Vous êtes sur la page 1sur 24
LE LIBRE JOURNAL ae la /Franrce DULY LOUSE Nationalistes xénophobes adeptes de Vexclusion Ny DECADAIRE a Lettre ouverte 4 mes fréres sous-hommes O Philibert a trouvé ses allumettes Q Faurisson lutte contre le chomage . 4 Séraphin Grigneux se répéte a Olmetta aime les écorchés a Et ADG se montre un homme pour le loup Lettres de chez nous Discrimination Les nouvelles de Madagas- car sont atroces : un pays exsangue, des mendiants partout, les routes dans un tat lamentable, un gouver- nement qui ne sait dire ni oui, ni non, a la Banque mondiale, De sorte que la pluie de dollars bienfai- sants, ce n’est pas pour cette année, Je demande & une famille, £ privilégiée puisqu’elle recoit mon aide : “Je ne com- prends pas comment vous faites pour survivre’. Bux : me répondent : “Dieu seul le sat”, Cependant, la Grande lle ? recoit une aide abondante : de la France : “Un petit mi liard de francs par an. C’est faramineux”, me dit un journaliste malgache. “Il : faut demander plus”, lu disje, mais ila honte parce quill sait bien qu’avec un mniliard de francs d'aide les} Malgaches devraient se débrouiller. Faisons cependant les comptes et comparons la Grande lle, plus grande que la France, avec treize mil lions dhabitants, et Ile de Beauté, soixante fois plu: petite, avec 250 000 habi tants. "La Corse jouit d'un des niveaux de vie les plus Glevés du terrtoire francais, égal a celui de I'lle-de- France’, affirme Jean-Fran- | ‘ois Revel (Le Point, 20 jan- vier 1996). C’est qu’elle ne recolt pas moins de sept milliards de franes, soit vingt-sept mille francs par Corse, autant dire Véquiva- lent pour chaque famille corse d’une belle voiture (Le Figaro, 29 mars 1996). Madagascar est dans un état de survie. Lille regoit un milliard de francs par £ pour chaque famille mal- } ache d'une belle paire de Chaussures. Est-ce juste ? Chaque Malgache (misé- rable) recevant 350 fois moins que chaque Corse (riche), autant dire que le Malgache regoit en un an 5 ce que le Corse recoit chaque jour. C’est juste, affirmeront les racistes, car les uns sont blancs, donc de race supérieure, et les autres sont bruns ou noirs, en tout cas de race infé- rieure. Cependant, il est connu que le Francais nest pas raciste et se fera cou- per la main plutot que de le devenir, C’est juste, affir- meront en revanche les : gens normaux pour qui : "La France et les Frangals ! d’abord”, Les Corses sont frangais et doivent étre aides, les Malgaches sont des éirangers a qui on fait Vaumone, Je croyals que “La France et les Francais d’abord” était un slogan lepéniste et que Le Pen avait quelques accoin- 5 tances avec Hitler ? RT Ala suite d’une révolu- tion qui fit prés de cent | mille morts dont quatre cents soldats francais, Madagascar, ile depuis 1642 (1), accédaa | | Yindépendance en 1960. Depuis, lle a vécu trente-cing ans révoltes, de rébellions, de réglements de comptes entre factions, de complots, de coups | : @’Etat, d’épurations, ns, de mas: | ssacres, de tueries, de vio- | dexécu ences, de mutineries et de pillages. Sous la férule de dit geants forgés par les ° de: i gréves, d’émeutes, de : restée, on ne nous bassi nerait pas 4 longueur année avec les famines, Ja misére et les horreurs de VAfrique. parce Sone ceciatealee anes ae pouvoir personnel, du : famine, ni horreurs en fedéralisme, du directoire | Afrique, jet méme du “pouvoir : yotre comparaison me Kung-fu". parait donc spécieuse. La Elle a connu élections | Puneet chcore tram bres. piédiscites, role. | gaise, Madagascar ne { tions, constitutions en piece Deere te prmedroney fatate, affrontements : Pour ma part: aucun raciaux entre Malgaches nae a et Comoriens. tComoriens. omps, | revolvent de la Prance, ape quwils ont contribué a lle a veou de ta Charité Ses coneintantes ane | batir et a enrichir, des cals, F tuilions de fois pins ‘ar gent que les Malgaches 1972 elle avait rompu toute relation avec la : quine font rien pour elle. Ja “malgachisation”, du | : socialisme pur et dur, de ! Ia restructuration rurale, France (mais pas avec les : Si les Malgaches ne sont cinquante mille ressortis. | pas contents de leur nts maigaches qui : sort, ils n’ont a s’en vivent dans notre ; prendre qu’a euxmémes et, sils veulent redevenir francais, qu'ils le deman- Pays...)