Vous êtes sur la page 1sur 2

À LÉON BLUM

Je vous dois, mon cher Blum, une confession et un remerciement.


Vous m'aviez dit, il y a de cela longtemps : « Lisez donc Mme de Noailles ! » Et je ne l'avais
pas fait. Pourquoi ? En vérité je n'en sais trop rien... C'est sans doute que je lis fort peu de romans ,
et aussi parce que je me méfie toujours de la littérature des femmes. Elle est envahissante et stérile...
Non, vraiment, elles sont trop qui écrivent aujourd'hui... En général je trouve qu'il y a fort peu de
choses à prendre dans les livres des femmes ; et c'est curieux, car elles sont toujours d'exquis
écrivains épistolaires, quand elles le veulent et qu'elles savent qu'elles n'écrivent point pour la
postérité... Ah ! que ne bornent-elles à ce genre délicieux un talent par où elles nous furent et elles
nous sont tellement supérieures ?... Les femmes – je parle des femmes qui écrivent, non des lettres
familières, mais de prétentieux romans, car, Dieu merci ! il en existe encore qui n'en écrivent pas –
s'ennuient de leurs devoirs de femmes, et, s'ennuyant, elles ne savent plus quoi faire, dès qu'elles ont
passé l'âge de l'amour ... Et, comme il faut bien qu'elles fassent quelque chose, ne pouvant plus
faire des maris ridicules, des amants insupportables, des cocus douloureux, et même des enfants
chlorotiques, alors elles font des livres... Aujourd'hui, plus que jamais, la littérature est le refuge
encombré des désœuvrés et des impuissants... Quand on n'a pu exercer une fonction quelconque,
qu'on a échoué en toutes choses, qu'on végète tristement, dans une carrière triste, qu'on a gaspillé sa
vie de toutes les manières et de tous les bouts, qu'il ne nous reste plus que la dalle de la morgue ou
le lit de l'hôpital, on sera toujours de taille à écrire un livre, et même beaucoup de livres... Autrefois,
un jeune homme qui, comme on dit, se trouvait au bout de son rouleau, s'écriait, du moins dans les
drames : « Eh bien, je vais me faire tuer en Afrique ! » Aujourd'hui, le même jeune homme, dans les
mêmes conditions désespérées, s'écrie, cette fois dans la vie : « Eh bien, je vais écrire un livre ! »
Rien n'est plus facile, en effet, que d'écrire un livre. Le difficile est d'en écrire un bon. Et nous en
découvrons si peu de bons, parmi ceux des hommes, combien moins encore parmi ceux des femmes
! Les plus charmantes y perdent leur charme, les plus spirituelles leur esprit, les plus intelligentes
leur clairvoyance, et les meilleures leur bonté... Il ne leur reste plus qu'une sentimentalité, artificielle
et banale, qu'elles décorent du nom de psychologie, toujours la même d'ailleurs, et qui, si elle m'est
déjà insupportable chez les hommes, me devient complètement odieuse chez la femme... Vraiment
elles abusent, plus que de raison, de leur tyrannie, de notre soumission et de notre galanterie ... Je
sais bien que la femme pense s'affranchir définitivement, conquérir sa personnalité humaine, en
écrivant des romans, car elle croit encore à sa dépendance sociale, elle qui est la maîtresse
souveraine de tous et de tout... Ah ! que ne s'affranchit-elle, d'abord, de cette manie dangereuse et
sans gloire, qui lui enlève, peu à peu, le prestige de sa grâce, de sa force, de sa royauté sur nous, en
lui donnant, comme à nous, les sottises de nos ambitions et les laideurs de nos rivalités
professionnelles... Vraiment, je comprends la haine qu'eurent des esprits libéraux, pondérés et
galants, contre ce qu'on appelait les bas bleus et que nous appelons les femmes de lettres... Et c'est
peut-être le seul sentiment juste qu'eut Napoléon, la seule preuve d'intelligence qu'il ait donnée en sa
vie de violence, de désordre et de folie. Si encore les femmes qui écrivent étaient toutes disgraciées
de la nature, laides, infirmes ou malades, trop vieilles, repoussées de l'amour, comme ce serait
touchant ! Et comme je les aimerais ! Comme je les admirerais ! Et avec quelle pitié ardente je les
encouragerais, par des prix d'Académie, des prix Nobel, des décorations, à poursuivre dans un livre,
l'illusion d'un rêve que les réalités quotidiennes leur refusent !... Mais ce n'est pas toujours le cas.
Parmi les femmes qui écrivent, nous en connaissons beaucoup qui, non seulement furent, mais qui
sont jolies . Quel dommage !... J'ai lu l'autre jour, dans un journal, les confidences d'une « dame de
lettres » à un interviewer. Elle est célèbre par sa beauté et ses livres sont ce qu'il y a de plus nul dans
le monde, le dessous de rien... Elle disait : « C'est plus fort que moi, il faut que j'écrive et que
