Vous êtes sur la page 1sur 516

H PRÉPA

EXERCICES ET

PROBLÈMES

1 RE ANNÉE
1 RE
ANNÉE

PHYSIQUE

MPSI/PCSI/PTSI

POUR S’ENTRAÎNER ET RÉUSSIR SA PRÉPA

• Plus de 300 exercices et extraits de concours corrigés

• Un rappel des connaissances essentielles

• Conseils, astuces et méthodes

et extraits de concours corrigés • Un rappel des connaissances essentielles • Conseils, astuces et méthodes

H PRÉPA

EXERCICES ET

PROBLÈMES

1 RE ANNÉE
1 RE
ANNÉE

PHYSIQUE

MPSI/PCSI/PTSI

Jean-Marie BRÉBEC Tania CHABOUD Thierry DESMARAIS Alain FAVIER Marc MÉNÉTRIER Régine NOËL

PHYSIQUE MPSI/PCSI/PTSI Jean-Marie BRÉBEC Tania CHABOUD Thierry DESMARAIS Alain FAVIER Marc MÉNÉTRIER Régine NOËL

Composition et mise en page : Laser Graphie

Maquette intérieure : Véronique Lefebvre

Maquette de couverture : Guylaine Moi

Relecture : Anne Panaget

© Hachette Livre 2010, 43 quai de Grenelle, 75905 Paris Cedex 15

www.hachette-education.com

I.S.B.N. 978-2-0118-1306-0

Tous droits de traduction, de reproduction et d’adaptation réservés pour tous pays.

Le Code de la propriété intellectuelle n’autorisant, aux termes des articles L. 122-4 et L. 122-5 d’une part, que les « copies ou reproductions strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective», et, d’autre part, que « les analyses et les courtes citations » dans un but d’exemple et d’illustration, « toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle, faite sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause, est illicite ». Cette représentation ou reproduction par quelque procédé que ce soit, sans autorisation de l’éditeur ou du Centre français de l’exploitation du droit de copie (20, rue des Grands-Augustins, 75006 Paris), constituerait donc une contrefaçon sanctionnée par les articles 425 et suivants du Code pénal.

Avant-propos

Quel est l’objet de cet ouvrage? Nous avons élaboré cet ouvrage d’exercices de première année de classes préparatoires aux

grandes écoles avec deux objectifs principaux, l’assimilation du cours par la mise en pratique, et la préparation aux interrogations écrites et orales, pendant l’année et aux concours :

– Les rappels de cours complets permettent de voir rapidement les résultats importants à connaî-

tre pour toute préparation d’épreuves oralse ou écrites, que ce soit une colle, ou un concours de première ou deuxième Année.

– Les exercices, choisis pour leur contenu, préparent à toutes ces épreuves.

Comment travailler de manière optimale avec cet ouvrage?

À la suite de l’énoncé, il existe une partie « conseils » ; les solutions sont présentées après l’en- semble des énoncés. Comment utiliser de manière optimale cette disposition?

Comme pour une épreuve d’écrit, il faut commencer par lire entièrement un énoncé : pour

résoudre une question donnée certaines informations peuvent être présentes dans les questions suivantes.

Après une période de réflexion « correcte », fructueuse ou non, il est possible de lire la partie « conseils » : cette partie peut se présenter ainsi :

– soit une idée de résolution est proposée;

– soit une question est posée pour la mise en évidence d’un phénomène;

– soit un théorème est énoncé,….

Si l’aide ne permet pas de résoudre l’exercice, il faut alors s’aider de la solution, qu’il ne suf- fit pas de lire : après lecture il faut essayer de refaire l’ensemble de l’exercice seul.

Dans un souci d’aide maximale à ces préparations, et à cette méthode de travail :

Les exercices choisis sont conformes aux nouveaux programmes.

Nous avons choisi des exercices « réalistes » :

ayant une application en physique, soit fondamentale, soit industrielle,

ou étant en relation avec l’explication d’un phénomène observable.

Lors de la résolution d’un exercice, nous avons privilégié les arguments physiques, les sché-

mas et simulations (en faisant appel à la mémoire visuelle), aux arguments mathématiques; mais lorsque les calculs sont nécessaires, l’ensemble des étapes intermédiaires est présenté.

Lorsqu’un exercice peut être résolu par plusieurs méthodes intéressantes, ces méthodes sont présentées et développées.

Pour certains exercices nous mettons le lecteur en garde contre certaines erreurs que nous voyons trop souvent lors d’épreuves écrites ou orales de concours.

