Vous êtes sur la page 1sur 2

Les raisons de la globalisation financière

Comme l’écrit J.ADDA dans « La mondialisation de l’économie » :

• « la relative stabilité des taux de change observée dans les années 50 et 60 correspond à une
phase très particulière de l’histoire financière :
- celle de la prépondérance d’un système de financement public et de la répression
organisée de la finance privée .
- De façon significative , elle est contemporaine de l’apogée du système de l’Etat-
Providence dans la plupart des nations occidentales , autrement dit d’un système où la
logique de marché est largement encadrée par les interventions publiques au quadruple
niveau de la gestion conjoncturelle , de la concurrence et de la formation des prix , de la
distribution des revenus et de la protection sociale . ( ... )
- Ce keynésianisme à l’échelle internationale souffre cependant d’un défaut constitutif :
l’absence d’instances de régulation mondiale , susceptibles d’arbitrer entre les intérêts
divergents des différentes unités composant l’économie mondiale capitaliste , d’opérer
des redistributions exigées tant par l’équité que le bon fonctionnement de cette économie
, de surveiller l’activité des firmes et des banques multinationales et de promouvoir des
politiques d’intérêt planétaire »
• Tout ceci va être remis en cause à partir des années 60 quand les EU opèrent une gestion
égoïste du dollar , va être aggravé par le développement des firmes multinationales et va
recevoir le coup de grâce quand R.Reagan et M.Thatcher seront élus au début des années 80
et appliqueront une révolution conservatrice qui sera à l’origine des 3 D :

Définition : on doit distinguer :

• la désintermédiation : qui est le recours direct des opérateurs


internationaux au marché financier ( finance directe ) sans passer par
les intermédiaires financiers et bancaires( finance indirecte )
• du décloisonnement des marchés : qui correspond à l’abolition des
frontières entre des marchés qui jusque là étaient séparés : ouverture
sur l’extérieur des marchés nationaux . Mais aussi , on assiste à
l’éclatement existant entre les différents marchés . Désormais les
marchés monétaires financiers des changes , à terme , ... sont
interdépendants . Le système financier international est donc devenu
un méga marché de l’argent qui se caractérise par une double unité :
de lieu , grâce à l’interconnexion des places financières , de temps
puisqu’il fonctionne en continu .
• de la déréglementation : qui a été le moteur de la globalisation . En
effet , c’est parce que les autorités monétaires des principaux pays
industrialisés ont aboli les réglementations qu’a pu se constituer un
marché mondial du capital .

Conclusion : Le SFI devait selon ses promoteurs assurer :

• une meilleure circulation des capitaux ,


• une meilleure allocation de l’épargne
• et une diminution du coût du crédit ,
• ce qui devait accroître l’efficacité du capital et donc la croissance
économique .