Vous êtes sur la page 1sur 4
6 Octobre 1883. assistant ala honteise réprésentation yui nous a 6l6 donnée lis, la semaine deraitre, par Pimbéeile penple de Paris et 1 iguoble gouverneme ni » Javoun qu orguell on man cu i some vanilé « de ya plus Pan an quc je eric vide vc, Ula décomposiiien, a la fin de la Les gens les pins conservatours me Thlement ai ness on me plai ' Son plant in fa. on hay Jes autos coun gimmene ou on fareeur. bogivun YF avaitil wraiment lant de sujets de sin signer? ‘Sansdoute M, Grévy, qui vient di ‘unsibel exemple desagoujateriesénie, n Tail pas ideal des souverains; i 'enfallait de beaucoup que s ics concussion iar do mintros do chs — 09 ‘vena quo cos geodin figureraent pls eantngeusement sr tes banes de lx pai gent helen peo eee i a Noni ombtn es misons epstabes— al on aa ous fntintres tener ee Eggo Se ee foe Sige ater rae Seer oe Eovoclomenis que chaque Gergulements de la justice, $E'Phomneur, du patriotism ot du respect; On sal qu cx srables pou oo ae prtefuile ox pour un morceas de ce ets sans remords re leur pa We omnemis EL pots spr? Esc que tehaemphat qu'il et des fe Seinen Mesbougusls de ross cher | is akIMACHS so ‘engi, ia cranes Scot: See seekers Horan! er daeee ee! eet apenas arte sac ae ou sot sees ey ee ecco felt fataisi re ie eee eee eae es {dtes coupées au bout dos piques —-insuller eee nce tis anes scene rs ae ees a Les GRimAces sans une amiti, sans une pits, Vobjet dea réprobation universelle et. div mépris du ‘mondo; alors Ies voila tout surpris. is apor- ‘oivent soulement Ie goullre ot nous dégr ggolons, Tes abimes depuis. si longtemps rounds ot iparal on chutes chaque jor is rapides et plus douloureuses, co qui Festal doe ruins dela France i com Feanent enfin qv cet Ie ft fn ot Inédiablede co pays qui futsigrand, si beau, doce pays qui at chaufa Moe ie sala tl glotrey et sur qui passn le resplendisee- mont de foutes Les apothéoses. La fin, out est la Gn: car si, par un do cs efforts de ‘irilitésubitement Feconquise, nous ne nous Fedressons pa, la potrine gonflée du sout- fle des hérotsmes ‘nciens, nous disparais- sons do Ia carte du mond. La falla tout cela pour faird ouvir los ux i ces gens qui; ier encore, passaient dane Ie otras, seapiqis ot ble ours; iLa fallu que la République mon- fat sano js use to ue V'étranger appartt cuir prs do nos frontier, que Ta Bourse, affo- fc ot perdue dans cette déroute, nous ame- nat'ufKrdch noaveau. ls pleurent Tenant ot so désospbront, plus que nous avons pleuré, plusquoneus avons déses- pérba Ill bien Vontils iveiller enfin de leur engourdissement, et Las ORIMACES ws veconquérir leur honnevr perdu, on chas sant coups de halsi Tes misérables qui licnnent la France, leur fiert6 abolie, en chassant & coups de fusils, Mennomi qh ‘menace la France? ‘Nh bien oui! ES, our qui ont assist, sur la placo de Vopéra, h'Tétonnant spectacle: guy fal ond lors da passage Alphonse X1, mont pas perdu Tour journée.” etal 1s plus range tohu-bobt ele pins naveant daar rok gl se point voi Mon, a garsnne ‘aa place, Des lambeaux du corte royal, ds Omnibus, des flacres ot des camions mules ensemble, encheverés Tun dans Trautee: dos cuirasirs yur ean chefs, et des officers same deamarmiton, des ; des gardes muna terivant on ne sit Tote alan au hasard, perdu danslafoule perv; des landans en til, contenant tis personnageschamarés, dbouchant inagucment dela ray alos, e se noyant asa dans ume mr de haquel, de ait reerrclames el de loipides; dossergents desl courant do ei, do, sans ord,