Cq Ñ .31b) (9. B. Cq s’écrit comme pA.33b) pA. ρq ‘ pV. Bu. Wi q et l’espace Wi . alors nous définissons la somme directe ˘ ` par V ‘ V 1 . Bu de R2 .4 Module Nous considérons la C-algèbre GrCs des combinaisons (formelles) d’éléments de G à coefficients dans G. B. 9. les transpositions correspondent aux matrices ˙ ˆ 0 1 (9. (9. (9. ρq et plus généralement l’écriture à V “ k i Wi (9.34) 1 ´1 C’est bien le produit des matrices de pA.39) . c’est à dire l’ensemble ÿ CrGs “ t as su (9.

Ou encore prendre une base de W1 . 3. alors PG pvq “ 1 ÿ ρpsqP looomooon ρpsq´1 v |G| sPG (9. Démonstration.41) sPG Les sous-modules indécomposables seront les représentations irréductibles. Soit pV.40) sPG C-algèbre agissant sur V par ˜ ÿ ¸ as s v “ s ÿ as ρpsqv P V (9. La représentation pV.333 CHAPITRE 9. Proposition 9. 5.42) Prouvons que ce PG est encore un projecteur. alors il existe un sous-espace W2 également stable et tel que V “ W1 ‘ W2 .44b) “ v. La question qui vient est de savoir si une représentation possédant des sous-espaces invariants peut être écrite comme la somme de représentations irréductibles.6. c’est à dire que P 2 “ P et P pV q “ W1 . |G| sPG (9.7 La représentation de S3 sur R2 donnée par les permutations des sommets d’un triangle équilatéral donnée dans l’exemple 9. Nous avons même PG P “ P parce que si v P W1 . ρq du groupe G est irréductible si les seuls sous-espaces invariants de V sous ρpGq sont V et t0u.44a) PW1 1 ÿ “ ρpsqρpsq´1 v |G| s (9. Cela signifie que PG ρ “ ρPG .8. . (9. 4. c’est à dire si ρ n’est pas irréductible.5 est irréductible. on peut par exemple prendre un supplémentaire de W1 dans V puis utiliser la décomposition 4 . p as sq ` bt t “ s Le tout est une t (9. Soit P : V Ñ V un projecteur sur W1 . D’abord pour tout g P G nous avons ρpgqPG ρpgq´1 “ 1 ÿ ρpgsqP ρpgsq´1 “ PG .44c) 2. ρq une représentation linéaire de dimension finie d’un groupe fini 2 . Pour construire un tel projecteur. |G| gPG (9. l’étendre en une base de V et définir P comme l’annulation des coefficients des vecteurs «complétant» la base. mais il faudrait des intégrales. REPRÉSENTATIONS DE GROUPES et la somme ÿ ÿ ÿ pas ` bs qs. Exemple 9. La démonstration marche aussi pour les groupes compacts.43) La dernière égalité est un changement de variables dans la somme 5 . Si W1 est un sous-espace stable 3 . Nous considérons l’opérateur PG “ 1 ÿ ρpgq ˝ P ˝ ρpgq´1 . Toute représentation linéaire est décomposable en représentations irréductibles. Définition 9. Et c’est ça qui demande un peu de technique pour écrire la preuve dans le cas d’un groupe compact : il faut une mesure de Haar.

(9.45b) (9. (9. les noyaux de PG et Id ´PG sont des sous-espaces invariants. (9. (9.47) Si nous posons W2 “ ker PG . uyG “ xρpgqv. est stable sous les conjugaisons par ρpgq et commute avec ρpgq. Nous commençons par considérer un produit hermitien x. nous avons xρpgqv. c’est à dire à W1 .334 CHAPITRE 9.48c) Pour prouver l’inclusion inverse. V q une représentation de G sur un espace vectoriel complexe V . Si l’une des deux n’est pas irréductible. Vu que PG est un projecteur. il reste à voir que kerpPG 1q “ W1 . vyG (9.51) |G| gPG Nous devons vérifier que c’est un produit.5 Structure hermitienne Soit pρ. D’abord W1 Ă kerpPG ´ Idq parce que si w P W1 . nous savons que PG et P sont des projecteurs tels que PG P “ P . ρpgqvy. Nous décomposant Id de façon évidente en Id “ PG ` pId ´PG q.52) |G| gPG . ρpgqvyG “ xu. le processus peut recommencer. ce dernier étant stable. ρpgqvy. parmi les termes de la somme 1 ÿ xu. vyG “ xρpgqu. Nous voulons munir V d’un produit scalaire hermitien (définition 8.. W1 q et ρ.83). Pour tout g P G et tout v P V . Étant donné que ρpeqv “ v.45a) (9.160) tel que les opérateurs ρpgq soient tous des isométries. ce qui signifie que l’image de PG est inclue à celle de P .1. donc kerp1 ´ PG q “ ImagepPG q Ă ImagepP q “ W1 . Vu que la dimension de V est finie. ρpgqvy est positif et nul si et seulement si ρpgqv “ 0.49) La représentation ρ se décompose donc en deux sous-représentations pρ.46) Étant donné que l’opérateur PG commute avec tous les ρpgq.45d) “ PG . Mais ImagepPG q “ kerp1 ´ PG q. nous avons qpPG q “ 0 avec qpXq “ X 2 ´ X.45c) (9. vyG de telle sorte à avoir xρpgqu. . (9. 9. Pour appliquer le lemme des noyaux (théorème 8. REPRÉSENTATIONS DE GROUPES 2 Avec cela nous pouvons conclure que PG “ PG parce que 1 ÿ PG ρpgqP ρpgq´1 PG ˝ PG “ |G| g 1 ÿ “ ρpgqPG P ρpgq´1 |G| g 1 ÿ ρpgqP ρpgq´1 “ |G| g (9.48b) “ w. (9.y quelconque et puis nous définissons 1 ÿ xu. C’est à dire que nous voudrions définir xu. Donc PG est un projecteur. La seule des conditions dont la vérification n’est pas immédiate est celle de positivité. W2 . nous remarquons que qpXq “ XpX ´ 1q et donc V “ ker PG ‘ kerpPG ´ 1q. toute représentation se décompose en une somme finie de représentation irréductibles.48a) |G| gPG PW1 1 ÿ “ w |G| gPG (9. 1 ÿ PG w “ ρpgqP looomooon ρpgq´1 w (9.50) pour tout g P G.

Nous disons que les deux représentations pV.9. |G| sPG (9. 9. Par irréductibilité. L’ensemble des fonctions centrales sur un groupe fini (ou tout au moins ayant un nombre fini de classes de conjugaison) est un C-espace vectoriel de dimension égale au nombre de classes. c’est à dire est un isomorphisme. Définition 9. Si pV. vyG “ 0 si et seulement si v “ 0. (9. les autres sont positifs ou nuls. Il y a deux possibilités. nous pouvons plonger les groupes compacts dans des groupes unitaires. (9. Une application f : G Ñ C est centrale si elle est constante sur les classes de conjugaison. caractère d’une représentation. REPRÉSENTATIONS DE GROUPES 335 au moins un est strictement positif (pourvu que v ‰ 0) . Même chose pour Imagepf q.54) ce qui fait que le caractère est une fonction constante sur les classes de conjugaison. soit les représentations sont équivalentes (et il y a un isomorphisme). ρq et pV 1 . gy “ 1 ÿ f psqgpsq.10 (Théorème de Schur). Du coup f est injective et surjective. Le caractère de ρ est la fonction χρ : G Ñ C ` ˘ s ÞÑ Tr ρpsq . et Imagepf q est un sous-espace de V 1 stable par ρ1 pGq. Donc les groupes finis peuvent être vus comme des parties de groupes d’isométrie. Démonstration. soit il n’y a même pas un homomorphisme. (9.55) C’est une forme hermitienne sur l’espace des fonction centrales.1.2 Équivalence de représentations et caractères Cette section prend des éléments des articles lemme de Schur. nous avons que kerpf q “ t0u ou V . (2) Si kerpf q “ V .6 Caractères Soit pV. ρ1 q sont des représentations irréductibles non équivalentes alors la seule application linéaire f : V Ñ V 1 entrelaçant ρ et ρ1 est la fonction nulle. nous avons χρ psts´1 q “ χρ ptq. Théorème 9. ρ1 q sont équivalentes si il existe une bijection linéaire f : V Ñ V 1 telle que f ˝ ρ “ ρ1 ˝ f. Soit f P LpV. (1) Si kerpf q “ t0u.56) Nous disons alors que f entrelace ρ et ρ1 . En d’autres termes. Par conséquent xv. Les traces sont des applications centrales. De la même façon. 9. alors f “ 0. alors Imagepf q ‰ t0u et alors Imagepf q “ V 1 . ρq une représentation linéaire du groupe G. . et nous pouvons mettre le produit scalaire xf. ρq et pV 1 .CHAPITRE 9. fonction centrale et trace de wikipédia. Un caractère irréductible est un caractère d’une représentation irréductible.53) Par invariance de la trace. en utilisant une mesure de Haar pour faire la moyenne. Alors ker f est un sous-espace stable sous ρpGq. V 1 q telle que f ˝ρ “ ρ1 ˝f .

Du coup kerpgq “ V . Vu que l’espace est sur C. . Ekl est la matrice de composantes pEkl qij “ δki δlj . Soit f P EndG pV. Puis nous considérons la matrice F pk. nous voyons que ` ˘ ÿ 1 χpg ´1 q “ Tr ρpgq´1 “ . ρpgq|G| “ 1. alors χpgq “ i λi . Nous avons (1) xχ. Nous considérons les bases te1 . Démonstration. ce qui fait que ÿ ¯ λi “ χpgq. . (2) xχ. 8. ρq et pV 1 . lq “ Ekl P Mm. Par le corollaire 1. Nous posons FG pk. . V 1 q sont des représentations équivalentes de caractères χ et χ1 . ρq “ tf P EndpV q tel que ρ ˝ f “ f ˝ ρu (9. lq ˝ ρ1 pgq´1 . .14. Si pρ. en u de V et tf1 . . ρq du groupe fini G. ρ1 q du même groupe fini G. Lemme 9.93). Démonstration. l’endomorphisme f a une valeur propre λ. et en considérant la matrice dans sa base de diagonalisation (lemme de Schur complexe. alors χ “ χ1 . alors pour tout g P G nous avons χpg ´1 q “ χpgq. ρq une représentation irréductible.114). V q et pρ1 .13. . λi i Mais λi étant une racine de l’unité nous avons 1 λi χpg ´1 q “ (9.58) parce que la trace est un invariant de similitude (lemme 8. .34 au théorème de Lagrange. Les valeurs propres de ρpgq sont donc des racines de l’unité. Démonstration. χ1 y “ 1 si les représentations sont équivalentes. ce qui signifie que f est l’isométrie de rapport λ : f “ λ Id.57) est l’ensemble des homothéties. L’opérateur g “ f ´ λ1 est aussi un opérateur d’entrelacement de ρ alors que kerpgq ‰ t0u par définition de valeur propre. ρq. lq “ 1 ÿ ρpgq ˝ F pk. alors l’ensemble EndG pV. Si nous notons ř λi ces valeurs propres. Lemme 9. nous avons g |G| “ e et donc en tant qu’opérateur. Démonstration.n pCq où pour rappel.59) ¯ “ λi . Si χ est le caractère de la représentation complexe pV. |G| gPG (9. Si A : V Ñ V 1 est un isomorphisme d’espace vectoriel entrelaçant ρ et ρ1 .12.61) .11 (Schur pour les représentations sur C). (9. c’est à dire si pour tout g. alors ρ1 pgq “ AρpgqA´1 et ` ˘ ` ˘ ` ˘ χ1 pgq “ Tr ρ1 pgq “ Tr AρpgqA´1 “ Tr ρpgq (9. et χ et χ1 leurs caractères respectifs. .CHAPITRE 9. fm u de V 1 . REPRÉSENTATIONS DE GROUPES 336 Corollaire 9. Soient deux représentations irréductibles complexes pV. Soit pV.60) i Proposition 9. ρ1 pgqA “ Aρpgq. χ1 y “ 0 si ρ et ρ1 ne sont pas équivalentes.

