Vous êtes sur la page 1sur 235

Cadets de l’Aviation royale du Canada

ENTRAÎNEMENT D’ESCADRON

N I V E A U

3
Défense National A-CR-CCP-268/PT-002
national Defence

MANUEL DE POCHE DES CADETS


DE L’AVIATION ROYALE DU CANADA

MANUEL D’ENTRAîNEMENT
NIVEAU TROIS

(La présente publication remplace


l’A-CR-CCP-268/PT-002 de 1994-04-22.)

Publiée avec l’autorisation du Chef d’état-major de la Défense

BPR: D Cad 1998-07-01


A-CR-CCP-268/PT-002

ÉTAT DES PAGES EN VIGUEUR

Insérer les pages le plus récemment modifiées et disposer de celles


qu'elles remplacent conformément aux instructions applicables.

NOTA

La partie du texte touchée par le plus récent modificatif est


indiquée par une ligne verticale dans la marge. Les modifications
aux illustrations sont indiquées par des mains miniatures à l'index
pointé ou des lignes verticales noires.

Les dates de publication pour les pages originales et les pages modifiées
sont:

Originale....... 0 .......... 1994-04-22 Mod ................ 6...........


Mod .............. 1 .......... 1998-07-01 Mod ................ 7...........
Mod .............. 2 .......... Mod ................ 8...........
Mod .............. 3 .......... Mod ................ 9...........
Mod .............. 4 .......... Mod ................ 10.........
Mod .............. 5 .......... Mod ................ 11.........
Mod ................ 12.........

Zéro dans la colonne des modificatifs indique une page originale. La lettre
E ou F indique que la modification est exclusivement en anglais ou en
FRANÇAIS. La présente publication comprend 222 pages réparties de la
façon suivante:

Numéro de page Numéro de modificatif

Page couverture ...........................................................................................0


Page titre ......................................................................................................0
A, B/C ...........................................................................................................0
i/ii ..................................................................................................................0
iii/iv.................................................................................................................0
v/vi .................................................................................................................0
vii à xviii .........................................................................................................0

A
A-CR-CCP-268/PT-002

ÉTAT DES PAGES EN VIGUEUR (suite)

Numéro de page Numéro de modificatif

1-1 à 1-28 ..................................................................................................... 0


2-1 à 2-9/2-10 .............................................................................................. 0
3-1 à 3-7/3-8 ................................................................................................. 0
4-1 à 4-5/4-6 ................................................................................................. 0
5-1 à 5-22...................................................................................................... 0
6-1 à 6-15/6-16 ............................................................................................. 0
7-1 à 7-26...................................................................................................... 0
8-1 à 8-28 ..................................................................................................... 0
9-1 à 9-18 ..................................................................................................... 0
10-1 à 10-12 ................................................................................................ 0
11-1 à 11-13/11-14 ...................................................................................... 0
12-1 à 12-36 ................................................................................................ 0

Personne responsable : D Cad 4

© 1998 DND/MDN Canada

B/C
A-CR-CCP-268/PT-002

AVANT-PROPOS

1. L'A-CR-CCP-268/PT-002, Manuel de poche des cadets de


l'aviation royale du Canada, Manuel d'entraînement niveau trois, est
publiée avec l'autorisation du Chef d'état-major de la Défense.

2. Cette publication entre en vigueur dès sa réception et remplace


l'A-CR-CCP-268/PT-002 du 1994-04-22.

3. Toute proposition de modification au présent manuel doit être


envoyée par la voie réglementaire au Quartier général de la Défense
nationale (QGDN), Attention : Directeur − Cadets (D Cad) 4.

i/ii
A-CR-CCP-268/PT-002

PRÉFACE

1. L'A-CR-CCP-268/PT-002 est conçue de façon à être utilisée


comme manuel d'étude et de référence par les Cadets de l'Aviation royale
du Canada dans leur escadron respectif.

2. Le contenu de l'A-CR-CCP-268/PT-002 est basé sur la NORCO et


sur le Plan de cours du niveau 3 qu'on retrouve respectivement dans
l'A-CRCCP-265/PC-001 et l'A-CR-CCP-268/PH-002 et est conçu de façon
à être utilisé par les cadets de l'aviation durant leur troisième année
d'entraînement.

3. Toute suggestion de modificatifs devrait être acheminée au D Cad


par la voie régulière.

iii/iv
A-CR-CCP-268/PT-002

REMARQUES AUX UTILISATEURS


CONCERNANT LES DROITS D'AUTEUR

Les éditeurs suivants ont accordé l'autorisation d'utiliser leur matériel :

Condition physique Canada, gouvernement du Canada, le Programme


d'efficience physique des cadets de l'aviation.

Santé Canada, Guide alimentaire canadien.

FIPRECAN (Prévention des incendies), dépliant PE-1.

v/vi
A-CR-CCP-268/PT-002

TABLE DES MATIÈRES

PAGE

CHAPITRE 1 − OBJECTIF DE RENDEMENT 401 − EXERCICE


MILITAIRE ..................................................................... 1-1

Section 1 − Introduction ......................................................................... 1-1

Section 2 − Signification des symboles ............................................... 1-1

Section 3 − L'exercice de section ......................................................... 1-2

Section ou escouade? .............................................................................. 1-2


Le rassemblement de la section ............................................................... 1-2
L'alignement de la section ........................................................................ 1-3
Les formations de section ......................................................................... 1-4
La section en ligne .................................................................................... 1-4
La section en colonne par trois ................................................................ 1-4
La section en colonne de route ................................................................ 1-4
Flanc de direction ..................................................................................... 1-6

Section 4 − Les commandements ........................................................ 1-9

Vers la gauche, vers la droite, vers l'arrière ou vers l'avant?.................. 1-11


Par la gauche ou par la droite? .............................................................. 1-11

Section 5 − L'inspection ...................................................................... 1-11

Section 6 − Conclusion ................................................................1-13/1-14

CHAPITRE 2 − OBJECTIF DE RENDEMENT 402 −


INSTRUCTION DE L'EXERCICE ................................. 2-1

Section 1 − Introduction ......................................................................... 2-1

L'instructeur d'exercice militaire ................................................................ 2-1

vii
A-CR-CCP-268/PT-002

TABLE DES MATIÈRES (suite)


PAGE

Section 2 − L'enseignement de l'exercice militaire .............................2-2

Façon d'enseigner les mouvements .........................................................2-2


Façon de marquer la cadence ..................................................................2-3
Types de formation ...................................................................................2-4
La formation en U ......................................................................................2-4
Techniques d'instruction ...........................................................................2-6
Aides à l'instruction ...................................................................................2-7
«Au temps» ...............................................................................................2-8

Section 3 − Conclusion ..........................................................................2-8

Moments de réflexion ....................................................................... 2-9/2-10

CHAPITRE 3 − OBJECTIF DE RENDEMENT 403 −


CONNAISSANCES GÉNÉRALES ................................3-1

Section 1 − Niveau 3 ...............................................................................3-1

Section 2 − Les camps d'été ..................................................................3-2

Critères de sélection .................................................................................3-3


Catégories de cours ..................................................................................3-5

Section 3 − La voie hiérarchique ...........................................................3-5

La communication .....................................................................................3-6

CHAPITRE 4 − OBJECTIF DE RENDEMENT 404 −


CITOYENNETÉ ..............................................................4-1

Introduction ................................................................................................4-1
L'Association des Forces aériennes du Canada (AFAC) .........................4-1
Les activités de l'AFAC .............................................................................4-2
Les critères d'adhésion .............................................................................4-3

viii
A-CR-CCP-268/PT-002

TABLE DES MATIÈRES (suite)


PAGE

Les catégories de membres ..................................................................... 4-3


Activités des escadres .............................................................................. 4-3
Avantages accordés aux membres .......................................................... 4-4
Revue AIRFORCE .................................................................................... 4-4
L'AFAC et les cadets de l'air................................................................4-5/4-6

CHAPITRE 5 − OBJECTIF DE RENDEMENT 405 −


ÉDUCATION PHYSIQUE ............................................. 5-1

Section 1 − Généralités .......................................................................... 5-1

Section 2 − Éléments d'une séance d'activité physique .................... 5-2

Échauffement............................................................................................. 5-2
Activité ....................................................................................................... 5-3
Retour au calme ....................................................................................... 5-6

Section 3 − Les écussons ...................................................................... 5-6

Section 4 − Préparation .......................................................................... 5-7

CHAPITRE 6 − OBJECTIF DE RENDEMENT 406 −


MIEUX-VIVRE ............................................................... 6-1

Généralités ................................................................................................ 6-1


Nutrition ..................................................................................................... 6-1
Sécurité et prévention des incendies ....................................................... 6-1

CHAPITRE 7 − OBJECTIF DE RENDEMENT 408 −


LEADERSHIP ................................................................ 7-1

Section 1 − Introduction ......................................................................... 7-1

ix
A-CR-CCP-268/PT-002

TABLE DES MATIÈRES (suite)


PAGE

Section 2 − Ce que les équipiers attendent du leader ........................7-1

Section 3 − La motivation .......................................................................7-3

Besoins des équipiers ...............................................................................7-4


Incitation au rendement .............................................................................7-5

Section 4 − Techniques de leadership ...............................................7-10

Souplesse ................................................................................................7-12

Section 5 − Qualités du leader .............................................................7-12

Section 6 − Les ordres ..........................................................................7-14

Catégories d'ordres .................................................................................7-14


Ordres écrits − ordres de vive voix .........................................................7-15
Processus pour émettre des ordres ........................................................7-16

Section 7 − La supervision ...................................................................7-17

Comment superviser ...............................................................................7-18


Quand superviser ....................................................................................7-18
Qui superviser .........................................................................................7-19
Quoi superviser .......................................................................................7-20

Section 8 − Conclusion ........................................................................7-21

Section 9 − Études de cas ....................................................................7-22

Étude de cas #1 .......................................................................................7-22


Étude de cas #2 .......................................................................................7-23
Étude de cas #3 .......................................................................................7-24
Étude de cas #4 .......................................................................................7-24
Étude de cas #5 .......................................................................................7-25

x
A-CR-CCP-268/PT-002

TABLE DES MATIÈRES (suite)

PAGE

Étude de cas #6 ...................................................................................... 7-25


Moments de réflexion ............................................................................. 7-26

CHAPITRE 8 − OBJECTIF DE RENDEMENT 409 −


TECHNIQUES D'INSTRUCTION ................................. 8-1

Section 1 − Introduction ......................................................................... 8-1

Section 2 − L'instructeur ........................................................................ 8-2

Section 3 − Les principes d'instruction ............................................... 8-3

Le premier principe − accentuation des points-clés ................................. 8-3


Le deuxième principe − participation ........................................................ 8-4
Le troisième principe − intérêt .................................................................. 8-4
Le quatrième principe − confirmation ....................................................... 8-4
Le cinquième principe − compréhension .................................................. 8-5
Le sixième principe − réussite .................................................................. 8-5

Section 4 − Les appuis verbaux ............................................................ 8-6

Les comparaisons .................................................................................... 8-6


Les raisons ................................................................................................ 8-7
Les exemples ............................................................................................ 8-7
Les statistiques ........................................................................................... 8
Les témoignages ...................................................................................... 8-8

Section 5 − Les méthodes d'interrogation .......................................... 8-8

Catégories de questions ........................................................................... 8-9


Caractéristiques d'une bonne question .................................................. 8-10
Comment poser une question ................................................................ 8-11

xi
A-CR-CCP-268/PT-002

TABLE DES MATIÈRES (suite)

PAGE

Section 6 − Préparation d'une leçon ...................................................8-11

Le plan de cours ......................................................................................8-11


L'objectif de rendement ...........................................................................8-13
L'objectif de compétence ........................................................................8-13
Description des leçons ............................................................................8-13
Le plan de leçon ......................................................................................8-16
Rédaction du plan de leçon ....................................................................8-16
L'introduction ...........................................................................................8-16
Le développement ...................................................................................8-17
Contrôle du rendement ...........................................................................8-19
La conclusion ..........................................................................................8-20

Section 7 − Le matériel d'instruction ..................................................8-24

Directives d'utilisation ..............................................................................8-24


Les sources d'idées .................................................................................8-25
Type de matériel d'instruction .................................................................8-26
Quelques conseils ...................................................................................8-26

Section 8 − Conclusion ........................................................................8-27

CHAPITRE 9 − OBJECTIF DE RENDEMENT 416 −


PROPULSION ...............................................................9-1

Section 1 − Introduction .........................................................................9-1

Section 2 − L'hélice .................................................................................9-1

Calage de la pale ......................................................................................9-2


Le pas de L'hélice .....................................................................................9-2
Types d'hélices ..........................................................................................9-4

xii
A-CR-CCP-268/PT-002

TABLE DES MATIÈRES (suite)

PAGE

Section 3 − Réservoirs de carburant .................................................... 9-6

Réservoirs ................................................................................................. 9-6


Types de systèmes d'alimentation du carburant ...................................... 9-6
Problèmes du système de carburant ....................................................... 9-7
La détonation ............................................................................................ 9-7
Le pré-allumage ........................................................................................ 9-8
Le bouchon de vapeur .............................................................................. 9-8

Section 4 − Le carburateur .................................................................... 9-8

Rôle du carburateur .................................................................................. 9-9


Contrôle de mélange ................................................................................ 9-9
Comment fonctionne un carburateur ........................................................ 9-9

Section 5 − La surcompression .......................................................... 9-13

Section 6 − Le turbocompresseur ...................................................... 9-13

Section 7 − Les instruments du moteur ............................................. 9-14

Évaluer vos connaissances .................................................................... 9-18

CHAPITRE 10 − OBJECTIF DE RENDEMENT 417 −


NAVIGATION AÉRIENNE ........................................ 10-1

Section 1 − Introduction ....................................................................... 10-1

Section 2 − Types de navigation ......................................................... 10-1

Section 3 − Techniques de navigation ............................................... 10-2

xiii
A-CR-CCP-268/PT-002

TABLE DES MATIÈRES (suite)

PAGE

Section 4 − La terre ...............................................................................10-3

Forme de la terre ....................................................................................10-3


Rotation de la terre ..................................................................................10-4
Latitude et longitude ................................................................................10-5
Le magnétisme de la terre ......................................................................10-6
Déclinaison ..............................................................................................10-7
Lignes isogones ......................................................................................10-7
Lignes agones .........................................................................................10-7

Section 5 − Déterminer la coordonnée géographique ......................10-8

Déterminer la direction ............................................................................10-8


Direction exprimée en angle ...................................................................10-9
Direction vraie ...................................................................................... 10-10

Section 6 − Conclusion ..................................................................... 10-11

Moments de réflexion ........................................................................... 10-12

CHAPITRE 11 − OBJECTIF DE RENDEMENT 418 −


COMMUNICATIONS RADIO ....................................11-1

Section 1 − Techniques de transmission de la parole ......................11-1

Heure et date ...........................................................................................11-2

Section 2 − Expressions conventionnelles ........................................11-2

Section 3 − Contact radio .....................................................................11-6

Procédures d'appel en radiotéléphonie ..................................................11-6


Appel à une seule station ........................................................................11-6
Appel général ..........................................................................................11-7

xiv
A-CR-CCP-268/PT-002

TABLE DES MATIÈRES (suite)

PAGE

Appel à plusieurs stations ....................................................................... 11-7


Procédures de réponse en radiotéléphonie ........................................... 11-7
Procédures de rectification ..................................................................... 11-8

Section 4 − Appel de détresse ............................................................ 11-9

Message de détresse ........................................................................... 11-10


Accuse de réception d'un message de détresse ................................. 11-10

Section 5 − Communications d'urgence .......................................... 11-11

Message d'urgence .............................................................................. 11-11


Faux signaux de détresse .................................................................... 11-12

CHAPITRE 12 − OBJECTIF DE RENDEMENT 419 −


SURVIE POUR ÉQUIPAGE DE VOL ....................... 12-1

Section 1 − Introduction ....................................................................... 12-1

Section 2 − Les genres de cartes et leur utilisation ......................... 12-2

Section 3 − Soins a apporter aux cartes ............................................ 12-3

Comment plier une carte ........................................................................ 12-4

Section 4 − Détails indiques en marge sur les cartes


topographiques ................................................................ 12-5

Les signes conventionnels ................................................................... 12-12

Section 5 − Les coordonnées ........................................................... 12-18

Mise en application des systèmes de coordonnées ............................ 12-20

xv
A-CR-CCP-268/PT-002

TABLE DES MATIÈRES (suite)

PAGE

Coordonnées à quatre chiffres ............................................................. 12-20


Coordonnées à six chiffres .................................................................. 12-21

Section 6 − Les composantes de la boussole ................................ 12-24

Section 7 − Les points de la boussole ............................................. 12-26

Section 8 − Comment effectuer un relèvement avec


la boussole ..................................................................... 12-27

Section 9 − Techniques de recherche au sol .................................. 12-31

Types de recherche ............................................................................. 12-31


Formations ........................................................................................... 12-34
Signaux sonores .................................................................................. 12-35
Recommandations relatives a la conduite des recherches ................. 12-36

LISTE DES FIGURES

FIGURE TITRE PAGE

1-1 La section en ligne .......................................................................1-5


1-2 La section en colonne par trois ...................................................1-5
1-3 La section en colonne de route ...................................................1-6
1-4 Flanc de direction − avance en ligne ...........................................1-7
1-5 Flanc de direction − mouvement en ligne vers l'arrière ..............1-7
1-6 Flanc de direction − mouvement vers la droite
en colonne par trois ..............................................................1-8

xvi
A-CR-CCP-268/PT-002

LISTE DES FIGURES (suite)

FIGURE TITRE PAGE

1-7 Flanc de direction − mouvement vers la gauche


en colonne par trois .............................................................. 1-8
1-8 Commandements (2 feuilles) .................................................... 1-10

2-1 Formation en U ........................................................................... 2-5

3-1 Exemple de structure hiérarchique (section) .............................. 3-6

5-1 Exercices d'échauffement (2 feuilles) ......................................... 5-4


5-2 Extension des bras (en appui facial) ........................................... 5-8
5-3 Course-navette ............................................................................ 5-9
5-4 Redressements partiels assis ................................................... 5-10
5-5 Saut en longueur sans élan ...................................................... 5-11
5-6 Course de 50 m ......................................................................... 5-12
5-7 Course d'endurance .................................................................. 5-13
5-8 Tableau des progrès personnels .............................................. 5-14
5-9 Normes − Extension des bras (en appui facial) ........................ 5-15
5-10 Normes − Course-navette ......................................................... 5-16
5-11 Normes − Redressements partiels assis .................................. 5-17
5-12 Normes − Saut en longueur sans élan ..................................... 5-18
5-13 Normes − Course de 50 m ........................................................ 5-19
5-14 Normes − Course d'endurance ................................................. 5-20
5-15 Insignes d'efficience physique .................................................. 5-21
5-16 PEPCA − Tableau des résultats ............................................... 5-22

6-1 Guide alimentaire canadien (12 feuilles) .................................... 6-2


6-2 Utilisation d'un extincteur .......................................................... 6-14
6-3 Catégories de feux ............................................................6-15/6-16

7-1 Tableau des besoins ................................................................... 7-5

8-1 Description des leçons .............................................................. 8-15


8-2 Exemple de plan de leçon (3 feuilles) ....................................... 8-21

xvii
A-CR-CCP-268/PT-002

LISTE DES FIGURES (suite)

FIGURE TITRE PAGE

9-1 Calage de la pale .........................................................................9-3


9-2 Hélice a pas fixe ..........................................................................9-4
9-3 Hélice a pas variable ...................................................................9-5
9-4 Entrée d'air ................................................................................9-11
9-5 Flotteur ......................................................................................9-11
9-6 Tuyau d'étrangleur ....................................................................9-12
9-7 Valve papillon .............................................................................9-12
9-8 Instruments du moteur (2 feuilles) .............................................9-16

10-1 Axe de rotation de la terre .........................................................10-4


10-2 Equateur, méridiens et parallèles de latitude ............................10-5
10-3 Magnétisme terrestre ................................................................10-6
10-4 Mesure de la latitude et de la longitude .....................................10-9
10-5 Direction exprimée en angle ................................................... 10-10

11-1 Expressions conventionnelles (3 feuilles) .................................11-3

12-1 Comment plier une carte ...........................................................12-5


12-2 Quadrillage .............................................................................. 12-19
12-3 Numérotage de la carte .......................................................... 12-19
12-4 Coordonnées a quatre chiffres ............................................... 12-21
12-5 Coordonnées a six chiffres ..................................................... 12-22
12-6 Coordonnées a six chiffres − pratique .................................... 12-23
12-7 Les composantes de la boussole ........................................... 12-25
12-8 Points de la boussole .............................................................. 12-27
12-9 Comment ouvrir la boussole ................................................... 12-28
12-10 Comment tenir la boussole ..................................................... 12-29
12-11 Comment placer la boussole au niveau des yeux ................. 12-29
12-12 Orienter la boussole ................................................................ 12-30
12-13 Ratissage par passes parallèles ............................................ 12-32
12-14 Ratissage en lacets ................................................................ 12-33
12-15 Exploration par enveloppement .............................................. 12-34

xviii
A-CR-CCP-268/PT-002

CHAPITRE 1

OBJECTIF DE RENDEMENT 401

EXERCICE MILITAIRE

SECTION 1

INTRODUCTION

1. Vous aurez bientôt la chance d'occuper un poste de


commandement lors de l'exercice de votre escadron sur parade. Pour ce
faire, vous devrez connaître les différentes formations que la section
adoptera ainsi que la position que vous y occuperez. Il vous faudra aussi
commander et procéder à des manoeuvres bien spécifiques.

2. Le but de l'exercice de section est de permettre à celle-ci,


lorsqu'elle évolué au sein de l'escadron, d'effectuer correctement tous les
mouvements prescrits par le commandant d'escadron.

SECTION 2

SIGNIFICATION DES SYMBOLES

3. Les symboles suivants sont utilises dans les figures :

Rang avant

Rang du centre

Rang arrière

Commandant de section

Sergent de section

Guide

Cadet

1-1
A-CR-CCP-268/PT-002

SECTION 3

L'EXERCICE DE SECTION

SECTION OU ESCOUADE?

4. Il existe peu de différence entre la section et l'escouade si ce n'est


leur utilisation. La section est le groupement militaire de base comprenant
environ 30 personnes, un commandant de section, un sergent de section
et formé sur trois rangs lors de rassemblements, un des cadets agissant
comme guide de droite. L'escouade quant à elle, est un groupe d'effectif à
peu près équivalent à une section mais utilisé lors de l'enseignement de
l'exercice militaire.

LE RASSEMBLEMENT DE LA SECTION

5. Le rassemblement de la section se fait de la même façon que


celui de l'escouade, suivant les modalités prescrites à l'OCOM 401.01
dans l'ACR-CCP-266/PH-002, Manuel de poche, Niveau 1.

6. Des que la section est rassemblée, le sergent peut faire l'appel


nominal, aligner les cadets par rang de taille, etc.

7. Le commandement de la section est remis au commandant de


section de la façon suivante :

a. Le sergent de section place la section au garde-à-vous;

b. le commandant de section s'arrête à deux pas en avant du sergent


de section, qui lui remet le commandement;

c. après avoir reçu l'ordre de joindre les rangs, le sergent de section


tourne à droite et se rend, en faisant une conversion par le flanc
droit, prendre position trois pas en arrière et au centre de la
section; et

d. le commandant de section fait deux pas en avant et prend position


à l'endroit occupé antérieurement par le sergent de section.

1-2
A-CR-CCP-268/PT-002

L'ALIGNEMENT DE LA SECTION

8. Au moment de donner l'ordre à ses cadets de s'aligner, le com-


mandant de section fait face à la section et donne l'ordre «PAR LA
DROITE − ALIGNEZ» :

a. Ia section exécute les mouvements décrits à l'OCOM 401.05 de


l'A-CR-CCP-266/PH-002;

b. le sergent de section fait un pas en avant, fait une conversion vers


la droite, se déplace de six pas sur la droite du flanc droit, fait une
conversion vers la gauche et s'arrête, faisant face au front de ligne
avec le rang avant;

c. le sergent de section se tourne alors vers la gauche et aligne le


rang avant, puis il donne le commandement «RANG AVANT −
FIXE»;

d. le sergent de section se tourne ensuite vers la gauche et, gardant


les bras immobiles près du corps, mesure l'intervalle entre le rang
avant et le rang du centre, s'arrête, tourne à droite et aligne le rang
du centre, après quoi il donne le commandement «RANG DU
CENTRE − FIXE»;

e. le sergent de section se tourne ensuite vers la gauche et, gardant


les bras immobiles aux côtés, mesure l'intervalle entre le rang du
centre et le rang arrière, s'arrête, tourne à droite, aligne le rang
arrière et donne l'ordre «RANG ARRIÈRE − FIXE»;

f. le commandant de section donne ensuite le commandement


«FIXE»; et

g. la section exécute ensuite les mouvements prescrits. Le sergent


de section fait un pas en avant et, en faisant une conversion,
retourne prendre sa position originale à l'arrière de la section.

1-3
A-CR-CCP-268/PT-002

9. Lorsque l'alignement se fait sous les ordres du sergent de section,


la manoeuvre s'exécute de la façon prescrite ci-dessus, sauf que le
commandement «FlXE» est donné par le sergent de section après qu'il a
repris sa position devant la section.

LES FORMATIONS DE SECTION

10. Les sections adopteront diverses formations lors des rassemble-


ments ou lors de leurs déplacements. La formation qu'adoptera une
section sur parade sera déterminée par la formation que l'escadron
adoptera. Les principaux changements apportés par un changement de
formation se produiront au niveau de la position du personnel et de
l'orientation de la section. Il est donc primordial de bien connaître ces
formations et les manoeuvres à exécuter si vous occupez un poste de
commandement.

LA SECTION EN LIGNE

11. La formation en ligne est la plus couramment utilisée. C'est la


formation adoptée automatiquement lors du rassemblement. Quelle que
soit la largeur du front, lorsque la section est formée en ligne, le com-
mandant de section doit prendre position trois pas en avant et au centre de
sa section. Le sergent de section sera trois pas en arrière et au centre de
la section.

LA SECTION EN COLONNE PAR TROIS

12. La section en colonne par trois est disposée de la même façon


que la section en ligne, sauf qu'elle fait face vers un flanc. Le personnel
occupe les mêmes positions.

LA SECTION EN COLONNE DE ROUTE

13. La formation en colonne de route est la même que la formation en


colonne par trois, sauf que le commandant de section prend position deux
pas en avant et le sergent de section deux pas en arrière de la file du
centre de la section. La colonne de route est la formation la plus souvent
utilisée lorsqu'on fait des exercices de section en marche.

1-4
A-CR-CCP-268/PT-002

Figure 1-1 La section en ligne

Figure 1-2 La section en colonne par trois

1-5
A-CR-CCP-268/PT-002

Figure 1-3 La section en colonne de route

FLANC DE DIRECTION

14. Le flanc de direction est le flanc sur lequel les cadets s'alignent en
marchant, à moins que le flanc de direction ne soit modifié pour un
mouvement particulier, ce flanc est toujours :

a. dans le cas d'une avance en ligne (figure 1-4), le flanc droit;

b. dans le cas d'un mouvement vers l'arrière en ligne (figure 1-5), le


flanc gauche; et

c. lorsque la section est sur trois rangs, le rang avant original, par
exemple, et qu'elle se déplace vers le flanc droit (figure 1-6), I'ali-
gnement se fait par la gauche; lorsque la section se déplace vers
le flanc gauche (figure 1-7), I'alignement se fait par la droite.

1-6
A-CR-CCP-268/PT-002

Figure 1-4 Flanc de direction − avance en ligne

Figure 1-5 Flanc de direction − mouvement en ligne vers l'arrière

1-7
A-CR-CCP-268/PT-002

Figure 1-6 Flanc de direction − mouvement vers la droite


en colonne par trois

Figure 1-7 Flanc de direction − mouvement vers la gauche


en colonne par trois.

1-8
A-CR-CCP-268/PT-002

SECTION 4

LES COMMANDEMENTS

15. La bonne exécution des mouvements dépend de la façon de


rendre les commandements. Le but des commandements étant de donner
un ordre qui doit être exécuter sur-le-champ, il est essentiel que les
commandements soient donnés de façon claire et distincte et sur un ton
assuré et énergique.

16. Bien commander demande un peu de pratique et une certaine


technique. En plus d'une articulation claire des bons mots de comman-
dement, il faut s'assurer que tous les cadets sont en mesure d'entendre
ledit commandement. La force avec laquelle vous donnerez vos comman-
dements dépend de la circulation d'air entre vos poumons et votre bouche.
Un bon contrôle de la respiration est donc essentiel.

17. Vous connaissez


sûrement quelqu'un qui «tourne
au rouge» à chaque
commandement donné. Il s'agit
d'un indice que cette personne
ne respire pas de façon efficace
et utilise presque exclusivement
ses cordes vocales pour
s'exécuter. On dit souvent de
cette personne qu'elle
commande «de la gorge». Il y a
fort à parier qu'au bout de
quelques minutes, cette gorge
sera irritée au point d'en perdre
la voix!

18. Les commandements se divisent en deux parties :

a. Ia première partie servant d'avertissement; et

b. Ia seconde partie précédant l'exécution.

1-9
A-CR-CCP-268/PT-002

19. L'avertissement indique le mouvement qui devra être exécuter et


précède la partie de l'exécution. La première partie peut comprendre des
termes tels que «VERS L'AVANT», «VERS L'ARRIÈRE», etc. La seconde
partie du commandement indique le moment ou celui-ci doit être exécuter.
Un tiret sépare habituellement la partie avertissement et la partie
exécutoire; p. ex. : «VERS L'AVANT à DROITE − TOURNEZ».

20. À titre d'indication, la première partie d'un commandement devrait


s'étendre sur deux pas et l'intervalle entre la première et la deuxième partie
devrait également être de deux pas. Quoiqu'il ne soit pas possible que la
durée de la pause entre les deux parties d'un commandement soit la
même dans tous les cas, vous devez vous efforcer de conserver une
certaine uniformité.

21. À moins d'indication contraire, la deuxième partie du comman-


dement, ou partie exécutoire, se donne au moment ou le pied indiqué au
tableau suivant est dirigé vers l'avant et touche le sol.

Commandement Pied
HALTE Gauche

ALLONGEZ ou RACCOURCISSEZ LE PAS Gauche

PAS CADENCÉ, RALENTI ou DE GYMNASTIQUE Droit

MARQUEZ LE PAS (en marche) Droit

VERS L'AVANT Gauche

DEMI-TOUR TOURNEZ Droit

À DROITE TOURNEZ, À DROITE OBLIQUEZ, Gauche


À DROITE FORMEZ ou FORMEZ ESCOUADE

Figure 1-8 (feuille 1 de 2) Commandements

1-10
A-CR-CCP-268/PT-002

Commandement Pied
À GAUCHE TOURNEZ, À GAUCHE OBLIQUEZ, Droit
À GAUCHE FORMEZ ou FORMEZ ESCOUADE

CHANGEZ LE PAS Droit

SALUT (en marche) Gauche

TÊTE À DROITE (FIXE) Gauche

FORMEZ EN FILE INDIENNE Droit

REFORMEZ SUR TROIS RANGS Droit

Figure 1-8 (feuille 2 de 2) Commandements

VERS LA GAUCHE, VERS LA DROlTE, VERS L'ARRIÈRE OU VERS


L'AVANT?

22. Avant d'ordonner à la section de changer de direction, vous devez


indiquer la direction VERS laquelle ce mouvement sera exécuter par
rapport à la position originale de la section, p. ex. : «VERS LA DROITE, à
GAUCHE − TOURNEZ».

PAR LA GAUCHE OU PAR LA DROITE?

23. Quand la section est tournée dans la direction désirée, vous devez
indiquer le flanc de direction (flanc sur lequel les cadets s'alignent) en uti-
lisant le commandement «PAR LA GAUCHE DROITE», p. ex. : «PAR LA
GAUCHE, PAS CADENCÉ − MARCHE».

SECTION 5

L'INSPECTION

24. Le but de l'inspection est de s'assurer que les cadets respectent


les normes établies. De plus, elle sert à assurer une amélioration
constante et graduelle de la qualité d'entretien des uniformes.

1-11
A-CR-CCP-268/PT-002

25. Lorsque la section est inspectée, elle doit ouvrir les rangs. Une fois
l'inspection terminée, vous pouvez refermer les rangs.

26. Il vous faut procéder à l'alignement après avoir ouvert les rangs et
vous pouvez procéder à l'alignement après les avoir fermés.

27. Celui qui procède à l'inspection commence normalement par le


flanc droit du rang avant, et inspecte successivement chaque rang dans le
sens contraire des aiguilles d'une montre.

28. Chaque rang se tient à la position garde-à-vous au moment de


l'inspection. Les cadets des autres rangs peuvent être placés à la position
en place repos pendant ce temps.

29. L'inspection d'un cadet se fait depuis la tête jusqu'aux pieds et a


pour but de s'assurer que sa tenue correspond aux normes établies et
détaillées dans les Ordonnances sur l'administration et l'instruction des
cadets 55-04. L'inspection doit se faire sur la formule d'évaluation prévue à
cet effet et telle que retrouvée à l'annexe B du chapitre 3 de l'A-CR-CCP-
266/PH-002, Plan de cours, Niveau 3.

