Vous êtes sur la page 1sur 17

Revue

Construction Référence

Métallique MIX-CAL 1-02

CONNECTEURS DE TYPE BUTÉE


DANS LES PLANCHERS MIXTES DE BÂTIMENT
Adaptation de la méthode de calcul selon l’ENV 1994-1-1
par D. Bitar, J. Brozzetti

1 – INTRODUCTION

En général, dans les planchers mixtes de bâtiment, on trouve deux technologies de


connexion les plus usitées : les goujons soudés et les cornières clouées (fig. 1). Ces
connecteurs ont un comportement propre ductile et, en cas de connexion complète, la
connexion qui en résulte est ductile. Pour la connexion partielle, elle peut ne pas l’être,
tout dépend du degré de connexion en fonction de la portée de la poutre.

a) Goujons soudés b) Cornières clouées

Fig. 1 – Connecteurs ductiles

D. BITAR – Chef de projet, contact national de l’EC4 – CTICM


J. BROZZETTI – Directeur scientifique au CTICM

CENTRE TECHNIQUE INDUSTRIEL Domaine de Saint-Paul, 78470 Saint-Rémy-lès-Chevreuse


Tél.: 01-30-85-25-00 - Télécopieur 01-30-52-75-38
DE LA CONSTRUCTION MÉTALLIQUE
Construction Métallique, n° 2-2002
86 Rubrique TECHNIQUE ET APPLICATIONS

MIX-CAL 1-02

Les notions et caractéristiques des connecteurs ductiles ou non ductiles, en relation


avec le degré de connexion sur la poutre, sont données dans la référence [1].

Cependant, pour certains projets de bâtiment – réhabilitation ou construction neuve – il


peut s’avérer plus économique d’utiliser des connecteurs de type butée fabriqués à par-
tir d’un profil laminé (un U, un H, un 1/2 H par exemple) ou d’un barreau (fig. 2).

Connecteur rigide

Connecteur ductile

Fig. 2 – Connecteurs non-ductiles

Bien entendu, ces connecteurs n’offrent pas une ductilité suffisante pour pouvoir, de
manière licite, calculer la connexion avec une hypothèse de calcul plastique et appliquer
ainsi les méthodes recommandées dans la clause 6.2.1.2 de l’ENV 1994-1-1 pour l’ana-
lyse en connexion partielle [2]. En outre, le projeteur se trouve dans une situation
d’impossibilité au regard de l’amendement 6.2.1.3 (2)A qui stipule que la méthode
contenue dans cette clause n’est applicable « qu’aux connecteurs qui possèdent une
capacité de déformation au moins égale à 2 mm ».

L’objet de cette rubrique est de proposer aux calculateurs praticiens une méthode
simple qui place en sécurité pour le calcul de la connexion complète ou partielle, avec
des connecteurs de type butée. Cette méthode simple de calcul est tout à fait cohérente
avec les hypothèses de calcul en plasticité ou en élasticité de la résistance à la flexion de
la poutre mixte.

On se limite au cas classique que l’on rencontre dans la conception usuelle des plan-
chers mixtes de bâtiment à savoir composés essentiellement de poutres isostatiques. La
poutre acier est de section constante et la section transversale est de classe 1, 2 ou 2
équivalente.

Dans un premier temps, on donne les expressions de calcul de la résistance d’un


connecteur en butée que l’on fait suivre d’une application directe. Ensuite, le calcul de la
connexion est traité compte tenu de la spécificité des connecteurs en butée que nous

Construction Métallique, n° 2-2002


Rubrique TECHNIQUE ET APPLICATIONS 87

MIX-CAL 1-02

venons d’évoquer. Les calculateurs trouveront dans cette rubrique les étapes à suivre
pour vérifier des poutres mixtes utilisant des connecteurs de type butée.

Il faut noter que les différents cas étudiés se placent dans une perspective d’économie
de projet, c’est-à-dire permettant d’obtenir une distribution de connexion optimale.