66) parce que les nombres χpgq sont des racines de l’unité.63a) r“1 s“1 ÿ “ (9.62b) (9. Dans ce calcul nous avons effectué le changement de variables k “ ps´1 tq´1 qui donne s “ tk.65c) “ par (9.2. χ1 y “ lemme 9. χ1 y “ 0. alors nous avons le produit (9. lqrs ρ1 pg ´1 qsj ρpgqF pk. K-espace vectoriel des fonc(9.1 Représentation régulière Nous notons λ la représentation régulière gauche.63b) ρpgqir δkr δls ρ1 pg ´1 qsj rs (9.55) qui donne 1 ÿ χpgqχ1 pgq |G| gPG 1 ÿ “ χpgqχ1 pg ´1 q |G| g (9. Si au contraire les représentation sont équivalentes.10 que FG “ 0 et donc xχ.65b) (9. Par ailleurs nous avons n m ´ ¯ ÿ ÿ “ ρpgqir F pk. lqij “ 1 ÿ ρpgqik ρ1 pg ´1 qlj . (9. et par conséquent FG pk. |G| gPG (9.62c) (9. 9. alors le lemme 9. lqρ1 pg ´1 q ij (9.64). nous montrons que FG entrelace ρ et ρ1 : 1 ÿ ρpsq ˝ F ˝ ρ1 ps´1 q ˝ ρptq |G| sPG 1 ÿ “ ρpsqF ρ1 ps´1 tq |G| s 1 ÿ “ ρptkqF ρ1 pk ´1 q |G| k ÿ 1 “ ρptq ρpkqF ρ1 pk ´1 q |G| k (9.65d) ij Si les représentations ρ et ρ1 ne sont pas équivalentes.13 n m 1 ÿÿ ÿ ρpgqii ρ1 pg ´1 qjj |G| g i“1 j“1 ÿ “ FG pi. χy “ 1 ÿ 1 ÿ χpgqχpgq “ 1“1 |G| g |G| gPG (9.65a) xχ.64) Si χ et χ1 sont les caractères de ρ et ρ1 .63c) “ ρpgqik ρ1 pg ´1 qlj .62d) (9.12 nous dit que χ “ χ1 et nous reprenons la définition : xχ. le fait que FG en soit un opérateur d’entrelacement implique par le théorème de Schur 9.62a) FG ˝ ρ1 ptq “ (9. REPRÉSENTATIONS DE GROUPES En nous permettant de ne pas réécrire les indices k et l de F et FG . agissant sur le tions G Ñ K par ´ ¯ λpgqf pgq “ f pg ´1 hq. jqij (9.67) .62e) “ ρptq ˝ FG .337 CHAPITRE 9.

68) La représentation régulière agit sur les fonctions δs de la façon suivante : (9. Nous commençons par voir que ρf entrelace ρ.74c) g ÿ “ g Du coup effectivement k“ 1 ÿ f pgqχpgq. D’autre part. Alors d’une part Trpρf q “ nk.16 ([86]). Si pρ. `ÿ ˘ Trpρf q “ Tr f pgqρpgq (9. ` ˘ Lemme 9. Si ρ est une représentation et si f est une fonction sur le groupe. c’est à dire |G|. Le caractère de la représentation régulière gauche est donné par (9. Si par contre g ‰ e.75) . n gPG (9. ÿ ρptq´1 ˝ ρf ˝ ρptq “ f pgqρpt´1 gtq (9.74a) g ÿ “ ` ˘ f pgq Tr ρpgq (9.72) où χ est le caractère de ρ. le lemme de Schur (9. R ou C ou pire) définie par (9. Étant donné que ρf entrelace une représentation irréductible.70) χλ “ |G|δe . REPRÉSENTATIONS DE GROUPES D’autre part nous considérons les fonction δg : G Ñ K (ici K est # 1 si g “ h δg phq “ 0 sinon.71) gPG Proposition 9. Soit k le facteur d’homothétie. alors nous considérons l’opérateur ÿ ρf “ f pgqρpgq. En effet.73a) g ÿ “ f ptht´1 qρpgq h “ t´1 gt (9.73d) “ ρf où en écrivant f ptht´1 q “ f phq. Démonstration.70) fonctionne parce que χλ peq est la dimension de l’espace des fonctions sur G. Appliquer l’équation (9. (9.15. V q est une représentation irréductible et si f est une fonction centrale sur G.69) λpgqδs “ δgs parce que λpgqδs phq “ δs pg ´1 hq “ δgs phq. alors l’opérateur ρf est une homothétie de V de rapport 1 ÿ f pgqχpgq dim V gPG (9.10) nous indique que ρf est une homothétie. alors λpgq est une matrice de permutation (dans la base des δh ) et a donc tous ses éléments diagonaux nuls. Démonstration. nous avons utilisé le fait que f était centrale.73c) f phqρphq h (9.73b) h ÿ “ (9.74b) f pgqχpgq.338 CHAPITRE 9. (9.

77) i Le théorème suivant est ce qui nous permet de dire que l’étude des caractères et l’étude des représentations. la décomposition d’une représentation en représentations irréductibles est unique. ϕj y “ ki xϕi . Démonstration. c’est la même chose. Les caractères irréductibles seront notés tϕi ui“1. En particulier. Nous montrons l’autre sens. ř Démonstration. Alors sa décomposition en représentations irréductibles est donnée par h à pV. REPRÉSENTATIONS DE GROUPES 9. nous avons ki “ ki et les représentations sont identiques. Si pρ. ϕi y. Donc il y a au plus autant de caractères irréductibles que la dimension de l’espace des fonctions centrales .. Wi q une représentation ayant le caractère ϕi . ÿ xχ. i 1 alors si χ “ χ1 . χy “ 1 si et seulement si c’est un caractère irréductible.h et nous noterons pσi . (1) Deux représentations sont équivalentes si et seulement si elles ont même caractères. et ce dernier est de dimension finie donnée par le nombre de classes de conjugaison de G. σi q (9. à permutation près des facteurs. Un groupe fini n’a (à équivalence près) qu’un nombre fini de représentations irréductibles. ρq “ ki pWi . Nous savons que les caractères de deux représentations irréductibles sont égaux. V 1 q sont deux représentations irréductibles de décompositions à V “ k i Wi (9.. alors (a) xχ.17. (2) Si χ est un caractère. ϕj y “ kj .339 CHAPITRE 9. en prenant le produit de cette égalité avec ϕj et en tenant compte de l’othonormalité des caractères irréductibles.2 Caractères et représentations : suite et fin Lemme 9. Théorème 9. Nous sommes depuis longtemps dans l’étude des représentations des groupes finis. (1) Le fait que deux représentations équivalentes aient même caractère est le lemme 9. (9. Soit G un groupe fini 6 . Nous pouvons donc fixer les notations suivantes. il existe un nombre fini de caractères irréductibles. 6.2..76) i“1 avec ki “ xχ.18 ([86]).12. Démonstration. Les caractères irréductibles forment un système orthonormé (proposition 9. V q et pρ1 ..78b) . χy P N (b) xχ.14) et donc libre parmi les fonctions centrales. Soit pρ. (9. La décomposition de χ en caractères irréductibles est donnée par χ “ i ki ϕi .78a) i V1 “ à 1 k i Wi .19. Nous démontrons chaque point séparément. Théorème 9. V q une représentation de G de caractère χ. Étant donné qu’il n’existe qu’un nombre fini de représentations irréductibles.

(9. (9. Nous notons r le caractère de la représentation régulière gauche. Démonstration. (9.82) Mais ϕi peq “ dim Wi P R. Cette propriété est appelée «orthogonalité des colonnes» pour une raison qui apparaîtra au moment de compléter le tableau (9.21 ([86]). REPRÉSENTATIONS DE GROUPES (2) Soit pρ. . Nous avons ki “ xr. En posant ki “ xχ.110). alors pour tout s P Gzteu ř nous avons p ni ϕi psq “ 0 où la somme porte sur les représentations irréductibles non équii“1 valentes. Théorème 9. i pdim Wi qϕi pgq “ 0 7 . ř (3) pour tout g P G. (4) Une autre façon d’énoncer le résultat (3) est de dire que si tpni . i ÿ kj ϕj y “ j ÿ 2 ki P N. χy “ x ÿ ki ϕi . (9. 7. Rq est la représentation régulière gauche de décomposition en représentations irréductibles à R“ ki Wi . V q une représentation ayant χ comme caractère. ϕi qu est la liste des couples dimension. χh forment une base orthonormé des fonctions centrales sur G. .caractère des représentations irréductibles non équivalentes. Proposition 9.80) i Ce nombre est de plus égal à 1 si et seulement si tous les termes de la somme sont nuls sauf un qui vaudrait 1.83) i En évaluant cette égalité en e nous trouvons directement ÿ |G| “ pdim Wi q2 .81) i alors (1) ki “ dim Wi . (9.340 CHAPITRE 9. Le caractère de la représentation régulière peut alors s’exprimer de deux façons : ÿ |G|δe “ pdim Wi qϕi . (9. donc nous avons bien ki “ dim Wi . ř (2) i pdim W1 q2 “ |G|.84) i et en l’évaluant en s ‰ e. Ce cas donne une représentation irréductible. . nous trouvons 0“ ÿ pdim Wi qϕi psq. Si pλ.20. ϕi y “ 1 ÿ rpsqϕi psq “ ϕi peq. Les caractères irréductibles χ1 .85) i Le théorème suivant est valable pour les groupes finis (comme toute cette section). .79) i et aussi xχ. . ϕi y nous avons la décomposition en représentations irréductibles à V “ k i Wi . |G| sPG (9.

. Le nombre de classes de conjugaison est la dimension de l’espace des fonctions centrales qui elle-même est égale au nombre de caractères irréductibles par le théorème 9. et la base tei b eα u de V b W . (9. W q de caractère ϕ.92) χρbφ “ χρ χφ . il nous suffit de prouver que H K “ 0. Soit donc f . (9. Pour tout i. ϕi y “ 0.86) σf “ ¯ g ¯ ¯ est une homothétie de rapport xf . Nous savons déjà qu’ils forment un système orthonormé.. nous savons par la proposition 9.. (9.88) g ¯ Donc f “ 0 et f est nulle.22. La représentation produit tensoriel est la représentation ρ b φ : G Ñ GLpV b W q pρ b φqpgqpv b wq “ ρpgqv b φpgqw. (9. (9. Démonstration.. ϕi y “ 0 et donc aussi xf . nous ¯ ¯ avons xf. REPRÉSENTATIONS DE GROUPES Démonstration. Donc pρ b φqpgqpei b eα q “ ρpgqei b φpgqeα .3 Représentation produit tensoriel Soient ρ et φ. En vertu de la proposition 8.89) Pour trouver son caractère. 9. En particulier pour la représentation régulière. Corollaire 9. Considérant une représentation irréductible pσ. une fonction centrale appartenant à H K . ÿ ÿ ¯ ¯ f pgqλpgqpδt q “ f pgqδf t .91) ce qui nous amène à dire que Trpρ b φqpgq “ ÿÿ i ` ˘ ` ˘ ρpgqii φpgqαα “ Tr ρpgq Tr φpgq . deux représentations d’un groupe G sur des espaces vectoriels V et W . Le nombre de représentations irréductibles non équivalentes d’un groupe fini est égal à son nombre de classes de conjugaison. Étant donné que toute les représentations sont des sommes directes de représentations irréductibles. nous considérons une base tei u de V et une base teα u de W .341 CHAPITRE 9. Considérons le sous-espace H “ Spantϕi ui“1. (9. et c’est évidemment ρpgqii ραα .93) α c’est à dire au final que .87) 0 “ λf pδt q “ ¯ g gPG En écrivant cette égalité avec t “ e et puis en appliquant à k P G nous trouvons ÿ ¯ ¯ 0“ f pgqδg pkq “ f pkq.16 que l’opérateur ÿ ¯ f pgqϕpgq (9.90) Nous devons savoir quelle est la composante «ei beα » de cette dernière expression. Enfin deux caractères irréductibles sont égaux si et seulement si les représentations sous-jacentes sont équivalentes.10.21. en réalité l’opérateur ρf est nul pour toute ¯ représentation ρ.h de l’espace des fonctions centrales sur G. ϕy{ dim W “ 0. (9.

