Réunion militante Paris

Mercredi 17 septembre 2014

Voter un budget en temps de crise
27/11/2014

Valérie Rabault
Bonsoir à tous. Se réunir un jeudi soir pour parler du Projet de Loi de Finances, c’est courageux, mais
à Cohérence Socialiste, nous osons !
Quelques mots sur Cohérence Socialiste. C’était un regroupement de quelques députés né au mois
de juin dernier, qui partageaient une analyse de la situation et des blocages politiques. Pour nous, il y
a bel et bien blocage, et s’il y a blocage, c’est au sein du Parti Socialiste qu’il faut le trancher. En Italie,
Matteo Renzi a bataillé 8 heures pour décrocher un vote au sein de son parti sur ses réformes
économiques. C’est ça que nous voulons : une ligne claire du parti pour que le groupe socialiste et le
gouvernement puissent avancer.
D’où un petit livre, Contre la Mort de la Gauche, qui contient quelques propositions pour répondre
aux attentes des Français pour le XXIe siècle et réfléchir à la place de la France dans le monde, ce que
c’est que de faire société.
Nous avons demandé et obtenu un congrès pour trancher les lignes, c’est-à-dire avancer. Ce congrès,
il doit trancher la ligne ET préparer 2017. Tout ne dépend pas du bilan, comme on l’a vu en 2002 avec
Lionel Jospin, qui avait un très bon bilan, mais tout dépend aussi, et surtout, des militants et du
travail du parti.

Nadège Abomangoli
Bonsoir à tous, Nadège Abomangoli, je suis conseillère régionale d’Île-de-France et militante dans le
93, à la section de Villetaneuse.
Je vais ajouter quelques éléments. Actuellement, Cohérence socialiste se structure sur le territoire,
vend des livres (Contre la Mort de la Gauche a même été de loin premier des ventes à La Rochelle). Il
y a des réunions dans toute la France avec les porte-parole de Cohérence socialiste, chacun avec ses
spécificités et ses spécialités. Notre démarche, c’est la réussite collective. C’est pourquoi nous avons
plaidé pour un congrès, et je pense que cette petite pression a fait un peu d’effet.
Par rapport aux prochain rendez-vous en Île-de-France : samedi prochain Alexis Bachelay sera dans le
92 pour le lancement de Cohérence dans ce département. Le 8 décembre, dans le cadre de la loi
Macron pour la croissance et l’activité, Cohérence Socialiste vous invite à participer à un l’écriture de
notre position. Nous aurons des invités de la société civile, que nous souhaitons mettre en avant. Le
10 décembre, nous échangerons à Rennes avec des militants le 11 décembre Yann Galut sera avec
d’autres à Clermont-Ferrand.

Réunion militante Ile de France – Mercredi 17 septembre 2014

2

Arthur Delaporte
Bonsoir à tous, je suis Arthur, je coordonne Cohérence Socialiste. Nous avons une heure, une heure
dix devant nous avant que Valérie Rabault ne s’en aille. Elle aura la parole la première. Il y a en bout
de rangée des petits cartons pour poser des questions. Vous écrivez dessus, et je m’occuperai de les
organiser, de les trier. Quinze minutes de questions sur ce procédé, puis on aura des prises de parole
pour prolonger l’échange.

