Vous êtes sur la page 1sur 5

Energie mécanique.

I.Travail d’une force.

Un corps soumis à une force peut se déformer temporairement ou définitivement, être mis en mouvement, changer de direction, d'altitude, voire sa température augmenter.

1. Travail d'une force constante lors d'un déplacement rectiligne Une force constante conserve sa direction, son sens et sa valeur au cours du temps.

Le point d'application de la force constante F

 Le point d'application de la force constante F W AB ( F  ) F
 Le point d'application de la force constante F W AB ( F  ) F

W AB

( F ) F . AB

F .l .cos

se déplace rectilignement d'un point A à un point B :

F : valeur de la force en newtons (N)

AB = l : longueur du déplacement en mètres (m)

: angle entre les vecteurs F

et AB

W ( F )

AB

: travail de la force en joules (J)

Travail moteur, résistant ou nul :

la force en joules (J) Travail moteur, résistant ou nul : si  aigu  (

si aigu

( 0° < < 90° )

cos > 0

W ( F )

AB

>0 : travail moteur

> 0   W ( F ) AB >0 : travail moteur si  angle

si angle droit (= 90° )

cos = 0

W ( F )

AB

= 0 : travail nul :

cos  = 0   W ( F ) AB = 0 : travail nul

si obtus ( 90° < < 180° )

cos < 0

W ( F )

AB

<0 : travail résistant

2. Travail d'une force lors d'un déplacement quelconque

Soit un déplacement quelconque de A vers B du point d'application d'une force F .

a.Travail élémentaire de la force

Sur un déplacement élémentaire d l

trajectoire), la force F constante.

Pour ce déplacement élémentaire d l le travail élémentaire de la force F

est :

(entre deux points très voisins de la

peut être considérée comme pratiquement

)

W F F dl

(

.

comme pratiquement  )  W F F dl (   .  b. Travail

b. Travail de la force sur le trajet AB

Pour le déplacement total de A à B le travail de la force F

est la somme de tous les travaux élémentaires :

Remarque : si

F

W

AB

est constante, on peut écrire :

(

W F

F

AB

(

)

)

A

B

W F

(

B

A

) F dl F

.

A

B

  dl F AB

F dl

.

.

B

A

.

Le travail d'une force constante F , entre deux points A et B , est indépendante du chemin suivi

3.Travail du poids

Soit un solide S de masse m dont le centre d'inertie G se déplace de A à B.

Le poids P

Donc :

m g

.

du solide est une force constante.

W ( P ) P.dl P. dl P. AB.cos

AB

A

A

B

 

B

W AB

(

P mg z z

A

)

(

B

)

Le travail du poids d'un corps ne dépend pas du chemin suivi, il dépend de la différence d'altitudes entre le point de départ A et le point d'arrivée B .

W

AB

(

P mg z

)

(

A

z

B

)

mgh

pour un déplacement vers le bas.

 ( A  z B )  mgh pour un déplacement vers le bas. 4.Travail

4.Travail d'une force extérieure appliquée à l'extrémité d'un ressort

exercée par un opérateur sur l'extrémité libre du

ressort de raideur k, l'autre extrémité étant fixe, est appelée tension du

ressort; elle est opposée à la force de rappel F (3 eme loi de Newton). F F k x

La force extérieure

F

e

exercée par le ressort

.

. i



e

Travail élémentaire de la force

Lorsque l'allongement du ressort passe de x à x+dx, dx étant très

petit, la force

F

e

.

F

e

peut être considérée comme constante et le travail

élémentaire s'écrit :

soit:

W ( F )

e

F . .dl .

e

)  

W F k x dx

(

e

F .( dx.i )

e

( k . x.i ).( dx.i )

. i  ) e  ( k . x . i  ).( dx .

Expression du travail de

Expression du travail de la force extérieure lorsque l'allongement algébrique du ressort passe de la valeur x 1 à la valeur x 2

F

e

pour un déplacement fini :

Par méthode graphique :

F e = k.x. La courbe de F e en fonction de x est une droite passant par O.

Le travail élémentaire

ressort de x à x+dx représente l'aire du rectangle de côtés F e (x) et dx. ; celle- ci est très proche de l'aire sous la droite F e (x) entre x et x+dx car dx est très petit.

