©

COURS

DE

TIIÈMES

PREMIÈRE
A

L'USAGE

GRECS.

PARTIE,
DES

ÉLÈVES.

ON TROUVE

A

LA

MÊME

LIBRAIRIE

:

COURS COMPLET ET G15ADUK DE VERSIONS GRECQUES, ADAPTÉES
A L\ (Ï i! AMMAin E DE M. BURNOUF, composées de Traits d Histoire, Notions Mythologiques,
Fables, Lettres, Morceaux de
Morale, etc., extraits des auteurs anciens, et arrangés en forme
de versions sur les déclinaisons. les conjugaisons et la syntaxe
du Collège
générale et part iculière, par M. A. BEDEL,proviseur
royal de Lyon, etc. ; in 8°.
Première et. Deuxième Parties, contenant des Versions sur les déclinaisons, les conjugaisons et la syntaxe générale, suivies d'un
Lexiquespécial grec-français, à l'usage des élèves; in-8°.
Troisième Partie, contenant le complément des Versions sur la
et part iculière,
suivies d'un
syntaxe générale
Lexique spécial
grec français, a l'usage des élèves; in-8°.
COURS COMPLET ET GRADUÉ DE THÈMES GRECS, ADAPTÉS A LA
GRAMMAIRE DE M. BUHNOUF, accompagnés du texte des règles
d'une concordance avec la grampri nci pa les et supplémentaires,
maire latine de Lhomond, etc., par M. L. P. M. LONGUEVILLE,
traducteur de la Grammaire Grecque de Matthiæ, etc.; in-8°.
Première Partie, contenant des Thèmes gradués sur les déclinaides adjectifs, des pronoms, et des
sons des noms substantifs,
noms de nombre; sur les conjugaisons des verbes simples et composés, tant réguliers qu' irréguliers ; précédés d'Exercices élémentaires sur l'orthogra phe grecque et suivis d'Exercices généraux
et d'un Lexique spécial
tirés de l'Histoire romaine d'Eutrope,
français-grec, à l'usage des élèves; in-8°.
Deuxième Partie, contenant des Thèmes sur la Syntaxe Générale,
grecque et les accents et
précédés d' Exercices sur l'orthographe
à l'usage des élèves;
suivis d'un Lexique spécial français-grec,
in-8°.
Troisième Partie, contenant des Thèmes sur la Syntaxe Particulière et les Dialectes, suivis d'Exercices généraux tirés de César
et de Cicéron, où les règles générales et particulières de la syntaxe grecque, latine et française, se trouvent récapitulées et mises
gi-ec,à l'usage des
en
rapport,
et
d'un
Lexique
spécial
français
grec,
élèves;
in-8°.

DE
ADAPTÉS

THÈMES
LA

A

GRADUÉ

ET

COMPLET

COURS

GRECS,
DE M.

MÉTHODE

ET SUIVIS D'UN LEXIQUE
PREMIÈRE

SPÉCIAL

BURNOUF,

FRANÇAIS-GREC.

PARTIE,

Contenant des Thèmes gradués sur les Déclinaisons des noms substantifs, des adjectifs, des pronoms et des noms de nombre; sur
les Conjugaisons des verbes simples et composés, tant réguliers
élémentaires sur l'orthoprécédés d'Exercices
qu'irréguliers ;
graphe grecque et élymologique, sur le rapport analogique des
consonnes; accompagnés des Règles générales de la Syntaxe de
généraux de
chaque partie du discours; et suivis d'Exercices
dans lesquels
traduction, tirés de l'Histoire romaine d'Eutrope,
on met en rapport les premières règles de la Syntaxe grecque,
latine et française ;
PAU

E.

P.

M.

LONGUE

VILLE.

QUATRIÈME
ÉDITION,
REVUE ET CORRIGÉE.
Lesthèmes
à réfléchir
surlechoix
sontutiles, parcequ'ilsforcenttoujours
.1.,.motst l'emploi
desrègles,tandisquela traduction
inviteàcesréflexions
montrantelle-même
lesrèglesdéjàappliplutôtqu'ellene lescommande,
quéesetleschoixtoutfaits. LEMARE
,
Coursde Langue laline.

PARIS.
IMPRIMERIE
ET LIBRAIRIE
CLASSIQUES
DE JULES
DELALAIN
ET CIE,
FILSETSUCCESSEURS
D'AUGUSTE
DELALAIN,
llUliDESl\lATUUUINS-SA¡:-iT-J,\CQUES,
N° 5 , PU
t.S LASOI\l!O;"il:.
M DCCCxu.

Tout
Ouvrage
Toutes

contrefacteur
sera poursuivi
nos Éditions

ou

débitant

de contrefaçons
aux lois.
conformément
sont revêtues de notre griffe.

de cet

PRÉFACE.

Depuis que l'élude de la langue grecque a repris quelque faveur
eu France, les maîtres chargés de l'enseigner paraissent avoir
reconnu que le moyen le plus efficace de hâter et d'assurer les progrès de leurs élèves, est de les exercer à la fois à la traduction du
grec en français et du français en grec. La langue de Rome, infiniment plus répandue, et sue avec un degré de supériorité incomparable, ne doit évidemment cet avantage qu'aux exercices du
thème. Cette considération seule aurait suffi pour démontrer la
nécessité d'appliquer à l'enseignement dela langue d'Athènes cette
méthode de la double traduction , quand tant d'autres exemples ne
se réuniraient pas pour en prouver l'excellence (i).
Mais elle est maintenant démontrée et mise hors de toute controverse par la décision du Conseil royal de l'Université, qui a fait
du thème grec une des parties de l'enseignement
public dans les
classes destinées aux études supérieures. Cette importante mesure
n'est point une innovation: elle n'est qu'un retour à une méthode
qui, dans les siècles passés, avait puissamment contribué à rendre
florissant parmi nous le culte des Muses grecques, auxquelles la
France a dû une partie de sa gloire littéraire et de son influence
civilisatrice.
En exerçant les jeunes gens à écrire en grec, le but qu'on se
propose est moins sans doute de former des écrivains dans cette
langue, que de bons interprètes de ses grands auteurs. Une connaissance certaine et pratique des principes peut seule conduire à
ce résu ltat. Forcer les élèves d'appliquer eux-mêmes les règles, est
l'unique moyen de s'assurer qu'ils les possèdent. La version dans
(i) Rollin, dans son Traité des Etudes (Livre I, chap. III, art. 2), nous
apprend que l'Université de son temps, voulant remédier à l'abus du thème
grec, eu proscrivit l'usage. Les raisons qu'il donne pour justifier cette mesure
irréfléchie, ont sans doute paru de nos jours peu concluantes aux chefs du
corps enseignant. Eclaires par l'expérience, ils ont sagement infirmé l'arrêt
de leurs prédécesseurs. Eu effet, l'abandon du thème grec a peut-être été une
des causes principales de la décadence rapide et de l'abandon presque général des études grecques parmi uous, sous les successeurs de Rollin. On contiuua d'écrire dans la langue de Virgile , et il ne cessa point d'être généralement compris et admiré
: on n'écii vit plus dans la langue d'Homère, et il n'eut
presque plus de lecteurs. Voilà des faits pour ceux que le raisonnement seul
ne pourrait convaincre.

VI
PREFACE.
la langue maternelle ne le
procure pas. L'enchaînement des idées,
le rapport des mots qui s'expliquent
l'un par l'autre, enfin une
sorte d'instinct conjectural,
peuvent souvent faire arriver l'enfant
a l'intelligence de son texte. Mais ces guides sont
trop peu sûrs : il
solide et satisfaisante, que celle qui est entièn'ya d'interprétation
rement fondée surla connaissance positive
de la valeur propre des
mots, de leurs formes grammaticales, et des règles de leur syntaxe.
Le thème, qui n'admet ni le vague ni les
à-peu-près,
peut seul
donner ces notions exactes (i).
Pour y arriver, nous ne venons point offrir une méthode nouet apportant
velle, toujours soumise aux chances de l'expérience,
au moins avec elle l'inconvénient
d'une nouvelle étude à faire.
Notre Cours n'est qu'une application particulière d'un ouvrage qui
a déjà reçu la sanction du temps, et que l'estime générale des maîtres a mis depuis nombre d'années dans les mains de tous les élèves.
Déjà familiarisés avec la Méthode de M. Burnouf, ils ne verront
dans nos thèmes qu'une autre manière de l'étudier.
Quand il s'agissait de conduire parla traduction du français à
l'intelligence du grec, appuyée surles principes raisonnes de cette
langue, pouvions-nous songer à suivre un autre plan, plus lucide,
plus méthodique que celui de M. Burnouf? à donner des règles
plus solidement établies, plus nettement présentées? à renfermer
plus de notions nécessaires dans un cadre plus resserré ? Le jugement éclairé de MM. les professeurs nous apprenait
que notre
marche était tracée, et que, pour être vraiment utile, il nous suffisait de contribuer à rendre encore plus fructueux cet excellent
ouvrage, par des applications rigoureuses et multipliées des principes féconds qu'il contient.
Nous suivons, pour ainsi dire, l'auteur pas à pas (2). Notre Cours
se divise, comme sa Grammaire, en trois parties.MM. les professeurs
pourront, de cette manière, faire prendre à leurs élèves celle qui
convient à la classe à laquelle ils appartiennent.
Chaque Cours est accompagné d'un Vocabulaire spécial, qui

de s'étonncr que
lieu
des
Traité
Eludes.
N'a-t-on
Rollin,
pas
Voyez
le (1)
célèbrerecteur, qui allègue lIJlCpartie de ces raisons pour démontrer la
nécessité du thème latin, n'ait pas senti qu'clles étaient également applicables
au thème grec?
(2) Nous nous sommes, il est vrai, permis quelques additions, qui n'entraient point dans le plan de l'auteur: mais elles n'en altèrent nullement
l'ordre. Notre intention a été de prévenir, par ces suppléments, le désir de
MM. les professeurs qui voudraient donucr à leurs élèves des sujets de traduction plus étendus.

PRÉFACE.

VII

à l'élève, encore peu exercé, le choix toujours si embarrassant
des mots dans un dictionnaire complet, et qui le prépare
même temps à la connaissance de la propriété des termes. Ce
en
épargne
de chacune des deux
Vocabulaire est placé à la fin
séparément
ou
dernières parties. Nous avons été obligé de le mettre, dans la première, immédiatement à la suite de chaque exercice. La vue seule
; de notre travail fera connaître les motifs qui nous ont déterminé à
cette marche.
*suivre
Elle traite des mots
La Première Partie est tout élémentaire.
et de
; considérés seulement sous le rapport de leur déclinabilité
: leurs formes
notre
grammaticales. Nous conduisons graduellement
jeune lecteur aux combinaisons les plus compliquées et aux variations les plus irrégulières de la conjugaison grecque. Le caractère
penché ou italique indique le mot objet principal de l'exercice :
tous les autres mots dont l'élève est supposé ignorer les formes et
les règles, lui sont présentés, dans le Vocabulaire, tels qu'il doit
les employer. Nous le familiarisons ainsi, dès ses premiers pas, avec
les procédés généraux de la langue; nous l'habituons d'avance avec
la ph ysionomie des parties du discours dont il doit acquérir plus
tard une connaissance plus approfondie,
et nous lui épargnons en
même temps l'ennui etle dégoût d'un travail fait sur des mots sans
liaison et sans intérêt.
Des renvois multipliés à la Méthode de M. Burnouf; en remettent,
sans cesse les règles sons les yeux de l'élève, et, par la manière dont
ils sont indiqués, l'obligent d'en faire une application stricte et
continuelle.
Pour donner à cette partie de notre Cours une marche encore
plus rationnelle et plus certaine, nous avons placé, ayant les exercices sur chaque partie du discours, les règles générales de leur
syntaxe particulière.
M. Burnouf récapitule les règles et les principes présentés dans
chaque division de la Première Partie de sa Grammaire. Nous donnons aussi des réca pitulat ions particulières de nos exercices, pour
les mieux inculquer dans la mémoire, et nous terminons
par une
récapitulation générale, composée des deux premiers livres d'Eutrope. Nous avons fait choix de cet auteur, parce que sa latinité
claire et facile le met à la portée des élèves qui commencent à étudier le grec, et que les faits historiques qu'il présente dans sa narration simple et concise, sont bien propres à fixer l'attention et à
î-oulenir l'intérêt de la jeunesse. En regard du texte
d'Eutrope, sous
le titre de Syntaxe grecque, nous avons,
pour plus de facilité, mis
les locutions grecques
et la construction chiffrée.
correspondantes
Par ce moyen, tout en continuant d'exercer les
commençants sur

VTII
PRÉFACE.
les inflexions des mots, déjà nous leur présentons des sujets de
étendus,
traduction plus
plus intéressants,
plus rapprochés de
leurs thèmes latins, en même temps que nous les habituons aux
constructions et aux inversions grecques, et que nous mettons sous
leurs yeux, comme en parallèle, les règles principales de la syntaxe
des trois langues.
« On sait bien, dit Rollin, quel ridicule il y a de
remplir toujours les thèmes de phrases triviales ou qui ne signifient rien. »
Nous avons tâché d'éviter ce reproche. Nos exercices ou matières
de thèmes,
composés en général de phrases détachées,
quoique
la plupart, un sens complet et quelque maxime utile
présentent,
ou quelque trait curieux. Le style pourra paraître quelquefois
négligé et même plus grec que français. L'avantage de faire retrouver plus aisément la construction grecque dans la phrase française.
nous a semblé capable de compenser cet inconvénient,
qui porte
en lui même son remède: l'intention
que révèlent ces tournures
est trop sensible pour que le lecteur puisse s'y méprendre;
et la
même qu'elles présentent,
surtout dans les extraits
singularité
d'Eutrope, nous a paru de nature à fixer l'attention de l'élève sur
et à les mieux graver dans sa mémoi re.
les hellénismes,
Pénétré de l'obligation que nous imposait la confiance de MM.
les Professeurs, nous avons mis toute notre application à revoi r
cette quatrième édition de la Première Partie de notre Cours. Inde quelques améliorations
de détail, nous avons
dépendamment
et une traduction française
ajouté plusieurs règles importantes,
rendre plus sensible la comparaison que
du texte d'Eutrope,
pour
nous établissons entre les trois langues.

COURS

DE

THÈMES

GRECS.
i ïïliiQ '
PARTIE.

PREMIÈRE

LIVRE

PREMIER.

EXERCICES
SUR

PRÉLIMINAIRES
L'ORTHOGRAPHE

DES

GRECQUE.

LETTRES.

Méthode, Alphabet,

et §. i.

EXERCICES.
Mois grecs à écrire en caractères français,
latines.

mais

avec les formes

DIPHTHONGUES.
§. 3.
RÈGLES. OL se rend en latin
£o;,
par œ (et mieux oe), ~sto<I>or
Phœbus ;
~ai, par oc (et mieux ae), ~Klvdotc, Æneas;
et, par i
ou e, ~XpOXO
j$'.Xo;, crocodilus,
ov, par u,
-/.wywîrsïoy, conopeum;
Ie Part. Elèves.
1
Thèm. gr.

2

EXERCICES PRÉLIMINA
O-jpavô;, Uranus;
~ev, par ev, devant une voyelle, tvayyêhov,
se peint ou par œ comme venant de Ot, X'CX
evangelium;
ou simplement
~pwooç(de ~ztÇapaot^o:), citharœdus ;
par o, ~peXco
oia, melodia.
EXERCICES.
Diphthongues

grecques à rendre eu latin.

EXERCICES
SUR LE TABLEAU DES MUETTES ET SUR CE PRINCIPE :

TOUTEMUETTEPRÉCÉDÉE
D'UNEAUTREMUETTELA l'EUTDE MÊMEDEGRÉ
QU'ELLE.
§§. 5, 6.
Les mots suivants contiennent des fautes qui doivent être corrigées
d'après le principe précédent; mais on observera que, de deux
muettes de nature incompatible, la première seule doit être changée,
commedans er.Qoç,pour eyjioç,

3

SUR L'ORTHOGRAPHEGRECQUE.

ESPRITS.

I
r

EXERCICES.
Mots grecs à inarquer de l'esprit rude.

ORTHOGRAPHE

ÉTYMOLOGIQUE.

§§. 1 et 7.
EXERCICES.
Mots grecs a écrire en caractères français avec leur orthographe étymologiqueet leur terminaison française, c-à-d., en général, avec e muet
nien on, ni en ~1wv.—Les
(Xç,
final, quandle mot grec ne se termine ni en ~1
diphthongues ai et en oi, au commencement et dans le corps des mots.
peuventse rendre, en français, seulement par é.—~1
aiç final se change
= ch.
en sie ou en se.— = h ;
p=rh;
~1pp=rrh; v=y; = th;

—————

——————————————

(1) Remarquez que ces trois derniers mots sont marqués de l'accent,
mais non de l'esprit, qui en diffère pour la forme. Voy. la Méthode,
§§. 7 et 8. - La même voyelle initiale peut avoir, en grec, l'esprit et
l'accent, comme dans les mots ci-dessus. L'esprit se marque le premier:
~1avOoç,
fleur, Íx-roç,sixième. La diphthonue initiale prend sur la seconde
voyelle l'esprit seul ou l'esprit et l'accent réunis: ~1aîwv,le temps, ~1eîpwv,
railleur. — L'esprit s'écrit sous l'accent circonflexe au commencement
des mots: dto-Xo;,laideur; ~1
oîoç,tel.
seul; ~1
oio^-,

4

EXERCICES PRÉLIMINAIRES
APOSTROPHE.
S. 9.
EXERCICES.

Mots grecs dont le premier doit être écrit avec apostrophe, d'après
règles du S. g.

les

devant une consonne,
ou ~1cpijÀo;,
Ajoutez ici ou , non,pas,
~1
ovt.iyw , et
doux,
où/tD devant une voyelle marquée de l'esprit
Oùï., devant une voyelle affectée de l'espiit rude,
vfjisîç.
~1
OÙX
EXERCICES.
Les exemples suivants doivent être corrigés d'après les règles précédentes.

SYLLABES ET ÉPELLATION.
10.
EXERCICES.
Exemples

de divisions vicieuses dans l'épellation et l'écriture,
doivent être corrigées d'après les règles du,§. 10.

qui

SUR L'ORTHOGRAPHE GRECQUE.

5

de cette
les
Il faut excepter, en général,
Remarque.
règle,
se termine par
sans
la
dont
élision,
partie,
première
composés
et
une lettre qui en dépend. Exemples :
~-ÊK- ,
extension,
non~-e-xraaiç, parce que ce mot est composé de la préposition
et non ~-irpo-uayO),de
~-sx
et de ~-Tdat"tension; ~-7rpoç-ayw,
j'amène,
ad, et de ~-ayw,duco; ~-Atoç-jtoupot, et non ~-Aiô-axoupoi, les
et ~-y.oupoç,
ou fils de Jupiter ,
Dioscures
de~-Àtoç, Jovis,
puer;
de ~-zuwv,
~-Kuvôç-ovpa,et non ~-Kuvo-aovpa,Cynosure, constellation,
et non
gén. y.wôç, chien, et ~-ovpa,queue;
et non
~-Tta-vdyioç,de ~-7tiv,tout, et ~-ôiyioq,saint; mais ~-nccv-rccpxoç,
pour ~-rravro. Après l'apo~-iTavt-apxoç
i à cause de l'élision ~-nocvz
strophe, la consonne appartient à la syllabe suivante.

N EUPHONIQUE

(i).

§. 173.
e ou i (1), et
RÈGLE. Quand un mot finit par une des voyelles
on ajoute
que le mot suivant commence aussi par une voyelle,
souvent un v à la fin dit premier
mot, pour éviter l'hiatus ,
comme dans : ~-ivfxtoiv ~-ohyoïç, en peu de mois, [xvalv pour
p:r.crÍ;ïxu^ev aùrdv, il le frappa;
~exu^svpour eru^/e; iïxoaiv er/],
vingt ans5 ~ecxoaiv
pour ~euoai.
EXERCICES.

(1) Appelé aussi éphelcystique,~èçpe>/.u<7Tf/.ov, attractum,
par les
grammairiens anciens.
(2) Il faut excepter l', terminaison du duel, et l't de la diphlhongae et.

6

DE L'ARTICLE.

DE L'ARTICLE
ET

DES

NOMS

SUBSTANTIFS.

OBSERVATIONS PRELIMINAIRES ET REGLES GENERALES SUR LA
SYNTAXE DE L'ARTICLE ET DU SUBSTANTIF.

DE L'ARTICLE.
Les Grecs ont, comme les Français , un article , ~Ó,YI,TO, dé§. 14.
clinable;
I. RÈGLE. Le nom commun, modifié en français par l'article
défini le9 la, les, le prend également
en grec, et cet article
s'accorde avec le nom en genre, en nombre et en cas.
L'homme
Exemple :
l'emporte sur les animaux
par le don
de la raison qu'il a reçu de son créateur :
~'OavSptorro; dtevri~rjvnabé: ~rcapzTOOXTIlIoxe TMr ccloyoiv zrj doùpea TOOXôyov,
aocvTOÇ~avzôv. (Div. Bas.)
II. RÈGLE. L'article indéfini un, ou partitif du, des, devant un substantif en français, ne se rend pas en grec.
le Thébain,
ayant vu une grande
Exemples :
Epaminondas
et belle armée, qui n'avait point de général : Quelle énorme
bête! dit-il5 mais elle n'a point de tête : 'Enxixiv&vdixç,~Ó
©/iêaFoç,
t~M~ ~azp arorcedov fl-sya xat y.xlôv7 ~azpOCTYI
Ezov, « H^£
y ô v OUY.
zov,Ërp'lJ, ~STjptovy.êcpa). )îv ovkïyzi î » ( Stob. Tit. LII, p. 354,
édit. de Conr. Gesner. 1543).
ereze ÀayÓv. (Hérod.
Une cavale enfanta un lièvre : ~»"h:iro.;
VII, 57).
~»'EaQietv
aprou Yaè7rtyetu
Manger du pain et boire de l'eau:
yjafoç.
mad'une
d'abord
Si
le
nom
commun,
présenté
Remarque.
se trouve ensuite répété, il doit être accomnière indéfinie,
Le
pagné de l'article qu'il n'avait point dans le premier cas.
nom ainsi répété est déjà connu et désigné par quelque parti-

DE L'ARTICLE.

7
est de

cularité qui réclame l'emploi de l'article , dont le propre
le mot auquel il est joint.
déterminer
Un homme avait un cheval et un âne. Chemin
Exemple:
faisant, l'âne dit au ch eval , etc. : A lIP(ù'I!O'; ~»ne,
êtXêll £'ITITOll
ev n7 Ów ecTisyÓ ovo; TWC~7, x.
~»y.xi
ovov. 'OÔWÓy!(ù') ~»de
T. .
est employé avec un adRÈGLE. Quand un substantif
il importe de considérer,
jectif, ou tout autre déterminatif,
pour
la construction
de l'article et de l'adjectif
si cet adjectif se rattache au substantif comme épiihète ou comme attribut.
si
1°. L'adjectif est-il épilhète,
c'est-à-dire,
appartient-il
essentiellement
au substantif,
que tous deux ne fassent qu'un,
et ne composent point une proposition
explicite ou elliptique,,
alors l'adjectif ou se place devant l'article et le substantif,
ou
se met entre l'article et le substantif,
ou bien l'article se répète
devant l'adjectif,
Cette règle est applacé après le substantif.
tel que le participe,
lo proplicable t tout autre déterminatif,
nom, 1 adverbe.
Exemp les : L' homme sage ~6soepo;àvhp , ou~oroepôçô avr/p, on
III.

~6

àvip
6
aotpcç.
Les lois bien établies :
oi xaAôiçxec'psvo:vo'fxoc, ou oc ~vopoioi
xa).<â;y.e{fievoi.
Les hommes d'à-présent,
d'autrefois :
oi ~vw, oi 1r::DCH~âvopfdrotLa répétition de l'article n'a lieu que pour faire
Remarque.
insister davantage sur le déterminatif.
2°. L'adjectif,
au contraire,
est-il attribut,
ou, dans la
ne se rattache-t-il
au substantif
pensée,
qu'au moyen d'un
verbe exprimé ou sous-entendu,
et non comme une propriété
et immédiatement
alors
qui lui soit constamment
inhérente,
sans
l'adjectif peut se construire avant ou après le substantif,
être précédé ou suivi de l'article.
Le devin tient des discours
menteurs: ~cO uoivriç
Exemples:
OEd. Tyr. 526.)
Ici la
ç '),iïL. (Soph.
rovç, Xoyovq EV OE!."
oi ~Xo'yot
phrase grecque est pour:
).-'•/£i, (jyîu&Iç
, ou; Ó vine;
~état, c est-à-dire, les discours que tient le devin, sont menteurs.
Si par la suite vous obteniez un sort
cela pourprospère,
rait suffire pour compenser
vos premiers
maux : El ~vci !
Aotity.rvjç 't':Jxy;çeùSatpovo; ru^otte, ~Tzpbç
xà rpoiSev opvÂanvj ~av.

8

DE L'ARTICLE.
(Eur. Hel. 707. ) Phrase qui est pour: Et ~YI
, )-9«,t\JXotn:,
~?.T. ~À.)si le sort que vous obtiendrez,
était prosSVÀCTI'IXUV
£ £>7,
père, etc.
Le travail rend le coucher mollet: O nÓlIoç~xàç
axpwuvàç
~fJLxXaxàç
~ncipaay.svxÇei. (Xénoph. M. S. II, 1, 30.) Ce qui est
pour: 'O 7rovo?Ta; CTTpco^yàç
7rapa<7/.eu⣠si ~&;Teeîyat ptaXa/aç, ita
ut sint molles.
Les fortunes particulières
de très fréquentes
rééprouvent
volutions :
~IIuxvoTaTaç Ta [()LW!LXà
"Xx^divîtràç aETa'ITpdyp.a:rtX
~êoAaç. (Isocr. Areop.
2, p. 189, ed. Coray. ) Pour : Ai pexocboÀat, aç Và tÕ'Leù't'nà7rpaypt.aTa XajJ.ê'avE!, nvy.vôzxxctiétat.
Observez que, dans cette construction, l'adjectif
se place le
l'attenpremier pour produire plus d'effet et ifxer davantage
tion, comme nous venons de le voir dans le dernier exemple.
aussi
dans ces tournures
on supprime ordiRemarquez
que
nairement
en français l'article
au pluriel,
ou l'on emploie
l'article indéfini au singulier.
N. B. Les règles précédentes
sont également applicables aux
considérés comme adjectifs.
participes,

IV. RÈGLE. Il suit de ce qui précède, que, dans une propole sujet, et non l'attribut,
sition, c'est ordinairement
qui prend
l'article en grec, comme en français.
est une vertu de l'àme, qui rend à
Exemple : La justice
chacun ce qui lui est dû:'H ~dixaioauvy] èariv ccpeTy vXi?; atx~tav y.a.xàiîocv. (Aristot. apud Laërt.)
1fêp.'l/nXY;
V. RÈGLE. Pour désigner ou spécifier le substantif d'une manière plus précise, les Grecs, au lieu du simple adjectif, emà mettre
consiste
de
fort
souvent
une
sorte
qui
périphrase,
ploient
soit entre l'article et le mot déterminé,
les mots déterminants,
soit après ce mot avec répétition de l'article, tournure plus rare
et qui ne s'emploie que pour faire insister plus fortement et
sur l'idée.
plus particulièrement
tW2I
des
charlatanisme
Le
~n
goçkjtwv
sophistes
:
Exemples :
r, TÛV
,~
~aJ.(l.oJldC/.,ou, pour mieux spécifier encore
avec l'adjectif par ~atpL.
eofiozwv, ce qui pourrait s'exprimer
~axwhàXaÇovdct., ou ~rtd\a.C'ovela.~yj(joyiGXivJi.En latin, sophistica
ou jactantia
eaque sophistica.
jactantia,
La bataille navale de Salamine : H ~inl laïafMvi vaupay/a, et,

DE L'ARTICLE.

9

avec plus de force et de précision, ri va\)(xay/ac~nent lac/.ccfj.ïvi' mot
à mot, la bataille à Salamine, ou la bataille celle-là à Salamine.
Remarquez que dans cette dernière tournure on sous-entend
tel que ,
ou
avec le nom en régime un participe
étant,
ou passé.
d'un
s'agit
faitprésent
qu'il
ayant
été,
selon
~yevôjjtevoç,
dans les
ordinairement
se supprime
VI. RÈGLE. L'article
des vérités absolues,, ou dans les
propositions qui contiennent
et proverbiales.
tournures sentencieuses
(1).
Exemples: L'homme est mortel : "A~vQpwîroç~lazi
L'instruction
est le soutien de la vie: Bo:;xn:picxèaxi irat#cia
~tov. (Poet, Gnom. Monost. 370.)
La main lave la main, et le doigt le doigt: X~eJpxeiplXviitze1,
UAOÇ, TE ~odx.ruÀov.(Ibid. 60.)
en grec, comme en français,
VII. RÈGLE.L'article
peut,
toute espèce de mot, avec ou
faire prendre
substantivement
sans ellipse.
Le sage, 0 aocpo;, le juste ~Ódfacttoç, ( sous-enExemples :
tendu ~avOprù7roq
ou ~dvnp,homme);
la belle, ~rtnal'h (sous-entendu
le bon ou le bien,~TÔ ~dyo.Q6v(de àyaBôç, bonus);
yvvfj, femme);
le mauvais ou le mal ~Tbxaxov (de XCCKÔC;,
malus) ; l'événement,
~Tboufxêav (de oujlêûçj
l'être, ~Tbou (de ~wv,étant) ; la
arrivé);
a papraveiv, mot à
vie, ~Tb1I-, mot à mot, le vivre; la faute, ~TÔ
mot, le se tromper (2).
VIII. RÈGLE. Quoique le nom propre soit déjà spécifié ou déterminé par lui-même,
les Grecs cependant
y ajoutent encore
mais seulement,
en général, quand il a déjà été quesl'article,
tion de la personne (3) (ce qui fait rentrer le nom propre dans
la règle du nom commun,
ou quand il s'agit d'un
II. Rem.),
connu par quelque particularité
qui
personnage généralement
le distingue. Cette phrase, par exemple, Quine connaît le malheur de Tantale? se rendra
par : T~l ox oloe'Cv zov Tccyz dlou
~avpyopdv;
(1) Littér., un homme est mortel. Voy.p. 10, noie 2. - (2) La Fontaine a dit de même: Et le financier se plaignait Que les
soins de la Providence N'eussent pas au marché fait vendre le dormir
Comme le manger et le boire. VIII, 2. — La cause du marcher et du
monvement. Ibid. VIII, 1, v. 29.
(3) On en trouvera un exemple remarquable dans Platon. De Rep.
lib. I, adinit.

10

DU SUBSTANTIF.

DU

SUBSTANTIF.

Emploî du nominatif.
§§. 257, 258.
[Homoest mortalis. Mensjudicat. B.§§. 190et 194.— Ego sum. Lh. (1).]
I. RÈGLE. Tout nom substantif
position se met au nominatif.
Exemple :

L' homme

est mortel :

servant

de sujet

à une pro-

3-vnrô;Ijrt
*Ay9po>T:oç

II. RÈGLE. Il en est de même dans les propositions
verbe et l'attribut
ne forment qu'un seul mot.
Exemple:

L'homme

meurt:

(2).
où le

d'oQvriiy.si,
"A~:¡Gpwr.o;

Emploi du génitif.
§. 264.
DE.
[Liber magistri. B.§. 199.— Liber Petri. Lli.]
RÈGLE. Le génitif, en grec comme en latin, soit qu'il appartienne au sujet ou à l'attribut,
établit entre deux termes le
même rapport que fait en français la préposition DE.
L'envie est la marque d'un mauvais naturel :
Exemples :
677tu 6 ^96>oç'} mot à mot d'une méchanF,
w g
GZp.:"iÓv
ceté de nature.
La santé est le prix de la tempérance
: Tyîetx ïaxi (JL':Je;
~TV?Ç
èyxpctTettxç-

(1) B. indiquela Méthodelatine de M. Burnouf; Lh., les Eléments de
la Grammaire latine de Lhomond.
(2) On pourrait dire aussi ~0avQpwroç,avec l'article, mais dans le sens
de ot ~îravTs;av0pw7roi,tous les hommes.

11

DU SUBSTANTIF.

Emploi du datif.
§. 265.
A.
— Mihi utile est. Lh.]

B.
200.
Probus
invidetnemini.
5.
[Utilis reipuhlicæ.
le même rapport

RÈGLE. Le datif exprime
çais la préposition A.

que fait en fran-

ses amis, n'est pas utile
utile
à
n'est
Celui
pas
qui
Exemples:
à lui-même : 'o ~p? yp^aifioi; toi; çi'Xoiç, où3'
ictvrû ygrfiiu6ç
~fan.
J'obéis aux lois : ~IIsiQopat xoUvopoiç.

Emploi

de l'accusatif.
§. 266.

[Deus mundum creavit. B.§. 201. — Amo Veum. Lb.]
RÈGLE. Quand le substantif
ment et sans aucune préposition,
comme en latin, par l'accusatif.
direct.
ou complément

est uni au verbe immédiatece rapport est marqué en grec,
C'est ce qu'on appelle régime

: Tc'tii. ~to y ousi ç.
Exemples : Honore tes parents
Il faut éviter l'amitié
et la haine des bons :
des méchants
^euyeiv ~aEixaxwv cpiAtav naci dyaQôbvç^ôpav. (Epict. fr. 153.)
Apposition.
S. 295.
[Ciceroconsul.RÈGLE.Par
tif à un autre;

UrbsRoma. B. §. 198.—-Ludovicus rex. Lh.]

un nom substantif sert de qualifical'apposition
et alors les deux noms se mettent au même cas,

12

DU SUBSTANTIF.

comme en latin. Le mot mis en apposition se construit régulièrement après celui qu'il sert à déterminer.
Rem. Le nom propre suivi d'une apposition ne prend jamais
l'article.
Dites (N)u7tt:oç ~6]3aaiXeuç, et non ~Ó
<I>{ÀmTt'o,le roi Philippe. 'AXéÇayfyoço [~rcat*;]<PcMnnov, et non o 'A~XéÇavtyo;,Alexandre, fils de Philippe.
La conscience
est un dieu pour tous les mortels :
Exemples:
~aitxaiv
ri au veidy] aiç Seoq. Gnom.
~Bpotoî;
1
La gloire de Cicéron orateur est
immortelle :
'H Õ'Óo.:K ~ixiPWllQ ~toû p^Topoç otQdvazdç ~èaztv. Plut.
Thémistéas
roi de Lacédémone,
sa mort
prédit à Léonidas,
aux Thermopyles :
~Qepiaréaç ~Ttposîne
Aewvitfyj, tw ~j3aai/eî tWlI
Aav.ed ai[J.ovi<j)y, xyjv yeurtaou-évriv di:wXeiav «ùroû7rspi ©gpuoîiuA~at;.
Plut.
est pour les jeunes gens une
Diogène disait que l'instruction
une consolation ; pour
règle de sagesse;
pour les vieillards,
les pauvres,
une richesse;
un ornement;
pour les riches,
eîne toi psv véotç awcppoau
tot;
~AtoyÉvvjçxriv nxideiocv
i/tj V
Tïpscê'vzépoiÇjTca p ~apv e tccv roîç dè rainai, 7î À0Üt 0 Il. toi; dènlov~aïoiç, y.oapv etvai.
(Diog. Laërt. in Diog.)
Rem. Lorsque deux noms réunis en français par la préposition DE, ne désignent qu'un seul et même objet, ils forment
en grec comme en latin, au
une apposition,
et se mettent,
même cas.
Tt'Ó).t;, ou ~ri'Pcojjm nôhç.
Exemples : La ville de Rome, cpoop.YJ
La ville de Thèbes, ai ~QyjSoct
irôXiç. Le fleuve du Rhône, ~6'Pofrzyoç nozapôç (i).
On peut en grec tourner aussi par le nom propre du peuple,
on dira la
de Thèbes,
et, au lieu de de la ville d'Athènes,
des Thébains,
~"hîrôXiç 'A0/;vatwv, 8)']ville des Athéniens,
~êaitoy, ou ~07AQrjvai'wv, Qriëotîoiv r.okiç.

(1) Sij dans ces exemples, on voit l'article mis devant le nom propre,
quoiqu'il n'ait
pas encore été mentionné (Voy. p. 9 Règ. VIII), c'est
~kotct^ôçsignique ce nom y joue en grec le rôle d'un adjectif. '0 'Poc)';c'.lOC;
fie proprementle fleuve Rhône,flumen Rhodanicum. 'H 'Pp."tJnokiç équivaut à h ~'Pwî/ata
770X15,la ville romaine.

THÈMES SUR LA PREMIEREDECLINAISON, §§. 15,

THÈMES SUR LA PREMIÈRE

Noms

féminins
et masculins

16.

13

DÉCLINAISON.

en ~"ny gén. ~-yjç
, en ~-ex,gén. -a; ;
en ~-¡¡;et en ~-C(-, gén. -ou.
Méthode,

§§. 15, 16.

Nota. Les mots mis entre crochets [] ne doivent pas être traduits.—
L'article, ~Ói, ~to,après un mot, en indique le genre.
1
THÈMEI.
I. [L]'homme1

est2 [le] jouet 3

de [la ] fortune 4.

II.

de [l'] infortune
Un ami1 est [le] refuge 2
3, [la] console remède6 de [l'] affliction 7.
lation 4 de [la] détresse5,

III.

Souvent 1

un court2

plaisir3

enfante

4 une longue 5

peine 6.

IV.

Aimez1

[1'] instruction 2,
[la] vé[la] tempérance 3,
rité 4, [1'] économie5,
[l'] industrie 6, [la] piété 7.
Vocab. — 1 <l>iÀEt,
de yiXéw, ~-w,S 89, accus. — 2 7re<timpér.
près,
1ri. — 4 ~àfojGsta,ri. — 5 ~oixovo|x
~Ocia,r), — 3 ~<jw®poaûv>],
£a, vjj composé de

OLXGÇ,
maison, ~vsizw,distribuer, régler, administrer, etc. — 6 ré/y^i, ~YÍ.
7 ~EvaÍSt,YJ.
V. Phidias1

a représenté8

la Véllus 3

des Eléens 4

mar-

14
THÈMES.
chant sur5 une tortue 6 , symbole 7, pour les femmes8,
vie intérieure 9 et 10 [du] silence11.

[de la]

VOCAB.1~'04>ET^TAÇ,
le Phidias, comme en italien le Tasse. Voy. p. g,
3

VIII.

2
y;.- 4 ~'Hleiwv.~ènoiïi<T
£,
fecit,de~ttoism.
Règ.
~'Afpoâirn,
5~7r«Toû<ravi,
- 7<rjy.Ç
accus. — 6 Xe).W1IY¡,.
calcantem, foulant, de ~7rotriw,
~>OV,
~rd,§ 17.- 8 Tourn. : aux femmes, -ra.tç7UVAII-t,
dat. deyvvjj, Irrég.,
« propr. garde de la maison, comp. de oho,
§ 185, 20. — 9 ~oly.ovpix,
10 ~xon.

— ".ffioarnî, ~>5.
maison, et ~ovpoç;,
garde.
VI. Comme1 un festin2 sans3 conversation4,
[la] richesse 5
sans [la] vertu 6 n'offre point? de jouissance 8.
VOCAB.1 Tourn.: comme un festin, ~wçovuirocriov,etc., de même ri~7TXOÛTOÇ
, etc.—2 ~(xuprotrtov,
chesse, OUTWÇ
154.
~TO.—
3
~^wpic,
génit.§.
, ~Ó.- 6 ~7
Rem.—
4 ~'FUXTA, - 5 ~7T>.O0TOÇ
~oùSèv e%ei ,
habet.—8 ~riiïovin,f„ Tourn.: n'a rien de jouissance, comme en latin,
nihil habet volupiatis.
VII. Personne1

ne2 délibère 3 sûrement

4 avec5

colère 6.

VOCAB.1 ~OvSdç.— 2 Cette négation est comprise dans OÙ^STÇ,
comme
dans le latin nemo. — 3 ouÀe,je't'a.!.- 4 (xTaxH);.- 4 ~pera,gén. Voy. S.
- 6 ôp7>î,~15.
et
de
IV,
l'Apostrophe,
§.
g.
375,
VIII. L'instruction
heur 6.

1 ~conduit2 à 3
[la] vertu

4 et5

[au] bon-

THÈME II.
I. Les biens 1 de la vertu 2 sont 3 seuls 4 solides 5.

II. Le savoir1 est2 un ornement 3 dans4 les succès5 et 6 un
refuge 7 dans les revers 8.
'Í;.- 2 Voy. §. 64. - 3XOCRFXOÇ,
VOCAB.1ILAT^EIA,
~0.—êv,
dat. - 4§. 373,I.
— ~5sÙTU
£ia, >5.Mettez ici ce membre de phrase en opposition avec le suiPlacez la particule après la prépos.
vant, d'après le § 273, 1, ae alinéa.
— ~êv,
n.
dat. — 1 xurcifvyy, ~n.— 8 ~TVXLCC,

15
PREMIÈRE DÉCLINAISON, §§.15,16.
3 de toutes 4 les vertus 5.
III. La piété 1 est 2 [la] reine
3
2

1

Y,.
~«yep&v,
propr. dux, §. 19.
VOCAB. E~ùatëtm,
Voy.§. 64.
5
— 4 ~rraffwv.
III.—
~àp
£T>3,
»i.
33,
Voy. §.
IV. Il convient1
leur corps 5.

aux

athlètes 2

V. Il y avaitl à Ofympie2
6 de Phidias
Jupiter 5, ouvrage

VI.

Après1
royauté 6.

la mort*

[de]

toujours

3 statue4

une très-célèbre
7.

d' Enée3,

Ascagne 4

3 exercer 4

de

succéda 5 à la

VOCAB. M~srâ, accus. — 2 ~5âvaro;,-ou, Ó.§. 17. 3 A~ivetaç.
- 4 A6

— 5 r.;(pD.ai , excepit, de n<xpx\auèiva, accus.
~^acriXsîa
, Yi.
G'z:ÚtO..
Linus1
VII.
Uanie 6.

VIII. Le prêtre
Atrides5.

était1

de Mercure 4

fils3

Chrysès

1

suppliait a

et de la muse 6

surtout 3

les deux

4

5 ARPSTR?/ÎÇ,
—3Y.X'AIFFT2.
—4 ~(?ÛW.—
VOCAB.
~1XP-JT/,?
Ôts ~psv:.—2 èXîcr/TSTO.
au ducL Ce nom signifiefils d'Atrée, Voy. PATRONYMIQUES,
§. 193, III.

16

THÈMES.

en ~-Éa;-;,
Noms contractes
masculins
et féminins
~en -,ia -ci,
engén.

gén. -sou -où;
gén. -âoç -àç.

Méthode, §§. 15, 16.
THÈME.

I. La musique
est une2 invention 3 de Minerve4.
VOCU. 1 ~Mouffty-n',
1'Í._2 Voy. S. 64. - 3 ~evpjjua,ro, de Eúp[a;>
invenio, je trouve. - ~4AGjjvâ(contracté de i\.OY¡lI:X-:X;
Méih., p. 12, 20).
II. L'empereur
Homère 5 aussi 6
doux 9 dans 10 les
vaient point14 de


Julien1 a composé 2 un éloge 3 du figuier4.
loua 7 le figuier. — Il y avait8 [des] ~^o7/zV/;<
11 d'Alcinoiis 12. —Les Perses 13 n'ajardins
figuier.

III. Les Athéniens 1
choteur5.

IV.

Le talent

rendaient2

babylonien'

honneur

3 à Mercure

vaut2 soixante-douze3

4 cliu-

minés 4

attiques s.

V. Il y avait1
d'Athènes 6.

des Mercure s 2

de pierre 3

dans 4 la ville 5

VOCAB.
Tourn. : comme en lat., Mercurii erant, Mercures étaient
— 3 5.t9tvot, adj., lapidei. — 4 èv, in

2
4.
III,
64.
Voy.ci-dessus
§.

17
PREMIÈRE DÉCLINÂISON, S. i78.
6 'A0ï;vai'wv_,
Jat. —5 Trouée,dat. de ÎTO'XIÇ
mot à mot, des
? §. 23. Athéniens. Voy. p. à z, Rein.
VI. La niutilation 1 des Mercures
donna lieu à une accusa3 contre Alcibiade 4.
tion2 d'impiété
VOCAB.1 ~nepixojrTj,
57. Constr. l'art. d'après la 3règleY, p. 8. —2 Tourn.:

DEVINT
~ri,
àoiëêia,y. — 4 Tourn. :
~Ypiaeç,
~(ë"¡lvlTo
) jugement,
S.23.
à Alcibiade, 'AhuGiiiïvç
, -ou.
VII. Orithyie1

Noms

fut enlevée 2 par 3 Borée 4.

masc. en ~-tX" gén. -a; en -Y¡ç; gén. -ou, voc. -o:.
Méthode, Supplément,

§. 176.

Remarque. Le génitif en-a des mots en-aç est dorique, et a été emprunté par les Attiques, qui l'emploient presque uniquement pour les
Noms propres d'origine dorienne, comme ~Eùpwfaç,gén. Eùpwra, fleuve
de Laconie, et surtout pour les noms étrangers, comme ceux des Romains
, des Perses, etc.; tels sont ~SûXXaç,
-x, Sylla, TwSpûaç,-a, Gobryas,
grand de Perse. — Ce génitif se présente constamment dans les noms.
contractes en ~-téç
, comme 0m/âç, génit. 0wpS , Thomas.
THÈME I.
I. Numa1
Terme 6.

bâtit2 un temple

3 de la Bonne-Foi

4 et5 du dieu

TO, ]7,--..:..4 nierziç, gén.
VOCAB.
~Novfjiâç.—2 L<?py<7AT0.
tepOV,

3
~nîoTEwj
, i, §. 23.— 5 y-zL— 6 Téppav, gén. Tsppwvoç,Terminus,.
19.
II. La Nouvelle-Cartilage 1
bal3, qui succéda 4 à Barcas 5,

est une fondation2
père6 d'Anniball.

III. Une statue 1 d'Hygie 2
à3
de l'artiste 7 Scopas 8.
Thèm. gr. 1er Part. Elèves.

Tégée4

d'Asdru-

était 5 une œuvre6
2.

18

THÈMES.
VOCAB.
To.- » ~'Yyieiu,~ri,ou la Santé. — 3è-j, in, dans, dat.
''Ar¡c¡)p.a.,
REMARQUEZ
qu'à la question où, ubi, les Grecs, différents des Latins,
expriment partout la préposition, tant avec les noms de villes qu'avec
les noms de pays, comme en français, sans distinction de déclinaison.—
8 Iy.é— 5 S. 64. — 6 epyov,-ou, ~TO
7


Ó.
, y.
Y §. 17.
nXlli.y¡ç,
~jraj.
IV. Sous 1 Alevas

2, la Thessalie

3 était divisée4 en
5 quatre6

parties 7.

V. Le traître1
Perse 6 Artapatas

Orontès2 fut conduit
7, et mis à mort 8.

3 dans 4 la tente 5

du

THÈME II.
I. Dieu1 bénit2 tes 3

sueurs 4, laboureur5

laborieux 6.

II. 0 trésorier 1 d'injusticeà,
je hais3 ta 4 richesse 5.
VOCAB.1 ~Taliiotç,-ou. — 2 <iaOt¿a,r,. — 3 /xiff/w
, -w. — 4 Tourn.:
— 5 7r).owToç
toi, ~croO.
, 0, acc. g. 17.

de

5
4
III. Non 1 [la] possession a,
libraire
mais
3,
[ô]
[l'] usage
des livres6 est 7 un moyen 8 d'instruction
9.

IV. Ton art x, [ô] géomètre
ciel 5.

2,

embrasse:

la terre 4 et le

19
DEUXIÈME DÉCLINAISON, §. 17.
V. Maître 1, ne sois pas l'esclave * [de] tes passions 3.
ne sois pas asservi, ne inscrvi, avec
VOCAB.r £<X7T6T>JÇ
, ~[inTÎOÔXEUFFOV,
, -soç, TO,S. 22.
le dat. — 1 ~rotefrcXaeut,cupidilatihus, dat. pl. de ir&Qoç
VI. Soldat1 y tu acq uerras3 de la gloire 3 par4 [ton] courage 5.

1 VII. Orgueilleux 1,
hommes

tu

esa détesté 3

de

VIII. Ton art 1, maître de gymnastique,
la santé 4 et de la force s.
VOCAB.l 'H ré^vn ~aou.— 2 TcaiSorpiGriç
, -ou,0. 'Í¡. - 5 ~EÙpûXTTia
, i.
IX. A quels 1 malheurs a,
être devenu 6 parricide 6 !

Oreste

Dieu4

et des

est la source 3 de
3 TrY¡1-/¡,
ri. - 4 ÍJ1iat

3, tu as été livré 4 pour

1~Oioç
VOCAB.
, oîa, oïov,Adj., S. 3o,I, Rem. - 2âvçru^ta,fi. — 3re4 Tourn.: étant,
littér., tu as été attaché, de ':'f"U',
p"X9."

6
-ou, propr. matncÙia, meurtrier de sa mère.
§. 64.
~(iriTpaXoiaç,
1
1
THÈMES SUR LA DEUXIÈME

DÉCLINAISON.
*

—————
Noms masc.

et fém.

en-0;-,

f

et neut. en -ov, gén. -ou.

Méthode, §. 17.
THÈME I.
I. La colère*1 est déraisonnable a.
1
VOCAB.
~©U/XO;
, 0. — 2 ~ÀIO'YICTO;
, Adj., §. 5I.
Il. La richesse

1 est
périssable

2 ; la

3 est immortelle 4.
gloire
*2

20

THÈMES.

III. Le langage1
est [1'] image 2 de l'âme
VOCAB.a ~Adloç,
6. —* ETTFWÀOV
, TO.- 3 ~VJ,

3.
15.

est un don 2 du Nil3.
IV. L'Egypte1
— a ~«?wpov,
VOCAB.1 ~AtyvTTroç
y.
TO. - 3 Nailoe , o. La partie nord d
,
l'Egypte passait chez les anciens pour avoir été formée par les alluvion
du Nil.
V. Ne craignez pas 1 [de] faire 2 une longue3 route 4
[pou:
6
ceux qui font profession7 [d'] enseigner 8
aller 5] vers
quelque
chose d'utile 9.

VOCAB.1 ~M-/aro/vât, dexarox.vetv,§. 89.— 1 ~7ropeôecrQcxi,
propr. ira
verser. Sur ce verbe intransitif, construit avec l'acc., voy.§. 343, !. —
3
§. 3o, I. - 4 ÓôÓr;,YI.—5 Ces mots ne doiven
ptscxpoç,-à, ~-6v,Adj.,
— 6 ~îrpoç,ad, accus. — 7 Tourn. : vers les
rendre.
se
point
professant,
£tv
£7ray7s)Aôft
£voç , participe; il s'accorde et suit cette déclin. — 8 c?i<Sa<7
- 9 zi ~ypYtctuov
, mot à mot, quelque chose utile.
VI. Les descendants 1
loponnèse 5.

d'Hercule 2

revinrent 3

dans4le

Pé-

3
181.
VOCAB.1 ~*Ev.yo'joç.—
,
* ~'HpiZÚÉr;;~-Éovc;,
XA-îj).0ov,
aor. di
§. 24711. Ce verbe signifie proprement, rediicem esse, re
yzzèpyjtjQoLi,
venir d'exil.— 4 eiç, accus.
-

Le bavard 1 baliverne2
partout 3 -' dans 4 [la] placc
à la promenade!,
le jour8
la
publique 5, au théâtre6 ?
nuit 9.
3
- 2 ).r;pei, de ),r¡p¿c,),§.
VOCAB.1 'A<?o>.
£ffX°Ç,~Ó.
-avra^oû. —
8g.
4 ~È'J,in, dat.— 5 àyooâ, >7.—6 Tourn. : dans théâtre, 3é?-pov, -.Ó.7 Tourn. : en promenade, ~èv,7rept77aroç
, vî. —8 Tourn.: pendant lE
avec apostrophe, d'après le §. 9, plus haut p. 4, et l'accus.;
jour, y.iZ't'a:l
8

de
ce
mot.
15.
vv/.rwp, adv. nvetu.
Remarquez l'esprit
r.uépol,~5,§.
VII.

2 mortel 1, ne sois
étant
1,
pas orgueilleux
au vocat. - 2 §. 64- — 3 SWXÔ;,->7,-CV,
VOCAD.1 ~"Avôpwro;,
30 I. - ~yhplT- ypovîi,
magna sape.
VIII.

Homme

4.

DEUXIÈME DÉCLINAISON, §.
THÈME
I. Les Egyptiens
des dieux B.

1 disent
que2

17.

21

Il.
le soleil

3 et la lune 4 sont

VOCAB.1 ~Aiyvmioi.—
ehat, disent être, comme en latin,
3 ),£iyouertv
~tlicuiit esse, avec le nom à l'accus. - 3 ymoç

, Ó. - 4 c~~,
' ;Jr;Óç.
II. Mars1 hait2 les ldches 3.
Vocab. 1 'i\pç. — 2 ~fuasï, de jxtffsw,-w, § 89 — 3 o xay.oç.
font la guerre 2 aux grues.
Les Pygmées1
— 2 7roXs|xo
Vocab. 1 '0 nlITu7jxato;.
-w, § 89. Sur le ré£i<7i, de 7roÀe¡Û6),
-h.
gime,voy. §. 333,4°. — ~3yépxvoç,
III.

IV. Il faut chercher 1 pour [ses] enfants 2 des maîtres 3 qui
soient 4 et inattaquables
dans leur vie 5, et irréprochables 6
dans leurs mœurs 7, et consommés 8 en expérience 9.
Vocab. 1 ~ZyiT»réov,
nom verbal, de Ç>jtém
, queero, correspondant au
gérondif queerendum; accus.—2 Tourn. : aux enfants, liberis, rizvoo,
~70.- i SiSocaxixXoi;,
ô. — 4 ot glcrt, en grec , qui sont. —5 Tourn. : inatta-ov, 70, Adj.§. 3i) par les vies, en lat. vitis,
o, ~>7,
quables (rid'ta()À>,)'roç,
~Ó,~y),-ov, TO.—
~os, o, au dat. plur., en grec, §. 333. ~—^àvsTrQwToç,
7 Tourn.: par les mœprs, moribus, ~rpônoç,6. — 8 apiaroç, -,n, -ov, excellent, optimus, Adj., §. 3o. - 9 Tourn. : par les expériences, ipxet('iz,>1, au dat. plur.
1 et leurs 2 alliés 3 firent cesser 4 la
V. Les Lacédémonicns
su prématie 5 des Athéniens6.
2 Se rendra
3

Ó.
VOCAB.1 ~AaxE^aipovtoç,
l'article
o.
<rtiptp.apar
5
- 4 y.ars7raucrav
Xr¡ç, ~Ó.,
, de 7.ara7ra0w.— riyettovict,-c<; , G 'AOr¡ni(¡ç, ô.
disait 2 que3 les méchants 4 ne se réThéophraste1
5
8 biens
7
tant
6
de
jouissent
9, que 1 ° des11
[leurs] propres
pas
maux 12 d'autrui
13.
- 1 ~Ëp, de T'/¡fl.i.
— 3 se retranchera et se rendra
VocAii. 1 ©îoîjjpacrroç.
par l'inf., comme, ci-dessus, I. — 4[ioyJ)r,p6s, tourn. : les méchants des
5
hommes, ~av0pw7ro;.
oûtwç,
~fôzaOy.i,se réjouir. —6 ~OÙX
Voy. §8298,I.
— Xèioç, - iy, -Ci:!,avec l'art, pour rendre le pos..
non ita. ~— î-i,
VI.

22
THÈMES.
sessif leur, Adj.. 3o, Rem.— 9àya.0OV%
ut.——
ïih
~TO,bonum.—i°tûç,
— 12 xaxo'v, x6,malum. ~roïç
? de les.
liàXk6rptoç, .ÍIX,-ov, lat. alienus
étranger, Adj., §. 3o, Rem.

NOMS CONTRACTESDE LA DEUXIÈMEDÉCLINAISON.
Masculins

en -oo; ~-oue;,neut.

en -~eoll-OUIl.

Méthode, S. 17, p. 16, et Supplément, S. 178.
Nota. Le mot présenté ici sous la forma non contracte, doit être con
tracté dans le thème.
THÈME

I.

I. Souvent1 [la] colère 2 dévoile 3 [la] pensée 4 cachée 5 de1
hommes 6.
— 1 ~opyi5,~ft.L'article se supprime ici en
VOCAB. 1 ~IIoMây.ic.
grec
comme en français dans les tournures proverbiales et sentencieuses
Voy.p. 9, Règ.VI.—~3
èi*£ j'.â).u4>e, m. à m., découvrit;aor. 1 de ~IzzaKnw
accus. Le passé employé ici pour marquer habitude. C'est ainsi qu'Ho
race a dit: Qui studet optatam cursu contingere metam, Multa tuli.
A. P.,v. 412. Voy. S. 255, II, p. 218, h
fecitque puer, sudavitet alsit.
la fin. — 4 ~1IÓO;,
Ó. — 5 ~xpuRTOftevo;,
-11, -ov, partie, prés. pass. d(
— 6 avil s'accorde, et suit cette déclin.; voy. §. 84, 1° PARTIC.
~XÛÛTTTW;
O~pCùTVOÇ
, Õ.

II. [L'] airain 1 est le miroir 2 [de la] figure 3; le vin 4, celui5 de la pensée6.
VOCAB.1 XcxhÓ;, Ó. Les anciens faisaient leurs miroirs avec des méTO.— 3 ~elâoç,géri. st'&Eoç-ouç, rd;S 22. —
taux polis. — * ~xtzTOjrcpov,
5 se sous-entendra, et le mot suivant se mettra au
4 ~ohoç,
Ó.
génit. —
6 ~voos,o; contractez.
III. [Le] vin révèle 1 [la] pensée
VOCAB.1 vE<?
£IÇÎ, m. à m., montra,
pour le présent, voy. ci-d essus, 1,3.

2 de l'homme

3.

aor. 1 de $eiy.vvpi. Sur ce passé
— * vooç, o. — 3 ',mlp,gén. S 29

IV. [Les] nerfs l et [les] os 2 de l'homme
mais 5'[l] âme6 [est] immortelle 7.

3

[sont] périssables

4,

23
XIÈME DÉCLINAISON, §§. 17, 178.
V. Homère1 connaissait2 les Colchidiens 3, la navigation 4
ac Jason 5 vers 6 Æa 7 et les fables 8 de 9 Circé10 et de Médée 11.
3

o. - 2 ,
de
savoir.
VocAu. 1 ~"Opugpoç,
sitfsvat,
~noveral,
KÓÀXo;,
6
6. —4 ~).do;
, o. - 5 'Iàgù)V,gén. *l&aovo— ~et;, accus. — 7 Aïa, .(1.;,
- 8 p)0o;, o. - 9 ~îrept,sur, lat. de: gén- Tourn.: les sur Circé et
10
Il Mr/istx, n.

la
8.
fables,
V,
~Ktpv.vi,
r„
PJcdce
p.
d'après Reg.
VI. L'îleI [de] Corcyre2 était située3 favorablement 4 sur 5 le
la Grèce8 en 9 Sicile 10 et [en] Italie 11.
de7
trajet 6
VOCAB.
1 ~NJjcoç, - 2 Kepxupa,apposition. Voy. p. u-12, §. 295. î/.eizo
, jacebat, de ~xeipat.-4 xaXwç,pulchrè. — 5Se rendra par le gén.
~.—7 ex, et è £ devantune
du nom,pulchrè trajectûs.—6 ~napàmloot;,-ou,
- 9 ~ètri9vers; gén. - 10Iti(¡).Ío:,
'E).).it.rJ'o;.
voyelle
gén.—
8
~'EMiç,
gén.
~, - 11 'h-cxÀi:X,
THÈME

Il.

1. Les Athéniens 1 firent2 de grands3 préparatifs 4 lors 5
du passage6 en 7 Sicile 8.
ô. - * ènovôatxvTo,
VOCAB.1 ~IlOnvctioç
se firent, moy. de rcotsw.
,
propr.
5 eil,in, dans,
- 3 ~fÆ'l::Ha;
Yi.
, magnas, voy.§. 37.—4 ~îrapaoxeu»},
-?,ç ,
6
7

dat.
~7rapâ.7r>ooç,
-ou, ~o.— ÈïrÍ.,acc.
~ty.eÀia,-cx;, >5.Tourn. : dans
le vers la Sicile passage, d'après la Règle V, p. 8.
II. Thésée 1 avait2 un ami 3 fidèle4 en5 Pirithoiis

6.

Vocab. ©tio-sûç.—2 è^pîjTO, propr.usait de, comme en 3lat. utehalur
maisavec le dat. en grec, correspondant à l'ablatif lat. cpD.Q;,6.
~ir.tG,;,Óç,
-YÍ,-Ó:¡,Adj.§. 30, 1. — 5 Se rend ra par le daf. du nom mis
en apposition, comme en lat., amicofido utebatur Pirithoo. — 6 IUt~(jlOùOi
, -ou.
III. Les Indiens 1 recueillent1 [le] jonc3 des 4 rivières 5 et en
tressent6 une sorte 7 de natte 8 dont ils se couvrent 9 comme 10
d'une
,
, 0
cuirasse
11.
1~1nJoç,
4
VOCAB.
o. - EX,è, ex,
,
-ou,
où,
6.

J
àftûai.

39).1;10;
5
rotafxo;, o. — 6 ~xaito èvreùQevxaraTrXsçavreç
, m. à m., et de là ayan h
8
- 9 ~ÈvJûvouirt,
tressé. m. à m., ils gén.*—1
r.
~Tpo'7ro;,
o'.
fOPfLÓ;,
Ó.
[la]
vêtent, induunt. - 10 ~w;,- 11 ;¡r;)pcx,~Ó,gén.~,tJpa.xoc., açc.£ cî>paxx,
§ '9-

24

THÈMES.
IV. Le cours1 du fleuve2 Méandre 3 est4 si5 tortueux1
que, de 7 lui 8, toutes les choses 9 tortueuses 10 sont appelées
[des] méandres.
VOCAB.1 ~'PÓo,-ou, o. —2 ttgty.uôz, ~Ó.3
4§ 6
- 5 tù<70ûtov,tant, tantùm, ad v. de
tantus. - (; croÀ£¿;, ~Totroûroç,
- 7 ~ûçte, ut, avec l'inf. en
8
~oV.
— s è*eïvoç,ille
ex,
grec.—
~È,
géri.
lui. omnia, de ~mxç,tout, §. 35.gén., Prou., §. 45, V. — 10 ~7rivTa
,
11
~xa).
£tcrOa
£, vocari, passif de v.c/Hw.
DUEL.
THÈME.

I. Zeuxis 1 a peint2 un hippocentaure
femelle 3 nourrissant
6, tout 7 jeunesB.
jumeaux
deux petits 5 hippocentaures
— 2 ~ènoLvas,propr. a fait, de ~îroiew,
VOCAB.1 ~ZevÇiç.
-c;), §. 89. 3
masc. fém. — 4 àvarpéçpoixra,
i.7!"7ro"l.h't'Cl.1Jpoç,
partie, prés. fém. de
5
àvarpsyêiv. Il s'accorde comme en latin; §§. 64, 72. — ~rxidiov,'rd, § 1'
- G e;euito;. — 7 zoput?i5,fort, adv. — 8 ~vwrioç, propr. 7
NOMBRES.
, verbum, comme en lati
parlant pas encore, de ~v/7,non, et ~exog
infans.

II. La colère1 et l'imprudence2,
maux4
deux très-grands3
ont perdu* beaucoup de personnes 6.
VOCAB.1 ~'OPï, rt. - 2 àtruverrta,
r'. - 3 rJV!I),~pif/t(TTo;,
-, -0'J, , 30
5 àTrco^ecav,

4
~to.
aor. de ~àro,
3°.
/.azo'y,
superJ. de ~ptiyaç
,
196,
hommes.
,
jj, multos, sous-entendu &.'JOpwrro'J;,
g. 261. - 6 ~7ro).Ào
III. Dieu 1 a créé 2 deux frères 3 pour 4 s'être utiles 5 l'un
l'autre 6.
VOCAG.l '0 0coç.—2 ènoîtjctc.—;t à<?s).<3o'ç? o. Deux se rendra par l
duel. — »~èni,dat. - 5 Tourn.: pour l'utilité de l'un de l'autre, wyi/sta
~, au
gén. duel, §. 200, 14.
IV. Prudence1
et santé 2 sont3
biens 5 de la vie 6.

[les] deux 4 plus

grand

3

~9
aûo.—
VOCAB.1 <I>pdv»3<j
i.
r,.
64.
û-ytsia,
~-17.;,
£ç,
Voy..
5
,uiïtQ',oÇ,maximus, au duel; §. 40. —GàyaQ6v1~TO
; au duel. -7 ~pios,t
1 fit rendre ce décret 2 : n'est
point Athénien
5 deux
4
7.
ne
de
quiconque n'est
point
citoyens
V. Pérfclès

25
DEUXIÈME DECLINAISON,
18, 179.
§§.
—3
- a efypaipe,m. a m., écrivit, aor. de ~ypàçw.
VOCAB.1 ~neptx).T..
~:Y¡
~sïviu
non esse Alhemensem. Le grec emploie ~pi,ne, parce qu'il
'AOn-jaiov,
5 ~è, gén. —6 ~<pw, au

4
de
a
défense.
ôç
-lélvollat.~piys-yovsv,
y
,parf.
duel, §. 200, 12. - 7 ~«ffTOÇ,
o.
NOMSDÉCLINÉSATTIQUEMENT.
Masculins

en -~Cù, neutres

Méthode,

en ~-wv
; gén.

-.

18, et Supplément, §. 179,20.
THÈME.

I. Les habitants 1 des hauteurs3
du [mont] Athos3
passent
peur 4 Tivre fort longtemps 5.
1 Ot
VOVAB.
~èvotxoyvTsç,
propr. inhabitantes, partie, prés. de ~èvotzsw,
~-cd,inhabitare; §. 89-2 ~&xpo'J, rd adj. neut. pris substantiv.; ~a-/poç,
summus.—3 "Aaú), §. ] 8. Tourn.: de l'Athos. — 4 Tourn.: sont dits
être, ~li7ovratetvai, dicunlur esse. — 5 Se traduira par l'ad ject. ~fiaxpfâtoç,
;
longœvus (comp. ~paxpôç
-, -~ov
, long, ~loç, vie); superl. p.a.xpOt&>'ra.'roç,
au masc. pl., §. 39, I.
II. Ptolémée Philopator1 bâtit2 un temple3 à Homère 4.
2
VOCAB.1 IlTo).£ piaïoço <ï>i)i07râT«p.—
zaTecnievaerô
7 aor. 1 de ~xaradzsua~Çw,
instruo, act. — 3 vewg,o, 18. —4 ~Opspoç, - o.
III. Les lièvres 1 sont pris 2 par 3 les renards 4 tantôt5 à la
course 6 tantôt par ruse 7.
VOCAB.1 AA^WÇ,
3e. pers. plur. indic. pass. de
-JÀ, G.— 2 ATPOOYTAT,
~«tpi6J,§§. go et 247,1. - 3 Voy. §. 347,1. — 4 ùï&nnÇ,gén. (l),r.EO , ,
0. Sur le cas,
S, *9-—0 Ta-rif*Év..„ro-ciCi, modo, modo. — 6 ~apÓfLoÇ,
arj. Voy. n°. 6.
v_y. §. 338, 2". — 7 ~?
en l'honneur 3 de Junon 4
on nourrissait2
et il y avait 7 un paon sur 8 la monbeaucoup5 de paons 6,
naie 9 des Samiens 10.
VOCAB.1 Tourn.: dans Samos, ~Èv,dat., 'Iap.oç,-ou, - 2 ~erpe^ov,
comme en latin, nutriebant, §. 258. —3S'exprimera par le dat. du nom.
- 4 ~pat
15, Rem. 2°. — 3~ttJ.eïo'toç
, -/?, -~oy,plurimus, ad j., §. 5o, I.
§.
8
- 0 raûiç, o §. 18 — 7 Tourn. : clait un
~î, gémi.
paon, .}J.
S. 376, III. - 9 vouiay.K,
g't'nit. •jQpicp.y.TOç
5 to'j §. if). —10o ~¡<X~wio;,-o.
IV. A Samos1

26

THÈMES.
V. Euphorbe 1 fut tué3 sous3 Ilion4 par5 Ménélas6.
VOCAB.1 E~ufopSog.
- 3 ~ini
—ànédxve, propr. mourut, de ~à7roôv>5o->tw.
ro. — 5 ~vnâ,gén. — 6 M"¡/éÀee.>;.
apud; dat. — 4 ~"iXtov,

VI. Les Indiens1 habitaient3
à 3 l'orient 4.
2
VOCAB.1 ~'Î-JSOÇ
de oltZiW. 3 ~îrpôç,ad; accus. — 4 ~gW
, Ô.— ~wxouv,
~, l'aurore; voy. §. 179,20.

THÈMES

SUR LA TROISIÈME

DÊCLINAISON.

Gén. sing. -o.
Méthode, §§. 19, 20, 21.
THÈME I.
I. La tyrannie1
est mère 2 de [1'] injustice 3.
3 à.âi/A<x.,

-~n.
VoCAB.1 ~Tupavvîç, >5. - 2 fAvjT>jp7
§. 29.
2 à
la patrie 3.
0. - 2 ~Trarpîç
VOCAB.1 'O Ssikoç.— a ~7rpoiîoTJjç,
, gén. ~7Tarpiiïoç,
; tourn.
de la patrie.
II. Le lâche1 est traître

III. Beaucoup de choses 1 arrivent 2 aux hommes 3 contre 4
[leur] attente 5.
VOCAB.1 ~nolli, lat. multa, de~7ro)ûç,mullus, §. 37. — iïÉ,,¡/o,,¡/.o,
m
à m., furent; voy. p. 22, Th.I, n°. I, 3. —3~avûpwjro;,ô.— 4~napi,prœter,
accus. — EATru,gén. -~iSoq,~jî.
IV. L éléphant 1 craint2 le dragon 3.
VOCAB.l 'E).Éfrt., gén. è^éyav-oç
, 0.—2 ~oppwJsï,
§. 89.
o.
~<?p&y.ovcoç,
4 de Pélops 5.
V. Atrée1 et Thyeste 2 étaient3 fils
— 2 ~©dIcta?.
VOCAB.l ~'AzpB-jç.
—3 §. 64. —~uîos? -où, —
Pélops, riéXo^,»én.-o7ros.

3 ~cr
pâxwv,gén.

Tourn.:

à

27
TROISIÈME DÉCLINAISON, SS. 19, 20, 21.
VI. [Le] voleur1 reconnaît2 le voleur, et le loup3, le loup.
VOCAB. cfJc:,p,
3 XÛo, lat. fur, furis. - a ytyvùHTY.et.—
gén. <PWPOÇ,
~xo;
, o.
THÈME Il.
I. Les hommes1

de bien2 sont3

[des] images4

de Dieu 5.

— ~àya0o;, ->7,ov, bonus, probus, Adj.,
VOCAB.1'A.VTOp,
voy.§.
29.
- 5 ozdg, 0.
~vj.
§. 30,I. — 3 §. 64,p. 56. — 4 ~eizcLv,
gén. eixÓ'Joc;,
II. [Les] Ausones1 indigènes 2 habitèrent 3
[les] premiers 4
l'Italie5.
VOCAB.1 AZacôv,gén. ~Ausovog.-:il aùro^Qwv,gén. av-rÓxeoo,; comp.
3
aor. 1

du
sol
même.comme
~aÙToç,
t
erra,
a>xr><Tav,
;(9r1'J,
ipse,
5 ~'Iralt'a

4
3o.
, -aç.
-ov,
-,
89.
(l'oi/.éM
~irpîatoç,
S.
III. Tous 1 les lions sont
VOCAB.
1 ~'A.naç
, S. 35. §. 30, I.

courageux3.

3 ~âXxipoç,-,
1 Xéwv,
gén.~IÉOVTOÇ.

IV. [Les] gouttes 1 d'eau 2 creusent 3 [les] pierres 4.
- * ~vcr6JP,
VOCAB.1 2r«ywv, gén. G''t'a1Ó'Jo;,
~>5.
gén.~V<?:rroç
, TO.accus. — 4 ~Irirpa,
~Aatvovfft,

~-ove

3 XOt-

1 sacrifiaient2
V. Les Phéniciens
[des] cailles3 à Hercule 4.
VOCAB.1 <Î>oiviÇ,gén.$OMXOÇ.
accus.- 3 ~Õp—s ~eôuov,
imparf. de ~3ôw,
Ó, — 4 Voy.§. 181.
~n, gén. ~ôpruyoç,
VI. Les perdrix 1 avaient une belle voix2 dans l'Attique 3,
mais celles de la Béotie 4 avaient la voix grêle 5.
VOCAB.1 ~IIipcrt,gén. ~r.iprJtxoç
rjcrav,pulchra voce erant
, Ó.- 2 ~evçwvot
3 ~ev'ATTIX-JJ.
— 4oi ~dki" Boiwria, mais celles dans la Béotie.
prœditi.—
- 5 iCTX¡¡ÓrpWJlOt,
gracili voce erant. Compos. tcr^voç, gracilis, et yMVjj,
vox.
VII. Le proverbe1 dit que 2 les vieillards 3 redeviennent
enfants 4.
1
VOCAB.
r" — litzl, 3° pers. sing. ind. prés, de ~liyetio,di~Ilapoipûa,

28
THÈMES.
- 4 Tourn : devenir de nouveau enfants
cere. — 3 -ylpwv,gén. ~yêpovToz.
en retranchant le que, comme en latin; devenir,~^îyvgffOai; de nouvea
enfant, ~7raXtp7ratç,
gén. ~7ra>tpurai<?oç
; comp. ~7râXtv,
rursùs, Traïç
, pltcr
propr. vepuerascens.
VIII.
fourmis

Une fable1 antique2
dit que3
6 devinrent hommes 7.

les Myrmidons4

de

VOCAB.1 M~üOoe;,
Ó. — 2 TRA^AIO'ç,
~-ci,ov, §. 3o, I. — 3 Voy. ci-dessus
o. — 5 ex, génit. — 6 f-ûpp;£
VII, 2, 4. — M~upptiîwv,
gén. M~uppu^dvoç,
gén. pvppvxoç,o. — 7 Tourn.: être devenus (comme plus haut, VII, 4]
~y£"/o'jévai
; hommes, àvj?p,vir, §. 29.
IX. Il faut1 donner2 aux enfants3
la pudeur
tion 5, comme 6 aux chevaux7 un éperon 8 et un
VOCAB.àsî. - 2 "'poc;ee;:¡x°r;.t,prcpr., être attaché,
—3 1rr;.Íc;,
~rotteog.- 4 ~aiiîwç,Ï;; sur la déclin.,
g
én.
5
i. - 6 ~wç,ut. — 1 ~innoç
, 0. — 8~
(InÀo'rtfl-tr;.,
ïivôç, 0.

4 et l'émula
frein 9.

de 7RPO;ÇÊVP
voy. §. 27. —
0. - 9 ~y

THÈME III.

5
I. Les Libyens nomades1
non
par4 jours
comptent2,
mais 6 par nuits 7.
VOCAB.1 Tourn.: les nomades des Libyens, c'est-à-dire, d'entre le
Libyens. Voy. sur ce sens partitif, §. 298, I. Nomades, 'Jof_aç,g. 19
3e. pers. plur. indic. de àpiOpiÉ
Libyen, A~îSue,§. 26. - 2 ~àptOpoîicn,
3

- 4 S'exprimera par le dat. du subst. Voy.§. 538,2'
~où.
~-&>,
§. 89.
—5 >5^£ pa, ~vî. —GàMâ, après une proposition négative; voy.§. 273
II.— 7 ~vv£, gén.vuy.TOç,YÍ; 20, I.

II. On demandait à Périandre 1 : Qu'y a-t-il de plus grand
dans le plus petit espace 2? De bonnes 3 pensées 4,
dit-il5
dans 6 un corps? d'homme 8.
VnCAB.1 Tourn. : comme en latin: Periander interrogatus, Uspizwpa
2 Tourn. :

in angustissimo, Tt fLi'lL
~spcùzYiQsiç.
quid
maximum,
[esset]
- 3 àyaOoç
~Wovèv E~x~tCTM.
, vj, -dv, §. 30,8 I. - 4 ~fpr.v
, gén. 'fpe'JÓ;,
- 5 ~et7rs.
- 6 ~èv,dat. — 7 Voy.§. 19. — ~rç
Ó.
III. La
mains 5.

raison1

est

plus puissante2

que3

la force4

3
VOCAB,RVWPR*,


— xpzi':'fJ'JJ'J,
Voy. 5, 197
quant,

de

comme

29
TROISIÈME DÉCLINAISON, §§. 19, 20, 21.
latin , même cas après que devant. —4 pwpr/j, - 5 ~Xeip
, gén. ~xetpÓt;,
~; vuy. Irrég.§. 185, y°.
en
1 IV. [La] bonne
aux vautours4.

odeur1

et [le] parfum2

causent

la mort 3

1 Eù6>d'Í.cc
t comp.~su, bien, ~ÕWI
( équivalent de ~ôor^etv,§.6),
s(,Iitir. —2 ~fiupov,to. —3 Tourn.: sont cause de mort, ~ai-rtaSavârou.
4 ';{i , gén. ~7U7roç,

VOCAB;.
o.
1
V. Lesflatteurs
1 ressemblent2 aux corbeaux
3; ils crèvent 4
5 à leur
yeux
proie 6.
2 ~èoi'xaai,

VOCAB.1K~o'XaÇ,
xÓÀcxxoç.
; dat. —
gén.
parf. second, de ElxM
les
3~x.o'paÇ
, gén.~xo'paxoç,
o. —4 ~Xujzatvovrai,accus. —5oppta, to. —6 Tourn.:
e ceux pris, èxdvpevOsi;,-Ivroç; voy. PARTICIPES,
§. 84.,2°., p. 76.
VI.
t Ions.

L'usage1

du se l2

existait3

même 4 dans5

les liba-

VocAc. 1 Xp>i<Ttç,-swç, —1 a)>ç,gén. ~se mettra au gén. pltir.
— **iv, était. - 4 ~xat,comme en lat. et. - 5 ~ÈV,
dat. — 6 awoviîyî,~;
§. 15.
DUEL.
THÈME.
I. Talthybius 1 et Eurybate2 étaient 3 deux hérauts4 et deux
6
7.
Htcljis^ seivileurs
d'Agamemnon
VOCAB.T~aXOygtoç
re, comme en lat. Taltltybiusque. Remarquez que la
conj. se met comme que, toujours après le mot, mais ne s'y réunit pas.
Elleest ordinairement suivie de ~xai, et.—* zal Eùpu6âr»iç.—
3
§.
64.—
5
8
4 Zi:¡J'JS,
~-v/.o;
, ô. ~-ov
; au duel, §. 30, 1. — Sspaîrwv,
~ôrp/jpoç
,
-à,
-OVTOÇ,
0'. - 7 A'ya[ié[jLV!ùv
, ~-0vo>.
TI. Vulcain1 était 2 boiteux3 des deux pieds 4.
3 xwl6;. Tourn. : boiteux

VOCAB1 "HyxiffTOî,
—* §. 64.
[qiiant
aux deux pieds, claudus pedes; voy. §. 344-I et la Méth. lat., §. 362,I.
- 4 îtoû;, ~0
;
20, II, Exceptions.
III. Médée 1 est peinte 2 jetant un regard terrible 3 sur ses
deux enfants4
; elle tient 5 une épée 6 dans7 ses mains8 ; les

THÈMES.
30
deux infortunés 9 sont assis 10 riant11, ne se doutant pas de
ce qui va arriver 12, même13 [en]
voyant14 l'épée dans les
mains 15 de leur mère 16.
3e pers
VOCAB.1'H M~»5#eia.
Voy. p. 9, Règ.VIII, sur l'art. —2VPÂYSRAT,
Tourn.: regardant d'une manièn
de
~ypàyv,pingo.—3
pass.
prés.
sing.ind.
vno6\éivov<ru
; comme en latin, torvumintuens. Voy. §. 160
terrible, ~Set-jov
5 lXEt,elle a, habet.—
les.
lieu
de
au
mettez
ses,
;
4 jrom, gén. ~naiSàç
8 Rendez ses
6 ~Çt<po;,
7
dat.
~èv,
par les, et voy. Irr., S. 185, 7°. —
TO.
- OXA0ÂFFTOV.
— 117S>«v,gén.~75*«VTOÇ,
subst.
9 eÀLOr;,
part. prés
adj.pris
12
de ~yslicù,-m, rire, au duel; S. ig, et §. 64, p. 58. — Tourn. : ne sa~eltforoç,au duel, §. 72
chant rien des choses allant arriver
: gén.
13 ;(Cl:t
14 ~opiiv,gén

Taûra,
TOp.iÀÀo"J,
idque.
Ftéllojroç,
f
u
litruni.
gén.
— 15 Voy
n°.
11.
auduel.
de
video,
-w,
Voy.
~opâw,
prés,
~ôpwvroç
, partie,
n°. 8. - 16 Tourn. : de la mère, ~ph-np,§. 29.
VOCATIF

Des noms dans lesquels ce cas se forme du nominatif par le retran
cliement de la consonne finale ou par le changement de la longue en
brève.
Méthode, §. 19, Remarque 1°.
Voir aussi les exemples des noms à décliner, S. 20, p. 20.
THÈME.
I. Jupiter1 , roi 2 [du monde],
accorde-nous3
les biens 4
5 ou
nous
te
les
demandions
que nous ne te les demandion
que
pas 6, et refuse les maux 7 même à nos prières 8.
VOCAB.1Z~eúç,gén.~Aïoç, Irrég. §. 185,1 °. - s CI:(jt).<:vç,
§. 24; au vo
comme en apposition avec Jupiter; voy. plus haut, p. 11-12, S. 295. 3
au plur., bonum quidem.pèv ÈaeÀÓv,
RÎPÏV~eico-u,nobis da. - 4 ~TO
5 Tourn. : et à [nous priant] , et orantibus, ~xaieù^o'jMsvoç,
-ou, §. 17. 6 Tourn.: et
-0
[à nous] ne priant pas, et non precantibus, ~xaiaveu/Toç,
—8 Tourn.
~rà. 3z iïei-jà.àîrtx.'ksÇe.
§. 17.—7 Tourn. : mais les maux éloigne,
-ou.
même à [nous]priant, et orantibus, ~xaiSV%6[JLSVOÇ,
II. 0 [mon] enfant1, suis 2 les préceptes 3 des vieillards 4.
1
VOCAU.
ici devant ce mot au voc.
~llcxï:;,
gén. nuiïiôz, puer.
Ajoutez
1

de ~îiro[L&t,
avec
Ó.
exclamative
~
w,
particule
~îrou,impér.
sequor;
dat. en gr.; §. 333, 3°. — 3 7rxporjye\ta., - 4 ~7rpecroÛTfpoç
, -ou, prop
senior, plus âgé.

31
TROISIÈME DÉCLINAISON, §§. 19, 20.
Calchas 3, tu as ôrdonné 4
III. [0] prophète ( de malheur2,
I(tl'J immoler5 Iphigénie6.

;

IV.

2
1, sois favorable3

0 Neptune

aux matelots

4.

de
V. 0 Dieu1 tout-puissant2,
père 4 et créateur5
génie 3,
l'univers 6, maître du tonnerre 7, salut 8; je célébrerai 9 tou15 ne se
11
sur
14
la
terre
rien13
1°ta
puissance 12 ; car
jours
sans17 toi 18.
fait16
VOCAB.1 ~w,Seo;,-oû, qui a son voc. semblable au nom., commeDeus;
2
- 3~(Jatpav,~.ooç.33.
3°.
voc.sur
«XiflQjjç
,
35,
~7rayjcpaT*)'ç,
p.
177,
- 5 ~xrîcTMp,-opoç. - 6 ~tov7ravrôç, propr. du tout,
4§. ..:I:'rp , gén. TTKTpOC.
dec T:¿:;, omnis. - ? ~ùp%ixépocvvoç
> je commande,
, -ou, composé de ~apxw
tonnerre. - 8 ~xa'Pe» salve.—9 xaôvjxvvîcrw,
fut. de xaSu^vlw.
de
12
S- 10 ~àsÍ.- 11 GÓç,~G;-J,
(70V
, /«7i51
, -a, -um. —
xfchoç , -eo!; -OU$
, TO.
— 13~où yôcpTI spyov, mot à mot, car aucun ouvrage. — 14 ytyvsrai ,fit.
— 18 ~GÚ,tuy
— 15~È7rt,dat. - 16 yQwv
, gén. ~XeoôÇ,5. - 17 ~,
gén.
gén. ~cou.
VI. 0 richesse
I
!
accompagne5

VII.

Ganimède

l

et pouvoir-suprême

1, à quoi te servira

2, quelle

3 envie4

2 la beauté

3

vous

pour 4 la

agesse 5?

I

VIIT.

0 Socrate 1,

tu as souffert2

injustement3

la mort 4.

32

THÈMES.
IX. Divin 1 Ajax 2, sauveur 3 des Grecs 4, combien
tu enfonças 6 les bataillons 7 des Troyens 8!

de foi

X. 0 roi 1 fils 2 de Latone 3 et de Jupiter 4, jamais 5
6
poëte
[en] commençant 7 [ne] t'oubliera 8.
3 Avrrc

VOCAB.
note
1.
ou.
ava£, ~-CtY.'t'O;.
,
20,
ULO;,
Voy.§.
5 OCTTOTS.
4

— 0nowzriç, -où , o. ~AÏÎTOÛÇ.
I.
ci-dessus,
gén.
Voy.
§
.
8aou

7 ~ùp%6[ievoç
Mas't'Ctt
, tui obliviscetur.
, incipiens.

NOMS CONTRACTESDE LA TROISIÈMEDÉCLINAISON.
Méthode, § 22.
Terminaisons,

~-Ï;, masc.,

fénz.

; neut.

;

gén.

-Eo; -ou

THÈME.
I. Les Amazones

1

portaient2

II. [Le] temps 1 est pour
ractère 4.
VOCAB*~Xpovo;
,0.
— 4 OO;, .6.
~no;
,

des robes3 traînantes

les hommes2

[1'] épreuve3

4.

du Ca

- 3 pas
- 2 Tourn. : aux hommes, ô ~avOpwjroç.

l'orateur
III. Diogène1 surprit
un jour2 Démosthène3
se retirant 7 [en dedans
dînant 5 à l'auberge 6; Démosthène
Vous [en] serez 8, dit-il 9, d'autant plus 10 à l'auberge.

NOMS CONTRACTES, §. 22.
4 remarquables
IV. Il y a 1 en Béotie 2 deux 3 montagnes
l'une 6 appelée 7 [l'J Hélicon8, l'autre 9 le Cithéron 1°.

33
5,

V. Le Nil1 nourrit3 toutes3 [les] espèces 4 de poissons 5.
— 2 lXt, habet. — 3 Voy.§. 35. —4 yévoç, ro. —
VOCAB.1 O ~NEiÀoç.
5 Voy. S. 26.
2 les villes 3 de force 4
VI. Démétrius Poliorcète1
prenait
[en] battant 5 les murailles 6; mais Timothée 7,
[en] persuadant 8.

VII. Qu'il est difficile de bien vivre l au milieu2
vaises 3 mœurs 4!

des mau-

VOGAB. ~ç ep7ov
mot à mot, quel ouvrage de bien vivre! eO
Çyjv,
~Èv,
in, ablat. — 3 roinpd;, -à, -ov, Adj., §. 30. —4>?0oç,to.
Platon 1 et Xénoplion 2
5 Socrate 6.
4
apologie pour
VIII.

ont tous les deux écrit 3 une

IX. Les galères 1 furent construites 2
première fois 5 en Grèce 6.

Thèm. gr. Ire Part. Elèves.

à 3 Corinthe

4 pour la

3

34

THÉMES.

REMARQUE.
Si, devant les désinences ~Ylç,Eg et oç, il y a encore ur
voyelle, ce n'est point avec cette voyelle, qui appartient au radica
mais avec celle de la terminaison, que la contraction a lieu; ex. : /.Un
gén. ~Ûk-so, contr. xUou?. Les seuls noms propres en xîêvç, composé
de Ú.io;, gloire, contractent aussi l'e, qui se trouve devant la termina
son au datif et au vocatif singulier; ex.: ~HpaxXsjj;,
-xXijf; Hercule; da
-xlési, -Úú; voc., 'Hp(hÀs-s; , 'Hp"xÀst;,
~'Hp;(xÀi-e'i,
Méthode, Supplément,

§. 181, III.

THÈME.
I. Périclès

l était2

fils 3 de l'Athénien

2

à
contracter.
VOCAB.1 IIspiylir,z
§. 64. ;
5 Nsoxî.irîî
• contractez.
~votïoç,-ou. -

4 Néoclès 5.
3

Vi

~-ou,Ó.-

4A0r

II. Isocrate 1 a écrit3 un discours 3 contenant
des précepte
moraux 4 [adressés] à 5 Nicoclès 6, roi 7 de Cypre 8.
VOCAB.1 'lrjo-/.oxz-/iç , -ÎOÇ-ouç.— syùol&î, deyozyW.- 3 IOYO;,-ou,
- 4 rraoatvsrtxo'ç, ~->î,-Ó'J,admonitorius. -2, -um, Adj., §. 50. - :;rpoç
; contractez. - 7 TÛOZVVOÇ,
-ou, 0. —8 Tourn.
ad, accus.— 6 ~Ntxox'Àsïjç
-ou, adj.
Cyprien, ~KÛTT&IO;,
III. Tous1 les Grecs 2 décernèrent3
après 4 la bataille na
vale 5 de Salamine 6 le prix de la valeur 7 à TlulnÚ,,,.toc!e8.
2"E),).r,v,
35.
tra
VOCAB.1 ~lia;, gén'. TTSCVTO';
-yyoç. - 3 «Trsyoçrav,
; §.
5
4
ace.
de
àroàtcfwat.
vau^y.^ia, -a;, r<; conio.d
~perâ,
diderunt,
6 Tourn.: la à
combat.—
et
[l-XYJ,
~dat.
~vaûç,navis, vaisseau,
Salamine, SaXapu;-t'.lO;) bataille navale. Voy. plus haut p. 8, Règ.V
- 7 àptcrrgta, -c.>'.I,
~râ, pl. i-i.
&S[it<TToyMn;
; contractez.
a 3 [sa] passion4 particulière5.
-~A
VOCAB. KÏW
r/.lsr,çY contractez, et mettez Mdevant cenom
-îob-,-ou;, rc
or-oçTiç,m.à m., 7/tt chacun.- 3 ~XH,de ?; £ «.—
- 6 tJtoç, -i:,(, ~-o-j,
proprius, -a, -um, Adj., §. 30, Rem.
IV. 0 Calliclès

l

, chacun2

NOMS CONTRACTES, §§. 23,

Terminaison

35

181.

~-LÇ,gén. -EW;.

Méthode,

§. 23.

THÈME.
1

sans2 [l'] Instruction 3 est aveugle
struction
sans le naturel est insuffisante 5.
I. Le naturel

4, et l'in-

*IL.''-'II. Les lois 1 sont2 [l'] âme3 d*une ville 4.
VOCAB.
1 ~Noi/o; , -ou, o. -2 §. 64*— 3 1)X>1, lÍ.-"

jto'aiç,»?.

6
III. Aristippe 1 dit1 à3 son 4 frère5 :
Souviens-toi
que 7
tu as commencé 8 la mésintelligence 9,
et moi 10 , la réconciliation 11.

1

IV. Les mauvaises 1

mœurs2

pervertissent

3 le naturel 4.

les cinq 2 sens3,
, g()¡Jt'J le toucher 8, il n'y en

lavuei,
l'ouïe 5, l'odorat 6,
a point d'autre 9.

Le repentir 1

insensées

V. Hors1

suit2 les actions 3

le

4.

VOCAB. MiTiyoïa, ~r,.—--apî-stat, dat. — rp.âÇi;, -cwç, y].— i nzp-Aoyo;,o, ~ri,-ov,ro, Adj.,§. 31. Sur la constr., voy ci-dessus, p. 7,
1VI.
lltg. III, 1°,
*3

36

THÈMES.

Terminaison

-eu:3 gén. -~eroç

Méthode, §. 24.
Nota. La contr. de ~-sasen -û;, à l'accus. plur., est moins pure.
THEME.
I. L'hydraulis 1 est une invention 2 de Ctésibius 3 d'Alexan
de profession 6.
drie 4, barbier5
VOCAB.1 "Y<?PAU>IÎ,
~-ewç,
>9. Machine hydraulique, qui jouait des air- 2 ~evpripct,
- 4 'AfoÇxvdpsvç,Alexandrinus. -TOÇ
, TO.—3 KRYJO-ÎGTOÇ.
5
~xoupEu;,apposition, voy. p. 11,§. 295. - 6 zèyvo, rt, à l'accus. ei
sous-entend. ;!!l'¡"('£,
secundum , §. 544, Il.
II. Les Ménades
Tlirace 4, Orphée

1 déchirèrent*
5.

Penthée 3,

et les femmes

dl

à un mauvais3 arbitre
ressemble 2
La fortune1
de
jeux4; elle couronne5 souvent 6 celui qui n'a rien fait 7.
2
VOCAB.1 Tvyjn
y ~y.— sOlxe; dal. Yoy. S. 252, au verbe Eizw. — 3 ç>aO
),oc.— 4 |3pocfisvç.—
5 oreiyavoî, ind. prés. conlr. de ~oreipavow,
-w,§. 93. —
u 7roX>âv.iç.—7 Tourn.: le n'ayant rien fait, ~Étu>jJèvTToscÇxç,
partie, aor
1 de ~7rpâ<70T
£tv, à mettre à l'accus., §. 72.
III.

1 aux historiens 2
IV. Il est indispensable
[de] ne point men
obtiennent
tir3 , mais il faut4, je crois5, que les historiens
1
les
erreurs
commises
comme
9,
par ignorance
grâce 7 dans8
étant11 hommes 12.
"•
1
necesse
est.
VOCAB. ~'Avxy/aïovègti;
§. 297,I. cjyypxftC;,
Voy.
5
6
l'acc. —3 ~uyiiisvosaQcti.—
4 fîiï$é. — oiu.xi.— Tourn.: les historien
obtenir, ~ryyxâveiv,géll, - i o-yy/vwp;,i" i-.,, ablat. - 9 àyj&Vux,--or
Ge mot etle partie.
~TO.—'0 WÎ.—1 Voy.§. 64, p. 58. —1 «vOpwîroî.
l'accus., comme en latin.
V. La race [ des barbiers
bavard 6 ayant
Un barbier5

2 est
causeuse 4
passablement3
demandé 7 à Archélaiis 8 : (( (:om

37
NOMS CONTRACTES,S. 24.
ment vous raserai-j e 9, sire 10?» «[En] vous taisant11, » réponiit-il 12.
2
3
— 4 >âXoç,
VOCAB.
1 révo,-,
-. d, — XO'IJP¡ú.- ~l7rteix.wç.
Adj.,§. 31.—5 Ici
le nom et toutes ses dépendances au gén. absolu, comme à l'abl. abs.
7 ~èpWTWO-AÇ
en latin. Voy. §. 370, I. —6
à<?oXI<R;
£*]ç, -ou.—
, partie, aor. 1
de ~ÈPWTAM
-ou,
Voy. §. 72, PARTIC.

8
'Ap%élxoç,
acCus.
, interrogo;
11
- 9 ~nw; a-exstow; — 10 paa-t).¡ú;. —
atràlre)V,tacens, partie, prés. de
ifl.
riu7rtcu; -~ci.—12 sipj, inquit.Voy.§. 148, REMARQUE,
VI.
tout?.

Veuillez1

avoir 2 en 3 honneur 4 vos parents 5

avant 6

VII. Eolygnote 1 de Tliasos2 et .Denys 3 de Colophon 4
étaient3 deux peintres 6 célèbres 7.
1
VOCAB.
4 o
~oWyvwToç,
—2o 0â(rioç, le Thasien. - 3 xat Atovûutoç.—
le Colophonien. - 5 à mettre au duel, §. 64. - 6 ypzfevç,
~KoXoyivioç,
au duel. -7 ev<?o!
£os, o, ~>5,
-011,16, au duel, Adj., §. 31.
VIII. Les bergers 1 siciliens2 avaient 3 des pipeaux 4.
VOCAB.1 ~Noaewç
, -éwç, 6, a lema).Lygg,
-'tÍ,3-ov; se mettra devant son
subst. Voy. ci-dessus, p. 7, Règ. III, 1°.etXQlI,de ~gx. —4 crûpi-yÇ,
",/o;,~17.
IX. Les Doriens 1
le Péloponnèse 3 avec 4
les
occupèrent2
7 après8 la prise 9 de
Héraclides 5 la quatre-vingtième6
année
Troie 10.
3 ne/o7ro'vvv?ffoç

d
e
zoyQv,
l
x.
, -ou . - 4 (j'v",dat.
VOCAB.
'Awpisûî.—2
fils ou descendant d'Hercule, en gr. 'Hpaxtàç. —
-5'
~HpaxÀeid'r¡;,
-ou,
6
~o^tJojjxooTOs,
-ÏÎ, -ov, octogesimus, -(L, -um, adj. ordinal,§. 43.-— 7e't'or;,
-~toç-ouç,70, an dat. sous-entend. èv, comme à l'abl. en lat. ; mais le dat.
s'emploie en grec avec l'adj. ordinal pour indiquer un temps précis; voy.
S.338, 4°. 8 ~accus. —9 aXwcrtç,-swç , v;.— 10"Utov,-ou, TO.
*
Lesformes des noms en-~eúç,qui ordinairement ne se conREMARQUE.
tractent pas, perdent dans quelques mots l' au génit. sing. et à l'accug.
singulier et pluriel, quand il se trouve une voyelle devant la terminaison-~sût du nominatif. Cette contraction se remarque particulièrement
dans les mots ~lsipatsuç, Pirée, port d'Athènes; à-yutsûc, autel d'Apollon
dressé dans les rues;~X?Svr;, mesure attique; nohvj;, protecteur d'une

38

THÈMES.
ville, et dans quelques noms propres de penples, tels que ~Eperpieyç,Erétrien; ~Eùêosûç,d'Eubée; ïlXarateûç, Platéen, etc.
Méthode, Supplément,

§. 182, IV.

THÈME.

I. Lysandre1, après2
la victoire 3 d'Ægos-Potamos 4, mouilla5
avec 6 sa 7 flotte 8 au 9 port10 [du] Pirée 11.
«ou.—
3 fiera, accus. — 3vtacvj,•/?.—
VOCAB.1 ~AtlCTGtwJpoC;,
4A17Ô;ttotap.ot,
-~WlI,
propr. Caprce fluvii, les rivières de la Chèvre. Déclinez seulement
et tournez ainsi: après la dans (~iv,dat.) les de la Chèvre rivièrei
~7rora(uoî,
5 ~M
6

V.de
8,
Règ.
ppto-ocro, Óp{LÍ.o{Lcu. Se sous-ent.
victoire. Voy. p.
en mettant le nom au datif. - ; Tournez par l'art. —8 CT,Ó).OÇ
, -ou, 0. —
9 ~1r'pÓç,
ad, accus. — 10ltp.'tÍlI,-s:Jo;,o.-— 11,Ilstpatgvç
; attraction; vov. plm
haut, p. 12, Rem.

II. Il y avait1 des théâtres 2 tant3 dans 4la ville d'A thènes1
6 dans le Pirée.
que
Vocab.1 Tourn.: des théâtres étaient; mais le verbe au sing., comme
II.
neutre.
ici
du
un
nomin.
Verbe,
Voy.
plur.
§.
257,
Règ.
ayant
2
3 xxi, et.— 4 gv, dat. Se rend ra seulement par ¿{n'J,
-ou, ~ro.—
;¡tGtTPOV,
~'to, S. 25, qui désigne spécialement et absolument Athènes, comme
Urhs, Rome.- ~xCti, et.
III. Les longs 1 murs 2 d'Athènes 3
sandre 6.

IV. Les assiégés1
ville 4.

invoquaient2

furent

Jupiter 3 ,

démolis 4 par5 Ly.

protecteur de

la

V. Les Athéniens 1 avaient 2à 3 la bataille 4 de 5 Marathon 6
les Platéens 7 seuls 8 [pour] auxiliaires 9.
-ou. — 2 sl/ov, de ZXw.
.y¡;,';'
VOCAB.1 ~'AOrivaïoç,
- 3 ÈlI,dat.— 4
— 5 ~£7rt, apud, dat. - 6 MapaQwv,
Tournez comme ci-dessus
-wvoç,
p. 34, Sect. III, n°. 6.—~'nXaraisûç, -sw?, o. - 8 po'voç,-n, -ov, Adj.

9
I.
exv/x^a^oç,-ou, o.
§. 30,

NOMS CONTRACTES, §§. 25,

Terminaisons

26,

182.

39

~-v, et -u.

Méthode, §§. 25, 26.
THÈME.
I. La longueur 1 de l'arche2 de Noé 3 était 4 de trois cents 5
coudées 6.
To.—1 ~xiêwrdç,v. — 3 o N~ws,indéclin. Voy.§. 188, 1
VOCAB.1,
5
6 ~7ïiixyç,~-6wç,Ó, augén. La coudée était


42.
Voy. §.
—4 §. 64.
d'environ 1 pied4 pouces7 lignes = 45 centimètres.
3 le
5
pied4 mesuré
II. Les prêtres 1 d'Egypte 2
que
7 surpassait 8 sept9 coudées.
de la statue6 d'Osymandyas
VOCAB.l ~Ispzv;, §. 24. - 2 A~t'/JTrrtor
, Ægyptius. —3~efaaxv. Rendez
le que en tournant parl'infinil., comme en latin. - 4 ~ttoOç,
Ó.—
~7rod'Óç,
s
[isrpovpevoç,
-m,S ~-0V;§. 5o, I. —() àvJpidcç,gén àv^ptâvroç, ~ô.—7 'Ocr\)accus. —9 Voy. S. 42.
uxviïûxç,-ou. — úï.srÆ).),Õt'J,
disaient

III. Le papyrus1
non dans une eau profonde3,
pousse2,
mais environ 4 à deux coudées5 [de profondeur].
Sa hauteur6
n'excède pas 7 dix8 coudées.
3
~toO
VOCAB.1
~HiTrupoj, ~Ó,
,plante aquatique. —2 ~avérai.— ~où/èvpdéOst
5
~uocrzoc,motà mot, nonen profondeurde l'eau. —4~àM'êaov.— Tourn.:
(Iztilsiv, dat., deux coudées, ~Si
o, ~7r»j^v;.—6pvjzoç, mais la hauteur.
—7 Tourn.: n'est pas au-dessus, où^vné?, non supra, accus. - 8 Vov.
§. 42.
IV. Les polypes 1 attendent

en embuscade

2
les poissons

3.

Anacharsis1 disait que2 la vigne3 porte 4 trois 5 [sortes
le premier 7 , du plaisirs8, le second9,
de l'idej raisins6;
vresse 10, le troisième11 ,
du dégoût12.
Y.

40

THÈMES.
10
9
— 11 Voy. S. 43. - 12
43.
8>;(ïovri, —
Voy. S.
fAS0/j,~>5.
~Six,.
Les chasseurs 1 prennent3 le sanglier3
se servan
[en]
5 et de chiens 6.
de filets
- 3~ç ~aypioç,
VOCAB.1Ku"YJ,,/Ó;,
. - 2 ~àyps-jovut.
propr. porc sauvag
s

utentes, dat.
gén. ~VÓç. 4 ~jfpwpevot,
~apxvçgén. ~apu0; . — 6 y0
Irrég. §. 185, 5°.
VI.

Glaucus 1 étant4
encore3 enfant 4, [en] poursuivant
un rat6, tomba7 dans 8 un tonneau 9 de miel10.
VII.

Terminaisons

-w et -, gén. ~-ôoç, contr. ~-oüç.
Méthode,

§.27.

THÈME.
I. Apollon 1, fils2 de Jupiter 3 et de Latone 4, lorsqu'il eut tu
à coup de flèches 5 le serpent 6 Python 7, vint 8 à 9 Delphes 10
et prit possession11 de l'oracle 12 de la Terre 13.

3 de tout le
II. Vous serez digne1 de respect*
auprès
inonde 4, si vous commencez par vous respecter vous-même h
premier 5.
1~ÀtOç,
VOCAB.
. —3~Tcotpx.,dat. —4 Tourn. : auprèsde
gén. —2~CÙ&WÇ,
tous, apud omnes, ~7ràç,§. 35. —5 êàv7rp<w70v
apÇïjç cauxovaiSeïaOai, s,
primum incipias te ipsum revereri.
III. Il n'y a point1 [d'] autre2 temple3
5 la
parole 6.
que

de la Persuasion

41
NOMS CONTRACTES, §§. 27, 28.
2
non
est.—
VOCAB. ~Oiix
ZÔ.—
^IZSI9U7
~etrri,
Voy. S. 200, 1°. —3 ~iepov,
. —5
~r^y5v, nisi. — 6 ÀÓ/oÇ,0.
IV. Démade1
la beauté 6.

disait2 que la pudeur3

est 4 la citadelle 5

de

, de~eineiv; 247» —3 at#&>ç, .— 4 Tourn.:
VOCAB.1
— 3~SI7?E
5
en
avec
l'accus.
comme
, . - 6 ~&Àlat.,
être, ~£tnt,
~àxpoTrohç
, ~-eojç
J.o;,~nÍ,S. 22.
V. On rapporte que 1 le vaisseau3 Argo 3 fut ainsi appelé 4
8
5 son constructeur 6, et ceux
7
dans
qui naviguèrent
d'Argus
furent appelés9 Argonautes 10.
le vaisseau Argo,
VOCAD.l'Ia't'OpoijO't,memorant, §. 258, et le verbe suivant à l'infinit.,
comme en latin. Voy. S. 279. — 2 Voy. §. 185, 90. — 3 ~'Apï. — 4~jrpoç5 ~cl.1rÓ,
— 6 ~toù

ab,
;
,-ou.
fuisse.
génit.
~vApyoç
ayooEvOfrjai,
appellatam
~to~czâyoç,mot à mot, de celui ayant en chef construit le
à:i:ygx:rollO'Gtll't'oç
bâtiment.- 7 ~oittXéovteç
, navigantes.- 8 ~èv,in, dat. -9
aor. 1. pass. de ~7rpoçar/opEiiw.—10
~'Apyovaûr»?
, -ou.
VI. On montrait1 à Colchos2 l'ancre 3 du vaisseau 4 Argo.
VOCAB.1 ~'Ed'¡bt'JVTO,
m. à m., était montré, comme en lat., ostendebatur. -' È'J KoÀxoi;, in Colchis. —3 ~ayxupa,. - 4Se sous-entendra.
VII. Ni 1 dans 2 l'adversité 3 ni dans la prospérité
je ne jamais habiter 5 avec la race6 des impies 7!

Terminaison ~-aç,

4, puissé-

-ao; ~-r»:;.
gén. -CiC't'O;

Nota. Tous ces noms sont neutres, et doivent être employés avec la
; forme contracte, qui est la plus usitée en prose.
Méthode, S. 28.
THÈME.
I. Les mortels insensés 1 s'irritent

contre 2 la vieillesse

VOCAB.
1 Tourn.: les insensés des mortels, S. 298,I,

3.

a^p^v, gén. a«po-

42

THÈMES.
2
~voç,/Spore;
, ~-où.— àyavaxfoûffi, dat., comme en lat. — 3 ~7ïozq
,
§.
28.
II.

De même que1 l'automne2
est sur3 la limite k de l'a
est sur celle 8 de la vie
née5, de même aussi 6 la vieillesse7
et la raison 10 et la prudence11 sont
la récolte12 de la vie
lesse.
'v'L

III. Les cornes1
différentes 4.

et [celles] des vaches3

des taureaux2

se

2

3
o.
-ou,
~uvpoç,
VOCAB.
1 ~Ks'paç, -ATO;,TO.—
~poûç , gén.
Xsiaç-pooç, m. à m. fenzina bos, bœuf femelle; Irrég. §. 185, 10°.
4 ~d'tapipit,differt. Voy. §. 257, Rem.
IV. Les cerfs1 seuls 2 déposent 3 leurs 4 cornes.
VocAB. 1~"E^ayoç
, -ou, 6 et vj.—'• povoç,-vj, -ov,Adj., §. 30. - 3
- 4~râ,'les.

à 2la bataille 3 de 4 Cunaxa5,
commandai
V. Cléarque1,
l'aile 1 droite8 de l'armée 9, et Ménon10 la gauche 11.
YOCAB.1 K~Hapxoç
uiv, Clearchus quidem. Voy. la Méth., §. 273,
3
5 K~oûv

4
- 2 ~ÈlI,
dat.
dat.
en
~-ÍJ.
Y,C;,

7
",
in,
~pà-yn
apud,
grec.
~r,;. - 6 ~yyJcraTO,
duxit, régit le génit. — 7 ~xépaç,~TÓ,propr. corne, com
en lat. cornu. — 8 ~JeÇioç,-x, -ov, Adj. §. 5o, I, Rem. Sur la place
1°. —9 aTpxTSVfix,
~TO; sur , §.
l'Adj. voy.ci-dessus, p. 7, Règ. III, 11
- toMévwv
~ro,Adj.. 31
«?£, Menon autem. —
s-oùvvuoç,0, , ~-OV,
VI. Les Padéens
chair 6 crue 7.

1, peuple

Les étoiles1 placées2
6
Hyades 7.
s'appellent
VII.

