Vous êtes sur la page 1sur 2

Les trois registres de la persuasion

Ethos/Pathos/Logos


"Quand nous possderions la science la plus exacte, il est certains hommes qu'il ne nous serait
pas facile de persuader en puisant notre discours cette seule source; le discours selon la
science appartient l'enseignement, et il est impossible de l'employer ici, o les preuves et les
discours doivent ncessairement en passer par les notions communes."

Aristote, La rhtorique


Lun des objectifs de la prise de parole en public est de persuader l'auditoire. Il y a trois
registres de persuasion dfinis par Aristote et toujours d'actualit: lEthos, le Pathos et le
Logos.


Ethos (crdibilit): Il sagit ici des moyens de persuasion rsultant de la personnalit de
lorateur. On a tendance croire les gens que lon respecte. Un des problmes central lorsque
lon sexprime en public est de projeter limpression que lon est quelquun qui vaut la peine
dtre cout. En dautres termes, faire en sorte de devenir une autorit inconteste sur le sujet
dfendu loral, tout en incarnant une personne agrable et digne de respect.


Pathos (motionnel) : Moyen visant persuader un public en faisant appel aux motions. Il
sagit ici de solliciter la sympathie et limaginaire de l'auditoire. Utiliser le pathos nengage
pas uniquement lmotionnel de lauditoire mais permet aussi au public de sidentifier aux
arguments de lorateur. Les auditeurs peroivent ce que lorateur ressent. Le pathos est en ce
sens la capacit faire ressentir une motion imaginaire lauditoire. La manire la plus
commune dy parvenir est dutiliser la narration ou de raconter une histoire qui modifie la
logique rationnelle en un objet palpable et prsent. Les valeurs, les croyances et les ides de
lorateur sont intgres lhistoire et absorbes par lauditoire travers limaginaire de la
narration.


Logos (logique) : Cest la persuasion par le raisonnement. Il sagit ici de la clart du
message, la logique du raisonnement tout autant que leffectivit et la justesse des exemples
utiliss. la logique se dpolie dans l'argumentation et la rfutation.