Vous êtes sur la page 1sur 20

TRESOR DES TRESORS DE LA CONFRERIE ROSA ET AUREA CRUCIS TESTAMENT authentifié et déposé dans l'Arche de la ligue de Tyron et des élèves et frères de son école ANNEE 1580.

authentifié et déposé dans l'Arche de la ligue de Tyron et des élèves et frères de
ô Altesse des richesses et de la SAGESSE et SCIENCE DE DIEU Combien sont incompréhensibles

ô

Altesse des richesses et de la SAGESSE et SCIENCE DE DIEU Combien sont incompréhensibles vos sagesses et investigables vos chemins

Première partie du TESTAMENT de la confrérie rosa et aurea croix qui dévoile ouvertement tous

Première partie du TESTAMENT de la confrérie rosa et aurea croix qui dévoile ouvertement tous les hauts secrets des Opérations des Adeptes et des MYSTERES que DIEU a placé dans la nature

MS Dresden MS Hamburg MS. Stuttgart 4

MS Dresden

MS Hamburg

MS Dresden MS Hamburg MS. Stuttgart 4

MS. Stuttgart

INTRODUCTION

Testament de la confrérie des Rose et Aurea Croix, dont les extases sûres et les opérations secrètes, à travers lesquelles se manifeste le mystère de la sagesse de la magie divine et de Cabale angélique.

J.W.R. Année 1580 Jéhove

Chers frères, après que nos chers ancêtres, suite à mûre réflexion, se sont consultés avec eux-mêmes sur le comment se puisse cacher le secret, que seuls aux dignes il est donné, ils se sont mis d'accord sur la recherche d'un certain nombre de ceux qui fussent ici dignes et adaptés au mystère, qui craindraient la présence du Très Haut de tout leur coeur, qui se tairaient et qui auraient la bouche scellée. Ainsi, ceux qui, selon la magie seraient désignés au mystère et seraient nés pour la Cabbale. Mais pour qu'une oeuvre arrive au Tout Puissant, qui connaît les coeurs, les examine à fond, puisque tous ses bons dons doivent être instillés à l'Homme dans le coeur, c'est ainsi qu'il s'est passé, pour un destin particulier, que nos chers ancêtres avec l'aide du Très-Haut en trouvèrent quelques-uns autour de l'an 576 après le commencement du monde ; ils étaient descendants de la race de Noé, c'est-à-dire Japhet, de ces derniers vint Thubal, depuis Sem la connaissance fut préservée jusqu'à 100 ans après le Déluge, puisqu'il témoignait Arphachsad. Comme l'un atteignit un âge avancé, alors l'autre fut instruit dans le mystère. Depuis ce Arphachsad, on arriva à son fils Salah et la sagesse resta auprès de cette souche jusqu'à Abraham et à Loth. De Abraham à Isaac, de Isaac à Jacob, de Jacob à Joseph et Benjamin, de ceux-ci elle arriva parmi les Egyptiens, où même Moïse et Aaron l'apprirent. Sous Moïse et Aaron, Bazabel fut comblé de connaissance. Celui-ci fut le premier imperator, mais en même temps, le grand Jehova dota non seulement le fils Asisamat de l'esprit de la sagesse, mais beaucoup d'autres furent remplis de sagesse. Dans le Mysterium, ceux-ci portèrent à la lumière beaucoup de miracles, car Moïse leur enseigna à reconnaître au centre d'elle (la lumière) le feu de la Nature et il les instruisit, pendant qu'il prenait le veau idolâtre et le détruisit en mille morceaux, il le versait sur le feu préparé qui brûlait sa forme métallique la rendant une poudre rouge et en la donnant aux fils d'Israël qui avaient été frappés par le Seigneur pour leurs péchés. De même, il dressa aussi une croix avec un serpent en bronze, une image et une figure selon la magie. C'est cette image que devaient regarder les fils d'Israël pour que les douleurs les abandonnent, avec la figure, ils seraient secourus dans leur maladie et encore combien de miracles indescriptibles sont produits par la force du Très-Haut. Mais Marie, la soeur de Moïse, devint téméraire à travers la sagesse apprise et elle profana le Seigneur et le Seigneur la châtia avec la lèpre. Alors Moïse la prit et la fit enfermer pendant 7 jours, un nombre magique. Passé cette période, elle fut de nouveau pure.

De Moïse, Aaron, Bezabel, on arriva à Josué. Car à cause de leurs péchés, et du moment qu'ils s'étaient détournés de Dieu, la sagesse leur fut enlevée et donnée à d'autres. Puisque le Très-Haut veut que ses secrets soient cachés et utilisés dans la crainte de Lui. Ce Josué rassemble les prêtres au nombre de 12 et trouva 12 hommes

en plus qui furent comblés et pourvus de sagesse du Très-Haut, un chiffre sacré. Il ordonna ces derniers en tant que prêtres, pleins de force et de sagesse. Ceux-ci durent porter l'arche sacrée, mais les douze autres durent rester, après que le Jourdain fut divisé, les prêtres le traversèrent et arrivèrent à la moitié du Jourdain et chacun dut soulever 12 pierres selon le nombre et les porter avec eux du Jourdain, comme signe que le Seigneur avait été avec eux et qu'après la division de l'eau, à partir d'elle tout est fait, 12 pierres puissent être préparées, pour les fils de la connaissance, comme un miracle. De cette façon, ils suivent celle-là (la connaissance), ils l'aiment et même la désirent. C'est pourquoi le Seigneur Dieu ordonna de montrer et d'enseigner cela aux descendants. Avec cette force Josué cercla 7 fois Jéricho. Dans la magie, ceci signifie une force multipliée par 7 ; et Jéricho dut tomber en ruines, puisque face à cet esprit, elle ne pouvait exister. Le puissant Jéhove fut très ému par le fait qu'il dut abattre Jéricho. En ce temps-là, nous trouvons, selon notre tradition secrète, beaucoup, voire un grand nombre de prêtres mages et de sages. Car après Josué furent pourvus et préparés Judas et Simon. Elle (la connaissance) resta longtemps parmi les fils d'Israël et de là elle arriva même parmi les païens, puisque parmi les premiers on en trouve beaucoup. C'est ainsi qu'ils sont nés à la magie et à travers eux (ces derniers) l'esprit du Très-Haut porte et manifeste son secret.

