Vous êtes sur la page 1sur 35

"LE PAYS BIGOUDEN SUD

À VÉLO"
PROJET DE VÉLOROUTE

Rapport général d’étude de faisabilité


menée de septembre à décembre 2009,
par Marie Rocher, chargée de mission
à la communauté de communes du Pays Bigouden Sud

en partenariat avec :

Communauté de communes du Pays Bigouden Sud


Agence ouest Cornouaille développement
Agence technique départementale de Pont-l’Abbé
SOMMAIRE

3 Véloroute ?
5 La découverte du Pays Bigouden Sud à vélo
6 Une étude de faisabilité
Des retombées économiques
Un projet de territoire
12 Un projet complet et transversal
12 Un fort potentiel
12 Une adéquation avec les objectifs du programme Leader
et de l’Agenda 21 du conseil général du Finistère
12 Une offre de randonnée déjà riche
13 Des pratiques cyclables multiples
13 Le « vélo-tourisme »
14 Le « vélo-court séjour » et « vélo-itinérant »
15 Le « vélo-valorisation du patrimoine local »
15 Le « vélo utilitaire »
16 Le « vélo-école »
16 Le « vélo-santé »
17 Le « vélo-innovation »
18 Le « vélo-handicap »
19 La véloroute sera aussi attractive pour :
Les campings-caristes
Les cyclistes sportifs
20 Les moyens à mettre en œuvre
21 Des aménagements à effectuer
23 Les coûts d’entretien à intégrer dans le choix des aménagements
Les maîtrises d’ouvrage et d’œuvre
24 Un cofinancement avec les conseils général et régional
25 Une fois le projet lancé
26, 27 La sensibilisation des acteurs touristiques
28 Des atouts à renforcer et à valoriser
29 Des circuits et des produits touristiques à développer
30 La mission d'étude
31 Le contexte de la mission
Sa création
32 Ses caractéristiques
33 Son contenu, son déroulement et sa restitution
34 Conclusion
35 Remerciements

Projet de véloroute du Pays Bigouden Sud 2 Rapport général - étude de faisabilité


Septembre à décembre 2009
Véloroute ?

Une véloroute est un itinéraire cyclable de moyenne et longue distance, reliant les
départements et les régions entre eux.
Cet itinéraire peut être d’intérêt intercommunal, départemental, régional, national et européen.
Ce type d’itinéraire est jalonné, continu, donc sécurisé ; il traverse les agglomérations dans de
bonnes conditions.
Une véloroute est agréable et attractive, évite au maximum les dénivelés excessifs quand le
territoire le permet et les routes trop fréquentées. Le tracé d’une véloroute peut naturellement
emprunter des "voies vertes", exclusivement réservées aux déplacements non motorisés
(chemin de halage ou ancienne voie ferrée, par exemple, en photo ci-dessous).
(Cf. annexe 1 : véloroutes et voies vertes)

Section de l'ancienne voie ferrée du "train Birinik" réhabilitée sur la commune de Penmarc'h - Septembre 2009.

Projet de véloroute du Pays Bigouden Sud 3 Rapport général - étude de faisabilité


Septembre à décembre 2009
Découverte à vélo
du Pays Bigouden Sud

Vélotouristes en vacances à Lesconil, se promènant à vélo et faisant une halte au phare


d'Eckmülh, sur la commune de Penmarc'h - Octobre 2009.
Le Pays Bigouden Sud à vélo

Ce rapport rend compte d’une mission d’étude de faisabilité pour la mise en place d’une
véloroute littorale en Pays Bigouden Sud. Cette mission a été commanditée par la
communauté de communes du Pays bigouden Sud (CCPBS) et impulsée par l’agence ouest
Cornouaille développement (AOCD) avec l’appui de l’agence technique départementale de
Pont-l’Abbé (ATD), en septembre 2009.

Le tracé de la véloroute du Pays Bigouden Sud sera le prolongement de la véloroute autour


du Cap Sizun en cours de réalisation. Ces deux sections de véloroute seront des parties de la
"Littorale" départementale, qui permettra à terme de parcourir le pourtour des côtes
finistériennes.A ce jour, dans le département, deux sections sont opérationnelles :
- une de 35 kilomètres entre Sibiril et Milinou (sur la commune de Plouénan) réalisée par la
communauté de communes du Pays Léonard (CCPL),
- une autre de 12 kilomètres entre l'anse du Loc'h et la pointe du Raz réalisée par la
commune de Plogoff, inaugurée le 30 novembre 2009.

La section de véloroute littorale du Pays Bigouden Sud équivaudra à un itinéraire


jalonné, donc sécurisé, de 80 kilomètres environ.
Afin de satisfaire les différents types de pratiques, le souhait de la CCPBS serait
d'offrir un maillage cyclable, c'est pourquoi des itinéraires d'intérêt local,
complémentaires à la véloroute littorale ont été déjà cartographiés. Leur
faisabilité devra être étudiée afin d'évaluer les travaux à réaliser pour :
- mettre en œuvre la véloroute du train Birinik : consistant à réhabiliter l'ancienne voie ferrée
reliant Pont-l'Abbé et Saint-Guénolé qui s'étendrait à terme sur 19 kilomètres environ et dont
le but serait de favoriser les circulations douces, en particulier sur les sections en "site propre",
- améliorer la section de "voie verte" entre Pont-l'Abbé et le ruisseau de Corroac'h (limite
communale avec Combrit/Sainte-Marine) partie de la "Pont-l'Abbé et Quimper",
correspondant à 8 kilomètres environ, dont le revêtement serait à améliorer et la valorisation
est absente (ce qui signifie qu'elle mal identifiée et donc difficilement trouvable depuis les
centres-villes et qu'il n'existe aucun document promotionnel),
- assurer des jonctions à la "voie verte" depuis les centres-villes de Combrit et de Tréméoc
qui représenteraient 12 kilomètres,
- créer d'autres liaisons locales entre Tréméoc et Tréguennec, en empruntant une partie du
tracé de l'ancien du "train carottes" (6 kilomètres environ), entre Saint-Jean-Trolimon et Pont-
l'Abbé (10 kilomètres environ), la route des châteaux qui serait une alternative plus sportive
que la "voie verte pour" aller à Quimper. Ces liaisons ne concernent pas uniquement le Pays
Bigouden Sud, mais aussi le Haut Pays Bigouden et Quimper communauté.
A terme, le Pays Bigouden Sud pourrait disposer de 130 kilomètres environ
d'itinéraires cyclables.

(Cf. annexe 3 : la carte générale des types d'itinéraires consituant la section de "la Littorale" et ses
itinéraires complémentaires sur le Pays Bigouden Sud).
Projet de véloroute du Pays Bigouden Sud 5 Rapport général - étude de faisabilité
Septembre à décembre 2009
Une étude de faisabilité de la section de véloroute littorale

La communauté de communes du Pays Bigouden Sud a pris en charge la mission d’étude


consistant à :
- repérer un tracé de la section de "la Littorale" sur son territoire,
- préconiser les aménagements à réaliser, estimer leurs coûts,
- suggérer une démarche de mise en œuvre,
- mettre en avant les atouts de cet itinéraire et donner des pistes de promotion…
Les aménagements nécessaires peuvent être financés jusqu’à 80 % par le conseil général du
Finistère étant donné que "la Littorale" est considérée comme un itinéraire structurant dans le
schéma vélo départemental.
Cette étude de faisabilité a été confiée à Marie Rocher, chargée de mission spécialisée en
tourisme à vélo, vecteur de développement local.

