Vous êtes sur la page 1sur 24

Le journal indépendant de l’Université d’Ottawa

Édition du 7 décembre – Volume LXXVII No 14

ARTS ET CULTURE

Photo Pierre Bertrand

Théâtre à l’U d’O


Les amis et la solitude
SPORTS

La Rotonde
imagine
l’U d’O
Photo Mathieu Langlois

Volley-ball
Double victoire
le 7 décembre 2009

Ariane Marcotte
Isabelle Larose
actualites@larotonde.ca

DOSSIER VISION 2020


Actualités VOX POP » VISION 2020

Vision 2020 : Comment serait votre Université


d’Ottawa idéale en 2020?
la communauté invitée à s’exprimer Texte et Photos: Catherine Blanchard

La situation budgétaire n’est pas idéale, mais il ne faut tout de même pas
s’empêcher de rêver, selon les architectes du projet.
Philippe Teisceira-Lessard ter des débats et des discussions. Bâtie consultations qui s’organiseront. Même

P
comme la version précédente à partir s’ils ne connaissent pas en profondeur
lus d’un an de consultation des commentaires des intervenants, une le plan d’optimisation de l’Université, Aaron Chiang – Traduction, deuxième année
de tous les acteurs pertinents dernière version du plan sera alors dé- tous sont au courant du piètre état des
et par tous les moyens possi- posée au Bureau des gouverneurs et au finances publiques du fédéral et de Je voudrais une université ayant moins de liens avec les com-
bles, voilà ce que l’Université Sénat universitaire pour approbation l’Ontario et tiendront compte de ces in- pagnies privées. Il y a une beaucoup trop grande commercia-
promet d’accomplir avant finale. formations. lisation et ça me fâche. Par exemple, en allant sur le site de
d’adopter son plan stratégique Vision Les étudiants ne risquent-ils pas de se « Il ne faut pas s’empêcher de rêver uoZone, j’ai remarqué qu’il y avait une grosse publicité dans
2020. Que ce soit par des groupes-té- perdre, dans ce processus étalé sur tou- à cause des moyens financiers », insiste le bas de la page. Je veux que l’Université redevienne comme
moins, des consultations électroniques, te une année? « Non, ce n’est pas trop Houle. Prenant l’exemple de la bibliothè- autrefois : une institution publique.
des invitations à des soirées de discus- compliqué pour l’étudiant qui souhaite que, il affirme que si la communauté ne
sion ou par les débats qui auront lieu se faire entendre. Ce qu’il a devant lui, lance même pas la réflexion de peur de
dans les assemblées facultaires, la voix ce n’est pas le processus, mais bien les se faire rabrouer par manque de budget,
des étudiants sera entendue et influen- moments d’intervenir, et il a plusieurs aucune amélioration ne sera apportée.
cera réellement le travail des rédacteurs, options pour le faire », soutient Houle.
selon François Houle, vice-recteur aux Cinq axes... ou six?
études, et Hélène Carrière, directrice du Des rêves au régime forcé
rendement organisationnel. Les objectifs et les moyens d’action
Pourquoi un plan stratégique? « Ça De l’avis même du vice-recteur et de la contenus dans le plan stratégique s’arti-
sert de canevas pour beaucoup de nou- responsable du plan, Vision 2020 ne se culeront autour de cinq axes récupérés
velles initiatives. Ça sert aussi aux facul- développera pas dans une situation bud- de Vision 2010. « Pour n’importe quelle Florence Sauvé-Lafrance – Droit civil, développement
tés et aux services afin qu’ils choisissent gétaire très confortable. « Ce sera une institution universitaire, l’expérience international et mondialisation, troisième année
des initiatives qui aident à rencontrer les période où nos budgets seront beaucoup étudiante, la recherche et l’internatio-
objectifs universitaires », explique Car- plus serrés. Il y avait plus de moyens fi- nalisation sont des éléments centraux. Des plus petits groupes d’étudiants permettraient d’avoir un
rière. On peut notamment penser aux nanciers dans Vision 2010 qu’il va y en La francophonie et le bilinguisme, c’est enseignement plus personnalisé. Il faudrait aussi plus de prises
embauches, aux questions budgétaires avoir dans Vision 2020, ça m’apparaît ce qui fait ce que nous sommes, ici. Et électriques pour les portables et une plus grande bibliothèque.
ainsi qu’à la mise sur pied de nouveaux évident à ce moment-ci », avertit Houle. les relations avec la communauté, on es- L’Université est un milieu vraiment trop bureaucratique. Tout est
services. Celui-ci ne voit pas de problème insur- time que c’est essentiel pour l’Université

2020
compliqué, particulièrement pour les changements de cours. Tout
La première phase d’enquête se dérou- montable dans cette conjoncture. « Ce d’Ottawa », expose le vice-recteur. Ce le monde se lance la balle sans vraiment donner de réponse.
lera en janvier, quand une esquisse de ce n’est pas nécessairement un mal, ça dernier se dit aussi conscient de l’actuel- J’aimerais que la cafétéria soit dirigée par des étudiants, pour
que pourrait être l’U d’O dans cinq ans nous obligera a être plus stratégiques », le absence du développement durable les étudiants, au lieu qu’une grosse entreprise qui existe à tra-
sera diffusée dans la communauté pour lance-t-il, apparement optimiste. comme axe stratégique. L’équipe affirme vers toutes les universités du Canada en soit la gérante, et ce
fin de commentaires. Par la suite, une Les deux gestionnaires croient aussi souhaiter introduire cet élément lorsque afin d’offrir de la nourriture abordable et non pas des produits
première ébauche de plan (avec objectifs que les étudiants et les autres membres la demande de la communauté se fera qui sont beaucoup trop chers par rapport à leur qualité.
et moyens d’action) retournera dans les de la communauté sauront compren- sentir, un peu comme une preuve que
facultés afin, encore une fois, de susci- dre cet état de fait en participant aux les consultations sont effectives.

Vincent Hardy – Sociologie, quatrième année

Je trouve qu’il manque un sens de communauté. Il faudrait que


les gens soient plus présents et qu’il y ait moins de division sur
le campus. C’est normal que les gens ne se sentent pas attachés
à l’Université, car il n’y a pas de place où on peut aller socialiser.
L’expérience universitaire passe par la socialisation, et pour ce
faire, on doit avoir plus d’espaces étudiants, un bar ou un café
par exemple.
En faisant des classes plus petites, et non pas des classes de 200
étudiants, on permettrait aussi davantage aux gens de se parler,
car, paradoxalement, plus il y a de gens, moins on a tendance à
aller vers les autres.
Sans cette socialisation, c’est presque aliénant d’être ici. C‘est très
bureaucratique et je ne ressens aucune appartenance à l’Univer-
sité d’Ottawa.
Suite page 5 »
2 • www.larotonde.ca actualites@larotonde.ca
le 7 décembre 2009 Actualités
VISION 2020 SELON LA ROTONDE

Repenser la bibliothèque Morisset


Alors qu’une bibliothèque est habi- par le non-respect des règlements, admet que plusieurs problèmes de-
tuellement synonyme de calme et de particulièrement dans les aires de meurent : « On a ajouté plusieurs
tranquillité, la bibliothèque Moris- silence. « Les gens qui viennent à prises de courant pour les ordina-
set rime plutôt avec files d’attente, la bibliothèque pour parler, je ne teurs portatifs, mais ce n’est pas
bruit, espaces limités et odeur de suis plus capable! C’est la même assez. De plus, toutes les places
café. Avec plus de deux millions de chose pour ceux qui laissent la assisses sont souvent occupées. Il
visites par année, le pavillon Moris- sonnerie sur leur cellulaire allu- faut repenser la structure en en-
set doit être repensé et agrandi afin mée et qui répondent sans même tier. » Déjà, des idées de construc-
de mieux répondre aux besoins de la chuchoter », s’exclame Marie-Pier tion ont été mises sur papier. Deux
communauté étudiante, qui ne ces- Chiasson, étudiante à la maîtrise scénarios sont actuellement envi-
sent d’augmenter. en ergonomie. « Au sixième étage, sagés. Le premier consiste à ajou-
Construite en 1972 pour une po- quand il est écrit “silence com- ter quatre étages à la partie de l’édi-
pulation de 14 000 étudiants, la plet,” le règlement devrait être res- fice Morisset qui n’en compte que
bibliothèque Morisset est devenue pecté au complet. Pas de chucho- deux et à les relier à la structure
beaucoup trop étroite pour des- tage, pas de cellulaire qui sonne, existante. Le second consisterait à
servir une population étudiante personne qui mange à côté de toi, bâtir une nouvelle tour en verre de
qui s’élève maintenant à près de surtout pas quand ça fait beau- six étages sur la terrasse Morisset.
40 000 étudiants. « L’édifice ne coup de bruit », ajoute Eugénie Ainsi, la bibliothèque actuelle se-
répond plus aux besoins », admet Lambert, étudiante de troisième rait dédiée en entier aux livres et
Hélène Carrier, bibliothécaire en année en marketing. Hélène Car- aux collections, alors que le nouvel
chef par intérim. Un constat diffi- rier ajoute avoir reçu beaucoup de édifice serait utilisé pour aména-
cile à réfuter lorsque le simple fait plaintes et de courriels concernant ger des espaces d’études. « Tout le
de prendre l’ascenseur dans cet le bruit excessif : « Les étudiants monde est conscient qu’on a besoin
édifice devient un exercice de pa- nous demandent beaucoup d’être d’une nouvelle bibliothèque. On a
tience, que l’accès à un ordinateur plus stricts. C’est bien beau d’avoir un véritable appui sur le campus »,
relève de l’exploit et que le plan- des panneaux qui délimitent les affirme Hélène Carrier. L’Univer-
cher devient une surface de tra- différentes aires, mais ce n’est pas sité d’Ottawa entrant dans une
vail non négligeable en raison du ça qui fait une réelle différence. Ce nouvelle phase d’optimisation des
manque de tables et de bureaux. À n’est pas évident de savoir que tel ressources où plusieurs budgets se
titre d’exemple, la bibliothèque ne ou tel étage a un règlement parti- voient coupés de 5 %, un tel projet
compte que 350 ordinateurs dis- culier », avoue la bibliothécaire est loin de voir le jour.
ponibles pour les étudiants, soit en chef. Cette dernière mentionne En plus d’un espace plus vaste,
un ordinateur pour environ 111 que même si un gardien de sécurité Hélène Carrier rêve d’un édifice
étudiants. De plus, faute d’espace, est déjà engagé pour veiller à l’or- loin du « bunker » comme l’ac-
entre 30 et 35 % des livres de la dre, les étudiants pourraient être tuel édifice Morisset. Elle parle
collection de la bibliothèque ont dû plus sensibilisés par le personnel. d’un « espace inspirant », éclairé
être retirés des tablettes au cours Toutefois, ce dernier n’est pas le avec de la lumière naturelle où le
des cinq dernières années pour seul responsable. « C’est un effort silence occuperait une place im-
être entreposés à l’extérieur. Les individuel; le silence est une den- portante, au même titre que les
étudiants qui souhaitent consulter rée rare, mais c’est quelque chose collections de livres de recherche.
un de ces 700 000 volumes en exil que la bibliothèque veut encore of- L’ajout de postes de travail, de pri-
doivent faire une demande et at- frir », soutient Hélène Carrier. ses électriques et de salles pour les
tendre que le livre soit rapporté à rencontres d’équipe est également
la bibliothèque pour pouvoir l’em- Un Second Cup controversé souhaitable. Côté technologie,
prunter. créer un système informatisé pour
Situé au beau milieu de la biblio- la réservation des salles et le paie-
Toujours populaire thèque, le Second Cup a surpris ment des amendes en ligne est une
plus d’un visiteur qui en était à sa idée qui gagnerait à être dévelop-
Malgré le fait que la plupart des première visite à la bibliothèque. pée. « On n’a pas de boule de cris-
étudiants ont facilement accès à Bien qu’il réponde à un besoin réel tal, c’est difficile de savoir où sera
l’Internet et qu’ils possèdent sou- chez les étudiants, Hélène Carrier rendue la technologie en 2020. On
vent un ordinateur portatif, la bi- ne cache pas que l’emplacement essaie de voir ce qui s’en vient, les
bliothèque demeure un endroit très du café est loin d’être idéal. Elle livres numériques par exemple. Il
populaire. Depuis cinq ans, le nom- avoue même que cette décision faut rester pertinent et s’adapter
bre d’étudiants qui fréquentent ce d’aménager un Second Cup s’est aux besoins des étudiants », men-
lieu a doublé. « Les étudiants utili- prise trop rapidement à l’époque : tionne Hélène Carrier en faisant
sent énormément l’espace. Durant « On ne voulait pas l’avoir dans le
les années 1990, avec l’arrivée des corridor. Personnellement, j’aime
nouvelles technologies, on pensait
que plus personne ne fréquenterait
bien l’idée d’avoir un café dans la
bibliothèque, mais je l’aurais placé « Les étudiants nous demandent beaucoup d’être plus stricts.
les bibliothèques, mais ce n’est fi- derrière des portes fermées. » La
nalement pas ce qui s’est produit.
La bibliothèque est devenue le
bibliothécaire en chef intérimaire
admet avoir reçu plusieurs plaintes
C’est bien beau d’avoir des panneaux qui délimitent les différentes
centre névralgique de l’Université.
C’est un lieu d’études, un lieu social
d’étudiants par rapport au Second
Cup. Une demande de déménage- aires, mais ce n’est pas ça qui fait une réelle différence. »
où les étudiants peuvent se rencon- ment de la franchise dans un en-
trer pour faire des travaux », indi-
que Hélène Carrier. Effectivement,
droit plus approprié a d’ailleurs été
faite par les administrateurs de la également référence aux équipe-
- Hélène Carrier
ceux qui ont déjà été au cinquième bibliothèque. ments technologiques de présen-
étage ne peuvent nier que la biblio- tation comme les « tableaux intel-
thèque s’apparente parfois davan- La bibliothèque de rêve ligents ». Finalement, on ne peut
tage à un club social qu’à un lieu imaginer une bibliothèque de rêve
d’études. En 2020, quelle serait la bi- sans penser à une communauté
bliothèque idéale? On ne peut se étudiante qui serait respectueuse
Chut! poser la question sans considérer et soucieuse d’autrui. Une com-
un agrandissement. Bien que les munauté dans laquelle le silence
Le bruit est probablement le rénovations des cinq dernières serait possible et où les cellulaires
plus grand problème soulevé par années aient amélioré la situation seraient éteints. Pour cela, faut-il Photo Jessica Rose
les étudiants, souvent exaspérés à certains égards, Hélène Carrier vraiment attendre 2020? Plusieurs problèmes demeurent malgré les rénovations récentes.

actualites@larotonde.ca www.larotonde.ca • 3
Actualités le 7 décembre 2009

VISION 2020 SELON LA ROTONDE

L’U d’O sur le chemin de la durabilité


Avec environ 36 000 étudiants en- toujours à se dépasser. Quoique les tre de reprographie et est aussi
tre les murs du campus, l’Université activistes disent apprécier les me- parvenu à éliminer l’utilisation de
prend des allures de petite ville, avec sures adoptées par l’Université, ils sacs de plastique par presque tous
des responsabilités envers la com- ne seront jamais satisfaits, « car le les commerces du campus, à l’ex-
munauté, l’environnement, et ce développement durable est un che- ception de la librairie de l’Univer-
au-delà de ses frontières. En 2006, minement et non une destination; sité d’Ottawa. Le club Campus vert,
l’Université d’Ottawa s’est dotée il est dynamique, en mouvance per- pour sa part, lutte pour l’élimina-
d’un bureau du développement du- pétuelle », explique Rausseo. Ainsi, tion du papier en classe et prône
rable. Les groupes d’action sur le les organisations vertes du campus une préférence pour les travaux
campus affluent en abondance. On ont décidé de se fixer des buts assez ne voyageant que dans le cybe-
estime que l’Université d’Ottawa a ambitieux pour Vision 2020. Une respace, et non du sac d’école à la
présentement l’utilisation la plus fois le rapport annuel sorti, on vise poubelle. Tant pour le coup d’œil
basse d’énergie au Canada com- plus haut que ce qu’on pourrait at- que pour le bien-être, on désire
parativement aux universités de la teindre, on tente de réorienter la moins d’espaces de stationnement
même envergure. La facture d’élec- pensée environnementale pour tirer et plus d’espaces verts sur le cam-
tricité, qui, ici, s’élève approximati- le maximum d’un minimum. Pour pus tels que celui devant Tabaret.
vement à 14 millions de dollars, est cette année, par exemple, on visait L’Université d’Ottawa, n’ayant pas
relativement basse par rapport à une diffusion de CO2 de la centrale beaucoup de circulation automo-
celle de 30 millions de dollars de ses thermique de moins d’une tonne bile à son actif, réduira le nombre
par étudiant. L’idée est de voir de stationnements graduellement
grand à partir de simples actions. au fil des années. « Par ailleurs,
Dans cette optique, le prochain pas s’approprier un parking dans la
« Je pense que pour le Bureau du développement
durable est de réduire le CO2 émis à
ville d’Ottawa est plus coûteux
que le revenu qu’on en obtiendra

notre université est


une quantité égale, sinon inférieure, à long terme », souligne Holmes.
à celle expirée par la communauté En ce qui concerne le futur budget
universitaire. alloué au développement durable,

sur une bonne voie Sensibilisation des étudiants :


Rausseo précise qu’il n’y aura pas
de changement apporté et que cela
conditionner ou pas? lui sied très bien. « Les sommes ne
et nous sommes Pour le président de Campus
sont pas très grandes, mais c’est ce
qui constitue la particularité de no-

prêts à devenir
vert, l’idéal serait en fait une com- tre groupe. On désire rechercher la
munauté étudiante dans son in- créativité le plus possible à travers
tégralité qui serait aussi engagée les ressources présentes. On ne

l’une des meilleures et active pour la cause environne-


mentale que les gens y travaillant
présentement. Une communauté
fait qu’en changer l’orientation. Et
puis, que ferions-nous avec plus de
budget? On s’achèterait des t-shirts

universités plus sensibilisée, impliquée dans


ce qui se passe, « comme le com-
avec un logo? Plus de publicité?
Non merci !» professe sagement le
postage sur le campus, notamment coordonnateur du développement
canadiennes sur le dans la cafétéria. Les gens restent
plus ou moins intéressés alors que
durable, qui préfère de loin que

plan vert. » ces actions influencent directement


leur espace! » souligne Holmes. La
première étape, selon lui, serait « On désire
- Jonathan Holmes d’engager plus d’étudiants dans
le processus structurel et admi-
nistratif de la question verte. Une rechercher la
autre manière efficace de mobiliser
homologues. La situation actuelle
de l’Université en ce qui concerne
les étudiants est le lancement de
concours interuniversitaires tels
créativité le plus
possible à travers
la conscience environnementale que « Recyclo-Manie », pour initier
est fort appréciée par les groupes la population estudiantine a une
revendicateurs. Alors en quoi les ac- manière écologique de vivre. Ce-
tions plus écologiques sur le campus
pourraient s’améliorer d’ici 2020?
Pour tenter de répondre à nos avi-
pendant, de tels concours peuvent
se révéler des armes à double tran-
chant : « Après l’expérience univer-
les ressources
des interrogations, Jonathan Hol-
mes, président de Campus vert, et
sitaire, dans la réalité, on ne sera
pas confronté à des concours avec présentes. »
Jonathan Rausseo, coordonnateur
du développement durable sur le
des prix pour récompenser l’initia-
tive verte, explique Rausseo. Il ne - Jonathan Rausseo
campus, ont fourni des visions tout faut pas forcer les choses. On ne
à la fois réalistes et ambitieuses. tente pas de changer la personne,
mais de changer sa pensée, de lui l’argent économisé par ses projets
Un travail jamais fini donner une direction plus verte. » soit utilisé au profit de l’expérience
étudiante.
« Je pense que notre univer- Plus d’implication, L’Université étant une figure de
sité est sur une bonne voie et nous plus de verdure, proue pour sa performance sur le
sommes prêts à devenir l’une des moins de gaspillage plan environnemental, Jonathan
meilleures universités canadiennes Rausseo suggère que l’idée d’un
sur le plan vert, affirme Jonathan Les groupes d’action sur le cam- campus écologique soit ajoutée aux
Holmes. On est chanceux d’avoir pus ont de grands projets pour les trois stratégies-clés de la promotion
autant d’individus dédiés à la cau- années à venir. Le gaspillage de pa- de l’Université que sont l’expérience
se environnementale. » Beaucoup pier, une question soulevée moult étudiante, l’emplacement dans la
de gens se demandent quel serait fois par les environnementalistes, capitale ainsi que le caractère bilin-
le niveau de développement dura- peut être résolu de diverses maniè- gue. Qui sait, peut-être qu’en 2020,
ble acceptable, ce à quoi Holmes res. Le Bureau du développement l’Université d’Ottawa sera reconnue
et Rausseo répondent en chœur durable met le papier recyclé à la à l’échelle nationale pour son carac- Photo Jessica Rose
qu’« il n’y en a pas ». On cherche disposition des étudiants au cen- tère environnemental? Moins de stationnements et plus d’espaces verts sur le campus en 2020.

