Vous êtes sur la page 1sur 24
eer u ela rere Led Jazz inaParis FOO? Re ee ee Ol brad Ce monuments a classer Cent volumes pour raconter quarante ans de l'histoire d'amour qui lie Paris et le jazz... Un compte-rendu exhaustif de cette liaison conduite de Montmartre a Saint-Germain- des-Prés nécessiterait des pages et des pages. Contentons-nous modestement d'un petit itinéraire numéroté — évidemment partiel et partial — a la recherche d'un temps perdu. > 10 janvier, 61 ve Boissy d'Angias / Inauguration du “Boeut sur le Toit™ oll se cétayérent jazz et milieu littéraire d'avent-garde (Jean Cocteau slessaya méme a la batterie !). Le pianiste-dandy Garland Wilson fut Iho te assidu des lieux (Jazz in Paris, vol. 99) et, aprés-guerre, Django Reinhardt y présenta sa grande formation (vol. 58). Henri Renaud, ce son e&té, grava un alburn baptisé * New Sound at the Baouf sur le Toit * ol, 25). 1925 > Octobre, Théatre des Champs-Elysées J Joséphine Baker et "La Revue ‘Negre’, déclenchent un engouement pour Harlem. Du coup, Arthur Briggs (vol. 51), Herman Chittson (vol. 99), Charlie Lewis (vol. 59), Freddy Johnson (vol, 51), pianiste chez “Bricktop* ~ hawe de gréice de ces exilés ~ deviennent montmartrois ‘adaption 1932 > Octobre / Fondation du Hot-Club de France Publication d™Aux frontiéres du jazz" de Robert Goffin, 1934 > Parution de ‘Le Jazz Hot" d'Hugues Panassié - Installé 2 Paris, Louis, ‘Armstrong enregistre pour ia premiere fois hors des USA (val. 51) > 2.décembre, 10h du matin / premier concert du Quintette du Hot Club Ge France, une formation révolulionnaire campasée entigrement c'ins- truments “a cordes, avec Stéphane Grappelli au violon et Django Reinhardt & la guitare (vol. 11, 12, 13). 1935 > Mars = Ler numéro de la revue "Jazz Hot’ 1936 > Parution de la ‘Hot Discography" de Charles Delaunay. 1940 > 14 juin / La Wermacht defile sur les Champs-Elysées. Six mais plus ‘ard, salle Gaveau, concert du "Jazz de Paris’. Pour survive, le jazz qui Fa jamais &@ aussi populaire, devient... francais, Grappelli étant en Angleterre, Django dont la célébrité égaie celle de Maurice Chevalier, adjoint le clarinettiste Hubert Rostaing (vol. 59). Gus Viseur travaille sans discontinuer (vol. 88, 100). La formation de Claude Abadie, avec Un certain Boris Vian a a trompette, remporte le Tournoi des Orchestre ‘Amateurs. U'harmoniciste Dany Kane, Aimé Barelli, Christian Bellest, André Ekyan, Joseph Reinhardt, Eddie Barclay, le violoniste Claude Laurence alias André Hodeir se produisent en concert et enregistrent (ol. 100). Llembellie n’aura qu'un temps. 1946 > Mai, § rue des Carmes / Dans les caves d'un hotel, lorchestre de Claude Luter inaugure le "Club des Lorientais* oi il se preduit en fin daprés-midi, Pour la grande joie des lycéens et indignation des parents, (vol. 22) > 15 décembre, Pleyel : concert donné par lorchestre de Don Redman ; resteront en Europe Peanuts Holland (vol. 6) et Don Byas qui deviendra Une figure du jazz parisien et un champion d'argot (vol. 21, 72, 78). enda de “Jazz in Paris” 1947 > LT avril, 33 rue Dauphine / Le jazz investit Saint-Germain-des-Prés avec I'inauguration du "Tabou" au son de la formation des fréves Vian, Sy Produira Henri Renaud avec le guitariste Jimmy Gourley (vol, 48) ~ 22128 féier, Nice : ler Festival de Jazz organise en France. Sa