2 – CONNECTEURS EN BUTÉE

2,1. – Résistance et recommandations


3
a) Résistance

La résistance de calcul d’un connecteur en butée est à calculer selon l’ENV 1994-1-1
clause 6.3.4(3) au moyen de la formule suivante :

PRd = η Af 1 fck / γc (1)

où Af 1 est la face frontale du connecteur, comme indiqué sur la figure 3


Af 2
η est égal à –––––––– avec η  2,5 pour le béton normal
Af 1
η  2,0 pour le béton léger

Af 2 est l’aire de la face frontale du connecteur agrandie en utilisant une pente de


1/5 jusqu’à la face arrière du connecteur adjacent comme le montre la figure 3.
Seules les parties de Af 2 incluses dans la section de béton peuvent être prises en
compte ;

fck est la résistance caractéristique à la compression du béton sur cylindre mesu-


rée à 28 jours.

Fig. 3 – Définition de Af 2

b) Recommandations

b1) D’après l’expression (1) de calcul de la résistance, il est important d’avoir une idée
sur l’espacement des connecteurs pour calculer la résistance (en particulier pour calcu-
ler η).

Construction Métallique, n° 2-2002


88 Rubrique TECHNIQUE ET APPLICATIONS

MIX-CAL 1-02

Pour cela, dans un premier temps, nous pouvons nous placer à la limite de l’espace-
ment maximal autorisé pour ces connecteurs, à savoir : d’après l’ENV 1994-1-1 clause
6.4.1.5(3), l’entraxe longitudinal maximal des connecteurs ne doit pas dépasser six fois
l’épaisseur totale de la dalle ni 800 mm. Ensuite, on procédera avec un deuxième calcul
avec une valeur d’espacement intermédiaire.

b2) Selon l’ENV 1994-1-1, il faut également respecter des limites géométriques et des dis-
positions constructives afin de satisfaire aux conditions de fonctionnement du connec-
teur de type butée. Ces limites sont données au paragraphe 6.4.4 de l’ENV 1994-1-1.

4 2,2. – Exemple 1 : calcul du connecteur

Connecteur en butée HEB 100, S235, hauteur = 100 mm voir figure 4

Fig. 4 - Connecteur de type butée

a) Résistance

PRd = η Af 1 fck / γc (ENV 1994-1.1 cl : 6.3.4.(3))

a1) Espacement = 800 mm

Af 1 = 100 × 100 = 10 000 mm2

Af 2 = 140 × (100 + 2 × 800/5) = 58 800 mm2

 10
58,8
η= –––––––– = 2,42 < 2,5

PRd = 2,42 × 10 000 x 25/1,5 = 403,3 kN

a2) Espacement = 400 mm

PRd = 318 kN

b) Vérification soudure

Pour la vérification des soudures l’ENV 1994 1-1(cl. 6.3.7(2) et (3) recommande de calcu-
ler les soudures conformément à la section 6.6 de l’EC3[3] pour un effort de 1,2PRd. En

Construction Métallique, n° 2-2002


Rubrique TECHNIQUE ET APPLICATIONS 89

MIX-CAL 1-02

outre, il convient de prendre un excentrement de l’effort égal à h/4 où h est la hauteur


du connecteur (voir figure 5).

5
Fig. 5 – Vérification Soudure

Longueur soudure = 600 mm

Résistance soudure/unité de longueur/unité de gorge[3] cl. 6.6.5.3

Fvw,Rd = 360/ 
3 /(0,8 × 1,25) = 207,8 N/mm2

Le calcul sera effectué sur les cordons de soudure des semelles du HEB

Effort de calcul = [(1,2 × 403,3 × 222/600)2 + (1,2 × 403,3 × 25/90)2]0,5 = 224 kN

Effort résistant = 207,8 × 222 × 5 = 230,7 kN acceptable

c) Soulèvement

Il convient de dimensionner l’armature utilisée pour s’opposer au soulèvement de la


sorte que Ae fsk / γs  0,1 × PRd [2] cl. 6.3.7(4)

En désignant par : Ae l’aire de section transversale de la barre

fsk la limite d’élasticité caractéristique de l’armature

γs le coefficient partiel de sécurité pour une armature = 1,15

Comme le montre la figure 6 avec filants : 2 HA 8 ; B500

Fig. 6 – Vérification au soulèvement

Résistance = 2 × 50,3 × 500 / 1,15 = 43,7 kN  0,1 × 403,3 = 40,3 kN

Construction Métallique, n° 2-2002


90 Rubrique TECHNIQUE ET APPLICATIONS

MIX-CAL 1-02

3 – POUTRE MIXTE AVEC CONNECTEURS DE TYPE BUTÉE – ÉTUDE DE CAS

Au préalable, on rappelle quelques notations utilisées dans le texte :

Fcf : effort d’interaction à l’ELU ; il est à calculer d’une manière classique par
Fcf = min (Facier , Fbéton)
Facier = effort de traction ultime du profilé,
Fbéton = effort de compression ultime de la dalle participante.

