Vous êtes sur la page 1sur 359
cottrerion mtmento ¢ FORMULAIRE | DU BETON ARME ELEMENTS DE CALCUL INTERFACE BETON ARME/CHARPENTES METALLIQUES Régles BAEL 91 Evrocode 2 Ragles parosismiques 92 VICTOR DAVIDOVIC! ECHNIau: eV C33. 5 OAY ex 3 1 piesident d'honneur de 'Association rangaise du génie porosismique ‘Membre ossocié du Conseil général des Ponts &t Chovastes Conseiler en génie sismique de socoree Préface de Yves LE SELLIN PrésidentDirecteur général de socorec SBEQOS > © \SENNES~ \ I BiBy D Nyse ZA sleau de correspondance BAEL 91 - Formulaire 13 Données 7 — Notations 7 —Unités de mesure 8 = Charges (actions) 20 |, 3.1 — Cherges permonentes (octions permonentes) 20 | 2.2 — Charges variables (¢'expoitation) 23 | 3.3 — Charges occidentelles 30 |— Sollicitations de calcul (combinaison d’action) a1 14.1 -- Soliciiotions de colul viréis des Gots limites vlimes, ELU 92 14:11 — Combinoisons fondomentoles 32 = Pontsroutes 33 — Batiments 3 | 4.1.2 — Combinoisons occiderteles 36 | 42 — Sollcitotions de coleul visévis des étots limites de service, ES 36 14.2.1 — Pontsroutes Fg 1.4.2.2 — Betiments 2 5 —Coractéristiques du béton 38 1.5.1 —Résistonces coractérstiques 38 |. 5.2 — Diagramme conirainterdéformations 9 |. 5.3 — Modules de déformation longitudinole 2 | $. — Medule de déformation transversole coefficient de Foisson 43 |. 5.5 — Betons & havies performances (BHP) ae 5—Coractéristiques des aciers 4s 1.6.1 — Résislnces coroctérisiques a |. 6.2 — Diogramme contraintesdéformetions “8 1.6.3 — Module ¢'lostcié “8 + Caleul du béton armé “7 | —Hypothéses de calcul 9 11-11 — Eto limite ubime de résistonce “6 1. 1.2 —Eitas limites de service visé-vis de lo durobilité de lo structure 50 1.1.2.1 — Etat limite de compression du béton 31 I 1.2.2 — Ett limite d'ovvervre des fissures 31 2— Diagramme des déformations de la section : pivots sa 3—Caleul des sections en traction simple 7 1, 3.1 — Condition de nonrogité 7 1, 3.2 — Daterminotion des armotures longitudinoles 7 13.2.1 — Cos 0f fa fissuration est peu préjudiciable 37 Il, 3.2.2 — Cas 03 la fissuration est préjudicioble 58 Re ‘5 ou monneur, 1996 = Cos oi lo fissuration est trés préjclicible 1 3.3 — Détermination de la section du béton 1) 4—Coleul des sections en flexion simple i 4.1 — Sections rectangulaires, ELU 114.11 — Efforts équilbrés por le béton il 4.1.2 —Coleul de fa section des ormotures il 4.1.3 — Méthode pratique de colcu! — Section sons ormature comprimée — Section avec armature comprimée 1 4.1.4 — Méthode opprochée pour la déterminalion des ormotures i, 4.2 — Sections rectongulaires ~ ELS I, 4.2.1 — Sections sons armature comprim i, 4.2.2 — Sections avec ermotures comprimées 4.3 — Sections en 7. ELU 14.3.1 — Efforts équilibrs por le béton. Section des ormotures 1 4.3 2 — Méthode opprochée pour la détermination des ormotres Il 4.4 — Sections en T. ELS 5 —Caleul des sections rectangulaires en flexion composée 1.5.1 = Coleul EWU 115.1.) — Sections entiérement tendves il 5.1.2 — Sections portelement comprimées 1 5.1.3 — Sections entéremen! comprimées 1) 5.12 — EIU, Aboques pour le cole! des sections rectonguleires en flexion simple ov composée ‘Aboques dinteraction 1 5.2 —Coleul &1S I 5.2.] — Sections entiérement comprimées 1 5.2.2 — Sections portiellement comprimées = Sections entigvementYerdues = ELS. Tobleaux pour le colev des sections rectonguloires en flexion composée |i 6— Calcul des sections circulaires pleines en flexion composée 116.1 — Coleul E1U, eboques d'interoction Ul 6.2 — Coleul EIS, emplei des tobleaux | 7 —Flambement - Etat limite de stabilité de forme 052 052 1.7.1 —Combinaisons d'octions 1 7.2 —Longueur de flombement. Eloncement 1.7.2.1 —Longueur de flambement 1.7.2.2 —Eloncement 1. 7.2.3 — Verification des lioisons i, 7.2.4 — Cos des batiments couronts il 7.3 — Cos des poteoux peu élancés 17.4 — Mathode générole de calcul I 7.4.1 — Hypothéses de colcul — Imperfection géomérique = Cole des sections 1. 7.4.2 — Méthode de coku! 17.4.3 — Utilisation des ebaques Caren 11.7.5 — Programmes de coleul av flambement se 3° 3° 3° 60 ol 3 6 ry 66 re 68 70 80 80 82 83 86 Be be 8 a oa 108 108 108 107 108 1.7.5.1 = Programme Tice 1.7.5.2 — Programme Stasos |). £ — Calcul des poteaux en compression « centrée » batiments courants I: 8.1 —Domaine d'opplication ll, 8.2 —Méthode de caleul ll, 9—Caleul des sections 4 l’effort tranchant 1.9.1 —Coleul des poutres 6 I'effort ranchant 1. 9.1.1 — Contrainte tongente ultime 11. 9.1.2 — Etat limite ultime des armotures d’éme li. 9.1.3 — Tableaux pour le calcul de la section des armatures d’éme 1, 9.2 — Ragle des coutures généralisée ll. 10 —Caleul des sections Ia torsion 1 10.1 —Contraintes tangentes de torsion li, 10.2 — Verificotion des contraintes tangentes li, 10.3 —Détermination des armatures | — Calcul des fléches, déformations 11.1 — Calcul des sollicitations ll 11.2 —Caleul des courbures. Rigidité 6 lo flexion 11.2.1 — Hypothéses de calcu! 8. 11.2.2 — Méthode de calcu! Ii. 11.3 —Méthodes opplicables oux planchers des batiments courants li. 11.3.1 — Cas 0d fo vérification de lo fléche nest pos nécessoire 3.2 — Evaluation des fleches 3.3 — Verification d'un ploncher supportant des cloisons Hi. 11.3.4 — Voleurs limites des Aéches X |, 12 —Effets des variations linéaires Il. 12.1 —Effets dans le sens horizontal 1. 12.2 —Effets dons le sens vertical Wau au Ill, Association acier-béton Wi, | — Adhérence Il, 2 — Anerage et recouvrement des barres Ill 2.1 — Contrainte d'adhérence Il 2.2 — Ancrages droits Ui, 2.2.1 — longueur de scellement droit Il, 2.2.2 — Recouvrement des borres tendve: II 2.2.3 — Recouvrement des bares comprimées Il, 2.2.4 — Armatures de couture ll 2.3 — Ancrages courbes Ii, 2.3.1 — Coleul des ancroges courbes Wl, 2.3.2 — Crochets normaux lil 2.3.3 —Jonetion de barres munies de crochets li, 2.3.4 — Armatures de couture Il, 2.3.5 — Dispositions constuctives ll, 3 — Entrainement des barres 147 147 148 153 153 154 155 156 7 178 179 179 180 184 185 185 185 186 188 188 189 197 198 198 200 204 205 205 206 206 207 207 209 210 210 213 213 216 217 217 217 221 i 4 —Anerage et entrainement des treillis soudés 222 ii 2.1 — Ancrages des trellis soudés 223 ill 4.2 — Jonetion por recouvrement 223 i, 4.3 —Eniroinement des trellis soudés 224 i, 5 — Protection des armatures — Possibilité de bétonnage correct 224 Il, 5.1 — Protection des armatures 225 i, 5.2 — Possibilité de bétonnage correct 225 Il 5.2.1 — Enrobage des ormotures 225 Ill, 5.2.2 — Distance verticale entre deux armatures 225 lil, 5.2.3 — Distance horizontale entre deux ormatures 225 i, 5.2.4 — Dispositions diverses 227 il 6— Scellements des barres dans le béton existent 232 il. 6.1 — Domaine d’application 232 Il, 6.2 — Dimensionnement des trous 232 Il, 6.3 — Réclisation des scellements 235 Vv. positions particuliéres & certains éléments .. 237 \V. 1— Poteaux 237 IV. 1.1 —Justification des poteoux 237 WV. 1.1.1 — Cos général des structures. Coleu! sur ordinateur... 237 WV. 1.1.2 — Bétiments courants 238 — Domeine d’epplication 238 — Délermination des efforts vericoux 239 — Détermination des efforts horizontaux. Cos des portiques . 