Nous souhaitons que cet ouvrage puisse aider de manière efficace une majorité d’étudiants

Les auteurs

SOMMAIRE

PARTIE 1 MÉCANIQUE

Chapitre 1 Cinématique du point – Changement de référentiel

9

Chapitre 2 Dynamique du point matériel

18

Chapitre 3 Puissance et énergie en référentiel galiléen

28

Chapitre 4 Oscillateurs

40

Chapitre 5 Théorème du moment cinétique

59

Chapitre 6 Forces centrales conservatives – Interaction newtonienne

69

Chapitre 7 Mécanique en référentiel non galiléen

83

Chapitre 8 Référentiels non galiléens usuels

95

Chapitre 9 Système de deux points matériels

111

PARTIE 2 OPTIQUE

Chapitre 1 Les bases de l’optique géométrique – Réflexion et réfraction

125

Chapitre 2 Formation d’images

134

Chapitre 3 Miroirs et lentilles

142

Chapitre 4 Instruments d’observation

164

Chapitre 5 Focométrie

181

Chapitre 6 Le prisme, utilisation en spectroscopie

190

PARTIE 3 THERMODYNAMIQUE

Chapitre

1 Équation d’état d’un fluide

201

Chapitre 2 Statique des fluides

215

Chapitre 3 Premier principe de la thermodynamique. Bilans d’énergie

227

Chapitre

4 Second principe. Bilans d’entropie

250

Chapitre 5 Corps pur diphasé

266

Chapitre 6 Machines thermiques

279

4

© Hachette Livre, H-Prépa Exercices et problèmes, Physique, MPSI-PCSI-PTSI La photocopie non autorisée est un délit.

PARTIE 4 ÉLECTRICITÉ

Chapitre 1 Réseaux linéaires en régime continu

301

Chapitre 2 Réseaux linéaires en régime variable

320

Chapitre 3 Réseaux linéaires en régime sinusoïdal forcé 346

Chapitre

4 Amplificateur opérationnel

363

Chapitre 5 Fonctions de transfert

383

PARTIE 5 ÉLECTROMAGNÉTISME

Chapitre 1 Distributions, champ et potentiel électrostatiques

413

Chapitre 2 Le champ magnétique permanent

438

Chapitre 3 Dipôles électrique et magnétique

462

Chapitre 4 Force de Lorentz

485

Annexes

510

© Hachette Livre, H-Prépa Exercices et problèmes, Physique, MPSI-PCSI-PTSI La photocopie non autorisée est un délit.

5

PARTIE

1

Mécanique

1 Cinématique du point – Changement de référentiel

9

2 Dynamique du point matériel

18

3 Puissance et énergie en référentiel galiléen

28

4 Oscillateurs

40

5 Théorème du moment cinétique

59

6 Forces centrales conservatives – Interaction newtonienne

69

7 Mécanique en référentiel non galiléen

83

8 Référentiels non galiléens usuels

95

9 Système de deux points matériels

111

© Hachette Livre, H-Prépa Exercices et problèmes, Physique, MPSI-PCSI-PTSI La photocopie non autorisée est un délit.

7

1 Cinématique du point Changement de référentiel

LES OBJECTIFS • Préciser les caractéristiques d’un mouvement : vitesse, accélération, trajectoire dans un
LES OBJECTIFS
• Préciser les caractéristiques d’un mouvement :
vitesse, accélération, trajectoire dans un référentiel
donné.
• Apprendreàchoisir le bon système de coordonnées
en fonction du problème étudié.
LES PRÉREQUIS
• Notions sur l’intégration des vecteurs vitesse et accé-
lération en tenant compte de conditions initiales.
LES OUTILS MATHÉMATIQUES

Notions sur l’intégration vues en mathématiques.

ESSENTIEL
ESSENTIEL

Systèmes usuels de coordonnées

• Coordonnées cartésiennes • Coordonnées cylindriques OM = xe x + ye y + ze z ; base (e x , e y , e z ) (doc. 1). OM = re r + ze z ; base (e r , e q , e z ) (doc. 2).

z y e θ z e r r H θ M z e x z
z
y
e θ
z
e
r
r
H
θ
M
z
e
x
z
e
z
e
θ
M
e
e
r
z
e
y
y
e
z
O
e
y
y
O
e
x
x
e
x
y
θ
r
e
θ
H
x
e
x
r
Doc. 1. Coordonnées cartésiennes (x , y , z) :
Doc. 2. Coordonnées cylindriques (r , q , z) :
OM —➞ = xe x +ye y + ze
.
z
—➞ = re ➞ r ; OM
OH
—➞ = re r + ze
.
z

© Hachette Livre, H-Prépa Exercices et problèmes, Physique, MPSI-PCSI-PTSI La photocopie non autorisée est un délit.