Nf : nombre de connecteurs pour réaliser la connexion complète Nf = Fcf / PRd

6 PRd = résistance au cisaillement du connecteur.

MSd : moment sollicitant.

Mpl, Rd : moment de résistance plastique de la section mixte selon l’ENV 1994-1-1.

Mel, Rd : moment de résistance élastique de la section mixte.

3,1 – Cas 1 : MSd  Mel, Rd

On considère que dans ce cas, il n’est pas nécessaire d’avoir un nombre de connecteurs
suffisant pour réaliser la connexion complète (Nf ) sur la longueur critique. Il suffit
d’avoir un nombre Nel de connecteurs pour attacher les efforts de glissement résultant
d’un calcul du flux de cisaillement élastique à l’ELU.

Si Nel est calculé directement en divisant Fel (Fel est l’effort de compression dans la dalle
correspondant au moment Mel,Rd)

Nel = Fel / PRd ,

il faut, impérativement, que la répartition de ces connecteurs soit en conformité avec la


répartition du cisaillement longitudinal. Le cisaillement longitudinal est à calculer selon
les hypothèses de la théorie élastique.

Dans l’exemple 2, nous avons montré comment calculer ce cisaillement longitudinal.

Il faut noter que ce calcul est valable quel que soit le type de connecteur et le degré de
connexion à condition que la distribution de connecteurs équilibre le flux des efforts de
glissement.

3,2. – Cas 2 : Mel,Rd  MSd  Mpl,Rd

3,21. – Vérifications complémentaires

C’est le cas général pour notre étude.

L’ENV 1994-1-1 paragraphe 6.2.1.3 donne l’expression (6.12) pour calculer l’effort de
cisaillement et le nombre de connecteurs lorsque le moment sollicitant est compris
entre le moment résistant élastique et le moment résistant plastique :

Fc = Fel + [(MSd – Mel,Rd )/(Mpl,Rd – Mel,Rd)] × (Fcf – Fel),

où Fel est l’effort de compression dans la dalle correspondant au moment Mel,Rd.

Construction Métallique, n° 2-2002


Rubrique TECHNIQUE ET APPLICATIONS 91

MIX-CAL 1-02

Dans l’amendement 6.2.1.3(2)A, il est indiqué que « cette méthode n’est applicable
qu’aux connecteurs qui possèdent une capacité de déformation au moins égale à
2 mm. Les connecteurs en butée dans les dalles pleines, voir 6.3.4, peuvent ne pas
satisfaire à cette exigence ».

Compte tenu de l’expérience acquise à la fois dans le domaine des bâtiments et des
ouvrages d’art, en vue d’assurer un comportement adéquat de la connexion et aussi de
pouvoir négliger l’effet de la connexion partielle sur l’accroissement de la flèche, on pro-
pose d’adopter les vérifications complémentaires suivantes.

P1/ Distribuer, dans un premier temps, le nombre de connecteurs d’une manière élas-
tique (2/3 du nombre total sur 1/3 de la travée de cisaillement – cas de poutre sur appuis
simples et chargée uniformément : travée de cisaillement = la moitié de la portée). 7
Ensuite, assurer que les efforts de glissement à l’ELS s’exerçant sur les connecteurs ne
dépassent pas 0,6 PRk . En considérant γv = 1,25, on obtient ainsi une limitation des
efforts à 0,75 PRd .

Cette proposition permet à la fois de faire un calcul plastique de la section en présence


d’une connexion non ductile et de négliger la présence d’une connexion partielle pour le
calcul de la flèche.

La valeur 0,75 PRd est adoptée en analysant les références [2], [4], [5] et [6] où le tableau
ci-après donne la valeur adoptée et l’objet de la limitation.

Référence Objet Limitation à l’ELS


[2] EC4 - ENV Limiter les glissements 0,7 PRk
[2] EC4 - ENV - DAN Français Limiter les glissements 0,7 PRd
[4] pr EN19941-1 Limiter les glissements 1,0 PRd
[5] XP ENV 1994-2/DAN Vérifier à l’ELS 0,6 PRk
[6] Règlements Ponts mixtes Vérifier à l’ELS 0,6 PRd

Les ingénieurs intéressés par l’aspect recherche peuvent consulter les documents de
base de ces références.