240 IV. 1.1.3 — Détermination des armatures 240 IV, 1.2 — Dimensions minimoles 241 IV. 1.3 —Armatures longitudinales 241 IV, 1.4 — Armotures tronsversales 243 IV. 1.5 — Détoils de ferrailloge 244 \v, 2— Poutres 249 WV. 2.1 —Caleul des sollicitations 249 IV. 2.1.1 — Cos général des structures, Colcul sur ordinateur 249 WV. 2.1.2 — Méthode forfaitaire 249 IV. 2.1.3 — Méthode Cagvor 252 IV, 2.2 — Définition des portées 254 IV. 2.3 — Définition des sections 256 IV. 2.4 — Armatures longitudinales 258 IV. 2.4.1 — Calcul et dispositions des armatures 258 IV. 2.4.2 — Condition de nonsrogilité 259 IV. 2.4.3 — Pourcentage minimal, cas des bétiments courants 259 IV. 2.4.4 — Dispositions consiructives 260 IV, 2.5 — Armatures transversoles 261 IV. 2.5.1 — Justfications ov voisinage des oppuis 261 WW. 2.5.2 — Disposition des ormotures tronsversales 263 IV, 2.6 — Verifications au droit des oppuis 264 IV. 2.6.1 — Appui simple d’about 264 IV, 2.6.2 — Appui intermédiaire 267 WV. 2.7 — Dispositions diverses 268 IV. 2.7.1 —Poutres en Té, liaison tablenervure 268 WV. 2.7.2 — Poutres 6 talon 270 IV. 2.7.3 — Poute sur un poteau lorge 270 IV. 2.7.4 — Croisement de poutres 272 = Neeuds poutre-poteau ~ = = Poutres continues de havteurs différentes ~ Poutres 6 niveaux differents ~ : = Poutres non clignées = = 5 Réservetions dons les poutres sollictations — Dolles portant dans une direction + — Dalles portant dons deux directions ‘de déformation. Epoisseur minimole -zs longitudinoles Sy" Condition de nontrogilé. Pourcentoge minimal 1! — Coleul direct de la section des armatures principales. Tobleaux ce dolles et poutres-dalles & l'effort tranchant W.3.4— 5 des ormotures Ny 3g tess svalisées [condition de non-poingonnement \v, 4—Planchers ¢ W.Al—s Vi42— “hexion, prédolles sur 2 oppuis “flexion, prédalles sur 3 ov 4 oppuis — Plonchers avec prédolles uniques ou sons joints = Planchers avec joints entre prédolles = Dalles avec armatures de répartition disposées dans les prédalles — Dalles avec armatures de répartition disposées cov-dessus des prédolles + — Prédalles sur 3 oppuis porteurs + Velfort iranchant — justifications sous sollicitations fangentes —Tronsmission des charges aux oppuis <3 diverses "= Déformations —Poingonnement 5} — Encorbellements 2} — Bords libres — Teémies 3 parasismiques = fonction diophragme / poulre-ou-vent + — Fonction liaison Iv, 5 —Planchers ¢ evtelles préfabriqué: V.5..—aree — Domaine dopplication 2: = Types des planchers exion — Planchers 2 = Hourdis effort tranchant J llicison entre pourrlles préfabriquées et béton coulé en place © — Verification 6 effort tranchont de la nerwure rendue monolithe 5 — Verification des conditions d’oppui des planchers W. 46— 298 300 301 301 301 302 307 307 308 308 309 309 310 301 313 315 315 318 315 318 318 322 322 322 324 324 IV. 5.4 — Calcul des déformations 325 IV. 5.5 — Dispositions diverses 327 1, 5.5.1 — Charges concentées. Solidarisation tronsversole 327 WV. 5.5.2 — Encorbellement 328 'V. 5.5.3 — Bords libres 330 N.S. — Trémies et chevétres 330 IV. 5.6 — Dispositions porosismiques 33) \V. 5.6.1 — Fonction diophrogme / poutre-au-vent 331 'V. 5.6.2 — Fonction liaison 333 V. Interface béton armé - charpente métallique ou équipement 337 V, 1 —Généralités 337 V. 2—Pressions localisées 338 V. 2.1 — Diffusion des contraintes et principes des dispositions d'ormotures 339 V. 2.2 —Contraintes limites de compression 3a3 V. d= Interfaces : poteaux métalliques et fondations 34s V. 3.1 —Eléments d’oncrage 345 V. 3.2 —Ancrages des poteaux 351 V, 4 — Interfaces : piéces métalliques (ou équipement et surfaces verticales 359 V. 4,1 — Elements d'encrage 359 V, 4.2 — Ancroges des piéces 361 V, 5 — Interfaces : piéces métalliques (ou équipement) et sous-faces ou surfaces des planchers 365 V. 5.1 —Elaments d’ancroge 365 V. 5.2 —Ancrages des piéces 355 V. 6—Réservations : réalisation et remplissage 365 388 V. 7 —Fixations Tableau de correspondance VOLUME 1 Ge tableau permet de faire la correspondance entre les références régles BAEL 91, normes NF EC 2, PS 92, BPEL 91 et le paragraphe et la page oi la référence est mentionnée. NORMES NF . NORMES NF REGLES EC? FORMULAIRE REGLES EC? FORMULAIRE BAEL 91 Ps 92 VOLUME 1 BAEL 91 Ps 92 VOLUME 1 BPEL 91 BPEL 91 ATT Tap 2 Aate Wisp 257 | [RFF 06008276 27 Aa? W 2227p. 259 _| TRF COOTS__ [12 3/p. 30 AazI Ties? | ——]NFF92701___|1 3 3/p 30 RaaD Tétpe 46 | aid Tip & Raa? Tips) ARAM T5.17p 39 Aaa3 Tie Se i ADD [NFPISOVO/2 12) 5 1/p 38 RaaaT Tip 39 ADI1S [NFP ISOIO/&1.2[1 5 17p. 38 AaaS 1721 /p 17 ADD T5/p a2 AaaS Tarp. 139 ADI 22 [BRLOW/21S! |i 3 W/p 20 Aga 17 17 REL [BRL OVAnI/32 [1317p 20 Aaa 17 17 EYarD 1737p 1 |[Aae2 1727p aT Rais 1347p 3 Aaa 172 17p. 141 Az22 Te1/p a7 Reese Tele ae ESE 1 62/p 48 Aas 1127p 50 = [NFA SSO1S__| 6/p 45 Aas 1127p. 50 = [RFAasOTe | 6/p 45 RaS2 T1217p. 51 = ]NFAS5O19 | 67h 46 AaS3 1122p. 51 TNFR 35022 [6p 46 AaSo0 TV 22/p. 52 AST T37p 20 AaS2 Toile. 7 AaLI T3.2/p 28 Aa S,325 T122/p. 52 ARLZ Tale. 20 Aa 5.33 T122/p. 52 ALT T3/p 2 Aa533 1322/6, 56 ASST [NFP OSOOT |i 32/p. 24 AaS.34 T122/p.53 Raise [NFFOSOOT | 32/p. 24 AaS,o T323/p. 58 Ra? 13/6 20 Aa Se W244/p 200 AS25 W.3/p. 280 Ago Tip. 182 Aa2S W36/p 22 |[A4OT 1117p. 165 Aga22 [PS 92781 Tal 2/p 36 |[ASO.11 T1i227p, 186 AalT W2.a/p. 256 |[A46,12 Tia T/p 186 AaL? W 1 4/p 243 |[Aa&6.12 11 22/p 17 RET 2a 257 [AS Top 155 13 NORMES NF . NORMES NF récues rc? FORMULAIRE RéGLES FC2 FORMULAIRE BAEL 91 Ps 92 VOLUME 1 BAEL 91 Ps 92 VOUME 1 BPEL 91 BPEL 91 ASE WaS.7p 201 _| [ROL 253 H233/p 217 ASAI TOL /p 154 |[AS1254 i 23-A/p B17 AS.1213 19.11 /p. 154 |[A6 1,255 _ W2.3.5/p. 22) ASL2 1 912/p. 156 |[A61S W 3/p 221 ASL W25.2/p 203 _|[AG2 Wé/p. 222 A512 1 9.12/p. 155 |[AG21 W4/p 222 A513 W.25.1/p 262 |[A62.2 W2.17p. 223 A.5.1,31 W. 2.6.1/p. 264 A622 Mh 4.2/p. 223 ASTID W.26.1/p 204 |[AG2S M2 3/p. 224 ASISIS W.26.1/p.267 _||A7 Te S7p. 226 ASAI W20.2/p 207 _|[A71 WS Wp. 205 ASAI W20.2/p. 208 |[A72 WS 2/p 225 ASL Iz W202%/p. 208 _|[A72.1 WS 2.4/p 207 AS2 W3é/p. 269 [A722 W S.2d/p. 227 A528 W.34/p 289 |[A72.2 W25.2/p. 268 A522 Wdo/p 21 |[A72.4 WSR 17p. 205 A523 W36/p 294 | [A725 W S.22/p 225 ASS, T92/p 77 ||A72.6 iW 52.3/p. 205 ASS. 110.3/p.180 | [A722 W 23.5/p. 220 A5S2 1 92/p.177__|[A74S W23.5/p 221 A532 W.27.1/p. 268 |[ABI. W_13/p 241 ASS2 W272/p 270 |[AB1.2 W 13/240 AS3a 1 92/p.177__||AB2T W1.3/p. 242 A533 W4a.1/p. 301 _|[AB1.22 W13/p, 242 ASA 1107p. 178 ABA W15/p. 267 A542 1 10.1/p 179 |[AB.1.3 W 1a/p. 263 Asaz 1 10.1/p 179 |[AB231 W3.17p 261 R54 22 T10.17p.179 -|[Ab2.32 W.3.11/p. 281 asas T10.2/p. 179 _|[AB2.41 W 33.1/p 264 ASae 1 103/p. 180 |[AB2.a2 W357p. 201 Ao Wl. 1/p. 205 A82.43 WN. 35/p. 291 Con W217p.206 {ABS W284 /p. 260 AoLa 2217p, 208 |[ABA V2 7p 338 AGLZ W22/p 207 |[ABAI2 V.2.2/p. 343 AGlz2 H22.17p 208 |[B11 RFP ISOIO/ET AI S.17p. 38 AG122 W 2217p. 208 |[B.27 W. 1127p. 238 KO.1223 Wl 2.2.2/p. 209 (B21 W.2.12/p. 249 A6.1,23 W. 2.2.4/p. 210 B24 Ul. 1.2.2/p. $2 A612 W22.3/p.210 |[B24 W122/p. 53 KG124 [PSO2/11.312 |W. 1.3/p. 242 B24 W.2.1.2/p. 250 ROT W23/p.213 _|[B5 T127p.198 AG1251 W 233/217 _|[850 1127p. 199 A6.1,252 23.5/p 217 |[65.1 1 1217p. 200 AG1.253 W232/p.210 |[BS3 TZA/p. 202 4 € PURICATIONS Ov MONITEUR, 1680 Tobleay de correspondance , NORMES NF 7 NORMES NF REGLES £2 FORMULAIRE récies Fe FORMULAE BAEL 91 Ps92 VOLUME 1 BAEL 91 Ps 92 ‘VOLUME 1 BPEL91 BPEL 91 Sat Tale zor (6763 W.42.2/p. 305, 3532 T121/p 202 _|[B704 W.45.2/p. 308 533 T12.1/p 203_|[BE1.0 W112/p. 238 Belt W2.2/p. 254 = [SET [W127 6. 