Vous êtes sur la page 1sur 25
Belgique-België P.P. 1040 Bruxelles 4 1/4244 P302392 COMMUNITAS Périodique trimestriel avril-mai-juin 2008 Bureau de

Belgique-België P.P. 1040 Bruxelles 4

1/4244

P302392

COMMUNITAS

Périodique trimestriel avril-mai-juin 2008 Bureau de dépôt :

Bruxelles 4

Foyer Catholique Européen Europese Katholieke Foyer Foyer Cattolico Europeo European Catholic Centre Europäisches Katholisches Foyer Katolickie Centrum Europejskie Europaeiske Katolske Center Foyer Católico Europeo Foyer Catolico Europeu

Katolske Center Foyer Católico Europeo Foyer Catolico Europeu APPEL DE FONDS AGENDA Eucharisties BOSSUT 21 juin

APPEL DE FONDS

AGENDA

Eucharisties

BOSSUT

21 juin 2008

Le Conseil d’Administration, les permanents du Foyer et la rédaction de Communitas vous souhaitent une

Le Conseil d’Administration, les permanents du Foyer et la rédaction de Communitas vous souhaitent une joyeuse fête de Pâques !

Sommaire

Avril-mai-juin 2008 n° 336

- Joyeuses Pâques !

2

- Sommaire

3

- Agenda

4

- Editorial : Appel de fonds

5

- Félicitations, Catherine !

6

- P. Troberg : Association Europe-Tiers Monde-40 ème anniversaire

7-8

- C. Sorbi s.j. : Famiglia oggi : perché ?

9

- L. Fabcin : Fête des Saints Cyrille et Méthode – Saints patrons d’Europe

10

- S. Ceramicola : Il Santuario della Madonna di Castelmonte

11-14

- A. Garcia : La esclavitud de la mujer actual : nuevos retos para el feminismo

15-16

- P. Knauer s.j. : primeras comuniones 2008 de la comunidad hispana del Foyer

17

- J. Lecuit s.j. : Contempler Jésus pauvre et humble avec le P. J. Wresinski

18

- W. Felber s.j. : Adieu et „Merci“- L. Vermeir : Remerciements et adieu

19-20

- D. Sadoux rscj : Remerciements des Communautés d’Origine étrangère à Lode

21

- W. Felber s.j. : Inter-catéchèse du 8 mars 2008

22

- Bossut : Fête champêtre d’été : 21 juin 2008

23

- Plan de Bossut

24

Editeur Responsable :

Roberto Pietrasanta – Foyer Catholique Européen, 51 rue du Cornet – 1040 Bruxelles Tél. : 02/233 53 10, Fax : 02/230 05 56, E-mail : fce@skypro.be, Site Web : www.fce.be

Pour recevoir « Communitas » sous forme électronique, envoyez-nous votre adresse courriel.

Notre compte bancaire :

n° 210-0370661-76 chez Fortis banque données internationales : Code IBAN : BE91 2100 3706 6176 – Code BIC : GEBABEBB

Le Foyer ne bénéficie d’aucune subvention. Vos dons seront les bienvenus !

Virement = supplément à Communitas

Date

20

mars 08

21

mars 08

22

mars 08

23

mars 08

23

mars 08

24

mars 08

10

avril 08

27

avril 08

03

mai 08

10

mai 08

24

mai 08

21

juin 08

Agenda

Heure

19.00

Jeudi Saint

19.00

Vendredi Saint

22.00

Veillée pascale

10.00

Eucharistie

11.00 Eucharistie

10.00

20 h 30

9 h 30

h 00

h 00

h 00

h 00

16

11

15

11

Eucharistie

Assemblée Générale

1 ère COMMUNION

1 ère COMMUNION CONFIRMATION INTERNATIONALE 1 ère COMMUNION

Fête champêtre d’été

Communauté Lieu

toutes

toutes

toutes

polonaise

FCE

FCE

Cdr

St

Dominique

St

François

FCE

FCE

St

François

St Marc

St Marc

St Marc

BOSSUT

italienne

polonaise

toutes

italienne

francophone

toutes

espagnole

toutes

Activités régulières au Foyer

Date

Heure

Communautés

Lieu

Lundi et Vendredi

13 h 15

Eucharistie de semaine

toutes

FCE

Samedi

18 h 00

Eucharistie dominicale

italienne

FCE

Samedi

19 h 15

Eucharistie dominicale

espagnole

FCE

Dernier samedi du mois

18 h 30

Eucharistie commune

toutes

FCE

Dimanche

20 h 00

Eucharistie dominicale

polonaise

FCE

Il n’y aura pas de messe dominicale en polonais à 20 h le dimanche 23 mars.

FCE = Foyer Catholique Européen CdR = Chapelle de la Résurrection Saint-François = avenue Père Damien 29 – 1150 Bruxelles Saint-Dominique = avenue de la Renaissance 40 – 1000 Bruxelles

Cher(e)s Ami(e)s, Editorial APPEL DE FONDS À vous tous qui participez aux célébrations, conférences, réunions,

Cher(e)s Ami(e)s,

Editorial APPEL DE FONDS

À vous tous qui participez aux célébrations, conférences, réunions, rencontres de formation et de catéchèse pour les jeunes et les adultes, activités pour les jeunes et moments de convivialité de notre association, vont nos remerciements pour l'estime que vous témoignez à la mission que le Foyer s'efforce de réaliser – déjà depuis plus de quarante ans – avec le soutien de la Compagnie de Jésus.

C'est cette estime qui nous encourage à lancer, encore une fois, un appel de fonds extraordinaire pour permettre au Foyer de continuer à développer les activités qui vous tiennent à cœur.

Comme vous le savez, le Foyer Catholique Européen ne reçoit aucun financement externe et vit exclusivement des contributions de ceux qui participent à ses activités, principalement les messes dominicales et les catéchèses de Première Communion et de Confirmation. On doit cependant constater que seulement un petit nombre parmi les nombreuses personnes qui bénéficient des services du Foyer participent aux dépenses que l'association doit prendre en charge pour assurer un minimum de secrétariat, entretenir des locaux accueillants pour les rencontres et réunions, et faire face aux frais d'électricité, de téléphone, de chauffage, de personnel, etc.

Je suis persuadé que l'attachement qui vous lie à notre association, à ses finalités et à son histoire justifiera l'insistance avec laquelle vous est adressé cet appel de fonds.

Vos contributions peuvent être versées sur

le compte de l'association n° 210-0370661-76

au moyen du bulletin ci-joint ou par virement international. Tout apport, même modeste, sera le bienvenu. Mais c'est en donnant à votre banque un ordre permanent de versement régulier et périodique que vous nous permettrez encore mieux d'organiser notre budget et de programmer nos activités.

Dès à présent, MERCI !

et de programmer nos activités. Dès à présent, MERCI ! Roberto Pietrasanta Président du F.C.E. Pour

Roberto Pietrasanta Président du F.C.E.

Pour des virements de l’étranger:

BIC GEBABEBB

IBAN

Dans l’Union Européenne, les virements sont gratuits (ou coûtent le prix d’un virement national)

BE91 2100 3706 6176

Félicitations, Catherine!