P2/ Assurer que les efforts de glissement s’exerçant sur les connecteurs à un niveau de
chargement correspondant à MSd ne dépassent pas PRd .

Cette deuxième vérification va permettre une distribution adéquate des connecteurs au


voisinage des appuis afin de prendre en considération l’absence de ductilité de ces
connecteurs.

3,22. – Exemple 2

Soit à calculer la connexion par butées de la poutre de la figure 7 dont les dimensions
sont adaptées d’un projet réel.

Charges non pondérées


G = 27 kN/ml
Q = 50 kN/ml

Construction Métallique, n° 2-2002


92 Rubrique TECHNIQUE ET APPLICATIONS

MIX-CAL 1-02

Fig. 7 – Poutre à étudier


8
La poutre métallique est supposée complètement étayée en phase de coulage du béton.
La section mixte est donnée à la figure 8.

Fig. 8 – Section de la poutre mixte

3,3. – Caractéristiques mécaniques des matériaux

● Béton normal fck = 30 N/mm2


Classe C30/37 γc = 1,5

On utilise un seul coefficient d’équivalence 2ni


1
Ecm = 9 500(38) 3 = 31 939 N/mm2

2ni = 13,15

● Acier S355

Construction Métallique, n° 2-2002


Rubrique TECHNIQUE ET APPLICATIONS 93

MIX-CAL 1-02

3,4. – Caractéristiques élastiques de la section mixte et calcul de Mel,Rd et Fel

i/ Acier seul

Aa = 62 450 mm2

za = 1 021,1 mm

Ia = 3,776 × 1010 mm4

ii/ Section mixte

Béton Coefficient d’équivalence n = 13,15

Ab = 54 753 mm2 Amixte = 117 203 mm2

Ib = 147,83 × 106 mm4 zmixte = 682,01 mm

Imixte = 7,3922 × 1010 mm4

Fig. 9 – Position de l’axe neutre élastique de la section mixte et position des fibres
pour le calcul des contraintes

Construction Métallique, n° 2-2002


94 Rubrique TECHNIQUE ET APPLICATIONS

MIX-CAL 1-02

iii/ Calcul des modules élastiques et moment résistant élastique Mel,Rd

L’identification des fibres est donnée à la figure 9.

Pour les fibres extrêmes, on calcule les modules de flexion :

Fibre  Wel,acier = 52,88 × 106 mm3

Fibre  Wel,béton = 1 425,3 × 106 mm3

Le moment résistant élastique est à calculer directement à partir des contraintes admis-
sibles.

10 Soit Mel,Rel = 52,88 × 345 = 18 244 kN . m

iv/ Calcul Fel

L’effort de compression dans la dalle est à calculer comme à partir de la contrainte


moyenne car la dalle est totalement en compression :

Fibre  Wel,béton = 1 642 × 106 mm3


18 244
σ béton en fibre moyenne = = 11,11 N/mm2
1 642
Fel = 11,11 × 4 000 × 180 = 7 999,2 kN

3,5. – Calcul de Mpl,Rd et de Fcf

La figure 10 montre la position de l’axe neutre plastique et la distribution des efforts


plastiques à l’ELU.

Fig. 10 – Distribution des efforts plastiques à l’ELU

Construction Métallique, n° 2-2002


Rubrique TECHNIQUE ET APPLICATIONS 95

MIX-CAL 1-02

Facier = 345 × 62 450 = 21 545,25 kN


0,85 × 30
Fbéton = × 4 000 × 130 = 12 240 kN
1,5

Axe neutre dans la semelle supérieure à 27 mm de la face supérieure

 
27
Mpl,Rd = 12 240(90 + 1 021,06) + 9 305,3 1 021,06 – = 22 975 kN . m
2

Fcf = min (Facier ; Fbéton) = 12 240 kN

11
3,6. – Calcul de la connexion

3,61. – Nombre de connecteurs

Par application de la méthode exposée dans l’exemple 1, on obtiendrait les valeurs sui-
vantes :
PRd = 500 kN pour E = 800 mm
PRd = 465 kN pour E = 500 mm

i/ Nombre de connecteurs pour une connexion complète et dans l’hypothèse d’un espa-
cement uniforme de 0,8 m
12 240
Nf = = 24,5 connecteurs
500