- En 1990, a l'occasion d'une visite a 'éphémére : dent. Cela donnera sans président Ramahatra qui doute a réfléchir aux allait étre vidé un an plus : gangsters barbouillés en tard, Mitterrand a efface, Sans consulter Ia repre: sentation nationale, 1a dette malgeche “da quatre milliards de — Chaque contribuable frangaio a donc ete i daleste de deux counts eoace oe (roti du gem qui nous Balesent ot 2 tous traltent de racistes 3 longueur de temps. | Jew aucim complexe rest oblige d'etre dae: visa-vis de Madagascar, | Cord avec toutes les as plus dailleurs que ” (teres publiées dans le wiscavis d’aucun pays [ipre Journal, La seule a Sas OSI SR OBE cs trattea esta acai homme blanc”, je le | comme vous Ie faites, lnbze a rantres cad bat, { des choses honnétes et tent leur coulpelsur la intéressantes et de sour poltrine duvotsin, |: friria contradiction, C'est EP Madagascar était res- dallleurs pour cela que tee framaise, si TAlgerie { ce décadaire s‘appelie le Patriotes qui font crever 4 petit feu une des plus belles provinces de : France. Voila ce que je voul répondre a votre lettre. que je vous remercie davoir écrite. Parce que, : pas plus que chaque col laborateur du Libre Jour- nal west forcément d'ac- cord avec tout ce que les autres écrivent, personne an, soit 77 F par habitant, : marxistes francais, puis : était restée francaise, si | LIBRE Journal. autant dire I'équivalent * soviétiques, elle a tate de | VAftique Frangaise V'éiait | S.deB. BEET BRE: 2 euskal ene Abonnement de la France Courtoise + Depot legal : 1 an 600 Frs, OURNAL extecite paria Sarde presse & partion SDB, Mae Ya Framer Cureotse SOB, aucapialae 2 Goon — Imprimerie: 139 boulevard de Magenta 139, bd de Magenta -75010 Paris, TBesnens Foraler ISSN: 1244-2580 75010 Paris [Tél. : (1) 42.80.09.88. Directeur de publication Ce numéro contient un encart §2.80.09.33 eax: (1) 4280.19.61. Daniéle'de Beketen __entreles pages 12 et 13 933 Editorial Poids et mesures haque jour, les bombes israé- Ci tombées du ciel font, ‘dans les villages du Sud- Liban, autant de morts que toutes les bombes déposées dans des autobus israéliens en un an. Pourtant, personne n’appelle au moindre rassemblement sur la Place du Trocadéro. Chaque jour, les familles des sept religieux enlevés en Algérie implo- rent en vain des nouvelles des leurs. Pourtant, pas un journal, pas une radio, pas une télé, pas un politi- cien ne s‘occupe de ces malheu- reux. Chaque jour, l'avortement tue cent fois plus d’enfants francais que le Sida ne tue d’homosexuels. Pourtant, pas une chaine de télé ne propose un « Bébéthon » qui per- mettrait de financer les méres en difficulté. ‘Chaque jour, le communisme fait en Chine dix fois autant de victimes que les prétendus néo-nazis n’en ont fait depuis un demi-siécle en Europe. Pourtant, le gouvernement baisse culotte devant Li Peng mais envoie les révisionnistes en prison. Chaque jour, la pégre allogéne agresse cent fois autant de Francais que les racistes n’agressent d'im- migrés en un an. Pourtant, jamais la presse ne publie les statistiques du racisme dont sont victimes les indigénes de ce Pays. Chaque jour, l'industrie de l’alcool et du tabac tue cent fois autant de Frangais que I’élevage bovin n’est accusé d’avoir tué d’Européens en dix ans. Et pourtant, pas un seul politicien frangais n‘a le courage d’appeler au boycott du tabac et de I’alcool. Chaque jour, la classe politique frangaise donne dix fois plus de preuves de son mépris de la