Vous êtes sur la page 1sur 18
La distribution des médicaments en chaine du froid : carnets pratiques Rapport d’une commission SFSTP Présidente : M. Idiquin O. Andriollo, J.P. Barbu, N. Bouleau, J.P. Boutbien, M. Cardoso, P. Casoll, B. Chevalier, J. Coty, J. Delmas, C, Frangois, Y. Galy, A, Huchet, G. Labranque, J.P. Leherisse, L. Lery, A. Pascal, C. Pascal, P. Turnani, L. Verbois et J.. Videau SFSTR, 5, nue Basse-des-Carmes, 75005 Paris, France Le respect de la chaine du froid jusque ches le patient pose un probléime dont la complexité est lige & la multiplciré des paramétres prendre en comple. De ce fait il n'existe pas une solution idéale, mais des solutions. Pour chacun demeure rnéanmoins la difficulé de trouver Ia solution adapiée au cas qu'il doit résoudre. Réperiorier tes contraintes, tes pidges & eviter, les moyens existants avec leur mode d'utilisation, leurs mites, les précautions a prendre, nous a permis de mettre en forme des « camets pratiques » dans tesquels chacun pourra trouser tes éléments propres la mise en place d'un dispositif efficace, Compliance with the cold transport chain up 10 the end user is rather difficult, as many different points must be taken into account. There is thus no one ideal solution, but a set of solutions. However, the difficulty lies in identifying the most ‘adequate solution for each specific case. By drawing up a list of constraints, precautions, potential pitfalls and existing resources and their limits, the authors present a « practical guide » to finding an effective solution. Mots clefs : Chaine du froid — Srabitité —- Distribution, Key words : Low temperature chain — Stability — Distribution. De nombreuses industries, dont l'industeie pharmaceu- tigue, dispensent des produits nécessitant une conservation dans des plages précises de température, et notamment 2 des températures proches de O°C, voire négatives. Les problémes de conservation impliquent que ces produits soient maintcaus | température requise de fagon permanente lors du stockage ct des différents transferts afin de ne pas rompre ce que Pon a coutume d'appeler la « chaine du froid » Ce n'est pas un hasard sil'on parle de chaine du froid : une caine étant ne suceession de mailions, st I'un des maillons est défaillat, la chaine est rompue. Chacun des intervenants. au cours dela vie d'un produit sous température dirigée, est un rmaillon sur lequel repose la responsabilité é’assurer la €0: nuité de la chaine du Froid. La distribution est trés probablement le maillon critique de cette chaine, Le respect de Ia chaine du froid jusque chez le Patient pose des problérmes dont la complexité est lige & la 198 ‘multiplcité des paramétres & prendre en compte. De ce fait, i existe pas une solution idéale, mais des solutions. Pour cha- cu demeure néanmoins Ia difficulté de trouver fa solution adaptée au cas qu’il doit résoudtre Ces « camets pratiques » ont pour objectif de donner & cchacun des éléments et des pistes de réflexion pour I"aider & metire en place un dispositif cfficace. On y trouvera, de ‘maniéte non exhaustive, les contrainte. les pieges a éviter, les moyens existants avec leur mode d'utilisation, leurs limites et les précautions a prendre. 1 apparait que ta recherche d'une solution « chatae du {roid » passe souvent par l'association des compétences ct di savoirfaire de différents professionnels auxquels il faudra faite appel : cartonnier. producteur d'emballages isothermes, producteur d'emballages homologues pour le transport de cet- faines matidres classées dangereuses, sociétés spécialisées dans fa chaine du froid et transporteurs. I. RESPONSABILITES Sut Je plan de la législation pharmaceutique, tes responsa- bilités sont bien définies : quelle que soit la température de conservation préconisée au niveau du dossier d'autorisation ‘de mise sur le marché (AMM), il est de 1a responsabilité duu Aistributenr d'assurer le maintien de la qualité des produits Jusque chez ses clients. Le maintien des produits 2 la tempé= sature requise relbve de cette responsabilite Cela sous-entend la mise en auvre de moyens propres & garantir les conditions de température adaptées, au cours du stockage d'une part, tut au long du transport d’autre part. ‘Toute la chaine qui méne av patient est concemée. Il est done nécessaire, sur le plan de T'éthique. de verifier que les intervenants successifs travaillent avec le méme souci du res- pect des paramétres imposés. Assurer et garamtir le maintien de la qualité des produits a stocker dans une plage de tempé- rature passe par un stockage, un emiballage et des moyens de transport adéquats et contrOlés. Sur le plan du stockage, des « conditions de température ccontrélée » supposent un suivi permanent avec tragabilité des epregistrements, grace 3 un matériel périodiquement calibré, faut signaler que de nombreux produits, qui ne font pas I'ob- jet dexigences spécifiques en matidre de température de conservation, doivent @ire maintenus & température ambiante, La pharmacopée fixe les limites de la température ambiante centre 15 et 25°C. Par ailleurs, sur Je plan des transports, il est de Ia respon sabilité de Pexpéditeur d'assurer le transport des produits dans le respect des différentes réglementations du transport en vigueur, notamment en matiére de risque. C'est le cas, par exemple. des prodvits infectieux ou potentiellement infec tieux, La finalité de ces différentes réglementations de transport nest pas de protéger le produit mais plutot, en cas d’incident ‘ou accident, de protéger les biens et les personnes suscep- tibles d’re au contact de produits dangereux. Cet aspect de Ie responsabilité est abordé au chapitre des paramétres & prendre ‘en comple (ef. section 11.2.) U. MISE EN PLACE DE LA CHAINE DU FROID 1. Démarche Résoudre un « probléme chaine du froid » passe par une bonne connaissance, dés le départ, des contraintes qui envi- ronnent sachant que le respect de la chaine du froid n'est pas 1a seule contrainte, La premitre étape sera done de répertorier les contraintes dont la connaissance permettra alors d'imaginer une ou plu: 196 rapper une wsuniesnn orr ‘Président = M tciguin ssieurs hypathses pouvant apporter une solution adaptée. It faudra ensuite choisir [a solution optimate, c’estavdire celle ‘qui semble convenir au cas 2 résoudre avant validation. Pui if faudra Gcrire un protocole de validation afin de vali ‘comme il se doit la solution retenue, 2. Répertorier les contraintes 2.1. Le produit est-il ou non réglementé sur le plan du transport ? La premiére question est de savoir si le produit est classé ‘comme dangertux en regard des réglementations des trans ports en vigueur. En termes de contraintes, si le produit est classé comme dangereus, V'emballage devia sépondre 2 des exigences de résistance mécanique (se reporter & I'annexe 3 qui reprend le plan de Ia parte 6 de la xéglementation LATA [International Airways Transport Association), et notamment satisfaire aux épreuves de résistance ala chute et de résistance 3 la pefora- tion dans des conditions bien déterminges, la Finalité tant de supprimer tout risque de dispersion du produit en cas d acc: dent Panmi les neuf classes de Ia classification des marchan- dises dangereuses sur le plan des transports. d’aprés la végte~ mentation IATA, la classe 6 (« Matidres toxiques et matires infectieuses ») est celle présentant le maximum de contrainies quant 4 la cenification des emballages. 