n° 1 37 - juin 201 4

www.fo38.fr

Bulletin d'information de l'Union départementale des syndicats Force Ouvrière de l'Isère

Public
et de qualité !
Sommaire

Dia,
les salariés trinquent
p. 6

Aenova
se bat
p. 1 0

Fatima Moualid :
" Un peu de respect !"
p. 1 2

Directeur de publication : Jean-Pierre Gilquin - commission paritaire : 071 6 S 05801 ISSN 0338-5701 - Impression : Imprimerie Notre Dame - Montbonnot
UD FO Isère - bourse du travail - 32 avenue de l'Europe - 38030 Grenoble cedex 02 - tél. 04 76 09 76 36 - fax 04 76 22 42 55 - courriel : udfo.38@laposte.net
Prix le numéro : 0.80 € - Abonnement 1 an : 3,20 €

E d it o ri a l
Ils redoutent
un mouvement social

Les fonctionnaires ont crié leur
colère : marre du blocage des salaires ; marre du mépris de leur employeur et d’être les boucs émissaires jetés en pâture à l’opinion
publique.
Les retraités sont mécontents et le
font savoir. Les séniors sont condamnés au chômage durable (fin de
droits et RSA –revenu de solidarité
active-) du fait de la suppression
des pré-retraites et du recul de
l’âge de départ.
Le futur compte pénibilité tourne à
l’usine à gaz qui, sous la pression
du patronat, se vide peu à peu de
son contenu. Il finira par faire
"pschitt".
Côté emploi, la méthode Coué prévaut. Comme avec le pacte de
responsabilité du gouvernement qui
devrait nous sortir de l’ornière !
Les gouvernements se succèdent
et les recettes sont identiques : précarité, flexibilité, perte de pouvoir
d’achat et un chômage de masse
destructeur qui sape les fondements de notre République.
Les services publics (éducation,
police, justice, santé) s’affaiblissent
faute de ressources. Dans le même
temps, les riches sont toujours plus
riches et, toute honte bue, ils s’exilent fiscalement. Une crise chasse
toujours la précédente ; les réformes présentées comme salvatrices
ne règlent rien et les électeurs se
vengent. Moindre mal selon certains commentateurs qui redoutent
par-dessus tout un mouvement social d’envergure et sans contrôle.
La rentrée viendra avec sa réforme
territoriale qui pourrait devenir le
plus insidieux des plans sociaux.

Isère

Pas de République
sans service public !

Enseignant(e)s, postier(e)s, policier(e)s, aidesoignant(e)s, agents des écoles maternelles,
salarié(e)s des espaces verts ou de la collecte
des déchets… Ils étaient 4000, le 15 mai, à
manifester à Grenoble, à l’appel d‘une large
intersyndicale.
4000 salariés de la fonction publique (d’Etat,
territoriale, hospitalière) pour rappeler que le
service public de qualité est un pilier majeur
de la République et que la politique gouvernementale en mine les fondements. Car enfin, que serait une République sans les fonctionnaires et agents publics qui assurent, très
concrètement, tous ces services indispensables à la cohésion sociale ?
Le Pacte dit de responsabilité et de Solidarité, et son très inapproprié projet de
réduire de 50 Md€ les dépenses publiques
auront, ont clamé les manifestants, de re-

D’ici là, bonnes vacances tout de
même !
Jean-Pierre Gilquin,
Secrétaire général.

Alpes FO - juin 201 4 - n° 1 37

2

doutables conséquences :
• une destruction massive du service public
jusqu’à remettre en cause une égalité d’accès
déjà mise à mal puisque les coupes sombres
mènent à des fermetures ou des restrictions
d’ouverture ;
• une chute de la qualité du service.
Les militants FO étaient dans la rue le 15
mai ; ils sont, depuis, dans les services et
réclament toujours, avec leurs collègues, 8 %
d’augmentation des salaires et une revalorisation de leurs grilles indiciaires.
Ils refusent la mise en cause des garanties
d’emploi assurant leur indépendance, condition de l’égalité de traitement pour les citoyens.
Ils refusent aussi, comme tous les salariés de
ce pays, de subir plus longtemps le recul de
leur pouvoir d’achat.

