Vous êtes sur la page 1sur 72

Nouveaux Guides Géologiques et Miniers du Maroc - Volume 3 - Circuits : Anti-Atlas et haut Atlas, circuit occidental & Anti-Atlas central

La série des Nouveaux Guides

Volume 1 (Notes & Mém. n° 556) : Présentation des circuits. Introduction à la géologie du Maroc / Introducing the tours. Overview of the Geology of Morocco.

Volume 2 (Notes & Mém. n° 557) : HautAtlas etAnti-Atlas, circuit oriental (6 jours). Oukaime- den (1 jour). Guéliz-Ourika (1 jour) / High Atlas and Anti-Atlas Eastern Loop (6 days).- Oukaimeden (1 day). Gueliz-Ourika (1 day).

Volume 3 (Notes & Mém. n° 558) : Anti-Atlas et Haut Atlas, circuit occidental (6 jours). Anti- Atlas central (4 jours) / Anti-Atlas and High Atlas Western Loop (6 days). Central Anti-Atlas (4 days).

Volume 4 (Notes & Mém. n° 559) : Moyen Atlas (6 jours). Haut Atlas central de Beni Mellal à Imilchil (4 jours) / Middle Atlas (6 days). Central High Atlas from Beni Mellal to Imilchil (4 days).

Volume 5 (Notes & Mém. n° 560) : Rif central et occidental (6 jours). Rif oriental (3 jours) / Central and Western Rif (6 days).- Eastern Rif (3 days).

Volume 6 (Notes & Mém. n° 561) :Anti-Atlas occidental & Provinces sahariennes (6 à 8 jours) / Western Anti-Atlas and Saharan Provinces (6 to 8 days).

Volume 7 (Notes & Mém. n° 562) : Haut Atlas occidental (3 jours). Haut Atlas central, partie nord-ouest (3 jours), / Western High Atlas (3 days). Northwestern part of Central High Atlas (3 days).

Volume 8 (Notes & Mém. n° 563) : Meseta nord-occidentale (3 jours). Rehamna (1 jour).- Jbi- let (1 jour). Siroua (2 jours). Saghro oriental (2 jours) / Jbilet (1 day). Rehamna (1 day). Northwestern Meseta (3 days). Siroua (2 days). Eastern Saghro (2 days).

Volume 9 (Notes & Mém. n° 564) : Les principales mines du Maroc / Main Mines of Morocco.

558
558

ROYAUME DU MAROC

MINISTÈRE DE L’ÉNERGIE ET DES MINES, DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT

DIRECTION DU DÉVEL OPPEMENT MINIER

ISSN 0374-9789

NOTES ET MÉMOIRES DU SERVICE GÉOLOGIQUE

N°558

NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC

NEW GEOLOGICAL AND MINING GUIDEBOOKS OF MOROCCO

Volume 3

ANTI-ATLAS ET HAUT ATLAS, CIRCUIT OCCIDENTAL

ANTI-ATLAS AND HIGH ATLAS, WESTERN LOOP

par / by Abderrahmane SOULAIMANI & Hassan OUANAIMI

2011
2011
/ by Abderrahmane SOULAIMANI & Hassan OUANAIMI 2011 ANTI-ATLAS CENTRAL CENTRAL ANTI-ATLAS par / by Hassan

ANTI-ATLAS CENTRAL

CENTRAL ANTI-ATLAS

par / by Hassan OUANAIMI & Abderrahmane SOULAIMANI

ANTI-ATLAS par / by Hassan OUANAIMI & Abderrahmane SOULAIMANI ÉDITIONS DU SERVICE GÉOLOGIQUE DU MAROC RABAT

ÉDITIONS DU SERVICE GÉOLOGIQUE DU MAROC

RABAT

2011

Photos de couverture :

En haut : Plis dysharmoniques dans les calcaires du Cambrien inférieur entre Tata et Igherm (Anti-Atlas occidental ; voir circuit C4, journée J5). En bas : La célèbre discordance du Tizi n’Tarhatine : des quartzites du Néoprotérozoïque inférieur, faiblement inclinés, reposent sur les micaschistes à filons pegmatitiques verticaux du Paléoprotérozoïque (Anti-Atlas central ; voir cir- cuit C5, journée J4).

Cover pictures :

Top : Disharmonic folds in the Lower Cambrian limestones between Tata and Igherm (Western Anti-Atlas; see Tour C4, day J5). Bottom : The well-known Tizi n’Tarhatine unconformity : weakly tilted, Neoproterozoic quartzites overlie Palaeoprotero- zoic mica-schists with vertical pegmatite dykes (Central Anti-Atlas; see Tour C5, day J4).

ROYAUME DU MAROC

MINISTÈRE DE L’ÉNERGIE ET DES MINES, DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT

DIRECTION DU DÉVEL OPPEMENT MINIER

ISSN 0374-9789

NOTES ET MÉMOIRES DU SERVICE GÉOLOGIQUE N° 558

NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC

NEW GEOLOGICAL AND MINING GUIDEBOOKS OF MOROCCO

Volume 3

Anti-Atlas et Haut Atlas, circuit occidental

Anti-Atlas and High Atlas, western loop

par / by Abderrahmane SOULAIMANI & Hassan OUANAIMI

Anti-Atlas central

Central Anti-Atlas

par / by Hassan OUANAIMI & Abderrahmane SOULAIMANI

ÉDITIONS DU SERVICE GÉOLOGIQUE DU MAROC

RABAT

2011

5

La série des Nouveaux Guides

Volume 1 (Notes & Mém. n° 556) : Présentation des circuits. Introduction à la géologie du Maroc / Introducing the tours. Overview of the Geology of Morocco.

Volume 2 (Notes & Mém. n° 557) : HautAtlas etAnti-Atlas, circuit oriental (6 jours). Oukaime- den (1 jour). Guéliz-Ourika (1 jour) / High Atlas and Anti-Atlas Eastern Loop (6 days).- Oukaimeden (1 day). Gueliz-Ourika (1 day).

Volume 3 (Notes & Mém. n° 558) : Anti-Atlas et Haut Atlas, circuit occidental (6 jours). Anti- Atlas central (4 jours) / Anti-Atlas and High Atlas Western Loop (6 days). Central Anti-Atlas (4 days).

Volume 4 (Notes & Mém. n° 559) : Moyen Atlas (6 jours). Haut Atlas central de Beni Mellal à Imilchil (4 jours) / Middle Atlas (6 days). Central High Atlas from Beni Mellal to Imilchil (4 days).

Volume 5 (Notes & Mém. n° 560) : Rif central et occidental (6 jours). Rif oriental (3 jours) / Cen- tral and Western Rif (6 days).- Eastern Rif (3 days).

Volume 6 (Notes & Mém. n° 561) : Anti-Atlas occidental & Provinces sahariennes (6 à 8 jours) / Western Anti-Atlas and Saharan Provinces (6 to 8 days).

Volume 7 (Notes & Mém. n° 562) : Haut Atlas occidental (3 jours). Haut Atlas central, partie nord-ouest (3 jours), / Western High Atlas (3 days). Northwestern part of Central High Atlas (3 days).

Volume 8 (Notes & Mém. n° 563) : Meseta nord-occidentale (3 jours). Rehamna (1 jour).- Jbi- let (1 jour). Siroua (2 jours). Saghro oriental (2 jours) / Jbilet (1 day). Rehamna (1 day). Northwestern Meseta (3 days). Siroua (2 days). Eastern Saghro (2 days).

Volume 9 (Notes & Mém. n° 564) : Les principales mines du Maroc / Main Mines of Morocco.

6

NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 3

SOMMAIRE / CONTENTS

Circuit C4 : Anti-Atlas et Haut Atlas, circuit occidental / Tour C4 : Anti-Atlas and High Atlas, Western Loop

09

Points clés / Highlights

11

Documents à consulter ou emporter

12

J

1: Marrakech-Agadir via le couloir d’Argana (270 km)

12

Arrêt J1-1 : La bordure nord-atlasique à Imi-n-Tanout

12

Arrêt J1-2 : La Faille d’Imi-n-Tanout-Ichemrarn

14

Arrêt J1-3 : Empreintes de pattes de Sauropodes du Jurassique moyen

14

Arrêt J1-4 : La Faille d’Amzri dans le couloir d’Argana

16

Arrêt J1-5 : Les basaltes infraliasiques d’Argana

16

Arrêt J1-6 : Marqueurs tectoniques de l’extension triasique

17

Arrêt J1-7 : Faille d’Ameskroud

18

J

2 : Agadir-Tafraout via Aït Baha (200 km)

19

Arrêt J2.1 : L’enveloppe cambrienne du Kerdous à Imi M’qorn

23

Arrêt J2.2 : Passage Précambrien-Cambrien à l’est de Kerdous

24

Arrêt J2-3 : Basaltes d’Ida Ougnidif, marqueurs de l’extension fini-précambrienne

24

Arrêt J2-4 : La déformation hercynienne à la bordure orientale du Kerdous

25

Arrêt J2-5 : Plis de glissement gravitaire et extension dans le Cambrien inférieur

27

Arrêt J2-6 : La discordance PIII/PII au col d’Aferni

27

Arrêt J2-7 : Les schistes paléoprotérozoïques du Kerdous

28

Arrêt J2-8 : Gneiss du J. Ouiharen-Idîkel

29

Arrêt J2-9 : Granite de Tafraoute

29

J

3 : Tafraout-Goulimine via Tiznit (210 km)

30

Arrêt J3-1 : Granite rose de Tafraoute àAday

30

Arrêt J3-2 : Discordance de la série d’Anzi sur le socle paléoprotérozoïque

30

Arrêt J3-3 : Panorama du col du Kerdous : la retombée occidentale de la boutonnière

31

Arrêt J3-4 : L’Ordovicien à l’Ouest de la boutonnière du Kerdous

32

Arrêt J3-5 : La déformation hercynienne à la base de Jbel Inter

32

Arrêt J3-6 :Aplatissement-cisaillement et recristallisation dans l’axe du J. Inter

34

Arrêt J 3-7 : Ennoyage vers le sud du Cambrien de Lakhssas

36

J4 : Goulmine-Tata via Assa (410 km)

35

Arrêt J4-1 : Faille de Fask

37

Arrêt J4-2 : Déformation pénétrative des Schistes à Paradoxides

38

Arrêt J4-3 : Col d’Amazloug

38

Arrêt J4-4 : Jbel Tazout : Dévonien supérieur-Tournaisien

40

Arrêt J4-5 : Le Carbonifère du Jbel Ouarkziz et de la Betana

40

Arrêt J4-6 : Le Dévonien inférieur des Rich : Rich 1 et 2 d’Assa

41

Arrêt J4-7 : Pli mineur chevauchant d’Icht

44

Arrêt J4-8 : Les Rich 1 et 2 de l’anticlinal de Tissenrhal

45

Arrêt J4-9 : Calcaire à Sellanarcestes de l’oued Meskaou

45

J5 : Tata-Taroudant via Tagmoute-Irherm (240 km)

46

Arrêt J5-1 : Relation plissement/fracturation dans l’anticlinal d'El Bouir

47

Arrêt J5-2 : Fracturation de la barre Tata-Akka à Oufrane

49

Arrêt J5-3 : Virgation de la barre de Tata-Akka entre Oufrane et Jbair

49

Arrêt J5-4 : Fracturation de la dalle composite gréso-calcaire du Rich 3 à Jbair

50

Arrêt J5-5 : Cisaillements dans le Bani de Tata ; vue de profil

50

Arrêt J5-6 : Cisaillements dans le Bani de Tata : vue de face

52

Arrêt J5-7 : Plis de détachement dans l’Adoudounien au toit de la Tagragra de Tata

53

Arrêt J5-8 : Plis dysharmoniques dans le niveau de décollement du Cambrien inférieur

54

SOMMAIRE

7

J6 : Taroudant-Marrakech via le Tizi n’Test (230 km)

55

Arrêt J6-1: La zone subatlasique méridionale ; panorama du versant sud du HautAtlas

58

Arrêt J6-2 : Auberge « Belle Vue » : la ZFTT sur le versant sud du Haut Atlas

60

Arrêt J6-3 : Le Tizi n’Test

62

Arrêt J6-4 :Auberge d’Idni : le linéament atlasique ZFTTa et le Horst de Tadafelt

63

Arrêt J6-5 : Bassin triasique de Talat n’Ya’qoub à Tinemal

64

Arrêt J6-6 : Un segment actif de la ZFTTh à Imidel, vallée du N’fis

65

Arrêt J6-7 : Zone subatlasique septentrionale : séries du Plateau de Kik (Trias-Crétacé)

66

Arrêt J6-8 : Pont de l'oued Rérhaia : le Viséen de Souktana

68

Arrêt J6-9 : Panorama de Douar Sour : Zone subatlasique et plaine du Haouz

68

Remerciements

69

Références

69

Circuit C5 : Anti-Atlas central / C5 Tour : Central Anti-Atlas

73

Points clés / Highlights

75

Documents à consulter ou emporter

76

Journée J1 :Agdz-El Mhamid via Zagora (200 km)

76

Arrêt J1-1 : Ourika n’Ourmast ; les Grès terminaux et la séquence du Cambrien moyen

77

Arrêt J1-2 : Dyke de dolérites triasico-liasiques au pont de Tansikht

78

Arrêt J1-3 : Terminaison orientale de l’Anticlinal JBEB, aspect de la fracturation

81

Arrêt J1-4 : Terminaison périclinale de l’antiforme de Bou Azzer, faciès du Cambrien moyen et aspect de la fracturation

81

Arrêt J1-5 : La zone de faille Zagora-Oum Jerane-Taouz (ZFZOT): une branche paléo- zoïque de l’AMAA

82

Arrêt J1-6 : Le 1 er Bani àAït Semgane

83

Arrêt J1-7 : Chevauchement mineur au sommet du 1 er Bani

83

Arrêt J1-8 : L’Ashgill supérieur au col des Beni Salmane

85

Arrêt J1-9 : Le groupe du 2 ème Bani au nord d’El Mhamid

85

Journée J2 : Zagora-BouAzzer-Agdz (180 km)

86

Arrêt J2-1 : Le volcanisme du Cambrien inférieur d’Al Glo’a

89

Arrêt J2-2 : Le bassin néoprotérozoïque supérieur de Trifya (Ediacarien)

90

Arrêt J2-3 : La Série de plateforme de Bleïda

92

Arrêt J2-4 : La mine de Bleïda

92

Arrêt J2-5 : La granodiorite de Bleïda

93

Arrêt J2-6 : Le grand dyke de Foum Zguid

94

Arrêt J2-7 : Ophiolite d’AïtAhmane

95

Arrêt J2-8 : Les dépôts périglaciares (dropstones) de Tidilline

96

Arrêt J2-9 : La Série de Tidilline à Tidilline

97

Journée J3 : Agdz-Agadir Tissint via Foum Zguid, Alougoum (240 km)

98

Arrêt J3-1 : Les grès du Tabanit au sud de Tasla

99

Arrêt J3-2 : Failles normales à la base des grès terminaux d’Aghbar

99

Arrêt J3-3 : Le Cambrien du flanc SW de la boutonnière de Bou Azzer

101

Arrêt J3-4 : Les séismites cambriennes de Talat

102

Arrêt J3-5 : Vue panoramique d’Alougoum et zone à Cambrien supérieur-Trémadoc inférieur 103

Arrêt J3-6 : Dyke gabbroïque et Formation du 1 er Bani à Foum Zguid

105

Arrêt J3-7 : Le Dévonien inférieur de Jbel El Haydouria

107

Arrêt J3-8 : Le quaternaire d’Akka n’Aït Sidi

107

Journée J4 :AgadirTissint-Taliouine viaAgadir Melloul et Tizi n’Tarhatine (180 km)

108

Arrêt J4-1 : Plis de décollement de Bou Semmoum

108

Arrêt J4-2 : Barre de Tata et Calcaires supérieurs

109

Arrêt J4-3 : Le Cambrien de la région de Tisnassamine

109

Arrêt J4-4 : L’Adoudounien déformé du couloir d’Agadir Melloul au Tizi n’Ounzour

111

8

NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 3

ArrêtJ4-5:L’Adoudouniendéforméducouloird’AgadirMelloul:lafailled’AgadirMelloul

112

Arrêt J4-6 : L’Adrar Iguiguil, paléorelief quartzitique disloqué à la fin du Néoprotérozoïque

112

Arrêt J4-7 : Barre de quartzites dans le socle granitique

113

Arrêt J4-8 : Vue de la boutonnière du col de Tizi n-Ouzarza

114

Arrêt J4-9 : Conglomérat de l’assif n-Warhmoud

115

Arrêt J4-10 : La double discordance du Tizi n’Tarhatine

117

Arrêt J4-11 : Le Miocène et le volcanisme alcalin néogène au Jbel Tikniouine

119

Remerciements

119

Références

120

Annexe

123

Notes et Mém. Serv. Géol. Maroc, n° 558, 2011, pp. 9-72, 78 fig.

Circuit C4 / Tour C4

ANTI-ATLAS ET HAUT ATLAS, CIRCUIT OCCIDENTAL

ANTI-ATLAS AND HIGH ATLAS, WESTERN LOOP

par / by Abderrahmane SOULAIMANI & Hassan OUANAIMI

LOOP par / by Abderrahmane SOULAIMANI & Hassan OUANAIMI In Nouveaux Guides géologiques et miniers du

In Nouveaux Guides géologiques et miniers du Maroc / New Geological and Mining Guidebooks of Morocco, Michard A., Saddiqi O., Chalouan A., Rjimati E., Mouttaqi A. (Eds), Notes et Mémoires du Service géologique du Maroc, 2011, n° s 556-564

11

Circuit C4 / Tour C4

Anti-Atlas et Haut Atlas, circuit occidental

Anti-Atlas and High Atlas, western loop

par / by

A. SOULAIMANI 1 & H. OUANAIMI 2

Un classique du Sud marocain ; 6 jours, 1600 km A classic tour in Southern Morocco ; 6 days, 1600 km drive

Points clés : Ce circuit de six jours offre un aperçu global de la géologie du Sud marocain le long d’itinéraires d’une exceptionnelle qualité d’affleurement à travers les zones occidentales des chaînes du Haut Atlas et de l’Anti-Atlas. En partant de Marrakech (J1), vous découvrirez les séries méso-cénozoïques liées à l’évolution de l’Atlantique central (Trias synrift du couloir d’Argana, basaltes tholéïtiques, etc.) ainsi que les failles nord- et sud-atlasiques (Imi-n- Tanout et Ameskroud). Les jours suivants (J2 et J3) sont dédiés au Massif de Kerdous, exem- ple du substratum précambrien de l’Anti-Atlas, et à la déformation varisque dans sa couverture (Plateau de Lakhssas). Le contraste entre les spectaculaires plis dans l’Ordovicien (Bani) et le Dévonien (Rich) et le Carbonifère seulement monoclinal de Jbel Ouarkziz fera l’objet de la quatrième journée (J4). Enfin, par leur excellente qualité, les plis du Dévonien des Rich de Tata permettent d’aborder la thématique des réservoirs plissés et fracturés (J5). De nombreuses villes et sites touristiques se rencontrent sur le chemin, dont la visite est possible (Agadir, Ta- fraoute, Tiznit, Goulmine, Tata, Taroudant). Le tour vers Marrakech (J6) est décrit par le col mythique du Tizi n’Test, avec son linéa ment faillé à réactivations varisque et atlasique.

Highlights : This six-day field trip is designed for discovering the geology of South Morocco through carefully selected, outstanding stops. Starting from Marrakech (D1), you will discover the Mesozoic-Cenozoic series recording the Central Atlantic evolution (Triassic syn-rift se- quence of the Argana Corridor, CAMP basalts, etc.) and the northern and southern Atlas faults at Imi-n-Tanout and Ameskroud, respectively. D and D3 are dedicated to the Kerdous Eburn- ian - Pan-African massif and to its late Proterozoic-Paleozoic folded cover (Lakhssas Plateau).

The Variscan deformation of the Bani (Ordovician) and Rich (Devonian) folds contrasting with the Monoclinal Ouarkziz (Carboniferous) is observed during D4, whereas the impressive fold interferences in the Tata region and the relationships between fractures and folding con- stitute the main topic of D5. Historical cities or sites occur along the route (Agadir, Tafraoute,

which can be visited. The journey back to Marrakech

(D6) is planned through the mythic Tizi n’Test Pass, along a fault lineament reactivated twice, i.e. during the Variscan and Atlas orogenies.

Tiznit, Goulmine, Tata, Taroudant

),

1 Cadi Ayyad University, Faculté des Sciences Semlalia, Laboratoire GEOHYD, av. Moulay Abdellah, BP 2390, Mar- rakech, Morocco. E-mail : soulaimani@ucam.ac.ma

2 Département de Géologie, ENS, Université Cadi Ayyad, BP S2400, Marrakech, Maroc. E-mail : ouanaimi@yahoo.fr

12

NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 3

Documents à consulter ou emporter :

1)Ouvrages

Vol. 1 des Nouveaux Guides on y trouve une vue d'en- semble de l'évolution géologique des deux chaînes tra- versées par notre circuit (Anti-Atlas et Atlas) ;

The Geology of Morocco. Structure, Stratigraphy, and Tectonics of the Africa-Atlantic-Mediterranean Triple Junction, Edited byA. Michard, O. Saddiqi,A. Chalouan, D. Frizon de Lamotte Springer Verl., Berlin, Heidel- berg, vol. 116, 404 p. ;

• PiqueA. & SoulaimaniA. (2006) : Pierres et paysages du Sud marocain. Eds. Géode, terre et patrimoine. 120 p.

PiquéA., SoulaimaniA., Laville E.,Amrhar M., Hoepff- ner C., Bouabdelli M., Chalouane A. (2007). La Géo- logie du Maroc, Eds. Géode, terre et patrimoine, 280p.

2) Cartes

Carte routière du Maroc (échelle 1/1 000 000 conseillée) ;

Carte géologique du Maroc au 1/1 000 000 ;

Carte géologique du Maroc au 1/500 000, feuille Mar- rakech (épuisée) ;

Carte géologique du Maroc au 1/200 000, feuilles de Goulimine et Dra inférieur (Choubert et al., Notes et Mém. 90, 1956), Foûm el Hassane-Assa (Choubert et al., Notes et Mém. 59, 1969) et Akka-Tafagount-Tata (Hollard et al., Notes et Mém. 163, 1970) ;

Carte géologique du Maroc au 1/100 000, feuilles d’Imi- n-Tanout (Duffaut et al., Notes et Mém. 203, 1981), Couloir d’Argana (Tixeront & Duffaud, 1974), Tafraout (Notes et Mém. 307 ,1983), Tiznit (Notes et Mém. 360, 1991), Bou Izakarn (Notes et Mém. 311, 1992), Gouli- mine (Notes et Mém. 437, 2005), Igherm (Choubert & Faure-Muret, Notes et Mém. 309, 1983), Taroudannt (Choubert et al., Notes et Mém. 306, 1983), Amezmiz (Labriki et al., Notes et Mém. 372, 1996) ;

Cartes géologiques au 1/50 000, Tanalt (Smith et al., Notes et Mém. 401, 2001) ; Tanalt (Barnes et al., Notes et Mém. 403, 2001) ; Tahnnawt (Angoud et al., Notes et Mém. 446, 2002).

3) Echelle des temps géologiques

L’échelle internationale, édition 2009, est donnée enAn- nexe 2, en fin de volume. Dans cette nouvelle charte, l’âge de la limite Pliocène-Quaternaire est passé de 1,8 à 2,6 Ma. Ce changement n’est pas pris en compte dans les pages qui suivent.

JJ11 :: MMaarrrraakkeecchh--AAggaaddiirr vviiaa llee ccoouullooiirr ddAArrggaannaa ((227700 kkmm))

Itinéraire et thèmes (fig. 1.1) : Plaine plio-quaternaire du Haouz. Couverture crétacée-éocène de Chichaoua. Bor- dure nord du Haut Atlas occidental à Imi-n-Tanout. Dé- pôts syn-rift du Trias du Couloir d’Argana. Trapps

basaltiques du Trias-Lias. Faille Sud-Atlasique à Ames- kroud. Bassin néogène du Souss.

Route and themes (fig. 1.1) : Haouz Pliocene-Quaternary plain. Cretaceous carbonates of Chichawa. High Atlas northern border at Imi-n-Tanout. Triassic syn-rift deposits and CAMP basalt trapps in the Argana Corridor. Souh Atlas Fault at Amskroud. Neogene Souss Basin.

Route :Apartir de Marrakech, prendre vers l’ouest la route d’Essaouira (N8) ; on roule sur les dépôts néogènes et qua- ternaires de la plaine du Haouz, ravinés par des oueds qui prennent naissance dans le Haut Atlas et se déversent dans l’oued Tensift. On traverse l’un de ces oueds, l’oued N’fis, au niveau du village Loudaya, à 30 km de Marrakech.