xχ1 . (9.63. Nous savons que les classes de conjugaison dans S4 sont caractérisées par la structure des décompositions en cycles (proposition 1. B. Cq 6 “ 0. pour rappel il y a autant de représentations irréductibles que de classes de conjugaison (corollaire 9. 1q (9.97) χ1 1 1 1 1 1 1 Ensuite nous avons la signature qui est un morphisme non trivial : Sn Ñ t´1. Nous avons la décomposition ρp “ ρ1 ‘ ρs et donc χp “ χ1 ` χs .95b) D’autre part nous avons aussi 1 xχρ . Cqχ pA. Ce sont les trois représentations irréductibles . Bq 3 1 ´1 0 pA. 1. χρ y “ p1 · 2 · 2 ` 3 · 0 ` 2 · 1q “ 1.98) χ 1 1 ´1 1 ´1 1 Une troisième représentation pas trop compliquée à trouver est celle ρp : S4 Ñ GLp4. 6 9.100a) H “ tx P C tel que x1 ` x2 ` x3 ` x4 “ 0u. (9.100b) 4 La représentation induite sur D est la représentation triviale.96) Table des caractères du groupe symétrique S4 Pour la table des caractères de S4 . (9. nous notons ρ cette représentation. Bq ` 2 · χ1 pA.4 342 Exemple sur le groupe symétrique Soit G “ S3 . Nous avons alors la ligne dimension Id p12q p123q p1234q p12qp34q (9.94) Et enfin il y a la représentation triviale. voir [1]. REPRÉSENTATIONS DE GROUPES 9.22). nous notons χ1 son caractère et nous avons la ligne dimension Id p12q p123q p1234q p12qp34q (9.99) Cela n’est pas une représentation irréductible parce que C4 se décompose en deux sous-espaces stables : D “ Spanp1. 1.5 (9. 1u. Nous avons donc 5 classes de conjugaison. un des premiers groupes finis non abéliens.95a) (9. donnée dans l’exemple 9. B.22) dont nous allons chercher les caractères.5 . B. et il nous faut donc 5 représentations irréductibles non équivalentes (corollaire 9. Classe de conjugaison taille χ1 χ χρ Id 1 1 1 2 pA. Cq ρp pσqei “ eσpiq . χ y “ (9.101) . (9. On en a une représentation de dimension deux en tant que permutation des sommets d’un triangle équilatéral. Elles sont données dans l’exemple 1.CHAPITRE 9. elle induit une autre représentations que nous allons noter ρs .61). La première est la représentation triviale de dimension 1 . Cq 2 1 1 ´1 Nous calculons par exemple le produit scalaire ˘ 1` 1 · χ1 pIdqχ pIdq ` 3 · χ1 pA. Nous y avons aussi la représentation de signature donnée par : S3 Ñ GLpCq σ ÞÑ pσq Id . Puis sur H. Bqχ pA.

χs y “ 1. De plus la proposition 9. (9.103) à notre tableau. si nous nommons n1 et n2 les dimensions des deux représentations qui nous manquent.110) . et c’est tout. en sachant que la dimension est 2 et qu’alors χW pIdq “ 2. Il n’y a pas des tonnes 1 2 1 2 de sommes de deux carrés qui font 13. c’est à dire n2 ` n2 “ 13. il ne faut pas beaucoup d’imagination. Pour cela nous allons un peu regarder les produits tensoriels qui s’offrent à nous. Pour trouver le dernier caractère. χs y “ 32 ` 6 · 12 ` 8 · 02 ` 6 · p´1q2 ` 3 · p´1q2 “ 24. Nous avons donc χp pIdq “ 4 ` ˘ χp p12qp34q “ 0 χp p12q “ 2 (9. Pour faire une dimension 3. tant que nous avons son caractère nous pouvons utiliser le critère du théorème 9. Pour cela. il faut faire le produit d’une de dimension 1 par une de dimension 3. (9. nous avons 24 “ n2 ` n2 ` p12 ` 12 ` 32 q.109) Avant de réellement ajouter cette ligne au tableau. le caractère est irréductible parce que xχs .102b) χp p1234q “ 0. χW y “ 1. (9.343 CHAPITRE 9.105) donc oui. donc c’est bon.102a) χp p123q “ 1 (9. Donc la matrice ρp pσq a un 1 sur la diagonale pour les i tels que σpiq “ i. de telle sorte qu’il ne manque que deux représentations irréductibles. Il suffit d’utiliser les relations d’orthogonalité du théorème 9. (9. c’est pas trop compliqué : χ1 χ χs χW χu dimension 1 1 3 3 2 Id p12q p123q p1234q p12qp34q 1 1 1 1 1 1 ´1 1 ´1 1 3 1 0 ´1 ´1 3 ´1 0 1 ´1 2 b c d e (9.19 : 1 ÿ xχs . Là encore le choix est très limité et nous demande d’essayer ρW “ ρs b ρ (9.21.98) : χW dimension 3 Id p12q p123q p1234q p12qp34q 3 ´1 0 1 ´1 (9. Nous recherchons donc encore une représentation de dimension 2 et une de dimension 3.103) et (9. REPRÉSENTATIONS DE GROUPES Nous savons déjà χ1 . alors ÿ |S4 | “ n2 . χs y “ χs pσq2 .103) Avant d’ajouter cette ligne au tableau des représentations irréductibles nous devons savoir si ρs en est une. Le caractère χp n’est pas très compliqué parce que χp pσq est une matrice de permutation des vecteurs de base. Par ailleurs. nous devons nous assurer qu’elle est bien irréductible.104) |S4 | σPS 4 Nous avons tout de suite |S4 | “ 4 · 3 · 2 “ 24 et puis 24xχs . (9.107) qui agit sur l’espace V2 b V par ρW pgqpv b xq “ ρs pgqv b ρ pgqx. Nous utilisons le même critère : xχW . que nous nommerons χu .93) : nous multiplions case par case les tableaux (9. Et nous pouvons donc ajouter la ligne (9. Il y a n1 “ 2 et n2 “ 3.102c) Le caractère χs peut être calculé par simple soustraction : χs dimension 3 Id p12q p123q p1234q p12qp34q 3 1 0 ´1 ´1 (9. nous notons qu’elle est de dimension 3.106) i i Dans notre situation.20 nous dit que si ni est la dimension de la ie représentation irréductible.108) Pour savoir son caractère nous utilisons la petite formule toute simple (9. Pour le reste nous savons qu’il y a autant de représentations irréductibles que de classes de conjugaison.

lemme 9. Nous en reparlerons à la fin. Nous savons aussi que srsr “ 1. En ce qui concerne les caractères correspondants. donc ψpsq2 ψprq2 “ 1. . χ`` χ`´ χ´` χ´´ rk 1 p´1qk 1 p´1qk srk 1 p´1qk ´1 p´1qk`1 Étant donné qu’ils sont tous différents. nous avons ψpsq2 “ ψps2 q “ ψp1q “ 1.20 nous permettent de calculer les coefficients manquants. Donc ψprq doit être une racine ne de l’unité. Les applications linéaires C Ñ C sont seulement les multiplications par des nombres complexes. ce sont des représentations deux à deux non équivalentes. REPRÉSENTATIONS DE GROUPES 344 Les relations d’orthogonalité des colonnes de la propriété 9. Nous cherchons donc ψ : Dn Ñ C˚ .112) donc ψpsq P t´1. au moment de faire les comptes. et e “ 2. (9. Nous allons donc devoir avoir un compte différent selon la parité de n. Voir proposition 8.6 Table de caractères du groupe diédral Cette section vient de [1] .1 Représentations de dimension un Nous nous occupons des représentations de Dn sur C. c “ 1.12. il suffit de prendre le produit scalaire de chaque ligne avec la première et d’égaler avec zéro. Vu que s2 “ 1. (9.111) Notons que nous sommes parvenus à remplir la dernière ligne sans rien savoir de la représentation qui va avec.172 et tout ce qui suit. 9. Nous savons que Dn est généré 8 par s et r. 1u.CHAPITRE 9. Nous trouvons b “ 0. En pratique.113) ce qui donne ψprq P t´1. Le tableau final est : χ1 χ χs χW χu dimension 1 1 3 3 2 Id p12q p123q p1234q p12qp34q 1 1 1 1 1 1 ´1 1 ´1 1 3 1 0 ´1 ´1 3 ´1 0 1 ´1 2 0 ´1 0 2 (9. 9. 1u. nous avons comme but d’établir la table des caractères des représentations complexes du groupe diédral Dn . 8.6. d “ 0. Nous avons donc quatre représentations de dimension un données par ψpsq “ 1 ψpsq “ ´1 ψprq “ 1 ψprq “ ´1 ρ`` ρ`´ ρ´` ρ´´ Attention au fait que nous devons aussi avoir la relation ψprqn “ ψprn q “ 1.

173.115a) & ax “ λx 1 % y “ λy (9.2 Représentations de dimension deux Nous cherchons maintenant les représentations ρ : Dn Ñ EndpC2 q. 1 0 k (9. (9. alors a2 “ 1. Ici nous supposons connue la liste des éléments de Dn donnée par le corollaire 8.115b) a et $ &1 y “ µx (9. Nous avons ˆ p0q ρ k pr q “ 1 0 0 1 ˙ p0q ρ ˆ ˙ 0 1 psr q “ . nous avons bien 1 ´1 ˆ ˙ ˆ ˙ 1 0 0 1 T “ . Pour cela nous calculons les matrices : ˆ `` k ˙ ˆ ˙ ρ pr q 0 1 0 `` ´` k Sprq “ pρ ‘ ρ qpr q “ “ (9. Il est vite vu que si x ‰ 0 et y ‰ 0. Nous pouvons restreindre le domaine de h en remarquant d’abord que ρphq “ ρph`nq . Donc nous avons χp0q “ χ`` ` χ´` . et il est facile de ρp´hq sont équivalentes. h “ n{2 et les autres.345 CHAPITRE 9.172. (1) h “ 0. 2 Nous allons séparer les cas n “ 0.118) Il y a maintenant (au moins) quatre façons de voir que la représentation ρp0q est réductible. yq est vecteur propre de ρphq psq et de ρphq prq si et seulement si il vérifie les systèmes d’équations $ (9. REPRÉSENTATIONS DE GROUPES 9. il n’y a pas de solutions. alors un vecteur px.119a) 0 1 0 ρ´` prk q ˆ `` k ˙ ˆ ˙ ρ psr q 0 1 0 k `` ´` k Spsr q “ pρ ‘ ρ qpsr q “ “ (9.116a) a % ax “ µy (9.120) 0 ´1 1 0 . Sinon. nous considérons la représentation ρphq de Dn définie par ˆ hk ˙ ω 0 phq k ρ pr q “ (9.119c) Nous cherchons une matrice T telle que T Sprk q “ ρp0q prk qT et T Spsrk q “ ρp0q psrk qT . Donc ρphq » ρp´hq » ρpn´hq et nous pouvons restreindre notre étude à 0 ď h ď n .114a) 0 ω ´hk ˆ ˙ 0 ω ´hk phq k ρ pst q “ . Soit ω “ e2iπ{n et h P Z .119b) 0 ´1 0 ρ´` psrk q (9. Première méthode Trouver un opérateur d’entrelacement. (9.117) donc le caractère de cette représentation est χp0q prk q “ 2 et χp0q psrk q “ 0. Étant donné que Sprk q “ ˆ “ ρp0q prk q. En effet si nous notons par commodité a “ ω h . et la représentation associée est irréductible. Nous pouvons 1 ˙ 1 1 vérifier qu’avec T “ .116b) avec λ et µ des nombres non nuls.6. ce qui signifie h “ 0 ou h “ n{2. (9. Une représentation sera réductible si et seulement si ces deux systèmes acceptent une solution non nulle commune.114b) ω hk 0 Cela donne bien ρphq sur tous les éléments de Dn par la proposition 8. et ensuite que ˆ représentations ρphq et les ˙ 0 1 . la première contrainte n’en est pas une. Un opérateur d’entrelacement est donné par T “ 1 0 vérifier que T ρphq pxq “ ρ´h pxqT avec x “ rk puis avec x “ srk .