9

ESSENTIEL

Cinématique du point – Changement de référentielESSENTIEL • C oordonnées sphériques: OM — ➞ = re ➞ r ; base ( e

• Coordonnées sphériques: OM = re r ; base (e r , e q , e j ) (doc. 3).

z e r e ϕ M r e z θ e θ e y O
z
e
r
e ϕ
M
r
e
z
θ
e
θ
e
y
O
e
y
x
ϕ
u
x
H
Doc. 3.a.

y

z e r e ϕ e ϕ M u θ e θ H r ϕ
z
e r
e ϕ
e ϕ
M
u
θ
e θ
H
r
ϕ
x
H
u
r sin
θ

Doc. 3.b. Plans :z=0 et j = cte .

Représentations du mouvement

• La trajectoire est constituée de l’ensemble des positions successives OM

étudié.

= (OM

, ON

(t) =

r (t) du point mobile M

• Dans l’espace des vitesses, l’ensemble des positions successives ON (t) = v (t) constitue l’hodogra- phe du mouvement.

) décrit la trajectoire de phase du

• Dans l’espace des phases, le point P repéré par OP

mobile. Pour un mouvement à un degré de liberté, le point de phase P se déplace dans le plan de phase:

= (x(t), v(t)).

OP

Vitesse d’un point

Soit O un point fixe du référentiel . Le vecteur vitesse de M par rapport à ce référentiel est:

v (M) / =

dOM

dt

/

Expression en coordonnées cartésiennes: v (M) / = xe

·

·

·

x +

ye

y +

·

ze

z .

Expression en coordonnées cylindriques : v (M) / = re r + r qe q +

·

·

ze

z .

= re r + r q e ➞ q + · ➞ · ➞ ze z

Accélération d’un point

Le vecteur accélération de M par rapport à ce référentiel est:

a (

M )

 

d 2 OM

 

d v (M)

/

 

/

=

d t 2

/

=

d t

//

.

Expression en coordonnées cartésiennes :

Expression en coordonnées cylindriques :

ou encore :

a (M) / = xe¨ x +ye¨ y +ze¨ z .

a (M) / = (¨r r q 2 ) e r + (r q + 2 r q)e q +ze¨ z ;

·

·

¨

·

·

a (M) / = (¨r r q 2 ) e r +

1

d

r dt

·

(r 2 q)e q +ze¨ z .

Mouvement circulairer d t · ( r 2 q ) e ➞ q + ze ¨ ➞

Le point M se déplace sur un cercle de centre O , de rayon R , d’axe (Oz) . Il est repéré par ses coor- données polaires sur le cercle (r = R , q ) .

10

OM = R e

r ;

© Hachette Livre, H-Prépa Exercices et problèmes, Physique, MPSI-PCSI-PTSI La photocopie non autorisée est un délit.

Cinématique du point–Changement de référentiel 1

Cinématique du point–Changement de référentiel 1 v ➞ ( M ) / = R q e

v (M) / = R qe q = w OM , où

·

·

w = w e

z

;

a (M) / = – R q 2 e r + R q e q (doc. 4).

Si le mouvement est circulaire uniforme, v = R q est constante, donc a (M) / est dirigée suivant – e

elle est centripète (doc. 5).

¨

·

r ;

v M y e r e θ M θ a (M) e y A z
v M
y
e r
e θ
M
θ
a (M)
e y
A
z
x
e x
e z = e x
e y
ω
= ω
e z
Doc. 4. Mouvement circulaire d’un point M dans
un cercle de rayon a :
·
·
¨
v ➞ = R q e ➞ q et a ➞ =–R q 2 e ➞ r + R q e
q .
v M a O Doc. 5. Si |v ➞ |=cte , l’accélération du point M
v
M
a
O
Doc. 5. Si |v ➞ |=cte , l’accélération du point M est
dirigée suivant – OM —➞ : a ➞ =–
v 2
e
.
r
R

ESSENTIEL

Conseils et pièges à éviter

• La vitesse (ou l’accélération) d’un point M dans un référentiel R donné peut s’exprimer sur dif- férents vecteurs de projections, mais c’est toujours la même vitesse (ou la même accélération) ! • Lors d’une trajectoire courbe, il existe toujours une composante de l’accélération dirigée vers l’intérieur de la concavité de la trajectoire.

M 2 yN 2 ay(M 2 ) ya(M 1 ) yN 1 M 1
M 2
yN 2
ay(M 2 )
ya(M 1 )
yN 1
M 1

© Hachette Livre, H-Prépa Exercices et problèmes, Physique, MPSI-PCSI-PTSI La photocopie non autorisée est un délit.