Depuis Josué, elle arriva aussi à Gégéone. Ici, on peut voir encore la collaboration du grand Esprit de Jehova, car c'est ici à Gédéone que le Seigneur montra celui qui aurait léché avec sa propre langue l'eau (des philosophes). Il choisit ceux-ci, puisqu'ils étaient nés pour la magie. C'est grâce à eux que Gédéone vainquit ses ennemis ; une figure selon le nombre trois de la Cabbale. De Gédéone, elle arriva à Jephte à Sanson. Au temps d'Hélis, le grand prêtre, les chers ancêtres se divisèrent et beaucoup de sages moururent. Alors, Samuel devint grand devant le Seigneur et fut pourvu de l'Esprit du Seigneur, ainsi que beaucoup, voire même une grande quantité. Parmi ceux-ci Saûl, un homme né dans le Misterio devint roi à la magie ; mais il devient orgueilleux et il abandonna le Seigneur. Après lui, fut choisi dans le Misterio, comme un héros bien pourvu, David, fils de Jesse. Celui-ci se renforça dans la puissance de l'Esprit et il reçut le pouvoir à travers toute la création comme personne d'autre ne l'avait été avant lui, et il avait comme aide le prophète Nathan,. Mais, puisqu'il ne resta pas dans les limites de l'Esprit, il ne reçut pas les ordres de la prêtrise de la magie, alors que sont fils, Solomon qui était issu de ses lombes les reçut. Ici naquirent beaucoup de mages, car Solomon fut puissant, comme aussi le mystère dans le Mysterio dans son hymne qu'il décrivit avec des mots limpides et clairs, comme le premier Maître et philosophe, la résolution du grossier en fin, la découverte du caché, la mutation de l'humide en sec et la métamorphose du fluide en fixe, appeler la matière par son nom et donc elle manifeste la même forme. « Je suis noir, assez plaisant, vous filles d'Israël, vous ne me regardez pas, tellement je suis noir, comme si j'étais brûlé par le soleil. Les fils de ma mère, c'est-à-dire les 7 métaux, parmi lesquels je suis le huitième, sont en colère après moi. Elle m'a mis à garder la vigne, mais ma propre vigne, je n'en ai pas pris soin, à savoir je laissai

couler le jus des raisins et vous vous oubliâtes de moi comme Subjectum Universale, c'est-à-dire l'autre que l'on peut utiliser comme clé pour celui du premier. Quand il (Solomon) dit : « Ne le reconnais-tu toi la plus belle parmi les femmes, marche sur les traces des moutons et fais paître tes chevreaux près des maisons des bergers, comme dit Hermès : l'infirme est pareil à celui-là et autant il est haut. Plus loin, « le lys et la colombe de Diane : comme un pommier parmi les arbres sauvages, tel est mon ami parmi les lys », c'est-à-dire il a les autres 7 métaux. « Je sieds au dessous de l'ombre », à savoir on peut me trouver en un lieu obscur dans la montagne. « Celui qui me désire trouvera que mon fruit sera doux à sa gorge » : c'est cela le Lilium Artis qui se sublime dans la voie sèche et dans la voie humide se cristallise ; de même ici, il apprend la voie sèche et la voie humide. La fleur rouge enseigne lorsqu'elle dit : « Je suis une fleur rouge à Saron et une rosé dans la vallée des rochers. »

Avec le « Je suis une rose dans la vallée » il veut dire : « Je gis dans le fond et je suis retenu par le vers réfractaire, la dure salamandre comme à travers un rocher. Mais lorsque le lys blanc se ramollit, la rosé s'éclôt en deux voies ». D'abord, quand il dit :

« Je me dissous dans le jus de raisins » ensuite : « Marche dehors sur les traces des moutons, ne te reconnais-tu pas toi la plus belle parmi les femmes », comme s'il voulait dire : cherche une pure terre métallique qui doit être prise dans la partie du dessous, sur laquelle on marche, de celle-ci on dit préparer une matière pure et verser ^ sur un vieux, gris et noir jeune homme celle-là est la voie humide. Comme il parcourt encore plus loin la voie humide et enseigne clairement : il me conduit dans le cellier. Puisque dans ce jus gît cachée la rosé à extraire, de même que toute la séparation du pur de l'impur. Aussi, de la même façon Solomin indique la maîtrise du feu .dans la conjonction lorsqu'il dit : « Je vous implore vous les filles de Jérusalem, pour les chevrettes et les biches sur le champ, de ne pas réveiller mon amie mais excitez-vous autant que cela vous plaît », comme s'il voulait dire : « Mais je vous mets en garde, dans le travail de préparation que vous ne hâtiez pas l'oeuvre avec le feu, de ne l'éveiller avant qu'il ne soit temps; comme dit Hermès : faites-la dissoudre avec douceur et avec grand discernement d'une façon toute particulière dans l'achèvement de sorte que vous ne réveilliez pas mon amie. Plus loi, lorsqu'il dit :.« Lève-toi vent du Nord, et viens vent du sud et souffle à travers mon jardin, pour que ses épices ruissellent », comme s'il voulait dire :

Traitons donc le juste degré ». Car lorsque l'air vient du nord on doit y faire opposition, et ceci est le 1er degré. Mais lorsqu'il dit viens vent du sud et souffle à travers mon jardin, cela veut - '' dire : à un autre degré la chaleur ne doit pas être plus forte que lorsque soufflent les vents du sud, qui rendent tout vert et font vivre, car à ce degré on peut voir toutes les couleurs. Ceci fait comprendre que ses épices ruissellent; car lorsque le 2e degré est passé, il n'a rien à dire. En outre, il indique clairement et carrément les vases lorsqu'il dit : « il vient et sautille sur les monts et saute sur les collines et mon amie tend la main à travers le trou du verrou et face à cela mon corps tremble » comme s'il voulait dire : le lys grimpe sur les / monts, les franchit ; à ce moment il tend la main à travers le trou pour indiquer