C'est

avec joie et une certaine fierté que nous avons appris de la décision de Sa Sainteté le Pape Benoît

XVI

d'honorer notre amie Catherine Roba du titre de Commandeur de l’Ordre de Saint Sylvestre-

Pape. Cette distinction lui sera décernée par Monseigneur Jozef De Kesel, évêque auxiliaire pour Bruxelles, en présence de Monseigneur André Dupuy, nonce apostolique auprès des Communautés Européennes et du Père Mark Rotsaert s.j., Président de la conférence des provinciaux européens de la Compagnie de Jésus. Professeur de religion catholique dans les trois écoles européennes de Bruxelles depuis 1969 et, à partir de 1987, responsable de l’enseignement de la religion catholique pour les écoles européennes à Bruxelles - sur nomination du Cardinal Danneels à la demande du Président de la Conférence des Provinciaux européens de la Compagnie de Jésus - Catherine Roba fait partie de la famille du Foyer Catholique dès sa fondation. Membre du Conseil d'administration et du Conseil pastoral de notre association elle a été, pour plusieurs années, vice-présidente du Foyer. C’est au Foyer que les grandes réunions des professeurs sont organisées par Catherine Roba. Au Foyer se trouve, d'ailleurs, le secrétariat de l’enseignement de la religion catholique aux écoles européennes où Catherine assure un précieux contact entre le FCE et les enfants, les jeunes et les enseignants de religion. L'attribution de cette importante distinction nous offre l'occasion de dire à Catherine Roba toute la reconnaissance du Foyer Catholique Européen pour le travail que elle accomplit avec rare compétence et grande professionnalité dans un ambiance, celui des Ecoles européennes, de plus en plus difficile car de plus en plus fermé aux raisons qui militent à faveur d'une connaissance des valeurs dont les religions sont porteuses.

connaissance des valeurs dont les religions sont porteuses. Merci, Catherine et toutes nos félicitations! Communitas et

Merci, Catherine et toutes nos félicitations!

sont porteuses. Merci, Catherine et toutes nos félicitations! Communitas et tout le Foyer Catholique Européen 7

Communitas et tout le Foyer Catholique Européen

Association Europe – Tiers Monde - 40 e anniversaire

Pour une fois, je prends la parole dans COMMUNITAS pour faire de la publicité. Mais il ne s’agit pas d’une réclame banale. Du fond du cœur je suis convaincu que je parle pour une bonne cause. D’ailleurs, je travaille pour cette cause depuis plus de 30 ans. Beaucoup d’entre vous connaissent déjà l’œuvre que je veux vous présenter: L'Association Europe-Tiers-Monde qui a le bonheur de célébrer cette année son 40e anniversaire. Elle a été créée en 1968 par des fonctionnaires travaillant dans la coopération au développement, dans l'agriculture et dans d’autres DGs de la Commission, ainsi que dans les autres institutions, le Conseil, les services au Luxembourg, à Ispra.

Le statut de l’association est celui d’un Organisme Non-Gouvernemental de Développement, avec la particularité qu’Europe-Tiers Monde est entièrement entre les mains du personnel des institutions européennes. Nous ne recevons aucune subvention de la Commission, tout en bénéficiant de son appui moral. Nous comptons sur l'expérience professionnelle de nos membres pour l'examen des propositions de financement, l'évaluation des projets ou la gestion des fonds. Nos responsables sont tous volontaires, de sorte que nos frais administratifs sont minimes (moins de 2% de notre budget).

Les membres s’engagent à une contribution annuelle d'au moins 0,3% de leur salaire ou pension, approximativement l'équivalent d'un jour de travail par année (ou, pour illustrer la formule davantage :

3 € par mois ou 36 € par an pour chaque millier d’Euro de salaire ou pension). Les 560 membres actuels génèrent ainsi un budget annuel de 130.000 à 140.000 €, suffisant pour financer 15 à 20 micro-projets par an. Qu'est-ce qu'un micro-projet? Nous fournissons ce qui est nécessaire à des petits projets pour démarrer. Ainsi, nous aidons nos partenaires - en Afrique, en Amérique Latine ou en Asie - à s'aider eux-mêmes. Il s'agit, en moyenne, d'investissements de 6000 à 8000 € environ, en matériel ou en équipement (p. ex. forages de puits, mise en place d'un atelier, fourniture de semences, de panneaux solaires).Souvent, les associations de développement plus importantes (telles qu’OXFAM par exemple) avec lesquelles nous coopérons ne peuvent disperser leurs ressources dans des projets de taille si modeste, tandis que ceux-ci sont justement notre spécialité.

Nous maintenons des liens étroits avec les projets locaux que nous soutenons, soit par les visites à Bruxelles des promoteurs de ces projets, soit par celles que certains de nos collègues peuvent faire sur place, à l’occasion d’un voyage touristique dans ces pays, ou encore à travers nos liens avec de grandes associations dont le personnel en poste dans les pays concernés peut nous envoyer des rapports de suivi sur nos projets.

Après quarante ans d'existence, notre plus grand souhait est de continuer à promouvoir nos objectifs auprès du personnel des institutions européennes. Nous sommes heureux de compter encore parmi nous toujours quelques membres fondateurs. Il est temps, cependant, d’impliquer de nouveaux collègues. Si vous êtes motivés à soutenir directement les populations des pays en développement, contactez-nous, soit sur notre site www.europethirdworld.eu , soit par courrier à etm.etw@coditel.net.

Et si vous souhaitez faire connaissance avec nous de façon plus directe et informelle, venez à la soirée du 11 avril que nous organisons à la «Ferme Rose» (Av. de Fré 44, Uccle, 18.30 h). Vous pourrez y voir un spectacle (auteur : Dario Fo) et participer à un diner-buffet (prix d’ensemble 25 € - réservation via notre site www.europethirdworld.eu ). Par ailleurs, notez d’ores et déjà la date de notre Assemblée Générale : elle se tiendra en juin et vous donnera l’occasion d’entendre une conférence d’actualité sur la politique de développement – détails à suivre (visitez pour cela notre site).

L’intérêt que vous porterez à ce message, voire votre adhésion, sera le plus grand cadeau d’anniversaire que vous puissiez nous faire ! Je vous en remercie d’avance

Peter TROBERG

Stowarzyszenie Europa - Trzeci świat - 40-te urodiny

Wyjątkowo zabieram głos w COMMUNITAS aby robić reklamę. Nie jest to banalna reklama. Szczerze wierzę że działam w dobrej sprawie. Zresztą pracuję dla tej właśnie sprawy już od 30 lat. Wielu z Was już zna naszą działalność którą chcę Wam tutaj przedstawić: stowarzyszenie Europe- Tiers-Monde które w tym roku ma przyjemność obchodzić 40-te urodziny . Założone w roku1968 przez funkcjonariuszy pracujących w kooperacji i rozwoju, w rolnictwie oraz w różnych Głownych Zarzadąch Wspólnoty Europejskiej, i w innych instytucjach, w Radzie, i w departamentach Luksemburga, i w Ispra.

Status stowarzyszenia Europe-Tiers Monde jest statusem organizacji pozarządowej , ale wyróżnia sie tym, że jest całkowicie w rękach pracowników Wspólnoty Europejskiej. Nie otrzymujemy żadnej dotacji z Komisji, choć mamy jej wsparcie moralne. Liczymy na doświadczenie zawodowe naszych członków w rozpatrywaniu propozycji dofinansowania projektów i ich oceny, oraz rozporzadzaniem funduszami. Członkowie zarządu są wolentariuszami więc nasze koszty działalności są minimalne (mniej niż 2% naszego budżetu).

