Vous êtes sur la page 1sur 16

Neuchâtel

avant après
1
II I Neuchâtel avant-après

«Surle lac, c'est plus possible»


Neuchâtel a relativement bien vécu son expansion. Depuis 150 ans, près de 110 hec-
tares ont été gagnés sur le lac. Cela n'a pas empêché la cité de garder sa cohérence.
PHOTOSALAINGERMOND deuxième gare de Neuchâtel. Beaucoup
TEXTES PATRICK OBERLI HEUREUXHASARD plus récemment, les surfaces gagnées avec
«Mon histoire avec ce fonds est un hasard,» les matériaux excavés de s tunnels de la N5

«L ' e n sem ble architectural de Neu-


ch âtel est cohérent. Il s'agit d'une
ville étagée sur des anciens murs de vignes
Christophe Brandt, fondateur et directeur
de I1nstitut suisse pour la conservation de
ont surtout été utilisées à des fins publi-
ques.» Normal. ces terres n'appartiennent
pas à de s privés, mais à l'Etat.
la photographie, est intarissable lorsqu'il
qui rappellent son passé viticole. L'endroit raconte l'acquisition du fonds de Victor Tout n'est cependant pas parfait. Très pri-
est s éduisant.» Ce n'est pas seulement Attinger (1856-1927), éditeur et photogra- sées, les Jeunes-Rives souffrent d'un amé-
parce que Patrice AUanfranchini est phe neuchàtelois. «C 'était en 1984. Je nagement déficient. «Elles appartiennent
conservateur du Musée de la vigne et du rentrais de Paris. J'avais visité Saint-Cyr, à la Ville qui devrait trouver les moyens
vin de Baudry qu'il lance cette déclaration l'école militaire, qui disposait de milliers pour investir dans la convivialité. Expo.02
«d'am our », L'historien d'art et professeur de plaques relatant son histoire. J'avais été a montré que ce site pouvait êt re admira-
est aussi l'auteur d'un livre d'anthologie, frappé par les moyens financiers alloués ble. Mais rien n'en a été conservé. Un nou-
N euchât et tro is siècles d'iconographi e pour les conserver.» En Suisse, la démarche veau projet est impératif.» s'insurge le
(1642-1942) . Durant quinze ans, il a recensé était bien loin de toute préoccupation. passionné. Au moins, le réaménagement
les représentations de sa ville. Autant de «Je venais de créer un atelier de conservation du siècle dernier a permis aux Neuchâte-
trésors dénichés d ans les archi ve s des dans le bâtiment voisin de l'atelier Attinger. lois de se réapproprier les rives du lac. Ce
musées et chez les collectionneurs. «Il Un jour, en allant à la poste, un voisin m'a qui n'est pas rien.
s'agis sait de comprendre à travers les ima- lancé que le fonds était à vendre.» Le Neu-
ges son développement urbanistique.» Au chàtelois n'avait pas d'argent, mais a flairé Plans depuis longtemps. La ville a connu
final, le chercheur a const itu é plus de 1300 la bonne occasion: «J'ai couru à la SBSpour plusieurs plans d'aménagement. En 1714,
fiches. Neuchâtel a pris son envol au XIX· emprunter 10 000 francs que j'ai garantis un incendie im portant ravageait toute la
siècle :«La présence de l'Académie a beau- en contractant une assurance vie.» Il y avait façade sud de la colline du Château. Ce
coup aidé. Des pe rsonnages comme Agas- 5000 plaques et deux albums destinés à la malheur a permis la reconstruction du
siz ont eu be soin de lithographes pour la vente au comptoir, sans référencement. quartier du Pommier avec une unité archi-
reproduction d'ouvrages scientifiques. Ils Depuis, le canton a racheté ce témoignage tecturale absolument remarquable. Celui
ont permis à des dessinateurs de diffuser unique et Christophe Brandt remboursé sa des Beaux-Arts offre une architecture
l'image de la ville.» dette. En 2008, la fondation a entrepris un XIX· de qualité, à l'exception de deux ver-
Ce développement correspond aussi à son programme de numérisation (coût: 120 000 rues réalisées dans les années 60. Il en va
expansion. Longtemps, Neuchâtel qui fê- francs) qui sera terminé dans deux ans. Les de même pour le quartier de la place d'Ar-
tera son millénaire en 2011, est restée une photos 1900 sont toutes tirées du fonds mes. «Les directives ont souvent été très
cité médiévale, entourée de ses murailles Attinger. strictes », observe Patrice Allanfranchini.
et traversée par le Seyon. Dès 1720, elle Seul point d'ombre: le milieu du XX·. «On
Un ouvrage, «VictorAttinger, photographe», aété publié
commence à sortir de ses murs, avec la y a réalisé des constructions qui
en 1989 aux Editions GillesAttinger,Hauterive.
construction d'un faubourg en prolonge- aujourd'hui seraient interdites.» Dans les
ment de la rue de l'H ôpital. Mais c'est au années 30, des projets d'architecture pré-
XIX· que l'explosion aura lieu. «Ap rè s lacustre située devant la ville a été com- voyaient même la construction de gratte-
1848, la fin d'un protectionnisme dû aux blé e. Si l'on voulait aller plus loin, il fau- ciel dans le centre historique. «On voul ait
corporations et l'arrivée de l'eau sur les drait mettre des tonnes de gravats. Et cela à l'époque détruire les témoignages du
coteaux ont favori sé l'essor constructif, si modifierait la circulation souterraine des passé, faire entrer la modernité au cœur de
bien que les parchets de vigne ont disparu eaux dans le lac,» la ville. Il s'agissait aussi d'effacer la vé-
lJ)
,W au profit d'immeubles. Parallèlement, des L'affectation de ce terrain providentiel a tusté de certains quartiers.»
0::
0- remblais sur le lac ont offert des parcelles été de deux ordres. Patrice Allanfranchini: Neuchâtel se heurte aujourd'hui à un nou-
<t:
1
1- à bâtir,» raconte Patrice Allanhanchini. «Les premiers grands gains ont servi à veau défi: les limites de son territoire. «Il
Z
«Entre 1850 et nos jours, 110 he ctares de construire des habitations. L'exemple le est devenu nécessaire de réfléchir en ter-
~
«
-l
terrain ont été gagn é s sur le lac .» Une plus illustre est le quartier des Beaux-Arts, mes d'agglomération, une entité qui irait
W
source d'espace aujourd'hui tarie: «Les à la suite de l'arasement de la colline du de Colombier à Marin. Cela implique aussi
<~
I remblais vont jusqu'à la falaise. La "beine" Crêt-Taconnet avant la construction de la de mettre à l'extérieur les centres commer-
U
;:)
ui
Z L'HEBDO 3DËŒMBRE 2009
Neuchâtel avant-après 1 111
EN COUVERTURE