30. Si vous demandez à un cadet d'ajuster une pièce d'équipement,


ce dernier doit s'exécuter sur-le-champ. Vous devez guider vos cadets en
ce qui concerne l'amélioration de leur tenue et de l'entretien de leur
uniforme. Pour ce faire, il est nécessaire de procéder à un suivi
hebdomadaire.

31. Il est de mise de féliciter ceux et celles qui respectent les normes
et affichent un rendement supérieur lors de l'inspection. De même, il faut
prendre des mesures pour s'assurer que les cadets affichant un
rendement laissant à désirer reçoivent l'aide nécessaire.

1-12
A-CR-CCP-268/PT-002

SECTION 6

CONCLUSION

32. L'exercice de section bien exécuté peut être très spectaculaire.


Pour ce faire, il faut de la précision et beaucoup de concentration. Vos
cadets réagiront à vos commandements avec la même énergie que vous
démontrerez. Assurez-vous donc de toujours afficher une tenue et un
comportement dignes de mention. Montrez de l'assurance et vos cadets
réagiront avec assurance.

33. Que ce soit par le ton de votre voix lorsque vous commandez, lors
de vos déplacements sur et hors du terrain de parade, ou lors de l'ins-
pection, vous devez toujours viser l'excellence. Rappelez-vous...
l'excellence c'est contagieux!

1-13/1-14
A-CR-CCP-268/PT-002

CHAPITRE 2

OBJECTIF DE RENDEMENT 402

INSTRUCTION DE L'EXERCICE

SECTION 1

INTRODUCTION

1. Son regard perçant et inquisiteur scrute chacun de vos


mouvements à la recherche de la moindre défaillance... Sa démarche est
énergique et cadencée, ses mouvements sont secs et agiles... Sa voix
puissante vous impose des séries de commandements auxquels vous
n'avez d'autre choix que de rependre promptement... Il attire votre attention
et votre respect par sa tenue au-dessus de tout reproche... De qui s'agit-il?

L'INSTRUCTEUR D'EXERCICE MILITAIRE

2. C'est sur les épaules de l'instructeur d'exercice militaire que


repose l'importante tâche d'enseigner et de maintenir la norme selon
laquelle tous les membres de l'escadron se déplaceront. Que ce soit lors
de l'instruction, lors de rassemblements ou lors de l'entraînement routinier
en dehors du terrain d'exercice.

3. Très souvent perçu comme une personne intransigeante, il doit


s'assurer que les mouvements individuels et de groupe sont effectués
selon les normes élevées qu'exige la tradition militaire. Il doit aussi faire en
sorte de rendre intéressant et plaisant l'apprentissage de l'exercice militaire
auprès des jeunes cadets.

4. La précision avec laquelle les cadets effectuent les mouvements


d'exercice, individuellement ou en groupe, est très souvent le reflet le plus
visible de la fierté démontrée par l'escadron. Cette fierté ne peut se
développer que dans la satisfaction qu'apporte le travail d'équipe bien fait.
L'exercice militaire exige un effort commun et ne permet aucun compromis
au niveau de l'exécution d'ensemble.

2-1
A-CR-CCP-268/PT-002

SECTION 2

L'ENSEIGNEMENT DE L'EXERCICE MILITAIRE

5. Les techniques d'instruction que vous verrez au chapitre 8, OREN


409, vous permettront d'enseigner en classe. La plupart de ces techniques
s'appliqueront aussi à l'instruction de l'exercice militaire. Comme lors d'une
leçon en classe, vous devrez diviser l'enseignement en quatre phases
différentes. Il y a l'introduction, le corps, le test et la conclusion. Le
contenu de ces phases est semblable à une leçon régulière même s'il
existe de petites différences.

FAÇON D'ENSEIGNER LES MOUVEMENTS

6. Préliminaires. Avant de commencer l'instruction, vous devez :

a. récapituler brièvement l'exercice approprié;

b. faire adopter à l'escouade une formation appropriée, par exemple


la formation en U;

c. exposer l'exercice devant être enseigné ainsi que le but de l'en-


seignement; et

d. indiquer le niveau à atteindre dans le contrôle de rendement.

7. La leçon. La leçon se donne en trois étapes comme suit :

a. première étape :

(1) démontrer le mouvement complet, en comptant la mesure;

(2) démontrer la première partie du mouvement;

(3) expliquer la FAÇON d'exécuter la première partie du mouve-


ment;

(4) permettre aux cadets de poser des questions;

2-2
A-CR-CCP-268/PT-002

(5) faire répéter la première partie du mouvement (escouade au


complet, exécution individuelle, escouade au complet) : et

(6) enseigner le deuxième mouvement et les mouvements


subséquents en suivant l'ordre indiqué aux alinéas (2), (3), (4)
et (5).

b. deuxième étape :

(1) répéter le mouvement au complet, en comptant la mesure;

(2) répéter le mouvement au complet, l'escouade comptant la me-


sure; et

(3) répéter le mouvement au complet en silence.

8. Contrôle de rendement/test. Faire passer le test.

9. Récapitulation. La leçon doit être récapitulée de la façon


suivante :

a. décrire de nouveau le mouvement enseigné et le but de l'ensei-


gnement;

b. indiquer le degré de succès atteint; et

c. décrire la leçon suivante.

FAÇON DE MARQUER LA CADENCE

10. Au début de l'instruction, tous les membres de l'escouade doivent


compter à haute voix en exécutant les mouvements au cours de l'exercice.
Après avoir exécuté un mouvement en marchant, l'escouade compte la
mesure pendant trois pas; p. ex., au pas cadencé, l'escouade compte à
haute voix «Gauche − droite − gauche».

11. Afin d'avertir les cadets qu'ils doivent compter la mesure, faites
procéder le commandement de chaque mouvement de l'avertissement
«EN COMPTANT».

2-3
A-CR-CCP-268/PT-002

12. Ainsi, au commandement «EN COMPTANT, À DROITE −


TOURNEZ», les membres de l'escouade :

a. exécutent le premier mouvement et comptent ensemble «UN» dès


qu'est donnée la deuxième partie du commandement;

b. terminent le premier mouvement en comptant «DEUX», «TROIS»,


tout en faisant la pause réglementaire : et

c. exécutent le dernier mouvement en comptant ensemble «UN».

TYPES DE FORMATION

13. Dans l'introduction, vous devrez définir quel genre de formation


utiliser au cours de l'enseignement. Les trois formations les plus souvent
utilisées sont la file simple pour les petits groupes de cinq cadets ou
moins, le demi-cercle (qui s'effectue sans commandement) pour les
groupes de six à neuf cadets et finalement la formation en U qui est
utilisée pour les groupes de dix cadets et plus. Notez que ces nombres
correspondent au nombre de cadets requis pour former un, deux ou trois
rangs.

14. Si l'escouade à laquelle vous enseignez est composée d'un


nombre trop imposant de cadets, n'hésitez pas à la diviser en
sous-groupes d'environ dix cadets et de vous faire aider pour l'instruction.

LA FORMATION EN U

15. La formation en U (figure 2-1) est la formation idéale car elle per-
met à tous les cadets de voir les explications et démonstrations, en plus de
vous permettre d'effectuer une surveillance précise de la pratique des
mouvements .

16. Avant d'adopter la formation en U, l'escouade doit être formée en


ligne sur trois rangs.

17. Au commandement «FORMEZ UN U, RANG DU CENTRE VERS


LA DROITE, RANG ARRIÈRE VERS LA GAUCHE − TOURNEZ»,
l'escouade exécute la manoeuvre commandée.

2-4
A-CR-CCP-268/PT-002

Figure 2-1 Formation en U

18. Au commandement «RANG DU CENTRE VERS LA GAUCHE −


GAUCHE, RANG ARRIÈRE VERS LA DROITE − DROITE, PAS
CADENCÉ MARCHE», l'escouade exécute la manoeuvre commandée.

19. Le commandement «MARQUEZ LE PAS» est donné lorsque le


dernier cadet du rang du centre et le dernier cadet du rang arrière se trou-
vent à un pas du rang avant.

20. Au commandement «ESCOUADE − HALTE», l'escouade exécute


la manoeuvre commandée.
21. Au commandement «RANG DU CENTRE VERS LA GAUCHE,
RANG ARRIÈRE VERS LA DROITE − TOURNEZ», l'escouade exécute la
manoeuvre commandée.
22. Pour reformer l'escouade sur trois rangs, la procédure décrite aux
paragraphes 16 à 21 est inversée.

2-5
A-CR-CCP-268/PT-002

TECHNIQUES D'INSTRUCTION

23. La tenue et l'apparence de l'instructeur. Les cadets ayant tout


particulièrement tendance à imiter l'exemple qui est proposé par les
sous-officiers, apportez le plus grand soin à votre apparence et votre
tenue. En vous dirigeant vers un groupe à l'exercice, tenez-vous au
garde-à-vous à moins qu'il soit nécessaire de démontrer un mouvement ou
de corriger un cadet. Vous devez effectuer tous les mouvements avec
précision et énergie.

24. La démonstration. La démonstration doit se faire de telle façon


que l'escouade puisse voir la position adoptée ou le mouvement exécuté.
Les instructeurs ont tendance à abuser de la démonstration. Toute
démonstration doit se faire de façon impeccable.

25. Vérification. Il est essentiel de vérifier constamment les mouve-


ments et de corriger les erreurs dès qu'elles se produisent.

26. Vocabulaire de l'instructeur. Vous devez acquérir un


vocabulaire de termes brefs et concis qui vous permettront de faire
comprendre à l'escouade l'importance d'exécuter les mouvements de
façon énergique.

27. Périodes de repos. Les cadets offriront un bien meilleur rende-


ment si vous leur donnez de courtes périodes de repos. Donnez-leur la
chance de fléchir les genoux et d'étirer les bras. Profitez-en pour détendre
l'atmosphère avec une anecdote personnelle.

28. Correction. Si vous désirez corriger la position d'un cadet, indi-


quer ce qui est à corriger et laissez-lui le temps de s'exécuter. N'utilisez
jamais la force physique dans le but d'impressionner. Bien souvent vous
pourriez obtenir l'effet contraire!

29. Encouragement. L'exercice militaire exige du cadet une bonne


dose de concentration et d'énergie. Après un certain temps, ces derniers
peuvent faire défaut, ce qui entraîne une baisse au niveau du rendement.
Ne ménagez pas vos encouragements, même en ce qui concerne les
moindres améliorations. Il faut beaucoup de patience pour en arriver aux
résultats désirés, surtout pour ce qui est de l'exercice en groupe. Chaque
cadet qui fait un effort mérite d'être félicité et encouragé.

2-6
A-CR-CCP-268/PT-002

AIDES À L'INSTRUCTION

30. Il est très difficile de maintenir la cadence lors de l'exercice, surtout


avec les jeunes cadets. Afin de vous aider dans ce domaine, il est possible
d'utiliser les outils suivants :

a. Le tambour. Demandez à un membre de votre corps de musique


de battre la cadence. Les jeunes cadets raffolent des rythmes sac-
cadés de la caisse-claire ou des vibrations sourdes de la grosse-
caisse.

b. Le métronome. Le métronome est un instrument qui émet un son


et qui peut être réglé de façon à marquer la cadence des divers
mouvements des exercices. L'instructeur peut s'en servir afin de
régler et de maintenir la bonne cadence. Il existe deux sortes de
métronomes. Le métronome à balancier fonctionne au moyen d'un
ressort qui doit être remonté régulièrement. Le métronome
électronique (ou au quartz) fonctionne au moyen d'une pile, ce qui
assure une cadence constante à long terme. L'avantage du métro-
nome électronique sur le métronome à balancier réside dans le fait
que l'affaiblissement de la pile entraînera une diminution du volu-
me, mais non de la cadence.

31. Lors de l'enseignement d'un mouvement exigeant des explications


un peu plus complexes, demandez l'aide d'un cadet à titre d'aide à l'ins-
truction. Assurez-vous que ce cadet affiche une tenue supérieure et qu'il
soit en mesure d'exécuter la manoeuvre. Plusieurs escadrons ont une
escouade de marche de précision. Utilisez les cadets de ce groupe
spécialisé, ils connaissent déjà les mouvements et cet exercice leur servira
de récapitulation.

32. Si vos cadets ont atteint une certaine habileté au niveau de la mar-
che et s'il ne reste qu'à corriger certains petits détails tels que la hauteur
des bras, Ia tête, l'alignement dans les conversions, etc., vous pouvez
utiliser un enregistrement de marches militaires. Cette musique est vivante,
elle offre une cadence précise et est écrite spécifiquement pour la marche.
Comme vous serez à même de le constater, vos cadets redresseront vite
les épaules et le menton, ils se fatigueront aussi moins rapidement!

2-7
A-CR-CCP-268/PT-002

«AU TEMPS»

33. Si vous désirez annuler ou modifier un commandement avant qu'il


ne soit complété, vous pouvez utiliser le commandement «AU TEMPS». Il
sera aussi utilisé pour retourner l'escouade à la position précédente,
seulement s'il n'y a pas de commandement existant pour commander cette
manoeuvre.

SECTION 3

CONCLUSION

34. L'instructeur d'exercice militaire diffère des autres instructeurs en


ce sens qu'il se doit de toujours montrer l'exemple, tant sur qu'en dehors
du terrain d'exercice. Peu d'instructeurs peuvent se vanter d'exercer un
attrait aussi puissant auprès des jeunes cadets.
35. L'intransigeance que vous afficherez lors de l'instruction pourra
être percue comme une forme de persécution par certains de vos cadets.
Certains craindront de faire des erreurs en votre présence de peur des
représailles. Il est de votre DEVOIR de faire comprendre à chaque cadet
que votre insistance n'a pour unique but que d'amener tous les membres
de l'escouade à exécuter les mouvements selon les normes établies.
36. Le ton de votre voix doit être ferme mais JAMAIS hautain ou
provocateur. Vos cadets sauront vite reconnaître la différence entre des
instructions données avec assurance et un cri lancé par manque de
maîtrise de la situation... Ne haussez jamais la voix inutilement! Peu
importe le nombre d'erreurs que vos cadets feront, ils méritent votre
attention et votre aide! Bien entendu, il vous faudra démontrer beaucoup
de patience, surtout avec les nouveaux cadets. Assurez-vous de bien
maîtriser le groupe et vos propres émotions! Si le besoin se fait sentir,
demandez l'aide d'un autre instructeur qui s'occupera des cadets ayant
plus de difficulté.

37. Votre tâche d'enseignement ne doit pas se limiter au terrain


d'exercice. N'hésiter pas à arrêter les cadets en dehors du terrain
d'exercice et prenez le temps nécessaire pour les corriger si la situation
l'exige. Ils sauront vous en être reconnaissants.

2-8
A-CR-CCP-268/PT-002

Moments de réflexion...

«Nous sommes ce que nous répétons continuellement,


l'excellence est donc une habitude, pas une action.»

− Aristote

«Tiens-toi personnellement responsable pour une


norme plus élevée que celle exigée par tous.»

− Henry Ward Beecher

«Je ne suis pas découragé, parce que chaque


tentative infructueuse représente un pas vers l'avant.»

− Thomas Edison

2-9/2-10
A-CR-CCP-268/PT-002

CHAPITRE 3

OBJECTIF DE RENDEMENT 403

CONNAISSANCES GÉNÉRALES

SECTION 1

NIVEAU 3

1. Vous entrez maintenant dans une année d'entraînement très


excitante. Vous serez graduellement appelé à effectuer des tâches qui
sont habituellement exigées d'un sous-officier supérieur. Vous serez initié
aux techniques d'enseignement, aux exercices de la section sur parade et
aux manoeuvres de recherches en forêt. Vous aurez aussi l'occasion de
développer pratiquement votre leadership et de mettre rapidement en
application les connaissances acquises.

2. Comme vous serez en mesure de le constater, la matière de


certains de ces cours se spécialise avec les années. Voici d'ailleurs la liste
des cours que vous recevrez :

Exercice militaire Instruction de l'exercice


Connaissances générales Citoyenneté
Éducation physique Mieux-vivre
Leadership Techniques d'instruction
Propulsion Navigation aérienne
Communications radio Survie pour équipage de vol

3. Si vous complétez avec succès l'entraînement de niveau trois et


que vous avez réussi un camp autre que le camp de formation de base,
vous serez admissible à une recommandation pour une promotion au
grade de sergent de section. Encore une fois, nous vous rappelons que
ceci ne fait pas automatiquement de vous un sergent de section. Plus vous
grimpez dans la voie hiérarchique, moins il y a d'opportunités offertes.
Votre rendement à l'escadron comptera alors comme un des facteurs les
plus importants qui pourront influencer la décision de vos officiers lors de
l'attribution de grades.

3-1
A-CR-CCP-268/PT-002

4. Votre implication dans les activités de l'escadron sera de plus en


plus importante et déterminera si vous serez considéré par le personnel de
votre escadron pour les camps d'été. Vous devrez aussi faire preuve de
beaucoup de discipline afin d'être un modèle pour les jeunes cadets. Les
techniques que vous apprendrez cette année vous prépareront à prendre
charge au sein de votre section et de votre escadron.

SECTION 2

LES CAMPS D'ÉTÉ

5. Après avoir complété avec succès l'entraînement du niveau trois,


vous deviendrez admissibles aux camps d'été suivants :

PILOTAGE DE PLANEUR
COURS DE CADETS-INSTRUCTEURS
MONITEUR EN SURVIE
MONITEUR EN ÉDUCATION PHYSIQUE
CONTRÔLEUR AÉRIEN
FORMATION TECHNIQUE
SAUVETEUR
MUSICIEN
MUSIQUE DE SERVICE

6. Moniteur en survie pour équipage de vol. Ce cours comprend


six semaines de formation pratique grâce à laquelle les cadets apprennent
l'art de survivre en pleine nature dans une grande diversité de conditions et
à retrouver, pour leur porter secours, ceux qui se sont perdus ou ont subi
des blessures en forêt. Les cadets se voient offrir l'occasion d'acquérir des
compétences et des connaissances qui leur permettront non seulement de
vivre en pleine nature, mais aussi goûter ce genre de vie.

7. Cours de cadets-instructeurs. Ce cours d'une durée de trois


semaines offre aux participants la chance de développer, de façon
théorique et pratique, les aptitudes nécessaires à l'enseignement au sein
d'un corps de cadet. Les cadets gradués du CCI possèdent les
compétences et l'expérience requises pour servir à titre d'instructeur
adjoint ou d'instructeur de retour à leur escadron.

3-2
A-CR-CCP-268/PT-002

8. Moniteur en éducation physique. D'une durée de six semaines,


ce cours national s'adresse aux trois éléments et vise à ce que le stagiaire
réintègre son escadron en possession de la théorie et des connaissances
de l'éducation physique qui lui permettront d'organiser un programme de
sports à ce niveau. Ce bagage comprend l'aptitude à officier et à tenir des
rencontres de sport interescadrons et à l'échelon de l'escadron local.

9. Contrôleur aérien. D'une durée de six semaines, le cours a pour


but d'initier les cadets de l'air de niveau avancé à la profession hautement
spécialisée de contrôleur de la circulation aérienne dans les contextes
militaires et civils. Pour atteindre cet objectif, il faut faire l'apprentissage
des techniques de base requises pour assurer la circulation sûre,
ordonnée et expéditive des aéronefs selon les règles de vol à vue que
doivent respecter les contrôleurs et leurs adjoints.

10. Sauveteur. Ce cours a pour objet de fournir les connaissances et


l'expérience requises pour remplir les fonctions de gardien de plage à des
camps d'été subséquents. Les candidats pour ce poste devront avoir mani-
festé de l'intérêt pour la natation et être en bonne condition physique.

11. Cours de formation technique. D'une durée de six semaines, ce


cours national aborde des aspects avancés de la formation dans l'une des
quatre disciplines offertes. Le cours d'électronique est centré sur tous les
aspects de la théorie élémentaire de l'électronique, ainsi que du travail
pratique consistant à monter une radio MA. Le cours sur les cellules
d'avion porte sur les aspects de la structure et de l'entretien des cellules
d'avion et comprend des travaux pratiques qui demeurent dans les limites
des cadets sur le plan du talent et de la sécurité. Le cours sur les moteurs
d'avion analyse la théorie et les aspects pratiques des réacteurs à double
flux. Le cours de photo fait passer le cadet par toutes les étapes de la
prise de photos et du traitement des films noir et blanc.

CRITÈRES DE SÉLECTION
12. Chacun des cours précités vise l'atteinte d'objectifs différents et
requiert des candidats de posséder des qualifications particulières. Il est
important, avant de poser votre candidature à l'un de ces cours, de vous
assurer que vous remplissez CHACUN des critères de sélection. Ces der-
niers existent afin d'assurer la participation des meilleurs candidats et can-
didates lors de l'entraînement estival.

3-3
A-CR-CCP-268/PT-002

13. Au nombre des critères d'admission les plus courants, vous


trouverez :

a. Condition physique. Chaque cadet participant aux camps d'été


doit être physiquement apte à suivre l'entraînement. Un examen
médical est d'ailleurs requis pour chaque candidature. Les cours
plus spécialisés comme ceux de survie, sauveteur et moniteur en
athlétisme exigent des normes plus élevées qui sont décrites sur
les formulaires d'application.

b. Entraînement préalable. Tous ces cours exigent que vous ayez


réussi l'entraînement de niveau trois.

c. Préférence. La préférence sera accordée aux cadets qui


poursuivront leur service à l'escadron comme cadet, instructeur ou
officier.

d. Exposé. Pour certains cours, il vous sera demandé d'expliquer


dans un exposé d'une page les raisons pour lesquelles vous tenez
à suivre le programme choisi.

e. Recommandation. Pour les cours de six semaines la recom-


mandation du commandant et du président du comité de parrai-
nage est importante.
14. Lors de la demande, vous recevrez une série de formulaires qui
doivent être remplis consciencieusement. L'oubli d'un détail tel que votre
âge ou de l'examen médical peut résulter en un rejet de votre candidature.
Il en va de même pour les renseignements falsifiés. Il est de votre respon-
sabilité de faire en sorte que tous les renseignements compris dans votre
demande sont exacts.
15. La sélection pour les camps d'été est faite par des gens qui
travaillent au bureau des cadets de votre région et/ou par des membres de
la Ligue des cadets de l'air. Dans la majorité des cas, ces gens ne vous
connaissent pas ou très peu. L'oubli de renseignements dans votre
formulaire peut donc faire la différence entre une sélection et un rejet de
votre candidature!

3-4
A-CR-CCP-268/PT-002

CATÉGORIES DE COURS
16. Il existe deux catégories de cours d'été :

a. Les cours sélectionnés par quota. Ces cours sont attribués


selon le quota (nombre de cadets) de votre escadron. Le nombre
de cadets participant à ces camps est surtout déterminé par
l'espace de logement disponible au camp. C'est la responsabilité
de votre escadron de sélectionner ceux et celles qui seront
sélectionnés pour ces cours. Mais vous devez d'abord faire
connaître votre intention de participer!

b. Les cours par sélection. La sélection pour ces cours, en plus


d'être déterminée par l'espace de logement disponible au camp,
est effectuée par un comité de sélection qui examine minutieuse-
ment chacune des candidatures, ne retenant que celles des
cadets les plus méritants. Habituellement, ces cours spécialisés
offrent un nombre de places disponibles très limité. Pour
quelques-uns de ces cours, vous devrez participer à une entrevue
lors de la sélection. Vous serez considéré selon votre expérience
à titre de cadet et, à l'occasion, votre rendement au niveau
scolaire. Seuls les candidats et candidates rencontrant toutes les
normes préalables sont retenus pour la sélection de ces cours.

SECTION 3

LA VOIE HIÉRARCHIQUE
17. Vous connaissez sûrement le nom de la plupart des sous-officiers
et des officiers de votre escadron. Vous savez aussi que les sous-officiers
sont importants dans le déroulement des activités. Si vous jetez un coup
d'oeil dans les ordres permanents de l'escadron, vous trouverez probable-
ment une définition de tâches jumelée à chaque grade ainsi qu'une struc-
ture hiérarchique (figure 3-1).
18. Savez-vous exactement à quoi sert cette structure hiérarchique?
Savez-vous qui aller voir pour recevoir des informations concernant
l'administration, l'approvisionnement, l'entraînement, la discipline, le cours
de pilotage, etc.? Qui est responsable des activités spéciales, des niveaux
d'entraînement, des sections, etc.? Savez-vous à qui vous adresser au
besoin?

3-5
A-CR-CCP-268/PT-002

Figure 3-1 Exemple de structure hiérarchique (section)

LA COMMUNICATION
19. Le but d'une voie hiérarchique est de faciliter la communication
entre les membres d'une organisation. Elle permet la transmission d'infor-
mation d'une personne à l'autre. Toutes les compagnies importantes, les
groupes sociaux et même les corps de police et de pompiers fonctionnent
selon une voie hiérarchique.
20. Les cadets ne font pas exception à la règle. Plus vous occuperez
une position élevée dans la hiérarchie et plus vous aurez à prendre des
décisions et à transmettre des informations. Le fait de bien comprendre
votre implication dans la hiérarchie facilitera de beaucoup le bon fonction-
nement des opérations.
21. Un escadron de cadets de l'air ne peut fonctionner efficacement
que si chacun respecte la hiérarchie établie par les grades et les positions
occupées. Les cadets fonctionnent selon le système hiérarchique militaire.

3-6
A-CR-CCP-268/PT-002

22. Très souvent, la structure hiérarchique sera identique, ou similaire,


à la structure des grades de votre escadron. Il est alors facile de
déterminer qui est la personne responsable au sein des sections, des
niveaux et des cours spéciaux. Mais si vous êtes membre d'une section,
d'un niveau, de la fanfare, du cours de pilotage et du programme du Prix
du Duc d'Édimbourg!!! Qui est votre supérieur? Â qui devez-vous vous
rapporter?
23. Il est important que chaque cadet soit en mesure de répondre à
cette question en tout temps. Il faut savoir qui est responsable dans toute
situation afin d'éviter les dédoublements et les contradictions au niveau
des ordres et des informations qui circulent. Le cadet a besoin d'une
direction précise et claire.

24. La communication peut se faire vers le bas (p. ex., sergent à


caporal), vers le haut (p. ex., sergent à sergent de section) ou de façon
latérale (p. ex., caporal à caporal). Tout est basé sur l'échelle de respon-
sabilité que chacun occupe dans la voie hiérarchique de l'escadron et de
chacun des sous-groupes. La communication, pour demeurer efficace, doit
se faire un niveau à la fois. C'est ainsi que le sergent de section donnera
des instructions aux caporaux en utilisant le sergent comme intermédiaire,
que le cadet obtiendra des informations de la part du sergent en consultant
d'abord son caporal, etc.
25. La hiérarchie des grades est la même pour chaque escadron de
cadets de l'air. Il est cependant possible, compte tenu du nombre de
cadets, du nombre d'officiers disponibles et d'autres facteurs divers, que la
structure hiérarchique de votre escadron soit un peu différente de celle de
l'escadron voisin en ce qui concerne le nombre de sous-officiers et la
somme de responsabilités accordées à chacun. Le principe de la structure
hiérarchique demeure toutefois le même.
26. La bonne communication prend une importance encore plus
grande chez les cadets car les directives et ordres donnés peuvent
changer assez rapidement. Si chacun des maillons de la chaîne de
communication ne fait pas son travail, les cadets seront tenus dans
l'ignorance ou, tout simplement, mal dirigés.

3-7/3-8
A-CR-CCP-268/PT-002

CHAPITRE 4

OBJECTIF DE RENDEMENT 404

CITOYENNETÉ

INTRODUCTION

1. Cette année, on vous demandera d'effectuer des recherches


portant sur un groupe social au sein de votre communauté. Prenez le
temps d'aller rencontrer les membres de ces organismes et discuter de
leurs buts et objectifs. Vous devrez ensuite, au cours d'un exposé de
15 minutes, présenter le resultat de vos recherches à votre groupe à
l'escadron. Vous serez surpris d'apprendre tout ce qui se déroule dans
votre ville!

L'ASSOCIATION DES FORCES AÉRIENNES DU CANADA (AFAC)

2. Comme vous avez été en mesure de le constater l'année dernière


en jouant au jeu «À la conquête du ciel canadien», l'Aviation royale du
Canada, a joué un rôle très important au niveau militaire comme du côté
civil depuis les années vingt et ce, jusqu'en 1968 alors qu'elle a cessé
d'exister à titre de groupe militaire opérationnel.

3. En 1948, l'AFAC voyait le jour comme organisme s'occupant des


aviateurs vétérans. Au milieu des années 50 elle commence à servir les
membres actifs de l'aviation et les anciens cadets de l'air.

4. Si l'Aviation royale du Canada a depuis cessé d'exister comme


groupe militaire opérationnel, étant remplacé par le Commandement
aérien, les activités de l'AFAC quant à elles se sont poursuivies et
diversifiées.

5. L'AFAC telle qu'on la connaît aujourd'hui est une organisation


nationale de service communautaire et aérospatiale à but non lucratif,
composée de citoyens interessés par le domaine de l'aviation. Elle s'est
donné comme mission de perpétuer la riche tradition aéronautique du
Canada, d'appuyer l'Aviation du Canada dans ses obligations militaires et
de supporter et encourager l'aviation civile au Canada.

4-1
A-CR-CCP-268/PT-002

LES ACTIVITÉS DE L'AFAC

6. Mais l'AFAC, c'est plus que çà. Cette association a des activités
diversifiées et est impliquée à l'échelle du pays. C'est ainsi qu'elle :
a. appuie l'armée de l'air du Canada en contribuant à des activités à
l'échelle nationale ou locale tout en encourageant le gouverne-
ment à maintenir, en temps de paix, des forces aériennes viables
et bien equipées;
b. a à coeur le soutien à une industrie aéronautique nationale qui soit
solide, et le maintien de normes élevées pour l'aviation civile;
c. contribue à des milliers d'heures aux programmes
communautaires, par exemple, avec la collaboration des écoles et
de la police locale, plusieurs escadres ont organisé des
campagnes «IDENT-A-KID» pour sauvegarder les
renseignements concernant l'identité de milliers d'écoliers. De
nombreuses escadres dirigent dans leur ville le programme
national de dons d'organes;
d. apporte une contribution, par l'entremise de ses membres, à des
causes nationales axées sur l'aviation, comme la caisse de bien-
faisance de l'ARC, le Musée commémoratif de l'ARC et le «RCAF
Heritage Trust» par l'intermédiaire du «RCAF Association Trust»;
e. répond à des besoins précis des communautés par l'entremise
des escadres, et fait des collectes au profit des hôpitaux, de
logements pour aînés, de programmes de santé et de forme
physique, de programmes pour handicapés et de programmes
pour la jeunesse;
f. directement, et aussi parce qu'elle est membre actif du Conseil
national des associations d'anciens combattants, traite avec le
ministère des Anciens combattants du Canada au nom du
personnel au sol et du personnel naviguant;
g. est une force motrice de l'«Alliance of Air Force Associations»
(AAFA), qui a pour but d'appuyer le rôle de l'armée de l'air et
représente celle-ci au Congrès des associations de la Défense
(CAD).

4-2
A-CR-CCP-268/PT-002

LES CRITÈRES D'ADHÉSION

7. Comme tout organisme de ce genre, n'est pas membre qui veut


bien. Certains critères de sélection doivent être respectés. Les membres
sont :

a. tous les militaires qui servent, ou ont servi, dans l'ARC et (ou)
dans les Forces canadiennes, y compris les forces aéroportées,
l'aéronavale et l'aviation de l'armée de terre;

b. les militaires actifs et à la retraite des forces aériennes du


Commonwealth et les anciens membres des forces alliées; et

c. Ies anciens cadets de l'air, ainsi que les personnes employées


dans l'industrie aéronautique et l'aviation civile du Canada.

LES CATÉGORIES DE MEMBRES

8. Les membres sont répartis en groupes indépendants locaux


appelés escadres. Il existe 83 escadres situées au Canada, aux
États-Unis et outremer. Il existe trois catégories de membres :

a. les membres des escadres;

b. les membres hors cadre, qui n'appartiennent à aucune escadre;


c. les membres associés pour les personnes qui ne remplissent pas
les conditions voulues pour être membre régulier. L'approbation
peut être accordée soit par une escadre, soit par le service des
adhésions du siège social.

9. En adhérant à l'AFAC, une personne ne devient pas automatique-


ment membre d'une escadre locale mais, en règle générale, tout membre
de l'association peut adhérer à une escadre.

ACTIVITÉS DES ESCADRES

10. Bien qu'elles soient affiliées au siège national, qui leur décerne
leur charte, les escadres de l'AFAC sont autosuffisantes. C'est-à-dire
qu'elles décident des activités qu'elles offrent à leurs membres. Par
conséquent, il existe des différences dans ce qu'elles offrent à ces
derniers. La plupart des escadres possèdent un club dans leur ville où les
membres peuvent se rencontrer et fraterniser lors de soirées sociales.