24,4. Transport aérien La réglementation IATA, qui régit le transport aérien des smatidees dangercuses sur le plan intemational et qui est a ce {jour la réglementation la plus précise et ta plus stricte, prévoit Te cas du transport des « substances infectieuses » (voir ins- uction d'emballage 602 ci-dessous) ct des « produits biolo- giques ou échantitlons diagnostiques » pour lesquels le risque infectieux est r&s faible ; en fait, cout produit biologique aon infectieux ov non potentiellement infectieux (voir instruction emballage 650 ci-dessous). Instruction d’embatlage 602 Eile déerit les exigences relatives au transport des « sub- stances infectieuses », et en particulier les prescriptions spéci- fiques en fonction des sources de froid wilisées, tell la glace carbonique par exemple. La version 1997 se couve en annexe Instruction d’emballage 650 Elle décrit les exigences relatives au transport des « pro- duits biologiques et d’échantillons diagnostiques » supposes ‘non infectieux. La version 1997 se trouve cn annexe 2. Les « épreuves de résistance des emballages destinés au La distibution das méckcamaents en chaine da rtd :camets protiques > Rapport dune commission SFSTP Présisent:M. folqun transport des substances infectieuses » sont quant 2 elles décites dans le chapitre 6.5 de ladite réglementation (voir plan en annexe 3). 2.1.2. Transport routier Pour le transport routier, ta réglementation frangaise RIMDR (Réglement du transport des matigres dangereuses par route) 3 été supprimée par décret du 5 décembre 1996, la réglementation en vigueur étant dorénavant I'arrété ADR (Accord européen relatif au transport international des mar- ‘chandises dangereuses par route). 2.1.3. Transport maritime Le transport maritime obgit & la réglementation IMDG (levernational Maritim Dangerous Goods). 2.1.4, Transport des produits dangereux Les emballages utilises doivent étre homologués par l'un des onganismes agréés dont ta liste figure dans la réglementa- tion IATA, Pour la France, les organismes agréés sont le Bureau de vérification technique (BVT), Je Laboratoire d'éuides et de recherche des emballages métalliques (Lerer) et fe Laboratoire national d'essai ([LNE). Il est possible de les contacter pour demander des consels. 1 faut noter que ces réglementatons évoluent ec qui est important de se céférer & leur deriere Edition. Au regard de ces réglementations, Ia responsabilité incombe 8 I expéditeur qui doic utiliser des emballages homologués correspondant & Finstruction 6 emballage spécifique a son produit 2.2. Quel volume transporter ? Le volume des produits & transporter, de quelques cea metres cubes a plusieurs metres cubes, est un facteur détermi- ‘nant dans fe choix de la solution de chaine du froid 2.3. Dans quelle plage de température le produit doi tre conservé ? La connaissance des limites de la température de conser- vation va influencer le choix de emballage, de la source de {roid et du moyen de transpon. Les principales plages de température pouvant se présen- ter sant: = 1 - 60°C ef - 60°C ‘Some | samo aes aber Epaisseur 10-150 mm | Solo sce one | Sotto seer Soiree Mousse poly» | 0,084 | Epaisseur 3-5 mm eye ous ane Femargue :1 est possible Tobserwer des varations entre le b thdor fique moyen o-eeesus ot celul avancé par ie fabricant du matérav. Bes peuvent etre lees aux techolques de fabrication du matériu, au! ‘peuvent madtier ce coeticiont. 4.1.3, Différents matériaux isolants Les principaux matériaux isolams mis en ceuvee dans fa d Lz disibution des méckcarnonts en chaine du ad : came pratques Rapport dure commission SFTP President ° 4. quia conception d'emballages isothermes sont les suivants : mousse de poly réthane (mousse de PU), + mousse de polystyrene expansé extrudé aluminisé (mousse Ue PSE), + polystyrene expansé (PSE), ~ mousse de polyéthyléne expansé extrudé (mousse de PEEE). Remarquc : le vide est un trés bon isolant fexemple des bouteilles Thermos), mais aucune application courante nest ‘connve dans le domaine des embatlages de la chaine du froid, 4.1.4. Notion de structure cellulaire En fonction du procélé mis en wavre lors de la fabrication 4’un matériau, on obtieot une structure dans laquelle le gaz sera plus ou moins enfermé. Quand le gaz est bre &limeérieur de ta structure dy matériau, on parle de « cellule ouvert » Quand il est enfermé dans ls stuctare, on parle de « cellule ferme » Les structures a cellules fermées sont plus performantes que celtes a cellules ouvertes (leur coefficient de conductivi- te thermique 2 est inférieur). En effet, leur structure fermée limite les possibiités d’échange avec Pextérieur et done I'ab- sorption dar plus ou moins chargé en humidité, trés nuisible aux propriétés d'isolution. Cette performance se maintient dans te terms, 4.1.5. Notion de densité Quel que soit le matériau utilisé, toute augmentation de ‘densité cntraine une variation du coefficient de conductivité ‘thermique 2, et donc de sa performance, jusqu’a un paint opti- 42. Sources de froid Dans le cas d'un transport frigorifique, il s‘agit du groupe énérateur de froid. Dans le cas de l'utilisation d'emballages ‘sothermes, il sagit d°« accurmulateurs de froid » dont le rble est de compléter lefficacité de 'emballage pour maintenir la Température requise Je temps nécessaire. Us agissent par « libération de trigories ». Lors du changement de phase (tableau IHD. environ 80% des Frigories sont libérées au chan- gement ¢’état physique pour la fusion solide/liquide (glace et ceutectiques) et 100% lors de la sublimation solide/gaz pour la glace carbonique. Ce changement se fait température onstante, qui correspond au palier de fusion (ou de sublima- tion pour la glace carbonique). Au-delA de ce palier. Ia remon- te en température est ies rapide. 