Des retombées économiques

La véloroute permettra entre autres d’attirer une clientèle touristique, en particulier


des familles qui viendront séjourner dans le Pays Bigouden Sud et qui
souhaiteront le découvrir à bicyclette (un produit d'un séjour sur trois à quatre jours
sera pertinent et attractif pour ce type de clientèle). Les services associés : hébergement,
réparation-location de vélos, restauration, transport de bagages, assemblage de
prestations, etc., généreront des retombées économiques. A titre de comparaison,
celles constatées sur "la Loire à vélo", et plus largement sur l’eurovéloroute "Atlantique/mer
Noire", correspondent à des dépenses moyennes par jour et par personne allant de 13 euros
(sans hébergement) à 93 euros (touriste étranger hébergement inclus), (cf. annexe 2 : extraits
d’une étude à propos des retombées économiques générées par "la Loire à vélo" et la future
eurovéloroute Atlantique/mer Noire).
Bien que les vélotouristes itinérants soient moins nombreux que les
excursionnistes (les touristes à vélo qui se promènent à la journée), ce sont ceux
qui dépensent le plus. C’est pourquoi leurs attentes en matière d’aménagements, à
l'exemple d’un revêtement "suffisamment roulant", sont à prendre en compte. (NB : Les
vélotouristes itinérants sont souvent très chargés et parcourir plusieurs kilomètres sur un chemin de
terre par exemple, devient vite inconfortable. Pour ce type de touristes à vélo, un revêtement de qualité
contribuera à l’attractivité d’une véloroute).
Pour les familles, le critère de qualité d’une véloroute se situera au niveau de la sécurité, des
sections en "site propre" et de l’offre de circuits à la journée.

Un projet de territoire

En tant que tel, le projet présente également un intérêt pour les Bigoudens, car sa
réalisation favorisera les "déplacements doux", les promenades familiales, incitera à des sorties
scolaires sortant de l’ordinaire et des allers-retours domicile/travail, mais aussi
domicile/loisirs/courses, etc.
La véloroute du Pays Bigouden Sud est avant tout un projet cohérent pour le territoire,
car son tracé littoral complété par des liaisons locales, prend en considération les
douze territoires communaux, (cf. la carte suivante, en format A3, en annexe 3, pour une
meilleure lecture).

Projet de véloroute du Pays Bigouden Sud 6 Rapport général - étude de faisabilité


Septembre à décembre 2009
PROJET DE TRACÉ DE LA VÉLOROUTE LITTORALE ET
D'ITINÉRAIRES COMPLÉMENTAIRES EN PAYS BIGOUDEN SUD

En plus d’être communautaire, la véloroute du Pays Bigouden Sud aura des points
de jonctions avec d’autres véloroutes futures et son itinéraire constituera ainsi un
segment de "la Littorale départementale", constituées des véloroutes
interdépartementales (n°4 Roscoff - Mont-Saint-Michel et n°5 Roscoff - Saint-Nazaire). À terme,
elle fera partie d’un ensemble de huit grands itinéraires "multirandonnée" interconnectés sur
l’ensemble de la région Bretagne, sans oublier les véloroutes européennes Roscoff - Kiev et
Atlantique/mer Noire.

(cf. les cartes suivantes : schéma départemental, planification des études d’aménagements cyclables et
état des réalisations datant du 7 octobre 2008 ; schéma régional des véloroutes et voies vertes, les
douze projets de véloroutes européennes dont deux existent déjà le tour de la mer du Nord (n°12) et
Atlantique/mer Noire (n°6).

Projet de véloroute du Pays Bigouden Sud 7 Rapport général - étude de faisabilité


Septembre à décembre 2009
Vers Kiev (Ukraine)
Eurovéloroute n°4

Vers Sagres (Portugal)


et Costanta (Roumanie)
Eurovéloroutes n°1 et n°6

Réseau structurant
proposé par le CG29 en 2002

Projet de véloroute du Pays Bigouden Sud 8 Rapport général - étude de faisabilité


Septembre à décembre 2009
CARTE DU SCHÉMA RÉGIONAL DES VÉLOROUTES ET VOIES VERTES

Projet de véloroute du Pays Bigouden Sud 9 Rapport général - étude de faisabilité


Septembre à décembre 2009
Projet de véloroute du Pays Bigouden Sud 10 Rapport général - étude de faisabilité
Septembre à décembre 2009
Un projet
complet et transversal
pour le Pays Bigouden Sud

Pointe de la torche très attractive Bac assurant la liaison entre l'Ile -Tudy et
pour les cyclistes. Loctudy.

VTTistes longeant les champs de bulbes en Groupe de randonneurs à vélo sur les quais, à
fleurs, sur la commune de Plomeur. Pont-l'Abbé.
Un projet pour le Pays Bigouden Sud, complet et transversal

Un fort potentiel

Le Pays Bigouden Sud bénéficie déjà de nombreux points forts qui rendront cette
section de véloroute très attractive :

- longues sections en site propre en arrière dunes sur plusieurs communes (celle sur Tréffiagat
étant la plus importante) ;
- nombreux beaux points de vue sur le littoral ;
- deux liaisons "bac + vélos" (entre Loctudy / Île-Tudy et Sainte-Marine / Bénodet)
- plages facilement accessibles et à proximité de l'itinéraire ;
- plusieurs monuments patrimoniaux ;
- huit offices de tourisme (considéré comme les premiers ambassadeurs de la véloroute) ;
- bonne répartition des aires d’arrêt (des tables de pique-nique, des bancs, des points d’eau et
des toilettes publiques) ;
- offre d’hébergements variée dont certains haut-de-gamme (ce sont les plus recherchés des
agences de voyages proposant des séjours "clé en main") ;
- plusieurs traversées de bourgs dotés de commerces (alimentations générales, cafés,
restaurants, boulangeries, etc.), d’un office de tourisme sur certaines communes.
(Cf. annexes 4, 5, 6, 7: les cartes des types de voies, de la répartition des aires d’arrêts, des
hébergements, des toilettes et des points d’eau).

Une adéquation avec les objectifs du programme Leader et de l’Agenda 21

Le tourisme à vélo est en cohérence avec les stratégies territoriales, des programmes Leader
ouest Cornouaille et l’Agenda 21 du conseil général du Finistère, ce qui a permis le
cofinancement de l’étude de faisabilité et permettra ultérieurement le subventionnement de
projets privés, associatifs ou publics, induits par la réalisation de la véloroute, (cf. annexes 26 et
27 : programme Leader et extrait de l’Agenda 21 du conseil général du Finistère).

Une offre de randonnées déjà riche

La véloroute littorale et les itinéraires complémentaires du Pays Bigouden Sud viendront


compléter l’offre des modes de randonnées, déjà très variée. Cette large offre incitera les
touristes à échanger leur VTC contre un VTT, un kayak, une planche de surf, un cheval, pendant
leur parcours ou leur séjour. D’ailleurs à certains endroits de la véloroute, les touristes
devront nécessairement laisser leurs vélos et marcher pour découvrir des sites comme, par
exemple, la pointe de la Torche, le phare d'Eckmüllh, la rivière de Pont-l'Abbé, etc. Cette
possibilité de "randonnée multimodale" sera valorisée par les offices de tourisme, les comités
départemental et régional du tourisme et les agences de voyages, (cf annexe 21 : fiche "agences
de voyages").

Projet de véloroute du Pays Bigouden Sud 12 Rapport général - étude de faisabilité


Septembre à décembre 2009
Des pratiques cyclables multiples

La mise en place d’une véloroute n’est pas uniquement un aménagement spécifique du


territoire dont le but est de compléter une offre touristique. En favorisant des pratiques
cyclables multiples, ce type d'itinéraire peut encourager de nouvelles manières de
découvrir le territoire et peut répondre à d'autres thématiques qu'à celle du
tourisme.
De plus, il est important de rappeler qu'une véloroute doit satisfaire les attentes d’un large
public dont :
- les familles (cible privilégiée) ;
- les groupes d’amis, d’adolescents, de touristes partis en voyage organisé ;
- les couples.