4-3
A-CR-CCP-268/PT-002

11. Normalement chaque escadre :

a. oeuvre à la défense des droits et des intérêts de ses membres et


donne son appui en vue de la réalisation des objectifs nationaux;
b. parraine un ou plusieurs programmes d'utilité publique à l'échelle
locale et nationale;
c. informe ses membres en publiant un bulletin de nouvelles à inter-
valles réguliers; et
d. tient des réunions de travail à intervalles réguliers et organise des
soirées sociales.

AVANTAGES ACCORDÉS AUX MEMBRES

12. L'AFAC, avec la collaboration de grands organismes


dispensateurs nationaux, accorde divers avantages à ses membres en
règle, par exemple :
a. régime d'assurance-vie collective temporaire;

b. régime enregistré d'épargne-retraite collectif;

c. régime d'assurance sur la maison et les biens; et


d. un abonnement à la revue AIRFORCE qui est la principale revue
de l'aéronautique au Canada.

REVUE AIRFORCE

13. L'AFAC publie une revue qui traite de divers domaines reliés direc-
tement ou indirectement à l'aviation. C'est ainsi que vous pouvez y trouver
des informations concernant l'industrie aérospatiale canadienne (bras
canadien «CANADARM», astronautes, satellites, etc.), des textes
historiques relatant des hauts faits d'arme de l'ARC, des faits héroïques
accomplis par les militaires actuels et retraités, ainsi que tout autre sujet
pouvant intéresser les mordus de l'aviation. Chaque numéro, qui est haut
en couleur et renferme de très belles photographies, réserve aussi
quelques pages aux exploits des cadets de l'air!

4-4
A-CR-CCP-268/PT-002

L'AFAC ET LES CADETS DE L'AIR

14. L'AFAC appuie des milliers de cadets de l'air à travers le Canada,


et ses escadres parrainent directement 46 escadrons de cadets.

15. Pour marquer le 50e anniversaire de la Ligue des cadets de l'air du


Canada en 1991, l'AFAC a recueilli 67 000 dollars et créé un fonds qui
servira tous les ans à décerner 28 bourses de pilotage à des cadets
méritants, à travers le Canada, qui veulent faire carrière dans le domaine
de l'aviation militaire ou l'aviation civile. Les cadets méritants doivent au
préalable s'être vu décerner et réussir un cours de pilotage de planeur ou
d'avion motorisé par la Ligue des cadets de l'air du Canada. Si vous êtes
intéressé par cette bourse, demandez une formule de demande à votre
officier.

CONCLUSION

16. Comme vous pouvez le constater, l'AFAC est beaucoup plus


qu'un groupe social pour vétérans de l'aviation! Sa participation dans la
communauté canadienne dépasse les cadres de la plupart des groupes
récréatifs en ce sens qu'elle s'applique activement et de façon dynamique
à perpétuer la grande tradition de l'aviation canadienne. L'AFAC n'est
qu'un exemple d'organisme de service parmi tant d'autres. Regardez
autour de vous, peut-être qu'un membre de votre famille, ou un de vos
amis, font partie d'un de ces groupes.

4-5/4-6
A-CR-CCP-268/PT-002

CHAPITRE 5

OBJECTIF DE RENDEMENT 405

ÉDUCATION PHYSIQUE

SECTION 1

GÉNÉRALITÉS

1. La promotion de la bonne forme physique est un des buts du


mouvement des cadets. Mais il faut savoir que les sports organisés à
l'escadron ont aussi pour but de favoriser et développer l'esprit d'équipe
entre les jeunes cadets et les sous-officiers. Bien souvent, c'est dans le
feu de l'action qu'il est plus facile de reconnaître les traits de caractère et
l'implication d'une personne au sein d'une équipe.

2. La bonne forme physique est importante pour votre santé, elle


devrait donc constituer une partie importante de votre rythme de vie.
Certaines personnes aiment les sports d'équipe à un niveau compétitif
alors que d'autres apprécient moins. Pour ceux qui n'aiment pas les
sports d'équipe/ compétition, il existe une multitude d'autres activités très
intéressantes, telles que le ski, le patinage, la marche et la bicyclette.

3. Encore une fois cette année, vous devrez participer au


Programme d'efficience physique des cadets de l'aviation (PEPCA).
Vous devrez tenter d'améliorer vos performances passées. Si vous avez
déjà atteint la plus haute marche du podium, votre implication sera
essentielle au niveau de l'encouragement qui devra être apporté aux plus
jeunes cadets. Participez à l'activité en aidant à créer une ambiance
favorisant la participation de tous les membres de votre groupe.
Expliquez aux jeunes cadets à quoi servent les différentes épreuves. Les
six tests ont un but bien précis. Ce sont :

a. extension des bras : évaluer la force des bras et des épaules;

b. course-navette : évaluer la vitesse, Ia force et l'agilité;

5-1
A-CR-CCP-268/PT-002

c. redressements assis partiels : évaluer la force des muscles


abdominaux;

d. saut en longueur sans élan : évaluer la force et l'agilité;

e. course de 50 m : évaluer la vitesse, la force et l'agilité; et

f. course d'endurance : évaluer... l'endurance!

SECTION 2

ÉLÉMENTS D'UNE SÉANCE D'ACTIVITÉ PHYSIQUE

4. Chaque séance d'entraînement devrait comprendre trois


éléments :

a. échauffement;

b. activité; et

c. retour au calme.

ÉCHAUFFEMENT

5. L'ÉCHAUFFEMENT est un élément essentiel de toute séance


d'activité physique. Il présente plusieurs avantages :

a. Il prépare le corps à l'action. Il accroît la fréquence cardiaque,


«échauffe» le muscle, étire les tendons et aide à lubrifier les
articulations. Tout cela permet aux muscles de fonctionner plus
efficacement.

b. Il aide à développer l'habileté dans les sports. Faits régu-


lièrement, les exercices d'étirement et de musculation aident les
muscles à travailler dans une plus grande amplitude de mouve-
ments, ce qui permet de pratiquer des sports plus aisément et
avec plus d'habileté.

c. Il aide à prévenir les blessures. Les muscles souples et forts


risquent moins de trop s'étirer ou de trop forcer.

5-2
A-CR-CCP-268/PT-002

6. Conseils. Pour profiter de ces bienfaits, vous devez vous


échauffer correctement. Voici quelques conseils que votre instructeur
peut utiliser lors d'une période d'échauffement :

a. débutez en faisant trois minutes de marche rapide ou de jogging


lent;

b. faites les exercices d'étirement lentement et sans mouvement


brusque. Des sauts ou des bonds rapides peuvent causer des
blessures;

c. étirez-vous jusqu'au point de résistance. Si une douleur se fait


sentir, arrêtez;

d. faites les exercices de renforcement à vitesse contrôlée. S'ils


sont faits trop rapidement, la technique peut se relâcher et les
risques de blessure s'accroître;

e. respirez naturellement, en inspirant et expirant à fond à chaque


répétition. Il faut éviter de retenir son souffle, ce qui pourrait
causer des étourdissements ou des faiblesses, et forcer le
coeur; et

f. prenez votre temps. Un bon échauffement prend de 10 à


15 minutes.

ACTIVITÉ

7. L'élément activité de la séance peut être du jogging, une course


à obstacles, un entraînement en circuit, un jeu, ou une combinaison de
ces activités. Les conseils suivants vous aideront à accomplir une
ACTIVITÉ efficacement, sûrement et agréablement :

a. Progression. Suivez les principes de la progression


graduelle −augmentez graduellement le niveau de difficulté
(durée et intensité).

5-3
A-CR-CCP-268/PT-002
Figure 5-1 (feuille 1 de 2) Exercices d'échauffement
5-4
A-CR-CCP-268/PT-002
Figure 5-1 (feuille 2 de 2) Exercices d'échauffement
5-5
A-CR-CCP-268/PT-002

b. Spécificité. Les effets de l'activité varient selon le genre


d'entraînement; la course améliore la condition physique
aérobique, les exercices avec ballon leste améliorent la
coordination, l'agilité et la force; et ainsi de suite. Faites une
variété d'activités pour assurer un programme équilibré.

c. Régularité. Il est important de s'entraîner régulièrement. Des


études ont permis de constater que faire de l'exercice trois fois
par semaine est deux fois plus efficace que deux fois par
semaine.

d. Souplesse. Le mauvais temps (chaleur humide ou froid


extrême), le manque d'installations ou autres facteurs peuvent
vous faire modifier les séances. Essayez de suivre un
programme régulier mais demeurez souple, improvisez si
nécessaire.

RETOUR AU CALME

8. Les exercices d'étirement sont importants lors de la période de


retour au calme suivant l'activité. Le retour au calme permet à la
fréquence cardiaque et à la température du corps de revenir aux niveaux
de repos, et aide à prévenir les douleurs et raideurs qui peuvent résulter
d'une ACTIVITÉ vigoureuse. Consacrez aux moins les cinq dernières
minutes au retour au calme. Choisissez les exercices (de la figure 5-1)
qui étirent les muscles le plus utilisés pendant l'activité (8 et 9 pour la
course, 8 et 10 pour des sports comme le hockey, le basket-ball, etc.)

SECTION 3

LES ÉCUSSONS

9. Des écussons sont attribués selon le degré d'excellence atteint


lors des épreuves du PEPCA :

a. Prix d'excellence. Niveau d'excellence à toutes les épreuves du


test;

b. Or. Niveau or ou plus dans cinq des six épreuves, incluant la


course d'endurance;

5-6
A-CR-CCP-268/PT-002

c. Argent. Niveau argent ou plus dans quatre épreuves incluant la


course d'endurance;

d. Bronze. Niveau bronze ou plus dans quatre épreuves, incluant


la course d'endurance.

10. L'origine de l'écusson est le TRIQUÈTRE, qui est un symbole


historique du soleil, de la renaissance de la vie et de la prospérité. La
figure 5-15 illustre les insignes qui peuvent vous être accordés pour être
portés sur l'uniforme.

11. Le symbole du triquètre se retrouve sur des monuments qui


datent d'aussi loin que 1300 av. J-C. Il est intéressant de noter que
même les premières illustrations du triquètre étaient reliées à la forme
physique. Un bouclier portant ce symbole apparaît sur un vase donné à
titre de prix dans les compétitions à Athènes au VIe siècle av. J.C.

SECTION 4

PRÉPARATION

12. Une période d'entraînement préparatoire d'une durée


approximative de trois à quatre semaines peut être offerte par vos
instructeurs. Un programme similaire peut aussi suivre le test pour en
améliorer les résultats.

13. Les six activités du PEPCA sont décrites aux figures 5-2 a 5-7.
Les cartes de compilations à partir desquelles vos résultats sont
calculés, sont démontrées aux figures 5-9 à 5-14. Votre instructeur vous
expliquera l'utilisation de ces cartes. À la figure 5-8, vous trouverez un
exemple de tableau de progrès personnels. Vous devriez recevoir un de
ces tableaux.

14. Si vous êtes déjà qualifiée à un niveau du PEPCA, à l'école ou


ailleurs, vous pouvez vous le faire créditer à l'escadron. Il faudra
cependant fournir une preuve de cette réussite. Vérifiez les procédures à
suivre avec l'instructeur.

5-7
A-CR-CCP-268/PT-002
Figure 5-2 Extension des bras (en appui facial)
5-8
A-CR-CCP-268/PT-002
Figure 5-3 Course-navette
5-9
A-CR-CCP-268/PT-002
Figure 5-4 Redressements partiels assis
5-10
A-CR-CCP-268/PT-002
Figure 5-5 Saut en longueur sans élan
5-11
A-CR-CCP-268/PT-002
Figure 5-6 Course de 50 m
5-12
A-CR-CCP-268/PT-002
Figure 5-7 Course d'endurance
5-13
A-CR-CCP-268/PT-002

Ton tableau de progrès personnels

Ext. Redress. Saut en


des Course partiels longueur Course Course
ÉPREUVES bras - assis sans élan 50 m endur.
navette
OBJECTIF

Septembre

Octobre

Novembre

Decembre

Janvier

Février

Mars

Avril

Mai

Juin

Juillet

Août

Figure 5-8 Tableau des progrès personnels

5-14
A-CR-CCP-268/PT-002

1 EXTENSION DES BRAS (EN APPUI FACIAL)

(Nombre total)

Femmes
Normes selon
l’âge
12 13 14 15 16 17 18

Excellence 20 21 20 20 24 25 25

Or 17 17 16 20 20 20 20

Argent 10 11 16 15 12 16 16

Bronze 2 4 3 7 4 7 7

(Nombre total)

Hommes
Normes selon
l’âge
12 13 14 15 16 17 18

Excellence 31 39 40 42 44 53 53

Or 28 35 32 37 40 46 46

Argent 18 24 24 30 30 37 37

Bronze 9 11 13 20 22 23 23

Figure 5-9 Normes - Extension des bras (en appui facial)

5-15
A-CR-CCP-268/PT-002

2 COURSE-NAVETTE

(Arrondi au dixième de seconde près)

Femmes
Normes selon
l’âge
12 13 14 15 16 17 18

Excellence 12,2 11,9 11,6 11,8 11,7 11,6 11,6

Or 12,5 12,3 12,0 12,2 12,0 11,9 11,9

Argent 13,1 19,0 12,7 12,9 12,6 12,6 12,6

Bronze 14,3 14,1 14,8 14,0 13,8 13,7 13,7

(Arrondi au dixième de seconde près)

Hommes
Normes selon
l’âge
12 13 14 15 16 17 18

Excellence 11,7 11,4 10,9 10,8 10,5 10,4 10,4

Or 12,0 11,6 11,2 11,0 10,7 10,6 10,6

Argent 12,5 12,1 11,7 11,4 11,1 11,1 11,1

Bronze 13,7 13,5 12,7 12,4 12,1 11,9 11,9

Figure 5-10 Normes - Course-navette

5-16
A-CR-CCP-268/PT-002

3 REDRESSEMENTS PARTIELS ASSIS

(Nombre total)

Femmes
Normes selon
l’âge
12 13 14 15 16 17 18

Excellence 50 59 48 38 49 58 58

Or 43 50 41 35 35 49 49

Argent 38 40 30 26 26 40 40

Bronze 19 22 20 15 16 26 26

(Nombre total)

Hommes
Normes selon
l’âge
12 13 14 15 16 17 18

Excellence 64 59 62 75 73 66 66

Or 54 51 54 87 50 58 58

Argent 32 39 40 45 37 42 42

Bronze 22 28 24 26 24 25 25

Figure 5-11 Normes - Redressements partiels assis

5-17
A-CR-CCP-268/PT-002

4 SAUT EN LONGUEUR SANS ÉLAN

(Centimètres)

Femmes
Normes selon
l’âge
12 13 14 15 16 17 18

Excellence 179 184 189 188 196 198 198

Or 171 170 181 181 187 190 190

Argent 158 163 162 185 173 174 174

Bronze 133 141 145 144 147 152 152

(Centimètres)

Hommes
Normes selon
l’âge
12 13 14 15 16 17 18

Excellence 183 200 213 223 232 238 238

Or 176 193 206 215 224 231 231

Argent 184 177 199 202 211 220 220

Bronze 143 151 166 171 191 195 195

Figure 5-12 Normes - Saut en longueur sans élan

5-18
A-CR-CCP-268/PT-002

5 COURSE DE 50 m

(Arrondi au dixième de seconde près)

Femmes
Normes selon
l’âge
12 13 14 15 16 17 18

Excellence 8,4 8,0 7,9 8,0 7,9 7,9 7,9

Or 8,6 6,2 8,1 8,2 8,1 8,0 8,0

Argent 9,2 9,7 8,6 8,7 8,6 8,5 8,5

Bronze 10,2 9,5 9,4 9,4 9,3 9,2 9,2

(Arrondi au dixième de seconde près)

Hommes
Normes selon
l’âge
12 13 14 15 16 17 18

Excellence 8,1 7,7 7,4 7,2 7,0 6,9 6,9

Or 8,4 7,9 7,6 7,4 7,1 7,0 7,0

Argent 8,8 8,4 8,0 7,7 7,4 7,3 7,3

Bronze 9,7 9,2 8,8 8,4 8,0 8,0 8,0

Figure 5-13 Normes - Course de 50 m

5-19
A-CR-CCP-268/PT-002

6 COURSE D’ENDURANCE

(Minutes et seconds)

Femmes
Normes selon
l’âge 1600 m 2400 m

12 13 14 15 16 17 18

Excellence 8:41 13:54 13:28 13:31 12:38 12:45 12:45

Or 9:18 14:33 14:18 14:01 13:22 13:31 13:31

Argent 10:26 16:12 15:51 16:02 16:44 15:19 15:19

Bronze 12:46 18:59 18:51 18:58 18:37 18:53 18:53

(Minutes et seconds)

Hommes
Normes selon
l’âge 1600 m 2400 m

12 13 14 15 16 17 18

Excellence 7:41 11:31 10:43 10:23 10:08 10:08 10:08

Or 8:04 11:49 11:09 10:50 10:42 10:32 10:32

Argent 8:46 12:51 12:16 11:51 11:22 11:10 11:10

Bronze 10:31 15:35 14:40 14:46 14:08 13:33 13:33

Figure 5-14 Normes - Course d’endurance

5-20
A-CR-CCP-268/PT-002

Figure 5-15 Insignes d'efficience physique

5-21
A-CR-CCP-268/PT-002

Figure 5-16 PEPCA - Tableau des résultats

5-22
A-CR-CCP-268/PT-002

CHAPITRE 6

OBJECTIF DE RENDEMENT 406

MIEUX-VIVRE

GÉNÉRALITÉS

1. Qu'est-ce que «mieux-vivre»? Après avoir completé ce cours,


vous aurez une bien meilleure idée et serez en mesure de comprendre ce
que veut dire MIEUX-VIVRE.

2. Ce cours s'échelonnera sur toute l'année d'entraînement. Vous


verrez plusieurs conférenciers venir vous parler de prévention des
incendies, d'hygiène et de nutrition, de drogue et de tabagisme. Malgré le
fait qu'il n'y aura pas d'examen officiel à la fin de ce cours, vous devrez
être présent pour réussir. Pourquoi ne pas en profiter pour interroger ces
spécialistes à propos de sujets qui vous intéressent? Ils se feront un
plaisir de vous répondre.

NUTRITION

3. La figure 6-1 montre le Guide canadien de nutrition. Si vous suivez


les indications de ce guide, vous adopterez un style de vie basé sur une
bonne nutrition.

SÉCURITÉ ET PRÉVENTION DES INCENDIES

4. Les figures 6-2 et 6-3 illustrent et expliquent le fonctionnement des


extincteurs. Le poste d'incendie de votre ville peut vous fournir plusieur
brochures qui contiennent des information utiles sur la sécurité et la
prévention des incendies.

6-1
A-CR-CCP-268/PT-002

Figure 6-1 (feuille 1 de 12) Guide alimentaire canadien

6-2
A-CR-CCP-268/PT-002

Figure 6-1 (feuille 2 de 12) Guide alimentaire canadien

6-3
A-CR-CCP-268/PT-002

Figure 6-1 (feuille 3 de 12) Guide alimentaire canadien

6-4
A-CR-CCP-268/PT-002

Figure 6-1 (feuille 4 de 12) Guide alimentaire canadien

6-5
A-CR-CCP-268/PT-002

Figure 6-1 (feuille 5 de 12) Guide alimentaire canadien

6-6
A-CR-CCP-268/PT-002

Figure 6-1 (feuille 6 de 12) Guide alimentaire canadien

6-7
A-CR-CCP-268/PT-002

Figure 6-1 (feuille 7 de 12) Guide alimentaire canadien

6-8
A-CR-CCP-268/PT-002

Figure 6-1 (feuille 8 de 12) Guide alimentaire canadien

6-9
A-CR-CCP-268/PT-002

Figure 6-1 (feuille 9 de 12) Guide alimentaire canadien

6-10
A-CR-CCP-268/PT-002

Figure 6-1 (feuille 10 de 12) Guide alimentaire canadien

6-11
A-CR-CCP-268/PT-002

Figure 6-1 (feuille 11 de 12) Guide alimentaire canadien

6-12
A-CR-CCP-268/PT-002

Figure 6-1 (feuille 12 de 12) Guide alimentaire canadien

6-13
A-CR-CCP-268/PT-002

Figure 6-2 Utilisation d'un extincteur

6-14
A-CR-CCP-268/PT-002

Figure 6-3 Catégories de feux

6-15/6-16
A-CR-CCP-268/PT-002

CHAPITRE 7

OBJECTIF DE RENDEMENT 408

LEADERSHIP

SECTION 1

INTRODUCTION

1. Comme vous l'aurez sûrement expérimenté dans vos fonctions de


sous-officier, être un leader n'est pas toujours de tout repos. Il faut plus
que de la bonne volonté et la connaissance des principes de leadership.
L'année dernière, vous avez appris que le bon leader doit posséder
certaines qualités et beaucoup d'autodiscipline. Vous savez aussi
maintenant que la confiance joue un grand rôle dans la façon dont vous
dirigez vos cadets.

2. Être un leader requiert que vous fassiez preuve de bon jugement


dans vos décisions, dans vos déclarations et dans la façon dont vous
traitez vos équipiers et leurs problèmes, surtout si ces problèmes sont
susceptibles d'influencer le bon déroulement de votre tâche. Il est souvent
très difficile pour un jeune leader de faire abstraction de ses sentiments et
désirs personnels afin d'accorder toute l'attention nécessaire au bon fonc-
tionnement du groupe et de chacun de ses membres. Il est d'autant plus
difficile que vous êtes appelé à diriger certains de vos amis. Une des
raisons qui rend votre tâche difficile à ce stade est que vous devez répon-
dre aux demandes de vos supérieurs, mais aussi aux attentes des
équipiers. Mais au fait, que veulent-ils exactement les équipiers?

SECTION 2

CE QUE LES ÉQUIPIERS ATTENDENT DU LEADER

3. Un des problèmes principaux auquel fera face un leader, sera de


répondre aux attentes que les équipiers placeront en lui. Si le leader ne
donne pas à ses cadets ce à quoi ils s'attendent, ils canaliseront leurs
énergies de façon à satisfaire leurs propres besoins, même si cela signifie
agir contrairement aux objectifs du groupe. En d'autres mots, si les cadets
n'aiment pas le système que vous leur proposez, ils prendront les moyens
nécessaires pour le contourner et changer la situation à leur avantage.

7-1
A-CR-CCP-268/PT-002

4. Connaître ses équipiers prend donc une grande importance pour


celui ou celle qui doit voir à la réussite d'une mission. Voici, de façon
générale, les attentes les plus répandues chez la plupart des cadets :

a. Être bien commandé. Il est important que le cadet ait la convic-


tion que vous agissez dans les meilleurs intérêts du groupe et que
vos décisions ne sont pas prises sous le coup de l'émotion.
Souvenez-vous que la confiance se gagne, elle n'est pas acquise
automatiquement. Le leader doit constamment prouver à ses
cadets qu'il est digne de leur confiance.

b. Savoir ce que l'on attend d'eux. Vos cadets s'attendent à rece-


voir de l'information. Comment, ou, quand et surtout POURQUOI
vous leur demandez d'agir. En les tenant informés, vous leur don-
nez le sentiment qu'ils sont impliqués dans le processus de déci-
sion.

c. Jouir de la reconnaissance du bon rendement. Il est important


de féliciter vos équipiers lorsqu'ils fournissent un bon rendement,
au même titre que vous les critiquez lorsque le rendement ne
rencontre pas les normes. Si vos cadets sentent que vous êtes
satisfaits d'eux, ils seront plus enclins à fournir un rendement
soutenu.

d. Être traité avec dignité. Vous demanderez à vos cadets de vous


respecter. Trop souvent, les leaders tiennent pour acquis que le
respect vient avec la position ou avec le rang. Le respect se
gagne. Traitez vos cadets avec tout le respect que vous attendez
d'eux.

e. Avoir des occasions de promotions. Même si vous n'avez pas


de contrôle sur le choix des promotions à votre escadron, il est de
votre devoir en tant que leader de faire part du bon rendement de
vos cadets à vos supérieurs. De cette façon vous augmentez leurs
chances d'avancement. Vous pouvez aussi récompenser les
efforts en confiant des tâches spéciales à vos cadets les plus
méritants, p. ex., faire l'appel nominal, commander la section, etc.

7-2
A-CR-CCP-268/PT-002

f. Jouir d'une certaine liberté d'action. Il peut devenir domma-


geable pour l'esprit d'équipe de surveiller les cadets de trop près.
Un état de contrôle trop étroit peut nuire au développement social
du groupe. Les cadets développeront une crainte de faire des
erreurs. Laissez à vos cadets la chance d'apprécier leur séjour
chez les cadets.

g. Avoir des activités sociales. Les cadets veulent avoir du plaisir,


se faire de nouveaux amis et socialiser entre eux. Afin de former
un bon esprit d'équipe, le leader devrait se faire un plaisir d'orga-
niser régulièrement des occasions ou les équipiers développeront
ces liens si précieux qui cimenteront le groupe.

h. Se faire expliquer les changements. Rien n'est plus angoissant


et frustrant pour un équipier que de voir le leader effectuer des
changements au plan établi sans recevoir d'explications. Très
souvent, le groupe va percevoir ces changements comme une
marque d'indécision de votre part et ce, peu importe si vous en
avez reçu l'ordre d'un supérieur. Cela dit, n'allez pas croire que
vous avez l'obligation de rendre compte de toutes vos décisions à
vos cadets. Assurez-vous seulement qu'ils comprennent la situa-
tion.

j. Se voir attribuer du travail stimulant. Si vous déléguez des


tâches, assurez-vous que vos cadets sentent que ce qu'ils ont à
faire est important pour le succès de la mission. Ils sentiront assez
rapidement si vous tentez seulement de les tenir occupés.

k. Recevoir un traitement équitable. Tous vos cadets doivent être


traités comme égaux. Assurez-vous de récompenser les beaux
efforts et réprimander ceux qui le méritent avec la même justice.

m. Avoir des occasions de participation pleine et entière.

SECTION 3

LA MOTIVATION

5. Peut-être la plus importante de vos fonctions sera de MOTIVER


vos cadets. La motivation, en des termes simples, est le degré de volonté
d'un individu à effectuer une tâche précise.

7-3
A-CR-CCP-268/PT-002

6. Pour ce faire, vous devrez cerner les besoins et les motivations


des cadets sous votre responsabilité et les influencer de façon constructive
afin de les amener à réaliser les objectifs que vous aurez fixés. Ça vous dit
quelque chose? En effet, cette définition ressemble étrangement à la
définition du leadership que vous avez vue au niveau deux. L'exercice du
leadership et la motivation du groupe sont étroitement reliés.

BESOINS DES ÉQUIPIERS

7. Chaque individu est motivé dans la mesure ou certains besoins


sont satisfaits. Ces besoins sont répartis selon un ordre défini d'application
(figure 7-1).

8. L'importance accordée à la satisfaction des divers besoins varié


d'une personne à l'autre. Les besoins se modifient avec le temps et selon
la situation et ils dépendent, dans une large mesure, de l'attitude de la
personne envers ses pairs et supérieurs.

9. Les besoins se répartissent selon un ordre de priorité. Dès que les


besoins fondamentaux sont plus ou moins satisfaits, les besoins
supérieurs retiennent davantage l'attention et assument le rôle d'agent
motivant. Donc, la deuxième catégorie ne devient importante que lorsque
la première catégorie est satisfaite.

10. Un besoin satisfait n'est plus motivant. Il incombe donc au leader


de cerner les besoins insatisfaits et d'orienter les efforts vers ceux-ci lors-
qu'il veut mettre en place des stimulants au rendement ou donner des
récompenses ou des punitions. Par exemple, le leader averti pourra se
servir du fait que ses cadets ont soif pour les inciter à hâter le pas au cours
d'une randonnée en mentionnant la proximité d'une source d'eau potable.
La même stratégie ne serait pas possible si chaque cadet transportait une
gourde d'eau friche. Le besoin serait absent. Il faudrait dans ce cas faire
appel à un autre besoin en invoquant, par exemple, la sécurité et la
chaleur qu'apportera le confort du campement.

7-4
A-CR-CCP-268/PT-002

Figure 7-1 Tableau des besoins


11. Il faut faire attention de ne pas, consciemment, garder les cadets
en état de besoin dans l'espoir de soutirer d'eux un rendement encore
supérieur. Il faut savoir qu'à un certain point, si le besoin n'est pas
satisfait, la réaction du cadet peut être contraire à celle attendue. Il y a
danger de découragement ou de désintéressement, où l'objectif visé
deviendra secondaire dans son esprit. Vous devez donc bien connaître les
besoins de vos cadets, ce qui les motive, ce qui les pousse à se surpasser.

INCITATION AU RENDEMENT

12. Vous disposerez de nombreux mécanismes d'encouragement


susceptibles d'aider les cadets à faire mieux. L'important est qu'ils
accroissent leur rendement et leur bien-être. Au nombre des plus
importants stimulants positifs, notez les suivants :

a. La promotion. La promotion des cadets dépend souvent d'une


recommandation de votre part et de la cote d'évaluation de leur
travail. Assurez-vous que seuls les meilleurs sont recommandés
pour les promotions en évaluant le rendement de manière
impartiale et objective. Si vos cadets perçoivent à prime abord
qu'un très bon rendement est récompensé par une promotion, ils
donneront le meilleur d'eux-même.

7-5
A-CR-CCP-268/PT-002

b. La reconnaissance. Il faut louer et reconnaître le bon rendement


des équipiers. Les éloges ne doivent toutefois être réservés qu'aux
cas vraiment mérités. Ils peuvent alors être prodigués avec
sincérité. Si les éloges sont trop fréquents, ils ne suscitent qu'une
motivation négligeable.

c. La compétition. La compétition sous différentes formes peut


contribuer à améliorer le rendement. Les cadets peuvent être en
compétition de façon individuelle, avec les autres cadets ou à titre
de membre d'un groupe tentant de surpasser un groupe concur-
rent. L'habitude de fournir un meilleur rendement rejaillit souvent
sur le travail des équipiers.

d. La connaissance des résultats. Si on avise les cadets des


progrès réalisés, il y a fort à parier qu'ils amélioreront leur rende-
ment puisqu'ils auront davantage conscience de leurs faiblesses.
Les entrevues portant sur le rendement sont particulièrement
importantes car elles permettent de souligner les points à
améliorer mais aussi de suggérer des moyens concrets pour
améliorer la situation .

e. La participation. L'un des meilleurs stimulants au rendement est


l'encouragement à participer à la prise de décision lorsque la
situation s'y prête. La participation est particulièrement appropriée
pour tout ce qui se rattache aux tâches à effectuer. Les avantages
de la participation sont les suivants :

(1) occasion d'obtenir de bonnes suggestions;

(2) les cadets acquièrent davantage confiance en constatant


qu'on les consulte et que l'on tient compte de leur point de
vue;

(3) les cadets ont davantage tendance à s'identifier au travail


qu'ils effectuent; et

(4) ils développent leur sens des responsabilités.

7-6
A-CR-CCP-268/PT-002

f. L'enthousiasme. L'enthousiasme du leader et de ses supérieurs


joue un rôle de premier plan sur la motivation des cadets. Les
leaders peu motivés ont normalement des cadets encore moins
motivés qu'eux. Du reste, l'enthousiasme est contagieux et si le
chef est clairvoyant et enthousiaste, il obtiendra probablement un
excellent rendement de ses cadets.

g. L'efficacité organisationnelle. Le mode d'organisation des


activités d'un groupe peut influencer la motivation de ses
membres. Une meilleure motivation est possible si les tâches sont
bien définies pour chaque poste, les voies hiérarchiques
clairement indiquées, l'équipement approprié et les tâches
exécutées de manière ordonnée et consciencieuse.

h. La délégation de responsabilités. La délégation de toute


l'autorité aux cadets garantit l'exception efficace de l'ensemble des
activités. La délégation stimule l'intérêt à l'initiative. Si le leader ne
peut organiser le travail de façon à déléguer des responsabilités,
les cadets n'auront aucune chance de se perfectionner et l'esprit
d'initiative sera découragé. De plus, ils auront l'impression qu'on
ne leur fait pas confiance, particulièrement si le leader n'a pas le
temps de s'occuper des problèmes sérieux parce qu'il consacre
trop de temps à des tâches courantes qu'il aurait dû déléguer.

7-7
A-CR-CCP-268/PT-002

j. La résistance à la tentation de tout surveiller. La surveillance


est une fonction qui consiste à vérifier et à rectifier. On met en
place des mécanismes de surveillance afin d'établir une comparai-
son entre l'objectif à atteindre et les résultats obtenus dans les
faits. Une des meilleures méthodes de surveillance est
évidemment la supervision directe. Il faut toutefois résister à la
tentation de trop surveiller. Un leader qui surveille trop devient un
obstacle à l'exception des tâches attribuées en plus de donner
l'impression de ne pas faire confiance aux cadets. Il ne laisse
aucune place à l'initiative ou au perfectionnement des cadets et
gaspille son propre temps.

k. Le perfectionnement. En permettant aux cadets de se perfec-


tionner, vous augmenterez leur motivation et leur rendement. Vous
leur permettrez aussi de mieux se préparer à assumer de plus
hautes responsabilités dans le futur.

m. La bonne sélection. Il est plus que certain qu'une personne


détestant le travail qu'elle fait offrira un rendement laissant à
désirer. Il faut donc prendre soin de confier à un subordonné un
travail qui convient à ses qualifications et ses goûts. Il existe des
tâches dont personne ne veut s'acquitter mais le leader jouit d'une
certaine souplesse face à ces travaux dans la mesure où il peut
décider de la nécessité des tâches en question.

