Vous êtes sur la page 1sur 1

Communiqué de presse de Charlotte Blandiot-Faride, Maire de Mitry-Mory

Jeudi 16 avril 2015

Trop c’est trop !

Mercredi 15 avril à 20h, des personnes de la communauté de gens du voyage sont entrées sur l’esplanade autour de l’église Saint-Martin du Bourg. Pour empêcher cette nouvelle installation illégale, Marianne Margaté, 1 er adjointe de la ville et conseillère départementale, a tenté de s’opposer à cette intrusion, provoquant ainsi la colère des fauteurs de troubles qui l’ont agressée physiquement.

Je condamne avec fermeté le recours à la violence, singulièrement à l’égard d’une élue de la République. Une plainte a été déposée et je demande que cet acte soit puni de façon exemplaire. L’Etat doit envoyer un signe fort et immédiat. La loi doit être appliquée partout et pour tous.

Cette situation montre combien notre commune a besoin de retrouver un commissariat de plein exercice permettant des interventions plus rapides afin d’assurer la sécurité des habitants.

J’en appelle à la responsabilité de l’Etat et des préfets pour trouver des solutions à ces installations incessantes et toujours plus nombreuses sur notre commune. Nous voulons que l’Etat agisse et nous sommes prêts à prendre la part qui est la nôtre, comme nous l’avons toujours fait.

En effet, si l’expulsion rapide des installations illégales n’est pas réalisée sous prétexte de déficit d’aire d’accueil, nous poussant dans des procédures longues et couteuses, nous rappelons que la construction d’une aire d’accueil ne dépend pas de la responsabilité de la commune mais de celle de l’intercommunalité.

Nous n’avons jamais été opposé, bien au contraire, à travailler sur ce sujet. Notre intercommunalité a d’ailleurs sur son territoire plusieurs aires. Cependant, l’incertitude qui pèse sur le devenir de notre communauté de communes n’aide en rien à la constitution de projets.

Nous demandons donc à l’Etat d’arrêter de considérer la ville de Mitry-Mory comme déficitaire en ce domaine, car cette lecture est partiale et ne tient aucun compte des contingences historiques, économiques, juridiques, administratives qui amènent à cet état de fait dont nous ne sommes pas responsables.

Pour l’heure, nous demandons au Préfet de donner les moyens de l’expulsion de toutes les installations illégales constatées sur la commune, dont certaines ont largement dépassé les délais légaux et causent de véritables problèmes de sécurité et salubrité publique.

Charlotte Blandiot-Faride, Maire de Mitry-Mory