Le "vélo-tourisme"

Une véloroute offre la possibilité de


faire la connaissance d'un
territoire avec une approche plus
qualitative car plus lente qu’en
voiture et plus respectueuse de
l’environnement. L’existence d’une
véloroute sur un territoire peut aussi
présenter, à elle seule, une attractivité
supplémentaire. C’est-à-dire que
certains touristes choisiront le Pays Vélotouristes étant en location à
Bigouden Sud comme destination parce Lesconil, faisant une balade à la
qu’il y a des "circuits-vélo" aménagés journée jusqu'à Saint-Guénolé -
(sécurisés et jalonnés). De plus, la Octobre 2009.
période des vacances est souvent
propice à l'abandon de la voiture, mode
de transport qui rappelle trop le
quotidien pour un grand nombre de
personnes (déplacements domicile-
travail).

Groupe de vélotouristes ayant laissé


leur véhicule à leur gîte de Loctudy,
faisant une boucle à la journée, pris en
photo sur la route de la Torche, sur la
commune de Plomeur - Octobre 2009.

Projet de véloroute du Pays Bigouden Sud 13 Rapport général - étude de faisabilité


Septembre à décembre 2009
Le "vélo-court séjour" et "vélo-
itinérant"

La véloroute du Pays Bigouden Sud


offrira aux vélotouristes itinérants
qui le souhaitent, la possibilité de
parcourir une boucle de plus de
100 kilomètres comprenant des
sections littorales, des sections
intérieures et des détours touristiques.
Ce qui correspond à un « court -
séjour » de 3 à 4 jours en se basant sur
une distance moyenne quotidienne de Vélotouristes hollandais en itinérance sur la
30 à 40 kilomètres. Le « court - séjour véloroute de la mer du Nord, en Ecosse,
» se pratique souvent hors saison identiques à ceux qui empruntent déjà et
estivale (avril/mai/juin et emprunteront la section de la route du vent
septembre/octobre), à l’occasion des solaire du Pays Bigouden Sud - Juillet 2002.
longues fins de semaine et pendant les
"petites" vacances scolaires. Ainsi la
valorisation du "court-séjour" permet
d’allonger la saison touristique.
Certains vélotouristes seront
attirés par "la Littorale" dans sa
globalité, comme les Allemands, les
Hollandais, les Belges, les Canadiens, etc.
Eux apprécieront, par exemple, de
partir de Douarnenez jusqu'à Sainte-
Marine via les pointes du Van, du Raz, le
phare d'Eckmülh, etc. Pour ces
vélotouristes itinérants, les commodités
de retour à une gare SNCF ou à un
aéroport, seront à prendre en compte
par les offices de tourisme, agences de
tourisme et tous les professionnels. "La
Littorale" pourra se parcourir par
étapes, comme "le chemin de Saint-
Jacques-de-Compostelle". Chaque
année, les randonneurs à vélo pourront
choisir de découvrir un nouveau
tronçon.

Projet de véloroute du Pays Bigouden Sud 14 Rapport général - étude de faisabilité


Septembre à décembre 2009
Le "vélo-valorisation du
patrimoine local"

Une véloroute sert aussi à mettre


en valeur le patrimoine
vernaculaire. Ce sera le cas de la
véloroute du Pays Bigouden Sud, en
passant devant des églises, des chapelles,
des lavoirs, des calvaires, des mégalithes,
des phares, dans les ports de pêche.
Tous ces endroits offriront aux cyclistes Vélotouristes ayant laissé leur véhicule à leur
des points de vue méconnus et insolites. chambre d'hôtes à Saint-Guénolé, faisant l’aller-
retour jusqu’à la chapelle de Tronoën, en
empruntant une section de la "route du vent
solaire" - Octobre 2009.

Le "vélo-utilitaire"

La réalisation d’une véloroute induit la


mise en place d’aménagements (balisage,
bandes cyclables, revêtement roulant,
stationnements, aires d’arrêt, etc.).
Or, l’existence d’aménagements
cyclables offre l'occasion de
déplacements utilitaires sur le lieu
de séjour. Par exemple, grâce à la
véloroute du Pays Bigouden Sud, les
Un couple de cyclistes allant à la plage de la
touristes, mais aussi les Bigoudens iront
Torche à vélo, en empruntant les dunes pour
peut-être plus facilement à vélo : à la
stationner leurs vélos au plus près de la plage, sur
plage, à leurs loisirs, faire leur marché et
la commune de Plomeur - Octobre 2009.
leurs courses, depuis leur lieu de
résidence ou leur domicile, etc. La
période des vacances et les fins de
semaine sont souvent propices aux
déplacements à vélo, à pied, plutôt
qu’en voiture.
Pour le développement des
déplacements utilitaires, l'installation de
stationnements est primordiale, (cf.
annexes 13 et 13bis : les fiches techniques
"stationnements" et stationnements Stationnements installés sur un
Altinnova). parking à proximité d'une plage sur
Tréffiagat - Septembre 2009.
Projet de véloroute du Pays Bigouden Sud 15 Rapport général - étude de faisabilité
Septembre à décembre 2009
Le "vélo-école"

Certaines sections de la véloroute


littorale et de ses liaisons
complémentaires pourront permettre
des sorties scolaires à vélo d'une à
deux journées, c’est-à-dire différentes
des sorties classiques en car.
Certains élèves, comme les collégiens,
pourront même effectuer leurs
déplacements quotidiens à vélo, entre
leur domicile et leur établissement
scolaire. Le projet de la véloroute du Sortie de classe à vélo, sur une section de
"train Birinik" pourra favoriser ces « la Loire à Vélo », à Saint-Florent-le-Vieil dans le
sorties et déplacements scolaires. Maine-et-Loire intégrant des visites de sites
patrimoniaux - Juin 2003.

Le "vélo-santé"

L’existence d’une véloroute et donc


d’un itinéraire cyclable aménagé,
peut favoriser l’activité physique.
Or, une activité physique régulière
et modérée divise par deux le
nombre des décès dus aux
maladies cardio-vasculaires. Elle est
plus bénéfique que la pratique d’un
sport intense une fois par semaine. Par Bigoudène effectuant une activité physique
exemple, 45 minutes de marche à pied, quotidienne pour se maintenir en forme -
30 minutes de vélo, la montée Septembre 2009.
d’escaliers plusieurs fois par jour,
augmentent l’espérance de vie, font
chuter les infections respiratoires
saisonnières et peuvent jouer un rôle
antidépresseur.
Projet de véloroute du Pays Bigouden Sud 16 Rapport général - étude de faisabilité
Septembre à décembre 2009
Le "vélo-innovation"

La véloroute du Pays Bigouden


Sud comme celle du Cap Sizun,
encouragera peut-être la pratique
du vélo à voile sur "la route du
vent solaire", par exemple. Une
location de ce type de vélos innovants
(adaptés au climat) pourrait être
imaginée au niveau de la plage de la Vélo à voile Whike, produit hollandais, vendu
Torche. Une marque de vélos à voile par Airodin, à Andernos-les-Bains en Gironde,
hollandais, Whike, est importée en qui pourrait se pratiquer sur la "route du vent
France, en Gironde (Airodin Sports). La solaire". Une location pourrait être imaginée à
pratique de vélo couchés pourrait aussi proximité de la pointe de la Torche, à côté de
se développer sur des sections en site celles des planches de surf.
propre offrant un revêtement très
roulant et une sécurité plus importante
étant donné que seuls les modes de
transports doux y sont autorisés.
le vélomobile fait partie du "vélo-
innovation"

Famille en vélomobile, vélo caréné, de forme


très aérodynamique, permettant d’atteindre
des vitesses importantes.

