Vous êtes sur la page 1sur 26
LES COURS DE GWEN VOLUME 1 (Premier Cycle) © Pierre MANOURY © Copyright = Harry » Manoury = Edition 1992 - ‘Tous droits de repoxduction et de traduction réservés pour tous pays, y compris URSS Photocopic mnéme partielle interdite Depoe Mégal eme trimestre 1992 Ce texte ne peut en aucun cag étre vendu dans le commerce U est réservé aux seals membres adhérents du CERSA, LIMINAIRE. Dans le contexte de l'évolution spirituelle de ce cryele. il est indispensable qu'une réflexion globale des réalités sotériques soit médiatisée. Le développement anarchique de la communication, la prolifération de linformation, le foisonnement des publications amplifient, paradoxalement, Visolement du chercheur. La quéte des Graals ne s'en trouve pas facilité ! Le cycle d'enseignement groupé sous le terme générique des "cours de Gwen" est une approche cbjective essayant de répondre a cette nécessité. L'association CERSA, « bien voulu tenter aventure, aventure qui frise la témérité cette période instable of les passions et l'apreté de ‘usieurs risque d'avoir pour résultat d'offrir en pdture un nséignement traditionnel & la voracité des marchands du temple. Puisque, c'est ume quasi certitude, il n’existe plus de lation initiatique digne de ce nom, il convient de conserver savoir de quelques rescapés, pour reconstituer la aissance en retrouvant quelques arpents de paradis ir renouer avec les charismes, et découvrir, qui sait ? Un ragment du savoir de la "parole perdue™. Je vous souhaite bonne exégése. Le secrétaire générale du CERSA. Pierre Manoury. LES COURS de GWEN vol.1 LES COURS DE GWEN > Williom Blake. Rien n'est jamais tranché dans le contexte des sciences humaines, une chose n'est vraie que par son contraire, et encore cette affirmation est souvent relative. C'est done cette relativité qu'il convient d’appréhender pour mieux suivre le fil ténu qui conduit 4 un aspect de la vérité. Il n'y a ni certitude, ni vérité absolue, sinon une vérité de l'instant qui se dégrade en vérité de période, pour se diluer finalement en approximation se figeant en dogme. Liimmense danger des dogmes est constitué par leur immobilisme apparent qui dérive cependant insensiblement vers des situations excentrées s'éloignant de plus en plus des réalités qu'ils sont censés dominer. La mise en application des prescriptions de tels dogmes, ou pire, de leur extrapolations donne lieu & des monstruosités anachroniques, et dans les meilleurs des solutions & une totale inefficacité. Tel est le cas de quelques aspects de la connaissance humaine que l’on nomme selon I’humeur, Vhumour, la culture ou la mode ; sciences sacrés, sciences occultes, art magique ou philosophie occulte... Il en est d’ailleurs de méme pour une autre facette de ces disciplines communément nommés religions, théologie ou sciences divines. Ceci pose la question du discernement, du choix et du droit @ l'erreur, qui, dans ce contexte précis devient rédhibitoire. Un manque de discernement méne au fanatisme, & limposture, et en tous cas A une voie de garage. Le choix juste permet la progression, l’évolution, la clairvoyance, la faculté de reeconnaitre le fil d'Ariane dans 2 LES COURS de GWEN vol.1 “échevau des propositions offertes a l’entrée du labyrinthe. Voici ce qu’en disait au XVI siécle Giordano Bruno, religieux philosophe, réformateur et grand amateur de "“magies" tdano Bruno - Dialogue 1, Cena de le cenerri - Banquet ze: cendres), “ Je vois elairement que nous sommes nés ignorants =: disposés a reconnaitre notre ignorance. Puis en andissant, nous sommes élevés selon les préceptes et les bitudes de notre maison, tout en entendant la i¢sapprobation jetée sur Jes lois, Jes rites, la foi et jes sages de nos adversaires ou de ceux qui sont différents de us, et eux, en revanche, entendent ia méme chose 4 notre ‘et. Ainsi, de méme que sont implantées en nous par les s naturelles de J’éducation, les racines du zélé que nous rortons 4 nos usages, de méme est attisé chez les autres ‘snthousiasme pour leurs propres coutumes différentes. C'est erquof il devient facilement axiomatique que nous prisions Pression et je massacre des ennemis de notre foi comme sacrifice agréable aux dieux ; il en est de méme pour les titres, quant Hs usent envers nous pareiliement. Et ils sdent grace a Dieu d’avoir daigné leur octroyer Ja lumiére conduit 4 ja vie éternelle avec non moins de ferveur que “:25. quand nous nous réjouissons de ce que nos coeurs ne t point aveugles et ténébreux comme les leurs. " C'est donc &@ la qualité du discermement que se ivera confronté celui que tente l'aventure initiatique, s'il e parvenir a l'approche d’un état d’évolution suffisant devenir un adepte. Ce probléme du discernement, et choix qui en découlent, démontre l'importance de jectivité, mais d'une objectivité tendant vers la ection, allié A une acuité particuliére de l'intelligence le. Cet état n’est pas le fait du commun des mortels et, e:ulignons-le, presque impossible a atteindre en raison des rogrammations” diverses auxquelles nous sommes ujettis. Programmation familiale, culturelle, religieuse qui & peu confortent notre égo, nous carapaconnant dans cuirasse artificielle qui devient notre " cette rsonnalité sociale égoiste, forgée de nos refoulements, de angoisses et de nos tensions internes. La progression w:tiatique, dans ces conditions est un leurre et l’acquisition := “pouvoirs" une illusion. Le premier travail de celui qui envisage de suivre 3 LES COURS de GWEN vol. voie d'éveil (laquelle est une voie de solitaire), passera atcirement par un double processus, de ‘décapage rel et une décréation de I’égo. Celui qui s'obstinerait a passer outre, ne ferait que s’enfoncer dans le maquis Jlusions de la maya |... L‘adeptat est un état de grace, ne l’atteint pas qui -. il ne peut étre enseigné, il est le résultat d'une lente zation, d'une alchimie intérieure que nul ne peut Chaque individu possédant une vérité qui lui est . ses clefs personnelles d’évolution, fonction de 745 prédéterminées par I'héritage génétique de la race la filiation. 11 est done puérile d’écouter les faux cccrhétes qui offrent de soi-disant révélations, ce ne sont ies mirages, dont la réalité n’est que celle que lui préte faiblesse des passions de celui qui demande. L’authenticité .a progression initiatique ne peut étre que le fait d'une r personnelle, étayée par les conseils de quelques uns nt la méme voie et ayant simplement quelques longueurs 1 avance. Lé véritable enseignement initiatique se résume & -- balisage" du chemin, le "maitre" n’est qu'un guide, un iiler. Plus Péléve progresse, plus le guide s'efface, sa on doit étre humble et discréte. Toute démarche d’enseignement, A ce niveau, est une -:errogation, pour celui qui répond, comme pour celui qui ionne. Cette interrogation contient d’ailleurs la réponse, <>, <>, lit-on : la Bible, Cette vérité intérieure qui doit s’exprimer ne se révéler qu’en posant les bonnes questions, c'est guoi celui qui enseigne, comme celui qui entends, ciivent @tre attentifs A la qualité du discernement, c'est & trix qu'ils progressent dans la voie. cod La configuration hiérarchique symbolique divisée en adepte, maitre illustrant la progression initiatique n'a 4 LES COURS de GWEN vol.1 e valeur absolue, Tout au plus peut-on la considérer une appréciation grossiére. A certaines époques, alors staient des enseignements traditionnels, des colléges cués, ces appellations étaient en vigueur pour stiomner la progression. Dans les mémes temps chaque aze d'un niveau a un autre faisait l'objet de cérémonies $s ce qu'on A nommés depuis "“initiation", lors Jes |'impétrant vivait une expérience, sorte de ograme, Iwi faisant vivre une mort et une renaissance aque, destingée €& induire émotionnellement une sammation de dissolution de sa personnalité sociale. On le méme processus dans la plupart des prétrises ainsi jans l'engagement monastique de renonciation, les voeux. -? iymbolisme du passage par la mort est une renonciation de des hommes, une mort au monde profane et une sance dans celui des pouvoirs. Dans la réalité -stique la plus pure ce genre de démarche est superflue, : plus on peut la considérer comme des sortes de les facilitant une certaine prise de conscience chez des -riendus fragilisés par un conditionnement social que. En réalité le processus initiatique ne devrait veeser qu’A des individus moins infantiles, la fin de thaotique (du point de vue spirituel) que nous sons ne permet plus d'organiser de telles rations plus ou moins grandioses, elle implique de ce retour aux sources, of seuls quelques rares élus, ment forts intérieurement pourront suivre la voie nnelle. C'est tant mieux, cela évitera la prolifération 2s incomplets et autres défroqués de tout poils. Nous Gepuis quelques années entrés dans le crépuscule du .u-viga. la fin de lage de fer, cette période est une nm cause de I"humanité, c'est une période trés dure !s les hommes authentiques pourront surnager. aux vaincus, disait-on dans la Rome antique, cela est a Véthique aristocratique des démarches nnelles. La voie du chevalier, qui est le pendant - du processus initiatique, symbolise un combat soi-méme afin de mener la quéte du graal, laquelle est ane voie d'éveil, ce type de procédure n'est pas, non :.: .ne vole d'assisté. La sélection ne peut se faire que sz ¢ haut. Les constructions rassurantes