Vous êtes sur la page 1sur 55
GROUPE OFFICE CHERIFIEN DES PHOSPHATES Indo Maroc Phosphore S.A HIGH TECH Ecoles D'enseignement Supérieur Rapport

GROUPE OFFICE CHERIFIEN DES PHOSPHATES Indo Maroc Phosphore S.A

OFFICE CHERIFIEN DES PHOSPHATES Indo Maroc Phosphore S.A HIGH TECH Ecoles D'enseignement Supérieur Rapport de

HIGH TECH Ecoles D'enseignement Supérieur

Rapport de Stage

ETUDE DES ONDULEURS DE LA CENTRALE THERMOELECTRIQUE D’IMACID

Réalisé par Effectué à Période : ELABBAS Bachir : IDI/MA/E : Du 05/08/13 au 30/09/13
Réalisé par
Effectué à
Période
: ELABBAS Bachir
: IDI/MA/E
: Du 05/08/13 au 30/09/13
Encadré par : M. EL FARHANI

Remerciement

cette occasion pour exprimer ma profonde

reconnaissance et mes vifs remerciements à la direction d’IMACID pour la confiance qu’elle a faite en moi en me permettant d’effectuer ce stage au service électrique. Je tiens à remercier le parrain de mon stage M. MAKRAN Chef de service de production, grâce à qui j’ai pu effectuer ce stage à IMACID et vivre cette expérience. Je tiens également à remercier particulièrement M. EL FARHANI qui m’a facilité l’accès aux différents postes et le contact avec le personnel ainsi pour l’importance qu’il a donné à mon stage et l’encouragement qu’il m’a réservé. Je voudrais également remercier tous les agents du service électrique pour leur amabilité et pour la patience dont ils ont fait preuve tout au long du stage. Je tiens également à remercier vivement tous les contres maîtres, les chefs d’équipes et les agents d’IMACID qui par leur présence ont su créer une ambiance chaleureuse au sein de l’usine, et pour leur collaboration efficace ainsi que leur aide amicale et constante qui m’a

été particulièrement utile lors de mon stage. A la fin, que toutes les personnes qui ont contribué de près ou de loin à la réalisation de ce travail trouvent ici l’expression de ma reconnaissance.

Je

saisis

INTRODUCTION

PRESENTATION

Table des matières

1. Présentation du groupe OCP

06

2. SITE JORF LASFAR

08

3. IMACID

 

09

 

3.1. Organigramme d’IMACID

09

3.2. Caractéristiques techniques d’IMACID

09

3.3. Production

10

3.4. Services maintenance

11

3.5. Ateliers

12

Chap. I : Description Générale Du Réseau Electrique D’IMACID

1.

sources d’énergie électrique

15

 

1.1. Groupe turbo-alternateur(GTA)

15

1.2. Groupe électrogène diesel

16

1.3. Réseau national (ONE)

17

2. distribution d’énergie électrique

17

Chap. II : L’accumulateur (Batterie)

1. Description Du Système

23

2. Maintenance Des Batteries

24

Chap. III : Les Chargeurs (220Vcc 180A)

1. Présentation Du Système

25

2. Mode De Fonctionnement

26

Chap. IV : Les Onduleur (20KVA 90A)

1. Definition

 

28

2. Topologie

28

3. Mode De Fonctionnement

28

4. Mode Opératoire

28

5. Stratégie De Commande

29

6. Etude De L’installation Des Onduleurs (123EF51/52 - 20kva)

30

 

6.1.

Les Origines De Perturbation

30

6.2.

Les Consequences

31

6.3.

Principe De L’onduleur Dans Une Installation

31

6.4.

Les Technologies D’onduleur Utilises

33

6.5.

L’onduleur Double Conversion

33

6.6.

Fonctionnement D’onduleur Double Conversion

34

6.7.

Schéma Simplifie

35

6.8.

Description Du Schéma De Distribution Actuel

37

6.9.

Onduleur Parallèle

39

Chap. V : Inverseur De Sources Statiques (CROSS RACK 2-POLE)

1. Description Du System

40

2. Contrôle Et Signalisation

41

4. Description D’armoire Du Cross

42

CONCLUSION

45

ANNEXE

46

Introduction

Dans le cadre de ma formation d’ingénieur, j’ai effectué mon stage de 4ème année au sein du groupe OCP à Jorf Lasfar, précisément à IMACID au service électrique. L’un des facteurs les plus motivants qui m’ont poussée à choisir ce stage est la nature du site. En effet suivant sa stratégie de relance industrielle à grande échelle, qui vise à renforcer son leadership, le Groupe prévoit un programme d’investissement de plus de trois milliards de dollars d’ici à 2020 pour augmenter sa production qui doit passer de 28 à 45-55 millions de tonnes de phosphate par an. Cette stratégie est centrée sur le site de Jorf Lasfar, qu’il entend promouvoir au rang de référence mondiale, de véritable hub planétaire attirant les entreprises qui comptent dans le secteur des phosphates. Avec un argument fort, une offre plug and Play destinée aux investisseurs étrangers, qui viendraient sur place fabriquer leurs produits phosphates. J’ai par conséquent saisi cette opportunité qui s’est offerte à moi pour découvrir de plus près ce milieux industriel à la fois riche et évoluant. En effet, le sujet que j’ai eu à traiter est au cœur de cette évolution. Etape incontournable dans le métier d’ingénieur, cette approche double me permettra d’élargir ma vision, pour le moment purement technique, vers une vision plus globale qui incorpore plusieurs contraintes liées à la réalisation d’un projet. Mon sujet se présente comme suit :

La centrale d’IMACID dispose de deux onduleurs de marque CHLORIDE qui alimente l’ensemble des équipements névralgiques de la centrale thermoélectrique (CTE) et l’unité de traitement d’eau douce (TED). Il est demandé de faire :

Faire une étude avance des onduleurs dans l’objectif qu’ils soient redondant à travers le cross (statice switch system) sans coupure de la tension ondulée en justifiant la permutation par un schéma détaillé.

Etablir un schéma unifilaire des deux onduleurs reliant les trois chargeurs 220V existant.

un

Etablir

tableau

de

maintenance

préventif

des

deux

onduleurs

avec

cross

Etablir une liste des pièces de rechange existant au magasin IMACID.

Le présent rapport aura pour objectif de résumer cette expérience. Je commencerai par la présentation de l’organisme d’accueil OCP et précisément IMACID, ensuite je m’intéresserai à la description générale du réseau électrique d’IMACID, Et pour finir j’entamerai mon sujet en faisant une description des onduleurs de la centrale thermoélectrique.

Rapport de Stage

I.

Présentation

1. Groupe OCP

Le Groupe OCP (Office Chérifien des Phosphates) a acquis une expérience longue de 85 ans dans le domaine de l’exploitation des mines de phosphate et de 40 ans dans le domaine de la transformation chimique en dérivés phosphatés.

Le groupe OCP est traditionnellement le premier exportateur mondial de phosphate sous toutes ses formes avec une part de marché d’environ 27% et d'acide phosphorique (43% de part de marché) en 2003. En 2004, l’Office a exporté pour 1,74 milliard de dollars. L’Inde représente, à elle seule, une bonne moitié de la demande mondiale de l'acide phosphorique.

En effet, ce secteur a réalisé 56.3 milliards MAD de chiffre d’affaires, 22 milliards MAD de résultat d’exploitation avec 16.3 milliards MAD de résultat net. Il produit 28 millions de tonnes de la marchande totale de phosphates, 4.4 Millions de tonnes d'acide phosphorique et 4.3 millions de tonnes d'engrais.

1.1. Fiche technique

En juin 2007, le groupe a fait travailler 21.049 agents dont 72% ouvriers et employés, 24% techniciens agents de maîtrise et cadres administratifs et 4% Ingénieurs et assimilés, avec une Production marchande de phosphate de 23 millions de tonnes. Le taux de valorisation en produits dérivés de 49,8%. le groupe a effectué un chiffre d'affaires à l'export de 2,055 milliards de dollars, dont la parts de marché à l'international est de 43.5% en phosphate, 47.2% en acide phosphorique et 9.5% en engrais.