Członkowie deklarują składkę w wysokości conajmniej 0,3% swoich dochodów, w przybliżeniu jeden dzień pracy (na przykład : 3 € miesięcznie lub 36 € rocznie na każde 1000 € dochodu). Obecnie 560 członków tworzy roczny budżet w wysokości 130.000 do 140.000 €, wystarczający na sfinansowanie 15 do 20 mikro projektów rocznie. Co to jest mikro projekt? Dostarczamy to co jest potrzebne na rozpoczęcie danego projektu, pomagamy naszym partnerom - w Afryce, w Ameryce Łacińskiej czy w Azji w procesie usamodzielnienia. Szczególnie chodzi tutaj o średnie inwestycje w wysokości od 6000 do 8000 € , w materiałach lub wyposażeniu (płody rolne, wykop studni, zakładanie warsztatów, instalacja baterii słonecznych). Często większe i bardziej znane stowarzyszenia (takie jak OXFAM na przyklad) z którymi często kooperujemy nie wydają srodków na tak małe projekty, przez to tego typu inwestycje stały się naszą specjalnością.

Utrzymujemy ścisły kontakt z lokalnymi projektami które wspieramy albo spotykając się w Brukseli z ich promotorami albo przy okazji prywatnych wizyt naszych kolegów w tych miejscach lub też dzięki naszym partnerom z NGO.

Po czterdziestu latach działalności, naszym pragnieniem jest przybliżenie naszej działalności w środowisku pracowników związanych z Instytucją Europejską. Jesteśmy zaszczyceni obecnością jeszcze kilku założycieli tego stowarzyszenia. Przyszedł jednak czas na przyjęcie nowych członków. Jeżeli jesteście Państwo gotowi wspierać ludność krajów rozwijających się, prosimy o kontakt, przez naszą stronę: www.europethirdworld.eu , lub przez mail: etm.etw@coditel.net.

Jeśli chcecie nas poznać bliżej i bardziej nieformalnie, zapraszamy na wieczór który organizujemy 11 kwietnia na «Ferme Rose» (Av. de Fré 44, Uccle, 18.30 h). Możecie zobaczyć spektakl teatralny - przedstawienie w języku francuskim (autor : Dario Fo) i uczestniczyć w obiedzie (cena za obiad i spektakl wynosi 25 € - rezerwacja przez naszą stronę: www.europethirdworld.eu ). Dodatkowo

informujemy że przyszłe zebranie odbędzie się 6 czerwca. Będzie okazja usłyszeć

dotyczacą aktualnej polityki rozwoju i kooperacji- szczegóły do śledzenia na naszych stronach

internetowych.

konferencję

Wasze zainteresowanie nasza działanością jest największym prezentem urodzinowym który możecie nam sprawić!

Z góry Wam dziekuję i zapraszam.

Peter TROBERG

Famiglia oggi : perché ?

Famiglia oggi : perché ? Filippo Lippi, Madonna con bambino Cari amici, in preparazione alla Pasqua

Filippo Lippi, Madonna con bambino

Cari amici, in preparazione alla Pasqua ho pensato di scrivervi per aiutarvi a riflettere ed approfondire la vostra vocazione matrimoniale. La famiglia è diventata in questi ultimi anni un tema nuovamente dibattuto sui "magazines", sui giornali e svariatissimi siti Internet. Si cerca di scuotere l'opinione pubblica da tradizionali posizioni ritenute ormai antiquate, sui problemi e sulla natura stessa della famiglia. Oggi per la cultura occidentale e per una certa opinione pubblica da essa influenzata fa problema un pò' tutto della famiglia. Ciò che si vuole più dominante è l'atteggiamento di libertà assoluta dei componenti la coppia, sicché essa viene concepita al più solo come fatto funzionale. La coppia serve (non è) solo per un comune cammino e finché esso è in atto. Poi essa si dissolve in nuovi orizzonti di nuovi progetti, cammini, mete in cui ciascuno è protagonista di sé e di sé solo: l'altro o l'altra sono ormai scomparsi. Insomma primeggia la libertà dell'individuo, non la coppia e l'impegno che l'ha costituita. Predomina così una libertà lasciata a se stessa, non un progetto di amore che unisce due "io" in un "noi" definitivo. E' proprio il definitivo che si vuol superare, in nome di una volontà individuale capace –o così sembra- di conseguire una felicità. E' il progetto dell'uomo e della donna soli con se stessi. Questo sogno di totalità tuttavia è ben lungi dal realizzarsi. Vediamo ogni giorno coppie che si dividono, figli in difficoltà, immense solitudini che si ampliano. Ci domandiamo :

è davvero questo il progetto di felicità a cui l'uomo post moderno tende? Ci viene da rispondere che, certo, l'uomo lasciato a se stesso riesce a realizzare questo e, ahimè, solo questo. Tutto questo mette in luce la debolezza e la ristrettezza del progetto dell'uomo solo.

La Rivelazione cristiana orienta invece ad altri scenari. La coppia nasce da un'esperienza di amore umano che si apre all'Assoluto, a Dio stesso e alla sua natura di conoscenza e amore. Lo sguardo della Fede squarcia nuovi orizzonti alla ragione e al cuore dell'uomo e della donna. Essi scoprono nella piccolezza e nella fragilità dei loro sentimenti una presenza e una consistenza che non viene da loro, ma, per un miracolo della Provvidenza, da una vocazione divina. Il progetto della coppia costituisce così nella sua più profonda entità un patto che possiede in sé una scheggia di infinito. E' questa Fede che dona la forza del dimenticarsi di sé per "svanire" nell'altro/a, senza d'altra parte, perdere nulla della propria identità personale. Pienamente umano e pienamente divino s'incontrano e sono inestricabilmente uno: "i due saranno una sola carne". Questa è la prospettiva cristiana della coppia e della famiglia : perciò si può ben affermare che la famiglia è la cellula della società e della Chiesa. E' da lì la sorgente dell'educazione, grande compito della coppia per almeno due decenni. Da un'educazione aperta all'Assoluto e al prossimo matureranno frutti di pace, solidarietà e rispetto degli uomini e del creato che è dato all'uomo per essere ben amministrato, curato e sviluppato. Da qui scaturisce l'ottimismo salvifico del credente che non è perciò mai solitario protagonista di un incerto itinerario, ma, al di là di questo e pur tra nuvole, ombre e tempeste, riesce a intravedere un punto di approdo certo e sicuro.

Buona Pasqua !

Carlo SORBI s.j.

14 Février

FETE DES SAINTS CYRILLE ET MÉTHODE

Saints patrons d’Europe

Cyrille et Méthode naquirent en Grèce, à Thessalonique, du magistrat noble Léon, père de cinq autres enfants. Les deux frères se firent moines et après 840, ils commencèrent à prêcher ensemble en Asie Mineure.