Isère

Catégorie
fonctionnaire pauvre
Loin d’être des privilégiés, les fonctionnaires
sont aujourd’hui, trop souvent, des travailleurs pauvres.
Hélène Wagner, infirmière et secrétaire du
syndicat du CHU de Grenoble (Centre hospitalier universitaire) le sait bien.

La syndicaliste ajoute n’être pas étonnée de
voir des retraités revenir travailler. Pour beaucoup, travailler encore et encore, ou différemment, est devenu une nécessité pour vivre
dignement.
A quel prix ?

Toutes les catégories touchées

Bath Allibert, à Moirans, fermera
ses portes en juillet. Ainsi sont
détruits 35 emplois. Les salariés,
pour obtenir une indemnisation un
peu moins indécente que celle
proposée, ont dû se battre.
Au final, ils ont obtenu entre 10 et
12 000 €, soit 2000 € au-dessus
de l’indemnité légale. Les salariés
pourront bénéficier de formations.

Plus d’infos sur
http://www.fo38.fr/
L’Afoc vous aide

Auparavant le mal ne touchait que la catégorie C. Aujourd’hui, même des fonctionnaires de catégories B et A rencontrent des
difficultés.

Un loyer trop élevé ? Des charges
locatives exagérées ? Des parties
communes dégradées ? L’Afoc (Association FO consommateurs) vous
aide pour régler tous les problèmes liés à la consommation.
L’Afoc a par ailleurs besoin de
militants qui bénéficieront de formations et seront accompagnés.
Elle recherche également des candidats pour les élections des représentants des locataires dans
les HLM.

Au mal-être lié à la surcharge de travail, s’ajoutent les difficultés économiques.
Tout est bon pour joindre les deux bouts et,
par nécessité, des agents demandent à travailler de nuit, le week-end, ou encore sollicitent de la direction le droit d’avoir un double
emploi. Un accord sur la "demande de cumul
d’activité" est alors signé entre la direction et
l’agent.

Contact. Mardi et mercredi
de 14 à 17h au 04 76 09 97 76
mel : afoc38gre@laposte.net

A ce rythme, le couple finit par éclater avec
toutes les conséquences qui en découlent.

Alpes FO - juin 201 4 - n° 1 37

Bath Allibert
ferme

3

Carnet de deuil
L’Union départementale a le
regret d’annoncer le décès de
trois syndicalistes de grande
valeur. Guy Curtil, Marcel Perollaz et Henri de Berlhe ne sont
plus. Ils comptaient parmi ceux
grâce à qui FO vit.

Guy Curtil

Guy Curtil nous a quittés à l’âge
de 84 ans. Il a milité toute sa vie
professionnelle pour FO, en particulier à Merlin Gerin, l’ancêtre
de Schneider. Il n’avait pas renié
son engagement à l’âge de la
retraite, prenant tout naturellement en charge l’animation de
l’Association FO des retraités.
Salarié, il a toujours tenu une
place importante dans son syndicat mais aussi dans les instances paritaires.

Marcel Perollaz

Marcel Perollaz n’est plus. Il est
mort en avril dernier à l’âge de
81 ans. Militant très impliqué du
syndicat de Péchiney (Voreppe),
il avait su constituer une équipe
forte et engagée. Il a participé à
la direction de la fédération de la
chimie. Membre de la commission exécutive de l’union départementale durant de longues
années, il a représenté FO dans
de nombreuses instances paritaires.

La Tronche

Rémission partielle
à la Clinique du Grésivaudan
Elisabeth Hoclet est la déléguée syndicale FO
de la clinique du Grésivaudan, propriété de la
Fondation santé des étudiants de France. La
vocation de cette institution est de permettre
à des jeunes malades de bénéficier de soins
médicaux tout en poursuivant leurs études.
Le 7 avril dernier, l’équipe FO a informé l’ARS
(Agence régionale de santé), autorité de tutelle des établissements hospitaliers, de
leurs conditions de travail. Taux d’occupation
des lits élevé, sous-effectifs… L’ARS, consciente des risques, a déjà accordé des
renforts rapides pour la surveillance de nuit.
Elle attend de voir les résultats de l’expertise
CHSCT demandée par FO pour donner plus
de moyens. Des moyens que FO n’a pas obtenus en se tournant vers la direction de
l’établissement, malgré une grève le 17
mars.
Mais l’ARS, tout comme les syndicalistes FO,
s’inquiètent aussi de l’avenir de cet établissement qui doit redéfinir son projet médical
afin de pérenniser certaines activités. Muriel