Tout le long de ce trajet, la plaine du Haouz est bordée au sud par les hauts reliefs de l’Atlas et au nord par ceux, plus proches, des Jbilet (les « petites montagnes »). Notons que ces dernières sont une sorte d’avant-poste de la chaîne at- lasique, puisqu’elles sont bordées au nord par une impor- tante faille inverse néogène. Quelques affleurements paléozoïques surgissent au sein de la plaine, dont les cal- caires dévoniens de Jbel Gueliz à Marrakech (voir itiné- raire C3, vol. 2) et sur notre route, ceux de Jbel Ardouz à Mzoudia (Km 50, GPS : 31°34’10"N ; 08°38’42"W), ex- ploités par la cimenterie ASMAR. Le substratum paléo- zoïque affleure encore au SE de Chichaoua (douar Ighouar). On y voit des terrains ordoviciens plissés et mé- tamorphiques (schistosité subméridienne) appartenant au domaine hercynien de Meseta occidentale, comme la Kou- diat Mzoudia elle-même.

La ville de Chichaoua est située sur des calcaires turoniens, dominés par une colline formée d’un talus marneux d’âge Maastrichtien puis de calcaires et marnes de l’Eocène (Jbel Tilda, 473 m ; fig. 1.2). A Chichaoua, prendre à gauche la direction d’Agadir, en direction du sud. On roule sur les calcaires du Crétacé-Eocène sur une quinzaine de kilomè- tres, puis sur des alluvions quaternaires dont la pente aug- mente progressivement vers le sud (glacis-terrasse). A droite de la route, on aperçoit les reliefs des Jbel Jbaïl, Kharouba et Bou Zergoun, structures anticlinales dispo- sées en échelon au front de la chaîne atlasique.

Arrêt J1-1 : La bordure nord-atlasique à Imi-n-Tanout (GPS : 31°10’04’’N ; 08°51’05’’W)

S’arrêter à la sortie sud de l’agglomération, en face du vieux village d’Imi-n-Tanout, et grimper à droite de la route pour disposer d’une bonne vue vers le SE (fig. 1.3). La bordure nord du Haut Atlas montre ici des séries créta- cées et tertiaires redressées. Du sud vers le nord, on dis- tingue : i) la barre calcaire turonienne, formée de calcaires lumachelliques puis de grès ; ii) le Sénonien caractérisé par des marnes blanches crayeuses ; iii) des calcaires mar- neux de l’Eocène. Ces séries marines sont recouvertes en

CIRCUIT C4 : ANTI-ATLAS ET HAUT ATLAS, CIRCUIT OCCIDENTAL

13

C4 : ANTI-ATLAS ET HAUT ATLAS, CIRCUIT OCCIDENTAL 13 F IG . 1.1 : Carte géologique

FIG. 1.1 : Carte géologique simplifiée des zones occidentales du Haut Atlas et de l’Anti-Atlas, redessinée à partir de la carte du Maroc au 1/1 000 000. Le parcours de l’excursion est souligné en noir, les arrêts sont indiqués dans les cercles blancs.

FIG. 1.1 : Simplified geological map of the Western High Atlas and Anti-Atlas, redrawn from the geological map of Morocco, scale 1/1000 000. Black line with arrows indicates the itinerary and direction of the trip. Arrêts are indicated in the white circles.

of the trip. Arrêts are indicated in the white circles. F IG . 1.2 : -

FIG. 1.2 : - Vue vers le nord de la butte-témoin éocène de Chichaoua. FIG. 1.2 : Northward view of the Eocene hill which overhangs the town of Chichawa.

14

NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 3

NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 3 F IG . 1.3 : Vue

FIG. 1.3 : Vue générale vers le SE des séries méso-cénozoïques de la bordure nord du Haut Atlas dans la cluse d’Imi n’Tanout. FIG. 1.3 : Southeast view of the Cretaceous-Eocene series at the northern border of the High Atlas, Imi-n-Tanout cluse.

discordance par le conglomérat continental mio-pliocène à galets souvent striés et tronçonnés du fait de la poursuite du raccourcissement atlasique (voir vol. 2, circuit C2, no- tamment). Ces couches néogènes sont basculées vers le nord par les dernières compressions atlasiques, qui provo- quent le renversement du Crétacé sur le Tertiaire vers l’est.

Au niveau de la cluse (Imi = « bouche » en berbère), la route recoupe la barre de calcaire turonien à pendage nord, puis les séries du Crétacé inférieur à dominante marno- gréseuse jaune (Albien), puis des marno-calcaires (Barré- mien à Clansayésien). Ces séries marines se rattachent au bassin côtier atlantique d’Essaouira-Agadir. Vers l'est, le Crétacé anté-Aptien devient continental (Circuit 1, J1).

Route : La route tourne vers l’ouest et suit dans un premier temps la rive droite de l’oued Imi-n-Tanout qui longe la faille du même nom. Celle-ci met en contact le substratum cam- bro-ordovicien soulevé au sud et les séries crétacées au nord.

Arrêt J1-2 : La Faille d’Imi-n-Tanout-Ichemrarn (GPS : 31°09’04’’N, 08°51’55’’W)

L’arrêt se situe dans la montée vers le col à peu de distance d’Imi n’Tanout et permet d’observer dans le paysage vers le SE la faille d’Imi-n-Tanout-Ichemrarn. C’est l’une des grandes failles inverses nord-atlasiques. Le substratum pa- léozoïque (Jbel Bou Ibawene et Waninalene) au sud est sou- levé contre les séries apto-albienne (Jbel Lemgo) au nord (fig. 1.4). Cette tectonique est illustrée par une structure en crochon de faille inverse qui affecte des couches jurassique au niveau du col plus à l’est (Tizi Warguiwine ; tizi = col en berbère). Comme les principales failles atlasiques, la faille d’Imi-n-Tanout a enregistré une histoire complexe, d’abord précambrienne, puis paléozoïque (hercynienne) (Cornée et al., 1987), et finalement méso-cénozoïque.

Route : La route longe pendant plusieurs kilomètres la val- lée E-W d’Imi-n-Tanout-Asseratou et la faille majeure sé- parant le bloc cambro-ordovicien d’Aït Lahcen au sud, à déformation hercynienne, et les séries crétacées du Jbel Lemgo, basculées vers le nord. Ensuite, la route serpente en légère ascension au sein des faciès rouges redressés et faillés du Jurassique et du Crétacé inférieur, avant la grande descente vers l’oued Irohalen.

Arrêt J1-3 : Empreintes de pattes de Sauropodes (GPS : 31°07’00’’N, 08°58’57’’W)

Après une longue descente, la route traverse l’oued Irou- halen à la localité de Tafaytour et entame une longue mon- tée. Sitôt celle-ci amorcée, on remarque sur le parement gauche de la route une surface structurale subverticale de marnes et grès rouges du Jurassique ou Crétacé inférieur. Sur celle-ci sont visibles de nombreuses structures poly- gonales ou sub-circulaires, juxtaposées ou superposées, de taille centimétrique à décimétrique (fig. 1.5). Les études ré- centes ont montré que ces marques, restées longtemps énig- matiques, correspondent à des empreintes de Dinosauriens (Jenny et al., 1981 ; Ishigaki, 2009). Ce dernier auteur a comptabilisé près de 500 traces de pattes de « petits » Sau- ropodes. Les empreintes des pattes antérieures et posté- rieures ont respectivement un diamètre de 20 et 70 cm.

Route : Poursuivre la route (N8) qui prend, une fois la montée terminée, une direction SW, recoupant d’abord la Faille d’Imi-n-Tanout-Ichemrarn, puis longeant désormais les faciès rouges du Trias du couloir d’Argana. On roule dans un premier temps sur le plateau de Tazidra sur près de 15 km avant d’entamer la descente du col de l’oued Amzri, plus connu sous le nom Foum Jrana (bouche de gre- nouille). Avant de quitter le plateau de Tazidra, au sud du

CIRCUIT C4 : ANTI-ATLAS ET HAUT ATLAS, CIRCUIT OCCIDENTAL

15

C4 : ANTI-ATLAS ET HAUT ATLAS, CIRCUIT OCCIDENTAL 15 F IG . 1.4 : Vue vers

FIG. 1.4 : Vue vers l’est de la faille nord-atlasique d’Imi-n-Tanout (ligne jaune en tirets). K : Cambrian, Js : Jurassique, Ci : Crétcé inférieur.

FIG. 1.4 : Eastward view of the Imi-n-Tanout North Atlas Fault (dashed yellow line). K : Cambrian, Js : Jurassic, Ci : lower Cretaceous.

line). K : Cambrian, Js : Jurassic, Ci : lower Cretaceous. F IG . 1.5 :

FIG. 1.5 : Empreintes de pattes de Sauropodes sur une surface de stratification du Jurassique moyen, redressée à la verti- cale. En vignette : détail des structures.

FIG. 1.5 : Sauropod tracks on a Middle Jurassic vertical bed west of Imi n’Tanout. Insert : enlargement of a group of tracks

village du même nom, on peut apercevoir à droite de la route l’un des exemples les plus spectaculaires illustrant le basculement de blocs durant l’extension triasique. Il s’agit de la répétition de crêtes gréseuses (formation « T6 », entre les douars d’Agrouaou et Tifelfal), orientées N-S à N30, par des failles à pendage vers l’est ; ces failles déterminent la répétition des niveaux stratigraphiques T5 et T6 (Tixeront, 1973).

Géologie du couloir permo-triasique d’Argana

Dans le Haut Atlas occidental, les terrains triasiques sont, pour l’essentiel, cantonnés dans le couloir d’Argana (fig. 1.6), C’est un bassin allongé NE-SW entre le substratum hercy-

nien du bloc paléozoïque à l’est et le bassin atlantique d’Agadir à l’ouest. La disposition de ses formations conti- nentales montre un pendage général vers l’ouest, avec les terrains permiens à la base, le long de la bordure orien- tale. Le bassin est structuré selon un système de grandes failles ENE-WSW, NE-SW et WNW-ESE, dont l’activité (au moins pour certaines d’entre elles) est continue jusqu’à l’Actuel. Les séries rouges triasiques ont été étudiées et cartographiées en détail par Tixeront (1973) qui y a dis- tingué 8 formations (t1 à t8), coiffées par les laves basal- tiques infra-liasiques (fig. 1.6A, B). Les deux premières formations sont rapportées au Permien et les autres au Trias. La formation t3 vient d’être datée du Trias inférieur

16

NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 3

NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 3 F IG . 1.6 : Le

FIG. 1.6 : Le couloir triasique d'Argana : A) Schéma structural d'après Tixeront (1974) et Medina (1991), avec localisation des arrêts ; B) Colonne stratigraphique simplifiée d'après Tixeront (1974) et Aït Chayeb et al. (1998).

FIG. 1.6 : The Triassic corridor of Argana : A) Structural sketch after Tixeront (1974) and Medina (1991), with location of the stops ; B) Simplified stratigraphic column from Tixeront (1974) and Aït Chayeb et al. (1998).

(Tourani et al., 2010 ; Klein et al., 2010). Les formations t4 et t5 sont rapportées au Trias moyen et au Carnien, et les suivantes, t6 à t8, au Norien. Or l’évolution du bassin permo-triasique d’Argana est en relation étroite avec l’ou- verture de l’Atlantique central. Elle enregistre le rifting at- testé par le contexte extensif et l’épanchement de laves basaltiques tholéïtiques intraplaques (Medina, 1994 ; Piqué & Laville, 1995 ; Ait Chayeb et al., 1998). Les ba- saltes tholéïtiques sommitaux appartiennent à la province magmatique de l’Atlantique central “CAMP” (Knight et al., 2004), couronnant le stade de rifting à la limite Trias- Jurassique (~200 Ma). Le bassin d’Argana présente beau- coup de similitudes avec ceux d’Amérique du Nord, notamment celui de Nouvelle Ecosse (Olsen, 1997).

On trouvera une description détaillée du couloir d’Argana dans le volume 7 des Nouveaux Guides, circuit 11, J1.

Arrêt J1-4 : La Faille d’Amzri dans le couloir d’Argana (GPS : 30°58’12’’N ; 09°02’60’’W)

Cet arrêt se situe près du village d’Amzri dans la série gréso- silteuse du Trias. D’ici, on peut voir sur le versant NW une faille inverseWNW-ESE qui affecte les séries gréso-pélitiques rouges d’AdrarAmadil Igzour. La variation cartographique de son rejet, qui devient plus important dans le Jurassique, ainsi que sa géométrie, sont en faveur d’un léger décollement dans

le Trias supérieur. Cette structure est parallèle à la Faille d’Amzri (fig. 1.7), grande structure décro-chevauchante dex- tre qui décale la crête triasique d’AdrarAmadil Igzour, au nord, relativement à la crête jurassique du Jbel Tama au sud. Ces derniers terrains forment une falaise continue sur plusieurs ki- lomètres sur la bordure ouest du couloir d’Argana.

Route : La N8 longe le couloir d’Argana à la limite entre les formations triasiques T4 et T5, parallèlement et à l’ouest de l’assif n’Aït Moussa. Vers l'est, se dresse tou- jours le massif ancien paléozoïque (massif d’Ida ou Ma- moud), et à l’ouest, la corniche jurassique de Jbel Tama. Au niveau du village de Timzgadiouine une piste part vers la gauche (est) et conduit au district minier de Seksawa. Juste après, la continuité du Jbel Tama s’interrompt au ni- veau du village d’Aït Khettab Oufella pour reprendre plus au sud. Le village est situé au pied de magnifiques traver- tins liés à des chutes d’eau intermittentes qui proviennent du plateau jurassique de Tizguine.

Arrêt J1-5 : Les basaltes infraliasiques d’Argana (GPS : 30°46'3,35"N ; 9°9'4,21"W)

Au sud des travertins d’Aït Khettab Oufella, d’épaisses coulées basaltiques affleurent le long du flanc ouest du couloir d’Argana, sous les falaises carbonatées jurassiques. On peut les voir de plus près au-delà du village d’Argana,

CIRCUIT C4 : ANTI-ATLAS ET HAUT ATLAS, CIRCUIT OCCIDENTAL

17

C4 : ANTI-ATLAS ET HAUT ATLAS, CIRCUIT OCCIDENTAL 17 F IG . 1.7 : Vue vers

FIG. 1.7 : Vue vers le NW d’un décollement associé à une faille dans le Trias de la bordure ouest du couloir d’Argana, près du village d’Amzri.

FIG. 1.7 : Faulted Triassic red beds near Amzri village : an example of décollement level at the western border of the Argana Corridor.

par exemple au point GPS indiqué, où elles apparaissent en hauteur sur le flanc du plateau d’Iggui Yirès sous forme d’empilement de coulées sombres (fig. 1.8). Pour y accé- der, il faut prévoir une escalade d’une bonne demi-heure.

Les basaltes d’Argana se placent à la partie sommitale de la formation T8 de Bigoudine. Il s’agit d’un empilement de plu- sieurs coulées dont les variations d’épaisseur (30 à 60 m) sont à mettre à l’actif d’une tectonique de blocs. L’absence de structure en pillow-lavas indique un contexte de mise en place aérien à subaérien (Aït Chayeb et al., 1998). A leur base, un niveau blanchâtre souligne l’altération hydrothermale qui af- fecte les siltites. Un âge Trias supérieur-Lias inférieur leur a été attribué sur la base des datations paléontologiques des sé- diments associés (Jalil, 1996) et d'âges isotopiques (K/Ar, 196 ±17 Ma (Manspeizer et al., 1978). Ces basaltes, dont le chimisme est celui de tholéïtes intraplaques, se sont mis en place pendant l’événement majeur de la Province magma- tique de l’Atlantique central (CAMP), considéré comme res- ponsable de la crise biologique de la limite Trias-Jurassique.

Route : La route N8 longe la rive ouest de la retenue du barrage Abdel Moumen, bâti sur l’oued Issene, et entame l’ascension du col de Tizi El-Hajaj avant l’ultime descente vers Ameskroud et la plaine du Souss.

Arrêt J1-6 : Marqueurs tectoniques de l’extension triasique (GPS : 30°37’36’’N ; 09°20’45’’W)

Dans la descente vers Ameskroud, des parements ont été rafraîchis récemment le long de la route, permettant l’ob- servation de bonnes coupes dans les siltites rouges du Trias

supérieur (T8). L’une de ces entailles fraîches (voir point GPS) montre de nombreuses failles N-S à NNE- SSW métriques à décamétriques à composante normale (fig. 1.9). Leur agencement montre une succession de horsts et grabens, témoins de la tectonique extensive tria- sique. De nombreuses failles similaires, dont certaines à l’échelle cartographique, sont fréquentes dans les séries

cartographique, sont fréquentes dans les séries F IG . 1.8 : Vue des coulées basaltiques infraliasiques

FIG. 1.8 : Vue des coulées basaltiques infraliasiques de la CAMP à la bordure ouest du Couloir d’Argana.

FIG. 1.8 : View of the Triassic-Liassic CAMP trapps at the western border of the Argana Corridor.

18

NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 3

NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 3 F IG . 1.9 : Failles

FIG. 1.9 : Failles normales mineures dans les siltites rouges du Trias supérieur, au sud du couloir d’Ar- gana, attribuables à la tectonique extensive triasique.

FIG. 1.9 : Road cut showing a system of normal faults crosscutting the Upper Triassic siltites : an exam-

ple of Triassic extensional tectonics in the Argana Corridor.

permo-triasiques du couloir d’Argana. Leur abondance dans les formations antérieures à T8 dans certaines locali- tés montre leur caractère synsédimentaire.

Route : La route aborde bientôt l'ascension du col de Tizi Al Hajaj toujours dans les formations triasiques et entame la descente vers la plaine du Souss. Vers l’ouest, on peut observer à plusieurs endroits des structures de décollement dans les séries jurassiques (Calcaires d’Id Omoulid) qui forment la corniche de Jbel Azazoul.

Arrêt J1-7 : Faille d’Ameskroud (GPS : 30°31’58’’N ; 09°19’46’’W)

Au terme de la longue descente du versant sud du Haut Atlas occidental vers la plaine du Souss, on observe sur le parement droit du dernier virage vers Ameskroud des ni- veaux carbonatés du Jurassique redressés et plissées avec un déversement vers le sud (fig. 1.10). On se situe ici sur la faille d’Ameskroud, une des branches de la Faille sud at- lasique (SAF) qui longent la bordure sud du Haut Atlas oc- cidental (fig. 11A). D’autres explications sont fournies dans le paragraphe suivant, concernant la géologie du bas- sin du Souss.

Route : A partir d’Ameskroud, la route pénètre dans la plaine du Sous où elle contourne par l’est, d’abord la struc- ture plissée de Lgouz, interprétée comme un anticlinal à déversement sud à l’aplomb de la faille d’Ameskroud, puis plus au sud le pli, plus symétrique, de Tagragra.

Géologie du bassin du Souss

Avec le bassin de Ouarzazate situé à l’est du Siroua, le bas- sin du Souss fait partie du « sillon pré-africain » à la marge

sud du Haut Atlas (Choubert & Faure-Muret, 1965). Ce « sillon » est assimilable à un bassin d’avant-pays atypique. Vers l’est, sa limite nord est un système de failles communément appelé « accident ou faille sud-atlasique », à l’ouest elle est plus complexe et intègre plusieurs structures du système du Tizi n’Test , considéré comme élément majeur de l’évolution des chaînes varisques et atlasiques (Mattauer et al., 1972 ; Proust et al., 1977 ; Ouanaimi & Petit, 1992), système sur lequel on reviendra pendant la dernière journée (J6) de ce circuit.

Le bassin du Souss constitue une dépression triangulaire allongée E-W, bordée au nord par le Haut Atlas, et au sud par l’Anti-Atlas. Il s’étend sur 150 km depuis l’océan Atlantique jusqu’aux abords du massif de Siroua, avec une topographie qui s’élève progressivement vers l’est jusqu’à 700 m s’altitude. Il est traversé en

son centre par l’oued Souss. Sa topographie dissymétrique, avec une bordure nord raide et une limite sud à pente plus faible, est la conséquence d’une déformation atlasique qui s’atténue du nord au sud.

L’histoire géologique du bassin est d’abord liée à celles des bassins côtiers d’Essaouira-Agadir dont il constitue la par- tie méridionale depuis le Trias jusqu’au Crétacé (Medina, 1994), puis à celle du Haut Atlas occidental dont il est ac- tuellement l’avant-pays. Cette évolution a abouti à une struc- ture en synclinorium comprenant deux dépocentres, à l’est et à l’ouest (Nairn et al., 1980). Sa bordure nord ou front sud- atlasique, correspond au prolongement de la zone faillée du Tizi n’Test, orientée WSW–ENE. Elle est formée par un ré- seau de quatre failles principales (fig. 1.11), d’ouest en est, les failles, d’Agadir-Tagragra, de l’oued Issen, de Taroudant et de d’Oulad Berhil. Vers le sud du bassin, les failles d’El Keléa et de Biougra constituent d’importants accidents dont l’activité principale a eu lieu lors de la distension triasique. L’obliquité de ces failles par rapport au rift triasique sug- gère un fonctionnement comme failles de transfert qui s’en- racinent sur des plans de détachement subhorizontaux qui ont contrôlé l’ouverture de l’Atlantique.

Lors de la collision Afrique-Europe, le bassin du Souss est soumis à une inversion tectonique qui a débuté après l’Eo- cène, du moins dans les zones occidentales du bassin. Cette inversion serait contrôlée par le fonctionnement d’un plan de détachement profond, incliné vers le nord, probablement une ancienne structure hercynienne, à partir de laquelle émergent aussi bien les failles du système du Tizi n’Test que celles d’El Keléa et de Biougra (fig. 1.11C). Le raccourcis- sement, dont le taux est estimé à 20% (Mustaphi et al., 1997), est accompagné de décollement dans les séries éva- poritiques du Trias.

CIRCUIT C4 : ANTI-ATLAS ET HAUT ATLAS, CIRCUIT OCCIDENTAL

19

C4 : ANTI-ATLAS ET HAUT ATLAS, CIRCUIT OCCIDENTAL 19 F IG . 1.10 : Plissement des

FIG. 1.10 : Plissement des formations jurassiques décollées à l’aplomb de la faille sud-atlasique d’Ameskroud. FIG. 1.10 : Folded Jurassic series above the South Atlas Fault at Ameskroud.

L’activité néotectonique des structures du bassin du Souss est clairement matérialisée par l’implication des niveaux plio-quaternaires dans une déformation d’amplitude mé- trique à décamétrique. L’activité sismique régionale est re- lativement modérée avec néanmoins de violentes secousses comme celle du séisme destructeur d’Agadir en 1960.

JJ22 :: AAggaaddiirr--TTaaffrraaoouutt vvii aa AAïïtt BBaahhaa ((220000 kkmm))

Itinéraire et thèmes (fig. 2.1) : L’accent est mis sur l’évo- lution polycyclique du socle Précambrien. Socle éburnéen (Paléoprotérozoïque). Couverture de plateforme néopro- térozoïque. Plis et cisaillements panafricains. Magmatisme du Néoprotérozoïque terminal. Granite de Tafraoute. Transgression de l’Adoudounien-Cambrien inférieur et tectonique extensive associée.

Route and themes (fig. 2.1) : Emphasis is on the Precam- brian polycyclic evolution. Eburnian basement (Paleo- proterozoic). Neoproterozoic platform series. Pan-African folding and shearing. Late Neoproterozoic magmatism. Ta- fraoute granite. Adoudounian-Cambrian transgression and coeval extensional tectonics

Introduction à l'étude du Précambrien du Kerdous

La boutonnière précambrienne du Kerdous est l’une des plus étendues de l’Anti-Atlas ; y affleurent largement les deux principales unités lithostructurales protérozoïques, qui sont le substratum paléoprotérozoïque et les forma- tions néoprotérozoïques. Cet ensemble est scellé par les dépôts transgressifs du Cambrien inférieur (fig. 2-1 ; voir aussi vol. 1, fig. 5).

Le socle paléoprotérozoïque représente plus de 30% de la superficie de la boutonnière de Kerdous. Il affleure dans deux massifs, au NE, dans le massif de Tafraoute-Tasrirt et, au SW, dans celui de Tazerwalte (Tazeroualt). Le premier, le plus étu- dié, est formé de roches métamorphiques (schistes, mica- schistes, gneiss, migmatites), dérivant en partie d’un ensemble gréso-pélitique à alternances turbiditiques. Ces roches métamorphiques sont recoupées par plusieurs massifs de granitoïdes datés du Paléoprotérozoïque. L’intensité du métamorphisme est très variable et augmente graduellement de la périphérie (épizone) vers le centre (plateau de Tasrirt, mésozone et catazone).

Selon Hassenforder (1987), une déformation éburnéenne D 1 est responsable d’une foliation S 1 associés à des plis isocli- naux P 1 . Elle est souvent transposée dans une déformation ultérieure D 2 attribuée à l’événement panafricain, responsa- ble aussi des rétromorphoses des métamorphites D 1 . Ces ter- rains éburnéens sont recoupés par plusieurs plutons de granitoïdes calco-alcalins, ainsi que par des leucogranites et des pegmatites. On y distingue des granitoïdes syntecto- niques, comme le massif de Tasrirt, associé à des injections de liquides granitiques dans des schistes très métamorphiques (migmatites, selon Choubert, 1963), et des massifs post-tec- toniques de type Tahala et Tazerwalte. Le massif gneissique du Jbel Ouiharen, allongé E-W au nord de Tasrirt, est consi- déré comme un granite éburnéen ultérieurement transformé en orthogneiss par la déformation panafricaine.