Quelques années plus tard, le prince Ratislao, souverain de Moravie, voulant soustraire son Etat à l’influence politique des évêques allemands, demanda à l’empereur de lui envoyer un évêque et des missionnaires qui connaissent les langues de son peuple. La tâche fut confiée à Méthode et Cyrille qui parlaient bien la langue paléoslave. En 863, les deux frères se rendirent en Moravie où ils se consacrèrent surtout à la prédication, à la formation du clergé et à la traduction en paléoslave des libres liturgiques byzantins et latins. Le clergé allemand accusa d’hérésie les deux frères mais en 868, le Pape Hadrien II approuva l’usage de la langue slave dans la liturgie et c’est à cette occasion qu’il ordonna prêtre Méthode. En décembre de la même année, Cyrille tomba malade et mourut en décembre 869 à l’âge de 42 ans.

Par contre, Méthode, devenu évêque de Sirmio, fut envoyé comme légat pontifical en Moravie. Là, il fut arrêté et emprisonné pendant trois ans suite aux accusations d’hérésie de la part des évêques allemands. Libéré par le Pape Jean VIII et puis de nouveau accusé, il parvint enfin à faire rétablir la liturgie slave. Il mourut en 885.

Avec l’encyclique Egregiae virtutis du 31 décembre 1980, Jean Paul II a proclamé Méthode et Cyrille compatrons d’Europe avec S. Benoît de Norcia, pour leur soutien en faveur de notre continent.

De plus, le 2 juillet 1985, le Pape, dans l’encyclique Slavorum apostoli, en définissant Méthode et son frère Cyrille praecursores aecumenismi, en référence à leur œuvre en faveur de l’unité entre l’Orient et l’Occident, en confirme la très grande importance et la vive actualité.

L’œuvre de S. Cyrille et S. Méthode, deux frères unis dans la prédication et dans l’évangélisation même au péril de leur vie, doit assurément être rappelée par l’Eglise et par nous tous. Leur soutien fondamental a créé union et a ouvert de nouvelles portes à la foi chrétienne, a aidé l’Europe à se christianiser et, pour réaliser cet ambitieux projet, les deux saints ont tout donné d’eux-mêmes. Ils ont été de véritables missionnaires, ils ont fait de toute leur vie une mission et la parole de Christ et devenue leur pain quotidien.

Oui, leur projet de vie a été très ambitieux, peu de gens se sentent prêts pour des entreprises de cette importance mais même avec de petits gestes, il est possible de réaliser de grandes choses, rendant la parole de Christ vie véritable, également dans notre vie de tous les jours.

-----------------

Mission Catholique Slovaque Rue Jenneval 10 1000 Bruxelles Belgique Tel: +32 499 240071 E-mail: mail@SKMBrussels.be

Lubomir FABCIN

Il Santuario della Madonna di Castelmonte

Il Santuario della Madonna di Castelmonte di Simone Ceramicola A ridosso delle Alpi Giulie, in terra

di Simone Ceramicola

A ridosso delle Alpi Giulie, in terra Friulana, arroccato su uno sperone di roccia alla sommità

di una collina (618 m sul livello del mare), a circa 8 km da Cividale del Friuli e 25 da Udine, nelle vicinanze del confine tra Italia e Slovenia, nel comune di Prepotto, sorge l'antico borgo

di

Castelmonte ricco di un fascino singolare e attraente.

Di

origine romana, l'intero complesso, ben strutturato e circondato da alte mura, mantiene

inalterato il suo stile di roccaforte. In esso si trova il Santuario dedicato alla Beata Vergine di Castelmonte o, come lo chiamano i friulani, "Madone di Mont" e gli sloveni "Stara gora" (antico monte).

Perché mai Castelmonte è diventato un celebre Santuario della Vergine Santa, noto non solo

nel Veneto, in Friuli ed in Italia, ma - si può ben dire - in tutte le parti del mondo ? Vi si

ricorda, forse, una Apparizione della Madonna come a Lourdes od a Fàtima od in altri Santuari minori ? Oppure la Divina Provvidenza ha consentito che quassù si ottenessero, per intercessione di Maria, delle Grazie straordinarie, così da farne un trono regale della potenza mediatrice della Madonna ed un luogo sacro alla pietà mariana dei fedeli ?

Queste sono, probabilmente, le prime domande che si pone ogni pellegrino, con una legittima

curiosità. Ebbene, sì: qui la Madonna ha ottenuto ed ottiene ai suoi devoti segnalati prodigi,

sia materiali che spirituali, tanto che codesto monte già cinque secoli or sono veniva chiamato

« MONTE DELLE GRAZIE ». Ma, all’inizio, vi è forse apparsa la Madonna ? Ecco una

domanda a cui è difficile rispondere. Il Santuario di Castelmonte è antichissimo: uno tra i più

antichi d’Italia e di tutta la cristianità.

Le origini

Le sue origini potrebbero risalire al V-VI secolo, anche se le prime notizie dirette sono posteriori. Uno scritto dell’anno 1175 fa capire che il santuario era meta di numerosi pellegrini, segno che era noto ed esisteva da tempo. Verso la metà del Duecento, altri documenti testimoniano che il santuario godeva di un notevole splendore.

Attraverso i secoli, durante le guerre, le invasioni o altre catastrofi, il borgo fortificato di Castelmonte ha dato rifugio alle popolazioni dei dintorni. Si è sviluppato così un rapporto sempre più stretto tra il santuario e la gente di questi luoghi.

Il 21 settembre 1469, un fulmine appiccò un devastante incendio al santuario e al borgo. I danni furono gravi, ma, dieci anni dopo, l’8 settembre 1479, la chiesa era di nuovo ricostruita, più bella e più grande di prima ed anche il campanile era stato rifatto.

La statua della Madonna

Fu allora, senza dubbio, che venne intronizzata la statua della Madonna col Bambino, quale si venera attualmente al Santuario. E’ in pietra massiccia e pesa oltre quattro quintali. Essa sostituisce probabilmente una precedente statua in legno. L’immagine antica riproduceva la Madonna col Bambino nell’atteggiamento « regale », di cui si hanno esempi nella Chiesa d’Aquileia sino dal secolo VI. L’immagine inaugurata nel 1479, pur conservando l’impostazione generale della precedente, sottolineò il valore « materno » della Vergine col particolare del Bambino Lattante, secondo le tendenze di quel secolo; particolare che venne ridotto assai nel 1904, sino ad assumere la forma attuale.

ridotto assai nel 1904, sino ad assumere la forma attuale. La statua, benché non riveli la

La statua, benché non riveli la mano di un artista di grido, si è meritata dai devoti l’appellativo di « Madonna viva » per l’immediatezza popolana e la soavità che ne traspira. E’ davvero la « Mamma » !

La cripta

La cripta è la parte più antica del santuario e fu il primo luogo di culto. Originariamente di modeste dimensioni, è stata ampliata in due riprese (1954 e 1962) fino alle dimensioni attuali, uguali a quelle della chiesa soprastante. Il gruppo scultoreo in legno con l’arcangelo S. Michele e il diavolo è del 1963 e riproduce un gruppo simile precedente, più volte rifatto nel corso dei secoli.

Qui si trova un numero impressionante di ex-voto, testimonianza della vasta devozione popolare e del profondo legame tra la Madonna e la gente di questa zona.

8 settembre: festa del santuario

La festa della Natività della Beata Vergine Maria, l’8 settembre, è la più importante del santuario. Dal 1976, anno del disastroso terremoto che sconvolse il Friuli, si rinnova ogni anno un grande pellegrinaggio votivo della diocesi di Udine, con la partecipazione dell’arcivescovo, di molti sacerdoti e di migliaia di fedeli.

