Vous êtes sur la page 1sur 2

Crafouilli, Serge Rivron, éditions les provinciales, mars 2000 – pages 147 à 149

 Le sommier de ma mère (extrait)

(…)
Ma mère, femme idoine, avait longtemps passé sa vie entre châlits et pain perdu,
macédoines, petits matins fébriles à souilloner les sols et récurer les plats, admirable en
famille et pétissante au lit, lessive et repassage et entretien des chambres, comptes,
maisonnée, servantes, voisinage, charités... Ah! vraiment elle avait été idoine, cette
femme! Gaspard mort, elle maintenait la pétulance apparente, sa forte constitution ne
laissant rien moisir du panier de concombres qu'elle tenait du soleil et du monde à l'abri
pour les nuits, sous son matelas.
Nous l'entourions du mieux, moi ma fratrie. Mais elle chacun chez soi, n'estimant rien
plus que sur son sofa seule son canevas ou des cruciverbiages, réconfortait ses familiers
d'un pet discret, d'un sourire, d'un à demain et refermait nos portes sur sa sereine
patience.
Côté physique, évidemment, c'était bien incommode à en jauger. On ne voit pas sa
gésineuse avec un sexe, ni les vieillardes, alors les deux... Mais elle devait sans doute être
assez pimpante, le cheveu bien tenu, la ride fraîche, de corpulence encore altière avec les
formes préservées, le sein oblong mais bien entier, la croupe gentille, la jambe glabre et
point trop veinulée, le pied osseux mais en rien comparable à ces chevilles de
mammouth qu'on voit trop aux antiques et leurs orteils calleux qui soulèvent. Bon,
plutôt le dessus du panier, la mère, pour un gérontophile comme Roudon. Il ne devait
pas tarder de l'entreprendre, et il ne tarda.
Au vrai nous n'en sûmes rien avant longtemps, du fait de la discrétion légendaire de
maman qui jamais ne plaint ni vante. Il est probable hélas que l'importun l'importuna
juste à peine encueillie par la noire cohorte des mancheuses de phalles que la faux a
retirées de leur habituel giron. L'insane ! Il l'avait bien perçue, lui, la douceâtre effluve
du cucurbitacée nocturne, signe toujours certain, quand elle émane des cuisses des
fenotes, d'une ardeur peu commune du tempérament et d'un manque à pourvoir du
rince-doigts. Chère mère, que ne l'as-tu ? Que n'y es-tu ? Que ne t'en es-tu ouverte à ton
engeance, mieux qu'à ce verdissant godemichet ? Ainsi Roudon ayant déréliction humée
chez cette pauvre femme, s'était-il introduit, sous prétexte vulgaire de cultiver toutes
sortes légumeries en son gai jardinet, un soir que ma Myrtille rentrait à pas menu le
panier sous son bras chargé de quelques jolies pièces : "je pourrais vous fournir". Il
paraît qu'elle ne s'en offusqua, vu la suite.

Elle avait repris du poil, pour sûr, si nous l'avions un peu mirée. Mais non, nous
ne prêtions d'assez près à son ensemble, et ce n'est d'arborer cheveux mauves ou
pendeloques absurdes à tous poignets et chevilles qui nous la mit à l'oreille. Nous la
voyions rayonnante de sa seule survie, admiratifs comme dadets, et l'autre, sournois
fouisseur n'intervenant qu'à domicile, nous n'avons su.
C'est ainsi qu'un matin, ne l'ayant vue de trois, nous tapotâmes à son huis. En la demeure
nul répons, nul souffle. Nulle lare en ce foyer ? Disposant de quelque sésame, nous
n'hésitâmes ni une ni deux et très encouragés nous pénétrons. Entrée, wc, cuisine, tout à
sa place et rien d'abandonné. Frisant le mystère, nous montons à sa chambre, où fûmes
Crafouilli, Serge Rivron, éditions les provinciales, mars 2000 – pages 147 à 149

saisis d'un fort remugle que largement domine le concombre moisi, mais où point aussi
un soupçon de fada. Nous avançons au plumard déjeté, faisant constat des couvertures
énormément défaites. Nous nous penchons et là, surprise, un mot pincé dans les bois du
sommier :

chers enfants, j'espère que vous ne m'en tiendrez du franc débarras que je laisse. Les
légumineuses datent du 12, on peut les consommer jusqu'au 19 s'il ne fait pas trop chaud,
sauf la grosse aubergine prise dans le sommier dont j'ai servi à d'autres usages. Les draps
sont consommés de moi-même et Roudon avec qui j'escampe, vu l'heure qu'il est au lavoir
on n'y voit rien et ça ferait trop de bruit pour aspirer les poils. Le matelas n'est pas
récupérable. Je vous embrasse tous mes petits et votre famille. Que Le Grand vous garde.

Et en effet en écartant le matelas déjà passablement poussé nous aperçûmes la grosse


aubergine traversant de part en tranche un trou pratiqué tant au bois qu'à la plume,
portant moultes traces sèches d'empalages mutins, et dessous le sommier, jonchant le
sol, une dizaine de courgettes et concombres neufs, bien qu'assez ramollis car nous
étions le 18 mais il avait fait chaud.

Dois-je le dire ? J'ai peine. Une vanité nous fit d'abord ravis, fiers de notre Myrtille
si tellement pétulante et de pleine materne prévenance pourtant, et presque aussi nous
agacer de ce fichu temps d'orage lourd qui tardait à crever depuis trois jours, où nous
avions à cause perdu notre héritage de bonne ratatouille de frais jardinet. Lorsque nous
gagna l'inquiétude, nous redescendions déjà l'escalier : si pourtant Mireille, où qu'elle se
trouve, n'y était à son gré ..? Ensemble alors il nous revint ce conte épouvantable que
nous contait maman pour nous épouvanter à l'âge que les minots veulent pour
s'endormir des contes épouvantables. C'est l'antique histoire du Sultan Roudon et du
harem.

Centres d'intérêt liés