que nous devons le porter dans un vase comme une main pour le purifier là-dedans, ainsi mon corps tremblera pour celui-ci. Il enseigne aussi le sceau Hermetis, Comme il dit : « pour cela ma soeur ô mon amie, est un jardin barré, du moment où personne ne peut faire irruption chez elle, à son gré ». Ainsi, elle est une source fermée, que ce soit au commencement ou dans la configuration, une fontaine scellée. Plus loin, il enseigne aussi dans la préparation la putréfaction, dans l'achèvement la noirceur, lorsqu'il dit : « je cherchais la nuit, que mon amie aime, de ne pas faire voir la noirceur et la ténèbre que l'on désire ». Ainsi, il apprend également comme il a déjà été auparavant la sublimation et la distillation, lorsqu'il dit : « qui est celui-là qui sort du désert comme une fumée droite, comme une fumée de myrrhe et d'encens et de diverses épices et la pharmacie ». Ainsi il indique également les couleurs vraies et d'origine qui apparaissent dans l'achèvement, tel que noir, blanc, et rouge. Il montre la noirceur : « je suis noir, mais au dessous de mon noir je suis tout à fait joli, ô filles de Jérusalem, je suis comme les gardiens de Gôtter, comme les tapis à plusieurs couleurs ». De la couleur blanc et rouge, il en parle ainsi : « mon aimé est blanc et rouge, la blanche colombe, le rouge lion ». De la même façon il indique aussi clairement les 4 mois des philosophes dans le travail d'achèvement lorsqu'il parle ainsi : « regarde l'hiver est passé, la pluie s'en est allée lointaine » comme s'il voulait dire : la ténèbre est passée, elle ne se lève plus, les fleurs sont sorties, c'est-à-dire les couleurs de la nature, car le printemps est proche et la tourterelle se fait entendre dans la campagne. On se réjouit lorsqu'on voit cela. De l'été il dit : « le figuier a gagné les pousses, les vignes ont des yeux et leur odeur : « lève-toi mon amie, lève-toi ma belle ». Il indique l'automne^en tant que sortie de l'oeuvre ; les fleurs .sont sorties : elles ont atteint leur maturité. De même il enseigne avec des mots compréhensibles toute la cuisson, la multiplication et l'augmentation ainsi que la projection et la jouissance de l'oeuvre;

Jusqu'ici, nous avons seulement voulu démontrer que Solomon a payé pour la sagesse qui lui avait été donnée par le Seigneur. Par l'intermédiaire de ce roi Solomon, elle (la connaissance) est arrivée même parmi les arabes, car il avait dans sa main, grâce à sa sagesse, les coeurs de plusieurs peuples. De Solomon, on arriva aux autres prêtres et prophètes et elle se répandit, si bien qu'elle parvint jusqu'aux Romains. Solomon fut le premier qui, avec l'aide du Misterio, fit des images métalliques selon l'influence des étoiles, et il les porta en haut, et il pécha devant le Seigneur son Dieu, et notre enfance a été retenue à travers la force de Dieu jusqu'à cette heure, comme l'on peut voir dans notre sainte tradition, si bien que notre confrérie ait dû se renouveler souvent, même à cause de cela parce que les frères étaient et sont encore dispersés dans toutes les parties du monde. Et donc Noé a été le premier. De lui est venu Sem, Cham et de celui-ci Thubal. Sem, étant le fils le premier-né a écrit sur tablettes d'émeraude le grand secret, obtenu de son père, Noé. Cham, comme autre fils de Noé, fut Hermès, par lequel vint la tablette d'émeraude. Et les Egyptiens, en tant que vrais descendants de Cham, ont possédé cette grande sagesse.

Cham engendra Chus ou le jeune Camphes, que les Egyptiens appelaient Saturne. Et comme on peut lire avec étonnement dans les traditions secrètes et dans la (concreazione) des Egyptiens, où il est dit : « Seth fut le père de Noé, comme le vieux Saturne ou père de tous les Camphes et mages, Sem et Cham furent appelés également Jupiter ou Camphes. Cham engendra Chus, le jeune Saturne ou le jeune Camphes. Celui-ci engendra Misram ou Vulcain, Puth ou Phaeton, tel qu'il était appelé par les Egyptiens, on l'appelait également Canaan ou Tantus, et aussi Toth ou Mercure. De Misram vint Osiris ; de cellui-ci et Isis, Horus, ou Apollo, et de lui Heseulapius. Ce dernier engendra Tat, et celui-ci Tatius. De cette façon, nous trouvons, d'un siècle à l'autre que la sagesse des Egyptiens est montée toujours plus haut, qu'à la fin elle est devenue profession et mal utilisée. Et Moïse l'a apprise des Egyptiens, c'est ainsi que l'on peut la trouver même maintenant auprès des Egyptiens. Des Israélites, elle est arrivée parmi les Arabes et les Caldéens. Puisque Ananios et Daniel, Azana et Misach furent les chefs de la Caldée. Daniel fut maître à eux tous. Ces héros à nous se sont tenus unis et ont été unis par l'Esprit de Dieu jusqu'à cette heure. Depuis, des prophètes et des chers ancêtres, elle est parvenue jusqu'à nous les Allemmands, à travers notre père Teuth. Et elle a été maintenue secrète parmi nous jusqu'à ce jour de façon souvent miraculeuse. De cette façon, nous avons établi auprès de nous cette louable habitude et ordre des anciens, telle qu'elle nous a été prescrite par eux, à maintenir et à léguer le secret et comme certaines extases ou opérations secrètes, ont été laissées en héritage par les anciens. Puisque maintenant, quelques frères, selon le cas de la vie humaine, atteignent l'éternité, et nous ne pouvons pas dépasser le nombre de 77, de même la confrérie ne peut exister sans 77, alors selon une ancienne coutume, nous nous sommes choisi des lieux déterminés, tant en orient qu'en occident, c'est-à-dire aux 4 coins du monde, pour nos réunions.