Confraternita: assistenza religiosa e spiritualità

Il santuario ha il suo portavoce nel mensile “La Madonna di Castelmonte”, periodico mariano

tra i più diffusi d’Italia, curato dai frati cappucccini, che, dal 1913, prestano servizio e assistenza religiosa nel santuario. Il periodico funge da organo di collegamento tra tutti gli

associati alla “Confraternita Universale Madonna di Castelmonte” (CUMC), fondata nel 1480, che riunisce i devoti della Madonna di Castelmonte sparsi nel mondo.

Presso il santuario si possono trovare accoglienza e animazione per esercizi spirituali, ritiri, incontri di preghiera e di spiritualità. I pellegrini possono trovare ospitalità presso l’accogliente albergo “Casa del pellegrino” e nell’ampio ristorante “Al piazzale” , capace di 300 posti.

Conversazione con il Padre Rettore

Responsabile della comunità dei cappuccini è fra Franco Carollo, giovane e dinamico Padre Rettore del Santuario della Beata Vergine di Castelmonte. L’abbiamo incontrato di recente e gli abbiamo posto alcune domande.

Padre Franco, che cosa spinge oggi le persone ad andare in un santuario mariano come quello di Castelmonte ?

I motivi possono essere molti, più o meno chiari. Dal bisogno di una guarigione fisica, alla ricerca del senso della vita; dalla richiesta di aiuto per una situazione particolare di disagio, al bisogno di pace e di serenità; dalla semplice curiosità per un luogo interessante, all’incontro con la misericordia di Dio nel sacramento della riconciliazione; dall’affetto e dalla devozione per la Vergine Santa, al desiderio di un cammino di fede più vivo e maturo; dal bisogno di estraniarsi dalla routine di sempre, all’incontro vero nella preghiera e nel silenzio…. Comunque sia, credo che nessuno riparta

come era giunto: il santuario offre a tutti qualcosa che va oltre le aspettative e rivela la novità

di Dio che ti raggiunge e ti incontra in modo inaspettato e sempre inedito.

Lei ci ha parlato di ricerca del sacro e di ricerca di Dio, può spiegarci meglio ?

A volte si confondono le due cose. Ma è anche semplice capirne la diversità.

La ricerca di Dio è ricerca di una persona; è desiderare l’incontro con un Tu che riconosci

essere all’origine della tua vita e della tua storia; è lasciarsi amare da Colui che ti ha da sempre amato e per sempre ti amerà; è assaporare una storia che è di misericordia e di perdono e diventa testimonianza di fede; è una relazione con il Tu che da senso alla tua

Meglio

esistenza e di fronte al quale tu ti riconosci nella tua dignità di creatura e di figlio…

ancora è accorgersi di essere da sempre cercato da Qualcuno, perché da sempre voluto e amato; è incontrare Gesù nella propria vita e lasciarsi affascinare dalla sua bellezza e dal suo amore.

Dio può essere assente, non fa

problema! Al centro c’è l’uomo con tutto il suo mondo e i suoi bisogni religiosi da

Nel “sacro”

soddisfare…

La ricerca del sacro, si capisce, si muove su altri versanti…

le

sue pratiche da osservare… i suoi desideri da realizzare…

possiamo farci entrare tutto: colui che rischia di restare fuori è proprio Dio.

Come vede la situazione religiosa odierna in Italia e in Europa ?

La domanda è grossa! Dare uno spaccato della situazione religiosa oggi in Italia e in Europa non è certamente facile. Si rischia di cadere nei soliti luoghi comuni, senza cogliere in profondità la complessità della situazione. Ci sono delle difficoltà, lo sappiamo, ma anche delle belle opportunità e dei consolanti segni di vitalità e di fede vissuta nella gioia e nella forza di una testimonianza seria e credibile. Più che guardare ciò che non va e abbandonarsi ad analisi che non sempre rivelano il polso della situazione, con il rischio di cadere nel pessimismo, è opportuno valorizzare il bene e diventare operatori di bene là dove operiamo. La speranza e l’ottimismo sono un distintivo del cristiano.

Che cosa pensa debba fare un cristiano oggi in Europa ?

Quello che sempre gli è chiesto di fare, ieri come oggi. Nella semplicità della propria esperienza vivere la fede in modo coerente e gioioso. Credere che Gesù è risorto e vivo in mezzo a noi! Crederlo intessendo relazioni buone con tutti,

annunciando il Suo perdono con gesti concreti di misericordia, innervando la realtà sociale di valori cristiani vissuti, testimoniando la bellezza dell’amore cristiano con una vita pura e casta, operando con onestà e rettitudine, facendo risplendere il Vangelo in tutta la sua forza e

la sua novità.

Oggi, come sempre, c’è bisogno più di testimoni che di maestri. Il cristiano, aperto al dialogo

e all’accoglienza, non teme comunque di annunciare il suo Signore e di additarlo come

l’unico salvatore del mondo. In un mondo che cambia, l’unico linguaggio che continua ad essere comprensibile a tutti è il linguaggio dell’amore. Gesù stesso ai suoi disse e continua a

dire: da questo sapranno che siete miei discepoli, se avrete amore gli uni per gli altri.

************

********

****

LA ESCLAVITUD DE LA MUJER ACTUAL :

NUEVOS RETOS PARA EL FEMINISMO

La sociedad ha pasado de ofrecer a las mujeres la posibilidad de trabajar fuera de casa a obligarles a ello. Impidiéndolas ejercer su derecho fundamental como mujer a ser Madre en toda la extensión de la palabra.

En estos momentos de campaña electoral en España, resulta desalentador observar que ninguno de los partidos políticos presentan en sus programas propuestas progresistas, que realmente supongan una solución para el importante problema que viven las mujeres de la sociedad actual. Me refiero a la imposibilidad o enorme dificultad que tiene hoy día la mujer para ejercer libremente uno de sus derechos fundamentales, el derecho a ser MADRE, en el más amplio sentido de la palabra. Es decir, no sólo concebir sino también criar y cuidar de sus hijos, al menos durante los primeros años de vida.

Hoy día a la mujer se le exige infinitamente más que a nuestras madres o abuelas. Socialmente no es valorada sino desempeña un puesto de trabajo y triunfa profesionalmente. Económicamente se ve forzada a trabajar para cubrir las necesidades de la economía doméstica familiar y para ser financieramente autosuficiente e independiente de su pareja. A todo ello hay que añadir que debe ser buena esposa, ama de casa, amante, compañera y madre. Teniendo en cuenta además que el trabajo de ser “ama de casa” no esta valorado socialmente, sino que a veces es hasta vilipendiado y que el Estado no otorga a estas mujeres los mismos derechos que a los trabajadores por cuenta ajena: un salario digno y jubilación. Todo ello provoca que la mujer se plantee no solo comprometerse matrimonialmente sino renunciar o retrasar todo lo posible su maternidad o tener el menor número de hijos.

