Vous êtes sur la page 1sur 1

Rformes lgislatives familiales et patrimoniales :

volution ou rvolution ?



Le lgislateur franais a initi en ce dbut de 21me sicle une refonte du droit de la famille
dans sa plus large acception.

Le mouvement a t lanc par la loi du 3 dcembre 2001 relative aux droits du conjoint
survivant et des enfants adultrins, tendant la protection du premier, et supprimant la
discrimination dont taient victimes ces derniers, la notion ayant fait lobjet dune suppression
pure et simple.

A cet gard, la rforme de la filiation entame en 2002 (relative au nom de famille et
lautorit parentale) vient dtre acheve le 4 juillet 2005 par le vote dune Ordonnance entre
en vigueur le 1
er
juillet 2006. Dsormais, le principe consacr est celui de lgalit des filiations,
la distinction entre filiation lgitime et naturelle tant son tour supprime.

Autre refonte denvergure, celle du divorce, vote le 26 mai 2004 et entre en vigueur au 1
er

janvier 2005.

Puis le 23 juin dernier, la tant attendue rforme des successions a complt cette
modernisation de nos dispositions lgislatives relatives au droit des personnes et au droit
patrimonial de la famille, dont certaines taient demeures inchanges depuis . 1804 !

Cest paralllement le nouveau texte de loi sur la protection juridique des majeurs ( Rforme
des tutelles ) vote le 22 fvrier 2007 qui est venu complter les mesures relatives au statut des
personnes, tandis que ladoption en dernire lecture le 7 fvrier 2007 du texte sur la Fiducie ne
manquera pas dentraner, terme, des changements de fond dans la planification successorale et
le droit patrimonial de la famille.

Ces rformes refltent-elles une simple adaptation du droit lvolution structurelle
familiale, ou sont-elles au contraire linstrument dune rvolution sociologique ? Le droit
patrimonial de la famille doit-il subir, sadapter ou prcder cette volution ?

La rponse est intermdiaire.

Certes, la rvision la hausse des droits du conjoint survivant opre en 2001 avait amorc
cette modernisation, annonce de longue date, de notre droit des successions et des libralits. Il
tait temps que le lgislateur prenne en compte les transformations familiales, lvolution
sociologique et les priorits conomiques de la France moderne.

La question se posera cependant de vrifier si cette adaptation des textes nest pas dj
obsolte (?) face la ralit socio-conomique contemporaine.