247 O12 TaN /p 38 = [ow 2817421 [WW 12/p. 241 Bol TELA /p. 35 = [927A __[W1.2/p. 281 PEs] Tan Wp 35 (e811 W1127p. 259 662,20 Wat Wp 249 |[B812 W.1.12/p, 240 862.21 1 2.1.1/p. 269 _|[B8.2.10 1 8./p. 147 862.210 W2.12/p 249 _|[B62.11 W112/p. 236 BO222 T211/p 249 _|[B62.11 W.212/p, 250 362.220 Te 2.1.3/p. 252 _||B62.12 Tale. 35 862201 1 2.1a/p 252 |[B82.12 W1\2/p. 236 362.30 Za i/p 258 |[e8212 W. 2127p 250, Roza 2a1/p 258 _|[683 1 724/p. 139 BO232 Waa l/p 250 [632 17.24/p. 139 Boa [w 2427p 259 _|[B835 1724/7 p 139 Boe [e 2437p 259 _|[683. 1724] p 139 B65 Tia7p 168 (6847 Tale 7 | BOS. T1317 168 |[B847 Te2/p 14s | O52 T 1132/9 189 _|[69.2 VW7p. 337 BOSS T1V34/p 198 B61 Waa /p 260 ANNEXES B62 W244/p 200 [D1 1A1 T3376 30 Boz WF 252/p 263_|[O1221 T32/p 26 BO72 W27\/p 209 _|[D.1.221 Tap 31 Boe WS.12/p 315 _|[O12.22 T32/p 26 Bee.att W S3.1/p 322 _|[012.22 Tae. 31 BOeaTe WS2.1/p aie [02 Té7p. 3 Beeals WS32/p 32 [0211 Tele 33 Boea17 W517. 923 _|[D 212 T22.1/p. 37 8o8e2 W5.12/p 316_|[D22.1 TALI/p. 34 868421 W.53.1/p. 323_|[0.22.2 Ta22/p. 37 868423 W. 522/322 _|[E13 W.24.1/p. 256 868,426 W.54/p 325 ||? W.2.13/p. 252 B71 W.3.11/p 261 |/€3 W.3.1.2/p. 282 B72 W. 35/6201 |[E7 1 757p.125__| 722 W, 32/p.263__|[e7.1.21 T75/p 45 | B74 W3a./p 264 |[672 T75/p165 | B75 W32/p. 262 [E732 1757p 145 8760 W.41/p. 206 |[E74 T75/p145 | 8761 W.4.1/p. 295 1 876211 WA2/p, 296 i 87628 W. 4417p 301 | 1s NORMES NF C2 FORMULARE Ps 92 ‘VOLUME 1 BPEL 9 cia WS. I/p 31S cA WS.12/p. 315 CAT 1043 W52/p 316 rr, ws2i/p 318 CF I/105.5 W521 7p. 320 CHI/105.6 W5S2/p. 326 a V5.5.1/p. 327 Cae 1v.5.3.3/p. 325 cri W5e/p 331 GAVTIDI [SOOT [WSO Vp. 331 orN22 W5.O2%p 395 aa Wit 2/p. 295 CIOS. Wa3/p 298 (CAT IZAIOS Wa5.17p 307 7 a V.2.5.2/p. 308 aa ear V.4.4.2/p, 303 CL [ps ozsies v4.6/p. 311 CH) aa nea V4.5.3/p. 308 Cry Se v.£.5.5/p. 309 CW Stee 11 N.e3.1./p, 297 TE Sen 1.2 Nasi /p 27 TT Sen 1.22 W4.3.2/p. 298 Tt cmon 2 a32/p. 28 (CATIONS Ou HENITEUE 1. 1 — Notations Données On trouvera, développées dans chaque chapitre, les définitions des notations spécifiques adoptées, en complement de celles définies ci-dessous, suivant l'annexe C des régles BAEL 91, BAEL 91 annexe Cus. = Majuscules romaines A : actions accidentelles B : charges d’exploitation sur les planchers de bitiment E : séismes module d’élasticité longitudinale G : charges permanentes module d’élasticité transversale ‘Mz charges d’exploitation de caractére particulier moment en général : effort normal action variable quelconque : actions dues a la neige moment statique sollicitation quelconque actions dues aux variations de température actions dues au vent ora 44 = Minuscules romaines a, b: dimensions d: hauteur utile f : résistance d'un matériau h: hauteur i; rayon de giration d'une section j : nombre de jours 4: longueur ou portée i: coefficient d'équivalence acier-béton r: rayon de courbure s : espacement en général t: temps u: périmétre w: largeur d'une fissure x, y, 2 : coordonnées 7 m= Majuscules grecques @: diamétre nominal d'une barre Q: aire Minuscules grecques a: angle + :coefficient de sécurité poids volumique du sol € : déformation relative 1) : coefficient de fissuration 2. : lancement coefficient de frottement v : coefficient de Poisson p :rapport de deux dimensions 6 :contrainte normale + :contrainte tangente I. 2 — Unités de mesure Les unités utilisées sont celles du Systéme International : -longueur: métre. = masse : Kilogramme. - force : newton : N (1 N = 0,1 kgf). décanewton : daN (1 daN = 1 kgf). kilonewton : KN (1 KN = 1 000 N = 100 kgf~=0,1 1). méganewton : MN (1 MN = 10° N= 10° daN = 10° kef = 1001). moment newton-métre : Nm. kilonewton-métre : KNm. méganewton-métre : MNm. contrainte : pascal: Pa (1 Pa = 1 N/m’) mégapascal : MPa (1 MPa = 10° Pa = 10 keffem’). (1 MPa = 10 daN/cm? = 10 bars = 100 t/m’). 1 KN/cm? = 1 kgf/mm’, N ‘deN WN MN kof € 1N 1 10" 10? 10 0.102 0.102.107 TaN 10 1 107 1,02 6102.1 TiN 10 1 1 102 0,102 MN 18 10 10? 1 0.102.107 102 Lig 38 98.10 oe107 | 98.10% 1 10 1 e610 | 98.10% 98 98.107 10° 1 Tableau 1: Conversion unités de forces ou de poids. 1 f PURICATINS OU MCNITEUE, 1988 1+ Données Nm ‘deNm kNm| ‘Nm kgfm fm 1Nm 19° 107 0.102 0,402,107 1doNm 10 i 10? 1,02 0.102.107 kNm 10° 10? io? 102 0,102 1 MNm 10° 108 10° 1 0.102.10% 102 Tkgfm 98 9.8.10" 9.8.10 98.10% 1 10 ttm 9.8.10" 98.107 98 98.107 10 1 Tableau 2 Conversion unités de moment. MPo Pe Po detiinet | dole! Nien? 1 MPa 1 10° 18 01 10 10° kPa 107 1 10° lo 10" On 1Po 10% 107 | 107 lot 10% 1 doN/ment 10 lor 10° 1 10° 10° TRN/em? ED 01 10° 10° 107 ! 10 1 her LN/em? 10° 10 10° 10" ol v Vif? 0,98.107 O8 0.98.10* 0,98.107 0,095 0.98 kg/mm? 98 0.968.107 | 0.98.10" 0.98 98 0.98.10" kg/cm? 0,098 98 0,98.10° 0,98.107 0.98 98 Tg/em? 098.10" | 0.098 8 0.98.10 0.98.107 098.107 Tableau 9: Conversion unités de contreintes et de pression : MPa. im? kg/mm? kg/em? kg/m? g/em? 1 MPo 102 0.102 10.2 1,02.10° 1.02.10" 1kPo 0,102 1,02.10% 1,02.107, 1,02.10% 1,02.10° 1 Po 1,02.10~ 1,02.107 1,02.10° 1,02.10"" 102.107 1 deN/mm? . a : 102.10 1.02 102 102.10 102.108 TkN/em? 1 doN/em? . ee 02 1.02.10% 102 102.10 102.108 UN/em? 1,02 1.02.10" 0,102 1,02.10° 102 Vt/m? 1 107 01 10° 1 kg/mm? 10 1 10° 107 Tkg/em* 10 107 1 10 J g/em? 10? 10% 107 10 1 Tableau 4 : Conversion unités de contraintes et de pression : t/m?. © PuRCANONS Bu HONTIEUE, 1998 1. 3 — Charges (ae Les charges ou actions sont les forces directement eppliquées a une construction (charges permanentes, d’exploitation, climati- ques, etc.) ou résultant de déformations imposées (retrait, fluage, variations de température, déplacement d'appuis, etc.). pr(BAkL O1/A.3.1144 Les sollicitations sont les efforts (effort normal, effort tranchant, moment de flexion, moment de torsion) développés dans une construction par une combinaison d’actions données. prlGAEL 9V/AS.2144 1, 3.1 — Charges permanentes (actions permanentes) »riosst 91 411+ Les actions permanentes notées G ont une intensité constante ‘ou trés peu Variable dans le temps, elles comprennent : priBAEL 91/A.9.1.21«4 a) Le poids propre de la structure : Ja masse volumique du béton armé est égale 4 2,5 Um’, excepté dans des conditions spéciales (proportion d’armatures forte ou faible, béton léger ou lourd). b) Les actions permanentes autres que le poids propre de la structure 5 par exemple : = pour un pont, le revétement ; ~ pour les batiments, les cloisons, les revétements de sol, ete. 5 ~ pour les batiments industriels, les machines sont considérées comme charges permanentes et non comme charges d’exploi- tation. ©) Les poussées des terres dont les valeurs sont pratiquement ‘constantes dans le temps ou les pressions de liquides dont les niveau varient peu, en cas de variations importantes des poussées cou des pressions, ces actions seront considérées comme variables. 