Vous êtes sur la page 1sur 2

Nana d'un certain âge ; Baroudeuse, ayant parcouru une bonne partie du globe.

Aujourd'hui je me consacre aux côtés plus contemplatifs de la vie, bien que les escapades
me stimulent encore.
Je me meus en fauteuil roulant électrique. Mes mouvements athétosiques me
distinguent efficacement…..!

Au comble de l'ironie !
J'estime qu'il est temps, et nécessaire que j'exprime le "mal-aise"
extrêmement humiliant que j'ai éprouvé lors de réunions concernant
"l'amélioration" des conditions de vie de la personne en situation d"handicap.
Je reconnais volontiers que je suis de nature réservée dans la vie courante.
Handicapée physique de naissance ; "né-anmoins" (et/ou "en plus") je
"comm-unique" relativement bien ; nonobstant entre-autre, une élocution
quelque-peu "extra-terrestre".
Aux cours de ces réunions, j'ai l'impression que les représentants des
associations opèrent aujourd'hui encore pour les personnes handicapées, et
bien rarement avec.
Dans le cas où ces dernières daigneraient agir conjointement, il va de soi que
la "personne handicapée" doit être "bien mise" proche de la normalité.
Je déplore que des gens concernés par le handicap me considèrent de
manière plus ou moins condescendante, comme une quantité négligeable,
une pauvre demeurée, échouée ici par hasard.
Il est vrai qu'à l'inverse de la confiture je n'aime pas étaler mon cursus
universitaire ni mes responsabilités quotidiennes, sans doute afin de faire
l'équilibre avec ceux, peut-être plus nombreux, qui se glorifient de leurs titres
et qui souvent monopolisent la parole par des propos inintéressants donc
infructueux…
L'espace "de ces réunions" a-t-il été créé dans la ferme intention de faire
avancer les choses ou bien à seule fin de satisfaire les ego démesurés des
intervenants qui ne se seraient pas encore reconnus ?
Lorsque je me présente, il est évidemment indispensable de répéter mes
dires, par contre d'en rajouter (bien que ceci soit fait avec altruisme) ne fait
que renforcer "la première impression que l'assemblée avait ressentie à mon
égard".

espérant ainsi faire partager mes réflexions. je prépare des papiers sur les ordres du jour des réunions auxquelles je participe. imaginer qu'un jour mon esprit et mon corps se retrouveront. chaque fois. Chose curieuse. ces écrits sont relégués aux oubliettes. 2004) .. je travaille sur la coordination pour. D'ici là.Je sais que je suis atypique. Illustrons cet adage avéré : Nous Respirons ce que Nous Pensons. mes convictions. hypothétiquement.. Jusqu'à présent mon apparence n’est pas le reflet de ma personnalité et vice versa .. même les plus incongrues… ! Bien souvent.. Dans l'espoir que ces "mal-adresses" expédiées à la bonne "adresse" feront resurgir en nous l’une de nos valeurs fondamentales : l'Indispensable HUMILITÉ.. ont-elles bien pour but primordial d'aider à l'intégration de la personne en situation de handicap au sein de la société ? Si oui. aussi ne serait-il pas complètement utopique d'œuvrer pour l'intégration du citoyen en situation de handicap ? Ces associations. dans une chemise carton. lors de ces réunions. le temps n'est-il pas venu. essayons d'accueillir et d'apprécier nos différences. j'en suis sûre…) Si au sein de "professionnels" en principe "familiers" à l'Handicap le respect et l'écoute de "l'autre" s'avèrent pratiquement impossibles. Nous Sommes ce que Nous Respirons Pensons et Agissons ENSEMBLE DIGNEMENT ! Sylvie Tenenbaum (déc. De les accueillir simplement ! . d'adopter et surtout de concrétiser ce concept à la fois si actuel et tellement universel : De contribuer à la stimulation et à la continuité de l'acceptation de la richesse des différences. mes opinions. par la personne qui est en charge de cette lecture (évidemment par omission et non par indifférence ou censure.

Centres d'intérêt liés