Ce nombre de connecteurs est calculé en considérant un espacement de 0,8 m.

ii / Nombre de connecteurs pour MSd  Mel,Rd sans vérification du flux de cisaillement et


pour un espacement uniforme de 0,8 m
Fel 7 999,2
Nel = = = 16,0 connecteurs
PRd 500

iii / Nombre de connecteurs lorsque Mel,Rd  MSd  Mpl,Rd pour un espacement uniforme
de 0,8 m

Charge à l’ELU = 1,35 × 27 + 1,5 × 50 = 111,45 kN/ml

2
111,45 × 37,6
MSd = = 19 695,4 kN . m
8

Mel,Rd = 18 244 kN . m  MSd = 19 695 kN . m  MPl,Rd = 22 975 kN . m


16 695 – 18 244
N = 16,0 + (24,5 – 16,0)
22 975 – 18 244

N = 16,0 + 0,307 × 8,5 = 18,6 connecteurs

On va montrer comment disposer ces connecteurs selon la proposition (P1).

Construction Métallique, n° 2-2002


96 Rubrique TECHNIQUE ET APPLICATIONS

MIX-CAL 1-02

3,62. – Distribution élastique selon P1

La distribution est donnée à la figure 11.

12

Fig. 11 – Distribution élastique des connecteurs

3,63. – Vérifications complémentaires pour tenir compte de la non-ductilité des


connecteurs

i / Effort de glissement à la jonction acier-béton par unité d’effort et unité de longueur

Voir figure 12 pour les notations.

Fig. 12

Fg : Effort de glissement par unité de longeur

S
Fg = 1 .
I

Construction Métallique, n° 2-2002


Rubrique TECHNIQUE ET APPLICATIONS 97

MIX-CAL 1-02

S moment statique
= Ab . Zb
= Aa . Za

I moment d’inertie de la section mixte

4 000 × 180 × (682 – 90)


Fg = = 0,4385 kN/m
7,3922 × 1010 × 13,15

13
ii / Flux de cisaillement à l’ELS

G + Q = 77 kN/ml
37,6
Effort tranchant : V = 77 × = 1 447,6 kN
2

Effort de glissement : 0,4385 × 1447,6 = 635 kN/ml

Le flux de cisaillement est triangulaire comme le montre la figure 13.

Fig. 13 – Flux de cisaillement

iii / Vérification à l’ELS (P1)

La charge est uniformément répartie. Il suffit pour cette poutre de vérifier les zones
d’appui avec la règle de ± 10 %.

La règle de ± 10 % consiste à discrétiser le flux de cisaillement de sorte qu’aux extrémi-


tés de chaque tronçon les valeurs de flux de cisaillement ne diffèrent pas de ± 10 % par
rapport à la valeur moyenne comme le montre la figure 14.

Construction Métallique, n° 2-2002


98 Rubrique TECHNIQUE ET APPLICATIONS

MIX-CAL 1-02

14

Fig. 14 – Vérification de la zone d’appui

FSd = 571,5 × 3,76 = 2 150 kN

Nombre de connecteurs = 7

Résistance à l’ELS d’un connecteur = 0,6 × 1,5 × 465 = 349 kN

FRd = 7 × 349 = 2 441  2150 kN donc acceptable.

iv/ Vérification de l’atteinte de MSd sans glissement (P2)

L
a) Vérification de la zone entre x = 0 et x = 0,2 × = 3,76 m
2

Charges = 111,5 kN/ml

111,5 × 37,6
Effort tranchant sur appui : = 2 096,2 kN
2

Effort de glissement sur appui : 0,4385 × 2096,2 = 919 kN/ml

FSd = 827,3 × 3,76 = 3 110,5 kN

FRd = 7 × 465 = 3 255 kN  3 110,5 kN donc acceptable.

On garde la distribution obtenue à l’ELS.

b) Vérification de la zone entre x = 3,76 m et x = 6,77 m

FSd = 662 × 3 = 1 986 kN  FRd donc acceptable.

Construction Métallique, n° 2-2002


Rubrique TECHNIQUE ET APPLICATIONS 99

MIX-CAL 1-02

4. – CONFRONTATION DU DIMENSIONNEMENT

AVEC UNE ANALYSE AUX ÉLÉMENTS FINIS

La répartition de connecteurs de type butée établie dans l’exemple 2 a été vérifiée par
une analyse aux éléments finis du comportement de la poutre mixte et de la connexion :

– La discrétisation en élément finis de la poutre métallique ainsi que la position de


connecteurs sont données à la figure 15.