La Poste,
agent immobilier…
tournées actuelles sur le secteur. Distribution
de courrier mais aussi de la collecte auprès
des gros clients, réorganisation du temps de
travail… Les conditions de travail depuis un
certain temps se détérioraient, et ça continue. Les facteurs vont se retrouver au milieu
du centre de tri, avec le bruit des machines,
le passage des engins, une sortie dangereuse dans une zone industrielle. FO a donc
saisi le CHSCT (Comité d'hygiène de sécurité
et des Conditions de travail). Sa mission a
commencé le lundi 16 mai.

Henri de Berlhe est mort en
février à l’âge de 84 ans. Ce
grand militant du syndicat de
Péchiney a été emporté par une
maladie liée à l’amiante. Il avait
été membre de la commission
exécutive de l’Union départementale et avait poursuivi son
engagement au sein de l’Afoc y
compris après avoir pris sa
retraite.
Au centre de tri de Sassenage en décembre 2013.

La Poste souhaite "délocaliser" les facteurs
de Fontaine vers le centre de tri, à Sassenage. Une première en France. Initialement
prévu pour le 17 juin, ce transfert a été reporté en septembre grâce l'action des facteurs. Le but de La Poste : récupérer des
mètres carrés pour les louer.

Alpes FO - juin 201 4 - n° 1 37

Elisabeth et Muriel le 17 mars devant la clinique.

Fontaine

Henri De Berlhe

Marcel et Henri, entourant Jean-Claude Mailly
en juin 2013 à voiron.

Le Corre et Elisabeth Hoclet sauront répondre aux enjeux, même si elles voudraient
pouvoir se concentrer sur leur métier, plutôt
que sur la situation très compliquée impulsée
par la direction.

La Poste en profite pour supprimer 5 des 26

4

Une pétition des agents de La Poste
rencontre un écho favorable. La qualité du
service va baisser : les objets avisés et les
boîtes postales seraient à retirer aux guichets. La Mairie de Fontaine a installé sur la
façade une banderole : "Touche pas à ma
poste". Un vote citoyen est organisé depuis
samedi 14 juin à la mairie et dans des lieux
de forte fréquentation : bibliothèque, roseraie
et ceriseraie, centres sociaux et MJC.

Plus d’infos sur fo38.fr

Alpes FO - juin 201 4 - n° 1 37

5

Victoire
chez Alsthrom

Christian, fier et heureux de cette victoire.

La Cour de Cassation a confirmé, le 21 mai, le jugement
favorable aux salariés prononcé
en octobre 2011 par le tribunal
des Prud’hommes, puis entériné
par la cour d’Appel. FO avait organisé l’action devant la justice
des salariés victimes d’un plan
de licenciements.
Ils avaient obtenu des dommages et intérêts pour licenciement
sans cause réelle et sérieuse,
non priorité de réembauche et
non respect des mesures de reclassement.
Les 13 salariés ont obtenu, au
total, 810 000 €.
Christian Pétrequin, secrétaire
du syndicat, a été en première
ligne du début à la fin heureuse
de ce dossier.

Pour plus d’infos.
http://www.fo38.fr/?q=node/
561.
Grève
A l’hôpital de Bourgoin

Grenoble

Agence d'urbanisme :
les cadres s'organisent
Deux ans après son arrivée à l'Agence
d'Urbanisme de Grenoble (AURG), Anne-Lise
Bénard décide de créer un syndicat et de
présenter une liste FO lors des prochaines
élections professionnelles, en octobre prochain.
"Actuellement il n'y a plus de syndicat. Or de
nombreux accords ont été signés grâce à
eux. Je souhaitais faire perdurer le principe",
relève-t-elle. D’autant plus que l’AURG ne se
porte pas trop mal et que cela peut faciliter
les négociations.
Comptant 80% de cadres sur la cinquantaine
de salariés, quelle organisation choisir ?
Anne-Lise et sa collègue ont fait le tour,
excluant notamment la CFE-CGC car catégorielle. Mal reçues par la CGT car elle sont
cadres, trouvant la CFDT trop molle, elles ont
rencontré FO et les cadres qu’elles sont ont
trouvé leur place.
Anne-Lise s’est donc syndiquée, a été désignée représentante de la section syndicale
(RSS) et poursuit sa réflexion. "Je souhaite
garder l'équilibre actuel entre direction et salariés, défendre ces derniers en luttant notamment contre les inégalités et les CDD de