4 • www.larotonde.ca actualites@larotonde.ca
le 7 décembre 2009 Actualités
VOX POP » VISION 2020 VISION 2020 SELON LA ROTONDE
» Suite de la page 2
À bas les frais (pour vrai)!
Fin octobre dernier, les étudiants de toute la province de l’Ontario apprenaient qu’ils étaient les premiers.

Simon-Nicolas Grandmaître – Science politique et


histoire, première année

J’aimerais que les étudiants aient plus d’information sur les


conférences données à l’Université. Je voudrais aussi que les pro-
fesseurs soient complètement bilingues, dans le sens où un pro-
fesseur qui donne un cours en français parle dans un français cor-
rect et non pas difficilement compréhensible, et vice versa pour Photo Archives de La Rotonde - Mathieu Langlois
les professeurs anglophones. L’Ontario dépasse maintenant la Nouvelle-Écosse en matière de frais de scolarité.
Pas les premiers en termes de qualité « contre leur augmentation », dixit la reste qu’à s’entendre sur une revendi-
d’éducation, ni les premiers dans la politique officielle. En fait, les seuls frais cation claire, et pas seulement une va-
course aux meilleurs professeurs, ni qu’elle veut voir éliminés sont les « frais gue demande de limiter les barrières à
même les premiers dans le controversé cachés », notamment les frais de retard l’accessibilité.
dossier de la nourriture servie dans les de paiement, ainsi que ceux associés à la
cafétérias du pays. Plutôt, une étude division des paiements. Les décideurs
de Statistique Canada confirmait que Certains diront qu’il s’agit d’un pas
les étudiants ontariens étaient ceux dans la bonne direction. Cependant, si Quant à l’administration universitai-
qui, d’un océan à l’autre, devaient dé- même un syndicat étudiant universitaire re, elle devra comprendre qu’elle ne peut
penser le plus pour leur éducation. La ne conteste que ces gouttes d’eau dans continuer à appliquer une telle pression
Xavier Lemire – Économie et mathématiques, pre- Nouvelle-Écosse, qui, jusqu’à cette an- l’océan et ne veut pas critiquer ce sys- sur ses étudiants. Les hausses de frais
mière année née, maintenait sa position en tête du tème dans ses fondements, qui d’autre de l’an dernier (plus 4 % pour tous, plus
palmarès, est depuis deux ans en plein pourra le faire? 8 % pour les programmes « profession-
Tout d’abord, l’Université devrait être plus bilingue. Elle de- processus de diminution de ces droits À travers les débats et les autres dis- nels ») sont exagérées.
vrait offrir plus de ressources informatiques et plus d’initiati- de scolarité. cussions dans les entrailles de la FÉUO, Le principal argument avancé par
ves politiques qui incitent les étudiants à s’impliquer. En réponse à ces augmentations, les on assiste à une critique constante de Allan Rock et son équipe lors de la der-
Ensuite, je crois qu’on devrait développer plus de program- organisations étudiantes semblent dé- l’organisation qui, selon plusieurs, nière hausse était la nécessité de suivre
mes comme celui des pages à la Chambre des communes et au couragées d’avance dans leur lutte. La choisirait des luttes qui divisent les étu- les autres universités. À ce que nous sa-
Sénat et que ceux-ci soient plus accessibles. Fédération étudiante de l’Université diants, sans rapport avec leur condition chions, l’éducation postsecondaire n’est
Je souhaiterais également que l’accès à des cours hors fa- d’Ottawa (FÉUO), par exemple, ne ré- commune. Les frais de scolarité peu- pas un marché dans lequel les institu-
culté soit facilité et que le soit aussi l’accès à la faculté de Droit. clame même pas un gel ou une baisse vent représenter une base unificatrice tions compétitionnent pour s’attirer la
Un plus grand nombre de conférences devraient être ouvertes des frais, se contentant de se prononcer où tous trouvent leur compte. Il ne plus grande part de profit.
aux étudiants, particulièrement si ces conférences sont orga-
nisées ou données par des professeurs. Revue de presse universitaire
Joanie Demers ternes, refusent tous deux d’obtempérer, autochtones. À l’approche de l’ouverture
arguant avoir agi dans l’intérêt des étu- de la conférence de Copenhague, cette
diants qui les ont élus. Le Conseil déci- manifestation n’était qu’une des actions
dera de leur sort le 7 décembre. prévues par le groupe People for Cli-
Dans la plainte soumise à l’ONU, les mate Change pour faire pression sur le
gouvernements provincial et fédéral gouvernement afin de le faire bouger en
sont accusés de contrevenir à l’article matière de changements climatiques.
13(c) du Pacte en « ne finançant pas adé-
quatement le système d’éducation post-
Hugo Coldebœuf – Maîtrise en économie
secondaire », en « permettant aux frais Une technologie secrète
de scolarité de devenir un obstacle » et améliore la performance de
Il faudrait continuer à développer les activités extrascolaires et la
en « ne fournissant pas suffisamment de l’Équipe Canada - The Gauntlet
vie communautaire. On doit être plus ouvert avec les clubs et les
soutien financier aux étudiants dans le
associations étudiantes. Par exemple, je trouve ça honteux que les
besoin ». L’équipe canadienne masculine de
clubs doivent payer les locaux qu’ils utilisent alors que c’est eux
ski alpin s’entraîne depuis 2007 avec un
qui participent au rayonnement de l’Université. Bref, on a besoin
Plainte déposée à l’ONU : deux gadget top secret mis au point à l’École
de moins de bureaucratie. Je trouve aussi qu’il y a un manque de
exécutifs de l’AMS risquent la Ministre occupé, manifestants de génie Schulich de l’Université de
vie sur le campus. On doit travailler sur le sentiment d’unité.
destitution - The Ubyssey arrêtés - The Varsity Calgary en vue des Jeux olympiques de
Vancouver. Le système STEALTH, qui
Le 25 novembre dernier, l’Alma Mater Indra Noyes, étudiante de quatrième a été dévoilé au public le 26 novembre
Society (AMS), association étudiante de année en psychologie à l’Université de dernier, consiste en un senseur que le
l’Université de la Colombie-Britannique, Toronto, fait partie des sept manifes- skieur porte à sa ceinture et qui enregis-
déposait une plainte au Haut-commis- tants arrêtés le lundi 30 novembre der- tre sa vitesse et sa position sur la piste
sariat des Nations unies aux droits de nier pour avoir occupé toute la journée tout au long de la descente. L’examen
l’Homme contre les gouvernements de le bureau de circonscription du ministre de la séquence enregistrée permet en-
la Colombie-Britannique et du Canada des Finances Jim Flaherty. Les manifes- suite aux athlètes et à leurs entraîneurs
pour violation du Pacte international tants ont fait irruption dans le bureau du de déceler les endroits du parcours où
relatif aux droits économiques, sociaux ministre vers 9 h 30 et se sont enchaînés une plus grande vitesse peut être at-
Marie Suzor-Morin – Communication, première année et culturels. les uns aux autres, tandis que d’autres teinte. « Nous sommes les seuls dans le
Le comité exécutif ayant agi au nom de sont restés à l’extérieur. « On nous a dit monde à posséder cette technologie »,
Je voudrais qu’on fasse du campus un endroit plus vert, qu’on l’association sans en avoir préalablement que [Flaherty] était trop occupé pour confiait Gerard Lachapelle, titulaire de
fasse davantage attention à l’environnement. consulté les membres, le Conseil s’est nous parler », a affirmé Noyes. Une let- la Chaire de recherche du Canada sur le
J’aimerais aussi qu’on arrête de harceler les étudiants avec les prononcé en faveur du retrait de la plain- tre à été remise à l’intention du ministre positionnement sans fil et directeur du
publicités qui sont présentes sur le campus. Être étudiant, c’est te et a demandé aux deux instigateurs de pour réclamer l’adoption de la loi sur les groupe de positionnement, localisation
pour plusieurs un travail à temps plein. Nous ne sommes pas celle-ci de démissionner lors d’une réu- responsabilités du Canada dans la pré- et navigation de l’École de génie Schu-
payés, donc nous ne devrions pas être ciblés de cette façon. nion d’urgence tenue le 28 novembre. vention des changements climatiques lich. L’outil a été conçu par Lachapelle et
Il faudrait aussi travailler à faire baisser le prix de la nour- Blake Frederick, président de l’AMS, et et la signature de la Déclaration des deux étudiants diplômés : Richard Ong
riture, qui est très élevé. Tim Chu, vice-président aux affaires ex- Nations unies sur les droits des peuples et Aiden Morrison.

actualites@larotonde.ca www.larotonde.ca • 5
Actualités le 7 décembre 2009

FÉUO SAGA MARC KELLY

Une vétéran des élections


laissée sur la touche
Accès au campus, mais
En dépit des quatre élections à son actif, Sylvia Lewis- interdiction de s’inscrire
Havard est dépassée par un ancien employé de la FÉUO. Alors que la Couronne abandonne les accusations criminelles portées contre Marc Kelly
et lui donne accès au campus, l’Université d’Ottawa décide unilatéralement de ne « pas
accepter » son inscription pour l’hiver 2010.
Ariane Marcotte Le 30 novembre dernier, Diane d’un étudiant dont le rendement
Davidson, vice-rectrice à la gou- scolaire est satisfaisant. Il s’agit
Le vendredi 27 novembre dernier, vernance, a répondu à une lettre d’un abus de pouvoir que nous ne
la Couronne annonçait qu’elle ne adressée par le Centre de recours pouvons tolérer. »
poursuivrait pas les accusations étudiant au recteur Allan Rock lui Selon le principal intéressé (Marc
criminelles pour inconduite por- demandant d’intervenir en faveur Kelly), « les actions de l’adminis-
tées contre l’étudiant de premier de Kelly dans le processus. Dans tration équivalent à des actions qui
cycle Marc Kelly. La Couronne cette lettre, dont La Rotonde a auraient été permises en vertu du
a aussi accepté de modifier les obtenu copie, La vice-rectrice an- code de conduite personnelle in-
conditions de remise en liberté nonce qu’il a « été décidé qu’il était troduit en 2007. Les étudiants se
qui s’appliquaient à Kelly, lui per- dans l’intérêt de tout le monde que sont pourtant révoltés contre l’idée
mettant, après près d’un an d’exil, [Kelly] poursuive ses études dans même d’un tel code. Selon moi, ce
d’être de nouveau présent sur le une autre Université ». Elle décla- code de conduite existe toujours et
Photo Archives de La Rotonde - Mathieu Langlois campus. re également que l’inscription de il est plus que jamais nécessaire de
Julien de Bellefeuille est nommé directeur des élections 2010 de la FÉUO. Kelly pour le semestre d’hiver 2010 s’y opposer. »
Rappel des faits n’est « pas acceptée ». Dans un courriel envoyé au rec-
Philippe Teisceira-Lessard Je suis fière de mon bilan », expose- Mireille Gervais, directrice du teur le 1er décembre 2009, le Cen-
t-elle par courriel, diplomate. « J’ai Le 1er décembre 2008, Marc Kel- Centre de recours étudiant, dénonce tre de recours étudiant demande à
La réunion du Conseil d’adminis- confiance que la FÉUO pourra se ly a assisté à la réunion mensuelle les actions de l’administration : « Il l’administration de retirer les pro-
tration de la Fédération étudiante servir des bases mises sur place par du Sénat de l’Université d’Ottawa, n’existe aucun règlement permet- pos de la lettre du 30 novembre
(FÉUO) du mercredi 2 décembre mon équipe et moi et visera un taux la plus haute instance décisionnelle tant à l’administration universitaire 2009 au plus tard le 4 décembre
dernier a été le théâtre de débats de participation supérieur à 3 %. Du en matière d’affaires scolaires. d’accepter ou de rejeter l’inscription 2009 à 9 h.
acharnés autour de plusieurs propo- moins, je l’espère », continue-t-elle. Inspiré par la phrase « Collégia-
sitions controversées. Les directeurs Questionné quelques minutes lité, transparence et imputabilité
de faculté sont restés debout jusque après le huis clos afin de savoir si dirigent notre gouvernance univer-
tard dans la nuit pour participer aux l’impartialité était un critère im- sitaire » publiée dans le document «
discussions.
Julien de Bellefeuille a été choisi,
portant dans le choix du comité des
élections, Seamus Wolfe n’a pas
Vision 2010 » de l’Université, Marc
Kelly a essayé de filmer la réunion,
« Il n’existe
puis confirmé par le Conseil d’admi-
nistration afin d’agir comme direc-
souhaité répondre. Les directeurs
consultés n’ont pas non plus sou-
qui était ouverte au public.
En date de cette réunion, aucune
aucun règlement
teur des élections l’hiver prochain.
Celui qui sera en charge du scrutin
haité faire de commentaires. Julien
de Bellefeuille n’avait pas répondu
politique du Sénat n’interdisait l’en-
registrement audiovisuel de ce type
permettant à
a, dans le passé, siégé à l’exécutif de
la FÉUO avant d’y travailler comme
au courriel de La Rotonde au mo-
ment de mettre sous presse.
d’événement. d’ailleurs, des mé-
dia avaient déjà, dans le passé, été
l’administration
employé. De Bellefeuille est proche
d’une partie de l’actuel exécutif de D’autres décisions
autorisés à enregistrer la réunion du
Sénat.
universitaire
la Fédération, ayant notamment agi
en tant que représentant-plaideur
importantes Cependant, au moment de débu-
ter la séance, certains sénateurs, y
d’accepter ou de
lors de la contestation des élections
du printemps dernier.
En outre, les directeurs ont aussi
accepté la proposition d’envoyer
compris Robert Major, ancien vi-
ce-recteur aux études, et Nathalie
rejeter l’inscription
Seamus Wolfe, président de la
FÉUO, Laura Rashotte, directrice
une lettre de protestation à la pré-
sidente de la Fédération canadienne
Des Rosiers, ancienne vice-rectrice
à la gouvernance, se sont adressés
d’un étudiant dont le
pour la faculté des Sciences de la
santé, et Khadijah Kanji, directrice
des étudiantes et étudiants (FCÉÉ)
afin d’exprimer le mécontentement
à Marc Kelly pour lui faire savoir
qu’il était interdit de réaliser un
rendement scolaire
pour la faculté de Gestion, font par-
tie du comité des élections mandaté
de la FÉUO après l’adoption de la
motion 6 à l’assemblée générale de
enregistrement vidéo au Sénat.
Kelly aurait alors fait valoir l’ar-
est satisfaisant. »
par le CA pour choisir le directeur
général des élections. C’est tou-
l’organisation, qui s’était déroulée
du 25 au 28 novembre derniers.
gument qu’aucune politique n’in- - Mireille Gervais
terdisait de filmer les réunions du
tefois au CA de ratifier cette déci- Cette décision a resserré les condi- Sénat. Il aurait ensuite suggéré que
sion. tions pour la tenue d’un référendum les sénateurs débattent la question
Malgré le huis clos imposé aux de désaffiliation d’un membre de avant le début de la réunion.
administrateurs sur le dossier, La la FCÉÉ. Selon les directeurs, cette L’Université a alors contacté le
Rotonde a appris de sources exter- motion limite de façon exagérée les Service de police de la Ville d’Ot-
nes que Sylvia Lewis-Havard, une droits démocratiques des associa- tawa afin de procéder à l’arres-
vétéran des élections de la FÉUO tions locales. Wolfe a par ailleurs tation de Marc Kelly, et c’est au
avec quatre scrutins sur son curri- réussi à faire ajouter à ce texte une même moment que des accusations
culum vitae (dont un partiel) avait dénonciation du comportement des criminelles ont été portées contre
aussi posé sa candidature pour le délégués présents à la rencontre l’étudiant.
poste. Celle-ci avait même atteint, contre l’avis de Guillaume Pelegrin,
l’an dernier, un record de participa- qui avait originalement proposé la Abandon des accusations
tion de plus de 27 % pour la FÉUO. motion, et de ceux qui l’appuyaient.
« Le comité des élections a dé- Finalement, la tentative de Pe- Près d’une année jour pour jour
cidé d’aller dans une nouvelle di- legrin d’abolir le droit de vote des après son arrestation, la Couronne
rection pour les élections. Il a eu membres du comité exécutif s’est a annoncé dans un communiqué
la chance de voir en quoi consistait avérée un échec total. Bloquée dès de presse que les accusations crimi-
le travail de [directeur général des le départ par une plaidoirie assu- nelles d’inconduite ne seraient pas
élections] lors des élections partiel- rée d’un Ted Horton bien préparé, retenues. Les raisons de ce change-
les qu’il a organisées, où moins de la motion a été battue par une lar- ment de position restent cependant Photo Archives de La Rotonde - Mathieu Langlois
3 % de l’électorat a choisi de voter. ge majorité. nébuleuses. Les raisons de l’abandon des accusations contre Marc Kelly demeurent obscures.

6 • www.larotonde.ca actualites@larotonde.ca
le 7 décembre 2009 Actualités
AÉÉPID JOURNÉE NATIONALE CONTRE LA VIOLENCE FAITE AUX FEMMES