11

Exercices

1
1

Une course automobile

Deux pilotes amateurs prennent le départ d’une course automobile sur un circuit présentant une longue ligne droi- te au départ. Ils s’élancent de la même ligne. Le premier, A, démarre avec une accélération constante de 4 m. s 2 , le deuxième, B, a une voiture légèrement plus puissante et démarre avec une accélération constante de 5 m. s 2 . A a cependant plus de réflexes que B et démarre une seconde avant.

1 Quelle durée faudra-t-il à B pour rattraper A ?

dou-

2 Quelle distance auront-ils parcourue quand blera A ?

3 Quelle seront les vitesses à cet instant-là?

4 Représenter x(t ) et v(t ) et la trajectoire de phase de A et B, en précisant la position de l’événement « B dépasse A » sur ces représentations des mouvements.

B

Conseils
Conseils

Déterminer l’équation horaire du mouvement de chaque voiture.

2
2

Mouvement d’un point matériel sur une parabole

Un point matériel M décrit la courbe d’équation polaire

12

q  r cos 2 a =  2  variant de – π
q 
r cos
2
a
=
 2 
variant
de
– π

à

a

+ π .

est une constante positive, q

1 Montrer que la trajectoire de M est une parabole. La construire.

2 On suppose de plus que le module du vecteur vitesse

est toujours proportionnel à r : v = kr , k est une cons-

tante positive.

a. Calculer, en fonction de q , les composantes radiale et

orthoradiale du vecteur vitesse de M .

en supposant

que q est nul à l’instant

b. Déterminer la loi du mouvement

q(t)

t = 0

et que

q croît.

On donne

0

q dq  q π  = ln tan + . cos q  2
q dq
 q
π 
= ln
tan
+
.
cos q
 2
4 
Conseils
Conseils

q

1) Penser à remplacer cos 2 2 par

2 1 (1 + cos q) et

à utiliser les relations entre (x , y) et (r , q ) pour don- ner l’équation de la trajectoire en coordonnées carté- siennes. 2) La condition v = kr permet d’exprimer fonction de q , donc de ne plus faire apparaître expli- citement le temps dans les équations, mais seule- ment q .

en

·

q

Ascension d’un ballon sondedans les équations, mais seule- ment q . en · q Un ballon sonde a une

Un ballon sonde a une vitesse d’ascension verticale v 0 indé- pendante de son altitude. Le vent lui communique une vitesse

horizontale v x =

z

proportionnelle à l’altitude z atteinte.

t c

1 Déterminer les lois du mouvement x(t) et z(t ) ainsi que l’équation de la trajectoire x(z).

2 Calculer le vecteur accélération du ballon.

Trajectoire et hodographe d’un mouvement plan

Un point M se déplace dans le plan (xOy) à la vitesse:

4
4

= v 0 (e x + e q ), où e q est le vecteur orthoradial de la base locale des coordonnées polaires (r,q ).

v

1 Établir les équations polaire et cartésienne de la trajec- toire à caractériser.

2 Faire de même pour l’hodographe.

3 Faire le lien entre l’angle q = (je r ) et l’angle

j = (je , v ).

x

,

x

Conseils
Conseils

Il suffit de passer du système de coordonnées carté- siennes (x, y) au système de coordonnées polaires (r,q ), et inversement, pour obtenir l’une ou l’autre des équations recherchées.

5
5

Aller et retour sur un fleuve

Un rameur s’entraîne sur un fleuve en effectuant le parcours

aller et retour entre deux points A et B , distants de . Il rame à vitesse constante v par rapport au courant. Le fleuve coule de A vers B à la vitesse u . Son entraîneur l’ac- compagne à pied le long de la rive en marchant à la vitesse

v sur le sol, il fait lui aussi l’aller et retour entre A et B .

© Hachette Livre, H-Prépa Exercices et problèmes, Physique, MPSI-PCSI-PTSI La photocopie non autorisée est un délit.

Cinématique du point–Changement de référentiel 1

Cinématique du point–Changement de référentiel 1 EXERCICES Seront-ils de retour en même temps au point de

EXERCICES

Seront-ils de retour en même temps au point de départ ? Si non, lequel des deux (rameur ou entraîneur) arrivera le pre- mier en A ? Commenter.

Conseils
Conseils

Utiliser la composition des vitesses en faisant atten- tion au sens des vecteurs vitesse.

