Vous êtes sur la page 1sur 4
CHAPITRE V ESCALIERS 1, Définitions des éléments d’un escalier. ee RES Bun: eECalier. On appelle marche (voir fig. 1) la partie horizontale MI des gradins constituant Tesealier et contremarche la partie verticale CM de ces gradins. Si 4 est la hauteur d'une contremarche et g ja Jargeur d'une marche, on doit, pour que J'escalier puisse étre monté facilement, avoir entre ces deux quantités la relation : 2h +g = environ 64; (A et g en centimetres). ae i Fis. 1. Connaissant H et L (fig. 2), on obtient le nombre de marches et leurs dimensions par les relations suivantes : _ Sin est le nombre des contremarches, on aura n — 1 marches, d’ai: 2h+g=64 mh=H, (@—Dg HL. Calcul et vérification des ouvrages en B. A. 0 466 AFFLICATIONS DD mitow anae n doit done étre racine de l'tqpeatics : Gat—a( tel +o ao On prendra peer mie nombre enter le plos voisin de le racine trofivee, ae: ‘=n et f= a=] Fin. 1 La heutewr normale des marches ext de 16 08 cm: por la largear. om ne dott pas descendre ae-deieces de 25 em. En ptneval, il me faut pas prévoir plus dene vingtaine de morehes woceesilved sang lea itparer par um palier Py (fig. 1) avant ene bangeur au moins pale A celle de trode arches. L'eruemble dea arches qul riunisient deux paliers s'appelle ume volte V. Le pentre qui porte ia welte da ote da vide #appelle be Limon L ffig. 4): ba distance entre bes projections horizontales de deex limons consbeutife owt be jour J. Le TICALIERS 467 cour qui borde (esealier ext le mur d'échifire ME (lig. 1). La dalle située sous Iescalier s'appelle La pulllaase P Dans Vétude den eacalier, I faut prendre soln de réserver one dittance safflsante eatre la partie de ba codixtrection situdée as-dessus de Vesealier ef la marche qui sc treave 4 Taplomb de cet obstacle, afin ques Se tieque pas de ge beurter le ttte en seentant Mesealler: cette oe qul Cappelle échappér E (fig. 3). deit ttre ou meine tgale m, 2. Méthodes de enleul, nese eet La mothode de colew! o utllver dépendra de la dipovitien eavisagee pour lesealier; of peut distinguer © a) Encalier en console, — Cotte disposition est utilisée dans lee esfaets on bilice constredts & Vietericur des tour ou dane les eacalicns reeidignies, lorequ'd n'est pas posaible de metere dea pelieen: la marche ext alors eneasttor dana Ue mur et coleulée en console (fig. 4 abe (a a = al - tal tb} Fae 4 Pour oc calcul, om aesimife la marebe 4 ene aertoon rectangulaire de gra largeur 9 et de hauteur (Gg. 45), On considers que In change eompteed, on dehor du. poids propre, be poids de deax persone, set C50 kg, par mectre liseaire de marche; deivant bo destination de I'esealier. Om pout d‘aillears ctre amend & conalderer, e4 particuller dans le bali- sseets badustziels, des surcharges plus importantes. Dana le cas des escaliers em consode, fea armatures principales Ap serent plactes 4 1s partio wapécieure de de morehe (lig: 4); on prevait. en ontre, dts partle inféricure, des armatures longitudinales Al servant a la {eit comme atmotures de répartition et comme armatures deatiaces A remlotcer lea aaglea; bed deux téscaak d‘ormaiures seat recite par den triers 2. 468 APPLICATIONS DU BETON AB: b) Escalier 4 limon. — On prévoit souvent, du cote du jour, un rebord sur lequel sera fixée la rampe; on utilise alors la poutre ainsi constituée comme limon (fig. 5) ?. Les marches sont considérées comme semi-encastrees sur le mur et sur le limon; on les caleule, comme dans le eas précédent, en les assi- milant 4 une section rectangulaire. Fic. 5. Le limon est considéré comme semi-encastré aux deux extrémites et il recoit la réaction des marches; soit p la charge par métre courant de limon; cette charge se décompose (fig. 6) en une charge perpen- diculaire au limon p, = p cos a et en une charge paralléle au limon Ps = psinag. ‘1. Une disposition variante de celie représentée sur la figure 5 c, consiste a placer I'armature principale Tnidticore de la marene dant le plan iiué A micdistance des armatures principales supérieures et & utiliser des étriers en forme de triangle isocdle. oS ESCALIERS 469 Le moment en travée sera donc, en considérant un semi-encastre- ment et en appelant P la charge totale pL, : 12 Lt ee P cos a 3 as cos 2 = 10 10 Cest-a-dire iv méme que si l'on avait une poutre horizontale de portée L Soumuse & Line surcharge verticale égale 4 P. Quant 2 ks force py, elle provoque un efiort de compression sut fi Motite TU et un efiort de t sur la moitié supe- Tieure, ces rts ¢tant tous deux égaux a: H = ps: # Les figures 5b et Ae repre sentent le feraillage des marches et du limon. : c) Escalier sans limon. — Dans ce cas. la paillasse porte de palier a palier et !'élement résistant est constitue par une dalle inclipée depaisseur A (fig. 7) semi-encastréc aux deux extréemités, Les marches au-dessus de la dalle (partie hachurée) sont considérées comme une surcharge et n‘interviennent pas dans Ja resistance. Fis. 8. Les armatures principales Ap auront la position représentée sur la“ figure 8; elles seront complétées par des armatures de répartition Ar et par une armature située prés du nez des marches. 470 APPLICATIONS DU BETON ARME La dalle inclinée se calculera comme il a été jndiqué pour le limon, c’est-a-dire que, si p est la charge par métre carré, poids propre compris, Je moment en travée par métre de largeur sera : _ pcos x Ll? M ‘ 10 (L, étant la portée de la dalle). 3. Protection des marches. Dans les escaliers a forte circulation. on prevoit souvent, a la partie supérieure des marches, un revétement obtenu en mélangeant au béton un corps dur, resistant bien 4 l'usure, tel que le carborundum ou Je corindon. On protége aussi parfois le nez des marches contre les choes et Pusure en y placant une plaque métallique. 4. Exemple de réalisation d’escalier. ——_ me carer: La figure 9 represente la coupe vertieale d'une volde d'escalier sans limon, escalier réalisé dans un batiment industriel, en loceurence une centrale hydro-électrique.