Valérie Rabault
Quand on est, comme Cohérence Socialiste, pas frondeur, mais qu’on veut faire bouger les lignes,
comment faire ? Un budget, ça peut être très très pénible, lourd, techno, voire carrément
incompréhensible. Et pour cause, un budget prend en compte tout, que ce soit la Sécu, les
collectivités territoriales, tout. Ça peut être un débat sur les chiffres. Mais je crois qu’il faut garder
l’esprit politique. Depuis avril, j’ai indiqué que je ne soutiendrai pas des articles qui parlent de
milliards si on ne sait pas qui paye. Car de l’autre côté, il y a de vrais gens. Si on ne le fait pas, on est
comptable, pas politique. Voilà pour le cadre et la méthode.
Avec Cohérence Socialiste, on a été les premiers à aller faire une saisie sur pièce et sur place à Bercy.
Quand on est élu, il faut montrer qu’on exerce tous les pouvoirs qui nous ont été confiés. Je l’ai fait le
12 juin dernier. J’ai prévenu le ministre vingt minutes avant, dans le métro, que nous venions
chercher les documents qui ne nous avaient pas encore été remis. Nous avions des gens qui
connaissaient le bâtiment du ministère, et sommes allés directement au bureau où se trouvaient les
pièces dont nous avions besoin sans passer par le cabinet. La conséquence, c’est que quand on
demande des infos, maintenant, elles arrivent plus naturellement. Ça crée un rapport de force, et la
politique c’est un rapport de force.
Alors comment fait-on une loi de finances en temps de crise quand on veut affirmer une différence ?
On a des contraintes vis-à-vis de nos amis européens, contraintes que nous avons votées et que nous
devons donc respecter. On peut s’y adapter et rentrer dans le cadre sans renoncer à nos objectifs
propres. C’est le premier point. Deuxième point : quel est le levier politique que nous voulons
donner. Pour Cohérence Socialiste, nous voulons avoir une position très ferme sur l’optimisation
fiscale ou l’évasion fiscale. Les montages sont légaux, mais l’OCDE comme nous les considère comme
un fléau, une double peine qui force à augmenter les impôts. C’est destructeur pour l’unité d’un pays
et le consentement à l’impôt, et ça développe le sentiment d’un pays à la merci des grandes
entreprises. Nous sommes un pays riche, avec d’énormes avantages, profitons-en, ne nous laissons
pas utiliser.
C’est le sens que nous voulions donner à cette loi budgétaire. Malgré leur vote en commission des
Finances, ces dispositions ont sauté lors de l’examen du texte en séance. Ça fait partie des choses
qu’on veut mettre dans le Congrès. La France doit être motrice du combat contre l’optimisation et
l’évasion fiscale. François Mitterrand disait « Quand la France rencontre une grande idée, elles font le
tour du monde ensemble. » On peut faire le tour du monde avec cette grande idée.
Le risque, aujourd’hui, c’est la déflation, ce moment où les prix baissent, certes, mais où tout le reste
baisse avec. Ce mouvement, il est difficile de l’arrêter. Il ne faut donc pas y entrer. Le seul moyen de
le combattre, c’est de relancer l’investissement. La zone Euro investit environ 200 milliards d’euros
par an. Mais il manque, depuis la crise, 260 milliards d’euros pour satisfaire la demande. Alors la
sortie du plan Juncker hier nous a fait réagir. Dans ce plan, il n’y a pas de projet, pas d’argent frais.
http://coherencesocialiste.com
contact@coherencesocialiste.com
Twitter : @Coherence_PS
Cohérence Socialiste – Immeuble Le Baltimore – 6 rue Villars – 05 005 Gap

Réunion militante Ile de France – Mercredi 17 septembre 2014

3

Comment relance-t-on l’investissement ? Par les entreprises ou par le public. Sur les entreprises,
c’est le Crédit d’Impôt Compétitivité Emploi, qui n’était pas dans notre programme en 2012.
Comment, en étant de gauche, relancer l’investissement ? C’est le grand débat, et le CICE, c’est le
choix qui a été fait. Et puis il y a l’investissement public. Nous avons fait voter un amendement pour
préserver les finances de collectivités locales. Enfin, il y a le volet consommation. Cohérence
Socialiste l’a soutenu dès le mois d’avril, lorsque nous avions fait des propositions pour les petites
retraites. Ce volet pouvoir d’achat des gens, il est extrêmement important qu’il reprenne sa place
dans le débat. On a besoin d’investir ET de reprendre la main face à d’autres puissances
économiques.
Il y a eu le cas de l’Euro 016. Maintenant, l’UEFA donne un cahier des charges avec une garantie
fiscale à prendre ou à laisser. Nos prédécesseurs ont signé des lettres d’engagement, alors nous ne
pouvons pas changer d’avis pour 2016. Mais pas de chèque en blanc pour l’avenir. Notre
amendement est passé en commission des Finances. C’est ces sujets-là qu’il faut défendre.

Questions
Quelle est la position du groupe socialiste sur l’évasion fiscale ?
Quelle était la mesure fiscale proposée par Cohérence Socialiste ?
Quel est le montant de l’évasion fiscale ? Dans quels pays ? Quelles entreprises ?

