Vous êtes sur la page 1sur 7

Le gothique italien à

Sienne

Simone Martini
« Annonciation »
1333, tempera sur
bois 184x210
Florence Musée
des Offices
Sienne une cité de Toscane à l’ombre de Florence
Duccio di Buoninsegna (1255 - 1319 ?) «
 grand retable » de la cathédrale de Sienne 1308 - ?
Les apôtres distingués par leurs noms Voir aussi Madone de Rucelai
abrégés sur le fond d'or.

Catherin
e
d'Alexan- Jean-Baptiste, Pierre,
drie

Paul, Jean l'Évangéliste,


Jean-Baptiste, Pierre,

au premier plan les quatre saints patrons de Sienne agenouillés :


St Ansanus, Savinus, Crescentius et Victor (soldat vainqueur).

•L'inscription latine sur la base du trône contient le nom du peintre.


•La peinture a orné le grand autel de la cathédrale de Sienne jusqu'en 1505.
•Symétrie - les caractères entourant la Vierge sont divisés en deux rangs par le trône, qui est
l'axe central de toute la composition. Vérifier cette symétrie par les détails des personnages
•Utilisation de l’or, des couleurs…
Un des apôtres sur la partie supérieure
Partie arrière : les scènes de la passion du Christ  (pour plus de détails voir diaporama de Rachel
Seghetchian sur Duccio)
L’agonie dans le jardin des oliviers et l'arrestation du Christ sont au
centre

• Composition complexe : 14 panneaux (environ 100cm x 53 cm) à double scène sauf deux
• Le cycle a commencé au coin gauche inférieur et fini à la droite supérieure, procédant de gauche à
droite d'abord sur la rangée inférieure et puis sur la rangée du haut.
• Noter la fonction différente des scènes représentées des deux côtés de la Maestà.
La partie avant était une image de dévotion destinée à la communauté du fidèle (qui explique sa taille,
clairement visible de chaque coin de l'église), alors que le dos était essentiellement un cycle narratif
destiné à l'observation plus étroite du clergé dans le sanctuaire.
Simone Martini (1284 - 1344) premier peintre de cour (Avignon) :

•Triptyque en bois, saints de


part et d’autre (Ansano à
gauche Marguerite (patronne
des sages femmes) à droite.

•Le décor gothique en bois


sculpté et doré souligne les
positions des personnages>
effet de relief.

•Composition centrée sur le


vase d’orfèvrerie contenant
les corolles du lys traité en
volume

Extrême raffinement des effets visuels : visages finement dessinés, drapés (dont le « kilt flottant »),
contours sinueux, sol de marbre aux veines délicates, dessin de motifs d’orfèvre : ailes de l’ange, siège
de la Vierge, bordure dorée du vêtement, effet de grain qui creuse la surface dorée en saillie comme dans
la phrase : « Ave Maria Gratia Plena Dominus Te cum (Je te salue marie, le Seigneur soit avec toi).
• Une luminosité exceptionnelle
• Fond doré byzantin mais caractère humain de la scène : Vierge inquiète esquisse un geste de retrait.
Lignes horizontales, verticales et obliques,

Taille des figures : humaine, naturelle.

L’illusion de la profondeur : les moyens de la perspective : fond doré, sol fait de


bandes de marbre polychrome, convergence vers le centre en direction du vase
d’orfèvrerie traité en volume contenant les coroles de lys.

Le décor gothique en bois sculpté et doré souligne les positions des personnages>
effet de relief.

-> Redistribution géographique du gothique de la France vers la Bourgogne et surtout


l’Italie et ses grands pôles du commerce international et centres artistiques brillants
(Florence, Sienne, Rome, Naples).

A partir des années 1350 - 1360 on parle de « gothique international » dont Simone
est un précurseur.