Vous êtes sur la page 1sur 2

Pour tous, l’étranger peut avoir plusieurs significations différentes.

C’est
quelqu’un qui est sans rapport, sans relation avec les autres. Mais c’est
aussi quelqu’un qui vient d'un autre pays. Un étranger n'entre pas dans la
classe d'une certaine normalité. Etre étranger, c’est refuser toute relation
avec ses similaires, c’est refuser de vivre en société, c'est refuser les
échanges, le partage, etc. Mais dans quelles mesures peut-on être
étranger à la société ?

Tout d’abord, si l’homme est un être social, il ne peut pas être étranger à
la société. Celui qui refuse de vivre dans une société porte le nom de
marginal et vit dans la société des marginaux. Donc on ne peut pas dire
qu’il ne vit pas dans une société vu que même s’il vit dans une société
différente de la nôtre, il n’est pas étranger dans celle-ci. Les marginaux
sont ceux qui décident de rompre avec la société. A un niveau individuel,
chacun utilise la marginalité pour son propre quotidien. Par exemple, les
aborigènes sont étrangers sur leur propre terre et sont étrangers à la
société.

Ensuite, au niveau social, il semble que le plus souvent, les étrangers sont
étranges parce qu’ils n’ont pas la même culture, les mêmes vêtements,
les mêmes langues, les mœurs. Mais rien n’empêche de dire qu’on n’est
pas différents à leurs yeux. On ne communique pas avec eux, on ne
sympathise pas avec eux, on n’essaye pas de les comprendre. Et pourtant,
nous possédons avec tout homme, au moins un trait commun : nous
sommes tous des humains. L’homme entre en société pour être protéger
et pour protéger. La société a comme devoir, aider en cas de besoin
absolu. Certains quittent leur pays d’origine pour s’enfuir des conditions
de vie, des situations politiques qu’ils refusaient pour savourer de la
liberté de conscience et de pensée. Mais nous ne leurs donnons pas cette
liberté.

De plus, au niveau religieux, nous sommes tous étranges car chacun à ses
croyances et ses pratiques, et certains n’ont ni religion et ni croyance.
Pour ceux qui croient à l’existence de dieu trouvent étranges les gens qui
ne croient pas en dieu et inversement. Prenant l’exemple des athées. Les
athées ne croient pas en dieu. Certaines pratiques religieuses sont
étranges pour d’autres et ainsi de suite. Mais nous oublions ce que nous
considérons comme étrange ne l’est pas pour d’autres.

Certaines personnes sont indifférentes et étranges à la société par leur


comportement ou leur attitude. Comme dans l’Etranger, Meursault est
considéré comme étrange parce qu’il n’a pas pleuré, le jour de
l’enterrement de sa mère. C’est une personne qui n’éprouve pas de
sentiment ou d’émotion et qui n’a aucun intérêt pour les personnes
proches. Il est étranger à lui-même. Il parle très peu, agit différemment. Il
accepte sans hésiter à tout ce qu’on lui demande, il n’impose jamais son
opinion. Il est étranger à la vie ; à la fois à sa vie et à la fois à la vie des
autres. Mais Meursault est un étranger à la société parce qu'il est
complètement honnête avec lui-même et avec les gens. Il aurait pu se
libérer en disant qu’il a tué l’arabe pour sa propre défense ou il pouvait
mentir. Il ne l’a pas fait parce qu’il ne voulait pas trahir la société.

Puis, il y a également les Roms, Gitans, Manouches, qui sont souvent


traités d’étranger à la société. Ils ont une autre façon de vivre, ils ne
vivent pas comme nous. On les appelle en général “Tziganes”. Ils sont le
plus souvent affreusement pauvres. Ils sont étrangers sur leur propre terre
d’adoption, ils ont été esclaves dans plusieurs pays. Ils sont étranger de
deux façons ; étranger dans le pays où ils sont, et étranger à la société. En
2005, les Roms bulgares ont manifestés contre la discrimination en
Europe.

Synthèse : les marginaux sont étrangers à notre société mais ne sont pas
dans leur société. Tout homme même s’il est étranger par ses habilles, ses
pensées, n’est-il pas avant tout humain ? Certains sont étrangers à la
société parce qu’ils sont venu d’un autre pays mais il reste avant tout des
humains. Ce ne sont pas eux qui sont étranger mais c’est nous qui
sommes étranges parce que nous avons du mal à les accepter et nous ne
leur laissons pas facilement s’intégrer à notre système.

Conclusion : Nous reconnaissons, plusieurs faits qui sont différentes entre


les hommes et qui les rendent étrangers. C’est l’humain qui constitue
l’étranger. Tout homme peut m’être étranger, et c’est tout à fait normal
parce que je refuse de le regarder comme un homme, c'est-à-dire comme
mon semblable. Nous sommes en quelques sortes tous des étrangers. On
peut être étranger dans plusieurs mesures ; religieux, sociales, politiques,
….