pro ‘ammation confiée 4 Panassié, chef de file des traditionalistes cits Figues Moisies, alimente leur querelle avec les Raisins Aigres, thurifé faites du bop (Boris Vian en fait partie). Parmi les invites, Lucky ‘Thompson qui deviendra parisien dans les années 60 (vol. 28, 73) et un debutant nommé Toots Thielemans (vol. 17), > Juin, 13 rue St Benoft / Ouverture du * Club St Germain * dont Jean- Claude Fohrenbach (vol. 48) dirigea lorchestre. Assisté de Piere ‘Michelot (vol. 29), des ‘teres Fol - Hubert & Valto (vol, 55) et Raymond au piano (vol. 66), Django y fera un retour remarque (vol... 90}. Bobby Jaspar (vol. 27, 85), René Thomas (vol. 16, 57), Sacha Distel (vol. 27, 92), René Urtreger (vol. 67), Barney Wilen (vol. 26) Jean-Louis Viale, Benoit Quersin, Jean-Marie Ingrand, Christian Garros, Pierre Lemarchand ‘contribuérent éaifier la légende dorée du lieu > Septembre / inauguration de " La Rose Rouge ", 76 rue de Rennes. Alternant avec Juliette Gréco, les Fréres Jacques, la compagnie Yes Robert, un orchestre-maison comprend le clarinettiste Maurice Meunier ol. 54) qu'admira fort Benry Goodman venu en visiteur, le baryton et alto Michel de Villers (vol 55, 76), Roger Guérin ala trompette (vol. 48) et le batteur Bernard Planchenault (vol, 94). 1948 > 11 mai, Theatre Marigny / Lére soirée de la Grande Semaine du Jazz avec, en vecette, le sextetie d'Howard McGhee (val. 72). 1949 > B/15 mai, Pleyel / 2eme Festival International de Jazz. Y perticipent Charlie Parker que Vian présente 2 Sartre, Miles Davis qui fait la connaissance de Gréco, James Moody (vol. 72), Max Roach qui, onze ans plus tard, consacra un album & la caoitale (vol. 96). Plébiscité, Sidney Bechet décide de rester & Paris (vol. 22), Arrivent en septembre Buck Clayton (vol. 6) et Willie" The Lion * Smith (vol. 64). 1952 > 5 avril / Pour un enregistrement avec un grand orchestre & cordes, Dizzy Gillespie mobilise le Theatre des Champs-Elysées. Sans renoncer 8 graver quelques faces en quintette (vol, 52, 84) > 10 octobre, 14 rue St Julien-le-Pauvrei66 rue Galande / owerture du * Metro Jazz ', futur * Trois Mailletz'. S'y produisirent aussi bien Tot- cchestre de Michel Attenoux avec Georges Arvanitas au piano (vol. 47) ‘que Memphis Slim, Willie Dixon et Philippe Combelle (vol. 36). Associ 2 André Persiany, Guy Lafitte (vol. 24) en sera Ihate durant trois ans en compagnie de Michel de Villers. Les deux compares rejoindront le* Jaze ‘aux Champs-Elysées All-Stars *, lié I'Emission radiophonique du pia- niste Jack Dieval (vol. 92). > Arrivée de la pianiste-chanteuse Blossom Dearie (vol. 18, 94) qui orgs- nisera le groupe vocal des * Blue Stars * et épousera Bobby Jaspar 1953 > 16 mai / Django Reinhardt disparail. Sa derniére séance d'enregistre- ‘ment qui comprenait Sadi au vibraphone, fut la premiere d'un pianiste {ui allat fae patler de Iui, Martial Solal (vol. 91) > Stéphane Grappelli revient définitivement en France (vol. 30, 31, 42, 56, 82, 87) > Octobre, Thédtre de 'Etolle : Yves Montand, vedette de variétés, se présente sur scene entouré de musiciens de jazz : Hubert Rostaing (vol 54), Bob Castella (vol. 100), Freddy Balta, Emmanuel Soudieux (vol 80), Roger Paraboschi (vol. 76, 88) et le guitariste Henri Crolla (vol. 60, 0,'89) dont les enregistrements étaient restés jusqu'alors confidentiels > 16 décembre, Palais de Chaillot / Concert du * Jazz Group de Paris *, formation unique en son genre dirigée par André Hodeir (uol. 39, 70, 97) > Albert Nicholas entame un long séjour (vol. 47) S Bernard Peiffer remporte un Grand Prix du Disque qui récompense Foriginalits, "éblouissante technique et la qualité d'inspiration d'un pia niste qui compte parmi les plus inventifs (vol. 48, 65, 93). 