2

indien3 ,

entre

sont 4 mangeurs

3 les cornes4

5

du taureai

43
NOMS CONTRACTES, §. 29.
- 7 ~ïaç ,
~ro.— 5 T~aOooç
, ~o-j,o. - 6 ~xa/oûvTat,vocantur, de ~xa/sw,VOCO.
^àooç,yj.
dans 3 les combats 4
VIII. Les Grecs 1 qui se distinguaient2
obtenaient5
des récompenses6.
VOCAB.
1 ~'EÀfojv, §. ig. Constr. l'art. d'après la Règ. V, p. 8. -2 ~iXptm. à m.: se distinguant, prœcellentes, partie, prés. de cipta-Tsùw.
- 5 èXây^avovj de ^a7X^vw
~z-Jovreç,
! » ; gén. - 6 -jipaç
~0
~1épa;>
~-ARO;,
TO.
I
Hercule r est
dans 6 une coupe 7.

dit2

avoir

été transporté

Terminaison
Méthode,

I. [Il est] d'un enfant1,
4.
modérément

III.

La réprimande1

~)'jp.
§. 29.

THÈME.

1

II.

3 à 4
Erythie5

non d'un homme2

d'un pèrea

[de] désirer

3 im-

est un doux 3 remède 4.

Lorsqu'Ilion fut pris 1, Enée 2, dédaignant tout le reste3 ,
se chargea4 de ses dieux5
, et les emporta. Aussi
domestiques6
~les Grecs 7, charmés 8 de 9 la
piété10 de cet homme 11,lui 12
encore un second 15 bien 16. Or,
~Oermirent13 [de]
prendre'4
son père19 extrêmement20
ayant mis sur17 ses épaules18
vieux21, il [l'].emporta 22.

44

THÈMES.

IV. Les Lyciens 1 tirent leur nom 2 de 3 leurs mères 4,
non 5 de leurs pères,
et ils citent 6 en généalogie 7
les mère
de la mère.

2 le meilleur
1 fut
V. Publius Scipion Nasica
jugé
hommes 4, et Valérie 5 la meilleure des femmes 6.

3 d

1 donna 2 à sa mère un mobilier 3 c
Emilien
Scipion
8 toutes
4 talents 5. Ensuite 6, il
7
sans
délai
plusieurs
paya
leurs dots 10 aux filles 11 du grand 12 Scipion. La générosité
de ce jeune homme 14 fut célébrée 15 dans 16 toute 17 la ville
chez les 19 hommes 20et chez les femmes 21.
VI.

NOMS CONTRACTES,§. 29.
45
*
VII. Les Lyciens 1 honorent 2 plus 3 les femmes4 que 5 les
hommes 6, et ils laissent 7 les héritages 8 à leurs jilles 9 , non
leurs fils10.
1>
1 Àuv.toç,-iov.— 2 ~Tifiwffi.
3 piiÀÀo'J.

— 4 ~yuvvj,Irrég., §. 185,
f* Vocab.
6
même
£t7rov<rt.
cas après que devant. 2°. 8-5 que, ~,
~àvvjp,
§. 29. —7
10 Tourn.:
~xiupovof/.ta, -9 Tourn.: aux filles, ~Swyzrnp,§. 29. non aux fils,
voy p. 4, §. 9, u'°'s , ~-ou.
VIII. Chez1 les Byaiens 2, peuple de Libye 3, un homme 4
sur 5 les hommes, et une femme 6 sur les femmes.
règne
* VOCAB.
[ >E:.I,
— 3 Tourn. : Libyens,~AîSuç, gén. sing.
dat. — 2 B~úGtot.
ce rég. voy. §. 328,
~Atêuoç.—
4 àvrp piv, vir guident.'— sur
V, 1°. —6~7uvij ,femina vero; voy. Irrég., §. 185, 2".
2 et
sage 3.
—3 ~crwçppwv,
F VOCAB.1 Z~«),ou,
impér. de Ç»Adw,-w. -2 ~èo-QXoç.
gén. ~Cj"fpovoç
, Adj., §. 33.
IX.

Imitez

l'homme

vertueux

1 accorde 2 des biens 3 à l' homme vertueux 4.
1~8Ó;.— 2
3

~to.— 4 icrolig , Adj., S. 3o.
d
at.
~£<tG).ov,
~d'tdoi,
VOCAB.
X. Dieu

XI. 0 père ô mère, vous êtes aussi 1 des dieux 2 pour nous3.
VOCAB.K~zL,§. 270. — a 2 £ oç.— 3 Tourn.: à nous,~/j'fùv.
s XII. Il est difficile de parler1
d'oreilles 5.

à 2 un ventre

3

qui n'a 4 pas

VOCAB.
~'Xa~e7r
6~-jia-rt ).~7stv,
i
comme en lat. difficile est loqui. accus. — 3~7aorrlp
~7rpoç,
, ; voy. S. 29. — 4 oùx ~èxoúO',non habenti.
Voy. partie., §. 54, p. 58. -5 ~ou;,~TÓ;
voy.§. 20, II, Exceptions.

4.6

THÈMES.

THÈMES DE RÉCAPITULATION
SURTOUTESLES DÉCLINAISONS,
ET SUR LA PLUPARTDESFORMESRA
OUEXCEPTIONNELLES,
DANSLE Supplément de la Métho
INDIQUÉES
§. 176 et suivants.
THÈME 1.
I. Tous1
paltvres 6,
enfers 10.

les méchants 2,
rois 3, esclaves 4 ,
satrapes
mendiants
riches 7 ,
8, sont punis 9 dans

II. Acrisius1 jeta 2 à J la mer 4, dans 5 un coffre 6, Danal
sa fille 8, avec 9 son fils 10 Persée 11 ; mais 12 le coffre aborda
à l'île 14 [de] Sériphe 15.
~e
VOCAB.àzpictoç. -'
ppYil/e,aor. 1 de ptTTToi,
jacio. —3 si;, in, a
- 43â.laoact,§. l5, 5°. —ùk-j,dat.—6).âovaÇ,gén. iâpvax.oç, Â; §. 19.
6 Tourri.: la fille de soi, .,.¡sau-oû
15.
7 ~,
5vyi.~Y,p,g. 29.
§.
9~perde,gén. —10 Tourn. : avec l'enfant Persée: irae,,, gén. mxiiïd;.
11
12~d'i

, qui se place toujours après un mot. — rp
24.
Ilspo-gù;,§.
adlata est, aor. pass. de oipco^,
-4,jiXOn,
fero; dat. - 14v^o-oj, y;, §. 17.
15 ~IipLtpOC;
, §. 17. Apposition, voy. §. 296, ci-dessus, p. 12, Rem.
III. Agathoclès
cile 6, de séditions

1 étant mort 2, tout fut 3
5 S
en
4,
plein
7 et d'anarchie
8.

3
1
le bet
dans
ceux
De
même
IV.
qui
que
5 des
7 la tempête8,
de même
contre
naviguent
3
ont
préparatifs
6
temps4

RÉCAPITULATIONSUR TOUTES LES DÉCLINAISONS.
aussi 12 dans la prospérité
,.05 gens prudents 10 préparent11
14 contre l'adversité
1
!:les ressources

47
13

V. Les cigales 1 se nourrissent 2 de la rosée 3.
ind. prés. moy.
VOCAll.1 T~éTn, gén.,rirrt-yoç, Ó, §. 19.—2 o'tr&uvToct,
Lie iirito, -;;" nutrio; génit. —3 ~ùpÓao;,, §. 17.
THÈME II.
1. Ea que 1 garde 2 les clefs 3 de l'enfer 4.
3
VOCAD.1~AH/o:. ?u)'iaat.
vtliiç,y, avec contraction;
:l85, V.—i v.fas, g. 16.

voy. §.

II. Il y avait 1, du 2 temps 3 de Tibère 4, un certain Api9 ont tiré
; ji us 5, duquel 6 plusieurs 7 espèces 8 de gdteaux
Ieur nom d' Apicies 1°.
2
VOCAU. ~'E'^ivsro
, fuit, cxstitit, aor. 2 ind. de 1Í."IlJo[J-':Xt.
- atara, ac5


4
o.
au
-nu.
cits. - :\~zpi-joq
17
;
,
àv/JpTI; \mv.ioç,
,
§.
plur.
TdiptO;
- 6 ~à:¡r,),à, ab, gén., et Õç,
; motà mot , un certain hommeApicius.
./m*, 48. Sur le retranchement et le changement par apostrophe que
ici iro devantZ;, voy. p. 4- •> §• Q*—7 ^oXûç,multus, §. 37.
Huitéprouver
— 6 ï'Jat¡, "Ó,. ?2.. _:1 ï:'),GtXÓtç,
20, II, p. 20, à employer avec
-Y.
Ó
¡lI't'O;
,.
Sur le
, :cll/mclloT/,.- 10Tourn. : sont appelées Apicies,~ôvouâÇsTxi',\.r.ÍZt':X.
II'ibe ici au sing. voy.§. 257, REM.
111. Les serpents

1 ont 2 le venin

3 dans 4 les dents

;>.

2
3 et
1
à
vivre
Achille
IV. Il était permis
[de] régner
[de]
8
7
à
en
,ur 4 les Myrmidons
Nestor6
5,
paix 9
[de] gouverner
1 10 Pylos 12, à Ulysse 13 [de] rester 1 Í à la maison 14 on 15

48

THÈMES.
chez 16 Calypso 17,
dans 18 un antre 19 arrosé 20 et ombre
22
23 et immortel
étant
de
vieillesse
21,

24; mais exempt
il ne préféra pas 26 [d'] être 27 immortel étant 28 oisif29, et 1
cultivant point 30 la vertu 31.

n
VOCAB.
1 ~'EÇnv, dat. - 2 'A^t)Aeûç, §. 24. — 3 Çriv.- 4 GCO'tÀEÚ¡tll
5

le
avec
1°.
gnare,
génitif; voy.§. 328, V,
M~uptnc?wv,
gén. MuppteiîoW
8s
§. 19. —6 N~éffTwp,gén. Nsoropoç,§. 19. 7apxetll,imperare. 'OiJ
dat. —9 ~elpjvri,>7,
§.
15.

10
èv,
in,
dat.

11IlMoç,§.
17.

12
— 13 ptivstv, manere. — 14 otxot, domi;
~GSVÇ
, §.24. 16
voy.§. 155, REM.2
- 5
jrapâ ? — '7 KrJ.Àu,¥,§. 27. - 18s'v,dat. —19 ~avrpov,TI
§. 17. —20~xaràppuToç,adj. se déclinant d'après le S. 31. —21 xarâc-xto
Ce partie, et les adj. suiv. s'accordent en cas avec
§. 31. — 22~wv,OVTOÇ.
sujet Ulysse, comme en latin dans, mihi non licet esse pigro. Voy.§. 280
II. — 23 ~àYnpwj,
se décline d'après le S. 32 (comp. à priv. et vSjpa
20 cn&. — 26


24
le
3i.
~àQâvaroç,d'après
vieillesse).
OÙXs tien
S.
aor. 2 moy. de ~aiplw, -w, capio, eligo. - 27 elvat, comme en lat
même cas après que devant; voy. S. 280, I. - 28 ~wv.- 29 àpyôç.30 Tourn. : n'usant en
rien, ~pjtfèvxpp.ello;, nihil utens; dat. — 31àpsr
, V. Argus 1, qui voyait
15.
tout 2, avait 3 des yeux 4
le corps 7.

THÈME

sur 5 tout

III.

2 ses flèches 3 dans 4 le
1
I. Hercule
trempa
fiel 5 de l'hy
dre 6 de Lerne.
VOCAB.1Voy.§. 181, III. —2 ~ÊFÊA^s,aor. 1 ind. de :i¡r.C<).— 3 OÏOT
~Ó,§. 17. Tourn.: les flèches de lui, ou sous-ent. lepron. — 4 Cettepré]
à sous-ent. en mettant le nom à son cas, qui est le dat.—5~'iypM
, v , §. 15
- 5 ~vSpcc,
7), §. 15, REM.2°. - 7 Aspvaîoç, -ta, -ov, Adj., §. 3o.
1 désire2
homme
[la] nuit3 après 4 [le] soleil 5, [la
[L']
6
faim
après [la] satiété 7, [la] soif8 après [l'] ivresse 9; et
vous faites 12 [de soi
vous lui enlevez 10le changement 11 ,
13 une
plaisir
peine 14.
II.

49
RÉCAPITULATIONSUR TOUTES LES DÉCLINAISONS.


7
REM.
ô
rj,

8
chipa,
0,
§.
15,
xopo;,
§. 17.
- 6~Itpo'ç,Ó, S. 17.
, S. 15. - 10 Tourn.: et si tu enlèves de lui, ~xavàyeknçaùroù.
19 ,u.éOr¡,
11
I.

~xai
aor.2
fEsubj. deatpéw. Voy.§. 247,
i /av, p.
av,c £yz,*àfêïrii ,
~raëoAvi,>3, §. 15. —12kouïç, de 7rois<u,-w, facio. Tourn. : tu fais le plaisir
~-h,§. 15.— '4 M77», , § 15
peine.—13«iîovjj ,
3 une
III. Hercule reçut 1 de 2 Mercure
épée 4, d'Apol7 une cuirasse 8 d'or 9, et de
de Vulcain
; ion5 des traits6,
1° un vêtement 11.
Minerve
VOCAB.~"EÀGte£,
aor. 2 ind. de àaufiâvco,capio, §. 109. — 2 r.o:.p&,
gén.
3
f Cette prépos. doit se répéter ici devant chaque nom. Voy. §. 16,
NOMS à décliner, p. 14. 4 ~Çttpoç
, to, §. 19. - 5 'A7rÓnCù'J, gén. 'A7rÓ),, §. 17
géllit.
! ^wvoç
, §. ig. —<>rôÇov, ~to, §. 17. —7 'RyziGTOç
L~^cô
15, NOMS
paxoç,6, §. 19. —9 Pour ce mot, voy.§. 178. - 10 Voy. §.
i à décliner, 2°, p. 12. - 11~7rÉ7r>o;,
0,§. 17.
3
et
donnez-moi
0
Minerve
2,
1,
Apollon
[la]
Jupiter
6
4 de [F] âme 5, [le] repos
de [la] vie 7, une exiforce
10
stence 8 irréprochable
9, et une mort
pleine d'espérances
flatteuses
11.
IV.

V. On dit1 qu'une oie 2 suivait 3 Lacyde 4 le philosophe
5,
8 un
jun paon 6 une jeune fille 7,
et un dauphin
jeune
garçon 9.
V VOCAB.1~Aèysrcu,dicitur, impers., et le verbe suiv. à l'infin., comme
en lat. —2 ~yw,gén. yrmz, o, yi, 5. i g. Ce mot à Vacc., ainsi que les suiv.,
commeen lat. - 3 ènocxofovOrjcrat.,
dal. - 4 ~AazvJrjç,-ou. - 5 <j>i).d<royoç
y
1
§. 7' - ¡, TrJ.Ç, ~o,§. 18.- 77rrJ.pOS'JoÇ
, §. 17. —8 Âsyttv, gén. iïelfivoç,
§. 21.—9 ~raIç, gen.TIrJ.to" §. 19.
IV.
I. Xerxès 1 faisant la guerre 2 en 3 Grèce 4, sa mère 5 crut
THÈME
woir 6 en 7 songe 8 deux 9 femmes 10
fort majestueuses 11
de
13 en beauté 14
vaille 12, toutes les deux irréprochables
,
TlltlIl.

gr.

Ire Part.

Elèves.

4

50

THÈMES.
15
Lissues ] du même

toutes les deux sœurs
sang 16, f
Asie 17 et [la] Grèce.
-ou. Ce nom et son part. au gén. absolu. VOCAB.1 SSPÇYJÇ,
TTO)E
contract. ~7ro\spûv,génit. nolepéovToç, contr. na).s[jt.0CvT0ç.
—3sv, dat.
III.
4~'EUa:?, 19.—5 Tourn. : la mère de lui, prnjp, rxVTÓ,
,
44,
§.
6 ~eiïoxet
iiïaïv. —7 ev, in. —8 oveipov^rô
, §. 17;au plur. commeen lat.,
insomniis. —9 Voy. S. 41. — 10 Voy.§. 185, 20.; au duel, ainsi que
11
adj. — ~1roÀù
èx7rpsnê(jTa.7oç
, -'l'), -ov, superl. de è'xnpeTrr^
f præstans, §
12
13
3o, I, et 39, I.—
[isysBoç,TO,§. 22, au dat. — ~ôtpjuoç,d'après le
16 TOVGtv
15.
31. —14 ~xâMoç,
TO, §. 22, au dat. — 15y
§.
11
~7/vouç,ejusdem generis. :AaiGt,§. 15.
1
II. Philippe
5, coi
ayant été 2 juge3 de deux 4 méchants
1 et l'autre 11
damna 6 l'un 7 à fuir 8 de 9 [la] Macédoine
°,
le 12 poursuivre
13.

1 de Phorcus
2 furent 3 vieilles 4 dès5
III. Lesjilles
[leur
6 : étant 7 trois 8, elles avaient 9 un seul1 ° œil 1
naissance
tour à tour 14.
et une seule dent 12, qu'elles se prêtaientl3

1 écrivait 2 sur 3 des
IV. Cléanthe
coquilles 4 et des omo
6 ce
8
5 de
7
de
Zenon 9,
bœufs
pa
qu'il apprenait
plates
10
12 du
acheter
papier 13.
d'argent 11 pour
manque
4
VOCAB.1~iQeâvôriç.
—2 êypayef imparf. de vpâyw.—3 ei;, acc. — oorpa
5
, épau le, irlirr), pa
~zoviTO,§. 17. — wfxo7r^ârn
, >5,§. 15; comp. dew/*o;
6 Voy.
10°. — 7 cnvspOU¡, qua
letle, de ?TÀGt't'1.Íç,
plat. ——
Irrég. §. 185,
audiebat imparf. ind. de ~àxoûw,audio. — 8 TRAPÂ,
gén. —9 ZKJ'VMV,
gén
11
~Zyj'vwvoç.
— 10àîropia,§. 15,au dat., comme à l'ablatif enlat. — xeppa
13
12 r;..t wvïîffxuOat.


au
~TÔ,§. ig,
plur.
JJAPTTOV,
propr. chartula
~TO
, §. 17, au plll1'.

RÉCAPITULATIONSUR TOUTES LES DECLINAISONS.

51

THÈME V.
I. Dieu 1 a départi 2 à chacun 3 une arme4: aux lions 5 [la]
8
6 et
aux
iaureaux
vitesse
7,
[des] cornes 9, aux
force
[la]
112
abeilles 10 [des] aiguillons
11, à [1'] homme
[la] raison 13 et
[la] sagesse 14.

Le centaure
Jant 4, d'entrailles
moelle 8 d'ours G,
icourse 42.
II.

Chiron 1 nourrit 2 Achille 3, encore en6 et de
5 de lions
7, et de
sangliers
et [le] rendit IO robuste 11 et léger à la

Vocab.1 Toum.: Chiron le centaure, Xeipwv,~xivtaupoç,o. —'srps^s,
— 3 ,
mutriebat, imparf. ind. de ~Tpéyw.
S. 24. — 4 Tourn. :
tencore étant enfant, ~sti "J (voy.§. 64) ~7rGtï:ç,
gén. nixidôç, S. 19.—
l'
ê5or7rXây^ov,~to, §. 17, au data correspondant à l'ablat.
lat. 6Voy. 1,
—8
m°. 5.— 7 ç ~oiypioç,
littèr., porc sauvage, §§. 26 et 3o.
~pveîôç,
6, g.
- ~Il
Ó, 11,§- 17. ~—IO edw, aor. 1 ind., de 716^1,
àpy.Toç,
117; auplur.
- 11 ~xxpripo;, -oc,-ôv.— 12Tro^eo/)};
, S. 34 (compos. ~7roûç
, g'én. ~7rojo'ç,
spono.
pied;~ wxûç,vite).
F III. Zénon 1 disait qu'il faut orner 2 les villes 3, non 4
6 avec les vertus
7 des habimais
avec des offrandes
5,
ants 8.

IV.
dies 4,

La nature 1 des mortels 2 est soumise 3 [aux] malaà la vieillesse 5, et le destin 6 est inexorable 7.

V. Milon de Crotonc

1

mangeait a vingt

3 livres 4 de vian*4

52THÈMES.
8 trois 9
de 5, autant 6 de
1
et
buvait
7,
pain
congés
12
un II. S'étant mis
un jour 13, à Olympie 14, un bœu
18 à travei
sur les
il le porta 17 légèrement
16,
épaules
23
toute 20 l assemblée 21; et ensuite
22,[1'J ayant coupé
pa
28
morceaux
en 29 z
25, il le mangea 26 seul 27 tout entier
jour 31.
3 vo
VOCAB.1 Mftwv~ÓKpoTMvi<*T>îç.—
de
~èa-Gtw.
J^'(T0
£
£
,
imparf.
5
4
42.
(l.va, ~-à,§. 15.— ~zpéa;,TÓ,§. 28: au plur. contracte. — G
- ~oûto;, tantus,
201, 3°., s'accordant avec livres, sous-ent. — apTo
— 9 Voy.
§. 17, au gén. plur. - S ~sttl-js, imp. de ~7rtvw.
S. 41. - 10 ;
génit. ~xo6, Ó, sur fioCç, §. i85, 10°. (Le chous, mesure attique, cc
naît à peu près trois décilit. 24 centil.) — ~11olvoç, Ó, 17.12
a.
~rors.—
f svoç, partie, aor. 2 moy. de CbGtTWYJlU,
1
mpono.
'oXu^TTta.- 15 Voy. S. i85, 10°. - 16 ~wpioç,
Ó, §. 17; dat. - 17~T
hune circumtulit, aor. de reptr?ipw; §. 247. — 18XOV
~7reptYivsy/.s,
22
19 ~()ta,gen. —20otaç, ~-0,-ov. — 21 ~mzvKyvptç,

3
2
-ewç,
>5,
§.
23
aor. 1 de~Sxirpeva.— 24 ~Û;,
raOra, postea.
arJ.t.peúO'rJ.;,
partie.
- 26GtùTàlJ~xaTsyays
accus. - 25 xpsccç
aor..
? ~-rÓ,
$. 28; contractez.
,
~xaTêcôîw
35. — 29 ~sv,data - 30§
, §. 247. — 27fiôvoç.- 28 7râç
,
S.
— 31 YJp.epGt,
YI , §. 15.
THÈME VI.

I. Hérodore
de Mégare
1, trompette
2, était d'une tail
de trois 4 coudées 5 et demie 6; il était vigoureux aussi
8 six chœnices 9 de
7,
poumons
mangeait
pain I0, et ving
livres 12 de viande l3 j
buvait 14 deux 15 congés 16,
et s<
18 à la fois '9.
nait 17 de deux trompettes
— 2 ÓMeyocpevçau\myy.rr,ç.— ÈyévE-oTGpsy pi
VoCAB.l ~'Hpo^wpo;.
~60;,sous-ent.~xxTCt ; voy.§. 344, 1. —4 §. 41 wxys 1 au gén. ph
25. La coudée était d'environ 1 pied4 pouc. 7 1.=4j centim.—6~r.uu
au gén.sing., S. 36, Rem., 2". - - 7 'J,Ji x':/.lluyypôz
, -à, -ov; -n-lsupi
lalus. Ce subst. à l'accus. après l'adj. ~lajypôç,suivanl
§. 15, propr.
8~Gete~d'i
— 9 ^otvtÇ,
, imparf. de ~iadiM.
§. 344. gén. /oivtxo;,jj 10,
La chœnice était la ration de blé d'un homme pour un jour. ~üp
Il
~Ó,5. 17, ati plur.
! y.péxç,
, 15.
Voy.§. 42. — 12~lirox
28; avec contract. — 1 s^tvs. — 15§. 41. — 1Gxou;, gén. ~xoÓç,Ó,:
- 18~<râÂ7uyi;,
poûç, §. 183, 10°. — 17~ ,
imparf. de~c-a>7rt^M.
g
— 19 ~âpa.
data
et
au
csamyyo; , ~>3,
20
;
plur.
§§• 19
traitait quelques personnes 1,
Un jour qu'Arcésilas
2 étant venu à
pain
manquer 3, et son valet 4 lui faisant sign
8
7
de
éclatant
rire
le
avait
philosophe
plus 6,
qu'il n'y en
II.

511
RECAPITULATIONSUR TOUTES LES DECLINAISONS.
battant des mains9 : Quel dîner 10 est le nôtre 11 dit-il 12,
mes amis 13 ! nous avons oublié d'acheter 14 assez de pain 15.
Cours donc 16, valet 1
éoriûv rivaç, motà mot, Arcésilas traitant
VOCAB.1 ~'ApXEO'D.Gt'J
quel3
et au gén. ahs. au
Èlhxûv, gén.
17,
plur.
~eprog,
o
,
§.
ques-uns.au gén. abs.
~tXitTTovTo;,
ayant manqué; de ~iXkdna.

4
ncùç,puer,
§.
19;
6 ~wçovxsY etatv. — 7 Ce mot ne se

—5~vsiaaçy innuens,
72,
p.
67.
8 §.

~àvazcry^âc-aç,cachinnans. — 9 oruyy.poTnjffaç,
part. aor.
rendrapoint.
de ~auyyporiw,
accus.; ~xeip,maints, §. 185, 7".; au duel. —10~oiov ri TÔ
- II ~èorivrpwv,
nostrî. — 12 èfY2.— 13 Tourn. : hommes
~truproffiov.
- 15 Tourn.:
amis, àvrîp
? § 29 ; ~ytXoç
, §. 30.— 4 kiriktl-rtope0a
~irpiaaQat.
des pains suffisants, ~epto;, §.17 ;
~àpxewv,
contr.~àpxwv, gén. rl.pÛo'Jro, contr. ~àpx
OÛVTOÇ
, S. 64, p. 58. - 16 ,,;pi;(!:~J'ri.—'7 7raï;, §. 19,
REM.
1°.
III. Les femmes 1 des Carthaginois 2 se rasèrent 3 la tête 4,
et donnèrent le moyen de tendre 5 les machines
de guerre 6
avec leurs cheveux 7, pour 8 le salut de la patrie.
} VOCAB. Voy. S. 185, 2°.—2 ~KccpXr¡d'ÓlItOç,
aor. 1er
§. 17.—3 ~Èxstpavro,
tondeo. —4 ~x.ecpGtÀ,
moy. de ~Yeipw,
S. i5 6; au plur. —5 ~svrsîvaiîrapéc^ov,
m. à m., elles donnèrent [à] tendre. — fLY.XGtll'tÍ,
»5; voy.
§. 15. — 7~Sp'5,
le gén. S. 5, REM.3°., et §. 20, II, REM.,p. 21; au dat corresp. à l'abl.
at. — 8 l'oum. : pour la patrie, ~wrép,gén.; ~7raTptç
, gén. ~Trarpi&oç
, §. 19.
1
2 se fit la barbe
Néron
[ IV. La première fois
3, en
que
lyant mis 4 les poils 5 dans 6 une boule 7 d'or 8, il [les] consacra 9 à Jupiter 10 Capilolin 11.
2
3-rôyivsiov
£ TRPWTOV,
J VOCAB.1~"OT
~Népuv.
quum primum.
Èijvparo,
31.a m., se rasa le menton.—
~4èp.Sx\ûv, part. aor.2 de ~iiijicieinjicio. ~*SpiÇ,voy. plus haut, III, n°. 7.- 6 d~ç, accits. - 7 ~ayaiptov~n, Tc),
§§. 17et46, VI. —8 Voy.§. 178; contractez. —9 ~àvéûïjxs, aor. 1 ind. de
appono, S. 129. Voy.
§. i85, JO.Tourn. : le Capi~tvariQnpi
,
0
olin
~Ka7rtTwXtV0Ç.
V. Femme
femmes.

1, le silence

2 est 3 un ornement

| VOCAB.
1 Voy. i85, 2°.—2 cri'/-/;,
§. i5.—3
ment aux femmes
: r¡¿p't ,
6.; §. 17.

pour

les

Tourn. : apporte orne-

THÈME VII.
L Les Grecs 1 honoraient'J
comnie4 [!'] in venApollon3
eur 5 de [1'] art de tirer de tare 6, de
[la] médecine 7 et de
la] divination8.
II-

54

THIÎMF.S

Il Homère1
Achéens 6.

appelle 2

Achille3

le plus grand 4 héros 5

de)

— 3 ~'AXtÃ),¡v"
Vocab. l "~Op.r¡por;,
Ó.— 2 X/ÚEt,de XGtHC<).
5. 24. — 4 fJ.É
à l'acc. contr., §. 180, II. —6 ~'kya.16:
~7'itoç,-»j, -0-0,§. 4o.— ~5^pwç,-woç,
~-ou,~Ó.

III. Les anciens 1 croyaient que 2 Neptune 3 ébranlait 4 la
terre 5, et jugeaient6
les tremblements [de
terre] 7 un effet2
de Neptune
9.
Vocab. nGtÀCUÓ,
de ~vojxtÇw,
avec le verbe suivan
, ~-où,o.—- 2 ~èvopuÇov,
à l'inf. et le nom à l'accus., comme en lat.iiou£tecov,~-jivo;,à l'accus
att. ou contr., §. 180, II. — 4 crêtes, ébranler. —5 ~7^, h. - 6 couvre
ducebant, de ~-7
~astaftôç,ô , 17. —8 ~epyov,
rô, ouvrage, opris
§. 17. — 9 s'emploiera ici avec l'article, d'après la Règle VIII, p. 9.

1
3 avec 4 de
Les Grecs adressaient
[leurs 2] prières
5 aux dieux
6, aux génies 7 et aux héros 8.
louanges
VOCAB.1 , E7rO
tOV'll't"o
, in. à m., faisaierit pour eux, valeur du verb
— 3 ~svXri,~,S. 15. —
du
verbe.
—2est
rendu
le
sens
réfléchi
moyen.
par
5
4 ~p.£Ta,ge'n. — èy/.wpov,ro, §. 17. - 6 Tourn. : touchant ou sur le
dieux, ~Trspt,circa, accus.;~Seoç, 6, §. 17. — 7 £at/iwv, -01l0Ç,0, §. 19. —
*KfxoÇjà l'accus. pl. contr., d'après le §. 180, Il.
IV.

se rasait 2 la tête 3 jusqu'à 4 [la] peau 5.
— 2 èxéxapro,plus-que-parf. pass. de xeipù),je tonds.Vocab. ~ZwUoç.
3
0
~1
i 5 - 44.~iv,m. à m., dans
d
dat.—
5 ~xpàç,gén.
dans;
;
xp4ç,
~xpwrot;;,
~dat. contr. ~XP,pour ~Xpwd.Remarquez que cette contraction ne s'em
ploie que dans la locution présentée ici.
V. Zoïle1

VI. Les dieux 1 immortels 2 ont accordé 3 [la] vertu 4 [au
travail 5 et à ~[la] sueur6.
VOCAB.1~eeÓ;,Ó, §. i 7. — 5 cHJiXlIrJ.TQÇ,
0, ~ï!,-ov,to, §. 31. —3 w/raca6
•/i ~àpsTij,»i, §. l5. — 5 zâparoç
de 07tâÇw.—
—•
î7.
, Ó,
Ícrpç, Ó, génil
data contr. COlllmecelui de ~zpùz,ci-dessus.
~iiJpwToç,

DES ADJECTIFS.

DES

55

ADJECTIFS.

OBSERVATIONSPRELIMINAIRES ET RÈGLES GENERALES
SUR LA SYNTAXE DE L'ADJECTIF.

Accord de l'adjectif avec le substantif.
§. 257.
[Pater bonus.B.§. 24.—Deus sanctus.Lh.]
I. RÈGLE. En
comme en latin, tout adjectif s'accorde
r*n genre, en nomore
grec et en cas avec le substantif auquel il se
rapporte.
Exemples : La fin d'une vie juste est belle : Blou t x oc{oV
x a À6 v. (Poet. Gnom. monost. 150.)
Wtyverat ~réXoç
Considérez tous les malheurs comme communs;
car la foriiune est commune:
xoivw
~Nôpu
£e y. oi và navra$uçTu^p.aTa
74, 76.)
~ep eau ttJx'IJ. (Ibid.,
Les sages cachent leurs maux particu liers : ~2ojoî avyvipwrrov~y 0 i y. s i et ç fiïdSxç. (Ibid., 294.)
Nota. Pour la construction de l'adjectif avec un nom accompagné de l'article, voyez plus haut, p. 7, Règle III.
Veneno absumptisunt Annibal et Philopœmen:Grammatice quondamet musice
junctæfuerunt. B.§. 208, I. — Pater et jilius boni. Lb.
It Viri, feminœ, mancipiacaptisunt. B.§. 3o8, Il. — Pater et mater boni. Lh.
t Inter se contrariasunt beneficiumet injuria. B. §. 3o8, III. — Virtus et vilium
contraria.Lh.]
II. RÈGLE. Les autres règles de concordance pour l'adjectif
les mêmes qu'en latin.
t
Exemples : Un père et une mère respectables
: Tixiio y.zi
~rwT^p(je^aaroi.

56

DES
Le chien et le cheval

ADJECTIFS.
sont utiles : 'O XlJWII~ytoù6 ÎTTTTOÎ
si

~XpinattiGt.
La piété, la justice et la
louables : 'H ~eùaÉêet
tempérance
~i;txCl:toaúll'{jX.O.;L
'h ovappoauyy]inaivezaci, et mieux èrcaivera.
Le plaisir et la satiété contraires:
'H yj<5ovyi
~xat Ó xdp
èvavvicx.
[Invidi virtulem et bonumalienumoderunt. B. §. 23g.]
On peut aussi faire accorder l'adjectif seulemei
Remarque.
avec le substantif dont il est le plus rapproché.
Les Crétois avaient un habit et une chaussure
Exemple :
Oi ~Kp^reç
militaires :
xai vTcoiïzaei 7roXeatx»'7éypwvt
eaO'/jti
(Strab.)

Adjectifà

un autre genre que le substantif.
§. 294.

Triste lupus stabulis.(Burn., §. 2385)

a
RÈGLE. L'adjectif
servant d'attribut
se met souvent
a
neutre singulier, quoique le substantif
soit au masculin,
féminin ou au pluriel,
et que l'adjectif
se rapporte à dei
noms. Alors on sous-entend
XpYï(l- ou npâypx> chosey xzHyu
possession, ou quelque mot analogue au sens de la phrase. C
emploi de l'adjectif n'a lieu que dans les propositions qui pr<
sentent un sens général, absolu ou sentencieux.
à porter:
La jeunesse
est légère
et facile
Exemples :
viai e vx(vri rov npoçrà cpccùÀcc.
(S. Bas.
mal :~ Koûçovrj ve6vr,ç
mais ils coure
Les chevaux sont très-légers
et très-vites,
pour les hommes: ~KovcpotaTOV 17:7:01 y-ai WY.NATOI/, dyop,
TrOt;~aÈS'govat. (Plut. De fortun,
3.)
La gourmandise
sont très-honteuse s : A
et la friandise
ayjaxv v yocaxpiijLGcpyia. ~ai ôtj/ocpayt
oc hxvj. (Stob.,Tit. 16

*

DES ADJECTIFS.

57

Adjectif attribut d'un infinitif.
§. 297.

[Turpe est mentiri. B.§. 222,et Lh.]
comme en
attribut
se met au neutre,
RÈGLE. L'adjectif
latin, quand le sujet est un infinitif.
Il est impossible
d'éviter la mort : ~TaySdvctrov
Exemples:
àdvv oct 6v ~èaztvarc oipuy tïv.
Il est beau de triompher
de sa colère et de ses passions: ~evxal èiïi9v[Â{ocç
tari xaXo'v. (Monost. 357.)
~fxoûxpazrjaai

Ajectif à un autre cas que le substantif.
§. 298.

Souvent le nom avec lequel l'adjectif devrait s'accorder en
les
cas, se met au génitif pluriel. Cette phrase, par exemple,
véritables
amis ne louent pas toujours, se tournera ainsi: Les
véritables d'entre les amis, etc. : Oi ~yvyaioi TWV
OÙXdet
<PFTCOV
~ènaivovai. Sous-entendu,
ex., ex, devant cpi'Xwv.Un sens partitif
est toujours attaché à cette tournure.

58

DES ADJECTIFS.

DEGRÉS DE COMPARAISON.

DU COMPARATIF.
§§. 300, 301.
[Virtus pretiosior auro. B.§. 251.—-Doctior Petro. Lh.]

I. RÈGLE. Le mot qui sert de terme à la comparaison
se
met en grec au génitif, avec lequel on peut sous-entendre
la
préposition ~np6,prœ.
La vertu est meilleure
Exemples :
etplus
que l'opulence,
utile que la noblesse: ~'Il dpsxwTZ1 o v x o u [xèv x.p s i xxwv, x P y"
~aÈsvyevei'ocç sari- (Isocr.)
aitzwrflp,z
Chacun s'aime mieux que le prochain : ~lias tiç OCVXOVTou
~Trs'XaçpàllovyiXst. (Eurip., Med. 86.)
Et je ne le recommande
mapas moins aux soldats qu'aux
telots : ~KoùraÙ't'ŒTOÎÇ
ÔTCÀI'TATÇ
ov^ aa 011 xûtv vavxâtvizotpa/.iVII, 63.) Ici ~vaurwv au génitif, au lieu du
ïevo^ou. (Thuc.,
datif latin et français.
au génitif s'emploie le plus
Le complément
Remarque.
ordinairement
sujets ou
quand les deux objets comparés,
régimes du même verbey sont au nominatif ou à l'accusatif.
[Meliortutiorgue est certa pax, qtiamsperata victoria. B.§. 47, I. — Paulus est
doctior quàm(t) Petrus. Lh.]
II. RÈGLE. Le que
alors, en grec comme
devant le comparatif.

peut se rendre aussi par
en latin, on met même

et
~rj, quam;
cas a près que

Exemples : La-raison est meilleure
que la force des mains :
rwp.Yj ~y.pdaat»l1 ecrriv >7pcopi xetpwlI. (Stob., Tit. 51.)
(i) Dans les exemples tirés de Lhomond, nous conservons l'accent
surles mots latins, comme il se trouve ordinairement dans sa Grammaire.

59

DES ADJECTIFS.
Vous avez donné à un plus riche que mai
~¡y.Èp.o{ è&'âovç. (Xenopli.,
Cyr. VIII, 3, 62.)
le blâme que le danger:
Appréhendez plus
~6y o v ri XLYauvov.

: ~Il XouotcoTepo)
MàA/.oy evlaêou

s'unissent
Les deux termes de la comparaison
Remarque.
surtout par ri, que, quand ils sont employés comme régime du
[même verbe.

j[/( /ic/'orquant prudentior. B.§. 249, et Lh.- Fortius quam
felicius. B.§. 24g.
—Feliciùs quàm prudenliùs.Lh.J
RÈGLE. En grec, comme en latin,
quand,
après un
le que est suivi d'un adjectif ou d'un adverbe, il se
comparatif,
et au
rend par )7, avec l'adjectif suivant aussi au comparatif,
même cas que le premier.
III.

: ~IzpxExemples: Des généraux plus nombreux
qu'habiles
~Ttr.yolnïeîoveç Yi(SeXrioveç. (Aristoph., Ach. v. 1077.)
Ils naissent plus fougueux
que courageux: ~MAV1 XCOT E P01
~61;a v<îpe t ôrepot (poi/rai. (Plat. Theæt.,
p. 52.)
J'ai agi plus précipitamment
que sagement : ~'Euovnoa.tCtXÚIII, 65.)
~trepa ri 00cpwrepa. (Hérod. ,

[Plura dixi quamvolui. B.§. 246. — Doctior est quàm putas. Lh.]
IV. RÈGLE. Quand le second terme de comparaison
est un
jwrerbe, alors le que se rend parw, la négation qui se trouve dans
le français ne se traduit pas, et le verbe peut ou se sous-ens'il est le même que le premier, ou, s'il est différent,
tendre,
se mettre au même temps et au même mode que dans le franle second
çais. Si cependant le premier verbe est à l'impératif,
met aussi en grec après le comparatif, quoiqu'il
se trouve
l'indicatif en français.
y
J'ai vu des gens qui veulent paraître posséder plus de biens
ot |3ouXovrai doxeîv 7rXei'wxe;r:,¡u i ls n'en ont: E wpaxa ~àvQp&Kovç,
VIII, 4.)
~txvrrfat v) ïyovai. (Xenoph.Cyr.,
Que vos entretiens touchant Dieu se renouvellent
plus sou>vcnt dans la journée, que vous ne renouvelez vos repas: 'AvaT

60

THÈMES.
vsouoôco~aoi6 Tiepi eEOÜ ÀÓ'l° x1X9'np,ÉpaJJfJ-iX)).oJJ,
>7tà aLda. (Epii
Fr. 118.)
Pensez plus fréquemment
à Dieu,
que vous ne respire2
~vostrbv Seo:", v dvdTtvîi. (Ibid.,
2uve%écrspoy
119.)

DU SUPERLATIF.
S. 304.

[Fortissintusmilitum. B.§. 265.— Altissimaarborum. Lli. — Cæsar omniumfe
oratorum latine loquitur elegantissime.B.§. 265, Rem. 2. — Maximeomniu
conspicuus.Lh.]

se construisent
I. RÈGLE. Les superlatifs
comme en lati
avec le génitif, en sous-entendant
~ex.,ex.
Le ciel est le plus beau des spectacles : 0ùpccv
Exemples :
~fidiarov rwY S"eapaTCOy.
étaient les mieux gouvernés
de tou
Les Lacédémoniens
les Grecs:
Oi Aay.eà<xtp6vioi ~apicra tWll rE)J.'lÍ1JwlJ È7tO/
~rEúovro.
[Validiormanuum.B.§. 260, I, et Lh.]

RÈGLE. Le superlatif se traduit,
comme en latin, pa
le comparatif,
n'est établie qu'entr
lorsque la comparaison
deux personnes ou deux choses. Dans ce cas, le complémen
du comparatif se met au génitif pluriel ou duel.
Exemples : La plus
longue des deux routes : 'H p.:xxpodpl
Ór;)JJou raîv 6aoiv.
~rWJJ
habile
Démétriu
Quel était le plus
pour commander,
d'Athènes?
ou Timothée
~Tcg dp.E:Í JJW]I r,v arpa
Poliorcète,
o A'$r,vcxîoej(Æl. Var
Tr/yety, Ar^rpioc Ó 7roXiop>«iTî?ç,~f)TLP.ÓGEo;
Hist., III,
16.)
II.

ADJECTIFS PARISYLLABIQUES, §§. 30,

THÈMES

31.

61

SUR LES ADJECTIFS.

de Construction
(Voyez les règles

ci-dessu,

p. 55-60.)

ADJECTIFS PARISYLLABIQUES.
Terminaisons,

~-oç, m., -/], f., -OY, n; lat. -us, -a, -um;
~-oç, m., .,-ov,n.
Méthode, §§. 3o, 3i.
THÈME.

f. Une mauvaise
ment 4.

1 fin 2 résulte

3 d'un

mauvais

commence- -

- 3 yiyjsrut à7rd fit ex,

22.
3o.
2Téloç,TÔ, §,
VocAB. ~Kaxo'S,
§.
gén.— iàpx'î, ïî, §•
3
1
aux
enfants
tuteurs
*
de
II. Il n'est pas autant besoin
5 insenses 6.
hommes
4, qu'aux
orphelins
mais le gén. en grec.
(
est
nonsic
oûrwç
opus,
VOCAB.
SURI
%pSTA,
~oùx
30. — r' «Ç, Ut,
îrattfo'ç.—
4
ôpoccvàç
,
~-ou.

3
nacç
,
gén.
1 èmrpoKOç,
811Ylp,§ ~29.
3
2
l
les
ne nourrit pas
oisifs 4.
III. La paresse
pauvres
* où
O. —
r,.—
TpéfSt.—3 nhng, génit. TTSVÏÎTOÇ,
VOCAB.
~l'PûcQuuîotj-Gt;
§. 31.
àffoz,
3 maladie 4.
2
1
n'est
IV. La pauvreté
pas petite
— 4~voW,
2
REM.

VOCAB.('nyi(X,.
OÙX
s<rci. —3 ffpwpô;, §• 3o,
--OU,~fl.
3 l'homme 4
2
1
fin
à
la
connaître
fait
juste 5.
Y. Le temps
— 4 NOTA,aliquando. —
1
oslendit.
Ó.

2
pivûsi,
VOCAB. ~Xpovoç,
-Du,
§. 3O.
Mxvvjp,GÉN.§. 29. — ~c>âix<xtoç,
2 un mauvais 3 na1
Il
n'est
VI.
[de] changer
pas facile
turel 4.

62
VII.

VIII.

THÈMES.
Les plaisirs 1 déplacés 2 enfantent

Ayez1

la main 2 exeempte

des peines 3.

3 de mauvaises

4 actions:

Dire 1 la vérité 2 est 3 d'un homme 4 libre 5.
VOCAB.1~Aé'/ëiv. —àLjQîta, -aç,Y3.—3 Asous-ent. —4 àv>jp, gén., §.
— 5 ~èliiOspoç
, §. 3o.
IX.

Les flatteurs 1 sont semblables 2
5 aux chiens 6.
loups
X.

Terminaison

attique,

21

aux amis 3 comme 4 l(

~-c.>;,in.,

f., -0011,tz.

Méthode, S. 32.
THÈME.
I. La prière 1 [nous] rend 2 Dieu 3 propice 4.
VOCAB.1 ~EO^ïî
, îî. — 2serne, voy.§. 129. L'aor. marque ici hab
, -Us
tude; voy. ci-dessus, p. 22, Th.I, n°. ~1,3. —3âiôç, -où. —4 îîuwç.
II. Les dieux, dans1 Homère2,
de vieillesse
immortels 4 et exempts

III.
cornes

Nicocréon
4.

de Chypre

1 avait

sont célébrés 3
5.

2 un cerf 3 à

[comim

quati

63
ADJECTIFS PARISYLLABIQUES, §. 32.
IV. Il y avait 1, dans 2 un certain 3 temple 4 de Jupiter 5
des brebis 6 à trois 7 et à quatre cornes 6.
VocAD. 1~THv,erat; sur ce nombre avec un sujet plur., voy. $. 257,
8 —5 Voy.§. 185, 1°.
hem.— 7èv, dat.—
3 ~1Tt;, §. 4^1 1
—3 TTpJSxTOV,
-ou, Ti. — 7~rptxipws
; comp. de Tpiz, trois, et xipaç, corne.
*—
6
TeTpâ/.epwç.
V. Les actions 1 des Grecs 2 sont 3 dignes 4 d'être raconées 5.
VOCAB.1ripây^a,to, §. 19. —2 *EX).ïjv, §. ig. - 3 au sing., d'après la
Règle, ~TaÇwaTpéx£t, S. 257, Rem.—4 à £ io';(ps&>ç ; comp. de Gê;w;,digne,
rÆf);, dette. —5 Tourn. : de récit, àsrfyrjfft;, ~>?,
§. 23.
3 est
VI. Les Scytlies1 disent que2 l'air
rempli4 de plumes 5,
)arce qu'il neige toujours chez eux 6.
avec le verbe suivant à l'inf. avec
Vocab. 1 ZvMyç, §. 16. - 2 XÉYO-jffi,
accus., comme en lat., dicunt esse.—3 ~àvp
19, à l'ac,
-epoç
,
0,
,
(~
£
us. - 4 ùvinïeMi;, avec le gén. - 5 ~«rspov
, to, §. 17. - 6 d'tfht rà 7rap'
~:,j,oi;àà vtyjrai, m. à m., propter quod apud eos semper ningilur.

ADJECTIFS IMPARISYLLABIQUES.
Terminaisons

diverses

en :

~—a;, M., -AIVA,F.? -AV,N., GÉN.-OC, -ïjç ,-OÇ.
(§. 35.)
~- Ci!, m., -Y., F.,-A, N.5 GÉN.-OU,-RJÇ, -ou. (§. 37.)
-ell:'o;, -iaa;,
—ET;, M., -£aO'«, F., ~-SlI,ffén
-ell!o.(S.35.)
- EO;
f., -eoll -OVll, n. ; gén. -iou -OÙ, -E'AÇ
~-OÙ;,M., -ia
~-lov-ou. (§. 178.)
~—
xv, m., -EClIt(, f., -ell, n.; gén. -0;, e{:J/¡, -oç. (§. 35.)
~—
NE, m., f., -8g, n., gén. -eoc;-OU;. (§. 34-)
- ÓOC;~-ovç, -Ó))-,
-O'OV
-OÛV
J gén. -oou -ou, -OR,; —4;,-ÔOU -OÙ.
178.)
(§.
~-;, m., -Û'cx,F., -U, n.; gén. -éo;, -EI'A;,-ÉO;. (§. 36.)
-où. (§. 37.)
~-Û;, M., -TF, F., -U, 11. J GÉN.-OÛ, -WÇ,
~-WlI, m., f., -011,n. ; gén. -OllQÇ.(§. 33.)
~—
WV, m., -OUAA, f., -011, n.; gén. -OVTOÇ
,
-oûar,i9 -ovro;.
S. 35.)
Méthode, §§. 33, 34, 35, 36, 37, et Supplément,

S. 178.

64

THÈMES.

THÈMES

SUR LES ADJECTIFS PARISYLLABIQUESET IMPARISYLLABIQUE
Nota. Les adjectifs doivent être employés ici avec leurs formes coi
tractes.
THÈME I.
I. La Sicile 1, île
6 de l'Italie 7.
près

2 heureuse 3

et populeuse 4,

est située

La jouissance 1 d'un plaisir 2 coupable 3 est courte 4.
VOCAB.1 ~Tip^tç, ri. —2 >i<îov>7,- 3 xxxos, malus, §. 3o. — 4 ~(3
~yjjq
, §. 36.
II.

La vie 1 est courte 2 et3 l'art 4 est long 5.
2
3

~Ó.
VOCAB. ~BÍo;,
~pGtXú;.— ~cté,mais; comme autem, après u
— ~4tkyy*,
— 5 PAXPDÇ
ici
l'article.
sera
>5.
, §. 30, REM.
mot, qui
III.

1 honteux
Un
IV.
profit

Y.

L'avenir

1 est incertain

2 est un lourd

3 trésor 4.

2.

La tyrannie 1 est chose2 périlleuse 3, [et] beaucoup
5 en 6 sont amateurs
7.
cependant
3

ri.
res
VOCAB.1 ~Tupavvtç
30
-yprince,
pév
qltidem.,
TO,
cyaXâpo'ç
,
§.
REM.- froXûç, mullus, §. 37. — ~1Sé, mais; voy. ci-dessus, III

7 ÈPrJ.r¡,,"¡ç,
III.
-où.
n°. 3. —6 Tourn.: d'elle,
44,
S.
VI.

65
ADJECTIFS IMPARISYLL.
,
SS. 33, 34, 35, 36, 37, 178.
dans 4 une coupe 5 d'or 6
VII. Boire 1 un poison 2 mortel3
10
8
9
7
d'un
ami
conseil
chose
la
même
?st
perprendre
que
de 11.
~70.— S'avactiiAoç
Vocab. ~Ilieîv.— ozp[iacxov,
, §. 31. —1 ~ix,de, gén.
- 5 rotnptov,-o. —6 Voy. §. 178; contractez. — 7 raOrov ÈaTtxi, idem
ac. - s /aaSaveiv.— ~auftSov/ta, . - 10~trapa,ex, gén.; ,
§. 17.
pst
àyvwpwv.
rDe même que1 vous ne voudriez pas 2 être submergé 3
5 un vaisseau 6
4
dans
grandi,
élégant 8, couvert
fen] navigant
or
9; de même 10 ne préférez pas non plus 11d'être battu de
12 vous tenant 13 dans une maison '4 vaste 15 et
ta tempête
6.
somptueuse
VIII.

i

THÈME

II.

1

2
3 contid'une
1. Les riches),
jouissance
par
[l'effet d']
6 du bonheur 7.
5 ne se doutent
souvent
4,
point
nuelle
VOCAB.1'O ~r.Àoúou;.-' ~vnô,gén. Apostrophe devant le mot suivant
e
d'après le §. 9. —3 HiwîY.r.ç.—
s r. Remarquez
l'esprit pourl'apostrophe d
r
1 était , fils 3 d'un
IL Epaminondas
père 4 obscur 5.
! YOCAU. 'E7rac/.ivwv
£ xç.— ;,,j. ien mettant le nom suivantau génit.,
|P :I.,?'JYI;.

7:'ztçon 't./Í.Ó;.mais à sous-entendre
d'après le §. 310. —1 Vov.§. 29. —

a donné 2 aux héros3 un genre de vie 4 simple5
III. Homère
lJet uniforme 6 pour tous 7.

1 dépouilla
IV. Denys le tyran
-..
Thèm. gr. Ire Part.
Elèves.

2 la statue 3 d'Apollon
&.'

4, qui
5

66

THEMES.
avait 5 des boucles de cheveux 6 d'or 7, et il enleva 8 une table
d'or placée près 10 du dieu 11.

V.
rant

Socrate T, ayant vu 2 un jeune homme
« Voici 6, dit-il 7, un esclave 8 doré 9.

VI. Les [vases ] d'argile
que les [vases ] d'argent 6
est plus facile 10.

3 riche 4 et
igm
»

1 et ceux2 de
fer3 sont 4 meilleurs
8 en
et d' or parce que l'acquisition

rà.VOCAB.1 ~KÊPÂPUIOÇ,
-ex, -ov, an plur. n., sous-ent. £7711,vasa. 5
3

au
Rem.
le
~xpeÎTrw.
—cà
§. 257,
O'trNpiO;,§. 1 78.—4 sing. d'après
8

7
au
I.
y.rî-o-t;
~ôzt,
58,
voy. p.
quod.
gén.; 10
Hèg.
~yvnsoç
, §. 178,
horum. — evy.cx.pearspa.
—9 ~TOÛTWV,
La terre 1 est sphérique <x.
VOCAB.1 ~Tri,iJ. —1cçpatpostiÎ/I;.
VII.

VIII.
heureux

Il faut que1
4.

les uns 2 soient malheureux

VOCAB.
1 ~Asîe"tvat,moL à mot, il faut les uns être. —Voy.
- 4 e~TU~
- 3 (?yç7U5(rîç.
THÈME

Ne vaut-il

pas mieux

S. 315, 1

III.

I. Les montagnes 1, de loin 2, paraissent
5 ; mais 6, de
8.
raboteuses
7,
près
polies

II.

3, les autr

1 embrasser

3 aériennes

4

2 une vie 3
pauvre

67
ADJECTIFS IMPARISYLL.
§§. 33, 34, 35, 36, 37, 178.
,
8
biais sûre 5 et exempte de crainte 6, qu une 7 vie opulente
9?
taais périlleuse
2
1

accus.
nonne
est?
melius

ÀFF7RÂTA<x9ae,
VOCAB.
èori,
~xpeto-ffôv
3 6LOC.
-ou, Ó.— '• tzz-jiyaôç~uév.pauperquidem, S. 30. —5~àavoàri;c?é,
tutaverà. —^à-Sey;-, surla contr., voy.§. 182, IV. (Compos. ~àpriva,
8 ~7r).oû<7ioç
, §. 3o.—9 ~»èmxivàvvos
tif, et ~d'io" crainte.) —7 ~ri, quam.—
1. 31.
Aristote 1 disait que2 les racines de la science 3 sont
mais 5 que les fruits 7 Jen sont] doux 8.
4,
mèrf?s
1
f VOCAB.
1
~stvat; acc.6—3 pîÇa
'AptTTOT
£).y;ç. —2 Tourn. : disait être,
5

~iv,•/;, radix quidem. — 4 7-itesix, n. — nupÓ;, §. 3o. — n~lîé.
~6—8 ^vxtîç.
n~;,cxprrÓç,
¡;,
7 les
Il y a 1 en 2 enfer 3 trois 4 juges 5 qui 6 discernent
vertueux 8 des méchants 9.
IV.
homme]
1 ~Eial,sunt.
le §. g.
VOCAB.
apostrophe,
d'après 16.—
~—"* V-XTO.
, génavec 4i. —5
d'tYo()CC'T'r,;,
16; remarquez l'esprit.
4§.
§.
et les méchants, xxt o
tb48.—7
- ! aonf,$.
Jtaxptvouffi. —8 £ Ù<X£ 6»;I;. —9 Tourn. :
O\lr.P?;, §. 3o.
III.

I

V. [La] beauté
5.

Í est
précieuse

2

lorsqu'elle

a 3 un esprit 4

5 ~ri;?uç,propr., doux. — 3 ôzav tyri,
~-10;-ouf, ~r6.—
r VocAB. ~Kà).Xoç,
— 5~cwcppwv.
habeat.
4
Voy.§.
178.
yguum
M~?
1 VI. La
I rend 2
3 d'hommes méchants 4.
pauvreté
beaucoup
OCAB. ~1TIsvîoc,
JÎ. —5 ÎROTEÏ^
facit. —3 7TOAU;
, multus, §. Zj. —- 4 Ot:ï'JCù-"
WC<).
VII.

Le travail1

assidu

2 trouve

3 la fin 4 de tout 5.

VOCAB.1 ~*Epyoi,«rd.- 2 tmvsjpjç.— 3 «ùpî<jx
£t. - 4 réioç, rô.
mnis, au neutre, §. 35.
t VIII. Une
Itunes 5.

longue

1 vie 2 renferme

3

beaucoup

-

5

~r."

4 d'infor-

*5

68

THÈMES.
IX. Il faut n'avoir ni 1 un glaive 2 émoussé
chise 5 désordonnée
6.

3, ni 4 une frai

VocAB. ~1"E/etv ~Sel~outs 2 pà^atpa, >7, §. 15.—3 àpQûî.—4 ovrs.
5
7rafpp>j(7ta,
»j. (Comp.
nâv, omne, ~pic.),
dico.) —6arazroç, §. 31.
2
être
réfléchi 3.
[à]
VOCAB.1~"E!! ereaurov.- 2 §. 64; à Pinf. —3 CRÛWOUÇ
, à l'accus. cont
§. 178, Rem.
X.

Habituez-vous

1

1 un
2
3 et un cœur 4 sincère
gracieux
Ayez
langage
VocAB.1~"EX£.
—'Xoyoçjxsv, sermo quidem, au plur. —3 Xotpiet;,S. 3
5

- ~411Óoç
mens
vero;
d'¿, Ó,
coutr., §. 178.
ccttXôoç,S. 178.
XI.

XII. Le Castor 1 est un animal
dans 5 les marais 6.

quatre

3

pieds

qui naît

THÈMES
SUR LES COMPARATIFSET SUR LES SUPERLATIFS,
TANT RÉGULIERS QU'IRRÉGULIERS.

Formation, Méthode, §§. 59, 40, Supplément, §§. 195, 196, 197,
Règles de construction,

ci-dessus, p. 55-60.

THÈME I.
I. [La] sagesse 1 est un bien2
chesse 4.
Vocab. ~Zoyta.- 2 xrJjpia, ~to., 6.
S.195, ï, i°. —* 7TXoùtoç

3

plus précieux

3

que [la]

tijaioç
j sur l'antépénultième,

II. Bion 1 disait qu'il faut que 2 le bon3 magistrat

vo

4, cessant

COMPARATIFSET SUPERLATIFS, §§. 39, 40, 195, 196, 197. 69
,es fonctions 6, soit devenu 7, non plus riche 8, mais plus conidéré 9.
- 2 ëq¡YI
VCCAB. ~BLWJ.
âetv, dicebat oportere; que retranché, accus. —
5

3o.
«PXOVTOÇ" irxvofjLevoç,
-ou, gén. —
4 ~S^n*
àyxfio'ç
, §.

magistrature. Toum.: cessant la magistrature.
PXi;, propr.,
f ~yr/ovivat,evasisse, parf. second infin. de yiyveaOat.— Il 7r).oûffto;
; sur
£oç, §. 196, I, 1
195, 1°, 1. — 9 ~iïkàev<?o
antépéiiiiltième, S.
3 à un
2 il n'est
III. Chez 1 les Tartessiens
plus
pas permis
4 de porter témoignage contre 5 un plus âgé 6.
rune
VOCAB.1 ~riapi, dat — 1 Taprn'o-fftoç,-ou. — 3 eux ieta-rt. — 4 veoç..—•
pr. témoigner contre; gén. —6 ~rrpéaSv;,§. 195, II.
f xaTaptaprupêtv,
1 n'est
3.
IV.
Rien
la
colère
plus
injuste2
que
I
> VOCAB.
1 MYji", neut. Ce mot, comme nihil, renferme en lui-mêmela
1 ~àJtxoç.- 3
°n"¡, rî.
bégat.
V. Aucune1 chose 2 n'est plus
que la vertu 6.

respectable 3

VOCAB.1Voy.§. 200, 3.
jfl oiiâé. —r'pi Ssttoç. —6àp £ TJ9,s5.

ni 4 plus

sûre 5

ig5, i°. I.—

VI. [La] gloire 1 est une ancre 2 faible 3, la richesse 4 une
ancre encore 5 plus faible 6.
1ÓrJ.,. i. —3 àcrôïvnç.—
~O.—5 srt.—
4TT).OÛTOÎ,
2èi1"1JP,
KVoCAH.
Pàerflevrlç,§§• 39,1, et 195,II.
VII. Une guerre
honteuse 5.

1

glorieuse

2 est
préférable

3 à une
paix 4

VOCAB. Iloltfioç, d.—* fa$o%oç,S. 31.—3 ~acpsToç, au comp., suivi du
- 4 eiprrjri,rd.— 5 atc^pô;
, §. 30, REM.
rn.
THÈME

ue

II.

I. Les espérances 1 des [gens] instruits
4 la richesse 5 des ignorants 6.
VOCAB.l ~'EXrrîç
r,. , gén. £XTrt<?o;,

2 sont meilleures

*ô 7r*7rat<?
£U|*£vft;, -ou. -

3

3 àyciQoi,

70

THÈMES.
1°. Contractez d'après le S. 40, REM.—4 n~r.,
197,
compar.,
§.
quam.
5
- 6~àuadrji
~) - ,
, §. 34.
rJ.[LCl.vr,;,
.)q..
or.)1JTO;,o.
II. Préférez 1 de toute manière 2 la vie 3
[la] plus courte 4
mais [la] meilleure 5 à la [vie la] plus longue 6 mais
[la] plu
avilie 7.

VOCAB.1~llpocapoù;
le complément direct à l'accus., et l'indirect au gén
—2 7ravTi37râvTwc.
—3 fttoç , 0. —1 èlayyç, S. 196,2°. Contractez, d'apn
le§. 40, et voy. plus haut, p. 60,§. 304, Règ- Il - &-/(zOjg,S. 197,
Tourn.: étant la meilleure, ~wj,gén. ov-os,§. 64, p. 58. —e7roàuç, mm
~8L
tus, §. 198, 1°. 7 çpzûXoç
III.
facile

Exécuter
4.

1 est difficile

2, mais

ordonner

3

[est] très

VOCAB: 1 To r.oiiïv, littér., le faire. —2 ~ycdsnôç, §. 30. — 3
~Y.zlivcy.1, liltér.,
le ordonner.— 4~pxiïioç,compar. et superlatif
§. 198, 2°.
Rien 1 n'est plus doux
VOCAB.1 lient.
IV.

2

que la patrie 3.
3
II.—
4.0,
§.
7rarp£?,-î<?oç, .;,,.

19

2
3
mère
V. Rien n'est plus 1 agréable
qu'une
pour se
enfants 4.
OùôÉlI.- 2 ;'ôv;, S. 40, II. — 3 ~fuîncp,§. 29. —
VOCAB.1 ~OùzSO-~tv
4 Tourn.: aux enfants, ~réxvov,TÓ.

VI. Il faut se taire 1, ou dire 2 des choses meilleures 3 qu<
le silence 4.
2
1
~my&v.
lèysiv. - 3 197, 1°.; au plur. neut., commi
VOCAB.xp
en lui., meliora. — aiyri,vi.

VII. Nous avons 1 deux 2 oreilles 3 et 4 une seule 5 bouche 6.
afin que nous écoutions 7 plus de choses 8 et 9 que nous [en
disions 10 moins 11.
— 2Voy. S. 41- — 3 Voy.§. 20 , II, Exceptions. —
VOCAB.1~"E^opsv.
4 ~ai,autem.—5 ~6ïç , S. 41. —6 ~crToi«a,t 0 , 19.— iva ~àxoûwfiev,
accus.
- 8'iTo).ú, comparât., au pl. n. contr., §§. 40, 198, 1°. ; lat., plura.9 ~<?é,autem.— 1° "kéyvuev,— 11~làexod;,coinfar., §. 197, 3°.; lat., pauciora.

COMPARATIFSET SUPERLATIFS, §§. 39, 40, 195, 196, 197. 71
1 des choses
Mil. Contentez-vous
présentes a, mais cherchez3
es meilleures 4.
VOCAB. Szsp7»~asv,accus. — 2 ~rcapôv,gén. ~7rapoVro;,
TO; commeen
,at., prcesentia. —3 T..it dé. — 4 ~àyaOo;,au compar. pl. n. contr., §. 40
et §• 197, i°.; lat., meliora.
Ceux qui sont initiés 1 aux saints 2 mystères 3 ont 4 des
6
8 de la vie 9.
5
7
la
fin
pour
espérances
plus flatteuses
VOCAB.Ot p.¡,ixo1/T¡t;
§ 30.
, les participant, participes; gén.
5 —4 tyovai.— è).7uç, -iïioç, ri, §. ig. —6r,§vç, g. 40,
'-'.E"'t'y¡,y¡,.l
11,REM.; contractez.—7 ~nepl, gén.—"TSXSVT»;,
y>, —9/5toj, .
IX.

THÈME

III.

1. Le vin 1 noir 2 est très-nourrissant
3, et le blanc 4 très
Véger 5.
- 4 ~diXsu•/&?.—
VOCAB.1 ~oho;, 0. - 2 Voy.§. 35. — 3 S'PS/R
TIY.OÇ.
5 >«rïOî,
§. 195, I, 1°.
Il. La Bactriane
fertile 4.

2 est une contrée 2
fort

VOCAB. BxzTpiavrj,>5.— 2 ~XWP,. III.—4 £ 5®opoç,§. 3g, I.

3

heureuse

3 et très

£.jc7o:.Í.fLrù'J,
S. 39, I, et 195,

1 des êtres 2 est Dieu
3, car 4 [il est] inIII. Le plus ancien
le monde 7, car [il est] l'ouvrage 8
ocrée 5; le plus beau 6
de Dieu; le plus grands
est] l'espace 10, car il contient II,
13
tout 12 ; le plus prompt [est
est ] la pensée 14 , car elle parcourt
tout 15; le plus puissant 16 [est] la nécessité '7 car elle maîtrise 18
tout 19; le plus habde 20 [est] le temps21,
car il découvre 32
ilo ut23
YOCAD. npf<7§uç,§§. 39, 195, II.—
clv,ô'vroç,TO, partie, prés. n. de
~Wtvai,être, pris subst. —'©sé;. —4 ~ï, après un mol, comme enim.—
iyèvwzo;.—6y.a>dî,
o.—*
7roi*ipia, TÔ,
4° i U«—7jto'irptoç
,
siiperl.§.
10rôno:f 0. - 11
§. 19. - S. 40, 196,3°. ~XwP
£ 'î acc.— 12- ~7rS,§.35,
15C'i


6.
Là~7tct-jzoç
II.
~*
voû;,
au plur. neut., omnia. — ~; ,
§. 40,
mot à mot, car elle court à travers tout. - 16 ~iayypôç
\"ïP TPf.X.U,
• remar18 x ~pottei,gén. —
quez que la pénult. u est longue. - 17~àvâyx», —
13
19 ~Ttâ;,au plur. neut. ——°
Au
coao:.—'1 jrpovo;,ô. àviupiîxît,—
plur. neut.,omnia.

72

THÈMES.
IV. Le crocodile 1 devient2 du 3 plus petit 4 le plus grand car son œuf 6 n'est pas 7 plus gros 8 que [celui] d'une oie9, et
coudées 11,
devient 10 long de dix-sept
VOCAB. Kpo)(Ód'et).')¡;,
. —2~yiy'4
£ Txt. — 3~èy.,e, è;, devant une voyell
pèv)

6
~to
gén. Voy. §. 196, 2°. - 5 Voy. §. 40, II et §. 196,3°.
et 196,3°. - 9 Tournez,comme
~wov.—
où/. É's-ri. —8 péyzç,§§. 40, de
II,
en lal.,7par
l'adj. yr,veioç,anserinus,
~, gén.~Xï,vo'îi,anser; sous-ent.
ovo.—10 ~çOtôçytyveTat, ipse rero fit.- 11 ~,
compe
~érrâ, sept, ~za.i,et, c?é/a, dir, ~tt^uç
, coudée.

V, La vie 1 du plus grand nombre 2 se perd 3 en délais 4.
VOCAB.1 ~BlOÇ;,
Ó. - 2~7to).Ûç,
multus, §§. 40,II, et 198. 1°. —3 ~Tr
7ro).).vrat.- 4 P.i)J.YlO'{J.r);,
, au sing. et au dat.
1 est cp
qu'il y a de plus doux2.
a
VOCAB. To ~èni7vy%xveiv,
le
Tourn. : est très-dot
litt.,
réussir.
~^îûç,§. 40, II.
VI.

Réussir

VII. La mort1, commune 2 et aux pires 3 et aux meilleur
[des hommes], n'épargne pas les méchants par mépris, et 1
bons par respect. (Tournez :
ne méprise pas 5 les méchants
et ne respecte pas 7 les bons 8.)
VOCAB.~©âvaroç,
. - 2~xoivôç,
§. 30.—3 ~ya/.o', malus, §§.40 et 197,
- if ~à-yxOo'î
10.
5~ovts
de
bonus,
,
~1rr:epop(
§. 197,
~ûn-spopâ,
ind. prés.
~3auptâÇet,
ind. prés. de S'avuâ
despicio. — 6~îtov>jpd;,
§. 3o. — 1 ~OVTe
miror, suspicio. 8
àyaôo'ç.
THÈME IV.

3 dans 4 les fleurs 5
1. L'abeille 1 trouve 2 naturellement
6 et
[dans 7] les épines8 les plus rudes 9, le miel
plus âcres
le plus doux 11 et le plus lisse 12.
de èÇavsupttrxw.
VOCAB.1~MAirra,~-r.;,. - 2 ~èÇxvEvptffXst,
— 3~çuffizw
4 ~È'J,
dat. — 5 a?6oç,-eo; ~-our,
xô. - 6 Ôpl{J.Ú;,-iirr.,-ú;
superl. §. 39.— 7 J
- 9~rpx

8
.
en
ne
se
~-y;;,
âxavGa,
répètent
pas
grec.
prépositions
11

~-.j.
~eèa, -; superl.§. 39.
--iii).t, ~-ttôç,
~xpYiffTtzoç
,
,
l' ~hJoç, ~-i2, ~-ov;supe
propr., bon pour l'usage; superl. S. 39.
§. 195, I, 1°.
II. L'amitié

1 est le
plus doux

2 de tous

[les biens ].

OMPARATIFS ET SUPERLATIFS, §§. 39, 40, 195, 196, 197. 73

l
3 Tourn.:
)~.ta,-aç, . — 2 ~cix, -4 ;
40.
Vocui. 1~4't
super §.
toutes choses, omnium, ~7ri; §. 37.
III. Où 1 [les] vieillards 2 sont 3 impudents 4, là 5, de toute
8 très-éhontés
9.
sont
aussi
îcessitér>, [les] jeunes gens7
3 64. - 4 àvatff^uvroî,-7j, ~-ov.
o.
Vocab. "Otto-j.—7 78pwv,
§.
-ovroç,
:. èvraOOx.—6 Tourn. : nécessité [est], ù,\I!L.jY.1),
suivi de l'inf. et de
ICCUS.
1 comme en lat., neresse est. — 7 ~vsoç,-ou, . - 8~xat.- 9 ~àvai; superl.§. 3g.
î, o, , ~-É;,~ro
f IV. [Ce n'est] pas 1 la plus longue 2
nire 4, mais 5 [c'est] la plus vertueuse

vie 3 [qui est] la meil6.

195 - 1,
VOCAB.
1 ~Ou; 'l.'
r.'
,. superl.,
1
I.Irrég., §. 197, 1°.—
4 ~àya6oç,
-, ~-ov;
-3 ~plO;, ~-ou,.—
une négat., S. 273, II. —6 ~viroviïcùoç,-~aéoc,-~011;superlatif
après
- 195, I, 1°.
V. Le langage 1 de Phocion 2 renfermait 3 le plus 4 de sens5
ftns G le moins7 de mots 8.
- 3 ~ELXi,
~-6)110;.
Vocab. 1 Aoyo?, -ou, . - 2 <l>c.>ÛCùll,
propr., avait, de
£ w.— 4 7Tmultus;
superl. S. 40et 5. 197, 1°. - 5 ~VÓO;,o, mens;
py. ci-dessus, p. 22. — 8~sv,dat. - 7 !ÀGtXú;,~-six, -, propr. bref;
~5iéÇtç,
~-EM:,propr., dictio; au sing.
196, 2 superl.
§.
etit;
VI. Etre vaincu par soi-même 1 est ce qu'il y a de plus
ollteux 2.
VOCAB.1 To rA7â<y6ai(xurov~ûa1~éauroù, m. à m., le être vaincu; voy.
2 Tourn. : est le

3.
281,
plus honteux de toutes choses, turpissimum
L
-, ~-o'v, com p., oùt^îwv, su perl., ().'iO';(
~iaro;
; ~ira;
,
rJ.i.a'X.pÓç,
rlnillnl,
VII. Tous 1 [les hommes] font ce qu' 2 ils savent 3, trèsfa6 et
nlement 4,
très-agrèabletrès-promptement5,
très-bien
ficntl.
Vocab. d
ëTt<rra/xai.- 4 ~p*e
fio; ~ts.facilisque, à mettre au superl. pl. neutre, d'après les §§. 2g8, 2",
It 161, Rem., p. 160.- 5 ~yai ~rajfûç,et celer, au superl. pl. neut.,§. 40.—
bonus, au superl. pl. n., §. 40. — T ~zal~Mv;,et dulcis, au
*a).o':, pl.
perl.
c-/n.,§. 40.

74

THÈMES.

NOMS DE NOMBRE.

OBSERVATIONS.

I. Quand on réunit deux nombres, on peut, en grec, comin
mais alors il faut
en latin, mettre le plus faible le premier;
les joindre par la conjonctio
suivant l'usage le plus général,
on place le nombre le plus fort le prt
~xai': si, au contraire)
mier, l'emploi de cette conjonction n'a plus lieu. Ex. : vingl
cinq, tîsvtc y.oàeïzocri, quinque et viginti , ~eotoat~7:ivre.
II. Au lieu des nombres composés avec 8 ou 9, les Gre<
emploient une circonlocution qui leur est aussi familière : pou
ils diront, vingt moins deux;
dix-huit,
pour dix-neu)
vingt moins un, et ainsi de suite: ce qu'ils expriment
par 1
o
comme: ~vwîç ôvsîv
présent de ~Æw,je manque ;
participe
d
éoVGcu~eïxoaL,mot à mot, vingt vaisseaux
manquant
poLa;~è
deux,
d'un, pour 18 ou 19 vaisseaux. Dans cette tournure 1
participe s'accorde en genre, en nombre et en cas, avec le nor
et le nom qui exprime le nombre le plu
auq uel il se rapporte;
en genre, et se met au génitif
s'accorde seulement
faible,
comme régime du participe. Le plus souvent le nombre princi
~déovta~cp^y-ovra, vingt
se place le dernier. Ex. : ~"Er/î c1'vr{)11
pal ans. Les Latins ont dit à peu près de même, duodeviginti
huit
dix-huit.
Les nom b res or d inaux s'emp loient de même. Ex.: ~Evo; ~os
année
~etxoaTÔv~etoç. dix-neuf ans, mot à mot, la vingtième
d'une, ou moins une.
manquant
On peut aussi mettre au génitif absolu le nom et le particip
Ex. : ~Ilevrwovra, y-ttxi ~oEotJar
la soustraction.
qui marquent
un
~îXaSe ~rpijîpei;, mot à mot, il prit cinquante
trirèmes,
manquant,
pour quarante-neuf.

NOMBRESCARDINAUX, §§. 41, 42.

THÈMES

75

SUR LES NOMS DE NOMBRE,

NOMBRESCARDINAUX.
Méthode, §§. 41, 42.
THÈME

I.

I. Anacharsis 1 disait qu'il est 2 meilleur 3 [d'] avoir4 un seul
mi5 digne 6 de beaucoup 7 d'estime 8, que 9 [d'en avoir] un
ande nombre 10 qui n'en méritent aucune 11.
IsaltÊTRE
VOCAB.
'OCAfi.
1 1 'AVÀ
TOllrn.:DISAIT
ctre J1H1
¡tllGtl.-MEILLEUR,
eur, iÀe1e1J
EXEYSV
EÎVAT.
—Ri\I:;(xGtpG't.
~^A
~CTÎ.
P -—2 Tourn.:
6 àÇioç,

IYIV),—
1
gtj
(JII).OÇ,
oj.
gén. - 7 ~ttoW;,
Voy.§. 197, 1°.—4
8 Ce mot, TTO^FAXOU
comme en
ïôyoç, ÀSOUS-ENTENDRE,
ultus, §. 37. —
10 ~1t"oÀvç.
11 Tourn. :



9
avec
multi
,
t., pretii,
quam.
dignes
aucune, ~urioci;,au neutre, §. 200, 3°
II. Beaucoup d'animaux 2 sont 3 privés de sang 4, et en géné15 tous ceux qui6 ont plus de quatre 7 pieds 8.
VOCAB.1~IIO^Û;
, multus, §. 37. — 2~ÇWC.V,
~To,au gén. , d'après LARèg.
4AVAI(UO;
, §. 31; comp. de ù privat., ~eaux,
57, §• 5298-—3 ÈITTT.—
ZAOÔXOU
~JÉ.— 6 ~Dao;,, ~-OV,
Rng. quolquot. — 7 Tourn. : qui ont
s pieds plus nombreux que quatre. Quiont, ~sysi; plus nombreux,
mparat. de KOVJÇ
, §§. 40 et 198, 1°.,8 avec contract.; quatre, au gén.

omme complém. du COMPARÂT.
Voy. §. 20, II, p. 20, Exceptions.
III. La mouche 1, ayant six pattes 2, marche 3 seulement 4
cc 5 quatre,
et se sert 6 des deux de devant 7 comme 8 de
ains 9.
VOCAB.1 ~Mvïa,. —2 Tourn.: étant à six pattes, ~wv,§. 64, REM.PAR3
de
~Ë,six,
iÇinodoz,
ô,
r,

~7rovç,
|3a<îiÇst.
; sÇinov;,
gén.
comp.
pied.4 Tourn.: avec les unes
5 S'ex—
à
~-rv.
-,
seules,
~uiv
lzdvo;,
quatre
ime parle dat., d'après le §. 338, 2°. — 6 XpŸi't'Gtt
~crs
de ~usv)
(précédé
;
8

at.
7 ~TzpôiOio;
~û;. 9 Voy. Irrég. 5. 185, 7°.
; antérieur

76

THÈMES.
1 fit la
2 en 3 Italie 4 deux
guerre

IV. Pyrrhus
ans 5 et quat
mois 6.
3
VOCAB.1 ITúppoç.
aor.
de
- 2 ènoléiMaî,
~7roXsf*éw,— ~ÈII,dat.
,4 1 ).
- 5 ~eTO;
~'IraJita
, ~-.7.<;.
, -soç -ovç, rô, à accus.) d'après le §. 345.
6 p.'tÍ1J,
gén.~jr/jvoç.
V. Philémon

1 le

[poëte] comique 2, composa3 quatre-ving
5
et
vécut
6.
4,
pièces
quatre-vingt-dix-neuf
ans
dix-sept
2
VOCAB.1«FCILJFTWV.—
~ôyMftf/.ôç.—3eypz-bs, scripsit, aor. 1 de~lp29
5 Tourn. :
— 4 ~c?p5^a,~TO,g.

vécu, ~toúç, partie, aor. 2
19.
ayant
tÓCù; il est formé de ~picoui.— 6 A l'accus., d'après le §. 345.

VI. Hannon 1 l'ancien 2 transporta 3 d'Afrique 4 en 5 Sicile
une grande 7 armée 8, cinquante
mille 9 fantassins
I0, si
mille 11 cavaliers 12 et soixante
éléphants 13.
— * ~7Tpé<jSi>ç
VOCAB.l'Í\.1JlIM/.
, au comparai., §. 39, I, comme en lai
major, senior. - 3 enlovez ~èx1traduxit ex, aor. de ~jrepâw
; génit.
5
6
4 ~Ai6vy)
, y. — ~Etç,accus. — ~Zr/eXia
, -«ç. — Voy. S. 37. — 8 Sùvzp
~-£ws, ~i.. - 9 Tourn. : cinq myriades de fantassins, ~pupict;,.&d'o;,lÍ..
0
11
0.
mot à mot, sixfois mille. —12 imrevç, -~s
~7teÇo'ç
,
É(;(Y.t;XD.tOt,
0. - 13 èlifuç, ~-:cno;, 0.

1 les Sères 2 vivent 3
VII. On rapporte
jusqu'à 4 tro
que
cents ans 5, et que les Chaldéens 6 vivent 7 au delà de ce,
ans 8.
VOCAB.l 'J (rropoijcjt,memorant; le verbe suivant à ~('iuf.- * ~Ip, gé
3

, vivere. - 4 ~péypt, génit. - 5~sro;, -eoç -ouç, TO.- 6 ~,
~2r,poç. Çyïv
vivere. — 8 Tourn. : par-dessus les cent ans; ~uT
~datoç,-ou, - - ~(BtoGv,
supra, accus.
THÈME II.

2 des Tartessiens
3 est
roi
I. Arganthonius
1,
rapporté 4 avc
vécu 5 cent cinquante ans.
— 20 pacriktvç 3 TtxpTvsaiat. —4 ~Xijetat, ~di
VOCAB. 'Apyavôwvtoj.
Sur le régim
tur. — 5 (Btwvsu,aor. 2 inf. de |3io«, ~-w formé de ~(itwpu.
voy. §. 345.
Ctésibius 1, historien 2, mourut
ans 5.
l'âge de cent vingt-quatre
II.

3 en se
promenant

4,

77
NOMBRES CARDINAUX, §§. 41, 42.
1 ~KTraiGtoç.
- 4 ~êreleuTria-e,propr.,_fim'^û, sous—
VOCAB.
avyypaye-jç.
~F5
o.—
en
:
Se
Tourti.
vilam.
4
~èv,
-ou,
'lt'!pÍ7t'GtT'.J!;,
promenade,
t. ~jSiov,
induira en tournant ainsi: Clesibius centum viginti quatuor annorum
in ambulatione finivit.
vilam]
III. Platon1

année 3 de la cent-huitième
mourut2 la première
5
ans 6.
vécu
quatre-vingt-un
ayant

lympiade 4,
2 ÈTEXÊÛTRJFFG.
- 3 au dat., en sous-eritend. ~sv.'0
N^ârwv.—
VOCAB.
1
S
-xSoç, n.— 5 ~rtOÚ;,partie. ~aol'.2 de ~Ptjw,vivo; régime,
fi—7riâ;,
345.- 6 Tourn. : un anen sus, des quatre-vingts; en sus, npôq, dat.
3
3,
ans
IV. Silvius 1 ayant exercé l'empire
vingt-neuf»
ans 7. Après lui 8, LatiEnée 4, son fils 5, régna 6 trente-un
ans. Après celui-ci,
Alba II
tus 9 gouverna 10 cinquarite-un
[en régna]
régna trente-neuf 12 ans. Après Alba, Capetus l3
18 ans.
15
17
14.
Ensuite
fut
roi
vingt-huit
vingt-six
Capys16
VOCAB.1 ~Siio-jïoç,-ou. Ce nom et le partie, suiv. au génit. absolu. —
•/.aTair
1..w'J
, génit. ~zxTa<rjro'vTOî,
part. aor. 2 de ~scare^w,oblineo; l'empire,
Tourn.: trente ans moins un; voy. p. 74,II. - 4Aivcta;. —
ipXr.,
Y.. ~vio;aùroû.— éGotai\zv(n.- 7 Tourn.: trente ans plus nombreux ~(7r).etuv)
~\1
trente
ans
un.
~TOÛTOV.
~AXTÎVO?.
—10
Il[Le'rèt.
~fl'un(dat.),ou
plus
lor. 1 indic. de ïoxw, impero. — ~Il~"AÎSaç.—
11 Tourn.: quarante ans
14 Tourn. : six en sus des vingt; en sus, ~zni,
moins un. - 13 ~Kân-îTOf.—
- 16 KaTruç.
êëaa-tieuce. - 18 Tourn. : trente ans
'ial. - ~l5~STTEiTa.
—1
moins deux. Voy. p. 74, Observ. II.
1 allant au secours 2 des
V. Les Lacédémoniens
Athéniens3,
oarcourent 4 en trois jours 5,et autant 6 de nuits 7, mille deux
~-::en/sstades 8.
VOCAB. ~OAaxe'Iaiuovioç. ~- auxiliatitri;
dat. - ~*~Ó
— 5~pipa,
- 4 c1tr,)'901l,
aor. 2 de âiîp%ouLou.
/\OYi'Jû'o;.
r, au dat. avec ~èv.
-- ti 't'oaovroç; voy. S. 201, ~3°.- 7 lIÚ;, gén. ~VJXTO'Ç,
~>}.—8 GràJiov, TO.
~-e stade valait environ 94 toises et demie, à peu près 180 mètres.
Je chemin fait par les Lacédémoniens est donc de 56 lieues de poste
envi ron.
THÈME III.
1. Le périmètre 1 de la Sicile 2 est d'environ
rois cents 5 soixante 6 stades 7.

3

quatre

mille4

78

THÈMES.
5
de -:Ô:-:p7.Uç,
~t, ~-ce,
quatre fois, et Xi).tOt,mille. — §. 42. — 6 §. 42
7 <rrâ£iov, ~to.
II. [Le] total1 de toute 2 là route 3 de l'expédition 4 et
la retraite 5 décrites 6 par 7 Xénophon 8 [est] [de] deux c
quinze stathmes 9, mille cent cinquante-cinq
parasanges
II
mille
six cent cinquante
stades. La durée
trente-quatre
et de la retraite [est d'une] anné<
du temps 13 de l'expédition
et trois mois 15.

2 ~avuiraç
nombre.
VOCAB.1~'Api0ptoç,
; sur ~,§. 35. — 3~01
propr.,
23; propr., montée, se dit particulièrement d'
n. — 4 ~, §.
~*i,
§. 23; propr., descente
expédition militaire en Asie. - 5~y.cczdSxatç,
~-Y);
; pro pr. , conscripta, composée,de ~ayyypàyw; au si
6 ~cuyypayeïffa,
8

7
-wnoç. — 9 ~(TTaôjxoj,
~vîio,
~ïevoywv,
à , mesure persiq
g
én.
fém. de 126 stades, = 21 kilomètres. — 10 îtapao-âyyvjî,-ou, ~Ó,mesure iti
raire des Perses de 29 stades, = 25o mètres. — 11 ~rptçfzûptot
TîTpa-zt;
12

à
dix
I
n.
mille
mille.
~-Gtt,
~-cc,
~Itot,
m., trois fois
[et] quatre
13
- 15
Ó.- 14 ~ÈviauToç
-EOÇ~-oCç
, ro, propr., étendue. — ~XPÓlIO;,
> ~Ó.
c,$. 19.

NOMBRESOU ADJECTIFS ORDINAUX.
Méthode, §. 43.
THÈME.

I. Le premier et
le plus grand 1 [bien] pour 2 l'homm
avoir 5 un nature
est [de] se bien porter 4; le second, [d']
8 sans
riche
heureux 7 j le troisième,
être
fraude 9 ; le qu
[d']
10 avec 11ses 12 amis 13.
trième, [de] passer sa jeunesse
VOCAB.1 Tourn. : la chose la meilleure, optimum, ~àyaôoç,au supe
2 Se rendra
—3 ~avôj
homini.
1°.

le
dat.
du
nom
,
§.
par
Irrég., - 197,
8 ~7ri
5
6


4
7
v.
0.
zxXo'ç,~-n',-ov.
~vytaivstv.
îtoç,
1fU'tÍ,
zyrziv.
~teïv.- ~fi
adv. — 10vîSâv,propr., adolescere. —1 pezxf gén.
,
12Se rendra
13~«pftoç,
~Ó.
l'article.
par
3 de
1 de
II. Périandre
Corinthe fils
Cypsèje 4, florissai
vers 6 la trente-huitième
olympiade 7.
2
3 A sous-entenc
Corinthien.
VOCAB.1 ~nipt&vepo;.
~KopivOtoç,
-

ETC. 79
ADJECTIFS INDICATIFS OU DEMONSTRATIFS
,
— 4 KV'(£AO"-ou. — 5 SzfxaÇe, de àxpâÇw.—6 mpi ,
310.
le
§.
après
rca; accus. — ~ô^upriâî
, -âao;, -n, §. 19.
année 3 de la quatremourut 2 la première
soixante et dix ans 6.
4 olympiade,
âgé
5
de
vingt-quinzième
*°y?.— 2 ÈnÀtún;cr, propr. ,finiviè, sous-ent.,
VOCAB. '0 Swxpizv:;,
v ~0Lov,
vitam. - 3 STOÎ,~-gO;
-0"", ro, S. 22 ; au dat., sous-ent. , iv. m. à m., quatre-vingt-dixième [el] cinquième. —
îvïvïjzoffrôç~7rlf*7rToç,
~ytyovwç.
—®sto?, To, au gén. pl.
111. Socrate 1

ADJECTIFS

INDICATIFS

ADJECTIFS

OU DÉMONSTRATIFS;

CONJONCTIFS;

PRONOMS.

OBSERVATIONSET REGLES GENERALES.
I. Les règles de concordance,
pour les adjectifs
f et conjonctifs, sont les mêmes qu'en latin.

démonstra-

construit avec
II. L'adjectif démonstratif
~ouroç,ode, hEio;,
a substantif,
prend toujours l'article en grec, parce que le
am est présenté alors comme un objet connu et déterminé.
se met, dans ce cas, soit avant l'article,
'adjectif démonstratif
soitaprès le substantif. Exemples: ~Ovzoç6 ~avjjp, et o ~àvïpoSroç,
ou ~Tr,lI~7r6XtvTivae, cette ville-ci;
it homme; ryjvds zfiv TTOXIV
~'t" iy.etvov TOV XpÓIIOllou xtX!à "011 ~%po'vov
èy.ctvov, dans ce
mps-Ià.
Rem.
de ce

de ce qui précède,
et
1. ~Outoç se dit ordinairement
qui suit. Ex.: Ce héraut a tenu ce discours-ci ; O~
xr^viÀ'XEÇE~TOV
"koyovROV^E.
2. ~Ouroç ne prend point l'article,
Rem.
seul, il se rapporte à un nom précédent,
uer.

quand,
employé
qu'il sert à indi-

1°. ~AÙTOÇ
, joint à un nom et signifiant ipse lui-même,
comme ~ouroç, avec l'article,
et se construit,
soit
emploie,
III.

80

ADJECTIFS INDICATIFS OU DÉMONSTRATIFS. ETC.
devant, soit après l'article et le substantif. Ex. : L'orateur li
1\ :
,.
(",
(t.,~6
'1
même
6
~aùtôç ~pyrrCùp,
ou,
p^rcop avzo'ç.
2°. ~AVTÔÇ,
dans le sens de idem, le même, est toujours
pi
cédé de l'arti cl e. Ex. : Le mêmeorateur :~ o avzoç pfrcop.
3°. ~Aùrd; ne prend point l'article,
quand, n'étant pas joi
à un nom, il sert de pronom, est mis en régime, et correspo
à is ea, id, le., la. Ex. : Je l'ai vu moi-même : A~-ro; ~oc
~eîdov,ipse ~eunz,vidi.
IV.

1°. ~clOC;,
Yî,Õ, qui, quœ , quod ,
lequel,
qui, et(
s'emploie avec un antécédent déterminé. Ex. : Achille, qui t
Hector: A~iAAeùç, ~oç EY.ZOOO.
ÙT.ZY.ZIVJZ.
2°. ,
de
't'te;, pron. indéfini, quelqu'un ,
composé
et s'emploie souvent
rapporte à un sujet indéterminé,
dans le sens de quisquis,
etc. Ex. : II n'y a po
quiconque,
de loi qui ne soit violée: O~
JlÓ{l-o)OÇTIÇTrapaSstryzz
fait un faux serment, mérite d'être puni: "0;
—Quiconque
~àv In.
est di
>
de châtiment.
diffère peu
"OçKep, composé de ~nep,particule affirmative,
et correspond à qui quidem.
~(5c;,

Rem. Au lieu du pluriel de ~Õçn, on emploie plutôt celui
surtout avec ~mi;
~Sao;,otcôcto;
, quantus, quot,
, tout. Ex. : T(
ceux qui : llavrsç ~Õaot.De tous ceux qui : ~[lâvTwy~oaot,etc.
On peut aussi supprimer ~iràç, et n'employer que ~oco;ou ôuoa
surtout au neutre, si l'idée de généralité est comprise dans
relatif. Ex. : Nous devons bien faire tout ce que nous faisoi
~ciO
crex 7rotoûp.
£V, iïîï xaXwç rrotelv.

V. 1°. Au lieu de l'adjectif possessif, les Grecs emploii
aussi, et même le plus souvent, les pronoms personnels
o
de
me
mon
(le
père
~rcar/jp
père,
(i).
Exemples:
génitif
juou
dieu est tout-puissa
u'XZY,p,pater meus. - Votre
pour o ~È[l.o;
Ó 5"gOçvpûv7ixy/.paz(i>p ~èazî(le dieu de vous), pour 6 vuszep
vester. — Ne sois pas esclave de tes passions, [J.Y¡~JoûXeue

(i) Cet emploi du pronom personnel, au lieu de l'adjectif possessi
constamment lieu pour rendre son, se rapportant à un sujet singul
parce que Z,-, ;,, ~o, suus,sua, suurn, est inusi té dansle dial. attique.

81
ADJECTIFS INDICATIFS ET PRONOMS.
~•aux-où ra0eoi (de toi-même). — Le monde et ses plaisirs pas— Le
avzov
ai
x<xt
r^ovcti
o
(de
lui).
tyran
int, zdgtzo; ~7T«paêat'vsi
mais le roi celui de ses sujets, 6 ~pkv
considère son avantage,
~70eauroùaicoTrît, 6 5s /3a<Ji).eù;tô rcùy àpyouivw (l'avan~ipctvvoç
Ige de soi).
1°. Si son ou leur ne se rapporte pas au sujet de la
Rem.
brase, il se rend toujours par le génitif de avro'ç, corresponant à is, ea, id, en latin. Ex. : J'ai vu son père, d~dovzàv
leur père, ~ràv r.azépa avejus vidi;
~xzepce
avrov, patrem
eorum.
v~il,
2°. Tout adjectif possessif prend l'article en grec, soit qu'il se
aduise par l'adjectif possessif même, soit qu'il se rende par le
ronom personnel. Exemples: A mon avis, ~yazà z rtv ipf/v 5o£ av,
— Les bons pères portent leurs enfants
u itlX.à TYiv 5o£av ~Mou.
la vertu,
toùç éavrwv 7ra iaotg71pbo; to xaXôv
zp-¡¡a-rot~Trctrepeç
~porpsîroDGi.
3°. Si l'adjectif possessif se rapporte au sujet de la phrase,
surtout à la
ln
le remplacer
l'article
,
par
simplement
peut
n'a guère
roisième personne, où l'emploi de iavzov, suî ipsius,
~euque pour faire insister sur l'idée exprimée par le pronom,
viter une équivoque, ou marquer une opposition. L'exemple
Les bons pères portent leurs enfants à la
tonné plus haut:
roùç
ertu, peut se traduire simplement
par: ~ypnczol 1
de l'article présente
~aî5aç rpo;zb Y..IX).O:l
~7rpoTp
£7îouci. L'addition
:i les enfants avec un sens déterminé,
comme
c'est-à-dire,
aux pères dont il est question.
ppartenant
VI. Vous,
end en grec,

employé en parlant à une seule personne,
comme en latin , par la seconde personne

se
du

singulier.
VII.

En grec, la première personne ,
parlant
Vous et moi, ~'EïW Y..:Úav.
je place la première :
VIII. Les Grecs n'expriment
ordinairemennt
Nersonnels devant des verbes, que
pour rendre
ou pour marquer une opposition.
erglque,
¡.

Thèm.

gr.

Ire Part.

Elèves.

d'elle-même,
les pronoms
la phrase plus

6

8'2

THÈMES.
THÈME

1.

2 dit3 à Néron 4: Tu me me
I. Un certain 1 Démétrius
naces 5 de la mort 6; mais 7la nature 8 t'en [menace aussi 9].
VOCAB.1Voy. S. 46VI —2 ~A/jprrpioç. —3 eïns, dat. — 4~Nipwv,
-wjo
5
à.7reàsïç.Tourn., comme en latin: tu quidem mihi mortem minari
tibi vero natura. - 6 ~5Szvxroç,
-ou, Õ.- 7 , précédé de ~psv.- 8 ~cpi
~'lÍ,S. 25. — 9 Ces mots à sous-entendre.
II. L'un 1 de deux] frères 2 jumeaux 3 mourut 4: un pédar
niais 5, ayant rencontré 6 le survivant 7, [lui] demanda 8 : [Est-cE
toi [qui] es mort 9 ou 10 ton frère?

- 3 âiiïvy.oi) -ou. - 4 szîlî-jrrtTâ. VOCAB.1~Ou.
5 a-£oXao"ri-/oj.
- 6 à7ravr/;<raç,partie. aor. de ~à7ravrâw,obviam eo; dat. 7 o ~Çwv,
ToxiWVTO;, le vivant, partie, prés. de ~&6),vivo.Voy. 5. 64, p. 58
- 8 ~r/
~-M,accus. - 9 a7:s0avîç, tune mortum
pÛTa, imparf. ind. de ~èpwrâw,
es? Voy. Verbes Irrég., S. 250. — 10~.

III. Notre 1 Dieu est très-grand 2 dans tous 3 ses ouvrages 4
5 est
6 notre Dieu ?
si
ce
n'est
Qui
Dieu,
VOCAB.1 Possessif,§. 54.— 2 §. 196, 3° — iii, 1 dat.; §. 35. 4 ~Vspyovy
r6. — 5 S. 46, VI, REM.— 6 ~7r/>îv,
génit.

IV. Le Seigneur 1 nous aime2 comme 3 ses enfants 4, e
6 il hait 7 no
5 ses
mais
nous sommes réellement
enfants ;
vices 8.

V. Un enfant1 sage 2 respecte
6 leurs défauts 7.
supporte

THÈME

3 son
père 4 et sa mère 5, e

II.

3
me
2?
enfant
vous

I. Qu'est-ce
pou
quittez
1, [mon]
6 être
5
n'est
4.
à
la
ville
Cela
aller fréquemment
sage 7. CI
pas

83
ADJECTIFS INDICATIFS ET PRONOMS.
'est pas ainsi que 8 votre père vous a donné 9 à moi pour
ous instruire 10.
VOCAB. Tt;,ouToç,é<jTt-,les
pron.,au neut., comme en Iat., quid est hoc?
-2~traï;, §. 19, REM., 1°.- 3 Tourn.: que m'ajant quitté,~ ÔTI(knolmw,
5 ou—
4
155.
venlitas.
~&atues,
ous allez fréquemment, ~SapiÇstç
§.
,
8
6 ~OUY.
7
non
ita
vero.
sort.
neut.
au
où^oûrw
S
s,
~(jwçppovsïv.
~oç,
trado. —10 Tourn.: pour l'instruction,
~irzpéiïuxs,
aor. i de noiptxSLiïcapt,
iç, accus,, noaSeicr.,~ri.
II. Un pédant 1 étant dans le besoin*, vendit 3 ses livres 4,
avec 8
et écrivant 5 à 6 son père, [lui] disait 7 : Réjouissez-vous
tous, mon père; déjà 9 les livres nous nourrissent 10.
— 2~a7ropwv,
VOCAB.
1 }:X°).a.O''t'tx(k.
~-M,indigeo.
partie, prés. de ~à7ropsw,
4 ~fiiSiiov,
- 3 ~èmTrptxtrxe,
TO. —5~ypàywv.—
6~itp6çt
imparf. de~7ri7rpâa-Y.W.—
8
accus.- 7 ~eleys,imparf. de "kéyu.— aûy^ixips, comp. ~<ruv,
cum, ~xa.tpc,),
10
~rpsyst
; sur ce sing., voy.
gaudeo; dat. — 9 )1ÔYI
-ycep,jam enim. plus bas, p. go, §. 257, Règ. II.
On dit. 1 qu'il y a sur le mont Latmus, en Carie 2, des
3
4 leurs concitoyens 5 à mort 6, et
blessent
qui
légèscorpions
rement 7 les étrangers 8.
III.

- 2 Tourn. : dans le
VOCAB.1 Tourn. : sont dits être, ~\iyovzoct~ehGtt.
— 3 ax.op^-toç,-ou, Ó. —
Latmus de la Carie, ~ÈlI,
Aârpioç, -ou, Kapta,
vj.
— 5 Tourn. : les
4 ~Traîouo-i,
de
~îratM.
ind.
prés.
feriunt,
citoyens à soi,
, ~-ou.—6 ~si;,accus.,~Savaroç, -ou, ~ô.—1 rffu^yj.— ~OUivo;,
§. 5l; noXirm
~-c
j, Ó. Mettez ce mot en rapport avec iroli-cnç,par ~[Liv, ei, guidem,vero;
voy. §. 273,1.
IV. Les corneilles 1 sont très-fidèles
5.
et s'aiment 4 extrêmement

2 les unes aux autres

3

V. Mon ami 1 est un autre 2 moi. 3 - Laissez- 4 moi 5, ô
soucis 6 ; qu'il n'y ait rien de commun entre 7 vous 8 et moi.
— Personne
9 de nous 10 [ ne] connaît 11 le jour de demain 12.
VOCAB.
1 Tourn.: l'ami. — 2 §. 200, 20. — 3§. 5o. — 4~péSers,impér.
de [l.i¿"iP.t,diniitto. —5 §. 5o. — Gopo~jTIC
, ~-irJo;.— 7 Tourn.: que rien
*6

84

THÈMES.
nesoit ~(elvai,§.64) à moiet à vous. Voy.p.
~(pi<îév,
nihil)
81, Règ. VII.
8
§. 50.—9~I¡ovSiiç, §. 200, 3.—10~ottf e, propr. novit; §. 250. —1
~Ctupiov
y.¡Ûpa, m. à m., le demain jour; voy. ci-dessus, p. 8, Règ. V.

2
3 nous 4 à nous
VI. Rien ne nous
autant
que
appartient
1
— Les
6
mêmes*.
7 [à] vivre ave<
philosophes
apprennent
eux-mêmes 9.

VOCAB. Tourn.: rien ~(oùtfsv)
est nôtre, S. 54. —2~our&>ç, ainsi, il
- 3, comme, ut. — 4 §. 5o. — 5 53. — 6 oi
S.
yiioaoyoûvTSç,m. à m.,
de œû.oaofèw.de pavûavco.
philosophants,
partie,
prés.
ptav0âvou<ri,
8
~Çuvsïvae,
propr., être avec, comp. de ~Çûv
(O'tÍlI),avec, ~eîvcu,être; di
53.
-9§.
THÈME

III.

1 le
I. Anacharsis
Scythe 3, ayant reçu cette question 3
5 des hommes 6? « Eux-mêmes
4
est
la
chose
ennemie
Quelle
7.
répondit-il 8.
— * iç,
VOCAB.1i\.lIrZxGtpO'tç.
-ou. — 3 ~Èpwr«Qetç,
interrogatus, pai

5
aor. pass. de ~èpwrâw,-.
4~Tîç,an neut., quid. — ~7rOÀÉLO
ç, ~-b., -c
- 6 Tourn.: aux hommes, ~avôp«7roç,
-ou. —7 Tourn. : eux-mêmes à s(
même, §§. 44, III, et 53. - 8 ërpYJ,
§. 148, REM., 1°.
1 enfanta

2 Minerve

3 de 4 sa 5 tête 6.
Jupiter
VOCAB. Voy. §. 15, 1°. —1 styuirs, aor. 1 de~«pûw.- 3 ~'Aôwvcéa,
5 53. — 6 x

~(;!-dtaç
-âç, §. 15 2°., NOMSà décliner. - 4 ~;!(;!gx,
génit.
§.
yx).~ ~Yi.Tourn.: de la de soi tête. Voy. ci-dessus,
p. 8, Règ. V,
p. 81.3°.
II.

III. Personne
même.

1 n'est

libre a n'étant

pas maître

3 de so,

IV. Cette loi-ci 1 existe en Perse *: lorsque 3 le roi 4 voyage
dans 6 les campagnes 7, tous les Perses 8, chacun 9 selon 10 so
13.
des
offrent12
lui
11,
présents
moyen
VOCAB.1 ~No'poç,o. — 2 Tourn. : [est] persique, ~ne
paixôt. — 3 ôtcc
5
3
subj. prés. de ~sXaûvw,
currum, equw
paatÀ'ú,. èÀGtÚll?"
subi.
8
- 6 ~eiç, accus. —7 r1.1pÓr;;,
— 9 Vo;
~Ó.
-ou.
-ov,
~népanç,
agito, impello.10
11
11 ~Svvapi;,w,
23.
a
ccus.
6.
~xardt,
S.
~îrpoçxopitÇo
§. 200,
1
~ro.
dat.
ind.
de
d'wptJ"J,
~ïrpoçxoptiÇw,
adferunt, prés.

ADJECTIFS INDICATIFS ET PRONOMS.
V. Un
vendant 2 sa maison 3, en 4 portait
f,
pédant 6
~5 une pierre
pour échantillon 7.

85
avec

1
— 2 T.'6)Àw""
indic. prés. contracte de~îtwXsw,-.VOCAB.
'I.j(QhO''nXÓ;.
5

III.
~7rsf,is?sps
i cirsizia1 ri. —i a7ro, ex, de,gén.; ~aùroç,is, §. 44,
umférebat, imparf. ind. de ~ntpi(fêpeù.
—6 Xtôoç,-ou, ~o.—7 eiç , âiïyuz,
, montre, de ~<?£ izvûw,ostendo.
VI.
Aristote 1 dit que2 le mulet3, quand il a peur 4, cache5
6
8 tout 9 son 10
11.
comme
s'il
cachait
tête7,
corps
t
2 ~ùéyet,et le verbe suiv. àl'inf. avec
1

-£0;
-OV;.
VOCAB. ~'AptO'-ro-rÉÀI1;,
Recits.,comme en lat. - 3 ~xeorpsuç,-iwç, c, sorte de poisson de mer; à
acc.. - 4 ~ôravyoSjîW,m. à m.. quum territus fuerit. — 5 ~xpv7ir
£tv, caici-,inf. de ~xpuîTro».—
6 Voy.ci-dessus, p. 81, Règ.Y, 3°. - 7 ~xs^a)^,r..
comme cachant, ut abdentem, part. prés.
^8 û; xoûrrrovra, mot à mot,
cus. sing. de ~xpvirrw.— 9 ~iDo¡;,-1), -ov. - 10 Voy. n°. 6. - 1 1 i' T°*
VII. La vipère 1 ne porte pas* deux fois3 j car 4 ses 5 petits 6
8 ventre 9.
7
son
~ongent
, b
~l'
*
3
~"E
"E
~oùxuiaxerai.—
V
VOCAB.1
3~otc;, is. - 44'~yip, toujours
^iJva,-h. —
instruit après un mot, comme enim. — 5 Voy.ci-dessus, p. 81, Règ. V,
8
Rem.—
~iOEOIsL,
edit;
_6;[J-epUOII' ~to, fœtus.—i
S. 257,
Voy.le
1 5. - 9 ~xotlia.,~ri.Nous n'avons pas besoin d'avertir qu'il ne s'agit ici
e d'un préjugé antique.
3 de même 4 sur 5
2
Etant
1,
juge
prononcez
toujours
VIII.
~s mêmes choses, n'accordant rien à la faveur 6.
*
VOCAB.
1~ KptT (;¡V.— yiyv<a<TY.t,
impér. de yiyvotvxu. - 3 ~àei.——
Tourn.: les mêmes choses, eadem. S. 44, III, REM.2°. — 5 ~1r.pi,gé- 6 ~oviïiv
îrotwv, nihil agens; ~Trpoç,
ad; Xipt;, gén. ~XptTOÇ,
gratia,
21. Remarquez que ce mot, en prose, n'a que l'accus. en ~-t'Jo
I

Prenez

soin 1 de votre

2 âme 3.

VOCAB. ~'E7uu.e).oC,
impér. moy. de £ 7nus>éopxt,~-ovp.'Xt;
gén. -2
3 ~u 1 ~r..

§. 53.

X. Veuillez 1 plaire 2 à tout le monde 3, non pas seulement 4
vous-même 5.
1nl)v)ov,
VOCAB.
impér. moy. de oúl°!l-at.-' à.piO'y.itll; dal. - 3 Tourli, :
ous, omnibus, §. 35. - 4 ~pu?
izdvov.- 5 §. 53, REM.1

86

THÈMES.
1 vous-même

2
Respectez-vous
plus que toute chose 3.
VOCAB.1 ~AiO'xúlIou,
du verbe moy. ataxuvotÀLxt;
accus. — 8 §. 5:
impér.
REM., 1o. - 3 ~pfttara, gén., nâç; tourn. comme en lat., maxin
omnium.
XI.

THÈME
I. Constitué 1 en 2 dignité
chant 6 pour 7 l'administration

II. Quel
ami 1?

1 autre

IV.