Lorsqu'on trouve une âme qui est digne d'être acceptée, après avoir été reconnue selon un examen préalable et suffisant, alors une telle âme doit se trouver dans notre assemblée, et elle s'engage comme nous à accepter tous les points suivants et à promettre de faire un silence éternel, après quoi elle recevra la prêtrise sacrée et deviendra habile à la magie à travers la (concreazione). Car sans la vraie (concreazione), personne ne peut être magicien, puisque l'onction interne et externe doit procéder d'elle et donc il se produit ceci : quand une réunion a été annoncée, après la profession précédente des frères, et les frères on accepté parmi eux un frère étranger aussi capable, alors, s'il y a un plus âgé, celui-ci peut bien donner le signe à l'autre, mais il ne peut pas exécuter la (concreazione) sur lui, même pas le soumettre au serment, mais il peut bien faire le silence avant de lui soumettre les points suivants, s'il pense les posséder. Ainsi, il ne peut rien dévoiler sans offense à sa conscience des extases ou des opérations secrètes, de cette façon elles appartiennent au Misterio, de même que les autres choses de la connaissance et du Tholio *. Puisque cependant, dans certains écrits par ci par là y est caché certaines choses sur les opérations secrètes, il doit procéder avec prudence afin que le sceau ne soit forcé avant terme par celui-ci et que, ensuite, l'autre ne tourne le dos à la confrérie et utilise

les dons de Dieu pour commettre des injustices. Lorsqu'un frère, dans une réunion, est d'un avis contraire, on doit lui demander s'il sait ce qu'est Dieu et de même en qualité d'Esprit. Il prouve à ce moment-là son coeur et son for intérieur. Cela se produit devant l'Urim, mais il doit être couvert, ainsi on entendra rapidement ce que celui-ci dira et quelles connaissances il a du Très-Haut.

C'est alors que lui seront lus les points suivants :

REGOLA ORDIAIS

Que depuis le commencement et depuis que la confrérie est sortie (s'est produite) selon la divine providence, le nombre des frères n'a jamais été plus élevé que 77. Tel nombre ne peut et ne doit pas être augmenté.

Que, parmi nous, ne doit surgir aucun problème à cause de la religion ou une jalousie, cependant chacun doit laisser le frère à l reconnaissance de sa foi et à la liberté de sa conscience, qu'il doit se réserver (s'en remettre) seulement à Dieu afin qu'il n'y ait pas de haine entre nous. Et si nous croyons et nous savons que Dieu consiste en trois personnes - Père, Fils et Esprit - et nous le craignons, nous l'aimons, nous nous consacrons à Lui, afin qu'il nous guide, nous soutienne et nous conduit, s'il nous possède et nous habite, nous avons la juste religion. Mais les autres, qui sont encore attachés au religieux et à la religion, ne peuvent pas se consacrer complètement à Dieu, car ils sont partagés (divisés) et dépendent des commandements, ils sont une horreur aux yeux du Grand Esprit, car ils n'aiment pas Dieu de tout leur coeur, avec toute leur âme, de toutes leurs forces. Puisque leurs forces, telles des victimes saintissimes, ils les déversent sur les commandements et ils n'aiment pas leur prochain parce qu'ils sont simulateurs, puisque le Saint en Israël veut avoir à lui seul le coeur et en faire complètement son temple et sa propriété. Donc, c'est pourquoi depuis le commencement du monde ont été dans notre association des hommes venant des peuples les plus divers, ainsi (tellement) ils cherchent le Seigneur et ils aiment la sagesse. C'est pourquoi chaque frère doit être libre, quelle que soit sa religion et ne pas être lié à personne et ne doit rendre compte à cause de sa foi. Si quelqu'un devait être pédant, devait arriver à la connaissance charnelle et demander au sujet de la religion, alors le frère a qui est adressée cette question doit juger que celui-ci n'est pas de la confrérie et que s'il était un frère, il devrait vraiment croire qu'il est devenu religieux et qu'il n'aime plus Dieu de tout son coeur et dépend de lui seulement en tant qu'esprit en lui. Mais s'il n'est pas un frère, il n'y a pas à s'étonner qu'il ne sache rien de la vraie constitution. Que, après l'échéance du mandat du roi (imperator, régent de la confrérie) un autre est élu. A l'un comme à l'autre, on doit s'assujettir, obéissant et lui rester fidèle jusqu'à sa fin. Puisque nous avons accueilli la nouvelle acquisition, qui sort (est issue) de l'élection originelle. Que l'imperator peut et doit avoir sur la liste le nom de chaque frère, de même que le

lieu où il habite, afin que l'on puisse aider un autre en cas de besoin. Il est à noter aussi, que dans l'élection d'un imperator que l'on peut et doit choisir un des 7 les plus âgés, ceci comme depuis le commencement, depuis qu'il y a la confrérie, cela à été maintenu ferme et inébranlable. C'est pourquoi nous n'avons pas plus que 4 maisons en Europe où nous tenons nos réunions, soit Ancona, Nürnberg, Hambourg et Amsterdam il en manque dans l'esotera. Par contre, chaque frère s'il est imperator peut, s'il habite en un tel endroit, faire venir chez lui les frères pour tenir une assemblée, non pas une principale, mais plutôt une particulière. Nous communiquons également que, lorsque se rencontrent 2 ou 4 frères, ceux-ci ne peuvent pas élire un autre frère, sauf bien sûr en présence d'un majeur qui porte sur lui le sigle ou en présence de l'imperator. Et s'il devait se trouver un qui passe pour un frère, mais qui n'a pas reçu le signe d'un plus âgé, ou de l'imperator, le frère doit alors faire attention et ne pas se faire reconnaître, ni l'accepter. Que chaque apprenti doit obéir à son seigneur et frère pendant 7 ans et pour la durée de sa vie il doit lui rester fidèle comme un frère jusqu'à la mort. Que plusieurs frères ne puissent vivre ensemble pendant la semaine, afin qu'ils ne fassent conjecture sur leurs secrets, mais ils peuvent le faire de temps en temps pour travailler à certaines extases et ils peuvent donc vivre ensemble. C'est pourquoi nous interdisons de choisir un parent comme frère, même qu'il soit un frère de (sang) chair puisqu'on doit d'abord le reconnaître et l'approuver. En tout cas, un frère doit choisir préférablement un étranger, car l'art ne doit pas être héréditaire. Même si plusieurs frères se retrouvent ensemble, il ne faudrait pas leur faire faire aucune profession sans qu'un plus ancien ou l'imperator en ait connaissance, mais qu'ils aient en une pratique exacte avec le même et qu'il soit apte pour toutes les opérations secrètes et qu'il ait un fort désir d'être accepté. Si toutefois, les frères se trouvent ensemble, ils ne doivent faire la profession à personne sans la connaissance de l'imperator, comme nous l'avons déjà dit. Si les frères veulent faire un tel héritage, ils doivent garder ceux-ci après leur reconnaissance, 7 ans comme apprentis, les instruire de temps en temps sur la grandeur de la congrégation et de mettre à portée de main de l'imperator le nom de l'apprenti, le prénom, naissance, pays, la profession et l'origine, de sorte qu'il puisse en temps voulu accueillir la concréation dans notre assemblée et attribuer le signe. Si les frères se trouvent ensemble, le salut habituel doit être : « Ave Frater ». L'autre doit répondre : « Rosae et Aurae », auquel le premier répond : « Crucis ». Et quand, selon leur position ils se reconnaissent l'un l'autre, c'est ainsi qu'ils doivent s'adresser l'un l'autre. « Benedictus Dominus Deus noster, qui dédit nobis signum ». Après quoi, ils se montreront l'un l'autre le sceau même s'ils connaissent leurs noms, ou ne peut pas échanger le sceau. Il faut tenir présent à l'esprit que, s'il y a une fraude, ce qui peut toujours de produire, si quelque chose concernant le manque de soin d'un frère, le sceau soit égaré et tombé entre des mains inadaptées, ou bien que le frère ait été découvert à travers autre chose, il doit se comporter (comme un) d'ignorant et abandonner la ville ou le lieu en question au plus vite.