longue durée.", explique-t-elle. Elle veut aussi
obtenir en NAO (négociations annuelles obligatoires) plus de collectif et moins d'individuel.
Pour développer le syndicat et gagner les
élections, Anne-Lise fait de l'information syndicale, explique pourquoi un syndicat et pourquoi FO. Elle ne se pose pas contre la direction par principe, mais avant tout pour les
salariés.
Elle s'est avidement tournée vers les formations, percevant parfois sa jeunesse comme un handicap. Au demeurant, elle ne se
laisse pas démonter par des allusions sur ce
dernier point .

Anne-Lise Bénard, représentante de section syndicale : lutter
notamment contre les inégalités et les CDD de longue durée.

Isère

Dia :
à nouveau mis en vente…

Les salariés du service des Urgences de l’hôpital de BourgoinJallieu étaient en grève le 5 juin.
Il s’agissait, pour eux, une nouvelle fois de dire combien les
conditions de travail et donc la
qualité des soins pâtissent du
manque d’effectif.

Dia France, ce sont 7500 salariés (250 salariés en Isère) et 800 magasins de hard
discount qui sont à nouveau mis en vente par
leurs actionnaires espagnols.

ils nous vendent, comme Dia Turquie l’a été
l’an dernier", explique Sofyane Zayani, délégué syndical FO du magasin de Saint-Etienne
de Saint-Geoirs.

Pour plus d’infos.
http://www.fo38.fr/?q=node/
731.

"En 2011, nous étions salariés de l’enseigne
ED, et nous avons été mis en vente par
Carrefour, qui en était le propriétaire ; le
repreneur fut le groupe DIA Monde."

Fonctionnaires,
prêts pour le 4 décembre ?

"Du temps de Carrefour ED était rentable, et
Carrefour a tiré un profit certain de la vente.
Mais pour Dia, nous ne le sommes plus, alors

Pourtant la direction avait annoncé ses intentions dès novembre 2013, et le cours de l’action n’était alors que de 5 €. A l’annonce de
la vente, le 7 mai, l’action a grimpé de 2 %. Elle
est désormais à 6,70  €, soit plus de 12 % sur
un an.

Le 19 juin une réunion de l’ensemble des fonctionnaires avait
lieu à Grenoble. Christian Grolier,
secrétaire général de la fédération FO fonctionnaires a exposé
la situation des salaires et des
statuts. L’accent a été porté sur
l’importance des élections professionnelles du 4 décembre.
Tous les syndicats FO sont invités à préparer activement cette
échéance et à conforter la 1ère
place de FO.

Alpes FO - juin 201 4 - n° 1 37

Dans toutes ces manœuvres, ce sont
toujours les salariés qui trinquent et qui
s’inquiètent, et la fédération FO (FGTA) a
alerté le gouvernement. Des repreneurs sont
annoncés : Carrefour qui a un réseau de
proximité assez dense et Casino qui dispose
d’une enseigne de hard discount (Leader
Price).
L’inquiétude est de mise pour les 5 sites
administratifs régionaux, les 6 entrepôts, le
siège national, et pas uniquement sur les
magasins éventuellement en doublon avec
un site déjà existant du futur repreneur.