BEAUX-ARTS
ÉCOLE ESSEULÉE
Sur la gauche, l'Ecole de com-
merce (actuel LycéeJean- Pia-
get) est bien esseulée. Le lac
arrive presque à ses pieds. Le
quartier des Beaux-Arts com-
mence à émerger, alors que les
Jeunes-Rives sont encore le
fond de l'eau. Sur la droite, le
bâtiment de l'université laisse
deviner une avenue du I" Mars
cachée par les arbres.

CHÂTEAU
VU DELARUE DUTERTRE
La lithographie représente le
Château pris de la terrasse de
la Maison Larsche, devenue 0;
ciaux ou les lieux de loisirs », explique le «J'adore le centre h istorique. Surtout parce en 1890 Villa Perregaux, puis ~i5
professeur. Qui n'est pas convaincu par les qu'il est resté à l'échelle humain e,» Et qu'il la Maison des Jeunes. L'en- _.
options prises récemment: «On peut s'in- n'a pas encore livré tous ses secrets .Patrice semble Château-Collégiale ~
terroger sur le fait d'avoir placé au centre- Allanfranchini rêve ainsi «dans le cadre des est simplifié. En revanche, ~ lJ)
ville le stade qui , à sa création , au début du manifestations du Millénaire, de faire dé- l'artiste a rendu avec préci- ;'" ·LU
0::
XX·, était encore à l'extérieur de la ville.»
1~
couvrir les caves, dont certaines sont creu - CL
sion, le toit de la maison 13, -
Pour juguler ce manque d'espace, le n ou- sées dans la'r; line du Ch ât eau» rue des Terreaux, démolie en
veau règl ement d'urbanisme prévoit aussi euchâtel n'a pas fini de surprendre. 0 1947, pour permettre la :E ~
la densification de certains quartiers. construction de la chaussée ~ <x:
....1
~
LU
Malgré ses doutes, Patrice Allanfranchini
restera toujours un am our eux de la ville
Neuchâtel1642-1942, trois siècles d'iconographie. DePatrice
Allanfranchini.Editionsde laChatière, 2005
de la Boine.
L- ....I ~ .t:I
U
~