W F k x dx

(

e

)

.

.

de la force

F

e

pour allonger le

Le travail

W F

12

(

e

)

pour passer de l’allongement x 1 à l'allongement x 2 , est

égal à la somme des travaux élémentaires

de l'aire S du trapèze A 1 A 2 x 2 x 1 qui est égale à la différence entre les aires S 2 et S 1 des triangles OA 2 x 2 et OA 1 x 1 .

W F

(

e

)

. Il est donc très proche

1 x 1 .   W F ( e ) . Il est donc très

W

12

( F )

e

S

S

2

S

1

(

1

2

x

2

.

k x

.

2

)

(

1

2

x k x

1

.

.

1

)

1

2

k x

.

2

2

1

2

k x

.

2

1

W F

12

(

e

)

1

2

k x

.(

2

2

x

2 )

1

Par intégration :

W F

e

)

de la force

F

e

entre les points A 1 d'abscisse x 1 et A 2 d'abscisse x 2 est égal à la somme de tous les

Le travail

travaux élémentaires entre A 1 et A 2 , cette somme est égale à l'intégrale définie :

12

(

W F

12

(

e

)

x

x

1

2

kxdx

1

2

k x

2

x

2

1

W F

12

(

e

)

1

2

k x

.(

2

2

x

2 )

1

Le travail de la force

s'exprime par :

II.Energies

F

e

appliquée à l'extrémité d'un ressort pour passer de l'allongement x, à l'allongement x 2

2 .(

1 k x

W F

12

(

e

 W F 12 ( e )  2 2  x 2 ) 1
 W F 12 ( e )  2 2  x 2 ) 1

)

2

2

x

2 )

1

1. Energie cinétique de translation

Définition :

L'énergie cinétique d'un solide indéformable de masse m est l'énergie qu'il possède du fait de son mouvement

1 E C  m v . 2 2
1
E C 
m v
.
2
2

E c : énergie cinétique en joules (J)

m : masse en kg ;

v vitesse en m.s -1

Relation entre la variation d’énergie cinétique et la somme des travaux des forces appliquées

(Théorème de l'énergie cinétique)

La variation d'énergie cinétique d'un solide en translation dans un référentiel galiléen, entre deux positions A et B, est égale à la somme des travaux des forces extérieures appliquées au solide entre les positions A et B.

  E  E B ( )  E A ( )  W
 E
E B
(
) 
E A
(
) 
W F
(
)
C
C
C
AB ext

2. Énergie potentielle de pesanteur

L'énergie potentielle de pesanteur d'un corps en interaction avec la Terre est l'énergie qu'il possède du fait de sa position par rapport à la Terre. La référence étant prise à l'altitude z = 0.

E PP = m g z

E PP : énergie potentielle de pesanteur en joules (J)

m : masse en kg

g : intensité de la pesanteur en m.s -2

z : altitude du centre d'inertie en mètre (m)

F

e

3. Énergie potentielle élastique d'un ressort

L'énergie potentielle élastique d'un ressort E PE est l'énergie qu'il possède du fait de sa déformation. La référence étant prise pour x = 0 ( ressort détendu).

Cette énergie est égale au travail mécanique de la force extérieure

détendu pour retirer ou le comprimer.

qu'un opérateur exerce sur le ressort

1 E PE  k x . 2 2
1
E PE 
k x
.
2
2

E PE : énergie potentielle élastique en joules (J)

k : raideur en N.m

x

-1

: allongement algébrique en mètres (m)

Cette formule relie la déformation du ressort à l'énergie potentielle de déformation stockée. Un allongement ou un raccourcissement d'une même valeur confèrent la même énergie potentielle de déformation. Cette énergie est liée uniquement à la déformation du ressort. Lorsque le ressort est déformé, il possède cette énergie même si l'opérateur n'agit plus sur lui.

4. Énergie mécanique d'un système

L'énergie mécanique d'un système est égale à la somme de son énergie cinétique et de son énergie potentielle.

E m = E C + E P

5. Énergie mécanique du système « solide-ressort » horizontal

L'énergie mécanique du système est égale à la somme de l'énergie cinétique du solide et de l'énergie

potentielle élastique du ressort :

2

et de l'énergie potentielle élastique du ressort : 2 E m  E C  E

E

m

E

C

E

PE

1

2

m v

.

