Vous êtes sur la page 1sur 8

EXERCICES SUR LES TEMPS DU RECIT AU PASSE

CODE : très facile – facile – moyen – difficile – très difficile.

1. Complète chaque verbe au passé simple ou à l’imparfait.

Tous les ans, il part... en vacances au bord de la mer. Mais l'année


dernière, il décid... de changer et il all... à la montagne. C'est ainsi qu’il
boulevers... ses habitudes. Cette idée lui vint un jour alors qu’il regard...
un reportage sur le Mont-Blanc.

2. Complète chaque verbe au passé simple ou à l’imparfait.

Elle prit son courage à deux mains et elle avanç... courageusement.


Tout à coup, elle entend… un bruit. Elle all... poser le pied sur la première
marche mais elle y renonç… . Elle patient... quelques instants. Plus rien.
Elle n'entend... plus rien ! Que pouvait-il se passer là-haut ? Elle se
décid... à reprendre son ascension : elle pos... le pied sur l'escalier
lorsqu'un cri retentit. Elle n'all... pas attendre plus longtemps ! Elle ne
réfléchissait plus, elle cour..., elle vol... littéralement dans l'escalier. Elle
arriv... juste au moment où...

3. Conjugue à l’imparfait les verbes suivants.

Peindre – briller – croire – craindre – créer – défier - vivre

4. Complète ces phrases en conjuguant les verbes entre parenthèses à


l'imparfait de l'indicatif.

1. Nadia (rougir) de bonheur.


2. Nous (étudier) nos leçons.
3. Vous (cligner) des yeux.
4. Vous (saluer) votre voisine.
5. Nous (cueillir) des fleurs des champs.
6. Paul (placer) les invités.

5. Complète ces phrases en conjuguant les verbes entre parenthèses à


l'imparfait de l'indicatif.

1. À l'époque, nous (craindre) d'avoir commis une erreur.


2. D'ailleurs, ta sœur et toi vous (penser) la même chose.
3. Il aurait fallu que nous nous (acharner) davantage.
4. Mais ta sœur se (bercer) d'illusions.
5. Et toi tu ne te (déranger) pas beaucoup.
6. Enfin, je (croire) qu'on s'en sortirait rapidement.

6. Conjugue les infinitifs entre parenthèses à l'imparfait de l'indicatif.


À la veille d'une grande bataille, deux rois africains ennemis se défient.
Cet échange étonnant (se passer) de nuit, et nul autre que les deux
chefs enfermés dans leurs cases ne (pouvoir) l'entendre. Dehors
cependant, les guerriers manding et leurs alliés avaient commencé leur
veillée d'armes.
Les griots (1) (exalter) tour à tour chaque chef d'armée ; ils (réciter)
d'abord sa généalogie et les exploits de ses ancêtres ; puis ils le
(couvrir) lui-même de louanges, à tel point que l'homme ainsi flatté (se
sentir) devenir un héros !
Chacun d'eux (s'avancer) alors au milieu du cercle, il (planter) sa lance
en terre, et il (annoncer) l'exploit qu'il accomplirait le lendemain sur le
champ de bataille.

Lilyan Kesteloot, Soundiata, l'enfant lion (1999).

(1) griots : poète musicien en Afrique.

7. Conjugue au passé simple les verbes suivants.

Dire – croire – courir – voir – avoir – lire – venir – faire – valoir – vivre –
résoudre – craindre – naître – conclure – soutenir – plaire – rougir –
parcourir – prendre -

8. Conjugue les verbes entre parenthèses au passé simple.

1. Nous (penser) que c'était la meilleure solution.


2. Je (croire) la même chose.
3. Il (devoir) bien en convenir lui aussi.
4. Tu (voir) bien qu'il y avait un problème.
5. Il (vivre) longtemps ainsi.

6. L'enfant (s'asseoir) sur une chaise vide.


7. Il (regarder) longuement autour de lui.
8. Il (apercevoir) tout à coup la carafe posée sur un meuble.
9. Le jeune garçon se (retenir) quelque temps.
10. Mais finalement il (remplir) un verre.
11. Et il le (boire).