Tableau 1 : Fiche technique de l’OCP.

Raison sociale

Groupe office chérifien des Phosphates (OCP).

Forme juridique

Établissement semi- public.

Date de création

Le 7 août 1920.

Date de création

1975.

Location et siège

Angle route d’Jadida et Bd de la grande ceinture CASA.

Conseil d’administration

Le premier ministre.

Correspondant à l’étrange

Bureau OCP PARIS.

Activités principales

Extraction, Traitement et transformation des phosphates.

Directeur générale

Mustafa TERRAB.

Réserves de phosphate

3/4 des réserves mondiales.

Production

phosphate et dérivés phosphatés (acide phosphorique, engrais).

Sites de production

 

Phosphate

Khouribga, Benguérir, Boucraâ-Laâyoune.

Dérivés

Safi, Jorf Lasfar.

Ports d'embarquement

Casablanca, Jorf Lasfar, Safi, Laâyoune

Rapport de Stage

1.2. Ressources minières

Le sous-sol marocain renferme les trois quarts des ressources mondiales de phosphate. Ces ressources localisées dans 4 bassins sont évaluées à 85.5 milliards de m 3 répartis comme suivant :

Ouled Abdoun (à côté de la ville de Khouribga): 37,35 milliards

Gantour (Région de Benguerir) : 31,09 milliards

Meskala (Région de Marrakech) :15,95 milliards

Oued Eddahab (Région de la ville de Laayoune) :1,11 milliards

1.3. Mission

La mission du Groupe OCP est d’extraire le phosphate, de le traiter, de le valoriser et de le commercialiser sous forme naturelle ou produit dérivé tel qu’acide phosphorique ou engrais.

1.4. Aperçu historique

L’Office Chérifien des Phosphates a été créé le 7 Août 1920 et depuis cette date, il n’a cessé de se développer à travers la création de nouveaux sites de production et de transformation.

1921: Démarrage de l’exploitation dans la région OUEDZEM (gisement Oulad Abdoun).

1933: Les premières expéditions à partir du port de Casablanca.

1936: Démarrage les descentes de train de phosphates à destination du port de Safi.

1975

: Dans le cadre de récupération des provinces sahariennes l’OCP a pris en charge l’exploitation du phosphate de Boukrâa, à travers la société phosboukrâa où est actionnaire l’I.N.I établissement publique espagnol.

1976

: Démarrage de Maroc chimie II et Maroc Phosphore I.

1980

: Ouverture de la mine de Ben guérir.

1981

: Démarrage de Maroc Phosphore II à Safi.

1986

: Démarrage du site de valorisation de phosphate à Jorf Lasfar (El Jadida).

1998

: Réalisation de l’usine EMAPHOS pour l’acide phosphorique purifié (MarocBelgique-Allemagne).

1999

: Réalisation de l’usine IMACID de fabrication d’acide phosphorique (Maroc-Inde)

2002

: La mine de Benguérir a réussi le prix d’excellence de JIPM.

2004

: La mine « Recette 6 » a réussi le prix d’excellence de JIPM.

Rapport de Stage

Depuis les années 50, la production de phosphate a connu une progression importante allant de 5 million tonnes (MT) en 1954, 10 MT en 1964 jusqu’à 19 MT en 1974.

2. Site Jorf Lasfar

En tenant compte à la fois des changements que connaît le marché mondial des phosphates et de l’intérêt porté au développement de la valorisation locale des richesses nationales des phosphates, l’OCP s’est engagé depuis 1965 dans un processus de transformation sur place du phosphate. C’est dans ce but que la création du complexe Pôle Chimie Jorf Lasfar a eu lieu. Situé sur le littoral atlantique, à 20 km au sud-ouest d’El Jadida, le complexe industriel de Jorf Lasfar a démarré sa production en 1986. Cette nouvelle unité a permis au Groupe OCP de doubler sa capacité de valorisation des phosphates. Le site a été choisi pour ses multiples avantages: proximité des zones minières, existence d’un port profond, disponibilité de grandes réserves d’eau et présence de terrains pour les extensions futures.

Cet ensemble, qui s’étend sur 1.700 hectares, permet de produire chaque année 2 millions de tonnes de P 2 O 5 sous forme d’acide phosphorique, nécessitant la transformation de 7,7 millions de tonnes de phosphate extraits des gisements de Khouribga, 2 millions de tonnes de soufre et 0,5 million de tonnes d’ammoniac. Les besoins en énergie du complexe sont satisfaits par une centrale de 111 MW utilisant la chaleur de récupération.

Une partie de la production est transformée localement en engrais DAP, MAP, éventuellement NPK et TSP, ainsi qu’en acide phosphorique purifié. L’autre partie est exportée sous forme dacide phosphorique marchand via les installations portuaires locales.

Le site de Jorf Lasfar ne manque pas d’atouts industriels aussi puissants qu’attractifs. Il dispose d’une plateforme chimique intégrée dotée d’importantes infrastructures et d’un port en eau profonde où peuvent accoster des bateaux d’une capacité d’environ 100 000 tonnes.

Le complexe de Jorf Lasfar compte l’unité Maroc Phosphore III-IV créée en 1986. Avec la construction de l’usine Emaphos en 1997, en partenariat avec Prayon (Belgique) et CFB (Allemagne), le Groupe OCP a inauguré une nouvelle ère dans la diversification de ses produits finis par la production d’un acide à haute valeur ajoutée : l’acide phosphorique purifié. Deux ans plus tard, la mise en service dIMACID, en partenariat avec le Groupe indien Birla, lui a permis d’accroître sa capacité de production d’acide phosphorique de 25% sur le site de Jorf Lasfar. Il existe par ailleurs sur le site en joint-venture avec l’OCP : Pakistan Maroc Phosphore, officiellement inaugurée par Sa Majesté le Roi le 30 octobre 2008, cette

Rapport de Stage

usine a commencé à produire en avril 2008. La joint-venture d’OCP avec le Brésilien Bunge, doté d’un capital de 900 millions de DH, a vu le jour le 15 avril 2008.

IMACID bénéficie des avantages du site de Jorf Lasfar :

La proximité du gisement minier de Khouribga ;

La proximité du port avec un grand tirant d’eau ;

L’alimentation en eau de mer et eau douce sur de faibles distances ;

La dotation de site de grandes facilités industrielles ;

La possibilité d’utilisation de l’infrastructure de Maroc Phosphore III–IV.

3. IMACID (INDO Maroc phosphor S.A)

IMACID est une joint-venture spécialisée dans la production d’acide phosphorique et créée en 1997 à parts égales entre KK Birla et le groupe OCP. Cette unité industrielle, située à Jorf Lasfar, a démarré au milieu de l’année 1999. Elle produit 330.000 tonnes par an. Un troisième actionnaire fut introduit dans le capital d’Imacid, Tata Chemicals Ltd, filiale du Groupe Indien Tata suite à un accord signé le 21 mars 2005 à New Delhi.

Tata suite à un accord signé le 21 mars 2005 à New Delhi. Figure 1 :

Figure 1 : Les trois actionneurs d ’IMACID

Le choix de partenaires indiens se justifie d’abord par des raisons commerciales. Le partenariat avec TCL (Tata Chemicals Ltd-Inde) permettra à la joint-venture maroco- indienne de sécuriser la commercialisation de la totalité de sa production qui sera répartie entre les deux partenaires indiens. Tata Chemicals est l’un des grands opérateurs indiens du secteur de la chimie. Il est solidement installé sur le marché local de la soude caustique, du carbonate de sodium et des engrais azotés. Il y a près d’un an, TCL a acquis un grand complexe de produits phosphatés situé au nord-est indien. A elle seule, cette unité importe annuellement environ 250.000 tonnes d’acide phosphorique et 300.000 tonnes de phosphate. Grâce à la nouvelle alliance, le groupe OCP renforce sa position en Inde et sécurise, dans la durée, une grande partie de ses exportations d’acide phosphorique.