1

2

k x

.

2

a.En l'absence de frottements :

2

x t

x m v ( t ) v x

( )

cos(

T

0

dx

t

2

0

)

dt



T

0

x

m

sin(

2

T

0

t

0

)

2

x

v

2

( )

t

( t )

x

m 2

cos

4

2

2

T

0

x

2

2

m

(

2

T

0

sin

2

t

0

)

(

2

T

0

t

0

)

D’où :

De plus :

Donc :

E

m

T

0

E

m

E

E

m

m

1

4

2

m

2

2

T

0

x

2

: E m T 0 E m E E m m  1 4  2

m 2

sin

2

(

2

T

0

4

2

k

2

T

0

m

t

0

)

1

2

2

m

k x

cos

2

(

2

T

0

t

0

)

1

k

2

sin

(

t

1

m x

2

1

2

1

2

m

k x

.

k x

.

m 2

m 2

sin

(sin

2

2

T

t

t

0

2

(

T

0

2

T

0

m 2

2

(

0

0

)

1

)

2

k x

.

0

)

2

cos

2

2

2

(

m 2

k x

m 2

cos

(

2

T

0

cos

(

t

2

T

0

2

T

0

t

0

))

t

0

0

)

)

1 k x

2 m

E m

.

2

tan

cons te

L'énergie mécanique du système « solide-ressort » est constante si le système évolue sans frottement :

 

1

2

1

2

1 2 m 2

m v

.

 

1

m 2

 

E m

E

C

E

PE

2

m v

.

2

.

k x

2

.

k x

tan

cons te

Au cours d'une oscillation, il y a conservation réciproque des énergies cinétique et potentielle élastique. Il y a échange d'énergie entre le solide et le ressort. (fig 11 p 307)

b.Avec des frottements :

En présence de frottements, l’énergie mécanique diminue au cours du temps. (fig 12 p 308) La variation d’énergie mécanique, au cours d’une certaines durée, est égale au travail des forces de frottement :

ΔE E E W (f) 0

m

m

2

m

1

12

durée, est égale au travail des forces de frottement :  ΔE  E  E
durée, est égale au travail des forces de frottement :  ΔE  E  E

6. Énergie mécanique d'un projectile dans le champ de pesanteur uniforme L'énergie mécanique du projectile est égale à la somme de son énergie cinétique de son énergie potentielle de

pesanteur :

 

1

 

E

 

E

 

E

   

2

m

C

PP

2

m v m g z

.

.

.

a.En l'absence de frottements :

L'énergie mécanique est constante : E m = E c + E PP = constante

Exemple : chute parabolique : projectile lancé avec une vitesse initiale inclinée par rapport à l'horizontale

t(s)

E

C (J)

E

P (J)

E

m (J)

0

 

90

 

0

 

90

0.15

 

73.68

 

16.32

 

90

0.3

 

59.08

 

30.92

 

90

0.45

 

46.22

 

43.78

 

90

0.6

 

35.08

 

54.92

 

90

0.75

 

25.67

 

64.33

 

90

0.9

 

17.99

 

72.01

 

90

1.05

 

12.04

 

77.96

 

90

1.2

 

7.82

 

82.18

 

90

1.35

 

5.32

 

84.68

 

90

1.5

 

4.56

 

85.44

 

90

1.65

 

5.52

 

84.48

 

90

1.8

 

8.21

 

81.79

 

90

1.95

 

12.63

 

77.37

 

90

2.1

 

18.78

 

71.22

 

90

2.25

 

26.66

 

63.34

 

90

2.4

 

36.27

 

53.73

 

90

2.55

 

47.61

 

42.39

 

90

2.7

 

60.67

 

29.33

 

90

2.85

 

75.46

 

14.54

 

90

EC(J) EP(J) Em(J) 100 80 60 40 20 0 0 0.5 1 1.5 2 2.5
EC(J)
EP(J)
Em(J)
100
80
60
40
20
0
0
0.5
1
1.5
2
2.5
3
temps (s)
énergie (J)

b.En présence de frottements :

L'énergie mécanique diminue au cours du temps. La variation de l'énergie mécanique, au cours d'une certaine durée, est égale au travail des forces de frottements :

ΔE E E W (f) 0

m

m

2

m

1

12