15

Fig. 15 – Discrétisation en éléments finis de la poutre mixte

– Les conditions aux limites sont conformes aux hypothèses adoptées d’une poutre
mixte sur appuis simples.

– La loi du comportement du matériau acier de la poutre métallique est considérée


comme élasto-plastique avec un palier plastique situé à 355 MPa.

– La loi de comportement du matériau béton en compression est supposée bi-linéaire


avec une limite à 0,85 fck – En traction la loi est bi-linéaire (même pente qu’en com-
pression) avec une limite à 2,5 MPa, bien que la dalle soit restée totalement en com-
pression sur la totalité des paliers de chargement.

– La liaison entre la poutre acier et la dalle béton est modélisée par une connexion
ponctuelle. Cette connexion est supposée rigide avec une valeur de rigidité relative
de 350 kN/mm.

Construction Métallique, n° 2-2002


100 Rubrique TECHNIQUE ET APPLICATIONS

MIX-CAL 1-02

La figure 16 donne le comportement réel moment-flèche de la poutre mixte en compa-


rant les limites Mel,Rd et Mpl,Rd et MSd (ELU). On conclut que le comportement global de
la poutre mixte est tout à fait satisfaisant.

Flèche à mi portée
25000

Mpl,Rd
21770

20000
18660 MSd (ELU)
18245
Mel,Rd
Moment de flexion (kNm)

16 15000

10000

5000

0
0 50 100 150 200 250 300 350 400 450
Flèche (mm)

Fig. 16 – Comportement réel moment-flèche de la poutre mixte étudiée

La figure 17 montre la distribution des efforts de glissement à l’état limite ultime pris par
chaque connecteur en comparaison des efforts résistants de calcul pour un espacement
entre connecteurs de 800 mm et de 500 mm.

Effort dans les connecteurs


pour un niveau de charge ELU MSd

600

PRd (E = 800 mm)


500
6
44

465
8
42

PRd (E = 500 mm)


41

40 0
6
41

2
8
40

38 2
39
39

6
0
36 3
38

0
8

400
6
37

37

36

4
34
Effort Fx (kN)

5
31

9
27

300
9
23

4
19

200
6
14

96

100
47

10

0
0 2000 4000 6000 8000 10000 12000 14000 16000 18000 20000
Position (mm)

Fig. 17 – Distribution des efforts de glissement à l’état limite ultime

Construction Métallique, n° 2-2002


Rubrique TECHNIQUE ET APPLICATIONS 101

MIX-CAL 1-02

On constate que les efforts sollicitants des connecteurs sont tous inférieurs aux efforts
résistants PRd. La réserve est importante car le comportement réel des connecteurs
autorise une valeur PRk.

RÉFÉRENCES

[1] Aribert J.-M. et Bitar D. – « Optimisation du dimensionnement en connexion par-


tielle de poutres de planchers mixtes réalisés avec un bac en tôle mince nervurée ».
Revue Construction Métallique, N° 4-1989.
17
[2] EUROCODE 4 – ENV 1994 – « Conception et calcul des structures mixtes acier-
béton » et Document d’Application Nationale, Partie 1.1 : Règles générales et règles
pour les bâtiments – EC4 DAN. Norme expérimentale française P22-391 – Sep-
tembre 1994.

[3] EUROCODE 3 – ENV 1993 – « Conception et calcul des structures en acier » et Docu-
ment d’Application Nationale. Partie 1.1 : Règles générales et règles pour les bâti-
ments – EC3 DAN. Norme expérimentale française P22-311 – Décembre 1992.

[4] prEN 1994-1-1 – « Design of composite steel and concrete structures Part 1.1 Gene-
ral rules and rules for buildings » Stage 34 – Final Project Team Draft – Ref.
N° CEN/TC250/SC4/N238 – Janvier 2002.

[5] XP ENV 1994-2/DAN – « Calcul des Structures mixtes acier-béton – Partie 2 : Ponts
mixtes » : Norme expérimentale P22-420 publiée par l’AFNOR (ENV 1994-2 :1997.

[6] Règlement des ponts mixtes : Circulaire 81.63 du 28.07.81 des ministères de l’Urba-
nisme et du Logement, des Transport et de l’Environnement.

Construction Métallique, n° 2-2002