1954 > Olympia, bd des Capucines / Bruno Coquatrix programme Conjointement Mary Lou Williams (vol. 14) et Jean Sablon, Lionel Hampton et Philippe Clay, Jacqueline Francois et le sextet de Gerry Mulligan avec Zoot Sims (vol. 25) qui se mélera subrepticement aux cchoristes accompagnent la chanteuse. Au fil des ans, 'y dérouleront de méemorables concerts a l'image de ceux donnés par Donald Byrd (vo. 4, 5), les Jazz Messengers (vol. 69), Cootie Williams (vol. 101) > Décembre / Parution du n° de " Jazz Magazine ", dirigé par Frank Ténot et Daniel Filipacchi, qui anticipait de quelques mois sur leur ‘mission * Pour coux qui aiment le jazz ". Un disque de Bill Coleman y fut objet d'un grand concours (val. 7) 1955 > Septembre / Premiére des multiples incursions de Chet Baker (vol 53) - Octobre : Pour Philips ou Fontana, Boris Vian enregistre Hen Salvador guitariste (vol. 19), Michel Legrand (vol. 323, Claude Bolling (\ol. 33, 76), Alain Goraguer (vol. 74) et supervise des séances d'Eari Hines (vol. 38}, Kenny Clarke (vol. 39) et Miles (vol. 3). A sa dispatition ‘en 1959, Philippe Weil reprendra le flambeau pour Harold Nicholas et Andy Bey (vol. 20) > De juin d décembre, Henri Crolla grave la quasi totalité de son oeuvre de jazzman (vol. 60, 80, 89). 1956 > Janvier /Les Jeunesses Musicales de France organisent une tournée de Sammy Price qui, en 1958, enregistrera en solo et en duo avec Doc Cheatham (vol. 95) 6 octobre : une phalange de 'orchestre Basie, avec Joc Newman en téte, s'échappe subrepticement aprés le concert pour raver un album (vol. 101), 1957 > Janvier, 4 rue de la Huchette / A Vinititive du vibraphoniste Miche! Hausser (vol. 85), ouverture du "Chat qui Péche" ol) Sonny Criss se pro- duira (vol. 23, 55) - 4 décembre : Entouré de Bamey Wilen, René Urtreger, Pierre Michelot et Kenny Clarke, Miles Davis enregistre la bande sonore du film de Louis Malle, " Ascenseur pour l'échafaud * (Wol. 3). Aucun des participants ne pense alors faire cauvre historique, pourtant... jazz et cinéma trangais vont, du coup, naviguer de conserve lun temps. (vol. 49, 50, 71, 98) 1358 > Novembre / Au Club St Germain un jeune batteur venu de Suisse, Daniel Humair (vol. 15, 43, 55, 71, 81), accompagne Barney Wilen (vol 26, 49) le petit agenda de “Jazz in Paris” 1959 > Juillet, 27 rue a'Artois / Sarah Vaughan (vol. 83) préside aux destinées du Blue Note, futur haut liew du jazz parisien. Tout le monde (ou presque) y jouera : Lester Young qui gravera son ultime album (vo. 75), René Thomas (vol. 16, 57), Eddy Louiss (vol. 35), Lou Bennett (vol, 57, 62) s¥ produira de 1960 4 1968. 1960 > Le guitariste Elek Bacsik (vol. 15, 81) fait /évenement au Mars Club, 6 rue Rober'-Estienne, lieu d'élection des jazzmen américains de pass ge. Le pianiste Art Simmons (vol. 61) et le bassiste Michel Gaudry (vl 82, 86) en sont les musiciens attitrés > Automne / Andté Hodeir grave sa Jazz Cantata avec le Jazz Groupe de Paris (vol. 90) 1961 > Mars /"Clauce Bolling Special Show" a la Télévision Francaise (vl. 7). 