Poste de v-p aux affaires C’était le 6 décembre 1989


francophones aboli En 1991, le 6 décembre est devenu la journée nationale de commémoration et d’action contre la violence
faite aux femmes. Cette année, le 6 décembre marque aussi le 20e anniversaire de la fusillade dans
Isabelle Larose ait le temps de défendre les choses laquelle 13 étudiantes et une secrétaire avaient trouvé la mort à l’École Polytechnique de Montréal pour
À partir du 1er mai 2010, les fran-
que je défends en ce moment »,
souligne-t-il.
l’unique raison qu’elles étaient des femmes.
cophones membres de l’Association Selon Dénommée, la fusion des Ariane Marcotte ler aux membres de la communauté étage après avoir semé la terreur dans
étudiante des études politiques, deux postes ne serait que positive : dans le parc Minto, à Ottawa. les couloirs et la cafétéria. Il sépare à
internationales et en développe- « La population francophone aura Selon le site Internet de Condition nouveau les femmes des hommes, tire
ment (AÉÉPID) auront une voix de toujours droit à la même qualité de féminine Canada, « en plus de com- Chronologie sur deux d’entre elles qui tentaient
moins pour défendre leurs intérêts. services, qualité qu’elle reçoit de- mémorer les 14 jeunes femmes qui du 6 décembre 1989 de s’enfuir, avant de s’attaquer aux
Lors de l’assemblée générale du 17 puis l’apparition du poste de vice- ont perdu la vie à la suite d’un acte autres. Réalisant à ce moment qu’il ne
novembre dernier, une motion qui président aux affaires francopho- de violence à l’égard des femmes qui La majorité des étudiants actuels reste qu’une balle dans son chargeur,
proposait l’élimination du poste de nes. Seulement une conséquence se a choqué la nation, le 6 décembre de l’Université étaient très jeunes Lépine met fin à ses jours dans la salle
vice-président aux affaires franco- présentera, et celle-ci sera positive. offre l’occasion aux Canadiennes et au moment du drame. Voici donc de classe. Marc Lépine tua 14 femmes
phones a été acceptée par une as- Présentement, le budget annuel aux Canadiens de réfléchir au phé- un résumé des faits survenus le 6 au total et blessa 14 autres personnes,
semblée qui atteignait le quorum de accordé aux affaires francophones nomène de la violence à l’égard des décembre 1989. dont quatre hommes.
justesse. n’est que de 500 $, alors en fusion- femmes dans notre société. C’est Peu après 17 h, le jour fatidique, les
« Ce poste était pertinent pour nant avec le portfolio des affaires so- également l’occasion de penser aux premiers coups de feu retentissent Controverse politique
représenter les francophones, qui ciales, le budget de ses événements femmes et aux jeunes filles pour qui dans les couloirs de l’École polytech-
constituent plus de 30 % des étu- pourra se voir augmenté exponen- la violence est une réalité quotidien- nique. Marc Lépine, 25 ans, parcourt Le gouvernement de Stephen
diants de l’AÉÉPID, l’une des plus tiellement. » ne et de se souvenir de celles qui trois étages de l’institution en tirant Harper assistait aussi, le 1er dé-
grandes associations du campus », sont mortes par suite de la violence sur des femmes. Les témoins racon- cembre dernier, à une cérémonie
soutient Brandon Clim, vice-pré- Manque de volonté? dirigée contre les femmes. » tent par ailleurs que le tireur, dans commémorative pour l’événement.
sident aux affaires francophones. un calme déconcertant, ne s’en pre- Le Bloc Québécois l’a cependant
Amalia Savva, présidente de l’AÉÉ- Clim évoque la difficulté d’as- Cérémonies nait qu’aux femmes, de même qu’aux boycottée, considérant le geste des
PID, défend cette décision en argu- surer la représentativité fran- hommes qui tentaient des les aider. conservateurs comme hypocrite.
mentant qu’il s’agit davantage d’une cophone au sein de l’exécutif de Partout au pays, les communautés Lépine se trouve dans l’édifice de- « La ministre [d’État à la Condi-
fusion de postes que d’une élimina- l’AÉÉPID : « Ce sont des défis qui se sont rassemblées pour dénoncer puis déjà une heure, un sac dissimu- tion féminine, Helena Guergis]
tion et que cela ne devrait pas affec- sont difficiles à relever; je ne sens cette violence et souligner le som- lant son fusil semi-automatique. Vers déposait des roses blanches pour
ter la représentation des francopho- pas vraiment la volonté des autres bre anniversaire. Ici à l’Université, 17 h 10, il fait une première victime, chacune des 14 victimes de Poly-
nes : « Techniquement, nous avons membres. En général, c’est dif- le Centre de ressources des femmes une employée d’administration. Il technique avec à ses côtés [la dé-
seulement éliminé un vote sur l’exé- ficile de faire passer des choses en collaboration avec la Fédération fait ensuite irruption dans une salle putée Candice Hoeppner] qui a
cutif, et non pas les responsabilités, pour la communauté francopho- étudiante de l’Université d’Ottawa de classe où un étudiant présente un présenté la loi pour mettre fin au
puisque nous avons alloué toutes les ne. » Il fait entre autres référence ont préparé un véritable marathon exposé. C’est à ce moment qu’il or- registre des armes à feu [...] C’est
tâches liées au poste de vice-prési- au site Internet de l’AÉÉPID, qui pour souligner l’événement. Qua- donne que les hommes et les femmes de l’hypocrisie, c’est du cynisme,
dent aux affaires francophones au est incomplet en français et où les torze journées d’activités, à l’image se séparent en deux groupes, pour c’est se moquer des familles des
vice-président aux affaires sociales ajouts et mises à jour se font prio- des 14 victimes, se sont déroulées alors laisser sortir les hommes. victimes », s’est indigné Gilles Du-
francophones. En ce moment, nous ritairement du côté anglais. « Ce sur le campus entre le 18 novembre Une fois ces derniers en dehors ceppe, le chef bloquiste, à sa sortie
avons dix membres votants au sein sont les petites choses comme ça et le 6 décembre. Vente de chocolat de la salle, il s’adresse aux étudian- des Communes.
de l’exécutif, en incluant le vice-pré- qui font sentir aux francophones en forme de vagin, documentaires, tes en génie en ces termes : « Vous En réponse aux accusations du
sident aux affaires francophones. qu’ils ne sont pas une priorité », journée de tricot, cours d’autodéfen- êtes une gang de féministes. J’haïs Bloc, la ministre Guergis a déclaré
Avec la décision, l’AÉÉPID aura soutient-il. « J’ai personnellement se : il y en avait pour tous les goûts. les féministes. » Puis il tire 30 balles en entrevue qu’elle « [aurait] aimé
neuf membres votants, ce qui va grandi dans une communauté Les activités se sont terminées avec sur les dix étudiantes. Quatre d’en- croire qu’il y a certaines choses en
beaucoup aider lors des rencontres francophone et j’ai la francopho- la vigile aux chandelles le soir du tre elles survivront. politique qui sont au-dessus des
de l’exécutif. » nie à cœur. Ici, je travaille avec dimanche 6 décembre. Pour l’oc- Une vingtaine de minutes après jeux partisans ».
des gens qui sont pour la plupart casion, des étudiants ont tenu une le commencement de la fusillade, Les familles des victimes n’étaient
Deux postes en un anglophones et je n’ai pas toujours vigile aux chandelles, dimanche, sur soit vers 17 h 25, Marc Lépine entre pas présentes lors des commémora-
eu le soutien nécessaire pour cer- la terrasse Morisset, avant de se mê- dans une salle de classe du troisième tions.
Tristan Dénommée, l’actuel vi- tains projets », ajoute-t-il. Clim
ce-président aux affaires sociales mentionne également les difficul-
francophones, ajoute que cette mo- tés de communication entre l’exé-
tion était pertinente, car les deux cutif et la communauté étudiante
postes en question étaient sembla- qui font en sorte que celle-ci n’est
bles : « Le poste de vice-président pas très bien informée de ce qui se
aux affaires francophones empié- passe durant les assemblées et que
tait en quelque sorte sur celui du peu y assistent. Savva admet que
vice-président aux affaires sociales plusieurs problèmes techniques
francophones et vice versa. Il est ont empêché de diffuser l’informa-
tout à fait juste de croire qu’une tion cette année. Dénommée in-
seule personne peut faire les tâches siste, quant à lui, sur le fait que les
appartenant aux deux postes. […] motions de dernière minute sont
Nous avons seulement besoin de monnaie courante : « Il est diffi-
quelqu’un qui soit en mesure de cile de tenir les étudiants informés
répondre aux tâches inscrites dans du contenu de l’ordre du jour et
la Constitution de l’AÉÉPID. » Bien des motions qui seront présentées
qu’il admette que les deux postes dans une assemblée générale puis-
se ressemblaient à certains égards, que, plus souvent qu’autrement,
Clim croit en la légitimité de son les étudiants apportent leurs mo-
poste. Il soutient qu’au-delà de l’or- tions à l’exécutif de l’Association
ganisation d’événements en colla- la journée même. »
boration avec le vice-président aux Malgré l’élimination du poste
affaires sociales, il veillait à stimu- de vice-président, Brandon Clim
ler le sentiment d’appartenance des compte bien se représenter aux
francophones et à la création d’une prochaines élections. Il ne sait pas
communauté francophile active. « encore quel poste il briguera, mais
Le vice-président aux affaires so- il souhaite continuer de défendre
ciales francophones est tellement les droits des francophones à tra-
occupé avec l’organisation des évé- vers son prochain mandat, adve- Photo Ariane Marcotte
nements que je ne pense pas qu’il nant son élection. Une vigile aux chandelles à la mémoire des victimes de la Polytechnique s’est tenue sur la terrasse Morisset.

actualites@larotonde.ca www.larotonde.ca • 7
Actualités le 7 décembre 2009

CHANGEMENTS CLIMATIQUES Point d’ordre


Bilan du monde « post-Kyoto » Ariane Marcotte, Chef de pupitre Actualités

C’est aujourd’hui que s’ouvre la conférence de Copenhague, au Marc « le héros » Lépine


Danemark, rassemblant les représentants des pays qui ont ratifié la Alors que le Canada soulignait hier la journée contre la violence faite aux femmes, journée marquant
Convention-cadre des Nations unies sur le changement climatique. De également le 20e anniversaire de la tragédie de l’école Polytechnique de Montréal, certains internautes
quoi y traitera t-on? Quelles passions et attentes soulève l’événement? profitent de l’attention médiatique pour exprimer leur vénération envers le tueur Marc Lépine…
Ariane Marcotte que les objectifs de Kyoto étaient L’adage dit qu’il faut de tout pour faire un monde. Je symbole nazi entouré de mitrailleuses automatiques
« irréalistes et inaccessibles » et n’ai d’autre choix que de me le répéter en boucle pour avec les inscriptions : « Voici où tout a commencé et où
Au cours des derniers mois, plu- que le gouvernement ne pouvait tenter de me convaincre que ce que je viens de découvrir cela pourrait se reproduire avec les bonnes personnes et
sieurs activités ont eu lieu partout plus honorer ses engagements de sur la toile se passe vraiment! le bon équipement. » Sur une autre, on retrouve Lépine
sur la planète pour faire entendre réduction des gaz à effet de serre, Un sombre personnage publie en ce moment sur In- dans la rue avec un pistolet, marchant aux côtés d’un
les revendications de la population ce qui avait fait sursauté les éco- ternet un blogue pro-Marc Lépine. Marc Lépine qui, je policier en lui disant : « S’il te plaît, Marc, rends-nous
aux dirigeants qui seront autour de logistes. vous le rappelle, est l’auteur du massacre de la Polytech- service : tue toutes ces salopes! »
la table du 7 au 18 décembre pro- « Je pense personnellement que nique dans lequel 14 femmes ont trouvé la mort, 13 étu- Des immondices comme celles-là, il y en a par centai-
chain lors de la conférence à Co- notre gouvernement n’est aucune- diantes et une secrétaire. L’individu s’est suicidé après nes sur le site Internet de ce brillant individu, qui pro-
penhague. La colline parlementaire ment prêt à prendre les actions né- avoir poignardé sa dernière victime. pose humblement que le 6 décembre devienne la fête de
pourrait témoigner de l’affluence cessaires pour changer notre trajet Le blogueur, qui utilise les pseudonymes John Giso- la Saint-Marc… Je suis à court de commentaires.
des groupes de défenseurs de la vers une intensification de la des- god, Rick Flashman ou encore Giskhan, entretient en ce Je pourrais rager sur encore plusieurs paragraphes
cause environnementale dans la truction environnementale et des moment trois sites Internet dans lesquels il promeut ses à propos de ce genre de comportement, mais ce serait
capitale nationale. Les étudiants conséquences graves sur les vies des idées machistes radicales et son admiration sans bornes peut-être donner raison à ce type de personnage qui se
de l’Université ont aussi eu l’occa- populations mondiales. Je pense pour l’auteur de la fusillade. proclame antiféministe. Selon moi, à ce stade, il s’agit
sion de se faire entendre lors du que seulement un message clair et Sur l’un de ses blogues, marclepine.blogspot.com, simplement de pure misogynie et de haine gratuite.
rassemblement de l’organisation puissant de la population canadien- « Rick Flashman » publie des montages photo sexistes et Ce genre de propos vient simplement alimenter la
Power Shift Canada, le plus gros ne jumelé à la pression des autres violents sur lesquels Marc Lépine a toujours une arme à flamme qui fait en sorte qu’on se doive de continuer la
événement jeunesse sur les chan- pays engagés vers des solutions feu à la main. Par exemple, sur l’une des photos, on voit lutte contre cette forme de violence et de la dénoncer.
gements climatiques de l’histoire pourra faire en sorte que le Canada une carte routière de l’île de Montréal, l’école Polytech- Longue vie à la journée du 6 décembre, et ce pour les
canadienne, entre les 23 et 26 oc- ne bloque pas les négociations et nique ciblée, une silhouette féminine recouverte d’un bonnes valeurs.
tobre derniers. qu’on se montre à la hauteur de nos
« L’heure est maintenant arri- responsabilités », affirme Danika
vée pour nos dirigeants de passer à Brisson, l’une des participantes aux
l’action pour protéger notre climat. activités de Power shift Canada, re-
On fait appel au Canada pour qu’il
fasse sa part en construisant et en
présentante de la faculté des Arts
au conseil d’administration de la
La Rotonde informe ses lecteurs que l’article « Apprendre sur le
ratifiant un accord équitable, am-
bitieux et contraignant au sommet
Fédération étudiante de l’Université
d’Ottawa (FÉUO) et ex-vice-prési-
terrain », au sujet de l’initiative Shared World, un monde à partager,
de l’ONU sur le climat, en décembre
2009 », expliquait Amber Church,
dente aux affaires étudiantes de la
FÉUO. publié dans l’édition du 26 octobre dernier, est à nouveau disponible
directrice nationale de la Coalition
canadienne des jeunes pour le cli- Suzuki, Harper et Copenhague en ligne sur LaRotonde.ca, purgé des citations erronées.
mat, lors des manifestations d’oc-
tobre. David Suzuki, la vedette cana-
dienne de l’écologie, en a gros sur
De quoi sera-t-il question le cœur quand le sujet de la confé-
à Copenhague? rence vient sur la table. « Le pre-
mier ministre Harper a déclaré
L’ultime but de la rencontre à en 2006 qu’il n’allait rien faire
laquelle seront présents les repré- par rapport à Kyoto, que c’était
sentants de 170 pays est avant tout mauvais pour l’économie cana-
de renégocier un accord internatio- dienne. Il n’a rien compris, c’est
nal sur le climat, qui remplacera le tout à fait le contraire! Il a tourné
protocole de Kyoto, ce dernier expi- le dos à tous les engagements pris
rant en 2012. À titre d’exemple, les par Jean Chrétien. Dire que Kyoto
États-Unis, représentés par Barack nuisait à notre économie était un
Obama, souhaitent réduire leurs mensonge énorme, il ne faut pas
émissions de gaz à effet de serre de un doctorat pour faire le lien en-
83 % d’ici 2050, l’Union européen- tre les changements climatiques
ne vise une diminution de 20 % que nous commençons à vivre et
d’ici 2020 par rapport aux valeurs un effondrement de l’économie si
de 1990 et la Chine a exprimé la vo- nous restons inactifs! L’économie
lonté de diminuer ses émissions de du Canada sera même l’une des
CO2 de 45 % d’ici 2020 par rapport premières à en souffrir, car c’est
au niveau de 2005. l’agriculture, la pêche et les forêts
qui seront les premiers secteurs à
Le Canada dans tout ça? tomber… Le capitalisme et la po-
litique ne sont pas des forces de
Le gouvernement de Stephen la nature! Monsieur Harper, si ce
Harper prévoit annoncer une di- que vous faites n’est pas un crime
minution de 20 % par rapport au contre l’humanité, je ne sais pas
niveau de 2006, d’ici 2020. Par ce que c’est! » avait-il déclaré lors
rapport au niveau de 1990, il ne de son passage au Centre Bronson
s’agit que de 3 % de diminution. le 23 novembre dernier dans le
Rappelons qu’en 2006, les conser- cadre des Semaines vertes de la-
vateurs de Stephen Harper ont FÉUO.
souhaité réviser le protocole de L’opinion populaire et politique
Kyoto. Le premier ministre avait reste très divisée sur la question
même dit que « Kyoto [était] es- et certains pensent que le nouveau
sentiellement un complot socia- traité ne pourra être signé à Copen-
liste qui vise à soutirer des fonds hague étant donné les profondes di-
aux pays les plus riches ». En fé- vergences de point de vue entre les
vrier 2006, le Canada affirmait principaux concernés.

8 • www.larotonde.ca actualites@larotonde.ca
Arts et Culture
le 7 décembre 2009

Julie-Anne Lapointe
culture@larotonde.ca

EXPOSITION

En chair, en os… et en lumière

Ludwig Ciupka a su démontrer, au travers de ses


photographies, une impressionnante délicatesse
qui charme dès le premier coup d’œil.

Photo Ludwig Ciupka


Une exposition qui « vous fera regretter de ne pas avoir posé nu pour [Ciupka] ».
Marie Suzor-Morin d’un sex-toy pour homme, pourrait est la manière dont la lumière em- cette exposition. La façon dont la que ce soit par des événements va-

Q
être traduit par « Corps et lumière ». brasse la nudité de ces corps sortis lumière caresse le corps met en re- riés qui y prennent place où tout
u’est-ce que ça fait L’exposition présente une partie des de nulle part. Le « nulle part », ici, lief la texture de la peau, qui paraît simplement par la diversité et la
lorsqu’un photographe de photos prises à la suite d’un appel renvoie au fond noir sur lequel sont douce, uniforme et satinée. Rappe- créativité qui y débordent quoti-
mode fait coïncider photo à tous lancé par Ciupka et La Petite exposés ces corps et qui donne toute lons que les photos n’ont pas étés diennement.
et peinture en y apportant Mort l’an dernier. Des nombreuses l’attention à leurs formes, à la chair retouchées, sauf pour y ajouter de L’exposition de Ludwig Ciupka
audace, créativité et extravagance personnes qui se sont alors portées et à la lumière auxquelles sont ra- la peinture afin de créer un contact « vous fera regretter de ne pas avoir
dans une galerie d’art? Ça donne… volontaires pour poser nues, seule joutés des pigments de rouge, rose, avec la matière. posé nu pour [lui] ». Elle occupera
« Fleshlight ». Du 4 au 30 décem- une quarantaine ont été retenues. Ce jaune, orange, bleu et vert. La galerie La Petite Mort est un quelques murs de la galerie du 4 au
bre, le photographe montréalais projet à mi-chemin entre la photo- Ludwig Ciupka a su démontrer, espace de forum qui expose la diver- 30 décembre. Gardez l’œil ouvert
Ludwig Ciupka, reconnu pour ses graphie et la peinture exprime un dé- au travers de ses photographies, sité de l’art contemporain canadien, pour ne pas manquer les expositions
photos de mode, expose une série sir de démontrer la beauté du corps une impressionnante délicatesse donnant la chance à des artistes de toutes aussi uniques et intéressantes
d’environ 30 images à la galerie humain d’une façon hautement ori- qui charme dès le premier coup tous genres, incluant les marginaux, les unes que les autres. Rendez-vous
La Petite Mort, située au 306, rue ginale en projetant sur l’humain de d’œil. Les visages qui se perdent de s’exprimer à leur façon. Peinture, sur le site web de la galerie : www.
Cumberland, à Ottawa. la lumière et en y ajoutant des pig- dans la noirceur permettent de met- photographie, sculpture, nouveaux lapetitemortgallery.com ou joignez
« Fleshlight », un titre plutôt ments. En effet, ce qui donne à cette tre l’accent sur la forme, la chair et médias, petits objets insolites, occu- le groupe Facebook pour en savoir
provocateur qui rappelle la marque exposition son cachet et sa sensualité les os, qui deviennent les sujets de pent cette galerie toujours animée, plus sur les événements à venir!