11 est important de souligner que, quelles que soient les performances de Vembatlage utilis, le choix des accumula ‘eurs ainsi que leur bonne utilisation seront déterminants dans Vefficacité de la configuration, La « quantité» de froid & ‘mettre en ceuvce dépendra du coefficient isolation thermique alobal K de 'emballage. 199 STP, PHARMA PRATIQUES 7 (3) 195-212 1997 Toblony it - Quelques valeurs dénergies de changement de phase, Produits ‘Température de_|Ensisie de changement chang. de phase | de phase Eau | orc 86 kealkg Ou 350k) Scluion saline 03-20% aaa SS keaukg ougheolee 360 a 265 k) | Jen fenction de la concentr | reac 150 keavg ou £25 kd Glace ! 4.2.1, Différents accumulateurs de froid disponibles Les principaux accurmulateurs de froid disponibles sur le ‘marché sont + les sachets ou briquettes d'eau, ~ les eutectiques (liquides ou gélifiés}: un eurectique est un ‘mélange de deux (ou plusieurs) substances dont Je point de fusion est caractéristique du mélange et inférieur aux points de fusion de chocun des constituants : Ke choix de l'eutectique est fonction de la température que Ion veut maintenir ; on choisi- a celui dont le palier de fusion est voisin de cette températu- + Ia glace carbonique : elle est présentée en plaques surem= ballées, en bitonnets ou en blocs, et liveée, selon le volume, dans des caisvons av des conteneuts isothermes : le palier de sublimation de fa glace carbonique est 4 - 79,8°C et sa durée de conservation est limitée Le choix des accumutateurs de froid se fera en se reportant A Valgorithme de la figure f et au tableau IV. 4.2.2. Utilisation Compte tenu de ta capacité & absomption des calories de la glace carbonique. il est fortement conseillé de se la faite liveer juste avant utilisetion, ow tout au moins de Ia stocker & Pen- droit le plus froid possible (attention aux émanations de gaz, carbonique). L’utilisation de glace carbonique, notamment our une conservation entce 2 et 8°C, nécessite une concep- tion tout a fait spécitique de embaltage. La glace carbonique ne peut étve utilisée que dans un emballage non étanche au gaz et son utilisation pour le erans- port aérien est soumise & restriction au-dela de certaines quan- Uités et suivant les compagnies utilisées. Par la route. Ie poids brut d'un colis contenant de substances infectieuses ne peut exceder 100 kg. glace carbonique comprise Les accumulateurs de feoid doivent étre préatablement actives par congélation I est done nécessaire de disposer dun congélaeur pour les sachets et briquettes dea ob les eutee- tiques et de respecter le délai et fa température de congélation peéconisés avant de pouvoir les utiliser. Les sachets sont géné talemen éutlisables, mais un nombre limite dutlisations est parfos indiqué. En ce qui eonceme Jes entectiques, ils sont disponibles sous forme de iquide on de gel, On peut observer que la restitution des friguries par up gel est plus lente que par ton liquide. Dans le méie ordre ides, et pour toutes les sources de fioid, it faut aoter que, pendant Ia période qui précéde le chan: gement de phase, la température dans I'emballage peut des- cendre en dessous de Ja température requise pour la bonne conservation des produits. Aussi fauti, dans le cas ob te pro- duit ne doit pas ie congelé.éviter le comtact direct avec les accumlateurs. Pour cela, il convient d'isoler les produits, aver du papier a bulles pur exemple, Pour la glace carbonique, i} est préconisé de la séparer des produits par une eloison Ine faut pas préparer un colis & Tavance et le laisser en. chambre froide en attendant le départ, Cela n’empéche en ‘aucun cas 1a fusion des stabilisateurs et entraine fa perte de 1'« autonomie en froid », ainsi qu'une possible chute vers O°C ‘ou moins. En revanche, il est conseillé de laésser l'emballage contenant lex produits en chambre froide et de n'y ajouter les stabilisateurs thermiques qu’avant fermeture du colis et expé ition, Itest préférable dutliser les aecemulateurs d2s leur sortie du congélateur en prenant soin d'isoler les produits comme. déerit plus haut, pour mettre profit les figories « lbérées = avant le paliet pour refroidir 'ambiance de I'emballage, sous réserve W'avoie véifié lors des validacions que la température reste dans [es limites requises U est nécessaire de faite attention aux spécifcites des sources de froid: elles ont toutes un « domaine d'utilisation », c'est. 2-dire un itervalle de température pour leque! elles sont réconisées, [1 ne Faut done pas récupérer les sccumlateurs, des retours clients par exemple, pour les réutiliser sans pré= caution 4.2.3, Précautions dutilisation Dans te cas des sachets congelés, beaucoup plus rarement dans le cas des briquenes, apparition d'une lissure de I'en- vveloppe (chute, pliure foreée, etc.) est responsable de Fuites, tors de la décongélation. On pevt remédier & cet inconvenient fn utilisant un gel ou en isotant produits ow sachets dans un sachet imperméable, est primordial de veilter 2 la bonne congélation des accu- ‘mutateurs de froid en les mettant un temps suffisant au congé- iareur (se séférer pour cela aux consignes du fournisseur). Afin d'éviter les brilures, le por de gants est nécessaite lors de la ‘manipulation de glace carbonique et des eutectiques 2 tempé- ature fortement négative, 4.3. Transport est possible d'associer des emballages isotherms et des transports rapides, I'alternative étant le wansport frigorifique {régulation en froid) ou le transport & température dirigée qui ~ sabe cme mace Président "M laigul cconsiste & wiliser des véhicules, containers et bateaux €quipés de régulation de température pour le froid ou pour le chaud, 4.3.1. Cahier des charges Qui s'agisse de transport & température dirigée ou de association transport rapide-emballages isathermes, il est important de donner des specifications au transporteur. En effet, en tent que prestataire de service iogistique chargé a acheminer des produits vers leur destinataire, le transpor- ‘eur. par la qualité de sa prestation, est un intervenant impor= tant qui prend part & la qualité globate de la distribution des ‘médicaments. Sur le plan de ta Iégislation de la santé, nous lavons vu. y a nipture du contrdle pharmaceutique au aiveau du trans- porteur. mais le produit reste sous Ia responsabilité pharma- ceutique de Texpéditenr, et ce jusqu’au maillon pharmaceu- tique suivant, ‘Comme dans tous les eas dintervention d'un sous-traitant, pharmaceutique