1962 > 10 novembre / Slide Hampton, 2 la téte de son Octet, donne un fantastique concert au Théatre de Etoile (vol. 10), 1964 > Juinjuillet/ Jean-Luc Ponty, le nouveau prodige du violon, grave son premier altum (vol. 43) > Eddy Louiss entre dans lorchestre d'Yvan Jullien (vol. 41). 1965 > juin / Louls Armstrong et son All Stars sont au Palais dos Sports (wo, 1, 2) > juli /'Stéphane Grappelli croise larchet avec Stuff Smith (vol. 82). 1966 > 13 novernbre, Pleyel / On attendait Stan Getz avec Astrud Gilberto, ce sera Asirud sans Getz, Et Stan en compagnie de Gary Burton...{ vol. 79) > Parution dans la Série Noire sous le n° 1075, de * Lembrumé * , une ‘transposition d Hamlet * signée Henri Viard et Bernard Zacharias qui avait troqué son trombone contre une machine a écrire (vol. 48) 1968 > Mai ative de Rhoda Scott au milieu des gaz lacrymogenes (vl. 34, 63). 1973 > 13 avril / Dizzy retrouve enfin Kenny Clarke en studio (vol. 9) et ‘Stéphane Grappelli rencontre Oscar Peterson (vol, 30, 31). lar 5 > Grace 4 Gérard Badini, Sam Woodyard, ancien batteur de Duke Ellington, entame une seconde carriére & Paris (vol. 86). Ici stachve notre histoire, Elle nest pas finie, bien sor, mais devient aut Alain Tercinet Louis Armstrong 32 best live concert vol. 1 013 030-2 ‘Age de la retraite, evres les, voix raill, le plus grand genie musical du XE siécle n'a plus que son coeur & offi. IN le fait voler en éclats dans ce concert légendaire au Palais des Sports ring econo a es Dar Miles Davis feetitcn au LP 25cm Fo Ascenceur pour I'échafaud coat rel. 543 109.2 Une des plus belles musicues de film que le jazz nous alt donne. improvisant en direct sur les images de Louis Malle, Miles Davis et S25 hommes y installent le tragique. La longue séquence dans laquelle Jeanne Moreau parcourt de nuit les Champs-Elysées coit beaucoup & ‘inimitable sonorité de sa trompette, la musique de Miles contérant A ouwe entire sa noire ambiance erepusculaire 05 06 Donald Byrd Parisian thoroughfare ref. 833 395.2 le rappeler, de nationalitébelge — préche avec Iyisinesa,bonrie-patole Au hard bop. Sait Peanuts de Dizzy Gillespie, Parisian 7 {de Bud Powell, 52nd Street Theme de Thelanigis Me couleurs nouvel entre les mains dune clique de Bick Bayou lacie grag greet La site de * Byrd in Paris, concert cmpien de Donel Bydiauiea 8% O18 @2 inate dun quite pecase amare ety leper ey Tr o2 arSen, tom Louis Armstrong The best lve concert vol. 2 ref, 013. 081-2 oi il récapitule toute sa vie, mais oi toute la nostalaie est volatilisée ar le jeu jubilant et les accores acérés du planista Billy Kyle. eae. Enrol 2 ocabe 1956 cn dy UP Bar 67908 oe Donald Byrd Byrd Pa ct, 299 394-2 Le trompettite Dogald Byrd et ses hommes & FOympa, on 1958 pit dere Gun fog sn fucoe, Ot ding "exemple de ses calegues| Bobby Jaspal écoute de Sonny ols, 2 aus curl sanju. Pourant, Dona Byrd prefers iene sm au accords angulgin, es pivases breve et fades restan focus au Service un dlsoare melsique iy ra Bacay et Filipacchi) Jorz Mabie E stacesfomoayrts a “yng” lr tee fo" etc "newark ea Bex pants iis adoption (Buck Clyton et Peanuts Holland). le gota de Saint Germain-des Pres, Toulouse en 1981, oe trompettiste du Kentucky, exsideman