CESI – FI

Mathématiques de base 3

Études de fonctions : exercices

Exercice 1
Démontrer que la composée de deux fonctions de même variation est croissante et que
celle de deux fonctions de variations contraires est décroissante.
Exercice 2
Etudier les limites aux bornes de son ensemble de définition et le comportement asymptotique
de la fonction
2
² 1
:
²
2
Exercice 3
√1
√1
Déterminer lim
Exercice 4
Peut-on prolonger par continuité la fonction f en 0 ?
:

²cos

1

Exercice 5
Soit f une fonction de ℝ dans ℝ, continue en 0 et en 1, telle que
Démontrer que c’est une fonction constante sur ℝ.

Exercice 6
Soit f une fonction continue de '(; *+ dans '(; *+.
Démontrer qu’elle admet un point fixe, c’est-à-dire qu’il existe ,
# %
.
On pourra considérer la fonction -:
Exercice 7
Soit f la fonction définie sur ℝ par :

# %&

!, #

1) Déterminer une approximation affine de

5

√54:

& # %.

'(; *+ tel que #,% & ,.

1 | |
Montrer que f est une bijection de ℝ sur + 1; 1', puis déterminer pour 2
expression de 45 #2% analogue à celle de # %.

Exercice 8

$%

+ 1; 1' une

lorsque h est voisin de 0.

2) En mécanique classique, l’énergie cinétique d’un corps de masse m animé d’une
5
vitesse v est donnée par la formule : ; & $ <=². En mécanique relativiste, elle est
donnée (c désignant la vitesse de la lumière dans le vide) par la formule :

@
D
1
?
; & <,²
1C
?
C
A1 =²
>
B

Démontrer en utilisant 1) que la formule classique ne donne qu’une
approximation de la formule relativiste, valable seulement si v est petite par
rapport à c.

1

CESI – FI

Mathématiques de base 3

Études de fonctions : exercices

Exercice 9
Déterminer la limite suivante en utilisant deux nombres dérivés :
F
sin #
%
3
limE
1 2cos # %

Exercice 10
Soient ( H 0 et : '0; (+ ℝ dérivable telle que #0% & #(% & 0 et J #0% & 0.
1) Montrer que -:
# %/ s’annule sur +0; ('.
2) En déduire qu’il existe un point autre que l’origine en lequel la tangente à la
courbe (C) représentative de f passe par l’origine.
Exercice 11
En utilisant l’égalité des accroissements finis, déterminer :
1
1
lim ² Nsin
sin
O
LM
1
Exercice 12
En utilisant l’inégalité des accroissements finis et le fait que
ℝ, 1 P cos # % P 1,
démontrer que :
Q
²
²
ℝ, 1
P cos# % P 1
2
2 24
Exercice 13
Soit S un point d’une sphère de rayon R et de centre O. Soit (C) un cône de sommet S inscrit
dans la sphère ; sa base est un disque (D) et (SO) est perpendiculaire au plan de (D). On note
H l’intersection de (D) et (SO). Pour tout point A du cercle intersection de (C) et (D), on note
UUUUUUV ; UUUUUV
SW%.
x une mesure de (ST

1) Démontrer que le volume V(x) de (C) est donné par :
F!
X# % &
' cos # % cos $ # % cos# % 1+
3
Déterminer x tel que ce volume soit maximal et déterminer alors la hauteur et le rayon
de base de (C).
2) Retrouver les résultats précédents en notant h = OH et en étudiant la fonction V qui, à
h, associe le volume V(h) de (C). Que dire du choix de la variable dans ce problème ?

Exercice 14
Soit la fonction définie par :
Z

Y

1
1

On note #[% sa courbe dans un repère orthonormé donné du plan.

1) Déterminer son ensemble de définition D.
2) Etudier la dérivabilité de en 1. Interpréter graphiquement le résultat.
3) a) Justifier que est dérivable sur \^1_.
b) Exprimer ' # %+² en fonction de x lorsque
\. En déduire l’expression du
J
\^1_.
produit # % # % pour tout
2

CESI – FI

4)
5)
6)
7)

Mathématiques de base 3

Études de fonctions : exercices

c) Etudier le signe de J # % pour
\^1_.
Déterminer les limites de aux bornes de D.
Construire le tableau de variations de .
Démontrer que #[% admet deux asymptotes, dont l’une est oblique – par rapport
à laquelle on précisera la position relative de #[%.
Construire (C), après avoir construit ses asymptotes.