nous avons ˆ ˙ ˆ ˙ p´1qk 0 0 p´1qk pn{2q k pn{2q k ρ pr q “ ρ psr q “ . cette méthode est applicable même sans faire la remarque que χp0q “ χ`` ` χ´` .19(2) et nous calculer xχp0q . la représentation ρp0q n’est pas irréductible. Quatrième méthode Regarder les solutions des systèmes (9. Vu que le résultat n’est pas 1.2. Nous sommes sûrs de les avoir toutes trouvées.3 rk srk ` 2πhk ˘ 2 cos n 0 Le compte pour n pair Nous avons 4 représentations de dimension 1 puis n ´ 1 représentations de dimension 2. le nombre de représentations non équivalentes est égal au nombre de classes de conjugaison par le corollaire 9.123a) psr q “ 0.22. mais a l’avantage sur les deux autres méthodes de ne pas avoir besoin de savoir a priori un candidat décomposition de ρ0q . Vu que ω n{2 “ eiπ “ ´1. Nous 1 1 aurions donc tω h . (2) h “ n{2. Donc ces représentations sont irréductibles. La seconde méthode est la plus rapide. Seconde méthode Invoquer le théorème 9. (3) 0 ă h ă n . le zéro est pour les termes srk et 4pn ´ 1q est pour les n ´ 1 termes rk . (9. Nous devons cependant encore vérifier si elles sont deux à deux non équivalentes.19(1) pour dire que si les caractères étant égaux. Supposons 1 que pour h ‰ h1 nous ayons une matrice T P GLp2. La première méthode a l’avantage d’être simple et ne demander aucune théorie particulière à part les définitions. ˘ ` Le caractère de la représentation ρphq est χphq prk q “ ω hk ` ω ´hk “ 2 cos 2πhk . Pour rappel. Nous avons 1 ÿ p0q xχp0q . nous voyons que ρphq psq et ρphq prq n’ont pas de vecteurs propres communs. (9. ω ´h u.19. Cq telle que T ρphq prqT ´1 “ ρph q prq. n Nous ajoutons donc la ligne suivante à notre liste : χphq 9. les représentations sont équivalentes.121c) Ici le 4 est pour le 1.115) et (9. En tout 2 nous avons n `3 (9.346 CHAPITRE 9. Notons que c’est cela qui justifie le fait que nous ne devons pas chercher d’autres représentations. La troisième utilise également un théorème assez avancé. Donc ρp0q est réductible et ça ne nous intéresse pas de la lister. Mais cela est impossible avec 0 ă h ă h1 ă n .121a) |Dn | gPD n ˘ 1 ` “ 4 ` 0 ` 4pn ´ 1q 2n “ 2.122) 0 p´1qk p´1qk 0 et donc χpn{2q prk q “ 2p´1qk (9. Quoi qu’il en soit. et en regardant les systèmes d’équations donnés 2 plus haut. χp0q y “ |χ pgq|2 (9. χp0q y. Troisième méthode Utiliser le théorème 9. (9. REPRÉSENTATIONS DE GROUPES Donc ce T entrelace ρ`` ‘ ρ´` avec ρp0q qui sont donc deux représentations équivalentes. nous ne listons pas χp0q dans notre table de caractères. Cela 1q impliquerait en particulier que les matrices ρphq prq et ρph prq aient même valeurs propres. .6.121b) (9. Donc 2 toutes ces représentations sont distinctes.116) dont nous avons parlé plus haut. Ergo la représentation ρpn{2q n’est pas irréductible. Cela fait le compte en vertu des classes de conjugaisons listées en 8. mais demande un théorème très puissant. Dans ce cas nous avons ω h ‰ ω ´h .124) 2 représentations irréductibles modulo équivalence. ω ´h u “ tω h .123b) χ pn{2q k Il est vite vu que χpn{2q “ χ`´ ` χ´` .

CHAPITRE 9. Pour celles de dimension 2.2.6. En tout nous avons donc 2 n`3 2 (9.125) représentations irréductibles modulo équivalence. . le nombre ψprq devait être une racine ne de l’unité. Cela fait le compte en vertu des classes de conjugaisons listées en 8.19. REPRÉSENTATIONS DE GROUPES 9. nous en avons n´1 .4 347 Le compte pour n impair Nous avions fait mention plus haut du fait que si ψ est une représentation de dimension 1. Donc en dimension 1 nous avons seulement les représentations ρ`` et ρ´` .

Nous avons donc P1 pRq “ tp1. Si dim E “ 2. 0q est dit «point à l’infini».4) où les crochets signifient la classe par rapport à la relation de colinéarité.2) dim P pF q ` dim P pGq “ dim P pF ` Gq ` dim P pF X Gq. nous noterons Pn pKq ou Pn l’espace projectif P pKn`1 q. L’ensemble des classes d’équivalence de „ est l’espace projectif de E et sera noté P pEq. alors P pF q X P pGq “ P pF X Gq et nous avons (10. Si F et G sont des sous-espaces vectoriels de E.Chapitre 10 Espaces projectifs Sur les espaces projectifs : [87].1 Sous espaces projectifs Un sous-espace projectif de P pEq est une partie de la forme P pF q où F est un sous-espace vectoriel de E. Définition 10. (10. 1q avec x P R et ensuite une horizontale. 348 (10. Cela prouve le premier point. Proposition 10.5) . 0q. Il y en a une pour chaque point du type px. 1q tel que x P Ru. Étant donné que tous les K-espaces vectoriels de dimensions n ` 1 sont isomorphes àKn`1 .1) Le point p1. l’ensemble P pEq est la droite projective.2 Si n “ 1 et K “ R.1.3. Exemple 10. (10. passant par le point p1. Nous avons alors P pF q X P pGq “ trvs tel que v P F X Gu “ P pF X Gq. Nous avons P pF q “ trvs tel que v P F u (10. l’espace projectif est l’ensemble des droites vectorielles dans le plan usuel. L’espace projectif de E est l’ensemble des droites vectorielles de E. Nous définissons sur Ezt0u la relation d’équivalence u „ v si et seulement si u “ λv pour un certain λ P K.3) Démonstration. et si dim E “ 3 nous parlons du plan projectif . Soit K un corps et E un espace vectoriel de dimension finie sur K. Cette relation est la relation de colinéarité. 0qu Y tpx. 10.

10) Mais nous avons aussi dimpF ` Gq ď dimpEq et par conséquent dimpF X Gq ě 1. 1su Y tr1. en u complète B1 Y B2 en une base de G. . 1. B2 “ tek1 `1 . . En utilisant les hypothèses et la proposition 10.6) concernant les dimensions des espaces vectoriels usuelles. Démonstration.3) se déduit immédiatement.3 nous avons dim P pEq ` dim P pGq “ dim P pF ` Gq ` dim P pF X Gq ě dim P pEq. Soit H “ P pV q un hyperplan projectif de P pEq et soit m hors de H.349 CHAPITRE 10. 0.7c) De là la relation (10. en considérant dim P pEq “ dim E ´ 1 nous devons prouver l’égalité dim F ` dim G “ dimpF ` Gq ` dimpF X Gq (10. . Ces deux droites projectives ont comme point d’intersection le point r0. . dim P pF X Gq ě 0.11b) où le crochet signifie la classe pour la colinéarité. Un hyperplan projectif est un sous-espace projectif de P pEq de la forme P pV q où V est un hyperplan de E. Si dim E “ n nous avons dim V “ n ´ 1. Exemple 10. . Nous recopions la formule (10.6.12) “n´1 Nous avons donc dim P pD X V q “ 0. . ce qui signifie que l’ensemble P pD X V q “ P pDq X P pV q “ d X H contient un et un seul point. Alors toute droite projective passant par m coupe H en un et un seul point.5 Soient les plans Π1 ” x “ 0 et Π2 ” y “ 0. ek1 u est une base de F X G. . ek2 u complète B1 en une base de F et B3 “ tek2 `1 . (10.9) En passant aux espaces vectoriels correspondants. y. Au final. Soit d “ P pDq une droite projective passant par m. . Nous avons P pΠ1 q “ tr0.3) pour notre cas : dim on loomoon loooooooomoooooooon lo mod ` dim H “ dim P pD ` V q ` dim P pD X V q. . dimpF ` Gq ` dimpF X Gq ě dimpEq ` 1.7b) dimpF X Gq “ CardpB1 q. Définition 10. c’est à dire que D est de dimension 2 dans E. Nous avons alors dim F ` dim G “ 2 CardpB1 q ` CardpB2 q ` Cardpb3 q (10. . Soient F et F deux sous-espaces vectoriels de E tels que dim P pF q ` dim P pGq ě dim P pEq. sa dimension est zéro). Cela prouve que P pF X Gq contient au moins un élément (nous rappelons que lorsqu’un espace projectif contient un seul élément. (10. Si nous considérons une base de E telle que B1 “ te1 . 0su (10. 0.7. 1s. . or nous avons demandé que m soit hors de P pV q. Par conséquent D n’est pas inclus à V et en particulier dimpD ` V q “ dimpEq.3).7a) dimpF ` Gq “ CardpB1 q ` Cardpb2 q ` CardpB3 q (10. Si D Ă V alors m P P pDq Ă P pV q . 0. ESPACES PROJECTIFS En ce qui concerne l’équation (10.8) Alors P pF q X P pGq ‰ H. . 1su Y tr0. 0su (10. . Théorème 10. (10. o “1 “n´2 (10.11a) P pΠ2 q “ trx. Proposition 10. (10.4 (incidence). Démonstration.

Une droite vectorielle de F non contenue dans E coupe E en un unique point . Nous voyons que le plan projectif P pEq peut être vu comme un plan affine pΠ2 q «complété» par une droite affine P pΠ1 q. (10. e2 u une base de E.17a) (10. Si D X Π2 “ d (d est une droite affine).18) Un plan affine D a deux possibilités : soit il coupe Π2 en une droite.10 Nous considérons les plans affines Π1 ” z “ 0 Π2 ” z “ 1 et nous avons la bijection (10.9. P pEq est l’hyperplan à l’infini et nous disons que P pEq est la complétion projective de E.14a) Π2 ” z “ 1. Exemple 10.14b) Une droite (vectorielle) de E coupe Π2 en un et un seul point.15) La droite projective P pΠ1 q est la droite à l’infini du plan projectif P pEq. (10. Nous disons que d Ă P pEq est une droite projective de P pEq si d “ P pDq pour une plan vectoriel D Ă E. sauf si elle est contenue dans Π1 . Lemme 10. Nous construisons F “ EˆK et nous considérons un repère affine sur F tel que E ” xn`1 “ 0. Nous avons la bijection φ : d Y t8u Ñ P pEq px. (10. Si nous munissons l’ensemble d Y t8u de la topologie compactifiée d’Alexandroff. alors nous avons P pDq “ d Y t8D u. Soit E un espace vectoriel de dimension 3 et le plan projectif P pEq. Définition 10. Nous considérons la droite affine d ” y “ 1.19) ce qui justifie la terminologie comme quoi P pDq est une droite dans P pEq. Soit E un espace vectoriel de dimension 3.17b) P pEq “ Π2 Y P pΠ1 q.13) 8 ÞÑ la droite vectorielle passant par p1.16) Dans ce cadre. 0q. et soit te1 .350 CHAPITRE 10. Nous avons donc une bijection φ : P pEq Ñ Π2 Y P pΠ1 q # Π2 X d si cette intersection est non vide d ÞÑ d sinon. la bijection (10. ESPACES PROJECTIFS 10. nous avons donc une bijection E Y P pEq Ñ P pF q. Nous avons deux types de droites projectives : .2 Espace projectifs comme «complétés» d’espaces affines Soit E un espace vectoriel de dimension 2 et P pEq la droite projective correspondante. Cette dernière droite est elle-même une droite affine complétée par un point à l’infini. 1q (10.8. Nous pouvons donc identifier E à l’hyperplan affine d’équation xn`1 “ 1 dans F . Soient maintenant les plans affines dans l’espace vectoriel E de dimension 3 Π1 ” z “ 0 (10. (10. 1q ÞÑ la droite vectorielle passant par px. (10. Nous pouvons généraliser cette démarche en considérant un espace affine E de direction E sur le corps K.13) est un homéomorphisme. soit il est égal à Π1 .

0q pour y Ñ 8. 1. x “ 2u.11 Étudions un peu le second type de droites. alors l’intersection est donnée par le point à l’infini comme indiqué dans l’exemple 10. 0q et le point à l’infini p0.20) 1 1 En normalisant. ESPACES PROJECTIFS (1) D’abord nous avons la droite à l’infini. (10. 1. Supposons que d est la droite à l’infini tandis que d1 est une droite affine. b. Démonstration. 0q. La plupart du temps nous considérons le plan projectif comme étant le plan affine z “ 1 de l’espace affine de dimension 3 complété par la droite affine x “ 1. 1.351 CHAPITRE 10. (10. qui est bien un point de la droite à l’infini (éventuellement son point à l’infini 2 ). Si elles sont parallèles. 0q. la direction à l’infini est p1.11. mais n’empêche que ça existe. Dans notre représentation usuelle du plan affine. Tout plan peut être considéré comme le plan à l’infini et pour une droite projective. Exemple 10. Elles décrivent les directions des vecteurs ¨ ˛ ¨ ˛ 1 2 ˝y ‚ et ˝y ‚.22b) ’ % z “ 1. c’est chercher loin. ce sont les vecteurs ¨ ˛ 1 ˝y ‚ et a 2 ` y2 1 1 ¨ ˛ 2 ˝y ‚. Dans notre représentation usuelle du plan projectif z “ 1. À l’inverse sur la figure 10. Sur la figure 10. 0q tandis que la direction p1. 1q n’a rien de spécial. (2) Ensuite nous avons toutes les droites affines du plan z “ 1.1(b). 1. D’accord. La droite affine d1 a pour équation paramétriques $ (10.22c) Les directions données par la droite d1 sont donc ¨ ˛ at ` c 1 ˝bt ` d‚ 2 t2 ` b2 t2 ` c2 ` d2 a 1 (10. . leurs points à l’infini sont identiques. Lemme 10.12.22a) ’ x “ at ` c & y “ bt ` d (10. donnée 1 par P pz “ 0q. 1q tandis que la direction p1. D’abord si deux droites sont parallèles. le point à l’infini est la direction p1. z “ 0. elle-même complétée par le point p0. x “ 1u et d1 “ tz “ 1. aller chercher le point à l’infini de la droite à l’infini. Ce n’est évidemment pas la seule manière.1(a). 0q est une direction usuelle.23) Son point à l’infini est la direction du vecteur pa. le résultat est évident. tout point peut être considéré comme point à l’infini.21) et toutes deux tendent vers le vecteur p0. Prenons par exemple les droites d “ tz “ 1. a 5 ` y2 1 1 (10. Deux droites d’un plan projectif ont toujours une intersection. 2. la droite à l’infini d a contient les vecteurs p1. y. Chacune de ces droites est complétée par un point à l’infini. 0q. Si les deux droites sont des droites affines non parallèles.