3, [n'] employez
8.

4 aucun

5 m<

2 bien 3
5
6u
4
à
aussi
utile
tout
[est]
qu'

- 2 §. 200, 1°. — 3 xrUfia, oro.— 4 ceT
VOCAB.~loto; ,-tGe,-OV,01.
ainsi, sic.—5 ~7:â.'j]^ricjzoz, o, >$, -ov, rô; compos. 7râv, tout, yjpwzi
utile. —6 ~wçjrep,comme. — 7ytXoç,Ó.

4 sur ce qui
III. Antisthène 1, interrogé 2 par 3 quelqu'un
• lui6 était revenu 7 de 8 la
philosophie 9, « De pouvoir 10, dit-il 1
12 moi-même 1 »
entretenir
avec
III
3 vr.
— * èpwQnQeig
_iù.VOCAB.1 i\lInO'()éllY¡;,
-&0; ~-OU;.
, de Ipwrâw
5
VI. — Tourn. : quoi, quid, ~Tt:,interrog., au sing.)
gén. — 4 S. 46,
6
8


Í
de
III.
VI.
44,
~yhovS
,
ix, gé
yiyvontxi,fio,
§.
parf.
§. 46,
- 9 ~yiXocrayta,
m. à m., le pouvoir; voy.§. 28
r;. —10 oro d'ÚllGt!1()Cf.t,
l*
13
dat.s?n.
~opiXeïv
;
Employez ici le pron. réfl. de la 3e. per
soi-même, §. 53.
IV. Il n'est pas facile1 [d'] assurer 2 de quels 3 parents
de quelle 6 patrie 7 Homère 9 est né 9.

4 ou

THÈME V.
I. Aristote 1 dit 2 qu'il y a 3 en 4 Phrygie
remuent 8 leurs 9 cornes 10.
VOCAB.1' ~ApiaTOTÉÀï;?,
.10; -ou;, — yiaiv,

5 des bœufs 6
qui

de fipi. —- 3 Tourn.:

ètr

81
ADJECTIFS INDICATIFS ET PRONOMS.
6
5

4
i.
dat.
comme
en
lai.
avec
~Èv,
L
roüç,
l'accus.,
[ 64,
1
\-/cg.y§. 185, 10o.-7 §. 48, et ci-dess., p. 80, Itèg. IV, 10
~"LViCù
-Cù.- 9 Voy. ci-d essus, p. 81, Règ. Y, 3" up:;r.;, -(;(,0;,
,§.28.
II. Beaucoup 1 [d'] hommes 2 mettent 3 tout 4 [leur] soin 5
11 des
6
9
7
mais
des
richesses
8,
s'occupent
peu
l'acquisition
s 12 auxquels 13 ils les 14 laisseront 15.
multus, §. 37.— avSpwjroç, 0. — 3 TrotoûvTaj,m. a
Vocab. 1 ~nOAVÇ,
., se font, force du moyen, qui rendra ici le possessif leur; voy. la
vnt.,
352, 3o.—
~xâç,
35. —5y.—
<T7rouc?ïî,h.—
en cecirca,
tour; §.accus.
— 4uLtr,
ctç, §.-ECù;,
to, 1repl,
8 ypripct,
§.
19;
propr.,
sens,
10
de ~«ppovTÎÇw
ujours au plur. — 9 <57?
après un mot. — Ifpo'J'!'Í.OVIJ'L,
; gén,
11 ~pr/px, plur. neut. de [1.LXpÓÇ
, petit, pris adv., comme en latin. —
; voy. Surab., §. 186, 1o. - 13§. 48,
~uiÓç,au gén. plur., formé de utevc
ci-dessus, p. 80, Règ.IV, 1o. - '4 ~ovtoç,hic, §. 45. - 15 xarcdsiIUO'I,fut. de Xet't'cÙ¡Í.7t'Cù.
III. Archias 1 fonda a Syracuse 3 vers 4 le même
à 7 furent fondées 8 .Naxos 9 et Mégare 10.

5

temps

6

VOCAB. ~Ap^ia;, -ou. —2 exTiae
, aor. de zrtÇw. - 3 (Ú vpch(OvO':a,
rracusæ. — 4~rrepi,accus. — 5 Voy. §. 44, III, REM., 2°., et ci-de>s.,
80, Règ. III, 20 — 6 Xpcho" 6, au plur. — 7 Toltrn. : [dans] lesquels
aor. pass. de otxiCtJ.— 'J* NiÇoç, sous
tibus, sans prép. — 8 ~wzto-07!trav,
itendu, Ttohiz, ville. - 10~rà Miyapa, -!J)'II,
pl. n.
Celui qui 1 fera deux fois naufrage 2, accusera 3 à tort 4
IV.
5.
eptune
VOCAB.1 Voy. p. 80, Règ. IV, 2°. - 2 et,- ~vaua,
de vaua-yî'w.llpysrxt, propr., se plaint de; de ps/xipopai.- 2 uaTïjv,frustra.— 3 Hoffii~-WlIOç.
jî»v,
V. Aucun 1 [homme], qui 2 ne 3 se 4 commande 5
[pas] à
|
lui-même, [n'] est libre 6.
VOCAB.1 ~oMelç,S. 200, 3. — §. 49, et ci-dess., p. 80, Règ. IV, 20. —
— 5 xpxïet, de
— 6 sievCispoç.
~/parew
-w;
gén.
53.
VI. Les fils de Pyrrhus, roi d'Epire, étant [encore] enfants,

2 il laisserait 3 la
5
ui demandaient
4.
qui
royauté
Pyrrhus
6:
8 aura 9 le
7
dit
de
vous
leur]
[A celui]
qui
glaive 10 le plus
irancliant 11.

88

THEMES.

VOCAB.
1 Tourn,: les fils ~(uiÓç,-où, Ó) étant (£v, ÕVTOÇ)
enfants (RC
~1rtÓç) interrogeaient (pw"Cùv,accus.) Pyrrhus l'Epirote (núppoç o 'Hj
m. à m., il la
-ov). -r- z rt'ç, interrog., §. 46, VI. ,
~pdivvç,
- 5 xai 0 núpPl)ç.- 6 sinsv. — 7 g. 5o. - 8 §.
sera. - 4 :XlJ't).EÍ("f.,
~>1.
et ci-dess., p. 80, Règ. IV, 20. — 9 ~ÊX,m. à m., habeat subj. de é'/w.
10
ri, §. i5, Rem., 2 .— 11oÇOç,-Ha, -v, au compar.,§. 39
VII. Aristote 1 dit que tous 3 les animaux terrestres 4 qu
ont 6 un poumon 7, respirent 8 j mais 9 que [les] guêpes 10
12
13
abeilles
11ne
[les]
respirent
pas.
VOCAB.1'A~PIOTORÉA/ÎÇ
, -soç -O-iç.- 1li-ist, de5 ÀélCù.- 3 7t'ç, §.
—4~Tàyjp(Tx.loi, sous-entend. Çwa, animalia. Voy.ci-dessus, p.
le §. 267, plus bas, p.
Règ. IV, Rem.—6 ~s'yet, habet, d'après
8


7
II.
Ó.
-ovoç,
~Ttvsvpwj,
àvaîrveïv
, respirer. — 9 o'e, après
Règ.
11
I:J
a3

à
à
ri.
mot.— 10 ~crtpriÇ,
l'acc.
ovx.
ydç Ó;
Iiiltacr2,
7TV6Ï?.
A Sardes 1 les maisons 2 étaient 3 la plupart 4
6 toutes celles
et
même de brique
roseaux 5,
quil étaient
avaient 9 des toits 10de roseaux 11.
VIII.

VOCAB.l 'Ev, in, dat., ~IcfpEL;,-swv, plur., §. 23. - 2 olxta, -V.Ç,ri,
5

4at
~
nÀEÍovç,
.)'j, -ov, adjec
p-èii
3§. 64.
plures quidem.
,,-aÀcfpotvo;,
arundineus, -a, -um.—
6 ~<?é, autem.—7 oao;, ->7, -OV.Voy. ci-dess
8 ~xai
Rem.80,
TTXÎVQIVOÇ
, -N, -ov, adj., lateritius, -a, -1
p.
Règ. IV,
11


de
-ov,Ó, calamus;
- 9~elx01l,
~M.
xcfÀap-oç,
10ôpofyj, -riç,vi.
gén. sing., au lieu de l'ablat. lat., vas ex auro.

IX. Toutes les choses qui 1 nous 2 sont3 utiles 4 sont 5
richesses 6, mais toutes celles qui ? [sont] inutiles 8, ne so
9 des richesses.
pas

VOCAB.l ~"Ocroç
, ->3,-ov,PÉV, quotquot quidem, au plur. neut.; V
3

n°.
30.
VIII,
ci-dessus,
ruy^âvei Õ'J't'a,m. à m. se trouve
7. —2 §.
étant.—4 ~^pyj(7tptoç, -/j, -ov. —5 Tourn.: celles-là [sont],oiïioç,hic, §.
9 Tour
Toi.- 7 ôaoç Ci. - 8 èlXPEioç,-eÍ.a, -ov. ——
IV-—6 ~XP^'{ÀClTCCy
r4.
celles-là non richesses, OÛTOÇ,
~OÙ,
xpri[.Lll.'t'a,

DU VERBE.

89

DEUXIÈME.

LIVRE

DU

VERBE.

RÈGLES GENERALES
OBSERVATIONSPRELIMINAIRESET
SUR LA SYNTAXE DU VERBE.

DU

SUJET.

Accord du verbe avec le sujet.
§. 257.
[Ego sum romanus. B.§. 199.- Ego audio. Lh.]
I. RÈGLE. Tout verbe s'accorde en nombre et en personne
avec son sujet.
lui
: Joseph
entra dans la salle, et ses frères
Exemples
dans leurs mains. Il leur
offrirent les présents qu'ils avaient
nous porComment
- Nous
demanda :
vous portez-vous ?
tons bien. - Se porte-t-il
bien, votre père, ce vieillard dont
— Votre serviteur,
notre
encore?
vous m'avez parlé? Vit-il
'l wai, ~ip eîçyjXQev fi xriv
jpère, se porte bien, il vit encore:
~:oûiav, -/.ai 0 £ a^eXcpoi rcpoçrçveyxav ccùtô) zà &âoa a eî%ov
e
Ó 7rp ea oumç ,
0 7rarÀp vfxûv
ov
~O-Mi;
£XOP.E'J.- 'Y)'tlXtI.lEL
Ó naI ç aou Ó itazïp yjuûv} eu
s 17Ta.ze; en Çyj ~;-.rïtcdvet

yi. (Bibl. Gen., cap. XLIII,
26-28.)
Les pronoms sujets, ~iyû, , aùroç, je, tu, il, etc., se
REMARQUE.
esous-entendent ordinairement en grec comme en latin.

DU VEUBE.

90

~TàÇwa
Tpsx*'j

animalia currit.

II. RÈGLE. La
langue grecque admet, à l'égard de l'accor
du verbe avec le sujet,
une exception
très-remarquable
c'est
un nominatif pluriel neutre on met ordinaire
ment qu'avec
le verbe au singulier. Les animaux courent :
T. ~w
currit.
~?p éy et, mot à mot, ariimalia
Exemples : Les Cynocéphales ressemblent assez à de vilain
hommes.
Ces animaux
et tout à fait inca
, très-sauvages,
ont l'air assez farouche : Oi x'VlIO"t.É
pables de s'apprivoiser,
~lot âvÔpd)TIOIÇ
dvçeidéat KœpepLfEpetç
eîai. aypicorara de zctvza.zà Çw
~xxi navztlûç, àziBxaaevzcc xaOeaiwra, zvv irpo;o^ty avsvr,pozépa
~ËXe l. (Diod. Sic., III, 34.)
Les gains coupables portent toujours dommage : T ~aciay
(Poët. Gnom., monost.
267.)
xépSyj Çripioiv dei s pet-

Sujet sous-entendu.
§. 258.
[Aiunt, dicunt, fcrunt, perhibent, etc. B.§. 195, 2. — Dicunt,ferunt,
perhibent. Lh.]
ON.
III. RÈGLE. Dans certaines propositions qui ont en franca
on pour sujet, on sous-entend en gre
le substantif indéterminé
le mot~av0oco7Tot,comme en latin hommes.
d'(
les
pommes
qu'un dragon gardait
Exemples:
~r2 Tôjy tEarr:eplow:IxpV(7<*
des Hespérides :
paxovra ^aoi
c.
De
incred.,
20.)
(Heracl.
~ÇUXZTTSIV.
On rapporte qu'un bélier prédit à Phrixus que son père de
vait l'immoler : ~'Ivzopovoiva), xpto; <~~t~M
7:po~~Eysy on Ó lrxr)
~aÛTov
p.eÀÀet Siieiy. (Palaeph., c. 31.)
On dit

DU VERBE.

91


DU COMPLÉMENT.

[

Régime du verbe actif.
mundumcreavit. B.§. 201.— Amo Deum. Lh.]
[Deus
I. RÈGLE. Le régime
direct du verbe actif se met à l'accutatif, comme en latin. Voy. plus haut, p. 11, §. 266.
Régime du verbe passif.
§. 347.
Avec une préposition.
[Darius ab Alexandro victus est. B.§. 3a8. —Amor à Deo. Lh.]
II. RÈGLE. Le nom de la personne qui fait l'action et que
es Latins mettent à l'ablatif avec a ou ab, se met ordinairement
au génitif, avec la préposition tJ7tOou ~rcpoç.
grec
en
Darius fut vaincu par Alexandre :
'0 Aapeîo;
Exemples :
~vnoTOU'A)..EivàpotJ.
vtYYiBr,
De même qu'Actéon périt dévore par les chiens nourris par
ui, de même les flatteurs ruinent ceux qui les nourrissent:
.,\
Tp eçofxêvtùv
xvv&v
~TCov
vk' av zov
~.:;r:Ep 6 'Ay.raioov vno
~tcniQavev(1), ~ovrcaçoi ~y.Ó).axgzovç zpéaovzoc$Y.OCZOCIVQVGIV
(Stob.
kit. XII.)
Etre honoré de tout le monde:
Hpic, dnacvzmv SspaTtsvscQxi.
Avec le datif.
[Mihi valdeprobantur Ciccronislibri. B.§. 348.- Hæc sententia neque mihi
nequcilli prohatur. Lh.]

L

III. RÈGLE. En grec comme en latin, le nom de la personne
au datif sans préposition.
qui fait l'action est aussi très-souvent
(i) Littéralement,

mourut les

chiens.

92

DU VERBE.

Nous seront admirés de nos
<
Exemples :
contemporains
de la postérité : ~Toîç TE vvv xoù xoïq ÏTteixocBravuocaQriaoae
(Thuc., III, 64.)
Quels hommes seraient plus justement
que vous haïs a
tous les Grecs?
~Ttvcç àV vpûv $ixcti6zepov ~TCciat
TOI; "EXXrjc
II, 41.)
~p.tcjotvro
; (Thuc.,
Ils font toutes leurs actions pour qu'elles soient vues pc
les hommes:
~IIdvrct Ta: ïpyct. ocvrwv~TrotoûaiTCpà Tb SexOrivc
~roïc,àvQpw/Toiç.(St. Matth.,
XXIII, 5.)

Dei providentia mundusadministratur. B.§. 328.—Mœrore conjicior.Lh.J

IV. RÈGLE. La chose qui produit ou qui cause l'action, <
se mi
sans préposition,
que les Latins mettent à l'ablatif,
en grec au datif, comme nom de manière,
c
généralement
cause ou d'instrument.
Exemples: Enflé de ses richesses: ~Xpfipaaiv £ 7raipô^evoç(sou
entendu ~em).
L'homme de bien n'est pas blessé par de mauvais propos
ml
Gnom.,
~XpnoToç7rov/:poîç ou tiTpwaxerai ~Aôyotç.( Poët.
nost. 297.)
Passif

avec l'accusatif.

[Pueri docentur grammaticam.B.§. 355.— Doceturgrammaticam.Lh.]

RÈGLE. On peut, en grec comme en latin, dire à l'actif av<
deux accusatifs: àtàiay.f» ~zxçxiyyaqxbv Traiaa) doceo artes put
rum; j'instruis l'enfant sur les arts. Si l'on tourne cette phraj
vr:"
~co
on
aura:
~Tàg
le
rraîç§i§dc<jy.t^a.t
~Èp.
%lyy<xq
passif,
par
moi sur 1(
instruit
est
a
l'enfant
docetur
artes
me
par
puer
arts.
et complémer
On voit que ~rovnœïâcc, nom de la personne
direct du verbe actif, devient sujet du verbe passif, tandis qu
Au passif
zàg zézvag, nom de la chose, reste à l'accusatif.

93
DU VERBE.
imme à l'actif, ce nom ~T dXIJrJ.c;est considéré commerégi
par
sous-entendu (1).
cra, secundum,
Cyrus, roi des Perses, était, autant qu'homme
Exemples:
i monde, habile dans la philosophie, dontil reçut des leçons
et la vérité par les
îs mages. Il fut instruit sur la justice
à certaines lois en
conformément
lus vertueux des Perses,
6
Y,V<pi>ocro<pt'aç,et
Igueur dans sa patrie : ~Kvpoç flepawv (Socadsvç

toiq [xxyotç èntxi$ev8r,
ti ~Ttc;,
, Eft7TTetpos, ftviivcc rcapà
TE xai àlriOeiocv è$idct%$r},
KCXTOC
riva; i~xxaiooûyyjv
fou;vojjlou; ~KaQeoTWraî,
Llepffwv rote aptGTotç.^Nic. Damasc. Hist.,
, ed. Coray, in Prodr. Bibl. gr.)
>243-4

EXERCICES

PRÉLIMINAIRES

SUR LES CONSONNES

EN COMPOSITION.

--es mots suivants renfermentflans la partie composante, placée devant
tiret, -, des fautes qui doivent être corrigées d'après les règles
I §. 166.
h

i) M. Burnouf, p. 3o8, donne de celte tournure une nouvelle expliion, qu'il juge plus conforme à l'analyse rigoureuse. Voyezaussi
la
éthode latine du même auteur, §. 355, note I.

94

EXERCICES PRÉLIMINAIRES SUR LES CONSONNES,ETC.

Formez encore des composes:

Nota. Dans les Thèmes suivants, nous passons immédiatement a
verbes contractes. Le verbe substantif~t/tt se trouve fréquemment, etso
toutes les formes, reproduit dans les exercices précédents; il était de
superflu de consacrer ici à sa conj ugaison un article spécial. Quant à ~
et autres verbes semblables, la conjugaison contracte peut servir
même temps à exercer l'élève sur la manière de les conjuguer, com
l'enseigne M. Burnouf lui-même, S. 89, Rem. 1°., p. 82.

(1) L'esprit de la voyelle initiale du simple se supprime dans
composé. --(2) Surl'esprit du p dans ce compose, et les suivants, vov. la M
thode, §. 7, et ci-dessus, p. 3.

VERBES EN ,

DES

89,

§§. 88,

VERBES

EN

SUR LES VERBES

THÈMES

91, 93.

95

fi.

EN ~Eh, A'fi, oïl,

OU VERBES CONTRACTES.
Nota. Le verbe est indiqué ici dans le Vocabulaire par la première
ersonne du présent de l'indicatif. Présenté sous sa forme non contracte,
1 doit être contracté dans le thème.

VOIX ACTIVE.
Caractéristiques
Futur,

-

;

:

parfait,

Méthode, §§. 88, 89, 91,

-¡(Ge.
g3.

THÈME I.
I. L'envieux

1

s'afflige
lui-même comme un ennemi 2.
1 Tourn. :
- 3 Àvr-Éc.>,
VOCABULAIRE.
l'enviant, invidens, ~yôovsw.
act.,
cavToû,wç,è^0pôç, -où.
II.

Fréquentez

les gens de bien 1.

VOCAD.
1 ~'O¡uÀiw,
bonus.
dat.; àyocQOÇ,
1
III. Approuvez
de [la] raison
courage
[le]
accompagné
3 celui
mais délestez
qui est joint à [la] déraison 4.

2;

VOCAB.1 ~Aivi»,act., ~Sûpcro;, TO.— 2 Tourn. : le courage avec raison,
— 3 ~à7rooTV7
~Ó.
~ûv,dat., ÀÓ"1°ç,
£w as, act. — 4 Tourn. : celui, ~Ó(S. 3oo),
~i
1tant, ~wv,
YJ.Construisez d'après la
avec, ~péri,gén., déraison, ~c&oytsc,
RègleV, ci-dessus, p. 8.

96

THÈMES.

1
de
IV. Beaucoup
gens paraissant
[s'] aiment réellement point 3.

s'aimer

[entre

eux]2,

VOCAB.1 ~rioXûç
, §. 37, comme en lat., rnulti. — 2 ~&oziw,
~saut
<piXéw,
sut, à l'accus, pl., pour~•àW.ijXouç,alii alios (1). — 3 ~où/.,àXrjOwj,vere
V. Ne portez

envie

à personne

Vocab.1 ~4>0ovéw
, invideo, dat.; ,
VI.

Réfléchissez

1.
§. 200, 3.

1, et alors agissez 2.

THÈME II.
,

I. L'épouse de Phocion 1, interrogée pourquoi 2 seule d'en
les autres [femmes] 3 elle ne portait
d'or
pas d'ornement
C'est que, répondit-elle
5, la vertu de mon mari 6 est pour n
un ornement suffisant 7.
- 2 ~èpuzyiOsïax,
VOCAB ~Tuvjj,<L>wxtwv,
-6.llIOç.
31", ob, accus., ~TtÇ,
3
neut., quid. — P.Ó1IOÇ,
S. 3o; d'entre, sx, doit se sous-eniendre; ~cil)
§. 200, i°.5— Tourn. : elle ne porte point, ~yops«,xoo-poç, Ó, yjvas
6
>5,àvrj'p, :
§. 178. — Tourn.: dit : Parce que, £<pî, ~ort.— ~àpE'r>Í,
- 7 Tourn.: est à moi, elc., aùrscûx»!?.
II. L'habitude
engendre [le] dégoût1 : habitant
[la] terre
nous recherchons
4, nous retourno
[la] mer 3, et naviguant
la vue vers la campagne 5.
VOCAD.1 lvvrtQzicz,
~i.,•ysvvâw,ZÓPOç,0.— 1 oixiCù,yij, iJ. ïouto-a,>5.—4 tt/s'w, maissur la coatract., voy. §. 212, 1
nouveau nous considérons, ~nxhvnepiay.onia^
à'/poî, Ó.

3 Ç>jt£ w,
Tourn.: c

1' [homme] humble !
Le vin fait1 penser superbement
3 celui
qui fronce les sourcils 4 à rire 5, le faible à ose
engage
quelque chose 6, le lâcheà être audacieux 7.
3

Ó
-. — 2 i
Ta-etvo'ç.
VOCAB. ~olvoç,Ó, TTOtEM,
~ffup7r:t
i
avec le verbe suiv. à l'inf. sans prépos. — 4 o ~aïowv,propr., le rclevanl
III.

(i) Voy. Matthiæ,
trad.

S. 489, III,

P- 920, 2e. édit. = p.

972 de no

VIÎKUKS COMH.f.\

il;

ACTIF,

88, 89, 91, 93.

97

THÈME III.

1

1 sont
I. Les ambitieux
ayant inné [en]
toujours en guerre
ix [de] tendre des pièges 3 et [de] porter envie 4.
1 ïllsoje/.Tétà, suis
2
(Vocab.
je
cupide, ambitieux; au part. prés, avec
habentes,~eu-pvroç
, innabelligero,~àst, S%OVTs;,
rt.;. 321.—2 ~17ro).epéw,
r. - 3 Tourn. : le tendre des ~piéZoD, -s, VOY. §. 281.
II. Les Causianiens 1 pleurent sur ceux qui naissent 2 et ils
gent heureux ceux qui sont morts 3.
— 2 .9pYJ'JÉCù,
Vocab.* ~Kayfftavoç.
lugea, accus.; o ~ptèv'/swcip-îvo;, natus
Mem. — 3 Tourn.: mais les ayant fini, ~ôi, teXsut«w (au part. aor.
pl. , sous-cnt. ~(5iov,
vitam), ils félicitent, (xaicaptÇoyae.
fc.
1
trouver
t III. Que pourriez-vous
[de] plus efficace que le
m 2? V oyez-vous 3? lorsque les hommes boivent 4, alors ils
mt riches 5, ils sont expéditifs 6, ils
[leurs] procès 7,
gagnent
t sont heureux
8, ils aident [leurs] amis 9.
1 ~Ttç,au neut.,
2
~av.

otvoç.
46,
VI,
«û/:ois
quid,
S.
~Trpaxrtz&ç,
3 vides?
5 't'Ón, 7t).ovts«.


4

-r).
nfouai.
subj.
;
~Gpxw
,
~ôrav
,
qunm
,
VocAB.
vinco , ac6 ~^larparrouo-t, ils achèvent, ils terminent.—~<vixàw,
Toiirn. : :lesles
, ?!).o Tourn.
te., rt. —8 eOJaijiovéo). —9 wep&Xîw,accus., yù'.oc.
nis.
IV. Eschyle 1, à ce qu'on dit 2, composait ses tragédies
étant
tre 3.
— 2 Tourn.: comme on dit, ~w;XÉyouat,ut dicunt.
[Vocab.1 ~Aîo-^0).oç.
py. ci-dessus, 90, §. z53, Rég. III. —^rotfiw, facio, je composé eu
us , rpzy.ifiz
,
>i,
[zedvo>.
mouvoir [les] pierres et
, [en] chantant 1, faisait
V. Orphée
es ] arbres a.
rvocAD. ~'Opvsvç
a<?wv.—1 xivîw, maveo, ~iGo;,
Ó, xxt oivJoov, to;
(y. sur ~ts xat, §. 270.
Les Sardes tuaient 1 à coups de massue
3.
devenus
vieux
déjà
[tres^quiétaient
VI.

j~M'A'B~?~i:,
Ve

2 ceux de leurs

-nlpi,», composé de àvx, SllrJUm, et aîpïw, tollo.
Part.
Elèves.
7

98
THÈMES.
Sur l'augment, voy. §§. 66 et 210,I. —2 Tourn.: avec des massu
3

au

Tourn. : les (~Ó)
dat.,
~pi-alov,
TO,
d'après le§. 338,
déjà (5
devenus vieux (~YNPAO-XW,
fut. -rfa(,), au part, parf. accus. plur. , §.
2 et Irrég. §. 249) des pères (~RARIRIP,
S. 29). Sur cette tournure voy
ci-dessus, p. 57, §. 298.
VII. Les
antres 2.

hommes

anciennement

1 habitaient

dans

<

TÔîra^atov. Sur cet adv., voy. §. 160.— 2 ~o
VOCAB.1 ~Âv9p(')7roç,
~to.
dut., AVRPOV,
(sur l'augm., voy.§. 66), ~ÈV,
VIII. Les Romains
de Rome 2.

appelaient1

autrefois

la Sicile le gren

— 2 ~rorraî.ATOV,
)tClÀÚJJ.
VOCAB.1 'P6.ltl.ClÍI)';,
ZRXEXIA
, ~tAUSTOV,
to, 'PWf
THÈME IV.
I. Celui qui ne commet point d'injustice
loi 2.

1 n'a

pas besoin

VocAB. 1l\'h¡l'i1l&Lxé(,),au partie, prés., avec l'art., le ne faisant j
ATourn.:

321.
d'injuste; voy.§.
[n'] a besoin, rJe't71Z1,
gén., d'auct
Ó.
où<:Í.ç,§. 200,3, loi, ~VO'FXO;,
II. [Le] pilote étant malade
s'en ]
1, tout l'équipage
sent 2.
au gén. absol., §. 370, I, avec le part. su
VOCAB.1 ~KUGSPVVJTIN;,
VoOEsw.
- 2 oÀor;,S. 30, ~MTÂTPOÇ,
tô, 5. 22, propr., vaisseau cvunia
avec, nic/M, je souffre.
comp. ERWV,

2 demanda
III. Un pédant 1 allant faire
naufrage
tablettes 3 pour faire [son] testament 4. Voyant5 ses
domestiq
6 à cause du
danger 7 : « Ne vous attri:
qui s'affligeaient
9. »
point8, dit-il, car je vous affranchis
- 2 PTIXXWV,
VOCAB.1 ~S^oXacTttrxoç.
DEpiï'ÀXW, je dois, je vais, futi
3
à
~alréo,),à l'imparf.; ~Trtvaxtç.57, gén.
sum, ~vausr/sw, l'infin.—
son TESTAMENT,
xiaoç. —4 Tourn.: afin QU'ILécrive, TVSC
r'Jta0-/
VPX-F/J
,
mœreo
au plur. — 5 ÔPÂW
~eé,video autem. — 6 o?xst>jç,
-*ou,
~àX-yéw,
8 iz;,~XurreîffQe.


— 9 ~IXeuSepd
7
~y.b1Jvoç
,
Ó.
~iJd,
gén.,
part. prés.
Les maîtres affranchissaient souvent leurs esclaves par testament.

99
VERBES CONTR. EN ; ACT., §§. 88, 89, 91, 93.
Plutus est aveugle 1, mais la fortune qui
Non-seulement
JV.
aussi 2.
[l'est]
guide

1 OÙ~piovoç
seul
m.
à
m.,
aveugle.
rucpXoç,
n'est
pas
OCAD.
ô nXoutoç
V
Tourn.•• mais aussi la fortune le conduisant, ~aùàxaî v Tv/JSo<5V/sw,
de ~ÓvÓç,
via, ~5 duco.
rnp.
2
le
bouclier
d'Achille
ses
vers1
dans
a
Y. Homère
représenté
la terre 4, qui se
portant tout le ciel 3, des gens qui cultivent
et qui font la guerre 7.
6,
arient5,
plaident
qui
VOCAB.1 "0pjpo;, ~rOLiW,propr., facio, signifie quelquefois, comme
- 2 ~ào-jrîç,
l'aor.
en
vers.
Employez
gén.
i, créer, inventer, composer 3
4 Tourn. :
o.
OIlOÇ,
~oOpavoç,
IfEPOVO'rJ..V,
~rirttfoç,y,, 'Ayùlevç,§. 24 s cultivant, ~feopylv, au partie. prés., acc. pl., ainsi que les verbes
liv.- 5 yxpéu. - 6 ^xaÇo'fAïvoç
§. 84, 1°.
, partie, prés. moy. de ôtz6:1;;Cù,
- 7 TroXspsco.
THÈME V.
I. Thaïes

est dit 1 s'être

occupé

le premier

d'astronomie

2.

1 ©s).?,ç u-jz-za.1.—* 7rpwToç,ùarp'Aoyioi, à l'aor. inf. Comp.
VOCAB.
~roi, flstrllln, xlyw,efreo.
II. En Macédoine 1 l'usage était [de] ne point se mettre à
a ble, étant couché 2, à souper 3, à moins qu'on n'eût percé 4
assis c.
bn sanglier hors des filets 5; mais jusque-là on soupait
ans 8, soupait assis à côté
Aussi Cassandre 7, âge de trente-cinq
du comson père 9, comme n'ayant pu encore s'acquitter
et bon chasseur 11.
ne
de
courageux
10,
quoique
bat
—1 Tourn.: l'usage, ~eoÇ, n'était pas, ~oux
VOCAB.1 Ev, MAXÎ^OVTA.
à table étant couché,
accus., se mettre
zaTaxXiveffflai,
3
sur
des
anciens
couchés
lits.—
les
accumbere;
~ip.L,
q
uelqu'un
,
~rtç,
mangeaient
~èv,
ropr.,
-"r,vt;,
-.¡ Et
eo zque,. § 71. —
~'Uç
a'J,Zh,ZC,d,
rlstTTvov, -0..0.—4
opt. aor.
ci fI''1j
pa 't'IÇ
Ttçav,xevriw,
à a l'opt.
aor. éolique,
,
c?s-ro-e. oei7rvsw,à la 3e. pers. plur. ;
6 ~SCùç
(Én.,ûoç
j ~!Cù,gén., ~).iva,Ta.—
- 8 Tourn.: étant de
- 7 Ketffo-avftfoç
~oùv.
trente-cinq ans, ~6n.
[c9r|t/;voç.
10
Tourn. : ne pouvant
dat., ~ra7>jp,
~h;, ro, §. 22.—î>-api,
§. 29. avoir
~0y
()v'J'l.?-Õn;,
accompli, ~izreliw, à l'aor. inf; sur la pénult.,
as,
95, i; le combat, ~àOXo;~0.—11~xaijreo ù-j-jpeloçysyo-jâçf v.-A
fov..
à'j'l.OÓr;.
111. Epicure
'r'J"Y¡ïOç

interrogé1

comment

on pourrait

devenir

riche2:
*7

100
THÈMES.
« [Ce serait], dit-il , non
[en] ajoutant à [ses] biens 3, mais [c
4 beaucoup de [ses] besoins 5. »
retranchant
av RTÇ,
TTMÇ
à l'opt. a
VOCAB.
1 ~'Eîrixovpoç
SP&yrijQstç.

3
7R).OTJT
£&J,
3 où
non addtns, dat., Tù ovTa, prcesen
éolique, §. 71.
~Trpoqzibiiç,
1
bona, plur. neut., pris subst., du partie,~wv, OVTOÇ,
64, p. 58,~ey»i.
§.
4 ~&nèc
ffsptTspwv, circumcidens, 7nAùç, au pl. neut., multa, avec l'ar
xpda, au gén. sing.

IV. Un pédant ayant rencontré [son ] médecin 1, « Pardo
nez-moi 2, dit-il, et ne vous fâchez pas contre moi 3 si je n
4. »
pas été malade
2

VOCAB.1 l^-ola^vr/Qç, O-uvavrâw,
À l'a
dat., ~iarpo'ç
,
o.
Svy^wpêw
,
3 ~EWJ,de
dat.
de l'impèr. ;
d7t';:v, dixisse, voy.Irrég.§. 247,1; ~-/ai
~aoi[1.ip.-f"1J
, aor. 1 moy. subj. , de~/iiptyoaai. — 4 ô7l? liltér., parce qi
, à laor. indic., §§. 68, 4°-, 88 et 89.
quod, où vocriw
V. N'ayez
jamais haute opinion
ne vous méprisez pas non plus 2.

de vous-même

1

, m:

VOCAB.1MRJRÎSTROTJ,
p-SYA
, mot à mot,je pense sçrandejnt
~cppovlw
s-rti
2

~ù).),[1.y)cJ
à
l'aor.
du
de,
subj.; dat.
xara^povéw, à iVzor.
génit.

1 l'étude de la mort 2.
la
philosophie
appelait
VOCAB.1nH't'Cù'J,xc.<ÀiCù
, à l'aor.; sur la pénult., voy.§. 96, renvoi 1,
sur la valeur de l'aor. ici, voy. aussi §. 255, II, p. 218, à la fin; ~01
2
, 0.
croaioc, ~pelern, ri, SâvctTog
VI.

Platon

THÈME VI.
I. 0 mon
d'avantages

fils,

tais-toi

1 : le silence

renferme

beauco

2.

OCAB. 1Ilaïç, voy.§. 19, REM.1°.; O"tCù,CC(..).
- 3<7177?,
r,yt/'Ji,
7:0>-Jç
7 ~xaldv,TO, pulchrum, bonum, adj. n., pris subst.

hab

II. Ne fréquente
point [les] méchants 1; honore [les] dieux
étudie les choses honnêtes 3.
- 3 fl.Ú.d, TU
VOCAB.1 M~1Í,
opwXlw,
dat., 0 xscxoç. —a :tuâ),
au plur. neut.
(¡-¡.OVd'CltOÇ,

101
VERBESCONTR. EN ; ACT.
, §§. 88, 89, 91, 93.
III. Le lou ritr, quoiqu'il n'y ait rien de risible 2.
:
1
quoique, ~xyv,etsi, suhj., quelque
ose,~Ti; (au neuf.), ne soit pas, pi, eiy.i, risible, yehAos.
IV.

Salmonée

osait tonner

contre

Jupiter

1.

l Zï."kpM-jEvç,
~To/uotw,àvTiooovrdéw,composé de avrc, contre,
VOCAB.
je tonne, dat.; Zsuç, voy. S. 185, i0.; avec l'art.
~fepovriw,
V. Nicias était si laborieux 1 qu'il demandait
souvent à ses
2 s'il
avait déjeuné 3.
mestiques
-. 6J;Tê,
TOCAn.
laboris
amans.
sie,
!\Ul'l.ç,
0;;7W;,
EL,U.Í.,
'fLÀÓr.O'¡/O;,
[VocAu. JVi/taç,o-3tw;, sic, ~lizboriç
amans.—2 ~wjtô ,
à Vïnfin. prés., interrogo, accus.; oty',rnç,
que , avec l'mjin.; ~èpw-âw,
h. - 3 ~si, mdic., àptsrâw, au parf., §§. 65, 66, 68, 5°., gl.
qui s'ffligeait 1 de ce qu'il
Anaxagore dit à quelqu'un
2 : « La descente aux enfers 3 est
sur
la
terre
étrangère
urait
tout
coté la même 4. »
VI.
1
au
VOCAB.
'Ava^a'/ooa; ~Ëp¡'ITpÓ';,
accus.;
~Juçyopiw,
fero,
propr.,
œgre
t. prés., ad œgre serentem.— 2 ~o." .ÚEV'rcXCù,
au prés, ind.; ~èni^gén.,
ç, ~-7i,-G'J, étranger, en sous-entend. le subst. 7/i, terre, in aliena. t-i'ly.11; : pour rendre dans les enfers, voy. §. 374,1. — * T«*fa^o'Csv,
dequaque
;~ Zuoto;, semblable, S. 3o.
THÈME VII.
aux poissons 1 de cette
Les polypes tendent des piéges
nière 2 : ils se placent 3 entre les rochers 4, ils en prennent
couleur 5
Les
et paraissent
être rochers 6 [eux-mêmes].
ssons donc nagent vers eux 7, et les polypes les enveloppent
leurs serres 8 au moment
où ils ne sont pas sur leurs
des 9.
VOCAB.~rio).j7ro'j;,
gén. ~kj~oSoç, é/ta^âw, propr., insidiari * (comp.
in, ).Ói'oç,insidiœ, embuscade), accus.~; îx®"S» Ó, §. 26. — ~rpon-oç,
iijroç, à l'accus., en sous-ent. xxTK.— i y.à0>jvTai,
45, 3°.
iiisideni,
~û-d,dat., ~-irpa,r,. - 5 Tourn. : ils se changent, perxaopyow,éauroù,
- 6 ~Soy.éu>.—
~d;, acc., la couleur, x?r;d,.;., de ceux-là, ~ÈX£-Cvo;.
~îvjv,r.p'J;'Jr,),adnato; sur la contract., voy. §. 112,2°. — 8 ~ïrspiSi/~, 7:ic-/Tâvr/,
r. Sur le cas, voy. §.338, 1°. —9 Tourn.: n'étant pas

et
incautus, conip. à priv., §. 167, 1
(;l'J,
ri;,
| leurs£ .irdec,
'1'1(.ù,custodio.

102

THÈMES.

II. Les Grecs honorent1
Neptune
Hippius 2, et lui sac
fient à l'Jsthme [de
Corinthe] 3.
— 2 llQitrJ''II, -éù-vo;,"ITRRÎI&ç,
equestr
VOCAB.
1créateur
~E)>)./3v,
-/)VO;J Ttîzaw.
du
cheval, ~îmroç.—'Sûu,
comme
dat., èni, dat., ~'hOp
-OÙ
, 0.

1 les morts dans <
Les Colchidiens
ensevelissent
2 et
,
peaux
[les] suspendent aux arbres 3.
2
VOCAB.l Kol%oç,JÔCXTOVG-1.
- 3 ÈÇ
Vczpo'î, Ó, Èv,dat. , púpO'a, ~>?.
to.
xâwj ~ÈY.,
de, gén., r.H'.Id'p°"J,
III.

IV. On dit 1 que jamais Anaxagore
de Clazomène 2 ne
vu 3 ni riant 4, ni même souriant
5.
VOCAB.1 Voy. plus haut, p. go, Règ. III.— 3 A'vaÇxyopccç
ô KlxÇopuv
—3 Tourn.: avoir été vu, ooSîjvai, et l'accus; — 4 7ro?é. —5
p
~fiStâ
tâw.

V. Diogène ayant vu un jour 1 un jeune homme rougir
« Courage 3, dit-il, telle est la couleur de la vertu 4! »
VOCAB.1 ûioylwç lr]û)";~rorî.- 2 ustpdmov, TO,èpv9ptâ«,au part. pr>
comme en lat., erubescentem; voy. la Méth., p. 86, §. 91, REM.2".
3
confido, à l'impér., bono es animo, ~fiuî, §. 148, HEM.1",
~Sappéw,
4 ~Totoeroç,attiq.,.
201, 3°.; XF^,UA
1 T0'I§• 19, iPET-/¡,~>7.
VI. Les hommes
oiseaux 2.

n'ont

pas même laissé

1 l'air libre

£

THÈME VIII.

I. Ulysse aveugla 1 le Cyclope qui s'était enivré2.
VOCAB.
1 ~'0(5WITSÛ;
, S/.TU^OW
(comp. de È;) à l'aor. ; §§.210, I, 372
—2 ~Kûîdtoi}/,
génit. KûxJw7roç,tourn. : s'étant enivré, pisOuw,au pa
aor.
Homère dit que 1 le vin affaiblit 2.
2
à l'inf., pro
VOCAB.1"Opipoç
0t'lll)r;,à l'accus., ~à7ro7uiow,

ôter les membres, démembrer, de ~arco,de, et yuîo-j,membre.
II.

III. Rien n'est sûr dans la vie des mortels
vit2 de la manière qu'il se [le] propose 3.

1 car
;
personne

103
VERBESCONTR. EN ; PASSIF, §§. 90, 92, 94.
VOCAB.
1 ~Ovoêv,peSaioç, -ta, -0V, ev, dat., ~Íoç, ri, ."y¡'t'Ór;.— * oudeiç
3
S
io'w.—
TpoVoî, à l'accus. sous-ent. xarâ ; îrpoatpsïrai, 3e. pers. sing.
~Up,
je -ooaipsowai, moy.
2
dès
l'enfance
IV. Les Lacédémoniens s'exerçaient
1
[à]
J arlcr brièvement 3.
1 ~èxnalduv

le
verbe
à
VOCAB.1~AaxEoaiftovtoç,
suiv.
iLEIzTàw,
l'infin.
3
~ûOû;,comme en lat., a pueris. camp. ~pClXÚ;,brevis,
P::x.x.v).o'I£'W,
îyoj, dico.
V. Anaxilas de Messène 1fiit tyran 2 des habitants de Rhéium 3. Ayant remporté le prix 4 aux jeux olympiques 5 avec
es mulets 6, il donna un repas aux Grecs 7. Quelqu'un
le
9 ayant vaincu avec
ailla [en] disant 8 « : Que feraÙ-il
[donc]
les chevaux 10? »
- 2 zvpxvvéw,tyrannidem exerceo, gén.
VOCAB.1 ~'AVCliÀaç
MevcrYi'vtoç.
5
neut. plur. ad v., §. 160.
—3~'P»7ïvo;.—4 vtxâw, vinco. — ~'OWpt7rta,
adj.
- 6 r.uio'jo;, Ó, n. Sur le cas,
1°. — 7 ~tartâw,convivio excivoy. §.338,
'I:! §. 2088 , 1()., 2e alinéa;
\'lO, a l'aor.; augm. en ~H,
1"
termin., §. 96, 2;
K).).r,v,
iq. —8£ 7T£ ffy.o)i{/ £ v et7rwv.—y rtç, , §. 46, Trotlw,à l'imparf.,
f vec ~av; voy. S. 366,1. — 10~vtxâw,LIThO;
t o.
VOIX PASSIVE.
Caractéristiques
Futur,

:

~-Shoopou
5 parfait,

-peu.

Méthode, §§. go, 92, 94.
THÈME I.
I. Ceux qui ne corrigent point les méchants l veulent que
es bons soient victimes de l'injustice
2.
VOCAB.1 Tourn. : les ne corrigeant pas, oi. ~1l.Y.OÀa.o'¡/!"Ó xaxo'ç.—
~ftovXovtat,6 àyaOoç, à l'accus., ~àjt/.éw, injuriam facio, à l'infin. pass.
1
II. Ceux des Lacédémoniens
bien
avaient
combattu
,
qui
même après leur mort 2, couronnés
de rameaux
étaient,
werts 3.
* Tourn. : même
VOCAB.1 Oi y.a).wr;
~TMv
àyhmaajxsvQi
Aaxe^atfiovtwv.
setant morts, ~7.2t
«ttoQxvovtï;
, de~3v>j<rxw,
Irrég., S. a5o. - îàvaJ4»,propr.,

104

THÈMES.
rcclimio, comp. de ~&:Ú,et die.>, ligo; à l'imparf.,
Sur le cas, voy.§. 338, 1°.

S. 10,

I ;~

,

III. Corrigez les passions 1, afin que vous ne soyez pas pu
par elles 2.
VOCAB.1 ~Kô)aÇs,râÇof
, TO, §. 22. - 2 tvoc.ln), subj., ~rtuwpsw. V
p. 91,II.

IV. Cléanthe fut préconisé1
pour son amour du travail
car, étant pauvre 3, il puisait de l'eau la nuit4 dans les jardin;
et le jour 6 il s'exerçait aux lettres 7.
VOCAB.1 K)= âvOnç,^taooâw,divulgo, celebro (comp. de~tX, per,
2 ~ini,

à
l'aor.
1
et
I,
~poâco,
91.
dat., 5ytÀo;'!"
clamo),
pass., §§. 210,
3
~vi.
~sv,7z
7T£y»;ç^xp,sïpû. — 4 ¿(,¡,¡,HCù,
v-jzrwp
uév, noctu quidem. ~ô.- 6~y.20'YJp.épCt.v
ôé, diu vero. - 1 Tourn.: il s'exerçait dans les leur
iyu^à'Çszo
, imparf. moy., ~èv,in, )'ÓïQÇ,0, au dat. plur.

V. Lorsque les abeilles se sont échappées 1 ou se sont ég
rées 2, les maîtres de la ruche3 font un certain bruit mélodieux
et les abeilles, l'entendant
5, reviennent 6.
i ),tuacz, 7
à l'aor. du subj ~r
VOCAB., 'Orccv,su bi., ~iL
~violai, moy., à l'aor. 1 pass. du subj.; voy.§. 203, i". — cfxvjjvoyp
des essaims; de GU.CJOÇ
~ÉPYO-J,opus.
, examen,
propr.,
qui
s'occupe
5
cette tournure, voy.§. 543, I) ;~ è^gir;;, §. 54.
~xpozêu
x
poTov
(sur
6 ~C
5 Tourn. :

entend
les
abeilles
ant,
àzojw,
S.
328,II.
gén.,
lequel
crplyoutn.
THÈME II.

I. Agathon disait1 qu'il faut que le magistrat2 se souvien
de trois choses 3: la première 4, qu'il commandeà des homme;
la seconde, qu'il gouverne selon des lois 65 la troisième, qu
ne gouvernera pas toujours 7.
1 'AyâOcov
VOCAB.
gén. «p^ovroç,à l'acc.
~ESHJ.—<?£îv, oportere,~àp^r.>v,
3 pivâopiat,au
parf. pass. infin. Voy. §§.206, 11, 3°., et 254 ; » r? £
~PFV,
primum quidem, adv. —5~O
§. 41,aupl. neut., triiim. —4 TTOWTOV
£t, z;(',i, accus., ">op
gén., avOpwrroç.
—6oevTcpov, ~Û,L^pX
que, ~êlPXEt,
~6.-7 TptTov,on ~où*
àsi, le prés., au lieu dufut.

II. Chez les Indiens 1, celui qui a estropié un artisan à
main ou à l'oeil a, est condamné à mort 3.
2 Tourn.: celui ayant estropié, ~Ó,
VOCAB.1 n<zpâ,
rsp
*/«£ ., 'Iv(?oç.—
1
d
ou
~0,
l'œil,
«
la
main,
§.185,7°.,
Zotp,
(au partic. aor.),
3
artisan, -rê;et't')I);,6. — ~tvy.iow
, punir, à l'indic. prés. pass.; ,
dat., S. 338,2°.

VERBESCONTR. EN ; MOYEN, §§. 8G, 90, 92, 94. 105
I »
*
1
1*- J2
1
III. Phinée le devin
était prive de la vue 2; or, on dit
aux
les
dieux
4,
avait
prédit
parce
qu'il
par
:'il[ en l.fut priyé
mmes l'avenir 5.
1 <lJ£vevç,
VOCAB.
~uxv-iç.—2 Tourn.: était estropié quant aux yeux,
Õt;, i,§. 23; voy. §§. 343, III, 349,
i, ~nypôv,au part.
paif.
pass.,
3 ~ei.Sur on dit,
less., p. 92. voy. plus haut, p. go, Règ. 11I. - nnl, à l'infin. aor. pass. — ~otî, quod, npovïsys (p. TTpoéleys,§. 210, REM.
Ta, futura, de jxsXXw.
), «vôpw
7roç, ~TausV.ov
été
IV. Platon dit à un de [ses] esclaves a : « Tu aurais
2
stigê
sije n'étais pas en colère 3. »
— 2 fixerty ou,
mu,JÓç.
VOCAB.1n^âTwv
7rat?
,
Ttç
,
é'(f>î ~7rpo;
accus.,
gén.
,
le conditionnel; sur l'aogplus-que-paif. pass. avec av, marquant
208, REM., p. 191. —3 ~ilPJ opyiÇw,à l'imparf. de l'ind.
nt, voy..
ss.
VOIX MOYENNE.
Caractéristique
Futur,
;

:

-(jOp.(. (Point de parfait

(1).)

lJfétlwde, §§. 86, 90, 92, 94-

THÈME.
[,
surnommé le Grand 1 , non-seulement
I. Chez Antiochus,
en armes 3 à souper 4, mais aussi 5
; amis du roi 2 dansaient
roi lui-même.
Vocab.1 ~ll:xp:f,dat., 'Avtio^oç,rposayopiUM,au part. aor. pass,, [1.é-yrx;,
1.35.- 2 où ~ladvov,
§§. 66 et go, 7rpo;,
3 6pxiouxt,
TO.- 4 èv, ^aïrrvov,O; avec l'article. - 5 àllà.xxi. Sur luiCilS.,~ôttXov,
hue, voy. p. 79, 111, 1°.
r
1
Les Tarentins décidèrent [de]
Pyrrhus pour
prendre
¡II.
ef a, et de [1'] appeler à la guerre3.
à l'irnpaif. 2 7rotiw, au moj'., propr.,
rVoCAB.1 TClp:X'J't'i'll'iC;,
~ovÀzúop.(Xt,
3 xaXéw,èni,
moi;
r.yîfiûv,
xyefiôvo;.
~TTvppoç,
gén.
aCCllS.
pour
fais
>.
£ fiOÇ
,
o.
1
la
lui [était] offerte 2,
Empédocle
refusa
royauté
[qui]
jlll. mieux aimé la médiocrité 3.
[ant
[i) Le moyen emprunte le parfait du passif. Voy. la Métli.,
f

86.

106
THÈMES.
VOCAB.1 'Epnsiïo-Aïjç,~7rxpcxnio^ccL
de irxpx), deprecor, à Xaor
(comp.
J Tourn.: à lui

66
et
210,
.o
I;
§§.
(3a<7i),êix.
offerte,
c?tc5optsvo;,
-11,
datus, §. 84, 1°. - 3 ~wÀ/ov
à-yan-âw
, au part. aor., Àt't'Ó-rYJ',
ïj, g-én. hr
'rinor;.

Ne faites pas promptement
des amis 1.
VOCAB.1 M~rÍ,xr«op.ai, propr., j'acquiers, à l'impér. prés., §. 92, REI
1°.; ~roc.yy,
sing. n. de ra^uç, prompt, pris adv.; cptXoç.
IV.

a comment
V. Lampis, le patron de vaisseau 1interrogé
avait acquis sa richesse 3, « La grande,
dit-il, sans peine
mais la petite difficilement 5. »
3
VOCAB.1 Aâpriç,vaùxtajpoç. — 2 ~6
pwraw, au part. aor. pass. — ma
0.— 4 [1.é,,/I7.r;,5.37,p.éll,
où ^aXe7rwç?
ne
~jt-râoixxt
yaor. moy. indic.; 1t"Àoù-ror;,
5

difficile, i'f*.
(3pa;/ùç,§. 36, ~a-é,èr.t7t'ÓVCù;.

VI. Tâchez [de] vivre 1, comme devant vivre peu et beau
coup de temps 2.
VOCAB.1 Tourn.: tâchez, ~Tcnpxoy.at
(à Vimpérat. prés., S. 92, REM.1°.
de vivre, v, ainsi, ~oùrwç.—-2 wj, |3tôw, au partie, fut. moy.; vo
, §. 37,xpo'vo;. Sur Je cas d
§§. 94, 204; ~oïlyoç, adj.; §. 30, I, JTOWÇ
complém., voy.§. 345.

1 avec tout le monde
VII. Comportez-vous
agréablement
mais liez-vous
avec les plus. honnêtes gens 3.
VocAB. 1 ~"E/J, esto, ridéwç,pèv. — 2 Trpo'ç,ACCUS.,
âirot;, S. 35; lat
3
ERGAomnes. — ~Xpxo[J.Zt
i, ulor, à l'impérat. près., S. 92, REM. 1°
, bonus; sltperlat, §. 197, 1°.; comme en lat., ute
dat., ~àyaôoç
optimis.

VIII. Si vous aviez vu ce que j' [ai vu] x, je sais bien que
vous n'auriez
pas cessé de rire 3.
REM. I°., oçrre
VOCAB.1 El ~cù,si tu, Yaor. indic., §. 92,
? EÙ°^x à °Tt>
252. - 3 Tourn.: vo
§. 48, è7«,

voy..
à l'aor. indic., avec !lv,voy. S. 36(
n'auriez pas cessé riant, où ~7raùop.ai,
~yslxa, au part. prés.
de toutes
IX. La chose la plus douce et la plus avantageuse
est [d'] acquérir
par [ses] bienfaits des amis à la fois sûrs
utiles 2.
, §
VOCAB.1 Tourn.: omnium est suavissimumet utilissimum, ~Wù;
?
)ta;'
~mx;.
,
X.T&0put,eôspyserix,YÍ; sur le ca
3o, 4°,
§. 3g,
, 30, T.
§. 338, 2°.; ¡¡£).o;,&p.;(.,trttrro'ç,fidus, §. 3o, I, ~xpjmpo;

VERBES EN ,

THÈMES

PRECEDE D'UNE CONSONNE, ACTIF.

107

SUR LES VERBES EN fi,

PRÉCÉDÉ D'UNE CONSONNE (1).

ou caractéristiques
Figuratives
généra les
du futur et du parfait
actifs :
RLSENT en -6P
-n (~-r/)M?-q;w
-bM,
w' -7!W,
0
RLSENT
-nM"
, ""M"'
-Œ~
M
1
futur,
(fparf.,

-<LCÙ
(=7!llw).
-r (=^H« »)

M.SE.NÏ en
,
»
|parf

-£&) C=-y<jû), xaio).
)
(=y.Ha 3).

-yo,
futur,

T/)M?
.--/M
(
;



, HESEN
T en -à»,w, -9w,
-rw, -£ w

1 .,
en -I.w , - ¡-',
'itÉSENT
pw, -]Jc,) -pw

3

-CTCO.
-x.a.
~rif--? -~
f( pfutur,
<
4 (C) -Àw, -/jtw,-vw,-pw5.
,
-aa.
Parf.
-]Ja, -pIX.
(aor.
futur iei (-) -ÀCf.,-IMX,

t
t (1) On y a joint aussi quelques verbes en pur, sur À!Ír..>.
f [:>.)H est l'ancien signede l'esprit rude, représenté plus tard par Les
Jftrois aspirées©, , X (9, y, 7) s'écrivaient originairement TH, nu, KH.
K)11voit donc que la consonne figurative du parfait ne diffère réellement
Me celle du présent que par l'aspiration, que nous représentons au parfait
[par son signe primitif H.
- (5) Voyez là note précédente.
f. (4) Le signe de la brève (~w
), placé ici devant la terminaison, indique
tque la pénultième du futur de ces verbes est toujours brève; et le signe
Me la longue (-), mis devant la désinence de l'aoriste premier, indique que
[la pénultième de ce temps est toujours longue.
Le circonflexe, dont ces terminaisons sont marquées, résulte de la
1
en -fLac.>
contraction, par euphonie, de À¡O'Men -ÀaCù
~-}«, de -fLeac.>
-fLw,
en -FaCo)
et de -~pÉaCù
-pc,; ou, plus simplement peut-être, d'anciens présents en ~-HCù,
-[LiCù,-vÉCù,-phI, dont la forme contracte aura été affectée
au futur, parce que l'oreille n'admettait point dans ces verbes le ,
qui
la
devint
du
futur, quand la langue, fixée,
1(5)
caractéristique générale
>distingua rigoureusement, par la forme, le futur du présent.

108

THEMES.

VOIX ACTIVE.
§§. 98 et suivants.

Méthode,

THÈME 1.

I. Les méchants 1 ne regardent
qu'au profit 2.
VOCAB.1 '0 ~7rov«poj,
-oû.—1 Tuurn.: regardent au profit seul, otr
0,£7T«, ~EL;,
accus., Ûpoç, TO,§. 22, [1.(hoç,
-Y¡, -0V.
II.
ne châtie
Quiconque1
châtié par elles 4.

pas

*

[ses] passions

3 est lui-mên

VOCAB.1 Voy. ci-dessus, p. 8o, Règ. IV, 2°. et §. 49 —2 ~p-n
oh.~,37râ0oç,To.
—4 xo^à^erat,passif. Sur le régime, voy. plushaut, p. 9 1,
III. Toute
vertu 4.

puissance

VOCAB.( netr;, Sv^vui; ,
4 ap~ezrt,I¡.

1 et toute

richesse

2

3 à
cède
[le]

, 0.—3 ûrst/.w, dat.'
§. u3.—2 TTXOVZOÇ

IV. Lorsque 1 les dieux veulent
retirent 4 de 5 l'abîme même 6.

2 sauver

quelqu'un

3, ils

3 ..-i;,à l'nec
2
D.c.>.
le
VOCAB.
avec
~1"OTOCV,
%tô;,-où,
subjonctif.
cwÇeffSat
, être sauvé. —4 ~àvaffTrâw,aveccontraction. -5 ;tÚ È;t, È;
devant une voyelle, §. 372, I; génit. - 6 (3âpa0pov,-ou, ~T4,au
Cf,:ùrÓ;

Les mauvais 1 amis 2 portent 3 un mauvais fruit 4.
VOCAB.( ~Kaxo'ç
, §. 30. - 2 çp[).o;.— 3 çipw. - 4 ya/.oç,§. 30, ;.o;TOS,0.
V.

La beauté ne sert de rien 1 lorsqu'on n'a pas de si
gesse 2.
VOCAB.1 Tourn.: aucune ulililé n'est de la beauté,~où'hi; (§. 200, 5
2 ÔTÎCV,
~TO
Y..
OO>IV
, gén. VOS-JÏ;,
Oj?!Àor;,
, EVr?'fi':/.,
Sllbj., ~P*ZYY>,
au plur.
VI.

PRÉCÉDÉ D'UNE CONSONNE, ACTIF. 109
VERBES EN ,
bien mourir 1 lorsque votre heure sera
Puissiez-vous
VIL
nue 2 !
à l'optatif. — 1 Tourti. : lorsque, ~orav, sltbj., le
VOCAB.1 Eu Svv-av.w,
à vous, aú, sera venu, ne, aor. 1 subj., de PX.O[J,(xL,
slin, ~riXPEWlI,
« £ •»§• 2-\7I

THÈME

II.

avait du
I. Le roi Térès 1 disait qu'il croyait 2, lorsqu'il
ne différer en
isn 3 et [qu'] il ne faisait point la guerre 4,
en 5 des palefreniers 6.
—2 Tourn.: disait croire, lèyoy,augment S. 65, oistjQat.
VOCAB.
1 ~Trip/jç.
2 ~Ô7TOTÏ,
c^oXaÇw,à l'optat. prés.. — 4 xzi [Ú¡6c-paTSuot-o, opt. prés. de
Imroy.oiioç
, comp. tT.1rf),
moy. — 5 P.>Î(?èv
ïitxyépM,gén. ~parsuo/ZAT,
eval, XfJp.iCù,
je soigne.
à A'gésilas 1 comment on pourrait
avoir
II. On demandait
meilleure réputation 2 parmi les hommes 3 : « Si l'on tient 4,
et si l'on fait les plus belles
t-il 5, les meilleurs discours 6,
7.»
tions
VOCAB.
~l'AyrxnXxoç, èpwraw,au partie. aor. pass., Agésilaus interrotus. - 0 ~ttwçII rtj fiiïiaTa.,svSo/.ipso), à l'opt. prés. attiq., §. 89, REM.
, — 3 ~rapac,apud, dat., avOpwroç.- 4 eî, H/eù, optât., dico. — 5 Ehe.Tourn.: les meilleures choses, optima, §. 197, 1°. —1Kpi-ra
~ei, à
pt. prés.; tourn.: les plus belles choses, pulcherrinia, ~xrxÀÓç;
voy.
à Agis II.1 comment il sera
S. demandait
40,
de
perl.,
III. On
serait i t possible
»
dit-il
3.
ster libre 2 : « [En] méprisant
mort,
[la]
VOCAB.
1 >lA,,/cr;.Voy.lI, 1.— 1 Tourn.: comment quelqu'un resterait,
ç ~ôcv
maneo, à l'opt. prés., èlextOîpoç.- 3 Tourn.: mépriTIÇ,t(X[Lév(,},
tit, xarayoovéw,gèn., Sxvzzoç, 0, S?n.
Les Egyptiens ensevelissent
les morts 1 [en les] embauet les Romains [en les] brûlant3.
VOCAB.1 Al,,/ú;rno;,2ir.Cù, ~vtxpôç, - IRAPI^Î'jw; sous-ent. le pronom
gime. - 3'PwizaïoçSs, xzéw.
IV.
nt

V. [Souvent]
rès [elle] 2.

les hommes,

[en] fuyant

la mort r, courent

110
THÈMES.
VOCAB.1 QvjyM,3IVARO;,Ó.- 2 ~SIÛYM
, persequor; sous-ent. le prono
régime.

1 aux Hermès
VI. Philippe comparait
les Athéniens
2, qi
n'avaient
que [la] bouche 3.
VOCAB.1~17T7TOÇ
, elxàÇw,augm., §. 66; 'Aîivsvaïoç.—2 'Ep^ê'a;, .Yi;,
ci-dess., p. 16, §. j6. Statue de Mercure n'ayant que la tête, et qui
trouvait placée à Athènes devant les maisons et dans la plupart des plac
3 Tourn.:
publiques. ayant, habentibus,
S. 64, REM.,p. 58, se
lement, ~/xovov,la bouclie, ORO'PZ.
TO, S. ig.
THÈME

III.

I. Denys de Sicile 1 eut du goût2
pour la médecine 3, et
il amputait5,
médicamentait
il cautérisait6,
lui-même 4,
cetera 7.

VOCAB.1 Aiovvcio;,le Sicilien, à ZixsXo;; Denys le tyran.-"
IJ''IT{)';
studeo, à l'aor., §§. 65, 68, 4°., 119,1,i°. — 3 mpi,circci, accus., tarpu
à l'imparf
~*i.—4!..làoptai, moy.,
,
1".1' contr.; augm.,
66
5
§.66.
— /<?
coup
6
7

~y.
ai rà ÀOt'IT,mots qui, chez les Grecs, corre
zotéw,je brûle.
pondent au lat., et cetera.

et Aristide 1, étant tous les deux enco
II. Thémistocle
enfants 2, n'étaient
point d'accord 3.
2Z-,
~"ai.'ApIO'-.dcty¡.;.
t xaï;, gén.7r«IJO;
VOCAB.1OE~KTTOX~
nom
,
ETPCI
J
— 3 O''t''CXO'L''Cù,
au
duel.
et
verbe
dissideo, au duel.
partie,

Ariane dans [l'île de] Naxos 2, et
III. Thésée abandonna
voile 3 ; mais Bacchus la ramena 4.
VOCAB.1 0«<7
£Û; , rJ.7roÀEÍ7rCù
(composé de ùnô,CFE),ÀL'aor.2; voy. §. 21
I, REM. 1°., et §. 116, 3°.—2 'Aptiïijri, -VJ;, èv, N«£ O;, -ou.—3 i/.R).
(comp. de ~èx,ÈÇ,devant une voyelle, e, ex et de rol,iCù,navigo); à Vaoi
abduco (com
~Ji, ÀRRÂYW,
voy. §§. 210,1, 213, 1, 68, 4°. - 4 AIOVJCO;
de ëi.'ITÓ,
ab, et ~A-YW,
duco), à l'aor. 2, avec redouhlcln. attiq.; vo
209, 2".
VI.
perte

La langue
2.

a conduit

1

beaucoup

de gens

à [leu

VOCAB.
1 riwao-a, ~ayw,à l'aor. 2, avec redoubl. attiq., voy.§.
2". — 2ï.o)..j;, lut., mu/tos, S. 37, si;, accus., oUOpoç,6.

20

PRÉCÉDÉ D'UNE CONSONNE, ACTIF. 111
observant les lois de Lycurgue 1, par [sa]
V. Lacédémone,
et [sa] gloire 2 tint le premier rang dans la
Donne constitution
Grèce3, pendant un espace de cinq cents ans 4.
VERBES EN ,

VOCAE.~1Aaxê^atfiwv,~n, xpaomzl, utor, dat., ~votioç,-ou, o, ~Auxoûp'yoî.
Constr. l'art. d'après la Règ. V, p. 8. —2 ~EvvofLÍa
~su,bene, ~vôuoç,
(comp.
— 3 Tcurn.: prima la
au
le
dat.,
338,2°.
¡(aÍJÓ;::l,
;"
d'après
S.
lex),
premier), à l'aor.; gén., voy. S. 328, V, i°.;
~Grèce,npoinvu (de ~7rpwToç,
~'Ena;, §. 19' - ~4ypovoç, ó, un temps, à l'accus., d'après le §. 345,
irîvTaxo'fftoi,~-ai
, §. 22.
, ~-a,§. 42 , sroç, TO
THÈME IV.
« Les autres chiens 3 mordent [ leurs]
I. Diogène disait1 :
ennemis 3, mais moi [je mords mes] amis 4 pour [les] sauver 5. »
VOCAB.1'O Ato'yev~,~E'yM, ~ôn
; sur cette conjonct. dans le discours
direct, vov.§. 386,6. — 2 ~fLèv
~aUoç
, §§. 200,10., et320, ~xûwv,
Jrrég.,
~àxvw,~è^Opo'ç,-où.— 4 i lia
185,5°. ; allusion à son titre de cynique.- 3
~É, 'tÍÀo;, avec l'art. - 5 Tourn.: afin que je sauve, ~tva, ~subj., tiwÇw,à
l'aor. 1 du subj., §. 119,I, 1°.
à personne un malheur car
la fortune
[Ne] reprochez
3 et l'avenir invisible 3.
commune
[est]
à l'aor. 1 du subj., §. 119,1 , 1°. ; ~priâsiç,§. 200,
VOCAB. ~'OVEtÍ.'A),
2y

, ~sipi,xoivoç
3, ~(jupt'jjopà,
~rvyn"Iét.p
, S. 3o, I. - 3ó ~péHov^futu>i.
rum, partie, prés. s. n., de ~p.s'XXwv,
, ó , n', §. 31.
prissubst.; ~«oparoç
II.

Quoique vous soyez seul 1, ne dites ni ne faites rien,
[de] mal 2.

2
VOCAB.1 ~Kâv
~/tovoç,
-v,
-ov.
~subj.,
slu.i,
~pirs~m, à l'aon
162),
(§.
1 subj., §. 100, ~z Èp,,/cf/j,aor. 1 subj., de ~èPldorat, moy., /x>;<îs'v
(sur
cette double négation, voy.. 380, 1), g>:tùÀoç,
S. 3o, l.
III.

IV. Vous serez digne de respect auprès
si vous commencez
[par] vous respecter
mier 2.

de tout le monde 1
le prevous-même

VOCAC.1 *A~;tO;,gén., ~Etpù,
al<?w;
, §. 27, ~Trapx,
dat., ~tt i%,omnis.—
2 ~iri",
à l'aor. 1 subj., §. 100, ~7rpwroç,
subjonct., lÍpXCù,
premier, aiCaicrOat,
accus.

112

THÈMES.
THÈME V.

I. Il [est] impossible 1, sans l'observation des corps célestes :2,
[de] décrire la terre 3.
2
au
VOCAB.
1 ~'AtJvvatoç
,
~anv, gén., ~Séwpia,~vî,
neuf,impers.
oùpâvtoç,
:
§. 3o, I, REM., cælestis, au plur. neut., pris subst. Construisez l'art. du
premier nom d'après le §. 314, ci-dess., p. 8, V. — ~2
(coinp.
terre, ~ypayw,je trace), à l'aor. infin., §§. 88 et 89.
~717,
II. Diogène, ayant
allumé une lampe 1 en plein jour 2 : « Je
cherche, dit-ily un homme 3.»
2
Ó.
VOCAB.~1"A;rr«,au part. aor. 1, §. 100, OBSERV.
; \vyvoz,
~pni,
£w, -w, ~e^,
accus., avec apostrophe, d'après le§. 9, y;[Ûfa,YJ.- 3Çj7t
~avScMTTOÇ.

III. Les Lacédémoniens.
ayant relâché 1 l'austérité de leur
ancienne manière de vivre 2, tombèrent3 dans le luxe 4.
2 GÛYJ

VOCAB. ~AÂ/WV,
au
gén. Aàywirc, Y.TÀÚ(,), partie. aor., §. 72.
/;. §. 15, REM.,5°.
, tzzIouÔç, 5o, I, 3~JYacra,
~p¿n¡;,
YJ, gén. cx/ïîpéTz'iTOç
:
Constr. l'art. d'après la Règ. V, p. 8. — ÈSQxi).À(,)
(composé de ~Èx
à l'aor. 1; voy.§. 210, l, et. 120,
propr., j'échoue, de ~o,?,.É)}.,j'aborde),
1°. et 4°. - ~4dr;, ~accus.,rpvvvi, ~YJ.
haréuni3 les
IV. Thésée1, après la mort
2,
ayant
d'Egée
bitants de l'Attique 4 en une seule ville 5, [en] fit un seul
peuple 6.
VOCAB. ©ïîffevç.—
* METK,~accus.,zelevzr., n, sin, ~At.,);, §. 24. 3 GwjoiY.iÇw,
propr.,je domicilie ensemble; au partie, aor., §. J:J' i, 1".
-4 Tourn. : les ~habitantl'Attique, z«tolzIo>,-w( l'art, du partie, conin, accus., ~g;, ~§.41,VIZ-J
, ~ro,
s'ruit d'aprèsle
§.
3
1
4)
5
'Arn/.rj.

el?
,
6 i-oeparjw, pro pr., je montre, je fais voir ; comp. de ù.n6 vo\.
25.
§.
§. 210, REM.10., et §. 120,5°.; ~£Î; Sïpcç, 6.
V. Dalila dit à Samson 1 : « Comment dis-tu que tu m'aimes 2? tu ne m'as point appris en quoi [consiste] ta force
tous les jours dans ses entreElle le pressa
prodigieuse 3. »
tiens 4. A la fin, il lui ouvrit tout son cœur 5, et lui révéla la
vérité6.

113
VERBES EN il, PRECEDE D'UNE CONSONNE.
3
clin. - ~TTWÇ
, ~\éyu>
oTt,à^affctw, amo. — ~ovzàn-av/éM-ea,denuntio(comp.
à mettre à l'aor. i : voy. §. 210, REM. I°., et S. 120, 4°-, dat;
~DEÀTRÔ),
; ~iïvvaptç,S. 23, péyaç, S. 37. — 4 èvMiSa
~rtç, sous-ent. le verbe ~èazi
~Év,
(comp. de ~ix); SS.210, I, et 100; ffâî, §. 35, ~iy-épz,à l'accus. plur.,
~tôts^oç,sous-ent. CXTcÍ.,
cbot¡c.>,comp.
5
d'aprèsle etS. 345; ~èv,
de ~àvtX, ~oïyw,aperio, augmenta S. 210, 1, 4°.; figurative, S. 100;
:lr,Ji,.,J. - () «VClnf.)J,Cù(comp.~(leàvi), §§•210, I. REM. 120, 1°. et 4°.;
5t/>;0
£ia,
THÈME
I. La nature -a départi
bien mourir 1.

VI.

en propre

aux hommes

vertueux

de

VOCAB.1 Tourn.: la nature, ~'lÍIfCH;, a accordé, ànovip» (comp. de
ùità; à l'aor. i, S. 210, I, et §. 120, 4°.), le bien être »mort, tô O!:xÀr;)r;
~à7roôavctv
~lrreg., §. 250), propre, ULO;, aux bons,
(aor. inf. ~deà^oOvjjo-x.w,
àyaBo'ç.
2 dans l'At1 une telle
II.
Jamais
tempête
f
je n'essuyai
tique 3.
VOCAB.1 OÙTRWROTC,
è-YW vnoixévo)
(comp. ~de'Û-O), je supporte; à l'aor.

2
tantus, S. 201, REM.3".J
TOFFOÛROÇJ
I,
1°.,
120,
4
°.
210,
et§.
1, §.
— 3 YX-à, accus. , ~ATTIXTJ.
XilP.r;):¡Or:.
~lELp.w"J,
Ó,gén.
1 vous vous êtes
ingéré [de] faire le philoDepuis que
vous êtes devenu un grave personnage 3, et vous avez
sophe
relevé4 [vos] sourcils au-dessus des tempes 5.
1 tempore. - 2 ~S7RIVO
VOCAB.1 ~'EÇO, a quo, sous-ent. ~XpÓ'¡Jov
£ W(comp.
de ~Elrt
—3 èyivou, i
aliquis, ~crepvoç,
) ,à l'aor., §. 210, 1, 1° ; yt)~.o<roysw.
3o, ~I. —4È7raipw(comp. de ~inÍ.,ad), à l' aor. i,§. 210,I, et§. 120, 5°.
(voy. S. 120,
Remarquez que, dans ce verbe, l'aor. se formant du fut. (¡,pé;>
cetinitiale disparaît dans l'augment temporel.
l'i de la
,
diphlhongue
3°.)
o.
~JQ
, accus.; ¡f.po't'cxcpo;,
~oypû;, , ~§.26; ~ùrTïp
5
III.

IV. Je venais
de nettoyer la grange quand le maître est
et a loué mon amour du travail 2.
1,
survenu
1 Tourn. : à moi, ",,/w,
VOCAB.
!
ayant nettoyé, ~Jiaxaôaipw(au part. aor.
1,§. 120, 5° .), à l'instant, ~Sp-rt,la grange, ~ctlwç,~»J,§. 27, le maître, 0
est ~survenu,
iiriffrn, S. ~135.-- £ ~aLVÉW
ïêetsjzÔTfii,
(comp. de ~èni,à mettre
là l'imparf.; §§. 66, et 210, I, 1°, ~?tlsp-lia, (comp. Je,¿"CiÇ, ami;
~[fpyov,
ouvrage). Constr. : le de moi amour du travail. Voy. ci-dessus.,
p.8,Règ. V.
8
Thèrn. gr. Ire Part. Elèves.

114
THÈMES.
V. Cadmus tue un dragon 1, gardien de la fontaine
Aréa?
3
et il en sème les dents
: celles-ci semées 4, des hommes armés 5
s'élevèrent
de [la] terre 6.
VoCAB.1 KstClllOÇ,
, 0. 2'0'j"ky.^
~K7TO/CT21VW,
(JpjCZWV
, ~-OVTO;
, gén. N-~XXO?
*p>sv>7,
~ApÛçe,,propr. de ~Mars,"Apr,;.—3 or7rsîpw,oJoû;, génit. OÓV,f);, Ó.
- 4 Génit. absolu, et aor.2 pass., voy. §. 123,2°., avecle paradigme:
~2TEAAH,§. 124, p. J 19,- 5 àvvjp~svorloç,§§. 29 et 5;. —6 àvari)./™
(comp. ~deÙvx,sursum), à l'aor. 1, §§. 210, I, I°., et 120,4°. ; ~ex,c,
ex, gén. ~,ïŸJ,~YJ.
VI.

Mal juger les affaires est [le
propre] de [l'] irréflexion 1.
VOCAB.
1 Tourn.: le avoir mal jugé, ~pivCù
~xaxw;(à l'aor. l infin., précédé de l'art., d'après les $§. 120, 5°., 281, 255, II, p. 21 8, l. 33 , à la
fin, et ci-dess., p. 22, Th. I, Sect. I, n°. 3), les affaires, ~pïyuy., To,
§. ig, est, ~stp, d'irréflexion, ~ùfpoavvn,lat., est imprudentiœ.
VII. [Il] n' [est] pas possible 1 [d'J envelopper
le feu d'un
manteau 2, ni [du] temps une faute honteuse 3.
VOCAB.1 ~Ours~<?uva-&?,
neut. d'après la Règle ci-dess., p. 57,§. 297.
au
- 2 ~7r£p£<TTÉ)J«
circum), à l'aor. 1 infin.,§ 120,4".; 77-jo
(comp. ~de .
,
3
ro, gén. 7-.updç,~ipârtov,to, sur le cas, §. 338, 10.- ~ovzs,%povoç,~ô,~âaàp,
~TO,
§. 19, :ÚO'Xpr.Í;,
S. 3o, I.
THÈME VII.
I. Un pédant, qui avait appris que I le corbeau vit 2 au delà
de deux cents ans 3, ayant acheté un corbeau 4, [le] nourrissait
pour [en faire l'] expérience 5.
VOCAB.1 };XOh"'TUtÓÇ,
piavQàvw
, au partie, aor. 2; voy. Verbes irreg. ,
mais sur la contr. voy. §.212,
Ó,~Çâw,
§.248; ~Ón.- 2 XÓpCl;,gén. ~zopczxoç,
, §. 22. - 4 àyorjzCw,au par§. 42, ~hoç, ~TO
~II.—3 vnép, accus., (?iaKo'<7toc,
tic. aor.,
119, 1, I°. - ~5rpiyw,sic, accus., èl.i:Ó¡;'p;;' ~r,.
2.
Dieu aime [à] seconder 1 celui qui travaille
VOCAB.1 ~eeÓç,q?tliw,avrF,cXfI-'JCù
(comp. ~aôv,cum), propr., collaboro. —
9 Tourn.: le travaillant, Úfl-vrù
, au partie. prés. et au dat., régi par ~cvv,
compris dans le verbe.
II.

III. N'ayant
reux 3.

point travaillé

I, vous ne pourriez

2 être heu-

115
PRÉCÉDÉ D'UNE, CONSONNE.
VERnPS EN ,
1

~auxà? ^ûvato. —
aor.
VOCAB.Mr a ti
2,
§. 12.3,3°.
partie.
~]c'j'J atrzovîW.
IV. Hercule coupa lui-même l, de[la forêt de] Némée 2, la
massue qu'il portait 3.
--- 2* èx,
3

renvoi
i.
~ix
0
3,
°
VOCAB;
1
.,
r--,nvoi
à
l'aor.
2,
S.
12
VOCAB.O~'Hpaxirj;,TÊFTVW,
à
l'aor.
2,
§.
12
3

ri.
po'îra^ov,
TO, Õr;,§. 48, ~fopéù).
,
gén., ~Nst/ia
V. Démosthène
ayant dit à Phocion1 : « Les Athéniens te
tueront 2, s'ils deviennent furieux3: » « Oui, répondit-il 4, ils me
s'ils deviennent
furieux; mais toi5, s'ils deviennent
tueront,
sa^cs 6. »
aa gén.
VOCAB.
1 ~,:h¡fLO9évllç,
£ 7TU,aupartie, aor. 2; SS.221, 20., 247,
2 Ao*nvot-tpç


ad,
acc.,
absolu, §. 370, 1, 7:'pÓ,
,
ewyt'wv,
gén.(Dwyiw,.ooç.
à l'aor. 2 subj., voy.
~ù-rjY-sbjw,§.120,3°.— 3 êâv, fwuvojxai,/mjy.,
(;!
(,"
,."
I:!
0 5 ,,
6"
,
Ob
jonct. près.
et de
Une cavale nourrit 1 Pélias, fils de Neptune
TyroVI.2.
VOCAB.1 "1.0; ~,Tpyu, à l'aor. l, formé du futur aspiré, §§. 213, II,
, ~Tvpw,
fet68, 4°« — Tliltaî, -OU,-Jtoç, -ou, riocît^wv, génit. IToTïtctavo;
§. 27.
THÈME

VIII.

1 : « Parle
1. Platon,
mal, dit-il 2,
injurié par quelqu'un
tu n'as pas appris [à] bien [parler] 3. »
puisque
VOCAB.lO-IRWV,
).of?opiw, au part. prés. pass. —2Xiyw y.axtûç,E<J»7,
3 èn-îi, indic., où ~rjtxvQxvw,
au parf. (voy. Verbes irrég.,§. 248),
148.
§.
i ZX).WÇ.
L'homme de bien 1 soumet 2 sa raison 3 à celui qui goula leur] à
tout 4, comme les bons citoyens 5 [soumettent
Verne
la loi de l'état 6.
Il.

:;(:C,ÀYXOÔJ
VOCAB.1 '0 XXXÀ;
àvn'p. —5 U-^AARAW
(comp. de ~ùr;, sub)
Ii, 1°. Le parfait s'emploie comme
lauparf. act.; voy. §§. 65 et 119,
- 4 Tourn. : au
- 2 "J';):.L-¡¡;';'.
habitude.
'aor.
marquer
(roUyct'[
pour
nant,~otoixi-,), aver, contrait., oh;, §. 30, I, au plur. lWlll., avec l'art.,
, -'J'J. - 6 'J??; , Ó,"'Ó),t;,
p/nn'ersa. —•- y.zO/Trp,v !') ; §. 30, I, ~-oA'.tô;
§. 23,~r,.
*8

116
III.

THÈMES.
Il faut que l'homme

heureux

1 soit

naturellement

:

sage 2.
VOCAB.
1 Tourn. ;il faut, ~XplÍ,
le prospérant, ~iÙTVXÍ,
au partic. prés
2

acc., avec l'art.
o/úc.>,
je nais, je suis de ma nature, au parf. infin.,
§. 89, HEM.20., et la Syntaxe,§
388,13; ~o-oepoç,
§.30, I.
IV. Bion le philosophe 1, ayant vu 2 un envieux fort con-sterné 3, dit4: « Ou un grand mal 5 est arrivé 6 à celui-ci,
ou
un grand bien 7 à un autre s. »

VOCAB.1 ~BIMV,
cro^ia-rïi;.—2 Voy. Kerb.défect., S. 247, I, à ÓPcX(').
Úr.TCù, neut., je me courbe, je baisse la tête,
3~fQovspôz
, IJ'IfÓPCl,
221, 2° - '11, ~(asyaç,
partie, parf., §§. 65, 72 et 100. -4 §
§. 37,
~xaxov,to. —o-uftêaîvw (comp. de o-ûv,cum, et de ^atvw, eo), au parf.,
voy. Verb. irrég., §. 252. — àyaôov, to.—8aXXoc; voy. §§. 200, 1".,
et 320.
V. Ceux qui sont toujours
deviennent rarement illustres

bouche béante
3.

1

après la gloire 2

VOCAB.
1 Tourn.: les étant bouche béante, ~yuijw,inhio, au partie.
parf. second; voy. §. 124,20. Constr. l'art. du part. d'après la Hèg. V,
ci-dessus, p. S. — 2~Tpoç,accus., y. —yiyjovzoci,
moy., O'ITCl'JL(
~ïvSOÇoî
, §. 31.
ont dit 1 que le soleil est une pierre 2
VI. Quelques-uns
une masse de fer embrasée 3.

ou

VOCAB.1 Tt;, ~s
ïp&>,au parf., voy. Verb. défect., §. 247, I, à slnct-j..
- 2 ~ÀLO;,
, dïrvpo;, §. 31.
0, li.9oi, Ó.- 3 (J-úpoç, ~6
d'Athènes
VII. Dédale, qui était architecte I, s étant exilé
4.
en Crète un labyrinthe
pour un meurtre 3, construisit
VOCAB.1 AaiSaïoç; tourn. : étant, ~Sv,un architecte, ÀP^TR/zrwv.—
2 ~rp¡Úïc.>,
fugio, au part. parf. second, S. 89, REM. 2"., et S. 118,2°. ; ~è*,,
—-4 7.aTaO'i(e'J;Í:Cù(COIllp.
de u-'':'c(),
~ivi,dat;,~yo'voç,
o.
372,I,'A
~0«vat.—
3
S.
à l'aor., §§. 21o, I, REM. 1° et 119,1, 1°., ~iv, dat., K~pr-ri,>5,AaSvpiv~eor;,Ó.
1 avoir marché sur uni
en
VII. Un pédant,
croyant
songe
clou , étant éveillé 3, se banda le pied 4. Un autre [en] ayant i
5:«
la
cause
Pourquoi aussi 6, dit-il, dorme::'VOllS dé-appris
chaussé 7 ?»

117
PRECEDE D'UNE CONSONNE.
VERBES EN ,
VOCAB. xolaaztxdç, Joxiw,
, ~tô,
accus., apostrophe, §. 9, ôvap
3u7rap,
calco, auparf. injîn., accus.; ~«loç,0.
Défect., §. 187.— 2 ~îraT^w,
ad v., Défèct.,§. 187, sous-ent. ~xarâ.— 4 ~repiJéw(comp. de ~irspi,circum,

à
l'aor.
~ttou;
, tixv,
5~îrzpoç<îé
moy.
;
gén.~Trotfo;
,0.
§. 210, I, REM.1°.),

r..
Verb.
~ai-rioc,
aor.
au
248
;
2,
§.
irrég.,
IX-JCO, part.
6 ~3tTi. rir,
voy.
— 7 xa0«v<î«,àwnôiïvros, non subligatus; les anciens
quid
enim.
propter
liaient leur chaussure sous le pied.
THÈME

IX.

I. Atalante était née très-vite des pieds 1.
VOCAB.I' A~rx/avr»;,?u«, au plus-que-parfait,
§§. 65 et 89, rem. 2°.,
ô,yj;,-ily., -v, superl., S. 40, II, p. 38 (sur le cas où doit être mis le comÓ.
de
cet
~i
~iro,;ç,
344,
gén.
adj.,
I);
S.
voy.
pléiu.
et l'eau
la mer frémissait 2,
II. Les vents soufflaient
d'écume 3.
était blanchissante
VocAB. 1A~'JE?O;,ô irtwvzw (comp. de ~ini, ad), contract., S. 212, T,
sur 7rlicauw §. !!<), II, 2°., au p lus-que-parf.,
I° - 2 ttovto;,0 , ~9&t<7trw,
d'après le §, 25. - 3 Tourn. : l'écume, 0 àpoo'ç, de l'eau, ~úrùp, gén.
Coxro;, ro, lfeurissait, ~tÇavôiw(comp. de ~iy), au plus-que-parfait,
1.
210,
« Je ne savais pas
III. Un voleur ayant dit à Démosthène 1 :
que2 ce fut votre bien 3: » « Mais vous saviez [bien] aussi, réce n'était pas le vôtre 4. »
que
pondit-il,
Tourn.: Démosthène.
~Ar.uoerQêvriç,
à, îrpoç, accus., un voleur,
i
VOCAB.
1
Verbe Jrreg.
dit, ErrCù,
§§. 221, 2°., et —2 où* eï<?«,
avant
sïp. —4 Tourn. : mais
§ 252.—3 Tourn.: que [cela] tien est, ~Õn,O'Ór;,
dit-il vUrr.),[cela] tien n'est pas tu savais[bien].
que,
IV. La mort de [ses ] fils1 ayant été annoncée à Anaxagore 2 ;
f« Je savais, dit-il, que je les avais créés mortels 3. »
L VOCAB.
1 T£).eu-rJ,r, propr., la fin, gén. absol.; wet;, gén. izxiSôç,
L'art. construit d'après le S. 314, ci-dessus,- p.3 8, V, et p. 81, V. 3°. —
au part. i pass., §. 122, 1".
Tourn.: je savais, s¡d'rù,
2~
à l'aor., eux mortels, S''J'IlTÓç.
Yerb. irrég. S. 252, ayant engendre, /S'II"'fu.J,
cette
tournure,
voy.
§.369,
1.
Sur
Celui qui sait des choses utiles
non celui qui sait
,
V.
est savant 3.
beaucoup2 ,
1

118
THÈMES.
VOCAB.
1 Tourn. : le sachant, au part. parf. second, de sUw,
§. 252,
Xpratpoç
, §. 3o, I, plur. neut., utilia. —2
~où, 7roMç,S. 37, au plur. xieut.,<
multa. - 3~ffotpoç.
VOIX PASSIVE.
Caractéristiques

générales

:
-r.p-9-naop.cxt.

p
PRÉSENT en-~o' ~t, -no~u<Xt,-nTO~
M<xt)-<poMe(~ ire p.
,
arf.
11 re..
s.
-p.-p.cxc,
'fv. s.-TCvc<t,
)
fut.
3e.
PRÉSENT
!fut.

1

PRÉSENT
en -~0~!Xt,

fnÉsENT

en -).oM"

¿..

-c;v.t

-x-9'-naoat.
*
par f.
? CX.
1
ne
p. s.
tN
(- -K:;
.., .) , (
3e.
¡fut.
-$vao[Aai et -a-Gr;--

-eoP.CXt,-!OfJ-CXt,
-Q¡'M1.L
{fut.
parf.
-p.ol'-" -YO,u.,!",
-poM"" parf.
fut.
t

Méthode,

t.
-p.Cl.tou -7-pxi.
-QriaoyLoii.
-p.-I'-"
pat.

-'.

§§. 98-125.

THÈME I.
I. Sur la flatterie
x, comme sur un tombeau 2 le nom
seul de l'amitié est inscrit 3.
1
VOCAB.
~E-iri,gén., ~zo).a*eta,Yi._2 ~wç,£ 771,uvrjfix,TÔ,§-19.— 3 îvop,(
't'Ó, §. 19, ~YÍ
çpt).ta,pj'voç, §. 3o, I, èniypàyu (comp. de Èïri), auparf pass."
§§. 104 et io5; voy. aussi $. 254, p. 215, vers la fin.

II. Je suis troublé d'esprit 1 par la foule des assistants dans ?
ma langue paraît enchaf-une assemblée 2, je suis tremblant3,
née 4, et j'oublie l'exorde 5 que j'avais préparé 6.
VOCAB.1 ~Aiarapao-crw
(comp. de , per), au parf. parf., §§. io £ et ioG;t'
~r"sur le cas, §§. 348, 349.—2~v7ro, génitjrAïtfoç, TÓ,S. 22,
"1V6Jp.y¡,

119
VERBES EN , PRECEDE D'UNE CONSONNE.
dat.,
~âpeip, adsum 3(com p. de ~nctpi,*'/«)> au part. prés., avec l'art.; ~èw,
,ÛYJO',O:
, v. — ~07rôrpofjio;
, propr., un peu tremblant, tremblotant, force
e 1J7t'Ó
è-yw,~eixw,auparf. second,
(1). - 4 Tourn.: la langue à moi, 7).ô>co-a,
Verb. irrég., S. 252, ~îre^âw,au partie. parf. pass. — 5 i7rLlotvOckvoiLut
Verb. irrég., S. 248, à XavGavw
, accomp. de ~èni),au parf. pass., voy.
TMTXoywv,to. — 6 ~îrapacr/.EudcÇw
us., ~npooi^tov
(comp. de 7:apâ) , à aor.
lOy., §. 119 I, 1°.; parce qu'il y a ici sens réfléchi, l'exorde que je
'étais préparé.
III. Si nous sommes privés 1 des biens qui appartiennent
la maison 2, du moins 3 la noblesse et le courage [nous]
4.
VOCAB.1Ei, indic., ,
linquo (au pass.,je suis abandonne de la
chose
restentdont je manque, j'en suis privé), à mettre auparf. pass., §§. 104
et io5; rég. au dat. — 2 ~ràèv oïxw XP[L(X't'Cl,
s.-cnt. ~owra,les biens étant
dans la maison. - 3 ~ai. -4 ~eùylveta,, to ysvvaîov
, f*svw, au sing.,
comme s'accordant avec le dermer-sujet.
II.
I. Parmi les états encore intacts, il n'en est aucun 1 qui n'ait
HEME
es
voisins disposés à lui faire du mal 2, au point de ravager
ses campagnes3, de saccager ses villes 4, de ruiner ses maisons
constitutions 6, et de détruire
5, de renverserses
es lois 7.
1 Tourn. : aucun, ~oviïêiç, 200, 3, des états, 7RO'XT;,
VOCAB.
§. 23,
ncore, r;-rt
, intact, ~àÉptXLOr;, 3I, n'est, ~où*EO''t''--:¡ Tourn. qui,
jarticulières
~ktiç,§. 49, n'a pas, ~euxêxtù, voisins, ôppoj, accus., les devant l'aire
au partie. futur. — 3 Tourn. : de
mal, malefacturos, ~xaxw;roiéw ,
Yi, accus., être ravagées, îipw,
panière, ~wç,les campagnes, ~x.wptX,
à l'iifin parf. pass., §§. 121,
et 122, 10.; voy.
propr., je coupe,
4°., — 5

à
Tourn.: les
~ko).l;.
U:'Sl S. 97.
4~7ropoica, l'infin. parf. pass.,
maisons particulières, ~0olxoç o ï<?ios, accus., devenir, ~yiyvsaQxt,à
l'infin. parf. pass. (voy. yiyvofjuzt,Verbe irrég., §. 262), ruinées, bouau
leversées, àvâffTaxoç,S. 31. - 6 ci"JO'Tpélc.>,everto (comp. de ~1
rt, accus.
parf. pass. infin., voy. §§. 224, 1°., 105 et 210, I; ~7ro).iTStsc,
—7~xaraXûu (comp. de ~xarà), à l'infin. parf. pass., §. 210, I,
~nopoç,
aCCllS.
| II. Etant
tune 2.

homme

1, ressouviens-toi

de la commune

r (1) Même valeur de sub en lat. dans subtristis, subalbidus, etc.
i

for-

120
THÈMES.
— 1 pâof/ai, à
Vocab. l ~'Í\.v8pW7ro..
l'impérai. paif. pass.; voy. §§..
92, 97, 120206, II, Except. 3°., et 254, p. 215; génit.; ~xoivo;,30,
tùyr,, ~-n.
III.

Ressouviens-toi

que tu es mortel

1.

Vocab.~1Mvxopat, comme plus plus haut, II, n°. 2; 2rc, Svtjtoj.
IV.

Euripide a été enterré en Macédoine 1.
VOCAB.1 Eup~t~,3-X7TTM, au parf. pass., §. 8g, REM.2°., et §§. 104,
105, ~èv,dat., M:ZY.Eo:¡Í.a.
THÈME III.
I. Ce fameux

1, au corps parfumé
2, à la cheSardanapale
dans la pourpre 4, emprisonné dans
3, enseveli
velurefrisée
son palais 5, ne recherchait rien autre 6 que la volupté 7. Aussi
cet homme dépravé périt-il misérablement
8.
Vocab. 1 '0 Iap<Javx7raMoç
~èxetvoç,Sardanapalus ille. - 2 Tourn.: le
parfumé de corps, ~èvrptSw
(comp. de ~sv),propr., infrico, je frotte, j'enduis de parfums et de fard; au partic, parf. pass., §§. 210, 1, et 104;
~cwpta,
to, sur le cas, voy. §. 343, II. — 3 Tourn.: le frisé quant à la chevelure, SicavlkvM(comp. de ~L6:,per), au part. parf. pass., §§. 104, 106,
et 206, II, Excep. 1°.; /~a.iTn,y, §§. 34-8, 349-—
4 ~yaropvtjffw (comp. de
~zad), propr., j'enfouis, au partic, parf. pass. avec redoublement attiq.,
voy. §§. 119, II, 1°., 105 et 209, i°., sv, dat., ~nopfvpi;,
gén.7ropcpi/pi<?o;
,
au plur. - 5 ~xnaJWiw(comp. de xarâ, in), propr. includo, au partic,
r0, au plur.parf. pass., §§. 210, 1, 206, II, 1°., et 97; ~sv,(3a<jQsiov,
8 0 <TèÇûïr.ç
6

7
YI.
1°.
ri, quant, Y¡3ov)j,
ov¿v,L6JX(.J, ~à.noç,§. 200,
, malus male periit; voy. vO).).uut,Verb.
(perditus) ~xaxoç;,2xcùçÙKMIETO
irrég. S. 251.
disaient 1 que les âmes des hommes
II. Les Pythagoriciens
au corps 2 par punition 3.
sont attachées
VOC.AB.1'0 ~nyQayopixoç,
Xsyw. — 2'¥1JXYÍ,
(l'art. constr. d'après le
ÈvéCù(comp. de év), propr., illigo,
S. 314, ci-dess., p. 8, V), ~allepW7rOC;,
to. —3 Ti/xwptx,r,, x*plv,
dat., au parf. infin. pass., §. 97, 1, ~o-w^a,
gralid, causa, sur cet adv. et son cas, voy.. 160.
III.
nature

Typhon,
mélangée

fils de [la] Terre et [du] Tartare 1, avait une
de [l'] homme et de [la] bête 2.

121
PRÉCÉDÉ D'UNE CONSONNE.
VERBES EN ,
g. 23, ~*,ptywpi, misceo, au partie. parf. pass., voy. Verb. irrég. §. 251;
1
16.
S.29, 3r,plov,
THÈME IV.
1 est attaché à la mamelle
de
l'homme
I.
Le
cœur
gauche 2,
1
mais aux autres animaux 3 il est fixé au milieu de la poiVOCAB.1 ~KapcTîa,
rktrine
y, av0n&)7roç.
7rpÓr;,
po'ç, ad),
- 27rpor;Clpt'iX(,)
4.
(comp.
p de ~7r
, o, iaioç, o, d'où lævus,
propr., j'appends, au parf. pass.; dat. : ~f^aÇo;
3 ~Ó
o's
l'article
le
313.
d'après
§.
répétez
voy. §. 171. Devantl'adjectif
aXXo;,wov, 't'Ó.- 4 ~7rpoç7rXà<r<7w
(comp. de 7t'p,jç),affingo, au parf. pass.,
, to, §. 22.
'Voy.. 119, II, 2°. ; iv, dat., ~pseroç,medius, ctt^Qoç
Les femmes du commun chez les Romains 1 sont habi3 les mêmes 4 chaussures
2
que les hommes 5.
[à] porter
tuées
VOCAB.1 Tourn.: les vulgaires femmes des Romains, ~itokjç,multus,
au part.
§§. 37, 319,~7WÏ], Jrrég. 185, 20., 'Pwuaïoç.— 7 j'habitue,
parf. pass.; sur Yaugm. voy.§. 208, 1°., sur3 la figurat., §. 11g, l,
— 4 Voy.§. 44,
10., et sur la circonlocut.,§. 105, REM.5°. — ~yopsM.
III, REM.,ci-Jess., p. 80, 111, 20., et sur le régime de cet adj.,§. 335.
5 ~UIÏOAFPA
L——
, §. 19, àvïîp,§. 29.
, TO
II.

RI5II.
Quand Archimède était appliqué à son tableau de déil fallait que ses esclaves l'en arrachassent
monstrations,
pour
le frotter [d'huile] 1 : mais lui 2 traçait les figures géométriques
3.
sur son corps [ains] frotté
* VOCAB. Tourn.: Archimedem tabulœ incumbentem abstrahenles vi
au
~-ou,<yavtç,gén. ,
'l'Í, 7t'pÇXEl[1.(1.t,
famuli ungebant: Ap^ip.ric?>j;,
2
66.
316. —
i5o
,
unoaitâw,
p
ta,
àXstyw
,
prés., S.
§.
Voy..
partie,
* tCl.,,/pi'PCù
(com p. de Jtx), S. 210, 1, 1 O'x.;'p.
, TO, §. 19, ~èni,gén., CÎIUA,
to, à>£ t^w,au part. parf. pass. avec redoublem. attiq., 209, 10., et 104.
ces frictions se faisaient au bain.
On demandait à Aristippe 1 en quoi les [gens] instruits
des ignorants 2 : « En quoi, répondit-il,
les chevaux
[diffèrent] des [chevaux ] indomptés 3. »
Pdiffèrent
omptés
VOCAB. 1Tourn. : Aristippusinterrogatus, 'ApilJ'nr.r.oç,~ÈPWT-IW,
au partie.
aor. pass. — Ti" au dat., 7rxt<îsu«
, doceo, au partie, parf. pass. avec
docli, âixfép<ayà l'ind. prés., ~gcn., àn-xt'J'svToç 3 Tourn. : quo,
tl'art.,
ÏV.

122

THÈMES.

inquit, domiti equi [ab] indomitis, ~, o'av.àiw ,
pass.,.
65, 97, ïmroçy àïi&pxaToç.
V. Les Grecs d'avec Tliémistocle
avec les Perses dispersés
3.

domo, au part, parf

1 en vinrent

aux mains 2

VOCAB.1 ~OtTzspX
; voy.376, II, Rem., p. 286.
TOv0®ptt(7TOY.Xia
"EXXnveç
—2 7ufL7rlgyw
(comp. de ~cvv),consero,connecto, à l'imparf. moy., §§. 210,
1, 2o., 102 et 352,4 .; dat. - ~3Uipanç
,-ov, <îia<77rEîpM
(comp. de
propr.,
dissemino, au partic, parf. pass., §§. 121, 2°., et 122,1°.
VI. Il est impossible [de] fuir son sort 1. Zénon corrigeait
un esclave pour vol 2. Celui-ci ayant dit 3 : ccIl était dans ma
destinée
[de] voler 4: » ccEt aussi d'être étrillé 5, » répondit
Zénon 6.
VOCAB. 'A.<?ûyar
oç, aitzt; voy. plus haut, p. 57, §. 297, ~ysûyw,à l'aor.
2 inf., §. 116,3°.; sonsort, se tournera par la destinée, et ce mot se rend
par le part. parf. passe neut. (pris substanliv. et accompagné de l'art.) du
verbe ~psipw,je partage, 5. 206, III. —~2Zvîvwv,
gén. Z»'vwvoç,7oûv,
scilicet,
Ó, ènt, dat-/^ott/î, y.—3 Pour celui-ci, voy.
~fAXGTr/&w,ye
fouette, dOÙÀOr;,
§. 316, et pour ayant dit, §. 221,2°. ; gén. absol. 4 Tourn.: il m'ayait
à l'aor.
été départi par le sort, ~usipw,§. 206,III, [d'] avoir volé, Y.}é¡;:-c,),
i,§. 100. Zénon enseignai t que tout arrivait par suite d'une nécessité,
d'une fatalité inévitable. C'est de ce principe que l'esclave s'appuie ici.
- 5 ~7
't dipCù,propr., j'écorche, à lVzor. 2 inf. pass., §. 123, 20.—Gçv-.u.t,
§. 148, REM.2°.
VII.
portée

Dans les lois de Dracon 1 une seule
2
pour les coupables,
[la] mort 3.

peine

avait

été

VOCAB.
1 'Ev,dat., ~VÓfl-Oç,
Ó, Apâxwv,gén. ApaxovToç. —3 ei;,§. 41,
~ri,ôotÇw, propr., je détermine, au plus-que-parfait pass., §. 119, 1.
3 Tourn.: à tous les
au partie. prés.;
§. 35, :i.,u.7.p-rX'Jm,
péchants, ~&7rxj,
VIII. Les Géants lançaient
2.
arbres enflammés

parf. pass.,

contre le ciel 1 des pierres

§. 66 et §§. 104 et io5.

et des

VERBES EN n,
1

PRECEDE D'UNE CONSONNE.

123

THÈME V.

nomma
se
mais les
le
1;
premier
Pythagore
philosophe
I.
plus anciens furent appelés sages ².
philosophes]
1
, ~jrpwrov,
adv., primum; pron. rèfl.§. 55; ôvopiÇw,
VocAB.
nverx,,/Óprxr;
ami de la sagesse, ~piloç,
l'aor.
c.-à-d.,
1°.,
~'PLÀÓaoq¡oç,
119,
acA,§.
1
2 ~Ó
Je iralaiài;, compar., S. 195, 20. Le verbe ovo<7oyta,sagesse. **Ço>,à l'aor. pass., §. 119,I, 1°. ~yoç.
1 et à la même heure
le
même
,.fitt vu
jour
Pythagore,
et à Crotone 3.
a Métaponte
VOCAB.1 Pour l'adj., S. 44,REM.
2°.,et ci-dess., p. 80, 3III, 2°.,~>îaspa,
j5.— OpClCù,
à l'aor. 1
sur le cas, voy.§. 327, 5° ~—3xarâ, accus., Cùpo:,
, Verb.irrég. §. 247; voy. aussi S. 66, et
emprunté de l'inus. ~07ttw
ass.,
§. 101; èv,dat., ~Msra7rovTiov,
to, ClÍ., èv, ckzf.,KpÔTwv
, gén. Kpo-rwvos.
fmi,II.

des hommes
I III. Les bienfaiteurs
d'honneurs immortels 3.

1 ont
été jugés dignes

a

1
2 àLÓCù,dignum judico, à l'aor.

-ou,
~Eùepysryiç,
avOpwttqç.
VOCAB.
66 et 94; gén. — ~3tiuvj, 17,àGâvaroç
, §. 31.
§§.
pass.,
1
Il
IV.
était
autrefois
aux
héréditaire
Athéniens
[de] com1
mander à la Grèce 2 et de combattre les tyrans 3 en faveur de
Ja liberté 4. Cette coutume commença par Miltiade 5, fut florissante sous Thémistocle
Cimon 7, fut
6, parvint
jusqu'à
observée par Périclès 8, et respectée
par Alcibiade 9.
VOCAB.1~Eilii,iroti, 7rârpioç,patrius. — 3 'Hysopiat, moy., gén., 'E .(Xr;,
§. 19. —3àvTaywvîÇo/zat,moy.,dat., ~TÛpavvoç.—
4 Û77Ip, pro, gén., ~èlsvQepia.,
~jrî. —5 ovtoç, vouoç, Ó(l'art. en grec se met devant le nom précédéde l'adj.
à l'aor. 1 moy., §. 102; ànô,
démonstr.; voy. ci-dess., p. 79, II); a.PX°P.(XL,
à l'aor., §§. 66 et 11g, 1, i°., etti, gén.,
gén., ~Mi^riàfoç, -ou.
~QîpiaToxîér.ç,S. 181, III. - 7xarsêrj, voy. CltvCù,Verb. irrég.. 252, ik
1 pass.,§. 119,II, 1°.,
accus.,~Kipwv,gén. Ktj/wvo;.—8 çiAàacw,à l'aor.
et
101 ; vrro', génIlepixiî/j;, §. 18 1, III. ~—93aupiàÇw
, à l'aor. 1 pass.,
, -ou.
§. 119, I, 1°., ~'AÀxtêtâ^jJî
le roi de Macédoine
! V. Ptolémée,
lates 2, et toute l'armée macédonienne
entièrement
détruite i.

I, fat tué par les Gataillée
en pièces 3 et

124
THÈMES.
2
VOCAB.1ITnAepaïoç,paffiieû; , May.gc5Wa.—oyiÇu (aor. ~i acl. Êeryryov)
,
à Vaor. 2 pass., §§. 114, 119, 1, 20.; sur le rég., voy. 1). 9 1 347,
Règle ~II ; ralàTvç,-ou. —3ttàç, §. 35, £ ûystp<s, §. 23, [txxsfovtxoç, S. 3o,
~y.arazoTrrw
(comp. detfia), decido, concïdo, à l'aor. 2 pass., S. 116, 1°.
— 4 ~^layôsipw
(comp. de Sta), disperdo,à l'aor. 2 pass., §. 123, 20. et 3°.,
et §. 124, Tabl. de ~TEAAn., p. 119.
VI. Duris de Samos dit1 que Polysperchonte,
le général des
Lacédémoniens
2, quand il s'était enivré3,
quoique trop âgé,
dansait à souper 4.
Vocab. 1 Aoûpiç6 ifLLÓÇCP)')IJ'L,
que retranché. — 2 noXxxrnsp^Mv,gén.
~no^u(77T
£ p^ovroç, orpaTïryo'ç, Mzy.ew:l, gén. Mazeiîovoç.— 3 Tourn. : s'il
s'était enivré, et, opt., fziuaxw, fut. ~ftsôuorw,
formé de psQiîw, à l'aor.
au comparat., comme en latin, senior,
pass., $. 96. - 4 ~atrot, n-pÉcrSuç,
§. 39, ~opyêopai,moy., à l'infin. prés., èv, dat., ~Ssïnvov,ro.
VII.

Les nourrices crachent sur [leurs] nourrissons
T, afin
2.
qu'ils ne soient pas ensorcelés
VOCAB.1 Tt0>j'v»a,
~èfiircùa,inspuo, dat., na.tSio'j, to. —2 ; p./;, subj.,
l'aor. 1 pass. du subj., §§. 121, 10., 122.
à
THÈME

VI.