Rapport de Stage

3.1. Organigramme d’IMACID

IMACID

Directeur Financier

Qualité, Sécurité, Environnement QSE

Perf & Améliorations techniques

Production
Production
Maintenance
Maintenance
Support de Gestion (IDI/FA)
Support de Gestion
(IDI/FA)

Finances &

comptabilité

(IDI/FA/C)

Bureau méthodes

Contrôle

de gestion

(IDI/FA/G)

Gestion Flux & Interfaces

Gestion

administrative et

moyen généraux

(IDI/FA/A)

Maintenance électrique

Production

phosphorique

(IDI/PR/P)

Production sulfurique & utilités M.CHAROUIT (IDI/PR/S-U)

Appro& gestion des

Maintenance instrumentation (IDI/MA/R)

stocks (IDI/MA/A)

Maintenance Génie

civil

Maintenance

mécanique

(IDI/MA/M)

(IDI/MA/G)

Rapport de Stage

3.2. Caracteristiques Techniques D'IMACID

Tableau 1: Caractéristiques Techniques D'IMACID

IMACID comprend

Atelier Sulfurique

3.300

mt MH/jour

Atelier Phosphorique

1.000

mt P 2 O 5 /jour

Groupe Turbo-Alternateur

27 MW

Unité de traitement d'eau

2

x 100 m 3 /h

Unité de compression d'air

2

x 1.500 Nm 3 /h

Unité de reprise d'eau de mer

15.000 m 3 /h

Procédés

Acide Sulfurique

Monsanto à double absorption

Acide Phosphorique

Prayon Mark IV

Date de démarrage

1er semestre 1999

Effectif permanent

250 Agents

3.3. Production

IMACID a été conçue en utilisant les procédés les plus innovants en matière de technologie et respect de l’environnement :

Procédé d’acide sulfurique MONSANTO à double absorption ;

Procédé d’acide phosphorique PRAYON MARK IV avec unité de lavage des gaz ;

Rapport de Stage

Rapport de Stage Figure 2: Diagramme de production d’IMACID L’usine permet de produire annuellement 372 000

Figure 2: Diagramme de production d’IMACID

L’usine permet de produire annuellement 372 000 tonnes P 2 O 5 selon le tableau 2 :

Tableau 2 : Production d’IMACID annuelle

Le soufre (tones)

 

372 000

L’eau de procede (mᶟ)

3

000 000

L’eau de mer (mᶟ)

120 000 000

Phosphates (tonnes)

1 370 000

Acide sulfirique (tonnes)

1 120 000

L’énergie électrique nécessaire est fournie par un groupe turboalternateur de 27 MW fonctionnant au moyen de la vapeur haute pression produite par la chaleur dégagée de la combustion du soufre.

Rapport de Stage

3.4. Services de maintenance

IMACID dispose de ses propres ateliers de maintenance avec un personnel hautement qualifié et compétent spécialisés en :

Maintenance électrique

Maintenance mécanique

Maintenance instrumentation

Au sein de ces ateliers sont effectués les travaux de réparation conventionnels des équipements. Les responsables de ses ateliers se chargent de la planification des travaux, de

l’encadrement et de la supervision de l’avancement des travaux.IMACID dispose aussi d’un magasin général de pièces de rechange ou sont stockées les fournitures essentielles.

3.5.

Ateliers

Le complexe IMACID est constitué de 3 ateliers :

En ce qui concerne les travaux spécialisés, ils sont en général sous-traités, IMACID fait appel en permanence à des sociétés de sous-traitance en vue de diminuer la surcharge ponctuelle (révisions, arrêt général). Nous citons à titre d’exemple : Smesi, ….etc.

Atelier sulfurique

Sa capacité est de 3.300 mt monohydrate/j. Il est basé sur le procédé MONSANTO à double absorption. L'ingénierie de base de l'atelier sulfurique a été faite par la société américaine MONSANTO. L'ingénierie de détail a été confiée à la société française SOFRESID-KVAERNER PROCESS.

L'achat des équipements et les passations de commande sont faits par IMACID.Le taux de conversion du soufre attendu est de 99,7 % min. L'acide sulfurique est produit à base de la combustion de soufre liquide à une concentration de 98,5 %, et est mis à la disposition de l'atelier phosphorique pour l'attaque du phosphate.

Afin d’optimiser le rendement et de préserver l’environnement, des analyseurs en ligne de SO 2 et O 2 sont prévus au niveau de la cheminée. Des PH-mètres en ligne sont également prévus à la sortie des eaux de refroidissement.

L'atelier produit également 120 t/h de vapeur HP (60 bars et 500°C) et 55 t/h de vapeur MP (9 bar). Cette vapeur résulte de la récupération de la chaleur dégagée par la combustion de soufre qui est fortement exothermique.

Rapport de Stage

La vapeur alimente une centrale thermique dont le rôle est de :

Produire l'énergie électrique pour les besoins des installations et également

Alimenter l'atelier phosphorique en vapeur MP pour la concentration de l'acide phosphorique.

Atelier des utilités

Centrale thermoélectrique La réalisation de cette unité est confiée clef en main à l'entreprise GEC-ALSTHOM (France). Cette unité est constituée essentiellement de :

Un groupe turboalternateur à soutirage et condensation de 27 MW.

Un groupe diesel alternateur de secours (10 kV) et de 1200 kVa.

Des réseaux de vapeur HP, MP et BP.

Des réseaux électriques 60 kV, 10 kV et 660 V

Des réseaux d'autres utilités.

Atelier de traitement des eaux

Cet atelier est réalisé clef en main par la société USF-FRANCE. Il est constitué principalement par :

• Un réseau d'eau brute,

• Deux chaînes de désalinisation d'eau de capacité 100 m3/h chacune,

• Des réseaux de distribution des différentes qualités d'eau (potable, incendie, désilicée)

• Une station de compression d'air de capacité 2 x 1.500 m3/h.

Atelier phosphorique

L’acide est obtenu par attaque directe du phosphate minéral par un acide fort (acide sulfurique). Il est largement utilisé dans le monde car il est utilisé dans des domaines divers et présente l’avantage de produire un acide ayant un faible prix de revient.

Les trois principales phases comprennent :

Le broyage : le broyage du phosphate brut a pour but d’augmenter la surface d’attaque du minerai par l’acide sulfurique. L’attaque filtration : Le phosphate broyé est attaqué par l’acide sulfurique concentré à 98,5% et l’acide phosphorique moyen (18 à 22% de P 2 O 5 ) en milieux aqueux. Le mélange donne une bouillie. La filtration de cette bouillie consiste à séparer l’acide phosphorique 29% P 2 O 5 du phosphogypse via un filtre rotatif. Le produit est ensuite stocké dans des bacs de décantation.

Rapport de Stage

La concentration : La fonction de la concentration de l’acide phosphorique est de permettre l’évaporation de l’eau pour obtenir un acide titrant 54% de P 2 O 5 .

De l’acide phosphorique à teneur de 29 % P2O5 est débarrassé des déchets de phosphogypse via un filtre rotatif.

Rapport de Stage

I. Description générale du réseau électrique d’IMACID

1. Source d’énergie électrique

IMACID possède trois sources d’alimentation en énergie électrique, deux sont propres à

IMACID : le groupe turboalternateur de puissance 34.5MVA délivrant une tension de 10KV,

et le groupe électrogène, qui en fait, une source de secours donnant une tension de 10KV. La

troisième source d’énergie, est le réseau national de l’ONE.

1.1. Groupe turboalternateur GTA

L’énergie électrique à IMACID est issue d’un alternateur de type synchrone à pôles

saillants. C’est un alternateur de forte puissance, se distingue par sa géométrie, par son

système d’excitation, et par son refroidissement (voir annexe 1).

Caractéristiques techniques du GTA (voir annexe 2).

Turbine

Une turbine est un dispositif rotatif destiné à utiliser l'énergie cinétique d'un fluide liquide

comme l'eau ou gazeux (vapeur, air, gaz de combustion), pour faire tourner un arbre solidaire

des pales de la turbine.

Tableau 3: Caractéristiques de la Turbine

 

Etage HP

Etage BP

Pression admission (bar abs.)

55

10

Température admission (°C)

490

271

Pression échappement (bar abs.)