de er, 2 v6cu & Paris ds los années 30. Avec ses amis Guentin fi (vombone) et Budd Joins (Sail pred ici un accoure Pbpulare de son anfance et Ie" blvgs revival" de cote période ry “concurrence fe rock naissant Slide Hampton Exodus ref 013 033-2 ‘Averteans, “Side” (a caulsse du trombone, of ‘oursel) découre avec: lection Pars 00 ira de argues ares, Tou album rite sa joie de vie et de jouer latte dun octuor ‘iia, idl pour depoyer sa itusié de tem. bars et son alent arange, da vl chez Diez Gilspi et Maynard Fon, eas Hoe go et 12 ‘re tana en ny Django Reinharct f Swing from Paris Siiendet ref, 159 852-2 a Le Quinte du Hot Club de France dane es ‘anodes 30, lrsque Paris état alos Paname. Le ‘poupe pussade une rele estique maige Topposton de stvescuatchent ses leaders, La naturelle auite oe la guitare de. Dingo Rent face a lespitfe et agile violon de Stéphane Grappal. La fore renconart a finesse, Limpréisble et vartignaux dsceurs de eux mares maps, 1 tee by nora Soren fee este 6 LP Aen 123, 93 Dizzy Gillespie The giant rot, 1597342 ‘Ambassadeur du hop, Dizzy Gillespie ne mangua jamais de se rendre régulitrement & Paris. En 1973, ine posseds plus depuis longtemps son explasif et légendaire big band mais sa trompette, toujours mot dante et insolte, n'a aucun mal a ayer avec wlautres instruments, & {ter joyeusement rencontres et retrauvalles, comme ici aves Kenny Clarke, son batteur de jadi, fut Django Reinhardt Django et compagnie ret. 849 241.2 Django Reintardt faisant des étincelles auprés do chanteurs et chanteuses papu- laires, dont certains aujourd’hu oubliés, En 1935, au sein de Voctette du viow loniste Michel Warlon, c'est & un tout autre destin quil nous conuie. Ilya 8 des Couleurs, des audaces orchestales qu firent fiemir le public da répoque. Djengo, certes, enrichit Ia musique mais fait cordes avec elle, la rendant encore plus attachante feivereaaee Spare Semple oe Beta Ce a rare ate 2c 38 ‘Sites ops ve ese Remar us 12 Wags rosea ini) Dias Rent ae 1 pan ne icone erp en, Dio eit wo Hes Scan eso LP Par 286 168, oder ey ty rete sera une atncale despot Django Reinhardt Swing 39 ref. 159 854-2 mas(16 623 Au, pitemps insouciant Cavat la ‘ele de guar’, die ambiance chez Polder, boule ‘ard de a Gare Djangn et Grappa ot jamal (2é mewxaccorésni pus enous Postant, sur “Swing 39" souffle soudain une bis de blues, impalpable pressentiment du cyclone qu va las ipa: la fame ou faux quite vce, mas avant qu'elle passe an valleuse, chaque a 13 14 a Mary Lou Williams made you love Paris ref. 013 141-2 Décourant Pars 8 44 ans, la grande dame du jazze calleberé avec tous les grands: Armstong, Elington, Goodman, Luncetord, Dizzy, Monk, ‘Bus Pore. Vian Fadule,Ténat Fenregste. Aj ‘moment ol raquit le eck nol, est. un sume fascinant ces chapitres précédents < ues, an ‘swing, bop, thythrrniblues et méme samba | eg Pris May Lou entre & New York, ol prise une al crise mystique, elle dénide de consarrersa ve au sospel ! hy i ae Sey rt 9,8, 18 Tre the fait D7 0 ie ie rane BE ce aston uP ey 84030. 