I. Platon étant jeune 1 était timide et modeste
n'avoir jamais été vu 3 riant à l'excès 4.

2 au
point de

VOCAB.'ïl^ârwv, ~via;.— 2 ourcoç
xai XÓO'(l-tlJç.- 3 r;T",
, sic, atcSVIfzwv
à l'aor. i infin. pass., forme de
ut, infin., iwSsKQTe,nunquam, ~opxM,
~ôVrw;voy. plus haut, p. 123, Thème V, II, renvoi 3. ~- 41EHCù,
Ú7t'Ep~âyav.
II. Suivant une certaine tradition I, il plut
de l'or sur les
Rhodiens 2, Jupiter ayant fait crever sur eux une nuée d'or 3.
VOCAB.1 ~Aoyo;
est; et le
ri; ¿IJ'Tt, mot à mot, une certaine tradition
Tourn. : Rhodios implutosfuisse auro, ~'i'ooio;,
verbe suiv. à l'iif. ~0r",pluo, (à l'aor. infin. pass., §. 96), d'or, ^ouo-oç
, ~Ó,dat. — Zô0;,
absol., Èrri, accus.,
§. 185, 1°., piClÇ, partie, aor. 1 ~de génit.
~autos
, vsipéA/î,r), XpÚGOç,§. 178.
III.
règne

dit 1 que les jeux furent
Hérodote
d'Atys 3,à cause d'une fam i ne 4.

Vocab.~1'Hpo'^oxoî, ).syw.— 'Trxcjtâ,

inventés

ivstaxw, invenio,

2 sous le
à L'rw. 1

125
PRECEDE D'UNE CONSONNE.
VERBES EN ,
13ènt, sub, gén.; "ATVÇ,gén. *Ar-uoç.
pass.inf. ; voy. Verb. irrég., ~250.—
- 4~dix,accus., ïipo; , Ó.
abandonnée
IV. Les uns 1 disent2 qu'Ariane,
par Thésée3,
à Naxos 5, elle [y]
se pendit 4; les autres que, transportée
épousa Bacchus 6.
1 Voy.§. 3l5, 1. —2 ~Voy.
t VOCAB.
§. l48. —3 'Api⣠v»i, à Yacc.,àicolziTtoi
, derelÙzquo, je délaisse, au part. aor. i pass., §. 101; ré(comp. ~deàrcd)
gime, p. 91, ®»îffîûs.—4 àn-ayÇasOai,aor. 1 moy. inf. de ~O:Tr&:.7Xc.>,strangulo.
—5 ~zofxiÇw,
aupartic, aor. pass., S. 119, I, JO.,e:i.; , «cc., NâÇoç,-ou. —
Tourn. : avoir été mariée à Bacchus, 7apéto (qui, activement, se dit
des hommes, et passivement, des femmes), à l'aor. 1 infin. pass., §. go;
~iio'vuffoç
, -ou.
V. Hercule, ayant été nourri
surtout exercé dans les gymnases

dans Thèbes 1, instruit 2
3, devint célèbre 4.

et

~VOCAB.
1 'Hpa/.X»iç,
rpéfb),aupart. aor. 2 pass., §§. 114et 116, 4°., iv,elcit.,
E>?,6ai,
aupartie. aor. pass. —3 xai psâ^iara, DIXNOVÉU,
plur.— ~TTXISEVM,
au part. aor. pass., ~èv,yuavàa-iov,rd. —4yiyvopat,à l'aor. 2 moy.; Verb.
irrég., ~§.252;7TipiSd»iT0î.
VI. Apollon, condamné 1 à cause de la mort des Cyclopes 2,
t banni 3 pour cela 4 du ciel 5, fut envoyé sur la terre 6; et il
servit en Thessalie chez Admète 7, et en Phrygie chez Laoméon 8.
VOCAB.1
'A
~*

conslruisez
l'article
§. 119, I°.
—inilXwj, X.ARA^TXÂÇU,
au partie, aor. 1 pass.,

d'après le §. 174, III; ègocrpajuÇw,propr., je bannis par l'ostracisme ;
1 pass., S. 1ig, 1, ~1°.—$iïiâ, accus., oùroç. —5 èv.,gén.,
part.
aor.
au
demitto, à l'aor. i
,
~jpùpxvd;,d. —Gv.xTa7r£ !i7rw(comp.de xxrâ, deorsum)
à l'aor., èv, dat., ©ÎT,7*1. —7 elJT¡ÚCù,
pass., §§. 101 et 210,I, èç, ~accus.
îtaXia, ~r,,Trxpx,dat., apostrop he,S. 9, -ou.
- 8 iv, Qpvytx, ri,
o:p:i, dat., ~Aaousdwv,
gén. Aoto.uiJov«ro,-.
[deI VIT. Le travail ayant été changé 1, les occupations
viennent] douces 2.
VOCAB. ~ïlo'vo;,0, [XÎ7X\1X<IGU
, au partic, aor. 1 pass., §§.101 et 119,
I°.; gén. absol. , S. 370, I. - 2 ~rcovo;
, , yXuxûç,§. 56.
II,

12G

THÈMES.
THÈME

VII.

I. Ce que vous devez faire 1, ne le dites pas d'avance 2 ; car
n'ayant pas réussi 3, vous serez moqué 4.
Vocab. 1'O, au sing. neut., quod, ~p.iXXw
, je vais, je dois , futurus
~sum,îrpxTTto.— 2 p$,7rp<Aéyw
, prœdico.- :\ ,:lrOT'v"lX:Í.'JCù
'l'l.?, nonellÙn
Verb. ~irrég. §. 248. » rjsïiwt
asseqlor, au partie. aor. 2; voy. 't'VïXét.vr,),
aufut. 1 pass., §. g6.
II. Etant roi 1, considérez 2 commentées
hommes] les plus
et les autres ne souJJriront
auront les honneurs3,
vertueux
4.
aucune injustice
3 £~«;, indic., àyaVOCAB.1 ~Elut, po:cEu.— a IJ'xor.gr.,.¡
, contractez. ~6ôç
ptiv, bonus quidem, ausuperl. S. 197, 10. ; ejjw, fut. indic., aspiré,
§. 213,II; fipj, ~Y;.—4 aXXoç(')e, §§. 200,1, et Synt., 520;o-joîv à^ rxio),
aupass.
III.
rougir

vous-même
Respectez-vous
devant un autre 2

l,

et vous

n'aurez

pas à

et non vercor alium ,
aXXov,
VOCAB.1~A¡oüaaurôv. —2 xat OUX
fX~.C/'U~OU.Xt
pass., §§. 12], 122, et 203, 20.
moy., au1
à
Croyez que rien de ce que vous faites n'échappera
1 car si vous
vous serez
cachez dans le moment2,
j
[le]
personne
vu plus tard 3.
VOCAB.1 Tourn. : crois, ~oÛr,), faire, ttoeîm, toutes choses, omnia,
(partic.
'ira;, §. 35, comme, ~càç, [ne] devantéchapper,latiturus, ),':1.',10-/11.0)
fut., Verb. irrég. §. 248), accus. (voy.§. 388, 7), à personne, ?ir):;i;,
à l'aor. 1 ,
~ai '7..,?,etenim, aV,subj.,
100,
:
§. 200, 3. —
xpû~T'.j,
2
aOrtxa. — 3 OplXciI,
aufut. i pass., emprunte de o-ro), Verb. irrég. §. 247,
et§. 101 ; ~va-epo-j.
IV.

THÈME VIII.
I. Hylas, fils de Théodamas
1, [étant] en Mysie 2, envoyés
de l'eau 3, fut, à cause de [sa] beauté 4, enlevé par des
puiser
5.
Nymphes
2 èv, dat., M'J'tz, -'J.;. — a-o-;:ú;.
~Y).:/;,
Qeioiïipiy.-jzo;
VOCAB.
C7T
£A).W
, au partie. aor. 2 pass., §. 12.), :J'I., ->j.orjouxt,tuoy., à l'aor. ¡'/!!!..

127
VERBES EN D, PRECEDE D'UNE CONSONNE.
- Í ~îji.i,accus., y.i'Ûoç
à l'aor. 2
, , ~§.
22.
(primitif âo7rày&>),
pass., §§. 66, 114, 116, et 119, 1, 3°., sur le reg/me, ci- d essus,p. 91,
§. jï' Htg. II; ;jp.rY¡'
Sophocle le tragique T, ayant avalé un grain de raisin2,
fn t étranglé 3.
: VOCAB.1 ~l)cpoxÀŸ.ç,
chant,
Tpa*ywe?07T0i0ç
(comp. de rpdyoç
, houc, M,
•kolût,faire). —9 -/xra7rtvw , à l'aor.2 parf., voy. ~Trtvw,
Verb.irrég. § 262,
f;, gén. f'X,,/ÓÇ,, orayy^,57.—-5 ànoivviyv, propr. j'étouffe (comp. de
Kno), à l'aor. 2 pass., §§. 114, 116, 5°., et 210,I.
II.

III. Vulcain fut précipité
il devint boiteux 3.

du ciel par Jupiter

1, de quoi 2 il

VOCAB.1II'f':l.tG,oÇ',
pi-RW, à l'aor. 2 pass., figur., S. II 6 , 1"., augm.,
2O5,1°., ~èv.,i;, dcv. une voy., gén., oùpcx§. 105, p. 102, REM.1°., et
vo;, , Z, §. 185, 1". ; régime, p. 91,§. 347, Règ.II. - 2ôOÎV,uncle- r¡i¡'JO,!J.'Y!,
a l'aor. 2, Verb. irrég.§. 252; ~XCù).Ó;
, claudus.
• IV. Un pudant,
ayant rencontré un médecin 1, se cacha 2.
3 : « Il
cause
demande
la
Quelqu'un
[lui en] ayant
y a, dit-il,
longtemps que je n'ai été malade 4, et je n'ose me présenter
devant le médecin 5. »
VOCAB. ¿x')).?:o¡ny.Óç,
au partie. aor., ~dat., izzpoç
0. -o-J
5
O-UVAVTGCU,
,
3
zo-j-rw, à aor. 2 pass., §.116, 1°. — 3 ~7L;Si, gén. abso l., 7rUlIv.-jopou
,
au partie. aor. 2, Yerb. irrég., S. 248; accus. ; ~aîria, . —4 Tourn.:
1110)".,
j'ai, ~1 nn temps, y.xioôç
, , n'ayant pas été malade, àaQivia (comp. de
i privât., §. 167, i°., et O ~i-Joi,vigeo),a.a partic, aor.—5 Tourn.: et j'ai
honte,
ai<7yjjvo-/.x
t, [de] venir, ~sp^ctxQai
, à l'aor. 2 enfin. (Vab. irrég.,
§. 247), en vue, ~ei;,acc.,
§. 23, , du méd ecin, larpo'ç, -où, o.
V. On dit que Cinéas T, lorsqu'il eut connu la vertu des
Romains 2, dit à Pyrrhus 3 que le sénat lui avait paru 4 une
nombreuse assemblée de rois 5.
VOCAB.1 ~Aiyîrxt,dicitur, impers., 6 KL'Jiz;, -oj. — 2 1-ti , indic., XKTX'oiCù, intelligo (comp. de ~zarâ), à l'aor., àoi-r,, , 'p&vzaïo;
construisez
;
— *^77M
1 a l'aor. 2 infin., §. 221, 2.., et REM.,
314.
le§.
\irhc. d'après
- !.c;,
dat.
;
irreg.§.
247,1;
~Huppo:,
-OL..
,
J' crl>.
que, miyx'XrlTOç,
py.i-jty.xi
, in oy. , virfor, à l'aor. 2 opt. pass., §§. i23, 3"., et 203.
iSo/a. Sur l emploi de ce mode dans ce cas, voy. §. 365, IV. —
Tourn.: une assemblée, --j-.vov, , de beaucoup, 770),0: §. de
rois,
ïzm'u-j;.

128

THÈMES.

Les trois continents étant comparés entre eux 1, le plus
l'Asie 2, ensuite l'Afrique 3, et le der[être]
grand paraîtrait
nier l'Europe 4.
VI.

VOCAB.1 ZuyxptvH,au partie. prés. pass., rpetc, §. 41, faetooç, 57,génit.
absol.; ~npoç,
ad, accus., à).L;}wv,§. 200, 14. - 2[1.i,,/aç, §. 196, 3°., psv,
3
à
n°.
'AaÍ.(X.
l'aor.
2
s'ira, Aiêv/j,
~cpatvopat
j
V, 4;
~opt.pass.avecav, voy.
.— ~4Ts)v8JTOfïoç
e.!) S. 3o, I, Rem.; Eùpw7r«4On sait que les anciens ne
connaissaient que trois parties du monde.

VOIX MOYENNE.
Caractéristiques

générales

:
(=7T<J0-

PRÉSENT
en -COp.rxc,-rcop.ac, -Tt-r°p.ac, -rp°[lCU

¡Uxt).
aor. -^0|xat
-cip.Y¡1J.
{fut.
(=y.a0-

PRÉSENT
en -'l°p.ac"

zotzat, -1-TOttat -X°p.c;a
flit.
aor.

ac).
- irt, v

PRRESENT
PRÉSENT
SENT
enen -d~
-.ro
tat,oua:t', -eolJ.t:XL,
--r°p.ac,
p at t.
Çojxai
itat

fiut.-cono:{.
aor.
-aip.r.lI.
1 w
( ) -XoOaai,
-p.ovp.ac, -lJoii-uat, -povuai'
jjia
PRÉSENT
en -ÀO!J.aL, -p.°p.al, -lI°p.ac, -p°p.ac aor. aor
(-) -).dp:¡;IJ,
( - ) )ap/!v -p.dfj.y;
v? -vdu.rrj,
fut.
-pafJLKv.
THÈMEI*
I. Respectez-vous
vous-même plus que toute chose 1.
VOCAB.1~AiGyyvo[i.a.i,
à l'impérat. prés., pron. réfléchi à l'accus.) S. 5j ;
fxâXiora,~gen.,
TT£Ç, §. 35, comme en lat. maxime omnium.

(:) Voyez plus haut, p. 107, note 4.

129
VERBES EN n, PRECEDE D'UNE CONSONNE.
II. La bienfaisance ne reste jamais sans récompense l, quoià l'instant 2.
lue le prix du bienfait ne se montre pas
VOCAB. Tourn.: le bien faire, EU~ÎTOIÉU,
S. 281, 3, [n'est] pas inrécompensé, ~apiffOof.
— xiv [J, 7ra|3a^p^fta,etsi non continuo, àvriiJWiç, S. 23,
~i,ivepyetjiy.,>î, epatvo^at,subj. prés.
III. Il n'y a point de honte à être pauvre 1 ; mais être pauvre
jar une cause honteuse 2 est ce qui lait le déshonneur 3.
VOCAB.1 Tourn. : le être pauvre, ~névojaai,[n'est] pas honteux, ox
2 à)')'cÍ,7rsvofiai,comme dans le

3o.
membre, «îia,
premier
~Ù<7/p6ç
, §.
3 Tourn. :
Rem.
1,
[est le] déshonneur, oveiiïoç,
~iccus.,caria, , §. 3o,
, §. 22.
r IV. Croyez que celui qui se met en colère ne diffère du fou
furieux que par la durée de l'accès 1.
1 VOCAB.1 Tourn.: crois, ~vop'Çw
, le se mettant en colère, opytÇouat, dif:érer, cttCl'fÍpc.>,
gén., du étant furieux, afurente, piatvopiai,par le temps,
f¿;¡O;, ; sur le cas, S. 338, 2°.
un jour 1 devant les ennemis qui
; V. Antigone se retirant
2, dit qu'il ne fuyait pas 3, mais qu'il poursuivait
s'avançaient
son avantage 4 laissé en arrière 5.
VOCAB.~l'Av't'Í.ïovor;
secedo, dat., wori. - 2 Tourn. : aux en, 'Úr.ox.c.>péCA),
3 Tourn.: dit, e?»1, ne
~nemis,TTo^îjuo;, s'avançant, ènêpyopzi.—
pas
Fuir, 'j?EÚ"/c.>.
- • Tourn. : mais poursuivre, ~KUoc,
JtMXM,l'avantage,
5

subst.
neutr.
de
ffupyspw, confero, pris
v.eïpa.1,
~ïupyipov,partie, prés.
retro.
jaceo, au partic, prés., §. 150, ~07rtffw,
1 comment on
demandé
à
Antalcidas
ayant
Quelqu'un
2 : « En s'entretenant
aux
hommes
surtout
avec
plaire
pourrait
eux, dit-il, le plus agréablement
possible 3, et en se comportant 4 de la manière la plus avantageuse pour eux 5. »
l
VOCAB.
~Epwrâu,interrogo, au partic. aor., accus., 't'Í.,; gén. abs.;
I
-ou. —2 Tourn.: comment quelqu'un, ~irûçav TL; [lakiara,
rA1IraÀxiôClç,
3 Tourn.: s'il s'entreteà
dat.;
~avGpwjto;.—
[plairait, cXpÍaxo>,l'opt. prés.,
nait, i Jiatlilo. uat à ~l'opt.prés.; yàvi psv, dulcis quidem, employéau su- 4 7rPOÇIfÉP°[LClt,
moy., comme
perl. adv. d'après les §§. 4o et 161,REM.
[plus ~haut.—5ùyé).tiuoç , ausuperl. adv., comme le premier,S. 39.
VI.

d'autrefois 1 se vêtaient *
Les Athéniens
[pourpre 3, et portaient des tuniques bariolées 4.
Elèves.
Thèm. gr. Ire Part.
VII.

d'habits
9

do

130
THÈMES.
VOCAB.1 'A^VATOÇ,
de Yart., voy. ci-dess., p. 8,
7RA).AT,sur LACONSLR.
Règ. V. — ipirixw (comp. de ~tip.'fÍ.,circum,et de ÊXCù,
haheo;sur le changement de L'ASPIRÉE
O de la prép., voy.§. 5, 3°.), propr., j'entoure, j'environne; et au moyen, je m'entoure, je m'environne,je m'enveloppe
: à
mettre à l'imparf. de cette voix. Sur l'augm. voy. §§. 210, 3°., et 208,
1°.,et sur le régime,§. 352, 20. - 5 ~tpiartov,TO,À>.Ovp'/riç,§. 34, purpureus.
— 4 èvWvwou ivÓúCù
(comp.de iv), propr., induo,à l'imparf. act., §. 210,;
I; ~JJTRWV,
GÉN.
ytzôyjoç, à, nor/.iloi,§. 30.
THÈME
I. Nous naissons
naître deux fois3.

II.

une fois 1 ; et il n'est

pas possible

2 de

VOCAB. ~riyvscreai, au parf. moy. OU2 (1), Verb.irrég., §. 252. Sur
2

de
ce
oux ÉVRT
158.
l'adv.,
temps,
254;
~VOY.
S.
l'emploi
pour
§.
'Îé,
3
non aulem est. ~yiyvetrôa
1, à L'aor.2 infin. ; pour l'"dv., §. 158.

II. La vie ressemble
à un théâtre 1 : c'est pour cela que 2
souvent 3 les pires 4 y 5 ont 6 la meilleure 7 place 8.
VOCAB.1 Bioç, ~Ó,eè'y&),au parf. moy. OU2, Verb. irrég., §. 252; dat. ;
— 2 cJLÓ,propter quod. - : 7RO
sur ce temps, §. 254; ~Ti.
UXXIÇ
— 4 ZAXOÇ
, au superl., Irrég. §. 197,20. —5 Tourn.: dans lui, iv, dat.,
UÙTÔÇ.
—6 XARÉ^W
, obtineo. — «YAOO'Ç
, au superl., Irrég. §. 197, 1". 0.
~ZOKQÇ,

ont 1, sur l'épine dorsale 2, une bosse
III. Les caméléopards
assez semblable 3 à celle du cliameau 4; mais par la couleur et
aux panthères 6.
le poil 5 ils ressemblent
VOCAB. 1 ~Kap-Ao7râp<?aiiç.
chameau. et rAo-»wç,n (comp. 7.a.p.7))..oç,
accus. ,
~doàtç> panthère; le nom moderne est la girafe); EXW.vot-rd,
~-SWÇ,ri. —S XVPTWPA,
TO, §.
19, ~irxpey.<pep>;?,
§. 34, composé de
na-pâ.,fere, presque, en composition. — 4 Tourn.: au chameau, xa.[1.1i
~^0;,0, -/¡.- TOês ypvpz; sur le cas, §. 338, 2°. ; rpiXwut;, i., gén. Tpi~^w(jew{.—6 aV/ij au parf, moy. ou 2, f/úb. irrég.,
§. 202; ,
gén. ~irap(?aàswç.
IV.
pluie 1.

Les

abeilles

ne craignent

pas autant

le froid

que

la

(1) La dénomination de parfait second est la seule juste. Nous n'employons aussi celle de parfait moyenque pour nous conformer à l'usage
de quelques GRAMMAIRIENS
et de quelques LEXICOGRAPHES.
Voyez plus
haut, p. 105, note, etla Méthode, §§ 117, 118.

131
VERBES EN £Î} PRÉCÉDÉ D'UNE CONSONNE.
VOCAB. Tourn. : les abeilles, p.Íl&O'O'fX,
~ri,craignent, <?ÊÎ
£«, au parf.
non tantum, le froid,
118, 10., pas autanl, où ~TOOTOÛTOV,
moy. ou 2
TO,§. 22, que, ôuov, quantum, la pluie, opêpoç, Ó.
~(tpûoç,
1
V. N'avez-vous
entendu
pas
[dire]
que les cigales 2, qui
des hommes 3, furent changées en oiétaient primitivement
seaux 4?
VOCAB.1 Oùx~àxoûw,audio, au parf. moy. ou 2, avec redoublement
gén. TITTIYOÇ,O.—3 Tourn. :
Vttiq.,§. 209, 1°. —2 ~w;,que, TSTTIÇ
,
— 4 p.E't'cxcHÀ("
étant, ¿'l'J,hommes
, avôpwjroç, anciennement, rô Tta.la.i6-j.
comp. de ~ST~,§§. i65, 10, 210,I, 1°.), à l'aor. 2, §§. 123,3°., et 120,
2°. (ce verbe s'emploie neutralement; voy. §. 356);~eU,accus., Õpvtc;,
gén.
SpiOoç
, 0 , y., §. 21.
L'espérance est le rêve d'un [homme ] éveillé 1.
VOCAB. 'EÎ.TTIS
, gén. ~èlmiïoÇ,7Í, ÈVÛTRVTOV,
èystpv^ éveiller, au partie.
parf. moy. ou 2; Verb. irrég. §. 254.
VI.

Pindare a dit 1 que les
d' [hommes] éveillés a.
VII.

espérances

sont les songes

221, 2"., et le verbe suivant à
(près,
§.
inus.),
2 ~'EÀnÍ.;,
VOCAB.niviîapoç,
é'jrw
-ido;, r,, È,,/i;prù,au partie, plur. parf. moy. ou 2;
l Vmfin.—
2f>:>.
Verb. irrég..
|
THÈME III.
à Démonax
I. On demandait
être philosophe 2: « Quand j'ai
naître moi-même 3. »

1

quand il avait commencé à
commencé, dit-il, [à] me con-

VOCAD. Tourn.. comme en latin, Demonaxinterrogatus, ~AnptwvaÇ,
ace. pass. — 2~rore,àpxouott, moy. à l'aor. ind.§. 102,
epwr^w
, an partie.
— 3~ôre
, i'pjjôfiai, à l'aor., CP'J';p.Í.14, REM., 2°., M.r<zyiyvd)<rxw,
:¡nÀoO''J'ri'",
génit.; pour le pron. réjl., voy.§. 53.
II. Aristippe
dit à son frère 1 : « Souviens-toi
commencé 3 la discorde 4, et moi, la réconciliation

3
que tu as
5. »

— ? fJ-'Ja.opat

accus., -où.
VOCAB.
~1'ApiffTtrTro;
, nod;,
l'impér.parf. pass., §§.92, 206, Il, 3°., et 254. Sur l'emploi de la forme
passive, voy. S. 203.— ~iôrt «px.o[taL,à l'aor. 1 moy. indic., §§. 66,
86, REM.
2°., et 102: génit. Nota. Les pronoms doivent être employés
*9

132
THÈMES.
ici devant les verbes, comme en latin. - 4 ~orâffts, 23. S.
§.23.

5 tftaXvcrtc

III. Philoxène le gourmand 1, accusant la nature
2, souhaitait [d'j avoir le gosier d'une grue 3.
VOCAB.1 <I>ÙÓç:'Jo"yaffrpi'uapYOî(comp. de~,,/ClCTnip,
ventre,/*ap«yoç
,
2
3
péufopxi, accus., yvaiç
,/ fou.
, ~r>. eûxouott)moy. a l'aor. 1,§. 102;
avec augment attiq.,.
208, 20.; <j>xpvy!;} gén.
«pâpvyyo;,~yépa~voç,»7.
de CyCyrus le Grand donna sept villes à Pytharque
zIque 1, son ami 2.
VOCAB.1~Kûpoç,
iiéyccç
, ^aptÇof/.at
, moy. à l'aor., §§. 119, I, 1°.,et 102
~no
0 KuÇtxvjvoç.—2 Toum. : étant ami, cptAOÇ
~CùV.
).iç,£7rra, V<JClPXOÇ
IV.

THÈME IV.
1 avant
I. Réfléchissez
d'agir 2.
VOCAB.1~AoylÇopat,à l'aor. 1 impérat. moy.sing., §§. 119, L, 1°., 86,
REM.3°., et 102. —2 Tourn. : avant [l'] action, ~rrpÓ,
gén., ~epyov,TO.
II.

Un homme ayant heurté Diogène d'une poutre, et après
lui ayant dit: Gare! le philosophe le frappa aussi de son bâton,
et [lui] dit ensuite: Prends garde1.
VOCAB.1
à, ad, ~7Rpô;,
Tourn.: Diogène, ATOYSV/JÇ,
acc. celui ayant heurté, ~Ó,êj/cctw^impingo (au part. aor.) , une poutre, Jozo;,*>, à lui, ClV't'ÓÇ
ensuite, ÉLIRA,
(au partie. aor. 2, §. 221, 20. et REM.),prends
ayant dit, ~snco
, je garde (à l'impèr. aor. 1 moy.,§. 119, II, 1°.,et
gardeà toi, ~yuXa-jo-w
S. 102), ayant frappe, 7-1ra-aw(au part. aor. 1, §. 119, II, 1°.), lui, aùro'ç,
~Yi
du bâton, PCtx't'l)p£a,
(pour le cas, S. 338, 10.), il dit, îirw (aor. 2, S. 221,
à l'impér. aor. 1 moy.
2°.), prends garde à toi, <pv>â<7aw,
III. Soyez tel envers vos parents 1, que a vous souhaiteriez
que vos enfants fussent3 envers vous 4.
VOCAB.1~Tt-yvouat,
à L'impér.prés., TOIOÛTOÇ,
talis, irepi, accus., yovevç.
—2 ~otoç, qualis, s'accorde, comme en latin, avec lé nom suivant.—
3Tourn.: vous auriez souhaité, ~su^opat(à l'opt. aor. 1
moy., avec av), vos
(p. 80, V, 1°.), enfants, ~Traïç,génit.n-ai^os,avoir été, yiyveaQxt(à l'aor. 2
pt, accus., ctautoû.
infin.; Irrég. S. 252). — 4 ~1rE

133
VERBESEN , PRECEDED'UNE CONSONNE.
en
IV. On dit qu'Io 1, fille d'Inachus
2, métamorphosée
à la nage le Bosphore 4, et donna le nom au
vache 3 traversa
détroit 5.
Vocab. 1 Tournez, comme enlatin, lo dicitur, ~Xé-yu,
'I&>. - 2»5 'hel3

310.
~you,sous-ent. ;;v,,/&''t'T¡p,filia;
voy. §.
^eTaf/opyow,au partie. aor.
nato, à l'aor. 1 <M/~
pass.; ~dç,acc.; PoDç,Irrég. §. 185, 10°.— fI'IIXOP.ClL,
§. 102; accus., en sous-ent. <?iâ,per; ~/3o'î7ropoç,
comp. de Poeç, bos, et
~-o'poç,trajectus, propr., traversée d'un bœuf; d'où, par altération , Bosphorus, Bosphore.•—5 oijllGU,aor.2 infin. act., de ~dtôcopi,§. 138; ovofxa,
Il
voulant nager 1, fut presque
suffoqué 2.
~70V. Un , pédant
n-opGpioç,
0.
donc de ne point toucher à [l'J eau 3 avant d'avoir appris
jura
[à] nager 4.
VOCAB.1 2^oXaariJ(o«,(SoûXopai,
xoXvptêocw.
—2 nzpà. ~fit*pov,mot à mot,
à peu près, ~miy«,suffoco, à l'aor. 2 pass., §§. 114, et 116,5°. — dwpoo-sv
~ov, aor. 1 de oy-vu^i, Verb. irrég., §. 251; pi Sottco, à l'aor. 1 inf. moy.,
§. 102; génit.; ~eewp,génit. viïtx7o;,t0. — Tourn.: à moins que, Ècbpj,
à l'aor. 2 subj. (Verb. irrég-.§. 2.48),
nisi, subj., il n'eût appris, ~pavOâvw,
contractez.
[à] nager, xOÀv¡.t&.c.>;
THÈME V.
I. Un des amis
Démonax lui] disant 1 : « Allons, Démonax 3, au templefde d'Esculape 4 prier 5 pour mon fils 6 : »

« Sans doute 7, répondit-il
9
vous
8,
croyez
Esculape
sourd II, s'il ne 12 peut 13 aussi de là 14 entendre
nos
prières 15. »
VOCAB.1 Tourn.: quelqu'un,~tîç, §, 46, des amis, sraïpoç, -ou, ayant
dit, ~eiîreïv,Irrég.§. 247, génit. absol., S. 370, I. - 2 1rElP.L, abeo, §.
147.—
3 ~A»:piwvaÇ,g'én. A>j|*wvaxToç.
—'• eiç ro 'Aazlnirtelov.— 5 Tourn. :
et prions, ~Trpoçjû^ojaai,
à l'aor. 1 du subj. —6 Û7rèp Tou vioiJ.moyen,
7 1r&.'IIV,
omnino. - 8 ~qwpti,§. 148, REM. 1°. - 9 jtysopiat, .)vP.elt. —
10
-où. — 11xoa?é;, -ni;. — 12 ti py, indic. — 13 <?
~'Affx).»i7rtô;,
ûvaptat, sur
~tTrapat, moy., §. 135. - '4 xàvrcûOcy, pour xai svtîûêHv, et inde.15 Tourn. : entendre nous
priant, ixoûw, gén., EÚX°P.ClI.
II. Un vieux Romain 1, fort gras, ayant fait voir 3 à Démonax comment il s'escrimait
contre un poteau, et
ayant
4
«
:
demandé
flui]manière
de la
Que vous semble 5, Démonax,
» « A merveille 6, lui répondit le philodont j'ai combattu?
8
si
vous
devez
avoir
un adversaire de bois. »
7,
sophe

134
THÈMES.
VOCAB.1 NPSEÊÛTFL;,
-OU, 't'lç, 'Pc.>p.Clioç,
-OU; gén. abs. — 2 EÙFFCOPTA
avoir de l'embonpoint. — 3 Tourn.: ayant
~-c;)V,
partie, prés, deEÙIJ'Cù¡(J.:JC't'aCù,
montré ~(âiixwpat, au partie. aor. 1 moy., §. 141, REM. 20.), le combat
(p.rÍx)'¡,
i) en armes (i'JÓ7t').tOr;
, adj., §. 31), contre(~Trpo'ç,accus.), un poteau
aor. 2 ind. de ~ipiafhl,
~(¡rChTCl).OÇ,
-ou, Ó);gén. abs. — 4 ~ipolicvoç,
partie,
a Tourn. : comment
à vous (~aú, dat.) ai-je paru
interrogavisse.—
(~JTWÇ)
(~tfoxéw,à l'aor.; Irrég., §. 253) avoir combattu, ~fLa.xop.u,moy., fut.:
au
214,
(voj.
§.
3°.),
parf. pass. de l'infin., formé
-~c'uopai
ou-~ïîffouai
de l'iiius. ~fixxêopzi
; voy.§§. 90, 2o3, et ci-dess., p. 105, note. —6~xaXwç,
hene. — Tourn. : dit-il, TFIJPU
, 5.148, REM. 1°. —8 Tourn.: si vous aviez
l'adversaire de bois, ~av,subj., ËXCù,
àvTa-y&mcrjjç
, -où, ~Ú).IVO;,
~-ou,ligneus.
THÈME

VI.

I. On dit 1 qu'une vieille 2 s'étant chargée
[d'J un veau 3,
quand il était petit 4, et ayant répété cet exercice chaque
sans s'en apercevoir,
jour5, le porta,
quand il fut devenu
bœuf 6.
VOCAB.1(Dotal,dicunt, et le verbe suivant à l'injin. —2 VPAÛ;~Ttç,Irrég.
§. 185, 8°.- 3~ClLPr.),
je lève, au partie,~aor. 1 moy., §§. 120, 5°., et 102.;

à l'acc.; piôo-^oç,6, à l'acc. - 4Tourn.: d'un veau petit, ~puxpo;, ~-à,~.Ó'J.
5Tourn.: et faisant, ~7rotsw,
cela, ~oû-oç,
§. 45, chaque jour, /.y.xù.,accus.;
; faites attention à l'esprit de ce mot pour l'apoapostrophe, 5. 9; ip..-pot
strophe; §. 9. —6 Tourn.: ne pas s'être aperçue, ÀClvMve.>
(à l'aor. 2
~(jv;, Irrég.§. 185,
infin.; Verb. irrég.§. 248), [le] portant bœuf, CfafCù,
10°. Surcette tournure, voy.§. 388, 7.
d'un tauII. Milon, l'athlète de Crotone 1, s'étant chargé
reau 2, [le] porta à travers le milieu du stade 3.
VOCAB.1~MiXcov,
àeÀni;, ~h.,gén., KpÓ,Cù'J,
; constr. l'art. d'après
~Kpô-rwvo;
le S. 314,ci-dess., p.8, V.-2
comme plus haut, VI, I, 3; ~raùpoç
~atpw,
,
-ou. — 3 (p6), à l'imparf., ~Six, gén., piso-oç, adj. , médius, §. 3o, I , ~arâ^tov,ro'.

III. Lucullus,
le général romain 1, celui qui vainquit
le cerisier en
Mithridate
et Tigrane
2, importa le premier
Italie3.
des
le général, azpurnyô;
VOCAB.1 Tourn.: Lucullus, ~AEÚXOV)).Qç,
,
1 Tourn.:

la
8.
l'art.
constr.
V,
Romains, ~'PCùp.Ûoç,
Règle
p.
d'après
celui (§. 313) ayant vaincu, ~•/ATA'/WVIÇOF/CA,
debello,aupart. aor. 1 moy.,
,
§§. 119, 1, 10., et 102; MTOPTÂTXRRIÇ
,-OV, TTYPÂV^;,-OU.— 1 FIAXOPLÇU
propr.,je transporte (comp. de Ôta.,per), à l'aor. 1, §§. 119, I, 1°.,et 210,
~-ou,6.
I; ~7rpwro:,li<;,acc., 'hO:ÀÍ.rx.,, 'I.!prx.O'Oç,

VERBES EN ,

PRÉCÉDÉ D'UNE CONSONNE.
THÈME

J. Puisque les dieux
éril 2, je me tournerai
vie aux champs 4.

135

VII.

sauveurs 1 m'ont
vers l'agriculture

tiré des flots et du
3, et j'irai passer

—A
de ~È), à
VocAB. 'ERRET^>5,
~EO;
indic.,
CRWNIP,
-^POÇ.
~iÇccipiW
(comp.
,

2
l'aor.
Verb.
x
xt,
lia
XÙPIX,
~T0,
vi-jâ-j-joç,
CI.
moy.;
irrég. S. 247; génit.;
LTP
£7RW,verlo, aufut. 1 moy., §. 102; ÈTrÍ.,accus., apostrophe, §. 9;
-4 Tourn.: et j'irai, PA-ÎÎÇW,
vado, aufut. moy attiq., S.
n
l I5, 20., et 204; passant ma vie, etottpiôcd,dego, au partie. prés., dans
la campagne, ~ÈV,
dat., àïpÓ;, ó.
II. Léonidas ayant entendu [dire]1
que le soleil était obscurci
à
ar les traits des Perses 2, « Bon, dit-il 3, nous combattrons
l'ombre 4. »
1
VOCAB.
~àxoûw,
audio, an partie, aor. ; et le verbe suivant à
~Aewvûîïîç,
ó, ;1I'LntciCù(comp. ~snL,ob, ~<rxiâ
, umbra), propr., obuminf -2 ~JjXtoç,
TO,propr., coupde flèche; sur le cas,
)ro; à l'infin. prés.pass.; ~-côÇe-jpa.,
conslr. l'art. d'après la Règ.V, p. 8; ~nÉproy. plus liaut,
92,
Règ.
I
V;
p.
rn;, -ou. - *~^ap/siç, propr., agréable, au J'illg. neut., §. 35, sous-ent.
zzt liaxa:ad, ~sfri.- 4 Tourn. : parce que nous combattrons aussi, ~ÔTL
ixt, au fut. 2 moy. attiq., § 215 , REM., p. 195, 196; ~v7ro
, sub, dat.,
rxtcl,Y..
III. Un bavard ayant demandé à Théocrite 1 où il le verrait
c lendemain 2 : « Où je ne vous verrai pas, » répondit-il
3.
VOCAB.1 Tourn.: Theocritus interrogatus ab , ETC.; ©IOXPIROÎ,
ÈPWRÂW,
-ou. au fut. opt. moy., EMPRUNTÉ
~r.6
, gén., àdo~>,é<7/-Yi<;,
de
~G7ROU,
ÔOÀW,
2 17, à Ó?:/"d
; ~AÛPTOV.
~,§. 102, et Irrég.
—J OROU,
ÉYW
, AU,ego te,
vx, ,jic.), itilfui. moy., EMPRUNTÉ
DEOK-TW; lrYJ.

136

THÈMES.

VERBES

Méthode,

EN

MI.

§§. 128 et suiv.

VOIX ACTIVE.
THÈME 1.
I. Jupiter

arrange

tout 1 comme il veut a.

VOCAB. ~Zsûç,
riOriy.i, pono, §. 129, ~tâç, §. 35, omnia. —a07r»I, ori,
5éla,znc/.
II. A quoi les lamentations servent-elles
au mort 1 ?
VOCAB.1 ~Ttç,quid, accus., sous-ent. ~uTa; XW/VTOÇ,
ó, ejulatus, au
sing.; ~ovâw,juvo, accus., à mettre à la forme en ~fJ-L,
§§. 142, 4°
p. 141 et §. 252, p. 212; ~vexpdç.Comme en lat. : quid ejulatus juval
mortuum?
III. Aucun autre remède 1 ne soulage un lion malade 2, que
de manger un singe 3.
2
VOCAB.1Voy. §. 200, 3, et ibid. 1°.; ~YÂPPA/.OV,
comme
ÔVÂW,
TO.
au partie. prés. ~vocém,
haut, II, 1; ~Hw.,gén. ~Xéovtos,
plus
œgroto,
3Tourn.:si ce n'est, et
au part,
Ó,{3iêpJ)oy.cô,
~fJ-,un singe mangé, ~niOrixoç,
aor. 1 pass.; voy. Verb. irrég.§. 249.

à Chilon 1 : « Qu'y a-t-il de plus diffiIV. On demandait
cile 2? » « Se connaître soi-même, répondit-il 3 : car chacun par
4 s attribue à tort beaucoup de choses 5. »
amour-propre
VOCAB.1 Tourn. : Chilon interrogatus, ~Xnv èpwrâw, au partic, aor,
2Tourn. :
3 Tourn.: le con—
/aXeTroç.
quid difficillimum, dr;,
pass.naître soi-même,
accus.; voy. S. 281, 3; ~frjtxi,§. 148, REM
~6,
1°. - 4~exaaroç
~n,comp. pD,o,, ami,
7CC0,à l'accus., ~ÍnrÓ,
génit.; qnÀClvdCl,
~éauroG,soi-mème.-5~r-poq-riOniLe, addo, à l'inf. prés., 5. 129, comme
7t''JÀv;,lat., multa, §. 37.
dépendant du premier verbe; fLeXTY."J,
V. Solon ordonne [de] fournir [du] pain d'orge

1 à ceux
qui

137
VERBES EN MI, §§. 128 ET SUIV.
;ont nourris dans le Prytanée
2, mais [de leur] servir en outre
du] pain de froment les jours de fête 3.
farine d'orge, qui se
VOCAB.1 ~2Ô>WV,
*E>EÛW,
7rxpéxw»prœbeo, pxÇa, ~li,
2 Tourn.: aux nourris,
de
manières.
diverses
et
se
létrissait
préparait
3 ~Ci,

TO.
~èv,
7rpoç7rapaTiO»jfxt,
~1 aupart, prés.pass.;
dat., ~npyraveïov,
festum; sur le cas, voy.
insuperappono, à l'infin. prés., ~apro;, o, ~ÉOpTr.,
§.338,4°.
THÈME JI.
I. Dieu a posé cette loi-ci I : Si vous voulez quelque bien a,
tirez- [le] de vous-même 3.
1
VOCAB.
voy.oç.Remarquezque, avec l'adj.
~'O£ «OÇ,RT(BIP,
auparf, ~OVTOÇ,
démonstr., l'article se met en grec devant le nom; voy. ci-dess., p. 79, II.
—2 do, indic., ~Ss^w, T'tç, àyaôov,TO. — 3 XapSâvw,sumo,à l'aor. 2 impér.
sing.; Verb. irrég.§. 248. (Nota. Pour l'accent voy.§. 401, Except. I,
4°); rap gén.; pour le pron. rést., voy.§. 53.
II. Les anciens mettaient
aux morts 1 une obole dans la
bouche *.
VOCAB.1 O TraXxioç
, XARATTORIJU
, impono (comp. de ~xarâ,dans), à l'aor.
1 , §§. 210, I, 129 et 133, 2°.; à7ro0vw.w, morior, au partie, aor. 2
2 ~060lôç,ó, ~elç,accus.,
(Verb.irrég. §. 25o), précéd. de l'art. O''t''Ó[LCT.,
~5.§ 19.
III.
qu'un

1 de
facile
[Il est] plus
faire
bon d'un méchant 3.

un méchant

d'un

bon 2,

VOCAB.
~l'Pà^tov,pour~pàov, sous-ent. icrri, est. —2 rLQr,y.i,pono, à l'aor.
2 infin., ~xaxoç
, EX,xaxo';.
, èz, gén., àyaâo';. — quant, èaOléç
IV. Minerve 1 plaça dans le milieu de son bouclier 2 la tête
de la Gorgone 3.
—3 àvariQup, appouo (comp.
VOCAB. Voy.§. 15, NOMS
A
DÉCLIN.,
2°.
1
133,2°.; ~sv,dal., ~tuécroz,
adj., médius, §. 30,
de~àva),à l'aor. 1, §§. 129 et
~r..- 3 XltpO:ÀrÍ,
ccesirtç,gén. ~àffTri^oç,
~YÍ,
rop7&>v,
gén. roP1Ó'Jo;.Constr. l'art.
d'après le§. 314, ci-dess., p. 8, V.
V. C'est une loi de Thèbes I, qu'il
Thébain [d'] exposer un enfant 3.

n'est

pas permis

VOCAB.1 Tourn. : une loi thébaine est,~v!Í[Loç,ó, Sxêaïxôç, e,

2 à un
S. 64.

138
THÈMES.
- 2 on, que, ~ox el-eon, non licet, dat. - 3 Tourn.: à un homme
thébain, àvrin5>jSzïoç
, ~èxrLQripi,expono, à l'aor. 2 de l'infin.; ~nxiLO'J
,
't"ô.
1 les Phéniciens n'inventèrent
VI. On dit
dans l'origine 3,que mais qu'ils [en] changèrent
formes 4.

pas les lettres2
seulement
les

à la 3e. pers. plur., dicunt, ci-dess., p. go,S. 148.VOCAB.1 <}Jr¡,u.i,
2
à l'aor. 2 inf. Verb. irrég., S. 250, 1p::Í.
~svptaxu,
~CPoivt;,
gén. Poivtzo
p.3 è;, ab,

~PIA,
tO,§. 19.
lÍ, iniiÍwn. - (xUsc,piexaxîO/IUI
~ÀPX»5,
(comp. de
ó.
TÛTTOÇ,
[Ls't"ci,
165, JO, 210,1,1°.), à l'aor. 2 infin.; ~piovcv,
VII. -Le roi Antigone imitait en tout Bacclius ceignant
sa tête d'une branche de lierre 2, au lieu de diadème 3, et
portant un thyrse pour sceptre 4.
VOCAB. a'IITiïoo;, à ~fiuaiïivç
, litixiopul
, moy. contr., accus.; ~navra,
-ou. — 2 Tourn. : mettant autour,
sous-ent. ~xarâ, in omnibus; ~Aiovuo-oç,
circumdo, au partie, prés, net., un lierre, ~xLaaÓç,
Ó, à la tête,
~7rspiTt0*ip,
? jjpao;, ó, ~cini,
zsyain, ~7.- 3 ~ciné, pro, génit., diàârtpa, xo.—4 CP¿P(o)
axŸ,r.T
pov, ~rd.
1 et
2
J'admire
je juge très-sage
particulièrement
3.
Lycurgue,
qui donna des lois aux Lacédémoniens
VOCAB.1~MâXiffxa
dauuâÇu, accus. — Tourn.: et je juge être, etc., ~xai
duco, contract., ~etwZ,
à l'in/z/z., ao;,,);.-: Tourn.: Lycurgue,
~r!-ysoptat,
celui, ó, ayant posé, ~rLQr.y.
1(aupartie, aor. 2), des lois, ~vdjzo;,
~AuzoOpyoç,
ó, aux Lacédémoniens, ~Aaxetfaiaovioç.
VII

THÈMEIII.
2 ce
fait le rossiferais
I. Si j'étais
rossignol 1, je
que
gnol 3; si [j'étais] cygne 4, je ferais ce que fait le cygne: or,
maintenant
5, il me faut louer
je suis un être raisonnable
Dieu 6 ; cet office est le mien 7.
VOCAB. Et, indic., ~et PU,à l'imparf. indic. moy., S. 64, Rem.; à>jôwv,
~r,.—- ~7TOI
£W
, à l'imparf. indic. contr., avec av ; voy.§. 366,
gén. àïi<ydvos,
]. — 3 Tourn.: les choses du rossignol , ~TàTli, anâôvo'ç, sous-ent. ~epya,
6 Tourn. : il

1

~vûv
d
i.
5io.
ó.
"Ao^txoç
i
iut.
xû/.voç,
opera, voy.§.
faut, ~dit, moi, ~i'/w,ncc., louer, ûuvsw, Dieu, d 8¡;Ó;.—7 ~oûro;,spyov, ~70,
ITPTT,
£'/&>.Voy. plus haut, p. 80, Règ. V, 1°., et p. 79, II.

139
VERBES EN MI, §§. 128 ET SU1V.
II. La multiplicité des maîtres n'est pas bonne 1 : qu'il ny
rit qu'un maître 2, qu'un roi 3.
multus, ~xoipavoç
VOCAB.
~1no).uxoipavt*î,comp. ~NOLVI,
, princeps; ox Ettici
~yaôoç
; sur le genre de l'adj., voy. plus haut, p. 56, §. 294-—2 Tourn.:
qu'il soit, «tpi, impèraleis ~xotpavog,~eiç~:xafÀev,.
d Ill.

Si vous êtes studieux

VOCAB. ~'Ec;(v,
subjonct.,

1, vous serez

savant

~£tj*t,au subjonct. prés.,~

2.

2 ~7ro).u-

chantent des péans 1 lors
u' ils marla-Qii.
IV. Les Lusitaniens
lorsqu'ils
q
jv
chent 1 en bataille 3 à l'ennemi 4.
VOCAB.1 ~Aouâtravôç,les Portugais, ~eew(contr. de ~àsiSco)
, ~raiâv,gén.
raiâvoç, o, hymne guerrier. —2 ~orzv,siibj., ÎTTÎIUL
(comp. ~èni,contre,
— Tourn.:
tpt, je vais), au subj.prés., §. 147; dat. — ~iv,dat.,jj.i.yv,~>3.
iceux rangés contre eux,~àvriTâuo-w,contra-ordino, au part. parf. pass.,
¡S. 119, Il, 1°., 104 et io5.
.,

1 route qui mène aux enfers est facile
£ .1 2;
V V. Bion disait1 que la
L
;ar on la fait les yeux fermés 3.
2 Tourn.: disait

VOCAB.Bi~w-.,,,?àcrxw,
facile, ~evxoÀoç,
diciiio.
§. 3i,
à route dans l'enfer, ~ôrJÓ;
, ~ri,~si."acni;, -ou, ~Ó;avec cette tournure, on
ious eut. ~çpspouT
a, conduisant. Sur ~ci;, joint à ôy¡;, voy.§. 374, I; et
onstruisez l'art. d'après la Règ. V, ci-dess., p. 8.—3 Tourn. : car [les
lommes] aller elle, ~eV'j§• 147 (à l'infin. comme dépendant du premier
rerbe), ~aùto;,à l'accus., d'après le §. 343, I, fermant les yeux, xarapiw,
part. prés, accus.
p
1 mais
le
de
Marius
VI. Nous ne connaissons
;
lui,
pas
père
flous [l'] admirons pour ses exploits 2.
- 2 cr.,j,Óç~Siy
VOCAB. ~OOx
lar^i, § Il)9' r.éI,:nÍp, 29, ~Màpjoç ~v.sv.
~ôd, accus., ep'/ov,ro , facinus, res gestœ.
&avpà
£ w,
THÈME IV.
I. Tantale

reste desséché

dans le lac

VOCAB.l'0 ~TâvraÀoç
(voy ci-dess., p.(), Règle VHI),
Èv,dat. ,~ , r,.
uirf , §. 135; :XÙQÇ,
II.

On a élevé

des temples

et des autels

~Inny.,sto, au

à Triptolème a,

140

THÈMES.
parce qu'il nous a donné les aliments adoucis [par la culture 3]j
mais qui de vous a bâti un autel 4 à celui qui a trouvé la vérité 5 ?
VOCAB.1 Tourn. : erexerunt, ÀVÎARWT
à l'aor. 1,.
~ÀVÂ,
(comp.
sursum),
2
135.
S.
~iep
OV,rd, Pwudç, 0, ~Tpt7TTdXsfA0Ç
, -OU.- 3 ~Ôrt,SlâMUljdat., à
l'aor. 1, §§. 133 et ~138
doux, adouci, §. 31. - 4 ~RI
j TpOtpYÍ,
>5,SJ^EPOÇ,
O.- 5 Tourn. : au ayant
Ci, aú, gén. plur., ~iâpio, à l'aor. moy. ; ~PWFIOÇ,
trouvé, gùfjtaxw,au partie. aor. 2. (Verb. irrég..
230) la vérité, ÀX>
Gsja, ~vî.
III.

Des

gens entourant
Diogène, qui dînait sur la place
1:
lui
disaient
sans
cesse
Chien, chien a! « C'est
publique,
vous, leur dit-il, qui êtes des chiens 3, vous qui vous tenez
autour 4 de moi quand je mange 5. »
VOCAB.1 Tourn. : à Diogène dînant, AÏOYÉVRJÇ,
~-ovç,~"pta.ciCo), contr.,
sur la place publique, ÈV,dat., ~ÀYOpz,
V5, les entourant, ICEPIIARNUT
(au part.
sans vcesse,aU'JiXYÍç,
au neut.
parf, avec syncope, §. 222), disaient, ~XÉYW,
adverbe d'après le §. 160.—2 Voy.§. 185, 5°. —3 Tourn.: mais lui, il
dit (VOY.§. 3I6): VOUS
—4mpiÊTES,EÏPU, chiens, qui vous tenez, etc.
5
au parf.; avec L'accus.,régi par N-SPT,
circum. — Tourn. : de
IOTJÎJAT,
moi dînant, ~1 KpKTT&M,
au partie. prés. contr. à l'accus.

IV. Les hommes n'ont pas même laissé 1 l'air libre aux
oiseaux 2, [leur] dressant des piéges et des filets 3.
- ÀRÎP,
À

208
,
l'imparf;
voy.
§.
gen.
VOCAB.
1
3
, ~Ó,
èdpo;,, ~Ó,~nevOepoç,
§. 30, ~opviç
~voy.§. 21.— ~i.a-'YJ¡IJ.t,aupartie,pMs,;
~Yi,
VE^ÉXV]
, ; espèce de filet très-délié et très-mince,
RTAYIÇ,
gén. 7RAYI<ÎOÇ,
ce qui le faisait appeler du nom du lluéevepÉÀ'II.
les hommes de son
V. On dit 1 que Saturne fit passer 2
3 d'un état
sauvage 4 à une vie civilisée 5.
temps
VOCAB.1 Tourn. : dicunt,~Xéyw. — 26 Kpovoç,~pgStornjxt,Iranspono,
— 3~avOpwn-oç
de son temps, voy. ~Ka-rà,§. 375, II.
à l'aor. 1 infin.
;
pour
,
7.. —
l!
l!
- 4 ~EX,
5
30"

.,
~vj,
etç, accus., p.
,
Pio;, o,
§. i5,
~àypioç
, §. 3o.
gen. <?îaira
fyepo;, §. 3i.
THÈME V.
des choses qui ne sont pas
[. Dieu ne donne 1 aucune
bonnes 2; mais celles-ci sont un don de [la] fortune déraisonnable:

141
VERBES EN MI, §§. 128 ET SUIV.
VOCAB.1 ~0«o{,disait.— 2 Tourn.: aucune des choses non bonnes,
3

~TO
au
au
neut.
neut.,
IOCCIÇ,
200,
3,
~ur,
XC1.ÀÓv,
«Maf ovplur.
gén.
§.
r;, aloyoç, < 31.
~D; , ^upiâ,
aux dieux une manière
de vivre
Homère
attribue
impie 1.
,
1
0
1
VOCAB. ~1"Oyrtpoç,ùnodiiïo)y.i
, ~Seôç,iïîcura, ~), ~G(1fÀoo;,
;
§. 178,
ontr.
II.

III. Accordez
bise a.

aux [hommes]

bienveillants1

[d'user

de] fran-

VOCAB. ~tCwiLt,do, à l'impér. prés. sing. contr., S. 142, 5"., eu ~ypovéw,
~ilpartie. prés. — * Tourn.: la franchise, ~7rappï]<xia,
>7, comp. ~7ràv,tout,
;'6>,je dis.
IV. Un certain gourmand mangeait sa bonne chère 1 avec
le plus chaude possible à
les
2, afin qu'il pût la porter3
gantsg ue 5.
a 4 lan
Tivew,
déç,ot-e) , iaoiw, ctyov,
i-oti
angue.
y,,~
Ttç
je
je
~(de
ge,
VOCAB.TlvGr,;
ri? (de tsv^cj, TÉVÊw,/e
rouge, je dévore), èaOtw,
2

:
Tourn.
0.
ayant, lXCo),des gants, ~tfaxTu>Ȕ0pa,
>7. —3 ïva, ut,
, calidus, au superl.,
prés. — 4 ~M?,quant, et Seppôç
iva^t^wpi,
à
omme en latin, quam calidissimum; voy.§. 3o4, 2. — 5 Voy.ci-dess.,
81, 3°. ; 7>wTta, li, audate
V. La nature nous a donné les larmes 1 [pour] consolation
les malheurs 2.
ans
VOCAB.
1 <I>û<riç, R5,~àiSwui,à l'aor. 1; ~àdxpvov,..ô. - 2 7TAPAPRÔTA,
~èv,
~"ÍJ,
fils de Japet 1, donna le feu aux hommes 2.
VI. Prométhée,
~b/., »i, au /j/wr.
2
1

~
viÓ".
VOCAB.
~'Icxnfràç,
~diSu
pu, à l'aor. l, TTUp,
TO, av~npop.YJGdç,
wiroq.
1

VII. Les Phéniciens ont transmis

les lettres

aux Grecs l.

VOCAB.1 ~(DoiitU
o-én. ~4>omxoç,
-r^pxâiSoiui,trado (conip. de ~7rapâ),au
-rjvoç.
~>ar/i
; ypàt*pa, 't'ô, ~"EHr¡v,
~I
, VIII. On dit
demanda à Socrate 1, qui lui renqu'Euripide
en pensait3, et que Socrate
un
ce
écrit
d'Heraclite
2,
qu'il
dait

142
THÈMES.
lui répondit 4: « Je crois excellentes les choses
que j'ai comprises 5, et même celles que je n'ai pas comprises 6. »
VOCAB. <briuî,
g. 148, ~Eùpi7ric?nç
, ~-ou,~ipicroote,interrogavisse, inf. aor2; ~accus.; 2&x*p«t/îç,-ouç.— 2 Tourn.: ayant rendu, Kn-o~~Mpu,
au part
aor. 2,
-ou. —3 Tourn.
138;Ti;" quidam, O"v"llpC1.fLP.a.,
~.Ó,v'Hp:fÚEtTOÇ,
Tourn. : mais lui, §. 316;
, dWw, au prés. indic.¡
quid videtur, ~TLÇ
5

avoir dit, ~?»)/«,
Tourn.: quæ quidem intellexi, prœstantia
§. 148.
et de ïY¡[Lt)
~8e;
à l'aor. i, §§. 144 et 133
Miv, ~(Tuvlnui
(compos. de ~aùv
au nota; ye-jvuïoç, §. 3o. — 6 Tourn. : puto nero et quoe non intellexi
~oïpai~rU,~ai.~oç,[LYJ
~ewîvut, comme plus haut, mais en sous-entend. £hcc
yevvocta.

IX. Un chevreau , qui se tenait1 sur une maison 2, ayant vu
passer un loup 3, [l'J insultait et le raillait 4; mais celui-ci [lui
dit 5 : Mon cher6, ce n'est pas toi qui m'insultes
mais c'est les
lieu [où tu es] 7.
VOCAB. Tourn.: un chevreau, ~é'piyoç,
-ou, se tenant, ïO"'nifLL
, aupart.
2

222.
act.,
avec
parf.
syncope,§.
~èirt,gèn., ~tîç, pia, tq. — 3TOUrtl.
à l'aor, 2, Verb. irrég.§. 247,un lop 1
comme, ~èneiSr,,
indic.,il vit, ~6pxw,
~>ûxoç,-ou,6, passant, ~7râpeipu,propr., transeo, §. 147.— ^oirîopiw,xat.
~(TJtwTTTw,
zvzoç.—
3 v6t? s, §.316, r¡Yi{1.Í,. 148,REM. x". — 6ril ~ovro;
; ~voy„
7
§. 587, 5.— Tourn.: non tu me lacessis, sed locus, ou, (J'ú,~iï), ~Xoiiîo
Ó.
~à),Àa,toVo;, - vOU,
psCo),
THÈME VI.

1 corrobore 2;
1. Le vin pris modérément
mais pris en tropr
il affaiblit 3.
grande quantité,
VOCAB. Tourn.: le vin pris modéré, ,
~Ó.Xapëàvw, au parties
aor. i pass., §. 101, et Verb.irrég. §. 248; f/.erp-oç.fiûvvvui, §§. 1411
et 251. - Tourn.: mais trop copieux il relâclie, ~ttoKi;
âè, au comparai.
comme en lai., §. 198, 10.,7:":l.pÍr¡,tJ.!
(compos. de~raoâ), propr., remitto„
§.144.
Il. La plastique 1
les figures des dieux,
représente 2
hommes 3, et quelquefois même des animaux 4.

des?

VOCAB.l nÀa't'Xy., s. ent. rixvw, l'art de modeler.— ~s«îetxvupit,§. 141..
— ELJOÇ,
Td, §. 22, ~Sîo'ç
, âvCpo)-o;.— ~jY2t èviore xac,5n'p, gén.Snpôç, ~Ó

Le langage de la vérité 1 est simple de sa nature 2.
~ï.—2 Tourn. : est de sa nature simple, yuM,,
VOCAB.1MvOor,o, ,¡,y;r)¿¡(J.,
Il.

143
VERBES EN MI, §§. 128 ET SUIV.
; fais naître, mais au parf. et à l'aor. 2, je suis né, je suis tel de ma
; voy.§. 141, REM,
àture; mettez ici ce verbe à l'aor. 2, formé de ~fOai
°.; simple,~âTTÀooî,
§. 178, 1°.; contractez.
la
IV. Rien n'est moins sûr que la mer 1; car, donnant
elle la reprend 3, mais elle enlève
ichesse 2, [non-seulement]
5 avec de
ussi la vie 4; et tel s'est embarqué
grandes rihesses 6, [qui] ou a été englouti 7 avec elles 8, ou s'est sauvé
tu 9.
VOCAB. Tourn.: rien, [x>i5év,
[n']est plus infidèle, ~anuj-coç,que la mer,
2
~>î.
~rtStout7«p, au partie, prés., §. 138; ~nîoi/Toç,Ó. —
Tourn : elle s'en empare de nouveau, ~xilt-j àyatpÉ&>,au moy. contr.;
iccus. —4 Tourn.: et avec elle, ~sTx, gén.,~aùro'ç,elle enlève, ~àyxtpéw,
- 5 Toiii-ii.: el quelqu'un embarqué, Tiç.
~YÍ.
,u moy., les âmes, ,
~a»a7oj^at,
propr., feror in altum, au partie. aor. 1 pass., §. 101. —
i ~T0\§. 19. —7 1 ovfKcnaiïii-jM
~fttra, génit., ~nl)Àvç,mullus,§. 37, ~XP'^Fa
bas), à l'aor. 2, formé de~<îûpt, subeo;
pompos.de avv, avec,8 zarà,
mais au dat., régi par ~uvv, con141, ItEM. 4°. Répétez ~-

1 V. La salamandre
ders le feu 3, l'éteint

4.

à ce qu'on dit 2,

[en] marchant

à tra-

— Tourn.: comme on dit, ç, /fYAp.Í, 18.
~îî.
VOCAD.
Saia/xàviîpx,
[
r-:t pa(JiÇ'o, au parlic. prés., ~a,ci,gen., ~Trùp,
,
gén. 7rupo'ç.- 4 *a~v.tqs-jvuui
141 et 251 Répétez le feu.
j§.
VOIX MOYENNE.
THÈME

I.

1 la ville de Thèbes
I. Lorsqu'Alexandre
prit
:outes les personnes libres 3.

a il vendit

VOCAB.
1 ~'Ors
, in dic., 'A .!:' -1'~po:,atpsw,à l'aor. 2; Ver b irrég. §. 247.
etet constr.
constr.
, 0~6x!o;,
— Tourn.
nokiç,
: la §.ville a3,des Thébains,
©riêaloî,
Vart. d'après la Règ.V, ci-dess., p. 8 et p. 12, Rem. - 1 ànoSi'SviAt,à
l'flore 2 moy., §. i38, seule voix où ce verbe ail ce sens; ~Ó
sisûSepoçrr(¡ç,
feu masc. plur., sous-eut. xvScmttoç.
Il.

Le courage

1 le nom à Hercule
imposa

2; car il fut appelé

144

THÈMES.
Hercule 3, parce que [ce fut] à cause de Héra
obtint la gloire [cléos] 4.

[Junon],

[qu'J il

2

à
l'aor.
2
moy.
VOCAB.
1 ~'ApsT»j,
>5,Tiôflfu ,
ïrpoçjjyopia,rî, 'Hpax/ij;,
3
~Trposocyopevu
§. 181, III.—
(comp. de~irpoç),à l'aor. pass.~; 7x0. — 4 ôti.
~châ,accus., HpC1.,rt, eXw, habeo, à l'aor.2; Verb. irrég.§. 250;~xliog,
~TO,
§. 22.
La loi dit1 : Ce que tu n'as pas mis en dépôt2, ne [le]
prends pas 3.
VOCAB.
1 ~Nôftoç,Ó,li7o. - 2 Õ" ausing. neut., quod, xataTiS^t (comp.
de~y.arâ), depono, à Vaor. 2 moy., §. 129, avec contract. de la termin.,
—3 ~P*ÀC1.[LbcX'JCo),
à l'impér. prés.
142,7°.
§.
III.

IV. Xénoplion faisant un sacrifice 1, un courrier vint de
Mantinée 2 lui dire 3 que son fils Gryllus était mort Á. Il
déposa
6
sa couronne 5, et il continua le sacrifice
: mais après que l'envoyé eut ajouté 7 que son fils était mort victorieux 8, Xénophon
remit la couronne 9 [sur sa tête ].
VOCAB.1 Tourn.: à Xénophon sacrifiant vint, etc. , ~Zsvoywv,
génit.

2
~risayyslo;, ^xw,à Vimparf.(i), èx, gén. Mxvtivsix.—
SsvoçpwvToç
,3u».
3 Tourn. : disant,~"kiyw,et le verbe sui v. à
l'infin. - 4~vÍé;,ÓrpvuoÇ, 3v>}
au parf de l'inf. avec syncope §. 222, et Verb. irrég., §. 250. —
~(rxw,
5 Tourn.: et ille
déposuit quidem coronam, ~xonèxeivoç(avec apostrophe
et contr. ou crase, §. 174, III) ; èmo't'l6YJ[Lt
~pév
(comp.~deinon de), à Vaor. 2
~6.—0Tourn.: mais
moy.,§. 129, pour l'adj. poss.sa, §. 352, 3°., ~uxêfxvoç,
il continua sacrifiant, jiaTsXiw~Ci(comp. de J'te.:.,per), perjicio, à l'imparf.,
3vm.—7 Tourn.: mais après que, ~elret
ez, l'envoyé eut ajouté aussi cela, Ó
de npoç), à Vaor. 1, §. 129, xoct~ixiivoç,au neut.,
uyyskoi , ~7rpoçrî0/jpt
(comp.
8 Tourn.:

V.
45,
§.
qu'il est mort vainquant, ôti, Svjjo-xw
, au parf.,
— 9 Tourn.: de nouveau,
rerb. irrég,§. 150, ~vizâw.
jtâXiv, Xénoplion,

Sevoyûv(Voy.ci-dess., p. 9, VIII), se plaga dessus, èirtridriui, impono
à l'aor. 2 moy., la couronne, ~orsçpavoç,
Ó.
(comp. de sn-î, ~Tie"llfLt),
THÈME II.
I. Hercule, ayant dompté le lion de Némée se
peau 2, et se servit de sa gueule [pour] casque 3.

vêtit de sa

(1) Le verbe ~»ix«,
je viens, à l'imparf., a la valeurdu parfait,
n'a pas la forme.

dont il

1 43
VERBESEN MI, §§. 128 EN SUIV.
ix Nspiaç ÀÉWJ,
VOCAB.l 'Hpn)ÿ¡ç.i'yp¿°[LlXt, moy., au partie. aor., ~Ô
2

Tourn.: se vêtit la peau, ÀUYISWUP
V.
, à l'aor. 1
~ OVTOÇ;
voy. p. 8,
moy., augm.,3 §. 210, II, et Verbes irrég.§. 251; accus., §. 352,2°.; ~YÍ
I.¿')~rJop.~xpâcyzi,à l'aor. 1 moy.; dat.; ~rô5s yckaux,rictus autem,
a:.()v;, -eoÇ,~Yi.
II. Les Athéniens placèrent 1 le Pirée [comme un] comptoir2
au milieu de la Grèce 3.
VocAB. 1 'A0T)vato;,
xaOïsTwai(comp. de ~xarâ), à l'aor. 1 moy., §. 135,
les Athéniens agissaientainsi pour eux-mêmes; voy.§. 302. •—
parce
que
2
~ro.—
s èv,dat.,u£ aov,
~IL-ipcueûç,
ô, pour l'accus.,voy. S.182, IV; ~êpurôpiov,
~ré, médium,'E).H;, §. ig.
III. Aucun vice ne s'engendre dans un homme 1 qui a posé
a la modération et la
3.
sa
de
vie
bases
tempérance
[pour]
,
VOCAB. ~oàiç,. 200,3, Y.'l.,)U)"",
tô, ^ûw,au moy-~, èv, iv/îp, §. 29.—
Tourn. : s'étant posé, ~ridnpt,aupartie, aor. 2 moy.,~S. 129; sur l'emploi
de cette voix, qui tient ici lieu de l'adj. poss., voy. §. 352, 3". ;$ £ u.thov,
, v).
~T0,ptoç.—* GMfpotrrjri
1 rî, êyxpateix
a à Tcnos une fontaine 1 à l'eau de laquelle le vin
IV. Il
ne se meley pas 2.
VOCAB. Tourn.: dans Ténosest une fontaine,~E'v,dat., TJJVD;, ~-ou,siptt,
Xry.'JYI
(Ténosest une des îles Cyclades). —2 o; (ce relat. construit devant le
nom son complément), ~û#wp,
gén. ~Cdccro;,70 , oTvo;,0, où filyvuu.i, au
i/ji.
V. Athènes 1 la première se donna des lois 2 et s'établit un
gouvernement 3.
1 Tourn.
VOCAB.
: la ville des Athéniens, ~t;, r,, WOrrjy.lo;
; voy. ci-dess.,
2
p. 12, Rem. ; et construisez l'art, d'après la Règ. V, p. 8. — riQkui,à
—3 v.xQiv-vy.i
~Ó.
l'aor. 2 moy.; propr., se posa des lois, VÓ,U.?;,
(comp. de
~, *
à l'aor. 1 moy.; ¡;'oÀtntCl.,
,
)
7.'t':X
VI. La vertu l, quoique l'on soit mort 2, ne périt point 1.
— ~RAV
VOCAB.1 t\pITYÍ.
l'aor.
(p. xal av)3n; , etsi quis, subj.,
2 du subj. ; Verb irrég.§. 25 o. — ~oùxùkoTa-jui
, an près,indic. moy. ;
voy.§. 141et Verb.irrég. §. 251,au mot~a).).u;/t.
VOIX

PASSIVE.
THÈME 111.

I. Nous avons vu des hommes l qui ont rIt,; honteusement
et de chevaux 2.
affligés de la mort de chiens
VOCAB.l 'op:x(,),auparf.; sur l'augm., voy. §. 208, 7".;

10
Thèm. fU', Ire Part. Elèves.

146

THÈMES.

Toum.
: qui, CÇ
1 à la mort, ~S'avutoç
, o, dat., de chiens, ~xûwv,o, Irrég.,
§. 185, 5°., et de chevaux, ~xatÍirr.oç, 0, propr., furent disposés, otariOyi[x
à l'aor. 1 pass., §. i33, honteusement,~atff^owç, par la dou(comp.de ~JLel),
leur,
eur, V7rO,gen., AV7n¡,
, 'II.
,
¡
On dit que le berger Daphnis 1,
après sa naissance 2, fut
exposé sous un laurier 3, d'où il prit aussi son nom 4.
VOCAB.1 Dicunt,~liyw,Aâ<j>viç, gén.~Aa?vi<?oç,§.21, ~Ó
povxo'Xoç,
propr.,
J

bubulcus, bouvier; acc.
au part. aor. 1
Tourn.: ayant été enfanté,
~tixtw,
pass.; fut., Irrég.§. 252, et format., §. 101. — 3 ixtéonitt, à IW.1 infin.
pass.; sv, dat., elp'¡/YJ,.;¡. - 4~îosvxat, ).apiSâvw, à l'aor. 2, rerb. irrég.
§. 248; ~Svoftx,to, §. 19.
II.

le [fils] de Philippe,
III. Ceux des amis d'Alexandre,
qui le
recevaient
x, doraient la partie du dessert qui devait lui être
servie 2.
VocAB. 1 Tourn,: ceux des amis, ~ftloç, Ó(vor. plus haut, p. 57, §. 298),
recevant dans un repas, ~eartaw, Alexandre, AisEavdpoç, le [fils] de Philippe,
— 2 Tourn. : doraient,
3io.
voy.§.
neptxpvr¡ÓCo)
(comp. de ~mrA
, circum,
§. 210, REM.1°.), le devant être, tô uéllov (partie. prés. de pi>.&>,je dois),
servi, r,"'p-z.WY¡fl.t,
appono (aufut. de l'inf. pass., 5. 135),des desserts,
rpàyr.pot, ~TO,
§. 19.
en Macédoine son repas de noces 1,
vingt convives [y] avaient été invités 2 ; et dès qu'ils eurent pris
une pour chacun, leur furent
place 3, des coupes d'argent,
présent 4.
données [en]
éariâw .'&.[Lov;,mot à mot, je festine les noces; au
VOCAB.
1 ~Kâpavoç,
2
absol.
gén.
vingt, §. 42, ~àvrlp,§. 29, cuyxtx/EM,convoco, comp. de
trOv,cum) , au plus-que-parf pass.,
§. 96, J'env. 1, par circonlocution,
3
§. 105, Rem. 5°. — Tourn.: quibus et accumbentibus statim, etc., au
dat., ~xat,Óç,xaraxiivw, aupartie, aor. 1pass., §. 121, 3"., et §. 122, 1°. ;
~4~y£â^>j, li, àpyûpsoç, argenteus, §. 178, coiziract. Et; , unus,
au dat.; di$o>[ju, à l'aor. 1 pass., §.140 ; $o>pzi.f
§. 41, ~exaeroç,
, à mettre
par apposition avec çiaXïj.
IV.

Caranus

célébrant

1 avec
V. Hercule ayant poursuivi le sanglier d'Erymanthe
des cris à travers une neige épaisse 2, le prit dans des lacs quand
il f ut épuisé de forces 3.

VOCAB.1 'Hp",Ùÿ'ç,
100; ~xcipf);Óipv!ftc:,xCo),au partlc. aor. 1 act.
~pivGtoc,
aper erymanthius adj. - 2 ptri, gén., x^av/jS,r|, sing., ~eiç,acc., 1
, 57,1roÀ;, multus,§. 37. — 3 Tourn. : illaqueavil remisXfc:,,¡/,
gén. ~%iovoç

VERBESEN MI, §§. 128 ETSIIV.
147
sum, ~c/*6po^iÇw
(comp. de ~èv),à Vaor. 1, §. 119, I, i°., et § 210, 1,2".;
.~trapinut,remilto, resolvo (comp. de nizpà), au partie, parf. pass., §. 144.
THÈME IV.
Platon dit à Aristippe 1: Il a été donné à vous seul 2 [de]
I.
bien porter [le] manteau et [les] haillons 3.
VOCAB.1 ~nXarwv,
accus.
£«•&>,à l'aor. 2, §. 221, 20., et REM., ~IZ
p
ôç,
~1
3 ~su
au
l40;
~ftôvoç.—
£Co)[J-t,
pass.
,
§.
p xl ^AptiTTi7riroç.—
parf.
~37
'p.vr;,gén. ~XÀa[Lvaor;,
(la chlamys était l'habit de dessus des hommes);
,phor;, ~TO,
§. 22, au sing. Le mot Xh[Lv; désigneici ifgurément l'aisance,
l'opulence, et ~Py.oç,la misère, la nécessité.
II. Pythagore disait 1 que les deux plus beaux attributs qui
aux hommes par les dieux, sont a, dire la
faient été accordés
vérité et faire du bien 3.
— 2 Tourn.: ces deux choses-ci, hæc duo,
VOCAB.1 ~ITUOAYOPAÎ,
liyw.
~Júo,(;,or;, avoir été données, iïiiïvui, à l'inf parf. pass., §. 4o, les plus
belles, y.otlô;y
; voy.
g. 40, aux hommes, ~avOpw^oç,
par les dieux, ~h.Oewv
~re,et le bien faire, zùeo§ 347, 1.- Tourn.: et le dire la vérité, cÛ.y¡OgvCo)
7«t£w, benefacio, à l'inf., précédé de l'arl. neutre; voy.§. 281, 3.
des lettres 2 fut donnée aux
III. On dit 1 que l'invention
Muses par Jupiter 3.
VOCAR. ~Aé-yw.
Voy. ci-dess., p. go, Règ'. III. — ~Evpïci;,~i.,g. 23, à
, ~ri,7raoa,
l'acc., ~ypiuuX)
TO, §. ig. —3 âiiïwut, àl'inf. aor. 1 pass., ~Movyy.
génit., ~Zeû:,Irrég., S. 185, 1°.
IV. Le vin est très-utile en médecine 1; car souvent il est
mêlé aux potions médicinales 2.
VOCAU. ~Oivo;
sous-ent.
, ~0,alizi, ,
~sig,pour,ace., i::t,"ptz"'¡,
ZOMXXQV
, soi'ï.Y/, art. — roÀXéxtî',zp, xspâvv-jui, §. 141, rIat.) TTOTOV
bile medicamentum.
un temple 2
V. On montre à Rome 1, non loin du forum,
où 3 sont placées les images 4 des dieux de Troie 5.
VOCAB.Tourn.: un temple, 'J2';);,dans Rome, ~èv,
dat.,~'Vûy.r,, est montré,
- où ;;(,¿r¡(,),gén., ;"1,,;.;. ~r.Tourn. : dans lequel, ~èv,~ô;,
'j £
~—
•î y.il'-Lj'ii,jacro, 150, îïv/«v, j.'riut. ¿:;:'J';:, .,:, - Tcurn. : des dieux
troyens,~TCVÏZO;
Sî'j;. Nota. Il s'aagitici 'les dieux qu'Enéesauva de l'incendiede Troie, et qu'il apporta en Italie, où ils étaient conservés à
llome dans le temji!<le Vesta.
+
*10

148

THÈMES.

VERBES

IRRÉGULIERS.

THÈMES
SUR QUELQUES VERBESIRRÉGULIERSOU DÉFECTIFS.

Méthode, Supplément,

S. 246 et suivants.

THÈME I.
1 tomber au
pouvoir [des] corbeaux qu'au
2: car les uns 3 dévorent [les] morts 4, et
pouvoir [des] lfatteurs
les autres, [les] vivants 5.
1. Il vaut mieux

VOCÀB.
1 Tourn.: il est meilleur, ~àyaôoj,comparat., §. 197, 1°., et
ci-dess., p. 57, §.297. —- Tourn.: être tombé dans [les] corbeaux que dans
à l'aor. 2 inf., §.252, ~d" accus., ~*opaÇ,gén. ~zopaxoç
[les] flatteurs, ~7ti7ttw,
~Ó,
gên.~xôXaxoç.- 3 Voy.§. 315 , 1; ~7ap.- 4 èaôt'w,vexpoç.

- 5 ~Çxw
, au partie, prés., viventes.
II.

La grêle, étant tombé avec violence 1, a ravagé les
champs de blé a, et il n'y a aucun remède contre la famine 3.
Vocab. 1 Xa),aÇa, , ~Trinrw,
au partic. aor. 2, §. 252; PXPIWÇ,
propr.,
2

pesamment.
~ànaveipu(comp. 2 de ~àn-ô),propr., decido, je coupe, je
tonds, à l'aor. 1; ~hiïo'J, ~76.— Tourn.: et aucun remède [n'est] de
famine, xoct
to, Xt(uoç, ~Ó.
§. 200,3, ~yap;xaxov,
III. Un soldat
dit à Pélopidas 1 : « Nous sommes
ayant2
bés dans les ennemis
enneMIS
: » « Pourquoi plutôt, dit-il3,[nous
eux 4,] qu'eux dans nous 5? »

tomdans

Vocab. Tourn. : un des soldats ayant dit à Pélopidas, ~dnetll, au
partie. aor. 2, §§. 221, 20. et 247,2 ~fiç, orpanwT»!;,gên.,~irpo'{, accus.,
de Èv), incido, au
~Il6>o7ri^a;,~-ou;génit. absolu. ~£/*7ri7rrw
(
comp.
3 ~ri

aaXXov,çruiV/magis, ~stirsiv,à l'aor.
parf., §. 252,~£Ï;,acc.,Tro)éwio;.
? ~si;, c'/M.
2, §. 221, 2°. - Sous-entendcz ces mots.- 3 ~v, Èxeîvo;

149
VERBES IRRÉGULIERS, §§. 246 ET SUIV.
IV. Ninus épousa Sémirainis x, la plus illustre de toutes les
femmes2 dont nous ayons entendu
parler
3.
l'aor. 1, voy. Verbes,irréguliers
en Eil,
Vocab. 1 ~Nîvos,7à
2 ~êmfuvïiç,~axai,
accus.
21.

S.
Sa/xioa/uc.,génit. Ze/xipâfiuîoçt
3
Tourn. : que nous avons
§. 37, 1\111,gén., Irrég., §. i85, 2°.—
K.
253, par tradition, ~Ô" au génit., par attraction, d'après le §. 287,
reçues
~irapoc>«p.Sava>
(comp.de ~îrapa,ab ),au parf actif, avec redoublem. attiq.,
§§. 206, III, et 248.
V. Caton disait
qu'il avait pris plus
de jours en Espagne.

de villes qu'il n'était

*
VOCAB.~1'O Kc.>lI, fimt,,
1
48. — Tourn.: dit lui avoir pris des
villes plus nombreuses que les jours qu'il passa en Espagne, kùtoj, au
de l'infin. act. , redoublem. attiq.,
nom., S. 280, laMCdVW,
au parf.
au compar. , plures,§. 198, 1°~.,710)15,
resté
§§. 206, III, et 248,
[Lie(J.,
~b,~ic,au génit., par attraction, d'après le §. 287, Siâ.f<ù(comp. de~c?tâ,
~er), dego, à l'aor.' 2, avec redoublem. attiq., §. 209, 2°. ; iv, dat.,
icnpL,Qt,-ctç..
L'hiver est rigoureux 1 : la neige couvre tout 2, et nonseulement les fauteurs 3, mais aussi les cavités de la terre 4 sont
VI.
b lanches.,
VOCAB.
1 ~lloÀù,à ~xttfuhv,multa hiems. — 2 ~XLcd'J,
~YI,
~xaraXauSxvu
(comp.
3
de ~xarà),propr., ocqupo, au parf. act., §. 206,111, et S. 248. — Tourn.:
et sont blanchesnon les hauteurs seulement, mais aussi, etc., ~xai~ieuxaypropr., être blanc comme un arbre enfleurs, où ).ÓcpG,~ÓfLQvov.
4 ~itÙkttuij
cavum, 7^,ri.
~70~XQUOV,
Vit. 0 Génie1,
auquel je suis
BiÇw*
es
cruel 3, et [que] tu m'affliges 4,
à la pauvreté 5!

tombé en partage
[en] m'enchaînant

2, que tu
sans cesse

R
—2 Tourn.: qui me
VOCAD.
tl:l.ir,)lI,'¿, le vocat. sur ~eùjatpwv,33.
sort
au palf.
acc. — 3~wç,7rov»)po'ç,
~etpi.
XU i tits-c,u,'Ào,7 vo),
act.,
Irrég.
S.
248;
parf
- 4 ~xaù
— 5 ~o-uv^éw
~ïxmêtà.
cum), colligo, au part. prés., non
(comp. de ~cruv,
contr., d'après le S. 212, 1, 1°. ; ~ciú,~7rma,
-a{,.»5, au dat., gouverné par
~•ûv,contenu dans triveiw.
THÈME

Il.

I. Quelques hommes [en] sont venus 1 à ce degré de démence2, qu'ils croient3 que l'injustice à la vérité est blâmable 4 ,

150
THÈMES.
mais qu'elle est profitable 5, et que la justice est honorable 6 ,
mais qu'el le est désavantageuse
7.
VOCAB.1 ~TtC;,aliquis, êpxoizctt,au parf. 2, avec redoublement attiq.,
§§• 209, J, et 247.—2 Tournez, comme en latin, ad id insaniæ, ~et;,
~ouroç,~avota,~rî. —3 WÇTS
, ut, inclic., avec apostrophe,§. 9, ÚTro).C1.[L
(comp. de ~ûn-o,
sub), suspicio, au parf. ind. act., §. 248. Sur l'emploi de
ce temps, voy.§. 254. - 4~li(Û'II~ÙeLZiGt,
injiistilia quidern, acc., ~eïai[Lill,
sum quidem
, à I'z*n
og ~5e,§. 3o; acc. —6 ~h
tf., ~£7rovst(h<7Toç,
§. 3i. —5 ~xîpeot).i
~vi(ïixixioav-jr),
Justitia vero, eVÓXt[Lr;c;
~ph,laudabilis quidem §. 3i ; acc.
- 7 oCkvciTzVrtç 34, inutilis autem, à l'acc.
~à{,.
II. Si vous vous rappelez 1 les choses passées
rerez mieux aussi 3 sur les choses futures 4.

vous délibé-

VOCAB.~l'Eâv,subj., PIV«FZOVCV«,
au subj. prés. — ~Dapép^o^at(comp. de
~7rapa,
præter), au part. parf. 2 attiq. au plur. neut., pris substantivement
avec l'article; lat., prœterita; voy. Yerb. irrég., §. 247. —3 ~apstvov,melius
moy'
(compar. n. adv. de y.^y.b6ç,,
Irrég.§. 197, 1°.), ~xoc",
4 ~7ve[ji,g'é/z., u-sWa,futurussum, au partie. prés. auplur. n., avec l'art.,
lat., de jùturis.

1
flûtes
des
que jeta Minerve 2,
Marsyas, ayant trouvé
son visage 3, vint défier Apollon
parce qu-'elles enlaidissaient
pour la musique 4.
1
VOCAB.
au part. aor. 2, Irrég.§. 250; aù^oç, ~Ó.- ~Õ"
~Mapffôaç,
~£vpîffxw,
et augm., §§. 2o5, REM.1°. et
A0»JVÂA
~-Ci
, ~pt-rw,à l'aor. I, §. 100, OBSERV.,
206, II. - 3 Tourn.:à causedu le visage d'elle faire laid,~<îi«,ob, acc., ctyiç,

~sq,§. 23,~aùro;
, 7rot£ w, ~a^topepo;,
§. 3i. Sur cette tournure, voy.§. 281.
»
4 Toiirn.:
~i~p
Irr é oe.,§. 247, en débat, Ei;, acc., ~eptç
vint,~ep^opai,
~Xo
Âott,à l'aor.
l'avr. 2, Irrég.,
Tourn.: vint,
~i
touchant,
gén. ËptrrO;',, accus.§. 21, Apollon ~,'A7roU<uv,
gén. ~'A7rô)Xwvoç,
art.
~7reai,gén., la musique, ~ptou<7tx»j,
*5, sous-ent. 'rÆX1I'II,
III.

IV. Un pédant, voulant passer un fleuve x, monta à cheval
lui en ayant demandé la cause 3
sur un bateau 2. Quelqu'un
il dit que c'était pour se hâter 4.

VOCAB.1 Ixo).C(G''t''£xÓ,
moy., Trefw, à2 l'aor. infin.; sur la
~poû).opiat,
0[LC1.£
voyelle du radical, voy. §. 95, 2; ~îrorapdç,6. — AlIipx.
(comp. de
~àva,sursum), à l'aor. 2, Irrég.§. 247,~é'(jptji7roç,equitans, Èç,in, acc.,~7zloïo~TÓ._:, Tourn.: quelqu'un s'étant informé dela cause, ~TIÇ,
irvvQz-jopzi,
acc.,
au partie, aor., Irrég.§. 248; gén. absol. ; ~«ma
, ~aj.- 4 Tourn.: il dit se
hâter, tp'1l[Ll,.147, ~«nrou^âÇeiv,
properare; se ne se rendra point ; voyez
pourquoi,§§. 279, 280.

VERBES IRRÉGULIERS, §§. 246 ET SUIV.
151
dans la MacéV. Une armée de Galates 1 fit une incursion
loine et [dans] la Thessalie 2, et [en] pillant beaucoup 3, ils passèrent dans l'Asie 4.
,.
Vocab. 127paTià,ra),zT>jç,-ou.- ~aiîmps^w (comp. de ~irri,in),incurro, à
l'aor. 2, Irrég.§. 247; acc.; ~May.s<?ovia
, -a?, y.«t}Qeasa.'kia
, -aj. — 3Tourn. :
, §. 37, ~leriXariu, propr., prœdam, Isix,
Elt iiiuliavreodatites,xcci, ~noïvç
— 4 ~tfiaêatvw
abigo, ~ÈÀcXCo).
(com p. de ~<?iâ,
per), à l'aor. 2, formé de ~Prp',
, -aç.
arc., ~Xffia
Irrég. §. 252;
THÈME 111.
I. Le sort le plus fortuné
heureux 2.

dans

ce monde

1

[est de] mourir

Vocab. Tourn. : fortunatissimum in hominibus est, etc., paxâpio;,
tv, dat., ~0pwjroç. — 2Tourn. : être mort prospérant, ~.9vaxw, à l'aor. 2
au part. prés. masc. sing., à l'accus., comme
inf, Irrég.§. 250, ~eOru/Éw,
en lat., après l'inf., dont le sujet n'est pas le même que celui du premier
verbe.
II.

l, qui y mourut a.
Vocab. Tourn.: l'Hellespont fut appelé d'Hellé, ~Ó
~'EXXrîç7rovroç
(comp.
de irdvro;, pontus, mer), xotlica, à l'aor. 1 pass., §. 96, renvoi X, ri7rÓ,ab,
— 2 Tourn.: étant morte dans lui, ~Svno-xw,
au partie. aor. 2 ,
gén., .E).).'II.
dat., avro,-.
Irrég. S. 250, ~Èv,
L'Hellespont

a pris

son nom d'Hellé

III. Périclès, louant à la tribune 1 ceux qui étaient morts
à Samosa,
dit qu'ils étaient devenus
immortels 3, comme les
dieux 4.
2 Tourn.: ceux

fo.
Vocab. 1~ngptxlzç,~è-yxwp,iâÇw,
~èni, g~c~., ~~,
dans Samos étant morts, o, ~èv,dat., ~2à(!/o{, -ou, ~£v>j<xxw
, au part. parf.,
3

25o.
£701, à l'imparf., yf'/vo[j.cii,au parf. 2 infin., Irrég.
Irrég. S.
3£oç, ~Ó,accus., comme dépendant aussi de
S. 252, àOàvaroç.- 4 ~y.aOajrcp,
l'infinitif.
IV. Il vaut beaucoup mieux être mort 1, que [d'] avoir obscurci les lumières de sa raison 2 par [l'j intempérance
3.
VOCAB.1 Tourn. : être mort est beaucoup meilleur~,$v>5<rxi>, au parf.
à'/aOo;, bonus, au comparat. § 197, 1°.
inf 1 avec syncope, §. 222; ~-oÀ-j,
Tourn.: qu'avoir obscurci l'âme,~, quam, ~àfxaupô
M, à l'aor. infin.,
'f'JXr., ~r..- 3 ~ÔLZ,
ob, accus., apostr., §. 9 ~àxpaciz,n.

152

THÈMES.
V. Hercule,
1, et étant réconayant obtenu l'immortalité
cilié avec Junon a, épousa Hébé, fille de celle-ci 3.

VOCAB.
au partie, aor. 2, Irrég..
~ùOx
1~'Hp:;cÚY¡;,
"1)1"/!I.'JCo),
248;
gén,
;
~vaÍ., y. - 2 xc:t à,ÀÀci't'TCo)
, au part. pass. aor. 2, formé
(comp. de ~o'm)
du primitif~ù\).&yo>,§§. 114 et et 119,II,
à
1 dat.; 'lipat. — j ~-yapiEw
l'aor. 1, Irrég. §. 253~;*H§»i,~Suya-njp,
§. 29, ~èxecvoç,
§. 45, V.
VI. Ou [le] temps détruit 1" ou [la]
mais les biens de la vertu vieillissent

maladie flétrit la beauté 2:
avec nous 3.

VOCAB.l H, xP';"Jo;, o, à-jaltvv.ùi(comp. de ~(hci),absumo, à l'aor. 1
a ~w,~vÓao;,

formé
d
e~oCkàw
,
~li,[Lpi'JCo),à l'aor. 1
actif,
Irrég.§. 249.
act., §. 120, 5°. ; ~v.ôtlloç
, tô, §. 22. Sur l'emploi de l'aor. ici, voyez
5. 255, II, p. 218, et ci-dess., p. 22, 1,1,3. —3« ~èXTat;, possession, au
consenesco.
sing., ~àpSTw
, <7uy7«paT/.w,

1
ne
sait
Qui
quels maux a soufferts Prométhée 2,
ami des hommes 5?
parce qu'il était extrêmement
VOCAB.1~Ti;, ~auxs'tiîw(inus.), au parf. 2, §§. 252 et 254. — 2 Tourn, :
à l'aor. 2, Irrég.
quelles choses, qualia, oloç, au plur. neut.; nciaxCo),
~inrepeoÀrÍv,
§. 250; ~llpopjQsvç,—
3 ~<îtqti,XQCQ'
propr., à l'excès, yiXâvôpw
~7T0Ç
, ëifLi.
VII.

la justice 1,

vous aurez

Dieu

[pour]
VIII. Ayant
auxiliaire 2.
VOCAB.1 Apaw, au partie. aor.,~SL/.xio;
y juste, au plur. neut., justa.
—2 ~TU7^avw, aufut. moy., Irrég. §. 248; génit.; ~Seoç,-où, ~avupz
yjiç, -ou; apposition,) ci-dess., p. 11, §. 295.
pratiqué

THÈME

IV.

en elle-même 1 beaucoup de peines 2.
I. La vie renferme
—2 Tourn. :
VOCAB.1 ~Btoç,0, ^ÎPW, fero, §. 247, ~èll,dat, ~s'auroû.
§. 37, Ivmpéç, §. 5o, lat., multa
beaucoup de choses pénibles, ~roXûf,
œrumnosa.

2
1
la
de
vie
les
malheurs
homme
II. Un
sage supportera
3.
plus aisément que les autres
) Tourn.: les malheurs
1
VOCAB, ~'Av*îp
lrrég. §. 247.—
~rpipCJ.I,
, COYOÇ,
la
constr.l'art.
dans
la
~0
;
dat.,
d'après
~êv,
vie,
<ru^ooa^«,
[étant]
~rio;,
3
, au comparat. Sing. neut. edv, facilius, §. 198,
Règ. V, p. 8.— ~'pc¡<aLO
2°., .),'); , gén; voy. plus haut, p. 58, §. 300.

153
VERBES IRRÉGULIERS, §§. 246 ET SUIV.
III. Ce qu'il y a de plus grand et ce qui
qu'à
n'appartient
Dieu seul, est de ne point commettre de faute 1 : mais le propre
des homme forts est, aussitôt après une faute, de se rappeler
à eux-mêmes a.
Voeu:. 1 Tourn. : l'infaillibilité, ~TOÀVA/XÂPRNTOV,
est très-grande,
et seulement de Dieu, ~Yal
~Seoù
~p.
£'/at (§. 196,3°.), àla vérité, ~p-év,
làdvo-,.
— Tourn.: mais il est d'[hommes] forts, 'lr.'J'Jrx.{Co)'J
~ei,aussitôt, ~ùç't'&XtaTr:t.,
après la faute,~y.€zàtô ~et
pzpTnpia,de s'être rappelés eux-mêmes, ~àvayipw
(comp. de iivd,S. 165 ,1), à l'aor. de Vinf.,§§.247 et 221, 10.Le pronom
réfléchi ne se rendra pas, mais se sous-entendra avec ce verbe mis ici
intransitivement; voy.§. 356.
IV.

en beauté 1 et dans l'art de s'acdisputa aux Muses le prix de la

Tamyris l'emportant
de
la
cithare2,
compagner
musique 3.
VOCAB.
~1©âfuipi;, nom propre d'homme, tftxyépcj(comp. de ~tÚ,§. 165,
6), au part aur., Irrég. §. 247, ~xi).Xoç,
TO,§. 22; sur le cas, voy. §. 338,
2". de uO;(p:x,cithare, espèce de lyre, et ÀOI^RÎ,
, ~Yi
y.i9apb>rftoi
(comp.
3
audat.
Tourn. : disputa, ~epiÇw,
chant);
à l'aor., §. 119,I, I°., avec
les Muses, ~MotÏarx.,
auclat., §. 333, 4°, sur la musique, neoi , génit., ~POUsous-ent. ~TiXvn
~aoo;,~>7,
, art.
THÈME V.
I. Lorsque les Galates firent
une incursion
en Ionie 1, et
[en] saccagèrent les villes 2, les Tliesmopliories
(1) se célébrant
à Milet3, et des femmes étant rassemblées dans le temple 4, qui
est peu
éloigné de la ville 5, une partie des barbares parvint
dans la territoire de Milet 6, et ayant tout à coup- fait une
irruption 1, enleva les femmes s.
VOCAB.
1~*OT«,/«c/.,
~rrx.);.:;r,ç,
~-ou,
(comp. de xx'rx, in), incurro,
à l'aor. 2 de l'ind., Irrég. §. 247 ~ama, à l'accus., gouverné par ~xara,
— 3 Tourn. : les
contenu dans le verbe. indic.
¡rop'Ji'oJ,Ùl'im/Jar!
Thesmophories,~Oecoyopcfx,Tx (plur. n.) étant, ~sipt, au gén. abs., dans
Milet, ~èv,dat., TNIt^ro?,
-ou, i. —4 y.xiyuvrî, Irrég., §. 285, 20., <ruva0poiÇw
11
(comp.de ~avv,cum) , aupari parf pass., §. 9, I, 1°. ; au gén. abs. ; ~sv,
y7rôhçf
~iîcov.TO.—5 ôj, à-i'/ui (comp.de :Ú.Ó,ab), absum,disto, gén., ~ppay-j
, à l'aor.2, rr.
§. 23 —fiipoç o ui
1).
(1
e Ctci,

(i) Fête que les femmes célébraient en l'honneur
rice, !}¿IJ'¡J./)"f::';;'

de Cérès législa-

154
THÈMES.
5. 247, ~slç,acc., ~Mtfoata,~y,sous-entend. xwpcc,terra. - 7 ~xxtÈTrirpi/u
(coinp. de ~ini, in), incurro, irrumpo, au part. aor. 2, Irrég, § 247, èÇarivatws, subito, derepente. — 8 ~aipkw,
à l'aor. 2, Irrég. §. 247.
Il. Le Sphinx 1, Œdipe ayant frouvé
se précipita d'un rocher, et se tua 3.

le mot de son énigme 2,

1Tourn.:
'H SYR/f,~-10',remarq. que ce mot est fém. en
VOCAB.
grec.—
Œdipe ayant trouvé l'énigme de lui, ~Oiiïn'rovç,
§. 21, NOMSà déclin.,
invenio, au partie, aor.2, Irrég. §. 25o; au gén. abs.; aiviy/xa,ro.
~ÊÛptav.w,
—Tourn.:se tua, ~àvouplw
(coin p. de~àva
• à l'aor. 2, Irrég.§. 247,à ~atpi*.),
s'étant jelé, ~PTÎRRW,
aupartie, aor. 1 act., avec le pronom réfléchi,~ÉOCUT
6.
qui régira les deux verbes; ~h.,gén., ~cxs'ksXoç,
III. Admète devant
la mort pour lui 2.

mourir 1,

Alceste

accepta

de souffrir

VOCAB.
1 ~VA<?PJTOÇ,
Sllln, au partie. prés.; génit. absol. ;
[Lé).),Co),fittllrllS
Svr,aitu, à l'aor. 2 infin., Irrég. § 250.—3 Tourn.: Alceste se chargea
de la mort pour lui, ~"AXX/JGTIÇ
, ~atpéw,capio) à l'aor. 2 moy., assumsit,
suscepit, Irrég. §. 247, accus.; 5ÂVAROS,
~Ó,'Úr.Íp,£ <?«.,«ÙTO;.
IV. On dit que le serpent de Lerne 1 avait cinquante tètes 2,
et un seul corps 3 j et [que] lorsque Hercule enlevait une tête 4,
deux repoussaient 5.

3
~0
il
est
dit
VOCAB.
1 ~Alyerai ~Õn,
que,
ÔYIÇ.
il")' pour
~^SPVAÏOÇ
>5. - 3 eïç$ST
,
l'augm., § 208, 1°., cinquante,§. 42, ~xe<pa>rl,
§. ~4I,o-wpta
~to,§. 19. - 4 ~xat~07tots,~'Hprx.Ûi;"
~àyatpgw
(comp. de ài-6, §§. 165, 5'., et
210,I), à l'opt. aor. 2 moy.,Irrég. S. 247, ~àatpiw,~Et;"~xeipaLj.—
5 Deux,
§. 41, ~àvayûw
165,7), à l'imparf. moy., propr., se repro(comp. de GcllcX,.
duisaient.
V. Un pédant 1 qui avait acheté 2 une maison 3, ayant mis
la tête à la fenêtre 4, demandait aux passants 5 si sa maison lui
allait bien 6.
2 Tourn.:
VOCAB.1 ~yoù&aTiy.o'ç,
-ov.

ayant acheté, RP'APCA
3
sur la signification des temps de ce verbe, Irrég.§. 252. ~oîzix
, ~r.~rpoxuTTTM
(comp. de ~de?rpo,pro, prœ), propr., je m'avanceen mepenchantdehors; au partie. aor. 1 act.~;$vptç, gén. 3vpiâoç,
ri, au gén., régi
5
, comp. de rrapa, prœtcr,
par ~npo.
èpwraw,interrogo, acc.; ~napeipii
au partie, prés., avec l'art., comme en français; ~ov.
propr., transeo,
6
~Et,indic., ~7rps7r£ t, au prés. ind dat. aùro';.
§. 147.

155
VERBES IRRIGULIERS, §§. 246 ET SLIV.
VI. Le fils de Phocion 1 [lui] avait acheté a plus de bonne
lui dit son père 4,
chère qu'à l'ordinaire 3 : « Tu te repentiras,
si tu fais plus d'apprêts pour mettre sur le pain 5 que pour le
manger. »
VOCAB.1 Tourn.: Phocion le fils, <lJCo)xLCo)lI,
~7raï;.—2 Voy. le n°. V, 2,
du thèmeprécéd. - 1 Tourn.: plura solitis obsoniis, ~7ro>ù;,
multus, au
obsoniltm,
-ou, ~TO,
compar. pl. neut. contr §§.198, i°., et 4°, 11, ~ctyov,
au gén. plur., ~*?&«,
soleo, au partie, parf. 2, voy. Irrég., S. 253 bis,h sïwOcc.
— 4 Tourn.: mais lui (voy. §. 316), tu pleureras, plorabis, oi.p.Co),qui
— 5 Tourn.: si ~(èav,subj.) tu prépares (nxpxa le fut. moy., ~oiptwÇoptai.
o-/«uaÇw)
plus de choses, plura (voy. le n°. 3), [pour] manger par-dessus
~èneaOî«,à l'infin. ao,.. 2; Iri-ég.S. 247, que [pour] le manger, icrotw, à
l'ziif. aor. 2, avec l'art. au gén., régi par le comparatif.
THÈME
I. Glaucus,
vaux 3.

le fils de Sisyphe

VI.
1, fut dévoré

par

des che-

VOCAB.
* ~rXaûxoî,Ó,Zteruipoç,vtoç.— 2 xaTaêiêpwffxw
(comp. de ud, de),
à l'aor. 1 pass., lrrég. §. 249, \I1I'Ó,
gén., avec apostrophe, d'après le§. 9,
~îtt-jtoç
, -ou, Ó; rein.Yesprit de ce mot.
II. On dit qu'Actéon fut dévoré par ses
chiens 1;
mais beaucoup [de gens] sont dévorés par [les]propres
flatteurs et [les]
parasites a.
1
VOCAB.
<1>'II[LL,
gén. 'AY.TC1.LCo)voy. plus haut, p. 90,§. 258, III, ÀXTC1.Í.Co)lI,
~vo;,[Liv,qllidem, xaTaêiCpwerxw
(comp. de xara), à l'aor. 1 infm. pass
Irrég. S. 249, ~îàto;,proprius, xvwv,it-i-ég.S. 185, 5°. —* no).v; dé, multi
au prés. indic. pass., xoiaÇ, g*-''*-y.o'Xaxoç,
autem, ~wcrxw,
xat, 7rapaart-OU.
~TOÇ,
III. Cycnus, frappé d'une pierre par Achille 1, ne fut pas
blessé 2 ; de là il est dit avoir été immortel 3.
1~Kùxvoç,
1;
VOCAB.
Triantau partie. aor. 2 pass., 5. 116, 4°->renvoi
liQoç,~Ó
-,sur le cas, voy. §. 338, i". ; On-o,gén., 'AXÙ).ç. - 2 où Ttrpwffxw,
- 3 ÔÛEV,
à l'aor. 1 pass., formé du ~TfÓw.
Xlyw
, yr/vopai
, auparf. 2 inf,
lrrég., 5. 252, ~arpwToc.
, au nomin., parce que les deux verbes ont le
même sujet; voy. §. 280.
IV. Minos,

le roi de Crète

1, emprisonna

Dédale et Icare 2:

156

THÈMES.
mais Dédale, ayant fait des ailes postiches 3, s'envola
avec
Icare 4. Icare finit [ses jours] dans la mer 5,
qui pour cette cause
mer Icarienne 6.
fut appelée
1
VOCAB.
bitVWq,
~KPVÎTÏJ,
o /3aa-tXgû;;ci-dess., p. 8,V. —1 xaOsip-yw(comp.
de ~xarâet de tPICo),illcludo), à l'aor. 1, Aai^aXog,-ou, xoct.b.:.cpo;,-ou. —
3
~TrotSM,
<?l,au part. aormêpit^, gén. 7rTÉpuyoç,
Yi,?rpd;Og-roe,
S. 3t.— 4 iei~îrrafAai,(comp. de lx), à l'aor. 2; voy.7r £ ropuT aux Verbes irrég. §. a52;
— 3 '0 cH;vIxapo;
au pres. in IC., Èv,dai.,
fis-a, gen., o ~"ixccpoç.
, TgXsuTaw,
~irs'Xtx.yot;,
TÓ, §. 22. - 6 Tourn. : d'où , oOsv,de celui-là, àn-ô,gerc., Èxeïvo;,
elle fut
à l'aor. pass., S. 96) renvoi 1, mer, ~TriXa-yo;,
x:.cÀÉCo),
ro,
appelée,
~Icarienne,'Ixapioç, §. 3o.
V. Phrixus, ayant appris 1 que son père devait l'immoler 2,
prit sa soeur 3, et étant monté avec elle sur un bélier 4, il
arriva à travers la mer dans le Pont-Euxin
5.

VOCAB.1~<Î>pî
£oç, pavQavw,au part. aor. a, It-rég.S. 24.S.—a ÕTt,Ónixrr.p,
izillw, au prés. ~indic.,S'ûw
, au prés. infin. — 3Tourn. : ayant pris, Xap~ëayw,au partie, aor. 2 , Irrég., §. 248, àâslfrj. —4x-A àvaêatvw(comp. de
sur îornpu;
àva, sursum), au parlic. aor. 2, Irrég.§. 252, formé de ~Ÿ¡[Lt,
~crûv,
dat., C1.v..,;;,
È7ri, accus., xpté;, -où, 0. — 5 à<pr«cv
£opiai (comp. de ecyro,
Je), à l'aor. 2 moy.; voy. ~t/avw,Verb. irrég., 248, ge'rc., SaXauffa, -ne,
~>7,
sle, acc., EuÇetvos
7TO'VTOÇ
, Ó.
THÈME

VII.

I. Ayant fait une action honteuse 1, n'espérez jamais rester
à La connaissance
des autres 3,
ignoré 2; car, si vous échappez
vous n'échapperez
pas du moins à votre conscience 4.
mot à mot, nunquam nihil
VOCAB.1 ~M«*?27TOT
£ pviSivAIAJFPÔV
7MW<XAÇ,
38o, I.
turpe faciens. Sur cet emploi des négations redoublées, voy..
—2 êXtûÇw,XavSavw,lateo, au fut. de l'inf., Irrég. §. 248. — 3~*ai7ap, ôcv,
au subj. aor.2, avec l'acc., comme en lat., si latueris alios, ~aXXoj
;
XavQavw,
sur l'emploi de cet adjectif avec ou sans l'art., voy.§. 320. — 4 Tourn.:
conscius certe tibi cris, ~<jûvot<?a,
scioJ
parf. 2 (comp. de aûv, cum, et eUCo),
inus.), aufut. act., formé du primit. ¡i.(Ur.¡,Irrég. §. 252; et le pronom
réfléchi audat. régi par la prépos. composante; ~7i, saltent, construit
après le pronom.
des Romains dans deux batailles 1,
Pyrrhus,
vainqueur
de ses amis et de ses officiers 2, « Si
ayant perdu beaucoup
nous remportons,
dit-il, encore une seule victoire sur les Romains 3, nous sommes perdus 4. »
II.

VERBES IRREGULIERS, §§. 246 ET SUIV.
157
VOCAB.1 Toum.: après que, ~i-ei,indic., Pyrrhus, nuppoÇ,eut vaincu
eux fois, ~<îtç,vixaw,à Yaor. indic., ayant combattu avec les Romains,
~ufi6£ k\to'Pw/xatotî,au partie, aor. 2, fut., S. 120, 20., aor. 2, S 123, 3".—
au part. aor. 1 act.; voy.3oXXuptt,
à7rÓÀÀv[L&
(comp. de ~«71-0),
§. 251 ; Troque,
— Tourn.: si nous vain37, Tiloç, au gén., /.cù i,,/efJ.'J, gén. ~vyepâvoç.
uons encore les Romains en une seule bataille, ~:ev,:lt)(C(Co)
, à l'aor. du
à l'accus. ; sur ce rég. voy. §. 343.- •'»àTroiXuçu
ubj., ~en, s'tç,S. 41, 1
comp. de ~ùir4,de), au parf 2; voy. ô'Mvpu,Irrég. §. 25i.
III. Thémistocle banni
de la Grèce 1, étant devenu riche 2,
nous étions perdus 4, si nous
it à ses esclaves 3 : « Enfants,
l'eussions pas péri s. »
VOCAB. ~0tfAiaroxXrjç,
e), propr., excido, au part.
ÈXÎTTTTTW
(comp. deaEX,
— -lilvottote
or. 2, Irrég. §. 252; gén.; ~'EMIÇ,
, au part. aor. 2, ,/rr.
»j.
3 EtTreIv,

à l'aor. ind. 2,§. 221,20., wpoç,accus., frcde;,
~202,7r),OÛ(Ttoç.
én. ~7rC1.tc1Ór;.avec av (S. 366, 1), à l'aor. 2, indic. moy.,
4cX7r'Ónv[Lt,
rég. §. 251. —5 ~sipi àrroMyfxi,au plus-que-parfait formé duparf. 2.
IV. Aucun mortel n'a été jugé digne de la société des dieux 1,
moins qu'il n'ait eu de la vertu 2 : car [c'est] à cause d'elle 3
qu'] Hercule eut part à l'ambroisie 4.
VOCAB.1 Tourn.: aucun des hommes, ~oùfot'ç,âvôpw7ro;,n'a été jugé
dat., §. 335, 4°-i
igne, ~àÇtôu,à tfaor, pass., [de] fréquenter, Ó[Ltl¿Co),
s ~dieux,3»oç, Ó.— Tourn. : nisi quotquot participesfuerint virtutis,
'Ày.v
Õao" IZETIXW
(comp. de3 p-srâ, cum) , una haheo, au parf. indic., Irr.
- 4 [LedXM,à l'aor.
25O
; gén.; cXP!T, yàpTKVTJJÇ
X&pL'J.
~'Hpay.Xîjç
~r,.
, cifJ-Spoairx,
la plus grande beauté T.
eut en purlags
VOCAB.
1 Tourn. : Hélène, ~'E'AÉV/J,
eut, PTSRÉ^W
(comp. de AFRA),au
Parf., la plus grande, TTO).VÇ,
TÔ, à l'ac§. 37, et §. 198, 1°., part, ~PTPOÇ,
~wj.),de la beauté, xaMoç,™,§.22.
V. Hélène

VI.

