Vous êtes sur la page 1sur 1

Le terme mondialisation , en anglais globalisation , est un concept protéiforme .

R.Boyer dans « La mondialisation , au-delà des mythes » distingue 4 définitions :

• en 83 , T.Levitt propose le terme globalisation pour désigner la convergence


des marchés dans le monde entier . La société globale constituerait ainsi
une entité unique, en vendant la même chose , de la même manière , partout .
Cette analyse s’oppose à celle du cycle de vie du produit de Vernon qui
considérait que les firmes des pays développés vendaient aux pays les moins
avancés les produits devenus obsolètes dans les pays riches.

• en 90 , cette notion est étendue par K.Ohmae à l’ensemble de la chaîne de la


création de la valeur ( RD , ingénierie , production , marchandisation ,
services et finances ) . Désormais , les firmes appartenant à un même groupe
conduiraient leur RD , financeraient leurs investissements et recruteraient
leur personnel à l’échelle mondiale . La globalisation définirait donc une
forme de gestion totalement intégrée à l’échelle mondiale de la grande firme
multinationale

• la montée en puissance des firmes multinationales contraint alors les divers


espaces nationaux à se plier à leurs exigences , du fait de l’extrême mobilité
dont elles bénéficient . Ainsi, la globalisation désignerait alors le processus à
travers lequel les entreprises les plus internationalisés tentent de redéfinir à
leur profit les règles du jeu précédemment imposé par les Etats-nations.
Souvent les tenants de la globalisation insistent sur le caractère irréversible
des tendances à l’œuvre, considérant que les politiques traditionnelles des
gouvernements sont devenues impuissantes face aux stratégies des grandes
firmes

• enfin , la globalisation peut définir une nouvelle configuration qui marque une
rupture par rapport aux précédentes étapes de l’économie internationale
.Auparavant , l’économie était internationale , car son évolution était
déterminée par l’interaction de processus opérant essentiellement au niveau
des états nations . La période contemporaine verrait ainsi l’émergence d’une
économie globalisée , dans laquelle les économies nationales seraient
décomposées puis réarticulées au sein d’un système de transactions et de
processus opérant directement au niveau international . Cette définition est
la plus générale et systémique ; elle entend souligner une rupture qualitative
par rapport à l’ensemble des régimes internationaux qui se sont succédés
depuis l’émergence du capitalisme commercial