12. Je (jeter) les papiers à la poubelle.


13. Nous (assaillir) le professeur de nos questions.
14. Vous (conclure) la réunion par des remerciements.
15. Les parents (lire) le bulletin sans froncer les sourcils.
16. Le jeune homme (vivre) heureux.
17. Tu (faire) une excellente impression.

18. Nous (bouger) la grosse armoire.


19. Vous (surprendre) tout le monde.
20. Ce succès lui (valoir) l'admiration de ses amis.
21. Ils lui (tenir) un étonnant discours.
22. Les cousins (haïr) immédiatement cette vieille maison.
23. Je (peser) de tout mon poids sur la porte.

9. Conjugue les infinitifs entre parenthèses au passé simple de l'indicatif.

Les parapluies
Le lendemain matin, Estelle (apercevoir) dans un coin de son jardin
simplement un parapluie ouvert, piqué dans la terre par le manche. Elle
(hausser) les épaules et (vouloir) arracher le parapluie. Elle n'y (parvenir)
pas, comme s'il avait pris des racines profondes. Alors elle le (casser) en
petits morceaux qu'elle (renvoyer) chez Irène.
Mais le jour suivant Estelle (être) encore plus surprise. Autour de
l'endroit où se trouvait le parapluie, il y en avait maintenant une trentaine
d'autres [...].
Estelle (avoir) bien du mal à s'en débarrasser, car elle ne pouvait les
arracher. Il fallait qu'elle les casse et qu'elle les déchire. Elle y (passer)
une matinée et une partie de l'après-midi. Mais le jour suivant tout le
jardin était envahi par d'autres parapluies. Alors Estelle (se mettre) à
pleurer.

André Dhôtel, Le Bois enchante et autres contes (1983)

10. Les passés simples en gras comportent des erreurs. Corrige-les en


écrivant la forme correcte.
La nouvelle reine reçoit les compliments de son miroir tous les jours. Mais
un matin...
« Reine, tu te retrouves numéro deux. Blanche-Neige est la plus belle à
mes yeux ! » La reine encaissit mal le coup et se metta à crier : « Son
compte est bon ! » Elle faisa venir un chasseur de la cour et lui ordonnat
d'emmener la fillette dans les bois pour la tuer. « Ramène-moi son cœur
fumant !» Le chasseur entraînit l'enfant si ingénue au fond de la forêt.
Comprenant la combine, la pauvrette suppliut : « S'il vous plaît, soyez
bon ! Mon cœur est innocent, ne me tuez pas ! » Du dur chasseur lui-
même se ramollissa le cœur qui fondut comme une motte de beurre. Il
murmurit : « Allez, tire-toi, c'est bon ! » Afin de se tirer d'affaire, le
chasseur allit voir la bouchère et lui achetit pour sauver sa peau un joli
beefsteak et un cœur de veau. « Majesté ! annonca le chasseur d'une voix
forte, Ça y est ! Cette petite saleté est bien morte ! Voilà son cœur dans
ce paquet. » La reine répondissa : « Bravo ».

D'après R. Dahl, « Blanche-Neige et les sept nains », Un conte peut en


cacher un autre (1995).

11. Mettre le verbe entre parenthèses au temps qui convient, imparfait ou


passé simple.

1. Ce matin-là, ils (partir) à l'aube et (marcher) longtemps avant


d'atteindre le village qui(se trouver) de l'autre côté de la vallée.

2. Les promeneurs (voir) tout à coup surgir devant eux un château qui
(dresser) ses ruines au sommet d'une montagne. Ils (presser) le pas et
(s'arrêter) bientôt, muets d'admiration.

3. L'homme (lire). Soudain, il (entendre) un bruit léger de l'autre côté de


la porte ; alors, il (éteindre) la lampe, (se déplacer) en silence et
(attendre), dissimulé derrière les rideaux.
Quelques instants après, il (voir) une ombre qui (se faufiler) dans la
pièce.

4. Pierre (arriver) à la gare quelques minutes avant le départ du train.


Lorsqu'il (parvenir) sur le quai, le train (démarrer). Il (courir) et (réussir)
à monter dans le dernier wagon.