16 Elok Bacsik anes Guiter conceptions Rene stone ref. 542 231-2 Elek Bacsk fut trop briévement une personnalité incontourable de la scne musicale parisienne. Accempagnateur occasionnel de Jeanne Moreau — il tient ‘otariment la guitare dans Tout mevose -, autour de fa musique de La Saison ies plies, une chanson sur laquelle Serge Gainsbourg éerivit les paroles, ref, 549 400.2 Les deux premiors disques que René Thomas sina sous son nom. Myooe jn line taupe, mais des digs dune agltssurprenate, Rene combine las fe yrise ce Django Raintard & Tautonté elzarte de Jmmy Raney. aleert second parle piano powelin de René Urge, Thomas nus ase “Bacsikjouat du jazz avec son Ame de tzgane, en vitucse accompli. Toots Thielemans Blues poor firter ref, 549 403-2 Tha, aint ce devil plus and mate de Tharmonica, sun erparei tout toran de Whar et sutaut un guitare utipeet unique, au pase ardent, rude, pars exper ? Cat lar fb double pession qui ércunera pour Jaco Pass, it ss debuts do siflausitucse, ‘sa dblleuse guitare et nous fat reget son abeence, Gute te sridadean ee Buidy Banks/Bobby Jaspar Jazz de chambre fet. 013 034-2 Contrebassste et arangecr quasimet inconnu, Buddy Barks eut le temps enwejster un album a Pari, ave Jey Goorey, Roy Hayes et Bob Derough, tous joyesement bop. Ce demir resta toujours tres lie avec Blossom Dearie, dicate et subtle panisteaxccrnpagrant lft de Baby Jaspr, son mari, dans un rarisime 45 été par Barclay. Evénementil | Beet cele TSB 3 oui serra, fi Ei Pre my Eg 8 atioes mee ‘The Blue Stars/Menri Salvador Pardon my Englist/Plays the blues vet. 0130352 Conzairement aux Double Six cont is furent les précuseur, les Blue Stars swingaient en angals ot (malgr la concours préciaux de. Blossom Dearie) avec. un accent 100% parsen ~ dou le tive réaiste cu ssvoureux Album * Pardon my Englis. Quant * Dizzy" Satvador, on tos tives produtts par Boris Van, cst en onomatonées monstrucuses (il stupetiera les malneurewx qui igrorent tencare son génie de * scatteur' igetaea cretion 21 Sete ere Don Byas 9 06, eat Fob, pa Beare tel, 013 027-2 Cest ce marvel hidalgo, icine de Coleman Hankins, soiste chez Hampton, Diy t tout récamment Elingon, persion eps 1946, qui a fait de la subline ba Ce ae lage du fm de Premminger un grand sion. db jaz uo Sonny Criss (Ms Blues pour tinter tel 549 231-2 Un past paren, une kgance odie che Benny Cara Ue soni hide de Johnny Hodges, Falio de Sonny Criss soufle un peu de istore du lez ca naturale agossivié so miinent de deuce. crigeauent, top & Fett das ses hes de bopper, Sany Gris tanh i dal ks, dowels bes pour fire au cru méme de ar 20 Harold Nicholas/June Richmond/Andy Bey Chanteurs-chanteuses ‘ef, 013 036-2 “Tis vocalstes injustement oubliés + le ‘enor crooner Harold Nicholas; la pulpeuse dune (et ici de Quincy Jones); ot last but not Teast, inclassable Andy ‘Bey, futur com pagnon d'Horace Siwver et de Pharoah Sanders, qui pour Theure tesse le ‘Scoubidou de Sacha Distal! Sood lire sige 22 Sidney Bechet Yaude Luter ref. 159 821-2 xpulss de France.en 1928, Sidney Bechet revnt Pars aprés uae pour tompher dans les clibs dela captale et inscrre son nom au Pantéon du jazz. Au Lovina, au View Colombie, Bechet fascinat fon jeune public pa le isme de ses imerouisations, Au premier rng de ses clsciples, Claude Luter, fe mae abandonnant paross son ‘eve pour quelques brilantes escapades en studio ‘ston mese as Heresy ee mend, exsmuse de Cab Calloway 222 epost anon ate masinacrben nie @ pomees @ Dreher Picea Capa aie a | oo re ; bro imma ‘S10 1 oan a ait at ae Guy Lafite oe Biae and sentimental rel, 159.8522 {Gascon