4) Les déformations permanentes imposées 4 Ia construction (GIL. 1.2); on doit prendre en compte : = les tassements différentiels des fondations. = le raccourcissement unitaire di au retrait. Dans le cas des pigces non massives exposées a V'air libre et librement dilata- ble, ce raccourcissement a pour valeur > peIBAEL 91/4.2.1.22] (BPEL 91/2.1.911 [BPEL O1-ANNEXE 1/3.2144 1,5.10°* dans les climats trés humides, 2.107 en climat humide, ce qui est le cas de la France sauf le quart sud-est, 20 3.10 en climat teinpéré sec. tel que le quart sud-est de la France, 4.107 en climat chaud et sec. 5.107 en climat trés sec ou désertique. Les valeurs ci-dessus sont celles du béton en présence d'un pourcentage moyen des armatures. En dehors des cas particuliers relevant des cahiers des prescrip- tions techniques, les valeurs les plus courantes des charges prendre en compte dans les calculs, en daN sont les suivantes. DINE P 06-0014 = Agrégats en daN/m’ (1 daN/m’ = 1,02 kgf/m’) ~ Sables 1700 41900 ~ Gravillons 1700 ~ Pierres concassées 1800 ~ Ballasts 1900 ~ Michefer 800 = Bétons en daNim’ (1 daNm’ = 1,02 kgfim') — Béton armé courant 24504 2550 ~ Béton de fondation 2.400 a 2 600 - Bétons légers ~ Béton de puzzolane 1050 a 1 300 ~ Béton de ponce 900 41100 ~ Béton de machefer 1000 a 1 200 ~ Béton de laitier expansé 1100 1 300 ~ Béton de clinker d'argile 6350 4 700 - Béton de vermiculite 300 4 600 ~ Béton de perlite 325 4 650 ~ Béton cellulaire 700 41000 = Bétons lourds ~ Béton a base de barytine 3.600 — Béton a base de magnétite 3-400 4 3 600 ~ Béton a base de grenaille de fonte 4.000 4 5 000 — Béton base de riblons 4500 4 6 000 = Bois en daNim’ (1 daNim’ = 1,02 kgflm’*) = Bois de coniféres 600 ~ Bois de feuillus 800 = Bois durs tropicaux 1000 ~ Bois agglomérés 600 4 800 = Isorel dur 800 1 100 —Isorel mou 300 600 ~ Liége comprimé 300 = Charpentes en daNim’ (1 daNim’ = 1,02 kgflm’) - Charpentes en bois 20 460 (fermes, panes, chevrons) = Charpentes métalliques 10.4 40 (fermes, pannes, chevrons) = Couvertures en daNim! (1 daN/m’ = 1,02 kgf/m*) ~ Couverture en zinc (support compris) 20 ~ Couverture en aluminium (support compris) 7 ~ Couverture en bacs acier (sans support) 10415 ~ Couverture en téle ondulée (sans support) 6 = Couverture en cuivre (support compris) 30 ~ Couverture en ardoise (sans support) 30 ~ Couverture en Fibrociment (sans support) 20a 25 = Couverture en tuiles (support compris) 50480 mEtanchéité en daNim’ (1 daN/m’ = 1,02 kgflm’) ~ Etanchéité par asphalte coulé 50 - Etanchéité multicouche 12 = Magonnerie en daNim’ (1 daN/m’ = 1,02 kefim’) ~ Maconnerie en agglomérés pleins 2150 ~ Maconnerie en agglomérés creux 1500 ~ Maconnerie en briques pleines 1800 ~ Maconnerie en briques creuses 1500 = Maconnerie en moellons durs 2500 ~ Maconnerie en moellons tendres 2100 = Maconnerie en pierres de taille 2700 = Planchers en daNim’ (1 dam’ = 1,02 kgf/m’) ~Planchers a poutrelles préfabriquées avec entrevous creux béton ou céramique et comportant une dalle coulée en place de 4cm ou Scm: tpatsiurs on em Enreyus run groan 10+4 = 210 1204 240) 225 1544 260 240 16+0 225 = 1o+e 265 250) 20+0 255 = 2044 300) 280) 20+5 325 305 | 2+4 = 315 2544 390 330 2545 415) 330) 3045 500) = 22 1+ Données ~ Planchers métalliques 30890 ~ Planchers bois (solives seules) 20440 = Divers produits en daNim’ (1 daNim’ = 1,02 kgflm’) Matériaux pulvérulents angle de frottement ¢ ~Ciment 1400 27 ~ Plitre 1200 25 Poudre de charbon 830 25 ~Farine en vrac 600 20 = Matériaux granulaires -Ble 835 26 ~ Mais 785 24 - Orge 810 24 ~Colza 700 24 ~ Tournesol 500 22 ~ Sel en vrac 1200 - ~ Clinker 1500 33 ~ Charbon 955 29 © Matériaux végétaux ~ Avoine en vrac 350 ~Foin en vrac 100 ~ Fruits 450 ~ Papier en rouleau 1600 —Pommes de terre 700 c Verve 2.500 ~ Soit 2,5 kg/m’ et par mm d’épaisseur pour les vitrages plans 102 kgfim’) ~ Chape en mortier de ciment, par centimétre d’épaisseur 20 = Revétements de sols en daNim’ (1 daNim* = Sable sec tamisé, par centimétre d’épaisseur 17 ~ Carrelage en grés cérame 50 ~ Carrelage céramique, par centimétre d’épaisseur 20 ~ Carrelage ciment, par centimétre d’épaisseur 25 ~Lino, par millimétre d’épaisseur 1,3 ~ Dalles thermoplastiques, par millimétre d’épaisseur 2,0 ~Parquets collés 7 ~ Parquet de sapin sur lambourdes y compris le scellement 26 ~ Parquet de chéne sur lambourdes y compris le scellement 30 1, 3.2 — Charges variables (d’exploitation) Les charges variables Q, ont une intensité qui varie fréquem- ment et de facon importante dans le temps. »+{BAet 61/8. 2.1.114« Les valeurs représentatives sont fixées en fonction de leur fré- quence, leur durée d’application : »+(eaet 91/A.3.1.311<4 ~la valeur nominale de l'action considérée désignée par Q,, 23 NCAONS Ou MONHTEUE 1852 ~ Ja valeur de combinaison ¥,, Q,; le coefficient ¥., intervient Gans les combinaisons fondamentales (€tat limite ultime) et dans les combinaisons rares (état limite de service), —ta valeur frequente Y,, Q, : le coefficient ¥, intervient dans les combinaisons accidentelles. =a valeur quasi permanente ¥,, Q, ; le coefficient ¥, intervient dans les combinaisons accidentelles et pour la vérification de la stabilité de forme. Ces actions comprennent a) Les charges d’exploitation, définies pour les ponts par les titres I, I et III des fascicules 61 du CCTG et pour les batiments par la norme. rrinF P 08-0011<4 b) Les charges climatiques, définies pour le vent par les régles NV65 et pour la neige par les regles NS4. ‘Actions du vent : la valeur nominale est en rége générale prise gale a: pr (aet 91/0.1.2.21144 — 1,2 fois la « charge normale » des régles NV65 révisées pour la verification des états limites de résistance. cette méme « charge normale « pour la vérification des états limites de service. La + charge normale » est la valeur calculée en utilisant la pre sion dynamique de base définie a Varticle Ill. 1.2 des régles XV 65 et aprés application des coefficients d'ajustement liés 4 la position et a la nature de Ia construction. ‘Actions de la neige : la valeur caractéristique est fixée par le fascicule 61, titre IV, section II (régles N 84). prIBAEL 91/0.1.2.22104 ©) Les charges non permanentes appliquées en cours @exécution, ++[aet 91/4.9.1.31144 provenant des équipements Ge chantier, des engins de transport et de levage, des dépéts pro- visoires de matériaux, etc. d) Les effets dus 4 Ja température, provenant de deux ori- gines différentes : »»(8Aet 91/.3.1.3314 = |es variations climatiques dont une partie. rapidement variable. correspond au module E, du béton ; l'autre partie lentement variable correspond au module E,, —Ies conditions d’exploitation de certaines structures (chemi- nées, silos, etc.) pour lesquelles il convient de se reporter aus cahiers de prescriptions techniques. Les variations de dimensions sont évaluées a partir d'un coeffi- cient de dilatation linéaire du béton armé égal & 10°. Les charges d’exploitation »»inr F os-o0r)+« sont indiquées de facon générale pour les batiments : d'habitation, chébergement (hétels, hospices, créches, casernes, prisons), d°enseignement: hospitalisation, d’activités physique ou sportives, de bureaux, de commerces ; ces mémes charges sont indiquées par les CPT Pour les batiments industriels, agricoles ou similaires. 