Les terrains néoprotérozoïques sont représentés par deux grands ensembles : les quartzites du Groupe du Lkest (J. El Kest, 2359 m), équivalent du Groupe de Taghdoute rencon-

20

NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 3

NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 3 F IG . 1.11 : Le

FIG. 1.11 : Le front sud-atlasique le long du bassin du Souss (Sebrier et al., 2006). (A) : Représentation de structures néotectoniques sur topographie numérique (données SRTM) ; (B) : Structures tectoniques sur image LANDSAT TM. ; (C) : Coupe géologique inter- prétative du bassin du Souss. Les anciennes failles normales majeures se sont propagées en surface selon deux géométries : i) propa- gation directe de rampe vers la surface, e.g. : la faille à Ameskroud ; ii) propagation sur un décollement de couverture qui produit le pli de rampe par cintrage de Tagragra. SAF : Faille Sud Atlasique ; NAF : Faille Nord Atlasique ; SSF : Faille sud de Siroua ; AAF :

Faille de l’Anti-Atlas ; WHA : Haut Atlas Occidental (Voir le texte pour les failles I, II, III et IV).

FIG. 1.11 : The southern High Atlas front along the Souss basin (Sebrier et al., 2006). (A) : Neotectonic sketch map. Background SRTM90 digital topography. The active faults are mapped with red heavy lines ; (B) :Map of the tectonic structures on a LANDSAT TM image. (C) : Crustal scale interpreted cross-section. The former normal fault rooted at depth propagated upward during inversion with two different geometries : i) direct upward propagation up to the surface, e.g. Ameskroud Fault ; ii) ramping off to a shallow de- tachment level up to Tagragra Fault bend fold. (SAF : South Atlasic Fault ; NAF : North Atlasic Fault ; SSF : South Siroua Fault ; AAF : Anti-Atlas Fault ; WHA : Western High Atlas) See text for faults I, II, III and IV.

tré plus à l’est (voir circuit C1, journée J2), et les forma- tions volcano-détritiques du Groupe de Ouarzazate. Le pre- mier ensemble correspond à d’anciennes arénites de plateforme épicontinentale, qui renferment localement des niveaux de schistes, conglomérats et carbonates. Comme partout dans l’Anti-Atlas, cette série est fortement injectée par des dykes et sills doléritiques (Suite de Toudma). Les contacts entre les quartzites néoprotérozoïques et le socle éburnéen sont partout faillés, notamment le long de la val- lée d’Ameln où une zone de cisaillement décro-chevauchante dextre affecte les schistes de Kerdous (Paléoprotérozoïque) et les quartzites du Lkest. Ce cisaillement, attribuable à la dé- formation panafricaine, est responsable d’une foliation su- béquatoriale S 2 et du redressement des quartzites du Lkest.

Le second ensemble néoprotérozoïque est formé de dépôts volcano-détritiques tardi- et post-tectoniques regroupés en plusieurs groupes (Tafraoute, Anzi, Feiyzirt, Tanalt, Ait Baha et Oufoud). Dans le bassin d’Anzi se déposent, en

conditions péri-glaciaires, des alternances de conglomérats polygéniques (tilloïdes), de grès et de silts varvés. Les for- mations attribuées aux groupes supérieurs sont sensible- ment de même nature, mais associées à une importante activité volcanique. Dans l’ensemble, ces dépôts sont contrôlés par une tectonique extensive et le magmatisme as- socié, de nature calco-alcaline, est formé de rhyolites, ignimbrites et andésites. Vers le sommet, des basaltes tho- léitiques intracontinentaux (ici, les basaltes d’Ida Ougni- dif) se sont épanchés dans tout l’Anti-Atlas avant la transgression cambrienne. Durant celle-ci, le volcanisme, encore actif, est de nature alcaline.

Les travaux antérieurs sont unanimes sur le caractère po- lycyclique des déformations protérozoïques dans l’Anti- Atlas occidental en général, et dans le massif de Kerdous en particulier (Hassenforder, 1987 ; Aït Malek et al., 1998). Deux épisodes magmatiques s’opposent, l’un aux alentours de 2 Ga., et l’autre entre 610 et 550 Ma. Le premier, essen-

CIRCUIT C4 : ANTI-ATLAS ET HAUT ATLAS, CIRCUIT OCCIDENTAL

21

C4 : ANTI-ATLAS ET HAUT ATLAS, CIRCUIT OCCIDENTAL 21 F IG . 2.1 : Carte géologique

FIG. 2.1 : Carte géologique simplifiée du massif précambrien du Kerdous, redessinée d’après les cartes géologiques au 1/50 000 de Had-n-Tahala (Barnes et al., 2001a), Anzi (Barnes et al., 2001b), Tanalt (Smith et al., 2001) et Barrage Youssef Ben Tachafine (Waters et al., 2001).

FIG. 2.1 : Simplified geological map of the Kerdous Precambrian inlier, redrawn from the geological maps, scale 1/ 50 000, sheets of Had-n- Tahala (Barnes et al., 2001a), Anzi (Barnes et al., 2001b), Tanalt (Smith et al., 2001) and Barrage Youssef Ben Tachafine (Waters et al., 2001).

22

NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 3

tiellement plutonique, est associé au cycle orogénique ébur- néen, événement à l’issue duquel le Craton Ouest-Africain (CWA, WAC) est formé, et le second, surtout volcanique, est

à rattacher aux événements panafricains tardifs (Aït Malek

et al., 1998 ; Barbey et al., 2004). Cependant, sur le plan de la déformation, il est plus difficile de séparer ces deux épi-

sodes (Nachit et al., 1996 ; Soulaimani & Piqué, 2004). La foliation des roches les plus métamorphiques dans le plateau de Tasrirt est associée à l’événement éburnéen (Hassenfor-

der, 1987). Cette attribution est basée sur la corrélation, sou- vent erronée, entre le degré de métamorphisme et l’âge des formations, corrélation qui était autrefois adoptée pour éta- blir les découpages lithostructuraux du Précambrien de l’Anti-Atlas. L’ancienne foliation serait reprise le long de grandes zones de cisaillement qui affectent les quartzites néoprotérozoïques et les anciens plutons Hassenforder (1987). Cependant, aucune reprise d’ancienne foliation n’est visible hormis dans les zones de cisaillement. Le massif de Tafraoute-Tasrirt lui-même ne montre qu’une seule foliation

à disposition concentrique, raide à la périphérie et subhori-

zontale au centre. Cette foliation souligne ainsi une struc-

ture en dôme, qui explique le gradient de métamorphisme croissant vers le centre. Le dôme de Tasrirt est limité par deux zones de cisaillement ductile E-W dextres au nord et au sud (fig. 2.2). Le centre de la structure est recoupé par plu- sieurs granitoïdes, d’abord calco-alcalins et à mise en place syn- à tardi-tectonique (type Tarçwat ; Pons et al., 2006), puis alcalins post-tectonique (type Tafraoute) (Barnes et al., 2001a). L’âge de la foliation, qui est aussi celui de la struc- ture en dôme, est alors contraint par celui de la mise en place du massif de Tarçwat (583-560 Ma ; Aït Malek et al., 1998). C’est aussi l’âge des principales vulcanites des séries vol- canodétritiques du Groupe de Ouarzazate (Groupe de Ta- nalt) qui se dépose à la périphérie de la boutonnière, dans un contexte extensif. Selon Soulaimani & Piqué (2004), on est en présence d’une exhumation de dômes métamorphiques (Tasrirt et Ouiharen), associée à la mise en place de plutons granitiques dans un contexte transcurrent, lors d’un épisode d’extension crustale fini-protérozoïque, consécutif à l’épais- sissement panafricain. Le modèle proposé reste cependant hypothétique, en attendant de nouvelles recherches pétro- structurales et géochronologiques.

recherches pétro- structurales et géochronologiques. F IG . 2.2 : Structure et évolution du massif

FIG. 2.2 : Structure et évolution du massif paléoprotérozoïque de Tafraoute-Tasrirt (Soulaimani & Piqué, 2004). A- carte géologique simplifiée du Kerdous ; B- Carte structurale du massif de Tafraoute-Tasrirt ; C- Coupe géologique interprétative de l’évolution fini-Protérozoïque ; D- modèle cinématique du massif de Kerdous.

FIG. 2.2 : Structure and evolution of the Paleoproterozoic Tafraoute-Tasrirt massif (Soulaimani & Piqué, 2004). A- Simplified geological map of the Kerdous inlier ; B- Structural map of the Tasrirt dome ; C- Schematic cross-section ; D- Kinematic model for Late Proterozoic tectonics in the Kerdous inlier.

CIRCUIT C4 : ANTI-ATLAS ET HAUT ATLAS, CIRCUIT OCCIDENTAL

23

Route : Quitter Agadir (km 0) et prendre la rocade vers le SE. Après le passage sur le pont de l’oued Souss, à 8 km, tourner à gauche en direction de Biougra et Tafraoute. On roule sur les alluvions récentes de la plaine fertile du Souss. Des limons et des encroûtements, parsemés de dunes à l’ouest, constituent les niveaux superficiels.

A20 km d’Agadir, on traverse l’agglomération d’El-Keléa, connue pour sa source hydrothermale (fontaine publique à droite de la route). C’est à ce niveau qu’émerge la faille d’El Keléa (fig. 1.11C). Vers le sud apparaissent les mon- tagnes du Kerdous (Jbel El Kest) derrière le plateau cam- brien d’Aït Baha, qu’on commence à gravir à partir d’Imi M’qorn. A Imi M’qorn (40 km d’Agadir), on quitte la plaine du Souss et pénètre dans une cluse qui traverse les premiers reliefs cambriens de l’Anti-Atlas. La couverture cam- brienne du massif du Kerdous est ici formée de calcaires récifaux àArchéocyathes du Cambrien inférieur (Calcaires supérieurs), exploités par des carrières de marbre et de gra- vier (à gauche de la route). Les strates cambriennes sont in- clinées vers le nord avec un pendage faible (~25°). Ce basculement vers le nord est la résultante d’une longue his- toire de mouvements synsédimentaires puis orogéniques au cours du Paléozoïque, puis de mouvements mésocé- zoïques (marge atlantique surrection atlasique).

Arrêt J2.1 : L’enveloppe cambrienne du Kerdous à Imi M’qorn (GPS : 30°06’38,2’’N ; 09°13’48,2’’W)

A environ 4 km de la cluse, et après avoir traversé la cu- vette d’Imi M’qorn, la route remonte dans les Calcaires

supérieurs vers le plateau d’Ayt Wakrim. L’arrêt prévu en hauteur permet d’avoir un panorama sur la plaine du Souss, au nord des premières buttes cambriennes et, au- delà, sur les reliefs imposants du Haut Atlas (fig. 2-3). En contrebas, la cuvette d’Imi M’qorn est due à l’effondre- ment, par une faille de plus de 150 m de rejet, des séries schisteuses du Cambrien inférieur et des Grès terminaux (base du Cambrien moyen ; Geyer & Landing, 2004) qui forment la butte de Taourirt Agouarm au centre de la cu- vette (fig. 2-4)

Sur le parement droit de la route, on peut observer les al- ternances de barres carbonatées des Calcaires supérieurs où s’intercalent des niveaux schisteux. Les calcaires mon- trent des laminations stromatolithiques et des plans stylo- litiques parallèles à la stratification, acquis lors des processus de compaction diagénétique.

Route : Sur une quinzaine de kilomètres, nous roulons sur le plateau carbonaté d’Ayt Wakrim, d’abord sur les Cal- caires supérieurs, ensuite sur la Série lie-de-vin et finale- ment sur les Calcaires inférieurs (Cambrien inférieur- Adoudounien ; voir la colonne stratigraphique du Paléo- zoïque dans le vol. 1, fig. 7). La pente est imperceptible jusqu’à Aït Baha où on atteint les premiers terrains vol- cano-détritiques du Précambrien terminal (Groupe de Ouarzazate ou PIII), représentés ici par les rhyolites du Groupe de Tanalt.

AAït Baha, 54 km d’Agadir, avancer tout droit vers le SE dans la direction de Tafraoute (une autre route vers Ta- fraoute via Tanalt bifurque à droite). Notre route, très si- nueuse, va longer le flanc NE du massif du Kerdous sur

si- nueuse, va longer le flanc NE du massif du Kerdous sur F IG . 2.3

FIG. 2.3 : Vue vers le nord à partir de la remontée vers le plateau d’Ayt Wakrim. La cuvette d’Imi M’qorn (Cambrien inférieur à moyen) s’étale au premier plan, séparée de la plaine du Souss par des reliefs de Calcaires supérieurs (carrières). Au dernier plan, on aperçoit la muraille du Haut Atlas.

FIG. 2.3 : Northward view from the Ayt Wakrim Plateau. The Imi M’qorn depression (Lower to Middle Cambrian) extends in the foreground, sepa- rated from the Souss plain by the Lower Cambrian Upper Limestones (queries). The High Atlas barrier can be seen in the background.

24

NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 3

NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 3 F IG . 2.4 : La

FIG. 2.4 : La transition Précambrien-Cambrien en bordure NE du Kerdous (région d’Aït Baha ; regard vers le sud) ; A : Vue vers le nord ; B : Coupe géologique du Cam- brien d’Ayt Wakrim en bordure nord du massif du Kerdous (d’après Ambroggi et Neltner, in Choubert, 1952).

FIG. 2.4 : The Late Proterozoic-Cambrian transition at the NE border of the Kerdous inlier (Aït Baha area, looking south) ; A : Northward view ; B : Geological cross-sec- tion of the Ayt Wakrim Cambrian Plateau at the northern edge of Kerdous inlier (From, Ambroggi and Neltner, in Choubert, 1952).

plus de 10 km. Elle est tracée sur les schistes et grès verts de la Série de base de l’Adoudounien entre la corniche des Calcaires inférieurs à gauche et, à droite, les rudes escar- pements de l’oued Aït Baha, creusés dans les séries vol- cano-détritiques (PIII).

Arrêt J2.2 : Passage Précambrien-Cambrien à l’est de Kerdous (GPS : 30°02’41’’N ; 09°04’2,7’’W)

Après avoir dépassé le barrage d’Aït Baha, s’arrêter au km

70 d’Agadir. Cet arrêt offre une bonne vue en coupe E-W

(fig. 2.5A) sur le passage des séries volcaniques du Groupe d’Ouarzazate (PIII) aux premiers dépôts de l’Adoudou- nien-Cambrien inférieur, représentés ici par la Série de base. Celle-ci, épaisse d’environ 150 m, montre de bas en haut (fig. 2.5B), des conglomérats, un niveau schisteux pé-

litique, une dalle carbonatée (calcaire de base), et environ

50 m de schistes et grès verts sur lesquels passe la route.

Cette série est coiffée par la Dolomie de Tamjoute (Cal- caires inférieurs) formant cuesta. Dans le Calcaire de base, on note la présence de passées gréseuses montrant des structures synsédimentaires, telles que des slumps et des brèches intraformationnelles à éléments calcaires et à ga-

lets de quartzites. Ces derniers sont issus de formations néoprotérozoïques du type de celles du Jbel Lkest (dont on aperçoit au loin vers le SW les crêtes dentelées).

Arrêt J2-3 : Basaltes d’Ida Ougnidif, marqueurs de l’extension fini-précambrienne (GPS : 29°51’30’’N ; 08°58’15’’W)

Cet arrêt se situe au-dessus du village d’Ida Ougnidif (km 114), sur la nouvelle route vers Tanalt qui gravit vers l’ouest les pentes quartzitiques du J. Lkest. S’arrêter au

sommet pour avoir une vue complète sur la cuvette d’Ida Ougnidif, bordée à l’ouest par les quartzites néoprotéro- zoïques et à l’est par les séries du Cambrien inférieur qu’on vient de traverser. Le soubassement de la cuvette est es- sentiellement basaltique (fig. 2-6). La pente abrupte qui délimite les quartzites correspond à une zone de failles nor- males NNW-ESE (fig. 2-7), réactivant probablement une paléofaille. Les quartzites sont affectés par diverses struc- tures extensives (fentes de tension, mini-grabens,…) indi- quant un effondrement vers le NE. Dans le compartiment effondré se sont accumulés d’épais dépôts congloméra- tiques (PIII), à éléments essentiellement quartzitiques, an- guleux et mal classés, réunis par une matrice siliceuse. Ces dépôts sont surmontés vers l’est par le basalte d’Ida Ou- gnidif, en coulées superposées sur plusieurs dizaines de mètres. Au sommet des coulées, des structures en coussins indiquent une mise en place sous-aquatique.

Pétrographie et géochimie

Au microscope, ces basaltes montrent une texture microgre- nue intersertale à sub-ophitique à la base, microlitique flui- dale, aphyrique à porphyrique vers le sommet. Ils sont totalement transformés en une minéralogie secondaire du fa- ciès schistes verts (albite, chlorite, actinote, épidote, sphène, calcite et quartz). La minéralogie primaire serait formée de plagioclase, clinopyroxène, olivine, ilménite et apatite.

D'un point de vue géochimique, ils se caractérisent par i) une albitisation secondaire du plagioclase, suite à un en- richissement en Na 2 O et un appauvrissement en CaO ; ii) les rapports XMg (0,40 à 0,64), ajoutés à la variabilité des teneurs en Ni (64-280 ppm), Cr (77-355 ppm) et éléments incompatibles, montrent que les magmas ont subi, à des

CIRCUIT C4 : ANTI-ATLAS ET HAUT ATLAS, CIRCUIT OCCIDENTAL

25

C4 : ANTI-ATLAS ET HAUT ATLAS, CIRCUIT OCCIDENTAL 25 F IG . 2.5 : La transition

FIG. 2.5 : La transition Précambrien-Cambrien en bordure NE du Kerdous (région d’Aït Baha ;) ; A : Vue vers le sud ; B : Coupe géologique

FIG. 2.5 : The Precambrian-Cambrian transition at the NE border of the Kerdous inlier (Aït Baha area) ; A : Southward view of the transition ; B : Cross-section of the Precambrian-Cambrian transition at the eastern border of the Kerdous massif.

degrés divers, des processus de fractionnement et/ou de contamination crustale ; iii) les concentrations en TiO 2 (1,70-2,78 %) et P 2 O 5 (0,22-0,46 %) sont comparables à celles des basaltes intraplaques. Les spectres multi-élé- ments normalisés au manteau primitif (fig. 2-8) montrent un enrichissement en éléments fortement incompatibles, un faible fractionnement des terres rares légères par rap- port aux terres rares lourdes (La/Yb = 1,79-4,53), une fai- ble anomalie négative en Nb (Th/Nb = 0,07-0,13 ; La/Nb= 0,86-2,26), absence d'anomalies négatives en Zr et TiO 2 et un faible fractionnement des terres rares légères par rapport aux terres rares lourdes. Tous ces caractères confirment la nature tholéïtique et le caractère anorogé- nique de ces laves (Soulaimani et al., 2004).

A noter que des manifestations volcaniques analogues sont décrites dans plusieurs localités autour des autres bouton- nières de l’Anti-Atlas (Bajja, 2001;Algouti et al., 2001). Ce sont des marqueurs de l’extension préalable à la transgres- sion cambrienne sur les ruines de la chaîne panafricaine.

Route : Retourner à Ida Ougnidif et prendre la direction de

Tafraoute. La route traverse différents affleurements de ba- saltes où des arrêts sont possibles.

Arrêt J2-4 : La déformation hercynienne à la bordure orientale du Kerdous (GPS : 29°49’04’’N ; 08°53’59’’W)

Juste après le village de Tagmoute (29°49’44’’N ; 08°54’55’'W), et toujours le long de la zone de faille dé- crite précédemment, on peut observer à droite de la route des affleurements de conglomérats du PIII. Le conglomé- rat polygénique est ici affecté par une schistosité subver- ticale de direction N150 (fig. 2-9), traduisant le serrage hercynien (Carbonifère supérieur). Un peu partout dans l’Anti-Atlas occidental, on note que les niveaux conglo- mératiques constituent un niveau favorable à l’apparition de la schistosité ; leurs galets peuvent, selon l’intensité de la déformation, être tronçonnés ou non. Dans le cas pré- sent, les galets sont seulement réorientés et rares sont ceux qui montrent un début de tronçonnement dans la matrice schistosée. La déformation observée témoigne du rôle im- portant de ce couloir de faille lors du serrage hercynien

26

NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 3

NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 3 F IG . 2.6 : Vue

FIG. 2.6 : Vue vers le NE de la dépression d’Ida Ougnidif. Au-dessous du Cambrien basal (Série de base) se se placent des coulées basaltiques. FIG. 2.6 : View of the Ida Ougnidif depression, looking northeast-ward. Basalt flows occur here beneath the Lowermost Cambrian cover (Série de base).

here beneath the Lowermost Cambrian cover (Série de base). F IG . 2.7 : Coupe géologique

FIG. 2.7 : Coupe géologique interprétative de la bordure orientale du massif du Kerdous au niveau d’Ida Ougnidif. FIG. 2.7 : Interpretative cross-section of the eastern edge of the Kerdous inlier at Ida Ougnidif.

of the eastern edge of the Kerdous inlier at Ida Ougnidif. F IG . 2.8 :

FIG. 2.8 : Spectres multi-éléments normalisés au manteau primitif des basaltes d’Ida Ougnidif et de ceux de Jbel Kerkar (bord ouest du Kerdous). FIG. 2.8 : Normalized multi-elemental spectra for Ida Ougnidif and Jbel Kerkar basalts (east and west of the Kerdous massif, respectively).

CIRCUIT C4 : ANTI-ATLAS ET HAUT ATLAS, CIRCUIT OCCIDENTAL

27

C4 : ANTI-ATLAS ET HAUT ATLAS, CIRCUIT OCCIDENTAL 27 F IG . 2.9 : Conglomérat fini-Précambrien

FIG. 2.9 : Conglomérat fini-Précambrien affecté par une schistosité varisque re- dressée le long de la bordure orientale du Kerdous. FIG. 2.9 : Upper Neoproterozoic conglomerates from the eastern border of the Kerdous inlier, showing a Variscan, steeply dipping cleavage.

comme faille bordière du massif du Kerdous, assimilable à une structure en « pop-up ».

Arrêt J2.5 : Plis de glissement gravitaire et extension dans le Cambrien inférieur (GPS : 29°44’53’’N, 08°49’22’’W)

Cet arrêt est situé sur le début de la route d’Aït Abdellah, qui prend vers la gauche (est) à partir de celle de Tafraoute, au niveau du col d’Aferni (km 145 d’Agadir). S’arrêter dans la descente à 1 km de l’embranchement. Sur le pare- ment gauche de la route, on observe de belles structures de déformation synsédimentaire qui affectent certains ni- veaux des calcaires adoudouniens (fig. 2.10). Il s’agit de plis isoclinaux décamétriques couchés dans des alter- nances pélitiques et carbonatées peu inclinées. Le plus re- marquable montre dans son flanc long de petites failles normales scellées par les laminations sus-jacentes, donc clairement synsédimentaires. Ces structures gravitaires té- moignent de la persistance de l’extension, déjà active du- rant la période fini-précambrienne, lors du dépôt des niveaux carbonatés cambriens (Soulaimani et al., 2003).

Route : Faire demi-tour et à la bifurcation, reprendre à gauche la route vers Tafraoute. Après environ 1,5 km, on débouche sur la belle vallée d’Ameln au col d’Aferni.

Arrêt J2.6 : La discordance PIII/PII au col d’Aferni (GPS : 29°44’10’’N ; 08°50’41’’W)

Cet arrêt au col montre une vue superbe (fig. 2.11A) sur la vallée des Amelns (Vallée des amandiers). Plusieurs vil- lages jalonnent cette vallée, bâtis près des sources au pied du J. Lkest (leur population est réduite car souvent expa-

du J. Lkest (leur population est réduite car souvent expa- F IG . 2.10 : Structures

FIG. 2.10 : Structures synsédi- mentaires dans le Cambrien inférieur (Adoudounien) à l’est du Kerdous. Photo du haut : vue générale d’un pli de glissement gravitaire (slum- ping) à déversement ouest dans des alternances carbona- tées-pélitiques. Photos du bas :

vues rapprochées de failles normales synsédimentaires dans le flanc normal long.

FIG. 2.10 : Synsedimentary structures in the Lower Cam- brian (Adoudounian) lime- stones, eastern border of the Kerdous Massif. Top : view of an isoclinal slump fold verg- ing westward. Bottom : close views of the synsedimentary normal faults within the nor- mal limb.

28

NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 3

triée dans les villes du Maroc ou de l’étranger pour s’y adonner aux activités commerciales). La vallée est creu- sée dans les Schistes du Kerdous (Paléoprotérozoïque). Elle est bordée au nord par les quartzites néoprotéro- zoïques redressés (J. Lkest) et au sud par le massif ortho- gneissique de Jbel Ouiharen-Idîkel. Une large zone de cisaillement décro-chevauchante dextre passant dans la vallée sépare ces deux ensembles (Hassenforder, 1987 ; Soulaimani et Piqué, 2004). La zone de cisaillement est soulignée dans le paysage par des lentilles quartzitiques kilométriques allongées parallèlement à la direction géné- rale du couloir. Au col où nous sommes, elle est recouvert en discordance majeure, tout comme les quartzites redres- sés, par les conglomérats du Groupe de Tanalt (fig. 2.11B). Ces derniers présentent un pendage faible vers l’est, comme les carbonates du Cambrien sus-jacents. La zone de cisaillement des Ameln et le plissement des quartzites

du Lkest sont donc d’âge panafricain à tardi-panafricain, antérieur aux dépôts conglomératiques sommitaux du Groupe de Tanalt (ou Groupe d’Ouarzazate, PIII).

Arrêt J2.7 : Les schistes paléoprotérozoïques du Kerdous (GPS : 29°44’45’’N ; 08°54’38’’W)

Les Schistes du Kerdous, d’âge Paléoprotérozoïque (« PI ») sont représentés, le long de la descente de la vallée des Ameln, par une alternance gréso-pélitique de faible degré métamorphique (schistes verts à biotite, avec des taches d’andalousite) où le litage sédimentaire est bien conservé. Les schistes montrent une foliation redressée de direction E-W. Par endroit, la foliation porte une linéation minérale à fort plongement, proche de la ligne de plus grande pente. Les critères cinématiques indiquent un chevauchement vers le nord. A l’échelle de toute la Zone Faillée de la Vallée des

A l’échelle de toute la Zone Faillée de la Vallée des F IG . 2.11 :

FIG. 2.11: A : Panorama sur la vallée des Amelns (ou d’Amelne), depuis sa terminaison orientale au col d’Aferni. B : Discor- dance des conglomérats du Groupe de Tanalt (« PIII », Ediacarien supérieur) sur les Quartzites du Lkest, redressés par le plisse- ment panafricain, au col d’Aferni. FIG. 2.11 : A : Panorama of the Amelne valley from its eastern tip at the Aferni Pass. B : Unconformity of the Tanalt conglomer- ates (“PIII”, Late Ediacran) on top of the Lkest Quartzites tilted by the Pan-African folding, at Aferni Pass.

VCIRCUIT C4 : ANTI-ATLAS ET HAUT ATLAS, CIRCUIT OCCIDENTAL

29

Ameln (ZFVA ; fig. 2-2 A et C), la déformation cisaillante s’accentue jusqu’au contact avec les quartzites du Lkest, et une composante décrochante dextre s’ajoute à la cinéma- tique de chevauchement (Hassenforder, 1987)

Arrêt J2.8 : Gneiss du J. Ouiharen-Idîkel (GPS : 29°44’27’’N, 08°54’37’’W)

Le massif orthogneissique du Jbel Ouiharen-Idîkel forme une bande E-W de 10 km de long pour une puissance moyenne de 600 à 800 m. A l’ouest, la bande gneissique est recoupée par le granite de Tafraoute, tandis qu’à l’est, elle est recouverte en discordance par les conglomérats du PIII. Ces orthogneiss (fig. 2-12) passent localement et gra- duellement à des granites porphyroïdes isotropes qui af- fleurent dans une zone médiane du Jbel Ouiharen et du Jbel Idîkel plus à l’est.

Les orthogneiss présentent un débit planaire pénétratif qui affecte aussi bien les minéraux secondaires (muscovite et tourmaline) que les minéraux d’altération (séricite, chlorite et épidote) et est aussi postérieur à une première rétro- morphose. Les feldspaths sont cataclasés et sont remplis

de liserés noirs à minéraux secondaires. C’est une défor- mation dans un régime de cisaillement simple à cinéma- tique chevauchante vers le nord comme le montre, à l’œil nu, l’asymétrie des zones abritées aux bords des porphy- roclastes feldspathiques. La déformation qui affecte ces orthogneiss présente la même géométrie et la même ciné- matique que celle qu’on retrouve dans les Schistes du Ker- dous, ou encore dans les quartzites néoprotérozoïques. Le processus d’orthogneissification est donc à associer aux déformations panafricaines.

Route : Continuer le long de la vallée vers l’ouest jusqu’au carrefour, et prendre à gauche la direction de Tafraoute.

Arrêt J2.9 : Granite de Tafraoute (GPS : 29°44’57’’N ; 08°57’36’’W)

Peu avant l’entrée de la ville de Tafraoute, on peut voir sur les deux parements de la route (qui est ici en tranchée) le contact entre le granite fini-protérozoïque de Tafraoute (objet de l’arrêt J3.1) et les Schistes du Kerdous (fig. 2.13). Dans la zone de contact, le granite se charge en grandes enclaves de schistes et acquiert une foliation parallèle au

enclaves de schistes et acquiert une foliation parallèle au F IG . 2.12 : Macrophoto de
enclaves de schistes et acquiert une foliation parallèle au F IG . 2.12 : Macrophoto de

FIG. 2.12 : Macrophoto de l’orthogneiss mylonitique du Jbel Oui- haren, dans la zone de cisaillement panafricaine de la vallée des Ameln.

FIG. 2.12 : Close view of the Jbel Ouiharen mylonite from the Val- lée des Ameln Pan-African shear zone.

FIG. 2.13 : Contact intrusif du granite fini-Protérozoïque de Ta- fraoute (clair, à gauche) dans les Schistes paléoprotérozoïques du Kerdous (sombres, à droite), à l’entrée nord de Tafraout.

FIG. 2.13 : Intrusive contact of the Late Proterozoic Tafraoute granite (light colored, on the left) in the Kerdous slates (dark, on the right) at the northern entrance to Tafraoute.

30

NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 3

contact. Celui-ci est sécant sur la foliation du substrat mé- tamorphique, aussi bien sur celle des Schistes du Kerdous que sur celle de l’orthogneiss (prolongement des gneiss de Jbel Ouiharen-Idîkel)

JJ33 :: TTaaffrraaoouutt--GGoouulliimmiinnee vviiaa TTiizznniitt ((221100 kkmm))

Itinéraire et thèmes : Le Précambrien du Kerdous (suite). Granite de Tafraoute. Discordance entre Série d’Anzi et substratum paléoprotérozoïque. Couverture paléozoïque occidentale. Déformation hercynienne dans le Plateau de Lakhssas.

Route and themes : Precambrian basement of the Kerdous inlier (continuation). Late Neoproterozoic Tafraoute gran- ite. Anzi Series/Eburnian basement unconformity. Western Paleozoic cover. Variscan deformation of the Lakhssas Plateau.

Arrêt J3.1 : Granite rose de Tafraoute à Aday (GPS : 30°09’70’’N ; 09°13’15’’W)

Quitter Tafraoute vers le SE en direction de Tiznit par Ta- hala. Nous roulons sur le granite fini-précambrien de Ta- fraoute pour une dizaine de kilomètres. L’altération en boules de ce granite est l’un des traits touristiques at- trayants de la région. On peut admirer les chaos granitiques le long du trajet et notamment au niveau du village d’Aday

le long du trajet et notamment au niveau du village d’Aday F IG . 3.1 :

FIG. 3.1 : Paysage typique du chao granitique rose de Tafraoute au village d’Aday. FIG. 3.1 : Typical landscape in the Tafraoute pink granite at Aday village.

(fig. 3-1). Le granite de Tafraoute et ses équivalents (Agouni Yessene, Tazoulte, etc. ; cf. fig. 2.1) dont les âges varient entre 545 et 550 Ma, sont des intrusions post-tec- toniques monzogranitiques à composition chimique sub- alcaline à alcaline potassique. Ce sont des manifestations plutoniques d’un magmatisme dont les termes volcaniques sont très abondants (Groupe de Ouarzazate). La tendance géochimique globale est celle d’un magmatisme calco-al- calin qui évolue vers des termes plus alcalin à la base du Cambrien.

Route : La route longe le bord sud-ouest du granite de Ta- fraoute, puis pénètre dans celui de Tahala, daté du Paléo- protérozoïque (1920 ± 40 Ma) par la méthode Rb/Sr (Charlot, 1978), âge précisé ultérieurement par la méthode U/Pb sur zircons (2060 ±12 Ma ; Barnes et al., 2001a) et (2044 ±1.8 Ma ; Barbey et al., 2004). Malgré leur grande différence d’âge, le passage entre le granite de Tafraoute et celui de Tahala reste imperceptible dans le paysage. Seule leur réponse différente vis-à-vis de l’érosion (altération en boules pour le granite de Tafraoute, altération plus lamel- laire pour celui de Tahala) permet une localisation ap- proximative de leur contact.

Après le village d’Ighalen n’Aït Abbas, la route grimpe en lacets dans les Schistes du Kerdous, encaissant méridio- nal du granite de Tahala. Au col, prendre à droite la route qui remonte à l’ouest vers le col de Tizi n’Imouchchioum et s’arrêter au bout d’1 km, avant d’atteindre le col.

Arrêt J3.2 : Discordance de la série d’Anzi sur le socle paléoprotérozoïque (GPS : 29°36’20’’N ; 09°09’17’’W)

Cet arrêt offre un panorama sur la dépression de Tahala, à substratum granitique et schisteux, et sur les reliefs qui la borde, le plateau de Tasrirt à l’est, la barrière des quart- zites du Lkest au nord, et à l’ouest une falaise constituée par les séries volcano-sédimentaires d’Anzi (fig. 3.2). Ces dernières sont d’âge Néoprotérozoïque supérieur (niveau rhyolitique daté par U/Pb zircon à 614 ±38 Ma ; Barnes et al, 2001a). Elles reposent en discordance majeure sur le socle métamorphique de Tahala (Paléoprotérozoïque). Nous nous situons approximativement sur le prolongement de cette discordance, mais le contact est ici remobilisé par des décollements, comme l’indique la présence de niveaux cataclasés, des torsions de la foliation, etc.

La Série d’Anezi

La Série d’Anzi, attribuée au Précambrien PII 3 par G. Choubert (1963), correspond à des niveaux sédimentaires qui résultent du démantèlement d’une topographie mon- tagneuse en conditions périglaciaire : glaciation varan- gienne (Deynoux, 1987 ; Hassenforder, 1987). Elle est équivalente à la Série de Tiddiline dans la boutonnière de

CIRCUIT C4 : ANTI-ATLAS ET HAUT ATLAS, CIRCUIT OCCIDENTAL

31

C4 : ANTI-ATLAS ET HAUT ATLAS, CIRCUIT OCCIDENTAL 31 F IG . 3.2 : Vue vers

FIG. 3.2 : Vue vers le nord de la bordure ouest de la plaine de Tahala. La série d’Anzi repose en discordance sur le socle éburnéen. FIG. 3.2 : Northward view of the western edge of the Tahala plain. The Anzi Formation overlies unconformably the Eburnian basement.

Bou Azzer qui, elle, est affectée par des plis et des che- vauchements attribués à la phase panafricaine tardive « B2 » (Leblanc, 1975), phase liée, selon Hefferan et al. (1992), au même régime transpressif que la compression panafricaine majeure. Dans le Kerdous, le bassin d’Anzi est décrit comme étant contrôlé par des décrochements E-

W

dextres et NE-SW sénestres, antérieurement aux dépôts

de

la série discordante de Tanalt (Groupe de Ouarzazate).

Selon les subdivisions établies pour les cartes géologiques au 1/50 000 de la boutonnières de Kerdous (Barnes et al.

2001a et b ; Smith et al., 2001 ; Waters et al., 2001), l’en- semble des formations volcano-détritiques non métamor- phiques sont rangées dans le Groupe de Ouarzazate, subdivisé ici en quatre groupes, i) à la base le Groupe de Tafraoute, formé par un mélange d’ignimbrites, rhyolites,

tufs, grès conglomérats

conglomérats du Groupe d’Anzi, puis ; iii) par les grès et

conglomérats argileux du Groupe de Tanalt et finalement; iv) le Groupe d’Afoud formé d’ignimbrites et de rhyolites intercalées de conglomérats. Ces groupes sont à leur tour subdivisés en formations puis en membres. L’âge de ces séries azoïques, approché par celui des volcanites asso- ciées, s’étend entre 620 Ma et 544 Ma (base du Cambrien). En l'absence des notices (non publiées) de ces cartes géo- logiques, le détail de ces nouvelles subdivisions et leur contexte géodynamique restent non précisés.

ii) surmonté par les grès fins et

;

Route : Faire demi-tour et reprendre la route de Tiznit. Maintenant, on roule sur la Série d’Anzi. La route longe la plupart du temps l’oued Ida Ousmlal, qui coupe les séries gréseuses et volcaniques en gorges successives, jusqu’à la cluse de Jem’at Idawsmlal. Elle débouche alors sur une plaine schisteuse où on rejoint la route Tiznit-Tafraoute via Al Khamiys-n-Aït Wafqa. Après le village d’Ida Ousmlal, prendre à droite en direction de Tiznit. Jusqu’au col du Kerdous (qui donne son nom au massif), la route suit la

terminaison occidentale du plateau paléoprotérozoïque d’Aït Wafqa, qui correspond globalement à l’anticlinal de Tiyfrmiyt-Tighmi, couloir à substratum paléoprotéro- zoïque qui se rétrécit par endroit à quelques centaines de mètres. S’arrêter dans le parking de l’Hôtel Kerdous.

Arrêt J3.3 : Panorama du col du Kerdous :

la retombée occidentale de la boutonnière (GPS : 29°33’04’’N ; 09°20’27’’W)

L’arrêt au col du Tifermit (Hôtel de Kerdous) s’impose, avant la grande descente (Afoud) vers la cuvette de Tighmi (à 20 km) et la plaine de Tiznit (ville située 40 km plus loin). Perché à 1262 m d’altitude, le site offre un panorama remarquable sur le flanc ouest de la boutonnière précam- brienne et permet de voir, si les conditions s’y prêtent, au- delà de la plaine de Tiznit, les reliefs cambriens de la bordure du massif d’Ifni et parfois même l’océan Atlan- tique (fig. 3.3). L’hôtel Kerdous est bâti sur une zone fail- lée où les terrains paléoprotérozoïques (micaschistes), situés sur le prolongement ouest de la zone faillée de Tighmi-Tiyfrmiyte, sont recouverts par les dépôts volcano- détritiques du Groupe de Ouarzazate.

Route : La longue descente vers Tiznit se fait en deux étapes. La première longe le contact socle/couverture jusqu’au rebord de la dépression schisteuse de l’oued Tiz- gui, la deuxième se fait sur les ignimbrites rhyolitiques et tufs du Groupe de Tafraoute. Après le village de Tighmi, on laisse à gauche la route du Tazerwalt, massif paléopro- térozoïque subcirculaire formant un appendice au SW de la boutonnière de Kerdous. Notre route continue vers le NW et suit les gorges de l’oued Bou Iguechdern, entail- lées dans les séries volcano-détritiques du Protérozoïque terminal, puis dans les formations carbonatées et gréso-sil- teuses sus-jacentes (Série de base et Cambrien inférieur ; fig. 3.4). On rejoint enfin l’oued Assaka, encaissé dans les

32

NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 3

NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 3 F IG . 3.3 : Panorama

FIG. 3.3 : Panorama de la retombée ouest du Kerdous et de la plaine de Tiznit, vu à partir du col de Tifermit (Hôtel Kerdous). FIG. 3.3 : Scenic view of the western flank of the Kerdous massif and the Tiznit plain, from Tifermit Pass (Kerdous Hotel).

and the Tiznit plain, from Tifermit Pass (Kerdous Hotel). F IG . 3.4 : Coupe géologique

FIG. 3.4 : Coupe géologique de la bordure ouest du Kerdous au niveau de l’oued Assaka (d’après Choubert, 1952). FIG. 2-4 : Geological cross-section of the western border of the Kerdous inlier along the Assaka wadi (from Choubert, 1952).

schistes de l’Ordovicien inférieur (Formation de Tachilla), entre des terrasses fluviatiles très développées.

Arrêt J3.4 : L’Ordovicien à l’ouest de la boutonnière du Kerdous (GPS : 29°37’4,5’’N ; 09°29’24’’W)

Après la traversée de l’oued Assaka, et au-delà du village de Bouchtil, une belle coupe de la terminaison sud du syn- clinal ordovicien du J. Ouarzemimene-Tachilla apparaît à droite de la route (fig. 3.5A). Les couches de l’Ordovicien présentent un pendage faible vers l’ouest, comparable à celui des couches cambriennes traversées précédemment. Malgré leur faible déformation apparente, ces séries du Pa- léozoïque inférieur sont considérées comme étant décol- lées de leur substratum et déplacées vers l’est lors du serrage hercynien (voir coupes géologiques dans la carte de Tiznit au 1/100 000 ; fig. 3.5B). L’importance de ce type de décollement croît en allant vers l’ouest de l’Anti-Atlas (Belfoul et al., 2002 ; Michard et al., 2010).

Route : Après l’oued Assaka, on entre dans la plaine de Tiznit, prolongement sud de la Plaine du Souss. A l’arrivée à Tiznit, prendre à gauche vers le sud la route de Gouli- mine (N1). A partir de Tiznit, située à 260 m d’altitude, on peut voir les reliefs bordant les boutonnières d’Ifni à

l’ouest et du Kerdous à l’est. Entre les deux surgit le Jbel Inter, relief frontal du plateau de Lakhssas qui sépare la

plaine de Tiznit au nord de celle de Bou Izakarne au sud. En allant vers le sud, on roule d’abord sur la plaine quater- naire (calcaires lacustres) entaillée par divers oueds, dont l’ouedAdoudou ou Oudoudou (d’où vient le nom d’Adou- dounien) au pied du Jbel Inter (point GPS : 29°31'16,19"N

; 9°41'43,55”W). On entre dans le synclinal de Talïnt, coincé entre le J. Inter et le Kerdous (fig. 3.6).

Arrêt J3.5 : La déformation hercynienne à la base de Jbel Inter (GPS : 29°24’58’’N ; 09°43’04’’W)

L’arrêt se situe au début de la montée vers le plateau de Lakhssas. Là, les Calcaires supérieurs montrent une dé- formation intense, avec des plis mineurs serrés, d’axe N-

S accompagnés par une schistosité subverticale de plan

axial (fig. 3.7). La stratification est soulignée par des ni- veaux siliceux sombres microplissés au sein du calcaire recristallisé ductile. Les plis centimétriques visibles à l’af- fleurement sont des plis d’ordre 3, ils apparaissent sur des plis métriques d’ordre 2 qui sont eux-mêmes des plis mi- neurs associés aux plis régionaux d’ordre 1 (anticlinal du J. Inter et synclinal de Talïnt). Les calcaires renferment des cristaux de pyrites à zones abritées remplies de fibres syn-

CIRCUIT C4 : ANTI-ATLAS ET HAUT ATLAS, CIRCUIT OCCIDENTAL

33

C4 : ANTI-ATLAS ET HAUT ATLAS, CIRCUIT OCCIDENTAL 33 F IG . 3.5 : A- Succession

FIG. 3.5 : A- Succession stratigraphique de l’Ordovicien au sud du Jbel Ouarzemimene, flanc ouest du Kerdous.- B :

Coupe correspondante, extraite de la carte géologique au 1/100 000 du Maroc, feuille de Tiznit (1991).

FIG. 3.5 : A- The Ordovician stratigraphic succession at the southern Jbel Ouarzemimene along the western flank of the Kerdous inlier.- B : Corresponding cross-section, from the Ge- ologic map of Morocco, scale 1/100 000, sheet Tiznit (1991).

ologic map of Morocco, scale 1/100 000, sheet Tiznit (1991). F IG . 3.6 : Carte

FIG. 3.6 : Carte structurale du secteur du plateau cambrien de Lakhssas ; les stéréogrammes représentent la projection (canevas de Wulff, hémi- sphère inférieur) des plans de stratification (S 0 ) et de schistosité (S 1 ) ; B :

coupe géologique interprétative (A-A’ sur la carte).

FIG. 3.6 : Structural map of the Lakhssas Plateau area ; stereograms (Wulff stereonet, lower hemisphere) represent bedding (S 0 ) and foliation data (S 1 ) ; B : E-W interpretative geological cross-section (A-A' in the map).

34

NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 3

NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 3 F IG . 3.7 : La

FIG. 3.7 : La déformation hercynienne dans les calcaires du Cambrien inférieur du Plateau de Lakhs- sas ; A) série carbonatée-siliceuse à stratification inclinée vers le nord et schistosité verticale, dans la terminaison sud du synclinal de Talaïnt ; B) détail d’un flanc normal associés à des plis mineurs ; C) début de transposition de la stratification (S 0 ) dans les plans de schistosité (S 1 ) ; D) plis isoclinal à char- nière épaissie sur la faille bordière de Jbel Inter ; E) plan de cisaillement illustrant la dominance de mou- vement verticaux.

FIG. 3.7 : Variscan deformation in the Lower Cambrian limestones of the Lakhssas Plateau. A) folded siliceous carbonates with northward dipping bedding and vertical foliation, southern Talaïnt syncline

; B) close view of a normal limb associated with minor folds ; C) incipient transposition of the strati- fication (S 0 ) in the foliation plane (S 1 ) ; D) isoclinal fold with thickened hinge, Jbel Inter bordering

fault ; E) ductile shear zone with dominant vertical motion.

cinématiques orientées verticalement. Enfin, des critères de sens de mouvement sur les bandes de cisaillement vien- nent confirmer l'existence des déplacements synschisteux, à cinématique verticale dominante.

Le Plateau de Lakhssas : structure générale

Le plateau de Lakhssas (nommé d’après le village Tleta Akhssas, fig. 1.1) s’élève entre les boutonnières précam- briennes de Kerdous et d’Ifni à une altitude moyenne de 1000 m, sur une longueur de 50 km et une largeur d’envi-

ron 30 km. C’est la "Série lie-de-vin" qui affleure en synclinal dans l’axe du plateau et forme le cœur de l’anticlinal de Jbel Inter, dessiné par les Calcaires supérieurs et la Série schisto-calcaire à Archéocyathes. Le plateau constitue donc un synclinorium entre les culminations de socle des boutonnières d’Ifni et de Kerdous. Il montre une déformation très hétérogène qui s’intensifie au centre du plateau le long de failles subverticales, en particulier celles qui bordent latéralement le Jbel Inter (Soulaimani, 1998). Les plis de direc- tion N-S sont hiérarchisés (voir plus haut), et à axes faiblement plongeants vers le nord ou vers le sud. Localement, la schistosité de plan axial subverticale montre des virgations régionales sé- nestres N160 et dextres N10-20. La linéation d’éti- rement, peu marquée, est sur la ligne de plus grande pente de la schistosité (Soulaimani & Bouabdelli, 2005). En dehors de la partie mé- diane du plateau, la schistosité est quasi absente ou fruste. Les divers critères cinématiques relevés le long de ces couloirs de cisaillement montrent un soulèvement synschisteux du substrat de Jbel Inter, « pop-up » formé dans un contexte régional transpressif (fig. 3-6B).

Arrêt J3.6 : Aplatissement-cisaillement et recristallisation dans l’axe du J. Inter (GPS : 29°23’57’’N ; 09°44’5,8’’W)

Cet arrêt est localisé à la borne kilométrique « Goulimine 70 », juste après la montée sur le plateau (Tizi Mighert). On est dans l’une des zones de l’Anti-Atlas où la couverture cam- brienne a été la plus intensément déformée lors du serrage hercynien. Les niveaux carbonatés sont recristallisés (marbres) et affectés par une schistosité pénétrative (foliation) subverticale de direction N-S. Les marqueurs plissés (fig. 3-7D) semblent être pour une part d’anciens joints sty- lolitiques parallèles à la stratification (créés par la compaction diagénétique). Les plis isoclinaux

montrent un fort épaississement de la charnière, dû à la ductilité du marbre. Les axes plongent soit vers le nord, soit vers le sud, attestant la composante cisaillante de l’aplatissement dans le plan de la schistosité.

Des structures S/C (shear bands) verticales, associées à une linéation d’étirement plongeant dans la ligne de plus grande pente, témoignent d’une cinématique d’expulsion verticale avec déversement à l’est. Le Jbel Inter apparaît comme une boutonnière potentielle en « pop-up », encore recouverte des niveaux inférieurs du Cambrien. De fait, les données gravimétriques confirment le soulèvement du socle sous le Jbel Inter (Soulaimani, 1989).

CIRCUIT C4 : ANTI-ATLAS ET HAUT ATLAS, CIRCUIT OCCIDENTAL

35

Notons que les failles limitant le pop-up du Jbel Inter ont été réactivées durant les mouvements atlasiques récents, comme en témoigne la persistance d’une activité sismique régionale.