Il
LU
3 DËCEMBRE 2009 L'HEBDO Z

l '
IV 1Neuchâtel avant-après

BAIE DE L'ÉVOLE
D ENCORE DELAPLACE
De la rue de la Main, aucune construction n'entravait la vue
sur la baie de l'Evole jusqu'au quai Osterwald. La nouvelle
route vers Auvemier est entourée de deux rangées d'arbres
et le régional Neuchâtel-Cortaillod-Boudry n'est pas encore
électrifié. La surface appréciable située derrière le hangar
à bateaux a fait le bonheur d'une ville en développement.

ÉGLISE
CATHOLIQUE
fJ SAARS DANS L'EAU
Images prises du clocher de
l'église catholique. Agauche,
la future rue de Pierre-à-
Mazel. Le coteau des Saars se
terminait dans le lac. Plus
tard, le premier terrain de
football de la Maladière a
chassé les hangars, les rem-
blais de la N5 ont repoussé le
lac et le stade s'est perché sur
un centre commercial.

L'HEBDO 3 DÉCEMBRE2009
Neuchâtel avant-après 1V

PLACE DU PORT en 1894, sur un terrain encore une fois de ses débarcadères. Aujourd'hui, la place
D SPECTACULAIRE SANS LAPOSTE gagné sur les eaux. Imposante par sa masse vierge, au centre, accueille différentes
Sur la lithographie, la place du Port n'est et remarquable par l'exubérance de ses manifestations, du Cirque Knie à la foire
que science-fiction. De même que l'Hôtel frontons, la nouvelle poste perd de sa annuelle des commerçants locaux en pas-
des Postes , dont la construction débutera majesté avec Je développement du port et sant par le Festival des sports de rue.

l/l
-tU
0::
0-
<l:

~
~
<t:
...J
UJ
,!;j:
I
U
::J
UJ
3 DÉCEMBRE 2009 L·HEBDO Z
VI I Neuchâtel avant-après

BAIE DE L'ÉVOLE de Montmollin avait acquise en 1686.


ID LES DÉBUTS Aujourd 'hui, la maison à tourelles est
DELA BRASSERIE MÜLLER toujours là, entourée d'immeubles
La «nouvelle» route au bord du lac est locatifs, vibrant au son des concerts
en passe d'être achevée, entre l'em- de la Case à Chocs et profitant des
bouchure du Seyon et la baie de senteurs de la cuisine du Paprik a. Les
l'Evole. La brasserie Müller en est à berges, elles, se sont encore éloignées
ses débuts. Elle s'appuie sur la maison pour laisser passer la route et le
à tourelles, que le chancelier George t ram.

HÔTEL DE VILLE
g UNTRAIN AU CENTRE
Au milieu des voies du chemin
de fer à vapeur menant de la
place Pury à la gare, on aperçoit
une crémaillère. Adroite, la mai-
son dite de «la Plaine» (2, fbg de
V1
.uJ l'Hôpital) n'a pas encore été
0::
~ rehaussée. On y vendait des calo-

~
rifères, des extincteurs et des
machines à coudre. Aujourd'hui,
~
:et:
....J
la place est aux sandwichs et aux
W
,t; pains au chocolat.
I
U
:::J
ui
Z L'HEBDO 3DËCEMBRE 2009
Le CID met en avant les
commerçants du centre-ville
Profitez pleinement de nos avantages, rejoignez notre association dynamique qui représente

FOURRURES
PRÊT-À-PORTER
---------
la force commerciale de notre ville. Ensemble nous serons plus forts!