ENTREVUE AVEC XAVIER CAFÉÏNE

De loup solitaire à mauvais garçon


Valérie Lachaîne comme caféïne « café », mais bien caché sous un nom de groupe. C’est
et sa tenue vestimentaire. D’appa-
rence « mauvais garçon » avec son
habillement sombre, ses tatouages
le pop et l’électro pour plutôt se pen-
cher vers l’alternatif, voire le hardcore.
Comprenant des thèmes mondiaux,
et son collier de métal déniché dans comme sur Gisèle, son premier al-
comme son propre nom de famille. pourquoi, un jour, sa compagnie de une animalerie, le chanteur n’est pas bum, le chanteur juge important de
De passage dans la région d’Ottawa- Quand on change de nom comme il disque lui proposa qu’on appelle le une brute pour autant. Quand on lui comprendre l’autre et de ne pas juger
Gatineau le 27 novembre dernier l’a fait, on pourrait croire en la créa- tout « Xavier Caféïne » puisque c’était demande s’il est un mauvais garçon, spontanément ce qui semble différent.
dans le cadre de la tournée promo- tion d’un nouveau personnage. Pas bien lui le projet. Mais qu’est-ce que il rit. « J’essaie de l’être moins, parce On dit que les voyages forment la
tionnelle de Bushido, son tout der- dans le cas de Xavier Caféïne. « Ça ça fait d’avoir soudainement tous les que je ne suis pas un bad boy dans jeunesse et Xavier Caféïne l’a com-
nier disque, Xavier Caféïne se disait a déjà été plus un personnage au projecteurs dirigés sur soi? « Ça fait le sens “bum” ou violent, mais disons pris assez jeune. C’est justement à
heureux de rentrer au bercail. Natif début, mais maintenant, j’ai plus le partie de la game. Y’a des avantages que j’ai mené une vie assez rock-and- travers de nombreux périples qu’il a
d’Aylmer, il est attaché à l’Outaouais goût de jouer un rôle. Je n’ai pas be- à ça, mais y’a aussi des désavantages, roll et que ça m’arrive encore. Ce que pu s’ouvrir sur le monde et consta-
et trouvait important de revenir soin de jouer le rôle du bad boy. » comme tout, dans le fond, mais je je veux dire, c’est que je suis pas un ter que tout le monde est pareil, que
dans son coin de pays. m’en plains pas. J’ai la chance de pou- garçon sage, mais je suis pas non seules nos cultures et nos religions
Un homme, un projet voir faire de la musique que j’aime, je plus un “tata,” je pense. Disons que diffèrent. « C’est en apprenant à
Décaf ou non? suis pas obligé de faire de la “marde” je suis un peu des deux : un mélange accepter les autres dans leurs diffé-
Ayant commencé sa carrière dans et je peux en vivre correctement. Ça, de petit gars gêné et de délinquant. » rences qu’on apprend à se connaître
Et pourquoi Caféïne? Xavier Plan- le groupe Caféïne pour ensuite pour- pour moi, c’est un accomplissement soi-même. » Se voyant comme un
te, de son vrai nom, explique que le suivre en chantant, cette fois en an- incroyable. » L’identité à la base « franco-francophone-Québécois-
choix d’avoir remplacé son nom de glais, avec Poxy, Xavier Caféïne consi- Canadien-Franco-américain », il
famille est plutôt nébuleux. Xavier dère tout de même sa carrière comme Un doux “bad boy” Auteur-compositeur-interprète, trouve intéressante l’idée que cha-
Caféïne dit avoir inventé beaucoup un ensemble incluant cinq disques au Xavier Caféïne a décidé de réaliser cun ait une identité propre. « Rester
d’histoires afin de donner une répon- total. Depuis le début, il écrit toutes Côté look, Xavier Caféïne se dé- son dernier album par lui-même au soi-même au maximum, c’est le but
se, mais qu’au fond, il aime simple- ses paroles, compose sa musique et marque, entre autres, des autres lieu d’expliquer sa vision à quelqu’un. dans la vie, peu importe si on fait de
ment le mot. En fait, il ne le voit plus joue de plusieurs instruments, le tout artistes de sa tranche par son style Sur Bushido, la musique laisse de côté la musique ou pas! »

culture@larotonde.ca www.larotonde.ca • 9
Arts et Culture le 7 décembre 2009

CNA

Le cycle des Limbes


Catherine Dib Réputé pour concrétiser
des pièces de théâtre ju-
guise, était à l’honneur
dans les décors et les
de détruire l’œuvre de l’auteur
qui l’a engendrée, dans les mots
Le chaos absurde et tonitruant at- gées injouables par une costumes, Yeats ayant de Lapointe lui-même, de tuer
taque le spectateur de plein fouet mise en scène qui ne été fasciné par l’art son père dans cette seconde par-
dès les premiers instants de Lim- laisse personne indiffé- de l’Extrême-Orient. tie apocalyptique. On procède au
bes, où sont scandés des versets rent, Christian Lapointe Masques japonais gri- blasphème, à la violence artisti-
bibliques. Pour ajouter au blasphè- a pris trois pans du my- maçants, dialogues so- que, à un point tel qu’on se sente
me, les cinq acteurs en rang lancent thique auteur irlandais lennels et immuables presque violé. On fait les bouffons
avec âpreté les écrits au visage du pour y ajouter plus que et tableaux oniriques de carnaval cauchemardesque,
public abasourdi. « Nous sommes sa touche personnelle. sont au menu. Un jeu on fait usage de joual et de flui-
tous déjà morts », lui déclare-t-on. Traitant du Christ et de d’ombre et de lumière, des corporels. On pointe la mise
Cette introduction, relevant à la la question religieuse, dans l’ambiance feu- en scène précédente en se mo-
fois du religieusement ordonné et Calvaire, Résurrection trée et grise de la scène, quant d’un borborygme guttural,
de la débâcle bordélique frôlant le et Purgatoire sont deux apporte de la couleur en la brûlant dans les flammes de
grotesque d’Antonin Artaud, n’est fois jouées et une fois au récit. De la musique l’apocalypse.
qu’un prélude à l’univers déjanté superposées. Il a divisé jouée sur place par le Les 25 dernières minutes sont
dans lequel Christian Lapointe, le la pièce de 2 h 40 sans metteur en scène en allouées à une superposition des
metteur en scène, s’apprête à nous entracte en trois chapi- personne et son com- deux parties précédentes, un flot-
entraîner. tres distincts, donnant pagnon agrémente le tement dans la prose du théâtre.
ainsi lieu à une nouvelle dialogue de cornemuse Après avoir servi de combustible
Lointain écho des sources façon de voir le théâtre, et de luth. Plusieurs dans la destruction pragmatique
un théâtre qui se dénude spectateurs, de peur de Lapointe, Yeats renaît des cen-
Dès le début de son mandat de di- gracieusement pour en- de suffoquer dans le dres à travers la poésie interpré-
recteur artistique au Centre national suite rire cruellement brouillard lent et dense tative du metteur en scène. On
des Arts, Wajdi Mouawad a annoncé de lui-même. Le sym- de cette première par- a plongé et sombré dans les pro-
un retour aux sources du théâtre par bolisme lourd de Yeats tie perlée, se lassent et fondeurs abyssales des limbes de
la mise en scène de grandes tragé- est opposé à la légèreté quittent les lieux. Christian Lapointe, on est tous les
dies grecques de l’Antiquité. Il veut étrange de la seconde Après 1 h 10 de cette enfants non baptisés de Dieu. On
pousser à la réflexion sociale ou en- partie. première partie fort aborde les enjeux contemporains,
core philosophique par ses choix de cérémoniale et mysti- la question politique, la place de
pièces. La dernière pièce de Chris- La trinité que, on nous surprend l’art dans la société moderne, la
tian Lapointe, Limbes, entre préci- encore une fois par misère qu’engendrent les conflits
sément dans le moule singulier de Ne sachant à quoi s’at- l’arrêt complet de la religieux et la mort à laquelle on
Mouawad. tendre, l’audience est pièce pour un change- a tous été condamnés à la suite de
Célébrant les dix ans du Théâtre écrasée par l’allure céré- ment total de jeu. Pla- l’apparition divine. On finit le cy-
Péril fondé par le metteur en scène moniale et l’esthétisme ce à la profanation du cle infernal de l’humanité en bou-
lui-même, Lapointe revient aux tex- symbolique du nô. Le Christ, de Yeats et du clant la pièce avec la même décla-
Photo Guillaume D. Cyr
tes de l’écrivain Nobel qui l’a inspiré nô, théâtre japonais que Saint-Esprit, amen! ration du début : « Nous sommes
à ses débuts : William Butler Yeats. Lapointe emploie à sa La mise en scène de Limbes ne laisse personne indifférent. En effet, il entreprend tous déjà morts. »

CABARET FRANCOPHILE

Un trio de découvertes pour la dernière édition 2009


Nedggy Mauricin plus, il y avait une belle chimie en- chanteur. David Jalbert a performé
tre ce dernier et les spectateurs. des chansons de son album Des
C’est le 3 décembre dernier que Ensuite, la soirée s’est poursui- histoires. Lancé l’an dernier, celui-
s’est déroulé le dernier cabaret vie avec la prestation de Bastien ci a été bien reçu par le public.
francophile de l’année 2009 au bar Vaultier, accompagné de trois mu- Le répertoire musical de Jalbert
étudiant 1848 de l’Université. Pour siciens dont une choriste et Butch est diversifié. Il comporte des chan-
l’occasion, trois artistes franco- Bouchard à la basse. Vaultier a une sons douces, comme celle dédiée à
phones étaient réunis sur la scène. manière de chanter qui est cap- son fils, et d’autres un peu plus en-
Le 1848 était rempli d’étudiants tivante en raison de la façon dont traînantes comme « Référendum ».
qui attendaient la venue du chan- il exprime ses paroles et projette Parfois, on aurait cru entendre les
teur montréalais David Jalbert. Le sa voix. Les chansons qu’il a in- Cowboys fringants étant donné la
public a eu la chance de découvrir terprétées étaient quelquefois un ressemblance dans les sons et les
trois artistes francophones qui ont peu trop lentes. Cependant, elles rythmes des chansons. Cette diver-
tous contribué à l’atmosphère de allaient bien avec l’atmosphère de sité musicale s’est ressentie avec le
la soirée. cabaret qui régnait dans le bar. De public qui dansait. Le chanteur a ex-
plus, on pouvait ressentir l’émotion pliqué qu’il s’agissait de sa première
Trois jeunes musiciens et l’intensité des paroles grâce à son prestation à Ottawa et exprimait sa
à découvrir visage expressif. Un des musiciens joie d’être présent dans la capitale.
jouait du « djembé », ce qui donnait Un des moments forts de la soirée
La première partie du spectacle une belle sonorité à la prestation a été lorsqu’il a invité une fille de la
était consacrée à deux artistes : du jeune chanteur. Les instruments foule à venir sur scène pour chanter
Butch Bouchard et Bastien Vaultier. étaient un important élément de sa une chanson avec lui. La jeune fille
La soirée a commencé avec la per- prestation. Ils apportaient un amal- était émue, un peu intimidée, mais
formance de Butch Bouchard, qui a game de sons « jazzés » se mêlant a tout de même semblé s’amuser en
interprété les chansons de son al- bien à l’atmosphère. compagnie de Jalbert.
bum bilingue Coïncidences et anec- Ce dernier cabaret francophile a
dotes sorti le 5 octobre dernier. Il a Découverte de la soirée été réussi. Le public est sorti avec
donné une belle prestation, comme un sourire et a semblé satisfait
en témoigne le nombre de person- Après ces deux prestations, Da- de sa soirée. De plus, le cabaret a
nes présentes dans le bistro étu- vid Jalbert est monté sur scène ac- mis en scène trois jeunes artistes
diant. Il faut souligner que le public compagné de cinq musiciens. On francophones, lesquels ont chacun
avait le cœur à la fête. On pouvait pouvait apercevoir les étudiants apporté un ingrédient différent les
entendre les étudiants taper des applaudir, chanter et quelques- distinguant des autres. Soyez aux
mains et chanter les chansons, ce uns avaient le sourire aux lèvres. aguets pour le retour du cabaret Photo Jessica Rose
qui semblait ravir le chanteur. De Ils semblaient heureux de voir le francophile en 2010. David Jalbert sur la scène du 1848 pour la première fois.

10 • www.larotonde.ca culture@larotonde.ca
le 7 décembre 2009 Arts et Culture
THÉÂTRE

Chasseurs de solitude
Karine Lacelle même après une brève pratique qui lisme, les personnages buvaient,
a eu lieu à peine une heure avant à fumaient et mangeaient sur scène.
Pour terminer la session en beau- la pièce. Les gens ont bien réagi à sa Cela permettait au spectateur d’uti-
té, la pièce Les Amis, mise en scè- présence et auraient aimé en voir liser le sens de l’odorat, en plus de
ne par le professeur Jean Stéphane plus. la vue et de l’ouïe, et lui donnait
Roy du Département de théâtre, a L’ouverture du rideau imaginaire, l’impression d’être dans la maison
été présentée du 1er au 5 décembre composé d’une chaîne des amis, a de l’homme.
à la Salle académique de l’Univer- mené le spectateur dans la maison Les comédiens étaient habillés
sité. Il s’agissait d’une collabora- des années 70-80. Du divan rétro d’un style rétro décontracté. Ceux
tion entre le Département de théâ- orange dans le coin de la cuisine plus âgés avaient le visage maquillé
tre de l’Université d’Ottawa et la jusqu’à l’épaisse fenêtre carrelée, de façon exagérée. Les expressions
Comédie des Deux Rives. Les Amis tout le décor représentait bien cette faciales étaient alors plus visibles, ce
est une pièce japonaise écrite par époque, surtout les murs en plan- qui accentuait le réalisme des per-
Kôbô Abe et traduite par Cécile et ches de bois. L’espace était très bien sonnages. Il était d’ailleurs facile de
François Sakai. éclairé par des lampes suspendues à les différencier grâce à leur costume
la hauteur réelle d’un plafond. Une et leur maquillage unique, ce qui
La pièce belle ambiance musicale de diffé- permettait au spectateur de mieux
rents styles était présente tout au suivre l’histoire.
Un homme s’occupe seul dans son long de la pièce.
appartement, quand soudain une fa- Excellente mise en scène
mille complète s’invite chez lui. Ces De vrais personnages
neuf inconnus s’installent dans l’ap- Le metteur en scène Jean Sté-
partement de l’homme comme s’il Le jeu était spectaculaire. Cha- phane Roy a bien réussi à coor-
s’agissait de leur demeure. Le chaos que personnage avait sont propre donner tous les mouvements des
s’ensuit lorsque la famille essaie style et sa propre personnalité. Un comédiens. Les répliques s’enchaî-
d’arracher l’homme à naient et les mouve-
sa solitude. ments se faisaient
À chaque repré- Le jeu était spectaculaire. Chaque personnage avec fluidité, sans
sentation, un invité temps mort. Avec 15
« surprise »
monter sur scène
devait avait sont propre style et sa propre personnalité. comédiens et un in-
vité, cela n’a pas dû
afin d’interpréter être chose facile. La
un rôle dans la pièce. Le soir de la jeu tellement crédible qu’on voulait scène était bien remplie et chacun
première, Allan Rock, recteur de bercer le hamac dans lequel était y avait sa place.
l’Université d’Ottawa, a figuré dans assis le pauvre homme rempli de La fermeture du rideau par les
la pièce Les Amis afin d’y interpré- solitude afin de le réconforter. On amis laisse le spectateur réfléchir
ter le rôle d’un policier. Il semblait retrouvait dans le jeu une égalité sur la solitude. La pièce a bien clô-
Photo Pierre Bertrand très content d’être sur scène avec les de satire et de sarcasme chez les turé la session. Les spectateurs ont
Les Amis, une pièce de théâtre japonaise ayant pour thème la solitude. comédiens. Il s’en est très bien sorti, personnages. Pour ajouter au réa- semblé ravis de leur soirée.

CNA

Grand classique du temps des Fêtes


Lisa Pitre selmeier, lui présente son neveu L’interprétation
Julien et distribue de magnifiques
Du 2 au 6 décembre derniers, le cadeaux aux enfants. Clara reçoit Cette version demeure fidèle aux
Centre national des Arts (CNA) a alors un casse-noisette, sculpté par traditions allemande et russe du
présenté un spectacle qui a su im- Drosselmeier lui-même. Elle ima- ballet original. L’ours Filbert (in-
pressionner plusieurs jeunes filles et gine ensuite que son jouet prend terprété par Catherine Rutherford)
leur maman. Le ballet traditionnel vie et l’invite à danser... ajoutait un élément humoristique
du temps des Fêtes Casse-noisette Les costumes rappelaient ceux à la pièce. De jeunes danseurs du
présenté au CNA est une produc- que les jeunes filles rêvent de por- Royal Winnipeg Ballet du Canada
tion du Royal Winnipeg Ballet de- ter un jour, quand elles seront ont joué le rôle des enfants, des
puis plusieurs années. Inspiré d’une ballerines. On aurait dit qu’ils anges et des souris. Les danseurs
version de Casse-noisette d’Alexan- sortaient d’un livre enchanté, étaient presque toujours en par-
dre Dumas et dansé aux airs des soigneusement fabriqués pour faite synchronisation. La danse la
célèbres pièces musicales du grand une fée. Paul Daigle, concepteur plus captivante et originale, voire
compositeur Tchaïkovski, ce ballet des costumes, a su incorporer un hypnotique, était néanmoins la
est une tradition classique du temps schéma de couleurs vives à ceux- danse arabe.
des Fêtes. Les danseurs interpré- ci. La scénographie de Brian Per- Lorsque l’Orchestre a frappé la
taient cette année les chorégraphies chaluk était très bien pensée; il dernière note et que les danseurs
de Nina Menon et Galina Yordano- est évident que la conception a ont arrêté de faire leurs grands je-
va. Sous la direction d’André Lewis nécessité beaucoup de planifica- tés, leurs pirouettes et leurs ara-
et accompagné de l’Orchestre du tion et de temps. Les décors ont su besques, la foule applaudissait déjà
CNA, le ballet a connu une fois de surprendre et mettre des specta- à tout rompre. Lors des saluts des
plus cette année un grand succès. teurs en extase de temps à autre. danseurs principaux et du directeur
Chaque fois que le rideau fermait, artistique, tout le monde était de-
Un conte de Noël le décor changeait rapidement de bout en ovation.
la chambre de Clara au grand sa- Casse-noisette est un ballet cap-
Le ballet raconte l’histoire d’une lon, de l’extérieur de la maison à tivant, même pour les gens qui
jeune fille de 12 ans, du nom de Cla- la forêt enchantée, ou du royaume n’apprécient pas habituellement ce
ra, lors de la célébration de Noël. de la fée Dragée à la chambre de genre de spectacle. Il s’adresse à
On décore le sapin et Clara a l’hon- Clara. L’éclairage était subtil, mais l’enfant en chacun. Plus qu’un spec-
neur de mettre l’étoile sur le som- englobait et illuminait l’ensemble tacle, il nous prépare et nous plonge Photo David Cooper
met. Son parrain, monsieur Dros- de la scène et des danseurs. dans l’esprit de Noël. La fée Dragée enchante les rêves de Clara cette année encore.

culture@larotonde.ca www.larotonde.ca • 11
En souvenir de
Michel « Mike » Gariépy-Lajeunesse
« Mon pays est le monde et ma religion est de faire le bien. » – Thomas Paine Remerciements

L C
ette page commémorative est pour nous, les parents de Michel, l’oc-
e matin du 12 septembre 2009, à Québec, il faisait nous a tellement soutenus, mérite cet écho de la part des
casion d’exprimer notre reconnaissance à la communauté de l’Uni-
un temps magnifique, que j’avais qualifié de « par- parents et amis de Michel. Cette page n’a pas pour but
versité d’Ottawa, qui est une belle famille et qui nous a apporté un
fait, trop parfait », comme si quelque chose de sur- d’apporter des réponses. Poser des questions pour les-
soutien si précieux. Le lendemain même du décès de Michel, le recteur,
réel se dessinait dans le temps et l’espace. La veille, au tra- quelles les répliques appartiennent à Michel ne contri-
monsieur Allan Rock, nous a appelés pour nous transmettre ses vœux de
vail, nous avions évoqué l’attentat du World Trade Center, buerait pas à lui rendre l’hommage qu’il mérite. Il existe
condoléances et nous proposer la mise en place d’un fonds commémoratif
alors que des gens se jetaient de l’édifice pour échapper un seuil d’honneur et de pudeur que l’indiscrétion ne
en Droit civil au nom de Michel, le fonds « Michel autour du monde pour
à la souffrance de la chaleur de l’incendie; le même jour, doit pas franchir. Certainement, Michel vivait une pé-
les droits humains ». Et combien de membres du personnel comme de la
j’avais mentionné à une collègue le fait que mon fils Michel riode dépressive et avait été admis dans un hôpital quel-
communauté étudiante nous ont entourés affectueusement durant cette
n’avait pas répondu à mon dernier courriel… Il est des épi- ques jours auparavant. Mais à l’instar des soldats à qui
période des plus difficiles. Au risque d’en oublier, nous désirons mention-
sodes de notre vie pour lesquels nous aimerions pouvoir nous avons rendu hommage en novembre, Michel vivait
ner mesdames Andrée Dumulon, Micheline Charbonneau-Séguin, Anne
voyager dans le temps et apporter la petite correction qui, des combats intérieurs, tout aussi réels, mais peu appa-
Allard, Chantal Dompierre, Julie Séguin (FÉUO). Un grand merci aussi au
à nos yeux humains, ferait une différence dans l’histoire et rents du fait de sa personnalité et de sa détermination.
personnel et amis du Programme des guides parlementaires, dont madame
dans la vie de ceux que l’on aime. Le 12 septembre 2009 La gravité de son geste témoigne de la souffrance qu’il
Kali Prostebby, madame Kati Alt et monsieur Benoît Morin. Un merci des
s’ajoute à ces instants. Au moment même où je conversais vivait. Nous encourageons, nous implorons même l’étu-
plus chaleureux à madame Donna Johnson de la police d’Ottawa, qui nous
avec une dame – qui avait deux petits garçons – dans un diant ou l’étudiante qui se reconnaît en Michel d’aller
a accompagnés, telle une amie intime, dans nos émotions et dans les dé-
commerce de Québec, lui mentionnant que pour moi et chercher de l’aide. Nous pensons que si Michel avait su
placements difficiles en lien avec le décès de Michel. Merci aussi à l’ins-
ma femme, Jackie Lajeunesse, notre mission était prati- la douleur aiguë qu’il causerait à ses proches et ses amis,
pecteur Lethellier pour sa courtoisie dans les circonstances. Notre recon-
quement accomplie, à l’Université d’Ottawa, notre fils Mi- il serait encore parmi nous et nous serions en train de
naissance également à madame Lynn Bigras de la Coopérative funéraire de
chel commettait l’irréparable. l’entourer de notre aide et de notre amour.
l’Outaouais pour sa gentillesse et sa disponibilité. Finalement, le plus grand
Cet événement tragique, le suicide de notre fils Mi- Quiconque aime et respecte Michel désirera se sou-
MERCI à tous les étudiants, étudiantes, collègues, amis de Michel, dont les
chel, et le moyen qu’il a pris, ont déferlé sur le campus venir de l’être exceptionnel qu’il était et de la source
témoignages ont été tels un baume sur notre cœur brisé de parents. Grâce à
comme un tsunami d’horreur et d’incompréhension, d’inspiration qu’il sera pour toujours. Exception faite
vous, Michel continuera à sourire, à être une source d’inspiration, à aimer
d’abord chez les témoins de la scène, chez les nombreux d’une note biographique, la parole est aux amis, col-
et être aimé. Michel, nous t’aimerons toujours. Ton papa et ta maman, ta
amies et amis de Michel, puis sur toute la communau- lègues du Programme des guides parlementaires et
famille, et tous tes amies et amis pour la vie.
té universitaire. La vague nous a atteints, à Québec, à membres de la famille de Michel, qui ont laissé un mot
14 h 30, par l’entremise de deux agents de la Ville de au bas de la résidence, dans une carte, un courriel, ou
Stéphane Gariépy et Jackie Lajeunesse
Québec. Peu étaient au courant des combats intérieurs dans l’album de condoléances. Les témoignages reçus
stefgariepy@yahoo.ca
de Michel dans ses derniers jours. Et, chez ceux qui le sont innombrables et seule une partie pouvait être pu-
connaissent, qui aurait pu deviner qu’il s’enlèverait la bliée; mais tous ont été lus et sont conservés précieuse-
vie? Il aimait tellement la vie, les amis, les voyages, ap- ment. Avant son départ, Michel a laissé quelques mots,
Ressources pour étudiants en détresse
prendre et partager ses découvertes, et sa relation avec sous la forme d’un poème, dans lequel il évoque un Centre d’entraide de la FÉUO
nous, ses parents, était des plus belles. Son dynamisme clairière de laquelle il se lève pour aller rejoindre l’Être Centre universitaire, pièce 211D
Ouvert du lundi au vendredi de 10 h à 17 h 30
et sa passion étaient communicatifs. L’annonce de son suprême. Le corps de Michel repose dans une telle clai- Numéro de téléphone : 613-562-5249
décès a été reçue avec incrédulité et consternation par rière, sur laquelle nous voyons se lever et se coucher Ligne d’entraide : 613-562-5604, du lundi au vendredi, de 19 h à 1 h, pendant les sessions
tous ceux et celles qui ont eu le privilège de le côtoyer et le soleil, un lieu idyllique, avec une ouverture sur le d’automne et d’hiver
qui ont pris le temps de le connaître. fleuve Saint-Laurent, sur le monde. Pour nous, ses pa- http://sfuo.ca/services/peerhelp/fr/index.html
Philippe Teisceira-Lessard, de La Rotonde, avait fait rents, cette clairière est le pâle reflet du pays céleste où
Service de counselling du Service d’appui au succès scolaire (SASS)
un article empreint de sensibilité lors de l’événement et, l’âme de Michel a trouvé le repos, où les souffrances 100, rue Marie-Curie (4e étage)
en octobre, nous l’avons contacté afin de lui proposer de ce monde ne l’atteignent plus, un pays d’éternelle Numéro de téléphone : 613-562-5200
de réaliser une page souvenir. Nous sommes recon- vivacité – pour utiliser l’une de ses expressions préfé- http://www.sass.uottawa.ca/bienvenue.php
naissants à La Rotonde d’avoir accepté cette offre, ainsi rées – et où il restera jeune à jamais.
Ligne de détresse pour Ottawa et la région
qu’au journal The Fulcrum, pour l’édition anglophone.
613-238-3311, disponible 24 heures/jour, 7 jours/semaine, service bilingue
Nous croyons que la communauté de l’Université, qui Stéphane Gariépy et Jackie Lajeunesse, parents de Michel http://www.dcottawa.on.ca/