6

Isère

L’enseignement
professionnel menacé
Le Snetaa-FO (syndicat national de l’enseignement technique action autonome), regroupe les personnels des équipes éducatives de l’enseignement professionnel.
En 2010 les adhérents ont rejoint FO.
Pourquoi ? "Nous avons choisi FO car nous
tenons à notre autonomie vis-à-vis des partis
politiques, des confessions… et FO correspond le mieux à nos valeurs", répond Marc
Larçon, nouveau secrétaire académique du
Snetaa-FO.
Des revendications, ils en ont ! L’une des
principales est le maintien des Segpa (sections d'enseignement général et professionnel adapté), réellement menacées.
Ces sections regroupent les élèves en décrochage scolaire. C’est un outil qui permet de
lutter contre le décrochage et d’intégrer, à
l’issue de cette formation et dans de bonnes
conditions, l’enseignement professionnel au
sein d’établissements publics. "Une seconde
chance pour ces élèves", dit Marc Larçon.
Mais ils luttent aussi contre la loi de refonda-

tion de l’école qui remet en cause le statut et
les missions des enseignants. Le gouvernement veut transférer les lycées professionnels aux Régions avec la liberté pour celles-ci
de fermer des sections.
Il existe un réel danger pour la profession menacée de toutes parts par les différentes
réformes voulues et/ou menées par les gouvernement successifs.

Contact mel : snetaafo.grenoble@orange.fr
tél. 06 78 26 79 85

Henry Gally en 2012, lors du colloque sur le
handicap organisé à Grenoble par FO.

Dans la nuit du 11 au 12 juin, une
poignée de députés a voté le report
de l’obligation de rendre accessibles les bâtiments publics et privés.
Mais le circuit législatif de ce texte
n’est pas terminé. La colère des
handicapés et des associations,
très activement relayée par le
CDTHED (Comité pour le droit au
travail des Handicapés et l’égalité
des droits), n’est pas étrangère à la
faible majorité d’accord avec ce
report. Ce dernier poursuit son
combat.

Voir sur : www.cdthed.fr.
Marc Larçon.

Cela fait 12 ans que Farid Bouhout travaille
sur le site de ST Microélectronics à Crolles en
tant que technicien d’opération en
maintenance. Il a récemment décidé d’être
désigné représentant de section syndicale
afin de pouvoir présenter une liste FO aux
prochaines élections.
Es-tu novice dans la fonction
de représentant du personnel ?

"J’ai exercé mon premier mandat en tant que
membre du CHSCT (comité d’hygiène, sécurité et conditions de travail), à la base sans
étiquette. Et puis un délégué de la CFDT est
venu me rencontrer, d’où mon affiliation à ce
moment là à cette organisation".
Pourquoi as-tu décidé de rejoindre FO ?

"Les dernières élections professionnelles ont
eu lieu en décembre dernier et cela fait quelque temps que je ne me sens pas vraiment à
ma place à la CFDT. Je ne la trouve pas assez
revendicatrice ! J’adhère complètement au

Alpes FO - juin 201 4 - n° 1 37

Handicap

7

slogan FO est le syndicat de la fiche de paie.
Je me reconnais dans cette revendication".
Que souhaites-tu apporter
avec l’implantation de FO dans l’entreprise ?

"Sans prétention, je souhaite un nouveau
souffle syndical dans l’entreprise : fédérer,
proposer et revendiquer, éviter que les salariés s’isolent. Je tiens beaucoup à l’amélioration des conditions de travail. En résumé,
du vrai syndicalisme".

FO expliqué... à ma nièce

Tout juste syndiqué FO, la carte en poche, tu t'approches de ton DS (délégué syndical) pour lui poser LA question : "Et là, il va se
passer quoi pour la suite du mouvement ?".
Après réflexion, "Je sais que ça a été abordé en CE* de l'UD. La fédé en discute en bureau demain et au niveau de la conf, le point a été
abordé en CCN. Pour l'UL je pense qu'il y aura quelque chose."
"Aïe la tête! Qu'est-ce que c'est que tout ça ? Comment ça fonctionne ? A quoi ça sert ?"

Le rez-de-chaussée

Au niveau de l'entreprise, un syndicat FO
existe. Il représente les intérêts des
syndiqués de l'entreprise. Il est représenté par le délégué syndical et le
secrétaire du syndicat (pour la vie du
syndicat car le secrétaire n'a aucune
fonction définie dans le code du travail).
Souvent la même personne.
Le bureau du syndicat lui, a au minimum
un secrétaire et un trésorier.
Des assemblées générales sont tenues
et le bureau est élu à ce moment là. Un
rapport d'activité y est notamment présenté, n'oublions pas que l'activité est un
des critères de la représentativité du syndicat.
Les syndiqués élisent les membres du
bureau et donc le secrétaire du syndicat.
Dans la fonction publique, le principe est
le même. Mais c’est le secrétaire qui est
représentant du syndicat. Il n'y a pas de
DS.
"C'est un peu comme une assoc' quoi !"