Route : Sur plus de 15 km, la route circule sur le plateau cal- caire, couvert d’arganiers et d’euphorbes épineuses. La vé- gétation y est souvent plus verdoyante car elle bénéficie des brises marines venant de l’ouest et de précipitations assez abondantes. Cependant, seules les « fontaines » permettent aux habitants d’avoir des réserves d’eau sur ce plateau kars- tique. Dans cette région où l’installation de plusieurs sites de carrières et marbrerie constitue un véritable levier écono- mique, le village de Tlata Lakhssas est le centre administra- tif et la principale agglomération des tribus d’Aït Baâmrane, connues pour leur farouche résistance à l’installation du pro- tectorat français au début du XX ème siècle.

Arrêt J 3.7 : Ennoyage vers le sud du Cambrien de Lakhssas (GPS : 29°11’04’’N ; 09°44’64’’W)

Le Cambrien du sud du Plateau de Lakhssas est globale- ment moins déformé qu’au nord, du fait du plongement axial des plis vers le sud, où ils s’ennoient sous la plaine de Bou Izakarn (fig. 3.8). La descente sur Bou Izakarne se fait par une vallée étroite creusée dans la Série lie-de-vin par l’oued Imgharen. A partir de l’arrêt indiqué, on aper- çoit au SE les reliefs cambriens (Jebel Taïert) à orientation NE-SW. En arrière-plan, si le temps est limpide, on aper- çoit les hauts reliefs des quartzites ordoviciens du Bani plissé. Vers le SW, les séries carbonatées cambriennes sont surplombées en arrière-plan par les montagnes précam- briennes de la boutonnière d’Ifni, avec notamment les ignimbrites du J. Fogo (1250m).

Route : A Bou Izakarne, prendre à gauche vers Goulmine = Guelmim (N1). De Bou Izakarne jusqu’à Goulimine la route reste sur les Schistes à Paradoxides du Cambrien moyen (pélites et greywackes verdâtres) qui affleurent dans les falaises d’Adrar Akenbouch (à gauche de la route). La ville de Goulmine est appuyée sur une barre de quartzite (barre de Goulimine) intercalée dans ces schistes. La partie supérieure des schistes verdâtres (Km1c) forme le flanc ouest du synclinal perché du J. Taïert, coiffé par les Grès à Lingules ou Grès de Tabanit.

JJ44 :: GGoouullmmiinnee--TTaattaa vviiaa AAssssaa ((441100 kkmm))

Itinéraire (fig. 1.1) et thèmes : Stratigraphie et déforma- tion des séries paléozoïques. Plis varisques de l’Ordovi- cien du Bani occidental. Plis du Dévonien des Rich. Amortissement de la déformation hercynienne vers la bor- dure du bassin cratonique de Tindouf-Zag ; le Carbonifère monoclinal de Jbel Ouarkziz.

Route (fig. 1.1) and themes : Stratigraphy and deforma- tion of the Paleozoic series. Variscan folds in the western Bani Ordovician strata. Folding of the Devonian Rich Group. Vanishing Variscan deformation at the north bor- der of the Tindouf-Zag cratonic basin ; the Carboniferous monocline of Jbel Ouarkziz.

Introduction à la tectonique hercynienne entre Bani occidental et Ouarkziz L’Anti-Atlas occidental est considéré comme un domaine plissé d’avant-pays de la chaîne varisque, globalement sy- métrique de la chaîne appalachienne des « Valley and Ridge » (Soulaimani, 1998 ; Burkhard et al., 2006 ; Soulai- mani & Burkhard, 2008). Néanmoins, l’Anti-Atlas se ca- ractérise par la présence de larges affleurements de socle

ractérise par la présence de larges affleurements de socle F IG . 3.8 : Vue vers

FIG. 3.8 : Vue vers le SW de la fermeture anticlinale dans les calcaires cambriens d’Andja, au sud du plateau de Lakhssas, le long de la descente vers la plaine de Bou Izakarn.

FIG. 3.8 : South-western view of the Andja perianticline in the Cambrian limestones, south of the Lakhssas plateau in the slope towards the Bou Izakarn plain.

36

NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 3

précambrien qui correspondent à des antiformes faillés en- tourés de couverture paléozoïque plissée. Ainsi, le style tec- tonique est de type « thick-skinned» qui contraste avec celui de type « thin- skinned» des « Valley and Ridge » (Soulai- mani et al., 1997 ; Helg et al., 2004). Signalons qu’une tec- tonique à structures tangentielles significatives s’observe à l’extrême ouest de l’Anti-Atlas entre Ifni et Bas Drâa (Sou- laimani, 1998 ; Belfoul et al., 2002 ; Michard et al., 2010). Dans la plus grande partie de l’Anti-Atlas centre-occi- dental, la couverture paléozoïque, épaisse de plus de 7-8 km, est affectée par des plis droits fortement dysharmo- niques (fig. 4.1). Les décollements les plus significatifs qui permettent ce plissement s’opèrent au sein de la Série lie- de-vin, des Schistes à Paradoxides et des shales noirs si- luriens. Les niveaux compétents montrent des plis cylindriques et droits, contrastant avec les zones plus in- ternes au SW d’Ifni, où le déversement des structures vers le SE est évident. Les plis possèdent des amplitudes et des longueurs d'onde gouvernés par l’épaisseur de chaque for-

mation. Les plis des épais quartzites ordoviciens du Bani ont 3 à 5 kilomètres d’amplitude alors que ceux des ni- veaux plus minces de calcaire et grès dévoniens des Rich ont une amplitude 10 fois inférieure. Le taux de raccour- cissement global obtenu par restauration de ces plis est de 15–20% (Caritg et al., 2004 ; Helg et al., 2004). La pré- sence ou non de structures en duplex est discutée (Soulai- mani, 1998 ; Belfoul et al., 2002 ; Michard et al., 2010). Le raccourcissement du socle s’opère par l’inversion des an- ciennes failles normales ayant contrôlé l’extension fini- protérozoïque et cambro-ordovicienne. Le contraste impressionnant entre les plis en échelon du J. Rich dévonien et les séries monoclinales du J. Ouarkziz carbonifère a suscité diverses interprétations, incluant une zone de décrochement hercynienne (Piqué & Michard, 1989), voire (bizarrement !) néogène (Weijermars, 1993), ou un effet d’amortissement de la déformation hercynienne vers le SE (Soulaimani et al., 1997). Cet amortissement est également interprété comme l’expression en surface d’une

interprété comme l’expression en surface d’une F IG . 4.1 : A : Localisation des arrêts

FIG. 4.1 : A : Localisation des arrêts de la première partie de la journée J4 reportés sur l’image Landsat 7 de l’Anti- Atlas sud-occidental ; le trajet est en ligne noires discontinues. B : Coupe schématique à travers les séries paléozoïques plissées de l’Anti-Atlas occidental sur le transect Goulimine-Assa (AB sur la carte) (d’après Soulaimani, 1998).

FIG. 4.1 : A : Field stop location for the first half of day J4 plotted on the Landsat 7 scene of the southwestern Anti-Atlas ; Black dashed lines indicate the itinerary ; B : Schematic cross-section (AB in the map) of the folded Palaeozoic series of the Western Anti-Atlas, Goulimine-Assa transect (from Soulaimani, 1998).

CIRCUIT C4 : ANTI-ATLAS ET HAUT ATLAS, CIRCUIT OCCIDENTAL

37

structure en triangle sous le J. Ouarkziz, qui recouvrirait, selon un chevauchement aveugle vers le NW, les plis du J. Rich (Burkhard et al., 2006), ou comme une combinaison de ces mécanismes décrochants et chevauchants (Michard et al., 2010).

La première partie de la journée J4, entre Goulimine et Assa-Ouarkziz, montrera les différentes séries paléo- zoïques selon une coupe NW-SE, perpendiculaire aux axes des plis hercyniens (figs. 4.1, 4.2). Au long de la coupe, les paysages traversés dépendent étroitement de la géologie. En quittant Goulimine, la route longe la feija (combe) in- terne des Schistes à Paradoxides de la plaine de Fask. On traverse ensuite, par plusieurs cluses et cols successifs, les barres quartzitiques de l’Ordovicien qui forment les flancs de larges plis hecto- à kilométriques. Entre le Bani plissé et les crêtes dévoniennes des Rich, s’étale la plaine d’Assa-Aouinat Torkoz dont la couverture quaternaire masque généralement les shales siluriens. Au-delà des Rich, également plissés, mais à relief plus modéré que le Bani, s’étale de nouveau une large plaine, celle de l’oued Drâa à substratum schisteux du Dévonien supérieur, le plus souvent masqué par les alluvions quaternaires. Elle est bordée au SE par les calcaires et grès carbonifères du Tazout et de l’Ouarkziz, qui surgissent selon un imposant alignement ENE-WEW de crêtes monoclinales de 400 km de long. Ici on est sur la bordure nord du bassin de Tindouf (ou de Zag), considéré comme la partie méridionale, res- tée stable, du grand bassin paléozoïque dont la partie nord correspond à l’Anti-Atlas occidental. La seconde partie de la journée sera consacrée principalement aux plis affec- tant le Dévonien entre Assa et Tata.

Route : Pour prendre la direction d’Assa par la N12, on traverse le centre ville (km 0) par la place du souk (mar- ché), en direction de l’est. Jusqu’au village de Fask, à 15 km, la route longe la rive nord de la palmeraie de l’oued

Seyyâd qui traverse d’est en ouest la plaine schisteuse du Cambrien moyen. On aperçoit à droite, au sud de la plaine, les reliefs de la terminaison périclinale de Jbel Taïssa, ex- trémité de la boutonnière précambrienne du Bas Drâa. Au nord, la corniche des Grès du Tabanit du bord sud du Jbel Taïert montre une succession de bancs gréseux.

Arrêt J4-1 : Faille de Fask (GPS : 28°57’1,7’’N ; 09°46’56’’W)

A partir de cet arrêt situé à 20 km de Goulmine, on observe

un panorama au nord de Fask (près de la cluse de Talïnt Kharbine et de la piste de Tagante, village à 15 km au NNE de Fask) montrant les séries de Jbel Taïert coupées par une

grande faille, probablement connectée au bord oriental du plateau de Lakhssas. A l’est de cet accident, une structure anticlinale affecte les formations du Cambrien moyen, sans doute chevauchées vers l’est par les séries du Jbel Taïert et déversées sur les séries ordoviciennes plus à l’est. Celles-

ci montrent des niveaux de quartzites fortement plissés,

décollés et poussés vers le SE sur les niveaux schisteux in- férieurs (fig. 4.2).

Route : A l’est de Fask, laisser à gauche une mauvaise route vers l’est (un segment non aménagé de la N12) et prendre à droite la route de Zag vers le SE. Cette route contourne les synclinaux perchés quatzitiques d’Adrar n’Taïloukst (831 m), d’Adrar Amesmardane (985 m), et plus à l’est celui d’Adrar Oumrhajjid (1036 m). Les quart- zites sommitaux appartiennent généralement aux forma- tions d’âge Caradoc du 1 er Bani et du Groupe de Ktaoua (Marrante, 2008). Les formations périglaciaires de l’Or- dovicien supérieur, trop minces, ne sont pas observables sur notre route (voir vol. 7, circuit C13, arrêt J2-3). Ces synclinaux d’axe NE-SW sont séparés par des anticlinaux où affleurent des niveaux inférieurs de l’Ordovicien, plus pélitiques (Formations de Tachila et de Fezouata), voire même les formations du Cambrien moyen.

de Fezouata), voire même les formations du Cambrien moyen. F IG . 4.2 : Plissement et

FIG. 4.2 : Plissement et décollement dans les séries ordoviciennes du Bani de Fask. FIG. 4.2 : Folding and décollement of the Bani Ordovician series at Fask.

38

NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 3

Arrêt J4-2 : Déformation pénétrative des Schistes à Paradoxides (GPS : 28°50’25’’N ; 09°42’55’’W)

S’arrêter à 46 km de Goulimine, en face d’Adrar Tansel- foute où la route traverse en tranchée des affleurements de Schistes à Paradoxides. Ceux-ci sont affectés par un cli- vage schisteux bien marqué (ici, ce sont bien des « schistes », au sens strict du terme, et non de simples pé- lites et greywackes à grain fin !). L’intersection de la stra- tification avec ce clivage pénétratif à fort pendage (fig. 4.3A) fournit un débit en crayons (« frites ») parallèles à l’axe des plis, ici de direction N35E. Vers le NE, on peut voir une fermeture anticlinale dans les séries ordoviciennes bordant à gauche l’Adrar Oumrhajjid, dont les quartzites sommitaux sont redressés.

Note sur le gradient géothermique syntectonique

Le développement de structures tectoniques pénétratives (schistosité, linéation) comme celles qui s’observent ici donne une indication sur la température atteinte vers la base des séries paléozoïques pendant leur plissement, pro- bablement de l’ordre de 200-250°C. On rapprochera cette observation de celle faite dans les conglomérats de la Série de base adoudounienne au NE du Kerdous (arrêt J2- 4). De fait, les études des traces de fissions sur zircon dans les massifs du Kerdous et d’Ifni ont permis à Sebti et al. (2009) de montrer que ces massifs de socle ont été portés à une température supérieure à ~230°C vers 330 Ma. Ce résultat est en bon accord avec les âges K/Ar à 315±9 Ma obtenus par Bonhomme & Hassenforder (1985) sur la fraction fine des micas extraits des formations d’Anzi et

de Tanalt de la même région, qui suggèrent des tempéra- tures encore supérieure au Carbonifère, pendant l’oroge- nèse hercynienne. Dans leur étude sur la cristallinité de l’illite dans le Paléozoïque de l’Anti-Atlas, Ruiz et al (2008) montrent qu’un métamorphisme épizonal à anchi- zonal affecte la partie inférieure de la pile sédimentaire plissée, en particulier dans la région que nous traversons (fig. 4.3B). La cristallinité de l’illite est d’autant meilleure (le réchauffement indiqué d’autant plus fort) qu’on consi- dère des niveaux plus anciens. Un gradient géothermique élevé (35-43°C) est mis en évidence, probablement lié à la richesse en éléments radioactifs du socle sous-jacent.

Route :Au niveau du village de Targmaïte (60 km de Gou- limine), apparaît à gauche de la route, selon une coupe NW- SE, une large structure synclinale coiffée par une épaisse barre quartzitique de l’Ordovicien supérieur, au flanc sud d’Adrar n’Tiouargâne (1091m). Des niveaux moins com- pétents montrent des plis mineurs d’entraînement, cohé- rents avec la géométrie du pli coffré majeur (fig. 4.4A,)

Arrêt J4-3 : Col d’Amazloug (GPS : 28°49’24’’N ; 09°32’23’’W)

Sept kilomètres après le village de Targmaïte (67 km de Goulimine), s’arrêter dans la montée du col d’Amazloug par lequel la route traverse l’Adrar Oui-n-Tigunite. Cette barrière ordovicienne (fig. 4.4C) constitue le flanc SE d’une longue structure synclinale NE-SW. Vers le nord, on aper- çoit la fermeture anticlinale à axe faiblement plongeant vers le NE de la structure d’Adrar n’Tiouargâne (fig. 4.4 B) dont on a précédemment observé le flanc sud. La vue vers le SW montre une autre charnière anticlinale, entre les quartzites

une autre charnière anticlinale, entre les quartzites F IG . 4.3 - A : Intersection stratification-schistosité

FIG. 4.3 - A : Intersection stratification-schistosité dans un affleurement cambrien (arrêt J4.2).- B : Cris- tallinité de l’illite dans le Paléozoïque de l’Anti-Atlas occidental, d’après Ruiz et al. (2008).

FIG. 4.3 - A : Intersection between bedding and tectonic cleavage in a Cambrian outcrop (stop J4.2).- B : Illite crystallinity in the Palaeozoic series of Western Anti-Atlas, after Ruiz et al. (2008).

CIRCUIT C4 : ANTI-ATLAS ET HAUT ATLAS, CIRCUIT OCCIDENTAL

39

C4 : ANTI-ATLAS ET HAUT ATLAS, CIRCUIT OCCIDENTAL 39 F IG . 4.4 : Plissement des

FIG. 4.4 : Plissement des séries quartzitiques ordoviciennes du 1 er Bani entre Fask et Assa (région de Targmaïte) ; A) dysharmonies à la base des quartzites d’Adrar n’Tiouargane ; B) Anticlinal coffré au nord de Targmaïte ; C) redressement des quartzites d’Adrar Oua-n-Noûmes, vue depuis le col d’Amazloug ; D) fermeture anticlinale dans sa partie NW.

FIG. 4.4 : Folding of the Ordovician 1 st Bani quartzites in Targmaïte area between Fask and Assa ; A) disharmonic folds at the base of the massive quartzite of Adrar Tiouargane ; B) box anticline north of Targmaïte ; C) steeply deeping quarzite of Adrar Oua-n-Noûmes, seen from the Amazloug Pass ; D) anti- cline closure NW of the pass.

the Amazloug Pass ; D ) anti- cline closure NW of the pass. F IG .

FIG. 4.5 : Vue frontale des séries carbonifère des J. Tazout et J. Ouarkziz depuis la plaine du Drâa au sud d’Assa. FIG. 4.5 : Frontal view of the Carboniferous series of J. Tazout and J. Ouarkziz from the Drâa plain south of Assa.

redressés d’Adrar Oua-n-Noûmes à gauche et d’Adrar Oua- malou n’Tzegzaouine à droite (fig. 4.4D).

Route : Au-delà du col d’Amazloug s’étale une large dé- pression qui correspond à un anticlinal à matériel cambrien moyen (Schistes à Paradoxides et Grès du Tabanit). La route traverse le sud de cette structure, puis une ultime gorge dans l’Ordovicien, pour déboucher sur la plaine d’Assa-Aouinat Torkoz, à 86 km de Goulimine. La plaine s’est développée sur un substratum silurien et dévonien in-

férieur. Elle est recouverte par des dépôts quaternaires caillouteux, parsemés d’acacias épineux. En regardant vers le nord, on peut voir les quartzites ordoviciens formant un pli anticlinal cylindrique dont le flanc SE s’enfonce sous la plaine. En se tournant vers le sud, on aperçoit les séries dévoniennes des Rich qui dominent la ville d’Assa.

Après la ville d’Assa, la route s’engage sur la plaine de l’oued Drâa, dont on traverse bientôt le lit large et peu en- caissé. La plaine est totalement recouverte par des regs

40

NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 3

quaternaires, qui masquent les formations du Dévonien su- périeur, puissante série de 2000 à 2500 m d’épaisseur ap- parente, formée essentiellement d’argilites à intercalations gréseuses surtout développées vers le haut. La plaine est li- mitée au sud par deux crêtes étagées, celle du Tazout à re- lief modéré au premier plan, et celle de l’Ouarkziz, plus élevée, au dernier plan (fig. 4.5).

Arrêt J4-4 : Jbel Tazout : Dévonien supérieur- Tournaisien (GPS : 28°27’16,7’’N ; 09°21’46,4’’W)

S’arreter au terme de la montée du Jbel Tazout et escalader la crête à l’est du col. On est sur la formation de Tazout dé- vono-carbonifère, disposée en cuesta monoclinale à faible pendage (20°) vers le SSE (fig. 4.6). A la sédimentation ar- gileuse de bassin du Famennien succède au Tournaisien le dépôt de 400 à 500 m d’argilites intercalées de trois barres gréseuses à rides et nombreuses autres figures sédimentaires

de milieu peu profond. La barre inférieure

(Tazout 1), riche en brachiopodes, fait encore partie du Dé- vonien terminal. Le « Tazout 2 » est attribué aux niveaux de transition du « Strunien » alors que l’ultime barre (Tazout 3) est datée du Tournaisien inférieur. Les barres gréseuses de Tazout constituent des séquences successives de comble- ment par des matériaux détritiques venant du sud. Au delà du J. Tazout s’ouvre la Betaïna (diminutif de Be- tana). C’est une plaine étroite, plus élevée que celle du Drâa, et allongée entre les crêtes du Tazout et de l’Ouark- ziz. Elle est constituée environ d’un millier de mètres d’ar- gilites et marnes gréseuses à goniatites, d’âge Tournaisien et Viséen inférieur. Route :Au sud du Jbel Tazout, la route longe la plaine de la Betaïna sur près de 2 km vers le SW avant de tourner vers le sud pour traverser l’ultime barrière, celle de Jbel Ouark- ziz (portant une antenne hertzienne), avant le bassin saharien de Tindouf-Zag. Après quelques lacets sur la montée de l’Ouarkziz, la route de Zag atteint la plaine de la Betana, où l’on s’arrêtera (arrêt J4-5) avant de faire demi-tour.

(pistes, fossiles

)

Arrêt J4-5 : le Carbonifère du Jbel Ouarkziz et de la Betana (GPS : 28°22’50’’N ; 09°23’11’’W)

C’est l’arrêt le plus méridional de ce circuit, entre les for- mations du J. Ouarkziz et de la Betana. L’Ouarkziz (fig. 4.7) est une majestueuse barrière qui affleure en continu sur plus de 400 km de long. La formation du J. Ouarkziz, épaisse de 650 m, est subdivisée en deux unités. L’unité inférieure qui forme la cuesta principale est constituée de calcaires marins riches en coraux et brachiopodes, inter- calés de grès et d’argiles sableuses. L’unité supérieure est dominée par des argiles gypsifères à l’ouest qui évoluent vers des argiles marron et vertes à niveaux calcaires dolo- mitiques noirs vers l’est. Cet ensemble correspond au Vi- séen supérieur et au Namurien inférieur.

Au-dessus de l’unité précédente, la série continentale de la Betana est formée d’environ 1500 m de grès et d’argi- lites à débris de plantes d’âge Namurien à la base (Série de Jbel Reouina) et Westphalien à Stéphanien inférieur vers le sommet (Série de Merkala). Ces formations sont déposées par des courants en tresses qui été alimentés à partir du NW, c’est-à-dire de l’Anti-Atlas occidental (cf. Fabre, 2005). Plus au sud, ces séries sont couvertes par la hamada de Tindouf (Crétacé à Néogène).

Remarques sur l'âge de la déformation

Le passage entre les séries marines de l’Ouarkziz et les formations continentales de la Betana est souligné par une discontinuité de ravinement. Celle-ci est à associer aux ef- fets du plissement hercynien de l’Anti-Atlas. Les effets de cette phase tectonique restent imperceptibles dans le bas- sin cratonique de Tindouf, dont le bord septentrional n’est que légèrement basculé vers le sud, probablement sous l’effet de la structure en triangle décrite à son front (Bur- khard et al., 2006). L’âge Carbonifère supérieur du plis- sement de l’Anti-Atlas occidental est aussi confirmé par les datations K/Ar réalisées sur la fraction fine micacée

les datations K/Ar réalisées sur la fraction fine micacée F IG . 4.6 : Coupe géologique

FIG. 4.6 : Coupe géologique de la bordure nord du bassin de Tindouf-Zag au sud d’Assa (d’après Choubert, 1952, modifiée). FIG. 4.6 : Geological cross-section of the northern border of the Tindouf-Zag Basin south of Assa (from Choubert, 1952, modified).

CIRCUIT C4 : ANTI-ATLAS ET HAUT ATLAS, CIRCUIT OCCIDENTAL

41

C4 : ANTI-ATLAS ET HAUT ATLAS, CIRCUIT OCCIDENTAL 41 F IG . 4.7 : Vue des

FIG. 4.7 : Vue des formations viséennes du J. Ouarkziz, montrant leur pendage faible vers le sud.

FIG. 4.7 : Photograph of a N-S natural cross-section of the J. Ouarkziz Visean formations showing their shallow southward dip.

extraite aussi bien de la base des séries paléozoïques (Bonhomme & Hassenforder, 1985) que de son substratum précambrien (Margoum, 2001, in Soulaimani & Piqué, 2004). Les âges livrés par l’analyse de trace de fission sur zircons des granites de Kerdous donnent, on l’a dit plus haut (arrêt J4-2), des âges similaires pour le réchauffe- ment syntectonique (Sebti et al., 2009).

Route : Au retour vers Assa, faire un arrêt au col au travers du Jbel Ouarkziz (GPS : 28°25'0,97"N ; 9°24'30,21”W). D’ici se présente vers le nord un panorama qui permet de récapituler les principaux éléments géomorphologiques de l’Anti-Atlas occidental. (fig. 4.8). AAssa, prendre la route de Foûm El Hassane (P1801) vers le NE. Après avoir tra- versé l’oued Assa, s’arrêter près de la première crête du J. Rich (Sidi Bou Lasrar) qui se présente à droite de la route.

Introduction à la géologie des Rich

Le Groupe des Rich est défini comme une succession de quatre formations sédimentaires, presque identiques (Hol- lard, 1967 et 1981). Chaque Rich est constitué par un mince niveau calcaire basal, suivi de rythmites (gréso-pé- lites), puis de grès. Ces formations sont (fig.4.9), de bas en haut, le Rich 1 (Fm d’Assa), le Rich 2 (Fm de Merzâ Akh- sai), le Rich 3 (Fm de El Annsar ou Fm de de Mdaouer El

Kbir ou encore Fm de Timrhanrhart inférieur) et le Rich 4 (Fm de Nkheila ou Fm de Khebchia). Hollard (1981) attri- bue le Groupe des Rich à la période Siegenien supérieur - Eifelien inférieur. Ces attributions sont confirmées par les données paléontologiques (Lazreq & Ouanaimi, 1998 ; Weddige, 1998 ; Jansen, 2000 et 2001; Becker et al., 2004) qui sont présentées dans la synthèse de El Hassani (2004). Les âges seraient comme suit : Lochkovien supérieur à Praguien pour le Rich 1, Praguien supérieur à Emsien basal pour le Rich 2, Emsien inférieur et moyen pour le Rich 3 et Emsien supérieur à Eifélien inférieur pour le Rich 4. Par ailleurs, le Groupe des Rich présente de grandes va- riations latérales NEE-SW, le long de la plaine du Drâa. Des interprétations séquentielles et tectoniques de ces va- riations ont été présentées par Ouanaimi (2004), Ouanaimi & Lazreq (2008) (fig.4.10) et par Lubeseder et al. (2009).

Arrêt J4.6 : Le Dévonien inférieur des Rich :

Rich 1 et 2 d’Assa (GPS : 28°37’27,5’’N ; 09°24’23,5’’W) L’arrêt est situé 2 km à l’ENE d’Assa. Les Rich 1 et 2 de Sidi Bou Lasrar sont exposés selon une coupe naturelle de la longue crête double qu’on peut suivre sur plus de 50 km en direction ENE sur les images satellite (fig. 4.1) ou sur Google Earth. Les deux Rich superposés, d’une cinquan-

Google Earth. Les deux Rich superposés, d’une cinquan- F IG . 4.8 : Panorama sur l’Anti-Atlas

FIG. 4.8 : Panorama sur l’Anti-Atlas occidental depuis le J. Ouarkziz. FIG. 4.8 : Panorama of the Western Anti-Atlas as seen from J. Ouarkziz.

42

NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 3

NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 3 F IG . 4.9 : Localisation

FIG. 4.9 : Localisation des arrêts dans la colonne stratigraphique du Groupe des Rich du Dévonien inférieur (d’après Becker et al., 2004, modifié).

FFIIGG

44 99

: Location of stops in the stratigraphic column of the Lower Devonian Rich Group (from Becker et al., 2004, modified).

Devonian Rich Group (from Becker et al. , 2004, modified). F IG . 4.10 : Variations

FIG. 4.10 : Variations latérales des séquences du Groupe des Rich (R) dans le bassin du Drâa et par rapport aux régions voisines (Hollard, 1967 ; Ouanaimi ; 2004 ; Ouanaimi & Lazreq, 2008). D : discontinuités majeures, TST : Intervalle transgressif, HST : Cortège de haut niveau marin ; (l’échelle verticale est exagérée).

FIG. 4.10 : Lateral variations of the Rich Group sequences (R) in the Drâa basin, compared to the neighbouring areas (Hollard, 1967 ; Ouanaimi ; 2004 and Ouanaimi & Lazreq, 2008). D : major discontinuities, TST : Transgressive system tract, HST : High stand system tract ; (the vertical scale is amplified).

CIRCUIT C4 : ANTI-ATLAS ET HAUT ATLAS, CIRCUIT OCCIDENTAL

43

taine de mètres d'épaisseur chacun, sont fortement incli- nées vers le sud et marquent le début des formations dé- voniennes au toit des shales siluriens. (fig. 4.11). La succession montre, à distance, la séquence du Rich 1, re- présentée de bas en haut par des siltites, des siltites gré- seuses et des grès. Elle est surmontée par la séquence du Rich 2, proche de notre arrêt, qui débute par un intervalle transgressif calcaire et se poursuit également par des sil- tites gréseuses, puis des grès. Les siltites gréseuses et les grès correspondent à un cortège de haut niveau, respecti- vement inférieur et supérieur. On notera le caractère très fossilifère des dépôts, ainsi que les nombreuses figures sé- dimentaires qui témoignent d’une dynamique de plate- forme soumise à l’influence des vagues et des marées. Route : Reprendre la route vers le NE, en longeant le

Rich1. A gauche, des cônes de déjection quaternaires pro- venant du Bani forment un vaste glacis. A environ 27 km d’Assa, on traverse les séries des Rich 1 au Rich 3, près de l’oued Infguene (GPS : 28°44'07"N, 09°11'32”W). Un arrêt optionnel en ce point peut offrir l’occasion d’obser- ver dans de petites falaises en bord de l’oued, la trans- gression, sur les grès du Rich 1, des calcaires du Rich 2 avec une lumachelle à brachiopodes, crinoïdes, orthocères, bryozoaires, riche en galets ferrugineux. La route pénètre ensuite dans un synclinal dont elle va sui- vre la gouttière axiale, constituée de couches du Dévonien moyen souvent masquées par du Quaternaire. Elle quitte obliquement cette gouttière au bout de 16-17 km, pour se rapprocher du Bani, au pied duquel affleurent des couches fossilifères du Silurien supérieur (calcaires, argilites et grès). La structure du Bani plissé est compliquée par des che-

La structure du Bani plissé est compliquée par des che- F IG . 4.11 : Vue
La structure du Bani plissé est compliquée par des che- F IG . 4.11 : Vue

FIG. 4.11 : Vue vers l’est des Rich 1 et 2 à Sidi Bou Lasrar (NE d’Assa).

FIG. 4.11 : View of Rich 1 and 2 at Sidi Bou Lasrar (NE of Assa), looking eastward.

FIG. 4.12 : Structure du flanc sud de l’Anti-Atlas oc- cidental dans la région de Foum-el Hassane.- A : In- terprétation de l’image Landsat d’après la carte géologique du Maroc au 1/200 000, feuille de Foum El Hassane-Assa. ki : Cambrien inf. ; km1 : Schistes

à Paradoxides ; km2 : Grès du Tabanite ; or1:

Schistes de Fezouata ; or2 : Grès du Zini ; or3 :

Schistes de Tachilla ; or4 : Grès du 1 er Bani ; ors : Or- dovicien sup. du 2 ème Bani ; si : Silurien ; s-di : Si- luro-Lochkhovien ; di/dm/ds : Dévonien inférieur, moyen, supérieur.- B : Coupe schématique d’après Burkhard et al. (2006), modifié. P III : Néoprotéro- zoïque supérieur (Groupe d’Ouarzazate, Ediacarien sup.) ; Cb : Cambrien ; Or : Ordovicien ; Si : Silurien

; L-MD : Dévonien inf.-moyen ; UD : Dévonien sup.

; LC : Carbonifère inf

FIG. 4.12 : Structure of the Anti-Atlas southern flank of the Foum el Hassane area.- A : Interpretation of the Landsat scene after the Geological map of Mo- rocco, scale 1/200 000, sheet Foum el Hassane- Assa.- B : Cross-section after Burkhard et al. (2006), modified.

of Mo- rocco, scale 1/200 000, sheet Foum el Hassane- Assa.- B : Cross-section after Burkhard

44

NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 3

vauchements à vergence NW, visibles sur les images sa- tellitaires (fig. 4.12). Des failles inverses longitudinales amènent des charnières anticlinales, dessinées par les quartzites du 2 ème Bani (ors, Ordovicien supérieur) à che- vaucher vers le NW les charnières plus larges du 1 er Bani (or4, Caradoc). Ces chevauchements sont le résultat de dé- collements en triangle, représentés schématiquement sur la coupe figure 4.2B (Burkhard et al., 2006). La route traverse ensuite Foûm El Hassane (Foum el Hisn), dont la palmeraie est établie dans la cluse de l’assif n-Tmanart (assif = oued en tamazight), assif important qui prend sa source dans le massif de Kerdous et s'écoule dans l’oued Drâa. On traverse l’assif n-Tmanart dans la direc- tion SSE, puis la route s’oriente au NE, de façon à rester à l’extérieur (SE) du Bani. Au carrefour qui se présente 5 km plus loin, prendre à gauche, dans la direction d’Icht (2 km) et Bou Izakarn. Dans les pentes rocheuses qui domi- nent au NE la palmeraie d’Icht se dessine une charnière anticlinale qui fait l’objet du prochain arrêt.

Arrêt J4.7 : Pli mineur chevauchant d’Icht (GPS : 29°03’36’’N, 8°51’32’’W)

S’arrêter après Icht, près de la borne Tighjijt 61 km, en face de la coupe naturelle de la rive gauche du foum (cluse) d’Icht. La série gréso-quartzitique supérieure du 1 er Bani (Caradoc) est affectée d'un pli anticlinal conique, chevau- chant vers le NW la partie principale des couches du Bani

(fig. 4.13A, B). La structure se présente comme un repli mineur associé au pli majeur dont le cœur anticlinal (Cam-

brien inférieur et moyen) est situé plus au NW (fig. 4.12). Cependant, la base de ce pli mineur est tronquée par une faille inverse qui s’amortit en un décollement dans les strates pélitiques du Ktaoua (or5-6), comme on le voit sur

la vue satellitaire. On peut y voir l’amorce d’une des struc-

tures mentionnées plus haut, visibles au sud de Foum el Hassan (fig. 4.12). La présence systématique d’une faille de raccourcissement en palier (parallèle aux couches) et rampe (recoupant les couches) amène à voir dans ce type de structure un pli de rampe précoce basculé sur le flanc d’un anticlinal majeur plus tardif (fig. 4.13C). On retrouvera des structures semblables au sud de Tata (arrêts J5-5 et 6).

Route : Faire demi-tour, retourner au carrefour et prendre

à

gauche la route N12 vers Akka. On suit le bord nord de

la

plaine siluro-dévonienne qui s’étend entre le Bani et, au

SE, l’anticlinorium NE-SW de l’Adrar Zouggar (fig. 4.13). Celui-ci, qui fait réapparaître largement l’Ordovicien au milieu des Rich, a été le site d’un forage qui a atteint le Précambrien supérieur (PIII) à 3400 m de profondeur. Ceci amène donc à envisager une structure en horst ou pop-up

dans le socle sous-jacent (cf. coupe fig. 4.12B).

A une quinzaine de kilomètres du carrefour d’Icht, la route

s’engage dans l’axe anticlinal de Tissenrhal entre deux syn- clinaux dévoniens. On longe pendant quelques kilomètres

clinaux dévoniens. On longe pendant quelques kilomètres F IG . 4.13 : Structure mineure de pli

FIG. 4.13 : Structure mineure de pli de rampe anticlinale basculé dans le flanc d’un pli majeur du Bani à Icht.- A : Vue satellitaire plongeant au NE (Google Earth) ; B : Vue rapprochée de l’anticlinal de rampe ; C : Inter- prétation de l’évolution structurale, avec stade 1, formation d’un pli de rampe, et stade 2, basculement sur un pli majeur.

FIG. 4.13 : Minor ramp fold tilted on the SE flank of a major Bani fold at Icht. A : Satellite view plunging northeast-ward (Google Earth) ; B : brought closer sight of the ramp fold, and C : Interpretation with step 1, ramp anticline, and 2, tilting

CIRCUIT C4 : ANTI-ATLAS ET HAUT ATLAS, CIRCUIT OCCIDENTAL

45

une barre très redressée, qui correspond aux calcarénites fer- rugineuses de l’intervalle transgressif de la séquence du Rich 1. Ce banc apparaît d’abord au nord de la route, puis va constituer la base de la série du flanc sud de l’anticlinal.

Arrêt J4.8 : Les Rich 1 et 2 de l’anticlinal de Tissenrhal (GPS : 29°07'00’’N ; 07°39'43’’W)

S’arrêter près de la borne kilométrique qui porte (au verso pour nous) l’indication «Bou Izakarn 122 ». La succession de deux Rich est visible au sud de la route (fig. 4.14). Le banc basal transgressif des calcaires fossilifères du Rich 1 présente de grandes stratifications entrecroisées qui té- moignent de dépôts peu profonds à forte énergie. Il est sur- monté par des niveaux pélitiques et gréso-pélitiques à minces intercalations carbonatées, parfois nodulaires (base du cortège de haut niveau marin). Cependant, le Rich 1 est ici dépourvu de ses grès supérieurs, disparus plus au SW vers Foûm El Hassane. La séquence du Rich 2 commence avec un niveau calcaire transgressif semblable à celui vu à Assa, puis viennent des grés et pélites, puis des grès, re- présentant respectivement la partie inférieure et supérieure du cortège de haut niveau (CHN).

Route : La route se dirige ensuite vers le NE et se rapproche des surfaces structurales du Bani, près d'Aït Oubelli, 17 km plus loin, village à nouveau lié à une cluse coupant le Bani. Dans la plaine, des affleurements de Silurien sont signalés sur la carte au 1/200 000 (feuille Foum el Hassane). Vers le sud, on aperçoit la terminaison de l’anticlinorium de l’Adrar Zouggar-Addana, auquel on peut accéder par plusieurs pistes (anciennes mines de plomb), dont celle qui part du Douar Tizounine, 23 km à l’est d’Aït Oubelli.

Encore 19 km, et on traverse Akka, village connu pour sa

superbe palmeraie sur l’oued Akka, avec ses vieilles bâ- tisses perchées sur la falaise du 2 ème Bani au pied de l’échine principale du Bani (formations du 1 er Bani et du Ktaoua ; cf. carte géologique au 200.000ème, feuilleAkka- Tafagount-Tata). Après Akka, la route rentre à nouveau dans le domaine des Rich et passe bientôt près du village d’Om El Aàlg (GPS : 29°21’33"N, 08°11’24”W), bâti sur des calcaires subrécifaux de la base de la séquence Rich 2. Vers l'est, le paysage est constitué par les gréso-pélites et les grès de comblement de cette séquence. On se dirige ensuite vers Tata, en longeant les flancs des structures plissées des Rich, souvent dans les marnes et ar- gilites du Dévonien moyen à supérieur.

Arrêt J4.9 : Calcaire à Sellanarcestes de l’oued Meskaou (GPS : 29°25’48"N ; 08°04’04"W)

A proximité du pont de l’oued Meskaou (à quelque 20 km

d’Akka), les grès noirâtres que longe la route appartiennent

à la séquence de comblement du Rich 3. Ils constituent le

flanc SE redressé d’un anticlinal serré et faillé, de direction axiale N35. Au-dessus de ces grès, affleure un niveau cal- caire qui souligne le début d’une vaste transgression marine d’âge Emsien supérieur. Ce niveau débute par un mince ho- rizon de calcarénite quartzeuse et ferrugineuse à traces de trilobites, suivi de calcaires massifs gris, puis de calcschistes riches en goniatites. Il est connu sous le nom de calcaires à

Sellanarcestes Wenckenbachi (Hollard, 1967, 1981) et constitue un niveau repère de très grande extension. D’un point de vue séquentiel, il correspond à l’intervalle trans- gressif de la base de la séquence du Rich 4, dont les termes clastiques de comblement, bien développés au SW de la plaine du Drâa (Assa, Torkoz), disparaissent ici. Comme on peut le remarquer dans le paysage, le reste de la séquence se

le remarquer dans le paysage, le reste de la séquence se F IG . 4.14 :

FIG. 4.14 : Le Dévonien inférieur du flanc SE de l'anticlinal de Tissenral. FIG. 4.14 : Lower Devonian succession of the southeast limb of the Tissenral anticline.

46

NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 3

confond avec les marnes et argilites du Dévonien moyen qui forment la dépression synclinale plus à l’est. Une coupe stra- tigraphique détaillée de ce niveau est décrite près de Tata par Ebbighausen et al. (2004).

Route : Après l’oued Meskaou, la route continue vers Tata (encore à une trentaine de kilomètres) en se tenant toujours sur les plaines à l’est du Bani. Puis elle parvient à une barre ordovicienne E-W très redressée, située à quelques kilomè- tres au sud de Tata. La barre présente des variations de pen- dage et de brusques virgations bien visibles dans le paysage. Ces structures seront étudiées au cours de la journée J5.

J5 : Tata-Taroudant v i a Tagmoute-Irherm (240 km)

Itinéraire et thèmes (figs. 1.1, 5.1) : Matinée au sud de Tata : plis dans le Dévonien du Groupe des Rich ; relations plissement/fracturation ; interférence de plis au sud de Tata ; rôle possible de phase hercyniennes superposées ; chevauchements dans le Bani de Tata. Après-midi entre Tata et Taroudant : Décollements à la base de la couverture paléozoïque ; interférences et dysharmonies dans les plis du Cambrien inférieur ; le pop-up de socle à Tagmoute.

Route and themes (figs. 1.1, 5.1) : Morning south of Tata:

Variscan folds in the Devonian Rich Group ; folds and frac- turation relationships; fold interferences ; putative role of su-

perimposed Variscan episodes ; Variscan thrusts in the Bani. Afternoon from Tata to Taroudant: Detachments at the base of the Paleozoic cover ; fold interferences and disharmony in the Lower Cambrian series; basement pop-up of Tagmoute.

Introduction à l'étude des plis de la région de Tata Depuis la région d’Assa jusqu’à celle d’Akka (fig. 1.1, jour- née J4), le flanc SE des séries ordoviciennes du J. Bani présente des plis de direction NE-SW à grand rayon de courbure, parfois associés à des chevauchements mineurs. Au SE du Bani, à partir du transect de Foum el Hassan, les terrains ordoviciens réapparaissent dans l'anticlinorium de l'Addana (Agueliz, Adrar Zouggar, Bou Oudaden), au sein des séries siluro-dévoniennes plissées. A proximité de Tata, le J. Bani change brutalement de direction et devient E-W, soulignant la direction d’une faille majeure, la faille de Tata, qui le sépare du Dévonien du côté sud. Cette di- rection est associée à la surrection du socle précambrien qui affleure dans les boutonnières de part et d’autre de Tata, et particulièrement à l’est (Tagragra de Tata).

Au sud de Tata, les séries dévoniennes montrent une multi- tude de plis régionaux, orientés généralement NE-SW à NNE-SSW qui appartiennent au Groupe des Rich (fig. 5-1). La faible longueur d'onde des plis des Rich contraste avec celles des plis du Bani, dysharmonie imposant l’existence de détachement dans les séries argileuses du Silurien et du

détachement dans les séries argileuses du Silurien et du F IG . 5-1 : Localisation des

FIG. 5-1 : Localisation des arrêts dans le Rich 3 au sud de Tata (J5.1 à J5.4) et dans l'Ordovicien du Bani (J5.5 et J5.6) sur un extrait de la carte géologique du Maroc au 1/200 000, feuille d’Akka-Tafagount-Tata (1970), avec localisation de la Faille de Tata. Le circuit en boucle est indiqué en tirets noirs.

FIG. 5-1 : Location of the arrêts south of Tata on an excerpt of the geological map of Morocco, (1/200 000, sheet of Akka-Tafagount- Tata, 1970). 5.1 To 5.4 : lower Devonian arrêts ; 5.5 and 5.6 : Ordovician Bani stops, near Tata faults ; the way is indicated with a dashed dark line.

CIRCUIT C4 : ANTI-ATLAS ET HAUT ATLAS, CIRCUIT OCCIDENTAL

47

Dévonien inférieur (Lochkovien). Par endroit, les plis sont accompagnés de chevauchements plats qui amplifient l’épaississement des séries (Cortes, 2000 ; Caritg, 2003).

Dans le Dévonien des Rich au sud de Tata, des interfé- rences de plis d’axe NE-SW (direction du Bani et des Rich vers Akka) et d’axe E-W (direction du Bani de Tata) dé- terminent des structures en dômes et cuvettes (« boîte à œufs »). On peut y voir a priori le résultat de deux épi- sodes de déformation successifs ou bien d’un seul épisode de déformation dans un secteur singulier de convergence. Les études structurales et microtectoniques sont en faveur de deux phases de plissement superposées (Gaulier et al., 1994 ; Ouanaimi, 2002 ; Caritg et al., 2004 ; Ouanaimi, 2004). Dans ce qui suit, nous soulignerons plusieurs ar- guments en faveur de cette interprétation, y compris à l’échelle de tout l’Anti-Atlas.

Le plissement modéré des formations dévoniennes est fa- vorable à l’étude de la porosité de fracture dans les zones plissées. Nous examinerons les rapports entre les plis her- cyniens et la formation des réseaux de diaclases, une thé- matique débattue de longue date (Stearns, 1964 ; Ramsay, 1967, Ramsay & Huber, 1987) (fig. 5.2) mais qui continue à faire l’objet de recherches de terrain, d’essais expéri- mentaux et de simulations. Une attention particulière sera accordée, aux fractures dont les directions sont obliques aux axes des plis (fractures O), souvent considérées comme cisaillantes, alors que la réalité du terrain montre que dans la plupart des cas elles correspondent à des frac- tures de « mode I ».

A l'échelle régionale, cette thématique a été abordée par Donzeau (1971) dans l'Ougarta, suivi par Desthieux (1977) dans l’anticlinal du J. Addana. Les plis des Rich constituent une excellente illustration des réservoirs plis- sés/fracturés en subsurface, étudiée par les géologues de l’IFP (Gaulier et al., 1994 ; IFP, 1995) avec la contribu- tion de l'un de nous (H. Ouanaimi). Certains de ces plis ont été pris comme témoins expérimentaux et de simula-

ont été pris comme témoins expérimentaux et de simula- F IG . 5.2 : Classification ATO

FIG. 5.2 : Classification ATO des fractures associées à un pli cylindrique (d’après Ramsay et Huber, 1987 ; modifié). A : fractures axiales (longitudinales), T : fractures transversale, O1 : fractures obliques gauches et O2 : fractures obliques droites.

FIG. 5.2 : The ATO classification of the fractures associated with a cylindrical fold (from Ramsay and Huber, 1987 ; modified). A : axial fractures (longitudinal), T :

transversal fractures, O1 : left oblique fractures and O2 : right oblique fractures.

tions (Cortès ; 2000 ; Guitton et al., 2003) et intégrés dans une large étude de terrain à l'échelle du Sud marocain (Ouanaimi, 2002 et 2004).

Des dykes et sills doléritiques infraliasiques affleurent dans ce domaine, dans le prolongement sud du grand dyke de Foum Zguid. Ils recoupent obliquement les structures hercyniennes. Leur mise en place s’intègre dans la forma- tion de l’immense province magmatique de l’Atlantique central (CAMP) à la fin du rifting triasique (voir vol. 1, fig. 12 et vol. 3, Circuit C5).

Route : Reprendre la route vers Akka. On traverse d’abord les petites collines du Tabanit (fin du Cambrien moyen), puis la barrière ordovicienne E-W du Bani de Tata, qu’on étudiera seulement au retour, en fin de mati- née. Entre ces deux ensembles, la faille de Tata n’est pas visible – c’est en fait essentiellement une structure du

socle. Après la cluse du Bani (où se place le village de Tiiti), continuer sur 12 km jusqu'à ce que la route atteigne la barre de Tata-Akka (le grès-quartzite sombre du som- met du Rich 3, ici en pendage ESE très fort), près de la lo- calité d'Oufrane (GPS : 29°35'36"N ; 08°00'10”W). On est à 20 km de Tata. Une belle vue s’offre à nous sur les virgations de cette barre, que nous examinerons de près par la suite (arrêt J5-3). Nous quittons la route goudron- née pour prendre une piste qui part à gauche en direction SE, traverse l'oued Addis (Adis) et continue dans une gouttière synclinale dont le substratum, d’âge Dévonien moyen, est masqué par le Quaternaire. Après 2,3 km, la piste arrive à l’entrée d’un mini-canyon que l'oued Addis

a creusé perpendiculairement à l’axe de l’anticlinal d’El Bouir (ou J. Al Touzy).

Arrêt J5-1 : Relation plissement/fracturation dans l’anticlinal d'El Bouir (GPS : 29°34'40"N ; 07°59'00”W)

Le pli d’El Bouir est un anticlinal ouvert parfaitement cy-

lindrique (fig. 5.3), à axe sub-horizontal de direction N 40.

Il affecte les grès du Rich 3 (Emsien), surmontés sur les

deux flancs par un mince niveau calcaire fossilifère, équi- valent de l'horizon à Sellanarcestes rencontré hier (arrêt J4-9), puis par des niveaux pélitiques à intercalations cal- caires d'âge Dévonien moyen (Eifelien).

Un admirable réseau de fractures s’est développé dans la voûte gréseuse. Il comporte les familles régionales trans- versale (T : N135) et longitudinale ou axiale (A : N40). Comme fractures secondaires obliques (O), il y a surtout une famille subéquatoriale et parfois une famille ortho- gonale, subméridienne. Cette distribution se retrouve dans l’ensemble du pli (Guitton et al., 2003). L’examen détaillé des relations entre ces fractures et les superpositions de stries de friction permet de proposer une chronologie de la

48

NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 3

déformation mettant en jeu deux phases successives de contrainte NW-SE, puis N-S (fig. 5.4).

Sur le flanc NW, les fractures de la famille A sont réou- vertes et remplies de calcite. Le développement de fentes de tension en échelon témoigne de leur réactivation en mouvements cisaillants.