offrant des points de zit4 UX inquiets et aux immatures doivent étre oubliés 5 LES COURS de GWEN vol. s le secteur temporel duquel nous participons. Dans le ntexte qui mous occcupe, il n'y a rien, rien que |"homme, armé de son seul cerveau, de ses humeurs, de ses céres fragiles, de sa courte existence et d'un potentiel ammensurable de frousse... Une peur génératrice, féconde s limaginaire, prompte & Vinvention de mythes (servant prétextes pour les constats d’échec), une peur qu'il taudra maitriser, vaincre, tuer le dragon pour devenir gon soi-méme. L'imagerie d' Epinal qui sert de référence a: “peuple des mols", pour reprendre une expression chére : Frangois Rabelais, doit étre bannie. L'initiation organisée c'est en fin de compte qu’un raccourci commode offrant des théses a celui qui hésite. Ni dieu, ni maitre, simplement .né lucidité totale pour conforter le courage indispensable r admettre qu'il n'existe qu'une seule et unique chance, d‘autre aprés si on ne la saisie pas. Celui qui ose, peut pérer se vaincre lui-méme, alors il pourra peut-étre (7?) isager la rencontre avec le maitre intérieur et étre tfronté avec les principes créateurs, les dieux qu’ont enté pour lui les angoisses ancestrales de ceux qui l'on Scédé. La Maya, le miroir. Ensuite, ensuite seulement, il sancontrera Unique et pourra Gtre réintégré en son sein ? Pour aborder cette voie, constituant une alchimie rieure, homme dispose de quelques outils qui l'aideront = Sa progression. Il importe de connaitre le mode d'emploi -2 chacun d'eux pour éviter perte de temps et errances en tous genres. LES OUTILS DE LA PROGRESSION. ] Ces outils ou techniques correspondent @ une crilection de procédés de qualités, utilisés par la plupart des rcheurs de haut niveau. Ces méthodes diments périmentées appartiennent pour la plupart 4 des traditions rt peu vulgarisées, et certaines d'entre elles sont issues se Tenseignement oral. Towtes ne sont pas indispensables, le x sé faisant selon le tempérament ou la "coloration" que Jintéressé désir donner A sa progression. Il convient de éciser que l'acquisition de l'ensemble de ces techniques et méthodes est conseillé A ceux qui souhaitent une progression sarmonieuse. On peut grouper ces pratiques de la maniére ivante : LES COURS de GWEN vol.1 1} TECHNIQUES RELEVANT DES ENERGIES TELLURIQUES ET SCIENCES DE LA TERRE. Il s'agit d'une série de connaissances étudiant les gies naturelles et leurs utilisations. L’énergie de la la Vouivre des peuples Celtiques posséde des iétés d'action importante sur lénergie vitale et le hisme. Plusieurs procédés (peu connus) offrent la sissibilité de manipuler cette énergie au profit de .xpérimentateur, outre les effets, parfois spectaculaires du risme sur les lieux, les plantes et les animaux, les ations effectuées sur de tels points d'émergences ques se trouveront considérablement renforcés. Ces iétés ont été largement exploitées dans ces lieux, tant <2 Druidisme que par sa continuatrice, l’église catholique. nauts lieux du cosmo-tellurisme (les gites du dragon), marqués le plus souvent par des constructions thiques (dolmens, menhirs, cromlechs, alignements), ou .4 localisation de Vierges noires (N.D-de-dessous-terre), > iont traditionnellement des lieux miraculeux. A titre purement individuel, certains exercices ux, S'appuyant sur les propriétés des lieux telluriques stent d'amplifier ou de développer les circuits zétiques du corps. Ces exercices ont pour but la n d'un double énergétique de l’opérateur généralement z, r corps de gloire, corps d'arc en ciel, corps de e, corps d"énergie. Cette discipline fondamentale dans une progression in tique appartient A un corpus trainement groupé sous le terme générique vergétique personnelle". 2) L'ENERGETIQUE PERSONNELLE. L'énergétique personnelle est un terme générique roupant plusieurs disciplines convergeant vers un seul l'éducation et la maitrise des énergies circulant dans le iirrs. Dans ces techniques, il n'est pas seulement question zérer des forees, mais également d’apprendre 4 les et surtout de faire Vapprentissage de leur iumulation et des procédés susceptibles de les canaliser, disciplines d'origines trés diverses ont pour finalité la 7 LES COURS de GWEN vol.1 aration du corps A une certaine longévité, et plus a la réalisation du corps d’énergie. La’ pratique bre participe aux voies d’éveil, elle offre, en outre la ularité de faciliter la régénération tissulaire. 