ou non, la garantie de Mintégrité de la qualité, ‘chaine du froid ineluse, passe par la rédaction d'un cahier des charges précis, & attention du transporteur choisi, ayant pour objectif d'étendre au tcansport le niveau de qualité exigé des fabricants et des distributeurs pharmaceutiques, (On peut donner & titre indicat les principales cubriques ‘constittives de ce cahier des charges, llustrées par quelques points clefs. Ce document devra bien sGr &tre adapté & chaque soviété. Sa mise au point peut et doit se faire conjointement avec le tansporteur. le partenariat étant un des facteurs de réussite de la mise en place de tels éléments, Glossaire : un certain nombre de termes techniques spéci Fiques utilises dans le cahier des charges doivent étre précisés et clairement définis a priori, afin d'éviter cout dystonction ement lig 8 une incompréhension ou 3 une erreur d'interpr tation. En matiéte de chaine du froid, cenaines définitions devront et clairement développées limites de températures et nécessité de les respecter, + conditions de mesure de Ia température et tragabilité des cnregistrements [Nature du trafic : ce chapitre doit définie clairement = quels sont les produits et leurs spécificités (dangerenx, sujets au vol, sensibles aux variations de température, fragiles, Eventuellement polluants en cas d"incident): il faut notam- ‘ment donner au transporteur les informations nécessaires & la formation de son personnel a ces specifcités et vérifier en ‘vite que cette formation est effectivement mise en @euvre, + qui sont les clients, en soulignant certaines particularités (& ‘qui remettre ies produits, ne pas les laisser n’importe of, etc.) Spécificité des exigences : médicament. + chaine du froid respectable et respectée. = locaux adéquats, {a distioution des méctcamonts en chaina du rok: carets pratiques Rappon d'une commission SFSTP Présidom Mtn ~ formation du personnel a Jz manutention des médicaments, ‘matériel propre, sans odeurs, adapté aux produits fragiles, Présentation du fret. Modalités d’enlavement et Inventaire des mouvements: ce chapite doit déerite le plus clairement possible tes différentes données togistiques iste ot répartition des clients, tranches de poids, nombre de coli, etc.) en s‘atachant 4 fourir de bons indicateurs. Détention des produits hors trafic : des locaux adapeés dot ‘vent etre disponibles, fermés et soumis a un contedle d'accés satisfaisant, et présenter un état de propreté compatible avec la, présence de médicaments. Garantie de non-rupture des exigences de température en cas d'arrét momentané ou prolongé ‘Transparence et tragabilité des expéditions : suivi des ano= malies et information, Gestion de 'éventellesous-tritance Carte des déais en fonction des zoncs géographiques. ‘Verifications et ait 4.3.2. Rappel des points importants La notion de ransport principal (aérien par exemple) et secondaire (routier par exemple) : la réglementation LATA est alors applicable, le transport aérien primant toujours sur Jes ‘autres modes. Notons cependant qu’a ce jour les réglemmenta- tions LATA et ADR différent ns peu. Les documents fare circule entre expéditeur et le pres- tataire doivent comporter la description claire du produit, Je caractére dangereux et la classe du produit, donnés par ‘expéditeur (skipper en anglais); i est rappelé que la respon- Sabilitéincombe & ce demier et non au transporteur en cas de produits non dangereux, il est parfois demande & Iexpéditeur une déclaration de produit non dangereux, + la déclaration de matidres dangereuses. si nécessaire, Jes indications de ta conservation en température contrée ct éventuellement les instructions de renouvellement de sour- de froid (ne pas oublier de spécifier par exemple fa quanci- de glace carbonique & remetre). La nécessité de faire une opération & blanc afin de valider ensemble du processus (voir chapitre I.7). La nécessité de faire attention, en cas de groupage, aux odeurs provenant de alimentaire par exemple. ‘Le contrat de transport doit respecter le cahier des charges. 201 S.TP PHARMA PRATIQUES 7 (9) 195-212 1997 5. Suivi de la température : ‘enregistreurs et indicateurs 5.1. Les enregistreurs S.1.t, Définition Les enregistreurs permettent de suivre ’évolution de Ia tem- Pérature dans le temps aux endroits 00 sont placées les sondes. Iis peuvent éte fixes ou embarqués, 2 usage unique ov non, La mesure de la température se fait grce un ou plusieurs capteurs dont il faut prendre en compte la précision et le temps de réponse, qui varient suivant ies matériels de O.1 sa quelques minutes, Ce temps de réponse peut, quand il est long, donner lieu a de fausses interprétations liées & I'inertie, De méme, la position de |'élément sensible du capteur doit éure connive €t prise en compte Dans le cas d'une vatidation, on utilise un enregistreur tique multipiste, Pour suivre la température en routine su cours d'un envoi, on dispose d'entegistreurs autonomes & mettre dans Mambian- ce de l'emballage. 1 existe une norme frangaise (norme Afnor E 18-150, octobre 1993) inttulée « Enregistreurs de température pour le transport, Pentreposage et fa distribution des produits surgelés ct réfrigérés ». Cette norme fixe les caractéristiques tech- iques et fonctionnelles des enregistreurs de température des- ‘ings & équiper les moyens de transport, d'entreposage et de distribution des produits surgelés et réfrigérés. Elle spécifie les méthodes d'essai qui permettront de vérifier fa conformité du matériel aux prescriptions aptitude & l'emploi et aux per- formances. Cette norme s'applique & ensemble enregistreur- ccapleur (sonde). Le capteur peut étre situé a U'intérieur ou & extéricur de lenregistreur 5 Plage d’ utilisation De nombreux modeles sont disponibles sur le marché at il et possible de choisir la plage de température adaptée au cas, A traiter. Un méme foumisseur dispose souvent d’un modele adapté aux températures positives et d'un modéle adapté aux températures négatives. 