Vous êtes sur la page 1sur 4

VUECHENCO ANNADO, Na 285

Nàutri, li bon Prouvençau,

Au sufrage universau, Voutaren pèr l'bli

E faren l'aiàli.

F. MISTRAL.

BURÈU DE REDACIOUN

E D'ABOUNAGE :

Vers

FOLCb DE BARONCELLI

au palais d6u Roure

EN AVIGNOUN

LA CANSOUN

JOUGAIRE DE BOULO

SE CANTO SUS L'ÈR:

Sian tout d'ami galoi e libre

Que la Prouvènço nous fai gau!

REFRIN :

Sian tout d'ami qu'au jo di boulo

Oublidan lèu nèsli chagrin ;

Lou tèms gaiamen se i'escoulo,

l'a toujour quauque bouto-en-trin !

1

Sian tout d'ami que la semano

Fasèn nosto obro voulountié,

Mai, Ire que sono la campano,

Pèr nous pausa sian pas coustié;

Se lou travai es causo sano,

Se metre en f èsto es pas foulié.

II

Vèngue dimenche après la messo,

Nous languissèn d'èstre au diva :

Perden pas tèms, la taulo es messo,

Despachen-nous de mastega Dau! dau! se parlo d'escoumesso,

Li boulo espèron, fait i'ana !

III

Noun avèn pôu di souleiado

Que nous brunisson lou coutet,

Ni de l'aurasso qu'es jalado

E que nous fai boufa li det.

Quand la partido es escaufado

Noun sentèn plus ni taud, ni fre.

IV

Veici lou vôu di regardaire

Que vènon rire à bon marcat

De-fes se tru fon di jougaire,

Galejon quaun'a pas gagna.

Pièi, à la fin, nôsti badaire

Emé la set s'envan soupa.

V

Mai la parlido es coumençado

Jouguen sarra, sian tant à tant ;

Cerquen toujour bono picado

E dôu bon biais viren la man

Quand mancaren pas la dounado,

Faren souvènt de cop tetant.

Lou jo de boulo es miejo-vido

Pèr li jougairevertadié:

Chascun ié ris, chascun i ôublido, Chascun ié bagno lou gousié;

Quand sian en trin à la partido,

Li rèi soun pas nôsti parié.

VII

S'atrovo pas divertissènço

Mai sanitouso de tout biais.

Necito pas foço despènso

E recounforto que-noun-sai.

Au mau jougaire jamai pènso :

Qu noun mau pènso, noun mau fai.

VIII

Avèn li cop pèr auteleto,

Li cop pèr just e li cop dre.

Avèn li cop de barruleto,

Li refendage e li palet.

Avèn li cop de rabaieto,

Li cop de quiéu, li cop de le.

Ix

Lou soulèu clino e vai se faire,

Lis estouma soun avani.

Lou darriépoun vèn de se faire,

Es lou moumen de s'enveni;

Mai li perdènt e li gagnaire

Se quiton to'uti bons ami.

X

Raie pèr tu, jougaire i boulo,

De font de biero e de bon vin !

Siegue de biôu pleno toun oulo

E de pan blanc plen toun pestrin!

Que longo-mai, sènso bourroulo,

Canten ensèn aquest refrin :

Sian tout d'ami qu'aujo di boulo

Oublidan lèu nôsti chagin ;

Lou tèms gaiamen se i'eseoulo,

Ta toujour quauque bouto-en-trin.

Castèu-Nèu-de-Gadagno, nouvèmbre 1898.

H. Vatton.

ANTÜNI GRIVOI.AS, BENONI AURAN

E J.-B. DUFFAUD

RETRA ËELI13REN

D'Avignoun vers Paris, Grivolas un jour fuso

Pèr viéure dôu pincèu, l'iue tout plen de coulour ;

A pas cerca la vogo ciné de femo nuso

Artisto delicat, es lou pintre di flour.

Auran, un pan plus jouine, es peréu de Vau-Cluso

lé tourno travaia dins li glèiso,

bèu jour,

E sabès ço que fai, lou boujarroun ?

A louja de felibre i celestiau sejour

Jan-Batisto Duffaud, éu, nous vèn de Marsiho

S'amuso

E pinto sa Prouvènço e Lou Cor que s'esviho

Em' un gàubi tria que ié van li favour:

Aqueste represènto ansin la pouëslo,

Benôni l'esperit, Grivolas l'armounio,

E tôuti tres ensèn ounouron !ou Miejour !

Vidoun, Vidau,

Segound la vido

Lou journau.

fProuvèrbi di meissounié.)

1.

n Zr.

PRES DE L'ABOUNAMEN

Un an

10 fr.

Sièis mes

S fr. SO

Tres mes

2 fr.

Estrangié

Lou numerè

12 fr.

10 centime

Baile déu jourtiau

FOLCb DE BARONCELLI

AU CL' MEM 1 ZRI

LOU JOUR Dl MORT

ADÈLO, 18 an, a perdu soun paire. CATELON, 20 an, a perdu sa maire.

FRANÇOUN, 21 an, a perdu soun ouncle.

CATELON arnesco la toumbo de sa famiho. ADÈLO arroso li vas de !lour de la siéuno.

ADÈLO

Hola ! Catelon, siés bèn matiniero, que !

CATELON

Coume veses, ai forço d'obro, e voudriéu pas èstre en

retard.

ADÈLO

Sabes qu'as deja proun avança de travai ? Viedase

CATELON

Que vos? es vuech ouro e miejo emai passo, e la

proucessioun es pèr dès ouro.

ADÈLO

Es verai : vese que n'ai gaire de tèms davans iéu, laisso-

me despacha

n'as pas un à me presta ?