démo- cratie que le Front national ne 'a fait depuis sa fondation. Et pourtant, personne, en dehors des intéressés, n’exige le rétablis- sement du scrutin proportionnel. Chaque jour, la mafia, barbouillée en mouvement indépendantiste corse, commet plus de crimes que la prétendue extréme droite n’en a été soupconnée depuis dix ans. Et pourtant, le moindre crane rasé est dix fois plus sévérement traqué que les encagoulés du FLNC. Chaque mois, des profanateurs souillent plus de cimetiéres catho- liques qu’ils n‘ont saccagé de cime- tigres juifs en dix ans. Pourtant, personne ne défile de la République a la Bastille derriére des drapeaux aux couleurs du Vati- can. Chaque jour, a la télévision, les catholiques sont plus bassement insultés que les juifs ne l'ont jamais été en dix ans. Et pourtant, le Parquet reste de marbre. Vous en voulez plus, mes fréres en sous-humanité ? Lem Joona page #9949020 so 1996. ETAT DE DROIT Les passagers | EE africains d'un avion de ligne transportant un trafiquant de drogue congolais expulsé ont pris a partie et traité de “nazis” les policiers qui ’accom- pagnaient. Le pilote a posé son appareil, le dealer congolais est resté en France et les agresseurs des policiers ont été remis en liberté, sans autre forme de procés. Les contribuables paieront les frais entrainés par ce détournement et le retard de plusieurs heures qu'il a provo- qué. ETAT DE DROIT (BIS) EE “La Corse” a publié un texte dans lequel le FLNC menace de recourir a des “actions militaires” contre I’Etat francais. Le parquet n/a engagé aucune action contre ce journal qui accepte de servir de tribune a des organisations antidémocratiques. Rappelons que, pour des faits similaires, plusieurs journaux et revues nationalistes francais se sont vu infliger des amendes ruineuses. LA MEILLEURE, Bruno Mégret Yayant invité & s’entendre avec le Front national, Alain Made- lin a refusé au motif quill “n’entendait pas changer de convic- tions”. “a in fantas- | eros appel dair”. C’est en ces termes que le député UDF de la Loire, Jean- Pierre Philibert, prési dent de la commis- sion d’enquéte parlementaire sur Yimmigration clandes- tine, définit 'attribu- tion de l'aide sociale, du RMI et des soins gratuits aux immigrés sans papiers. Il aura donc fallu vingt-cing ans a cet élu quinquagénaire pour découvrir la réa- lité de ce que Le Pen appelait, dés le début des années soixante- dix, la “‘pompe a immigration”. Car c’est cela le fond du grand scandale. Crest cela qui souléve les cris d’orfraie de la presse et de la politi- caille : la commission parlementaire sur Vimmigration clandes- tine n’a pas pu faire autrement que de se rendre a I’évidence : Le Pen avait raison. Le Front national avait raison. Leurs analyses de Yimmigration et leurs prophéties les plus sombres sur ses conséquences a moyen terme Nouvelles Commission Philibert sur n’étaient en rien une manifestation de racisme brutal et pri- maire mais simple- ment un effet de leur lucidité politique. L’ennui, c’est que, pendant le quart de siecle quia été néces- saire aux députés de la commission Phili- bert pour se rendre a Vévidence, le danger de immigration est devenu un fléau. Et, vraiment, il y a de quoi se demander si ces élus sont des imbéciles ou s‘ils nous prennent pour des imbéciles lors- qu’on les entend s’étonner qu’en Guyane, par exemple, les clandestins qui s‘engouffrent par mil- liers sur un territoire incontrélable se voient attribuer le RMI. Il leur est, faute de routes, convoyé par un hélicoptére de la gendarmerie et ils vont le dépenser en beuveries dans leur pays d'origine, sim- plement en traversant le fleuve, pour la rai- son que la vente d’al- cool est interdite sur le teritoire francais, Bt Philibert de s‘aba- sourdir : “Une fois qu’un gars a le RMI, il va acheter des femmes, il leur fait des enfants et touche d'autres allocations... un cercle infernal”. (On