5.1.3. Consells @’utilisation Quel que soit le modéle utilis le positionnemesit du (ou des) capteur(s) est déterminant. En validation, on disposera des capteurs au plus prés des produits et en différents points de l'emballage, a distance variable de la source de froid, En routine, on disposera un capteur au point déterming pendant la validation comme étant le plus défavorable. On distingue les enregistreurs mécaniques et les entegis- ueurs électroniques. S.TP PHARMA PRATIQUES 7 (3) 195-212 1997 Encegistreurs mécaniques (bande papier} La préision de Ii mesure est imtéressante, Certains peu- vent étre activés en deux temps une premigre fois ponctuel- Temment pour savoir & quelle température a lieu le départ, une seconde fois pour l'enregistrement du suivi pendant le trans- pon. Par contre, un choe pendant le transport peut entratner Te tracé d'un pie et fausser Vinterprétation de l"enregistrement Ces encegistreurs peuvent étre adaptés & une utilisation en chambre froide ou 8 une sntiisation pendant [e transport Enregistreurs électroniques lis peuvent ae programmables par interface avec un snicro-ordinateur, La fréquence d’aequisition, la plage de temn- pérature, la durée de Fenregistrement, ec, sont généralement paramétrables et, selon le mode. jusqo"a 15 000 acquisitions sont possibles. L’enregistrement des données est récupéré et tuaité pout étabir les courbes et statistiques sur micro-ordina- ‘eur Tl faut se faire préciser par le fournisseur Vemplacement précis du point sensible du capteur afin den tenir compte lors du positionnement du capteur. annexe 6 donne une liste non limitative d’appareils dis- ponibles en 1997 sur le marché. la liste de leurs fournisscurs se wouvant en annexe 5. 5.2, Les indieateurs 5.2.1. Definition Les indicateurs réagissent un apport énergie et permet tent de savoir s'il y a 6u dépassement dune température don- née. lls ne sont généralement pas réversibles. Certains d'entre ‘20x permettent 'intégrer le facteur temps, en réagissant ‘quand le dépassement de température se prolonge au-deld ne certaine dorée. Certains doivent étreactivés avant wilt sation, On en distingue deux types ~ ceux qui font appel une réaction chimique (coloration), = ceux qui font appel a une réaction physique, Indicateurs chimiques Is sont congus pour eéagir & putir d’ane température déterminée. Le dépassement de cette température se traduit paar Ie changement de couleur d'un indicateur coloré thermo- sensible, Ils sont tous iréversibles, done a usage unique. It existe deux principales réactions ~ In diffusion d'une substance chimique en contaet avec un support absorbant. la couleur migrant en fonction de I'éléva tion de température au-dessus du seuil préétab = Ia potymeérisation de deux monoméres, la couleur changeant ‘aspect cu plus clair au plus foncé, aduisant P'élévation de température Indicuteurs physiques 1s sont basés principalement sur : La distsbution des mécieaments en chaine au told: camets praiques Rapport dune commission SFSTP Président: M. kuin = la congétation d'un liquide coloré, entrainant la rupture d'une ampoule de laquelle s*échappe ce liquide lors de la décongélation (iémoin de congélation), ~ la dgcongélation d'un liquide préalablement congelé, qui en se décongetant s’écoule dans un autre compartiment (témoin dde décongélation). 5.2.2. Plage d'utilisation Diffétentes gammes sont disponibles et offrent a peu prés tout ce que Fon peut soubaiter en termes de plages de tempé- rature d'utilisation. 5.2.3. Conseils d'utilisation Il est important de positionner judicieusement ces indica- ‘eurs aux points critiques ou jugés tes afin avoir une vision pessimiste du respect de Ia température, L’annexe 7 donne une liste de quelques produits disponibles sur fe marché. 6. Rechercher plusieurs solutions 6.1. Rechercher une ou plusieurs solution(s) possible(s) Ayant idemtifié les principaux paramétres comme décrit uu cchapitre 112., il est possible de se référer & Malgorithme de Ia Aigure 1 Gui peut aider 4 determines les solutions adapiées au probleme & trier, Dans le cas 0 des solutions a base d’ernbattage isotherme seraient retenues, Je tableau IV permet de sélectionner des eS _ L see ese) : Ge z \ I T i c em — Figure 1 - Recitercher la soliton ideale. La cistnoution des métcamants on enaine du tro! : carnots pratique ‘STP. PHARMA PRATIQUES 7 (3) 195-212 1997 Rapport d'une commission SFSTP Prasident = ion Tableau IV - Selection das couples isolant-source de trod Ouse rane | —-sowave | zone aase | eawe | - mousse PU, PSE ou PSE * Giage earbonique ou gel eutectque i Mise en xuee dco Sttienter vers ln Wanpont isetnerme Cépaissour de Fsolantot'a_| - Mousse PU, PSE au PSE*| Si des condkions de temp quantié ca get augmantant | -Eviectque O°C ou gace | entra 2 ot °C sont accoplabes avec la durée du transport | on quantié croissante ‘or solitons eovespondantes “= Mousse PU, PSEE cu PSE" + Eutecique oC ou glace: 12h | - Tout matnau’ isolant pernéabla au gaz "Glace cartoninue 1220n sour de dues erste longue, i faut augmanter 5 2447 | FOpaisseur de isola ete [Mousse PU ou PSEE fore | Mousse PU cu PSEE forte | Solvione spéctiques olds de glaco carborique | densité (6 = 32 kgf) avec | densi6'*(d= 22 kgm’) avec | a slucier aur ces par cas ‘uantité do gal ou de glace Seforique aagmer'srt Conteh paler] lace carbonique au ga 4paisseur et quantté ae go! fu glace carb, augmentant “e720 7ens} : I | “Le atria Gorbatage no dot pa re comleterert sland mals ire permfabla al az pout partie la ibralon de yar So-bonaue dlgs- gf las do subimatin do a ac croonqun [on anapon strane pe iM Go ace catborique dle Sdcme Sie coke trae to fcon spect. vor crepe “Lo prot ot repro, sida lace crboricum cai ut evict ne passe on dosous do 20°C. C'est ia ison pour lacuale Pk $end glacnearonique resto lite dar cote clase de tompéaturesLuaiiston dan exec ren pleaba “Ault de 72. tt skin ete fla 8 motrs an cea, Une vaio es rece esl pis cue mas uispensabi “tantan aux arperanuoseneras tomer negatives en hier 10°) peuvent passe les pra or aesoane Go O° et it vent Sgeloment concern i coi de sola puieq't fuera breruafercet coo padut Fot elon * En fonction dela ard ao anspor, laut aupmerte paiseur Ge ersslage ou la qunité dutochqe Cue ghce + Dans esas saga de potty hata denote dnt ep st ogoiont scl polrinane » Solon ls préconiations du constiucteur dembakage. PU polyurethane, PSEE : polyslyrtne axpansé extrude. PSE : polyslyrine expansé, couples isolant-sourve de froid, en fonction des durées de Iransport identifiées et des température demandées lors dtu (ransport. Ce tableau fait abstraction de I'aspectréglementé ou ron du produit, Les différentes mousses sont expansées avec un ga7 txempt de CFC. D'une fagon générale, lorsque la durée du transport augmente, les performances de I'embattage doivent eles aussi sugmente ins. epaisseur et densité devront aug: renter tout comme la quantité dw stabilisaeur thermique choisi. 