Vous êtes sur la page 1sur 4

DROIT PÉNAL INTERNATIONAL

Bibliographie :
 Droit pénal international, Publié chez Puf, Renée KoeringJoulin et André Huet, 2005
 Droit pénal international, Précis Dalloz, Didier Rebut, 2012,
 Droit international pénal, Olivier de Frouville, Editions Pedone, 2012
 Droit international pénal, Pedone, 2012, 2ème édition. Hervé Ascencio, Decaux,Pellet.
 Droit pénal international: Donnedieu de Vabre

Introduction

PARTIE I. LA COMPÉTENCE PÉNAL INTERNATIONAL DES JURISDICTIONS INTERNES

Chapitre 1: La détermination de la compétence internationale des juridictions
internes.
Section 1: Les principes de la détermination de la compétence internationale des
juridictions internes.
A. La solidarité des compétences législatives et judiciaires.
B. Les critiques de la solidarité des compétences législatives et
judiciaires.
Section 2 : Les critères de la détermination de la compétence pénale
internationale des juridictions internes.
A. La compétence pénale territoriale des juridictions internes.
1. La notion de territorialité.
2. L’application de territorialité.
a. Le territoire national.
b. Le lieu de commission de l’infraction
i. L’infraction commis sur le territoire de la nation.
 Infractions continues ou d’habitudes.
 Infractions connexes ou indivisibles.
ii. Les infractions réputées commissent sur le territoire
de la nation.
 Le fait constitutif (notion et interprétation).
 Les formes particulières de commission
d’infraction.
 La tentative
 La complicité
 La condition de double incrimination.
B. La Compétence extraterritoriale des juridictions internes
1. La compétence réelle.
2. La compétence personnelle.
a. Les conditions de fond particulières aux compétences
personnelles actives et passives.
i. Les conditions de fond particulières à la compétence
personnelle active.
 La condition de nationalité.
 Les conditions quant aux infractions visées.
 La condition de double incrimination
et ses exceptions.
ii. Les conditions de fons particulières à la compétence
personnelle passive.
 La condition de nationalité.
 Les conditions quant aux infractions visées.
iii. Les conditions procédurales communes aux
compétences personnelles active et passive.
 Les conditions de l’article 113.8.
 Les conditions de l’article 113.9.
C. La compétence universelle.
1. Les conditions de la compétence universelle.
a. Le lieu de commission de l’infraction.
i. La localisation du suspect.
b. L’Elargissement de la compétence universelle.
D. Les autres compétences extraterritoriales.
1. La compétence de l’article 113.8.1. du C.P.
a. Les conditions de fond.
b. Les conditions de forme.
2. La compétence de l’article 113.11. du C.P.
3. La compétence de l’article 133.12. du C.P.
4. La compétence de l’article 689.11. du C.P.P.
a. Les conditions de fond.
b. Les conditions de forme.

Chapitre 2 : Les obstacles à la compétence internationale des juridictions internes.
Section 1 : Les obstacles personnels à l’action publique.
A. Immunité des agents diplomatiques.
B. Immunité des agents consulaires.
C. Immunité de certains fonctionnaires internationaux.
D. Immunité des chefs d’Etat étrangers et les membres de gouvernement.
Section 2 : Les obstacles réels à l’action publique.
A. La prescription de l’action publique.
B. La règle ne bis in idem.
1. Le domaine limité d’application de la règle.
a. Le domaine négatif d’application.
b. Le domaine positif d’application.
2. Les conditions d’application de la règle.
a. Les conditions relatives aux faits.
b. Les conditions relatives à la décision étrangère.
i. Les conditions générales.
ii. Les conditions relatives au jugement de condamnation.

