Vous êtes sur la page 1sur 4

VUECHENCO ANNADO, Na 288

Nàutri, li bon Prouvençau,

Au sufrage universau, Voutaren pèr l'ôli

E faren l'aièli.

F. MISTRAL.

eURÈU DE REDACIOUN

E D'ABOUNAGE

Vers

FOLCÔ DE BARONCELLI

au palais d6u Roure

EN AVIGNOUN

DIMAPS, 27 DE DESÉMBRE 1898.

Vidoun, Vidau,

Segound la vido

Lou journau.

(Prouvèrbi di messsounié.)

QUE V.41 CREMAIVT TRES FES 1:»ÈR MES (7,17,27)

PRES DE L'ABOUNAMEN

Un an

Sièis mes

Tres mes

Estrangié

Lou numerd

10 fr.

S fr. 80 a fr.

12 fr.

10 centime

Baile dôu jourtiau

FOLCô DE BARONCELLI

Lou councours naciounau pèr uno Istôri de

Prouvènço escricho en prouvençau, que l'Aiàli

durbiguè e n'en baiè lou prougramo (numerô

dôu 7 de desèmbre 1896,, e que se n'èro pièi

prourouga l'escasènço enjusquo au lé de janvié

1899, vai èstre clans dins quàuqui jour. Soun

dounc prega li councurrènt de manda si ma -

nuscri, signa e cacheta dins li formo d'usage, au

Capoulié dôu Felrbrige, En Fèlis Gras, en Avi- gnoun, carriero Veloutarié. Lou prèmi sara de- cerni e lou vincèire ptouclama i grana Jo Flou-

rau Setendri que se van leni aquest an, zèngue

la primavero.

£E C C>C>CWC

C3

CAMUN Ei 4 PARI i IIJO

Pèr CASTIL-BLAZE

A

Ai! ai ! ai !

ai! ai ! ai !

moun fias - co èi

rout ! N'en plagne niai

moun vin que tout / Ai! que di-

ra, que di- ra mounpau-re -

paire,

B

Éu qu'amo

tant de béure soun sa

-

-

don 2 Pe - taire ! pe- eai-

re ! Pi-chounet de-que te fau ?

Digo, di - go - me-

lou: 7è, ve- ja qui quaranto ,àu,N'en ana-ras acha-ta'n

Éï- _1

nôu. Pe- taire ! pe- taire ! Siés-ti countènt

C

di- go-me-

lou ! Pe-caire ! pe- cai-re ! Mer- ci! Ion cèu vous lou ren-dra!

Gramaci,

rt

-e

gramaci,

-e

_

e

-e

D

cèu, leu cèu vous lou ren-dra.

_

-s

I

-_ f 9_4

moun bon mous- su, lou

ah

ah

a-h ! gramacti! moun bon mous-

D. C.

su,iou ë vous lcu ren-dra, 0, loucèu vous lourendra!

CROUSILLAT Al L'ACADE I

®E-Z-.IM

BAPORT SUS SA CANDIDATURO

MESSIÉS,

Au noum d'uno coumessioun coumpausado dei tres

felibre majourau de l'Acadèmi, En Leoun de Berlue-

Perùssis,En Chapbli Guillibert, e Ion rapourtaire, aquest a

l'ounour de vous presenta la candidaturo, couine mèmbre

courrespoundènt d'esto Soucieta literàri, artistico, d'An-

tbni Crousillat, de Seloun, decan dôu Felibrige.

An carga d'aquéu pres-fa amistous, emai agradiéu, Ion

decan laren, rneis egrègi sbci c ';i>cou de I . scolo de

Lar, élei que vous aurien parla, se pbu pas miés, dôu ve-

nerable pouèto selounen, un Sestian vertadié, se pbu

dire, pèr foueço resoun.

Es noue soulamen perqué es de noueste arroundimen,

Crousillat, es pèr-ço-que, coume Frederi Mistral, a es-

tudia à-z-Ais d'uno façoun mai que seriouso (1) ; pièi, li a gagna vuno de sei bèllei joio (medaio d'or) pèr l'odo au

Rei Reinié ; pièi mai, d'en darrié a vougu faire estampa

à l'empremarié felibrenco soun tresen voulume de pouë- sio, L'L'issame, que, coumo la Bresco, Lei Xadau, àutrei

recuei impourtant, es tout d'obro e d'oubreto escricho

dans nouesto parladuro, la mai tipico, la mens franchi-

mando dei divèrsei varieta dialeitalo de la lengo d'O.

Acb bèu, amon de va recounèisse lei savènt lenguisto

de la capitalo de la Prouvènço, e nàutri aman de cita à-

n-aquéu prepaus Ion saberu roumanisto alemand Kosch-

`vitz, vengu 'n parèu de coup. La lengo de Crousillat es aquelo dei vièis academician

nouéstei counfraire Toupin, D'Astros, Diouloufet, Maillet,

Thumin, Gaut, Bourrelly - anan ci sèt - foutougrafiant, pèr miés dire, la favello dei gènt de l'encountrado ; Ion

flame « regiounau »

Plancha d. magistralamen que va fa

pèr Ion dialèite fourcauquian, e, noua es besouri de

cerca bèn luen, Ion canounge -Milo va fa peréu bèn, e

dies sei predicanço e dies sei pèço de teatre. Lou Gau

publico aro aro sa pastouralo tarit aplaudido.

Crousillat es adonne dei nouestre de tout biais Vou-

drian pas trou reteni l'atencien de l'Acadèmi en li par-

lant uno vbuto dôu felibre de marco desempièi grand

tèms couneissu, estampa dins téutei lei publicacien cou-

leitivo en prouvençau, dempièi Lou Boui-abaisso e L'Ar-

mana Fin-qu'au Rouinavàqi dei Troubaire, au Gai-Sabé

de noueste davancié Jan-Batisto Gaut, e fin-qu'à «l'ôu-

ficiau » mistralen L'Aidli, ounte legissèn souvènti-fes de pèço d'éu, e just dins Ion radié numerb « L'Autouno ».

Es à l'ôubràgi de-countùni, sèmpre lèri e ravoi ; e se

Ion bagàgi dôu decan dôu Felibrige es pas mai impour-

tant qu'acô, coumo quantita, sabès, vbu travaia soun

vers, assiéuna sei peasado, ai mounisa Iou founs e la

formo à rèn pousqué li reproucha. Abastarié, pèr miés fa counèisse l'obro e l'oubrié, de donna eicito un parèu

i de pajo dôu Grand Mèstre, escrivènt l'avans-prepaus de La Bresco, l'endeman de la superbo loucho felibrenco à

Santo-Ano d'At, ounte avié mai gagna lei joio :

« Dins Ion

souièu, dins la naturo

p rdurablo,

éu

retrovo à tout pas li pinturo fidelo, lis empressioun suavo

de Vergéli e d'Ouràci. A soun ausido meme, dirs soun

(1) S'estent d'enfanço destina au ; acerdôci, a passa bèn dous

an au Grand Semenàri d'Ais. - F. M.

(2) Ei souerre de la «Crècho », enlandôument sa galoio cou-

mèdi Misé Bayou.

oustau, dins la

carriero, ressono douçamen uno lengo

mesurado, quàsi latino e vergeliano. Éu regardo, éu

e tout-d'un-cop uno auro

escouto, candi, meraviha ;

santo frusto sa gauto un bèu matin, e Ion vaqui sacra pèr

un autre sacerdbci, Ion Felibrige prouvençau.

« Entre-miejo, countunié Mistral, uno de si parènto

l'enmenè en Itàli, pèr ié teni coumpagno e ié servi d'in-

terprète dins soun viage. D'aquelo escourregudo dins la

terro de l'art, ounte Ion bèu, entre la gràci grèco e la

severita latino mestrejo e resplendis, aduguè piousamen

Ion culte de la formo, la recerco paciènto de la courrei-

cioun emé Ion platounisme de Petrarco. - A-n-aquéli

tresor apoundeguè plus tard la leituro dis anglés, ounte

se sentié pourta pèr aquelo tendènço esperitalisto, parti-

cuiiero, couine ai di, au caratère selounen (1), e parti-

gué d'aqui pèr trouba en lengo d'O. »

E rèn d'esiounant que Ion majourau felibre de la prou-

micro ouro ague proue imita, revira de l'italian, de l'an-

glés, ague fa de retipe de Marciau, de Vergéli, d'Ouràci,

de Fèdre, e meme escri en lengo macarrounico de coum-

pousicien figurant dins sei libre de balado, odo, nouvè,

conte, fablo.

Noue s'estounen, peréu, de soun goust marcant pèr lei

bèus-art, li venènt de sei viàgi à l'estrangié ; ah ! se li

counèis mai-que-mai, en pinturo, aquéu dilettante laro-

cravon, e tambèn, sei pèço an lei formo ritinico lei mai

diverso e lei mai armouniouso, dies uno lengo casti-

gado, franco de touto mesclo, - talo que long de Lar

creirias ausi Ion bouen cantaire, en rare, de Crau, pa-

mens. D'aquéu Toupin

Uno d'éstei formo. Ion vers blan(,, es éu Ion bèu prou-

mié que l'a emplega, avans que Mistral aguèsse ansin

escri soun nouvèu pouèmo Lou Rose; Crousillat, gaire

après la publicacioun de la celèbro epoupèio, a brava.

men revendica, se disènt Ion proumié avé fa dins lou

païs de Mirèio d'aquélei vers noun rima ;

d'enterin, un

tresen felibre, parlant « sus lei douge tant roudanen »,

en primo pajo de l'Aibli, a vougu se li assaja, ço qu'es

pas tout un, segur. Vous n'en disèn pas mai.

Dins soun autoubiougrafré deis Isclo d'Or, Ion glou-

rious Maianen dis bèn que Ion cantaire de Neno, de Le- leto, es Ion proumier en qu a fa ausi, éu Mistral, lei bre- sihamen de sa douço Muso, quouro jouvènt èro au pen-

sionnat, en Avignoun, e qu'avié pèr subre-estant Ion

Sant-Roumieren Roumaniho, un vesin dôu mas peirau.

Em' acb, vesès que Ion pouèto de Seloun (felibre de

Luseno, signo de-cbup pèr anagramo) d'ouro s'es adraia

emé lei nbbleis artisan, lei flambèu de la Reneissènço

Prouvençalo ; te l'avien en estimo lei

Saint-René Tail-

landier, lei Nourbert Bonafous !

Lou digne eiretié dei troubaire Pèire Pau, Trounc de

Coudoulet, sei counciéutadan, Ion bouen sbci de l'istou-

riougrafe selounen Gimoun, si! que s'amerito un estùdi

coumpli, e sabèn, urousamen, qu'un jouine dôu Parla-

men de-z-Ais (2) se n'en ôucupo emé patrioutico pas-

sioun.

Verai qu'à Seloun sabon Ion presa, Ion vièi majourau

sèmpre jouine pèr l'esperit, plen de voio e d'amour pèr Ion Gai-Sabé : avèn que d'escouta 'n moumenet aquest

autre, un letru, M. Reynier, e vès-eicito acb que n'en

disié dies l'Harmonie (12 de desèmbre 1896)

just dons an vuei, anounciant dins soun bèl article, proso

li a just à

e vers que L'Eissame venié de parèisse :

(t) cSeloun es censa coulounio arlatenco

Li chato i'èron

agarlandido :

bèn talamen que n'i'a - acd s'es vist belèu

qu'aqui - que se fan menestriero, batènt Ion tambourin e

jougant dôu flahutet e rapelant poulidamen li flahutarello

grèco. a

(2) L'avoucat Sylvius David, valènt Selounen.

BMVR - Alcazar - Marseille

11

« De

tous les citadins qui, pendant les périodes

ensoleillées, rencontrent ce vénérable vieillard à la barbe

blanche -- dont la physionomie sereine et la simplicité

patriarcale rappellent l'image des philosophes de l'anti-

quité,- de tous ces citadins, dis-je, combien savent que

le vieillard en question a nom Crousillat, et qu'il loge, sous le plus modeste dehors, la structure intellectuelle

d'un savant lettré, et surtout un grand félibre proven-

çal ? On les compterait très facilement ! »

E après avé aprecia coumo se dèu la filousouflo de

l'autour de la Bresco, dei Nadau, de l'Eissame, lou fin

critique selounen apounde :

loupernod li a

a

Le

poète est dans sa 83° année

jamai fa maul Du reste, les lecteurs me sauront gré

d'avoir mis sous leurs yeux la chanson en l'honneur de

l'Olivier, que Crousillat a encore produit tout récemment,

chanson adressée à L'Aibli - journal du grand Mistral

- et accompagnée d'une lettre provençale, où il dit :

« Lei darriérei tragèdi que Voltaire aguè la fantasié d'es-

criéure dins soun vieiun noun valon, de bèn s'en manco,

«Zaïre» e «Mahomet ».

Rossini vouguè plus dins l'àgi

rèn coumpausa, de pbu de coumproumetre sa renou-

mado ; e counèisse ges de pouësio que Roumaniho ague

fa dins sei vièis an. »

Mai, nàni, la Muso noun raubo l'adiéu à noueste ami

venera, mau-grat sei bouens an ; a coumo l'autre decan,

Louis Pelabon, de Touloun, lou felen de l'autour de Ma-

niclo, e flame autour dramati éu-meme : sèmpre, sèmpre

cantadis, amourous dôu bèu eterne, de la patrlo inmour-

talo.

L'ilustre prefachié, escoaten-lou encaro un pauquet

« Quand pènse à Crousillat, me sèmblo que rescontre un

disciple d'Ourfiéu ; sa maniera de viéure me retrais la

vido ourfico, moudèsto, pouëtico, esperitalo, ensigna-

rello. »

Pu luen, soun : bèu Mistralet» (1) dis mai : « Quand se vbu deleita, aganto un libre, Vergéli, Petrarco, Anacreon,

e s'envai, dins la Crau o sus la colo, faire, boulet, quau-

que desfrùti de pantai. Pau frequènto lou mounde, se-

noun quàuquis ami d'elèi : un jour anara vèire, à sa bastido d'en Canourgo, l'eminènt tradusèire d'Aristote,

Nourbert Bonafous, e parlaran ensèn d'Horatius Flaccus

coume d'un cambarado qu'aurien pas vist despièi tres

jour

»

Ah ! se lei counèis, lei counèis, leis Ancian ! Jujas-

n'en pèr eiçb galantoun :

UNEI VERS DE CATULE, REVIRA LIBRAMEN

Viven urous, amen-nous bèn, Leleto,

E n'estimen pa 'n sôu,, ma cigaleto,

Dei vièi renous lei sevèrei counsèu.

Pouedon mouri, renaisse lei soulèu ;

Nautre, fali lou jour brèu de la vido,

Fau que dourmen l'eternalo dcurmido.

Baio-me donne milo e cènt poutounet, E milo mai e mai cènt pu doucet,

E pièi de cèxt e pièi de milo, arràgi

Te lei rendrai sus toun poulit caràgi,

E quand n'i'aura de milo que-noun-sai,

N'entre-mesclen, zôu toujour, toujour mai

Que dei jalons nous vendrié mau,chatouno, Se sabien just lou noumbre dei poutouno

Coumo t'alisco lou sonnet, aquéu sounetisto dins l'amo!

Dèvi coupa court, mai de sa longo tiero ai gau de donna lei dons tercet de « l'Aspiracien » :

Subre lou barquet d'or de la neissènto luno

Se poudiéu léugeiret me cala, que fourtuno ! Pèr m'estravia bèn luen, peramount, peralin !

Vouga de mounde en mounde, e, trefouli de joio,

De bonur en bonur, de beloio en beloio,

En Diéu me prefounda toujour mai,sènso fin.

;1) Ausin l'apello dins uno epistro famihiero :

Und'aquéstei matin,

Me sclarai ma barbasso à tei péu fouletin.

15 FUIETOUN DE L'AIÔLI

Lou Creserèu

«oumèdi en tres aie e en vers

Representado pér lou proumié cop au Tiatre poupulàri

de Gravesoun,

souto la direicioun dôu félibre Grabié Perrier.

SCINO XI

1

NOUI1A1, MIOUN E PIERBOuN

MI O VN

Amarléu bén pamens saupre ço que vai faire

A Cavaioun.

NoURAT

L'a di. Es pèr nôstis afaire.

MIOUN

D'afaire à Cavaioun, n'avén ges, lou saup bèn.

NOUBA

Que Sis pego, pamens

E dôu gènre nouvé, n'a tout un voulume (sièissanto)

eici fa mestié dire lou darrié de «l'EnfantJèsu de Leloun» :

Noun, noue, iéu recounèisse plu Souto aquélei ridelet blu,

Lou pichot de Mario,

Que nascu paure sus lou fen,

A toujour viscu pauramen

E toujour vôu que ]ou noumen

Paire de lapauriho.

Tambèn, boueno plaço que tèn, l'urous Selounen, dins

les Fleurs (-`libresques, les Chants des Félibres, e leis au-

Portal,

aquest eicelènt sbci dôu Félibrige e de nouesto Acadèmi.

Em' acoto, un d'éstei quatre matin seis ami de l'Es-

colo de Lar vouelon ana l'embrassa dins soun oustau,

aquéu patriarcho, venerabie mantenèire de la Causo, e

li pourta voueste precious diplomo, parai ?

Car voudrés tout-cuno lou faire nouestre un tau. hite- ratour, un tau Prouv mçau, - ounoura coulègo que n'a- vès bèn quaucun d'oquelo meno, - coumo pèr lei fèsto

de Peiresc, sus lou raport felibren de l'esquist felibre

nouesto Soucieta s'enauravo

Carle de Gantèume d'Ille,

en aclamant lou capoulié Fèlis Gras.

toulougio alemando de Von Hag, italiano de

I$u

Fiancés Vidai.

- CONTE NADALEN -

l'a bèn long-tèms, long-tèms, que lou prince Candelet,

emé sa sorre la princesso Candeleto, souteiran de l'Em-

pèri de Nèu, se meteguèron en camin pèr veni adoura

lou divin Enfanloun que venié d'espeli dins un establoun

de Betelèn. Nasti dons roumiéu caminavon que la mue,

car se d'asard lou rèi Soulèu lis avié rescountra ansin pèr

orto, lis aurié belèu bèn tant rahina 'mé si rai calourènt

qu'aurien bessai pas pouscu coumpli soun viage. Mai coume se ié vesié pas gaire ansin de-niue à travès li

vivo que falié travessa, car venien de pus aut e de bèn

pu liuen que lou Ventour, anèron atrouba Misè la Luno

que, elo tambèn, devié se gandi à Betelèn :

Bon-jour, Misé la Luno !

Ié diguè Candelet,

.Emé vautre tout-d'uno

Farés pas Nouvelet?

- Mi bràvis enfant, respoundeguè aquesto. m'agra-

darié forço de faire lou viage emé vous, mai que voulès !

aquéu couquin de Manjo-fango, noun sai se sarié em-

briaga o se voudrié jouga 'mé iéu, lou foulas, mai fai

tres cop que :

M'amosso moun calèu

E me faudra belèu

Souna Mèste Soulèu!

, -

En ausènt parla de soun pu terrible enemi, Candeleto e Candelet s'esbignèron vitamen de l'oustau de Misè la

Luno. En sourtènt s'embrounquèron à-n-un roudelet

d'esteleto que prenien lou fres sus si porto en fasènt de

causseto pèr lis Ange Candeleto e Candelet se diguèron:

« Belèu aquésti poudran nous mena jusquo à Betelèn, o

tout au-mens nous diran mounte fau passa. » - Em'

acb de sa pu poulido voues de troubaire ;car prince Can-

delet èro esta abari 'mé li félibre, d'abord que charravo

qu'en vers) faguè :

Esteleto galantouno,

Siéu ton prince Candelet!

Se vous plais ensignas-me

Lou cantine lis androuno

Pèr nous enana batènt

Jusquo alin à Betelèn !

- Moun brave Candelet, diguèron li fouligaudo, nous-

àutri te l'ensignaren pas ; mai, se vos ana fin-qu'au jas

Safourian lou counèis.

PIERROUN

Lou coumés n'en prouvén.

MIOUN

Me boutes l'amo en plaça.

NoURAT

Crese que se quaucun nous n'en desembarrasso,

D'aquéu frest'eu d'Enri, sara toun vièi varlet.

Troumpo, soun èr bounias

Fara mai éu soulet

Que tduti.

Se poudié lou faire cauca'n fora,

Oh ! coume l'amariéu !

NOURAT

An, proun de di, ma nora Resten pa' eici planta. Fau faire quaucarèn

Nous fau parla ' Janet. Sabes mounte se tèn ?

Déu èstre dins lou mas.

i'enès, l'anen trouva.

Mieux

NOURAT

Fau lèu se metre en aio

de Manjo-fango, aquéu de-segur te menara sènso auvàri jusquo apereilabas. - Candeleto e Candelet caminèron dounc

encaro un pa-

rèu d'ouro, e pièi arribèron enjusquo au grand

palais de

Mèste Manjo-fango. Entre gènt jala, s'avisèron pas qu'èro

basti rèn qu'emé de glaço e de verd-glas, lusènt courre

de vèire. Piè° èron tant

pressa qu'intrèron sènso soula-

men dinda la campaneto. Atroubèron Manjo-fango qu'èro en trin de béure un cop.

Pensas un pan, i'avié mai de

sa grand carlamuso ;

lou panto, e se refrescavo un brèu. Mai

vai calavo pas. I'avié si cousin, pounènt e tremountano,

pèr acb, Ion tra-

adonne avié la gargamello seco,

nbu jour que boufavo dins

que se cargavon de faire tintèino pèr éu. Tre vèire nasti dons roumiéu, faguè :

Bon vèspre, m s enfant !

An! touquen-nous la n»an,

Que dvsempièi l'autre an

Vous aviéu pas vist tant !

Autramen que vous adus eici ?

- Manjo-fango, diguè prince Candelet, se vos èstre

brave, e lou saras pèr nautre, fau que nous adugues en-

jusquo à Betelèn.

- S'es qu'acb, faguè, van tout-d'un-tèms arnesca ma

cavaloto Plouvinello, n'aurés qu'à mounta darrié iéu,

em' acb veirés qu'aurés pas fa 'n bon sore que saren

arriba. -

D'efèt, pas pulèu Candelet mounta darrié, emé sa sorre Candeleto, que :

Manjo-fango bonfejo,

Plouvinello lampejo

E vitamen carrejo

Candeleto e Candelet

Au mitan dôu roudelet

Ounte jais l'En fantounet !

Nbsti dons roumiéu se despachèron lèu de faire sa

pregueireto, car l'alen tebés de l'Ase e dbu Bibu lis

aurié belèu foundu. Mai couine voulien pas s'enana tant

lèu, escalèron vitamc-n à la téulisso de l'Establoun, ounte

d'aqui poudien vèire l'Enfantounet sènso

èstre trop taud.

Ié demourèron eujusquo au jour ounte lou

countènt d'éti dons, li gramaciè em' un poulit sourris

pichot Jèsu,

que li tremudè en picho plueio fino e jalado. Aquéu jour,

en remembranço d'acô, es esta nouma desempièi La

Candelouso !

Aro, quand pèr Nduvè sentès la pougnesoun de Manjo-

fango, que Misè la Luno pôu pas arriba à-n-atuba soun

calèu e que Plouvinello se fai vèire, poudès dire que :

Candeleto e Candelet

Dèvon èstre pèr orto !

Se subre vôsti porto

Se mostron risoulet, Boufas-vous lèu li det! Bèu-Caire, desèmbre 1898.

Antùni Berthier.

Nous fan passa l'interessanto rampelado qu'anas vèire :

MONSIEUR,

Un groupe de Félibres des Ecoles d'Aix, d'Avignon

et

de Montpellier a pris l'initiative d'une Statistique aussi complète que possible de la Région provençale et lan-

guedocienne ;

cette eeuvre, destinée a s'étendre à tous

les pays du Midi, demande le concours des

tes, de ceux qui pensent qu'on aime d'autant

vrais patrio-

mieux son

pays qu'on le connaît davantage. Par la Statistique

Méridionale, on complètera naturellement l'action du

Museon Arlaten créé en ce moment sous les auspices de

Mistral.

Nous faisons appel à toutes les bonnes volontés. Tous les renseignements que vous voudrez bien nous fournir sur votre localité et son terroir, de quelque nature et si fragmentaires qu'ils soient, seront accueillis avec recon-

SCENO XII

LI MEME, MARGARIDO

MARGARIDO, qu'arrivo en courrènt.

Oh ! la franco canaio ! Lou moustrassas ! lou gus ! voulié pas m'embrassa?

MIOUN

Mai toun paire a rèn di ?

MARGARIDO

Souleto em' éu ?

Noun, nous avié leissa.

MIOUN

Eh ! o.

MARGARIDO

MIOUN

Te siés leissado faire ?

MARGARIDO

Iéu? me leissa 'mbrassa

Quand l'ai vist s'aproucha,

pèr un tau calignaire? te l'ai manda 'n gantas.

MIour Pico-ié sus Ion vas,

As bèn fa Zôu toujour !

Quand vendra t'embestia. Iéu,

Faudra que l'esbramasse,

Se de tala façoun tôuti lou

Patusciarié d'eici, segur, aquéu bôumian 1

mounte que Iou veguey

e se respond, l'empegue.

reçaupian,

BMVR - Alcazar - Marseille

naissance et classés soigneusement. Nous vous prions

de nous renseigner plus spécialement sur les points sui-

vants :

1° - Population, sa Lensité, Production, Industrie, Com-

merce.

2° - Folklore, Parler local, Coutumes, Jeux, Danses, Fêtes

ayant un caractère local ou régional.

3 - Habitants étrangers à la commune, leur nombre, leur

nationalité, ceux qui ignorent le parler local, Fonc-

tionnaires, Juges de paix, etc

41 - Habitants parlant habituellement le français et con-

leur Nombre, leurs Pro-

naissant le parler local,

fessions, etc

51 - Habitants parlant exclusivement ou presque exclusive-

ment le parler local, leur Nombre, leurs Professions.

6° - Syndicats locaux, Agricoles, Ouvriers, leur Nombre,

leur Situation, etc

7° - Cultes.

S° - Ecoles, Par qui tenues, Nombre des élèves, Pays ori-

ginaires des instituteurs.

9' - Ressources financières de la commune, Travaux en

cours d'exécution ou en projet, Desiderata des habi-

tants.

10° - Nature de la culture, grande, petite, moyenne, inten-

sive, extensive, Propriétaires cultivateurs, Métayers, Fermiers, etc

11° - Noms de famille les plus fréquents dans la commune,

noms de rues, de lieux, etc

En vous présentant nos salutations et nos remercî-

ments anticipés, nous vous prions, Monsieur, de vouloir

bien adresser votre réponse :

Soit à AVIGNON, à M. le Président de l'École du Flo-

rège, 63, rue Guillaume-Puy ; Soit à AIX-EN-PROVENCE, à M. Marie Demolins, de

l'Ecole de Lar, avocat, rue Cardinale.

AEYMJNO

Souveni d'un premier amour

(Seguido.J

Permié tant de regrèt Ion poste roumavage

Festa pèr nautre emé tant d'entrin, de courage,

Nous avié leissa l'espèr que Recoumençarian mai, dins ùni dos mesado, Pèr Ion jour de Sant Clar, qu'èro, soun arribado, En coumençanço de juliet.

Aquéli dous plesi pres 'mé tant d'innoucènço

Dins noste gènt païs, au cor de la Prouvènço,

Lou premié brès de mis amour,

An leissa 'n moun esprit de souveni requiste ;

Quand ié pènse, moun cor subran devèn tout triste :

Que regrète aquéu tèms toujour !

Sian aro au mes de Mai, Ion mes que marcandejo

Pas Ion jour; deja l'aubo à tres ouro pounchejo

Eila dins la baisso de Nans ;

Tout Ion monde es leva, pièi courre d'ourdinàri

En Briasc li gènt s'envan cerca fou siéu bestiàri

Que se trobo aqui pasturgant.

Siéu jamai di darrié : me prèsso de lèu vèire

Moun amigo, qu'es tant gènto à noun poudé crèire,

Car elo aussi vai au devens ;

A soun entour serai dins uno miechoureto, Se tendren pèr la man, anaren en brasseto,

E cercaren li bèsti ensèn.

A tabassa Janet, siéu meme decidado.

Se mantèn soun voulé veirés

,

,

quento endoursado.

NOURAT

Poudras lèu coumença, soun aqui, tè, ve-lèi.

SCENO XIII

Li MEME, JANET E ENRI

MIOUN

Alor aquéu moussu crèi de faire la lèi

Dedins Ion mas? Pèr que la pren, nosto chatouno,

Que cerco à ié rauba d'escoundoun de poutouno ?

Te Ion defènde, iéu (m'anises?

De la touca, ma chato !

que, mau-faras !l,

espèci de rascas !

JANET

Te taises, Mioun ?

MIOUN

Noun.

ENRI

Elle est bien ma promise

A lui faire ma cour son père m'autorise.

JANET

C'est Ferai. De ma fiho il est le seul amant,

Il peut donc l'embrasser

(À Mioun.) E tu, vièio sartan,

Que t'entènde enta 'n cop ! T'ai di qu'ère Ion mèstre.

parai co, que me plais.

L'AIÜLI

Après agué 'scala tout Ion long de l'éuviero

E

qu'aguère rejoun eilamount la serriero

Que bordo la fourèst de Briasc,

M'adraie dins fou bos, sus l'auturo m'arrèsti Pèr vèire s'ausiriéu la sounaio di bèsti

Dintre la coumbo dis Agast.

N'ausère rèn ; alor countunière ma routo Sus la tepo flourido, oumbrajado aqui-souto

Pèr d'aubre qu'an au-mens cènt an.

Au bout d'un moumentoun, à travès li gros roure, Tout-d'un-cop te destrière e me metère à courre Pèr te rejougne quatecant.

Subre Ion planestèu de la verdo pasturo Tout en cercant fi mibu, de frago bèn maduro,

Lou delici dis auceloun,

Cuian à pleno man ; n'en fasian de garbeto Qu'à la fin t'ôufrissiéu. Tu pièi touto souleto

Li pourtaves à ta meisoun.

Erian, souvèn-te-n'en, à Page d'innoucènço.

Quete perfèt bonur ! queto rejouïssènço Sentian nbsti dons cor uni ;

Aqui lis ouro nous semblavon de segoundo,

Quand Ion troupèu trouba, qu'avian fini la roundo,

Falié sounja de reparti.

Aquéu moumen vengu, vengu dès cop trop vite, Te disiéu : s Adelino, aro fan que te quite,

Es ouro de s'enretourna. »

Mai pèr dessepara dons amant l'un de l'autre,

Degun noun vôu parti premié. Tambèn nous-autre

Oublidavian de s'enana.

Auriéu vougu que Ion soulèu tant barrulaire

S'arrestèsse un moumen aqui coume l'alaire De Jericb 'ncô di Judiéu,

Noun pèr pousqué fini 'no bataio engajado,

Mai pèr, en coumpagnié de ma tant ben-amado,

Festa de l'Amour Ion bon diéu.

Enfin falié parti, èro acb necessàri ;

Em' acb pièi chascun prenènt fou siéu bestiàri Lèu-lèu tournavo à soun oustau,

Emé l'espèr au cor que dins uno journado, Tourna-mai revendrian pèr cerca l'abrivado

E que se veirian enca 'n pan.

Un printèms di mai dons - coume d'acoustumado En Prouvènço n'avèn, terro cènt les sacrado -

La naturo a t eviscoula ;

Dins fi plano, fi van, tout, aro, reverdejo,

L'encantaire climat sèmpre aqui segnourejo,

Jamai n'avèn de tèms nebla.

La calour de l'estiéu que tout, elo, amaduro,

S'anôuncio autant sus li coulet couine en planuro En fasènt jaune seule e blad :

Arien, li meissounié ! preparas vosto ôulamo

Que dins vue jour d'eici faudra sènso calamo

Lèu Ion Bran madur meissouna.

L'aubo pounchejo à peno, e deja dins la toco

De se louga, cènt sôuco em' en man la badoco Sus la plaço soun arriba ;

E coume la meissoun prèsso pèr tout lou mounde Tôuti fi messounié, qu'aqui soun en abounde,

Dins un vira-d'iue soun louga.

De tout caire e cantoun se vèi fi meissounaire

Que s'envan dins li camp,

segui de soun ligaire,

Uno femo fou mai souvènt;

Tre que soun arriba dins la pèço maduro,

L'ourdre es entamena dins un taire en bourduro :

Vague de trima toui ensèn.

MIOUN

Se tu creses de l'èstre,

Pèr donna Margarido à-n-aquéu margoulin,

Te troumpes, l'assegure.

Vas enrega 'n pan vite, o bèn garo la barro.

(A-n-Enri.) Tu, mourre d'arle-

[quin,

ENRI

,Vais voyons, Monsieur Jean.

NOURAT

Agués pas pbu encaro,

Anas, vous batren pas : sian pa'ici pèr acb :

Plus tard, belèu ; sus-tout, se sias testard, se 'n-cop

Tout vous es esplica.

JANET

Maugrabiéu ! pièi, moun paire,

Sias toujour au mitan ! Dequ'ei que pbu vous faire

Que maride Guerido em' aquéu gènt mou.3su ?

Es pas brave, charmant, bèn eleva

Déurias èstre countènt qu

coussu ?

,

'

espousèsse ma fiho.

Un maridage ansin enausso la famiho.

NOURAT

Crides pas tant, Janet! Siés pas dins la resoun.

As de provo

Dise pas que moussu fugue un gusas, un laire

Que noun ague pèr éu tout ço que fan pèr plaire,

Mai i'a rèn de segur dins tout co que t'a

Te fau li provo en man, avans que de fini.

d

'

e ço qu

afourtisses, que? Noun.

di .

w

Adeja Ion soulèu que dins Ion cèu blu mounto

Dôu constat dôu levant em' uno marcho proumto,

Dardaio de si bèu rai d'or ; Uno ourriblo calour, uno calour brulanto

Fai que di pàuri gènt la susour aboundanto Raio de pertout Ion siéu cors.

E m'avise lèu-lèu que l'as pas ôublidado,

Ta sôuco, dins Ion camp ; que te siés despachado A i'adurre un pan de soulas ; T'ai visto qu'à la man uno dourgo pourtaves

Pleno de trempo fresco e que, tre qu'arribaves,

Fasiés béure aquéli pauras.

Auriéu vougu cènt cop pu lèu, à-n-aquelo ouro,

Èstre ]ou meissounié que la siéu man aubouro Vers tu pèr aganta lou got,

Que d'èstre coume alor ère, toue calignaire,

Alugna tant e mai de tu, noun pousquènt faire

Que de te vèire dins lou clot.

A l'ouro de miejour, quouro Ion soulèu viro,

Lou mounde à l'oumbro d'un aubre aqui se retiro

Pèr ana prene Ion repas

E pièi, Ion moumentoun qu'après manja vous rèsto,

Se jaire l'on s'enva pèr faire un pan de sièsto, Pèr reçaupre un pan de soulas.

Dos o tres ouro après, que Ion soulèu se baisso,

Que la calour dôu jour, pan à cha pan s'abaisso,

Fasènt plaço à-n-un ventoulet,

Se fai lou goustaroun : de pan 'm' uno salado

Mesclado bèn souvènt'm' uno cebo chaplado,

E pièi un got devin claret.

Pau à cha pan Ion jour s'envai. Darrié la colo,

De la man dôu pounènt, Ion clar soulèu trecolo

'Mé si bèu rai esbléugissènt ;

Sus la coumbo de Thiey, qu'es de fan bèn garnido,

Se ves plus qu'un brigoun de cimo acoulourido

Dôu soulèu rous despareissènt.

Aro, de soun cousta cadun plègo bagage

Pèr prene Ion coundus au vilage

1A segui.)

A. Martel.

NOUVEL UN

Ais.- M. Ion proufessourConstans a counsacra un de

si cours de la Faculta di Letro au Centenàri de Jaussemin.

- A l'ôucasioun dôu segound milèime de la vitbri de

Marius subre lis Ambroun e li Téutoun, nosto Acadèmi

d'Ais a dedica sa sesiho dôu darrié 20 de desèmbre

à-n-aquéu grand remèmbre. Entre li leituro facho, cita-

ren en prouvençau aquelo de F. Vidal : Lou Felibrige

e Marius.

Mare 11io. - Un ôubrage de sciènci, tout embeima

d'amour pèr la patrio prouvençalo, es aquest que vèn

de parèisse à l'empremarié Barlatier : La botanique en

Provence au XVIe siècle, Pierre Pena et Mathias de Lobel,

263 pajo in-8°, pèr Ludôvi Legré. L'autour i'a tira au clar

fou celèbre travai couneigu dins l'istbri de nosto bouta-

nico souto fou noum arèbre de Stirpium adversaria. Que-

noun-sai de recerco abord interessanto fan legi emé

goust aquel elucidàri.

- Lou majourau Pèire Bertas vèn de se marida. A

pres Madamo Chatel, la destinguido diredris de l'Escolo

proufessiounalo de fiho de Marsiho.

Seloun. -- Lou 17 dôu mes, uno delegacioun de

l'Escolo de Lar, coumpausado di felibre L. de Berluc-

Perùssis, En Chapôli Guillibert, En L. Constans, En F.

JANET

gausi tant de mot es pas necite, paire,

Mi refleissioun soun facho e 's tout counelus l'alaire. Tenès-vous-lou pèr di . Margarido prendra

Ges d'autre ome qu'aquéu que souri paire voudra.

MIOUN

Ha ! Ion prenes ansin ? Eh ! bèn, Jan, l'anan vèire.

Mioun clinara pas coume vos

Ha! tu vos que ma chato espouse Mouss' Enri !

Eh ! bèn, iéu, vole pas que prengue un tau marit.

M'as coumprés ?

T'ai di de patuscla ! S'as besoun de mounedo

, pos Ion crèire.

(A-n-Enri.)Tu, gourrin

,

leidas mourre

,

[de fedo

,

Pèr paga ti catin, cercaras autro-part !

Bèn? partes, empaia, fiéu de res, laid bastard

Te crèbe lis uioun 1

ENRI

Quelle femme grossière !

Vous avez bien raison ! Te teisaras

masiero ?