Son muchas las mujeres frustradas y estresadas por esta situación de “esclavitud social y económica” que les impide realizarse como mujer en toda su plenitud. Se ven forzadas a poner continuamente en la balanza su carrera profesional, su independencia económica o su reconocimiento social, frente al deseo de tener hijos y proporcionarles todo los cuidados necesarios y su amor, sin agobios ni presiones. El tratar de compaginar ambos papeles, trabajadora y madre, les ocasiona una gran ansiedad que se traduce habitualmente en la toma masiva de ansiolíticos, en depresiones y muy a menudo en conflictos familiares con los hijos y el marido, que acaban a veces conduciendo a la ruptura matrimonial.

A nuestros políticos lo único que se les ocurre para lo que ellos llaman la “conciliación de la vida familiar y profesional” es ampliar a unas pocas semanas el permiso de maternidad, aumentar el número de guarderías o promover el trabajo a tiempo parcial o el telé-trabajo. En otros países mas avanzados socialmente del norte de Europa, se están tomando el problema mucho mas en serio y valorando mejor el importante beneficio para la sociedad en su conjunto que proporciona la mujer que permanece en casa al cuidado de sus hijos, estableciendo medidas mas avanzadas como un salario para estas mujeres y otorgándoles una excedencia laboral por varios años, en la que mantienen todos los derechos.

Paralelamente, se esta produciendo un fenómeno social entre las mujeres con alta formación educativa, de renuncia a su carrera profesional en beneficio del cuidado de sus hijos. El problema es que hoy en día, al contrario que en el pasado, son pocas las parejas que con un solo sueldo puedan mantener una familia.

Contradictoriamente, en muchas ocasiones lo que ocurre es que el salario que perciben las mujeres se emplea en gran medida al pago de servicios de guardería o actividades extra- escolares para poder tener libertad para trabajar y garantizarles una pensión de jubilación.

La sociedad ha pasado pues de ofrecer a las mujeres la posibilidad de trabar a prácticamente obligarlas a ello.

Ante esta situación se requieren por tanto, medidas más progresistas o mejor dicho, verdaderamente feministas; puesto que beneficiarían a las mujeres en toda su dimensión humana. Por ejemplo: 1) asegurando el Estado mediante leyes que en el caso de renuncia a trabajar para concebir y cuidar a sus hijos, su economía y sus derechos laborales no se verán gravemente quebrantados. Es decir, percibiendo un salario social y contabilizando el tiempo en el que ejerce su maternidad a efectos de jubilación. 2) Recibiendo, por su importante labor en la sociedad y su situación de debilidad en cuanto a dependencia económica del marido, una especial protección legal en cuanto a derechos económicos en caso de ruptura o disolución del matrimonio. O 3) garantizando realmente el Estado que la mujer que así lo desee pueda reintegrarse de forma efectiva a la vida laboral, mediante acciones de reeducación, capacitación y reciclaje y de fomento de la reinserción laboral a su anterior puesto de trabajo o priorizando su contratación con diversos incentivos frente a otros trabajadores.

Estoy convencido que de ponerse en práctica estas medidas la calidad de vida de las mujeres aumentaría notablemente y por ende la sus familias y la sociedad en general. Particularmente la de los hijos, verdaderos parias de la sociedad pues nadie los quiere, a todos molestan y suponen una carga insoportable de la que hay que buscar medios para desembarazarse. A ellos se les priva también de uno de sus derechos fundamentales, el de contar con el amor y el cuidado de su madre.

Antonio García Gómez Catequista primera comunión

*********************

PRIMERAS COMUNIONES 2008 DE LA COMUNIDAD HISPANA DEL FOYER CATHOLIQUE

Peter KNAUER s.j.

El próximo sábado 24 de Mayo a las 11 de la mañana está prevista la celebración, Dios mediante, de las Primeras Comuniones de los niños y niñas de la Comunidad Hispana del Foyer Catholique, en la Iglesia de San Marcos en Uccle. Se trata de un total de 12 niños, 9 varones y 3 niñas, de edades comprendidas entre los 8 y 11 años, que en su mayoría estudian en las Escuelas Europeas de Uccle e Ixelles y que han asistido durante el curso académico 2007-2008 a las catequesis preparatorias en el Foyer.

Este año, las catequesis han sido impartidas por María del Valle Díaz Díaz y Antonio García Gómez, los cuales en sus 22 años de matrimonio han dedicado gran parte de su tiempo libre a realizar actividades con los niños, compaginando dichas actividades con su trabajo como biólogos e investigadores en ciencias marinas y sus responsabilidades como padres de su único hijo Antonio. Desde hace más de 8 años esta familia ha impartido catequesis y dirigido grupos infantiles de post- comunión en Murcia (España), donde residían con anterioridad.

Las catequesis de este año se han desarrollado en los salones que el Foyer Catholique a puesto a disposición, bajo la supervisión del Padre Peter Knauer, durante los sábados por la tarde, entre las 17 y las 19 horas. Estas han tenido como objetivos fundamentales la transmisión de la Fe y la convivencia cristiana en comunión. Así, durante la primera hora, la hora de los conocimientos, se ha aprendido, comprendido y sentido el significado de las oraciones básicas de la religión católica y de las normas del buen cristiano: Mandamientos de la Ley de Dios y de la Santa Madre Iglesia y los Sacramentos. Todo ello empleando variados medios didácticos, como lectura de cuentos especializados en cada uno de estos temas, para hacerles su formación amena y participativa.

Durante la segunda hora, la hora del compartir en comunión, los niños han merendado, celebrado cumpleaños y santos, durante la proyección y posterior diálogo de una serie de películas de dibujos animados sobre Historias de la Biblia (Antiguo y Nuevo Testamento). También han ensayado de diversas canciones religiosas, concebidas para niños, que serán cantadas el día de la celebración de sus Comuniones. Para esta última actividad se ha contado con la colaboración de Maria Teresa (“Matecha”) Bendito Cañizares, quien dirige el coro durante las celebraciones hispanas semanales en el Foyer. Es importante resaltar también la colaboración prestada en las catequesis durante todo el curso de Irene Morgan Sepúlveda y Clara Schwartzman Benítez, dos adolescentes que han actuado de ayudantes o secretarias. Recientemente también se ha incorporado a estas tareas Jesús Rodríguez Merino.

Finalmente, hay que destacar la importante labor de los padres de los niños que no sólo han asegurado la asistencia de sus hijos a las catequesis (no ha habido faltas de asistencia salvo en caso de enfermedad o viaje familiar); sino también el hecho de asistir con ellos, tras la catequesis, a la celebración eucarística de habla hispana que cada sábado se celebra en el Foyer a partir de las 19:15 (excepto el último sábado de cada mes). De modo que los niños, han podido también vivir con sus padres su verdadera integración en la comunidad católica. De destacar asimismo, la voluntad del Padre Peter para que en dichas celebraciones los niños participaran activamente, orientando sus homilías a ellos en particular y haciéndoles reflexionar sobre el sentido de las lecturas del Evangelio.

Pronto tendrá lugar la hermosa ceremonia de sus Primeras Comuniones y todos están invitados a compartir con los niños, sus padres, sus familias y allegados este momento tan importante en la vida de todo Cristiano.

CONTEMPLER JESUS PAUVRE ET HUMBLE

AVEC LE PERE JOSEPH WRESINSKI

Au Centre spirituel Ignatien de La Pairelle (Wépion), le samedi 19 avril 2008 de 9h.30 à 17h.00 journée animée par le Père Jean Lecuit s.j., volontaire-permanent à ATD Quart Monde.