Chasseur et oiseauen faisant atten- tion au sens des vecteurs vitesse. Un oiseau se trouve sur une branche

Un oiseau se trouve sur une branche d’arbre, à une hauteur

H au dessus du niveau du sol. Un chasseur se trouve sur le

sol à la distance D du pied de l’arbre. Il vise l’oiseau et tire. Au moment du coup de feu, l’oiseau, voyant la balle sortir du canon, prend peur et se laisse tomber instantané- ment en chute libre. À chaque instant, l’accélération de la balle et de l’oiseau dans un référentiel fixe est – g e z (l’axe (Oz) est la verticale ascendante). L’oiseau est-il touché ?

L’étude sera faite:

a. dans le référentiel fixe;

b. dans le référentiel lié à l’oiseau.

Conseils
Conseils

Déterminer les trajectoires de l’oiseau et de la balle dans le référentiel choisi et déterminer leur intersec- tion.

7
7

Quand il faut aller vite

Pour aller au secours d’un nageur en détresse, un maître- nageur part du poste de secours situé au point A pour aller jusqu’au nageur situé en B. Sachant que le sauveteur court à v 1 =2m.s 1 sur la plage et nage à v 2 =1m.s 1 dans

l’eau, en quel point M doit-il entrer dans l’eau pour attein- dre au plus vite
l’eau, en quel point M doit-il entrer dans l’eau pour attein-
dre au plus vite le nageur ? On situera ce point à l’aide
d’une relation entre v 1 , v 2 , i 1 et i 2 indiqués sur le schéma.
B
i 2
yu y
M
O yu x
i 1
A
8
8

Mouvement calculé à partir de la trajectoire et de l’hodographe

(D’après ENAC 02)

Dans le plan (xOy) du référentiel (O, e x , e y , e ) un mobi- le ponctuel P décrit la parabole d’équation cartésienne:

y 2 = 2px avec p constante positive.

v (P/R), de composantes X, Y est telle que l’en-

semble des points N(X, Y), hodographe du mouvement de pôle O, a pour équation cartésienne: X 2 = 2qY avec q cons- tante positive.

1 Exprimer X et Y en fonction de y.

2

Sa vitesse

z

Exprimer l’accélération a (P/R) du point P en fonction du vecteur position OP. Préciser la nature du mouvement de P.

3 Établir les expressions de x et y en fonction du temps

t, sachant que le mobile passe en Oàl’instant initial t = 0.

© Hachette Livre, H-Prépa Exercices et problèmes, Physique, MPSI-PCSI-PTSI La photocopie non autorisée est un délit.

13

Corrigés

1
1

Une course automobile

1 Nous avons :

x A (t) =

1

2

a A t 2 et

x B (t) =

1

2

a B (t t 0 ) 2 ,

cette deuxième expression étant applicable à t t 0 = 1 s. Les deux voitures sont au même niveau à l’instant t 1 , soit :

ce qui donne :

t 1 = t 0 .

1

1 – 2

a

A

a B

a A t 1 2 = a B (t 1 t 0 ) 2

9,5 s.

2 À l’instant t 1 :

d = x A (t 1 ) = x B (t 1 ) =

1

2

a A t 1 2 1,8 . 10 2 m.

3 v A (t 1 ) = a A t 1 38 m. s 1 et v B (t 1 ) = a B (t 1 t 0 ) 42 m. s 1 .

4

x x B (t) x A (t) d O t t 1 t 0
x
x
B (t)
x A (t)
d
O
t
t 1
t
0
v B (t) v v A (t) v B (t 1 ) v A (t
v B (t)
v
v
A (t)
v
B (t 1 )
v
A (t 1 )
O
t
t 1
t
0
v B A O d x
v
B
A
O d
x

B (t 1 )

v

A (t 1 )

v

14

2
2

Mouvement d’un point matériel sur une parabole

q

1 Sachant que cos 2 =

2

1

2

(1+cos q), l’équation polaire

s’écrit: r = 2a r cosq ; avec x = r cosq et y = r sinq, et en

élevant au carré: r 2 = x 2 + y 2 = (2a – x)
élevant au carré:
r 2
= x 2
+ y 2
= (2a – x) 2 ,
ce
qui
donne :
– y 2 + 4a 2
x =
,
4a
parabole représentée ci-dessous.
y
2a
a
x
– 2a
q 
sin
dr
2 
2 • a.
==
r
= a
q
v r
d
θ q
 q 
cos
3
2 
a
et
=
r q
=
q .
v q
 q 
cos
2
2 
·

II reste à éliminer q en utilisant:

a q 2 22 q v = kr = rr + = .  q
a q
2
22 q
v =
kr
=
rr
+
=
.
 q 
cos
3
2 
 q 
·
q ∈ ]– π ; + π[ , cos
est positif et q
est positif par hypo-
 2 

thèse, donc :

· q q =kcos et v r = ka sin q 2 ka ; v
·
q
q =kcos
et
v r = ka
sin q 2
ka
; v q =
2
q
cos
cos 2 q 2
2
·
 q 
d θ
a. q
= k cos
2 
 q 
= kd t
cos
2 
q
π 
⇔ 2 ln
tan
+
kt
+
cte .
=
4
4 

.