26 sficidenct sur In valeur unitairdideilacharge d’exploitation de Pétendue de la surface intervenant dans le calcul de 1”élément wporteur Les valeurs unitaires. définies ci-aprés, des charges d’exploita- tion a prendre en compte dans le calcul d'un élément porteur dépendent de létendue de la surface SP supportée par cet élé- ment. La « valeur unitaire de référence » de la charge d’exploi- tation correspondant a une « surface de référence », S, est définie de telle maniére que : ~ pour une surface SP < S,, une majoration de la charge unitaire doit en principe étre appliquée 4 la valeur de référence, ~ pour une surface SP > S,. une réduction de la charge unitaire peut étre envisagée par rapport a la valeur de référence. La surface SP peut, dans les cas courants. ére assimilée celle que supporterait élément porteur dans les hypothéses suivantes ~ charges uniformément distribuées sur toute la surface suscep- tible d’étre chargée, ~ appui simple des poutres sur les poteaux. des poutrelles sur les poutres et des dalles sur les poutrelles et poutres, ~ absence de continuité entre les travées successives des poutres, des poutrelles et des dalles. Par exemple dans le cas des dalles portant dans les deux dire: tions ou dans une seule direction, la surface SP peut étre assi- milée 4 la plus petite des deus valeurs (Fig. 1) ~ surface totale de 'élément de dalle, fois la plus petite portée de la dalle du carré. SP pour SP pour SP pour Poteau de rive poutre courante dalle courante Figure 1 Une valeur relative & une surface inférieure a 1m’ n'est pas @ prendre en considération 4 condition de définir une charge concentrée pour les vérifications de poingonnement et de flexion locale. Dans le cas des locaux susceptibles d'une réduction pour gran- des surfaces (RH) ou d'une majoration éventuelle pour faibles a5 surfaces (MH), le diagramme de la figure 2 donne le coefficient a appliquer a la valeur de référence de la charge d'exploitation, correspondant a une surface S, = 15 m’ Coetfcient 4 eee i a aaa 2) i aplication [| Spector 1 Spa 15 50 es MH 18 Figure 2 nValeurs des charges d’exploitation en fonction de la nature des Jocaux (1 kNim? = 100 kgflm’) Divers locaus peuvent avoir des utilisations multiples. Dans ce cas, celle qui conduit a la valeur la plus élevée de la charge doit fire considérée, Par ailleurs, le sigle RH indique les cas ob applique Ia réduction de base pour grandes surfaces, et le sigle MB indique les cas of s’applique éventuellement la majoration pour faibles surfaces. oHébergements en chambres, ‘alles de jeux et repos des créches 1,5 KN/m? RH, MH c Hébergements collectifs (dortoirs) 1,5 KN/m? RH. MH Salles de restaurants, cafés, ‘cantines de dimensions réduites 2,5 KN/m? RH, MH (nombre de places assises £ 100) > Bureaux proprement dits 2,5 KN/m? RH, MH Salles de réunions avec tables de travail 2,5 KN/m’ RH. MH cHalles diverses (gares, etc.) oii le public se déplace 4,0 KN/m? RH oSalles d’exposition de moins de 50m? — 2,5 KN/m’ RH Salles exposition de 50m? ou plus 3,5 KN/m’ RH c Salles de réunions et lieux de culte avec ‘assistance debout 5,0 KN/m? filn’es pas prévu de MH, les valeurs indiguées tenant compte des circulations) cSalles, tribunes et lieux de culte avec assistance debout 5,0 KN/m? fil n'est pas prévu de MH, les valeurs indiquées wnant compte des circulations) cSalles de thédtre, salles de conférences, amphithédtres, tribunes et autres lieux avec siéges (sans tables ni pupitre) 4,0 KN/m? fil n'est pas prévu de MH, les valeurs indiguées tenant compte des circulations) 2 Cuisines de collectivités, non compris les charges du gros matériel prises : en compte indépendamment 2,5 KN/m* (expérience des constructions scolaires et hospitaliéres montre qu'avec le matériel actuel les planchers peuvent étre calculés avec une charge uniformément répartie globale de : 5,0 KN/m’ a laquelle on applique éventuellement la majoration MH) 1 PUBCATONS Be MONMELT 1965 1+ Données ‘alles de lecture des bibliothéques 4,0 kN/m? RH, MH 2 Salles de danse 5,0 KNim? (a valeur indiquée englobe les effets dynamiques dus au déplacement des personnes) joutiques et annexes 5,0 KN/m? RH, MH 3Garages et pares de stationnement de voitures légéres, 4 V'exclusion des ateliers d’entretien et de réparation 2,5 KN/m’ Coefficient de réduction horizontal de 0,6 pour 60m’ de surface intéressée cet plus, ramené linéairement & 1,00 pour 20 m’, y compris effet dynamique. ‘Charge poingonnant sur carré de 10 x 10 em : 8 KN. GCirculations intérieures des batiments La valeur ne sera pas inférieure a celle des locaux desservis, Elle doit ere accrue jusqu’a 5 Kim’ lorsqu’une accumulation statique d'un grand nombre de personnes y est normalement prévisible, comme en cas incendie. cBalcons La charge surfacique sur les balcons sera. 2 3,5 KN/m? La charge surfacique doit étre accrue jusqu’a 6,0 KN/m* Jorsqu’une accumulation de personnes est possible (cas de batiments recevant le public et précisée dans le DPM> cLoggias rendre comme charge celle des locaus contigus aValeurs des charges d’exploitation, par type d'utilisation des Jocaux (1 KNim* = 100 ‘kgflm’) CBatiments é usage d’habitation = Logements y compris combles aménageables 1,5 kNim? ~Balcons 3,5 kNim’ ~ Escaliers a l'exclusion des marches isolées 2,5 KN/m? ~Combles non aménageables, avec plancher 1,0 kKN/m? (cette charge pourrait étre réduite pour les combles de faible hauteur, prendre toutefois en consideration les charges lors de la construction) ~Combles non aménageables, sans plancher, fe runueations bu wONmTELE charge concentrée pour l’entretien 1kN ~Greniers proprement dits 2,5 kN/m? — Caves 2,5 kN/m? cBétiments de bureaux ~ Bureaux proprement dits 2,5 kN/m? ~ Bureaux paysagers 3,5 KN/m? ~ Circulations et escaliers 2,5 KN/m? ~ Halls de réception 2,5 kN/m? Halls a guichet 4,0 KN/m? = Salles de conférences $50 m’ 3,5 KN/m? = Salles de conférences > 50 m* 5,0 KN/m? ~ Cantines < 100 personnes 2,5 KN/m? ~ Cantines > 100 personnes 3,5 KN/m? ~ Salles de réunions avec tables 2,5 KN/m? = Zone de dépot 3,5 KN/m? a7 = Sulles dordinateurs et de reprographie (+ équipement lourd) Batiments scolaires et universitaives = Salles de réunions = Salles polyvalentes avec siéges ~ Bibliothéques = Amphithéatres ~ Salles de classe remodelables — Salles de classe et locaux équivalents ~ Salles 4 manger de petites dimensions ~ Laboratoires, ateliers, locaux médicaus + matériel lourd = Dortoirs ou chambres collectives ~ Galeries de liaisons, garages a vélos — Cantines, réfectoires = Dépats de cuisines collectives = Hébergement individuel = Batiments hospitaliers et dispensaives - Chambres - Circulations internes = Salles d'opérations, de plitres, de travail + équipements suspendus au plafond ~ Halls = Circulations générales - Bureaux — Postes de personnels et de soins — Salles de cours = Salles de conférences < 50 m* = Salles de conférences > 100 m* = Sanitaires ~ Buanderies + équipement lourd = Locaus de réserves, dépot ou stockage 4.0K 4,0 kNim* 4,0 kN/m* 3.5 Nim? 3,5 kN/m? 3,5 a6 KN/m* = Batiments é usage sportif et d’éducation physique ~ Charge statique 5,0 KN/m? + actions dynamiques dues aux sportifs (en sus) oitures, Terrasses techniques ~ Charge répartie + circulation et stockage des charges mobiles (en sus) = Dalles, jardins privatifs + poids des terres (en sus) ‘errasses accessibles aux usagers = Terrasses privées (sans jardiniéres) = Terrasses recevant du public = Balcons ~ Quelle que soit Ia destination — Si accumulation des personnes 1,5 KN/m* 1,0 KN/m* 1,5 suivant usage 3,5 KNim* charges des Jocaux contigus 28 1+ Donne 2 Garde-corps Les efforts horizontaux sont appliqués sur les garde-corps et leurs ancrages a 1,0 métre au-dessus de la + zone de stationne- ment normal ». Ces efforts quasi statiques sont les suivants : ~ Locaux privés 0,4 kNim sans que l'effort global soit inférieur @ 1,3 KN — Coursives et cages d’escalier des habitations collectives 0,6 kN/m ~ Batiments recevant du public 1,0 N/m - Tribunes de stades 1,7 kNim ~ Installations industrielles : circulations générales 0,6 kN/m autres 0,3 KN/m . GDUgreition eh foriction du nombre d’égagas vvt0s6 & 08-001/2 4)+4 Elle s'applique aux batiments & grand nombre de niveau oit les occupations des divers niveaus peuvent étre considérées comme indépendantes. C’est le cas des batiments @ usage habitation ou d’hébergement pour lesquels la loi de dégression dite de base est applicable 4 I'intégralité de la charge. Cette dégression n'est pas cumulable avec les réductions pour grandes surfaces. c’est-a-dire qu'elle s’applique a la valeur nomi- nale de référence. Lorsque des locaux industriels ou commerciaux occupent cer- tains niveau, ces derniers ne sont pas comptés dans le nombre d’étages intervenant dans la loi de dégression. et les charges sur les planchers correspondants sont pris sans abattement On note pour application de Ia loi de dégression de base Q, la charge d’exploitation pour le toit ou Ja terrasse, Q Ia charge d'exploitation pour le plancher de l'étage i, la numérotation étant effectuée & partir du sommet. Q,, la fraction de la charge de l’étage i laquelle on n’applique pas la loi de dégression. Pour les batiments de bureaux, on applique la loi de dégression de base 4 la fraction de la charge d'exploitation diminuée de 1RN/m’: ~ Sous le toit et la terrasse Q ~ Sous le 1" étage 4 partir du haut Q+Q ~ Sous le 2° étage & partir du haut Q +1,9Q+01Q ~ Sous le 3* étage a partir du haut Q +2,7Q+03Q ~ Sous le 4° étage a partir du haut Q +3.4Q+ 0,6 Q ~ Sous le 5* étage & partir du haut Q,+4,0Q+1,0Q, ~ Sous le 6* étage a partir du haut Q+45Q415Q ~ Sous le 7* étage et suivants : +H (Q,-a) +, 29 Dans le cas de batiments & usage d'habitation ou d’hébergement les charges d’exploitations se réduisent de 10% par étage, jusqu’A un coefficient de 0,50, valeur conservée pour les étages inférieurs suivants : ~ Sous le toit et la terrasse Q ~Sous le 1" étage 4 partir duhaut «= Q)+Q. Aw —Sous le 2° étage & partir du haut Q+19Q (ht 0,9) — Sous le 3 étage a partir du haut Q+2.7Q Cha 0,9 40)8) ~ Sous le 4° étage 4 partir du haut Q+34Q C14 6440,8+0)9) ~ Sous le S¢ étage 4 partir du haut + 40Q (14015 + 0,0 0,459) ~ Sous le 6° étage 4 partir du haut Q+45Q . ~ Sous le 7! étage et suivants : Cle 64 O84 OF asic + o/b +0/S) w+ FYQ, O Cloisons de distribution Les cloisons de distribution sont non porteuses, dun poids ‘S$ 2,5 KN/m et ont une densité relativement importante et régu- i ligre dans les batiments 4 usage d'habitation, bureaux, etc. En fonction de leur poids, ces cloisons peuvent étre classées ~ cloisons « trés légéres », dont le poids est < 1,0 KN/m. : ~ cloisons « légéres », dont le poids est < 2,5 KN/m. i Lorsque les planchers sont tels que la répartition des cloisons peut étre considérée comme uniforme, on a pour les : ~ cloisons « trés légéres », 0,40 KN/m’. ~ cloisons « légeres », 1,0 KN/m’, Dans le cas de batiments d'habitation & refends transversaux Porteurs rapprochés; le poids uniformément réparti des cloisons peut étre ramené a: = cloisons « trés légéres », 0,20 KN/m’. ~ cloisons « légeres », 0,50 kN/m*. 1. 3.3 — Charges accidentelles Les actions accidentelles proviennent de phénoménes se produi- sant rarement et avec une faible durée d’application, comme par exemple : = les séismes, »»(#s 921 INF P 06-0131<4 —les chocs de véhicules ou de bateaux, les incendies, »»ine p 92-701) (OTU FB B7I44 —les explosions, = les cyclones. A défaut de texte réglementaire, les caractéristiques sont fixées {GAEL 91/0.1.1.41) par le cahier des charges. | 1 Données 1. 4 — Sollicitations de calcul (combinaison d’action) Les sollicitations sont calculées en appliquant a la structure les combinaisons d’actions définies ci-aprés En général, il est admis utiliser un modéle élastique et linéaire, la rigidité des éléments étant évaluée en supposant le béton non fissuré et sans tenir compte des armatures. Ce modéle est cependant insuffisant pour certaines justifications ainsi dans le cas des poutres de bitiments courants, il est préfé- rable d’effectuer un calcul forfait: des moments sur appuis pour mieux tenir compte du comportement réel du béton armé. De méme pour la justification au flambement, des régles spé- ciales doivent étre adoptées. On designe par : on Vensemble des actions permanentes dont V'effet est défa- vorable pour la justification d’un élément donné. G,,,, Pensemble des actions permanentes dont I'effet est favorable. @, action variable dite de base. Q, es autres actions variables dites d’accompagnement (avec i>1) F, action accidentelle. On note :sieaet 01/0.21<4 valeur probable d’une charge permanente. charges d’exécution connues (en grandeur et en position). charges d’exécution aléatoires. charges d’exploitation des ponts-routes de caractére parti- culier (convois militaires ou exceptionnels) Q, charges routiéres définies au Fascicule 61-1 Q, charges d'exploitation des batiment: W action du vent définie : = par le Fascicule 61-titre II pour les ponts-routes, = par les régles NV 65 pour les autres constructions, les valeurs étant multipli¢es | [1,20 aux ELU La { 1,00 aux ELS S, action de la neige pour les batiments définie par le Fascicule 61, titre IV, section II (Regles NV 84), prIBagt 91/0.1.2,2206 T variations uniformes de la température. AO gradient thermique. Hest a remarquer que G,,,, &t G,,, sont des actions de natures différentes, donc une méme action permanente ne peut pas étre partagée entre ces deux actions. tre IL (BAEL 91/0.1,2.21]44 © PUBLICATIONS Cu MONITEUE Par exemple, le poids propre d’une poutre continue est pris en compte sur toute sa longueur, soit sous forme de G,,.,» Soit sous forme de Gye En revanche, dans le cas d’un mur de souténement le poids du remblai agit d'une maniére favorable et intervient done sous la forme Gy, tandis que la poussée agit de maniére défavorable et intervient sous la forme G,,,. 1. 4.1 — Sollicitations de calcul -vis des états limites ultimes, ELU Dans le cas d'une verification a Pétat limite ultime, on devra justifier : = Ia résistance de tous les éléments de la construction, ~ Ia stabilité de ces éléments compte tenu des effets du deuxiéme ordre, —Péquilibre statique de l'ouvrage. Ces trois types de vérifications seront effectués a partir des memes combinaisons d'action. On distingue les deux cas suivants 1. 