13. Chaque cadet veut qu'on le traite de manière équitable et qu'on le


reconnaisse en tant qu'individu. Il faut éviter de le traiter de façon à laisser
l'impression qu'il n'est qu'un pion que vous déplacez selon les nécessités
du moment.

14. Chacun de vos cadets à une personnalité différente, une


expérience personnelle différente et des besoins différents. Ils réagiront
donc tous plus ou moins différemment aux mesures incitatives que vous
mettrez de l'avant. Chaque personne, incluant vous-même, veut être
reconnue par sa personnalité et ses traits particuliers, il est donc primordial
que vous sachiez reconnaître les traits qui font de vos cadets des individus
différents les uns des autres. Au nombre de ces facteurs, mentionnons les
suivants :

a. l'éducation;

b. la classe sociale;

c. le milieu culturel dont ils sont issus;

7-8
A-CR-CCP-268/PT-002

d. la formation;

e. l'âge;

f. le sexe;

g. la race;

h. les problèmes personnels;

j. les problèmes scolaires;

k. les réalisations;

m. la constitution physique;

n. l'intelligence;

p. la personnalité;

q. l'hérédité; et

r. le milieu.

15. Il est loin d'être facile de bien cerner la personnalité exacte d'un
subordonné, surtout s'il s'agit d'un jeune adolescent, car cette personnalité
est en constante évolution. Il faut donc adapter votre leadership selon les
différentes situations qui se présentent et selon les gens sous vos ordres.

7-9
A-CR-CCP-268/PT-002

SECTION 4

TECHNIQUES DE LEADERSHIP

16. Les trois techniques de leadership les plus courantes s'offrant à


vous sont :

a. Le leadership autoritaire. Cette technique est utilisée par le


leader qui recherche avant tout l'obéissance de son groupe. Il
établit la marche à suivre et considère que la prise de décision
n'est l'affaire que d'une seule personne, LUI!

b. Le leadership démocratique. Cette technique demande au


groupe de participer à l'élaboration de la marche à suivre. Le
leader devient alors un animateur qui, pour favoriser la collabo-
ration de tous, prendra le rôle d'animateur. Le leader emprunte les
idées et suggestions du groupe par des discussions et des consul-
tations.

c. Le leadership libéral. La méthode carte-blanche n'est utilisée que


dans certaines situations particulières. Elle suppose que le leader
devienne plus ou moins un centre d'information au service des
membres du groupe. Il n'exerce qu'un contrôle minimum sur les
individus et compte sur leur sens de l'initiative pour mener à bien
la mission.

17. Il est de votre ressort, comme leader, de choisir la méthode qui


offrira les meilleures chances de succès, donc celle qui fera en sorte que
vos équipiers offriront le meilleur rendement. Afin d'obtenir un rendement
supérieur, vos méthodes de leadership s'appliqueront dans les situations
suivantes :

a. L'attitude autoritaire :

(1) Personne hostile. Si vous faites face à un individu qui


démontre des signes d'hostilité, il vous faudra faire preuve
d'autorité. La méthode autoritaire à pour effet de canaliser son
agressivité, de contenir son énergie à des fins constructives. Il
faut faire très attention de ne pas confondre une attitude
autoritaire avec une attitude dominatrice. Évitez les
confrontations verbales inutiles, elles ne peuvent mener qu'à
une escalade de frustration. Rappelez-vous d'afficher une
attitude ferme, juste et amicale.

7-10
A-CR-CCP-268/PT-002

(2) Personne craintive. C'est le cas des cadets qui ont besoin de
recevoir des ordres clairs et précis de peur de faire des
erreurs. Cette crainte des erreurs leur donne un sentiment
d'insécurité que le leader autoritaire réussira à contrôler. Un
leader ferme les rassure. Il est par contre de votre
responsabilité de guider ces cadets vers une plus grande
autonomie.
b. L'attitude démocratique :

(1) Les personnes qui collaborent. La volonté de collaborer


n'est pas un trait de personnalité distinct en lui-même, mais si
vous trouvez cette qualité chez un équipier, il répondra
habituellement mieux à la méthode démocratique. Celui qui
collabore ne manque généralement pas d'agressivité, mais
son agressivité, contrairement à la personne hostile, est
constructive. Le cadet qui coopère énergiquement ira dans la
bonne direction avec un minimum de contrôle.
(2) La personne qui à l'esprit d'équipe. Le cadet qui aime les
jeux d'équipe agira mieux si votre attitude envers lui est
démocratique. Il a moins besoin de direction car il considère
son travail comme un travail de groupe. Il trouve ses plus
grandes satisfactions dans un groupe amical, restreint et uni.
c. L'attitude libérale :

(1) L'individualiste. Son rendement est meilleur si vous adoptez


avec lui une attitude libérale, à la condition qu'il soit
compétent. Même s'il a tendance à s'afficher, à prendre la
vedette, laissez-le agir à sa guise à moins que le bien-être du
groupe ou le ressentiment de certains des équipiers vous
forcent à changer d'attitude.
(2) Le solitaire. Que vous les appeliez introvertis, insociables, ou
que vous les décriviez comme étant repliés sur eux-mêmes,
quelques personnes manifestent de l'aversion pour les
contacts sociaux. Les raisons profondes d'une telle conduite
sont souvent très complexes. Quelle que soit la cause de leur
isolement, ces personnes fournissent leur meilleur rendement
individuellement. L'attitude libérale crée une atmosphère qui
convient le mieux à la paix de leur esprit et favorise leur effort
le plus décontracté et le plus efficace.

7-11
A-CR-CCP-268/PT-002

SOUPLESSE

18. L'approche que vous adopterez face aux équipiers changera


sûrement alors que la situation évoluera. Il faut vous adapter en fonction
de la situation et de l'objectif à atteindre. Vous devrez prendre soin de ne
pas toujours afficher une attitude autoritaire avec certains cadets et une
attitude libérale avec d'autres. Une telle façon de faire pourrait facilement
être perçue comme une forme de harcèlement pour les uns ou de favori-
tisme pour les autres. Vous devez jongler avec les différentes méthodes
pour amener tous vos équipiers à travailler ensemble. Chaque équipier
apportera une contribution différente à la vie du groupe, ne vous attendez
donc pas à les voir tous agir et réagir de la même façon. Le leader qui sait
faire preuve de souplesse possède un atout important dans son jeu. Il lui
sera beaucoup plus facile de faire face aux différentes situations qui se
présenteront.

SECTION 5

QUALITÉS DU LEADER

19. Chaque cadet a sa propre image de ce que devrait être le leader


idéal. Que ce soit au cinéma, dans l'actualité ou dans la vie quotidienne,
les adolescents sont à la recherche d'un modèle dont ils copieront les traits
de caractère principaux. Cette émulation est causée par un besoin d'identi-
fication très fort. Il est fort possible que vous soyez exactement le modèle
que certains cadets cherchent à copier. Afin de donner le bon exemple et
ainsi inspirer confiance, vous devez aussi avoir ou acquérir certains traits
de caractère. Voici les quatre plus importants :

a. L'intégrité. L'intégrité est une qualité que tous les leaders doivent
avoir, qu'ils en comprennent ou non la définition. On la définit
ainsi : droiture, honnêteté, incorruptibilité, rigueur dans l'accom-
plissement de ses engagements et fidélité à prendre ses
responsabilités. En des termes simples, l'intégrité veut dire :

(1) Respect de la parole donnée : Une personne intègre n'a


qu'une parole, elle vaut plus que tout. Sa loyauté ne devrait
jamais être mise en doute. Ne promettez rien si vous n'êtes
pas certain de pouvoir rencontrer cette promesse; la parole
d'un leader c'est sacré!

7-12
A-CR-CCP-268/PT-002

(2) Respect du bien-être des autres : Un leader intègre prendra le


plus grand soin des biens d'autrui. Il doit aussi veiller à ce que
les autres personnes observent le droit de propriété. Il ne se
permettra jamais de tolérer le chapardage aussi insignifiant
soit-il.

(3) Dignité personnelle : Le leader intègre aura toujours une


conduite irréprochable. La dignité personnelle se manifeste
encore par le respect témoigné aux positions, emplois ou
situations des autres.

b. La compétence professionnelle. Un leader doit connaître son


travail. Il doit avoir également une connaissance générale du
travail des équipiers qu'il dirige. Vos équipiers vous respecteront
s'ils savent ou sentent que vous savez ce que vous faites et s'ils
savent qu'ils peuvent compter sur votre support en cas de besoin.

c. La discipline personnelle. Un leader valable est strict en matière


de discipline. Il doit être capable d'amener un groupe de
personnes à observer la discipline. Pour cela il doit être lui-même
bien discipliné. Un leader n'obtiendra jamais l'obéissance totale à
ses ordres s'il n'est pas capable lui-même d'obéir aux ordres.
Avant de donner des ordres, le leader doit d'abord être capable
d'en recevoir.

d. Sens des responsabilités. Un leader doit avoir un sens aigu des


responsabilités. Ce sens des responsabilités doit s'exercer à partir
des grandes lignes de la tâche qu'on lui a confiée jusqu'au plus
petit détail de son exécution, c'est ce qu'il est convenu d'appeler le
professionnalisme. Le chef doit aussi être capable d'accepter la
responsabilité des fautes qu'il peut faire sans chercher l'occasion
de rejeter le blâme sur ses supérieurs ou ses cadets.

7-13
A-CR-CCP-268/PT-002

SECTION 6

LES ORDRES

CATÉGORIES D'ORDRES

20. Pour plusieurs jeunes leaders, donner des ordres se conjugue


automatiquement avec une attitude autoritaire et un haussement de la
voix. Encore une fois, rappelons-nous que le respect ne se commande
pas, pas plus qu'il s'impose. Le leader intelligent est conscient du fait que,
pour ce qui est du commandement, la FAÇON d'obtenir des résultats est
aussi importante que les RÉSULTATS EUX-MÊMES. La manière
appropriée de donner des ordres garantit au leader que ses cadets savent
toujours ce qu'ils doivent faire ou ne pas faire, car cela a l'avantage de leur
simplifier la tâche et ils savent exactement ce que l'on attend d'eux. Vous
pouvez avoir recours à quatre catégories d'ordres :

a. Ordre direct. L'ordre direct est précis, bref et définitif. Il ne permet


aucune hésitation, indécision ou désobéissance; p.ex., «Cadet
Dubois, fermez la porte».

b. Demande. La demande est un ordre direct amoindri pour lequel


des expressions comme «voulez-vous», «pouvez-vous» ou
«s'il-vous-plaît» sont utilisées pour caractériser l'ordre; p. ex.,
«Cadet Dubois, pourriez-vous fermer la porte s'il-vous-plaît?»

c. L'ordre sous-entendu. Un ordre sous-entendu laisse beaucoup


de place à l'imagination, I'expérience et l'intelligence du récepteur.
Le leader laisse entendre la tâche à accomplir et le récepteur doit
faire preuve de discernement et de jugement pour exécuter l'ordre
en question. Ce genre d'ordre n'est habituellement pas à
conseiller; p. ex., «Cadet Dubois, il faudrait que la porte soit
fermée».

d. La demande de volontaires. Le recours à la demande de volon-


taires peut ou non fournir une personne pour accomplir une tâche
requise. Vous ne devez pas abuser de ce genre d'ordre. Certains
leaders fuient les responsabilités en demandant constamment des
volontaires, ceci leur évite de désigner une personne en particulier
ou de donner un ordre direct; p. ex., qui se porte volontaire pour
balayer le plancher?».

7-14
A-CR-CCP-268/PT-002

ORDRES ÉCRITS − ORDRES DE VIVE VOIX

21. Un ordre peut se donner sous forme verbale ou écrite. Les ordres
écrits doivent se conformer aux règles de rédaction et être clairs,
succincts, corrects et cohérents. Un ordre écrit engendre la permanence;
vous devez y avoir recours dans les cas suivants :

a. Les instructions sont transmises à un autre endroit;

b. l'ordre renferme des chiffres précis ou des données complexes;

c. il est nécessaire que quelqu'un soit responsable; et

d. la séquence d'exécution est importante et la stricte obéissance est


exigée.

7-15
A-CR-CCP-268/PT-002

22. Les ordres de vive voix présentent l'avantage de provenir directe-


ment de la bouche du leader. Ce genre d'ordre doit se donner en adoptant
l'attitude appropriée. Vous devez éviter l'attitude paternaliste envers vos
cadets et les références systématiques à vos supérieurs dans le but de
donner du poids à vos ordres. Évitez d'adopter l'attitude du perroquet ou
de la marionnette qui ne fait que répéter ce qui lui est dit. Affichez l'as-
surance de celui ou celle qui est en plein contrôle de la situation sans
constamment essayer de justifier vos décisions ou déclarations. Utilisez les
ordres de vive voix dans les cas suivants :

a. une urgence locale;

b. un objet local sans incidence;

c. une explication d'un ordre écrit;

d. les affaires courantes.

PROCESSUS POUR ÉMETTRE DES ORDRES

23. Vous devez décider quel type d'ordre est approprié à une situation
précise et de la forme qu'il doit prendre. Pour tous les ordres que vous
donnerez, il faudra se conformer au processus suivant en tout temps :

a. Planification. Au cours de la planification de l'ordre, il faut vous


poser les questions : quoi? quand? pourquoi? comment? et qui? Il
faut faire en sorte que l'exécution de l'ordre soit raisonnable et
possible. Évitez les ordres superflus et n'émettez que les ordres
nécessaires. Ayez à l'esprit une idée précise et bien définie de
l'ordre à donner. Vous devez connaître le «quoi?» de l'ordre.

b. Préparation. Au cours de la préparation, rappelez-vous que les


ordres doivent être complets et clairs, ne laissant aucune place à
l'ambiguïté. Adaptez l'ordre au récepteur en fonction de sa
compétence, de ses points forts et de ses faiblesses, de ses
attitudes et de la meilleure façon de le motiver. Vous devez
toujours avoir à l'esprit la raison précise de l'ordre et connaître le
«pourquoi?» de l'ordre.

c. Transmission. L'ordre doit être clair, bref, approprié et cohérent.


Un ordre légitime émane d'un supérieur et est acheminé vers les
cadets. Énoncez l'ordre en des termes concrets; si nécessaire,
utilisez des exemples pour en faciliter la compréhension. Faites
connaître au récepteur ce que vous attendez de lui sur le plan de

7-16
A-CR-CCP-268/PT-002

la qualité et de la quantité, en précisant la quantité de travail à


accomplir et les critères de qualité.

d. Confirmation. Assurez-vous que le récepteur comprend parfai-


tement l'ordre. On peut confirmer la chose en demandant aux
cadets de répéter tout haut ce qu'ils doivent faire, surtout pour les
ordres comportant une séquence précise et des détails
complexes.

e. Suivi. Effectuez une vérification ponctuelle pendant l'exécution de


l'ordre. Si l'accomplissement de la tâche ne va pas comme voulu
en raison d'un malentendu, identifiez et corrigez les lacunes de la
communication.

f. Évaluation. Évaluez les résultats atteints après l'exécution de


l'ordre en analysant les données d'évaluation. Cela contribuera à
définir toute autre mesure à prendre, aidera à évaluer votre
efficacité à donner des ordres et vous permettra de mieux
comprendre les cadets.

SECTION 7

LA SUPERVISION

24. Savoir comment et quand donner des ordres ne suffit pas à faire
de vous un leader efficace. En effet, que vous donniez les ordres les plus
clairs et les plus précis ne garantit pas le succès de la mission. Il vous faut
aussi surveiller l'exécution de près. Certains de vos équipiers oublieront ce
que vous leur aurez dit de faire, d'autres s'efforceront d'en faire le moins
possible tandis que d'autres encore ne sauront pas exactement ce que
vous attendez d'eux. Il arrivera aussi que les ordres donnés au début d'une
mission ne s'appliqueront plus, en raison de l'évolution de la situation.

25. Le but de la supervision est de s'assurer que vos cadets exécutent


promptement et correctement les ordres tout en se conformant aux
directives émises par vos supérieurs. Le fait que vous supervisiez met en
évidence l'importance de la tâche; elle vous permet de modifier vos ordres
lorsque la situation évolue, d'encourager et de motiver les cadets lorsque
les conditions changent, de déceler les erreurs et de les corriger sur le
champ.

7-17
A-CR-CCP-268/PT-002

26. La supervision est une importante fonction du leadership, elle ne


doit pas connaître de relâche. Le fonctionnement de votre escadron
dépend en grande partie de l'efficacité avec laquelle les sous-officiers, tels
que vous, remplissent leur rôle de leader. L'efficacité avec laquelle vous
vous assurerez que les ordres sont suivis et que les normes sont
respectées pourra faire une différence.

COMMENT SUPERVISER

27. La supervision est une tâche complexe dont l'efficacité dépend


des quatre opérations essentielles suivantes :

a. observez vos cadets au travail. Gardez une certaine distance vous


permettant d'avoir une vue d'ensemble du groupe et évitez d'être
omniprésent au point où vos cadets se sentent constamment
épiés;

b. donnez les ordres qui s'imposent lorsque la situation change;

c. vérifiez le travail accompli. Assurez-vous que le résultat corres-


ponde aux normes que vous aviez établies au départ;

d. louez ou critiquez le travail accompli, mais ne restez pas


indifférent. Le travail bien fait peut être souligné publiquement ou
individuellement alors qu'il est de beaucoup préférable d'effectuer
la critique à l'écart du groupe et en privé. Vos cadets apprécieront
que vous preniez de telles mesures et seront plus enclins à se
corriger et à offrir un rendement supérieur.

QUAND SUPERVISER

28. Dans la plupart des cas, la supervision n'est ni imposée par vos
supérieurs ni demandée par vos cadets. Il s'agira pour vous de faire
preuve d'initiative, de prendre pour règle d'observer vos équipiers au
travail, de donner les ordres complémentaires qu'exige l'évolution de la
situation et d'examiner le travail lorsque terminé.

7-18
A-CR-CCP-268/PT-002

29. Bien que la supervision soit une affaire de routine, il y a des


moments clés où cette tâche prend une importance particulière :

a. il vous faut prendre contrôle de la qualité de l'exécution dès le


départ; et

b. il est préférable de superviser et diriger l'exécution du travail plutôt


que d'attendre que le travail soit terminé avant de le vérifier.

30. Le fait de déléguer une tâche ne veut en aucun temps dire que
vous en déléguez la responsabilité finale. Vous, le leader, avez comme
mission de voir à ce que toutes les normes de qualité et de quantité soient
respectées. Il est donc de votre intérêt de s'assurer que chacun des
membres de l'équipe accomplisse son travail sérieusement.

QUI SUPERVISER

31. Bien que vous soyez chargé de superviser tous vos cadets,
certains d'entre eux exigeront une attention toute particulière. C'est ainsi
que :

a. les cadets ayant déjà fait un travail du même genre et qui se sont
bien acquittés de leur tâche n'ont pas besoin d'une surveillance
étroite ou de direction constante; employez le temps épargné à
surveiller les autres;

b. ceux qui ont mal travaillé dans le passé doivent faire l'objet d'une
surveillance étroite et leur travail sera examiné de plus près. Cette
surveillance supplémentaire doit être faite de façon discrète et ne
doit pas donner l'impression aux cadets surveillés qu'ils sont l'objet
de persécution; et

c. si vos cadets sont divisés en deux groupes lors de l'exécution


d'une tâche, il est préférable que vous vous occupiez du groupe le
plus important et que vous déléguiez l'autre groupe à un assistant.
Il est important de tirer profit de l'expérience de vos assistants.
Trop souvent, en essayant de tout superviser, un leader peut
perdre de vue les détails importants.

7-19
A-CR-CCP-268/PT-002

QUOI SUPERVISER

32. Il est impossible de tout superviser simultanément et


correctement. Il s'agirait de toute façon d'une perte de temps et d'énergie
inutile. Concentrez-vous sur les points suivants :

a. le travail doit être fait en accord avec les normes établies;

b. le comportement du groupe;

c. la qualité du travail effectué; et

d. le temps alloué à l'exécution de la tâche.

7-20
A-CR-CCP-268/PT-002

SECTION 8

CONCLUSION

33. Être un sous-officier demande des qualités bien spéciales qui


peuvent faire de vous un leader respecté et efficace. Il faut cependant
comprendre que le leadership n'est pas une question de domination d'une
personne sur un groupe, ce serait alors de la dictature! Vous devez
apprendre à connaître vos équipiers, leurs besoins, leurs attentes et ce qui
les motive. Ceci exige que vous soyez à leur écoute.

34. Diriger demande aussi l'apprentissage de certaines techniques qui


feront que vos ordres seront clairs et précis tout en étant en accord avec la
situation. Vous devrez faire des efforts supplémentaires afin de superviser
vos cadets et leur apporter l'appui auquel ils s'attendent. Vous êtes un
membre de l'équipe au même titre que vos cadets.

35. Vous êtes une pièce importante dans l'engrenage de votre


escadron, n'en doutez jamais. Vos supérieurs s'attendent à ce que vous
preniez des décisions, fassiez preuve d'initiative, que vous preniez un soin
jaloux de vos équipiers et que vous puissiez accomplir les tâches qui vous
sont confiées avec un minimum de supervision. N'ayez pas peur de
prendre des décisions, ne craignez pas les erreurs, votre aptitude au
leadership ne pourra que s'améliorer.

36. Parce que vous êtes en position de leadership, vous ferez face à
des situations qui demanderont de prendre position. Il est important que
vous soyez capable de réagir lorsque la situation le demandera. Prendre
une mauvaise décision n'est pas dramatique, surtout si cet échec aide,
éventuellement, à trouver une solution. Faire une erreur suite à une
mauvaise décision vous fait gagner de l'expérience, mais ne prendre
aucune décision de peur de faire une erreur vous laisse à la même case
de départ tout en laissant la prise de décision à quelqu'un d'autre... Vos
équipiers s'attendent à ce que vous preniez ces décisions.

37. Il ne sera pas toujours facile d'occuper une place de comman-


dement car vos cadets aussi s'attendent à beaucoup de vous. Vous devez
être le modèle sur lequel ils pourront compter et de qui ils copieront les
gestes et attitudes. Vous êtes leur supérieur direct, leur confident, leur ami,
celui ou celle de qui ils vont tenter d'attirer l'attention. Souvenez-vous
toujours que le respect s'attire, il ne se commande pas. Bien sûr, vos
cadets réagiront toujours à vos ordres, mais le feront-ils parce qu'ils vous
font totalement confiance ou bien parce que vous les y aurez obligés...

7-21
A-CR-CCP-268/PT-002

SECTION 9

ÉTUDES DE CAS

Voici quelques mises en situation qui aideront à tester votre


jugement et votre habileté à prendre des décisions. Tentez d'y répondre
individuellement ou en compagnie de vos collègues de même rang. Il n'y a
pas de réponse unique à ces situations, il vous faut donc faire appel à
votre jugement. Que feriez-vous si...

Étude de cas #1

Le cadet Antou Ziaste en est à sa première année avec


l'escadron. Il a toujours affiché une tenue supérieure à la norme exigée et
participe activement à chacune des activités de groupe. Il est en
nomination pour le trophée du meilleur cadet de Niveau 1 et meilleure
recrue du corps de musique. Il a terminé premier de sa section pour la
moyenne des inspections. Le cadet Ziaste exerce une influence plus que
positive sur tous les membres de votre groupe. Il serait difficile de
demander plus d'un cadet. Il est même évident qu'il sera recommandé au
grade de caporal. Mais voilà qu'il n'est pas choisi pour le camp d'été pour
une raison administrative.

À quelques semaines de la revue annuelle, le rendement du cadet


diminue dramatiquement. Ses bottes ne sont plus aussi luisantes, ses
cheveux sont plus longs, il ne sourit plus aussi facilement, bref il n'est plus
que l'ombre de lui-même. Une rumeur veut que ses notes à l'école aient
aussi baissé dramatiquement, au point où ses parents lui auraient indiqué
qu'à titre punitif, il ne participerait pas à l'inspection annuelle. Toujours
selon ces rumeurs, les parents relient la baisse des résultats scolaires à la
trop grande implication de cadet Ziaste au sein de l'escadron. L'attitude de
ce dernier commence à déteindre sur le reste du groupe, vous causant
ainsi un problème.

1. Quelle est VOTRE évaluation de la situation?

2. Quelles actions concrètes allez-vous prendre?

3. Suggérez deux solutions au problème.

7-22
A-CR-CCP-268/PT-002

Étude de cas #2

Au cours d'une soirée d'entraînement, vous décidez d'aller


observer une leçon d'exercice militaire, leçon enseignée par votre meilleur
ami le caporal Sharp. Tout baigne dans l'huile jusqu'à ce qu'un membre de
la section décide de parler avec son voisin... C'est à ce moment que le
caporal invite le cadet à quitter le terrain de parade et laisse l'instructeur
adjoint en charge. Après quelques minutes, vous décidez d'aller jeter un
coup d'oeil pour savoir où en sont les choses.

À votre grande surprise, le caporal Sharp est à engueuler le cadet


à haute voix. Il lui dit d'un ton menaçant : «Si tu te cases pas vite, j'vais
m'arranger pour que tu passes au bureau du commandant pis t'auras pas
de camp d'été! C'est assez clair?»

Réalisant soudainement que vous êtes présent, il demande au


cadet de réintégrer les rangs en lui ordonnant de se tenir tranquille. Des
que le cadet est parti, le caporal se tourne vers vous et vous dit : «On est
même plus capable de donner un cours sans être dérangé par des
imbéciles comme lui! − J'espère qu'il a compris la leçon».

Quand vous lui faites remarquer que son approche était beaucoup
trop agressive et qu'il ne devrait jamais rudoyer un cadet, il vous dit : «Je le
sais, mais j'suis pas dans mon assiette. Ma blonde m'a lâché il y a deux
semaines et elle sort maintenant avec le sergent... je me suis laissé
emporter!» et il rajoute, en vous lançant un regard glacial : «Pis à part de
çà, de quoi tu te mêles? C'est pas de tes affaires! T'es mieux de pas en
parler à personne, sinon tu vas être dans le trouble!» Sur ce il tourne les
talons et disparaît s'en retourner donner sa leçon.

1. Quelle est VOTRE évaluation de la situation?

2. Que faites-vous?

3. Quels facteurs peuvent influencer votre décision?

7-23
A-CR-CCP-268/PT-002

Étude de cas #3

Votre supérieur vous ordonne de procéder à l'inspection de toute


la section en remplacement du sergent qui est retenu à la maison.
Habituellement, vous auriez été très fier de vous voir déléguer une telle
responsabilité, mais il y a un hic! Vous n'avez pas eu le temps de cirer vos
bottines, de repasser votre uniforme ni vous faire couper les cheveux cette
semaine à cause de vos ÉTUDES. Vous êtes le seul sous-officier de votre
section disponible et l'inspection doit avoir lieu.

1. Que faites-vous?

2. Suggérez une solution.

Étude de cas #4

Trois cadets de votre section demandent à vous rencontrer. Lors


de cette discussion, ils avouent leur intention de quitter l'escadron sous
prétexte que personne ne s'occupe d'eux. Lorsque vous leur demandez le
nom de leur caporal, ils vous répondent qu'ils ne le savent pas. Après deux
mois à l'escadron, ils n'ont reçu qu'un coup de téléphone pour les avertir
de l'uniforme à porter, eux qui n'ont même pas encore d'uniforme!
Personne ne semble se soucier de leur présence sauf ce caporal qui ne
cesse de leur dire de ne pas bouger et de regarder en avant.

Ils disent ensuite qu'à quatre reprises ils ont appris les messages
hebdomadaires une demi-heure avant la soirée par un voisin qui est
sergent dans une autre section. Finalement, ils ont passé plusieurs soirées
complètes à l'escadron sans que personne ne leur adresse la parole. Ces
trois cadets songent à quitter votre escadron pour se joindre à la troupe
scout de votre ville.

1. Quelle est VOTRE évaluation de la situation?

2. Que faites-vous?

3. Suggérez deux solutions.

7-24
A-CR-CCP-268/PT-002

Étude de cas #5

Votre section a remporté les trois premiers titres de «meilleure section du


mois» dominant au niveau des inspections, de l'implication, des présences
et de l'esprit d'équipe. Mais voilà qu'elle termine troisième pour le mois de
janvier. Vous notez un manque d'enthousiasme et de concentration, une
baisse au niveau des présences et un laisser-aller au niveau des
uniformes.

Vous savez que la traditionnelle campagne de financement arrive ainsi que


quelques parades au sein de la communauté. Vous ne souhaitez pas
terminer encore troisième et encore moins voir la section se présenter aux
défilés avec des uniformes mal entretenus. Mais les appels à la solidarité
et les mots d'encouragement ne semblent plus motiver vos cadets.

1. Quelle est VOTRE évaluation de la situation?

2. Que pouvez-vous faire, à votre niveau, pour améliorer la situation?

3. Suggérez deux solutions.

Étude de cas #6

Vous assistez au brunch annuel du club Optimiste de votre ville.


Au programme, la finale régionale du concours oratoire des Optimistes. Le
thème est : «Les adolescents des année 90». Après quelques concurrents
de bon calibre, vous voyez apparaître, à votre grande surprise, un de vos
cadets! Ce cadet, si timide lors de l'entraînement, n'élève jamais la voix, se
contentant de suivre et faire suivre les directives de ses supérieurs. Il est
très efficace au sein de la section, faisant régulièrement preuve d'initiative,
mais sa timidité l'empêchera probablement d'être promu au grade de
caporal l'année prochaine, surtout que la compétition est très vive entre lui
et deux autres cadets.

Vous assistez à sa prestation, bouche bée, alors qu'il vante les


mérites des cadets de votre unité qui, selon lui, représentent la relève du
futur! Sa conviction lui vaut le premier prix et une ovation debout de la part
des 150 personnes présentes!

1. Rapportez-vous cet événement à vos supérieurs? Pourquoi?

7-25
A-CR-CCP-268/PT-002

2. Croyez-vous que les exploits spéciaux que vos cadets réalisent lors
d'activités autres que celles de l'escadron doivent être soulignés par
l'escadron?

Moments de réfection...

«Posséder un bon esprit n'est pas suffisant,


l'important est de savoir bien l'utiliser.»

− René Descartes

«C'est dans vos moments de décision que vous


façonnez votre destinée.»

− Anthony Robbins

«Certaines gens voient les choses telles qu'elles sont,


et disent, «pourquoi?»
Je rêve de choses qui n'existent même pas,
et je dis, «pourquoi pas?»»

− Georges Bernard Shaw

«L'imagination est plus importante que la connaissance»

− Albert Einstein

7-26
A-CR-CCP-268/PT-002

CHAPITRE 8

OBJECTIF DE RENDEMENT 409

TECHNIQUES D'INSTRUCTION

SECTION 1

INTRODUCTION

1. Prenez quelques secondes et imaginez-vous dans une classe, à


l'école, pendant un cours donné par le professeur qui vous semble le plus
ennuyant. Vous baillez aux corneilles... les aiguilles de l'horloge semblent
avancer au ralenti... bref, il n'en faudrait pas beaucoup pour vous endormir
sur le coin du pupitre... Imaginez maintenant la même classe, la même
matière, mais enseignée par votre professeur le plus vivant, le plus
enthousiaste. Il y a fort à parier que vous ne verrez même pas la leçon
passer et en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire, il faudra fermer
vos livres et quitter le local!

2. Que s'est-il passé? Pourquoi cette différence dans la perception


que vous avez des professeurs? Quels sont les facteurs qui font en sorte
que vous préférez un professeur à un autre? Est-ce la matière enseignée,
le sens de l'humour du professeur, la façon dont il enseigne, les notes à
prendre ou votre facilité à comprendre cette matière?

3. Et si vous aviez la chance de remplacer votre professeur pour


quelque temps... Que feriez-vous pour rendre le tout plus intéressant? Que
changeriez-vous? Comment agiriez-vous pour faire en sorte que tous vos
étudiants comprennent et apprécient la matière enseignée?

4. Vous aurez la chance unique d'expérimenter, dès cette année,


l'enseignement vu de l'autre côté du pupitre! Dans quelques semaines
vous pourrez vous aussi juger, de visu, ce qu'il faut pour rendre une leçon
intéressante. Vous serez alors placé sur la «ligne de feu» pour 15 minutes.
N'ayez crainte, vous aurez amplement le temps de bien vous préparer. Et
c'est «armé» de confiance que vous vous présenterez devant le groupe.

8-1
A-CR-CCP-268/PT-002

SECTION 2

L'INSTRUCTEUR

5. Il est évident que l'instructeur occupe un poste de confiance. On


s'attend à ce qu'il cherche la vérité et qu'il la partage. Bien peu de gens
exercent une influence sur un si grand nombre de gens que le fait
l'instructeur chez les cadets. Sa conduite morale et son intégrité profes-
sionnelle doivent être sans reproche. Il doit aider chaque cadet à atteindre
le maximum de son potentiel sans égard à ses particularités physiques,
mentales, sociales, raciales ou religieuses. Il doit soutenir avec dynamisme
et enthousiasme la matière qu'il enseigne.