imagine le scan- dale si ce genre de déclaration était imputable a «l’ex- treme-droite Autre motif de stupé- faction pour ce brave parlementaire : “On ne poursuit meme plus les détenteurs d‘héroine. Pas de place en prison. On les reconduit a la frontiére (du Brésil) ; ils reviennent le jour meme’. On se demande sim- plement pourquoi Phi- libert a cru devoir par- courir le tiers de la planéte pour aller chercher en Guyane les allumettes néces- saires a l’éclairage de sa lanterne et qu‘il aurait trouvées au car- refour Barbés-Koche- chouart ou dans n‘im- porte quel foyer Sonacotra de Seine- Saint-Denis. Enfin, l’essentiel c’est qu’a présent les élus y voient clair... L’essentiel, fagon de parler. Car on peut le pronostiquer sans risque d’erreur : le rapport Philibert res- tera lettre morte, Pour une bonne rai- du “Marigot l'immigration : l'imposture son que Caroline Par- mentier souligne dans Présent : cette opéra- tion est une impos- ture qui consiste a renforcer des lois dont on sait que l'on ne les appliquera pas. C’est de la poudre aux yeux, de I’attrape- gogo électoral A preuve l’annonce par Juppé qu’aux Maliens de Saint- Ambroise la loi serait appliquée “avec humanité’, Ainsi que le remarque en sub- stance Martine Lehi- deux dans Paris ’Es- poir, cette affirmation revient a dire que la loi ne sera pas appli- quée. On ne peut pas expulser des clandes- tins “avec humanite”, On les expulse ou on les garde. On ne peut pas, “avec humanité”, expulser les parents sans papiers et garder les enfants potentiel- lement frangais parce que nés en France. Donc on ne peut, “avec humanité”, que garder tout le monde. Crest ce qui va se pro- duire. Et si le politique n’y consentait pas, le judiciaire 'y contrain- drait_ comme le démontre le récent arrét de la Cour de cassation imposant la dévolution de la nationalité frangaise a Venfant d’un couple de domestiques phi- lippins né a Paris, mais dans les locaux de I’ambassade des Philippines ow ils étaient employés, cest-a-dire, légal ment, en territoire étranger. Ala vérité, le terro- risme immigration- niste de la gauche et des associations Kol- labos a fini par s‘im- poser aux politiciens, aux policiers et aux magistrats. Et équation “hosti a Vimmigration = racisme” fonctionne impeccablement. Il n’est que de lire, par exemple, dans Alger Info, quotidien de propagande gou- vernementale algé- rien fabriqué et vendu en France, les com- mentaires sur ce rap- port “qui fait de 'im- migré un bouc émissaire” pour com- prendre oii on en est arrivé. C’est un chapelet d’insultes contre la France du chomage, de la malvie, de la précarité, la France de Le Pen, raciste, odieuse a I’étranger “basané”. Bref, une France dont on se demande vraiment ce qu’elle a pour attirer tant d’étrangers sinon la prodigalité avec laquelle elle dispense le fric de ses citoyens. Sans doute pour le simple plaisir d’offrir des boucs émissaires a son mal de vivre et des cibles aux hordes de tueurs a crane rasé qui écument ses rues. Vraiment, les Francais sont de plus en plus nombreux a en avoir plus que marre de se faire insulter, dans leur propre pays, par des gens qu’ils héber- gent, protégent et engraissent a ne rien faire. Le rapport Philibert ne peut pas taire cette réalité. Mais, d’une facon curieuse, il la borne a la si com- mode et si lointaine Guyane en affirmant que, sous le poids d’une immigration clandestine de plus en plus lourde et incontrolable, “les Créoles deviennent de plus en plus ouver- tement racistes”. Les Créoles, vrai- ment ? Sacrés Créoles, va ! LA MEILLEURE (BIS) Maurice Glele- Ahanhanzo a dénoncé le racisme des Francais et demandé la modifi- cation de la législation francaise et la recon- naissance de I'islam. Le donneur de lecons vient du Bénin. Crest dire s‘il est qua- lifié.... EGALITE La petite-fille de Chirac, née de sa fille Claude et du judoka Thierry Rey, portera