A prepaus, ai ôublida moun arrousadou:

CATELON

Si, ai arrousa tôuti mi pot de flour. Tè, pos lou prene:

es eila darrié lou ciprès de Madamo Chabran.

ADÈLO, 10u vai querre.

Hoi! que poulit butis ! Mai, digo, mignoto, sabes que

te mouques pas emé li det ?

CATELON

Es moun ouncle Laurèns, lou ferre-blanquié, que me

n'a fa presènt, l'estiéu passa.

ADÈLO

Bèn ! vai, te responde qu'es proun galant : es un amour,

emé sa pichouno poumello. De foulié, tè !

(S'envai à l'aigo. De retour:;

Peso rèn, lou sentès pas dins li man

(Legis sus la toumbo de sa coumpagno.)

« A ma mère chérie, souvenirs et regrets éternels.»

0 que poulit tablèu ! Mai ounte as croumpa 'cb ? Diéu 1

qu'aquéli letro negro fan bèn, au mitan de la courouno

d'inmourtalo 1

CATELON

Ma pauro maire meritavo que pensèsse à-n-elo. Fro

tant bravo e tant bono, pecaire ! e m'amavo tant ! Se

sarié levado lou pan de la bouco pèr iéu

(Se freto lis iue 'nié soun moucadou.)

ADÈLO

Avié dvu mau de moun paure paire. Ah ! acb n'èro un,

d'orne !

Sènso maliço, e amistous, subre-tout pèr sa

famiho, bon coume lou pan

(Se freto peréu lis ixie.)

FRANÇOUN s'avanço, venènt de soun toumbèu de famiho.

Eh ! bèn, vai la fatigo ? Me sèmb'o que i'anas pèr de bon : quento afectoun ! Figuras-vous que iéu, ai quasi-

men acaba. Me manco soulamen cinq o sièis espingolo.

Se n'avias quàuquis-uno de soubro, m'entournariéu pas

à la vilo.

ADÈLO

Tè, n'ai dons sbu dins aquelo bouito : pos lé pesta ço

qu'as de besoun.

BMVR - Alcazar - Marseille

2

FRANÇOUN

Gramaci: van lèu fini, em' acù te vendrai ajuda, se vos, que, Adèlo?

ADÈLO

Bèn voulountié, Françoun.

FBANÇOUN

Te semounde pas mi service, à tu, Catelon :

siés à la vèio de sourti d'afaire.

CATELON

vese que

Ma fisto, n'ai pas pèr un quart d'ouro

(Françoun s'envai.)

Que, Adèlo, vène un pau vèire, d'eici de sèt à vue pas, l'efèt que fai ma capello.

ADÈLO

Espèro, leu vas de margarido se

Vai mai que de bèn

vèi belèu pas proue, es uno idèio enfounsa dins lis autre

(l'arrenjo). Tè, coume acù, au mitan, vu pan en avans,

me sèmblo que fara forço miés.

CATELON

Ah! e leu retra de ma pauro maire, que l'ôublidave

Vejan, ounte leu poudriéu bèn plaça?

ADÈLO

Vaqui un retra ressemblant. Ah! qu'es bèn Mada'eno

Mai coume acù 's figncula, aquéu cadre

negre,'mé soun pichot filet d'or, qu'à peno se vèi. Es

Renaud que te l'a 'ncadra ?

CATELON

dôu Cabret !

1Voun, es Verdoulet.

ADÈLO

Bèn, vai, ma bello, a bon goust

Tè; sabes ounte

anarié moula? Pendoula souto la cournisso, entre ]i dons

tablèu redoue, nue semblèsse pausa sus li margarideto.

(Catelon plaço ton retra coume a di soun amigo.) Bon ! au-

bouro-lou, encaro uno brigueto

Aqui, ton toques plus.

FRANÇOUN revenènt.

Acù 's lèst. Bèn, aro, Adèlo, siéu à tu. Se i'anan metre

tôuri dos, e fan que l'arrenjen coume se déu

aquelo

toumbo, e que rèn ié manque. (Tout-d'un-tèms, Françoun

em' Adèlo arroson li pot, plaçon de tablèu, de courouno, de re-

tra, e, tout en travaiant, charron.)

ADÈLO

Es pas tôuti li jour, eiçù. me siéu dicho de ié rèn pla-

gne. Pièi, nosto toumbo es proche de la porto :

parèisse dins leu cementèri, se vèi qu'elo :

entre

dequé dirien

leu mounde, s'èro atrencado coume quatre sùu ?

FRANÇOUN

Dirien que n'as ges de biais, e que siés pancaro bono

à marida.

ADÈLO risènt.

D'aquelo Françoun ! Toujour la

qu'acù moun soucit, lou maridage !

galejado. Ah ! s'èro

FRANÇOUN

Eh! fan pas tant faire la dospichouso, anen, que ié fai :

es pas defendu d'avé 'n calignaire, quand avès dès-e-

vuech an.

ADÈLO

Dise pas noue, mai res nimai vous forço de n'avé un. Pèr iéu, siéu pas tant pressado.

FRANÇOUN

Anen, aven, se li messorgo estranlavon

ADÈLO

Pèr eisèmple ! Dequé vos dire pèr ti resoun ?

FRANÇOUN

Ço que se vèi, pùu pas s'escoundre

Creses que me

12 FUIETOUN DE L',%10[.H

Lou Creserèu

Gnoumèdi en tres ate e en vers

F2epresentado pèr leu proumié cop au Tiatre poupulàri

de Gravesoun,

souto la direicioun dôu felibre Grabié Perrier.

SCENO VI

AFOUR1AN, Boulet.

Paure Janet ! bedigas !

palamard !

>±n plen, ié siés toumba dedins leu

Se leu derrabon pas d'aqui, lou

pegoumars !

gros tourtouire,

fara couire.

Veirés, dedins soun jus, coume lou

Sabien proun qu'ère niais,

E l'autre? Que fenat ! Que -usas ! Que

Lou tène. Ié reserve un cadèu de ma chino Qu'aura li crouchet long. D6u diantre se devino Lou cop que ié prepare. Ah ! ve-lèi

mai ]ou cresien pa'nsin

couquin

L'A 'I Ô Li

souvène pas d'aquéu bloundin que te faguè tant dansa

pèr la voto, e que te

quitavo pas duno simello ? Sas ton

se n'en manco.

tout, qu'es pas mau, lou drole,

ADÈLO

Mai, de quau vos parla?

FRANÇOUN

Tè, quau saup ? Que, Catelon, ié faudra metre li poun

sus lis i. Quau saup quau es aquéu meigrinèu 'mé la

moustacho en cro, que ié dison Louiset, e qu'aura fini

soun service - vèngue Nouvè ?

CATELON

Louiset dôu Mas-Nùu ?

FRANÇOUN

Belèu l'as devina. Vôu pas leu counèisse, nosto jou- veineto ; mai, pèr la fèsto, avié pas d'iue pèr leu vèire.

Au café-cantant, bèn dins leu founs, se regardavon,

ee

regardavon, que te dise pas mai. S'avien souna la cam-

pano dôu frù, d'aquéu moumen, es pas segur que l'a-

guèsson ausido.

ADÈLO

Li gènt parlon, e, quand toumbon sus lou casaquin de

gnaucun, i'a d'obro pèr li faire teisa.

CATELON

Es poussible; mai la darriero les qu'es vengu 'n per- messioun, contro la sebisso de toun mas, uno frho que

counèisse bèn m'a vougu dire que Louiset charravo em'uno galanto bastidano, e que se fasien lis iue de

sucre. M'a di peréu que la proumiero letro de soun noum,, de la poulido, es Adèlo.

ADÈLO, rougissènt.

Ah ! bèn, pèr aquelo !

acù 's pas verai, e se pùu pas

d'enventa de pariéri causo.

CATELON

Belèu aquéu jour aviéu lis iue nebla. Mai pamens, se

vculiés jouga 'n cènt d'espingolo, tendriéu voulountié

l'escoumesso

Faudra 'ncaro un arrousadou d'aigo.

ADÈLO

As resoun, leu van lèu guerre. (E part.)

FRANÇOUN

Ah ! d'aquelo aigo téco ! vôu pas que siegue leu di, Mai

lis ai vist ensèmble, esmarra, dons o tres cop.

E creses

CATELON

FRANÇOUN

Parlen pas que rague de mau. Mai, pèr se voulé, bouto,

se volon.

ADÈLO, revenènt.

Hoi ! que ! de liuen dirias un autar, talamen es bèn ar-

renja

de garniture, e coussudo ! Grando santo Anno d'Ate, fau- te n'en avé, de senepo, pèr poudé croumpa de causo tôuti d'or e d'argènt ! Qu'acè 's bèn ! qu'acô 's bèu !

CATELON

S'aviéu, pèr ma doto, ço que ïé ceste aquéu mounu- men emé lis artifaio que i'ajusto vuei, poudrias veni,

artisan o païsan : i'aurié degun, porto sarrado.

FRANÇOUN

Mai, madamo Vert, coume n'en a mes, de bèbèi,

Eto, pardine ! Pas mai geinado: te faudrié 'n moussu-

rot, quauque noutàri, o 'n negouciant, bessai un mège,

un avoucat, un souto-prefèt

rounet intrarié dins un couvènt ?

CATELON

Ma fisto, tant poudrié i arriba que lou mandèsse ras- cla de cano. Hùu ! pièi, se n'en counsoularié 'm'uno au-

E lou paure Pei

Escusas

SCENO VII

SAFOURIAN, ENRI, JANET

ENRI

Je pari

Qu'aucun agriculteur ne vous vaut.

JANET

Mouss' Enri !

ENRI

1

Pourquoi protestez-vous ? Mais c'est une merveille !

Vous menez votre bien de Tacon sans pareille.

Je ne m'occupe pas des durs travaux des champs.

C'est vrai. Mais j'apprécie les gens intelligents. J'en ai vu décorer pour soins donnés aux vignes.

Tenez, ça fait rougir ! Ils ne seraient pas dignes

De dénouer le cordonnet de vos souliers.

Vous faites tout avec (les soins particuliers Certes, oui, pour beaucoup ce serait une école

De venir visiter votre mas Ma parole !

Sans compliments aucuns, vous méritez la crcix. Ah ! vraiment vous l'aurez, dussé-je y perdre un doigt.

Mais, voyons, Monsieur Jean, c'est de toute justice

De s'occuper pour que ce ne soit le caprice

Qui fasse déco -er certains cultivateurs

Ignorants, intrigants, suborneurs et flatteurs,

Au détriment toujours de ceux qui le méritent.

C'est ignoble cela! Ces passe-droits m'irritent,

tro : chascun atrovo sa chascuno.

richo, d'ana

Jujo un pau, que!

m'embanasta d'un pèd-terrous o d'un pot-à,

s'ère

colo I Diéu garde !

ADÈLO

L'ames donne pas forço, toue fringaire ?

L'ame

l'ame

nadave dins li

CATELON

Eh! si l'aine. Soulamen, vai cerca! se

grand mar, m'assourtirié paire

Sian

paure tôuti dons, basto ! Mai s'èie richo, adiéu panié.

ADÈLO

A prepaus de panié, digo,

vado à Maussano, aquest an ?

Françoun, fas pas lis ciuli-

FRANÇOUN

Si, siéu deja lougado au mas de Presicaire. E tu, vgnes?