Exercice 15

' 1; 1+, arccos# %

Démontrer que

arcsin# % &

E
$

Exercice 16
Simplifier les expressions suivantes :
a) cos #2 arccos# %% ; b) cos #2 arcsin# %% ; c) sin #2 arccos# %%
d) cos #2 arctan# %% ; e) sin #2 arctan# %% ; f) tan #2 arcsin# %%
Exercice 17
Simpliaier arcsin b
c1

²

d

Exercice 1 : Appliquer les définitions de la croissance et de la décroissance à deux fonctions u et v définies
sur un intervalle I, en comparant =#e#(%% et =#e#*%% pour tous a et b dans I tels que ( f *.
g ^ 2; 1_, # % &

Exercice 2 : Remarquer d’abord que

$ ²L L5
4$

&2

5

55

4$

. La limite en 1 est 4

(point asymptote) ; la limite en 2 à gauche est ∞ et en -2 à droite ∞ (asymptote verticale
courbe admet une asymptote oblique aux infinis, d’équation 2 & 2
5.

&

2) ; la

Exercice 3 : La limite est 1.Utiliser la quantité conjuguée du numérateur.
Exercice 4 : Oui, en posant la valeur 0 en 0.
m

Exercice 5 : Remarquer que f est paire. Puis que
H 0 , j k, l 5/$ n & # %. En passant à la limite
pour n tendant vers l’infini, on en déduit # % & #1% du fait de la continuité en 1.
Ainsi,
o 0, # % & #1%. En utilisant la continuité en 0 et l’unicité de la limite en 0, on peut conclure.

Exercice 6 : g est continue ; -#(% p 0 et -#*% P 0. D’après le théorème des valeurs intermédiaires, il existe
donc , '(; *+ tel que -#,% & 0 ; ce qui établit le résultat.

Exercice 7 : Pour l’étude de f , distinguer '0; ∞' et + ∞; 0', ce qui permet dans chaque cas d’enlever les
valeurs absolues. Dans les deux cas la fonction croît strictement (signe de la dérivée !). Globalement la
fonction est donc strictement croissante sur ℝ et elle y est continue. L’étude des limites permet de
conclure. On obtient ensuite :

Exercice 8 : 1) 1

5
$

45 #2%

&

v

54|v|

h ; 2) Utiliser 1) en remarquant que l’on peut poser w & =²/, $ x 0.

Exercice 9 : La limite est 1/√3 : on fait apparaître le rapport proposé comme le rapport de deux taux de
variation et on utilise les nombres dérivés correspondant lorsqu’on passe à la limite.
Exercice 10 : a) En utilisant que f est dérivable en 0, on montre d’abord que g est prolongeable par
continuité en 0 en posant -y#0% & 0. Le théorème de Rolle appliqué à -y établit le résultat. b) En utilisant

3

CESI – FI

Mathématiques de base 3

Études de fonctions : exercices

pour g la formule de dérivation d’un quotient, on montre que , z,% & #,%. La tangente à (C) au point
d’abscisse c a alors pour équation 2 & J #,% donc elle répond à la question.

Exercice 11 : Pour un réel H 0 fixé, appliquer le théorème des accroissements finis à la fonction
: { sin #1/{% sur l’intervalle ' ;
1+ : on en déduira que la limite est 1.

Exercice 12 : Utiliser plusieurs fois successivement l’inégalité des accroissements finis aux fonctions cos et
sin de la variable t sur l’intervalle '0; + pour x fixé.

Exercice 13 : 1) Le volume du cône est le tiers du produit de l’aire du disque de base par la hauteur. Il suffit
d’exprimer ces dimensions en fonction de x et de tout exprimer en fonction de cos # % :
T & !'1 cos # %+ , le rayon de base est | & ! sin# % et l’aire du disque de base est donc
F!²#1 cos²# %% . On montre ensuite que J # % est du signe de sin# % 'cos# % 1+'cos# % 1/3+. L’étude
du signe de chaque facteur permet d’en déduire l’existence du maximum comme demandé. 2) Le choix de
h comme variable est plus judicieux car la fonction à étudier est alors un simple polynôme de degré 3 en h.

Exercice 14 : 1) \ & + ∞; 1' } '1; ∞' ; 2) Le taux de variation a une limite infinie : tangente verticale ;
3) # % J # % &

# ~ L 45%
# L5%²

;

J#

% est donc du signe de #

1% sur D ; la valeur importante est

$

454å
$

4) et 5) Maximum en ce nombre sur + ∞; 1' ; croissance de f sur '1; ∞' . Limites infinies aux infinis.
Limite infinie en – 1. 6) Asymptote verticale & 1 et asymptote oblique 2 &
1.
Exercice 15 : La dérivée de la fonction du 1er membre est nulle et cette fonction vaut

Exercice 16 : a) 2 ²

1 ;b) 1

2 ² ; c) 2 c1

² ; d)

54 ²
5L ²

; e)

$

5L ²

; f)

$ c54 ²
54$ ²

E
$

en 0.

Exercice 17 : La dérivée de la fonction du 1er membre est la même que celle de la fonction arctan. Donc la
différence entre les deux dérivées étant nulle, la différence entre la fonction du 1er membre et arctan est
constante. La valeur en 0 de cette différence est nulle, donc la constante est nulle. D’où :
arcsin b

c1

²

4

d & arctan # %