4.1.1 — Combineisons fondamentales La combinaison fondamentale fait intervenir les actions perma- nentes et variables, 4 l’exclusion des actions accidentelles et dans ce cas les sollicitations de calcul sont déterminées @ partir de la combinaison suivante (formulation symbolique) : 1,33 Gan + Grin * Yor Q +E 13 Fo Q (1.4.1) Yq) = 1,5 dans le cas général: Yq, = 1,35 dans les cas suivants = = Ia température, =les charges d’exploitation étroitement bornées ou de caractére particulier (pour les ponts-routes, il s'agit des convois militaires et des convois exceptionnels définis dans le titre II du Fascicule 61 ou par le CPT), —les batiments agricoles @ faible densité d’occupation humaine. Les valeurs des coefficients relatifs aux charges d'exploitation sont fixées par l’annexe a la norme »»(NF P 06-001}<4, et donnés par le tableau 5. erinr F 06-001/ennexe 1) Ii s'agit des valeurs dites : ~ de combinaison ¥,.Q = fréquentes ¥,,.Q, ~ quasi permanentes ¥,Q, DNS b. HONITELE 1+ Données Coefficients om O40 oe 630 ' oS. eas 62 080 ofS Tobleau 5: Veleurs des coefficients ¥ relatifs aux charges d’exploitation. Les valeurs de ,, indiquées ci-dessus interviennent dans les combinaisons d'actions dans lesquelles Faction de base peut étre le vent, ou la neige correspondant a une altitude < 500 m Lorsquil stagit_ de combinaisons actions dans lesquelles Taction de base est Ia neige correspondant @ des altitudes > 500 m. la valeur de ¥, indiquée dans le tableau 5 doit étre | 4 Texception des archives et pares de station- majorée de 10 nement, Pour les actions climatiques. les valeurs des coefficients ¥ figu- rent dans le tableau 6. * Nature des chorges ° of2folo snts ¥ relatifs aux actions climatique! Tobleau 6 : Voleurs des coeff Ponts-routes »»(9A€L 91/0.2.1.114¢ Les combinaisons d'actions @ considérer sont les suivantes. aSituation d’exécution 1,35 Gyaag + Qpu) OU Gyn + Qed) #15 Qa 11,35 (Garay + Qpee) O8 Grin + Qed #15 Quy + 1:3 W [1,35 (Gay + Qye) OU (Gmag + Qe] #15 W (1,35 (Gouug + Que) OU (Gyn + Qed} + LS W+13Q. 33 «Situation d’exploitation (135 G,,, ou Gig] + 155 Q, 1135 G,,, OU Gry) + 1,5 Qe 1135 G_, ou G.) + 1,5 0 B&timents »+(9aet 91/0.2.2.1}+4 Les combinaisons d’actions 4 considérer sont les suivantes. Situation d’exécution Elles sont identiques @ celle des ponts-routes. Situation d’exploitation (1,35 G,,, ou Gu] + 15 Qy + [0 ou 0,8 T] [1,35 G_, ou G_,] + 1,5 Q, + W + [0 ou 0,8 T] [1,35 G,,, ou Gig) + 1,5 Qg + S, + [0 ou 0,8 T] [1,35 G_.. ou G,,] + 1,5 Q, + (W + S,) + [0 04 0,8 T] (135 G_,. ou G_,] + 1,5 W + (0 ou 0,8 T] [1.35 G_., ou G_} + 1,5 W + Q, + [0 ou 0,8 T) [1,35 G_,, ou G_,] + 1,5 W +S, + [0 04 0,8 T) 1,35 G_,, ou G..] + 1,5 S, + Q, + [0 ou 0,8 T) 11,35 G,,,, ou G,,,] + 1,5 S, + W + [0 ou 0,8 T] (135 Gy ou G,,,) + 1,35 T+ W + Q = Planchers : charges permanentes + charges d’exploitation PrIGAEL 91/8.6.1.211<4 Pour des éléments de planchers soumis uniquement aux actions des charges permanentes et des charges d’exploitation, a l'exclu- sion de toute action climatique, les seules combinaisons a consi- dérer vis-a-vis des états limites ultimes sont les suivantes : Combineisons Travées chorgées Travées déchorgées | 1 1356-150, 36 iz 6-15, é Tobleou 7 : Combinaisons pour les planchers. Dans le cas d’une poutre sur deux appuis simples prolongée par un porte-d-faux, les différents cas de charge a considérer sont les suivants : 1.35 6 Vee 1 + Données = Planchers : charges permanentes + charges d’exploitation + vent rrIBAeL 91/6.6.1.22]44 Pour les éléments de plancher soumis en plus des charges per- manentes et d’exploitation a l'action du vent, les combinaisons & considérer sont données par le tableau 8. Combincisons Travées chorgées ii 135G+150, 2 G+i50, 3) G-150.4W 135G+W (at G-i5SO.w G+W 131 135G+15W+13¥.0, [135G+1EW | G15 Ws a¥., G-1sw Tobleau 8 : Combinaisons pour les planchers/vent. Planchers : charges permanentes + charges d’exploitation + neige »ri6Ac. 91/8.6.1.231<4 Pour les éléments de plancher soumis en plus des charges per- manentes et d'exploitation 4 l'action de la neige, les combinai- sons 4 considérer sont données par le tableau 9 Combinaisons| Trevées chorgées Trovées déchergées ol 56156, 1356 2 6-156, ¢ 8 1356+ 156, +15 155648, G=15G,+68F Ges, 1asGs0 Ss eihawy Ss, | 1356+158 GriSsr ea ¥" Gy Go 158, ‘en comple sole cher locos cures qv erchives et 2 sepériev'e 6 500 m, dons le ce: de 10% ramet, le volaut de Wes! & ma) Tobleau 9 : Combincisons pour les planchers/neige. = Poteaux : charges permanentes + charges d’exploitation + Vent ss(eaet o1/0.6.2.12146 L’action du vent sur des poteaux soumis une compression « centrée » ne peut se présenter que lorsque ces poteaux consti- tuent une membrure comprimée ou tendue d’un systéme de contreventement. Les combinaisons sont définies précédemment ; dans les cas les plus courants, es quatre combinaisons d’actions a considérer sont : (1) 1356+ 1,5Q, 2) 1,356 +1,5Q,+W (3) 1,35 G+ 1,5 W + 1,3 ¥ Q, @) G+isw 4.1.2 — Combinaisons accidentelles »+(saet 91/4.3.3.2214« La combinaison d'action considérer est la suivante (formula- tion symbolique) Gye + Grin + Fy + ¥y, Q + EH, Q (1.4.2) avec F, : valeur nominale de 'action accidentelle, W,, Q, : valeur fréquente d'une action variable, ,, Q.: valeur quasi permanente d'une autre action variable. En cas d'action sismique E, les combinaisons d'actions a consi- dérer pour la détermination des déformations et sollicitations de calcul sont les combinaisons accidentelles pour lesquelles le séisme est pondéré par un coefficient Yq = 1 :+siPs 9218.14 G+E+¥, Q +24, Q (1.4.3) avec les notations symboliques suivantes : G : poids propre et actions permanentes de longue durée le ¢ échéant (précontrainte, action latérale statique ces terres). E:: action du séisme y compris le cas échéant la poussée latérale dynamique des terre: Q.: actions variables (charges d'exploitation, neige, vent, tem- pérature), ,, et ¥,, coefficients d’accompagnement donnés par les tableaux Set 6. Pour les batiments courants ot interviennent essentiellement le poids propre et les charges d’exploitation, les combinaisons de calcul peuvent se limiter & G+E+0,77Q+0,10N (1.4.4) avec N, action de la neige, Il rest pas envisagé de combiner action du vert avec celle du stisme. 1. 4.2 — Sollicitations de calcul vis-G-vis des états limites de service, ELS Les vérifications a effectuer dans le cas des états limites de ser- vice portent sur : = la contrainte maximale de compression du béton (§ II. 1.2.1), = la fissuration du béton (§ Il. 1.2.2), =a déformation des éléments (§ II. 1.1) 36 1+ Données Les sollicitations résultent de la combinaison d’actions suivante (formulation symbolique) : Gras * Grin * Q) + EY, Q (1.4.5) Les coefficients ¥., sont définis au paragraphe I. 4.1.1 1, 4.2.1 — Ponts-routes »»ieact 91/0.2.1,214« Les combinaisons d’actions 4 considérer sont les suivantes, Situation d’exécution [Gayg + Qe) OU (Gag + QI] + Q., # [0 04 WY [CGyay + Qe) OU (Gyn * Qed] + W = [0 ou 1,3 Q) [Goa + Que) OU (Grin + QI] + T= [0 ou 1,3 Q.,,] (1,35 (G,,, + Q,,.) 