Il est expressément prescrit que le frère reçoit de la caisse et du Misterio, après qu'il ait fait les 7 années d'apprentissage, et qu'il soit accepté et reçu dans l'une de nos maisons par l'imperator et qu'il ait fait le voeu de silence, de sorte qu'il puisse vivre 60 ans et qu'il puisse ainsi s'appliquer à son travail diligemment. Et s'il trouve quelque chose de remarquable, il doit en informer l'imperator, car en faisant cela, il

est lié à chaque frère, comme il s'est produit depuis le commencement, puisque la nature est inscrutable. Le frère doit aussi promettre de ne pas outrager Dieu par l'entremise du Misterium, de ne pas endommager son prochain, de ne pas perturber ou de corrompre un état par ce moyen, de ne pas utiliser le Misterium avec versement de sang, ou de protéger une tyrannie par celui-ci mais que le frère se déclare toujours ignorant et dire que c'est seulement une fraude de la part des hommes.

Le frère ne doit pas écrire de livre sur notre secret, même pas contre celui-ci, afin qu'il n'offense le Dieu puissant.

Si les frères veulent parler du Misterio, ils doivent le faire seulement en un lieu bien fermé de sorte que chacun puisse ouvrir son coeur et qu'ils puissent pratiquer l'un avec l'autre.

Un frère doit et peut donner à l'autre la pierre gratuitement, puisque le don de Dieu ne doit pas être vendu pour de l'argent.

Il est interdit de faire des projections devant aucun homme qui n'ait pas été accepté par nous, puisqu'il s'agit de l'honneur de l'art. Mais il faut faire attention que cela puisse se produire sans danger, après quoi il faut abandonner immédiatement l'endroit.

Les frères doivent éviter toute conversation étrangère, tout particulièrement avec les femmes. Si toutefois, ceci n'est pas possible, et un frère ne peut pas vivre libre, ce qui serait mieux pour lui, il peut bien prendre une femme et se lier avec elle dans la crainte du Seigneur. Il doit aussi éviter tous les scandales contre le Misterio et ne laisser aucun frère, si jeune qu'il soit, seul avec sa femme pour pratiquer avec lui, afin qu'il ne s'en suivent, comme il s'est produit maintes fois, désordre et adultère.(sic)

Prière aussi qu'aucun frère ne fasse du mal par haine, ni à l'homme ni à l'état des âmes, ni aux animaux, aux arbres et aux plantes. Ce sont ces choses qui apparaissent possibles dans le Misterio de par son actualisation miraculeuse à l'homme, mais elles perturbent l'ordre de la nature

Pour cette raison, nous réprimandons le don de la pierre à une femme enceinte, car elle arriverait à l'accomplissement du fruit avant terme et elle accoucherait. Il faudrait aussi ne pas utiliser la pierre avec une forte excitation, afin que le feu de la nature ne s'allume davantage, il y aurait une mort soudaine comme c'est déjà arrivé à certains qui l'ont utilisée pendant la chasse. On agit également contre le Misterio en demandant des grâces et en possédant déjà tout.

Il faut aussi se garder de faire des pierres précieuses ou perles et les porter avec soi. 11 est interdit de trahir quelqu'un de notre maison et aussi de confesser à quelqu'un de connaître la matière de notre pierre bénie et de révéler la manipulation, la coagulation ou la solution du Misterio.

Etant donné que parfois, dans un lieu il se trouve un de nos frères t comme ils sont presque toujours cachés, le jour de la première fête de Pentecôte, vers la levée du soleil, ils doivent sortir à la porte de tel lieu ; s'il est seigneur de la Croix Aurea, il doit fixer une croix rouge sur le bâton, s'il est seigneur de la croix de la rosé une croix

verte, et il doit rester à cet endroit jusqu'à la levée du soleil et rester attentif, si peut- être un autre frère arrive pour le rencontrer avec le salut habituel et pour informer l'imperator. Car en temps de guerre, lorsque tout est incertain et qu'aucun frère ne peut sortir et entrer, tout cela est très nécessaire. Nous estimons nécessaire que l'imperator change son lieu tous les 10 ans et en faire part durant une réunion dans laquelle les frères doivent lui donner un autre nom de sorte que la confrérie reste cachée.

C'est aussi un commandement exprès que chaque frère, après qu'il a été accepté parmi nous, qu'il change de nom. Il doit aussi, s'il se rend à nouveau dans un lieu où il a déjà été auparavant pendant longtemps, changer son image avec la pierre de sorte à ce qu'on ne le reconnaisse pas. Chaque frère ne doit rester éloigné de son pays pendant plus de 10 ans, quel que soit le lieu où il voyage, et quel que soit le nom qu'il assume {prend), il doit toujours en informer l'imperator.

De même, aucun frère ne doit commencer un travail dans un lieu sans qu'il n'y ait auparavant habité un an et qu'il connaisse ses alentours, et il doit également fuir tous les « professores ignorantes » (en latin dans le texte).

Un frère ne doit pas non plus dévoiler sa richesse à personne; il doit tout particulièrement se protéger devant tous les religieux puisque ceux-ci portent sous le nom de grand-prêtres le diable dans le coeur. Avec les mots du Très-Haut ils cachent

leur astuce. C'est pourquoi un frère doit les fuir, parce que il y a rarement du bien à espérer de ceux-ci ; puisqu'ils prétendent volontiers l'estime de la personne devant tous les hommes. C'est ainsi qu'en 1641, en Autriche, nous avons perdu deux de nos frères à cause de leur attitude cordiale et ouverte.