ADÈLO

Iéu, sabe pas trop. Es pas de dire d'èstre esquichado mai qu'une autro ; mai, se vèi aqui de

causo que van

gaine. L'an passa, i'avié dons droulas, lis enfant déu ren-

cifèr : acù, toujour l'esperit au

vùsti paraulo de

dié, qu'avien de lengo de

mau , avias panca bada, que viravon

travès.

CATELON

Ah !

migncto, s'és jouino : n'en veinas hèn d'autro.

Fan jamai s'esfraia : es

aqui que se ris ]ou mai. E pièi, à

pijoun-volo, à roumiéu-rou-

embrassas à n'en

la vihado, quand se jogo à

miau, l'a rèn de mai amusant:

vos? n'en vaqui.

vous

ADÈLO

mai i'a souvènt quauco tèsto-verdo que vous sugo, que vous descouifo.

pes-

I'RAN4,:OUN

E, au mai vous pessugon,

Anen, dequé sarié, dins

touto uno bongo vihado,

a la plus grosso tèsto?

riban,

long

eila 'u cantoun ;

Bon, ansin

au mai de plesi vous fan.

un grand oustalas de mounde,

se eus metias à regarda quau

Tè, mete ono espingole à-n-aquéu

fai ié 'n ausset, qu'es un pan

un parèu de Lrout d'èure, e

Encaro

anara que noue se pôu miés.

ADÈLO

Tè, flato l'iue d'eici, coume l'ourquèstro

se faguè l'autre an, davans la coumuno.

dôu bal que

CATELON

La dansarello ! Tout la

sauta, dansa; dansa, sauta. meno aqui, pènso qu'à-n-acù :

ADÈLO

Dequé vos que ié fague ? Quand

entènde lot, viÔuloun

que de plus

o leu tambourin. li pèd me pruson. Pulèu

dansa, amariéu miés de cop de barre.

Tra, la, la, la, la, la, la, lèno;

Tra, la, la, la, la, la, la la !

CATELON

Taise-te, foulasse : fas

pas atencioun que madamo Vert,

te vèi e t'ausis.

de soun cantoun, eiça-bas,

FRANÇOUN

Ah !

tè, sian jouino, quau se ficho? Dansaren pas tant dins vint an d'eici, pas verai, Adèlo ?

ADÈ'?LO

Ah! de tout segur

CATELON

Chut ! la proucessioun arribo, veses pas ?

(Se desseparon e van

s'ageinouia caduno s'ubre la toumbo de

capelet i man; e, quand la prouces-

famiho, la tèsto basso, leu

sioun s'aprocho, se bouton à ploura).

Hi ! hi ! hi ! hi !

TOUTI TRES

Oui, je vais m'occuper, dès ce jour, Monsieur Jean,

De corriger le sort pour vous désobligeant.

J'ai des amis nombreux à Paris'. Je le jure

Vous serez décoré. Je ne suis point parjure. Je veux moi-même un jour attacher cette croie Sur votre cceur vaillant. Vous y avez tous droits.

JANET, trefouli.

Oh ! moun Diéu . Mouss' Enri

Pèr recounèisse tant de benfa ?

! Mai dequé poudrai faire,

ENRI

Galejaire !

Se dèu quaucun de nautre èstre recouneissènt,

Es iéu Cresès que sache pas li cop de dènt

Que reçaupès pèr iéu ? que Mioun,

vosto femo,

Vous perseguis pertout de si crid;

si lagremo ?

Que Nourat, rancurèu, vous contre-carre en tout ? Ah ! sabe tout, anas ! Plegas : leissas-lei faire.

Vau miéus. Soufrirés plus.

JANE"r

Bello amo! cor amaire 1

Eh I bèn, noun ! Mau-grat tout

N'en fan leu sarramen ; res me registara.

ma chato vous prendra

A bèu crida, Mioun, a bèu brama, moue De Guerido sarés leu fringant calignaire.

Moun coui sarié su 'n plot, que dirai jamai noue.

Me parlon d'un pacan, me parlon de Pierroun ! Mai quant n'en valès pas de Pierroun, vous, bèl astre 7

paire

BMVR - Alcazar - Marseille

CATELON

Ah ! ma bono maire !

FRANÇOUN

Ah 1 moun brave ouncle !

ADÈLO

Ah! moun paure paire!

CATELON

Ah ! que noun mouriéu à vosto plaço ! Moun Dién, poudias pas me veni querre, e leissa ma maire à sa fa-

miho, que n'avié tant besoun ?

ADÈLO

Moun bon paire ! Poudiéu bèn parti en-liogo de vous.

Nautre, raço pecadouiro, vivèn sèmpre mai que vous-

autre, sàntis amo dôu bon Diéu, !

FRANÇOUN

Ah ! moun bon ouncle, que trau qu'avès leissa dins

l'oustau ! quento perdo ! quente malur !

UN ESTRANGIÉ, qu'a segui la proucessioun, sourtènt soun

moucadou e se secant lis inc.

La douleur d'aquéli bràvi chato vous tranco lou cor !

pàuri d'éli ! quento pieta ! quento tendresso pèr li siéu

E. Uarrel.

FABLO

Païsan e moussu n'an jamai marcha 'nsèn,

Ansin acé 's esta toustèms.

Liogo de s'ama couine de bon fraire,

Se traton tôuti dons de laire !

L'un dis que lou pacan porto rèn que d'esclop,

L'autre que li richas an proun argènt de trop!

Couneissès trop li bachiquello

Que tant souvèat se dis aqui-dessu

Pèr vous veni canta nouvello retournello

Sus li paure e sus li moussu.

Es pièi li proumié cop qu'à la fablo m'ensaje !

Vole parla qu'un moumenet,

Pèr vous counta que dous aucelounet Siguèron pas pu sage !