de syndiqués, sans que cela soit proportionnel : 2000 syndiqués donnent 24 voix ;
7 syndiqués donnent 2 voix. Cela permet
de tenir compte du poids de chaque syndicat et de donner aux petits syndicats la
possibilité de peser.
La fédération regroupe, elle, les syndicats par métier, c'est-à-dire qu'elle
regroupe les syndicats relevant d'un certain nombre de conventions collectives.
Le fonctionnement est similaire à celui
des UD.
Ici on prend du galon et le secrétaire
devient secrétaire général. Général, car
ses attributions sont étendues et non
pas parce qu'on est à l'armée.
- "On se croirait dans les entreprises où
les salariés ont des responsables fonctionnels et des responsables hiérarchiques ! Qui commande ?"
Effectivement, ça y ressemble un peu. La
connaissance du milieu local aux UD et
des métiers aux fédérations ! Evidemment, personne ne commande. Enfin, si.
Enfin, non. Les secrétaires généraux sont
élus et dirigent les structures dans le
cadre de leur mandat. Qui donne le
mandat ? Les syndicats lors du congrès.
Donc au final, les personnes qui commandent ont été élues par les personnes
qu'elles commandent.

Vers les étoiles

Montons d'un niveau
Chaque syndicat appartient à une union
départementale (UD) et à une fédération
(fédé ou FD).
L'UD regroupe tous les syndicats d'un
département. Autrement dit, c'est le
regroupement interprofessionnel des syndicats. C'est aussi l'interlocuteur FO pour
toutes les entités départementales (syndicats, préfecture, médecine du travail,
instances paritaires …).
L’Union départementale réunit son
congrès tous trois ans. Durant ce congrès
(le prochain aura probablement lieu
durant le second semestre 2015), les
syndicats élisent la commission exécutive, qui élit le bureau.
Chaque syndicat suffisamment important
(il faut au moins sept adhérents) a un
nombre de voix qui dépend du nombre

Et la politique de FO ?
- "Qui décide des actions ?"
Le congrès confédéral national a la
caractéristique rare, dans le paysage syndical français, de regrouper environ
6000 congressistes, représentants des
syndicats. Les résolutions définissant la
ligne de Force ouvrière sont donc approuvées par de nombreux participants. Ces
résolutions sont (souvent âprement) discutées dans les commissions de résolutions puis mises aux voix.
Au final, chaque syndicat a le pouvoir
d'influer sur la ligne de FO, à condition
que ses propositions rallient suffisamment de suffrages.
Le bureau confédéral s’appuie sur les
résolutions du congrès pour décider des
actions de FO. En fonction du contexte, il
se tourne vers la commission exécutive
confédérale ou le CCN.
- "Ouf ! J'ai à peu près compris"
C'est pas tout, il y a les UL*, les unions
de syndicats territoriaux comme les
USM* et le GD*, les commissions de
contrôle, les commissions des conflits.
Mais pour en savoir plus... ce sera au
prochain numéro.
- "Zoooz! … Il y a moyen d'avoir une
formation ?"
Bien-sûr, avec le CFMS* !

Le congrès confédéral de 2011

- "Et tout en haut comment ça marche ?"
La Confédération générale du travail
Force ouvrière est dotée d'un bureau
confédéral, d'une commission exécutive
et d’un le CCN*. Il est composé des
secrétaires généraux des UD et des
fédés. Il élit le bureau confédéral et la

*CE : commission exécutive
CFMS : Centre de formation des militants syndicalistes
CCN : comité confédéral national
Commission de conflits : commission d'arbitrage dans les conflits

Alpes FO - juin 201 4 - n° 1 37

commission exécutive. Il se réunit tous
les 6 mois.
Les autres instances confédérales se
réunissent régulièrement et chaque fois
que nécessaire. Donc assez souvent on
s'occupe de tous les métiers sur tout le
territoire français.
Les secrétaires confédéraux sont des
sortes de ministres qui s'occupent d’un
ou plusieurs secteurs. Et le secrétaire général, Jean-Claude Mailly pour les perdreaux de l'année, est le représentant et
le dirigeant de Force ouvrière au niveau
national.