1///
VENT ES :::Le spécialiste en luminoth érapie
TRAN SfORMATIONS
iiiiii~ www.luminotherapie.com
RÉPARATIONS
CONSERVATIONS

C. & F. MONNIER Medi-Furst sàrl Tél. 0327101848


Rue de l'Orangerie 3 Fax 032 725 8281
2000 Neuchâtel E-mail info@medi-furst.ch
Le CID soutientfinancièrement cette annonce pleinepage.
Commerce indépendant de détail du district de Neuchâtel
Serre 4,2001 Neuchâtel
Tél. 032 722 15 45, fax 032 722 15 20

PAVE S DU C HATEAU
T R UF FES
CH OCOLATERI E BO NBO NS C HOCOLAT

~e6~~ ch nakte
CHOCOLATS PURE ORIGINE
POUSSENIO NS
PETITS FOURS SECS ET FOUR RES
TOURTES T RUFFE

~-U~:Jaffl4-d ~ BOM BES C HOC


GRAINES D'EPI CURE
TABLETTES CHOC ABSINTHE

~rk~.5 . .A~~ ANGLE RUES SE YONfHOPITAL CH-2000 NEUC HAT EL TEL/ FAX 032 725 2049
Email : pier re.wa lder@net 2000.ch
4!/ {J.U 72.5 f'C-.f/~

Pour vo s cadea ux originaux

BOUTIQUE
DU
LIVRE
livras d'art Blbilophlllo l ivras. anciens
Rue de s Chavannes 4
CH -2000 Neuchâtel
Tél. + Fax 032 724 40 10
e -mail: cludi@usa.net
www.boutiq ue-du-livre.ch

Fromages fra is et affinés


vache, brebi s, chèvre
(i)l!@
9h30 -1 2h30 /13h30 -18h30
Tomme neuch âteloise le samedi: 9h30 · 16h30 non-stop
fermé le lundi
Plateau de fromages, fondue, raclette
Produits régionaux, panier garni

Cremerie du M.u17hé . Rue du Tr6 0r 2 ' Pb l7t:SdH Hallcs. 20C()NCU<."l1f\lc1. Té1.032 n s 26 J6


X 1 Neuchâtel avant-après

ÉGLISE CATHOLIQUE
11) ENTRE BAINS ETMESSE
Lavillegagne sur le lac, notamment par les remblais
provenant de l'arasement de la colline du Crêt-
Taconnet au moment de la construction de la gare.
Dans un premier temps, le Jardin Desor anime les
berges, avant d'être «colonisé». Aufond, hier comme
aujourd'hui, l'enceinte du stade de la Maladière.

Ul
·w
0::
CL
<X:1
f-
Z
~
<:(
...J
w
,ti:
I
U
::::>
w
z L'HEBDO 3 DËCEMBRE 2009
Neuchâtel avant -après 1XI

DEPUIS LE CHANET
D LA VILLE DANS LES MURS
Su r l'aquatinte, on obs erve une ville encore dans
ses murs. Les gorges du Seyon sont marquées par
un e double rangée d'arbres. Aujourd'hui, les prés
ont laiss é la place aux habitations et les gorges sont
squattées par l'autoroute. Au loin, les rives ont été
revisitées.

LA GARE
Il) SANS FILS ETSANS STATS
Photographie prise depu is la
passerelle des Fahys. Sans fils
électriques, l'espace paraît vide.
Des rails perpendiculaires aux
voies permettaient à un chariot
de transporter les marchandi-
ses. Les flancs de la montagne,
aujourd'huitotalement occupés,
sont presque vierges. Côté lac,
l'arasement du Crêt-Taconner
est récent. Mais l'espace est
encore ouvert,comme s'ilatten -
dait l'Officefédéral de la statis-
tique et sa tour, la Haute Ecole
de gestion et les nouveaux bâti-
ments d'habitation.

3 DËCEMBRE2009 L'HEBDO
XII I Neuchâtel avant-ap rès
m2II

RUEDUSEYON
iii UN PONTETUNEORIENTATION
DIFFÉRENTE
L'aquarelle date d'avant le détournement du
Seyon . Elle représente l'ancien pont de la
Poste. Sur la gauche, la première maison est
l'actuel Cercle national (depuis 1849). Au
centre, l'ancien Hôtel de Ville enjambe le
torrent. Il sera désaffecté en 1790 puis démoli
en 1864. Aujourd'hui, la zone est piétonnière,
les commerces fleurissent (librairie Payot à
droite) et le trafic a changé d'orientation.
Difficile à imaginer.

--- -- --
..

VI
,W
0::
CL
<t:1
1-
Z
~
<t:
--l
ui
,t:
I
u
:::J
w
Z L'HEBDO 3 DËCEM BRE2009
. - .........
-
PLACES DESHALLES
ml LETEMPS SUSPENDU
La Maison des Halles
(construite en 1570) semble
défier le temps. Majestueux,
l'édifice a vu passer des géné-
rations de maraîchers, qui s'y
réunissent toujours trois fois
par semaine, d'oùsa deuxième
appellation de «place du Mar-
ché».Il fut un temps, lorsque
le lac arrivait encore jusqu'à
elle, où les commerçants
venaient par barques des can-
tons de Berne, Fribourg ou
Vaud. Aujourd'hui, la place
des Halles, avec ses terrasses,
est restée un des lieux de ren-
dez-vous des Neuchâtelois.
En raison de sa beauté. Et
peut-être parce que le temps
y est un peu suspendu.

Miele
Attesté: le lave-linge liquidWash
permet d'économiser jusqu'à 30 0/ 0
de détergent*
Avec la fonction de do-
sage automatique du
détergent liquide, il est
pratiquement exclu d'em-
ployer trop ou trop peu de
détergent, car la détection
Vente & réparation de la charge calcule exac-
tement la quantité néces-
Champréveyres 5, 2000 Neuchâtel
saire. Ce lave-linge Miele
Tél, 0327212248 Fax 032 721 22 49
ménage non seulement
www.y-steiger.ch
votre portemonnaie mais
MieIe 8) Electrolux aussi l'environnement.
'In stitutOko deFri bourg, avril 2008

J' Leader dans le traitement du linge


XIV 1Neuchâtel avant-après

RUE DES
CHAVANNES
mLIEU DEVIEAPPRÉCIÉ
Entre le début du XX· siècle
et nos jours, la rue des Cha-
vannes n'a que peu changé.
Le passage a gardé son
caractère. de même que son
parcellaire médi éval, Vouée
à l'artisanat, la rue réunit
encore libraire et modiste,
bijoutier et galeriste dans
une ambiance de proximité.
Une identité de village
appréciée de beaucoup et
qui reflète un centre histo-
rique connu pour son
échelle humaine.
U1
,UJ Ses grands chambarde-
œ
o, ments, la rue les a connus
«
un pe u avant puisque le
~ haut se terminait pa r une
~
<l:
-.J
tour qui délimitait le terri-
UJ
,t;c toire de la ville. Celle- ci a
I été détruite en 1865.
U
::J
UJ
Z L'HEBDO3 DËCEMBRE 2009
Neuchâtel avant-après 1XV

QUARTIER DELAMALADIÈRE L'école prim aire (1er plan) semble se presser


lE LIN SIÈCLE D'EXPANSION contre l'Ecole de mécanique et d'électricité.
Au début du xx e siècle, le quartier de la Un siècle plus t ard, le lieu ne ces se de se
Maladière est en pleine expansion .Il reste densifier, déplaçant une part de la vie de la
cependant quelques pan s de vign e aux cit é vers l'est (NHP,CPLN, CSEM, sta de et
environs de la rue de Gibralt ar (à droite ). patinoire, centre com me rciaL ).

COLLÈGE LATIN britannique s'est ressenti jusqu'au pied de des travaux, une promenade rectiligne
œLA«PLACE DU BOULINGRIN)) Chaumont. La construction du Collège menait les passants du môle du Seyon au
Le Jardin anglais, la place du Boulingrin latin (à droite), débutée en 1826, a entraîné port. Au fond, le bâtiment qui abrite
(de «bowling qreen») ... Le rayonnement le réaménagement de la grève. Au terme aujourd'hui le siège de la Banque Bonhôte.

3 DÉCEMBRE 2009 L'HEBDO


~+
la rnaladrere centre
neuchâtel

Centres d'intérêt liés