6. Le but ultime d'un instructeur devrait être de rendre la matière


enseignée à ce point intéressante que les élèves atteindront les objectifs
sans avoir l'impression d'être en situation d'apprentissage. Ce but est
encore plus vrai chez les cadets alors qu'il faut tout mettre en oeuvre pour
éviter de recréer la situation de classe que chaque cadet retrouve, à tous
les jours, à l'école. Il faut proposer une alternative différente et dynamique
à la salle de classe traditionnelle.

7. Il ne s'agit pas d'une mince tâche. Voyez-vous, il n'existe pas de


formule magique qui fera que tous les élèves apprendront la même chose,
à la même vitesse et avec la même facilité tout en s'amusant. Bien
enseigner demande une certaine dose de préparation et de pratique. Afin
de vous rendre la tâche un peu plus facile, vous apprendrez une série de
techniques et de principes qui, s'ils sont respectés, vous seront d'un grand
secours.

8. Avant de voir certains principes d'instruction, il faut savoir qu'il y a


trois étapes à franchir dans le processus d'apprentissage et que vous,
comme instructeur, serez essentiel à chacune de ces étapes. Chaque
cadet doit, avant tout, vouloir (ou être encouragé à) apprendre. Ensuite, il
doit apprendre la matière enseignée par l'instructeur. Finalement, le cadet
doit se souvenir de la matière apprise.

9. Tout au long de ce cours, vous apprendrez des trucs qui vous


aideront à devenir instructeur. Ne perdez jamais de vue, alors que vous
lirez les pages de ce chapitre que, tout comme le leader, l'instructeur doit
tout faire en son pouvoir pour axer sa performance vers l'élève. Il doit faire
en sorte que le cours soit compréhensible et intéressant et qu'il représente
un défi pour le cadet.

8-2
A-CR-CCP-268/PT-002

SECTION 3

LES PRINCIPES D'INSTRUCTION


10. N'est pas instructeur qui le veut bien! Si pour certains, parler
devant un groupe et prendre soin de tous les élèves semble un geste
naturel, il en va tout autrement pour d'autres. Les six principes suivants
sont des stratégies d'enseignement que vous devez mettre en application
aussi souvent que possible lors de votre préparation. Il est impossible de
tous les utiliser à la fois, mais il faut s'efforcer d'en utiliser le plus possible.
En plus de rendre votre enseignement beaucoup plus intéressant, ils
permettront d'affronter la classe en toute confiance.

LE PREMIER PRINCIPE − ACCENTUATION DES POINTS-CLÉS


11. Les cours que vous donnerez doivent être structurés de façon à
faire ressortir les points importants et à insister sur ces points :
a. définissez clairement pourquoi vous enseignez telle matière;
identifiez les points d'enseignement;
b. vous devez répartir la durée du cours pour pouvoir insister sur les
points-clés. Il peut être utile de rassembler les sujets par ordre
d'importance et de répartir ensuite le temps en conséquence;
c. consacrez suffisamment de temps aux exercices pratiques. Il est
préférable d'éviter les explications et démonstrations
interminables. Donnez aux cadets la chance de s'impliquer dans le
processus d'apprentissage. Les cadets apprendront plus vite et
plus facilement en PARTICIPANT;
d. utilisez des aides visuelles qui font appel le plus possible aux cinq
sens (goût, odorat, toucher, ouïe et bien sûr, vision); et
e. répétez souvent les points importants. Un groupe de cadets qui
entend dire : «Attention, ceci est important, vous devez vous
rappeler...», se souviendra probablement du point en question.

8-3
A-CR-CCP-268/PT-002

LE DEUXIÈME PRINCIPE − PARTICIPATION

12. Les cours doivent prévoir une participation intellectuelle ou


physique valable du cadet :

a. amener les cadets à répondre aux questions en étudiant le


problème avec eux et en approfondissant le sujet le plus possible;

b. s'organiser pour que le plus grand nombre possible de cadets


participent aux exercices pratiques; et

c. permettre aux cadets les plus timides d'acquérir de l'assurance en


les encourageant à s'exprimer et à participer.

LE TROISIÈME PRINCIPE − INTÉRÊT

13. Le cours doit stimuler l'intérêt du cadet. Voici quelques conseils


pratiques :

a. sortez des salles d'instruction le plus possible. Consultez l'horaire


et voyez si certaines parties du cours pourraient se donner dans
une situation réelle. Permettez aux cadets de voir un spécialiste
exécuter ce qu'il est en train d'apprendre;

b. essayez de piquer la curiosité du cadet. Informez-le dès le début


des avantages de posséder cette nouvelle connaissance;

c. utilisez diverses aides à l'instruction afin de faire appel au plus


grand nombre de sens possible; et

d. rappelez vous par-dessus tout qu'un instructeur enthousiaste


permet de maintenir l'intérêt de la classe.

LE QUATRIÈME PRINCIPE − CONFIRMATION

14. Le cours doit confirmer les connaissances des cadets :

a. vérifiez si un cadet a compris en lui posant des questions ou en lui


faisant faire un exercice pratique;

8-4
A-CR-CCP-268/PT-002

b. divisez le cours en étapes faciles et interrogez les cadets sur la


matière donnée avant de passer à une nouvelle étapes;

c. révisez au début de chaque leçon; et

d. analysez les questions posées par les cadets. Vous verrez ainsi
les points sur lesquels il faut revenir. Apprenez à présenter la
matière à la vitesse à laquelle les cadets sont capables de
l'absorber.

LE CINQUIÈME PRINCIPE − COMPRÉHENSION

15. Le cours doit débuter au niveau de connaissance du cadet et pro-


gresser en fonction de sa vitesse de compréhension :

a. lorsque vous donnez un cours théorique, divisez la matière en


parties logiques et procédez par étapes. Assurez-vous que les
cadets ont réussi chaque niveau avant de passer au suivant;

b. au début du cours, posez des questions afin de vous assurer que


le cadet possède bien les connaissances exigées; et

c. surveillez continuellement l'expression faciale des cadets! Des


sourcils froncés ou un regard vide indiquent souvent que quelque
chose ne va pas, qu'on ne comprend pas.

LE SIXIÈME PRINCIPE − RÉUSSITE

16. Le cadet doit être en mesure d'assimiler le cours :

a. répartir le cours en étapes logiques et donner des explications


claires afin d'aider le cadet à assimiler la matière et,
conséquemment, à éprouver de la satisfaction;

b. faire prendre conscience au cadet des progrès qu'il a réalisés et le


féliciter pour son bon travail. Nous aimons tous recevoir des com-
pliments pour le travail bien fait; et

c. corriger le cadet qui va vers un échec. Il faut en déceler la raison


et prendre les mesures nécessaires.

8-5
A-CR-CCP-268/PT-002

SECTION 4

LES APPUIS VERBAUX

17. L'art d'instruire est comme l'art de vendre; la conviction est la clé
du succès. Si une idée vaut la peine d'être communiquée à la classe, il
vaut mieux bien la communiquer. La plupart du temps, une idée doit être
précisée, expliquée ou prouvée si on veut qu'elle soit bien comprise.
L'appui verbal est un outil utilisé pour préciser, prouver, illustrer, accentuer
ce que vous tentez d'expliquer, ou pour varier et soulever l'intérêt.

18. Dans les paragraphes suivants, on traite des cinq catégories


d'appui verbal. Ce sont, les comparaisons, les raisons, les exemples, les
statistiques et les témoignages. Pour s'en souvenir plus facilement,
prenez la première lettre de chacun des mots et formez l'acronyme
CREST. Les exemples et les comparaisons sont très utiles pour préciser
une explication; on utilise généralement les statistiques, les raisons et les
preuves pour ajouter de la variété et soulever l'intérêt et pour confirmer
une affirmation; les répétitions servent à mettre en évidence.

19. Il faudra vous servir de votre bon sens, votre ingéniosité et votre
expérience pour fournir dans toutes les leçons une bonne combinaison de
différentes catégories d'appui verbal. Le choix sera fait en fonction de vos
goûts particuliers et des objectifs à atteindre. L'appui verbal doit être
naturel, efficace et fondé sur les objectifs de la leçon que vous enseignez.

LES COMPARAISONS

20. La comparaison est un pont que construit l'instructeur afin de relier


le connu et l'inconnu. On utilise un exemple pour préciser et simplifier une
pensée. Les exemples doivent toujours être reliés aux antécédents des
cadets. Il ne servirait à rien de comparer une chose que le cadet ne
connaît pas à une autre chose qu'il ne comprend pas non plus! On utilise
souvent la métaphore pour ajouter de la variété et éveiller l'attention. Vous
utiliserez des comparaisons pour créer des images dans la tête des
cadets. Les jeunes cadets ont plus de facilité à retenir une image qu'une
série de théories.

exemple : «Léger comme une plume»

8-6
A-CR-CCP-268/PT-002

LES RAISONS

21. Ce sont des affirmations venant appuyer des faits ou des


convictions. Le cadet qui pense le moindrement interroge continuellement,
il se demande «pourquoi?»; vous devez répondre à cette question. Un bon
instructeur se fait un point d'honneur de justifier ce qu'il affirme chaque fois
qu'il le peut. Le «pourquoi» qui vient à l'esprit de chaque cadet ne devrait
jamais être laissé sans réponse. Donner les raisons justifiant ce que l'on
affirme assure souvent une meilleure réception quant à ce que l'on est en
train d'expliquer. Après avoir expliqué le comment, le bon sens demande
d'expliquer le pourquoi. Les jeunes cadets sont avides de renseignements,
ils sont curieux. Assurez-vous d'être à la hauteur de leur curiosité,
préparez-vous adéquatement.

LES EXEMPLES

22. Un exemple est un échantillon, une situation ou un modèle


similaire à la notion que l'instructeur essaie d'expliquer. Les exemples
servent à illustrer ce qu'il vient d'affirmer. Les meilleurs exemples sont
peut-être ceux qui sont reliés à des expériences personnelles; ainsi,
l'instructeur peut s'inspirer grandement de son vécu. L'instructeur peut
aussi tirer des exemples des expériences des autres ou de son
imagination. Il est très important que ces exemples soient choisis en
regard à la fois des connaissances des cadets et des sujets traités.

exemple : «L'âge n'est pas un facteur déterminant des réalisations


exceptionnelles. Prenez par exemple Marie-Claire Blais,
elle à écrit son premier roman à 19 ans et s'est vu
remettre le prix de littérature du Gouverneur Général».

LES STATISTIQUES

23. La meilleure façon de rendre les statistiques plus compréhensibles


pour le cadet c'est de les présenter sous forme de graphiques, de
diagrammes ou d'échantillonnages. Il faut cependant faire attention de ne
pas abuser des statistiques car les cadets peuvent s'en fatiguer assez vite.
Limitez-en l'usage aux points-clés qui ont besoin d'être prouvés.

8-7
A-CR-CCP-268/PT-002

LES TÉMOIGNAGES
24. À l'occasion, vous trouverez utile de citer ou de résumer la pensée
d'une autorité reconnue. La personne citée doit faire autorité dans le
domaine. Patrick Roy est sûrement un spécialiste dans l'art d'arrêter des
rondelles mais il vaut mieux ne pas le citer pour appuyer une affirmation
dans le domaine de la navigation aérienne, même s'il en avait déjà parlé!
Les témoignages individuels devraient être courts et porter uniquement sur
le sujet et vous ne devriez pas en abuser. Assurez-vous que vos cadets
connaissent l'auteur de la citation et la raison qui fait de cette personne
une autorité dans le domaine. C'est une question de crédibilité.
25. Vous venez de voir les cinq principaux genres d'appui verbal. Un
usage intelligent des appuis verbaux peut faire d'un cours normalement
ennuyant et difficile à suivre, un cours intéressant, logique et clair. Vous
aurez l'occasion de constater que vos cadets sont très attentifs et aussi
très réceptifs aux appuis verbaux, surtout s'ils sont présentés avec une
pointe d'humour. Il est de mise d'utiliser ces appuis lorsque la matière à
voir est plus théorique et ardue.

SECTION 5

LES MÉTHODES D'INTERROGATION


26. Quelle est la meilleure façon de vérifier si vos cadets ont bien
compris les notions d'enseignement? Quel est le meilleur moyen de savoir
si vos élèves suivent attentivement le déroulement de la leçon? Quel est le
meilleur moyen de soulever et maintenir l'intérêt? Il faut poser des ques-
tions.

27. Comme tout autre instrument pédagogique, les questions ont des
buts particuliers. Un de ces buts est de stimuler l'activité mentale. Il ne
faut pas oublier que l'apprentissage lui-même implique une activité
mentale; le cadet comprendra mieux si sa curiosité est en éveil et s'il se
pose des questions. Poser des questions peut avoir également pour objet
de soulever et maintenir l'intérêt. Vous pouvez assaillir vos cadets par
l'audiovisuel, mais souvent, une fois que l'effet de nouveauté est passé, il
diminue dramatiquement.

28. Les questions que vous poserez sont d'une telle importance pour
la direction et la conduite du cours, particulièrement en ce qui concerne
l'apprentissage, qu'elles sont probablement le principal indice de votre pro-
pre efficacité. Les réponses que vous recevrez serviront à vérifier
l'efficacité de votre enseignement. Si personne ne peut répondre à vos
questions, il vous faudra probablement simplifier votre enseignement.

8-8
A-CR-CCP-268/PT-002

29. La plupart du temps, on pose des questions pour vérifier les con-
naissances acquises. En pratique, la seule façon de vérifier les progrès
réalisés est de poser des questions. Elles servent à confirmer les aptitudes
et connaissances.
CATÉGORIES DE QUESTIONS

30. L'interrogation est un instrument important. Pour en tirer le maxi-


mum, il est utile que vous en connaissiez les catégories et les principaux
genres :
a. Question amenant le sujet. Comme son nom l'indique, la ques-
tion amenant le sujet sert à amorcer une discussion ou un cours
portant sur un nouveau sujet. Elle vise à servir de point de départ
aux réflexions du cadet. Elle doit ainsi faire réfléchi. Ce genre de
question ne vise pas à obtenir une réponse verbale ou écrite.
b. Question complémentaire. Une fois que le cadet a commencé à
réfléchir sur le sujet, vous pouvez stimuler sa réflexion par les
questions complémentaires. Ce genre de question vise à ce que le
cadet continue à réfléchir sur le sujet dont il est question. Il
n'appelle pas de réponse verbale ou écrite.
c. Question s'adressant à la classe. L'instructeur n'indique pas qui
doit répondre à la question. Celle-ci s'adresse à tout le groupe.
Naturellement, on peut s'attendre à obtenir plusieurs réponses à
ce genre de question. On doit prendre soin de donner la chance à
tous d'exprimer leurs opinions.
d. Question directe. C'est le contraire d'une question qui s'adresse
à toute la classe : quelqu'un doit y répondre. Si le cadet ne dit
rien, on peut lui demander son opinion sur un point qu'il connaît
bien. Cela lui donnera peut-être la confiance nécessaire pour
répondre volontairement à d'autres questions. On peut également
utiliser la question directe pour surprendre le cadet distrait. Le
cadet qui est obligé d'admettre qu'il n'a pas entendu la question
sera probablement plus attentif à l'avenir.

8-9
A-CR-CCP-268/PT-002

e. Question de relance. Les questions de relance servent à


répondre aux questions que le cadet vous pose en tant
qu'instructeur. Afin que la discussion continue entre les cadets,
vous pouvez soit retourner cette même question à la personne qui
l'avait posée, soit poser cette même question à un autre cadet.
Cette méthode de question est conforme à la formule
d'enseignement axée sur le cadet. Faites cependant attention de
ne pas vous servir de ce genre de question pour masquer votre
ignorance du sujet. Les cadets s'en rendront compte assez vite.
CARACTÉRISTIQUES D'UNE BONNE QUESTION

31. Les questions que vous poserez doivent être brèves et claires. Il
vaut mieux éviter de poser des questions ambiguës. Préparez avec soin
les questions et s'il le faut, écrivez-les mot à mot dans le plan de leçon.
Évitez les questions trop longues ou celles qui amènent plus d'une
réponse car elles risquent de causer la confusion. Les expressions comme
«Pouvez-vous me dire...?», «Qui peut me dire...?», etc. ne sont pas assez
précises et normalement, on devrait éviter de les poser. La question
devrait être directe et débuter par un pronom interrogatif : «Est-ce que...?»,
«Pourquoi...?» et ainsi de suite.
32. La question doit être simple. Cela ne veut pas dire qu'elle doit être
une insulte à l'intelligence du cadet mais plutôt que le vocabulaire utilisé
doit être conforme au degré de compréhension du cadet et au degré de
spatialisation du sujet.
33. La question doit faire réfléchi. Vous devez éviter de poser une
question dont la réponse est évidente. Le cadet se fatigue vite de répondre
pour le plaisir de répondre. Il veut relever un défi et une question dont il
peut voir la réponse dans un graphique, au tableau noir, ou dans ses notes
sur son pupitre est sans valeur. À part confirmer le fait que le cadet sait
lire, ce genre de questions n'a pas grande utilité et vous devriez les éviter.

8-10
A-CR-CCP-268/PT-002

COMMENT POSER UNE QUESTION


34. Il existe une façon de poser une question afin qu'elle produise
l'effet désiré :
a. poser la question;
b. faire une pause;
c. désigner le cadet qui devra y répondre;
d. écouter la réponse;
e. toujours confirmer la bonne réponse.

SECTION 6
PRÉPARATION D'UNE LEÇON

35. Connaître les principes d'instruction, les appuis verbaux et les


méthodes d'interrogation vous seront d'une grande utilité lorsque vous
ferez face à la classe. Ces connaissances aideront certes à vous donner
confiance, mais elles ne seront cependant pas suffisantes pour faire de
vous un bon instructeur. La qualité de l'instruction que vous donnerez sera
directement proportionnelle à la qualité de votre préparation. Il vous faut
développer de bonnes habitudes de travail et une bonne connaissance des
outils mis à votre disposition.
36. Au nombre des outils importants avec lesquels vous devrez
travailler pour préparer et appliquer l'enseignement, on retrouve :
a. le plan de cours;
b. le plan de LEÇON; et
c. l'aide visuelle.
LE PLAN DE COURS
37. Le plan de cours est un document qui vous présente en détail les
objectifs sur lesquels vous devrez orienter votre enseignement, il répond
aussi à la question : «Qu'est-ce que je dois enseigner exactement?». Il
est normalement entre les mains de l'officier d'entraînement de votre
escadron. Il existe un plan de cours pour chacun des niveaux
d'entraînement des cadets de l'air. Les informations qui s'y trouvent
doivent être respectées à la lettre. Vous ne devez pas changer le contenu

8-11
A-CR-CCP-268/PT-002

des cours en ajoutant ou diminuant la matière prévue à moins d'indication


contraire. Le plan de cours contient des normes nationales qui sont
identiqués pour chacun des escadrons à travers le Canada.

38. Le plan de cours est divisé en quatre chapitres distincts qui sont :
a. Chapitre 1 − Généralités. Ce chapitre donne une idée générale
de l'entraînement du niveau.
b. Chapitre 2 − Précisions sur la gestion du cours. Ce chapitre
décrit les aspects administratifs relatifs au niveau d'entraînement.
c. Chapitre 3 − Évaluation. Ce chapitre indique les procédures
d'évaluation pour chacun des OREN, la notation du niveau et les
formules d'évaluation qui doivent être utilisées par tous les
escadrons.
d. Chapitre 4 − Description des leçons. Ce chapitre explique en
détail la matière à enseigner à chacune des leçons, il s'agit du
coeur du plan de cours (figure 8-1).
39. Comme instructeur, vous utiliserez surtout le chapitre 4 du plan
de cours pour la composition de votre plan de LEÇON. Tout ce que vous
devez savoir concernant les objectifs à atteindre, la matière à enseigner,
l'évaluation, la durée des leçons et les normes, est indiqué à ce chapitre.
40. Tout enseignement est donné avec comme objectif principal de
rendre l'élève plus compétent. Le système d'instruction que les cadets utili-
sent est entièrement basé sur l'atteinte d'objectifs. C'est ainsi que vous
trouverez des objectifs pour le niveau, pour chaque cours et pour chaque
LEÇON. Au cours des semaines qui viennent, vous deviendrez familier
avec les expressions OBJECTIF DE RENDEMENT (OREN) et OBJECTIF
DE COMPÉTENCE (OCOM).

8-12
A-CR-CCP-268/PT-002

L'OBJECTIF DE RENDEMENT
41. L'OREN est l'objectif qui décrites le rendement que chaque cadet
doit afficher afin de réussir un cours en particulier. Par exemple, l'objectif
de rendement pour le cours LEADERSHIP de niveau 2 est de diriger des
subordonnés. Si le cadet dirige des subordonnés selon les normes
établies au plan de cours, il atteint l'objectif fixé pour le cours de
leadership. Pour des fins administratives, chaque OREN est identifié par
un numéro, p. ex., OREN 408 Leadership − Diriger des subordonnés.
L'OBJECTIF DE COMPÉTENCE
42. Chaque cours est divisé en plusieurs leçons. Ces leçons contien-
nent la matière que le cadet devra connaître afin de développer la
compétence nécessaire à la réussite du cours. Par exemple, l'OREN 408
peut être divise en cinq leçons (de la même façon que vous avez plusieurs
leçons pour le cours de mathématiques à l'école). Chacune de ces leçons
à un objectif spécifique qui doit être atteint à la fin de la période. Chaque
OCOM est identifié par un numéro qui suivra toujours le numéro d'OREN
correspondant, p. ex. :
OCOM 408.01 − Identifier les principes de leadership

OCOM 408.02 − Identifier les qualités du leader

OCOM 408.03 − etc.

OCOM 408.04 − etc.

OCOM 408.05 − etc.


DESCRIPTION DES LEÇONS
43. Outre les OREN et OCOM, le chapitre 4 du plan de cours vous
fournira les informations suivantes (figure 8-1) :
a. Les conditions. Les conditions définissent l'environnement dans
lequel le cadet devra accomplir la norme exigée.

8-13
A-CR-CCP-268/PT-002

b. La norme. La norme indique le niveau d'habileté que le cadet


devra atteindre dans l'accomplissement de l'objectif de
compétence.
c. Les points d'enseignement. Ce sont les points d'enseignement
précis que vous devrez enseigner aux cadets dans le cadre de
cette LEÇON.
d. La durée. Indique le temps requis pour enseigner cette LEÇON.
e. Méthodes suggérées. Suggère une méthode d'enseignement
pour l'enseignement de la LEÇON.
f. Observations. Le pourquoi de la LEÇON. En quoi cette LEÇON
est-elle importante pour le cadet? Où cette LEÇON rejoint-elle les
autres OCOM?
g. Références. Références utilisées pour la préparation de la
LEÇON.
h. Matériel d'instruction. Les aides visuelles suggérées à l'ins-
tructeur.

8-14
A-CR-CCP-268/PT-002

Figure 8-1 Description des leçons

j. Aides à la compréhension. Matériel d'instruction utilisé par les


cadets.
k. Contrôle de rendement. Indique le genre d'évaluation qui doit
être utilisé pour évaluer la LEÇON. Il est important de s'en tenir
aux détails inscrits à ce niveau.
m. Remarques. Remarques ou commentaires qui se rapportent
spécifiquement à cette LEÇON. Ils s'adressent plus spécialement
à l'instructeur.

8-15
A-CR-CCP-268/PT-002

LE PLAN DE LEÇON
44. Après avoir lu le plan de cours et bien identifié les objectifs à
atteindre, avoir décidé des stratégies d'enseignement à utiliser, déterminé
la ou les aides visuelles requises, il vous reste une étape importante à
franchir dans votre préparation... un PLAN DE LEÇON.
45. Parce que la mémoire est une faculté qui à tendance à... oublier,
vous devez organiser chacune de vos leçons sur papier. Le plan de
LEÇON est un peu l'équivalent d'une carte topographique ou du plan de
match qu'un entraîneur utilise dans le sport. Il vous permet d'organiser
votre LEÇON, vous aide à rester fidèle aux objectifs, vous sert
d'aide-mémoire à l'occasion, en plus d'être votre meilleure arme contre
le trac et les blancs de mémoire! Le plan de LEÇON contient des
informations provenant du plan de cours ainsi que des informations et
idées personnelles de l'instructeur.
46. Chaque instructeur, même le plus expérimenté, fera un bien meil-
leur travail s'il prépare son cours soigneusement. La qualité de l'instruction
dépend en grande partie de la préparation de vos leçons.
RÉDACTION DU PLAN DE LEÇON
47. Le plan de LEÇON comporte quatre parties fondamentales :
a. l'introduction, qui prépare les cadets à ce qui vient;
b. le développement, partie principale de la LEÇON;
c. le contrôle de rendement, qui détermine le progrès des cadets;
et
d. Ia conclusion, qui relie entre elles les différentes parties de la
LEÇON.
L'INTRODUCTION
48. Le but de l'introduction est d'intéresser les cadets et de centrer
leur attention sur la matière enseignée. La façon dont vous débuterez la
LEÇON sera déterminante quant à l'intérêt que vos élèves porteront à
votre enseignement. Surprenez-les par des questions inattendues, par des
déclarations surprenantes, etc. Évitez de toujours débuter vos leçons par
des déclarations du genre : «Bon, OK, aujourd'hui on va voir...». Vous
devez créer une étincelle qui portera les cadets à se concentrer sur votre
enseignement.

8-16
A-CR-CCP-268/PT-002

49. L'introduction doit aussi donner aux cadets les raisons précises
pour lesquelles ils doivent se familiariser avec l'objet de la LEÇON, le
connaître, le comprendre, l'appliquer ou l'exécuter. Vous devez répondre à
la question que chaque cadet se pose : «Pourquoi est-ce important que
j'apprenne cette matière?»
50. L'introduction doit finalement donner un aperçu général du sujet
traité. Une présentation claire et concise de l'objectif et des points-clés
indique au cadet le cheminement. En sachant où il s'en va, le cadet sera
plus enclin à demeurer attentif.
51. L'introduction doit compter pour environ 10 % du temps total
alloué à la LEÇON. Pour une LEÇON de 35 minutes, cela représente
3 minutes et demie. Ces trois minutes doivent être bien structurées.
N'oubliez pas, l'important est d'attirer leur attention sur le sujet traité. Faites
preuve d'imagination dans votre approche initiale.
LE DÉVELOPPEMENT

52. Le développement est la partie du plan de LEÇON qui suit l'intro-


duction. Son but est d'enseigner et de pratiquer les points d'enseignement
prévus au plan de cours. La plupart de vos leçons compteront plusieurs
points d'enseignement qui se reflèteront dans la structure du
développement.

53. C'est ici que vous organisez le contenu de votre LEÇON. Pour ce
faire, déterminez la matière importante et celle qui est secondaire.
Assurez-vous que la matière est alors divisée dans un ordre logique. Pour
ce faire, divisez-la en procédant du passé au présent, du simple au
complexe et du connu à l'inconnu.

54. Le développement doit cependant comprendre plus que les


grandes idées à présenter. Il doit aussi constituer un plan complet de ce
qu'il faut enseigner au cadet, ainsi que des méthodes et techniques que
vous utiliserez. Voici quelques suggestions utiles permettant d'étoffer votre
plan de LEÇON :
a. notez les questions intéressantes à poser durant le déroulement
de la présentation. C'est une des techniques les plus efficaces
pour amener une participation active des cadets. Ces questions en
amènent d'autres qui lanceront naturellement la discussion. Ne
faites pas l'erreur de croire qu'il faut nécessairement attendre la fin
de la LEÇON pour poser des questions;
b. incluez les schémas, graphiques, etc. dans le plan. Ainsi, lorsque
vous devrez les transcrire au tableau, il vous sera plus facile d'en
donner les éléments avec précision;

8-17
A-CR-CCP-268/PT-002

c. notez les procédés à employer au cours de la LEÇON. Il peut


s'agir de commentaires tels que «Demander au cadet
d'expliquer», «Demander au cadet de démonter», ou «Faire
démarrer la discussion sur...». Ces instructions font du plan de
LEÇON un guide de travail, puisqu'elles résultent de la
planification de ce qui doit être accompli et de la façon de
l'accomplir;
d. soulignez les idées et les enchaînements importants pour les faire
ressortir et rendre le plan plus facile à suivre. Faites cependant
attention car l'abus de ce procédé peut dissimuler les idées
importantes. Il en va de même de l'emploi abusif des caractères
gras, des flèches ou des traits encerclant des mots, des maximes,
des expressions ou des locutions. On recommande l'emploi de la
couleur pour souligner les points importants. Essayez de garder
votre plan le plus simple possible! et
e. insérez des notes pour rappeler que des illustrations, des
exemples, des anecdotes, etc.. doivent être utilisés. Ces notes
doivent être assez explicites pour vous aider à vous remémorer le
détail essentiel; elles apparaîtront au point du plan où vous
comptez vous en servir.

55. Vous devez vous assurer que chaque point d'enseignement est
bien compris du cadet avant de passer au suivant. Il ne sert à rien d'aller
trop rapidement. Prenez le temps qu'il faut pour répondre aux questions.

8-18
A-CR-CCP-268/PT-002

56. Le développement ne devrait pas prendre plus que 75 % de la


LEÇON. Ce qui équivaut à environ 26 minutes d'une LEÇON de
35 minutes. Divisez bien votre enseignement et votre pratique pour avoir
suffisamment de temps à accorder à chacun des points d'enseignement.
57. Rappelez-vous que le plan de LEÇON n'est pas un exposé et que
vous ne devriez pas écrire en détail tout ce que vous allez dire.
Limitez-vous aux grands titres et aux commentaires qui vous aideront à
bien orienter l'instruction. L'idéal est d'écrire assez large pour être en
mesure de consulter votre plan de LEÇON, placé sur le pupitre, alors que
vous êtes debout.
CONTRÔLE DU RENDEMENT
58. On appelle cette partie de la LEÇON, évaluation, vérification finale,
test, etc., quel que soit le nom que vous lui donnez, son but est le même. Il
a pour but d'évaluer le progrès des cadets et de s'assurer que chacun
d'eux a atteint les objectifs fixés aux OCOM. Il doit aussi permettre au
cadet de savoir où il en est et indiquer à l'instructeur quelles parties de la
LEÇON doivent être approfondies.

59. Le contrôle du rendement pour chaque OREN et chaque OCOM


est prévu dans le plan de cours. Il est important de vous en tenir aux
indications à cet effet. Très peu d'OCOM exigent du cadet d'effectuer une
évaluation écrite. La plupart sont des interrogations orales ou des
confirmations pratiques. Il est important d'éviter de recréer le système
d'évaluation utilisé dans les écoles et qui veut qu'un examen final soit
nécessaire à la fin du cours. Si vos cadets comprennent au fur et à mesure
que le cours avance, ou s'ils accomplissent les actions exigées, il est
inutile de revenir sur le sujet.
60. Les questions que vous posez tout au long de la LEÇON peuvent
servir d'indication du degré de compréhension du cadet. Il est donc impor-
tant que vous soyez alerte en ce sens et sachiez reconnaître les indices
qui indiquent qu'un cadet éprouve des difficultés. Si vous constatez que la
matière nécessite plus d'explications, effectuez un retour dès le début de la
LEÇON suivante.
61. Le but de l'évaluation étant de vérifier le niveau de connaissance
des cadets, n'essayez pas de les duper en posant des questions trop
difficiles. Assurez-vous seulement qu'ils ont compris les points les plus
importants. Posez des questions simples et directes.

8-19
A-CR-CCP-268/PT-002

LA CONCLUSION

62. La conclusion de chaque LEÇON à trois fonctions principales. Elle


doit résumer la matière enseignée et souligner à nouveau les points
importants. Elle doit aussi relancer l'intérêt des cadets et les préparer à
aborder l'objectif suivant avec assurance et intérêt. La conclusion ne
devrait pas compter pour plus de 5 % d'une leçon.

63. Les pages suivantes vous donnent un exemple de plan de leçon.


Le meilleur plan de leçon ou le meilleur format de plan de leçon est celui
avec lequel vous êtes le plus à l'aise en enseignant. Peut-être votre esca-
dron a-t-il adopté un format spécifique. C'est à vous de déterminer si vous
pouvez travailler aisément avec ce dernier.