Les statuts de FO sont
disponibles sur le site de
la Confédération.
Les statuts des structures
FO s'en inspirent généralement.

Commission de contrôle : commission surveillant la gestion financière
GD : Groupement départemental
UL : Union locale
USM : Union des syndicats de la Métallurgie.

8

Alpes FO - juin 201 4 - n° 1 37

9

Une Europe sociale,
des logements décents,
le départ en retraite...

Saint-Quentin-Fallavier

Aenova en ordre de bataille

Chez Aenova France, les salariés se battent contre un plan de licenciements et l’incompétence de leur
direction qui mène à la destruction du bel outil industriel qu’ils mettent en œuvre.
Jean-François Chaumillat, secrétaire du comité d’entreprise, a fait parvenir le texte qui suit.
De gauche à droite, Bruno Bredoux d'AG2R,
Mme Barral-Boutet, Direccte 38, Géraldine
Nivon de Valéo et Robert Gamez de
Caterpillar.

Le comité général de l'Union départementale FO s'est tenu le
17 juin à Voiron. Une journée
enri-chissante.
Le matin Andrée Thomas, secrétaire confédérale FO a parlé de
l’Europe sociale, du droit au
logement pour tous : "pas de
travail, pas de salaire et pas de
logement."
L’après-midi était consacrée à la
retraite avec les témoignages de
deux délégués syndicaux : Géraldine Nivon de Valéo et Robert
Gamez de Caterpillar, et l’intervention de Direccte 38 et AG2R,
Caisse de retraites complémentaires.
Négocier un plan de départ, le
compte épargne temps, le tutorat, les accords, peuvent permettre l’accès à la retraite dans
de meilleures conditions, parfois
par l’embauche de jeunes.

"Les meilleures intentions, parfois, se retournent contre ceux qu'elles étaient censées
protéger. Il en va ainsi pour cette loi scélérate
(car votée par la gauche) de juin 2013 dont le
but est de sécuriser l'emploi.
Sa perversité, du moins des interprétations
qu'il est possible d'en faire, est visible chez
Aenova France. Qui dit sécurisation de l'emploi
parle bien entendu des salariés, pas des
patrons ni des actionnaires. Pourtant, la direction a proposé, selon les préceptes de cette
nouvelle loi, des négociations… originales.
(…) Elle propose :
• une réduction des salaires,
• une augmentation du temps de travail à 38
heures,
• un PSE (plan de sauvegarde de l’emploi)
d'environ 20 postes modulables (à la hausse)
en fonction des résultats obtenus sur les deux
premiers points.
Ce cocktail, détonnant, est censé ramener
l'équilibre dans les comptes et pérenniser le
site. Pas de contrepartie mentionnée si ce
n'est une vague promesse de pérennité, sans
apport de travail sur le site.
Est-ce bien cela qu'a voulu le législateur ?
Des patrons exploitent, tels des hackers,

Connaître
ses droits
Le prochain stage sur le thème
"connaître ses droit"» aura lieu à
Bourgoin-Jallieu du 15 au 19
septembre. Le code du travail,
les conventions collectives, les
règles de la représentativité…
sont au programme. Ce stage
est animé par le CFMS (Centre
de formation des Militants syndicalistes).

S’inscrire au : 04 76 09 76 36.
Alpes FO - juin 201 4 - n° 1 37

10

toutes les failles des lois mal ficelées censées
protéger emplois et salariés. Finalement, elles
permettent de pressurer un peu plus les
travailleurs.
Le texte complet de Jean-François Chaumillat et
plus d’infos sur fo38.fr

Trouver un repreneur…

L’équipe syndicale a enclenché, dans le cadre
d’un Frau (Fonds régional d’action d’Urgence)
un processus de mobilisation des pouvoirs
publics. La députée de la circonscription mais
aussi la CAPI (communauté d’agglomération
des Portes de l’Isère) sont entrées dans le jeu
et le sous-préfet travaille à la tenue d’une
table ronde de tous les acteurs de ce dossier.
L’objectif, pour l’équipe, est que cette mobilisation permette de trouver un repreneur puisqu’il est acquis que ni le propriétaire (Skye
Pharma), ni le locataire-gérant (Aenova) n’ont
l’intention de poursuivre leur engagement. A
l’heure où nous écrivions, la mobilisation des
pouvoirs publics était bel et bien engagée.
Vivement des résultats concrets !