Si un frère veut travailler, il doit se laisser aider plus volontiers par des gens âgés et capables que par des jeunes, dans la mesure du possible, ceux-ci ne doivent pas arriver à voir l'opération et ne pas la comprendre.

Quand un frère voyage, il ne doit pas s'attacher à des femmes inutiles et il ne doit pas engager une conversation avec elles, mais il doit avoir devant ses yeux seulement Dieu pour ne pas tomber en péché mortel.

De même, un frère ne doit dire à personne, lorsqu'il quitte un lieu pour un voyage quand et où il ira dans le cas où il lui serait demandé et lorsqu'il veut voyager à la levée du jour, il doit dire après minuit. Et s'il ne devait plus retourner à cet endroit, alors il peut écrire au propriétaire de la maison que les affaires qu'il laisse derrière soient distribuées aux pauvres.

Il est nécessaire et mieux si le frère porte avec lui la pierre en poudre ou carrément en cristaux, puisque sous forme huileuse, elle n'est pas facile à emmener. Aucun frère ne doit non plus porter avec lui quelque chose de notre feu philosophai auquel il pourrait facilement advenir un grand malheur.

De même un frère devrait, lorsque par étourderie il se serait empêtrer dans une mésaventure et être découvert par un souverain, se donner la mort plutôt que lui révéler du Misterio, puisque à Dieu seul il est donné de dévoiler le Misterio, mais pas à nous, les hommes ; et si le frère reste fidèle à Dieu Suprême, il peut avoir la

certitude d'être honoré davantage devant le trône de l'Agneau.

Ici, il est demandé au frère s'il veut retenir inviolables les points lus et s'il les a tous bien compris. Si il le témoigne avec un oui, on doit lui remettre le signe de la paix, c'est-à-dire un brin de palmier, ensuite le nouveau frère doit se mettre à genou et un de ceux-là doit l'embrasser 3 fois et lui dire : « Cher frère, nous t'ordonnons le silence ». Lorsque cela se produit, l'imperator dans son habillement sacerdotal va vers lui accompagné de deux âgés qui prennent au milieu d'eux le nouveau frère.

A

ce moment-là le frère doit lever la main droite auprès de la dépouille Urim, élever

le

pouce et les deux premiers doigts, poser la main gauche sur le coeur et dire ce qui

suit :

« Je, MM promets à Dieu éternel et vivant de no pas dévoiler à aucun homme sans la permission des ci-présents le secret et tous les Misteria, qui m'ont été appris et me seront appris par vous, mais de la garder scellé en moi pour toute la vie avec le sceau naturel, de ne pas révéler la plus petite chose à aucun frère, même après le nom, ou à l'imperator de ne pas montrer à personne la pierre. Ceci je jure à la présence de Dieu comme silence éternel même en danger de ma vie. Que Dieu m'aide ainsi que sa sainte parole. » Lorsque cela se produit, toute la congrégation va à sa rencontre. Ensuite, il est consacré prêtre magicien et béni et l'esprit de Jehova va à sa rencontre, de sorte qu'il ne puisse pas se montrer pour quelques jours. Aussi, il commence à prophétiser depuis l'esprit tout ce qui est écrit. Quand ils s'éloignent à nouveau l'un l'autre, chacun doit dire les paroles du sceau : « frates Aurea vel Roseae Crucis Deus sit tecum cum perpétue silentio, Deo promisse et nostra santa congregationae ». Ensuite, sont remis au nouveau frère les extases secrètes ou opérations de nos prédécesseurs ainsi que le diplôme avec le signe par lequel on peut reconnaître le frère lorsque celui-ci se rend chez un autre frère, ou afin qu'il puisse montrer le signe. De même, on donne toujours au nouveau frère le nom du dernier frère décédé, comme ceci a été maintenu ininterrompu parmi nous depuis le commencement. Suit le contenu de la première partie du livre selon l'ordre, c'est-à-dire les extases secrètes et les opérations du Misterio.

LES EXTASES SECRETES et OPERATIONS DU MISTERIO

PREMIER LIVRET : Comment l'homme selon l'âme et le corps (n.d.e. sang omissus)

le sujet le plus précieux, (à l'image) pareil à Dieu Seigneur, sont faits pour le Misterio

et quelles matières sont prises de ceux-ci pour la pierre des Anciens et ce qu'ils atteignent avec celle-ci dans le Misterio.

DEUXIEME LIVRET : Comment peut être préparée la véritable quintessence depuis

le haut ou le bas, comme depuis le Créateur de toutes les choses.

TROISIEME LIVRET : Comment on doit préparer la très précieuse pierre des anciens du Mercure vulgaire et de l'or.

QUATRIEME LIVRET : Comment depuis le Mercure vulgaire on peut préparer le vrai Alkaest ou Acetum acernimum

CINQUIEME LIVRET : Comment, depuis le Magnésie ou Bismuth, que les anciens appelaient Electrum, on peut préparer la très haute teinture soit par la voie sèche soit par la voie humide.

SIXIEME LIVRET : De la préparation du Salis Circulati (Sal Gemae)

SEPTIEME LIVRET : De l'arcane (mystère) de la pierre et du ciel des métaux.

HUITIEME LIVRET :

NEUVIEME LIVRET : - De la Cabale secrète,

De la magie secrète du Mysterium

- Quid sit magia

- Comment un mage (magicien) peut préparer la Pierre Magique

(n.d.e. Alchimie interne : pierre philosophale avec l’or et le Sang, omissus) DIXIEME LIVRET : De la révolution, comment un mage peut reprendre une âme, non pas dans le règne de Dieu, de sorte que celle-ci puisse prendre à nouveau un corps à elle et qu'elle serve l'homme ; à travers cela, elle peut aussi arriver à la béatitude.