04 (Gu, + Q,,.)] = AO + [0 ou 1,3 Q_] # Situation d’exploitation [G,,, 04 G,,,] + Q, + [0 04 0.5 40 ou 0,6 T} (Gy, 04 Gaal + Quy [G,,,, ou G,,,) + W ou G,,,] + T ] +40 [Gras [G,,,, ou G, 1, 4.2.2 — Batiments ssieast 91/0.2.2.214« Les combinaisons d’actions a considérer sont les suivantes. Situation d’exécution Elles sont identiques a celles des ponts-routes. Situation d’exploitation (Gpuy OU Gaul + Qy {G,,, ou G,,,] + Q, + 0,77 W [Gy, 04 Gi] + Qy + 0:77 S, (G,,,, ou G,,,} + W [G,,,, ou G,,,] + W + (0,77 Q, ov 0,90 Qu] [G,,,, OU Gai) +S, [G,,,, 0u G,,,] + S, + [0.77 Q, ou 0,90 Q,) La combinaison la plus courante est: G+Q a7 Le diagramme parabole-rectangle (Fig. 3) est constitué d'un are de parabole depuis origine des coordonnées jusqu’a son som- met de coordonnées &, = 2%o, prolongé par un palier d’ordonnée (1.5.6) a abe fe Figure 3 : Diagramme porabole-rectangle. Pour les BHP, le segment de droite paralléle a laxe de déforma- tion s‘étend entre 2%n et € 2 (¢f I.1.1). Le coefficient de sécurité y, (Tableau 12) tient compte d’éven- tuels défauts localisés, ainsi que de la réduction possible de la résistance du matériau mis en ceuvre par rapport 4 sa résistance caractéristique définie a priori Coefficient Combincisons fondomentales % Le des combinaisons. Les coefficients 0,85 en numérateur et @ en dénominateur tiennent compte de l'influence défavorable de la durée d'application de la charge. En effet, la résistance du béton, compte tenu de la durée application de Ia charge, résulte principalement de la combinai- son de deux phénoménes dont les effets sont antagonistes : —le «durcissement+ progressif du béton en labsence de contrainte, di aux phénoménes physico-chimiques liés & Thydratation du ciment ; =I'eendommagement» interne progressif sous I'effet des contraintes appliquées correspondant au développement de microfissures. De plus, il peut exister, en absence de charge extérieure, des contraintes internes, voire des microfissures, dues par exemple a des gradients dhumidité importants. Les phénoménes sont trés complexes dans le cas général ot le béton est soumis a des combinaisons de contraintes permanen- tes et de contraintes variables. Le cas particulier important est 40 celui de la rupture sous une contrainte maintenue constante qui correspond a une des conditions de sollicitation les plus sévéres. C'est ce cas qui est implicitement considéré dans les calculs de structures en béton armé ou précontraint lorsqu’on affecte la résistance de calcul du béton du coefficient multipli- cateur 0.85. On admet done forfaitairement une réduction de résistance du béton de 15 % par rapport 4 la résistance instan- tanée, pour tenir compte de la longue durée d'application dune partie des charges. Le coefficient @ est fixé en fonction de la durée d’application d’actions considérée (Tableau 13). woken | [temo] on ® 4 09 385 | Tobleau 13 : Coefficients en fonction de lo durée d’application des actions. Dans le cas des ponts-routes et sauf indications contraires du marché, les durées probables d’application des charges d'exploi- tation ou des charges de vent, avec leurs valeurs caractéristiques, sont présumées inférieures 1 heure. Lorsque la section considérée n'est pas entigrement comprimée, le calcul a Métat limite ultime peut étre effectué en substituant au diagramme parabole-rectangle, le diagramme rectangulaire simplifié défini par la figure 4. Diagramme Diagramme parebole- rectangulaire rectangle simpli Figure 4 : Définition du diagramme rectangular Pour les BHP la hauteur 0,8y, du diagramme rectangulaire sim- plifié est remplacée par hy, le coefficient 4 étant fonction de la résistance selon la relation = 0,7 eas 0,025, (1.5.7) Les valeurs numériques correspondantes sont données dans le tableau suivant fi “0 0 a a O78 O77 O72 a La contrainte f,, a pour valeur a) pour les sections dont la largeur est constante ou croissante vers la fibre la plus comprimée, comme par exemple les sections rectangulaires ou en T 0,856.) ote (1.5.8) b) pour les sections dont la largeur est décroissante vers la fibre la plus comprimée comme par exemple les sections circulaires ou Ia section rectangulaire, soumise a la flexion déviée, O.8f,; OY (15.9) L’emploi du diagramme rectangulaire donne une bonne approximation des efforts dans le cas d'une déformation extréme du béton &, = 3,5 %o. Dans le cas d’une déformation inférieure, ce diagramme peut atre aussi utilisé en pratique. En effet. lorsque la section est peu sollicitée, le bras de levier des forces élastiques est grand (pour Jes sections rectangulaires z 2 0,9 d) et lerreur relative faite sur ce bras de levier est donc faible. Un exemple est donné par la figure 5 qui correspond au cas &, = 1,6 %o. 21.6% 0.96 tye 0.9450 Figure 5 :Compercten des diagrammes porebolerecengle 1, 5.3 — Modules de déformation longitudinale -sieact #1/a.2.1.21¢4 Pour un changement d’une durée d’application inférieure @ 24 heures, le module de déformation instantané E, du béton age de j jours est pris égal 4: 1000 fF E, (MPa) ou £, représente la résistance caractéristique 4 la compression § j jours, exprimée en MPa. a2 1+ Données Pour un chargement de longue durée d’application le module de déformation E,, est pris égal soit: E,, (MPa) = 3 700 f\? (5.11) Pour les vérifications courantes, l’age du béton est supérieur a 28 jours mais il est 4 noter que l'augmentation de résistance au- dela de 28 jours ne change pas d'une maniére significative la valeur du module et il est donc inutile d’en tenir compte (Tableau 14) fon En 20 29 900 2 30 £00 25 32.200 30 34 200) 35 36000 40 37 00 Tobleay 14: Veleurs courentes du module de déform Pour les BHP, le module de déformation différée est ~ BHP sans fumée de silice Bus 53 (1.5.12) BHP avec fumée de silice : E, E, = pg = 6100 f.? (1.5.13) 1,8 |. 5.4 — Module de déformation transversale coefficient de Poisson +ieact 91/4.2.1.3144 La valeur du module de déformation transversale est donnée par expression suivante : E S= say (1.5.14) od v est le coefficient de Poisson : v = 0 pour le calcul des sollicitations, v = 0,2 pour le calcul des déformations. aa © tusucanions ov 1, 5.5 — Bétons & hautes performances (BHP) L’Association francaise de recherche et d'études sur les mate- riaux (Afrem) a mis au point une proposition (juin 1995) d’annexe au BAEL, concernant les bétons a hautes performan- ces ayant une résistance caractéristique 4 28 jours comprise entre 40 et 80 MPa. Par convention les BHP sont les bétons dont le rapport pondéral fumée de silice/ciment est au moins egal 4 5.%. La résistance élevée de BHP s’accompagne d'une amélioration de la plupart de leurs propriétés d'usage ; les caractéres spécifi- ques de BHP sont les suivants : ~le comportement 4 la rupture en compression différe de celui des bétons classiques, =a résistance en traction augmente moins vite que celle que laisse prévoir la loi affine reliant la résistance en traction et en. compression des bétons ordinaires. = 1a résistance aux contraintes tangentes est modifiée par suite de la disparition progressive de leffet d'engrénement (la rugo- sité du béton au droit d’une fissure), ~ le retrait est moins dépendant de Phumidité et de la taille des piéces, =e fluage est plus faible en valeur finale que celui des bétons ordinaires, particuligrement lorsqu’ils contiennent de la fumée de silice, ~ 1a composition des BHP obéit & des régles précises. et leur contréle de qualité exige une rigueur accrue, les BHP exposé 4 l'incendie présentent un risque d’éclatement superficiel supérieur & celui des bétons classiques. Dans le cas des BHP dont la proportion volumique de granulats est inférieure 4 66%, les modéles pour le module élastique, le retrait et le fluage ne peuvent étre appliqués sans verification préalable de leur validité. On donne ci-aprés la liste des paragraphes du Formulaire, ot les BHP sont introduits. + Résistance caractéristique ala traction 1.5.1/(1.5.4), (1.5.5) BAEL 91/A.2.1,12 + Module de déformation difiérée 1.5.3/(1.5.12), (1.5.13) BAEL 91/A.2.1,22 ~ Raccourcissement unitaire du béton en flexion [W.1.1/(.1.1) _ BAEL 91/A.4.3,2 + Diagramme des déformations limites de la section] 11.2 BAEL 91/4.4.3,3 + Diagramme contrainte-déformation du béton {1.5.2 BAEL 91/3.4.3,41 + Diagramme rectangulaire simplifié 1.5.2/(1.5.7) BAEL 91/A.4.3,42 aa ‘