Valérie Rabault
D’après l’OCDE, il y a 60 à 80 milliards d’euros d’évasion fiscale pour la France, c’est-à-dire le
montant de notre déficit. Quelles mesures concrètes ? Cohérence Socialiste a fait trois propositions.

A chaque fois que quelqu’un vend un schéma d’optimisation fiscale, il faut le
déclarer. Les anglais le font depuis 2004, on en a discuté avec des collègues du Labour, et ça
marche. Peu d’entreprises ont envie de voir leur nom affiché de cette façon ;

Demander à chaque entreprise de donner à l’administration fiscale le détail de
ses créations de richesses par pays ;

Demander une meilleure information par les pays qui accueillent l’évasion
fiscale.
Ces trois amendements n’ont pas été votés par crainte d’une censure du Conseil Constitutionnel.
C’est un point que nous mettrons dans le congrès, pour ne pas craindre la censure.

Questions
Ne peut-on pas exiger que les rescrits fiscaux soient transmis au rapporteur général du budget ?
Avec votre expérience de rapporteur général du budget, quel est votre avis sur la capacité
d’expertise des services de l’Assemblée nationale ?

Valérie Rabault
On peut demander les rescrits fiscaux, on va d’ailleurs peut-être le faire. On ne peut pas les
demander sur la base d’un nom, mais on peut les demander sur certains montants.

http://coherencesocialiste.com
contact@coherencesocialiste.com
Twitter : @Coherence_PS
Cohérence Socialiste – Immeuble Le Baltimore – 6 rue Villars – 05 005 Gap

Réunion militante Ile de France – Mercredi 17 septembre 2014

4

Vous vous souvenez peut-être des couacs de l’an dernier sur les Plan épargne logement (PEL) ?
C’était l’article 8 du projet de la loi de finances. On avait réalisé que taxer les produits fiscaux, c’était
aussi taxer les PEL, PEA et plans d’assurance-vie. Et bien les PEL, c’était 40 milliards sur les 600 que
cette taxation devait apporter, mais ça concernait 10 millions de personnes, que vous mécontentez
pour pas grand-chose. Est-ce que l’Assemblée nationale est assez bien équipée, quand on cherche à
nous enfermer dans la technicité ? On propose, dans Contre la Mort de la Gauche, de baisser le
nombre de députés augmenter les moyens accordés au recrutement de collaborateurs qualifiés.

Questions
En quoi le budget 2015 contribue-t-il plus à la croissance que le budget 2014 ?
Vous avez parlé du CICE. Serait-il possible de le calibrer sur les entreprises locales, celles qui
embauchent, celles qui exportent, etc. ?
Le statut de Jeune Entreprise Innovante n’est-il pas un moyen de cibler des entreprises qui en ont
réellement besoin ?

Valérie Rabault
Ce budget redonne un peu plus de pouvoir d’achat aux gens, ce qui je crois était nécessaire. En
revanche, il peut peser sur la croissance, notamment au niveau de l’investissement des collectivités
territoriales.
Calibrer le CICE par typologie d’entreprises est impossible. Par taille, oui. Par secteur d’activité, non,
car on introduirait une différence concurrentielle contraire aux engagements de la France.
Pourquoi n’avons-nous pas utilisé le statut de Jeune Entreprise Innovante ? Parce que le souhait, au
moment du rapport Gallois, c’était de faire simple, c’est-à-dire automatique et universel. Est-ce que
c’est efficace ? Comme c’est déterminé en fonction des salaires et que les salaires les moins élevés
sont dans les TPE, alors oui, ça permet un premier ciblage. Est-ce que c’est suffisant ? Peut-être pas.
Attribuer le CICE en fonction de l’exposition à la concurrence, ce serait bien, mais on ne sait pas ce
que ça veut dire, comment on le détermine, et ça ne passerait donc pas le Conseil Constitutionnel.

Questions
Pourquoi ne pas faire la grande réforme fiscale ?
Comment soutenir l’idée que le politique reprenne le pas sur l’économie sans faire peur aux
entreprises ?