Projet de véloroute du Pays Bigouden Sud 17 Rapport général - étude de faisabilité


Septembre à décembre 2009
Le "vélo-handicap"

Un projet de véloroute tient


souvent compte de la
problématique du handicap en
privilégiant des itinéraires à faibles
dénivelés, des sections en "site
propre" du type "voie verte". C'est
pourquoi, les liaisons locales
complémentaires à "la Littorale" comme
certains tracés d'anciennes voies ferrées
(Pont-l'Abbé/Quimper, train Birinik
entre Pont-l'Abbé/Saint-Guénolé)
devront être aménagées dans un esprit
de «voie verte» afin de répondre aux
attentes des personnes à mobilité
réduite, celles se déplaçant en fauteuil,
mais aussi aux personnes qui pratiquent
ou qui souhaiteraient expérimenter le
handbike. Pour ces pratiques, la qualité
Joël Le Tutour, correspondant de l’association
du revêtement et la quasi-absence de
des défenses et des études des personnes
voitures sont primordiales.
amputées pour la région Bretagne, faisant une
démonstration de handbike sur le bord du
Goyen, sur le Cap Sizun - Juin 2009.

Une personne à mobilité réduite en Une personne à mobilité réduite poussée par
Hollande, empruntant les aménagements une employée de l'ADMR, sur une section de
cyclables pour se déplacer - Juin 2002. l'ancienne voie ferrée du train Birinik, situé à
proximité du centre, sur la commune de
Penmarc'h - Septembre 2009.

Projet de véloroute du Pays Bigouden Sud 18 Rapport général - étude de faisabilité


Septembre à décembre 2009
La véloroute sera aussi attractive pour :

- les campings-caristes dont le


nombre semble être plus
important en Bretagne qu’ailleurs
en France, peuvent également
représenter une cible intéressante
pour le développement de la
véloroute du Pays Bigouden Sud.
Ils transportent presque
systématiquement leurs vélos à l’arrière
de leur véhicule pour atteindre plus
Camping-caristes transportant leurs vélos
aisément les lieux touristiques.
pour atteindre plus aisément certains lieux
touristiques.

- les cyclistes sportifs dont le challenge


pourrait être de parcourir le tour du
Pays Bigouden Sud. A ce jour, la
pratique cyclable sportive est majoritaire
sur le territoire, et en particulier sur les
routes leur offrant un revêtement roulant
comme "la route du vent solaire", voire
très roulant comme les bandes et les
pistes cyclables (à condition que celles-ci
soient bien entretenues et donc qu'il n'y Sortie dominicale du cyclo club de Plomeur sur la
"route du vent solaire" - Octobre 2009.
ait aucun gravillon). Leurs sorties se
déroulent très souvent en fin de semaine,
comme le dimanche matin.

Projet de véloroute du Pays Bigouden Sud 19 Rapport général - étude de faisabilité


Septembre à décembre 2009
Les moyens à mettre
en œuvre

Vélotouristes se promenant sur un aménagement exemplaire, piste cyclable


bidirectionnelle, en bord de mer - côte sauvage à Batz-sur-Mer (Loire-Atlantique) - Juillet 2006.
Les moyens à mettre en œuvre

Le public attiré par le tourisme à vélo a tendance à privilégier les itinéraires jalonnés et donc
sécurisés, c'est pourquoi, il recherche des parcours constitués de nombreuses sections en "site
propre" et à faible dénivelé, (surtout s’il part avec de jeunes enfants). Dès qu'il le pourra, il
évitera les axes à fort trafic même équipés de bandes cyclables.

Des aménagements à effectuer

Les aménagements à réaliser pour la mise en œuvre de la section de la véloroute littorale ne


sont pas trop importants :

- La réhabilitation de chemins communaux


Environ 5 kilomètres de chemins au total doivent être rénovés, sur les communes de
Tréguennec, Plomeur, Penmarc'h, Plobannalec-Lesconil, Combrit/Sainte-Marine et de l'Île Tudy.
Certaines sections demanderont un traitement particulier car elles sont situées en zone
sensible.
Le revêtement doit être roulant afin d’apporter suffisamment de confort à tous les publics
confondus, mais en particulier pour les vélotouristes dont les vélos sont chargés, les
personnes en fauteuil et les handbikers. Pour eux, rouler sur plusieurs kilomètres, sur un
chemin dont le revêtement est médiocre, c'est-à-dire parsemé d’ornières, est insupportable.
D’autre part, un revêtement en mauvais état empêche de profiter du paysage car il
oblige le cycliste à surveiller son parcours (cf. annexe 10 : fiche technique "revêtements").

- Le jalonnement
Il fait aussi partie de la mise en œuvre de la véloroute. Il est composé d’une signalisation
directionnelle, d’une signalisation de police, de signalisations touristique et de
services. Pour profiter pleinement de la véloroute, les cyclistes ont besoin d’un jalonnement
efficace. Les signalisations directionnelle et de police sont à implanter dans les deux sens.
Grâce à elles, une unité et une continuité sont assurées. La section de véloroute littorale du
Pays Bigouden Sud verra également la signalisation directionnelle traduite en breton par office
de la langue bretonne. La signalisation de police sera, elle, très utile pour sécuriser les
descentes accidentées, les routes vallonnées, les traversées de routes départementales et
certains carrefours. Elle prévient les automobilistes de la présence de cyclistes. Les
signalisations touristique et de services permettent d’indiquer aux cyclistes une aire de pique-
nique, un beau point de vue, une chapelle, etc. Le jalonnement participe à la promotion
de la véloroute,
(cf. annexe 11 : fiche technique "signalisations").

Projet de véloroute du Pays Bigouden Sud 21 Rapport général - étude de faisabilité


Septembre à décembre 2009
- La création ou l’amélioration d’aires d’arrêt
De nombreuses aires existent déjà sur l'itinéraire retenu. Il conviendra donc de les
améliorer en y ajoutant des tables, des bancs et des appuis à vélos. Des créations d’aires
d'arrêt seront également nécessaires sur les lieux propices à la pause (cf. annexes 5 et 12 : carte
générale de la répartition des aires d’arrêt ; fiche technique "aires d’arrêt").

- L’installation de stationnements
Des stationnements à vélos devront être installés auprès des offices de tourisme, des
commerces de proximité, des plages, des toilettes publiques, des aires de pique-nique, de lieux
patrimoniaux (chapelles, maison de la baie d'Audierne, musées, etc.), des sites panoramiques,
etc. L’offre de "randonnée multimodale", notamment, ne peut se concevoir sans stationnement
pour les vélos. L'existence de stationnements et d'appuis à vélos sont des preuves
que le cycliste est considéré. La présence d'un stationnement est moyen de
souhaiter la bienvenue aux vélotouristes. De plus, il est primordial que les
touristes puissent laisser leurs vélos en toute sécurité pendant la pratique d’une
autre activité et de leurs visites. L'existence de stationnements ne peut qu'encourager et
développer les déplacements à vélo et en particulier ceux utilitaires (domicile/courses,
hébergement/plage, etc.), (cf. annexes 13 et 13bis : les fiches techniques "stationnements" et
stationnements Altinnova).

- La modification de chicanes
Sur la section de Penmarc'h, l'itinéraire de la véloroute littorale empruntera un tronçon de
l'ancienne voie ferrée le train Birinik, les chicanes actuelles étant trop étroites représentent
des obstacles pour de nombreux usagers. Certes, grâce à elles le passage des véhicules
motorisés (comme les "quads") est empêché. Cependant, leur installation ne doit pas
être systématique et compliquer l'accès des personnes en fauteuil, des
tandémistes, des engins agricoles, des cyclistes tirant une remorque transportant
enfants et bagages, les véhicules de secours (cf. annexe 15 : fiche technique "chicanes").

- Les modérateurs de vitesse


Sur la section entre la pointe de la Torche et l'arrivée à Saint-Guénolé, sur la "route du vent
solaire", des modérateurs de vitesse devront être installés. De plus, au niveau de l'entrée et la
traversée de Pont-l'Abbé, ainsi qu'au niveau du rond-point de Kermaria, des systèmes pour
ralentir les voitures devront aussi être envisagés. Plusieurs types de modérateurs
existent : les plateaux (il y en a plusieurs à l'entrée de l'île Tudy et sur Combrit/Sainte-
Marine), des "coussins berlinois", des passages surélevés et aussi des "îlots centraux", (cf.
annexes 16, 17, 18, 19, 20 : fiches techniques "plateau", "coussins berlinois", "passage surélevé", "îlot
central" et "projet d'aménagement du rond-point de Kermaria de l'ATD de Pont-l'Abbé").

Projet de véloroute du Pays Bigouden Sud 22 Rapport général - étude de faisabilité


Septembre à décembre 2009
Les coûts d'entretien à intégrer dans le choix des aménagements

L’entretien des aménagements sera à la charge des communes ou de la communauté de


communes. Cette donnée est importante à intégrer pour le choix des aménagements et
notamment pour celui du revêtement. Plus un revêtement est « naturel », c’est-à-dire
laissé à l’état brut, plus son entretien est coûteux car il s’abîme plus rapidement à
cause de l’érosion, (cf. annexe 10 : fiche technique "revêtements").
À ce propos, une convention type existe depuis le 4 juillet 2005 pour les "voies vertes" et le 2
avril 2007 pour les véloroutes.

Elle sera à signer entre le conseil général et la commune ou la communauté de communes.


Cette convention définira les conditions d’entretien, de gestion courante en matière de
signalisation, du revêtement, de la végétation, des ouvrages d’art, des aires de repos, des
mobiliers divers… (cf. annexe 22 : convention type d'entretien élaborée par le conseil général du
Finistère).

Les maîtrises d’ouvrage et d’œuvre

Dans le guide de "conception des aménagements cyclables en Finistère", il est indiqué (p.13)
que le conseil général "assurera préférentiellement la maîtrise d’ouvrage du
réseau départemental structurant afin de garantir la cohérence des
aménagements et de la planification homogène de la réalisation progressive du
réseau cyclable départemental". La maîtrise d'ouvrage départementale garantira une
homogénéité d'aménagements.

La maîtrise d’ouvrage des liaisons cyclables locales qui complèteront utilement le réseau
structurant et étofferont l’offre cyclable départementale, sera, elle, souvent assurée par les
communes ou les structures intercommunales sauf sur les routes départementales, (p.14 du
guide précédemment cité).

Une fois l’étude de faisabilité validée par les élus de la communauté de communes du
Pays Bigouden Sud, la maîtrise d’ouvrage sera donc assurée par l’agence technique
départementale de Pont-l’Abbé qui a participé à l'étude de faisabilité et qui représente le
conseil général du Finistère. En revanche, la maîtrise d'œuvre se fera elle, soit en partie en
interne, soit entièrement externalisée.

Un financement communautaire et une maîtrise d’ouvrage départementale


simplifieraient l’obtention des subventions auprès du conseil général du Finistère
car un seul dossier serait à présenter. Il faudra bien entendu tenir compte de la section
de véloroute déjà aménagée en arrière dune sur la commune de Tréffiagat-Léchiagat en
partenariat avec le conseil général du Finsitère, cf. annexe 52 : extimation des coûts des travaux à
réaliser pour la section de véloroute littorale sur le Pays Bigouden sud).

Projet de véloroute du Pays Bigouden Sud 23 Rapport général - étude de faisabilité


Septembre à décembre 2009
Un cofinancement avec les conseils général et régional

En 2002, suite à l’élaboration et la validation du schéma départemental vélo du Finistère, une


enveloppe de 15 millions d’euros a été débloquée sur dix ans pour la mise en place du réseau
structurant. La communauté de communes du Pays Bigouden Sud pourra en bénéficier pour
réaliser sa section de véloroute littorale et ses itinéraires complémentaires. Certains taux de
subventions ont été simplifiés suite à la refonte du schéma vélo qui a eu lieu pendant l'année
2009. Des subventions plus importantes favoriseront la réalisation de projets de liaisons
locales. La répartition des dépenses se fait après déduction de la participation éventuelle du
conseil régional qui finance la réalisation des itinéraires interdépartementaux à hauteur de
20%.
Sous certaines conditions, d'autres financements, notamment européens, peuvent compléter
le dispositif. En tout état de cause, la participation du conseil général du Finistère est
plafonnée à 80% toutes aides confondues.
Le financement des missions d'assistance à la maîtrise d'ouvrage ne pourra excéder 5000
euros tous les 3 ans pour une même collectivité, (cf. annexe 60 : extrait de la refonte du schéma
vélo départemental).

Projet de véloroute du Pays Bigouden Sud 24 Rapport général - étude de faisabilité


Septembre à décembre 2009
Une fois le projet lancé

Sortie d'usine à Saint-Guénolé (Penmarc'h) - fond Roger-Viollet


Une fois le projet lancé

La sensibilisation des acteurs touristiques à la promotion de la véloroute

Dès que le projet de réalisation de la véloroute sera amorcé, il sera important de


commencer à sensibiliser les acteurs locaux et plus particulièrement les acteurs
touristiques, sans attendre que les travaux soient entièrement terminés. Ainsi, cela
permet de mieux anticiper un budget de communication.
Cette sensibilisation consiste à inciter à faire travailler en réseau les offices de tourisme, les
hébergeurs, les loueurs et les réparateurs de vélos, les restaurateurs, les cafetiers, les
commerces (alimentations générales, boulangeries, etc.), les compagnies de taxis, les petites
entreprises de produits du terroir, les agences de voyages, etc.
L'agence ouest Cornouaille développement (AOCD) assurera cette sensibilisation
des acteurs locaux au tourisme à vélo.

Le comité régional du tourisme (CRT) de Bretagne a déjà élaboré une démarche de promotion
des véloroutes qui sera applicable. Elle intégrera l'offre du Pays Bigouden Sud, ainsi qu’une
démarche de qualification des hébergements accueillant des vélotouristes. Le comité
départemental du tourisme (CDT) du Finistère et l’AOCD, structures qui assureront la
promotion et la commercialisation de "la Littorale", travailleront en collaboration étroite avec
CRT de Bretagne, comme elles le font déjà sur d'autres thématiques, (cf. annexes 23 et 24 :
"démarche de promotion de véloroute du CRT Bretagne" ; "référentiel de qualification des
hébergements").

Une démarche de promotion de la véloroute se consistue principalement :

- d'une sensibilisation des offices de tourisme, à considérer comme les futurs


ambassadeurs de la véloroute (par exemple, en leur rappelant les différents types de
vélotouristes et leurs attentes, en organisant des sorties sur le terrain afin que le personnel qui
accueille les touristes puisse renseigner les vélotouristes le mieux possible). Ce type d’actions
se pratique en Maine-et-Loire pour « la Loire à vélo », (cf. annexe 25 : fiche technique « accueil
des offices de tourisme et relais d’informations services ») ;

- de l’animation d’un regroupement d’acteurs touristiques (hébergeurs,


loueurs/réparateurs, compagnies de taxis, restaurateurs, associations culturelles, etc.) motivés
par un tel projet et le développement de services spécifiques pour les vélotouristes comme le
panier-repas, le portage de bagages, le retour à leur point de départ, etc. ;

Projet de véloroute du Pays Bigouden Sud 26 Rapport général - étude de faisabilité


Septembre à décembre 2009
- d'une conception de topoguides, de documents d’appel et d'un site Internet :
s’inspirer des outils promotionnels réalisés pour « la Loire à vélo », « le Luberon à vélo ». La
réalisation de ces deux topoguides a été confiée aux éditions Chamina.