10

0.068

Température échappement (°C)

271

38

Alternateur :

Un générateur électrique est un dispositif permettant de produire de l'énergie électrique à

partir d'une autre forme d'énergie.

Tableau 4: Caractéristiques d'Alternateur

Puissance nominale

34.5MVA

Tension Fréquence

10KV 50Hz

Facteur de puissance nominale

0.8

Intensité nominale de ligne

1992A

Vitesse

1500tr/min

Entrefer

16.5

mm

Courant d’excitation pour

 

- Pleine charge nominale sur génératrice

68 A

- Tension nominale à vide

1.95

A

Rapport de Stage

Réducteur

Son rôle est de régler la vitesse d’entraînement du rotor côté alternateur à une vitesse

constante de 1500 tr/min.

Vitesse d’entrée côté turbine HP, GV1 (tr/min) 10 611.

Vitesse d’entrée côté turbine BP, GV2 (tr/min) 5 617.

Vitesse de sortie côté alternateur, PV (tr/min) 1 500.

Le réducteur et les turbines sont montés sur le socle scellé au massif. Les turbines HP et BP sont reliées aux bouts d’arbres GV1 et GV2 du réducteur par des accouplements à lames. L’arbre PV du réducteur constitue un arbre torsible réalisant le couplage avec l’alternateur.

1.2. Groupe électrogène diesel

Les groupes électrogènes (voir annexe figure 20) figurent parmi les différents moyens de production d’électricité. Le fonctionnement d’un groupe électrogène se base sur le principe suivant lequel l’énergie mécanique est produite par un moteur diesel qui entraîne un alternateur produisant de l’électricité. Le groupe est destiné à fournir l’énergie électrique en cas de coupure de l’alimentation normale. Le moteur diesel utilisé dans l’usine se base sur le principe d’une injection directe, c.-à-d. le combustible est injecté directement, comme chez les véhicules utilitaires, dans la chambre de combustion où se trouve l’air hautement comprimé par le piston. Ce groupe électrogène est de puissance 1.2MVA et délivre une tension de 10KV, alimentant ensuite le tableau 123EM15. Il est destiné à secourir les éléments névralgiques en particulier, les systèmes d’agitation dans les bacs à pulpe, l’éclairage, et tout ce qui est en rapport avec la lubrification. En cas de déclenchement de 60KV et du groupe GTA et démarrage en auto du diesel, il faut s’assurer que le diesel a démarré et que les deux arrivées 11 & 12 du tableau 123 EM15 sont ouvertes. En cas de non fermeture du disjoncteur automatiquement, il faut procéder à la fermeture de ce dernier manuellement, tout en s’assurant que les deux arrivées 11 & 12 sont ouvertes. Au retour de la tension 60KV et si aucun des deux disjoncteurs des cellules 11&12 n’a pas été fermé automatiquement après la fermeture des disjoncteurs des cellules 4&8, il faut procéder à la consignation du départ du diesel, et fermer les disjoncteurs des cellules 11&12 manuellement.

Rapport de Stage

1.3. Réseau national ONE

IMACID reçoit de l’énergie électrique à partir du poste PJ0. Ce dernier est lié au réseau national de l’ONE via une boucle regroupant toutes les entités du complexe chimique de l’OCP Jorf Lasfar. De cette manière, l’excès de l’énergie électrique produite à IMACID est livré ou bien à l’ONE, ou bien à MP3&4, dans le cas où ce dernier est en manque d’énergie électrique. Dans le cas contraire, c'est-à-dire, IMACID est en manque d’énergie, l’usine acquiert ses besoins de l’ONE. Le poste électrique Haute Tension PJ6 d’IMACID est alimenté par une ligne 60 KV venant du poste PJ0. Le trajet est divisé en deux partie : une ligne aérienne de 288 mm2 almélec grâce à des pylônes métalliques et des poteaux en béton armé jusqu’au le portique 60 KV d’IMACID et c’est à partir de ce point, le poste PJ6 est alimenté par une ligne souterraine. Le câble de garde relie entre les pylônes, protège la ligne aérienne contre les surcharges et la foudre, il est relié à la terre dans les deux extrémités.

2. Distribution de l’énergie électrique

Comme déjà mentionné, l’alimentation d’IMACID en énergie électrique provient de trois sources, à savoir : le groupe turboalternateur de puissance 34.5MVA, le réseau national de l’ONE et le groupe électrogène de secours, d’une puissance de 1.2MVA.

Le réseau national de l’ONE délivre une tension de 60KV, elle passe alors par un poste de transformation pour obtenir une moyenne tension de 10KV. Le poste de transformation comporte un transformateur 60/10KV (voir annexe 3), des sectionneurs d’aiguillage, des disjoncteurs de protection et des sectionneurs mis à la terre pour garantir la protection lors des interventions d’entretien. Le groupe turboalternateur (GTA) fournit lui aussi une tension de

10KV.

La distribution de cette énergie se fait à partir du tableau 123EM11 (voir figure 6). En effet ce tableau comporte les cellules d’arrivée du transformateur et du GTA (cellules 5 et 7), qui elles alimentent un double jeu de barre. La synchronisation du couplage se fait dans la sixième cellule grâce à un couplage barre. Ainsi nous obtenons une tension moyenne de 10KV qui sera distribuée par la suite via le jeu de barre. Le tableau 123EM11 comporte également des départs vers les différentes unités de l’usine : unité phosphorique, unité reprise eau de mer, et des départs vers le tableau 123EM15.

Rapport de Stage

+ SULFIRIQUE Figure 3: Schéma unifilaire du tableau 123 EM 11
+ SULFIRIQUE
Figure 3: Schéma unifilaire du tableau 123 EM 11

Rapport de Stage

Le tableau 123EM15 (simple jeu de barre) comporte des cellules d’arrivée du tableau 123EM11 (cellule 11et12), ainsi qu’une cellule d’arrivée du groupe diesel de secours. Ce tableau contient également deux départs pour l’unité sulfurique, deux départs pour des transformateurs 10/0.4KV(tableau d’éclairage), deux départs pour des transformateurs 10/0.66KV (tableau MCC),deux départs pour les pompes alimentaires et deux départs réserves ; ainsi assure-t-on la distribution de la moyenne tension vers toutes les unités de l’usine.

de la moyenne tension vers toutes les unités de l’usine. Figure 4 : Schéma unifilaire du

Figure 4 : Schéma unifilaire du tableau 123 EM 15

Rapport de Stage

Depuis le tableau 123EM15, on trouve des départs vers des transformateurs 10/0.66KV de puissance 3150KVA, suivis ensuite de disjoncteurs de protection pour alimenter finalement deux tableaux 123EB21 et 123EB22 via un jeu de barre de 66OV. A partir de ces deux tableaux, on trouve des départs vers les moteurs avec leurs protections et leurs commandes, qui se présentent sous forme de tiroirs débranchables, et aussi vers les deux chargeurs et les deux onduleurs. On trouve aussi, un départ pour un transformateur 660V/400 230V allant vers le tableau 123EB32, ce dernier alimentant des résistances de chauffage, pompes doseuses, agitateurs…

Il existe par ailleurs, deux départs vers des transformateurs 10KV/400-230V, à partir du tableau 123EM15. La sortie du transformateur débite sur le tableau 123EG21, qui est en fait, destiné à l’éclairage, prise de courant et aussi pour les chargeurs batterie 220V.

123EC24
123EC24

Figure 5 : Schéma unifilaire du tableau 123 EB 21

Rapport de Stage

Introduction générale du sujet

Les alimentations sans interruption (ASI) sont apparues dans les années 1960 afin de protéger certaines charges sensibles des aléas de leur alimentation en énergie électrique. Plusieurs perturbations sont véhiculées par le réseau électrique. Ces perturbations peuvent être causées par des phénomènes naturels, tels la foudre et les chutes d’objets insolites sur les lignes électriques, ou anthropiques, comme le démarrage et le fonctionnement d’installations industrielles, ou encore la surcharge des réseaux de transport. Ces phénomènes induisent des coupures d’alimentation (de quelques microsecondes à plusieurs jours), des variations d’amplitude ou de fréquence ainsi que des perturbations à haute fréquence (de quelques centaines à quelques millions de Hertz).