8-20
A-CR-CCP-268/PT-002

Figure 8-2 (feuille 1 de 3) Exemple de plan de leçon

8-21
A-CR-CCP-268/PT-002

Figure 8-2 (feuille 2 de 3) Exemple de plan de leçon

8-22
A-CR-CCP-268/PT-002

Figure 8-2 (feuille 3 de 3) Exemple de plan de leçon

8-23
A-CR-CCP-268/PT-002

SECTION 7
LE MATÉRIEL D'INSTRUCTION

64. L'utilisation du matériel pédagogique est vieille comme le monde.


Tout le monde connaît le vieux dicton de Confucius disant qu'«une image
vaut mille mots». C'était vrai autrefois et ça l'est encore aujourd'hui, peut-
être même plus à notre époque de la télévision et de la vidéo.
65. Il arrivera à l'occasion que vos paroles ne suffiront pas à expliquer
des points d'enseignement plus compliqués. Il vous faudra alors faire preu-
ve d'imagination et reproduire, en classe, des situations réelles. Le matériel
d'instruction à l'avantage de fournir au cadet un modèle qui lui permettra
de faire des associations. Le matériel d'instruction peut faire appel aux cinq
sens. On dit souvent qu'environ 75 p. 100 de l'apprentissage se fait par le
sens de la vue!
DIRECTIVES D'UTILISATION

66. Avant de choisir quel matériel vous utiliserez lors de la LEÇON,


vous devez prendre en considération les points suivants :
a. Élaboration du plan. Pour déterminer si le matériel est
nécessaire et à quel moment l'utiliser, déterminez avec précision
l'objectif de la LEÇON. Il faut savoir ce que vous voulez
communiquer! Rassemblez ensuite les données nécessaires en
cherchant des documents à l'appui. Rassemblez la matière
nécessaire pour préparer un plan de LEÇON et, finalement,
déterminer pour quels points d'enseignement le matériel sera
utilisé.
b. Simplicité. Le matériel doit être simple tout en étant compatible
avec les objectifs à atteindre. Résistez à la tentation d'utiliser le
matériel comme béquille. Dans bien des cas, des symboles
visuels et des slogans peuvent remplacer un long exposé oral.
Évitez les graphiques trop compliqués... Rappelez-vous... vous
tentez de simplifier l'enseignement aux yeux du cadet!
c. Audibilité et visibilité. Votre matériel n'a aucune valeur si les
cadets ne peuvent ni l'entendre ni le voir. Les lettres doivent être
assez grosses pour que les cadets les plus éloignés puissent les
voir. Utilisez des couleurs contrastantes. Vérifiez le matériel à
l'endroit où il sera utilisé.

8-24
A-CR-CCP-268/PT-002

d. Organisation. Vous augmenterez l'efficacité du matériel si vous


utilisez l'ordre de présentation approprié.
e. Brouillon. Pour que le matériel soit plus efficace et plus facile à
préparer, il est bon de rédiger un brouillon au préalable. Vérifiez
avec soin pour que les renseignements, la grammaire,
l'orthographe soient exacts et que le tout soit équilibré, clair et
simple.
LES SOURCES D'IDÉES
67. Les instructeurs qui n'ont pas de formation comme telle dans la
conception du matériel d'instruction trouvent souvent qu'il est difficile
d'avoir de bonnes idées. Ainsi, celui qu'ils utilisent est souvent semblable,
ou même très peu intéressant. Pourtant, plusieurs ressources sont facile-
ment accessibles à celui qui veut bien se donner la peine de chercher :
a. dans presque chaque école, il y a une section des arts graphiques
ou des arts plastiques, dont le personnel est composé de
techniciens de l'audio-visuel et d'artistes qui peuvent suggérer des
méthodes nouvelles;
b. les autres instructeurs sont une source inestimable d'idées pour le
matériel d'instruction. Leur propre méthode d'enseignement peut
quelquefois faire ressurgir une idée. Parfois, il suffit de leur
demander leur avis pour obtenir des suggestions précises,
nouvelles et intéressantes;
c. Ia publicité paraissant dans les journaux et les revues, à la
télévision et dans les magasins peut suggérer des façons
originales d'illustrer une idée; et
d. finalement, si vous donnez libre cours à votre imagination, elle
peut se révéler être une excellente source d'idées.

8-25
A-CR-CCP-268/PT-002

TYPE DE MATÉRIEL D'INSTRUCTION

68. Afin d'appuyer votre enseignement, vous devrez sélectionner le


matériel d'instruction qui réussira le mieux à simplifier l'enseignement aux
yeux du cadet. Voici quelques types de matériel d'instruction :
a. Matériel véritable. Rien n'égale l'apprentissage au moyen de
l'objet véritable. En effet, vos cadets n'apprendront jamais à voler
convenablement avant d'être réellement aux commandes d'un
avion. Ils auront une meilleure idée du fonctionnement de la
carabine s'ils l'utilisent.
b. Simulateurs. Les simulateurs reproduisent assez fidèlement le
fonctionnement du matériel lui-même. Le meilleur exemple est
celui des simulateurs de vol dans lesquels les pilotes apprennent à
voler.
c. Reproductions. Ceci comprend un vaste choix de sujets comme
le modèle d'avion à l'échelle ou la boite de sable utilisée pour
reproduire un site de survie.
d. Êtres humains. On oublie souvent cette ressource. Pensez aux
instructeurs de premiers soins ou d'exercice militaire.
e. Matériel visuel. Diagrammes, schémas, photographies, etc., sont
toujours utiles; ce genre de matériel d'instruction est souvent à la
portée de la main ou facile à produire.
f. Matériel électronique. Les projecteurs de cinéma, de diapositives
et l'épidiascope sont quelquefois disponibles et bien utiles pour
celui qui sait les utiliser.
QUELQUES CONSEILS
69. Vous aurez probablement accès à un tableau noir (vert) ou à un
rétroprojecteur (épidiascope) en classe. Ces instruments vous seront d'une
très grande utilité si vous savez vous en servir. Sans entrer dans des
détails trop techniques, voici quelques règles d'utilisation :
a. Ne parlez pas en direction du tableau ou de l'écran. Il est assez
désagréable pour les étudiants d'avoir affaire avec le dos du
professeur! Vos paroles n'auront pas la clarté ou la force requises.
De plus, vous risquez de perdre le contrôle de votre classe.

8-26
A-CR-CCP-268/PT-002

b. Ne faites pas «crisser la craie».


c. N'écrivez pas toute la matière en détail! Le tableau ou le
rétroprojecteur devraient être utilisés comme soutien à
l'instruction, ils ne devraient pas prendre votre place! Limitez les
renseignements inscrits au tableau aux points-clés, aux
explications et directives ainsi qu'à votre présentation personnelle.
d. Écrivez en lettres moulées. Il faut beaucoup d'expérience et
d'habileté pour que l'écriture à la main soit nette et lisible. Vous
pouvez utiliser des craies de couleur pour marquer les contrastes
et points importants. Assurez-vous que les lettres sont assez
grosses pour être lues par les cadets les plus éloignés.
e. Il est préférable d'utiliser une baguette et de vous tenir à l'écart
pour que tous puissent voir.
f. Éteignez le projecteur quand vous avez terminé votre explication.
De cette façon, vous attirerez l'attention des élèves sur vous.
g. Ayez un chiffon à portée de la main pour essuyer la craie sur vos
doigts ou utilisez un porte-craie. Sinon, vous pourriez avoir des
surprises!
h. Assurez-vous que les acétates que vous utiliserez avec le
rétroprojecteur sont dans l'ordre précis dans lequel vous en aurez
besoin. Identifiez-les correctement. Il est très embarrassant de
cafouiller devant un groupe, à la recherche de ses acétates...

SECTION 8
CONCLUSION
70. On vous demandera de préparer et de donner une période
d'instruction de 15 minutes. Vous possédez maintenant toutes les
connaissances théoriques pour le faire. Enseigner n'est pas plus difficile
que de faire un exposé d'art oratoire, ce que vous avez déjà expérimenté
quelques réponses.

8-27
A-CR-CCP-268/PT-002

71. La qualité de votre enseignement dépendra en grande partie de la


qualité de votre préparation. Mieux vous serez préparer et mieux vous
serez en mesure d'affronter le stress et les questions des cadets.
72. Familiarisez-vous avec les objectifs de rendement et de
compétence, mettez en application les principes d'instruction, maîtrisez
bien votre théorie et planifiez de bonnes aides visuelles. Et surtout,
assurez-vous de bien préparer et utiliser votre plan de leçon.
73. Imaginez-vous dans une classe, devant un groupe de cadets.
vous êtes maintenant le professeur! Quel genre de professeur voulez-vous
devenir? Qu'allez-vous faire pour créer et maintenir l'intérêt de vos
élèves... La balle est maintenant dans votre camp.

8-28
A-CR-CCP-268/PT-002

CHAPITRE 9

OBJECTIF DE RENDEMENT 416

PROPULSION

SECTION 1

INTRODUCTION

1. De nos jours, la plupart des gros avions sont propulsés par des
moteurs à réaction. Ce n'est pas le cas pour les plus petits avions qui, à
cause de leur poids et leur utilisation, sont encore avantagés par
l'utilisation des hélices.

2. Les moteurs d'avion ont beaucoup évolué au cours des années,


il en va de même pour leurs composantes, que ce soit le carburateur, le
système d'alimentation en carburant ou même la puissance elle-même.
Si autrefois les pionniers du pilotage devaient compter sur des vents
favorables pour augmenter leur vitesse au-delà de la puissance
mécanique du moteur, les pilotes d'aujourd'hui peuvent compter sur des
systèmes capables d'ajuster les composantes du moteur pour en
améliorer le rendement.

3. Les avions dans lesquels les cadets de l'air volent sont munis
d'hélices et sont propulsés par un moteur. Savez-vous comment
fonctionnent ces hélices? D'où provient la puissance du moteur?

SECTION 2

L'HÉLICE

4. L'hélice de l'avion n'est simplement qu'une série de surfaces por-


tantes tournantes dont la forme aérodynamique ressemble aux ailes d'un
avion. Elles sont reliées à un moyeu central et commandées par le vile-
brequin du moteur. En raison de leur forme, leur rotation dans l'air
produit une poussée qui fait avancer l'avion, tout comme les pales d'une
hélice de bateau dans l'eau.

9-1
A-CR-CCP-268/PT-002

5. La fonction de l'hélice est de convertir un mouvement de torsion


du vilebrequin en un mouvement de poussée ou de traction vers l'avant.

6. Pour obtenir ce résultat, l'hélice est conçue de façon à ce que


lorsqu'elle tourne, elle avance vers l'avant à la manière d'un
tire-bouchon. Ainsi, en tournant, elle pousse l'air vers l'arrière avec
comme objectif de causer une poussée vers l'avant. Contrairement au
moteur à réaction qui n'agite qu'une petite masse d'air à une vitesse
relativement grande, l'hélice agite une grande masse d'air vers l'arrière à
une vitesse relativement lente.

7. Dès que l'hélice commence à tourner, l'air qui s'écoule de


chaque côté des pales produit une force, tout comme sur les ailes d'un
avion; à la différence que dans le cas d'une aile d'avion, la réaction
s'exerce vers le haut, alors que dans le cas des pales de l'hélice, la
réaction s'exerce vers l'avant.

CALAGE DE LA PALE

8. La pale de l'hélice a une section particulière de portance,


similaire à celle d'une aile. L'angle que forme la pale de l'hélice s'appelle
le calage de la pale. Ainsi, lorsqu'elle tourne, elle rencontre l'air à un
angle d'attaque produisant une poussée et une traînée, tout comme une
aile le fait. Cependant, dans le cas d'une hélice, ces forces sont
désignées comme étant la poussée et le couple.

LE PAS DE L'HÉLICE

9. La distance que parcourt une hélice en un tour s'appelle le


«pas». Celui-ci dépend du calage des pales. Plus une pale est calée à
un angle important, plus l'hélice parcourt une grande vitesse en un tour;
par conséquent, la vitesse de l'avion dépend du calage. Lorsque le
calage est maximum, on dit que l'hélice est au «grand pas», et on peut
comparer cette position à la grande vitesse d'une automobile. De la
même manière, lorsque les pales de l'hélice forment un petit angle avec
le plan de rotation, on dit que l'hélice est au «petit pas»; l'hélice tourne à
plus grand régime et permet au moteur d'engendrer plus de puissance,
tout comme la basse vitesse d'une automobile.

9-2
A-CR-CCP-268/PT-002

Figure 9-1 Calage de la pale

9-3
A-CR-CCP-268/PT-002

TYPES D'HÉLICES
10. On peut classifier les hélices en quatre grandes catégories :
a. Hélice à pas fixe. Elle est constituée d'une seule pièce et l'angle
des pales ne peut être changé. Comme on ne peut régler le pas
de cette hélice pour répondre à toutes les situations de vol
(décollage, croisière et vol à haute altitude), on doit faire un
compromis pour ce qui est de l'angle utilisé. Ainsi, la puissance
de croisière est choisie puisqu'elle semble être le réglage qui
permet le maximum d'efficacité. En raison de leurs limites, les
hélices à pas fixe ne se trouvent que sur les avions légers peu
puissants.
b. Hélice à pas réglable. C'est une variante de l'hélice à pas fixe
et connaît des limites similaires. On peut régler l'angle des pales
au sol, lorsque le moteur est arrêté, pour améliorer le rendement
dans une situation de vol particulière. Toutefois, puisqu'on ne
peut pas régler le pas en vol, l'hélice ne fonctionne à son
rendement maximum que durant la situation de vol choisie.
L'hélice à pas réglable comporte un moyeu en deux pièces ainsi
qu'au moins deux pales composées d'un alliage d'aluminium ou
d'acier.

Figure 9-2 Hélice à pas fixe

9-4
A-CR-CCP-268/PT-002

c. Hélice à pas variable. Elle possède deux réglages de pas que


l'on peut changer en cours de vol. Le «petit pas» permet
d'obtenir le régime maximum du moteur (rpm) au décollage. On
utilise le «grand pas» en vol de croisière ou à grande vitesse.
d. Hélice à vitesse constante. C'est une hélice à pas variable
munie d'un dispositif régulateur. Ce type d'hélice s'ajuste
automatiquement aux changements de situation en vol et de
puissance. Par conséquent, avec une hélice à vitesse constante,
il est possible d'obtenir la pleine puissance du moteur à toute
altitude ou situation de vol.

Figure 9-3 Hélice à pas variable

9-5
A-CR-CCP-268/PT-002

SECTION 3

RÉSERVOIRS DE CARBURANT

RÉSERVOIRS

11. C'est bien beau les hélices, mais encore faut-il que le moteur
fonctionne pour actionner le vilebrequin! Comme vous l'avez vu l'année
dernière, il y a peu de différence entre le moteur d'une automobile et
celui d'un avion. Tous les deux sont équipés de pistons, de cylindres, de
valves et de bougies. Ils sont aussi équipés de réservoirs de carburant.

12. La localisation, la forme, la dimension des réservoirs de


carburant vont différer selon le type d'avion dans lequel ils sont installés.
Parmi les plus communs, nous retrouvons :

a. Réservoirs permanents. Ils sont fixés à la structure des ailes


ou du fuselage et ils contiennent le carburant nécessaire aux
opérations normales. Chaque réservoir est équipé d'un dispositif
de purge permettant d'éliminer l'eau et les impuretés qui peuvent
s'y accumuler.

b. Réservoirs auxiliaires. Ils peuvent être fixes ou largables. On


peut en équiper un avion lorsqu'on a besoin d'une plus grande
quantité de carburant. Ils sont alors montés à l'extérieur des ailes
ou du fuselage. Vous n'avez qu'à penser à la navette spatiale!

13. Les réservoirs sont fabriqués d'une matière n'ayant aucune


réaction chimique avec les carburants d'avion, et ce, quels qu'ils soient.
Les alliages d'aluminium sont les plus utilisés.

TYPES DE SYSTÈMES D'ALIMENTATION DU CARBURANT

14. Les systèmes d'alimentation en carburant sont conçus pour


fournir au moteur un carburant filtré, à la bonne pression et en quantité
suffisante pour répondre à ses besoins. Ils doivent être fiables et pouvoir
bien alimenter le moteur à toutes les altitudes ainsi que durant les
manoeuvres de l'avion, notamment, dans certains cas, en vol inversé!

9-6
A-CR-CCP-268/PT-002

15. Il y a deux types de systèmes d'alimentation en carburant, ils


sont :
a. Système d'alimentation par gravité. C'est le plus simple des
systèmes, mais il ne convient qu'aux avions légers de faible
puissance et le réservoir ne peut être placé nettement plus haut
que le moteur. Les réservoirs sont situés dans les ailes, plus
haut que le carburateur. Par gravité, le carburant coule des
réservoirs vers le carburateur en passant par une valve de
sélection.
b. Système par pompe à carburant. On peut utiliser ce système
sur n'importe quel aéronef puisqu'il comprend une pompe
entraînée par le moteur ou une pompe électrique pour alimenter
le moteur en carburant sous pression. Ce système est utilisé sur
tous les avions à ailes basses ainsi que sur ceux ayant des
moteurs à haute performance.
PROBLÈMES DU SYSTÈME DE CARBURANT
16. Les divers réservoirs et autres composantes du système
d'alimentation du carburant sont raccordes ensemble par des tuyauteries
faites d'alliage d'aluminium et de caoutchouc ou de téflon. Le carburant
peut ainsi couler librement vers ces autres composantes afin d'être brûlé.
Il arrive à l'occasion que le système de carburant soit l'objet de
problèmes, les plus communs sont : les paragraphes 17 à 22 décrivent
ces problèmes.
LA DÉTONATION
17. Elle est causée par l'incapacité d'un carburant de brûler
lentement. Elle est généralement définie comme étant une combustion
anormalement rapide, remplaçant ou survenant en même temps que la
combustion normale. La détonation est caractérisée par sa nature
presque instantanée, par contraste avec la combustion égale et
progressive normale.
18. Dans des conditions de détonation, la pression augmente
rapidement et violemment dans le cylindre pour atteindre des niveaux
souvent au-dessus des limites de résistance de la chambre de
combustion. Elles sont dangereuses et coûteuses. Les détonations font
subir de fortes contraintes aux pièces du moteur, causant une
surchauffe, le gauchissement des soupapes et endommagent les
pistons.

9-7
A-CR-CCP-268/PT-002

19. La détonation est causée par l'utilisation d'un carburant


incorrect : par la surchauffe qui, quelquefois, est causée par une montée
rapide de l'avion; ou par un mélange air-carburant trop pauvre.

LE PRÉ-ALLUMAGE

20. Le pré-allumage est un autre problème qui, quelquefois, se


confond avec la détonation. Le pré-allumage est un allumage prématuré
du mélange dû à des particules de carbone embrasées, ou à des points
chauds locaux. Cette situation survient souvent lorsqu'on démarre un
moteur chaud, ce qui résulte en retour de flammes traversant la tubulure
d'admission.

21. Les dommages à un moteur, causés par une pré-allumage,


peuvent être désastreux. Ils peuvent causer un gauchissement des
pistons, fendre les têtes de cylindre et causer d'autres sérieux
dommages.

LE BOUCHON DE VAPEUR

22. Le bouchon de vapeur dans une ligne de carburant peut être


causé par une température atmosphérique élevée, provoquant la
vaporisation de l'essence et le blocage de la circulation du carburant
liquide dans la canalisation.

SECTION 4

LE CARBURATEUR

23. Pendant le temps d'admission du cycle à quatre temps, une


charge d'air et de carburant vaporisé pénètre dans le moteur. Ce
mélange d'air et de carburant est nécessaire à la combustion. L'oxygène
requis vient de l'air extérieur mais le carburant, lui, doit être dosé en
fonction du moteur, afin que la proportion d'air et de carburant reste
juste. Il faut aussi mesurer l'arrivée de ce mélange dans le moteur, afin
de régler le rendement.

9-8
A-CR-CCP-268/PT-002

RÔLE DU CARBURATEUR

24. C'est le rôle du carburateur de mesurer la quantité appropriée


d'essence, vaporiser ce carburant, le mélanger avec l'air dans une
proportion désirée et le distribuer aux cylindres. Le processus de
combustion dans le cylindre repose sur un mélange adéquat de
carburant et d'air afin d obtenir une efficacité optimale. Le mélange est
une mesure très précise. Un mélange trop riche (excès de carburant),
tout en refroidissant la température de combustion, peut causer des
pertes de carburant non brûlé par le système d'échappement. Un
mélange trop pauvre peut aussi causer un fonctionnement inégal du
moteur, un retour de flamme, des détonations, une surchauffe ou une
perte appréciable de puissance. Il peut aussi être la cause d'une panne
du moteur.

CONTRÔLE DE MÉLANGE

25. Le besoin d'avoir un contrôle de mélange est occasionné par le


fait que, à mesure que l'altitude augmente, la densité de l'air diminue.
Les carburateurs sont normalement calibrés pour opérer au niveau de la
mer ce qui veut dire que le bon mélange de carburant et air sera obtenu
au niveau de la mer avec la commande de contrôle de mélange en
position la plus riche.

26. À mesure que l'altitude augmente, le volume d'air donné est plus
léger en poids. Il est alors évident qu'à haute altitude, la proportion d'air
en poids par rapport au carburant diminuera même si le volume reste le
même.

27. Pour corriger cette situation, un contrôle de mélange est


incorporé au carburateur. Ce mécanisme ajuste la quantité d'essence
aspirée du gicleur et de ce point, rétablit le mélange carburant et air
approprié. Le contrôle de mélange est automatique sur certains avions.
Généralement, il est opéré manuellement par le pilote.

COMMENT FONCTIONNE UN CARBURATEUR

28. Comme nous venons de le voir, le carburateur a pour but


principal d'effectuer le mélange de l'air et du carburant. Il est donc
normal d'y retrouver une entrée pour l'air et une autre pour le carburant
(figure 9-4).

9-9
A-CR-CCP-268/PT-002

29. Le carburant est accumulé dans une cuve munie d'un flotteur et
d'une prise d'air (figure 9-5) qui ont pour mission de maintenir le niveau
de carburant et la pression d'air à des niveaux constants. Lorsque le
carburant à atteint un niveau prédéterminé, le flotteur obstrue l'entrée de
carburant, un peu à la manière du flotteur qui contrôle la quantité d'eau à
l'intérieur d'une cuve de toilette. Le carburant ne peut alors plus entrer
dans le carburateur jusqu'à ce qu'il soit consommé par le moteur. L'air à
l'intérieur de la cuve est maintenu à une pression constante
correspondant à la pression atmosphérique, que l'avion monte ou
descende.

30. La cuve à niveau constant est connectée au tuyau de l'étrangleur


par le tube d'alimentation du gicleur (figure 9-6). Le niveau de carburant
dans le gicleur est le même que dans la cuve à niveau constant, il est
donc assujetti à la même pression atmosphérique.

31. Quand l'air est admis dans le tuyau de l'étrangleur, sa vitesse


augmente en passant dans le Venturi, créant ainsi une basse pression
dans ce dernier. La pression réduite autour du gicleur aspire le
carburant, qui se trouve à être à la pression atmosphérique, en un fin jet
vaporisé.

32. Le mélange d'air et de carburant vaporisé, régularisé en volume


par la manette des gaz, entre dans le collecteur d'admission où il est
distribué aux cylindres individuellement. Le papillon des gaz ou valve
papillon (figure 9-7) est directement connecté au contrôle des gaz sur le
tableau de bord de l'avion. Au moyen de cette commande, le pilote est
capable de contrôler le volume du mélange air/carburant entrant dans le
moteur et, de ce fait, contrôle la puissance fournie.

33. En bougeant la manette des gaz vers l'avant, on ouvre le


papillon, augmentant ainsi le volume et par conséquent, la vitesse du
moteur (déplacement des pistons). En bougeant la manette des gaz vers
l'arrière, on ferme le papillon, ce qui réduit la vitesse. Vous obtenez le
même effet en appuyant sur l'accélérateur dans une automobile. Ce
faisant, vous ouvrez le papillon des gaz et augmentez la vitesse avec
laquelle les pistons fonctionnent.

9-10
A-CR-CCP-268/PT-002

Figure 9-4 Entrée d'air

Figure 9-5 Flotteur

9-11
A-CR-CCP-268/PT-002

Figure 9-6 Tuyau d'étrangleur

Figure 9-7 Valve papillon

9-12
A-CR-CCP-268/PT-002

34. Afin de compenser les manques en air à haute altitude et aussi


augmenter leur puissance, certains moteurs sont maintenant équipés de
compresseurs. Ces derniers ne remplacent pas les moteurs eux-mêmes,
ils en augmentent la puissance en compressant le mélange
air/carburant, à sa sortie du carburateur.

SECTION 5

LA SURCOMPRESSION

35. Un moteur conçu pour fonctionner à une pression


atmosphérique normale au niveau de la mer est appelé un moteur à
aspiration normale. Comme nous l'avons déjà vu, à mesure que l'altitude
augmente, la densité de l'air diminue. Comme l'air devient de moins en
moins dense avec l'altitude, le moteur produit de moins en moins de
puissance ce qui réduit sa capacité d'ascension jusqu'à, éventuellement,
lui éliminer toute possibilité de monter plus haut.

36. Le surcompresseur est un compresseur à entraînement interne


ayant une force motrice fournie directement par le moteur. Il est situé
entre le carburateur et les cylindres où il compresse le mélange
air/carburant à sa sortie du carburateur. Ceci est appelé induction forcée.

37. L'induction forcée peut être utilisée pour augmenter la puissance


ou gonfler un moteur à faible altitude. Dans ce cas, la pression
au-dessus ou en dessous de la pression atmosphérique du niveau de la
mer qui est forcée dans le collecteur est appelée développée.

SECTION 6

LE TURBOCOMPRESSEUR

38. Dans de nombreux avions modernes, le turbocompresseur


s'occupe de fournir de l'air plus dense lorsque l'avion vole à haute
altitude. Le turbocompresseur est entraîné par les gaz d'échappement.

39. Les gaz chauds qui sont perdus dans un moteur à aspiration
normale, sont dirigés à travers une turbine et la font tourner à haute
vitesse. La turbine est montée sur un axe qui entraîne un compresseur
centrifuge. Chacun est enfermé dans son propre boîtier. Par conséquent,

9-13
A-CR-CCP-268/PT-002

le compresseur tourne à la même vitesse que la turbine. Plus il y a de


gaz d'échappement dirigé à travers la turbine, plus le compresseur
tournea vite, fournissant ainsi au moteur de l'air plus dense, en
augmentant ainsi sa puissance.

40. Le turbocompresseur est un système particulièrement efficace


étant donné qu'il utilise l'énergie du moteur pour maintenir sa puissance
sans utiliser les «chevaux-vapeur» du moteur comme force motrice
(comme c'est le cas pour le surcompresseur). Le turbocompresseur est
situé entre l'entrée d'air et le carburateur, compressant l'air avant d'être
mélangé avec le carburant préalablement calibré dans le carburateur.

SECTION 7

LES INSTRUMENTS DU MOTEUR

41. Le moteur, que ce soit celui d'une voiture, ou à plus juste titre
celui d'un avion, est un ensemble complexe d'éléments mécaniques
inter-reliés à qui on demandé de générer beaucoup de puissance avec
un maximum d'efficacité. Il arrive toutefois, à l'occasion, que cette
pression mise sur chacune des pièces de métal entraîne une surchauffe
ou une montée de pression, indices de mauvais fonctionnement.

42. Le pilote dispose d'une série de cadrans qui ont comme but de
lui fournir des renseignements essentiels sur l'état interne du moteur.
Les instruments reliés au moteur lui-même sont :

a. La jauge de pression d'huile. La jauge de pression d'huile est


un des principaux instruments du moteur, elle indique la pression
fournie par la pompe à l'huile pour lubrifier le moteur. Une
pression d'huile élevée force cette dernière dans la chambre de
combustion. Là, elle brûlera, causant de la fumée à
l'échappement, et une mauvaise carbonisation des têtes de
piston, des segments, des sièges de soupape, des têtes de
cylindre, etc. Si la pression baisse suffisamment, il n'y aura plus
de film d'huile entre les surfaces mobiles du moteur et le métal
frottera l'un sur l'autre avec un résultat ruineux.

9-14
A-CR-CCP-268/PT-002

b. La jauge de température d'huile. Elle donne une lecture de la


température de l'huile en degrés Fahrenheit ou Celsius. Il y a un
rapport direct entre la température et la pression de l'huile, la
viscosité de cette dernière étant affectée par la température. Une
température trop froide de l'huile est indésirable car elle circule
difficilement et peut causer le grippage des pièces du moteur.
Une faible température devrait être accompagnée par une
augmentation correspondante de la pression. On doit se
rappeler que l'huile, en plus de lubrifier, agit comme agent
refroidissant.

c. La jauge de température des têtes de cylindre. Elle donne


une lecture d'une (ou de plusieurs) tête de cylindre du moteur.
L'instrument donne une indication raisonnable de l'efficacité du
système de refroidissement. La température élevée diminue la
résistance du métal et a pour résultat la détonation, le
pré-allumage et éventuellement, la panne du moteur.

d. La jauge de température de l'air du carburateur. Son but est


de permettre au pilote de maintenir une température qui assure
une efficacité maximale d'opération et de prévenir les conditions
de givrage du carburateur pouvant conduire à la panne du
moteur. Elle peut être installée pour indiquer la température du
mélange entrant dans le collecteur, ou enregistrer la température
d'admission du carburateur.

e. La jauge de température de l'air extérieur. Elle enregistre la


température de l'air ambiant, autrement dit, l'air entourant l'avion.
La température enregistrée permet au pilote de sélectionner la
pression appropriée du collecteur d'admission, de calculer la
vitesse et l'altitude vraie tout en l'avertissant des conditions
pouvant causer la formation de givre.

f. Le tachymètre. Il indique la vitesse à laquelle le vilebrequin du


moteur tourne en centaine de révolutions par minute (rpm). Le
rpm est directement proportionnel à la puissance du moteur. Sur
un avion équipé d'une hélice à pas fixe, le tachymètre est le seul
instrument du tableau de bord qui fournit de l'information en ce
qui concerne l'ajustement de la puissance du moteur.

9-15
A-CR-CCP-268/PT-002

Figure 9-8 (feuille 1 de 2) Instruments du moteur

9-16
A-CR-CCP-268/PT-002

Figure 9-8 (feuille 2 de 2) Instruments du moteur

9-17
A-CR-CCP-268/PT-002

g. La jauge de pression du collecteur d'admission. Elle indique


en pouce de mercure, la pression du mélange carburant/air dans
le collecteur d'admission du moteur à un point situé entre le
carburateur et les cylindres.

ÉVALUEZ VOS CONNAISSANCES

1. Quelles sont les caractéristiques particulières aux quatre types


d'hélice?

2. Où se situent les réservoirs dans un avion utilisant le système


d'alimentation en carburant par gravité?

3. Quel est le rôle du carburateur?

4. Pourquoi doit-on effectuer un contrôle du mélange de carburant et


d'air dans un avion?

5. Si le pilote pousse la manette des gaz vers l'avant, l'avion


accélère... Expliquez les opérations mécaniques qui s'effectuent au
niveau du moteur pour provoquer cette accélération.

6. Le surcompresseur a une force motrice fournie directement par le


moteur de l'avion. D'où provient la force motrice du turbocompresseur?

7. Nommez cinq instruments du moteur et leur utilité?

9-18
A-CR-CCP-268/PT-002

CHAPITRE 10

OBJECTIF DE RENDEMENT 417

NAVIGATION AÉRIENNE

SECTION 1

INTRODUCTION

1. La Terre sur laquelle nous vivons est une balle, ou sphère, ou,
techniquement, une sphéroïde aplatie. À défaut de mieux, la race
humaine vit, depuis des siècles, à l'extérieur de cette sphère − endurant
la chaleur, le froid, les nuages, la pluie, le grésil, le brouillard, la brume,
etc. Dans le futur, on prévoit que les villes seront souterraines, dans un
monde de régulation parfaite des conditions de chaleur, d'air et de
lumière.

2. D'ici là, nous devons faire face à ces obstacles du mieux que
nous le pouvons. L'humain à une âme aventureuse. Le goût des voyages
et la curiosité ont, depuis toujours, fait partie de ses coutumes les plus
pratiquées. Pour arriver à voyager autour de cette sphère terrestre, il a
dû inventer un système lui permettant de définir sa position, la direction
ainsi que les distances.

SECTION 2

TYPES DE NAVIGATION

3. En aviation, il existe plusieurs méthodes de navigation pour


trouver sa route d'un endroit à l'autre sur la terre :

a. Pilotage. Le pilotage est la navigation par référence à des points


de repère au sol. Le pilote orientera son trajet en fonction des
éléments visibles comme des montagnes, des villes, des cours
d'eau, etc.

10-1
A-CR-CCP-268/PT-002

b. Navigation à l'estime. C'est la navigation par laquelle les vec-


teurs de vents, la vitesse vraie, le cap la vitesse-sol et l'heure
d'arrivée sont prédéterminés.

c. La radio-navigation. Il s'agit de navigation effectuée au moyen


d'aide-radio. Les signaux de navigation sont émis par des
stations radio situées au sol.

d. Navigation astronomique. C'est la navigation effectuée par la


mesure de l'angle des corps célestes (soleil lune et étoiles) pour
déterminer sa position sur terre.

e. Navigation par inertie. C'est la navigation au moyen d'un


équipement gyroscopique ou d'un calculateur électronique
permettant de définir continuellement sa position.

4. La plupart des pilotes combinent ces différentes méthodes de


navigation. La pratique du pilotage en elle-même est limitée par la
visibilité (vous devez voir les repères au sol) et la familiarité de la région
au-dessus de laquelle vous effectuez votre vol. Donc, le pilotage utilisé
en conjonction avec la navigation à l'estimé est une méthode plus
efficace.

SECTION 3

TECHNIQUES DE NAVIGATION

5. Afin de réduire au minimum le travail de navigation que fait le


pilote il faut préparer soigneusement le vol. Le pilote peut ainsi
concentrer son attention sur le pilotage et les communications avec les
installations de contrôle de la circulation aérienne. Le pilote doit donc
disposer d'un journal de navigation et d'une carte bien préparés et
étudier soigneusement sa route.

