Vous êtes sur la page 1sur 1

miséricorde

La reconnaissance pour Girard II,


évêque de l’an 1100
Déclaré schismatique après sa mort, pour être «tombé dans le schisme» :
quand, à la mort de Calixte II (1130),
Girard II, évêque d’Angoulême, retrouve deux papes sont élus par deux conciles
sa place dans le chœur de sa cathédrale différents, Girard II se prononce en
faveur d’Anaclet, qui conforte l’évê-
Par Astrid Deroost Photos Alberto Bocos que d’Angoulême dans sa fonction
d’ambassadeur du Saint-Siège. Quel-
ques mois plus tard, suite au concile
d’Etampes influencé par Bernard de
« omme évêque d’Angoulême, je Clairvaux, Innocent II devient le chef
C pense être fidèle à l’histoire et à
Dieu en donnant à Girard la place qui est
officiel de l’Eglise. Girard II perd son
mandat de légat, premier signe d’une
la sienne, explique Mgr Claude Dagens. infortune qui sera confirmée lors du
Le 18 juillet, je déposerai solennelle- deuxième concile de Latran. En 1139, quera la reconnaissance due à un homme
ment ses restes dans le chœur de la ses ordinations sont déclarées nulles et qui a bien servi l’église. «Le bon sens
cathédrale d’Angoulême dont il a été le sa dépouille est déplacée. «D’après les commande de resituer dans le contexte
constructeur.» En cet an 2004 et après textes, il est pourtant mort dans le re- de l’époque, soumise à des rapports de
plus de huit siècles de disgrâce, Girard pentir après avoir reconnu sa faute», force autant politiques que religieux, la
II, décédé en 1136 puis déclaré schis- remarque Jacques Sauquet, responsa- déclaration de schismatique», précise
matique, va retrouver la lumière. En ble de la commission art sacré à l’évê- l’évêque, auteur de l’hommage désor-
guise de châtiment, sa dépouille avait ché d’Angoulême et auteur d’une com- mais gravé dans la pierre : «Ici sont
été exhumée, reléguée hors l’église puis munication sur Girard II (Association déposés les restes humains de Girard II
généalogique de la Charente). qui a édifié cette cathédrale. Que la
Pendant sept siècles, il va donc reposer miséricorde de Dieu brille pour lui.»
en marge de la sainte enceinte. Puis «la
sépulture de Girard II est découverte en
1864, lors de travaux (de restauration) BÂTISSEUR
effectués par Abadie. On y retrouve la DE LA CATHÉDRALE
tête de la crosse, un calice de plomb, un D’ANGOULÊME
anneau d’or orné d’une améthyste», té- L’ouvrage dirigé par Jacques
moigne le bulletin de la Société archéo- Lacoste, La Sculpture romane en
logique de la Charente. Saintonge (éd. Christian Pirot),
Une seconde inhumation a lieu sous consacre un chapitre à la cathédrale
l’épiscopat de Mgr Cousseau, premier Saint-Pierre d’Angoulême et à son
pas vers une réhabilitation. Un coffret de bâtisseur. Girard de Blay, né vers
plomb contenant les ossements de Gi- 1060, y est présenté comme un
rard est alors placé dans un mur latéral de homme de grande culture qui, après
Saint-Pierre, puis une nouvelle fois avoir été précepteur chez les
oublié. «A l’occasion des récents tra- comtes de Périgord, devient
réensevelie. Ses ossements viennent vaux de restauration du chœur, j’ai sou- chanoine à Saint-Etienne de
d’être redécouverts dans un mur de la haité que l’on fasse des recherches», Périgueux. Nommé évêque à
cathédrale. Rien pourtant ne destinait précise Mgr Dagens. La quête s’oriente Angoulême, il remplace la vieille
Girard II, originaire de Blay en Nor- vers une plaque, commémorant l’évê- cathédrale consacrée en 1015, et
mandie, à connaître le sort posthume que, accrochée au fond d’un placard, lance en 1110 la construction d’un
qui fut le sien. Elu évêque d’Angoulême dans un réduit de la sacristie. «En mars édifice résolument moderne, à la
en 1101, légat de quatre papes succes- dernier, cette plaque a été déposée et le façade entièrement décorée.
sifs pour l’Aquitaine et érudit, l’homme coffret était juste derrière, dans ce qui Le 17 juillet à 17h30, l’historien
avait marqué son passage sur terre en était probablement la partie extérieure du Pierre Dubourg-Noves donnera une
érigeant la cathédrale romane Saint- mur avant la construction de la sacris- conférence à la maison diocésaine
Pierre d’Angoulême. Enterré en 1136 tie», note Jacques Sauquet. d’Angoulême : Girard II, évêque
dans le chœur de l’édifice, Girard II fut Pour Mgr Dagens, la cérémonie à venir, légat pontifical et constructeur de
pourtant exhumé trois ans plus tard dans le cadre de l’année jacquaire, mar- la cathédrale d’Angoulême.

32 ■ L’ACTUALITÉ POITOU-CHARENTES ■ N° 65 ■

Actu65.pmd 32 28/06/2004, 15:43