11

Alpes FO - juin 201 4 - n° 1 37

Fatima Moualid

"Un peu de respect, s’il vous plaît !"

Fatima Moualid, aide–soignante dans
une maison de retraite à Beaurepaire,
pourrait être inscrite dans le club des
syndicalistes qui le sont parce que la
position tête baissée ne leur est pas
naturelle. De ces militants qui avancent
avec, pour colonne vertébrale, quelques
principes.

Le premier est : "On aide les collègues
pas parce qu’ils ont une carte mais
parce que tu te bats contre une injustice.
Ce que je veux ? Un peu de respect, s’il
vous plaît ! Il faut vraiment que cela aille
mieux pour les collègues." Elle sait bien,
aujourd’hui, que c’est ainsi que se tissent les fidélités, se construit un syndicat
fraternel.
Le second principe s’énonce en une
petite histoire, racontée dans un éclat de
rires : "Quand je pense que le directeur
m’a dit que je pouvais utiliser les heures
de délégation pour faire du jardinage, me
promener !" Elle fait autrement et a tout
aussi tranquillement décliné un marché
promotion contre abandon de ses mandats syndicaux. Tête haute et cerveau
alerte, elle sait le contrat indigne et de
peu d’avenir.
Le troisième principe ressemble à une
règle de vie : "Quand quelqu’un a besoin
de toi, t’appelles, tu lui réponds. Quand
tu es responsable syndical, c’est pareil".

Une bonne école et de l’endurance
Il est vrai qu’elle a été à bonne école,
avec Juliette Chatroux dans le rôle de
pédagogue. Alors animatrice du Grou-

pement départemental Santé-Territoriaux
FO, cette dernière l’a accompagnée vers
la titularisation. Un chemin semé d’embûches, sur lequel il a fallu être endurant.
En 1998, Fatima Moualid a pris sa carte
FO et créé le syndicat. "Pas de local, pas
d’heures de délégation, un directeur harceleur…" et, aux élections de 2003, 50 %
des voix.
"Juliette était là pour m’aider à défendre
les collègues, pour me soutenir. Franchement, elle m’a donné l’envie de me
battre. J’ai fait des formations. Philippe
Vallluit, lui aussi, m’a aidée et continue à

m’aider".
C’est heureux, mais que nul n’imagine
une histoire à la bisounours.
Fatima Moualid a un patron haineux
envers les syndicalistes honnêtes. Ajoutez des difficultés dans la vie personnelle. Un rien de lassitude, aussi, lorsque
des instances FO tardent à apporter les
réponses utiles à l’action syndicale.
Et alors ?
Les élections professionnelles auront lieu
dans quelques mois. FO est toujours sur
le terrain et Fatima Moualid travaille avec
la relève.

Bulletin d'adhésion

Union départementale des syndicats Force Ouvrière de l’Isère
site fo : www.fo38.fr
Bourse du Travail - 32, avenue de l’Europe - 38030 Grenoble Cedex 02 - tél. 04.76.09.76.36 – mel : udfo.38@laposte.net
NOM ___________________________________________________ Prénom ____________________________________________
Profession ___________________________________________________________________ nationalité ______________________
Date de naissance _______________________________ Lieu ________________________________________________________
Adresse
complète____________________________________________________________________________________________________
code postal ________________________ ville______________________________________________________________________
Tél. perso.______________________ portable______________________ Mel ___________________________________________
Nom de l’entreprise _____________________________________________________________ Adresse ______________________
________________________________________________________________________ Tél.________________________________
Code N.A.F. de l’entreprise _____________ Convention collective ____________________________________________________
(figurant sur le bulletin de salaire)

(figurant sur le bulletin de salaire)

Date d’adhésion _____________________

Signature :

A remettre à votre responsable syndical ou à adresser à FO ISERE (adresse ci-dessus)

Alpes FO - juin 201 4 - n° 1 37

12

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful