Vous êtes sur la page 1sur 161
Les lettres libertines en vers de Claude de Chaulne, / publiées par Frédéric Lachèvre, Source
Les lettres libertines en vers de Claude de Chaulne, / publiées par Frédéric Lachèvre, Source

Les lettres libertines en vers de Claude de

Chaulne,

/ publiées

par Frédéric Lachèvre,

Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France

Chaulne, Claude de. Les lettres libertines en vers de Claude de Chaulne, / publiées par

Chaulne, Claude de. Les lettres libertines en vers de Claude de Chaulne,

/ publiées par Frédéric Lachèvre,

de Claude de Chaulne, / publiées par Frédéric Lachèvre, 1924. 1/ Les contenus accessibles sur le

1924.

1/ Les contenus accessibles sur le site Gallica sont pour la plupart des reproductions numériques d'oeuvres tombées dans le domaine public provenant des collections de la BnF.Leur réutilisation s'inscrit dans le cadre de la loi n°78-753 du 17 juillet 1978 :

*La réutilisation non commerciale de ces contenus est libre et gratuite dans le respect de la législation en vigueur et notamment du maintien de la mention de source. *La réutilisation commerciale de ces contenus est payante et fait l'objet d'une licence. Est entendue par réutilisation commerciale la revente de contenus sous forme de produits élaborés ou de fourniture de service.

2/ Les contenus de Gallica sont la propriété de la BnF au sens de l'article L.2112-1 du code général de la propriété des personnes publiques.

3/ Quelques contenus sont soumis à un régime de réutilisation particulier. Il s'agit :

*des reproductions de documents protégés par un droit d'auteur appartenant à un tiers. Ces documents ne peuvent être réutilisés, sauf dans le cadre de la copie privée, sans l'autorisation préalable du titulaire des droits.

*des reproductions de documents conservés dans les bibliothèques ou autres institutions partenaires. Ceux-ci sont signalés par la mention Source gallica.BnF.fr / Bibliothèque

municipale de

(ou autre partenaire). L'utilisateur est invité à s'informer auprès de ces bibliothèques de leurs conditions de réutilisation.

4/ Gallica constitue une base de données, dont la BnF est le producteur, protégée au sens des articles L341-1 et suivants du code de la propriété intellectuelle.

5/ Les présentes conditions d'utilisation des contenus de Gallica sont régies par la loi française. En cas de réutilisation prévue dans un autre pays, il appartient à chaque utilisateur de vérifier la conformité de son projet avec le droit de ce pays.

6/ L'utilisateur s'engage à respecter les présentes conditions d'utilisation ainsi que la législation en vigueur, notamment en matière de propriété intellectuelle. En cas de non respect de ces dispositions, il est notamment passible d'une amende prévue par la loi du 17 juillet 1978.

7/ Pour obtenir un document de Gallica en haute définition, contacter reutilisation@bnf.fr.

LE

LIBERTINAGE

AU

XVIIe

SIÈCLE

LES LETTRES LIBERTINESEN VERS

Président

LIBRAIRIE

DE

du Bureau

des Finances de Dauphiné

PUBLIÉES

PAR

FRÉDÉRIC LACHÈVRE

ANCIENNE

EDOUARD

PARIS

HONORÉ

CHAMPION

5,

Quai

Malaquais

1924

CHAMPION

LE

LIBERTINAGE

AU

XVIIe

SIÈCLE

LE

LIBERTINAGE

(Série

AU

complète)

XVIIe

SIÈCLE

 

I.

Le

Procès

du

poète

Théophile

de Viau

(11 juillet

 

intégrale

des

pièces

inédites

des

Archives

nationales;

portr.

et

fac-simile,

592

et 448

pp.

Tiré

numérotés.

 

Ouvrage

honoré

à 500 exempl. d'une

souscription

 

du

Ministère

 

de

l'Instruction

 

(Académie

française),

 

1910.

 

II.

Disciples

 

et Successeurs

de

Théophile

de

Viau.

La

Vie

et

les

dites

de

Des

Barreaux

(1599-1673)

et

de

SaintPavin

 

(1595-1670).

 

In-8

de

500

exempl.

numérotés.

 

III.

Une

seconde

révision

des

OEuvres

du

poète

Théophile

 

de

Viau

et augmentées),

 

publiée

en

1633 par

Esprit

Aubert,

 

chanoine

 

d'Avignon,

Théophile

qui

ne

sont

ni

dans

l'édition

d'Esprit

Aubert

(1633)

ni

dans

In-8

de

155

pp.

chiff.

Tiré

à 205 exempl.

 

IV.

Les

recueils

collectifs

de

poésies

libres

et

satiriques

 

publiés

mort

de

Théophile

 

(1626).

Bibliographie

 

de

ces

recueils

et

bio-bibliographie

figurent

donnant

:

1°

L'historique

et

la

description

 

de

chaque

 

recueil.

chaque

auteur

(titre

et

premier

vers).

3° Une

table

générale

 

des

nom

des

auteurs

pour

celles

qui

ont

pu

être

attribuées.

 

Suivie

 

du

recueils

imprimés

 

et

manuscrits,

etc.,

etc.

In-4

de

8

ff.

et

601

pp.

chif.

numérotés.

 
 

Mention

très

honorable

(Prix

 

Brunet,

1915) de

l'Académie

 

des

Lettres.

 
 

Id.,

id.

Supplément.

Additions

et

corrections,

1922.

In-4

de

97 pp.

Tiré

V.

Les

OEuvres

libertines

de

Claude

Le

Petit,

 

parisien,

 

brûlé

le

L'Escole

de

l'Intérest,

 

L'Heure

du

berger,

Le

Bordel

des

Muses

(Paris

dées

d'une

notice

biographique.

In-8

de

LVII

et

242 pp.

Tiré

à 200 exempl.

1623-1er septembre

1625),

publication

de

2 vol.

in-8,

XLVI,

iné-

à

de

(1855),

publique.

Prix

Saintour,

Tiré

diminuées

pièces

Poésies

XIV

celle

et

libertines

551

de

pp.

(corrigées,

suivie

d'Alleaume

des

depuis

1600

jusqu'à

la

auteurs

qui

y

Les

pièces

de

 

avec

le

 

de

plusieurs

à

305

exempl.

et

Belles-

 

1662

:

 

etc.),

précé-

pièces

anonymes

dépouillement

Tiré

Inscriptions

à 255 exempl.

1"

septembre

ridicule,

VI.

Les

notice

Chansons

biog.,

libertines

In-8

de

Claude

et

de XLVIII

musique,

VIL

etc.

: Trois

Mélanges

grands

procès

de Chouvigny

baron

,

145 pp.

Tiré

à 280 exempl.

de

libertinage

:

Geoffroy

de

tanier

Haye,

à

227

(1621),

Michel

1607.

Claude

exempl.

Millot

et

Belurgey

Jean

et

L'Ange

(1655).

les

Quatrains

du

Beaumont-Harlay

Déiste

(1620),

etc.,

Blot-L'Eglise,

Vallée

(1573),

avec

Jean

et mademoiselle

etc.

In-8

de

315 pp.

leur

Fon-

de

La

Tiré

VIII. Les

OEuvres

libertines

de

Cyrano

de

Bergerac,

précédées

d'une

notice

biographi-

Tome

et

et

Prix

IX.

et

de

premier.

Soleil.

L'Autre

Première

— Tome

Monde

que.

Empires

Paris

d'Agrippine,

205

:

I.

Voyage

contenant

Pédant

du

dans

les

joué,

Ms.

la Lune

; II.

Histoire

passages

supprimés

texte

du

Ms.

Nat.

de

; etc.

la

OEuvres

comique

d'après

Bibl.

2

vol.

de

des Estats

les

;

Mss.

La

de

et

de

du

édition

Munich.

second.

Lettres,

Le

texte

Nat.

Mort

eux,

Mazarinades,

Tirés

de

la

Bibl.

de

Viau.

Les

suivies

de

in-8

335 pp.

135 pp.

à 502 exempl.

(Académie

et

à 227

Saintour

Tiré

française),

de

1922.

Théophile

notice

et

Disciples

(1611 7-1682).

successeurs

Jean

Dehénault,

In-8

parisien

LII

précédées

exempl.

d'une

Mélisse,

tragi-comédie.

de

X. —

Les

connue,

toire

1676 :

de Calejava

Successeurs

Denis

Veiras

(1700),

etc.,

de

et

Cyrano

l'Histoire

etc.

In-8

de

Bergerac

:

Gabriel

de

Foigny

et

des

de XVIII

Sévarambes

et 279

pp.

(1677-1679) ; Claude

Tiré

à 302 exempl.

La

Terre

Gilbert

australe

et

l'His-

XI. Disciples

et

successeurs

de

Théophile

de

Viau.