Les applications informatiques, chimiques et hospitalières sont particulièrement sensibles à ces perturbations. Les conséquences vont de la perte de données à l’arrêt de l’équipement, en passant par le vieillissement prématuré et la faute aléatoire. Pour assurer un fonctionnement correct indépendamment de l’approvisionnement du réseau de distribution, toutes ces applications ont recours à une source d’énergie alternative à ce réseau. L’enjeu consiste à assurer correctement la transition de l’un à l’autre, sans cesser d’alimenter la charge, et si possible en supprimant les autres perturbations.

l’un à l’autre, sans cesser d’alimenter la charge, et si possible en supprimant les autres perturbations.

Rapport de Stage

Lors de cette étude, je mettrai l’accent sur les éléments clés de salle des redresseurs de la centrale d’IMACID (voir annexe 4) électrique en particulier :

- Chapitre II

- Chapitre III

- Chapitre IV : L’onduleur.

- Chapitre V : L’Inverseurs De Sources Statiques (CROSS)

: l’accumulateur (batterie).

: Les chargeurs.

Rapport de Stage

II. L’accumulateur (Batterie): (annexe 5)

1. Description du système

Celui-ci permet de stocker l’énergie délivrée par le chargeur et prend le relais en cas de coupure d’alimentation en se déchargeant pour alimenter la charge. L’autonomie de dispositif en cas de coupure d’alimentation sur le réseau est de 290Ah. La première configuration consiste à dériver du courant du réseau pour charger les batteries, le réseau fournissant l’énergie à la charge à travers un filtre Le convertisseur DC/AC (ou onduleur) ne démarre que lorsque le réseau disparaît. Le convertisseur AC/DC (redresseur) maintient la batterie chargée et peut compenser les harmoniques générées par la charge. En fonctionnement normal, la batterie est chargée, aucun convertisseur ne fonctionne, seules les pertes du filtre sont à déplorer, et le rendement est excellent. Cependant le convertisseur met un certain temps (entre 2 et 10 ms) à remplacer le réseau. Seules les pertes de réseau plus longues sont compensées. Le filtre peut atténuer les perturbations. Il est possible de n’utiliser qu’un seul convertisseur réversible. Cette première configuration présente un coût minimal, assorti à une protection du même ordre.

un coût minimal, assorti à une protection du même ordre. Figure 5: Schéma de fonctionnement des

Figure 5: Schéma de fonctionnement des chargeurs sur l'installation ASI

Rapport de Stage

2. Maintenance des batteries (voir annexe 6)

L’état des batteries est essentiel au bon fonctionnement de l’onduleur. Les onduleurs sont fournis avec le programme de test automatique des batteries, qui surveille en continu l’état du groupe de batteries. Lorsque la capacité du groupe de batteries a beaucoup diminué, l’onduleur le signale par des alarmes sonores et visuelles. En plus du test automatique des batteries, il est recommandé d’effectuer un test de déchargement des batteries une ou deux fois par an. Il est conseillé d’effectuer ce test conjointement à la maintenance préventive.

Tableau 6: Travaux de maintenance sur les chargeurs

Essai d’autonomie des batteries par des résistances de déchargement

Mesure des tensions de sortie de chaque cellule

Mesure densité d’électrolytes par un densimètre

Contrôle de niveau d’acide

Contrôle de charges des batteries

Contrôle de température des batteries

Changement des éléments de batterie qui sont effectué ou dégradé

Contrôle le serrage des bornes de chaque élément de batterie

Nettoyer les cellules en utilisant un souffleur ou un chiffon

Rapport de Stage

II. Les chargeurs (redresseur) 220Vcc 180-151A (voir annexe 7)

1. Présentation du système

Ce dispositif d’alimentation en courant continu est conçu pour fournir une puissance en courant continu protégée contre les perturbations sur le réseau principal. Le réseau principal alimente un redresseur capable de stocker le courant dans un accumulateur utilisé comme relais en cas de coupure d’alimentation. L’alimentation ainsi générée constitue une source d’alimentation en courant continu de grande qualité. Le chargeur comprend les éléments suivants :

- Un transformateur de puissance

- Un redresseur en pont comprenant 3 thyristors et 3 diodes pour redresser la tension en courant continu par contrôle de l’angle d’amorçage des thyristors.

- Un filtre de lissage du courant continu.

- Des cartes de contrôle électroniques comprenant : Une carte de contrôle chargeur

- Un fusible à déclenchement ultra-rapide installé en sortie de pont pour la protection des composants du redresseur.

- Un interrupteur Marche/Arrêt sur le panneau avant. Le chargeur est de type redresseur en pont intègre trois thyristors. Leur angle d’amorçage est commandé par la carte de commande. Le lissage du courant continu à la sortie est réalisé par la bobine de lissage. La protection contre les surintensités du courant en sortie est assurée par un fusible.

Rapport de Stage

Rapport de Stage Figure 6: Schéma unifilaire de chargeur   Nom d’option Fonction /description   1

Figure 6: Schéma unifilaire de chargeur

 

Nom d’option

Fonction /description

 

1

Protection d’entre de chargeur

Protection de l’entrée du système DC UPS par disjoncteur tripolaire

2

Contacteur

Limitation de courant d’alimentation

3

Filtre d’ondulation additionnel (lissage de tension)

Minimiser les ondulations de tension sous le standard de CHLORIDE

4

Diode d’antiretour

Bloc le retour de courant dans le sens inverse

5

Régulateur de tension

Limite-les sur tension

 

6

Elimination des harmoniques

Filtre du courant

 

7

Interrupteur de sortie de chargeur

Ouvert quand l’alimentation principale est arrêtée

8

Relais de sous-tension

Déclenche quand les batteries sont déchargées

9

Protection de batterie externe

Protège les batteries de toute sur tension ou sur charge

 

Protection de batterie

Un système de protection des câbles contre les

surcharges

instantanées

par 3 dispositifs de

10

protection :

 

-

Fusible

 

Interrupteur porte fusible -Disjoncteur

-

 

11

Contrôle d’isolement

Système d’alarme mesure les fuite a la terre

Rapport de Stage

2. Mode de fonctionnement

Le chargeur fonctionne de quatre manières différentes :

- Mode Float : c’est le mode normal. Il s’agit d’un mode de charge à tension constante.

- Mode coupure alimentation en courant alternatif : Dès que le chargeur n’est pas alimenté, celui-ci s’arrête et c’est la batterie qui assure la charge.

- Mode charge : ce mode est automatiquement sélectionné dès le rétablissement de l’alimentation en courant alternatif. Dans ce cas, la tension de charge constante est légèrement plus élevée afin de diminuer la durée de recharge de l’accumulateur.

- Mode Boost : Dans ce mode, la tension de charge constante est très élevée.

ce mode, la tension de charge constante est très élevée. Figure 7: Mode de fonctionnement du

Figure 7: Mode de fonctionnement du Chargeur

Tableau 5: Caractéristique électrique des Chargeurs (voir annexe 8)

Tension alimentation alternative nominale

380/660V

Fréquence

50Hz

Tension Floating

237V

Tension de charge

243V

Courant nominal de chargeur

180A

Tension de charge rapide

286.2V

Rapport de Stage

III. Les Onduleurs (20KVA-91A)

1. Définition

L’onduleur est un convertisseur statique qui transforme l’alimentation en courant continu en courant alternatif. Il est utilisé essentiellement dans des systèmes ASI (alimentation sans interruptions) (UPS), c.à.d. alimentation de secours des systèmes importants.

2. Topologie

L’équipement se compose de deux parties principales, l’onduleur et le commutateur statique. Ce commutateur a pour fonction d’empêcher l’interruption de charge au moment de transfert.

3. Mode de fonctionnement

- Mode Normal : La tension est constante

- Mode de surcharge : de 105 à 150% de la charge nominale. La tension de sortie reste

constante, mais après 10 minutes l’onduleur s’arrête. Cette durée est suffisante pour maîtriser

les démarrages et les différentes interventions pour diminuer la charge.