Danaüs, s'étant exilé d'Egypte T, s'empara
d'Argos 2.
1
"VOCAB.
aor. 2, S. 116. 3°., i;, gén., Aiyu~Aavaoç,
ytûyu,
au
1

ig.
~rroç,
xa-rixo (comp. de xrxtdt),à l'aor. 2, Irrég. §. 25o; accus.;
~Apyo;,
TO, §. 22.

158

THÈMES.

RÉCAPITULATION
CONTENANT

DES THÈMES

SUR TOUS LES VERBES.

INDICATIF.
PRÉSENT.
THÈME

I.

I. Les Perses sacrifient
au feu 1, et [en] lui jetant l'aliment
du feu, ils disent 2: Feu, [notre]
maître, mange 3.
V OCAB.1 ~népcnç,-ou, Sûw, dat.,7rîjp , gén. 7rupoç,TO.—
2 /al SKKpopéu
infero,au part. prés., dat., ay-roç,~rpopj, (constr.Vact. d'après la Règ. V)
ci-dess., p. 8); Àl/w.- 3:~c?£ Gr7ro->îç,
vocat.,§. 17G, 10., èadiv.
II. Les Egyptiens
meurent 2, on porte
beaux 4.

adorent
des animaux 1, çt leurs dieux
leur deuil 3, et l'on montre leurs tom-

VoCAB.1 ~AtyÛTrrioç,
ô, rt/zaw, Svpiov,ro. —3 xat, aùroç, 3eôç, à;ro0v>;<rz
3
Tourn.: lugentur, nevOia, au pass. - 4 Tourn.: et sépultures
§. 25O. des dieux sont montrées, ~xat,râyoç, -ou, Ó, .9'eÓç;,<?stxvu^ti,
§. 14j.

1 ceux
III. [L'] ombre suit nécessairement
an
qui marchent
3 ceux
soleil 2: [1'] envie accompagne
qui s avancent sous l'éclat
de la gloire 4.
VOCAB.1 SZIEÉ,~li,£ 7ROP.AT,
moy., dat.; sur ce rég. voy.§. 555, 5°.; 7.7"
2
à-jiy/.yiv.— Tourn. : les marchant, vadentes, ~Óftiv, 7roccjo^at, moy., au
3 q¡'JÓ1IOr;,
Ó.
au
dat.
;
n~d'd,
ÀtOç,
-ou, Ó, ày.oÀov
per,
gén.,
part. prés.,
au
~GIW,
dat., voy.§. 353, 3°.— 4 Tourn.: les marchant, 0 Ji, PAOT'ÇU,
partie, prés., au dat., par la gloire, ~$ia,gén., Órx., >7.Nota. Constr.
les partie, régimes au commencement, et les noms sujets à la fin de la
phrase.
IV. Manger beaucoup 1 détruit le jugement 2, rend
plus lent 3, et [nous] remplit de colère et de dureté 4.

l'esprit!

159
HÙ\PIlTL.-\Ti{):\.
VOCAB. Tourn.: le manger beaucoup, ~ètrQiu
, à l'illfin. prés., précédé
e l'art. neut. ; voy. ci-dess., p. ~9,VII; jtoAûç,S.37' lat.,multa.—1 èÇatpéw,
ue-jloyiauôç, au ~p/ur.- 3 notie,), facio, an moy., 4iyZrî'i
ropr., j'enlève, ~Ó
, an plur., ~PpaJOç,§§. 36, 39. - 4 ÈfiîTÎ7r).xi(comp. de èv), inipleo,
§. 142, 4°-, et 129; sur le rcg., §. 628, ~III,opihSk, xai <rx>npÔT>jç,
nroç,>5.
V. Athamas,
qui régnait sur la Béotie S a de Néphélé un
: il épouse
ls [nommé] Phrixus , et une fille [appelée] Hellé
nsuite Ino 3, dont naquirent
Léarque et Mélicertes 4.
au partie, prés-, g én., §. 328, V, 1°. ;
VOCAB.1 ~'ù"fi'
JuvaffTEÛw,
gén., NÎFÎXÏI,~ffaïç(gén. ïrai)tu:ia, ri. —1 TEZVOW
PSV, gigno quidem, ix,
— 3 ~alOtçdé, rursus vero, yapéu,
"El)r¡,
29,
0-), , y. al$'jyi7r,o f S.
~'J(, §. 27.— '• Tourn. : de laquelle lui naquirent, etc., èÇ, gén., ô;,
moy., à l'aor. 2, Irreg. S. 252, Alap^o;xai MsXtxs/iTyjf.
,j-,Ó;, 'IÍ,r¡'Jo.u.'l.t,
VI. Un bon pilote fait quelquefois naufrage
2.
c bien esl aussi quelquefois malheureux

un homme

IMPARFAIT.
THÈME II.
dit de Périclès 1, qu'il lançait des éclairs 2,
I. Aristophane
la Grèce 4.
qu'il] tonnait 3, (qu'] il bouleversait
~VOCAB.
1 'ApK7T0fivr,ç,).«, 'IT¡PL,gên., Ó Hiotxlin; S. 181, III, set sur
art., ci-dess., p. 9, VIII. ~ôrc,àarp&n-M,fulgitro, S. 66. ppov~ri^,§§. 65 et 91. — 4 Çuyxuxiw(comp. de Çûv, atticj., pour oryv, cum,
r„
§ 394, 1) ,commisceo, §. 210, I, REM.2° .; ~'EXXÂ;,-AJOÇ,
II. Dans la guerre du Péloponnèse 1, un seul homme, Périla république 2,
à
clès, redressait
[la] relevait 3, et résistait
la peste et à la guerre 1.
VOCAB.1 Tourn. : in peloponnesiaco bello, 6 ~r£Xo7roirv»o'iaxôç
iro'limoç.
1
— ~êt;el'.!r.p,n«piz)./;;, *aiïçopOôm(comp. de ix) , SS. 210, I, et 9"),
- 3~xai
(comp. de àvi, sursum ) , §. 135. — <zzl àvriTXTTw
''comp.
~deivTt), propr.,je range(en bataille) contre, ait moyen,je me range

160

THÈMES.

contre, à mettre à l'imparf moy.attiq.,
§§. 210,
au dat.
REM.'2°.; ~xaiÓXoiftôçxxt 0 7rÓÀe[Loç,

I, 1°.,et

119,III,

FUTUR.
THÈME III.

I. Jupiter ayant menacé les dieux r, «Si je veux, dit-il ,
une chaîne du ciel 3, et vous, pendus
moi, je ferai descendre
de vains efforts contre moi4 ; car certes
après, vous ferez
n : mais moi, si
vous ne m' entraînerez
en
bas
je veux 6,
point
non-seulement
je vous enlèverai tous, mais encore je suspendrai avec vous [dans l'espace] la terre et la mer ensemble 7. »
Vocab. 1 '0 ~Zeûç,à-mikia, partie, aor., §. 89, dat., comme en lat.2 )î'J
le même queSéXw, à Yaor. du
(pour si èÍ.'J,contr. ~èâv, subj., èQiXw,
deor.
subj §. 214, 2°., 71¡,U.Í,. 148.- 3 èyïo~[Lsv
xx')t7;Mt
(comp.de ,
sum), propr., demitto, aufut.-act., §. 144, aSlP^^èv.,gcu., oùpavoç,0.—
4 Tourn. : mais vous, ~eueé, si, n'v,srtbj., pendus après, ù-oY.pzu-iw
(au
part. aor. pass.; voy. §§. g5, 2, et 96), vous vous efforcez contre moi,
~ptciCo)
moy.; régime direct), vous travaillerez en vain, pxzm
(au subj.prés,
- 5 où yàp (?/jy.'JehúCo)(comp. de zarâ et de ihCo), rude), propr.,
~TrovEM.
deorsum traho. — 6 et ~<T
£,,/wieD,, à l'opte aor.; voy. n", 2. — TOlirn. :
ayant enlevé à la fois, auvuprcir,)(au partie. aor.), non-seulement vous,
où ~fzovov
aú, mais encore, àXky.xi, la terre et le ciel ensemble, *3yva /a
~xat^3aXa<7ira, je [vous] suspendrai en l'air, y.sr£uoiC/j),au fut. attique,
§. 2l5, 2°.

II. Pythagore
de Samos, le premier parmi les Grecs 1, osa
dire
mais que son âme s'en irait 4
que son corps mourrait3,
s'envolant immortelle et exempte de vieillesse 5.
0 ZajuioçTrpÛTOç,
VOCAB.1 ~TlvBayopaç
èv, dat., "E).À'II'J,
-lJ'JO;.- *rofyiâw,£
l'aor.,~ kVu,à l'aor. infin., §§. 221, 2° ., et 2 4 7. —3 Tourn.: que le corps
au fut. moy., tiré de la
à la vérité mourra, ~ôti,que, rô fzèv<rwjxa,.9-vfÍ(¡';(c.>,
2*.forme, dérivée du parf.,§. 25o. — 4 Jg ~u~, ~otXoMat,
moy., au fut,
5

àvinTKfiat(com p. de ~àvâ,sursum) , au partie. aor. 2 act.,
§. 214, 20
formé de~ÏTTTvpi
,
, sur ïtmtyu ; voy. irsropcti, rerb. irrég,,§. 252; àOavarof
§. 3l, ~*«iàyripuç, §. 32.

III. Empédocle ayant vu le luxe des habitants d'Agrigente,
dit 1 : « Les Agrigentins
se plongent dans les délices2 comme
s'ils devaient mourir demain 3, et ils se bâtissent des demeures 4
»
comme s'ils devaient
toujours vivre 5.

161
RÉCAPITULATION,
VocAB. 1 ~'Ejattï^ox^ç
, opiw, aupartie, aor. 2 ; voy opâw, aux Verbes
défecl., §. 247 ; 't"pv'f,, constr. Vart. d'après laRèg.V, p. ~8; ÀxpayxvTÏvoç,
était une ville de Sicile);~XI7«, à l'imparf. (Agrigente
Agrigentin
3 Tourn. : comme en lat., ut cras
2
luxurior
~rpyyaw,uiv,
quidem.
morituri, ~wç,avpiov,àffoôvïjffxw
(comp. de à-ird),au part. fui. nwy.,, 25o.
- 4 xon x:%Tauux(J) ~5e, adorno autem, au moy. (sur la valeur ici de
cette voix, voy.§. 352, 2°.); ~oixia,ri. — Tourn. : comme devant vivre
l'éternité, ùç, Ptdw, au part. fut. moy., S. 204; 1r; (§. 35), ~ÓXpÓvoç,
omne tempus; sur le cas, voy. §. 345.
IV. Hercule ,
ayant vu Hésione exposée à un monstre marin 1, promit [de] la délivrer 2 s'il recevait les chevaux de Laomédon 3.
Vocab. 1 ~'HpClxÀï;ç
, opxu,au partie, aor. 2; voy. plus haut, III, 1; i
~'Ilcrtdvn
, exxeipiat(cornp. de i;), au partie, prés., §. i 5o,ciat.; xijroç, ro,
2
moy., à 1aor. 2; voy 3 EX(J),aux Verb. zrreg.,
§. 22. — ~i
§. 250; ~atgw, aufut. inf., §. 119, I, 1 — Tourn. : s'il recevra, et
au fut. moy., Irrég.,
~kaft6*vw,
S. 248; t7T7roç,Ó (et at, fém., au plur. ,
quand l'indication du sexe masc. n'est point nécessaire, comme ici. Il
en est ainsi pour les autres animaux); A,,-op.ÉrJ(J)V,
gén. ~Axouéiïovroç.
AORISTE.
THÈME IV.
1 dans la bataille
les Lacédémoniens
I. Conon, ayant vaincu
navale livrée près de Cnide , Jit un sacrifice
d'une hécatombe 3, et donna un repas à tous les Athéniens 4.
- » Tourn. :
Vocab. 1 ~Kovwv,vtxxw, au partie. aor., AC1.y.£8Clt[LÓ;;tO',
[dans] la bataille navale aux environs de Cnide, ~, r,
(comp.
, au dat., sous-entend. ÈIi,in; îrepi, circa,
de~va-j;, navis, , pugna)
accus., K~viJo;,-ou; constr. l'art. d'après la Hèg. V, ci-dessus, p. 8. 3 Tourn. :
, au partie. aor.; i..,j[Ler¡,
ayant sacrifié une hécatom be, ~Svu
.. - *Tourn.: reçut dans un festin, ~sTriiw,à l'aor., augm., § 208, 1°,,
2°. alinéa, et pénult., S. 95, 2; ~'Afojvaïoç.
II. Quelle peste ou quel tremblement
de terre 1 a dépvnplé
autant de villes2 , ou a fait
ou abîmé 4 autant
3,
disparaître
de races humaines 5, que l'ambition et la mollesse 6?
à l'aor.,
VoCAB. 1 Ti; XotpSj
, , (7£iapi;. — 'xevow, vacuo, incuu>,
~TOO-OÛTOÇ
, tantus, tôt, §. 201, 3°., ttû/iç, -ewç, . —
açpacviÇ,,),
à l'aor.,
S. 66 et 119, I,5 1° —4~xaraJûw (couip. de xzra f deorsum), à l'aor.
, ~yivo;,-6,
§. 210,1,1°. — Tourn.: autant de races d'hommes, to<joùto;
Elèves.
11
Thèm. gr. Ire Part.

162

THÈMES.

~§.
«v0o»7roî. —, qunntus, quot,
~xrx.t
K22,
rouçp»j.
III.

§§. 201,5°

, et 289, i ?o>o?m«

Minerve

construisit
un palais à Cadmus T, Jupiter lui
femme Harmonie3,
et tous les dieux,
donna [pour]
ayant
abandonné le
ciel 3, célébrèrent
le mariage, faisant
un festin
dans la Cadmée 4.
Vocab. 1 ~'A0/!vâ,cOJltract.,§. 15, xaraff/EuaÇw(comp.de xara), adorno,
à Vaor., §§. 210,1, et 219 I, 1°.; Pouilitc4, ~râ, pl. n., pour le sing.,
à l'aor. 1, §§. 138 et 133, au nota, yjvri,
~KxSpoç
, -ou. —' Zsùç JÉ, ,
3 xat 7râçjsoç,
-rx.;.
au parl. aof'.
185,
2°.,
Irrég.S,
~'Ap[Lo,¡/¿,
xrx.'t":l).¡Í7rCù,
2,§. i 16,3°., ~oùpavoç,Ó.- 4àvu/xvêO)
(comp. de àvà), à l'aor., §§. 66, 210,
I, ~yxpoç
, ô, EÙCo)XÉOr'Xt,
moy. , epulor, èv, dat., Katysix; la Cadmée, ainsi
nommée de Cadmus, était la citadelle de Thèbes.
IV. Xerxès navigua 1 avec son armée à travers le contincnp,
et fit route par terre à travers la mer 3, ayant jeté un pont sur
4, et percé l'Athos 5.
l'Hellespont
Vocab. 1 '0 3sp|/jç, nlku, à l'aor., mais voy. §§. 213, I, et GS, 4°.;
~pév,quidem, à joindre au verbe.—* o-xpaToVîtîov, ro, au dat. (sous-ent.
ffûv,avec), ~'Ú,gén., wsipoç, 'Í;.—3 -/ai niCz<iat
,je vais par terre, à l'aor.,
f/Èv'EXWç7tovtov
Çsûyvupu (comme en lat., Helles§. 119, I, 1°. — 4 ~Ta')
, au partie, aor. 15 voy.§. 141, REm.2°. et
pontumjungere ponte)
Verbes à conj. - 5 ~xi.STOPÙAAU
(comp.de <?iâ, per) , au partic, aor. i,
~§. 119, II, i°.$*A0wî,
à Y accus, atliq.,
§. 170, 20.
THÈME

V.

I. Alexandre,
aua
lorsqu'il eut vaincu Darius 1, manda
Grecs 2 de le reconnaître
lui-même,
par décret,
pour un
dieu 3.
Vocab. 1 ~'A^ÇavcTpoç
, Õu, indic., vtyciw,à l'aor., §§. 65 et G1, Azpeïo;
-ou. — K7ro<TTsUM
(comp. de àno,c?e), à l'aor. 1 act., §§. 210, 1, et 120,
- 3 Tourn. : de le décréter dieu, '¥'f'ÍCo),à l'aor. 1 moy,
~-mvoç.
4°.; "EÀÀr¡",
inf, §§. 102 et 119,1, i°.,~ aùroî, 5eoç.
II. Junon envoya deux dragons 1 pour faire périr Hercule
encore enfant 2. Mais lui, sans se laisser effrayer 3,
ayan,
serré leur cou de chaque main 4, étouffa les dragons 5.
VOCAB.~1Hpoc,à7ro«rrsXX«,
voy. plus haut, 1,2; Spixmv,gén. Spiy.o-jzo
~Ó.— 1 TOllrn. : devant perdre, perdituros, àvaïitrz« (comp.de _àva e
au partie. fut. act., §. 249; ~'Hpcxy.).,S. 181, ert, fpiyo;,
formé de ci).ÓCù),
3 Tourn. : mais l'enfant non
~TO,
effrayé, i Cà ¡rÛ;, où x2Ta7r).>3
ri.ft. -

163
RÉCAPITULATION
cmp. de ax-.c/.j,à l'aor. 2 miss., voy.§. 116, 3°., renvoi 1. — 4 Tourn.:
yantserré,~oy1770»,au. partie, aor. 1, §. 100, le cou, aVX1I,gén. a ùyé~3;,Ó,de chacune des mains, hchepoc;, uterque, §. 200, 5, sur le cas,
~àrorvîyw(comp.
338,i0., XEip,1
§. 185, 7". , au gén. plur.
e ~cid),à l'aor. i rte/., §§. 210, 1, et 100.
Les deux fils d'Aloéus *, étant des scélérats 2, portèrent
1 peine [du crime] 3 de s'être fait un escalier 4 pour monter
u ciel 5.
VOCAB.1 ~ILATÇ
2.4.—7 £ T/XT,àzxaOx^cz,
, gen. îrai^oç, au 'A).&)EÛÇ,
artic. et adj. au duel. - 3 ~TÎW
Sixxç
, propr., luo pœnam
, à l'acr. act.
nel. - 4 Tourn : parceque, ,quâ, ils se firent, ~7roiéw,
à l'aor. moy. duel
sur la valeur ici de cette voix, voy. S. 352, 2°.); ,
gén., xÀÍ.[LCI.%O;,
— 5 Tourn. : un escalier vers le ciel, ~èm,accus., ovpxvôç,Ó; sous-cnl.
n participe de mouvement, tel que ~àvayovcy.v,
faisant monter.
III.

IV. Il y avait dans les temps anciens beaucoup d'images de
lieux 1, dont les unes 2 étaient révérées
par terreur 3, et dont
es autres étaient vantées
pour leur beauté 4.
VOCAB. Tourn.: niulta erant signa, etc.. ~7TO).-J;,
ETY",AYZ/.NA,
RO,jzo;,
1 pass.,
~v,datTra^atôî XpÓ'JlJç.
Voy. S. 3 15, 1. - 1 à l'aor.
j. 96; sur le nombre, voy. plus haut, p. 90, II, §. 257;~<îtâ , , accus.,
3~.—
'• srraiviw(coinp. deÈ7iî),à l'«or. , augm., §§. 210,
2
et pénult. §. 95,1 ; ~<îtâ,acc., /.xMoç,TO,§. 22.
1 66,
V. Ne dites jamais de rien 1, Je l'ai perdu 2, mais, Je [l']
ai rendu 3. Votre fils est- [il] mort 4? il a été rendu 5. Votre
onds de terre vous a-t-il été enlevé 6 ? il a été restitué aussi 7.
— Et
— Mais c'est un méchant
a
vous
me
enlevé8.
que
qui
[l']
9
par qui celui qui vous [l'] a donné vous [l'] ait rede
mporte
mandé10 ?Tant qu'il vous l'accorde 11, occupez-vous-en
comme
l'un bien étranger 12, ainsi que les passants [s'occupent]
de
13.
'auberge
VOCAB.1 MviïinQTs,nunquam, ilml-j, à l'aor, 2 dusubj., §. 221,2°., et
• ôzi,
d
e,
~èni,
:n¡r;g",/Ó;.
que, ajouté ici
Irrég., §. 247;
gén.
gén.,
audiscours direct, d'après le S. 386, 6 i~o'j~t (comp. de ~i-&),à l'aor.
3
à l'aor. 1 aci.,
act., Irrég., S. 251, à ~oXXup,
avroç.— ill' on &7rO4iew'.£L,
à l'aor. 2, Irrég., §. 25o, à ô-vir)<xxa>.

TraiiJiov,iToOv»)ffxw,
). 138.— 4~TO
ùniiïifuui, à l'aor. 1 pass., §. 1 ^o. —'•rô t'ov, ~i'ft?ir.) (comp. de iro) ,
et 247, avec la pénultième
l'Yaor. pass., §§. 66, 166, 3°.. 210, 1
brève.- 7 ~oùxov;,
xÚ TOÛTO
au même temps. —
, ergo et hoc, -ÀTTO'Viàtùui,
au
1 Tourn. : mais méchant [est] le ayant enlevé, cùlù,y.xv.cz, 4,
partic. aor. 2 moy, Irrég. §. 2~7; - 9 ~Tt(U "OLP.fÀH.- 10 Tourn.: par
*11

1G4

THÈMES.
au
qui le ayant donné a redemandé,
~Jtâ,génit.,~rie,§. 46, ~0,
~àrairsw(comp. de ~à™'),à l'aor. act. ind., §§. 210,
partie, aor. 2,§. 138,
au prés. du subj. — 11 Tourn.:
1, 1°., 66et 88. — 11~pxpi <?' av, ,
à l'impér. prés.,
occupe-toi de lui comme étranger,
eVt^êXiopxi,moy.,
alienus. — 13~wç,ut, ~Tripsifit(comp. de ~rrapà,prœ, ¿ÚÀ';TptO"
gén., ~wç
ter, et de ~«p, eo), au partie. prés. avec l'art., transeuntes, S. 147 ;
rrrx.oxeÍo),l,.
VI. Actéon, élevé auprès de Chiron l, fut instruit dans la
chasse 2, et dans la suite il fut dévoré sur le [mont] Cithéron
par ses propres chiens 3.

VOCAB. 'Az-.ociwv,~rpétpw,
nutrio, au partic. aor.2 pass., §§. Il 6 , 4°. et
114,~îr«pâ, apud, dat., Xetpwv, génit. ~Xetpwvoç.
—2 Tourn.: fut instruit
au part. aor. 1 pass.; voy. §. 106, Verb. à conjug.,
chasseur, ~lîtcSaaxw,
3
1°.
ZOCI
vau ~POV,
-ove,
REM., ; *uv»;yd;
xaTaêtêpwo"/»(comp. de xarâ), à
l'aor. 1pass., Irrég., S. 249; ~iv,in, dat., ~KiGatpwv,
~Û7r
,
gén. ~KiOxipwvoç,
gén., ~tôt*,proprius, ~xûwv,
Irrég., 185,5°.
PARFAIT. PLUS-QUE-PARFAIT.
THÈME
I. La fortune
riches 2.

VI.

ne donne pas 1, mais elle prête

la richesse aux

VOCAB. ~TVPÎ,
7J, où Jwpéo,uat, moy., au parf. pass., avec sens actif;
voy. §§. 65,90 et 2o3 ; sur l'emploi de ce temps, §. 254. —2 à).Xd,SxvîiÇw
TÓ,S. 19, toujours au
auparf. act., §§. 65, 119, 1, 1°., et 103; Xp1¡p.rx.,
plur. dans ce sens; ~7rXo'jerioç.

était somptueuse 1. Des colonnes
II. La tente d'Alexandre
d'or en formaient les distributions
2, le toit en était doré 3, et
il avait été décoré d'ornements d'un grand prix 4. D'abord cinq
cents Perses, vêtus de robes de pourpre et de couleur jaune 5,
se tenaient alentour 6 : après eux 7 [venaient] mille archers 8,
couverts d'habits couleurs de feu et d'écarlate 9.
A

Tourn. : la
VOCAB.1 ~2'AXsÇavfyoç,
SÎF", rroÀvn).yjç,S. 34.
178, £ iaXa//§âvw(comp. de <~trX
divisaient,~viwj, -oooç, Ó, y
propr., je divise, je partage, au plus-que-parf. act. attiqau redoublem.
et à la termin., §§. 206, 111, 235, REM. 10., et Irrég., §. 248. —
Tourn.: et elle était dorée au toit, ~xaitrXxpvaor;, §. 31, ~ôpoyo;,
0j sur
cette construct. et le cas du nom, voy. S. 344,I. — 4 xotl~èxrovéw
(comp.
de ix), elaboro, au plus-que-parf. pass.; mais sur le redoubl., S. 208,

RECAPITULATION.
165
— 5 ~npûnoi
REM.,~roixtIFL2,
§. i 9, , dat., ~7roXufsXri;.
, §. ; IIipay¡;, ~-0-J;
d'où vestio, au part. parf. pass., ~TTO)»)
le nom de nombre,. 4; ~èoQ/w,
,
7, sur le cas, §. 348, ~Tropyupto,
~pujXivo;
, §. 3o. - 6~îorrjpii,^au
§. 178, )(::<t
tiiiis- que-parf. act. attiq., §§. 135, 136,6°. et 235, REM.1°.; repi, cir.—
cum
, accus.,~aùro'î, m. à m., autour d'elle. — 1 ~iiri,dat., ~aÙTÔç
1Sous eut. ici le verbe
, -ou, . — 9 sviJûw(comp. de iv),
précéd.; ~TOÇOT>IÇ
xai ~ûa-ytvoêa'yylç,
induo, au partie. parf act., avec l'accus., ~^Xo'/tvoç
S. 34.
propr., flammeus et coccineus, au plur. neul., sous-ent. tpumx, vestimenta.
IMPÉRATIF.
PRÉSENT.— AORISTE.—PARFAIT.
THÈME

VII.

I. Connais-toi toi-même 1.—Ne parle
pas beaucoup
que
a langue ne devance pas [ta] pensée 3.
VOCAB.1 ~Ttyvwdxw,
à l'impérat. aor. 2 , formé de yvwpti, §. 142 , 20. , et
au plur. neut. ;
~7roXvç,
37,
Irrég., S. 249. —2 ~1'*hÀÉCo),
à
l'impér.
§.
prés.
;
at., ne multa loquere. - 3 ri ,,/Àwaacx,
~p.>5,nporpé/^),prœcurro, à l'impér.
m's.; ~vooç,6, contr., §. 178, et au génit., régi par 7rpo,prœ, contenu
lans le verbe.
- Victime
II.
tes aînés 1. Réprime
colère
2.
[ta]
Respecte
l'une injustice,
réconcilie-toi 3.
VOCAB.1 lîSopai, moy. à l'impér. prés., ~TTpisêu;
au comp., §. 39, lat.,
,
natu major, senior. - * XP:U{CI},
imper,prés., gén.,§. 328, V, 1°. ; ~oç,
copiai, moy.,
—3 ~à<SV/fw,injuriam facio, au partie. prés. passif, ~SictXk&G
l'imper. prés.
de [tes] amis présents et absents 1. Ressou'iens-toi
celui qui a cessé de vivre 2.
Juge heureux
VOCAB.
1~Mviopixi,
moy., à Vimpér. parf. pass., §§. 92, 97, 2o3 et 254i
adsum, ~xotioïmiixi, absum, au partie.
énit., §. 328, 1, ~«ptXoç
, iràoitizt,
rés., §. 64, avec l'art. — 2 ,r.LX¡tpiIP,à l'impér. prés., ~TïXsurâw,
finio, au
part. parf. avec l'art.; sous-entendu ~piov,vitam.
III.

IV. Aime ton prochain 1. — Obéis à [la] loi 2. - Honore
)ieu 3. — Respecte
du mal 5.
tes parents 4. — Abstiens-toi

l'avenir 7. —Fréquente
Epargne
[le] temps 6. —Prévois
à toi-même 9.
les] sages 8. — Commande-toi

166

THÈMES.
*
à
~itlwiov
;
prés.,
VOCAB.
1
~A'jcœiu,à
l'impér.
voy.§. 311. — r:;LO,O[.1
3
à l'impér. prés., dat., ~vo'uoç,
6.
.9'EOÇ.trê§ouxttà
Yimpér.
prés.;
4 ~allouai, moy., a
l'impér. prés.; yovevç,§. 24. - 5 ànsyouai, moy., à
l'impér. prés., gén., xaxi, . —6~ys£ c?o/xat, moy., à l'impér. prés.; sur
— ~ÓpiCtI,
le rég., §. 328, V, 1°.; x.PÓ'IIO;'
à l'impér. prés., ò
,
.
video,
[LÙ,\OV5
futurum. - 8 Tourn. : sapientibusutere, ~aoyoç, ~ypàou.at.1,
moy. à
l'impér. près., §. 92, REM.1°.; dat.-9apï..Co), à l'impér. prés.; pour le
pron. réfl., voy.§. 53 ; sur le rég., §. 328, V, 1°.

V. Ayant reçu, rends 1. —
ton avan— Ne
2.
Recherche
de [ta] justement
tage
tenorgueillis
point
force 3. — Ne hante
mais attache-toi
point les méchants;
toujours aux gens de
bien 4. — Crains Dieu 5. — Ne commets point de parjure 6.
VOCAB.1 ~AccuiSxvco,
au partic. aor. 2, Irrég., §. 248;~cilt'0L8Co)[Lt,
à l'im2
pér. aor. 2, §§. 138 et 139,1°. — ~Svpâo),
propr., venor, à l'impér. prés,
ò O''J[L'fÉpo'll,
moy., avec sens possessif; voy.§. 252, 3°.; ~(Jixatwç,
partie.
moy., à l'impér.
prés., pris subst.,de ~ovpfépo),
confero.—3 ~pî, XC1.vXcio[1-CXt,
à l'impér. prés.; sur le rég.,
Ó[LL),ÉCo),
prés.;~èni, de, gén., P.u:1J,. — 4 fI.15,
malus vir,§. 2 9,
ë X°[LCI.!,
moy.,à l'impér.prés
§.333,4°.; ~xxxôçàv/fp,
gén.,~bst',G cirieÓ;,.—5~£sic?<»,à l'impér., formé de l'inus. £sî<?r,pc,
§. 223;
à l'impér.
::Je';;.- Tourn. : perjurium ne perjura, ~inÎQpxov
yh èîro>j.vvui,
prés.,§. 141, et Irrég., §. 251, oy.vu[u.Sur cettetoarnure, voy.S. 343, 1.

JUGEMENT RENDU PAR MINOS, — Que ce brigand soit
1. Que ce sacrilège soit écardans le Pyriphlégéthon
précipité
telé par la Chimère 2. Que ce tyran ait le foie déchiré par les
Mais vous, hommes de bien, allez-vous-en
dans
vautours 5.
et habitez les îles des bienheureux 5,
les Champs Elysées4,
pour prix des bonnes actions que vous avez faites pendant
[votre] vie 6.
VOCAB.I '0 ~ixsv
Àr'a"(, ouro;, eySillu (comp. de ~èv),injicio, à l'impér.
~Tluptf\iyiQav,
gén.~IIvptcp)''lÉeov"(o;
, 0,1101m
parf. pass., §. 122, i°.-, ~èç,acc.,
*
~«T
d'un fleuve des enfers.—
,,
de~^tâ),
ispocuXoç,dixarrii» (comp.
propr
3 Tourn. : soit dé—
.
à
aor.
distraho, l'impér.
pass., §. 96, ~Xtpottpx,
chiré au foie, ~JeTupavvoç,xeipu, tondeo, excdo, à l'impér.prés, pass.,
. Sur celle tournure, voy.§§. 348,.
/V7rÓ;',
*Î7RAP,
gén. JJTTGCTOÇ,
~TO,
7'J^,gén.
349. - 4 ûpistç~Cio5t àyaSot, ami[x.i, abeo, à l'impérat.prés., §. 147, ~E;TO
~neâiov.— ~xxtzczrotxéw(comp. de ~ari), inhabito, à l'impér. prés.,,
'Hj,úO'to'll
6 ~àv0*

wveizat2 iirotziri, motà mot, pi-o
~vvjcroç,
ij, peezap,gén.~piâxapoç.
; sur cette:
pour ~cini.èzst»wv~y.Sixaict,ITTOUITS
quibus justa faciebatis,
tournure, ~q~ §§.2.8yet 387;~zarâ, accus., fiioz, d.Sur l'adject. posses:;.
votre, voy. ci-dess., p. 81, Rem. 3°.
2 les dettes 3
im
4
leurs
VII. Que les riches 1payent
pour
VI.

RECAPITULATION.
167
amis 6 pauvres 7 et le loyer 8 [de ceux] qui 9, le 10 devant 1 1,
ne peuvent 12 [le] payer 13.
VOCAB.1 ~nXo
jffioç, ~o.—* fhxXûw, à Yimpér. prés. attique,.
242.—
S
TO.— 4~vnép,gén. —5 Voy. plus haut, p. 81, Hem. 3°.,
ï..p{oc;,~-EO;-OV;,
— G~çt'Xof,
ô. 8— : îtevrjç, ~-Y,TO'.
Ajoutez l'art. devant ce mot, pour faire
- 9

~TO.
le
avec
av,
quicunque;
subj.
insiter. — —
~olrive;
ivoixiov,
12

non habeo; comme en lat., pour
o-jroç, hic.
~pi)
e
Xw,
11~owsîXw.
~fc"
13
au
subj.
votTaCdtllw
, à l'aor. 2 infin.
possum, voy. §. 388, 5;

SUBJONCTIF.
PRÉSENT. -

AORISTE. -

PARFAIT.

THÈME VIII.
I. Socrate dit différer des autres hommes I, en cela qu'eux
vivent pour manger 2, mais [que] lui mange pour vivre 3.
VOCAB.1 2W*pimç, ~Mya, Jtayépw, à l'infin. prés., gén., cino;, SY/ll.
1 ~xaQo'ffov,
320,
&'Jeptl)7r'Oç.
propr., en tant que, quatenus, oi ~[L'v,illi
§.
quidem, 3rÍ.Co);tourn. : afin qu'il mangent, utedant, tvrx.,la0î«, au subj.
(?S(au nomin. d'après le §. 280), manprés. .— Tourn. : mais lui, ~AÙTOÇ
, qu'il vive, ~Çaw,au subj. prés., mais sur la con, afin, ~îva
ger, ~èffOt»
traction, voy.§. 212, II.
II. Considérez vos actions comme dans un miroir 1, afin que
vous orniez encore les belles 2 et que vous cachiez les laides 3.
VOCAB.1 ~eowpiw,à l'impér. prés.,~7rpâÇiç,, §. 23, constr. Yart. devant
le pron. réfléchi, d'après la Règ. V, ci-dess., p. 8; ~ûçnep,
iv, dat., ~x&ro—2 ~îva, ~flÈY
xaXôç,§. 3o, pulcher quidem, ~èîriy.oa-pis«,
insuper
TrTpov,~TÓ.
3
~Ji C1.LaxpÓç,
orno, decoro, au subjonct. prés. —
§. 3o, turpis autem,
~jtaiûrrrw,au subj. prés.
III. Pittacus infligea une peine double à l'homme ivre x, s'il
commettait une faute 2, afin que ses concitoyens ne s'enivrassent
pas 3.
VOCAB.1 ~ntTTtlXÓÇ,
rto-ni£t, à l'aor. 1 act., §§. 129, 133, 2°., ~aurÀÓoç,
r., ~PN0ÛW,
v. n., inebrior, au part. prés.
duplex, contr., §. 178, 1°., Y¡fl£C1.,
act., avec l'art., m. à m.,à l'enivré. —2 ~în»,àuaprâvw, pecco, à l'aor. a
3 ~TVA

à l'opt. prés., à ce
248.
;
, -ou, ~fitOvw,
~, WOXITH;
Irrég.,
subj.
§.
mode, parce que le premier verbe, infligea, est au passé.

168
IV.

THÈMES.
1 , il fait du bien au
Si l' on boit le vin modérément
3 : mais si l'on
et
ne
nuit
à
corps 2,
point
l'esprit
[en] boit à
l'excès 4, et [qu'] on s'enivre 5, [alors] on est exposé à la honte 6,
et l'on donne aux autres un spectable ridicule 7.
VOCAB.1"Hv ~tiç, si quis, subj., 7rtvw,au subj.près., ~oTvoç, ~°,~f/srpiwç
—2 ~6vivYiy.t,
juvo, à l'aor. 1 ; Irrég., §. 252 (sur l'emploi de ce temps,
voy.§. 255, II, p. 218, et ci-dessus, p. 22, Th. I, n°. I, 3); a'¡;j[Lcx,'t"
lœdo, accus., à l'aor. l,
§. 19. — alirU.~uX, animus vero, où pci7t'1:'r.>,

4 ~JjV
—5 xat
100.
8s,ttivw, au subj. prés., ~rpog,accus.,~ùnspêoXrj,
§.
>5.
~r¡, et jam, ^sf)ûd/.oua.i, moyau subj. prés. — 6 Tourn.: turpia patilur,
nia/M. — 7 ~xat~nrx.péxCo),
ciÀÀo;,voy. la Syntaxe, §. 320, ^sapa,
CXLa'XPÓÇ,
~TO,
76).OtO(;,
THÈME IX.
- I. Apollon demanda aux Parques 1, que 2, lorsque Admète
devrait mourir 3, il fût affranchi de la mort 4, si quelqu'un
volontairement
de mourir pour lui 5.
acceptait
VOCAB.1 -wvoç,
à l'aor. moy.; sur la valeur ici de
airsw,
cette voix, voy.§. 352, 2°.; ~nupz,ab , gén., ~Motpat,
comme en lat.,
at
*
2 ~îva,ut. — 3
petere aliquid ab aliquo. ~o'rav,"kdpmoç,[LÉn6>
, futurus
à l'opt.
sum, au subj. prés., ~rzïevzâM,finio, à l'inf. prés. — 4 ~àrc-o
~Xôw,
aor. pass., voy. Th. VIII, n°. III, 3 , ~Sâvaroç,ô, au géll., gouv. par la
5 ~av~nç,

du
verbe.
§. 247 ;
~atpéw,au subj. aor. 2 moy.;Jrrég.,
prép.
à l'infin. prés. ; ~vnsp,gén, oturoç.
ixovaiwg,.9''JC;¡(Co),

II. Pompée et César
étant divisés 1, Cicéron dit2 : « Je sais
[bien] lequel fuir 3, mais je ne sais pas vers lequel me réfugier 4. »
xai ~Kaîtrap,~-czpoq,
VoCAB. Tlcy.Kriïoç
da'T:Yi[Lt
(comp. de et,!), dissideo,
au partie. aor. 2, §. 135 ; gén. absol., §. 370, 1. 2 ~Ktxipov, 1p'IJ[Ll,
§. 148.
- 3 Tourn. : novi quem fugiam ~yiyvwaxw,~Õç,yeûyw, au sltbj. aor. 2,
, au
§. 1 16,3°. — 4 Tourn. : nesciens ad quem confugiam, ~pj~7tyvwo-xw
accusoç, «eùyw,au même mode et au même temps que
part prés., ~n-pos,
le premier.
III. Les esclaves fugitifs 1, quoiqu'ils ne
soient pas poursuivis 2, ont peur 3, et les insensés 4, quoiqu'ils n éprouvent
pas de revers 5, sont troublés 6.
- 2xav (contract. de ~xat~av,etsi),subj~«îiwxw,
au
VOCAB.~ÂpaTrér/i;.
3
— 4 ~Ó
~ei
du
moy.
~yoêéopiat,
~aypovof.
subj.
pass.
aypwv,gén.
prés,
5~xavpr/jxazwçrrpri't"'t"Co),
au subj. prés. — fi ~TzpârTw.

RÉCAPITULATION.
THÈME

169

X.

les lois 1
I. Les Crétois veulent que les enfants apprennent
ivec une certaine mélodie a, afin qu'ils soient charmés
par la
et qu'ils les retiennent
aisément
de mé3,
plus
musique
moire 4.
VocAB. 1 ~KpYi"
jubeo, qui se construit, comme en
gén. Kp-n-,
dç, ~*.Ù.VJV,
disco, vdizo;, 6. - 2 ~f«Ta,
Lit., avec l'infin.; ~Traï;,gén. ~7rac
£o';, ~pavQâvw,
3 ~ïva,
én., Tl, [LIÀCf¿,
TJ. propr., animum duco, au subj.
, 4
prés. pass.; ex, gén., [L°VtTtxlÍ.
- ~*aieuxoXoç,facilis, au compar. n. adv.,
facilius, formé d'après le§. 161, Rem. i, p. 160,~7rapa).afA6av«,
accipio,
au subj. prés., I£vrizn,~Yi,
au dat.
II. Diogène ayant vu un tireur d'arc maladroit 1, s'assit près
du but 2, disant 3: « [C'est] afin de n'être point frappé 4. »
VOCAB. 1 ~Atoyfvji;,
o'pâw, au partie. aor. 2; Irrég., §. 247, toÇc!t>jç,-ou,
,vy." § 34. - 2 ~ueiCo)(coinp. de ~xarâ), sedeo, à l'aor.; sur l'augm.,
§. 210,31, REM.4°., sur la fugurat.,§. 119,1, 1°.; ~Trxpa,accus., ~axoiroç,
~Ó.
~titralv,au part. aor. 2; Irrég., S. 247. — 4 Tourn. : afin que je ne
au subj. aor. 2 pass., §. 116, REM. 3°.,
sois pas frappé, ~ïva~pii1rlr,tTtTCo),
renvoi 1. Sous-ent. l'agis ainsi, je me place là, ou quelque autre idée
semblable.
des maux inévitables
l, nous nous en
f III. Indépendamment
créons d'autres de nous-mêmes 2 : nous nous affligeons si quelqu'un éternue 3; si l'on dit quelque mot de mauvais augure 4,
nous nous irritons 5; si quelqu'un
a un songe,
nous avons
6; si une chouette crie 7, nous tremblons 8.
grand'peur
VOCAB.1 ~XCo)pi"
propr., séparément, sans, gén., x/n.ô'),~TÓ,malum,
~àv*7xato;,necessarius. - - Tourn. : ipsi ex ipsis alia comparamus,
3 ÀVitÉCo),

au pass.,
5o,
~ZUTO;,
~aùro';,
~npci,gén.,
~îzepoc,S.
7rpos7ropîÇw.
~rvrtç, 7n'C1.tpc.>,au
subj.aor.,~S. 123,3°. On sait que les anciens attachaient
aux éternuments des présages heureux ou malheureux. — 4 ~fiv,~etJrsïv,au
si quis infausle dixerit. — 5 ôpytÇo/xai, moy. —
subjonct. aor. 2, ~xocxwç,
6 Tourn. : si
quelqu'un voit un songe, ~3v,opaw, au subj. aor. 2, Irrég.,
§. 247, ~ivu7mov,~to, somnium, ~«rpôtfpa
<poêi
optai, moy., vehementer
au slbjonct. aor. 2,
paveo. - 7 ~ev,7>auÇ, génit. yiauxo';,r), àvaxpxÇw,
formé du primit. ~xpâyw,§. 119, I, 2°. - 2 ~&Ei&w,
timeo, au parf. act.,
§. 118, 6°.
de couper à chacun des
Les Athéniens
décrétèrent 1
2 le
Eginètes
grand doigt de la main droite 3, afin qu'ils ne
IV.

170

THÈMES.
une lance 4, mais qu'ils pussent

remuer
pussent
pas porter
une raine 5.
VOCAB.l \0n~ja.ïo;7•brt'nÇoy.zt,moy.,à Yaor., §. 119, 1°.— 2 6t?rOXO'7r
à ],inJ. aor, 1 act., 5. 100, OBSERV.
6, A~t'T~; , -ou. ;
£Y.rx.ú't'oç,
200,
§.
3
f*®7as>
§. 37, ~elxruloç,~Ó,
~Xdp,~«1Irréf §. 185, 7° etÓ;, §. 3o, avec
l'art. redoublé et construil d'après les §§. 3i3 et 314.
~subj.
~Juvaaat,sur ~tarasai, §. 135, Irrég., §. 252, ~5opv,gén. ~Jepvro;,to, p.iv,
hasla quidem, :XO"T'i(,),à l'inf prés. - 5 zowïi~Ji
, ~r.,remus autem, ~È).av
~vw,agito, à l'inf. prés.
V. Le sage est celui qui a toujours craint 1 de commettre
quelque injustice 2.
VOCAB.1Tourn.: sage, ~aopÓ;,celui. ~Ó,toujours, ~rieÍ,ayant craint,
à'Ji/.éw
ri , ait
aor. - 2 Tourn.: qu'il n'ait commis, ~y-h
~1 au part.
parf. du subj., qu'on emploiera mieux avec circonlocution, qu'il ne soit
ayant commis une injustice.
VI.

Si nous pensons
à la patrie 1 nous nous comporterons
toujours vaillamment 2.
VOCAB.1 ~îv,~uvâopat, memini, auparf. du subj. pass., S. 224, 4°.,
T;t/' ubique fio, Irrég.,
'lLr'VOP.'J.t,
gén.) nurpi;f -iîfoç , 57.— 2 à.vrtp
exccoroTe
252.
OPTATIF.
PRÉSENT. — AORISTE.
THÈME XI.
I. Socrate disait 1 que les autres hommes vivent 2 poiti*
manger 3, mais que lui mangeait 4 pour vivre 5.
VOCAB. Swxpx-rjj;
S. 200,
, Xé-yw,
que retranché. —2 ~oç, déclin.,
l'in
l, Synt., §. 320; ~av0pw7rof,
~Çâo>,
àà l'infin.
prés., mais voy. §. 212, II.
- 3 Tourn. : afin qu'ils mangent, ut edant, ~ïvaÈaOiCo),
à l'opt. prés.
- 4~'taOro'çai au nomin., voy. S. 280, I, ~èaôtw,à l'infin. prés. —
5Tourn.: afin qu'il vécût, ut viveret, ~ïvx,ri6>,àl'opt. prés, attiq§. 91,
REM.3°. Ici le mode optatfi, parce que le premier verbe est au passé.
II. Le
voulait que les jeunes gens se regarmême[philosophe]
dassent souvent au miroir *, afin que 2, s'ils étaient beaux 3,
ils devinssent dignes [de leur béante]4 ; mais [que], s'[ils étaient]
laids 5, ils couvrissent [leur] laideur de [leur] savoir 6.

171
RECAPITULATION.
1 'O o:,jTÓ, idem,
VOCAB.
, juvenis, à l'accus.,
~À;TO'W,
à l'imparf., 6 ~VÎO;
me mire, moy., à l'infin.
~xarorr
péÇoi/ai,
~T-jvtyûç,fréquenter,
propr.,
je
— 4 yt'yvot/at, à l'opt. prés.,
prés.—2~"*îva. — 3 et ~psv,~ttMt,à |'opt, ~xa).Q;.
- 5 ~il~JiIZial.p¿;,1t'C1.[~vî
~';tO;.
-Ρ,
, rcai, , ;);Û8EtC1.,
6 E7rtit/7.).¡jr.TC,),
à l'opt. prés.
~t"
~aîaypôç.
—~6è7Tt>ca).û^Tw
, à l'opt. prés.
~ht'a,
r, j 1sur le cas,
§. 338,

On demandait à Solon 1 comment il ne se commettrait
2 : « Si ceux
dans
la
il
point d'injustice
république;
répondit
s' [en] indignaient 3 autant
qui n'éprouvent
point l'injustice,
que ceux qui en sont victimes 4. »
[ VOCAB. Tourn. :Solon interrogé , Solon interrogatus, ~2o),wv,
~Ipwrdtw,
au partic. aor. pass,— 2 Tourn. : comment injustice ne naîtrait point,
èv, dat., ~tto).iç; S7:§, 221,2°.
~àiïixnuz,
ttwçpi,
ytyvouott,à
Vopt.prés.,
—- 3 ~aioi ~priùtfixovueyoi,àyavay.Tsw, à l'opt prés. — 4 Tourn.: semblablement aux souffrant l'injustice, ~o^otwç,§. 336,~gc^ixïw,aupartie, prés.
pass., avec l'art.
III.

THÈME XII.
1 comment un
I.
On
demandait
à
[
Pythagore
ivrogne pour: « S'il condidérait
rait cesser de s'enivrer
souvent, dit-il, les
actions qu'il fait 3. »
VOCAB.1 rfyQayo'pxç,voy.plus haut, XI, III, 1. —2 r.wç ~avoh6f\u^,
mot à mot, du s'enivrer ; voy.
moy., à l'opt. aor., ~TOÙ
~nx'joy.oct,
~fteOusiv,
et 281. - 3 Tourn. : s'il considérait souvent les
§§. 328, V, 1
choses faites par lui, si, aVlIEX¿);,~S'ÊwpÉw,
à l'optat. prés, attiq., S. 89
nEM.3".; ~rpoTTRO-w,
au partie, prés. pass. plur. neut., avec l'art., lat.,sacta,
gesla.
1 comment il
II. On demandait à Anacliarsis
serait possible
dit-il 3, ce que
de ne point s'enivrer 2 : « Si l'on considérait,
font les gens ivres. »
— 2 Tourn.: comment quelqu'un ne s'enivrerait
VOCAB.1 'AVÂ^APFFTÇ.
3

a
v
Tourn. : si,
à
~nwç
nç, ~p pteOwffx-p.at,
moy.,
pas,
l'opt. prés.
dit-il, il voyait les étant ivres quelles choses ils font, ~ei, yr.ui, opâw,
, au partic, prés., avec
à l'oplat. prés, attiq
§. 91, REM.3°., ~/XEOUO»
l'art., ~otor;,§. 3o, à l'accus, plur. neut., latin, qualia, ~7rou&>,à l'indic.
prés. Remarquez que, dans cette tournure et autres semblables, en grec,
au lieu du subjonctif que
comme en français, on emploiel'indicatif
veut le latin.
III. Tliéopompe
qui lui avait derépondit à quelqu'un
:
conserver sûrement la
mand é1 comment
royauté
a
on pourrait
« Si l'on accordait
a ses amis une juste franchise 3, et [que],

172
THÈMES.
autant que possible 4, on ne permît point que ses sujets souffrissent d'injustice 5. »
1
VOCAB.
~,©so
7ropt7ro;,
-npôç,
Tourn. : Théopompe à celui ayant demandé,
2
au partic, aor., avec l'art. Tourn.: comment quelaccus., ~,èpwTaw,
~,âv
à l'opt. prés,
qu'un sûrement conserverait,etc., ~,7rwç
TL
ÇI
attiq.,~, pa<7i>eta,
*5.—5Tourn.:si aux amis il donne, etc., ~d, o iliv yiloç,
u£T(x.âi$ùiy.i,
impertio, à l'opt.prés., §. 138; gén., régi par psrdcdu verbe;
5Tourn.:


4
xat
.
Y..rx.Tèt
3o,
~(Jvvapiv,
~7rapp>j<7ia,
~Í.Y..tO;,.
pro potestate.
il ne vît pas indifféremment les sujets souffrant l'injustice, ~Jerlpx.Óp.£1IO
le commandé, n¡pLOp&.Co),
propr., despicio, à l'opt. prés. attiq., 5. 91, REM.
au part. prés. pass.
3°., ~citx{Co),
THÈME XIII.
I. Evagoras l'emportait tellement par les qualités du corps
et de l'esprit T,
2, lorsque les rois d'alors le voyaient3, ils
étaient frappés que
d' étonnement 4, et craignaient pour leur emses moeurs 6, ils
pire 55 mais [que], lorsqu'ils considéraient
concevaient une si grande confiance 7, qu'ils pensaient que 8, si
quelque autre [souverain] osait leur manquer 9, Evagoras serait
leur appui io.
VOCAB. ~Evoc/opaç,
3 ta.fz ou (comp. de ~<?i
â), à l'aor. 1,§. 221, 1"., et
Verb. irrég., §. 247; rouovrov, tantum, ~cipny.,, sur le cas, §. 338,20.,
<>wp.a,
tcI, ~xal-tyvyji,yj) constr. l'art. d'aprèsla Règ. V, ci-dessus, p. 8. —
2~wçte,
~plv,
avec l'inf. - 3 Tourn.: lorsque les alors régnant, etc. , ~ôrcôrz
au partie, près., o'patw,à l'opt. prés. atliq. ,§. 91, REM.3°.
~rore, (3I;/.O't).¡{¡6>,
à l'infin.
L'optatif, parce5 qu'il y a ici idée de fréquence. — 4 ~è*7rLjrTw,
prés. pass.—
'f°Éofl.rx.t,moy. à l'infin. prés., ~nepÍ.,gén., ùpyf,,^.—
6 Tourn. : niais
à
lorsqu'ils regardaient aux mœurs, 6tt6ts , à.TroÇk'ènw,
0. — 7 ~OUTW
~mur,
~ayoiïpa.
l'optat. aor. 1, §. 100, ~eïç,ad, accus., ~rponoç-t
sic vehementer fido, à l'infin. prés. — 8 ~wçre~xat,~voutÇw
, infiti. pass. —
f ~et~rt;~aWoç,~Toi^âw
, mot à
~îreptavToûç
sÇa/xap-raveiv
, à l'opt. prés.
attiq.,
10

envers
eux.
mot, manquer
Tourn. : Evagoram ipsisjore auxiliatorem,~aùzô;, ~etp, à l'nf. fut., ponQôt;.
II. Les poëtes tiennent sur les dieux des discours tels 1 que
2.
ennemis
tenir
sur
[ses]
personne n'oserait [en]
rerb. irrég.,
VOCAB.
1 '0 ~7roujT>;ç,
tluii^dico, au parf., formé de ¡i.piCo),
§. 247, et sur le temps, §.254;~mpi, gén.~,$eôç,roioûroçloyoç, talis sernio.
oùStt;, ~avrofytâw,à ropt. aor. éoliq.,
—2 ~, qui, corrélatif de ~TOIOÛTOÇ,
à l'inf. prés., Trept,syQpôç.
§. 71; ~Xiyw,

RECAPITULATION.
THÈME

1 73

XIV.

I. Euclide le Socratique 1 ayant entendu [son] frère dire 2 :
< Queje meure 3, si je ne me venge pas de toi 4! » « Et moi,
»
répondit-il5, si je ne puis te persuader
[de] m'aimer6!
VOCAB.1 E~ùxXsttfflc~Zw/paxixd;.— 2Tourn. : comme en latin, ayant
entendu son frère disant, ~àxoûw,au partie, aor., régime, S. 328, II,
3 à7rôXXupii

, à l'optat.
ci£).'f'Ó"-où,
~Xéyw.
synt., §. 369;
(comp. de ~à7ro)
4 et fi/j ~rmwpiw,
zor. 2 moy. , peream; Verb.irrég., §. 251, oWvpi.
comme
act.,je venge, au moy., je. me venge, à l'oplat. aor. moy.; accus.,
en latin, ulcisci aliquem. - 5 ~èyw
~Ji, ~ùneïv,§. 221, 2°. — 6 si ~py~r-eiew,à
'opt. aor. 1, §. 100, ~CftÀÉCo).
de la vie l'amour de la gloire 1, que
Si l'on bannissait
encore de bon parmi nous 2 ? qui désirerait
de se
se ferait-il
3?
action
d'éclat
ignaler par quelque
VOCAB.1 Et ~Tt;~èxSâXXw
, propr., ejicio, à l'opt. aor. 2, §. 123,3°., et
~o,evxXeîx, ; constr.l'art.
120, 2°., ~ix,gén., ~pioç,, ~ecwç,
gén. ËPCIJTOç,
d'aprèsla Règ.V, p. 8.—2 Tourn. quid adhuc nobis fieret bonum, ~ti;~cXv,
j. 366, 2, ~ën, ï¿,,/'J°fL" à l'opt. aor. 2; Perb. irrég., §. 252 ; ~àyaôo';.—
Tourn.: ou qui désirerait [de] faire quelque cho-e [d'] éclatant, ~rtç~av,
à l'aor. éoliq., §- 71, ~ip"liop.t, moy. à l'infin. aor. 1, S. 119,
~jrtOvuioi,
[, 10., ~rt;, ~Xaproo;,§. 3o.
II.

le feu 1, vous [le]
III. Du même souffle vous allumeriez
eriez plus grand en un moment 2, et vous éteindriez la lumière
l'une lampe 3.
VOCAB.1§. 44, REM.2°., o/vQ'rï¡.n,'rÓ,. 19, sur le cas, §. 338,1°.,
~:va-/.xiu
(comp.de ~àva),à l'opt. aor. 1 *éoliq., avec ~àv,d'après les §§. 71,213,
~xai~7roisw,
à l'opt. aor.éoliq.,~piiyaç,
, et 366, 4» ~rip, gén. -,rupc);TO.ompar., §§. 4o et 196,3°., ~èvPXiÍ, in brevi, s.-eut.~XpÓ1Iff,tempore. —
~XIÚ
~àïroffSsvvup
(comp. de ~ùird),~exstillGuo,à l'aor. 1 éoliq.; Verb. irr.,
Xv^voj,; consi, l'art. d'après la
?,;i;, gén. ~çuro'ç,~TO,
j. 251, UGSVIIVIAL;
Règ. V, ci-dess., p. 8.
IV. Vous jouiriez surtout d'une bonne réputation
1, si vous
2 ce
vous-même
faire
ne
paraissiez
que vous reprochepoint
riez aux autres de faire 3.
VOCAB.1~MiXiffra,maxime,
~eù<?oxtf*sw,bene probalus sum, à l'op. prés,
REM.3°. et 366, 2. —1 Tourn.: si tu te montrais
de
êl.",
§
§.89,
ittiq., précédé
nefaisant point ces choses-là que, etc., , <j>atvo/*at,moy.,à l'opt. prés., f&.J
—3 Tourn.: quœ aliisfacicntihœc.
au
lut.,
part.prés., ~OVTOÇ,
~rpciTTCo),

THÈMES.
174
bus exprobrares, ~os,~a)./oç,Synt., §. 320, ~^pâtrc.;,i-iztuiu», à Yopt.prjs.
devant, §. 91, REM.3°.
attiq., avec )20,A*
V. Si nous imitions tous l'indolence
et
l'égoïsme des Lacédémoniens T, nous péririons
bientôt 2 : mais si nous voulions
user des institutions
des Egyptiens
la vie
3, nous passerions
4.
heureusement

VOCAB. VIEt,A7RAÎ,
~Izz
§. 35, VIy-iuioput
, moy.y à l'opt. aor., ~IapïtZ,~I>7,
7rhoveÇitx,v,Axy.c3xif/.ovioi
; l'art. constr. d'après la Règ.V, ci-dess., p. 8.—
2 ~sùOùç
~omÓ)),v,u.t,
à l'npt.moy. aor.2 ; Verh.irrég., §. 251, ~1jt. - ! e
aor. pass., §§. 203
1 ., et 21
2°.; ; ;/
~P'jvfopzt,
l'oi-)'.aol203,, 1°et
214,
4 , 2.
.,
1 p~,o~zxt, 1710Y
~à mny.ta Vopt.
à l'inf. prés., mais sur la contr., voy. §.212, II ; dat.;~ vép-uo-j,ro, Xiyjnno; l'art. constr. d'après la règle du n°. 1. —4~<?iarî).éw, àYopt.prés.,
précédé de ~av,t'0', , 1
; voy. ur cet ad ver b e§. 157, 1°
VI. Vous
reux 3.

ne sauriez

pas travaillé

l, n'ayant

2, être heu-

366, 4".; sur
VOCAB.1~,
je ne puis, à l'opt.
prés., avec
~ïffTanai, §. 135; Verb.irrég.^ §. 2Ô2.—
1 p.v; *avivw,an part. aor. 2, § 123,
3°. —iviïcuy.ovîu, à l'inf. prés., § 89.
INFINITIF.
PRÉSENT.
THÈME

XV.

I. Hercule fut instruit par Amphitryon [à] conduire
un char1 ;
à lutter, par Autolycus 2; [à] tirer de l'arc, par Eurytus 3; [à]
manier les armes> par Castor 4; [il] chanter sur la cithare, par
Linus 5. Mais celui-ci mourut 6, frappé par Hercule
d'un
coup de cithare 7 : [le héros] le tua, irrité d'avoir été repris par
lui 8.
VOCAB.l ~*'HpClÚ.r¡,
§. 181; (Ji'îacav.w,à l'aor. 1 pass., §. 106, Verb. à
~-Co)'Jo;;
«PV.Zconjug., p. 104, REM.1°.; ce verbe régit l'infin.; 'APPIRP^WV,
~âppia,currus,et de~sAavvw,
~(le
ÈXâw,
ago,agitai). —2 ~rxXztw
— + Óï.Ào.!J.rx.X'Co)
^TOÇIÛ»$é,E~VOUTOC.
¿, propr.,
É, Ó, ÍmÓ,gén., ~AÙTOXUXOÇ.—
armis certo, K~âcrrwp,~-opo;.- 5 ~xiSapuJéw(comp. de ~xiôipx, espèce de
6
? à l'aor. 2,
lyre, et ~ciOta,rf'ri. chant), ~Ai'Jo;.— ~oro; ~Ji, à7ro9vv}a-/ro
au part.
Verb. irrég., §. 250, — Tourn. : frappé de la citllaré, Tz\r,<JGu,
aor. 2 pass., §. 116, 3°., renvoi 1; y.tecip:z;sur le cas, S. 338, 1°.—
Tourn.: car irrité il tua lui ayant repris : ôpytÇ'»~yâp,au part. aor.pass.,
£tvw (comp. de xn-o), à l'aor. J, §§. 120, 1°. et
§§. 119, 1°., et 96;~à7ror.T

175

RKCAPITï
[.ATIO\.
§ 119,Il,
4°., et 210, au
partie, aor. 1 act
l'accus, Sur cet emploi du partie., voy. la Synt., S. 369.

1°., à

II. [C'est un] grand mal [que de] ne pouvoir supporter
[le]
mal 1.
VOCAB.1Tourn.: grand mal [est] le ne pas pouvoir, etc., flhêlr;, §. 37,
~k/-/ov,
to, ma lum, ~yhâvvayai, à l'infin. prés, avec l'art., sur ~taTCXfLt,
§. 135, Irrég.,§. 252 ; îiiw, à l'inf prés.
THÈME

XVI.

1
à
recommande
I. Pythagore,
dit-on,
[ses] disciples
[de]
respecter les vieillards 2, [ de] ne point jurer par les dieux3,
de plante
[de] ne point détruire et [de] ne point endommager
mémoire 5, [de] ne rien dire.
non sauvage 4,
[d']exercer [leur]
la guerre
en colère G, de déclarer
ni [de] ne rien faire
à [la]
licence 7.
VOCAB.
1 Tiurn.: Pythagore est dit recommander: ~nuOayopaç, ,

à
dal.,
?-rIf-LrX.Co),
~-oD.
91,
Yùiji/i.près.,
§.
~TzpéaSvç,
r;cxpf.'lï'.);;'Co),
3
au compar., seniores, §. 39. — ~M/i
oyvvyi, §. ] 41 , accus., Sîâ; , lalin ,
yi~zotvop-ai, accus., r.pnÓ:I, ~TO,;'[J-<:pr.,ç,
jurare deos. - Íf-Ly,n:q,9elpCo),
mansuetus, sativus, adouci par la culture.—5 ~àczéw, §. 89, yvr.y.n^~i,—
6 lzy,'-.
e ~rt>s*/w,p)T«
Trpàcffw,Èv, dat,~op'/n', . —~7jzoïeyéco,belligero, dut. ,
loi, absence ou manque de loi.
àvoyia, YÍ,tle priv. et ~vÓf-Lor;,
1
II. Chilon, un des sept Sages, prescrivait
[de] contenir
ne pas médire du prochain 3,
sa] langue 2,[de]
[d'] honorer
une perte à un gain honteux 5,
la] vieillesse 4, [de] préférer
de] ne point rire d'un misérable 6,[d'] obéir [aux] lois 7.
VOCAB.1 XEiÀC,o)'J,
~eIj,é-rà,<yoyoç,l'art. d'après la Règ.V, p. 8,~7rpoçr<XTTco
(comp. de ~npÓ;),à l'imparf., §. 210, I. —2 7.par:su, gén., S. 328, V,
plur. ; mais voy. §. 311.—
~a
Il
~7'AwTTa,
4 ziyzM, ~yïpzç,~to, ~§.28. ~—5 Tourn. : de prendre plutôt, ~aipéouxt~yîl3o.
22, ~S.
Gu>7 Õ'i':L"I¡.0:1, ç»jaia,ri, >Î, quam,~vspStç, ~S.
HCù, tourn. : à un étant malheureux, ci,vXÉc.),au partie, prés., au dat.,
7 nzlOoya.1,dat.,
régi par la prép. ~iiri,contre, contenue dans ~èmyelxa.—
VOJAOÇ
, 0.
FUTUR. -

AORISTE. -

PARFAIT.

THÈME XVII.
Ondit que Cadmus, fils d'Agénor ,fut envoyé de Phénicie,
par le roi a, à la recherche d'Europe 3, ayant reçu ordre 4, ou

176

THÈMES.
ramener la jeune fille 5, ou [de] ne pas revenir
en Phéni[de] 6
cie : mais que ne pouvant [la] retrouver 7, il désespéra [de]
son retour dans [ses] foyers 8, et que, d'après un oracle, il fonda
Thèbes 9; que, s'étant établi là 10, il épousa Harmonie
II, et
qu'il eut d'elle Sémélé, Ino, Autonoé et Agave 12.
VOCAB.1 Tourn.: dicunt Cadmum, etc.; voy. plus haut, p. 90, III.
2
~Kât?f*oç;
pour fils, voy.§. 310; k l
.opo,. — cin-OO'TiÀlCJ.1
(comp. de
3°.,et 124, Tab. de ITaÀÀCo);
~à7ro,
à l'infin. aor. 2 pass.,§§.
123,
~èr.,gén.,
3
<l>OLlILX'II,
~li;puailivç,. — npÓ;, ad, accus., iTal',
>5,S. 23, rt Eùpw7r>j.

4 >ap.6âvw,au parlic. aor. 2; à l'accus.; Irrég., S. 248; È'J't"o).,~ri,
auplur.
- 5 cc-yw,
à l'inf. aor. 2, avec redou blem, attiq., §. 209, 2 ., ~7rapôsvoç,
-ou,
y. -6 ~vi
pi àvaxséa7i-Tw
(comp. de àvet, rursus, et xâprrw,flecto), revertor,
retourner, à l'inf. prés., ~uç, acc., Yi^oivî/jj. — 7 Svvxy.u
1 ei, moy., au
partie. prés., à l'accus., sur ~ïorapuM,§. 135; Irrég., §. 252;8àvEupta-xw
(comp. de ~àvâ),à l'infin. aor. 2; Irrég., §. 250, à evpîo-xw.— ÙTtoyiywa;,w (comp. de ~KTro),
à l'inj: aor. 2, formé de yvw/u;Irrég.,
§. 249, à
»5,es, acc.,o*x.oç, ô, domus;l'art.
~yiYVMffxoj
; régimedirect à l'acc. ; cillC1.xo[LtJ,
sur la Règ. V, p. 8.— 9 xrx.l~xarâ,acc., riç, xp'fJap.Óç,
xWÇw,à l'inJ. aor.,
Ó,
10
èvraûQa, illic vero, YGtrotziw,
§. 119, I,1°.;~ ©îjêsu, Thebæs.
neul., au
part. aor. à12l'accus. — 11~yai/éwptév,à Yinfin. aor. 1; Irrég., §. 255;

yevvâwei, propr. , gigno autem, éx, ex, gén., aùrcç, /ai
~'Appovia.
x.ai liyavn.
Ic~E~, x.a't'IvWj§. 27,/.ai AOrovor],
THÈME XVIII.
I dans le cratère de
s'élança
l'Etna 2,
qu'Empédocle
et qu'il
voulant accréditer
sur lui l'opinion 4
3,
disparut
[y]
qu'il était devenu un dieu 5; mais qu'ensuite
il fut reconnu 6,
une de ses galoches ayant été rejetée [par le volcan] 7, parce
qu'il avait coutume de porter [ des galoches] d'airain 8.
Vocab. 1 Tourn. : Empedocles dicitur insiluisse, ~Xiyw,'Eprî^oz)>
£ ç,
§. 181, £vâ).).of*ai(comp. de ~èv),moy., 2insilio, fut. èvcJoûj/xi,à l'infin.
aor. 1 inf. ~ivi).aOrx.t.
aor. 1, èv>jXàpujv,
d;, acc., Xprx.TY.P,
gén.
xpar/ipo;5
3
~o,au plur., AtTvw,->j;, Y,;montagne et volcan de Sicile. — xai à yavtÇw,
à l'infin. aor. 1 pass., §§. 119, I, 1°. et 96. —4 ~poulopuu,moy., an part,
prés., ~^sêatow,propr., confirmer, à l'infin. aor. act., §. 93, 1rZP¿,gén.,
aù^oç, ipse, 'tY.[LYJ,- 5 ~ÓTt,
que, '/fyvoptxt,à l'opt. parj. 2; Irrég. S. 252,
Synt., §. 365, IV; ~3soç.— : varepov d'i , ,,/t'JaxtJ), à l'infin. aor. pass.,
formée de .pÓCo)
, Irrég., S. 249. — 7 ~siç,S. 41 xprjjrt;, gén. ~Y.
pn-nldo;,r,,
ciilapémisCo)
(comp. de àvà, sursum, et ~piffiÇw
j sur le redoublem, du p,
voy.§. 166,4°.), propr., je jette, je lance en8 haut;, au partie, aor. 1
passe , §§. 119, I , 1°., et 96; génit. absol. — Tourn. : car il était accoutumé [à] se chausser de galoches d'airain, ,,/cip, après un mot, èôtÇw,
j'habitue, au plus-que-parf. pass.; augm., §. 208,Ier. alinéa; figur. ,
moy.; accus. (voy. plus
SS. 119,1°., et 96; valeur, J. 254; ~v*rotfiopott,
1. Ondit

177
RÉCAPITULATION.
aut, p. 117, VIII, VII, 7), à Vinf. prés. ;~ yxk/.io;, æn~ut,§. 178, à l'acc.
sous-ent. ~xp»i7tîc?aç.
vin. plitr. contr.,
II. Accuser et censurer [est] facile I; mais donner son avis
ur la manière dont le présent peut se corriger 2, est le propre
['un conseiller intelligent 3.
VOCAB.1 Tourn. : le accuser et censurer, £'/(l.H&>(com p. de èv, §. 166,
~.), à l'infin. aor.,§. 95, I, avec l'art., §. 281, 3, ~xaièruripiu, a l'inf.
\or.; ~pxStoç.
— Tourn.: mais le conseiller comment les choses prëenles deviennent meilleures, etc.; crufx.6ouX=ww
~Si, à l'infin. aor., ôîrwç,
-à~pltfJ-t,adsum, au partie. plur. neut., pris subst., lat., præsentia.
, au compar.
|. 64,~vtyvofiai,fio, au subj. aor. 2, Irrêg. §. 252; àyaOo;
tlur. neuf. contracte, latin, meliora, §. 197, 1°. et §. 40, REM.Tourn.: cela, ~o5toç,
§. 45, est œuvre, êpyoy, ré, d"un conseiller,av:.t§. 33.
'ovÀo;, intelligent, ~HpypM-j,
r
III. Il est difficile [de] concevoir Dieu 1, mais il est imposable de [l'] énoncer 2 : car il n'est pas possible à un être corporel
3.
e désigner une substance incorporelle
VOCAB. 1 ~NOECo),
pisv, à Yinfin. aor., §. 89, $so'( , ^oàsnoç, §. 3o. —
dico vero, à l'infin. aor., S. 119, I, I°., ~àJuvaro;, S. 31.
* 3,
Tourn. : car indiquer la chose incorporelle est impossible à un
;orps ; «wzatvw~1r, à l'inf. aor. 1 act., §. 120, 5°., à^w^aro; (à privat.,
167,I°., et ~ffwfix),au sing. neut. , avec l'art.,
fÔÚVC1.'t'o;,
ap.7., TQ.
"THÈME XIX,
latin, incorporale,
S. I. Les Athéniens disent qu'Erichthonius
de la
fut produit
de l'Attique a :
terre 1, et que les premiers hommes poussèrent
des dents.
mais les Thébains disent que des hommes germèrent
p.'un serpent 3.
VOCAB. \0nvaïoî,«j»i(*î,S. 148(que rendu par l'inf. avec l'acc.; S. 279),
sursum do, à l'infin. aor. 1 pass.,
propr.,
~'Epij^ovto;,à l'acc., àva(Jt<îwrxt,
2 Xt

àvayvw
» à l'inf. aor. 2,
7rpwro;
, af)pCo)Tr"Jç,
§. 4o; ~ix,gén., 7ri,ii.
, Àiyw, àvrîp , §. 29, àvaSXa§. 141, REM.4°., ~èx, 'At-ixjj. —1 0ï!ÔaZ&ç,
~a-rlvw,à l'infin. parf. act. ; Irrég. §. 247, (^xotxvoj , èx,
gériit.
0, Õ¡W;,~0,§. 23.
|)!ÎovTo;
,
II. Les habitants de Naxos racontent que Bacchus fut nourri
chez eux 1, et qu'à cause de cela l'île lui est devenue trèsphère 2.
VOCAB.1 ~Ni^co;,fi/Jo^oyîw(que rendu par l'infin. avec l'acc.; § 279),
Aiovjffoç(voy. p. 9, VIII), acc., rpéfu», à l'infinit, aor. 2, §§. 116, f'.,
Elevés
Thèm. gr. Ire Part.
12

178

THÈMES.

et 114; ~dutaùrdç, dat —1*alc?iâ, accus,, ouroç, §. 45, vyjdoç,à l'acc.,
yiyvopocil,à l'inf. parf. i, Irég. §. 262; ~irpoçfiXr,ç,
§§. 34, 39.
III. Une tradition rapporte 1 que l'île de Délos2, avant
qu'Aaux hommes 3, était couverte par la mer 4 ;
pollon apparut
mais que, le dieu s'étant manifesté 5, elle s'éleva du fond
[de
la mer] 6, et se tint au milieu des flots 7.
VOCAB. Tourn.: une tradition est, ~Xoyoç,
et que rendu par l'inf.
eîp,
- 3 jrpivpév, avec l'inf., 0
avec l'ace.; §. 279. - 2 A?,Xoç
v ~vTiaoç.
ÂTroUMV
~-wvoç
, yatvw, à lnJ' aor. 2 pass., §. 12 3 , 3°., av0PCo)7t
à
oç. — 4 XpUTTM,
to, §. 22 ; sur le cas, voy. plus haut, p. 92,
l'infin, prés. pass., ~TrIXayoç,
IV. — ~<ptvco
<?£ , au part. aor. pass., S'eoç;génit. absol. — 6 &varpixw
propr., sursum curro, à l'infin. aor. 2; lrrég. §. 247, à ~rpéxw;h, gén.,
~pu0oç
, Ó, au plur. — 7 stal larxjpu, à l'inf. aor. 2, èv, in, dal., [LÍaoç, me, §. ig.
dius, zelia, ~to
THÈME XX.
I. On dit qu'Anaxagore fut accusé d'impiété 1, parce qu'il
disait que le soleil est une masse de fer embrasée 2 j mais que,
Périclès ayant plaidé pour lui 3 il fut condamné à payer
une
amende de cinq talents 4 et à être banni 5.
VOCAB.1Tourn.: Anaxagorasdicitur,
'A"J,,/ÓPC1.',).["1Co),
~xptvu,à l'inf.
aor. ipass., §. 122, 10., gén. ;~àcréSeta,v:.—
2 âiori, propter qùod, Xly«,
à l'acc. ;pûSpoç,6, massa,JtaTrupoç,§. 31, appos.,
~eîpû,à i'i»/^,^Xtoç,
ô,
— 3 ~rUpixXvjç
1x.
<?£,§. 181, «7roXo'/éo^at,moy., au parlic. aor., §. go;
p.
gén. — 4 Tourn.: multatumfuisse quinque talentis,
gén. absol. ; ~vn-ép,
5 Tourn.: et

aor.
dat.
à
multare,
~raXavrov,
to,
pass.;
ow ,
l'infin.
avoir été exilé, ~«puya^eiîw,
j'exile, à l'infin. aor. pass. Il échappa ainsi à la
peine de mort, portée chez les Athéniens dans les accusations d'impiété.
II. Un pédant, visitant un malade 1, lui demandait des nouvelles de sa santé 2 ; mais l'autre ne pouvait répondre 3. « J'espère, [lui] dit [alors le sot irrité], que je serai malade aussi 4,
et je ne vous répondrai pas quand vous viendrez 5. »
VOCAB.1 IxoÀo.:aTtxÓç,
~£7rtuÛ7rT°[Lo.:t,
moy., au partie. prés.; vociu,
; interrogeait sur
œgruto, au partie. prés., latin, ægrotantem. — Tourn.
3 ÓCi
l
i.
66,
vyiei<x,
la santé, ~sp«Taw,augm.,§.
wepi, gén.,
§. 316, ou
5ôvapxi, moy.,à l'imparf. avec augm.attiq., §. 205,3°., sur îsTa/xai; ~àjroyptvo/xai(eornp. de ~r.6et de xpivw),moy., à4l'infin. aor. pass.; sur laformat. ,. 122, 10., sur l'emploi, §. 2o3. — Tourn. : iratus igitur, Spero,
au
aor. pass., §§. 119,
inquit, et me tegrotatitritiii esse; ~ôpytÇw
part.
owv,
avec
~frijjii
, §. 148, REM.1°., xcctsyM, à l'accus.,
I,I°., et 96; èXTTtilWj
5

à
Tourn.: et
et
;
vousw, l'inf. fut.
contract., §. 174,III
apostrophe
ne devoir pas répondre a toi étant venu ; ~XtfL'IJ
ànoxpivofixi,à 1V«/Tyî/

RÉCAPITULATION.
179
1 moy.;format, et termin. , 120, 1°. et ci-dess., p. 128, Caract. de la
moyenne; ~ep^opat,moy., au part. aor. 2; Irrég. §. 247.
voix
III. On dit que la Chimère fui nourrie par Amisodaras 1,
it qu'elle était née de Typhon et d'Echidna 2.
VACAB. Tourn. : dicitur Chimœram nutritam fuisse, etc.; ).É"/Co),pass.
mpers., ~Xtuatpa,
>5,rpéfuf/iv, alo quidem, à l'irtfin. aor. a pass.; format. et termin., §§. 116,4°.et 114-;régime, p. 91, II ; 'A^iu^xpaç , -ou. 17iwâw vei,gigno, à l'inf. aor. pass., èx, e, gén. ; TVjlwv,gén. Tuywvoç,
vE^t^va ,
~rú
IV. Dès que Xerxès eut appris 1 qu'un pont était jeté sur
il partit de Sardes4.
l'Hellespont2, et que l'Athos était percé3,
Vocab. ~1'llç, ut, 7rvvôàvopiai,moy.,à l'aor. 2 indic. ; Irrég., §. 248; et
que rendu par l'inf.-2 Tourn.: Hellespontum jungi[ponte], 'E).).r.r;r.-ov.oç,
i, Çeûyvvpu,fut. ÇïûÇm,à l'inf. parf. pass.,§. 141, et REM.,1°., p. 14o.—
~3czl Ó"AOuç, à Yaccus, atliq., §. 179,2°., Sta.crxâîrrw
de itci,per),
perfodio, à l'inf. parf. pass., §§. 104 et 105. — 4 r.poét..¡C,o)
(comp.
(comp. de ~rpd),
-swç,ai, §. 23.
gén.,
,
l'augm., §§. 66 et 210, I, ~iy.,
à l'imparf.; sur
au miV. Platon conseillait aux ivrognes 1 de se regarder
ainsi d'une telle difformité3.
roir2, parce qu'ils se guériraient
VOCAB.1 Tourn.: Platon conseillait aux s'enivrant, ~Ó
n).â?wv,ovjxSovÀIVCo),
moy.,
§. 210, I, REM.2".; piîGûw,au part. prés. —2 xaT07TTptÇouca,
àl'inf. prés. - : Tourn.: car [eux] devoir s'éloigner d'une telle, etc., en
sous-ent. ~cktys
, il disait, àr¡la't"YjfLt
(comp. de ami, ab), à l'inf. fut. moy.,
j$,au gén., gouverné par la
§. i35, ~TOtOVTO"
§. 201, REM.3°., C<CTX'II[LoaÚv'II,
prép.~ùiro, contenue dans le verbe. En grec, l'éloignement, la séparation
par le génitif, au lieu de l'ablatif latin.
s'exprime
PARTICIPE.
[

PRÉSENT. -

[

AORISTE. -

THÈME

PARFAIT.

XXI.

I. Le méchant et vivant et mort est puni
1.
[
1
VOCAB. '0 za/cç , ~CJJ,au part, prés., §. 91, Svfoy.w,au partie. aor. 2,
Irrèg. S. 260; oHc,), punio, au prés. ind. pass.
II. Les dauphins [en]
tempôte 2.

sautant

1 annoncent

l'approche
* 12

de la

180
THÈMES.
VOCAB.1 Agén.,
et 64, p. 58, au
A.Àopivl)',~Ó,ÀVA<MPT<
£
«,
§§.
91
2 Tourn. :
, ~xupartie. prés. indiquent la tempête arrivant, pjvvw
~pwv,gén. xup.¿)'Joç,Ó,tMipi (comp. de ïk-é
, ad), au part. prés., S. 147, et
64, p. 58.
III.

Les Athéniens
restés
aux environs
de Salamine 1,
et apprenant
incendiée 3,
voyant
l'Attique
que l'enceinte
sacrée de Minerve était renversée 3, tombèrent
dans un grand
4.
abattement
VOC
AB. l ~'AQrjvxTo;,
au partie, prés., Trspt,accus., circa, zx<îiarpi6<w,
2
au part, prés., §§. 89 et 64,
~Xapuç
, gén. 2x).aatvo;, acc., §. 21.:1sc.JpÉCo),
~il'A't"'t"tx,7rup7roXlw
, au parf. prés. pass., §§. go, 84, 1°. — 3 xat cixovCo)
audio,~TÉp.evo"r6, 'A9)')'J,-ç, y.aTccaxci7rTCo)
(comp.de -/ara ), perfodio, à r irif.
parf. pass. , §§. 1o4, io5 et 210, I, — 4 Tourn. : étaient terriblement déà9uf*iw (comp. de à priv. et de ;;up.Óç;,animas), à l'imcouragés, ~<?sivwç
parf.; sur l'augm., §.211, 10.
sculpté des statues avec les
ayant le premier
1, passa pour faire des stajambes séparées et les bras étendus
tues animées,
parce que les [autres] artistes avant lui exécules bras
taient les statues avec les yeux (fermés 3, et ayant
4 et collés aux côtés 5.
vendants
VOCAB.1 Tourn.: Dédale le premier faisant les jambes des statues sépaau partie. prés., §§. 64 et 89,
rées et les bras étendus; ~Axîtfaàoç,
TTOIÉW,
~O'j(iÀoç;,
Té, §. 22,cruj-,a-ya^juix,
.,je metsune jambe
TO, S. ig, <?ictê5tivw,propr
devant Vautre pour marcher; au part, parf., §. 72; Irrég. S. a52,à ~paiw;
zCCt
~%sip, , Irrég. S. i85,70., Stavebv(comp. deAii) aupart. parf. pass.,
§§. 121,3°., 122, 1°.,et 21o, I. - 2 Tourn.: était dit faire, etc. ;~ Af/w,xstrainstruo, à l'inf. près, moy., &yAuz,TO,Çiu, vivo, au part. prés.,
~cr/.uxÇw,
Ó 1?J.Pzsyyiznç
vivaiit. - 3~
, -ou, npô, gén., «ùro'ç,xxraffxc'vaçw,àyxXuatToIf
parf. act.,
ôjt/'JiaiTt
~[Liv
pûw,oculis conniveo, je ferme les yeux, au partie,
a n part. prés., xaQijj/zt(comp. de UTeX,
§§. 66 et 72. — 4 ~tx;4i ;(dp7.; gXw,
deorsum), propr.,5 demitto, au partie, parf. pass., §. 144. Sur ~ué-jet Si,
, rÍ, dat.
, au part. parf. pass , §. 92, rrÀÕupx,-:iç;
voy. §. 273. — ~xoMàw
IV.

Dédale

THÈME

XXII.

« Il faut, dit Bion,
I. Un envieux ayant l'air chagrin 1 :
à cet homme ou du bien à un
ou
du
mal
soit
arrivé
qu'il
autre 2. »
au partie, parf. act., §§. 206, 11,
VOCAB. Bza-X7.:JÓ;
~Irtg,axvQpuniÇa,
2 Tourn.: Bion, aut ltuic, inquit, malum

absol.
génit.
119, I, 72;
0 ~Btuv,r,, ovr0;, <p*p,xotxov, ytyvouzt, au
accidit, aut alii bonum;
§. 200, i°.,
parf. 2, §. 252, avec v euphonique, §. 173,~3, ,
xxxov.

181
RÉCAPITULATION.
déII. Le même [philosophe] dit à un prodigue qui avait
voré ses biens fonds 1 : « La terre a englouti Amphiaraüs
mais toi [tu as englouti] la terre 3. »
VOCAB.1 Tourn, : le même à celui ayant dévoré, etc., La terre, dit-il ,
etc.,o ~aÙToç,
7rpoç,accus., o, xaredôtu (comp. de xaTa), au partie. 2parf.
1 act., §§. 210, 1, 72, emprunté de ~lcp; Irrég. §. 247, à ècbw. — 6 fi"
i S. 148,~i 7»»,jtaTa7ttvw(comp. de
'A[L'ftcÍf(XO;,
Amphiaraus quidem, Tnmi
— i ~orû
Jé, rt yr,
xaxâ), à Vaor. 2 , Irrèg., S. 262, Triveù.
III. On dit que Minos, ayant régné 1 de la manière ia plus
conforme aux lois 2, et s'étant surtout occu pé de la justice 3,
fut établi juge dans les enfers 4.
VOCAB.1 Dicunt, , ~Mî-.wç, -6JOç,à l'accus. attiq., §. 180, II, Gau partie, parf., §§. 67, 72.— 2Tourn.; très-légalement, 'JfLt!'-(;:;.
aL),eúcp,
legalis, au superl.pl.n. adv. d'après le 161, REMARQUE
, p. 160. — ~J
au partie. parf, act., §§. 89, REM.2°. ,119, I, et 72;
fLcXÀtaux
~(ypovrt^w,
- 4àrro(?
~Y..
gén. ; ety
£txvufxt(comp. de àro), designo, à l'illr parf.
£, gén.; avec apostrophe,§. 9, ~ôY,ç,
pass. , §. 14i, HEM.2°.; rJtG:aTr.'ç,za?<
-O'J; remarquez l'esprit.
Les petits enfants 1, jusqu'à ce qu'ils aient quarante
a, ne rient ni ne pleurent étant éveillés 3, mais [ils font]
jours et l'autre [en] dormant 4.
l'un
1II:;wJio'J,~TÓ,
VOCAB.
puerulus, diminutif de iraiç, puer. — Tvum.:
jusqu'à ce qu'ils soient de quarante jours; Xpt, ~7'7vopxt,au subj. aor. 2 ;
Irreg., S. 252 ; sur le nombre, du verbe, voy. plus haut, p. go, Règ. II;
sur l'adj. de nombre, §. 42 ; i¡J.Ép:x,an géllit. - 3 où ,E).,ciCJJ,
ovd'&
:x.)'.p.j6),
dormio, au parf.
i~yeipw
pÉv, au part. parf. 2; Irrég. §. 252. - WTTVOW,
pres., ~ùpfOTeûo;,
uterque, S. 200, 13; auplur, neutre, sous-ent. 770iiê,
ils font.
THÈME XXIII.
IV.

I. Lamaque réprimandait
un de [ses] officiers 1 qui avait
commis une faute 2 : celui-ci ayant dit
qu'il n'y retomberait
3 : « Il n'est
plus
pas permis, répondit Lamaque 4, de se tromper deux fois à [la] guerre 5. »
VOCAB. 1 Aci,:.L::I.;(oç,
«TRIRIT/ÂW
, à l'imparfait, dat. , ~riç , ^O^AYO'Î. Tourn. : ayant fait une faute, ~ÂAAPTÀVW,
au partic. aor. 2, au dal.,
lapso; Irrég.§. 248.- 3 Tourn. : celui-ci ayant dit ne devoir plus faire
aor. 1,§. 148, pn/sn, non amplius,
cela, ~Ó
rJi, g. 316, , au partie,
~OÎTO;.
§. 45,Trotsw, à l'inf.fut.
; absol., §. 370, 1.—où/. Ëan, l'o'y.
à l'aor. 2 ind., §. 2 1 1
§. 388, 2, 2". ; comme en laf., non est; ~ein-SLV,
2 — 5 ~Ev,
dat., SO) fio;, pour deux fois §. 158, À«2PTÂVW,à
l'infin, aor.2 ,
Irrég. S. 24s.

182
II.

THÈMES.
Démosthène
1: « Je ne descends
injuriant
Quelqu'un
2 où le vaincu vaut mieux
dans
une
arène
dit-il,
pas,
que le
»
vainqueur 3.
1Tourn.:
VOCAB.
Démoslliène, quelqu'un l'injuriant, ~»
22,
TLÇ,aùroç, >oi<?opéof*ai,
moy.,au part. prés., avec le dat.; gén. abs. -2 où
~cuyzaTaêatvM
(comp.deffôv, cum, xarâ, deorsum), propr., non condescendo;
~s'tç,ace., àywv,gén. àywvoç, Ó, propr., combat; cette lutte était celle de
3 Tourn. : dans
l'injure.
laquelle le vaincu est meilleur que le vainquant, ~lv,dat.,Õ;, Jî-rraw,au partic. prés. pass., avec l'art., xpsiTT&»,
gén.,
~vtxâw,au partie, près., avec l'art.
1 est
III. Si quelqu'un
la
vie
de
la
ville
pense que
plus
agréable que celle des champs a, qu'il réfléchisse en lui-même3
quel [plaisir c'est que de] voir 4 [les] grappes de raisin pendantes à [la] vigne 5, que [de] contempler [les] moissons agitées
[le] souffle des zéphyrs 6, que [d'] entendre meugler [les]
par
7 et bêler [les] brebis 8; quel spectacle [c'est
boeufs
que] [les]
9 et tétant leur mère I0. Pour moi, il me
génisses bondissant
semble que tout ce qu'on montre sur les théâtres n'est rien Il~
en comparaison de la jouissance qu'on tire de ces objets-là 12.
VOCAB.
1 ~Eï nç, indic. ,oo^ai, moy., pîoç, Ó, etp, à l'inf., acc., repnvôç,
~êv,dat., ctorv, ro,§. 25. Constr. ainsil'article : la dans la ville vie, d'après
les §§. 311 et 314-— 2Tourn.: que celledans les champs: ~Ó,È'J,&.1pÓ;"
o;
3
3i
3oo,
s,
3x4-—
~ivOulAiolzat
(comp. de i", in, Svpàç, anivoy. §§.
3og,
accus., taurou. mus), moy., à l'impér. aor. pass., §§. 90 et 2o3; ~7rpôs
y
4 Tourn. : quale [sit] videre, etc., ~otoç,§. aoi, Ópar,),à l'inf. près., §. 247.
—5 ~Pdrpvç,
6, §. 26, y.pepuxvvvfii
t au part. prés. pass.; Irrég. S. 251, Ex,
6 OlOÇ
TO, xtviw,au
ar:,°pC1.Co),
~a[i7Tc'koçf
y
àl'inf. aor. 2, Irrég.; Xn'ïov,
gén.,
partie, prés, pass., ~avpcc, li, aura, au plur.; surle cas, voy. plus haut,

Ó.
aiidire boves mugientes
IV
;
, oIoçIi,
~Çéyupo;, 7 Tourn. :
p. 92,
à l'inf. aor.; sur le régime, §. quale
328, II; ~poû;,Irrèg. 185, 10, puxâo/xai,
cixovCo),
8 Tourn.: et oves balantes,

ou
ro,p\nycr.'j~irpdgzrov,
moy.,
partie, prés.
~jaat,moy., au parlic. prés. — 9 Tourn.: quel spectacle [sont], etc., oioç
au partic.
~Ss, S'éa^a,ro, d<xpali<;,
§. 23,
et tirant ley,lait
juvencaou.
vitulus,
ffxiprâw,
: ~xaiêixw
, yxXcc,
gén.yc&axroç, ro.—
prés.
10
Tourn.:
11Tourn. : mihi enimvidentur in theatris édita nihil esse; ~l1, 'jàp,
So/.ku>,
, au partie. prés. 12
plur. neuf.,
je semble, ~sv,Séxrpov, Td,JEizvu[Ai
avec l'art, constr. d'après la Règ. V, p. 8; ~[inc?sv,
eipi. — irpoqrhv àn
ces
~èveivwv
vicTovïjv,
comparativement au plaisir provenant (yiyvotffe
choses-là; sur cette tournure, voy. §. 269.
THÈME XXIV.
I. On raconte 1 que Cérès, qui ne pouvait retrouver
vint
des flambeaux
aux cratères de l'Etna[sa]fille2,
s'étant allumé

RÉCAPITULATION.
183
dans beaucoup de parties de la terre i, et qu'elle fit du bien 5
à ceux des hommes 6 qui l'avaient
accueilparticulièrement
lie 7, [leur] ayant donné en retour la culture des grains 8.
à l'accus., et que rendu
1 VOCAB. MvOoXo'/oûo-i,
narrant,
AnpvTvp
,
§.
29,
2 Tourn. : ne

pouvant, [J.YÍ,dvvapzt, au partie. prés., sur
par l'inf.
tcrrat/ai, tupiqzw, à l'inf. aor. 2 , Irrèg.§. 25o, ~3vyzTr,p,
§. 29. -:1 ci&:TrT6),
accendo, au partie, aor. 1 moy., §§. 100 et 102 (le moy. pour exprimer
le sens réfléchi) ; ï.ctpnàç, ~>7,
tx, de, gén., xparx|p
, -7.po;, Óxarà tJjvAtrvvjv,
l'art. conslr. d'après la Règ. V, p. 8 ; m.àm. : des
celui
qui
est
sur
l'Etna;
sur l'Etna cratères, comme en lat. — 4 ~i7rÉpX°p.C1.t,
adeo, à l'inf. aor.2 ,
>5oîzoypiév/j,
~•eVi,acc.,7n>Xvç,
Irrég., §. 247,à ; PX°P.IXt
§.37
otépoç,to,§.
22,
-1-n. —5 ~EOcpyeréw,
benefacio,
propr., habitata, la terre habitée, sous-ent.~
l'itif. aor. ;acc. —6 Cette tournure partitive s'exprime par l'art. suivi du
nom au gén.avec l'art. ; voy. ci-dess., p. 57,§. 298 ; ~av0pw7roj.—
? Tourn. :
aor. i, S. 100
ayant surtout reçu celle-ci,~ wpoç^s^opiat,moy.,au partie,
et 102,~POLIARA,
OZTQÇ
, §. 45. — 8 ùv-rtewpioilzt,moy., au partie, aor.;
cette voix exprime ici le sens du verbe réciproque; voy. S. 352, 4°.;
L'art. constr.
~fxzp7rJç,propr., fructus, rrvpÓç,frumentum, au plur.
la Règ. V, ci-dess., p. 8.
d'l'rès
II. Saturne dévorant
ses enfants 1
dérobé par
Jupiter,
2 et
exposé en Crète 3, fut nourri par une chèvre 4.
VOCAB '0 ~KpÓ-vo,
Rhéa
~xztktOcm
, au partie.prés., gén. absol. ; rey-yov,To.' ~ZiV, xliirrw,ait partie. pass. aor. 2, §§. 116,4°. et 114; ~'Péa
; sur
Yart., voy. ci-dess., p. 9, Règ. VIII. — 3 *«' ~èxTtÔTjpu,
expono, au part.
pass. aor. l, §. 133, ~£iç,acc., sur ce cas ici avec un verbe de repos, voy.
. - 4 ~àvarpiyw(comp. de àvâ), à l'aor. 2 pass., §§. 116
§. 374, I; ~Kprirn,
4°., 11 4 et 210,I, 1°. ; ~atÇ,gén.at'/oç; surle régime, voy. plus haut,
P. 91, Règ.II.
r III. Icare, le fils de Dédale 1, la cire s'étant fondue 2, et
tomba dans la
les plumes de ses ailes s'étant dispersées 3,
merVOCAB.1 'O XC1.pO;,
4.
l'art. constr. d'après la Règ. V,ciu
iô;,
AaiiîaXoî,
2
8.
dess., p.
o, aùxo), ipsi, xr|xw, je fonds, au part. aor. a pass.,
~XYipÓç,
§§.1 16,3°. et 114; gén.abs. —3 Tourn.:et les ailes s'étant écoulées autour
a lui, ~rrnpÓ-v,
TÓ, TTEptppEM
(comp. de nipi, circum, et p£&>,fluo; sur le
reduublem. du p, §. 166, 4°.) Propr., circumfluo, au partie. aor. 2
, 116,
pass., formé de ~pvCo)
70.; gén. abs. — <ifr.£rr.c.J(comp. de i),
incido, à l'imparf , §. 210, 1, 2°., ~sïç,acc.,r:t}.y.yoi,to, §. 22. On sait
que Dédale avait attaché desailesà son fils Icare. Voy. plus haut, p. 151,
VI, IV.
IV.

Périclès

disait que 1 des arbres

2

coupés

et abattus 3

184

THÈMES.
mais [qu'] il n'est pas facile 5
repoussent promptement 4,
[de]
recouvrer des hommes détruits 6.
VOCAB.1~IIeptxÀŸjç, , comme
— 2c?sv<?pov,
ind.
to, plv,
Sri, que,
>6yw,
3
1.
au partie aor. i pass.,. 122, 1°. ; xotttw,
~rèf/vw,
quidem,§. 273,
au partie, aor. 2 pass., §. 114.— 4 ~çûofxat
; sur le nombre de ce verbe,
voy. ci-dess., p. go, Règ. Il; ~Ta^lwç.—5 où, P'rftOç, adj., Si, autem,
b auôiç
rursus obtineo, à l'aor. 2 in!fin., -Irre'g.
~eïpS§. 64'rV,,/XC1.1JCo),
§. 248; avecle gén.; ~iidp,§. 29, Stx'fQeLpu
(comp. de Itt), au part. aor. 2
pass., §. 123, 20., et §. 124, verb. à conj., p. 119.
THÈME XXV.
PRISE DE TROIE.

1 étant
I. Les
le conseil
ass/égés 2, Epéus3,
Troyens
de Minerve, fabrique 4 un cheval de bois 5, et Sinon
par
s'étant
s'introduit [en] espion 7 dans Ilion 8. Ensuite 9,
défguré 6,
10 les
11 dans 12 le cheval de
braves
entrer
ayant fait
plus
bois 13 et ayant brûlé 14 leurs tentes 15, les autres Grecs 16
font voile 17 pour Ténédos 18. Les Troyens 19, croyant20
être
délivrés 21 de leurs maux 22, reçoivent le cheval de bois dans
la ville 23, ayant séparé 24 une partie du rempart 25.
VOCAB. ~Towç,gén. TpwoV,au génit. abs., avecle partie. suivant.—
4 xarâ, accus., npoixipsaiç,-tac, i.,
~27ro>topy.gw
, j'assiège.—
3 ~'Eîreio'ç.—
6

Sivwv
d'i , t:lixiCo),fut. -(xw, au part.
Ó.
ïnnoç,
~*A0/jvâ,
-âç. —5
iïoijtjcioç
aor. moy.
xo:T<xcrxo7ro$.
—* eiç, accus., "iXiov
, to.—
~7rapy.yhoy.tzi,
11
9 ensiTix.—-16 ÈpêiêzÇw,
1
1°.
ci" accus. ,
fut.,$.
19,1,
epttro;.
- 13 Voy. le n°. 5. - '4 :XTC1.'PH,,/Co),
fut., §. 100, au partie. aor. 1. —
15Tourn.: les tentes; voy.ci-dess., p. 81, V, Rem. 3°. - 16 Tourn.: le
restant des Grecs, reliqui ou ceteri Græcorum, ~Àot7rÓr;,
-r,, -0», "E)lr,v,
— 17àvayntjizt.—18 dç, accus., Tév«<?oç,
~-.nvoç.
-ou. — IDÓÈ Tpw;, Trojanus vero.—20 ~vno).ap6avw
,
aupartie, aor. 2, Irrég. §. 248, à ~Xau- 21àntxkl&aaw(comp. de &7rd),à l'inf, parf. pass., §. 119,II, 1°. ;
~êavw.
gouverne le gén.— ycexov, ~ro';voy. le n°. 15.—23 ~eîçtfé^opai,moy., gt;,
7j.- 2irJtC1.tpéCo)
accus., ~7ro'^tç,
(comp. de rtt&), au partie. aor. 2, Irrég.,
25

Tt, ~TÓ,
247.
pars aliqua, TE:¡XO,Tb, §. 22.
fLÉpor;
5.
II. Les Troyens 1, ayan! des soupçons sur le cheval de bois a,
sur ce qu'il faut faire4. Il
délibèrent
SJ tenant alentour3,
5 aux uns 6
convenable
[de] le jeter en bas 7, aux autres812
paraît
11 le consacrer
TO
faut
disent
d'autres
qu'il
[de] [le] brûler 9;
à Minerve 13; et enfin 14 l'avis de ceux-ci 15 prévaut 16. S'abanbandonnant 17 alors 18 à '9 [la] joie20,ils célèbrent des festins 21,
comme 22 délivrés 23 de la guerre 24.

185
RÉCAPITULATION.
VOCAB.1 Voy. I, n°. 1. — ATourn. : ayant ~(tXw)soopçonneusement
les choses (ta; voy. §. 310) touchant ~(r.epi, circa, accus.) le
~(ÛTroVrwç)
cheval de bois, voy, 1, n*. 5. - 3 ~ntpiiaTzpt(comp. de 7r'rpi), au partic.
ce qu'il faut (5-rt XP®')
aor. 2, S. 135.—4 Tourn. : délibèrent ~((Eov).evoftat)
faire ~(irotiw),en lat., deliberant quid oporteatfacere. —- 5 ~Joyai,videtur.
—*''
§ 315, 1. —T«Cto'çt xaraypicfiviÇw,à l'inf. aor., §. 119, I, 1°.—
Vov.
le n°. 6. —9~ xaray^w. —10 Voy. §. 315,1 ; lf'Y.flÍ,à l'imparf.,
8 Voy.
§. 148. -11~etiv, oportere. —12 Tourn. : lui consacré ~(aùroçtispoç) être
13
à
aor.
i
appendu \cill0!TiO'IIpt,
l'inf.
I,
appono>
pass.,
133).Voy.
H#. 4»— 14 ~xattsO.oç.- 15 ~yvùyn,
r!, oîro;, hic. - 16 vixâw, vinco.verto, au partie. aor. 2 pass., §. 116, 4". et §. 114; propr.,
17~
rpiirta et', 16
1
tournés. — ~d'l,autem. — 19eîç, accus.— 20eùyporrvvr
, y). —a EVCo)XÉO22
23
au partie. parf. pass.; voy. I,
~pat,epulor. — ci?, ut. X7rai).âa'06>,
n°. 21. - 147roàt{jioç, o.
IIJ. Mais dans ce
mime 1, deux dragons 2 étant surtemps
3
4
venus
tuent
Laocoon5 et l'un 6 de ses 7 fils 8. Alors 9 Enée
11 du 12
et ses compagnons 10, effrayés
prodige 13, se retirèrent 14 sur 15 l'Ida 16, et Sinon, auparavant
17 entré 18 par
feinte 19, élève 20 des torches 21 [pour donner le signal] aux
Grecs 22. Alors 23 ceux de Ténédos 24 c~7~<~M.y
et ceux
du cheval de bois26 étant sortis 27, tombent sur 28 les ennemis 29, et, [en] ayant tué 3o beaucoup 31, ils prennent 32 la
ville 33 de vive force 34.
VOCAB.1 'Ev aO-rôi~Je,sous-ent. xpovw,tempore. — 2 ôvo, Spi/Mv, -OllTOÇ,
à. - i ~£7riyaivoptat,
moy., propr., je me montre tout à coup, appareo, au
absumo, —5 Aaoxowv,-wvpart. aor. 2 pass., §. 123, 3°. — 4 ~SiocyQopico,
8

aller.
Rem.
3°.—
ci-dess.,
81,
V,
irx'iç,
~zoç-——0 ?T«poç,
p.
7 Voy.
gén. ny.iS6ç.— 9 ~Si, autem, après un mot. — 10 Tourn. : ceux autour
J'Enée, , ~rtpi
Abciaç, -011;voy. §. 376, 11, Rem., p. 280. accus.,
>
11
d'v;To
fÉt», propr., ægrefero, au partie. aor.—12 ~èni, dat. —13ripai ,
~-C1.l'Oç,
to. —'4 vrtÇipxbfiat (comp. de vitôet d'ex),clam me subduco, à
l'aor. 2 indic., Irrég. S. 247.— 15~si;, in, accus. — 16 Sn, -m, r, montagne de Phrygie, près de Troie.—18 ~siçêpxouat,
ingredior, au partie,
parf. 2, Irrég. S. 247. — 19 rrponroimoç, mot à mot, seint ,fictus, adj.—
20~clvicrxw.
- 21 TTupaoç,, avec l'art., les torches, parce qu'elles sont considérées comme connues et convenues entre eux.—22~'A^aioç, Achivus.
- 23~ai, autem. —24 oi ex ~TElIUou._
-25 npoçn'kèu,adnavigo, au partie.
nor., ~;irltuacc,S. 213, I. - 26xal ot ix. àovpstov IrtTrou. —i^spyouai,
28 ~imidirtv, incido, dat. —
egredior, au partie. aor. 2 , Irrég. §. 247, ~woliptoc, . — 30 àvatpéu (comp. de civri), au part. aor. 2, Irrég. S. 247.
- 31 ~7toKç
, multus, S. 37. — 32lauêdtvw.- 33noÂtr;, r). —34xatà xpiro;,
per vim.
UN DES THÈMES.

EXERCICES

GÉNÉRAUX,
ou

RÉCAPITULATION
Contenant

des Thèmes tirés de l'Histoire romaine d'Eutrope,
dans
lesquels, oulre les formes grammaticales des mots, on trouve un
parallèle de la Syntaxe grecque, latine et française.

————
00000

Nota. I°. Le Thème est ici donné sous trois formes
: la première présente les
tournurts latines; la seconde, les tournures françaises
; la troisième, les tournures
grecquesqui doivent être employéesdans la traduction.

SYNTAXE

LATINE.

SYNTAXE

FRANÇAISE.

I.
Origine de Rome.
Rien ne plus fut faible et plus humble
que l'empire romain à son origine: mais,
par son accroissement graduel et par ses
développements non interrompus, il
parvint au plus haut degré de grandeur
et de puissance dont on ait conservé le
souvenir dans le monde entier. Leiondateur de cet empire fut Romulus, né,
suivant la traditionla plus accréditée,
de l'union de Mars et d'une vestale
nommée Rliéa Silvia, qui le mit au jour,
du même enfantement, avec Rémus, son
frère.
Is cum inter pastores latrocinaRomulus, âgé de dix-huit ans, et pasretur (1), octodecim annos natus, sant sa vie à faire la guerre avec les pasles fondements d'une fort peurbetn exiguam in Palatino mon- teurs,
jeta le inontPalatin,leonzeavant
te constituit, undecimo kalendas tite villesui
maii (2), olympiadis sextae anno les calendes de mai, la troisième anuée
Romanum imperium,quo neque
ab exordio ulluin fere minus, neque incrementis loto orbe amplius
humanâ potest memoriàrecordari,
a Romulo exordium liabet: qui,
RheaeSilvim, vestalisvirgmis,filins,
et, quantum putatus est, Martis,
cum Remo fratre uno partu editus
est.

(1) Ici latrocinari ne signifiepas exercer desbrigandages, maisfaire la guerre.
(2) Le 21 avril de l'an 3247du inonde,753 ans avant Jésus-Christ.

EXERCICES

GENERAUX,
ou

RÉCAPITULATION
Contenant des Thèmes tirés de l'Histoire romaine d'Eutrope, dans
les formes grammaticales des mots, ou trouve un
lesquels, ou tre
parallèle de la Syntaxe grecque, latine et française.
—-———————
——————.
*-——
a". Dansla troisième partie, le chiffre, placé sur le mot, indique la construction
de la phrasegrecque; placé à côtédu mut, il renvoieaux notes. — Le mêmechiffre
2
a
n:p':tÓsur deux mots, commedans ayant. appelé, indiquequ'ils n'en formentqu'un
en grec.
3°. Le Vocabulaire,rédigéseulementpour la troisièmepartie oule Thèmetourné,
se trouveà la fin du volume.