B. Remarque 10. Nous pouvons également considérer les cartes sπ{4 ´ a. Soient deux droites d et d1 dans un plan affine. Dans ces cartes.25a) C “ λ2 B. (10. 1q. λ1 ce qui implique que A1 C AC 1 . alors nous avons les translations " B “A`x (10. Si les droites d et d1 sont parallèles. ESPACES PROJECTIFS (a) Ici le point à l’infini est la direction p1.14. C P d et A1 . tous les points de la droite projective sont équivalents. si nous mettons celle de la compactification d’Alexandroff. Les relations de parallélisme des hypothèses impliquent qu’il existe λ1 et λ2 tels que " A “ λ1 B (10. C 1 P d1 tels que AB 1 et BC 1 B 1 C.13. πr.27a) A “B `x (10.24b) B 1 “ λ2 C 1 (10. La première sur s´a. B 1 . Étant donné que les points de la droite projective doivent être interprétés comme des directions (des classes d’équivallence). c’est plutôt le point θ “ π{4 qui semble différent (encore qu’il soit bien centré dans une carte). 5π{4r. 0q.1 – Deux façons de voir la droite projective. Figure 10. π{4 ` ar et sπ{4 ` a{2. ar avec par exemple a ă π{4.3 Théorème de Pappus Théorème 10. Dans ce cas la direction θ “ 0 semble jouer un rôle spécial.352 CHAPITRE 10. En effet nous pouvons mettre sur la droite projective un système de deux cartes en pensant aux angles. BA1 Démonstration. 10. Si d et d1 ne sont pas parallèles nous considérons o. en réalité les deux dessins représentent les mêmes ensembles. c’est la même chose.28a) 1 1 et " 1 1 C “ B ` y.28b) . (10. Soient A. le point d’intersection.27b) B “C `y (10. (b) Ici le point à l’infini est la direction p1. Du point de vue de la topologie. Du point de vue de la géométrie différentielle.24a) B 1 “ λ 1 A1 (10. mais il n’en est rien.25b) et " En substituant nous trouvons $ ’ C “ λ2 A ’ & λ1 ’ 1 λ2 1 ’A “ % C. La seconde carte serait sa{2.26a) (10. Alors AC 1 A1 C.26b) (10.

29a) (10. Soient v.1 Homographies Définition 10. w P E tels que πE v “ πE w . ESPACES PROJECTIFS ce qui montre que " C “A`x´y 1 1 A “ C ` x ´ y. Démonstration. nous devons montrer que πF g v “ πF g w. Le théorème suivant est une version projective. Étant donné que le point d’intersection de B 1 C et C 1 B est à l’infini nous avons B 1 C C 1 B (cela est un exemple de la flexibilité de la notion de parallélisme en géométrie projective). et donc que A1 C (10.30b) Une application g : P pEq Ñ P pF q est une homographie si il existe un isomorphisme d’espaces vectoriels g : E Ñ F tel que le diagramme ˜ Ezt0u πE g ˜  P pEq / F zt0u  g (10. (10. c’est à dire si ˜ g et seulement si g pv ´ λwq “ 0. Étant donné que nous supposons que le noyau de g est réduit à t0u.34) sera vérifiée si et seulement si il existe λ P R tel que g v “ λ˜w. C 1 P d1 . B.15. Ces deux points existent parce que deux droites projectives distinctes ont toujours un unique point d’intersection. Nous devons simplement vérifier que l’équation (10. c’est à dire si il existe g : E Ñ F telle que ˜ ` ˘ ` ˘ πF g pvq “ g πE pvq ˜ (10. ˜ ˜ l’équation (10.353 CHAPITRE 10.32) pour tout v P E. Alors les points B 1 C X C 1 B. Théorème 10. Démonstration. ˜ ˜ (10. De la même façon nous avons C 1 A A1 C. C P d et A1 . Si g : E Ñ F est linéaire et si ker g “ t0u alors l’application g définie par ˜ ˜ ` ˘ ` ˘ g πE pvq “ πF g pvq ˜ (10. 10. Soient d et d1 deux droites projectives d’un plan projectif.34) sera vérifiée si et seulement si v “ λw. c’est à dire sur la droite EE 1 . . Nous allons prendre EE 1 comme droite à l’infini et prouver que le point A1 B X B 1 A est dessus.16. Soient E “ BC 1 X C 1 B et E 1 “ C 1 A X A1 C. Soient A.34) L’équation (10. C 1 A X A1 C et A1 B X B 1 A sont alignés.29b) AC 1 .31) πF / P pF q commute.4 Homographies 10.33) définit bien une application. Par le théorème de Pappus affine nous avons alors A1 B B 1 A et par conséquent le point d’intersection est sur la droite à l’infini. Lemme 10.17. B 1 .30a) πF : F zt0u Ñ P pF q. Soient E et F deux espaces vectoriels avec leurs projections naturelles πE : Ezt0u Ñ P pEq (10.4. ce qui signifie exactement πE pvq “ πE pwq.33) est une homographie.

Cela implique que les projections par πF sont alignés dans P pF q. Les dimensions sont donc automatiquement égales.20. alors ils ont même dimension. ˜ ˜ g Pour la surjectivité. ESPACES PROJECTIFS La proposition suivante donne les premières propriétés des homographies. Quelque propriétés des homographies. b.354 CHAPITRE 10. C alignés dans P pEq . si g rvs “ g rws alors en utilisant la définition d’une homographie. πF g v “ ˜ πF g w.38) . ˜ g b et g c sont alignés dans F .18. ˜ ˜ ˜ Étant donné qu’un isomorphisme d’espaces vectoriels conserve l’alignement affin. ils correspondent à des directions de E qui sont données par des vecteurs situés sur la même droite affine. b. Proposition 10. (3) L’ensemble des homographies P pEq Ñ P pF q est un groupe (pour la composition). Nous devons prouver que le noyau de l’application (10. Nous avons le diagramme commutatif suivant : Ezt0u πE f   P pEq / Ezt0u Id πE / P pEq. il existe trois points a. πF g b. (4) Soient les points A. les points g a.37) Démonstration. (10. C “ πE pa. un élément général de P pF q prend la forme πF g v pour un certain v P E. Nous avons une surjection naturelle GLpEq Ñ PGLpEq g ÞÑ g ˜ (10. ˜ ` ˘ Nous avons g πE v “ πF g v. thomothétiesu (10.35) est bien définie et donne l’inverse de g. et donc v “ λw. ce qui implique que g v “ λ˜w. Le groupe des homographies de l’espace P pEq est le groupe projectif. B. Nous considérons une homographie g : P pEq Ñ P pF q. cq. Les images par g sont données par πF g a. ˜ ˜ 10. ce qui signifie rvs “ rws. noté PGLpEq. ˜ ˜ (2) Une homographie P pEq Ñ P pF q n’existe que si il existe un isomorphisme E Ñ F . B. (2) Si deux espaces projectifs sont homographes. Nous avons l’isomorphisme de groupes GLpEq » PGLpEq. (1) Une homographie est bijective. Autrement dit. ` ˘ ` ˘ (1) Pour l’injectivité.36) qui s’avère être un morphisme de groupes.36) est constitué des homothéties.2 Le groupe projectif Définition 10. c P E situés sur la même droite affine tels que A. et g l’isomorphisme d’espaces ˜ vectoriels correspondant.19. Considérons un automorphisme d’espace vectoriel f : E Ñ E dont l’homographie associée est l’identité. et πF g c. (3) Il suffit de vérifier que l’application ϕ : P pEq Ñ P pEq πF g v ÞÑ πE v ˜ (10. Démonstration. Proposition 10.4. et prouvons que f est une homothétie. Par conséquent l’élément πF g v est bien dans l’image de g. (4) Une homographie conserve l’alignement des points.

l’hyperplan est donné par toute la classe de ω dans P pE ˚ q.39) Soit E de dimension 3 et une base te1 .1 Dualité Soit E un espace vectoriel de dimension n ` 1. . x1 q si et seulement si xi “ λxi . T q “ 0u (10. e3 u. Nous savons par ailleurs que les coordonnées px0 .22. T q “ 0 (10. Une forme linéaire non nulle est un élément de E ˚ . . . 10.5. . e2 . xn q est la coordonnées homogène de M . e˚ u. Le noyau de la forme linéaire λω étant le même hyperplan. Notons que toutes les coordonnées de u ne sont jamais nulles en même temps parce que u doit indiquer une direction. Toutes ces droites passent par le point d’intersection des droits associées à m1 et m2 . c’est à dire que f est une homothétie. Y.44) . Tous les vecteurs de E sont donc des vecteurs propres de f . T q “ 0 et m2 pX. .41) En effet si ω P E ˚ est un représentant de m alors ω “ λpue˚ ` ve˚ ` we˚ q et l’équation (10. ils donnent deux droites m1 pX. Y.21. Nous la notons px0 : . Cela implique qu’il existe λ P R tel que f pvq “ λv. . . en u de E. mais aussi un représentant d’un élément de P pE ˚ q. T q ` µm2 pX. Les points de la droite qui joint m1 à m2 dans P pE ˚ q sont de la forme λm1 ` µm2 et ils sont associés à l’équation λm1 pX. (10. 10.5 Coordonnées homogènes Soit E un espace vectoriel de dimension n ` 1 et une base te0 . Le noyau d’une forme linéaire ω est un hyperplan.CHAPITRE 10. . ESPACES PROJECTIFS 355 ` ˘ Pour tout vecteur v P E nous avons πE pvq “ πE f pvq . e˚ . (10. Cela n’est possible que si toutes les valeurs propres sont identiques.43) λ.41) est 1 2 3 indépendante de λ ainsi que du choix du représentant dans E du point pX : Y : T q dans P pEq. L’espace dual E ˚ possède la base duale te˚ . Y. . Si les points m1 et m2 sont distincts dans P pE ˚ q. .40) dans P pEq. . . xn q indiquent le même point de P pEq que les coordonnées px1 . . La classe d’équivalence de px0 . xn q de u dans E. : xn q. n 0 Définition 10. . . . . Y. Si les coordonnées homogènes de m étaient pu : v : wq alors l’équation de la droite Hm est uX ` vY ` wT “ 0. Soit M P P pEq et u P E un élément engendrant M . . (10. .µ Lemme 10. Au point M nous voudrions associer les coordonnées px0 . Nous avons donc une bijection P pE ˚ q Ø thyperplans vectoriels de Eu.42) qui sont encore des droites dans P pEq. Y. (10. 1 2 3 À un élément m P P pE ˚ q nous associons la droite Hm tpX : Y : T q tel que mpX. T q “ 0. . Nous avons donc č Hλm1 `µm2 “ Hm1 X Hm2 . . . L’application P pE ˚ q Ñ tdroites dans P pEqu m ÞÑ Hm est une bijection.