- Mode de limitation de courant : si l’alimentation de secours n’est pas disponible, et qu’il

y a une forte demande en alimentation, une limitation de courant se déclenchera pour limiter la sortie en courant à 150% de la valeur nominale. Le chronomètre de surcharge, continue de fonctionner, mais éteindra rapidement l’onduleur en 5 secondes.

4. Modes opératoires

- Mode normal

- Mode coupure d’alimentation en courant alternatif coté primaire :

Le chargeur s’arrête et l’accumulateur alimente l’onduleur et la charge.

- Mode charge sur réseau de secours, ce mode est sélectionné si la surcharge en sortie est de 105% ou plus du régime nominal, ou bien si l’onduleur s’arrête, ou encore si le commutateur manuel est sur la position Maintenance.

- Mode Maintenance (by-pass): ce mode est utilisé par les ingénieurs pour assurer la sécurité d’entretien. Les onduleurs sont basés sur une structure en pont en H, constituée le plus souvent d'interrupteurs électroniques tels que les IGBT, des transistors de puissance ou thyristors. Par un jeu de commutations commandées de manière appropriée (généralement une modulation de largeur d'impulsion), on module la source afin d'obtenir un signal alternatif de fréquence désirée.

Rapport de Stage

Il existe deux types d'onduleurs : les onduleurs de tension et les onduleurs de courant. On distingue aussi les onduleurs autonomes et les onduleurs non autonomes L’onduleur est composé de quatre transistors de commutation et d’un transformateur onduleur relié à l’alimentation en courant continu. La commutation se fait de la manière suivante : les transistors TR1 et TR4 sont activé en même temps, la circulation du courant s’effectue de la gauche vers la droite. Si ce sont les transistors TR2et TR3 qui sont activés en même temps, la circulation du courant est alors inversée.

même temps, la circulation du courant est alors inversée. 5. Stratégie de commande On trouve deux

5. Stratégie de commande

On trouve deux signaux, Un signal sinusoïdal de fréquence f s (la référence), Un signal triangulaire de fréquence f t très élevée appelée la porteur. Ces deux signaux sont comparés, et le résultat de comparaison va servir à commander les interrupteurs, Après filtrage, la forme d’onde qui en résulte est une onde sinusoïdale pure d’une grande qualité et dénuée d’harmonique. Pour ce qui est de la protection, les transistors sont montés sur des dissipateurs thermiques à lames et refroidis par ventilateur. La température en surface est contrôlée par un thermostat qui désactive l’onduleur dès que la température atteint 90°C. Il est recommandé de changer les ventilateurs après quatre ans d’usage.

Rapport de Stage

6. Etude de l’installation des onduleurs de CTE (voir annexe 10)

6.1. Les origines des perturbations

Au départ des centrales de production, l’énergie est pratiquement parfaite. Pendant son transport et sa distribution, sa qualité est altérée par divers événements :

Tableau 7: les origines de perturbations

Phénomènes météorologiques :

• foudre

 

• givre

• tempête (chutes d’arbres, de branches)

Manœuvre des distributeurs d’énergie :

coupure du réseau électrique

 

• entretien des installations

Défauts accidentels :

• coupure d’un câble

 

• défaut d’un élément

Installations industrielles :

• moteurs, transformateurs

 

• fours industriels

• machines à souder

Rapport de Stage

6.2. Les conséquences

La qualité de l’énergie est donc modifiée, ce qui

provoque différents types de défauts :

Sous tensions, microcoupures et coupures

Arrêt des machines (danger pour les hôpitaux

Perte de données informatiques

Mauvais fonctionnement de certaines machines Surtensions

matériel et des composants

Réchauffement

et

vieillissement

accéléré

)

du

Destruction du matériel et des composants

Variations de fréquence

appareils de mesure

Perturbation

du

matériel

)

sensible

(ordinateurs,

Modification des vitesses de rotation des moteurs

Parasites haute fréquence

Dysfonctionnement, défauts aléatoires

6.3. Principe des onduleurs dans une installation

6.3. Principe des onduleurs dans une installation Figure 8: les conséquences de perturbation. Il fonctionne

Figure 8: les conséquences de perturbation.

Il fonctionne avec une double transformation de la tension, à partir de trois sous-

ensembles :

• un redresseur-chargeur

• un onduleur

• une batterie

Quand le réseau est présent le redresseur chargeur transforme la tension alternative du réseau en tension continue. Une partie de cette tension sert à charger la batterie. La tension continue

est retransformée en tension alternative par l’onduleur, pour alimenter les applications

En cas de coupure du réseau, c’est la batterie qui prend le relais. La tension continue fournie par la batterie est transformée en tension alternative par l’onduleur pour pouvoir continuer d’alimenter les applications.

Rapport de Stage

La première transformation

Elle est effectuée par l’ensemble redresseur chargeur qui comprend des condensateurs continus. Cet ensemble est situé sur le module de puissance. Le redresseur-chargeur, qui est formé de thyristors, redresse la tension sinusoïdale de départ. Les condensateurs vont transformer cette tension (ils la lissent) pour obtenir une tension continue avec une ondulation résiduelle très faible.

La deuxième transformation

Le redresseur chargeur ou la batterie fournit une tension continue que l’on transforme en tension alternative sinusoïdale grâce à l’ensemble onduleur : mutateur, condensateurs alternatifs. La tension continue est d’abord découpée (hachée) par le mutateur qui est composé de transistors IGBT. Elle est transformée en créneaux. Cette tension est à nouveau filtrée par le transformateur associé aux condensateurs alternatifs, pour donner une tension sinusoïdale semblable à la tension d’entrée mais sans aucune perturbation.

à la te nsion d’entrée mais sans aucune perturbation. Figure 9: Différentes étapes de transformation

Figure 9: Différentes étapes de transformation d'alimentation

Rapport de Stage

6.4. Les technologies d’onduleur utilisé

La technologie «en attente passive» ou offline est surtout employée pour des installations individuelles (PC, stations de travail) :

Elle remplace le réseau pendant les coupures et atténue ses imperfections

L’encombrement et le coût sont faibles

La technologie «line-interactive» ou en attente active est adaptée pour les petites et grandes

entreprises :

Elle remplace le réseau

Elle atténue les variations de tension

Son coût est plus faible que les onduleurs double conversion

La technologie «double conversion» ou on-line est systématiquement employée pour des alimentations de forte puissance :

Elle remplace le réseau pendant les coupures, sans temps de transfert

Elle stabilise les variations de tension et de fréquence

Elle filtre les parasites, efface les microcoupures. Elle est essentiellement utilisée au-dessus de 3KVA. Elle assure la protection totale des applications sensibles

6.5. L’onduleur Double Conversion

L’onduleur en ligne à double conversion destiné à protéger les systèmes informatiques et autres appareils dits « intelligents » tels que les instruments de mesure et les applications d’automatisation industrielle. Il conditionne l’alimentation réseau brute et fournit une alimentation continue triphasée propre aux systèmes critiques. Tout en maintenant l’alimentation, l’onduleur assure la charge constante de la batterie. En cas de défaillance de l’alimentation réseau, l’onduleur continue à fournir du courant propre sans aucune interruption.

Cette technologie (voir figure 11) est la plus perfectionnée : l’application est constamment alimentée par les fonctions redresseuses et onduleur qui assurent une régulation permanente de la tension et de la fréquence de sortie de l’appareil.

Ce n’est qu’en cas de défaillance grave du réseau que l’énergie est fournie par la batterie sans aucune interruption.

Rapport de Stage

Figure 10: ASI en mode normal
Figure 10: ASI en mode normal

6.6. Fonctionnement de l’onduleur double conversion

Mode normal

Le courant est entièrement régénéré par une double transformation permanente d’alternatif en continu, et de continu en alternatif, ce qui garantit une qualité constante quelles que soient les perturbations du secteur. La batterie n’est utilisée qu’en cas de coupure du réseau.

secteur. La batterie n’est utilisée qu’en cas de coupure du réseau. Figure 11: Onduleur double conversion

Figure 11: Onduleur double conversion

Rapport de Stage

Mode batterie

Si le réseau normal devient hors tolérances (coupure, variation de fréquence

c’est la batterie qui prend le relais et qui fournit la tension nécessaire. Le

importante

transfert sur batterie se fait sans coupure.