Michel Philippe Gariépy, alias « Philippe de Valois », …


• Né à Québec le 29 août 1990 et résident de Val-Bélair (ville de Québec)
• Fils de Jackie Lajeunesse, originaire de Mont-Laurier, et de Stéphane Gariépy, né à Ottawa et originaire de Cantley et An-
gers; frère cadet de Charles
• École primaire protestante L’Eau-vive, Québec, de 1995 à 2001
• Sixième année du primaire à l’école L’Orée-des-Bois, Val-Bélair, programme d’anglais enrichi, 2001-2002
• École secondaire Mont Saint-Sacrement, Saint-Gabriel-de-Valcartier, de 2002 à 2007; musicien dans les harmonies (trom-
bone); participant au Programme d’éducation internationale (PÉI); cours d’anglais enrichi et d’espagnol
• Échange Québec-Bavière en 4e secondaire, automne 2005; apprentissage de l’allemand
• Apprentissage du latin en 2004-2005 avec monsieur Michel Bourget, puis de manière autodidacte; apprentissage de la lec-
ture de l’italien
• Membre des Cadets de l’air de 2003 à 2007, Escadron 921 L’Ancienne-Lorette; grade de sergent; pratique du biathlon et de
l’art oratoire (http://www.quebechebdo.com/article-89887-Le-meilleur-orateur.html )
• Moniteur de camp de jour à l’été 2006 à la Ville de Québec
• Diplôme du secondaire en 2007, récipiendaire du trophée du PÉI, entre autres pour la rédaction d’une tragédie grecque
intitulée Tarquin et comportant quelque 2000 alexandrins
• Échange jeunesse Rotary International à Taïwan en 2007-2008, parrainé par le club de Val-Bélair; apprentissage du man-
darin (http://echangejeunesse7790.blogspot.com/2007_08_01_archive.html)
• Travail à l’hôtel Loews Le Concorde, été 2008
• Admission à l’Université d’Ottawa; programme de baccalauréat en Histoire et Science politique 2008-2009; initiation à la
langue arabe; traducteur pour la Fédération étudiante de l’Université d’Ottawa
• Admission en Droit civil pour l’automne 2009
• Programme des guides parlementaires, au parlement d’Ottawa; guide de mai à septembre 2009; visite de ses parents avec
fierté et joie de vivre le 12 juillet; visite protocolaire en mandarin à la ministre de la justice de Chine
• 19e anniversaire de naissance le 29 août
• Dernier et ultime voyage de Michel, entrepris à Ottawa, le 12 septembre 2009
• Mise en terre à Québec, au cimetière Mount-Hermon, le 26 septembre 2009
Hommages
Michel était certes un hardi voyageur et un polyglotte doué. Grand, mince, cheveux noirs, les yeux bleus foncés perçants, jamais. À bientôt, Mike, j’ai bien hâte de te revoir au Ciel. Af-
Or, certains de ses poèmes sont aussi pourvus d’une esthéti- ce Michel a bien rigolé avec ses deux cousins. La soirée était fectueusement,
que et d’une force dramatique hors du commun. En ce qui me simple, chaleureuse et des rires aux éclats transigeaient dans Alexandra Wolf, amie, Université d’Ottawa
concerne, j’ai retrouvé le Michel d’antan, celui dont j’étais pro- la pièce du salon. Le plaisir était bien au rendez-vous!
che, en lisant et découvrant récemment ses écrits personnels. Tante Janie Lajeunesse Je sais que tu peux m’entendre et que tu m’observes d’où tu
Par ces textes, lui et moi pouvons entretenir une communion es. Ce qu’on dit est vrai : on ne se rend pas compte de la valeur
d’esprit au-delà de la mort. Je pouvais voir dans les grands yeux pétillants de Michel qu’il de ce qu’on a jusqu’à ce qu’on le perde. J’aurais aimé que tu
Charles, frère aîné de Michel était un garçon curieux avec une soif d’apprendre inestimable. saches quelle bonne âme tu étais et seras toujours. Les anges
Lorsqu’il avait 14 ans, il m’avait dit qu’il voulait devenir « his- ne sont jamais déchus et ne t’abandonneront jamais. Je me
Michel, avec ton sourire, ton visage et ton énergie, tu savais torien », de façon confiante, sûr de lui… ça m’avait beaucoup souviendrai toujours des fois où nous allions en classe ensem-
toujours rendre les gens heureux. Ici, sur Terre, nous t’avons impressionné. Il montrait une grande force de caractère et il ble, ou de nos discussions animées sur la politique, l’histoire
perdu, mais le Ciel doit se réjouir de te compter parmi les an- nous l’a aussi prouvé par ses nombreux voyages et sa force de ou la religion. Malgré nos divergences d’opinion, je te tenais
ges. Michel continuera de vivre dans notre cœur. Personne ne volonté à apprendre d’autres langues. Michel, tu seras toujours en haute estime pour ton intelligence et ton attitude… Mike, tu
l’oubliera, surtout pas moi. Même avec une vie si courte il a su dans nos cœurs! as laissé une belle marque dans ce monde. Il faut que, comme
changé le monde. Tante Marilyne Lajeunesse moi, tu saches et comprennes ce que tu vaux. Je t’aime, mon
Sean Kaw, ami proche de Michel beau. Repose avec les anges. Affectueusement,
et de la famille Gariépy-Lajeunesse, Université d’Ottawa Salut cousin, je te garde une place dans mon cœur pour toujours. Reem, amie, Université d’Ottawa
Vincent Gariépy, cousin
Au moment où la chenille croyait la fin du monde arrivée, elle Il racontait vraiment des histoires des plus incroyables et je
se transforma… en papillon. Je t’aimerai toujours. Affectueu- Tu vas nous manquer, Michel. l’en remercie.
sement, Julie Robert, cousine Gillian Fische, amie, Université d’Ottawa
Ellen (à la mode…), amie, Université d’Ottawa
Michel sera toujours en nous et nous ne l’oublierons pas. Son Michel est sans aucun doute l’une des personnes qui m’aient le
J’ai adoré Michel, il a été extraordinaire pour moi. Je partage séjour parmi nous aura été malheureusement beaucoup trop plus impressionné.
de tout cœur la douleur et aussi la douceur des souvenirs de court. Bon voyage cher Michel. Granthy Franklin, Ottawa
Michel. Ta tante Jeanne-d’Arc Bertrand
Laurence Trudel, Québec (amie chère et source précieuse d’inspi- Je suis venue aujourd’hui pour vous remercier d’avoir élevé
ration pour Michel, en particulier pour les voyages et les langues) Cher Michel, nous ne pouvons demander plus de toi que de une personne aussi bonne, aussi bienveillante et aussi opti-
nous laisser penser aux joies avec lesquelles tu as rempli nos miste, pour qui j’avais énormément d’estime.
Depuis que je suis tout petit, je puis affirmer être fier de mon vies, jusqu’au moment où tu as franchi le seuil. Nous permet- Liann Lachance, guide parlementaire et collègue
ami, fier d’avoir grandi à ses côtés et fier de faire partie de la tons de garder levée l’oriflamme de ton éternelle vivacité et de
famille Gariépy! Plus tard, j’ai côtoyé un jeune homme rempli mener une vie digne de ton amour, de ta gentillesse et de ton Le programme des guides est immédiatement tombé en amour
d’ambition qui a su, bien avant tout le monde, réaliser des rê- amitié. Nous espérons te rencontrer encore à la fin quand les avec Mike, avec sa soif de savoir et son sens de l’humour. Nous
ves et cheminer vers l’excellence. Michel, tous les jours je te luttes de cette vie sont finies et de toujours avoir le bonheur de nous considérons chanceux de l’avoir connu.
parle, car dans mon cœur, tu es vivant. te voir, là où ça goûte le jus du paradis! On t’aime, Michel, et tu Sophie Bourgon, Programme des guides parlementaires
Mathieu Labrecque, ami d’enfance nous manques. Prends soin de toi.
L’Association des résidents et résidentes Mike a été un jeune homme exceptionnel, de la soumission
J’ai tellement de bons souvenirs! Je me rappelle quand Mi- de l’Université d’Ottawa de sa candidature en personne pour le Programme des guides
chel est arrivé [en Bavière], sans vraiment parler l’allemand, et parlementaires au soutien apporté à ses amis et collègues. Ce
comme il a tout appris si vite! Notre excursion aux châteaux, Michel était pour nous un bénévole dévoué, un traducteur in- fut un privilège de le connaître.
etc. Puis au Québec, on a fait du ski-doo, du ski de fond; les telligent, un étudiant curieux, un ami amusant, un voyageur Kali Prostebby, Programme des guides parlementaires
excursions à Montréal et à Ottawa… c’était unique! sans peur, un gars incroyable, mais surtout... une personne
Maximilian Ciochina, Allemagne, aimable. Tu vas beaucoup nous manquer, Mike. Mike était un rayon de soleil au travail. Il a conquis notre cœur
ami de l’échange scolaire de 4e secondaire Ta Fédération étudiante dès qu’il est entré pour son entrevue et qu’il s’est présenté en
chinois!
Michel était un garçon incroyable et en avance sur son temps. À ce moment-là, j’ai pensé à beaucoup de choses – tout le Stacey Watson, Programme des guides parlementaires
À l’instar de bien d’autres grands hommes, la mort de Michel temps que j’avais passé avec Michel et toutes les choses
est un événement tragique qui ne manquera pas d’en faire qu’on avait faites ensemble. Jamais dans ma vie je ne me J’ai connu Michel pendant quelques mois cet été, ce qui, pour
grandir plus d’un, moi la première. suis senti plus confus – Michel était plein de vie et de rêves. vous qui l’avez connu toute une vie, peut sembler comme cinq
Anne-Sarah Côté, amie de l’école secondaire MSS Il me parlait toujours des langues qu’il voulait apprendre minutes. J’ai passé beaucoup de temps à lui parler et je veux
et des pays qu’il voulait visiter. Il m’avait enseigné plein que vous sachiez à quel point il vous aime et qu’il n’aurait ja-
J’étais trop triste pour vous écrire, car je ne peux croire que de choses et, en me parlant de ses rêves, m’avait donné la mais voulu vous blesser. Je me souviendrai de votre fils, une
je ne pourrai aller le visiter au Québec, car il est déjà parti… même passion de vivre qu’il avait. Je veux vous dire merci grande inspiration.
Michel était l’un de mes meilleurs étudiants, il était vraiment pour avoir élevé un garçon comme Michel, qui m’a appris Pascale-Renée Cyr, amie, Université d’Ottawa
intelligent et poli; dans ma classe, il était comme le Chinois tellement de choses.
ancien, gentil et studieux. J’ai beaucoup aimé Michel et je ne Joseph Vincent, État de l’Ohio, Mike, pendant que moi, à 17 ans, je mettais des épiceries dans
l’oublierai jamais. ami de l’échange à Taiwan un sac, toi, tu étais partout dans le monde. Dès le moment
Munia Kao, professeure de mandarin, Taipei, Taiwan qu’on te rencontre, on est soudainement inspiré. Je sais que
Cher Michel, ta belle âme sera dans ma vie pour le restant de d’où tu es, tu vas continuer d’inspirer le monde. Avec amour.
J’ai été terriblement ébranlé et attristé de ce qui est arrivé à mes jours. Nos souvenirs ensemble ne me quitteront jamais. Sophie
Michel. C’était un de mes très bon amis, que j’ai rencontré Tu n’as rien mérité de tout ça. […] Les mots m’échappent. Si tu
à Taiwan et qui est venu me visiter à Seattle. Je n’ai jamais pouvais seulement voir combien tu nous as affectés. J’espère Michel a été mon premier véritable ami à Ottawa. Nous avions
connu une personne aussi attentionnée et merveilleuse, pas- que tu nous surveilles du Ciel. Tu me manques énormément. tant en commun. Son amitié, ses idées et nos discussions me
sionnée par tant de choses. C’est de cette personne que je me Steph Parent, amie, Université d’Ottawa manqueront longtemps. C’est un privilège de l’avoir connu.
souviendrai. Peter « O-K » Doherty, ami, Ottawa
Ryan Bielby, État de Washington, À Mike, mon cher ami. Tu étais débordant d’énergie, ça pa-
ami de l’échange Rotary international 2007 raissait dans ton beau sourire. Tu étais si créatif et intelligent, Votre fils était un de mes seuls amis pendant l’été. Merci, Mi-
j’ai toujours été fasciné par ton truc de magie pour ouvrir les chel, et merci à vous aussi.
Michel avait un petit air timide à l’extérieur, mais il était tel- portes… Je l’ai essayé moi-même et les visiteurs ont adoré! Tu John Simpson, Kamloops, BC
lement grand à l’intérieur. On pouvait discuter de n’importe avais tant de talent, merci de m’avoir aidé avec le chinois, j’as-
quoi avec lui, car il avait toujours une bonne réponse de re- pire toujours à être comme toi et à parler chinois aussi bien Michel a été ma famille quand je n’en avais pas. Je ne l’oublie-
tour. Michel était un petit génie à découvrir, à dix-neuf ans, que toi. Je t’embrasse fort! Toujours dans mon cœur! (Adressé rai jamais.
il entreprenait déjà sa deuxième année d’université. J’espère aux parents) Vous avez fait un beau travail! Michel était vrai- Bernd Buschke
que d’autres étudiants poursuivront son beau et long chemi- ment intelligent, il m’aidait beaucoup à apprendre le chinois.
nement à travers le monde. Michel, tu seras toujours dans nos Un beau garçon. Michel, ton sourire inoubliable et ton intelligence sans bornes
pensées. Kristine Simpson, amie, Université d’Ottawa font de toi une très belle âme.
Grand-maman Marie-Paule (Paquette) Kerry Duncan, Ottawa
Nous t’aimons tous, Mike. Je t’aime. […] J’essaie de me rap-
Au réveillon de Noël de l’an 2008, nous avions un invité spécial peler de nos bons moments parce que je veux célébrer ta vie. La mémoire de Mike continuera de vivre dans le cœur de tous
du nom de Michel. Les cousins Sébastien et Benjamin étaient […] Tu as tant accompli, tu as vécu tellement plus que bien ceux qu’il a connus. Ceux dont il a touché la vie sont certaine-
très ravis d’avoir de la visite. Au cours de cette soirée, je me des gens de ton âge. Tu es un modèle pour plusieurs et un ami ment bénis.
souviens avoir observé un jeune homme d’une grande finesse. hors pair. J’aurais aimé te connaître mieux. Je ne t’oublierai Josh Haire, Calgary

« Si le grain de blé qui est tombé en terre ne meurt, il reste seul; mais, s’il meurt, il porte beaucoup de fruit » (Jean 12:24). Que ce dernier
voyage de Michel puisse apporter à ceux qu’il laisse, la force d’accepter ce qu’ils ne peuvent changer, et le courage de changer ce qui peut l’être.
Arts et Culture le 7 décembre 2009

CRITIQUE CD Calendrier culturel du 7 au 13 décembre

La pluie, la rupture et la belle saison ARTS VISUELS


Exposition internationale d’estampe numérique miniature
Quand? Jusqu’au 15 décembre
La formation irlandaise The Swell Season donnait naissance à son troisième album, Strict Où? Centre d’artistes Voix Visuelle, 81, Beechwood, Ottawa

Joy, le 21 novembre dernier. Ceux qui ont entendu parler de l’œuvre cinématographique Paroles de photographies, présenté par la Croix-Rouge canadienne
Quand? Du 10 au 17 décembre
Once et de sa magnifique trame sonore seront enchantés d’écouter leur nouvel album. Où? Galerie Montcalm, 25, rue Laurier, Gatineau (secteur Hull)

MUSIQUE
Dom Lebo et Les Moindres
Quand? Le 11 décembre à 19 h 30
Où? Dépanneur Sylvestre, 9, rue Fortier, Gatineau (secteur Hull)

Vilain Pingouin
Quand? Le 12 décembre à 20 h
Où? Salle Odyssée, 855, boulevard de la Gappe, Gatineau

Chinatown
Quand? Le 12 décembre à 21 h 15
Où? Le Petit Chicago, 50, promenade du Portage, Gatineau (secteur Hull)

THÉÂTRE
Cyrano Tag
Quand? Du 12 au 20 décembre
Où? La Nouvelle Scène, 333, avenue King-Edward, Ottawa

SUR LE CAMPUS
Collecte de fonds – Galerie 115 : Vente d’œuvres d’art de fin de saison
Quand? Le 7 décembre de 14 h à 20 h
Où? Galerie 115, 100, rue Laurier est, Ottawa