Une petite marche jusqu’à la crête du pli, de préférence en rive sud du canyon, permet d’observer le pli avec une ex- position parfaite (fig. 5.3A). La coupe du canyon montre la partie supérieure des grès du Rich 3 (20 à 25 m) consti- tuant une unité mécanique, recoupée par des HPF (High Persistant Fractures) longitudinales et transversales. La disposition de ces deux familles majeures de fractures a sans doute favorisé l’installation du canyon. Soulignons la géométrie arquée ou oblique à la stratification des frac- tures longitudinales. L’observation des structures en coupe

le long du canyon permet de déceler des couloirs fracturés de type « branché » ou en queue de cheval, indiquant un mouvement normal sur ces fractures qui accommodent la courbure du plissement.

Sur le flanc SE (GPS : 29°34’40,5"N ; 07°59’01,2”W), les fractures longitudinales constituent un bon marqueur des mouvements tectoniques superposés dans la région : i) dans un premier temps, elles sont recoupées par une pre- mière série de chevauchements probablement liés aux plis- sements (fig. 5.3B) ; ii) elles sont ensuite réactivées en failles normales, et finalement iii) réactivées en décroche- ments sénestres lors de la phase tardive de raccourcisse- ment N-S (fig. 5.3C). Ces mouvements successifs sont enregistrés par des failles présentant des miroirs à stries superposées. La chronologie de la déformation est synthé- tisée dans un schéma interprétatif (fig. 5.4).

synthé- tisée dans un schéma interprétatif (fig. 5.4). F IG . 5.3 : Anticlinal d’El Bouir

FIG. 5.3 : Anticlinal d’El Bouir affectant le sommet du Rich 3 ; A) vue d’ensemble vers le nord, le cercle blanc indique le lieu des photos suivantes ; B) Petit chevauchement tardif recoupant les diaclases longitudinales (L) ; C) Réactivation sénestre d'une fracture longitudinale lors de la deuxième phase de plissement ; D) Fractures longitudinales F4 (N40) obliques à la stratification recoupant une unité mécanique gréseuse. Noter les fractures en queue de cheval (flèches) témoignant d’une tendance à la réactivation en failles normales qui accommodent le plissement.

FIG. 5.3 : El Bouir anticline, top of Rich 3 ; A) general view to the north, white circle indicates location of the following photographs ; B) late thrust crosscutting the longitudinal fractures (L) ; C) sinistral reactivation of a longitudinal fracture during the subsequent shortening event ; D) longi- tudinal fractures F4 (N40) oblique to the stratification within a sandy unit. Note the “horse tail” connected fractures (arrows).

CIRCUIT C4 : ANTI-ATLAS ET HAUT ATLAS, CIRCUIT OCCIDENTAL

49

C4 : ANTI-ATLAS ET HAUT ATLAS, CIRCUIT OCCIDENTAL 49 F IG . 5.4 : Récapitulation de

FIG. 5.4 : Récapitulation de l'évolution du pli d'El Bouir. 1) début de la formation de la famille transversale ; 2) début du plissement régional et forma- tion de la famille A ainsi que de petits chevauchements naissants ; 3) Augmentation de la courbure, densification de la famille longitudinale, accommo- dation par des failles normales et chevauchements sur les flancs ; 4) Raccourcissement N-S, réactivation sénestre de la famille L, gauchissement du pli et de la charnière et naissance des fractures secondaires obliques (agrandissement).

FIG. 5.4 : Summary of the evolution of the El Bouir fold. 1) early formation of the transverse set ; 2) initiation of regional folding, formation of the lon- gitudinal set, and thrusting ; 3) Increase of the curvature, L set densification, normal fault accommodation and thrusting in the flanks ; 4) N-S shorten- ing, sinistral reactivation of the L set, warping of the fold hinge and oblique secondary fractures O (enlarging).

Route : Revenir par la même piste jusqu’à Oufrane, près de la route goudronnée, puis prendre la piste qui va tra- verser l’oued Addis puis longer la barre Tata-Akka vers le nord. S’arrêter au bout de quelques centaines de mètres.

Arrêt J5-2 : Fracturation de la barre Tata-Akka à Oufrane (GPS : 29°36'40"N ; 08°00'00”W)

La barre de Tata-Akka se situe ici dans une zone d'interfé- rence entre le plissement régional d’axe NE-SW et un plis- sement tardif d’axe E-W à ESE-WNW. Ces interférences déterminent l’individualisation de structures en dômes (e.g. oued Addis) adjacent à des structures en cuvettes (e.g. Tiggane et Tazzoult), et engendrent la grande virgation de la barre (Ouanaimi, 2002 et 2004 ; Caritg et al., 2004). Le réseau de fractures dans cette barre est le même que dans le pli d'El Bouir (fig. 5.5). Ces fractures sont bien visible sur une surface structurale gréseuse du toit du Rich 3, orientée NE-SW et inclinée de 50° vers l'est, et qui consti- tue le flanc NW d'une longue gouttière synclinale. On re- trouve facilement les familles principales communes ATO, dont les caractéristiques géométriques (longueur, espace- ment, critère butant) montrent que les deux familles subor- thogonales obliques (O1 et O2) sont tardives. Cependant, la trace de la famille longitudinale L (axiale), d'habitude subhorizontale sur les flancs des plis, plonge ici nettement vers le nord. La perturbation de cette famille L à l'approche de la terminaison périclinale que représente la virgation voisine plaide en faveur du caractère tardif de cette virga- tion (2 ème phase de plissement).

Route : Continuer la piste vers le nord jusqu'à la virgation principale de Jbair.

vers le nord jusqu'à la virgation principale de Jbair. F IG . 5.5 : A) Photo

FIG. 5.5 : A) Photo du réseau de fracture affectant la barre de Tata-Akka ; B) sté- réogramme de distribution des fractures ATO (hémisphère inférieur) dans les ar- rêts : J5-1 (A), J5-2 (B) and J5-3 (C).

FIG.5.5:A)PhotographofthejointnetworkaffectingtheTataAkkabar;B)TheATOjoint

distribution stereograms (lower hemisphere) in Arrêts J5-1 (A), J5-2 (B) and J5-3 (C).

Arrêt J5-3 : Virgation de la barre de Tata-Akka entre Oufrane et Jbair (GPS : 29°37'34"N ; 07°58'50”W)

Dans le secteur de Jbair (Jebaïr), la barre de Tata-Akka tourne en moins de 800 m d'une direction NNE-SSW avec un pendage de 60° SE, à une direction E-W à pendage de 55°N (fig. 5.6). Sur ce flanc de pli E-W, la configuration des

50

NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 3

NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 3 F IG . 5.6 : Vue

FIG. 5.6 : Vue générale de la virgation de Jbair. FIG. 5.6 : General sight of the Jbair virgation.

familles de diaclases reste classique, avec un réseau princi- pal, un réseau secondaire et les réseaux perpendiculaires à la stratification. Cependant, la famille précédemment trans- versale est désormais longitudinale, tandis que celle initia- lement longitudinale devient ici transversale. Les familles secondaires obliques, quant à elles, restent sensiblement constantes. Plus au nord, la barre tourne et s’oriente selon la direction des plis régionaux NNE-SSW. Cette géométrie s’explique au mieux par la succession de deux épisodes de raccourcissement, d’abord NW-SE, puis N-S.

Route : Continuer la piste vers le village de Jbair, bordé d’une belle palmeraie. Eviter la piste se dirigeant à Oum El Gourdane vers l’est, et suivre tout droit vers le nord celle qui va à Anorhrif. Celle-ci remonte et franchit la barre Tata-Akka juste à l’amont de Jbair. Se garer près du puits sur la crête de la barre, puis descendre à pied sur les sa- bles dunaires au pied de la barre.

Arrêt J5-4 : Fracturation de la dalle composite gréso- calcaire du Rich 3 à Jbair

(GPS : 29°38'43"N ; 07°55'05”W) Le mince niveau calcaire à Sellanarcestes apparaît au som- met de la dalle gréseuse à fort pendage SE (fig. 5.7). Les deux faciès (grès et calcaires) ne présentent pas le même comportement vis-à-vis de la fracturation. Les bancs gré- seux présentent un réseau de diaclases où seules ‘T’et ‘O’ sont exprimées, alors que sur les calcaires, c’est la famille longitudinale ‘A’ qui est bien individualisée. Cette initia- tion sélective de diaclases exprime un contrôle lithologique sur la fracturation (Auzias, 1995). Remarquer par ailleurs l’existence de fractures non systé- matiques (polygonales) dans les grès. Ce type de fractures correspond à l’effet de contraintes résiduelles, contraire- ment aux réseaux systématiques voisins qui sont d’origine tectonique (champs de contraintes orientées).

Route : Continuer la piste vers le NE vers le beau village perché d'Anorhrif, que l'on aperçoit de loin.Avant d'y arriver, une petite crête du Rich 2 se dresse à notre gauche. Ce site est idéal pour réaliser une belle coupe du cortège de haut ni- veau de la séquence Rich 2. Les couches gréseuses sont par- fois lumachelliques (brachiopodes) et montrent de très belles structures sédimentaires (litages en mamelons, gouttières d'érosions, rides de vagues), souvent ordonnées dans des sé- quences élémentaires typiques. Ces dernières témoignent d’un milieu agité, dominé par une dynamique de houles et de tempêtes. Au revers de la crête, des gravures rupestres sont signalées dans les couches gréseuses compétentes.

Traverser ensuite l'oasis d'Anorhrif et rejoindre la route goudronnée qui regagne Tata. Elle traverse le Jbel Bani dans la cluse de Tiiti.

Arrêt J5-5 : Cisaillements dans le Bani de Tata ; vue de profil (GPS : 29°42’1,4"N ; 07°59’5,5”W)

S’arrêter près du village d’Addis (Adis), 300 à 400 m au NE de la cluse. Derrière nous au nord, les collines corres- pondent aux grès du Tabanit (sommet du Cambrien moyen). Ces formations correspondent au flanc sud du vaste anticlinal E-W dont la boutonnière protérozoïque de Tata constitue le cœur. Nous sommes sur les schistes des Feija externes (Arenig-Llanvirn), dont la partie inférieure est cachée par la plaine, tandis que la partie supérieure forme les pentes basses de la barrière principale, dont le haut relief est fait des grès quartzitiques du 1 er Bani, d’âge Llandeilo (fig. 5.8A). Cependant, dans cette partie proche de la cluse, le Bani de Tata comporte en fait deux parties sé- parées par une zone de cisaillement longitudinale. La par- tie nord est faite par les grès du 1er Bani en pendage normal vers le sud, tandis que la partie sud comporte des éléments du 1er Bani suivis par les schistes et grès de Ktaoua (Cara-

CIRCUIT C4 : ANTI-ATLAS ET HAUT ATLAS, CIRCUIT OCCIDENTAL

51

C4 : ANTI-ATLAS ET HAUT ATLAS, CIRCUIT OCCIDENTAL 51 F IG . 5.7 : Variation des

FIG. 5.7 : Variation des réseaux de diaclases en fonction de la lithologie dans la terminaison de la barre Tata-Akka (Rich 3) près de Jbair (vue vers le NW). FIG. 5.7 : Variation of the joint network according to lithologies in the northern tip of the Tata-Akka beds (top Rich 3) close to Jbair (view to the Northwest).

beds (top Rich 3) close to Jbair (view to the Northwest). F IG . 5.8 :

FIG. 5.8 : Le J. Bani au sud de Tata.- A : Vue vers l'est de la coupe naturelle N-S de la cluse de Tiiti.- B : Vue vers le sud de la face in- terne de la crête ordovicienne.- C : Vue verticale satellitaire (Google Earth). C1 : cisaillement en replat et rampe à vergence W à NW ; or3 : Fm de Tachilla ; or4 : 1 er Bani ; or5 : Fm de Ktaoua inf. et de Rouid Aïssa ; or6 : Fm de Ktaoua sup.

FIG. 5.8 : The J. Bani south of Tata.- A : Eastward view of the N-S natural cross-section exposed in the Tiiti gap.- B : Southward view of the internal flank of the Bani range.- C : Vertical satellite view (Google Earth). C1 is a flat and ramp fault verging W or NW-ward.

52

NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 3

doc) en série renversée à pendage N. On comprendra mieux la structure de cette barre en l’observant de face à l’arrêt suivant, et en utilisant les vues satellitaires.

Route : Reprendre la route vers Tata et s’arrêter à environ 1,5 km au NE de l’arrêt précédent.

Arrêt J5-6 : Cisaillements dans le Bani de Tata :

vue de face (GPS : 29°43’5,7"N ; 07°58’13,2”W)

Depuis ce nouveau point de vue, on peut observer de loin des failles inverses longitudinales, associées à des plis en crochons sub-isoclinaux serrés (fig. 5.8B). Ces failles sont celles de la zone de cisaillement longitudinale citée plus haut. La faille C1 n’est autre que celle observée en coupe lors de l’arrêt précédent. En examinant la barre en vue ver- ticale (fig. 5.8C), ces cisaillements sont parallèles aux couches sur leur plus grande longueur, jusqu’à ce qu’elles rejoignent une rampe qui leur fait changer de niveau (failles en rampes et paliers). La position des rampes et les cro- chons associés (crochons présents au mur ou au toit des failles) suggèrent un mouvement des couches supérieures (essentiellement le Ktaoua), dirigé grossièrement vers l’ouest, antérieurement au basculement de l’ensemble sui- vant l’axe E-W de la grande structure.

l’Anti-Atlas ; cf. Raddi et al., 2007 ; Michard et al., 2010)

Route : Pour rejoindre la ville d’Igherm (~100 km), on prend la route de Souk Tleta Tagmoute, nouvellement gou- dronnée, en direction du NNW. Cette dernière longe grosso modo le cours de l’oued Tata, en traversant un vaste syn- clinorium de terrains d’âge Adoudounien-Cambrien infé- rieur entre les boutonnières d’Agouliz (ou Tata) au sud, de la Tagragra de Tata à l’est et d’Igherm au nord, avant d’es- calader les reliefs précambriens de la boutonnière d’Igherm (fig. 5.10). Sur le trajet jusqu’au delà de Tagmoute, les flancs de la vallée que suit la route montrent une multitude de plis de longueur d’onde et d’amplitude diverses dans les formations carbonatées du Cambrien inférieur. De nom- breux arrêts sont particulièrement attrayants.

Un premier arrêt optionnel se présente à 7 km au nord de Tata. A l’ouest de la route, on observe des plis arrondis ou en chevrons d’axe N120 E, d’amplitude hectométrique. Ils sont parallèles à l’allongement de la Tagragra (« cuvette ») de Tata, dont on aperçoit la crête périphérique de volca- nites PIII vers le NE.

Pour l’essentiel, la boutonnière est constituée de terrains d’âge paléoprotérozoïque (xI sur la fig. 5.10). Ce sont des schistes phylladiques (métapélites et métaturbidites avec une foliation ESE-WNW à fort pendage) recoupés par des intrusions granitiques faiblement foliées. Des datations U- Pb zircon ont fourni un âge de 2072±8 Ma sur des métatuf- fites intercalées dans les schistes, tandis que deux massifs de granite étaient datés à 2046±7 Ma et 2041±6 Ma respecti- vement (Walsh et al., 2002). Il s’agit donc du socle ébur- néen.Au N de la boutonnière, entre le socle et la couverture « PIII » (dont les ignimbrites ont été datées à 565±7 Ma par les mêmes auteurs), s’intercale une petite unité de Quart- zites et calcaires (Groupe de Taghdout-Lkest).

La route s’écarte ensuite de la vallée vers l’ouest, sinuant dans les plateaux et collines cambriennes. On rencontre lo- calement les pélites rouge violacé de la Série lie-de-vin du

Le renversement qui accompagne le basculement cité di- minue, quant à lui, puis s’annule vers l’est, la série ordo- vicienne redevenant apparemment continue et à pendage sud. On peut y voir l’effet du plongement axial de la grande structure, manifeste également dans la géométrie de la boutonnière précambrienne de Tata au NW de la cluse. Cette puissante structure antiforme est déversée vers le sud sur le compartiment à structuration NE-SW, abaissé d’environ un millier de mètres. La torsion des couches du Bani à la limite entre les deux compartiments est specta- culaire. Dans cette superposition tectonique, un raccour- cissement N-S est à l'origine de l’antiforme E-W de Tata, mais aussi des interférences et virgations

des séries du Dévonien dans le comparti- ment sud. Par contre, les cisaillements longitudinaux décrits plus haut doivent être attribués à une phase antérieure, et selon toute probabilité au raccourcisse- ment NW-SE. Dans cette perspective, ces structures sont comparables à celles dé- crite à Icht. Elles se seraient formées à un stade relativement précoce du raccourcis- sement NW-SE (fig. 5.9). On soulignera que les raccourcissements successifs, d’abord NW-SE, puis N-S trouvent bien leur place dans l’histoire varisque de l’Anti-Atlas en général (collision des Mauritanides, puis de la Meseta avec

(collision des Mauritanides, puis de la Meseta avec F IG . 5.9 : Schéma interprétatif de

FIG. 5.9 : Schéma interprétatif de l’interférence de deux phases de déformation hercyniennes (1 et 2) dans la région de Tata.

FIG. 5.9 : Schematic diagram showing the interference of two Variscan folding phases (1 and 2) in the Tata area.

CIRCUIT C4 : ANTI-ATLAS ET HAUT ATLAS, CIRCUIT OCCIDENTAL

53

Cambrien inférieur (xk2 sur la fig. 5.10, tirée de la carte géologique du Maroc au millionième, 1985). Ces pélites surmontent les « Calcaires inférieurs » de l’Adoudounien (xk1 sur la même carte) dont on sait aujourd’hui qu’ils ap- partiennent essentiellement au Cambrien inférieur. Environ 10 km plus loin, un deuxième arrêt optionnel est intéressant pour observer la transgression de l’Adoudou- nien-Cambrien inférieur calcaire sur le Précambrien termi- nal (PIII) de la Tagragra, vue de profil, en coupe (fig. 5.11A). Sur cette coupe naturelle, le contact semble calme, non déformé, les couches adoudounienne (Cambrien basal) étant parallèles aux formations volcaniques PIII. Mais cet aspect est trompeur, comme on le voit à l’arrêt suivant !

La route retrouve bientôt la vallée et s’établie au pied des montagnes de son flanc occidental, en haut des glacis de rive droite. Bientôt apparaissent dans les falaises de la rive gauche, vers l’est, toute une succession de plis. La route s’élève légèrement, favorisant ainsi les observations.

Arrêt J5-7 : Plis de détachement dans l’Adoudounien au toit de la Tagragra de Tata (GPS : 29°55’14"N ; 08°06’46”W)

S’arrêter avant que la route, jusque là orientée vers le NNW, ne tourne vers l’ouest. Vers l’est, on aperçoit au der- nier plan les terrains sombres du Précambriens terminal (PIII) de la boutonnière de Tagragra de Tata, tandis que ceux, plus clairs, de sa couverture carbonatée cambrienne constituent les pentes de rive droite de la vallée. Les pentes inférieures montrent un train de plis droits en chevrons dans une série litée à interlits pélitiques, en dessous d’une falaise calcaro-dolomitique monoclinale (fig. 5.11B). Il y a donc un détachement ou décollement entre ces deux sé- quences mécaniquement contrastées. Une vue satellitaire oblique montre que ce décollement se place dans la partie inférieure de l’Adoudounien, au toit de sa Série de base détritique (fig. 5.11C). Les plis montrent des directions axiales variables, où dominent les directions NW, E-W et

axiales variables, où dominent les directions NW, E-W et F IG . 5.10 : Carte de

FIG. 5.10 : Carte de l’itinéraire Tata-Igherm, extrait de la carte géologique du Maroc au millionième. x1 : Paléo- protérozoïque ; xII : Néoprotérozoïque inf. ; xIII : Néoprotérozoïque sup. ; xk1 : Adoudounien ; xk2 : Série lie-de- vin ; ki : Calcaires supérieurs ; km : Cambrien moyen ; ɤ: granite ; δ : dolérite.

FIG. 5.10 : Map of the Tata-Igherm itinerary, excerpt from the geological map of Morocco, scale 1/1 000 000. x1 :

Paleoproterozoic ; xII : Lower Neoproterozoic ; xIII : Upper Neoproterozoic ; xk1 : Adoudounian ; xk2 : Lie-de- vin Serie ; ki : Upper Limestones ; km : Middle Cambrian ; ɤ : granite ; δ : dolerite.

54

NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 3

NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 3 F IG . 5.11 : Plis

FIG. 5.11 : Plis dysharmoniques et décollement dans les calcaires du Cambrien inférieur à la bordure NW de la boutonnière de Tagragra de Tata. A : à l’est de l’arrêt 7 ; B : à l’arrêt 7 ; C : vue satellitaire (Google Earth).

FIG. 5.11 : Disharmonic folding and detachment in the Lower Cambrian limestones at the north-western border of the Tagragra de Tata inlier. A : east of stop 7 ; B, at stop 7 ; C, satellite view (Google Earth).

NE. Il semble s’agir ici d’axes courbes liés à un glissement des couches cambriennes vers le NNW, comme le suggère la figure d’arrachement visible à la charnière d’un pli, ou encore l’amorce de décollement dans la Série de base elle- même (cf. fig. 5.11C). Régionalement, on observe des axes variables entre E-W et N-S qui interfèrent en formant des structures en "boite à œufs" (Faïk et al., 2003, Caritg et al., 2004). Contrairement aux secteurs étudiés au sud de Tata, il est difficile ici de trancher sur la chronologie rela- tive éventuelle de ces directions de plissement.

Route : La route d’Igherm traverse la Série lie-de-vin et les Calcaires supérieurs (ki), puis quitte temporairement les paysages calcaires traversés depuis Tata, pour déboucher sur le large synclinal de Tagmoute, occupé en son creux par les siltites et grès verdâtres du Cambrien moyen (km ; fig. 10, l’indice indiqué sur la carte au millionième est exact, mais la couleur est erronée). Des buttes témoins de grès sont conservées au sein de la cuvette, ailleurs recou- verte d’alluvions quaternaires. Le village pittoresque de Souk Tleta Tagmoute est situé sur le flanc NW du syncli- nal, dans une cluse verdoyante entaillée dans les Calcaires supérieurs du Cambrien inférieur, à pendage SE très fort. La route traverse le village dont les vieilles bâtisses sont

nichées dans la palmeraie, puis remonte l’oued Tagmoute qui prend sa source une trentaine de kilomètres au NW dans le massif précambrien d’Igherm.

Arrêt J5-8 : Plis dysharmoniques dans le niveau de décollement du Cambrien inférieur (GPS : 29°59’30"N ; 08°16’45”W)

Les méandres de l’oued Tagmoute sont encaissés dans des gorges pittoresques. Celles-ci offrent, à environ 10 km de Tagmoute, au flanc est de l’oued, un excellent exemple de plissement dysharmonique dans le Cambrien inférieur (fig. 5.12). C’est encore l’effet du découplage qui s’opère entre la couverture paléozoïque et son substratum précambrien, le décollement se faisant à la base des Calcaires inférieurs (Adoudounien) sur les niveaux gréseux de la Série de base.

Route : La nouvelle route quitte la vallée encaissée en s’orientant vers l’ouest. Elle profite des affleurements de la Série lie-de-vin pendant une dizaine de kilomètres, puis pique au nord, grimpe au travers de l’Adoudounien et pé- nètre dans la boutonnière d’Igherm (fig. 5.10). Cette bour- gade d’altitude élevée (1700 m) est bâtie près du bord occidental du massif précambrien, sur les formations du Groupe de Ouarzazate (xIII). A partir de là, on va gagner

CIRCUIT C4 : ANTI-ATLAS ET HAUT ATLAS, CIRCUIT OCCIDENTAL

55

C4 : ANTI-ATLAS ET HAUT ATLAS, CIRCUIT OCCIDENTAL 55 F IG . 5.12 : Plis dysharmoniques

FIG. 5.12 : Plis dysharmoniques dans le décollement des Calcaires inférieurs sur la Série de base entre Tagmoute et la boutonnière d’Igherm. xK1 : calcaires inférieurs, SB : Série de base.

FIG. 5.12 : Disharmonic folds in the décollement between the Lower Limestones and the “Série de base”, half-way from Tagmoute to the Igherm inlier.xK1 : Lower limestones, SB : Série de base

Taroudant (88 km) sans nouvel arrêt, en traversant la zone axiale de l’Anti-Atlas (une succession de boutonnières de Précambrien terminal à couverture discontinue de Cam- brien inférieur) avant de plonger vers la plaine du Souss.

JJ66 :: TTaarroouuddaanntt--MMaarrrraakkeecchh vv iiaa llee TTiizzii nnTTeesstt ((223300 kkmm))

Itinéraire (fig. 6.1) et thèmes : Zone subatlasique méri- dionale. Les différents blocs de socle du versant sud du Haut Atlas. La zone faillée du Tizi n’Test (ZFTT) et sa dy- namique permanente. Bassins triasiques du Haut Atlas de Marrakech. Zone subatlasique septentrionale à substratum carbonifère.