),

importante transfert sur batterie se fait sans coupure. ), Figure 12: ASI en mode batterie 6.7.

Figure 12: ASI en mode batterie

6.7. Schéma simplifié de l’onduleur

Un module d’onduleur se compose de plusieurs blocs ayant chacun ses propres fonctions:

Les transitoires de l’entrée et de la charge sont réduits par des filtres RFI

(antiparasitage).

• Le courant alternatif est redressé et régulé dans le redresseur qui alimente le

convertisseur et charge les batteries. Le redresseur garde la batterie en pleine charge.

• La batterie assure l’alimentation de la charge en cas de défaillance du réseau.

• Le convertisseur reconvertit le courant continu en courant alternatif, lequel est envoyé à la charge.

• Le commutateur statique transfère automatiquement la charge à la ligne de dérivation

lorsque le convertisseur est surchargé ou qu’il n’est plus en mesure d’alimenter la charge.

• Le commutateur de dérivation de maintenance permet de dériver l’onduleur simple durant le service.

Les circuits de commande et de contrôle mesurent, surveillent et contrôlent le

fonctionnement de l’onduleur. Ils indiquent à l’utilisateur l’état de fonctionnement du

système grâce à des voyants et des signaux sonores.

Rapport de Stage

Rapport de Stage Figure 13: Schéma unifilaire onduleur Page 36

Figure 13: Schéma unifilaire onduleur

Rapport de Stage

6.8. Description du schéma de distribution actuel (voir figure 14)

Depuis les deux tableaux 123EB21 et 123EB22, il existe des départs vers les deux chargeurs 123EF21 et 123EF31. Chaque tableau alimente un chargeur différent. De même, il existe des départs vers les deux chargeurs à partir du tableau d’éclairage 123EG21. De cette manière, l’alimentation des deux chargeurs provient des sources différentes. On a pu ainsi assurer une certaine indépendance au niveau de l’alimentation entre les deux chargeurs. Les deux chargeurs délivrent une tension continue en 220 V, ils ne débitent pas uniquement sur l’armoire de distribution de 220 V continue, mais aussi sur les batteries. Et ce pour garantir l’autonomie de l’installation en cas de coupure de courant. A la centrale thermo électrique, on dispose de deux armoires de distribution de 220 V = identiques : 123EF20, 123EF30. L’armoire 123 EF 20 comporte des départs pour la commande de la cellule 10KV ainsi que des départs réserves. Quant à l’armoire 123 EF 30 contiennent les deux départs des onduleurs et d’autres départs pour la commande BT. Pour les deux onduleurs de la centrale thermo électrique, l’alimentation en courant continu provient de l’armoire 123 EF 30, tandis que l’alimentation en courant alternatif pour le mode by-pass est assurée à partir des tableaux 123 EB 21 et 123 EB 22. Pour ce qui est de l’armoire Cross, on dispose de deux interrupteurs Cross : Cross A et Cross B, pour chaque Cross, il existe deux entrées venant des deux onduleurs et une sortie alimentant l’armoire 123 EF 50. (Voir figure 11). En cas de problème sur l’une des arrivées, une permutation automatique sans coupure se fera vers l’autre arrivée. Finalement, la commande du DCS, l’armoire centrale alternateur, turbine sont distribués à partir de l’armoire de distribution 220 V ondulée 123 EF 50.

Rapport de Stage

Rapport de Stage

6.9. Onduleurs Parallèles

Un onduleur parallèle consiste en la liaison de deux ou plusieurs onduleurs en parallèle, de sorte que dans l’éventualité peu probable de la défaillance de l’un d’entre eux, l’autre peut automatiquement assurer la charge. Une configuration de redondance parallèle est en général obtenue par la présence de circuits logiques de mise en parallèle communs dans le système (Inverseurs De Sources Statiques). Ces circuits logiques donnent des commandes individuelles à toutes les unités.

donnent des commandes individuelles à toutes les unités. Figure 15: Configuration de l’onduleur en parallèle

Figure 15: Configuration de l’onduleur en parallèle

Tableau6:Caractéristiques électriques d'onduleur (voir annexe 9)

Puissance nominale de l’onduleur

20KVA

Tension nominale de l’onduleur

220V

Fréquence nominale de l’onduleur

50Hz

Courant nominal de l’onduleur

90.9A

Rapport de Stage

IV. Inverseurs De Sources Statiques CROSS RACK 2-POLE 15-30A (voir annexe 11)

1. Description du système

L’utilisation d’un inverseur de sources statique CROSS ajoute un niveau supplémentaire de sécurité pour les charges critiques. Celui-ci assure une alimentation électrique redondante en permettant la commutation contrôlée entre deux sources d’alimentation en courant alternatif indépendantes. La commutation a lieu à chaque fois que la ligne qui fournit le courant à la charge sort de la tolérance. La distribution en aval d’un CROSS est non seulement protégée contre la défaillance des sources, mais également contre toute défaillance dans les lignes en amont. En cas d’un problème au niveau d’un onduleur, cet Inverseurs De Sources Statiques (CROSS) effectue une rapide commutation d’une source à une autre. L’une des sources (S1 ou S2) est désignée au préalable comme prioritaire, fournit alors l’énergie à l’interrupteur. Cette source demeure prioritaire jusqu’à la survenance d’un problème, ou bien modification de priorité.

Figure 16: Diagramme de schema electrique du CROSS Page 40
Figure 16: Diagramme de schema electrique du CROSS
Page 40

Rapport de Stage

2. Contrôle et signalisation

Les LED permettent une interaction totale et simple avec le CROSS Rack et fournissent des rapports détaillés sur l’état de fonctionnement CROSS :

détaillés sur l’état de fonctionnement CROSS : Figure 17: Interface et paneaux de configuration  LED

Figure 17: Interface et paneaux de configuration

LED 1 et 2 : Indicateur source priorité LED 1 ON ET LED 2 OFF = priorité en S1 LED 1 OFF ET LED 2 ON = priorité en S2

LED 4:Alarme

Ce LED est allumé sous les conditions d’alarme suivant :

-Si a moins une source est hors tolérance -S’il y a un manque de la synchronisation entre les sources -Si l’interrupteur de maintenance (Bypass) est fermé -Si le système est surchauffé -S’il y a un défaut du court-circuit au niveau du sortie -S’il y a un default de SCR général (un circuit ouvert de diagnostic des defaults)

LED 6 et 7 : indicateur de statues d’interrupteur By-pass

LED ON = By-pass interrupteur fermée LED OFF = By-pass interrupteur ouvert

Rapport de Stage

LED 8 & 9 : Source S1 et S2 statues indicateur

LED ON = Source OK LED OFF = Source hors tolérance

LED 10 : indicateur de la perte de synchronisation

LED ON = les Sources PAS SYNCHRONISEE LED OFF = les Sources SYNCHRONISEE

LED 11 et 12 : Indicateur Statue D’interrupteur Statique

LED ON = Interrupteur Statique FERMEE LED OFF = Interrupteur Statique OUVERT

LED 13 : alarme de sortie

LED13 ON = commutation inhibé par court-circuit de sortie et / ou SCR faille ouverte.

3.

Panneau de contrôle

et / ou SCR faille ouverte. 3. Panneau de contrôle Touche sélection de priorité Appuyez sur

Touche sélection de priorité

Appuyez sur la touche pour sélectionner un Source prioritaires S1 ou S2 du système

Bouton de réinitialisation

Appuyez sur pour réinitialiser

4. Description d’armoire de cross

Pour ce qui est de l’armoire Cross, on dispose de deux interrupteurs Cross : Cross A et Cross B, pour chaque Cross, il existe deux entrées venant des deux onduleurs et une sortie alimentant l’armoire 123 EF 50. (Voir annexe). En cas de problème sur l’une des arrivées, une permutation automatique sans coupure se fera vers l’autre arrivée.