5. Les deux enfants se penchèrent sur leur bureau et (écrire) quelques


phrases.
Puis ils (rester) silencieux, éclairés seulement par les flammes qui
(danser) dans la cheminée.

6. Le domestique (soulever) le rideau ; dans le salon qu'il (dissimuler), (se


trouver) d'immenses divans sur lesquels (s'amonceler) des coussins.

7. Le 2 juillet, dans la soirée, le temps (tourner) à l'orage. Tous les


habitants (rentrer) alors chez eux. Pendant que les chiens (aboyer), les
enfants (crier) d'excitation. Soudain, les volets (claquer) et la pluie (se
mettre à crépiter) sur les tuiles.

8. Lorsqu'elle (déboucher) sur la place du marché, elle eut l'impression


qu'un homme la (suivre). Elle (comprendre) alors qu'il lui (falloir) le
gagner de vitesse. Aussi elle (courir).
Durant sa course, une sueur froide (baigner) son front, les pensées
les plus folles (défiler) dans sa tête.

9. Il s'installa dans un fauteuil, (prendre) par désœuvrement un livre qui


(traîner) sur la table et (se plonger) dans sa lecture tandis que peu à peu
l'obscurité (gagner) le salon.

10. Le nageur (ajuster) son masque, (enfiler) ses palmes, (plonger) dans
l'eau transparente et (avancer) au milieu de poissons multicolores qui
(évoluer) autour de lui et (s'écarter) à son passage.

12. Mettre le texte suivant au passé. Tous les temps peuvent être
utilisés : passé simple, imparfait, plus-que-parfait, passé
antérieur, futur du passé, futur antérieur du passé, présent ou
passé du subjonctif.

L'animation bat son plein dans le quartier de la ville où sont installés


les antiquaires. C'est l'inauguration d'une semaine exceptionnelle. Pendant
six jours, en effet, les magasins resteront ouverts tard le soir, offrant aux
passants le spectacle de leurs vitrines où l'on a disposé les plus beaux
objets.
Au centre d'une boutique élégante, trône un lion de pierre rose. Il
semble surgi d'une civilisation lointaine. Un couple hésite à la porte puis
entre et s'arrête, fasciné.

13. Même exercice.

Les touristes pénètrent dans la cathédrale dont les hautes tours


dominent la ville. L'édifice a depuis peu retrouvé sa splendeur ancienne
car on vient d'achever la restauration des vitraux. Ils chatoient dans la
pénombre, créant une atmosphère surnaturelle et bleutée. Tout à coup,
un rayon de soleil illumine l'une des grandes verrières et dépose des
reflets colorés sur les piliers de la nef. Les visiteurs contemplent,
émerveillés, cette féerie.

14. Même exercice.

Ce soir-là, à dix heures et demie, elle (regarder) la pendule et


(déclarer) qu'elle (être) fatiguée. Elle (monter) dans sa chambre comme si
elle (avoir) l'intention de se coucher, puis (redescendre) à pas de loup et
(s'éloigner) dans le parc. Elle (se retourner) et (voir) alors son mari sortir
sur la terrasse. Elle (presser) le pas pour atteindre un épais buisson
derrière lequel elle (se cacher).
C' (être) un excellent poste d'observation. Quelques instants plus
tard, il (surgir) dans l'allée, (jeter) un regard circulaire. Il (se rendre)
effectivement au rendez-vous. Bientôt, elle (percevoir) un bruit de voix
étouffé : l'autre (arriver) déjà. Elle (se pencher) pour mieux entendre et
(sursauter) quand elle (distinguer) brusquement, braqué sur elle, le canon
noir d'un revolver.

15. Même exercice.

Pierre (se réveiller) en sursaut. Il (avoir) le visage inondé de sueur,


les tempes battantes. Jamais jusqu'alors il ne (être en proie) à un
cauchemar aussi horrible. Il (regarder) le réveil. Les chiffres lumineux
(marquer) deux heures vingt. Dehors, on (n'entendre rien). Tout (dormir).
Le silence nocturne (ne pas même briser) par le roulement attardé d'une
voiture. Pierre (éclairer) la pièce. Une angoisse sourde le (étreindre)
toujours. Il (se lever), (boire) un verre d'eau et (faire) quelques pas dans
l'appartement. Peu à peu, il (retrouver) son calme. Il (se demander) s'il
(pouvoir) se rendormir facilement. Il (rester) un moment assis dans un
fauteuil. Le chat (venir) se blottir sur ses genoux. Une fois qu'il
(reprendre) ses esprits, il (regagner) sa chambre.
16. Même exercice.