Ce dernier correspond à la direction de la forme ae˚ ` be˚ ` ce˚ . 10.46) n’ont pas de solutions communes et décrivent donc des droites distinctes. L’équation P pX0 . bi . . 1q. ESPACES PROJECTIFS 356 Démonstration. : Xn q. . Si mi est la classe de ai e˚ ` bi e˚ ` ci e˚ alors nous 1 2 3 avons le système $ (10. (10. a3 b3 c3 (10. T q “ 0. Donc les équations a1 X ` b1 Y ` z1 T “ 0 a2 X ` b2 Y ` z2 T “ 0 et (10. . . . Cela prouve que l’application est surjective.47) Soit X : Y : T le point d’intersection de Hm1 avec Hm2 . Une droite dans P pEq est donnée en coordonnées homogènes par une équation aX ` bY ` cT “ 0. Lemme 10. une droite dans P pE ˚ q est constituée de points qui fournissent des droites concourantes dans P pEq. Cette droite est décrite par le point pa : b : cq dans P pE ˚ q. (10. Y. . Nous essayons de décrire l’ensemble A des points de P pEq satisfaisant P pX0 .45) (10. 1 2 3 Pour l’injectivité. m2 et m3 dans P pE ˚ q sont alignés si et seulement si les droites Hm1 . . les formes ω1 et ω2 associées dans E ˚ ne sont pas multiples l’une de l’autre.CHAPITRE 10. Nous avons donc un point pX : Y : T q dans P pEq tel que mi pX. . Nous savons que les éléments de P pEq ont chacun un représentant soit dans H soit sur la droite à l’infini. Un point Md P P pEq donne lieu à un faisceau de droites passant par Md .23. Ceux de A ayant un représentant dans H sont d’équation Qpx0 . . Xn q “ 0. Y. .48c) Afin que cela ait une solution non triviale nous devons avoir ¨ ˛ a1 b1 c1 det ˝a2 b2 c2 ‚ ‰ 0.2 Polynômes Soit l’espace projectif de dimension n avec ses coordonnées homogènes pX0 : . . En tenant compte de ce qui a été dit.5. Xn q “ 0 (10. xn´1 q “ 0 (10. . Nous considérons pour H un repère affine ayant pour origine le point p0. . Y. c’est à dire m3 “ m1 ` µpm2 ´ m1 q. 0.47) nous avons alors évidemment m3 pX. En tenant compte de (10. ci q soient alignés. Nous considérons l’espace affine H ” Xn “ 1 dans l’espace vectoriel E de dimension n ` 1. Chacune de ces droites donne lieu à un point de P pE ˚ q et tous ces points sont alignés. Nous avons ainsi construit la droite d dans P pE ˚ q correspondante au point Md de P pEq. Hm2 et Hm3 sont distinctes et concourantes.50) sur l’espace vectoriel E descend immédiatement à l’espace projectif : étant donné que P est homogène nous avons P puq “ 0 si et seulement si P pλuq “ 0. . Alors m1 pX. T q “ m2 pX. . Trois points distincts m1 .49) c’est à dire que les points pai . Supposons avoir trois points alignés. T q “ 0. Donc une droite de P pE ˚ q se caractérise par un point de P pEq (l’intersection) de la façon suivante. Démonstration.51) . Supposons maintenant que les trois droites Hmi soient concourantes. T q “ 0. si m1 ‰ m2 dans P pE ˚ q. . .48a) ’ a1 X ` b1 Y ` c1 T “ 0 & a X ` b2 Y ` c2 T “ 0 (10. Considérons un polynôme homogène P sur le corps K. Y.48b) ’ 2 % a3 X ` b3 Y ` c3 T “ 0. .

53) Elle est décomposée en deux partie : une dans l’espace affine «normale» et une à l’infini. . xn´1 q “ P px0 . D’abord nous homogénéisons cette équation pour la voir dans (10. xn´1 q “ P px0 . La première s’obtient en posant T “ 1 dans (10. . . .54) x2 ´ y 2 “ 0. . xn´1 q “ 0 (10. 1q et p1. . .55) La partie à l’infini est donc composée de deux points : p1 : 1 : 0q et p1 : ´1 : 0q.54) est donné à la figure 10. 0q. . . . L’homogénéisation donne y´z “ 0 et par conséquent la partie à l’infini est donnée par y “ 0. c’est à dire la direction p1. ´1q dans le plan. ESPACES PROJECTIFS où Q est le polynôme donné par QpX0 . .24 Nous considérons la conique projective X 2 ´ XT ´ Y 2 ´ T 2 “ 0. 1q. . . L’autre est obtenue en posant T “ 0 : (10. Les points de A ayant un représentant sur la droite à l’infini s’obtiennent par l’équation Rpx0 . . . Nous pouvons tenter de faire l’exercice inverse : considérer une conique dans R2 . .53) : x2 ´ x ´ y 2 ´ 1 “ 0.2.26 Prenons la conique x2 ` xy ` y 3 ´ 2 “ 0. .2 – Le graphique de x2 ´ x ´ y 2 ´ 1 “ 0. (10. (10.357 CHAPITRE 10. Exemple 10. Figure 10. Nous y voyons que les asymptotes sont effectivement données par les directions p1. . Exemple 10. Le graphique de l’équation (10. xn´1 .25 La droite projective usuelle est donnée par la droite affine y´1 “ 0. . Exemple 10. la voir comme une partie d’une conique dans l’espace projectif et trouver les points à l’infini qui la complètent.52) où R est le polynôme donné par Rpx0 . .57) . (10. 0q comme il se doit.56) R3 : x2 z ` xyz ` y 3 ´ 2z 3 “ 0. xn´1 .

58) a21 a22 ˜ avec det A ‰ 0 parce que f est un isomorphisme. . alors tout choix de n ` 1 vecteurs parmi les vk est une base de E. Si πE pe1 ` . trois points sont nécessaires pour créer un repère et donc pour construire une homographie de la droite sur elle-même. a21 z ` a22 q. . Les coordonnées homogènes ne sont donc pas intrinsèques. ` en`1 q. e2 . 1sq sous la forme rz ˜ f pz. mn`1 q est un repère projectif de P pEq.28.358 CHAPITRE 10. . 1s (si possible).5. . Nous avons f prz. . . (2) Si pm0 . ESPACES PROJECTIFS Les points à l’infini sont ceux qui correspondent à z “ 0. en`1 u et tf1 . . Soit E un espace vectoriel de dimension 2 ˜ et P pEq la droite projective qui lui est associée. . sont les images d’une base tei u de E (2) m0 “ πE pe1 ` e2 ` . . λ (10. L’application f envoie donc le point pz : 1q sur le point à l’infini. (1) Une homographie P pEq Ñ P pEq envoie un repère projectif sur un repère projectif. c’est à dire la droite donnée en coordonnées homogènes par p1 : 0 : 0q. mn`1 q un repère projectif de P pEq. . . . . 1q “ pa11 z ` a12 . Soient te1 . 0q. les coordonnées du même point deviennent pX{2 : Y : T q alors que du point de vue de l’espace projectif. Théorème 10. n ` 1). . . . m1 q est un repère projectif de 0 n`1 P pF q alors il existe une unique homographie g : P pEq Ñ P pF q telle que gpmi q “ m1 pour tout i i “ 0. Soient P pEq et P pF q deux espaces projectifs de dimensions n.59) Nous posons λ “ a21 z ` a22 et nous avons ˜ f pz.29. . rien n’a été changé : la classe de e1 est la même que celle de 2e1 . . 1.27. si pm1 . . Kq (10. . Lemme 10. . 10. mn`1 tels que (1) les vecteurs mi . fn`1 u deux bases qui se projettent sur tmi u (c’est à dire πE pei q “ πE pfi q “ mi ). Mais si on prend la base t2e1 . La plupart des points de P pEq sont représentés par des points de la forme pz. alors f envoie le point pz : 1q vers un autre point «normal». . Définition 10. . e2 u est une base de E alors E. . Un repère projectif de P pEq est la donnée de n ` 2 points m0 . . . . n ` 1 Si nous avons une droite projective. . . . . .3 Repères projectifs Si nous avons une base tei u de Rn nous associons à M P P pEq les coordonnées pX : Y : T q. . . Nous voudrions ˜ savoir quelle est la direction représentée par le point f pz. ` en`1 q “ πE pf1 ` . Soit pm0 . . (2) Si λ ‰. ˜ (1) Si λ “ 0 c’est que nous avons f pz. c’est à dire que nous voudrions savoir 1 .l’isomorphisme d’espaces vectoriels associé (par f ˝ πE “ πE ˝ f ˜ l’application f a une matrice ˆ ˙ a11 a12 A“ P Mp2.60) Il y a plusieurs possibilités suivant les valeurs de λ et de z. en u. i ‰ 0.1 . . . 1q . Soit E un espace vectoriel de dimension n ` 1. 1q. (10. . 1q “ pa11 z ` a12 . 1q “ λ ˆ ˙ a11 z ` a12 . Soit une homographie f : P pEq Ñ P pEq et f : E Ñ ˜). . . . Si te1 . . Note que si mk “ πE pvk q (k “ 0. . ` fn`1 q alors les deux bases sont proportionnelles : il existe un λ tel que fi “ λei .

64) ra. 0q “ pa11 . b et c l’élément (10. si k P unique x P d tel que ra. C’est donc bien cette homographie que définit le birapport et x ÞÑ ra. b.4 Birapport Soit une droite projective d et trois points distincts a. Nous notons ϕ la fonction du membre de droite de (10.31. Lemme 10.68) . 0q est le point à l’infini.67) si et seulement si ra. (10. xs P Kzt0. L’homographie : D Ñ K Y t8u z ÞÑ ϕpzq (10. b.61b) ` ˘ ˜ f pz. Alors d “ πE pλx ` µyq (10. c et x sont distincts si et seulement si ra. c. 1u. (1) Les points a. πE px ` yq “ c.359 CHAPITRE 10. zqu Y t8u dessus.30. Démonstration.66) envoie a sur 8. c distincts sur la droite projective D “ P pEq. (10. d P K Y t8u. (2) Étant donné que les coordonnées homogènes sont bijectives. 10. 1 . c.61a) (10. b sur 0 et c sur 1.5. µq. il existe une unique homographie g : d Ñ K Y t8u a ÞÑ 8b (10. ds “ πK2 pλ. Une bijection entre deux droites projectives est une homographie si et seulement si elle conserve le birapport. b. xs. a21 q. b. c.65) où par convention nous prenons 1{0 “ 8. y P E tels que πE pxq “ a. Alors ra.32. b. K Y t8u alors il existe un Théorème 10. Soient a. xs “ px ´ bq{px ´ aq pc ´ bq{pc ´ aq (10. Soient x. Étant donné qu’ils forment un repère projectif. Si x est un point de d alors nous nommons le birapport de x par rapport à a. Soient a. alors cette application ϕf donne bien toutes les valeurs de f . πE pyq “ b. ESPACES PROJECTIFS ˜ (3) Si le point de départ est le point à l’infini alors f p1. xs “ gpxq dans K Y t8u. 1q “ ϕf pzq. c. c.65). xs “ k.63) ÞÑ 0c ÞÑ 1. b.62) 1 Si nous prenons la convention que 0 “ 8 et que p8. c. b. Dans tous les cas si nous posons $ ’ ϕf pzq “ a11 z ` a12 & a21 z ` a22 ’ ϕ p8q “ a11 % f a21 alors nous avons (10. Soit D une droite projective et les coordonnées tp1. b. b et c sur cette droite. y compris les cas à l’infini. Proposition 10. c. b. Cela peut être le point à l’infini ou non selon les valeurs des aij .

74) (10. 10. ds “ πK2 pλ. Ensuite de ` ˘ 2 q. c. 0q “ 8 si z2 “ 0. L’application g a donc toutes les propriétés qu’il faut pour être l’application qui définit le birapport. Par définition f π z “ π nous considérons g : P pEq Ñ P pK E K2 f pzq . D’une part si d “ πE pλx ` µyq alors gpdq “ πK2 f pλx ` µyq “ πK2 pλ. Nous avons donc bien gpdq “ ra. C2 : en vertu des notations données à Une homographie de cet espace est une application g qui vérifie ` ˘ ` ˘ g πpz1 . (10.77) Par ailleurs un automorphisme de C2 est de la forme ˆ ˙ ˆ ˙ˆ ˙ a b z1 z1 g ˜ “ z2 c d z2 (10.6 K. (10.360 CHAPITRE 10. ds. les vecteurs x et y forment une base de E. Par f nous avons ˆ ˙ ˆ ˙ 0 1 . (10.75) C2 . 1q dans R2 est représentée par le point x “ 1 sur la droite y “ 1 qui est notre «représentation» de la droite affine. (10.73) gπE v “ πK2 f pvq. l’homographie associée à f . Par conséquent v “ αpλx ` µyq et d “ Sphère de Riemann La sphère de Riemann est l’espace projectif modelé sur la page 348.71e) La dernière inégalité est le fait que la direction p1.76) ˆ ˙ #´ z1 ¯ si z2 ‰ 0 z z2 . c.71c) (10. En ce qui concerne π. ce qui implique f pvq “ αpλ. c’est P1 pCq “ P pC2 q. b. ESPACES PROJECTIFS Démonstration. 1 π 1 “ z2 p1. yq sur e1 . b. nous pouvons prendre la convention P1 pCq “ tpz. z2 q “ π g pz1 .72) Dans l’autre sens si ra. µq avec d “ πE pvq alors (10. 0qu et alors avoir la projection (10. 1q. µq. z P Cu X tp1.71d) “ 1. e2 où ei sont les vecteurs de ` base ˘ K2 .69) b ÞÑ a ÞÑ 1 0 Donc par g nous avons a ÞÑ 8 b ÞÑ 0. µq pour un certain α P πE pλx ` µyq.78) . µq et (10. (10. µq alors supposons que gpdq “ πK2 pλ. z2 q ˜ pour un certain automorphisme de (10.71b) “ πF pf pxq ` f pyqq ˆ ˙ 1 “ πF 1 (10. Étant donné que a et b sont distincts.70) Nous avons aussi f pλx ` µyq “ pλ.71a) ` ˘ gpcq “ g πE px ` yq “ πF f px ` yq (10. Soit f : E Ñ K2 un isomorphisme qui envoie px.