Les

Derniers

Libertins

Payot

de Lignières

libertines,

etc.

;

La

; Madame

Fare,

Deshoulières

et

ses poésies

libertines

phiques, suivies

Tiré

à 277 exempl.

des

Lettres

libertines

en

vers

ses poésies

en partie

de

Claude

libertines,

inédites,

de

Chaulne

etc.

avec

; Chaulieu,

notices

In-8

de

XVI

: François

ses

poésies

bio-bibliogra-

et

412 pp

LE

LIBERTINAGE

AU

XVIIe

SIÈCLE

LESLETTRES

Président

LIBERTINES EN VERS

DE

du Bureau

des Finances

PUBLIEES

PAR

de Dauphiné

FRÉDÉRIC LACHÈVRE

LIBRAIRIE

PARIS

ANCIENNE

EDOUARD

HONORÉ,

CHAMPION

5, Quai

Malaquais

1924

CHAMPION

TIRAGE

à

A

PART

50 exemplaires

Les

de

l'Appendice

à l'ouvrage

derniers

Libertins

du XVIIe

:

siècle

LEMANUSCRIT

DE

DES

CLAUDE

LETTRES

EN

DE

CHAULNE

VERS

C'est

Ch.

Nodier

une

notice

connaître

de

insérée

l'existence

au

qui,

par

année

en

spirituelle a fait

de Claude

Bulletin

du manuscrit

du Bibliophile,

bien

des

des

1836,

sans

ce

de

y

lettres

vers

Tout

Chaulne

:

«

ment

On

lira

trouver

est

le moindre d'en

possible

famille

de

de

duc

famille de de duc du d'autre poète cette d e q u a l i t

du

d'autre

d'autre

poète

cette

de

qualité

L'obscurité

L'obscurité

un

qu'il

bibliographies

parle.

qu'il

renseigne-

dire

le poète certitude, cousin

dont

sur

je

c'est

du

qu'il

avec

et

et

et

était

l'illustre

vers

Chaulne

Chaulne,

quelque

probablement

du

maréchal

Honoré

sans

d'Albert,

le

xvir 3 siècle,

importance.

ce

connétable

de Luynes des vers

;

qu'il

son

florissait

plaisir

pas

qu'on

de chose

d'un

c'est

jouer

milieu

qu'il

Ce

faisait

f a i s a i t

qui

m'étonne,

pour

ce n'est

mais

gné

laquelle de son

l'apprécier.

Chaulne

Aignan,

sait,

sache

de

si

qu'on

se mêler

il

peu

poésie

est

tombé,

fond

joui,

vivant,

Du

correspondait

Hugues

de

bonne

de fort

privauté

vous

la plus entretenir

ment

rien

de

et

nombre

de

verve

et

de

que

François

et

et

aux

pour

notre

cette

savent

du

aurait

est

le plus

que

c'est

lui

gens

la

rareté

époque

illustration

de

duc

plus

de

y attacher

ait

oublié

un

homme

de

de

malheur.

caractère; a dai-

qui

dans

avoir

pour

de

totale

paraît

est

d'une

du

d'autant

certaine

Dauphiné,

avec

Lyonne

la

compagnie,

Le

plus

extraordinaire,

faisait

de

desquels

dans

monde

duc

gens,

le

suis

fait

Claude

de

réputation

il

son

séjour,

le

duchesse

Saint-

de

Chaulne,

Foucquet,

il

était

dont

lettres

qui

d'esprit.

Muses

de

et le surintendant

auprès

manuscrit

de

cette

comme

pied

on

la

sur

je

rimée

de

familière.

le

c h a r g é

chargé

qui

notre

n'a

de

vrai-

p o è t e ,

poète,

avec

lui

de

n'ignore

pas

le plus

poli

succès,

singulier

correspondance

est

diplomatique;

dépôt

de

il

contient

des

ses

nobles

amis

ce

commerce

de

Saint-Aignan,

la cour

roi

bien

aux

l'idée

quelque

seigneurs

même

auteurs

ou

chose)

et

trouve

été

le

ici

luttent

réponses

bouffonnerie

dans

On

l'homme

avec

Beauvillier,

France,

inspira

Ils

fait.

lui

mais

duc

faisait

au

de

galant

qui

de lettres.

quelque

des

donner

souvenir,

les

ne

les

deux

grand

récompenses

ne

fût-ce

citoyens

envieront

pauvres

cents

doivent

que

de

pas

lui

du

(c'est

;

l'avoir

Les

absolument

grands

grands

lui

auteurs

ou

la

les

pauvres

Or

que

méritée.

qui

parle

gré de Saint-Aignan certainement

avancé,

je

on

jamais

dans

pour

trois

Cette

XIV

vers

nôtre

n'ont

sensation

découverte

:

le

imprimés.

de

fait

n'en

siècle

Louis

mémoire.