Le Père Joseph Wresinski, fondateur du Mouvement ATD Quart Monde fut un « passionné du Christ, de l’Église et des pauvres ». Son expérience de la misère habite sa rencontre avec le Christ : un éclairage puissant pour notre propre chemin de foi.

Pour accéder au Centre Spirituel La Pairelle

En bus :

face à la gare de Namur : Quai D : Bus n°4 – Arrêt facultatif « rue Marcel Lecomte » monter à pied la rue M. Lecomte.

A 800 m à gauche, suivre « Centre

Spirituel ». En taxi : De la gare de Namur : 5 km En voiture :

E411 : sortie 14 (Namur-centre). Direction Dinant (N92).

A la sortie de Namur, monter à droite la rue

Marcel Lecomte.

A 800 m, à gauche, suivre Centre Spirituel.

Carte sur

http://www.lapairelle.be/Acces-a-

La-Pairelle

Carte sur http://www.lapairelle.be/Acces-a- La-Pairelle Chapelle de la Résurrection Le développement durable : un

Chapelle de la Résurrection Le développement durable : un avenir pour l’Europe

Le développement durable ? Une grande tâche pour l’Europe en devenir. Une réaction salutaire contre le culte de l’éphémère, le gaspillage et la destruction de nos ressources. Une nouvelle façon de produire, de consommer et de vivre ensemble. Une terre habitable pour demain, car nous n’avons pas de terre de rechange.

Cycle de conférences en collaboration avec l'OCIPE et des fonctionnaires européens

avec l'OCIPE et des fonctionnaires européens 5 - Joël le Quément : Le développement durable et

5 - Joël le Quément : Le développement durable et mégapoles. lundi 14 avril 2008 à 13h.

6 - Jean Lecuit : Et les pauvres ? lundi 19 mai 2008 à 13h.

Pour plus d’informations : http://www.resurrection.be

Adieu et « MERCI » à Lode Vermeir

Comme vous les savez, Lode Vermeir a laissé sa responsabilité des Communautés d’Origine Etrangère (C. O. E.) à Eric Vancraeynest. Après 14 ans d’une présence très amicale et fraternelle pour « ses » COE, Lode a reçu un adieu formidable à la cathédral au mois d’octobre dernier. Lors de cette célébration, il a pris la parole – et j’aimerais vous communiquer ce que Lode nous a laissé comme « remerciement et adieu »

Wolfgang Felber

Remerciements et adieu.

Exactement pendant 14 ans, la grâce m’a été donnée de pouvoir servir les communautés d’origine étrangère dans l’église de Bruxelles.

Vous m’avez fait faire l’expérience d’un bonheur profond, d’une joie sincère que j’ai essayé de partager, parfois rayonner.

Oui, j’étais heureux parmi vous, certes en des moments où j’ai pu vous aider à trouver votre place dans l’église et la société. Mais plus encore en des moments où j’ai pu m’ouvrir et recevoir vos richesses de foi, de sens d’église, de culture, de lutte pour constituer une nouvelle identité dans une société étrangère.

Oui, j’ai pu expérimenter parmi vous le don gratuit de la diversité. Bien sûr, pas sans difficultés. En effet, la diversité est un défi difficile à relever et pour beaucoup de sociologues, politiciens et écrivains, le vivre ensemble avec une trop grande diversité amène inévitablement à ce qu’ils appellent le ‘clash of civilizations’. Et souvent ils ont raison. Mais pour nous qui, après l’échec de Babel, avons pu croire en l’effusion de l’Esprit le jour de Pentecôte, la diversité peut devenir un enrichissement mutuel.

Nous en avons fait l’expérience !

Nous nous sommes rencontrés pour nous atteler à des initiatives auxquelles quasi toutes les communautés ont voulu collaborer : l’exposition des crèches de Noël dans cette cathédrale, la fête des continents à la fin de l’année pastorale, les assemblées trimestrielles où vous, responsables, étiez toujours présents très nombreux pour échanger des idées sur des thèmes de pastorale, de spiritualité, de questions de la migration. Ou encore, l’excursion annuelle où des liens d’amitié se tissaient. Je n’y ai pas senti le clash of civilizations

Je vous suis immensément reconnaissant de ces expériences que j’ai pu faire personnellement, mais qui ont enrichi aussi et surtout la vie de l’église de Bruxelles.

Cette richesse de diversité, j’ai pu l’expérimenter aussi dans le domaine interreligieux et interconvictionnel dans des plate-formes comme Bruxelles-Espérance. Surtout avec nos amis musulmans, j’ai pu vivre des moments de rencontres très intenses et amicales – au niveau de Bruxelles par le biais d’El Kalima et de KMS, op het niveau van Vlaanderen via Relatieopbouw moslims christenen et au niveau de la Wallonie dans le comité interdiocésain pour les relations avec l’Islam. Je vois dans l’assemblée beaucoup de personnes avec qui j’ai eu la joie de collaborer. Merci de votre présence ici aujourd’hui.

Cette diversité, j’ai pu la vivre aussi dans le domaine de l’œcuménisme, au sein du Comité interecclésial de Bruxelles : la volonté d’unité dans le plein respect d’une riche diversité.

J’ai tant reçu pendant les 14 ans. Je vous en suis profondément reconnaissant. J’ai essayé de faire ma part. Ce n’était pas toujours facile. La migration est souvent plus ressentie comme un problème que une comme chance de collaborer à une humanité réunie, et pour nous chrétiens

comme une église réellement universelle jusque dans nos quartiers des villes. En acceptant une responsabilité dans le domaine de la migration, on accepte par le fait même un rôle d’avocat, de défenseur. C’est de temps en temps aller à contre-courant, des moments où j’ai eu des difficultés à rester dans la sérénité. Je demande pardon à ceux que j’ai blessés.

Cette dernière année a été très difficile à cause de problèmes de santé: nombre d’hospitalisations et d’opérations. Pourtant, c’était plus que jamais une année de travail intense face aux grands changements dans l’église de Bruxelles. Dans ce cadre, les communautés d’origine étrangère, elles aussi, doivent se resituer en gardant toujours leur spécificité. Je vous invite, vous, équipe vicariale, vous tous les responsables, et vous frères et sœurs des 43 communautés, à rendre témoignage de l’espérance qui habite en vous. Dans cette attitude, vous prendrez votre responsabilité dans la construction de l’église de Bruxelles une et diverse.

Je vous dis encore merci pour tout ce que vous avez signifié pour moi. Je vous remercie plus spécialement pour toutes vos marques de solidarité pendant l’année écoulée, pour vos prières et signes de proximité.

Je remercie monsieur le Cardinal qui m’a toujours donné sa confiance. Je remercie les évêques auxiliaires de Bruxelles Paul Lanneau et Luk De Hovre. La collaboration avec eux était très amicale. Je remercie surtout Jozef De Kesel qui m’a soutenu dans mon travail, tout en me laissant prendre pleinement la responsabilité. Avec vous, c’était pour moi des années riches en engagement d’église.

Je pense en ce moment aussi à la personne qui me succèdera. J’espère, oui j’ai confiance, que sa nomination ne tardera pas. Je lui souhaite le même accueil que vous m’avez toujours réservé.