DIVERS
Photo The Swell Season Café philo : Le bonheur au quotidien
The Swell Season prouve que l’amitié peut subsister après l’amour. Quand? Le 7 décembre à 19 h
Audrey Labrie chantent : “Will you stay? Here, stay restera dans la tête des auditeurs Où? Café Gaïa, 103, rue Frontenac, Gatineau (secteur Hull)
around, and we’ll both start working pendant des heures tandis que Véronique Strasbourg
The Swell Season est un groupe aux this out.” “Fantasy Man” et “The Verb” les
origines multiples, formé principa- L’ambiance générale de Strict berceront dans leurs plus profon-
lement du chanteur irlandais Glen Joy est plus légère que la trame des pensées.
Hansard du groupe The Frames et sonore de Once, et d’autant plus Dans une entrevue accordée au
de la pianiste et vocaliste tchèque accessible pour les gens qui ne magazine canadien d’actualité mu-
Markéta Irglová. Ceux-ci ne parta- connaissent pas préalablement sical Exclaim!, Hansard explique
gent malheureusement plus leur vie The Swell Season. En effet, le que l’origine du titre de l’album
amoureuse. Malgré leur rupture, ils piano, qui était plus pesant sur le provient du poème “Strict Joy” de
n’ont pas cessé de composer ensem- deuxième album si l’on pense à James Stephens. « [Celui-ci] évoque
ble et ils sont de retour pour nous “Lies,” est maintenant en commu- le mal-être et cette idée de “je ne
éblouir de leur musique. Leur his- nion avec la guitare acoustique et souffrirai pas” », explique Hansard
toire a d’ailleurs inspiré 12 pièces le violon. De plus, les voix, teintées à propos de ce qui l’a inspiré dans
à saveur pop-folk avec lesquelles de tristesse sur la trame sonore de les paroles de Stephens. “Strict Joy”
on ressent une gamme d’émotions Once, se sont égayées sur quelques décrit également l’introspection, qui
qui passent par la mélancolie et la pièces et adoucies sur d’autres. se marie bien avec l’idée de la rup-
nostalgie, pour ensuite se transfor- Quelques mélodies rappellent Cat ture et de la composition musicale
mer en sentiment d’espoir. L’album Stevens tandis que d’autres arran- ou lyrique.
permet de suivre leur séparation gements musicaux font penser à Les paroles rassurantes des chan-
non sans douleur et l’ambiguïté de Patrick Watson. Les voix chaleu- sons et les mélodies réconfortantes
l’amitié après une relation. En effet, reuses sont principalement celles de Strict Joy méritent, selon moi,
l’univers musical intime dévoile les de Hansard et Irglová, mais il n’est un 8,75/10. The Swell Season n’a
inquiétudes d’un cœur brisé et le dé- pas rare d’entendre tout le groupe certainement pas fini d’épater avec
sir de garder un lien avec la person- à l’unisson, ce qui donne une im- sa musique et le groupe est la preuve
ne tant aimée. Beaucoup se recon- pression envoûtante. “The rain” irréfutable que l’amitié peut exister
naîtront lorsque Hansard et Irglová sera sans aucun doute la pièce qui après l’amour.

embauche!!!
Vous voulez vous joindre à une équipe dynamique et acquérir une Envoyez votre CV et votre lettre de présentation à est à la recherche d’un
expérience sans égale? La Rotonde est présentement à la recherche direction@larotonde.ca avant le 11 décembre.
d’un Rédacteur en chef. Chef de pupitre Actualités
Pour plus d'information, visitez larotonde.ca ou Pour des renseignements supplémentaires, veuillez contacter
Expertise en gestion d’équipe et en journalisme requise ainsi qu’une contactez-nous via info@larotonde.ca.
Céline Basto, directrice générale, à direction@larotonde.ca
bonne connaissance des enjeux du campus de l’Université d’Ottawa.
Poste bien rémunéré!!! ou visitez larotonde.ca

14 • www.larotonde.ca culture@larotonde.ca
le 7 décembre 2009 Arts et Culture
outon
Le coin du gl
Eric Ricou

Au secours du hamburger
Création états-unienne datant du 19e siècle, des autres ingrédients? J’y reviendrai. Parlons Après tout, c’est un hamburger, pas un pain de
Photo Eric Ricou

le hamburger a rapidement été adopté par le d’abord de la viande : le bœuf haché. viande.
reste de l’Amérique du Nord et, par la suite, le Le bœuf haché trouvé en épicerie, maigre ou Le pain comme tel est aussi crucial. Sec,
monde entier. Le hamburger est universel. On extra-maigre, est, on en convient, banal. Or, on friable ou grumeleux, il gâche toute bouchée.
l’admire, le critique, le réinvente et le déguste. peut hacher toutes sortes de coupes de bœufs, Il devrait plutôt être moelleux, pliable et frais,
Pour certains, il évoque le fast-food et la cor- atteignant ainsi différents résultats en ce qui a mais suffisamment consistant pour bien sup-
ruption de notre alimentation; pour d’autres, trait au goût, au contenu de gras et à la texture. porter son contenu. Idéalement, le pain est un
ce mets rappelle les barbecues familiaux ou Si le bœuf haché maigre est insipide, c’est jus- complément, un véhicule dont les caractéris-
les premiers moments d’une gourmandise tement parce qu’il ne contient pas de gras. Ain- tiques accentuent la qualité de la viande sans
naissante. si, un bon hamburger doit contenir environ 20 nous en distraire. J’ai souvent trouvé que les
Je ne le cache pas : je me range très clai- à 25 % de gras, ce qui assure ce savoureux goût pains à hamburger en vente à 99 ¢ à l’épicerie
rement dans le camp des amateurs de ham- de bœuf et, aussi, empêche la viande de se des- s’avèrent le meilleur choix.
burgers. Et c’est en tant que défenseur du sécher lors de la cuisson. Il est aussi important Pour ce qui en est de The Works, la viande
hamburger que j’écris cet article. Voyez-vous, que la viande ne soit pas hachée trop finement, qu’on y trouve, d’abord, est sèche, trop cuite,
on témoigne d’un phénomène inquiétant à car on risque ainsi de se retrouver avec une fade et débarrassée de sel. Lourde et consis-
Ottawa depuis quelques années. En effet, il texture granuleuse et déplaisante. Le sel est tante, elle reste néanmoins insipide et inin-
semblerait que des gens mangent de mauvais un ingrédient nécessaire dans une boulette de téressante. Malgré l’absence de gras dans
hamburgers, mais sans s’en rendre compte. hamburger, puisqu’il permet de dégager toutes la viande, le pain sec arrive à se détacher en
Je cible ici la chaîne ottavienne The Works, les saveurs et les arômes de la viande et d’éviter miettes et je dois plusieurs fois prendre une
gagnante de plusieurs prix « Meilleur ham- qu’on sombre dans un terne ennui gustatif. La gorgée d’eau afin d’avaler aisément. Si les
burger en ville ». Avant de m’embarquer dans cuisson est tout aussi importante : trop cuite, la hamburgers sont de piètre qualité, pourquoi
une tirade insensée, je vais prendre le soin de viande devient sèche, perd son gras et déçoit. les gens fréquentent-ils en masse cet établis-
définir ce qu’est, idéalement, le hamburger. Cuite un peu plus que saignante, la boulette sement? En raison de l’énorme quantité d’in-
Il est simple, le hamburger. Pain, bœuf ha- reste juteuse et succulente. Certains ajouteront grédients, saugrenus et inusités, qu’on ajoute
ché et peut-être fromage : ce sont les ingré- des œufs, des oignons ou d’autres assaisonne- aux hamburgers. Mais ce ne sont pas ces arti-
dients de base et, outre un ou deux condiments ments au mélange de leurs boulettes, mais c’est fices qui vont me distraire de la réalité. Pour
de votre choix, c’est tout ce dont vous avez be- une erreur. Ces agréments ne vont qu’atténuer l’instant, quand je cherche un bon hamburger,
soin pour un excellent hamburger. Qu’en est-il le goût du bœuf, qu’on veut plutôt souligner. je le trouve dans ma cuisine.

CONCERT DE NOËL In abstracto


L’École de musique en spectacle
Julie-Anne Lapointe, Chef de pupitre Arts et culture

viens-tu bergère? » et « Ô nuit de


paix ». Le répertoire comportait
autant de pièces françaises que
Redon-danse
La semaine dernière, le ballet Cas- velle chanson à la radio qui nous est
d’anglaises. se-noisette était, encore cette année, restée dans la tête toute la journée
La musique et les chants livrés présenté au Centre national des Arts. tellement on l’a aimée. Son film pré-
étaient d’un excellent calibre. Le « Quelle bonne façon d’entamer le féré, on ne se lasserait pas de l’écou-
programme du concert avait été mois de décembre et la période des ter. On le connaît par cœur, mais on
bien pensé, puisqu’un enchaîne- Fêtes! » peut-on penser. Le concept ne peut pas s’en empêcher.
ment fluide se faisait entre les dif- est pertinent – on parle, après tout, C’est pourquoi, en décembre,
férentes prestations. L’ensemble de d’un casse-noisette reçu en cadeau les fans de Casse-noisette assistent
chorales chantait deux chansons de Noël – mais, avouons-le, pas très une fois de plus à leur spectacle du
pour ensuite laisser la place au qua- ingénieux. Tout le monde le sait : temps des Fêtes. Ils en connaissent
tuor de violonistes et violoncellistes, Casse-noisette rime avec Noël. On les chansons, l’histoire, les person-
et, plus tard, à la soprano Isabelle n’ira pas assister à une représen- nages, le décor approximatif… mais
Lacroix. Le public était d’ailleurs in- tation de ce ballet en juillet. Il n’y ça ne les empêche pas d’être là, assis
vité, à plusieurs reprises, à mêler sa aurait aucune logique là-dedans : fièrement dans leur siège au CNA
voix à celle des choristes. c’est en décembre que ça se passe. en attendant impatiemment la ver-
D’une durée d’environ 1 h 15, la Et si on manque la représentation sion annuelle – modifiée, repensée,
cérémonie a permis aux specta- de cette année, pas de danger! On retravaillée, remodelée – de la cho-
teurs de constater le talent des étu- pourra se reprendre dans un an. régraphie.
diants en musique de l’Université On est tellement devenu habitué Le phénomène est quand même
d’Ottawa. L’événement aurait été au fait que ce spectacle soit présenté étrange, admettez-le. Plus on
d’autant plus impressionnant s’il annuellement que plusieurs tiennent connaît une œuvre, plus elle nous
avait eu lieu dans une salle plus pro- pour acquis qu’ils iront revoir le chef- intéresse. Jusqu’au jour où, oups!
pice aux spectacles. L’éclairage fluo- d'œuvre chorégraphique du temps on l’a trop vue, entendue, lue… et
rescent et le décor fade de la grande des Fêtes. On ne demande plus « as- qu’on décide de changer de disque,
Photo Jessica Rose
Une offrande de talent au concert annuel du temps des Fêtes. salle multifonctionnelle du pavillon tu déjà vu le ballet Casse-noisette? », littéralement.
Tabaret (local 112) nuisaient quel- mais plutôt : « es-tu allé voir le ballet La beauté de Casse-noisette, c’est
Julie-Anne Lapointe vices spirituels, mettait en vedettes que peu à l’ambiance créée par les Casse-noisette de cette année? » Le qu’on a pensé à tout ça. Le spectacle
des ensembles choraux, un chœur musiciens. spectacle fait partie, pour plusieurs, est présenté une fois par année. On
Plusieurs étudiants et gens de la de cuivres, des solistes et d’autres À leur sortie de la salle, les cho- des traditions de Noël. Il faut déci- a donc 11 mois pour passer à autre
communauté se sont déplacés au musiciens sous la direction de Lau- ristes ont continué d’entonner leurs dément qu’ils aient une profonde ad- chose et approfondir nos connais-
pavillon Tabaret le vendredi 4 dé- rence Ewashko. chants jusqu’à la rotonde du pa- miration pour celui-ci pour vouloir y sances de la scène culturelle ailleurs.
cembre dernier, à midi, pour assis- Les membres du Chœur Cali- villon, au foyer principal de Taba- assister d’année en année. Décembre arrive alors pour nous
ter à une représentation musicale xa-Lavallée, l’Ensemble choral de ret. Le public les a suivis et a écouté Évidemment, si on apprécie une rappeler nos devoirs. On troque nos
soulignant Noël et le travail acharné l’École de musique, ont livré une les derniers airs chantés, tandis que œuvre, on en veut plus. On entend albums pour d’autres à thématique
des étudiants en musique. Le grand excellente interprétation d’un ré- des employés de l’édifice sortaient souvent, à la sortie du cinéma : du temps des Fêtes, et nos soirées
concert annuel du temps des Fêtes pertoire de chansons à thématique un à un des bureaux pour assister « C’était bon, mais je ne le regar- au cinéma pour une représentation
« Offrande musicale pour Noël », de Noël. Tous vêtus de noir, de vert eux aussi à ce spectacle. Le concert derais pas deux fois », synonyme de Casse-noisette. Qu’on aime ou
organisé par le Département de mu- et de rouge, les choristes ont chanté a bien clôturé la session et a souli- de « finalement, j’ai pas “trippé ”». non la version de cette année, on
sique de l’Université d’Ottawa en les classiques du temps des Fêtes gné les efforts des étudiants en mu- Quand on a adoré un livre, on veut sait qu’on y retournera l’année sui-
collaboration avec le Centre des ser- connus du grand public, tels « D’où sique. le relire. On veut réentendre la nou- vante. C’est comme ça.

culture@larotonde.ca www.larotonde.ca • 15
Sports
le 7 décembre 2009

Maxime Goulet
sports@larotonde.ca

La presse se prononce
L’année 2009 tire à sa fin. Fin d’année étant souvent synonyme de bilan annuel, La Rotonde a trouvé pertinent de rassembler les meilleurs et les plus assidus des journalistes
qui couvrent l’actualité sportive du campus pour qu’ils se prononcent sur certaines questions. Maxime Goulet (MG) a recueilli les opinions, impressions et prises de position
d’Andrew Hawley (AH) du Fulcrum, Simon Cremer (SC), Romain Guibert (RG) et Pierre Bergeron (PB) du Pony Express et Vincent Duquette (VD) de La Rotonde.
Quelles équipes sont susceptibles de remporter un championnat
(Sports universitaires de l’Ontario, SUO, ou Sport interuniversitaire
canadien, SIC)? Expliquez.
The Fulcrum (TF) LePonyExpress.com (PX) La Rotonde (LR)
Consensus : L’équipe de basket-ball masculin connaît jusqu’à maintenant
d’excellentes performances.
RG, PX : « Inévitablement, le nom de l’équipe de basket-ball arrive en tête.
On a eu quelques frayeurs en début de saison, pensant qu’elle aurait beaucoup
de mal à rivaliser avec les plus grandes pointures. Mais avec la grande victoire
contre Lakehead, il ne reste plus qu’à voir le chemin que cette équipe continuera
d’emprunter en janvier. Si elle est aussi dominante, on peut s’attendre à ce qu’elle
soit un sérieux prétendant aux titres ontarien et canadien, d’autant plus que
Carleton semble prenable cette année. »
AH, TF : « Parce que Dave DeAveiro et Josh Gibson-Bascombe sont les meilleurs!
L’équipe joue bien ensemble. »
Photo Jessica Rose

L’Athlète qui s’est le plus démarqué cette année?


TF Brad Sinopoli
AH : « Brad Sinopoli, Courtney Luscombe [soccer féminin],
(foot ball Dax Dessurault [basket-ball masculin]. »
masculin)
SC : « Brad Sinopoli. Brad n’a pas joué avant septembre, mais
PX Brad Sinopoli, il a sauté dans les souliers de l’athlète avec le plus de pression
Courtney sur le campus [Josh Sacobie], et a répondu à des attentes très,
très élevées. »
Luscombe PB : « Courtney Luscombe. Quand tu finis meilleure buteuse
de ton équipe et que ton équipe est la plus performante de
l’Université d’Ottawa! pas besoin de se poser la question. »

LR Brad Sinopoli, VD : « Brad Sinopoli. Il a été la pierre angulaire de l’offensive


ottavienne et a dominé tous les aspects du jeu avec son bras et
Josh Gibson- ses jambes. Il a permis aux Gee Gees de finir avec une fiche de
Bascombe six victoires et deux défaites. »
MG : « Je n’ai pas assez suivi les fins de saison 2008-2009,
(basket-ball mais je vais y aller pour Josh Gibson-Bascombe parce qu’il
masculin) mènera son équipe loin. »
Photo Maxime Goulet

Les améliorations à apporter au Service des sports (SDS), au Streaming Sports Network Canada (SSN), au Sport interuniversitaire canadien (SIC) et/ou aux
Sports universitaires de l’Ontario (SUO)?
TF AH : « Pour l’instant, je suis assez content avec les sites web du SDS, du SSN Canada, du SIC et des SUO... Peut-être plus de vidéos des Gee-Gees sur le site du SDS. »

PX RG : « Le SDS a quelques problèmes de personnel, donc tant que ce n’est pas résolu, on ne peut leur en demander plus. Une chose est sûre, leur campagne de promotion est
sur le bon chemin. Le SUO et le SIC ont revu leurs sites web respectifs. Rien à dire : celui des SUO est super. Mais le site du SIC, c’est tout le contraire (euphémisme). Il manque
encore tellement d’information (euphémisme). »
SC : « SDS : Plus de publicité pour les matchs, des cheerleaders, obtenir une licence pour la vente d’alcool (et, conséquemment, compartimenter les tribunes).[…] SIC/SUO :
Sites [Internet] ennuyeux, résultats qui tardent à apparaître. Souvent, on se demande si ça vaut vraiment la peine d’avoir une entité nationale, au lieu de simplement se fier
aux autorités de chaque conférence. »
PB : « Pourquoi ne pas garder les statistiques des années passées en archives sur le site? Pas seulement à des fins journalistiques, mais aussi pour les recruteurs professionnels! »

LR MG : « Il est surprenant de voir que certaines statistiques diffèrent d’un site web à un autre. Pour ce qui est du SIC, son nouveau site a la qualité d’être… nouveau. »

16 • www.larotonde.ca sports@larotonde.ca
le 7 décembre 2009 Sports
Le meilleur coach de 2009 (janvier à décembre)? Pourquoi?
TF Paul Carson AH : « En golf masculin. […] C’est toujours bon quand on
gagne le SUO! Surtout quand les autres équipes ont beaucoup
(golf masculin) plus d’argent. »

Andy Sparks
PX RG : « On ne peut pas passer sous silence le travail d’Andy
(basket-ball Sparks. La fin de saison des Gee-Gees, l’an dernier, était
incroyable. Il a transformé une équipe qui avait un dossier de
féminin) 3-19 en une formation qui a signé une fiche de 15-7, puis qui
Dave DeAveiro a terminé deuxième au championnat ontarien, se qualifiant
pour les Nationaux. Cette année, le départ est plus ardu, son
(basket-ball équipe étant tout juste au dessus de .500, mais la moitié de
masculin) ses joueuses sont des recrues. Il a vraiment transformé ce
programme de la plus belle des façons. »
Steve Johnson
LR Dave DeAveiro, VD : « Denis Piché a accompli un travail phénoménal avec
l’équipe de football de l’Université, gagnant six parties sur huit
Denis Piché dans une division très compétitive du SUO. »

La plus belle amélioration jusqu’à maintenant (entre 2008-2009 et 2009-2010)?