j'écrive... Oui, je sens en moi des forces qui bouillonnent ... des pensées si ardentes qu'elles me
feraient éclater le cerveau si je ne leur donnais pas la soupape du livre... des démons qui me
poussent et qui, malgré moi, me mettent la plume à la main... Alors j'écris, j'écris... j'écris... Vous
voyez, c'est plus qu'une vocation : c'est en quelque sorte une nécessité vitale... » Comme c'est triste !
Et, disons-le encore une fois, quel dommage !
Donc, mon cher Blum, pour toutes ces raisons, dont je ne suis pas très sûr, ni très fier, et
pour d'autres que j'ignore heureusement , et par paresse peut-être plus encore que par méfiance, je ne
m'étais pas décidé, malgré vos conseils, à lire Mme de Noailles. Je crois même qu'à une réunion de
l'Académie Goncourt, quelqu'un ayant proposé à nos suffrages le nom de cet écrivain, je jugeai à
propos de railler notre ami, tout au moins de le plaindre, en tout cas de lui dire : « Comment, vous
aussi, vous tombez dans le panneau ? » Et naturellement je le traitai de snob... J'étais, je l'avoue avec
un peu de honte, sans excuse, car je connais la sûreté de votre goût, la qualité si précieuse de vos
émotions, et jusqu'à la sévérité indulgente – mais pénétrante et ferme – de votre justice. Je savais
que ni les salons, ni les tables luxueusement servies, ni tous les endormements voluptueux ou
vaniteux du monde, n'ont de prise sur vous... Je savais tout cela, et plus encore, et du moment où
vous me disiez : « Lisez Mme de Noailles », je devais la lire en dépit de mes pauvres raisons, qui
n'étaient que préjugés et parti pris.
Cela voulait dire :
– Mais non, il n'y a rien de ce que vous croyez y être. Il n'y a ni futilité mondaine, ni
sentimentalité frivole, ni femmes incomprises de leurs maris, de leurs amants, de leurs confesseurs,
ni rien de ces petites histoires agaçantes et répétées, qui traînent, sur les tapis, d'un Bourget* à
l'autre, d'un salon à l'autre, d'un adultère à l'autre, et que […] toutes les femmes, d'un geste pareil,
rarement en même temps, pour en comparer leurs ouvrages, et qui vous irritent, et que vous fuyez
avec raison... Et, s'il en était ainsi, ami de votre repos et de vos nerfs, est-ce que je vous eusse dit : «
Lisez Mme de Noailles » ? ... Je vous ai dit « Lisez Mme de Noailles » parce que je vous connais et
que je sais qu'elle vous enchantera... parce qu'il y a en elle de la vie, un tumulte, un débordement de
vie... quelque chose de très neuvement lyrique et de très audacieusement humain... une passion
extraordinaire, clairvoyante et forcenée, une spontanéité, une hardiesse, une variété d'impressions
somptueuses, profondes et vraies , et comme il est très rare d'en rencontrer, même chez les meilleurs
écrivains que vous aimez... parce qu'il y a en elle un admirable sentiment matérialiste de la forme,
une conception très forte, et tout à fait charmante, de l'immoralisme devant la nature et devant la
vie... parce que c'est fort, c'est viril, c'est humain, c'est très beau... et c'est très femme aussi,
merveilleusement femme. Vous verrez, dans La Nouvelle espérance , le plus beau type de femme de
toute notre littérature. Cherchez, et nulle part vous n'en trouverez un si complet, si criant de vérité,
si hardiment fouillé jusqu'au tréfonds de l'âme et du corps... tel enfin qu'une femme seule pouvait en
réaliser le prodige, à la condition qu'une femme se rencontrât – et elle s'est rencontrée en Mme de
Noailles – qui comprît tout, qui sentît tout, et qui, chose invraisemblable, ne mentît jamais...
Alors, cette année, j'ai emporté à la campagne, les livres de Mme de Noailles, et je les ai
lus... Et toutes ces sensations que m'annonçait votre « Lisez Mme de Noailles », je les ai retrouvées,
multipliées en moi, par le contact de ces livres avec mon esprit... Vous avez trop bien parlé de ces
livres dans L'Humanité pour que j'ajoute quoi que ce soit à ce que vous avez dit beaucoup mieux
que je ne saurais le faire... Et ces livres, et vos études sur ces livres, sont assez beaux pour qu'ils
puissent se passer de mes commentaires...
Je voulais vous dire simplement ceci :
– Mon cher Blum, j'ai lu enfin Mme de Noailles, et vous aviez raison, ç'a été une des joies
de lecture les plus violentes et les plus douces de ces dernières années ... Cette joie, je vous la dois,
et je vous en remercie... Et comme on est stupide de retarder ses plaisirs au lieu de les prendre dès
qu'ils s'offrent à vous, surtout par l'entremise de l'homme que vous êtes... de l'homme attentif,
prévoyant et sûr que vous êtes !

Centres d'intérêt liés