3) CONNAISSANCE DES STRUCTURES MENTALES ET DE CONSCIENCE. Bien que ne relevant pas dans sa totalité de la initiatique, ensemble de cet enseignement n’en Pas moins indispensable A l’étudiant désireux de ser, La compréhension de certains mécanismes permet un grand nombre d'erreurs, et surtout de dre la réalité de certaines réactions relevant du pour €viter de les confondre avec des ions spécifiques des processus d’éveil. Cette partie eS nement est a notre sens fondamental et ne doit en sai.” tas 6tre négligé. +) PROCESSUS DE DECREATION. = processus de décréation est sans conteste l'aspect le plus important dans une progression, quelqu’en La décréation est une procédure de décapage permettant une libération des potentialités d'un A titre d’exemple, on peut affirmer que la | permet d'échapper au "Karma" dés lors qu'elle est décréation recouvre plusieurs méthodes lépanouissement de la réalité intérieure, en peu a peu la carapace sociale des ments imposés par les systémes d’éducations. Ce va avoir comme conséquence la diminution des ernes et la Libération des pulsions, constituant €s insurmontables a l'acquisition des potentialités lainsi que des pouvoirs). :té tentative d’évolution qui ne tiendrai pas se passage obligé, n'est qu'‘illusion, verbiage sans u phantasmes baroques. Chacun est libre de vie A la poursuite des chiméres. Les détracteurs la réalité de résultats obtenus hors de ce S'appuient sur des phénoménes hasardeux qui ne 2 les causes fortuites de probabilités non & LES COURS de GWEN vol.1 :iroductibles. Il convient d'éviter ces divagations entales, émotionnelles ou dévotionnelles... 3) CALME MENTAL/ MEDITATION/CONCENTRATION. Le calme mental et la méditation sont les disciplines fese de toute progression, ils sont les “briques" ires avec aides desquelles la progression pourra siuer. Pour le futur adepte, ces éléments deviendront indispensables que la respiration pour un humain Méditation et concentration, constituent des ines connexes, elles aménent A la réalité de certaines ce communications analogues 4 la pri®re, avec une . particuliére qu'il convient de souligner : je message Le calme mental tel que nous l’entendons dans la se ces cours est assez différent de ce que l'on généralement, il en va de méme des techniques de tions. €) LES PHENOMENES EGREGORIQUES. avec les phénoménes égrégoriques, létudiant 4 un des sommets des enseignements traditionnels. La sittirsance de cette sciences est un des arcanes de =. elle est la science magistrale des fondateurs de viaeuins et des adeptes opératifs. Il s’agit en l'occurence de réhension et de la connaissance des procédures de d'égrégores, de la vitalisation de ceux-ci, et de atilisations. Cet enseignement d'apparence complexe, 2 la technique la plus redoutable des enseignements es. Cette connaissance, peut étre considérée comme absolue de l'ésotérisme pratique. Cette partie de ‘émsme est une véritable autopsie de la "fabrication entité", d'un Dieu. Indépendamment de cet aspect sé ou monstrueux, on y é6tudiera la captation des :e5 errantes, la fixation et l'utilisation pratique de “est aussi cette discipline qui sera l’outil de la ecitie pritre.. “) PRATIQUES ET CONNAISSANCES DES CHARISMES. Bien que d’apparences mineures, ces connaissances 9 LES COURS de GWEN vol.1 uent , pour la plupart des soi-disant initiés, le sommet rart! : Les charismes ne sont autres que des pouvoirs sues" qui peuvent étre parfaitement assimilés lors de ression. Ceux qui suivront avec assiduité la voie > A méme de les appliquer, c'est pourquoi un znement spécifique & chacun d’eux sera éGtudié. Les ux charisme sont décrits par St Paul dans |’ épitre -orinthiens -VII-12. “En ee qui concerne les dons spirituels, je ne veux ‘res gue vous soyez dans lMignorance. Vous savez que vous é6lieZ eneore paiens, vous vous Jaissiez "2r au gré de vos tendances, vers jes idoles muettes. rourquoi je vous déclare : personne, s'il parle sous :2 de Dieu, ne peut dire : <>; et cné ne peut dire: < que sous eccilc de l’Esprit-Saint.. Siversité des charismes. or, sil y a diversité de dons, ii n'y a qu'un méme /far: s'il y a diversité de ministéres, i n'y a qu'un méme i: sl y a diversité d’opérations, il n’y a qu’un i qui opére en tous. La manifestation de J’Esprit est chacun en vue de /'utilité commune. 4 lun, J'Esprit donne une parole de sagesse; 4 est donnée une parole de science, selon Je méme 4 un autre Ja foi, par Je méme Esprit; a un autre le guérir, par ce seul et méme Esprit; 4 un autre, Ja nce de faire des miracles; 4 un autre Ja prophétie; a le discernement des esprits; a un autre le don de c:versité des langues; 4 un autre enfin, I'interprétation gues, Tout cela est eeuvre d’un seul et méme esprit qui se ses dons a chacun en particulier, comme if lui Four plus de clarté, voici les commentaires des -:teurs, en Vocurence les moines de Mardessous et de Si.:ecombe (Bible, éditions Brepols .1975). ‘Dons spirituels ou charismes: Les communautés 10 LES COURS de GWEN voi.1 ‘es semblent avoir été particuliérement riches en dons de VEsprit-Saint. Les principaux sont : la prophétie :.. .nterpréte la situation présente pour orienter l'avenir, le s miracles, le don de guérir et la <> od z¢ de fagon incompréhensible. Ce dernier don a été de désordre et fait l'objet d'une mise au point de chapitre 14. 