Un casseirot d'asard, brave pichot rendié, Que restavo dies moun quartié.

Avié d'asard à la fanfaro Arrapa 'n bengali Qu'èro mai que poulit. Dins soun abéuradou metié dounc d'aigo claro,

lé penjavo toujour de bourrassbu bèn fres;

Grano, sucre, bonbon, r'i'en garnissié li barro,

Venié Ion regarda mai de cènt fes !

Tambèn lou bengali tout Ion jour gasaiavo,

Pièi tèms-en-tèms s'espesouiavo.

Coume soun mèstre dounc èro un pichot rendié,

N'avié de rèsto dôu proufré !

Be3sai de ço que degaiavo

N'aurias bèn abari encaro dous courre éu

Pamens ço qu'es dis aucèu !

Boutas, éli tambèn an si pichôti deco !

Mai anen pas bousca dins li verdo e li seco Acb sarié trop long de dire coume vai Que moue bengali plen d'esfrai,

Un matin atroubè (n'en siguè plen de ràbio)

Un jouine passeroun dins lou founs de sa gàbio.

Lou bengali diguè : « Dequé vèn cerca eici,

Aquéu mourre passi !

S'avié au-mens coume iéu li merlusso e la mostro,

Se ma chato avié pas Mouss' Enri, que desastre

Mai, l'aurés! o, l'aurés ! Podon veni pleura,

Vous vole, vous aurai. Me fârés decoura ?

EN RI

De-segur, Moussu Jan, de-segur. L'afourtisse

Farai di pèd, di man pèr acé. Moun delice,

Ma joio, moun pantai, moun bonur leu plus grand,

Saran realisa, Ion jour. que de mi man

Poudrai, iéu-meme, au mié de touto la famiho Vous l'espingla, la crous.

JANET

0 joio 1

Ounte es ma frho ?

Un jouvènt coume acb, qu'a d'ami diras Paris !

Oh ! siéu tout trefouli ! l'aveni me sourris

Guerido 1 Gueridet ! Vène, vène, ma bello !

Parèisse, anen, lèu-lèu ! Ve, Mouss' Enri te bèlo. Que bonur ! que bonur d'èstre enfin decoura

Sarai Maire, parai '

Castèu-Reinard, d'avé Moussu Jan à sa tèsto

Adiéu ! adiéu Ion mas, li reclaure e lou rèsto

1 ou vai èstre ounoura,

Subre Ion balouard vau lèu faire basti.

Lèi de Diéu 1 tastarai rabasso emai roustit 1 Mioun s'abihara coume li gràndi damo !

Guerido? Hbu! Vène lèu : toun marit te reclamo !

M'entènd pas

lEh ! bèn ?

Mouss' Enri, venès lèu que i'aneu.

ENRI, plan-plan à Safourian.

L *AI ÔLI

Diriéu : es moun cousin, o tout au-mens l'ami

Mai sa raço es liuen de la nostro,

D'abord qu'à ni soulié pounchu Ni quèli sus lou su! » Acé disènt, sus éu s'abrivo E zôu de cop d'arpioun ! e zôu de cop de bè Moun passeroun qu'es pas durbè,

Vesènt que la chavano avié creba li nivo,

Durbis soun paro-plu io e s'aparo dôu miéus 1 La batèsto duré, ma fe, belèu miechouro.

Quand Ion mèstre venguè pèr vèire un pau

Moun Diéu!

« lloi ! te fai, mounte soun?

Se soun bèn coucha d'ouro! »

Ai !

las ! di dous ami,

L'un èro mort e l'autre apoustemi.

lièu-Caire.

Antôni Berthier.

Souveni d'un premier amour

(Seguido.)

Avié la Santo Taulo aquéu jour bèn vint amo

Que brulavon ensèn d'uno divino flamo,

Vint cor batien à l'enissoun ;

Mai dous d'éli pamens, d'un autre fié brulavon

En un autre segnour pièi aro coumuniavon, En l'ounour dôu diéu Cupidoun.

Noun d'aquéu Cupidoun que lis esprit varaio

E que, de fes que i'a, l'innoucènci degaio

Pèr sa trop grando voulupta,

Mai d'aquéu Diéu d'amour que prècho l'amistanço

E que, lou pu souvènt, sus sa noblo estiganço,

Li pu bèus unimen soun fa.

Qu'èro dous de pensa, d'entre-vèire poussible

Lou jour qu'un dous imen, nbsti dous cor, sensible

L'un pèr l'autre, rejougnerié.

Alor sarien unido ensèn nbsti des amo Brulant ensèn despièi long-tèms de talo flamo

Que de fié n'i'a ges de parié.

Après Ion sacramen de Santo Eucaristio, Après agué pres Diéu dintre la Santo Oustio, Quouro la messo aguè pres fin,

Pèr Ion repas dôu jour alor fauguè se rèndre

Cadun dins sa famiho, e que regrèt de prendre

Pas, nautre, leu meme camin!

Urousamen que lèu Vèspro nous esperavon,

Nbsti cor barbelant de mai en mai cercavon

Lou biais de pousqué s'endraia

Dins Ion meme camin ; aqui, bessai dos ouro Durant,pousquerian mai nous vèire, enjusquo quouro

Fauguè d'efèt se separa.

Perqué n'a pas vougu, Diéu, que s'acoumpliguèsse

Noste tant bèu proujèt, qu'à tu pièi m'uniguèsse

Pèr durant touto eternita ?

Me sèmblo que degun poudié t'ama de meme Que t'aviéu sèmpre amado. Es un amour suprême

Qu'à tu, pèr toujour, m'a'staca.

Toun souveni m'adus bèn souvènt la tristesso. Noun pode tout acb pensa sènso amaresso, Pèr toujour m'as trenca leu cor; E, pamens, aquéu mau, de-fes verai suplice,

Me proucuro souvènt de bèn, bèn car delice :

Es dous de pensa i pàuri mort.

lA segui.)