Monique (jeter) un coup d'œil par-dessus la haie. Elle (entendre) un


bruit insolite sur le chemin, là où d'habitude personne ne (passer). Elle
(apercevoir) avec amusement deux enfants qui la (épier) à travers le
feuillage. Ils (être) d'âge sensiblement égal et (se ressembler)
étonnamment. Ils (rester) immobiles, décontenancés, surpris qu'elle les
(découvrir). Elle leur (adresser) la parole, leur (demander) ce qu'ils (faire)
là. Ni l'un ni l'autre ne (répondre).
Comme elle (insister), l'un d'eux (bafouiller) quelques mots tandis
que l'autre (montrer) du doigt la cime d'un chêne... Le temps qu'elle
(comprendre) qu'ils (lancer) par mégarde leur ballon dans l'arbre, les
enfants déjà (franchir) la haie et le plus grand (escalader) les branches.

17. Même exercice.

Comme l'enfant s'en va droit devant lui sans regarder son chemin, il
arrive bientôt à bonne distance de la ville, dans la banlieue. La gare est
proche. Il tombe de fatigue. La nuit sera longue encore. Que faire ? Il
cherche un coin où reprendre haleine. Il franchit la voie ferrée et s'appuie
contre un mur.
Il entend soudain une voix qui lui demande ce qu'il fait là. Dans
l'obscurité quelqu'un le dévisage : enfin il va pouvoir obtenir de l'aide,
avouer ce qu'il a fait et pourquoi il se retrouve seul, ainsi, au milieu de la
nuit. On va prévenir ses parents et ils téléphoneront au pensionnat dont il
s'est enfui et qu'il regrette déjà.
La personne s'approche. A la lueur du réverbère, il peut la voir. C'est
une jeune femme, elle sourit.
"Alors, tu t'es sauvé de chez toi ?" Il s'essuie les yeux et il s'entend lui
assurer fièrement qu'il n'a pas peur du tout, qu'il n'a jamais eu peur et
que tout ça, c'est pour rire. Pourtant, comme ça sonne faux ! Pour la
première fois depuis son escapade, il se sent vraiment misérable.
Gentiment elle lui tend la main…

18. Même exercice.

Je viens d'entrer à l'exposition où un monde fou se presse pour


contempler les œuvres que l'on présente. J'ai peur que la foule ne
m'empêche d'examiner à mon aise les objets qui me plaisent. Cependant,
peu à peu, les visiteurs se dispersent et finalement je regarde en toute
tranquillité ce que je veux.
Cette exposition est consacrée à l'art de la Renaissance. On peut y
admirer de magnifiques tapisseries que je ne connais pas encore,
représentant l'histoire d'Alexandre qui a conquis une grande partie de
l'Asie. On le voit par exemple alors qu'il conduit ses troupes vers l'ennemi
qu'il va combattre ou quand il va visiter le sanctuaire d'un dieu égyptien.
Dans d'autres salles, on a accroché des tableaux. Les artistes français de
cette époque-là peignent souvent des scènes mythologiques et des
portraits. Enfin, j'arrive dans la dernière salle où l'on a exposé des bijoux
qui luisent sur un fond de velours sombre.
Mais je dois me dépêcher car il se fait tard et je crains de ne pas
avoir le temps de terminer la visite. De toute façon, je me promets que je
reviendrai. Je pense que cela en vaut la peine.