,

Ah l lou jour que t'ai pres, poudiéu bèn m'ennega 1

MI O UN

Te levarai l'envejo de blaga !

S'enanen, Mouss' Enri

(A segui

JANET

Leissen 'quéli bramaire.

M. Chabran

BMVR - Alcazar - Marseille

Vidal, G. Borel, R. Bonafous e Rcustan, nous es vengudo

de- z-Ais saluda Ion venerable felibre de Luseno (anagramo

de Seloun), noste revoi Crousillat, majourau d'age di

troubaire de la lengo de Prouvènço. E i'an adu, en merne

tèms, l'encartamen de mèmbre del'Acadèmi d'Ais, auta-

men merita pèr poste gènt coumpatrioto. E M. de Berlu, evoucant la memori de Nourbert Bonafous, l'amistadous

decan de la Facilta di Letro, que sa véuso viéu eici

au castèu de Canourgo, veici li vers galant qu'éu di.guè

à-n-aquéu prepaus:

BONAFOUS E CROUS]LLkT

Se li roumiéu dôu Bèu e de I'Antiquela

De Boumo à Tivoli davalon pèr centeno,

Ansinto li Laren, de sa vièio ciéuta,

S'endraion amistous vers Canourgo e Luseno.

Car Seloun, pus astra que la vau de Tibur, Es fièr de dons bessoun, parié d'art e de gràci, Qu'au trelus de Suffren mesclant soun trelus pur Soun l'ourguei de la Crau e li felen d'Ouràci.

MANDADIS

Méfions-nous du Guide de Jeanne ;

Il dénature plus d'un nom :

Mantoue, il l'appelle Maillane ;

Pour Tibur, il écrit Salon.

E perqué sian à Crousillat, diguen que, dins la pèço

publicado pèr éu dins Ion darrier Aiôli, s'es fa, coume se dis, uno faviero Après ]ou vers : que pèr charma la, lan-

guiludo, fau apoundre :

de moun eterno souliludo. Vaqui

leu trau tapa.

I3c°ziés. - Noste majourau

saberu, M. Frederi

Donnadieu, presidènt, de la Soucieta Arqueoulougico tant

devouado à nosto lengo, vèn de reedita (empr. Sapt",

34 pajo in-8°) uno plaqueto interessanto : Pouesios diver-

ses del sieur Bonnet de Beziers, ame le remereiomen à

Messieurs les jutges et mainteneurs des jocs Pleuraux à Tou-

louso per la Flou del Soucy rue ly fourec dounado en l'an

1628. Uno nou'iço biougrafico dis tout ço que fau sau-

pre en aquéu su,jèt d'aqui.

11arue1-ri « - Un nouvèl ai-mana vèn de bechi'dins

nosto

vilo

:

L'armanac de la Lausero, pèr loti bèl an de

Dins 1899. Costo 5 sou enté de Guerrier, noste libraire

(à Marvéjols, Lozère).

1- irip+. - Berthe de Trovence, duchesse d'Arles, es

ion titre d'un dramo francés, en 3 ate e en vers. que vèn de publica M. Aguste Faure (Bibliothèque de l'As ocia-

e Provence, pèr Jùli Cauvière, es un manuau de

viage subre la Costo d'Azur. Fau signala peréu, dins la

tion) ;

134° liéuresoun dôu Dictionnaiie géoiraphique et admi-

nistratif de la France de P. Joanne dibr. Hachette), Ion

grand article entitoula PBOVENCE. que ié tèn 10coulouno

in-4», emé 4 foutougrafio de Malamo Vanel (,de Sant-

Roumié).

Boulegadisso Frcuvençalo

L'ARMANAiMARsiHÉs pèr 1899, voungenco annado, vèn de

parèisse. I'avié, à la Revoulucioun (aquelo de i'a cènt an) un

journau de Paris qu'avié noum Le l'ère Dvchéne e que fasié que

foutreja. « 11 est bougrement en colère, le l'ère Duchêne », es

un moutet que se disié journalamen. Garlaban, l'empresàri de l'Armana Marsihés, a tout l'èr de brida la glôri dôu l'ère

(,Ai! ai! ai: pauco Prou-

vènço, Garlaban se i'escrido en trevirant lis iue, es pas Cou

Felibrige qu'enaurara la bandiero dôu Federalisnre! Adonne,

fouero Cou Felibrige, vivo la Marcialo, la bando dei Nlarsiliés

à la barreto roujo! lusira la Marcialo ! » Vous sentès pas un

Duchêne en trepejant dins si soulié

L'AIôLi

f rejoulun dins li mcici lo, ièn qu'en cnter_e

èrt soun roum

d'. quclo V.'arcialo que vai mcunta d'Endôume per nous leva

de cassolo, pàuri felibre a taulejaire e esquicho-boueneto! r

Eh! bèn, vai. entre Paris e Marsiho, sian poulit

vague croumpa leu uno barreto roujo, à la carriero di F aisso-

Roujo, e orso-poujo, foutu-diéu!

Laisso que

-T£cC

1 a REVUE 1 $LII3RÉENNE, qu'avié fa proun tèms missau, vèn

enfin d'espounga, pèr 1897, un fascicle ufanous qu'es de touto

impourtanço. N'en veici un escapouloun : Les poètes, Mistral

et le vers libre, qu'es uno enquèsto facho pèr M. Austin de

Croze ; li letro de Rounzanille à Marie Jenna ; Frédéric Mistral,

estùdi biougrafr pèr P. Mariéton ;

La république d'Aryles, es-

tfidi istouri pèr Ion comte Remacle; Les malandrins de Lu-

tèce pèr P. Dévoluy, tradu dôu prouvençau ; Jules Boissière, es-

tùdi pèr P. Mariéton ; La Provence des temps autonomes pèr

L. de Berlue-Pérussis ; Marthe la folle, tradu de Jaussemin

pèr P. Mariéton ; em' un bèu flo de pouësio prouvençalo o de

lengo d'O pèr T. Aubanel, V. Bernard, J. Poissière, P. Bour-

gue, F. Mistral, C. Derennes, P. Estieu, e A. Fourès.

-fl 3Y

LE[ BALADO pèr Clemèr.t Galicier, un bouquet de flour

autounenco, 26 pajo in-8', vènon d'espeli à Marsiho (empre-

marié Brunel).

NÔSTI REVEND] CACIOUN, pèr Ch. de l'on necorse-Lubières,

paraulo dicho à la fèsto felibrenco de Vôus, 8 pajo in-S', àz-

Ais, libr. Makaire.

