Vous êtes sur la page 1sur 1
Que M. Mir goaté; hier M. Brunetiéte, les yens de theatr 1682 et qui duleval des polém! nées. you ‘Cette page étincelante ot au chroniqueur une douzaino de vill 1 jdoxe sur le gomédien », quiedt résente a edtte hearo tin doub! i The’ comédien, pat Ia natire| ‘initier, est un ctfe inférieur et inintetligent poste toujouts,| physique. Il n'a fnéme plus co} pauvres ; ont, $4 propriéts d Tout cela n'est plus & lui tient aux pers réprisenter. Un peut etre nije ate, ni triste, i gai, ada Ja fantaisie d i ature 3} id différeats, Un a ton ou une de} il faut saufiter, cn tirer un som tours et public sp trainent agen devant uae Idold... Le comedi hautboik, clarinfite ou trombol edz do’ sapg-froid cette tribe; depouilledla, s'il se prut, tigleise rbétorique oN exccile vain ; et vous ednviendrer qu’ ‘nétait paq bien méchant développer, soub Ia forme « r servation izop panale- pour ao| cieuse — A savdir quo Garrick i fon préfere, qu ater. Ajouten neg q) nor fa critique da éloge ; ct pout justice aux vombdiens, il nest Walter jar{a'd dro, comme 1a fl que les creatiogs de Corneille, Kespeare ou Vicfor Hugo sont pec des gortes de revo D'ay’ t do leurs intl paradoxe, ene dhitérent [ler Vibrations @e spn slradivarrad pag un mings wpérites.. sur 8a table’ de {ravai des deraigres rppatitiony: ne) I jay droit au repos dont inaz coljeeris la, ned a ariel i pour l'Action 2 ie me dentande ert na pidee... 3 : jrdonna! ue le Figaro publia ques passion: Or, comme on! va le voir, cet jaut} nd les for- pread. I Tt ‘glaive ju [modelour. it vibrer us cat coups’ d'archets i ‘premiere, let ‘misére|” in Un} wo nglanté valut eartois, ine replique dloquente; de Coquelig alné ‘et tne rotestation} collective des domfdians, de Paris. Ca fut un béau,tapaga and Cabotin- Mtualité. Bt, sans mettre do hndlied, il me pa- + rait amusant dejvoua en citer fe Du moment of il monte’ suri les planches, tt a fait ablication de sa qualité|d'homime ; ‘il ‘na plus ni'ea personnalité,) ce que le plus nil sa !foripe quo Is plus son yisage. 1 epla appar- dhnages qu'il, fet charge le hig, ni vicux, nimalade, ni bifn portant, ni /gr: is, ni mai- nthisie ou a lien c'est cpmme un pis~ dgdans pour Voikit & quoi sojréduit exacte~ ment le role du.tomedien, ce comeédien quion aéclame, aux pids| duquol, -atiteurs, direc FLéa dome. ext yiolon, je, et n'est que, irylente dfa> ‘de ecite pres- mitre écri- {dnl cet ar- se borne & 859" » une ob- ipas ctre jiudi- ‘est pas Sha- Yaeteur n'est rfacile de tour- renilre pleing as hecessaira M. Coquel Racino, Sit jas: types Va t pis corpd rprates »,.c0 re plus fans |. qué si le.co- violoa sous lo bon come it multipligr & Vindni les Et co ntcet qo beau | gest Sing de son | lun; reprouve. A. quot réyé Pautear™ “ deg comediens. este |. + nuttte de voud : : a Bt! urs, vous, deaverez de compren- ar}quei|jo youl manque de parolé, quack julfous! dural ult|qua ie faisanassiel> «| sug lob cpmédiens, et que jo lo devtine: aur-| Figaro:.. it ‘ ‘maifte s'anuve an instant 2 { i 1: ire un’ péché do jeunesse. Et puis-' commis au Figaro, il est tout-na- je doune au méme journal’ cette re ra = Oit Yous allez dire tout le bien que vous — janet da vos, itterprétestcc 01 ee = Oui,jet do tous les ‘comédiens en de ma sur Je qud je I's turel que chroniqué expiatoire. j ene sont... Oui, j'ai vt jours dunes:.. Des ames in: - génues, frarsies et jolies de petits enfants... ‘Mirbeali ae léve, allume uno cigarette, et{ tandis quil se promwéne & petit pas, & travers, son cabinet de travail, il: improvise sa chro-| nigue ‘6n| mcnues “phrases hachées. Ab! [ai nobile,-et Bencreuse, ot {quchante palinodie:..; = méiliea 'rentse: chez. lui... Tout, het 1a do soio ou de ponrpro, il était I roi, nt, fe prince Charman, le Heros. La foulle |'agclamait, ivee de son verbe et d son gos fenmes fufjjetaient des tlenr iy Rt lei Foci tout saul, au’ in delsba foyer morne) ot fro ‘Son Am Srest dieinte aves: ta ranvpe... Ii tombe dans: un ‘trou de silencs ct de téntbres.: Cotte mlancetique fin de vairte, quand tou- tes loa eiandollea sont mortes, n’est-ce point Vimiage dp sa vieillessp pitoyablo?... ©)" y oy et ‘yt Pour les Vieux ¢ © + Et le taaltre moconte fe projet do, Coquelin, ” sca vall cfforts pou fonder ane raison: de retraite, ouverte A t Tart dramatique.’ | - | : “Goquelin, tit I'ainé;' parce iTwil est lo « gratia i ‘> de tous bes camarades, est sur. us ies invalides do’, le point de réaliser:éon n've: Il ve lu! manque plus que|denx.ou trois cent mille franes, et. « pour se Ips procuror, il organise an Trocadero, Po concert inonstre, inoul, od I'én entendra la Dati, Mascayno, Capoul, tous les artistes et tous io chusurs do tous operas, unspectacle oa Ton:verra Sarah Bernhardt dancer la ga- Yotte avek Bavtet, Réjane et Charlotte Wyns. Ini-méine exécute- Pour un peu Mounct-Suily lui-m rait Ie macaque-walk ct Coquetin rarcheratt ear los mpins — a la con ‘ition. ‘on les lui femplit or apris... Que ne feraitil pas pour donner up ped, plus de pain et de Joie aux auvres tien Delobelle’ Crest alcotte belle ceurre 2 youlu s‘dssociér Mirbeat. Il s'y donne do si grand spur quil en oiblic. son. admirable pitee, dobt la. premi ra lieu ce soir; ct [emrea & fait oublior Cobjet précis de ma visite, ear jétaia vend, journaliete.indis~ fretenie de gon fiuvre... | j Mais domain Laurent. Tailhade vous en dita lo puceés. trimphhl, mieux; que je no do ‘solidarité qu’a Gaurais faire, Ke puisqua Mirbeau T'achéva et Jakonaa eid fet tous les comé- digas, sont Pariv, tous Ibs gens d'esprit et de ew, dront, quill I'a° merits deux rien fois: ‘ 2 sages Pa \ ral.Voyer-vons, il y aj vingt ane, je les af, | ieeoanoh ou phd fs oe len viuealssare | fas injusle.. Siils gut leurs’ défauts, comme, > nous, ce {me soat,'le plus souvent, que les’ 1 défauts de leurs qualités, oa méme de leurs! } vertus.. { ly : . ie lea Ccequente, je ne les vois plus tels/quils paraissent, ‘mals tels quills»!