11 faut noter aussi que ces charismes étre simplement la mise en oeuvre a un degré el des dons ordinaires du chrétien, comme la ou la foi.” &) LA SPAGYRIE ET LA VOIE DES SUBSTANCES. La spagyrie, cette forme alchimique spécialisée dans végétal, est un complément sinon indispensable du 5S important. Les manipulations et la qualité des cotenus seront d’une aide inappréciable pour celui suit une progression. Les préparations sont t simples et peuvent @tre, le plus souvent avec un matériel minimum. Elixirs et décoctions ++: a:der a Vaccélération de processus vitaux ou renforgant les exercices spéciaux que le futur effectuer. Dans un autre ordre d’idée, il sera sible pour lopérateur d’aider des personnes de ze au niveau de procédés thérapeutiques peu 5 efficaces. Le summum de cette spécialité est de la pierre verte, qui n'est autre que la cphale du domaine végétale. A lopposé de son domaine minéral - la pierre philosophale- , la :2 la pierre verte est parfaitement codifiée. ees préparations relevant du domaine = une connaissance approfondie des substance rés souhaitable, en particulier l'utilisation des imatiques, susceptibles de permettre la tiles de massage, qui, appliquées sur des Stiques précis, sur des points d’acupuncture, es emplacements des "chakras", provoque des siologiques et énergétiques du plus haut + Ls 3TOCHASTIQUE ET LES SCIENCES DU CHAOS. 2s derniéres disciplines, l’opérateur aborde ystérieux, dont peu d’adeptes ont pu longer 11 LES COURS de GWEN vol.1 z: vives. Sans vouloir dés A présent entrer dans les res labyrinthiques de ce vaste sujet, ‘on peut sins effectuer une approche de sa définition - laquelle faire l'objet de diverses appellations dans les ntes traditions - Les sciences du chaos font appel a ipulation d’énergies, de trames énergétiques ou 2liles, ou de séquence événementielles possible, ou en e gestation, selon de procédés subtiles faisant appel nchronicité de maniére statistique. Ces manipulations ceptibles d'intervenir soit A priori, soit a posteriori : .. événement ou des individus. Ce qui signifie qu'une etficace peut @tre effectuée pour modifier le présent sant sur le passé, la notion de temps n’intervenant s ce type d’opération. Inutile de souligner que ce daction ne peut étre le fait que d'adeptes d’un rarissime. Dans un contexte moins grandiose, la nce des sciences du chaos, se rapprochent de -: aspects des physiques de globalité, et permet ir sur des trames d’événements actualisés se t dans un proche avenir. On peut dire qu'il s'agit ations karmiques ayant une action dans le monde 3 12) L'ASTROLOGIE STELLAIRE. ne S'agit pas d’envisager Vastrologie e, qui n’ entre pas en considération a ce niveau mais d'une astrologie des réalités, des influences ualité des énergies diffusées depuis le cosmos. On ir: iompte dans cette discipline de l’influence des étoiles eiles des planétes, sous leus aspects actifs et pas symboliques. C’est une astrologie d’action, ies effets d’un moment précis, et non une judiciaire telle qu'elle est envisagée par la plupart asm bE zues. emble de ces connaissances constitue de base du chercheur qui désire une efficace. Il faut convenir du fait que la plupart ents “dits traditionnels", ignorent la plupart iplines, cela tient au fait que la plupart des 12 LES COURS de GWEN vol.1 teurs ne possédent que des bases livresques sans ments, et qu'il n’existe pratiquement plus aucun 2 initiatique” digne de ce nom. On comprend dés lors socrité, voire absence des résultats obtenus par de thodes. Nous insistons donc sur l’acquisition de ces indispensables, sans lesquelles la réalité de la n tient plus des probabilités et du phantasme que ttude objective. utres sciences connexes vont étayer cet ze, on peut citer: - L'étude des applications des substances les cristaux, dont les qualités d’amplification, et de résonnances constituent un matériel guise révéle rapidement indispensable pour pratiques spirituelles, psychiques et méme - 12 pratique de la marelle, ou diagrammes de édé traditionnel offrant quelques similarités nniques de PNL, en plus efficace et facile a vre. Les marelles permettent une programmation mentales et des techniques rituelles. La marelle ouvre la voie aux constructions iimplexes en les rendant sfires et efficaces. C’est jue de mise en oeuvre des _ potentialités =< mentales. 