Rapport de Stage

CROSS assure une fiabilité maximale en éliminant les erreurs systèmes causes par des problèmes de distribution (les perturbations) plutôt que par la défaillance de la source de courant elle-même. Le fonctionnement à deux pôles garantit une flexibilité optimale pour tout type de distribution électrique quel qu’il soit.

Figure 18: Schéma de l’alimentation des Cross
Figure 18: Schéma de l’alimentation des Cross

Rapport de Stage

Caractéristiques Techniques du cross:

Nombre de pôles

 

2

Tension nominale (V)

230 (220/240 paramétrable)

Phases d’entrée

1

+ N

Fréquence nominale (Hz)

 

50

Efficacité à Pn (%)

 

>98

Capacité de surcharge

- sur 10 minutes (%)

 

125

- sur 1 minute (%)

 

150

- sur 0,6 s (%)

 

700

Fusibles

660 Vac, 100 A rapide

Plage de température (°C)

0

- 40

Refroidissement

Forcé, tout redondant, de l’avant vers l’arrière

Mode de transfert

Commutation Break-Before-Making (pas de recouvrement source)

Temps de transfert

- erreur source, cas le plus défavorable (msec)

 

6

- erreur source, typique (msec)

 

4

Temps de retard de transfert supplémentaire pour les transitions non synchronisées (msec)

10 ± 2 (0 - 20 selon sélection)

Bruit acoustique (dBA)

 

<45

Tableau7: Caractéristiques techniques du cross

Tableau de maintenances préventives des deux onduleurs avec cross

Maintenance

Fréquence

Contrôle Des Tensions D’entrée Et Sortie.

Bimensuel

Changement Des Capacités

Si nécessaire

Entretien Dépoussière

Chaque arrêt froid

Contrôle De Serrage.

Chaque arrêt froid

Soufflage Des Cartes Electroniques Avec L’air

Chaque arrêt froid

Changement Des Cartes Electroniques

Si Nécessaire.

Mesure Température Des Câbles Par Une Caméra A Imagerie Thermique.

Bimensuel

Tableau 8: Les traveaux maintenances des deux onduleurs avec cross

Rapport de Stage

Conclusion Le présent rapport vient concrétiser un travail fait tout au long de la période de mise en situation professionnelle et période d’essai, un fruit important d’informations et d’expériences sont acquis en matière de savoir-faire technique, connaissances théoriques et pratiques, gestion des ressources humaines, gestion du matériels et interfaces de maintenance. Cela constitue pour moi une feuille de route pour aborder le travail qui m’a été confié. Au fur et à mesure que mon travail avançait j’ai pu construire une base donnée sur tout ce qui touche de près ou de loin la maintenance électrique d’IMACID :

La description et l’étude avance sur le système d’onduleur de la centrale thermoélectrique a travers les schémas de principe m’a permis d’avoir une vision global et une idée approfondie sur l’utilité des onduleurs pour assurer la qualité de réseau en bon état et sans coupure dans les usines industriels. La description et le recensement des équipements électriques installés dans l’ensemble des ateliers de production m’a été bénéfique puisqu’il m’a aidé à comprendre le comportement de l’installation ASI en matière de nature des difficultés perturbants la continuité de services, les types d’anomalies qui peuvent survenir et les moyens efficaces pour les éliminer afin d’assurer la disponibilité de l’outil de production. L’étude et l’analyse des systèmes de surveillance et de protection électriques installés m’a permis une familiarisation avec les différents types et gammes d’appareils numériques et leurs fonctions intégrées vue l’importance que joue ces dernières en terme de protection du matérielle et du personnelle. Enfin, durant cette période passée à IMACID, j’ai pu apercevoir de plus les différents aspects professionnels surtout au niveau relationnel qui caractérise l’esprit de partenariat.

Rapport de Stage

Travaux effectues :

Annexes

Equipement

Travail et observation

Phosphorique

Assistance des réparations des Tiroirs.

Assistance de changement D'un variateur de vitesse.

Assistance d'un entretien d'un Moteur électrique (plaque à bornes).

Assistance d'un changement D'une résistance de chauffage.

GTA

une tournée avec explication de fonctionnement encadré Par monsieur EL FARHANI en group turbo alternateur.

Une tournée avec explication de Fonctionnement à la salle de contrôle.

GROUP ELECTROGENE

Assistance à l’essai hebdomadaire en mode maintenance du groupe GE

Assistance de réparation d'un Fusible dans une armoire.

AUTRES

- Assistance Débranchement d’une pompe

- Assistance Entretien d’un tableau d’alimentation

- Assistance Entretien d’un moteur

- Assistance Dépannage d’un moteur en état d’arrêt

- Assistance Maintenance d’un variateur de vitesse

- Assistance Installation d’une sirène de sécurité au niveau de convoyeur

- Assistance Réparation d’un projecteur

- Assistance Consignation départ moteur BT

- Assistance Tirage de câble prise de courant 380V

- Assistance Changement d’un contacteur

- Assistance Changement d’un ventilateur au niveau de transformateur

60/10KV

- Assistance Mesure d’isolement d’un moteur à cause de fusion de fusible

- Assistance Remise en état prise de courant

- Assistance Changement d’un relais thermique

Tableau 9: Liste des travaux effectués au sien d'IMACID

Rapport de Stage

Documentation Photographique de stage :

Rapport de Stage Documentation Photographique de stage : Annexe 2 : Groupe Turbo-alternateur Annexe 1 :

Annexe 2 : Groupe Turbo-alternateur

de stage : Annexe 2 : Groupe Turbo-alternateur Annexe 1 : plaque signalétique Turbo-alternateur Annexe 4:

Annexe 1 : plaque signalétique Turbo-alternateur

Annexe 1 : plaque signalétique Turbo-alternateur Annexe 4: Salle Des Redresseurs De La Centrale A n

Annexe 4: Salle Des Redresseurs De La Centrale

Annexe 4: Salle Des Redresseurs De La Centrale A n n e x e 3 :

Annexe 3:Transformateur 60/10 KV

Rapport de Stage

Rapport de Stage Annexe 5: les batteries de la centrale Page 48
Rapport de Stage Annexe 5: les batteries de la centrale Page 48
Rapport de Stage Annexe 5: les batteries de la centrale Page 48
Rapport de Stage Annexe 5: les batteries de la centrale Page 48

Annexe 5: les batteries de la centrale

Rapport de Stage

Annexe 6: Exemples de la maintenance des batteries

Rapport de Stage Annexe 6: Exemples de la maintenance des batteries Page 49
Rapport de Stage Annexe 6: Exemples de la maintenance des batteries Page 49

Rapport de Stage

Annexe 7: les 3 armoires des chargeurs de la centrale 123EF31/21/61

Rapport de Stage Annexe 7: les 3 armoires des chargeurs de la centrale 123EF31/21/61 Page 50
Rapport de Stage Annexe 7: les 3 armoires des chargeurs de la centrale 123EF31/21/61 Page 50
Rapport de Stage Annexe 7: les 3 armoires des chargeurs de la centrale 123EF31/21/61 Page 50
Rapport de Stage Annexe 7: les 3 armoires des chargeurs de la centrale 123EF31/21/61 Page 50
Rapport de Stage Annexe 7: les 3 armoires des chargeurs de la centrale 123EF31/21/61 Page 50
Rapport de Stage Annexe 7: les 3 armoires des chargeurs de la centrale 123EF31/21/61 Page 50

Rapport de Stage

Rapport de Stage Annexe 8: Plaque signalétique du chargeur Annexe 9: Plaque signalétique d'onduleur Annexe 10:

Annexe 8: Plaque signalétique du chargeur

Rapport de Stage Annexe 8: Plaque signalétique du chargeur Annexe 9: Plaque signalétique d'onduleur Annexe 10:

Annexe 9: Plaque signalétique d'onduleur

8: Plaque signalétique du chargeur Annexe 9: Plaque signalétique d'onduleur Annexe 10: Armoire onduleur Page 51

Annexe 10: Armoire onduleur

Rapport de Stage

Rapport de Stage Annexe 11: Carte électronique CROSS Page 52

Annexe 11: Carte électronique CROSS