gourmand et tuculent, Latte se sentait sl biem pai eg téno *yelus"(Colemen Hawkins, Ben Webster, Paul Gonsal ment contamirée parla maledie du bru fou. quite {ache celle des Chats Seuvages le temps dun twist 25 adn Sing eb pent Rend redo ai0372. Toot SPH br-19R6, presiue chez Wl & Paris soul do langues phases ‘ides, af dliéeS lors une jam Session aussi rejoussante que soon- ‘ane. us tt, Hen lean, le pisniste de la stance, 3 brovstifement desisaé(e Tabov pour le Beet eur le tot. Le grand se ql diige ala demande o'EddlaBatcieytrerpe san Swing tds bop co abe sonorités notices. Un beeut mode allechant © dae ees Bobby Jaspar ae ane vig Modem Jazz au club Saint-Germain ref 159 941-2 Un souffe sénéreu, un jeu lique et sensuel dont la douceur, le paisible abarcion évoquent Ie tenor de Stan Bete. Booby Jaspar en ex ce lse- le inspite. Son,combo n'est pas sans feppeler cou de Gotz au Story fe Boston, evec Sacha Distel dans le rle de Jimmy Raney et René Utreger ‘ars ceture' Haig. Il est cing hewes, Paris evil. Seaaretg Sacer te 23) Pierte Michelot found about 9 bass EI scone ter (ef 832 5092 Hoc ee ‘Husa sce tes ist encrsia Cha Dons a sone fede et Gears des Gane rigs HE dans tos 1s sues 1, a capa, Pens Emre WihactSavertee Bibe St Ea Bor is poe at ee See Geum qua que rears en deg bne cee inprona sean Sener 6 ‘oman Bomey Witen Jazz sur Seine raf, 548 317-2 Entre “Asconceur pour 'échafaud” (Malle & Miles) et es * Lissons dan geteuses (Vac, Duke Jordan, le pobtenigos du sax invent une faine ide du jaz : Django et tenet, méme combat. Les ais du MUQ sont 1 mais un tambour sénégoaisclame Turgence du départ pour Talrigue. "Jazz sur Seine *, premier pas de ka world rusic? 28, Aioiy Thompson, Modern jez group ret, 159°823-2 MOdlene tout en restant elassique, le jeu de Nénoy/Be Liky Tmpsan niecparterat Qua lamers. Themn Fntat peso, fas ee Don yas, on made plas proche Sa sonorté veloute et chaleur, son phe ‘ondbyant ponctue par dimpresbles relaces trouve ci aturellerert a plage. En quattic cu trtet,Luckysaupoud le musique de en- esse, sce ‘Oscar Peterson & Stéphane Grappelli Guertet vot 2 ref, 013 0282 (Celteenconte stun evel Ye complicit et de complémentartel fie le Pagarini de Mantmertre et le Rubinstein de Mortal: Un tel duo 7 Ge Witunses liber ehacun ce tout exes cemonstatt pour prvleger 1 pntislon. el. /énovioy sans ren percte de leur hallucinate Wituosié 10 abn LP Anes 6131 a1 Oscar Peterson & Stéphane Grappelli Quartet vol. 2 rel, 013 029-2 Ce sommet franco-canadien est illuminé par te fabuleux tandem du bassiste danois NHOP et de Kenny Clark : la palyytimie iésistible du fenialbatteurinventeur cu bebop, parsien depuis 1956 dynamite ce azz ‘de chambre chaloupé qui fait subtilement ment le tie / Won't ance, 33 Claude Bolling Plays the orignal piano greats ref, 548 151-2 Vrtuose du clavier, perfectionniste jusqu’au bout des doigts, Claude Bolling aime les teux dartfice de notes, les planistes de son cour ayant pour noms Earl Hines, Fats Waller, Erroll Garner et Art Tatum. Test Sone bien naturel que Bolling sat un aussi mervelleux inter rite de ragtime. Crest 2 celte musique syncope qu'l s'attague en 1972, tout en puissance et dextérité. Bowling, Bolling? 