Bien définie D’abord il faut remarquer que l’action (10. 1 0 0 1 (10.84) (10.87b) (10.82) Action du groupe modulaire Le demi-plan de Poincaré est l’ensemble P “ tz P C tel que pzq ą 0u. Cela induit ˆ g z1 .79) Nous avons aussi ˆ a b gp8q “ πp˜p1. ESPACES PROJECTIFS avec ad ´ bc ‰ 0. c d cz ` d (10.85) où a. (10. λbq) nous pouvons récrire l’homographie sous la forme gpz1 . c et d sont entiers tels que ad ´ cb “ 1. T q telle que A ˚ z P D. (10.88) alors pour tout z P P .86) L’ensemble D “ D1 Y D2 avec 1 1 D1 “ tz P P tel que |z| ą 1. (10. T “ .52) de cette action.1 z2 ˙ ˆ az1 ` bz2 “π cz1 ` dz2 #´ ˙ “ az1 `bz2 cz1 `dz2 .1 g ´1 p8q “ tπpz1 .33 ([88]). (10. La vérification est immédiate. b. z2 q “ paz1 ` bz2 . Le groupe modulaire agit fidèlement (définition 1. ´ ď pzq ă u 2 2 1 D2 “ tz P P tel que |z| “ 1. Nous divisions la preuve en plusieurs étapes. 8 (10. De plus si nous notons ˆ ˙ ˆ ˙ 0 ´1 1 1 S“ . . ´ ď pzq ď 0u 2 est un domaine fondamental (définition 1.83) Le groupe modulaire est le quotient de groupes PSLp2. Démonstration.81) Nous avons aussi 10. bq “ pλa. Ce sont donc les matrices au signe près de la forme ˆ ˙ a b c d (10. z2 q tel que cz1 ` dz2 “ 0u.87a) (10.46) sur le demi-plan de Poincaré par ˆ ˙ az ` b a b ˚z “ .86) est bien définie par rapport au quotient : A ˚ z “ p´Aq ˚ z.6. 1 ¯ si cz1 ` dz2 ‰ 0 sinon.80) Étant donné que les coordonnées peuvent être multipliées (pa. il existe A P grpS. Théorème 10.361 CHAPITRE 10. 0qq “ π g c d ˆ ˙ #a ˙ˆ ˙ si c ‰ 0 a 1 “ c “π c 0 8 si c=0. Zq Z2 . cz1 ` dz2 q. Zq “ SLp2.

Nous devons trouver A P PSLp2. Donc A est de la forme ˙ a 0 .91d) “ pABq ˚ z.91c) (10. “ 2 2 cz ` d |cz ` d| |cz ` d| et donc en décomposant z “ pzq ` i pzq. Cela est un bon calcul : ˙ ˆ 1 az`b (10. On ne peut pas dire que b “ 0 simplement en justifiant qu’on l’obtient en posant z “ 0 parce que z “ 0 n’est pas dans le demi-plan de Poincaré.93) Cela est donc un polynôme en z qui s’annule sur un ouvert 3 (le demi-plan de Poincaré).94) pour tout . écrivez pour z “ i (avec ą 0) : ´ c 2 ` pd ´ aqi ` b “ 0 (10. Nous avons A˚z “ a|z|c ` azd ` bc¯ ` bd z az ` b paz ` bqpc¯ ` dq z “ . Étant donné le quotient par Z2 . cz ` d cz 2 ` pd ´ aqz ` b “ 0.95) 0 d avec la contrainte supplémentaire que ad “ 1. ˆ ˙ azd ` bc¯ z ad ´ bc pzq pA ˚ zq “ “ pzq “ 2 2 |cz ` d| |cz ` d| |cz ` d|2 (10. Si vous n’y croyez pas. . Alors nous avons (10. (10. donc c “ b “ a ´ d “ 0.90) où nous avons tenu compte de ad ´ bc “ 1.362 CHAPITRE 10.92) (10. (10. Nous avons donc soit a “ d “ 1 soit a “ d “ ´1.89) (10. Zq tel que pour tout z P P nous ayons az ` b “ z. Zq et z P P alors A ˚ z P P .91f) “ (10.91a) A ˚ pB ˚ zq “ A ˚ c1 z ` d1 ´ 1 ¯ a z`b a c1 z`d1 ` b ¯ “ ´ 1 (10. les nombres a et b étant entiers.91b) a z`b c c1 z`d1 ` d apa1 z ` b1 q ` bpc1 z ` d1 q cpa1 z ` b1 q ` dpc1 z ` d1 q paa1 ` bc1 qz ` pab1 ` bd1 q “ pca1 ` dc1 qz ` pcb1 ` dd1 q ˆ 1 ˙ aa ` bc1 ab1 ` bd1 “ ˚z a1 c ` dc1 cb1 ` dd1 (10. Donc l’action respecte la (stricte) positivité de la partie imaginaire. Les orbites intersectent D Soit z P P . Nous savons déjà que pzq pA ˚ zq “ .96) |cz ` d|2 3. Action Nous vérifions maintenant que la formule donne bien une action : A ˚ pB ˚ zq “ pABq ˚ z. Il doit donc être identiquement nul. ces deux possibilités donnent le même élément de PSLp2. Le fait d’avoir c 2 “ b pour tout ˆ A“ implique que c “ b “ 0. Zq. Zq tel que A ˚ z P D.91e) Fidèle Soit A P PSLp2. ESPACES PROJECTIFS Interne Montrons que si A P PSLp2. (10.

et nous prouvons qu’alors soit nous arrivons à une contradiction soit nous arrivons à A “ 1. nous devons donc avoir 2 cospθq ď 1 ou encore | pz2 q| ď 1 . Zqu. alors en agissant avec T ou T ´1 nous retrouvons la même contradiction que précédemment. Pour cela nous allons décomposer en de nombreux cas. la quantité |cz ` d|2 puisse être rendue aussi grande que l’on veut est évident. ce qui contredit la maximalité de pz2 q dans Iz . 2 s.99) T “ 0 1 pour ramener z1 dans le domaine D.102) 1 0 qui fait pS ˚ zq “ z . Donc Iz possède un maximum. Nous considérons l’élément ˆ ˙ 0 ´1 S“ (10. Unicité Nous voulons à présent montrer que si z P D. Nous allons montrer que cet ensemble est borné vers le haut en montrant que la quantité |cz ` d| ne peut. .103) Donc si |z2 | ă 1 alors pS ˚ z2 q ą pz2 q. En écrivant z2 “ eiθ .101) Notons qu’ici le fait d’être ouvert d’un côté et fermé de l’autre joue de façon essentielle (pour l’unicité aussi). mais il n’y a qu’un nombre fini de c P Z tels que |c pzq| ă 1. Si |z2 | “ 1. Nous supposons que z P D et A P PSLp2. (10. Le fait que. alors A ˚ z n’est plus dans D (sauf si A “ ˘1). Si z2 ˘ 1 est à l’intérieur du disque.100) Vu que D est de largeur 1. alors il faut encore un peu travailler. Soit A1 P PSLp2. c’est à dire θ P r π . ) z donné. il existe un n (éventuellement négatif) tel que 1 1 pT n ˚ z1 q P r´ .363 CHAPITRE 10. prendre qu’un nombre fini de valeurs plus grandes que pzq 4 . (10. De la même façon. alors z2 P D1 et c’est bon. mais qui est une valeur d’adhérence). Nous avons pcz ` dq “ c pzq. Nous en déduisons que |z2 | ě 1. Nous notons z1 “ A1 ˚ z. Supposons un instant que |z2 | ă 1. remarquons que Iz ne comprend qu’une quantité au plus dénombrable de valeurs. à z donné. Nous en déduisons que |z2 | ě 1. Nous cherchons donc les couples pc.97) l’ensemble des parties imaginaires des éléments de l’orbite de z. Nous allons maintenant agir sur z1 avec l’élément ˙ ˆ 1 1 (10. 2 1 Le dernier cas à traiter est pz2 q P s0. (10. |z|2 (10. r. dq P Z2 tels que |cz ` d| ă 1. Bien que cela ne soit pas indispensable pour la preuve. et que nous n’avons a priori pas l’unicité. donc |cz ` d| ě |c pzq|. Zq tel que pA1 ˚ zq “ max Iz . ESPACES PROJECTIFS Nous notons Oz l’orbite de z sous le groupe modulaire et nous posons Iz “ t puq tel que u P Oz u “ t pA ˚ zq tel que A P PSLp2. Donc Iz est borné vers le bas par zéro (qui n’est pas atteint. π r. 4.98) et pour chaque c. Donc si pz2 q ď 0 alors z2 P D2 . pour la partie réelle nous avons pcz ` dq “ c pzq ` d. Si u P P nous avons T ˚ u “ u ` 1 et donc T n ˚ u “ u ` n. Dans ce cas l’action avec S 3 2 1 1 ramène l’angle dans la bonne zone parce que S ˚ z “ ´ z et donc S ˚ pρe´iθ q “ ´ ρ e´iθ . Nous notons z2 “ T n ˚ z1 . il n’y a qu’un nombre fini de d P Z qui laissent cette quantité plus petite que 1 (en valeur absolue). Zq soient tels que A ˚ z P D. 2 2 (10. Si |z2 | ą 1.

Il est instructif de faire un dessin. nous avons trois cas : 2 c “ ´1.107a) (10. Zq est engendré par S et T .108) 1 1 et A ˚ z “ z. alors (et c’est maintenant que la dissymétrie de D intervient) nous avons le point ? 1 3 z“´ ` i (10.109) 2 2 C’est un point de qui vérifie z0 “ A ˚ z0 pour un élément non trivial A de PSLp2. 1. ESPACES PROJECTIFS (1) Nous commençons par pA ˚ zq ě pzq. Notons au passage cette très intéressante propriété du point ? 1 3 z0 “ ´ ` i. Dans ce cas nous avons |cz ` d| ď 1 et en particulier |c|| pzq| ď 1. Nous écrivons donc ˆ ˙ b`1 b A“ . Alors la condition |cz ` d| ď 1 nous donne trois possibilités 5 : d “ ´1. Si d “ ´1. Vu que c doit être entier. nous trouvons |c| ď 2{ 3.104) A“ 0 1 et A ˚ z “ z ` b. Si z P D. 5. ? mais le point d’intersection entre les cercles |z| “ 1 et |z ´ 1| “ 1 est le point 1 ` 23 i. (b) Soit c “ 1. Son déterminant est a ´ b “ 1. A˚z “ (10. Je ne rigolais pas quand je disais qu’on allait avoir de nombreux cas. Voyons à quoi ressemble la matrice A dans ce cas. Zq. (10. Donc au final z est quand même le seul de son orbite à être dans D. Alors A “ 0 d a “ d “ 1 (la possibilité a “ b “ ´1 est «éliminée» le quotient par Z2 définissant PSLp2.107b) (10.107c) La seule façon de ne pas quitter D est d’avoir b “ ´1.364 CHAPITRE 10. Étant donné que le point de D qui a la partie imaginaire la plus petite est ? 2 ´ 1 ` ?3 i. (10. La matrice A doit alors être de la forme ˙ ˆ 1 b (10. ce qui signifie (a) Soit c “ 0. i. Si d “ 1. 1. 0. Zq). alors nous devons avoir |z ´ 1| ď 1. ii. . il n’y a pas de points dans D vérifiant |z ´ 1| ď 1. mais alors A est l’identité. 2 qui n’est pas dans D. alors le seul z ` b à être (peut-être) encore dans D est b “ 0. ˙ ˆ a b et la condition de déterminant est ad “ 1. mais alors nous avons ˆ ˙ 0 ´1 A“ (10. Bref. 0.106) 1 1 et en tenant compte du fait que z z “ |z ` 1| “ 1.105) 2 2 qui est dans D et qui vérifie |z ` 1| ď 1. L’existence d’un tel élément est ce qui va nous coûter un peu de sueur pour prouver que P SLp2. nous calculons ¯ pb ` 1qz ` b z`1 pbz ` z ` bqp¯ ` 1q z “ 2 |z ` 1| “ z ` b ` 1.