le nom patronymique de ReyChirac. ‘Ce manquement a la Joi régissant I’état-civil est le fait d’une “faveur exception- nelle exorbitant du droit commun”. EN FAMILLE, Tero cles w 2 semaines avant sa mort, Bleustein-Blanchet avait renouvelé les mandats des membres du conseil de surveillance de Publicis : Michel David-Weill, Edmond de Rothschild, Claude Marcus et Robert Badinter. C’est bon pour nous, ca? REGLE L’Education SE nationale a enfin décou- vert la solution contre la drogue a l’école : plusieurs milliers dexemplaires d'une vidéo-cassette de trente minutes vont étre distribués pour *"convaincre les adultes de la néces- sité d’agir contre les toxicomanes”, On imagine la panique chez les dea- lers | ous autres Frangais Nitters depuis deux siécles sous un men- songe, une imposture qui nous a valu bien des malheurs, sans compter ceux, encore plus graves, qui nous menacent, pla- cés que nous sommes sur une pente glissante et aveuglés par un épais brouillard, Depuis ce temps, des théolo- giens, des penseurs, des che cheurs, trop rares a notre gré, sonnent interminablement le tocsin mais les naufrageurs crient encore plus fort pour étouffer l'alarme et n’hésitent pas, selon les circonstances, & tuer, a baillonner ou a empri- sonner les éclaireurs, comme ce fut le cas avec Charles Maur- ras, mort au bagne en 1952. Pourquoi la République, qui svaffirme francaise, s‘acharne+- elle a persécuter le peuple qu’elle est censée représenter, pour en arriver a le faire dispa- raitre par différents procédés dont le plus pervers est la légis- lation prétendument antiraciste qui est en réalité l'invitation a la haine de soi ? A cet effet, toutes les administrations sont peu ou prou employées a nous faire croire que notre dispari- tion, notre sacrifice, pour ne pas dire notre suicide seraient un bienfait pour nous:mémes et pour le genre humain 1 Parmi certains corps de I'Etat, la police est la premiere expo- sée. Elle est, en effet, incitée a s’acharner sur les honnétes gens taillables, corvéables et punissables 4 merci (1) et a pro- téger de fait la pégre pro! rante, a faciliter invasion tlers- mondiste et a recevoir, en échange des dangers encourus, Je mépris croissant du public et les sanctions de sa hiérarchie quand, d’aventure, elle s‘ac- quitte de la mission pour Traditions Par Michel de l’Hyerres Essayons d’y voir plus clair ! laquelle elle est rétribuée, ce que les médias s‘empressent de qualifier de “bavure poli- ciére”. Rien d’étonnant a ce que cette tache contre nature particuliérement ingrate, cette autopersécution, déterminent chez les policiers le désespoir et le suicide (24 cas recensés en 1996) ! Car les ordres viennent d’en haut : c'est délibérément, en y mettant de moins en moins de formes, que la République détruit son propre peuple, avilit sa jeunesse par la droque, le sexe et les déviances, persé- cute les honnétes gens, assas- sine sa paysannerie, ruine les familles francaises et facilite Vinvasion tiers-mondiste ! Il existe 1a une logique, une volonté, une intention visible- ment criminelles qui ne sont pas les fruits du hasard ou de Vimpuissance ou de la sottise mais remontent a la fondation de la République du 10 aoat 1792 et, pire encore, a sa conception par les péres fonda- teurs que furent les philo- sophes du XVille siécle dont certains aveux, pourtant bien cachés par la propagande offi- cielle, font enfin surface (2). La République est “intrinséque- ment perverse” par nature, par naissance et par vocation et est par la perversion du lan- gage, la falsification du sens des mots qu’elle ourdit, chaque jour, son affreuse besogne. Devant cette évidence, tout s'éclaire d’un jour sinistre : cette vision infernale, effrayante pour les ames timides mais édi- fiante pour les intrépides, per- met a ces derniéres, devant le péril, de préparer le salut. Car il n’est pas, aujourd'hui, de notre intention