2ide des phénoménes de rupture. Il s’agit d'un méconnu de Tunivers traditionnel, les rupture universellement répandu, tant dans dans le contexte initiatique passent la ps inapergu. Ils sont pourtant d'une et doivent @tre parfaitement assimilé par une voie de progression initiatique. Le piure peut étre défini comme la base de ction, sans lui, aucun processus d'action Il s’agit de l'interruption d'un "champ sant la libération énergétique, qui produit =t souhaité. Ce processus classique exprime : de réaction répandu dans la totalité des niques, physiques, psychiques ou mentaux. verselle dont l'une des applications méthodes d’influences. 13 LES COURS de GWEN vol.1 - La seience des vocables et des rythmes. Une des iicnaissances de base qui permet la mise en action e des énergies subtiles. Les vocables, ou mots de (mantrams) ont des applications énergétiques, les ou psychiques appartenant A toutes les traditions. - Les condensateurs. Ce sont des substances ayant la propriété d’accumuler des énergies ils sont utilisés dans de multiples domaines allant manie aux phénoménes égrégoriques, ils peuvent des charges énergétiques utilisables sous conditions par un opérateur avertis. La maitrise J ne igateurs est un art peu répandu particuli@rement T-to¢.0 pour les praticiens. DE LA PHILOSOPHIE OCCULTE ... ] dans une voie d’éveil et suivre un ue, implique qu’on connaisse les régles du passerait outre ne serait qu’un "fol", ou un suence, Souvenez-vous du symbolisme du Mat i de Marseille. Le Mat, ou fou, est en outre le os de la piéce de William Shakespeare, "Un songe d’une d’été", qui illustre pour les connaissants, la réalité initiation selon les "mystéres anciens". Cette piéce de re symbolique, est entiérement articulée sur les 22 zrtanes majeurs du Tarot de Marseille ! zer Ainsi, avant que de s’aventurer dans cette voie ale (puisqu’il s’agit d’alchimie intérieure), il est :spensable de disposer de quelques points de repére, Ce va suivre risquant, en effet d’étre un peu déroutant, cite déstabilisant pour certains, confortablement installés leurs certitudes. Il n’est question ici d’aucune -:ncession, plusieurs aspects de cet enseignement seront de it assez décapants. Cet attitude est commune 4 plusieurs s traditionnelles et participe au processus de Téation. Ce procédé est habituelle dans le Zen, ainsi que ns les traditions Tibétaines, Chinoises et Indiennes, on le ntre également dans la tradition Celtique et dans le texte chamanique de l'Europe Centrale. 14 LES COURS de GWEN vol Lienseignement de |’ésotérisme est tras différent de ce que l’on peut trouver dans les écrits sur les magies, il semble méme que certaines positions soient diamétralement opposées. L'ésotérisme est une démarche individuelle de progression refusant les ambiguités et les approximations, une telle attitude implique une objectivité rigoureuse, complétée par Il’acception totale de remises en question permanente, sans aucun ostracisme. Ces remises en question sont parfois drastiques, ce qui offre l’avantage d'une avancée toujours plus performante. Pour clore cette mise en garde, je ne saurai trop vous encourager 4 acquérir un maximum d'information "au dessus de tous soupgons”, afin de parfaire une culture qui s'avérera rapidement indispensable. Pour ce faire je suggére de fuir les publications de vulgarisation en vous appuyant sur des textes de qualité au classicisme parfois suranné, mais qui constituent des valeurs sures, Vous trouverez ci- dessous une petite bibliographie regroupant ce qui pourra devenir l'amorce de votre "bibliocthéca ésotérica" premier pas vers les traditions authentiques. BIBLIOGRAPHIE DE BASE. La liste bibliographique ci-dessous n'est pas exhaustive, il s’agit d'une premitre approximation qui sera complétée dans les chapitres ultérieurs. N.B Les ouvrages cités ont trait 4 l'ésotérisme et a la progression initiatique, les livres relevant de la magie sont volontairement exclus. 1) Ouvrages d’intérét général : Quelques livres sur des sujets divers, études scientifiques sur de nouveaux aspects de la recherche (physique de globalité, nouvelles notions sur le temps et l'espace, aspects peu connus de la biologie etc...), prises de consciences, et méme prises de positions, d’un certain nombre de scientifiques par rapport aux disciplines traditionnelles. 15 LES COURS de GWEN vol.1 Lyall Watson - Biologiste et écrivain d'origine Australienne. - Histoire naturelle du surnaturel - éditions Albin Miche! 