© Hachette Livre, H-Prépa Exercices et problèmes, Physique, MPSI-PCSI-PTSI La photocopie non autorisée est un délit.

Cinématique du point–Changement de référentiel 1

Cinématique du point–Changement de référentiel 1 CORRIGÉS θπ + 4 q d’où sa tangente est positive.

CORRIGÉS

θπ +

4

q

d’où sa tangente est positive.

Si

kt

Donc

]– π;+ π[

q = 0

ln

à

t = 0 , θ

tan

π

+

44

donc 4

];

0

π

2

[

la constante est nulle.

 

=

2

.

3
3

Ascension d’un ballon sonde

1 En coordonnés cartésiennes, v =

d

x

d

t

= z et

t

c

d

z

d

t

=

v 0 .

d

x

d

t

u

x

+

d

z

d

t

u z avec

Soit z = v 0 t car à t = 0, z =0(le ballon décolle).

d

x

d

t

= v 0

t

t

c

donne x =

2

1 en supposant qu’à t = 0, x = 0.
2

v

0

t

t

c

En éliminant le temps t, on obtient:

x =

1

2

z

2

v

0

t

c

.

La trajectoire est une parabole.

d

2

2a =

d

t

v

2

0

u

x .

u

x +

D’où a =

x

t

c

d

2

z

d

t

2

u

z .

4
4

Trajectoire et hodographe d’un mouvement plan

1v = v 0 (e x + e q ) = v 0 (cosq e r + (1 – sinq ) e q ).

Le déplacement élémentaire d OM = d(re r )=dr.e r + rdq .e

du point M est colinéaire au vecteur vitesse, donc :

dr

rdq

ce qui donne l’équation en coordonnées polaires:

q

.

=

cosq

1–sinq

,

cosq dq

=

1–sinq

= d ln

1–sinq 0 1 – sinq

soit :

dr

r

r = r 0

1–sinq 0 1 – sinq

=

r

1–sinq

r est un paramètre (longueur) caractéristique de la trajec-

toire. On en déduit:

y = r sinq, en élevant au carré: r 2 = x 2 + y 2 = (r + y) 2 , ce qui

cos q et

r

=

r

+

r

sin q,

soit,

avec

x

=

r

donne finalement:

y =

x 2 r 2

2r

qui est l’équation d’une parabole d’axe (Oy).

y ye ye r yr – r r x – r/2
y
ye
ye r
yr
– r
r
x
– r/2

2v = v 0 (e x + e q ) = v 0 ((1 – sinq )e x + cosq e y ), ce qui donne l’équation cartésienne de l’hodographe:

(v x v 0 ) 2 + v

2

y

=

2

v 0

qui permet d’identifier le cercle de rayon v 0 et de centre de

coordonnées (v 0 , 0).

v y N yv O v 0
v y
N
yv
O
v
0

ye v

v x

On remplace v x = v cosj et v y = v sinj dans l’équation car- tésienne de l’hodographe, il vient:

v

= 2 v 0 cosj

qui est l’équation polaire de l’hodographe.

3 On évite des calculs trigonométriques en faisant un sché- ma:

y ye v y j q j x ye x ➞ v Le vecteur =
y
ye
v
y
j
q
j
x
ye x
v
Le vecteur
= e ➞ x + e ➞ q est dirigé selon la bissectrice des
v 0
π
π
q
axes (O, e ➞ x ) et (O, e ➞ q ), donc : 2j =
+ q, soit : j =
+.
2
4
2
5
5

Aller et retour sur un fleuve

Le rameur effectue l’aller à la vitesse v + u et le retour à la vitesse v u par rapport au sol.

v doit donc être évidemment supérieur à u pour que le rameur

puisse remonter le courant et ainsi revenir à son point de départ. La durée de son trajet aller et retour est:

t r =

v + u

+

v u

=

2 v v 2 u 2

.

© Hachette Livre, H-Prépa Exercices et problèmes, Physique, MPSI-PCSI-PTSI La photocopie non autorisée est un délit.

15

CORRIGÉS

1
1

Cinématique du point–Changement de référentiel

Son entraîneur effectue l’aller et retour à la vitesse v par rap- 2

port au sol donc la durée de son trajet est t e =

. Donc :

v

1

1 t r = t e

t r = t e

u

2

t e .