Valérie Rabault
Pourquoi on n’a pas fait la réforme fiscale et pourquoi on ne la fait pas, je ne sais pas. Surtout,
pourquoi ne pas l’avoir davantage travaillée plus avant, quand nous étions dans l’opposition ? Il y a
un certain nombre de questions, comme celle-ci, qui n’avancent pas, et depuis longtemps.
Pour ce qui est du rapport aux entreprises : il faut leur faire peur ! Assumer le rapport de force !

Question
Comment concilier pragmatisme, vision et utopie ?

http://coherencesocialiste.com
contact@coherencesocialiste.com
Twitter : @Coherence_PS
Cohérence Socialiste – Immeuble Le Baltimore – 6 rue Villars – 05 005 Gap

Réunion militante Ile de France – Mercredi 17 septembre 2014

5

Arthur Delaporte
Je vais essayer de répondre à celle-ci, car c’est ce qu’on fait à Cohérence Socialiste : Le pragmatisme,
c’est changer le PS par nos actes. La vision, c’est porter un projet pour le PS. L’utopie, c’est les effets
attendus de ce changement et de ce projet.
On va maintenant passer aux échanges directs.

Intervenant n°1
Vous avez dit qu’avoir un bon bilan ne suffisait pas pour être réélu. Mais le bilan de Nicolas Sarkozy
était mauvais, et il a perdu à cause de lui.

Intervenant n°2
Je connais les freins au sein du Parti Socialiste. Est-ce que vous avez toujours confiance dans le fait
que le prochain congrès sera différent des précédents ?

Intervenant n°3
Sur le CICE : comment cibler les baisses de charges ? Aujourd’hui elles dépendent des bas salaires,
mais ceux qui exportent ont de meilleurs salaires. Ne faudrait-il pas cibler des salaires un peu plus
importants ?

Valérie Rabault
Sur le bilan : il y a des choses à défendre dans le bilan de François Hollande. Sur l’éducation, avec
60'000 postes supplémentaires, la réforme des rythmes scolaires, etc. Mais c’est vrai qu’aujourd’hui,
en termes d’emploi le bilan n’est pas bon. C’est le chômage qui focalise l’attention. Il faut y mettre
un coup d’arrêt, ainsi qu’à la morosité des entreprises.
Pour ce qui est du congrès : il y en a dans l’histoire du PS qui ont compté. Celui-ci peut être un vrai
nœud pour savoir dans quelle direction on avance ensemble. On peut aussi se diviser. C’est le
congrès de tous les possibles. Pour moi, le socialisme a un grand avenir. Il faut porter des idées, un
projet. Tous les possibles, c’est vraiment tous les possibles.

Intervenant n°2
Comment aller rechercher la force militante qui nous a quittés ?

Valérie Rabault
D’abord, les questions économiques ne doivent pas être les seules. Les questions à poser doivent
aussi être sociales : au fond, c’est quoi qui fait notre société ? Comment on arrive à faire agréger tout
ça, la société française avec toutes ses différences ?

Nadège Abomangoli
Je vais répondre en tant que militante. A Villetaneuse, on a 70% de logements sociaux. On a aussi le
sentiment qu’à chaque congrès c’est la commedia dell’arte ! Ce qu’on voit, c’est qu’en section on n’a
apparemment rien en commun, et qu’on a tout en commun quand on est en responsabilité. A un
moment il faudra dire « bas les masques ! » Soyons pragmatique et cohérents, et posons les
questions de fond, celles qui intéressent les gens.

http://coherencesocialiste.com
contact@coherencesocialiste.com
Twitter : @Coherence_PS
Cohérence Socialiste – Immeuble Le Baltimore – 6 rue Villars – 05 005 Gap

Réunion militante Ile de France – Mercredi 17 septembre 2014

6

Intervenant n°4
Mon utopie créative : que chaque citoyen de niveau bac +2/+3 puisse lire et comprendre le budget,
pour l’évaluer, voir ce qui marche, ce qui n’a pas marché. Deuxième chose : on doit arriver à parler
aux socialistes comme aux français : avoir ce fil rouge de dire que tout ce qu’on produit s’adresse aux
citoyens.