1974, - Histoire naturelle de la vie éternelle - éditions Albin Michel 1976. - Je reviens de l'inconnu - éditions Albin Michel 1977. - La marée de la vie - éditions Albin Michel 1979, Trinh Xuan-Thuan = Astrophysicien né a Hanoi, professeur 4 l'université de Virginie. - La mélodie secréte - éditions Fayard 1988. Jean E. Charon - Physicien Frangais, écrivain et philosophe, chercheur spécialiste de la relativité. Un des rares chercheurs ayant une conscience trés affinée des problémes métaphysiques. Sans doute un des physiciens contemporain les plus perspicace, Auteur d’un nombre important d’ouvrages sur la mathématique, les physiques et la philosophie. - Sur la barque du temps - éditions Albin Michel 1989. Stephen Hawking - Physicien et Mathématicien Britannique, célébre par ses travaux sur l'origine de univers, un des plus brillants scientifiques de notre époque, il occupe A l’université de Cambridge la chaire de Mathématiques. - Une bréve histoire du temps - éditions Flammarion 1988. 2) Ouvrages introductifs A l’ésotérisme. dulius Evola - Philosophe et écrivain Italien. Né a Rome en mai 1898, Mort 4 Rome en 1974. Julius Evola fut sans doute un des maitres A penser les plus importants de notre époque. Cet aristocrate intransigeant, a préné durant 16 LES COURS de GWEN vol.1 toute son existence un retour “nécessaire” A une conception hiérarchique du monde. Il savait, plus que nul autre, que le désordre de notre société se nourrissait d'une utopie destructrice : I‘idéologie égalitaire. Toute sa vie il a contesté le monde bourgeois et lui a opposé la vision d’une aristocratie populaire. Il est sans doute un des plus grands spécialistes de l’ésotérisme contemporain. - Les hommes au milieu des ruines - éditions Trédaniel 1984. - L’are et la massue - éditions Trédaniel 1983, ~ Chevaucher le tigre - éditions la colombe 1964 Jean _Mabire —- Ecrivain et historien Normand, spécialiste des mythologies nordiques, auteurs de nombreux ouvrages dont une histoire de la Normandie. C’est lui qui a notamment préfacé la biographie de Julius Evola ( Julius Evola, le visionnaire foudroyé . éditions Copernic 1977). - Les Dieux maudits - Récits de mythologie nordique. Copernic 1978. Régis Boyer - Historien Frangais, professeur de langue et de civilisation Scandinave 4 la Sorbonne, un des meilleurs spécialistes des religions et traditions nordiques. - Les religions de lEurope du nord - En collaboration avec Eveline Lot-Falck. éditions Fayard- Denoél. 1974. Jean Markale - Ecrivain et historien Breton, auteur d'un grand nombre d’ouvrages sur le celtisme et les traditions. Jean Markale est un des spécialistes du monde Celtique, il posséde une vision trés objective des traditions qui sont celles de son peuple. - Les Celtes (et la civilisation Celtique) - éditions- Payot 1970. Christian-. Guyonvare’h = Ecrivain Breton, professeur de Celtisme 4 l'Université de Rennes, il est un des plus grands spécialistes du Celtisme, ses ouvrages font références par la qualité et le sérieux de leur documentation. 17 LES COURS de GWEN vol.1 - Les Druides - En collaboration avec Frangoise Le Roux (spécialiste de Thistoire des _ religions.). éditions Ouest/france université. 1986. | Premier théme d’étude CONNAISSANCES DES STRUCTURES MENTALES ET ETATS DE CONSCIENCES. Lhomme ne serail pas un @Lre libre, s'il dépendail exclusivement de structures organiques fmmoables. Or, il posside la propnélé d'agir volonlairemenl sur ces stroctores en les chargeant d'un contenu poslif. Invest pas sans défense. prisonnier de ses engrammes ntgalifs comme fe pensent classiquement cerlains philesophes exislenlialistes. Dr, Alfonso Cayoedo. (Preface de : Anatomie de la eonstience), Avec ses cent milliards de cellules (101! cellules), certains disent vingt milliards seulement , le cerveau humain est la plus formidable machine pensante de notre univers immédiat. Chaque cellule, ou neurone, est capable de connexion avec d'autres du méme type de maniére aA échanger ou transformer des informations. Dés que la croissance du systéme nerveux est achevée, le nombre de neurone commence a décroitre, et la déperdition se poursuit théoriquement jusqu’éa la mort. Parallélement, l'éducation et l'évolution se poursuivent, le systéme se réde, s’organise au fil de lexpérience. Si tous les étres humains possédent le méme nombre de cellules, et sont de ce fait égaux, cette proposition ne reste vraieé que sur le plan théorique, ou physiologique. Dans la réalité, les effets sont différents. Les intelligences varient dans des proportions parfois considérables de méme qu’on note des écarts importants entre les potentialités d’évolutions ou d’adaptations. Ceci tient au nombre de cellules mis en fonetion ainsi qu’A la quantité d'interconnexions entre ces différents neurones. Le neurone, qui constitue l’unité de base de la puissance cérébrale est en effet susceptible, s’il est sollicité