VI

CLAUDE

DE

CHAULNE

»

Si

je

m'en

au goût

de

des amateurs, rimailles

en

Alain

au poids

dont

de

de l'or,

seule

par

le

rapporte

davantage,

est

qui

paient

et quelquefois recommandation

Philippe

et

dont

vermoulues

sales

ou

et

la

bancroches,

petites

d'être

lettres

Lotrian,

imprimées

Vostre,

bien

Simon

d'ailleurs

Jehan

Pigouchet,

je

partage,

Channey,

manie,

sincèrement,

l'innocente

mérite

mon

deux

une

Il

raire,

faut

littéraire

de

qui

Claude

leur

de

importe

Chaulne

de

n'a

n'a

savoir,

à faire

connaît

jamais

dans

pas

dans

qui

poète.

litté-

ne m'a

pas grand'chose

c'est

qu'on

sache,

d'honneur

de

article.

copies

vente

Ce

ne

de

son

livre,

et qu'il

cela

dise

pas,

un

que je

litre

du

figuré

C'est

est

publique.

qui

deux

un

rapport

pour

le

mots

cependant

je

mon

mien,

sous

que

de

ancienne

pour

l'acquit

profession

critique,

de

bientôt

jamais

rapporté,

autant

sera

pour

tant

et

s'en

je

plaisir,

je

est

le

faut,

suis

du

mes

que

Bibliomane.

aise,

positivement

cette

»

Le

Cela

fait,

ton

d'autant

feuilleton,

fois,

tranchant

point

de

prendre

que

XIV

démontré

de Louis

n'aurai

un

de

contradicteurs

poësie,

siècle

siècle

grande

fantaisies

plus

qu'il

à

quoiqu'on

de

mon

m'est

en

dise;

temps.

les

les

comédies

Fontaine,

pis

Claude

n'étaient

même

mauvaises

familière

elle

avant

tout

le

:

le

tragédies

n'en

et

pas

pas

la

par

trop

pour

y

et

Il

En

est

tout-à-fait

La

bien

de

de

de

ou

poésie

pé-

été

Le

destre.

fort

à-dire

vaise

le

exceptant

poète

excellence,

ans

a

c'est-

mau-

C'était

encore

trente

mesquine.

dans

école

vingt de Chaulne

côté

de

gagné

et

lui,

La

la période

de

qui

n'en

Scarron,

Chaulne

le Scarron

son

et de Saint-Aignan.

avait

alors

comme

esprits

province

qui

a son

séduisant,

ce temps-là,

les

gâté.

était

du

le

nôtre,

sont

suivant

n'eût

burlesque

est le burlesque

et Voiture

pas d'enchérir,

Claude

Aignan

en jugera

romantique

avait

romantique

car

meilleurs

Sarrazin

La

bien

pas complètement

son

été

de

la

exempts.

il

serait

de

ne manquait notre

que

Saint-

usage, le Scarron

que

cour.

Le

à son

ce

serait

Claude

pas

possible

de

la province à venir

suppose

comme

du

pas,

était

propriétaire

aise.

une

Je

ne

manuscrit

du

selon

et fort

!

de

goût

moins,

aujour-

pour-

exploite

infini-

bien

pas

le fasse

que

s'il

les

celle

en

fut

autres,

sensible,

que

qu'il

de

Oh

imprimer. des Poésies mais

qu'on

d'hui

tant,

étrange

publication

de Chaulne,

de

poésies

intime

intimes,

qu'on

qu'on

Il

Je

jamais,

non

ce genre

et dans

le

seul

but

de

leur

faire

croire

infiniment

triste

et

infiniment

chrétien.

poète.

dauphinois

n'était

rien

de

tout

était

un

homme

facilité,

de

comme

beaucoup

un

à peu

près

Tout

entier

le genre

au

vin

et

est

m'est

pour

ment

démontré

le poète

fût

cela.

d'esprit,

fait

ne dis

non

plus

» Claude

Chaulne

une

qui

faisait

la

prose.

dont

parle

ni

des vers

On

il

avec

supposer

avocat

de

de

incroyable

qu'il

avait

la

grâce.

vie

à l'amour,

peut

est loin

d'Anacréon,

il

ne

d'avoir

de

l'un

ni

de

l'autre

en

celle

délicat.

mousquetaire;

Son

Il

ivresse

ses qualités nos

épicurien

d'un

est

celle

d'un

Suisse,

faire

auteur

jusqu'à

points

»

c'est

Ce

et sa volupté

ses

seules

peuvent

d'un

deux

défauts

s'il

qui

de

en

il

;

elles

r e v e n a i t

revenait

gai,

feraient,

de

la

naturel,

fortune

il

passer comique, la trivialité; reconnus

qu'il

y

a

qu'elles

jours,

est

est

quelques-uns.

jusqu'à

d'importance

les

la société

quelquefois

y

a

et gai.

de

il

est

souvent

dans

la folie,

:

il

de

milieu

mais

me

plus

semblent

piquant

de

naturel

Claude

de

poésies

au

Chaulne,

vivait,

l'idée

donnent

laquelle

SON

MANUSCRIT

VII

et,

Mémoires

pas plus

et

le même

sous

Claude

madame

elles

formeraient

Réaux.

ce

rapport, de Tallemant

cyniques,

un

appendice

fort

curieux

 

Sigogne

et

Motin

paroles

que

Claude

de

gens

de

cour

qui

lui

il

libelle

une

épître

à

répondent

la

d'un

style

qui

ferait

jeter

les

aux

ne sont

des

Théophile,

en

plus

effrontés

p l u s effrontés

s'adresse

à des

plus

cette

bizarre

épître

Chaulne,

pas

et

de

ton.

de

Chaulne

Chose

Revel,

sur

belle

hauts

encore!

est

aux

madame

de

riposte

impossible à madame de

d'intéresser

cris

dans

les

coulisses

d'un

théâtre.

je

Vous

plus

figurantes de Revel rime

qui

à cette

petit

croyez

que

Il

vers

va se fâcher, et

aussi,

mieux

se mettre

fort

par

en

fureur?

pas du

vous

! madame

réponds,

tout

en

Revel,

agréablement,

une

épître

maréchale

du

est

de

boutade

de

facétieuse

prendre

de

encore

Voici

de

grivoise.

la

en

il

est

la plaisanterie.

la

une

lettre

la duchesse

la branche

madame

à elle,

Chaulne,

Vous

Chaulne,

grande

s'agit

pour

c'est

aînée.

attendez

sérieux

son

parente

une

mot;

Claude

peu

un

»

nage

lité;

: erreur;

de

une

Chaulne

servante

assez,

pas

au

aux

amours

il

le

cousin

Claude

servante

et

on

dont

qu'on

de

à

fou,

dise,

une

servante,

de

nous

le

de

un

pas

sans

le

nous

l'amour

targuons

ne sont

le

comprend de Chaulne de

ne

plus

ou

but

une

perfectibilité.

servante.

faire

En

Les

la

vérité,

pour

notre

peut

rare,

la

de

légèrement

progrès.

Un

mauvaises

moeurs

On

tout

fois.

travers

siècle

Claude

de Chaulne,

liberti-

moitié

Saint-

d'où

de

si

de

que

ou

de moeurs

mais

débauche,

Chaulne

il

c'était

n'était

de cette

de

a

le libertinage homme

pas

école

de Des

et

de

en

l'incrédu-

à

de

d'esprit

à

Barreaux

dédain,

par

rien

qu'il

Claude

Sceptique

est

celle

s'arrêter

et

des

à son

des

chemin.

Pavin,

est sortie

Dieu

qui

longtemps

vieilleries

et

Saint-Evremont,

moqueur

devenue

celle

Fontenelle

qui

de Voltaire, saints

que

envie

de

;

toute

ne

persifflages

croyance

en

parle

et de,ses

les

Il

tourner

ridicule

donc

pour

auraient

selon

des

fait

inconnu,

à Parny.

ce

car

qui

si

le

un

le

ne manque

bouquin,

amateurs

la curiosité voulu

ne

serait

aïeux

que

ni

peut

Ciel

livre

piquer

n'avait

unique,

sens

de

restât

prohibées

toute

livres

livres.

ne vont

ne

passent

pas

il

ce qu'il sorti

de la