TF Baseball AH : « 3-13 en 2008 et 12-4 cette saison. Aller jusqu’aux
Nationaux en octobre, ils sont magnifiques. »

Brad Sinopoli,
PX
Warren Ward SC : « Warren Ward. L’an dernier, il était un touriste en
défensive. Maintenant, c’est un joueur complet, qui vient
(basket-ball régulièrement en appui à [Josh Gibson-Bascombe]. »
masculin), RG : « La natation […] a réformé son système, comprenant
moins de nageurs, et qui en a déjà mis plein les yeux. »
Natation,
Soccer féminin

LR Athlétisme
MG : « On n’a pas encore vu les résultats, mais l’équipe a
beaucoup plus de profondeur que l’année dernière, ce qui
risque d’avoir une incidence majeure au classement général. »

Tous sports confondus, quelle équipe ou athlète vous a le plus surpris cette année?
AH : « L’équipe de baseball avait une saison terrible, l’année
TF Baseball, dernière, et, cette saison, elle est allée jusqu’aux Nationaux.
Rugby féminin Rugby a commencé 3-0 cette saison, ce qui m’a aussi beaucoup
surpris. »
PB : [Football] « Après un départ de 0-2, l’équipe a fini avec
PX Football, une fiche de 6-2 malgré la jeunesse de l’équipe. L’avenir est
Soccer féminin prometteur et j’ai confiance que les recrues de cette année
seront encore plus dominantes dans les années à venir. »
Basket-ball SC : « Soccer féminin. Année après année, elles sont là. Un
peu comme basket-ball masculin, mais je trouvais que mes
féminin réponses commençaient à se ressembler pas mal. »
Photo Simon Cremer

LR Corey Commentaire 2009…


MG : « En volley-ball, les filles sont d’un très bon calibre et
Thibaudeau pourtant, elles traînent en fond de classement. »
(hockey VD : « L’attaquant de troisième année Corey Thibodeau TF AH : « Félicitations à Queen’s pour avoir gagné la coupe Vanier… NON, je blague! »
en a surpris plusieurs cette année en étant le joueur le plus
SC : « Il y a beaucoup d’équipes avec du potentiel, à Ottawa. Mais tant qu’elles
masculin), constant. Ce petit joueur qui se démarque par sa vitesse et son PX n’ont pas gagné de titre, les gens n’ont pas vraiment tendance à leur porter
effort soutenu a su prendre sa place au sein du premier trio du
Volley-ball Double G. »
attention. Il serait temps de voir un championnat remporté par les Gee-Gees. »
féminin LR « À l’instar de celui de l’année passée, le nouveau photographe du SDS est pas
mal beau bonhomme. »

Quel média a le mieux couvert l’actualité sportive et pourquoi? L’entraîneur qui a le moins bien utilisé ses ressources en 2009?
TF AH : « C’était très proche, mais le Fulcrum! Ha ha! »
The Fulcrum (TF) LePonyExpress.com (PX) La Rotonde (LR)
PB : « Le Pony Express certain, même si tu vas mettre La Rotonde! »
PX SC : « Les étudiants sont vraiment choyés, parce qu’ils en ont, du choix. La
Consensus : L’équipe de hockey masculine et/ou l’équipe de hockey féminine connaissent
jusqu’à maintenant les performances les plus décevantes de l’année 2009.
Rotonde et Le Pony Express se complémentent tellement bien qu’il est trop
difficile pour moi de les départager. » PB, PX : « L’équipe [masculine] ne semble pas avoir de système et l’entraîneur ne
peut fixer le problème d’indiscipline qui coule l’équipe la plupart du temps. »
MG : « posez la question, c’est y répondre : La Rotonde, voyons. » RG, PX : « C’est dur de se prononcer sur la question. Pour l’instant, le début
LR VD : « Évidemment, les deux journaux indépendants de l’Université ont offert d’année plus que difficile de l’équipe de hockey masculine place Dave Leger dans
une couverture des plus précises des différents événements sportifs. De plus, l’eau chaude. Cela fait quelques saisons qu’il est en poste et, malgré de bonnes
l’équipe du Poney Express a fait un travail remarquable avec leur site Internet formations sur la glace, elles semblent toujours se chercher. »
ainsi que leur émission de radio hebdomadaire. Félicitations à La Rotonde, au MG, LR : « J’ai confiance que les filles vont avoir une meilleure deuxième moitié
Fulcrum et aux deux maîtres du Poney Express. » de saison. Pour les gars, je crois que je jette la serviette pour cette année. »

sports@larotonde.ca www.larotonde.ca • 17
Sports le 7 décembre 2009

VOLLEY-BALL FÉMININ

Deux victoires à point nommé


Maxime Goulet et Vincent Duquette le début du match, semblait de plus de plusieurs smashs gagnants, bien
en plus fatigué. servie par les passes de sa compa-
« Il faut vraiment gagner ces Stephanie McGuinty et Melissa triote Tess Edwards.
deux matchs », commentait Lio- Morelli ont dominé les leurs au Le match a soudainement pris
nel Woods, entraîneur du Gris et chapitre des points marqués avec une tournure différente quand les
Grenat, avant les deux rencontres respectivement neuf et huit frap- Thunderwolves ont commencé à
contre Lakehead. Les Gee-Gees ont pes gagnantes. Du côté des blocs en jouer du volley-ball plus inspiré et
répondu aux attentes de leur entraî- solitaire, c’est Joanie Beauregard- à attaquer avec plus de conviction.
neur en défaisant les Thunderwol- Veillette qui a été la meilleure chez Elles ont même réussi à prendre un
ves deux fois en autant de soirs. Le les siennes malgré un temps de jeu certain rythme en début de deuxiè-
premier match s’est terminé en trois plutôt limité avec trois. Après la me et troisième manches pour me-
manches (25-14, 25-22, 25-28), tout victoire des Ottaviennes, leur pi- ner celles-ci par cinq et sept points.
comme le second (25-13, 25-21, lote se disait satisfait. « Il n’y a pas Le Gris et Grenat ne s’est pas laissé
25-21). de partie de facile pour nous. Pour impressionner par ces avancées,
Le premier match a pris un cer- l’instant, au niveau de la constance, qu’elles ont rattrapées à deux repri-
tain temps avant de se mettre en il faut s’assurer de bien faire ses de- ses pour savourer leur quatrième
marche. Les fans les plus loyaux voirs », a-t-il toutefois ajouté. victoire de la saison. C’est grâce à un
percevaient d’ailleurs une certaine Le second match a donné lieu à travail collectif et à une performance
anxiété dans le jeu des Ottaviennes. une belle opposition de la part de sans faille de Tess Edwards (joueuse
Heureusement, tout a fini par se re- Lakehead, mais les Ottaviennes du match) et de Joanie Beauregard-
placer. Plusieurs frappes gagnantes étaient tout simplement trop fortes Veillette que le Double G a pu quit-
leur ont donné un élan que leurs pour les joueuses de Thunder Bay. ter pour les vacances de Noël avec
adversaires n’ont pas réussi à briser Une foule impressionnante s’était deux victoires importantes.« Disons
par la suite. déplacée pour encourager le Double que ça finit bien la mi-saison », a
En effet, le reste de la rencontre G, qui a répondu à ses encourage- affirmé Beauregard-Veillette, toute
s’est déroulé selon le même schème, ments en dominant leurs opposan- souriante. « Il faut y aller match par
c’est-à-dire une domination subtile, tes trois manches à zéro. match », a-t-elle ajoutée.
mais constante des Gee-Gees. Tess La première manche a été domi- Les volleyeuses des Gee-Gees re-
Edwards, qui s’était ouvert les ge- née jusqu’à la fin part la troupe de noueront avec l’action le 8 janvier
noux il y a quelques semaines en Lionel Woods, qui a pris une avance 2010 à Brock, où elles entameront la
récupérant un ballon dans les es- confortable de 14 points en début de deuxième partie de leur calendrier.
trades, a récidivé cette semaine en manche. Lakehead a tenté tant bien Plusieurs matchs importants atten-
montant la première marche de l’es- que mal de revenir dans ce premier dent les Ottaviennes, aussi devront-
trade pour rapporter un ballon en set, mais les Gee-Gees ont répliqué elles jouer avec constance pour es-
Photo Mathieu Langlois jeu. Après deux sets, Lakehead, qui aux nombreuses attaques adverses. pérer remporter le championnat du
Les Ottaviennes ont su répondre aux attentes de leur entraîneur. jouait déjà maladroitement depuis Karina Krueger Schwanke y est allée Sport universitaire de l’Ontario.

Tirs de barrage
Après une absence de deux éditions dans votre Rotonde, les Tirs de barrage reviennent cette semaine
avec un invité de marque, l’athlète le plus complet du Gris et Grenat : la mascotte des Gee-Gees.
Catherine Cimon LR : Quel est ton meilleur truc LR : As-tu une équipe de sport
pour un public qui n’est pas en- préférée parmi le Double G?
La Rotonde : D’où t’es venue la joué, qui ne participe pas? GG : Le basket-ball, sans hésitation.
vocation? GG : Je fais jouer la chanson de Jus- Masculin.
Gee-Gee : Eh bien, dans l’écurie tin Timberlake, “Sexy Back.” C’est
Gee-Gee et à la ferme, quand j’étais absolument la meilleure façon pour LR : Que réponds-tu à ceux qui
petit, mes parents me répétaient moi de faire participer les gens. n’aiment pas la mascotte de
toujours qu’un jour, j’irais à l’univer- l’Université d’Ottawa?
sité et que ce serait mon tour d’être LR : Même si tu es difficile à GG : S’ils ont peur de la mascotte
le Gee-Gee; c’est quelque chose qui manquer, on ne te voit pas – parce que c’est normal, je peux
m’est venue naturellement. souvent sur le campus. Où te intimider avec mes gros muscles –,
caches-tu? je comprends. Sinon, je leur dirais
LR : Tes parents ont-ils déjà GG : Mais non! Je suis souvent à qu’ils ne supportent pas leur école
représenté l’Université d’Ot- différents endroits de l’Université. s’ils n’aiment pas la mascotte!
tawa? Par exemple, on peut me voir ré-
GG : Oh oui, mon père a été le Gee- gulièrement au pavillon Montpetit, LR : En tant que mascotte, fais-
Gee durant les années 1960 et ma dans les studios de danse, à la pis- tu des choses bizarres durant
mère, pendant un an, en 1972. cine et même dans la salle d’entraî- les matchs?
nement! GG : Oui. Je m’assois souvent dans
LR : Comment se sont-ils ren- une poubelle, je vole les sacoches et
contrés? LR : Vas-tu veiller avec les équi- je prends les foulards des femmes…
GG : Par hasard, je crois, entre deux pes de sports dans les coins
compétitions au cours d’une course chauds de la ville? LR : C’est donc une forme de
d’obstacles. GG : Oui. Étant donné que je suis fétichisme envers les accessoi-
un bon danseur, j’aime sortir dans res féminins?
LR : Est-ce que tous les Gee- les boîtes à chansons; mais je man- GG : Si on veut, haha!
Gees ont la chance de deve- que parfois de place, c’est parfois
nir, au moins une fois dans gênant… LR : As-tu déjà eu une histoire
leur vie, la mascotte officielle d’amour avec une autre mas-
des équipes ottaviennes? LR : Est-ce qu’une mascotte, cotte?
GG : Non, pas du tout. On nous c’est toujours heureux, ou ça GG : Pas vraiment. De temps en
fait passer des tests d’aptitude, peut être triste de temps à temps je sors avec Youppi, c’est un
des compétitions et des épreuves. autre? bon « chum de gars ». Par contre,
Je dirais que la plus grande qua- GG : (Rires) C’est certain qu’il y a le Raven de Carleton et moi, on ne
lité qu’un Gee-Gee doit avoir, c’est des down, des fois. Surtout le ma- s’entend vraiment pas bien. On se
toutefois de savoir danser; les vrais tin quand il y a moins de parties des croise quelquefois au Centre Rideau
sont de bons danseurs. Gee-Gees. et on ne se dit même pas bonjour. Photo Jessica Rose

18 • www.larotonde.ca sports@larotonde.ca
le 7 décembre 2009 Sports
PORTRAIT D’ATHLÈTE

Des Olympiques à l’athlétisme


Maxime Goulet Un nouveau départ

À 22 ans, Mélanie Banville est Après une longue et brillante car-


maintenant « trop vieille » pour rière de gymnaste, Mélanie Banville
continuer à faire le sport auquel a décidé cette année de ne pas laisser
elle se dédiait depuis son enfance : la passion du sport s’éteindre dans
la gymnastique. Néanmoins, elle sa vie. On la retrouve maintenant au
a décidé que sa carrière sportive sein du Gris et Grenat en tant que
ne s’arrêterait pas là et que sa soif seule perchiste de l’équipe.
de dépassement continuerait de la L’étudiante de l’Université d’Ot-
mener vers d’autres défis à relever. tawa se dit ravie de son choix et ne
Ainsi, la jeune femme a joint cette le regrette aucunement. Elle décrit
saison l’équipe d’athlétisme des l’ambiance qui règne dans les com-
Gee-Gees et a décidé de se donner pétitions d’athlétisme comme ex-
un second souffle. Elle s’entraîne trêmement motivante et beaucoup
maintenant activement au saut à la moins stressante qu’en gymnasti-
perche et compte bien étonner au que et soutient que, jusqu’ici, c’est
cours de la saison. une très belle expérience. D’autre
part, les pratiques d’équipe sont se-
Une expérience inoubliable lon elle beaucoup plus entraînantes
et « le fun ». La discipline est aussi
La nouvelle perchiste n’arrive moins stricte et ses collègues sont
toutefois pas en terrain totalement motivants : « Tout le monde qui est
inconnu aux champs universitai- là l’est parce qu’il veut y être! »
res. En effet, si c’est la première fois Quant à ses chances de retourner
qu’elle faisait du saut à la perche, les un jour aux Jeux olympiques, cette
compétitions de haut calibre, elle fois en tant que perchiste, Mélanie
peut en parler longtemps. Banville se garde un petite réserve.
C’est que Mélanie Banville est Photo Maxime Goulet Ainsi, la jeune femme affirme qu’el-
« retraitée » de l’Équipe Canada de
De gymnaste olympique qu’elle était, Mélanie Banville s’est convertie au saut à la perche. le saura à quoi s’attendre après
gymnastique et compte à son actif quinzaine de jours les meilleurs sent, car ce n’est pas la première cette problématique lors de sa pro- avoir participé à quelques compéti-
plusieurs compétitions de niveau athlètes du monde et que plusieurs fois qu’elles s’affrontent les unes les pre expérience olympique, et qu’en tions de calibre universitaire. Pour
international, dont une participa- s’effondrent sous la pression, Mé- autres dans de grands événements 2004, toutes les filles semblaient l’instant, elle se donne à 100 %
tion aux Jeux olympiques d’Athè- lanie Banville les aborde avec une sportifs : « Ce n’est pas totalement être âgées de 16 et 17 ans. Elle dans sa nouvelle discipline et reste
nes en 2004, une expérience qu’elle tout autre vision. Pour elle, la diffé- nouveau. » ajoute toutefois que la situation positive quant à un éventuel retour
qualifie d’inoubliable : « C’est dif- rence n’est pas grande entre le cali- Questionnée au sujet du scan- semblait pire à Pékin, car, selon aux Olympiques : « Tout est possi-
ficile à expliquer, c’est l’expérience bre des compétiteurs aux Olympi- dale des gymnastes chinoises aux elle, les Chinois voulaient vraiment ble; il ne faut jamais croire que l’on
d’une vie. Pour un athlète, c’est le ques et celui des championnats du Jeux olympiques de Beijing, Ban- remporter des médailles et impres- ne peut faire quelque chose, il faut
top. » Néanmoins, même si les Jeux monde. Elle ajoute qu’en plus, les ville répond qu’elle n’a pas vrai- sionner le reste de la planète avec toujours croire en soit et donner
olympiques regroupent pour une filles en gymnastiques se connais- ment été confrontée directement à leurs athlètes surhumains. son maximum! »

HOCKEY MASCULIN

Fin de semaine décevante


Vincent Duquette compter. C’était un effort décevant, La première période a été tout à seurs adverses, les Gaels sont venus saison de hockey des Gee Gees,
un résultat décevant. » Les Gee Gees l’avantage du Gris et Grenat, qui a déjouer le gardien Riley Whitlock à qui renoueront avec l’action le 8
Les Gee-Gees affrontaient les Stin- subissaient donc une cinquième dé- réussi à limiter la puissante attaque un peu moins de cinq minutes de la janvier 2010 à Carleton. Plusieurs
gers de l’Université Concordia à faite de suite et une septième en huit de Queen’s à seulement cinq lancers. fin du match. Queen’s n’a plus ja- matchs difficiles attendent la trou-
Montréal dans un duel qui oppo- matchs. L’échec-avant d’Ottawa a permis de mais regardé derrière par la suite, pe de Dave Leger. Celui-ci espère
saient deux équipes des bas-fonds créer plusieurs chances de marquer ajoutant à leur avance en fin de pé- d’ailleurs que l’équipe remplira les
du classement du Sport universi- Pas encore assez et de forcer les joueurs adverses à riode pour se sauver avec la victoire. objectifs qu’elle s’était fixés en dé-
taire de l’Ontario. Ottawa n’a pas prendre des punitions. Les Gee Gees Le gardien de but des Gaels, Mac- but de saison : « Il faut y aller un
réussi à mettre fin à sa série de dé- La dernière partie du Double G ont même ouvert la marque lors de kenzie Ball, a littéralement volé les match à la fois, mais une présence
faites et s’est incliné par la marque avant le congé des Fêtes était dis- leur premier jeu de puissance : Mat- Ottaviens tout au long du match en en séries éliminatoires seraient
de 6 à 1. Après une première période putée au Complexe sportif de l’Uni- thieu Methot a déjoué le gardien de effectuant plusieurs arrêts spectacu- grandement satisfaisante. Les gars
sans buts, Concordia a littéralement versité d’Ottawa face aux Gaels de Queen’s d’un lancer de l’enclave. laires, dont 14 en troisième période. sont très optimistes et fiers de re-
explosé en deuxième et troisième l’Université Queen’s, contre qui il Sandhu et Thibaudeau ont obtenu Ce match met un terme à la mi- présenter l’Université d’Ottawa. »
périodes, déjouant le gardien Aaron avait perdu 8 à 5 la semaine der- des passes sur ce but. Ottawa est
Barton à six reprises. L’attaquant nière. Malgré leur effort soutenu et finalement retourné au vestiaire
ottavien Simren Sandhu a été le seul leur belle performance générale, les avec une avance d’un but, et ce sans
à percer la muraille du gardien ad- Gee-Gees se sont tout de même in- prendre de punition.
verse en fin de troisième période. clinés par la marque de 3 à 1, devant Le jeu robuste a été le fait mar-
quant du deuxième engagement,

« C’était un match très décourageant. » plusieurs bonnes mises en échecs


ayant été servies par les deux équi-
pes. Même si quelques punitions

- Dave Leger sont venues gâcher un peu le ryth-


me que le Double G avaient pris en
première, ce dernier a effectué un
« C’était un match très découra- une foule d’étudiants énergique. « travail solide en désavantage numé-
geant », déclare l’entraîneur-chef Les gars ont bien joué, ils méritaient rique pour limiter Queen’s à un seul
Dave Leger. « Nous avons subi des un meilleur sort. Il y avait une belle but, celui de Joey Derochie.
punitions inutiles et, encore une énergie dans l’amphithéâtre et nous Même si les Gee-Gees ont com-
fois, nous nous sommes retrouvés avons pris beaucoup moins de pu- plètement dominé le dernier enga-
dans une situation difficile en ten- nitions qu’à l’habitude », soulignait gement en créant plusieurs chances Photo Jessica Rose
tant d’empêcher [Concordia] de Dave Leger après le match. de marquer et en pressant les défen- L’effort soutenu et la belle performance générale n’ont pas suffi à défaire Queen’s.

sports@larotonde.ca www.larotonde.ca • 19
Sports le 7 décembre 2009

FOOTBALL

Scénarios dignes de films hollywoodiens


Vincent Duquette à Québec pour encourager leur de l’histoire de la coupe Grey et Damon Duval avait la possibi- placement d’une distance de 34
équipe. du football canadien. Même si les lité de faire remporter la victoire verges et permis aux Alouettes de
La fin de semaine des 27 et 28 Les Gaels tiraient de l’arrière Alouettes étaient à la traîne 27 à à son équipe à quatre secondes remporter le match 28 à 27. Les
novembre a déterminé les deux 25-7 en début de deuxième de- 11 avec 11 minutes à faire au qua- de la fin de la partie. Même si sa Roughriders de la Saskatchewan
suprématies du football canadien. mie et plusieurs croyaient que les
En effet, le match de la coupe Va- chances que Queen’s améliore le
nier avait lieu samedi et celui de la
coupe Grey, dimanche. Ce sont les
pointage étaient nulles. En revan-
che, l’offensive dirigée par l’excel-
En revanche, l’offensive dirigée par l’excellent quart Danny Brannagan a
Gaels de l’Université Queen’s qui
représentent la meilleure équipe
lent quart Danny Brannagan a per-
mis de marquer 26 points sans ré-
permis de marquer 26 points sans réplique aux troisième et quatrième
universitaire au pays, eux qui ont
défait les Dinos de l’Université de
plique aux troisième et quatrième
quarts pour remporter la victoire.
quarts pour remporter la victoire.
Calgary devant une foule record Même si les Dinos de Calgary ont
à Québec. Le lendemain, la 97e tenté une dernière poussée en trième quart, ils ont effectué une première tentative de 43 verges a se rappelleront longtemps de
coupe Grey était disputée entre les fin de match, celle-ci a échoué de remontée spectaculaire. échoué, il a obtenu une seconde cette défaite crève-cœur, eux qui
deux équipes championnes de leur deux points sur leur dernier tou- Ils ont marqué deux touchés chance à la suite d’une pénalité ont mené le match du début à la
section. Les Alouettes de Montréal ché pour leur permettre d’équili- rapides en fin de match, portant pour un nombre trop important fin. La pénalité fatale en fin de
étaient les favoris pour remporter brer le pointage. le pointage à 27-25 en faveur des de joueurs sur le terrain du côté match a permis aux Alouettes de
le match ultime face aux Roughri- Il s’agit de la première conquête Roughriders. Après une séquence de la Saskatchewan. Duval a remporter la sixième coupe Grey
ders de Régina. Même si les Rou- de la coupe Vanier depuis 1992 offensive fructueuse, le botteur réussi sa deuxième tentative de de leur histoire.
ghriders ont mené pendant tout pour Queen’s.
le match, les Alouettes ont réalisé
l’impossible en effectuant une re- La coupe Grey
montée spectaculaire au quatriè-
me quart pour remporter ce match Les Roughriders ont commencé
mémorable. le match en lions en prenant rapi-
dement les devants 10 à 0. L’atta-
La coupe Vanier que montréalaise a eu beaucoup
de difficulté à démarrer, provo-
Après une première demie do- quant deux revirements coûteux
minée par les Dinos, les Gaels ont et ne marquant que trois points en
effectué une remontée de 18 points première demie. À la fin de celle-
en deuxième demie pour rempor- ci, les Roughriders dominaient 17
ter ce match avec un score final de à 3.
33 à 31 devant plusieurs de leurs La deuxième demie a donné lieu
partisans, qui ont fait le voyage à l’une des plus belles remontées