convenablement de 18 LES COURS de GWEN vol.1 développer un nombre croissant de connexion. Un rapide calcul combinatoire montre que les capacités de "gestion" de Vinformation croissent de maniére exponentielle. Une conséquence directe de cet accroissement, est qu'une intelligence déja trés développée aura des capacités de développement encore accrue, du faite de sa puissance. Cette particularité montre que les facultés intellectuelies une fois stimulées, peuvent croitre d’une maniére gigantesque, creusant un peu plus l’écart avec la moyenne. dans ce type de cerveau, il se produit quelques fois un autre phénoméne, mis en évidence depuis peu. Les neurobiologistes se sont rendus compte, que sous certaines conditions un cerveau était capable de recréer de nouvelles cellules, contre- balangant le processus de déperdition. Si cette affirmation se vérifie, cela peut expliquer les qualités exceptionnelles de certains intellectuels parvenus A un 4ge trés avancé. Quoiqu'il en soit, le nombre de cellule importe moins que la richesse des interconnections qui croit tout au long de lexistence, essentiellement chez les individus capable d'entretenir cette progression. Une personne ayant peu d’aptitude 4 l’effort mental, stoppera le développement des interconnexions et la richesse de celles-ci. Elle atteindra rapidement son point de "Peter", ou niveau d'incompétence. Le neurone a le pouvoir d’apprendre et c'est a nous qu'appartient de lui favoriser son apprentissage. Par Vapprentissage, le meurone accroit la richesse de ses connexions, ce qui a pour conséquence d'’accroitre également la complexité des circuits fonctionnels. Le Manque dentrainement provoquera une sorte de stagnation et bientdt une incapacité 4 développer de nouveaux circuits. Le facteur nutritionnel, bien que secondaire, assure également un réle important dans Jl'épanouissement cérébrale, conjointement avec certains facteurs raciaux favorisants. Les principaux aliments de l’encéphale sont, en simplifiant, les sucres et les sels minéraux, sans oublier l'oxygéne apporté par le sang et provenant de la respiration. Une alimentation équilibrée en protéines, phosphore, sel minéraux, oligo-éléments et en sucre divers est un facteur de développement harmonieux, lfexc@s de sucre, par contre, est défavorable. Il y a oun peu plus d'un siécle, les médecins s'interrogeaient sur une curieuse anomalie qui sévissait notamment en Suisse et dans différentes vallées alpine. Cette anomalie, s’apparentait au crétinisme, déficience grave de 19 LES COURS de GWEN vol.1 Vintelligence. Les sujets atteints de cette particularité furent identifié sous le terme peu flatteur de crétins des Alpes. On évoqua la consanguinité, qui était fréquente dans ces hautes vallées peu propices aux brassages de population, jusqu’au jour on l’on se rendit compte qu'il ne s’agissait pas d’une maladie génétique, mais d'une carence en .. sel ! L’isolement économique de ces vallées, ne permettait pas aux habitants de s‘approvisionner en sel de Mer et provoquait un dysfonctionnement cérébrale chez des personnes carencées. Un retour 4 une alimentation normale améliorait considérablement l'état du sujet, si celui-ci n’était pas trop agé. Le sel, en général et les sels minéraux en particulier, sont particuliérement importants pour les cellules nerveuses. Ils produisent un milieu favorable aux échanges bio- électroniques indispensables au sein de Dencéphale et du systéme nerveux. En schématisant, on peut dire que ce phénoméne est comparable au probléme de l’électrolyse, qui ne peut pas se produire dans un milieux aqueux rendu non conducteur de l’électricité par manque de sel. Anatomie sommaire de l’encéphale : Il n'est pas question ici de développer un cours d'anatomie cérébrale, mais de fournir quelaues points de repéres au non spécialiste, pour mieux gérer la cartographie de Ja conscience, Le cerveau (cerebrum en latin) est un des plus gros organes du corps, il pése en moyenne 1370 grs (entre 1100 grs et 1680 grs), chez l'homme, et 1250 gers (entre 1000 et 1560) chez la femme. Le cerveau consomme environ 20% de la consommation d’oxygéne du corps, au repos.Il se présente comme uné masse ovoide a grosse extrémité postérieure, il présente un pdle antérieur frontale et un pdéle postérieur occipital. Sa couleur est blanc grisdtre, il mesure environ 16 em de longueur, 14 cm de largeur et 12 cm de hauteur, sa densité est voisine de 1.03. Le cerveau présente une fente antéropostérieur jongitudinale qui le partage en deux hémisphéres, droit et gauche relier entre eux par un plancher, le corps calleux. La surface du cerveau est irréguliére, elle présente des sillons 20

Vous aimerez peut-être aussi