PARTIE II. LA COOPERATION PÉNALE INTERNATIONALE
Chapitre 1 : La recherche des preuves
Section 1 : La recherche des preuves par la police.
A. La communication d’information.
1. La communication horizontale.
2. La communication verticale.
a. En droit international : L’Interpol.
b. Dans le droit européen.
i. Le système d’information Schengen (SIS).
ii. L’Europol.
B. L’accomplissement d’acte d’enquête à l’étranger.
1. La participation de policiers nationaux à des actes d’enquête
étrangers.
2. La réalisation d’actes d’enquête à l’étranger par des policiers
nationaux.
Section 2 : La Recherche judiciaire des preuves.
A. Le droit commun de la recherche des preuves.
1. La demande d’entraide internationale.
2. Le transfert de pièces ou de personnes.
B. Le droit européen de la recherche judiciaire de preuves.

Chapitre 2 : La remise de personnes.
Section 1 : L’Extradition.
A. Les conditions de l’extradition.
1. Les conditions de fond.
a. Les conditions subjectives.
i. La nationalité.
ii. Le statut de refugié.
iii. La situation personnelle.
b. Les conditions objectives.
i. Les conditions relatives à la nature des faits reprochés.
ii. La condition de double incrimination.
iii. Le respect des règles de compétence.
c. Les conditions relatives à la peine.
i. La condition relative à la gravité de la peine.
ii. La condition relative à la nature de la peine.
2. Les conditions de forme.
a. La procédure de droit commun.
i. La demande d’extradition.
ii. L’examen de la demande d’extradition.
b. La procédure simplifiée.
B. Les effets de l’extradition.
Section 2 : Le mandat d’arrêt européen (MAE)
A. Les conditions de fond.
1. Les conditions de fond du MAE marquant la différence avec
l’extradition.
a. L’abandon du refus d’extrader les nationaux.
b. L’abandon partiel de la double incrimination.
2. Les conditions de fond proches de l’extradition.
a. Les motifs de non exécution facultative du mandat.
i. Motifs de non exécution facultative fondés sur la
compétence des juridictions françaises.
ii. Les motifs de non exécution facultative fondés sur les
procédures engagées en France.
b. Les motifs de non exécution obligatoire.
B. Les conditions de forme : La procédure du MAE.
1. Les conditions de forme de l’émission de mandat.
a. L’établissement du MAE.
b. La transmission du MAE.
2. Les conditions de forme de l’exécution du MAE
a. Il faut que l’autorité judiciaire reçoive le mandat.
C. La décision d’exécution du MAE.


Chapitre 3 : L’exécution des décisions étrangères.
Section 1 : La reconnaissance exceptionnelle de l’autorité des décisions répressives
étrangères.
Section 2 : L’exécution exceptionnelle d’une décision répressive étrangère.

PARTIE III : LA JUSTICE PÉNALE INTERNATIONALE
Chapitre 1 : Les tribunaux pénaux internationaux.
Section 1 : Le tribunal de Nuremberg.
Section 2 : Les tribunaux pénaux internationaux de Yougoslavie et Rwanda.
A. Compétence matérielle des tribunaux, les comportements incriminés.
B. Compétence formelle.
1. La compétence limité des tribunaux pénaux internationaux.
a. Une compétence limitée à un conflit déterminé.
b. Une compétence limitée à une période déterminée.
2. La compétence à vocation universelle
a. La détermination à vocation universelle de la compétence des
tribunaux pénaux.
b. La primauté de la compétence des tribunaux pénaux
internationaux sur les juridictions nationales.

Chapitre 2 : La Cour Pénale Internationale
Section 1 : L’objet de la Cour Pénale Internationale.
A. Les comportements incriminés.
1. La définition des infractions.
2. Les peines encourues.
3. Les conditions de responsabilité.
B. La compétence de la Cour Pénale Internationale.
1. Une vocation universelle limitée.
a. Une compétence statutaire limitée.
i. La compétence temporelle.
ii. La compétence personnelle.
iii. La compétence territoriale.
b. Des aménagements de compétence.
2. Une vocation universelle subsidiaire.
Section 2 : Le fonctionnement de la Cour Pénale Internationale.
A. L’organisation de la Cour Pénale Internationale.
B. La procédure devant la Cour Pénale Internationale.
1. L’enquête.
2. La décision de poursuivre ou de ne pas le faire.
3. Le procès.