A. Martel.

SAFOURIAN, à-n-Enri.

Fo uche ! Moussu, vous fau mi coumplimen

SCENO VIII

SAFOURIAN, Soulet.

Ah ! moun brave Pierroun, l'auras lou blanc dôu pôrri ?

Noun sai !

Aquéu paure Janet se met dins Ion fangas !

Pèr un galo-bon-tèms, un pau-vau ! Bedigas !

E,

Ço qu'es pamens Ion gounflige, la glôri

l'es enmourraia !

SCENO IX

SAFOURIAN, PIERROUN

PIERROUN

Bèn, Safourian, que novo ?

SAFOURIAN

Moun orne, rèn de bon.

PIERROUN

Galejes ?

SAFOURIAN

Noun. S'atrovo Que la bello Guerido a 'n autre pretendènt.

Janet que tèn pèr éu te moustrara li dènt.

3

LA CHAMI -ÂN741

Que siegue en pèiro o bèn en maubre,

La chaminèio fai grand gau,

Quand subre-tout à soun fougau, L'ivèr, flamejo un bon trounc d'aubre

E que sont lou negre capèu

De la grand chaminèio -

Lou brave rèire à la ninèio

Dis de conte tant bèu.

Lou grand parlo di rèi, di comte,

Di masc, di bregand, di guerrié

Bèn mai vous n'en degrunarié,

Sènso escupi, de poulit conte !

La grand fielo o fai Ion debas

Enterin que la cato

Qu'a lis uei round coume d'agato

Elo pantaio en pas.

L'ivèr quand sias à la campagno,

Que jalo en l'èr, que nèvo o plbu,

Que lou vènt bramo à faire pbu,

La chaminèio tèn coumpagno.

Adonne Ion tué qu'es de sesoun

Gaio e vivo la flamo

Es de l'oustau la vido e l'amo

Couchant la languisoun

Eh ! vivo dounc la chaminèio

- En maubre, en pèiro, m'es egau -

La chaminèio que fai gau

I pàuri vièi, à la ninèio 1

Moun grand, de conte aro n'i'a proun

.

Soun cuecho li castagno !

Pichots enfant de la mountagno,

An, dau ! fasès Ion round !

13 de nouvèmbre de 1898.

Leoun Sparlat.

INNE AU SOULÈU

Soulèu 1

soulèu !

Dedica à G. Jourdanne.

soulèu ! flume de vido ! flamo

Facho emé li clarta d'un pau tôuti lis amo 1

Bèu soulèu !

Grand soulèu, que de gus souto ti rai de braso !

Daures lis espigau que lou voulame arraso

E siés bèu !

E sèmpre lou matin, e sèmpre à la vesprado Sus l'avé dis uman boufes toun alenado

Fas greia,

Espandi li boutoun, espeli li caresso ;

Diras li bras dôu jouvènt aduses la mestresso

Fas ama !

Lou roumias espinous te porge sis amouro

E la souco nousado en te vesènt s'aubouro

Soun rasin

I poutoun de ti rai plen d'amour s'amaduro

Pèr nous baia, soulèu !

sa bevèndo tant puro,

Lou bon vin !

Noun devriés lusi pèr li causo crudèlo,

E devriés vela ta caro d'or, tant bello,

Fiéu dôu cèu !

Quand la malandro plôu subre li tèsto taro,'

Quand sus tôuti li mau pousson tôuti li taro

Se vouliés ?

E li fèu !

Es ansin.

PIERROUN

SAFOUBIAN

PIERROUN

Mai, se sabié pancaro 1

Guerido ni Mioun me n'an parla.

SAFOURIAN

Just aro L'an sachu tôuti dos. M'an bèn recoumanda

De lis ana 'verti tre te vèire arriva.

PIERROUN

Dequé dison d'acb la gènto Margarido

Emé sa maire ?

SAFOURIAN

Vai, n'en soun pas trop ravido.

Tènon forço pèr tu, e ié tendran toujour.

L'emboui vèn de Janet que, testard, rèsto sourd

A tôuti si preguiero. A fa veni l'arlèri

Es eici dins lou mas.

PIERBOUN

Dequ'es aquéu mistèri ?

lé coumprene plus rèn ! Perqué me fan veni,

Se 'm' un autre JJ`net es en trin de fini ?

(A segui.)

M. Chabrand

BMVR - Alcazar - Marseille

4

L'A1ÔL1

E devriés lusi quand, tôuti desvestido,

Nôsti fiho à la car tant douço, enrouselido,

Dins Ii Bourg

Fan bagna si bèu cors e si cabeladuro, Creniero de divesso e carnen qu'amaduro

Noste amour !

0 ! davans l'esplendour d'aquéli creaturo

Ti rai noun soun de trop - es de trop la sournuro.

La bèuta Se desvelo au soulèu flamejant, sènso taco,

E flouris à l'amour, à l'amour que la maco,

A l'ama!

Avignoun 1898.

F. Favier.

CAPITANI DEI BOUTO-EN-TR!N

Avèn, eicito, à la chambrado,

Un vièi grisoun de quatre-vint,

Toujour prest à la galejado,

Li dison « Mèst

Valentin. );

Sa figuro qu'es pas del plato,

La dirias tencho emé de vin Es eitant groumand qu'uno cato

Lou vièi briquet de Valentin.

Manco pas de vlsage jouine

Toujour blème toujour gringrin,

Qu'enveion la caro de mouine D'aquéu roumpu de Valentin.

Un poutagié lou fa sourrire;

Un tourno-brocho qu'es en trin,

Tout en lou fènt creba de rire

Tambèn li douno fam de chin.

Es que gasto pas de paraulo

Davans un civié de lapin :

Si tèn de-longo bèn à taulo

E li mastego à plen boulin.

E si dis que sei cambarado,

Lou vèire en l'èr, dins un festin,

L'aclamèron tôutei d'emblado

« Capitàni dei bouto-en-trin. »

Puei, quand es un pau gai, ma fisto,

L'orne que liage a fa roussin.

Racouento en tôutei lei counquisto

Qu'a facho au tèms qu'èro ponihin.

E d'un biais que toujour badino

Li

Anavo rauba lei galino Dins Ion galinié dôu vesin.

dis lei les qu'a plen coufin

N'i'a que dien qu'aquéu fin conmpaire

Es agu flame gau-galin ;

Mai aro a la cresto de caire ;

Li trais mau de fa l'arlequin.

Pèr bèn decoupa la chichino,

Quand à ribouta sian en trin,

Es nn coutèu à lamo fino Que devèn au vièi Valentin.

S'èri Ion diéu de la riboto,

Quouro aquéu groumand prendra fin, Fariéu faire dintre sa croto,

Entre quatre bouto de vin,

Soun toumbèu emé de becasso,

De laparèu e de bè-fin,

E metriéu sus sel quatre faço :

« Au manjaire de Valentin !

Bargemoun, 6 desèmbre 1893.

Felip Cinauvler.

Boulegadisso Prouvençalo

Dins LE FEU FOLLET, la

poulido revisto de Francés Mara-

M. de Beaurepaire-Fro-

tuech, que saludan sa reneissènço,

ment, en un comte-rendu de l'escourregudo facho

de (lascou<gno, manco pas l'ducasioun

eiçô :

péril Cadet

de sernena lou jupi en-

tre li fraire dôu Miejour. l'a de

au mitan, emai degun ié digue rèn. Lscoutas donne

gènt qu'amon bèn de se metre

un pau

Ni Mistral, ni Gras, ni un

seul Provençal ne sont venus aux

situation dans le

avec laquelle je m'exprime,

stupide ten-

fêtes languedociennes. Ala très indépendante

Félibrige et la netteté habituelle

m'avaient permis, Mistral le sait, de lénifier cette

sion qui existe entre ?a Provence et le reste de la terre d'Oc. L'oc-

notre

casion était belle et impérieuse d'affirmer et de fortifier

fraternité. L'étrange attitude des Provençaux

n'est faite, je le

etc.

crains, que pour gâter les choses et peut-être à jamais,

Co que n'empacho pas Ion meme

pico-pebre, à la fin de

soun plagnun. de nous trata de Provençaux à tendances

combrantes. De maniero qu'es proun embarrassons de

saupre

ço qu'aquéu moussu nous vôu: Se leissan nôstis ami de Len-

gadé o de Gascougno celebra si fèsto entre éli, sian de

mar-

rit coula, de desdegnous ode jalous. S'au countràri Prouvènço

en-

e,

s'ima-

n'ei-

mostro lou nas foro dôu Rose, si fiéu soun encoumbrous

bèu Diéu ! colon tira tôuti lis acatage à-n-éli.

Eh! bèn, nonn, la « te rsioun » que M. de Beaurepaire

gino que tiblo entre li mantenènco de nosto lengo d'O, sisto urousamen que dins li carnavello de quàuqui

claire que voudrien faire l'empèri. Li Prouvençau

espera la desciso di Cadet de Gascougno, ni de Carsi, ni d'an-

tro terro, pèr ana faire si vee,itoi felibre de Mount-Pellé, de

mau-mes-

;i'an pas

Carcassouno, d'Albi, de Toulouso, d'Agen, de Brivo, d'Aurilia,

de Barcilouno e de Paris. E quant au

ié pôu respondre que, l'a vint-e-vuech

grèu reproche que d'ùni

an, valènt-à-dire avans

volon faire à l'autour de Mirvio de noun èstre ana 'n Agen

prene part au centenàrï de l'autour de Françouneto, Mistral

que siguesson nascu nôsti fasèire de leiçoun, éu, en vilo

d'Agen, au pèd de l'estatuo qu'à Jaussemin

ço que clamavo davans 10,000 Gascoun:

s'inaguravo, veici

Pèr la nacioun e pèr li fraire Que rèston à I'oustau e que menon l`araire

E parlon voulountous la Jengo dôu terraire,

Es un triounfle aqueste jour.

Vaqui perqué, iéu de Prouvènço,

Vène di Prouvençau paga la redeeènço

Au grand troubaire dôu Miejour.

i

Anen, anen. bublidés pas que, dins la Cansoun de la Crou- sado, qu'acô 's la vèro biblo de nosto naciounalita, lou noum

misti de PROUVENÇ.AU es leu noun_ que designo tôuti li Miejour-

nen de Marsiho à Toulouso; e se n'avè.a perdu memôri, n'es

pas nous-àutri, lou sabès, qu'après tout n'en sian l'encauso.

DE JASMIN A MISTRAL, pèr Boyer d'Agen, es uno plaqueto

ilustrado que vèn de parèisse à paris (libr. de l'CF,uvre d'art,

16 pajo in-8°. t'ountèn I' uno lettre à Mistral, qu'a peréu

blicado leu Feu Follet de Maratuech ; uno grando odo

Dins Le Mémorial d'Aix

pu-

en

gascoun, Larmentados à Janseanin, declamado sus loucros dôu

pouèto, i fèsto de soun Centenàri.

: Le capiscol des félibres de Pa-

ris (Sextius Michel) pèr F. V.

- Dins Le Petit Marseillais :

pèr Mèste Pascau ;

Lou tramvai de la garo

Vièis Armana pèr Ion meme; La langue

provençale dans les églises pèr G. Galy.