6. Contrairement à ce que l'on pourrait croire un pilote n'a qu'un


choix limité de routes en vol. Il ne peut décider de son propre gré de
voler en ligne droite avec le point d'arrivée et virevolter à son gré et a
n'importe quelle altitude de la même façon qu'un automobiliste ne peut
utiliser qu'un choix limité de routes pour se déplacer d'une ville à l'autre.
Il ne lui viendrait jamais à l'idée de traverser un champ ou circuler en
sens inverse sur l'autoroute pour sauver du temps!

10-2
A-CR-CCP-268/PT-002

7. L'espace aérien est divisé en corridors qui se comparent à des


autoroutes surélevées. Il est réglementé pour des raisons de sécurité.
Saviez-vous qu'il peut y avoir jusqu'à 10 000 aéronefs de tous genres
dans les airs en même temps! On compte plus de 200 000 avions
enregistrés au Canada et aux États-Unis!

8. À cause des multiples facteurs pouvant affecter le vol la


préparation avant le décollage doit comporter les étapes suivantes :

a. le choix de la route à suivre;

b. l'analyse du temps (météo);

c. la préparation de la carte aéronautique;

d. la préparation du journal de navigation;

e. l'examen des avis aux navigateurs (NOTAM); et

f. la préparation d'un plan de vol.

9. La navigation dans l'atmosphère traite du mouvement dans trois


dimensions par opposition au mouvement des véhicules de surface qui
ne s'effectue que dans deux dimensions. Bien que les avions se
meuvent audessus de la Terre et non pas sur le sol. Leur mouvement est
invariablement défini par rapport à la surface terrestre, ce qui nous
amène à considérer tout d'abord la forme de la Terre.

SECTION 4

LA TERRE

FORME DE LA TERRE

10. Pour les besoins de la navigation, nous supposerons que la


Terre est une sphère parfaite, bien qu'en raison de son mouvement de
rotation dans l'espace et de la force centrifuge exercée la Terre s'est
légèrement aplatie aux pôles et renflée à l'équateur un peu comme si
vous appuyez sur un ballon de plage.

10-3
A-CR-CCP-268/PT-002

ROTATION DE LA TERRE

11. La Terre effectue une rotation par jour autour d'une ligne
imaginaire qu'on appelle «axe de rotation». Cet axe est représenté par le
support métallique autour duquel tourne un globe terrestre (figure 10-1).
Les deux points où cet axe traverse la surface terrestre s'appellent «les
pôles». L'est est défini comme étant la direction du sens de rotation de la
terre, alors que l'ouest représente la direction opposée. Le pôle Nord se
situe à la gauche d'un observateur qui regarderait à l'est alors que le
pôle Sud se situe à sa droite.

Figure 10-1 Axe de rotation de la terre

10-4
A-CR-CCP-268/PT-002

LATITUDE ET LONGITUDE

12. Comme c'est le cas pour les villes modernes bien structurées
par des grilles constituant les intersections de rues et d'avenues. Les
ancêtres ont divisé la surface du globe en un système géométrique,
constitué d'intersections de cercles, appelé graticule. Ils ont ainsi divisé
la surface terrestre en un quadrillage de lignes imaginaires. Les
méridiens de longitude sont des lignes qui couvrent le globe nord et sud
(figure 10-2). Les parallèles de latitude sont des lignes qui couvrent le
globe est et ouest.

13. Il existe deux lignes principales à partir desquelles les


coordonnées géographiques seront calculées. Il s'agit de l'équateur
(figure 10-2) qui est un grand cercle perpendiculaire à l'axe de rotation
de la Terre et le premier méridien qui est le méridien passant par
Greenwich en Angleterre.

Figure 10-2 Équateur, méridiens et parallèles de latitude

10-5
A-CR-CCP-268/PT-002

14. La longitude est numérotée de 0 à 180 degrés est à ouest, à


partir du premier méridien. Le premier méridien est numéroté 0 degré. Le
méridien situé au côté opposé de la terre (par rapport au premier
méridien) est le 180e et est appelé Ligne-Date-lnternationale. C'est à cet
endroit que la date change. La longitude est mesurée en degrés (°)
minutes (') et secondes ("). Il y a 60 minutes dans un degré et 60
secondes dans une minute.

15. La latitude est numérotée de 0 à 90 degrés nord ou sud par rap-


port à l'équateur qui est numéroté 0 degré. La latitude est mesurée en
degrés minutes et secondes.

LE MAGNÉTISME DE LA TERRE

16. La Terre est un aimant, et comme tout aimant elle à un pôle


magnétique Nord et Sud. Les lignes de force qui s'écoulent entre ces
deux pôles créent un champ magnétique qui entoure la Terre. L'aiguille
d'un compas ou d'une boussole, qui devrait normalement pointer en
direction du nord géographique (ou nord vrai) est influencée par ce
champ magnétique et pointé en déviant vers le Nord magnétique. La
ligne avec laquelle l'aiguille s'aligne s'appelle méridien magnétique.

Figure 10-3 Magnétisme terrestre

10-6
A-CR-CCP-268/PT-002

DÉCLINAISON

17. L'angle entre le méridien vrai et le méridien magnétique, avec


lequel le compas s'aligne est appelé déclinaison magnétique. Puisque le
pôle Nord magnétique n'est pas stationnaire, il est évident que la
déclinaison ne l'est pas non plus. Elle varie d'année en année. C'est ce
qu'on appelle les changements annuels. Ils doivent être pris en
considération lorsqu'on utilise de vieilles cartes pour toute localité
particulière.

18. Donc, si à partir d'un point donné le nord magnétique est à


l'ouest du nord vrai, l'aiguille du compas pointera à l'ouest du nord vrai.
Ainsi le méridien magnétique est à l'ouest du méridien vrai. Dans ce cas,
on dira que la déclinaison est OUEST. Inversement, si l'aiguille du
compas pointe à l'est du nord vrai, le méridien magnétique sera à l'est du
méridien vrai, et la déclinaison sera EST.

LIGNES ISOGONES

19. La direction du champ magnétique terrestre est mesurée


périodiquement, sur la presque totalité de la surface de la Terre. Les
résultats obtenus sont reportés sur une carte. Des lignes sont ensuite
tirées pour relier les points de même déclinaison. Ces lignes s'appellent
lignes ISOGONES. Les ISOGONES ne sont pas des lignes droites mais
plutôt courbées à cause de l'influence du champ magnétique avec des
corps magnétiques locaux situés en dessous du sol.

20. Les lignes ISOGONES sont numérotées est et ouest, en fonction


de leur position par rapport au nord vrai. Elles sont représentées sur les
cartes de navigation aérienne par des lignes tirées avec la quantité de
déclinaison.

LIGNES AGONES

21. Sur chaque hémisphère, il y a un endroit où le pôle Nord vrai et


le pôle Nord magnétique forment une même ligne droite. Ces endroits
n'ont pas de déclinaison magnétique. Les lignes tirées à ces points sont
appelées lignes agones. Comme les lignes ISOGONES elles sont
courbées, à cause de l'attraction terrestre.

10-7
A-CR-CCP-268/PT-002

SECTION 5

DÉTERMINER LA COORDONNÉE GÉOGRAPHIQUE

22. Une position sur la surface de la terre est relative à une autre par
le changement de latitude et le changement de longitude. Les villes, villa-
ges et aéroports peuvent être localiseé par leurs coordonnées
géographiques qui sont l'intersection des lignes de latitude et de
longitude. C'est exactement comme si vous vouliez situer un endroit
dans une ville. Par exemple, l'aréna de votre ville peut être situé à
l'intersection des rues Royale et Notre-Dame de votre ville, qui elle est
située à l'intersection du 75ieme méridien ouest et du 40ieme parallèle
nord sur une carte.

23. Par convention, pour exprimer les coordonnées géographiques,


on écrit d'abord la latitude et puis ensuite la longitude. Ainsi la latitude et
la longitude de Winnipeg (Manitoba) pourraient être écrites 4954N
9714W, ce qui signifie que Winnipeg se trouve à une latitude de 49
degrés 54 minutes au nord de l'équateur et à une longitude de 97 degrés
14 minutes à l'ouest du premier méridien.

DÉTERMINER LA DIRECTION

24. Le mot «direction» peut être défini comme la «trajectoire suivie


par un corps en mouvement» ou comme le «point vers lequel on se
dirige ou vers lequel on regarde». Il est aisé de maintenir sa direction
vers une destination lorsque celle-ci est visible du point de départ.
Toutefois, pour la plupart des voyages où l'on doit faire appel à la
navigation la direction doit être obtenue à partir d'une carte et le cap de
l'avion doit être maintenu dans la bonne direction pendant tout le trajet. Il
en résulte que la direction est un élément essentiel de la navigation du
pilote et qu'il faut recourir à une méthode d'expression de la direction.

10-8
A-CR-CCP-268/PT-002

Figure 10-4 Mesure de la latitude et de la longitude


DIRECTION EXPRIMÉE EN ANGLE
25. En planifiant son vol le pilote trace une ligne entre le point de
départ et le point d'arrivée. Il calcule ensuite l'angle que cette ligne forme
avec une ligne de référence Nord (figure 10-5). En navigation, la
direction d'une ligne en chacun de ses points est exprimée par l'angle
que fait cette ligne avec une ligne de référence passant par ce point. Cet
angle est toujours mesuré dans le sens des aiguilles d'une montre à
partir de la référence choisie et au moyen de la rose du compas (figure
10-5). La direction de la référence elle-même représente le nord (p. ex.
48 degrés nord 270 degrés nord etc.).
26. Puisqu'un méridien est une ligne nord-sud il sert de référence
Nord pour la navigation. Par convention, une direction est mesurée dans
le sens horaire en partant du nord vers le plus proche degré, et elle est
exprimée par un groupe de trois chiffres. Le nord est désigné par le
symbole 000 (mais pour plus de clarté, on dit 360) et, par la suite, l'est
qui est à 90 degrés du nord s'écrit 090, le sud 180 et l'ouest 270, etc. Le
cercle ainsi divisé qui donne les directions s'appelle la «rose du
compas». Il remplace les points cardinaux et intermédiaires habituels qui
sont en nombres insuffisants et dont les noms ne sont pas pratiques
pour la navigation.

10-9
A-CR-CCP-268/PT-002

Figure 10-5 Direction exprimée en angle

DIRECTION VRAIE

27. Le pôle géographique sert de référence pour mesurer la


direction vraie. La direction du nord est invariable c'est pourquoi on
l'utilise comme référence en cartographie. Il n'existe aucune méthode
pratique permettant de mesurer directement et continuellement le nord
vrai, c'est pourquoi dans la navigation la route vraie doit être obtenue à
partir de la route magnétique.

10-10
A-CR-CCP-268/PT-002

SECTION 6

CONCLUSION

28. Piloter un avion requiert bien plus du pilote que de savoir


identifier sa positon et calculer l'angle de direction. Il lui faut effectuer de
savants calculs pour identifier la vitesse, le carburant utilisé, la durée du
vol, les erreurs de virage en vol; savoir lire les cartes aéronautiques au
moyen d'un compas de navigation, d'un rapporteur Douglas, des
instruments de bord, etc. Piloter un avion demande, une préparation
minutieuse qui dépasse la simple lecture d'une carte. C'est une question
de sécurité. Dans les airs, le pilote est trop occupé à piloter pour
s'occuper de la préparation.

10-11
A-CR-CCP-268/PT-002

29. Ce chapitre a traité des éléments fondamentaux de la navigation


aérienne principalement du point de vue du pilote. Cependant, qu'il
s'agisse de la navigation dont se charge le pilote ou celle plus conven-
tionnelle que fait le navigateur sur de grandes distances, elle vise
toujours à répondre À trois questions principales :

a. Quel cap (direction) permettra d'amener l'avion à la destination


voulue?

b. À quel point (coordonnées) se trouve l'avion?

c. À quelle heure l'avion atteindra-t-il un point donné?

30. Vous êtes intéressé par l'aviation? Pourquoi ne pas joindre le


cours de pilotage de votre escadron? Discutez-en avec l'instructeur, avec
les autres cadets pilotes, avec votre officier d'entraînement. Qui sait,
peut-être serez-vous l'un de ceux ou celles qui mériteront des ailes et qui
auront le plaisir de piloter un avion d'ici peu!

Moments de réflexion...

«La vie est soit une aventure exaltante... ou rien.»

− Helen Keller

«L'important n'est pas d'où vous venez, ni où vous en êtes


mais bien où vous voulez arriver.»

10-12
A-CR-CCP-268/PT-002

CHAPITRE 11

OBJECTIF DE RENDEMENT 418

COMMUNICATIONS RADIO

SECTION 1

TECHNIQUES DE TRANSMISSION DE LA PAROLE

1. Au cours de l'entraînement de niveau deux, vous avez appris que


pour faciliter la communication et éviter la confusion lors de la transmission
de mots difficiles ou inusités, il fallait utiliser l'alphabet phonétique. Il en
allait de même avec les nombres.

2. L'efficacité de la radiotéléphonie dépend en grande partie de la


façon de parler et d'articuler de l'opérateur. Comme les consonnes
risquent d'être déformées par la transmission radiotéléphonique et que les
mots de même longueur comportant les mêmes voyelles peuvent être
confondus, il vous faut les prononcer avec un soin tout particulier.

3. Énoncer tous les mots distinctement et éviter de les souder


ensemble. Éviter d'élever la voix, d'accentuer artificiellement les syllabes
ou de parler trop vite. En utilisant les ondes radio on doit se souvenir de ce
qui suit :

a. parler à vitesse constante, ni trop vite, ni trop lentement, et se


rappeler que l'opérateur qui reçoit le message peut devoir l'écrire;

b. conserver le rythme d'une conversation ordinaire. En séparant les


mots pour qu'ils ne soient pas soudés ensemble, éviter d'ajouter
des sons superflus, tels «euh» et «mmm»;

c. ne pas crier dans le microphone;

d. tenir le microphone correctement, à environ un pouce des lèvres;


et

e. ne pas utiliser un langage abusif ou grossier sur les ondes.

11-1
A-CR-CCP-268/PT-002

HEURE ET DATE

4. Dans le service aéronautique, l'heure s'exprime suivant l'horloge


de vingt-quatre heures, c'est-à-dire au moyen de quatre chiffres, dont les
deux premiers désignent l'heure à compter de minuit et les deux autres, les
minutes à compter de l'heure ronde.

Exemples : 12 h 45 de la nuit ............................s'exprime par 0045.


12 h 00 midi ...................................s'exprime par 1200.
11 h 45 du soir ...............................s'exprime par 2345.
12 h 00 minuit ................. s'exprime par 2400 ou 0000.
1 h 30 de la nuit ..............................s'exprime par 0130.
1 h 45 de l'après-midi......................s'exprime par 1345.
4 h 30 de l'après-midi......................s'exprime par 1630.

SECTION 2

EXPRESSIONS CONVENTIONNELLES

5. Il est impossible d'établir une phraséologie précise convenant b


toutes les procédures radiotéléphoniques. Il faut cependant éviter d'utiliser
des expressions argotiques et des expressions telles que «OK»,
«RÉPÉTEZ», «BIEN REÇU», «RÉPONDEZ ET TERMINÉ», «BREAKER
BREAKER».

11-2
A-CR-CCP-268/PT-002

«RÉPONDEZ S'IL-VOUS-PLAÎT», etc. On devrait autant que possible


utiliser les expressions consacrées telles qu'indiquées au tableau suivant :

EXPRESSION SIGNIFICATION

AFFIRMATIF − Oui, ou permission accordée.

ATTENDEZ − Je dois faire une pause de quelques


secondes ou quelques minutes, veuillez
AUTORISÉ − Autorisé à poursuivre dans les conditions
spécifiées.
C'EST EXACT − Sens évident.

CHAQUE MOT − (a) à titre de demande : la


DEUX FOIS communication est difficile, veuillez
− (b) à titre de renseignement : la
communication étant difficile, chaque
COMMENT − Sens évident.
RECEVEZ-VOUS?
CONFIRMEZ − Voici mon texte...Est-il correct?

CONTINUEZ − Continuez à transmettre votre message.

DITES DE NOUVEAU − Sens évident (ne pas utiliser le mot


«RÉPÉTEZ»).
IGNOREZ − Considérez que ce message n'a pas été
envoyé.
JE DIS DE NOUVEAU − Sens évident (ne pas utiliser les mots
«JE RÉPÈTE»).

Figure 11-1 (feuille 1 de 3) Expressions conventionnelles

11-3
A-CR-CCP-268/PT-002

EXPRESSION SIGNIFICATION

MAYDAY − Mot utilisé pour les communications de


détresse

MAYDAY RELAY − Expression utilisée pour la


retransmission d'un message de
détresse.

NÉGATIF − Non : ou, cela n'est pas exact; ou, je ne


suis pas d'accord.

PAN PAN − Mots utilisés pour les communications


d'urgence.

RECTIFICATION − Une erreur a été commise dans cette


transmission (ou le message indiqué). Le
texte correct est...

RELISEZ − Répétez-moi tout ce message


exactement comme vous l'avez reçu
après mon «RÉPONDEZ». (Ne utiliser le
mot «RÉPÉTEZ».)

RÉPONDEZ − Ma transmission est terminée et j'attends


une réponse de vous.

ROGER − J'ai reçu en entier votre dernière


transmission.

ROGER NUMÉRO − J'ai reçu votre message numéro...

SÉPARATIF − Séparation entre parties du message.


(Employer lorsqu'il n'y a pas de
séparation distincte entre le texte et les
autres parties du message.)

Figure 11-1 (feuille 2 de 3) Expressions conventionnelles

11-4
A-CR-CCP-268/PT-002

EXPRESSION SIGNIFICATION

SILENCE − Expression internationale indiquant que


le silence a été imposé sur la fréquence
à cause d'une situation de détresse.
L'expression employée par l'aéronef est
«CESSEZ TOUTE TRANSMISSION».

SILENCE FINI − Expression internationale indiquant la fin


du trafic de détresse. L'expression
employée par l'aéronef est «TRAFIC DE
DÉTRESSE TERMINÉ».

SILENCE, MAYDAY − Expression internationale employée par


l'aéronef en détresse pour imposer le
silence à d'autres stations. L'expression
employée par l'aéronef est «CESSEZ
TOUTE TRANSMISSION − MAYDAY».

TERMINÉ − Cette conversation est terminée et je


n'attends pas de réponse.

VEILLEZ − Écoutez sur (fréquence).

VÉRIFIEZ − Vérifiez le code, vérifiez le texte avec


l'expéditeur et envoyez la version
correcte.

VEUILLEZ ACCUSER − Faites-moi savoir si vous avez reçu et


RÉCEPTION compris ce message.

VOIE − Passez à la voie...avant de continuer.

WILCO − Vos instructions ont été reçues,


comprises et seront exécutées.

Figure 11-1 (feuille 3 de 3) Expressions conventionnelles

11-5
A-CR-CCP-268/PT-002

SECTION 3

CONTACT RADIO

6. Un contact radio est normalement compose de quatre étapes :

a. l'appel;

b. la réponse;
c. le message; et

d. la confirmation du message.

PROCÉDURES D'APPEL EN RADIOTÉLÉPHONIE

7. Avant d'émettre, vous devez écouter pendant un intervalle de


temps suffisant pour vous assurer que vous ne causerez pas de brouillage
préjudiciable aux transmissions en cours. Si un tel brouillage semble
probable, attendez le premier arrêt de la transmission. Vous devez
toujours transmettre d'abord l'indicatif d'appel de la station que vous
désirez contacter, suivi du mot «ICI» et de votre indicatif d'appel.

Exemple : CESSNA UN QUATRE TROIS − FOXTROT ALFA ROMÉO


QUÉBEC ICI − TANGO ZOULOU UNIFORM YANKEE

APPEL À UNE SEULE STATION

8. Si vous désirez établir la communication avec une station


particulière, vous devez transmettre les données suivantes dans l'ordre
indiqué :
a. l'indicatif d'appel de la station appelée (3 fois au plus et 1 seule
fois si les conditions de communication sont bonnes);
b. le mot «ICI»;

c. votre indicatif d'appel;


d. la fréquence sur laquelle vous émettez; et

e. l'invitation à répondre («RÉPONDEZ»).

11-6
A-CR-CCP-268/PT-002

Exemple : TOUR DE MIRABEL


ICI
CESSNA UN HUIT CINQ − FOXTROT ALFA DELTA
TANGO
RÉPONDEZ

APPEL GÉNÉRAL

9. Si vous désirez établir la communication avec n'importe quelle sta-


tion dans votre rayon d'action ou dans une région donnée, faites appel à
«TOUTES LES STATIONS», en procédant de la même façon que pour
appeler une seule station.

Exemple : TOUTES LES STATIONS


ICI
JONQUIÈRE AIR RADIO

APPEL À PLUSIEURS STATIONS

10. Pour appeler plusieurs stations simultanément, vous devez trans-


mettre les indicatifs des stations que vous appelez dans l'ordre qui vous
convient, puis le mot «ICI» et votre propre indicatif. En règle générale, les
opérateurs répondant à un tel appel doivent le faire dans l'ordre suivant
lequel ils ont été appelés.

Exemple : CESSNA FOXTROT NOVEMBER INDIA LIMA


PIPER FOXTROT X-RAY QUÉBEC QUÉBEC
PIPER GOLF LIMA DELTA LIMA
(trois fois au besoin)
ICI
TOUR DE VAL D'OR

PROCÉDURES DE RÉPONSE EN RADIOTÉLÉPHONIE

11. L'opérateur qui entend un message adressé à sa station doit y


répondre le plus tôt possible et inviter la station appelante à lui commu-
niquer son message en énonçant le mot «CONTINUEZ», ou lui indiquer
qu'il n'est pas prêt à recevoir en énonçant le mot «ATTENDEZ» suivi du
nombre prévu de minutes d'attente.

11-7
A-CR-CCP-268/PT-002

Exemples : PIPER FOXTROT X-RAY QUÉBEC QUÉBEC ICI TOUR


DE ST-HUBERT
CONTINUEZ
RÉPONDEZ

PIPER FOXTROT X-RAY QUÉBEC QUÉBEC


ICI
TOUR DE ST-HUBERT
ATTENDEZ DEUX MINUTES
RÉPONDEZ

12. Lorsque l'opérateur d'une station entend un appel mais n'est pas
certain de l'identité de la station appelante, il doit répondre immédiatement
en énonçant les mots «LA STATION APPELANT», l'identification de sa
propre station, puis les expressions «DITES DE NOUVEAU» et
«RÉPONDEZ».

Exemple : LA STATION APPELANT CESSNA FNJI


DITES DE NOUVEAU
RÉPONDEZ

PROCÉDURES DE RECTIFICATION

13. Si vous faites une erreur pendant la transmission, il vous faut


énoncer le mot «RECTIFICATION» et transmettre la version correcte.

Exemple : AU-DESSUS DE MONCTON À DEUX SEPT RECTIFICA-


TION DEUX HUIT − RENDEZ-VOUS AU QUAI QUATRE
RECTIFICATION QUAI CINQ

14. Lorsque l'opérateur de la station réceptrice désire faire répéter un


message, il dit «DITES DE NOUVEAU». S'il ne désire la répétition que
d'une partie du message il dit, selon le cas :

a. DITES DE NOUVEAU TOUT AVANT... (premier mot


convenablement reçu), ou

11-8
A-CR-CCP-268/PT-002

b. DITES DE NOUVEAU ENTRE... (mot avant la partie manquante)


et... (mot après la partie manquante), ou

c. DITES DE NOUVEAU TOUT APRÈS... (dernier mot


convenablement reçu).

SECTION 4

APPEL DE DÉTRESSE

15. Les communications de détresse doivent être effectuées


conformément à la procédure décrite ci-après. Toutefois, cela ne doit pas
empêcher une station en détresse d'utiliser tous les moyens dont elle
dispose pour attirer l'attention, signaler sa position et obtenir du secours.

16. Le signal de détresse est constitué par le mot «MAYDAY»


prononcé comme l'expression française «m'aider». Ce signal de détresse
indique que la station qui l'émet :

a. est sous la menace d'un danger grave et imminent et demande un


secours immédiat; ou

b. sait qu'un aéronef, un navire ou tout autre véhicule est sous la


menace d'un danger grave et imminent et demande un secours
immédiat.

17. L'appel de détresse ne doit être envoyé que sous l'ordre du


responsable de la station. L'appel de détresse comprend :

a. le signal de détresse «MAYDAY» prononcé trois fois;

b. le mot «ICI»; et

c. l'indicatif de la station en détresse trois fois.

Exemple : MAYDAY MAYDAY MAYDAY


ICI
PIPER FOXTROT X-RAY CHARLIE CHARLIE

11-9
A-CR-CCP-268/PT-002

18. L'appel de détresse à priorité absolue sur toutes les autres


communications. Toutes les stations qui l'entendent doivent cesser
immédiatement toute émission susceptible de troubler le trafic de détresse
et continuer sur la fréquence d'émission de l'appel de détresse.

MESSAGE DE DÉTRESSE

19. Le message de détresse doit suivre le plus tôt possible l'appel de


détresse. Il doit comprendre le plus grand nombre possible des éléments
suivants :

a. le signal de détresse MAYDAY;

b. l'indicatif de la station en détresse (une fois);

c. la nature de la détresse et du secours demandé;

d. les intentions de la personne qui commande;

e. les renseignements relatifs à la position;

f. le nombre de personnes à bord et le cas échéant, le nombre de


blessés;

g. tout autre renseignement qui pourrait faciliter le secours; et

h. l'indicatif de la station en détresse.

ACCUSÉ DE RÉCEPTION D'UN MESSAGE DE DÉTRESSE

20. L'accusé de RÉCEPTION d'un message de détresse est donné


sous la forme suivante :

a. l'indicatif d'appel de la station en détresse (3 fois);

b. le mot «ICI»;

c. l'indicatif d'appel de la station qui accuse RÉCEPTION (3 fois); et

d. les mots «REÇU MAYDAY».

11-10
A-CR-CCP-268/PT-002

SECTION 5

COMMUNICATIONS D'URGENCE

21. Le signal d'urgence indique que la station appelante a un


message très urgent à transmettre concernant la sécurité d'un aéronef,
d'un navire ou d'un autre véhicule, ou d'une personne. Il consiste en trois
répétitions du groupe «PAN PAN», le mot PAN étant prononcé comme le
mot français PANNE. Il est transmis au commencement de la première
communication. Le signal d'urgence qui suit peut être adressé à toutes les
stations ou à une station déterminée.

22. Le signal d'urgence a la priorité sur toutes les autres communica-


tions sauf celles de détresse. Les stations qui entendent seulement le
signal d'urgence doivent rester à l'écoute pendant au moins trois minutes
sur la fréquence d'émission de ce signal, après quoi, si aucun message n'a
été entendu, elles peuvent reprendre le travail normal. Toutes les stations
qui entendent le signal d'urgence doivent prendre soin de ne pas brouiller
la transmission du message d'urgence qui suit.

MESSAGE D'URGENCE

23. Le signal d'urgence doit être suivi d'un message donnant de plus
amples renseignements sur l'incident qui à motivé l'utilisation du signal
d'urgence. Lorsque le message d'urgence ne contient pas d'adresse
déterminée et qu'une station en accuse RÉCEPTION, cette station doit en
transmettre les renseignements aux autorités compétentes.

24. Le message d'urgence doit comprendre le plus grand nombre


requis des éléments suivants, si possible dans l'ordre donné ci-après :

a. le signal d'urgence «PAN PAN» (3 fois);

b. le nom de la station à qui s'adresse le message ou les mots


«TOUTES LES STATIONS» (3 fois);

c. le mot «ICI»;

d. l'identification de l'aéronef;

e. la nature de l'urgence;

11-11
A-CR-CCP-268/PT-002

f. les intentions de la personne qui commande;

g. la position actuelle; et

h. tout autre renseignement utile.

FAUX SIGNAUX DE DÉTRESSE

25. Quiconque sciemment envoie, émet ou fait envoyer ou émettre un


signal de détresse ou un message, appel ou radiogramme de quelque
nature, faux ou frauduleux, commet une infraction et encourt, sur
déclaration de culpabilité par procédure sommaire, dans le cas d'une
personne physique, une amende maximale de cinq mille dollars et un
emprisonnement maximal d'un an, ou l'une de ces peines, ou dans le cas
d'une personne morale, une amende maximale de vingt-cinq mille dollars.

11-12
A-CR-CCP-268/PT-002

26. Le Guide d'étude du certificat restreint de radiotéléphoniste


(service aéronautique) est offert en communiquant avec :

Ministère des Communications


Direction générale de la réglementation
des radiocommunications
300, rue Slater
Ottawa (Ontario)
K1A 0C8

ou à l'un des bureaux de district du Ministère des Communications situé


dans l'une des villes suivantes :

Corner Brook (T.-N.) Saut Ste Marie (Ont.)


St John's (T.-N.) Sudbury (Ont.)
Halifax (N.-É.) Thunder Bay (Ont.)
Sydney (N.-É.) Timmins (Ont.)
Charlottetown (I.-P.-É.) Toronto (Ont.)
Bathurst (N.-B.) Windsor (Ont.)
Moncton (N.-B.) Brandon (Man.)
Saint John (N.-B.) Winnipeg (Man.)
Chicoutimi (Qc) Regina (Sask.)
Montreal (Qc) Saskatoon (Sask.)
Quehec (Qc) Calgary (Alb.)
Rimouski Oue Edmonton (Alb.)
Rouyn (Qc) Grande Prairie (Alb.)
Sept-Îles (Qc) Cranhrook (C.-B.)
Sherbrooke (Qc) Kelowna (C.-B.)
Trois-Rivieres (Qc) Langley (C.-B.)
Belleville (Ont.) Prince George (C.-B.)
Hamilton (Ont.) Prince Rupert (C.-B.)
Kenora (Ont.) Vancouver (C.-B.)
Kingston (Ont.) Victoria (C.-B.)
Kitchener (Ont.) Whitehorse (Yuk.)
London (Ont.) Fort Smith (T.N.-O.)
North Bay (Ont.) Yellowknife (T.N.-O.)
Ottawa (Ont.)

11-13/11-14
A-CR-CCP-268/PT-002

CHAPITRE 12

OBJECTIF DE RENDEMENT 419

SURVIE POUR EQUIPAGE DE VOL

SECTION 1

INTRODUCTION

1. Identifier sa position sur un terrain inconnu requiert des connais-


sances et habiletés particulières qui pourront contribuer à vous sauver la
vie en permettant aux secours de vous retrouver rapidement.

2. Le moyen le plus facile d'identifier sa position est de regarder


autour de soi et chercher des points de repère visuels importants comme
des rochers, des falaises ou des bâtiment. Mais ces indices deviennent
presque inutiles si vous ne pouvez identifier la zone terrestre dans laquelle
vous êtes situé. C'est un peu comme tenter d'appeler un taxi à
l'intersection de deux rues sans pouvoir identifier la ville dans laquelle vous
vous trouvez!

3. L'utilisation de cartes permet à son utilisateur, même s'il n'a jamais


visité les lieux, de comprendre les divers renseignements que contient la
carte et de se former une image précise du terrain. La topographie, ou lec-
ture des cartes, fait partie de notre vie de tous les jours, même si nous ne
nous en rendons pas compte. Elle nous permet d'organiser un voyage ou
une excursion à la campagne, de trouver le plus court chemin pour se
rendre à l'école, de demander des directions, de s'orienter pendant un
voyage ou de diriger quelqu'un vers une rue ou un endroit donné. Grâce à
la lecture de carte, on peut non seulement faire des excursions
intéressantes, mais également aller à la pêche ou à la chasse sans crainte
de se perdre. C'est aussi la lecture de carte qui nous permet à l'occasion
de retrouver des personnes perdues en forêt ou ailleurs.

12-1
A-CR-CCP-268/PT-002

SECTION 2

LES GENRES DE CARTES ET LEUR UTILISATION

4. On peut habituellement diviser les cartes en deux catégories :

a. celles qui représentent ce que la surface terrestre comporte de


caractéristiques naturelles ou d'ouvrages bâtis de main d'homme,
et qui servent à nous guider de façon générale ou plus précise; et

b. celles qui reproduisent d'autres sortes de détails par des moyens


divers. Le nom de la carte donne souvent une idée de son utilisa-
tion.

5. Les cartes topographiques. Ce sont les cartes dont on se sert


pour les cours de lecture cartographique. Dans la mesure où leur échelle
le permet, ces cartes représentent les particularités physiques du sol : les
rivières ou fleuves, les cours d'eau, les collines, les vallée, les boisés, etc.
Leur but est de reproduire une image complète et exacte du sol, tel qu'il
est.

6. Les plans. Il s'agit de cartes à grande échelle tracées avec beau-


coup de détails. Leur échelle permet d'indiquer les édifices publics, les
églises, les écoles, les parcs, les lieux historiques, les bibliothèques, les
postes de pompiers et de police, etc.

7. Les cartes routières. Elles représentent les réseaux routiers


(autoroutes, routes secondaires, etc.), les villes et villages. La distance
entre les localités est souvent indiquée. Elles ne servent que pour les
déplacements routiers.

8. Les cartes en relief. Ces cartes sont d'un matériau solide et cher-
chent à reproduire exactement la configuration du terrain. Elles sont
encombrantes et leur coût de production est élevé.