SYNTAXE

GRECQUE.

I. Origino de Rome.
6
10
II
1 3 2
7 9 8
4
Rien [ne] lut et moindre et1 plus humble que2 l'cmpire romain dans
5
1
a
3
5
6
4
:
mais par l'accroissement3 peu à peu, et par les
[les] commencements
8
il
10
9
17
2
successivement additions, dans toute la [terre] habitée, la mémoire des
18
15
16
14
19 12 13
1 4
hommes [ne] porte rien ni plus grand ni plus puissant. De celui-ci ieta le
a
3
5 1 2 3 4 8
7 5 6
premier fondement Romulus, qui de Rhéa Silvia, vierge vestale aiusi appelée,
10
21 15.
11
13
12
14
9
ayant été unie à Mars 4, comme se soutenait la commune tradition, vint d'un
16
22 23
18 20
17
19
double enfantement en lumière avec Rémus frère.
1
3
5
2 4 2 3 1
4
Celui-là âgé de dix-huit ans 5, et ayant vie guerroyer avec les pasteurs,
5 6 8
10,
73
9
1 3 4
fonda unetrès-petite ville sur le mont Palatiu, le [jour] 6 avant [le] oUZQ,.
1 Sur et répété, ~TI,xxi,
2Sur le
voy.
270.—
complémentdu comparât. 1tojr.
de l'article, voy.
plushaut, p. 58, §. 3oo,I, dece Cours.- 3 Sur la constructionici
4
l'art. avecce nom
ci-dess.1,,'p.
8, V; sur le cas de manière, 338,2". — Employez
6
propre
; voy. ci-dcss.,p. 9, VIII. —5 Sur le cas , 345.— Sur le cas ici de ce nom
le temps,§. 338,4°; et sur l'ellipse,§. 310.

188
EXERCICESGENERAUX
tertio, post Trojae excidium tre- de la sixième olympiade,(rois cent quaans après la prise de
centesimo nonagesiino quarto.
tre-vingt-quatorze
0
j1 Troie.
IL
Suite de l'origine de Rome.
Après avoir fondécette ville , que.clc
son nom, il appela Rome, il y recut
d'abord un grand noinbi-e(riiibitants des
pays voisins, et il choisit ensuite parmi
eux cent des plus âgés, auxquels il donnala direction générale des affaires, et
qu'il nomma sénateurs, à cause de leur
vieillesse.
Son peuple et lui étaient alors privés
Tune, cum uxores ipse et populus suus non haberent, invitavitad d'épouses
: sous prétexte de donner des
spectaculum lui]orutil vicinas urbis jeux, il y invita les nations voisines de
Roitiaenationcs, atque earum vir- Rome, et il enleva leurs filles. Cette
gines rapuit. Commotis bellis pro- action alluma une guerre dans laquelle
pter raptaruminjuriam, Caeninen- furent vaincus les Cœniniens, les Anses vieil, Antemnates, Crustumi- temnales, les Crustnminiens,les Sabins,
les Fidénates, les Véieus, nations dont,
:
nos, Sauinos,Fidenates, Veientes
Rome eat
haec ominia oppida urbein cin- même encore aujourd'hui,
entourée.
gunt.
A la suite de ces événements, Romulus
Et cum
, orta subito tempeslate,
non comparuisset, anno regni tri- disparut tout à coup au milieu d'une
tempête. On crut depuis ce temps qu'il
cesimoseptimo, ad deos transisse avait
été enlevé au ciel. Ses sujets le
créditas est, et consecratus. Deinde
Rornæ per quinos dies scnatores mirent au nombre des dieux, après un
imperaverunt; et his regnantibus règne de trente-sept ans. Dans l'intervalle, les magistrats, appelés sénateurs,
annus unus completus est.
exercèrent tour à tour dans la ville le
pouvoir royal , qui, pendant une année
entière, leur fut successivement tranSIOIt;
de cinq en cinq jour.
Condita civitale, quam ex nomine Romain
vocivit, haec fereegit.
Multitudinem finitimorum in civitatem recepit : centum ex senioribus legit. quorum consilio omnia
ageret; quos senatores nomiuavit
propter seuectutcm.

111.
Numa Pompilius, second roi de Rome.
L'année révolue
Postea Numa Pompilitis rex créa, Nuina Pompilius fut
tusest:
Sonrègne, tout pacifique,ne fut
haro gessit, sed non minuscivitati,
pas moins utile aux Romainsque celui
qui hélium
quidernNam
nul- etélu de
roi.Romulus. En effet,il établit des luis
quam Romulus,
profuit.
Sur le cas, 338,2*- - 2E.x,gén. — 1Pour rendre ces mots, formezde
un adjectifverbal, au plur. neut., correspondantà agendorum.
aso, fut. ~npciÇu,

189
ET SYNTAXESCOMPAREES.
1
16
a
12
13
>5
11
14
mais
des] calendes de mai, [l'] année1 troisième de la sixième olympiade,
1
8
10
9
4
5 6 7
[l']année quatrième et quatre-vingt-dixième et trois-centième du renversement
3
'Uton.
TI. Suite de l'origine de Rome.
1
a
6
1
2
3 1 3 2
2
45
[ Or ayant bâti la ville, et l'ayant de lui appelée Rome, d'abord, d'un coté,
6
1
7
3
4
5
f reçut une grande multitude des2 [peuples] circonvoisins
, [mais] ensuite,
6
2
3 4 5 1 2
l'un autre côté, ayant choisi les plus avancés en âge, il les mit à la tête des
3
5
2
3
4
utres, [comme] directeurs de ce qui devait se faire3, les ayant appelés
5
1
4
énateurs à cause de la vieillesse.
3
6
1
2
1
4
5
Mais comme lui-même et le peuple étaient privés de femmes, ayant iu5
6
98
2 3 4
ité comme à un spectacle les voisines d'entre les nations 4, il enleva leurs5
1 2
1
1
7 2 3 4
ierges. Or l'action excita une guerre, laquelle existaut 6, sont vaincus
5
2
3
4
-les] Cacniuiens et [les] Autemnates, [les] Crustumiaiens, [les] Sabins,
6
5
7
324
7
[les] Véiens : la7 Rome même encore à présent est entourée
les] Fidénates,
6
1
ces les 8 cités.
3
1
3
1 2
a
6
Ces choses ainsi faites, une tempête étant survenue tout à coup, elle fit
4
4 3 1 2
9
6 il est cru avoirété
-5
9 Romul1us invisible. Or depuis ce [temps]
[
].jusqu' à ce l5ui-ci,
8
1 3
1 2
6
4
7
nlevé vers [les] dieux. Il fut donc déifié par les gouvernés, ayantrégné sur
2
4
7 8
78
9
5
1
gouvernèrent
sept et trente aus. Et en attendant les appelés sénateurs
10
11
6
5
12
9
rx 3
ville et exercèrent la royauté, pendant une année entière, par une
22
18 19 20 21
i5
13
17
14 16
de cinq en cinq jours, le gouvernement passant des uns aux autres.
III. Numa Pompilius, second roi de Rome.
ccessiou
1
3
6
5
1
3
2
4
7
Mais après l'année, Numa Pompilius fut proclamé roi. Celui-ci à la vérité
13
6
10
11
» 4
8 12
9
5 2 7
abstint de toute guerre, mais lie fut10 [pas] moins utHe:'<la Rome que Romu1
1 2
3
1
5
3 a 4
is. En effet, et il leur 12établit des lois, et transmit des mœurs, au moyen
57,§. 298,I. aprèsles règles de la Méth.,§. 169, I. —4 Voy.ci-dessus,
p.
1.
Surleur,voy.p. 80, V, 1°. , 6Génit. absolu; voy.§. 370,
Vuy.p. 9, VIII.—
9 Voy. note 7.-10 Ce tempse rendrapar l'aor. 2 de
Il.
p.
Voy.
79,
notes.
Tég.§. 252.—11 Se vendraici par ~Tt,que, répété.—12 Voy.Th. XXIX,

190

EXERCICES GÉNÉRAUX
leges Romanis moresque constiluit, et introduisit chez eux des mœurs qui
qui consuetudine prœliorum jam leur acquirent une meilleure réputation;
latrones ac semibarbari putaban- car ils passaient auparavant pour des
tur: et annum descripsit in duodc- brigands et pour une population à decim menses, prius sine aliqua com-mi-barbare. Ce fut aussi Numa qui, le
putalioneconfusum
; et infinita Ro- premier, ayant divisé en douze mois la
mæ sacra ac templa constiLUit. période solaire, créa l'année, dont le
Morbo decessit, quadragesimo
cours, avant lui, ne présentait, chez les
tertio imperii anno.
Romains, que désordre et confusion. Il
institua aussi un très-grand nombre de
cérémonies religieuses, et bâtit des temples. Après avoir ainsi organisé l'état,
il mourut de maladie, la quarante-troisième année de son règne.
IV.
Tullus Hostilius, troisième roi de Rome.
Huic successitTullus Hostilius.
Hic bella reparavit; Albanosvieil,
qui ab urbe Roma duodecimo milliario sunt : Veientes et Fidenates,
quorum alii sexto milliario absunt,
alii octavo decimo, bello superavit:
urbem ampliavit,
adjecto Cœlio
monte. Cum triginta duobus annis
regnasset, cum doino sua arjt.

Son successeur fut Tullus Hostilius,
troisième roi de Rome. Sous son règne
la passion de la guerre se ralluma. Il
vainquit les Albains, distants de Rome
de douze milles, et défit ensuite successivement les Véiens et les Fidénates,
éloignés, les uns de six, les autres de
dix-huit millcs. Après ces victoires, il
agrandit la ville, à laquelle il ajouta le
mont Cœlius. Ces travaux accomplis, il
périt frappé de la foudre, qui le consuma avec son palais. Il avait exercé la
souveraineté trente-deux ans.
V.

Ancus Marcius,

quatrième roi de Rome.

Post hune Aucus Marcius, NuSon successeur au trône fut Ancus
mæ ex filia nepos, suscepit impe- Marcius, petit-fils de Numa par une
rium. Contra Latinos dimicavit: fille. Il fit la guerre aux Latins,réunit à
la ville le montAventin avec le mont
Aventinummonlem
civitati adjecit,
et Janiculum : apud ostium Tibe- Janicule. et bâtit sur la mer, à J'cmbouris civitatem supra mare, sexto de- chure du Tibre, une petite ville, située
cimo milliario ab urbe Roma , con- à seize milles de Rome.
Il mourut de madiJil.Vicesimo quartoanno imperii ladie la quatrième année de son règne,
morbo periit.

ET SYNTAXESCOMPAREES.
191
36
11
254
7
lellquellc, réputés au paravant des brigandset des demi-barbares, ils acquirent.
10
8
2
3
1
9
4
Ia] réputation d'hommes meilleurs. Et [le] premier il inventa [l'] année,
5
6
10
20
8
9
7
16 17 18
lyant divisé en douze mois la période solaire. roulant avant lui chez [les]
15
ia
11
13
3
19
14
4
itomains tout à fait et confusément et au hasard. Il leur institua de très1
a
5
a
i
67
Nombreusescérémonies religieuses, et bâtit [des] temples. Or, ayant ainsi
8
10
3 4
5
6
7
9
hsposé l'état, la quarantième et troisième année de son 1 règne, ayant été
11
il finit.
rladc7
IV. Tullus Hostilius, troisième roi de Rome.
[
2
1
3
1
2
6
3
4
5
Tullll Hostilius succède troisième à la royauté. Sous celui-ci revint la
5
3
121
17 4
4
tassion pour les guerres 2. Sont donc vaincus [en] bataille [les] Albains
5
6
8
1
2
3
7
listants de la Rome de douze milles 3. Ensuite successivement sont défaits
10 12
13
11
9
4 5 6 7 8
tes] Véiens et ceux de Fidènes, les uns 4 éloigués desix milles, les autres
3
1 2
6 10
14
4
7
5
le dix-huit. Mais après ces les 5 victoires, il augmenta aussi la ville, y 6 ayant
1 2
3
8
11 8 12 9
7.
, ayant occupé la souveraineté
jouté le mont Cœlius. Après ces les travaux
10
11
12
14
4 5 6 9
et deux aus, [le] tonnerre étant tombé 7, il fut brûlé avec la demeure
t'tnte
13
Iyale.
r
|

V. Ancus

Marcius,

quatriè

me roi de Rome.

8
a
11
^56
10
9
7
Ancus Marcius, petit-fils du Numa Poinpilius par une fille, arriva qua3
1 2
1
34
56
4
rième à la souveraineté. Celui-ci entreprit [la] guerre contre [les] Latins, et
8
10
7
9 12
11
2
3
4
Il
bâtit
sur
le mont Aventin et. [le mont] Janicule.
mer une
jouta à la ville
i3
10
1a
11
56
8
,
7
9
elite ville à l'embouchure du Tibre, laquelle est à seize milles de la Rome8;
a
5
i
3
4
t la vingt-quatr ième année de son 9 règne il mourut de maladie.
L
1Tourn. : du règne. Voy. p. 8, Rem. 3". —2 Tourn.
: la pour les guerres passion.
sous-ent.
, p. 8, V.— 3Mettezle nom deà lieu au génit.,
Voy.sur cette construction
Latin.—4 Voy.
~rrd,ab, et le5 nom de distance au rlnC.,correspondant
l'ablat.
7

6
Tourn.
: à elle.- Au génit. absol.,
II

1.
79,
p.
Voy.ci-dess.,
315,

1
192

EXERCICES GÉNÉRAUX
VI.
Tarquin l'Ancien,

cinquième roi de Rome.

Deinde regnum Priscus TarquiTarquin, surnommé Priscus ou l'Annius accepit. Hic uumerum se:iato- cien, succéda à la royauté. Il doubla le
rum duplicavit; Circum Romae
aedi- nombre des sénateurs, construisit le
ficavit; Ludos romanos instituit, Cirqueà Rome,et introduisit le plaisir
qui ad nostram memoriam perma- des spectacles qu'il appela Jeux ronent. Vicit idem etiam Sabinos; et mains, et qui subsistent encorede nos
non parum agrorum,
sublatum jours sous le même nom. Il défit aussi
iisdern, urbis Ronœ territorio ad- les Sabins, et leur enleva une partie
junxiti primusque Iriumphans tir- considérable de leur territoire, qu'il
bem intravit. Murosfecit et cloa- réunit à celui de Rome. Ce fut luiqui encas ; Capiloliuin inchoavit. Tricc- tra le premier en triomphe dans Rome.
simo octavo imperii anno per Anci H éleva les remparts de la ville, confilios occisus est, régis ejus, cui struisitles égouts et jeta les fondements
du Capitole. La trente-huitième année
ipse successerat,
de son règne, il périt de la main des fils
d'Ancus, auquel il avait succédé.
VII.
Servius Tullius, sixième

roi de Rome.

Post hune ServiusTullius susceAprès Tarquin, régna Servius Tulpit impcrium, genitus ex uobililius, né d'une mère d'origine noble, mais
fernina, captiva tamen et famula. réduite à la condition de captive et d'esHic quoque Sabinos subegit : mou- clave. Il soumit les Sabins
; il augmenta
tes très, Quirinalem, Vuninalein, la ville de trois monts, le Quirinal. le
Esquilinum, urbi adjunxit; fossas Viminal et l'Esquilin, qu'il y réunit, et
circa mururn duxit. Primus omnium il entoura de fossés les murs d'enceinte.
censum ordinavit, qui adhuc per Ce futlui qui, le premier, établit le cens
orbefn terraruni incognitus el'at. ou dénombrement de la poputation, inSub eo Roma, omnibus in censum connu jusqu'alorsde toutes les nations
delatis, habuit capitum tria et octo- du monde. Le recensement fait sous sou
ginta millia civium romanorum, règne donna quatre- vingt- trois mille
cum his quiin agris eraut. Occisus citoyens romains, y compris les habiest quadragesimo quinto imperii tants de la campagne.Il régnait depuis
anno, scélere generi sui Tarquinii, quarante-cinq ans, lorsqu'il périt assasfilii ejus régis,cyi ipse successerat, siné par Tarquin, son géudre, fils de
et filiœ suæ, quam Tarquiuius ha- Tarquin l'Ancien, auquel il avait sucbebat uxorein.
cédé; sa propre fille fut complice de ce
parricide.

2". Construisezl'article d'aprèsla Règ. V, p. 8.—2Sur le cas,
338,
vny.
§.
— 5 Construisezl'article
3Construisezl'article d'après la Règ. V, p. 8.- 4 Ici ~TÎ.

-

ET SYNTAXES COMPAREES.

493

VI. Tarquin l'Ancien , cinquième roi de Rome.
6 5
i
3
l
2 4
Or Tarquin, le nommé Priscus (l'ancien), succéda à la royauté. Celui-ci
8
10
3 7 2 5
46
9
2
un côté fit l'assemblée du sénat1 double par le nombre des personnes 3;
4.
4
1 C
l ville,
d'un autre 3cote5il bâtit le
223 et 4 il établit le
1 plaisir
Cirque [dans
[d ] la
1
12
6
5
3
7
ts théâtres, [1'] ayant appelé le Spectacle romain, lequel depuis ce [temps8
10
1
456
79
1] même jusqu'à celui-ci est célébré, ayant le même nom. De plus, il
2
3
6
4 5 7 8
naquit [les] Sabins [en] bataille, et les ayant dépouillés de beaucoup de
1
6
10
II
3
9
rritoire, il [l'] appropria à la Rome. Or il entra [le] premier triomphant
5
32
56
10
4
1 4
7
ans la Rome. Il bâtit et [des] remparts et les égouts, et
la con8
12
6
2
9
1 7 3 4 commença
5
ruclion du Capitole 5. Et ayant régné huit ans en sus des trente 6, il refut
21
u 8
13
20
16 17
18
15
9
14
fia de la vie de la part des fils d'Ancus, duquel il avait reçu ? lui-même la
19
oyauté.
VII. Servius Tullius, sixième roi de Rome.
2
1
3
458697
Succède sixième à la souveraineté Servius Tullius, né d'une mère noble,
12
15
11
12 13
16
14
ni tomba dans la condition et de captivité et de servitude. Celui-ci soumit
10
11
8
56
9
347
, et augmenta la ville de trois monts 8, le Quirinal, et le Viminal,
es] Sabins
13
a
53
1
4
1
4
t l'Esquilin.Il creusa [des] fossés[en] cercle devantles fortifications;et donna
10
3
5
2
9
7
ommencement
aux recensements des personnes, non encore connus chez
8
3
5
2 4
6
7 1
8
9
ucunc des nations. Les9 habitant donc la Rome sous lui dénombrés, furent
18
16
12 i3
10
11
9
14 15
iunis au nombre de quatre-vingt-trois mille, avec les habitant dans les
8
2
1
17
3
7 4
5
6 10
champs10.
Enfin, ayant régné cinq ans en sus des quarante, il reçut [la] finde
3
1
5
2 4
11
12
13
9
14
vie de la part de son" gendre Tarquin; or celui-ci était fils de Tarquin
1 3 2
12
6
11
10
9
7 8
Ancien, duquel celui-là l'assassiné reçut la royauté; et de plus sa fille,
5
8
4
6
7
au
parricide.
ariée au Tarquin, participa elle-même
IV, renvoi 14,de ce Cours.—
p.
77,
l'après la Règ. V, p..8. — e Poy. plus haut,
9 Sur la constructionde l'article, voy.
Tourn.:il reçut 810 Sur le cas, §. 338,1°. —
i-cless.,p. 8, V. — Constr. l'art. d'après la Rf..(j.V, p. 8. — Vov. p. 81, Rem.3°.
>3
Ire
Part.
Elèves.
Thèm. gr.

194

EXERCICES GÉNÉRAUX
VIII.
L. Tarquin le Superbe, septième et dernier roi de Rome.

Lucius Tarquinius Superblls,sepliinusalque ullimus regum,Volscos, qu;e gens ad Gampaniam cuntibusnon longe ab urbe est, vieil:
Gabios civitatem
, et Suessam Pometianisubegit: cum Tuscispacem
fecit; et templuniJovis in Capitolio ædificavit.
Postea Ardeam oppugnans, in
octavo decimo milliario ab urbe
positam civitatem, imperium perdidit. Nam cum filins ejus, et ipse
Tarquinius junior, nobilissimam
feminain Lucretiam, eamdemque
pudicissimam, Collatini uxorem,
stuprasset, eaque de injuria marito,
et patri, et amicis questa fuissel,
in omnium conspectu se occidit.
Propter quam causam Bi-titui;
parens (i) et ipse Tarquinii, populu mconcitavit, et Tarquinio adémit imperium. Moxexercitus quoque eum, qui civitatem Ardeam
cum ipso rege oppugnabat, reliquit, veuiensque ad urbern l'ex,
portis clausis, exclusus est: cumque imperassetannos viginti quinque, cumuxoreet liberissuis fugit.
Ita Romisregnatumest per septem
reges annis ducenlis quadraginta
tribus, cum adhucRoma,ubi plurimum, vix usque ad quintum decimura milliarium possideret.

L. Tarquin le Superbe, septième et
dernier roi de Rome, s'empara de la
royauté. Il vainquit les Volsques, nation
située vers la Campanie, à peu de distance de Rome
; il prit les villes de Gabie et de Suessa Pométia, conclut un
traité de paix avec les Toscans, et bâtil
le temple de Jupiter sur le mont Capitolin.
Tandis qu'il assiégeait Ardée, ville di.
stante de Rome
de dix-huit milles, il per
dit l'empire, parce que son fils, qui portait le même nom que lui, attentaà la
, femme d'une haute
pudeur de Lucrèce
naissance, épouse de Tarquin Gollatin.
et qui jouissait d'une grande réputation
de chasteté. Après avoir appris à sor
époux et à son père l'outrage qui lui
avait été fait, et avoir déploré son malheur, elle se donna la mort à leurs yeux
Alors Brulus. proche parent de Tarquin, ayant soulevé le petiple, dépouilit
ce prince de la royauté. Bientôt après i
est abandonné de l'armée avec laquell
il assiégeait Ardée, et quand il se présente devant Rome, on ne le reçoit plus
La vingt-cinquième année de son règne
il se condamna donc à l'exil avec si
femme et ses enfants. Ainsi, Rome avni
été gouvernée par sept rois pendan
deux cent qnamnte-Irois ans; mais s,
puissance, encore faible, ne s"étendai
pas autour d'elle au delà de quillz
milles.
IX:

Le consulat.

La royauté ayant été ainsi abolie,oi
Hinc consules cœpere pro
rege duo hac de causa crcari, ut, si passa au gouvernement des consuls. Ai
unusinalusesse voluisset, alter eum,
uno 1 nombre de deux, ils étaient élus pou
(t) Parens signifieici parent,allié,
trurs de la latinitéinférieure.

acceptionqui ne se trouveque dans les ai:

ET SYNTAXES COMPAREES.

195

le Superbe, septième et dernier roi de Rome.
5
1
2
3
4
6
9 8 7 11
donc de la royauté ce Tarquin le Superbe, étant et septième et
S'empare
IV111.
1
2
3
12 L. Tarquin
10
4
5
6
7
dernier des rois: et il vainc d'un côté [les] Volsques, nation étant vers la
11
1
a
8
9 10
3
4
: il emporte d'un autre côté en sus de ceux-ci
Campanie, non loin de la Rome
8
5
6
5
3
7 2 1
(les] villes [de] Gabie et [de] Suessala Pométia ; et il fit un traité de paix avec
3 5 6
1
424
7
{les] Toscans, et il bâtit un temple de Jupiter dans le [lieu] appelé Ca8
2.
r 1 2
5
6
78
4
*3
Iapitoie
Après cela 3, assiégeant l'Ardée, petite ville àdix et huit milles4 loin dé
10
a 1 5
3
18
8
11
4
9
la Rome, il perdit l'empire. Car Je fils de lui de même nom viola Lucrèce,
10
i3
6
14 11 12
17
9
7
dont grand renom était pour [sa]
chasteté, étant mariée à
distinguée,
'femme
3 2
5 6
16
15
14
7 6
Collatin. La Lucrèce annonça cela et à son époux et à son père 5, et
larquin
10
14 15 11 13 12
9
déploré le malheur6, elle se tu* à leurs yeux.
5
'8
2 1 3
6
4
t Mais ici le Brutus, étant proche au Tarquin par [la] naissance, ayant ameuté
11
10
2 3
r'étant
4 5
7
9
le peuple, dépouille le Tarquin de la royauté. Or, bientôt après, l'armée avec
1 1
6
9
4
7 8
de celui-ci.
; et quand il se présente[delaquelle il assiégeaitl'Ardée,se détacha
1
2
3
5 3 2
4
année du règne, il
vant Rome] on ne le reçoit plus 7 : et la vingt-cinquième
8
11
5
10
6 7
1 11 14
9
se condamna à l'exil, avec son épouse et ses enfants. Ainsi les affaires de la
8
12
13
2 4 3
7
9 10 6
Rome furent administrées sous sept rois deux cent quarante et trois ans
3
6
t
1 2
4
7
5 2 5
la puissance étaientencorefaibles, ses 9limites
étant
de
les
choses8
entiers; mais
5 6
3
4
7
s'étendant10 d'aucun côté au delà de quinze milles
IX. Le consulat.
6
1 3
3 2
2
t
4
4
ne]De là on cessa d'être sous les rois 11,et on passa au gouvernement des con1
2
5
3
5
a4
3
1
5
6
suls12], Or,ceux-ci étaient deux et annuels; de sorte que s'il, 13arrivait quel'un
1 Tourn.: dans l'appeléCapitole.Voy.§. 321.- 3~

§.
Suret répété, 270.
4
au
FOj".plus haut, p. 191, note 3.
neut.,
poslea.
1 hic, plur.
acc., ~oîitoi
post,
—5 Sur l'adj. possessifson, vov.ci-dess., p. 81, Rem. 3°.—6 Sur cette tournure,
s'étant présenté.—
: et ils nereçurentplusTarquin
8 Voy.
voy.§.351, 3°.—7 Tourn.
10


Génit. absol. Plus
voy. ci-dess., p. 80,ilRèg. V, 1°.
§. 310.—9 Sur ases,
au gouvernement,etc.vois
fut
vec
les
transféré
:
le
cessa,mais
~(r0)
littcr.
» Construisezl'article d'aprèsla RègleV, p. 8. — 13H, avecle subj. prés.
*13

196
EXERCICES GÉNÉRAUX
liabens potestatem sinuleni, coer- un an; de cette manière, si l'un avait
ceret. Et placuit ne imperium lon- de mauvaises intentions, l'autre, son
gius quam annum unurn haberent, égal en autorité, pouvait le réprimer,
ne per diuturnitatem potestatis in- et ils se montraient tous les deux plus
solentiores redderentur, sed civiles modérés dans l'exercice d'un pouvoir
semperessent, qui se post annum dont la durée était limitée; car la néscirent fuluros esse privatos.
cessité leur était imposée de remplir
avec intégrité leur magistrature,
parce
sequ'ils savaient bien que, quand elle
rait expirée, ils rentreraient eux-mêmes
dans la classe des simples citoyens.
Les consuls de la première année qui
Fuerunt igitur anno primo, expulsis regibus, consules L. Junius suivit l'abolition dela royauté, furent
Brutus, qui maxime egerat, ut Lucius Junius Brutus, le principal auTarquinius pelleretur, et Tarqui- teur du renversement de Tarquin, et
nius Collatinus, maritus Lucretiae. Tarquin Collatin, époux de Lucrèce.
Sed Tarquinio Collatino statim Mais Collatin fut bientôt après dépouillé
sublata dignitasest. Placueratenirn de sa dignité, parce qu'on avait rêne quisquam in urbe maneret, qui soin de ne souffrir à Rome personne du
Tarqitinius vocaretur. Ergo accepto nom de Tarquin. Ayant donc pris avec
omni patrimonio suo, ex urbe rni- lui toute sa fortune, il alla s'établir hors
la ville. Il fut remplacé par Yalerius
gravit; et loco ipsius factus est Valerius Publicola consul.
dePublicola.
X.
Tarquin suscite la guerre à Rome.
Commovit tamen bellum urbi
Romrc
rex Tarquinius, qui fuerat
expulsus: et collectis multis gentibus, ut in regnum posset restitui,
dirnicavit. In prima pugna Brutus
consul, et Aruns, Tarquinii filins,
iuvicem se occiderunt. Romani tamenex ea pugna victores recesserunt. Brutum romanse malronce defensorem pudicitise suse, quasi
communern patrem, per annum
luxerunt.
Valerius Publicola Spurium Lurretium Trieipitimim collegam sibi
fecit, Lucretiae patrem : quo morbo
mortuo, iterum Horalium Pulvillumcollegamsibi sumsit. Ita pri-

Sous ces deux consuls, Tarquin
, qui
avait été dépouillé de la royauté, suscita
la guerre à Rome
; ayant formé une coalition de plusieurs nations, il tentait de
remonter sur le trône par la force des
armes. Dans le premier engagement, le
consul Brutus et Aruns,fils de Tarquin,
se tuèrent l'un l'autre; mais néanmoins
lesRomains sortirent victorieux du combat. Les dames romaines portèrent une
année le deuil de Brutus, qu'elles considéraient comme le défenseur de leur
honneur et le père commun de la patrie.
Valerius Publicola se donna pour collègue au consulat SpuriusLucrelius Tricipitinus, père de Lucrèce. Maisune maladie ayant terminé les jours de celui-ci,
Publicola s'adjoignit HoraliusPulvillus.

être mauvais(accus.), l'autre étant égal en dignité (à l'accus.),
Tourn.: l'un
le réprimer.- 2 Dat, - 3Tourn. : être, avec l'accus., connueen iat. — 4 Tourn.:

ET SYNTAXES COMPAREES.
497
8
10
1.
la 11 17
4
7
9
Fût1 mauvais, llaulje étant égal en dignité [le] réprimait, mais le pouvoir
13
16
15 2
3
1
14
3
letermi,né par le temps 2, était plus modéré
: car il était nécessaire qu'ils
5
6 ,
8
10
4
7
11
9
5
4 très-bons magistrats
, sachant que 6, après le temps, ils seront [du
fussent
, I:¡
ombre] des gouvernés 7.
1
2
3
5
6
4
7
8
9
Deviennent donc consuls, la première année 8 après les rois
Lucius Junius
,
i* 11 14
16 ia
15
13 17
18
19
le
surtout
auteur
du renversement de Tarquin, et Tarquin Collatin ,
3rutus,
21
i
a
3
5
4
[10 22 de la Lucrèce.
MaisleCollatin bientôt après fut dépouillé de la dignité;
pépoux
2
1
6
8
453
car il avait été résolu9 qu'il n'y aurait10 à la Rome personne [de] nommé
5
6
7
2
et
tout
arquin:
ayant pris
son11avoir, il alla s'établir hors de la ville. Mais
3
1
45
6
ucius Valerius Publicola lui fut substitué.
17.

1

3
4
a
X. Tarquin suscite la guerre à Rome.

5
236
t
10
4
7 9
Ceux-ci ayant11 donc l'autorité consulaire, Tarquin, le dépouillé de la
8
II
13
12 1
a
2
4
suscita [la] guerre à la Rome
; et ayant rassemblé beaucoup de nations,
85
10
ai
7
69
royauté,
1 s'empressait [de] revenir par [les] armes à la royauté. Or, d'abord qu'on13 en
3
11
8
5
467
9
ut venu aux mains, le Brutus et le lils de Tarquin à la vérité se tuèrent l'un
o
a 1
3
5
6
4
7
tl autre; mais les autres Romains ayant vaincu [dans] le combat s'en retoura
13
12
8 9 1 3
4
17
au logis. Les femmes donc honorèrent le Brutus d'un deuil d'une année
5
10
11
8
9
6
7
gèrent [1lHenseul' et [le] protecteur de leur14 honneur et de leur chasteté,
comme
15
16
14
ret] comme un père commun.
3 1
12
3
10
5
9
4
Or Publicola élut Spurius Lucretius Tricipitinus, le père de la Lucrèce,
6118
ai
3
5
7
4
16
pour] à soi collègue
15au consulat. Maiscelui-ci étant sorti de la vie parma6
II
13
12
8
f
10
7
adie, il s'adjoignit de nouveau au pouvoir consulaire Horatius rulvillus. Ainsi
nécessitéétait [eux]être, etc.; accus. —5~Eiûw,
aupartie, parf. a accus, plurIrrég.
252.—6 ~£ïç, indic. - 7 Tourn.: des gouvernés,génît. — 8 Voy.§. 338,4°. —
t.
Tourn. : car il fut résolu. — IOTourn.: personneêtre; acc. — Il Voy. p. 81,
12Au génit. absol., §. 370,I. — 13Tournezcommeen lat., par la 3°. pers.
pem. 3°.—
Je L'honneurel de la chasteté
:
note 11.—15
11,
p.
;
voy.
Apposition
;
18
Au génit. absol.
295.—Tourn.
plur.—14

198
EXERCICESGÉNÉRAUX
inus annus quinque consules ha- Ainsi, la première année comptacinq
buit, cum Tarquinius Collatinus consuls;TarquinCollatinavait été obligé
urhe cessisset propter nomen; Bru- de quitter la ville à cause de son nom,
tus proelioperiisset; Sp. Lucretius Brutus avait péri dans un combat, et
inorbo mortuus esset.
Spurius Lucretius était mort de maladie.
XI.
Tarquin rallume la guerre.
Secundo quoque anno iterum
Tarquinius.ut reciperetur in regnum
, bellum Romanis intulit,
auxilium ei ferente Porsena, Tusciœ rege; et Romain pene cepit.
Verum tum .quoque victus est.
Tertio anno post reges exaclos,
Tarquinius, cum suscipi non posset in regnnm, neque ei Porsena
,
qui pacein cum Romanis fecerat,
auxilium praestaret, Tusculum se
contulit, quœ civitas non longeab
urbe est; atque ibi per quatuordecim annos privatus cum uxore consenuit.
Quarto anno postreges enctos,
cum Sabini Romanisbellumintulissent, victi sunt : et de his est
triumphaturn.
Quintoanno Valerius ille, Bruti
collega, et quartum consul, fataliter (i) mortuusest, adeo pau per,
ut, collalis a populo nllmmis, sumtum liabuerit sepulturae : quem
matronse, sicut Brutum
, annum
luxerunt.

(i) De maladie,de sabelle mort.

La seconde année, Tarquin, ayant
pourauxiliaire Porséna,roi des Toscans,
fit de nouveau la guerre aux Romains,
afin de recouvrer la royauté; et peu s'en
fallut qu'il ne prît Rome; mais il fut
encore vaincu, et leva le siège.
La troisième année après l'expulsion
des rois, Tarquin, voyant qu'il ne pouvait se rétablir sur le trône, et que Porséna, qui avait faitla paix avec les Romains, ne lui prêtait plus de secours,
se retira avec son épouse à Tusculum ,
ville située à peu de distance de Rome
;
il y passa quinze ans dans la vie privée,
et parvint à une très-grande vieillesse.
La quatrième année après l'abolition
de la royauté, les Sabinsfirent la guerre
aux Romains, qui, les ayant entièrement défaits, célébrèrent leur victoire
par un triomphe.
La cinquième année, Valerius, collègue de Brulus au consulat, dignité
qu'il exerça quatre fois, termina ses
jours dans un tel état de pauvreté et de
dénûmcnl, qu'il fallut que le peuple
fournît, par une collecte, aux frais de
ses funérailles. Lesdames romaines portèrent son deuil pendant un an, comme
celui de Brutus.

ET SYNTAXES COMPAREES.
199
a
3
1
46
5
8
7
9
loDCil arriva que 1 la première année des consuls eut cinq consuls, Tarquin
a
3
1
5
2
4
de son surnom 3, Brutus 4 étant tombé [morl]
Collaiin butant exilé 2 à
3
a
4 1
7 3 4 6 5
cause
5
bas-le combat, et Lucrelius ayant subi [la] fin par la maladie.
XI. Tarquin rallume la guerre.
1
a
1
3
2
5
3
4
4
Or la deuxième année* après les rois, Tarquin prit de nouveau les armes
11
12
2
8
6 7
9 10
entre la Rome pour la royauté, s'étant appelé à secours le Porséna (or,
1
2
3 5
1
3
4
5 4
f5
étaitroi des Toscans); et peu s'enfallut à la vérité qu'il ne prît la Rome:
I
2
3
été, vaincu cependant il se retira.
clui-d
yant
1
a
5
3
46
7
9
Et [la] troisième année après les. rois, comme il voyait les choses 7 loui.
II
1a
i3
18
8
14 16 15
pliant la royauté n'allant [pas] à Jui suivant [1'] idée (car déjà Poiséna
117
20
3o
22
19 21
29
luisi avait fait [la} paix avec [les] Romains), s'étant retiré avec son
32
3i a3
25
26
33
24
34
27 28
épouseà Tusculum , petite ville non loin de la Rome, il [y] passa quatorze ans
38
35
37 836.
la vie privée, el y parvint à l'extrême vieillesse.
a
1
5
3
4
6
1
8
9
Or la quatrième année après les rois, [les] Sabins portèrent la guerre à
1
1
3
7 2 3
4
lans
Romanius,mais eux ayant été défaits9 avec toute l'année, les Romains trom2
plièrent [à cause de] la victoire.
5
6
9
2
1
3
4
6
La cinquième année, Valerius, le collègue de Brutus10 au consulat avant
10
13 1114
12 - 15
7
8 9
léjia accompli [son] quatrième consulat, subit la fiu commune dans une si
21 26
16
18
20
16
19
24
17
que sa sépulture eut
grande pauvreté et dénûment des choses nécessaires,
2
a3
1
8
a
24
7 22
lieu par une contribution du peuple: et les femmes portèrent decelui ci
5
6
7
9 Il
comme celui du Brutus, [pendant] un temps d'une année.
deuil,
1 Tourn.
; il arriva l'annéeavoir eu(à l'QOl' — Gértit. absol., ici et dans les
du surnom.—Après ce nom ajoutez oi, autem,
phrasessuiv. — Tourn.: à cause
uutem. —6 'Ex, c, ex,
~Je,
; §. 273.—1 Ici et se rendra par—
particule énumérative
8 A rendrepar ~re,ronsir.
7
la
8
l
'art.
310.
C
onstr-.
V,
p.
d'après
~SB. ~Tk,§.—
Rég.Construisezl'articled'après la Règ.V,
un
mot.
après *I
Angén.
pia., §. 3-1.
p. 8.— Surle ces, voy. 345,

200

EXERCICES GÉNÉRAUX
XII.
Création d'un dictateur et destribuns

Nono anno post reges exactos,
cum g-cner
Tarquinii , ad injuriam
soceri vmdicandam, ingentem collegisset exercitum, nova Romæ
dignitas est creata, quae dictatura
appeiiatur, major quam consuiaris.
Eodemanno
etiam magister equitum factus est, qui dictatori obsequerelur. Dictator autem Romœ
primus fuit Largius; magisterequitum primus Spurius Cassius.
Sexto decimo anno post reges
exactos, sedilionem populus Romœ
iecit, tanquam a senatuatque cousulibns premerelur. Tune et ipse
sibi tnbunosplebis, quasi proprios
judices et defensores, creavit, per
quos contra senatum et consules
tutus esse posset.
Sequenti anno Volsci bellumreparaverunt, et victi acie, etiam
Conoloscivitatcin, quain habebant
oplimam, perdiderunt.

du peuple,

Neuf ans
l'expulsion des rois le
après
gendre de Tarquiu, voulant venger son
beau-père, leva une puissante armée.
Dans cette circonstance, on créa à Rome
une nouvelle dignité, appelée dictature
qui était supérieure au consulat même.
La même année, on créa aussi un
général de la cavalerie, qui était placé
sous les ordres du dictateur. Le premier
dictateur de Rome fut Largius
, et le
premier général de la cavalerie, Spurius
Cassius.
Seizeans après la destruction des rois,
le peuple, qui se plaignait d'être opprimé par le sénat et les consuls, se souleva
dans Rome. Il se donna alors des magistrals particuliers, destinés à défendre ses droits, et nommés tribuns du
peuple. Il espérait trouver en eux des
garanties contre les usurpationsdu sénat
et des consuls.
L'année suivante, les Volsques rc; mais, vaincus dans le
prirent les armes
combat, ils perdirent même Corioles.
leur capitale, qui tomba au pouvoir du
vainqueur.

XIII.
Coriolan.
Octavo decimo anno post ejeclos
reges, expulsus ex urhe Quintus
Marcius (i), dux RomanorulU, qui
Coriolos ceperat, Volscorum civitatem, ad ipsos Volscos contendit
iratus, et auxilia contra Romanos

Dix-huitans après l'expulsion des rois,
QuintusMarcius Coriolan,qui avait coinmandé l'armée romaine dans la guerre
contre les Volsques, auxquels il avait CIllevé la ville de Corioles, poussé par un
sentiment de vengeance,abandonna Ronie

(i) SurnomméCoviolanus,de la ville de Corioli,qu'il avaitprise.
1Plus littéral. : de Tarquin le ayant régné. Construisezl'article d'aprèsla Règ. V,
p. 8. —L'infin. à l'aor. i. Voy.plus Las, p. 204, note 5. —3Toum.: au beau-père.
—4Se rapporte à Romains, contenu dans Rome.
—5
à l'aor.2,
yi'yvo/xat
Employez a linn
éa. - Pitt
Irrcg.§. 262.—6 Pour rendre cette8conj., voy.§. 273,
littéral.
: s'indignant et accusant. — Sur et répété
- 9 Pluslittéral.
: luialinéa. —7 Plus
, §. 270.
I, dern.

ET SYNTAXESCOMPAREES.

201

XII. Création d'un dictateur et des tribuns du peuple.
i
a
3 5
8
6
4
7
La neuvième année après les rois, le gendre du Tarquin qui avait été -roi1
II
13
10
12
9.
14
ayant voulu venger2 son3 beau-père, rassembla une armée extrêmement
la
1
a 4
3
5 6 7 8
nombreuse. Alors donc et fut imaginée et fut élue à la Rome une [nouvelle]
1
3
216
9
4
dignité
; ils l'appelaient 4 dictature en langue du pays. Or celle-ci était plus
3
4
5
puissante que le très-grand consulat.
8
2
2
1
4
3
5
9
6
7
Or dans ce même temps fut créé aussi un commandant des cavaliers; mais
1
5
1
3 2
3 4
4
1est subordonné aussi lui-même au dictateur. Fut5 donc premier dictateur
1
5 2
3 5
6
4
6 premier maître des cavaliers
5 2
Spurius Cassius.
2
1
8
5
3
4
67
Or, la seizième année après les rois, une sédition tomba sur le peuple des
10
11
12
i3
9
19
lemalas, qui s'indignait 7et se plaignait [de] souffrir [de] mauvais traitements
16 17
15
2
5
14
18
1
3
4
Sela part et du sénat et 8 des consuls; et il se créa lui-même 9 des magistrats
10
II
12
5-789
particuliers, et comme certains vengeurs des droits de la multitude, qu'il
13
2
1
3
14
14
7
4 5
ippela tribuns du peuple. Or le peuple crut que par ceux-ci il y aurait pour
6
12
10 11
8
9
l3
ui 10sûreté contre la puissance du sénat et des consuls.
3
5
214
7
689
Or, l'année ensuite,[les] Volsques renouvelèrent la guerre, et ayant engagé
10
11
12
16
i5
13
14
9
action, ils furent vaincus, et perdirent leur" plus grande ville, Corioles,
18
17
ombéc au pouvoir des vainqueurs
XIII. Coriolan.
11
1
4
2
3
5
67
[La] dix-et-huitième année après les rois, Quintus Marcius, le général de la
8
10
12 13
6
15 14
9
;uerre celle-là13 contre [les] Volsques, celui aussi qui prit14 leur ville les Co21
26 25 22
a3
I8
20
7
19
ioles, ayant abandonné la Rome, passa aux Volsques, ayant faitcela par quel6
1 3
2
24
457
queressentiment
15: etil rassembla beaucoup d'alliés,et vainquit souvent ses16
mêmeétablità soi-même.- 10Tournez commeen lat.: devoirexister à lui sûreté;
aufut. de l'infin. —11Tourn. : desoi; p. 80, V, i°. —12Plus littéral. : devenue
13 Construisez
et
nd).(II,urbem.—
les ayant vaincu,factam victorum, sous-ent.
répétésl'article d'aprèsles §§. 313 et 314. —14 Plus littéral.: le aussi ayantpris. —
Pluslittéral. : ayant éprouvé~(nriaxw,.
:150, Irrég.) cela par quelque ressentiment.
15
Surcette locution remarquable, voyez la Méthode, S. 389, III, p. 308. —10Voy.
1.81,Rem. 30.

202

EXERCICES GÉNÉRAUX
arcepit, Romanosque saepe vicit. et passa de leur côté. Ayant formé une
Usque ad quintum milliarium ur- ligue puissante, il fil éprouver de nombis accessit, oppugnaturusetiain
breuses défaites à ses concitoyens; il
patriam, legatis, qui pacem pete- s'avança jusqu'à cinq milles de Rome,
hant, repudiatis,nisi ad eum ma- dont il s'apprêtait même à faire le siège,
ter Veluria et uxor Volumnia ex Les envoyés que lui députèrent les Rourbe venissent : quarum fletu et mains ne purent rien sur son ressentideprecatione superatus, removit ment, qui ne devait cesser qu'à l'arriexercitum. Atque hic secundus post vée de Véturie, sa mère, et de Volumnie,
Tarquinium fuit, qui dux contra son épouse. Elles vinrent, et, touché
de leurs gémissements, il éloigna son
patriam suamesset.
armée. Coriolan est le second Komaiti
qui, depuis Tarquin, ait porté les armes
coutre sa patrie.
XIV.
Les Fabiens.
Caesone Fabio et Titio Virginio 1 Sous le consulat de Fabius et de Virgiconsulibus, trecenti tiobiles homi- nius, trois cents membres de la noblesse
nés, qui ex Fabia familia erant, romaine, issus de la i amilie de Fabius,
contra Veientes bellum soli susce- entreprirent de soutenir seuls la guerre
perunt, proniittentes senalui et contre les Véiens,après avoir répondu
populo per se omne certamen im- au peupleet ausénat dusuccèsde la camplendum. Ilaque profecti omnes pagne. Ils partirent, et tous ces hommes
nobiles, et qui singuli magnorulll illustres, dignes chacun de commanderde
exercituum duces esse deberent, in grandes armées, périrent dans l'action,
prœlio conciderunt. Unus omnino De cette famille si nombreuse, il ne
superfuit ex tanta farnilia, qui resta qu'un seul rejeton, à qui son âge
propter œtalem puerilem duci non trop tendre ne permit pas de se trouver
au combat.
potuerat ad puonam,
On fit ensuite un nouveau rccensePost hœc census in urbe habitus
est, et inventa sunt civitim capitum ment de la population de Rome, et l'on
trouva que le nombre des citoyens se
cenlum undeviginti millia.
montait à cent dix-neuf mille.
XV.
Dictature de Cincinnatus.
Sequenti anno, cum in Algido
monte, ab urbe duodecimo ferme
tnimano.romauusobsideretttrcxercitus, L. Quinctius Cincinnatus
dictator est lactus; qui agrum quatuor jugerum possidens, manibus

L'année suivante, l'arlllee romaine,
tombée dans une embuscade, fut cernée
sur le mont Algide, à douzemilles de
Rome. On nomma alors dictateur Lucius Quinctius CinciulJalus, qui , possesseur d'un champ de quatrearpenty , U ,

ET SYNTAXES COMPAREES.
203
8
1
a
5
11
4
3 6 7 8
9
concitoyens; et il fut près de la ville même de cinq milles, comme devant
11
2
3
I
Jo
1
[l'] assiéger à l'instant. Or les Romains [luij ayant envoyé des députés 1, il
8
5
12
10 11
13
15
4 6
7
9
ne devait pas cesser la colère avant que Véturie, sa mère, et Volumnie,
18
16 17 3
1
2
1
14
4
3
son épouse 2, fussent venues vers lui. Cela se fait donc; et, touché des
2
3
5
6 1 3
a
4
4
gémissements des femmes, il éloigna l'armée; et celui-ci deuxième après
5
6
10
78
9
le roi Tarquin porta les armes coutre la patrie.
XIV. Les Fabiens.
5
7
9 10
2
1
3
4
6
Or Fabius et Virginius ayant le consulat 5, trois cents hommes
notables
8
i3
21
16
14 11 12 15
delà Rome, issus de la famillede Fabius, se mirent en campagne
, seuls[et]
18
20
22
23
26
47
19
24 25
par eux-mêmes, contre les Véiensayant promiset au peupleet au sénat [de]
28 27 20
3
2
1
8
5
29
4
7
faireréussir 6 toute la guerre. Mais tousceux-ci, chacun digne[d']être7 généraL
6
11
3 1
10
9
d'une grande armée,périrent d'une extermination 8 complète. Or de [cette]
2
5
6 8
10 12
11
4
7
9
si grande famille du Fabius [il ne] resta [qu'] un seul, qui ne fut pas capable,
13
15
16
14
à cause desa jeunesse 9, [de] s'être trouvé au combat.
12
6
4 3
578
Après cela 10un recensement des personnes se fait de nouveau dans la ville,
Il
12
10
13
9
14
et le nombre des hommes fut compté ensemble cent dix-neuf
mille
XV. Dictature de Cincinnatus.
2 i 4
3
12 14
i3
11
15
Or l'année d'ensuite", l'armée romaine, prise dans une embuscade, fut
8 10
5
15
5 7 6
9
4
cernée sur le mont Algide, à douze milles dela ville 13,Lucius Quinctius
6
1
2
1
3
a
5
3
1
Cincinuatus est donc élu dictateur. Or le Cincinnatus ayant un champ de
1 Génit.absol.,
: l'épouseVolumnie.— 3Tournez par l'in§. 370, I. — Tourn.
non prius. quam. — 4Sur le cas de
>j.
fin. à l'aor. 2, être venues, ~V~TtpoTtpiv.
ce complément,1'()'. p. 92,Règ.IV.— 5 Génit. absol.—6 Aufut. de l'infin., sans
280.—7A l'inf. prés., commeen français,
pron. refl., commeen français
; -voy
§.
avecle nomin.
; voy.. 280, 1. 8 Sur le cas, voy.§. 338, 3". —9 Sursa, voy.cidess., p. 81, Rem. 3°. —10Tournez, comme
en lat., postea,maisen deuxmots.—12Tourn.
: cent vingt milliers, un manquant.Voy.plus haut p. 74, II. — 12Construisezl'article d'après la
V, p. 8. — 13Tourn. : au douzièmemilledela ville.
Le nomde distancemille, an
: le nomde lieu ville, an gen., sous-ent.
Règ.
dat..§.338 ?>".
~ire',ab : §.330,II.

204
EXERCICES GÉNÉRAUX
suis colebat. Is cum in opere et cultivait lui-même.
Il conduisait sa chariii,ans
ils @sudore
sudoi-c de- rue
arans esset invetit
inventus,
quand il reçut la nouvelle de la
diet
-, dignitéàlaquelleil
di,,nitéàlaqtielle ilétaitélevé.11
étaitélevé. Il essu
tcrso, togam prœtextam accepit,
essuya,
ya,
et eœsis hostibus liberavit exerci- pour revêtir la robe prétexte, la sueur
1 dontl'avait couvert la
lum.
fatigue du labollr;
et, ayant taillé les ennemis en pièces,il
délivra l'armée.
XVI.
Des Décemvirs.
Anno treccnîesimo et alfero ab
urbe condita, imperium consulare
cessavit, et pro duobus consulibus
decem fncti sunt,qui summam potestatem habcrent, decemviri nominati. Sed cum primo anno bene
cgissent, secundo unus ex iis, AppÍus Claudius,Virginii cujusdam,
qui lionestis jam slipendiis contra
Latinos in monte Algido miiitabaL,
filiam virginemcorrurnperevoluit :
quam pater occidit, ne stuprum a
decemviro sustineret; et regressus
admilites, movit tumultum. Sublata decemvirispotestas,
ipsique
damnati sunt.

L'antrois centet undela fondationle
Rome, le pouvoir consulaire fit place à
un autre. Au lieu de deux consuls, on
créa dix magistrats, qui, sous le nom
de décemvirs, furent investis de l'autorité suprême. Ils se conduisirent bien
la première année; mais l'année suivante, un d'eux, Appius Claudius,
voulut faire violence à la fille d'un ccrtain Virginius, qui avait servi honora.
blement dans la guerre contre les Latins, au mont Algide. Le père tua sa
fille pour prévenir son déshonneur. Cet
événement souleva l'armée: les décemvirs subirent une condamnation, et leur
pouvoir fut détruit avec eux.

XVII.
Révolte et prise de Fidènes.
L'an trois cent soixante-quinze de
Anno trecenlesimo decimo quinto ab urbe condita, Fidenates con- Rome, les Fidénalcs, ayant pour alliés
tra Romanos rebellaverunt. Auxi- les Véienset Tolumnius,leur roi, se soulium his prœslabant Veientes, et levèrent contre les Romains. Les cités de
:
rex Veientium Tolumnius : quae ces deux peuples sont voisines de Rome
les Fidénates n'en sont qu'à six milles,
ambaccivitates tnmvicinaeurbi sunt,
ut Fidenœ sexto, Veientes octavo les Véiens qu'à dix-huit milles de didecimo milliario absint. Conjullxe- stance. Les Volsquess'étaient
joints
runt se his et Volsci. Sed Mamerco aussi à eux. Mais ils furent défaits par
TEmilio dictatore, et LucioQuinctio Mamercus
IFmilitis, créé dictateur, et par
Lucius Quinctius Cincinnatus, général
Cincinnatomagistroequitum,victi,
fut
etiam regem perdiderunt (1). Fide- de la cavalerie. Le roi Tolumnius
nœ captae, et excisse.
tué, et la ville de Fidènes prise et rasée.
(1) SuivantTite-Live, livre IV, ch. 19, Tolumniusfut tué par A. CorneliusCossus,
tribun de la cavalerie.
1 Plus littéral. : et cultivantcelui-ci [avecle] corps même; dat. — 2 Tourn.: la
4Exet
313.

du
labour.
:
celle-là
—3Tourn.
la
sueur
269
Voy.
§§.
[venant]
dignité.ici la
5l'infin. àl'aorI. Les
de
avecce
nom
temps.—
primez
dans, acc.,
prépos."(1'I.'t'i,
Grecsemploient
le passéde l'infinitif aprèsles verbesqui exprimentdésir, int ention,

ET SYNTAXESCOMPAREES.
15
a
4
4
quatre arpents, et cultivant celui-ci de [sa] personne
10
8 9
4
2
à [la] charrue, reçutcette dignité; et s'étant essuyé la
8
6
5
7
changé le costume-, il revêtit [la] robe prétexte;
a
5
4
il délivra l'armée.
ennemis,
ayant
XVI. Des Décemvirs.

205
-3 1
6
7
même', et se tenant
1 2
3
sueur du labour 3, et
1
3
et ayant détruit les

6
2
1
3
8
4
5
7
9
Or, la trois-ceut-unième année après la fondation de la Rome, la puissance
a
10
11
12
i3
1
3
14
des consuls fut changée en une autre dignité. En effet, au lieu des consuls,
10
5
6
7
4
dix [magistrats] furent établis, auxquels tout [le] gouvernement de 8l'état9 fut
1
3
1
3
4 a
9 2 3
4
remis
; or ceux-ciétaient appelés décemvirs.Or s'étant bien conduits la première
5
6
3
a
1
22
7
4 5 6
année 4, ils changèrent ensuite. Car AppiusClaudius, un des Dix, voulut
a3
10 9
8
n
24 25
7
19
déshonorer
5 de force une vierge fille d'un certain Virginius, qui se trouvait
21
20
18
12
I3 14
17
ayant combattu très-vaillamment contre [les] Latins dans la guerre sur le
16
18
6
1
2
3
1 2 3 4 7 5
mont Algide. Mais le père la tua avant l'oulrage. Cela souleva l'armée:
3
8587
et ayant livré
4
a Dix au châtiment, on détruisit 7 aussi avec eux la
les
1
6
9
magi.strature même.
XVII. Révolte et prise de Fidènes.
2
1
3
6
II
9
78
4
5
Or [l'] année trois-centième et dixième cinquième après la fondation de la
10
1
5
2
3
4
[ville de] Rome,[les] Fidénates entreprirent [la] guerre contre la Rome, se ser8
11
13
2
1 3
7
6 9 10 12
vant8 des Véiens[pour] alliés*,et du roi de ceux-ciTolumuius. Or [les] Véienset
5
1
4
6
7
[les] Fidénates habitent dans le voisinage de la Rome; [les] Fidénates d'un
35
8
2
a 4
67
côté séparés10 de six mille11,[les] Véiensd'un autre de dix-huit [milles]. Or
3
1
4
1
2
3
4
[les] Volsques s'adjoignirent aussi [à eux]. Alors donc Mamercus Æmillus,
10
11
12
6578
9
élu dictateur, et ayantpris [pour] commandant
12 des cavaliers LuciusQuinctius
a
i3
18
3
15
17
14- 16 19
Cincinnatus, termina la guerre, et tua le roi Tolumnius; et la ville [de]
1
5 6
4
Fidènes fut prise et rasée.
et tonteautre idée analogue.—6 Au plur., commeeu lat. — 7 Auplw., commeen
lat; P. go, III.—8~Xpsw/to»,
moy.,au part.
parf. pass.; voy.§. 203;régime
, § .338,
10

au part. parf. pass., 119,1,
~,
1° —Apposition; voy.p. 11, §. 295.
1°.—11Voy.piushaut, p 203,note13. - 12Voy.note 9.

206

EXERCICES GÉNÉRAUX
XVIII.
Camille, victorieux, est envoyé en exil.

Postviginti deinde annosVeientani rebellaverunt. Dictator contra
ipsos missus est Furius Camillus,
qui priinum eos vicit acie : mox
etiam civitatem diu obsidenscepit,
nntiquissimam Italiae atque ditissimam. Post eam cepit et Faliscos,
non minus nobilein civitatem; sed
commota est ei invidia, quasi prædam male divisisset; damnatusque
oh eam causam, et expulsus civitate
est.

Vingt ans après, les Véicns rallumèrent la guerre. Furius Camillus,;
marcha contre eux,
nommé
dictateur,
et les défit d'abord en bataille rangée,
et, après un long siège, il prit leur
la plus ancienne et la plus riche
ville,
de
Ittalie. Ensuite il s'empara de Falérie, ville non moins importante. Mais
l'envie, irritée contre lui, l'accusad'avoir
mal réparti le butin; et il fut pour cette
cause condamné à l'exil.

XIX.
Camille, revenu de son exil, défait les Gaulois.
StatimGalli Senones ad urbem
venerunt, et victos Romanos undecimo milliario a Roma apudflumen
occu
etiam rurbem
ham
Aliiainsectiti,
secuh, etiain
em occuparunt; neque detendi qUldquam,
nisi Capilolmm, potuit. Quod cum
diu obsedissent, et jam Romani
fame laborarent, a Camillo qui in
vieinacivitate exsulat
bat., Gallis
grav issi,e q ue
superventuinestest
superventum
, , gravissimeque
victi sunt. Postea tamen, accepto
etiani aui-o,ne Capitoliuin obsderent, recesserunt; sed secutus eos
Camillusita cecidit, ut et aurum,
qM
uod his datum fuerat, et omnia,
,,na revoiii iitaiia signa
qquæ ce
ceperant,
pei-ant , nl1
caret. Ita tertio triumphans urbem
ingressus est, et appellatus secun-

Bientôt après, les Gaulois Sénonais
fondirent sur Rome. Ayant vaincu les
Romainsà onze milles de la ville, sur la
"ivière Allia, ils les poui-siiiviretil jusque
dans leurs inuis, dontils s'emparèrent;
les Romains ne trouvèrent leur salut que
dans le Capitole, où ils se réfugièrent.
Ils y étaientassiégés depuis longtemps,et la famine commençait à les presser,
lorsqT
ue Camille, qui passait son exil
dans une petite ville voisine, surprend
les Gaulois et leur fait essuyer un échec
comme ils n'otrès-grave. Cependant,
péraient point leur retraite,les Romains,
en leur offrant de l'or, les décidèrent à
lever le siège du Capilole: mais Cade ce traité, se mit à
"îille,
indigné et les battit si complcleur poursuite,
tement,qu'il i-eprit l'or qu'on leur avait
donné, et recouvra en même temps tous
les drapeaux qu'ils avaient enlevés aux

Au dat. —2 Cet adv., commecomparât.,veutson complém.au gén.; §. 328, V,
II. —4 Commeen lat., post
p.
2°. — 3Sur l'article avec6 l'adj. démonstr.,voy.
79,
: qu'il n'avait pas~partage,
¿';,
hcec.—5 Voy.uote3.— Employezici ~Tl.- 7 Tourn.
et la valeurici
Irreg.§. 247,à l'optat. aor.a. Sur l'emploi
que où,non,dtotipéu,divido,
de ce mode,voy.§. 365, IV.—8 Genit. absol., 307,1.—9 Génit. absol. - Plus

ET SYNTAXESCOMPAREES.
XVIII. Camille,

207

victorieux, est envoyé en exil.

3
2 1 6
45 3
9
7
2
Or vingt1 ans postérieurement à ce le combat, [les] Véiensallumèrent de
5
8
10
1
a
3
6
4
7 8
nouveau la guerre, et est élu contre eux dictateur Furius Camillus, qui
1 2
10
3
6
4
9 II 12
d'abord les défit d'un côté, [et] après cela 4 d'un autre ayant assiégé long11
10
12 13
4
5 8 9 7
temps la ville, la prit aussi, [étant] et la plus ancienne de l'Italie et la plus
12
15
34567
14
abondante en toutes choses. Après celle-ci il enlève Falérie , villenon moindre
2
8 1
3
2
6
4
5
7
que la première. Mais [l'] envie s'éleva contre lui de cette la 5 prospérité, et6
6
8
3
7 7
1 4 5 7
il supporta [l'] accusation de n'avoir [pas] partagé convenablement à l'armée
2
1
5
10
9 11
34
le butin de la guerre, et il fut condamné et banni de la Rome.
XIX. Camille, revenu de son exil, défait les Gaulois.
5 6
3
2 1 3 4
891
7
Maisdans ce le temps[les] GauloisSénonaisfondirent sur la Rome,
et un combat
10
2
4
6
5
7
9
8
Rau onzième mille de la ville, sur la rivière Allia, ils
lieu
eu
poursuiayant
15
16
12
II
13
14
17
virent les Romains fuyant, aucun [n'] ayant résisté 9, jusqu'à la ville même:
63
2
1
3
4
5
mais [les Romains] se réfugiant dans le Capitole, y trouvèrentleur salut10.Or
10
1
5
4
3
6
7
8 9
[la] famine les pressant déjà, survient aux Gaulois, assiégeant depuis long12
18
11
15
1 4
13 14 16
17
9
; et il les
temps, le Furius Camillus, vivant exilé dans une petite ville voisine
3
5
2
6
7
3
1
vainc à la vérité fort terriblement [dans]le premier engagement
; mais commeils
34
6587
9 10
ne se retiraient pas, les Romains achetèrent leur retraite [avec] de [1']or", afin
1
5
2
3
11
I3
12
12pas le Capitole. Le Camille ne supporta [point] cela
n'assiégeassent
qu'ils
1
a
3
3^6
4
patiemment
, mais s'étant mis tout à coup à la poursuite de l'armée des,
12
5 8
4 a 5 3 1
79
1
Gaulois
13 et '4 il la détruisit, et il reprit l'or donné et ayant recouvré
3
6
II
2
4
10 15 8
9
tous les drapeaux qui avaient été enlevés aux Romains dans le premier
1
à
11 Sur le cas,
sauvaient
littéral.: ils s'y12
ensemble, l'imparf. de narration ; §. 358.—
avecl'aor. de l'opt., parceque le premierverbeest au
~turl,
§. 338, 1°. — ~'O:'tc.l;
14Employezrt,

8.
la
V,
cidess.,
p.
d'après
règle
passé.—13Constr.l'article
270.—15
Emplovez
ici le par/, compose
<hipartie, parf. pass.et de*<,«('. l'or. §. 97,
REM.

208
EXERCICES GÉNÉRAUX
dus Romulus, quasi et ipse patriœ 1 Romains. Ce fut ainsi qu'il rentra en
triomphe dans Rome pour la troisième
fois, et qu'il fut appelé le second Romulus, comme étant le second fondateur de Rome.
conditor.
XX.
Accroissement de la puissance romaine. — Les tribuns militaires.
Anno trecentesimo sexagesimo
quinto ab urbe cOlldila, post captam autem primo, dignitates mutatse sunt, et pro duobus consulibus facti tribuni militares consulari
potestate. Hinc jam cœpit romana
res crescere. Nam Camillus eo an110Volscorum civitatem, quæ per
septuaginta annos bellum gesserat,
vicit; et iEquorum urbein, et Sutrinoruin : alque omnes,deletis eorum exercitibus, occupavit, et très
simul triumphos egit.

L'an trois cent soixante-cinq deRome,
et le premier depuis sa prise par les
Gaulois, les magistratures éprouvèrent
un changement, et, au lieu de deux
consuls, on créa des tribuns militaires,
dont l'autorité égalait celle du consulat.
Dès lors s'accrut la puissance de Rome.
Cette même année, en effet, Camille,
vainqueur de la cité des Volsques
, qui
avaient soutenu soixante et dix ans la
guerre contre les Romains, réduisit
aussi la ville des Eques et celle des Sutriniens. Il s'empara de tous ces états
après avoir anéanti leurs armées
, et
obtint à la fois trois triomphes.
XXI.

Victoires et triomphe de Q. Cincinnatus.
Titus etiam QuincliusCincinnatus Prænestiuos,qui usque ad urbis Romae portas cum bello venerant, persecutus,ad flumen Alliam
vicit: oclo civitates, quae sub ipsis
agcbant, Romanis adjunxit. Ipsurn
Praeneste aggrcsms, in deditionem
acccpit : quæ omnia ab co gesta
suntviginti diebus; triumphusque
ipsi dccrelus.

Titus Quinctius Cincinnatus, ayant
repoussé et poursuivi les Prénestins, qui
s'étaient avancés jusqu'aux portes de
Rome, les défit aussi sur les bords de
l'Allia. Il réunit au territoire de Home
huit villes qui leur étaient soumises.
Ayant allaqué Préneste mêmc, illa força
à se rendre. Vingt jours lui suffirent
pour tous ces exploits, qui lui fiient
décerner les honneurs du triomphe.

1 Employez. - 2
~ViyjoiiKi
aupartie, parf. pass.,Irrég.§§. 22 et 203.- 3Emet construisezici l'article d'apiès les règlesci-dess., p. 8 , Y, et p. 9, VIII. ployez
4EmployezJi, autem. — 5Tournez par l'art, et constr.d'après la
règleV, p. 8. -

209
ET SYNTAXES COMPARÉES.
15
2
tG
i3
7
14
combat
, il triompha pour la troibième fois dans la patrie, et1 fut surG
8
1
10
6
5
4
7
nommé [le] second Romulus, comme ayant été 2 aussi lui-même fondateur
9
de la Rome.
XX. Accroissement de la puissance romaine. — Les tribuns militaires.
a
1
568
3 4
[La] trois-centième-soixantième-cinquième année après la fondation de la
10
11 12 16 15
13
18
7
9
14
Rome3, et 4[la] première depuis sa5 prise arrivée sous [les] Gaulois, les magi2
1
3
5
17
4
stralures furent échangées
En effet, au lieu des consuls furent7 [des] tribuns
6.
6
10
8
1
2 3 6
97
4
I1
8
militaires ayant l'autorité des consuls. De là aussi les affaires 9 de la Rome 10
5
3 8
.2
ro
4
9
| s'accrurent.
Car, la ville11 des Volsques ne s'étant [point] abstenue de la
11
I 13
6
1 15 14 16 17
12
5 7
r guerre" contre la Rome soixante-dix ans 13entiers, Camille et 14 la prit, et
18
I
2
22
3
1
19
21
4
19
• une autre des Eques, et une autre des Sutriniens; et15 les ayant toutes
5
6
8
13
I
12
4
10
7
9
soumises,et ayant détruit les ennemis
, il obtint trois triomphes sur les trois
11
nations.
XXI. Victoires et triomphe de Q. Cincinnatus.
12
3
15
12 13
4
14
Et Titus Quinctius Cincinnatus ayant poursuivi jusqu'à la rivière Allia
6
II
10
4
7 8
16
I [les] Préncstins, qui s'étaient avancés [en] faisant la guerre jusqu'aux portes
2
3
4
5
1
1
6
4
I9
mêmes [de Rome] , et 17il remporta sur eux une victoire, et il réunit huit de
2
6
3
2
1
3
4
leurs villes à la Rome; et il [lui] acquit aussi les Prénestins eux-mêmes, qui se
2
6
1
5
4
5 7 1
livrèrentl8. Or il acheva tout ce 19l'ouvrage [dans] les vingt jours 20, et il
2 3
4
triompha de ces peuples-là 21.
6 ~#
de ), à l'aor. 2pass.8, §§.119, II,1°., III, 1 , et 114.—
(comp.
7r~o/iKt, fio,
252.— Conslr. l'art. d'aprèsla Règ.V, p. 8. —
à l' aor. 2,
,
sio
Irrég..
riyvoftctt,
Irrég".
9 Pource mot, voy. §. 310.
— >° voy.
VIII. - 11Mettez
Mettezle
le mot
molville,
ville, avecses
Voy. p. 9, "III.
commerégime de il prit, par inversion
, et, aprèsla parendépendances
, à l'accus.,
: Cathèse, reprenezpar le relatif la, ajoutéplconastiquementpour la clarté; comme
annos bellonon ahstinentem,
millus Volscorumurbem,
septuaginta
integros
V.— 13Voy. sur le cas, §. 338,4°. i. —14 Emeamcepit. —12Voy. ci-dess.,
perp.- 8,111
Tourn. : qui s'avancèrent.—17Employez.. —15Employez.
ployez
18Tourn.
: s'étantlivrés. —19 Voy. p. 79, Il. —20 Sur le cas, 338,4°. — Tourn.:
deceux-ci.
Thèm. gr. Ire Part. Elèves.
14

210

EXERCICES GÉNÉRAUX
XXII.
Mort de Camille et victoire de Manlius.

Lucio Genucio
et Quinto Servilio
:
consulibus, morluus est Camillus
honor ei secundus post Romulum
delatus est (i).
Titus Quinctius dictator adversus Gallos
, qui ad Italiam
rant, missusest. Hi ab Urbe quarto
milliario, trans Anienem fiaviuin
veneconscderanl. Nobilissimusde senatoribus juvenis, Titus Manlius,
provocantern Gallutn, ad singulare
certamen progressus, occidil; et
sublato torque aureo, colloque suo
imposito,in perpetuum Torquati
sibi et posteris cognomen accepit.
Galli fugati sunt; inox per Caium
Sulpicinm dictatorem etiam victi.
Nonmulto posta CaioMarcio Tusci
victi sunt : octo millia captivorum
ex his iu triumphum ducti.

Sous le consulat de Lucius Genucius
et de Quintus Servilius, Camille mourut, et il fut le second qui obtint les
mêmes honneurs que Romulus.
TiliisQuincliusfut créé dictateur pour
combattre les Gaulois qui étaient entrés
en Italie. Ils campaient à quatre milles
de Rome,au delà de la rivière del Anio.
Un jeune homme de la première noblessédu sénat, Titus ManlirlS, ayant
accepté un combat singulier, auquelle
provoquait nu Gaulois,le rua, cl, l'ayant
dépouHlé d'un collier d'or qu'il portait,
il se le mit an cou, action qui luifit donner,ainsi qu'à ses descendants, le surnom de Torquatus.Les Gaulois prirent
la fuite, et bientôt après furent vaincus
aussi par le dictateur Caïus Sulpicius.
A peu d'intervalle. Caïus Marciusremporta sur les Toscans un' vicfoire, dans
laquelle il leur fit huit mille prisonniers,
qu'il mena en triomphe.

xxirr.
Valerius Corvus.
Census iterum liabilus est: et
On fit un nouveau recensement
; et les
cum Latini, qui a Romanis subacti Latius, que Rome avdit soumis, refuerant, milites praestarenollent, ex g:,nt de fournir des troupes, les nonRomanis tantum tirones lecti sunt, velles levées furent tirées seulement de
: qui mo- la population romaine: on en forma dix
factseque legiones decem
qui dépassaient le nombre de
dussexaginta, vel amplius, arma- légions,
torummillia efficiebat. Parvis adlmc soixante mille IlOmtnes: tant la répuromanis rébus, lanla tameu in re bliqllc, encore faible, renfermait d'énermililari viitus enit.
gic et de ressources pour la guerre!

c.) C'est-à-direqu'on lui renditles honneursdus à celuiqui avaitété surnomméle
second Romulus.Voy. plus haut, IX, p. 208, et Titc-LiveVII, 1.
Génil. ahsol., §. 370. I. - 2 Employez.':"!, §. 270.- 5 Sur l'art. h employerici
avecle nom propre, voy. p. 9, VIII. - 4 Génit. absol. - 'Ex, gén.t. —6 ~Eî;,§. 41,
suivi du genit.- 7 Employezri. —* Sur lecas, §. 338, 1°. —9~ , moy., 10
au
208,REM.; sur le cas durég, §. 343, II.— ~'Ey.
pass.,sans
augm.,§
plus-que-palf.
— Pluslittéralem.: et tous les de () lui [nés], yivo/iivot,mais ce partie.
~toutou.
sous-ent. d'après le §. 311. — 12Au plur., comme en latin, post hœc. — Em-

ET SYNTAXES

COMPARÉES.

214

XXII. Mort de Camille et victoire de Mahlius.
6
10
7278
1 3 4 5
Lucius Cenucius it QuintusServil ius étant donc devenus consuls
*, Camille
11
12
13
15
14
17
9
termine [ses jours], eta [les] seconds honneurs lui furent décernés après
16
Romulus 3.
2
1
6
3
4
5
7
Or [les] Gaulois ayant porté 4 [la] guerre dans l'Italie, et s'étant campés au
le
11
1
12
13
i5
10
14
17
9
de la rivière Anio, au quatrième mille -de la ville, Titus Quinctius, élu
delà 16
20
1
5
6
18
4
19
dictateur, sortit contre les ennemis: mais non l'engagement des armées
10
8 - 11 12
I3
2
3
9
7
termina le combat, maisun très-noble jeune homme du 5 sénat. Manlius;
1
10 11
6
498
3 7 5
car, provoqué en combat singulier par un 6 des Gaulois, et 7 il le tua, et
16
i5 19 20
12 I3
14
17 18
s'étant mis un collier dout 8 le Gauloiss'était paré 9 au cou, de cela 10il fut
23 22
25 29 26
21
27 28
24
surnomméTorquatus et lui-même et tous ceux [qui descendirenl] de lui 11.
1 3
a
2 1 3
4
5 7 6
Alors donc à la véiilé les Gaulois se livrèrent à la fuite; mais ap rès cela 12ils
8 1
2
5
6
4 6 7
furent vaincus aussi par le dictateur Sulpicius
; et [les] Toscans furent défaits
53
58
i
724
3 4
et13. comme ayant fait huit milliers de captifs, foule pour par Caïus Mareius:
10
6
9
le triomphe14, le ayant vaincu
, (c.-à-d., le vainqueur) triompha.
XXIII. Valerius Corvus.
5
1 a 3
3 6
4
1
2
: et les Latins, ceux déjà
Après cela se fait un recensement des Romains
5
12 13
8
10
4
9
7
devenus15 sous [les] Romains, ne voulant16 point fournir de rrcrues pour
20
16
18
11
15
17
19
14
une année, Parmée de jeunes levées fut recrutée17 des18 citoyens mêmes.
5
2 1 4 3
5
3 4 120 2 3
Or dix légions en furent composées; et 19ces les dix légions renfermaient
1
12 7
3
8 10
6
Il
9
soixante milliers d'hommes ou quelque peu plus. Ainsi fui rassemblée la si
6
5
a
9
4
7
graude armée, les affaires romaines n'étant point encore parvenues 11à tout
1 3 1
2 5
8
4
7
des
soldats et [le] courage
leur accroissement : tant était grande [l'] ardeur
6
des citoyensI
: ceux étant déjà sousles
-14 Sur le cas,§. 337,1—15 Town.
ployez , Pautem.
aupart, parf, pass., Irrég. S. 252.
our ceux, 3i3, pour étant, ~yr/v<}/i.xt,
Romains.
à l'aor. 1, pass., augm., §. 210,
— 16Génit.alsol., §.§.
370,1.— 17~Eu)-).iy<u,
colligo,
19

5°.—
et
18
'Ex,
génit..
Ai, autem.—20Sur l'coot:
I, REM.20., termin., §. 116, —21
Gén.absol.
avecl'adj. démonstr.,
voy. p. 79, II.
*14

212

EXERCICES GÉNÉRAUX
Ces troupes s'étant, sous le commanQ11;orumprofectœesscul adversus Gallos, duceLucio Furio, qui- dément de Lucius Furill, portéesà la
dam ex Gallis utiuin e Romanis, rencontre des Gaulois, un d'eux délia
qui essel optimus,provocavil. TlIm en combatsingulier le plus brave des
se MarCBS
Romains. Marcus Valerius,tribun miliValerius, tribullus milise présenta. Au moment où il
tum, oblulit : et clim processisset taire,
armatus, corvusei supra dextrum s'avançait en armes,un corbeau vintse
bracliiuinsedit. Moxcommissaadplacer sur son bras droit. Dès que le
versus Gallum pugna, idemcoi vus combat fut engagé, le corbeau se mit à
alis et unguibus Galli oculos ver- frapper le Gaulois aux yeux avec ses
beravit, ne rectum possetaspicere. ailes et ses ongles, de manière qu'il ne
Ita a tribuno Valerio interfeclus, put regarder en face. Par ce moyen,
non solum vicloiiamci, sed etiam Valerius tua son adversaire, et obtint
ïiomen dédit; nain postea idem une victoire qui de plus lui fit dorlllel'
: car par la suite on l'appela
Corvus est dictus : ac propter hoc un nom
meritum annorum trium cl viginti Corvus, et pour prix de cet exploit, il
fut créé consul à vingt-trois ans.
consul est factus.
Les Latins, qui avaient refusé leur
Latini, qui noluerant milites
tiare, hoc quoque a Romanis exi contigent de troupes, poussèrent leurs
gere cœpcl'unt, ut unus consul ex prétentions jusqu'à demander que l'un
eoruni, aller ex Romanorum po- des consuls fut pris parmi eux, et l'aupulocrearelur. Quodeu m esset ne- tre parmi le peuple romain. Leur degatum, bellumcontra eos susceptum mande fut rejctée; on leur déclara la
une grande
livra
vli*aune
est, et ingenti l'ugua supeiali sunt: guerre, , et il se li
graii de bataille,
dans laquelle ils furent vaincus. Leur
ac de his perdomitis triumphaluni
est. Stalurc consulibus oh meritum soumission donna lieu à un lriomphe.
On érigea, dans les Rostres, des stavictoriae in Rostris positse sont.
tues aux consuls en récompense de leur
vicroire.
XXIV.
,
Papirius Cursor, Q. Fabius Maximus

Appius Claudius censeur.

Les Romains commençaient à être
Jam Romani potenles esse cœin cetitesinio
effet lis
ils portaient
-)0I'tlieiit
Déjà ,eneneffet,
permit. Bellumenim
puissants.
Déjà,
et Iricesimo ferc milliarioab Urbe la guerre a cent trente millesde Rome,
apudSamniles gerebatur; qui medii sur le territoire des Samnites, situé

1Voy. p. 21i, not. 20.—2Mettezcesmots,Furius commandant,au gén. abs.—3'Ex,
l'art. d'aprèsla Hèg. V,p. 8. —5 Al'imparf. denarration, d'après
ex, gén.- -4Constr.
: sur le bras, et V(J"'plus haut,
le 358. 6 Pour cet adv., §. 296. — Tourn.
8 , §. 270.— 9Sur le cas, §. 338, 1°.

3°.
Rem.
des
p.
91,
possess.,
Règles adj.
—10
L'art. constr.d'après la règ. V, p. 8. - 11Surl'art. avecce nom propre, voy.
la prospérité(voy.
12'A, génit.—13Plus littéral. : les choses() 14
de
p. 9, VIII.: terlium et
§. 310); avec le verbe au sing., voy. ci-dess., p. 90, II. — Tourn.
vicesimum natus annum
; voy.§. 345.—
15 Tourn.: ceux tvai-Lrefusé, §. 313.—
Tour11. : commeeu lat., contendelant ex ipsis alterum consulemopurterecligi.
— 17Tourn. : si quelque autre (l'utj, tinipTI?«//SÇ.—'• Tourn.: dans celle-ci,
19Tourn. : qu'ils appellentRostres.On appeT:ùni', sous-ent.IV/Ti.,secundum.-

213
ET SYNTAXES COMPAREES.
a
5
5
8
6.
1
3
4
Cette 1 l'armée des citoyens s'étant donc mise eu marche, s'avança contre
10
6
11
1 2 3
4
7
9
les Gaulvis, Furius commandant 2 l'armée. Mais quelqu'un de3 l'armée 4
8
10
5
9
7
17 11 1215
des Gaulois, avant que les troupes en vinssent aux mains, appela5 par défi à
1
2
6
16
13
15
5
un combat singulier le plus brave des Romains. Alors donc Marcus Valerius,
8
11
12
1- 10
.3
7
9*
4
rangéparmi les tribuns militaires, se leva volontairement6, et s'étant armé
3
6
i3 2
1
5
4
il se présenta. Maisà [lui] se portant contre l'ennemi un corbeau ayant volé
8 1 2 3 5
6
9 7 10
4
sur [lui] se tint sur son bras droit: et après, les guerriers d'une part en
15 11 10 12
6
8
13
7 9
vinrent aux mains, et de l'autre le corbeau frappait et8 des ongles 9 et des
18
21
16
20
14
17
19 1
ailes les yeux du Gaulois, [l'] empêchant de regarder l'ennemi en face: et
2 3 5
5
2
4
3
4
ainsi d'un côté tombe le Gaulois; et d'un autre la manière de la victoire 10
1
6
5
6
7
2
3
1
4
12
donna au Valerius11le nom. Car il fut nommé Corvus, du corbeau, ainsi
n
10
5
2 3
4
78
91
appelé dans la langue des Italiens. Et sa prospérité13 ne s'arrêta pas mêmelà ;
325
8
14
6 7
mais âgé de vingt-trois ans14, il fut appelé au consulat.
2
1
3
5
11
6
4
12
Mais les Latins, qui avaient refusé 15les levées, allèrent plus loin, comme
2
7 8 9
1
7
8
5
de quelque desseinpremédité : car ils prétendaient qu'il fallait16élire parmi
3
6
1
3
2
4
4
eux-mêmes l'un des consuls. Mais les Romains n' [y] ayant [point] acquiescé,
1
3
5
5
7
6
s'alluma une très-grande guerre, s'il en fut jamais 17: et les Latins d'un côté
2
13
a
4
698
7
furent vaincus,et
vaincus, etlala victoire
un triomphe;
tri
d'un antre côté des statues
vic9toi.
re eut
et&L
y18furent
un
1
6
5
8
illi
3 4
7
furent érigées aux consuls, comme pour un grand exploit, dans un certain
12
II
9 10
qu'on appelle19 Rostres.
lieu
XXIV. Papirius Cursor, Q. Fabius Maximus, Appuis Claudius censeur.
1 2 3
5
6
4
De là donc aussi les choses de la puissance 20 s'accrurent pour les Ro1
1
2
3
5
7
4
mains21, et ils parvinrent à un haut degré de domination. Effectivement les
5
3.
18
6
24
ennemis déjà étaient heurtés fort au loin par eux 22. Ils conduisirent
, par
lait ainsi à Romeun endroitélevédans le forum
rostra ,
, rl ornédes becsou éperons
,
des vaisseaux
servait de tripris sur l'ennemi. Tite-Live,VIII,14. Cette élévation
Sur la circonlocution
, les chosesdela puissance, à employerici
Ltune
publique.—*°
avec~ouv«/.u;,
Sur la manièrede rendre ici, pour, \l°Y;.
note i3. -!')I;,
,
voy.
V 337, I. - 22Sur ce régime
, voy.plus haut, p. 91,RègleIII.

214
EXERCICES GENERAUX
sunt inLer Piccnnm, Campatiiam
entre le Picénum
, la Campanteet l'Ael
Apuliam.Lucius Papirius Cnrsor pufie. Lucius Papirius Cursor, investi
cum honore dictatoris ad id hélium de la dictature, partit pour dirigercette
profectus est : qui, cum Romani guerre. Obligé de revenir à Rome,il
rediisset, Quinto Fabio Maximo, laissa le commandement de l'arméc à
magistro equitum, quem apud exer- Quiinlus Fabius Maximus, général de la
citumreliquit,
præcepit, ne, se cavalerie, avec ordre de n'engager auabsente, pugnaret. Illc, occasione cnne action en son absence. Mais Fareperta, felicissime dimicavit, et bius,ayantsaisi une occasion favorable,
Samnites delevit. Ob quam rem a combattit avec tant de succès, qu'il détruisit l'armée samnite. Condamné à
dictatore capitis damnatus,quod,
se vetante, pugnasset, ingenti fa- mort par le dictateur, pour avoir livré
vorc mililum et populi liberatus bataille malgré sa défense
, il fut sauvé
est, tanta Papirio seditione coin- par la faveur de l'armée el du peuple,
mota, ut pœne ipse inlerfîcere- parmi lesquels il s'était élevé, contre
tur.
Papirius, une sédition si violente, qu'il
faillit y périr lui-même.
PosteaSamnites Romanos, Tito
Quelque temps après, sous le consulat
Veturio et Spurio Postumio cousu- de Titus Veturius et Spurius Postumius,
libus, apud Furculas Caudinasanles Samnites, ayant cerné les Romains
gustiis locorurn conclusos, ingenti dans le détroit des Fourches Caudines,
dedecore vicerunt, et sub jugum leur firent essuyer la plus honteuse
miserunt. Pax tamen a senatu et défaite, et les forcèrent de passer sous
populo soluta est, quae cum ipsis le joug. Mais le sénat elle peuple rompropter neccssitatem facta fuerat. pirefitle traité de paixqui leuravait élé
Postea Samnites vicli sunt a L. Pa- imposé par la nécessité. Les Samnites
pirio consule : septem niillia eo- ensuite furent vaincus par le consul L.
l'uni sub jugum missa. Papirius de Papirius: on leur fit six mille prisonSamnitibustriuinphavit.
niers, qui passèrent sous le joug.I.e
consul obtint pour cette victoire ies
honneurs du triomphe.
Eo tempore Appius Claudius
Ce fut à cette époque que le censeur
censor aquam Claudiam induxit, et Appius Claudiusconstruisit l'aqueduc
viam Appiam stravit.
Claudien, et ouvrit la voie Appienne.
2L'art. constr. d'après la

note3.
Règ. V, p. 8. —3 Génit. absol.,
1 Voy. p. 191,
ordonner.—5 ~piv 1I tTrO(lI"lÍX1]
VIII,
Voy.Règ.
après
,-0
370,1. —4 Cet inf. àl'aor.
9
note2. — 8Sur le cas de ce régime, voy. p. 92, Règ.IV. — Voy
p. 9. —.7
V
oy.
Ts. — 12Tourn. : que ~(wj)lui-même(à l'accus.)
note 2. — 10Voyez la note 2. — 13
être venu à peuprèsde la mort. — Commeen lat., post hœc. — 14Gén. absol. —
15
, mis en corrélationavecfJ-b,qui s'emploieradans la
Voy. note 2. — 16~Ai,autem

215
ET SYNTAXES COMPAREES.
1
8
b
F3
a
6 4
9
7
exemple, contre [les] Samnites, habitant à cent trente milles1 environ, et
16 10
13 14
15
16
ii
12
situés entre les frontières du Picenum, et de la Campanie et de l'Apulie,
ai
22
25 23 26
20
24
17
19
l'armée, que commandait Papirius Cursor, ayant l'autorité de dictature1.
>a
11
8
1 3 6 43 5
7
Mais [le] besoin l'appelant à la Rome, il laissa le général de la cavalerie,
10
12
15
i3
14
9
Fabius Maximus, commander en chef l'armée, ayant ordonné de ne pas [en]
2
3
1
r 18 16 17 19
22
20 21
venir 4 aux mainsavant qu'il fut revenu5 de laRome. Mais le Fabius 6ayant saisi
11
5
6 8
10
4
9
7
une occasion, et s'étant soucié peu des ordres du dictateur 7, combattit à la
3
12
16 18
10
13
15
14
17
vérité avec la fortune éclatante, et détruisit complètement
: mais
les Samnites
8 2
1
a
6 5 5 7 4
pour ces choses là le dictateur porta contre lui sentence de mort: mais il fut
1
10
658911
3 7
4
sauvé par la disposition 8 de l'année 9 à son égard et par la faveur du peuple10;
1
8
3
1
6457
et11 [il] s'éleva [une] si grande sédition contre Papirius, que peu s'en fallut
10
11
9
qu'il ne fût , lui-mêmemis a mort 12.
12
3
10
6789
Après cela13 les Samnites, Titus Veturius et Spurius Poslmnius étant
5
18
20
16
11 12
17
4
19
consuls 14, vainquirent avec une grande honte les Romains enfermés dans le
i5
13
2122
23
2
3
1
14
24
détroit des Fourches Catidines 15, et leur imposèrent le joug. Mais le sénat et
6
8
12 10
11
5
4
7
9
le peuple d'un côté rompirent les traités, commefaits dans le malheur, et16
13
1 2
3
15
i4
4
d'un autre ils reprirent le combat
: et ceux venant de vaincre 17d'abord,
8 2 1
5
7
6
9
furent défaits, le consul Papirius commandant 18[dans] la bataille19. Or sept
3
5
8
4
8
6
9
7
1
milliers d'hommes
prisonniers furent passéssqus le joug des vainqueurs
; et
3
5 2
64
[le] triomphe fut accordé au Papirius contre [les] Samnites.
21
10
11
4 5 6
7
9
Or dansce20 le tempsAppiusClaudius, censeur, conduisit dans la Rome un
8
12
16 13
16
i5
2
14
17
aqueduc,qui, jusqu'à présent, est de lui 21 surnommé Claudien, et22 ou3
10
8
1 4 5
67
vrit une route, qui fut appelée aussi elle-même Appienne, de celui qui
9
l'avait faite 23.
—17 Tourn.
: les (ceux)
premièrephraseaprèsl'article du mot traité.
Voy..
273.
ayant d'abord vaincu, au partie, parf. - 18Génit. absol. — '9 Audat, avecellipse
de ~iv.—2°Sur la Synt. de l'adj. demonstr.ce, voy. ci-dess., p. 79, Règ. II.—
21'~Airrdç,
— 22Tc.
au dat.,régi par la prépos.~ittidu verbe In-evOfjioLÇu,
surnommer.
- 23Plus littéral. : de celui oudu ayant fait, au partie, parf. au dat.; voy.
note 21.

218

EXERCICES GÉNÉRAUX
XXV.
Défaite des Samnites èt des Gaulois.

Samniles,reparato beIlo, Quintum Fabium Maximum vicerunt,
tribus millibus hominumoccisis.
Postea, cum pater Fabius Maximus
legatus ei dalus fuisset, et Samnitesvicit, et plurima eorum oppida
cepit. Deinde Publius Cornélius
Rufinus, Manius Curius Dentatus,
ainbo consulcs, contra Samniles
missi, ingentibus prœliis eos confecere. Tum bellum cum Samnilibus, per annos novem et quadraginta actum, sustulerunt; neque
ullus hostis fuit intra Italiam, qui
roinanam virtutem magis fatigaverit.
Interjeclis aliquot anuis, iterum
se Gallorum copiœ contra Romanos
Tuscis Samnitibusque junxerunt:
sed cum Romam
tenderent, a Cnaeo
Cornelio Dolabella consule dcletæ
sunt.

Les Samniles, ayant renouvelé la
guerre, défirent Quintus Fabius Maximus, qui perdit trois mille hommes.
Mais ensuite, avec l'aide de son père,
Fabius Maximus, qu'on lui donna pour
lieutenant, il vainquit les Samnites et
leur prit un grand nombre de villes.
Enfin, les deux consuls Publius Cornelius Rufinuset Marcus Curius Denlatus,
envoyés contre les Samnites, les écr.
sèrent dans de grandes batailles, et
mirentfin à uneguerre quidurait depuis
quaranLe-ncuf ans. De tous les ennemis
que Rome eut à combattre dans l'inlérieur de l'Italie, il n'en est point qui
ail plus exercé son courage.
A quelques années d'intervalle, les
Gaulois réunirent encore leurs forces à
celles des Toscans et des Samniles pour
: mais, au
faire la guerre aux Romains
momentoù leurs armées marchaient sur
Rome, elles furent détruites par le consul Cnœus Cornélius Dolabella,

XXVI.
Pyrrhus,

roi d'Epire.

Vers ce même temps, Rome, pour
Eodemtenipore Tarentinis, qui
faite à ses ambassadeurs,
jam in ultima Italia sunt, bellumvenger l'insulte
indictum est, quia legatis Roma- 1 déclara la guerre aux Tarentins, dont
norum injuriam fecissent. IIi Pyr- le paysest situé à l'extrémitéde l'Italie,
Pyrrhus,
rhum, Epiri regem, contra Roma. Ils appelèrent à leur secoursd'Achille,
nos auxilio poposcerunt, qui ex roi d'Epire, qui descendait
genere Achillis originem trahebat. Ce prince passa promptement en Italie,

1Génit. absol., 370,1. —2 Génit. absol. Il s'agit ici de Q. FabiusMaximus, sur3Tourn.
: du () un peu avantcité F. Maximus.—4 Tourn.: celui-ci,
nomméGurges.—§.
à
lui
élu
:
lat.
—7
T
ourn.
commeen
~X«T«.

6
Au
*A
l'accus.
sous-ent.
gén.,
euros.—
10Plus littéral. : ils

d'eux.

de
villes
:
9
Tourn.
beaucoup
lieutenant.—8 Te.
curent le dessus brillants[dans] plusieurs combats.- 11TOrll'll. : commeen latin,
d'aprèsle §. 311. - AiL(lai. - 'i Api'liqllez,
novemet quadragiula.— 12Tournez

ET SYNTAXES COMPAREES.

217

XXV. Défaite des Samnites et des Gaulois.
i
i
3 a
3
24
Ces choses faites ainsi 1, [les] Samnites renouvelèrent la guerre, Quintus
5
6 8
3 1
2 4
7
9 10
Fabius Maximus ayant le consulat 2. Or celui-ci était fils du Fabius Maximus,
1
2 1 -3
2
5867
le cité un peu plus haut 3. Il4 est vaincu dans le combat 5, et perd trois fois
1
8
4
275543
9
mille d'hommes
6. MaisFabius le père, éluson7 lieutenant, et8 vainquitles
10
11 i3
15
12
1
2
3 5
14
Samnites, et leur 9 enleva beaucoup de villes. Ensuite succèdent à la dignité
6
8
10
11
12
I3
4
7
9
consulaire Publius Cornelius Rufinus et MarcusCurius Dentatus, et ayant
15
16
22
i4
17
19
allumé ensemble [la] guerre contre les Samnites, etils remportent10 [sur eux]
18
20
21
23 25
26
31
24
27
plusieurs victoires brillantes, et les avant réduits entièrement après quarante
33 32
2 1 3 4
1 2
5
3029 28
34
et neuf ans 11,ils mirent fin à la guerre. Mais, à vrai dire, aucune des nations
3
10
4
7
9
8
de l'intérieur de l'Italie12 [ne] fatigua ainsi les armées romaines.
2 1
5
6
4 3
14
7
Or beaucoup d'années13après, une multitude imposante de Gauloiss'unirent 14
8
10
11
12
i3
1
5
2
9 15
et
à Toscans et à Samnites contre la Rome
: et faisant [une] incursion
13
6 10 II
3 4
12
7
16 par le consul Cuœus
contreelle, ils furent détruits d'une totale extermination
8
9
Cornelius Dolabella.
XXVI.Pyrrhus, roi d'Epire.
12
3
13
10
M
12
4
17
Vers ces les temps [lal guerre fut portée par [les] Romains à Tarentins,
1
9 5 6
43
8 7 2
situés i extrémité de toute l'Italie. Or [la] cause de la guerre était [l']
5
6
8
11
11
14
9
7
,.
insulte et [1*]insolence osée18 par le peuple le tarentin 19contre les ambassa12
13
2
5
3
3
4
21. Mais [les] Tarentins appelèrentà eux [pour] allié
deurs[venus] de20 la Rome
1
10
8
8
6.
7
9
Pyrrhus, un des descendants 22d'Achille, et 23régnant sur les Epirotes. Le

ici la
turba ruunt. Voy.§. 293, II. —15 Te, ~ICfiCi;
—16 Sur le cas, voy.
§.
270.
p. 92,règle
II. - 18T?),u.litù,an partie, parf. pass.,
Règ. IV.—17Voy. ci-dcss.,p.
79,
s accordantavecle dernier nom. — 19An. redoublé d'aprèsle§. 313.—20'Ex, souseut. le partie.~kXOdvtwv,
venus.—21Sur l'art; voy. p. g, VIII.—22~réi»o$pèvtûv (hr'
'A,U.talÇ, genus quidem corum ab Achille,ellipt., pour~*aràyivos wveïj twv ù.,,'
liLtér. : étant de race un des nés el' Achille,
- 23~Ai, vero,
~AytvojiévMv,
§. 273.

\> -" 1 R pvwnnrïîc .,-..-.----Is mox ad Italiam venit, tuinque
primum Romani eu mtransmarino
hoste dimicaverunt.
Missus est contra eum consul
Publius Valerius Lœvinus; qui,
cum exploratores Pyrrhi cepisset
,
jussit eos per castra duci, ostendi
omnemexercitum, tumque dimilti,
ut renuntiarent Pyrrho quaecunque
a Romanis agerentur.
Commissa mox pugna
, cum jam
Pyrrhus fugcret, elephantorum
auxilio vicit, quos incognitos Romani expaverunt : sed nox prœlio
finem dédit. Lœvinus tamen per
noctemfugit.
Pyrrhus Romanos milleoctingentos cepit, eosque sumrno honore
tractavit; occisossepelivit;
quos
cum adverso vulnere et truci vultu
eliain mortuos jacerevidisset, tulisse ad cœlum inanus dicitur, cum
hac voce : se totius orbis dominum
esse potuisse, si tales sibi milites
contigissent.

--.-etce fut alors que, pour la première
fois, les Rom.iiuseurent à combattre un
ennemid'un auUe continent.
On envoya contre Pyrrhus le consul
Publius Valerius Lævinus, qui, ayant
, orpris quelques-uns de ses espions
donna de les conduire à travers le camp,
de leur faire voir (ouïe l'armée, et de
les renvoyer ensuite, afin qu'ils repurtassent à Pyrrhus tout ce qui se passait
chez les Romains.
Bientôt on livra bataille, et Pyrrhus,
qui déjà commençait
à battre en retraite,
obtint de l'avantageà l'aide de ses éléphants, qui jetèrent l'épouvante parmi
les Romains, auxquels ces animaux
étaient inconnus; mais la nuit mit fin
au combat, et Lœvinus se retira à la
faveur des ténèbres.
Pyrrhus, qui avait fait dix-huit cents
Romains prisonniers,les traita avec les
plus grands égards; il donna la sépullure à ceux qui avaient été tués dans le
combat, et l'on rapporte que, ayant
remarqué que tous, frappés par devant,
conservaient encore après leur mort
les bras
un air menaçant,il s'écria,
levés au ciel : « J'aurais pu, avec de
pareils soldats, faire la conquête du
monde.»

XXVII.
Pyrrhus,

dans son admiration pour Fabricius, envoie Cinéas demander
la paix aux Romains.

Postea Pyrrhus, junctis sibi SaPyrrhus, ayant réuni à son armée les
et les Brulliens,
mnitjbus, LucanisBrultiisque, Ho- Samnites, les Lueaniens
jnam perrexit, omnia ftrro igneque marcha sur Iloine, mettant tout à fell et
vastavit: Campauiam depopulatus à sang sur son passage. Il ravagea la

au partie.prés. Ce verbe indique
Sur l'art., voy. ci-dess.,p. 9, VIII.—2 ~"Hxw
,
le passé sous la formedu présent.- 3~OJts5,p. 79, II. —4 Tourn.: ordonnatout le
et
camp avoir été montré (à l' aor.) à eux, ensuite [eux] avoirété renvoyé (à l'aor.),
être devenus (à l'aor.) indicateursau Pyrrhus de ce que, etc.—5 Voy. note 1.—
9 'i"Qv,
eoruni quœ. Voy. sur cette attraction la Synt.,
~Ixetvcov
â,
q—
uorum,
pour
et 114,sous-ent.~ri;
116,4°.,
, verto, aupartie, aor. 2 pass.,
§§.
287. 7 ~T/së7rco
8 Art.constr.d'aprèsla Règ.V, p. 8.
au
~puyyfv,
in fugam; —génit.
370,1.—
10
Flus
absol.,
§. : d'après cela les chosesromaines(~T«
littéral.
pufixîxu)
—9 Voy. p. 79, II.

ET SYNTAXES COMPAREES.
219
1
2
1
3
6
4
2
5
4
1
Pyrrhus occupe donc l'Italie; et [les] Romains firent cette guerre [la] prc3
11
8
io
7
9
2
mière centre une armée venue d'au delà des limites [de l'Italie].
1
a
3
5
1
4
4
6 7
3
Comtre celui-là fut élu consul Publius Valerius Lævinus. Celui-ci ayant
a
3
5
6
9
7
8
ordonna
tout le camp leur fût montré,
pris [des] espionsde Pyrrhus,
que
a
1 1
3
2
45
qu'ils fussent renvoyés ensuite
, et qu'ils indiquassent 4 au Pyrrhus ce qu'ils
5
avaient vu 6.
1
1
3
2
8
4 3
etle Pyrrhus ayant été mis eu fuite 7, les
Après cela [le] combat a lieu,
10
5
6
9 8
4
7 2
chances du combat eurent un changement à cause des éléphants, Car les
5
3
1
6
8
4
7
9
Romains étant ignorants de ces 9 les bêtes, effrayés, eurent du dessous. Les
5
6 2 1 4 5
78 10
9
des Romainsallant donc mal d'après celato, la nuit mit fin à l'engageT
3
2
4
affaires
ment; de laquelle le Lævinus ayant profité se retira.
12
8
i34a
7 9 5 6
Dans ce le combatdonc le Pyrrhusprit mille huit cents prisonniers, etil les
1 4
5 2 8
7
des plus grands honneurs
: or il accorda [la] sépulture à ceux des
2 jugeadignes
6
5
3
2
3
1
Romains mêmes qui étaient tombés11 [dans le combat], et 12les ayant vus,
- 6
11
8
4 5
10
7
même parmi [les] morts, terribles par leur extérieur 13, et 14les blessures
12
16
13 14 15
9
17
de tous reçues par devant 15, ayant levé les mains au' ciel. il dit qu'il se
20
18
21 23 26
19
24
16
serait rendu maître de la terre entière, s'il 17lui avait été accordé [d'] user
22
25
4e tels soldais.
XXVII. Pyrrhus,

dans son admiration pour Fabricius,
demander la paix aux Romains.

envoie Cinéas

12
3
5
4
89
6 7
18
Après cela se joignent au Pyrrhus 19 [les] Samnites et [les] Lucaniens et
621
10 1 2
3
45
; et20 tout
[les] Brulliens; et [il] se fait [une] incursion de tous contre la Rome
3
101
585
4
69
7
ce qui se rencontrait21fut 22 [l'] affaire ou du23 feu ou du fer, et ils ravagèrent
étant mal disposées; gén. absol.— Pluslittéral.: il livra à [la] sépultureles tombés d'entre les Romainseux-mêmes.
— 12Ae;'Voy.. 273, I. — 13Tourn. : par les
adversavulcorps; sur le eas, §. 338, 2°. — '4 Te.—15Plus littéral. : omniumque
15Le que rendu par l'infin. à l'aor., et le conditionnel
nera.—
366.—
par~«a,
17Et ~iÇcyivtro
18
— Commeen lat., post hœc ou postea, maisen deux mots.
«ÙTiiJ.
- 19Voy.p. 218,note 1. — 20~Tï.— 21Pluslittéral. : tout le s'étant rencontré. —
22Al'imparf.denarration; voy. §. 358.— 13Tourn. : ou de feuou de fer.

220

EXERCICES GÉNÉRAUX
veiiitii) i Ilia- Campa
est j alquead Pi-wijeste
111e? et parvintjusrju'a P renésle ,
rio ab Urbe octavo decimo. Mox à dix-huit milles de. Rome. Mais bienlerrore exercitùs, qui cum consnle tôt, redoutant l'armée qui le suivait avec
sequebalur, in Campaniam se re- le consul, il se retira dans la Campauie,
cepit.
Desambassadeurs furent envoyés vers
Legali, ad Pyrrhum de redimendis captivis missi, ab eo honorifice Pyrrhus pour traiter du rachat des prisuscepti sunt: captivos sinepretio sonniers.[llesaccueillitavec honneur,et
Romam misil. Unum ex legatis Ro- renvoya les prisonniers sans rançon. Un
sic admira- des ambassadeurs romains, Fabricius,
manorum,Fabrieillm,
tus est, ut, cumeumpau peremesse lui inspira une telle admiration, que,
cognovisset
,
quarla parte regni ayant appris qu'il était pauvre, il lui
promissa, sollicilare voluerit nt offrit le quart de son royaume, pour
ad se transiret; contemtusque à l'engagel' à passer de son côté. Mais FaFabricio est. Quare cum Pyrrhus bricius dédaigna ses offres. Aussi Pyrlius, pénétré d'une
d'tine profonde
adillirat'
rhus,
ingenli Romanorum admiratione i@
p r-oforicie admiration
teneretur, legalum misit, qui pacern pour les Romains
, leur envoya-l-il, en
aequisconditionibus peteret, prsc- qualité ambassadeur, Cinéas, personnage
ciplIumvirulU, Gineamnomine, ita éminent, chargé de leur faire d'honout Pyrrhus partem Itatiae, quam rables propositions de paix, sous la condition, cependant, que Pyrrhus conjamarmis occupaverat,obtineret.
serverait la partie de l'Italie dont il avait
fait la conquête.
Pax displicuit, remandatumque
Ces propositions ne furent point acPyrrho a senatu est, eum cum Ro- ceptées, et le sénat lit repondre à Pyiv
rhus qu'il ne pourrait exister de paix
manis, nisi ex Italia recessisset,
pacem habere non posse. Tum Ro- entre lui et les Romains, à moins qu'il
-mani jusserunt captivos omnesquos ne se retirât de l'Italie. Rome, deplus,
Pyrrhus reddiderat, infâmes haberi, déclara infâmes tous les prisonniers rcnquod armati capi potuissent; nec - dus par Pyrrhus, parce qu'ils avaient pu
aille eosad veterera statumreverti,
se laisser prendre sous les armes; et
1Tournez, commeen
sansprép.—2 Employezle nombre
1:1t" abUJ'be,
TrÓÚ(,¡;,mais
ordinal ausing. et audat. Voy.p. 2o3,note 13.— 3Pluslittér.: etla aveclui armée par
derrière l'ayantsuivi. — 4A l'inf. aor.Voy. sur ce temps,p. 204,note 5. - 5Toum.:
ceux-ci.- 6 ~T. - 7 Te. - 8 Onl;, sic, ~W;T
£, ut,10avecl'indic. en grec, parce que
l'action n'a pas de durée.— 9~'Err
nS/j, indic. — Toum.: il connut, y«y»w7*w,à
12Tourn.
—avec,
mais sur
la contract.,voy.§.
dat.
: les trésors,
212,
II;
81,
l'aor.
2; Irrég.
§.
249*

11
Tourn.
:
lui
vivre
~convivo,à
l'enfin.
voy.
prés.,
p.
13
14
à l'opt. aor. 2, moy.: Irrég., 247. à
Rem. 3".— Et, si, ~v.lpéo>,
IIp,;-,dhiIH,
15
l'opt. aor. 1 pass. — Génit. absol. —16Constr. d'après la Règ. V,p. 8, en enclavant entre l'article du mot admiration et ce mot tous ceux qui lui servent de comTOÙ;
plément. — 17Tourn. : et ceuxd'elle , ~xoci
È?AÔRRJ;
, sous-ent.ïey,éll"!lç,nés.—
18Tourn.
: au Pyrrhus.—19 NIlI:ifJJ,
vinco, au partie, parf., précédé
de21l'art., c.-à-d.,
20

le venant de vaincre, §.77, 20.
A l'infin. commeen français.— ~lla/ia,
ab, gén.,
corresp.
à l'abl. lat.—22A rendre par le dat.; §. 337,1.—13Ai,alitent. —i4"0$î , au
II, etci-dess.,p.79, II, Rem.1. —25 ~5"Orov
§•4-1}
r-îji \Tu.).i, quantumItaliœ.—
27
Tourn.: contraint,réduit, expugnamoy., aupl.-q.-parf. pass., d'après le §. 2o3.
au part. aor. pass. Sur cette tourn., §. 296.- 28,l'otil-ii.: volontaire,
tum, ~Triïiopxéo).
— 30Te. —
aor.
col.,
71.
spontané,§. 296. — 19Et ~IHi,nisi, et le verbeà
l'opt.
§.
à Vinfin.parf. ;
ducere se. — 32JJ.zp;(fJJ
lat.,
31'Hysrs
Oui ~tf&ç,,commeen
,
prœbeo,
§. 25o. - 33Sur l'art, avec l'infin. voy. 281, 3. — 34A l'accits. Irrég., à ËXfJJ,
35~AK/IÇKVÙI
, à l'opt. aor. pass. dela 2e. finnu;jiltii. , 8>,2°. Voy. aussi Irrég.,
§. 248.Surl'emploi de l'optatifici, voy. 3(;5,IV.