Comment un mage (magicien) peut changer sa nature et

rajeunir. DOUZIEME LIVRET : Comment un mage peut remuer ciel et terre. TREIZIEME LIVRET : Comment un mage peut multiplier toutes les plantes, les arbustes et les fleurs d'une manière particulière et les faire pousser. QUATORZIEME LIVRET : Comment un mage peut préparer un métal au moyen de (à travers, par) la constellation et depuis celui-ci divers miroirs merveilleux dans lesquels il est possible de voir tout, et ce dans sa propre chambre (à utiliser contre les ennemis). - Comment préparer la poudre magique qui opère (agit) de loin (contre les ennemis) (n.d.e. : omissus (omis)) - Appendice de la manipulation chimique nécessaire pour cet art. Tout cela nous a été transmis par nos prédécesseurs. Donc, donnons-le à nos frères comme une manipulation à laquelle travailler pour reconnaître le Grand Créateur, le louer, répandre Sa renommée et l'apprécier.

ONZIEME LIVRET :

MS Darmstadt 16

MS Darmstadt

MS Dresden MS Vienne MS Hambourg MS Stuttgart Illustration : Un homme nu, debout aux

MS Dresden

MS Dresden MS Vienne MS Hambourg MS Stuttgart Illustration : Un homme nu, debout aux mains

MS Vienne

MS Hambourg

MS Dresden MS Vienne MS Hambourg MS Stuttgart Illustration : Un homme nu, debout aux mains

MS Stuttgart

Illustration : Un homme nu, debout aux mains jointes ; à ses côtés, il y a des arbres et des vignes.

NOSCE TE IPSUM

Connais-toi, toi-même

En premier, comment l'âme et le corps des hommes, le sujet le plus précieux, de même (tel) Dieu le Seigneur, ils sont créés pour le Misterio et quelle matière peut être fondue depuis ceux-ci pour la pierre des anciens et ce qu'ils atteignent avec celle-ci dans le Misterio. L'homme est la créature la plus noble, c'est ainsi que le Grand Jehova l'a formé et créé

à sa ressemblance. Il est le centre et le point focal de toutes les choses qui sont créées. Afin que cependant cette image puisse aussi être pareille à Dieu, le Très Haut Esprit s'est soufflé dans cette forme vivante de l'Esprit, mais de manière incompréhensible et pénétrante.

Comme habitacle de l'esprit Il lui a créé une âme, dans laquelle l'esprit gît caché. Et les deux sont insaisissables sans le vouloir du Très Haut qui peut les représenter de manière compréhensible selon l'esprit. Ceux-ci sont enfermés dans le corps et ils habitent une cabane fragile. Alors, le Très Haut a recomblé du haut avec toutes ses

forces l'homme, comme la plus noble créature. L'homme possède tout ce que toute la nature et le créé ont eu, eux : sa vie est un (monde) feu de vie spirituel puisqu'il vivifie tous les instants de l'esprit divin, il l'anime et le pénètre. Ainsi l'homme n'est pas de par lui-même seul, plutôt il est et il vit dans le Grand Esprit. Puisque l'homme

a été créé à la ressemblance du Grand Esprit de Jehova, tant et si bien qu'il gouverne

sur les anges, de sorte qu'il peut disposer de la force selon son âme et son esprit, au cas où il reste dans l'état d'union avec Dieu et non pas selon la chair et sa propre volonté invalidée. Cependant il se laisse entraîner par celui-là ; bien qu'il ne puisse jamais se libérer de sorte que l'esprit éternel et Jehova pourraient l'abandonner. Car, si cela se produisait, même sa vie périrait, puisque tous les esprits et les forces infranaturelles jaillissent depuis l'Esprit inexhaustible qui est Dieu même. C'est pourquoi l'homme ne peut plus se séparer de lui, même lorsqu'il est désobéissant, puisque l'esprit est image du Grand Créateur. Mais que fait l'homme si par désobéissance avec les plaisirs de la chair il s'est rendu impur devant l'esprit éternel ? Rien d'autre que de renier sa conscience et contredire Celui qui l'a créé et qui l'aime de tout coeur ; et de par lui- même il fait une figure semblable au diable. Puisqu'il profane l'image du Très Haut et la rend monstrueuse. Et pensez donc, comment puisse-t-il être de courage (coeur/culot, impudence) à l'esprit Eternel parler de manière humaine, puisque l'homme doit se soumettre de tout coeur dans sa propre origine et en Dieu afin que celui-là (l'homme?) ait en lui l'oeuvre et puisse le juger. Or, comment l'homme reconnaîtra-t-il dans une telle corruption ce que le Très Haut au-delà de lui-même (il) a placé dans la nature ? Surtout il ne se reconnaît pas, car chaque forme de la nature toute est créée seulement en lui ! Tu as en toi toutes les forces supérieures et inférieures. Tu peux être un créateur avec l'esprit de Dieu et dans la puissance de la foi en l'esprit (tu peux) faire des miracles ! Tu dois agir avec Dieu et l'esprit de Dieu avec toi ! Lui, le Grand Jehova veut renaître à travers toi et démontrer ce qu'est Dieu. Qu'attends-tu ? Doit-il t'attraper ? Si tu L'irrites tu dois te dissoudre. Réfléchis donc, quel avantage tu as devant toutes les créatures? Tu es plus que les anges, et tu ne mènes pas encore une vie angélique. C'est pourquoi la vie de ton âme doit être aussi le désir de ton âme.

Oh, plonge dans ton centre et cherche Celui qui aime ton âme !

Cherche-le donc : Oh, puisses -tu le trouver : Et lorsque tu le trouveras c'est Lui la vie de ton âme. Oh, combien tu l'embrasseras ! Sors donc de la mort et attrape la vie, la volonté et la force de la divinité. Purifie-toi et libère-toi de tout esclavage de la chair et des étoiles ! Attrapes la noblesse de ton âme et l'action sainte et majestueuse de l'Esprit Saint. Ne pas céder jusqu'à ce que tu ne l'aies saisie et tu aies été saisi par elle. Que tu puisses dire : « Dorénavant, je connais Celui que mon âme aime ; II est en moi et moi en Lui ». Affronte (fais face) chaque enfer et tentation 1 finis avec tout ce qui est charnel ; car toute chair et ce qui est fait par celle-ci est éphémère (passe). Mais celui qui agit en et avec Dieu, celui-là reste dans l'Eternel ! Sa vie n'a pas de fin, puisqu'il est en Dieu. Rien ne doit être plus haut que Dieu et aucune opinion, sauf de l'Esprit de Dieu ; celle-ci veut {'apparaître tellement bonne lorsqu'elle veut. Ne te laisse pas enchanter ou commettre des fautes dans l'union avec ton créateur ! Choisis préférablement ce qui est durable et fuis ce qui est charnel ; Ne fais pas souffrir ton créateur parce que tu veux aimer à côté de Lui un autre être créé quelconque. Dépends de lui avec tout ton coeur et toute ton âme, ainsi qu'avec toutes tes forces ! Immoles-toi à Lui ! Si tu fais cela tu auras la bénédiction et tu seras rempli avec la sagesse de voir dans la nature et dans le (monde) créé.