1 – v 2 L’entraîneur est arrivé avant le rameur. Le rameur perd plus de temps au retour qu’il n’en gagne à l’aller. Dans le cas extrême où la vitesse v est à peine supé- rieure à u , le trajet du retour pour le rameur sera très long.

6
6

Chasseur et oiseau

a. On détermine les trajectoires de l’oiseau et de la balle dans

le référentiel lié au sol.

Oiseau:

(la vitesse initiale de l’oiseau est nulle);

z o =

1

2

gt

2

+

H

z¨ o = g , d’où

x ¨ o = 0,d’où x o = D . y position initiale 2 de
x ¨ o = 0,d’où x o = D .
y
position initiale
2
de l’oiseau
1,5
1
point de rencontre
0,5
α
0
x
1
2
3
4
5
2
Balle :
= – g ,
d'où z
b = – 1
gt
+ v 0 sinat ;
b
2
¨
x b
= 0,d’où x b = v 0 cosat ,

v 0 est la vitesse initiale de la balle et a l’angle de tir : le

chasseur visant l’oiseau, tan a

Les deux trajectoires se rencontrent-elles ? Si oui, au point de rencontre x b = D , donc la rencontre a lieu à l’instant :

=

H

.

D

t

f

D

= v 0 cos α

.

À cet instant, z b z o = D tana H = 0:l’oiseau est touché!

Attention: pour que l’oiseau soit effectivement touché, il faut que la portée de la balle soit supérieure à D (sinon les deux trajectoires ne se coupent pas). Pour cela, il faut une vitesse v 0 suffisante.

Plus précisément, la balle touche le sol à l’instant

t

1

=

2 v sin α

0

g

donc en

x

1

=

2

0

sin( 2 α

v

) .

g

v 0

Il faut que x 1 D donc que :

gD sin( 2α ) .
gD
sin(
) .

Cette condition correspond à z(t f ) 0 .

b. Dans le référentiel lié à l’oiseau, la balle a une accélération

nulle donc une trajectoire rectiligne uniforme à la vitesse v toujours dirigée vers l’oiseau qui est donc touché.

Conclusion : il faut dire aux oiseaux de toujours se percher sur

0 ,

des branches basses.

7
7

Quand il faut aller vite

Le maître-nageur parcourt AM en t 1 =

MB

.

MB en t 2 =

v 2 AM = [(x x A ) 2 + y

2 ] 1/2

A

2 ] 1/2

B

BM = [(x x B ) 2 + y

AM

v 1

et

La durée totale du trajet est :

T

T

= t 1 + t 2 .

1

=

2

[(x x A ) 2 + y A ] 1/2 +

v

1

1

v

2

[(x x B ) 2 + y

2 ] 1/2 .

B

On cherche x tel que T soit minimale.

x

d T

x

A

x

x

B

d x

v

1

[(

–)

xx

A

2

+

y

2

A

]

1 2

/

v

2

[(

x

x

)

B

2

+

2

yy B ]

12

/

+

Soit

x

x

A

v

1

AM

+

x

x

B

v BM

2

= 0

Si on introduit i 1 et i 2 , il vient:

sin i

1

=

x

A

x

AM

et

sin i

2

=

x

x

B

BM

s’écrit alors

sin i

1

v

1

=

sin i

2

.

v

2

.

= 0

Remarque: la valeur de x trouvée correspond bien à un minimum

pour T. La dernière relation écrite est analogue à la loi de Descartes pour la réfraction en optique : n 1 sin i 1 = n 2 sin i 2 .

8
8

Mouvement calculéàpartir de la trajectoire et de l’hodographe

(d’après ENAC 02)

1

v (P/ ) = Xe x + Ye y avec

X =

d

x

d

t

et

Y

=

d

y

d

t

y 2 = 2px. On peut dériver par rapport au temps l’équation de la trajec- toire.

Il vient :

d

y

d

t

2y

=

2 p

d

t

soit yY = pX

d

x

D’autre part :

X 2 = 2

qY

=

y

p

Y

2

.

Si Y 0, on obtient

2 q =

y

2

p

2

Y

, soit

2

qp

2

Y ==et

y

2

X

avec y 0. Si Y = 0, X = 0. Si y = 0, X = 0 et puisque X 2 = 2qY

Y = 0.

2 qp

y

16

© Hachette Livre, H-Prépa Exercices et problèmes, Physique, MPSI-PCSI-PTSI La photocopie non autorisée est un délit.