ET SYNTAXESCOMPAREES.
221
1
2
3
4
3 2 4
d'un côt la Canpanie; ils vinrent de l'autre jusqu'à la [ville de] Prénestc,
1
8
6
3
5
7
2
distante de Rome
1 de dix-huit 2 milles. Mais le Pyrrhus ayant craint le
6
II
3478
4 1 2 5
9
3
consul et l'armée qui avec lui le suivait par derrière, se retira dans la
10
Campauie.
8
122
5
6
4
7
Et arrivent vers lui [des] envoyés des Romains, voulant racheter 4 les
6
3
2
9
1725
4 5
prisonniers. Tl les traita avec toutes sortes d'égards et d'honneur, et 6 il
3
1 3
2
1
5
4
se montra aussi bienveillant qu'il est possible, et 7 ayant rejeté les rançons,
6
5
1
4
2 5[S
9 ,6
il renvoya les prisonniers gratuitement. Mais il estima et admira tant 8 un
5
II
15
10
13
14
34
10
9
comme
il
avait
avecII
Fabricius,
appris
qu'il
vivait
que,
envoyés,
1des 12
21
16;
20
18
17
pauvreté, [lni] ayant montré ses 12trésors, il lui en proposa le quart et celui
26
25
19 23 22 24
Je ses états (plus littéral. : le quart et d'eux et de l'empire), s'il préférait13
5
4 2
27 30 28 29 1
sa société t plus littéral.: la société avec lui), et [s'il] se joignait14 à lui contre
1
6
a
3
3
14
97
ses concitoyens. Maisla promesse ayant été méprisée15, l'admiration
16et pour
8 10
II
12 13
5
1
4
la Rome et [pour] ceux qui en étaient s'augmenta
chezle Pyrrhus 18; et le
5
6
2
8
3
4
vainqueur la envoie des ambassadeurs demander 20 aux 21 vaincus des con1
10
5
7
9
ditions de paix égales pour 22 tous les deux; de plus 23, un personnage émiC
3
1
7
4
1
3
2
nent, Cinéas, était chef de l'ambassade. Or une partie des propositions de
1
3
2
4 5 6
4
25
paix était même celle-ci 24: tout ce qui de l'Italie
déjà avait recu 26le
56789
.J..
Pyrr hus, soit forcément 37, soit vol ontairement288', serait sous sa domination
13 10
II
12
(plus litter.; être de la domination de lui).
2
1
1
5 2 3
4
Les Romainsn'acceptèrent [point] cette la convention , mais ils répondirent
3
aux ambassadeurs qu'il u'y aurait jamais de traités entre eux et Pyrrhus (plus
10
II 12
6 8
15
7
9
4 5
litter. ; traités jamais devoir être et à Pyrrhus et à eux), s'il ne 29 se retirait
13
a
6 3
5
14
4
7
de l'Italie entière; et 3o qu'ils jugeaient 31que Pyrrhus [n'] avait fait 32 rien
1
8
9
r,Pl
1 preuve en était que ceux
d' important à l'égard des prisonniers
; et que la
qu'il avait délivrés étaient infâmeschez eux (plus littér.: or de cela preuve
6
1 2
3 5 338 7
9 10
4
être le ctre infâmes 34 chez eux les délivrés), comme indignes de la cité
6 5
8
3 1 4 2 3
romaine, pour rien autre à la vérité, mais parce qu'ils avaient été prisH [en]

222

EXERCICES GENERAUX
quam binoium hostium occisorum
prononçaqu'ils ne seraient réhabilités
spoliarelulissent.
que lorsqu'ils auraient apporté chacun
les dépouilles de deux ennemis tués de
leur main.
Tta legatusPyrrhi reversusest.
L'ambassadeur de Pyrrhus partit avec
A quncmn quœrerct Pyrrhus qua cette réponse. Ce
lui demandant
prince
lem Romam comperisset, Cineas comment il avait trouvé Rome: « J'ai
dixit regum se patriam vidisse; vu, répondit-il, le
des rois. a Il
pays
scilicet tales illic fere omnes
,
indiquait ainsi que presque tous les ciquahsunus Pyrrhus apud Epirum toyens y étaient considérés autant que
et reliquam Grceciam putaretur.
Pyrrhus l'était seul en Epire et dans le
reste de la Grèce.
XXVIII.
Suite del'histoire

de Pyrrhus

et de Fabricius.

Missisunt contra Pyrrhum duces
On envoya contre Pyrrhus une armée
Publius Sulpicius et Decius Mus, commandée par les consulsPublius SIIIconsules. Certamine commisso, picins et DeciusMus. On livra bataille;
Pyrrhus vulneratus est, elephanli Pyrrhus fut blessé et ses éléphants fuillterfecti, viginti millia cœsa ho- rent détruits; les ennemis eurent vingt
siiiiiii - et exflotiiariis tantum quin mille hommes tués, les Romains n'èll
que millia. Pyrrhus Tarentum fu- perdirent que cinq mille. Pyrrhus s'enfuit à Tarente.
gatus.
Une année après, on mità la tete d'une
Interjecto anno, contra Pyrrhum
Fabricius est missus, qui prius in- arméedirigée contre Pyrrhus, ce même
ter legalos sollicitarinon potuerttt, Fabricius qu'il n'avait pu séduire, dans
qunrta parte regni promissa. Tum, une ambassade précédente, par Ponrc
cum vicinacastra ipse et rex halle- du quart de ses états. Leurs camps étant
rent, inedicus Pyrrhi ad eum nocte assis près l'un de l'autre, le médecin de
venit, promillens se, veneno Pyr- Pyrrhus vint pendant la nuit trouver le
rhumoceisllrulIl, si sibi aliquid pol- général romain, et luioffrit d'empoiliceretur. Quem Fabricius vinctum sonner le roi pour une récompense. Fabricius le fit arrêter, enchaîner,et rcreducijussit ad dominum,Pyrrho, qu'il informa
que dici, quœ contra caput ejus conduire vers sou maître
inedicus spopondisset. Tune rex, de l'engagement queson médecin avait
admiraluseum,dixisse fertur : Ille pris contre ses jours. On rapporte que

1Te. — 2 npiv ~tXv,
et le verbeailfut.de l'opt, — 3 ~"ATT,ÎXXT5Ç,
è,r,, adject. vcrhal,
3e pots,
s'accordantavecle sujet du veibe, et comp. de à privatif et de -r.i;-:P'Y'rr/.L,
— 4Lre
Latins.
sing. du paif. pass. de 7T(SKTÎW
injectades
, ago; il correspond
5

de
à
l'aor.
2
25o.
~piTto),
l'opl. ; Irrég.,§.
Poy. plushaut, p. 90, §. 258,IIf. : avoirvu, èpxo>,auparf. deVinfin. (Irrég.§. 247)1
~6EJ'TWÎV,
Irrég.§. 2!17. 7 Tourn.
sans exprimerleréfléchise, commeen lat., parce que l'infin. ici a le même sujet que
le premierverbe.Voy.laSynt.,§. 280,1.9- A l'acc., commese rapportant
Cineas,
à
se mettrait aussi,à ce cas en lat. - L'art. constr.d'aprèsla Règ. Y, p. 8. —
qui
10~AÙTPÎ,
au parf,pass., Irrég. §. 248;valeur
1.- 11T7rM/.,udv(¡J,
ipse; voy.. 323,12
Génit. absol. - 13Sur cette tourn. voy.§. 311.—
de ce temps, §. :15. -

ET SYNTAXESCOMPAREES.

223

7
combattant; et4 qu'il n'yaurait point de délivrance du mal pour eux (tourn.;
1
h
5
64
3
7 * i5
et délivrance du mal ne devoir [pas] être à eux) , avant qu'ils eussent rap11
I3
12
8
10
14
9
les dépouilles de deux guerriers tués.
porté de l'armée des ennemis
t
3
9
5
6
4
Ainsi donc à la vérité rambassade revint sans avoir rienfait3, mais Pyrrhus
2
3
1
4 5
l'informant (tourn. : mais au Pyrrhus s'informant) des ambassdeurs comment
6
7
8
9
(tourn. : quelle) ils avaient trouvée 4 la ville [de Rome], on rapporte 5 qne
10 11
12
I3
2
1
3 4
14
a Cinéas dit qu'il avait vu 7 une pairie de rois; indiquant 8 ceci que les
6
12
11
5
7 8 10
9
de la ville 9 [de Rome] se trouvent tons tel que le Pyrrhus seul Jo
labitants
18 15
16
i3
14
17
est considéré 11dans l'Epire et [dans] toute la Grèce.
XXVIII. Suite de l'histoire de Pyrrhus et de Fabricius.
r
2
3
4
5
6
De là ils entrent en campagne de nouveau contre le Pyrrhus, sous le com10
11 12
I3 1
8
3
7
9
mandement des consuls PubliusSulpicius et DecLus Mus; et une bataille
2
1
,
2
54
4
s'élant donnée12, Pyrrhus est blessé, et la plus grande partie des éléphants est
345
9 10
3
2 et1
7
6
tombent vingt mille de ceux d'avec Pyrrhus 13,mais cinq mille
délruite;
11
8
5
3 1 2 4
seulement
14 des Romains. Le Pyrrhus fuit donc àla [ville de] Tarente.
13
6
3
i3
45
Et uneannée étant passée15après cette16la bataille, Fabricius est envoyé de
2
5
6
4
7
nouveau avec une armée contre le Pyrrhus, [Fabricius]auquel [ce prince] avait
10
8
9
2
1
3
4
6
promis
17 la quatrième partie de son18 royaume. Or s'étant campés de près et
10
21
3
5
9
lui et le Pyrrhus,ils attendaient le combat: mais une 19des nuits un certain
6
8
10
4 -7
9
médecin, familieravec le Pyrrhus, passe du côté du Fabricius, promettant [de]
I3
iS
12
II
19
14 22 15
17 16
578 20 le Pyrrhusa vec[ du]poison 21,si quelque fruit de cette l'action lui23
détruire
20
4
2
revenait
24. Fabriciusrenvoie cellui-ci
2 enc
3 haînéau Pyrr5 hus, ayant6 l
7 5
12
II déclaréi3
10
i5
qu'il 25
89
n'est pas des Romains 26[de] détruire les ennemis par [la] ruse 27, mais avec
14Tourn.
: seuls.—13Gén.
,
abs. — 16Voy. ci-dess.,p. 79, II. noy.,
au plus-que-parf.pass.,avec circonlocution(§. 97, Rem.)et sensact. (§. 203); frrég.
§. 250,à ~iroo.-8 Voy.ci-dess.,p. 81, Rem.3°.—19 E~Îç,au fém., §. 41 ; sur le cas,
§. 338, 4°. - , L'infin. au fut., commeen français,sans le réfléchisedulat. Voy.
ci-dess.,
222, note 7. -Sur le cas.. 338, 1°. - 22El. avec l'opt. aor. —
23Aùtss, p.
au dat. —14Tr/vo/xai, à l'aor. 2 opl.; Irreg.§• 2.5';1.
avec
25
0.0..,
que,
l'indic., commeen français.- 16 Commeen latin, non est Romanorum.—17Sur le
ras, §. 318, 1".

224
EXERCICES GÉNÉRAUX
est Fabvicius, qui difficilius ab le roi, dans son admiration pour Fahonestatei quantsol a cursu suo brjcius, prononça ses paroles: « Ce
averti potest. Tune rex ad Siciliam Fabiicius est un homme qu'il serait plus
difficile de détourner des voies de PhOlprofectus est : Fabricius, victis
Sa- neur, que le soleil desa carrière.») Pyrnmilibus et Lucanis, triumphavit.
rhus ensuite passa en Sicile; et Fabricius, après avoir vaincu les Samnites et
les Lucaniens, obtient les honneurs du
triomphe.
Consules deinde, Curius DentaLes consuls suivants, Curius Dentatus
tus et Cornelius Lentulus, adver- et Cornelius Lentulus, marchèrent consum Pyrrhum missi sunt. Curius tre Pyrrhus. Curius lai livra bataille,
contra eum pugnavit; exercitum tailla sonarmée en pièces, le forçadese
*
ejus cecidit, ipsum Tarentum fuga- réfugier à Tarcnte, et s'empara de son
vit, castra cepit. Ea die csesa ho- camp. Dans cette journée, l'ennemi eut
stium tria et viginti illillia. Curius
mille morts. Curius obtint le
in consulatu triumphavit. Primus vingt-trois
pendant son consulat. Il fut le
triomphe
Romam elephantos quatuor duxit. premier qui fit voir à Rome quatre éléPyrrhus etiama Tarento mox re- phants dans sa pompe triomphale. Biencessit; et apud Argos, Græciæ civi- tôt après, Pyrrhus se retira de Tarente,
et fut tué dans Argos, ville de Grèce.
latemoccisus est.
XXIX.
Les Romains soumettent le reste des nations de l'Italie.
Caio Fabio Licino et Caio Claudio
Caninacousulibus, annoUrbis condilæ quadringentesimo sexagesimo
primo, legati alexandrini, a Ptolemaeo missi, Romam vencre, el a
Romanisamicitiam, quam petierant,
obtinuerunt.
QuintoOgulnio, Caio Fabio Pictore consûlibus, Picentes bellum
connnovere, et ab insequentibus

Sousle consulat de Caïus Fabius Licinius et de Caïus Claudius CanilJa, l'an
quatre cent soixante et un de la fondation de Rome, des ambassadeurs vinrent
d'Alexandrie à Rome de la part de Ptoléméepour demander l'alliance des Romains, qui la lui accordèrent.
Sous le consulat de Quintus Ogulnius
et de Caïus Fabius Pictor, les Picentins,
ayant entrepris la guerre, furent vaincus

Sur le cas,§. 338, 1°. — 2Commeen latin, quemnon est abripi, mais le verbe
Toum.: de la de lui carrière.§.
96.3
à Yinjin. aor. pass.,
grec, ùf-t)xùo>,
Comme en lat., hœc loculus, — 5 A~ipét,aupartie, aor. 2; Irrég.§. 247-- 6 ¿'i.
- 7 Constr. en séparantl'art, du nom propre par la conj. -8 L'art. constr. d'aprèsla
—9 Ei'(', à Ximpurf.
tt au plur. collectif, d'après le
358,
de
narra
t.,
§
Règ.V, p. 8.
10riyvo/j.a.1,

à l'aor. 2 ; 1riég. 252.— T~ray
s.-ent. yzvo/xijw.
II.
TTiiTtizi,
293,
- 12Gère.abs. — 13Prenez l'adj. ordinal de
sur le
, ~ÕI;,§. 43, commeen lat., primo
;
'* Danscettetournure littérale, leur se rapporte

accus.
338,
4o.
~Kare.,
cas,
intellectuellcmenl:1
Romains, contenus implicitementdans Rome.Montesquieunous
donne un exempled'une semblablesyllepse dans ce passage: « Quandje pense à

225
ET SYNTAXES COMPAREES.
3
3
a
1
4 3
14
[les] armes'. Alorsle Pyrrhus, ayant extraordinairement admiré le Fabricuis:
3
8
1
4 56
7
« Celui-ci est [homme], dil-il, qu'il n'est [pas possibled'] écarter de l'honneur2,
11
1
3 2
12
I3
10
6
9
comme non plut le soleil de-sa carrière 3. » Et ayant dit cela 4, il se retira
a
1
3 5
5
7
4
4
dans la Sicile. Mais Fabricius, ayant vaincu 5 et [les] Lucaniens et [les]
10
8
6
9
Samaites, triompha pour la victoire.
3
4 5
678
92
Or reçoivent le consulat Marcus Curius Dentatus et Cornelius Lentulus; et 6
1
3
1
5
2
3 4
aussitôt ils entrent en campagne contre le Pyrrhus. Le Curius 7 engagea donc
5
8
3
1
6 2 4
6 4 5 1
7
l'action avec lui, et il détruisit d'un côté presque-tonte l'armée du Pyrrhus, et
3
6
a
5
4
3 2 4 5 1
la Tarente le reçut fuyant,- et le Curius devient maître du camp des ennemis;
8
a i 5
43
67
de l'autre le nombre des ennemis8 tombés [morts] fut 9 [de] vingt-trois
et
6
1
2 3
4
5 2 3
9
mille. Cette la guerre donna au Curius étant consul [un]triomphe; et celui-ci
1
5
4
6
7
8
9
fut10 le plus remarquable de ceux [qui furent] jamais", quatre éléphants alors
II
12
1
10
13
2
pour la première fois ayant été montrés12 dans la Rome. Ces choses ainsi
3 6
4
7
10
8914
faites, ayant quitté même la Tarente, le Pyrrhus se rendit à l'Argos; là il reçut
5
3
67
ala fin de
la vie, étant tombé [mort] dans [un] combat.
XXIX. Les Romainssoumettent

le reste des nations de. l'Italie.

8
10
1
2
3
4
5
6
7
9
De là Caïus Fabius Licinus et Caïus Claudius Canina sont élus consuls
I3
16
1
11
12
14 i5
17
l3 de la Rome. Dans14
[l'] année quatre-centième et soixantième et unième
10
2 3
4
75689
cette l'année [des] ambassadeurs, envoyés de l'Alexandrie par le roi Ptolémée,
I3
16
15 17
11
12
18
14
19 16
atteignirent la Rome, leur15 demandant et [la] paix et [une] alliance, qu'ils
20
obtinrent.
1
3
56789
a 4
Or QuintusOgulnius et Caïus Fabius Pictor ayant succédé au consulat17,
1
- 12
11
2
3
10
4 5
les Picentius.18 suscitèrent la guerre. Mais un temps non long s'étant passé 19,
l'ignerance profonde danslaquellele clergé grec plongea les laïques, je ne puis
dont parle Hérodote,qui crevaientlesyeux
m'erapêcherde les comparerà cesScythes
à leurs esclaves,afin que rien ne pût les distraireet les empêcherde battreleur lait.»
se rapporteintellectuellementà prêtres,
ch. XXII.)Ici —les
(Grand. et Dec. des Rom.,
16
Le relat., ~8$ttep,
sous-entendudans clergé, qui précède.
qui quidem, se mettra
deuxnomsdechosesinanimées,ainsi qu'en
ici au plur. neutre, commese rapportant
à
lat. i voy. Bum. Gramm. lat., §. 232.- 17Gén.absol. — 12Leshabitants du Picemum, contrée de l'Italie, sur le golfede Venise.- 19 Génit. absol.
15
Elèves.
Thèm. gr. Ire Part.

226
EXERCICES GENERAUX
consulibus Publio Sempronio , Ap- par les consuls de l'année suivante; et
pio Claudio,victi suut; et de his l'on triompha de ces peuples.
triumphatumest.
Les Romains fondèrent les villes de
Conditaea Roriiiniscivitates, Ariminum in Gallia, Beneventum in Rirnitii, dans la Gaule,et de Bénévent,
Samnio.
dans.le Samniuin.
M. Atilio Regulo, L. Junio LiSous les consuls M. AtiliugRegulus et
boue consulibus, Salentinis
in L. Junius Libon, on déclara la guerre
Apulia hélium indicturn est; capti- aux Salenlins dans l'Apulie; réduils avec
que sunt,cum civitate simul Brun- les Brundisiens, dont la ville fut prise,
ils donnèrentlieu à un triomphe.
disini;et de Iiis triumphatum
est.
XXX.
Rome commence à porter ses armes hors de l'Italie.
Anno quadringentesimo septuagesiino seplimo, cuin jam claruiri
urbis Romæ nomen esset, arma
lamett extra Italiain mota non fuerant. Ut igitur cognosceretur quae
copiæ Romanorum essent, census
est habitus. Inventa suat civium
capita ducenta- et nonaginla duo
millia, trecentaet trigiula quatuor,
quauquam a condila urbe nunquam
bella cessassent. Et contra Afros (i)
bellum susceplum est primum , ApQuinto Fulvioconsupio Claudio,
In Sicilia contra eos pugnalibus.
tunV est, et Appius Claudius de
Afris et rcge SiciliœHierone triuinphavit.
Insequenti anho, Valerio Marco
et Otacilio consulibus, in Sicilia a
Romanis res magnse gestae sunt.
Tauroioinitaui, Catanenses,et praetereaquinquagintac ivitatesin fidem
acceptas sunt. Tertio anno in Sicilia
contî'allieronembelluin paratum(2)

L'an quatre cent soixante-dix-sept,
quoique Rome eût déjà un renom éclatant, elle n'avait cependant pas encore
porté ses armes hors de l'Italie. Pour
connaître la force de la populationromaine, on fit un recensement, qui donna
un nombre de deux cent quatre vingtdouze'mille trois cent trente-quatre citoyens, quoique Rome, depuis sa fundation, n'eût pas cessé d'être en guerre.
Les Africains furent alors les premiers
contre lesquels les Romains tournèrent
leurs armes, sous le consulat d'Appius
Claudius eLde Quintus Fulriui. La Sicile fut le théâtre de la guerre, et le
consulAppius Claudius triompha de ce
peuple,ainsi que deHiéron,roi de cette
contrée.
L'année suivante, sous les consuls
Valerius Marcus et Otacilins, les Romains obtinrent de grands avantages en
Sicile. Les habitants de Tauroininiuni,
de Catane, et cinquante-au
très villes se
rendirentà eux et leur prêtèrent serment de fidélité. La troisième année un

, il fautentendreles Carthaginois.LesRomains
(i) Par ce mot, Afros, les Africains
donnaient,particulièrement le nom d' Africa, Afrique, au territoire de Carthage,
qui était appeléAfrica propria, Afrique proprementdite.
, leçonfort plausible.
(2) Quelqueséditionsportentpatratum, terminé
1 Constr. et employezici l'art. d'après le §. 3n.. —2 ~-eg,Ul, avec l'infin uor. —
3 C'est-à-dire, dans la Gaule Cisalpine.- 4Peuple de l'Italie inférieure, dans !a
de l'Italie, dans la CaCalabre, surle golfede'Tarente.— Villesituéèà l'extrémité
dans la Grande-Grèce.— 6 Tourn. : ceux (ol) ayant
labre, sur la mer Adriatique,
vaincu, au part. aor. —7 L'art. constr.d'aprèsla l'èg.V, p. 8. — Sur ce régime,voy.

ET SYNTAXESCOMPARÉES.
221
II
8
10
12 13
15
6 7 9
ils furent soumis par les consuls d'après1, Publius Sempronius et Appius
18
16
17 20
14
19
ig
Claudius, de manière quea il yeut (pluslittér.:avoir été)même lieu à triomphe.
1
a 3
6
8
7
45
Et alors donc aussi furent bâties [des] villes par [les] Romains, et Rimini
10
12 13
15
II
14
dans [la] Gaule 3, et Bénévent dans [le] Samnitun.
2
1
3
10
4 5 6
78
9
MaisMarcus Atilius Regulus et Lucius Junius Libon étant arrivés au pouII
13
2
12
1
15
14
voir, [la] guerre fut décrétée contre [les] Salentins4, Or ils furent vaincus
3 5
6
4
4 1 2 3
et furent expulsésde leur propre ville, et avecceux-ci les habitants de Briudes 5 ;
t a
3
5
4
desquels tous ensemble les vainqueurs 6 triomphèrent.
XXX. Rome commence à porter ses armes hors de l'Italie.
a
1
3
6
5
4
- Or
et septième année de la ville,
- i3 [la] quatre-centième 8et soixante-dixième
2
12
10 11
6
14
7
9
7
le nom de la Rome
7 était à la vérité déjà illustre chez tous; mais guerre n'avait
1
3
1
2
3
6
5
4
8
pas encore été excitée par eux hors de l'Italie. Alors donc ayant voulu
8
1
6
4
7
9
connaître 9 le nombre deg citoyens, ils se firent un recensement, et furent
a
10
11
3 6 5 4
7 8 9
comptés dénommesvingt et neuf fois dix mille et deux mille trois cent trentela
1
a
3 4 6
5
8
7
cependant durant tout le temps d'auparavant
Il pas même uneseule
quatre10,
3
11
1 2
10
4
9
trêve de guerre [n'] ayant existé12. Dans celle la puissance de la ville, la prc1
3
2
1
4
65
234
mièreguerreest suscitée par eux13 à Africains, AppiusClaudiusrt Quinius
5
12134
5789
7
Fabius ayant l'autorité consulaire 14. [I] engagement a donc lieuen la Sicile;
5
a
12
4
6
7
8
9
et Claudiusayant vaincu et [les] Africains et le roi de Sicile Hiéron, triom1 3 10
11
phide tous les deux.
21 4
3
10
5
678
9
14
15
Or l'année d'ensuite Valerius Marcusel Otacilius Crassus. consuls, tirent
i3
a
i3
il
12
11 14
12
de grandes choses en la Sicile. En effet, ils réunirent à l'empire romain Tau8
6
1
3457
9 10
2
romiuiuiu et Catane, et en sus de celles-ci cinquante autres villes. Mais [la]
1
5
6
1
3 4 7
4
16
troisième année de la guerre contre [les] Africains, [les] préparatifs étant
ce plur. eux, pour elle, p. 224, notei 5. —
: et sur
p. 91, III, de ce Cours
1
haut,
,0
— C'est-à-dire
plus
Allaor. infin.Voy.p. ao , note 5. 12
, 13992,334«—" Constr. et emGén.absol — Voy.
note8.—14 Gén
226,
ployezici l'art, d'aprèsle §. 311- p.
absol.—14Constr.et employezl'art, d'aprèsle §.3n. - BL'art. constr.d'aprèsla
*i5

228
EXERCICES GÉNÉRAUX
est. Is cum omni nobilitate Syracu- armaen Sicile contre Hiéron. Ce prince,
sanorum pacem a Romanis impe- auquel s'était jointe toute la noblesse de
travit, deditque argenti talenla Syracuse, obtint la paix des Romains,
ducenta (1). Afri in Sicilia victi auxquels ilfit don de deux cents talents
snnt, et de his secundo Romae d'argent. Les Africains furent vaincus
en Sicile, et leur défaite fut célébrée à
Iriumphatum est.
Rome par un second triomphe.
La cinquième année de la guerre puQuinto anno belli punici, quod
contra Afros gerebatur, primuin nique, faite contre les Africains, les RoRomani, Caio Duillio et CnaeoCor- mains, sous le consulat de CaïusDui 11in s
nelio Asina consulibus
in mari et de Cnaeus Cornelius Asina, s'étant
,
dimicaverunt, paratis navibusroprocuré des vaisseaux éperonnés
, apslratis, quas Liburnasvocant. Con- pelés Liburnes, combattirent sur mer
sul Cornélius fraude deceptus est. pour la première fois. Le consul CorDuillius, commisso prœlio, Cartha- nelius fut fait prisonnier par une perginiensium ducem vicit, unam et fidie. [Il avait l'avantage, quand les
triginta naves cepit, quindecim Africains, feignant de demander un armersit; septem millia hostium ce- mistice, l'engagèrent, par ruse, à monpit,tria millia occidit. Neque ulla ter sur une de leurs galères, où il fut
victoria Romanisgratior fuit, quod, pris et emmené chargé de fers.] Duillius
invicti terra, jam etianimari plu- ayant livré bataille, défit l'amiral carrimum possent.
thaginois,lui prit trenteet un vaisseaux,
en coula quatorze à fond, lit huit mille
prisonniers et tua trois mille hommes à
l'ennemi. Jamais victoire ne fut plus
agréable aux Romains, qui, jusqu'alors
victorieux sur terre, se voyaient devenus une grande puissance maritime.
XXXI.
Les Romains portent la guerre en Afrique.
Sous le consulat de ManliusVolsonet
Lucio Manlio Volsonc,
Atilio Regulo consulibus,belltim 1 de MarcusAtilius Regulus, la guerrefut
in Africam translaium est: contra
Marco
I J portée en Afrique. Les Romainslivre-

le talent h 5,4ooliv., avec l'abbé Barthélemy,et
liv., en comptant
(i) 1,080,000
à 5,5oofr., avecM. Letronne, de l'Académiedes
le
talent
évaluant
en
fr.
,
1,100,000
inscriptions.
Génit. absol.— 2 Tourn.: le ayant vaincu, au—partie,par/. — 3 Génit. absol.,
135.—4 Te. 5Celte forme,chez les anciens,
avecle partic, parf. de ~xafl-i'o-Trç/xt,
étaientdestide guerre. Les vaisseauxronds, ~srp^yyjXy.t,
était réservéeaux vaisseaux
- 7 Sur cetteconstructionde l'infin., voy.
nés aux transports.— 6De rostrum, bec.
— 8C'est-à-dire de Liburnie, contrée d'Illyrie,
à
se
met
l'accus.
Le
subst.
281.
§.

229
ET SYNTAXES COMPARÉES.
a
35
3
1
4
2 1 2 3
faits 1 coutre le roi Hiéron
, Hiéron prévient le combat, et avec le sénat des
8 6
il
10
12
5
4
9
7
Svracusains il demande la paix aux Romains pour deux cents talents d'argent,
13
3
1 2
1
6
5
4
14.
et [P] obtient. Les préparatifs sont donc tournés contre -les Africains, et ils
1
5
7
2 3 4
sont vaincus; et le vainqueur2 triomphe d'eux.
a
3
1
61
4
7 5
Or [la] cinquième année de la première guerre contre [les] Africains, Caïus
2
1
8
2
3
4
5
6
7
Duillius et Cnxut Cornelius Asina étant3 consuls, [les] Romains li vrèrent une
3
4
7562
bataille navale, alors pour là première fois combattant
sur mer, et 4 ils se
3
1
5
8
4
6
7
servaient de vaisseaux longs5, qu'ils appelaient eux-mêmes à la vérité
12
10 Il
9
restrates 8, parce que leurs proues imitaient (plus littér.: d'après le les proues
13 16
15
- 14
17
d'eux imiter 7) les becs de certains oiseaux; mais qu'on nomme vulgairement
2
1
12
34
Liburnes 8 (plus littér, : mais [que] l'usage appelle Liburnes). Dans 9 cette la
3
10
4
bataille navale donc Cornélius tomba par ruse au pouvoir des ennemis(tourn
1
3
9.567
8
2
devint par ryse sous les ennemis); car étant supérieur par les armes 10, par
5
6
8
4
7
une ruse des Africains, qui feignaient de demander un armistice 11,étant
10
11 i3 12 12 14 16
2
1
i5
9
monté sur leur trirème, et il fut12 pris et fut emmené enchaîné. Mais Duillius,
3
11
13
6
4 5
7
9
s'étant présenté au combat, vainc le général des ennemis,et 13 prend trente
12
i* 8
5
16
15
14
72
et un vaisseaux
, l en] ayant coulé à fond quatorze autres: il mit aussi 14sous
10
4 9 5
6 sept1 milliers
lui
3 de prisonniers, et15 détruisit trois
8 milliers[d'Africains].
u
] Les
6
4
5
3
Romains ue jugèrent point d'uutre [victoire][m]plusbrillante
1 agréable
7 8 ni plus
10
[..
[ '] 1
]
1
2
1
9
3
6
4
5
2
non plus que cette la victoire-là , parce que, leur puissance sur terre 16étant
11
8
7
9 io
reconnue 17,ils furent vus supérieurs aussi sur mer.
XXXI. Les Romains portent la guerre en Afrique.
2 1
18
3
4
5
6
7
8
Or LuciusManlius Volson et Marcus Atilius Regulus ayant succédé 18au
18
11 12 13
1
9
17
14 15 16
pouvoir, la guerre fut transportée de l'Italie et [de la] Sicile en l'Afrique
; et
10Sur le cas,. 338,10.'enlre
l'!strie
et
accus.-11Tourn. :
la Dalmatie.-KIX.o1, Te. —13 Te. -14
autem.—15. —
quasipetentiuminducias.—12
,
Tourn. : lasur terre puissance.Voy.§-§. 311, 314etci-dess.,p. 8, V.—17 Gén.
absol. - 18Génit.absol.
16

230

EXERCICES GÉNÉRAUX
Hamilcarem, Carthaginiensium du- rent à Hamilcar, général des CarthagiCèm, in mari pugnatum, victusque nois, une grande batailtenavate, dans
est. Nam, perditis quatuor el sexa- laquelle il fut vaincu; il se retira avec
une perte de soixante-quatre vaisseaux:
ginta navibus, rétro se recepit:
Romani duo et viginti amiserunt. les Romains de leur côté en perdirent
Sed cum in Africam transissent,I vingt-deux. Ils descendirent néanmoins
primam Clypeam,Africaecivitatem, en Afrique, où ils reçurent d'abord la
in deditionem acceperunt. Consu- soumission de la ville de Clypée. Les
les usque ad Carthaginem processe- consutss'avancèrentensuitejusqu'à Carrunl; mullisque vastatis, Manlius thage;et, aprèsavoir exercé de grands
viclor Romam rediit, et viginti ravages sur le territoire ennemi , Manlius revint victorieux à Rome, emmenant
septem millia captivorumreduxit :
Atilius Regulus in Africaremansit. J avec lui vingt-sept mille prisonniers.
Atilius Regulus resta en Afrique.
Is contra Afros acieni instruxit:
Ceconsul livra aux Africains une bacontra tres Carthaginiensium duces taille rangée, dans laquelle, ayant en
dimicans, viclor fuit: octodecim tête trois généraux carthaginois, il rcmmillia hostium cecïdit; quinque porta la victoire, tua dix-huit mille
millia, cum octodecim eJephantis, hommesà l'ennemi , lui fit cinq millepi icepit: septuaginta quatuor ciritates sonniers, prit dix-huil éléphant",el reçut
in fidemaccepit. Turnvicti Cartha- à composition soixante-quatorze villes,
ginienses pacem a Romanis petie- Les Carthaginois vaincus demandèrent
la paix aux Romains. Regulus n'ayant
runt; quarncum Regulus
nollet, nisi
durissirnis conditionibus, dare,Afri consenti à l'accorder qu'aux condhtions
auxilium a Lacedœmoniis petie- les plus dures, les Carthaginois réclalllèrunt; et, duce Xanthippo, qui a rent du secours de Lacédpmone. Elle
Lacedœmoniis missus flleral, Ro- leur envoya pour général Xanthippe,
inanorum aux Regulus victus est111- qui fit éprouver à Regulus la défaite la
tima pernicie. Nam duomillia tau- plus désastreuse. De toute l'armée i otuin ex omni romano exercitu refu- maine, il ne s'échappa que deux mille
gerunt, quingenti cum imperatore hommes, cinq cents furent pris avec leur
restèrent sur le
Regulo capti sunt; triginlamillia général, trente mille
oceisi; Regulus ipse in catenas con- I champ de bataille et Regulus lui-même
l
fut
jectus.
jeté dans les fers.
acc. ; élidezla voyelleavecapostr.,
Constr.l'art. d'après la règ. V, p. 8. —2 ~Kocra,
et faites attention à l'esprit du pronom
haut, p. 4, §. 9de ce Cours.voy.
plus
;
3 Voy. sur l'articlep. 9, VIII.—4 Sur l'article et la constr. de cet adj. voy. p. 79,
II, I°. —5 T. —6 Gén.abs. —7 Tourn.: à eux; §.337,1.—8 Gért. abs. —9 Gén.

ET SYNTAXES COMPAREES.
234
3
8
4
est livrée contre Amilcar, le
-des ennemis
I, une grande bataille na1 2
général
7
8
5
4
3
2vale, 5dans2 6 laquelle
7 les9 Romains
coulé à fond soixante et quatre
ayant
6
12
10
11 i3 14
16
15
9
17
vaisseaux, ils mirent, à la vérité le général en fuite, mais ils perdirent aussi
18
21 20 19
22
2
1
6
34
eux-mêmes vingt et deux vaisseaux. Or ayant débarqué sur le territoire
5 8
10
13
11
7
9
ennemi, d'un côté ils prirent tout de suite Clypée, ville remarquable des
12
1
2
2
3 4 5 6
Africains; [la] course d'un autre côté était à eux vers la Carthaee 3: mais
5
1
3
6
1
2
5
pyant
3
4
tout [ce] qu'ils parcoururent, ils se retirèrent, et Manlius revint à
6
8
11 10 9
12
4
14
7
la Rome avec une victoire éclatante, amenant vingt et sept milliers de
ravage
13
prisonniers.
2
1
3
5
10
6
4
Mais Régulus, ayant persisté encore dans les affaires, reprit la guerre
v
11
13
12
7
98
14
contre l'Afrique même 4, s'étant rangé contre trois généraux des ennemis.
2 1
3
6
4
5
7
Or ayant surmonté la guerre, ayant tué dix-huit milliers [d'ennemis], et [en]
1
3
9 2 54
10 8
ayant pris cinq [mille] de vivants, et ayant capturé dix-huit éléphants, il
11
10
5
6
8
i3
7
9
réunit à la Rome soixante et quatorze villes reç*
ues à composition , leur ayant
12
1 2
16
3
6
14 15
4
imposé les tributs qu'il voulut. Ici enfin les Africains,les affaires allant mal 6
5
2.
3
5 1 2
8
7
eux7, demandent [la] paix: mais Régulus n'ayant [point] accueilli la
13
8
6
4
7
9 11 10 12
pour
supplication,maisexigeant8 [des] conditions du traité et dures et rigoureuses,
15
t3
2
16 17
14
ils appelèrent à eux [les] Lacédémoniens en alliance ; et leur est envoyée une
5
1
3a
4
687
armée lacédémonienne sous Xanthippe chef. Une guerre donc ayant été enga6
7
4,
gée 9,la fortunechange(plus littér. : les chosesde la fortune10 changent) pour
5
2 1
10
3
4
5
6
8
car il estdéfait d'une défaite 12si13grande, que, d'un côté, deux
Regulusu
:
10
11
12
7 9
14
milleseuls de toute l'armée s'échappèrent
; [que,] d'un autre, étant tombé
13
17
19
lui-mêmeau pouvoir des ennemis (plus littér. : étant devenu 14lui-mêmesous
18
23
21
15
16
20
les ennemis) avec cinq cents [des siens], il fut enchaîné, et 15[que] trente
23
26
25
24
mille des guerriers les plus courageux tombèrent [dans le combat].
— 10Sur cette tournurevoy. la Synt., §. 310.— Tourn. : à Regulus;voy.
absol.
cettetournure voy.§. 343,1.—
13 ~OVT6I..,.,
Açts, commeen lal.,
note7.—12Sur
les verbes se mettront ici en grec à l'infin., suivant
sic, ut, mais après
eçte
,
que,
15

leurs temps.- 14A l'accus., commedépendant
.del'infin.

232

EXERCICES GÉNÉRAUX
XXXiI.

Une tempête détruit la flotte des Romains, de nouveau vainqueurs de
l'Afrique.
Marco iEinilio Paullo, Servio
FulvioNobiliore consulibus, amho
romani consules ad Africam profecti sunt cum trecentarum navium
classe: primum Afros navali certamine superant. iEmilius consul centum et quatuor naves hoslium demersit; triginta cum pugnatoribus
cepit, quindecimmillia hostium aut
occidit, aut cepit ; militem suum
ingenti praeda ditavit; et subacta
Africa tum fuisset,nisi tanta famés
fuisset, ut diutius exspectare exercitus non posset.
Consules cum viclriciclasse redeuntes, circa Siciliam nau fragium
passi sunt; et tanta tempestas fuit,
ul, ex quadringenlis sexaginta quatuor navibus
, ocloginta servari vix
poluerint. Nequeullo tempore tanla
maritima tempestas audita est. Homani tamen slalim ducentas naves
reparaverunt; neque in aliquoanimus his infractus fuit.

Marcus iEmiliusPauluset ServiusFulvius Nobilior [arrivés ensuite au consulat, réparèrent le malheur de la guerre,
maisn'en furent pas eux-mêmesexempts].
Partis tous deux avec une flotte de trois
cents vaisseaux , ils défirent d'abord les
Carthaginois dans une bataille navale,
Le consul iEmilius coula à fond centquatre bâtiments, en prit trente avec
leur équipage, tua ou prit quinze mille
hommes à l'ennemi, et enrichit ses soldats d'un immense butin. L'Afrique eut
été alors complètement subjuguée, si la
famine, devenue excessive, n'eût pas
empêché l'armée romaine d'occuper plus
longtemps le pays.
Les consuls, revenant avec leur flotte
victorieuse, firent naufrage dans les parages dela Sicile. La tempête fut si violente, que, de quatre cent soixante-quatre
vaisseaux, on put à peine en sauver quatre-vingts. Jamais on n'avait entendu
parler d'une aussi terrible tempête. Les
Romains ne tardèrent pas à remettre
deux cents vaisseaux en mer; rien ne
pouvait abattre leur courage.

XXXIII.
Les Carthaginois sont de nouveau réduits par les Romains.
Les consuls Cnseus Servilius Cépillll
Cnxus Servilius Cœpio et
Sempronius Blaesus consules cnm et Caïus Sempronius Blaesus passèrent
Caius en
l Afiique avec deux cent-soixante vais.
ducentis sexaginla navibus ad Afri1L'art. constr.
les Règ.V, p. 8, et§. 311. -' Constr. d'aprèsles §§. 311,
d'après
§.339.314. — 3Au dat., régipar~aùv,avec, qui sesous-ent.dans-cette
toùrn.;voy.
: danseux. 7 . — 8Al'inf. aor. 2.—
aor. 1.—
5 A l'inf. aor. 2. — 6Tourn.
4A
l'inf.
9 Voy. §. 315, J. Faites accorderavec milliers. — . — 11A l'infin. aor. 1. —
15
12Tourn. : la propre armée.

les §§. 311,
Rem.
3°.
Constr. d'après15
81,
p.
Voy.
314. - 14Le verbe à l'aor. 1 indic. précédéde av.—Voy.§. 366, 1. — Querendu
avec le verbeà
nisi,
par l'infin. prés. pass. avec l'accus. Voy.§. 279. — 16El~pyf,
: de la fin, du terme.
l'aor. ind., parceque le fait, accompli,est certain. 17Tourn.
- '• 'Ev ~oûrw
311.
sous-ent."IevopévOlç
rsFç
Voy.
§.
,Jàctis.
XIXTOc
Tr,V
¡
.ui.'X,y¡v,
yoc/inpoti
- 19 £!$«, avec l'infini. - 20 A l'infin, aor. 1 pass. T. - 22Répétez ici

ET SYNTAXES COMPARÉES.

233

XXXII. Une tempête détruit la flotte des Romains, de nouveau
vainqueurs de VAfrique,.
11
1 a
3
6
10
5
4
89
7
Mais les consulsaprès ceux-ci 1, Marcus Æmilius Paulus et Servius Fulvius
13 17
21
12
18
15
16
14
Nobiiior, réparèrent à la vérité le malheur [arrivé] dans la guerre 2, mais ils
20
a3
22
2
24
19
[ne] furent non plus eux-mêmes à l'abri de [1'] adversité. En effet, ayant
1
6
5
3
4
engagé la bataille avec les Africains [avec] trois cents vaisseaux 3, ils furent
11 10 8
6
13
12
7
9
supérieurs de manière à enfoncer4 d'un côté cent et quatre vaisseaux, [à en]
2
8
5
6
2
1 3 4
7
[ prendre 5 d'un autre trente avec les combattants dans ceux-ci 8, et 7 de
3
1
6
5
1
2
3 4
quinze milliers d'hommes, [à] tuer8les uns9et à emmener lesautres prisonniers,
a
11
1
10
4 12 3
5 7 6
10
et [à] rendre11leur propre armée fort riche de tous les biens [provenant]
a
1
3
6 5
1 9
tu butin 13.Or rien [n'] aurait empêché 14que les Africains alors [ne] fussent
1
2
5
6
4
3
4
asservis 15, si 16[la] famine étant survenue n'avait éloigné trop tôt l'armée de
7
son but 17.
21
20
22
16 17
15
18
19
Une tempête marine détruisit, - aux environs de la Sicile, presque toute la
14
flotte au milieu de succès si brillants, [obtenus] dans le combat(plus littér. :
1
3
8
a
11 9
4 5 6 7
dans des choses ainsi brillantes, celles quant au combat
18), et revenant avec
10
11 1
2
5 6
4 3
7
tant de dépouilles, et [le] naufrage fut si grand, que19, de quatre cent
8
10 11
la
13
16
15
16
9
14
et soixante et
quatre-vingts seuls furent à peine sauvés 20 :
2
1
quatre
3
vaisseaux,7
6 8
4
et21 aucun temps [n'] a transmis à [la] mémoired'hommes.une si grande
5
12
5
6
2
3 1 4
tempête. Toutefois cela ne relâcha [pas] la fierté la romaine 22ni [n'] enleva
3
1
3
42
4
quelque chose de sa 23 vigueur; et 24 sur-le-champ ils s'équipèrent 25 deux
5
cents vaisseaux.
XXXIII. Les Carthaginois sont de nouveau réduits par les Romains.
1
3
10
5
11
4
6 7 8 9
Les consuls d'ensuite 27,CnaeusServilius Cépion et CaïusSem pronius Blaasus,
18
2
13 12
18 16
15
1
14
I
firent donc voile pour l'Afrique [avec 28]deux cent et soixante vaisseaux, et
l'article devant l'adj., d'après le §. 3i3. —23 Tourn. : de la vigueur.—24 Te. —
25Ce verbe,au plur,, s'accordeavecRomains
sous-ent. dansl'adj. précédent romaine.
P 224, note 15.— 26L'art. employé et constr. d'après les §§. 311,314. — 27A
sous-ent. Voy.p. a32, note3.
Voy.

234
EXERCICES GÉNÉRAUX
cam profecli sunt, aliquot civitates seaux,et s'emparèrent de quelquesvilles,
ceperunt. Prœdam ingentem redn- Ils revenaient chargés d'un riche butin,
centes, naufrngium pnssi sunt.Ita- quand ils firent aussi naufrage. Lesénat,
que cum continuse calamitates Ro- voyant le peuple romain rebuté de cette
manis displicerent, decrevit sena- suite non interrompue de désastres, ortus, ut a maritimis prœliis recede- donna qu'on renoncerait à la guerre maretur, et tantum sexagiuta naves ad ritiine, et qu'on se contenterait d'entretenir seulement soixante vaisseaux pour
praesidium Italiæ salvaeessent.
veiller à la sûreté des côtes d'Italie.
Lucio Ciccdio Melello, Caio Furio
Sous le consulat de OpecitiusMetellus
Pacillo consulibus, Metellusin Siet de Caïus Fuiius Pacillus, Metellus
cilia Afrorum ducem, cum centum défit dans la Sicile le général des Caret trigiuta elephantis et inagnisco- thaginois, qui venait d'y arriver avec
cent trente éléphantset des forces iftlpiis venientem, superavit,viginti
rnillia hostium cecïdit, sed et viginti posantes. Metellus tua à l'ennemi vingt
sex elephantos cepit, reliquos er- mille hommes, et prit aussi vingt-six
rantes per Numidas
: ayant fait rassembler par les
, quos in auxi- éléphants
liurn habebat, collegit,et Romain Numides, qu'il avait pour allxiliaire,
reduxit ingenti pompa, cum centum Jes autres éléphants qui avaient été diset triginta elephantorum numerus persés, il les ramena en grande pompe
omnia itinera compleret.
à Rome
, remplissant tous les chemins
de cent trente de ces animaux.
XXXIV.
Magnanimité de Regulus.
Post haec mala Carthaginienses
Regulum ducem, quem ceperant,
petierunt, ut Romain proficisceretur, et pacein a Romanis
obtiueret,
ac permutationem captivorum faceret. Ille Romani cum venisset,
inductus in senalum,ni h il
quasi
Romanusegit; dixitque se ex illa

Après tant de revers, les Carthaginois
eurent recours à Regulus, qu'ils reteliaient dan5les fers, et l'engagèrent àse
joindreà l'ambassade qu'ils envoyaient à
Rome pourobtenir la paix et un échange
de prisonniers. [Quoique leur captif,
Regulus rejeta d'abord leurs prières;
mais, cédantenfinà leursinstances],il se

Sur cette lonrn. voy.§. 281,2. — 2 Te. — 3 L'art. employéet constr. d'après
les §§. 311,
v. —4M~njJe,neque. —5 L'art. employéet constr. d'après
etp.8,
314, et p. 8, V.- 6 Génit. absol. —7 E~Ï;,unus, gén., §. 41.—8 Génit.
les
311,314,
§§. 9 L'art. employé
les §§. 311, 314, et p. 8, V. —10~.pd,
absol.—
et
constr.
d'après
accus. — Sur l'emploi de l'art. aveccet adj., voy. ci-dess., p. 79, III, 1° —
12Génit. absol. — 13Sur le cas, 338,2°;—14 Sur la
§.
Synt. (le l'adj. démonsir. voy.

ET SYNTAXES COMPAREES.
235
3
5
a
2
3
4
d'une partils prirent quelques-unes des villes et d'une autre,ayant rempli les
1
1
2
4
4
4
5
vaisseauxde butin, ils s'en allèrent. Mais une tempête détruisit aussi lesuc6
3
II
10
7
8
9
ces à ceux-ci ayant essuyé un
la plus grande partie dela flotte.
1
3
a
6
5 naufragepour
13
7 8
4
Cescalamités donc, et pareilles et attachées l'une à l'autre, rejetèrent [loin]
10
11
2
14
9 12
3 4
des Romains J'ardcur pourle combattre1 sur mer; et 2 le sénat
rendit un
1
1
10
3
2
5 9 6
78
décret[pour] ne plus user des combatssur mer3,et ne4 pas avoir de vaisseaux,
5
6
8
10 il
15
4
7
9
si ceest
soixante, pour [la] défensedes italiennes frontières contre les alta12
13
14
5
ques du dehors ducôté de la mer.
,
2
1
3
108
4
5
6
7
Mais Lucius CœciliusMetellus et C. Furius Pacillus ayant été appelés 6 au
12
11
13 14 15
16
9
19
17 7
une
bataille se livre en Sicile contre [les] Africains, Metellus, un
consulat,
20
18
1
2
3
5
4
8
des consuls étant général : dans celle-ci est vaincu le général des Africains,
12
10
11
2
1
7 9 8 6
conduisant d'un côté cent et trente éléphants armés, et d'un autre une armée
6
1
2
5
34
3 4
la plus grande de toutes celles d'auparavant 9 : et tombent d'une part vingt
5 6
2
3
4
75
milliers d'hommes, et d'une autre furent pris vivants dans 10 l'action même 11
6
10 9 8
1
12
15
13
d'un cêté vingt et six éléphants, d'un antre les Numides servant comme
20
21
11
i4 18 17 19
auxiliairesaveclui et prirent et présentèrent au consul les autres [éléphants]
16
2
6 1
7 3 5
4
errants. Il enira donc dans la Rome avec [une] pompe admirable, les élé8
11
12
13 10
14
9
pliants remplissant
12 les chemins et de [leur] grandeur et de [leur] nombrel3.
XXXTV. Magnanimitéde

Regulus.

1
3
8 11
4
567
Cette la14guerre
lesAfricains [de] recourir au Regulus
15,qu'ils tenaient
10 a força
à
1
5
10
9
4
dans les fers, et 16ils l'engagèrent17 [à] être de l'ambassade avec les envoyés
1
678
4
2
3
91
par eux vers [les] Romains, afin que 18[la] paix leur fût accordée 19,et [que]
2
5
3
6
4
les prisonniers de part et d'autre fussent donnés en échange 20 aux proches.
13
6
2
10
7985
D'abord donc à la vérité 21le Regulus 22, quoique étant captif, les repoussa 23
ci-dess., p. 79, II. — 15Sur l'art., voy, ci-dcss., p.o, VIII. — 16T.. — 17A l'imdenarration; voy.§. 358.20— ".o.t'!, avec Vinfin.aor.— IYyvpfiat,fio,
parf.
— A~vxi-SiSufit,
à l'infin. aor. a ;
à l'infin.aor. paig §. 140.—21Tà
225.
lrrég.
§. note 15.—23 A l'imparf. de narration; voy. note 17.
~pi
y ouv~Trptizov.

22Voy.

236
EXERCICES GÉNÉRAUX
die, qua in potestatem Afrorum rendit à Rome. Admis dans le sénat, il
venisset, Romanum esse desiisse. n'y fit aucun acte de citoyen romain,
t
disant qu'il avait cessé de l'être du jour
où il était tombé au pouvoir des Carthaginois.
H repoussa donc les embrassements
Itaque et uxorem a complexu
removit,et Romanis suasitne pax de sa femme, et conseilla aux Romains
de ne point accorder la paix à Cartilage;
cum Pociiis
fiet-et. Illos enim, fractos tot casibus, spem nullam ha- car, disait-il, accablée de tant de désasbere: tanti nonesse, ut tôt millia
très, elle ne conservait plus d'espécaptivorum propter unum se, et rance, et l'on ne gagnerait rien à rendre
senem, etpaucos, qui ex Romanis tant de milliers de prisonniers pour un
seul homme, pour un vieillard tel que
capli fuerant, redderentur.
lui, et pour un petit nombre de Romains
pris par l'ennemi.
Son avis prévalut; personne n'écouta
Itaque obtinuit; nam Afros pacem petentes nullus admisit : ipse les propositions de paix des CarthagiCartbaginem rediit; offercnlihus- nois, et Regulus retourna à Cartilage,
que Romanis, ut eum Romœ te- malgré les offres que lui faisaient les
nerent, negavit se in ea urbe man- Romains de le retenir à Rome
; il ne desurum, in qua, postquam Afris vait point, disait-il, rester dans une
servierat, dignitatem honesli civis ville où, après avoir été esclave en Afrihaberenonposset. Regressus igitur que, il ne pouvait plus conserver le
ad Africam, omnibus suppliciis ex- rang d'un citoyen honorable. De retour
à Carlhage, il y termina ses jours au mistinctus est.
lieu de tous les genres de supplices.

FIN DES EXERCICESGÉNÉRAUX.

ET SYNTAXES COMPAREES.
237
2 1
3
4
5
4672
suppliants
; mais vaincu par l'obsession 1,à la vérité il se rend à la Rome, mais
3
1
11
6
5
4
7
lui
il
[la] parole
ayant été donnée 2, [ne] supporta [point de] rien traiter3 en
10
8
1
2
9
4 3 5
il était
personnage consulaire romain, disant que 4, depuis le jour où
6
10
75
tombé au pouvoir des ennemis (plus littér. : il devint sous les ennemis), il était
10
8 11
9
déchu de la cité romaine.
3 6
5
1 64 2
Il ne reçut donc [point] sa 7 femme ayant recherché ses embrassements;
1
3
6
2
5
4
7
8
9
et il devient conseiller aux Romains [de] ne pas admettre les Africains
1
3
8 9 2
4
proposant[la] paix;car[il disait que] les armées étaientà eux tailléesen pièces10,
1
10
II
14
2
3
5
4
6
7
8
9
11
13
et [que] ni lui, et seul et vieilli, ni ceux pris avec lui [ne] devaient '4
i3
22
12
15
16
18
17
15
être supposés d'un prix équivalent d'un échange de tant de prisonniers les
21 19 20
retenus d'Afrique.
8
2
1
34
5 7
17
Ayant
conseillécela16,il l'emporta,personne [n'] ayantaccueilli la18 prière
6 2 1 3
5
4
des Africains. Orles ambassadeurs ayant été congédiés sans avoirrien fait10, le
8
2
35
6
761
4
22
Regulus
20 partit aussi avec [eux] ; et ses21concitoyens voulant le retenir, il
12
10
6
8
3 4 5
7
ne céda [pas], commene pouvant avoir un caractère convenable à [un] citoyen
11 12
1
15
13
2
1
3
9
14
romain depuis sa 23 captivité chez les Africains. Etant donc retourné en
6
10
5
11
4
789
l'Afrique, il futlivré à divers supplices, et il y 24 termina sa vie.
Sur le cas, voy. plus haut, p. 92, IV. — * Génit. absol. - 3 A l'infin. aor. 4 Que rendu par l'infin.prés. sans pron. réfléchi; voy.p. 222
, note 7. - 5 ’A~’~Çj4
a qua die. —6 O~ure,neque.—7 Voy.
81, Rem. 3°.—8 M, ne. *,p.ipç,
p.
ci-dess.,
9~Upoiit/jMi,
à l'infin. aor. 2 moy., §. 144.— 10~Htpt-xoitTU,
à l'infin.parf. pass. —
11K~ed
~<fT<.~—"
Tt.—'~Tourn. : lespris, ~FFUA-AA/ISAVW
, corripio, au partie, parf.
à l'infin. parf.
pass. attiq., §. 205, III. —14~Xptfvai,oportere. _.5.r7l'O-).IX,U.cr.(:lCù,
17
L'art.
45. — Au géllit. abs. —18
pass.attiq.; voy. note 13.—16Hœc,
~outoî,
§.

constr.d'aprèsla Règ.V, p. 8. 19*~A7R/9«*ROÇ?
-OU;voy.p. 222,note 3; au génit. abs.
—20 Sur l'art., p. 9, VIII.—21 Tourn. : lescitoyens.— Génit.absol.—23Tourn. :
depuisla captivité;voy.p. 81, Rem.3°. — 14Tourn. : et il finit la vie dans eux. Voy.
p. 81, Rem.3°.

FIN DES EXERCICES GENERAUX.

VOCABULAIRE
POUR
LES

EXERCICES

GÉNÉRAUX

TIRÉS DE L'HISTOIRE ROMAINE DEUTROPE.
ABRÉVIATIONSEMPLOYÉES DANS CE VOCABULAIRE.
NOTALe chiffreplacéà côté du mot françaisindique le numéro,en chiffreromain,
du thème où le mot grecdoit être employé.
Le tiret, -, dans le corpsd'un mot, commedans ~èy-xupé
w, indique, pour l'augment,
que ce motest un verbe composéd'une préposition.
accus., accusatif, à l'accusatif, gouverne moy., moyen(verbe).
l'accusatif.
p., pour.
act. , actif.
parf., parfait.
partie, participe.
adj., adjectif.
adv., adverbe.
pass., passif, passivement.
aor., aoriste.
prép., préposition.
prés., présent.
augin., augment.
priv., privatif.
comp., composé, composition.
pron., pronom.
conj., conjonction.
dat., datif, au datif, gouvernele dalif. redoubl., redoublement.
dir., direct.
reg., régime.
rel., relatif.
ellipt., elliptique.
fut. , futur.
subj, subjonctif.
au génitif, gouvernele gé- subst, substantif, substantivement.
gén.,génitif,
nitif.
syn., synonyme.
~-ri,aliquid,
indique le
gouv., gouverné.
alicfuem
,
, ""J(', le régime
indic.,indicatif, avec l'indicatif.
régime direct; ~-rivée
indir., indirect.
indirect, au gén. ou au dat.
A

ABO
ACC
xaOà Abri. Etre à l'abri de, 32, ~èn-t,s;»
A, prépos., sans mouvement:
~xarà 'Pp.Ylv, icrTïjy.1,extra sto, mais aux temps
Rome, Romœ,12,

7rt ZKÇ'Pu.Ylç. — avec mouvem
neutr; §, 136,8°., p. 153; gén.
28, ~èn-t,vers, accus. - marq uant Abstenir (S'), 3, 20,~èn-t,
moy.
àn-è^o^xi,
distance: à cinq milles, i3, ~èn-t,1r0
de ~èn-t,ëX"
25o. — de, gén.
irrég.§.
~èn-t,7rivrs
voy.
- Occuper à ,
fut.
aiX'J[J-IXt,
moy.,
Accepter,
27,
Inviter.
Inviter
à, voy.
Occuper.
§. 102.
ful., J.
Abandonner, 13,~èn-t,àn-o->et7r&>,
redoubl. ,
~èn-t,rrÀr;p';,
100,aor. 2, §. 116, 3°.
Accomplir,11,
§. 206, 11,1°.
Abondant, 18, ~èn-t,a«p0ovoç,
§. 31. Accorder, 24, 8iarù¡Lt,do, §. 138,
en, dat.
Abord (D'), 2, ~èn-t,7rp&>T0v,
gén. —
primum; 18, — à, dat. — contre, ~èn-t,xIXd,
24, ~èn-t,Trporspov.
Or, d'abord que, 10, La paix être accordée, 34, 'lÕ'Ji~èn-t,aQcti
ai T'OTTOMTOV,
ut ou ubi vero pri~èn-t,wç
o7rov5iç,fieri. - la sépulture,
mum; indicat. D'abord donc à la
voy. Sépulture. —Il est accordé,
26, datur, impersonn ~èn-t,iz-yipsra
vérité, 34, ~èn-t,T'O
f*£VOVV
7TOWTOV.

ADM

ALL

239

vnep-à'/anou, moy., fut. vjrep-ayitle7i7voaai, Irrég.§.252. —à, dat
— de, injin.
avec
~ffojtai,aor. pass. ~v7r
£p-r,yaff0»jv,
-se.)?,i.. sens actif, S. 2o3; accus.
Accroissement,i, ~èn-t,«vÇnaiç,
Etre parvenu à tout son arcroisse- Adversité, 32~tavu.<fo
pi, -291 n.
TOTroEv
ment, 23, ~èn-t,Û;
êm-Sià&ui, nu Affaire,8, 20, 3i, ~irpàypLix,
TO,§.
19. Voy. Aller. Les affaires au suparf.act. §. 138; surl'ellip.§. 356.
Accroître (S'), 20, 24, aùÇàvopai, jet de la royauté, 11 , ~T"irtot TT,;
s-ent. ~TrpàypzTa
fr.tatÀEiIXç,
augeor, pass. de ~èn-t,aùÇàvw,
augeo,
, negofut. cxi.çJÍaf»,
lia; voy. S. 310. — Les affaires
d'oùle fut. et l'aor.
pass. awǻs6raropat
, aor. YIvçri9r¡1I;romaines, 23, ~ràpwotaïxànpa.ypai.Ta,.
-Les affdires des Romains, 26,
voy.§. 126.
~Tac
Accueillir, 31, 34, ôax°p.c.c(,
pu^aïxâ,s.-ent. ^psc/paTa, negomoy.,
tia. -, 27, ouvrage,
fut. et aor., S. 102.
-ou, TÓ.
Accusation, 18, ~èn-t,airta,
-29, . Su
-:t"
Supp - Afin que, 34, ~&>ÇTS,
infin. — que.
pi, opt.
porter une accusation, ~èn-t,airtav
ëXc.>, ne, 19, ~êîrwç
accusationem, crimen habeo; 1r- Africain, 3o, ~Appoç,-ou.
rég. §. 250.
Afrique
,~ -ç.
-oGpai, moy.; Agé, 23, se rendra par Je partie.
Acheter,
19
nom de prix au dats.-ent.~èn-t,crûv, parf. 2 de
Irrég. S. 252.
— de, S. 345.
avec.
Achever, 21, ~èn-t,è^i-te/éw,
S. 35; comw, pénult
Agréable,30, ~Xotpietç,
du fut., S. 95, 1.
par., §. 39, 3e. classe.
Achille, ~èn-t,'A^ùXiuç,
—i«;.
Aile, 23,~
-où, TO.
sic,
moy fut. Ainsi,i, 3, 8 , 23, 28, ~OÚTCù,
Acquérir, 3, 21, ~èn-t,xrâopat,
et aor., §. 92 ;format. et sens du devant une consonne, et OÚTCù,
devant une voyelle. — donc d'un
parf. à forme pass., §. 254.
iziv ouv.
Acquiescer, 23, ~, propr.,
côté, 27,~
composer, moy., S. 129.
§. 129; Ti
Ajouter, 4, ~7rpoç-rt0r,[ii,
~Tivt.5, ffuv-â7T7rw,
Action, acte, 2, 28, ~spyov,
-ou, "Ó.colligo, attacher,
— à, dat
28 , combat,~
u-ôcx71
1 1
; 33, n0- fut., §. ico, OBSERV.
£f/oç,-ou, ó. Dans l'action, 33,rccpù Albains, peuple d'Italie, ~'AÀe:zvot.
— roy.
r.ÓÀI.U.O'il.
Alexandrie, capitale de l'Egypte,
Engager.
Addition , ~wpoçOfar,,
fondée par Alexandre le Grand,
-y;ç, .
Adjoindre (S'), 10, ~éaurûnvà <ruv- sur la mer, entre le lac Maréolis
~, sibi
aliquemcooptare, fut. et la bouche Canopique du Nil,
, ~-a.,
, ri.
§. 100. - au consulat, ~jrpôç
Tr,v 'AXeçav^peta
~ÛTrarov
-,
"AlytSovopo;,
à."X-fv17, se réunir, Algide (Le mont) , ~TO
owz-n-tpxopxi, propr. , je marche
§. 22.
avec contre, Irrég. §. 247-, —à, Aller au gré, voy. Gré. —mal, 26,
dat.
~xa/wçxiiiaet, male jaceo; — 31,
Admettre, 34, ~npoi-itpat,moy., de ~xâuvu,laburo, an part. parf. pass.,
à l'infin aor. 2, S. 144. §. 121, 4°, — S'en aller, 35, ~ocirnpo;-Í'r¡!J.L,
Administrer, 8, ~ôt-oLxic.>,
~itl£t,abeo, S. 147.
augm.,
§§. 66 et 21u, I.
Allia, petite rivière, qui tombait
dans le Tibre au-dessus de Rome,
Admiration, 27, SAÛAA,
~TO,19.
— pour, ~îrspi,circa, accus.
-ou.
~"AÀÀtoç,
Admirer, 27,
, amitié,
fut.,§.
119, Alliance, 2g, ~ytlix,
r,. V. Appeler.
1, 1°. —extraordinairement, 28,
31, a'J[J-fJoIXxi,
~-ClÇ,

240

APP

APU
Allié, I3, ~TO
O-U(XP.A^TY.OV
, sociale; Appeler, nommer, 2,6, 3o, xCÚÉw,
fut. et parf.
CU^/ZA^TY-OV.
beaucoup d'alliés,
96, renvoi 1;
30, ~rtpoç-ayopevoi
y 2e. synon.—
(Les Grecs emploient ainsi l'adj.
de soi, de son nom, ~igaùxoO
au neutre pour marquer une col• ovolection, une espèce, un genre.) 26, p.&:w,. 11g, I, I°. Etre appelé,
nommé, 24, ~è-nt.-va.kko^.xi,
~erûpipx;
£oç, -ou, , socius.
-oùpiat.
Allumer la guerre, 18, xtvéw ~rov —de,dat. —Appelé, -ée, nommé,
— enx<xÀÉoo
, voco, au partie, près. pass.
~, moveo hellum.
semble la guerre, 25, ~gvv-xktv contracte, §. 90. - S'appeler, 16,
fut. , §. 100. — contre,
être nommé,
~nÓÀÕtJ.ov,
-ovp.<xt,vo— à son secours, II voy. Selivcor.
25,
S'allumer,
~,accus.
~ànxoaon, accendor, pass. de liv- cours. — à Rome, 24, IA),£UÈNI
fut. act., §. 100, OBSERV.
ÀÎRRW,
; TlI'Pt>p.7J'J.— à soi, 26, èm-y.oc.Xèoaor. et parf. pass., §§. 101 et io5.
jàati -~oüp.:Xt,
moy., fut. fITHt<xHao— en alliance 31, è^i-y.aXéotum. - donc,
Alors, 28,32, ~TÕTe,
~pou.
TOTVUV
J 22, ~pat(-oüp.rl.t)Trpoçcuppta^tav, moy.
12, 17, 23, 3o, ~TOTE
SY —Etre appelé au consulat, 23, ~ètci~TOTE
-donc
aussi, 29, TOTE
En-tTÏJV\rr;:I.:rdCl.'J
~XAT.
Xrl.Àiop.a.t
(~-ovp.:x!)
Ambassade, 27, ~irpeaSeia,-aç, >Î.— - Appelé au consulat, 33, ~xCÚÉw
Etre d'une ambassade, 34, (1'vp.- (au partie. aor. 1 pass., §. 96) nPÔG
— Voy. Combat.
~zyv
itr.c/.xdx'j.
par
— avec, dat.,
gouv.
la prép. ~aúven composition.
Appienne, ~'A7r7rtrl.,
K),Cl.vÔtO,
Amhassadeur, 27, 29, 3o, ~npéaovç, Appius Claudius,
-où.
-ou.
34,
§. 25; 26,
Amener, 3i, ~ayu, §. 100, aor. 2, Apprendre, 27,~cognosco,
avec redoubl. att., §. 2og, 2°.
Irrég. §. 249.
YTAmeuter, 8,~§
119, I, I°. Approcher (S'), 13, R^O-Î-IV
¡1IO¡.t:ht,
An, 2, ~eroç,xô, §. 22; 2,6, 20,
propefio, lrrég. §. 252.
~gyjauroç,-où, D'un an, qui dure - de la ville à cinq milles~, T*S
àITàTcivrs(Typeicov.
~7rÓÀ,.w;
un an, 10, ~evtauataZoç,
§.30. Voy.
Deuil.
fut., §.
Approprier, 6, ~7RPOÇ-XVPÔW,
Ancien, 18, IipXrJ.ioç,§. 3o; anté93. — à, dat.
Après, prép.; 3, S, 22, PERÂ,post
pénull. du superl., §. 195, 1°.
accus. — 22, secundum : après
L'ancien, voy. Tarquin.
Rumulus,
pexà
~xôv
'
PWPJ).ov.
Ancus,~
-Marcius,
Beaucoup d'années après, 25, 'hoÀ.
~Mâpxtoç,-ou.
~Àoiç
Zaxepovivtcxuroiç.Après quaAnio, aujourd'hui le Teverone, rièvvsa xai
rante-neuf ans, ETWV
vière d'Italie, qui prenait sa source
à Treba dans le Latium, baignait
TÏFFFRAPÂXOVRA.
Voy.la Synt., §.375,
I. — Les consuls d'après, 29, oi
Tibur (Tivoli), et se jetait près de
~i;; un-aroi. — D'après cela, 26, ex
Rome dans le Tibre, ~'AVÎ/jvoç.
ex hoc.- D'après, 3o, 1t'Ó,
~TOVTOU,
~T6,§. 22;
Année, de l'âge, 3, ETOÇ,
23,~
-ou, ~Ó.
génit. -, adv, ensuite,
3, ErtctUToc,
Voy. Deuil.
Annoncer, 8, èÇ-txyysXkta,
fut.§ 120, Apulie, contrée de l'Italie intérieure, sur le cours de l'Aufide,
2°.; aor. 1, S. 120, 4°. — à , dat.
l'Ofanto, entre la mer Adriatique,
Annuel, 9, ~ÈTYÍafOÇ,
§. 31.
Antemnates (Les), peuple d'Italie,
l'Hirpinie et la Lucanie~
-::f.;, ),
'AvTe/Jtvarai.

ARR

AUT

241
— par hasard, g, 10, evenire, acfi, -r,ç, r.. Conduire
Aqueduc, 24, ~m
un aqueduc, irr/m °XSU'JW,foncidere, ~au[£-Guivw,
Irrég. S. 252.
tem per canales duco. - dans, ~i"
Voy. Pouvoir.
accus.
Assassiné, ~o-yâÇw,
interficio, 7, n
l'aor. 2 pass. lui., §. 119, 1,2°.,
Ardée, ville du Latium, chef-lieu
aor. 2 act., ib. III, 1°., aor. 2
des Rutules, ~'Ap¡Jé:x,
-aç, ri.
-o:ç, i.
Ardeur, 23, zèle, ~èntQvptcc,
pass. , §. 114.
— 33, ~npoOv[x.icc,
-o:ç, yi.- pour, Assemblée, ~auvéSptov,
-ou, ~ro.
Asservir, 32, <îou).o'w,
~rrspÍ,accus.
-w.
.C>.
Assiéger, 8, ig, 3o, ~îroXiopy.éw,
Argent (D'), voy. Talent.
—, 18,19,~7Tspi--/a0tÇco,
fut., §. 119,
Argos, capitale de la petite contrée
appelée Argolide, dans le PéloI, 1°.; augm.,§. 210, I, REM. 1°.
ponnèse, ~"Apyo;,
, -ou, ~y|, —du
TÔ, §. 22, neutre, Attaque, 33, ~é'yodoç
comme Argos en lat.
dehors, ~ate£w0svËforrOt.
Atteindre, 2g, ~xxTa-^t/ëâvw,Irrég.
Arme, 10, 28, ~ônlov, -ou, ~r6.
Prendre les armes, 11, xtvéw~lirlx, §. 248; aCCllS.
moveoarma. - contre, ~sacra,gén. Attendre, 28, ~àvz-péva,fut., §. 120,
~-û7r
='p, géll. - Porter les i". ; aor. 1, §. 120,4°. — Et en at-pour,
ztvico-w tendant, 2, Y.aiTSWÇ,
arines contre, 13, ~Õrr),o:
<?/ jusquc-là,
, 19, 32, ~ovSeiç,§. 200,3.
~XZTCC,
gén., arma moveo contra; Aucun
Au delà, ~Û7rlp,
accus.; 22, ~àvriTîipa,
gén.
Armé, 33, ~(mmuc,-ou.
trans, gén. D'au delà, voy. LiArmée,8,
14, 23 (2e.syn. u't'p:Í.n- mites.
~pa), 26,28, 31, 32, 33, ~ffrparta, Augmenter, 4, 7, aù^âvw, auçw,
~-ç, ~ri.Une grande armée, 14, augm., §. 66, fut., S. 126, p. 120.
fJ.Õ'Ic.C).Y¡
TTpKTtK.
Synon. : orrparoç, — de, dat. — (S'), 27, ~ccvrlvofLt,
~-ou,0,13, 15, 2 3, 24; (TTpÛTevpa, augeor, pass. de aù£âvu, augeo,fut.
-::tTO;,~TO,
22, 23, 24, 27, 3i, 3a;
ccù;aCl),de l'inus. ~aû
£éw,d'où l'aor.
d-j''j?.ui;,~-gWç,n, 2. Avec toute
jjCÇïjffa,pass. V5Ù&073V.
— D'auparal'armée, 11,~7ravffrp
ari, adv., S. 157, Auparavant, ~irpàtepo-j.
3°., comp. de ~rcâv,tout, ~urparos, vant, 3o, 33, ~êu.7rpoaOsv
; voy. p.
armée.
234, note 9 de ce Cours.
Armer (S'), 23, r¡;r.Eui.Or:;a,moy. Aussi, 13. xtzi, et, après un mot.
deff/evi?'.», fut. act., S. 119,1, 1°., Voy. Possible.
102.
Ausitôt, ~eveú.
inoy.,
Auteur. Le principal auteur, 9, d
Armistice, 30, ~anoviïai,-c;:,, ai.
~aiTiMTaToç
, superl. de ~«trio;tadj.,
Arpent,Voy. Champ.
Arrêter. Sa prospérité ne s'arrêta
qui est cause.
~rù Autorité, 20, ~âûvzpu;,*, §. 23; là, ~oùtfi ~y-^XP1
pas même
TOÛTWV
Avoir l'auto'ri.; ii(,
-K;,
24, ~igoucric,,
ad
hœcquidem
rité, ££« ~È^ouo-iav,
Irrég. S. 25o.
usque prosperitas sietil, §. 310.
Arriver, parvenir, 5, ~rap-ip^ouxt, - consulaire, 10, 50, ~r,utt^toî ~koÛTiarouàp^>iç.
, ~TŸiÇ
~Xli
Irrég.§. 247.—à la souveraineté,
Autre, 1, 10, 50, 33, restant, cete~£TTITR,V
ùpyw. —,27, advenirc,
rus, lomôi,-r,, ~-ÓV,
~napx-yiyjoutxi
, Irrég. §. 252. reliquus; 30,
vers, ~rrpÓ;,accus. — Arrivé, 20,
~ETspoç,
-ripa, -TÎOOV.—,16 , 20, eu
~7£vou.:vo;,-rj, —ov,
faclus, partie.
parlant de deux, alter, tTtpoç, g.
aor. 2 de 7t'7vo/*ai,Irrég. §. 252.
200, 1°. —,20, en parlant de plus
Thèm. gr. Irc Part.
16
Elèves.

BRA
242
BAT
— navale, 5o, v(/.u,u.êl.XÍa,
de deux,~a.XXoç,
~-cg, ~sî
alius, §. 200, 1".
30, différent, alius, ~a.)Joç,§. (comp. lIUÙÇ,
navis [J.x.1)
[J-::J.t,pu)
gno). — Une grande bataille na200, i°.
Auxiliaire. Servir comme auxivale, 3i, 1JCl.1JfCl.XÍCI.
~xaprêpx,streun prœlior.
liaire, 33, uup.-p.rx.x.Éw,
nuumprœlium navale. —se livre,

~cûv
en
~ytyvera
1,
fit.
contre, 31, ~r.pÓç,
dat.,
par
—avec,
gouv.
accus. - Li vrer une bataille nacompos.
Avancé. Le pins avancé,1,~7rpo-6atvw, vale, 3o, ~vocupa^éw
(comp. ~vxùç,
navis, [J-cXX°[J-':J.L,
prœlior).
progredior, au partie, parf. act.,
l'art.
de
252,
Bâtir, ~oîjuÇm,fui., §. 119, I, i°. ;
précédé
Irrég.§.
en âge,~si.ç O.ivla.v.
augm., §. 66; —,3, ~xara-cv.îuxïw,
Avancer (S'), 21,z3, ~xwpéw,-w.fut. , 119,1,1°.; —,5, 6, ~Siart;—un
~piai,moy., aor. 1, £<îeipialu,»]v
jnsqu'à, 21, ~a^piz,gén. —contre,
rempart, ~ziï%oç,ro, §. 2?. —, 6,
23, ~ski,accus.
8, 29, ~oixoeotiic,),
Avant, prép., 3, 16, Trpo,gén. ,
augm., §. 66, fut.
adv. Un peu avant, 25, ~ptxpov
îrpo- §. 89; — le Cirque, ~rov'Iïr;-;Mpoo-06v.—que, conj., 13,~7rpotgpov
3, ~ilov.-un temple,~vadvon,att. ~vîûv.
vinà
mais
le
verbe
~vtxxw,
~-r.),
l'inf.
Battre,
19,
vaincre,
priusquam,

co.

,
23,
complétemfnt, ,J¿tll¿..CI.'rC
7rptv P,.illsquam,'l'injin.
—,
en grec.-,suivi du plus-que-parf.
fort, terriblement; §. 161, Rem.
avec Beaucou p, 10, avec un nom subst.,
du subj.français, 24, ~np11l
~a1l,
l'aor. du subj., 27, ~rcfiv~av,avec 7ro).ûç, multus, §. 37.
-ov.
~y^Ssa-r,^,
Beau-père,
~l',ip/.fut.
, tô, §. 22.
Avec,7, 24, 28, 3o, 32, ~[tsT&igén.; Bec, 3o, ~p&y.yoç
— 11, 27, ~7rpoç, erga,
Bénévent, ville d'Italie, BS'.lsesnÓç,
erûv,
-où.
accus.; voy. Paix et Société.
~-:x;, ^°X- ^P"
Aventin (Le mont), une des sept Besoin,24, ~xPSLai
collinesde Rome, 'A~êevrïvoç
).Ópo" peler.
-ou, t6, fera.
-ou.
Bête, 26, ~-'r,piov,
, Irrég. § Biens, 32, richesses ~xpnpzrx, ~ri,
Avoir, verbe, 6, 20, ~sya
250.— un nom, 6,1t'pOÇIJ'YlJpÍiXlI.-plur. de XP[J-a, qui ne Remploie
Tiv "PX>?V- —
jamais au sing. dans ce sens.
l'autorité, ~ÉXw
; 9, ~eùpers. Il y a, 12, ~ûn-ap^w, exsÍsto, à Bientôt après, 8,~7rapai>Tt/.a
~Guç
, recta.
mettre aufut. de l'inf , §. 100.
Avoir, subst., biens, fortune, 9, Bienveillant. Se montrer hienveilsitrn be>7.
lant, 27, ~ëX)qHÀO<ppÓ'IIr.Jç,
oùffîa, ~-Otç,
nevole; Irrég. 5. 25o. Voy. Possible.
B.
fut. towtm,
Blesser, 28, ~Tirpwo-xw,
aor. ~erpwffa;parf. pass. rérpcoaxi
Bannir, 18, ~ùir-woiw,detrudo, exaor. pass. È'rpwOYJ':I.
venant de l'inns.
pello, fut. ~-WGW,
et
aor.
for26,
7t'À)'j7YÍ,
~-Ÿ;ç,
plaga.
Blessure,
0096);parf. pass.
pass.,
més de ~wOw,
d'après les §§.96 et rerue par devant, Tr~yM~èuTrpôoOto:
8°. §. 31, adversum vulnus.
97,1 ; augm. d'après le S. 208,
3o; compar. et
-7I;,. — En Bon, 9, ~àyxSoç
,
Bataille, 24, 28, ~,
bataille, tayr, sous-ent. iv, in. — superl., §. 197, 1°.
Une bataille se donne, 28, licix-n Bonheur,33, ~surpayta ,-a;.
~0.
252.
-O-JO;,
23,
Bras,
pXic.>'\I,
fil;
Irrég.§.
f[°fi>sra.i,prœlium

CE
243
Brave, 25, àyaOdç; compar. et su- gén. — Entrer en campagne, 28,
commencer la guerre, êx-orpaTsûw,
perl., Irrég. §. 197, 1°.
educo exercitum. — contre, ~èni,
Brigand, ïwztç, -où. Des brigands,
aCCllS.
^»IGTXT
TIVSÇ.
de
Brillant, 25, 5o, ~).x^rpoç,§. 5o.
Campanie, contréetrès-fertile
l'Italie, située entre le Latinm, le
Brindes, ville située à l'extrémité
de l'Italie, dans la Calabre, sur la Samnium, le Picentin et la mer
mer Adriatique, B^evriiffiov
, ~ré. Méditerranée ou d'Etrurie, dont
la capitale était Capoue,K~apravia,
Habitants de Brindes, Bp'J'J"J.Ju¡Y¡"JlJi,
et mieux ~Bpevrvjaîvot.
~-a?,
rt.
Brûler avec, rJvïXCi.,Ci.-'fM.1r.J,
com- Camper (Se), et mieux, camper,
buro; lut. act., §. 100, fut. etaor.
asseoir son camp, 22,28, ~arparo~7ri3sûo[ixi,moy. — de prés, ~h.roù
gouverné
pass., §. 101. —dat.,
~nlr.at'ov.
par ~av-j.
Bruttiens, peuple qui habitait à Capable,14, ~OIO'ÇTE,oh TS, oTÓv
Ta:,
l'extrémité de l'Italie inférieure,
talis qui, quæ, tale quod. Voy. la
située sur le détroit de la mer de Synt., §. 387, 9. - de, inf.
ou Bphnot.
Capitole,K~3t7riT&)itov,
-ou, TO.
Sicile, B~poÛTTtot,
-ou.
-ou. Voy. PriBrutus, ~Bogûtoç,
Captif, 34, ~ôéa¡u'to;,
sonnier.
But, 52,~tï).o;,
§. 22.
Butin, 18,35,~Xayupa
, TOC
; 32.ISL'OL, Captivité,7, at^a),wuia,-aç , >j; 34,
~-a?,r.. Les biens provenant du bu- ou).¡;;Í.7.,~-(l.,.
sous-ent. Capturer, 31, ~).ù'Çoptai,moy., fut.
tin, ~tkhÀ£iCi.ç~rv.,
et aor., §§. 119, I, 1°.et 102.
~ysvo'usva,facta.
Car, /cX.P,comme enim, après un
c.
mot.
Caïus Aquilius Florus, ~l'clio;'Ax1.Í-Caractère, 34->àÇtwpta,
TO, S. 19.
Carrière, 28, ~yopa,
~)io; ^iôipoç,-ou.
-âç, ri.
Caïus Claudius Canina, ~Taïo;KXaû- Cartilage, auirefois ville et répu<?ioçKavtvaç, -« et -ou.
blique célèbre d'Afrique, sur l'emCaïus Cornélius Asina, ~raLO;
Kop- placement de laquelle se trouve
et -ou.
-jr.lto;'A(Ttvaç,~-IX
aujourd'hui Tunis, K~ap^nJoOv,
-Ó'Jo,
Caïus Duillius, ~ràïoçOUnÀLO;
, -ou. ~r..
Caïus Fabius Licinus, ~ràïoç4t6tO; Catane, ville de Sicile sur le fleuve
~Aixtvoç,-ou.
Amenanus, près de l'Etna, KeulÍCaïus Fabius Pictor, ~râïo; 4>â6ioç ~v»3,-h.
-wooç.
~niXTWCi,
Cause, 26, ~cù-rt r„ —A cause,
Caïus Furius Pacillns, ~ràïo;«tou- prép., 10, ~14,26, ~§tâ,ob, propter,
accus.
~pie;riay.t),),oç,-ou.
-ou. Cavalerie, 24, « Î7T7T0ç,
Caïus Marcius, faLO; M~âp/.io?,
~tîj; ~îrl-ou.
Caïus Sempronius Blæsus, ~rcHo; Voy. Général, Commandant.
ZtpnpûvtoçBXataoç.
Cavalier, 12,~t7nrîû;, §. 24.
Calamité, 33, ~auy.yopà
Ce, cette, adj. démonstr., ~ouro?,
, -iç,;'.
-ou.
Camille, K~&,uÜÀo;,
Déclin., §.45, Synt., p. 79, II. —
; 28, que. Tout ce que; 31, ri-j
-ou, ~rô
Camp; 26, rrTp:Z,¿¡¡ZcJG'J,
Tout ce
-îjç,>5.
~Trape^êoi»;,
27, ~ôaov,quantum,
qui,
Campagne. Se meltre en campagne,
§. 201,5°., et p. 80, IV, Rem., de
- contre ~xx-x, ce Cours.
14, ~È/-(Troar2Ûw.
CAM

*16

244

CHA

CIT

Ceci, 27, ~TQÛTO*
§. 253.Passif. Etre changé, 1G,
fut. et aor.,§. 100. fjLBTcc-Sxtàopat,
Céder,34, e'Ly.CA),
pass. ; aor. 1 pass.
aor. 2 p.E:'r'-seaÀÓp.YJ
Cela, 32, hoc, id, ~OUTOÇ,
hic, au
p.s-r-d»."¡OrJ"J,
—en, ~eiç,acc.
neut., §. 45.
parf. P.:U-bÉ()).rJp.at.
du fut., Charrue, aporpov, -ou, ~TO.
Etant à la
Célébrer, 6, ~Tgléù),
pénult.
't" cl.p6'rp,
§. 95, 1. — sa victoire par un charrue, i5, £p-Íln'Yi.ut
vtxnvSPTAF^ÛW, mais au partie. parf., §. 135,
triomphe, 11, ~T»JV
adstans aratro.
victoriam triumpho; voy.la Synt.,
Chasteté, ~ac.HfpoaúvrJ,
-Yi;, ri.
§. 343,I.
Celui, i3, ò, le. —, avec ellipse dit Châtiment,16, ~Tipwpia,vj.
nom précédent, celui deTarquin,
Chef, 31, jfyepâv, -ovoç.Etre chef,
27,~ÈÇ-âp^w,augm., §§. 66 et 210
10, voy.§. 309. — Ceux de Fi1; gén. En chef, voy.Comman(ler.
dènes, 4,oÍcX7rO
<!>trJlillÇ, sous-ent.
Chemin, 33, ~ÓrJÓç,
-ou, Y),
ysvdfisvot.
Chez, 7, 27, 3o, 34, ~îrapa, dat.,
Celui-ci, ltic, OÙTOJ,
S. 45, IV.
sans mouvement.
Céniniens (Les), peuple d'Italie,
K~aivtvaïoi.
Choisir,2, ~èx-'kiyouzi, moy., fut. ,
Censeur,24, ~TipjT»j'<;,
-où.
§. 102; parf., §. 118, 5°.
, comme en lat., se rend par
Cent,§. 42.- trente, ~rptaxovraxxi Chose
— Trois ceots, rpiaxoctot,
le plur. neut. deVadj. ou du par~éxaTov.
tic. : ces choses ainsi faites, 2, 28,
trecenti, §• 42. — Quatre cents,
rsTpaxo'crtoe, quadringenti, §. 42. his sic factis, actis, se rendra par
~OUTOÇ
, hic, ourw, sic, îroaTerw,ago,
—Cinq cents, ~Ttevrctnoatoi,quinau partic. aor. 1 pass., fut.,§. 119,
genli, §. 42. II, 1°.; et génit. absol. —Faire
; 30,~xairoi.
Cependant, 11, Õp.r.J
de grandes choses, 3o, tournez,
Cérémonies religieuses, ~Upa,râ,
sacra.
magna gerere, ~péyaç,magnus, au
plur. neut., §. 07,
et
,
Cerner, i5, ~cuy-x^ei'w,concludo;
119,
augm.,§. 210, 1, REM. 20.; à l'aor. facio, operor, moy. , fut., §§.
- Cho1°.
1 ~,
I,
1°.;
208,
augm.,
S.
§.96.
ses brillantes, 32, b.?rrpi., prœCertain, quidam, 12, 16,28,30,
clara. — Les choses de la puis~Ttç,§.46.
Cesser, 9, ~7rauo^at,moy. On cessa sance, 24, ~Tat?uvâarw;. Foj*.
d'être sous les rois, ~10usrà TWV §. 310. — Quelque chose de plus,
M'lÀir.JV~èîraûffaro,mot à mot, le voy. Plus.
Ciel, 26, ~oùpavoç,
-úv, Ó.
(être) avec les rois cessa.
6.
Cincinnatus, K~f/.twxroç.
Chacun, 14, îzczuroe, §. 200, —
de Cinéas, K~iviaç.
, gén., p. 17 de ce
Champ, 15, ~àypo'c,-où, Ó,
-ou. Cours.
quatre arpents, ~'t'ETPX¡rÀr:()poç,
Chance, 26, ~rvyj/i,-y¡ç, sors, for- Cinq, §. 42. - cents, rEvraxoTioi,
tuna.
§. 42. —mille, 28, ni-JTZY.i^yD.ioij
>1. propr., cinq fois mille.
Changement, 26, ~prraêoLj,
Avoirun Èyià
Irrég.
Cinquante,§. 42.
Cinquième, ~7ri^~roç,-n, -o'J,
§. 250.
ô, rj.
Changer, J 5, (u't'-()i).).(,), fut. et Circonvoisin, ~7repioixoç,-ou,
parf. §. 121,4°.;aor. 2, §. 123,3°. Cité, subst., ville, ~noXt;,n,§. 23.
— de costume, r:rXŸJp.:a,
—, 27, 34, droit de citoyen, ~ro~Toiaccus.
— Neutre, 31, ~peTa-rctrTw
Xtrsî'a, . - romaine, pvpzïy.r,.
, Irrég.

COM
245
CON
Cité, partie., dont il est fait men- —en chef, 24, èm-Tpontùcù
, ge/z.
tion, a5, se rendra par le partie. Comme, adv., ut, tanquam, 1, 10,
parf. pass. de 1f6), dico, Irrég.
22, 24, 27, 34, ~wç:comme à un
§. 247) à EMTSÏV.
spectacle, 2,~«ç£ 7» riva i«v.; 10,
s.-ent. ~cCnÍp; ~ciç, xccQxîrep
Citoyen, 25, ¡rOÀtTtÓÇ,
• 11,S>çirep
; 12, otavei,
-ou.
23, 3o, 34, ~TroXttîiç,
quasi , 3o, ~wçavei,quasi. Comme
-ta, -tov. non plus, 28, wçjTsp~ovSé.—, conClaudien,adj., K~Xaûflioç,
Claudius, K~I,GCvrlto;
, -ou.
jonct., vu que, quum, 11, 19, ~«ç,
indic.; 2, 27, ,£7r£tc5V;,
Clypée,ville de l'ACiique propre,
quandoqui-aç.
K~.Xu7réa,
dem, indic.
Cnaeus Servilius Cépion , ~Tvaïoç
2sp- Commencement, 1, ~7rpooîfitov,
-ou,
~SiÀtOç
Kat7Tiuv,-wvoç.
~rd,d'où le lat., proœmium
; è-px*,
Cœlius, une des sept collines de ~-ijç
, >7,
-.
Rome
, K~oiXioç, -ou, ô, s.-ent. lo?oç. Commencer, 6, ~ap^opai, moy., fut.
Collègueau consulat, 10, ~xotïwvôç et aor., §. 102; voy. son régime,
~xai<7uvÛ7raTO{
, -ou; 11, cuvvTraTOÇ, §. 328, V,1°.
~-ou.
Commun, 10, 11,~xoivo'c,
§ 30.
Collier, 22, ~a-rpewrdc,
-ou, Ó.
Compatriote, i3, ~c'txcioç,domestiCombat, 10, 14, 3o,
-~, ; 28, ens, suus.
— ~7rô).g(x«ç,
-ou, J, singulier, 22, Complètement. Etre défait complèà un tement, 11, Yinciop.cu,~-wuainav~fxtvo/xa^ja,
-aç, .-Appeler
combal singulier, 23, ~etcUGVOIZGt~o-rpart,comp. de7ràv, tout, orpafut. eL part, §. 96, ~Toç, armée. Détruire complètement,
~xiav y.CI.).iCù,
renv. 1. — Les combats sur mer, 24, ~ciir-Ó)).vp.t
7rav£7TpaTtâ,perdere
eum omniexercitu, Irrég. §. 25 1.
33, ~ai.xarà c(),C;"t6tllp.&.x.cr..,
Combattant, subst., 52, ,
Voy. Battre.
moy., combattre, au partie, prés. Composer. Etre composé de, 23,
Combattre, 16, 24, p.ix.o[JQ-t,
moy., 1iTlloP-a.t
~èx,fio ex, gén., Irrég.
fut., §. 214, 3°. et attiq., §. 2i5,
§. 252.
3°.; aor. eaa^saâpjv, plus usité que Composition. Reçu à composition,
a le parf. pass act. p~èpx%r!aiuxiv;
3l, Û7ro'(i7roviîoç,
§. 31, prvpr., qui
est sous lin traité.
[iiyriuat, à employer au partie.,
thème 16 r 27, 5o, ~7roXsfisw,
bel- Compter ensemble, 14, 3o, cuv-CO,
lo, prœlior. — sur mer, 5o, ~ej ~apiQpêto,
-w , pass. ffuv-«pi0/ASop2i
,
3aXy.fft7J7
; 33,~vay^ajfiw,comp. vaûç, -ovp-:u.
navis, ~pui^ouat,pugno.
Concitoyen, i3, otxsM$, domestieus, siius, 27,54, ~TToXtTïîÇ
Commandant,12,
, -ou.
17, ~ap^wv,
-ov~faç.- de la cavalerie, TMviiriré wv, Condamner, 18, ~xaTa-7.pîvw,
fut., §.
120, 1°.; aor. 1, 120, 5°.; parf.,
equitum.
Commandement. Sous le commanS. 121, 3°.; fut., parf. et aor. i
dement des consuls, 28, tournez : pass.,§. 122, 1°., aor. 2, 9. 123,
sub ducibus consulibus, ~utto,sub,
3°. — Se condamner soi-même à
dal., et apostrophe, S. 9, rr/zpi>vf l'exil, 8 , TU1;"')~éauTOÛ
xara-iJ/ïjyî~-ovoç,
dux, îrcaToç,-ou, consul.
~eaOcXt,
moy.; fut., S. 119, 1, 1°.,
Commander, 23, 24, ft'/iofiai, ~-ou- et §. 102.
~pc.t,duco , moy. ; gén., —comme Condition,7, sort, état, ~tû^/i, ~r,ç ,
général, 24, àf-r,yîopisci
, -OVP.CXL,
! . — stipulation, 27, 31, ~auv%y.)I,
at.
~-lIÇ,. — de paix, 27, (Trcovtfeu,
> g^n ; orpaTv.éw , -w, 2e. syn.

246

COR
DE
Conduire, 33, ~ayw,ago, fut., §. 100; Corse, île de la mer de Toscane,
aor. 2, avec redoublem. attiq.,
voisine de l'Italie, K~opqixn,
-y¡;.
-ou.
S. 209, 2°. — une armée contre, Corvus, 23, K~dpgoç,
24, ~arprxTtàll
x.tvlw
£7u, accus., exer- Costume, ~vyr^u.,
ta, §. 19.
cilum moveo adversus. — Se bien Côté. D'un coté, d'un autre, ~piv,
conduire, 16, ~opôwç
Sia.-yiyvopt.ai. quidem, Si, vero, mais cumme en
iat. toujours après un mot. —PasIrrég. §. 252.
ser du coté, i3, voy. Passer.—
Confusément, 3, XMYlv.
D'aucun côté, 8, ~où<îapid0
£v. — Du
Congédier, 34, ~&-rro--rrip.m»,
fut. ,
côté de la mer, 33, ~ix5a.lxacr,ç,
S. 100.
ex mari.
Connaître, 3o, ~yiyvôxjy.M
, à l'infin.
aor. 2, Irrég. §. 2.49. Voy. Connu. Cou , 'rpriXY¡Ào,
-ou, 0.
Connu, 7, "IL,,/vWa'l.(J),
cognosco, au Couler à fond, 3o, 3i, ~xara-Trovri~Çw,fut., §. 119, 1, 1°
partie. parf pass., Irrég. §. 249.
~-cxç
, r.
Conseiller, verbe, 34, ~avu.-ëovksû«
, Courage, 23, ÙVCPELGC,
consiliari.
Courageux, 3i, làcixti-toç,§. 3i.
Conseiller, subst., 34, ~avpiëovlo;
, Course, 3i, ~Spôpoç,-ou, 6. — vers,
-ou. — de ne pas, ILnai, avec lVn/! 31, ~èni,accus.
COR.
2.
Craindre, 27, ~frcioluxt, -ovp.Cl.t,
et yoÊr,'aoConsidérer. Etre considéré, 27,
moy., fut. yo&iClrîaropiat
Sur ces formes
au parf. pass., Irrég.
y7rû->aMêav«,
~liat; aor. i?oGYOn,,.
§. 248.
pass. avec le moy., voy. §. 2o3.
, designo,
Construction, zaraffxsujî,—>75,
Créer, 12,~à.vct.-8er'vvpt
Consul, 20, ~u7raroç
, -ou; 12, ap^tov, §. 14.1, REM. 2°.— Se créer des
Etre consul, 24, 28, ~ûrc-a- magistrats, 12, ~Éocutm
-Oll"t"Ot;.
xa9-ic7Tâvai
~tsÛm
sibi constituere
; 3o, vntxroçet xx0-tcT>jpu,mais
(§. 135) èfpxo'»'rCl.ç,
au parf., S. 135.
magistratus.
fut., §. 119, II,
Consulaire, voy, Dignité, Autorité, Creuser, 7, ~opûa-<7w,
1°.,aor. 2,avec redoublent,attiq.,
Personnage.
Consulat, 11,28, 29, Û7raT£ t'a,
§•209,1°.
. Voy. Collègue.
Croire,~7ti<tt£ Ûm; être cru, 2, 12,
£, au parf. pass.
Contre, 13, 14, 18, 24, 27,~xarà, ~7ri0TfiUoptcc
accus.; Crustuminiens,
peuple d'Italie ,
gén.; 5, 16, 3o, 33, ~7rpo';,
3i, ~Ê7rt,
K~pOUGTOUpÛVOl.
gén.
Contribution, 11, ~cuveiçcpopâ, -c(, Culti ver, ~7i«p7«w,-¿J.
. Par une contribution, ix ~truvîtç- Curius, VOjV.Marcus.
~fopâç.
D.
Convenable, 34, ~rcpsnvv, -onoç,
decere ; §.
partie. prés. de ~npkirsiv,
Dans, sans mouvement, 1, 12,
64, p- 58. - à, dat,
14, 23, 26, 27, 29, 3O, ~xari, acCorbeau, 'l.Óprx,gén. ~xÓpuo;,Ó.
cus.; 11, 28,~Èv,dat.; 22, 28,ETTt,
Corioles, K~ovpÍO).OL.
Avec mou-ou.
acc.; 34, ~irzpx ,
Cornelius, KOP'JY,ÀLOÇ,
A0X0~o- vement, 34, ~eiç, accus.
Cornelius Dolabella, K~opvvftto;
.lo),úr.D).o'J.
De, 1,~Èx, devant une consonne,
~êsXXaç
, Kopv>ùiou
Cornélius Leutulus, K~opvjftio?Aév~È devant une voyelle; gén. — Né
de, 1, voy. Né. — soi, 2, 'l'DY,
tXoç
, -O'J.
- cinq en cinqjours, 2,
Appeler.
Corps, 15, ~îmm, to ,§ 19.

247
DES
~Jt'(p. Siâ) rpepwv ~TrevTS.
Parvenirà, etc., voy. Parvenir.
Voy. la
Synt.,. 375, I. —,avec recevoir, Dehors, 33,~eÇcoGev.
22, ~lx Déifier, 2, ~xaG-igpo'w,
voy. Recevoir. —cela ,
-w, consecro,
ex hoc. —,23, d'après,
~TOUTOU,
augm., §§. 66 et 210, 1; fut. et
~chrÓ,
gén. —, aor. pass., §. 94.
~/t.——,27, e, ex, ~èv.,
; — 24, 27,3o,
29, marquant départ, ~ex; gén. — Déjà, 19, 24, ~).ot7ro'v
e ;;,jy¡..
cents, 32, ~ex~Terpaxoaiwv,
quatre
: quadringentis. - plus. roy. Plus. Délivrance, 27, ~),venç,~«, §. 23.
-M.— DéDe-là, 9, 20, 23, 29, èvreuGiv, Délivrer, i5, ÈXEUQÎPO'W,
inde.
livré, 27, ~àf-inilt, dimitto, au
Débarquer, 31, ~ùiro-Gocim,descendo, partie. aor. 1pass.; §. 144.
denunIrrég. §. 252. — sur, ~Ei."in, ac- Demander, 27, ~ÈTR-AYYSXXW,
cus.
tio, fut. S. 120, 1°.; aor. 1, §. 120,
, -où, et 4°., part., §. 121 , 1°. ; aor. 2, §.
Décemvir,
~eexaveptxdg
mieux, ~^exxSxp^nç
t -ou, ou SsxxS- 123, 3°. —à quelqu'un, ~napxrtvoç,
ab aliquo. — 29 , a.t-do,u.a.t,
~-oûpm,
ap^o;,-ov.
Décerner, 22, ~w, siiffragor,
moy. —,30, 31, ~airsw, -w, augm.,
— quelque chose à quel66.
fut,
et
aor.
I,
1°.,
§.
S.
119,
pass.,
,
— à, dat.
qu'un, ~ri~7rapiTtT05, aliquid ab
exDéchu. Etre déchu, ~èx-Trîirrw,
aliquo. — pour, ~iri, dai.
tectum.
cido, au parf; Irrég. S. 251. — Demeu re, 4, a-d,y¡, -y¡, ~15,
, -ou.
de, gén.,
gouv. par ix en com pos. Demi-barbare, pi%o8zp6xpoç
A«*îou Dénombré
Decius Mus
~Aéxio;
MVÎ
,
, 7, ~àno-ypxyv,describo,
,
au partie, aor. 2 pass., §. 116, 5".
~MvÓ;.
Déclarer, 28, ~anuaivw,significo, Déuombrer, voy. Dénombré.
f fut., S. 120, 3°. ; aor.,§. 120, 5". Dénûment, 11, ~ànopix,-a.r;;, v.
— que,~w;, indic.
fut.
8,
~o$vpoy.xi,
moy.,
Déplorer,
Décret, 33, ~^oyfta,
fô, §. 19. Ren-oùp.at
, aor. 1 w^upàfxïjv.
dre un décret, Soiy-x ~7toiéopzi
,
~-où6,
8,
~à.'f-a.tpÉop.a.t
,
Dépouiller,
-ovP."&,moy.
moy.; Irrég.,~ Atplw, §. 247.
~p.a.t,
Décréter, 29, 6'oyp*TiÇ»,§. 119, 1, - quelqu'un de quelque chose,
i°. - contre, ~XGtTrX,
gén.
~Ttvx~rtvoî.Etre dépouillé, 9, 10,
18, *ara-7roXE^é&>,-w
, deDéfaire,
de a.ÍpÉc.>
;
~-o)jp.a.t,pass.
~àçp-atpéoaai,
, conclo,
— de quelque
bello; —, 22, ~(TUV-XOVTW
§.
247.
Irrég.,
| fut., S. 100, OBSERV.;à l'aor, 2 chose,~TIVOÇ.
pass., §. 114; augm., 210,
xa.
20. —complétement, voy. Dépouilles, 27, 32, ~>âyupa,
RIM.
— Etre défait, Depuis ce temps jusqu'à celui-ci,
Complétement.
~elt;~tqSs(ellipt. p. ~È;
~è£Èxstvou
6,
, ..¿)f.L(l.t. èzîtvov ~roû
vaincu, 4,24,31, inci°lu.t
eîçrô(?s ~XfÓvov,
~XpÓlIOV
Défaite,3i, 32, ~wttc^-iç , w.Gran- ab illo
ad id temporis ).
tempore
[ de défaite,~pvyxXn
rirra.
avec un subst., fterà,
2
0,
——,
34,
— le jour où, 34, ~«?'
| Défense, 33, protection,~ ,vÀ/X,.;.
accus.
post.,
Pour la défense,~ fuXxxijç ivnGt.
a qua die.
~p.ipœt;,
accus.
i contre, ~Ttpoç.,
3o. — de, gén.
~ûuraToç,
Dernier,
8,
Défenseur,10,~ûjrépfiaxoî ,-ou.
Derrière, (ulv.; par derrière, 27 ,
Défi. Par déli, 23, ~ixrpoAnaïuç.
ÔJTI
ffO~ev.
domide
haut
A
un
degré
Degré.
nation, 24 ~ci;~xrpovrîuvxiTicît;. Descendant. Un des descendants
DEG

248
DEV
DOM
d'Achille , voy. p. 217,not. 22 de Devenir, 9, 22, 28, yiyjo^xi, Irce Cours.
rég. S. 252.
Déshonorer, 16, aw-rpedfCJJ,fut., §. Devoir, marquant le futur. Devant
120, 3°.; aor. 1 , §. 120, 3°.
assiéger, 13, ~TroXiopxéw,
~-w, au
Dessein. Comme de quelque dessein partie, fut. Il ne devait pas, 13,
prémédité, 23,
~aôa/rsp ex tivoç où fisttw, non futurus sum, et le
verbe suiv. à l'inf.fut.Voy. sur le
[LElir;lg.
Dessous. Avoir du dessous, 26, ëXrfl fut., §. 214,20., et sur la Synt.,
~SICCTTOV
, habeo minus, Irrég..
p. 5o3.—falloir, ~yprivai.
§.388,8,
25o.
DIctateur, rJ(¡{u¿'r..¡p,
~-po,.
Dessus. Avoir le dessus, 25, Ímep- Dictature, 12, c^exTaroupa,.exc;,~ri.
~ixw,supersum, sllpero, Irrég. §. Dieu,~ ^eo'î, -où.
250.
Digne,14. iXt6XpSl'.oJ;"S,32.
—de,
Détacher (Se) de quelqu'un, 8,
infin. — Juger digne, 26, ~iXtéw,
l'abandonner, ~àçp-torrîptivç;, mais ~-Ô>,augm., 5. 66, fut., §. 95.—
aux temps de signif. neutre; voy.
de, gén.
§. 136, 8°., p. 133.
Dignité, g, magistrature, ~È;ovaia,
Déterminé, 9, ~7rs
patow, -w, deter~-aç, ~ri;- 12, 16, ~àpx>5,
-«ç, >5. mino, au partie. prés. pass., S. g4- ~iovuia, ~-ex;, - consulaire, 25 ,
— par, dat.
~vTraroç
rlpxyj,~- ,U7r<XTOU
iXpx.Ÿ¡;.
Détroit, 24, G''t'E;voXrflpÍ.ru,
~wv,at, ~an- Dire, 27, 28, ~ei^sïv,Irrég. §. 247;
gustiœ.—des FourehesCaudines,
- 26, fjiYJp.i,
S. 148; - 34, cp:ftT¡{c,J
Kau£ ?îvwv.
~4>ovpx«v
Disposer, 3, ~àia-rt0»jpit,
§. 129.
Détruire, 15, 28, à7r-oX).upii,
Irrég. Disposition, 24, °/£é(7tç,
ri, §. 23;—
§. 251.—avec,
16, ~(Tyv-aipsw,
-w, à l'égard de, ~7rept,accus.
Irrég. §. 247; rég. indir. au dat. Distant, 4 ~i-tor»jpit, disto, au pargouv. par (jÚll.-, 20, ~ïïicr.-xpv.oy.ai,tie. parf. act. avec syncope, §.
222.- de gén. -, 27, ccy-tcrmpu,
~-ejl£o,t,
moy., interimo,acc. ; eontr.
§. 212 IL
26, 3o, 33,
disto, au partie. parf. act., avec
—,19,
c?ta-!j>0ê
£fw, fut., §. 120, 1°. ; aor.
syncope, §.222. — de, gén.
1, §. 120, 3°. —, 28, tuer, ~àv- Distingué, 7, ~è7ri<jjjp.oç,
§, 31 ; —
cupéJ), ~-w,£ o//o, Irrég. §. 247.
8,~£7rtifav>3ç,
illustris, §. 33.
par, dat. — avec, dat. —,32 ,
Divers, 34,~To?.vTpo7roç,
§. 31.
yaT-spyâÇopiat,consicio, fut. et aor., Diviser, 3, ~xara-véptw,distribua,
§§. 119, 1, 1°. et 102. - compléfut., §. 120,1° ; aor. 1, §. 120, 4°.;
tement, voy. Complètement.
parf. 121,4°. - en, ~et:,accus.
Deuil, 10, ~7TÉv0cç,TO, §. 22. Dix, §. 42—Les Dix, 16,~ai hcx.
d'une année, svtauctaîoi;,§. 3o. — — huit, ~Ssxaxai ~èxrw,decem et
Porter le deuil de quelqu'un ,11,
octo et deocto, on ~ôxTwxat<?exa,
ttsvOsm-w
nvâ? lugere aliquem. — cenz. - mille, 3o, p.vpÆa;,
-ri.d'oç;) ~ri,
- un an, Ivtavciov XpÓ'JOll,
s.-ent. ~àvâ,
19.
§.
Dix-huitième,
~ixxToç,
per annuum tempus.
27, ~àxTuxaiJ
Deux, §. 41. - cents, S. 42* — octavus et decimus.
mille. 3o, âiçyjhoi, bis mille. — Dixième, 17,~Je'zaTOç,-XTYI,-OV.
Tous les deux, uterque, §. 200.5. Domination
;
, 24,~ c?uva<jTêia, -aç, ~r,
Deuxième , §. 43.
Etre sous la
, ~-xç,~>5.
27, ~SeanoTeia
domination, ~Tiiç~âeonoTeixç~eipt
7, rrfÓ, gén. Par
,
Devant, prép.,
dominationis sum.
devant; voy. Blessure.