19. Même exercice. On peut trouver l'indicatif présent à valeur de


vérité générale ou d'habitude…

Ce matin-là, comme la pluie qui (tomber) sans arrêt depuis


plusieurs jours (s'arrêter) et que les trottoirs (être) enfin secs, Ali (se
dire) qu'il (falloir) en profiter pour sortir un peu de la ville. Il (décider)
donc de joindre quelques amis, ce qui (faire) rapidement. Ils (se réunir)
d'abord pour savoir de quel côté ils (se diriger). Une fois qu'ils (examiner)
diverses suggestions et devant les difficultés qui (surgir) généralement
lorsque plusieurs personnes (émettre) chacune un avis différent, Ali
(proposer) d'aller tout simplement dans la forêt des Cèdres. Tandis que
les plus courageux (escalader) les magnifiques rochers qui (attirer)
chaque dimanche de nombreux sportifs, les autres (flâner) à leur aise
dans les sentiers sablonneux.
Tout le monde (adopter) cette proposition. Comme dix heures
(sonner), on (se mettre) en route. Ils (décider) de ne pas emprunter
l'autoroute puisque ce (être) samedi, et que de nombreux véhicules
(devoir) sans nul doute se presser vers le nord. Par des chemins
détournés, on (éviter) les embouteillages. Ils (rouler) sans encombre, si
bien qu'ils (atteindre) rapidement le site choisi. Cependant, à peine ils
(parvenir) dans la forêt qu'ils (obliger) de constater que les pluies
abondantes qui (tomber) ces derniers jours (rendre) impraticables les
sentiers de randonnée. Quant aux rochers, ils (devenir) trop glissants pour
qu'on (pouvoir) grimper sans danger.
Il (falloir) attendre qu'une journée de soleil et de chaleur (sécher) la
pierre et (laisser) aux arbres le temps de s'égoutter. Puisque l'état du sol
(ne pas permettre) de se livrer aux activités prévues, Ali et ses amis (se
rabattre) sur l'idée d'un bon déjeuner. Jean (se souvenir) d'une auberge
située non loin de là. Des cousins l'y (emmener) quelques mois
auparavant. Mais quand ils (arriver), l'auberge (fermer).

20. Mettre les verbes entre parenthèses au mode et au temps qui


conviennent.
A. Tout le monde (se souvenir) encore aujourd'hui du jour où l'Opéra de
Beyrouth, qui (détruire) par un incendie, (rouvrir) ses portes. Lorsque le
feu (ravager) entièrement la magnifique salle de bois qui (dater) du
XVIIIe siècle, les habitants en (éprouver) une grande consternation. C'est
pourquoi le conseil municipal (décider) à l'unanimité que l'ouvrage
(devoir) être reconstruit sans tarder. Il (falloir), bien sûr, des moyens
financiers dont (ne pas disposer) la municipalité. Naturellement, l'État,
sollicité, (promettre) d'accorder une subvention, sans toutefois préciser la
date à laquelle les crédits (pouvoir) être débloqués. On (ouvrir) alors une
souscription. A peine elle (lancer) que de nombreux dons (parvenir), ce
qui (permettre) l'ouverture du chantier.
Tous les corps de métier, architectes, maçons, ébénistes,
décorateurs, électriciens, (rivaliser) d'ingéniosité. Un spécialiste
d'acoustique (venir) même d'un pays voisin. On (consulter) les archives
locales afin que la salle (retrouver) exactement son aspect primitif.

B. Les travaux (durer) deux ans. Enfin, un jour de mai, tout (se trouver)
prêt. Les musiciens de l'orchestre, qui (se disperser), (se rassembler) à
nouveau. On (convenir) que le nouvel Opéra (ouvrir) ses portes pour la
fête de la ville qui (tomber) cette année-là un vendredi. On (souhaiter)
que cette soirée (revêtir) un caractère exceptionnel; aussi on (s'assurer)
le concours de grands chanteurs internationaux. Deux d'entre eux
(renoncer) à d'autres engagements pour venir inaugurer la salle où ils
(débuter) plusieurs années auparavant. Un célèbre chef d'orchestre
(promettre) qu'il (diriger) les musiciens.
La soirée attendue (être) un succès. Le public (se montrer)
particulièrement réceptif face à une représentation exceptionnelle.
L'enthousiasme (atteindre) son paroxysme lors du chœur final. Les
applaudissements (éclater) et (se prolonger) pendant de longues minutes
tandis que le rideau, à cause des rappels, (se relever) plusieurs fois,
accompagné des bravos d'une salle transportée par la musique.