6.2, Détermination de la solution optimale Généralement, une ou deux solutions se dépagent : par exemple, utilisation de transport frigorifique avec pour alter- native Massociation de colis isothermes avec un wansport ‘urgent (< 24 h), Il faut alors prendre en compte les eriteres économiques et les véritables contraimtes. Dans ce cas précis, le caleul économique pourra étve fait comme indiqué dans le tableau V. Ceci n'est pas suffsant et il faut rapprocher le cout des conteaintes en termes de délai ou de lieu, Sion veut liver cer- taines destinations en 24 h, association colis isctherme et {ransport urgent peut s"imposer. Si la solution transport frigo- Hfique est retenue, il reste & rédiger le cahier des charges 8 Partir des indications données avant de valider cette solution (hapitre11.7.). Si la solution emballage isotherme est agréée «n toialié ov partcllement (selon Ia destination par exemple), Tableau V « Calcul économique das solitons (F - unite monésaira queleonaue} Transport | Transport Poramees figoritque | emb.rsothome Coot embalage + sources fois oF AF Valorsaton stockage, erbaiage et souces do roid oF ne \Valonsation temps de montage | cembatiage et prep, eos of | owe Coot au transport yr | war Cott cune seconde présentaton du produ vie | MF To ve xF le-cabier des charges transport est également faire: s'y ajou- te optimisation de la conception du colis isotherme pour obtenir la plus grande fiabilité au meilleur coat. ‘A.ce sade, te partenariat avec le (ou les) foumnisseur(s) demballages et de sources de froid s'impose afin de définir exactement les caractéristiques du colis : + nature de Pembaltage, + épaisseur des parois externes, ~ épaisseur des éventuelles parois les produits et la source de froid, ~ résistance du colis en fonction de ta réglememtation le régis- teres de séparation entre [S.TP, PHARMA PRATIQUES 7 (3) 195-212 1997 sant et des conditions de transport, = détermination des sources de froid en fonetion de la tempé- rature recherchée, = quantité et poids des sources de froid 8 installer en fonction ‘du délai requis, des performances de emballage retemu et de Ja température & maintenir, = examen de la néeessité d'ajouter systématiquement ou non des indicateurs ou un enregistreur et prévoir, dans ce cas, leurs emplacement, en Fectioner éventelleent le type d'indicatenrevow eme- gistreur retenu, = Stiquetage. 7. Validation Quel que soit le proce rete, il est néces der afin de vérifier que l'ensemble est cohérent et offfe un degré de sécurité suffisant par rapport aux performances recherchées, 7.1. Transport par camion & température dirigée ensemble du processus de chargement, transport, éven- tuclstockage intermédiaize et mise & disposition du client sera vérifié en inttoduisant, dans des charges tests les plus proches possibles des charges eéaltes, des indieateurs et des entegis- treurs qui permettront a réception de s'assurer des. perfor ‘ances du transporteur par rapport au cahier des charges. {1 faur done « s'envoyer & soi-méme », ou a un destinatz re diment prévenu des manipulations a effectuer das eécep- tion, une ou plusieurs charges tests, L'exploitation des indi teurs et enregistrements donnera une idée de l’aptitude du twansporteur a respecter le cahier des charges établi avec fui Liidéal est de pouvoir envoyer les charges fests & des destina- ‘aires situés dans des zones défavorables en termes de délai ou de température afin de se donner la plus grande marge de sécurité, Un test satistaisant sur la liaison Paris-Nice au mois ’ao0t pour un délei fixé 8:24 h et une température requise de 2.4 8°C laisse présager des performances comectes le reste de année. 7.2. Emballage isotherme Le protocole de validation décrit ci-aprés a titre indicatit st un protocole type de référence. Toutefois, on peut imagi- ner un test moins lourd, seulement indicatf. utitisant des ind ccateurs «tout ou fien » mais & condition de placer I'emball- ge esté dans une enceinte & température constante et de dis- ‘poser un nombre suffisant d'indicateurs en des points signifi- catifS. En revanche, aucun suivi dans le temps nest possible. Ce type de test permet de savoir si sur une durée donnée et & température constante, I'emballage est efficace ou non, ‘Dans tous les cas, s’attacher &travailler en partenariat avec Je fournisseur permettra une mise au point plus facile, & ta fois des tests et de Temballage. La distrbubon dos mécicaments an chaine du tid: camels pratiques Aacport dune commission SFSTP Président folquin 7.2.1, Protocole de validation A titre indicatif, le protocole de validation type peut com- porter tes rubriques Enumérées ci-aprés. Descriptif du test, objectif : évaluer Vaptitude d'un embal lage & maintenir dans te temps la température d'un produit dans des limites prédéterminées, Description du produit transporte : ~ nature du produit : liquide, solide, ~ description du conditionnement: prim: ~ description du ou des suremballage(s) , secondaire, Description du produit testé: Tidéal est d'urilser un produit ‘en « vraie» grandeur, tel qu'un produit périmé par exemple ‘Cela n'est pas toujours possible. L'utiisation d'un produit simulé se rapprochant au maxirourn du produit transporté sera alors nécessaire. On décrira le conditionnement (primaire ou secondaire), le volume du produit conditionné, fe volume de produit par conditionnement unitaire et le nombre ounités dis- pposées dans Iemballage test. i'on souhaite connie fa tem pérature au car du produit, i faut envisager Futlisation de fa cons ponctionnables pour permettre une mise en place et un maintien efficace et sans fute de la sonde ou de flacons fermés ‘par joint silicone aprés mise en place de la sonde. Limites de température pour le produit: préciser 1a fous~ chette de température 3 respecte. Description de I'emballage faisant l'objet du test + désignation et référence du matériau testé, = description détaillée des données techniques : matériau, densité, conception (moulé, cotlé, etc), dimensions. inté- Fieures et extérieures, épaisseur des parois, volume utile, poids de Nemballage, etc. Description du matériel de mesure : + acquisition : description et données techniques thu matériel enregistrement, + sondes: type. précision, échelle, résolution, + indicateurs: type, échelle Description des paramates de mesure : ~ chambre de mesure ou conditions réelles, = température extéricure ambiante & définir : soit cas moyen, + positionnement des sondes, soit d'ambiance (exterieures au produit. soit placées au coeur du produit : une température ambiante extérieure & Vemballage, une température au coeur du produit au centre de fa charge, une température au coeur de la source de froid, une température au cerur du produit le plus