Ik heb tot nu slechts gesproken over de laatste 14 jaren. Maar op het ogenblik dat ik afscheid neem van al mijn taken denk ik met veel dankbaarheid terug aan die andere 31 jaren van mijn priesterleven. De intens beleefde eerste acht jaren in Linkebeek, als jonge onderpastoor, eigenlijk als jongere broer van een in-goede pastoor. De 15 jaren van rijp worden in verantwoordelijkheid in de Nederlandstalige Pastoraal te Oudergem-Bosvoorde : schitterende jaren van broederlijk samenleven en samenwerken als priestergroep ingebed in een heel vruchtbare samengedragen verantwoordelijkheid met vele leken, jong en oud. De 9 jaren als verantwoordelijke van Nederlandstalige Pastoraal in Molenbeek samen met vele geëngageerde mensen en in goede verstandhouding met de Franstalige Pastoraal.

In die tijd kwam ook het engagement in het vicariaat erbij: in DiVoBe, in de Werkgroep Liturgie, in KMS en later in Brussel Onthaal-Open Deur.

En al de mensen van de eerste verdieping van het vicariaat, vooral de twee secretaressen van onze gemeenschappen met wie ik intens heb kunnen samenwerken.

De vriendschap die van jullie allen uitging is onvergetelijk. Ik draag ze mee.We zullen elkaar nog tegenkomen, al was het maar op tram of metro en ’t zal deugd doen.

On se reverra sûrement, ne fût-ce que dans le métro ou le tram, toujours en frères ou sœurs,

sûrement, ne fût-ce que dans le métro ou le tram, toujours en frères ou sœurs, en

en amis fidèles.

Lode Vermeir

Remerciements des Communautés d’Origine Etrangère à Lode Vermeir

– Dimanche 7 octobre 2007 –

Etrangère à Lode Vermeir – Dimanche 7 octobre 2007 – Cher Lode, Au nom de toutes

Cher Lode,

Au nom de toutes les personnes engagées dans la pastorale des communautés d’origine étrangère, et au nom de toutes ces communautés, nous voulons te remercier très sincèrement pour ta présence chaleureuse et ton service inlassable auprès de tous.

Tu nous as encouragés, tu as soutenu la vie de nos communautés, et promu chaque projet et chaque initiative. Tu as permis que chacune vive de sa richesse tout en contribuant à la vitalité de l’Eglise de Bruxelles. Tu as favorisé une articulation progressive dans les paroisses bruxelloises.

Dans cette Eglise, grâce à toi, nous nous sentons chez nous, nous avons tissé des liens durables et reçu la confiance qui nous a permis de travailler au sein de nos communautés. Tu as été présent autant à la vie de chaque communauté que quand nous avons organisé des actions ou des célébrations d’ensemble, comme les célèbres crèches de Noël ! Par là tu ouvrais à tous les richesses de nos cultures. Tu consacrais ton temps à chaque personne sans regarder la montre ! Chacun, chacune était unique. Grâce à toi nous avons vécu de belles fêtes des continents qui nous ont permis de collaborer entre nous et de faire apprécier nos richesses mutuelles. Comment ne pas évoquer aussi tous les après-midi de formation qui nous ont mieux intégrés à la réalité de l’Eglise de Bruxelles.

Cher Lode, merci pour tant d’initiatives de ta part, dans lesquelles tu avais l’art de nous faire rentrer avec douceur et persévérance. Et la cerise sur le gâteau ! ! N’était-elle pas cette belle journée d’excursion fraternelle et riche d’enseignement comme celle que nous venons de vivre avec toi à Anvers ! Nous avons pu découvrir la Belgique et l’aimer de plus en plus au long de ces découvertes.

Maintenant, cher Lode, nous ne pourrons jamais oublier tout ce que tu nous as apporté au long de ces 14 années avec nous ! Depuis 1993.

Nous t’accompagnons de notre affection fidèle et de notre prière sur ton nouveau chemin. Oui, au nom de tous et de toutes ! :

Merci ! grazie ! gracias ! obrigada !, dank u ! dzięki ! thank you ! !

(Lu par Dominique Sadoux rscj, responsable de la pastorale de la chapelle de la Résurrection)

Inter-catéchèse du 8 mars 2008 Les jeunes qui se préparent à la confirmation au Foyer

Inter-catéchèse du 8 mars 2008

Les jeunes qui se préparent à la confirmation au Foyer le font dans leurs langues respectives (français, italien, espagnol, polonais, et tous les deux ans en néerlandais). Mais une fois avant la célébration commune pour toutes les langues, les groupes se voient un samedi pour une « retraite » commune que nous appelons inter-catéchèse. Le thème de cette année était « l’eucharistie », les 45 jeunes et leurs catéchistes ont commencé par un vrai repas amical (soupe aux légumes et salade aux fruits produits sur place), puis ils ont réfléchi sur l’importance de manger ensemble (« un repas important dans ma vie ») et sur les conditions pour qu’un repas soit « un succès ». Puis ils ont fait le lien avec l’eucharistie. Eric Vancraeynest, qui va conférer la confirmation le samedi 10 mai à St Marc, nous a rejoint pour la deuxième partie de l’après-midi. Nous avons terminé par une eucharistie dans la grande salle du rez- de-chaussée. Merci à tous les catéchistes, à Elaine (plus que seulement la logistique), à Eric – et surtout : à tous les candidats pour la confirmation – bonne route ! Wolfgang

la logistique), à Eric – et surtout : à tous les candidats pour la confirmation –
la logistique), à Eric – et surtout : à tous les candidats pour la confirmation –
la logistique), à Eric – et surtout : à tous les candidats pour la confirmation –

F ÊTEÊTE

OYEROYER

C HAMPÊTREHAMPÊTRE D’D’

ATHOLIQUEATHOLIQUE

E

UROPÉENUROPÉEN

D’ D’ ATHOLIQUE ATHOLIQUE E TÉ TÉ UROPÉEN UROPÉEN Samedi 21 juin 2008 AU PROGRAMME :

Samedi 21 juin 2008

AU PROGRAMME :

15

00

Accueil, thé, café, promenade au village

16

30

Activités diverses

18

00

Eucharistie internat. d’action de grâce à l’église du village

19

30

« Buffet dégustation » - Barbecue - Dessert

20

30

Feu de la St Jean, chants, danses

Les boissons sont vendues séparément sur place.

VOIR PLAN AU VERSO

Il est souhaitable d’annoncer sa participation au secrétariat du Foyer et de retenir les places pour le repas (cela facilitera l’organisation). Par téléphone : 02/233.53.10, par fax : 02/230.05.56 ou par e-mail : fce@skypro.be Pour tout renseignement supplémentaire, contactez le Foyer Catholique Européen.

25
25

Comment se rendre à Bossut en voiture

Autoroute (A 3 = E 40) de Bruxelles-Liège Passer Leuven (Louvain) Prendre la sortie n° 23 vers Haasrode. A la sortie prendre à droite vers Hamme-Mille, Wavre, Namur. Traverser la belle forêt de Meerdael (= N 25). Arrivé à Hamme-Mille, ralentir et aux feux prendre à droite vers Wavre (= N 25). Guetter après 3 km la pancarte « Bossut » sur la droite. Parking pour les voitures dans le village (près de l’église).