- d'accueils de presse : organiser des voyages d’étude à vélo (Eductours) pour des
journalistes français et étrangers écrivant dans des magazines spécialisés en vélo, en tourisme,
en voyages, en écologie, en énergies renouvelables, dans la presse féminine (il semblerait que,
souvent, c’est ce type de magazine qui lance les nouvelles tendances, les nouvelles modes). Le
trophée du tourisme responsable 2009 de la SNCF que l'AOCD a obtenu en
octobre 2009, lui donnant accès pendant un an aux supports de communication de
la SNCF (comme le magazine TGV, son site Internet, ses supports papiers promotionnels),
pourra aussi amorcer la promotion de "la Littorale" et donc de la "véloroute ouest
Cornouaille à vélo", (cf. www.ouest-cornouaille.com et l'annexe 55 : premier article de presse dans
le Télégramme à propos du projet de véloroute en Pays Bigouden Sud).

- de l’organisation d’opérations évènementielles :


• un évènement annuel dont le point de départ pourrait changer chaque année afin que
chacune des douze communes soient valorisée. Cet événementiel vélo pourrait être associé à
un autre thème comme le vent (en Corse, à Calvi, un festival du vent se déroulent fin octobre
depuis de nombreuses années http://www.lefestivalduvent.com/) ;
Sa date pourrait coïncider avec une manifestation nationale : soit en avril, en même temps que
la Semaine du développement durable ; soit en juin, à l’occasion de la Journée nationale du vélo;
soit en septembre parallèlement aux Journées nationales du patrimoine, à la Semaine de
l’écomobilité, etc. Cet évènementiel contribuerait à développer la notoriété de la véloroute ;
• une conception d’un jeu de piste par les offices de tourisme en associant les
producteurs locaux. Les récompenses pourraient être des produits du terroir, une promenade
à cheval, une initiation à la voile ou au kayak, des places de concerts, etc. ;
Ce jeu pourrait renforcer l’attractivité de la véloroute vis-à-vis des familles venues la parcourir.
Chaque année, la thématique des énigmes à trouver pourrait changer. Une année, « l’histoire et
le patrimoine » pourraient être à l’honneur, la suivante « les contes et légendes » en partenariat
avec des compagnies de théâtre, puis la gastronomie, ... ;
• des propositions de sorties scolaires à vélo sur une journée ou sur plusieurs jours.
Les écoles du Pays Bigouden Sud pourraient travailler en réseau et organiser des sorties
intercommunales. Ces sorties pourraient donner envie à certains parents de découvrir la
véloroute à leur tour, en famille ou entre amis.

(Cf. annexe 57 : quelques clés de réussite d'une véloroute).

NB : Le réseau « vélo loisirs en Luberon » peut être dans ce domaine un bon exemple. Ce groupement
de professionnels existe depuis 1996. Il offre un ensemble de services et mobilise un panel large
d'acteurs pour faciliter les séjours à vélo en Provence. Il s’appuie sur les itinéraires entièrement fléchés
sur des petites routes tranquilles réalisés dans le Parc naturel régional du Luberon et le Pays de
Forcalquier – Montagne de Lure. Pour plus d’informations : www.veloloisirenluberon.com

Projet de véloroute du Pays Bigouden Sud 27 Rapport général - étude de faisabilité


Septembre à décembre 2009
Des atouts à renforcer et à valoriser

De nombreux atouts existent déjà sur l'itinéraire retenu.Valorisés et renforcés, ils


contribueront à la réussite et à la notoriété de cette section véloroute littorale :

- quatre loueurs/réparateurs de vélos basés à Pont-l'Abbé, Loctudy, Lesconil et au Guilvinec. En


plus de louer et/ou réparer des vélos, il faudrait les sensibiliser à louer des accessoires
complémentaires (comme des remorques enfants et bagages, des sacoches de qualité, des topo-
guides) et des vélos originaux (tandems, vélos couchés, vélos à voile, vélomobiles, etc.), à livrer
et à récupérer des vélos chez des hébergeurs, à travailler en réseau avec les autres acteurs
touristiques, etc.

- nombreux hébergements haut-de-gamme : les vélotouristes étrangers en sont friands. C'est


pourquoi les porteurs de projet de ce type d'hébergements seraient à encourager et les
propriétaires des hébergements existants à démarcher pour la mise en place de séjours à vélo
clé en main.

- proximité des plages : afin d'inciter les Bigoudens et les touristes à aller à la plage à vélo,
l'installation de stationnements est primordiale sur tous les parkings. Le système de
stationnement le plus sûr, est celui qui permet au cycliste d'attacher son vélo par le cadre, (cf.
annexes 13 et 13bis : fiche technique "stationnements" et "stationnements Altinnova").

- nombreuses sections en "site propre" : en arrière dune comme sur Combrit/Sainte-Marine,


Tréffiagat-Léchiagat, Loctudy ; le long de la mer sur Penmarc'h entre le port de Saint Guénolé
et la phare d'Eckmülh, sur Lesconil à l'arrivée sur le port et sur la digue au niveau du Stër, sur
l'Île Tudy sur la digue de Kermor, sur des chemins communaux comme sur Tréguennec et
Plomeur, etc. Ce type de voie très recherché par les vélotouristes et en particulier ceux qui le
pratiquent en famille avec des enfants, devra être indiqué dans les guides décrivant l'itinéraire
de la véloroute (site propre, voie partagée, bandes et pistes cylables). Le personnel des offices
de tourisme devra aussi être informé de cette précision afin de la communiquer.

- traversée de plusieurs bourgs et centres-villes : comme pour favoriser les déplacements


domicile/plage, des stationnements devront être répartis à côté des commerces, de l'office de
tourisme, de la bibliothèque, du cinéma, et priorité, afin d'inciter les touristes et les Bigoudens
à se déplacer à vélo sur leur lieu de séjour et de générer des retombées économiques locales.

- deux liaisons "bac + vélos" : ces possibilités d'intermodalités "bateau+vélo" (comme entre l'Île
Tudy/Loctudy et Sainte-Marine/Bénodet) constituent des atouts très forts sur un itinéraire
cyclable de moyenne et longue distance. Le touriste à vélo ou l'excurisonniste sera séduit de
pouvoir mettre son vélo sur une bateau à un endroit sur son parcours. Afin que ces liaisons
soient de véritables atouts, leurs amplitudes horaires devront être augmentées en hors-saison
ou une possibilité de réservation devra être instaurée. Pour comparaison, l'itinéraire de la
véloroute du tour de la mer du Nord, inclut plus d'une vingtaine de liaisons "bac+vélos".
Certains sont gratuits pour les piétons. Et dans ce cas le vélo est également transporté
gratuitement.

Projet de véloroute du Pays Bigouden Sud 28 Rapport général - étude de faisabilité


Septembre à décembre 2009
C’est l’intermodalité la plus facile à mettre en place et la plus pratique pour le touriste à vélo
contrairement aux bus et aux trains. Sur le pont ou dans les cales, il y a toujours de la place
pour les vélos et le cycliste peut laisser ses sacoches sur son vélo. Dans les pays nordiques ces
moyens de transport sont peu onéreux ou gratuits pour les cyclistes, (cf annexe 56 : fiche
intermodalité "bateau+vélos" de l'étude EuroVelo6).

Des circuits et des produits touristiques à développer : « le Pays Bigouden Sud à


vélo »

La véloroute littorale sur le Pays Bigouden Sud sera la base de deux types de circuits en
sachant qu'en moyenne les randonneurs à vélo parcourent 30 à 40 kilomètres par
jour, ce qui correspond à 2 à 3 heures de vélo étalées sur une journée :

- circuit en boucle au départ d'un hébergement, appelé aussi « circuit en marguerite » car les
cyclistes partent et reviennent au même endroit. Ces boucles seront à mettre en place par la
commune et/ou la communauté de communes en s'appuyant sur des itinéraires d'intérêt local.

- circuit itinérant d'un point A à un point B sur une journée ou plusieurs jours, principalement
le long du littoral. Ce parcours sous-entend que le départ et l'arrivée se font à des lieux
différents. Le retour au point de départ devra donc être anticipé avec un autre mode de
transport : en voiture + porte-vélos, en bus, en train ou en minibus suivis d'une remorque pour
transporter les vélos, comme cela se pratique pour les sorties en canoë-kayak.

Ces circuits seront promus par les offices de tourismes, l'AOCD, mais aussi par des agences de
voyages qui organisent et vendent des séjours à vélo clé en main. Par exemple, deux agences
rennaises "Open Eyes" et "Sentiers Maritimes", commercialisent déjà des séjours à vélo au
départ de Pont-l'Abbé, passant par les ports de pêche bigoudens et longeant la Baie d'Audierne
jusqu'à la pointe du Raz, (cf. annexe 21 : "agences de voyages").
Leur conception pourrait être affinée en concertation avec l’AOCD, les offices de
tourisme, les professionnels locaux (hébergeurs, restaurateurs, cafetiers, compagnies de
taxis, de bus et de bateaux, loueurs/réparateurs de vélos, etc.).

NB : La France est encore aujourd’hui considérée comme la première destination de


tourisme à vélo au niveau international. Les vélotouristes qui viennent en France sont
majoritairement de nationalité étrangère, et plus précisément d’Europe du Nord. Cela
étant dit, depuis cinq ans, le tourisme à vélo semble devenir de plus en plus attractif
pour les Français. On le remarque l’été, en observant de nombreuses voitures
transportant des vélos (sur la galerie ou derrière le coffre). Il y a même des voitures qui
intègrent d’origine des accessoires pour transporter des vélos. Il est important de
renoncer aux préjugés laissant croire que seuls les Hollandais, les Allemands, les Suisses,
les Belges, les Américains et les Canadiens peuvent faire du vélo pendant leurs vacances
et au quotidien. La pratique du vélo n’est pas génétique ou culturelle.
D’ailleurs, les agences de voyages proposant des séjours à vélo ont noté que de plus en
plus de Français, en famille, entre amis et en couple, les sollicitaient pour des séjours
itinérants à vélo, pendant leurs vacances.

Projet de véloroute du Pays Bigouden Sud 29 Rapport général - étude de faisabilité


Septembre à décembre 2009
La mission d’étude

Marie Rocher, chargée de mission, en repérage sur l’eurovéloroute du tour de la mer du Nord,
sur une plage au Danemark, en partenariat avec la région Pays de la Loire.
La mission d’étude

Le contexte de la mission

En 2002, le conseil général du Finistère réalise un schéma d’aménagements


cyclables à l’échelle départementale. Sur le volet "vélo-loisir", des itinéraires structurants
et des liaisons locales ont été définis. L’un des buts de la mise en place de ces itinéraires est de
développer le tourisme à vélo pour générer des retombées économiques locales et susciter
des initiatives de prestataires privés.
La véloroute du Pays Bigouden Sud, comme celle du Cap Sizun, constitueront une partie de "la
Littorale", itinéraire structurant pour le département du Finistère, mais aussi pour la région
Bretagne.

Pour amorcer et favoriser la mise en œuvre de ce schéma vélo, le conseil général du Finistère
a élaboré et édité en 2006 deux guides de recommandations : un sur la signalisation et un
autre sur la conception des aménagements cyclables. Ces guides auxquels nous nous sommes
référés, s’adressent à toutes les collectivités territoriales qui s’engagent dans la réalisation des
aménagements cyclables et en particulier aux agences techniques départementales (ATD) qui
assureront la maîtrise d’ouvrage du schéma vélo, en tant représentant du conseil général du
Finistère.

Début 2009, le conseil général du Finistère a lancé une refonte de ce schéma vélo
afin que celui-ci réponde au mieux aux enjeux et orientations de son Agenda 21 :
préserver le cadre de vie, renforcer l’image du Finistère, ouvrir le territoire, aménager un
territoire équilibré et attractif, contribuer à l’adaptation de l’économie départementale, etc.
Cette refonte a été validée mi-décembre 2009, (cf. annexes 27 et 60 : extraits Agenda 21 du
conseil général du Finistère et extraits de la refonte du schéma vélo départemental).

Sa création

De janvier à juillet 2009, une étude de faisabilité pour mettre en place une véloroute autour
du Cap Sizun a été réalisée à la demande de la communauté de communes du Cap Sizun. La
section littorale de cette véloroute équivaudra à une partie de l'itinéraire départemental
structurant, "la Littorale", il était donc évident pour la communauté de communes du Pays
Bigouden Sud d'engager une étude similaire pour assurer la continuité sur son territoire et en
même temps pour avancer le projet "ouest Cornouaille à vélo".

C’est la raison pour laquelle une mission pour réaliser cette étude fut créée en septembre
2009.

Projet de véloroute du Pays Bigouden Sud 31 Rapport général - étude de faisabilité


Septembre à décembre 2009
Ses caractéristiques

Sa durée : 4 mois, du 2 septembre au 31 décembre 2009.


Son financement : 55 % fonds européens (Leader) et 45 % communauté de communes du Pays
Bigouden Sud, (cf. annexe 26 : programme Leader).
Son contenu : définir un tracé, déterminer les besoins en aménagements et en jalonnements,
estimer leurs coûts, synthétiser l’étude sous forme de rapport et autres documents.

Son contenu, son déroulement et sa restitution

La principale finalité de cette mission était de définir un projet de tracé pour la véloroute en
priorité littorale avec les douze communes du Pays Bigouden Sud, en attirant leur attention sur
les enjeux d'un tel projet et les conditions à respecter pour y intéresser un large public.
Le projet de tracé de véloroute retenu est considéré comme optimal, parce qu'il emprunte le
moins possible d'axes à fort trafic, comme les routes départementales. Il permet ainsi une
pratique sécurisé, et donc agréable, en famille et entre amis. Et il offre une variété de
paysages côtiers et une découverte du patrimoine tout en respectant les zones
protégées par le conservatoire du littoral, Natura 2000 et de la servitude du
passage piéton sur le littoral (SPPL).

Les travaux qui seront à réaliser ne seront pas très onéreux parce que l'itinéraire emprunte
essentiellement des routes et des chemins déjà existants et aucune création de bandes et de
pistes cyclables, très coûteuses, ne sera nécessaire.

De plus, ce projet de tracé tient compte du potentiel existant tant au niveau des services de
proximité (commerces, hébergements, restaurants, cafés, etc.), situés dans les centres bourgs
et villes, qu'au niveau des équipements comme les parkings, les aires de pique-nique, les points
d'eau et les toilettes publiques, du patrimoine naturel, culturel, architectural, des panoramas
bigoudens incontournables comme les points de vue sur la baie d'Audierne et depuis les ports
et le phare d'Eckmülh, les rochers de Saint-Guénolé, la pointe de la Torche, etc. Ces panoramas
sur la mer sont primordiaux sur une telle section de véloroute qui correspondra à une partie
de "la Littorale départementale", (cf. annexes 3, 4, 5, 6, 7, 8 : les cartes générales format A3,
déclinées respectivement sous les thémathiques suivantes : types d'itinéraires, types de voies,
répartition des aires d'arrêt, des hébergements, des toilettes et des points d'eau, types de travaux à
réaliser).

Pour définir ce projet de tracé , plusieurs repérages à vélo, à pied et en voiture ont été
nécessaires avec Marc Le Lay, technicien à l'agence technique départementale de Pont-l'Abbé
(ATD) qui avait déjà travaillé sur ce projet en 2007 avec Nadia Le Loch, responsable du bureau
d'études de l'ATD de Pont-l'Abbé, avec des élus des communes et des agents du conseil
général du Finistère.