9. Les cartes muettes. Ces cartes ne fournissent que les renseigne-


ments topographiques essentiels pour connaître le plan général de la
région, c'est-à-dire, les principales villes et les fleuves ou rivières. On les
utilise pour indiquer des renseignements particuliers tels la position
d'unités, par exemple, endroits où il y a des corps de cadets dans la
province.

12-2
A-CR-CCP-268/PT-002

10. Les cartes aériennes. Ce sont des photographies aériennes


reproduites à l'échelle appropriée. Leur quadrillage correspond à celui de
la carte couvrant la même superficie et en tant que photographies, elles
permettent de représenter correctement des détails précis dans leur vrai
rapport. Elles n'indiquent pas la hauteur des courbes de niveau et, par
conséquent, elles sont d'une utilité restreinte pour les cadets.
11. Les cartes statistiques. Elles indiquent la répartition
démographique, les écoles, les hôpitaux, les industries, les réseaux
d'égouts et d'aqueduc. Elles s'adressent aux personnes qui ont besoin de
renseignements précis, par exemple, les urbanistes, les hommes
politiques, les ingénieurs municipaux, etc.
12. Les échelles. On définit parfois les cartes suivant leur échelle.
Une échelle est le rapport qui existe entre la distance sur une carte et la
même distance au sol : par exemple, lorsqu'on dit que l'échelle d'une carte
est de 1:50 000, cela signifie qu'une unité de mesure sur la carte (maison,
route, etc.) est égale à 50 000 des mêmes unités au sol.

SECTION 3

SOINS À APPORTER AUX CARTES


13. Les cartes sont généralement en papier et parfois montées sur
toile, mais elles demeurent toujours des objets fragiles. Si l'on n'en prend
pas soin, elles ne tarderont pas à tomber en lambeaux. Les cartes sont
précieuses et leur quantité n'est pas illimitée. Il faut donc les conserver
avec beaucoup de soin et les protéger contre l'humidité, la saleté, le vent,
les mauvais plis et les déchirures. La moindre brise s'emparera d'une carte
et occasionnera de petites déchirures qui ne tarderont pas à s'allonger.
Une carte mouillée qui n'a pas complètement séché devient aussi
rapidement inutilisable. Imaginez la frustration de ne pouvoir retrouver un
endroit très spécifique sur une carte à cause d'une minuscule déchirure!
14. Voici quelques bonnes façons de bien protéger les cartes :
a. les ranger convenablement lorsqu'elles ne servent pas;

12-3
A-CR-CCP-268/PT-002

b. les protéger de l'humidité et de la saleté au moyen :

(1) d'une planche à carte recouverte d'une feuille en plastique


rigide,

(2) d'un revêtement en matière plastique − feuille ou aérosol, et

(3) d'une enveloppe de plastique;

c. quand une carte est mouillée, il faut, dès la première occasion


propice, l'étendre pour la faire sécher;

d. plier la carte correctement; et

e. ne jamais déployer une carte au vent.

COMMENT PLIER UNE CARTE

15. Placez la carte sur une surface plate et rigide comme si vous
vouliez la lire.

16. Pliez-la en deux dans le sens de la longueur en ramenant le bord


supérieur sur le bord inférieur.

17. Pliez de nouveau la moitié supérieure de la carte en deux dans le


sens de la longueur.

18. Retournez la carte et pliez la partie inférieure en deux en prenant


soin de faire correspondre le pli à celui fait précédemment.

19. Pliez la carte en deux de gauche à droite. La carte pourra


maintenant être rangée dans une chemise ou une boîte à carte.

12-4
A-CR-CCP-268/PT-002

Figure 12-1 Comment plier une carte

SECTION 4

DÉTAILS INDIQUÉS EN MARGE


SUR LES CARTES TOPOGRAPHIQUES

20. La lecture des cartes exige de comprendre toute l'information


donnée sur la carte. Il ne suffit pas de connaÎtre la signification des divers
symboles et signes conventionnels, mais il faut aussi comprendre les ren-
seignements supplémentaires donnés en marge. Les signes
conventionnels ne sont pas complètement normalisés, mais chaque carte
fournit généralement à son utilisateur toutes les indications dont il à besoin
pour en tirer le maximum d'information, même si la carte en question est
entre ses mains pour la première fois.

12-5
A-CR-CCP-268/PT-002

21. Voici les principaux détails retrouvés sur les cartes topographiques :

a. Le titre de la carte. Pour faciliter la consultation, on donne un titre


aux cartes. Il s'agit souvent du nom d'une ville importante
représentée sur la carte ou dans le cas des régions plus reculée
ne possédant pas de grandes villes, le nom de la région ou du
district.

9$1,(5
QUÉBEC

b. Le numéro de la carte. Dans un répertoire, on peut retrouver de


nombreuses cartes sur une seule planche et, par conséquent, on
n'a d'espace que pour un numéro. Comme le démontrera la
consultation d'un répertoire de cartes. Le système numérique est
organisé de façon systématique. On commande les cartes chez le
fournisseur en donnant surtout le numéro, mais également le titre
et l'échelle de la carte.

VANIER
2 1 M/2
EDITION 4

12-6
A-CR-CCP-268/PT-002

c. Le tracé de l'échelle. Sur les cartes militaires, l'échelle est


composée de trois lignes indiquant respectivement les verges, les
mètres et les milles. On peut ainsi évaluer les distances en se
servant de l'unité de mesure requise.

d. La date des données figurant sur la carte. La date indiquée sur


la carte permet de déterminer les changements qui ont pu survenir
depuis. On pourra, par conséquent, se fier davantage aux rensei-
gnements donnés sur une carte de 1974 qu'à ceux d'une carte de
1957. Servez-vous toujours de la carte la plus récente mais ne
vous étonnez pas si des changements sont survenus et dans le
cas de vieilles cartes, attendez-vous à de nombreux changements,
comme une rivière détournée de son cours, de nouveaux
bâtiment, etc.

Établie par la DIRECTION DES LEVÉS ET DE LA


CARTOGRAPHIE, MINISTÈRE DE L'ÉNERGIE, DES MINES
ET DES RESSOURCES.
Mise à jour à l'aide de photographies aériennes prises en 1980.
Vérification des ouvrages en 1981. Publiée en 1983.

Ces cartes sont en vente au Bureau des Cartes du Canada,


ministère de l'Énergie, des Mines et des Ressources, Ottawa, ou
chez le vendeur le plus près.

© 1983. Sa Majesté La Reine du Chef du Canada.


Ministère de l'Énergie, des Mines et des Ressources.

12-7
A-CR-CCP-268/PT-002

e. La variation ou déclinaison magnétique. Le nord magnétique


est différent du nord géographique. La différence porte le nom de
déclinaison magnétique ou de variation magnétique. La
déclinaison diffère légèrement d'une carte à l'autre et enregistre
chaque année un degré de variation déterminé. La déclinaison
applicable à chaque carte, ainsi que le degré et la direction de la
variation annuelle sont indiqués dans la marge. Ceci est
indispensable si on doit convertir les orientations sur une carte à
celles d'une boussole et vice versa.

12-8
A-CR-CCP-268/PT-002

f. La légende des signes conventionnels. Les symboles utilisés


sur la carte pour représenter des objets ou des caractéristiques du
sol sont appelés des signes conventionnels. Les signes dont on
s'est servi sur une carte donnée seront indiqués sur la légende
des signes conventionnels. S'il n'est pas possible d'identifier un
objet sur la carte, on doit se référer à la légende des signes
conventionnels.

g. L'échelle de la carte. On imprime des cartes à différentes


échelles. Les cadets de l'air se serviront surtout des cartes à
l'échelle de 1/50 000 ou 1/25 000. On donne l'échelle afin
d'évaluer ou de mesurer les distances avec exactitude. Elle
indique également la précision des renseignements représentés.
Plus l'échelle est élevée, plus il y a de détails, et par conséquent,
plus la section est petite, plus l'échelle est grande. L'échelle peut
également indiquer qu'un nombre X de pouces (sur la carte) est
égal à un nombre X de milles au sol, ce qui permet d'évaluer ou
de mesurer les distances rapidement.

12-9
A-CR-CCP-268/PT-002

h. Index des cartes adjacentes. Le répertoire donne des indications


sur les cartes des régions adjacentes à la région couverte par la
carte en usage, en indiquant les noms et les numéros. Ces rensei-
gnements sont indispensables lorsqu'une carte ne couvre pas tout
le terrain à l'étude et qu'il faut commander les cartes adjacentes.

21 M/6 21 M/7 21 M/8

21 M/3 21 M/2 21 M/1

21 L/14 21 L/15 21 L/16

12-10
A-CR-CCP-268/PT-002

j. Explication des coordonnées. Il s'agit de décrire brièvement la


manière de donner les coordonnées en usage dans les Forces
armées. Elle est destinée aux personnes qui ne savent pas établir les
coordonnées ou qui l'ont oublié.

12-11
A-CR-CCP-268/PT-002

LES SIGNES CONVENTIONNELS

22. Les signes conventionnels sont les symboles utilisés pour


repré- senter divers éléments ou caractéristiques du terrain. Les couleurs
créent des contrastes et facilitent l'interprétation. Par exemple, les boisés
sont verts, les lacs, les rivières et les canaux sont bleus. Les illustrations
suivantes ne sont pas à l'échelle et sur une carte, elles seront beaucoup
plus petites.

a. Les routes :

(1) Route pavée. Plus de deux voies. La


ligne claire indique une route à chaussée
séparée. De couleur rouge. On indique
souvent le numéro de la route.

(2) Route pavée. Deux voies. Plus étroite


qu'en «1». De couleur rouge. On indique
souvent le numéro de la route.

(3) Route pavée. Moins de deux voies.


Succession de bandes rouges et de
bandes blanches d'égale longueur.

(4) Route de gravier. Deux voies ou plus.


Bande rouge entre deux bandes blanches
plus longues.

(5) Route de gravier. Moins de deux voies.


Aucune couleur.

(6) Route de terre. Aucune largeur à deux


voies ou moins. Aucune couleur.

12-12
A-CR-CCP-268/PT-002

(7) Route de terre. Aucune


largeur précise, mais géné-
ralement à une voie. Long
pointillé noir.

(8) Sentier. Court pointillé noir.

b. Les voies ferrées :

(1) Écartement normal des rails.


Voie simple.

(2) Écartement normal. Voies


multiples.

(3) Gare, ville, village avec


haltes régulières.

(4) Halte. Arrêt facultatif, le train


arrête sur demande.

(5) Voie d'évitement. Généralement


voie simple.

(6) Gare de triage. Généralement


représentée sur les cartes à
grande échelle.

c. Les ponts :

(1) Symbole de base.

(2) Pont en acier ou en métal.


La plupart des ponts-rail
sont en acier.

(3) Pont en béton (en pierre).

(4) Pont en bois.

12-13
A-CR-CCP-268/PT-002

(5) Capacité portante limitée. Le signe


représente un pont en bois dont la
Capacité portante est de cinq
tonnes.

d. Les tunnels :

(1) Tunnel de chemin de fer.

(2) Tunnel de route ou d'autoroute.

e. Les lignes de transmission :

(1) Lignes de téléphone ou de télé-


graphe.

(2) Ligne de transport d'énergie élec-


trique sur poteaux.

(3) Ligne de transport d'énergie élec-


trique sur pylônes.

f. Les constructions :

(1) Maison ou bâtiment isolé. Carré


noir.

(2) Grange ou construction isolée. Rec-


tangle noir.

(3) Immeuble dans une agglomération


dense. Par exemple le centre-ville.

(4) Bureau de poste.

(5) Poste de télégraphie.

12-14
A-CR-CCP-268/PT-002

(6) Église, symbole de base.

(7) Église surmontée d'un clo-


cher ou d'une tour.

(8) École.

(9) Hôpital.

g. Les boisés :

(1) Feuillus.

(2) Conifères.

(3) Bois mélangés.

(4) Verger.

h. Les hauteurs :

(1) Repère de nivellement, symbole


de base. Bornes en métal ou en
cuivre situées sur un terrain arpen-
té.

(2) Repère et côte. Le chiffre repré-


sente l'élevation au-dessus du ni-
veau de la mer.

(3) Point côté. Habituellement indiqué


sur le sommet d'une colline ou d'un
éperon.

(4) Point géodésique. Sur un terrain


arpenté.

12-15
A-CR-CCP-268/PT-002

(5) Courbes de niveau. Surtout de couleur


brune. Élévation au-dessus du niveau
de la mer.

(6) Courbes de cuvette. Surtout de


couleur brune. Dépression au-dessous
du niveau de la mer.

j. Les cours d'eau :

(1) Rivière ou fleuve important. De couleur


bleue. Une flèche indique quelquefois
la direction du courant.

(2) Petite rivière ou cours d'eau. De


couleur bleue.

(3) Rivière ou cours d'eau intermittent.


De couleur bleue.

(4) Glacier ou champ de glace. De couleur


bleue et blanche.

(5) Lac. De couleur bleue.

(6) Marais ou marécage.

(7) Canal. Deux lignes parallèles dont l'inter-


valle est bleu.

(8) Rigoles d'irrigation.

(9) Quai. Construction parallèle au rivage.

(10)Jetée ou digue. Se prolonge dans la mer.

12-16
A-CR-CCP-268/PT-002

k. Symboles divers :

(1) Tour, antenne de radio, etc.

(2) Moulin à vent ou éolienne.

(3) Cimetière.

(4) Lieu historique. On trouve


souvent le nom du lieu ou de
l'événement.

(5) Voie en tranchée. Illustrée le


long d'une route.

(6) Remblai. Illustré le long d'une


voie ferrée.

(7) Carrière de pierre.

(8) Carrière de sable ou de gravier.

(9) Mine.

(10)Réservoir. Intérieur bleu. La forme


sera celle du réservoir représenté.

(11)Écluses.

(12)Barrage. On donne parfois le nom


du barrage ainsi que le matériau
utilisé pour sa construction.

12-17
A-CR-CCP-268/PT-002

SECTION 5

LES COORDONNÉES

23. C'est bien beau tous ces signes, mais encore faut-il être en
mesure d'en indiquer la position. Encore faut-il pouvoir «lire» la carte. Le
système de coordonnées est une méthode qui permet de localiser un point
donné sur la carte avec facilité et précision. Dans tous les systèmes de
coordonnées, le principe demeure le même.

24. Si vous examinez la figure 12-2 vous pouvez localiser le point «A»
en donnant sa distance à droite de la ligne Y-Y et au-dessus de la ligne
X-X. Peu importe où se trouve le point A, si les distances données sont
précises, ce point ne saurait être qu'à un seul endroit.

25. Les cartes sont dressées de manière à ce que le nord soit au haut
de la feuille lorsque l'écriture se trouve à l'endroit. C'est pourquoi les orien-
tations de Y-Y et X-X sont considérées comme étant à peu près nord-sud
et est-ouest respectivement. On pourra donc localiser un point en
indiquant sa distance à l'est de Y-Y et au nord de X-X.

26. Toutes les cartes topographiques militaires des Forces armées


portent des lignes parallèles à Y-Y et X-X et par conséquent, orientées
nord-sud et est-ouest, à intervalles réguliers, afin de former un réseau de
carreaux qu'on appelle un quadrillage.

27. Les lignes orientées nord-sud sont numérotées consécutivement


de gauche à droite, les lignes tracées de l'est à l'ouest sont numérotées de
bas en haut de la carte. Peu importe leur orientation, les lignes sont
numérotées de 00 à 99 et ces chiffres sont répétés d'un bout à l'autre du
pays, chevauchant à l'occasion des cartes voisines. C'est ainsi que la carte
que vous utilisez peut se situer dans une zone spécifique numérotée de 72
à 98 sur la ligne X-X et de 31 à 58 sur la ligne Y-Y.

28. On appelle coordonnées la suite de lettres et de chiffres qui


indique un point donné. On ne trouvera nulle part ailleurs sur le globe la
même combinaison de lettres et de chiffres.

12-18
A-CR-CCP-268/PT-002

Figure 12-2 Quadrillage

Figure 12-3 Numérotage de la carte

12-19
A-CR-CCP-268/PT-002

MISE EN APPLICATION DES SYSTÈMES DE COORDONNÉES

29. On doit utiliser un système universel lorsqu'on donne ou lit les


coordonnées si on veut se comprendre.

30. Les numéros de coordonnées sont toujours constitués d'un


nombre pair de chiffres : quatre, six ou huit chiffres. Le degré de précision
exigé détermine le nombre de chiffres utilisés. Une coordonnée à quatre
chiffres représente 1 000 mètres carrés et sa précision est à 1 000 mètres
près de l'objet visé au sol. Une coordonnée à six chiffres représente
100 mètres carrés et sa précision est à 100 mètres près, donc beaucoup
plus précise.

31. Les premiers chiffres des coordonnées représentent toujours la


distance vers l'est et les autres chiffres, la distance vers le nord.

COORDONNÉES À QUATRE CHIFFRES

32. On utilise les coordonnées à quatre chiffres pour déterminer l'em-


placement des particularités suivantes :

a. un village qui occupe une grande partie du carreau;

b. l'intersection ou la jonction de routes lorsqu'il n'y a qu'une seule


intersection ou jonction dans le carreau; et

c. toute autre particularité qui n'apparaît qu'une seule fois dans le


carreau.

33. Examinez la figure 12-4. Le bureau de poste qui est encerclé est
identifié par les coordonnées 7433. Pour déterminer ces coordonnées,
lisez de gauche à droite jusqu'à lire le chiffre 74; lisez ensuite de bas en
haut jusqu'à trouver la ligne numérotée 33. Le carreau qui contient le
bureau de poste est donc identifié par les lignes de quadrillage qui imitent
ses côtés ouest et sud.

34. Pour vous assurer d'avoir bien compris le système des


coordonnées à quatre chiffres, identifiez maintenant les coordonnées de
l'église, du bureau de poste, de l'école et du cimetière dans la carte
suivante.

12-20
A-CR-CCP-268/PT-002

Figure 12-4 Coordonnées à quatre chiffres

COORDONNÉES À SIX CHIFFRES

35. On utilise les coordonnées à six chiffres lorsqu'il y a deux


éléments ou plus à identifier dans un même carreau, par exemple deux
carrefours ou deux ponts. Il faut alors donner non seulement les
coordonnées du carreau, mais également le carrefour ou le pont qui s'y
trouve.

36. À cette fin, représentez-vous ce carreau divisé en 100 petits car-


reaux et déterminez dans quel petit carreau se trouve l'objet à identifier.

37. Examinez la figure 12-5, qui est un agrandissement du carreau


7632 ou se trouvent plusieurs ponts, en plus de quelques autres détails
permettant d'illustrer la méthode à suivre.

38. Les numéros des lignes formant les petits carrés indiquent le nom-
bre de dixièmes à l'est de la ligne 76 et le nombre de dixièmes au nord de
la ligne 32. On ne les retrouve habituellement pas sur les cartes topogra-
phiques, car il s'agit d'unité de mesure imaginaires.

12-21
A-CR-CCP-268/PT-002

39. On peut donner les coordonnées 7632 à chacun des ponts de la


figure 12-5, mais ces coordonnées ne sont pas satisfaisantes puisqu'elles
n'indiquent pas avec précision de quel pont il s'agit. Si vous aviez rendez-
vous à un pont dont les coordonnées sont 7632, vous ne sauriez à quel
pont vous rendre.

40. Pour préciser l'emplacement du pont, on doit utiliser des coor-


données à six chiffres.

Figure 12-5 Coordonnées à six chiffres

12-22
A-CR-CCP-268/PT-002

41. Par exemple, on peut localiser le pont situé dans le coin supérieur
gauche de la figure 12-5 en se représentant le petit carré (10 mètres car-
rés) où il se trouve. Pour atteindre ce carré, on remarque qu'il est à l'est de
la ligne 76 et à un dixième de la ligne 77, ce qui signifie que sa coordonnée
nord-sud sera 761. Le même pont est au nord de la ligne 32 et à six
dixièmes de la ligne 33, donc sa coordonnée est-ouest sera 326. C'est
ainsi qu'on obtient les coordonnées suivantes : pont, coordonnées 761326.

42. Identifiez les coordonnées à six chiffres des cinq ponts de la


figure 12-6.

Figure 12-6 Coordonnées à six chiffres − pratique

12-23
A-CR-CCP-268/PT-002

SECTION 6

LES COMPOSANTES DE LA BOUSSOLE

43. La boussole est un instrument de mesure de précision qui est


composé de plusieurs parties (figure 12-7) nécessitant un entretien
particulier. Vous devez apprendre à l'utiliser et à en prendre soin, même si
elle est conçue pour afficher une grande résistance lors des exercices
pratiqués sur le terrain :

a. le viseur est utilisé pour prendre l'azimut d'un objet éloigné;

b. le miroir de visée est utilisé de pair avec le viseur pour lire l'azimut;

c. Ia ligne de visée est utilisée lorsqu'il faut prendre l'azimut;

d. Ia vis de réglage pour la déclinaison sert à ajuster la déclinaison


locale;

e. les points d'orientation phosphorescents servent, la nuit, pour


aligner la flèche de direction et l'aiguille aimantée;

f. la flèche de direction sert, le jour, pour aligner la flèche de direc-


tion et l'aiguille aimantée;

g. la courroie est utilisée pour retenir la boussole au cou ou au


poignet;

h. le tournevis sert à ajuster la vis de déclinaison magnétique;

j. le point phosphorescent sert, la nuit, à lire le contre azimut et


aligner les autres composantes de la boussole lors de la prise
d'azimut;

k. l'aiguille aimantée indique le nord;

m. le disque (cadran) sert à déterminer la direction;

12-24
A-CR-CCP-268/PT-002

Figure 12-7 Les composantes de la boussole

12-25
A-CR-CCP-268/PT-002

n. les gradations du disque donnent une mesure quantitative de la


direction en millièmes ou en degrés;

p. les méridiens servent à aligner la boussole avec les méridiens de


la carte; et

q. le point de repère phosphorescent sert à lire la direction.

SECTION 7

LES POINTS DE LA BOUSSOLE

44. Pour comprendre l'interaction existant entre les parties de la


boussole, il est important de connaître le principe élémentaire qui fait de la
boussole l'instrument de mesure qu'elle est.

45. Comme vous l'avez vu en navigation aérienne, la Terre est


comme un immense aimant entouré d'un champ magnétique. Vous y avez
aussi vu que le nord magnétique est différent du nord géographique et que
l'aiguille de la boussole est attirée vers le nord magnétique. Nous tenons
pour acquis que l'aiguille de la boussole nous guidera automatiquement
vers le nord.

46. Contrairement à la navigation aérienne qui calcule la direction en


360 degrés avec la rose du compas, la boussole quant à elle fonctionne à
partir de quatre points cardinaux et plusieurs points intermédiaires. Le
principe est très simple. Les quatre principales directions, nord, sud, est,
ouest, sont divisées puis combinées. Ainsi le nord-est est à mi-chemin
entre le nord et l'est, le sud est, à mi-chemin entre l'est et le sud, etc.

47. On divise à nouveau chacun de ces points pour leur attribuer une
appellation se rapportant aux points intermédiaires donnés au paragraphe
précédent. NNE est au nord du nord-est, ENE est à l'est de nord-est, etc.
Vous devriez connaître les 16 principaux points qui composent les trente-
deux points de la boussole.

12-26
A-CR-CCP-268/PT-002

Figure 12-8 Points de la boussole

SECTION 8

COMMENT EFFECTUER UN RELÈVEMENT AVEC LA BOUSSOLE

48. Si vous utilisez les systèmes de transport publics de votre ville afin
de vous déplacer, vous pouvez, par exemple, prendre l'autobus 105 pour
aller à l'école, le 96 pour aller au gymnase et finalement le 35 pour revenir
à la maison. Chaque numéro vous indique le trajet emprunté par les auto-
bus. Une boussole fonctionne selon un système semblable. La différence
entre les deux systèmes est que les relèvements de la boussole sont
universels et très précis. Chaque relèvement de la boussole est une route
à suivre.

49. Le système de calcul des relèvements le plus fréquemment utilisé


est celui des degrés. Il y à 360 degrés dans un cercle, ce qui veut dire
qu'un demi-cercle est équivalent à 180 degrés et un quart de cercle,
90 degrés. Un relèvement de compas de 180 degrés est donc identique à
un relèvement SUD. Un relèvement de 90 degrés, EST.

12-27
A-CR-CCP-268/PT-002

50. Les Forces armées utilisent un autre système, encore plus précis,
appelé millièmes pour calculer les relèvements. Il y à 6 400 millièmes
dans un cercle, donc 17 fois plus de divisions que le système de degrés,
de là sa plus grande précision. Une boussole indiquant le sud aura donc
un relèvement de 3 200 millièmes, alors qu'un relèvement est sera
équivalent à 1 600 millièmes.

51. Quand vous connaissez le relèvement nécessaire à votre


déplacement, vous devez ajouter ou soustraire la déclinaison magnétique
relative à la zone dans laquelle vous êtes situé. Pour ce faire, utilisez le
petit tournevis attaché à la boussole et la vis de déclinaison située sur la
boussole près du cadran.

52. Maintenant, ouvrez le boîtier de la boussole à un angle d'environ


50-70 degrés, tel que démontré ci-dessous.

Figure 12-9 Comment ouvrir la boussole

12-28
A-CR-CCP-268/PT-002

53. Après avoir passé la courroie autour de votre cou, tenez la


boussole dans la paume de votre main et au niveau des yeux. Ceci
stabilisera votre main et la boussole en plus de conserver une distance
appropriée entre vos yeux et la boussole.

Figure 12-10 Comment tenir


la boussole

Figure 12-11 Comment placer la boussole au niveau des yeux

12-29
A-CR-CCP-268/PT-002

54. Tournez ensuite votre corps


jusqu'à ce que l'objet soit dans le
viseur (1). La boussole doit être de
niveau et pointée directement à
l'objet. Pour ce faire, la ligne de
visée du miroir (2) doit être alignée
avec le point de repère (3), le centre
du disque (4) et le point
phosphorescent (5).

Figure 12-12 Orienter la boussole

55. Tournez ensuite le disque jusqu'à ce que l'aiguille aimantée


(extrémité rouge) soit à l'intérieur de la flèche de direction. Souvenez-vous
de garder votre destination et le viseur en ligne.

56. Quand tout ceci est fait, ouvrez le boîtier et regardez la


coordonnée près du point de repère phosphorescent. Ce chiffre représente
le relèvement du point où vous vous situez relativement à l'objet dans le
viseur. Vous venez donc de prendre votre premier relèvement.

57. Que feriez-vous si votre instructeur vous demandait de prendre un


relèvement de 3 200 millièmes (donc vers le sud)? Tournez la boussole
jusqu'au chiffre 32 (32 est l'abréviation pour 3 200). Ouvrez le boîtier,
placez la courroie autour de votre cou et tenez la boussole au niveau des
yeux. Tournez-vous ensuite jusqu'à ce que l'aiguille aimantée (extrémité
rouge) soit alignée avec la flèche de direction. Regardez alors dans le
viseur et identifiez l'objet en face de vous. Cet objet est situé au sud de
votre position. Vous n'avez alors plus qu'à vous diriger vers cet objet!

12-30
A-CR-CCP-268/PT-002

SECTION 9

TECHNIQUES DE RECHERCHE AU SOL

58. Les escadrons de cadets de l'air participent souvent à des


exercices et à des cours d'instruction en terrain boisé et (ou) accidenté;
des cadets non expérimentés ou mal surveillés pourraient s'éloigner de
leur groupe et même être blessés ou temporairement perdus. Il peut
arriver aussi que vous perdiez une pièce d'équipement, comme une
boussole ou un sac de couchage.

59. À titre de citoyen du Canada, les cadets peuvent faire partie


d'organismes offrant des services de recherche à la police ou, à titre d'indi-
vidus, se porter volontaires, ce qui est un excellent exemple de civisme.

60. En théorie, la recherche au sol paraît simple et directe.


Cependant, les membres d'un groupe de recherche au sol se rendent vite
compte que dans la pratique, il s'agit d'une tâche exigeante et monotone.

61. Pour mener efficacement des recherches, un chef de groupe ne


devrait pas essayer de diriger plus de 10 à 12 cadets à la fois. Ces recher-
ches au sol peuvent s'effectuer suivant un certain nombre de méthodes. La
méthode employée dépend du terrain, du nombre de personnes
disponibles et de l'objet de la recherche. Les méthodes décrites aux
paragraphes suivants sont les plus courantes. Elles peuvent cependant
être modifiées suivant les conditions locales.

TYPES DE RECHERCHE

62. Les quatre types de recherche au sol sont les suivants :

a. Exploration longitudinale. Ce type de recherche peut être mené


par un homme ou plus suivant un sentier ou une piste donnée.

b. Ratissage par passes parallèles. Dans ce type de recherche


(figure 12-13), un groupe de cadets dispersés dans une formation
spéciale et placés à une certaine distance les uns des autres,
ratissent une région.

12-31
A-CR-CCP-268/PT-002

Figure 12-13 Ratissage par passes parallèles


c. Ratissage en lacets. Ce type de recherche est le plus courant.
Les recherches s'effectuent de la même manière que pour le
ratissage par passes parallèles, sauf que les chercheurs restent
en formation jusqu'à ce qu'un secteur précis ait été complètement
fouillé (figure 12-14).

d. Exploration par enveloppement. Ce type de recherche sert à


fouiller des pentes raides qu'on ne peut ratisser en ligne droite. Un
cadet ou plus peut contourner une colline à une même altitude
jusqu'à ce que le ratissage soit terminé. Les ratissages
subséquents se font à une altitude inférieure. On part
habituellement du sommet et on descend jusqu'à ce que toute la
zone ait été fouillée (figure 12-15).

12-32
A-CR-CCP-268/PT-002

Figure 12-14 Ratissage en lacets

12-33
A-CR-CCP-268/PT-002

Figure 12-15 Exploration par enveloppement

FORMATIONS
63. Toute mission de recherche employant plus d'un cadet exigera
l'adoption d'une formation particulière. Les formations les plus courantes
sont les suivantes :

a. La ligne de front. Ligne semblable à la formation en tirailleurs.


Les chercheurs sont alignés vis-a-vis leur chef à sa gauche ou sa
droite. Ils avancent toujours en ligne droite et s'alignent sur celui
qui est placé à leur gauche ou à leur droite selon les instructions
du chef. Cette formation est celle qui convient le mieux aux cadets
d'expérience dont le nombre n'excède pas 12.

b. La formation en V. Semblable à une flèche − on peut prendre


cette formation lorsque le groupe de recherche se compose de
plus de 12 cadets inexpérimentés. Le chef se place au centre de
son groupe et place les cadets à sa gauche et à sa droite en inver-
sant la formation en V. Cette formation permet au chef
expérimenté de contrôler plus efficacement un groupe comptant
un plus grand nombre de cadets inexpérimentés.

12-34
A-CR-CCP-268/PT-002

c. La ligne rompue. Semblable à la formation en échelon, à droite


ou à gauche. Cette formation peut être utilisée dans toute mission
de recherche, mais il vaut mieux que le chef ait de l'expérience et
que son groupe ne comprenne qu'un petit nombre de cadets
inexpérimentés. Le chef doit alors se placer à gauche ou à droite
et échelonner ses cadets derrière lui. Chaque membre du groupe
doit s'aligner sur le cadet placé devant lui.
64. On ne peut évidement pas ratisser un secteur efficacement quand
certains chercheurs sont rapprochés et d'autres sont éloignés les uns des
autres. Il faut donc conserver une distance égale entre les chercheurs. Les
communications entre le chef et les chercheurs se feront au moyen de si-
gnaux sonores.

SIGNAUX SONORES
65. Les signaux sonores sont utilisés dans toutes les missions de re-
cherche au sol. On utilise habituellement un sifflet pour diriger les mouve-
ments d'un groupe de recherche en formation parallèle ou de ratissage en
lacets. Les signaux suggères sont alors les suivants :

a. un coup de sifflet : tout le groupe s'arrête;

b. deux coups de sifflet : tout le groupe avance; et

c. trois coups de sifflet : tous les membres du groupe s'énumèrent


l'un après l'autre.
66. On se sert également de la voix pour diriger les mouvements,
mais cela est moins fréquent parce que les mots peuvent être mal compris
quand un groupe compte un grand nombre de personnes et que l'écart
entre les membres du groupe est grand. Il est recommandé de procéder
ainsi lorsqu'il s'agit de petits groupes effectuant des recherches le long
d'un sentier.

12-35
A-CR-CCP-268/PT-002

RECOMMANDATIONS RELATIVES À LA CONDUITE DES


RECHERCHES
67. Le contrôle d'un groupe de recherche étant toujours difficile à
garder, il vaut mieux placer les personnes les plus expérimentées sur les
côtés et leur donner les positions stratégiques.
68. Un groupe de recherche doit avancer à la vitesse de la personne
la plus lente, aussi est-il essentiel de garder le bon alignement et le bon
espacement en tout temps, sinon il devient difficile de garder le contrôle
des recherches et de couvrir tout le secteur.
69. Tous les membres d'un groupe de recherche doivent être informés
sur la façon de trouver des indices pouvant se rapporter à l'objet recherché
ainsi que des mesures à prendre une fois l'objet retrouvé.

12-36

Centres d'intérêt liés