Et la nature et le monde créé se soumettront à toi complètement et ('obéiront. Alors tu savoureras la force du monde supérieur et inférieur. La puissance est en toi, si tu n'est aussi audacieux, fou et aveugle. Porte donc comme prime (prix) de ton créateur chacune de tes forces, comme une victime au centre de ton âme devant le trône du Très Haut ! Dépose-la lui devant ses pieds et ne garde rien pour toi et regarde ce qu'il fera ! Tu t'étonnerais. Il la prend de toi avec indulgence comme un sacrifice et il te rendra (repayera) mille fois : des milliers de fois il se jettera dans ton âme, tel que tu seras comblé des forces du Très Haut. Les montagnes s'aplaniront devant toi et les eaux devront s'ouvrir (diviser, se partager). De sorte que tu reconnaîtras dans cette force tous les anges et tous les élus et tu les verras dans leur harmonie de l'esprit devant Dieu.

Oh, indicible bien agir du Très Haut ! Oh, insaisissable Amour qui parcours moelle et membres ! Oh, inexhaustible afflux de l'esprit, combien Tu pénètres Tètes croyants ! Tu es pour eux une couronne de joie, Tu les satisfais de délices et de tous Tes biens riches de Ton salut. Tu l'inondes du feu de Ton amour pénétrant qui est plus puissant et plus fort que la mort.

Oh, Seigneur Zebaoth, c'est pourquoi l'homme doit se reconnaître et reconnaître Celui qui vit dans son âme. Car c'est en lui que nous revivons, agissons, et sommes. Si tu t'es donc trouvé et tu t'es laissé trouver, tu as dans tes mains toutes les forces supérieures et inférieures, tu es en toi-même et tu peux donner (origine) naissance au Misterium Magnum, tu peux faire miracle après miracle, ce qui est incroyable, mais surtout fais devenir ceci ta sagesse principale : aimer Dieu de tout coeur. En suivant la force de ton âme il t'est facile, tu peux disposer au-dessous de toi de tous les esprits, tu peux ordonner à la nature d'atteindre ce pour quoi elle a été créée depuis le commencement, tu peux la libérer et la dénouer, puisque ton esprit la saisira, de

sorte qu'elle devra t'obéir. Pour les esprits des ténèbres en cet état tu es insurmontable, tel qu'ils doivent te céder et même t'obéir.

Mais écoute aussi, je veux encore te rappeler : protège-toi ; je te dis que tu ne prennes cette force comme si elle était ta propriété ! Il vaudrait mieux ne rien faire jusqu'à ce que tu ne reviennes à l'honneur et à l'exaltation du Grand Esprit, afin que tu ne deviennes un diable ; sacrifie plutôt tout à Lui. Ce que tu fais à travers Ses forces, afin que chaque louange soit partagée avec Lui.

C'est ainsi qu'il ne t'abandonnera pas mais plutôt te guidera et conduira de la même façon qu'il l'a fait avec nos pères qui s'abandonnèrent complètement à Lui, puisque tu dois dépendre uniquement de Lui. Il ne soufra absolument pas que tu honores une autre créature ou que tu aimes avec lui la plus petite puisqu'il est la vie de ton âme, Lui qui te manifeste beaucoup de bonnes actions et te rend si noble et II a placé en toi la vie de toute chose, et qui est bien plus grandiose que celles dans le grand monde.

Tu as tout en toi, ce qui est sous tes pieds ; tu vis dans le Verbo Domini tandis que la créature doit sentir le manque de cela. Puisque la force de la nature est contenue à travers toi (passe par), comme à travers le Grand Esprit de Jehova, dans lequel tu vis, puisque l'Esprit qui a créé le monde est en ton âme. Regarde donc les forces de la nature en toi et donc dans la vie spirituelle ; le Grand Esprit de Jehova a en cette force son siège. C'est pourquoi connais-toi toi-même et aies-en la crainte ; aime Dieu au-dessus toutes choses avec tout ton coeur et toute ton âme ! Fuis tous les dieux et ceux qui se font appeler des dieux, et préserve le trésor de ton âme ! Protège-toi que tu n'aies une bonne opinion de ceux-ci à travers quoi tu sois rendu indigne de la force et de la coopération du Grand Esprit mais plutôt laisse à ce que ce soit ta plus grande sagesse (que) d'aimer Dieu de tout coeur. Ne partage pas ton coeur avec eux ; tu n'auras aucun dégât par cela. Ne viole (enfreins) pas la confrérie et pense que le ferme principe du Très Haut doit se trouver dans ton âme. Le Seigneur connaît certes les siens. C'est pourquoi, cher homme, le Très Haut a créé l'homme et tout ce qu'il y a dans la nature et dans le monde créé, encore plus merveilleux, placé (mit) en lui. C'est pourquoi je te montrerai : ce qui se trouve en haut est pareil à ce qui se trouve- en bas, et tu peux atteindre avec cela des choses merveilleuses. L'homme possède toutes les richesses et il les porte avec lui dans son corps !

S'il est dans la crainte de Dieu, il peut de lui-même le Misterium Magnum, comme nous le recherchons du grand monde et le préparons :

Premièrement, il a caché dans son sang une telle force, puisque la vie de l'Esprit est en lui, à partir duquel tu peux préparer la teinture, de sorte que tous les esprits sous le ciel doivent rester à ton service, lorsque tu en auras besoin, comme il te sera enseigné ci-après, et tu reçois une médecine à faire ressusciter les morts, déjà de quoi faire des miracles.

Deuxièmement : de l'urine si tu vis de façon chaste et saine, tu peux préparer depuis celle-ci la pierre de nos chers ancêtres, comme aussi l'Alkahest. Troisièmement : tu peux préparer de l'urine et de l'excrément d'un homme sain l'Opus Maximum. Nous voulons donc commencer nos extases et opérations. La plus importante est celle du sang d'un homme saint et timoré (ayant la crainte) de Dieu, et