Ces sorties sur le terrain ont permi d'affiner l'itinéraire en concertation avec les communes
mais également le conservatoire du littoral, de faire l'inventaire des aires d'arrêt existantes, des
atouts, des toilettes publiques et des points d'eau, de répertorier les endroits où installer des
stationnements à vélos.
Projet de véloroute du Pays Bigouden Sud 32 Rapport général - étude de faisabilité
Septembre à décembre 2009
Ensuite, en partenariat avec l’agence technique départementale de Pont-l'Abbé (ATD), des
préconisations de travaux ont été proposées, tenant compte des indications des guides
départementaux, "conception et signalisation des aménagements cyclables en Finistère", des
réalisations de véloroutes françaises et étrangères, de l’entretien des aménagements.

Ainsi, une estimation des coûts a été élaborée, en intégrant les subventions du
conseil général du Finistère, non actualisées vis à vis de la récente refonte du
schéma vélo. Pour certains coûts, l’agence technique départementale (ATD) de Pont-l’Abbé,
s’est basée sur des ratios, cf. annexes 9 et 52 : subventions affectées aux itinéraires cyclables sur le
Pays Bigouden Sud et le tableau récapitulatif à propos de l'estimation financière du coût de
réalisation.

Afin de mieux visualiser le projet de tracé général de la véloroute du Pays Bigouden Sud et, sur
chacune des communes, son potentiel existant en aires d’arrêt, toilettes, points d’eau,
hébergements, les travaux à réaliser, le montant des subventions en fonction des tronçons, des
cartes ont été confectionnées à l’aide du logiciel GVSig.

La restitution de cette étude de faisabilité se compose donc de ce rapport général


retraçant les grandes lignes et les enjeux de la véloroute du Pays Bigouden Sud et
de 60 annexes.
Ces annexes comprennent :
- les 7 cartes générales du projet de véloroute en format A3 : annexe 3 : types d'itinéraires,
annexe 4 : types de voies, annexe 5 : potentiel des aires d'arrêt, annexe 6 : potentiel des hébergements,
annexe 7 : potentiel des toilettes et des points d'eau, annexe 8 : types de travaux, annexe 9 :
subventions du conseil général du Finistère,
- un document spécifique à chacune des douze communes constitué d'une carte et d'une
description de leur section d’itinéraire à aménager, cf. annexe 28 et 28bis : cartes de la section
sur la commune de Combrit/Sainte-Marine, annexe 29 : carte de la section sur la commune de l'Île
Tudy, annexe 30 : carte de la section sur la commune du Guilvinec, annexe 31 : carte de la section sur
la commune de Loctudy, annexe 32 : carte de la section sur la commune de Penmarc'h, annexe 33 :
carte de la section sur la commune de Plobannalec-Lesconil, annexe 34 : carte de la section sur la
commune de Plomeur, annexe 35 : carte de la section sur la commune de Pont-l'Abbé, annexe 36 :
carte de la section sur la commune de Saint-Jean-Trolimon, annexe 37 : carte de la section sur la
commune de Tréffiagat, annexe 38 : carte de la section sur la commune de Tréguennec, annexe 39 :
description de la section sur la commune de Tréméoc, annexe 40 : description de la section sur la
commune de Combrit/Sainte-Marine, annexe 41 : description de la section sur la commune de l'Île
Tudy, annexe 42 : description de la section sur la commune du Guilvinec, annexe 43 : description de la
section sur la commune de Loctudy, annexe 44 : description de la section sur la commune de
Penmarc'h, annexe 45 : description de la section sur la commune de Plobannalec-Lesconil, annexe 46 :
description de la section sur la commune de Plomeur, annexe 47 : description de la section sur la
commune de Pont-l'Abbé, annexe 48 : description de la section sur la commune de Saint-Jean-Trolimon,
annexe 49 : description de la section sur la commune de Tréffiagat ; annexe 50 : description de la
section sur la commune de Tréguennec ; annexe 51 : description de la section sur la commune de
Tréméoc ;

Projet de véloroute du Pays Bigouden Sud 33 Rapport général - étude de faisabilité


Septembre à décembre 2009
- 28 fiches techniques précisant le contenu de certains aménagements qui seront à réaliser et
leur financement, correspondant à des extraits d’études sur d’autres véloroutes et des
démarches de valoristation et de promotion de véloroutes menées au niveau régional ;
- 1 estimation financière du coût de réalisation (annexe 52) ;
- 1 article de presse paru dans le Télégramme le 30 octobre 2009 (annexe 55).

En plus de ces supports papiers, un disque compact regroupe tous les documents ci-dessus en
format numérique, un reportage photos illustre le tracé de l'ancien train Birinik qui pourrait
être réhabilité en véloroute, complémentaire à "la Littorale" et un document présentant le
projet "ouest Cornouaille à vélo".

En plus de ces restitutions, des réunions ont rythmé l’étude :


- une avec l'agence techniques départementale de Pont l'Abbé pour faire l'état des lieux des
études déjà réalisées,
- une avec le conservatoire du littoral et le SIVU de la baie d'Audierne.
- une avec la "commission aménagement" de la communauté de communes du Pays Bigouden
Sud,
- une avec le directeur des agences techniques départementales du conseil général du Finistère.
- deux avec le bureau communautaire du Pays Bigouden Sud.

Cette étude de faisabilité apporte les éléments nécessaires à la communauté de


communes du Pays Bigouden Sud pour que celle-ci puisse se positionner sur la
mise en œuvre de ce projet de véloroute.
Si les élus décident de le concrétiser, ils devront choisir la formule de financement
et du suivi de maîtrise d'ouvrage la plus satisfaisante, communal ou
communautaire. Ce choix devra s’effectuer en concertation avec le conseil
général du Finistère qui finance à hauteur de 80% la section littorale de ce projet
de véloroute. Puis un dossier de demande de subventions devra être établi et
envoyé au conseil général.
La réalisation de cette section de véloroute littorale gagnera en attractivité et en
notoriété, si des itinéraires à l'intérieur des terres sont réalisés ou améliorés et y
sont connectés, comme le train Birinik, la section de "voie verte" entre Pont-
l'Abbé/Quimper, etc. A ce propos, les nouveaux taux de subventions affectés aux
itinéraires d'intérêt local, 50% au lieu de 30%, ne pourront qu'inciter leur
réalisation.

Projet de véloroute du Pays Bigouden Sud 34 Rapport général - étude de faisabilité


Septembre à décembre 2009
Remerciements

Jean-Paul Stanzel, Président de la communauté de communes du Pays


bigouden sud ;
Vincent Gaonac'h,Vice-Président de la communauté de communes du
Pays bigouden sud et responsable de la commission "Aménagement";
Chantal Simon-Guillou, 1ère Vice-Présidente du conseil général du
Finistère ;
Françoise Féat, Directrice de la communauté de communes du Pays
bigouden sud ;
Yves Gouelo, Responsable de l'action économique au sein de la
communauté de communes du Pays bigouden sud ;
Olga Ansellem, Directrice de l’agence ouest Cornouaille développement ;
Marc Le Lay,Technicien au bureau d'études au sein de l’agence technique
départementale de Pont-l'Abbé ;
Nadia Le Loch, Responsable du bureau d'études de l'agence technique
départementale de Pont-l'Abbé ;
André Roussel, Directeur de l’agence technique départementale de Pont-
l’Abbé ;
Jean-Marie Lucas, Directeur des agences techniques départementales du
conseil général du Finistère.

Projet de véloroute du Pays Bigouden Sud 35 Rapport général - étude de faisabilité


Septembre à décembre 2009