35 Eddy Louiss Bohemia ater dork eh: Ln foe re plone ee gala ucktapheek i ee Sera ee ae aaa ey nei te oer a eat fee a reer oe eae entre toutes les oils. er dae a 32 Miche! Legrand Paris jazz piano ref, $48 148-2 Connat-on bien Michel Legrand ? Personne n'gnare ses musiques de films, les paritions de ses celebres comedies musicales. Moins populire fest toutes le magnifique errangeur de" Legrand jazz", son plus fare opus jazastique. Guant au pianists, on cuble top souvent cen parle, ‘Dommage. Sous ses doits, instrument chante et serngue avec humout, fraicnour et invent, comme ii, sous le cel de Pais. 34 Rhoda Scott + Kenny Clarke ret, 549 283 LLarvée Pars de cette ravissante organist nest certes pos venement le-plus fameux de mal 68. Ajant taps dans Feil et Forte de Barely (comme leur ami Quincy Jones elle avait 66 une brillant élve de Nadia ‘Boulanger & Fontsinebiea.) Rhoda est Gevenu la" diva aux eds nus de 'épeque,arragistrant tours ce bra et de james. Co dua renétique ‘avec Klock" est assurdment son chet dana Wainy Ty tet re nie ies ee ee ie an oa oD ‘Saint-Séverin, les Trois Mailletz accueillaient Steohane.Geapreli olor et igauy Siete oer ie Soca me eau wy SE: Ste UE Sammy Price & Lucky Thampsan Paris blues ret, 013 0982 Sur Ja basse infallible de Pierre Michelot, eu Theatre Pigalle, le Dianiste-chanteur Sammy Price ~ solide Texan dont Hugues Panassié \énérait les disques avec Bechet et Lester Young — rencontre le mal: aimé Lucky Thompson, menveilleux at méconnu styliste Gu sax tenor. Sos unissons aver le guitarste Jean-Pierre Sasson font sonner ce {uintette comme un big-band! Bybee ne har BTR sa cerire ae ‘eine asa Pence semana Senne Kenny Clarke's Sextet Plays André Hodeir ref, 824 542-2 Reputées ifices, les savantes partitions André Hodetr ont jai 6 aussi isibles que dans ce disque. Un vérible tour de force au regard de la compli des cares Imerretées, Hocelr allant jusqu’a precier sur le pape le rle exact dela section th mmigue et celui des solistes, Marta Soa, Impérial au pizno, joue un ie essentil dans ert cette toujours moderne ussite Eddy Louiss & Ivan Julien Porgy and Bess ref 013.039-2 Lo aénial organiste Eddy Louiss est le prineipal solste de ces six ais de opera : e Gershwin, somptuousement arranges le Broerte 1371 4F%s par le trompettste Wan Jullien, pour Sn big band qui rassemblait toute une sénération stidouée du Jazz & la Francaise Fee asen, Face Wen a pep ns 15616 wee Eaut Hines Paris one night stand raf, 548 207-2 16 plages, 16 chets-d'auvre. 30 ans apres ses duos avec Armstrong, ce génie du piano est restéfidéle& la concision des 7Bt. Hormis sa sublime version de / got bad, 3 ou 4 minutes, tout est dit, pas une note jeter et ca" chante "de fous les c&tés. Effacez la main gaucho, ou la droite, Fautre tiendra toute seule. Tout est ici simplement grandiose, interpol, vertiginaux 40 Art Blakey Panis jam session ref. 832 692-2 Paris, 18 décembre 1959 : on attend les Jazz Messengers <'Art Blakey encadrés d'un grand orchestre au Théatre des Champs- Elysées. La plupart des musiciens manquent & l'appel. Restent Barney Wilen et le rand Bud Powel, pouss® sur scéne contre son gré, Blakey et ses hommes assurant seuis une bonne partie d'un concert mouvement. Serene Brae 42 camper 864 Stéphane Grappelli Seaiisteibawioo Improvisations at rel 549 242-2 sexston Stéphane Grappelli mena toujours sa carrtre& son rythme. Bien que {idee au swing, le gourmand violoniste