- Dins La Chronique de

ILéziers :

Maffre ; Bravo mameto, pèr Ion meme.

Nouvèmbre pèr A.

- Dins La Terro d'Oe :

Cansou

Jean Laurés pèr J. F. Court

Le Pierril pèr X. Rivière

;

tristo pèr J. Pitchou ;

Toujour pèr L. Martin ; Sus la Maladetta pèr P. Rei; Boulega- dis lengadoucian, etc

;

: La Giroundella

pèr J. Veran ; Mounsegne lWenjau(i pèr D. Savié de Fourviero;

- Dins La Cannpana de Magalouna

A ma cardounilha pèr G. Pradier ; Un péu dins la soupa, etc.

- Pins li fleclanis de Biarn e Gascorinhe : Cadets et

faux-nez de Gascogne pèr X. de Cardaillac ;

Daugé ; Rapport général sur le concours de 1898 pèr A. Planté.

Lou Gabe pèr G.

- Dins La Cabreto : Retour pèr A. Vermenouze ;

temougnatge de la pèiro pèr Piarrou l'escarbilhat ;

cous, pèr leu D' L. G. ; L'aucelou pèr Un Fournicou ; Li eau

Lou

Les cabe-

fa ! pèr L. Delhostal ; Lcu caufo-pès pèr Piarrou l'escarbilhat.

- Dins La Sartan :

Lei côup de coutèû ddu Deminge;

Nouvello écu gros grun ; Lei vièi coco ; L'eleicien ddu Martegue;

Uno fésto à la Cadiero ; Fen de brut ; Fouero vilo, etc

- Dins Le Mémorial d'Aix : La rnouert e lou segaire,

pèr L. Crest.

Pèr se teni revoi

Sabès-ti ço que fan ? primé se jaire d'ouro, En aguènt boulega tout lou jour ; secundé Un lié dur ; lertié s'espounga la courpouro

Em' un bro d'aigo frejo au saboun Mikadô.

Fabricant: Fèlis EYDOUX. - MARSn iO.

Se vènd dins tôuti li bons oustau.

A VÈNDRE

Pavoun blanc de Camargo

Li pavoun reiau, pountificau, qu'au tèms di pap,,, se

passejavon, ufanous, dins Ii jardin meravihous dôu palais

d'Avignoun ese quihavon à la cimo di tourre e di met-jet

pèr regarda, tout en fasènt la rodo, emé si co de velo,tt

frapa coume li vièi riban dis Arlatenco, li farandoulo de

nanet se desplegant pèr Il carriero.

S'adreissa au burèu de l'Aiôli.

Castèu-Rein arden, Barbentanen, Rougnounen, Taras.

counen, Sourguen o Carpentrassen, quand anas au mar.

cet Ion dimècre e lou dissate, manqués pas, manqués pas au-mens, d'ana tasta lou bon pèis fres, li sarcello

grasseto, Il couvet de Camargo e béure boa vin blanc à

sentour d'ile-de-mar e de cabridello o Ion vin di Papo

dôu castèu de Roco-Fino à l'

,%ubergarlé-Refstaurat BFIIIAIer®

C. VIDALINC, SUCESSOUR

EX AVIGNOUX

à la carriero de l'Arc-de-l'Agnèu, 8

contro la plaço dôu Reloge.

BRANDADO

Boui-abaisso

tôuti li dimècre

Couquiho de chambre e

lingoumbaud

tduti

li jour.

de

ESPECIALITA

pèr la coumando en Vilo

Service

à la Carto, à

Pres-Fisse e

à Cachet.

Saloun reserva.

L'Aubergarié-Restaurat BERNO es renouma pèr soun

service à doumicile qu'es toujour esta uno dis especialeta

Il mai apreciado de l'Oustau.

Se pren de Pensiounàri, - Pres mondera.

GALANTO CHAMBRO PÈR NOVI

DEMANDAS

LA MAI AMOUROUSO DI PIPO

EN RACINO DE BRUSC

S'atrovo en Avignoun, au Magasin DESH4YES.

Lou gerènt: FOLCÔ DE BARONCILLI.

En Avignoun, empremarié FRAe O5 S SEGUIN.

'V7 ZM

ZI

MV AJIRT

LA LA COCA DOU PÉROU

La meiouro di bevèndo pèr remounta l'estouma, famous pèr donna

de toun, pèr faire digeri, pèr adouba la voues, superiour en tout au vin

de Quinquina e agradiéu en bouco corme ion vin de Castèu-Nàu.

Pèr béure, o Mariàni,

Toun vin, bon restaura,

Que s'es assaboura

Dins li soulèu estràni,

Pèr béure risoulet

Toun vin de capitàni,

Esperaren pas, nàni,

D'avé l'estouma blet.

Se vènd i fr. la boutiho, à Paris, balouard Haussmann, 41, farmacio

Mariani.

oulâ%icîonn coufflPI, to de

252 numer® (1891, 1892, 1893, 1894, 1895, 1896, 1897)

Emé la TÂULC DI !1ltT]ÈI3I court-

tengudo dins Ion journau

annado

.

.

.

.

.

.

pendènt aquéli 7

Pris

r

s 7

®

S'adreissa i burèu dôu journau

VIN DE CAST1U-NÔU-DE-PAPO

CLAUS 06V CASTÈU DE ROCOPINO

ÉS GO

Roco-Fino, la

pèço de 225 litre enviroun .

id.

.

id.

Grand Roco-.F ino,

C,astèu de Roco-Fino

id.

la caisso de 25 boutiho.

e

.

.

n

e

a

e

 

.

.

a

a

.

.

a

 

a

.

.

e

e

.

e

.

1715 Jr.

-el 6O fr.

BOOfr.

100 fr.

BMVR - Alcazar - Marseille