Zq s’écrit comme T m1 S p1 .115) . T ´1 et S ´1 . T q. 6.114) pour un certain k et des nombres mi . S. T q. Zq telle que z0 “ A ˚ z0 . ce qui prouve que 6 A “ B ´1 . Démonstration.34 ([89]).33. alors z 1 “ A˚z est un élément de D tel que pz 1 q ă pA´1 ˚ z 1 q. Le seul à ne pas sortir de D est le fameux z “ ´ 1 ` 23 i. Alors si A P PSLp2. Du coup.111) et nous revenons au cas c “ 1 en prenant ´A au lieu de A. Nous récrivons cette condition avec ` ˘ pA ˚ zq ă A´1 ˚ pA ˚ zq . il existe B P grpS. Zq. Vu que D ne contient qu’un seul point de chaque orbite.365 CHAPITRE 10. A“ 1 0 (10. donc b “ ´1 et ˙ ˆ a ´1 . (10. Le cas d “ 0 nous fait écrire 1 “ det A “ ´b. PSLp2. Corollaire 10. Nous passons à la possibilité c “ ´1. (10. c’est à dire que A P grpS. nous avons B ˚ A ˚ z “ z. (2) Nous passons au cas pA ˚ zq ă pzq. Nous remarquons aussi que tous les points de P sont ramenés dans D par une matrice obtenue comme produit de T . et donc BA “ ˘1. Autrement dit. A“ ´1 d (10. (10. nous n’avons pas besoin de mettre ˘ parce qu’il est compris dans la définition. le fameux point z0 “ ´ 1 ` 23 i est 2 l’unique point de D a accepter une matrice non triviale A P PSLp2. Dans PSLp2. ESPACES PROJECTIFS iii. T mk S pk (10. Zq est non trivial nous avons A ˚ z hors de D. . De plus la condition |z| ď 1 revient à |z “ 1|.110) 1 Nous avons alors A ˚ z “ a ´ z . comme vu dans la démonstration du théorème 10. Pour les nombres complexes de module 1. Les matrices S et T génèrent le groupe modulaire au sens où toute matrice de PSLp2. Zq “ grpS. 2 qui revient sur lui-même avec a “ ´1. un point de D autre que z0 . T q tel que B ˚ pA ˚ zq P D. l’opération z Ñ ´1{z est la symétrie autour de ? l’axe des imaginaires purs. Dans ce cas la matrice est de la forme ˙ ˆ a b . pi P Z.112) Si nous supposons que z et A sont tels que z et A˚z soient tous deux dans D. ? Quelque conclusions Après avoir passé tous les cas en revue. Pour cela il suffit d’appliquer tout ce que nous venons de dire avec A´1 au lieu de A.113) Or nous avons vu qu’aucun élément de D vérifiant cette condition n’existait sans être trivial (celui qui ne bouge pas). Soit z. .

En remarquant que n n 1 ÿ 1 ÿ k´ “ pak ´ q.Chapitre 11 Fonctions. théorie de la mesure et intégration 11. notée 8 0 ai . L’absence de certaines propriétés de ces objets (problèmes de commutativité et même d’associativité) incitent à la prudence et montrent à quel point une définition précise est importante. n k“1 (11.1 Moyenne de Cesaro Si pan qnPN est une suite dans de la suite R ou C.1) En un mot. Si la suite pan q converge vers la limite Démonstration. n k“1 n k“1 (11. ř Soit pak qkěk0 une suite réelle. Lemme 11. est la suite i“k psn qněk0 dont les termes sont donnés par k ÿ def sn “ i“k0 et sont appelés les sommes partielles de la série. Soit alors la suite admet une moyenne de Cesaro qui vaudra .3c) Dans ce calcul nous avons redéfinit N de telle sorte que le premier terme soit inférieur à . c’est la limite des moyennes partielles. 11.3a) ď n´N ´1 ď ` n ď2 . alors sa moyenne de Cesaro est la limite (si elle existe) cn “ n 1 ÿ ak .1 Suites et séries de nombres 11. ą 0 et N P N tel que |an ´ | ă pour tout n ą N .1.1. 366 ai .2) nous avons | n N n ˇ1 ÿ ˇ 1 ÿ 1 ÿ ak ´ | ď | |ak ´ || ` ˇ |ak ´ | ˇ n k“1 n k“1 n k“N `1 loomoon (11.2 Rappels et définitions La notion de série formalise le concept de somme infinie.1.3b) (11. La série de terme général pak qsérie. (11.

. Proposition 11.4 (1) La série harmonique est 8 ÿ1 i i“1 (11. et diverge sinon. R et ak ě 0– il n’y a (3) Si une série converge. puisque réelle et positive) si et seulement si α ą 1. on peut modifier l’ordre des termes sans modifier la convergence ni la somme (commutativité). on note alors `8 ou ´8 sa limite) ou pas de limite. (2) Si la série est à termes positifs –c’est-à-dire pour tout indice k. La série 8 0 ai converge i“k ř8 absolument si la série i“k0 |ai | converge. (2) si la série converge absolument. (2) La série géométrique de raison q P C est 8 ÿ qi. alors la somme est commutative.4) sont (1) Si une série converge absolument. on peut regrouper ses termes sans modifier la convergence ni la somme (associativité). alors elle converge (simplement). (4) Si la série converge alors la somme est associative (5) Si la série converge absolument.5) et diverge (possède une limite `8). Les principales propriétés de la somme définie par la limite (11. la série de Riemann (ou Dirichlet) 8 ÿ 1 iα i“1 (11. Sa limite est appelée la somme i“k de la série et on note 8 n ÿ ÿ ai “ lim ai . (11. (11. il subsiste que (1) si la série converge. elle diverge et peut alors avoir une limite infinie (uniquement si le terme ř général est réel. . Vue comme somme infinie. (3) Pour α P R.9) converge (absolument.3. l’associativité et la commutativité dans une série sont perdues. (11. . ` q n . Exemple 11.2.6) i“0 Étudions la somme partielle SN “ 1 ` q ` q 2 ` . son terme général doit tendre vers 0. 1´z (11.8) La convergence est absolue. Remarque 11. FONCTIONS.4) nÑ8 i“k0 i“k0 Si la série ne converge pas. ak P aucune différence entre convergence absolue et convergence simple.CHAPITRE 11. Nous avons évidemment SN ´ zSN “ 1 ´ q N `1 et donc N ÿ 1 ´ q N `1 SN “ qn “ . THÉORIE DE LA MESURE ET INTÉGRATION 367 ř La série 8 0 ai converge si la suite psn q converge vers un réel s.7) 1´q n“0 La limite limN Ñ8 SN existe si et seulement si |q| ď 1 et dans ce cas nous avons 8 ÿ zn “ n“1 1 . Néanmoins.

FONCTIONS. Supposons l’existence de la limite (éventuellement infinie) suivante ai lim “ α P R ou α “ 8. THÉORIE DE LA MESURE ET INTÉGRATION 368 (4) La suite arithméticogémétrique est une suite de la forme un`1 “ aun ` b avec a et b non nuls.11) vn`1 “ avn . ř ř Soient i ai et j bj deux séries à termes positifs vérifiant 0 ď ai ď bi alors (1) si ř (2) si ř j bj diverge.3 Critères de convergence absolue Étant donné le terme général d’une série. (11. j bj diverge. alors ÿ ř (11.14) . mais pour l’exemple des séries de Riemann il n’y a aucune formule simple pour un α général.12) Pour plus de détails. j i ai converge (absolument).10) Il n’est pas très compliqué de trouver le terme général de la suite en fonction de a et de b.1. ř j bj converge. L’exemple de la série géométrique est particulier.5 (Critère de comparaison). ř i ai diverge. ce qui donne pour la suite pun q la formule un “ an pu0 ´ rq ` r. D’où l’intérêt d’avoir des critères de convergence ne nécessitant aucune connaissance de l’éventuelle limite de la série.6 ([53]). et de remarquer que cette suite est géométrique : (11. 1´a (11. i ai diverge. alors ř j bj (3) si α “ `8 et ř converge. alors ÿ ai converge ðñ i (2) si α “ 0 et bj converge. puisqu’on connait une formule pour chaque somme partielle. (11. alors ř Critère d’équivalence Proposition 11.13) iÑ8 bi Dans ce cas. 11. il est souvent –dans les cas qui nous intéressent– difficile de déterminer la somme de la série. alors i ai converge (absolument). Critère de comparaison Lemme 11.CHAPITRE 11. nous avons (1) si α ‰ 0 et α ‰ 8. Il suffit de considérer la suite vn “ un ´ r. vous pouvez consulter [90]. Par conséquent vn “ an v0 . Si elle possède une limite. ř ř Soient i ai et j bj deux séries à termes positifs. et donc être égale à r“ b . cette dernière doit résoudre l “ al ` n.

et donc ak ą M bk . b La suite de pai q converge donc dès que la suite de pbi q converge.7 ([91]). (11. la suite an “ n2 vérifie aussi le critère avec L “ 1 tandis que la série n n2 converge. (2) si L ą 1.CHAPITRE 11. Supposons l’existence de la limite (éventuellement infinie) suivante ˇ ˇ ˇ ai`1 ˇ ˇ ˇ “ L P R ou L “ 8. ř Soit i ai une série. ř (2) Si L ą 1. (3) si L “ 1 le critère échoue : il existe des exemple de convergence et des exemples de divergence. En particulier la suite an est bornée vers le haut et b vers le bas.15) (11. il existe M tel que an ăM bn an ą m. il existe un rang tel que an ă . la série converge absolument. b Si la série de pbk q diverge.17) Alors (1) si L ă 1. (11. la queue de suite iěK ai converge. il existe un rang dans la suite à partir duquel on a ai ą M .21) Il est donc impossible que la suite pai q converge vers zéro. (11. on a |aK | ă |aK`1 | ă |aK`2 | ă . ˇ ˇ ˇ ˇ Démonstration. la série de pak q doit également diverger. FONCTIONS.19) (11. (1) Le fait que la suite an {bn converge vers α signifie que tant sa limite supérieure n que sa limite inférieure convergent vers α. i (3) Pour tout M .16) Nous avons donc an ă M bn et an ą mbn . THÉORIE DE LA MESURE ET INTÉGRATION 369 Démonstration. la série diverge. Critère du quotient Proposition 11.18) et pour aK`2 nous avons |aK`2 | ă b|aK`1 | ă b2 |aK |. n (2) Si α “ 0. on a ˇ ai`1 ˇ ă b.20) ř Étant donné que la série něK bn converge (parce que b ă 1). . La série de pan q converge donc si et seulement si la série de pbn q converge. et donc tel que an ă bk . . En ai particulier. Par ř 1 1 contre. Au final. 1 (3) Par exemple la suite harmonique an “ n vérifie L “ 1. |aK`n | ă bn |aK |. . lim iÑ8 ˇ ai ˇ (11. bn et il existe m tel que (11. |aK`1 | ă b|aK |. cela signifie que pour tout . À partir d’un certain rang N . (1) Soit b tel que L ă b ă 1. et par conséquent la suite au complet converge. À partir d’un certain rang K. mais la série ne converge pas. La série ne peut donc pas converger.

ˇi“1 ˇ ř Alors la série i ci zi est convergente. (2) pzi q est une suite dans C dont la suite des sommes partielles est bornée dans qu’il existe un M ą 0 tel que pour tout n. On dit que f admet une limite en a si il existe un réel tel que @ε ą 0.1. Par conséquent la suite diverge au sens où elle ne converge pas.22) Remarquons que ce critère ne donne pas de convergence absolue.2 Limite de fonction 11. du quotient et de la racine sont des critères de convergence absolue. 11. Dans ce cas. et la série converge absolument parce que la série n rn converge du fait que r ă 1. ř Soit i ai une série. THÉORIE DE LA MESURE ET INTÉGRATION 370 Critère de la racine Proposition 11. FONCTIONS. Soit une fonction f : D Ă R Ñ R et a un point d’accumulation de D. et considérons lim sup iÑ8 a i |ai | “ L P R ou L “ 8. d’équivalence. ˇ ˇ n ˇÿ ˇ ˇ ˇ ˇ zi ˇ ď M.2. (2) si L ą 1. ř Soit la série i ci zi avec (1) pci q est une suite réelle décroissante qui tend vers zéro. (3) si L “ 1 le critère