Li pastouralo prouvençalo an mai coumença pertout. En

Avignoun se n'en jogo tres. A Touloun se n'en jogo cinq. A

Marsiho, au tiatre Chave, se jogo aquelo de M. Merle; à

L'Ilo. Sant-8avournin, Eiguiero, La Aeissènço dôu Crist, dôu

marsihés Audibert ; à Sant-Roumié, aquelo de Maurèu; à Sant-

Meissemin, aquelo de Granier ; à Draguignan uno autro nou-

vello;

e à Castèu-Reinard,aquelo dôu dôutour Chabrand,

L'Oulo d'Arpian, qu'intro dins leu brande emé loti pu grand

suces.

Dins Lou Gaa : A Paris pèr L. Sanàri ; Un ai en mi bemôu

pèr De Loumbardcun ; la Piouvesçaleso, tant de la descen-

t ralisacioun, pèr V. Lieutaud ; La farandoulo de Maiano pèr

V. Bernard ;

vençau; emé la pastouralo dciu carounge Milo en suplemen.

Uno circulàri inenistciialo à prepaus dôu prou-

- Dins Le lrogrvs de Vil leueuve-sur-Lot: Cigales et

grillons ; Une lettre de Mistral.

- Dins La 1 erro d'Oc : Ccunte de Nadal pèr A. Nadal;

Un vièl inouli pèr F. Benoît ; Cansou d'aujolo pèr M. Gesse.

- Dins Le -1 oniteer de- t érennes : Dito letro d'Arna-

vielle pèr lou mounumen de Mat. Lacrous.

- Dins Le Mistral : Uno tra.luction de Mirèio (la tudesco

de Bertuch) pèr A. Giraud.

Pins L'Erlair : Gouiod au pays de Mireille.

- Dins La Vie Illarseillaise

: Benvengudo pèr J.-B.

Fauve.

- Dins Lou Soue de @adau, numerô de la Canspano de

Magalouno : Nadau pèr J. L. Gitarèu ;

pèr J. E. Castelnau ; J ou pichot Jèsus pèr Jano de Margoun ;

Lou nadau de toutes

L'estello fielairo pèr E. Bartce; Vesprada de Nadau.pèr A.

Fedière; Botejat pèr 1. Ccmbalat; Lou Nadau de Louïsa pèr

F. Brousse, etc.

- Fins Le Petit poète : Aubo d'amour pèr M. Pélabon.

- Dir.s Lai hronique de Béziers: Frech-as pots pèr

A. Maffre ;

Tristesso pèr lou meme.

- Dins La Sartau

: La reclamo dôu courdounié pèr B.

Artou ; Lou peisen de lanto Nourino pèr Leissandre; Letro de

Paris pèr Cabri ; Lou sendicat dei Santoun, etc

- Dins La C'ahreto :

Fès paures pèr A. Vermenouze;

Zou eau pas dire pèr Ion Dr L. G. ;

La cabalo e les jutges pèr J. d'Ourlhat.

L'ose e la floue pèr

- Dins Le Soleil du Midi : La Nouvè de Jan Cougourdan

pèr L. Foucard.

Lausour erg quau de dre

Mariàni, toun vin, aco 's sènso countèsto, Meravihousamen recounforto e garis

Mai pèr sabouneja, senti bon e Ion rèsto,

l'a que Ion Mikado, de Marsiho à Paris.

Fabricant: Fèlis EYDOUX. - MABSIIio.

Se vènd dins t6uti li bons oustau.

Li pavoun reiau, pountificau, qu'au tèms di papo, se

passejavon, ufanous, dins Ii jardin meravihous dôu Palais

d'Avignoun e se quiliavon à la cimo di tourre e di merlet

pèr regarda, tout en fasènt la rodo, erré si co de velout

frapa coume li vièi riban dis Arlatenco, li farandoulo de

nanet se desplegant pèr li carriero.

S'adreissa au burèu de l'Aiôli.

Castèu-Reinarden, Barbentanen, Rougnounen, Taras.

counen, Sourguen o Carpentrassen, quand anas au mar-

cat Ion dimècre e leu dissate, manqués pas, manqués pas t u-mens, d'ana tasta leu bon pèis fres, li carcello

grasseto, li couvet de Camargo e béure Ion vin blanc à

senteur d'ile-de-mar e de cabridello o Ion vin di Papo

dôu castèu de Poco-Fino à l'

kulbergar'ié-HHc taurat I;ERI%()

C- V I D A L I N C,

Sl)CESSOUR

EN AVIGNOUX

à la carriero de l'Arc-de-l'Agnèu, 8

contré la plaço dôu Reloge.

BRANDADO

Houi-abaïsso

tôuti li dimècre

Couquiho ce chambre e de

lingoumbaud

tôuti

li jour.

ESPECIALITA

la coumando en Vilo

Service

à la Carto, à Pres-Fisse e

à Cachet.

Saloun reserva.

L'Aubergasrié-Restaurat BEBAO es renouma pèr soun

service à c.oumicile qu'es toujour esta uno dis especialeta

li mai apreciado de I'Oustau.

Se pren de Pensiounàri, - Pres moudera.

GALANTO CHAMBRO PÈR NOVI

LA MAI AMOUROUSO DI

PIPO

EN RACINO DE BRUSC

S'atrovo en Avignoun, au Magasin DESHAYES.

Lou gerènt: FOLCO DE BARO'-G LLI.

En Avignoun, empremarié FRA

'

SE.U LIN.

A LA COCA DOU PEROU

La meiouro di bevèndo pèr remounta l'estouma, famous pèr douna

de toun, pèr faire digeri, pèr adouba la voues, superiour en tout au vin

de Quinquina e agradiéu en bouco coume Cou vin de Castèu-Nàu.

Pèr béure, o Mariàni,

Toun vin, bon restaura,

Que s'es assaboura

Dins li soulèu estràni,

Pèr béure risoulet

Potin vin de capitàni,

Esperaren pas, nàni,

D'avé l'estouma blet.

Se vènd i fr. la boutlbo, à Paris, balouard Haussmann, 41, farmacio

Mariani.

CouIeîeiolln c

Emé la

'

I%LTJ.ct vI 1IIAlTÈltI coun-

tengudo dins Cou journau

annado

pendènt aquéli

7

S'adreissa i burèu dôu journau

VIN DE CA,STW-NÔU-DE-PAPO

CLALIS DV CASTÈU_DEROCOPINO

uln

X* Z- 9S

A

.V oco-hi'jo, la, pÇo de 225 litre enviroun .

Grand Roco-.F ino,

Castèu de Roco-Fino

id

id.

id.

la caisso de 25 boutiho.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

BMVR - Alcazar - Marseille