proche de la source de froid, une température au coeur di pro- doit Te plus éloigné de la source de roid (recherche du {ou des) point{s]eritique(s] cits} « points} chaudfs] »); a défaut de sondes au coxur du produit, les sondes ou indicateurs seront placés au plus pris de ces produits Rapport d'une commssion SFSTP Présicent M4 idqun Remarques = éaliser um schéma éclaté montcan fa réparttion et te posi- tionnement des sondes. avec. si néeesssit, le positionnement de Ia séparation source de froid-produit et le positionnemtent des sourees de frig, + une configuration symétrique dans la disposition des sondes permettra des extrapolations assez justes au moment de lex ploitation des résultats, + revoir le passage cles sondes et 'aménagement da point d'insertion, lest judicieux de numéroter les sondes, de bien les repérer ct de bien les identifier par leur muméro, notamment au niveat de leur connexion & Pappareil d'acquisition, ~ sile test porte sur un produit température négatve, a mise ‘en place des sondes et la préparation de V'emballage a valier devront se faite avant congélation Nature et quamité de la source de froid ~ glace ou eutectiques : préciser la masse unitaire et les cotes dimensionneiles de chaque unité réfrigérante, le nombre dunités et le type d'eutectique utilisés et les paramétres de congélation, + glace carbonique, indiquer: présentation (plaques sur- emballées ou non, sticks}, le poids & I"emballage, lors de la préparation du colis, Prooédure d'emballage : elle doit indiquer ta disposition des accumulateurs de frovd. des produits, et dune éventuelle Séparation entre ceux-ci dans le cas of la eongélation doit ére Evitée. Les accumulateurs de froid ont, en effet, une tempera ture initiale négative. La procédure doit sgalement décrire éventuelle mise en place des sondes evou indicateurs et les précautions a prendre. Enfin, les conditions de réalisation de Fembailage doivent etre prévisées, comme la température ambiante, la température imitiale du produit ou des azcurwula- tours, tout en précisant ia durée de mise en ceuvre de chacune des étapes de réalisation de lembatlage et ia durée globale de réalisation Acquisition et suivi de I'évolution de la température: les cenregisirements doivent &tre adaptés aux conditions de valida- tion et au protocole, Il est inéressant, dans tous les eas, de prolonger (essai jusqu’a stabilisation de la sonde la plus froi- i atts wi UNE Bu rd caMmets pratques SLY PHAHMA PRATIQUES 7 (3) 196-212 1997 de pour avoir une bonne vision du comportement et de I'in- Aluence de Uembailaye. La fréquence d acquisition est Gable selon la nature de V'enregistreur, et a durée dacyuisition doit tee la plus longue possible pour avoir une bonne connaissan. 20 et un Suivi complet de toute Is phase de remontée de tem- pérature wt de ses différentes étapes 7.2.2, Répétitivité des tests Conformément au protocole établi selon les grandes lignes précédemment décrites, la validation doit étre mene sur un nombre suffisant d'essais identiques dans le but de montrer que les résultats sont reproductibles dans le temps. 7.2.3. Validation réelle Pour mieux appréhender les problémes et aléas liés au transport, il peut te intéressant de faire une expédition a blane afin de déceler au préalable les risques de blocage ou retard administrati (cas des destinations lointaines, ee.) et de Jes résoudre avant 'expédition eéelle 6, Etiquetage des pictogrammes ie du froid 8.1. Chai If wexiste aucun étiquetage ou pictogramme universel en tmatitre de chaine du froid. Linitiative est laissée & chaque expéditeur. Un étiquetage spécifique a ta chaine du froie aura Vavantage d'attiver attention de tous les intervenants et de fes sensibiliser dans le sens d'un gain de temps ¢priorté do fret), d'un stockage adapté, d'une non-ouverture du colis. Pour qu‘il soit efficace, il faut qu'il remplisse les condi- tions suivantes = tre visible (coloré, éventuellement présent sur plusieurs faces du colis), Gxre lisibie (éventuellement dans plusieurs langues). tre parfaitement interprétable (non ambigu s'il s'agit d'un pictogramme), Un article récent recense les pictogrammes de condition Emballages Isothermes 205 Stabilisateurs Le respect de la chaine du Froid EMBALL'ISO. Tél. 04 74 60 38 76 Fax 04 74 60 43 21 Thermiques SIME PHIRI PRABULES / (ap MOvete Har rnement tirés d'une harmonisation européenne [1] (annexe 8). LOMS et I Unicef ont édité des guidelines pour l'expédition des voceins aver une proposition de pictogramme également employé par Pasteur Mérieux pour les vaccins (annexe 9}, Le soleil barté signifie dans ce cas « maintenir & labri de la ch leur », Cependant. il serait souhaitable de rajouter les spécit cations de température sur le thermombtze en degeés Fahrenheit, comme proposé en annexe 10, Remarque : rajouter également, pour un transport entre 2 ‘et 8°C, la mention « Ne pas congeler » ou « Do not freece ». Enfin, le Syndicat de emballage industriel (SED a éité une liste officielle de pictogrammes repremant & la fois ta ‘manutention et la chaine du froid. Les pictogrammes powvant concemer la chaine.du freid sone présentés en annexe I. 8.2, Manutention L'étiquetage da sens de manuteation doit etre visi au moins deux faces du colis 8.3. Produits dangereux Dans le cas de produits classés comme dangereux sur le plan des transports, il existe un « plan d’étiquetage » légale- iment obligatoire en fonction du risque, associé a des mar- quages deseriptits néglementés et & une déctaration de trans- port de matitres cangereuses codifiée et également réglemen- tée, Il est important de ne pas oublier les mentions légales pour la glace carbonique et de préciser, pour la norme TATA 602, les nom et numéro de té#€phone de la personne res ponsable A contacter en cas d'urgence. Les étiquettes de dan- ger pour la classe 6 (classe 6-1 et 6-2} sont présentées en annexe 12. Le transport des produits & tempérawure dirigée, et plus spécialement proche de 0°C ou fortement négative, se révéle parfois difficile & maitriser si ous les paramétres a’ont pas été Idensifigs et pris en compte. Un partenariat poussé avec les différents foumnisseurs et prestataires de service doit amener 4 concevoir une solution aulaptée. Cette demiere doit ere alors soigneusement validée dans des conditions « extrémes » pour garantir a I utilisateut due le produit est liveé dans le respect de la chaine du froid. Cola peut &tre visualisé par I utilisation d'indicateurs ou d'en- tegistteurs qui sont les garants du respect ow non des para tres imposés. Une chafne du