Intervenant n°5
J’ai été élu à Aubervilliers de 2008 à 2014 et je travaille au ministère des Finances. Chez moi, il y a des
gens très différents. C’est une ville multiculturelle. Aujourd’hui, j’ai des camarades qui désertent la
section, ne veulent plus payer leurs cotisations. Aujourd’hui il est difficile de faire du porte-à-porte.
Les gens n’ont plus confiance. Si on veut faire revenir les gens, il faut qu’on fasse quelque chose de
très fort. Je dis ça là, pas entre nous, mais de façon plus large. Ce que tu es en train de faire, il faut
sortir de ce carcan et aller l’expliquer aux gens dans la rue, sur le terrain.

Valérie Rabault
Sur la compréhension du budget, c’était une très bonne question. On va essayer, au nom de
Cohérence Socialiste, de diffuser un petit « budget compréhensif » par tous.
Pour ce qui est de porter le message : oui, c’est indispensable de redescendre sur le terrain. Et puis
l’idée de la réunion du 8 décembre c’est celle-là : comment on s’empare de la question de la
croissance en affirmant nos valeurs de gauche.

Intervenant n°6
Je suis atterré par le discours d’ambiance pessimiste, anti-impôts, etc. Merci d’avoir enfin parlé de
positif.

Intervenant n°7
Il y a environ 60 milliards d’évasion fiscale. Mais il y a autant pour la corruption. Cumulés, ça fait 120
milliards. Depuis 30 ans, on a fait l’Europe. Aujourd’hui, on est en crise, une crise créée par le
système financier, et on a l’impression que les politiques n’ont plus la main. N’y a-t-il pas quelques
chose à faire sur la question de la corruption ?

Intervenant n°8
Je suis secrétaire de section à Bezons. Je vis donc au quotidien l’hémorragie militante. La vision que
j’ai, c’est que le militantisme à la PS est dépassé. On est très nombrilistes, on est dans des conflits de
motions. Il n’est pas toujours utile de faire de la politique politicienne si l’on veut répondre aux
attentes des français. Tout à l’heure, on parlait d’aborder le positif. On fait un budget par an. Est-ce
que dès le début de la mandature il ne faudrait pas faire un budget de vision sur cinq ans ? Ça
permettrait à tout le monde de voir le cap. Aujourd’hui, c’est l’absence de cap et le manque de
visibilité qui nous porte préjudice.

Valérie Rabault
Je suis d’accord avec toi. Je pense même qu’il faudrait, au début d’une mandature, voter un axe et ne
plus y toucher.

http://coherencesocialiste.com
contact@coherencesocialiste.com
Twitter : @Coherence_PS
Cohérence Socialiste – Immeuble Le Baltimore – 6 rue Villars – 05 005 Gap

Réunion militante Ile de France – Mercredi 17 septembre 2014

7

Sur le verre à moitié vide : je suis ahurie du point auquel on dénigre la France. On avait demandé la
publication de la lettre de Bruxelles sur le budget. Finalement, c’est Médiapart qui l’a publiée, mais le
ton est ahurissant ! On ne parle pas comme ça au deuxième pays de la zone Euro !
Sur les montants de la corruption, je ne peux que constater, et les chiffres sont en effet effrayants !

Pacôme :
J’aimerai conclure rapidement. Moi, j’aimerai vous convaincre que la question n’est pas d’être pour
ou contre le gouvernement. Ce qu’on veut faire, c’est proposer ! Il faut construire. Il faut aussi parler
des méthodes d’animation du militantisme. Enfin, je crois que le rôle du Parti Socialiste est de
dessiner l’avenir face à un gouvernement qui agit au quotidien et ne peut penser au long terme. Pour
ça, il y a trois débats à avoir : l’Europe, la politique économique et les institutions. Il faut avoir un seul
mot d’ordre : simplifier, pour être compris de tous. Prenons chacun notre bâton et allons convaincre
que cette démarche peut avancer et rassembler !

Rendez-vous le 8 décembre !

http://lc.cx/8dec

Pour nous rejoindre, remplissez le formulaire en ligne (http://coherencesocialiste.com/impliquez-vous/)
et imprimez votre bulletin d’adhésion (http://lc.cx/BulAdCS )

http://coherencesocialiste.com
contact@coherencesocialiste.com
Twitter : @Coherence_PS
Cohérence Socialiste – Immeuble Le Baltimore – 6 rue Villars – 05 005 Gap

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful