Vous êtes sur la page 1sur 44

Département des Productions Végétales

et Amélioration des Plantes

5ème Année
Option : Productions Végétales

Juin 2005 1
Introduction

Fertilisation Pourquoi

Eau & Engrais : ensemble


Eff H2O = f(Eng)
Eff Eng = f(H2O)
Deux Type de fertilisation

 En pleine terre :
Exp : Bananier, Agrumes…. Etc

 En hors sol :
Tourbe + sable, Pouzzolane, Laine de roche…
Exp : Tomate, fleur coupée (Alstromeria, Freesias,
Strelatzias…)
2
Introduction

Les différentes méthodes utilisées en hors-sol

- Méthode Coïc-Lesaint
- Méthode Jeannequin
- Méthode SASMA
- …etc

Bases de la méthode
Connaître :
- pH de la solution, pH de l’eau ;
- EC de la solution. Acides et engrais à mélanger pour obtenir
la solution recherchée.

3
2. La méthode Coïc-
Lesaint
- La plus utilisée en France sur maraîchage, en horticulture et en pépinière
Base 14.4 méq de N/l.

2.1. Composition de la solution Coïc-Lesaint

Deux types de solution


1. Plantes acidophiles
2. Plantes neutrophiles

Plantes neutrophiles Plantes acidophiles


pH = 5.8 pH = 5.5
NO3 = 12.2 méq/l 14.4 N méq/l NO3 = 11.4 méq/l 14.4 N méq/l
NH4+ = 2.2 méq/l NH4+ = 3.0 méq/l

4
2.1. Composition de la solution Coïc-Lesaint

 HPO4- = 2.2 méq/l

 SO4-- = 1.5 méq/l

 Pourcentages K, Ca, Mg par rapport à K+Ca+Mg en meq :


39.6% - 47.6% - 12.8%

Oligo-éléments en mg/l :

 - Fer (Fe) = 0.6 (s/f chélatée)  - Manganèse (Mn) = 0.5

 - Molybdène (Mo) = .027  - Cuivre (Cu) = 0.06

 - Bore (B) = 0.25  - Zinc (Zn) = 0.23

5
2.2. Caractéristiques des solutions Coïc-
Lesaint
1. ce sont des solutions équilibrées ioniquement et c’est le nombre de méq.
d’azote qui les définit. On trouve des solutions à 10, 12, 14.4 ou 18 méq/l
d’azote. La norme la plus utilisée en culture maraîchères est 14.4 méq/l d’azote ;

2. Le pH tient compte des exigences des plantes (5.8 pour les plantes
neutrophiles et 5.5 plantes acidophiles) ;

3. La fabrication de la solution tient compte de la composition de l’eau


d’irrigation c’est à dire :
- sa teneur en éléments ;
- sa teneur en carbonates qui doivent être décomposés par un
acide, car ils sont toxiques pour les plantes.
6
2.2. Caractéristiques des solutions Coïc-Lesaint
La fabrication de la solution se fait à partir des
résultats
de l’analyse de l’eau.
La teneur en macro-éléments varie selon le nombre de méq d’azote contenu
dans la solution.

N total 10 12 14.4 18
NO3- 9 10 12.2 15.8
H2PO4- 1 1.1 1.1 1.5
HPO4-- - ou 2.2 ou 2.2 ou 3
SO4-- 1.5 1.5 1.5 3.3
0.2 0.2 0.2 2
Cl- 1 2 2.2 0.2
NH4+ 4 4.5 5.2 2.2
K+ 0.2 0.2 0.2 6.8
Na+ 4.5 5.2 6.2 0.2
Ca++ 1.5 1.5 2 7.8
Mg++ (1.5-3) (1.5-3) 2
(2-3)
7
3. Rappels de chimie
3.1. Notion de milli-équivalent

Dans une solution le nbre de cations = nbre d’anions


(K+ , Na+, Ca++ ….etc) = (NO3- , SO4-- …etc).

Pour pouvoir faire le raisonnement en nombre d’éléments, on utilise la


notion du milli-équivalent ( meq).

Définition :
Un milli-équivalent ou équivalent milligramme (méq) est par définition le
quotient de la masse atomique d’un atome (K, Ca, Mg...etc), ou la masse
molaire d’un radical (NO3- , SO4-- , NH4+ …) exprimé en mg par la valence de
l’atome du radical en question.

8
3.1. Notion de milli-équivalent
Exemples :

- La masse atomique du K+ est 39 mg, et la valence = 1


1 méq de K = 39/1 = 39 mg
- La masse atomique du Ca++ est 40 mg, et la valence = 2
1 méq de Ca++ = 40/2 = 20 mg

- La masse molaire du radical NO3- est 62 mg, et la valence = 1


1 méq de NO3- = 62 mg
- La masse molaire de SO4-- est 96 mg, et la valence = 2
1 méq de SO4 -- = 96/2 = 48 mg

9
3.1. Notion de milli-équivalent
Tableau 3. Poids d’un milliéquivalent des principaux éléments présents dans
les eaux et les solutions nutritives.
Eléments Poids de l’atome ou Poids de 1 méq
du radical (mg) (mg)
Cations
K+ 39 39 K
Ca++ 40 20Ca
Mg++ 24 12 Mg
NH4+ 18 18 NH4 ( 14 N)
Na+ 23 23 Na
Anions
NO3- 62 62 NO3 (14 N)
H2PO4- 97 97 H2PO4 (31 P)
HPO4-- 96 48 HPO4 (15.5 P)
96
SO4-- 35 48 SO4
Cl- 60 35 Cl
CO3-- 61 30 CO3
HCO3- 61 HCO3
10
3.2. Obtention du pH désiré

Première chose à faire : en général pHe > 6.5 détermination de la

quantité d’acide à ajouter pour obtenir le pH désiré 5.5 ou 5.8.

Au Maroc les eaux sont chargées, l’action de l’acide consiste à

neutraliser les ions bicarbonates HCO3- avec en plus bien sûr les ions

carbonates CO3--.

11
3.2. Obtention du pH désiré

Réactions :
 :avec l’ion bicarbonate-
H3O+ + HCO3- ---- H2CO3 + H2O
H2CO3 ---- H2O + CO2
-----------------------------------------------
H3O+ + HCO3- ---- 2 H2O + CO2

 :avec l’ion carbonate-

H3O+ + CO3-- ---- HCO3- + H2O


H3O+ + HCO3- ---- H2CO3 + H2O
H2CO3 ---- H2O + CO2
-----------------------------------------------
2H3O+ + CO3-- ---- 3H2O + CO2
12
3.2. Obtention du pH désiré

Tableau 4. Acides nitrique trouvés dans le commerce


(d’après fertilisation des cultures légumières, H. Zuang, 1982).

Degré Baumé Densité HNO3- en % Volume correspondant Facteur de


à 1 eq (1000 méq), en multiplication
ml
22.1 1.13 30 178 2
36 1.33 53.5 89 1
38 1.355 57.9 80.4 0.905
38.1 1.356 58 80 0.90
38.5 1.361 59 78.5 0.885
39.3 1.372 61 75 0.859
40 1.38 62.5 73 0.82
40.7 1.39 65 70 0.79
41.5 1.4 67 67 0.755
42.2 1.41 69 64.6 0.73

13
3.2. Obtention du pH désiré
Tableau 5. Acides sulfurique trouvés dans le commerce.
Densité H2SO4 en % Volume corres. à 1 eq Facteur de
(1000 méq), en ml multiplication (*)
1.18 25 166 1.76
1.30 40 94 1.00
1.83 95 28 0.30

(*) pour passer du volume nécessaire en acide sulfurique 40% au volume de l’acide
en question, multiplier par ce facteur.

Tableau 6. acides phosphoriques trouvés dans le commerce.


Densité H3PO4 en % Volume corres. à 1 eq Facteur de
(1000 méq), en ml multiplication (*)
1.25 37 212 2.56
1.58 75 83 1.00
1.70 85 68 0.82

(*) pour passer du volume nécessaire en acide phosphorique 75% au volume de


l’acide en question, multiplier par ce facteur. 14
3.2. Obtention du pH désiré

Bien sûr dans les calculs, lorsqu’on utilise l’acide nitrique pour la
neutralisation, il faut tenir compte de l’apport d’azote.

HNO3 + H2O ---- H3O+ + NO3-

1 millimole de HNO3 (Pm = 63 mg) fournit un méq de H3O+ et un méq de


NO3-.

De la même manière pour l’acide phosphorique H3PO4.

Avec cet acide on ne peut pas ajouter plus de 1.1 millimole/L qui est
l’équivalent de 1.1 méq de H2PO4- ou bien 2.2 méq de HPO4--.

15
Tableau 7. Quantité nécessaire, en grammes ou milligrammes d’éléments pour
apporter un équivalent (eq) ou un milliéquivalent (méq).
Nom du produit Formule Masse Poids de produit (en grammes ou
molaire en milligramme) pour apporter un
équivalent (eq) ou milliéquivalent (méq)

NO3- HPO4-- H2PO4- SO4-- NH4+ K+ Ca++ Mg++

Nitrate d’ammonium NH4NO3 80 80 80

Acide nitrique HNO3 63 63

Nitrate de potasse KNO3 101 101 101

Nitrate de calcium anhydre Ca(NO3)2 164 82 82

Nitrate de chaux engrais courant (1) 98 98


Nitrate de calcium cristallisé Ca(NO3)2 ; 4H2O 236 118 118

Nitrate de magnésie Mg(NO3)2 ; 4H2O 256 128 128

Acide phosphorique H3PO4 98 (49) 98

Phosphate monoammoniaque NH4H2PO4 115 115 115

Phosphate biammoniaque (NH4)2HPO4 132 66 66

Phosphate monopotassique KH2PO4 136 136 136

Bicarbonate de potassium KHCO3 100 100

Sulfate de potassium K2SO4 174 87 87

Sulfate d’ammonium (NH4)2SO4 132 66 66

Sulfate de magnésium MgSO4; 7H2O 246 123 123


16
Sulfate de magnésium anhydre MgSO4 120 60 60
Tableau 8 : Engrais à oligo-éléments simples.
Nom et formule chimique Pourcentage en élément
Bore % Bore (B)
Tétraborate de sodium (Na2B4O7, 5 H2O) 14
Tétraborate de soude cristalisé (Borax) (Na2B4O7, 10 H2O) 11
Acide borique (H3BO3) 17
18
Pentaborate de soude (Na2B10 O10 , 10 H2O) 20
Solubor (Na2B4O7, 5 H2O + Na2B4O7, 10 H2O) % Molybdène (Mo)
Molybdène 39
Molybdate de sodium (Na2MoO4, 2 H2O) 54
Heptomolybdate d’ammonium ((NH4)4Mo2O24 , 4H2O) 49
Molybdate d’ammonium (NH4)2MoO4 % Manganèse (Mn)
31
Manganèse
24
Sulfate de manganèse (MnSO4, H2O)
19
Sulfate de manganèse (MnSO4, 4 H2O) 27
Nitrate de manganèse (Mn(NO3)2, 6 H2O) % Cuivre (Cu)
Chlorure de manganèse (MnCl2, 4 H2O) 40
Cuivre 25
Sulfate de cuivre anhydre (CuSO4) 26
37
Sulfate de cuivre cristallisé (CuSO4, 5 H2O)
Nitrate de cuivre (CuNO3, 3 H2O) 40
Chlorure de cuivre (CuCl2, 2 H2O) 24
Zinc 22
Sulfate de zinc ZnSO4 21
(ZnSO4, 6H2O) 47
(MnSO4, 7H2O)
17
Nitrate de zinc (Zn(NO3)2, 6H2O)
Tableau 8 : Engrais à oligo-éléments simples.
Nom et formule chimique Pourcentage en élément
Chélates de fer
- EDDHA :
Séquestrène 138 Fe 6
Séquestrène Fe granulé 1.2
Masquolate FEA 6 6
Librel Fe Hi 6
Librel Fe 80 5.5
Ferlate 170
Rexène 224 Fe 7
- HEDTA :
Algoler HEDTA 3
- DTPA :
nutralite DTPA Fe liquide 2.2
Masquolate DTPA Fe liquide 2
Librel Fe DP 6
Librel Fe DP 7 7
Séquestrène 330 Fe 10
- EDTA :
Hormoler EDTA liquide 2.2
Librel Fe Lo 14
Fetrilon 13 13
Chlorosleric 14
Chelonia liquide 1.8
Masquolate EDTA liquide 2.3

18
Tableau 9 : Modèle de tableau utilisé pour le calcul de la composition d’une solution nutritive.

Solution fille (meq/L) Quantité par m3 de


solution nutritive
(chiffres arrondis)

K+ Ca++ Mg++ NH4+ H 3O + NO3- H2PO4-- HPO4-- SO4--


Eau
HNO3-
KH2PO4
NH4H2PO4
Nitrate de calcium

KNO3
K2SO4
MgSO4; 7H2O
Mg(NO3)2 ; 4H2O
NH4NO3
∑ ions
19
3.2. Obtention du pH désiré

Cas d’une eau ou tout le Mg est apporté sous forme de MgSO4

 - le laboratoire d’analyse a déterminé qu’il fallait 2.4 méq de l’ion H3O+ pour
ramener le pH à 5.8 ;

 - Le DAP a un effet alcalinisant, il faut ajouter 1 méq/l pour compenser cet


effet des 2.2 méq (NH4)2PO4 ;

 - Sur le tableau on inscrit les 3.4 méq dans les colonnes H3O+ et NO3- étant
donné que c’est HNO3 qui est utilisé comme acide.

(2.4 + 1 + 0.20) = 3.6 méq


HNO3 neutralise DAP

Reste à apporter 12.2 - 3.6 = 8.6 méq par KNO3 et Ca(NO3)2 comme il y
en a déjà 0.05K + 3.50 Ca, cela fait un total de 8.6 + 3.55 = 12.15 méq.
20
4. Répartition de la solution

 1. Déterminer la quantité d’acide nécessaire pour l’obtention du pH désiré.


Pour rectifier le pH on utilise l’acide nitrique, vues ses qualités bénéfiques à
la plante ;

 2. Calculer ma dose de phosphore à ajouter pour rectifier l’effet


alcalinisant suite à l’utilisation du DAP ;

 3. Déduire la quantité de NH4+ à apporter ;

 4. calculer la quantité de nitrate de calcium à ajouter pour compléter les


besoins en Ca++ ;

 5. Déduire la quantité de NO3- ;


21
4. Répartition de la solution

 6. Si on prévoit en plus un apport de NH4+ sous forme de nitrate


d’ammonium, on déterminera la quantité de NO3- accompagnent cet
apport ;

 7. Dégager la quantité de NO3- à ajouter pour compléter les besoins en cet


élément, cela peut se faire soit en apportant le NO3- sous forme de KNO3
ou sous forme de Mg(NO3)2 . En déduire les quantités nécessaires de K+ et
de Mg++ ;

 8. Calculer les doses nécessaires en oligo-éléments.

22
5. Technologie de la solution nutritive

Dans la pratique, on apporte rarement la solution nutritive directement


utilisable :

- solution directement utilisable

- solutions concentrées :

-solution mère
- solution fille

23
5. Technologie de la solution nutritive
Tableau 10 : Exemple de calcul de la composition d’une solution nutritive pour
plantes neutrophiles pour une eau où tout le magnésium est apporté avec le sulfate
de magnésie.
Solution fille (meq/L) Quantité par m3 de
solution nutritive
(chiffres arrondis)
K+ Ca++ Mg++ NH4+ H3O+ NO3- H2PO4-- HPO4-- SO4--
Eau 0.05 3.5 0.55 T 0.20 T T 0.6 3.4*89305cm3
36" baumé
HNO3- 2.4 +1= 3.42.4 +1= 3.4

KH2PO4
(NH4)2HPO4 2.2 2.2 2.2*66145g
Nitrate de calcium 3.12 3.12 3.12*98305g
nitrate de
chaux 15.5%
KNO3 5.48 5.48 5.48*101555g
K2SO4
MgSO4; 7H2O 1.23 1.23 1.23*123150g
Mg(NO3)2 ; 4H2O
NH4NO3 24
6. Fabrication effective de la solution mère

 - On prépare deux solutions en général :

 - On travaille avec un taux d’injection de 5‰ c’est-à-dire qu’il y dans chaque


1000 L de solution fille 5 litres de chacune des solutions mères.

 - On les sépare en 2 car on ne peut pas mélanger entre eux le nitrate


de calcium d’une part, les sulfates et les phosphates d’autre part.

Donc pas de nitrate de chaux ou de carbonate de chaux en mélange avec :


sulfate de potasse ;
sulfate de magnésie ;
phosphate mon ou biammoniacal (MAP ou DAP) ;
phosphate monopotassique ;
acide phosphorique ;
oligo sous forme de sulfate. 25
6. Fabrication effective de la solution mère

Application : Exemple du tableau précédent

Bac 1 : (1m3) Bac 2 : (1m3)

Dans 700 à 800 L d’eau ajouter


successivement : Dans 700 à 800 L d’eau :
- 60.81 d’acide nitrique 36 - 200 cc d’acide nitrique ;
- 29 kg de DAP
- 55 de nitrate de potasse ;
- 56 kg de nitrate de potasse
- 30 kg de sulfate de magnésie - 61 kg de nitrate de chaux ;
- 10 gr d’héptomolybdate d’ammonium - 5.2 kg de masquolate EDTA
- 300 gr d’acide borique + 5 kg d’hormofer EDTA
- 400 gr de sulfate de manganèse
- 50 gr de sulfate de cuivre
- 200 gr de sulfate de zinc
26
6. Fabrication effective de la solution mère

Application : Exemple du tableau précédent

Le nitrate de potasse, le nitrate de magnésie et l’ammonitrate peuvent être


mis indifféremment dans l’une ou l’autre des solutions.

Pour des raisons de sécurité, on ne verse jamais de l’eau sur un


acide concentré, on met d’abord l’eau puis l’aide.

- pour rectifier le pH, il y a un troisième bac.

27
Pompes doseuses
Bac A
(Solution
mère 1) Serre

1ère Solution fille


Bac B
(Solution
mère 2) 1ère Solution fille

Bac
Acide

28
7. Adaptation des solutions

- Problème du stade de la culture ;

- Problème de l’espèce ;

- Problème du climat ;

- Problème des pertes des racines ;

- Problème des fortes salinités ;

- Problèmes des fortes taux de Ca, Mg, … etc

- Aspect économique

29
8. Contrôles des solutions

Il est nécessaire de s’assurer que la solution nutritive au niveau des goutteurs


est conforme à ce qui a été prévu pour cela, on vérifie :

1. Le pH qui doit être voisin de 5.8 (5.6 – 6.3) ;


2. La concentration :
la concentration de la solution nutritive est la somme des éléments contenus dans
l’eau et des engrais qu’on y a apportés. Elle s’exprime en g ou mg de sel par litre,
on la calcule en utilisant la formule suivante :
Q = CE × 0.8 à 0.9
Q : quantité de sel en g/l ;
CE : conductivité électrique en mS/cm (siemens) ;
0.8 – 0.9 : coefficient variant selon les sels.

Les solutions utilisées ont généralement des conductivités voisines de 1.5 à


2.5 mS/cm. 30
8. Contrôles des solutions

Tableau 11 : composition de la solution de drainage

pH 5.5 –6.2 5.8 Fe 0.6 – 2 mg/l


CE 1.8 - 4 mS/cm 2.6 m/s Mn 0.2 – 1 mg/l
NO3- 20 – 60 mg/l 40 mg/l Zn 0.3 – 0.9 mg/l
P 120 – 200 mg/l 160 mg/l B 0.2 – 0.8
K 170 – 270 mg/l 220 mg/l Cu 0.02 – 0.09
Ca++ 120 – 270 mg/l 195 Na < 138
Mg++ 20 – 70 mg/l 45 Cl < 213
SO4-- 50 – 430 mg/l 310 NH4+ < 10

31
8. Contrôles des solutions
3. Humidité du substrat

lorsqu’il est possible de recueillir les solutions de drainage, la conduite des


irrigations se base sur le volume de solution drainée.

En règle générale, le drainage doit représenter 5 à 10% des quantités apportées.

4. Conduite de l’irrigation
les besoins en eau des cultures sous serre, en conditions normales dépendent
directement de l’énergie reçue par le couvert végétal.
A partir d’un capteur du rayonnement solaire (pyranomètre) on mesure
la quantité d’énergie reçue à l’extérieur ou à l’intérieur de la serre.
ETPs = K × 0.67 × Rga/L × C
K : coef. cultural (l’espèce et de la variété) ;
L : chaleur de vaporisation de l’eau ;
C : coef. de correction = 0.75 pour une serre en verre et 0.80 pour un abri plastique. 32
Volume solution mère
Taux d’injection = -----------------------------
Volume d’eau

Volume d’eau = Volume solution mère × taux injection

Tableau 12 : Composition moyenne des solutions pour les principaux ions


alimentaires (en meq/, cas de la tomate)

Stade NO3- NH4+ H2PO4-- SO4-- K+ Ca++ Mg++

Pépinière à F2 (j cuorts 155 0.5 1.8 2 5 - 6 9 - 11 3 – 4


F2 – F6 13 1 – 1.5 1.4 2 6 7 2.5 – 3
F6- R2 12 1 – 1.5 1.2 1.5 6–7 5 2
R2 – fin (j-longs) 9 - 10 1 1.1 1.5 5.5 4-5 2

33
9. Le substrat

9.1. Définition
Milieu dans lequel les racines s’installent et où elles sont mises en contact
avec la solution nutritive.

9.2. Critère de choix et classification :


Le substrat idéal doit :
- assurer une bonne répartition de l’eau et de l’air (50 % d’air minimum) ;
- permettre une bonne circulation de la solution ;
- ne pas se tasser ;
- ne pas se dégrader ;
- ne pas blesser les racines ;
- ne pas contenir d’éléments toxiques ;
- être chimiquement inerte ;
- avoir une capacité d’échange nulle/faible ;
- prix d’achat du matériau correcte ;
- quantité par unité de production ;
- devenir du matériau après usage. 34
9.3. Classification des substrats

On classe les substrats selon leur nature et leurs propriétés :


Nature des matériaux : solides-fluides
milieux solides :
- matériaux d’origine minérale : gravier, pouzzolane, sable, schiste..

- matériaux traités : traitement à la chaleur : argile expansée, laine de roche,


perlite, vermiculite.. ; et les sous produits et déchets industries (briques
concassées,….

- matériaux d’origine végétale : tourbes, paille, sciure de bois, écorce de résineux


liège, fibre de bois…. ; sous produits et déchets d’industrie : fibre de lin,
aiguilles de pin, produits cellulosique divers, …

  milieux fluides : l’eau : mélange : eau-air ou aéroponique. NFT (Nutrient


Film Technique).
35
9.4. Comparaison entre Perlite – Pouzzolane

C’est un sable siliceux d’origine volcanique contenants de l’eau et traité


industriellement à 1200°C.
Tableau 13 : Comparaison entre Perlite et Pouzzolane
Perlite Pouzzolane
Silice 74 % 51.5 %
Alumine 11.3 % 18.6 %
Oxyde de Fe 2% 7.22 %
Chaux 3% 10.3 %
Magnésie 2% 9%
Oxyde Na+ 5% -
Potasse 2.3 % -
pH 7 – 7.2 6.5
capacité rétention d’eau 250 – 300 l/m3 19 % son poids
CEC nulle 42 méq/100g
Porosité 97 % 10.4 %
Durée 1 culture plusieurs ans ( 18 ans à Douiet)
Prix élevé économique (300-500 dh/ m3)
Quantité/ha - 300 m3/ha
36
9.5. Principe de la conduite de l’alimentation des cultures
sur substrat :
On choisit une solution pour une culture donnée. Cette solution, dont on
connaît la composition est distribuée aux plantes de manière continue.

La distribution se fait selon plusieurs systèmes :

- alimentation par percolation en solution perdue ;


- alimentation en solution recyclée.
- Au passage de la solution la plante prélève de l’eau et des éléments.

1. système par percolation en solution perdue

la solution de drainage est la partie de solution que l’on apporte,


volontairement en excès, pour s’assurer :
- que les plantes ne manquent pas d’eau ;
- que les éléments non consommés (fertilisant ou toxiques) sont lessivés.
37
9.5. Principe de la conduite de l’alimentation des cultures
sur substrat :

*/* qu’est ce que l’on mesure ?

- une quantité de solution de drainage que l’on compare à la quantité apportée


sur 2 heures ;

- une conductivité et un pH ;

- une composition chimique à comparer à celle de l’apport au goutteur.

*/* quand se fond les prélèvement et contrôles ?

le matin, après heures de drainage à heure fixe ou avant la première irrigation.

38
9.5. Principe de la conduite de l’alimentation des cultures
sur substrat :
*/* comment se fond les prélèvements ?

 - pour bacs et gouttière : on dispose en extrémité des récipients permettant de


collecter la solution de drainage des heures précédentes ;

 - sacs de tourbes ou terreau : on ne peut pas faire de prélèvement


représentatifs de la solution de drainage ; seule l’analyse du substrat peut
donner des indications ;

 - laine de roche et sacs de substrat : à faible CEC (pouzzolane, graviers..)


on dispose des récipients sous les fentes de drainages. Pour la laine de roche
et les substrats à forte capacité de rétention, on prélève de la de la solution
contenue dans le substrat, à l’aide d’une seringue entièrement en plastique.
39
9.5. Principe de la conduite de l’alimentation des cultures
sur substrat :

*/* comment se font les contrôles ?

 - on mesure la quantité drainée et on la compare à la quantité apportée, la

différence entre les deux quantités est la consommation pour la surface

couverte considérée.

 - On mesure la conductivité ;

 - On mesure le pH ;

 - On fait analyser un échantillon ou laboratoire ;


40
9.5. Principe de la conduite de l’alimentation des cultures
sur substrat :

*/* rythme des contrôles ?

 - quantité de solution : si possible tous es jours, surtout par temps variable ;

- conductivité et pH : 2 à 3 fois/semaine ;

- analyse chimique : toutes les 5 semaines et au moment des périodes


critiques ou en cas d’accidents.

41
1. la quantité drainée :

Elle dépend du type de conduite et de la longueur du jour ou de la luminosité.


La quantité de solution absorbée est la différence entre la quantité apportée et la
quantité drainée.

2. la conductivité :

 - elle est voisine de celle de l’apport : cela signifie que les plantes consomment
environ la quantité d’eau et d’éléments contenus dans la solution fille. Dans ce
cas, aucune intervention n’est nécessaire ;
 - elle est supérieure à celle de l’apport : cela signifie qu’une partie des
éléments contenus dans la solution apportée n’a pas été prélevée par les
plantes ;

 - elle est inférieure à celle de l’apport : cela signifie que les plantes prélèvent
plus d’éléments contenus que d’eau de la solution apportée.
42
3. le pH

Toute variation importante de pH, supérieure ou inférieure à 0.3, provient


d’un mauvais fonctionnement des appareils, ou d’une variation de la
composition de l’eau ou d’une erreur dans la fabrication des solutions
mères.

Si la variation provient de la composition de la nutrition minérale des plantes


on agit comme suit :

-si le pH>6.3 on intervient par augmentation de NH4+ et/ou


abaissement du pH de la solution fille ;

-si le pH est < 5.5 on diminue la quantité de NH4+ et/ou on augmente


le pH de la solution fille.

43
La composition de la solution de drainage :

La comparaison des résultats des analyses de drainage et d’apports donne :

- la nature et la quantité des éléments absorbés au jour du prélèvement, ce


qui permet de rectifier la composition des solutions mères ;

- la nature et la quantité des éléments faiblement absorbés ou accumulés, en


particulier le S, Cl, Na et Ca. Si la teneur en ces derniers éléments est
nettement supérieure à celle contenue dans la solution apportée : il faut
intervenir par lessivage.

44