Vous êtes sur la page 1sur 2

Objet : Pédophilie

.. Mr VERDI Patrice
C/O Mr VERDI Marcel
..
Précisions Nécessaires 34 rue rené dunan
..
.. 06150 CANNES LA BOCCA
.
Monsieur VERDI Patrice Cannes la Bocca le 03/12/08

Monsieur le Président SCHWEITZER JACQUES


CDOM
"Le Jersey" 33 avenue George V, 06000 NICE
Tél : 04.93-81-78-78 ; Fax : 04.93.53.57.44
Lundi au Vendredi 9h-12h. Permanence téléphonique 14h-16h.
e-mail : alpes-maritimes@06.medecin.fr
site internet : http://www.cdomam.org

Monsieur le Président,

Lors de mon précédent courrier, je vous ai écrit :

D’ailleurs, malgré la décision du 15 mai 2002 du TA de NICE ainsi que la commission de discipline
dirigée par Gil CORNEVAUX concernant ma présomption d’innocence dans cette cabale judiciaire et
politique montée de toute pièce afin de me discréditer socialement, je n’ai plus jamais travaillé, le
Maire de CANNES a émis depuis cette date de fausses fiches de paye à temps complet en toute
impunité car il n’est pas au dessus de la loi, il représente une forme de loi, celle de l’argent, car
seule son influence sociale et celle de son frère lui permettent de ne pas s’y soustraire ouvertement
et sans complexe.

Cette cabale judiciaire ne fait pas référence directement à l’affaire de pédophilie de l’été 2001 mais
à la mise en cause de ma personne et de ma fonction professionnelle dans une affaire judiciaire
débutée curieusement en automne 2001 qui a tenté de me détruire socialement et dont les
dommages et intérêts que je demande actuellement à la ville de CANNES représentée par son
Député Maire Monsieur Bernard BROCHAND devant le TA de NICE sont de 1000000 d’Euros pour les
raisons suivantes qui sont à mon sens incontestablement avérées :

Harcèlement moral (art 222-33-3 du CP)

Violation de la correspondance (art 226-15 du CP).

Violation du secret professionnel (art 226-13 du CP).

Coalition de fonctionnaires en vertu des Art. 233 à 236, 260 du Code pénal,

mais également et surtout pour discrimination sociale (art 225-1 à 225-4 du CP) par le refus de ma réintégration

professionnelle et par l’émission de fausses fiches de paie pendant des années car je n’ai plus jamais pu reprendre

aucune activité sociale depuis les faits évoqués en 2001.

Dans l’attente de vous lire, je vous prie de croire, Monsieur le Président , à l’assurance de ma

considération distinguée.

............................
2 décembre 2009
Page 2

VERDI P