Cinématique du point–Changement de référentiel 1

Cinématique du point–Changement de référentiel 1 CORRIGÉS 2 • ➞ a ( P / ) =

CORRIGÉS

2

a

(P/ ) =

point O.

d

X

d

t

e x +

d

Y

d

t

e y . On se place en dehors du

X

= 2

qp

et

dX

Y

y

qp

2

dt

d

Y

= 2

et

y

2

d

t

Or

x =

y

2

2 p

donc

2

dX

qp dy

qp

Y

p

4

x.

y

5

2

4 q p

y

8 q

4

2

p

4

y

6

2

3

=

=

dt

==

y

2

dt

4 2

qp

y 3

=

––

Y

8 q

=

2

y

2

8

q

2

p

4

=

y

6

y

.

8

q

2 p

4

On peut alors écrire: a (P/ ) =

Le mouvement du point P est à accélération centrale par rap-

port à O.

OP.

y

6

3

Y =

dy

= 2

qp

2

dt

y

2

donc y 2 dy = 2qp 2 dt .

On intègre en tenant compte des conditions initiales t = 0

y = x = 0.

Il vient

1

3

y

3

=

2

2

qp t

d’où y = (6qp 2 t) 1/3

x =

y

2

2 p

=

2

2

p

(6

2

qp t

)

23

/

© Hachette Livre, H-Prépa Exercices et problèmes, Physique, MPSI-PCSI-PTSI La photocopie non autorisée est un délit.

17

2 Dynamique du point matériel

LES OBJECTIFS • Utiliser les lois de Newton pour : – déterminer les caractéristiques d’un
LES OBJECTIFS
Utiliser les lois de Newton pour :
déterminer les caractéristiques d’un mouvement ;
calculer certaines forces.
LES PRÉREQUIS
Expressions des vecteurs vitesse et accélération dans
divers systèmes de coordonnées.
LES OUTILS MATHÉMATIQUES

Notions sur l’intégration vues en mathématiques.

ESSENTIEL
ESSENTIEL

Quantité de mouvement (ou impulsion)

La quantité de mouvement par rapport au référentiel R d’un point matériel M, de masse m, est :

p (M) / = mv (M) / .

Lois de Newton

Les trois lois de Newton sont les lois fondamentales de la mécanique du point matériel.

Première loi : principe d’inertie Il existe une classe de référentiels, appelés référentiels galiléens par rapport auxquels un point matériel isolé est en mouvement rectiligne uniforme.

Deuxième loi : relation fondamentale de la dynamique Dans un référentiel galiléen, la somme vectorielle des forces appliquées à un point M de masse m et son accélération sont liées par :

F M =

d p (M) dt

= ma (M).

Troisième loi : principe des actions réciproques Les forces d’interaction exercées par deux points matériels M 1 et M 2 l’un sur l’autre sont oppo- sées et colinéaires à l’axe (M 1 M 2 ).

18

© Hachette Livre, H-Prépa Exercices et problèmes, Physique, MPSI-PCSI-PTSI La photocopie non autorisée est un délit.

Évolution d’un système mécanique

Dynamique du point matériel 2

d’un système mécanique Dynamique du point matériel 2 ESSENTIEL Les systèmes mécaniques ont une évolution

ESSENTIEL

Les systèmes mécaniques ont une évolution unique pour des conditions initiales données (déter- minisme mécanique). Pour un système autonome (ou libre), deux trajectoires de phase ne peuvent se couper.

Conseils et pièges à éviter

• Il faut toujours bien étudier les forces qui s’exercent sur un système, ici un point matériel.

© Hachette Livre, H-Prépa Exercices et problèmes, Physique, MPSI-PCSI-PTSI La photocopie non autorisée est un délit.

19

Exercices

Un peintre ingénieux e ingénieux

Un peintre en bâtiment (de masse M = 90 kg) est assis sur une chaise le long du mur qu’il doit peindre. Sa chaise est suspendue à une corde reliée à une poulie parfaite. Pour grimper, le peintre tire sur l’autre extrémité de la corde avec une force de 680 N. La masse de la chaise est m = 15 kg.

une force de 680 N. La masse de la chaise est m = 15 kg. 1

1 Déterminer l’accélération du peintre et de la chaise. Commenter son signe.

2 Quelle force le peintre exerce-t-il sur la chaise ?

3 Quelle quantité de peinture peut-il hisser avec lui ?

Conseils
Conseils

Faire un bilan des forces extérieures pour le système {peintre + chaise}, puis pour le système {chaise seule}.

2
2

Plan incliné et poulies

Le solide S 1 , de masse m 1 , glisse sans frottements sur le plan incliné. Le solide S 2 , de masse m 2 , se déplace verti- calement. Les solides en translation sont considérés comme des points matériels. Les poulies sont idéales, les fils sont inextensibles et sans masse. Données : m 1 = 400 g, m 2 = 200 g et a = 30°.

1