EFF
249
terreor. Effrayé, au
Donc, 2, 7, 33,34, o., après un
~pui, ,
mot
; - 4 ~,7r^v, après un mot ; — partic, aor. pass. de ce verbe.
8, 10, 23, ~Sri,après unmot; — 9, Egal, 27, ~ttjoç,§. 30. —en dignité,
10, 15, 22, 26, 28, 3o, 33, ~toîv-jv. 9, ~tco-tfio;
, §. 3o; comp. 'iao;,
honneur.
Donner, 7, 1g, 28, âiâwui, §. i38.
,
~Ttujî
égal,
— commencement, «p^»iv.- un Egard
, subst., 27, aiSùç, §. 27.
surnom, 20 , voy. Surnom. - à,
Foy. Traiter. — A l'égard de,
dat. — Donné, ~aiJ)fLt,au partic,
accus.
prép., 24, ~TTEpt,
c/rca,~YI.
aor. 1 pass.,§ i4o. — Se donner, Egout,~ûiîpoppoa, -aç,
voy. Bataille.
Eléphant, ~iHcpcx;,
~-avro;
, ~Ó.— ar-ou.
mé, èïéyxç~07rXtT/ij,
Dont, voy. ~ôç
, §. 48.
~Yi,Elever (S') contre, 18, ~irocv-iarnut,
Double,1, adj.,~ diSvp-oç, -ou, ~Ó,
geminus, §. 31. D'un double en- à l'aor. neutr., §. 136,8°., p. 133;
dat. , gouv. par ~ènien comp. —
~yovr,ç.
—, 6,
fantement, ~ex~Sidvpov
de, ~èr.,gén. — Foy. Sédition.
~ômMcto;,duplex, §. 30. — par,
Elire, 10 , 15, 17, 18, 23 , 25, 26 ,
dat., §. 338, 1°.
29, ~xetpotovÉ(¡),
fut., §. 89 (comp.
Douze, §. 4.2.
de X£tPi main, et ~r&tvw,étendre
Douzième, ~iJoxyexaToç
, §.30.
; élection qui se
pars. 2, ~TîTova
~artusïov
orparic«itiko'v
,
Drapeau,ig,
faisait en levant la main pour
signum militare.
donner sa voix ou son suffrage);
3o,
Droit,adj., 13, dexter, ~SeÇioç,
§.
Droit, subst. Voy. Vengeur.
-12, ~aipiw,Irrég. S. 247.
Eloigné, 4,xa>Pt^°7i
£vos-» partie, de
Duillius,~Aoviùhoç, -ou.
- de,
~XwpiÇo/zai.
immitis.
gén. Voy. EloiDur, 31, àTr/ivrl;,34,
gner.
Durant, prép.,30,~varâ, accus.
amoveo,
Eloigner, i3,
~«7ro--/ivéw,
fut.,
89. — trop tôt, 32, ~TrpoajrE.
(¡,.'¡fJ),
prœabduco, à l'aor. 2 avec
redoublem.
2°.
attiq.,
§.
209
,
Ecarter, 28, ~à<p-e).y.ûw
•, aor.pass,,
§.96. — de, gén., gouv. par ~àrro de, gin.
Elu, 22 , au partie. aor. 1 pass. de
renfermé dans le verbe.
designo. S. 141, REM.,
~yj,§. 23. ùv<x-$îiy.vjlui1
Echange, 34, C/.lI'rt-rJOUtç;,
Donner en échange, 34, C/rn-,JirJr.:¡- 2°., p. 140.
Embouchure d'un fleuve, 5,~£*£»..

i38.
à, dat.
~pot,S.
de ~È¡(eo)..
A rem~).«
£, -wv,~CLL,
plur.
à l'aor.
Echanger. 20,~èv-z^Xao-ffw,
bouchure, ~trpo;~TaîçÈx(:oÀCI.Ï;.
2 pass., §§. 119, II, 1°., III, 1°., Embrassement, 34,~7ripi7r>ox)î,-^ç,
~jj,
et 114.
amplexus.
Echapper (S'), 3i, ~diz-yivyv, fut. Embuscade. Pris dans une embusmoy. ôizfsvÇopzi
• aor. 2 , §. 116,
cade, 15, ~èv-E<?prjw,
insidior, à met3°.; parf. 2, S. 118, 20.
tre au partie. aor. pass.
Eclatant, 24, 31, ÀCt..u.r.pÓ',
Eminent, 27, ~ÈTrtçavrlî,
30 ,
illustris, §.
REMARQUE.
34.
Emmener, 30, à,T-ay«
Effectivement,24, àpélet.
, abduco,
Effet. En effet, 20, ~1P, nam, après
fut.,§. 100,à l'aor. 1 pass., §. 101.
un mot, comme enim.
Emparer (S'), 8, ini-lx^x-jouxi,
Effrayé. Voy. Effrayer.
11l0Y"Irrég. §. 248. — de, gén.
— de ou
terreo; rJtlJ- Empêcher, 23, 32, ¡"(¡)},Vc.J.
Effrayer, 26, 'ro()Éc,),

250

ENG

ENT
que ne, inf, qui peut aussi être
~f*â^v
, consero pugnam, fut., §.
100. — contre, ~7rpoç,accus. précédé de [J.YÍ,ne; voy. Burn.,
une guerre, 31, <7uy-xpoû«~7ro').epio
§. 382.
j?; 8, àp^rj, collido bellum. —la bataille, 32,
~IXÇ,
Empire, J, IXCH)'dlX,
~-r., yi.— 27, pays soumis à la do, l'ut, tÇw, de a-uiz~eu[t-piyvvpi
mination, àpyyi,—yïç
, rt. L'empire
~p-yw.— avec, dat., régi par la
romain, 3o, ~r,pwpaiîcvjipyji.
prép.—, exciter, exhorter, 34,
Emporter. L'emporter, 34, avoir
7rapa-xa^sw, ~-6),fut. et parf., §. g6,
le dessus, 7.p!7.:rÆ(iJ,
-r».
not. 1. — à, inf. à l'aor.
Em presser (S'), 10, ~<77T
£Û<?m,
studeo, En lever, ravir, 2, ~âp7ràÇ«,fut., §.
fut. , S. 100. — de, inf.
119,1,3°. — en haut, 2, àvx.aaEn, prép., sans mouvement, 27,
êavw
, suscipio, Irrég. §. 24S. vers les dieux, 2 , Trpôç
3o, 34, ~xarâ, acclts. En Epire,
£îovç. — 8,
prendre une ville, expugnare ,
27, ~XaT"T/ivvH7reipovEn person, fut. ~àpw.-, prendre, 18,
nage, etc., xCC'r'
~avtfpa,etc. —, 3o, aïpw
i., in, dat. En vingt jours, 21,
~atpsw,-6), capio, Irrég.
147'
siKoffiy;,Ilgpociç,
; voy.§.
—, arracher, ~rapere, ày-atpsw,-r.,),
S.- ent. ~èv
338, 4°. — 33, en Sicile ou dans Irrég. §. 247. Enlevé, ày-aipfw,
les parages de la Sicile, ~7rgpt
2t- au parf. pass., augm., §§. 66 et
~xsliav.— Avec mouvement, 22,
210, I. -à quelqu'un, n-apâ
ab aliquo. — 28, tuer, détruire,
eiç, in, accus.; -31, ~èni,accus.
— Diviser en, voy. Diviser.
~àv-atpsw
, -w, Irrég. §. 247- avec, dat. -, 32, retrancher,
En,pronom relat., 27, ~aùrôç,au gén.
Enchaîné, 28, rUaluoç,
-01.1. Voy.
àçp-atpéw
, -à>, aufero , irrég.
S.
aussi Enchaîner.
en
247. — de, gén., goav. par 0:770,
Enchaîner, 3o, 31,~itù, Irrég. §. 252,
compos.
Enchaîné, 3o, ~Sêu,aupartie, aor. Ennemi, i5, qui combat contre
1 pass.
nous, hostis, ~îroXspitoç
, -ou ; 23, Ó
~wAspiéwv-wv,
-oûvToç
, bellans, parEncore, 8, 31, adv. de temps, en,
adhltc. Même encore à présent,
tie, prés. de~no^epéco.—,28, ini~Ën xat vùv. Non encore, pas en- micus, è^0pô;,-oy.— Voy. Terricore, nondum, 7, 23, 3o, ~ou/rw. toire.
Enfant, 8,fils, ~naûç,gén. irctiâoç. Ensuite, 2, 2.5, S/Têira; 4, 16,26,
~ina; 12, i5, Ér,;: l'année d'enEnfantement, ~1,70v»j,-}¡ç, ;1.
Enfermé, Voy. Enfermer.
suite, 12, 15, en régime, ~roiÉ|y.ç
iii.
Enfermer. Enfermé, 24, Y.!X'r-xÀEir.J,èvtaurw, s.-enl. ~ÈlI,
includo, au partie. parf. pass., §. Entier, 8, ~ô>oî,universus, §. 30;
20, 25, 26, 27, ~mi;,omnis, §.35.
97, 1. — dans, ~l'J,dat.
Un an entier, Trâj èviauro;, m. à
Enfin, 7, ~psvroi; 31 , >ot7ro'v,celerum.
m., toute l'année.
Enfoncer, 32, submerger, ~zaTa-7rov-Entièrement, 25, ravra-xo-iv.
Entourer,~1,7ïspi-aT£ ïzvG(», -c, .re
~TtÇw,fut. et aor., §. 119, l, 1°.
- de quel mettra
3o,
26,
pass.
auparf.
Engagement, mêlée,19, 22,
que chose, ~Ttvi.
~(jypi7r).or>5
, °r.;, rt.
~ivaÉcr'.), inmedio.
fut.
Entre,
24,
l'action,
<T'ju.-[ityvjuL,
Engager
auu.-u.ii',),,formé du prim. ~ptyw., Entreprendre, 5, 17,~atpoaxt, /;ioj
lève, je soulève, moy.,
REM. lt- je
commiscco; augm. §. 210,
2". - une act ion, 28, tw-kto)
nor.
je mecharge; aor. ~J>ip.<M/.v,

ESS

1

EXI

251

1 inf. a ~paaOat,
partie. àpauïvcç
; aor. Estimer, 27, ~àya/aai,moy., fut. àyâ— la guerre contre ~(Touat
2 inf.~c/.aéaOai.
, aor. r.yxaQrjv,partie. àya; voy. sur ces formes pass.
quelqu'un,—~tôv
7ro').epov izpô;tiva. ~côetç
Entrer, G, 33, ~ù<;-kpyoy.a.i
, moy.,
§. 203.
Irrég. 5. 247. — dans,~Et;, accus. Et, ~xaé,avant le mot, re, le que du
- Voy. Campagne.
lat. après le mot; et, répété,~te,xgci5
-ou , Ó.
Envie, 18, ~ry()Óvoç,
voy. §. 270. —Et ne pas, 33, neEnviron, 24, ~ttou,après un mot:
que, ~OV$É.
cent trente environ, ~TptxxovTx
7rou Etablir, 3, ~ziB/iyt ,pono, §. 12g.—
~xzlIxaro'v. Aux environs, 32, c/r- quelque chose à quelqu'un, ~"ri
rtvi.
ca,accus.
—, 6, è'll-ia"ra,u.at,moy.§. 135. —
Etre établi, §. 16, x;¡JJ-iauip.t,conEnvoyé, subst., 27, ~7rps<T6u?,
S. 25.
Envoyer, 27, 3i, ~ïrépurw,rut., §. stituo, aux temps neutres, §. 132,
100. Nota. Le verbe suiv. à l'inf.
8°., p. 133. — Aller s'établir, 9 ,
— à, dat. — contre, 28 ,
~im-7réfL- èt7t'-OLÉ6),
-,;'¡, propr., transporter
son domicile ailleurs, augm. §§.
~7tw
, dat. gouv. par ini. — Envoyé,
au partic. aor. 1 pass.,
29,~7rifLlt()j,
66,210, I; fut.,§. 88. — hors de,
§. 101. — ix, gén, - par, ~7rpoç
éx,gén.
,
gén, -, 34, en ambassade, ~ix- Etat, 3, 16, corps politique, civiau partic, prés. pass. ~7T
£p.7TM,
tas, respublica, nÓÀtr;,
S. 23. —,
vers, ~7rpoj,accus.
empire, 27,~àp^>5,-îjç,*5.
Epire, 27, "Trs t c ~-ou,
j5t propr., Etendre (S'), 8, ~ÈX-TetvsaOat,
pass.,
continent, par opp. aux iles voi- extendi.
sines. Voy. Epirote.
Etre, ~etiti,S. 64, 1, 3, 14; ytyvoEpirote, habitant de l'Epire, con- [âxi,fio , Irrég. §. 252, dont ~eiyi,
trée de la Grèce située entre la sum, emprunte ses temps passés:
Macédoine, la Thessalie et la mer ayant été, 19, 1[1voP.(, au partie,
-ou.
d'Ionie, 'H7rcipwT>îî,
parfait pass. — Etre à. de, 5,
Epouse, 8, 13, ~yxftsrtn,-rtç, x.
,
marquant distance, ~Jt Epoux
, 8, ~à.vr.p
disto, §. 135, au parf, avec le dat.
, vir, §. 2g.
du nom de distance et le gén. du
Eques ou ÆquC!', peuple d'Italie,
voisin des Sabins, ~Aîxavot.
nom de lieu.
moy. Exciter, 2, ~xtvsM,-&'>,moveo, fui.,
Equiper, 02, Ky.pa-cY.îui.^oya.i,

deTza.ay.-cy.vjy.Cw
f apparo, fut. et $. 89. — une guerre, nÓÀEfl-ov
Etre excitée, 3o, dit de la guerre,
aor., §. 119,1, 1°.et§. 102.
collidor.
Equiyalent. Voy. Prix.
auy-y.poTEoptat,~-ovy.a.1,
Eriger, 23, ~àv-LaTr,utt
,
g. 135. Etre Excmplç. Par exemple, 24, ~yoûv
scilicet, nempe, après un mot.
érigé, ~iv-tTT»;ixt,auxtempsneutres,
§§. 136,
p. 133. - à, dai. - Exercer, 2, remplir une fonction ,
dans, xx-x, accus.
è-t-Tpors
jw5 accus. Nota. Se mettra, 2, à l'imparf denarr., 5. 358.
Esclavage
, ~iïovhiy., -ac, Y..
Espion
, 26, ~xscrscax&rro;
, -ou.
Exiger. 31, ~ù7«iric.»,-&'>.
, , rd fiiga
Esquilin, une des sept collines de Exil, 8, ~<?uy>3
Rome, '1-<7/vaïvo;,
-ou, s.-ent. ).oyo;. Exilé, îg^uya;, ~-iJoç,
ô , >7,§. 19.
Exiler (S'), 10, à.T-o«x
, fut.,
£f.i, ~-,;)
Essuyer, 33, voy. Naufrage.—(S').
§. 89; augm., §§ 66 et 210, I.
y.rjpl/j'j./j
, formé de l'inus. priin.
Eixter, , ~vrj-iv7r,y.i..
§. 155; à
iih[Iio; a. au /)(/r,/c,,/(1", 2. —

252

FAI

FOI

30, yiyvoucti, fia, Irrég. §. 252. Fait, voy. Faire.
Exploit, 23,~spvov,To. Un grand Falérie, ville d'Etrurie, sur le Tioi, Falisci.
exploit, ~epyov
f«'ya, §. 37. Voy. bre, ~I)a).iuyot,
Pour.
Falloir, 23 , ~XpÍ,oportet; ix.pY¡y,
et plus usité ~xpw, oportebat ; opt.
,
Expulser. Etre expulsé,—~èx-ttîtttw
de, gén.,
~XpEin,oporleat, oporteret; subj.
excdo, Irrég. S. 252.
Xp, oporteat: inifn. ~yprrju.i , oporgouv. par la prép. du verbe.
tere. — Peu s'en fallut qu'il ne fût
Extérieur, subst., 26, ~acaila,rd,
mis à mort, 24, ~appttxpôv 5).Os
corpus, §. 19.
Extermination totale, 14, ~îravw^* ~ijavarou
, il vint d peu près cle la
-aç, , internecio; comp. mzv, mort. — Peu s'en fallut qu'il ne
~GpÍa,
-r)i, 'Pr;J,w:ç
prît Rome, 11, ~p.txpo(¡
omne,~ÕÀeOpoç,pernicies.
s.-ent. cr.L'J, manExterminer. Etre exterminé, 25,
•/.xTexpâr/jcrev,
, internequer, avec~jjuxpoû.
~7r«vw)i
£0pta §i.z.-<pQsipo[j.ct.i
cione interimor, à l'aor. 2 pass., Familier, 28, ~<tjvwv,
gén., cruvov-o;,
~eniv
dat.
et
de
étant
de
ettxt
;
3°.
avec
,
§. 123,
Extraordinairement, ~?xy. Admirer. Famille, 14, avyyhsv*.,-a;, ; 20.
Extrême vieillesse, voy. Vieillesse.
syrz., ~yèvoç
, to, §. 22.
-OV, ~Ó.
Famine, 19, ÀtP.Óç,
Extrêmement, voy. Nombreux.
Extrémité. A l'extrémité, 26, ~sv Fatiguer, 26, ~-/aT-epyaÇo^at,moy.,
102;
119, I, 1°., et
fut, §§.
yoraiw, in ultimo.
augm., §§. 210,I, et 208, 1°.
-r.ç, h, studium.
F.
Faveur, 24, ~an-ov(N,
Feindre. Qui feignaient de demander, 3o, wçaveicùtoûvts?, quasi pe
Fabius,~<l>aLo
, -ou.
Fabius Maximus, ~<î>âëtoî
Ma?t/xoç,
-ou. tentes.
20.
-ou.
185,
Femme,
2
,~
yuvjj,
Irrég.
§.
Fabricius, 4>aSpî/.
£oç,
Fer, métal, 27, ~crîfopoj,-ou, 0.—
Face. Enface, ~eùSû, in rectum.
vinFers, 34, liens, ~eeailoi, oi,
Faible, 8, ~Ftypoç,parvus, §. 3o.
cula.
Faire,~îtoism, -c';),fut., §. 89; 2,
"ô.
1°.
——
II,
gén.wupo'ç,
Feu,27,
~nvp,
~7rpâ<r<7w
, fut., §. 119
— Fidénates, peuple d'Italie, voisin
-5.
2,
rendre, efficere,
?t'odeù.J
de Rome, 4>i<î>jvâTai.
chose
ressentiment,
par
quelque
— la paix, Fidènes, ville d'Italie, ~, -'iç
5
voy. Ressentiment.
~57.
V. Celui.
voy. Paix. — un traité, voy. Trai, ~to.
té. — la guerre, voy. Guerre. — Fierté, 32, «ppo'vupa
des prisonniers, voy. Prisonnier. Fine..filia, 16, ~Svyxrnp,§. 29.
— de grandes choses, 3o, voy. Fils, 6, uÍ.Ór;,
-ov; 7,8, 10, 25,~~XÎÎ,
; voc., §. 19, Rem. i°.
Chose. — Sansavoir rien fait, 27, gén. 7rai<î<${
«; 11,
voy. p. 222, not. 33 de Fin, 7,6, 10,~T£ >euT/i,->5s,
êf¡rp:Xi'I'e,ç,
25, ~ts'Xoç
, ro,§. 22. Mettre fin, 25,
ce Cours. - Ces choses faites , 25,
comme en lat., his factis, ~outôç, 26,~tIXoç<îî$wpujjinem do, §. 138.
— à, dat.
au
et
ago,
~îrpâffffw,
hic, §. 45,
".Àev"CŒVJ,
~-M,
mourir,
3,
54,
Finir,
Il,
§.
119.,
pass.,
parf.
partie.
, vitam, fut.,
1°. —Fait, 24, yifjopui, fio, au finio, s.-ent. pi'ov
— Se §. 91.
252.
pass.,
partie, parf.
, -ou,0.
Flotte, 32, ~oto'Xoç
faire, avoir lieu, 13, 14, 27,
Fois. Alors pour la première fois,
252.
Irrég.
§.
~yiyvop.v.i,
Jio,

FUR

GUE

23

28, 30, ~xo7rpwrov,primum.- Pour
la troisième fois, ~rptrov,tertium.
G.
Fondateur, 19, ol/.iarwç,-où.
Fondation, 16,
20, crvvoiy.i<j[i6ç
, Gabie,ville du Lalium, ~rrxbtrL,
ce?, .
Gaule. Dans la Gaule, 29, ~èvTaX~-ou, Ó.
in Gallis, chez les Gaulois.
Fondement, ~xpv;7ri$,
pnnïSoi, ~AOLÇ,
gén. ~v.
Gaulois, ~TaMoi.— Sénonais, peuri, §- 19.
Fonder, ~xa0-î<7rapiat,1, mry. de ple de la Gaule Lyonnaise; il habitait la contrée où est située aux'l.O.irnY¡¡Jt, i35.
Fondre sur, 19, ~opp.z«-w
Èiri,accus.
jourd' hui Sens, ~rdlloi lîwjeç , et
Force. De force,16,~Trpôç
mieux peut-être ~Eévovs;,d'après
£ iav.
Forcément, ~2y,voy. p. 220,not. 27 le lat. Senones.
de ce Cours.
Gémissement, i3, ~ôJuppo'ç,
-où, Ó.
Forcer,34, ~àvc^/aÇw,fut., §. 11 9, Gendre, 7, ~7xy.6pôç,
-oO, 0.
I, 1°.; augm., §. 66. — de. inf. aor. Général, 14, ï'{l.¿¡V, ~-o'voç
; 30,
-où. - de la cavalerie ,
Fort, adv., très, se rend par le OTpct7r,y6ç,
"Ÿ¡,~irrr
ou. — Etre
24, apX(J)'J
super/.
~(-ovtoç)
Fortification, uixoc;, ~r0, §. 22. général, cr-paT>r/éw,~-c¡.
Nota; ne se mettra point au plur. Génucius, voy. Lucius.
Gouverné, voy. Gouverner.
Fortune, 24, 31, ~-»î > v,forGouvernement, 2, èirn ~ponzia.,
tuna, sors.
-aj,
..
> 8, PX"¡, 1
Fossé, 7, zâfooç , ~'GV,
; 16, (hof.xy¡aL.
,
Foule, 22, ~7r)r,0oç
, to, §. 22.
ri, §. 23.
Fourches Caudiues, défilés dans le Gouverner, 2, Bt-É¡rfi),fut., §. 100,
Kaj-Jï- augm.§§. 208, 1°., 2e alinéa, et
pays des Samnites, ilJOÙPX:t.L
~V7.L.
210,I. Nota: 2, se mettra à l'imFournir, 23, ~netp-iyw,
g, eryw, 5. 100,
Irrég.§. 250. parf.-Gouverné,
— pour, ~tu, accus.
au part. prés. pass.
Frapper, 23, percutio ~7rsu«.—de, Grand,12, ¡ÛïCl.Ç,magnus,§. 37,
compar. et superl., §§. 4o et 196,
dat.; §. 338, 10.
3°. -nombreux, 2,~7ro>ûç,
Frère, ~à$e\f6çt-oû.
mullns,
Frontière, 33, ~Ipiov
, -ou, ~TÔ.
Voy. §. 37. Voy, Renommée, Honte,
Situé.
Guerre. —Si grand, 14, 23,~toctoOFruit, 28, ~xapTTo;,
-OU, 6.
~TO;, tantus , §. 201,
3°.; si
, tantus,
que, tog-oûto;
Fuir, 19, 28, ?ît>7co,fut. moy. ysv- grand.,
~Çouai,aor. 2, §. 116, 3°.; parf. ¿;J;''r£,ut, 11,32, maisavec l'infin.,
7ri, aCCllS. ou ~w;,24, avec l'indic.
2, § 118, 2°. - à, ~£
Fui te,<pj7rî,-^ç,v'.Se mettre en fuite, Grandeur, 33, p.Æ¡r.Oo;,
~TÔ,
g. 22.
22, ~cpvyn
r.apz-diSàvxiéaurov, fugœ Gratuitement, 27, npoï/.z.
tradere se,
138. — Mettre en Gré. Ne pas aller au gré, 11 , où
verlo in yaoîîfJ -!:t'Ji(::I.TàvoOv,llU/l cedere
fuite, 3l, ~TpirwEt; 9V',Y,\I,
; aor. ad mentem.
fugam, fut. et aor. 1,§. 100
2, §. 116, 4°.; parf. moy. S. 118, Grèce, 27, ~'Ena;, , §. 19.
5". — Etre mis en fuite, 26, ~zpsxo- Guerre, ~roXetxoî,-ou, Ó; 3i, ¡u.':ézYl,
~pat, vertor, s.-ent. ~Ei,îjiy',v, in ~.y¡;,. —Grande guerre, 23, us'yz;
fugam; part. aor. 2 pass.§§. 116, 7roleaoç,0 ; ro^-. Grand. - La première guerre, 30, 7:P¿TOPO;
Ti6\e4°., et 114.
Faire la guerre, 26,~ro').-Furius Camillus,«l>oupi
,u')ç,
0; KapO.Ào
,-0v>.

254

HOR

fio-j iroletxitd; voy.§. 343, I. —
contre, ~npôç, accus.— Porter la
guerre, 11, 26, ~èn-iya T.éfopov,
fut., §. 100; aor. 2, avec redoublent. attiq.,§. 209,2°.; fut. et aor.
pass., §. 101; augm., §§. 66 et
110,I. - à, dat. - contre, dat. ,
gouverné par ~èreidu composé; et
22, ~7roïsuov
xtVEM,-M,belluni moveo. — en , ~In
i, accus.
Guerrier, 23, 27, ~àv>5p,
vir; §. 29.
Guerroyer avec quelqu'un, cr'JÀ-),alrzvw~xivt,dat., propr., collatrocinoralicui ; voy. sur la compos.,
§§• 164,1°, et 210, 1, 20.

INS
Hors de, 9, ~h, e, gén. ; 3c, hrÓ;,
extra, gén.
Huit, §. 42. - cents,
ov.zuv.ôaioi,
octingenti, §. 42.
Humble
, ~ra7T8tvo'ç, -, -o'v,compar.,
§. 39, et pour l'antépénultième,
195,I, 1°.
I.

Ici, 8, 31, ~ivraiOa.
Idée, 11, "¡JÓo;,, mens, contr. vo£çf
§. 17, p. 16, et. § 178.
Ignorant, 26, quine connaît pas,
~àyvwç,àyvw-oç, ignarus ; gén.
Ilion, vI).tov,-ou,TO.
Illustre, 3o, taprpôî, §. 30.
H.
Imag iner, 12, inventer,~7rpo;£ ~i-voéo>,
- , §. 210.REM. 1°. ; fut., §. 88.
Habitant, 27, ~Îvotzoç,-ou, incola,
inquilinus. — de Brindes, voy. Imiter, 3o, ~ppiopa1 ,-oûaai, moy.,
Brindes et Habiter.
imitor, accus.
, grand, §. 37.
Habiter, 7, 17, ~oixÉw,-&>,augui., Important, 27, izi-jarg
Ne rien faire d'important, psya

nom
de
66.
avec
un
à,
24,
S.
à
Irdistance, Ù7r-oiy.îÇopca,pass. de ~pifèv7rap-l^w, IVh/Zw.parf.,
250. - à l'égard de quelrég.§.
~<z7r-oij(îÇw
; au parf. pass., §. 119,
xarâ Tiva, m. à ni., le
~Ta

qu'un,
dat.
I, 1°.;
Habité, ~oUoôpevoç,
quant à quelqu'un.
~-K,-ov, partie. prés. pass. de oiImposant, 25, àÇiop.a^-oî, §. 31,
y.c(i),
idoneus ad pugnam.
Hasard. Au hasard, àxaTavovjrwî.
fut. et
Haut. Un peu plus haut, 25, ~vopoij Imposer, 3i, taxer, ~cXaaCù,
aor.,
§.
119,
II,
1°.
—Voy.
Joug.
avant.
~7rpoa06v,
peu
propr., d'un
Incursion, 25, 27, rJpÓp.o;,-ou, .
Heurter, 24, ~avy-xpovw.
~vodoFaire une incursion, 3pÓp.o'J
Hiéron, ~'Iépw'J,-wvo.;,
, -oÍj.u.:t.t,moy. — contre, èni,
~poii
Homme, eu général, homo, 1, 32,
accus.
àvôpw/roç,
-ou, 0 : 3, l4 , 30, àv>jp, Indicateur, 26, ~p!vur>iç,
-où.
vir, §. 29.
§. 30; g'¿n.
Indigne, 27, àvâÇioç,
Honneur, 22, 26, 27, marque d'es

12,
yavxxTÉw,
-w.
Indigner(S'),

lime et de respect, ~npj,-ïç, .
-ou,
Indiquer, 26,~yi^vot/aip.«vuTy];,
28, devoir, ~npénov,-ovroç,TO, quod fio index, Irrég. §. 252. — ce que,
decet, honestum; partie, de noénco. voy. la note 6, p. 218 de ce Cours;
- 27, 3r¡ÀÓCù,
- — ceci que,
Honorer, 10, ~ripaw
, -w. — quelqu'un de quelque chose, ",.a. ~nn. ~TOOTO
, WJ.
Honte, 24, càvyjtvn, ~-m,. Grande Infâme, 27,~, §. 31.
honte, ~TOM/I
uiayyvn, multum de- Informer (S'), 27,~7ruv0avo(aat,
moy.,
— de ou auprès de
dCCllS.
248.
S.
Irrég.
Horatius Pulvillus, ~'Oparto?riov^quelqu'un,~r.jpy. T»VO;,
«Z> aliquo.
-ou.
Insolence, 26, ~a,
»i.
,

JOU

LEV
255
Insulte, 2G,~Trapoivia
û,yo-Çs\)'pu,"at,
, -CI.,, ; comp. ~Çyyj)
jugj subjugor,
aor. 2 ~ûnr-eÇûyiîv,
forméde l'iuus.
~wapâ,iit, o'too; , vinii tit prop r.,
insolence commise dans l'ivresse.
primit. ~Çeûy»
,jungo.
Instant. A l'instant, 13, aùrixa, sta- J0)11',2 1,
-2, . — Depuis
tim.
le jour où, 34, !if'' ~npspaç,
a qua
Instituer, 3, ~TEÀéCoJ,
-w,initio, cele- die.
bro, fut., §. 95, 1. —des cérémo- Juger, 27, 3o, estimer, croire, ~i"lionies, ~îtpà,sacra.
~pai,-oûuat, duco, moy. — digne,
Intérieur. Aucune des nations de voy. Digne.
l'intérieur de l'Italie, 25, oùc?èv~TWlI
Jupiter, ~Zsûç,gén.~Aïo'ç,§. 185, 10.
ÈlITOÇ
~rr;.ITa.ÀiCl.'
iOvwlI,aucunedes Jusqu'à, avec un nom de temps. —
nations [étant] en dedansde l'Itaprésent, 24, ~péxpilIV. Voy. Depuis. —avec un nom de lieu, 19,
lie; voy.S. 311.
Inventer, ~evpLvxoy.a.1,
moy., de ~av- 21,~jxsxpt, devant une consonne,
picryw,Irrég. §. 250.
~psxptçdevant une voyelle; gén. ;
Invisible,~àyav>j'ç,§. 34; cornp. à 21, ~uypidevant une consonne,
devant une voy.; gén.; 27,
videor.
~êtXptc;
priv. et ~paîvofzae,
accus.
Inviter, 2, ~rcapa-xaXéw,
-w, fut. et ~ETrt,
parf.,§. 96, renvoi 1.—à quelque
L.
chose, ~bi Tt.
Issu, 14 , xataydjitvo;, -ou, descendu. — de, ix, gén.
Là, 26, svôa, ibi, sans mouvement. Voy.Arrêter (S').
.
~-Cl.ç,
Italie, 'ITCl.ÀÍ.CI.,
Labour, l5, ~7ew7rovîa,
Italien, -enne, 33, ~'Ira).oç,-où.
-:xc;,.
-ou.
Lacédémonien, ~Aaxeiîaipidvioç,
— adj., 31, ~Aaxwvtxoç,
J.
-x»;, -xo'v.
-ou.
Lævinus, ~Aeuïvoç,
— De tous Laisser, 24, permettre, xara-Xsirnsj,
Jamais, 27, ovrlap.6"J,.
ceux qui lurent jamais, 28, voy. p. fut., §. 100; aor. 2,§. 116, 3°. —
224, note 11 de ce Cours.- S'il en commander, È7rL-TP°7riÚrP,
ÙifÙZ.
fut jamais, 25, ~siTrgp
ri; a^Àoç, si- Langue, 23, idiome, ~pavr!,
-rjç. Dans
la langue, xaràt»jv<pwjr,v. - En
quis a lius.
Janicule (Le mont), une des sept langue du pays, 12, x.CùpiCù;,
adv.,
collines de Home,
'[zvixovlc.; ";.Ó'fOç, vernacule.
-ou.
Largius, ~Aapxioç,-ou.
-ou.
Jeune homme, 22, !iVYJp
~vEaviaç, Latin, ~AtXTtvoÇ,
§§. 29 et 16. —Jeuneslevées, 23, Le, la, les, pron. relat., 2, ~ouro;,
~vjooTpareuTa
ffwpara, ta.
hic,§. 45; 2, ~aùrôç,ipse,ille, plus
Jeunesse,14, vsotyiç, ->îtoç,y,.
usité, g. 44, III.
, §. 23.
J eter, ~i
,
moy. ( propr., Légion, 23,~ffûvrxÇtç,
jeter en bas pour soi), aor. 2 ~xar- Lequel, laquelle, §. 48.
Leur, pron. pers., p. à eux, ~avroç
lzÀÓfLt'¡V,
parf. 2 ~xx7a-êéoo).a.
Joindre (Se), 27, ~aw-inziivÉ«VTÓlI, au dat.pl. et à songenre, §. 44,III.
Leur, adj. possess., voy. p. 80, 81,
fut., §. 100. — à, dat.
Ó.Imposer le V, de ce Cours.
Joug, 24, ~Ç*J7°'ç,-ow,
joug à quelqu'un, 24, Tv"IC;; Ttva Levée, enrôlement, 23, c':"Tolo/Lrx.,
~-aç,.
vf-ir.fit,§. 144,jugo aliquem submittere. — Etre passé sous le joug, Lever, 26, élever, !i..,-&XCA),
Irrég. §.

MAI
LUC
256
'11)";25o.—les mains au ciel, ~rà; Xei- LuciusJunius Brutus, ~Aoûxio;
pa; ~elçtôv oùpxvov.—(Se), 23, àv- vto; Bpoûro;.
~larufti,aux temps neut., §. 123, Lucius Junius Libon, AI),))(to '11)')~vtoçAîSmv,
-wvoç.
8°., p. 133.
Liburnes, ~Aiêûpvac,et mieux At- Lucius Manlius Volsonou Vulson,
-C»1IO;.
~êovp-jcxt.
Aoûxto;
McévXio;~BOVÀCTWJ,
Lié, 33, ~«ruv-arrrw,
colligo, au parAoûCincinnatus,
Quintus
tic. parf. pass., §§. 104, io5; Lucius
xioç n~Kotv-ro;
Ktxtvvzr0;.
augum.,§§. 66 et 210,1. —l'un à Lucius
Scipion, Aojzioçïv.tni'jyj,
l'autre, voy.§. 200, 14.
~-W,Joç.
rd.
un
Dans
Lieu, 23, ~Xwpiov,
-ou,
Lucius Valerius Publicola, Ao.))(toç
certain lieu, *aT<z~ti ~yj^piov.ou IIoTrXr/.oïlouoXixôXaj
,
~oùalipto;
Avoirlieu, 11, 30,~yiyvotizt,_fio,
de ce dernier nom,
~h;,
gén.
moy.; Irrég1. S. 252.- Il ya lieu,
de ce Cours.
§.
17
176,
p.
Irrég. §. 247.—
29,~Xpcx yl-yvîTcci,
v.

-:co:;,
Lucrècej
Aov;(p'IJ't"Í.:c,
dat.
Au
lieu
16,
20,
de,
pro,
à,
III.
elle,
eux,
4-4,
Lui,
~aÙTo'ç,
§.
~cl:rd, gén.
~III et
Lieutenant, 25, Lt/xtoç, -ou, dulat. Lui-même, ",,:"'Óç, 44,
10. de ce Cours.
III,
P
79,
légatus.
to; wy.
Limite, 8, ÓpWJ,-ou, 74. — D'au de- Lumière,~yw;,gén. ,
Venir.
là des limites, 26, èÇÛKspopiuv.
L'un, voy. Un.
Livrer, 34, tradere, ~èx-$i, §.
i38. — à, dat. — bataille, voy.
M.
Bataille. —au supplice, 16,~Ttpw—
l38.
trado,
§.
~pÍ.7rapa-<îi^wpu,
~-où,poSe livrer, 21, 22, na.pci-di86vxiéau- Magistrat, 9, tJ-r'?':/.ïr.>ïr);,
se tradera, §. 138, dat.
puli ductor; 12, âpx.rù'J,-o'J'-:O;.
~-rÓ",
~àp/j, -îj;,w; 20,
Logis. Au logis, 10, è¡r' ~orxou,do- Magistrature, 16,
~-p.;,-n,
cJV'.l:C'J''t"zÍ':/.,
mum, avec mouvement.
Mai, mois, ~Miïos,-ou,0.
Loi, ~vôfAOç,
-ou, Ó.
Loin, 8, ~7ro'ppw,
gén. Non loin, où Main, 26, x"P> -n, Irrég., 185, 70
En venir aux mains, 10, 21,
~nôppa.— Aller plus loin, 23, ini
2 1,

au
Fort
~o-ufA-iAi'/vuvat,
s.*ent.àXXviXouç
,
loin,
)~ptetÇov
j^wplw,
-w.
alias commiscere; augin., §. 210,
2 4,7roppwrdcT«.
— Voy.
REM. 20»
3o.
; fut., adu primi3o,
pazpo;,§.
Long,
pass. ~awfAyJjra
;
tif aor. 1
Temps.
aor. 2 pass. wjEfiiyw
; pari. pass.
Longtemps, 18, wjXùv~ypôsov,per
multum tempus, sous-ent. ~àvâ.— auuy.iu-tyftxi.- 2, ~.¡ç£ ?Z:"
Depuis longtemps, 19, ê* roXXiû, cOat,Irrég. §. 247.
Mais,os, aulem, vero, de
sous-ent. ~XpÓvov.
touse
construit
le
inféde
l'Italie
plus
fréquent
Lucaniens, peuple
jours après un mot: au commenrieure, entre la Campallie, l'Apulie et le pays des Biuttiens, Aou- cementd'une phrase, et pour mar~xavoî.
qlter une forte opposition, surtout
Lucius Cœcilius Metellus, ~Aoûxioç après uni négation~(voy.§. 27),
-ou.
~KatxsXco;
Il), employez
à'ù.i, 2 , 16, 18,21
a
Lucius Genucius, ~Aoûxio;
rsvoûxio:, (bis), 23, 35 Mais comme, 2, ~xaà'
tnztor,, inr/ic.
-ou.

257
OBS
niïc
~tûjv,comparât, de ~Mtxpo<,
pnrvus,
pers., 9, àviyxr, iiri, nécessitas est,
avec 1' i»f.
197, 3.— que,
.;;, qumn,et
même cas après que devant, com- Neuf, adj. numéral, 2.
meen lat.
Neuvième,ewaroç, §. 3o.
Mois, jmj'v,
fxrjvôç,~Ó,5. ig.
Ni, oure, comp. de où, non, el de
Mont, 4, 7, ~).Ópoç,
-ou, Ó, collis;
~ré, et, comme en lat. neque; 34,
~pÎT
£ — Ni non plus, 3o, où<Tau.
~;;poç,5. 22, to. Foy. Palatin
Monter sur, 30, ~èrt-6atvw, Irrég. Noble, 6, ~ènitYipct;,Ó, si, notable,
§. 252 ; gên., gouv. nar ~i7ri.
; 22, èniyxvtç,illustris, nobi§. ~3i
Montrer, 26, 27, ~irt-&gixvullt
lis, §. 34 comparat. et super/., §.
, fut.
et aor., § 14,; REM.
20. — Etre
3q, 1, 2e Classe.
montré, 28, comme en spectacle, Nom,.6, 7rpoç>j"yopix,-as, y;; 30,
De même
q>alGfL:u,pass. de ~Tottvw,ostendo; ~ovopa,
§. 19. to ,
à l'aor.2 pass.,.
nom, 8, dpiMvufioç,
§. 31 ; comp. de
123, 3°.—(Se),
voy. Bienveitlant.
opto'ç, pareil, ôwp, éol. p. Õ'J°IU/
, -ou, Nombre, 7, 28, ~àptOp.dç,
Mort, subst.fém., 24 » ^âvaroç
-où, d. An
nombre de, £i; fteP.¿"J, gén.
Ó,mors. Mettre à mort, voy. Falloir. — Subst. masc., 26,~vr/.pdç
,
14, 28, 30, 32, r;h¡O(;e;,~,
,
- des hommes, i 4 KAÏQOÇ
-où, moriuus.
§. 22.
Mourir de maladie, 5, 1IÓa iïax-fQei- àviïpû-j.- Un grand nombre, 3o,
à l'aor. 2 pass.,.
123 et 7rfJÀiJ
7rX7,0OÇ.
P°jJ-IXt,
Tableau de ~ITEAAn, §. 124, p. Nombreux. Très-nombreux, ~Trzp119.
~7ro).uç,§. 37, propr., tout à fait
Moyen. Au moyen de, ~ànd,ex, gén. nombreux. — Extrêmement nomMultitude, 2,25,
grand nombre,
breux, 7rlX[1[1.Eli(jy¡ç
, §. 54! comp.
~'7f).¡eoç,
tô, §. 22. — peuple, plebs,
~denâv, tout, ILEice, grand.
12,7r).f,0o;.
Nommé, 6, dvopâÇw, nomino, au
partie, prés. pass.
N.
Nommer, 23, ~ovopaÇw,§. 119, I,
1°. — de, ~à7ro,gén.
Naissance, 8, ~yévoç,tÓ, gelllls,
; voy.plus haut,
Non, 18, où, ~eux
22.
§. p. 4, §• 9 de ce Cours, et la Synt.,
Naître. Né, voy. Né.
§. 379,I. - Non plus, 28,52,~0v'Ji.
, tÓ, §. 22.
Nation, ~eôvpç
Notable, 14, ÈTTtfavïiç
, g. 34.
, -ou, to. Nouveau. De nouveau, 10, avOt;,
Naufrage , 52, ~vxyàyiov
Essuyer un naufrage, 33, vauayiM iterum; 14 , 28, ti).u, rursus.
~Xpaopat, -wp.::u,moy., naufragio Nuit, 26, 28, ~vûÇ,gén. vuxreç, r.
utor; sur la contract. voy.§ 212 , Numa Pompilius,~Novjxâç
nopurAto; ,
II.
gén. Nouftânolurtlioj;voj-. ci-dess.,
Ne pas, négat. syn. de non en lat.,
p. 17.
où, ~oV";voy. p. 4, §. 9 de ce Numides, peuple de la Numidie,
Cours, et la Synt §. 379, 1. — Ne contrée de l'Afrique, située entre
la Mauritanie et l'empire de Carplus, 55, ~p»j/.
£Ti, injin. — Ne.
donc, 54, ~oûriouv, neque igitur.
thage, No•j'A'ly.i,
Né, 7, ~7tyvofAcu
, nasuor, au partie,
0.

~zb*.
de
,
ex,
parf. 2, Irrég.§.
instance, rr!,.,rp!i!X,
gén.
Obsession,
3
4
,
- a; , )¡.
imNécessaire. Il est nécessaire,
Thèm. gr. V Part.
Elèves.
17

258

PAl

PAR
Obtenir, 30, ).(/.p.e:'r.'J(»,
to opoî
Irrég. §. Palatin. Le montPalatin,
~G~IlaXâvTtov.
248. — un triomphe, 20, hnVoy. Mont.
Tîléoi-ûpptauifov,pé/iult. (lu fut., Papirius Cursor, IIr.iplo; Kovpcwp,
IlscTrip'ouKoûpawpoç.
§. 95, 1. — sur, ~£7rt,dat. -, par
prière, 29, ~ïrap-at-sopiai, -ovuzi, Par, avec le régime d'un verbe pass.,
10,
voy. p. 91,92 dece Cours. -,
moy.,exoro; au grn. 5. 66, 210,I.
Occasion, 24, ~xatpô;,-ov, 0.
12,per, au moyende, ~<îiâ, gén.
Occuper, 4, xK-r-E~M,
Irrég. §. 250. (Nota. Apostrophe, 5, 9, avec d'tci
—, 26, ~xara-^apiSàvw,
; 10,11,~£*, èç,
Irrég. §. 248. devant une voyelle)

une fille, voy. Pee, ex, gén.
ŒIl, 23, ~ov.pta,
rô, §. 19. - Aux
yeux, 8, en présence, ~S'J
oçpôa),pioîj.- tit-fils.
tnuParce
21.
30,
Oiseau, 3o, ~op'Jt,
27,
~on
,
cjuod;
que,
, Ó,.;¡, S.
, gén. 'o),up.- Sr.Trsp,indic.
Olympiade, ~"0).vprtzç
Parcourir, 3i, Ji-ip^optai, Irré.
~TrtâSoç
, i, S. 19.
On. Voy. plus haut, p. go, §. 258, § 247Pareil, 33, ~èwxpd'koç,
§. 31, ~œ/««III, de ce Cours.
lus, par, qui l'ait assaut.
Ongle, 23, ~owç, gén. ô'J1);(O;,ri,
, ~-w.
Parer, orner, 22, ~xoo-pisw
Onzième, éviîïxaTOç,5. 3o.
aurum,
Or, subst.,
19, ~pvaiov
, Parmi, 26, ~sv,/«, dat.
Parole,34, >.070;, -ou, i,. Donner la
~-OU
, TÔ.
Xo'7ov
, §. i38.
Or, conj., autem, ~é, comme eu parole, <?i$wpu
lut. , toujours après un mot.
t
Parricide, subst., 7, itu-oox^oviu
Ordonner, 24, prescrire, ~xpo-zyo- •ccç, vL
— de ne pas, p->i, injin.
Part. De la part de, a, ex,~ n-apa,
~psvw.
à l'aor.—, 26, ~Kpoç-zdrrcù),augm., gén. 12,~Û7rd, ab, gén. - Les
li 9 , 11, l
prisonniers de part et d'autre, 34,
§oi ~exarspwv~ai^ptaiwrot, utriusque
de, inf.
Ordre, 24 , commandement, èvro)^, captioi.
Partager, 18, <
-ç, -1;.
Irrég. §. 247. — à, dat.
Oser, 26, roipiaw, ~-(;J.- contre,
«(.('t.cÍ.,
Participer, 7, ~p.ë,.ixw, Inég..
gén.
la prép.
250.

à
,
gouv.
par
Otacilius Crassus, ~'D-rciy-Hios
~KpCTcomposante pista.
aoç, -ou.
§.
Particulier, 12, propre, ~otxsïoç,
Ou, 23, ~ii.
30.
Outrage, 16, Mp", Y,,§. 23.
Partie, 27, ~pipoç, n, 5. 22. La
Ouvrage, 21 , ~epyov,-ou, ro.
Ouvrir. Faire ouvrir une route,
plus grande partie, 28, ~tôrckiorrov,

s.-ent.
~Mipo;,
pars.
Route.
plurimum,
24, voy.
Pour la plus grande partie, 33,
ro 7r/£lttov , circa maximum
~mpi
P.
partem.
IrPartir avec, 34 , <ryvan--s
PXO[UX,L,
~avv.
Yi.dat.,
par
gouv.
§.
rég.
247
;
30,
31,
~eipyvïj
,
-m
,
Paix, 29,
Parvenir, 24, ~ày-ixvéouat,-OVlJ.rxL,
Faire la paixavec quelqu'un ,11,
à
'heX:tw,
ff/rov^àçTroisoptai, -oùucci~7rpo'ç
moyIrrég.
S. 248,
riva,
Vieillesse.
à
la
a
et
vieillesse,
voy.
le plus-quemoy, qui le parf.
Accroisà
son
actif.
accroissement,
voy
sens
avec
Voy.
paif. pass.
sement.
S. 203.

PER

POS

259

En personPas même, 30, ne quidem, voy. §.
~29.
272. Pas même un sl'ul, oj'î; ~Úç, nage,etc., xxTx, SeClilldtllll,arCllS.
ne unus quidem.
Personne, 7,15,subst. fém.,persona,
~aôtuLx
, ~rd, corpus, S. 19. — Perl'asser, 2, ueô-iorapact, moy. de ~ib~iijTtiuii,§. 135. — des uns aux au- sonne, pron. indéf., nemo, ~yrifeir,
et 200, 3;
,Úi,Cù:./
~ci;à).).ov<.—, 9, P.i,a.- gén. pwâsvéç, j1
tres, ù-,T'
~yipoua.t,transferor, Irrég.§. 247. 34, 'jvsi;, §. 200 , 3.
On passa, tourn. : il fut passé, à Petit, 1 , ~èlx/y;, -ilx , ~-y
5 trè-pcl'aor. 1 pass. - il, ~ci;,accus. -,
tit, voy.§. 196, 2°.
11, le temps, la vie, degere, ~Sia- Petit-fils, ~sz
yovo;
, ')'j. - Pi:", airo,
re).iw-w , pénult. du fut., §. 95, 1 ; gén.
—des années, èvtx-jTov;. — du Peu à peu, 1 , xzràpitoov. —A peu
côté de quelqu'un,
13,
~7rpo;- près de, 24., rty.py.utxcov
, g"e' —
~rtvt.—, 28, comme transUn peu plus haut, 2.5, ~uixooûttooyu>pfw-w
fut. moy. ~r.po;- tÔîv. r(lY, Plus.
fuge, ~îrpoî-ye-jyw,
Ó.—, mul~-'1101,
rpsV;?,U.Zf,.204; aor. 2,§. 116,3°. ; Peuple, 8, 12, ~âr.fjL'j;,
22.
parf. 2,§. 118, 2°.; —du côlé de, titude, 2 , , to' , §.
dut. -, 28, en parlant du temps, Piccutins, habitants du Picenum,
~iïi-ipZopM,moy., Irrég. §. 247. Iltxsvrai, ~ot.
Etre passé sous le joug., voy. Joug. Picenum, contrée del'Italie, située
— Se passer, 29, dit du
sur le golfe deVenise, ~ih/îvo'v,-vj,
temps ,
tô , outlt/jvot , Picentiui.
247.
~S-'-ip/^iixi, mny., Irrég.
Passion, 4 , ~r.o'J'h, ~-i.., ~t],studium. Plaindre (Se), 12, en accusant,
- pour, ~7rspt,accus.
augm.,
atrtâoaat, -ûpxi , moy.,
Pasteur, rtîiiiv.-j,gén.~notu.ivoz.
§. 66, pénult. du fut., §. 95, 2.
23.
Patiemment, 19, ~wîtpîw;, modéré-\! Plaisir,
6,
ment.
Plas,~KÏéov: ou quelque peu ou quelTt
Patrie , ~rrx-pi; , -tooj ,
que chose de pl us, 2), r, ~tratzoov
m*icz, -xç,
Pauvreté, 11,27,
7rXi 0v, I i 11é r., ouquelque
petitechose
Peine. A peine, 32, ~xQ/iu;
de plus, un petit peu plus. — De
, œgre.
— Ne.
~cTi.
Pendant, 2, ~, accus.
plus. 6,27,~
Perdre, 12, xk-6X).'jui,Irrég.§. 251.
plus, non ampLius, non ad—,8,25, 30, 3 ~i, à-o-êiXXw,
amitto,
huc, 8, ~— Non
plus, 32,
fut. et parf.,§. 121,4°- ; aor. 1, §.
~ovJ, - Ni nou plus, 3o, ~où;?'av.
Et de plus, 7. ~où
125,3°.
ur.-j ~iJ.H~ut.
Père, ~rxzr.p,§. 29.
Poison, 28, fX0U.X7.rj-J
, -VJ, 70.
Période, 3, ~nspioâo;,-v, i..
PorséilU,~IIopTriva;, gén., 176, ciPérir, 14, Jia-yOei'oGuzt, pass. de
dess., p. 17.
dix-fOdow, interuno, se mettra à Porte, d'une ville ,21, ~-oorvï/y.-.ov,
~, TO.
2 pass.,
§. 123, 2 et Tabl.
de ~lTEAAn, §. 124, p. 119. — Porter, r, g¡ipw, Inég.§ 247. - la
d'une extermination totale
ou
guerre , voy. Guerre. — le deuil ,
— une sentence,
complète , ¡;:X".lw)sf)pÍ..
voy.
voy.
Sentence. - les armes. voy. ArPersiter, 31, ~Tpo;-uivw
, fut.,
mes. - Se porter contre, ;-5, i-120, 1°; aor. 1, §. 120,
dans, dat. gouv. par ~TC??;.
uiu-û 7X-.it.,gén.
Personnage, 27, vir,
29. Possible. Il n'est pas possible, 28,
','JI ~7t, nonest. — Aussi. qu'il
—consulaire romain, 34
*17

260
PRE
est possible, 27, w;

PRI

~fp.ê-vecrri) Préneste , llpztvsaroç, -ovs.-enf.
~nfàtz,urbs.
18 ,~ varspo-j, Prénestins, habitants de Préneste-,
Postérieurement. à,
gén ; voy.ci-dess., p. 206, note 2.
ville du Latinm, npatvEjmvoes—Pour, 11 à cause, 'causa, gradâ , Préparatifs , 3o, ~7rapaTx
au
,
~r.
,
£
~V77sp
, gén — , 9.3, ~UTrgp
, géri-; sing. — faits contre, 30, ~yîyvo[tScr^
pour
~spyov—,
~fio; moy., au partie, aor., Irrég.
24 , 26, ~, dat.4 pourxes c hoses, §.. 282;
accùs. —Lesprépara~ÈrrL
accus. tifs sont tournés
contre, 30, ~îrapaTOÔTOt-Ç,
, 27, fîia , ob,
cz£'j>j, au sing., ~rplîïtèkai
veriwt,
,..
son rég. —, 5o, pour le prix de, à
~lorin, accus.
condition de, è'n:f.,dal..
— ~iléàirô,
Près,
13,
~gèri.
Poursuite. Se mettre à la poursuite,
gén. Deprès, 28,"~x ~r&ûttI/io-lov.
19, irisequor,
lri¥g.
Présent. A présent,~vûv. Voy. Encore.
IrPoursuivtte, 19 , è7TBç-i0^0^21,
33 , offrir, n7.p-ia-a.pai,
Présenter,
fut.
Tég..2{7da(.,2J ,t6JX;r.I,
moy,de~acp-ia-TVy.t,S. 135. —: à,
moy.'îiwÇou.at,§§• 100 et 204.
dat.—Se présenter, 8, ~jrapa-ytyvoPouvoi r, verbe,34, vnfL:1.tJll6y.,
252 a chezles aupat,
lrrég.
§.
lrrég. §. 252.
leurs récenis l'aor. 1 pau. ~- mxpté,
com
manPouvoir, subst., autori
à emiyswjOrfj',
d'où7cy.pzyîV7}Qi>.ç,
31
dement 9, dwv.(7Tzi's.,
-a;7 ;
ployer 8, —,23, ~£ 7r - ^opai,
'Ii. —magistrature,
¡tXpx,-1¡;"
Arriver au pouvoi r, 29, lrrég. §. 247. —au combat, 3o,
èxsç-:p%opzt [L"X, Irrég.. 247.
§>247.
sp <T0atS7vt'rnv4pxr'v.;Ift'^g<
Premier, de plusieurs,primus; voy. Presque, 28, 3a, <7yj$av. 250.
§.
Presser, ~, lrrég.
§.43. —, de deux, prior, 18,,ig,
Prétendre, 23, yiaxu.
30 ; voy. §. 200 , 1 q.
fui.
Prévenir,
3o,
devancer,
~
f0àv&>,
Prendre, actif: g, 17, Xa^Sâvw,
Irrég.
"de
~et,
plus
pur,
~i,
de
,
§. 248. —-, s':em;fJal't'l' force
~aor.
parf. act.
13, 18, 20, 25, 26 (bis), 30, 31
de
aor. 2 :f<z°)'J'J,xx
;
9pl.
(his), 32,33 , ~pé'-o , lrrég'. 247. ~çpOatw
; subj. cr9r1>
; iuf.ijp^vjvat
; part.
—les armes, voy. Armes. —
aor. 2 moy fûuxm105,
~f
0
6;;
vien
rassem
Vi
vaut. —,
vant, voy.
, -où, ~ro.
blant, 33, ciA-XapSxvw
5 corripio, Pteuve, 27, ~c^pîov
~-kç;,»5?supplicolligo, lrrég. §. 248; augm.§. Prière, 34,~iyz-reta-,
cation.
Rem.
2°.

Etre
210,
Passif.
~-ou.,
Priscus
,
d'une
~nfiiO;.J
ville,
17,
prise, en parlant
~Ji.
,
Prise,
20,~a^wo-ts
à
§.23,
l'aor.
2,
§.
V.AL(¡JJfJ-(/
Irreg.
à la guerre,
Prisonnier,
22
~,/W*
Etre
pris,
arrêté,
~crwi-Xap249.
,
êâvoi, à l'aor. 1 pass., formé de ~o:iXP.).TO;, -ou; COilip.
Faire
huit
lance
,
~,
pris.
format.,
248,
Ài,J Irrég. §.
§.
~ax, oxr«
101; augm , §. 210,I, Rem. 2°. —, mille prisonniers,22
irocio),~-6).
27, lsty.G<z'/a[iat.
f^qy. p. 220, note îxt^p.aXwTtov
35 dece Cours. — Pris avec, 34, Privé. Dans la vie privée, 11, ~au partie parf. pass.;
~Tgûwv,
~-OVT.O",
partie, prés, de ~truX-Xapêàyw,
lrrég. §. 248; augrn.,§. 210, Rem. tsw-j, mener une vie privée, vivre
comme un simpleparticulier.
2°.; dat. gouv. par ~aViI.

261
QUE
Priver. Etre privé,^Tepsofica,~-où[Lrl.t.
Publius Valerius Lscvinus, IlilrIttoe
— de
Ovctï.éfiioç
Asuïvo;.
quelque chose, 'rt'JÓ;.
Prix équivalent (Qui esLd'un), 54, Puissance, 8, ~T2tàç Juvoépewç,mot
à mot, les choses de la puissance.
a5"Xjîws » 32. —de, ~jrpo';,ad,
accus.
Foy. sur cette tourn., §.310. —,
Proche, 8, parent, allié. Etre pro12, illimitée, ~èÇouoia,-aç,»5.—,
che à quelqu'un, 8, ~irpoç-jîxwtivî. 16, des consuls, to twv ùjrarwv
— par, dat. -, 34, les proches,
(sous-ent. 9rpâyptx,S. 310). —, 24,
3o, tfûvapiç, n, S. a3. —, 3o,
propinqui, oi oIxeyai.
Proclamer, 5, ~£vetp-piu,comp. de ~y.pOLTOÇ
, TO
, §.
22.
~àvâet ~péw- voy. §§. 166, 4°., Paissant, 12, ~IjvaTjç, S. 3o; com210,1, et Irrég. §. 247,'à.~Ei^gtv. par., §§. 39 et 195, 1°.
Profiter, 26, ~xpâoptat,-6JIJ.f/.&
, utor; Pyrrhus, ~IIvppoç,-DU.
contract., §. 212, II.— de,dat.
Promesse, 27, \nrÓ.aXfar.", S 23.
Q.
28,
Promettre, 14,
vTz-wyygop«t,
-tv[LrI.&,
moy.Irrég. §. 250,à. ~EXrd.
— à, dat. — de, inf.
Quant à, 32, xxTct, accus.
au fut:
Proposer, 27,~irpo-Tiftopt,propono, Quarante, §. 42.
S. 129; au.gm., §. 210,J, REM.I°.
Quarantième, §. 43, REM.
- 34, ~È7r-ayysWa,
denuntio, fut., Quart, 27, ~TbTïTaprov, quartum,
§. 120, 2°.; aor. 1, S.120, 4°-;
s.-ent.~p.spoç, pars.
~rsparr., §. 121,i°.
Qu~Lre,~. 41 —Quatrecents,
Propositions de paix, 27,~^îrov^ai', Tpazoo-toi,quadringenti, §.43.
~-wv.cú.
Quatre-centième,
râT&azosiocrT&ç
,
Propre. Leur propreville,
291 n
43.
~irôhçi iczvrev. — 32,~oizcîoç, -ta, Quatre-vingts, §. 42.
~-stow
; avec l'article répété, S. 313. Quatre-vingt-dixième, ~èvivmoaxô-1
~-04, ri.-,
-ri, -on.
Prospérité, 18, ~sùïjpêpîa,
23, ~ràTijçeùnpepLxç
Quatrième, §. 43.
; voy.. 310.
Protecteur, 10,~7rpoaTaTȍ,
-ou, Ó. Quatorze, (HO'.xxtrsaaxp&ç, decem
et quatuor, ou ~rj'<r<7«p;$xat
Proue, 38, ~jrpwpa
(îs'xa,
j -stç, ~>j.
Proveuir, 32 , voy. Butin.
quatuordecim, §§. 41 eL42.
Que, conjonct.,27, 28,wç, ut, inProToqué, voy. Provoquer.
Provoq uer. Provoqué, 22, ~îrpo-xa- die. Entre deux verbes, se rend
aussi par l'infin. du second, avec
).£0),~-Ii, provoco, au partie. aor.
pass., S. 96, renv. 1. —en, et; , l'accus. voy. §. 279. — après un
0LCCUS.
compar., 3, quam, et même cas
Ptotemée, ilTO^cj*atoj,-ou.
après que devant, comme en lal.
et mieux no- Voy. aussi p.58,5g,60de ce Cours.
Publicola, ~novSXixdàaç,
tAixqIoç, gén., p. 17, de ce Cours. — après si. 32; voy. Grand.
Publius Cornélius Rufinus, ~nov- Que, pron. rel., voy. Qui.
et mieux ~1107r>toç
~£ÃtOç
Kopvr/l
10Ç Quel, 27,otoç, ~oh, oïov. —
-ou.
r¥oucpivoç',
QuelQuelque, 23, 28, ~rte,§.46.
Publius Sempronius
~ndjrîaos!.¡p.- que chose, 3?., ~ri, nIÙluid., —
,
TTpWVlOÇ
, -OU.
Quelque chose deplus. voy. Plus.
Publius Sulpicius, ~HotO/oç }:I).ú';-:t- — Quelques, 33 , aliquot,
,
«toç,-ou.
gén., §. 46.
PUB

262

RAS

REG

Quelqu'un, 23, aliquis, ris, g. 46,
2.—,23, ~auv-iyo),cogo; à l'or. 1
VJ. —de, ~èr,gén.
pass., §. 101.
Qui, ôc, §. 48.
Ravager, 27, réuvw, cædo, fut. et
Quintus Fabius,~Koïvroç
<t>xfitoç
? -ou. aor.,
123, 3°. — 31 , ~iz-7ropOÉ&>
Quintus Fabius Maximus,~Koïvrot
-&).
<htt?ç Mi.Çi.ir.o;
, ou.
Recensement,7,
14, 2
30, ~àzoQuintus Marcius, ~Koïvr&ç
McépztOç, ri?y-Y'
t ~-Ÿ.ç,.;.. Faire un recense-ou.
ment, 3o, àr-oycay»;»
T.or.é"(l.C1.L,-OVfl
Quintus Ogulnius, Ko'ivro;'Oyovl- moy.; sur cette voix, voy. §. 352.
-ou.
~VtOf,
Recevoir, 2, admettre, £tç-'lkycQuintus Servilius,~KoiVroc ItpGL- ~py.1,moy., fut. et aor., §. 102. —
, -ov.
6 , 7, 8, 27, 28, 34, ciz,',uoct, mOY-,
Quinze, r.i-jrtYxiSv/.a., quinque et ftit. et aor., g. 102; a (27) le parf.
decem, quindecim. — Qu i nze et le plus-q.-parf. pass. avec sens
mille,~<?ôza-ivT
£ xOuxâsç.
actif; voy.§. 2o3. —,9, X«pi(Sâ:*e.>
Quitter, 28, ~7T0-leir.M, fut 100;
Irrég. 5. 24.8. —quelque chose de
aor. 2,§. 116, 3°.
quelqu'un, 6, 7, ~âêyoy.cti
ri 7rap«
Quoique,34 , xxiroi , elsi.
15,~7rxpYrivoç. —une dignité,
lety&zvwèÇoucriav,moy., irrég. §.
- donner asyle, 28, ~vrro248.
R.
3é%'iucii,moy., lut. et aor.,§.. 102.
Rechercher, 34, Çnrlw,-W.
Racheter, 27, iÇ-avéof/.cu,~-otuxi.
Reconnaître. Reconnu, 3o, avoué,
Rançon , 27, M-po-j, -ou, ro.
-w,au partie. porf.pass.
Óp.o),ry/Æ6J,
Rangé, 23, au partie, parf. pass. Reconnu,voy. Reconnaître.
(le
ordino, fut. act., §. 1 19, Recourir, 34, ~Jtxra-ysûyw,confu11, 1°.; parf. pass. §. 106. — pargio, fut. moy. Y.xrx-fôvqopixi,§.
mi, ~èv
, dat.
204; aor. 2, §. 116, :)°. ¡parr. z,
Ranger(Se) contre, 31, à-j-inxpa- §. 118 , 20. - à , ~l-i, accus.
':cXc;aofl.':/.t
, moy. deàv-i7rapa-T,âa,a,w, Recrues, 22, r¡';Jfl-7.-rC1.,
~r à, corpora.
fut. et aor., §. 119, II, 1°. et §. Recruter,
23, <xu).-)
iyw, colligo;
102; dat.
vov p. 21 r , not. 17 de ce Cours.
—de, ~s*, gén.
Rapporter, 27,~ù.7to-y.oijaCv,
fut., §.
ng, I, 10., et lut. att., §. 215,2°. Réduire, 25, soumettre, ex-Tro
~ÀtOP- de, ÈX,génit. — , raconter, 27:
— entièrement,~7rav7aT:av.i'ji,
on ra pporte,~ifreo, dico, S. 148, à ~aiv.
la 3ep. pl., dicunt. Vov. p.9°, §. Réfugier (Se), "/,27C1.-rtaú1<»,
fut. moy.
258, de ce Cours.
U7Cl-rp¡Ú°fl-''-'
,. 204; aur. 2,
Raser, 17, une ville, ~xara-czi-Tw, 116, 3". — dans, ~Û,, accus.
su/fodio, everto, augm., §. 210, Refuser, 23, &P'J£o,'l-;u,
-Oiip.:XL,
moy. ;
1, REM. 1°. ; fut., §. 100, OBSERV.
;
à l'aor. 2 pass. §. 116, i su i,
fut. , §.
Regarder, 23, ~7rpoç-ë).i-r>>.
celui de bxr.rM.
100; dat.—en f ice, vJOô,rectum.
Rassembler, 10, ~o-w-ayetpo),
fut., S. Règne, 5, pMÙsix, ~-7.;,r,.
120,3°; aor.1 , §. 120,4°. -,
Régner, 26, ClG't)eú, fur., §. 67.
12 , <ru).-).
£Y&!,augm., §. 210, REM. —sur quelqu'un , TWO;,
GC'W.
,
comme en lat.: - Patiiiiis agre2°.; fut.,
10 0
13,~,
aor. 2 avec redoublem. au.§. 209, stium Rcgnavit propulorum. Hor.

263
REN
RET
Od. III, 30, i 2. Voy.§. 328,V,1 °.
oûf/xi, moy., augm., §. 210, I,
Regulus.,'i'^yoCXoç, -ou,
REM.
1°. , fut., §. ; valeur ici du
Rejeter, 27, ne point accepter,~irmoy., §. 352, 2". - la guerre, ~rxv
uBsofxo.t
, -oCfxzi
j moy., a me de- (xiyrrj.
pello, rrjicio, fut, voy.§. 252, 2". ; Renversement
, 1 , ;((z7:t.ü7pOpr.
,
, ~->5{
à.it-ûco!i.(xi, formédel'inusité wGi»; Y.;q, v.J'joxpzniç
, r,, 23.
augiii §§-210, et 208, 8°. —, Renvoyer, 26, ?-ir.lJ.!, §. i44* —
33, éloigner, i/.—%/).«,ejicio, fut.,
27,~à.r:o-r:iu~o), fut., §. 100. , fn'., §. 100. — à,
§. 120, 2°. ; aor. 2 , §. 125,3°. — 28, ~iy.-7Tsy.ru
de, gén., gouv. par ex en compos.
dat.
Helàrlter, 32, ~izypz-lvu
Réparer, 31, 32, Èr-ctv-opQow
, resolvo.
, -&>,
Remarquable,28, f'jrio7j</oç , 31; propr., redresser. Nota: iri douI, 1°.
210, I , REM. 3°,
compar.
c
l
sitpcrl.,
§.
195,
ble
augm
,
§.
- Oi,ir.iyz'jr.ç , nnbilis, S. 34.
Répondre , 27, ~àr.o-ipi-moy. ;
Remettre, i 6, confier, ~èrn-rperM;
être remis, kni-xpi—oy.xt,à l'aor. Rejousser, 34, à:r:-w(jéo[J-'Y.t,
,
~-oùuy.i
2 pass. SS.114 et 116, 4°.
,
mor., fut., txTt-toaoy.xi}de wOw
~iwi/j.
, §. 253; double augm. syll.,
Rempart,~reïyoc,TO, §. 22.
Remplir,33,~ èp-Tcinivui, impleo,
§. 208, 8°.
fut. ~iy.-Tr'/r^M
, formé de ipi-7r).
£wJ Reprendre, 19, 24,
31, ."J:I.-)'(/.[J-~6xvw,Irrég.§. 248. — la guerre,
I)cir. §. 1 42, 40. —de, gén. —,
Ibid. (2e. synon.), 7r).>îpo&), — ~t/;vyâyji'j; — coiiire g-éti.
de, dat.
Réprimer, 9, -iyv , itihibeo; IrRemporter une victoire, 21, .Ln;'J rég. §. 2 5o.
~aïpo(uat,moy., aor. i ;'cé:J.),):I.
r.,. 15, R em.3°.
Réputation, 3,|V'5Hi',
sur, ~zaxâ, gxV/. —des victoi res Réputer,
Ù7rG-^ap6xvM
,
Irrég.
au
brillantes,25,~f*Z
£ aiç ).xy.7rpô; vrep- 248. Réputé , 3, Ù77C-),a^Scow,
s'xw, Irrég. §. 250, mot à mot,
partie, parf. passe
prœlüs splendidus superemineo. Résister,19, âvT-atp&),contralollo ,
-ou.
Remus, ~'PÍ[Joç,ou ~'l'-jp-oç,
Rencontrer (Se), 27, se trouver
sur le passage , ohvium este, ~rpoq~-w;
Irrég. § 253.
ruvx^vo),Irrég. §. 248.
l'aor.
~apw, 1aor. ], àvr-/.pa. 253. —
Rendre, 52, Lie, efficcre, ~àrzo- Résoudre,
279.
oaivw, ostendo, fut. , §. i?o, 3°.;
Il avait
que,
inf.indic.,
été
prés.,
résolu,
9, ~eioxéw, à
Irrég.
aor., §. 120, 5°. —un décret, Ressentiment, 13,
~opyri,-r,ç, jc.
Voy.Décret. - (Se), 28, se transAyant fait cela par quelque resporter, aller, ~yojpêo>,
-w. - à, ~trt, sentiment,~ûro rtvo; ôr>7f,çT&ûro
rraaccus. - 34, Kctp9.-yiyjQp.gu
C'wv.
f^oy. surcette locution, 389,
, JrIII 3o8 (le
la 3Iétl)odc.
rég. §. 252. - à, ~tic, accus.
TIenrer/llcr, 23, ~éyM,habeo, Irrég. Rester, 14, ûro-) £ t7rouai, relinquor,
, 250.
pass. de i)T:Q-).:ir.u,fut. et aor. 1
Renom, 8. Grand renom,~7ro).ùç pass.,§. 101. — de,~è*,gên.
~X070;
, mutlussermo. — pour, irrr-, Retenir, :-Ji, empêcherde partir
dat.
vz-t-iyj,),Irrég. , 250. — Retenu,
Renommée, >.oyoç,-ou, ~Ó.Grande
34, arrêté, /.ZT£/_W,au part.près,
renommée, 1 , ~ôroXùç)'Ó'loç.
pass. —-de.~ è*.
¿;','.IRenouveler, 12,
25, àvy-veooj/zt
, Retirer (Se), 10, s'en aller,

264

REV
SAL
zwp..r», -w, lut. ,
89. —, M) RhéaSilvia , ~Pia 2iÀ6ia, gén. ~'Péa;
«K'ipyopxc, moy., Irrég. §. 217. hlSiyç.
- , 11, passer dans un lieu pour Riche,
-ov. Fort
32, ~7tXoûffio;,
-i:x,
s'y fixer,
IU;(}-Í.an,p.t,mais aux riche, au superl., §. 39. — de, dal.
de signif. neutre, §. 136,
temps
Rien, 27, 32, ~ovôév,gén.~0ù<?evoç,
8°.; - à ~v, dat., le déplacement
~TO,neut. pris subst. de où(?etç,
pour se transporter étant consi- nullus, §. 200, 3. Pour rien audéré comme terminé.
oùijgv.
—,26, 27,
tre, 27, ~SiàÀXo
clam me subduco; Rigoureux, 31,
Ímo-Xr»pir,)-é:>,
~rrpaXÍl;,
- dans, ~elç,
asper, §. 36.
accus. -,
27, faire Rimini, ~'Apipuvoç
f -ou.
-&>.—de, gén. Rivière, ~7rorxfioç
retraite, ~iy-Xwpiw,
, -où , Ó.
—, 28, ~à.TTQ-yMùio)
, -r;j, fut., §. Robe prétexte, 15,~rpxSsx
vi;
,
-aç,

89;
en,~£7rt, acc. —, 3i,
la trabée.
propr.
à l'aor. pass.,
^woîÇw,
§, 119, Roi, (îafftXsôç,~Ó,§. 24. Etre roi,
1°.
I,
~paaiXc
yw, regno.
Retourner,34., ènx-j-ép^of/.xt,moy.. Romain, nom propre et subst., 'Pr,,~txzîoç,-ou. — adj., ~pwpaïxôî
Irrég. §. 247. —en,
ïrpÓ" ad,
, -xîj ,
accus.
~-XGV,
1, i5, 25, 33; 6, ~pwptavoç.
L'armée romaine, i5, 6 ~pwfzaïxôç
Retraite, 19, àvz^wpyjctç,
23.
g.
~GTpXTQÇ.
Réunir, 7, o-uv-ayw, fut., §. 100,
fut., et aor. pass., §. 101 ; parf. Rome, 'pc:,¡J.YI,-YI;,
pass., §. 104. — au nombre, ~sic Rompre, voy. Traité.
-ou.
attri- Romulus, 'Pr»p.ÍI).o;,
âpiOpov. —, 21 , ~npoç-vêfioi,
hl/O, fut.,§. tac, t". ; aor.§. 120, Rostrates, 3o, ~pcoorparai,mol latin,
4°. ; - à, dat.—,30, 31, ~Gv-j-xmw, s.- ent. ~v/jéç,at, naves.Voy. p. 228,
not. 6 de ce Cours.
100
coapto, connecto, fut., §.
;
râ.
Rostres, ~'P¿)at'p:x,
à, dat., gouv. par o-ûv.
Réussir. Faire réussir, 14, ~y..-op- Rouler, neutre, 3, ~cplpoptat,firor,
de ?ipw, Irrég. S. 247.
pass.
0dw
, -r;j, fut., §. 93.
>5*Faire ouRoule,
24,
~6i6ç,
où,
~7rx).iv
inxv-i pyoïLxi,rit/'- vrir une
Revenir, 4 ,
route, 24, O^ÔV
GTOOÎVsus redeo, Irrég. §. 247. -, 10,
~vupt,fut. ~crropiaw
, aor. ~èarôpeax,
~èTrzv-spxopxi,
moy.,Irrég. §. 247 ; sternere viam, des Latins.
—à, ~si;, accus. —, 24, STTZV-Royal, :xat),txÓ;, g. 3o.
fut. ~-;r».REMARQUEZ
Y,Y,.(,),
que le Royaume, 28, ~aa!Àei:x,-a;, >5.
présent de ce verbe composé a , Royauté, ~pxaileix,-xç, i¡
comme le simple~îzw, le sens du
Ruse,
28, ~JoXoj,-ou, 0'; 00, xxxt/i,
suis
parf. , je
revenu, et l'imparf.
~ïj.Par ruse, ~à7râr>!ç; ibid.
,
celui du étais
revenu.
une ruse, àÓÀ).
par

de, ~Eit,gén. — 32,
Voy. Venir.
ÈKân-ii^t,§. 147.—,27, s'en reS.
tourner, È7r7.v-ipxop.7.!,
moy.,Irrég.

sans avoir rien fait, Sabins,
§. 247peupled'Italie, ZaStvoi.
; voy. p. 222, not. 3 de Saisir, 24, XapiÇavo^ai,
an-pax.-roç
moy. de~Xajtce Cours. —,28 ,
résulter, pro~6zvw,Irrég. §. 248; gén. — i'ocvenir, yt'vvofiat,Irrég.§. 252.
casion, xatpoù, se saisir de l'occaRevêtir, 15, s-j-$v
w, induo, à l'aor.
sion; S. 328, III.
2, S. 141, REM 4°, p. 140.
Salcntins, peuple de l'Italie infé-

265
SEP
soi
rieure, dans la Calahre, sur la côte qu'un, ~rxœf)riva 7rapa-âiSvy.i, ~scet près dugolfe de Tarente, ~úpulturæ aliquem traclo ; §. 138.
).cvtîvoi ou2aXXevT>îvoi.
Servilius, voy. Quintus.
Salut. Trouver son salut, 19, ~éaurôv Servir, voy. Auxiliaire. Se servir,
se sauver, augm., §§.
~cvç-awÇeiv,
17, 3o, ~pâofiai, lJti,moy" , contract., §. 212, 11; fut. ~xfiaoucti,
166,1°., et 210, 1, REM.2°.
S.unnites, ~Saptvtrai.
parf. pass. ~ÛXpy¡tJ.IXL,
- de, dat.,
Samnium, ~Ziptvtov,-lou, TÓ, pays corrcsp. à l'abl. lat.; §. 338, 1°.
des Samnites, contréed'Italie , si- Servius Fulvius Nobilior, ~ipetoç
tuée entre la Campanie, les Fren4>oûioioçNM6[).tMO,
-wpoç.
tanes, les llirpiniens et les Péli- Servius Tullius, ~Zepoûïoç
Toû^Àto;
,
-ou.
gniens.
Sans avoir rien fait, 27, voy. p. 222, Seul, 28, 31, 32, ~pdvoç,solus, §.
not. 3 de ce Cours.
3o. —, ~et;, unus, 3o, 34, S. 41.
Sauver, 24, 02, Õt-uc:,6J, fut. ~Sta- Seul et par soi-même, 14, Gt\l'ràç
729,iocjtdv.
awffw
, paif. pass. ~(?ta- fficwffptae
,
aor. pass. cJ't.eae"l)v.
Seulement, 28, ~po'voç,
-ji, -ov, solus.
Si, conj., eL S'il préférait, ~ti.,atpéw,
Savoir,9, ~«tow, Irrég.§. 25a.
à l'opt. aor. 2 moy.; Irrég. §. 247Second, §. 43.
la -Si. ne, 17, Et~fL,avec l' opt. aor.
Secours, 11, qui se donnea
Si. ne, 32, indic. ; voy. p. 232,
guerre, ~, -aç, ri.
Appeler
à son secours, ~Trpot
«jut/pia^iavxa- not. 16. — Si ce n'est, 33, avec
- Si,
un subst., excepté, TÙ.i,-*.
).iOfLCl.f,
~-ovp.:J.t,iiioy.; péiiiilt. du
fut.,
96, renvoi, 1; sur la va- adv., tam,~urco, ita, sic. — Si.,
leurici§. du moy., voy. S. 352 , 3°. que, 3i, ~oûtm,. wçre, sic,. ut,
23. inf. ; voy. Grand.
Sédition, 12, 24, a't'cTtt;, ~y)
,
Unesédition s'éleva, 24, crzxmç
, Sicile , StxeAîa,-a;, »}.
~xiviw,movco, à l'aor. pass. S. 90. Singulier, voy. Combat.
— contre, -/arâ, gén.
Situé, 26, y.îïpxi, jaceo, au partie.
Seize, ~êi;xÚ (îéy.a, sex et décent.
prés., §. 150. — à, ~Èv,dat. — entre les frontièresdu Picenum,etc.,
Seizième, extoç ~xaîd'Íx(X't'o;.
Se lon, 11, ~xzrx, accus.
v fLsaCf
24, ~e
..atç rit**;voI;optopewv-wv,
Sénat,~o-u'/y.ArjTo;,-ou, Y¡, propr.,
~-oûvtoç
, in medio Picenlinis conterminus exsistens.
convocata, s.-ent. o'J).)j, conseil.
Sénateur, ~creyxTwp,
-c.>o
0;, mot latin. Six, 42.
Sentence, 24, ~^Vfoç,-ou, YJ.Porter Société, 27, fréquentation, ~ffuvovsentence de mort contre quel~aia.,-cr.;,ri.—de ou avec quelqu'un,
't'It 3xvârou-, ~7rpoç
Ttva, avec idée de mouvement
qu'un , ~eV-i-yw
à l'aor. 2 avec redoublem. attiq.,
vers la personne.
Soi-même. Par soi-même, voy.
§. 209,2°.
Séparé, 17, Xc.JpLc.J,separa, au Seul.
et dix,
partie. parf. pass., §. 119, 1, 10.; Soixante,§. 42.-Soixante
avec le nom de lieu au gén. et le §. 42. —Soixante-quatorze, ifidour,~xovraXIXi.
nom de distance au dat.
rsjffaps;, soixante et dix
et quatre; S. 41 et 42.
Sept, S. 42.
Soixante et dixième,~é6ôou.o7Toç,
Septième,~é'o^ouoç, S. 3o.
Sépulture, II, 27, ray/i, ,
43.
Accorder la sépulture à quel- Soixantième, é^-toTrof, -oû, §. 43.

266

STA

SUP

Soit, conjonet., 27, ~r.,vel, aut.
fut.,§. 120,
Subir, 10,11,~ûîro-uévM,
Solaire, j^iax.oç, , -o'v.
1°.; aor.1, §. 120,4°.
Soldat,23, a,pet"¡'/r»n
y.Óç;,~-oû,S.-ent. Subordonné. Etre subordonné, 12,
-ou.
~àvip.- 26, ~GTpciTtnzn;,
~àxo/.ouOlw,
-w, propr., suivre; voy.
surle régime, §. 333,3°.
Soleil, 2S, vjÀtoç,-ou, ~Ó.
Son, sa, ses, adj. possess., voy. Substitué. Etre snbstitué, 9, ~bnp. 80, 81, V, de ce Cours.
act., à mettre
xa0-ic7r>îjx'.,
substituo,
Sorte. De sorte que, 9, ~W;TÎ,
à un temps de signif. neutre, §§.
infin.
— Voy. Traiter.
136,8°. et 135. — à, dat.
Sortir de la vie par maladie, 10,
J moy.,
Succéder, 4, 6, t:.c-ézop.'Xt
~vmÇ-épyopxi(Irrég. §. 247)~VO'CM excipio, fut., §. 102. - à, accus.
~TO0
fiiov.— contre quelqu'un, 22,
-, 7, 31, ~ûrro
ÆxotJ.t, moy., susETririva, Irrég. §. 247.
~ir
fut. et aor., §. 102; — à,
cipio,
Soucier (Se) peu, 24, p-ixpàypovTi'Ç«,
Èy.-éx.I).u.::I.t,
accus.
—,29,
moy.,
J
Sur
adv.,
S. 19,1, I°.; gén.
PUXPÂ,
accus.
102
;
excipio,
fut.,§.
voy.§. 161, Rem., p. 160.
ra,
32, ~Xap.rrpâ,
Souffrirde mauvais traitements, 12, Succèsbrillants,
præclara, pl. neut. de ~Xzprpôç.—
Szi-jà r:ciaxr»,gravia palior, Irrég.
~ràxx-x
obtenus
dans
les
combats,
§. 250;- de la part, {mÓ,ab, gén. ~,r;,v
r„
33,
u
.y.yr,v
,
—,
~ev—px'/iz,
Sur cette prép.avec un verbeneut.,
; 4, ÈrpÕ;ç;.
, ~àit
voy. §. 376, VI, p. 288. —, 19, Successiveineut,1
Succom ber à une maladie, 10,~71I
fero,
supporter,
~«ps'pw,
Irrég-. §. 247- ix
,
Soulever, 16, révolter, ~au-y-xivsw, tkç ùpP"Jadrxçrslsvnv ÛTzo-uèvM
ex
morbofinem subire, fut., §.
commoveo.
-i:>,
120, 20.; aor. 1, §. 120, 4°.
Soumettre, 7, ~vn-àyoy.xi,moy., aor.
2 avec redoublement altiq., Û7r»j-Suessa Pometia,ville des Volsques
en Italie, 2oui<t<jizri nwusria.
"'jet"¡Ó[J."t'¡"J;
voy.§. 209, 2°. -, 20,
; - du
ûy' éaurôv 7roi£ £(79ai,-etcOat,moy., Sueur, i5, i(îp''>î, -~&"oç,~-ô
sub Je facere. -, 29, ~xaT«-7ro),
£labour, ~ÓC;.¡royeamvixç ;
7>orptew,-w, debello.
p. 204 , note 3.
Sous, du temps de, pendant le rè- Suite. Tout de suite, 31, ~E:v%;.
dat. -, au Suivant, prép.,~y.v.tx, secundum,
gne de, 4, 7, 20, ~ún-Ó,
accus.
pouvoir, 23, 30, 3 1, (lat. :
?ARsous les ennemis, 3o, vttô 't'oi; ~no- Suivre par derrière, 27, ÔT:I<X9ÎV
ÏSptOtÇ.
~axo).ouOi«,
-w; régime, §. 333, 3°.
Soutenir (Se), t, Y..et-r-ÉXr»,
oblineo, Sujet, subst., occasion, cause, 3o,
, ~-ç, y. - Prépos ,au suIrrég.§. 250.
àyoot*>5
Souvent,~7ro)./!xx'c.
jet de, touchant, 11,~Trept,
>7.
Souveraineté, 7, ~àpXri,,
VOJI".A(faire.
- romain,
Spectacle,~5sa,-aç,
Sujet, - ~le,adj., soumis, gouverné,
- Voy. Comme.
subditus, 2, ~Ó
ipyjpevoç , -ou, parpt»p.ét.'JYJ.
tie. prés. pass.de~apX.'J, impero.
Kâçtoç.
Spurius Cassius, ~Zrcoûpioç
Spurius Lucretins Tricipitinus,
Sulpicius,~20U^îrt3!t0<Ç
.-ou.
~Z7roûpio;Ao\)y.pno; Tpcxt7rtTÎvo;
, Superbe, voy. Tarquin.
~-ou.
avec conSupérieur, 30, ~xpstTrwv,
§. 40.
Spurius Postumius, Srrovpio? Ho- tract. au plur., sur (z£i'Ç<»v,
— Etre siipéi-l(>tlrl siipertii-c.
«TTOÛUIOÇ
, -OU.
Statue, a3, ~xvîptaç,-ivro;, Ó,
v.par, - ''> ; — par, rlat. - 32 ,

267
TEM
1". — à, rial. — 29, ~XIVÎW,
-ô>,
:jr.ip-iyo>,à lVtor.2; lrrég. § 250.
moveo. — la guerre, 3o, ~xtvéw
Suppliant., 34, voy. Supplier.
~tÔv7t';5f1.°V;- à quelqu'un, ~7rpoç
Supplication
, 31, ~txereia, -a; , r,.
~TtVX.
», §. 23.—
Supplice, 34
,
Voy. Livrer.
Sutriniens, habitants de Sntrinm,
ville d'Etrurie et colonie romaine,
Supplier, 34, i:l"(-I)Hw,-CI, propr.,
se jeter en avant pour prier. Sur
~lov-pïvoiou ~Zov~py]voi.
ce verbe neutre, voy.§. 556.
Syracusain, habitant de Syracuse,
Supporter, 34, oser, rÍ.:I-Éï..c¡p.'l.t,capitale de la Sicile, ~Supaxoûirio;.
moy.,à l'aor.
2, Irrég. §. 250;
double ((lIgm., §. 210, 1, REM. 3°.
T.
— de, inf à l'aor. — une accusation, voy. Accusation.
Su pposer. Etre su pposé, 34, ~ûtto- Tailler. Etre taillé en pièccs, 34,
fut., §. 100, Observ.;
~7rspi-z07rTw,
IxuÇâv
m, à l'inf parf pas s., Irrég.
à l'inf parf. pass., §. 103.
§. 248.
Talent, 5o, monnaie (yoy. p. 226,
Sur, prep., au bord, 5, sttI,gén.;
—d'arnote 1), ~Tâ)avrov,-ou,
- avec l'idée de sur et de dans,
in, i5, 23, 5o, TC£, accus. —, le gent, ~ùpyvpiov.
long, juxta, 19, ~îratâ, accus. —, Tant, 23, 32, 34, avec un subst.,
sur et dans, 3o, ~Êv,
roaov-oç,tantus, §. 201, 3°. - que,
in, dal.
18, tum, cum ou tum, tum, ~Te,
Sûreté, 12, «<7®â).eia,
-::I.ç, —pour
quelqu'un contre quelqu'un, ~rrA ~uxi, que,et. Voy.§. 270. —
que, 27, avec un verbe, Gihú,ç.
~r.pÓriva.
£, sic,. ut avec l'indic.
]iI — wçt
Sur-le-champ, 3 , ny.py.ypr,\j.y.,
Tarente, ville del'Italie inférieure,
tér., sur l'affaire, sur la chose.
sur le golfe qui en a tiré son nom,
Surmonter,31, ~Ttepi-ytyvouc/.i,
Irrég.
la
T~apa;
, -yjToç
, i.
pré§. 22; gén., gouverné par
Tarentin, habitant de Tarente, ville
position. ; voy. §. 328 , IV.
del'Italie inférieure, sur le golfe
Surnom, 10, 23, -pf>çr,yopiy.,
-~7Ç,
ri. auquel elle a donné son nom, TDonner un surnon), §. 23, âiàwy-i
p'I.:rt'
i'JO
ç, -ou.
~7rpoj»iyopîav,
§.1 38.
- l' AnSurnommer,19, è^i-voCkiw, ~', §. Tarqu i n, T~apxvvjoç,-ou.
96, renvoi 1. —22, 3o, ~jrpoç-ayo- cien, ~npiao;, -ou, Priscus, —le
(Je:ú. - 24, èîr-ovopaÇw
, lui.,
§. Superbe,~ô -oû-ëpSo:, -ou.
Ko)).a119, 1, 1". — de lui, ~aùrw, gouv. Tarquin Collatin , T~aoxuvcoç
-OU.
par ~7rteu compos. ; vy. p. 215, ~T'VOÇ
la
note 21.
Tauroiminium,ville située sur
le
côte est de la Sicile, et sur
Surtout , 9, ira.
montTaurus, T~aupoulvtov,-ou, to.
Survenir,2, 32, ~iTr-ipy^-xy.t, Irrég.
Tel, 26, toioùto; , talis, §. 201, 3°.
§. a47- —, J9i if-i?Ty.[*xr, moy.,
— que, 27, talis qualis, ~tocoût-jç
insto, §. 135; dat.
voy. S. 201. — que celui-ci,
'Sus; <Wi\ Eusus de,~iri thit. ; 3o,
celle-ci, ceci,
27, voy. p. 220,
~r:po;
, dat.
liMe 2.
Susciter,
10, ~kn-iyo\j.y.i, rrtoy.,
proper j'amène à ma suite, avec Tempère, 2, 32, 35, yjittûv, -wvoç,
—marine, 52, 3x\y.nmo; xXv^mv,
moi, pour moi; à l'aor 2 (H'e£.'réd ubl. attiq., ~iir-r.yjyi'w,
-&>voç
, 0.
209,
SUS

268

TIT

TRA
232. — dans, 7, avec idée de malTemple, ~vao'ç, -où, ô, a/l.§. 18.
-ou, ~Ó.- 9, après heur, ~TTSpi-niTvzo),
Temps, 9, ~Xpdvoç,
Irrég. §. 252;
le temps, pszà ~TGV
dat. -—sur, 12, Èr.(-dn-T'M,
incidoJ
ypovov. —12,
dans ce même tem ps , xa't'Cx
~'t'ov
aùdat. - au pouvoir
252
~TGV
Toihovyoôvov.— 29, un lemps de quoiqu'un, 12, ~Ji-Ivecroai
TIVO;,
où 7roXûç,tempus fieri alicujus, et 5o, ~yïyvouxivtto
non long, ~XpÓvo;
non multum. Voy. Depuis.- épo- ~Ttvt, fiosub aliquo, Irrég.§. 252.
Tonnerre, xe&auvs'c
, -où, ~Ó.
-ou, Ó"
que, 32, ~XpÓvoç,
-ou.
Tenir dans les fers, 34, ËXCd
':'tVCx
iv Torquatus, TOPXOVXTO"
~dsuuoiz,habeo aliquem in vinculis, Toscans, peuple d'Italie, T~oùirxor.
Irrég. §. 250. — (Se), 23, Ía-t'Y¡tU;Touché, i3, ému, attendri, ~intxHCt),frango, flecto, aupari/c.
mais aux temps neul., §. 136,8°.,
aor.

1 pass. ; voy pénult. du fut.

133.
accus.
~xxTx,
à,
sur,
p.
act., §. 95. 2; termin. de l'aor.
au parf,
15,
~izdsto,
— de , dat.
dat.
pass.,
§.
96.
§. 135;
Tourner. Etre tourné contre, 3o,
17, 22,~AÛW,
Terminer, mettre fin,
verlor in , accus.
i
irt,
~rpinopoii
solvo. —la guerre,~rôv7ro'Xsuov
le
;
Tout, 3, 9, 29,~7râf, omnis,§. 35; —
combat, 't'v — ses
jours,
1, 26, 27, 29, 32, ~X7rx;
, sur ~1fci,
M, finio, sous22 , ~,
— Tous ensemble, 29, ân-av35.

§.
ent. ~Piov,vitam.
sa vie, 34,
£ ç. —tout ce qui, 27,~0(70»,quan~TîXëUTâw-W
tov.
TOV
j3
et p. 80, IV,
2015°.
tum,§.
Terre, ~7»;,yÀç,
51; toute la terre ha- Rem., de ce Cours. —Tout
ce que,
bitée, l, ~ÏJo'ixoufisv/)
anaux, habi~7rciv
31,
Õ, totlini quod.

tata universa, s.-ent. ~yr„ sur
~naTout
à
2,
è£at<j>v>;;.
—,
1
9,
coup,
terre, 3o, z7rA ~7/jv.
~pa^pîjua.

3o.
Terrible, 26, ~foCepoç,
§.
par, Tout à fait, 3, ~7ravr:z7raffi.
dat.
Toutefois, 32, avec unenégat., où
Terriblement, 19, ~<y«ivwç, superl.
f«5v,non quidem.
(Jeivo'rara
, §. 161, Rem., p. 160.
Tradition, ÀÓ10, ~-oli,Ó.
Territoire ennemi, 31, ~îroiepia"'Ii¡,~iJ. Traité de paix, 8, 24, 27, 31,
Tête. Mettre à la tête, voy. Mettre.
Faire
~G7rov$ai,
at, plur. de ~U7rovcr.
un traité avec quelqu'un, ~riOe/xai
Théâtre,~Siarpov, -ou, ~o.
129) ~cr7roveàç
(moy. de .{fJr¡[J-t,
Tibre, fleuve qui a sa source dans
— Rompre les traités,
et
se
~ptsri
T
ivoç.
Rome,
l'Apennin, baigne
fœjette dans la mer de Toscane, E)vp.- 24,Tti ~Txovâxçizu.pa.-<icù.eù&,
resoldera concutio, ou ~7rapx-Xûw,
~ptc;ou T~tëgpij,-taO;, Ó.
vo. — fait, 24, 1Í.,,/'JoP.r:J.t,
Titins. Ttrtoç.
fio, au
Titus Quintius, T~ho; K~vnto; ou partie. parf pass., ~§.252.
Traitement, voy. Son ffrir.
K'JLvno
ç.
Titus Quintius Cincinnatus, T~hot; Traiter quelqu'un avec toute sorte
Ktxtvviroç.
K~vvnoçou K~otvrtoç
d'égards et d'honneurs, 27, ~Stàrrix~azçaî(?oûçxaèrtpiiç ~TivàTrotsojxa?,
et
Titus Veturius, T~ho; B~STOûpioç
—, 34 , faire, ~ag,J,"toiiov,
mieux O~verovptoç.
~-ovp.at.
fut. et aor., §. 119,11, 1°.
Tolumnius, T~o^oûpvioç,
-tou.
Tomber, 4, 1tÍ.r..,,), Irrég. S. 252. Transmettre, 3, 32, ~7rexp-3tQc,)p.t
— mort dans un com bat, cadere,
trado, S. 138. —quelque chose
à quelqu'un, rt ~nvi.
, Irrég. §.
10, 23, 26: 31, ~t'TTM

269
VAl
Transporter, 3i, ~ptera-^pw
, trans§. 247. — 22, r.ïd-xipiu, lrrég.
occido,
fero, Irrég.§. 247. — de. en, ~ÈX, S. 247.— Tué, 27, tpovsvM,
au partie, parf. pass. — Se tuer,
gên.,~zxt, accus.
Travail, Ollvrngc,4, Zp-/nv,-ou, ~ro. 8, éaui-cv(îta-^pfiffOat,moy., indic.
Trente,§. 42. - quatre, rpiazovra prés, rJt-x.pcXop.rx.t,
-IU.lXt.- Se tuer
dp£r;,
§• 42. ——-Sept,É7rTà~ul l'un l'autre, 10, ~à).X»j'Xouç
àv-aip£ Ïy,
T~piaxovr^.—mille, 31,~rpetç pu- Irrég.§. 247.
Tullus Hostilius, ~ToüÀÀoç
'Oa.iÀÀtoç.
p'à-'hç,//To/.vfois dix mille.
Trésor, 27, ;¡y,:J.vpÓ;,-où, ~Ó.
Tusculum, ~ToûsrxoXov
, -ou, to.
Trêve, 5o, àvazw^«, -nç, >7. —de
U.
gncrre, -7ro).
£ptou.
i i ibun militaire, 20, ao^wv orrpaTiomxcç, gén. ~àp^ovroçffrpaTiwri- Un,certain, quidam,~ç, 1,25, §.46.
~xov;et 23, àpj/wvtwv arpaTiwTi/Mv, —unus, 16, 22,27, ~et?, §. 41. —
iliix militarium, p. militum, gén. de, 27, ~EÍÇ
îz, unus e, §. 41» gén.
—du peuple, 12,~drip»p- - Un seul, 14, elç ~P.Ó'JO;,
~oç.
§ 41 et
l'J; , -oVe
§. 30.— Un, 29,pris pour Vordinal
Tribut, 31,~ço'ooç,-ou,ô.
premier, §. 43. — L'un, en parlant de deux,alter, ~Ixc
l'rioinplic, SointiGoï-ou, oj "î'oj-".
poç, S. 200,
Célébrer.
2°. — L'un, l'aulre, 9, zpoç, ~Ó
Triompher, 19, 21, 28, 29, 3o,
~hepoç, en parlant de deux. —
L'un à l'autre, 33, voy. §. 200, 14~Sptapîov apStûw,
triumphum
— Des uns aux autres, 2, ~àn'
triumphare. Voy. sur cette tourn.
la -Synt.,§. 343, 1. - de, 21, È¡¡Í, âlloi-j et; aMouç. — Les uns, alii
dut.; 29, ~zaxz,gén.. —pour,urcip,
quidan, les autres, alii vero, §.
giln.,- à cause de la victoire, 11, 315, 1.
^ptx^ÇsûajTKJvîxnv, triumphare Unième, 29, ~7rpwro{,
-r¡, -ov, priitilis.
victoriam; voy. S. 343, I.
Unir (S), s'allier, 25, ~xotvwviw,
Trirème, 3o, ..pty,pr,r;,i, §. 22.
-M.
— à, dat. —contre, Yoc-,à, géti.Trois, §. 41 —cents,
42.—
S.
Etre uni à, ~<tw-oixéw
mille, 25, Tpt;X.ÍÀtOt.
, cohabito, 1,
Trois-centième, ~rpiaxoirioffid;,-y}, SS. 66, 2io, 1, 89; dat.
- dv.— Trois-cent-unième, rptxxo- Usage, 3o, coutume, au"yjOet:x,
~-cz;
,
aLoarÓ,~El', §§. 41, 42. — Trois- >3.
cent-soixante-cinquième, ~Tptuo- User, 26, 33, avoir l'usage, ~xpioutor, dat. ; contracta S. 212,
ctcffrôçxai iÇjjzoarcçTrjptTrtoç, §§. ~fLxt,
II.
42,43.
Troisième, S. 43.
Urile, ~y 'Utuo!§§, 30 et 3 1. — à,
dat.
Trop tôt, voy. Eloigner
Troupes, copiæ, 23,~xliOo;, to, au
V.
§ 22.
;
Trouver,27, ~eûpiffxw, Irrég.§. 250.
— Se trouver, 14, être présent, Vaillamment (Très-), 16, se rendra
adesse, na.pci-'/iyvofjicti, lrrég.§.
par le superl. plur. neut. de ~cXv252. — à, dat. — Se trouver, par
~eps-to;,Jortis, d'après le §. 161,
hasard, 16, 27, ~xu-y^dtvw,
Irrég. REM., p. 160.
Vaincre, actif, 4, 8, 10, 13, 25,
§• 248.
Tuer, i G, 31, 32, ~àv-aipéw, Irrég.
30, ~vixxw,
-i). - G, 28, aîpé'.i, .,
TUE

270

VET
VOI
Irrég. §. 247 - 22, 24, ,-f¡-oVictoire, 4, 23, 28, 31, y;,
~r„

debello.

/.ip.iw, ~-é:>,
Passif être
une victoire, voy.
Remporter
vaincu, 2,11, 23, 25, 29, 30, Ú- Remporter.
zxopxi, -wpai. — 33, vty.iojjLXi
, Vie, 6, ~|3toç,-ou,ô.

-é:>p.ru. Les vaincus, 27, ~r/rrao- Viei llesse,
28. — Parihp,ç
,
't'ô,
§.
~f-at,vincor, au partie. prés., prévenir à l'extrême vieillesse, 11,
cédé de l'art., victi, - Vaincu,
force de ~xaTa
xaT«-757pà<rzw,
;
fut.
34, touché,~vtzâw, ,
au partic,
moy., formé de y^pâ» ; ,
§.
parf. pass.
2.
95,
Va incu, voy. Va incre.
VieiHi, 34, 7»pâ(7xw, au partie.
le parf., forméde -Iripiw voy.
Vainqueur, 27, 3o, 6 ~vsvizrjxwç,
pévenant de vaincre, partie, parf.
nult.,. 95, 2.
de otxicw
0
;
12, 22, 29, ~vtxïjaaç
, Vierge, ~7rap0jvoç,
-ou, >7.
Je ayant vaincu, partie, aor. de
Vigueur, 32, à/pj, -ÿ'ç,r"
~vtxâw.
Ville, ~7rÓÀtç,
ï5,§. 23. — Une petite
Vaisseau, 3o, ~vaûs,yj, navis, Irrég-.
ville. 1,11,~roli£
- jiô-j ri, to, dimin.,
§. i85, g". —long-, ~uccxpx.
oppidulum, avec le(luel on peut
Valerius, ~Oùaïépio;,
encore employer ladject. petit au
Valerius Marcns, ~Oùcdspioç
Mâpxo;, superl.; — 5 ~,1roii^Mj,
-fi?,19.
~-ou.
-ou.
une des sept collines du
Viminal,
Valerius Publicola , voy. Lucius.
Rome, ~BipvâAioç,
-ou,s.-ent. )Ópoç.
Véiens, peuple d'Italie, ~Bssioi,ou Vingt, §. 42. - -trois mille,~sïxotri
~Où»;ïot,ouOùïsvta-joi.
~Tpeïç
XtÀdd'g.
Venger,12 , ~rt^w^sw,-w, fut., §. 8g. Vingt-quatrième,~ri-apro; xat
ei- quelqu'un, ~rtvt.
xootoY,quartus et vicesimus. Vendeur des droits, ~ex<?ixoç,
-ou.
xai eïxocto';,
cinquième, ~zenxpzoç
Venir, 13, 24, ËPXO[J.rJ.t,
Irrég. §.
quartus et vicesilllus,
247.—vers , ~irpoç,accits.--, 26, Violer, 8,
fut., §.
illoy.
,
27,~xw; fut. ~£Çw.Nota. Ce verbe
n'a ni parf. ni aor; ses temps se 119,I, 1°. et §. 102.
rendent, le parf., par le prés., Virginius, ~Bspyivinç,et mieuxOù-pytvioç,-ou.
et l'aor.,
par l'imparf. — de,
vivo, au part,
ex, gen. — jusqu'à, ~ènt,accus. Vivant,adj., 31, ~a<o,

- eu lumière (au
contracte.
Prendre
prés.
prés,
monde), 1, ~Troovivant, 33, ~r»ïpir»,-w)comp. Çwoç,
eiç tpwç,Irrég. §. 247. ~èpyopct.1
de vaincre, 24, se rendra par le vivus, ~àypsÛM,
capio.
19, passer sa vie, ~di-xyu,
parf. de ~wxâw.— En venir aux Vi vre, —
dego.
avec, 27, ~ixu-Çacw,
-w, cohmains, voy. Main.
vivo, sur la contr. à l'infin., voy. §.
Vérité. A la vérité, mais, ~[Liv,
quidem, ~rJé,autem, mais, comme en 212,II ; dat., gouverné par~7uv(Ç.
210, 1,20.), renfermé dans le verbe.
lat., toujours après un mot, S. 273.
Vers, prép. , 2, i3, 27, 34, rrpÓç, Voile. Faire voile, 33, ~èx-rriéw,
accus.; — 8, ~hzi,accus.; - 26,
enavigo,fut. etaor., Irrég. S. 212,
imÓ; vers ces temps, ûjtô ~toutou; I. - pour, ~i7ri,accus.
~toùçXpd-jou;,sub hœctempora.
Voir, 11 (àl'aor. 2), 26, 27, ~ôpiw,
-Ÿ¡.
Vestale, 'Ea't"(rJ.x)j,
Irrég. S. 247; — 26, regarder,
Véturie, ~BsTouptoc,
-a;, ou mieux
observer,~Ssiouxi, -wpcxt, moy.;
~Oùstovp/c,-a;.
pénult, du fut. et de l'aor., §. 95?

VOL
Y
271
2. - Etre vu , 30, ~ônrw,à l'aor. 1 Vouloir, 12,30,31,~jSoûXo(uat,moy.,
pass., Irreg.,à ~0pâw, §. 24.7.
augm. attiq., §. 2o5,3°.; 2". pers.
Voisin. 2, se rendra par le partie,
sing.du prés. ind., S. 226; fut., §.
214, 2°.; aor. avec forme pass. et
prés. de ~ysirviaw 91), être voisin; et 19, par 7rÀ)')aÍoç,
sensartif, §. 203, PRINCIPES,10.
proche,
Vrai. A vrai dire, 25, ~w;Ërro,et7reïv?
S. 30.
Voisinage. Dans le voisinage, 16, littér., pour dire le mot.
ex ~YSITOVWV,
e vicinis.
Voler sur, 23, io-iirrocizo.,t
ou im-TiiX.
au
aor.
advolo,
~TOP.Zt,
2,
partie,
formé de¡;rnlp.t, sur ~îoTnpi
; voy.
Irrég.§. 252, à IliTOiLut.
, -ou.
Xanthippe, ~ScivOtr?roç
Volontairement, 27, éxovffioc,spontaneus, non invilus; voy la Synt.,
Y.
§ 296.
~BoyXoûVolsques, peupled'Italie,
~axotou OùoÀovaXOt.
Y, pron. relut., 4, aVTÓç.—, 10,
adv. de lieu, ibi, illic,
~èxeî,sans
Volumnie, ~BouXoupvta
, et mieux
mouvement.
~OùoXouuvta,
-aç.

FIN DU LEXIQUE ET DE LA PREMIERE PARTIE.