froid réussie est le fruit d'un travail d’équi- pe entre fournisseurs, prestataires de service et donneurs ordre, permettant I'élaboration de solutions éprouvées, vali- dées ct réguliérement testées, Rapeort dure commission SFSTP Président" M olguin * Annexe 1 - Instruction d'emballage 602 de la réglementation (ATA (1997) Divergences es Etats: AUGOS, CAGOA, VG? Divergerces ces exploiants 5x04, ASO3I0B, CANS, CiO1, COOZ soz, sw) Les exigences des conations géndiaies demballage (vor 5.0.2} do! vent égalomont éirerespacices. Générattés Los expéaiteurs de matéresinfectiouses doivent respecte a présen- te réglemenistion et sassurer que las expeditions sont préparbes oe acon 8 aver & cestination an bon état at & ne presenter, pendant Jur transport, aucun risque pour fos personnes ou Hes animaux Lembalage cot notamment comprends les slaments suivants {602{a) Das ambellages itéseurs comnprensnt Ges récipients rimaires étanches, + un amballage secondaire étancha, = sauf pour los grandes parties do corps et les arganes complats qui rnecossitont un ombatago spacial, ure matiere absorbante dot aire placte entre le recipient primaire et femballage secondaire 'S Fon place plusieu'sréciplens primsives dans un seul emballage secondai, H laut les envelopper indivduetlement pour éviter tout cortact entre aux, faut eéparer et atayer las mativas infectiouses transponées dans de 'azo%e bqulde, La matibre absorbante, coton hycroptile par exemple, doit tro en uantié sutsante pour absorcer la total du contenu dos récipients prinaires, 502{b) Sau! pourtes grandes partes de corps et les organs complets {ul ndcessitam un embaliage spécial et pour les matigres infectieuses expedies dans do Fazote liquide at dans des emballagse qui répor- ‘Senta Tinetnicton farballage 202, un embalage extéreur sutleary ment sofide pour sa capacilé, sa msve et Fullisation a laquelle i est destin. Lemballage dot ee capable, comme feuroat prowve i rsuars, de subir avec succes les épreuves sur models Iypes pre ‘vues dataldes au chapite 65, ‘La plus petite dimension des cols ne doit pas re intérieure a 100 mm aim. ‘Note : Jes emeellages ayant subi des éoreuves de résistance doivent porte les marquages requis par 606. Une liste détallde cu contenu doit atte placée enke rembabage secondaire st 'emballage exlereur, sauf pour es grandes partes de corps et les organes campleis qui récessitent un embatage spécial Le recipient primar ou fembatlage secondaire utilisé pour le transport 1 malieres ilectiuses dot ste capable de supooer sans fue une pression interne qui produ une pression ciférontiote au reins 6gale £195 kPa (0.95 bay, 19.8 Ion a des temperatures de = °C a+ 55°C (a0°F 13077 ‘On dot marquer de fagon durable ef se, sur les parcis extenwures de 10us fas cola contonant des matires inlectiouses, le nom et Ie numéro de teléphone dune personne responsable pour Texpécion. Avant de remetire au transportour des matives infectieuses, fexpédi- ‘Ut doit préverir le wansporteur el avoir domandé accord préalable 2% Distrbuteur: Sanapra, ‘Warmmark(temeire de tompératures). Temperatures 18, - 11,0, 10, 20, 25, 0 837°C. Distnbutours : Sanapra, TI impor. Freeze Walch (odicateurs de gel). Tempdratures possbles 0 et 4°C. Distributeurs: Sanapra,Dife, Grosseron, Annexe 8 - Symboles et pictogrammes utilisés Tt 1) 00 S Tenir a fabri de la chaleur Tenir a Vabri de 'humidité g tien entre set 10°C Ne pas approcher du feu e ¢ 324 as S Tenir a V'abri du soleil et de ‘a tumiére Demander conseil 210 {La stnoution aes mecicamants on chaine du tro : camets pravques STP. PHARMA PRATIQUES 7 (3) 195-212 1997 Rapper d'une commision SESTP Praidont feign Annexe 9 - Pictogrammes utilisés ‘Annexe 10 - Proposition d'un pictagramme de Ia par Pasteur-Mérieux chaine du froid en degrés Celsius et Fahrenheit STORAGE STORAGE VACCINE .- VACCINE © SOFRIGAM "La Chaine du froid sur mesure" ‘Coxception clan de achat eure de pros senile: Gomme Embalage ATH» Ora HIONC « 024 0 Tie) ALU: Poche otbemes: LAS SSOFRIBAG Sac ieee sole -23 12 SSOFRIBOX inte Cass ishermeigise fereandad S728 Mugors posts: SANF-EFRIZ, DOLOFRIZ, FRIZ-STICK, FRIZBOX, SOFRIBOK pasa Case theme ie ‘ur mesie= 1872 [PRIZBOX : Cais otermesandard longa dake = 86% ‘Gamme Accumutateurs SAMTPACK: brquete sige on PEMD " maiteset empectres=207, 1570" o SANIERIZ: Dose oupleven PVE ‘ails ct Sempraies AP. 0 22, Rue Lavoisier 92000 Nawterre ‘Te. (33) 0146 6985 00 Fa : (35) 01 4725 98 44 24h aah Teh 96h an Annexe 11 - Pictogrammes édités par le SEI "Rapport Gare commission SFSTP Présidont = Miia Annexe 12 - Etiquettes de danger pour la classe 6 sages [Syne Feneion Fa, waa raph aston sso oon ocr _| Set penn ve Tuna pon wore soe do coaige peer can Tassie ore oe Conan ata fenrooie d's Solow Cra "nage us rebatge moma | Soouaten Sots icnrdan un ona ents Lint wn rs co tomer ‘tog dae | Sneeartatoge o Setanan stb Socowt co mange ss0 70 oe L GLOSSAIRE Incoterms : Intemational Commercial Terms. Les Incoterms permet: {ent aux coniractants fannuier los baribres entrainges par fa cst ‘00, la langue oles usages commerciaux en ieur donnant la possibil- 16 dutiiser un langage commun. Chale du fait" ensemble des moyens nécessaires pour mainenir un produit dans les limites do température requises jusqu’a Son ut ‘sao finale, Température dtigée : malice dela tompératura dan uno plago dét- ig. + Matioes classées dangerousas: matioes répertoriées comme élant susceplitles Caccasionner des dommages aux personnes et aux bier, BIBLIOGRAPHIE 1. PLAZANET M. = Le concitionnement: harmonisation européer- re. Rapport dune commission SFSTP, - STP Pharma Prat, 3, 366-972, 1998, 7.3.15 - Etiquette de danger pout la classe 6, Matte torque {Givision 6.1) ‘Dwvergencas des Etats - NZG-02. Divergonces des explants AN-02. 1C-09, PX-02, OF 02, $0- 02, USO Nom : Tox (Code cargo mp : RPE. Dimensions minimalas: 100 x 100 mm. Le numéro do classe dot ete efacs sur les étquatas signatant un esque subsidairo. Note: Ta nature du risque = toxigue ~ ou » poison = peut 6tre ins: ‘tte sur equate materetoxque. 7.9.16 - Eliquete de danger pout la classe 6, Substance infec tiouse (ahsion 6, DDivergonces des Elats : N26-02. DDivergances ces explotants : AN-02, 1C-08, PX-02, QF-02, SO 02, USG-10. ‘Nom: Iectious substance, Code cargo imp : RIS. Bimensions minimaies : 100 x 100 rem, Pout les pais cobs les dimensions peuvent Bre 50 x 50 mm, REMERCIEMENTS ‘Nous remarcions Tassociaton CHMPPharmacions sans trontées et las socistés E3 Cortex, Embaliso, ModlogiClasquin, Sotigam et SIef-TFE pour leur activa paricpation