Prolongation
Maxime Goulet, Chef de pupitre Sports

Le mouchoir orange
J’aime le sport. J’aime le cinéma. Série B
J’aime le sport au cinéma. Mais
ce que j’aime encore plus que ces Premier duel, niveau universi-
trois choses, c’est quand les spor- taire. Les Gaels s’étaient taillé une
tifs « s’amusent » à faire du ciné- place en finale nationale en l’em-
Photo Simon Cremer
Le symbole de la défaite essuyée par les Roughriders.
Les deuxièmes chances sont extrêmement rares, timbres est un philatéliste et non condition du terrain à l’emplace- orange. Duval avait une deuxième

dans le sport, et leur valeur est inestimable. un timbré, comment s’appelle ce-
lui qui collectionne les mouchoirs
ment exact où il bottait, etc. chance de permettre à son équipe
de remporter la coupe Grey. Les
orange? Au début de la saison, Parenthèse mouchoir orange deuxièmes chances sont extrême-
on aurait pu penser que le Gris ment rares, dans le sport, et leur
ma. Je ne parle pas de Dan Marino portant contre le terrible Rouge et et Grenat s’était lancé dans cette Le mouchoir orange possède valeur est inestimable.
qui fait une apparition dans Ace Or. Ils affrontaient les Dinos. Leur entreprise. Depuis la dernière au football au moins une carac- Cette fois-ci, le botteur a ajusté
Ventura mène l’enquête. Non, Je quart arrière, Danny Brannagan, finale de la Ligue canadienne de téristique fantastique : il arrête le son tir. Le ballon a franchi les 43
parle plutôt de deux équipes qui en était à sa cinquième année et football, je pense sérieusement à temps. Dès qu’il est lancé, peu im- verges qu’il fallait pour finalement
s’affrontent dans un duel si épique n’a pas été choisi pour l’équipe fonder mon propre club. La pre- porte combien de temps, le jeu se passer entre les deux poteaux, au-
que le scénario pourrait facilement d’étoiles. Quoi qu’il en soit, à la mière pièce à se procurer, pour joue et si la pénalité est acceptée, dessus de la barre transversale.
être repris par un producteur de demie, Calgary avait pris l’avance mon club de collectionneurs de on remonte le cadran au temps Par le fait même, les trois points
cinéma. 25 à 7. Plusieurs croyaient que le mouchoirs orange, serait sans qu’il était quand le mouchoir a été donnaient l’avance aux siens, le
J'ai été gâté deux fois plutôt sort de Queen’s était joué; Branna- aucun doute celui qui a été lancé lancé. temps écoulé au cadran offrait la
qu’une, la semaine dernière. Deux gan, de son côté, avait décidé que à cinq secondes de la fin de cette victoire aux Alouettes et Duval, la
finales de football, deux histoires non. Faute d’espace, je vous invite finale. Les Alouettes perdaient La remontée des Alouettes avait coupe Grey à son équipe.
fantastiques. Vous dites que le à prendre connaissance du dérou- par deux points et le fameux été spectaculaire au quatrième J’aime le sport dans ces mo-
mot « fantastique » est fort pour lement du match dans l’article de mouchoir a permis à Damon Du- quart, on ne pouvait pas en espé- ments-là, lorsqu’il me rappelle le
qualifier des matchs qui devaient Vincent Duquette, dans la section val de reprendre le placement rer davantage. Pourtant, malgré les cinéma. Pendant le congé des Fê-
se plier aux lois de la réalité en Sports de cette édition. qu’il venait de rater. 14 points marqués sans réplique tes, je crois que je vais me louer
plus des règlements officiels du Cette fois, en ayant eu au der- dans les 11 dernières minutes et le l’un des meilleurs films de sport.
football? C’est probablement que Hollywood nier lancé un avant-goût des botté de plus de 40 verges que Du- Any Given Sunday? Little Giants?
vous n’avez pas vu les matchs en conditions auxquelles il faisait val venait de rater, on pouvait s’at- Non, je vais me louer la finale
question. Si celui qui collectionne les face : distance, force du vent, tendre à encore plus : un mouchoir 2009 de la coupe Grey!

20 • www.larotonde.ca sports@larotonde.ca
le 7 décembre 2009 Sports
CLASSEMENTS
Sport interuniversitaire cana-

1 UBC Basket-ball féminin – SUO Est Basket-ball féminin – SUO Ouest


Classement au 1 décembre

2 Carleton Équipe PJ V D +/- PTS Équipe PJ V D +/- PTS


3 St. FX Carleton 9 6 3 100 12 Windsor 8 8 0 94 16
Basket-ball masculin

4 Calgary Ryerson 10 6 4 35 12 Western 8 7 1 39 14


5 Cape Breton Laurentienne 9 5 4 -7 10 Brock 8 6 2 109 12
6 McMaster Ottawa 9 5 4 -14 10 Lakehead 7 4 3 69 8
dien TOP 10

7 Windsor Queen’s 9 5 4 58 10 McMaster 7 4 3 -47 8


8 Toronto Toronto 8 4 4 14 8 Laurier 8 3 5 2 6
9 Dalhousie York 9 1 8 -142 2 Waterloo 8 2 6 -80 4
10 Lakehead CMR 9 0 9 -225 0 Guelph 8 1 7 -121 2

1 Simon Fraser Basket-ball masculin – SUO Est Basket-ball masculin – SUO Ouest
Sport interuniversitaire cana-

Équipe PJ V D +/- PTS Équipe PJ V D +/- PTS


Classement au 1 décembre

2 Windsor
3 Regina Carleton 8 7 1 135 14 Lakehead 8 7 1 43 14
4 Laval Ottawa 8 6 2 94 12 Windsor 8 6 2 93 12
Basket-ball féminin

5 Saskatchewan Toronto 8 5 3 33 10 McMaster 8 5 3 45 10


6 Cape Breton Queen’s 8 3 5 -39 6 Waterloo 8 5 3 31 10
dien TOP 10

7 Victoria Ryerson 8 3 5 -34 6 Western 8 5 3 5 10


8 Alberta Laurentienne 8 2 6 -110 4 Brock 8 3 5 -3 6
9 Memorial York 8 1 7 -108 2 Guelph 8 3 5 -30 6
10 UBC CMR 8 0 8 -314 0 Laurier 8 3 5 -26 6

Volley-ball féminin – SUO Est Volley-ball féminin – SUO Ouest

Erratum Équipe
Toronto
PJ
9
V
5
D
4
PTS
10
Équipe
McMaster
PJ
9
V
8
D
1
PTS
16
York 6 4 2 8 Waterloo 9 7 2 14
Dans « Les trois étoiles de La Rotonde » du 30 Queen’s 8 4 4 8 Western 9 7 2 14
Ryerson 8 3 5 6 Guelph 8 5 3 10
novembre dernier, l’étoile numéro 1 aurait dû Ottawa 7 2 5 4 Brock 10 5 5 10
être Cassandra Sparks, et non Christine Sparks. Lakehead 6 1 5 2 Laurier 8 3 5 6
CMR 5 0 5 0 Windsor 8 1 7 2
Toutes nos excuses.
Hockey féminin - Conférence québécoise
Équipe PJ V D DP BP BC +/- PTS

La Rotonde ouvre sa Montréal


McGill
9
7
7
7
1
0
1
0
27
32
21
7
6
25
15
14
Constitution et a besoin de toi! Carleton 7 3 4 0 14 16 -2 6
Concordia 7 1 4 2 15 25 -10 4

Réunion de bénévoles extraordinaire, Ottawa 8 1 6 1 14 33 -19 3

mardi le 8 décembre, à midi! Hockey masculin SUO Est – Division Est


Équipe PJ V D DP BP BC +/- PTS
Viens rencontrer l’équipe et apporter UQTR 13 11 2 0 61 32 29 22

ton grain de sel à la Constitution de


McGill 9 8 1 0 49 21 28 16
Carleton 13 6 5 2 44 42 5 14

La Rotonde. Nipissing
Ryerson
14
14
6
6
7
7
1
1
46
44
51
57
-5
-13
13
13

Nota bene: Tous les membres sont les bienvenus, mais Toronto 14 5 7 2 36 44 -8 12
Queen’s 12 5 6 1 43 60 -17 11
seuls ceux ayant acquis le statut de journaliste peuvent
CMR 13 4 6 3 31 54 -23 11
voter. Pour plus d'information, veuillez contacter
Ottawa 13 4 8 1 36 45 -9 9
info@larotonde.ca.
Concordia 13 2 11 0 34 61 -27 4

Venez clavarder avec votre recteur


mercredi le 8 décembre
est branchée! entre 19h et 20h sur
larotonde.ca
sports@larotonde.ca www.larotonde.ca • 21
le 7 décembre 2009

Divertissements

Opinions
Témoignage de l’autodestruction La délégation jeunesse canadienne
de la FCÉÉ au Sommet de l’ONU pour le climat

À D
la dernière assemblée générale annuelle (AG) ont également manqué de respect en enregistrant es « équipes climat » se préparent de Victoria à Halifax, de
de la Fédération canadienne des étudiantes d’autres délégués à leur insu et en utilisant un langage Prince George à Ottawa, pour demander que leurs élus s’enga-
et étudiants (FCÉÉ), j’ai eu la chance de faire inapproprié. Vers la fin de l’AG, plus aucune forme de gent à travailler pour la justice environnementale, c’est-à-dire,
partie de la délégation représentant la Fédé- respect ne subsistait des deux côtés. s’engagent à investir des fonds pour venir en aide aux commu-
ration étudiantes de l’Université d’Ottawa (FÉUO). J’ai également été témoin de l’illusion de la signi- nautés qui vivent les impacts des changements climatiques, incluant les
La FCÉÉ était à un point tournant de son histoire. fication du mot solidarité. Ce même mot qui était communautés du Nord, les communautés rurales et les communautés
Alors que plus de 11 universités à travers le pays ont placardé sur tout les murs était-il présent lorsqu’on autochtones. Ces « équipes climat » se déploient chaque lundi et emprun-
soumis des pétitions pour se désaffilier de la Fédéra- a refusé aux universités québécoises d’obtenir un tent les tactiques de flash mobs – que ce soit d’effectuer des danses cho-
tion, plusieurs motions étaient amenées à l’AG et pro- simple local? C’est la même Fédération qui prône la régraphiées à l’improviste dans des lieux publics, d’exposer des bannières
posaient des réformes qui auraient pu convaincre ces solidarité avec les mouvements sociaux qui disait à engagées ou encore de se réunir pour téléphoner en masse au premier
milliers d’étudiants insatisfaits que la Fédération est un ces quatre universités : Too bad si vous ne l’avez pas ministre ou au ministre de l’Environnement. Chaque lundi a son thème et
organisme qui peut se transformer et être plus ouvert fait avant! Alors pourquoi plusieurs autres groupes ces actions auront lieu jusqu’à la Conférence des parties de la Convention
aux besoins de tous ses membres. ont-ils été accommodés durant la rencontre alors que cadre des Nations unies sur les changements climatiques, qui se déroule à
En me rendant à cette AG, je comptais participer à le groupe avec une opinion divergeant de la majorité Copenhague (Danemark) du 7 au 18 décembre.
un exercice démocratique et surtout prendre une part s’est vu discriminé? Ces actions, organisées en partie par des membres de la délégation jeu-
active aux débats et aux décisions faites au nom de Mais j’ai surtout été témoin du premier pas vers la nesse canadienne qui se rendra à Copenhague à titre d’observatrice des né-
tous les étudiants à travers le pays. Ce que j’y ai vu est destruction de la FCÉÉ. En adoptant la motion 6, la gociations, constituent un travail préparatoire indispensable. Bien que le
troublant! Fédération a envoyé le message que l’insatisfaction Sommet sur le climat soit une conférence des plus importantes et que la
J’ai été témoin de tactiques déloyales utilisées par grandissante de ses membres peut être réglée sim- participation d’acteurs de la société civile soit critique, le travail primordial
la FCÉÉ pour amputer le processus démocratique de plement en resserrant les règles de désaffiliation. Nul doit être effectué avant la conférence. Bref, mobilisation et sensibilisation
la Fédération. Est-ce normal que l’on bloque l’accès besoin d’être à l’écoute des besoins criants de change- citoyenne sont de mise.
à l’assemblée générale à une délégation en raison de ment provenant des membres si l’on peut simplement Avec quatre autres jeunes d’Ottawa, et une trentaine d’autres d’un peu
leurs idées? Est-ce normal que l’on doive recourir à les museler et les empêcher de partir. Bien sûr, ce pro- partout au Canada, je me prépare à être l’une des déléguées. Avant le
des avocats et à des avis légaux pour empêcher ces blème s’ajoute également aux préoccupations légales début de la conférence, nous devons faire pression sur le ministre de
membres de participer à l’AG? Bien sûr, une motion (loi ontarienne sur les corporations, contrat) et éthi- l’environnement Jim Prentice pour que les négociateurs de la Déléga-
que ces membres avaient proposée était problémati- ques (critères beaucoup plus souples pour s’affilier) tion (officielle) canadienne aient réellement la capacité de négocier (et
que, mais elle avait déjà été enlevée de l’ordre du jour que pose l’adoption de la motion 6. de bonne foi) avec les autres parties, que le projet de loi C-311 – la loi
de l’AG. De telles mesures étaient-elles alors légiti- La Fédération doit se transformer, évoluer avec visant à assurer l’acquittement des responsabilités du Canada pour la
mes? les besoins de ses membres. Ce sont nous, les mem- prévention des changements climatiques dangereux – fasse son chemin
J’ai également été témoin d’un vote aveugle et sans bres, et je peux vous garantir qu’une grande majorité en Chambre des communes, pour ne rien dire de nos collectes de fonds
fondement pour défaire tous les changements ration- des gens autour de la table à l’AG n’avaient pas cela et de l’étude nécessaire pour s’assurer d’être en mesure de comprendre
nels proposés par des membres concernés. Les mo- en tête. cet univers onusien rempli de fond en comble d’acronymes, de données
tions étaient évaluées sur la personne qui les amenait Je finirai en répondant à l’argument le plus souvent codées, de vocabulaire architechnique, et de procédures et de marches à
plutôt que sur leur substance. On rejetait en bloc tout amené lors de l’AG : Il faut protéger la Fédération… suivre déconcertants.
ce qui aurait pu amener des changements positifs en NON, IL FAUT ÉCOUTER LES MEMBRES DE La Conférence des jeunes, qui a lieu avant la Conférence des parties,
se fondant sur des arguments démagogiques récités LA FÉDÉRATION ET CES MEMBRES, CE SONT débutait le 3 décembre et les délégués de partout commencent à faire leur
en boucles. NOUS! chemin vers la ville. Pour suivre la délégation jeunesse canadienne pen-
J’ai également été témoin du plus flagrant manque dant la COP, visiter le http://cydcopenhagen.org/.
de respect. Plusieurs délégués ont insulté les membres Bruno Gélinas-Faucher
des délégations du Québec. À leur tour, ces délégués Josée Madéïa

22 • www.larotonde.ca redaction@larotonde.ca
le 7 décembre 2009

Éditorial
le 7 décembre 2009 • Vol. LXXVII No. 14

109, rue Osgoode


Ottawa (Ontario)
K1N 6S1
613 421 4686

RÉDACTION

20
Rédactrices en chef Intérimaires
Joanie Demers
Ariane Marcotte
redaction@larotonde.ca

Secrétaire de rédaction
Joanie Demers
revision@larotonde.ca

Adjointe à la secrétaire
de rédaction
Axelle Perry

Actualités
Ariane Marcotte
(Chef de pupitre)
Isabelle Larose
(Adjointe)
actualites@larotonde.ca

10
Arts et Culture

Post mortem
Julie-Anne Lapointe
culture@larotonde.ca

Sports
Maxime Goulet
sports@larotonde.ca

Section Opinions
redaction@larotonde.ca

Web
Philippe Teisceira-Lessard
web@larotonde.ca

L
Direction artistique
’heure est maintenant au Production
Mathieu Langlois
bilan pour l’administration directart@larotonde.ca
Rock alors que l’échéance production@larotonde.ca
est sur le point de tom-
ber pour le plan stratégique Vision Photographie
Jessica Rose
2010. Rappelons que l’exercice de
planification avait débuté en janvier Montage de la couverture
2004 par une vaste consultation 72,5 % en trois ans. Mathieu Langlois
interne impliquant toute la com- La bibliothèque Morisset conti- ÉDITIONS ET VENTES
munauté universitaire : étudiants, nue de faire l’objet de sévères cri-
personnel de soutien, corps profes- tiques. Malgré les investissements Directrice générale
soral et personnel administratif. Se- massifs qui y ont été faits, on peut Céline Basto
direction@larotonde.ca
lon le document présentant le bilan mettre en doute le taux de satisfac-
de Vision 2010, ce sont plus de 150 tion des étudiants de 93 % dont le Publicité
des quelque 200 initiatives prévues, rapport fait état en ce qui la concer- Edgar Donelle
ou qui se sont ajoutées depuis, qui Accès Média
ne, notamment en raison de l’espace info@accesmedia.com
sont complétées ou sur le point de restreint et de l’ambiance impropice Plusieurs reprochent d’ailleurs à 514 524 1182
l’être. Tout comme il est important au travail qui y règne. l’Université d’injecter des sommes 1 800 391 1182 (sans frais)
de dénoncer les erreurs et les points La question des espaces étu- faramineuses en marketing de re- La Rotonde est le journal étudiant de
négatifs, il est juste de souligner les diants, quant à elle, était toujours un crutement alors que les infrastruc- l’Université d’Ottawa, publié chaque
bons coups de l’Université dans ce enjeu à l’ordre du jour cet automne. tures actuelles suffisent à peine à ré- lundi par Les Éditions de La Rotonde,
rapport. Ces dernières années, l’Université pondre aux besoins de la population et distribué à 4000 copies dans la région
Si l’Université est loin de com- a procédé à la rénovation de plu- étudiante déjà inscrite. Néanmoins, plan établi il y a cinq ans plutôt qu’à d’Ottawa-Gatineau. Il est financé en partie
bler les attentes des francophones sieurs de ces espaces. Cependant, le on peut espérer que la situation sera une stratégie entièrement nouvelle par les membres de la FÉUO et ceux de
sur plan du bilinguisme, soulignons bilan de Vision 2010 mentionne un au moins partiellement corrigée qui nécessiterait plus d’investisse- l’Association des étudiants diplômés. La
tout de même qu’à la suite du plan léger recul de l’espace dédié à l’ap- avec la construction de la nouvelle ments. Rotonde est membre du Carrefour inter-
stratégique établi en 2004-2005, le prentissage par étudiant. Celui-ci tour des Sciences sociales. Somme toute, Vision 2010 a été national des presses universitaires franco-
nombre et le pourcentage de per- s’explique peut-être par l’augmen- Les attentes envers Vision 2020 l’occasion de sonder l’ensemble de phones (CIPUF) et de la Presse universi-
sonnes bilingues actives au sein du tation des inscriptions, qui, elle, sont modérées comparativement au la communauté universitaire afin de taire canadienne (PUC).
personnel de soutien a augmenté, n’est sans doute pas étrangère à la plan précédent vu l’impact qu’aura déterminer l’orientation à donner à
le niveau de bilinguisme passant de création d’une douzaine de nou- eu la récente crise économique, qui l’U d’O. Espérons que la prochaine La Rotonde n’est pas responsable de
91,5 à 93,2 %. Du côté du corps pro- veaux programmes de premier cycle n’a pas épargné le budget de l’Uni- vision donnera à nouveau lieu à un l’emploi à des fins diffamatoires de ses ar-
fessoral, la proportion de personnes depuis 2005, et encore moins à la versité d’Ottawa. On peut vraisem- dialogue constructif entre les diffé- ticles ou éléments graphiques, en totalité
bilingues est passée de 59,7 % à féroce campagne « Ça part d’ici ». blablement s’attendre à un suivi du rents intervenants. ou en partie.

redaction@larotonde.ca www.larotonde.ca • 23
L’équipe de La Rotonde
vous souhaite de
joyeuses fêtes

Nous serons de retour


en janvier 2010

DU CASH
VOS LIVRES

000_WBB09