Route (fig. 6.1) and themes : Southern Subatlas Zone. Main blocks of the southern flank of the High Atlas. Per- manent dynamics of the Tizi n’Test Fault Zone (ZFTT). Tri- assic basins of the Marrakech High Atlas. Northern Subatlas Zone and its Carboniferous basement.

Introduction à la tectonique de la limite Anti-Atlas - Haut Atlas occidental

Il est actuellement admis que la chaîne du Haut Atlas s’est édifiée principalement par l’inversion post-crétacée d’an- ciennes failles normales et décrochements mésozoïques, eux- mêmes hérités du socle paléozoïque et protérozoïque. Or, dans le nord-ouest du Massif Ancien du Haut Atlas (MAHA), la chaîne atlasique, orientée ENE-WSW, se superpose à la

chaîne varisque mésétienne, d'orientation NE-SW (fig. 6.2). La limite sud de cette zone poly-orogénique correspond à la zone faillée du Tizi n'Test (ZFTT), qui apparaît comme un véritable linéament permanent.

Le MAHA se caractérise par une vaste zone axiale formée de terrains anté-mésozoïques, comprenant deux blocs dis- tincts : un bloc précambrien oriental (ou Bloc de l’Ouzel- larh, Choubert, 1942) et un bloc paléozoïque occidental. La route que nous allons emprunter pour traverser le Haut Atlas suit grosso modo la limite entre ces deux blocs. Dans l’axe de la chaîne, d’étroits bassins triasiques ont été conservés le long de la ZFTT.

Le Bloc de l'Ouzellarh (BO) constitue une avancée (ou promontoire) du domaine anti-Atlasique au sein de la chaîne du Haut Atlas (Ouanaimi, 1989 ; Ouanaimi et Petit, 1992). Ce bloc est constitué d’un substratum protérozoïque panafricain, surmonté d’une série paléozoïque réduite, du fait d’une succession des phases de surrection et érosion. Il constitue une zone de seuil, au moins depuis le Protéro- zoïque terminal (Proust, 1961 ; Ouanaimi, 1989). L’in- fluence de l’orogenèse varisque est modérée dans ce domaine, principalement réactivé en blocs rigides. Des plis ouverts affectent les flyschs viséens le long de ses bor- dures, au nord et à l’est, sans développement de schistosité pénétrative ni de métamorphisme.

Le BO sépare deux compartiments paléozoïques, occiden-

56

NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 3

NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 3 F IG . 6.1 : Localisation

FIG. 6.1 : Localisation des arrêts de la journée J6 sur la carte géologique du Maroc au 1/1 000 000. FIG. 6.1 : Location of the J6 stops on the geological map of Morocco, scale 1/1 000 000.

stops on the geological map of Morocco, scale 1/1 000 000. F IG . 6.2 :

FIG. 6.2 : Localisation de la zone de failles de Tizi n’Test (ici TTFZ), comme limite hercynienne entre la Meseta au nord et le domaine de l’Anti-Atlas au sud (d’après Hoepffner et al., 2006). 1 : Zone de Sehoul (a) et son probable prolongement ouest (b), 2 : Môle côtier, 3 : Zone sud, 5 : Zone orientale, 6 : Zones internes ri- faines, RTFZ : Zone Faillée de Rabat-Tiflett, WMSZ:

Zone Cisaillée de la Meseta Occidentale, SOFZ : Zone Faillée de Smaala-Oulmes, TBBFZ : Zone Faillée de Tazekka–Bsabis–Bekrit Fault Zone, APTZ : Zone trans- formante de l’Atlas Paléozoïque.

FIG. 6.2 : Location of the Tizi n’Test fault zone (ZFTT or TTFZ), as the Variscan structural limit between the Meseta to the North and Anti-Atlas domains to the South (Hoepffner et al. 2006). 1 : Sehoul Zone (a) and its likely prolongation to the west (b), 2 : Coastal Block, 3 : Cen- tral Meseta, 4 : Southern Zone, 5 : Eastern Zone, 6 : In- ternal zones of the Rifian chain. RTFZ : Rabat-Tiflet Fault Zone, WMSZ : Western Meseta Shear Zone, SOFZ : Smaala-Oulme`s Fault Zone, TBBFZ : Tazekka– Bsabis–Bekrit Fault Zone, APTZ : Atlas Paleozoic Transform Zone.

CIRCUIT C4 : ANTI-ATLAS ET HAUT ATLAS, CIRCUIT OCCIDENTAL

57

tal et oriental, dont la stratigraphie s'étend du Cambrien au Dévonien. Dans les deux compartiments, la polarité stratigraphique est opposée, ce qui confère au BO une structure d’antiforme NNE-SSW à N-S, qui se serait indi- vidualisé dès le Cambrien, voire même avant. Cet anti- forme a subi une phase d’érosion anté-Carbonifère, avant la transgression du Viséen qui vient se déposer directe- ment sur le Cambrien.

Le bloc occidental, ou Massif Ancien du Haut Atlas occi- dental, est limité à l’est et au sud par la ZFTT et, à l’ouest, par la Zone Faillée Ouest Mésétienne (WMSZ) (Piqué et al., 1980). Il est formé en majorité d’une série cambrienne for- tement subsidente (plusieurs kilomètres d’épaisseur) où se manifeste une grande activité volcanique. Les inter- prétations géodynamiques basées en partie sur la na- ture de ce volcanisme font encore l'objet de discussions (Badra et al., 1992, Ouazzani et al. 1998 et 2001, Jouhari et al., 2001 ; El Archi et al., 2004, Aarab et al., 2005 ; Pouclet et al., ; Alvaro & Subias, 2010). Les terrains paléozoïques plus récents (de l’Ordovicien au Carbonifère) n'affleurent qu'à l'ex- trémité ouest, vers le couloir d'Argana. L'ensemble de ces séries est affecté par une déformation synmé- tamorphique et recoupé par des granitoïdes carbo- nifères (dont le J. Tichka, mis en place à 291±5 Ma ; Gasquet et al., 1992). De ce fait, la partie occidentale du MAHA présente une grande affinité mésétienne, malgré la vergence vers l’est de ses structures, due probablement au pendage opposé des failles héritées.

Le contraste sédimentaire et structural entre le bloc paléozoïque occidental ‘mésétien’ et le domaine le l’Anti-Alas/Ouzellarh implique (en l’absence de dé- placements mézo-cénozoïques significatifs) une ac- tivité majeure hercynienne de la Zone Faillée du Tizi n’Test (ZFTTh, h pour hercynien). A noter que ce dernier linéament est souvent confondu avec l’Ac- cident ou Faille Sud Atlasique (FSA), défini essen- tiellement comme une zone de fracture alpine, d’âge Mésozoïque-Cénozoïque (Mattauer et al., 1972; Petit, 1976; Proust et al., 1977). La ZFTTh présente à l'ouest une direction atlasique, mais acquière vers l’est une orientation mésétienne NNE-SSW (Oua- naimi et Petit, 1992 ; fig. 6.3). La branche NNE- SSW de cette zone faillée est ultérieurement fragmentée par les phases atlasiques conduisant à la configuration actuelle (fig. 6.4).

dextre (Ouanaimi, 1989; Eddif et al., 2007), tandis que l'Ou- zellarh réagit comme un bloc rigide. A noter que la ZFTTh constitue un tronçon de la large zone transformante paléo- zoïque atlasique (APTZ ; Michard, 1983 ; Piqué & Michard, 1989 ; Hoepffner et al., 2005), qui sépare le bloc mésétien de l’Anti-Atlas durant le Paléozoïque.

Lors du cycle atlasique, l’évolution du MAHA est large- ment conditionnée par les failles hercyniennes héritées. C’est notamment le cas pour la ZFTTa (alpine), initiée sur la ZFTTh. Sur le substratum hercynien arasé, les séries permiennes et/ou triasiques se déposent sur le Cambrien ou même directement sur le socle protérozoïque (fig. 6.5). Mais, à l’inverse de la période paléozoïque, c'est dans la

l’inverse de la période paléozoïque, c'est dans la F IG . 6.3 : Reconstitution des blocs

FIG. 6.3 : Reconstitution des blocs hercyniens du Massif ancien du Haut Atlas (MAHA) avant le cycle atlasique (Ouanaimi & Petit, 1992). FIG. 6.3 : Reconstitution of the MAHA Variscan blocks before the Atlas orogeny (Ouanaimi & Petit, 1992).

before the Atlas orogeny (Ouanaimi & Petit, 1992). F IG . 6.4 : La faille majeure

FIG. 6.4 : La faille majeure hercynienne fragmentée, lors de l’orogenèse atlasique, en quatre élé- ments : 1 : ZFTT, 2 : faille de Tizien, 3 : Faille du N’fis, 4 : Faille supposée d’Aït Khaled (Oua- naimi & Petit, 1992). Tirets rouges : trajet de l’excursion. FIG. 6.4 : The main Variscan Tizi n’Test fault fragmented during Atlasic orogeny into four seg- ments : 1 : ZFTT, 2 : Tizien fault, 3 : N’fis fault, 4 : Aït Khaled putative fault (Ouanaimi and Petit, 1992). Field trip : red dashed line.

Le contraste de déformation hercynienne entre le bloc occidental et celui de l'Ouzellarh est attribué au jeu décrochant dextre de la ZFTTh, succédant à son jeu en faille normale au début du Paléozoïque (subsidence du compartiment NW). Le prolongement NNE-SSW de la ZFTTh fonctionne comme un décro-chevauchement

58

NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 3

NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 3 F IG . 6.5 : Distribution

FIG. 6.5 : Distribution et épaisseurs comparées des formations anté-crétacées du Massif ancien du Haut Atlas (Ouanaimi & Petit, 1992, modifié). FIG. 6.5 : Compared distribution and thicknesses of the pre-Cretaceous series of the Massif Ancien du Haut Atlas (MAHA) (Ouanaimi & Petit, 1992 ; modified).

partie nord de ce bloc que le rift permo-triasique est le plus subsident. Cette extension est limitée à la fois par la ZFTTh, vers l'ouest (faille du N’fis), et par la ZFTT (h et a), vers le sud. A la même époque, le zones bordières (bloc paléozoïque occidental, Ouzellarh, Siroua et Anti-Atlas) constituaient des zones hautes, sur lesquelles s’effectue la transgression crétacée (Proust, 1973 ; Petit, 1976). Ail- leurs, les séquences triasiques se développent dans les bas- sins limitrophes du Souss et de Ouarzazate, de part et d'autre du Massif de Siroua. Le Jurassique ne constitue qu’un très mince liseré en bordure nord du MAHA (Fer- randini & Ferrandini, 1984). Le MAHA constitue donc une zone haute, séparant les domaines atlantique et téthysien jusqu'au Crétacé. Il appartient au vaste Massif marocain occidental (West Moroccan Arch) orienté NNE.

L’extension Trias-Jurassique et les mouvements transten- tionnels induisent quelques rejets horizontaux kilomé- triques, essentiellement concentrés le long des failles atlasiques (ZFTTa). Ces failles sont sujettes à des inver- sions post-crétacées puis post-éocènes, séparés par des périodes de quiescence. Les mouvements atlasiques, en rapport avec la convergence Afrique-Ibérie, sont encore actifs au sein du MAHA et au long de ses zones bordières (Dutour & Férrandini, 1985 ; Morel et al., 2000 ; Sébrier et al., 2006), mais une grande part des reliefs élevés de cette zone ne sont pas le résultat de cette activité tecto- nique, mais plutôt d’une remontée asthénosphérique sous le MAHA (e.g. Missenard et al., 2006).

Route : Quitter Taroudant vers l’est par la N10 (en direc- tion d’Ouarzazate). La route court sur la plaine du Souss,

bordée au nord par le Haut Atlas et au sud par les reliefs moins élevés de l’Anti-Atlas.

Arrêt J6-1: La zone subatlasique méridionale ; panorama du versant sud du Haut Atlas (GPS : 30°35’15"N ; 08°32’34”W)

Un arrêt peut être effectué dans un endroit dégagé, par exemple au km 35. D’ici, les trois étages topographiques de l’Atlas sont distinctement observables (fig. 6.6). La zone subatlasique méridionale a une structure anticlinale formée de terrains du Crétacé supérieur à l’Eocène et de calcaires lacustres attribués à l'Oligocène ( ?). Cette struc- ture est recoupée par la vallée des Ida-Ou-Gailal vers l'ouest et s'ennoie sous la plaine du Souss vers l'est. Au cœur de la zone subatlasique, le Crétacé est discordant sur le Cambrien qui affleure sous forme de mini-boutonnières. Ce Cambrien est dépourvu de déformation et de méta- morphisme significatifs, contrairement à celui de la zone axiale, qui est schisteux et recoupé par des granites va- risques tels que le granite du J. Tichka dont on aperçoit au loin les manifestations filoniennes. Entre les deux com- partiments cambriens se situe la ZFTT. Route : Continuer sur la N10 jusqu’à l’embranchement de Tafingoult (N30°32'46.67" ; W8°42'46.20"), puis prendre

à gauche la route de Marrakech par le Tizi n’Test. La route

entame la longue montée (de 300 à 2100 m) sur des for- mations crétacées très redressées. Celles-ci appartiennent

à la structure anticlinale de TafingouIt, qui s'ouvre large-

ment vers l'est, autour d'un dôme schisto-calcaire du Cam- brien inférieur. La route remonte ensuite à travers les niveaux sénoniens (marnes et argiles rouges, calcaires fos-

CIRCUIT C4 : ANTI-ATLAS ET HAUT ATLAS, CIRCUIT OCCIDENTAL

59

C4 : ANTI-ATLAS ET HAUT ATLAS, CIRCUIT OCCIDENTAL 59 F IG . 6.6 : Le flanc

FIG. 6.6 : Le flanc méridional du Haut Atlas et le domaine subatlasique au NE de Taroudant. FIG. 6.6 : Southern flank of the High Atlas and the southern Subatlasic Zone, as seen from NE of Taroudant.

the southern Subatlasic Zone, as seen from NE of Taroudant. F IG . 6.7 : Schéma

FIG. 6.7 : Schéma structural du linéament du Tizi n’Test dans la haute vallée du N'fis (Petit 1976, modifié). ZFTTh : Faille sud de la Zone du Tizi n’Test ou limite hercynienne à rejeu atlasique ; ZFTTa : Faille nord, essentiellement atlasique.

FIG. 6.7 : Structural sketch map of the Tizi n’Test lineament in the high valley of N’Fis (Petit, 1976, modified). ZFTTh : southern fault of the Tizi n’Test fault zone, Variscan fault with Atlasic reactivation ; ZFTTa : northern segment, essentially Atlasic.

60

NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 3

silifères), puis contourne le Cénomano-Turonien, au-des- sus du village d’Aït Ou Blal.

A partir de ce virage (arrêt optionnel GPS : 30°49'13"N, 08°24'00”W), on distingue mieux les différentes zones struc- turales, représentées dans la carte et les coupes des figures suivantes (figs. 6.7, 6.8). Nous distinguons notamment (fig. 6.9A) : i) le Cambrien déformé et métamorphique de la zone axiale ; ii) la série rouge du couloir triasique de Tirknit ; iii) le Protérozoïque terminal (PIII)/Cambrien inférieur du com- partiment nord déformé ; iv) la FZTTh ; v) le Cambrien in- férieur anti-atlasique non métamorphique, montrant un crochon de faille inverse, et vi) le Crétacé flexuré de la zone subatlasique. Vers le NE, se dressent les falaises de l’Adrar n’Guinnous, avec sa succession du Protérozoïque terminal- Cambrien inférieur (Schistes puis dolomies massives).

La route passe ensuite dans un petit col où affleurent des marnes rouges et vertes, au voisinage immédiat du contact Paléozoïque-Crétacé. A partir de l’auberge d’Indras (GPS :

30°51’37"N ; 08°23’32”W), la route monte rapidement dans une série très déformée attribuée au PIII (arrêt op- tionnel). Cette série (non indiquée sur les cartes géolo- giques) est coiffée par une barre massive de dolérites que

la route traverse et qui contient des structures en pillow lava (Petit, 1976). Un tel volcanisme sous-aquatique, qui nous rappelle celui de l'Anti-Atlas (arrêt J2-3), est aussi décrit dans la haute vallée d’Agoundis, sous forme de ba- salte à olivine de nature tholéitique intraplaque (Aarab et al., 2005). En contrebas, près du village d'Aït Tyouga, la ZFTTh (limite hercynienne) apparaît clairement au nord du pli couché qui affecte le Cambrien inférieur.

Par la suite, la route prend une épingle vers l’est, sur un peu plus de 3 km, puis forme une deuxième épingle de sens opposé au-dessus du village de Targa n’Izrane. Une piste étroite s'en détache vers l'est et conduit à l’ancienne mine d'Assais (Aït Ibourk), située dans la haute vallée de l'oued Tafingoult. Elle longe à peu près le contact entre les calcaires cambriens et le Protérozoïque supérieur (PIII).

Arrêt J6-2 : Auberge « Belle Vue » : la ZFTT sur le versant sud du Haut Atlas (GPS : 30°51’46"N ; 08°22’43”W) Cet arrêt offre en effet une très belle vue sur l’ensemble du versant sud du Haut Atlas et, au-delà, sur la plaine du Souss et les premiers reliefs anti-atlasiques. Vers l’ouest (fig. 6.9B), on distingue les deux branches principales de

(fig. 6.9B), on distingue les deux branches principales de F IG . 6.8 : Coupes géologiques

FIG. 6.8 : Coupes géologiques à travers le linéament du Tizi n’Test (Petit, 1976, modifié). Localisation et légende fig. 6.7. FIG. 6.8 : Geological sections across the Tizi n’Test lineament (Petit, 1976, modified). Location and legend in fig. 6.7.

CIRCUIT C4 : ANTI-ATLAS ET HAUT ATLAS, CIRCUIT OCCIDENTAL

61

la zone de faille de Tizi n’Test (ZFTTh et ZFTTa). La branche sud (ZFFTh), sépare le domaine nord déformé, de type mésétien (Protérozoïque supérieur et Cambrien) du Cambrien peu déformé de type anti-atlasique au sud. Cette branche présente une histoire longue et complexe, d’abord en faille normale durant le rifting cambrien, puis activé en décro-chevauchement dextre durant l’orogenèse hercy- nienne, ensuite de nouveau en faille normale triasique avant d’être réactivée en faille inverse durant le cycle at- lasique (Alpin). La branche nord (ZFTTa), soulignée par la série rouge du Trias, est une faille normale sénestre méso- zoïque qui a été réactivée en faille inverse durant l’oroge- nèse atlasique. Au loin, vers le sommet de Jbel Iggui n’Ifri, ces deux branches se rejoignent en une seule faille qui borde au sud le massif cambrien déformé et recoupé par le granite hercynien du J. Tichka. Cette faille se prolonge plus loin à l’ouest vers le couloir d'Argana.

Au sud de la ZFTTh, le Crétacé est directement transgres- sif sur le Cambrien. Il en est ainsi dans toute la zone sub- atlasique et dans l'Ounein, ce qui indique la position haute

de ces zones au Trias (?)-Jurassique, et la réactivation mé- sozoïque de la ZFTTh. Par contre, au nord de cette faille s’individualise le premier des bassins triasiques du linéa- ment du Tizi n’Test : le bassin de Tirknit. Ce dernier est constitué d'une série détritique rouge, comprenant un conglomérat de base (« F3 » dans la nomenclature des for- mations permo-triasiques ; voir plus loin, arrêt 6.5), des siltites gréseuses inférieures (« F4 ») puis des grès équi- valents à ceux de l’Oukaïmeden (« F5 »). Ce bassin est un hémi-graben triasique basculé vers le nord (Quarbous et al., 2003) qui se prolonge vers l’ouest, mais sans se rac- corder directement au couloir d'Argana. L’abondance des galets granitiques dans le conglomérat de base du Trias in- dique que le granite hercynien du Tichka était à l’époque à l’affleurement (Petit, 1976).

Juste derrière l'auberge, on pourra observer sur les pare- ments de la route en tranchée un bel exemple de faille ver- ticale dans le Cambrien (fig. 6.10). Il s’agit d’une faille alpine « froide » (large couloir cataclastique), satellite de celle du Tizi n’Test.

couloir cataclastique), satellite de celle du Tizi n’Test. F IG . 6.9 : Le versant sud

FIG. 6.9 : Le versant sud du Haut Atlas dans le secteur de la ZFTT.- A : Vue vers le NW à partir du virage en épingle de la route au SW du col (voir fig.6.7). Le Trias rouge (rt) est pincé le long de la branche atlasique (ZFTTa) dans les séries protérozoïques (PIII) et cambriennes (ki) du Bloc occidental.- B : Vue vers l’ouest depuis l’Auberge « Belle Vue » (arrêt 6.2), montrant la branche ZFTTh se réunissant vers l’ouest avec la ZFFTa. ki : Cambrien inférieur (a : schistes, b : dolomies), B : basaltes, km : Cambrien moyen. FIG. 6.9 : Southern flank of the High Atlas as seen from the Tizi n’Test road.- A : Northwest-ward view of the Tizi n'Test Fault Zone from the U curves of the road SW of stop 6.2 (location fig. 6.7). Triassic red beds (rt) are pinched in the Atlasic branch (ZFTTa) within the Proterozoic (PIII) and Cambrian (ki) series of the Western Block.- B : West- ward view from stop 6.2 (Auberge Belle Vue) showing the Variscan branch ZFTTh connecting with the Alpine branch in the west. Ki : Lower Cambrian (a : schists, b :

dolomites), B : basalts, Km : Middle Cambrian.

62

NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 3

NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 3 F IG . 6.10 : Une

FIG. 6.10 : Une faille verticale NE-SW, satellite de la faille du Tizi n’Test, der- rière l’Auberge Belle Vue ; elle recoupe les dolomies du Cambrien inférieur. FIG. 6.10 : NE trending vertical fault, associated with the Tizi n’Test fault, crosscuts the Cambrian dolomites behind the “Belle Vue” inn.

Route : Le Tizi n’Test n’est plus qu’à 1 km. Noter, en bor- dure de la route, quelques plis couchés dans le Cambrien in- férieur, avant d’entrer dans les grès du Trias.

Arrêt J6-3 : Le Tizi n’Test (GPS : 30°52’14"N ; 08°22’48”W) Au niveau du col du Tizi n’Test, la route traverse des terrains permo-triasiques rouges, réduits à un couloir faillé étroit. Ce couloir se rattache au bassin triasique du N’fis, que nous longerons plus bas au NE. Malgré l’activité touristique que connait de ce col mythique, seule une vieille auberge s’offre aux visiteurs, en 2010, comme café- restaurant et refuge. A côté est érigée une plaque commémorative en hommage aux bâtisseurs français de cet accès entre 1926 et 1932. Les indigènes berbères oubliés, qui ont exécuté cette laborieuse entreprise restent cependant maîtres des lieux La vue panoramique vers l’ouest permet de revoir sous un autre angle la ZFTT avec ses deux branches, hercynienne (h) et at- lasique (a). Dorénavant, notre itinéraire va s'éloigner de la branche hercynienne, qui va contourner le massif cambrien de Wijd- dane par le sud (fig. 6.7). En revanche, nous longerons constamment le prolonge- ment de la branche atlasique (a). C’est cette dernière qui fait remonter ici le Cam- brien du bloc occidental (de type mésétien) sur le Trias.Au dernier plan, les hauts som- mets limitant le plateau de Tichka (Tiflil- lis) surplombent le Trias de Tirknit. De l'auberge du Tizi n'Test, une piste part

vers l'ouest pour remonter vers l’antenne TV. Dans cette coupe, décrite en détail par Petit (1976), des faciès de cipo- lins du Cambrien inférieur, très déformés et fracturés, sont surmonté de basaltes et de roches volcanodétritiques datant du passage Cambrien inférieur-Cambrien moyen (fig. 6.11, colonne 3). Ce volcanisme se retrouve de l'autre coté de la ZFTTh, dans la série de l'Ouzellarh, notamment dans la série de l’Ounein-Agoundis (colonne 1). Plus loin à l’est, dans la vallée de l’Ourika, il est plutôt andésitique et trachy-andé- sitique (Proust, 1961 ; Ouanaimi, 1989). D'une manière gé- nérale, le volcanisme cambrien (Ki et Km), décrit aussi dans l'Anti-Atlas oriental, est bien développé autour de la ZFTT et surtout dans le Cambrien inférieur du bloc occidental du MAHA. Son âge exact et sa signification géodynamique restent cependant encore débattus (Badra et al., 1992, Ouaz- zani et al., 1998 et 2001, Jouhari et al., 2001 ; ElArchi et al., 2004, Aarab et al., 2005).

Route : A partir du col, la route amorce la descente vers la vallée de l’oued N’fis. Elle suit le Cambrien inférieur d’Adrar-n-Guinnous (schistes et calcaires métamor-

d’Adrar-n-Guinnous (schistes et calcaires métamor- F IG . 6.11 : Comparaison lithostratigraphique du

FIG. 6.11 : Comparaison