de critiquer telle forme de gouvernement pour en préférer une autre : ce n’est pas tant une question de contour, d’apparence que de nature et plus précisément d’es- prit ; celui de la République est constitué, dans sa profondeur, par la somme de nos péchés dont le pire est l’orgueil, péché luciférien par excellence, admi- rablement illustré par le génie prophétique de Moligre dans son Don Juan (5). Tel est le secret de la Répu- blique, son véritable esprit qu’il nous faut, pour conclure, dévoi- ler : Vorgueil dissimulé par I'hy- pocrisie et qui conduit au crime. Nous ne sommes pas pour autant sauvés mais nous y voyons plus clair. Michel de I'ltyerres (1) Jean de Maillard et Didier Gallot, Les Automobilistes poli tiquement incorrects, Albin Michel, (2) Xavier Martin, Nature humaine et Révolution fran- aise, DMM. (5) Voir la version télévisée aec Michel Picoli et Claude Bras- Autres WN ouvelles Sr de chapeau a notre confrére Le professeur Faurisson, “la Durbeliére”, petit y maers , - mais venent meneuel créateur de milliers d’emplois ? |otinesatoisiene L 15 avril, Union bien que ce n’est pas verait ainsi a origine [année d’existence. des étudiants techniquement impos: de Ia création, en [tout special a ses crea fjuifs de France sible” (Le Monde, sec- France, de milliers |)teurs, les Caffarel, (UEJF) assignait en tion Multimédia, d’emplois et, en |/dont I’enthousiasme référé, devant son juge 14/15 avril 1996, Europe, de dizaines de _ | militant force 'admira- de dilection, Jean- p. 28). milliers d’emplois. tion. On s‘abonne a Pierre Marcus, neuf De fail, il est techni- C'est du moins ce que _ ||“L@ Durbeliére-Coeurs prestataires d’accés 4 quement possible pour peut donner a_|/¢@ Chouans”, Jean- Internet. Il s‘agissait I’Etat de former et de entendre une récente || Louls Caffarel, BP 26, dobtenir l'interdiction salarier, aux frais du qéciaration de Jean |aesne ummamune” de la présence de contribuable, des mil- Kahn, qui souhaite une : textes du professeur liers de censeurs qui Europe éthique’ s'ins | BOURRAGE DE Faurisson sur le réseau auraient pour tache de pirant de la legislation | CRANE mondial. Le juge devait guetter, jour et nuit, froncaise. pour la La septiéme donner sa réponse le toute apparition sur [errccaion de racisme SE “semaine de 12 avril. On Vattend Internet de textes ou CP vevisionniome (Le [oat Presse & toujours. de photographies du j,, is avril 1006 Vécole” a permis aux Ala veille de la déci- professeur : par /isaro, 15 avn » |lécoliers de la mater- sion de JP. Marcus, Le exemple, la photogra-_P: 10) J: Kahn est, ala j/nelle ala septiéme de Monde a interrogé phie de son visage ala {0ls. président du {découvrir ja presse Alexandre Braun, suite d’une grave Consistoire israélite de || dans sa diversité et é ‘sa pluralité”, Entendez secrétaire national de agression physique, France, président de la que on aprseone VUEJF, lequel a agression que Serge et Seer racisme et | aux enfants un éven- répondu : “Plusieurs Beate Klarsfeld avaient_ X€nophobie de Union |} ai) allant du “Figaro” a fournisseurs d’accés jugée “normale et ¢uropéenne et prés' “L’Huma". ont déclaré que la sur- naturelle” (La Lettre dent de laCommission | La presse nationale veillance permanente télégraphique juive, nationale consultative |] était censurée par la du réseau mobiliserait 18 septembre 1989, des droits de homme | FEN mais la feuille des milliers de per- p. 1 ; Le Monde, (secrétaire général: |Pornographique sonnes. C’est beau- 19 septembre 1989, Gérard Fellous) auprés ere oan age coup, mais, en meme p. 14). du Premier ministre, | Pitants de dix ans, temps, cela prouve Le professeur se trou- Alain Juppé. x=) >) | : aca LS rarion — a TRADITIONNELS mn ie on QUI SOUHAITEZ FONDER UN FOYER s = a Te Meters Tara} cain Kesque pe. (ne | oe Bein) (shag OTE SimQieren / ake cerme eT CATHOLIQUE ua Vue ae 46.22.21.29 OZH=-I0 BO OHK